Version classiqueVersion mobile

Les villes et le monde

 | 
Martine Acerra
, 
Guy Martinière
, 
Guy Saupin
, 
et al.

Deuxième partie. Processus historiques d’internationalisation des modèles urbains

Parler de et penser la ville de São Paulo 1890-19501

Maria Stella Bresciani

Texte intégral

  • 1 Ce texte fait partie du projet individuel CNPq et du projet collectif Saberes eruditos e técnicos (...)

1Le découpage spatial de cet exposé cerne la capitale pauliste à l’époque où se constitue la pensée urbanistique en tant que discipline d’observation et de lecture, d’évaluation et de contrôle, d’élaboration de plans et d’intervention dans la ville, soit de 1893 à 1950, environ. Penser et projeter seront considérés comme le champ d’action de spécialistes en génie/ingénierie, architecture et urbanisme, activités qui, sans aucun doute, excluent la plupart des citadins, aussi bien qu’un réseau de langages (parlés, écrits, dessinés) des pouvoirs législatif et exécutif de la municipalité et de l’état de São Paulo qui, de manières différentes, émettent des évaluations critiques, proposent des modifications et agissent sur la formation de la grande métropole moderne.

2Il s’agit d’une réflexion sur la ville vécue, parlée et planifiée, c’est-à-dire la ville en mouvement, vue et évaluée par des logiques diverses, pas toujours convergentes, et parfois même conflictuelles ; des plans destinés à ordonner l’urbanisation de la ville et les critiques dont ils ont été l’objet. Ce sont des positions et des critiques formulées à partir de divers points de vue professionnels qui accompagnent l’action des spécialistes en interventions urbaines de diverses nationalités depuis pour le moins la première moitié du XXe siècle et qui, de nos jours encore, forment un champ de débats de niveau international.

3C’est l’un des objectifs de ce travail que de mettre en question des lieux communs qui se répètent parmi les analyses de spécialistes en interventions urbaines et qui définissent les parcours de la recherche et limitent l’analyse de la documentation à certaines interprétations qui sont devenues canoniques. Ces lieux communs : 1. découpent dans le temps la ville au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle en « bourg d’étudiants – ville ou capitale du café – métropole industrielle » ; 2. ils considèrent les plans d’urbanisme et les projets architecturaux mis en œuvre dans la ville comme des importations d’idées et de modèles étrangers ; 3. ils identifient une inadéquation entre les lois adoptées, propres aux sociétés avancées, et la société brésilienne « attardée ou archaïque ».

4J’ai choisi de mettre en question le lieu commun des études sur les villes de colonisation européenne, dans lesquelles on considère que les interventions qui ont réformé les noyaux urbains durant les dernières décennies du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle comme subordonnés à des plans urbanistiques et à des projets architecturaux dont les idées et les modèles seraient importés de l’étranger. Je pense qu’il est crucial de mettre au centre du débat la notion d’« importation, imitation, copie ou transfert » de savoirs et de modèles constitués sur des bases nationales ou sur la définition, générique et imprécise, d’« européen » et de proposer une autre visée qui, rompant avec cette conception, propose de saisir la circulation des savoirs entre les pays d’Europe et les pays formés par la colonisation européenne, en particulier durant la période où les interventions sur le tissu urbain de villes anciennes et modernes gagne une certaine autonomie par le découpage disciplinaire de l’« urbanisme ».

  • 2 Françoise Choay, La règle et le modèle. Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, (...)

5La dimension internationale du savoir « urbanistique », de base interdisciplinaire explicite, se forme au XIXe siècle par la simultanéité des interventions « d’assainissement et d’embellissement », aussi bien que d’élargissement ou expansion des villes dans les pays européens et américains. Je n’ose guère parler des villes du continent africain et asiatique dans les régions soumises à la « colonisation » européenne puisque plusieurs d’entre elles, d’implantation très ancienne, sont autonomes par rapport à l’urbanisation européenne. Je ne m’arrête pas non plus, bien que je la considère comme fondamentale, sur l’importance des écrits de « l’ère des découvertes » pour la définition de « villes idéales » construites littérairement ou discursivement en contraste critique d’avec les villes du continent européen. Je rappelle en particulier le texte fondateur, l’Utopie de Thomas More, où la référence au « Nouveau Monde », imaginé au travers des récits de voyageurs, a permis la formation de la base projectuelle et le modèle de la bonne ville moderne et laïque dans sa dimension bâtie et citoyenne2. L’étroite relation entre la matérialité du bâti et la formation des moeurs citoyennes reste active jusqu’à nos jours et s’exprime de manière évidente dans les principales préoccupations des gestionnaires municipaux, pour lesquels la « fonctionnalité » du tissu urbain présuppose l’absorption par la ville formelle des larges zones d’occupation informelle qui occupent les interstices de la ville, ainsi que les vastes régions suburbaines et périphériques.

6Le Brésil, pays de colonisation portugaise, devient indépendant en 1822 et, à la différence des anciennes régions de l’Amérique du Sud colonisées par l’Espagne, conserve la monarchie constitutionnelle comme forme de gouvernement. Le maintien du lien monarchique avec la famille royale portugaise a assuré les échanges entre les deux pays et la circulation de membres de l’élite brésilienne parmi les universités de pays européens. Cela fait aussi de la proclamation de la République, en 1889, l’image de la véritable indépendance : marque politique dont les implications ont redéfini, dans la ville de São Paulo, l’organisation urbaine et l’architecture. La nécessité de réformer le vieux centre et d’étendre la ville en vient à constituer, au début du XXe siècle, un débat qui engage les professionnels de la branche, anciens élèves et professeurs de l’École polytechnique de São Paulo et de l’École d’ingénierie Mackenzie de São Paulo, toutes deux fondées en 1894. La présence simultanée de professionnels du domaine de l’administration publique et de l’enseignement fonde la relation réciproque entre l’enseignement de l’ingénierie et les interventions dans la ville, dans des activités fondamentales telles que l’approvisionnement en eau potable, l’agrandissement du réseau ferroviaire et la réforme et l’implantation de villes dans l’intérieur pauliste.

Un regard rétrospectif

  • 3 Bruno Ernani da Silva, Almanaque de Memórias, São Paulo, Hucitec/Pró-memória/Instituto Nacional do (...)

