Version classiqueVersion mobile

Les villes et le monde

 | 
Martine Acerra
, 
Guy Martinière
, 
Guy Saupin
, 
et al.

Deuxième partie. Processus historiques d’internationalisation des modèles urbains

Le développement urbain à Porto-Novo au Bénin et l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco

Christian Horn

Texte intégral

Introduction

  • 1 United Nations Educational, Scientific and Cultural Organisation.

1La sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel a gagné en importance dans les pays occidentaux au cours des dernières décennies. L’Unesco1, créé en 1945, défend et illustre, à travers la liste du patrimoine mondial, une certaine vision de la gestion du patrimoine. La liste ne cesse de s’allonger et compte actuellement 878 biens constituant le patrimoine culturel et naturel que le comité considère comme ayant une valeur universelle exceptionnelle, la moitié des sites étant situés en Europe et Amérique du Nord.

2Le développement du tourisme mondial et le souhait de différents pays d’attirer les touristes des pays occidentaux ont progressivement fait du concept de patrimoine un atout touristique, l’inscription sur la liste du patrimoine mondial devenant label de qualité. Les gouvernements considèrent souvent une telle l’inscription comme le sésame du développement touristique, sans toujours en évaluer les conséquences et les contraintes à long terme pour le développement du site inscrit et sans que la population locale partage forcément ce principe de sauvegarde.

3Quand certains pays en sont à leurs premières expériences de sites inscrits et commencent à en évaluer les conséquences sur l’économie et la culture locale, on peut constater dans des pays occidentaux l’émergence de discussions sur l’utilité de ces inscriptions en cas de conflit avec le développement de l’économie locale. Un exemple récent est la vallée de l’Elbe à Dresde en Allemagne que l’Unesco menace de retirer de la liste en cas de construction d’un nouveau pont d’autoroute que les habitants locaux jugent comme nécessaire ou la discussion autour de la cathédrale de Cologne et la construction des immeubles en hauteur.

4Cette contribution analyse le cas de la ville de Porto-Novo au Bénin qui possède une histoire riche en tant que ville carrefour de cultures et une diversité architecturale, mais qui souffre aujourd’hui d’un manque d’activité économique et d’attractivité. L’inscription du centre historique et du cadre naturel des berges de la lagune sur la liste du patrimoine mondial est souhaitée par la municipalité en quête d’une nouvelle identité et image pour la ville, désireuse de renforcer son statut officiel de capitale du Bénin par le développement d’une ville moderne. La contribution souhaite soulever des questions liées au concept de sauvegarde du patrimoine matériel dans le cas la ville de Porto-Novo, avec ses contraintes pour le développement de la ville.

  • 2 Les Ateliers – maîtrise d’œuvre urbaine, réunissent chaque année en Ile-de-France et à l’internati (...)

5La contribution est basée sur une rencontre internationale de Maîtrise d’œuvre urbaine à Porto-Novo (11 au 27 novembre 2005) intitulée « Porto-Novo, capitale du Bénin – Identité et image pour une ville-capitale harmonieuse et attractive » et organisée par une association française, « Les Ateliers – maîtrise d’œuvre urbaine2 ».

Le Bénin

6Situé sur le golfe de Guinée, bordé au nord par le Burkina Faso et le Niger, à l’est par le géant Nigérian et à l’ouest par le Togo, le Bénin couvre une superficie de 112 620 km². De relief peu accentué, le pays s’étend sur environ 670 km du nord au sud, du fleuve Niger à sa côte atlantique de 121 km de longueur. Le Bénin est traversé par 3 fleuves : l’Ouémé, le Mono et le Couffo.

7Le Bénin compte 8,3 millions d’habitants en 2008 avec un taux de croissance annuel de 2,62 %, un âge moyen de 17,9 ans et une espérance de vie de 53,85 ans. La densité moyenne globale est de 73 habitants au km2, mais elle est cependant trois fois supérieure au sud, où sont concentrés les trois quarts de la population. 46 % des habitants habitent les villes.

  • 3 Liste des pays les moins avancés (PMA) créé en 1971 par l’Organisation des Nations unies (ONU).

