Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Première partie. Les riches dans les sociétés urbaines

L’argent bien tempéré. Les élites rouennaises et la visibilité de l’opulence au XVIIIe siècle

Olivier Chaline

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SE (...)
  • 2 Sur le Parlement, voir d’abord la synthèse d’Elisabeth. Caude, Le Parlement de Normandie, Rouen, 1 (...)
  • 3 Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris (...)
  • 4 On trouvera plusieurs exemples de lignées marchandes ou manufacturières à leurs débuts dans Jean-P (...)
  • 5 Didier Lamy vient d’achever sa thèse de doctorat sous ma direction sur le chapitre métropolitain d (...)

1Traiter des élites rouennaises du XVIIIe siècle conduit à se heurter aux limites de notre connaissance des groupes qui dominent la société de la plus grande ville normande. Si les caractéristiques démographiques ont été soigneusement mises en évidence grâce à la thèse de Jean-Pierre Bardet, la société rouennaise dans ses hiérarchies et ses formes de mobilité interne demeure très incomplètement explorée1. Parmi ses élites qu’on peut évaluer à un dixième de la population, seuls les parlementaires ont fait l’objet d’études poussées, tandis que les magistrats de l’autre cour souveraine, la Cour des comptes, aides et finances restent dans une relative pénombre, ce qui est davantage encore le cas de ceux du bureau des finances, du bailliage et siège présidial et de l’Amirauté2. Les négociants, en dépit des travaux de Pierre Dardel puis de Jochen Hoock, n’ont pu faire l’objet d’une étude synthétique à cause des pertes d’archives, publiques et privées, dues à la dernière guerre3. Les commencements de lignées qui deviendront de premier plan dans la bourgeoisie rouennaise du XIXe siècle ont été présentés par Jean-Pierre Chaline, tandis que les manufacturiers du coton ont été spécifiquement scrutés par Serge Chassagne4. En revanche, ceux qui vivent de leur revenu, qu’ils soient nobles ou roturiers, sont demeurés ignorés des historiens. Quant aux élites ecclésiastiques, elles commencent juste à faire l’objet de travaux5. Alors que de tels groupes socioprofessionnels échappent encore aussi largement à notre connaissance, l’étude de la mobilité – ascendante comme descendante – ne peut que rester ponctuelle.

  • 6 Jean-Pierre Bardet, op. cit., t. I, p. 50-51 et t. II, p. 34, tableau 17.

2Même si Rouen subit un évident déclassement parmi les principales villes du royaume, passant du troisième au cinquième rang au cours du XVIIIe siècle avec une croissance réduite, de 61 000 habitants vers 1710 à 70 000 vers 1780, qui ne lui permet pas de retrouver les 89 000 de 1640, les fonctions urbaines restent suffisamment variées pour assurer une nette diversité des élites6. Celles-ci, qui débordent des seules limites désormais bien surveillées de la noblesse, ne forment pas un groupe dominant uni par une conscience collective. Il y a, dans une société urbaine dont l’argent n’est pas le premier principe d’organisation, trop de corps jaloux de leurs prérogatives, trop d’hétérogénéité et d’échelonnements internes propres à chaque groupe socioprofessionnel pour que les élites puissent constituer autre chose qu’un puzzle dont les pièces ne s’emboîtent pas toujours aisément. Délimiter les diverses catégories qu’on inclura dans les élites rouennaises est souvent difficile : au Palais, si les magistrats, riches ou simplement aisés en sont nécessairement, où placer la barrière parmi les avocats et les procureurs dont certains sont fortunés et d’autres non ? Comment séparer les négociants des autres marchands ? Quelle place faire aux manufacturiers qui commencent leur essor ? Quels seront les critères pour dire qui, dans le clergé, relève des élites ?

3De telles interrogations demeurant sans réponses satisfaisantes dans l’état présent de nos connaissances, il est néanmoins possible de cerner le rapport de ces élites rouennaises à l’argent en examinant la manière dont elles laissent voir leur opulence. S’il est indispensable de rappeler les modalités de l’avoir, il faut alors se demander quelles sont les formes du paraître pour mieux comprendre ce qu’était l’acceptable pour la société urbaine. C’est une des manières possibles de répondre à la question : « Comment peut-on être Rouennais ? »

L’avoir

  • 7 Voir la thèse de Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux, Paris, éd. du CTHS, 19 (...)
  • 8 Pour le XVIe siècle, voir Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates (...)

4La richesse provient à Rouen de deux sources majeures : les biens immeubles et le commerce. Une très solide base foncière donne lieu à différents types de revenus : les droits seigneuriaux d’inégal profit, mais qui ne sont jamais négligés, et les fermages dont le montant s’accroît au cours du siècle. Bornée du côté du pays de Bray et du Vexin français par la concurrence parisienne, la propriété foncière rouennaise peut dominer largement le pays de Caux et le Roumois, voire y progresser au détriment de la haute noblesse7. Exception faite des quelques familles de robe originaires de parties éloignées de la province, la plupart des lignées siégeant dans les cours souveraines ont leurs terres – au double sens foncier et seigneurial – dans un rayon d’une soixantaine de km8. Les noms qui se sont adjoints à nombre de patronymes sont ceux de localités voisines ou relativement proches dans lesquelles on peut aisément se rendre. L’examen des propriétés rurales des négociants comme de l’archevêque et du chapitre métropolitain confirme cette géographie faite selon les terroirs de plateau ou de vallée d’une juxtaposition de propriétés d’ampleur très variable : grandes superficies comme petites pièces qui font l’objet de patients échanges. Toute la société rouennaise se retrouve dans ce goût de la terre, source de rentes pour les uns, sécurité pour d’autres désireux de varier leurs investissements. Le jugement de Montesquieu selon lequel « à la campagne, on a sa fortune sous ses pieds », aurait recueilli une large approbation sur les rives de la Seine.

