Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Jean-Christophe Fichou

Chapitre III. La politique des pêches maritimes de Vichy

Texte intégral

  • 1 Berstein Serge, Milza Pierre, Histoire de la France au XXe siècle, 1930-1945, Bruxelles, Éditions (...)
  • 2 Cépède Michel, Agriculture et alimentation en France durant la IIe Guerre mondiale, Mayenne, M.-T. (...)
  • 3 AN AJ41-397, Paris, le 17 novembre 1940, Délégation générale du gouvernement dans les territoires (...)

1Durant les premiers mois du gouvernement de Pétain, une réelle espérance anime une grande partie de la population française, pour le moins soulagée. La « divine surprise », selon l’expression de Maurras, est partagée par la grande majorité de Français qui accordent leur confiance au Maréchal1 : « Pétain c’est la France ; la France c’est Pétain », comme le proclame monseigneur Gerlier, primat des Gaules en novembre 1940. Tout est possible aux réformateurs depuis que la défaite a discrédité le personnel politique traditionnel et la République. Ils sont persuadés de pouvoir instaurer une économie « neuve, cohérente, efficace » et « construire une France nouvelle2 ». Après avoir apporté toute l’aide possible aux pêcheurs, le gouvernement décide d’organiser en profondeur l’ensemble de la filière des pêches maritimes. Le plus étonnant est que, dans un pays vaincu, subordonné, soumis à un occupant dangereux, des transformations d’envergure sont lancées dans tous les domaines y compris celui des pêches maritimes ; beaucoup d’entre elles, il est vrai, ne présentent qu’une valeur symbolique ou restent à l’état de projet. Cependant, dans le domaine qui nous intéresse, de réelles réformes voient le jour ; mais le poids de l’Occupation allemande les rend caduques même si « l’inauguration de la politique de la collaboration3 » était censée l’atténuer : les transformations envisagées restent théoriques.

Des interlocuteurs tout-puissants : l’armée allemande en Bretagne

  • 4 Lafferre Max, Les Heures dures : le siège de Brest, Quimper, Librairie Le Gouaziou, 1945, non pagi (...)

2Les interlocuteurs allemands du gouvernement de Vichy, et plus particulièrement du ministère de la Marine et des administrateurs de l’Inscription maritime, sont nombreux et très différents. Les attributions des diverses administrations se recoupent largement et leur rôle n’est pas clairement déterminé. Après la conquête de la Bretagne par le XVe Panzerkorps, les chars de Rommel repartent en Allemagne. Au mois de décembre 1940, c’est au XXVe corps d’armée qu’incombe l’occupation de la région ; concrètement, les militaires allemands détiennent le pouvoir exécutif et assurent le maintien de l’ordre et la répression des troubles intérieurs. L’état-major s’installe à Pontivy et dispose de trois divisions d’infanterie dont l’essentiel des troupes est caserné à Brest, Lorient et Saint-Nazaire. Les soldats allemands sont chargés de la surveillance policière du littoral entre le Mont-Saint-Michel et Pornic. Ils sont commandés par le général von Praguen jusqu’en mai 1942, puis par le général Fahrmbacher jusqu’au 10 mai 1945 et la reddition de la poche de Lorient. Certaines troupes, les garnisons de forteresses, sont plus particulièrement chargées de la défense de Saint-Malo, Lorient, Saint-Nazaire et, surtout, Brest4. Ces trois dernières villes sont aussi des ports de guerre où s’installe la Kriegsmarine qui dispose de la haute main sur les arsenaux, les installations militaires et les zones portuaires dont elle assure la sécurité. La marine de guerre se charge aussi de la fortification des positions côtières armées par l’artillerie de marine, et protégées par la Défense contre les aéronefs (DCA) de la marine. Toutes les troupes terrestres de la Kriegsmarine sont considérées comme des unités de position et non d’occupation, ce qui leur donne des droits plus élargis que ceux de la Heer, l’armée de terre, et notamment celui de se servir beaucoup plus facilement dans les cales des bateaux de pêche.

  • 5 Hellewinkel Lars, Brest, base navale de la Kriegsmarine, 1940-1944, Brest, Université de Bretagne (...)
  • 6 Vulliez Albert, Brest au combat 1939-1944, La Rochelle, La Découvrance, 2004, p. 54.
  • 7 SHD Marine Brest, 2 P-12, Brest, le 4 août 1941, l’administrateur Gilbert.

3L’amiral Arnauld de La Périère est le premier commandant du Marine Befehlshaber Bretagne, installé dans les bâtiments de la préfecture maritime de Brest ; il dirige la vie des marins de la province jusqu’à son décès en février 1941. Le littoral est ensuite divisé en secteurs côtiers sous l’autorité d’un lieutenant de vaisseau en place dans le plus grand port de la zone5. Le commandement dans ces villes est particulièrement complexe à appréhender6, mais il ressort que les relations ont toujours été plus faciles avec les officiers de ce corps, qu’avec les membres de l’armée de terre. L’administrateur du quartier de Brest, Gilbert, souligne à plusieurs reprises que les conversations qu’il entretient avec les autorités de la Marine se tiennent toujours en français. Après l’arrestation en mer de trois bateaux de pêche, il intervient auprès de la Marine allemande pour obtenir leur libération. Après un examen approfondi de la situation, le commandant de la Hust l’assure que le cas des pêcheurs serait examiné avec une grande bienveillance : « Dans cette affaire encore, j’ai trouvé chez les autorités occupantes à Brest un esprit très compréhensif et nullement tracassier7 ». Son successeur, Georgelin, nous livre ses impressions à propos de son interlocuteur allemand, l’enseigne Widow, commandant de la Hafen uber Wachtumstelle de Brest :

  • 8 SHD Marine Brest, 2 P 2-7, Brest, le 29 mai 1945, l’administrateur Georgelin.

Capitaine au long cours, il a longtemps séjourné à New York comme représentant d’une compagnie de navigation. Rentré en Allemagne en 1943, cet officier, de par ses fonctions, servait d’intermédiaire entre la marine allemande et l’Inscription maritime. S’est toujours montré compréhensif et conciliant. A su arrêter certaines enquêtes concernant les départs de bateaux pour l’Angleterre, en admettant que ces bateaux avaient coulé sur place. Semble avoir été déplacé pour son manque de zèle et la sympathie qu’il témoignait aux Français8.

  • 9 Rapport d’activité du XXVe corps d’armée allemand en occupation en Bretagne, éd. commandant Even, (...)
  • 10 AD Côtes d’Armor, 5 W 96, Transformation du champ de course de Lamballe en terrain d’aviation.
  • 11 « Les opérations maritimes de la Luftwaffe, 1939-1945 », Connaissance de l’Histoire, no 35, mai 19 (...)
  • 12 Bougeard Christian, « L’intérêt stratégique de la Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale », Hi (...)
  • 13 Archives nationales, AJ 40-547, papiers du Majestic, Werner Best, juillet 1940 ; cité dans Frévill (...)

4La Luftwaffe, quant à elle, investit les aéroports de la région : Saint-Brieuc, Lannion, Morlaix, Lorient, Vannes-Meucon, Dinard, Brest-Guipavas (Brest-Nord) et Lanvéoc-Poulmic (Brest-Sud), Rennes-Saint-Jean9… L’Organisation Todt se charge de les aménager pour recevoir les avions les plus grands et les plus lourds de l’époque ; à Lann-Bihoué (Kerlin-Bastard), à Lamballe et à Lannion-Servel, il s’agit d’aménagements neufs de grande ampleur10. La flotte aérienne est composée d’un matériel moderne et adapté, bien que le haut commandement allemand n’ait jamais accordé beaucoup d’attention aux opérations navales aériennes11. En mars 1941, l’état-major établit un commandement naval, le Fliegerfürher Atlantik, chargé de coordonner toutes les activités aériennes au-dessus de l’Atlantique du nord-est où naviguent les convois alliés. L’armée allemande s’établit donc en force et en nombre dans une région hautement stratégique12, la « pierre angulaire de la garde atlantique de l’Allemagne13 ». Ce n’est pas pour autant que les pêcheurs sont plus surveillés ou interdits de sortie.

  • 14 Laroulandie Fabrice, La France des années 1940, Paris, Ellipses, 1999, p. 19.
  • 15 Trois généraux allemands occupèrent le poste de commandant du MBF : Streccius (27 juin-25 octobre (...)
  • 16 Burrin Philippe, La France à l’heure allemande, Paris, Le Seuil, 1995, p. 95.
  • 17 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », dans Beltran A., Frank R., Rousso H. (di (...)
  • 18 Baruch Marc-Olivier, Servir l’État français…, op. cit., p. 71.

5L’autorité suprême en France est exercée par le commandant en chef du front Ouest. En principe, les Allemands n’ont que des droits militaires sur la zone occupée alors que l’administration du pays tout entier dépend de Vichy14. Mais, très vite, les forces occupantes mettent en place une administration militaire du territoire, confiée au mois de juillet 1940 au Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF, Haut commandement militaire en France) dont les services s’installent à l’hôtel Majestic, rue Kléber à Paris15. Ces derniers se divisent en deux états-majors : l’un militaire ou Militärverwaltungsstab et l’autre administratif ou Verwaltungsstab, lui-même composé d’une section administrative ou Verwaltungsabteilung confiée à Werner Best jusqu’en 1942 et d’une section économique, ou Wirtschaftsabteilung confiée à Elmar Michel, l’organisateur zélé du pillage de la France16. La répartition des commandes allemandes auprès des entreprises françaises et, pour nous, des conserveries de poissons, est réglée par la Direction centrale des achats, la Zentral-Ankauf-Stelle (ZAST)17. La commande de poissons frais, en revanche, dépend de nombreux organismes : Kommandanturen, intendance d’unités de la Grenzaufsichtstele (Gast) — la douane allemande —, d’unités d’active, commandants de navire… Pour compliquer un peu plus les choses, la Commission d’armistice, à Wiesbaden, est seule compétente pour traiter des questions relevant de la convention d’armistice18.

  • 19 Umbreit Hans, « Les Pouvoirs allemands en France et en Belgique », Revue du Nord, no 2, spécial, 1 (...)

6Des organes administratifs subordonnés sont à la tête des différentes divisions administratives françaises : des Oberfeldkommandanturen pour la province, des Feldkommandanturen pour les départements (à Rennes, Saint-Brieuc, Quimper, Vannes et Nantes), des Orstkommandanturen remplacées à l’automne 1940 par des Kreiskommandanturen pour les arrondissements et des Standortkommandanturen au niveau inférieur19. Il existe aussi des Hafenkommandanturen à Brest et à Lorient. Toutes ces unités administratives relèvent directement du Militärverwaltungsbezirk qui leur transmet les instructions du gouvernement militaire. L’ensemble de ces services territoriaux n’emploie pas un personnel suffisant pour assumer toutes les tâches dévolues si bien qu’ils dépendent dans une large mesure de la collaboration des services administratifs français. Pour notre partie, ce sont les agents de l’Inscription maritime qui forment le maillon intermédiaire entre les marins pêcheurs et les autorités allemandes. Pour autant, même les chefs de quartier ont de grandes difficultés à comprendre le fonctionnement administratif des troupes d’occupation et plus encore les qualités d’autorité dont dispose chaque officier :

  • 20 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 31 mars 1941, l’administrateur du quartier.

La Marine : qui délivre des permis de pêche et de navigation.
La Douane : chargée de la surveillance directe des bateaux. En principe la Douane recevrait des directives et des ordres de la Marine ; en fait, chaque poste agit à peu près à sa guise.
L’Armée : ayant un rôle de surveillance générale assez indéterminé dans ses limites20.

  • 21 SHD Marine Brest, 5 P 1-87, Paimpol, juillet 1942.

7En ce qui concerne l’aspect économique de la pêche, son intensification, la répartition, et la distribution de produits, les problèmes se posent dans les mêmes termes. La multiplication des administrations ne peut que favoriser les décisions contradictoires et les limites de compétence de chaque organisme restent assez floues. Dans tous les cas, les autorités allemandes disposent des moyens militaires pour imposer leur point de vue, mais elles préfèrent toujours laisser les autorités françaises faire le nécessaire pour répondre à leurs exigences. Parfois, mais très rarement dans le monde des pêcheurs, elles menacent d’intervenir directement pour obtenir leur dû à savoir les 10 % réglementaires de tous les poissons débarqués. Au début de l’été 1942, pour assurer la collecte de cette part dans les Côtes-du-Nord, des détachements de l’armée sont déployés sur les quais21. Mais ce genre d’interventions reste anecdotique et le plus souvent au stade de la menace. Toujours est-il que la complexité des commandements nous interdit de connaître les prélèvements, réguliers ou non, effectués par le Reich dans les ports de pêche français et les conserveries.

  • 22 AD Finistère, 200 W 43, Statistiques de la préfecture, Quimper, novembre 1943.
  • 23 AD Finistère, 200 W 42, Rapports mensuels de la préfecture, ravitaillement, section épicerie.

8Si le poisson frais n’a jamais fait partie des priorités absolues des autorités d’occupation, sauf à la fin de la guerre, quand elles commencent à manquer de tout, les conserves l’ont été ; c’est pourquoi les Français n’en ont pratiquement jamais vu sur les rayons des épiceries pendant toute la guerre alors que 21 806 tonnes de conserves de poissons et légumes ont été expédiées au départ des gares du Finistère entre octobre 1942 et octobre 194322. Pendant la même période, 8 tonnes de conserves de poisson, en tout et pour tout, ont été distribuées aux grossistes du département, pour les besoins de la population finistérienne. Les rapports mensuels de la préfecture confirment cet exode massif vers Paris et l’Allemagne23. Et les rares boîtes qui ne partent pas sont achetées un très bon prix par les unités allemandes déployées sur le littoral qui se fournissent directement auprès des usiniers.

L’organisation des pêches et le marché du poisson en temps de guerre

  • 24 Pomiane Édouard, Manger… quand même, Paris, Corrêa, 1941, p. 68.

9Le poisson devient rapidement une grande préoccupation du Ravitaillement. La viande est devenue introuvable, les meilleures bêtes sont destinées à l’Allemagne et à quelques Français privilégiés et fortunés. Il faut compenser le déficit en protides de l’alimentation et l’on pense bien sûr que les produits de la mer peuvent assurer une part de ce complément : « Les jours sans viande, mangez du poisson. Vous y trouverez, ainsi, l’albumine animale, les substances azotées qui vous sont indispensables24. » Le secteur des pêches maritimes devient dès lors un département stratégique du Ravitaillement et il convient de l’organiser au mieux pour tenter de répondre aux besoins de la population.

Les bureaux gouvernementaux

  • 25 Ministère puis secrétariat d’État à la Marine : contre-amiral François Darlan : du 12 juillet 1940 (...)
  • 26 Secrétariat dÉtat à la marine, Almanach du marin, 1942, op. cit., p. 45.
  • 27 SHD Marine Brest, 5 P 1-82, Paris, août 1940, le fonctionnement des services de la marine marchand (...)

10Pendant toute la durée de l’Occupation, les anciens départements de la marine militaire, de la marine marchande et des pêches maritimes sont réunis sous une même direction. Ils constituent le ministère de la Marine jusqu’en avril 1942, puis le secrétariat d’État à la Marine25. Après trente ans de direction civile, les Pêches retrouvent un ministre militaire pour la plus grande joie de l’Amirauté. « Les trois marines, militaire, de commerce, de pêche, ainsi groupées participent du même esprit qui a toujours animé les marins français : endurance, dévouement, loyauté26 ». L’organigramme des services administratifs est conservé sans modification profonde si ce n’est que les organes principaux de commandement sont déménagés à Vichy, auprès de l’Amirauté logée dans l’hôtel du Helder. Les organes d’exécution administratifs et financiers sont cantonnés à Paris. La Caisse nationale des invalides de la marine, installée un temps à Sainte-Maure en Indre-et-Loire, revient à Paris à la fin de l’été 1940. À Vichy, les services de la marine marchande comprennent le secrétariat, les services d’inspection générale, la direction de l’administration des gens de mer, une section d’étude, la direction des transports maritimes, la direction de la flotte de commerce et la direction des pêches maritimes qui nous intéresse tout particulièrement27. Ces bureaux restent à Vichy jusqu’en décembre 1943 avant de revenir à Paris le mois suivant.

11Au fil des mois, de nombreux bureaux gouvernementaux sont créés pour répondre aux besoins de la situation de guerre :

  • le bureau des Matières consommables est chargé de contrôler et de satisfaire, dans la mesure du possible, les demandes en essence, en gas-oil et en huile28 ;
  • le service des Prises, captures et réquisitions maritimes, créé le 24 janvier 1941, doit régler d’insolubles problèmes de droit de propriété et tenter d’éviter une confiscation autoritaire des Allemands sur les flottilles de pêche ;
  • le bureau du Matériel naval de la marine marchande est ajouté au dispositif le 5 décembre 1941…

12Que les fonctions de tous ces organismes ne soient ni comprises ni même connues des pêcheurs importe peu, la pénurie devenant telle au fil des mois que, quelle que soit leur volonté, ils sont dans l’incapacité de répondre aux besoins des pêcheurs.

Les comités interprofessionnels

  • 29 « Les Pêches maritimes », Le Yacht, juin 1939, p. 357-358.

13Le gouvernement de Vichy entreprend dès les premières semaines de son arrivée au pouvoir la réorganisation complète des pêches maritimes. Pour réaliser ce projet il s’appuie sur une série de textes législatifs présentés lors de la profonde réforme du secteur commencée en 1935 et largement complétés lorsque le gouvernement publie, le 5 avril 1939, un important décret traitant de la constitution des comités professionnels, des comités interprofessionnels, du Conseil d’arbitrage et du Comité central des pêches maritimes29. Jusqu’en 1941, les armateurs à la pêche appartiennent à une unique organisation professionnelle : le Comité central des armateurs de France. Il est divisé en dix sections, dont la première s’intéresse aux problèmes des pêches maritimes. Celle-ci se divise en deux sous-sections, la grande pêche et la pêche côtière, elle-même divisée en deux groupes, le groupe de la pêche du hareng et du maquereau et le groupe de la pêche fraîche. En mars 1941, est créée la Corporation des pêches maritimes, définitivement détachée du Comité central des armateurs.

14Les éléments de base de la politique de Vichy sont déjà définis avant la déclaration de guerre. L’aspect autoritaire du régime permet d’imposer une réforme depuis longtemps attendue et de négliger les aspects sociaux ou associatifs des textes antérieurs. Mais c’est toute une industrie qu’il s’agit de réglementer. Les pêcheurs proprement dits, embarqués ou non, sont au nombre de 80 000 environ. Les ouvrières des conserveries, des ateliers de pressage et de salage ou des saurisseries sont plus de 30 000. Les chantiers navals, les corderies, les voileries, les usines de fabrication de fer-blanc, les imprimeries, les glacières… abritent autant de corps de métiers qui travaillent directement, ou non, pour la pêche, et qu’il convient de regrouper.

  • 30 Angot Joseph, « Comment est né et a évolué la question des comités interprofessionnels des pêches  (...)

15Avant la guerre, cette idée séduisante avait déjà poussé le gouvernement à inciter tous les industriels français à se réunir sous forme d’ententes sectorielles. En songeant aux fabricants de conserves de poissons en particulier, il estimait même que leur entente devait être obligatoire et un projet de loi en ce sens avait été présenté au Parlement en 1935 mais repoussé par le Sénat en raison de son caractère imposé30. Cependant, les efforts consentis par tous les acteurs concernés par les pêches en France entraînent la mise sur pied d’un premier organisme interprofessionnel suivi de plusieurs autres :

  • le comité du Hareng est créé en novembre 1935, celui du thon en juin 1936, tous deux composés de pêcheurs, de conserveurs, de mareyeurs et de représentants des ministères concernés31 ;
  • le comité des Crustacés est créé le 11 janvier 193732 ;
  • le comité du Maquereau voit le jour à son tour ;
  • le comité de la Sardine est fondé à Nantes le 29 avril 1938.
  • 33 Article 6 des statuts du comité de la Sardine, Nantes, le 29 avril 1938.

16Ces organisations se proposent d’adapter les apports de poisson aux besoins des usines et aux possibilités d’écoulement intérieur ou extérieur ; elles sont chargées de prendre toutes les mesures pour améliorer les conditions de pêche, les quantités des apports et pour fixer un prix minimum obligatoire33. Désormais les producteurs, armateurs, ou pêcheurs, représentés dans ces comités, concluent avec les acheteurs de leurs produits, mareyeurs, conserveurs, fabricants d’iode… des accords qui régissent les prix annuels, les conditions de livraison, les quantités absorbables. Le but avoué est d’adapter la production à la consommation. Cependant, on s’aperçoit rapidement que ces comités présentent un vice grave car ils ne s’appuient sur aucune base légale.