8Le pays est classé parmi les pays les moins avancés du monde3. La principale activité économique reste l’agriculture (coton) avec un part de 33,2 % du PNB en 2007. Malgré les nombreux attraits du pays, le tourisme est peu développé. Une très grande partie de l’économie béninoise est informelle et les recettes fiscales de l’État sont donc maigres malgré une fiscalité lourde pour les entreprises formelles de la place.

9Le Bénin est divisé en douze départements. Les grandes villes sont Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Abomey et Ouidah. Cotonou officiellement environ 760 000 habitants en 2006, cependant il est très probable que la ville avoisine le 1,2 million d’habitants ; elle concentre la plupart des activités politiques, administratives, économiques, industrielles, culturelles et touristiques du Bénin. Porto-Novo, capitale officielle, est la deuxième ville du pays avec 230 000 habitants en 2002. Parakou est, avec une population de 200 000 habitants, la métropole administrative et économique du Nord du Bénin et Abomey et Ouidah, qui comptent environ 60 000 à 80 000 habitants chacune, sont des villes historiques.

L’ancien royaume de Dahomey

10Le Bénin, autrefois Dahomey, est le siège de civilisations anciennes qui furent bâties autour de royaumes centrés sur des cités-États : royaumes d’Allada, d’Abomey, de Porto-Novo, de Kétou, Tchabê, de Nikki, de Kouandé et de Djougou fondés pour le plus récent au siècle dernier. Ces entités politiques bien structurées étaient pourvues de centres urbains fonctionnels. Elles avaient développé un commerce local, basé dès le XVIIe siècle sur la traite des esclaves puis sur celle du palmier à huile après l’abolition du commerce négrier en 1807.

11Au milieu du XVIIIe siècle, le royaume de Dahomey, instauré au XVIIe siècle par le roi Houégbadja à partir de sa capitale Abomey, disposait avec la conquête de la ville de Ouidah d’une large fenêtre sur la mer. Néerlandais, Danois, Anglais, et Français s’installèrent le long de la « Côte des esclaves » et en 1752 les Portugais s’implantèrent dans le village Hogbonou, qu’ils rebaptisèrent Porto-Novo en 1782. En 1883, le roi de Porto-Novo, souhaitant se protéger des visées expansionnistes du Dahomey, signa un traité de protectorat avec la France. Après la défaite du roi Béhanzin en 1894 – un des rois les plus mythiques du royaume Dahomey –, le Dahomey intégra en 1899 l’Afrique-Occidentale française (AOF).

12Le 1er août 1960, le Bénin accèda, sous une ligne marxiste-léniniste, à l’indépendance complète avec la dénomination de République du Dahomey, avant de prendre son nom actuel en 1975. Depuis la fin du régime marxiste-léniniste en 1989, le Bénin possède une image très forte de pays démocratique dans toute l’Afrique subsaharienne : le pays est en effet un des pionniers du multipartisme africain. Le régime du Bénin est présidentiel et son chef d’État est Boni Yayi qui a succédé à Mathieu Kérékou lors des élections du 19 mars 2006.

La décentralisation

13Le principe de décentralisation a été adopté, en 1990, mais une dizaine d’années a cependant été nécessaire pour sa mise en œuvre. Au sein de douze départements placés sous l’autorité d’un préfet, 77 communes ont été créées et leurs premiers maires élus au suffrage universel en 2002-2003. Dans les faits, la mise en œuvre de cette décentralisation s’effectue de manière laborieuse, tant du fait des résistances d’une administration historiquement fortement centralisée que du retard dans la mise en place des moyens financiers correspondant aux transferts de compétences, ou encore de la faiblesse des ressources humaines et savoir faire de gestion des communes.

Porto-Novo : une petite ville avec peu d’influence sur le littoral d’Afrique de l’Ouest

14Porto-Novo est l’une des villes historiques du pays et ses origines remontent vers la fin du XVIIe siècle. Porto-Novo devient, après l’indépendance, la capitale politique et administrative, fonction qu’elle assure encore aujourd’hui, mais de façon symbolique. La ville est dépouillée de ses attributs de capitale dans les années 60 et 70 avec le transfert de la présidence et des ministères à Cotonou.

