Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Jean-Christophe Fichou

Conclusion

Texte intégral

1La pêche française a subi des pertes importantes du fait de la guerre ; les flottilles morutières de Terre-Neuve et d’Islande ou haranguière de la mer du Nord connaissent une interruption totale de leur activité durant les dernières années de l’Occupation. Les pertes intéressent aussi les grands ports de chalutage comme Lorient ou La Rochelle qui abritaient les bâtiments les plus puissants et les plus modernes, réquisitionnés par la Marine nationale en 1939, puis par la Kriegsmarine en 1940. Ces grandes unités ne participent plus à l’effort national de capture. Les pertes dues aux difficultés d’avitaillement en combustible, en huile, en pièces de rechange, en toile à voile, en fils de coton, en filets, en rogue… sont aussi très importantes, bien que les marins fassent naviguer leurs bateaux jusqu’à la plus extrême limite d’usure. Les pertes consécutives aux problèmes de l’écoulement des produits de la mer et de leur transport vers les grands centres urbains de l’intérieur du pays sont aussi à prendre en compte. Enfin, les restrictions de sorties imposées par les autorités allemandes n’ont pas favorisé les pêches maritimes bretonnes, mais elles ne les ont jamais strictement interdites pendant toute la durée de l’Occupation.

2Dès l’installation des troupes allemandes en France, le gouvernement de Vichy est confronté aux exigences des vainqueurs ; l’essentiel des ressources alimentaires du pays doit être destiné à la Wehrmacht et au ravitaillement du Reich. Les produits de la mer sont compris, bien entendu, dans le butin, bien que les prélèvements allemands ne soient pas très importants, sinon sur les conserves et les crustacés de luxe. Après 1942, les besoins et les revendications allemandes s’accroissent ; il s’agit de tirer de la mer tout ce qui peut s’avérer utile pour mener la guerre à l’Est. Les autorités occupantes ont donc tout intérêt à favoriser la pêche dont ils sont les premiers bénéficiaires. Il y a des interdictions de sorties, certes, mais ponctuelles, locales, et rapidement levées si les fautes des pêcheurs sont vénielles. Et même s’ils craignent une multiplication des départs vers l’Angleterre, les Allemands encouragent toutes les flottilles à prendre la mer dans la certitude de récupérer la majeure partie des captures.

  • 1 Cépède Michel, Agriculture et alimentation…, op. cit., p. 63.
  • 2 Burdeau François, Histoire de l’administration française…, op. cit., p. 203.

3De son côté, le gouvernement de Vichy cherche à créer un monde nouveau et pour lui, les marins pêcheurs représentent une population qu’il convient de flatter car elle correspond à un idéal, fantasme de quelques amiraux et du secrétariat d’État à la Marine. Les Allemands n’opposent aucun obstacle à cette promotion des marins pêcheurs mais ce qui les intéresse demeure avant tout l’intensification de la production halieutique1. Protégés, aidés, soutenus, les pêcheurs, plutôt rétifs et opposants à toute réglementation autoritaire, bénéficient de conditions d’existence moins difficiles que celles de la plupart de leurs compatriotes. Dans la mesure où ils peuvent naviguer en relative tranquillité, surtout en Bretagne, ils mettent à profit des circonstances exceptionnelles pour sortir, travailler et vendre un produit de plus en plus rare et donc de plus en plus cher. Tout se mange, tout se vend, donc tout se pêche, même si le danger est permanent. Jusqu’en 1942, les captures importantes permettent aux pêcheurs de vivre dans des conditions convenables ; la situation se dégrade inéluctablement durant cet hiver-là comme l’attitude des marins pêcheurs qui devient beaucoup plus réservée à l’égard du régime de Vichy dont ils essaient de contourner les règlements. Ils continuent de vivre sous une forme particulière de démocratie locale sous un régime général de « centralisation autoritaire quasi absolue2 ».

  • 3 Nicholson Harold, « Au retour d’un voyage en France », The Spectator, 16 mars 1945, cité dans Robe (...)

