Version classiqueVersion mobile

Le journalisme en invention

 | 
Roselyne Ringoot
, 
Jean-Michel Utard

1. Genres journalistiques et « dispersion » du journalisme

Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1On parle volontiers de « mélange des genres » pour désigner des transformations perceptibles dans les productions médiatiques. Cette notion assez floue recouvre deux ordres de phénomènes plus ou moins explicitement reliés : une confusion des fonctions sociales de ces produits culturels et une contamination croisée de leurs structures sémiotiques. Autrement dit, les formes et les contenus de ces productions ne fixent plus les modalités de leur circulation sociale : l’information divertit (infotainement), la fiction prétend égaler les discours de réalité (docufiction)…

2Resurgit ainsi le vieux débat sur le caractère normatif ou non des genres. Qu’ils soient le résultat de conventions historiques ou l’expression de compétences anthropologiques, les genres fixeraient les conditions de possibilité de l’échange symbolique. Et si, dans le domaine artistique, la subversion du genre est ce qui autorise l’invention (quitte à perturber un temps la réception des œuvres), dans le domaine des discours sociaux, la transgression du genre est synonyme de trahison, dans la mesure où elle brouillerait les identités et les relations qui fondent les échanges.

3Dans cette dénonciation globale du brouillage et de la confusion dans les médias, il faut bien voir cependant que la question de l’information est centrale. Qu’il y ait de la promotion commerciale dans les films de fiction n’effarouche que les naïfs : le marketing a depuis longtemps façonné les apparences des objets et des êtres du monde tel qu’il est représenté dans les images. Et que la publicité, qui concourt quotidiennement à financer les journaux, finance aussi des œuvres de l’esprit, n’est scandaleuse que pour ceux qui s’accrochent à l’image du poète mourant dans la misère. De son côté, le croisement de la publicité et du divertissement est d’autant moins contre nature qu’ils sont de la même espèce : éphémères, ludiques, transactionnels. Mais que les barrières entre information et promotion, entre réalité et fiction, entre journalisme et animation, entre sérieux et ludique deviennent poreuses, et c’est toute la solidité de l’édifice symbolique qui est atteinte.

4Ces paradoxes, quelque peu provocateurs, visent à mettre en évidence les logiques sous-jacentes à la dénonciation. Le mélange des genres serait affaire de stratégies d’acteurs dont les intérêts et la volonté de domination se dissimulent derrière les emprunts génériques et les masques énonciatifs. Par exemple, la publicité imite le discours argumentatif de la science, l’appel à témoin du journaliste ou le discours compassionnel pour mieux vendre ; le discours promotionnel ou partisan infiltre la parole journalistique, en formatant l’information en amont, pour mieux manipuler les esprits ; plus largement, le champ économique vient imposer ses intérêts et ses logiques au champ médiatique, orientant ainsi la production des discours et des œuvres culturelles.

5Il n’est pas étonnant que la télévision ait cristallisé ces analyses, pour des raisons à la fois sémiotiques et sociales. Le poids de l’image y apparaît comme une irruption du réel contre sa représentation ou, comme le disent les philosophes du langage, une remise en cause de la coupure sémiotique. La technique du direct par exemple a rapidement été présentée comme spécifique de la télévision, par opposition à toute forme de représentation, car mettant le téléspectateur en contact immédiat avec l’événement dans l’instant même de son émergence. D’autre part, le monopole que l’État a exercé (du moins en France) sur la diffusion des programmes de télévision a contribué à la définir par ses missions de service public – informer, cultiver, distraire – pensées comme autant de « genres » étanches que distinguaient les horaires de programmation, l’identité des producteurs et des présentateurs, les contenus et les styles, etc. L’hypothèse d’Umberto Eco (1985), reprise par Francesco Casetti et Roger Odin (1990), a contribué à théoriser les changements en termes de dilution des genres dans la fameuse partition entre paléo-et néo-télévision. Ils désignent ainsi ce qui constitue à leurs yeux le passage d’une programmation fondée sur la juxtaposition d’émissions distinctes à la production d’un flux continu par effacement de proche en proche des différences entre programmes.

6Les programmes d’information n’échappent pas à cette critique qui recoupe sous d’autres formes l’hostilité des journalistes de presse écrite vis-à-vis d’un média dont la puissance croissante leur est apparue comme menaçante. Le lien de la télévision avec l’État était le signe d’une dépendance des journalistes de télévision, institutionnalisée par le ministère de l’Information, lui-même caricaturé sous les traits d’Alain Peyrefitte, son titulaire prototypique. Plus médiologiquement, l’écriture qui a fondé « l’invention » du journalisme semble submergée par le déferlement de réalité que produit l’image de télévision, l’indiciel y est transformé en preuve, l’authenticité y prime les valeurs de vérité, l’émotion y est promue moyen d’accès à la compréhension du réel. L’introduction de la publicité, puis la privatisation des chaînes, inversent les logiques missionnaires au profit de logiques industrielles et marchandes : le public rassemblé est simultanément une audience vendue aux annonceurs. La télévision devient une industrie qui produit de l’audience pour la publicité. Rien n’échapperait à cette logique, pas même la liturgie de la messe du « 20 heures ».

7La presse écrite semble en contrepoint échapper à ce phénomène de massification où des matières diverses se fondent dans le même creuset. Par nature pourrait-on dire, la presse est fragmentée en milliers de supports, correspondant à autant de titres dont chacun revendique sa différence. Le développement de la presse ou sa transformation correspond à l’apparition ou la disparition d’un titre. Qu’il recouvre des territoires, des thématiques ou des publics, ce découpage n’est pas remis en cause par les mouvements qui affectent l’ensemble. Il peut bien y avoir concentration ou raréfaction dans un secteur, on n’imagine pas la création de journaux généralistes à l’image des chaînes du même nom. Et même si l’on retrouve un peu de tout dans chaque support de presse, selon des dosages divers, chacun se positionne suivant un contrat de lecture dominant que reflète l’identification de chaque titre par son appartenance à une catégorie : presse d’information générale, presse quotidienne régionale, news magazines, féminins, presse pour la jeunesse, maisons et bricolage, presse technique et professionnelle, etc.

8L’optimisme citoyen de cette vision n’a d’égal que son solide empirisme et le modèle fonctionnaliste qui le sous-tend. Dans la continuité de l’histoire de la presse française (Neveu, 2001), la distinction serait maintenue entre une information générale destinée à alimenter la vie démocratique et une information pratique et utilitaire rendant service à l’activité économique ou à la vie quotidienne. Que la seconde, qui alimente la presse magazine, croise les intérêts privés du marché n’affecterait en rien l’autonomie de production de la première qui se développe pour l’essentiel dans la presse quotidienne. Ou bien, moins naïvement, si le champ économique cherche à imposer ses logiques et ses intérêts au champ journalistique et à ses acteurs, ceux-ci disposeraient des ressources suffisantes pour y résister, ressources prétendument fondées dans l’identité même du journalisme et donc son histoire, dans sa pratique et donc son professionnalisme, dans ses techniques et donc ses spécificités.

9L’histoire du journalisme en France fait reposer son « invention » (Ferenczi, 1993) sur un processus de différenciation avec d’une part la littérature, d’autre part la politique. Ce processus d’autonomisation correspond à la fondation, par un acte de rupture, d’une fonction sociale spécifique et un ordre de discours distinct (Chalaby, 1998). Même si l’on peut voir dans les genres journalistiques du commentaire et de l’analyse un résidu des pratiques littéraires, et dans les genres d’opinion une trace du discours politique, le journalisme s’est construit en se les réappropriant dans le cadre d’un espace public élargi et en se professionnalisant. Les études de sociologie professionnelle du journalisme (Ruellan, 1993) font pourtant apparaître le caractère flou de son identité qui ne peut être définie qu’en opposition avec « quelques-uns de ses territoires connexes : lettres, art, recherche, publicité, communication » (Lacan, Palmer, Ruellan, 1994). Et le journalisme s’attache à endiguer, mais aussi parfois à déborder la frontière mouvante qui le sépare de ces autres territoires. Cependant, ces mouvements se présentent comme régulés par une éthique professionnelle fondée sur l’indépendance par rapport aux sources et aux publics, aussi bien que par rapport aux stratégies des entreprises de presse et aux logiques du marketing. Si ces règles sont formulées de manière explicite bien que dispersée dans des lois fondatrices de la profession, dans des chartes déontologiques, dans des écrits nombreux et divers d’acteurs de la profession, leur efficacité vient de leur incorporation dans la pratique quotidienne du métier, c’est-à-dire tout autant dans les techniques de recueil de l’information que dans l’organisation de l’activité et dans le travail de rédaction.

10La question de l’écriture est alors centrale dans l’interrogation sur l’identité journalistique, dans la mesure où elle n’est pas simplement la manifestation terminale et visible de logiques sociales qui la détermineraient, mais une fonction structurante de l’activité elle-même. Affirmer cela, c’est émettre le postulat que comme toute autre pratique discursive, le journalisme n’est pas la mobilisation de ressources linguistiques et sémiotiques au service d’une intention recouvrant peu ou prou une fonction sociale, ici l’information. L’activité journalistique ne peut se réduire à la médiation de la parole des autres, témoins ou acteurs des événements, ou encore experts. Et l’écriture journalistique n’est pas la simple transcription d’une réalité qui lui préexisterait dans toutes ses dimensions signifiantes. Le journalisme est une pratique de construction sociale de la réalité au même titre que l’activité scientifique, celle de l’écrivain ou du communicant, parfois à côté d’elles, parfois en concurrence, souvent en interaction. L’aborder comme pratique discursive, c’est tenter de mettre au jour les rapports qui relient une position dans un espace de production industriel et marchand, un positionnement dans un espace concurrentiel de production discursive, une posture énonciative dans un espace public « mosaïque ».

