Version classiqueVersion mobile

Les villes et le monde

 | 
Martine Acerra
, 
Guy Martinière
, 
Guy Saupin
, 
et al.

Première partie. Mondialisation et fabrique de l’urbain

L’urbain et le régional aux Champs des Délices

Fania Fridman

Texte intégral

Je remercie Valter Luiz de Macedo pour l’élaboration des deux cartes inédites et Adriana de Oliveira de Araújo, Ana Paula Pinto Pinheiro, Bruno de Andrade Vasques, Carly de Souza Reichelt et Monique Aguiar Norkus pour les relevés cartographiques et les données primaires.

Les antécédents

1Cette étude a pour objectif d’évoquer le projet de peuplement mis en place à Campos dos Goytacazes. De conception régionale, ce projet colonisateur entrepris au début de la domination portugaise et assimilé par les élites brésiliennes au cours du XIXe siècle, n’a pu se consolider que grâce à la concession des sesmarias et à la formation d’un réseau urbain par la fondation d’aldeamentos, de paroisses, de vilas, de villes, de noyaux coloniaux et de comarcas. Par cette analyse, nous espérons contribuer à l’histoire de l’urbanisation fluminense.

2Située au nord de l’actuel état de Rio de Janeiro, notre aire d’étude était occupée, au XVIe siècle, par les Indiens goitacá, puis par les puri, coroado et coropó. En 1536, ces terres font partie de la capitainerie de São Thomé, concédée à Pero de Góes da Silveira, s’étendant sur 30 lieues et limitée au nord par la capitainerie de l’Espírito Santo, donnée à Vasco Fernandes Coutinho, et au sud, par la capitainerie de São Vicente, appartenant à Martim Afonso de Souza.

  • 2 Appelés par les jésuites « tigres humains », ils ont été exterminés par une guerre bactériologique (...)

3Après la donation, Pero de Góes da Silveira s’installa dans la baie du Retiro, à l’embouchure du fleuve Managé. Il y fit construire une chapelle dédiée à Sainte Catherine et un moulin à eau. Mais les Indiens goitacá2 détruisirent les deux constructions provoquant la fuite des colons. Góes, investi du poste de Capitaine Major de la côte, construit des maisons et deux petits moulins à deux lieues à l’intérieur des terres. Mais ses efforts furent vains car lors d’un nouveau soulèvement, l’agglomération, les moulins et les plantations de canne à sucre furent incendiés. Plus tard, son fils (Gil de Góes) reprend la capitainerie abandonnée et fonde une agglomération à Baixio dos Pargos, le long du fleuve Itapemirim. À nouveau, les Indiens attaquent, motif pour lequel la capitainerie, maintenant dénommée Parahyba do Sul repasse sous la domination de la couronne, en échange d’une compensation de 200 000 réis.

  • 3 En cet endroit, on élevait 16 580 têtes de bétail et 4 670 chevaux ; on y abritait aussi 820 escla (...)

4Les jésuites y arrivent cette même année, pour catéchiser les natifs. Ils reçoivent du gouverneur Martim Corrêa de Sá, les terres situées entre les fleuves Macahé et Leripe (ou Ostras), du sertão jusqu’au pied de la montagne où ils construisent des fermes. Plus tard, ils reçoivent de Tomas de Carvalho, une demi-lieue au nord du fleuve Macahé. Le recteur du Collège des jésuites a demandé, en 1682, les terres « qui courent du fleuve Maquié jusqu’au Parahyba, qui étaient disponibles pour donation, avec toutes les forêts et tous les produits présents dans cette démarcation, et du sertão jusqu’au pied de la montagne […] toutes les terres qui se trouvent entre le Maquié à la côte, jusqu’à la bande sud jusque Ipebussú avec le fleuve Leripe, disponibles pour donation, et celles-ci avec celles citées ci-dessus » (apud Silva, 1854 : 449). Au milieu du XVIIIe siècle, la Ferme du Collège était la principale source de revenus de l’Ordre3.

