Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Jean-Christophe Fichou

Chapitre I. 1939-1940, les derniers moments de la IIIe République

Texte intégral

  • 1 Instructions secrètes sur l’organisation, la mobilisation et le fonctionnement des transports mari (...)

1Les bruits de bottes résonnent de plus en plus fort à la fin des années 1930. L’Allemagne hitlérienne a entrepris d’imposer son hégémonie : dès mars 1936, la Rhénanie est remilitarisée ; l’Autriche est annexée en mars 1938 et la Tchécoslovaquie est démembrée au début de 1939. La passivité des démocraties occidentales laisse le champ libre aux divisions de la Wehrmacht. Le gouvernement français conduit une diplomatie pacifiste, d’apaisement, et n’intervient pas militairement, mais il n’est pas dupe de la tournure des événements. Le conflit est proche et l’on s’en doute : le 11 juillet 1938, est votée la loi sur l’organisation générale de la nation en temps de guerre. L’acceptation des exigences hitlériennes lors de la conférence de Munich entraîne inéluctablement les signataires dans l’engrenage qui mène à la guerre. En ce qui concerne la pêche et les pêcheurs, les instructions secrètes sur l’organisation, la mobilisation et le fonctionnement des transports maritimes en temps de guerre sont présentées le 28 août 19391.

L’administration des pêches maritimes

  • 2 Charliat Pierre Jacques, Trois siècles d’économie maritime française, Paris, Librairie Marcel Rivi (...)

2L’administration des pêches maritimes n’a jamais été érigée en ministère autonome. Avant la Première Guerre mondiale, nos marines de commerce et de pêche sont sous l’autorité du ministère de la Marine militaire ; elles restent donc confiées à l’attention des officiers. La nécessité d’une politique d’économie maritime civile se présente pourtant comme une évidence pour un nombre croissant d’observateurs et l’obligation d’éloigner les militaires s’impose comme la mesure de base. La première étape de ces réformes profondes du monde maritime est la concentration, au sein d’une administration autonome, des services dispersés dans divers ministères2. La création en 1913 du sous-secrétariat de la Marine marchande, sous la tutelle du ministère des Travaux publics, et la nomination à sa tête d’Anatole de Monzie, traduisent cette rupture.

L’Inscription maritime et les inscrits

  • 3 Directions du Havre, de Saint-Servan, de Nantes, de Bordeaux et de Marseille.
  • 4 BO Marine marchande, 1946-2, arrêté du 9 juillet 1946, changement en sous-quartier de l’ancienne a (...)

3À la veille de la guerre et jusqu’à l’armistice, l’administration des pêches maritimes dépend de la direction des Gens de mer et de la direction des services de la Pêche maritime, placées toutes deux sous l’autorité du ministère de la Marine marchande, dirigé par Louis de Chappedelaine, du 10 avril 1938 au 13 septembre 1939, puis par Alphonse Rio, du 14 septembre 1939 au 16 juin 1940. Ces services centraux qui siègent à Paris sont chargés d’administrer le personnel des marines marchande et de pêche, de gérer l’économie des pêches, de diriger les Écoles nationales de la marine marchande, d’organiser les ententes professionnelles et de réglementer les pratiques. La troisième direction dont dépendent les marins, l’Établissement national des invalides de la marine (ENIM), est chargée de la protection sociale des inscrits maritimes. Sur le littoral, les services extérieurs se subdivisent en cinq directions de l’Inscription maritime3, puis en quartiers, en sous-quartiers ou préposâts4, en syndicats et en garderies maritimes. Les quartiers constituent les divisions territoriales fondamentales des services de la marine marchande. Ils sont dirigés par un administrateur de l’Inscription maritime, le chef de quartier.

  • 5 Ministère de la Marine marchande, Guide à l’usage des agents de surveillance de l’administration d (...)

4La tenue des matricules, les autorisations de navigation, les versements des pensions et des aides diverses, l’entretien d’un service médical et la gestion de la trésorerie des invalides sont confiés aux chefs de quartier. Ils organisent aussi la surveillance des pêches et le contrôle des établissements de pêche Pour l’aider dans sa tâche, l’administrateur dispose d’un ou plusieurs syndics qui dirigent les syndicats de gens de mer. Une portion encore plus réduite du littoral est placée sous la surveillance d’un garde-maritime ou garde-pêche. Ces fonctionnaires administrateurs, comme les professeurs des écoles d’hydrographie et les médecins des gens de mer forment un corps d’officiers de l’armée de mer, dont les cadres ont grade d’officier au sortir de l’École d’administration de l’Inscription maritime. Pour les seconder, ils peuvent compter sur des agents civils, les syndics, les gardes et les agents de surveillance et de contrôle d’origines très diverses, mais qui tous connaissent parfaitement la mer5. La tâche des administrateurs devient, avec la guerre et surtout l’Occupation, de plus en plus administrative : on leur demande notamment des statistiques d’autant plus compliquées que les marins, les mareyeurs ou les conserveurs fournissent des chiffres très approximatifs, quand ils les fournissent, et ils doivent aussi :

  • assurer l’application de la réglementation nouvelle édictée par Vichy et les Allemands ;
  • contrôler la bonne répartition des matières premières et notamment celle des carburants, des cordages, des toiles à voiles, des vêtements cirés ;
  • surveiller l’organisation et les décisions de la corporation des Pêches maritimes après mars 1941 ;
  • veiller à la mise en place et à la bonne marche des écoles d’apprentissage maritime (EAM) imaginée par l’Amirauté en 1940.

5La multiplication des tâches administratives leur interdit toute possibilité réelle d’action sur le terrain maritime.

  • 6 Ce système consistait à compléter les équipages de la marine du Roi avec des hommes recrutés de gr (...)
  • 7 Après recensement, les marins étaient répartis en trois classes : « Une des classes était au servi (...)
  • 8 Robert-Muller Charles, Pêches et pêcheurs de la Bretagne Atlantique, Paris, Armand Colin, 1944, p. (...)

6Depuis le XVIIe siècle, l’organisation de la formation des équipages de la marine militaire est sous l’autorité du gouvernement. Les charges de commissaires censés gérer cette administration sont créées par Sully en 1605. Entre 1629 et 1642, Richelieu restaure la marine royale et prépare une réforme du système de la presse6 pour tenter d’améliorer le recrutement des équipages de la flotte de guerre. Vingt ans après sa mort, Colbert reprend le travail et la première ordonnance instaurant le régime des classes7 paraît en 1665. Elle ne concerne alors que les marins d’Aunis, de Saintonge et du Poitou. En 1669, un recensement général des gens de mer est organisé par les commissaires aux classes pour recruter des équipages et des registres matricules nominatifs sont établis dans chaque paroisse littorale. L’année suivante, il est décidé que les gens de mer doivent embarquer un an sur les vaisseaux du roi ou deux ans sur les navires marchands. Pour les encourager à servir leur roi, une institution chargée de couvrir les risques d’invalidité et de vieillesse pour les marins, l’établissement des Invalides, est créée en 1673. L’ordonnance de 1681 généralise le système et prévoit que tous les hommes désireux de pratiquer un métier sur la mer s’inscrivent sur les fichiers matriculaires. Ils partagent alors leurs temps entre le service sur les vaisseaux de guerre et leurs obligations professionnelles à la pêche ou au commerce. En échange, ils sont exemptés de certaines charges, et bénéficient de la protection de l’État, et du monopole de la navigation et de la pêche. De tels privilèges devaient équilibrer l’obligation de service militaire8.

7Le système des classes est supprimé par l’ordonnance du 31 octobre 1784 qui confie au maréchal de Castries alors secrétaire d’État à la Marine le soin de diviser le royaume en quartiers maritimes. Par l’institution des rôles, les marins inscrits sont dorénavant appelés individuellement à remplir leur service. Le décret du 7 octobre 1902 marque la séparation des administrateurs de l’Inscription de ceux du commissariat de la Marine et précise les attributions du nouveau corps. En 1905, la Caisse de prévoyance des marins est organisée et trois ans plus tard, en 1908, est créée la Caisse de retraite des invalides de la marine. Ce régime particulier régissant la vie professionnelle des marins est supprimé par la loi du 8 juillet 1965. Le terme d’« inscription maritime » disparaît officiellement après la publication du décret du 26 mai 1967.

  • 9 Secrétariat dÉtat à la Marine, Almanach du marin, 1942, Vichy, Édition du Secrétariat général de (...)

8À la veille de la Seconde Guerre mondiale, pour rentrer dans la carrière, le jeune marin peut s’inscrire dès l’âge de 12 ans : il est mousse jusqu’à 16 ans, et novice de 16 à 18 ans embarqué sur un navire de commerce ou de pêche. Il est alors immatriculé comme inscrit provisoire puis il devient un inscrit maritime définitif après 18 ans, à condition de réunir plus de dix-huit mois de navigation. Il le reste jusqu’à l’âge de 50 ans sauf cas de réforme, d’accident ou de décès. Il est soustrait aux règles générales de recrutement et reste soumis à un régime particulier d’obligations militaires. Les inscrits en âge d’accomplir leur service militaire ne sont pas compris dans les contingents de leur classe, mais ils sont levés par l’administrateur de l’Inscription maritime. Ils accomplissent leurs obligations militaires dans les équipages de la Flotte pour une durée théorique de cinq ans. Ils bénéficient toujours des avantages de la Caisse des invalides de la marine, devenue établissement national, qui gère les pensions, indemnités d’accident, de maladie… Pour le régime de Vichy, il convient d’améliorer encore ce régime particulier : une révision de ces avantages, « dans un sens très favorable aux inscrits maritimes, est en cours. Elle doit, sans nul doute, avoir pour corollaire une rénovation des équipages de nos navires de commerce9 ».