15Elle est installée à l’embouchure du fleuve Ouémé, en bordure nord du bras lagunaire qui longe la côte jusqu’à Lagos au Nigeria, à cheval en partie sur la bordure extrême sud du plateau de Sakété Pobé. Ce plateau s’incline légèrement du nord vers le sud à son point le plus bas à Porto-Novo. La zone administrative et la ville ancienne sont érigées sur une croupe en terre de barre argilo-sableuse qui descend lentement en amphithéâtre naturel vers la berge lagunaire. Les zones d’extension se développent sur un site plat dont la pente ne dépasse généralement pas 2 %. Au sud de la ville, en deçà de l’unique pont existant, on trouve une zone en grande partie marécageuse, la voie reliant Porto-Novo à Sémé Podji sur la côte faisant office de digue.

16Malgré son statut de capitale, la ville se n’est pas développée pendant de nombreuses années. Sa position géographique se trouve à l’écart du principal axe de circulation (la voie rapide du littoral) et la lagune constitue un obstacle physique à l’extension de la ville au sud avec un seul pont franchisant la lagune. La ville possède une identité culturelle et religieuse forte. Elle fut successivement la ville précoloniale fondée au XVIe siècle et capitale historique, la ville de traite négrière du XVIIIe au milieu du XIXe siècle et la ville capitale coloniale. Elle montre un syncrétisme religieux exemplaire avec une richesse des croyances et des lieux aux significations religieuses fortes, comme le temple des trois chasseurs (mythe de la fondation de la ville). Ce royaume s’est formé comme un continuum ethnique, « Adja-Yoruba », amplifié par le retour des esclaves affranchis du Brésil et le nouveau rôle de Porto-Novo encore chef-lieu de colonie.

17Porto-Novo abrite des équipements administratifs, de santé, culturels et sportifs qui lui confèrent surtout le statut de chef-lieu du département de l’Ouémé. La ville possède un rayonnement universitaire avec l’École normale supérieure (ENS), l’École du patrimoine africain (EPA) et de nombreux autres établissements d’enseignement supérieur et de formation professionnelle. Deux centres universitaires privés (université des sciences et technologie du Bénin et université africaine protestante) sont installés à Porto-Novo.

18L’économie locale est dominée par des activités commerciales de type populaire et extralégal (notamment trafic d’hydrocarbures avec le Nigéria). Bien que la ville abrite des opérateurs économiques non négligeables, elle n’est pas un centre économique important. Les échanges commerciaux se font essentiellement au niveau régional et local avec le Nigeria, avec Cotonou (distante d’environ 40 kilomètres) et avec son arrière pays (département de l’Ouémé-Plateau).

19Le transport urbain est limité à la voiture et à la moto, car la ligne de chemin de fer traversant la ville est désaffectée. La voie lagunaire, ancienne liaison fluviale entre Porto-Novo et Cotonou n’est plus opérationnelle. Par contre, celle reliant Porto-Novo aux Aguégués (cités lacustres) et au Nigeria (Gbadagri) reste toujours fonctionnelle. La ville dispose d’un réseau de voirie structurant de demi-couronnes et de radiales assez dense, mais l’ensemble de l’infrastructure urbaine est généralement insuffisant.

Porto-Novo-Cotonou

20À sa création par l’administration française au début du XXe siècle, Cotonou était un petit village de pêcheur réunissant à peine 2 000 habitants tandis que Porto-Novo était déjà une cité avec une population de 19 000 habitants. La construction d’un port à Cotonou vers les années 1920 a transféré les maisons de commerce de Porto-Novo vers Cotonou, ne laissant sur place que des succursales. Ce transfert s’est accompagné dans les années 1930 de celui des services administratifs et la population de Cotonou est passée de 2 000 à 37 000 habitants environ à la veille de l’Indépendance. À la même époque, Porto-Novo avait une population de 45 000 habitants et ne fut dépassée par Cotonou qu’après 1960. La croissance démographique accélérée de Cotonou est la conséquence de la politique de concentration des activités et des emplois dans cette ville qui abrite, en plus des principales activités économiques du pays, le siège du Gouvernement et les Hautes Institutions de la République.

