Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Jean-Christophe Fichou

Introduction

Texte intégral

« La mer promet monts et merveilles :
Fiez vous-y ; les vents et les voleurs viendront ».
Jean de La Fontaine, Le Berger et la mer.

  • 1 Voir en particulier les travaux du GDR 2539 du CNRS, Les Entreprises françaises sous l’Occupation,(...)

1La période de la Seconde Guerre mondiale en France est un sujet maintes fois traité et, depuis une trentaine d’années, son étude est devenue un thème privilégié de la recherche historique. La question plus particulière de la vie économique en France a elle aussi progressé ces dernières années1 et le travail ici présenté s’inscrit dans le prolongement de ce renouvellement historiographique. Toutefois, le choix de s’intéresser à la pêche bretonne durant cette période est totalement original car la question n’avait jamais été envisagée, le terrain était resté vierge. Le monde maritime n’est pas absent des recherches, loin de là ; la marine et les marins militaires en particulier ont été étudiés en profondeur ; la marine marchande est déjà beaucoup moins évoquée, quant à celle de pêche, il n’existe strictement aucune étude d’ensemble à ce sujet : seuls, quelques articles très spécialisés s’intéressent à la question. Dans les ouvrages généraux concernant la Seconde Guerre mondiale, le problème n’est guère mieux traité et les livres s’intéressant à la vie quotidienne des Français, au ravitaillement ou au rationnement, tout comme les monographies régionales ou locales, sont généralement muets ou lacunaires, et le mot est faible, sur les problèmes des pêcheurs et de la pêche maritime durant la Seconde Guerre mondiale.

  • 2 Geslin Claude, « Les Bretons dans le second conflit mondial », dans Histoire de la Bretagne et des (...)
  • 3 Sainclivier Jacqueline, La Bretagne dans la guerre 1939-1945, Rennes Éditions Ouest-France, 1994, (...)
  • 4 Sauvy Alfred, La Vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 1978, p. 148, huit (...)
  • 5 Delumeau Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 505.
  • 6 Valensi Lucette, « Présence du passé, lenteur de l’histoire : Vichy, l’Occupation, les Juifs », An (...)
  • 7 Bononchi Marc, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005, p. 28.

2Pour toute la période de guerre de 1939 à 1944, la plupart des sources bibliographiques signalent les très grandes difficultés rencontrées par les armateurs pour affréter des bateaux, par les pêcheurs pour pratiquer leur métier et l’impossibilité pour les mareyeurs et les fabricants de conserves de poissons de continuer leurs activités dans de bonnes conditions d’approvisionnement. On apprend généralement que, si la pêche est autorisée dans une étroite bande côtière de trois milles, elle peut être soumise à des restrictions draconiennes, voire à interdiction de sortie2 avant d’être même complètement interdite en 19443. Ajoutons qu’elle souffre du manque de gas-oil, d’essence et de glace. Dans tous les documents, les passages concernant cette activité restent superficiels et pour le moins succincts, si bien que « nous disposons de très peu de renseignements sur la pêche, pendant l’Occupation4 ». Alors que l’agriculture bretonne est traitée très précisément, ce qui laisse à penser que la région a moins souffert des restrictions que le reste de la France, et pas seulement la Bretagne intérieure qui « riche des ressources de sa polyculture de subsistance, apparaît alors souvent comme un pays de cocagne dans un monde en proie à la pénurie »…, le silence sur le poisson5 suscite quelque interrogation : pourquoi cette région de pêche, la plus productive de France avant le conflit, ne le serait pas restée pendant la guerre ? Le « discours historique n’a pas vocation à dire toute la vérité6 », mais au moins doit-il tenter de la découvrir. L’histoire de la pêche en Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale n’a jamais été traitée et, plus grave encore, les très rares faits évoqués qui s’y rapportent sont, au mieux, incomplets, le plus souvent fantaisistes ou travestis, voire faux. La réalité est trahie soit par une méconnaissance regrettable des sources associée à un simple recopiage des premiers ouvrages alors qu’ils occultaient les faits, soit par une interprétation très orientée de ces faits, partiels et sortis de leur contexte. Bref, la mémoire et l’inconscient collectif ont opéré dans ce domaine, comme dans bien d’autres7, une sélection arbitraire qui se fonde sur les apparences et non sur la réalité, bien difficile à discerner il est vrai et, plus encore, à exposer.