Pêches et pêcheurs bretons

  • 10 Ministère de la Marine marchande, Statistique des Pêches maritimes, année 1938, Paris, Imprimerie (...)
  • 11 « Ports maritimes de France », dans Regards sur la France, Paris, SPEI, 1964, p. 195.
  • 12 Kerherve Jean, Roudaut François, Tanguy Jean, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de (...)
  • 13 Pinot Jean-Pierre, Cours de DEA de géographie de la mer, Université de Brest, 1982.
  • 14 Lentheric Charles, Côtes et ports français de l’océan, Paris, Plon, 1901, p. 313-314.

9En 1939 on compte, sur l’ensemble du territoire métropolitain, 60 000 inscrits maritimes pêcheurs, dont 34 000 (57 %) travaillent en Bretagne entre les quartiers de Cancale et de Nantes, où une centaine de ports les accueillent parfois dans des conditions très sommaires10. Ce littoral de 2 500 km de développement présente la particularité d’avoir toujours été intimement associé à la vie des populations locales en leur offrant la possibilité d’exercer des activités maritimes diverses, et ce alors que la mer était la seule et unique voie d’échanges à une époque où l’absence de toute autre forme de transport avait entraîné un développement considérable du cabotage et de la navigation côtière11. Mais, contrairement à une opinion largement partagée et répandue par les géographes à la fin du XIXe siècle, le rivage breton n’est pas doté de ports naturellement favorables. Il ne présente jamais cette multiplicité des sites portuaires offerte par ses côtes découpées12 si souvent évoquée. En fait, les vastes plans d’eau, bien abrités, bien situés face aux vents porteurs, d’accès facile et de profondeur suffisante sont très rares13, tout particulièrement sur la côte nord de la région entre Lannion et Brest. C’est toujours au prix de coûteux efforts, matériels, humains et financiers que s’effectue le développement des infrastructures sur le littoral de la Bretagne. Cependant, pour bénéficier de toutes les conditions naturelles favorables, les constructions maritimes, souvent rudimentaires, sont extrêmement nombreuses et presque toutes les anses de Bretagne ont leur port ; quelques-unes en ont même plusieurs. On ne saurait énumérer toutes les petites places d’échouage le long desquelles les barques de pêche vont chercher un abri temporaire contre les coups de mer imprévus, mais le nombre de ports construits, régulièrement entretenus et classés est déjà de 150 en 1939 et ils sont tous nécessaires à cette admirable et vaillante population bretonne qui est l’honneur et la force de notre marine nationale14.

  • 15 Krebs Albert, Le Thon (germon). Sa pêche et son utilisation sur les côtes françaises de l’Atlantiq (...)

10L’ensemble de ces installations dépendent du domaine public maritime (DPM) et sont sous la responsabilité du ministère des Travaux publics dont le corps des Ponts et Chaussées est l’instrument. Sur ce littoral breton, plus de 150 000 personnes vivent directement de l’industrie des pêches maritimes en 1939. Les capitaux investis à cette époque dans l’ensemble de la flottille de pêche, dans les installations à terre et notamment les chantiers navals, dans les ateliers de salaison, de fumage, de conserves de sardines, de thons et de maquereaux, dans les fabriques de filets, dans les usines de traitements des déchets pour la fabrication d’huiles, de farines ou d’engrais à base de poisson, dans les fabriques de glaces ou d’armement, représentent une valeur de plus de trois milliards de francs. Sur les 170 000 tonnes de poissons débarquées dans les ports français, auxquelles il faut ajouter les crustacés, les mollusques et les coquillages, 70 000 tonnes (41 %) proviennent de Bretagne. Exprimé en valeur, cet apport représente 40 % des pêches françaises. Ces quelques chiffres prouvent l’importance de la pêche maritime bretonne dans l’économie nationale, mais ils ne soulignent pas que cette industrie, « vieille comme le monde », est présente sous des formes extrêmement variées. À Lorient, le port de pêche le plus moderne de France à l’époque, on accueille de grands chalutiers hauturiers ; à Douarnenez, 3 500 marins montent encore quelques chaloupes sardinières à voile, mais surtout des vedettes à moteur ; à Billiers, on ne rencontre plus guère que de rares chaloupes traînant d’antiques chaluts à perche pour pêcher civelles et crevettes alors que le port de Camaret s’est spécialisé dans la prise des langoustes au large des côtes ibériques et africaines. Étel, Groix et Concarneau ont progressivement abandonné la sardine pour s’adonner à la pêche au thon ; dans le dernier port nommé on découvre un nouveau type de thonier équipé de chambres froides15. La baie de Morlaix ou la rivière de Belon sont occupées par de multiples concessions ostréicoles alors que, en rade de Brest, on rencontre des coquilliers, des ligneurs, des barges ostréicoles… Les navires, les hommes, les techniques, sont aussi nombreux que les ports qui les abritent. Les pêcheries aussi sont très variées, situées dans les eaux territoriales, à moins de trois milles du rivage, comme au large de la Mauritanie, de l’Écosse, de Terre-Neuve ou de l’Islande.

  • 16 Laurens-Castelet de X…, « La situation de la pêche en France », Bulletin trimestriel de l’enseigne (...)

11Cependant depuis la fin de la Première Guerre mondiale, l’évolution des flottilles et des techniques est manifeste et très rapide. Ce processus se traduit par un perfectionnement continu des bâtiments, plus particulièrement avec l’adoption généralisée de la propulsion mécanique et l’abandon systématique de la voilure. On note aussi de nettes améliorations du matériel de pêche, une adaptation optimisée des engins, des progrès dans la préparation et le conditionnement des produits associés à une accélération des moyens de distribution des produits de la marée vers l’intérieur du pays, et enfin une organisation autre permettant une utilisation plus rationnelle de tous les produits et sous-produits de la pêche. De telles modifications se traduisent avant tout par une évidente augmentation des puissances de capture et par la diminution tout aussi nette des inscrits embarqués16 (tableau 1).

L’entrée en guerre

12Le 1er septembre 1939, les armées allemandes pénètrent en Pologne ; la France et la Grande-Bretagne agissent aussitôt en conséquence et déclarent la guerre à l’Allemagne le 3 septembre. L’ordre de mobilisation générale a été signé la veille. Toute la population française est sommée de s’impliquer dans la défense du territoire.

Tableau 1 : États de l’armement à la pêche, de la production et du personnel en 1939

Tableau 1 : États de l’armement à la pêche, de la production et du personnel en 1939

Source : Ministère de la Marine marchande, Statistique des pêches maritimes, années 1939 à 1944, Paris, Imprimerie nationale, 1948, p. 6-9.
Il s’agit de chiffres approximatifs à utiliser avec beaucoup de précaution car « à la suite des événements de 1940, les documents devant permettre l’établissement des statistiques des pêches maritimes pour l’année 1939 ont été perdues », (SHD, Marine Brest, 7 P 1-57, Paris, le 2 avril 1940, le sous-directeur Sicé).

La Marine et la guerre

  • 17 Archives des phares et balises de Saint-Nazaire, Consignes pour les agents auxiliaires, Secret, no (...)

13Les services de l’Inscription se conforment bien évidemment aux directives particulières de l’Armée et de la Marine, en fonction de la situation. En fait il s’agit d’exercer une surveillance accrue des « points sensibles, […] tout lieu intéressant la Défense nationale17 » : les sémaphores, les batteries côtières, les bâtiments portuaires, les arsenaux, les navires à quai ou naviguant, et signaler les individus suspects rôdant aux alentours. Dans ce climat d’angoisse, les quartiers maritimes reçoivent du ministère des instructions pour renforcer la surveillance ainsi qu’une protection matérielle sous forme de masques à gaz à utiliser lors d’une éventuelle attaque aérienne. Dès juin 1939, le ministère de l’Intérieur corrobore les soupçons d’espionnage entretenus depuis quelques semaines :

  • 18 Service historique de la Défense (SHD) Marine Brest, 7 P 1-55, Paris le 6 juin 1939, le ministère (...)

des réfugiés espagnols et des ex-miliciens des brigades internationales, ayant été sous les ordres du colonel LISTER, sans autre indication, auraient été recrutés dans le but de se livrer à des actes de terrorisme, particulièrement sur les lignes de chemin de fer, que les paquebots Île-de-France et Normandie seraient également compris dans les objectifs des malfaiteurs18.

14La semaine suivante la menace est toujours réelle, mais les origines des saboteurs ont changé. Une liste de suspects est distribuée dans tous les ports de France ; on les soupçonne de fomenter des attentats contre les navires de commerce. Pour le ministère de la Marine marchande, il s’agit d’une association

  • 19 SHD Marine Brest, 2P2-3, Brest, le 16 juin 1939, l’administrateur du quartier aux syndics et garde (...)

dont le centre serait à Buenos-Aires et qui aurait spécialement pour but de commettre des actes de sabotage sur les navires français. [Elle] aurait récemment envoyé en Europe, trois de ses membres, les nommés SCHNEIDER et DECLERCK et la femme RUSKA, artiste de variété19.