5Alléguant un ordre royal selon lequel les terres des capitaineries abandonnées seraient concédées en sesmarias, sept capitaines qui avaient lutté contre les Français et les Tamoio à Rio de Janeiro, réclamèrent leur récompense en 1627. Les terres comprises entre le nord du fleuve de Macahé jusqu’à l’Iguaçu (actuel Açu) ont été distribuées à Miguel Ayres de Maldonado, Antônio Pinto Pereira, João de Castilho, Miguel da Silva Riscado et les frères Gonçalo Corrêa de Sá, Manoel Corrêa et Duarte Corrêa qui les ont affermées pour l’élevage du bétail et la culture de la canne à sucre. Cependant, en 1648, le général gouverneur de Rio de Janeiro, Salvador Correia de Sá e Benevides, appuyé par les jésuites, bénédictins et carmélites, s’empara de ces terres, en obligeant les capitaines à signer un « contrat de composition » fixant une nouvelle division en 12 parts – trois lui étant réservées, 4 parts et demie pour les héritiers des capitaines Miguel Aires Maldonado et Antônio Pinto, 3 pour les jésuites, une pour le capitaine Pedro de Souza Pereira et une demi-part pour les pères bénédictins. En 1652, après avoir institué un majorat sur ses terres, le gouverneur construit un moulin (le premier de la région), implante des petites cultures, crée des enclos pour des milliers de bêtes et édifie une chapelle dédiée à São Salvador et transformée en paroisse en 1674.

  • 4 Les deux achats les plus importants furent réalisés en 1753 : aux héritiers du capitaine Francisco (...)

6Les frères bénédictins qui avaient déjà reçu une autorisation pour construire des enclos et planter sur leurs terres, reçurent la moitié de la part de Antônio Pinto en 1646, une surface de deux lieues carrées du notaire Antônio de Andrade, la propriété du père Jacinto da Trindade en 1683 et ils s’approprièrent des fermes de Pero de Souza Pereira. Ils reçurent encore 6 donations et firent 26 achats de terres4. Les Campos dos Goytacazes constituaient le deuxième pilier de l’économie du monastère entre le milieu du XVIIe et le milieu du XVIIIe siècles.

  • 5 Jusqu’en 1678, la vila de São Salvador ne possédait aucune place à cause de l’occupation des bénéd (...)

7En 1674, face aux protestations des héritiers des sept capitaines, la Couronne annule le contrat de composition et offre la capitainerie à Martim Corrêa de Sá, le vicomte d’Asseca, et à João Corrêa de Sá, respectivement petit-fils et fils de Salvador Correia de Sá et Benevides. Le premier reçoit 20 lieues (du Baixio dos Pargos jusqu’au fleuve das Ostras à Macahé) et le deuxième, 10 lieues avec obligation de construire deux petites villes, une comme port, pour assurer la sécurité des embarcations et la deuxième, dans le sertão pour réprimer les Indiens. Le 29 mai et le 8 de juin 1677 furent fondées les vilas de São Salvador5 (la paroisse comptait déjà 150 habitants) et celle de São João da Praia da Parahyba do Sul (après São João da Barra) gouvernées par un capitaine, Francisco Gomes Ribeiro, procureur du vicomte d’Asseca. Cependant, l’histoire de ces arraiais (localités) ne datait pas d’hier. Depuis 1652, la population luttait contre la résistance des propriétaires de terre et du propre gouvernement pour la création de vilas (São Salvador était déjà née d’une initiative populaire). « C’est lorsque les Jésuites, y compris le père Luiz Corréia, protecteur d’Asseca, et le frère Bernardo de Monserrate, à la tête d’un groupe d’esclaves, ont détruit l’agglomération, démolissant les maisons à coups de machette, faisant fuir les habitants vers Macaé et en envoyant huit d’entre eux en prison à Rio » (Rodrigues, 1988 p. 29.) À ce moment, le Conseil d’Outremer aurait allégué l’inopportunité de cette demande populaire et le capitaine André Martins de Palma représentant des habitants, fut assassiné (Lamego, 1913). Pour mieux comprendre cette demande, nous rappellerons que jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les vilas (ou conseils), étaient gouvernées par une Chambre municipale, autonome, qui constituait l’unité de base de l’organisation politico-administrative du territoire. Chaque vila était subdivisée en une ou plusieurs paroisses, aires de juridiction des paroissiens qui assumaient des fonctions de cellule administrative, militaire et fiscale. Au-dessus des vilas se trouvaient les circonscriptions de la couronne – comarcas, provedorias et districts des tribunaux centraux.