  • 34 Décret-loi du 24 mai 1938 paru au JO du 25 mai.

17Pour couronner l’édifice, le gouvernement Daladier présente, en 1938, un décret « tendant à faciliter la réorganisation des pêches maritimes34 ». Il convient de donner aux divers comités de pêche les moyens légaux de se faire entendre et obéir. Un Comité central des pêches maritimes est donc imaginé pour tenter de régler, autant que faire se peut, les problèmes de la pêche et plus particulièrement ceux de la pêche artisanale. Le décret-loi prévoit clairement les statuts d’encadrement de la profession et organise la discipline économique. Mais la réalité est moins claire et dès la création du comité de la Sardine, de nombreuses voix s’élèvent pour remettre en question ce groupement et ses ramifications que beaucoup jugent illégitimes.

  • 35 BO Marine, 1941, Comité interprofessionnel de la pêche fraîche, le 26 juin 1941.
  • 36 Procès-verbal des réunions plénières du Comité de la conchyliculture, Paris les 23 et 24 juillet 1 (...)
  • 37 Sous prétexte que les comités interprofessionnels et centraux ont reçu une existence légale par le (...)

18Le gouvernement de Vichy relance les activités corporatives de la pêche maritime avec la loi du 13 mars 1941 créant la Corporation des pêches qui s’appuie sur les comités déjà existants ; d’autre part il achève le regroupement dans les branches où il n’en existait pas : celui de la pêche fraîche voit le jour le 26 juin 194135 et celui de la conchyliculture, le 12 juillet 1941. Des sanctions corporatives sont prévues dans les règlements des comités, mais elles n’ont guère d’influence sur la conduite des contrevenants car « la procédure est beaucoup trop longue et risque de rendre inopérantes les sanctions proposées36 ». De plus, les réunions générales de ces comités restent rares et les représentants des pêcheurs ne sont jamais nombreux à siéger, peut-être parce que les fonctions ne sont pas rémunérées. Après les hostilités, et bien que les organismes corporatifs soient officiellement dissous à la Libération, les comités interprofessionnels, maintenus, continuent d’encadrer le marché et retrouvent, en 1947, leur forme juridique première37.

  • 38 Le Cofica, créé en 1918 par les conserveurs pour réglementer le marché de la sardine et s’organise (...)
  • 39 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Vichy, décret du 7 novembre 1940.

19Parallèlement et conformément à la loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation générale de la nation en temps de guerre, le gouvernement décide de prendre des mesures autoritaires de fixation et de contrôle des prix tout en développant les moyens d’assurer l’approvisionnement régulier des marchés et des industries transformatrices, conserveries et saurisserie. Le ministère de la Marine marchande est chargé de tout ce qui concerne « la production, la transformation et la répartition des produits de la mer destinés à satisfaire aux besoins tant des forces armées que de la population civile ». Dans cet esprit, il décide de s’appuyer sur les organismes déjà existants pour faciliter le passage à une économie dirigée et fixer un prix pour le poisson. Dès le 3 avril 1940, est créé le Comptoir d’achat et de répartition de la pêche en temps de guerre ; pour les poissons de conserves, il s’agit en fait de rendre obligatoire le passage par le Comptoir français de l’industrie des conserves alimentaires (Cofica)38. Le 30 avril 1940, le décret Rio, reconduit par l’arrêté du 30 août, complète les premières mesures prises ; dorénavant, le poisson doit être taxé à l’origine, dans les ports de pêche. Le gouvernement de Vichy, à son tour, renforce et étend les pouvoirs du Cofica39.

  • 40 Cépède Michel, op. cit., p. 100.

20Dès l’arrivée au pouvoir des hommes de Vichy, la méthode de gouvernement autoritaire se confirme et se traduit par la prolifération de services administratifs aux attributions confuses. Témoin évident du caractère hésitant autant qu’inefficace de l’organisation vichyssoise, la nécessité d’engager un personnel nombreux. Ajoutons que, malgré ses affirmations, le ministère de la Marine ne dispose pas d’une autonomie de décision entière ; il dépend dans une large mesure du ministère des Finances qui accorde, ou non, les crédits et, surtout, surveille les taxations, les importations et les infractions à la législation économique. La Marine doit aussi agir de conserve avec les services du Ravitaillement, du Contrôle économique ou de la Répression des fraudes. La production des moteurs, la répartition des bons-matières, la livraison des tôles pour la construction navale ou du fer-blanc pour les conserveurs relèvent de l’Office central de répartition de la production industrielle (OCRPI). Le Commissariat à la mobilisation des métaux non ferreux est aussi mis à contribution pour l’obtention de l’étain nécessaire aux brasures… Sans doute le plus bel exemple de la confusion dans les attributions est-il le rattachement, au ministère des Finances40, du Commissariat général aux corps gras auquel s’adressent les conserveurs pour obtenir leur huile.

La Corporation nationale des pêches maritimes

  • 41 Pétain Philippe, op. cit., discours de juillet 1940, p. 76.

21La convention d’armistice entérinée, l’État français se lance dans une vaste opération de réorganisation en profondeur de la société. Le gouvernement doit prendre en main la destinée du pays, de manière autoritaire si besoin est, pour le bien commun de l’ensemble des activités. Il doit mettre « fin au désordre économique par une organisation rationnelle de la production et des institutions corporatives41 », la meilleure solution pour renforcer les liens communautaires de la patrie et abolir l’individualisme. C’est sur le terrain agricole que le gouvernement lance sa première opération d’envergure après la signature, le 2 décembre 1940, de la loi portant organisation corporative de l’agriculture. Dans le même esprit, un rapport relatif aux principes devant présider à l’élaboration d’un projet de loi organisant les professions des pêches maritimes, est présenté :

  • 42 Chérié Maurice, « L’Organisation des pêches maritimes », Le Yacht, mars 1943, p. 47-48.

La Corporation c’est la réunion dans un même groupement, des professions voisines qui sont complémentaires l’une de l’autre […] c’est là une des formes les plus heureuses de la concorde que les difficultés de l’heure rendent indispensable, afin de permettre d’exploiter au maximum les richesses et les ressources de la mer42.

  • 43 Comité central corporatif des pêches maritimes, La Corporation des pêches maritimes, Paris, Imprim (...)
  • 44 Ibid., p. 12.
  • 45 Mordrel Louis, Les Institutions de la pêche maritime. Histoire et évolution, thèse de doctorat de (...)

22Pour parachever cette préparation complexe, le maréchal Pétain signe, le 13 mars 1941, la seconde loi corporative française, une charte complète, portant création de la Corporation des pêches maritimes. Il est de bon ton à Vichy de considérer les marins pêcheurs comme une population très proche de celle des agriculteurs. À ce titre, on compte beaucoup sur le soutien actif de cette profession, considérée à tort comme un bloc monolithe, et sur son adhésion à la politique de Vichy. La Corporation est dirigée par un comité central composé de 36 membres, tous désignés par le gouvernement. La première réunion de ce comité se tient le 27 août 1941 ; elle est inaugurée par l’amiral Auphan et présidée par le vice-amiral d’escadre Le Bigot43, « un marin et un chef ». En le nommant, l’amiral Darlan ne pouvait « donner un meilleur guide, ni une meilleure preuve de son désir de voir vivre […] les textes qui réglementent la Corporation des pêches maritimes44 ». Il s’avère très rapidement que les structures de fonctionnement sont extrêmement lourdes et que la volonté d’assurer l’encadrement de la totalité des acteurs de la profession se traduit par une organisation rigide et complexe45. De plus, le comité central dispose d’une marge de manœuvre réduite sous le contrôle étroit de l’administration de Vichy. Il faut, par exemple, l’approbation du ministre pour que les décisions prises soient exécutoires.

  • 46 Le 29 janvier 1930 est fondé le syndicat professionnel des marins du Nord-Est Bretagne par Ernest (...)
  • 47 La Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan est créée en 1929 à Lorient par Firmin Tristan, ar (...)
  • 48 BO Marine marchande, 1941-1, arrêté du 6 décembre 1940, répartiteur du poisson.
  • 49 BO Marine marchande, 1941-2, arrêté du 26 juin 1941, Comité interprofessionnel de la Pêche fraîche
  • 50 BO Marine marchande, 1941-2, arrêté du 1er juillet 1941, Comité central corporatif des Pêches mari (...)
  • 51 Viaud Ronan, op. cit., p. 189.
  • 52 Colin P., Les Pêches maritimes et la corporation, Paris, Imprimerie nationale, 1942, p. 35 et suiv
  • 53 Friconneau Constant, La Saga de la sardine et du thon, Le Château d’Olonne, Éditions d’Orbestier, (...)

23Présentée comme un bienfait pour les professions agricole ou maritime, la réforme corporative est beaucoup moins bien accueillie dans les ports que dans les campagnes. La très forte hiérarchisation de l’organisation et le principe de la nomination des dirigeants à tous les échelons, sont fort peu appréciés des pêcheurs. Le gouvernement sous-estime aussi la force des convictions politiques de certaines communautés, comme à Douarnenez ou Concarneau, peu enclines à accepter ses propositions. Il peut compter sur le soutien actif des dirigeants des deux anciens syndicats réformistes, — la Fédération française des syndicats professionnels maritimes (FFSPM) dirigée par Ernest Lamort46, et la Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan et son secrétaire général, Firmin Tristan47 — dont de nombreux membres, plus particulièrement de la FFSPM, siègent dans différents comités mis en place par Vichy. Au comité consultatif du Bureau national du poisson, on retrouve Lamort et Garnier, dirigeant de la Fédération de l’Océan48. Tous les deux, ainsi que Tristan, sont nommés au Comité interprofessionnel de la pêche fraîche49. On les croise aussi au Comité central corporatif des pêches maritimes50 où ils procèdent à la nomination des représentants locaux, chargés, entre autres, de la perception des contributions. Lamort et Garnier sont aussi membres du comité interprofessionnel de la Sardine et de celui du Thon auquel participe Tristan. La collaboration volontaire des dirigeants syndicaux maritimes, et plus particulièrement de ceux de la FFSPM, s’explique facilement car le projet de corporation présenté par Vichy correspond à leurs revendications essentielles, formulées depuis le début des années 193051. La référence à la doctrine chrétienne, le combat pour le bien commun de la profession, l’amélioration de la situation des pêcheurs sur une base corporative, la dénonciation des méfaits de l’économie libérale, de l’égoïsme de classe, et la condamnation de la lutte des classes52, autant de thèmes défendus par Lamort et Lebret qui correspondent à la vision du monde des pêches maritimes de Pétain et surtout de l’Amirauté. Pourtant, au fil des mois, les dirigeants syndicalistes émettent des réserves sur les choix du gouvernement et participent avec de moins en moins d’entrain aux travaux de la Corporation. Firmin Tristan s’engage dans la Résistance en 1944 et Emmanuel Garnier, arrêté en avril 1944 par la Gestapo, meurt étouffé dans le train qui le conduit en Allemagne53. Le choix de Lamort de poursuivre sa participation active au sein de la Corporation des pêches maritimes après 1943 est, en revanche, beaucoup plus ambiguë et lui vaudra quelques ennuis à la Libération.

  • 54 SHD Marine Brest, 5 P 1-83, Paris le 26 mars 1941, le directeur des services, Sicé.
  • 55 SHD Marine Brest, 5 P 1-85, Paris le 13 septembre 1941, l’amiral Darlan.

24Le rôle de ces dirigeants ne se borne pas à des discussions au sein des divers comités. Le ministre, Darlan, leur demande de s’impliquer dans le projet et de persuader les pêcheurs du bien-fondé de l’opération. Le 26 mars 1941, Lamort reçoit un ordre de mission pour se rendre dans les différents ports du littoral, de Dieppe à Bayonne, et s’entretenir avec les dirigeants des organismes professionnels de marins pêcheurs. Il doit leur démontrer la pertinence de l’organisation imaginée à Vichy et réaliser « en accord avec eux, l’unité syndicale qui est à la base de cette organisation54 ». Malgré les nombreuses actions menées pour expliquer aux pêcheurs l’intérêt de la Corporation, on ne peut pas parler d’un fol engouement de la part de ces derniers, tout au moins en Bretagne. Ils renâclent pour rejoindre les comités locaux et les cartes syndicales vierges déposées dans chaque quartier ne sortent guère de leurs cartons, autant de réticences confirmées par les administrateurs. De plus, la rentrée régulière d’argent est loin d’être assurée car les « divers assujettis » n’entendent pas verser leur écot et, malgré l’intervention personnelle de l’amiral Darlan pour rappeler que le caractère obligatoire de la cotisation55, les caisses restent désespérément vides. C’est par la contrainte que les marins se résolvent à cotiser, l’absence de mention de paiement apposée sur leur rôle leur faisant courir le risque d’un débarquement administratif.

25Les reproches des marins ne concernent d’ailleurs pas uniquement les contributions financières. Les trois principes fondamentaux sur lesquels est fondée la nouvelle charte — Unité, Autorité, Obligation — ne sont pas du goût des pêcheurs. Avant tout, ils attendent des organismes corporatifs des réalisations concrètes :

  • 56 SHD Marine Brest, 8 P 1-65, Paris, le 5 octobre 1942, le VAE Le Bigot aux administrateurs des quar (...)

Si ceux-ci ne sont pas à même de leur apporter des résultats immédiats tangibles, les pêcheurs n’en comprennent manifestement pas l’intérêt. Il est certain au contraire que si le comité central corporatif ou les comités interprofessionnels ou les communautés de pêcheurs peuvent apporter à la situation de leurs ressortissants ne serait-ce que de légères améliorations matérielles, les pêcheurs en saisissent immédiatement l’intérêt et l’efficacité maritimes56.

  • 57 Archives des Affaires maritimes de Brest, Paris le 2 octobre 1942, le sous-directeur des Pêches ma (...)

26Cependant, les décisions prises par la Corporation sont loin de satisfaire les professionnels qui, à un moment ou à un autre, se trouvent toujours et fatalement en concurrence. Ainsi, pour satisfaire le ravitaillement, 60 % de tout le tonnage débarqué est dirigé vers Paris jusqu’en décembre 1941, ce que certains mareyeurs déplorent car cette part du marché leur échappe totalement. De même, si la décision de fixer les cours du poisson répond à la volonté de Vichy d’éviter toute flambée des prix comme le stipule la loi du 21 octobre 1940, il n’en reste pas moins que les pêcheurs désapprouvent cette mesure alors que les conserveurs l’acclament. Les ventes aux enchères sous criées sont supprimées et les conserveurs sont, en principe, assurés d’obtenir chaque année, à un prix convenu et invariable, une quantité fixée des poissons nécessaires à leur industrie. Dans l’ensemble, et comme le rapporte le sous-directeur des pêches maritime, le constat n’est guère brillant : « jusqu’ici les organismes corporatifs en général ont imposé à leurs membres plus d’obligations soit d’ordre réglementaire, soit d’ordre financier, qu’ils ne leur ont apporté d’avantages sensibles57 ».

  • 58 Décret du 20 novembre 1943.

27Toujours est-il que les organismes majeurs créés par Vichy, le bureau du Poisson et la Corporation dont les rôles précis échappent à de nombreux professionnels des pêches, tentent de satisfaire les demandes dans le cadre de leurs modestes attributions. La Corporation des pêches maritimes bénéficie de la possibilité de légiférer dans le domaine de l’apprentissage, du droit du travail et du statut des pêcheurs, au sens large du terme. Cependant, elle perd rapidement beaucoup de sa crédibilité car, dès 1943, son rôle se cantonne à la collecte des productions. La tâche se complique encore après la création du comité d’organisation des commerces des produits de la mer et d’eau douce ; en effet, la répartition des rôles est de plus en plus confuse et les professionnels ne savent plus vers quel(s) organisme(s) se tourner pour obtenir satisfaction. Par exemple, les conserveurs doivent consulter en aval l’Office central de répartition des produits industriels (OCPRI) puis le Cofica, puis une kyrielle de comités d’organisation — fer-blanc, huiles, machines, pointes nécessaires à la fermeture des caisses d’emballage, commerce du poisson — ; en amont, leur propre comité se charge de la commercialisation, mais les conserveurs doivent aussi s’associer au Comité général d’organisation du commerce. Enfin, dans un souci de meilleure organisation, le gouvernement de Vichy crée, en 1943, la Corporation des industries alimentaires de transformation des produits de la pêche maritime58.

  • 59 BO marine marchande, 1941-2, Comité provisoire de distribution des filets et engins de pêche, le 1 (...)

28Pour les pêcheurs, les démarches sont tout aussi complexes et ressemblent à un parcours du combattant. Ils doivent s’adresser au comité provisoire de distribution des filets et engins de pêche créé en mars 194159, puis aux comités d’organisation des textiles — pour obtenir la toile à voile, le fil pour les filets et les toiles cirées de leur vêtement de mer —, et des métaux — pour acheter les câbles et les filins d’acier —, au sous-comité de la construction des navires en bois pour les constructions neuves ou les réparations, au comité d’organisation de la chimie pour obtenir la peinture et le cachou, au service d’avitaillement des pêches maritimes pour s’équiper avant la campagne…

29En fait, ces organismes, quels qu’ils soient, n’ont que peu de pouvoir. Les conserves de sardines, et de poisson en général, demeurent un produit stratégique et la marine allemande se charge de le rappeler à tout instant, ne serait-ce que par l’ampleur de ses commandes destinées en particulier aux équipages en mer. En définitive, c’est toujours l’état-major allemand qui détient le dernier mot, à tous les niveaux de décision et quelle que soit la nature du produit. Les achats massifs effectués par les bureaux spécialisés de la Kriegsmarine, mais aussi par les militaires allemands pour leur propre compte, représentent une telle part des apports que le ravitaillement de la France en est compromis. Pour juguler un courant d’achat beaucoup trop puissant, les hautes autorités allemandes en France sont contraintes de prendre des mesures concernant les fournitures de denrées rationnées aux troupes d’occupation :

  • 60 AN, 72 AJ/973, Affiche, Rennes, le 5 mai 1942, le préfet délégué d’Ille-et-Vilaine, Bouché-Leclerc (...)

J’ai l’honneur de vous faire connaître qu’aux termes d’une ordonnance de la Militarbefehlshaber en France, en date du 9 avril 1941, aucun membre de l’armée allemande ne peut exiger la fourniture de denrées alimentaires rationnées sans délivrer en échange les bons d’achat ou tickets de l’armée allemande correspondants60.

  • 61 Cépède Michel, op. cit., p. 127.

30Mais ce genre d’intervention n’a que peu d’effet dans les ports car, à l’échelon local, l’intendance allemande s’embarrasse assez peu des règlements ; on se sert et voilà tout61.

La répartition, la taxation et la répression

  • 62 Loi du 12 août 1936.
  • 63 Ministère de l’Agriculture qui devient le 1er septembre 1939 le ministère de l’Agriculture et du R (...)

31Encore une fois l’initiative de légiférer dans le domaine économique, notamment celui de la vente et de la distribution du poisson, ne revient pas au gouvernement de Vichy. Il existe depuis 1936 une loi tendant à « réprimer la hausse injustifiée des prix62 ». Par la suite, le gouvernement du Front populaire publie plusieurs décrets d’application instituant et réglementant l’activité du Comité national de surveillance des prix et du Comité de contrôle des prix. La législation d’économie contrôlée est renforcée par la loi fondamentale du 11 juillet 1938 sur « l’organisation de la Nation pour le temps de guerre ». Cette dernière porte dans son article 46 qu’en « cas de mobilisation ou dans les cas prévus par le titre premier de la loi (tension politique, danger d’agression), des décrets rendus en conseil des ministres pourraient réglementer ou suspendre l’importation, l’exportation, la circulation, l’utilisation, la détention, la mise en vente de certaines ressources, les taxer, rationner leur consommation ». Le 19 avril 1939, c’est au ministère de l’Agriculture que l’on confie les rênes afin de régler tous les problèmes liés au ravitaillement63 et à l’organisation des marchés des produits alimentaires. Cependant, les applications et la portée de la loi restent très limitées jusqu’à la déclaration de guerre.

Un prix fixé

  • 64 Cluseau Max, Taxation, rationnement et science économique, Paris, Librairie de Médicis, 1943, p. 1 (...)
  • 65 Capatti Alberto, Le Goût du nouveau : origines de la modernité alimentaire, Paris, Albin Michel, 1 (...)