  • 9 Jean-Pierre Bardet, op. cit., p. 170-180. Voir aussi son étude « La maison rouennaise aux XVIIe et (...)

5Si appréciée que soit la terre, elle n’est pas la seule forme prise par la propriété foncière : les immeubles à Rouen en sont une autre. On ne trouvera guère de succession dans les élites rouennaises qui ne compte une ou plusieurs maisons mises en location. Certains pourront y ajouter des entrepôts. Dans une ville où la proportion de locataires dépasse les 70 % des foyers, une telle source de revenus est loin d’être négligeable9. Il faut aussi tenir compte du fait qu’une partie appréciable des élites urbaines, chez les magistrats comme chez les négociants, n’est pas propriétaire de son domicile, ce qui lui vaut (ou lui permet) de fréquents déménagements.

  • 10 Jules Sion, Les paysans de la Normandie orientale, Paris, A. Colin, 1909, p. 166-189.
  • 11 Pierre Dardel, Navires et marchandises…, op. cit., p. 245-253.
  • 12 Serge Chassagne, op. cit., p. 92.

6L’autre grande source de richesse est le négoce, soit le commerce en gros à l’échelle internationale. Son horizon dépasse celui des marchands ordinaires, boutiquiers de la ville comme fabricants qui distribuent le travail textile dans les campagnes haut-normandes10. Le négoce rouennais est tourné vers le grand cabotage européen, de la Hollande à Cadix, comme vers les colonies françaises. Rouen a souffert des deux dernières guerres de Louis XIV. Si les plus avisés des négociants de la place ont délocalisé une partie de leurs affaires à Saint-Malo, le port ne retrouve la prospérité qu’à partir des années 173011. Encore celle-ci est-elle vulnérable à chaque guerre franco-anglaise, des faillites décimant l’élite du commerce. Mais de nouvelles maisons apparaissent. Pourtant, le trafic portuaire rouennais ne rend pas compte de la totalité des affaires. Une partie de celles-ci, surtout avec les colonies, se fait par Le Havre qui ne s’émancipe vraiment de Rouen, avec l’appui financier de Paris, qu’au lendemain de la guerre d’indépendance américaine. Les négociants peuvent drainer des fonds au-delà de leur milieu. Du négoce, on passe facilement à des activités productrices : faïencerie, surtout manufacture pour le drap, mais aussi tissage du coton, tandis que les fabriques d’indiennes restent une industrie « ouverte à de nombreux candidats issus du comptoir, de la boutique et de l’atelier »12.

  • 13 Laurie Fréger a récemment étudié cette question des épices, également dans le cas de Rouen, dans s (...)
  • 14 C’est le cas d’un architecte qui fut aussi une sorte de promoteur comme Guéroult dans les années 1 (...)
  • 15 La seule étude sur le sujet fut la maîtrise du regretté Philippe Goujard, La constitution des rent (...)

7À ces deux sources majeures s’en ajoutent d’autres de moindre rapport que révèlent les papiers privés comme les actes notariés, en particulier les successions. Il y a d’abord les gages des officiers, accrus des épices dans des proportions variables selon l’activité judiciaire13. On peut signaler aussi les revenus professionnels à ne pas négliger pour certains architectes renommés14. Surtout, il faut signaler les rentes, soit sur les particuliers, que ceux-ci appartiennent ou non aux élites urbaines, soit sur des corps constitués (Hôtel de ville de Paris, états provinciaux ou clergé de France)15. Plusieurs sources peuvent se combiner.

  • 16 Voir Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen, op. cit., p. 32-34.
  • 17 Charles Allinne, « Analyse d’un contrat de mariage normand au XVIIIe siècle », Congrès du millénai (...)

8S’il est facile de repérer les fondements de l’opulence dans la société rouennaise du XVIIIe siècle, il s’avère bien plus délicat de proposer une hiérarchie des fortunes à un moment donné. Les sources sur lesquelles peuvent s’appuyer les historiens pour le XIXe siècle, notamment celles produites par l’Enregistrement pour évaluer les successions, n’existent pas encore16. L’utilisation des contrats de mariage est rendue problématique par les dispositions propres à la coutume de Normandie qui exclut toute communauté de biens des époux. Bien souvent, la principale information disponible est le montant du don mobil, ce don que la femme faisait à son mari d’une partie de ses biens17. Aussi est-on bien en peine de fournir des données un peu précises avant la Révolution dont les administrations ont produit des documents propres à permettre une évaluation des fortunes.

  • 18 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen, 1792 – (...)
  • 19 Voir Pierre Dardel, Commerce…, op. cit., p. 387-390.

9Il s’agit d’une part du séquestre des biens des émigrés, étudié en son temps par Marc Bouloiseau18, d’autre part de la contribution en forme d’emprunt décidée en septembre 1793 par la ville de Rouen pour l’achat des subsistances. Le séquestre est particulièrement intéressant pour connaître les fortunes des nobles et magistrats émigrés, celles-ci étant amputées de la valeur des offices comme sans doute de certaines liquidités. L’emprunt de septembre 1793 donne les fortunes présumées en livres, donc l’opinion des administrateurs contemporains sur la hiérarchie de l’opulence rouennaise. Il s’intéresse aussi bien aux anciens magistrats qu’aux négociants et manufacturiers19. Sans doute faut-il tenir compte de la dévaluation de la livre, mais le phénomène affecte également la totalité des fortunes ici présentées.

  • 20 Voir Olivier Chaline, « Les hommes du Président » in Olivier Chaline et Gérard Hurpin (dir.), Vivr (...)