  • 6 Les bénéficiaires de grandes parcelles furent Belchior Nunes Rangel, Manuel Carneiro da Silva (qui (...)

8En 1709, le troisième vicomte d’Asseca (Diogo Corrêa de Sá) vend la capitainerie pour 10 000 cruzados au prieur Duarte Teixeira Chaves qui expulse les métayers et démet de ses fonctions le capitaine-major Diogo Fernandes Castanheira, nommant Domingos Alvares Pessanha. Quelques années plus tard, cette capitainerie fut incorporée à la Couronne mais en mars 1727, le vicomte obtient une nouvelle lettre de donation (20 lieues de littoral et 10 vers le sertão) en échange d’un cinquième du bois brasil en faveur du souverain. Pendant les premières décennies du XVIIIe siècle, des concessions ont été distribuées dans la région, à partir du littoral vers l’intérieur, le long des rivières et des fleuves Paraíba, Macabu, Ururaí, Imbé, Muriahé, entre autres, avec comme condition de laisser une demi-lieue carré à proximité des cours d’eau6.

9Pendant la sécheresse de 1725-1727, plusieurs moulins et fermes ont été hypothéqués ou vendus à l’Ordre de Saint Benoît et les anciens propriétaires sont partis s’installer dans la baie de Rio de Janeiro ou dans les mines. Malgré l’intimation du gouverneur de Rio de Janeiro, Vahia Monteiro, à Martim Corrêa de Sá, de laisser la capitainerie, suite à l’accusation, par le procureur du Collège Jésuite, selon laquelle il exigeait un paiement de 7 000 réis par moulin à sucre, des contributions sur le coton et autres produits cueillis il a gardé son poste de capitaine-major. Le conflit s’est amplifié à tel point que les chemins vers Campos ont été contrôlés militairement par des alliés des Asseca. En dépit de la confiscation de la capitainerie par ordre royal en 1733, le vicomte s’empare de la vila de Campos et obtient la permission de recevoir la redízima (1/10 de la dîme) des droits royaux, les dîmes sur les produits de la pêche, l’impôt sur le sucre et l’eau-de-vie et enfin, d’installer un poste fiscal à Macahé. En 1746, la capitainerie appartient bien à Martim Corrêa de Sá (4e vicomte d’Asseca).

10Une rébellion explose en 1748. La Chambre de São Salvador expulse le capitaine et le gouverneur de Rio de Janeiro, Gomes Freire de Andrade, envoie des soldats fortement armés. Selon les récits, il y a eu des luttes intenses, avec des morts dans les deux camps, des emprisonnements et confiscations des biens des leaders du mouvement. Le conflit a pris fin grâce à une lettre royale datée du mois d’août 1752, déterminant l’achat de la capitainerie pour 20 000 cruzados à partager entre les habitants de Campos, la juridiction royale des vilas de São Salvador e São João da Barra, la vente publique des droits de passage des fleuves Parahyba e Macahé et le titre de vicomte, avec les honneurs de comte, pour le vicomte d’Asseca.

  • 7 Dans son rapport de 1785, Couto Reys (1997) affirme que « la vila de São Salvador est la métropole (...)