« Le premier impact que São Paulo m’a donné a été son épaisse réalité de grande ville – immense, selon les points de repères dont je disposait – se hissant vers le haut, avec quelques immeubles de six ou huit étages, que les paulistes appelaient des gratte-ciel. S’étendant dans toutes les directions, en des dizaines de quartiers dont les noms commencèrent à devenir familiers à mes yeux, parce qu’ils apparaissaient sur les plaques des tramways. […] Les viaducs du Chá et de Santa Ifigênia, avec leurs longues jambes métalliques, à cheval sur la verdure du val du Anhangabaú. Des édifices sophistiqués, comme le Théâtre Municipal, le Palais du Gouvernement et les Secrétariats d’État, à la cour du Collège, appelée alors Place du Palais. Les deux hôtels particuliers Prates… encadrant avec élégance le joli parc du Anhangabaú et rappelant les édifices européens que je connaissais par les gravures des revues. Le mouvement, le bruit, les éclats du Triangle, avec certains immeubles à la façade également élégante. […] Dans ces rues du Triangle, des hommes – tous portant chapeau de feutre ou de paille – et des garçons – également en chapeau ou casquette – circulaient au milieu des tramways, des tilburys, des charrettes, des automobiles décapotables. Détonnaient des boutiques, qui me paraissaient luxueuses, de petits restaurants italiens, dans des rues proches, installés dans des maisons plutôt crasseuses mais sympathiques, avec des barriques à la porte, rondes promesses de vins forts pour arroser les repas à prix modique. […] Loin du centre de la ville s’étalait l’aristocratique Avenue Pauliste, avec ses demeures luxueuses à l’architecture inattendue s’exhibant avec arrogance au milieu de jardins pleins de verdure et d’ombre. […] Les nouveaux quartiers du Jardin Pauliste, du Jardin Amérique et du Jardin Europe montraient des maisons et des jardins qui, sans les somptuosités de ceux qui s’alignaient sur l’Avenue Pauliste, paraissaient inspirés par un sens du confort et du bon goût plus moderne et plus pur. […] Cependant, des côtés du Brás, de Belém, de la Mooca s’étendaient d’immenses pâtés de petites maisons jumelles, des rues sans pavés et sans arbres, alternant parfois avec de grands bâtiments en briques apparentes ou aux murs d’un gris crasseux de suie, à l’ombre de hautes cheminées qui tentaient d’enfumer le ciel3. »

  • 4 Sylvia Ficher expose avec d’importants détails la trajectoire d’architectes formés par l’École pol (...)

7Ces passages sont extraits des écrits d’un mémorialiste qui se rappelle « soi-disant » l’impact sur ses yeux d’enfant, d’une petite ville lors de son arrivée à São Paulo en 1925. D’une certaine manière, ces souvenirs construits dans les années 1980 composent en un tableau unique la carte de la ville de la décennie de 1920, avec ses caractères contrastants, la diversité des zones bâties et de sa population à forte présence d’immigrants. Laissant de côté combien cette remémoration a été construite au long des années où Ernani da Silva Bruno a vécu dans la capitale pauliste, les éléments de ce tableau ébauché dans ses traits les plus marquants se répètent dans les récits d’innombrables mémorialistes et ont leur présence assurée dans les écrits de nature diverse, y compris ceux de médecins hygiénistes, d’ingénieurs et d’architectes professeurs des écoles de médecine et hygiène et de génie civil, et fréquemment de fonctionnaires du gouvernement participant des interventions qui ont donné forme à la ville actuelle4.

  • 5 Relatório de 1925 apresentado à Câmara Municipal de São Paulo pelo Prefeito De. J. Pires do Rio, S (...)

8Le regard rétrospectif d’Ernani da Silva Bruno renvoie aux observations contenues dans le Rapport des autorités municipales de São Paulo de la même année 1925. En sa qualité de maire, le rédacteur du texte présente São Paulo du point de vue technique et met en évidence certaines questions relatives aux « améliorations » urbaines comme le pavage des rues de la ville « pour son progrès et le confort de ses habitants », les chantiers de rectification des rivières Tietê et Tamanduateí, puisque, affirme-t-il, « le plan général des grandes artères… se trouve tracé par les lignes générales de ses cours d’eau », tout comme « les voies ferrées » qui leur sont parallèles. La plus urbaines des rivières – le Tamanduateí – démarquait la frontière entre le « vieux centre », la région la plus ancienne et urbanisée et la zone industrielle et ouvrière des quartiers Brás et Mooca ; la « grande artère – l’avenue Pauliste – suivait la ligne générale des cimes, par le diviseur des eaux du Tamanduateí et de la rivière Pinheiros ». Parmi les observations de l’administrateur municipal, il y a également des projets d’ouverture d’avenues dans les fonds de vallées (la ville est largement entrecoupée de petits cours d’eau), une attention spéciale étant accordée aux marchés destinés à l’approvisionnement de la ville et aux sujets relatifs à la propreté des lieux publics. Un thème se distingue à propos du tracé urbain : la disproportion incompatible entre la croissance « de la population, de l’industrie et du trafic moderne – les véhicules à traction mécanique, de grande force et de fort poids » – et les rues centrales de la ville, étroites et anciennes5.

  • 6 « O Problema Psychologico. Bases de uma campanha pratica e efficiente em prol de São Paulo maior e (...)

9Trois ans plus tard, Luiz de Anhaia Mello, ingénieur-architecte formé à l’École polytechnique, expose dans une conférence destinée aux membres du Rotary Club les préceptes fondamentaux de l’« urbanisme moderne6 ». Son texte diffère des deux précédents par l’érudition qui s’exprime par la connaissance des divers points de vue sur les questions fondamentales de la pensée et de la pratique d’intervention dans les villes européennes et nord-américaines. Il y a dans cet exposé l’intention de convaincre son public et de faire de lui le collaborateur et le propagandiste de l’« art de construire les villes, l’urbanisme ». En soulignant la nécessité de « former l’environnement, d’élever sa température morale » en tant que « souci initial de l’urbaniculture », il montre l’ambition d’aller bien au-delà de la simple présentation de solutions techniques aux problèmes de la ville. Il considère même comme une erreur la pratique en vigueur qui consiste à « commencer par la fin, comme beaucoup le prétendent, par le plan d’ensemble spectaculaire mais stérile ».

  • 7 On surprend chez plusieurs des professionnels une perspective « bethamite » d’induction à des comp (...)
  • 8 Dans ce cas, l’induction aux options modernes de se concevoir et de vivre dans des villes s’obtien (...)

10Ses arguments dévoilent le champ de tension et de débat au sein duquel s’exprimaient des points de vue différents et conflictuels entre professionnels de la branche ; les uns, convaincus que l’organisation ou l’agencement de l’espace de la ville aurait le pouvoir d’induire l’habitant à développer des comportements adéquats à la vie urbaine moderne7, d’autres qui, comme lui, considéraient la « conquête de l’opinion publique » comme un pas préliminaire pour « former un environnement favorable aux grandes réalisations de remodelage et d’extension urbaine8 ». Il se prévalait d’exemples des « urbanistes [nord-] américains » dans leurs « grandes opérations de haute chirurgie esthétique exigées par l’“haussmanisation” de leurs villes » pour affirmer que l’urbanisme n’est pas « seulement une question de technique ou d’administration, mais essentiellement une question d’éducation ». C’est-à-dire, « le public en général [devrait avoir] une notion parfaite et exacte de ce que la ville doit et peut être et de ce qu’est la véritable fin de la vie urbaine », ce qui impliquait nécessairement une « opinion publique… éclairée, contrôlée, organisée ».