  • 20 Ibid., Brest, le 10 juillet 1939, l’administrateur du quartier aux syndics et gardes.
  • 21 SHD Marine Brest, 2 P 1-129, Paris, septembre 1939, le directeur des Pêches maritimes Peyregua.

15Le mois suivant, les menaces se précisent et la vigilance doit être accrue. Une nouvelle liste de suspects est publiée sur laquelle on trouve les nommés Henrico Meisner et Alex Klein, ressortissants allemands « à la solde d’un groupe italo-allemand d’Athènes qui aurait discuté sur le moyen de détruire l’Île-de-France… Il s’agirait d’une affaire très sérieuse20 ». Des agents du Komintern sont aussi soupçonnés de vouloir détruire des navires à quai21.

16Pour le reste, les gouvernements français et britannique assistent sans grande réaction, mais avec stupeur, à l’anéantissement de l’armée polonaise en moins de trois semaines. Ils se préparent à leur tour à l’assaut de la Wehrmacht en renforçant leurs lignes de défense. Au cours de cette drôle de guerre, l’activité de l’Inscription maritime n’est que peu bousculée si ce n’est par la mobilisation des hommes les plus jeunes. Elle doit en particulier gérer la formation des équipages des bateaux de pêche composés d’inscrits maritimes dont bon nombre ont gagné leurs postes dans la Marine nationale dès l’ordre de mobilisation générale.

  • 22 Agulhon Maurice, Nouschi André, Schorr Ralph, La France de 1914 à 1940, Paris, Nathan, 1993, p. 14 (...)
  • 23 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 5 avril 1940 en vertu de la DM du 29 février 1940.
  • 24 Archives départementales (AD) du Finistère, 200 W 6, rapport du 20 octobre 1941.
  • 25 Burdeau François, Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Paris, Montchrestie (...)

17Le petit monde des pêches maritimes bretonnes apprend par voie de presse, que le parti communiste a été dissous le 26 septembre 1939, en réponse à la divulgation de la signature du pacte germano-soviétique et que, le 20 janvier 1940, tous les députés communistes sont déchus de leur mandat et condamnés. L’attitude stricte du gouvernement, approuvée par une majorité de Français22, n’est alors pas sans répercussion sur les patrons pêcheurs, obligés, par décision ministérielle, de débaptiser les bateaux au nom trop évocateur du communisme : au Guilvinec, le Lénine devient le Gamelin, le Trotski l’Hirondelle, le Krassine la Lizon, le Marcel-Cachin le Pierre-et-Simon, le Vaillant-Couturier le Gilbert-et-Denis23 … Certains cependant font preuve d’esprit de résistance car les autorités allemandes, après leur victoire, les contraignent à leur tour à débaptiser quelques navires : à Morgat, il s’agit des vedettes Karl-Marx, Prolétaire et Rosa-Luxembourg24. Toutes ces affaires sans grande importance remontent pourtant à Paris. D’ailleurs les préfets sont encouragés à faire preuve d’autorité et, dans le même temps, les compétences des autorités municipales sont restreintes puisque le gouvernement dispose par le décret loi du 26 septembre 1939, du pouvoir de suspension ou de révocation des maires et de dissolution des conseils municipaux25.

  • 26 SHD Marine Lorient, 9 P 5-24.

18Mais rien ne semble avoir profondément changé dans le monde des gens de la mer : en décembre 1939, le ministère de la Marine marchande publie sa Statistique des pêches comme il le fait régulièrement depuis soixante ans, celui de la Marine militaire prépare l’organisation de son salon annuel, où sont exposées les œuvres des peintres de la marine, qui doit se tenir en juin dans la grande salle du musée de la Marine, au Palais de Chaillot26. Les administrateurs et syndics des quartiers vaquent à leurs occupations habituelles : tenue de la matricule, remboursements des frais, visites des malades et invalides, envois des plans d’action pour l’année à venir… en se plaignant simplement des difficultés pour trouver des marins et du combustible. Le 10 mai 1940, l’assaut des troupes allemandes rappelle à tous la précarité de la situation et, en moins de cinq semaines, l’issue de cette attaque ne fait plus aucun doute. Le 12 juin le général Maxime Weygand, commandant en chef des armées françaises, recommande au gouvernement la signature d’un armistice refusé par Paul Reynaud qui démissionne le 16 juin. Le Président de la République appelle alors le maréchal Philippe Pétain, le « héros de Verdun », aux commandes de l’État. Le 17 juin, celui-ci annonce son intention de solliciter cet armistice ; les accords, signés quelques jours plus tard, entrent en vigueur le 25 juin et marquent la fin de la guerre.

19Au cours de cette période pour le moins confuse, les directions de la Marine marchande conservent un semblant d’organisation. C’est de Paris que sont orchestrés, par exemple, la recherche de tous les bateaux susceptibles de participer à l’évacuation des forces alliées de la poche de Dunkerque, mais aussi le repli de la flotte de pêche belge vers des ports de l’Atlantique au début de l’offensive allemande. De même, il faut tenter de sauver les chalutiers du Nord-Pas-de-Calais et tout particulièrement ceux de Boulogne, puis de Fécamp et de Dieppe. Depuis La Rochelle, c’est le directeur du service des pêches belges, Aspeslach, qui, aidé par des administrateurs français, répertorie les éléments dispersés de sa flotte. On peut toutefois s’interroger sur l’absence coupable de précautions élémentaires pour protéger ce type de bâtiments particulièrement exposés et totalement désarmés : que fait la flottille à pêcher en mer du Nord quinze jours après l’offensive allemande et sous les bombes de leur aviation ? On parvient toutefois à sauver plusieurs unités modernes qui se réfugient à La Rochelle ou à Casablanca alors que les services des ministères, quelque peu bousculés par l’avancée allemande, doivent déménager à Bordeaux tout en essayant de remettre de l’ordre dans la maison.

  • 27 Paxton Robert, L’Armée de Vichy, Paris, Tallandier, 2004, p. 20.
  • 28 Fichou Jean-Christophe, « Les Phares français pendant la Seconde Guerre mondiale », Guerres mondia (...)
  • 29 Sainclivier Jacqueline, La Bretagne…, op. cit., p. 31.
  • 30 SHD Marine Brest, 5 P 2-35, Paimpol, le 27 mai 1940, l’administrateur du quartier.

20Pendant ce temps, l’armée allemande se déploie sur nos côtes : mis en route le 10 mai 1940, le XVe Panzerkorps, ou groupement Hoth, franchit les Ardennes et rejoint la Meuse. Avec la VIIe division blindée, le général Rommel parcourt 250 km le 17 juin puis il entre dans Rennes le 1827. Il est à Saint-Malo le même jour, à Nantes et à Brest le 19 juin, à Lorient le 21, à Groix et à Saint-Nazaire le 22. Immédiatement, le commandement suprême des armées, l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW), organise les régions littorales selon un schéma tactique déjà préparé. Tous les bateaux de pêche, les vedettes des garde-pêche, les yachts de plaisance, ainsi que tous les ouvrages du balisage et d’aide à la navigation, sont rattachés aux différents secteurs dépendant d’une des Hafenkommandanturen situées à Saint-Malo, Brest, Lorient ou Saint-Nazaire… Celles-ci sont placées sous l’autorité de l’amiral Schuster et de la direction parisienne de la Kriegsmarine, installée place de la Concorde à Paris. Dans chaque port, dans chaque dépôt, dans chaque maison de garde, dans chaque phare28, un groupe de soldats surveille les agissements des agents de l’État et des marins, dorénavant soumis aux règlements allemands en période de guerre. Les travaux forcés, et même la peine de mort, sont prévus dans tous les cas de désobéissance. Les administrateurs des quartiers attendent les ordres tout en s’occupant des milliers de réfugiés qui se pressent sur les routes et s’arrêtent dans les ports, bloqués dans leur exode par l’océan. On en compte plus de 750 000 en Bretagne, venus du Nord et de la région parisienne essentiellement29. Épuisés, affamés dans leur errance, ils recherchent sur les côtes un secours immédiat auprès des fonctionnaires et des agents de l’Inscription maritime en particulier, lesquels sollicitent les pêcheurs de leurs quartiers respectifs pour participer à leur approvisionnement. À Paimpol, « les pêcheurs ont accepté à l’unanimité de faire don, deux fois par semaine du 1/10 du produit de la pêche de tous les bateaux pour l’alimentation des réfugiés30 ».

Des opérations de pêche perturbées

21Dès la déclaration de guerre officielle, la vie des Français est profondément modifiée. L’État prend fermement en main la destinée du pays et réduit les libertés individuelles et collectives. En fait, le contrôle de plus en plus pressant du gouvernement est sensible plusieurs mois avant septembre 1939. Conformément à la loi du 11 juillet 1938, « portant sur l’organisation de la Nation en temps de guerre », le ministre de la Marine marchande est chargé, dès avril 1939, de tout ce qui concerne la production, la transformation et la répartition des produits de la mer destinés à satisfaire les besoins des forces armées et des populations civiles. Adoptée dans un contexte de fortes tensions, la loi sur l’organisation du ravitaillement s’inspire de l’expérience de la Première Guerre mondiale. Les opérations d’approvisionnement, les importations et les exportations sont confiées à des organismes composés de professionnels. La loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre est complétée par un décret en avril 1939 et le ministère de l’Agriculture est chargé de superviser la production et la répartition des denrées alimentaires nécessaires au pays par l’entremise d’un service du Ravitaillement général en temps de guerre. Dès la déclaration de guerre, cette organisation est renforcée, la liberté de commerce suspendue le 9 septembre 1939, les prix bloqués pour les produits essentiels, les approvisionnements et les importations surveillés : il est notamment institué un contrôle sur les stocks de conserves de poissons.