11La question du mélange des genres prend alors une dimension qui dépasse les stratégies de détournement et les jeux de masquage auxquels se prêteraient les productions médiatiques. S’interroger sur la nébuleuse des genres discursifs, c’est s’interroger sur ce qui peut distinguer entre elles les productions de différentes versions du réel. Nous avons donc placé les « genres journalistiques » au cœur de notre interrogation, sachant que la notion de genre s’inscrit dans des usages flous ou au contraire trop théorisés. Si le terme de genre sert à désigner une catégorisation normative des discours sociaux – l’information, la publicité, la communication, etc. – l’effort de théorisation risque fort de se trouver pris au piège des logiques d’exclusion et de fermeture qui ont contribué à la construction de ces territoires institutionnalisés et professionnalisés. En refusant l’idée que les genres se mélangent, le chercheur les place au niveau de catégories transcendantes qui font de telle ou telle pratique discursive une essence d’où procéderaient les règles de sa pratique concrète : le journalisme par exemple serait consubstantiel à la démocratie, et sa fonction de médiation dans cet espace public lui imposerait une transparence énonciative d’où procéderaient les règles d’une grammaire de l’objectivité.

12Si, d’une manière différente, le terme de genre désigne une catégorisation systématique des énoncés en fonction de caractéristiques immanentes – la sémantique, la syntaxe, les marques énonciatives, le dispositif sémiotique du journal, etc. – les typologies ainsi construites renvoient nécessairement à un extérieur du langage, désigné comme l’origine du discours, sous forme d’instances abstraites qui en garantissent la cohérence : le journaliste, le journal, l’information, etc. Les genres discursifs répertoriés dans des corpus sont alors rapportés à des catégories d’analyse plus générales (la narration, la description, l’argumentation) spécifiées pour chaque domaine de la discursivité sociale par des conventions qui rendent l’intercompréhension possible. Le mélange des genres y est alors défini comme rupture du contrat de communication.

13Or, une des singularités de la notion de genre est de se trouver à l’intersection des rationalisations professionnelles qui cherchent à élaborer des procédures opératoires, et des théorisations scientifiques qui visent à produire des modèles explicatifs d’un plus haut niveau de généralité. Les uns et les autres cependant s’interpénètrent en « s’informant » mutuellement, ce qui contribue à opacifier le genre en le chargeant d’un poids de réalité existentielle. Les genres seraient des objets empiriques identifiables ou, moins grossièrement, la surface textuelle serait censée porter des marqueurs de genre qui permettraient de les reconnaître.

14Les questions que l’on vient de soulever ont donné lieu à deux pistes de réflexion convergentes permettant de structurer la problématisation par le genre. Elles constituent les deux sections de la première partie de ce chapitre à vocation théorique. La deuxième partie est consacrée à une réflexion portant sur les conceptualisations du journalisme et notamment sur les cadres théoriques permettant de penser la diversité et les changements.

  • 1 Voir « ce que l’approche ethnographique des faits sociaux peut apporter à l’analyse de discours », (...)

15Dans un premier temps, il s’agit donc d’évaluer et de mettre en perspective la notion de genre dans les pratiques professionnelles, en exploitant notamment les travaux de la sociologie du journalisme en la matière. Cette approche est organisée selon deux axes. Le premier fait le point sur les genres journalistiques en tant que facteur structurant l’identité professionnelle des journalistes ; le second questionne les catégorisations des journalistes et des journalismes, et leurs rapports aux genres journalistiques. Il s’agit ensuite, dans un second temps, d’approfondir la notion de genre à partir des travaux de l’analyse du discours et des sciences du langage, et de mesurer comment ces disciplines l’appliquent aux genres journalistiques. Les théorisations du genre sont présentées selon deux perspectives : sa dimension sociale et son instabilité intrinsèque. Cet état des lieux sur le genre met en évidence les blocages provoqués par les approches trop spécialisées sur les acteurs dans lesquelles la dimension discursive est modérément interrogée, ou les approches trop spécialisées sur les textes dans lesquelles le fait social est revendiqué mais finalement peu analysé1. Or, poser le genre comme une articulation du social et du discursif implique la nécessité d’une approche radicalement interdisciplinaire baptisée, faute de mieux, approche sociodiscursive. Ces limites ont pour corollaire les objets construits par les disciplines : celle de la profession et celle du discours journalistique.

16La troisième partie traversée par le problème des changements et de la diversité du journalisme est articulée en trois volets. Les deux premiers proposent une approche théorique du journalisme à partir du concept de « formation discursive » emprunté à Michel Foucault, en développant la notion de « dispersion » qui lui est afférente. Après avoir explicité les concepts tels que présentés par l’auteur, nous en proposons une adaptation et une application en statuant sur la « dispersion ordonnée » du journalisme. Le troisième volet rappelle les théories du changement liées aux deux grands concepts qui alimentent la réflexion contemporaine sur le journalisme : celui de champ journalistique et celui de paradigme journalistique. Formation discursive, champ et paradigme ne sont pas incompatibles a priori, mais ils répondent différemment à la question de la transformation et de l’hétérogénéité journalistique. Si le champ peut rendre compte des évolutions liées aux conflits d’agents, si le paradigme peut rendre compte de changements liés aux usages professionnels, la « dispersion ordonnée » envisage l’hétéronomie sociale du journalisme. En considérant le journalisme comme une matrice discursive spécifique, la disparité du journalisme a pour corollaire celle des institutions ou des groupes qui le pratiquent avec des intérêts variables et distincts.

Genres journalistiques et identité professionnelle

Les genres journalistiques, vecteurs de professionnalisation

17L’histoire de la théorisation des genres rédactionnels par la profession journalistique reste à faire, y compris pour faire apparaître les raisons du recours à cette notion chargée d’un lourd passé rhétorique, esthétique et même philosophique. Denis Ruellan, en s’intéressant plus particulièrement au reportage propose des premiers éléments de réponse à la question de l’émergence et de l’évolution d’ouvrages pédagogiques et au statut qu’y prennent les genres. Il apparaît clairement que la « théorisation » des genres est le résultat d’une élaboration empirique dans le cadre de la formation des journalistes. Travaillant sur un corpus de trente manuels parus entre 1890 et 1990, l’auteur précise qu’ils sont presque tous réalisés par des praticiens du journalisme, concernés par l’enseignement du métier et intervenant en partie dans les écoles reconnues par la profession. Selon l’auteur, les manuels d’avant-guerre véhiculent une vision idéalisée du journaliste, et « une conception de l’universalité journalistique, dans laquelle le journalisme est loin de se limiter aux techniques de production de l’information ». C’est au cours des années 1950-1960 que les pédagogues vont mettre l’accent sur les techniques de presse et la normalisation de l’activité d’information.

« Le temps d’après guerre a introduit un raffinement dans la définition de la palette des actes possibles que décrivait Chailleux : la nouvelle brève, la nouvelle développée, le papier de synthèse ou round up, le petit reportage […]. Chailleux allait même jusqu’à attribuer des indices de longueur, de complexité, de personnalisation, de recherche et de fréquence à chacune de ces médiatisations de l’information […]. Désormais l’événement paraissait dompté et prêt à prendre tous les contours souhaités. Les genres de l’information ne servaient plus à contenir la vie [pour reprendre l’expression de G. Boudon qui voulait affirmer par là que l’information est avant tout le résultat d’une expérience de vie, une sorte de création], mais à contenir une information, c’est-à-dire un produit ramené à ces dimensions rationnelles. » (Ruellan, 1993.)

18Cependant, malgré cette technicité accrue revendiquée et prescrite dans les manuels, les facteurs subjectifs tels que le talent, la personnalité, la plume ou la présence restent toujours dominants : « les auteurs passent des normes techniques à leur négation » (Ruellan, 1993).

  • 2 Voir les « lignes de clivages » (Neveu, 2001, p. 47).
  • 3 « Genres journalistiques : savoirs et savoir-faire », colloque tenu à l’IUT de Lannion, 16 et 17 s (...)

19Les manuels parus après 1990 proposent des typologies variables, mais on reconnaît dans les publications des journalistes formateurs du Centre de formation et perfectionnement de journalistes (CFPJ) le clivage incontournable entre genres d’information et genres de commentaire (de Broucker, 1995 ; Montant, 1994, Martin-Lagardette, 1994). Jacques Mouriquand utilise en revanche l’opposition entre « genres assis » et « genres de terrain » (Mouriquand, 1997) faisant écho à la distinction entre gatherer et processor dégagée en sociologie2. Le manuel du journalisme qui est plus récent et rédigé par l’ex-directeur du CFPJ (Agnès, 2002), propose cinq catégories donnant lieu à vingt-sept types d’articles : article d’information stricte, récit, étude, opinion extérieure, commentaire. Ces catégories sont fondées sur une finalité : « on relate, on raconte, on approfondit, on donne la parole, on commente ». Le genre retenu va déterminer en amont le processus de production (modalités de recueil de l’information, temps passé) et en aval le type d’écriture. Lors d’un colloque organisé dans le cadre de notre programme de recherche3, Yves Agnès, définissait la théorisation des genres comme une nécessaire formalisation de l’expérience en vue de sa transmission, partant du principe que le journalisme est une pratique professionnelle qui s’appuie sur la mise en œuvre de savoir-faire partagés. Cette entreprise d’explicitation du travail journalistique constitue un effort pour aller « vers un journalisme moins empirique, où le “talent” supposé cède la place à la méthode, où l’on se préoccupe de définir des règles, où la finalité du journalisme – présenter des informations à un public – l’emporte sur la satisfaction d’un amour-propre d’auteur hérité de notre forte tradition littéraire et politique ». Cependant, on retrouve dans ce manuel les caractéristiques mentionnées par Denis Ruellan dans les guides moins récents :

« On ne demande pas à un rédacteur d’être excellent dans tous les compartiments. Celui-ci aura l’œil [et la plume] du reporter, celui-là saura trousser un billet ; cet autre aura les talents du policier, ou du chercheur, pour découvrir une vérité ; cet autre encore sera doué pour analyser une situation politique, etc. » (Agnès, 2002.)