21Porto-Novo joue aujourd’hui le rôle de ville refuge pour des habitants de Cotonou. Porto-Novo offre un cadre de vie plus agréable que Cotonou, liée à « l’Art de vivre » de Porto-Novo. La ville montre une plus faible pollution de l’air et un encombrement limité des routes. La faible densité des emprises foncières offre une présence forte du végétal. La lagune de Porto-Novo est un lieu de vie, une culture et un environnement unique, mais menacé par la pollution. La conurbation qui se forme sur le littoral béninois africain entre les villes majeures constitue aujourd’hui un défi important pour Porto-Novo. Le transfert programmé des administrations de Cotonou à Porto-Novo, promesse électorale de l’ancien président Kérékou (1972-1991 et 1996-2006) tarde à se réaliser. Pour ne pas devenir la ville dortoir de Cotonou, Porto-Novo doit reprendre l’initiative pour trouver sa place dans la future agglomération du littoral béninois.

Le patrimoine urbain, architectural et paysager

22La ville de Porto-Novo est marquée par la coexistence d’une diversité de tissus urbains (vernaculaire, colonial, afro-brésilien et extensions, lotissements) et d’un patrimoine architectural riche (royal, lignager, afro-brésilien, colonial, religieux), témoins de l’histoire mouvementé de la ville. Ce patrimoine architectural est concentré dans un périmètre d’environ 600 hectares délimité par la lagune au sud et le boulevard extérieur au nord.

23Le tissu urbain vernaculaire est le plus ancien de la ville avec le Palais Royal, transformé en Musée Honmé, les grands temples vodoun et l’habitat concessionnaire des plus vieilles familles de Porto-Novo, majoritairement les ethnies Gouns et Yoruba. Il contient une grande partie du patrimoine matériel et immatériel et c’est une zone de concentration du patrimoine lignager. Il est également traversé par la route des esclaves, matérialisé par les piliers d’un embarcadère sur les berges de la lagune. Le tissu urbain comprend des ruelles et placettes et a fait l’objet d’opérations d’ouvertures de voies pour faciliter les accès et la circulation. La densité d’occupation est en baisse et la population déménage dans les périphéries de la ville.

24Le tissu urbain colonial, localisé à l’ouest de la ville, se forme à partir du XIXe siècle sur des terrains occupés et développés par l’administration coloniale, avec des rues droites, des espaces ouverts et un modèle architectural particulier. Un tissu urbain de faible densité abritant la plupart des services de l’État, les grands équipements publics, comme la bibliothèque départementale, l’ancienne préfecture, le jardin botanique, et des résidences. Certains bâtiments ont été rénovés pour abriter de nouveaux équipements, comme dans le cas de l’École du patrimoine africain. Ce tissu urbain est constitué en partie de grandes espaces ouverts (réserve foncière et environnement vert avec la présence d’arbres centenaires).

25Le tissu urbain afro-brésilien est localisé dans l’espace de jonction entre le noyau ancien et la zone ouest coloniale. Il se crée à partir de fin XIXe siècle. C’est la zone originelle d’installation de la plupart des familles afro-brésiliennes recensées à Porto-Novo. Cet héritage architectural se caractérise par une plus grande densité que les tissus urbains précédents et symbolise une période à partir du milieu du XIXe siècle. L’architecture inspire un nouveau mode de l’organisation de l’espace ouest-africain et pourrait se situer en rupture avec l’architecture traditionnelle. Il n’est pourtant pas dit qu’elle n’ait pas intégré et assimilé des connaissances techniques présentes dans les architectures traditionnelles.