32Une fois la mobilisation générale décrétée, l’encadrement des marchés et des prix fait l’objet de quelques tentatives : il est notamment décidé, le 9 septembre, de stabiliser les prix au niveau constaté à la date de la déclaration de guerre. Le principe comporte toutefois un certain nombre de dérogations qui entraînent de fortes hausses pendant l’automne et l’hiver. De plus, durant cette période, alors que les autorités ne s’intéressent guère aux ventes de poissons et que la viande devient rapidement un produit rare et très cher, les consommateurs se tournent vers les produits de la mer qu’il convient dès lors de surveiller plus sérieusement64. Le 29 février 1940 le ministre des Finances dresse un bilan des premiers mois de guerre et les conclusions sont évidentes : les besoins de la consommation sont toujours les mêmes alors que la production a baissé65.

  • 66 AD Morbihan, 2 W 15824, Vannes, le 10 avril 1940, le préfet.
  • 67 BO Marine marchande, 1940-1. Baudroie, 6 F ; chinchard, 3,50 F, congre, 9 F ; dorade, 12 F ; grond (...)
  • 68 « La Vente du poisson », Le Yacht, juin 1940, p. 96.
  • 69 « Des bénéfices exagérés », Le Phare, 5 mai 1940.

33Le décret du 11 mars 1940 rappelle aux pêcheurs et aux mareyeurs la liste des produits de la mer autorisés à la vente. Au plan national, c’est le décret du 9 avril qui institue un contrôle des prix, repoussé aussi longtemps que possible. En effet, le gouvernement cherche par tous les moyens à éviter la taxation, très mal perçue par tous les professionnels. Au mois d’avril 1940, une vaste enquête est menée pour connaître l’opinion dans les ports et les moyens préconisés pour lutter contre l’augmentation quotidienne des prix des produits pêchés. Au sous-préfet de Lorient, il est demandé de se renseigner « sur le point de savoir quelles seraient éventuellement les réactions des diverses branches de l’opinion (consommateurs, armateurs, mareyeurs et société du port de pêche) en cas de taxation, au départ, des poissons de consommation courante66 ». Pour la sous-préfecture, il ne fait aucun doute qu’une telle mesure serait décriée par tous les professionnels et qu’il convient d’abandonner cette idée. Pourtant, le décret Rio est publié le 30 avril 1940 ; il fixe le prix maximum de vente dans les ports de débarquement des douze espèces de poissons les plus consommées67. Le Journal officiel du 12 mai 1940 publie une série de décrets « dont le but, qu’on ne saurait trop louer, est de mettre un frein à la hausse du poisson et surtout à la spéculation68 ». Le prix de la morue verte, ou demi-salée, est aussi fixé, ainsi que les prix d’achat du thon blanc et des sardines livrés aux usines ; les comités départementaux de surveillance demeurent chargés du contrôle des prix de vente maxima décidés au ministère. Autant de textes pour encadrer une forte hausse des prix mais aucun d’entre eux n’est réellement appliqué. De plus, si les produits de la mer n’apparaissent pas sur la liste officielle, on peut les vendre à n’importe quel prix et les mareyeurs exploitent la faille du système en commercialisant justement les espèces non taxées, réalisant ainsi de substantiels bénéfices : le journal Le Phare nous apprend qu’un marsouin acheté 70 francs aux pêcheurs est revendu 210 francs, plus le prix des abats, au marché. « C’est un joli bénéfice d’autant que le marsouin s’enlève comme des petits pâtés et qu’il n’y a aucune mévente69. »

  • 70 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, novembre 1940, l’administrateur.

34Il faut attendre la mise en place du gouvernement de Vichy pour que toutes les professions maritimes acceptent l’idée d’une taxation, de toute manière imposée alors que les prix de vente ne cessent de s’accroître dans des proportions très importantes. Au Guilvinec, par exemple, l’administrateur nous fournit l’évolution des prix sur trois ans70 (tableau 1).

35Lorsqu’il comprend que l’autorité du régime de Vichy n’est pas contestable, le président de la chambre de commerce de Quimper est, en la circonstance, le premier à l’admettre :

  • 71 Archives CCI Quimper, séance de décembre 1940, rapport du Ravitaillement lu en séance.

À l’heure des restrictions que nous vivons il a fallu chercher à mettre [le poisson] à la portée de tous. Or la demande dépasse de beaucoup l’offre ; ces derniers temps les prix se sont mis à monter de façon désordonnée. Il fallait à tout prix une réglementation du marché du poisson71.

Tableau 1 : Évolution du prix du poisson 1938-1940 (F/kg)

1er novembre 1938

1er septembre 1939

1er novembre 1940

Chien de mer

1,75

2,00

4,50

Barbue

12,50

17,00

26,00

Turbot

13,50

18,00

27,00

Céteau

6,50

11,00

14,00

  • 72 Debû-Bridel Jacques, Histoire du marché noir, 1939-1947, Paris, La Jeune Parque, 1947, p. 37.
  • 73 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.

36Le gouvernement de Vichy recueille l’héritage des derniers instants de la IIIe République et reprend des textes économiques déjà présentés. L’État français dispose de l’autorité suffisante pour tenter de les faire appliquer, du moins le pense-t-on aux ministères des Finances, de la Marine et du Ravitaillement. Comités central et départementaux de surveillance, groupements et comptoirs d’achat, tout, du plan national ou plan local, est prévu pour empêcher que la moindre parcelle de la production agricole et halieutique échappe au contrôle de l’État72. Dès lors, l’État exerce de manière autoritaire son pouvoir. Il se manifeste le 23 octobre 1940, lorsque le secrétaire général de la préfecture de Quimper réunit à Douarnenez les représentants des pêcheurs, des mareyeurs, des armateurs et des conserveurs du port pour exiger d’eux une entente sur les prix des poissons les plus communs et sur la répartition entre les diverses professions. Il « donna aux mareyeurs un quart d’heure pour se discipliner, nommer quatre membres responsables et fixer la répartition du poisson sur un prix uniforme73 ». Le 23 novembre, la préfecture étend son arrêté à tout le département, la semaine suivante, le même règlement est publié par la préfecture du Morbihan. Il ne reste plus qu’à doter le pays occupé du même arrêté et de constituer à l’échelon national un Bureau chargé de l’organisation du marché du poisson et de la surveillance des prix pratiqués. Une fois le poisson dûment taxé, il convient d’en faciliter la distribution et c’est dans cet esprit qu’est institué, auprès du secrétariat général au Ravitaillement, un Bureau national du Poisson.

  • 74 Voir en annexe l’évolution des prix fixés du poisson.
  • 75 BO Marine, 1943, décret du 29 juin 1943. Le kilo de langouste peut être vendu 80 francs et celui d (...)
  • 76 SHD Marine Brest, 5P 1-89, Rennes, le 1er septembre 1943, le préfet Philippe Dupard.
  • 77 SHD Marine Brest, 2 P 1-192, Paris, le 11 juillet 1944, le directeur des pêches Terrin.
  • 78 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 11 août 1941, l’administrateur Cacaud au Préfet

37Pour tenter de maintenir les prix à leur plus bas niveau possible, le gouvernement n’accorde pas de hausses substantielles après l’adoption du décret du 13 décembre 1940 fixant le prix des poissons les plus vendus en France. Six mois plus tard, le décret du 12 juin 1941, publié au Bulletin des prix, prend en compte presque toutes les espèces mangeables et précise les tailles marchandes. Pendant trois ans, les prix ne varient pas et il faut attendre le décret du 11 janvier 1944 pour noter qu’ils augmentent légèrement74. En fait, les seules entorses à la règle commune concernent les produits de grand luxe comme les homards et les langoustes75 ainsi que les poissons de conserves et de salaison. En 1943, les préfets des régions de pêche sont aussi autorisés à taxer les dernières espèces qui avaient échappé aux prix fixés. C’est le cas en Bretagne où la préfecture décide d’établir un prix au débarquement pour les ormeaux, les praires, les bigorneaux et même les berniques76. Mais, encore une fois, les professionnels font preuve d’une imagination débordante pour contourner la législation. À Camaret, l’armement Delatouche propose sur le marché des poissons dont les noms ne figurent pas sur la liste de l’arrêté de janvier fixant les prix des produits de la mer ; on trouve ainsi des tacquennes et des merlans bleus, dont personne sur les quais ne connaissait jusqu’alors l’existence77. Une manière comme une autre de déjouer les règles de la taxation qui reste, dans la majorité des cas, purement théorique. Les ventes s’effectuent selon le prix du marché, parfois même en public. Lorsque le gendarme maritime Le Corre intervient sur le port d’Audierne pour obliger les pêcheurs à vendre leurs poissons au poids et non à la pièce, sans se soucier d’un prix établi, il se fait proprement rabrouer par ceux-ci qui continuent leurs échanges, persuadés de leur impunité. L’affaire remonte jusqu’au bureau du préfet et, après quinze jours de tergiversations, on s’entend pour « une sanction de principe », sinon, il se trouverait certainement des marins « pour interpréter une décision de relaxe comme une mesure de tolérance78 ».

Le Bureau national du Poisson

  • 79 SHD Marine Brest, 6 P 2-41, Lannion, le 30 janvier 1940, l’administrateur.
  • 80 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 22 février 1941, le commis de 1re classe Coz.

38L’expérience finistérienne de taxation des prix et d’organisation autoritaire est considérée en haut lieu comme un succès ; les secrétariats d’État au Ravitaillement et à la Marine souhaitent la confirmer et l’élargir à l’ensemble du territoire. La loi du 27 septembre 1940 porte organisation des bureaux nationaux chargés de la répartition des produits alimentaires et il ne reste plus dès lors qu’à en désigner les membres. C’est chose faite le 8 décembre lorsque paraît au Journal officiel, la liste des professionnels constituant le Bureau national du Poisson (BNP) ; il comprend un directeur, Jacques altazin, secrétaire général de l’Union des syndicats des mareyeurs du littoral français, deux vice-présidents, quatre administrateurs et un trésorier, assistés d’un comité consultatif de trente et un membres issus de toutes les branches de l’organisme corporatif. Le Bureau, rattaché au secrétariat d’État au Ravitaillement est chargé de fixer les règles concernant les débarquements, la répartition, la distribution, le stockage et la vente des produits de la mer en général. Sa tâche essentielle est de superviser les opérations de répartition du poisson auprès des mareyeurs déclarés. Elles s’effectuent, en principe, d’après le tonnage traité par chaque maison durant les mois qui précédèrent la guerre et sont réalisées par des répartiteurs locaux. Dans un premier temps, il est demandé aux agents de l’Inscription maritime, syndics et gardes maritimes de participer aux opérations mais les chefs de quartier, unanimes, s’opposent à une telle décision car leurs personnels sont déjà surchargés de travail79. En définitive, les hommes chargés de distribuer les produits débarqués sont choisis parmi les professionnels des ports, souvent des mareyeurs, avec l’aval des commissaires du BNP80. Très rapidement les plaintes s’accumulent particulièrement en Bretagne où l’on reproche à ce Bureau d’avoir fait la part belle aux professionnels de la Manche et de la mer du Nord :

  • 81 L’Heure Bretonne, no 29, 25 janvier 1941.

Le BNP ? Une coûteuse plaisanterie. Le gouvernement de Vichy en voie de redressement a créé, entre autres merveilles, un Bureau national du poisson. Ce n’est qu’un bureau de plus avec des fonctionnaires nouveaux. Qui paiera ? Tout bonnement pêcheurs et mareyeurs, bref tout le monde intéressé par la vente du poisson81.

  • 82 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, séance du 9 janvier 1943.
  • 83 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1941.
  • 84 Ibid. séance du 14 décembre 1940, rapport du conserveur Jean Guerlesquin.

39Tous ces excès de bureaucratie irritent aussi les professionnels de la pêche et surtout les usiniers et les grossistes. Ils s’insurgent particulièrement contre l’obligation de maintenir le même bénéfice qu’au 1er septembre 1939 et, tous, ils condamnent les prix de vente jugés bien insuffisants, à des taux « ridiculement bas qui ne laissent aucune marge bénéficiaire aux fabricants. Sur certaines catégories de poissons, ils auront même travaillé à perte82 ». Les arguments avancés tiennent compte aussi de l’inefficacité des répartiteurs et de leur impossibilité d’opérer des distributions équitables ; en fait, les professionnels craignent d’être tributaires de décisions étatiques auxquelles ils n’ont pas participé83. Bien sûr mareyeurs et conserveurs qui n’osent pas demander la suppression du contrôle des prix, souhaitent simplement une adaptation, « un examen approfondi des cas particuliers84 ».

  • 85 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 27 novembre 1940, fixation du prix du poisson.

40En instituant un prix unique pour les principales espèces de poissons, applicable dans tous les ports de la France occupée, le décret du 27 novembre 1940, permet non seulement de régulariser l’approvisionnement des différents marchés dont, plus particulièrement, celui de la capitale, mais aussi d’amener la disparition « du “marché noir” qui, eu égard à l’importance exceptionnelle de la demande par rapport à l’offre, avait contribué à la montée des prix tout en entravant la répartition rationnelle du poisson85 ».

41Les activités de la pêche, de sa commercialisation et de sa transformation, peuvent s’opérer désormais dans un cadre aux « structures apparemment irréprochables », mais très rapidement le gouvernement constate que le fameux Bureau présente de nombreuses imperfections. Par exemple, le fonctionnement du BNP dans les petits ports s’effectue avec beaucoup de difficultés… On ne change pas en un tournemain des habitudes séculaires :

  • 86 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 5, Brest, le 15 avril 1941, l’administrateur du quartier.

L’on ne peut empêcher que dans certains petits ports, le pêche ne se fasse que grâce aux mesures prises par un mareyeur. Ce sont des contingences dont il faut tenir compte86.

  • 87 SHD Marine Brest, 7 P 1-59, Paris, le 26 janvier 1942, le directeur Sicé.

42L’espoir d’amélioration est de courte durée ; les tricheries sont permanentes et perdurent, voire s’accroissent. Toutes les ruses pour déjouer la surveillance des agents du ravitaillement sont imaginées. Les débarquements se déroulent en dehors des heures de travail du répartiteur qui n’est pas toujours très scrupuleux lui-même ; des ventes ont lieu hors criée ; des échanges se déroulent en mer ; des caisses sont malencontreusement oubliées au fond des cales ; les pêcheurs déclarent des résultats bien inférieurs à la réalité et ne présentent jamais la part réservataire… Afin de remédier aux multiples abus, il faut trouver une parade : le délégué régional du BNP chargé d’enquête à Grand-camp et Port-en-Bessin sur la question de la répartition du poisson au débarquement propose d’adopter un système de carnets de bons où toute la pêche contrôlée serait inscrite, les chiffres indiqués sur ces divers bons devant ensuite servir de base pour la distribution aux pêcheurs des bons de matières premières et d’essence qui leur sont nécessaires87. L’expérience, tentée en Normandie, ne connaît pas de suite car elle est beaucoup trop complexe à gérer.

  • 88 BO Marine marchande, arrêté du 26 août 1942, création du CCRP.
  • 89 La Dépêche de Brest, 29 et 30 janvier 1943.
  • 90 Le Paimpolais, 15 octobre 1942.

43Pour améliorer les relations entre les professionnels de la filière et permettre une distribution plus équitable de produits de plus en plus rares, une nouvelle organisation de la répartition du poisson voit le jour après l’adoption de la loi du 23 octobre 1941. Il s’agit d’opérer une refonte complète de l’organisation du ravitaillement afin d’éviter les antagonismes trop fréquents avec les services de l’agriculture. Le texte de loi supprime tous les bureaux nationaux de répartition et les remplace par des comités centraux de ravitaillement (CCR) spécialisés par produits. Au début de l’année 1942, le BNP devient donc le Comité central de répartition du poisson (CCRP), sans que les personnes concernées s’en aperçoivent. Le nouvel organisme reste toujours sous la férule du secrétariat d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement qui émet plusieurs notes pour expliciter les fonctions de l’office rebaptisé88. Les hommes restent les mêmes, ce qui déplaît particulièrement à la presse régionale dans la mesure où les dirigeants sont, pour la plupart, des armateurs ou des industriels du Nord et non pas des Bretons. « Le BNP, condamné à mort, fut remplacé par le CCRP […]. Seul le nom changea. Les anciens dirigeants du BNP, vous chercherez en vain parmi eux un Breton, restèrent en place et tout fut dit89. » Les critiques de ce genre sont vives et permanentes jusqu’à la fin de la guerre ; les voix sont de plus en plus virulentes pour dénoncer le fait que les Bretons n’aient pas voix au chapitre au sein de l’organisme : « N’est-ce pas un comble ? et un comble outrageant pour les Bretons90 ? »

  • 91 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime W (...)
  • 92 SHD Marine Brest, 5 P 1-87, Paris, le 25 juin 1942, le directeur adjoint Willaumé.

44En fait, le gouvernement souhaite limiter la puissance des professionnels dans les circuits du ravitaillement et mettre fin aux abus passés. Il s’agit d’exercer une surveillance accrue de leurs agissements car on reste persuadé à tous les niveaux du secrétariat au Ravitaillement que les pêcheurs, et plus encore les mareyeurs, ne jouent pas le jeu. Au cours de la conférence régionale tenue à Rennes en mai 1942 sous l’autorité des services du Ravitaillement, il est signalé que des quantités importantes de poissons, jusqu’à 50 % des apports dans certaines localités, sont vendues directement par les pêcheurs sans que le service de la répartition puisse intervenir91. Ni les agents de la Corporation des Pêches maritimes, ni ceux du Ravitaillement, ni ceux du CCRP n’ont les moyens de supprimer de telles irrégularités. En juin 1942, on pense bien à réviser la rémunération des agents « accomplissant pour le compte du BNP les fonctions de répartiteurs92 » mais la prime supplémentaire allouée est, semble-t-il, insuffisante pour renforcer la surveillance des arrivages.

  • 93 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 23 novembre 1944, le commissaire aux RG.
  • 94 Ibid.
  • 95 Précieux indicateur de la Gestapo, il est condamné à la Libération aux travaux forcés à perpétuité (...)
  • 96 AD Finistère, 200 W 238, Quimper, 12 août 1942, le directeur départemental du ravitaillement génér (...)
  • 97 AN AJ41 18, synthèse des rapports des préfets, février 1944.
  • 98 AD Finistère, 206 W 23, Paris, le 12 mai 1941, le président du BNP.

45Déficience supplémentaire de l’organisation, il apparaît que, dans bien des cas, le personnel recruté est loin de présenter toutes les qualités requises. À Quimper, le contrôleur des prix est un ancien gendarme à la retraite, « un personnage assez mou et vraiment peu apte à remplir l’emploi qu’il occupait93 ». À Audierne, les enquêtes ne sont pas « menées avec toutes la diligence voulue94 ». Certains des agents trouvent des compléments de salaire de manière illégale comme le dénommé Le Pinsec, rentré au service du Ravitaillement à Douarnenez pour 23 francs par jour « ce qui ne l’empêchait pas de mener grand train ». Membre du Rassemblement national populaire (RNP), du Mouvement social révolutionnaire (MSR), il s’acoquine avec les hommes du Parti populaire français (PPF) et devient le délégué local de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF). « Bref, il épuisa à lui seul la gamme des initiales désignant les mouvements antifrançais95. » Peu scrupuleux, le président de la commission d’achat des viandes pour le Sud-Finistère, grossiste en viande bovine, a profité de ses fonctions « pour se livrer à des opérations personnelles contraires aux lois et règlements qu’il était chargé d’appliquer et de faire respecter96 ». Le chef de la section du ravitaillement général du Finistère est lui aussi connu pour ses malversations : « père de cinq enfants, il [est mort] assassiné en plein jour au volant de sa voiture97 ». Et même si les agents de surveillance tentent d’effectuer leurs tâches sérieusement, ce sont les trafiquants qui font peu de cas de leur présence. Le répartiteur de Sainte-Marine, dans le Finistère signale que l’un des mareyeurs de la commune « se moque totalement des ordres préfectoraux et des ordres du BNP ; il continue à expédier du poisson en gare sans passer par le répartiteur98 ».

  • 99 Max Bonnafous (21 novembre 1900-16 octobre 1975), préfet de l’Algérie en 1940 puis préfet des Bouc (...)
  • 100 Bretagne Yves, « Le Problème de la pêche », Le Yacht, octobre 1942, p. 154-155.
  • 101 BO Marine marchande, 1940-1, décret du 11 mars 1940 plaçant sous la dépendance du ministère de la (...)
  • 102 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Saint-Brieuc, le 13 décembre 1943, le préfet.