20Mais, les typologies de genres ainsi que les prescriptions de ces manuels, qu’elles soient techniques ou subjectives, renvoient toujours à la pratique spécifique de leurs auteurs : la presse quotidienne d’information générale, et au sein de celle-ci, le journal dans lequel s’est réalisée la carrière professionnelle.

21L’existence de genres journalistiques revêt une telle évidence qu’on les retrouve, abstraction faite des variantes terminologiques, au-delà de la sphère professionnelle. Indépendamment des formalisations nécessaires à la transmission de l’expérience et des rationalisations utiles à une pratique efficace et économique du métier, les genres ont en effet une dimension publique. Ils font partie de la vulgate commune qui informe la façon de lire un journal. Parfois même, ils sont explicitement désignés comme tels : par leur nom (éditorial, portrait) ou des indices graphiques (typographie, encadrés) ou leur emplacement dans le journal. Le genre se place alors à l’articulation de la production et de la réception du texte journalistique et désigne une configuration d’indices qui dessinent un cadre et ouvre un horizon d’attentes, contribuant ainsi à définir le journalisme. On glisse alors d’une conceptualisation fonctionnelle à une définition normative du genre. C’est l’usage des genres journalistiques qui définit le journalisme. Ce qui pose le problème du degré de généralité des genres décrits, et de leur lien avec une problématique identité journalistique. Or, les nomenclatures proposées le sont sur une base doublement restrictive : ce sont des genres de presse écrite, et qui plus est, de la presse d’information générale. Leur généralisation à d’autres segments de la presse, a fortiori à d’autres formes de médias, et donc à une pratique discursive identifiée, impose pour le moins un nouvel inventaire.

22Si l’on s’en tient à leur finalité prescriptive, les genres journalistiques sont l’expression approximative d’une expérience technique en vue de sa reproduction généralisée. Point n’est besoin de construire un système structuré des genres pour favoriser l’apprentissage de savoir-faire et routiniser la pratique. Il est vrai que le recours à la notion de genre dépasse alors la simple transmission de l’expérience par imitation : son appropriation s’inscrit dans une technique, c’est-à-dire une expérience collective formalisée pour être incorporée dans des pratiques, voire dans des outils. Cependant, l’objectif n’étant pas la reproduction d’un prototype, mais la mise en œuvre d’un acte individuel de production dans un cadre déterminé, la rationalité peut être restreinte et le genre fonctionner comme le simple indice d’une direction à prendre.

23Si, par contre les typologies génériques s’inscrivent dans une perspective normative, voire identitaire, leur logique systémique doit être interrogée en s’intéressant aux conditions de leur élaboration. Comme discours réflexifs d’une profession sur sa pratique discursive, les genres journalistiques définissent à la fois des manières de faire et des raisons d’être. Si cette nomenclature des genres décrit des produits discursifs (des types de rapports à des sources, une relation à un destinataire, des modalités énonciatives, des formes textuelles, etc.), elle désigne aussi des formes de construction de la réalité dans des rapports sociaux qui différencient cette pratique d’autres pratiques discursives. Une objectivation de cette pratique et des rapports dans lesquels elle s’inscrit est alors nécessaire, au-delà de la simple réflexivité, dans leur double dimension sociologique et discursive.

Genres et catégorisations professionnelles

  • 4 Voir notamment J. Siméant (1992) sur le rapport pairs-source-public.

24La question des genres journalistiques trouve écho dans celle des catégorisations du journalisme. Dans une séance de travail réunissant les auteurs de cet ouvrage, Nicolas Pélissier mettait l’accent sur les travaux consacrés à la professionnalisation et à la spécialisation des journalistes : les relations aux pairs, à la règle, à la loi, au public et aux sources sont autant d’éléments configurants4, qui recoupent les questions de méthodes professionnelles, de style de vie des journalistes, du support médiatique, du rapport au lecteur. Les catégories répertoriées et décrites dans l’ouvrage d’Erik Neveu (2001), publié à cette époque de notre réflexion, confirmaient l’intérêt de cette piste : journalisme d’investigation, journalisme d’opinion, journalisme d’information, journalisme généraliste et journalisme spécialisé, journalisme économique, culturel, «public journalism », «new journalism »… Les différentes recherches de sociologie empirique, ainsi que les études d’histoire du journalisme, montrent la diversification et la restructuration permanente qui travaillent la profession journalistique.

25L’image prestigieuse du journaliste d’investigation est mise à mal par la part croissante d’un journalisme « assis », travaillant au mieux sur des dépêches d’agence, mais le plus souvent sur des informations de seconde main, quand ce n’est pas sur des dossiers préparés par des sources transformées en « promoteur » de l’événement. La contrainte économique, qui vise à réduire toujours plus le coût de l’accès à l’information, pèse aussi sur le temps consacré à son traitement : le travail de recherche, de sélection et de croisement des sources se fait dans l’urgence et celle-ci conduit à routiniser et standardiser l’écriture journalistique. Une hiérarchie s’installe entre ceux, de moins en moins nombreux, qui ont le temps et les moyens de mener des enquêtes et donc de tenir à distance leurs sources, et les autres. Cela dit, même dans le cadre de l’investigation, la distance aux sources est un critère contesté, dans la mesure où la source peut être aussi à l’origine du traitement journalistique ou le conditionner fortement :

« Ni la tenue à distance des informateurs, ni l’objectivité ne sont jamais le moteur qui permet à un journaliste d’investigation de se lancer sur une piste. C’est plutôt la proximité avec un informateur et le manque d’objectivité qui le permettent. » (Lemieux, 2001.)

26L’urgence contribue aussi à réserver à une élite le soin de réfléchir à l’actualité, de l’expliquer et de formuler des opinions. Un rapport différent à l’actualité distingue également les journalistes pour qui elle est une matière première et ceux qui produisent une information plus détachée de l’événement. On retrouve ici l’opposition déjà évoquée entre la presse d’information générale et la presse magazine. Mais outre les temporalités différentes de l’information ainsi produite, c’est une autre relation au lecteur qui se construit. À un journalisme qui se consacre à porter les faits à la connaissance d’un public de citoyens pour lui permettre de participer au débat public s’oppose un journalisme qui thématise l’information autour des préoccupations corporatives ou privées de lectorats homogènes à la recherche d’une raison pratique. Cette distinction cependant ne partage pas simplement les deux types de presse. Au sein de la presse d’information générale, la spécialisation qui fragmente le journal en rubriques induit des manières de faire différentes et installe des hiérarchies qui valent bien des frontières. Et les difficultés qu’elle connaît, suite à la désaffection croissante de son lectorat, la conduit à incorporer toujours plus les logiques du marketing considérées jusqu’ici comme propres aux magazines, comme le montre le phénomène de la presse gratuite d’information générale étudié dans cet ouvrage.

27À ces fractures qui se croisent et dont les effets s’additionnent, il convient d’ajouter celle des territoires et des techniques. La production d’une information locale ou régionale place le journaliste dans une proximité avec ses sources et ses lecteurs qui suppose d’autres ressources dans son activité quotidienne que celle du journaliste de la presse nationale, proche des pouvoirs centraux et de leurs élites, mais loin de ses lecteurs (Ringoot, Utard, 2004). La diversité des performances techniques, mais aussi des dispositifs sociaux que représentent les médias écrits, audiovisuels et aujourd’hui informatiques supposent que soient également analysées en détail les différenciations qu’elles ont contribué à opérer au sein de la pratique journalistique.

28L’homogénéité qu’on attribue au journalisme pourrait bien avoir comme origine la construction d’une représentation identitaire par la profession elle-même à des fins de fermeture. Le flou de ses frontières la met en position d’assiégée, contribuant ainsi à multiplier les discours de dénonciation contre les envahisseurs que seraient les publicitaires, les communicants, les animateurs de la télévision, etc. Cette focalisation sur les frontières « externes » tend à minorer la diversification de la pratique journalistique qui débouche sur l’établissement de quasi-frontières internes autorisant à parler « des » journalismes plutôt que « du » journalisme. Problématiser les changements du journalisme par les genres nous a donc amenés à interroger la pertinence d’une articulation entre une pratique identifiée et un genre répertorié. La segmentation du journalisme professionnel pose alors la question de la validité des genres journalistiques identifiés dans les typologies proposées. Peut-on considérer que ces catégories génériques transcendent la diversité des pratiques et que la fragmentation du journalisme ne produit que des spécifications de ces catégories (à la télévision ou dans la presse, l’interview resterait un genre) ? Doit-on penser que la structuration et la hiérarchisation de la profession constituent une logique forte de différenciation de ses productions discursives, et aboutit à une typologie générique fondée sur des oppositions du type assis/debout, généraliste/spécialiste, etc. ? Cela reviendrait à établir une homologie entre une situation donnée et un genre identifié, ce dernier étant conçu comme une forme prélevée dans un stock disponible, et dont l’usage serait contraint par de multiples facteurs socioprofessionnels. La production journalistique n’y serait plus pensée que comme mise en œuvre de codes (linguistiques, énonciatifs, rhétoriques) dans des situations spécifiques dont la récurrence contribue à stabiliser l’usage dans des configurations devenues conventionnelles, fixant par-là même une identité discursive journalistique.

29Les structurations professionnelles se manifestent dans la distribution et la hiérarchie des genres, dont témoignent les spécialisations directement liées au genre : éditorialiste, billettiste, reporter, « fait diversier »… Mais la diversité des facteurs structurant la profession analysée par la sociologie professionnelle rend impossible une adéquation entre genres journalistiques et catégories professionnelles : pigiste, localier, secrétaire d’édition, etc., sont autant de statuts qui ne concernent pas directement la production d’un genre rédactionnel. Par ailleurs, la spécialisation professionnelle a pour contrepartie la polyvalence des journalistes. Évidente dans des cadres professionnels restreints à un seul média (la presse hebdomadaire régionale, eu égard à la faiblesse des effectifs des rédactions, en est un exemple), la polyvalence est aussi développée dans les entreprises de presse menant une politique de « convergence » entre plusieurs médias. On peut noter, en outre, que la refonte des maquettes de quotidiens (Libération, Le Télégramme) proposant un menu rédactionnel enrichi sans pour autant s’accompagner d’embauche de personnel, induit plus de transversalité dans les équipes.