  • 9 La série d’articles paraît dans les numéros 26/27 (octobre 1924), 28 (mars-juin 1925), 29 (juillet (...)
  • 10 Maia Francisco Prestes, Estudo de um Plano de Avenidas para a Cidade de São Paulo, São Paulo, Comp (...)
  • 11 M.C. da Silva Leme, Urbanismo no Brasil, 1895-1965, op. cit., p. 479.

11Dans la position critiquée par Anhaia Mello – celle des plans d’ensemble conçus dans les bureaux du secteur technique – se trouvait celle de son collègue Francisco Prestes Maia, comme lui ancien élève et professeur de l’École polytechnique de São Paulo et fonctionnaire du secrétariat de la Voirie et des Travaux publics. En association avec l’ingénieur João F. de Ulhôa Cintra, Prestes Maia avait réalisé des études du système routier de la ville, publiées entre 1924 et 1926 par le Boletim do Instituto de Engenharia9. Le travail final sous forme de livre expose un grand projet d’ouverture d’avenues, publié en mai 1930 et signé par Prestes Maia, avec une préface du Directeur de la Voirie et des Travaux Publics, l’ingénieur Arthur Saboya10. Les principales divergences entre Anhaia Mello et Prestes Maia concernaient les conceptions de la ville et les politiques d’intervention urbaine : le premier considérait indispensable de limiter la croissance de la ville au moyen de règles rigides de contrôle de l’usage du sol ; Prestes Maia, pour sa part, était de l’avis qu’on devait organiser la croissance de la ville et adapter les structures routières et le transport aux nécessités de la métropole11.

  • 12 Maia fait une référence positive au plan d’ouverture d’avenues proposé en 1911 par l’architecte Ra (...)
  • 13 Victor da Silva Freire, fils de parents brésiliens, est né à Lisbonne en 1869, se forme en ingénie (...)

12Dès les premières pages de l’Estudo de um Plano de Avenidas para a Cidade de São Paulo (étude d’un plan des avenues pour la ville de São Paulo) Prestes Maia expose de manière claire sa position lorsqu’il affirme qu’« une fois qu’un projet est discuté et approuvé, que sont vaincues les idées toutes faites enracinées… surgissent les obstacles opposés par l’absence d’esprit civique ou par l’ambition du profit12 ». À partir de ce point de vue, ce n’est qu’alors qu’aurait lieu la « longue campagne dans la presse, au sein des associations, des écoles, pour que cet ‘esprit’ se forme et que toute une mentalité se refasse au point d’apporter aux entreprises municipales l’appui qu’elles méritent ». À l’appui de sa défense d’un « plan général » et de la tâche postérieure d’écarter les obstacles, c’est-à-dire les résistances s’opposant à son exécution, Prestes Maia joint au débat le nom de l’ingénieur Victor da Silva Freire, professeur de l’École Polytechnique dès 1897 et qui, entre 1895 et 1926, avait occupé diverses fonctions dans le secteur des Travaux Publics de la Mairie13. Il fait l’éloge de son ancien professeur pour les conférences, articles et rapports dans lesquels celui-ci s’était efforcé d’exposer et de divulguer les principes fondamentaux de l’urbanisme auprès de ses élèves et confrères, sans négliger de s’adresser à des publics plus larges, comme les membres du Rotary Club et les lecteurs de revues non spécialisées telle que la Revista do Brasil.

  • 14 Melhoramentos de S. Paulo in Revista Politécnica 6 (33), fevereiro-março 1911, p. 91-145. En mars (...)

13En fin de compte, Freire s’était consacré aux questions d’urbanisme dès la fin du XIXe siècle, et avait, lors d’une conférence réalisée en février 1911, exposé longuement aux étudiants de l’École Polytechnique ses directives concernant les « Améliorations de São Paulo14 ». Le caractère didactique de ses conférences se détache lorsqu’il trace les diverses « phases » de l’intervention de l’autorité publique dans la ville : la « phase d’assainissement », autour de 1894, lorsque fut fondée l’École, la « phase méthodique », lorsque les actions de consolidation s’étaient efforcées de corriger les problèmes du moment, et la « phase actuelle » où le « saut brusque » de croissance de la surface occupée, le nombre de maisons construites et celui des usagers des transports publics rendait indispensable d’affronter « le problème municipal dans toute son envergure » : s’occuper de la trame des agglomérations, de la distribution de l’espace en rues, places, habitations et promenades, de façon à assurer la bonne « répartition de l’air et de la lumière », ainsi que répondre aux « exigences de la circulation ». Freire partageait l’opinion que l’administration publique devait anticiper les problèmes, préparer la ville pour l’avenir. Le public qu’il vise est bien sûr les professionnels de la branche et les futurs ingénieurs, ce qui limite au cercle des spécialistes la diffusion de ses idées.

14Les positions assumées par les trois spécialistes très actifs à cette époque s’appuient sur le savoir spécialisé du génie civil, de l’architecture et de l’urbanisme. Elles ont ainsi des bases techniques et diffèrent par le contraste entre le pari rigide sur l’agencement de l’espace en tant qu’il discipline les comportements chez Freire, l’alternance d’arguments techniques et érudits et d’images à fort pouvoir persuasif chez Prestes Maia, et le choix clair d’Anhaia Mello en faveur d’une « psychologie urbaine et d’un souci civique » qui aille à l’encontre des propositions des spécialistes et appuie leurs initiatives.

Quelle ville et quelles interventions proposent les spécialistes ?