46Pour tenter de résoudre ce problème, un nouveau comité de répartition est créé pour préparer et soumettre au secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement toutes les informations et la documentation nécessaires à l’établissement d’un plan national de reconnaissance et de collecte de toutes les denrées alimentaires utilisables. L’idée de « ce vaste plan, qui intéresse non seulement le présent, mais paraît s’étendre à l’avenir, revient à M. Bonnafous99 récemment nommé ministre secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement100 ». Mais cette modification des données ne change rien au problème de la gestion des produits de la mer, à la charge du secrétariat à la Marine101 : les réseaux d’achat et de vente opèrent dans une liberté de plus en plus grande vis-à-vis des agents du ravitaillement. Au mois de décembre 1943, le préfet des Côtes-du-Nord demande aux services de gendarmerie et de police de son département une surveillance plus assidue des ports car, selon le délégué régional du CCRP, « les ventes à quai illégales ont tendance à s’intensifier102 ».

  • 103 AN F1cIII (1198), Synthèse des rapports mensuels des préfets de la zone occupée, avril 1942, minis (...)
  • 104 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Plouguerneau, le 18 septembre 1942, le représentant local du BNP à l’ad (...)

47D’ailleurs de nombreuses notes parviennent à Paris pour signaler que le fonctionnement de ce comité, comme celui des autres, est loin de donner toute satisfaction. La création de ces nouveaux organismes « devait permettre de faire cesser les anciens errements des bureaux nationaux […]. Or la procédure semble rester la même103 ». Dans la plupart des ports français, il existe de nombreux acheteurs non agréés qui ne connaissent pas le prix de la taxe et sont considérés dans la région comme des sauveurs, et « nous autres, comme des affameurs. Puisque cette anarchie continue et continuera, le Comité n’a pas lieu d’exister104 ».

  • 105 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 6, Brest, le 3 janvier 1943, l’administrateur Gilbert.
  • 106 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime W (...)
  • 107 AD Finistère, 200 W 42, rapport mensuel du préfet, juillet 1943.
  • 108 AD Morbihan, 2 W 15 773, condamnation du 28 avril 1944. Il s’agit du seul exemple de la liasse rel (...)

48Si l’on en croit l’administrateur de Brest chargé de réunir la première commission locale pour les mareyeurs, tout le monde triche : si l’on voulait « ne mettre dans la commission locale que des personnalités intéressées à la vente […] n’ayant pas été condamnées, le nombre des mareyeurs se trouverait réduit à un seul105 ». Tous les surveillants du ministère du Ravitaillement, chargés de vérifier les débarquements de poisson, se plaignent du nombre anormalement faible des infractions signalées par les agents de la police de la navigation et de la police des pêches et dénoncent la mollesse avec laquelle sont réprimées « celles qu’ils ont le devoir de surprendre et de poursuivre106 ». Les archives nous prouvent que les actions répressives restent très rares pendant toute l’Occupation et ne touchent généralement que des intermédiaires, du menu fretin. Dans le Finistère, on ne retient qu’une seule opération d’envergure, pendant toute l’Occupation, menée dans le petit port de Portsall où quatre mareyeurs sont condamnés à des amendes pour « hausse illicite107 ». À Vannes, il faut attendre avril 1944, pour que la police intervienne et arrête onze vendeuses de poisson condamnées pour ce même motif108. Pour tenter de mettre un terme au mouvement de croissance des prix, le ministre, secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement, prend des mesures à plusieurs niveaux. Il dispose déjà d’un service spécialisé, celui de la Répression des fraudes ; il crée aussi une organisation administrative de contrôle, les agents de surveillance du Bureau national du Poisson.

La répression des fraudes

  • 109 Machebœuf Michel, « Influence de la nature des récipients sur la qualité des conserves alimentaire (...)

49Les principes qui, en France, président au contrôle de la qualité des produits alimentaires et qui tendent à assurer au consommateur les garanties dont il a besoin, sont inscrits dans une loi fondamentale, d’où dérivent tous les règlements en vigueur en la matière : il s’agit de la loi du 1er août 1905 relative à la répression des fraudes et falsifications des denrées alimentaires, dite loi Ruau. Il fallait en effet que le gouvernement établisse un texte de portée générale destiné à assurer la loyauté des transactions commerciales, à protéger les consommateurs et surtout à défendre l’hygiène et la santé publique. La vente et l’industrie des produits de la mer se trouvent, bien entendu, soumises à toutes les dispositions de ladite loi dont le principe est de réprimer la tromperie sous toutes ses formes. Si l’administration réclame un avis technique sur une question de toxicité éventuelle, elle consulte le Conseil supérieur de l’hygiène et l’Académie de médecine dont les membres travaillent à plusieurs reprises sur les conserves de poisson pour démontrer leur non-toxicité109.

  • 110 Cépède Michel, op. cit., p. 116.
  • 111 Loi du 7 décembre 1940 créant le corps de contrôle composé des agents de contrôle des ressources e (...)
  • 112 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Paris, le 7 février 1942, le ministre secrétaire d’État à l’Agricultur (...)
  • 113 AN F60 505, Synthèse des rapports des préfets, juillet 1942.

50Dès la déclaration de guerre, le service des répressions des fraudes voit son domaine de compétence largement étendu puisqu’il surveille désormais non seulement la qualité des produits, mais aussi leur prix. Les agents des Fraudes sont les premiers à s’intéresser aux respects des taxations et cette fonction leur est reconnue par le décret-loi du 20 mai 1940 instituant le service général de contrôle. Mais très vite ils abandonnent cette fonction et voient leur rôle se réduire considérablement du fait des tolérances rendues nécessaires par la pénurie d’aliments. Il faut attendre la création d’un service central des Affaires économiques, sous l’autorité du ministère des Finances, au sein de la Direction de l’économie générale, et de services départementaux, placés sous l’autorité des préfets, pour que le pays se dote d’une police de surveillance des prix. Cette organisation administrative n’est pas modifiée sous le régime de Vichy ; elle est même renforcée après l’institution du secrétariat d’État au Ravitaillement et la création, en son sein, d’un corps de contrôle, aux fonctions élargies110 dont les agents interviennent dans un cadre local où ils sont chargés de recenser les productions et les stocks, d’évaluer les ressources, de contrôler les déclarations et la circulation des produits, d’en vérifier la bonne répartition111. Mais ils restent trop peu nombreux pour exercer une surveillance efficace et se contentent bien souvent de contrôler les produits sur les lieux de vente les plus importants, les halles et les marchés. Ils s’intéressent tout particulièrement aux coquillages dont la qualité est souvent douteuse112. À une époque où les mareyeurs, les conserveurs ou les poissonniers recherchent avant tout le maximum de bénéfices, sans aucune considération de la qualité des produits proposés sur le marché, il paraît indispensable au gouvernement de doter « l’inspection de la Répression des fraudes des moyens qui lui permettraient d’intervenir efficacement contre les falsifications dont certaines constituent un véritable crime contre la santé publique113 ».

  • 114 AD Morbihan, M 11 365, Commission départementale de liaison des services répressifs, 1941-1953.
  • 115 BO Marine, 1942, Arrêté du 8 janvier 1943, sur la circulation des poissons de mer frais.

51De leur côté, les agents du contrôle mobile du Ravitaillement sont chargés de rechercher les infractions sur les prix. Mais il faut bien comprendre que les attributions des agents des ministères des Finances ou du Ravitaillement s’arrêtent sur les quais, là où s’exercent celles de la Marine qui défend ses prérogatives bec et ongles. Évidemment, la multiplication des services de contrôle et les luttes interministérielles engendrent une efficacité diluée. La nécessité de réunir les différents agents dépendant d’autorités de tutelle nombreuses — Économie, Marine, Ravitaillement, Intérieur, Production industrielle114… — pour tenter d’établir des modes d’action communs n’est pas faite non plus pour renforcer l’efficacité de la surveillance. De plus, pour répondre à l’intensification des contrôles, les pêcheurs et les mareyeurs, officiels ou illégaux, multiplient les sources de collecte de plus en plus difficiles à inspecter. En fait c’est dans les gares qu’interviennent surtout les agents de contrôle115, mais seuls les intermédiaires sont arrêtés, jamais les pêcheurs.

  • 116 BO Marine, 1941-2, Paris, le 26 janvier 1941, décret sur la réorganisation de la gendarmerie marit (...)
  • 117 BO Marine, 1942, Paris, le 15 février 1943, arrêté sur la gendarmerie maritime.

52Enfin, le gouvernement entreprend une profonde réorganisation de la gendarmerie maritime, recréée en 1936, pour disposer d’un corps efficace, apte à jouer son rôle de police judiciaire et de maintien de l’ordre sur le littoral, qu’il soit terrestre ou maritime116. À n’en pas douter, le renforcement, en 1942, des effectifs de la légion de gendarmerie maritime, dotée de réels pouvoirs coercitifs, est bien compris par les autorités comme le meilleur moyen d’assurer l’ordre, via le contrôle et la surveillance des agissements des marins. Comme les agents de l’Inscription maritime ou du Contrôle économique sont rabroués par les pêcheurs, on reste persuadé en haut lieu que la peur de l’uniforme reste encore la solution la plus adaptée pour réduire l’insubordination des marins et plus généralement des populations littorales. La gendarmerie maritime est déployée dans les ports pour appuyer de tous ses moyens l’autorité défaillante des administrateurs de l’Inscription maritime, et veiller « à l’application des lois, décrets, règlements, relatifs à la police […] des pêches et du domaine maritime117 ».

Le rationnement, les statistiques et le marché noir

  • 118 Secrétariat d’État au Ravitaillement, Instructions sur le Ravitaillement, Nancy-Paris-Strasbourg, (...)

Le rationnement est le procédé qui permet la répartition équitable et l’attribution régulière des denrées dont il est nécessaire de limiter ou de réglementer la consommation118.

  • 119 Azéma Jean-Pierre, Le Monde, 22 juin 1989.
  • 120 Sauvy Alfred, La Vie économique des Français de 1939 à 1940, Paris, Flammarion, 1978, p. 41.

53Après la Débâcle, de nouvelles mesures sont prises pour contrôler les approvisionnements en nourriture de la population française. La publication de textes législatifs plus restrictifs est facilitée par l’élargissement du pouvoir du gouvernement de Vichy qui n’est plus obligé de soumettre ses projets aux délibérations du Parlement. Le 23 septembre 1940, les premières cartes individuelles d’alimentation pour la viande, le fromage et le pain sont distribuées à toute la population française. Officiellement, le rationnement est institutionnalisé. Le 20 octobre suivant, les Français sont classés en sept catégories et perçoivent une partie de leur ration alimentaire en fonction de cette répartition. Immédiatement se développent des marchés parallèles pour pallier les insuffisances et compenser les carences. Dès l’instant où le marché officiel s’avère incapable de satisfaire la demande publique, un marché illégal se constitue, le marché noir, « une activité emblématique de l’Occupation119 ». Des opérations simples de conservation comme le séchage, le salage ou le fumage permettent de transporter le poisson beaucoup plus facilement que ne l’imaginent les gens aujourd’hui. Cuits, les crustacés supportent un voyage de quelques jours sans dommages ; les coquillages maintenus au frais dans une bourriche et enveloppés dans du goémon résistent une semaine sans souffrir en période hivernale. La pénurie de protéines animales se fait déjà sentir à la fin de l’automne 1939, après la publication des décrets de rationnement de la viande en particulier, bien que ces derniers n’aient guère eu de répercussions immédiates puisqu’ils ne sont pas appliqués avant mars 1940120. Malgré les dispositions législatives adoptées progressivement, les défaillances des services du ravitaillement sont tous les jours plus évidentes. Il faut remplacer la viande par un autre aliment : le poisson, et les produits de la mer en général, exercent un attrait indubitable… et, pour s’en procurer, tous les moyens sont bons.

Les marchés parallèles

  • 121 Baudin Paulette et Louis, La Consommation dirigée en France en matière d’alimentation, Paris, Libr (...)
  • 122 Pomiane Édouard de, Cuisine et restrictions, Paris, Corrêa, 1940, p. 70.

54Les demandes sont encore plus pressantes après la parution du décret de rationnement général promulgué le 19 septembre 1940 sur le pain, les fromages, les matières grasses, les viandes et le sucre. En effet, le poisson reste un « aliment libre » qui n’entre pas dans les dispositifs du Rationnement. Il est bien édité en juillet 1941 une carte particulière pour le poisson frais, mais « elle ne donne droit qu’à une faible portion de 200 grammes qui est touchée en moyenne une fois tous les deux mois en raison du manque d’arrivage121 ». Elle n’est donc pas maintenue et, dès lors, le poisson et les autres produits de la mer, deviennent des aliments recherchés. Les Français écoutent avec intérêt les commentaires radiophoniques d’un maître en la matière, Édouard de Pomiane : « Ainsi la carte ne nous octroie pas assez de protides. Il faut compléter ce déficit en recherchant des aliments azotés comme le poisson, les œufs ou le fromage. Les deux premiers ne sont pas contingentés122. »

  • 123 AD Côtes d’Armor, 1311 W 226, Saint-Brieuc, le 1er juin 1941, l’administrateur Le Bras, Situation (...)
  • 124 AD Finistère, 200 W 39, Rapport de la préfecture, Quimper, novembre 1940.
  • 125 Debû-Bridel Jacques, L’Histoire du marché noir (1939-1947), Paris, La Jeune Parque, 1947, p. 39.

55Le poisson de mer n’est pas rationné, mais son prix est fixé par un décret promulgué dès avril 1940, complété en octobre 1940, si bien que les pêcheurs et les mareyeurs tentent d’éviter le marché officiel pour écouler leurs produits à des prix plus intéressants. Aux halles de Saint-Brieuc, « le maquereau, taxé au détail à 12,90 F est […] vendu uniformément à 20 F le kg, et la plie passe de 17,40 F à 24 F sans que les consommateurs réagissent le moindrement123 ». Dans le Finistère, le prix du kilo de julienne, constaté par les services de la préfecture en juin 1940, était de 4 à 6 francs ; il oscille entre 20 et 30 francs six mois plus tard, entre le double ou le triple du prix de la taxe124. La préfecture admet de plus son incapacitité à interdire de tels prix. Beaucoup d’organismes de taxation et de contrôle n’ont eu d’autre fonction que de renforcer le courant de ventes illicites : « Charte des prix, charte du ravitaillement, comités d’organisation, toute l’armature de la législation de Vichy a facilité, sinon provoqué le marché noir125. »

  • 126 Rapport d’activité du XXVe corps d’armée allemand…, op. cit., le 31 mai 1941.
  • 127 Archives Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 4 octobre 1941, l’administrateur Avron.

56Les autorités allemandes en Bretagne sont les premières à constater l’ampleur du phénomène. Pour elles, le marché noir est florissant, ce qui laisse supposer que beaucoup de denrées alimentaires se trouvent en quantité suffisante, mais « la perspective de prix plus élevés au marché noir empêche les produits de parvenir au circuit de vente officiel126 ». Il faut dire que l’armée allemande est en grande partie responsable de ces dérives comme nous l’explique l’administrateur de Saint-Malo. Présent aux halles en vue de faire appliquer les prix taxés, il obtient des pêcheurs et des marchandes qu’ils obtempèrent et respectent les décrets. Mais, quelques instants plus tard, arrive le camion de ravitaillement de l’armée allemande ; il est demandé aux acheteurs de prendre les maquereaux au prix de la taxe, soit 16 francs le kilo au débarquement. L’officier présent répond qu’il veut payer 25 francs pour obtenir les plus beaux poissons. « De ce fait, les pêcheurs et les marchandes ont livré leurs poissons à ce prix, si bien que tout le maquereau et autres poissons ont été vendus au-dessus de la taxe127. »

  • 128 Toesca Maurice, « Français captifs », dans Vie et mort des Français, 1939-1945, Paris, Hachette, 19 (...)
  • 129 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Brest, avril 1941, l’administrateur.

57Et puis les marchés parallèles s’organisent, s’officialisent ; les ouvriers, les fonctionnaires, les institutions, forment des coopératives d’achat pour tenter de récupérer à la source une part du poisson débarqué. Le ministère de la Marine, le premier, fait venir directement son poisson à Paris pour tout son personnel128. Les services de l’Intendance de la Marine, dans tous les ports militaires, achètent aussi des quantités importantes de poissons beaucoup plus faciles à obtenir que la viande. À Brest, en 1941, ce sont plus de 1 200 rationnaires qu’il convient de nourrir, soit 3 000 à 3 200 rations de poisson par semaine pour assurer trois repas aux équipages129.

  • 130 AD Finistère, 200 W 151, Concarneau, le 17 mars 1943, le commissaire de police.
  • 131 Ibid., Concarneau, les 13, 16 et 22 février 1943, le commissaire de police.

58La part réservataire des pêcheurs demeure l’un des principaux apports de ce marché. Un délégué de la Feldkommandantur de Quimper visite les ports du Sud-Finistère en mars 1943. « L’intéressé a trouvé que les équipages des bateaux de pêche prélevaient des quantités de poissons qui paraissaient excessives et susceptibles de favoriser le marché noir130 ». Des trafiquants de tous poils, de toutes origines, se pressent sur les quais des ports de pêche pour tenter de récupérer leur part du butin. Les procédures pour trafic illicite restent rares dans les archives policières, et il faut un commissaire particulièrement entêté pour s’attaquer aux fraudes multiples. Mais au cours de certaines périodes où la surveillance se renforce, les arrestations sont nombreuses. En une semaine, trois affaires du genre mobilisent le commissariat de Concarneau : le 13 février 1943, un mareyeur de Languidic est arrêté avec 50 kg de poissons de provenance frauduleuse ; le 16 février, c’est un Parisien qui est surpris avec 67 kg de poissons qui sont saisis ; enfin le 22 février, la police prend possession de sept colis contenant au total 282 kg de poissons abandonnés à la gare131. Le commissariat dénonce un véritable trafic organisé de poisson vers Paris :

  • 132 AD Finistère, 206 W 23, Concarneau, le 15 février 1943, le commissaire de police.

Le poisson acheté à des prix variant entre 20 et 30 francs le kilo est transporté par les intéressés dans des paniers ou valises mis aux bagages avec des étiquettes portant des noms fantaisistes. L’écoulement de la marchandise s’effectue de préférence aux abords de la gare Montparnasse et à des prix atteignant 150 francs le kilo de merlus […]. Les transports clandestins ont lieu de préférence le samedi soir par le train express Quimper-Paris qui arrive le dimanche matin à la gare à 7 h 09 parce que la surveillance des colis en gare est, paraît-il, moins stricte132.

  • 133 AD Finistère, 31 W 319-320, comme les chefs de gare d’Audierne, de Saint-Thégonnec, de Roscoff…
  • 134 Ouest-Éclair, 30 décembre 1940.
  • 135 Guéguen Michel, Le Maître Louis, L’Aigle sur la mer, Bannalec, Imprimerie régionale, 1985, t. 1, p (...)
  • 136 AN Vichy Y : International, vol. 71, synthèse des rapports des préfets, septembre 1941.
  • 137 Ibid., synthèse des rapports des préfets en zone occupée, octobre 1941.
  • 138 Archive Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 29 janvier 1943, l’administrateur.

59Cette pression policière ne s’exerce plus avec autant de contrainte par la suite car les procès-verbaux ne mentionnent aucune arrestation pour marché noir au cours de l’année 1943. Pourtant les trafics perdurent. Acheté environ 20 francs le kilo sur les quais de Concarneau, du lieu ou du merlu peut être vendu à Paris entre 120 et 140 francs. Et le marché noir concerne tous les ports de pêche desservis par une ligne de chemin de fer où les fraudeurs se pressent, souvent avec la complicité d’agents de la SNCF dont plusieurs seront inquiétés à la Libération133. Dès le mois de décembre 1940, trois Parisiens sont arrêtés à Lorient alors qu’ils viennent de se ravitailler sur le port et qu’ils remontent dans le train ; « une contravention leur a été infligée lors d’un contrôle de la circulation134 ». Chaque voyage permet de faire des bénéfices supérieurs à 5 000 francs et les passeurs sont si nombreux qu’entre la Bretagne et Montparnasse les wagons dégagent une odeur caractéristique de marée135. Pour lutter contre cette forme de marché noir ferroviaire, qui représente, en Ille-et-Vilaine, « 90 % du trafic noir », le gouvernement décide de supprimer les permis des employés non roulants de la SNCF136, sans que le marché noir cesse de se développer. Mais, le préfet de ce département reconnaît qu’on ne peut s’y attaquer dans la mesure où il « nourrit littéralement la population, tant que le ravitaillement sera insuffisant et mal organisé137 ». Propos confirmé par l’administrateur du quartier de Saint-Malo qui, constatant que plus de 227 tonnes de poissons et de coquillages sont parties de la gare de Saint-Malo, avoue, d’une part, son impuissance à surveiller l’origine des produits et, d’autre part, son sentiment que le ravitaillement est très utile aux Parisiens138.