30Dans une étude des formats d’expression du journalisme politique de la presse écrite quotidienne datant de 1993, Erik Neveu souligne que

« effets d’agenda, exigences de lisibilité, structures d’interdépendance entre journalistes et sources, entre protagonistes au sein du monde de la presse, contribuent aussi à opposer à la diversité des genres et des traitements possibles de l’événement, un réseau de contraintes aux effets homogénéisants. Mais cette dynamique de contraintes a simultanément pour effet d’inciter les journalistes politiques à l’invention de nouvelles formes d’expression, où leur métier cherche à regagner une autonomie dont ils perçoivent les limites » (Neveu, 1993).

31Cette étude conciliant approche rhétorique et approche sociologique met l’accent sur les rapports de force entre services en prenant l’exemple de sujets traités en pages « Société » au détriment des pages « Politiques ». L’effet configurant de la rubrique est aussi confirmé par l’étude des chartes rédactionnelles de la PQR.

« Le genre journalistique est le grand absent de ces documents à l’exception de quelques quotidiens qui en rappellent l’existence. En effet, la plupart des chartes structurent l’acte journalistique autour des rubriques constitutives du journal, à l’intérieur desquelles on retrouve parfois la référence à un genre journalistique sans pour autant qu’il y soit détaillé. Ainsi pour chacune des rubriques sont proposés différents genres journalistiques susceptibles de les agrémenter. » (Prodhomme, 2004.)

32En général, les études empiriques démontrent que les facteurs structurants qui priment sont la rubrique, la maquette et les formats, sachant que l’informatisation des rédactions a fortement influé sur ces deux derniers éléments, notamment avec l’introduction de « cartons » rationalisant le nombre de caractères (Ruellan, Thierry, 1998). Encore peu exploré, « l’angle » est aussi un élément important du conditionnement de l’écriture journalistique, et s’il peut se concevoir comme la traduction d’une marge de manœuvre du journaliste (Cornu, Ruellan, 1993), l’angle peut aussi s’appréhender comme un préconstruit énonciatif journalistique (Ringoot, 2004).

33Les genres journalistiques ont ceci de particulier qu’ils sont soit érigés en parangon du journalisme, soit complètement oubliés dans le discours des acteurs professionnels. Cette contradiction ne peut laisser le chercheur indifférent. Du point de vue de la sociologie professionnelle, les genres journalistiques ne sont qu’un facteur parmi d’autres structurant l’identité et les pratiques professionnelles. Parallèlement, la catégorisation des journalistes et des journalismes déconstruit l’image d’une profession et d’une production homogène, mais circonscrit le journalisme à des pratiques professionnalisées, institutionnalisées et légitimées. Échappent alors à l’analyse, des pratiques et des productions non reconnues comme professionnelles, soit du fait d’une exclusion opérée par la profession elle-même, soit du fait d’une exclusion opérée par le chercheur. Or, questionner le professionnalisme journalistique n’a d’intérêt que si l’on questionne aussi le non-professionnalisme journalistique, quelle que soit sa traduction (le statut des acteurs, de la structure, du produit, du support, de l’objectif…). Ceci pose évidemment le problème de la définition de l’objet de recherche qu’est le journalisme, et ceci pose simultanément les limites de l’approche par les genres, qui, dans cette perspective, renvoie inévitablement aux pratiques professionnelles « de référence ». Dans ce sens, les études empiriques de cet ouvrage concernent des produits et des pratiques journalistiques qui sont ou ont été « suspects ». Les journaux gratuits d’information générale, le magazine d’enseigne Epok ou les magazines féminins, bien que tous très professionnalisés, dérogent aux normes du journalisme traditionnel et de prestige sur lesquels se cristallisent l’imaginaire et les représentations sociales du métier. Les blogues d’information, pas ou très peu professionnalisés, posent radicalement le problème de leur appartenance à l’activité journalistique.

Genres et discours journalistiques

34Les analystes du discours se sont peu intéressés jusqu’ici aux productions journalistiques proprement dites, même si les médias constituent un réservoir de corpus pour des études sur les produits culturels. Peut-être la sémiologie barthésienne, en légitimant certains domaines, a-t-elle un temps focalisé les intérêts des chercheurs sur certains objets, la publicité par exemple, considérés comme plus marqués culturellement. Probablement aussi, les excès de l’interprétation sémiologique prétendant mettre au jour la production de la signification en court-circuitant l’étude des processus de production des discours a-t-elle contribué à disqualifier ces approches. Aujourd’hui encore, la référence à de tels travaux les désigne comme études sémiologiques, quand elle ne les réduit pas (non sans malice) au rang d’analyse de contenu. Enfin, on ne peut pas non plus écarter l’hypothèse que la résistance du milieu journalistique à l’analyse scientifique de sa pratique concerne tout particulièrement la partie visible de son travail, celle à propos de laquelle sont le plus souvent développés des discours critiques ou des analyses mettant en cause l’idéologie spontanée de la profession, contribuant ainsi à leur marginalisation.

35Malgré leur rareté relative et leur caractère fragmenté, les travaux directement lié au journalisme ont contribué à redonner aux matérialités discursives toute leur place dans la compréhension des processus de production de l’information. Cela concerne aussi bien la construction sémiotique de la surface du journal imprimé (Peytard, 1975), que l’étude de la sémantisation des faits d’actualité (Bonnafous, 1991), l’analyse des dispositifs scéniques et énonciatifs des journaux télévisés (Soulages, 1999) ou des débats télévisés (Nel, 1990), la transformation du discours des sources en discours journalistique (Mouillaud et Tétu, 1989), la construction des récits médiatiques (travaux de l’Observatoire du Récit Médiatique de Louvain), voire la tentative de systématisation du discours de l’information médiatique dans son ensemble (Charaudeau, 1997). Ces recherches montrent l’impossible séparation de la forme et du fond qui conduirait à rejeter le sens en dehors des faits de langage. Mais loin de rester enfermées dans le jeu des signes, ces orientations de recherche tentent de décrire les processus de sémiotisation, c’est-à-dire de production de sens considérés comme des processus sociaux.

Le genre contre la subjectivité

36L’objectivation des pratiques journalistiques passe dans l’approche discursive par la décision épistémologique de considérer le produit des pratiques discursives comme des énoncés situés. La démarche consiste alors à construire les paramètres de l’énoncé comme autant de traces de sa production. Méthodologiquement, l’analyse porte sur des corpus d’énoncés construits à partir de la similarité des conditions de leur production et des situations d’énonciation, similarité considérée comme significative de l’homogénéité de l’instance énonciative (sous la forme d’un auteur, d’un dispositif, d’une institution). Cet ensemble d’énoncés rapportés aux conditions sociales de leur production constitue un « discours » dont les différents genres peuvent être considérés comme des structures configurantes.

37Cette démarche d’analyse reste fortement marquée par la tradition littéraire et oriente la question des formes du discours vers l’étude de « l’agencement de la matière langagière », même si cette matière s’étend au-delà de la linguistique et prend en compte l’irruption de l’image et le poids des dispositifs de mise en page ou de mise en scène. Les genres y sont alors les différentes formes que peut prendre un texte. D’autre part, cette même tradition contribue à poser la question des transformations discursives en termes d’invention, voire de création par opposition au stéréotype et à la répétition. L’œuvre s’oppose ainsi au genre, comme un événement énonciatif fruit d’un acte individuel de rupture s’oppose à la reformulation impersonnelle d’un prototype. On voit alors que la question du sujet de l’énonciation dépasse le cadre des variations de style d’écriture et de mise en forme de la matière langagière. Cette problématique du sujet conditionne la conception des rapports entre langue, discours et société et traverse pour ce qui nous intéresse les analyses du discours journalistique.

38Pour mémoire, mais aussi parce qu’elle hante encore la façon de poser la question de l’énonciation, la théorie du discours de Michel Pêcheux réduit le genre à un phénomène de la surface discursive :

« Les formations idéologiques […] comportent nécessairement, comme une de leur composante, une ou plusieurs formations discursives interreliées, qui déterminent ce qui peut et doit être dit [articulé sous la forme d’une harangue, d’un sermon, d’un pamphlet, d’un exposé, d’un programme, etc.] à partir d’une position donnée. » (Pêcheux, 1990.)

39S’appuyant sur la définition althussérienne de l’idéologie, M. Pêcheux récuse toute conception subjective de l’énonciation qui fait du sujet « la source du sens ». Il fait de l’énonciation un acte de reformulation et de paraphrase dont « l’oubli » contribue à créer l’illusion pour le locuteur d’être le sujet de son discours. Les invariants du discours sont alors plus profonds que ceux du genre, lié, lui, à une situation particulière d’énonciation : les régularités, elles, sont celles de l’idéologie articulée par des formations discursives qui déterminent les conditions de production du discours, c’est-à-dire de mise en œuvre de la langue.

40La métaphore des conditions de production et des discours comme produits a perduré au-delà des abandons de la théorie qui les a engendrés. Mais elle s’est sociologisée. Le discours ne s’articule plus sur de l’idéologie, mais sur des champs ou des institutions. On retrouve cette logique dans la proposition d’Eliseo Veron de ne considérer comme genres que des sous-espèces à l’intérieur d’un type de discours défini empiriquement à partir de son association à une structure institutionnelle (discours politique, de l’information, publicitaire, etc.). Il catégorise les différents produits du discours de l’information médiatique en « genres P », c’est-à-dire en genres de produits (émissions de télévision, journaux, magazines) qui ne peuvent pas apparaître dans un autre type de discours, et dont les caractéristiques sont des effets de la concurrence discursive directe entre acteurs de l’univers institutionnalisé des médias. C’est à ce niveau générique que s’exercent les stratégies, et donc les différenciations et transformations discursives. Pour lui par contre, les genres rédactionnels (« genres L ») tels qu’ils sont définis par la profession, ne sont que des formes langagières, « surdéterminées par les types de discours ou les genres P entre lesquels ils circulent » et partant, l’étude de leurs variations est « une démarche qui n’est pas celle d’une théorie des discours sociaux » (Veron, 1988).