  • 31 Renseignements fournis par M. Beisser, administrateur de l’Inscription maritime à Brest. Parmi les (...)

22Pour contrôler et sanctionner plus rapidement les inscrits maritimes, le gouvernement dispose de tribunaux maritimes commerciaux (TMC) institués dans chaque chef-lieu de quartier et régis par les lois du 10 avril 1825 et du 24 mars 1852, qui ont à connaître les délits commis en matière maritime, tandis que les crimes sont toujours déférés aux tribunaux ordinaires. Supprimés en 1926, les TMC sont rétablis en juillet 193931 pour répondre à une volonté de restaurer la discipline parmi des équipages lassés d’attendre l’éclatement du conflit. Le gouvernement de Vichy les pérennise en considérant que leur mode de composition mais aussi leur pratique de procédures accélérées, sont plus adaptés aux besoins des marins. Composés d’un juge civil, de trois marins professionnels et de l’administrateur, président du tribunal, ils ont des compétences limitées aux délits maritimes intéressant l’ordre à bord des bâtiments civils et les affaires purement nautiques. Cependant, les ministres de la Marine successifs n’hésitent pas à élargir leurs domaines d’action en remplaçant progressivement le terme « nautique » par celui de « maritime », qui englobe tout l’univers du marin.

  • 32 Décret-loi du 29 juillet 1939. Ces tribunaux d’exception existent toujours aujourd’hui et sont cha (...)

23Le maintien d’un tribunal d’exception, en 1940, permet à l’Amirauté de conserver un atout supplémentaire pour s’assurer la maîtrise de l’ensemble de la société maritime32.

Des équipages dispersés

24Les bruits de bottes se font suffisamment entendre à nos frontières pour que le gouvernement s’inquiète et publie dès le mois de décembre 1938, un texte distribué dans tous les quartiers maritimes afin d’examiner « dès le temps de paix », les mesures qu’il convient de prendre en matière de réglementation des pêches maritimes en temps de guerre.

  • 33 SHD Marine Brest, 2P1-129, Paris, le 22 décembre 1938, le ministère de la Marine marchande.

La réquisition d’un grand nombre de bateaux de pêche, la mobilisation d’une partie des inscrits maritimes pratiquant la pêche, la présence éventuelle de flottes ennemies près de nos côtes, seraient des éléments qui modifieraient totalement les conditions dans lesquelles la pêche est pratiquée en temps de paix et qui contribueraient à en réduire considérablement le rendement33.

  • 34 Décision ministérielle du 19 juillet 1939.

25Dès l’été 1939, les premières réglementations concernant la pêche en temps de guerre sont édictées34. Le premier jour de guerre, le décret de mobilisation générale appelle à leurs postes tous les marins pêcheurs concernés. Le regroupement des hommes valides de 18 à 45 ans touche presque 4,5 millions d’individus dont tous les inscrits maritimes définitifs, lesquels représentent à l’époque moins de 200 000 hommes, marines marchande et de pêche confondues. Ces inscrits sont dispersés en septembre 1939, entre le service de la Flotte, les formations militaires de la marine, le versement à la guerre, le passage au recrutement et le rappel par les services du ministère de la Guerre ou laissés à la disposition de l’armement au commerce et à la pêche.

  • 35 Il s’agit du groupe 5 du fichier de mobilisation selon la circulaire du 22 décembre 1914.
  • 36 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Paris, le 23 décembre 1939, le CA Michelier.
  • 37 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris, le 21 septembre 1939.

26En fait, cet ordre ne concerne pas tous les marins et notamment les équipages des morutiers et autres bateaux à la grande pêche qui figurent sur, « la liste spéciale des navires nécessaires à la Nation en temps de guerre » et dont l’armement a été jugé indispensable « aux intérêts généraux du pays »35. En prévision de la campagne de Terre-Neuve, qui doit commencer en février 1940, les hommes nécessaires à l’armement des bateaux sont dispensés de service et doivent regagner les ports d’embarquement36. Sinon tous les autres pêcheurs mobilisables pratiquant la petite pêche, la pêche côtière ou la pêche hauturière sont sous les drapeaux, ou en passe de l’être, au début de l’automne 1939. Les patrons doivent armer avec des équipages dégagés des obligations militaires, soit des hommes de plus de 45 ans, soit des mousses de 14 à 18 ans. Le vide créé dans les effectifs compromet très sérieusement le succès des campagnes de pêche, et plus particulièrement celle de la sardine qui se pratique de juin à novembre, au grand dam des fabricants de conserves de poissons. Pour tenter de conserver des équipages suffisants et atténuer les effets de la mobilisation générale, le préfet du Finistère propose diverses mesures : il demande que les hommes de plus de 40 ans mobilisés dans les dépôts mais sans affectation soient renvoyés dans leur foyer s’ils pratiquent la pêche et que l’appel des pêcheurs sardiniers soit différé. Le ministre l’écoute puisqu’il autorise tous les inscrits pêcheurs à la sardine encore en activité entre Quimper et Bayonne à continuer leur pêche37. Une mesure similaire est prise à l’égard des directeurs des parcs ostréicoles ou des équipages de certains chalutiers.

  • 38 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 28 août 1939, l’administrateur Mallet qui propose de (...)
  • 39 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 mai 1940, l’administrateur Québriac.
  • 40 Ibid., Le Guilvinec, le 15 octobre 1939, l’administrateur Mallet.
  • 41 BO Marine marchande, 1940-1, Instructions du 20 mai 1940.
  • 42 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 13 février 1940, l’administrateur Manivet.

27Les sursis d’appel ne sont pas les seules réponses à la pénurie de marins. Beaucoup de mobilisés sont renvoyés en permission de longue durée ; certains sont déjà en indisponibilité provisoire et revenus dans leurs foyers pour terminer la campagne des sardines qui prend fin en novembre « afin d’assurer un approvisionnement normal des usines de conserve qu’ils alimentent généralement38 ». La mesure s’étend aux personnels des usines directement liées à la pêche, comme les conserveries, mais aussi les glacières et les usines de filets ou de traitement des déchets. Ainsi, lorsque le directeur de la firme rochelaise Angibaud qui dispose d’une unité moderne de transformation des résidus de conserveries au Guilvinec, capable de fabriquer 300 litres d’huile de poisson et 3,5 tonnes d’engrais par jour, est mobilisé, les ouvriers, les marins, les autorités municipales, l’administrateur du quartier, tous demandent son retour le plus rapidement possible39 pour que l’usine fonctionne. Six mois auparavant, c’est le directeur et patron de l’usine de filets Le Drezen, que l’on cherche à démobiliser temporairement : ingénieur des arts et métiers, il est lieutenant dans une unité du génie à Tours, mais sa présence est jugé indispensable au Guilvinec pour diriger les 90 ouvrières et fournir tous les filets à la flottille locale40. Les retours motivés sont acceptés, mais l’attitude de l’Amirauté est plus stricte au début de l’année 1940 ; lors des préparatifs et de l’exécution des opérations de Norvège, tous les hommes sont maintenus à leur poste. Cependant, en mai 1940, à la veille de la campagne sardinière, une instruction interministérielle revient sur le sujet et admet que, dans certains cas, « les réservistes peuvent être affectés soit à des corps spéciaux, soit à leur emploi du temps de paix, soit à un emploi similaire ». Les bénéficiaires de ces désignations sont classés « dans l’affectation spéciale ; ils sont dits affectés spéciaux41 ». Dans tous les cas, seuls sont concernés les hommes dont l’activité professionnelle est jugée indispensable « au maintien de la vie économique du pays », c’est-à-dire, au début de la guerre, les mareyeurs, les directeurs et les contremaîtres d’usines ou les commandants des unités les plus importantes. Mais, peu à peu, des sursis sont accordés à des matelots ; les réparateurs de moteurs marins ou les mécaniciens des fabriques de glace, par exemple, sont eux aussi rappelés à leur poste civil assez rapidement. À Audierne, l’administrateur demande un sursis de pêche pour plusieurs patrons pêcheurs mobilisés afin de compléter des équipages de pinasses alors que la saison maquereautière doit s’ouvrir42. « Dans l’intérêt du ravitaillement général, il est indispensable que l’une de ses branches, la pêche maritime, conserve une réelle activité ». En vertu de ce principe, et en l’absence de confrontation directe, le ministère de la Marine octroie ces fameux sursis de pêche avec une relative facilité.

Les réquisitions

  • 43 BO Marine marchande, 1939-2, Instructions sur le règlement des réquisitions de marine, Paris, le 1 (...)
  • 44 Bauducco Laure, Le Rôle stratégique du navire marchand du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d’Ascq (...)
  • 45 Monlauzeur Antonin, La Marine de commerce française : évolution économique et stratégique des orig (...)
  • 46 BO Marine, 1947-2, Arrêté du 29 décembre 1947 fixant la liste des bâtiments et unités sur le pied (...)
  • 47 Saibène Marc, Brouard Jean-Yves, Mercier Guy, La Marine marchande française, t. I, 1939-1940, Nant (...)
  • 48 Site Internet, <secondeguerre.net/article/chalutiersarmés>.

