Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Jean-Christophe Fichou

Chapitre VI. La conserverie de poisson : une activité sinistrée pendant la guerre ?

Texte intégral

  • 1 Fichou Jean-Christophe, « La Conserverie de poisson 1939-1945 : une industrie sinistrée ? », Guerr (...)
  • 2 Archives CCI Lorient, Registre des séances, septembre 1939, p. 32.

1À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’industrie française des conserves de poisson emploie entre 15 000 et 20 000 ouvrières et ouvriers répartis dans 160 à 170 usines implantées de Lannion à Saint-Jean-de-Luz. Ces usines font vivre 40 000 pêcheurs, soit la moitié des équipages français embarqués1. Pendant les années 1936, 1937 et 1938, les conserveries de poisson des côtes bretonne, vendéenne et basque travaillent une moyenne de 20 000 tonnes de sardines fraîches et une quantité équivalente de thons, de maquereaux et de sprats chaque année, soit le sixième des pêches françaises. Les menaces de guerre ont déjà poussé le ministère de la Marine à mettre en place une organisation plus rationnelle des marchés et de la pêche ; il demande aussi aux conserveurs de moderniser leurs équipements pour traiter des quantités plus importantes de sardines. Les usines tournent à plein régime. Le ministère de l’Armement reconnaît lui-même que les « grosses affaires peuvent à peine suffire aux besoins de l’armement2 ». Dès le début du conflit, des difficultés d’approvisionnement apparaissent mais la situation industrielle des conserveries de poisson n’est pas modifiée profondément pendant l’Occupation ; les usines continuent de fournir des boîtes, seule la clientèle a changé. Dorénavant la quasi-totalité de la production est destinée à l’Allemagne et à ses armées.

Un conflit rémunérateur

  • 3 Archives Syndicat des conserveurs de Bretagne, Paris, le 19 février 1940, circulaire no 4 544, Mob (...)
  • 4 Le capitaine Guénin, du « détachement des Forges ».

2Devant les difficultés grandissantes en matière d’approvisionnement — en poissons, en huile, en fer-blanc et en combustible —, de recrutement de main-d’œuvre, d’affectation des dirigeants d’entreprise et des techniciens, le Ravitaillement général, après consultation du ministère de l’Agriculture, décide de mobiliser toutes les conserveries de poisson « susceptibles de contribuer efficacement au ravitaillement de la population civile et dont le maintien en activité exige des facilités particulières en matière d’approvisionnement et de main-d’œuvre3 ». Dès le mois de septembre 1939, les services du gouvernement prennent en main l’organisation de l’ensemble de la filière des conserves de poisson, devenues marchandises stratégiques. Ainsi la part de poisson réservé aux usiniers est décidée chaque mois par décret ; le fer-blanc des forges d’Hennebont fait l’objet d’une distribution contrôlée par un agent ministériel4.

Une activité soutenue

3De son côté, le ministère de l’Agriculture a déjà pris, à l’égard de la majorité des conserveries, une mesure consistant à les assimiler aux usines mobilisées et à les classer dans une catégorie qui leur assure des facilités de fonctionnement appréciables. Rappelons aussi que les salaires et, d’une façon générale, les conditions de travail, sont stabilisées dès la déclaration de guerre. Concrètement, cela signifie que les revendications ouvrières ne sont plus écoutées et deviennent progressivement déplacées puis illégales. La paix sociale est nécessaire par ces temps troublés et elle s’obtient de manière autoritaire :

  • 5 BO Marine, 1939-2, p. 1091.

Il ne paraît pas possible de maintenir en fonction les actuels délégués ouvriers, dans les rangs desquels, à côté de tant d’éléments sains, soucieux d’ordre et de collaboration, se sont glissés des hommes qui, ouvertement, ou de façon déguisée, se sont naguère réclamés, s’ils ne se réclament encore, des formations visées par le décret du 26 septembre portant dissolution des organisations communistes5.

  • 6 SHD Marine Brest, 8 P-63, Paris, le 27 mars 1940, le ministre de la Marine marchande.

4Les services des subsistances de l’Armée assurent pour leur part l’achat des produits pour les troupes mobilisées et demandent la livraison de 1 000 tonnes de conserves de poisson par mois, qui entrent dorénavant dans la catégorie « produits de la pêche, et comme tels, bénéficient pour leur transport du régime des transports d’intérêt national6 ». Ces commandes supplémentaires sont accueillies avec plaisir par les conserveurs qui attendent tous une progression accentuée de la demande et espèrent pouvoir doubler leur production :

  • 7 Union des fabricants de conserves de poisson, Rapport de la production à la consommation, Paris, f (...)

Pour l’année [1940] le Ravitaillement militaire pourrait consommer par mois 10 000 à 20 000 quintaux de conserves de poisson : soit environ 185 000 quintaux ou 740 000 caisses de sardines par an. Ce qui, ajouté à la consommation civile possible, nous porterait à envisager une consommation globale éventuelle, pour cette année, de près de 2 000 000 de caisses de sardines7.

  • 8 Rapport d’activité du Syndicat des conserveurs du Finistère, Quimper, le 22 janvier 1940.
  • 9 SHD Marine Brest, 2 P 1-19, Paris, le 11 octobre 1939, le directeur des pêches maritimes.

5Bien sûr l’effort de guerre exige quelques sacrifices et les industriels doivent supporter certains désagréments, respecter certaines contraintes, pour parvenir à fournir en temps et heure les militaires et respecter un règlement plus strict. Ainsi les prix sont fixés avant la campagne et les matières premières — fer-blanc, huile, charbon… — sont attribuées en fonction des capacités de chaque usine ; les prix de la sardine aussi sont encadrés. Les conserveurs se plient assez facilement à ces quotas dans la mesure où tous savent que « les demandes de l’Intendance sont illimitées8 » et que les stocks seront vendus sans difficulté. Dès l’annonce de la mobilisation générale, le directeur des pêches maritimes se préoccupe des mesures à prendre pour que « les fabriques puissent retrouver une activité suffisante pour faire face aux besoins9 ». Il est notamment prévu d’envisager la mise en sursis des techniciens d’usine si elle s’avère nécessaire pour la bonne marche de la conserverie.

  • 10 Archives FIAC, Joseph Angot, rapport de décembre 1939.
  • 11 SHD Marine Brest, 2 P 2-3, Quimper, le 25 septembre 1939, le préfet.

6En décembre 1939, se tient à Paris une grande réunion au siège de l’Union des fabricants ; ces derniers, conscients de l’insuffisance de la production nationale, « disproportionnée aux besoins normaux du pays, sans parler de la consommation militaire, et aux besoins des populations civiles réfugiées, privées de leur consommation habituelle d’élevage et de maraîchage familiaux », sont les premiers à demander aux pouvoirs publics l’élaboration d’un programme d’intensification de la fabrication métropolitaine10. Pour faciliter l’approvisionnement des marchés urbains, le gouvernement a déjà décidé de placer les conserves dans la catégorie des produits de la pêche. Les préfectures des départements maritimes sont aussi appelées à autoriser et favoriser les communications téléphoniques interdépartementales des abonnés les plus utiles à l’effort de guerre : une liste de mareyeurs et de conserveurs « offrant toutes garanties au point de vue national avec les numéros des personnes avec lesquelles il est nécessaire qu’ils puissent obtenir les communications téléphoniques11 » est publiée. Au cours de l’hiver 1939-1940, et pour la première fois, les usines bretonnes travaillent des sardines basques après la décision d’octobre 1939 d’intensifier la pêche sur cette côte pendant les mois d’hiver :

  • 12 Paris, le 26 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande.

Les conserves de poisson devant contribuer dans une très large mesure au ravitaillement des populations civiles, il est indispensable d’utiliser au maximum nos possibilités de fabrication. Il est apparu, dans ce but, qu’il conviendrait de mettre à même les usines des côtes bretonnes et vendéennes de traiter, pendant l’hiver, les sardines pêchées sur la côte basque12.

  • 13 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 8 novembre 1939, l’administrateur.
  • 14 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, décret du 3 avril 1940.
  • 15 Statistique des Pêches maritimes.

7Si les usiniers répondent favorablement à cette possibilité, les pêcheurs bretons, traditionnellement en période de repos, sont très rares à rejoindre le port d’Hendaye13. Dès le début de l’année 1940, les sollicitations se font plus précises et le décret du 30 avril organise la campagne sardinière sur le point de commencer. Il s’agit « d’assurer le maximum d’apport […et] de pousser au plus haut la fabrication des conserves par les usiniers14 » tout en fixant les prix pour éviter une hausse inconsidérée. En dépit des événements contraires, le bilan de la campagne de 1939 est jugé très satisfaisant ; 8 613 tonnes de thon blanc ont été pêchées, et presque toutes livrées aux usines, soit les mêmes apports que l’année précédente et plus qu’en 1936 et 193715.

8Les conserveurs profitent des circonstances pour régler un problème très ancien avec les pêcheurs sardiniers qui, depuis 1872, refusent avec énergie d’abandonner leurs filets droits traditionnels et d’utiliser des filets tournants, beaucoup plus efficaces. Leur position, très controversée et présentée comme passéiste par bon nombre d’observateurs, s’appuie sur la nécessité de maintenir un prix rémunérateur de la sardine. Ils sont persuadés, à juste titre, que l’emploi des sennes, ou bolinches, permettrait certes d’accroître les apports mais se traduirait par une baisse des cours et une diminution de la flottille et des équipages. Mais certaines usines fonctionnent au ralenti, les pêcheurs, moins nombreux car bon nombre d’entre eux ont été rappelés sous les drapeaux, ne rapportent pas assez de poissons. De plus, dès les premiers mois de guerre, ils ont dû faire face à une grave pénurie de l’indispensable appât, la rogue de Norvège et d’Allemagne, de plus en plus difficile à obtenir mais qui ne fera jamais totalement défaut (voir chap. 5).

Des produits recherchés

  • 16 AD Finistère, 4 S 364, situation au 15 septembre 1939, le préfet du Finistère.
  • 17 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 8 janvier 1940, le ministère de la Marine marchande au direc (...)

9Les autorités maritimes accordent une large tolérance aux équipages des chaloupes sardinières, notamment concernant leurs heures de sortie et d’entrée en principe surveillées depuis le début des hostilités16. Mais au début de l’année 1940, à la veille de la campagne sardinière, l’huile alimentaire se fait attendre et les entrepôts coloniaux deviennent hors d’atteinte ; l’huile d’arachide est rare et celle d’olive est introuvable. Les conserveurs font part de leurs inquiétudes aux autorités concernées lesquelles réagissent afin « d’assurer le déblocage des matières en cause et leur répartition en liaison avec le service du Ravitaillement17 ».

  • 18 Enquête sur les positions statistiques des unions françaises de conserves de poisson, Paris, mai 1 (...)
  • 19 Archives du Syndicat des conserveurs du Finistère, Quimper, le 16 octobre 1940.
  • 20 Archives personnelles ; factures des 4 mars 1939, 14 août 1940 et 8 novembre 1940.
  • 21 AD Finistère, 200 W 219, Crozon, novembre 1940, la gendarmerie, rapport de vol dans l’épicerie de (...)
  • 22 BO Marine, 1941-2, arrêtés prix des sprats et des maquereaux, 13 mai et 19 août 1941.
  • 23 AD Morbihan, 2 W 15824, Lorient, le 16 avril 1940, le sous-préfet.

10Tous les problèmes d’approvisionnement en matières premières ne sont pas pour autant réglés : les 8 300 tonnes de fer-blanc nécessaires pour la saison estivale n’arrivant toujours pas, Raoul Dautry, le ministre de l’Armement, préconise l’emploi de bocaux de verre. Les sardines ne parviennent plus non plus aussi facilement à quai : d’une part, 20 % des marins pêcheurs sont mobilisés et, d’autre, part l’essence est rationnée, les chaloupes ne peuvent effectuer convenablement leur pêche au large. Les camions de plus de deux tonnes de charge utile, réquisitionnés par l’armée, sont remplacés par des voitures particulières transformées en camionnettes, mais les transports ne sont pas faciles. Pourtant, et les statistiques le prouvent, la production atteint son plus haut niveau de la décennie en 1940. Cette année-là, plus de 201 usines travaillent sur le littoral atlantique alors qu’on en comptait 162 l’année précédente18 et toutes parviennent à remplir leurs boîtes, parfois avec des huiles nouvelles comme les 90 tonnes d’huile de palme à la disposition des fabricants du Finistère19. Ces difficultés aidant, les prix de vente des boîtes de conserves flambent mais les ménagères constituent des réserves par ces temps troublés et ne regardent pas à la dépense pour acheter un produit qui ne risque pas de se corrompre, bien au contraire. Les établissements Queinnec d’Audierne livrent la caisse de cent boîtes 1/8 au prix de 175 francs en mars 1939 ; la même caisse, achetée par le même grossiste brestois, vaut 295 francs le 14 août 1940 et 355 francs en novembre20 alors que les prix sont officiellement bloqués ! Les boîtes vendues à l’unité dans les épiceries coûtent entre 3 et 8 francs21. Le gouvernement autorise après coup les hausses de prix des conserves, pour les sprats en mai, pour les anchois en août22. Enfin, on commence aussi à emboîter des poissons de qualité secondaire, souvent inadaptés à la conserve, comme le congre ; il s’agit de conserves « expédiées pour la plupart en Suisse et en Italie et qui, très vraisemblablement, passent ensuite en Allemagne23 ».

  • 24 BO Marine, 1939-2, décret du 2 octobre 1939.
  • 25 Leroux Roger, Le Morbihan en guerre, 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch éditeur, 1978, p. 11.
  • 26 AD Finistère, 10 M 62. Quimper, le 8 février 1940, le capitaine de gendarmerie Le Thomas.
  • 27 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 19 mai 1940, l’administrateur Québriac.

11Les salariés, eux, ne profitent pas de cette croissance, bien au contraire. Par décret, le gouvernement, a porté de 40 à 45 heures le nombre d’heures légales de travail par semaine, au grand dam des ouvriers24. Le produit des cinq heures supplémentaires est versé à l’État pour la Défense nationale. Payées au tarif normal, elles permettent aux usiniers de rémunérer à moindre coût plus d’heures travaillées. Au début du mois de novembre 1939, les ouvrières de la conserverie Petitjean d’Hennebont commencent une grève qui cesse d’ailleurs rapidement. Les meneuses passent au tribunal le 17 novembre et sont condamnées à des peines de prison fermes25. Le 5 février 1940, les 120 ouvrières des usines Raphalen de Plounéour-Lanvern qui travaillent pour les Intendances de Nantes et de Brest se mettent à leur tour en grève et réclament des augmentations de salaires. Le 8 février, elles reprennent le travail sans voir obtenu gain de cause. Pourtant le capitaine de gendarmerie qui suit l’affaire reconnaît que les salaires versés sont notoirement insuffisants et obligent les ouvrières à vivre dans la misère26. Le gouvernement s’inquiète alors des éventuelles difficultés d’embauchage de personnel dans les conserveries, cette industrie « ayant pris un essor encore plus grand depuis le début des hostilités par suite de la mise en boîte accentuée de certains poissons », une crainte infondée puisque les usiniers « ont réussi dans l’ensemble » à trouver le personnel nécessaire pour répondre à la demande « les jeunes filles du pays bigouden quitt[a]nt l’école pour rentrer à l’usine »27. Les années suivantes et pendant toute l’Occupation, on ne note aucune difficulté particulière pour trouver la main-d’œuvre féminine traditionnelle.