  • 4 Carlos Liberato de Sousa, « Afrique-Amériques, d’une rive à l’autre », Le Nouveau Courrier, Unesco

26Au Brésil le phénomène du retour physique ou spirituel sur les terres ancestrales a commencé avant même la fin de l’esclavage. « L’expérience acquise pendant les années de captivité et la connaissance des langues et des coutumes européennes ont été d’une grande utilité pour ceux qui ont décidé de tenter leur chance sur la côte africaine, comme commerçants, artisans, agriculteurs ou employés. Ils ont été très nombreux à se lancer dans le commerce de détail. Certains ont fait fortune dans le trafic négrier. Maçons, maîtres d’œuvre, menuisiers, charpentiers, tailleurs, orfèvres et barbiers-chirurgiens ont apporté dans la région de nouveaux savoir-faire. Un nouveau style architectural est né, utilisant des techniques inconnues et des matériaux dont l’usage n’était pas habituel4. »

27Les Afro-brésiliens ont eu un impact socio-économique, éducatif et religieux sur les Africains au milieu desquels ils s’implantaient. On admirait leur rigueur, leur sens du travail fini, leur indépendance et leur fierté. Ils ont constitué rapidement, grâce à leur savoir faire la nouvelle bourgeoisie de Porto-Novo. Les constructions sont généralement imposantes et se caractérisent par des motifs décoratifs, par exemple la grande Mosquée de Porto-Novo construite entre 1923 et 1925.

L’urbanisation, le paysage et le tourisme

28Partie des bords de la lagune où se situe le noyau historique, l’urbanisation a englobé progressivement les quartiers nord de la ville, tous objets d’opérations de lotissements, et cette urbanisation s’étend maintenant sur les communes urbaines satellites. L’habitat populaire est localisé dans ces zones loties et a connu une densification progressive. Les constructions sont en dur (parpaing) et couvertes de tôle ou en toiture terrasse. C’est un habitat bas, mais parsemé de constructions à étages. L’habitat moderne est représenté par les villas construites pendant les années 60 et depuis une vingtaine d’années par des villas de riches commerçants s’inspirant en partie des constructions des pays d’Arabie Saoudite. Cet habitat est disséminé dans le paysage urbain, qui ne présente pas de manière générale de marques nettes de ségrégation socio-spatiale.

29La ville de Porto-Novo se situe en bordure d’une lagune d’une valeur paysagère exceptionnelle. La lagune est elle-même un adjacent du Golfe de Guinée, ouverture sur l’Océan Atlantique. Cette configuration naturelle abritée a permis le développement d’activités maritimes et créé l’identité de la ville à travers des activités de pêche et de maraîchage. La berge, interface entre la terre et l’eau, contribue à l’identité du site par son peuplement spécifique et son paysage végétal. Son potentiel économique est exploité à petite échelle (transports, pisciculture) et elle possède un potentiel touristique.

30Malgré son environnement et son patrimoine architectural, le tourisme est peu développé dans la ville. Il n’existe pas d’infrastructure adéquate en hôtels de qualité et l’accès aux sites d’intérêt touristique est difficile. Aujourd’hui, la ville déploie quelques efforts pour améliorer l’accueil des visiteurs, mais ces efforts restent insuffisants. Du fait des difficultés d’assainissement – il n’existe pas de centrales de traitement d’eau –, la lagune souffre de problèmes écologiques et la qualité de l’eau commence de se dégrader. Il semble difficile de développer un tourisme de qualité, sans résoudre ces problèmes écologiques.

Quel développement futur pour la ville ?

31La ville de Porto-Novo a été portée en 2002 par le gouvernement sur la liste indicative des candidats du Bénin à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco. Parmi les critères proposés par l’Unesco pour une éventuelle inscription figure, comme valeur paysagère, le cadre naturel d’un établissement traditionnel sur une bande de terre ferme située dans les marécages le long de la côte nord de la lagune. Le patrimoine royal, lignager, afro-brésilien, colonial et religieux est indiqué comme critère de diversité architecturale et la coexistence et le croisement du patrimoine lignager, afro-brésilien, colonial français et religieux comme traces patrimoniales d’une ville carrefour.

  • 5 Unesco, Nomination de Porto-Novo au Patrimoine mondial, Rapport de mission du centre du patrimoine (...)
  • 6 Unesco, Nomination de Porto-Novo au Patrimoine mondial, Rapport de mission du centre du patrimoine (...)

