Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Première partie. Les riches dans les sociétés urbaines

Une capitale provinciale au miroir de ses riches : Rennes dans les années 1620, ou la naissance d’une ville parlementaire

Gauthier Aubert

Texte intégral

« Allons !
Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet atteindra les cieux, et faisons-nous un nom fameux »
Gn 11, 9-11.

  • 1 Alain Croix, L’Âge d’or de la Bretagne (1532-1675), Rennes, Ouest France, 1993, p. 213.
  • 2 Voir ainsi les remarques suggestives du même Alain Croix dans La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècle (...)
  • 3 Une synthèse de ces recherches : Claude Nières, « Remarques sur la société rennaise au XVIIIe sièc (...)
  • 4 Gauthier Aubert, « Robe seconde et pouvoir municipal à Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Gu (...)
  • 5 Outre le contexte démographique (essor au XVIIe siècle, stagnation plus ou moins déclinante au XVI (...)
  • 6 Gauthier Aubert, « Robe seconde », art. cit.
  • 7 Jean-Luc Laffont, « L’exploitation des archives notariales. Jalons historiographiques », in Scarle (...)

1Dans son désormais classique Âge d’or de la Bretagne, Alain Croix pouvait écrire que « la société bretonne des XVIe et XVIIe siècles est l’Arlésienne de l’Histoire, ou, si l’on préfère, l’énorme lacune de notre connaissance de cette période1 ». Pour Rennes, le constat vaut toujours, même si en y regardant de près, le paysage n’est pas totalement désertique2. Ces journées « Élites et richesse » proposées par notre laboratoire sont l’occasion de tenter de reprendre l’étude de la société rennaise du XVIIe siècle, en envisageant les choses en premier lieu « par le haut ». Le choix a ici été fait non pas de partir d’un groupe prédéterminé de gens considérés comme « les élites », mais de tenter de partir de la richesse, ce qui posait l’épineux problème des limites du périmètre à envisager. Une double interrogation sous-tend cette enquête. La première est liée aux étagements notabiliaires à Rennes à l’époque moderne, que l’on présuppose souvent stables à partir des travaux des dix-huitièmistes, qui ont montré que, en gros, plus ou moins loin derrière des parlementaires intouchables, suivaient dans un ordre incertain les principaux officiers de la chancellerie, de la monnaie, du présidial, quelques avocats et marchands parvenant à se glisser dans les hautes sphères3. Dans cette même veine, on a pu insister sur l’existence d’une « robe seconde » bien distincte du milieu parlementaire4. Tout laisse penser que le XVIIe siècle, présentant les mêmes structures institutionnelles que son suivant, n’était pas très différent ; mais la chose reste à vérifier, ne serait-ce que parce que les deux siècles ne sont pas des copies exactement conformes5. Une autre interrogation est tout simplement liée au besoin de savoir qui étaient les riches dans le cadre plus large d’un chantier sur les pouvoirs urbains entrepris par ailleurs. En effet, l’essai de sociographie des élites municipales à partir de l’état déclaré des individus dans les registres de la ville n’a pas permis d’apprécier de manière très fine le processus d’oligarchisation du pouvoir municipal6. De surcroît, si les fonctions politiques et le capital symbolique sont essentiels, le poids économique des individus n’est pas à négliger, comme le rappellent le dossier des révoltes urbaines, les mécanismes d’ascension sociopolitiques ou encore le fait qu’il faut de l’argent pour s’approprier des signes extérieurs de notabilité. C’est donc par souci d’avoir au moins grossièrement une toile de fond comportant les éléments les plus saillants du sommet de la société urbaine rennaise que l’on se propose de rouvrir pour le début du XVIIe siècle ce qui a pu être récemment décrit comme « le poussiéreux dossier des niveaux de fortune7 ».

Connaître les riches grâce aux pauvres

  • 8 Arch. mun. Rennes, GG 320 pour celui de 1618 ; 1 035 pour celui de 1629. Ce dernier a déjà donné l (...)
  • 9 Le rôle de 1629 est cependant beaucoup plus soigné (il est d’ailleurs relié) et présente une certa (...)
  • 10 Entre 1618 et 1629, le parlement a demandé à plusieurs reprises que soit réformé le rôle des taxes (...)
  • 11 François Lebrun, « L’évolution de la population de Rennes au XVIIe siècle », Annales de Bretagne, (...)

2La récente redécouverte du rôle de la taxe pour les pauvres établi en 1618 permet d’affiner l’approche d’une société jusqu’ici appréhendée essentiellement à partir du rôle de la seule taxe similaire de 16298, et alors que les actes notariés font largement défaut pour cette époque. Les deux rôles présentent une structure assez proche, et dans nombre de cas, le montant spécifié est resté identique9. Cela renvoie à ce qu’est le rôle de 1629 : une réformation, une révision, à des fins d’ajustements10. Celui de 1618 comprend aussi moins de noms : 3 919 contre 4 558 en 1629, évolution qui s’accorde à peu près avec l’accroissement démographique de la ville11. Au sein de cette masse, la crête dominante a été privilégiée, au moins dans un premier temps, c’est-à-dire les gens payant plus de 40 sols, soit 79 noms en 1618 et 111 en 1629, formant respectivement 2 % et 2,4 % de l’ensemble enrôlé.

  • 12 D’après Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 736, confirmé par l’allusion à un paiement « (...)
  • 13 Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 719-721. L’arrêt de 1614 est très clair sur ce point (...)
  • 14 L’arrêt de 1614 cité ci-dessus laisse entrevoir également la concurrence entre cette forme de char (...)
  • 15 Pierre Deyon le souligne au sujet de la taxe des pauvres d’Amiens de 1625 (Étude sur la société ur (...)
  • 16 Ainsi en 1618, 80 procureurs sont taxés 15 sols, et 31 autres 24 sols. Dans le même rôle, sont men (...)
  • 17 Dans un contexte qui voit les « pauvres honteux » connaître un certain succès chez les donateurs ( (...)
  • 18 À cet égard, Alain Croix, souligne qu’il faut distinguer les réticences individuelles et collectiv (...)
  • 19 « Sur la requeste présentée au bureau nous avons modéré la taxe [de 6 s.] dudit Lesné à 3 sols apr (...)
  • 20 On verra ci-dessous qu’une incertitude plane quant à l’identification de ce personnage (La Bretagn (...)
  • 21 Les personnes les plus fortement taxées vivent dans les quartiers de la haute ville, et les moins (...)
  • 22 Pierre Deyon, op. cit., p. 258-260.
  • 23 Sans oublier bien sûr que cela permet de gommer les cycles de vie.

3Décidées par le parlement en vertu de son pouvoir de police, ces taxes sont levées par des officiers municipaux sous l’autorité du sénéchal, afin de pourvoir à la nourriture des pauvres honteux. L’opération a lieu en deux temps : tout d’abord, est dressé un rôle (par cinquantaine) avec l’indication du montant (ou non) à payer par chaque chef de famille, puis la somme est prélevée à échéance régulière, trimestrielle dans le cas présent12. C’est la première phase, celle de la confection des rôles, qui nous intéressera ici. Plusieurs problèmes apparaissent d’emblée. Quelle est, en premier lieu, la part du don et de la contrainte ? Le vocabulaire du temps hésite : en 1618, il est question du « rôle des aumosnes » et en 1629 du « rôle pour la taxe ». En fait, Alain Croix relève qu’en principe prévaut un « système bâtard » consistant à fonder le prélèvement sur le volontariat, sauf pour les récalcitrants13. Dans le rôle de la taxe de 1629, une petite dizaine d’individus disent se taxer volontairement. À l’inverse, Alain Croix relève que, par la suite, les mauvais payeurs sont légion, ce qui conduirait à supposer que dans bien des cas, il s’agit de gens auxquels un montant a été imposé14. La récurrence des mêmes montants dans les mêmes professions laisse présager, de plus, un certain conformisme, à relier au souci de respecter une hiérarchie fondée sur les dignités15 – mais il ne faut pas en exagérer l’importance car il y a toujours des exceptions16 et des écarts, comme on le verra. Cependant, et même si Alain Croix note qu’en 1584, nombre de riches Nantais avaient refusé une telle taxe, on ne saurait exclure que, parmi les personnages les plus importants de la cité, puissent se faire jour des démonstrations de générosité au sujet desquelles il est presque toujours difficile de dire si prévaut le souci du prochain (et de son propre salut17), le désir de distinction et celui de démonstration de grandeur sociale, sans négliger le poids de la contrainte plus ou moins implicite sur fond de qu’en dira-t-on et de souci de l’exemple à donner18. Reste que quelques mentions contenues dans le rôle de 1629 tendent à montrer que les montants étaient établis avec un certain sérieux reposant sur un relatif consensus19. Derrière cela s’esquisse la grande question : les chiffres placés en face des noms sont-ils bien des indicateurs de richesse ? Le fait que tel personnage parmi les plus taxés en 1629 (4 livres 16 sols) soit probablement qualifié par le sagace voyageur Dubuisson-Aubenay en 1636 de « très riche20 » est un indice en faveur d’une taxe dont Alain Croix a par ailleurs montré, en particulier par l’analyse cartographique, qu’elle n’avait rien de fantaisiste21. Par ailleurs, et même s’il faudrait pouvoir dans l’idéal être plus précis, notons que la hiérarchie telle qu’elle apparaît pour le paiement de la taxe amiénoise de 1625 est globalement conforme à celle constatée dans les actes notariés22. Sans doute les chiffres nous disent donc bien quelque chose des niveaux de richesse, mais ils nous disent aussi et en même temps des choses plus difficiles à débrouiller sur l’attention à la hiérarchie des dignités, la solidarité (ou le refus de), l’angoisse du salut ou le désir de s’affirmer, et c’est pourquoi l’approche chiffrée par groupe ne peut être évacuée, au moins à un premier niveau de l’analyse23.

4Une autre difficulté majeure réside dans le fait que des pans entiers de la partie supérieure de la société nous échappent, certains corps contribuant sur des rôles particuliers réputés disparus. Cela se comprend en rappelant que les rôles qui nous sont parvenus sont ceux de la municipalité, qui ne concernent donc, au moins en théorie, que ceux que l’on désigne comme les « nobles bourgeois, manants et habitants ». Sont donc ainsi mentionnés, mais sans indication de montant à payer, le clergé de la cathédrale, les parlementaires, les officiers inférieurs attachés au palais (greffiers, notaires, huissiers), ceux de la chancellerie et ceux du présidial, qui paient tous théoriquement en leur corps. Heureusement pour nous, certains individus ont échappé à cette règle : grâce à telle épouse de magistrat, telle veuve d’alloué, tel conseiller honoraire, ou tel cas inexplicable qui n’a pas payé « en la cour » ou « au siège », l’exploitation des rôles est possible pour connaître les plus riches.

  • 24 41 % en 1618, 37 % en 1629.
  • 25 10 % en 1618, 18 % en 1629.
  • 26 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, A. Colin, 20 (...)