12Pourtant les ennuis se précisent pour les usiniers et le Syndicat des conserveurs bretons s’inquiète. non parce que les troupes allemandes ont franchi les frontières et remporté la campagne de France, mais parce que, dès le mois de juin 1940, plus aucun billet de banque ne circule : l’impossibilité de payer les marins entraîne la suspension de la pêche :

  • 28 AD Finistère, 4 S 364, Quimper, le 26 juin 1940, l’administrateur du quartier maritime.

Les onze usines travaillant dans le quartier d’Audierne sont actuellement démunies de fonds et ne peuvent travailler. Ces établissements se sont trouvés dans l’obligation de payer leur personnel en nature (boîtes de conserve)28.

  • 29 Archives CCI Quimper, séance du 25 juin 1940, Marcel Chacun, vice-président de la chambre de comme (...)
  • 30 Archives CCI Lorient, séance de juin 1940.

13Les chambres de commerce de Quimper, Lorient et Nantes décident alors d’émettre des bons de paiement garantis par la Banque de France bien que certains membres pensent comme le vice-président, et conserveur, de l’assemblée quimpéroise « qu’il suffit d’attendre une quinzaine de jours la signature de l’armistice [laquelle] permettra la reprise des affaires29 ». La chambre de commerce de Lorient est plus ardente puisqu’elle donne à « M. le Président du Conseil l’assurance de sa plus entière collaboration […] pour mener à bonne fin la lutte entreprise contre l’hitlérisme30 », un engagement qui n’empêche en rien l’installation prévisible de l’armée allemande dans une France vaincue et occupée.

Un nouveau gouvernement apprécié

  • 31 Broder Albert, Histoire économique de la France au XXe siècle : 1914-1997, Gap, Ophrys, 1998, p. 9 (...)
  • 32 Archives CCI Lorient, Vichy, le 25 septembre 1943, le secrétaire général de la Police Bousquet.

14Le gouvernement de Vichy installé, les conserveurs s’inquiètent des premières mesures envisagées considérées comme trop dirigistes, mais ils ne tardent pas à comprendre que le nouveau régime prône une politique qui leur est favorable : les syndicats ouvriers, et tout particulièrement la CGT, sont dissous, le droit de grève est supprimé. De plus, pour lutter contre l’inflation, les salaires bloqués depuis le 10 novembre 1939 sont sévèrement contrôlés31. Les autorités allemandes ont accepté de laisser à la police française la complète initiative des mesures à prendre dans le domaine social et la responsabilité qui en découle « même lorsqu’il s’agit d’établissements travaillant pour le compte exclusif des Allemands32 ». Le secrétaire général de la Police ne veut en aucun cas déplaire et se charge de rappeler à ses hommes leur devoir et les ordonnances allemandes :

  • 33 AD Morbihan, 2 W 15821, Vannes, le 20 novembre 1941, le colonel Von Reisse, en application de l’or (...)

Quiconque nuit aux intérêts de l’occupation allemande en cessant le travail sans résiliation officielle du contrat de travail, […] en incitant autrui à cesser le travail sera puni de travaux forcés, de prison ou d’amende. Dans les cas les plus graves, la peine de mort peut être prononcée33.

15Le gouvernement demande officiellement à la police et à la gendarmerie d’intervenir énergiquement dans la répression des grèves, « manifestation collective formellement interdite par les textes législatifs en vigueur », mais dans les rares cas où les ouvrières de la conserve réclament des avantages, toujours salariaux, elles les obtiennent. Aussi travaillent-elles pendant toute l’Occupation sans protester, les autorités intervenant dans la majorité des cas pour satisfaire leurs demandes, non pour les maltraiter. Quelques actions revendicatives ont cependant eu lieu, aux retombées positives :

  • à l’usine Cassegrain de Lanriec, une centaine de femmes se lancent dans « une tentative de grève plutôt qu’une grève à proprement parler » ; elles réclament des améliorations de salaires, pour compenser une perte importante du pouvoir d’achat, et un accord intervient le 8 août 1942 après l’intervention de l’inspecteur du travail34. Au bout de huit jours, elles obtiennent donc satisfaction au grand soulagement du préfet qui a œuvré pour que le gérant de l’usine accepte les revendications35 : « le différend s’est ainsi aplani au bénéfice des ouvrières » ;
  • les ouvrières de l’usine Tirot de Baud cessent le travail le 1er avril 1944 et obtiennent rapidement les 50 centimes horaires supplémentaires réclamés36.
  • 37 Ouest-Éclair, 13 décembre 1943.

16On a le sentiment que dans ce domaine, comme dans bien d’autres, les menaces de Vichy, bien que répétées à de nombreuses reprises, sont de pure forme. Ainsi le gouvernement réagit vivement en décembre 1943 après le largage de tracts en région parisienne et le mot d’ordre lancé à la BBC invitant les ouvriers français à faire grève. Vichy « qui connaît la condition ouvrière et s’efforce de l’améliorer tient à mettre en garde les travailleurs contre toute action irréfléchie. La grève est illégale37 ».

  • 38 Almanach du marin breton, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1944, p. 57 : « Si ta femme travail (...)
  • 39 Bard Christine, Les Femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p.  (...)

17Soulignons ici un paradoxe accepté par Vichy : les manifestations de mécontentement rassemblent des femmes, ce sont bien elles qui travaillent dans les usines, bien que le gouvernement de Vichy préfère les voir rester à la maison et s’occuper de leur foyer38. Cette volonté affichée est totalement inopérante pour les fabriques de sardines à l’huile qui maintiennent leur organisation vieille d’un siècle : les femmes et filles de pêcheurs travaillent en usine, les conserveurs ne se préoccupent ni de pourcentage maximum d’emplois féminins, ni d’embauche préférentielle de pères de famille39,

  • 40 AD Loire-Atlantique, 1673 W 21, courrier de l’ODGP au maréchal Pétain, 1941 ; cité dans Belser Chr (...)

18Au fil des semaines, il devient évident pour les conserveurs, et pour l’ensemble du patronat, que la nouvelle réglementation mise en place est tout à leur avantage. Elle reçoit d’ailleurs leur soutien immédiat et sans réserve. L’office départemental des groupements patronaux de Loire-Inférieure, qui compte dans ses rangs des usiniers, rédige une lettre au maréchal Pétain par laquelle elle se fait un devoir de lui adresser « son adhésion sans réserve à l’œuvre de reconstruction sociale telle que vous l’avez définie. […] L’esprit que vous demandez aux employeurs d’apporter dans leurs organisations est celui-là qui anime déjà nos groupements40 ».

  • 41 SHD Marine Brest, 5 P1-85, Paris, le 17 novembre 1941, le directeur adjoint Willaumé.
  • 42 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris le 28 septembre 1940, le directeur des services de la Marine mar (...)

19Par ailleurs, avant chaque campagne, le gouvernement fixe par décret le pourcentage des quantités de poissons débarquées attribué aux usines : ainsi, tous les sprats pêchés en Manche et mer du Nord durant l’hiver 1941 seront destinés « aux usines de conserves de la région et surtout de la région pari41 ». Le nombre des espèces emboîtées ne cesse d’augmenter au cours de la guerre, la pêche de ces nouveaux poissons devant pallier les difficultés croissantes que rencontre la fabrication de sardines à l’huile : « il importe d’assurer par tous les moyens possibles la production de poissons susceptibles d’être conservés42 ». Les prix de ces mêmes poissons sont fixés par le ministère pour toute la campagne dès octobre 1940 :

  • 43 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 14 octobre 1940, le secrétariat d’État à la Marine.

Afin de permettre à l’Administration de fixer avant l’ouverture prochaine des campagnes de pêche au maquereau, à l’anchois et au sprat de conserve, les prix fermes auxquels ces poissons devront être vendus aux usines, les administrateurs de l’Inscription maritime après consultation des pêcheurs et conserveurs de leur quartier présentent des propositions43.

  • 44 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Saint-Brieuc, le 12 septembre 1940.
  • 45 Ibid., Saint-Brieuc, le 25 septembre 1940, la préfecture.

20Dans tous les cas de figure, les conserveurs reçoivent l’aide de l’État pour favoriser leurs approvisionnements, leurs fabrications, leurs ventes. Ainsi, en septembre 194044, la préfecture des Côtes-du-Nord se tourne vers des négociants en épicerie et des fournisseurs d’huile pour trouver « l’huile nécessaire au fonctionnement des deux usines de Locquémeau ». Quinze jours plus tard, les services préfectoraux interviennent de nouveau auprès des autorités allemandes pour solliciter un permis de conduire au profit « de la camionnette 7069 EA (Panhard) appartenant à madame Collet, propriétaire d’une fabrique de conserves de sardine45 ». De même, lorsque le gérant de l’usine Tirot de Saint-Guénolé-Penmarc’h, dont le siège est à Nantes, informe l’administrateur du quartier qu’il éprouve de grandes difficultés pour rendre des comptes et prendre des instructions de son directeur, le représentant de l’Inscription maritime intervient pour lui obtenir une ligne téléphonique directe.

  • 46 SHD Marine Brest, 3 P 2-20, Le Guilvinec, le 29 juillet 1941, l’administrateur Québriac.

Il désirerait pouvoir, dans les cas les plus urgents […], communiquer téléphoniquement avec ses directeurs en restant dans le cadre exclusivement commercial. L’économie générale s’en trouverait certainement favorisée et, à cet effet, je serais très obligé à M. l’administrateur en chef […] de bien vouloir transmettre […] à M. le receveur des PTT à Nantes afin d’obtenir l’autorisation de téléphoner46.

  • 47 AD Finistère, 200 W 192, Industries diverses, 1940-1944.
  • 48 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, 7 novembre 1941. Le Secours national av (...)

21Et même les fermetures temporaires des établissements industriels voulues par la loi du 15 décembre 1941 pour restreindre la consommation de charbon, de gaz ou d’électricité pendant les périodes de grand froid, ne gênent pas les conserveries puisque leur activité est en sommeil de décembre à mars : traditionnellement, pendant cette période, les usiniers ferment leurs portes et débauchent leur personnel47. Pour preuve de leur satisfaction et en gage de reconnaissance, le président du Syndicat des conserveurs bretons, Jean Guerlesquin propose à ses adhérents d’offrir au Secours national autant de caisses de sardines à l’huile que chaque conserveur pourra distraire de ses stocks48. De quoi combler les bonnes œuvres du Maréchal.

Une armée d’occupation gourmande

  • 49 Veillon Dominique, op. cit., p. 77.
  • 50 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 13 août 1940, le Feldkommandant.
  • 51 Archives du syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, le 16 juillet 1940, le président Guerle (...)
  • 52 Archives CCI Quimper, Quimper, séance du 24 août 1940.

22Les troupes allemandes installées sur les littoraux de la Manche et de l’atlantique imposent leur loi. Les cantonnements sont nombreux et les servitudes qui en découlent pesantes. Rien n’échappe à la vigilance des occupants qui veulent exercer leur contrôle sur les stocks49 et, de fait, les Feldkommanturen de Quimper et de Vannes s’empressent d’interdire la vente des conserves à la clientèle civile50. Ce joug pèse certainement, mais il n’empêche nullement les réunions et les discussions des membres des chambres de commerce et des syndicats de conserveurs. À Quimper, lors de la séance du 16 juillet 1940, la situation est jugée « plus que préoccupante, extrêmement grave ». Les Allemands ont envahi la France ? L’Assemblée a voté les pleins pouvoirs constitutionnels au maréchal Pétain ? Non, les usines Lesieur de Coudekerque ne fournissent plus d’huile d’arachide et le stock d’huile d’olive est presque épuisé à Nantes et, à Bordeaux, il est « à peu près inexistant ! Le prix en serait de 1 080 francs les 100 kg livrables en petites quantités et paiement comptant51 » et nous sommes au plus fort de la campagne. De plus, le 25 juillet, la préfecture de Quimper interdit toute livraison de charbon afin de constituer un stock de sécurité, mais les conserveurs s’insurgent contre cette mesure car les réserves accumulées sont promptement utilisées par les troupes allemandes. Le « stock de nécessité aura bientôt disparu, mais au bénéfice de l’armée occupante52 » alors que leurs grils et stérilisateurs ne peuvent fonctionner. Pour l’ensemble de ces désagréments, toute la profession se plaint, mais la colère des fabricants est de courte durée car la production s’organise et les ventes suivent.

Une production pour l’Allemagne

  • 53 Fridenson Patrick, Robert Jean-Louis, « Les ouvriers dans la Seconde Guerre mondiale : un bilan »,(...)
  • 54 AN AJ41-397, Paris, le 28 octobre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.
  • 55 AD Finistère 31 W 386, Quimper, le 12 août 1940.
  • 56 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 26 octobre 1940 l’administrateur du quartier.
  • 57 Archives syndicat des conserveurs de Bretagne : « J’ai l’honneur de vous accuser réception de l’or (...)
  • 58 AD Finistère 31 W 386, Nantes, le 13 septembre 1940.
  • 59 AD Finistère, 3 1W 386. Le premier versement est effectué le 23 septembre 1940 ; le second le 14 n (...)
  • 60 Ibid., Paris, le 19 septembre 1940. Les conserveurs sont représentés par Victor Manaud, président (...)

23Malgré les combats et le début de l’Occupation, l’activité n’a jamais cessé de mai à l’automne 1940 alors que, partout en France, le travail est presque totalement interrompu53. Pour les conserveurs, seuls les intérêts menacés et les difficultés de la profession sont évoqués. D’ailleurs, pendant les cinq années d’occupation, si les réunions syndicales patronales sont de plus en plus espacées, elles continuent de regrouper l’ensemble des membres au moins deux fois par an. Chose extraordinaire, il n’est jamais fait allusion directement à la guerre. À une seule reprise, le mot « allemand » est utilisé entre 1940 et 1944 à la chambre de commerce de Quimper, lorsqu’il s’agit de répondre aux « réquisitions de l’armée allemande » formulées à Nantes le 7 août 1940 par le docteur Mund, conseiller de l’Intendance allemande auprès du président du syndicat de Nantes, Maurice Garnier, par ailleurs directeur de la maison Cassegrain. Les informations recueillies par celui-ci permettent de savoir que les conserveries françaises doivent fournir un total de 6 000 tonnes de conserves de légumes et 3 000 tonnes de conserves de thon et de sardine, à l’huile d’olive ou d’arachide, aux autorités allemandes. Très rapidement ces dernières réclament 5 000 tonnes supplémentaires de conserves de poisson. La politique des troupes d’occupation est bien de « constituer des stocks de matières grasses, viande frigorifiée, conserves de poisson et même de blé, aux dépens de la consommation française54 ». Un blocage des réserves existantes est décrété et un programme de fabrication est mis sur pied pour répondre aux besoins allemands. Le président du syndicat des conserveurs de Bretagne, Jean Guerlesquin, est chargé de rédiger un rapport sur les causes des ralentissements de la production et de définir les moyens de relancer la fabrication55. Gage de sa bonne volonté, en compensation de cette immobilisation, il doit percevoir une avance globale de 60 % à valoir sur le montant de la livraison et à répartir entre les divers industriels suivant l’importance de la marchandise réservée56. Dans ce but, il adresse à tous ses adhérents une lettre leur enjoignant d’accueillir favorablement les demandes de l’armée allemande57. La grande majorité d’entre eux, sous la responsabilité de leur président, acceptent sans que jamais l’envahisseur ne les oblige à traiter avec eux ; d’ailleurs le marché est intéressant et ils ne risquent guère d’ennuis financiers. Tous les représentants des conserveurs, sous la direction de Louis de Clerville, président de l’Union des syndicats français des fabricants de conserves de sardines et autres poissons, et des autorités allemandes se retrouvent à Nantes le 13 septembre au cours d’une réunion générale afin de connaître l’état des stocks, définir les possibilités de reprise de l’activité et déterminer une politique commerciale et industrielle commune58. Pour chaque grande région de production, des délégués sont nommés : Jean Guerlesquin pour le Finistère, Georges Pierre pour le Morbihan, Maurice Garnier pour la Loire-Inférieure, Maurice Pholien pour la Vendée, Charles Basset à La Rochelle, Jean Teyssonneau à Bordeaux et Camille Mony à Saint-Jean-de-Luz. Ils sont chargés de faire part au docteur Mund de tous les problèmes rencontrés afin que ce dernier tente de les aplanir. Toujours est-il qu’à la mi-septembre, les 8 000 tonnes de conserves de poisson sont livrées et payées 68 millions de francs59 soit environ 2,20 francs par boîte, ce qui est un prix intéressant pour les usiniers. Le président Garnier se félicite de la promptitude des livraisons et se plaît à envisager la « possibilité de livrer à la clientèle civile les quantités supplémentaires qui pourraient exister en excédent des 8 000 tonnes ». Une dernière réunion se déroule à l’hôtel Majestic le 19 septembre afin de régler les modalités des échanges60.