10À cette date, la municipalité dénombre pas moins de 53 personnes ou maisons de commerce millionnaires. Or il importe de se souvenir que les élites urbaines sont alors en partie réduites par l’émigration ou la mort d’une partie des présidents à mortier. Il manque ainsi à l’appel le plus opulent des Rouennais à la veille de la Révolution, le président Nicolas de Bailleul dont la fortune, office compris, dépassait les 3 M. de livres20. Le montant maximal en 1793 est de 2,5 M. atteint par les frères Delahaye d’une part, par Méry d’autre part, tous étant des négociants. Sept noms se voient crédités d’une fortune au moins égale à 2 M. La catégorie immédiatement inférieure – 1,5 à 2 M. – comporte quant à elle 14 noms, mêlant négociants et ci-devant nobles, dont plusieurs ex-magistrats du Parlement ou des Comptes et des Aides.

  • 21 Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, FHSO, 1996, t. I, p. 248-2 (...)
  • 22 Arch. dép. Seine-Maritime C 1095, requêtes en modération adressées par d’anciens magistrats du Par (...)

11On peut tirer de cette liste quelques conclusions. La première est que les élites rouennaises nobles, d’épée et surtout de robe, comme négociantes représentaient indiscutablement une forte concentration de capital. Ensuite, notons que, si c’était un président à mortier qui dominait la hiérarchie de la fortune à la veille de la Révolution, les premiers rangs mêlaient le négoce à la robe, sans que ceux-ci fussent unis. Plutôt qu’une hypothétique « fusion des élites », Rouen connaissait une juxtaposition qui n’interdit pas toute porosité, à condition que celle-ci se fasse sans hâte, les alliances n’étant pas fréquentes entre le Palais et le négoce, contrairement à Bordeaux21. Remarquons aussi que chaque élite a sa propre hiérarchie interne qui peut descendre bas : les plus modestes des parlementaires ont tout juste les moyens de tenir un rang conforme à leur état22. Enfin, les montants de fortunes, évalués ou reconstitués, ne doivent pas dissimuler la fréquente et profonde disparité de celles-ci : quoi de commun entre une raison sociale comme Delahaye frères qui nous renvoie à une forme de rassemblement familial du capital et le patrimoine essentiellement foncier hérité par le chef d’une lignée de robe ? Composition et stabilité des fortunes diffèrent, même si les négociants aussi ne dédaignent pas les placements dans l’immeuble, rural ou urbain. Les biens immeubles sont essentiels pour la visibilité de l’opulence, autrement dit pour le paraître qui va de pair avec l’avoir.

Le paraître

  • 23 Voir les remarques très judicieuses de Philippe Levillain, « Un patrimoine et deux familles : les (...)

12Comment la richesse se donne-t-elle à voir dans la société rouennaise à une époque où l’argent n’est pas encore l’élément principal de son organisation ? Il y a d’autres raisons de supériorité que la fortune : l’appartenance au premier ordre, la naissance. L’argent seul ne suffit pas. Il nécessite d’être utilisé à bon escient si l’on ne veut pas passer pour un parvenu. Une fortune, c’est aussi un style de vie23. Dès lors, il peut être judicieux de partir de l’habitat des élites pour comprendre la manière dont celles-ci sont visibles à Rouen dans l’espace et la société.

  • 24 Olivier Chaline, « Les magistrats des cours souveraines et l’espace urbain rouennais, XVIIe et XVI (...)

13Où, dans la ville, est-il de bon ton d’habiter ? Pour localisation des domiciles, le plus commode est de recourir aux publications en forme d’almanachs qui donnent les noms et adresses des magistrats et des principaux négociants, tout en complétant cette première source par les informations tirées soit des sources fiscales (capitation, vingtièmes), soit des sources familiales, notariales ou non qui permettent de reconstituer le parcours d’une lignée comme l’histoire d’une maison24.

14Selon le groupe concerné parmi les élites rouennaises, on habitera plus volontiers certains paroisses, alors que d’autres seront tout simplement inimaginables. Les magistrats des cours souveraines sont absents de la partie orientale de la ville, tantôt ouvrière et insalubre, tantôt conventuelle et mieux aérée. Ils sont, en revanche, très nombreux au nord/nord-ouest de la cité, jusqu’à proximité de la cathédrale (et la Cour des Comptes) et du Vieux Palais qui borne encore la ville au sud-ouest. À proximité de la Seine, dans des quartiers très denses où leurs ancêtres ont pu longtemps résider, ils doivent compter avec le négoce et la boutique. Mais, plus au nord, des paroisses comme Sainte-Croix-Saint-Ouen, Saint-Laurent, Saint-Godard et Saint-Patrice sont, par excellence, celles de la haute robe surtout parlementaire. Sur les pentes, certaines rues sont très appréciées, telle la rue de la Seille qui, sans être très longue, compte 16 magistrats en 1745. La géographie de l’habitat propre aux magistrats des cours souveraines conjugue la force de la présence au nord/nord-ouest et une certaine fluidité dans la ville que font apparaître des cartes dressées à plusieurs moments du siècle. Les négociants sont, à l’inverse, à proximité du fleuve, soit surtout dans les paroisses sud/sud-ouest de la ville, le sud-est (quartier Martainville) étant voué aux métiers du textile. Quelques rues des paroisses commerçantes concentrent un nombre appréciable d’acteurs du grand commerce : rue aux Ours, rue Saint-Étienne des Tonneliers, rue du Fardeau, mais aussi rue Herbière, rue Saint-Eloi ou rue du Vieux Palais qui descendent vers le quai. Pour le négoce aussi, on remarque à la fois stabilité et expansion vers les voies nouvelles ouvertes dans le dernier tiers du siècle. Les chanoines vivent dans les rues autour de la cathédrale. Mais l’existence d’une ville inhabitable, celle de l’Est, ne fait pas de doute, passée une frontière bien perceptible qui va de la rue Malpalu à Saint-Nicaise.