5Ce point nous conduit à relever un premier trait a priori frappant : l’importance des femmes, qui occupent deux des trois premières places en 1629, trois des quatre premières en 1618, et forment environ 40 % de la mince élite taxée 4 livres et plus24. Il y a là pour l’essentiel un effet de source, la part des femmes riches dans le classement étant d’autant plus visible et forte que la grande majorité des magistrats et tous les gens de la chancellerie paient dans leur compagnie. D’ailleurs, la présence féminine dans la tranche des gens taxés entre 40 et 64 sols tombe en dessous de 20 %25. En creux, ces chiffres permettent de deviner que c’est bien au-dessus de la barre des 4 livres que devait se situer une part très significative du paiement des officiers taxés en leur corps. Pourtant, cette présence féminine n’est peut-être pas totalement sans signification. En 1618, on sait avec certitude que sept des femmes taxées au moins 4 livres sont des veuves, et au moins cinq en 1629 sont avec certitude dans ce cas, ce qui renvoie à une fin de vie citadine, y compris pour des nobles, mais aussi sans doute à une sensibilité plus grande à l’esprit dévot, qui peut expliquer une certaine attention aux pauvres26.

L’affirmation parlementaire

La domination parlementaire

  • 27 Rappelons que nous travaillons ici parfois avec peu de données, soit pour ceux taxés plus de 40 so (...)
  • 28 Le groupe « parlement » exclut les officiers inférieurs de la cour (greffiers, notaires-secrétaire (...)

6Plus d’un tiers environ des cas connus relève de la robe, pourtant amputée, comme on l’a dit, de la plupart de ses membres réputés les plus riches. Au sein de ce monde robin qu’on sait fortement hiérarchisé, constater que les avocats forment la catégorie la plus nombreuse en 1618 comme en 1629 ne veut pas dire grand-chose puisque le paiement de presque tous les quelque 80 avocats est connu alors que nous ignorons le montant du paiement d’environ 70 parlementaires, et de tous les officiers de la chancellerie27. C’est en fait plutôt en regardant les plus taxés de chaque groupe (et secondairement la moyenne de celui-ci) que l’on a une idée du dégradé social, et des écarts28.

Hiérarchie du paiement de la taxe par groupe (1618).

Hiérarchie du paiement de la taxe par groupe (1629).

  • 29 Ex aequo avec une autre sur laquelle nous reviendrons.
  • 30 La présidente fait partie des cas dont on sait avec certitude qu’elle a fixé elle-même le montant (...)
  • 31 Onze personnes sont taxées 4 livres 16 sols, huit 4 l. 10 s. et six 4 l.

7Le classement tel qu’il apparaît ci-dessus en 1629 donne une image particulièrement harmonieuse (et attendue) de la hiérarchie sociale. Le parlementaire le plus taxé (18 livres) est une femme29, et l’on notera qu’il s’agit de la première dame de la ville, la première présidente de Cucé, née de Thou, qui pouvait avoir à cœur de montrer l’exemple à propos d’une mesure prise sous l’autorité de son époux, tout en affirmant la grandeur de sa maison30. Derrière elle arrivent un président et un conseiller honoraires (12 livres), eux-mêmes suivis d’une présidente qui paie autant qu’une dame de la noblesse (sur laquelle nous reviendrons), soit 9 livres 12 sols. En descendant cet escalier de la charité, on trouve un premier magistrat au présidial qui contribue pour 7 livres 10 sols, puis une escouade de quatre aristocrates taxés 6 livres ; les deux premiers avocats se situent au palier suivant (4 livres 16 sols), déjà plus peuplé31, où se trouve aussi une veuve de marchand, juste au-dessus de trois ecclésiastiques qui dominent le premier ordre avec 4 livres 10 sols chacun. Un cran juste en dessous, arrivent les deux plus hauts taxés des procureurs (4 livres), puis, au milieu d’un nombre grandissant de gens de robe, la tête du peloton des marchands (48 sols), tandis que le premier médecin repéré ne paie que 32 sols, juste en dessous d’un chirurgien et de la plus taxée des sœurs de la prestigieuse abbaye Saint-Georges (36 sols). C’est à ce niveau-là – 32 sols, celui de l’honnête aisance ? – que l’on trouve aussi le fermier et le receveur du domaine, les deux seuls individus qui déclarent avoir partie liée aux finances publiques, ainsi que le tout premier artisan, un orfèvre. C’est aussi pour ce montant qu’est taxée, dernière de son groupe, la veuve d’un conseiller au parlement.

Des parlementaires au milieu parlementaire

  • 32 En 1618 : mesdames de Cicé (4 l. 10 s.), de Coëtlogon (4 l. 10 s.), de Bregel (60 s.), le sieur de (...)
  • 33 Gauthier Aubert, « La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais »,(...)
  • 34 Emmanuel Le Roy Ladurie, dans Histoire de la France urbaine. La France classique de la Renaissance (...)
  • 35 Un vicomte en 1618, taxé 48 sols ; un vicomte et deux marquis en 1629, taxés 6 livres. À cette dat (...)

8Si l’allusion à cette dernière vient rappeler que le monde de l’office n’est pas un et que tous ne connaissent pas la grande richesse, d’autres éléments viennent, à rebours, souligner que la domination du monde parlementaire est en réalité plus forte qu’il n’y paraît à première vue. En effet, nombreux sont les nobles fortement taxés qui portent un nom sentant bon la salle des pas perdus, même s’il est bien difficile de préciser le lien généalogique précis qui peut exister avec les gens qui portent ou ont porté la robe rouge32. On retrouve là une réalité bien identifiée au XVIIIe siècle, à savoir que la ville est sociologiquement dominée par un milieu parlementaire plus large que les seuls magistrats et leurs épouses33. L’image de la « cité du sang bleu », parfois retenue pour le XVIIIe siècle, semble ainsi s’esquisser dès à présent34. En effet, la présence plus nettement appuyée de la noblesse « diverse » – celle qui n’est ni dans les offices, ni dans le barreau ou dans d’autres activités – en 1629 par rapport à 1618 laisse penser que nous serions à l’amorce d’un processus conduisant des nobles de haut ou honorable rang (à l’échelle locale et provinciale s’entend) à investir la ville dans le sillage du parlement. Même s’il faut rester prudent en raison de l’étroitesse de notre champ d’observation, de notre méconnaissance de la situation en amont, et en convenant volontiers que l’indicateur est fragile, notons qu’en 1618 un seul individu prétend à un titre de noblesse, alors qu’ils sont trois dans ce cas en 162935.

  • 36 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Impr. de la Manutention, 1991, t. (...)
  • 37 Pour comparaison : Maurice Virieux, Le Parlement de Dauphiné au XVIIe siècle. Étude sociale, thèse (...)

9Parallèlement, on peut noter que Gilles de Goyon de Launay-Comats, noble sans autre précision, qu’on sait être de la région de Dinan, est taxé tant en 1618 (6 l.) qu’en 1629 (64 s.), avant que son fils n’entre au parlement en 1630 après son mariage en 1628 avec la fille d’un conseiller36. Ce n’est pas là un cas isolé. Dans ces mêmes années, la cour voit arriver les Rosnyvinen, Boisgelin, Larlan, Coëtlogon, ou encore Lantivy, pour s’en tenir aux noms parmi les plus caractéristiques, qui rejoignent au palais les Huchet, Kermeno et autres Sévigné, issus comme eux de la noblesse réputée ancienne du pays. Un coup d’œil sur l’état des pères tend à montrer que ce phénomène souvent considéré comme relativement caractéristique de la situation bretonne37 n’est pas nouveau.

De 1574 à 1588

De 1615 à 1629

Parl. Rennes

6

36

Haute robe Paris

1

5

Autre robe

15

8

Finance

7

7

Noble divers

24

18 ou 19

Non déterminé

7

5 ou 6

Total

60

79

  • 38 D’après Frédéric Saulnier, op cit.

Pères des nouveaux conseillers au parlement38.

  • 39 Michel Nassiet, « Noblesse et offices de justice en Bretagne au XVIe siècle », Bulletin de la Soci (...)
  • 40 Comme le notait à la même époque le Parisien Pasquier, la ville permet « amitiez, obligations, all (...)

10L’attractivité de la cour souveraine sur la noblesse bretonne à la fois nombreuse et habituée aux offices39 se comprend en rappelant que non seulement il y a là le premier lieu de pouvoir provincial, mais aussi que ce pouvoir collégial a secrété une société : venir à Rennes, voire y placer un fils au parlement, c’est utile pour gagner des procès, garder ou acquérir une influence politique et sociale, mais c’est aussi intéressant en terme de sociabilité et de réseaux, d’opportunités matrimoniales, celles-ci permettant à leur tour de renforcer tout le reste40.

  • 41 Bertrand Hardy, Marguerite d’Angennes, 1580-1662, Société Archéologique de Saint-Sulpice-la-Forêt, (...)

11La lecture attentive du classement de tête tel qu’il apparaît dans le rôle de 1618 cette fois, vient nuancer quelque peu l’image d’un parlement que rien n’atteindrait ni ne dépasserait. Comme le montre le graphique ci-dessus, une autre personne que la première présidente de Cucé – déjà taxée 18 livres en 1618 – paie à cette date autant qu’elle. Il s’agit de madame de Poigny (encore une femme), veuve d’Angennes, qui ne sera cependant plus taxée « que » 9 livres 12 sols en 1629. Avec son feu mari et son fils ambassadeurs, son beau-frère cardinal, sa fille abbesse de Saint-Sulpice près Rennes et une autre moniale à Fontevraud, cette baronne trancherait dans le paysage élitaire local, si elle n’était née Thierry, d’une vieille famille rennaise autrefois connue à la maison de ville. Outre un cousin de son nom au parlement, elle est aussi parente de ses voisins les Cucé, autre vieille famille du cru41. Sur le mode majeur, elle peut servir à illustrer cette forte présence de la noblesse au sommet de la société urbaine, avec le parlement comme pivot.

  • 42 Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 729, t. II, p. 992.
  • 43 James Collins, « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis colporteur », in Françoise Ba (...)

12Ces généreuses femmes sont cependant surclassées de manière spectaculaire en 1618 par le fastueux Ruellan du Rocher-Portail, qui déclare se taxer volontairement 60 livres par quartier, qu’il soit d’ailleurs présent ou absent. Le financier récemment anobli (en 1603), sans doute un des hommes les plus riches de son temps, annonce ici en quelque sorte son spectaculaire legs de 1627 aux hôpitaux rennais consistant en 10 000 livres de rente – un quasi record selon Alain Croix – à quoi il faut ajouter 2 000 livres qu’il veut voir distribuer aux pauvres le jour de ses obsèques. Que ce personnage – qui s’est aussi fait bâtir un château digne de son nouvel état de baron et de marquis – soit dans une démarche d’affirmation sociale serait évident si le refus des pompes qu’il réclame bientôt ne venait pas rappeler que l’homme pensait aussi – et sans doute surtout – à son salut et empruntait pour cela les chemins caractéristiques de l’élite dévote42. Ruellan, par ailleurs, nous ramène au parlement, puisque son fils y siège depuis 1612, comme le feront ses descendants mâles jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. La colossale et toute fraîche fortune du « marquis colporteur43 » contribua ainsi en partie à renforcer la domination sur la ville d’un milieu parlementaire en marge duquel il se situait tout comme madame de Poigny, quoique dans un genre fort différent.