  • 61 Archives FIAC, Paris, le 7 octobre 1940, Dr Michel, référence 9808/40.

24Les Allemands n’effectuent aucune confiscation de conserves à titre de butin de guerre et ne prennent possession des boîtes qu’après achat. Le chef de l’administration militaire allemande en France est très clair sur ce sujet : suivant ses instructions, toutes les acquisitions s’effectuent sur une base « purement commerciale et les marchandises sont payées au comptant et en espèces au prix convenu avec les propriétaires des marchandises61 ».

  • 62 Radtke-Delacor Arne, « Produire pour le Reich. Les commandes allemandes à l’industrie française (1 (...)
  • 63 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 juillet 1940, l’administrateur Québriac.

25Le commandement suprême de toutes les armées du Reich, y compris l’aviation et la marine — Oberkommando der Wehrmacht ou OKW —, et plus particulièrement celui des forces terrestres — Oberkommando des Heeres ou OKH —, est très vite persuadé qu’il faut encourager la reprise rapide d’activités des conserveries afin de concourir efficacement à l’effort de guerre allemand62. Dès le mois de juillet 1940, les administrateurs des quartiers sont mis à contribution pour fournir des détails sur la pratique des pêches aux thons, aux sardines et aux maquereaux afin de permettre leur reprise immédiate. Du Guilvinec, parvient au colonel, chef de la Kommandantur de Quimper, un rapport qui indique que les usines des environs sont capables de traiter 30 à 40 tonnes de poissons par jour, mais que pour cela il faut laisser une plus grande liberté aux pêcheurs et surtout leur fournir de l’essence63. Le message est entendu puisque le 26 juillet, 60 vedettes sardinières guilvinistes sont en pêche devant Quiberon et Le Croisic.

  • 64 Sauvy Alfred, op. cit., p. 76.
  • 65 Jézéquel Yves, « Paimpol sous l’Occupation », Les Carnets du Goëlo, 1993, no 9, p. 44. Il s’agit d (...)
  • 66 Rochebrune Renaud de, Hazera Jean-Claude, Les patrons sous l’Occupation, t. 1, Paris, Odile Jacob, (...)

26Afin de satisfaire les besoins en nourriture de l’armée, les autorités allemandes conviennent qu’il est nécessaire de travailler dans un climat de confiance avec les pêcheurs et les usiniers. Les hommes au combat réclament des quantités toujours croissantes de conserves de poisson, un aliment pratique, nourrissant et sain. Les pêcheurs sont assurés de vendre un bon prix toute leur pêche, les fabricants d’écouler toute leur production sans aucune difficulté, malgré la moindre qualité des produits, réglés, très vite, par les frais d’occupation. En effet le Trésor public dédommage directement, et généreusement, toutes les dépenses de cantonnement et de logement engagées par les soldats allemands qui s’ajoutent aux frais journaliers définis par l’article 18 du traité d’armistice. Ce tribut quotidien, accablant pour la France, il faut bien le dépenser64 : les conserves, et tout particulièrement de thon et de sardine à l’huile, des produits chers et somme toute superflus, sont vivement appréciées par les soldats de la Wehrmacht qui s’avèrent d’excellents clients d’autant plus qu’ils disposent d’un reichmark très intéressant dont le cours a été fixé de manière arbitraire à 20 F alors qu’il n’en vaut que 12 environ : « Dans tous les magasins, ils achètent à n’importe quel prix et dévalisent les épiceries principalement65. » Quant aux producteurs, ils ne courent pas de gros risques : « Il semble bien au total, qu’il ne faille pas trop s’inquiéter pour les industriels ayant subi des réquisitions de stocks ou de fabrication en cours66 » et qui sont remboursés le plus rapidement possible conformément à une circulaire édictée le 25 juillet 1940.

  • 67 Entretien avec M. Noël Larzul.
  • 68 Parti en Angleterre en juin 1940, engagé dans les FFl et tué en 1943 en Méditerranée ; son cousin (...)

27Seule la conserverie Noël Larzul décide de cesser le travail et ferme définitivement ses portes durant les cinq années de guerre pour éviter de fournir l’occupant67 tandis que Louis Lomenec’h décide de réduire l’activité de sa conserverie car il n’entend pas non plus livrer sa production aux Allemands. Après son arrestation par la Gestapo, en août 1941, l’usine reste fermée pendant toute la guerre. Paul Édouard Paulet, conserveur à Douarnenez, rejoint les forces gaullistes dès juin 1940, mais son usine continue de fonctionner pendant toute l’Occupation68. À ces quelques exceptions près, tous les autres fabricants maintiennent leurs activités et parfois même remettent en fonction d’anciennes usines fermées pour vétusté.

  • 69 Souleau Philippe, « Les négociants bordelais face à l’Occupation : entre collaboration, “adaptatio (...)
  • 70 Sanders Paul, op. cit., p. 19.
  • 71 Selon la remarque humoristique de Marcel Boldorf.
  • 72 Steinberg Lucien, Les Allemands en France : 1940-1944, Paris, Albin Michel, 1980, p. 36.
  • 73 Lacroix-Riz Annie, Industriels et banquiers sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 1999, p. 125.

28De l’Occupation, on retient généralement les achats massifs des Allemands auprès des grandes maisons de champagne, de spiritueux ou des prestigieux châteaux bordelais69 ; mais le phénomène est identique en ce qui concerne les conserves de poisson, industrie de luxe, « dont ils absorbent la majeure partie de la production70 ». De la même manière que les occupants chargent des négociants allemands de la collecte des vins, Bömers, weinführer en Gironde et Klaebisch en Champagne, un grossiste allemand est nommé pour récupérer les conserves de poisson. Ce Sardineführer71 est aidé dans sa tâche par un courtier français, Guillaume Kervarec. C’est ainsi que plus d’un million d’hectolitres de champagne et 300 000 de cognac, eaux-de-vie et autres spiritueux et des centaines de milliers de boîtes de conserve partent chaque année en Allemagne72. Quand bien même les vins fournis, ou les sardines à l’huile ne sont pas toujours à la hauteur de leur réputation, les produits livrés sont cependant toujours payés, sans difficulté d’ailleurs puisque c’est l’État français qui règle indirectement la facture et Vichy « n’eut jamais à contraindre l’industrie à accepter les commandes allemandes73 » tout particulièrement celle de la conserve de poisson.

  • 74 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », dans Beltran Alain, Frank Robert et Rous (...)
  • 75 Delarue Jacques, Trafics et crimes sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1968, p. 27.
  • 76 Rapport du 7 février 1944, dans Rapport d’activité du LXXIVe corps d’armée…, op. cit., p. 12.

29L’intendance des troupes opérationnelles effectue de son côté des achats massifs. Dans le cas de grandes garnisons, comme à Brest, elle dispose de moyens financiers conséquents et traite directement avec les entreprises locales74. Très rapidement, les intendances militaires achètent tous les produits qu’elles jugent nécessaires à l’effort de guerre et surtout au bien-être des hommes. Les achats s’effectuent alors à des prix supérieurs à la taxe. C’est d’ailleurs la Marine allemande qui inaugure ce système et ouvre un bureau spécialisé au sein de son ministère parisien75. Très vite de nombreuses annexes se multiplient dans les ports les plus importants où ces « bureaux d’achats » sont très bien placés pour acquérir des conserves de poisson, sans s’inquiéter des prix car les caisses regorgent du prix de la défaite. De plus, d’importantes commandes locales sont effectuées à titre individuel par les hommes de troupes et à un prix de marché très avantageux pour les occupants : en effet, dès le début de l’Occupation chaque Allemand rentrant dans son pays dépense sa solde en produits introuvables outre-Rhin. Les conserves de poisson forment toujours un élément important du paquetage du permissionnaire. Les dépôts de vivre, installés dans chaque ville de garnison importante pour les unités des XXVe et LXXIVe corps d’armée allemand, regorgent de denrées devenues introuvables pour le commun des mortels. Et lorsque les Français s’attaquent à ces garde-manger, ce sont les sardines qu’ils volent en premier. Après le cambriolage du 11e dépôt de la ville de Dinan, on constate que « 5 950 cigares et 98 boîtes de sardines ont disparu76 ».

  • 77 SHD Marine Brest, 8 P 1-63 pour Douarnenez, 7 P 1-56 pour Audierne, 3 P 1-110 pour Le Guilvinec.
  • 78 Ibid., Paris, le 22 octobre 1940, le directeur Peyregua.

30Dans tous les cas, les Allemands achètent et dédommagent largement ; mais l’administration nationale du Ravitaillement commence à s’inquiéter devant l’ampleur de ces achats. Elle demande au secrétariat d’État à la Marine d’entreprendre une grande enquête afin de déterminer quels tonnages de marchandises préparées peuvent être réservés au marché national77. Les administrateurs de l’Inscription maritime doivent aussi s’informer, auprès des fabricants, sur les commandes passées par les autorités allemandes, « déjà exécutées, en cours d’exécution ou pour [lesquelles] des tractations sont engagées78 ». Fortin, directeur de l’usine Chemin de Douarnenez, nous éclaire sur ce dernier point : il a livré 35 tonnes de conserves de poisson le 27 juillet et le 7 août 1940 pour la Marine allemande de Brest et 15 tonnes le 16 août pour HLV ( ?) à Issy-les-Moulineaux. L’usine Pichery, toujours à Douarnenez, a livré 19 tonnes le 29 juillet, 21 tonnes le 7 août, 20,6 tonnes le 16 août et 26,2 tonnes le 28 août, en général à l’Intendance allemande de Lorient. L’administrateur signale que toutes ces marchandises

  • 79 Ibid., Douarnenez, septembre 1940.

ont été livrées COMPTANT à l’enlèvement. De plus, il y a actuellement bloquée dans les usines [de Douarnenez], facturée et réglée d’un acompte, une réquisition se montant à FR. 8 077 945 soit environ 360 tonnes de conserves. Dans ce chiffre ne seront pas comprises l’usine SIGAP [de Penanros] qui doit avoir plusieurs dizaines de tonnes à livrer, ni l’usine Amieux qui a traité directement par son siège de Nantes79.

31Pour le quartier du Guilvinec nous disposons de chiffres encore plus précis (tableau 1 page suivante).

  • 80 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Douarnenez, novembre 1940, rapport de l’administrateur du quartier.
  • 81 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

32À la fin de l’été 1940, ce sont donc au moins 1 000 tonnes de conserves douarnenistes et presque 500 tonnes du Guilvinec qui ont été livrées à l’armée allemande, et de plein gré80. On peut raisonnablement penser que la situation est identique dans les autres ports sardiniers de l’Atlantique où des stocks ont été constitués, voire dissimulés bien avant l’armistice de 1940 et parfois dès la déclaration de guerre. Cependant il est clair que l’essentiel de la production profite aux Allemands. En décembre 1940, un accord est conclu pour débloquer les stocks de conserves de poisson saisies par les Allemands, dont 6 500 tonnes sont laissées à la disposition du Ravitaillement français81. Mais une telle mansuétude ne se renouvelle jamais au cours de l’Occupation. Et, alors qu’il n’en bénéficie pas pleinement, très vite l’État français participe pourtant au renforcement de la production.

Tableau 1 : Part des conserves réservées par les usines du quartier du Guilvinec

Tableau 1 : Part des conserves réservées par les usines du quartier du Guilvinec

Source : SHD Marine Brest, 8 P 2-19, Le Guilvinec, le 26 octobre 1940, l’administrateur du quartier.
* S : Sardine ; T : Thon

Une collaboration économique appréciée

  • 82 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.
  • 83 AD Finistère, 200 W 39, Quimper, le 30 novembre 1941, le préfet.

33En décembre 1940, alors que s’organise l’administration de Vichy, les conserveurs reprennent leurs réunions pendant une période traditionnellement calme après la campagne estivale. Le président de la chambre de commerce de Quimper, le conserveur de Servigny et ses deux vice-présidents, Poriel et Chacun, eux aussi conserveurs, adressent leurs vœux aux membres de l’assemblée ainsi qu’à leurs familles, en espérant que tous verront « la fin de [leur] misère et le retour à l’activité de [leurs] affaires82 ». Et ils ont raison de croire à l’amélioration de leur situation. Dès le mois de mars 1941 les conserveries tournent à plein rendement avec le début de la campagne des maquereaux. On observe un fléchissement des apports au cours de l’été, pendant la saison du thon et de la sardine : « à Concarneau, la conserve n’a reçu que les trois quarts des quantités habituelles », s’émeut le préfet du Finistère83. Mais le propos, a priori pessimiste, nous apprend, d’une part, que la pêche est florissante car les quantités totales pêchées sont les mêmes qu’auparavant, et, d’autre part, que pour les conserveurs il s’agit d’une campagne passable, mais certainement pas mauvaise par rapport à une année moyenne. De plus, au vu de l’augmentation des prix de vente, les bénéfices sont en forte hausse.

  • 84 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 127.
  • 85 Archives FIAC, Nantes, le 9 octobre 1940, de Clerville.
  • 86 AD Finistère, 200 W 1, Quimper, le 5 novembre 1940, Felkommandant Sölter.
  • 87 Archives CCI Lorient, Registre des séances, mars 1941, p. 246.
  • 88 AD Finistère, 200 W 192, condamnations des 27 novembre 1942 et 16 avril 1943.