  • 139 AD Finistère, 200 W 41, Brest, le 25 juin 1942, le sous-préfet.

60Enfin, l’État lui-même contribue à l’existence et au renforcement de ces réseaux ; en 1942, le sous-préfet de Brest précise que les transports par wagons isothermes en provenance de Douarnenez s’effectuent dans de très bonnes conditions, « mais les frais sont trop élevés pour permettre au Comité de réception de les couvrir avec les 3 % qu’il est autorisé à prélever139 ». La marée est alors transportée vers des villes où le problème de la taxe ne se pose pas ou par des intermédiaires moins scrupuleux qui disposent des moyens pour la régler.

  • 140 SHD Marine Brest, 7 P 1-57, Paris, le 18 janvier 1941, le directeur Peyrega.
  • 141 L’Heure Bretonne, 27 septembre 1941.
  • 142 AD Finistère, 200 W 39, Morlaix, le 25 octobre 1941, le sous-préfet.
  • 143 AN Vichy Y : International, vol. 71, synthèse des rapports des préfets en ZO, octobre 1941.
  • 144 AD Finistère, 200 W 20, Douarnenez, le 1er mai 1943, le commissaire de police.

61Les autorités s’inquiètent de cette dérive et de l’accroissement constant des quantités détournées des circuits légaux. Elles annoncent que l’arrêté d’application du 13 décembre 1940 « n’atteindra son but que si une surveillance efficace est exercée en vue de faire strictement respecter les tarifs qu’il édicte140 ». Mais les hommes du Contrôle économique et du Ravitaillement ne sont pas suffisamment nombreux pour être efficaces. Les véhicules et le carburant nécessaires pour se rendre dans les endroits discrets d’échange font défaut. Le recrutement effectué à la hâte n’est guère de qualité. En septembre 1941, on apprend que la préfecture de Bretagne « n’a pu faire autrement que de suspendre » deux contrôleurs des prix, Rio et Brelivet, sur qui pesaient des accusations précises141. Un mois plus tard, le sous-préfet de Morlaix nous décrit la visite effectuée par deux agents du contrôle des prix, sans doute envoyés pour calmer une opinion publique contrariée par tant de laxisme. Après enquête, aucun d’entre eux ne rédige le moindre procès-verbal alors que les services de la police municipale ont pu relever plusieurs infractions. Pire, « au soir de leur journée, ces deux hommes étaient connus de tous, ils ne pouvaient que cheminer inséparables et l’un d’entre eux ne dut qu’à la sollicitude et au bras de son compagnon de pouvoir repartir de Morlaix tant ils étaient ivres142 ». À Paris, on confirme que le personnel du Ravitaillement « est incapable. Composé en général d’anciens intendants ou sous-officiers, bien intentionnés, mais mal informés de leur tâche143 ». À l’inverse, si ces mêmes contrôleurs surveillent et inter viennent pour interrompre les mouvements frauduleux et arrêter les trafiquants, ils se font prendre à partie par la population, comme ce contrôleur mobile obligé de se réfugier au commissariat de Douarnenez après avoir été insulté et battu sur le port par des marins pêcheurs mécontents de son intervention144.

  • 145 Grenard Fabrice, La France du marché noir, Paris, Payot, 2008, p. 132.
  • 146 AN F1 IIIc1198, novembre 1942, synthèse des rapports des préfets.

62La loi du 15 mars 1942 relative au marché noir permet une répression plus efficace de tous les trafics, tout en accordant une nécessaire indulgence à l’égard des petits trafics. Elle prévoit notamment des saisies extensives des marchandises en cause145, la confiscation des biens des contrevenants professionnels, des amendes et des peines de prison de deux à dix ans. À compter du 31 décembre 1942, c’est la Direction générale du Contrôle économique qui a la charge des poursuites et de la répression des infractions, dans l’objectif d’élargir et de renforcer le pouvoir des contrôleurs. Cependant le problème du recrutement de ces agents n’est toujours pas résolu si l’on en croit le préfet du Finistère qui demande que « dans chaque département, une brigade des recherches du contrôle économique soit dirigée par un policier jeune, actif et expérimenté, les fonctionnaires provenant des administrations financières paraissant mal préparés pour ce travail146 ».

  • 147 SHD Marine Brest, 2 P 1-191-3.
  • 148 SHD Marine Lorient, 9 P 5-29, Paris, le 27 novembre 1942, le directeur adjoint Willaumé.

63Le directeur du contrôle des prix demande de prendre toutes les dispositions utiles pour que le personnel de la Marine — préposés, syndics, gardes maritimes, gardes-pêche — participe activement à la répression des infractions au règlement « afin d’empêcher toute hausse clandestine et illicite des prix du poisson et tout particulièrement de ceux qui sont pratiqués au débarquement147 ». Qu’à cela ne tienne, on débarque dans les petits ports moins surveillés. C’est ainsi qu’un certain Danigo, patron du thonier Constantin, est surpris à vendre toute sa pêche hors de la répartition dans un port de Groix. Il est condamné à deux mois de suspension de commandement, jugement qui devrait avoir « un effet moral salutaire sur les autres pêcheurs et [servir] d’exemple148 »… si ce n’est qu’une interruption de pêche de deux mois prononcée en novembre n’a strictement aucune incidence sur les activités d’un patron thonier qui désarme durant l’hiver. Les ventes non réglementaires restent une pratique fort courante, l’administration reconnaissant elle-même qu’elle ne dispose pas d’agents en nombre suffisant pour verbaliser. Dans les quartiers où les pêcheurs locaux pratiquent essentiellement la pêche côtière à bord de petits cotres et débarquent leurs prises sans difficulté sur tout le littoral, loin des centres officiels du BNP et sans réelle crainte de se faire prendre, de petits marchands continuent à s’approvisionner dans des cafés où ils viennent chercher le poisson commandé d’avance et payé au-dessus de la taxe. Non seulement les sanctions restent théoriques, mais, de plus, elles ne sont pas dissuasives. L’économie dirigée, en matière alimentaire, est loin d’avoir

  • 149 Baudin Paulette et Louis, op. cit., p. 104.

étouffé l’initiative et égalisé les conditions. Bien au contraire elle crée des inégalités considérables, souvent injustifiées. Rien de plus naturel. Par le fait même qu’elle est destinée à assurer un minimum, c’est-à-dire accroître dans une large mesure la rigidité d’un secteur de l’économie, elle rend plus sensibles et mouvants les éléments qui échappent à son emprise149.

  • 150 AD Finistère, 200 W 151, Rapport du commissaire de police de Concarneau.
  • 151 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.
  • 152 Archives CCI Quimper, séance du 14 mars 1944.
  • 153 La Dépêche de Brest, 20 janvier 1943.
  • 154 Le Courrier du Finistère, 30 janvier 1943.
  • 155 AD Finistère 200 W 41, Quimper, le 10 octobre 1942, rapport du commissaire.
  • 156 Le Courrier du Finistère, le 3 avril 1943, nomination de M. Roulland, gérant de l’usine Bouvais-Fl (...)

64Toutes les professions de la filière sont concernées et participent de manière très active aux courants de vente illicite, des plus petits pêcheurs aux plus grands conserveurs. Ces derniers fabriquent un produit rare et très recherché, de haute qualité gustative, nourrissant, peu encombrant et qui ne pourrit pas. La grande majorité des stocks est acquise par les bureaux d’achat de la Kriegsmarine et de la Heer, dans des conditions très opaques, mais ni les usiniers, ni les intermédiaires ne sont inquiétés par les forces de police ou du contrôle économique. Deux ou trois affaires de marché noir sont tout de même dénoncées par la presse150. Dès qu’elles sont connues, la chambre de commerce de Quimper dénonce les « majorations illicites des prix », mais elle estime que cette discipline des prix stricts « ne saurait exclure un examen approfondi des cas particuliers »151 et exonère du même coup tous les conserveurs fraudeurs. Trois ans plus tard, cette même chambre, généralement si pudique, reconnaît que « des affaires de marché noir desservent les fabricants de conserves152 ». En effet, l’année précédente deux cas particulièrement importants de ventes frauduleuses ont secoué la profession et le port de Concarneau. En septembre 1942, les services du rationnement et la police locale enquêtent sur les agissements d’un conserveur de la ville et de son directeur d’usine, soupçonnés d’écouler la plus grande partie de la production sur des marchés parallèles à des prix bien supérieurs à ceux de la taxe. Pour un bénéfice illicite évalué à deux millions de francs, l’usinier est condamné une première fois par le tribunal de Quimper, puis il est rejugé à Paris à huis clos, par le tribunal d’État, preuve s’il en est de la gravité des faits qualifiés clairement de marché noir. « Il s’agissait d’un stock de conserves, particulièrement de conserves de thon, vendues au-dessus du cours par un industriel de Concarneau, Marcel Provost, avec la complicité de son directeur commercial153. » Auteur d’un trafic portant sur 22,7 tonnes de conserves à l’huile, seul le propriétaire comparaît devant ses juges parisiens. Il est condamné pour hausse de « 200 pour 100 sur la taxe et transport non autorisé », à un an de prison, 7 512 750 francs d’amende, ce qui est une première en la matière, et à l’interdiction d’exercer154 ; l’usine est en conséquence fermée. Le directeur commercial, Tallec, parvient à s’échapper avant le procès ; il est condamné à la perpétuité et à une amende de 6 millions de francs. Le chef d’inculpation est la hausse illicite et l’expédition sans autorisation, de plusieurs tonnes de poisson en conserve. Cependant, avant la saison de pêche, un gérant provisoire est nommé pour assurer la production si bien que le travail ne sera pas interrompu dans l’une des plus importantes usines du pays. Quelques mois plus tard, une seconde affaire du même genre ébranle le port finistérien. Le directeur de l’usine Bouvais-Flon et deux acolytes sont pris en flagrant délit d’expédition sans autorisation de boîtes de thon à l’huile et de hausse illicite. « Coupables d’avoir vendu à des tarifs illicites 500 caisses de thon à l’huile155 », ils sont jugés à Quimper et ils écopent de peines légères et d’une amende dont le montant est dérisoire par rapport aux bénéfices empochés, selon l’opinion de la population locale. La peine prononcée, le préfet du Finistère intervient pour nommer un directeur provisoire : il ne faut en aucun cas que la production s’arrête156.

  • 157 AD Finistère, 200 W 151, Concarneau, le commissaire de police.
  • 158 AD Finistère 200 W 41, Quimper, le 10 octobre 1942, rapport du commissaire.

65À son tour, le représentant de la firme Félix Potin à Concarneau est lui aussi écroué pour trafics illicites et l’enquête menée à son sujet révèle la complicité de plusieurs fabricants de conserves. Dans ce procès, trois hommes sont condamnés à des peines de prison de quatre et six mois auxquelles s’ajoutent des amendes de 800 000 et 200 000 francs157. « Autant l’activité des services de police est accueillie avec mauvaise humeur lorsqu’elle porte sur des affaires de vente au détail, autant la répression, quand elle atteint de pareils seigneurs, est approuvée et encouragée par le public158. »

  • 159 AD Finistère, 200 W 41, Quimper, le 28 février 1943, rapport des Renseignements généraux, cité dan (...)
  • 160 AD Finistère, 200 W 60, Douarnenez, le 25 octobre 1942, le commissaire de police.
  • 161 AD Finistère, 31 W 19-20, Liste des collaborateurs.

66Mais les affaires d’envergure, qui connaissent la publicité d’un procès, restent très rares, et les trois affaires mentionnées sont les seules mettant en cause des conserveurs bretons que nous ayons retrouvées. Le montant de l’amende réglé par l’usinier concarnois reste exceptionnel ; au cours de l’année 1943, dans le Finistère, les personnes convaincues de marché noir sont condamnées à des amendes comprises entre 250 et 12 575 francs, des montants beaucoup trop faibles pour dissuader les fraudeurs. Les quelques protestations qu’elles suscitent laissent présager que les profits du marché noir couvrent largement ces frais. Elles ne permettent « aucunement de résorber un phénomène que l’ampleur ne rend plus maîtrisable : les lois continuent d’être lues non pour être appliquées, mais contrevenues159 ». Les fraudeurs les plus importants sont connus des services de police qui se plaignent bien souvent de ne pouvoir intervenir : à Douarnenez les gros trafiquants, « suffisamment connus [jouissent] de protections obscures. Ces messieurs, piliers d’apéritifs, scandale public permanent, devraient faire l’objet d’une surveillance spéciale160 ». L’attitude de plus en plus méprisante d’une part grandissante des conserveurs n’est pas oubliée à la Libération, et plusieurs d’entre eux doivent répondre de leurs actes, particulièrement ceux qui ont bénéficié de la protection avérée des troupes d’occupation et ont dédaigné les mises en garde161.

Quels chiffres ?

  • 162 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1943, le CF, directeur adjoint, Willaumé.
  • 163 SHD Marine Brest, 8 P 1-64. Quimper, le 26 juin 1941.
  • 164 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de mai 1943.
  • 165 SHD Marine Brest, 6 P 2-16, Lannion, septembre 1943, l’administrateur.
  • 166 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime W (...)

67L’une des conséquences de la puissance du marché noir est le peu de cas que l’on doit accorder aux chiffres présentés à cette époque, entre 1939 à 1946, et qui doivent être utilisés avec la plus grande circonspection. D’après les résultats d’une première enquête menée au cours de l’été 1942, le total des apports de la pêche française aurait été « de 85 000 tonnes, soit plus de 40 % de la production totale d’une année d’avant-guerre162 ». Ce chiffre est, de toute évidence, au-dessous de la vérité mais il est impossible de déterminer dans quelle mesure il s’en approche et de connaître la part des débarquements clandestins. Nous avons vu que les retraités et les pensionnés qui entretiennent tous un bateau reprennent vite la mer en ces temps troublés, même s’il est interdit de s’éloigner de plus de trois milles des côtes : une petite barque à voile suffit pour pêcher. Nous avons montré comment il était facile de frauder sans risque — petits ports sans surveillance, part réservataire des pêcheurs non vérifiée, non-déclaration de la totalité des prises, refus du contrôle des produits débarqués et de la répartition des excédents, vente dans les cafés163 ou au marché noir, notamment aux conserveurs installés dans des endroits isolés non surveillés, débarquement aux heures où les criées et les halles sont fermées et les agents locaux du BNP absents : très tôt le matin, ou tard le soir ou encore le dimanche… Ces accostages tardifs sont bien connus et de telles irrégularités sont mentionnées par le contrôle économique qui demande à de nombreuses reprises que les quais des ports les plus importants soient plus sévèrement surveillés164. Dans ces conditions, nous ne sommes pas surpris d’apprendre que, dans le quartier de Lannion, les pêcheurs ne font aucune déclaration aux agents de l’Inscription maritime quant à leurs pêches : « Les chiffres que possède le quartier sont ceux fournis par les délégués du port du CCRP qui veulent bien […] me les communiquer. Tout chiffre de production donné par un pêcheur est faux a priori165. » La conclusion des agents du Contrôle économique réunis à Rennes en mai 1942 est édifiante puisqu’ils estiment la part vendue hors du circuit officiel à la moitié des apports dans certains ports166.

  • 167 Le Gall François, Le Mareyage, notes dactyl., Douarnenez, 1980. Monsieur Le Gall était mareyeur à (...)
  • 168 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Paris, le 27 janvier 1942, le directeur des services du BNP, Altazin.
  • 169 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 25 septembre 1943, le président Altazin.
  • 170 AD Finistère, 200 W 42, rapport mensuel du préfet, juillet 1943.

68Les mareyeurs aussi participent à cette fraude généralisée car ils disposent de l’autorisation de prélever pour leur compte 5 % du poisson qui leur est attribué et de l’expédier comme bon leur semble sous forme de « colis familiaux » et « il y avait évidemment quelques tricheries sur le poids exact des colis167 ». Le directeur du BNP, lui-même armateur et mareyeur, reconnaît que bon nombre de ses collègues ne tiennent aucun compte des instructions de la Corporation leur enjoignant de porter sur leurs déclarations de tonnages les quantités expédiées168. À la fin de l’été 1943, les autorités d’occupation interviennent directement dans l’affaire et reproche aux agents du CCRP de fournir des chiffres jugés totalement fantaisistes. « Ils supposent que les représentants français minimisent l’importance de la pêche pour diminuer d’autant la part de 10 % leur revenant169. » La Feldkommandantur de Quimper s’émeut aussi du niveau atteint par les prix du poisson « sans relation avec le pouvoir d’achat des soldats allemands eux-mêmes170 ».

  • 171 SHD Marine Brest, 3 P 1-110, Paris, le 19 avril 1941 : « Il s’agit d’une mesure de bienveillance e (...)
  • 172 Rame Paul, La Police dans le Finistère pendant l’Occupation et à la Libération, 1940-1950, mémoire (...)
  • 173 AD Finistère, 200 W 151, Quimper, le 15 décembre 1943.
  • 174 SHD Marine Brest, 8 P 1-67. Réunion du 24 janvier 1944 et décrets du 24 février portant « Répressi (...)
  • 175 SHD Marine Brest, 7 P 1-63. Réunion interministérielle pour la répression du trafic clandestin du (...)

69Enfin, dans les petits ports où aucun mareyeur n’exerce, la vente est plus ou moins libre171. Tous ces abus sont condamnés par la loi du 25 août 1941 laquelle tente de fixer des limites en la matière, mais pour quels résultats ? Le gouvernement de Vichy est parfaitement au courant, mais préfère, au moins jusqu’en 1943, assurer une part du ravitaillement quitte à maintenir la fraude. Tous les renseignements fournis par les commissariats indiquent à l’évidence l’importance des trafics, mais aussi la crainte de les réprimer dans un souci permanent du maintien de l’ordre172. Des réunions sont cependant organisées périodiquement, notamment à la préfecture de Quimper où le préfet invite, en décembre 1943, les représentants de la police, de la gendarmerie, des travaux publics, de l’Inscription maritime, du contrôle économique, du ravitaillement… pour tenter de limiter les trafics de toutes natures et les « évaporations » de poisson : barricader le port est la seule solution préconisée pour surveiller efficacement les ports de pêche173. La même volonté de limiter les ventes illicites se retrouve au sommet de l’État ; en janvier 1944, le secrétaire d’État à la Marine, le contre-amiral Bléhaut, décide de réunir une commission composée des représentants du Ravitaillement, du Contrôle économique, de la Marine marchande et du Comité corporatif des pêches maritimes afin d’examiner la question de la répression du trafic clandestin du poisson. Il faut employer les grands moyens car toutes les précautions prises jusqu’alors n’ont été d’aucune efficacité. En conséquence, il est décidé que tous les bateaux devraient dorénavant débarquer dans leur port d’attache, que les effectifs de la gendarmerie maritime seraient renforcés en particulier dans les ports de « grosse production : Douarnenez, Concarneau, Étel et La Rochelle » et enfin, que les sites de débarquement du poisson seraient interdits au public et la vente sur les quais définitivement prohibée174. Les administrateurs de l’Inscription maritime sont désignés pour « prendre, sans délai, les dispositions nécessaires pour l’application de ces deux décisions175 ». Des sanctions financières doivent dissuader les fraudeurs ; des amendes de 10 000 francs et des suppressions de carburant sont prévues, mais ces mesures se révèlent insuffisantes pour empêcher le marché noir, bien plus rémunérateur.

  • 176 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, séance du 2 août 1941.
  • 177 Archives DDE Quimper, statistiques des ports de pêche de l’arrondissement de Quimper, 1946. Cette (...)
  • 178 Archives Affaires maritimes de Brest. Le Yann-Yvonick, CC2858, de 21 m de longueur, équipé d’un mo (...)
  • 179 SHD Marine Brest, 8 P 1--67. Paris le 25 avril 1944, le secrétaire d’État à la Marine.