  • 44 Le père du greffier était, semble-t-il, simple procureur (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 50 (...)
  • 45 Dont les parents étaient, en 1565, dits « honorables gens ».
  • 46 De manière secondaire, il faut aussi noter que son mari était capitaine de la rue aux Foulons, for (...)
  • 47 Ibid., p. 121.
  • 48 Alors qu’il le fait pour les autres hôtels quand leur propriétaire est parlementaire.
  • 49 Ibid., p. 309-312. L’ascension a ceci de remarquable que le grand-père du parlementaire était un si (...)
  • 50 Ibid., p. 431-432.
  • 51 Ibid., p. 474, et t. II, p. 645. Le père de Guitton était payeur des gages du parlement.

13Un autre personnage doit être ici évoqué, celui de mademoiselle de La Noë-Huart, taxée 18 livres tant en 1618 qu’en 1629. Les Huart sont depuis peu sortis de la « petite robe » et le mari de la dame est « simplement » greffier au parlement44. Leur fils, cependant, après avoir été conseiller au présidial, devient parlementaire en 1624, et leur fille n’est autre que la présidente de la Garenne, veuve taxée 4 livres 16 sols en 1629. Les possibilités d’ascension relativement rapide par la robe sont donc encore possibles, même si l’on peut imaginer que payer autant que la présidente de Cucé était pour mademoiselle Huart45 une manière de montrer l’éminence d’un rang social (trop ?) fraîchement acquis46. De manière assez comparable, le juge criminel du présidial, du Bouexic, est taxé plus de 7 livres en 1629, et son fils ne va pas tarder à entrer au parlement (en 164547). Ajoutons que cette famille se fait construire alors une belle bâtisse en pierre face à la cathédrale, chargée de décors extérieurs un peu extraordinaires à Rennes, bâtisse que Dubuisson-Aubenay repère d’ailleurs en 1636, même si – indice possible de l’écart entre le faste de la demeure et un statut encore insuffisamment affirmé – le voyageur ne fournit pas le nom du maître du lieu48. Là encore, déceler la part de la richesse réelle et le désir de démonstration est complexe, même si on ne peut de toute façon pas évacuer le premier terme. Le passage rapide de la seconde à la première cour de Justice de la ville, qui sera de moins en moins d’actualité par la suite, apparaît également avec le lieutenant honoraire du Petit-Bois, taxé 4 livres en 1629, dont le fils, qui lui a succédé au présidial dans cette fonction, deviendra parlementaire en 163249. De même, le président honoraire Godart des Loges, taxé 12 livres en 1629, est-il le fils du lieutenant criminel de Rennes50. Mieux, parmi les hauts taxés du présidial de 1618, il y en a deux qui sont devenus parlementaires en 1629 : ainsi le prédécesseur de du Bouexic au présidial, Le Vayer de Clayes, qui paie la très jolie somme de 9 livres 12 sols en 1618, est devenu neuf ans plus tard rien moins que le « président de Claie » ; quant au procureur du roi au présidial Guitton, taxé 6 livres en 1618, il entre comme conseiller au parlement en 162551. Nous ne savons certes pas combien ces transfuges paient dans le second rôle, le faisant désormais « en la cour », mais leurs contributions de 1618 tendent à confirmer l’hypothèse formulée plus haut selon laquelle les parlementaires payaient majoritairement plus de 4 livres. Plus que l’ascension en interne par les offices inférieurs du parlement, c’est donc le présidial qui constituait la voie royale pour accéder au sénat armoricain.

  • 52 Il s’agit, bien sûr, de chiffres minimum, car bien des personnages que je ne suis pas encore parve (...)
  • 53 James Collins, op. cit., p. 108, 130. Son analyse rejoint celle de Roland Mousnier pour la Normand (...)
  • 54 Qui rappelle, de manière cependant plus appuyée, ce qui a pu être observé à Rouen et à Aix (Roland(...)
  • 55 La question reste néanmoins ouverte de savoir si la rupture entre parlement et présidial est lisib (...)

14Cette biographie collective amène à relever que, parmi les plus taxés, le parlement n’est souvent jamais bien loin : en 1618, 11 (dont les quatre premières) des 29 personnes taxées au moins 4 livres ont un lien assuré avec le palais, qu’il soit présent, passé ou futur (proche) ; dans le rôle de 1629, elles sont 15 sur les 37 les plus fortement imposées, dont les sept premières52. Cela rejoint ce que James Collins a bien observé, à savoir que la cour souveraine fonctionne comme un « creuset » pour les élites provinciales venues d’horizons différents pour fusionner sous la robe rouge. James Collins indique cependant que, comme ailleurs, le processus de fermeture est en cours – il le situe entre 1600 et 1625 – ce que le tableau ci-dessus relatif aux pères des nouveaux conseillers confirme53. Cette fermeture n’est cependant pas totale, et le parlement reste en particulier accueillant pour les gentilshommes bretons, ce qui contribue à lui donner sa coloration particulière54. On perçoit peut-être d’ailleurs ici une nouvelle donne avec cet étagement des taxes plus favorable au parlement en 1629 qu’en 1618. À cet égard, il faut aussi souligner que le niveau des gens du présidial est légèrement plus relevé en 1618 qu’il ne le sera neuf ans plus tard, comme si l’on ressentait déjà les tout débuts du décrochage qui conduira les gens de ce qu’on nomme alors « le siège » à devenir la tête d’une vaste robe seconde55. Au moins autant que la demoiselle Huart, le symbole de cette époque où bien des choses sont encore possibles, pourrait être ce Georges Henry de la Motte, « simple » greffier civil au présidial, taxé 4 livres 16 sols en 1618 comme en 1629, dont le fils deviendra en 1635 conseiller au parlement, et qui pour sa part est échevin depuis 1618, ce qui amène à se demander dans quelle mesure l’hôtel de ville pouvait non seulement accueillir des gens supposés aisés, mais aussi quelle place il occupait sur la carte du cursus social.

Aux marges de la richesse

Glissements autour du beffroi

  • 56 Leur père était conseiller au présidial (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 183 ; René Kerviler (...)
  • 57 Frédéric Saulnier, op. cit. t. I, p. 193 sq.

15À la différence du parlement ou du présidial, la communauté de ville est difficilement appréhendable en tant que corps. Les gens payant une taxe de plus de 40 sols y sont aussi plus rares. Au sommet de l’édifice municipal se trouvent les deux connétables, adjoints du gouverneur, proches du milieu parlementaire, mais taxés un cran en dessous des principaux officiers du roi. Ainsi Bunel, imposé pour 64 sols en 1618 comme en 1629, est-il le frère de l’avocat général, d’une famille anoblie à la fin du XVIe siècle56. Le second connétable est de son côté un fils de parlementaire, mais ce sieur de la Chalotais – à la descendance fameuse57 – semble moins aisé, payant 45 sols en 1618 et seulement 32 sols neuf ans plus tard.

  • 58 Son père, également avocat, est cependant taxé 4 l. 16 s. en 1618 dans la rue de la Charbonnerie, (...)
  • 59 Des avocats ont aussi le droit d’accéder aux assemblées municipales, comme le montrent les listes (...)

16C’est à des niveaux comparables que se situent les procureurs syndics. Celui qui est en fonction en 1629, Louvel, est taxé 32 sols. C’est un peu moins que ses prédécesseurs de Racinoux, Bernard (45 sols) et Poisson (36 sols), mais autant que celui qui occupa la place en 1623 (Lezot) et que celui qui l’occupera en 1641 (Volant58). Plus, aussi, que celui qui ne va pas tarder à être élu procureur syndic (en 1630), taxé modestement 16 sols, mais qui semble être le fils du syndic de 1600, Frain du Chesnay, anobli depuis peu et taxé 4 livres 16 sols. Les mêmes chiffres se retrouvent pour les anciens procureurs repérés dans le rôle de 1618 : 4 l. 16 s. (Chauvel), 4 l. 10 s. (Frain, toujours), 60 s. (Bies), 48 s. (Ledo, Louvel), 24 s. (Le Roy). Ces personnages centraux de la vie municipale se situeraient donc au seuil de la grande richesse rennaise, avec quelques exceptions. Sans doute faut-il ici souligner que les procureurs syndics sont quasiment tous des avocats et que les montants indiqués se situent à des niveaux où il n’est pas rare de retrouver leurs confrères, qui sont pour plus de la moitié taxés au-dessus de 20 sols : les syndics se recrutent donc, sans surprise, dans la partie la plus aisée de la profession59.

  • 60 La profession est connue soit par les rôles, soit par les registres de délibération de la communau (...)
  • 61 Il semble, en effet, qu’elle soit la veuve d’un échevin entré en 1599, Pierre Avenel, qualifié alo (...)

17À l’étage en dessous de la dignité municipale, celui des « bourgeois » ou « échevins », c’est la diversité qui domine60. Pourtant, le tableau ci-dessous montre à nouveau, que par delà la diversité des gens qui s’y côtoient, l’hôtel de ville accueille en son sein des individus qui se situent souvent au maximum de leur groupe social : s’il existe des avocats aussi taxés que ceux qui ont été procureurs syndics, il n’est en revanche pas d’avocats plus taxés qu’eux ; quant aux procureurs, les plus taxés sont ceux que l’on retrouve dans l’échevinat. Le constat vaut en partie aussi pour les marchands : derrière la veuve Avenel (qui domine fictivement le monde scabino-marchand en 1618 comme en 162961), l’échevin Bougret est bien le marchand le plus taxé en 1618 (48 s.), de même que l’est en 1629 l’échevin Chauvel (64 s.). Ainsi la communauté de ville rassemblait-elle des gens qui, bien que se situant dans l’ensemble au-dessous des officiers du roi et d’une partie de la noblesse, était au niveau du meilleur des autres habitants, tout en faisant une place aussi à des gens apparemment beaucoup plus modestes. Vu depuis les perrons des demeures des conseillers de la cour, c’étaient peut-être là des gens un peu médiocres – et ce n’était pas toujours faux – mais depuis les ateliers et les auberges des faubourgs et de la basse ville, c’était déjà le monde des puissants.

  • 62 Paiement en 1629.

+ 60 sols

De 30 à 48 sols

– de 30 sols

1618

Procureurs

1

1

Div. robe et officiers

1

1

Marchands

2

2

4

Non déterminés

3

2

1629

Procureurs

1

4

0 ou 1

Div. robe et officiers

1

1

Marchands

2

3

6 ou 7

Non déterminés

1

4

1630-3762

Procureurs

1

2

3

Marchands et apothic.