15Victor da Silva Freire considère comme crucial que l’on conserve le noyau central ancien « où se sublime la vie collective » et qu’on l’entoure d’un anneau routier divisé en trois parties distinctes, disposées comme les éléments d’une roue de voiture : « Au moyeu, dit-il, correspond le centre de la ville, les rayons représentent les grandes voies de pénétration au centre, les éléments de la jante de la roue… [sont] les rues d’accès aux différents quartiers par les voies de pénétration. » En optant pour la conservation de la région centrale, Freire se base sur l’exemple de la « tradition qui a donné lieu aux cités européennes… avec tous leurs joyaux serrés dans leurs places centrales », en nette opposition critique à la « géométrie sèche comme une cristallisation suivant des axes déterminés… régulière, fatale, des villes américaines en général ! Point de grille “rectangulaire” de New York, supérieure dans l’“échiquier” de Buenos Aires… point de système “triangulaire” comme celui qui avait décongestionné la circulation de la capitale argentine… point non plus de système “radial”, avec lequel nous épuisons la liste des distributions géométriques employée à La Nouvelle-Orléans, et en Europe à Karlsruhe. » Son choix partait du présupposé que « notre centre est bien un agrégat irrégulier ou “pittoresque” – c’est le terme technique qui, dans ce cas, donne l’exacte impression de la vérité – où les rues suivirent, comme dans les villes d’Europe, la fantaisie du bâtisseur et non l’implacable cordon de l’aligneur ». Il prévoit pour l’expansion de la ville d’étendre les « grandes lignes de pénétration en courbes, adaptées à la configuration de notre terrain accidenté », caractéristique qui, selon lui, constituait l’enchantement pittoresque de la ville. Parmi les références au savoir spécialisé les plus citées, on compte Th. Fischer, professeur de l’École polytechnique de Stuttgart, l’architecte autrichien Camillo Sitte et le français Hénard, à l’appui de ses critiques et propositions et pour les accompagner d’exemples plus ou moins heureux dans des villes du continent européen ou d’Amérique du Nord.

  • 15 Revista de Engenharia. Publicação mensal de Engenharia Civil e Industrial, Architetura e Agronomia(...)

16La conférence « Amélioration de São Paulo » présente une caractéristique importante : son ton polémique. Elle contient des références critiques à trois autres projets présentés entre la fin de 1910 et mi 1911, tous tournés vers l’objectif de proposer des plans pour remodeler la région ancienne et projeter l’expansion de la ville. Le débat s’installe, et, par son importance, gagne un espace dans la Revista de Engenharia qui le présente et commente en mai 191215. Tous les projets montrent le souci de peu altérer la région centrale ancienne ; ils diffèrent, cependant, sur la conception de l’urbanisation des fonds de vallées adjacents aux rivières Anhangabaú et Tamanduateí.

  • 16 Il est important de lire le travail pionnier de Hugo Segawa Prelúdio da Metrópole. Arquitetura e U (...)

17Le projet le plus radical par son plan routier – proposé par un groupe de onze personnes importantes dans la ville et connu par le nom de son auteur Alexandre Albuquerque – avait été acheminé au Congrès législatif de l’État en novembre 1910 et sollicitait une concession pour « construire en cette capitale trois avenues larges et longues, pourvues de toutes les améliorations modernes, à l’exemple de ce qui s’est fait dans les grandes villes les plus avancées ». Initiative de capitalistes et entrepreneurs de la construction, le projet avait pour objectif déclaré de préparer la ville pour la commémoration des cent ans de l’Indépendance en 1922 : « Ce n’est pas une chimère que d’espérer que, en presque douze ans, São Paulo puisse montrer la volonté immense de ses fils, démolissant, et, sur les ruines, érigeant une nouvelle ville digne des progrès du siècle16. » Le projet de Victor da Silva Freire et Eugenio Guilhem, pour sa part, est produit dans le cadre de la municipalité, car Freire était directeur du Département des Travaux Publics de la Mairie, et présenté, également, au gouvernement de l’État par le maire, le 3 janvier 1911. Ses auteurs exposent une conception du dessin urbain appuyée par le répertoire du savoir théorique et par les expériences de l’urbanisme dans les villes européennes et d’Amérique du Nord et du Sud. L’idée fondamentale du plan, que Freire allait exposer en détail au cours de la conférence « Améliorations de São Paulo » consistait en la proposition d’un « circuit extérieur » semblable au Ring viennois, prévoyant de nouveaux viaducs, de façon à résoudre les problèmes d’ordre topographique, et un avenue bordée de jardins dans le val de la rivière Anhangabaú. En contraste avec celui d’Alexandre Albuquerque, il prévoyait un centre civique dans la région de la Place de la Sé, de manière à réunir la nouvelle Cathédrale et les édifices du Congrès et de l’Hôtel de ville en un ensemble monumental.

18Entre encore dans la dispute le gouvernement de l’État, avec le Plan de l’architecte Samuel das Neves, qui allait publier, fin janvier 1911, son projet dans un journal de grande diffusion – le Correio Paulistano. Son auteur y accueillait une part de ce qui avait été proposé antérieurement, mais se distinguait par le projet d’une place en face de l’église de Saint Antoine (Place du Patriarche) et la proposition, pour le val du Anhangabaú, d’une grande avenue qui atteindrait au nord le fleuve Tietê et, dans la direction opposée, irait jusqu’aux nouveaux quartiers jardins. Cet architecte projeta les immeubles du Comte Prates, situés sur l’un des versant de l’avenue de l’Anhangabaú, composant un ensemble harmonieux avec le Théâtre Municipal situé de l’autre côté du val. Les édifices du Comte Prates avaient été les premiers à comporter une structure métallique et à disposer de terrasses placées en belvédères.

  • 17 La commission formée de trois médecins et deux ingénieurs avait été chargée par l’intendant munici (...)

19Au milieu des divers plans, le maire de la capitale fait appel à l’architecte français Eugène Bouvard qui examine les projets présentés. En mai 1911, il présente son rapport, dans lequel il fait l’éloge de la compétence du directeur des travaux Victor da Silva Freire et ajoute des détails au plan Freire-Guilhem : sur le tracé de l’avenue du parc Anhangabaú, sur la position des édifices du Centre civique, en plus d’endosser la proposition d’Alexandre Albuquerque d’ouvrir une place en étoile en direction de deux gares (Inglesa et Luz). Tout comme il avait déjà averti les cinq rapporteurs de la Commission qui avait examiné les habitations ouvrières du district de Santa Ifigênia en 189317, Bouvard attirait l’attention sur la nécessité de remplir les vides laissés par l’urbanisation dispersée sur les parties les plus hautes de la ville. Il projetait également la transformation en jardin de la Várzea do Carmo, zone d’accès aux quartiers situés au-delà de la rivière Tamanduateí, où s’installaient les industries et cités ouvrières. Bouvard conseilla la formation de « trois grands parcs, lieux de promenade pour les habitants, foyers d’hygiène et de bien-être, nécessaires à la santé publique, tant morale que physique », soulignant l’importance de la « création d’espaces verts, de centres de végétation, de réservoirs d’air » prévoyant une notable croissance de la population de la ville, du nombre des constructions, en particuliers les immeubles les plus hauts. Son projet, seulement ébauché, a été détaillé et implanté lentement au cours des décennies 1910 et 1920, jusqu’à ce que vienne s’y superposer, en 1930, le Plan des Avenues de Francisco de Prestes Maia.

  • 18 La série d’article a été publiée entre le 12 et le 24 novembre par le journal O Estado de São Paul (...)
  • 19 Cette série a été publiée par le Correio Paulistano début 1890, la République ayant été proclamée (...)