32Mais l’Unesco exige dans son rapport de mission du 13 au 21 janvier 2002 des mesures d’urgence de préservation du patrimoine et critique un manque d’une vision patrimoniale dans tous les secteurs de l’administration, de l’aménagement et des travaux publics. « Tant vis-à-vis du dossier de Porto-Novo étudié de façon plus approfondie que du dossier de la Route des esclaves, la perspective de l’inscription de ces deux sites exige de la part des autorités des mesures d’urgence de préservation du patrimoine architectural, urbain et naturel. Les pertes occasionnées dans la période récente sont grandement regrettables et les recommandations de la mission vont en priorité à la mise en place d’un dispositif de protection immédiat5. » Sont demandées la suspension du projet d’aménagement de la berge ouest inclus dans le Programme spécial de réhabilitation de Porto-Novo (PSRPN) et la mise à l’étude d’un plan d’urbanisme local afin de fixer les règles de construction. « C’est pourquoi, les projets de construction des bâtiments gouvernementaux qui ont d’ores et déjà obtenu les financements nécessaires et attendent d’être réalisés devraient être révisés6. »

Planification, urbanisme et stratégie locale

33Le programme spécial de réhabilitation (PSRPN) a été institué en 1996 et 1998 par l’ancien président Mathieu Kérékou pour tenir ses promesses électorales faites aux habitants de Porto-Novo. C’est un programme majeur d’État qui prévoit le transfert des institutions de Cotonou dans le quartier colonial et sur les berges ouest de Porto-Novo et le renforcement des équipements existants pour redynamiser la ville. Mais ce programme souffre d’une mise en œuvre lente et les choix d’implantation des bâtiments sur les berges ouest à proximité du centre historique, ne sont pas compatibles avec la protection de l’identité culturelle de la ville et de l’environnement naturel. Des îlots entiers doivent d’être démolis pour implanter des constructions administratives ou résidentielles de standing avec un style architectural moderne destinées à afficher l’image d’une capitale moderne. Cependant, on constate par exemple que le nouveau palais de justice, construit en 2003 dans le cadre du PSRPN à Porto-Novo, est encore vide fin 2005 et que le gouvernement de Kérékou a continué la construction d’un nouveau bâtiment administratif pour le chef de l’État au palais de la présidence de la république à Cotonou.

34Le plan directeur d’urbanisme de la mairie de Porto-Novo pour la période de 2000-2009 prévoit de promouvoir la complémentarité Cotonou/Porto-Novo, d’accueillir les institutions transférées de Cotonou et de créer des capacités d’accueil pour une population en augmentation. Il souhaite limiter l’expansion vers le nord et vers l’est, ouvrir l’urbanisation au sud de la lagune et réhabiliter les quartiers historiques centraux. Même si le plan directeur d’urbanisme prend de la distance vis-à-vis de l’approche urbaine peu sensible du PSRPN, il reste trop peu précis dans l’ensemble pour être concrètement mis en œuvre.

École du Patrimoine Africain à Porto-Novo

35L’École du patrimoine africain (EPA), installée à Porto-Novo dans le quartier colonial, est un établissement universitaire à vocation internationale, spécialisé dans la conservation et la médiation du patrimoine culturel tangible et intangible du continent africain.

36En collaboration avec l’École africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme (EAMAU) à Lomé (Togo), l’EPA a réalisé entre 2001 et 2003 une étude intitulée « La réhabilitation du patrimoine historique de Porto-Novo » commandée par le gouvernement béninois et la Banque mondiale. L’étude identifie les différentes typologies urbaines du vieux centre, à savoir les zones vernaculaires, afro-brésiliennes et coloniales et propose de classer le patrimoine historique en sept catégories : royal, lignager, afro-brésilien, colonial, religieux, paysager et archéologique. À l’exception du patrimoine archéologique, 597 éléments doivent être restaurés et faire l’objet d’une conservation.

  • 7 EPA, Étude sur la réhabilitation du patrimoine historique de la ville de Porto-Novo, Porto-Novo, 2 (...)

37Dans ses conclusions, l’étude indique : « La gestion du patrimoine culturel de la ville par des actions de sauvegarde et de mise en valeur ne peut être considérée comme relevant d’une politique sectorielle du patrimoine ; elle doit être conçue comme une composante d’un plan plus global de développement et de gestion urbaine. C’est donc une approche intégrée, transversale que la municipalité devrait avoir7. »

Le rôle de la municipalité

  • 8 Armel Sagbo, « Porto-Novo, cité perdue ? », Océanique, la revue de la coopération française au Bén (...)
  • 9 Souleyman Bilha, « Porto-Novo : entre réhabilitation et décentralisation ? », Océanique, la revue (...)