1

3

Montants des taxes payés par les échevins (ou leur veuve).

  • 63 Tous les ans, deux nouveaux échevins entrent au sein de la communauté de ville.
  • 64 Même montant en 1618.
  • 65 Trouillot n’est taxé que 24 sols en 1618, à une époque où il était déjà substitut du procureur syn (...)
  • 66 Ce dernier est taxé pour 4 l. en 1629 avec sa femme la veuve Bazin, ce qui relativise en partie le (...)

18Malgré les lacunes qui subsistent et les risques de confusion liés au nombre de personnages susceptibles d’être concernés63, on peut, à partir du tableau ci-dessus, constater un double basculement défavorable aux marchands. Le premier est quantitatif, ces derniers étant progressivement rattrapés par les procureurs. C’est là le résultat d’une évolution institutionnelle récente, puisque c’est justement à partir des années 1620 que l’on commença à choisir tous les ans un marchand (ou assimilé) et un procureur (ou assimilé) pour être les deux échevins entrants. Par ailleurs, les marchands échevins semblent progressivement moins aisés. Le symbole de cette nouvelle donne – qu’il faudrait confirmer par des investigations plus poussées – pourrait être que les deux personnages qui s’apprêtent à devenir échevins en 1630 sont un apothicaire (considéré comme marchand) taxé 24 sols64 et un procureur taxé 4 livres ; mais cet homo novus, par ailleurs substitut du procureur syndic des états, cherchait peut-être à marquer des points en vue de sa future élection65… Il n’empêche : si vers 1630 il y a bien encore une veuve de marchand au sommet de l’échevinat, elle n’a évidemment pas accès à la maison commune, à la différence des robins qui l’entourent dans le haut du classement, soit les procureurs de Lorial66 et Trouillot, ainsi qu’Henry de la Motte, déjà croisé. La présence de ces deux derniers dans l’échevinat montre, en outre, que c’étaient des fonctions recherchées par des gens ayant une certaine surface sociale.

Tristesses marchandes

19La supériorité des robins sur les marchands au sein de la communauté de ville trouve un écho dans les montants payés par les plus taxés au sein des principaux groupes sociaux susceptibles d’occuper des fonctions municipales :

  • 67 Gauthier Aubert, « Robe seconde », art. cit. et « Les avocats », art. cit.
  • 68 Cité par Jacques Brejon de Lavergnée, « Justice et pouvoir municipal à Rennes aux XVIe et XVIIe si (...)

20Le gonflement de la robe seconde, accompagné de la quasi stagnation des marchands dans le paysage élitaire permet de comprendre le sens de la victoire, scellée définitivement dans les années 1620, des robins sur les marchands au sein de la communauté de ville, qui s’est traduite par la captation quasi-exclusive du syndicat par les avocats et la répartition de l’échevinat entre procureurs et marchands67. Cette ventilation des offices municipaux entérinait finalement la donne sociologique plus ou moins nouvelle au sein des élites rennaises, mais pouvait aussi être vue comme un moyen d’éviter aux marchands d’être davantage submergés. Reste que, c’est certain, on ne pouvait vraiment plus dire, comme un siècle plus tôt, que la ville était gérée par « cinq ou seix petiz merciers68 ».

  • 69 Arch. mun. Rennes, 11 Z 120 et 131 : comptes de la confrérie des marchands merciers, années 1618 e (...)
  • 70 Voir également la reconstitution des alliances Bougret-Avril-Gardin par Yves Breton, op. cit., p.  (...)
  • 71 Gauthier Aubert, « Gilles de Languedoc (1640-1731), bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté (...)
  • 72 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers (suite) », Bul (...)
  • 73 Ibid. : soit Aubert, Bigaillon (?), Deshayers, Drouet, Gardin et Oren.
  • 74 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers », Bulletin et (...)
  • 75 J’en recense 142 dans le rôle de 1618.

21Au-delà de la victoire du prétoire sur le comptoir, et des conflits qui l’ont précédée, cette mutation se jouait pour l’essentiel à l’intérieur des mêmes familles. En croisant les professions déclarées dans les rôles, ce que l’on sait de certains en raison de leur passage dans les fonctions édilitaires et les renseignements tirés de la « Recepte des charitez des freres et sœurs de la confrarie de messieurs les marchans69 », et à s’en tenir à certains des noms les plus fréquents dans la communauté de ville, le bilan est sans appel : les Boulongne, Bougret, Cormier, Farcy, Languedoc, Loret, Louvel, Merault, Monneraye et Phelippot ont alors tous des représentants tant dans la robe que dans le commerce70. Le procureur-syndic Louvel, lui-même, un avocat donc, est membre de cette confrérie de merciers, comme plusieurs autres petits robins (procureurs, greffiers, huissiers), ce qui tend à montrer que leur proximité avec le monde marchand était encore pour eux une réalité vécue. En attendant qu’une étude prosopographique puisse en préciser les modalités et l’ampleur, notons qu’il y a là surtout un probable glissement générationnel du commerce vers la robe, dont on a quelques indices : le fils du marchand de vin Languedoc (taxé 3 sols en 1629) deviendra procureur, réorientation que l’on retrouve chez les Patier, tandis que chez les Serpin, le rejeton devient huissier71 ; à un niveau supérieur, les marchands Monneraye et Greffier, taxés respectivement 32 et 48 sols en 1629, voient leurs fils entrer à la chancellerie72. Le fichier des membres de celle-ci permet de savoir qu’au moins cinq ou six autres officiers venaient, au XVIIe siècle, du monde marchand rennais73. On devine aussi, en lisant les rôles, que la riche veuve Cormier des Fossés (taxée 4 livres 10 sols), membre de la confrérie des merciers, est la mère de Toussaint Cormier des Fossés, procureur et échevin, et peut-être aussi de ce Jean Cormier également procureur (et membre de ladite confrérie) avec lequel elle voisine dans le rôle de 1629 ; de même l’audiencier Phelippot voisine dans le même document avec le « riche » marchand-échevin homonyme (taxé 48 sols en 1629), semblant indiquer une proximité généalogique. Dans ce contexte, on devine que si les plus gros marchands pouvaient atteindre des offices de chancellerie – qui valaient entre 13 000 et 36 000 livres en 165074 –, si d’autres passaient par la voie longue de l’avocature – impliquant des études –, les personnages plus médiocres, comme les Languedoc, pouvaient viser des fonctions plus modestes d’auxiliaires de justice, à commencer par celles de procureurs, d’ailleurs pléthoriques75. Ainsi l’obligation de réserver tous les ans une place d’échevin à un procureur correspondait à une probable pression de ces masses de gens de chicane désireux d’obtenir par l’hôtel de ville un peu de dignité, de privilèges et de pouvoir, et qui pouvaient sans doute considérer que la chose était d’autant plus légitime pour eux que leurs pères, oncles ou beaux-pères marchands avaient eu accès avant eux à ce lieu prestigieux.

22Il y a cependant ici peut-être un peu plus que l’histoire finalement bien banale de la migration des marchands vers la robe. Relisons un instant le témoignage de Dubuisson-Aubenay, qui date de 1636 :

  • 76 Alain Croix, coord., op. cit., p. 125.

« Pour ce est du tiers estat (car je mets la justice parmi la noblesse, quoy que d’ordinaire on la ravalle au tiers estat), il y a peu de bonne bourgeoisie, le trafic y estant triste, comme en une ville de terre et de peu d’abord.
Toiles d’Olonne [note : Dont fait grand trafic à Rennes un nommé de Vennes et Monsieur de Lisle Doudart aussy]. Ce qu’ils débitent le plus, ce sont les grosses toiles faites ès environs de Rhennes […]. Ils en trafiquent par toute la coste de France, en Espagne aussy, mais principalement en Hollande. Il y a aussi quelques banquiers et remetteurs d’argent, comme de Lisle Doudart, Thietdrick, allemand de nation et très riche huguenot, Gardin, etc.
Le reste du plus gros bourgeois sont sergens, huissiers, procureurs, et en parlement, qui sont 120, et au présidial, et advocats en l’un et l’autre. Aucuns vivent de la taverne, cabaret, et du louage des logis et pensions des conseillers de la cour, qui viennent sans femme, à petit equippage, servir leur séance76. »

  • 77 Jean Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, Ap (...)
  • 78 Christelle Gicquel, op. cit., p. 11.
  • 79 Jean-Luc Tulot, Familles protestantes de Haute-Bretagne au temps de l’édit de Nantes, Nantes, CGO, (...)
  • 80 Ibid., p. 396-397.
  • 81 Ibid., p. 312, 454-455.
  • 82 Un autre devient receveur des tailles dans l’élection de Paris en 1669.
  • 83 Ibid., p. 312. La liste des huguenots de 1613 fait aussi allusion à un « Thierry » horloger venu d’ (...)
  • 84 Arch. mun. Rennes, BB 530, fol. 5 ; Yves Breton, op. cit., p. 17-18.

23Tout est dit ici, si ce n’est que cette allusion aux toiles vient rappeler que la zone de production textile dont Vitré est la tête vient lécher les murs de Rennes, et que celle-ci se trouve également proche de Romillé et de ses canevas77. Les rôles des taxes confirment la vocation toilière de Rennes, mais aussi ses limites. Ainsi quelques individus taxés tant en 1618 qu’en 1629 entre 3 et 24 sols sont spécifiquement dits « marchands de toile », mais les merciers pouvaient eux aussi se livrer à ce commerce78. Des deux personnages cités par Dubuisson-Aubenay, seul émerge le sieur Doudart de Lisle, imposé 36 sols en 1629, ce qui est peut-être beaucoup à côté de certains petits commerçants mais reste un peu décevant pour quelqu’un qui était aussi banquier et s’était occupé des affaires des Rohan à Pontivy79 – d’ailleurs, Dubuisson-Aubenay ne le dit pas « très riche ». Noble et protestant de surcroît, Doudart était un peu en marge du milieu des marchands de draps et soies dont la confrérie des merciers était le cœur. Mais il avait d’autres réseaux. Ainsi était-il apparenté à deux autres huguenots de la ville, Vitréens d’origine, Jean de Gennes du Boisguy et Jean Ravenel du Boisteilleul, eux-mêmes proches parents. Le premier, issu d’une des plus célèbres familles du commerce des toiles de Vitré80, est qualifié de marchand en 1629, et paie alors lui aussi 36 sols, contre 30 en 1618. Le second, qui paie 48 sols en 1629, est probablement lié à cet Isaac Ravenel, huguenot et « marchand de toilles de la ville de Vitré » signalé à Rennes en 161381. On ignore si Jean Ravenel a joué un rôle dans les activités textiles, mais on sait en revanche qu’il était banquier, comme on sait que c’est uniquement comme banquier qu’est de son côté connu le fils de Doudart resté à Rennes82. Toujours dans la petite communauté huguenote, ce « Thietdrick » signalé par Dubuisson comme « très riche » pourrait bien être le même que le « Diric Devorgan (?) » taxé 4 livres 16 sols en 1629, le même aussi que ce « Diricq flaman » taxé 30 sols en 1618 et que le marchand protestant et « flaman » « Diriq Vauberinhan », installé à Rennes vers 161083. Quant à ce Jean Gardin, aux origines mal connues, mais sans doutes marchandes, il est attesté comme banquier, et deviendra quant à lui échevin en 1644, comme « marchand84 ».