20Le débat du début des années 1910 ne s’est pas limité, cependant, aux professionnels soutenus par les autorités municipales ou de l’État. En novembre 1912, un autre ingénieur, Adolfo Pinto, formé par l’École polytechnique de Rio de Janeiro, propose dans une série de douze articles publiés par O Estado de São Paulo, un autre journal de la grande presse pauliste, un programme d’interventions destinées « à la transformation et à l’embellissement de São Paulo18 ». L’auteur s’y disait préoccupé par l’inexistence d’« un plan général de chantier de prévision, programme d’améliorations, large, complexe, ayant en vue la satisfaction, en toutes ses modalités, des exigences de la ville de demain » et répétait de ses arguments déjà énoncés dans une autre série d’articles publiés par le Correio Paulistano en 1890, peu après la proclamation de la République19. Y prévalaient les préoccupations sanitaires, auxquelles se joignaient les initiatives esthétiques, parmi lesquelles le besoin de créer « des parcs et jardins publics » ayant en vue « l’hygiène, le confort et l’élégance » pour une ville qui, prévoyait-il, compterait près d’un million d’habitants l’année de la commémoration du centenaire de l’Indépendance en 1922. Il prévoyait ces parcs dans les zones riveraines du Tietê et du Tamanduateí, outre l’ouverture d’une « voie triomphale au monument de l’Indépendance » sur les marges du ruisseau Ipiranga, le lieu où elle fut proclamée. Tout comme ses confrères, son attention se tourne vers les problèmes du centre-ville, étant donnée l’irrégularité des rues et l’exiguïté des places qu’il considère comme inadéquate au « vertigineux développement de São Paulo en tous sens ».

Le débat érudit des années 1920

  • 20 Maia Francisco Prestes, Estudo de um Plano de Avenidas para a Cidade de São Paulo, op. cit., p. 4. (...)
  • 21 Maia se réfère à l’Études sur les transformations de Paris de Hénard, Plano de Avenidas, p. 35.
  • 22 Maia, op. cit., p. 211.

21En proposant, en 1930, le Plan des Avenues, Prestes Maia laissait clairement entendre que « n’importe quel projet de rue contient, explicitement ou implicitement, une conception de la ville, de sa structure, de son développement » et justifiait ainsi d’avoir « parfois dépassé les limites strictes du programme20 ». Il commence sa critique par le centre de la ville, la « colline historique » qui, de son point de vue, présentait trois défauts : rues étroites et exiguïté de la région entourée de deux vallées et de difficile expansion ; accès fatigant, par des montées raides et des viaducs qui étaient déjà congestionnés à certaines heures ; le caractère radial des artères principales, des pentes raides et des vallées inondables qui, empêchant la formation de rues en circonférence, canalisaient la circulation vers l’étroite région centrale. Son projet impliquait le refus de mesures palliatives, peu utiles à long terme, et posait comme inacceptable pour São Paulo l’« éventrement brutal que requièrent les centres étendus, compacts et insalubres ». Il y fait même une critique nominale à Le Corbusier, qui préconisait pour Paris « des avenues de 200 m de large avec des gratte-ciels de 60 étages », solution qu’il qualifia de livresque. Parmi les alternatives possibles, son choix se fixe sur le « Périmètre d’irradiation » déjà proposé par Ulhôa Cintra et, d’après lui, conseillé par Hénard « père de l’urbanisme français21 ». Il justifie ce choix par les bons résultats obtenus dans des grandes villes – Berlin, Londres, Moscou – diverses par leurs caractéristiques de disposition urbaine, mais adoptant toutes la solution des voies qui convergent vers « une espèce de cercle fermé ou collecteur… tracé à une certaine distance du centre mathématique de la ville ». Le cercle proposé pour São Paulo agirait comme « le régulateur de la circulation convergente » : recevoir et distribuer les courants de circulation à l’aide de rues secondaires. Il voit en deux grands boulevards parisiens – celui qui courait de la Madeleine à la place de la Bastille et celui qui unissait les places de l’Étoile et Nation – une solution semblable à celle du Unter den Linden à Berlin, répétée à Moscou, Bruxelles, Liverpool, Milan, Turin, et Philadelphie et Chicago aux États-Unis. Londres compte parmi les rares exemples cités pour être critiqués « par le désordre des tracés et le petit nombre de voies larges… nombre d’entre elles sans issue22 ».

22Ses arguments s’appuyaient sur un vaste savoir érudit, sur des auteurs cités en langue originale, sur des exemples recueillis dans d’innombrables interventions sur des villes éparpillées de par le monde. Ressortent les beaux dessins où les viaducs projetés sont complétés d’images d’édifices majestueux, auxquels la verticalité du tracé des façades confère magnificence et hauteur, au viaduc du Chá (p. 56) et de São Francisco (p. 208), le plan grandiose d’urbanisation et de création de parcs sur les marges du fleuve Tietê (p. 154) et, couronnant le pont des Bandeiras sur le même fleuve, le monument aux Bandeirantes (p. 352). L’usage d’images traverse tout le Plan des Avenues : des photos aériennes permettent une vue d’ensemble des régions qui devraient être soumises aux interventions et de celle déjà réformées ; des photos d’un même endroit mais éloignées dans le temps sont placées côte à côte dans l’intention de montrer la rapide transformation de la ville, dont l’aspect colonial avait disparu pour laisser la place à la ville moderne avec ses immeubles de tendances architecturales variées. Une partie de ce projet a été réalisée entre 1938 et 1945, période où Prestes Maia occupa le poste de maire de la capitale pauliste, nommé par l’intervenant d’État Ademar de Barros, durant le régime dictatorial de l’Estado Novo (1937-1945).

  • 23 Anhaia Mello a fait une longue carrière comme propagandiste de l’urbanisme et s’est maintenu actif (...)

23Son confrère Luiz de Anhaia Mello, lui aussi ancien élève et professeur de l’École polytechnique, maire de la ville durant deux brèves périodes (de décembre 1930 à juillet 1931 et de novembre à décembre 1931) est certainement l’un des principaux théoricien de la pensée urbanistique durant la période étudiée23. Dans la série de conférences faites en 1928, la plupart destinée au public spécialisé de l’Institut d’Ingénierie de São Paulo, il aborde les thèmes qu’il considère d’importance cruciale pour les villes modernes du point de vue de l’urbanisme, c’est-à-dire de la discipline qui constituait « une philosophie des sciences appliquées » ou, citant Unwin : « la science d’établir des liaisons entre les choses ». La conception interdisciplinaire de l’urbanisme y est constamment affirmée ; si l’initiative partait de l’ingénieur, celui-ci avait besoin de la « coopération, collaboration du sociologue, du législateur, du juriste, du politique, de l’administrateur, de l’économiste et de tout citoyen ». Les conférences donnent la priorité aux lignes directrices qui permettent la compréhension de la « ville moderne, tentaculaire, cosmopolite… comme un immense et divers champ d’étude et d’expérimentation », action conjointe de l’administration publique et de « tous les hommes de bonne volonté ».