15Toutefois, ne concluons pas trop vite à la ségrégation sociale. Si les élites ignorent les quartiers orientaux trop populaires, elles ne vivent pas dans un ghetto de la richesse. Dans leurs paroisses de prédilection, le taudis peut voisiner avec l’hôtel particulier, ce qui rend celui-ci d’autant mieux visible. Une population bien plus modeste vit à proximité des membres des élites, jusque dans les rues les plus recherchées. Un examen approfondi des adresses fait aussi apparaître que des Rouennais appartenant indiscutablement aux élites habitent dans des rues ou des paroisses dans lesquelles ils peuvent être très minoritaires. C’est le cas à proximité du Palais, dans une zone davantage vouée à la boutique, voire à des activités artisanales malodorantes telles que les tanneries.

  • 25 Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Amis des Monuments Rouennais, 200 (...)

16Quelle maison habitera-t-on ? Rouen a compté un nombre très important d’hôtels particuliers, ces « grandes maisons à porte cochère » comme les désignent les notaires du temps25. La visibilité de l’opulence ne tient pas au fait qu’une seule famille habite toute la maison. C’est là un trait courant à Rouen, même en milieu populaire. Il faut loger une famille, qui peut être multiple, dans un pays de famille nucléaire, mais aussi des domestiques (une quinzaine chez le président d’Esneval, à la veille de la Révolution). La taille de la maison laisse entendre la richesse du maître de céans. La porte cochère suffit à indiquer qu’il y a derrière les vantaux cour et écurie, autrement dit un train de vie, en même temps que des moyens. Elle peut aussi donner accès à d’invisibles entrepôts. Mais, si certaines demeures passent, au fil du temps, d’une lignée robine à une famille de négociants dans des rues proches de la Seine, la diversité des élites rouennaises rejaillit aussi sur les formes de leur habitat. La maison du président à mortier éclipse en général celle du conseiller, mais l’une et l’autre diffèrent de celle du négociant qui abrite à la fois le comptoir et une partie des marchandises. Contraintes spatiales et nécessités professionnelles se combinent avec les moyens financiers disponibles et l’évolution du goût pour donner une grande variété de demeures, allant de la grosse maison à l’hôtel particulier.

  • 26 Louis Le Pecq de La Clôture, Collections d’observations médicales, Rouen, 1778, t. I., p. 267 : «  (...)

17Quelques caractéristiques peuvent toutefois être dégagées. Si la pierre désigne clairement de quels moyens jouit le bâtisseur, elle n’est pas d’un emploi systématique dans une ville très largement en bois. Bien des hôtels de riches négociants ou de présidents à mortier comportent des corps de logis dont les étages sont en colombages. Même peu ornée, la grande maison tranche sur son environnement. Mais elle peut aussi manifester une réelle recherche architecturale : portails avec sculptures, balcons et hautes fenêtres de l’étage noble, armoiries, grand comble ou toiture mansardée, épis de faîtage. Du rez-de-chaussée au ciel, peuvent être déployés tous les signes de l’opulence. Les élites pratiquent la double résidence entre Rouen et la maison des champs qui, pour les plus riches, devient un authentique château26. Mais, le plus souvent, l’accent est mis davantage sur la demeure champêtre que sur celle urbaine, à l’inverse de Bordeaux ou d’Aix. Mais dans l’une comme dans l’autre, il convient de tenir son rang et de recevoir dignement.

18Le train de vie donne une idée de l’opulence des propriétaires. Dans le logis, il suffira d’énumérer, grâce aux livres de comptes et aux inventaires après décès, des données telles que le nombre des domestiques, la variété et la qualité du mobilier, l’ornementation des pièces de réception, l’abondance de l’argenterie, les garnitures de pièces de faïence produites à Rouen, les vins qui s’accumulent dans les caves ou encore les tableaux, portraits de famille, comme les belles toiles formant quelques collections hors du commun… sans oublier les bibliothèques. À la différence de la façade de la maison, ce sont là des signes de richesse plus intérieurs qu’extérieurs, visibles, certes des domestiques et des fournisseurs, mais surtout des gens du même monde qu’on reçoit. Du dehors, on n’en aura qu’une vue partielle, parfois déformée. Il en va de même pour les dispositions des contrats de mariage, que signent parfois un grand nombre d’invités, parents, amis de la famille et confrères mais aussi, quand l’occasion s’en présente, des personnalités de premier plan dont la présence vous honore.

  • 27 On peut suivre les modalités variées des cérémonies de funérailles selon le rang du défunt dans la (...)
  • 28 Eustache de la Querrière, Revue rétrospective rouennaise. Coup d’œil sur les usages, les habitudes (...)

19En revanche d’autres manifestations du rang social et de l’opulence sont plus immédiatement sensibles au commun des Rouennais. C’est le cas à l’église, avec la place occupée dans le haut de la nef ou dans une chapelle pour les familles les plus renommées, avec le rôle des femmes dans les bureaux de charité, avec celui – de moins en moins goûté – des hommes dans les trésors gérant les biens de la paroisse, avec aussi les tombeaux des ancêtres, une dalle avec une inscription mais parfois un monument avec des sculptures27. Si le théâtre est accessible aux seules élites dont certains membres y fomentent cabales et désordres, il n’échappe à personne que chevaux et voitures passant et repassant sous les arbres du Cours la Reine, la grande promenade élégante au bord de la Seine, sont autant de signes de la richesse, héritée ou récente28.

  • 29 « S’ils sont plus attachés à leurs intérêts, cet attachement devient utile aux affaires de Sa Maje (...)
  • 30 Abbé Baston, Mémoires, abbé Julien Loth et Charles Verger éd., Paris, Picard, 1897, t. III, p. 218 (...)