70De leur côté, les conserveurs sont, eux aussi, très imprécis sur leurs données chiffrées. Le président du Syndicat des conserveurs de Bretagne en personne, Jean Guerlesquin, estime qu’il convient d’être prudent dans ses estimations et préconise de « prévoir avant la déclaration des stocks et des tonnages à travailler, une certaine marge de fabrication176 », mais de quelle ampleur cette marge ? Les usines installées dans des endroits peu fréquentés disposent d’apports pratiquement libres. Enfin, des conserveurs n’hésitent pas à armer, pour leur propre compte et pour assurer leurs approvisionnements, des barques équipées de grandes sennes ; c’est notamment le cas des usines Pierre Béziers de Doélan et de Brigneau, approvisionnées dès la campagne 1943 par les bateaux de la firme. La maison concarnoise Provost-Barbe fonde une société d’armement dès 1940 pour assurer ses approvisionnements177. De même, plusieurs bateaux de la maison Tristan-Tersol, à l’origine une compagnie d’armateurs, assurent la prise des poissons à emboîter178. La plupart des conserveurs douarnenistes et concarnois participent à la construction de thoniers-palangriers pour disposer des poissons nécessaires au maintien de leurs activités. Ces apports supplémentaires, qui n’apparaissent pas dans les statistiques officielles, n’empêchent nullement les fabricants de se plaindre auprès de leur ministre quand ils considèrent que la situation se détériore. En avril 1944, le contre-amiral Bléhaut intervient auprès des administrateurs de l’Inscription maritime pour qu’ils fassent cesser les fraudes commises au débarquement des maquereaux : des quantités importantes de poissons « seraient détournées de la répartition au profit d’expéditeurs en vert et les conserveurs ne percevraient ainsi qu’une part des apports très inférieure à celle à laquelle ils ont normalement droit179 ».

  • 180 Oddone Patrick, « Le comptoir du poisson de Gravelines pendant la guerre », Revue du Nord, no 2, h (...)
  • 181 SHD Marine Brest, 6 P 2-15, Lannion, le 12 juin 1942, l’administrateur Yence.
  • 182 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Paimpol, février 1943, l’administrateur des Affaires maritimes au préfe (...)
  • 183 SHD Marine Brest, 6 P 2-15, Lannion, le 7 septembre 1942, l’administrateur au sous-préfet.

71Mais quel est l’ordre de grandeur de la fraude ? Une estimation a montré que le poisson livré au marché noir dans le Nord-Pas-de-Calais représentait environ le tiers du tonnage officiel180, mais, en Bretagne, il est certain que ce chiffre est sans doute plus important car la pêche est restée artisanale dans bien des ports. En 1942, l’administrateur du quartier de Lannion tente de l’apprécier. Sur cette partie du littoral des Côtes-du-Nord, les 300 bateaux de pêche sont de faible tonnage et rapportent chaque soir entre 15 et 25 kg de poisson. Concrètement, tous les apports peuvent être vendus par les marins, généralement deux ou trois à bord. Il s’agit de poissons nobles, pêchés à la ligne et vendus très cher. Après un rapide calcul, le chef de quartier estime que la pêche totale s’élève à 120 tonnes par mois et 1 000 tonnes par an au minimum alors que les chiffres officiels pour 1941 font état de 357 tonnes débarquées181. Dans le quartier de Paimpol, l’administrateur considère que les 400 bateaux armés à la petite pêche en 1942, rapportent environ 400 tonnes, soit 25 kg par bateau et par sortie : encore une fois, tout est annexé par la part réservataire, hors du marché officiel182. Le raisonnement des deux administrateurs des Côtes-du-Nord est applicable dans tous les ports où la pêche s’effectue sur de petits bateaux, où les lieux d’échouage sont nombreux, où la surveillance ne peut être permanente. Après son enquête approfondie sur les quantités de poissons pêchés mais aussi la très nette augmentation des gains des pêcheurs, le chef du quartier de Lannion acquiert la certitude qu’il faut « au moins doubler les chiffres donnés pour avoir une juste idée des apports réels » débarqués dans le département des Côtes-du-Nord183 et il reste sans nul doute au-dessous de la vérité.

Pêcher par tous les moyens

  • 184 BO Marine marchande, 1940-1, décret du 9 mai 1940.

72La situation de pays en guerre, puis occupé, demande certaines adaptations des pêches et de leurs techniques. Dans les circonstances de conflit, les autorités recherchent tous les moyens pour se procurer le plus grand nombre possible d’unités de pêche, quitte à les acheter à l’étranger. Le décret du 9 mai 1940 lève, pour toute la durée des hostilités, l’interdiction de franciser les navires de pêche étrangers de plus de 100 tonneaux de jauge brute et de plus de cinq ans d’âge. L’octroi de dérogations répond donc à la volonté gouvernementale d’accroître les rendements de pêche afin d’améliorer le ravitaillement de la population nationale184. Dès le mois d’août 1940, le gouvernement de Vichy se préoccupe des transformations souhaitables pour améliorer les prises sans augmenter les coûts, notamment en carburant. Il est prévu toute une série de mesures pour y parvenir :

  • organisation nationale de l’avitaillement,
  • reprise de la propulsion à voile,
  • diversification des pêches et des pêcheries,
  • économie de carburant,
  • embarquement d’équipages supplémentaires,
  • remorquage des flottilles sur les lieux de pêche,
  • navire de chasse pour ramener le poisson frais,
  • transformation des moteurs à essence en moteur à gaz par installation d’un gazogène185.

Pêcher plus économiquement

  • 186 Par objet d’avitaillement, on entend les provisions de bord de toutes natures, qui se consomment p (...)

73Pendant les quatre années d’occupation, les marins pêcheurs connaissent des difficultés grandissantes pour l’avitaillement186 de leur navire. Au début de 1940, un service particulier est mis en place, sous le contrôle du ministère de la Marine marchande, pour répondre aux demandes en matériel et en matières ; un bureau directeur est chargé de centraliser ces demandes puis de tenter de trouver et d’acquérir par tous les moyens les fournitures qui sont alors distribuées et réparties en fonction des besoins les plus pressants.

74Une des raisons principales de la diminution du nombre de sorties en mer et des apports de poissons sur les marchés, est la raréfaction de combustibles pétroliers. Pour tenter de parer à cette pénurie, on décide de rationner l’essence et le gas-oil. Les carburants ne sont plus attribués qu’aux bateaux en pêche spécifique ; pendant l’été, ce sont les bateaux sardiniers et thoniers qui sont avantagés, alors que les prises sont maximales. En automne, les pêcheurs harenguiers bénéficient de l’essentiel des contingents, puis c’est au tour des maquereautiers. Mais, au fil des mois, la pénurie se fait de plus en plus cruellement sentir :

  • 187 Archives Affaires maritimes de Brest, Paris, le 5 septembre 1942, le directeur adjoint Willaumé.

Il va sans dire que si la situation s’améliorait, mais malheureusement rien ne permet de le prévoir actuellement, bien au contraire, je prendrais des dispositions pour que la pêche du hareng, si rémunératrice pour les pêcheurs et si intéressante pour le ravitaillement soit facilitée187.

  • 188 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Paris, le 8 avril 1941, note du BNP au préfet à Saint-Brieuc.
  • 189 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1942, le CF, directeur adjoint, Willaumé.
  • 190 SHD Marine Brest, 2 P 2-4, Brest, le 26 septembre, 1940, l’administrateur.

75Il faut toutefois préciser que l’ensemble de la flottille n’est pas touché par le rationnement. En effet, les chalutiers fonctionnant au charbon partent en pêche sans problème particulier, bien que le combustible utilisé soit de piètre qualité. En avril 1941, les ports de Lorient et La Rochelle reçoivent leur approvisionnement et les chalutiers reprennent la mer188. L’année suivante, « leur activité n’est pas limitée par la pénurie de combustible189 » et ce, au moins jusqu’à l’été 1943. Pour cette raison, on transforme certaines machines à vapeur à chauffe au mazout en chauffe au charbon. Enfin, dans certains quartiers, notamment dans toute la Bretagne-Nord, les flottilles de pêche sont composées en majorité de petites unités de 3 à 6 tonneaux, toutes à voile. Dans le quartier de Brest, on compte 1 200 bateaux de pêche à la déclaration de guerre dont seulement 166 embarcations à moteur, « soit un peu plus de 7 % du total190 ».

  • 191 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, le 28 octobre 1940, le directeur Peyrega.
  • 192 « C’est un filet traînant en forme de sac qui va se rétrécissant. La partie supérieure est fixée à (...)
  • 193 Robert-Muller Charles, op. cit., p. 256.
  • 194 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, le 15 novembre 1940, le directeur adjoint Willaumé.

76Les voiliers, généralement désarmés en hiver, doivent reprendre la mer : c’est le cas notamment des thoniers dundées (illustration 1) invités à pratiquer une campagne hivernale. Le secrétariat d’État à la marine marchande rappelle que le temps où ces bateaux pratiquaient la pêche au chalut à perche en hiver, entre deux campagnes de thons, n’est pas éloigné et que le chalutage donnait de « bons résultats191 ». En fait, le directeur des services de la marine marchande fait preuve d’un enthousiasme quelque peu forcé et les seuls thoniers-chalutiers qui pratiquent le chalutage d’hiver, sont des bateaux à moteur ; seuls quelques rares thoniers à voile, les dundées, ont adopté le chalut à panneaux, l’otter-trawl. Dans l’ensemble, les voiliers de la région qui pratiquent toujours le chalutage à perche sont de petites unités, comme les billiotines en baie de Vilaine192. Alors qu’en 1939 le petit chalutage à voiles « est en voie de décadence rapide193 », pendant toute l’Occupation il connaît un réel regain, même si les marins de Douarnenez à Groix montrent peu d’empressement à ressortir les anciens chaluts. Les encouragements deviennent alors des menaces et il est demandé à tous les administrateurs « d’inviter les patrons des thoniers qui se refusent à pratiquer le chalutage hivernal à faire connaître très nettement les raisons de ce refus194 ». Il est prévu que les patrons compréhensifs puissent bénéficier d’aides pour l’armement auprès du Crédit maritime mutuel tandis que les patrons récalcitrants voient leur accès aux carburants fortement réduit.

Illustration 1. Thoniers dundées
(Source : L’Almanach du marin 1943, p. 66.)

77On demande aussi que les bateaux à voile soient menés sur les lieux de pêche par un bateau à moteur jouant le rôle d’un remorqueur ainsi qu’en témoignent les anecdotes suivantes :

  • la vedette sardinière Notre-Dame-de-Bons-Conseils ayant été volée au Guilvinec le 25 juin 1940, mais sans ses annexes, c’est la Marie-Denise qui les prend en remorque pour les acheminer sur les lieux de pêche195 ;
  • Adam Guérin, patron armateur du dundée Blonde-Madeleine, de Port-Tudy, est en seconde remorque de la vedette Amis-Réunis, derrière le Quatre-Frères, lorsque la mer forcit ; incapables de se déplacer par leurs propres moyens, les deux dundées s’échouent en rade de Port-Louis196.
  • 197 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 octobre 1940, l’administrateur Québriac.

78Le roulement des équipages et l’embarquement d’équipages doubles doivent aussi devenir systématiques et, dans le quartier du Guilvinec, « la pêche a été continuée par suite des mesures prises pour l’amatelotage des navires qui, avec des équipages de 25 à 30 hommes, ont pu armer jusqu’à cinq annexes197 ».

  • 198 SHD Marine Lorient, 9 P 5-29, Paris, le 12 avril 1942, le directeur Sicé.
  • 199 SHD Marine Brest, 7 P 1-61, Paris, le 21 mars 1942, le directeur adjoint Willaumé.

79Des expériences techniques intéressantes sont programmées comme celle de monter des chaluts à deux funes pour permettre une plus grande ouverture du chalut et un meilleur rendement de pêche. Mais la plupart d’entre elles ne connaissent pas même le début d’une concrétisation car le contingent armement ne permet pas de faire les attributions de matières nécessaires198. Les parts de produits industriels accordées à la pêche maritime sont de plus en plus réduites après mars 1942, en raison de la raréfaction croissante des ressources nationales. De plus, l’éparpillement de ces matières premières entre un trop grand nombre de bateaux « a pour conséquence leur mauvaise utilisation, ce qui va à l’encontre de l’intérêt général du pays et des intérêts propres à la population maritime199 ».

80Progressivement les pêches hauturières sont abandonnées ainsi que le chalut qui nécessite une très grande énergie de traction que ne peuvent lui fournir les bâtiments de l’époque en raison de la pénurie d’essence et de gasoil. A contrario, les pêches locales, les navires à voile, les pêches aux palangres, aux casiers, aux filets de fonds sont encouragés. En 1943, le ministère de la Marine réalise une grande enquête à la demande de l’administration militaire allemande en France. Il s’agit de répertorier tous les voiliers de pêche inutilisés, de connaître les raisons de leur immobilisation et de savoir s’il est possible de les remettre à l’eau. En Manche et en Atlantique, on ne retrouve que 8 yachts à voile, 6 voiliers de grande pêche et 22 voiliers de pêche fraîche désarmés. On compte aussi 365 thoniers en hivernage, mais il s’agit de cas particuliers. Le directeur adjoint de la marine marchande répond donc aux autorités occupantes :

  • 200 SHD Marine Lorient, 9 P 5 – 30, Paris, le 31 juillet 1943, rapport du directeur adjoint, Willaumé, (...)

Vous pouvez constater que le nombre de bateaux de pêche à voiles susceptibles d’être utilisés pour le ravitaillement national se trouvant actuellement inutilisés est infime, surtout si l’on considère que le chiffre de 22 arrêté à ce jour doit se trouver réduit une fois accomplies les formalités de vente de douze d’entre eux200.

  • 201 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1942, le CF, directeur adjoint, Willaumé.

81Pourtant une chose est sûre, malgré la rareté des combustibles liquides, les pêcheurs mettent tout en œuvre pour accroître leur rendement. Ils profitent des moindres vents favorables, ne sortent que lorsque le temps leur permet de faire les pêches les plus fructueuses, se font remorquer par un des leurs pour se rendre sur les lieux de pêche, coupent leur moteur et pratiquent la pêche à la voile lorsque les circonstances s’y prêtent. « Leur ingéniosité a permis de maintenir un rendement très élevé à notre pêche201. »

Les programmes de construction de bateaux

  • 202 SHD Marine Brest, 5 P 2-5.

82Dès la déclaration de guerre, un vaste programme de construction de bateaux de pêche en bois est élaboré, comportant la mise en chantier de divers types de chalutiers répartis en plusieurs tranches de fabrication. Le programme reçoit un commencement d’exécution, mais les événements de mai et juin 1940 interdisent la réalisation complète du projet initial. Les saisies britanniques et les prises et réquisitions allemandes d’un nombre important de chalutiers dans les ports de la Manche et de l’Atlantique inquiètent le gouvernement de Vichy et les armateurs. Ceux-ci, encore groupés dans la section des pêches du Comité central des Armateurs de France, constituent au début de l’année 1941, une commission du renouvellement de la flotte de pêche qui prévoit la construction en série de chalutiers selon des modèles établis. Il est aussi prévu de lancer une grande enquête dans tous les quartiers de la zone occupée pour recenser les bâtiments abandonnés, désarmés ou sans équipage susceptibles de compenser les pertes de certains armateurs à la recherche de navires202.

  • 203 Archives des Affaires maritimes de Brest, Paris, le 27 août 1941, première réunion de la corporati (...)
  • 204 Journal de la marine marchande, 15 janvier 1941.
  • 205 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 4, Paris, le 23 septembre 1940, secrétariat d’État à la Marine, le direc (...)
  • 206 « Le programme de construction des bateaux de pêche », Le Yacht, mars 1942, p. 42.
  • 207 « Un yacht transformé pour la pêche », Le Yacht, août 1942, p. 130.

83En août 1941, la toute nouvelle corporation des pêches maritimes poursuit le travail entrepris203. Après de longues discussions, il est décidé de préparer les plans de sept prototypes ; deux pour la grande pêche, et cinq pour la pêche hauturière. Une fois les types arrêtés, la Corporation confie, pour chaque projet, le rôle de directeur à un armateur chargé de coordonner les équipes de travail. Parallèlement un projet de construction de petits bateaux de pêche est aussi lancé. Le programme initial, très ambitieux, ne sera pas tenu ; il se poursuit pourtant « dans la mesure où les circonstances le permettent204 », c’est-à-dire en modifiant la motorisation prévue à l’origine et en prévoyant la construction de navires plus petits205. Deux types de chalutiers, l’un de 26 mètres et l’autre de 21 mètres, sont mis en construction en zone occupée : 4 chez Graigneau à Saint-Malo, 2 chez Argentin à Fécamp, 2 chez Barbanchon et Doucet à Cherbourg, 2 chez Krebs, à Concarneau, 1 chez Donnant à Concarneau, 1 au chantier Espoir sablais, 1 chez Dupret à Gujan-Mestras206. Cette liste de bateaux déjà acceptés est complétée dans les mois suivants par 17 commandes supplémentaires. On lance aussi des expériences particulières comme le yacht de plaisance, le Spacena, transformé en bateau de pêche après avoir été équipé de deux grandes cales à poissons207.

  • 208 SHD Marine Brest, 1 P 1-191-3, Paris, le 4 août 1941, le directeur Sicé.
  • 209 SHD Marine Brest, 7 P 1 – 57. Paris, le 4 août 1941, le directeur Sicé.
  • 210 Archives Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 21 août 1941, l’inspecteur de la navigation (...)

84Au début de l’été 1941, le ministère de la Marine décide d’intensifier la campagne de reconstruction, mais pas forcément celle des grands chalutiers. En effet, il est constaté que, dans certains cas, les commandes « n’émanent pas toujours de professions de la pêche et de l’armement à la pêche », et relèvent de pratiques spéculatives208. L’Amirauté prépare donc un projet concernant les petits bateaux de pêche : « l’intérêt d’envisager, en faveur de la petite pêche un programme de construction analogue à celui actuellement en cours pour les chalutiers209 ». Le 22 octobre 1941, le gouvernement de Vichy présente une loi autorisant la mise en chantier supplémentaire de bateaux de pêche en bois mais de taille encore plus réduite, entre 16 et 18 mètres. Les administrateurs sont chargés d’encourager les inscrits de leur quartier à passer commande de nouveaux bateaux et à se porter acquéreurs d’unités plus importantes lors de ce renouvellement. Le type qui emporte l’adhésion est celui des pinasses de Camaret et de Douarnenez, d’une quinzaine de mètres de longueur, équipées d’un moteur à gas-oil de 45 à 50 CV210.

  • 211 SHD Marine Brest, 8 P 1-65, PV d’acceptation de projet.
  • 212 Amiral Le Bigot, journées plénières du comité interprofessionnel de la conchyliculture, Paris, le (...)
  • 213 Almanach du Marin, 1944, secrétariat d’État à la Marine, Vichy, 1944, p. 114.
  • 214 « Les Industries navales et la charte du travail », Le Yacht, octobre 1942, p. 154.

85Au printemps 1942, pas moins d’une vingtaine de commandes sont passées par des marins pêcheurs douarnenistes. On note d’ailleurs le nom de plusieurs conserveurs, partie prenante dans l’achat de ces bâtiments. En 1942, au chantier Rochedreux de Douarnenez, un navire de ce type est mis en construction pour le compte des usiniers Xavier de Pénanros et Victor Audren. À la même époque, à Saint-Malo, le chantier Craipeau termine un chalutier dont les conserveurs Marc et André Chancerelle et Victor Audren sont propriétaires211. Le gouvernement n’est d’ailleurs pas le seul à inciter les armateurs à se lancer dans des constructions de bateaux neufs ; des initiatives privées sont notées à Boulogne en 1942 où au moins une demi-douzaine d’unités côtières sont baptisées. Si le bois parvient assez facilement dans les chantiers, il n’en est pas même pour les moteurs marins qui restent une denrée extrêmement rare. La propulsion à voile est toujours prise en compte et, pour la confection des voilures, les textiles synthétiques sont utilisés pour la première fois en France en 1942. Parce que le coton des colonies n’est plus importé en métropole, les essais sont effectués avec de la rayonne. Les avis sont partagés quant aux résultats ; pour le président du comité des pêches, ils sont jugés satisfaisants212. Pour les utilisateurs, « les essais n’ont guère été concluants : au bout de cinq mois d’usage, la toile travaille encore beau213 ». Toujours est-il que les chantiers de construction navale connaissent un réel regain d’activité au cours de l’année 1942. Le sous-comité d’organisation « à force de démarches, a réussi à obtenir une plus juste répartition des matières premières et des approvisionnements214 » qui, malgré leur insuffisance, permettent la construction de 400 unités de pêche dont 150 environ de plus de 10 tonneaux de jauge, pour la seule zone occupée, entre 1941 et 1944.

  • 215 « Chalutier à moteur de 16 mètres », Le Yacht, février 1944, p. 24.