24Il consacre plusieurs pages aux manières de parvenir aux solutions des problèmes au moyen de Commissions consacrées à la formulation du « Plan de la Ville », par un travail de collaboration qui affronterait la question selon les points de vue juridique, administratif, technique, psychologique en leurs aspects variés, la mobilité de la circulation, la partie bâtie, l’expropriation aux fins de réforme, la création d’espaces verts pour le loisir, le zoning, l’esthétique dans le contrôle architecturale de l’édification urbaine. Il utilise largement le vocabulaire organiciste, met en parallèle la mobilité et le métabolisme de l’organisme urbain et intercale dans ses phrases des notions géométriques, comme lorsqu’il propose d’ordonner la ville en districts en forme de cercles concentriques : le centre commercial, la région de transition d’ancienne résidence vers le commerce et les industries légères, une troisième zone de logements ouvriers suivie d’une zone résidentielle de haute classe, aux limites de laquelle la zone suburbaine se définissait au moyen des transports disponibles. Ses directives sont guidée par le présupposé, également répété, de l’« importance de l’environnement pour modeler la pensée, l’action, la vie humaine », d’où une grande importance accordée à la « censure esthétique », de façon à encourager « la bonne architecture » et « empêcher le mauvais dessin et la couleur de mauvais goût, facteurs de dépression (p. 46) ».

25Tout comme Victor da Silva Freire, il fut aussi un critique radical des plans orthogonaux et était d’accord avec Oswald Spengler pour les qualifier de « symbole typique du manque d’âme… produit artificiel et mathématique, ville d’architectes municipaux ». Son pari repose sur une participation active de la société civile – groupée en associations – comme possibilité pour l’urbanisme d’atteindre ses finalités réelles – « promouvoir la prospérité individuelle par la sauvegarde de l’intérêt collectif ». Les exemples, à son avis, de réussite, des associations des États-Unis fournissaient l’ébauche d’un programme destiné à former « la température morale » (notion cueillie dans la Philosophie de l’Art de H. Taine) prédisposant les autorités publiques et la population à affronter les problème d’urbanisme d’une ville comme São Paulo, en développement rapide et dont la population s’approche du million. Des passages d’innombrables auteurs, autorités reconnues dans le monde académique et professionnel de l’urbanisme, sont reproduits, comme dans les travaux de Prestes Maia, en langue originale, de manière à ce que ses arguments théoriques soient complétés par des exemples d’intervention en diverses villes, en particulier nord-américaine, comme options possibles pour les problèmes de São Paulo.

26L’appel à des auteurs étrangers est une constante des écrits de ces ingénieurs et architectes impliqués dans les questions urbanistiques de São Paulo durant la première moitié du XXe siècle. La lecture de leurs textes induit facilement à établir une relation de dépendance par rapport aux savoirs produits hors des frontières du pays. Il y a même des phrases qui induisent cette interprétation, comme lorsque Anhaia Mello affirme, dans sa conférence de 1928 au Rotary Club : « Nos problèmes urbains actuels, que nous n’avons pas encore résolus… ont déjà été intégralement résolus dans un grand nombre de villes étrangères et principalement américaines. Ce sont elles que nous devons imiter, non seulement par la parité de la situation, mais également par l’excellence du modèle. » Cependant, étendant la lecture aux pages suivantes, on trouve dans ses critiques aux plans généraux l’affirmation que ce serait une erreur que de vouloir « acclimater des plantes exotiques » qui mourraient « en sortant des serres des comités, départements ou commissions qui les ont projeté ». Anhaia Mello ne constitue pas une exception dans le domaine où il agit.

27Victor da Silva Freire considérait déjà, dans « Améliorations de S. Paulo », de 1911, qu’il était essentiel que nous « utilisions l’expérience de ceux qui nous ont précédé [pour que] nous observions ceux qui ont le mieux résolu leurs problèmes et ceux dont les conditions ressemblent le plus aux nôtres ». Durant ces années du début du XXe siècle, la « gestion des municipalités, en Grande-Bretagne, livrée aux hommes d’affaire » réunis en « Town Councils » constituerait l’exemple de pratique d’administration couronnée de succès, système que l’on retrouvait en Allemagne, à la différence que les services rendus par ces conseils y étaient rétribués. La différence entre ces deux pays et la France, où, selon lui, « la chambre parisienne s’éternisait en longues discussions », et les « villes américaines » parmi lesquels seule Washington se détachait du « spectacle gênant », résidait « dans le facteur de compétence qui permet aux municipalités anglaises et allemandes de résoudre les questions les plus compliquées de manière prompte et sûre. » Prestes Maia énonce clairement, dès les premières pages du Plan des Avenues, sa position face à la connaissance et aux expériences dans d’autres pays. Il considère que, sous divers points de vue, le moment est décisif pour intervenir à São Paulo, et que « aujourd’hui nous possédons en outre les enseignements de tout le mouvement mondial d’urbanisme des derniers temps, ce qui nous permettra d’éviter les faux pas auxquels d’autres villes n’ont pas échappé » (p. 7). S’il cite les mots d’Agache pour appuyer son idée que « les plans généraux » devraient être précédés d’une consultation des professionnels de la branche et pourraient être proposés même sans avoir « en vue de grands travaux immédiats », il donne tout de suite la dimension de ces projets pour qu’ils ne restent pas lettre morte. Il élabore des critiques à l’impuissance de la loi Cornudet en France et aux exagérations du « mouvement urbaniste » aux États-Unis pour l’accumulation d’articles publiés et pour une certaine tendance aux « dissertations philosophico-littéraires », auxquelles, selon lui, la discipline urbanisme se prêtait et qui souvent érigeait « l’urbaniste en sociologue, presque un Messie ». En fin de compte, disait-il, en Allemagne l’urbanisme avait exécuté plus de travail « avec moins de complications et une meilleure administration ». Sa position par rapport aux interventions dans les villes est énoncée dans ces mots :

« Il importe, dans les projet d’urbanisme, de conserver un critère rigoureux et clair, d’éviter les fantaisies et le superflu, de fuir l’esprit de système, les conceptions rigides, de se méfier des idée trop ingénieuses ou paradoxales, de sacrifier le secondaire, de sélectionner, et, malgré tout, d’avoir toujours devant les yeux l’avenir de la ville (p. 10). »

28Comme exemple de projets ambitieux et abandonnés, il rappelle que dans la ville de Chicago où se « réalisent les plus grands travaux d’urbanisme de notre époque », « the heart of Mr. Burnham’s plan », la construction d’un grand parc raccordé à un boulevard monumental et bordé de jardins n’était pas sortie du papier. La même chose était arrivée à une énorme quantité de lois non appliquées en France, que ce soit par ignorance de ceux qui en auraient bénéficié ou en raison de difficultés financières. Ce procédé utilisé dans la définition de ce que Prestes Maia considère comme le bon chemin – la campagne de presse, dans les associations, les écoles, pour que se forme l’« esprit civique » – et qui le rapproche de la position d’Anhaia Mello, s’étend au long des 356 pages du livre, en dialogue avec les principales positions de la pensée urbaniste de l’époque.