20À la visibilité de l’opulence liée à la nécessité de tenir son rang ou de montrer celui auquel on est arrivé tout en aspirant peut-être à davantage, se joint le désir de marquer les distances avec ceux qu’on tient pour ses inférieurs. C’est une préoccupation partagée à tous les niveaux de la société rouennaise. On se côtoie, mais on ne se mélange pas, car on est vite épineux. L’intendant de Vaubourg le notait dès le temps de Louis XIV29. Font écho à ce jugement les Mémoires du chanoine Baston rapportant comment de riches négociants qui venaient de se plaindre de « la hauteur de la noblesse et de la morgue de la magistrature » rendirent à un villageois qui les avait profondément salués juste « un petit mouvement de tête et de cet air qui dit : homme de néant, nous te protégeons30 ». Au-delà de l’anecdote, rapportée par-delà la Révolution, nous sommes conduits à un consensus social qui dépasse les seules élites et la visibilité de leur opulence. Une société a ses critères d’acceptation de la richesse.

L’acceptable

21Dans une société complexe et pour laquelle l’argent compte sans être toutefois l’élément premier de classification des hommes, la manifestation judicieuse de la richesse compte autant que sa possession. Montrer sans retenue son opulence en guise d’affirmation de soi risque d’être mal jugé et de désigner immanquablement l’imprudent comme un parvenu impudent. Des réactions vives, mêlant le mépris à l’envie risquent de lui apprendre, mais un peu tard, qu’une société a des usages et que ceux-ci régissent aussi le bon usage de l’argent. Pour les Rouennais du XVIIIe siècle, une fortune suppose d’être acceptée par le consensus social. Il est significatif qu’en dépit d’émeutes frumentaires parfois violentes (1752, 1768), personne ne songe véritablement à remettre en cause les règles du jeu social. La Révolution elle-même fut ici particulièrement modérée, ne remettant pas en cause la prééminence foncière de la noblesse, pourvu que ses membres n’eussent pas émigré. Auparavant, les fortunes sont, en général, bien admises, tout comme la mobilité ascendante pourvu qu’elle ne soit pas tapageuse et que chacun reste dans le type de progression sociale qu’il est décent d’envisager. Il faut donc dégager les contours de ce qui était acceptable en termes de visibilité de l’opulence.

  • 31 C’est le cas de l’hôtel Asselin, rue aux Ours, bâti par un riche banquier protestant qui n’a, héla (...)

22Revenons aux maisons. Avant l’édification des hôtels particuliers jointifs et tout de pierre bâtis de la rue de Crosne, voie nouvelle du temps de Louis XVI, il est de bon ton de gagner un quartier, une rue depuis longtemps mieux placés dans la hiérarchie sociale et topographique. Pour les « Bernard l’hermite » de la société rouennaise, acheter, ou à défaut louer, une demeure ancienne et prestigieuse vaut parfois mieux qu’en bâtir une nouvelle. On comprend dès lors à la fois l’attachement de certaines lignées parlementaires à des maisons plus du tout au goût du jour mais soigneusement transmises et le nombre de magistrats, y compris de premier plan, habitant en location dans les « bonnes » paroisses. La richesse doit être suggérée plus qu’imposée aux yeux de tous. Si un portail en pierre et une grande porte cochère sont des signes manifestes d’opulence, il n’en demeure pas moins que, bien souvent, ils masquent la maison tout autant qu’ils la désignent. Parmi les dispositions propres aux hôtels rouennais, il faut signaler la durable survie d’une forme quasi médiévale de demeure, invisible de la rue, cachée en plein îlot, alors même qu’on se trouve entre le Palais et la Seine, en plein cœur de la ville marchande31. Sur les pentes, là où se sont développés depuis les années 1630, les nouveaux quartiers des officiers, une façade parfois quelconque dissimule des jardins en terrasses. Quant à l’hôtel « à la parisienne », autrement dit entre cour et jardin, il n’est pas si fréquent. Lui seul montre vraiment le rang de son occupant. Bien souvent, la maison réserve ses trésors pour ses seuls habitants et visiteurs. Le portail découvre soudain une cour intérieure insoupçonnée. L’escalier donne accès à une enfilade de salons ou bien à des appartements qui ont conservé toute leur ornementation du siècle précédent (plafonds peints à caissons voire murs recouverts de cuirs dorés). Des fenêtres, le regard tombe sur la verdure d’un jardin et sur des massifs de fleurs, voire une orangerie adossée au rempart. De telles demeures ne sont pas des thébaïdes puisqu’on y reçoit, mais elles renferment le luxe qui ne s’étale que rarement au-dehors.

  • 32 Arthur Young, Voyage en France, trad. fr., Paris, 1860, t. I, p. 133 et 135.

23Rappelons enfin que par-delà la maison de ville, possédée ou louée, il y a celle des champs pour laquelle on consentira plus volontiers de gros efforts financiers. Là-bas, l’opulence se manifeste par ce langage désormais bien établi d’une façade harmonieuse entrevue au bout d’une allée de hêtres ou bien admirée dans l’intervalle d’un saut de loup. Les élites rouennaises peuvent être diverses, elles se retrouvent dans cette manière de signifier délicatement mais éloquemment le rang atteint ou maintenu, manière qui est aussi largement partagée par leurs compatriotes. Une plus modeste maison parmi les pommiers au bord de la Seine est déjà la première réalisation du même rêve de propriétaire songeant à être rentier, peut-être même seigneur. Arthur Young avait noté combien elles étaient nombreuses aux abords de la ville32.

  • 33 Georges Dubosc, Rouen monumental au XVIIe et au XVIIIe siècle. Inventaire artistique et archéologi (...)