  • 85 La différence est nette avec Nantes, où les grands marchands disputent le haut du pavé au monde de (...)
  • 86 Jean-Pierre Leguay, Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest France, (...)
  • 87 Sauf erreur, et de manière révélatrice, aucun marchand rennais n’a migré vers Saint-Malo, à la dif (...)
  • 88 Yann Lagadec, Delphine Pointeau, art. cit., p. 184 ; Gwénolé Legoué-Sinquin, Les marchands de toil (...)
  • 89 Possible indice de la précocité relative de l’effacement commercial rennais : Jacques Bottin (art. (...)
  • 90 Liens au demeurant problématiques car apparemment limités à quelques protestants : la rupture reli (...)
  • 91 Cinq cas de logis loués nommément cités par Dubuisson-Aubenay, dont celui du sieur de la Touche-Le (...)
  • 92 À cet égard, Ruellan, qui, disait-on, avait commencé sa carrière dans les toiles, et l’a finie dan (...)

24La tendance de ces marchands à se diriger vers le commerce de l’argent, pour classique qu’elle soit, peut se comprendre dans une ville où le marché de l’office était actif, et l’était de plus en plus. Au-delà, cela vient aussi peut-être témoigner des difficultés qui pouvaient exister à développer une voie socialement porteuse par le commerce. Sous réserve de plus amples recherches sur le XVIe siècle, qui font ici cruellement défaut, apparaît un contraste entre les marchands rennais de l’aube de « l’âge d’or de la Bretagne » et ceux du début du XVIIe siècle, en apparence plus modestes85. Le milieu des commerçants rennais de la fin du Moyen Âge et du début de l’Epoque moderne – celui-là même qui avait pu générer des gens comme ce Thierry qu’on a pu comparer à un Jacques Cœur86 – semble en effet avoir non seulement migré vers la robe – ce qui est classique –, mais surtout ne pas avoir eu de successeurs de haut vol dans le commerce, ce qui l’est moins87. La cassure a peut-être à voir avec le déclin – dont la portée exacte est en débat88 –, de l’espace textile « vitréen » à la faveur de la décennie ligueuse, mais il est aussi très probable qu’elle ait aussi (et surtout ?) un rapport avec l’installation coup sur coup à Rennes dans les années 1550-60 d’un présidial et d’un parlement89. Dès lors, et selon une chronologie qui resterait à préciser, plutôt que de tenter de s’affirmer face au milieu des marchands vitréens avec lequel des liens existent encore dans ces années 1610-162090, et de s’appuyer sur les toiles pour monter plus haut, il semble que les marchands rennais, sans bien entendu trahir rien ni personne, ont préféré se placer dans le sillage plus paisible et assurément porteur de la justice royale, des offices et des procès, quand ce n’était pas, pour certains, et comme le souligne Dubuisson-Aubenay, en jouant « simplement » la carte de l’immobilier hôtelier, pour une clientèle de magistrats semi résidents et sans doute aussi de plaideurs91. De tels choix étaient sans doute d’autant plus tentants que l’absence de chambre des comptes sur place, la sous-fiscalisation dont bénéficiait la Bretagne et peut-être aussi la faiblesse des opportunités qu’offraient ailleurs l’armée et ses juteuses fournitures, nuisaient à la constitution d’un milieu intermédiaire entre le commerce et la robe parlementaire92.

  • 93 Les charges de conseillers oscillaient déjà autour de 50 000 livres vers 1630, et approchaient déj (...)
  • 94 À Rouen et Grenoble, l’arrivée de fils de marchands existe, mais est relativement rare (Roland Mou (...)
  • 95 Comme le montrera la captation partielle du fabuleux pactole malouin par voies matrimoniales quelq (...)
  • 96 Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1966, t. II, p. 932-934.
  • 97 Amédée Bourdeault, art. cit, p. 363. Il s’agissait du conseiller de Brenugat, effectivement consei (...)

25En opérant leur réorientation vers la justice sans avoir le plus souvent atteint des sommets qu’auraient peut-être permis un plus net dynamisme commercial et de porteuses opportunités officières ou financières, la plupart des marchands rennais ne pouvaient espérer entrer dans la robe qu’à ses étages les plus modestes, et seule sans doute une minorité pouvait atteindre les charges de chancellerie. Sans même parler du marché de l’office parlementaire – inaccessible pour des raisons tant financières93 que sociologiques94 –, pénétrer de manière significative le marché matrimonial parlementaire était dans ces conditions compromis, car il fallait de très sérieux arguments financiers pour compenser une naissance sine nobile95. Il faudrait d’ailleurs voir si cette médiocrité des marchands et bourgeois, incapables de « nourrir » directement ou indirectement le milieu parlementaire de manière significative, n’a pas, en complément de la pression de la vieille noblesse bretonne, favorisé la constitution de cette strate de gentilshommes-magistrats, qui exaltèrent bientôt avec ferveur leur identité nobiliaire jusqu’à faire très tôt des difficultés pour accepter dans leurs rangs les gens insuffisamment bien nés96. La conjonction des deux facteurs – médiocrité bourgeoise indigène, pression nobiliaire allogène –, pourrait expliquer le précoce exclusivisme parlementaire breton qui trouvera un aboutissement avec la quasi-fermeture officielle de la cour aux non-nobles en 1678. Dès 1636, cependant, Dubuisson-Aubenay témoigne des progrès rennais sur le chemin de l’aristocratisation parlementaire à travers une anecdote selon laquelle un juge de Vannes « fut premièrement refusé au Parlement de Bretagne pour la bassesse de son origine et autres raisons secrètes. Il s’en alla à Dijon et feignant l’amour pour la fille d’un conseiller de Dijon, s’y fit recevoir97 ». Le temps n’est plus très loin où la « bassesse » seule de la naissance suffira à motiver un refus.

Riches insaisissables et inclassables

  • 98 Loïc de Courville, art. cit. (1998), p. 203 ; Gilles de Languedoc, Recueil historique, 1724, (dir. (...)
  • 99 Arch. mun. Rennes, BB 512, fol. 9 et BB 23.
  • 100 Bruno Isbled, op. cit., p. 79 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 1084 ; Alain Croix, coord., op. ci (...)
  • 101 Un tiers de ces inconnus sont des femmes, en 1618 comme en 1629.
  • 102 Voir les nombreux cas assortis de la mention « estant en ville ». Ainsi ce sieur Lecomte de Guérin (...)

26Reste une interrogation a priori gênante : quid de ces 27 % à 39 % de gens fortement taxés qui restent en dehors des classements ? Certains sont visiblement plus ou moins proches du second ordre, des cours de justice, et/ou de l’hôtel de ville. S’il est assez évident qu’une solide étude permettrait de lever bien des voiles, il est aussi probable que certains échapperont pour longtemps aux catégories souvent trop rigides de l’historien. Ainsi le sieur de la Bodinaye Lezot est-il sans doute emblématique. Taxé 40 sols en 1618 et 60 en 1629, il illustre assez bien une figure fréquente chez les élites : le connu inclassable. On sait Lezot fils et frère de secrétaires du roi, son autre frère étant contrôleur en la chancellerie ; on sait aussi que sa famille est très présente à l’hôtel de ville où son père a été procureur syndic en 1580, de même qu’un autre Lezot, sans doute un cousin, l’est en 162398. Lui-même est devenu échevin en 1609, ce qui à cette date, renseigne plus sur son degré de notabilité que sur un état social précis. Il est d’ailleurs, en 1626-1627, à la tête de la fronde des échevins contre la trop grande place prise par les avocats au sein de la communauté de ville99, indice que ces conflits évoqués plus hauts ne sont pas lisibles en termes de simple lutte entre le commerce et la robe. Son père a été anobli en 1599, mais ses descendants devront attendre 1749 pour être maintenus, alors que le fils de son frère aîné le sera dès 1668. Est-il ou a-t-il été officier d’une juridiction secondaire de la ville ou du plat pays ? Est-il simple rentier ? Trafique-t-il au moins un peu ? Participe-t-il aux finances locales ? On ne sait. Un autre cas peut également servir ici, celui du sieur de la Fontaine Belhomme, taxé 30 sols en 1618 et 48 en 1629, connu grâce à une mention dans un livre de raison, un acte notarié (chose assez rare pour l’époque) et Dubuisson-Aubenay, ce qui permet au total seulement de savoir que ce personnage a fait construire une des plus belles maisons de la ville en 1625 et qu’il la loue à des parlementaires de passage100. C’est tout, mais n’est-ce pas déjà beaucoup ? À un niveau de moindre notabilité que Lezot, « noble homme » François Belhomme illustre bien le fait que le monde de la richesse comporte une part significative de population pour le coup non connue, flottante autant qu’inclassable, faite d’investisseurs immobiliers – dans une ville en croissance démographique –, de rentiers retraités ou non, de femmes veuves ou non101, ou encore parfois de personnages simplement de passage pour quelques mois102. L’indication systématique d’un avant nom élitaire et/ou d’une propriété foncière, la récurrence de noms connus montrent cependant bien que ces gens ne sont souvent pas isolés et n’échappent finalement pas vraiment aux piliers institutionnels qui structurent la ville et autour desquels ils gravitent sans s’y rattacher directement.

  • 103 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 113 sq.
  • 104 Jacques Brejon de Lavergnée, art. cit., p. 32-33.
  • 105 Arch. mun. Rennes, BB 515, fol. 4.

27Les contemporains avaient sans doute conscience de l’existence de cette population, comme tend à le montrer la mention explicite dans le règlement qui fixa le périmètre de l’assemblée municipale en 1627, à « six anciens et notables habitants » choisis par les autres membres tous les ans pour venir siéger avec eux103. Depuis 1590, la communauté de ville, à travers ses registres, était de plus en plus attentive à l’état social des gens siégeant en son sein104, et finit par assigner, on l’a dit, les principales fonctions municipales à des professions ou des états, mais elle reconnaissait cependant que certaines personnes honorables échappaient à cela. Ceux qui n’étaient ni ecclésiastique, ni noble d’extraction, ni officier du roi, ni avocat, ni procureur-échevin, ni marchand-échevin pouvaient néanmoins participer à la vie municipale à condition d’être reconnus comme « notables », dans tous les sens du mot. Tout n’est cependant pas simple, ni clair, pour nous, voire aussi pour les greffiers du temps. En 1629, année durant laquelle il sera taxé 4 livres 10 sols pour la taxe des pauvres, Gilles Blandin est rayé de la liste des « anciens advocats » admis à siéger à la maison de ville et mis dans celle des « notables105 » et de fait, le rôle de 1629 ne lui signale pas d’état, à la différence de celui de 1618, qui le disait bien avocat. S’était-il retiré des affaires de la cour ? On ne sait, évidemment. Il retrouvait dans cette catégorie Cormier du Demaine, fils d’échevin et lui-même notaire-secrétaire au parlement, et qui, curieusement, ne siégeait pas avec le reste des « notaires et greffiers de la cour ». Plus que des identités brouillées ou fuyantes – si ce n’est à nos yeux –, il faut sans doute admettre derrière tout cela les subtiles nuances et les savants équilibres d’un écosystème sociopolitique dans lequel les intéressés savaient, eux, très bien se retrouver.