34Dès 1941 et au cours des années suivantes, ce sont des contrats librement consentis de livraison de produits et d’exécution de commandes84 qui permettent à l’Allemagne de disposer d’une grande part, toujours croissante, de la production nationale de conserves alimentaires considérées comme un produit stratégique. En effet, l’Union des syndicats des fabricants de conserves de poisson demande très rapidement une audience auprès des plus hautes autorités compétentes de l’hôtel Majestic à Paris afin d’organiser ce marché. Le président de l’Union, Clerville, n’espère pas obtenir des autorités locales ou départementales, une amélioration des échanges commerciaux et le déblocage des derniers stocks ce pourquoi il s’adresse « à la plus haute autorité économique allemande avec laquelle, en liaison avec nos organismes et le Ravitaillement général français, nous poursuivons des pourparlers85 ». Les discussions aboutissent le 5 novembre 1940 et les accords Mund-Manaut sont signés qui établissent qu’un tiers de la production totale des conserves de poisson sera prélevé pour l’armée d’occupation une quantité considérable pour un produit alimentaire ; seules les exportations de champagne vers l’Allemagne sont plus taxées. En contrepartie, la levée de la réquisition sur les stocks restants prend effet immédiatement86. Ce geste est considéré alors comme une victoire par les autorités françaises qui craignaient des prélèvements proportionnels plus importants. On peut s’étonner toutefois de la disparition des conserves dans le commerce : où sont passés les deux tiers de conserves de poisson et les 80 % de conserves de légumes et de fruits devenues disponibles pour le marché national ? En fait, la nature même des échanges et des transactions commerciales est profondément modifiée dans les départements occupés « où la présence des troupes allemandes, les achats massifs qu’elles opèrent, et les prix que, souvent, elles pratiquent, provoquent une hypertrophie de la demande par rapport à une offre chaque jour plus restreinte87 » qui se répercute sur les prix des boîtes, multipliés par deux entre 1939 et 1941. La rareté du produit, son prix et la facilité de son transport en font un objet fréquent du marché noir88.

Assurer « le festin du Reich »89

  • 89 Calvi Fabrizio, Masurovsky Marc, Le Festin du Reich : le pillage de la France occupée 1940-1945, P (...)
  • 90 À la suite de la rencontre Bichelonne-Speer de septembre 1943 à Berlin, les usines V sont créées l (...)
  • 91 Sainclivier Jacqueline, op. cit., p. 106. En 1939, les Forges employaient 1 661 ouvriers, et 945 e (...)
  • 92 AD Loire-Atlantique, 1690 W 9, note sur la situation de la relève en Loire-Inférieure, 8 novembre (...)
  • 93 AD Morbihan, 2 W 9609.
  • 94 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 11 septembre 1941, l’administrateur.
  • 95 AD Finistère, 31 W 326, Quimper, le 19 octobre 1942, la Feldkommandantur.
  • 96 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 3 novembre 1942, la Feldkommandantur.

35Conformément à ses accords avec le gouvernement français, l’industrie de la conserve est censée fournir, tous les quinze jours, un état de production communiqué directement au haut commandement allemand en France, par les soins des groupements patronaux régionaux puis du syndicat national. De leur côté, les Allemands s’emploient à préserver cette industrie en la classant d’abord parmi les entreprises avantagées, Vorzugs-betriebe ou « V », puis comme usines protégées, Sperrbetriebe ou « S »90, à l’instar des Forges d’Hennebont ou de la maison Carnaud à Basse-Indre lesquelles fournissent l’indispensable fer-blanc91. Les demandes de classement émanent des conserveurs eux-mêmes qui doivent entreprendre les démarches nécessaires pour bénéficier des avantages de la protection allemande. Les fabricants qui, dans leur grande majorité, ont demandé cet accommodement, se sont justifiés après-guerre en précisant, que, d’une part, ils y étaient contraints et forcés et que, d’autre part, ils évitaient ainsi à leurs ouvriers de partir en Allemagne. Pour les usines métallurgiques, le prétexte est recevable ; ainsi chez Carnaud, 7 ouvriers seulement, sur un total de 437 sont obligés de partir en Allemagne en octobre 194292. Mais pour les conserveries de poisson dont la grande majorité des salariés sont des femmes sans qualification et donc fort peu concernées par les départs, l’argument est fallacieux. Car, rappelons-le, le classement en V-betriebe n’a jamais été obligatoire, mais il était tellement lucratif ! Les autorités occupantes s’engagent en effet « à soutenir les entreprises-V en leur assurant la fourniture de tout ce qui est nécessaire à la production93 ». Elles appuient toutes les demandes effectuées par les industriels pour bénéficier d’approvisionnements plus réguliers ; elles facilitent notamment les transports de vin blanc et d’huile nécessaires à la fabrication des conserves de poisson94. Elles accordent des quantités importantes d’essence aux usines les plus performantes afin de maintenir en circulation les véhicules automobiles autorisés à se déplacer et « d’examiner par priorité les demandes effectuées par lesdites entreprises95 ». Les employés des usines chargés de récupérer du poisson frais dans le Sud-Finistère disposent de sauf-conduits et d’essence au même titre que les médecins ! Le combustible est même prélevé sur les réserves de la Kommandantur de Quimper, plus de 70 litres d’essence en novembre 1942 destinés à deux usines de conserve, « entreprises de priorité V auxquelles je donnerai mon appui par la suite en ce qui concerne le transport des conserves96 ».

  • 97 AD Finistère, 181 W 29, Angers le 27 février 1942, l’ingénieur général Defralon.
  • 98 Radtke-Delacor Arne, op. cit., p. 112.
  • 99 AN F1 a 3705, synthèse des rapports des préfets de la ZO, juillet 1943.

36L’administration française participe aussi à la bonne marche du système en encourageant les industriels à demander leur classement. Elle explique clairement aux intéressés les avantages nombreux qui découlent de la protection allemande. Les commandes doivent être passées avec des « billets [Genehmigunsvermerk] GV et par suite ces commandes obtiennent des organismes centralisateurs la priorité qui est reconnue aux commandes allemandes97 ». Pour éviter les départs des ouvriers français vers les usines allemandes selon les besoins des plans Sauckel successifs, la création des Sperrbetriebe permet aux conserveries sélectionnées, pratiquement toutes, de conserver leur main-d’œuvre masculine98. Dans les départements de la Loire-Inférieure et du Morbihan, les autorités allemandes s’interposent et suspendent les départs des jeunes gens de la classe 1942 travaillant dans les usines protégées, et notamment les conserveries, mais surtout les usines de boîtes et les glacières99. Si les salariés des conserveries V-Betriebe restent tous à leur poste, en contrepartie, ce sont 70 % de la production au moins qui partent en Allemagne.

  • 100 AD Morbihan, 2 W 9609. Les demandes de classement en V-betriebe forment une petite liasse incomplè (...)

37Les renouvellements de classements en V, effectués chaque année, prouvent à l’évidence la volonté des usiniers de conserver leur statut particulier. Dans le Morbihan, quatorze maisons de conserve100 profitent des avantages offerts malgré les quelques contraintes imposées par l’occupant :

  • 101 AN CAC no 830589, Paris le 20 octobre 1943, le Militärbefehlshaber en France, cité dans Radtke-Del (...)

Vous devez mettre tout en œuvre pour exécuter votre programme dans les délais prescrits et de façon impeccable en ce qui concerne la qualité… Vous êtes entièrement responsable de l’emploi le plus rationnel des matières premières, du matériel et de la main-d’œuvre101.

  • 102 Radtke-Delacor Arne, op. cit., p. 110.
  • 103 AD Finistère, 200 W 149, Quimperlé, le 11 août1941, le commissaire de police.
  • 104 Archives FIAC, CO de l’industrie des conserves de poisson, Enquête annuelle, Nantes, le 15 mai 194 (...)

38Dans leur grande majorité, les conserveurs, acceptent les conditions allemandes, et ils cherchent même à accentuer la collaboration économique avec le vainqueur. Les commandes allemandes sont passées directement auprès des usines françaises qui contournent sans vergogne le dispositif administratif de Vichy102 alors même qu’aucun des usiniers ne méconnaît la destination de sa production assurant certes une part des besoins vitaux de la population, mais approvisionnant avant tout l’armée allemande sur les terres russes. Dans ces conditions idéales de vente, les usines de conserves « travaillent normalement » sur le littoral français alors qu’on note peu d’activité dans les « autres branches et ateliers en raison du manque de matières nécessaires103 ». Et les chiffres le prouvent puisque les livraisons effectuées dans le cadre des accords Mund-Manaut portent, en 1941, sur 3 202 tonnes de sardines et thons à l’huile104. Les conserveurs français ont donc produit plus de 10 000 tonnes de ces conserves particulières, sans compter les préparations en marinade, à la tomate, au naturel…, sans compter les conserves de poisson secondaire comme le maquereau.

  • 105 Saibène Marc, Brouard Jean-Yves, Mercier Guy, op. cit., t. 2, p. 61. Le pétrolier Rhéa fut utilisé (...)
  • 106 La désignation de ce personnage par le conseil d’administration de Lesieur n’est pas un hasard : e (...)
  • 107 Rey-Goldzeiguer A., Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945, Paris, Syros, 2001, p. 102.
  • 108 Archives Union des syndicats français de fabricants de conserves de poisson, rapport d’activité, P (...)
  • 109 Fichou Jean-Claude, « La sardine marocaine et les industriels français, 1914-1973 », dans Hodrej P (...)

39L’huile d’arachide, si précieuse pour les conserves, disparaît de la métropole durant l’été 1940, mais est toujours présente en Afrique occidentale. Elle parvient de nouveau à Bordeaux le 30 septembre 1940 à bord d’un premier convoi en provenance de Dakar rétablissant ainsi « la route de l’huile105 ». De Tunisie, d’Algérie et du Maroc, mais aussi d’Italie, les huiles d’olive arrivent à Marseille. Enfin il faut rappeler les grandes libertés laissées par Vichy et l’Allemagne, à l’empire colonial et à Jacques Lemaigre-Dubreuil106, directeur général de la société des huiles Lesieur dont l’usine de Coudekerque a été, en partie, transférée à Casablanca afin de continuer les activités de raffinage107, une faveur qui s’explique par le souci des occupants d’encourager les importations d’huile végétale en Europe continentale. Parallèlement la fabrication des conserves marocaines de poisson s’accroît : la production est passée de 10 000 tonnes en 1936 à 20 000 tonnes en 1937 et 33 000 tonnes en 1942 ! Si les importations sont limitées par contingentement avant-guerre, en novembre 1939 le ministre de la Marine marchande relève les quantités admises de 57 000 quintaux à 90 000 quintaux, dont 60 000 pour le ravitaillement militaire108. Après 1940, le tiers de ces importations est destiné aux troupes allemandes109.

  • 110 Ibid., Enquête annuelle, Nantes, mars 1944.

40La production ne connaît une forte baisse qu’en 1943 après les débarquements alliés en Afrique du Nord et lorsque les importations d’huiles d’olive et d’arachide deviennent impossibles. Cependant, la fabrication ne cesse pas pour autant et les préparations selon des procédés différents, à l’eau, au vin blanc, à la moutarde ou « au naturel » se développent rapidement. Pour remplacer les huiles qui font de plus en plus défaut on peut recourir à des huiles de colza, de tournesol ou de pépins de raisin. Au total ce sont plus de 16 500 salariés qui travaillent dans les conserveries de poisson au cours de l’année 1943, dont 11 500 dans le Finistère et le Morbihan et 3 500 en Loire-Inférieure et Vendée110.

  • 111 AN F1cIII (1198), Synthèse des rapports mensuels des préfets de la zone occupée, mai 1942, ministè (...)
  • 112 AD Finistère, 200 W 192, Brest le 10 juin 1942, l’inspecteur du travail.

41Pour surmonter les difficultés, les conserveurs peuvent aussi compter sur des réactions immédiates de la préfecture. En mai 1942 par exemple, le préfet du Finistère intervient car les usines de fabrication des boîtes de son département sont « menacées de fermeture à cause du retard apporté à la livraison des tôles111 » ; à la veille de la campagne estivale, les démarches du cabinet préfectoral se révèlent suffisantes pour débloquer la situation et faire livrer le fer-blanc. Dans le Sud-Finistère, toutes les usines peuvent donc être au travail, malgré la rareté de la main-d’œuvre embauchée par les entreprises françaises ou disponible : « Les diverses conserveries de Concarneau ont un besoin urgent de main d’œuvre féminine et masculine112. »

  • 113 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », op. cit., Paris, Belin, 1994, p. 29.
  • 114 Archives CCI Lorient, Registre des séances, mars 1941, p. 246.
  • 115 Paris, le 22 octobre 1940, le directeur des services de la Marine marchande, Peyrega.
  • 116 Baudin Louis, Esquisse de l’économie française…, op. cit., p. 81.
  • 117 Sanders Paul, op. cit., p. 20.

42Toutes les conditions sont réunies pour travailler dans les meilleures conditions possibles compte tenu des circonstances. Favorisées par l’occupant sur le plan de l’approvisionnement (pêche, huile et boîtes…) et de la main-d’œuvre, les conserveries travaillent intensément, surtout pour leurs protecteurs113. Il s’agit d’un véritable pillage, mais parfaitement organisé dans cette branche d’activité avec le concours permanent des usiniers français. Le seul problème d’importance est de résoudre la question du contrôle des prix tel que l’envisage la loi du 21 octobre 1940. Bien sûr les industriels, et les conserveurs en particulier, conviennent qu’il faut mettre « un terme à l’anarchie dans laquelle se débattait précédemment l’économie française », mais l’organisation et le contrôle « indispensables » doivent s’établir selon les règles d’une « sage orthodoxie et non à l’encontre des normes économiques114 ». Et lorsque le directeur des services de la Marine marchande demande une enquête précise afin de connaître l’état des commandes allemandes auprès des conserveurs, ces derniers ne coopèrent absolument pas, refusant même de fournir leurs chiffres115. Le même mutisme est de règle quand le Ravitaillement cherche à déceler l’importance des stocks en exigeant des déclarations et en instituant des vérifications. La clairvoyance des industriels les a en effet poussés à constituer, en temps de paix, des réserves « d’une importance surprenante [qui] ont permis à bien des entreprises de poursuivre leur fabrication malgré les prélèvements effectués par les occupants116 ». Pour échapper aux pièges administratifs tendus par le gouvernement de Vichy, les fabricants dissimulent une large part des stocks et minimisent leur capacité de production, et ce en accord avec les responsables corporatifs de la profession. Une telle attitude n’est d’ailleurs pas propre aux seuls conserveurs et elle est généralisée à tous les industriels travaillant de près ou de loin pour les Allemands117.

  • 118 À Quimper, le président de Servigny, le vice-président Chacun et Guerlesquin, ce dernier par aille (...)
  • 119 Archives CCI de Lorient, le secrétaire général Coroller, août 1941.
  • 120 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 431.
  • 121 Entretien avec Marcel Boldorf, à l’occasion du colloque de Tours, Les Entreprises de biens de cons (...)
  • 122 AD Finistère 31 W 386, Épuration, Conserveurs.
  • 123 « L’industrie de la conserve et la collaboration », L’Aurore, 14 octobre 1944.
  • 124 Les conserveurs collaborent de leur plein gré et les usines ne sont pas « désignées » comme l’écri (...)
  • 125 AD Finistère 31 W 386, Épuration, Conserveurs.
  • 126 AD Finistère, 31 W 338, dossier 658.