  • 8 Je dois cette information à André Marie d’Avigneau petit-fils du propriétaire dudit Bulletin, Fran (...)
  • 9 Marie dAvigneau (André), L’Industrie des conserves de poissons en France métropolitaine, Rennes, (...)
  • 10 Qui devient sous le gouvernement de Vichy, Journal de la marine marchande et l’Empire français. Pa (...)

3Si l’on s’intéresse à la place laissée au poisson dans les livres sur le ravitaillement, le marché noir ou le rationnement, force est de constater qu’elle est limitée voire inexistante, et pourtant, tant dans l’historiographie de la guerre que dans les souvenirs des acteurs, le poisson, sous toutes ses formes, est un mets très considéré. Si l’on en croit les historiens ou les économistes, il disparaît des tables dès la fin de l’année 1940. Pourtant, à la lecture des rares statistiques retrouvées, il apparaît que ces affirmations sont loin d’être fondées ainsi qu’en témoigne la régularité de la parution hebdomadaire du Bulletin de la pêche de la sardine et du thon pendant tout la durée8 du conflit. Sur une feuille, le Bulletin fournissait toutes les semaines les tonnages débarqués dans chaque port et les prix de vente des poissons de conserve9. Pourquoi aurait-il été acheté par les mareyeurs et les conserveurs si ces derniers n’avaient pas travaillé les poissons en question ? De même, on note la publication ininterrompue pendant toute la période des revues Le Yacht et Journal de la marine marchande10 dont un certain nombre de lecteurs sont intéressés par les questions et les articles touchant de près la pêche, qui, sans être très nombreux, n’en sont pas moins présents.

4La prise de conscience de la quasi-absence de connaissances de ce pan entier de notre histoire est à l’origine de mes recherches, non pour corriger des déformations de la mémoire collective, si fréquentes pour cette période, mais bien pour tenter de colmater une faille béante dans notre approche de l’époque : était-il possible de naviguer, de pêcher, de vendre son poisson, alors que les conditions d’exercice étaient soumises aux contraintes liées à la guerre et à l’Occupation ? Était-il seulement possible de sortir en mer quand le carburant était rationné, les filets rares, la glace introuvable ? Était-il possible d’exercer son métier dans un pays vaincu et conquis, subordonné aux volontés de l’armée allemande ? À ces questions, depuis soixante ans, la réponse, nette et brève est « Non ! il n’était pas possible de pratiquer la pêche en France sous l’Occupation »… Il s’avère que l’affaire est beaucoup plus complexe.

  • 11 Services historiques de la défense à Brest et à Lorient ; Archives des affaires maritimes de Saint (...)
  • 12 Chambres de commerce de Morlaix, de Brest, de Quimper, de Lorient et de Nantes dont les archives s (...)
  • 13 Syndicats des conserveurs de Bretagne : les archives nous ont été ouvertes par monsieur Le Duff, s (...)

5En s’appuyant sur une approche nouvelle fondée sur une documentation somme toute abondante, mais totalement inédite, les archives des administrateurs de l’Inscription maritime11, on peut apprécier la situation beaucoup plus précisément. Rédigés au jour le jour, les rapports de ces agents gouvernementaux permettent d’appréhender la vie quotidienne des populations de pêcheurs. Pour compléter cette source primordiale, je me suis aussi appuyé sur quelques très rares sources familiales privées ainsi que sur les rapports de séance des chambres de commerce12 concernant la conserverie de poisson, les pêches et les relations avec les troupes occupantes et sur les archives des syndicats de conserveurs13 jusqu’ici largement ignorées. Les marins, les mareyeurs, les usiniers, à quelqu’époque que ce fût, n’ont jamais rendus publics leurs pensées profondes, leurs modes de compréhension, leurs jugements personnels, leurs tiraillements internes, leurs combats professionnels ou autres problèmes délicats. Les histoires d’entreprises, qu’ils s’agissent des conserveries comme des barques de pêche, lorsqu’elles évoquent la période de l’Occupation, tendent souvent à souligner les difficultés et les contraintes qui pèsent sur les entreprises — difficulté d’avitaillement, pénurie de matières premières, perte des débouchés extérieurs, marasme du marché intérieur, pesanteur administrative et fiscale, difficultés des transports et des communications, prélèvements de matériel et de main-d’œuvre par l’occupant, destructions provoquées par les bombardements… Cependant il convient de souligner aussi le développement des débouchés commerciaux assurés par l’économie de guerre et l’importance des profits réalisés, plus particulièrement dans le domaine qui nous concerne, directement lié au ravitaillement des forces armées allemandes. Ces dernières commandes ont compensé dans une large mesure les autres marchés perdus et elles ont été financées par l’indemnité journalière française. En dépit de ressources archivistiques bien maigres, une étude des firmes, permet cependant de rendre compte de la diversité des contraintes et des réponses stratégiques et organisationnelles de ces entreprises liées à la pêche.