41Pour des approches plus ancrées dans les sciences du langage, l’étude du discours s’efforce de penser « l’intrication d’un mode d’énonciation et d’un lieu social déterminé. Le discours y est appréhendé […] comme institution discursive » (Maingueneau, 1996). Les modalités de cette intrication et de cette institutionnalisation donnent lieu à des modélisations variables. Un tel programme reste encore à préciser, tant la question de l’articulation des textes et des pratiques discursives prête à controverse, impliquant des conceptions différentes de la langue et « du » social.

42Pour Patrick Charaudeau « les genres s’inscrivent dans une relation sociale en tant qu’ils témoignent d’une codification » nécessaire à la production et la réception des discours, nécessité qu’il définit comme un « contrat » de communication (Charaudeau, 1997). Pour lui cependant, toute typologie est nécessairement déterminée par son « lieu de pertinence » : ainsi, une typologie des genres journalistiques fondée sur des manières de faire ne peut être la même qu’une typologie reposant sur des manières de dire (confusion observable d’après lui dans les typologisations proposées par les manuels de journalisme). De ce fait, la démarche typologique qu’il propose est une catégorisation des genres de textes, donc des produits de la pratique discursive, dans la mesure où eux seuls sont porteurs des paramètres « susceptibles d’être reconnus par l’instance de réception ». Dans ce sens, chaque genre est une spécification, dans une situation déterminée « correspondant à un domaine de la pratique sociale », des caractéristiques communes à tout acte de langage, et chaque niveau de l’arborescence permet de définir des sous-classes de genres, même si une typologie lisible et opératoire suppose le recours à un nombre limité de critères.

43Il propose ainsi de retenir quatre axes de typologisation des textes d’information médiatique, c’est-à-dire répondant à la même finalité informative. Sa typologie générique se fonde sur des composantes du texte et de la situation : les « modes » discursifs (les procédés de construction de l’événement : rapporter, commenter, provoquer), l’instance énonciatrice (journaliste ou acteur social ou expert), le type de contenu (lié à la rubrique), le dispositif (lié à la matérialité du support, écrit ou audiovisuel). On aura ainsi par exemple, en croisant le mode discursif et l’identité du locuteur (assortie de son degré d’engagement), une opposition entre la tribune (événement provoqué + instance externe engagée) et le portrait (événement rapporté + instance interne engagée).

L’instabilité des genres

44François Rastier, qui ambitionne de réunir dans une « poétique généralisée », « l’étude des normes et des usages linguistiques, oraux ou écrits, artistiques ou non », considère le genre comme étant au centre de ce projet. Refusant de séparer le niveau de la pratique et celui du résultat de la pratique (l’œuvre), il postule que « le genre assure la médiation entre texte et situation tels qu’ils sont unis dans une pratique ». Il ne se place pas pour autant dans le cadre des approches sociodiscursives du type « analyse de discours », dans la mesure où il refuse d’établir un lien de causalité entre les conditions de production et les discours, ce qui lui semble être le propre de ces démarches. Pour lui, le genre se situe au palier textuel comme ce qui « définit le rapport normé entre signifiant et signifié » qu’il nomme « sémiosis textuelle ». Et il refuse, pour rendre compte de cette activité sémiotique, le recours à une grille normative de genres, et plaide pour une « problématique descriptive » pour laquelle « les partitions a priori des genres ne suffisent jamais : plutôt énumérer et décrire les genres dans leur époque, sans chercher à les subsumer sous des catégories générales » (Rastier, 2002).

45Pour dessiner les contours d’une telle démarche, on peut retenir la formulation de Jean-Michel Adam, pour qui

« si l’on tient à parler de “types” au niveau des organisations complexes de haut niveau, il ne peut s’agir que de types de pratiques sociodiscursives, c’est-à-dire de genres. […] Un genre relie ce que l’analyse textuelle parvient à décrire linguistiquement à ce que l’analyse des pratiques discursives a pour but d’appréhender sociodiscursivement » (Adam, 1999).

46Or à ce niveau, aucun modèle intégré ne semble pouvoir rendre compte en même temps des dimensions sociales et sémiotiques du genre. Aux fonctions sociales d’un discours on ne peut rattacher aucune configuration linguistique spécifique, à une situation de communication particulière on ne peut attribuer une intentionnalité unique, à un domaine de la vie sociale on ne peut lier un seul type de discours, etc. Inversement, la multiplication des typologies en fonction d’angles différents d’observation des discours enlève toute pertinence à l’entreprise de catégorisation. C’est pourquoi Jean-Michel Adam, rejoignant en cela François Rastier, propose de s’en tenir à une démarche descriptive, telle qu’elle est formulée par Tomachevski dans un texte de 1925 (cité par Adam, 1999) :

« On ne peut établir aucune classification logique et ferme des genres. Leur distinction est toujours historique, c’est-à-dire justifiée uniquement pour un temps donné ; de plus, cette distinction se formule simultanément en plusieurs traits, et les traits d’un genre peuvent être de nature toute différente de la nature de ceux d’un autre genre […] Il faut réaliser une approche descriptive dans l’étude des genres et remplacer la classification logique par une classification pragmatique et utilitaire tenant uniquement compte de la distribution du matériel dans les cadres définis. »

47À cette fin, en s’inspirant des propositions de Maingueneau, Adam propose de définir des paramètres descriptifs du genre, même s’ils ne se retrouvent pas tous dans chaque genre, et même s’ils n’opposent pas les genres entre eux. On aurait ainsi des critères énonciatifs (statut des énonciateurs et destinataires, circonstances de l’énonciation), des critères « médiologiques » (types de support), des critères sémantiques (familles événementielles), des critères formels (longueur) et linguistiques (composition textuelle). La catégorisation consisterait à procéder à la description de « familles » de produits journalistiques, par rapprochement intuitif autour de prototypes situés dans un continuum plus que dans un système d’opposition. Ces rapprochements permettent de rendre compte des modalités du fonctionnement prescriptif et de la fonction régulatrice du genre, qui renvoient à sa part normative : le « principe de clôture » dans la terminologie d’Adam. Mais le flou des frontières et la gradualité entre les genres autorisent à penser le « principe d’ouverture », c’est-à-dire les variations et les transformations, voire les innovations dont témoigne la pratique quotidienne du journalisme.

48On ne s’éloigne plus beaucoup alors de la démarche typologique proposée par les professionnels dans les manuels. Dans l’ensemble, quel que soit leur ancrage théorique, ces modèles s’attachent moins à produire des descriptions des genres rompant avec les formalisations professionnelles qu’à en expliciter plus systématiquement les logiques, en s’appuyant sur le cadre conceptuel d’une discipline scientifique. La malléabilité du genre qui se spécifie en fonction de la situation ou son flou constitutif signifie, au même titre que le talent du journaliste, l’aptitude des normes à évoluer et se transformer. Si le genre peut apparaître comme une structure configurante stabilisée, ce ne peut être que comme la manifestation toujours provisoire d’un processus dynamique.

Penser « la dispersion ordonnée » du journalisme

49La problématisation par le genre met l’accent sur la pluralité des formes et des actes journalistiques tout en statuant sur le caractère dynamique de la pratique journalistique en tant que processus d’engendrement obéissant à des contraintes. Elle instaure une rencontre possible entre deux démarches : celle de la localisation de pratiques toujours ancrées dans un ici-maintenant, celle de la mise en perspective de pratiques dont veut comprendre le sens et le fonctionnement au-delà de leurs propres logiques internes. Cette rencontre est le pivot nécessaire qui amène à penser la diversité et le changement des pratiques journalistiques ni comme des accidents, ni comme des mécanismes pré-programmés. Par ailleurs, les genres amènent à penser simultanément le producteur, la source et le public, et sur le plan de l’expression et des contenus journalistiques et sur le plan des contraintes de production. Dans ce cadre, les trois composantes sont actives et en interaction dans les produits éditoriaux en tant qu’actants, et dans les conditions de productions en tant qu’acteurs.

50Cela dit, la question de l’unité journalistique impliquée par le terme de journalisme reste posée, dans le cadre du discours journalistique comme dans celui de la profession, fussent-ils fragmentés. La tension entre rupture et continuité du journalisme ou unité et diversité du journalisme est d’autant plus prégnante lorsqu’il s’agit de prendre en considération des « cas limites ». Deux grands concepts permettent de penser l’unité et la diversité du journalisme : celui du champ journalistique et celui du paradigme journalistique. Fortement influencés par l’un et par l’autre, nous proposons une autre approche théorique que notre réflexion sur les genres a rendue nécessaire. La notion de dispersion adossée à celle de formation discursive est empruntée à Michel Foucault (1969). Elle re-questionne l’unité et le changement. Elle réfute le principe d’évolution linéaire, ce qui revient à analyser l’émergence de pratiques sociodiscursives journalistiques en dehors d’un système de valeurs qui seraient permanentes, en dehors d’un principe de finalité intrinsèque et unique. Elle appelle ensuite à articuler ces pratiques avec les données techniques, économiques, et politiques qui leur sont co-occurrentes. Poser la formation discursive comme cadre conceptuel de l’approche sociodiscursive implique tout d’abord de reconsidérer des catégories tenues pour évidentes. Partant du postulat que le journalisme n’a jamais eu l’homogénéité qu’on lui attribue généralement, nous pensons que les transformations qui affectent le journalisme ne sont pas des formes de dilution dans d’autres pratiques mais sont le résultat d’une dynamique propre à la pratique journalistique elle-même. Cette hétérogénéité est inscrite dans un processus dynamique qui met en tension le journalisme entre un ordre de discours et une disparité de pratiques.