43Les chambres de commerce de Quimper, de Lorient et de Nantes, où siègent de nombreux conserveurs118, cherchent même, nous l’avons vu, à renforcer les liens unissant les industriels des deux berges du Rhin119. Les représentants des trois assemblées consulaires maritimes bretonnes participent à la préparation et au congrès des chambres de commerce françaises et allemandes qui se tient à Paris en septembre 1941. Paul Brossier, président de la chambre nantaise accueillent les participants dans sa ville les 20, 21 et 22 septembre120. La voie de la collaboration s’ouvre résolument. Les échanges sont fructueux si l’on considère l’accord signé en mars 1941 entre les conserveurs français intéressés et le syndicat allemand des Basses Températures pour les produits alimentaires, la Deutsche Tiefkuhlgesellchaff121. Celui-ci propose de développer des échanges technologiques avec les firmes allemandes capables de fournir le matériel de déshydratation ou de congélation rapide, alors inconnu en France. Les usiniers se chargent du collectage et de la préparation des produits à congeler alors que le syndicat allemand assure la distribution et la vente122. Un tel équipement, fourni en particulier par la Solo Feinfrost, est alors jugé nécessaire par les autorités allemandes pour augmenter les productions sous forme de légumes, de poissons et de fruits congelés essentiellement. La collaboration technique est manifeste dans ce cas et les douze usiniers convaincus de l’importance du procédé produisent 8 200 tonnes en 1942123. Il s’agit des usines des maisons Saupiquet, Amieux, Maingourd, Boutet, Rödel, Chacun, Petitjean, Guerlesquin, Mathieu et Raphalen qui, toutes, ont sollicité l’aide allemande124. Les investissements doivent être rentables car l’année suivante, ils sont 19 usiniers à disposer du matériel et à accueillir les personnels techniques allemands nécessaires à la mise en route et au réglage des machines. Les conserveurs travaillent à façon avec le syndicat des Basses Températures, mais pratiquent aussi la déshydratation et la conservation des fruits par l’anhydride sulfureux selon des méthodes allemandes. Autant de procédés particulièrement fructueux pour des usines qui travaillent à plein rendement pendant l’Occupation au profit exclusif du marché allemand125 puisque toute la production est commercialisée par des agences allemandes et dirigée vers l’Allemagne126.

  • 127 Menu du repas de Pentecôte 1944 de Pierre Beuze, négociant agricole demeurant à Marçay dans la Vie (...)
  • 128 L’Heure bretonne, 24 avril 1941.
  • 129 L’Heure Bretonne, 1er août 1942.

44Dans l’ensemble les fabricants se satisfont parfaitement de cette situation et les doléances et plaintes particulières des conserveurs pendant toute l’Occupation évoquent seulement les difficultés d’approvisionnement et les mauvaises conditions d’exercice et de vente. Dans le même temps, de nombreux corps de métiers — commerçants, fabricants de meuble, entreprises de travaux publics — connaissent des jours très difficiles et le font savoir. Les conserveurs, eux, n’ont aucune peine à écouler leur surplus sur le marché national si les troupes et l’intendance allemandes ne parviennent pas à acheter toute la production : la boîte de sardines à l’huile n’est ouverte que pour des repas de fête et dégustée avec « omelette, haricots blancs, salade, gâteaux aux pommes, café127 ». En réalité, la population n’a que très rarement l’occasion de trouver une telle denrée et la presse bretonne se fait l’écho des réclamations des particuliers qui s’interrogent sachant que la production est maintenue : « Que fait-on de ces maquereaux soi-disant mis en conserve ? » titre l’Heure bretonne en 1941128. En 1942, l’hebdomadaire signale que les conserveurs ont livré de grandes quantités de conserves de maquereaux marinés dans la zone non occupée « en prévision de vendanges129 ».

  • 130 BO Marine, 1942, arrêté du 22 décembre 1942 sur le prix des conserves de poisson.
  • 131 AD Finistère, 31 W 358, Quimper, le 22 novembre 1944, le commissariat aux renseignements généraux.
  • 132 Ration journalière : 750 g de pain, 60 à 80 g de beurre ou de margarine et 70 à 90 g de graisse an (...)
  • 133 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 23 février 1945.

45Le gouvernement de Vichy tente de modifier les circuits de vente et augmente très notablement le prix fixé pour les conserves dans l’espoir que les fabricants livrent plus facilement le marché national. Mais il ne semble pas que ces mesures aient eu un effet notable, d’autant plus que les prix fixés, de manière assez incompréhensible, baissent à la fin de l’année 1942130. Les conserveurs estiment qu’ils n’ont strictement aucun intérêt à écouler leurs produits sur le marché officiel alors que les Allemands les achètent toujours aussi facilement et généreusement. Chargé d’enquêter à la Libération sur les pratiques commerciales des usiniers pendant l’Occupation, l’inspecteur des renseignements généraux de Quimper souligne que les conserveries douarnenistes ont beaucoup travaillé et que « 75 % de la production étaient pour les occupants et 25 % pour le ravitaillement français. Mais en fait, les Allemands en raflaient la presque totalité131 » et le jour du débarquement en Normandie, la boîte de conserve de sardines figure toujours en bonne place dans la ration quotidienne des soldats allemands132. Lorsque le directeur d’une usine est accusé d’avoir dissimulé 60 caisses de sardines à l’huile au Comité central de répartition des conserves alimentaires, le rapporteur de l’affaire devant le comité local de Libération explique clairement la situation : « Il n’y a pas eu un seul conserveur qui n’ait soustrait au contrôle du CCRCA des quantités égales et même très supérieures [aux quantités déclarées] pour les répartir entre le personnel, par exemple, ou les troquer contre des pièces de rechange133 »… ou bien les vendre à des tarifs beaucoup plus intéressants que ceux fixés par Vichy.

Une production maintenue vaille que vaille

  • 134 Fiérain Jacques, « Saupiquet et les crises de la conserves », dans Enquêtes et Documents, Nantes, (...)

46En définitive, et contrairement à une idée largement répandue, les conserveries de poisson ont donc pu travailler des matières premières, de plus en plus rares certes, mais qui ne disparaissent pas loin de là. L’huile est remplacée par les marinades et le vin blanc et des poissons de second ordre complètent les gammes traditionnelles. Les ventes officielles effectuées par les quatre plus grandes sociétés de l’époque nous confirment l’intensité de l’activité en 1941 : Amieux, 450 tonnes ; Bouvais-Flon, 449 tonnes ; Cassegrain, 447 tonnes et Saupiquet, 441 tonnes134

  • 135 Entretien Dominique Paulet.
  • 136 Greffe du tribunal de commerce de Bayonne, immatriculations au RCS 59 B 93, RCS 57 B 143, RCS 55 B (...)
  • 137 Archives de la FIAC, comité d’organisation, Enquêtes sur les positions statistiques des Unions fra (...)
  • 138 Ibid., Paris, mai 1943.
  • 139 Ibid., Paris, mai 1944.
  • 140 Dessaux Pierre-Antoine, « Entrepreneurs de la pénurie, la formation d’une entreprise durant les an (...)
  • 141 AD Finistère, 200 W 43, Quimper, le 23 mai 1944, l’inspecteur du travail.

47Les bénéfices des conserveurs sont certainement substantiels car le nombre des usines en activité ne cesse de progresser jusqu’en 1942 et les créations de nouvelles affaires ou d’usines se multiplient sur la côte basque où il est possible de se procurer des poissons espagnols. Ainsi, en 1942, la maison douarneniste Paulet commence à produire à Saint-Jean-de-Luz, dans l’ancienne usine Rodes rachetée en 1939135. La Société luzienne de conserves (SOLUCO), est créée en décembre 1941. Les établissements Pascal Elissalt commencent leur production en mars 1943136. On compte 162 usines en activité en 1939, 201 en 1940, 204 en 1941137, 204 en 1942138, 187 en 1943139 et encore 150 en 1944, une augmentation des créations constatée dans d’autres professions qui souligne « la réalité d’opportunités liées à la pénurie140 ». À la veille de la saison sardinière de 1944, l’inspecteur du travail en poste dans le Finistère signale une certaine effervescence dans les usines de Douarnenez où les ouvrières réclament un relèvement de leur salaire preuve s’il en est que les conserveries sont ouvertes sans plus étonner ce fonctionnaire141.

  • 142 Archives FIAC, Statistiques COFICA, octobre 1944.
  • 143 AD Finistère, 200 W 43, Quimper, octobre 1943, préfecture du Finistère.
  • 144 AD Finistère, 31 W 326, dossier 148, Quimper, le 19 octobre 1942.
  • 145 Ibid., dossier 146, Quimper, le 21 octobre 1943, le commissariat des renseignements généraux.

48Une bonne part de la production pêchée est destinée aux conserveries qui reçoivent officiellement, dans le Finistère et le Morbihan, 15 629 tonnes de poissons bleus (sardines et maquereaux) en 1940, 7 043 tonnes en 1941, 12 802 tonnes en 1942 et 3 252 tonnes en 1943. Au plan national, le ministère du Ravitaillement estime les quantités de poissons mis en conserve à plus de 17 800 tonnes en 1942, environ 5 000 tonnes en 1943 et 3 900 tonnes en 1944142, des chiffres manifestement très sous-évalués car ils ne tiennent compte que des quantités remises au COFICA. Le préfet du Finistère signale qu’entre octobre 1942 et octobre 1943 ce sont plus de 21 800 tonnes de conserves qui ont été expédiées au départ des seules gares SNCF de son département143. Même si ce total n’est pas constitué uniquement par des conserves de poisson, elles doivent certainement représenter une part importante de l’ensemble. Preuve, encore une fois, que le poisson existe et que les affaires ne sont pas si mauvaises ; seuls les condiments et les boîtes se font de plus en rares. Mais là encore il convient d’être prudent ; ainsi apprend-on en octobre 1942 qu’un conserveur propriétaire d’un dépôt à Concarneau écoule une bonne part de sa production aux Allemands : « Le 4 octobre 1942, vers 9 heures, deux camions français ont été chargés de conserves […]. Les conserves découvertes proviennent en partie de la maison LG dont le propriétaire avait déjà fait l’objet de recherches infructueuses pour marché noir144. » Un an plus tard, en octobre 1943, les faits sont plus précis puisqu’un usinier quimpérois est accusé de vente frauduleuse aux Allemands. Au cours d’une visite de la conserverie, les agents du contrôle économique ont la surprise de découvrir des stocks d’huile alimentaire très importants : 8,2 tonnes d’huile d’arachide et 3,6 tonnes d’huile d’olive, un véritable trésor, sont entreposées en bidons de cinq litres145.

  • 146 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.
  • 147 Greffe du tribunal de commerce, Nantes, Registre du Commerce, Nantes, no 1076 B.
  • 148 AN AJ41-18, Paris, décembre 1943, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

49Comme les conserveurs s’inquiètent du caractère aléatoire des approvisionnements en poisson et, alors que les Allemands ont interdit, dès le début de l’Occupation, la fabrication de conserves de viande pour la population civile146, certains d’entre eux demandent l’autorisation de travailler parallèlement des viandes qui, après 1943, circulent difficilement à travers le pays. La maison Tertrais, par exemple, « est autorisée à abattre ou à faire abattre pour son compte les animaux destinés à la fabrication des conserves de viandes par autorisation préfectorale du 22 décembre 1943147 ». À cette époque les industriels et les grossistes réalisent encore, malgré la diminution de leurs activités, des « bénéfices considérables, considérés comme scandaleux par toutes les autres classes148 ».

  • 149 AD Finistère, 200 W 154, Quimper, le 9 septembre 1943, la section de gendarmerie.
  • 150 AD Finistère, 200 W 152, Quimper, le 24 mai 1944, l’administrateur de l’usine.
  • 151 Dessaux Pierre Antoine, « Entrepreneurs de la pénurie… », op. cit., p. 559.

50Les sardines à l’huile restent l’objet de toutes les convoitises et les vols d’huile et de boîtes de conserves sont de plus en plus fréquents. À l’usine Boutet de Rosporden149, mais aussi à Quimper, à l’usine Saupiquet où, tôt dans la matinée du 24 mai 1944, « 6 ou 7 individus masqués et armés se sont présentés […]. Sous la menace de leurs armes, ils se sont emparés de 2 tonnes de conserves […] et les ont chargées sur un camion150 ». Toutes les conserveries de poisson confrontées avant le conflit à des problèmes de surproduction, ou plutôt de sous-consommation, se trouvent grandement favorisées durant toute l’Occupation et les années d’immédiat après-guerre, périodes dramatiques de pénurie alimentaire151.

Une industrie très organisée

  • 152 Parodi Maurice (dir.), La Question sociale en France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2000, p. 27

51Les conserveurs sont loin de former un corps professionnel homogène car les uns et les autres présentent des chiffres d’affaires, des compétences techniques, des modes et des capacités de productions, des possibilités de ventes, des notoriétés, très différents. En revanche, il faut reconnaître que la majorité d’entre eux partagent des opinions, modes de pensée et autres tournures d’esprit similaires dans bon nombre de domaines. Malgré de réelles dissensions et de nombreux points de désaccords, ils forment, à n’en pas douter, une communauté de vues : la défense de la reconnaissance de la qualité de leurs produits ; la défense de l’empire colonial et de ses marchés protégés, civils ou militaires ; le refus de la recherche de compromis, de dialogue ou de relations sociales avec les ouvrières et les pêcheurs et enfin un anti-socialisme, et surtout un anti-syndicalisme qui, au-delà de la seule CGT, rejaillit sur l’ensemble des organisations ouvrières152. Cette aversion explique sans doute la précocité du regroupement patronal dans cette branche industrielle.

Les syndicats de conserveurs

  • 153 Dont le siège est à Nantes, 1 rue Arsène Le Loup.
  • 154 Dont le siège est à Paris, avenue de Messine.

52La première organisation professionnelle des conserveurs de poissons est ancienne puisque c’est le 5 février 1875 qu’est fondé à Nantes le Groupement des fabricants de conserves à l’huile. D’autres groupements se créent par la suite, à Paris en 1876, à Bordeaux et en Bretagne en 1888. Les quatre syndicats régionaux et le syndicat national sont fédérés officiellement en 1926 au sein d’un organisme qui devient le 14 février 1931 l’Union des syndicats des fabricants de conserves de sardines et autres poissons153, lequel regroupe la grande majorité des membres de la profession, environ 90 % de la production et plus de 170 usines. Il existe aussi une fédération analogue pour les conserveurs de fruits et de légumes. La réunion des deux branches d’activités forme le Conseil national de la conserve (CNC) créé le 29 janvier 1935154 et chargé d’organiser les réunions indispensables entre les conserveurs et les professions participant à cette activité comme les marins pêcheurs, les répartiteurs ou les fabricants de boîtes. La direction de cet organisme est confiée à René-Victor Manaut.

  • 155 La Pêche Maritime, mai 1930.
  • 156 La Pêche Maritime, juin 1932, p. 342.

53En pleine crise économique, les conserveurs ressentent la nécessité de présenter un front uni et un projet solidaire de la profession pour défendre leur volonté de limiter les contingents d’importation. Il leur faut un organisme permanent de défense de leurs intérêts au niveau national. Lors du congrès des Pêches maritimes, tenu à Lorient en janvier 1930, ils demandent la création d’une commission interministérielle au sein de « laquelle seraient représentés tous les intérêts en cause : pêcheurs, fabricants, commerce d’alimentation, transporteurs, etc.155 ». Une première réunion en ce sens se tient au ministère du Commerce le 12 mai 1930 qui donne naissance deux ans plus tard au Comité inter-professionnel de la conserve (CIC) et au Comité pour le développement des conserves de poisson (CODECOP) créé le 12 octobre 1932 et voulu comme une organisation puissante fondée sur un principe nouveau156 :

  • 157 Victor Manaut, président du CNC, discours du 18 janvier 1934.

unir aux conserveurs, en un faisceau solide, des intérêts convergents ; cultivateurs et marins pêcheurs qui fournissent aux conserveurs des produits de la terre et ceux de la mer ; forges qui font les boîtes ; enfin les répartiteurs qui mettent le produit fabriqué à la portée du consommateur. Le programme du Conseil national et interfédéral de la conserve est éminemment national et social157.