86Ce programme de la reconstruction de la flottille de pêche, réduit mais non négligeable, se poursuit par la suite dans certains chantiers de la Manche et de l’Atlantique. En février 1944 est présenté le plan d’un nouveau petit chalutier conçu en fonction des restrictions du moment dont la construction est programmée dans plusieurs chantiers215 (illustration 2, page suivante).

Des moteurs économiques

87On s’efforce aussi de trouver de nouvelles sources d’énergie pour les moteurs. Très vite on pense à l’application du gazogène à la navigation, un dispositif qui équipait déjà plus de 4 400 véhicules en 1937 en alimentant un moteur traditionnel à piston avec un gaz combustible. Mais le gaz est fabriqué à partir du charbon de bois, bientôt aussi rare que les produits pétroliers. On se lance alors dans la fabrication d’appareils fonctionnant au bois et plus de 60 constructeurs présentent dès le début de l’année 1941 des gazogènes adaptés aux bateaux de pêche tels que le Gohin-Poulenc, le Gazauto de Libault, le Panhard… destinés à l’origine aux voitures et aux camions.

Illustration 2. Chalutier à moteur de 16 mètres

  • 216 « L’Application du gazogène à la navigation », Le Yacht, septembre 1941, p. 236.

88Mais les gazogènes, lourds, volumineux et encombrants, ne sont utilisables que sur des bateaux dont le moteur a une puissance assez faible et qui ne s’éloignent pas trop des côtes et de leur port d’attache. L’encombrement du combustible est « en effet considérable ». Ils équipent en particulier les vedettes sardinières et les petits cordiers, à l’exception des chalutiers216.

  • 217 Archives CCI Quimper, séance du 24 août 1940.
  • 218 Baudin Louis, La Consommation dirigée…, op. cit., p. 84.
  • 219 SHD Marine Brest, 2 P 2 - 4, Brest, le 1er octobre 1940.
  • 220 BO Marine marchande 1942, loi du 14 décembre 1942 relative à l’installation de gazogène à bord des (...)
  • 221 Raulin G. de, « Gazogènes à bord des bateaux de pêche », Le Yacht, mars 1943, p. 44.
  • 222 SHD Marine Brest, 7 P 1-62, Paris, le 11 octobre 1943, le directeur adjoint Willaumé. Proposition (...)
  • 223 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Brest, avril 1941.

89L’idée d’utiliser de tels appareils est très vite émise dans les ports de pêche bretons où le mareyeur guilviniste, Stéphan, en préconise l’adoption pour les moteurs marins dès l’été 1940. Il demande que les transformations nécessaires soient effectuées par les marins des arsenaux de Brest et de Lorient et financées par le crédit maritime « qui récupérera ensuite sur les pêcheurs bénéficiaires217 ». L’idée est reprise par les autorités de Vichy qui institue même un comité d’organisation de l’Industrie gazogène218, mais ce sont les marins qui se montrent perplexes. Ils répugnent à se lancer dans des transformations importantes ou des achats souvent jugés inconsidérés. À cette occasion, les marins rappellent qu’ils ne sont plus légalement propriétaires de leurs bateaux selon l’ordonnance allemande du 21 août 1941 qui ne leur garantit pas la propriété absolue de leur bateau et que « dans l’état actuel des choses, ils ne veulent entreprendre les dépenses219 » si bien que le gouvernement est obligé de mettre la main à la bourse : l’acquisition de gazogènes220 est subventionnée par l’État à concurrence de 50 % de leur valeur221. Les transformations s’opèrant trop lentement à leur gré, les autorités parviennent à obtenir des troupes d’occupation que les bateaux à gazogène soient libérés des réquisitions222. Des expériences sont aussi tentées pour permettre d’utiliser l’acétylène dans les moteurs, mais les essais s’avèrent extrêmement dangereux et ils sont abandonnés223.

90Face aux pénuries, on en revient même aux moteurs fonctionnant à la vapeur pour l’équipement des unités neuves : un petit chalutier de 17,50 m de longueur est ainsi doté d’une machine à vapeur et non d’un moteur à combustion (illustration 3) :

Illustration 3. Chalutier à vapeur de 17,5 mètres

  • 224 « Chalutier à vapeur de 17,50 m », Le Yacht, octobre 1942, p. 155.

Il ne faut pas croire en effet que, pour la pêche, le moteur, même dans les petites puissances, a définitivement évincé la machine à vapeur. La plus grande souplesse et l’excès de puissance en réserve de celle-ci l’ont toujours fait préférer des marins pêcheurs qui n’ont cédé qu’à contrecœur à la motorisation. Surtout dans les conditions actuelles d’utilisation, une machine à vapeur moderne prend nettement le pas sur le moteur224.

91En la circonstance, le rédacteur du Yacht fait preuve d’un optimisme qu’il convient de tempérer. Peut-être certains pêcheurs ont-ils effectivement refusé la motorisation de leurs chaloupes, et notamment les pêcheurs sardiniers bretons, mais jamais ils n’ont préféré la vapeur à l’essence.

Les programmes d’équipements portuaires

  • 225 AN AJ41-397, Paris, le 17 novembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.
  • 226 Archives DDE Quimper, programme de reconstruction dans les ports du Sud Finistère, décembre 1940.
  • 227 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

92Dès le début de l’automne 1940, le gouvernement de Vichy prépare un vaste plan de construction et d’aménagement des ports les plus importants du pays afin de résoudre le problème du chômage. Il s’agit de se lancer dans une politique de grands travaux relayée par la loi du 11 octobre 1940 laquelle octroie aux communes autorisées, aux chambres de commerce et aux ports autonomes, une somme globale de deux milliards de francs consentis sous forme de prêts à long terme et à taux réduits. « C’est pour favoriser cette forme de grands travaux que le délégué général a […] saisi les ministres secrétaires d’État à l’Intérieur et aux Finances » pour budgétiser les crédits nécessaires et « déléguer aux préfets des sommes forfaitaires pour leur permettre d’ouvrir immédiatement un certain nombre de chantiers »225. Le plus souvent les projets envisagés reprennent ceux que le gouvernement du Front populaire avait présentés et entérinés par la loi du 1er avril 1936 relative à l’institution d’un plan de grands travaux destinés à combattre le chômage226. Dans les départements bretons l’exécution effective de ces travaux, « dont la caractéristique essentielle était de pouvoir commencer sans délai, d’avoir une durée limitée et d’utiliser beaucoup de personnel », est entamée dès le mois de décembre 1940227. C’est bien pour améliorer les rendements de la pêche tout en maintenant l’illusion d’un programme de construction national, que le ministère des Communications prépare un vaste projet :

L’Amiral de la Flotte, ministre secrétaire d’État à la Marine a appelé mon attention sur l’intérêt que présenterait pour la pêche l’exécution d’un ensemble de travaux à entreprendre dans divers ports de pêche du littoral. Je vous prie de vouloir bien, pour chacun des travaux indiqués… me faire connaître votre avis sur :

  • l’utilité du travail envisagé sous le double point de vue de la situation actuelle et de la situation à prévoir une fois les conditions économiques redevenues normales,
  • l’ordre de grandeur de la dépense totale228.
  • 229 Archives DDE Quimper, projet approuvé par DM du 27 novembre 1940.
  • 230 Archives DDE Quimper, le12 mai 1941, l’ingénieur en chef.
  • 231 AD Finistère, 4 S 1374, port de Moguériec.
  • 232 AN F60 505, Synthèse des rapports des préfets, juillet 1942.
  • 233 AD Finistère, 200 W 41, Quimper, le 1er juin 1942, le Feldkommandant.
  • 234 Ibid., Quimper, le 25 août 1942, le préfet.

93En réponse à la circulaire ministérielle, l’ingénieur en chef du Finistère soumet à sa hiérarchie un projet ambitieux pour l’ensemble des ports du département. Il faut continuer les travaux envisagés à Audierne et à Douarnenez, mais aussi prolonger les môles à Léchigat, à Lesconil, achever le quai est de Concarneau229, construire un brise-lames à Morgat230… À Moguériec, les marins du port demandent l’exhaussement du brise-lames sur lequel passent les vagues les plus puissantes231. Les quelques opérations mises en route sont cependant vite interrompues par l’ordonnance allemande du 22 mai 1942 suspendant tous les travaux de construction d’un montant supérieur à 100 000 francs et ne présentant pas d’importance militaire aux yeux des Allemands232 : « De tels travaux immobilisent de la main-d’œuvre qui doit être utilisée à des constructions militaires en particulier pour la Marine et l’Organisation Todt233. » Sur les grands chantiers, les travaux sont interrompus, non sans que le préfet intervienne pour obtenir leur achèvement en avançant « l’intérêt que présente la continuation des travaux de construction de môles-abris au port de Douarnenez, exécutés par le secrétariat d’État aux Communications et arrêtés actuellement, conformément aux prescriptions de l’ordonnance234 ». Mais rien n’y fait, les priorités du moment sont ailleurs.

  • 235 La Fontaine Jean de, « La montagne qui accouche ».

« Je chanterai la guerre
Que firent les Titans au maître du Tonnerre.
C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ?
Du vent235. »

  • 236 Morabito Marcel, Bourmaud Daniel, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958) (...)
  • 237 Boninchi Marc, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005, p. 33.
  • 238 Baudin Louis, La Consommation dirigée…, op. cit., p. 151.
  • 239 Cépède Michel, op. cit., p. 133.
  • 240 Toesca Maurice, op. cit., p. 127.

94Comme dans tous les domaines économiques du pays, le gouvernement de Vichy tente d’instaurer du nouveau dans le monde des pêches et des pêcheurs, fondé sur le corporatisme. Le projet idéologique n’est pas absent de l’entreprise ; conçu par le maréchal et, plus certainement, par l’amiral Darlan, il s’inscrit dans l’ensemble général de la révolution nationale où l’artisanat, l’agriculture et la pêche constituent le socle de l’économie nouvelle. Le pêcheur idéalisé et vertueux, le Travailleur par excellence du tryptique pétainiste, dispose de la maîtrise de production et des moyens justes pour exprimer son talent et son courage236. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, on constate que Vichy présente une façade d’intransigeance et de sévérité à l’égard des marins égarés, « dissidents », ou des fraudeurs mais en réalité l’attitude du régime est beaucoup plus ambiguë, en tout cas très éloignée de l’image qu’il souhaite présenter à la population237. De même, dans le domaine de la gestion économique et du ravitaillement en poisson, l’État instaure un système complexe de surveillance et de régulation dont le coût est, de toute évidence, exorbitant : les comités, les organismes, les offices, peuplés de fonctionnaires ou assimilés se multiplient. Une masse de prestataires de services, sans vocation bien établie, s’est infiltrée à tous les échelons de cette économie dirigée238. L’organisation des pêches maritimes reste en définitive un modèle d’irrationalité. Les décisions sont prises au gré des circonstances, des pressions aussi diverses que variées, des faits conjoncturels, « de pièces et de morceaux, sans plan d’ensemble ». On construit très rapidement un édifice où se chevauchent, se superposent, se juxtaposent de multiples directions d’origines ministérielles nombreuses, dotés de règlements variés parfois contradictoires, souvent inutiles, toujours difficiles à appliquer. « D’où une incroyable complexité, au milieu de laquelle il est très difficile, sinon impossible, de se reconnaître, d’où une confusion inextricable239 », qui paralyse en grande partie tous les efforts consentis. Incapable de réagir, le régime de Vichy assiste à la mise en place de la société de marché noir, dans une gigantesque combinaison clandestine240, bien éloignée de tout idéal de résistance, comme se plaisent à le répéter les mareyeurs et les conserveurs jugés après la guerre. La lutte contre les trafics de toutes sortes, les hausses de prix, les marchés parallèles, qui touche en grand le secteur des produits de la pêche est tout aussi négligeable. Il est même peu de domaines où l’action répressive, ou simplement coercitive, fut aussi dérisoire, par manque d’hommes certainement, mais aussi pour ne pas déplaire à une catégorie de professionnels qu’il convenait de protéger et de choyer.

  • 241 Grenard Fabrice, op. cit., p. 132.

95L’échafaudage administratif, politique et économique élaboré par Vichy reste des plus branlants et toujours à la merci d’une intervention de l’état-major allemand qui, en définitive, détient la réalité d’un pouvoir que l’Amirauté désespère de s’arroger. Les comités professionnels ou gouvernementaux sont inefficaces dans un pays vaincu et conquis où l’Allemagne exerce une politique de prélèvement systématique et, après 1943, de répression sans tenir compte des efforts du gouvernement de Vichy, du protocole ou des lois de la guerre. Une grande partie des producteurs, pêcheurs ou conserveurs, n’ont même pas à s’inquiéter des répercussions de la répression du marché noir dans la mesure où les commandes allemandes et la collaboration économique restent des sources tolérées d’enrichissement et de profits bien plus importantes que la vente sur des marchés parallèles interdits241. De plus, les efforts consentis pour aider les pêcheurs ne sont guère payés de retour car, dans leur ensemble, ils ne présentent aucune velléité particulière d’adhésion au projet maréchaliste. Indisciplinés et peu respectueux des règlements, les pêcheurs sont peu sensibles à la contrainte et la dispersion des ports et des lieux de débarquement leur permettent souvent d’esquiver les manifestations de la force publique. Les pêcheurs s’en tiennent à une attitude de réserve, polarisée autour de la présence allemande, la seule force crainte.

Notes

1 Berstein Serge, Milza Pierre, Histoire de la France au XXe siècle, 1930-1945, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991, p. 316.

2 Cépède Michel, Agriculture et alimentation en France durant la IIe Guerre mondiale, Mayenne, M.-T. Génin, 1961, p. 61.

3 AN AJ41-397, Paris, le 17 novembre 1940, Délégation générale du gouvernement dans les territoires occupés (DGTO), synthèse des rapports des préfets de la zone occupée.

4 Lafferre Max, Les Heures dures : le siège de Brest, Quimper, Librairie Le Gouaziou, 1945, non paginé.

5 Hellewinkel Lars, Brest, base navale de la Kriegsmarine, 1940-1944, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2000, p. 20 et suiv.

6 Vulliez Albert, Brest au combat 1939-1944, La Rochelle, La Découvrance, 2004, p. 54.

7 SHD Marine Brest, 2 P-12, Brest, le 4 août 1941, l’administrateur Gilbert.

8 SHD Marine Brest, 2 P 2-7, Brest, le 29 mai 1945, l’administrateur Georgelin.

9 Rapport d’activité du XXVe corps d’armée allemand en occupation en Bretagne, éd. commandant Even, Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 1978.

10 AD Côtes d’Armor, 5 W 96, Transformation du champ de course de Lamballe en terrain d’aviation.

11 « Les opérations maritimes de la Luftwaffe, 1939-1945 », Connaissance de l’Histoire, no 35, mai 1981, p. 415.

12 Bougeard Christian, « L’intérêt stratégique de la Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale », Historiens et Géographes, no 318, 1988, p. 47-52.

13 Archives nationales, AJ 40-547, papiers du Majestic, Werner Best, juillet 1940 ; cité dans Fréville Henri, Archives secrètes de Bretagne, 1940-1944, Rennes, Éditions Ouest-France, 1985, p. 28.

14 Laroulandie Fabrice, La France des années 1940, Paris, Ellipses, 1999, p. 19.

15 Trois généraux allemands occupèrent le poste de commandant du MBF : Streccius (27 juin-25 octobre 1940), Otto von Stülpnagel (novembre 1940-16 février 1942) et Heinrich von Stülpnagel (20 février 1942-22 juillet 1944).

16 Burrin Philippe, La France à l’heure allemande, Paris, Le Seuil, 1995, p. 95.

17 Le Maner Yves, Rousso Henry, « La Domination allemande », dans Beltran A., Frank R., Rousso H. (dir.), La Vie des entreprises sous l’Occupation, Paris, Belin, 1994, p. 15.

18 Baruch Marc-Olivier, Servir l’État français…, op. cit., p. 71.

19 Umbreit Hans, « Les Pouvoirs allemands en France et en Belgique », Revue du Nord, no 2, spécial, 1987, p. 7.

20 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 31 mars 1941, l’administrateur du quartier.

21 SHD Marine Brest, 5 P 1-87, Paimpol, juillet 1942.

22 AD Finistère, 200 W 43, Statistiques de la préfecture, Quimper, novembre 1943.

23 AD Finistère, 200 W 42, Rapports mensuels de la préfecture, ravitaillement, section épicerie.

24 Pomiane Édouard, Manger… quand même, Paris, Corrêa, 1941, p. 68.

25 Ministère puis secrétariat d’État à la Marine : contre-amiral François Darlan : du 12 juillet 1940 au 24 février 1941 (du 25 février 1941 au 16 avril 1942 ; vice-président du Conseil) ; contre-amiral Paul Auphan, du 18 avril 1942 à sa démission le 18 novembre 1942 ; contre-amiral Jean Abrial, de novembre 1942 à mars 1943 ; contre-amiral Bléhaut du 26 mars 1943 au 20 août 1944.

26 Secrétariat dÉtat à la marine, Almanach du marin, 1942, op. cit., p. 45.

27 SHD Marine Brest, 5 P 1-82, Paris, août 1940, le fonctionnement des services de la marine marchande à Vichy.

28 BO marine marchande, 1941-1, Bureau des matières consommables, le 20 février 1941.

29 « Les Pêches maritimes », Le Yacht, juin 1939, p. 357-358.

30 Angot Joseph, « Comment est né et a évolué la question des comités interprofessionnels des pêches », La Pêche Maritime, novembre 1949.

31 Robert-Muller Charles, Pêches et pêcheurs de la Bretagne atlantique, Paris, A. Colin, 1944, p. 106.

32 Il est issu du syndicat des pêcheurs camarètois fondé en janvier 1934, qui donne naissance au syndicat des langoustiers bretons créé en mars 1934 à Quimper.

33 Article 6 des statuts du comité de la Sardine, Nantes, le 29 avril 1938.

34 Décret-loi du 24 mai 1938 paru au JO du 25 mai.

35 BO Marine, 1941, Comité interprofessionnel de la pêche fraîche, le 26 juin 1941.

36 Procès-verbal des réunions plénières du Comité de la conchyliculture, Paris les 23 et 24 juillet 1942.

37 Sous prétexte que les comités interprofessionnels et centraux ont reçu une existence légale par le décret-loi du 24 mai 1938, et ne sont donc pas des créations de Vichy.

38 Le Cofica, créé en 1918 par les conserveurs pour réglementer le marché de la sardine et s’organiser face aux réactions collectives des pêcheurs, devient une institution de droit public en avril 1940.

39 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Vichy, décret du 7 novembre 1940.

40 Cépède Michel, op. cit., p. 100.

41 Pétain Philippe, op. cit., discours de juillet 1940, p. 76.

42 Chérié Maurice, « L’Organisation des pêches maritimes », Le Yacht, mars 1943, p. 47-48.

43 Comité central corporatif des pêches maritimes, La Corporation des pêches maritimes, Paris, Imprimerie Duperret, 1941.

44 Ibid., p. 12.

45 Mordrel Louis, Les Institutions de la pêche maritime. Histoire et évolution, thèse de doctorat de droit, université Paris II, 1972, p. 166.

46 Le 29 janvier 1930 est fondé le syndicat professionnel des marins du Nord-Est Bretagne par Ernest Lamort, pêcheur de Saint-Servan, avec l’actif soutien du père Lebret et du Secrétariat social maritime. En janvier 1932, pour coordonner l’action de ces syndicats locaux, est créée la Fédération française des syndicats professionnels maritimes affiliée à la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). Son influence est très importante dans les ports de la Manche et de la mer du Nord.

47 La Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan est créée en 1929 à Lorient par Firmin Tristan, armateur et conserveur. Son influence s’exerce surtout du Morbihan à Arcachon. Ces renseignements doivent beaucoup à la thèse de Viaud Ronan, Le Syndicalisme maritime français, Rennes, PUR, 2002.