51Nous présenterons dans un premier temps le concept de formation discursive tel que défini par Michel Foucault, ce qui nous amènera ensuite à formuler une adaptation qui, en termes de formation discursive journalistique, ne correspond pas à la version initiale de l’auteur. Elle neutralise des aspects paraissant peu pertinents dans le cadre du journalisme ou développe des points forts, notamment l’articulation entre ordre et dispersion. Embryonnaire en l’état, le concept de dispersion oriente une posture de recherche visant l’observation des différentes formes du journalisme. Nous rappellerons, avant de conclure, les théories du changement liées aux concepts de champ et de paradigme (révolutions ou transformation de champ et changements paradigmatiques). Ce rappel est fort réducteur dans la mesure où il ne retient que les éléments principaux qui ont orienté et alimenté la réflexion vers la notion de dispersion. Il s’agit de pointer les convergences et les divergences entre les trois conceptualisations et d’évaluer les apports sous-tendus par l’exploitation des concepts foucaldiens.

Le concept de formation discursive

52Le concept de formation discursive est issu d’une recherche décrite par Michel Foucault comme une ethnographie des savoirs (Foucault, 1969). À cette époque, il étudie les disciplines développant des théories sur l’homme et la société ; il travaille sur l’émergence de savoirs qui ne sont pas encore constitués en sciences. Les disciplines qu’il a plus particulièrement analysées sont la psychopathologie et la médecine, la grammaire et l’économie. « Ces discours sérieux » (Dreyfus, Rabinov, 1984) sont appelés des formations discursives et sont définis sur quatre critères en interaction : les objets (ce dont parle le discours), les énonciations (de quelle manière), les concepts (à partir de quoi), les stratégies (avec quel positionnement). Le projet de Foucault qui est de faire une analyse des savoirs à partir des faits de discours, n’est pas linguistique. Il ne s’agit pas de dégager les règles qui rendent possible une infinité d’énoncés dans une langue. Il s’agit par contre de questionner les conditions d’apparition des énoncés effectifs, de comprendre comment l’émergence d’un discours est liée à des phénomènes non discursifs « d’ordre technique, pratique, économique, social, politique, etc. ». Cette posture correspond à notre projet initial qui est de rendre compte du journalisme à partir des produits journalistiques, et plus globalement de rendre compte de l’articulation du discursif et du social.

53La genèse du concept de formation discursive est explicitée par Michel Foucault à travers une série d’hypothèses posées, puis invalidées et retravaillées.

54Il émet d’abord l’hypothèse d’une équivalence entre unité d’objet et unité de discours : le discours se confondrait avec l’objet de savoir qu’il institue, un discours serait identifiable parce qu’il a un seul objet, parce qu’il parle d’une seule et même chose. C’est ce que l’auteur pense dans un premier mouvement, quand il analyse l’émergence du discours psychopathologique, tant son objet, la folie, semblait pouvoir être le dénominateur commun, la marque identitaire de ce discours. Mais cette position est relativisée car Foucault constate que « la maladie mentale a été constituée par l’ensemble des énoncés qui la nommaient, la décrivaient, l’expliquaient… » et que :

« l’objet qui est posé, comme leur corrélat, par les énoncés médicaux du XVIIe ou du XVIIIe siècle, n’est pas identique à l’objet qui se dessine dans les sentences juridiques ou les mesures policières judiciaires ; de même tous les objets du discours psychopathologiques ont été modifiés de Pinel ou d’Esquirol à Bleuer : ce ne sont point des mêmes maladies qu’il est question ici et là ; ce ne sont point des mêmes fous qu’il est question » (Foucault, 1969).

55L’identification d’un discours à son objet est problématique car ce dernier est mouvant, toujours soumis aux conditions sociohistoriques, toujours soumis à l’imbrication d’autres discours dans lequel il apparaît. L’hypothèse première glisse alors vers celle d’une « dispersion » d’objets provoquée par la pluralité des discours à prendre en compte, pluralité qui renvoie à des acteurs et des institutions hétérogènes mais impliqués. La constitution d’un objet de savoir induit une dispersion provoquée par des facteurs discursifs et des facteurs extra-discursifs.

56La deuxième hypothèse concerne l’énonciation : une formulation spécifique fonderait l’unité et l’identité d’un discours. Foucault repère dans la science médicale à partir du XIXe siècle « un certain style, un certain caractère constant de l’énonciation », d’où l’hypothèse que la médecine « était constituée d’un corpus de connaissances qui supposait un même regard sur les choses, un même quadrillage du champ perceptif […], que la médecine s’organisait comme une série d’énoncés descriptifs ». Mais il reconnaît aussi que « cette description n’a cessé de se déplacer », en fonction des méthodes d’observations, des ancrages institutionnels, des techniques. Le discours clinique est « altéré » par l’évolution du statut des médecins, par le cadre institutionnel (médecine hospitalière ou privée), par la pratique documentaire (croisement de données médicales, sociologiques, géographiques…), par les techniques de laboratoire, par les pratiques d’enseignement. Le champ de perception et d’interrogation du médecin évolue en fonction des instruments et techniques, mais aussi en fonction de la demande sociale (administrative, politique, économique). La formulation d’un savoir est dispersée en fonction de critères autres que discursifs.

57Ces constats font apparaître que les objets de savoir sont indissociables des discours et toujours soumis aux conditions sociohistoriques, et que si un type d’énonciation stabilise et rationalise la construction des objets, il n’épuise pas toute la production discursive à prendre en compte. La formation discursive s’articule sur l’hétérogénéité des discours et des acteurs en posant la nécessité d’observer leurs interactions.

  • 5 L’attribution recouvre les conceptions diverses du verbe être de la copule, du radical verbal et d (...)

58La troisième hypothèse envisage qu’un discours pourrait être défini par la stabilité des concepts qu’il met en œuvre. Mais en mobilisant ses travaux qui concernent l’émergence de disciplines comme la grammaire, l’économie ou la biologie, Michel Foucault observe qu’un discours savant met en jeu des concepts hétérogènes voire incompatibles. Ici, c’est la dispersion qui est posée d’emblée et ensuite relativisée au motif que le concept n’est pas le bon niveau d’analyse. Foucault statue sur un niveau préconceptuel d’une discipline, à partir duquel des concepts hétérogènes peuvent cohabiter et se succéder. Il prend pour exemple la grammaire générale du XVIIe et du XVIIIe siècle qui met en présence des concepts a priori disparates et démontre comment ils sont générés par une matrice de « quatre schèmes théoriques » : attribution, articulation, désignation, et dérivation5. La démonstration est convaincante, et l’on peut convenir d’un niveau préconceptuel d’un discours savant, qui met en jeu de la convergence et de la dispersion conceptuelle. Cependant, l’auteur ne met pas en relation cette analyse avec le contexte institutionnel, professionnel ou social.

59La quatrième hypothèse envisage que l’opinion fonderait une catégorie de discours, qu’on pourrait distinguer les discours en fonction des thèses qu’ils défendent. Cette position tranchée n’est pas tenable. D’un côté, la diversité d’opinion ne remet pas en cause le fondement conceptuel d’un discours. L’auteur démontre que les économistes du XVIIIe siècle partagent les mêmes concepts à partir desquels deux positions sont défendues, celle des physiocrates et celles des utilitaristes. La théorie économique n’est pas remise en cause par l’antagonisme de leurs positions (la thèse de l’échange et la thèse de la rémunération). D’un autre côté, une même opinion peut apparaître dans des discours différents. Le thème évolutionniste se fonde, au XVIIIe siècle, sur la continuité des espèces, alors qu’il se fonde sur la discontinuité des espèces, au XIXe. Renonçant à ériger une opinion ou un thème comme liant d’un discours, Foucault se prononce sur « un champ de possibilités stratégiques ». Une stratégie de discours est une cohérence établie entre les objets, les énonciations et les concepts : un recoupement entre ce dont on parle, comment on le dit, à partir de quoi. Mais un discours ne se réduit pas à une seule combinaison, un discours actualise plusieurs possibilités de recoupement. Cela dit, ici encore, l’auteur insiste plus sur une dispersion discursive que sur une dispersion liée à d’autres contraintes.

  • 6 M. Foucault a d’ailleurs formulé les limites de son approche : les relations entre formations disc (...)

60De notre point de vue, l’intérêt de cette conceptualisation est de mettre en tension ordre et dispersion dans la constitution des discours. La notion d’ordre chez Foucault est très particulière, car elle relève « d’une description minutieuse du désordre » (Dreyfus, Rabinov, 1984). Ce qui rassemble des énoncés coexistants est un faisceau de relations, le principe unitaire est donc relationnel. La réfutation des quatre hypothèses n’est que partielle dans la mesure où les objets, les énonciations, les concepts et les stratégies ne s’annulent pas, mais s’interdéfinissent. D’une part, il s’agit de mettre en évidence le jeu relationnel entre objets, énonciations, concepts, et stratégies ; d’autre part, il s’agit de mettre en évidence le jeu relationnel au sein de chacun des éléments, qui ne sont ni figés, ni permanents. L’ordre du discours implique de la dispersion. Celle-ci est discursive, mais elle est aussi extra-discursive : les facteurs dispersants sont d’ordre institutionnel, pratique, technique, économique. Cette piste mérite d’être creusée, car si la dispersion extra-discursive est explicite dans la définition des objets et des énonciations proposée par Foucault, elle est occultée dans son exposé concernant les concepts et les stratégies. L’exploitation de la formation discursive nécessite une adaptation qui évite cet écueil6. Ces remarques amènent à redéfinir la formation discursive dans le cadre particulier du journalisme.