29À mon avis, ces manières de faire des professionnels de l’urbanisme à São Paulo est en accord avec la manière selon laquelle la connaissance se forme dans tous les domaines et ressort dans le cas de l’urbanisme, des plans de régularisation et de mise en ordre, dans les projet d’expansion pour les villes, dans lesquels les exemples de réussites ou d’échecs composent un large domaine commun d’expériences qui alimentent la formulation même des projets. En fin de compte, l’urbanisme est une discipline pragmatique et le dialogue entre spécialistes et la confrontation entre idées et réalisations compose un large tableau de dimension internationale.

*

  • 24 Je renvoie aux écrits de Donatella Calabi, chez qui la dimension inter-nations situe l’urbanisme c (...)

30Partant de cette prémisse, et comme dernier point, je crois qu’il est incontournable de réfléchir sur la possibilité de lire les textes de ces ingénieurs et architectes à partir d’une autre perspective : considérer l’appel aux citations de professionnels de nationalités diverses et aux exemples de projets réalisés dans d’autres villes comme une démonstration claire de la maîtrise du champ de savoir urbanistique, la connaissance des positions divergentes qui s’y affrontent et de leurs bases théoriques. Ce point de vue implique que l’on réfléchisse sur une caractéristique marquante de toute connaissance, et davantage encore de la pensée urbanistique. Suivre le dialogue entre professionnels lors des congrès, expositions et autres réunions spécialisées ; la diffusion de la connaissance au moyen de la formation académique, d’articles dans des revues de la branche, de livres, manuels et rapports d’expériences ; l’importance de l’évaluation critique des intervention déjà réalisées dans des villes de divers pays ; avoir, en somme, comme prémisse la dimension internationale du savoir urbanistique24. Dans le même sens, je pense qu’il est légitime de se demander combien les résidus de la pensée romantique et conservatrice du XIXe siècle imprègnent les interprétations qui conçoivent le savoir comme enraciné telluriquement dans les territoires des nations formées à partir de pouvoirs hégémoniques qui compactent d’énormes différences internes, ou les visualisent comme la propagation d’une lumière à partir d’un centre irradiant en cercles concentriques à chaque fois plus éloignés, tout comme Anhaia Mello concevait le zoning pour une ville. Les idées auraient-elles une nationalité ou serait-ce leurs applications qui se soumettraient aux circonstances locales ?

Bibliographie

DOCUMENTS

Bruno Arnani Silva, Alamaque de Memórias, São Paulo : Hucitec/Pró-memória/Instituto Nacional do Livro, 1986.

Relatorio da Commissão de exame e inspecção das habitações operarias e cortiços no districto de Santa Ephigenia, apresentado ao Intendente Municipal Cesário Ramalho da Silva, 1893. São Paulo, Typ. A Vapor de Espindola Siqueira & Comp., 1894.

Os melhoramentos de S. Paulo, in Revista de Engenharia vol. 1, n. 2, le 10 juin 1911, p. 37-45.

Freire Jr. Vitor da Silva, Melhoramentos de S. Paulo, in Revista Politecnica 6 (33) févr-mars 1911.

Freire Jr. V.S., A cidade salubre in Revista Politécnica 8 (48) oct.-nov. 1914.

Maia F.P. e Cintra João F., De Ulhoa, « Os grandes melhoramentos de São Paulo : 1924/1926 », in Boletim do Instituto de Engenharia, no 26-27, oct. 1924-mars 1925 ; no 28 mars-juin 1925 ; no 29 juillet-oct. 1925 ; no 31 mars-juin 1926.

Maia, Francisco Prestes. Estudo de um plano de avenidas para a cidade de São Paulo. São Paulo, Melhoramentos, 1930.

Anhaia Mello Luiz de, Problemas de Urbanismo. Base para a resolução do problema technico, São Paulo, Instituto de Engenharia/Escolas Salesianas, 1929.

O Estado de São Paulo, le 12 et le 24 novembre 1912.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Morse Richard. M., Formação Histórica de São Paulo, São Paulo, Difel, 1970.

Reis, Nestor Goulart. São Paulo. Vila. Cidade. Metrópole, São Paulo, Bank Boston/Prefeitura São Paulo, 2004.

Leme M.C. da Silva, Urbanismo no Brasil, 1895-1965, São Paulo, FUPAM/Studio Nobel, 1999.

Ficher Sylvia, Os arquitetos da Poli. Ensino e profissão em São Paulo. São Paulo, Edusp, 2005.

Segawa Hugo. Prelúdio da metrópole. Arquitetura e Urbanismo em São Paulo na passagem do século XIX ao XX. São Paulo, Ateliê Editorial, 2000.

Simões Junior, José Geraldo. Anhangabaú. Histórico e Urbanismo. São Paulo: Senac/Imprensa Oficial, 2004.

Toledo Benedito Lima de, Anhangabaú. São Paulo. Federação das Indústrias de S. Paulo, 1989.

Leme, Maria Cristina da Silva, ReVisão do Plano de Avenidas. Um estudo do planejamento urbano em São Paulo, 1930, doctorat FAU-USP, 1990.

Carpintério Marisa Varanda T., Em busca da imagem : a cidade e seu figurino : São Paulo 1938-1945, doctorat IFCH-UNICAMP, 1998.

Meyer Regina M. P., Grostein Marta D. et Biderman Ciro, São Paulo Metrópole, São Paulo, Edusp/Imprensa Oficial, 2004.

Choay Françoise, La règle et le modèle – Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme. Paris, Éditions du Seuil, 1980.

Calabi. Donatella, Il « male » città : diagnosi e terapia, Roma, Officina Edizione, 1979.

Calabi Donatella, Storia dell’urbanistica europea, Torino, Paravia Bruno Mondadori Editori, 2000.

Secchi Bernardo, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses, 2006.

Notes

1 Ce texte fait partie du projet individuel CNPq et du projet collectif Saberes eruditos e técnicos na configuração e reconfiguração das cidades. São Paulo, séculos XIX e XX. FAPESP, février 2006-novembre 2011. Nous étudions la corrélation entre ces savoirs et les réformes entreprises à São Paulo, aussi bien que les villes fondées et réformées au cours du processus de construction du réseau ferroviaire à l’intérieur de l’état du même nom. Nous étudions également la formation du patrimoine industriel installé au cours du processus d’urbanisation accélérée qui fait de l’état et de sa capitale, dans le laps d’un siècle, l’aire de plus grande croissance économique du pays, tant en termes de production agricole et agro-industrielle que de production industrielle urbaine.