38Malgré les engagements répétés du maire de Porto-Novo, M. Bernard Dossou, de renforcer le statut de la ville comme capitale administrative, la poursuite du transfert des institutions et le classement du centre historique au patrimoine mondial, on constate un manque d’action concrète. L’étude de l’EPA et l’EAMAU, qui proposait un plan d’action, est restée sans suite et l’implication ou la sensibilisation de la population locale à la dégradation du patrimoine en cours reste faible. La municipalité montre peu d’engagement réel pour freiner l’étalement urbain et maîtriser les nouvelles constructions et leur qualité architecturale. Déjà en 1999, Armel Sagbo, journaliste au Canard du Golfe, se demandait dans Océanique – la revue de la coopération française au Bénin :» Doit-on toujours compter sur une coopération étrangère ou sur le gouvernement pour donner à la Capitale du Bénin son éclat d’antan8 ? ». Et Souleyman Bilha, journaliste à L’Aurore, écrivait dans la même revue : « La réhabilitation d’un bâtiment d’architecture afro-brésilienne qui fait aujourd’hui office de musée da Silva est un exemple qui illustre ce nouveau dynamisme qui doit caractériser les opérateurs privés de la ville dans le cadre de la réhabilitation de Porto-Novo9. »

39Mais le cadre institutionnel est récent et la vie communale très jeune, avec les premières élections municipales en 2002. La municipalité ne dispose pas d’outils d’aménagement correspondant au nouveau cadre administratif et possède très peu de maîtrise foncière, car le foncier public, surtout dans le quartier colonial, est resté en grande partie dans les mains de l’État. Quant à la population, les classes moyennes et les classes aisées préfèrent s’installer dans des résidences modernes en périphérie et laisser le centre historique aux classes populaires.

40Faute de moyens, le soutien du maire d’inscrire le centre historique au patrimoine mondial ressemble plus à une première démarche de « City marketing », qu’à un réel projet. Avec des actions, comme la célébration du 300e anniversaire de la Ville (1687-1987), l’édition d’un livre présentant Porto-Novo comme une ville historique à l’atmosphère romantique, l’inscription sur la liste indicative du Bénin pour le patrimoine mondial et la poursuite du PSRPN avec les constructions sur les berges afin de créer une image dynamique et moderne, le maire souhaite faire parler de la ville et la placer sur les cartes. L’organisation d’une rencontre internationale de maîtrise d’œuvre urbaine à Porto-Novo et le renforcement de la coopération décentralisée avec le Grand Lyon et l’agglomération de Cergy-Pontoise en fait partie.

Une stratégie urbaine en termes de patrimoine

41Vu les moyens financiers de la ville, les difficultés économiques, la dégradation du patrimoine en cours et le fait que le gouvernement du Bénin donne la priorité à la route des esclaves et au paysage culturel du Koutammakou, la sauvegarde du patrimoine matériel du centre historique de la ville semble compromis. La prise de conscience de l’intégration du patrimoine dans les politiques urbaines est limitée et les programmes d’aménagement urbains ont peu pris en compte cette dimension patrimoniale. Il manque des dispositifs pour assurer la protection des bâtiments historiques et une stratégie urbaine intégrale pour atteindre l’objectif de l’inscription du site.

  • 10 Unesco, Centre du patrimoine mondial, Gestion durable du patrimoine mondial pour la réduction de l (...)