54À la déclaration de guerre, l’organisation de la structure professionnelle de toute la branche industrielle de la conserverie de poisson est remarquable. Il va de soi que l’État vichyssois saura s’appuyer sur les organismes divers déjà mis en place qui correspondent en grande partie à l’esprit de la révolution nationale.

Le comité d’organisation de l’industrie de la conserve de poisson

  • 158 Article 2 de la loi-cadre du 16 août 1940 portant création des CO.
  • 159 Archives CCI Lorient, Registre des séances, septembre 1939, p. 33

55Les activités des conserveurs se poursuivent, les esprits sont occupés par la mise en place des comités d’organisation créés selon le modèle allemand et chargés « d’organiser l’acquisition et la répartition des matières premières et produits nécessaires aux fabrications de la branche industrielle considérée158 ». L’idée n’est d’ailleurs pas nouvelle en France si l’on se souvient des efforts menés par le ministère de l’Armement et Raoul Dautry, dès le mois de septembre 1939, pour tenter de former une « organisation de familles de producteurs ». Sous l’égide des régions économiques, des chambres de commerce et des groupements professionnels, le gouvernement encourage « la création d’associations d’artisans ou de petits industriels qui se verraient attribuer des commandes de fournitures intéressant la Défense nationale159 ». Le gouvernement de Vichy s’engage sur la même voie et présente sa loi sur l’organisation professionnelle le 16 août 1940, une loi plutôt bien accueillie par les conserveurs et d’autant plus intéressante à leurs yeux que les syndicats ouvriers (CGT et CFTC) sont dissous et que seuls subsistent les syndicats professionnels et donc patronaux.

  • 160 Archives CCI Quimper, séance du 12 septembre 1942.
  • 161 Archives CCI Lorient, séance du 16 septembre 1942.

56De leur côté, les chambres de commerce ne sont guère plus frondeuses, bien au contraire. Si la loi du 11 avril 1941 mettait fin au mandat de tous les membres en exercice et donnait au secrétaire d’État à la Production industrielle le pouvoir de prononcer les nominations et les radiations des élus consulaires, les nouveaux membres choisis par le gouvernement sont, dans leur grande majorité, les mêmes qu’avant la radiation. Ainsi à Quimper, le président de Servigny, conserveur à Concarneau, abandonne son siège à son ancien vice-président Marcel Chacun160, conserveur à Quimper, lui-même étant nommé président honoraire. Il en est de même à Lorient où le président Guihot se démet de ses fonctions pour être immédiatement réélu à la tête de l’assemblée consulaire161. Les discours des deux nouveaux élus lors de leur prise de fonction ne laissent que peu de doutes sur leur état d’esprit. Marcel Chacun achève le sien dans les termes suivants :

  • 162 Archives CCI Quimper, séance du 12 septembre 1942. La réponse de Vichy ne se fait pas attendre et (...)

C’est très respectueusement que notre pensée s’élève vers la haute figure qui préside aujourd’hui aux destinées de la France, le maréchal Pétain. Nous aurons le souci de nous montrer digne de lui et de suivre sa propre devise, SERVIR. Suivant les directives du Maréchal, nous devrons nous souvenir que l’économique et le social doivent être indissolublement et harmonieusement liés pour atteindre et assurer ce résultat cher entre tous, la paix sociale dans la justice, but essentiellement recherché par les inspirateurs de la charte du Travail162

57Le président lorientais Guihot

  • 163 Archives CCI Lorient, séance de mars 1941.

tient à exprimer, par son premier acte officiel, sa confiance et sa foi dans l’œuvre de redressement de la France meurtrie, entreprise par Monsieur le maréchal Pétain ; en souhaitant ardemment la réalisation de cette œuvre et l’union de tous les Français derrière leur chef vénéré, la chambre de commerce prie Monsieur le chef de l’État de recevoir l’assurance de sa fidélité et de son dévouement et d’agréer l’expression de sa respectueuse gratitude et de sa profonde admiration163.

  • 164 Ibid., Registre des séances, septembre 1940, p. 208.
  • 165 Décret du 3 mars 1941, JO du 20 mars 1941, numéro du code : 088.
  • 166 Marie dAvigneau André, op. cit., p. 397.
  • 167 Joly Hervé, « Prosopographie des dirigeants des comités d’organisation », dans Dard Olivier, Dauma (...)
  • 168 Kuisel Richard, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, p. 243.
  • 169 Angot Joseph, La Pêche Maritime, octobre 1945, p. 20.
  • 170 Sous la présidence de René Victor Manaut, sénateur et ancien ministre, ancien président de l’Union (...)
  • 171 Rousso Henry, La Collaboration, Paris, MA Éditions, 1987, p. 59.

58Les dirigeants des conserveries deviennent très vite les premiers, et longtemps les seuls, membres des comités, bien que le ministre de la Production industrielle ait précisé que dans l’organisation définitive, « des employés, des ouvriers, des ingénieurs figureraient au même titre que les représentants du patronat164 ». Le comité d’organisation de l’Industrie des conserves de poisson est précoce, créé par la loi du 3 mars 1941165. La participation de tous les professionnels concernés s’effectue au sein d’une hiérarchie assez pesante, à chaque échelon de laquelle prennent place des représentants de l’État166. En fait le CO de la conserve, comme tous les autres CO, est largement dirigé par les industriels et contrôlé par un commissaire du gouvernement167. On s’aperçoit que son organigramme est la fidèle reconstitution de celui de l’Union des syndicats de conserveurs existant avant-guerre et dissous par la loi d’août 1940168 : les professionnels reconnaissent d’ailleurs et sans malice que « c’est le bureau de l’Union qui est transformé en CO de l’Industrie des conserves de poisson169 ». Le siège du comité, à Nantes, reste celui de l’Union nationale des syndicats français des fabricants de conserves. La direction du comité, où siègent les présidents des cinq syndicats régionaux, reste collégiale170. Pour autant la nomination à ce comité n’est jamais une obligation et les dirigeants qui acceptent d’y figurer le font par idéologie et pour apporter leur soutien à la Révolution nationale171. Le rôle du comité, défini par les textes, consiste à établir fixer des prix, prendre les sanctions au sein de la profession, assurer la distribution et la répartition des commandes.

  • 172 Créé le 10 septembre et institué le 12 octobre auprès du ministre secrétaire d’État à la Productio (...)
  • 173 COFICA, 18 rue de l’Arche Sèche à Nantes. Cet organisme a été créé en avril 1918 aux Sables d’Olon (...)
  • 174 BO Marine marchande, 1941-1, décret du 3 mars 1941.
  • 175 SHD Marine Brest, 7 P 1-59, décision du 7 novembre 1940.
  • 176 Ibid., décision du 21 janvier 1942.

59Même parmi les conserveurs, il semble que l’adhésion à ce projet de Vichy soit pour le moins tiède. Le statut très ambigu de cet organisme ne permet pas d’améliorer les relations entre les fabricants et les pouvoirs publics si bien que le rôle potentiel d’un CO de la conserve s’avère bien vite secondaire. Seul l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI), créé le 10 septembre 1940172, présente un réel intérêt pour nos usiniers car c’est auprès de cet organisme que sont obtenus les boîtes, l’étain et le plomb de soudure, le charbon, les caisses, les machines… Au sein du CO, c’est le Comptoir français de l’industrie des conserves alimentaires (COFICA173) qui est chargé des problèmes particuliers de la profession et devient une institution de droit public, désignée comme telle par Vichy. Ses attributions sont maintenues par décret en 1941174 et conservées jusqu’en 1945. Toutes les sardines destinées à la fabrication de conserve sont obligatoirement et exclusivement achetées aux pêcheurs par les comptoirs locaux du COFICA. L’intervention du comptoir est rapidement étendue aux achats des principaux poissons de conserves, les thons rouges, les germons, les anchois, les maquereaux et les sprats175. Le monopole d’achat est complet en janvier 1942 et concerne tous les poissons mis en boîte176.

  • 177 AD Finistère, 200 W 39.
  • 178 Les dispositions du décret du 3 avril 1940 sont étendues aux achats de tous les poissons de conser (...)
  • 179 Décret-loi du 13 mars 1941 sur l’organisation corporative des Pêches maritimes.

60Le Comptoir joue aussi un rôle important auprès du gouvernement où il dispose d’une oreille attentive. La voix des conserveurs peut se faire entendre par son entremise. Dès le début de l’Occupation, l’une des craintes des usiniers est la baisse de l’approvisionnement, crainte justifiée dans la mesure où les marins préfèrent vendre aux mareyeurs qui achètent le poisson un bien meilleur prix. Un premier arrêté préfectoral réglementant la répartition à l’avantage des conserveurs est pris dans le Finistère en mai 1941177. Cette mesure est étendue aux départements voisins puis à l’échelon national. Le Comptoir exerce donc une influence certaine auprès des autorités de Vichy, où son action est appréciée, si l’on considère que les décrets sur la répartition des poissons bleus, sont reconduits dans le même sens chaque année après 1941, jusqu’à la fin du conflit et même après178. En 1941, 75 à 100 % de la sardine est réservée aux conserveurs ; 85 % des thons et 60 % des maquereaux ; pour les sprats, tout ce que peuvent absorber les usines et au-delà pour la salaison179. Comme le Comptoir dispose d’agents dans tous les ports sardiniers de l’Atlantique, il lui est facile d’exercer une surveillance efficace des débarquements et d’apporter une aide très énergique aux services de l’Inscription maritime. Dans beaucoup de ports bretons, le personnage le plus redouté reste bien l’agent du Comptoir, d’autant plus que son pouvoir ne cesse de grandir au cours de l’Occupation.

  • 180 Marie dAvigneau André, op. cit., p. 391.
  • 181 BO Marine, 1939-2, Vivres de croisière des sous-marins, p. 375.
  • 182 Michel Henri, op. cit., p. 647.
  • 183 Archives CCI Lorient, séance du 10 janvier 1941.
  • 184 Fréville Henri, op. cit., p. 123.

61Le Comptoir assure aussi l’achat collectif des matières premières puis en effectue la distribution ; il fixe les prix et notamment ceux de l’indispensable fer-blanc et de l’huile irremplaçable180. En fait, il est chargé de répartir la misère. Les seuls problèmes évoqués par les conserveurs, au cours de leurs réunions, de plus en plus rares, concernent l’activité de leurs usines, les améliorations apportées au fonctionnement par ces temps de pénurie, les procédures variées pour maintenir la production et les moyens de remplacer les produits introuvables. Pour la vente en quantité, on attend tout de l’état-major de l’armée et de la marine allemandes et les espoirs ne sont pas déçus. Tous les mois, un véritable pactole est distribué aux fabricants. Jusqu’à la loi du 17 avril 1942, les achats en gros, supérieurs à 10 000 francs, ne sont soumis ni à la taxe de la production ni à celle sur les transactions. La collaboration économique s’avère très vite une aubaine à défaut d’être une obligation car les conserves présentent un réel caractère stratégique. La plus grande part de la production, pour ne pas dire l’exclusivité, est destinée aux soldats allemands et notamment aux équipages sous-mariniers dont l’alimentation en mission est basée essentiellement sur des conserves181. En 1943, ce sont plus de 400 sous-marins qui sont abrités sous leurs block haus de béton entre Bordeaux et les côtes norvégiennes et plus de 200 d’entre eux sont en opération182. Les bases de Brest, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux sont situées au cœur même des zones de fabrication des conserves de poisson et les commandants des U-Boot sont les mieux placés pour transmettre leurs commandes prioritaires. De plus, il ne faut pas oublier que les prix sont surveillés sur le marché intérieur et que les troupes allemandes effectuent des achats massifs à des prix très intéressants qui entraînent trop souvent une forte hausse de la demande alors que l’offre est chaque jour plus restreinte183. Les commandes sont groupées et traitées par des bureaux d’achat qui pratiquent des tarifs particulièrement rémunérateurs pour tous les aliments achetés184. Dans ces conditions les conserveurs n’hésitent pas à vendre aux plus offrants sans crainte des poursuites.

62Cette collaboration économique évidente n’est jamais évoquée, ni lors des séances des chambres consulaires, ni lors des réunions des conserveurs où le mutisme sur la question reste le mot d’ordre. L’attitude de ce patronat spécifique n’a d’ailleurs rien d’original et s’apparente à celle de tous les dirigeants d’entreprises directement intéressés par l’effort de guerre comme ceux de la métallurgie ou de la mécanique. Les conséquences désastreuses dues à l’éventuelle fermeture des usines sont, elles, fréquemment évoquées pour justifier la poursuite des activités :

  • 185 Archives CCI Quimper, séance du 9 mai 1944.

Considérant que le rendement de la conserverie dans la Ve région économique (la Bretagne) représente 80 à 85 % de la production nationale, que le personnel employé s’élève au minimum à 25 000 ouvriers et ouvrières ; que cette industrie fait vivre au moins 100 000 personnes185.

  • 186 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 112.
  • 187 Archives CCI Lorient, séance d’avril 1945.
  • 188 BO Marine, décret du 4 septembre 1943 portant création du comité de coordination.

63Dans ces conditions il apparaît naturel aux usiniers, mais aussi aux autorités préfectorales, que le gouvernement mette tout en œuvre pour aider cette branche de l’industrie alimentaire, quitte à favoriser les fournitures massives à l’armée allemande, puisqu’une part de la production accède toujours au marché national. Mais dans les faits le comité ne détient que peu de pouvoir ; il ne peut prétendre à autre chose qu’une simple action consultative et se mue en auxiliaire des commandes allemandes186 dont le rôle est mal perçu par les conserveurs qui considèrent qu’il s’ajoute au COFICA sans le compléter et que les deux structures ne sont que les rouages supplémentaires d’une bureaucratie accablante, tatillonne et inutile. « Les industriels n’ont tiré aucun avantage réel de l’existence des comités et ont dû seulement consacrer une partie de leur activité à la confection de questionnaires multiples187 ». Pour compliquer encore l’organisation de la profession, un comité chargé de coordonner les activités communes des différents comités de conserveurs voit le jour en septembre 1943 sous l’autorité conjointe des ministères de l’Agriculture et du Ravitaillement et de la Marine188 !

  • 189 AN AJ41-397, Synthèse des rapports des préfets de la Zone occupée, Paris, le 14 janvier 1941.
  • 190 AD Morbihan, 2 W 12 362, Comité central de ravitaillement des conserves alimentaires, loi du 23 oc (...)
  • 191 SHD Marine Brest, 8 P 1-67, Paris, le 26 juin 1944, l’amiral Bléhaut.

64Il faut souligner que les industriels de la conserve sont liés en amont à de multiples fournisseurs dépendant de répartiteurs différents. Pour que les allocations de matières soient cohérentes, il est nécessaire de créer, en janvier 1941, une section centrale de la répartition, organisme qui surveille et coordonne les travaux des différentes sections : « À cet organisme central est attaché un service de récupération des déchets et vieilles matières ; la récupération bien conduite est, en effet, susceptible de fournir un appoint important de matières premières189. » Mais le gouvernement semble persuadé de l’inefficacité de ces groupements de producteurs puisqu’un Comité central de ravitaillement des conserves alimentaires est créé à la fin de l’année 1941 afin de répartir aux grossistes, sur tout le territoire, les stocks disponibles190. Enfin, à la fin de l’année 1943, est créé un CO des Industries alimentaires de transformation des produits de la pêche maritime chargé d’élaborer un projet de découpage des circonscriptions territoriales des organismes corporatifs et de définir les catégories professionnelles du monde de la pêche maritime191. Mais ce dernier comité n’aura jamais l’occasion de fonctionner normalement avant la fin du gouvernement de Vichy.