Dispersion et formation discursive journalistique

61On ne peut pas imputer au journalisme un objet de savoir circonscrit, mais on peut lui attribuer une définition minimale qui est la production d’informations. Ces informations concernent tout autant la politique, le sport, la culture… Les « objets » du journalisme paraissent dispersés a priori. Mais il faut considérer l’information sur deux plans. Outre les nouvelles, ce dont parle le discours journalistique, ce qui est dit dans les journaux (quels que soient leurs supports), l’information est aussi ce que l’on peut en dire dans les discours professionnels, juridique ou pédagogique. Les chartes professionnelles ou les manuels de journalisme que nous évoquions dans la première partie, les discours syndicaux, les chartes déontologiques, les normes d’enseignement ou le discours du législateur, définissent aussi l’information. L’information est à la fois ce qu’elle dit et ce qu’on en dit, donc la notion d’information se transforme en même temps que les discours qui l’objectivent et les pratiques qui la produisent. En même temps que les journaux ou les produits éditoriaux formalisent l’information, le journalisme est aussi un ensemble d’hypothèses sur la valeur de l’information, sur le notable, le vraisemblable, et le transmissible : ce qu’il est pertinent de retenir en tant qu’information, ce que l’on peut affirmer comme vrai, ce qu’il est possible de dire. La production d’information renvoie à un ensemble de décisions éditoriales et organisationnelles traversées par des discours hétérogènes et des objectifs différents.

  • 7 Les fameux qui, quoi, quand, comment, où et pourquoi.

62Les produits journalistiques sont aussi soumis à une dispersion énonciative. La dispersion la plus évidente ou tangible se situe au niveau du média. Le journalisme écrit ou photographique, télévisuel, radiophonique ou multimédia, impliquent autant de modalités énonciatives qui affectent la construction et la perception des informations. Mais la dispersion est aussi effective au sein de chaque catégorie. On peut repérer des règles d’écriture communes, qui supposent un même regard sur les choses, un même quadrillage. La règle des 5W7 et celle de l’information essentielle sont devenues emblématiques du journalisme ainsi que celles des genres journalistiques. Toutefois, on constate simultanément dans les produits et les pratiques, une mouvance, une disparité, qui nous ont amenés à considérer le genre comme la manifestation toujours provisoire d’un processus. Nous avons vu à travers les genres journalistiques comment les techniques d’écriture ont été rationalisées en tant que normes professionnelles, mais aussi comment ces normes sont toujours actualisées, mouvantes et dynamiques. Les actes énonciatifs du journalisme sont multiples : montrer, raconter, expliquer, analyser, témoigner, commenter, coexistent sans s’annuler les uns les autres. L’écriture journalistique est soumise au déplacement des repères et des échelles : la segmentation du travail (le terrain et le desk, la pige), la relation aux sources et aux publics qui interfèrent dans la production d’information, les valeurs sociétales (les frontières entre le privé et le public), les ressources documentaires comme instruments de corrélations (traitement des services de documentation, stocks d’informations disponibles sur l’internet). L’élasticité entre le système codifié et normatif de l’énonciation, et l’appropriation toujours localisée dans des projets éditoriaux, font de l’énonciation journalistique un processus en mouvement permanent.

63La différenciation entre concepts et stratégies paraît peu pertinente dans le cas du journalisme. Si la production d’informations est régie par différents concepts, tels que l’objectivité, le sensationnalisme, l’intimisme ou l’utilitarisme, ces derniers sont aussi des stratégies combinant des types d’information et des types d’énonciation. Le niveau préconceptuel dont parle Michel Foucault pourrait résider dans la loi de proximité plus ou moins formalisée par les professionnels : proximité chronologique, géographique et sociétale. Mais là encore, il y a recoupement avec la stratégie. L’actualité journalistique organise un présent à géométrie variable en fonction de la périodicité de la production ; à tel point que le critère temporel identifie et diversifie l’information : information brûlante, chaude ou froide, information périodique ou continue. La territorialité est un enjeu éditorial donnant lieu à une géopolitique de l’information (internationale, transnationale, nationale, régionale, locale). La proximité sociétale est un vecteur de spécialisation de l’information en fonction d’identités d’âge, de sexe, d’idéologie, d’intérêt, de condition. Le jeu de relations ou de segmentation entre les trois formes de proximité est sous-tendu par des théories sur l’information tout autant que par des stratégies idéologiques et économiques. « Le champ de possibilités stratégiques » recouvre, de notre point de vue, les conceptualisations à l’œuvre dans la production de l’information. Et la dispersion des stratégies relève tout autant de facteurs discursifs que de facteurs non discursifs. La dispersion s’inscrit dans les dispositifs économiques, juridiques et institutionnels : entreprises privées et publiques, financements privés, publics, et mixtes, structures juridiques.

64On définira donc la formation discursive journalistique comme un foyer de tension entre ordre et dispersion. Ordre et dispersion des informations, des énonciations et des stratégies. Cette notion de dispersion permet de penser l’hétéronomie du journalisme comme constitutive et intrinsèque. Elle reste, en l’état, un concept embryonnaire librement adapté de la proposition initiale de Foucault. Mais si dispersion il y a, elle n’est ni aléatoire, ni indéfinie. Dispersion, dans le cadre de la formation discursive, ne signifie pas éparpillement : elle est toujours circonscrite dans un jeu de relations. La tension entre ordre et dispersion du discours est traduite ici dans l’ancrage des logiques d’acteurs diversifiés. Si l’on reconnaît un ordre de discours journalistique, on reconnaît aussi une dispersion extra-discursive. Dans cette appropriation conceptuelle, il s’agit de considérer comment un discours identifié et identifiable est constitué sous l’action de facteurs et d’acteurs hétérogènes. Nous avons posé, en dénominateur commun, l’information comme objet et le genre comme processus énonciatif central, en réfutant tout essentialisme : l’information existe en fonction des discours qui la produisent et le genre est traversé par les conditions de sa production. Si l’on s’en tient à décrire les formes discursives dans leur processus de production, penser que les genres puissent fonctionner comme un camouflage qui occulterait les intentions et l’identité des producteurs de l’information n’est plus pertinent. L’articulation entre type d’information et genres paraît au contraire révélatrice de la gestion de l’interdépendance entre praticien, source et public.

Dispersion, champ et paradigme journalistiques

65La problématisation par le genre et la théorisation par la formation discursive orientent globalement la recherche vers une prise en considération des produits éditoriaux, des discours, et des dispositifs extra-discursifs avec le projet de dégager les relations entretenues entre les trois. Prendre en compte systématiquement les réalisations éditoriales, les discours, les acteurs et les dispositifs bouleverse quelque peu les clivages entretenus entre corpus et terrain dans les approches évoquées en première partie à propos du genre. En premier lieu, le produit éditorial n’est pas assimilable au corpus de presse collecté dans les recherches dont la finalité n’est pas l’analyse du journalisme. En tant que matière stockable, les journaux acquièrent un statut de « corpus », mais en tant que productions observées ou interrogées, les journaux (ou produits) relèvent du terrain. Si les observations de terrain permettent de faire émerger les logiques d’acteurs et d’actions extra-discursives, elles permettent aussi de faire émerger des matériaux discursifs. L’analyse des dispositifs organisationnels et institutionnels appelle à prendre en considération les documents qui en émanent. La dispersion en tant que concept a pour corollaire la disparité des éléments empiriques à traiter, surtout quand on veut considérer simultanément les trois composantes, praticiens, sources, publics. En partant de l’observation des produits éditoriaux et notamment des genres, il s’agit de mettre en corrélation les dispositifs et les discours qui interagissent.

66Par rapport au champ journalistique et au paradigme journalistique dont nous rappellerons brièvement les caractéristiques, la notion de dispersion oriente la recherche vers une prise en considération de la communauté discursive journalistique (élargie aux sources et aux publics) qui ne se limite donc pas à la communauté professionnelle stricto sensu. Parallèlement, la dispersion journalistique appréhende la diversité et la mutation des formes journalistiques comme des traits constitutifs modulaires plus que comme des écarts à la norme.

67Transformation et champ journalistique. Le concept de champ développé par Pierre Bourdieu est ancré dans une théorie générale de la production culturelle. Le champ permet de penser les transformations sur plusieurs plans : les « révolutions » internes qui résultent de conflits opposant les agents d’un même champ, et les transformations qui résultent des conflits externes, conflits opposant un champ à d’autres champs. Sur le plan interne, « l’analyse des œuvres culturelles a pour objet la correspondance entre deux structures homologues, la structure des œuvres [c’est-à-dire des genres, mais aussi des formes, des styles et des thèmes, etc.] et la structure du champ littéraire [ou artistique, scientifique, juridique, etc.], champ de force qui est inséparablement un champ de luttes » (Bourdieu, 1994a). Dans ce cadre, la transformation des œuvres culturelles est expliquée comme un résultat : « le processus qui entraîne les œuvres est le produit de la lutte entre les agents ». Les luttes entre agents dominants et agents dominés correspondent à l’alternative entre norme et marge, conservation et subversion, ou orthodoxie et hérésie. Erik Neveu rapporte cette logique interne au champ journalistique, notamment par « l’opposition de titres “établis” et de titres outsiders » tels que Le Monde et L’événement du jeudi. Il mentionne aussi, comme nous l’évoquions dans la première partie, « l’opposition interne aux rédactions » qui concerne les conflits entre services, ou entre rubriques (Neveu, 2001). Sur le plan externe, il s’agit de mesurer l’autonomie du champ journalistique par rapport à d’autres champs, notamment le champ économique et les champs concernés par le journalisme. Dans une étude consacrée aux journalistes spécialisés, Dominique Marchetti fait le constat d’un champ journalistique « de plus en plus hétérogène, notamment du fait du développement sans précédent de l’information spécialisée ». Le chercheur insiste sur l’importance des relations entre le champ journalistique et les « champs couverts » par le journalisme (Marchetti, 2002). Comme le démontre l’auteur, les changements ponctuels ou durables ont aussi des causes externes qui, pour les comprendre, imposent « la nécessité d’une sociologie relationnelle ». L’hétérogénéité du journalisme est ainsi pensée en fonction de variables permettant de mesurer « le degré d’autonomie entre ces différents espaces » que sont les spécialisations journalistiques et les espaces sociaux qu’elles traitent.