24On peut donc mettre en évidence, à partir de l’habitat, ce qu’on appellera peut-être des codes mais qui peut aussi s’appeler des choix partagés, bien au-delà de ceux qui ont, par leur richesse établie ou commençante, l’occasion de les faire. Même si toutes les élites rouennaises n’ont pas le même rapport à l’argent – qu’on songe à ceux des négociants qui achètent une coûteuse charge de conseiller secrétaire du roi – il est possible de remarquer des comportements communs. La prudence et le calcul sont de règle pour les ecclésiastiques, les nobles, magistrats ou non, les négociants. S’il peut y avoir des prodigues ou des jeunes gens de bonne famille prêts à se mésallier avec une jeune personne aux origines obscures, rares sont les cas d’individus saisis par la démesure. Faut-il évoquer, sur les marges des élites, celui du maître serrurier Le Friand, virtuose du fer forgé, assez riche pour se lancer, en plein quartier négociant, dans l’édification en 1745 d’une magnifique maison de pierre ornée par ses soins de balcons magnifiques et d’un belvédère dominant le voisinage ? Faute d’armoiries, il mit son nom en toutes lettres sur la maison, dont il ne put hélas profiter, ses ressources n’ayant pas suivi33.

  • 34 Arch. dép. Seine-Maritime 2 E/107, 17 avril 1775. Le négociant Jacques Hellot donne 350 livres à l (...)

25La générosité n’est pas inconnue, même si elle s’accompagne souvent du sentiment de soi et de son rang. On verra tout aussi bien un magistrat, le président d’Acquigny, contribuer à la reconstruction de la plupart des églises de ses villages qu’un négociant de la rue Grand Pont aider financièrement une jeune fille pauvre à se marier en 1774 dans sa joie du retour du Parlement34. Les rares livres de comptes permettent d’entrevoir les aumônes et les quêtes, mais on n’apprécie pas d’être contraint à donner.

  • 35 Arch. dép. Seine-Maritime C 563, 1774, vingtièmes de Pavilly, « Mr d’Enneval a refusé de donner de (...)
  • 36 Arch. dép. Terrier de la Ville, CP 13 à 16.

26L’hostilité à la fiscalité est répandue. Dans les années 1760, des magistrats fort riches et très en vue refusent de remplir leurs déclarations pour les vingtièmes35. En 1773, lors de la réalisation du terrier de la ville, des locataires modestes assurent ne pas connaître le nom de leur propriétaire et se hâtent de refermer leur porte36. Le regard de l’État et de ses agents sur votre bien n’est pas apprécié. On sollicitera sa puissance à l’occasion, mais on ne veut pas être dérangée par elle.

  • 37 Jules Sion, op. cit., p. 277 à propos du Pays de Caux ; Guy Lemarchand, op. cit., p. 43-44 sur la (...)
  • 38 Olivier Chaline, Godart de Belbeuf…, op. cit., p. 237-250.

27Il est enfin significatif que ni les domaines ecclésiastiques ni ceux des élites laïques ne connaissent les phénomènes de concentration en grosses exploitations et de ferme générale des seigneuries qu’on peut remarquer dans le Bassin parisien voisin37. Le fait a été remarqué, mais pas véritablement analysé pour ce qu’il révèle. La sécurité pour le bailleur qui préfère ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ne rend pas compte de tout. Il n’est sans doute pas exagéré d’y voir aussi l’attachement conscient à des formes d’« économie morale » dont on ne se départit pas. Les parlementaires, un temps gagnés à la libéralisation du commerce des grains et farines, en sont promptement revenus en 176838. L’ordre public sur les marchés valait bien les profits supplémentaires permis par la déréglementation.

*

28Ainsi, la question de la visibilité de l’opulence nous conduit vers un consensus social sur ce qui rend la richesse légitime et acceptée. Rouen est une grande ville, dans laquelle la mobilité sociale est une réalité mais aussi où l’on a vite fait de savoir qui est qui et quelles sont ses origines. Il y a un très large accord sur le bon usage de l’argent qui permet à la richesse d’être bien tempérée. Elle peut dès lors se combiner avec d’autres éléments de hiérarchisation sociale permettant d’être sec et suspicieux envers qui se montrerait par trop entreprenant, oublieux des distances.

29Notons, pour finir, que ce consensus sur le bon usage de la richesse sort largement indemne de la Révolution. Si l’anoblissement a presque disparu, si la noblesse se fait bien moins présente en ville après 1830, elle n’en continue pas moins à donner le ton aux négociants, manufacturiers et rentiers : des terres avec un château dessus, un hôtel urbain, quelquefois des gendres à particules, nous retrouvons là autant d’élément familiers à l’historien de l’Ancien Régime. Les sources de l’opulence ont évolué, mais le mode de vie des bourgeois de Rouen reste durablement marqué par un modèle nobiliaire que personne n’a vraiment souhaité contester.

Notes

1 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983, 2 vol. Voir le chapitre v sur la société, p. 225-262. On se heurte alors à un problème majeur, celui des catégories employées qui, peut-être pertinentes d’un point de vue démographique, sont vite inutilisables sur le plan social : que peuvent bien signifier dans une ville d’Ancien Régime des dénominations (p. 232-233) telles que « Grands notables » ou « petits notables » ? Pourquoi opposer les officiers et les nobles, alors que l’élite des premiers appartient au monde des seconds ? L’anoblissement graduel est escamoté. Qu’aurait pensé Roland Mousnier d’une telle confusion des groupes ? L’histoire sociale de Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles reste largement à faire.