  • 192 Rousso Henry, Vichy, l’événement…, op. cit., p. 203.
  • 193 Archives CCI Lorient, septembre 1942.

65Sans grand pouvoir, le Comité joue pourtant un rôle très peu apprécié des conserveurs car il est chargé de procéder à la mise en application du plan général de concentration industrielle voulu par Vichy, en deux volets : effort de modernisation économique et garantie d’approvisionnement en matières premières192. Cette politique engagée au début de l’année 1942 par le ministère de la Production industrielle en liaison avec les autorités allemandes est définie par la loi du 17 décembre 1941 pour l’aménagement de la production : il faut fermer les usines les plus petites et les plus anciennes pour favoriser la production aux meilleures conditions dans les unités les plus productives ; il faut assainir et moderniser le monde industriel par la voie de la concentration. Mais, bien que les propositions du CO soient sommaires et vagues, les conserveurs s’insurgent contre des procédés jugés, a priori, arbitraires et autoritaires ; ils s’opposent avec virulence aux conclusions des « technocrates » de Vichy. Les chambres de commerce de Quimper et de Lorient protestent énergiquement dès le mois de juin 1942 car la fermeture de plusieurs usines est prévue, parmi lesquelles les établissements Fleury de Plomeur et Tristan-Tersol de Lorient, situés dans une circonscription qui compte à l’époque plus d’une quarantaine de fabriques au total. Cette opposition prouve indéniablement la bonne santé économique des fabricants de conserves de poisson qui obtiennent gain de cause193. De leur côté, les Allemands n’ont guère poussé à la concentration dans les conserveries bretonnes. Pour eux, cette mesure ne les intéresse qu’autant qu’elle permet de libérer un plus grand nombre d’ouvriers, alors disponibles pour les usines allemandes ; mais comme les conserveries travaillent presque exclusivement pour eux, ils ne voient aucune urgence à la fermeture les usines, même les moins productives. Ce sont les bombardements alliés sur Lorient qui se chargeront, quelques mois plus tard, le 15 janvier 1943, de régler définitivement le problème, sans se soucier de la vétusté des usines.

  • 194 Archives du syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, le 14 mars 1944, Le Toquer.
  • 195 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 559.

66En septembre 1939, la déclaration de guerre n’est pas considérée comme une calamité économique par les usiniers, bien au contraire. L’expérience acquise au cours de la Première Guerre mondiale est un précieux viatique pour les conserveurs qui se mettent rapidement au service de la Nation et plus encore de l’Intendance militaire. Les craintes sont bien plus grandes neuf mois plus tard lorsque commence l’Occupation : les fabricants de conserves de poisson s’alarment, comme tous leurs collègues industriels, inquiets pour leur avenir et celui de leurs entreprises. L’année 1940 marque pour les conserveurs « l’avènement de l’économie dirigée, la mise en tutelle de l’industrie de la conserve, l’instauration de la répartition, le blocage des marchandises, la suppression de la concurrence et de toute liberté194 », mais les inquiétudes sont pourtant vite levées et le travail reprend sous la protection des autorités allemandes résolues à piller le pays. La plupart des conserveurs se satisfont de leurs conditions d’activité et beaucoup s’engagent bien au-delà « de ce niveau élémentaire de la collaboration économique sont elles apprécient tous les bénéfices195 ».

  • 196 Fichou Jean-Christophe, « Les Conserveurs bretons et le Front populaire », Annales de Bretagne et (...)
  • 197 Julliard Jacques, La IVe République…, op. cit.
  • 198 Kolboom Ingo, La Revanche des patrons…, op. cit., p. 351.
  • 199 Il convient toutefois de signaler que ces mesures sont présentées par le gouvernement Daladier : d (...)
  • 200 Lengelé Robert, La Mission économique…, op. cit., p. 200.
  • 201 Laroulandie Frédéric, La France des années 1940, Paris, Ellipses, 1999, p. 53.

67Après le traumatisme, pourtant déjà surmonté, du Front populaire196 les fabricants de conserves de poisson, et les patrons en général, vivent comme une aubaine le régime de Vichy et l’Occupation et, et soutiennent massivement l’avènement d’un État français autoritaire favorable au renforcement de leurs pouvoirs. Jacques Julliard évoque même pour cette période un véritable âge d’or du patronat français197. L’Union des syndicats de conserveurs, particulièrement actif au sein de la Confédération générale du patronat français (CGPF) dans sa dénonciation des réformes de Léon Blum, peut même être considéré comme l’un des soutiens actifs du programme de Vichy concernant la lutte contre les organisations ouvrières et la recherche d’un pouvoir fort198. Les conserveurs ne peuvent qu’apprécier l’allongement de la durée légale du temps de travail et l’effacement des conventions collectives199 ; l’économie est enfin « engagée sur la voie du redressement200 ». Non seulement, « le mouvement revendicatif est désorganisé, mais le paternalisme triomphant de la Révolution nationale reconnaît aux chefs d’entreprises une autorité morale sur leurs salariés201 ».

  • 202 Farges Paul, Le Pain de la corruption…, op. cit., p. 21.

68Le nouvel habillage de Vichy, sous forme de Comité d’organisation, ne change rien aux manières de travailler des fabricants. Le président du Syndicat national, de Clerville, représente toute la profession à l’hôtel Majestic, les présidents des syndicats régionaux, porte-parole des usiniers, se chargent de régler les problèmes avec les autorités occupantes sur le littoral et le COFICA est sous le contrôle des conserveurs. Bien sûr les conditions d’approvisionnement en poisson et en matières premières pour la confection des boîtes restent très défavorables, mais il est incontestable que les conserveurs ont consolidé et accru leurs privilèges pendant le conflit : « une classe prise de panique à l’heure où il fallait se battre et qui, enfin rassurée par les armées allemandes, regagna sa ville avec les dépouilles du peuple vaincu202 ». Malgré les bombardements et les destructions portuaires, malgré les velléités de concentration industrielle, malgré la pénurie grandissante de fer-blanc, d’étain, d’huile et même de poissons, on travaille tous les produits pêchés possibles dans des usines plus nombreuses en 1943 qu’en 1939. On les prépare avec les huiles et les condiments du moment ou tout simplement au naturel ; on vend, cher, sans se poser de question. La période d’occupation a même été pour ces entreprises une période d’innovation et de modernisation dans le domaine technique ainsi qu’en matière d’organisation et de gestion. L’appareil industriel n’a jamais été pillé et la collaboration avec l’industrie allemande a permis aux entreprises françaises de bénéficier de certains transferts technologiques, notamment dans le domaine de la congélation.

  • 203 Capatti Alberto, Le Goût du nouveau…, op. cit., p. 255.
  • 204 Rousso Henry, Vichy, l’événement…, op. cit., p. 180.

69Il convient cependant de rappeler que si les conserveries de produits de la mer travaillent pendant toute la durée du conflit, et travaillent bien, l’essentiel de la production est acheté par les Allemands. Les conserves apparaissent encore plus rarement que le poisson frais sur les tables françaises, si bien que l’opinion imagine qu’elles ont totalement disparu, alors qu’il n’en est rien. Les conserveurs de poisson ont travaillé, pratiquement tous, pendant l’occupation en se fondant sur la base du pétainisme : « patienter, accommoder les restes et attendre le rétablissement de l’hégémonie du goût français203 ». Pendant ce temps d’attente, on accepte la collaboration industrielle et économique, résignée affirment les conserveurs, intéressée à coup sûr, dans un cadre contraignant, mais pas dirigé, « pas même administré204 », sinon par les fabricants eux-mêmes.

Notes

1 Fichou Jean-Christophe, « La Conserverie de poisson 1939-1945 : une industrie sinistrée ? », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 207, 2002, p. 61-76.

2 Archives CCI Lorient, Registre des séances, septembre 1939, p. 32.

3 Archives Syndicat des conserveurs de Bretagne, Paris, le 19 février 1940, circulaire no 4 544, Mobilisation volontaire des industries alimentaires travaillant pour la population civile.

4 Le capitaine Guénin, du « détachement des Forges ».

5 BO Marine, 1939-2, p. 1091.

6 SHD Marine Brest, 8 P-63, Paris, le 27 mars 1940, le ministre de la Marine marchande.

7 Union des fabricants de conserves de poisson, Rapport de la production à la consommation, Paris, février 1940, p. D 209. Production en 1937 : 1 040 000 caisses, en 1938 : 1 110 000 caisses.

8 Rapport d’activité du Syndicat des conserveurs du Finistère, Quimper, le 22 janvier 1940.

9 SHD Marine Brest, 2 P 1-19, Paris, le 11 octobre 1939, le directeur des pêches maritimes.

10 Archives FIAC, Joseph Angot, rapport de décembre 1939.

11 SHD Marine Brest, 2 P 2-3, Quimper, le 25 septembre 1939, le préfet.

12 Paris, le 26 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande.

13 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 8 novembre 1939, l’administrateur.

14 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, décret du 3 avril 1940.

15 Statistique des Pêches maritimes.

16 AD Finistère, 4 S 364, situation au 15 septembre 1939, le préfet du Finistère.

17 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 8 janvier 1940, le ministère de la Marine marchande au directeur de l’Inscription maritime.

18 Enquête sur les positions statistiques des unions françaises de conserves de poisson, Paris, mai 1941.

19 Archives du Syndicat des conserveurs du Finistère, Quimper, le 16 octobre 1940.

20 Archives personnelles ; factures des 4 mars 1939, 14 août 1940 et 8 novembre 1940.

21 AD Finistère, 200 W 219, Crozon, novembre 1940, la gendarmerie, rapport de vol dans l’épicerie de madame Fabien à Crozon.

22 BO Marine, 1941-2, arrêtés prix des sprats et des maquereaux, 13 mai et 19 août 1941.

23 AD Morbihan, 2 W 15824, Lorient, le 16 avril 1940, le sous-préfet.

24 BO Marine, 1939-2, décret du 2 octobre 1939.

25 Leroux Roger, Le Morbihan en guerre, 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch éditeur, 1978, p. 11.

26 AD Finistère, 10 M 62. Quimper, le 8 février 1940, le capitaine de gendarmerie Le Thomas.

27 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 19 mai 1940, l’administrateur Québriac.

28 AD Finistère, 4 S 364, Quimper, le 26 juin 1940, l’administrateur du quartier maritime.

29 Archives CCI Quimper, séance du 25 juin 1940, Marcel Chacun, vice-président de la chambre de commerce.

30 Archives CCI Lorient, séance de juin 1940.

31 Broder Albert, Histoire économique de la France au XXe siècle : 1914-1997, Gap, Ophrys, 1998, p. 94.

32 Archives CCI Lorient, Vichy, le 25 septembre 1943, le secrétaire général de la Police Bousquet.

33 AD Morbihan, 2 W 15821, Vannes, le 20 novembre 1941, le colonel Von Reisse, en application de l’ordonnance du 6 novembre 1941 « pour la protection de la paix du travail ».

34 AD Finistère, 200 W 207, Quimper, le 25 janvier 1943, l’inspecteur départemental du travail, Arnaud.

35 AD Finistère, 200 W 218, Concarneau, le 8 août 1942, le commissaire de police.

36 AD Morbihan, 2 W 15821, grève Tirot.

37 Ouest-Éclair, 13 décembre 1943.

38 Almanach du marin breton, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1944, p. 57 : « Si ta femme travaille en usine, tu mangeras piteuse cuisine ».

39 Bard Christine, Les Femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. 136.

40 AD Loire-Atlantique, 1673 W 21, courrier de l’ODGP au maréchal Pétain, 1941 ; cité dans Belser Christophe, La Collaboration en Loire-Inférieure, 1940-1944, La Crèche, Geste éditions, 2005, t. 1, p. 168.

41 SHD Marine Brest, 5 P1-85, Paris, le 17 novembre 1941, le directeur adjoint Willaumé.

42 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris le 28 septembre 1940, le directeur des services de la Marine marchande.

43 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 14 octobre 1940, le secrétariat d’État à la Marine.

44 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Saint-Brieuc, le 12 septembre 1940.

45 Ibid., Saint-Brieuc, le 25 septembre 1940, la préfecture.

46 SHD Marine Brest, 3 P 2-20, Le Guilvinec, le 29 juillet 1941, l’administrateur Québriac.

47 AD Finistère, 200 W 192, Industries diverses, 1940-1944.

48 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, 7 novembre 1941. Le Secours national avait été créé pendant la Première Guerre mondiale. Il cesse ses activités en 1919, avant d’être reconstitué en 1939. Un texte du 4 octobre 1940 place cet organisme sous la haute autorité du chef de l’État. Les archives ne mentionnent pas si l’appel du président syndical connut un franc succès auprès des conserveurs bretons.

49 Veillon Dominique, op. cit., p. 77.

50 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 13 août 1940, le Feldkommandant.

51 Archives du syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, le 16 juillet 1940, le président Guerlesquin.

52 Archives CCI Quimper, Quimper, séance du 24 août 1940.

53 Fridenson Patrick, Robert Jean-Louis, « Les ouvriers dans la Seconde Guerre mondiale : un bilan », Le Mouvement Social, no 158, 1992, p. 118.

54 AN AJ41-397, Paris, le 28 octobre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

55 AD Finistère 31 W 386, Quimper, le 12 août 1940.

56 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 26 octobre 1940 l’administrateur du quartier.

57 Archives syndicat des conserveurs de Bretagne : « J’ai l’honneur de vous accuser réception de l’ordre que vous m’avez donné conformément aux instructions de M. le conseiller Albrecht. Je m’engage sur ma responsabilité personnelle de fournir à cette autorité 5 210 kilos de conserves de sardines et 15 360 kilos de conserves de poisson […] réservés jusqu’au 15 novembre 1940 », Guerlesquin, conserveur à Quimperlé.

58 AD Finistère 31 W 386, Nantes, le 13 septembre 1940.

59 AD Finistère, 3 1W 386. Le premier versement est effectué le 23 septembre 1940 ; le second le 14 novembre et le dernier le 7 juillet 1941.

60 Ibid., Paris, le 19 septembre 1940. Les conserveurs sont représentés par Victor Manaud, président du Centre national des conserves, et futur président du CO des conserveurs de poisson, et par Le Danois, directeur de l’ISTPM.

61 Archives FIAC, Paris, le 7 octobre 1940, Dr Michel, référence 9808/40.

62 Radtke-Delacor Arne, « Produire pour le Reich. Les commandes allemandes à l’industrie française (1940-1944) », Vingtième Siècle, avril-juin 2001, no 70, p. 13.

63 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 juillet 1940, l’administrateur Québriac.

64 Sauvy Alfred, op. cit., p. 76.

65 Jézéquel Yves, « Paimpol sous l’Occupation », Les Carnets du Goëlo, 1993, no 9, p. 44. Il s’agit de la retranscription d’un journal personnel rédigé sous l’Occupation.

66 Rochebrune Renaud de, Hazera Jean-Claude, Les patrons sous l’Occupation, t. 1, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 144.

67 Entretien avec M. Noël Larzul.

68 Parti en Angleterre en juin 1940, engagé dans les FFl et tué en 1943 en Méditerranée ; son cousin germain, Jacques Chauvin, ingénieur à l’usine des cristalleries de Baccarat alors fermée, le remplace à la tête de l’usine jusqu’en 1955. Entretien avec son fils, Dominique.