4Pendant toute l’Occupation, « l’atmosphère même de la France a été empoisonnée par la méfiance et l’incertitude, par l’humiliation et le doute de soi, par la honte et par la peur », que les pêcheurs, comme l’ensemble de la population, endurent tout en continuant leurs activités. Les beaux jours de la Libération sont éphémères et la France épuise « ses capacités d’enthousiasme » très rapidement3. Le départ des occupants n’a pas permis aux pêcheurs de connaître une amélioration significative de leur situation, ni même de retrouver le nécessaire dont ils ont été privés pendant quatre années. Les effets de la guerre, loin d’être gommés, semblent à peine estompés si l’on considère le manque d’avitaillement et les interdictions de sorties édictées par les autorités américaines. Le système des cartes de rationnement perdure comme aux plus mauvais jours de l’Occupation et la crise du ravitaillement s’aggrave après le terrible hiver 1944-1945.

  • 4 SHD Marine Brest, 2 P-12, Brest, le 2 février 1945, l’administrateur Georgelin.

Il règne sans contredit un malaise certain dans la population maritime. Les gens de mer pensaient fermement que la Libération leur apporterait les facilités qu’ils avaient connues avant 1939. Ils oublient les nécessités de la guerre et s’étonnent de voir les contingents de matériels, d’approvisionnements, demeurer aussi réduits que pendant l’occupation allemande4.

  • 5 AD Finistère, 45 WK 33. Répartition des produits industriels, 1946-1949.
  • 6 Archives départementales de la Vienne. Sous-série 116 W, Ravitaillement général, mars 2006, p. 5.
  • 7 Archives CCI Quimper, séance du 8 mars 1945, le président.
  • 8 Paxton Robert, La France de Vichy, Paris, le Seuil, 1997, p. 372.

5En Bretagne, la période de rationnement et de répartition forcée ne cesse qu’en 1949, traduite par la disparition de la direction de Rennes5. Le décret du 18 janvier 1950 entérine la disparition des services du Ravitaillement général. C’est la fin d’une décennie de pénuries, de restrictions, de limitations de sorties et de fixation des prix qui ont nécessité une législation et une organisation économique sans précédent en France6. Par suite de l’ampleur et de la multiplicité des problèmes abordés, l’étude de la réorganisation du marché du poisson demande un temps appréciable, mais la situation de l’époque exige déjà des « mesures de sauvegarde7 ». Beaucoup vivent la fin du conflit comme le dénouement d’une longue tranche d’histoire ancienne ; la coupure nette infligée par cinq années de guerre, de privation, d’humiliation, offre l’occasion de changer complètement de direction et de tenter de s’adapter à une situation appelée à coup sûr à se modifier en profondeur. Dans les faits, « on s’aperçoit qu’il y a probablement continuité beaucoup plus que rupture entre Vichy et les gouvernements qui lui succèdent8 », en particulier dans le domaine des pêches maritimes.

  • 9 Couteau-Bégarie Hervé, L’Histoire maritime en France, Paris, Economica, 1997, p. 91.
  • 10 Fussell Paul, À la guerre : psychologie et comportements pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris (...)

6Nous avons entrepris une étude aussi minutieuse que possible d’une période de l’histoire des pêches, « un secteur malheureusement trop souvent oublié9 », en nous fondant sur l’analyse d’un corpus d’archives volumineux et facile d’accès, mais inexploité jusqu’à nos jours. Nos conclusions vont à l’encontre de la présentation conventionnelle des faits, répétée souvent par manque de curiosité, ignorance des sources et méconnaissance du sujet. Le public a pu se satisfaire d’un récit plausible, nous avons essayé ici de rééquilibrer la balance10 en restituant une réalité historique vérifiable par tous.

Notes

1 Cépède Michel, Agriculture et alimentation…, op. cit., p. 63.

2 Burdeau François, Histoire de l’administration française…, op. cit., p. 203.

3 Nicholson Harold, « Au retour d’un voyage en France », The Spectator, 16 mars 1945, cité dans Robert Jean-Louis (dir.), Le XXe siècle, histoire contemporaine, Paris, Bréal, 1995, p. 280.

4 SHD Marine Brest, 2 P-12, Brest, le 2 février 1945, l’administrateur Georgelin.

5 AD Finistère, 45 WK 33. Répartition des produits industriels, 1946-1949.

6 Archives départementales de la Vienne. Sous-série 116 W, Ravitaillement général, mars 2006, p. 5.

7 Archives CCI Quimper, séance du 8 mars 1945, le président.

8 Paxton Robert, La France de Vichy, Paris, le Seuil, 1997, p. 372.

9 Couteau-Bégarie Hervé, L’Histoire maritime en France, Paris, Economica, 1997, p. 91.

10 Fussell Paul, À la guerre : psychologie et comportements pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Le Seuil, « Points histoire », 2003, p. 9 (1re éd. 1992).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540