2 Françoise Choay, La règle et le modèle. Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Le Seuil, 1980.

3 Bruno Ernani da Silva, Almanaque de Memórias, São Paulo, Hucitec/Pró-memória/Instituto Nacional do Livro, 1986, p. 49-51.

4 Sylvia Ficher expose avec d’importants détails la trajectoire d’architectes formés par l’École polytechnique de São Paulo dans Os arquitetos da Poli. Ensino e Profissão em São Paulo, São Paulo, Edusp, 2005.

5 Relatório de 1925 apresentado à Câmara Municipal de São Paulo pelo Prefeito De. J. Pires do Rio, São Paulo, Casa Vanorden, 1992.

6 « O Problema Psychologico. Bases de uma campanha pratica e efficiente em prol de São Paulo maior e melhor. Palestra realizada no Rotary Club de São Paulo, em 21 de setembro de 1928 », in Problemas de Urbanismo. Bases para a resolução do problema technico, São Paulo, Boletim do Instituto de Engenharia de São Paulo, Escolas Profissionais Salesianas, 1929, p. 11-26.

7 On surprend chez plusieurs des professionnels une perspective « bethamite » d’induction à des comportements pré-établis et disciplinés au moyen de l’organisation planifiée de l’espace, que ce soit la réorganisation interne des logements ouvriers ou par la manière indirecte d’empêcher la construction de taudis par le raccourcissement des terrains.

8 Dans ce cas, l’induction aux options modernes de se concevoir et de vivre dans des villes s’obtiendrait par un mécanisme psychologique, avec des notions formées dans le milieu technique et diffusée au moyen de la propagande.

9 La série d’articles paraît dans les numéros 26/27 (octobre 1924), 28 (mars-juin 1925), 29 (juillet-octobre 1925) et 31 (mars-juin 1926) du Boletim do Instituto de Engenharia, São Paulo. Le recueil Urbanismo no Brasil : 1895-1965, Maria Cristina da Silva Leme (coord.), FUPAM/Studio Nobel, 1999 fournit des informations importantes sur les activités et la production des principaux agents de l’urbanisme au Brésil.

10 Maia Francisco Prestes, Estudo de um Plano de Avenidas para a Cidade de São Paulo, São Paulo, Companhia Melhoramentos, 1930.

11 M.C. da Silva Leme, Urbanismo no Brasil, 1895-1965, op. cit., p. 479.

12 Maia fait une référence positive au plan d’ouverture d’avenues proposé en 1911 par l’architecte Ramos de Azevedo, le comte Prates et d’autres professionels et entrepreneurs, qui porte le nom de l’architecte Alexandre Albuquerque. Il critique le Congrès de l’État (actuelle Assemblée législative pour l’avoir refusé), in Plano de Avenidas, op. cit., p. 22.

13 Victor da Silva Freire, fils de parents brésiliens, est né à Lisbonne en 1869, se forme en ingénierie à l’École technique de cette ville et complète ses études à l’École des ponts et chaussées de Paris.

14 Melhoramentos de S. Paulo in Revista Politécnica 6 (33), fevereiro-março 1911, p. 91-145. En mars 1914, Freire prononce une autre conférence, « A cidade salubre » (La ville salubre), où il établit une corrélation entre le logement et la ville et critique vertement la pratique commune de recourir à « un analphabète, adroit dans l’art des faire des murs » pour construire les maisons, ce qui expliquerait leurs médiocres conditions architecturales et sanitaires. in Revista Politécnica 8 (48), outubro-novembro 1914, p. 319-354.

15 Revista de Engenharia. Publicação mensal de Engenharia Civil e Industrial, Architetura e Agronomia. 1° volume, juin 1911 – mai 1912, São Paulo, p. 37-45.

16 Il est important de lire le travail pionnier de Hugo Segawa Prelúdio da Metrópole. Arquitetura e Urbanismo em São Paulo na passagem do século XIX ao XX. São Paulo : Ateliê Editorial, 2000. Présenté comme travail de diplôme du cours d’Architecture de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de São Paulo, l’auteur y fournit des coordonnées essentielles sur les projets de 1910 et 1911, p. 53-106. Concernant le val du Anhangabaú, signalons également le livre de José Geraldo Simões Júnior. Anhangabaú. Histórico e Urbanismo. São Paulo, Senac/Imprensa Oficial, 2004.

17 La commission formée de trois médecins et deux ingénieurs avait été chargée par l’intendant municipal d’inspecter les logements de la zone d’habitation ouvrière, principalement d’immigrants, où s’étaient déclarés des foyers d’épidémie de fièvre jaune qui se répandait par les villes de l’intérieur pauliste et à Santos, principal port d’exportation de la production de café. Cf. Relatorio da Commissão de exame e inspecção das habitações operarias e cortiços no districto de Santa Ephigenia, apresentado ao Intendente Municipal Cesário Ramalho da Silva, 1893. São Paulo : Typ. A Vapor de Espindola Siqueira & Comp., 1894.

18 La série d’article a été publiée entre le 12 et le 24 novembre par le journal O Estado de São Paulo.

19 Cette série a été publiée par le Correio Paulistano début 1890, la République ayant été proclamée le 15 novembre 1889. Cf. Segawa, Prelúdio da Metrópole, op. cit., p. 46.

20 Maia Francisco Prestes, Estudo de um Plano de Avenidas para a Cidade de São Paulo, op. cit., p. 4. Voir les thèses de doctorat de Maria Cristina da Silva Leme, ReVisão do Plano de Avenidas. Um estudo do planejamento urbano em São Paulo, 1930 (FAU-USP, 1990) et Marisa Varanda Carpintéro, Em busca da imagem : a cidade e seu figurino. São Paulo 1938-1954, (IFCH-UNICAMP, 1998).

21 Maia se réfère à l’Études sur les transformations de Paris de Hénard, Plano de Avenidas, p. 35.

22 Maia, op. cit., p. 211.

23 Anhaia Mello a fait une longue carrière comme propagandiste de l’urbanisme et s’est maintenu actif dans la production de texte entre 1927 et 1974. Cf. Leme M.C.S., Urbanismo no Brasil, op. cit., p. 478-482.

24 Je renvoie aux écrits de Donatella Calabi, chez qui la dimension inter-nations situe l’urbanisme comme une discipline qui ignore les frontières nationales. Je cite en particulier Storia dell’urbanistica europea. Quetioni, strumenti, casi esemplari, Torino, Paravia Bruno Mondadori Editori, 2000.

Auteur

Professeur à l’Université de Campinas (UNICAMP), São Paulo (Brésil).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search