2 Sur le Parlement, voir d’abord la synthèse d’Elisabeth. Caude, Le Parlement de Normandie, Rouen, 1999 et le recueil collectif publié par l’Association du Palais du Parlement de Normandie, Du Parlement de Normandie à la Cour d’Appel de Rouen, 1499-1999, Rouen, 1999. On pourra ensuite se reporter à la thèse de l’École nationale des Chartes de Paul-Henri Robinne, Les magistrats du Parlement de Normandie à la fin du XVIIIe siècle (1774-1790), 1967, 2 vol. et à Olivier Chaline, Godart de Belbeuf. Le Parlement, le roi et les Normands, Luneray, Bertout, 1996, ainsi qu’à quelques articles complémentaires du même auteur : « Les parlementaires rouennais dans leur cité : rôle social et influence politique », in Claude-Isabelle Brelot (dir.), Noblesse et villes (1780-1850), Tours, 1995, p. 31-38, et « Le Parlement et Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), Les Parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècle), Rouen, 2004, p. 323-337. Sur la Cour des Aides et la Chambres des Comptes devenues en 1705 Cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, la bibliographie reste très réduite pour la période considérée ici. On trouvera le point de départ d’une étude avec l’inventaire de la sous-série 3 B des Archives départementales de la Seine-Maritime dû à Marie-Christiane de La Conté, Cour des Aides (1440-1790), Rouen, 2006. Il comporte une liste alphabétique des officiers des Aides et des Comptes. Quant au Bureau des Finances, il n’a pas attiré les chercheurs depuis le rapide ouvrage de Georges Vannier, Essai sur le Bureau des finances de la généralité de Rouen, Rouen, 1927. Toutefois, on dispose depuis peu d’un précieux instrument de travail avec l’ouvrage du comte d’Arundel de Condé, Les Anoblis par charges en Haute-Normandie de 1670 à 1690. Parlement, chancellerie, cour des aides, chambre des comptes, bureau des finances, conseil supérieur, Paris, 2006.

3 Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1963 et Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIe siècle, Rouen, Société d’Émulation, 1966 ; Jochen Hoock, Die Kaufmannschaft Rouens. Eine Untersuchung zur Sozialgeschichte des französischen Handels im 17. und 18. Jahrhundert (1600-1750), thèse dactylographiée, Bielefeld, sd. Il faut aussi signaler l’étude consacrée par Dale Miquelon à un négociant dont les papiers ont été conservés, Dugard of Rouen. French Trade to Canada and the West Indies, 1729-1770, Montréal, Mc Gill-Queen’s U. P., 1978, ainsi que la monographie familiale due à Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001. C’est la seule étude consacrée à une lignée marchande rouennaise de premier plan des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais l’absence des livres de comptes, disparus depuis le XIXe siècle, n’a pas permis à l’auteur d’étudier la maison de commerce de l’intérieur.

4 On trouvera plusieurs exemples de lignées marchandes ou manufacturières à leurs débuts dans Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, FNSP, 1982, p. 97-102 ainsi que dans Les dynasties normandes, Paris, Perrin, 2009, p. 38-59 ; Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, voir en particulier les p. 25-60.

5 Didier Lamy vient d’achever sa thèse de doctorat sous ma direction sur le chapitre métropolitain de 1650 à 1790.

6 Jean-Pierre Bardet, op. cit., t. I, p. 50-51 et t. II, p. 34, tableau 17.

7 Voir la thèse de Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux, Paris, éd. du CTHS, 1989.

8 Pour le XVIe siècle, voir Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen 1499-1610, Princeton U. P., 1980, et pour la période postérieure Olivier Chaline, op. cit. ainsi que « Le Parlement de Rouen et le renouvellement des noblesses normandes (XVIIe et XVIIIe siècles) », in Ariane Boltanski et Alain Hugon (dir.), Regards croisés sur les noblesses normandes, Rennes, PUR, 2011, p. 205-216.

9 Jean-Pierre Bardet, op. cit., p. 170-180. Voir aussi son étude « La maison rouennaise aux XVIIe et XVIIIe siècles. Économie et comportements », Le bâtiment, enquête d’histoire économique, XIVe-XIXe siècles, Paris, 1971, p. 313-518.

10 Jules Sion, Les paysans de la Normandie orientale, Paris, A. Colin, 1909, p. 166-189.

11 Pierre Dardel, Navires et marchandises…, op. cit., p. 245-253.

12 Serge Chassagne, op. cit., p. 92.

13 Laurie Fréger a récemment étudié cette question des épices, également dans le cas de Rouen, dans sa thèse Le « légitime salaire » des magistrats ? Le régime juridique des épices aux XVIe-XVIIIe siècles, Rennes I, 2006, sous la direction de Marie-Yvonne Crépin et Sylvain Soleil.

14 C’est le cas d’un architecte qui fut aussi une sorte de promoteur comme Guéroult dans les années 1770.

15 La seule étude sur le sujet fut la maîtrise du regretté Philippe Goujard, La constitution des rentes à Rouen au XVIIIe siècle, Université de Rouen, 1969.

16 Voir Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen, op. cit., p. 32-34.

17 Charles Allinne, « Analyse d’un contrat de mariage normand au XVIIIe siècle », Congrès du millénaire de la Normandie, Rouen, 1911, t. II, p. 492-506 ; Robert Carabie, « Le don mobil », Revue d’histoire du droit français et étranger, avril-juin 1964, no 2, p. 364-370 ; Valérie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière. Droit et pratiques dans la généralité de Rouen, Presses universitaires de la Faculté de Droit de Clermont-Ferrand, 2005, voir en particulier le chapitre ii sur l’apport de la future épouse, la dot et le don mobil, p. 81-154.

18 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen, 1792 – an X, Paris, 1937, en particulier les p. 111-138.