28L’ordre de mobilisation du 2 septembre 1939 ouvre le droit de réquisition pour le ministère de la Marine : la totalité de la flotte marchande, de commerce et de pêche, et même les bateaux de plaisance, sont alors réquisitionnés, de jure43. Dans les faits, les réquisitions ne concernent que certains bateaux, utilisés pour les besoins militaires de la marine de guerre : ceux destinés à être armés et ceux destinés à assurer les transports de troupes, de matériel et d’armement. La transformation, ou simplement l’adaptation, de ces bâtiments à l’état de guerre demande de gros travaux44. Les arsenaux de Brest et de Lorient, même avec l’aide des chantiers privés, ne peuvent envisager de modifier ou d’aménager toute la flotte de chalutiers aptes à remplir leur rôle de bâtiments auxiliaires. Et, bien que la durée du travail dans les entreprises travaillant pour la Défense nationale, notamment les arsenaux, ait été augmentée par le décret du 21 avril 193945, l’ensemble des unités requises ne peut être transformé. Si un recensement rapide des navires permet d’éliminer des listes les bateaux à voiles ainsi que les chalutiers les plus anciens ou les plus petits, il n’en reste pas moins que les réquisitions opérées par la Marine française au sein des flottilles de pêche restent importantes. Selon le plan établi avant-guerre, 315 chalutiers, représentant 90 000 tonnes de jauge, doivent se placer sous les ordres des préfets maritimes46. Une centaine environ sont armés pour devenir des patrouilleurs « P », et 150 autres servent de dragueurs auxiliaires, « AD »47. Contrairement à une idée répandue, les chalutiers armés ne sont pas des bâtiments réquisitionnés et transformés dans l’urgence pour renforcer les flottes établies. Conformément au plan général concocté avant la guerre, ce sont des navires simples, robustes, tenant bien la mer et familiers à leurs équipages, enrôlés eux aussi48. En revanche, ils ne présentent généralement pas de dispositions particulières pour devenir des bateaux de guerre et la Marine s’en rend très vite compte.

  • 49 AD Morbihan, 2 W 15 824, Lorient, le 16 avril 1940, le sous-préfet.

29Dans tous les cas, il s’agit des navires les plus modernes, les plus puissants, les plus rapides, c’est-à-dire ceux dont le rendement économique est aussi le plus intéressant pour le Ravitaillement. À Lorient, 87 % des chalutiers de plus de 200 tonneaux sont réquisitionnés par la Marine. En conséquence, les apports de poissons dans le grand port de pêche diminuent sérieusement dès novembre 1939 et ne représentent plus que 65 % des tonnages débarqués les mois précédents. En décembre, les chiffres ne sont guère plus favorables ; ils remontent à 93 % en janvier, 82 % en février et 77 % en mars. Même si, selon la sous-préfecture, « l’apport des pinasses ne compense pas49 », on constate que les débarquements sont loin de s’effondrer. En fait, dès la déclaration de guerre, 47 de ces chalutiers, soit 22 500 tonnes de jauge, sont laissés à la disposition de leurs armateurs et travaillent à la pêche pour « l’intérêt général de la Nation ».

  • 50 BO Marine marchande, 1939-2, Paris, le 26 septembre 1938, circulaire relative à l’administration d (...)
  • 51 Comme le chalutier Pen-Men de Lorient qui charge une partie des réserves d’or de la Banque de Fran (...)
  • 52 SHD Marine Brest, 2 P 1-191-1, Instructions interministérielles, Paris, le 18 septembre 1939, Secr (...)
  • 53 BO Marine marchande, 1939-2, p. 900. Il s’agit des chalutiers, la Cancalaise (P. 132), la Havraise(...)
  • 54 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Paris, le 17 janvier 1940, Instructions secrètes.
  • 55 Le meilleur canon de campagne en son temps, le premier permettant le tir rapide ; son tube mesure (...)

30Les bateaux requis sont pris en charge par le Service mobilisateur des bâtiments de commerce (SMBC), puis transformés et armés dans les centres d’armement des navires de commerce (CAMB)50. Lors du premier conflit mondial, l’Amirauté avait déjà équipé certains bateaux de pêche de moyens de défense contre leurs plus terribles ennemis, les sous-marins allemands. En 1939, l’idée est reprise et plus d’une centaine d’unités de pêche hauturière reçoivent à leur tour un armement assez sommaire, composé le plus souvent de canons de 75 datant de la guerre précédente, voire de 1892 pour les canons de 90 mm, de mitrailleuses anti-aériennes auquel s’ajoutent parfois un matériel anti-mines et des grenades sous-marines. Les travaux sont réalisés essentiellement par les directions des constructions navales, à Brest et à Lorient, mais aussi par les chantiers de Saint-Nazaire. Les marins issus de la réserve qui servent les pièces d’artillerie et appartiennent à l’armement militaire des bâtiments de commerce (AMBC), sont formés à Brest par le Centre d’instruction de la flotte commerciale (CIFC) qui dispose d’un cargo réquisitionné à cet usage, le Goumier. Les bateaux de pêche transformés servent alors comme patrouilleurs, chasseurs sous-marins ou dragueurs de mines, notamment les chalutiers en bois51. L’armement défensif de ces bâtiments est manœuvré par une équipe militaire, composée généralement de cinq hommes52. Les navires armés sont aussi censés protéger les convois qui deviennent, en principe, obligatoires en particulier pour les thoniers. Ces derniers forment une flottille assez compacte durant toute la campagne de pêche et l’on craint qu’ils fassent une cible facile tant pour l’aviation allemande que pour la flotte sous-marine. Les premiers chalutiers transformés sont livrés à la Marine en octobre 193953. En janvier 1940, le gouvernement décide de généraliser ces dispositions et permet à tous les patrons et armateurs qui le souhaitent d’armer leurs navires. L’armement des bateaux de pêche reste facultatif et « dans la limite des disponibilités en matériel54 ». Il est prévu de placer une pièce « de 75G, modèle 1897 avec un approvisionnement de 48 coups logés en parc55 » si la place est suffisante. Pour les bateaux pêchant en Manche et en mer du Nord, on installe aussi « une mitrailleuse de 8 CA, approvisionnée avec 1 000 cartouches ». Un matelot canonnier pointeur est embarqué pour servir la pièce et, éventuellement, un matelot fusilier pour s’occuper de la mitrailleuse.

  • 56 SHD Marine Brest, Paris, le 23 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande.

31La flotte auxiliaire composée de bateaux de pêche ne joue pas un rôle actif pendant toute la drôle de guerre, si bien que le ministère de la Marine admet, pour certains d’entre eux, leur « déréquisition » et se charge de les rendre à leurs armateurs. En novembre 1939, il est aussi prévu que les réquisitions futures ne doivent être faites qu’avec l’avis des administrateurs de l’Inscription maritime56. Si on ne retrouve pas ces chalutiers armés au cœur des opérations, en revanche, bon nombre d’entre eux participent aux opérations d’évacuation des armées dans les ports du nord de la France en mai et juin 1940. En Bretagne, la flotte auxiliaire attend dans les ports militaires où les équipages entendent, le 17 juin, l’ordre d’évacuation des places de Brest et Lorient, transmis par l’amiral-Ouest Laborde aux préfets maritimes Traub et de Penfentenyo de Kervereguin. Il leur est demandé de préparer

  • 57 L’amiral Laborde, le 17 juin 1940, cité dans Bohn Roland, Le Berre Alain, La Vie du Finistère, 193 (...)

le plan d’évacuation de tout le personnel militaire et marin combattant, en utilisant tous les bâtiments de guerre et de commerce présents. Cette évacuation se fera sous la protection des troupes de la Défense. Lorsque celles-ci seront obligées de se replier, elles embarqueront dans des pinasses et des barques de pêche au Conquet, à Camaret et se rendront à Ouessant d’où elles seront ultérieurement évacuées. Les bâtiments se rendront à Casablanca ou à Plymouth selon leur rayon d’action et leur approvisionnement en vivres57.

  • 58 Vulliez Albert, Brest au combat 1939-1944, Paris, Ozanne, 1950, p. 38.
  • 59 La Noë Alain de, Brest, ville héroïque et martyre, Rennes, Ouest-France, 1946, non paginé.
  • 60 Le Berd Jean, Lorient sous l’Occupation, Rennes, Éditions Ouest-France, 1986, p. 14.
  • 61 Leroux Roger, Le Morbihan en guerre, 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch éditeur, 1978, p. 29.
  • 62 Des démineurs généralement font exploser volontairement les munitions non utilisées.

32Sont aussi prévus la destruction des installations et le sabordage des bâtiments incapables de se déplacer et de rejoindre les ports anglais. Les rades des deux ports militaires du Ponant sont encombrées des épaves de nombreux escorteurs auxiliaires, dont une bonne part composée par des chalutiers en cours de transformation dans les cales ou sur les slip-ways des arsenaux bretons. À Brest, dans la matinée du 18 juin, les 80 bateaux de commerce qui mouillent en rade, appareillent ; à son tour, le cuirassé Richelieu sort du goulet vers 15 heures accompagné des torpilleurs le Frondeur et le Fougueux et « tout autour, bien entendu, la broutille des petits bateaux, d’innombrables rafiots qui sortaient on ne sait d’où, vieux et jeunes58 ». Dans la soirée, le feu est mis aux réservoirs à mazout des Quatre-Pompes. Ils devaient brûler ainsi pendant près de huit jours, recouvrant « une partie de la ville d’un énorme nuage de fumée qui s’élevait à plusieurs centaines de mètres59 ». À l’arsenal de Lorient, la situation est identique et l’affolement est général60 ; le feu embrase les 95 000 tonnes de mazout du dépôt de Priantec en Lanester61 et les stocks de munitions sont pétardés62. L’amiral Laborde ordonne aux deux préfets maritimes, aux majors généraux, aux directeurs des arsenaux et à tout le personnel des directions de rester à leur poste et d’attendre l’arrivée des Allemands. Vers 21 heures, le 19 juin, les premiers blindés allemands entrent dans Brest ; ils sont à Lorient deux jours plus tard. La Kriegsmarine ne tarde pas non plus à investir les lieux.