48 BO Marine marchande, 1941-1, arrêté du 6 décembre 1940, répartiteur du poisson.

49 BO Marine marchande, 1941-2, arrêté du 26 juin 1941, Comité interprofessionnel de la Pêche fraîche.

50 BO Marine marchande, 1941-2, arrêté du 1er juillet 1941, Comité central corporatif des Pêches maritimes.

51 Viaud Ronan, op. cit., p. 189.

52 Colin P., Les Pêches maritimes et la corporation, Paris, Imprimerie nationale, 1942, p. 35 et suiv.

53 Friconneau Constant, La Saga de la sardine et du thon, Le Château d’Olonne, Éditions d’Orbestier, 1999, p. 130.

54 SHD Marine Brest, 5 P 1-83, Paris le 26 mars 1941, le directeur des services, Sicé.

55 SHD Marine Brest, 5 P 1-85, Paris le 13 septembre 1941, l’amiral Darlan.

56 SHD Marine Brest, 8 P 1-65, Paris, le 5 octobre 1942, le VAE Le Bigot aux administrateurs des quartiers.

57 Archives des Affaires maritimes de Brest, Paris le 2 octobre 1942, le sous-directeur des Pêches maritimes.

58 Décret du 20 novembre 1943.

59 BO marine marchande, 1941-2, Comité provisoire de distribution des filets et engins de pêche, le 10 mars 1941.

60 AN, 72 AJ/973, Affiche, Rennes, le 5 mai 1942, le préfet délégué d’Ille-et-Vilaine, Bouché-Leclercq à Messieurs les sous-préfets et à Messieurs les maires.

61 Cépède Michel, op. cit., p. 127.

62 Loi du 12 août 1936.

63 Ministère de l’Agriculture qui devient le 1er septembre 1939 le ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement.

64 Cluseau Max, Taxation, rationnement et science économique, Paris, Librairie de Médicis, 1943, p. 104.

65 Capatti Alberto, Le Goût du nouveau : origines de la modernité alimentaire, Paris, Albin Michel, 1989, p. 246.

66 AD Morbihan, 2 W 15824, Vannes, le 10 avril 1940, le préfet.

67 BO Marine marchande, 1940-1. Baudroie, 6 F ; chinchard, 3,50 F, congre, 9 F ; dorade, 12 F ; grondin de plus de 700 g, 10 F ; de moins de 700 g, 7 F ; maquereau de plus de 300 g, 9 F ; maquereau de moins de 300 g, 7 F ; merlans, 9 F ; merlu, 14 F ; raie, 8 F ; sardine, 7 F.

68 « La Vente du poisson », Le Yacht, juin 1940, p. 96.

69 « Des bénéfices exagérés », Le Phare, 5 mai 1940.

70 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, novembre 1940, l’administrateur.

71 Archives CCI Quimper, séance de décembre 1940, rapport du Ravitaillement lu en séance.

72 Debû-Bridel Jacques, Histoire du marché noir, 1939-1947, Paris, La Jeune Parque, 1947, p. 37.

73 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.

74 Voir en annexe l’évolution des prix fixés du poisson.

75 BO Marine, 1943, décret du 29 juin 1943. Le kilo de langouste peut être vendu 80 francs et celui de homard 70 francs ; il faut croire que la clientèle existe toujours. Une telle mesure n’est prise que pour faciliter l’écoulement de ces crustacés dans les grandes villes et éviter les ventes dans les ports de pêche.

76 SHD Marine Brest, 5P 1-89, Rennes, le 1er septembre 1943, le préfet Philippe Dupard.

77 SHD Marine Brest, 2 P 1-192, Paris, le 11 juillet 1944, le directeur des pêches Terrin.

78 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 11 août 1941, l’administrateur Cacaud au Préfet.

79 SHD Marine Brest, 6 P 2-41, Lannion, le 30 janvier 1940, l’administrateur.

80 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 22 février 1941, le commis de 1re classe Coz.

81 L’Heure Bretonne, no 29, 25 janvier 1941.

82 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, séance du 9 janvier 1943.

83 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1941.

84 Ibid. séance du 14 décembre 1940, rapport du conserveur Jean Guerlesquin.

85 SHD Marine Brest, 8 P 1-63, Paris, le 27 novembre 1940, fixation du prix du poisson.

86 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 5, Brest, le 15 avril 1941, l’administrateur du quartier.

87 SHD Marine Brest, 7 P 1-59, Paris, le 26 janvier 1942, le directeur Sicé.

88 BO Marine marchande, arrêté du 26 août 1942, création du CCRP.

89 La Dépêche de Brest, 29 et 30 janvier 1943.

90 Le Paimpolais, 15 octobre 1942.

91 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime Waquet.

92 SHD Marine Brest, 5 P 1-87, Paris, le 25 juin 1942, le directeur adjoint Willaumé.

93 AD Finistère, 31 W 386, Quimper, le 23 novembre 1944, le commissaire aux RG.

94 Ibid.

95 Précieux indicateur de la Gestapo, il est condamné à la Libération aux travaux forcés à perpétuité et à la confiscation de tous ses biens.

96 AD Finistère, 200 W 238, Quimper, 12 août 1942, le directeur départemental du ravitaillement général.

97 AN AJ41 18, synthèse des rapports des préfets, février 1944.

98 AD Finistère, 206 W 23, Paris, le 12 mai 1941, le président du BNP.

99 Max Bonnafous (21 novembre 1900-16 octobre 1975), préfet de l’Algérie en 1940 puis préfet des Bouches-du-Rhône, est nommé ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement le 1er septembre 1942 ; il y reste jusqu’au 6 janvier 1944, remplacé par Pierre Cathala.

100 Bretagne Yves, « Le Problème de la pêche », Le Yacht, octobre 1942, p. 154-155.

101 BO Marine marchande, 1940-1, décret du 11 mars 1940 plaçant sous la dépendance du ministère de la Marine marchande les produits de la pêche et les autres animaux marins comestibles.

102 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Saint-Brieuc, le 13 décembre 1943, le préfet.

103 AN F1cIII (1198), Synthèse des rapports mensuels des préfets de la zone occupée, avril 1942, ministère de l’Intérieur.

104 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Plouguerneau, le 18 septembre 1942, le représentant local du BNP à l’administrateur.

105 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 6, Brest, le 3 janvier 1943, l’administrateur Gilbert.

106 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime Waquet.

107 AD Finistère, 200 W 42, rapport mensuel du préfet, juillet 1943.

108 AD Morbihan, 2 W 15 773, condamnation du 28 avril 1944. Il s’agit du seul exemple de la liasse relatif à la vente de poisson.

109 Machebœuf Michel, « Influence de la nature des récipients sur la qualité des conserves alimentaires (boîtes de fer-blanc et bocaux en verre) », Bulletin annuel des falsifications et des fraudes, 1932, no 278, p. 1-12.

110 Cépède Michel, op. cit., p. 116.

111 Loi du 7 décembre 1940 créant le corps de contrôle composé des agents de contrôle des ressources et des agents du contrôle mobile du Ravitaillement qui ont pour mission exclusive la recherche des infractions.

112 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Paris, le 7 février 1942, le ministre secrétaire d’État à l’Agriculture.

113 AN F60 505, Synthèse des rapports des préfets, juillet 1942.

114 AD Morbihan, M 11 365, Commission départementale de liaison des services répressifs, 1941-1953.

115 BO Marine, 1942, Arrêté du 8 janvier 1943, sur la circulation des poissons de mer frais.

116 BO Marine, 1941-2, Paris, le 26 janvier 1941, décret sur la réorganisation de la gendarmerie maritime.

117 BO Marine, 1942, Paris, le 15 février 1943, arrêté sur la gendarmerie maritime.

118 Secrétariat d’État au Ravitaillement, Instructions sur le Ravitaillement, Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1941.

119 Azéma Jean-Pierre, Le Monde, 22 juin 1989.

120 Sauvy Alfred, La Vie économique des Français de 1939 à 1940, Paris, Flammarion, 1978, p. 41.

121 Baudin Paulette et Louis, La Consommation dirigée en France en matière d’alimentation, Paris, Librairie générale de droit, 1942, p. 69.

122 Pomiane Édouard de, Cuisine et restrictions, Paris, Corrêa, 1940, p. 70.

123 AD Côtes d’Armor, 1311 W 226, Saint-Brieuc, le 1er juin 1941, l’administrateur Le Bras, Situation dans les ports du littoral.

124 AD Finistère, 200 W 39, Rapport de la préfecture, Quimper, novembre 1940.

125 Debû-Bridel Jacques, L’Histoire du marché noir (1939-1947), Paris, La Jeune Parque, 1947, p. 39.

126 Rapport d’activité du XXVe corps d’armée allemand…, op. cit., le 31 mai 1941.

127 Archives Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 4 octobre 1941, l’administrateur Avron.

128 Toesca Maurice, « Français captifs », dans Vie et mort des Français, 1939-1945, Paris, Hachette, 1971, p. 132.

129 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Brest, avril 1941, l’administrateur.

130 AD Finistère, 200 W 151, Concarneau, le 17 mars 1943, le commissaire de police.

131 Ibid., Concarneau, les 13, 16 et 22 février 1943, le commissaire de police.

132 AD Finistère, 206 W 23, Concarneau, le 15 février 1943, le commissaire de police.

133 AD Finistère, 31 W 319-320, comme les chefs de gare d’Audierne, de Saint-Thégonnec, de Roscoff…

134 Ouest-Éclair, 30 décembre 1940.

135 Guéguen Michel, Le Maître Louis, L’Aigle sur la mer, Bannalec, Imprimerie régionale, 1985, t. 1, p. 329.

136 AN Vichy Y : International, vol. 71, synthèse des rapports des préfets, septembre 1941.

137 Ibid., synthèse des rapports des préfets en zone occupée, octobre 1941.

138 Archive Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 29 janvier 1943, l’administrateur.

139 AD Finistère, 200 W 41, Brest, le 25 juin 1942, le sous-préfet.

140 SHD Marine Brest, 7 P 1-57, Paris, le 18 janvier 1941, le directeur Peyrega.

141 L’Heure Bretonne, 27 septembre 1941.

142 AD Finistère, 200 W 39, Morlaix, le 25 octobre 1941, le sous-préfet.

143 AN Vichy Y : International, vol. 71, synthèse des rapports des préfets en ZO, octobre 1941.

144 AD Finistère, 200 W 20, Douarnenez, le 1er mai 1943, le commissaire de police.

145 Grenard Fabrice, La France du marché noir, Paris, Payot, 2008, p. 132.

146 AN F1 IIIc1198, novembre 1942, synthèse des rapports des préfets.

147 SHD Marine Brest, 2 P 1-191-3.

148 SHD Marine Lorient, 9 P 5-29, Paris, le 27 novembre 1942, le directeur adjoint Willaumé.

149 Baudin Paulette et Louis, op. cit., p. 104.

150 AD Finistère, 200 W 151, Rapport du commissaire de police de Concarneau.

151 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de décembre 1940.

152 Archives CCI Quimper, séance du 14 mars 1944.

153 La Dépêche de Brest, 20 janvier 1943.

154 Le Courrier du Finistère, 30 janvier 1943.

155 AD Finistère 200 W 41, Quimper, le 10 octobre 1942, rapport du commissaire.

156 Le Courrier du Finistère, le 3 avril 1943, nomination de M. Roulland, gérant de l’usine Bouvais-Flon.

157 AD Finistère, 200 W 151, Concarneau, le commissaire de police.

158 AD Finistère 200 W 41, Quimper, le 10 octobre 1942, rapport du commissaire.

159 AD Finistère, 200 W 41, Quimper, le 28 février 1943, rapport des Renseignements généraux, cité dans Corvellec Michelle, 1943 dans le Finistère, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1989, p. 48.

160 AD Finistère, 200 W 60, Douarnenez, le 25 octobre 1942, le commissaire de police.

161 AD Finistère, 31 W 19-20, Liste des collaborateurs.

162 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1943, le CF, directeur adjoint, Willaumé.

163 SHD Marine Brest, 8 P 1-64. Quimper, le 26 juin 1941.

164 Archives CCI Quimper, Quimper, séance de mai 1943.

165 SHD Marine Brest, 6 P 2-16, Lannion, septembre 1943, l’administrateur.

166 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Saint-Servan, le 19 mai 1942, le directeur de l’Inscription maritime Waquet.

167 Le Gall François, Le Mareyage, notes dactyl., Douarnenez, 1980. Monsieur Le Gall était mareyeur à Douarnenez.

168 SHD Marine Brest, 5 P 1-86, Paris, le 27 janvier 1942, le directeur des services du BNP, Altazin.

169 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 25 septembre 1943, le président Altazin.

170 AD Finistère, 200 W 42, rapport mensuel du préfet, juillet 1943.

171 SHD Marine Brest, 3 P 1-110, Paris, le 19 avril 1941 : « Il s’agit d’une mesure de bienveillance en faveur de la petite pêche. »

172 Rame Paul, La Police dans le Finistère pendant l’Occupation et à la Libération, 1940-1950, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1999, p. 30.

173 AD Finistère, 200 W 151, Quimper, le 15 décembre 1943.

174 SHD Marine Brest, 8 P 1-67. Réunion du 24 janvier 1944 et décrets du 24 février portant « Répression du trafic clandestin de poissons ».

175 SHD Marine Brest, 7 P 1-63. Réunion interministérielle pour la répression du trafic clandestin du poisson.

176 Archives du Syndicat des conserveurs de Bretagne, Quimper, séance du 2 août 1941.

177 Archives DDE Quimper, statistiques des ports de pêche de l’arrondissement de Quimper, 1946. Cette société de fait, Provost-Barbe et Compagnie devient en 1945 la société anonyme des Pêcheries des Muses.

178 Archives Affaires maritimes de Brest. Le Yann-Yvonick, CC2858, de 21 m de longueur, équipé d’un moteur Bolinder de 150 CV, appartenant à Eugène Tristan, conserveur de poisson, replié à La Trinité-sur-Mer.

179 SHD Marine Brest, 8 P 1--67. Paris le 25 avril 1944, le secrétaire d’État à la Marine.

180 Oddone Patrick, « Le comptoir du poisson de Gravelines pendant la guerre », Revue du Nord, no 2, hors-série, 1987, p. 87.

181 SHD Marine Brest, 6 P 2-15, Lannion, le 12 juin 1942, l’administrateur Yence.

182 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Paimpol, février 1943, l’administrateur des Affaires maritimes au préfet.

183 SHD Marine Brest, 6 P 2-15, Lannion, le 7 septembre 1942, l’administrateur au sous-préfet.

184 BO Marine marchande, 1940-1, décret du 9 mai 1940.

185 Décision ministérielle, Paris, le 23 août 1940.

186 Par objet d’avitaillement, on entend les provisions de bord de toutes natures, qui se consomment par le premier usage et qui sont destinées à être utilisées soit pour les besoins de l’équipage et des passagers, soit pour le service de bord. Ce sont principalement les vivres, les combustibles solides ou liquides, les lubrifiants, les appâts et la glace pour la pêche…

187 Archives Affaires maritimes de Brest, Paris, le 5 septembre 1942, le directeur adjoint Willaumé.

188 AD Côtes d’Armor, 5 W 350, Paris, le 8 avril 1941, note du BNP au préfet à Saint-Brieuc.

189 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1942, le CF, directeur adjoint, Willaumé.

190 SHD Marine Brest, 2 P 2-4, Brest, le 26 septembre, 1940, l’administrateur.

191 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, le 28 octobre 1940, le directeur Peyrega.

192 « C’est un filet traînant en forme de sac qui va se rétrécissant. La partie supérieure est fixée à une vergue de 10, 12 et jusqu’à 15 mètres de longueur. Aux deux extrémités sont des chandeliers en fer qui maintiennent la vergue à une hauteur constante au-dessus du fond. La ralingue inférieure du filet, garnie de plomb, le plus souvent d’une chaîne en fer amarrée en festons, s’applique exactement sur le sol. Le mouvement de traction enfle le sac, le projette en arrière de la vergue, et l’appareil prend la forme d’une large bouche, d’un entonnoir, engouffrant tout sur son passage », RMC, t. 11, 1864, « Études sur la pêche en France », p. 793.

193 Robert-Muller Charles, op. cit., p. 256.

194 SHD Marine Brest, 7 P 1-56, Paris, le 15 novembre 1940, le directeur adjoint Willaumé.

195 SHD Marine Brest, 3 P 2-20, Le Guilvinec.

196 SHD Marine Lorient, 8 P 4 – 27, Port-Tudy, le 2 novembre 1940, rapport d’accident du patron Adam Guérin.

197 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 octobre 1940, l’administrateur Québriac.

198 SHD Marine Lorient, 9 P 5-29, Paris, le 12 avril 1942, le directeur Sicé.

199 SHD Marine Brest, 7 P 1-61, Paris, le 21 mars 1942, le directeur adjoint Willaumé.

200 SHD Marine Lorient, 9 P 5 – 30, Paris, le 31 juillet 1943, rapport du directeur adjoint, Willaumé, au chef de l’administration militaire allemande en France, hôtel Majestic.

201 SHD Marine Brest, 5 P 1-89, Paris, le 30 juillet 1942, le CF, directeur adjoint, Willaumé.

202 SHD Marine Brest, 5 P 2-5.

203 Archives des Affaires maritimes de Brest, Paris, le 27 août 1941, première réunion de la corporation des pêches maritimes.

204 Journal de la marine marchande, 15 janvier 1941.

205 SHD Marine Brest, 2 P 2 – 4, Paris, le 23 septembre 1940, secrétariat d’État à la Marine, le directeur des services de la Marine marchande, Pereyga.

206 « Le programme de construction des bateaux de pêche », Le Yacht, mars 1942, p. 42.

207 « Un yacht transformé pour la pêche », Le Yacht, août 1942, p. 130.

208 SHD Marine Brest, 1 P 1-191-3, Paris, le 4 août 1941, le directeur Sicé.

209 SHD Marine Brest, 7 P 1 – 57. Paris, le 4 août 1941, le directeur Sicé.

210 Archives Affaires maritimes Saint-Malo, Saint-Malo, le 21 août 1941, l’inspecteur de la navigation Allaire.

211 SHD Marine Brest, 8 P 1-65, PV d’acceptation de projet.

212 Amiral Le Bigot, journées plénières du comité interprofessionnel de la conchyliculture, Paris, le 23 juillet 1942.

213 Almanach du Marin, 1944, secrétariat d’État à la Marine, Vichy, 1944, p. 114.

214 « Les Industries navales et la charte du travail », Le Yacht, octobre 1942, p. 154.

215 « Chalutier à moteur de 16 mètres », Le Yacht, février 1944, p. 24.

216 « L’Application du gazogène à la navigation », Le Yacht, septembre 1941, p. 236.

217 Archives CCI Quimper, séance du 24 août 1940.

218 Baudin Louis, La Consommation dirigée…, op. cit., p. 84.

219 SHD Marine Brest, 2 P 2 - 4, Brest, le 1er octobre 1940.

220 BO Marine marchande 1942, loi du 14 décembre 1942 relative à l’installation de gazogène à bord des bateaux affectés à la pêche maritime.

221 Raulin G. de, « Gazogènes à bord des bateaux de pêche », Le Yacht, mars 1943, p. 44.

222 SHD Marine Brest, 7 P 1-62, Paris, le 11 octobre 1943, le directeur adjoint Willaumé. Proposition acceptée par le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF).

223 SHD Marine Brest, 2 P 2-5, Brest, avril 1941.

224 « Chalutier à vapeur de 17,50 m », Le Yacht, octobre 1942, p. 155.

225 AN AJ41-397, Paris, le 17 novembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

226 Archives DDE Quimper, programme de reconstruction dans les ports du Sud Finistère, décembre 1940.

227 AN AJ41-397, Paris, le 6 décembre 1940, DGTO, synthèse des rapports des préfets de la ZO.

228 Archives DDE du Finistère, Quimper. Paris le 6 mai 1941, le secrétaire d’État aux Communications à l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, Pierre Renaud.

229 Archives DDE Quimper, projet approuvé par DM du 27 novembre 1940.

230 Archives DDE Quimper, le12 mai 1941, l’ingénieur en chef.

231 AD Finistère, 4 S 1374, port de Moguériec.

232 AN F60 505, Synthèse des rapports des préfets, juillet 1942.

233 AD Finistère, 200 W 41, Quimper, le 1er juin 1942, le Feldkommandant.

234 Ibid., Quimper, le 25 août 1942, le préfet.

235 La Fontaine Jean de, « La montagne qui accouche ».

236 Morabito Marcel, Bourmaud Daniel, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958), Paris, Montchrestien, 1996 (4e éd.).

237 Boninchi Marc, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005, p. 33.

238 Baudin Louis, La Consommation dirigée…, op. cit., p. 151.

239 Cépède Michel, op. cit., p. 133.

240 Toesca Maurice, op. cit., p. 127.

241 Grenard Fabrice, op. cit., p. 132.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Thoniers dundées(Source : L’Almanach du marin 1943, p. 66.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Illustration 2. Chalutier à moteur de 16 mètres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Illustration 3. Chalutier à vapeur de 17,5 mètres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123816/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540