Conclusion : La naissance d’une ville parlementaire

28L’étroitesse de la focale (9 ans), l’unicité de la source (« testis unus, testis nullus »), le caractère problématique de l’indicateur, le flou de nos connaissances en amont, le vide de nos connaissances en aval jusqu’aux premiers registres de capitation et la densification des inventaires après décès, tout ici conduit à rester prudent quant aux conclusions formulées. Il semble néanmoins que ces années 1610-1620, qui avaient déjà attiré l’œil de James Collins, ont été importantes – je n’ose dire « charnières » – dans l’histoire de cette ville qui n’était devenue robine qu’à partir des années 1550-60, avec l’installation coup sur coup du présidial et (surtout) du parlement. À la croisée des enseignements tirés de ces rôles, de ce que nous savons des parlementaires et de ce que nous commençons à percevoir des évolutions institutionnelles, il apparaît que c’est à cette époque que Rennes est vraiment devenue parlementaire. C’est en effet à ce moment-là que la capitale provinciale a commencé à voir se cristalliser en son sommet un milieu aristocratico-robin qui va rester dominant jusqu’à la Révolution. Rennes est aussi devenue pleinement parlementaire car les évolutions sociologiques favorables à la robe ont trouvé un écho direct, dans les années 1620, avec la répartition des pouvoirs au sein de l’hôtel de ville, l’étagement des pouvoirs édilitaires étant dès lors officiellement calqué sur celui des dignités, et les marchands placés en bas de l’échelle, le tout sous le regard impérieux du parlement, chef de sa ville. Ainsi étaient entérinés 60 ans de montée en puissance de l’élément robin dans le paysage social.

  • 106 Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 229-230.
  • 107 René Kerviler, op. cit., t. XIV, p. 361.
  • 108 C’est l’ancêtre direct du célèbre constituant (Michel Duval, op. cit., p. 55 ; Prosper Levot (dir. (...)
  • 109 Loïc de Courville, art. cit. (1998), p. 152.
  • 110 Gauthier Aubert, « Des difficultés d’être “le premier au village” en Bretagne au XVIIIe siècle », (...)

29Dans la suite du XVIe siècle étudié par Jacques Brejon de Lavergnée, il existe encore vers 1620 une continuité sociologique de l’hôtel de ville au parlement via le présidial, mais il est évident que le grand manteau de la notabilité locale est en train de se déchirer, et qu’apparaît déjà la faille qui va séparer l’aristocratique robe parlementaire arrimée à la gentilhommerie, et la robe seconde quant à elle reliée au commerce. S’il est, en effet, encore possible de passer de la première à la seconde cour de Justice, on sait que, bientôt, le présidial va cesser d’être un tremplin. Il est aussi probable que l’absence de chambre des comptes pouvant servir de palier intermédiaire entre le présidial et le parlement, a contribué à accentuer la largeur du fossé séparant le milieu parlementaire du reste. Quant à l’hôtel de ville, il n’est déjà plus autant qu’avant un lieu de passage porteur sur le chemin de l’ascension sociopolitique, et ici comme ailleurs, la fluidité sociale se fait moins évidente. Certes, les descendants de l’anobli Chauvel entrent au parlement en 1672, après un passage par le présidial d’Angers, mais c’est comme simples commissaires qu’ils y siègent durant deux générations106. Un Monneraye les rejoint avec difficultés en 1695 comme simple commissaire lui aussi, malgré – ou peut-être à cause de ? – un passage de son père par la chancellerie. Les descendants de Frain, autre anobli, seront pour leur part certes maintenus et deviendront qui conseiller au présidial, qui sénéchal de Fougères et subdélégué de l’intendance, en attendant les Frain comtes de la Villegontier du XIXe siècle, mais justement, il fallut attendre cette basse époque pour voir cet accomplissement107. Quant aux Gardin, ils se frayèrent lentement un chemin vers la noblesse par la chancellerie, la monnaie, les comptes et l’armée, mais jamais par le parlement. À côté de ces réussites souvent lentes et parfois douloureuses, soulignons qu’on ne sait ce que sont devenus les descendants de Blandin et tout juste sait-on que le riche Trouillot eut pour gendre un avocat du nom de Le Chapelier. Tout un symbole108. Plus cruel, les descendants du procureur syndic de 1629, Louvel, devenus connétables de la ville, se verront refuser par l’intendance en 1699 le maintien dans la noblesse, tandis que ceux de la riche veuve Cormier des Fossés préféreront se désister de leurs prétentions au second ordre dès 1668109, devant une commission émanant du parlement. L’ironie de l’histoire est que la voie parlementaire finira à son tour par cesser d’être porteuse, et posera des problèmes aux « chevaliers de Malte de la robe » quand ceux-ci voudront, au XVIIIe siècle, continuer leur ascension sous d’autres cieux110. Ainsi, un peu à la manière des habitants de Babel, les Rennais avaient, avec le parlement, voulu bâtir une tour immense – et de fait ce palais magnifique qu’ils bâtissaient alors n’était-il pas destiné à devenir le plus beau du royaume ? –, une tour qui s’identifierait à la ville, et, chantier faisant, conquérir gloire et félicité. Certains parvinrent à cette fin, au début, dans le sillage des Cucé, ces vieux Rennais qui avaient tout misé sur le parlement (et le roi), mais cela ne dura qu’un temps. Bientôt, ce rêve d’une bonne ville régénérée par la robe, d’une bonne ville parlementaire en somme, se heurta aux désirs de distinction et de richesse et aux appétits de la plantureuse noblesse du plat pays, en attendant que la monarchie, avec ses impôts et ses offices de plus en plus nombreux, ne vienne infléchir le modèle. Ces interventions extérieures ne dispersèrent certes pas les élites rennaises, mais elles les divisèrent singulièrement, et durablement.

Notes

1 Alain Croix, L’Âge d’or de la Bretagne (1532-1675), Rennes, Ouest France, 1993, p. 213.

2 Voir ainsi les remarques suggestives du même Alain Croix dans La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Maloine, 1981, t. I, p. 341-344 et 719-741, celles de James Collins sur les parlementaires (La Bretagne dans l’État royal, Rennes, PUR, 2006 ; « Le système de reproduction des magistrats du parlement de Bretagne : question sociale ou question politique ? », in Geraud Poumaréde, Jack Thomas (dir.), Les parlements de province, Toulouse, Framespa, 1996, p. 601-619 ; « Les conflits des élites locales dans la France moderne : le cas breton », Cahiers d’histoire, 2000, p. 645-674). Voir également des monographies récentes (Bruno Isbled, Moi, Claude Bordeaux… Journal d’un bourgeois de Rennes au XVIIe siècle, Rennes, Apogée, 1992 ; Yves Breton, La famille Gardin en Bretagne (XVIIe-XXe siècles), Mayenne, ERO, 1994) et, pour la fin de période, les recherches de Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1996.

3 Une synthèse de ces recherches : Claude Nières, « Remarques sur la société rennaise au XVIIIe siècle », in Charpiana. Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, FSSB, 1991, p. 391-401.

4 Gauthier Aubert, « Robe seconde et pouvoir municipal à Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Guy Saupin (dir.), Histoire sociale du politique. Les villes du grand Ouest français, Rennes, PUR, 2010, p. 115-130 et « Les avocats sont-ils des notables ? L’exemple de Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Christophe Maneuvrier, Laurence Jean-Marie (dir.), Distinction et superiorité sociale, Caen, CRAHM, 2010, p. 123-145.

5 Outre le contexte démographique (essor au XVIIe siècle, stagnation plus ou moins déclinante au XVIIIe siècle), plusieurs facteurs de différenciation existent : effets de la réformation de la noblesse, fermeture officielle du parlement aux roturiers, évolution du marché de l’office, accroissement du rôle des états sur fond d’exigences fiscales de la monarchie, et, last but not least, conséquences de l’incendie de 1720.

6 Gauthier Aubert, « Robe seconde », art. cit.

7 Jean-Luc Laffont, « L’exploitation des archives notariales. Jalons historiographiques », in Scarlett Beauvalet, Vincent Gourdon, François-Joseph Ruggiu (dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Paris, PUPS, 2004, p. 65.

8 Arch. mun. Rennes, GG 320 pour celui de 1618 ; 1 035 pour celui de 1629. Ce dernier a déjà donné lieu à une première analyse d’Alain Croix (La Bretagne, op. cit., t. I, p. 719-741).

9 Le rôle de 1629 est cependant beaucoup plus soigné (il est d’ailleurs relié) et présente une certaine homogénéité formelle que l’on ne retrouve pas autant dans le rôle de 1618 où cohabitent des cahiers très bien renseignés en termes sociologiques et d’autres où il n’y a que très peu d’indications en dehors du nom et du montant à payer, y compris pour des cinquantaines de la haute ville (le cahier de la cossue et marchande rue Neuve est ainsi très pauvre).

10 Entre 1618 et 1629, le parlement a demandé à plusieurs reprises que soit réformé le rôle des taxes pour les pauvres, sans que l’on connaisse le résultat de ces demandes (Hervé Tigier, La Bretagne de bon aloi, Rennes, Parchemin, 1987, p. 518-519).

11 François Lebrun, « L’évolution de la population de Rennes au XVIIe siècle », Annales de Bretagne, 1986, p. 249-255 : estimation pour 1616-20 : 34 700 hab. ; pour 1626-30 : 37 400 hab.

12 D’après Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 736, confirmé par l’allusion à un paiement « par quartier » dans le rôle de 1618 et par un arrêt sur le sujet de 1614, où il est question de quêtes trimestrielles (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 230).

13 Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 719-721. L’arrêt de 1614 est très clair sur ce point (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 230).

14 L’arrêt de 1614 cité ci-dessus laisse entrevoir également la concurrence entre cette forme de charité encadrée et les aumônes manuelles (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 230).

15 Pierre Deyon le souligne au sujet de la taxe des pauvres d’Amiens de 1625 (Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle. Amiens, capitale provinciale, Paris-La Haye, Mouton, 1967, p. 243).

16 Ainsi en 1618, 80 procureurs sont taxés 15 sols, et 31 autres 24 sols. Dans le même rôle, sont mentionnés côte à côte deux commis du greffe du palais présentant exactement les mêmes qualificatifs et taxés pour l’un 24 s. et pour l’autre 18 s., l’écart pouvant s’expliquer en particulier par le fait que le premier reçoit des émoluments comme greffier de l’hôtel de ville.