42On constate également, au niveau de la municipalité et de l’État, la présence de visions contrastées pour Porto-Novo entre une ville traditionnelle historique et une capitale moderne dynamique, toutes les deux peu réalistes. Cette coexistence de différentes conceptions du rôle que le patrimoine bâti puisse jouer dans le développement de la ville de la part de l’Unesco, du gouvernement, du maire et de la population est révélateur des attentes confuses et parfois exagérées. L’Unesco se montre elle-même critique et constate : « Dans de nombreux pays en développement, l’essor touristique des centre historiques se fait au prix d’une marginalisation culturelle et économique des populations pauvres locales. L’implantation d’équipements touristiques stimule la spéculation immobilière et déstabilise le tissu commercial local en menaçant les services destinés à la population locale10. »

43En comparant le faible ancrage dans la société béninoise du concept du patrimoine matériel et de sa sauvegarde suivant l’approche de l’Unesco et la demande répétée d’inscription par le maire, on obtient l’impression que la municipalité espère obtenir des avantages pour sa ville en adaptant la ville à de différents concepts et modèles occidentaux d’environnement urbain, au lieu de chercher un modèle de développement urbain adapté à la ville et porté par la population.

44Faute de moyen et de vision pour mener une stratégie approfondie propre à la ville, la municipalité essaie de s’intégrer dans la tendance d’un renouvellement et d’une revitalisation des centres urbains par la mise en valeur du patrimoine historique à des fins touristiques, soutenue, malgré eux, par des partenariats comme la coopération décentralisée et les organismes internationaux. Vue d’une manière globale, la circulation rapide des modèles urbains risque d’entraîner une uniformité des villes avec chacune son centre historique basé sur le tourisme, son quartier administratif moderne et ses berges aménagées afin de créer une silhouette urbaine.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Ateliers internationaux de maîtrise d’œuvre urbaine, Cergy-Pontoise, Île-de-France, Porto-Novo, capitale du Bénin : identité et image pour une ville-capitale harmonieuse et attractive, 9e session internationale, Porto-Novo, Bénin, novembre 2005.

Bernard Passot, Le Bénin, Paris, L’Harmattan, 2004, 364 p.

Unesco, Centre du patrimoine mondial, Gestion durable du patrimoine mondial pour la réduction de la pauvreté, Paris, Versions du 03-03-2003, 5 p.

Unesco, « Nomination de Porto-Novo au Patrimoine mondial », Rapport de mission du centre du patrimoine mondial, Paris, Version du 20-02.2002, 18 p.

Revue permanente du secteur urbain au Bénin, deuxième édition, 2000, SERHAU SA.

« La réhabilitation de Porto-Novo », Océanique, la revue de la coopération française au Bénin, no 36, 1999.

Carlos Liberato de Sousa, « Afrique-Amériques, d’une rive à l’autre », Le Nouveau Courrier, Unesco.

Notes

1 United Nations Educational, Scientific and Cultural Organisation.

2 Les Ateliers – maîtrise d’œuvre urbaine, réunissent chaque année en Ile-de-France et à l’international 35 à 40 jeunes diplômés de diverses disciplines d’une vingtaine de pays, entourés de nombreux experts internationaux, sur un thème d’actualité appliqué à un territoire dans le cadre d’un partenariat avec de grandes collectivités territoriales.

3 Liste des pays les moins avancés (PMA) créé en 1971 par l’Organisation des Nations unies (ONU).

4 Carlos Liberato de Sousa, « Afrique-Amériques, d’une rive à l’autre », Le Nouveau Courrier, Unesco.

5 Unesco, Nomination de Porto-Novo au Patrimoine mondial, Rapport de mission du centre du patrimoine mondial, Paris, Version du 20-02-2002, 18 p.

6 Unesco, Nomination de Porto-Novo au Patrimoine mondial, Rapport de mission du centre du patrimoine mondial, Paris, Version du 20-02-2002, 18 p.

7 EPA, Étude sur la réhabilitation du patrimoine historique de la ville de Porto-Novo, Porto-Novo, 2003.

8 Armel Sagbo, « Porto-Novo, cité perdue ? », Océanique, la revue de la coopération française au Bénin, no 36, La réhabilitation de Porto-Novo, 1999.

9 Souleyman Bilha, « Porto-Novo : entre réhabilitation et décentralisation ? », Océanique, la revue de la coopération française au Bénin, no 36, La réhabilitation de Porto-Novo, 1999.

10 Unesco, Centre du patrimoine mondial, Gestion durable du patrimoine mondial pour la réduction de la pauvreté, Paris, Versions du 03-03-2003, 5 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search