  • 63 SHD Marine Brest, 2 P 2-4, Paris, 30 novembre 1940, état de la flotte de pêche.
  • 64 SHD Marine Brest, 7 P 1-57, Vichy, le 15 mai 1941, l’Amiral Auphan

33À la fin de l’année 1940, dans les ports militaires français, il ne reste plus aucun bâtiment de pêche réquisitionné, pas même par les autorités allemandes, et les bateaux qui n’ont pu être rendus à leurs armateurs sont soit coulés, comme les chalutiers Flamant et Roches-Noires, sabordés et abandonnés dans le port de Brest en juin 1940, soit saisis comme butin par la Kriegsmarine s’ils ont été armés par les personnels de l’AMBC comme le chalutier Ibis63. Mais la flotte se trouve aussi réduite en raison des nombreux départs de bateaux de pêches ordonnés les 17 et 18 juin 1940 par les préfectures maritimes bretonnes. Parmi ces rescapés, on retrouve des barques armées par leur propriétaire comme l’Isabelle et le Pourquoi-pas ? ou le chalutier Passereau de Cherbourg, ou encore les vedettes douarnenistes, Trébouliste et Brise, parties en Angleterre sur ordre de l’Intendance maritime64.

La pêche, une activité maintenue en Bretagne

34Évidemment toutes les charges nées de la guerre, mobilisation, réquisitions, restrictions, obligations diverses… ont des conséquences immédiates et néfastes sur les activités de pêche. Le département des Pêches maritimes est, depuis longtemps déjà, attentif à la baisse d’activité à craindre dès les premiers mois du conflit.

  • 65 SHD Marine Brest, 9P 1-191-1, Paris, le 17 juillet 1939, le ministre Rio.

La réquisition d’un grand nombre de bateaux de pêche, la mobilisation d’une partie des inscrits maritimes qui pratiquent la pêche, la présence éventuelle de flottes ennemies près de nos côtes, seraient des éléments qui contribueront à en réduire considérablement le rendement65.

  • 66 BO Marine, 1939, dépêche ministérielle du 9 septembre 1939.
  • 67 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris, le 4 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande Rio.

35La diminution importante des apports, dès l’automne 1939, entraîne une réaction rapide du ministère de la Marine qui demande d’établir un bilan complet de la situation de la flotte de pêche afin d’évaluer les effets du désarmement de ces bateaux et de la mobilisation des équipages sur les débarquements66. À la mi-septembre, on considère que la perte peut être évaluée à 30 %, « ce pourcentage étant susceptible d’augmenter avec la continuation des opérations de mobilisation67 ». Dans certains quartiers, la baisse est encore plus sensible, notamment dans celui de Paimpol :

  • 68 SHD Marine Brest, 5 P 2-35, Paimpol, le 12 septembre 1939, l’administrateur.

Bien qu’aucun navire n’ait été réquisitionné, l’apport des bateaux de pêche a considérablement diminué du fait de la mobilisation des hommes, constituant les équipages ou des mareyeurs. En ce qui concerne la pêche des crustacés, principalement importante dans le quartier, les apports sont maintenant à peu près nuls. Pour les autres pêches locales, les apports ont diminué dans la proportion d’environ 72 %68.

  • 69 SHD Marine Brest, Paris, le 18 mai 1940, le ministre Rio.
  • 70 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 17 mai 1940, l’administrateur, en conformité avec l’arrêté (...)

36Pour éviter que des bateaux restent à quai, le ministère décide, avant la campagne de pêche au thon, de constituer des équipages réduits et les administrateurs des quartiers où se révèle « une insuffisance d’hommes d’équipage, doivent soigneusement veiller à ce que les bateaux thoniers de ces ports n’embarquent que le nombre strictement nécessaire (en général six hommes, le mousse compris)69 ». De leur côté, les inscrits maritimes retraités, qui continuent de pêcher après avoir opté pour un armement à la plaisance afin d’échapper aux taxes de l’ENIM, sont réquisitionnés pour l’exercice obligatoire de la pêche professionnelle70.

  • 71 Décret du 20 septembre 1939.
  • 72 Statistique des Pêches maritimes, Paris, Imprimerie nationale, 1948, p. 10.
  • 73 Information fournie par Aliette Geistdoerfer, directrice du laboratoire CNRS-CETMA Anthropologie m (...)

37Dès les débuts de la guerre, des problèmes surgissent dans tous les secteurs de l’approvisionnement et de l’avitaillement des bâtiments de pêche. Aussi, à la fin du mois de septembre 1939, est publié un décret qui réglemente la consommation des produits pétroliers pour tous les professionnels, de la route ou de la mer ; pour les marins, la répartition du carburant, de plus en plus rare, est effectuée par les services de l’Inscription maritime sous l’autorité de la Direction générale des transports. Chaque patron de bateau de pêche à moteur est désormais obligé de présenter tous les mois une estimation de ses besoins en fonction de la puissance du moteur et du type de pêche qu’il pratique71. Si cette mesure concerne tous les bateaux, ce sont surtout les plus consommateurs et notamment ceux utilisés pour les pêches morutières et hauturières, il est vrai les plus productives, qui sont visés. Malgré les contraintes, les bateaux de pêche continuent à sortir et, si nous n’avons pas de chiffres de quantités pêchées pour 1939, nous savons en revanche qu’en 1940 les morutiers français rapportent 9 573 tonnes essentiellement pêchées à Terre-Neuve72. C’est en 1942 seulement que cessent toutes les activités de pêche morutière en France métropolitaine. On peut tout de même signaler qu’elle est toujours pratiquée à Saint-Pierre-et-Miquelon et ce, pendant toute la guerre73.

38Au ministère de la Marine marchande, on s’inquiète de la tournure des événements :

La satisfaction des besoins de la Défense nationale en hommes et en matériel, ainsi que les restrictions apportées à la navigation ont entraîné la désorganisation à peu près complète des pêches maritimes.

  • 74 SHD Marine Brest, 7 P 1-155, Paris, le 4 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande, Rio.
  • 75 Robert-Muller Charles, Pêches et pêcheurs…, op. cit., p. 383.

39On reconnaît bien sûr l’intérêt supérieur de la Nation, mais certaines mesures adoptées ne se justifient plus pendant la drôle de guerre ou, tout du moins, peuvent être aménagées en vue « de rendre à la pêche maritime l’activité indispensable à l’accomplissement de l’importante mission qui lui incombe74 » et qui consiste à assurer une large part du ravitaillement alimentaire du pays. La viande commence à se faire rare et les protéines des poissons sont de plus en plus recherchées. Dans les mesures adoptées par les pouvoirs publics en vue d’assurer à la population un ravitaillement aussi varié et complet que possible, en tenant compte des exigences du temps de guerre, des denrées considérées comme secondaires en septembre 1939 sont rapidement intégrées au plan d’ensemble et leur distribution réglementée afin d’en assurer la répartition au mieux des intérêts de tous. C’est notamment le cas du poisson et plus généralement de tous les produits de la mer, crustacés, mollusques, coquillages… sans oublier les pêcheurs goémoniers chargés de la coupe des algues nécessaires à la fabrication de la teinture d’iode, très utilisée en temps de guerre. Dès les premiers mois de 1940, la situation de ces 3 000 à 4 000 hommes, concentrés sur les côtes du Finistère75, est sérieusement prise en compte en fonction des circonstances de l’époque que posait la production d’iode,

  • 76 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Sainte-Maure, le 15 février 1940, le directeur de l’ENIM.

il est apparu que certains encouragements devaient être donnés à cette production et qu’en ce qui concerne les marins qui récoltent le goémon pour fournir les usines d’iode, cet encouragement pourrait résulter d’une modification des règles de décompte des services pour la retraite, adoucies pour les marins pratiquant cette pêche comme principal moyen d’existence76.

  • 77 Décret du 13 décembre 1939.
  • 78 Décret du 1er avril 1940. Cette décision peut être remise en cause pour les équipages qui embarque (...)
  • 79 Raulin G. de, « La Vente du poisson », Le Yacht, juin 1940, p. 97.
  • 80 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 19 avril 1940, l’administrateur Manivet.
  • 81 Ibid., Audierne, le 23 octobre 1940, l’administrateur Manivet.
  • 82 Archives Affaires maritimes Brest, Brest, le 17 octobre 1940, l’administrateur Manivet. Le chef de (...)