69 Souleau Philippe, « Les négociants bordelais face à l’Occupation : entre collaboration, “adaptation-contrainte” et résilience », colloque Vin, vigne et civilisation en Aquitaine et dans le monde, université Montaigne-Bordeaux III, du 17 au 20 mai 2005 ; 85 millions de bouteilles de Bordeaux sont achetées entre 1940 et 1944.

70 Sanders Paul, op. cit., p. 19.

71 Selon la remarque humoristique de Marcel Boldorf.

72 Steinberg Lucien, Les Allemands en France : 1940-1944, Paris, Albin Michel, 1980, p. 36.

73 Lacroix-Riz Annie, Industriels et banquiers sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 1999, p. 125.

74 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », dans Beltran Alain, Frank Robert et Rousso Henry (dir.), op. cit., Paris, Belin, 1994, p. 15.

75 Delarue Jacques, Trafics et crimes sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1968, p. 27.

76 Rapport du 7 février 1944, dans Rapport d’activité du LXXIVe corps d’armée…, op. cit., p. 12.

77 SHD Marine Brest, 8 P 1-63 pour Douarnenez, 7 P 1-56 pour Audierne, 3 P 1-110 pour Le Guilvinec.

78 Ibid., Paris, le 22 octobre 1940, le directeur Peyregua.

79 Ibid., Douarnenez, septembre 1940.

80 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Douarnenez, novembre 1940, rapport de l’administrateur du quartier.

81 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

82 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.

83 AD Finistère, 200 W 39, Quimper, le 30 novembre 1941, le préfet.

84 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 127.

85 Archives FIAC, Nantes, le 9 octobre 1940, de Clerville.

86 AD Finistère, 200 W 1, Quimper, le 5 novembre 1940, Felkommandant Sölter.

87 Archives CCI Lorient, Registre des séances, mars 1941, p. 246.

88 AD Finistère, 200 W 192, condamnations des 27 novembre 1942 et 16 avril 1943.

89 Calvi Fabrizio, Masurovsky Marc, Le Festin du Reich : le pillage de la France occupée 1940-1945, Paris, Fayard, 2006.

90 À la suite de la rencontre Bichelonne-Speer de septembre 1943 à Berlin, les usines V sont créées le 8 octobre 1943.

91 Sainclivier Jacqueline, op. cit., p. 106. En 1939, les Forges employaient 1 661 ouvriers, et 945 en 1944.

92 AD Loire-Atlantique, 1690 W 9, note sur la situation de la relève en Loire-Inférieure, 8 novembre 1942. Citée dans Belser Christophe, La Collaboration en Loire-Inférieure…, op. cit., t. 1, p. 181.

93 AD Morbihan, 2 W 9609.

94 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 11 septembre 1941, l’administrateur.

95 AD Finistère, 31 W 326, Quimper, le 19 octobre 1942, la Feldkommandantur.

96 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 3 novembre 1942, la Feldkommandantur.

97 AD Finistère, 181 W 29, Angers le 27 février 1942, l’ingénieur général Defralon.

98 Radtke-Delacor Arne, op. cit., p. 112.

99 AN F1 a 3705, synthèse des rapports des préfets de la ZO, juillet 1943.

100 AD Morbihan, 2 W 9609. Les demandes de classement en V-betriebe forment une petite liasse incomplète, la seule retrouvée dans des archives départementales, mais qui prouvent indubitablement l’attachement des usiniers à ce classement.

101 AN CAC no 830589, Paris le 20 octobre 1943, le Militärbefehlshaber en France, cité dans Radtke-Delacor Arne, op. cit., p. 112.

102 Radtke-Delacor Arne, op. cit., p. 110.

103 AD Finistère, 200 W 149, Quimperlé, le 11 août1941, le commissaire de police.

104 Archives FIAC, CO de l’industrie des conserves de poisson, Enquête annuelle, Nantes, le 15 mai 1942.

105 Saibène Marc, Brouard Jean-Yves, Mercier Guy, op. cit., t. 2, p. 61. Le pétrolier Rhéa fut utilisé pour transporter l’huile d’arachide et de palme entre Dakar et la France après un nettoyage spécial de ces cuves.

106 La désignation de ce personnage par le conseil d’administration de Lesieur n’est pas un hasard : en raison de son passé cagoulard, Lemaigre-Dubreuil a ses entrées à Vichy. Il est en relation étroite avec Maxime Weygand, délégué général du gouvernement de Pétain en Afrique depuis octobre 1940.

107 Rey-Goldzeiguer A., Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945, Paris, Syros, 2001, p. 102.

108 Archives Union des syndicats français de fabricants de conserves de poisson, rapport d’activité, Paris, février 1940.

109 Fichou Jean-Claude, « La sardine marocaine et les industriels français, 1914-1973 », dans Hodrej Philippe, Llinares Sylvie, Techniques et colonies (16e-20e siècles), Paris, Société française d’histoire d’outremer, 2005, p. 89-102.

110 Ibid., Enquête annuelle, Nantes, mars 1944.

111 AN F1cIII (1198), Synthèse des rapports mensuels des préfets de la zone occupée, mai 1942, ministère de l’Intérieur.

112 AD Finistère, 200 W 192, Brest le 10 juin 1942, l’inspecteur du travail.

113 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », op. cit., Paris, Belin, 1994, p. 29.

114 Archives CCI Lorient, Registre des séances, mars 1941, p. 246.

115 Paris, le 22 octobre 1940, le directeur des services de la Marine marchande, Peyrega.

116 Baudin Louis, Esquisse de l’économie française…, op. cit., p. 81.

117 Sanders Paul, op. cit., p. 20.

118 À Quimper, le président de Servigny, le vice-président Chacun et Guerlesquin, ce dernier par ailleurs président du syndicat des Conserveurs de Bretagne, sont tous les trois conserveurs.

119 Archives CCI de Lorient, le secrétaire général Coroller, août 1941.

120 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 431.

121 Entretien avec Marcel Boldorf, à l’occasion du colloque de Tours, Les Entreprises de biens de consommation sous l’Occupation, 25 et 26 octobre 2007.

122 AD Finistère 31 W 386, Épuration, Conserveurs.

123 « L’industrie de la conserve et la collaboration », L’Aurore, 14 octobre 1944.

124 Les conserveurs collaborent de leur plein gré et les usines ne sont pas « désignées » comme l’écrivent Guéguen Michel, Le Maitre Louis-Pierre, op. cit., t. 1, p. 322.

125 AD Finistère 31 W 386, Épuration, Conserveurs.

126 AD Finistère, 31 W 338, dossier 658.

127 Menu du repas de Pentecôte 1944 de Pierre Beuze, négociant agricole demeurant à Marçay dans la Vienne. Cité dans Schweitz Arlette, « Les banquets d’un homme ordinaire au XXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 111, 2004, p. 96.

128 L’Heure bretonne, 24 avril 1941.

129 L’Heure Bretonne, 1er août 1942.

130 BO Marine, 1942, arrêté du 22 décembre 1942 sur le prix des conserves de poisson.

131 AD Finistère, 31 W 358, Quimper, le 22 novembre 1944, le commissariat aux renseignements généraux.

132 Ration journalière : 750 g de pain, 60 à 80 g de beurre ou de margarine et 70 à 90 g de graisse animale ou végétale destinée à la ration chauffée ; 120 g de saucisse (fraîche ou en boîte), ou conserve de poisson, ou fromage ; 200 g de confiture ; 7 cigarettes ou 2 cigares.

133 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 23 février 1945.

134 Fiérain Jacques, « Saupiquet et les crises de la conserves », dans Enquêtes et Documents, Nantes, 1980, p. 211.

135 Entretien Dominique Paulet.

136 Greffe du tribunal de commerce de Bayonne, immatriculations au RCS 59 B 93, RCS 57 B 143, RCS 55 B 135.

137 Archives de la FIAC, comité d’organisation, Enquêtes sur les positions statistiques des Unions françaises de conserves de poisson, Paris, mai 1942.

138 Ibid., Paris, mai 1943.

139 Ibid., Paris, mai 1944.

140 Dessaux Pierre-Antoine, « Entrepreneurs de la pénurie, la formation d’une entreprise durant les années quarante », dans Marseille Jacques (dir.), Créateurs et créations, Paris, Association pour le développement de l’histoire économique (ADHE), 2000, p. 559.

141 AD Finistère, 200 W 43, Quimper, le 23 mai 1944, l’inspecteur du travail.

142 Archives FIAC, Statistiques COFICA, octobre 1944.

143 AD Finistère, 200 W 43, Quimper, octobre 1943, préfecture du Finistère.

144 AD Finistère, 31 W 326, dossier 148, Quimper, le 19 octobre 1942.

145 Ibid., dossier 146, Quimper, le 21 octobre 1943, le commissariat des renseignements généraux.

146 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

147 Greffe du tribunal de commerce, Nantes, Registre du Commerce, Nantes, no 1076 B.

148 AN AJ41-18, Paris, décembre 1943, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

149 AD Finistère, 200 W 154, Quimper, le 9 septembre 1943, la section de gendarmerie.

150 AD Finistère, 200 W 152, Quimper, le 24 mai 1944, l’administrateur de l’usine.

151 Dessaux Pierre Antoine, « Entrepreneurs de la pénurie… », op. cit., p. 559.

152 Parodi Maurice (dir.), La Question sociale en France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2000, p. 27.

153 Dont le siège est à Nantes, 1 rue Arsène Le Loup.

154 Dont le siège est à Paris, avenue de Messine.

155 La Pêche Maritime, mai 1930.

156 La Pêche Maritime, juin 1932, p. 342.

157 Victor Manaut, président du CNC, discours du 18 janvier 1934.

158 Article 2 de la loi-cadre du 16 août 1940 portant création des CO.

159 Archives CCI Lorient, Registre des séances, septembre 1939, p. 33

160 Archives CCI Quimper, séance du 12 septembre 1942.

161 Archives CCI Lorient, séance du 16 septembre 1942.

162 Archives CCI Quimper, séance du 12 septembre 1942. La réponse de Vichy ne se fait pas attendre et par lettre datée du 30 octobre 1942, le maréchal de France, chef de l’État, se dit « très touché des marques de confiance et de dévouement qui lui sont témoignées et remercie la chambre de commerce de Quimper. Le chef de l’État vous adresse ses vœux pour l’heureux accomplissement de votre tâche et vous charge d’être, auprès des membres de cette assemblée, l’interprète de sa gratitude ».

163 Archives CCI Lorient, séance de mars 1941.

164 Ibid., Registre des séances, septembre 1940, p. 208.

165 Décret du 3 mars 1941, JO du 20 mars 1941, numéro du code : 088.

166 Marie dAvigneau André, op. cit., p. 397.

167 Joly Hervé, « Prosopographie des dirigeants des comités d’organisation », dans Dard Olivier, Daumas Jean-Claude et Marcot François (dir.), L’Occupation, l’État français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000, p. 245.

168 Kuisel Richard, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, p. 243.

169 Angot Joseph, La Pêche Maritime, octobre 1945, p. 20.

170 Sous la présidence de René Victor Manaut, sénateur et ancien ministre, ancien président de l’Union syndicale, président du Conseil supérieur de la conserve et président du Conseil international de la conserve, le comité se compose des autres membres de l’Union : Camille Mony, président de la chambre syndicale des fabricants de la côte basque ; Pierre Van Heeckhoet, président des fabricants de conserves de la région boulonnaise ; Louis Jollan de Clerville, président des conserveurs de la région nantaise ; Jean Rödel, président des conserveurs de la région bordelaise ; Guerlesquin, président des conserveurs de Bretagne. On note aussi les noms des conserveurs les plus influents de l’époque comme Georges Tertrais de Nantes, Georges Pierre de Lorient, Pierre Garnier (Cassegrain), Camille Mony (famille Chancerelle) et Joseph Angot. Le commissaire du gouvernement est l’administrateur de l’Inscription marine du quartier de Nantes, Biguet. Source : Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1943.

171 Rousso Henry, La Collaboration, Paris, MA Éditions, 1987, p. 59.

172 Créé le 10 septembre et institué le 12 octobre auprès du ministre secrétaire d’État à la Production industrielle.

173 COFICA, 18 rue de l’Arche Sèche à Nantes. Cet organisme a été créé en avril 1918 aux Sables d’Olonne par une association des conserveurs les plus puissants de la côte vendéenne, désireux d’apporter de l’ordre sur le marché de la sardine fraîche et surtout de constituer un groupe organisé face aux réactions collectives des pêcheurs.

174 BO Marine marchande, 1941-1, décret du 3 mars 1941.

175 SHD Marine Brest, 7 P 1-59, décision du 7 novembre 1940.

176 Ibid., décision du 21 janvier 1942.

177 AD Finistère, 200 W 39.

178 Les dispositions du décret du 3 avril 1940 sont étendues aux achats de tous les poissons de conserve. L’agent du Comptoir continue de procéder aux achats directs de poissons aux pêcheurs et à la répartition entre les usiniers. Le Comptoir est chargé aussi d’organiser un service central des statistiques de la production française de conserves de poisson (valeur des stocks, quantités fabriquées, qualités des conserves, quantités livrées à la clientèle civile et aux autorité d’occupation…).

179 Décret-loi du 13 mars 1941 sur l’organisation corporative des Pêches maritimes.

180 Marie dAvigneau André, op. cit., p. 391.

181 BO Marine, 1939-2, Vivres de croisière des sous-marins, p. 375.

182 Michel Henri, op. cit., p. 647.

183 Archives CCI Lorient, séance du 10 janvier 1941.

184 Fréville Henri, op. cit., p. 123.

185 Archives CCI Quimper, séance du 9 mai 1944.

186 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 112.

187 Archives CCI Lorient, séance d’avril 1945.

188 BO Marine, décret du 4 septembre 1943 portant création du comité de coordination.

189 AN AJ41-397, Synthèse des rapports des préfets de la Zone occupée, Paris, le 14 janvier 1941.

190 AD Morbihan, 2 W 12 362, Comité central de ravitaillement des conserves alimentaires, loi du 23 octobre 1941 et arrêté du 14 décembre 1941.

191 SHD Marine Brest, 8 P 1-67, Paris, le 26 juin 1944, l’amiral Bléhaut.

192 Rousso Henry, Vichy, l’événement…, op. cit., p. 203.

193 Archives CCI Lorient, septembre 1942.

194 Archives du syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, le 14 mars 1944, Le Toquer.

195 Lacroix-Riz Annie, op. cit., p. 559.

196 Fichou Jean-Christophe, « Les Conserveurs bretons et le Front populaire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 111-1, 2004, p. 111-125.

197 Julliard Jacques, La IVe République…, op. cit.

198 Kolboom Ingo, La Revanche des patrons…, op. cit., p. 351.

199 Il convient toutefois de signaler que ces mesures sont présentées par le gouvernement Daladier : décret du 10 novembre 1939 relatif au régime du travail pendant la durée des hostilités. Elles sont simplement renforcées sous le gouvernement de Vichy.

200 Lengelé Robert, La Mission économique…, op. cit., p. 200.

201 Laroulandie Frédéric, La France des années 1940, Paris, Ellipses, 1999, p. 53.

202 Farges Paul, Le Pain de la corruption…, op. cit., p. 21.

203 Capatti Alberto, Le Goût du nouveau…, op. cit., p. 255.

204 Rousso Henry, Vichy, l’événement…, op. cit., p. 180.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Part des conserves réservées par les usines du quartier du Guilvinec
Légende Source : SHD Marine Brest, 8 P 2-19, Le Guilvinec, le 26 octobre 1940, l’administrateur du quartier.* S : Sardine ; T : Thon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540