  • 14 En principe, on trouve un commissariat dans les villes de plus de 5 000 habitants : Saint-Malo, Sa (...)
  • 15 Soucy Robert, Fascismes français, 1933-1939, Paris, Autrement, 2004, p. 37.

6Pour tenter de s’immiscer plus profondément encore dans ce monde fermé de la pêche, on parvient parfois à trouver quelques renseignements complémentaires dans les correspondances des préfets et des commissaires de police des ports de pêche14 qui constituent un moyen « d’une valeur inestimable pour aller au-delà de la façade15 ». Ces rapports complètent les informations fragmentaires collectées auparavant et présentent l’opinion des ouvriers et des marins, des conserveurs et des mareyeurs, mais aussi celle des agents gouvernementaux, des ministères de la Marine ou du Ravitaillement, dont les avis divergent, à l’égard d’un groupe d’acteurs agissant mais peu disert et très hétérogène au sein d’une économie administrée, plus que dirigée. Ils permettent aussi, d’une part, de mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement et la réalité des pêches pendant cette période, d’autre part, d’effectuer une étude approfondie de l’organisation économique de Vichy. Une fois les structures formelles connues, il faut s’intéresser aux modes de gestion des comités d’organisation (CO) et autres sections de l’Office central de répartition de la production industrielle, nombreux dans le domaine des pêches et dont les prérogatives se recoupent sans vraiment répondre aux attentes des intéressés. Ces organismes s’inscrivent dans la continuité des syndicats patronaux, au moins pour le CO des conserveurs, alors que la Corporation des pêches maritimes est une organisation totalement nouvelle, rêvée par Pétain. Les responsabilités respectives des différents partenaires — pêcheurs, armateurs, industriels du poisson, fonctionnaires délégués par les administrations ministérielles — sont difficiles à matérialiser car mouvantes. Ainsi on peut s’interroger sur le poids véritablement exercé par Vichy sur les entreprises des branches correspondantes, notamment en termes de concentration économique, de répartition des approvisionnements, des commandes et de la main d’œuvre. De même, l’influence et l’autorité exercées par tous ces acteurs varient selon les périodes, les ports, l’intensité de la surveillance allemande…

  • 16 Saladin Erwan, La Nuit à Rennes sous l’Occupation (18 juin 1940-4 août 1944), mémoire de maîtrise, (...)

7Enfin, nous pouvons affiner les interprétations en analysant la correspondance des commissaires des Renseignements généraux avec les préfectures qui commence en 1942 en Bretagne. Cette source policière fournit des synthèses diverses et s’adresse uniquement aux préfets. Les faits sont relatés de manière directe, très réaliste, « sinon objective16 » et nous renseignent sur l’état d’esprit des marins, les problèmes de marché noir, les trafiquants et les trafics en tout genre, les actes de terrorisme, les actions de surveillance et de répression dans les ports de pêche, la vie des entreprises sous l’Occupation entre pénurie et postérité, etc.