19 Voir Pierre Dardel, Commerce…, op. cit., p. 387-390.

20 Voir Olivier Chaline, « Les hommes du Président » in Olivier Chaline et Gérard Hurpin (dir.), Vivre en Normandie sous la Révolution, Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 1988, t. I., p. 153-178.

21 Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, FHSO, 1996, t. I, p. 248-250.

22 Arch. dép. Seine-Maritime C 1095, requêtes en modération adressées par d’anciens magistrats du Parlement en 1772.

23 Voir les remarques très judicieuses de Philippe Levillain, « Un patrimoine et deux familles : les Andlau et les Mun », Les noblesses européennes au XIXe siècle, Rome-Milan, Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d’Athènes, 1988, p. 375.

24 Olivier Chaline, « Les magistrats des cours souveraines et l’espace urbain rouennais, XVIIe et XVIIIe siècles. » in C. Coulomb (dir.), Habiter les villes de cours souveraines en France (XVIe-XVIIIe s.), Grenoble, 2008, p. 39-53., le Flambeau astronomique publié par Ph. Cabut puis sa veuve dans les années 1710-1740, Almanachs. Pour la période Louis XVI, on dispose des livraisons annuelles du Tableau de Rouen publié par la veuve Machuel.

25 Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Amis des Monuments Rouennais, 2003 (2e éd.), p. 9-10.

26 Louis Le Pecq de La Clôture, Collections d’observations médicales, Rouen, 1778, t. I., p. 267 : « Nos magistrats sont toujours restés fidèles à leurs devoirs, fermes dans le maintien de nos Loix, incorruptibles et désintéressés : ils ne connaissent que la voix de l’honneur et n’ont d’autre but que le bien de la patrie. Cette classe suit et varie alternativement ses habitudes ainsi que ses occupations avec celles des hommes d’État et des gens du monde. Ils ont le loisir de se livrer, pour quelques instans au torrent de la société ; et de se répandre dans les cercles. Mais le cours de leur vie est partagé entre le séjour de la ville et celui de la campagne, où des vacances utiles, qui suspendent leurs occupations, leur permettent de goûter les délices de la vie champêtre. »

27 On peut suivre les modalités variées des cérémonies de funérailles selon le rang du défunt dans la paroisse Saint-Patrice, qui compte de nombreux magistrats des cours souveraines, Arch. dép. Seine-Maritime G 7510 et 7511 pour la seconde moitié du siècle.

28 Eustache de la Querrière, Revue rétrospective rouennaise. Coup d’œil sur les usages, les habitudes et les mœurs de nos pères, Rouen, 1853, opuscule qui donne nombre d’indications sur des usages rouennais alors en voie de disparition.

29 « S’ils sont plus attachés à leurs intérêts, cet attachement devient utile aux affaires de Sa Majesté lorsqu’on sait le mettre en usage, leur laisser entrevoir quelque profit d’un côté s’ils satisfont à ce que l’on désire et quelque peine de l’autre côté s’ils refusent. C’est un moyen infaillible d’assurer le succès de ce que l’on souhaite. Ils n’ont pas la vivacité en partage, mais on peut dire qu’ils ont de la prudence et du bon sens ; leurs buts sont justes et leurs desseins bien conçus […] et comme ils savent judicieusement choisir et employer les moyens, on les voit rarement manquer de parvenir à leurs fins ; laborieux par nécessité, paresseux par inclination, ils sont difficiles à émouvoir et insupportables à ce que l’on prétend […] épineux avec les égaux, dociles sous le joug qu’on leur impose pourvu qu’on les paye de raison et qu’on tienne avec eux une conduite ferme et mêlée à propos de douceur et de sévérité », Archives nationales, H 158811.

30 Abbé Baston, Mémoires, abbé Julien Loth et Charles Verger éd., Paris, Picard, 1897, t. III, p. 218-220.

31 C’est le cas de l’hôtel Asselin, rue aux Ours, bâti par un riche banquier protestant qui n’a, hélas, laissé que peu de traces dans les archives, même notariales.

32 Arthur Young, Voyage en France, trad. fr., Paris, 1860, t. I, p. 133 et 135.

33 Georges Dubosc, Rouen monumental au XVIIe et au XVIIIe siècle. Inventaire artistique et archéologique des édifices religieux, rues et maisons, Rouen Cagniard, 1897, p. 237.

34 Arch. dép. Seine-Maritime 2 E/107, 17 avril 1775. Le négociant Jacques Hellot donne 350 livres à l’ouvrier paveur de Saint-Étienne du Rouvray Germain Mauger et à sa future épouse Mlle Le Rat afin de faciliter leur mariage. Le contrat a été signé par le procureur général Godart de Belbeuf, son épouse et son frère, l’évêque d’Avranches.

35 Arch. dép. Seine-Maritime C 563, 1774, vingtièmes de Pavilly, « Mr d’Enneval a refusé de donner des éclaircissements sur ses biens et défendu à ses fermiers de répondre aux demandes, montrer baux et quittances, engagé les autres propriétaires à l’imiter ». Pour les vingtièmes, voir, par exemple, R. Besnier, « Les vérifications des vingtièmes en Normandie », Normannia, 1938, p. 754-783.

36 Arch. dép. Terrier de la Ville, CP 13 à 16.

37 Jules Sion, op. cit., p. 277 à propos du Pays de Caux ; Guy Lemarchand, op. cit., p. 43-44 sur la défiance envers les fermiers généraux et p. 328-329. Ce dernier note que la ferme générale est moins fréquemment utilisée au XVIIIe siècle qu’au précédent pour gérer les biens et que « le plus souvent, les biens sont administrés en comptant strictement et en essayant non pas d’innover mais de tirer le plus possible de la tradition et des droits anciens ».

38 Olivier Chaline, Godart de Belbeuf…, op. cit., p. 237-250.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540