40Enfin, la décision de fermer les boucheries un jour par semaine77, puis celle de restreindre la vente et la consommation des viandes et des produits de triperie78 poussent la population à se tourner vers les produits de la mer pour lesquels la demande augmente proportionnellement au nombre, sans cesse croissant, de jours où la viande est interdite ou introuvable. Dans le même temps, le nombre des chalutiers réquisitionnés et celui des pêcheurs mobilisés ne peuvent qu’entraîner la diminution des apports sur le marché. Dans ces conditions, les prix de vente du poisson, de plus en plus rare et recherché, suivent le même mouvement ascendant que tous les autres produits alimentaires de première nécessité. « Le tout est de maintenir cette hausse dans des limites acceptables et d’empêcher la spéculation79 ». Il faut ajouter que le prix du poisson est aussi lié à la hausse, répercutée par les armateurs et les patrons, des frais d’exploitation de toute nature. À la veille de la campagne sardinière, l’administrateur d’Audierne nous fournit les pourcentages de hausse entre août 1939 et mars 1940 : il est de 66 % pour l’essence, 61 % pour le gas-oil, 66 % pour les rogues, 30 % pour les filets et la nourriture de l’équipage80. Au cours de l’année 1940, « le prix du poisson a atteint un niveau très avantageux pour les pêcheurs attendu qu’il est très largement supérieur à la moyenne des cours de 193981 ». Dans ces conditions, les gains attendus constituent un réel encouragement pour la pêche « qu’il n’est nul besoin de compléter par une assistance pécuniaire de l’État sous forme de primes82 ».

41On assiste même à une forme de spécialisation des types de pêche dans la mesure où les marins comprennent rapidement que leur intérêt est de naviguer sur des bateaux peu gourmands en gas-oil, marchant bien à la voile et dans des zones de pêche peu éloignées. De plus, si on commence à commercialiser tous les produits de la mer, les pêcheurs s’intéressent tout particulièrement aux crustacés de luxe, la langouste et le homard, qui se vendent bien, à des tarifs très rémunérateurs. À Camaret, à Molène, à Audierne, les flottilles de langoustiers et de caseyeurs connaissent un regain d’activité récompensé par des prix au kilo qui s’envolent et compensent, à n’en pas douter, tous les autres tracas (tableau 2).

Tableau 2 : Prix de vente des crustacés à la pièce au débarquement à Audierne en francs

1er novembre 1938

1er septembre 1939

30 avril 1940

1er décembre 1940

Araignée

1,20

1,20

3,00

3,50

Dormeur

1,20

1,20

3,00

3,50

Homard

22,00

12,00

36,00

45,00

Langouste

26,00

13,00

38,00

45,00

Source : Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 15 décembre 1940, l’administrateur Manivet.

  • 83 AD Morbihan, 2 W 15 824.

42En ce qui concerne les bateaux, la Bretagne, dès la déclaration de guerre, est relativement épargnée par les effets des réquisitions et de la mobilisation. Nous l’avons dit, une part des chalutiers réservée par la Marine est dispensée d’activité militaire, si bien que bon nombre d’inscrits retrouvent leurs foyers et leurs bateaux. De plus, toutes les embarcations à voile, bien que de faible tonnage, reprennent la mer aux mains d’équipages, âgés certes, mais parfaitement compétents. Enfin, on assiste à une concentration des bateaux dans les eaux bretonnes : les bâtiments belges, par exemple, se réfugient dès la fin de l’année 1939 en Bretagne sud pour continuer à travailler. On aperçoit aussi des bateaux français provenant de la Manche orientale et de la mer du Nord. À la suite des évacuations précipitées des ports du Nord et du Pas-de-Calais, on compte à Lorient, le 4 juin 1940, 31 chalutiers de Boulogne, 10 de Dieppe et de Fécamp auxquels s’ajoute une douzaine de bateaux les jours suivants. Dès son arrivée, cette flotte reprend la pêche, mais les réserves de filets qui se trouvent à bord sont rapidement épuisées. Verhoven, président du syndic des armateurs des chalutiers concernés rencontre alors le directeur de la filature de Pen-Mané pour confectionner au plus vite des filets particuliers83. Autant de navires armés qui restent sur place après l’armistice.

  • 84 « Une nouvelle unité dans la flottille boulonnaise », Le Yacht, avril 1942, p. 57.

L’armement boulonnais fait face courageusement à l’adversité. Puisque les drifters et chalutiers de type courant ne prennent plus la mer – la plupart ont rejoint des ports de Basse-Bretagne ou de la côte du Sud-Ouest – le soin de ravitailler la population en poisson est réservé à des unités de faible tonnage84.

  • 85 Fichou Jean-Christophe, « Les comités de propagande en faveur de la consommation de poisson pendant (...)
  • 86 Le Pays de Douarnenez dans la guerre 1939-1945, Douarnenez, Mémoires de la ville, 1994, 273 p.
  • 87 Journal de la Marine Marchande, 1940, p. 322.
  • 88 Archives Affaires maritimes Brest, Brest, le 2 janvier 1940, le Préfet maritime.
  • 89 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 23 mars 1940, l’administrateur Manivet.

43Malgré la déclaration de guerre et l’organisation militaire du pays, la vie s’organise rapidement sur les côtes de la Bretagne et la pêche reprend son cours en dépit des règlements multiples et des réquisitions de navires. L’activité présente de plus en plus d’intérêt car les Français qui n’avaient jamais été de grands mangeurs de produits de la mer commencent si ce n’est à les apprécier85, du moins à s’en contenter. Dans ces conditions, la plupart des marins pêcheurs, mobilisés ou non, cherchent par tous les moyens à reprendre leurs activités normales, bien que — bon nombre d’entre eux commencent à l’oublier — la France soit en guerre. Pendant la drôle de guerre, la Marine allemande ne reste pas inactive, particulièrement ses sous-marins qui détruisent tous les navires alliés rencontrés dans l’Atlantique. Ainsi le langoustier douarneniste, Julien, de retour de Mauritanie les viviers pleins, est canonné par le U-37, le 29 mai 1940, au large du Portugal86 ; le langoustier camarètois, la Rose-Effeuillée, quant à lui, est touché par une mine le 21 mars 1940 alors qu’il est en pêche en mer d’Iroise87. Pour satisfaire le ravitaillement, le gouvernement encourage cependant les sorties. Les préfectures maritimes coordonnent les moyens de protection des flottilles en organisant des « croisières de surveillance88 ». À Audierne, un dizaine de bateaux doivent commencer à la fin du mois de mars la pêche aux maquereaux à une cinquantaine de milles au sud-ouest d’Armen. Avant de partir ils reçoivent les instructions suivantes : « Les bateaux resteront, autant que possible groupés. Ils feront des séjours à la mer de 3, 4 et même 5 jours, séparés par un retour de 1 à 2 jours au port, sous réserve de l’état du temps89. »

44On pêche, quoi qu’il arrive, et cette manière d’opérer, en subissant les multiples contraintes de la guerre, se prolonge après l’arrivée des Allemands, et pendant toute l’Occupation.

Notes

1 Instructions secrètes sur l’organisation, la mobilisation et le fonctionnement des transports maritimes en temps de guerre, le Président du Conseil, ministre de la Défense et de la Guerre, Daladier et le ministre des Travaux publics, de Monzie, Paris, le 28 août 1939, 19 p.

2 Charliat Pierre Jacques, Trois siècles d’économie maritime française, Paris, Librairie Marcel Rivière, 1931, p. 197.

3 Directions du Havre, de Saint-Servan, de Nantes, de Bordeaux et de Marseille.

4 BO Marine marchande, 1946-2, arrêté du 9 juillet 1946, changement en sous-quartier de l’ancienne appellation préposât.

5 Ministère de la Marine marchande, Guide à l’usage des agents de surveillance de l’administration de la Marine marchande, Paris, Imprimerie nationale, 1954, 404 p.

6 Ce système consistait à compléter les équipages de la marine du Roi avec des hommes recrutés de gré ou de force, pour ne pas dire enlevés, dans les villes et villages du littoral.

7 Après recensement, les marins étaient répartis en trois classes : « Une des classes était au service du Roi, pendant que les deux autres, qui pouvaient être rappelées suivant les besoins, étaient disponibles. Le changement de classe au service se faisait tous les ans au 1er janvier. » (« L’Inscription maritime », Almanach du marin 1942, Éditions du secrétariat général de l’Information, p. 31).

8 Robert-Muller Charles, Pêches et pêcheurs de la Bretagne Atlantique, Paris, Armand Colin, 1944, p. 471.

9 Secrétariat dÉtat à la Marine, Almanach du marin, 1942, Vichy, Édition du Secrétariat général de l’Information, 1942, p. 34-35.

10 Ministère de la Marine marchande, Statistique des Pêches maritimes, année 1938, Paris, Imprimerie nationale, 1939, 176 p.

11 « Ports maritimes de France », dans Regards sur la France, Paris, SPEI, 1964, p. 195.

12 Kerherve Jean, Roudaut François, Tanguy Jean, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Brest, CRBC, p. 13.

13 Pinot Jean-Pierre, Cours de DEA de géographie de la mer, Université de Brest, 1982.

14 Lentheric Charles, Côtes et ports français de l’océan, Paris, Plon, 1901, p. 313-314.

15 Krebs Albert, Le Thon (germon). Sa pêche et son utilisation sur les côtes françaises de l’Atlantique, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1936, 199 p.

16 Laurens-Castelet de X…, « La situation de la pêche en France », Bulletin trimestriel de l’enseignement professionnel et technique des pêches maritimes, 1938-1, 22 p.

17 Archives des phares et balises de Saint-Nazaire, Consignes pour les agents auxiliaires, Secret, non daté.

18 Service historique de la Défense (SHD) Marine Brest, 7 P 1-55, Paris le 6 juin 1939, le ministère de l’Intérieur au ministère de la Marine marchande.