8Bien sûr, tous les comptes rendus et autres procès-verbaux rédigés à la suite des propos tenus ou des actions entreprises par les acteurs de cette histoire des pêches durant la Seconde Guerre mondiale ne sont pas exhaustifs et ne reflètent qu’une part des avis et opinions émis. Mais les silences des rapports sont parfois très éloquents : de cette manière, l’analyse critique des sources exige de lire entre les lignes et de présenter des conclusions qui laissent une certaine part à la subjectivité de l’auteur. Sans doute pour combattre ces excès et taire mon opinion dans les pages qui suivent, je laisse volontairement les sources parler par elles-mêmes : ainsi le lecteur pourra-t-il saisir toute la force des témoignages d’époque.

Notes

1 Voir en particulier les travaux du GDR 2539 du CNRS, Les Entreprises françaises sous l’Occupation, à l’origine d’une dizaine de colloques depuis 2002 et de presque autant de livres.

2 Geslin Claude, « Les Bretons dans le second conflit mondial », dans Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, Morlaix, Skol Vreizh, 1983, t. 5, deux lignes p. 142.

3 Sainclivier Jacqueline, La Bretagne dans la guerre 1939-1945, Rennes Éditions Ouest-France, 1994, p. 107.

4 Sauvy Alfred, La Vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 1978, p. 148, huit lignes en tout et pour tout ; Thomazi Auguste, Histoire de la pêche. Des âges de la pierre à nos jours, Paris, Payot, 1947, n’accorde qu’une demi-ligne au sujet en signalant une « interruption prolongée de la pêche » (p. 617) ; dans Veillon Dominique et Flonneau Jean-Marie (dir.), Le Temps des restrictions en France, 1939-1949, Paris, CNRS, « Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) », no 32-33, 1996, 539 p, à aucun moment les produits de la mer ne sont évoqués.

5 Delumeau Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 505.

6 Valensi Lucette, « Présence du passé, lenteur de l’histoire : Vichy, l’Occupation, les Juifs », Annales ESC, mai-juin 1993, no 3.

7 Bononchi Marc, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005, p. 28.

8 Je dois cette information à André Marie d’Avigneau petit-fils du propriétaire dudit Bulletin, François Garnier.

9 Marie dAvigneau (André), L’Industrie des conserves de poissons en France métropolitaine, Rennes, Imprimerie bretonne, 1958, 604 p. Les contacts avec cet auteur avaient été établis lors de la préparation de mon rapport d’habilitation à diriger des recherches sur Les Conserveurs et conserveries de sardines du littoral atlantique, 1852-1969, soutenue en octobre 2007.

10 Qui devient sous le gouvernement de Vichy, Journal de la marine marchande et l’Empire français. Par mesure d’économie, la revue La Pêche maritime, y est adjointe. Cette dernière, semaine après semaine, fournit jusqu’en juillet 1944 des statistiques sur les apports de pêche réalisés dans tous les ports de l’État (La Pêche maritime, no 934, jeudi 27 juillet 1944).

11 Services historiques de la défense à Brest et à Lorient ; Archives des affaires maritimes de Saint-Malo, Morlaix, Douarnenez, Le Guilvinec, Audierne et Brest, où le chef de quartier, monsieur Beisser m’a chaleureusement accueilli et ouvert sa collection des Bulletins officiels de la marine concernant la période 1939-1947.

12 Chambres de commerce de Morlaix, de Brest, de Quimper, de Lorient et de Nantes dont les archives sont déposées aux archives départementales de Nantes.

13 Syndicats des conserveurs de Bretagne : les archives nous ont été ouvertes par monsieur Le Duff, secrétaire général de l’organisation. Syndicat des conserveurs du Morbihan (1952-1976) ; archives ouvertes par monsieur Gaston Le Douarin, ancien conserveur et ancien secrétaire. Syndicat national, dénommé aujourd’hui Fédération française des industries d’aliments conservés (FIAC), 44 rue d’Alésia à Paris ; archives ouvertes par monsieur Pierre Commère, secrétaire général.

14 En principe, on trouve un commissariat dans les villes de plus de 5 000 habitants : Saint-Malo, Saint-Brieuc, Morlaix, Brest, Douarnenez, Concarneau, Lorient, Saint-Nazaire…

15 Soucy Robert, Fascismes français, 1933-1939, Paris, Autrement, 2004, p. 37.

16 Saladin Erwan, La Nuit à Rennes sous l’Occupation (18 juin 1940-4 août 1944), mémoire de maîtrise, Rennes, université Rennes 2, 2001, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540