68Les « consommateurs » des productions culturelles sont pensés dans un champ connexe, ce qui implique une sociologie des publics à mettre en œuvre parallèlement. Pierre Bourdieu appréhende les changements qui affectent les publics, comme une « métamorphose des goûts » orchestrée par des stratégies de distinctions. Il statue sur des évolutions conjointes dans la mesure où : « l’espace de production des biens et l’espace de production des goûts changent “grosso modo”, au même rythme » (Bourdieu, 1984). Cependant, si l’auteur fait état de « rencontres entre biens et consommateurs », il réfute l’idée d’un changement traduisant un ajustement de la production à la demande, en mentionnant la possibilité de productions culturelles ne trouvant pas de consommateurs. Si ce cas de figure est fréquent en journalisme, les travaux consacrés à la faillite de projets éditoriaux restent rares. On signalera toutefois l’étude portant sur l’échec du magazine français L’Européen menée par E. Neveu (2004).

69Changement et paradigme journalistique. Dans un article qui fait date, Jean Charron et de Jean De Bonville conceptualisent le journalisme à partir de la notion de paradigme empruntée à l’historien des sciences Thomas Kuhn (Charron, De Bonville, 1996). Selon Kuhn, un paradigme scientifique est un système normatif articulé sur quatre éléments : les généralisations symboliques, les croyances collectives, les valeurs relatives à l’institution, et les réussites exemplaires. En transférant le modèle du paradigme scientifique au journalisme, les auteurs proposent la définition suivante :

« un paradigme journalistique est donc un système normatif engendré par une pratique fondée sur l’exemple et l’imitation, constitué de postulat, de schémas d’interprétation, de valeurs et de modèles exemplaires, auxquels s’identifient et se réfèrent les membres d’une communauté journalistique dans un cadre spatiotemporel, qui soude l’appartenance à la communauté et servent à légitimer la pratique » (Charron, De Bonville, 1996).

70L’hétérogénéité du journalisme est pensée dans une perspective historique qui distingue et enchaîne trois types de journalisme : journalisme d’opinion, journalisme d’information et journalisme de communication. Le passage de l’un à l’autre est conçu comme un changement de paradigme.

71Les auteurs retiennent neuf dimensions constitutives du journalisme : l’objectivité, l’universalité, et l’actualité des informations, la différenciation entre le journalisme et les autres institutions, la diversité des supports et des contenus, la cohésion ou l’esprit de corps, l’esprit critique, le magistère ou l’autorité des journalistes, la commercialisation ou le degré de soumission aux impératifs commerciaux. Cette approche met en évidence les ruptures d’un paradigme à l’autre : les trois paradigmes journalistiques (opinion, information, communication) sont caractérisés par la présence ou l’absence de ces dimensions. Pour expliquer les changements paradigmatiques, les auteurs canadiens formulent l’« hypothèse que ce sont les changements dans la pratique qui induisent des ajustements dans le système normatif plutôt que l’inverse ». Pour Charron et De Bonville, le changement s’articule donc sur le rapport inversé entre la norme et la pratique : les transformations du journalisme ne résultent pas d’une transformation des normes professionnelles, mais plutôt d’une transformation des pratiques. Les valeurs du paradigme dominant (d’abord celui de l’opinion, puis celui de l’information) sont remises en cause par des « pratiques déviantes » qui finissent par se généraliser ; elles constituent alors le socle du nouveau paradigme. L’émergence contemporaine du « journalisme de communication » est pensée comme un ajustement aux conditions internes et externes, donnant lieu à de nouvelles pratiques et de nouvelles conceptions de l’information.

72Formation discursive et paradigme sont des concepts assez voisins, dans la mesure où tous deux amènent à considérer le journalisme comme une matrice discursive ou matrice disciplinaire. Mais ce qui les distingue, et ce qui nous intéresse dans la théorie de Michel Foucault, c’est la possibilité d’envisager la diversité et le mouvement comme des facteurs constitutifs et permanents de la pratique journalistique, maintenant « le journalisme en invention ». La dispersion est une notion qui mérite d’être affinée, mais elle induit que l’institutionnalisation d’un discours n’est pas réductible à une normalisation monolithique ni à un seul type d’acteur. Et si l’on pense que le journalisme s’est diversifié en même temps qu’il se fixait comme pratique professionnelle, la réflexion sur la dispersion qui est amorcée ici s’inscrit néanmoins dans une approche synchronique et contemporaine, avec les limites que cela comporte.

73Par rapport au concept de champ, on pourrait avancer que la notion de dispersion radicalise l’importance des interférences entre journalisme et autres champs sociaux. Mais il s’agit d’autre chose, car la dispersion situe les dispositifs économiques, juridiques, et institutionnels, à l’origine même de la production discursive. Cette perspective abolit en quelque sorte l’opposition entre un dedans et un dehors, car les « possibilités stratégiques » qui caractérisent la formation discursive ne lui sont pas extérieures.

Conclusion

74Le travail théorique, dans ce programme de recherche organisé sur des échanges mettant en synergie la progression conceptuelle et les avancées des études de terrain, opère finalement un triple décentrement, de discipline, d’acteur et d’objet : plusieurs disciplines sont questionnées et exploitées, et le journalisme n’est pas circonscrit à la seule action des journalistes, ni au journalisme de prestige.

75L’étape de notre réflexion qui a consisté à interroger la sociologie professionnelle sur les genres met au jour la dimension normative et toujours située des genres journalistiques, mais les analyses ciblant les journalistes au travail font émerger la diversité des facteurs structurant le processus de production. La difficulté d’articuler genres journalistiques et catégories de journalistes et de journalismes est soulevée, in fine. L’étape de notre réflexion qui a consisté à interroger les théories du genre émanant de la linguistique et de l’analyse de discours évalue et pose la nécessité d’une approche descriptiviste des genres, car si le genre apparaît comme une configuration stabilisée, il est la manifestation toujours provisoire d’un processus dynamique. La focale des genres journalistiques pointe deux écueils afférents à ces postures scientifiques. Dans le cadre du discours journalistique, l’intégration de paramètres socioprofessionnels reste souvent allusive. Dans le cadre des professions journalistiques, les paramètres discursifs sont traduits en tant que facteurs de spécialisation professionnelle. Ces constats nous ont confirmé la nécessité d’échapper à ces restrictions en radicalisant une approche sociodiscursive consistant à questionner simultanément les produits journalistiques et leurs conditions de production, ainsi que les discours des acteurs impliqués, et en prenant en considération les trois instances (praticiens, sources, publics).

  • 8 Voir « l’apport de la littérature et de la sociologie » dans l’émergence du reportage en France (R (...)

76Le décentrement opéré sur « l’objet journalisme » correspond au refus de considérer le journalisme uniquement sous ses formes attestées et légitimées, et à la volonté de questionner les métissages qui travaillent les pratiques journalistiques. Interroger les genres journalistiques amenait fatalement à poser le problème du journalisme tout court. Et si «texts are weapons that agents in a struggle employ in their discursif stratégies »( Chalaby, 1998, p. 65), on peut aussi envisager les textes journalistiques comme indices et moteurs de transactions permanentes. Les genres journalistiques participent à la définition du journalisme, mais ils rappellent aussi sa mixité. L’interview et le reportage souvent présentés comme spécifiques, n’en portent pas moins les traces d’autres pratiques discursives, en l’occurrence celle du dialogisme théâtral ou littéraire dans un cas, celle de la narration romanesque dans l’autre8. Cette hétérogénéité intrinsèque mise en évidence par la problématique du genre conduit à penser le journalisme toujours en tension et toujours en lien. Dans ce sens, les concepts de formation discursive, de champ et de paradigme mettent mieux en évidence les caractéristiques homogénéisantes du journalisme et les ruptures, malgré les dimensions relationnelles qu’ils impliquent. Celui de dispersion, qui reste à développer, constitue une piste de recherche privilégiant la question de la diversité et de l’hétérogénéité. Si la prolifération d’informations se déploie sur la logique de la diversification des producteurs et des produits informatifs, au-delà des stratégies marchandes, politiques, citoyennes, ou institutionnelles qui animent les acteurs et qui orientent les produits informatifs, le discours, en tant que processus institutionnalisant, œuvre à gommer les singularités sans les effacer.

Notes

1 Voir « ce que l’approche ethnographique des faits sociaux peut apporter à l’analyse de discours », (Krieg, 2003).

2 Voir les « lignes de clivages » (Neveu, 2001, p. 47).

3 « Genres journalistiques : savoirs et savoir-faire », colloque tenu à l’IUT de Lannion, 16 et 17 septembre 2004.
La communication d’Yves Agnés s’intitulait « Pratiquer et transmettre les genres journalistiques ». Les actes du colloque actuellement en cours de réalisation et dirigés par R. Ringoot et J. -M. Utard seront publiés à L’Harmattan.

4 Voir notamment J. Siméant (1992) sur le rapport pairs-source-public.

5 L’attribution recouvre les conceptions diverses du verbe être de la copule, du radical verbal et de la désinence ; l’articulation recouvre les diverses conceptions des éléments phonétiques, de l’alphabet, du nom, des substantifs, et des adjectifs ; la désignation recouvre les divers concepts de nom propre et de nom commun, de démonstratif, de racine nominale, de syllabe ou de sonorité expressive ; la dérivation recouvre les divers concepts de langage ordinaire et dérivé, de métaphore et de figures de langage poétique.

6 M. Foucault a d’ailleurs formulé les limites de son approche : les relations entre formations discursives et formations sociales et économiques ne sont pas systématisées, et les problèmes de méthodologie sont évacués.

7 Les fameux qui, quoi, quand, comment, où et pourquoi.

8 Voir « l’apport de la littérature et de la sociologie » dans l’émergence du reportage en France (Ruellan, 1993, p. 115-129).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search