17 Dans un contexte qui voit les « pauvres honteux » connaître un certain succès chez les donateurs (Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. II, p. 1130).

18 À cet égard, Alain Croix, souligne qu’il faut distinguer les réticences individuelles et collectives, ces dernières étant selon lui « minimes » dans le cas des parlementaires (op. cit., t. I, p. 739). On trouve un témoignage de cet écart dans un arrêt de 1615, où la cour s’émeut du fait que trop de gens, dont les plus riches, « se sont taxez trop modérément… à des sommes si petites qu’ils devroient avoir honte » (cité par Hervé Tigier, op. cit., p. 518).

19 « Sur la requeste présentée au bureau nous avons modéré la taxe [de 6 s.] dudit Lesné à 3 sols après avoir ouy Me René Chauviry capitaine et le dizenier » ; « Escuyer Charles Chouart sieur de la Porte… sera conféré avec luy par le caporal… s’est taxé 48 sols ».

20 On verra ci-dessous qu’une incertitude plane quant à l’identification de ce personnage (La Bretagne d’après monsieur Dubuisson-Aubenay, Alain Croix (dir.), Rennes, PUR-SHAB, 2006, p. 128).

21 Les personnes les plus fortement taxées vivent dans les quartiers de la haute ville, et les moins taxées dans les faubourgs et la basse ville inondable. La confrontation avec la carte où sévit la peste en 1605-1606 est extrêmement parlante (Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 342). Par ailleurs, si l’on considère que le taux de resquilleurs et de généreux (quelles qu’en soient les raisons) est également réparti dans la société, on peut faire confiance à une approche qui privilégie la hiérarchie, les moyennes et accessoirement les écarts.

22 Pierre Deyon, op. cit., p. 258-260.

23 Sans oublier bien sûr que cela permet de gommer les cycles de vie.

24 41 % en 1618, 37 % en 1629.

25 10 % en 1618, 18 % en 1629.

26 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, A. Colin, 2003, p. 110-113.

27 Rappelons que nous travaillons ici parfois avec peu de données, soit pour ceux taxés plus de 40 sols :
Image
(chiffre à droite : 40-64 s. ; chiffre à gauche : 4 l. et plus).

28 Le groupe « parlement » exclut les officiers inférieurs de la cour (greffiers, notaires-secrétaires, huissiers). J’ai utilisé, quand c’était possible, les chiffres fournis par Alain Croix.

29 Ex aequo avec une autre sur laquelle nous reviendrons.

30 La présidente fait partie des cas dont on sait avec certitude qu’elle a fixé elle-même le montant qu’elle devait payer.

31 Onze personnes sont taxées 4 livres 16 sols, huit 4 l. 10 s. et six 4 l.

32 En 1618 : mesdames de Cicé (4 l. 10 s.), de Coëtlogon (4 l. 10 s.), de Bregel (60 s.), le sieur de Talhouet (4 l. 10 s.) ; en 1629 : mesdames de Guersans (48 s.), de Launay-Ravilly (48 s.), de Mesneuf (4 l. 10 s.), d’Argentré (6 l.), de Coëtlogon (4 l.), de Francheville (4 l. 10 s.), le marquis de Kermeno (6 l.) et l’abbé de Lescu (4 l.). D’autres nous ont certainement échappé.

33 Gauthier Aubert, « La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais », Histoire urbaine, déc. 2001, p. 127-141.

34 Emmanuel Le Roy Ladurie, dans Histoire de la France urbaine. La France classique de la Renaissance aux Révolutions, Paris, Seuil, 1980, p. 391-406 ; une lecture critique : Gauthier Aubert, « La noblesse et la ville » art. cit. Notons d’ailleurs que, dans cette première moitié du XVIIe siècle, le nombre de nobles (ou se considérant comme tels) doit être beaucoup plus important, puisque des avocats ou même des procureurs peuvent alors se dire « écuyer ». Sur cette question : Thierry Dutour, « Les nobles et la ville dans l’espace francophone (XIIe-XVIe siècle), ou pourquoi poser un problème résolu depuis trois cents ans », Histoire urbaine, déc. 2007, p. 153-170.

35 Un vicomte en 1618, taxé 48 sols ; un vicomte et deux marquis en 1629, taxés 6 livres. À cette date, on relève aussi la présence d’une dame de Molac, taxée 4 livres 16 sols, d’une des plus grandes familles de la province.

36 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Impr. de la Manutention, 1991, t. I, 445-447. Un processus exactement comparable (installation partielle en ville précédant l’entrée au palais) peut être repéré quelques années plus tard avec les Robien (Gauthier Aubert, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 129-130).

37 Pour comparaison : Maurice Virieux, Le Parlement de Dauphiné au XVIIe siècle. Étude sociale, thèse d’État, Paris IV Sorbonne, 1980, p. 52-59 ; Monique Cubells, La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, 2002, p. 101-111.

38 D’après Frédéric Saulnier, op cit.

39 Michel Nassiet, « Noblesse et offices de justice en Bretagne au XVIe siècle », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 1994, no 3-4, p. 9-15. L’installation du parlement à Rennes a certainement joué un rôle, l’éloignant des bourgeoisies nantaises, angevines et poitevines, et le rapprochant des zones de forte densité nobiliaire du nord-est de la Haute-Bretagne.

40 Comme le notait à la même époque le Parisien Pasquier, la ville permet « amitiez, obligations, alliances de personnes que nous acquérons tous les jours : ce que les champs ne nous apportent » (cité par George Huppert, Bourgeois et gentilshommes. La réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1983, p. 150).

41 Bertrand Hardy, Marguerite d’Angennes, 1580-1662, Société Archéologique de Saint-Sulpice-la-Forêt, s. l. n. d.

42 Alain Croix, La Bretagne, op. cit., t. I, p. 729, t. II, p. 992.

43 James Collins, « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis colporteur », in Françoise Bayard, (dir.), Les finances de l’Ancien Régime : les financiers provinciaux sous l’Ancien Régime, Paris, CHEFF, 2002, p. 211-223.

44 Le père du greffier était, semble-t-il, simple procureur (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 505-508). Le sieur Huart paie en 1618 sa part propre « en la cour ». Il est décédé en 1623.

45 Dont les parents étaient, en 1565, dits « honorables gens ».

46 De manière secondaire, il faut aussi noter que son mari était capitaine de la rue aux Foulons, formant la « compagnie colonelle » de la milice bourgeoise, la première en dignité. Comme pour la première présidente, c’était donc là peut-être aussi une manière de montrer l’exemple de la part d’une des premières dames de la ville.

47 Ibid., p. 121.

48 Alors qu’il le fait pour les autres hôtels quand leur propriétaire est parlementaire.

49 Ibid., p. 309-312. L’ascension a ceci de remarquable que le grand-père du parlementaire était un simple procureur au parlement, anobli il est vrai en 1610 pour services rendus au moment de la Ligue.

50 Ibid., p. 431-432.

51 Ibid., p. 474, et t. II, p. 645. Le père de Guitton était payeur des gages du parlement.

52 Il s’agit, bien sûr, de chiffres minimum, car bien des personnages que je ne suis pas encore parvenu à identifier pourraient s’avérer proches des marches du palais alors en construction.

53 James Collins, op. cit., p. 108, 130. Son analyse rejoint celle de Roland Mousnier pour la Normandie (La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, PUF, 1971, p. 543-553). Le même constat est fait à Grenoble par Maurice Virieux, op. cit., p. 52-74.

54 Qui rappelle, de manière cependant plus appuyée, ce qui a pu être observé à Rouen et à Aix (Roland Mousnier, op. cit., p. 560-563 ; Monique Cubells, op. cit., p. 111).

55 La question reste néanmoins ouverte de savoir si la rupture entre parlement et présidial est lisible en termes d’écarts de fortunes croissants, ou bien s’il s’agit « juste » d’une cassure dans le processus du passage de l’une à l’autre cour, sur fond de déclin de la dignité présidiale, ce que j’aurais tendance à penser.

56 Leur père était conseiller au présidial (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 183 ; René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Rennes, Plihon, 1886-1907, t. VII, p. 171). Appartenant à la même famille sans que l’on puisse cependant précisément les relier, la veuve Bunel de Touche-Grippée est, quant à elle, taxée 60 sols en 1618.

57 Frédéric Saulnier, op. cit. t. I, p. 193 sq.

58 Son père, également avocat, est cependant taxé 4 l. 16 s. en 1618 dans la rue de la Charbonnerie, où en 1629 sa veuve n’est plus imposée que 45 s. L’addition de la taxe payée par la mère et de celle payée par le fils nous rapproche du montant que payait le père.

59 Des avocats ont aussi le droit d’accéder aux assemblées municipales, comme le montrent les listes municipales de 1629 (Arch. mun. Rennes, BB 515, fol. 4) où sont nommés Godart du Plessix (taxé 48 s.), Amette de la Rouxelais (taxé 45 s.), Rallier de Pierrefitte (45 s.), Frangeul (16 s.) et Frain de la Gaudaye (15 s.).

60 La profession est connue soit par les rôles, soit par les registres de délibération de la communauté de ville (Arch. mun. Rennes, BB). J’emploie ici par commodité le terme d’« échevin », bien que celui de « bourgeois » soit le plus souvent usité à cette époque.

61 Il semble, en effet, qu’elle soit la veuve d’un échevin entré en 1599, Pierre Avenel, qualifié alors de « sire » dans les registres de la ville (Arch. mun. Rennes, BB 485, fol. 86), qualificatif qui renvoie au monde marchand (même si le rôle de 1618 montre qu’un garde de la monnaie – il est vrai membre de la confrérie des marchands – et un hôte pouvaient être ainsi qualifiés).

62 Paiement en 1629.

63 Tous les ans, deux nouveaux échevins entrent au sein de la communauté de ville.

64 Même montant en 1618.

65 Trouillot n’est taxé que 24 sols en 1618, à une époque où il était déjà substitut du procureur syndic, mais depuis deux ans seulement. Selon Dubuisson-Aubenay, le substitut a 1 200 livres de gages et pas d’autres émoluments ; il indique également que, pour exercer cette fonction, « il faut estre procureur postulant en la cour de parlement et homme d’affaires. Aucuns veulent que de plus il soit gentilhomme » (Amédée Bourdault (dir.), « Journal des États de Bretagne tenus à Nantes en 1636 par Dubuisson-Aubenay », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, 1927, vol. 67, p. 358 ; Michel Duval, Messieurs les syndics aux États de Bretagne, Rennes, 1999, p. 36). Ce futur météore municipal se sentait peut-être isolé, seul de son nom dans une liste d’échevins où les mêmes patronymes se retrouvent en grappes.

66 Ce dernier est taxé pour 4 l. en 1629 avec sa femme la veuve Bazin, ce qui relativise en partie le poids de sa contribution, car il payait déjà 60 sols en 1618. Il était aussi substitut du procureur syndic de la communauté de ville.