19 SHD Marine Brest, 2P2-3, Brest, le 16 juin 1939, l’administrateur du quartier aux syndics et gardes.

20 Ibid., Brest, le 10 juillet 1939, l’administrateur du quartier aux syndics et gardes.

21 SHD Marine Brest, 2 P 1-129, Paris, septembre 1939, le directeur des Pêches maritimes Peyregua.

22 Agulhon Maurice, Nouschi André, Schorr Ralph, La France de 1914 à 1940, Paris, Nathan, 1993, p. 140.

23 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 5 avril 1940 en vertu de la DM du 29 février 1940.

24 Archives départementales (AD) du Finistère, 200 W 6, rapport du 20 octobre 1941.

25 Burdeau François, Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Paris, Montchrestien, 2e éd., 1994, p. 203.

26 SHD Marine Lorient, 9 P 5-24.

27 Paxton Robert, L’Armée de Vichy, Paris, Tallandier, 2004, p. 20.

28 Fichou Jean-Christophe, « Les Phares français pendant la Seconde Guerre mondiale », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 204, 2001, p. 109-119.

29 Sainclivier Jacqueline, La Bretagne…, op. cit., p. 31.

30 SHD Marine Brest, 5 P 2-35, Paimpol, le 27 mai 1940, l’administrateur du quartier.

31 Renseignements fournis par M. Beisser, administrateur de l’Inscription maritime à Brest. Parmi les délits les plus fréquents, on peut citer, la désobéissance aux supérieurs, les insultes, les menaces, les rixes ou voie de fait, l’ivresse avec désordre, la dégradation d’objet de bord, le détournement ou le gaspillage de vivres, la désertion…

32 Décret-loi du 29 juillet 1939. Ces tribunaux d’exception existent toujours aujourd’hui et sont chargés de juger les contraventions et les délits des pêcheurs professionnels ou non et des plaisanciers.

33 SHD Marine Brest, 2P1-129, Paris, le 22 décembre 1938, le ministère de la Marine marchande.

34 Décision ministérielle du 19 juillet 1939.

35 Il s’agit du groupe 5 du fichier de mobilisation selon la circulaire du 22 décembre 1914.

36 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Paris, le 23 décembre 1939, le CA Michelier.

37 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris, le 21 septembre 1939.

38 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 28 août 1939, l’administrateur Mallet qui propose de demander la mise en indisponibilité de 1 050 pêcheurs sardiniers jusqu’à la fin de la saison, début décembre.

39 SHD Marine Brest, 3 P 2-19, Le Guilvinec, le 21 mai 1940, l’administrateur Québriac.

40 Ibid., Le Guilvinec, le 15 octobre 1939, l’administrateur Mallet.

41 BO Marine marchande, 1940-1, Instructions du 20 mai 1940.

42 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 13 février 1940, l’administrateur Manivet.

43 BO Marine marchande, 1939-2, Instructions sur le règlement des réquisitions de marine, Paris, le 17 avril 1939, publiées plus de cinq mois avant la déclaration de guerre.

44 Bauducco Laure, Le Rôle stratégique du navire marchand du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Atelier national de reproduction des thèses, « Thèse à la carte », 2001, p. 387.

45 Monlauzeur Antonin, La Marine de commerce française : évolution économique et stratégique des origines à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Atelier national de reproduction des thèses, « Thèse à la carte », 2000, p. 233.

46 BO Marine, 1947-2, Arrêté du 29 décembre 1947 fixant la liste des bâtiments et unités sur le pied de guerre ayant acquis des bénéfices de campagne de guerre.

47 Saibène Marc, Brouard Jean-Yves, Mercier Guy, La Marine marchande française, t. I, 1939-1940, Nantes, Marines éditions, 1996, p. 9.

48 Site Internet, <secondeguerre.net/article/chalutiersarmés>.

49 AD Morbihan, 2 W 15 824, Lorient, le 16 avril 1940, le sous-préfet.

50 BO Marine marchande, 1939-2, Paris, le 26 septembre 1938, circulaire relative à l’administration des unités créées à la mobilisation, flotte auxiliaire.

51 Comme le chalutier Pen-Men de Lorient qui charge une partie des réserves d’or de la Banque de France le 17 juin 1940.

52 SHD Marine Brest, 2 P 1-191-1, Instructions interministérielles, Paris, le 18 septembre 1939, Secret.

53 BO Marine marchande, 1939-2, p. 900. Il s’agit des chalutiers, la Cancalaise (P. 132), la Havraise (P. 133), la Lorientaise (P. 134), la Nantaise (P. 135), l’Ajaccienne (P. 136), la Bônoise (P. 137), la Toulonnaise (P 138) et la Sétoise (P. 139). Cette dernière série de huit patrouilleurs est composée d’anciens chalutiers britanniques construits en 1934-1935.

54 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Paris, le 17 janvier 1940, Instructions secrètes.

55 Le meilleur canon de campagne en son temps, le premier permettant le tir rapide ; son tube mesure 2,58 m.

56 SHD Marine Brest, Paris, le 23 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande.

57 L’amiral Laborde, le 17 juin 1940, cité dans Bohn Roland, Le Berre Alain, La Vie du Finistère, 1939-1945, t. 2, à compte d’auteur, 1994, p. 42.

58 Vulliez Albert, Brest au combat 1939-1944, Paris, Ozanne, 1950, p. 38.

59 La Noë Alain de, Brest, ville héroïque et martyre, Rennes, Ouest-France, 1946, non paginé.

60 Le Berd Jean, Lorient sous l’Occupation, Rennes, Éditions Ouest-France, 1986, p. 14.

61 Leroux Roger, Le Morbihan en guerre, 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch éditeur, 1978, p. 29.

62 Des démineurs généralement font exploser volontairement les munitions non utilisées.

63 SHD Marine Brest, 2 P 2-4, Paris, 30 novembre 1940, état de la flotte de pêche.

64 SHD Marine Brest, 7 P 1-57, Vichy, le 15 mai 1941, l’Amiral Auphan

65 SHD Marine Brest, 9P 1-191-1, Paris, le 17 juillet 1939, le ministre Rio.

66 BO Marine, 1939, dépêche ministérielle du 9 septembre 1939.

67 SHD Marine Brest, 7 P 1-55, Paris, le 4 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande Rio.

68 SHD Marine Brest, 5 P 2-35, Paimpol, le 12 septembre 1939, l’administrateur.

69 SHD Marine Brest, Paris, le 18 mai 1940, le ministre Rio.

70 SHD Marine Brest, 6 P 2-14, Lannion, le 17 mai 1940, l’administrateur, en conformité avec l’arrêté ministériel du 3 septembre 1939.

71 Décret du 20 septembre 1939.

72 Statistique des Pêches maritimes, Paris, Imprimerie nationale, 1948, p. 10.

73 Information fournie par Aliette Geistdoerfer, directrice du laboratoire CNRS-CETMA Anthropologie maritime.

74 SHD Marine Brest, 7 P 1-155, Paris, le 4 octobre 1939, le ministre de la Marine marchande, Rio.

75 Robert-Muller Charles, Pêches et pêcheurs…, op. cit., p. 383.

76 SHD Marine Brest, 2 P 1-131, Sainte-Maure, le 15 février 1940, le directeur de l’ENIM.

77 Décret du 13 décembre 1939.

78 Décret du 1er avril 1940. Cette décision peut être remise en cause pour les équipages qui embarquent pour plusieurs jours. « Il est indispensable que ces bâtiments puissent se ravitailler en viande et triperie en tous temps », Audierne, le 11 avril 1940, le chef du quartier.

79 Raulin G. de, « La Vente du poisson », Le Yacht, juin 1940, p. 97.

80 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 19 avril 1940, l’administrateur Manivet.

81 Ibid., Audierne, le 23 octobre 1940, l’administrateur Manivet.

82 Archives Affaires maritimes Brest, Brest, le 17 octobre 1940, l’administrateur Manivet. Le chef de quartier fait allusion à la prime au combustible et aux ristournes sur le prix des rogues.

83 AD Morbihan, 2 W 15 824.

84 « Une nouvelle unité dans la flottille boulonnaise », Le Yacht, avril 1942, p. 57.

85 Fichou Jean-Christophe, « Les comités de propagande en faveur de la consommation de poisson pendant l’entre-deux-guerres (1918-1939) », Food & History, 2006, vol. 1, no 4, p. 221-236.

86 Le Pays de Douarnenez dans la guerre 1939-1945, Douarnenez, Mémoires de la ville, 1994, 273 p.

87 Journal de la Marine Marchande, 1940, p. 322.

88 Archives Affaires maritimes Brest, Brest, le 2 janvier 1940, le Préfet maritime.

89 Archives Affaires maritimes Audierne, Audierne, le 23 mars 1940, l’administrateur Manivet.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : États de l’armement à la pêche, de la production et du personnel en 1939
Légende Source : Ministère de la Marine marchande, Statistique des pêches maritimes, années 1939 à 1944, Paris, Imprimerie nationale, 1948, p. 6-9.Il s’agit de chiffres approximatifs à utiliser avec beaucoup de précaution car « à la suite des événements de 1940, les documents devant permettre l’établissement des statistiques des pêches maritimes pour l’année 1939 ont été perdues », (SHD, Marine Brest, 7 P 1-57, Paris, le 2 avril 1940, le sous-directeur Sicé).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540