67 Gauthier Aubert, « Robe seconde », art. cit. et « Les avocats », art. cit.

68 Cité par Jacques Brejon de Lavergnée, « Justice et pouvoir municipal à Rennes aux XVIe et XVIIe siècles », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1984, t. LXXXVI, p. 25. Les indications fournies par Hervé Bougerie montrent par ailleurs l’importance de l’élément marchand parmi les personnes occupant des fonctions municipales au XVIe siècle, en particulier celles correspondant au futur échevinat (voir Hervé Bougerie, Rennes au XVIe siècle (1500-1530). La ville, ses hommes, son administration, sa défense, mémoire de maîtrise J.-P. Leguay (dir.), Rennes 2, 1973, p. 205-212).

69 Arch. mun. Rennes, 11 Z 120 et 131 : comptes de la confrérie des marchands merciers, années 1618 et 1629.

70 Voir également la reconstitution des alliances Bougret-Avril-Gardin par Yves Breton, op. cit., p. 18.

71 Gauthier Aubert, « Gilles de Languedoc (1640-1731), bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté de ville et son Recueil historique », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 225-246 ; Christelle Gicquel, Les marchands merciers de la ville de Rennes au XVIIe siècle, mémoire de DEA, A. Croix (dir.), Rennes 2, s. d, p. 145-147.

72 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers (suite) », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CI, 1998, p. 176 et 187.

73 Ibid. : soit Aubert, Bigaillon (?), Deshayers, Drouet, Gardin et Oren.

74 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. C, 1997, p. 94.

75 J’en recense 142 dans le rôle de 1618.

76 Alain Croix, coord., op. cit., p. 125.

77 Jean Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, Apogée, 1994, p. 10-15, qui montre aussi que la ville se trouve de plus, et bien davantage que Vitré, au cœur d’un bassin de terres propices à la culture du lin et du chanvre. Voir également Jacques Bottin, « Les toiles de l’Ouest français au début de l’époque moderne », ABPO, 2000, p. 16-27 et Yann Lagadec, Delphine Pointeau, « La protoindustrie textile dans les campagnes des environs de Vitré (XVIe-XIXe siècles) : un modèle spécifique de production ? », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXIV, 2006, p. 182-208. L’allusion de Dubuisson-Aubenay semble être un raccourci englobant Vitré.

78 Christelle Gicquel, op. cit., p. 11.

79 Jean-Luc Tulot, Familles protestantes de Haute-Bretagne au temps de l’édit de Nantes, Nantes, CGO, 1998, p. 379-380.

80 Ibid., p. 396-397.

81 Ibid., p. 312, 454-455.

82 Un autre devient receveur des tailles dans l’élection de Paris en 1669.

83 Ibid., p. 312. La liste des huguenots de 1613 fait aussi allusion à un « Thierry » horloger venu d’Allemagne, et la taxe de 1629 signale un horloger du nom de « Diric » ou « Dirit », sans doute le même, ce qui semble renvoyer aux difficultés de transcription de noms à consonance germanique.

84 Arch. mun. Rennes, BB 530, fol. 5 ; Yves Breton, op. cit., p. 17-18.

85 La différence est nette avec Nantes, où les grands marchands disputent le haut du pavé au monde de l’office, y compris parlementaire (Dominique Le Page, « Une taxe levée par le duc de Mercœur au temps des guerres de la Ligue : Nantes en 1592-1593 », in Dominique Le Page, (dir.), Usages et images de l’argent dans l’Ouest Atlantique aux Temps modernes, Nantes-Rennes, CRHIA-PUR, 2006, p. 33-34). On attend pour Rennes les résultats de la thèse en cours de Mathieu Pichard.

86 Jean-Pierre Leguay, Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest France, 1982, p. 331 ; Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 114-126. Thierry (ancêtre de Mme de Poigny) est la figure la plus remarquable d’un dynamique milieu dont l’horizon est ponctuellement européen et dont les connexions avec les marchands vitréens sont possibles (voir sur ce point les remarques de Daniel Pichot, in Daniel Pichot, Valérie Lagier, Gwénolé Allain (dir.), Vitré. Histoire et patrimoine d’une ville, Paris, Somogy, 2009, p. 48-49).

87 Sauf erreur, et de manière révélatrice, aucun marchand rennais n’a migré vers Saint-Malo, à la différence de certains Vitréens, comme les Nouail, les Seré et peut-être les Magon (André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, t. II, p. 855, 857, 859).

88 Yann Lagadec, Delphine Pointeau, art. cit., p. 184 ; Gwénolé Legoué-Sinquin, Les marchands de toiles de Vitré (1550-1601), mémoire de master, P. Hamon (dir.), Rennes 2, 2009, p. 120-156.

89 Possible indice de la précocité relative de l’effacement commercial rennais : Jacques Bottin (art. cit., p. 25) ne signale pas de Rennais à Rouen en 1570-80, mais bien des Vitréens, des Malouins et des Lavallois.

90 Liens au demeurant problématiques car apparemment limités à quelques protestants : la rupture religieuse a-t-elle pu être un frein à la constitution d’un milieu marchand dynamique ?

91 Cinq cas de logis loués nommément cités par Dubuisson-Aubenay, dont celui du sieur de la Touche-Lecomte, marchand et échevin, propriétaire d’une bâtisse achevée à la Saint-Martin 1629, ce qui peut expliquer pourquoi dans la taxe levée à l’été de la même année, il n’est encore taxé que 18 sols (Bruno Isbled, op. cit., p. 100). Ces établissements pourraient être à rapprocher de la pension Le Prevost de Rouen (Madeleine Foisil, Le sire de Gouberville, Paris, Flammarion, 1986, p. 212-213). Sur la question de la semi-résidence des magistrats : Gauthier Aubert, « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennais (XVIe-XVIIIe siècles) », ABPO, 2003, p. 205-220.

92 À cet égard, Ruellan, qui, disait-on, avait commencé sa carrière dans les toiles, et l’a finie dans les finances publiques avant de placer son fils au parlement, s’il respecte finalement le schéma classique, n’en constituerait pas moins une exception. Les financiers des états sont alors plutôt à chercher du côté de Nantes, voire de Paris (James B. Collins, op. cit., p. 224-235, 367-369). Le contraste semble évident avec la capitation de 1706, qui recense à Rennes une vingtaine de gens de finance taxés 100 livres et plus, derrière le trésorier des états Michau, issu d’une famille de banquiers, somptueusement capité pour 1 500 livres (Arch. mun. Rennes, CC 713). Faut-il voir ici l’effet d’un basculement en faveur de Rennes qui serait la conséquence de l’importance acquise par les banquiers rennais grâce au marché local de l’office, dans le contexte d’accroissement des exigences fiscales de la monarchie ?

93 Les charges de conseillers oscillaient déjà autour de 50 000 livres vers 1630, et approchaient déjà les 90 000 livres vers 1635 (Frédéric Saulnier, op. cit., p. xxxix) ; un constat cependant moins euphorique est exprimé par les de Thou, qui se plaignent de l’atonie du marché rennais (Philippe Hamon, « La chute de la maison de Thou : la fin d’une dynastie robine », RHMC, 46-4, 1999, p. 78).

94 À Rouen et Grenoble, l’arrivée de fils de marchands existe, mais est relativement rare (Roland Mousnier, op. cit., p. 556 ; Maurice Virieux op. cit., p. 59).

95 Comme le montrera la captation partielle du fabuleux pactole malouin par voies matrimoniales quelques décennies plus tard (André Lespagnol, op. cit.). Avant cela, une petite enquête menée chez les notaires rennais pour les deux années 1665-66 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E) montre que les plus grosses dots (40 000-60 000 livres) viennent de la noblesse plus ou moins parlementaire et concernent des mariages nobles ; dans la strate en dessous, des filles de marchands rennais (et échevins) peuvent être dotées autour de 30 000 livres, ce qui est assez élevé, et leur permet d’ailleurs d’épouser des nobles, mais non des parlementaires, ni même des Rennais, comme si un peu d’éloignement ne nuisait pas. Il était, en effet, d’autant plus difficile pour les bourgeois rennais de placer des filles sur le marché matrimonial nobiliaire local que chacun pourrait attester que telle « marquise qui fait tant la glorieuse » avait « ses deux grands pères [qui] vendaient du drap » (Le Bourgeois gentilhomme). Même avec leurs solides arguments et l’éloignement géographique, les Malouines parlementaires feront l’objet de quelques moqueries au début du siècle suivant.

96 Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1966, t. II, p. 932-934.

97 Amédée Bourdeault, art. cit, p. 363. Il s’agissait du conseiller de Brenugat, effectivement conseiller au parlement de Bourgogne avant de passer à celui de Rennes. En 1623, les Caquets de l’accouchée (Paris, 1855, p. 104) en indiquant que tel fils d’apothicaire refusé au parlement de Paris pourra bien l’être à celui de Rennes, semble évoquer la situation telle qu’elle existait avant la mutation en cours dans la première moitié du XVIIe siècle, même si la cour rennaise pouvait encore constituer une étape dans une ascension parlementaire orientée vers Paris (Philippe Hamon, art. cit., p. 78).

98 Loïc de Courville, art. cit. (1998), p. 203 ; Gilles de Languedoc, Recueil historique, 1724, (dir.) dactyl. 1993, p. 156-165.

99 Arch. mun. Rennes, BB 512, fol. 9 et BB 23.

100 Bruno Isbled, op. cit., p. 79 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 1084 ; Alain Croix, coord., op. cit., p. 125 et 128.

101 Un tiers de ces inconnus sont des femmes, en 1618 comme en 1629.

102 Voir les nombreux cas assortis de la mention « estant en ville ». Ainsi ce sieur Lecomte de Guérinais, taxé 48 sols en 1618, et dont le fils (?) devient procureur syndic en 1658.

103 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 113 sq.

104 Jacques Brejon de Lavergnée, art. cit., p. 32-33.

105 Arch. mun. Rennes, BB 515, fol. 4.

106 Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 229-230.

107 René Kerviler, op. cit., t. XIV, p. 361.

108 C’est l’ancêtre direct du célèbre constituant (Michel Duval, op. cit., p. 55 ; Prosper Levot (dir.), Biographie bretonne, Vannes-Paris, 1857, t. II, p. 209). Frédéric Saulnier n’indique pas de lien avec Françoise Trouillot, épouse d’un financier des états, Ferret, dont le fils devient parlementaire en 1672 (op. cit., t. I, p. 357). L’étude sur ce milieu attend encore son historien.

109 Loïc de Courville, art. cit. (1998), p. 152.

110 Gauthier Aubert, « Des difficultés d’être “le premier au village” en Bretagne au XVIIIe siècle », in Josette Pontet, Michel Figeac, Marie Boisson (dir.), La noblesse de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, p. 55-66.

Table des illustrations

Légende Hiérarchie du paiement de la taxe par groupe (1618).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Hiérarchie du paiement de la taxe par groupe (1629).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540