11Le pouvoir économique de la région se traduisait, à l’époque, par l’exportation annuelle de 16 000 têtes de bétail, 3 000 chevaux, 85 000 alqueires (1 alqueire équivaut à 30 kg) de farine et des milliers de caisses de sucre. Cette situation explique pourquoi en 1776, des privilèges ont été concédés aux seigneurs des moulins et cultivateurs de canne de Campos dos Goytacazes, dont seuls les revenus des fermes pouvaient être hypothéqués ou vendus. Cette concession mit fin au crédit accordé par quelques négociants de Rio de Janeiro (Lara, 1988). Comparé à l’ensemble des districts fluminenses, Campos détenait la moitié des esclaves (dont le nombre était supérieur à celui des hommes libres) et la moitié de la production de sucre et de l’eau-de-vie grâce à l’utilisation des nouvelles terres et du surgissement de nouvelles unités7. Le tableau 1 suivant démontre bien cette vigueur.

Sources : *Couto Reys (1997) ; **Correspondência… (1902).
Tableau 1. – Nombre de propriétés, d’affermages, de moulins, de petits moulins, d’habitants libres et d’esclaves par paroisse de la vila de Campos dos Goytacazes (période de 1785 à 1799)

12La fixation des colons dans cette aire faisait partie du projet urbanistique portugais sur la base duquel reposait la catéchèse des sauvages, l’éducation par le travail et la défense militaire, garantissant ainsi l’occupation des terres et la fourniture de main-d’œuvre. Nous observerons ensuite la création et la destruction des villages de Nossa Senhora das Neves, Santo Antônio de Guarulhos, São Fidelis de Sigmaringa, São José de Leonissa da Aldeia da Pedra e Santo Antônio de Pádua, localisés dans la région considérée.

Les « aldeamentos »

13L’organisation desdites réductions, fondée sur la violence que représentent l’emprisonnement, l’exploitation économique et l’acculturation des natifs, représente un des traits les plus importants de l’accumulation et de l’urbanisation primitives sur les terres fluminenses. Le tracé de ces espaces chrétiens ou agglomérations rurales, localisés en des points stratégiques d’appui pour l’expansion territoriale, partait d’un centre, carré ou rectangulaire, où se dressait une église ; l’ensemble des rues était régulier et, à proximité de l’église, se trouvaient les résidences des pères et les endroits dédiés à l’enseignement et au travail ; autour de la place, on construisait les habitations des Indiens et derrière la chapelle se trouvaient les cultures de subsistance et le cimetière. Les indigènes catéchisés étaient obligés de travailler sous la surveillance des missionnaires qui leur imposaient le baptême, des horaires pour les diverses activités, le port de vêtements, l’usage de la monnaie et les punitions au tronc et au fouet.

14Les Indiens Guarulhos, qui divaguaient entre la Lagoa Feia et les fleuves São Pedro, Macahé e Macabu, ont été rassemblés dans des aldeamentos (villages) par les jésuites, à la fin du XVIIe siècle, dans une localité dénommée Santa Rita, située dans leur ferme de Santana, à Macahé et dont la chapelle a pris le nom de Nossa Senhora das Neves et Santa Rita. Les Indiens s’enfuirent et ces terres, volées par les voisins, formèrent une paroisse en 1795. La formation du village de Santo Antônio de Guarulhos fut organisée en 1659 par des missionnaires français, sur les rives du fleuve Paraíba. Les capucins italiens quant à eux, regroupèrent les natifs qui vivaient aux alentours du fleuve Muriahé. En 1689, la réduction passe sous la responsabilité des Provinciaux de la confrérie Conceição do Rio de Janeiro qui, suite aux inondations du fleuve et aux épidémies l’ont transférée, par autorisation datant de novembre 1700, vers un lieu appelé Cachoeira de Muriahé. Une nouvelle sesmaria, d’une lieue carrée et s’étendant jusqu’au lieu-dit Facão, fut concédée pour installer la population. Lorsque le village passa sous l’administration de religieux séculiers, la chapelle fut élevée au rang de paroisse de Santo Antônio de Guarulhos (1759) et les terres furent envahies. Même les juges de la comarcas affermèrent certaines parts pour la culture du manioc et des moulins à sucre ce qui finit par la faire disparaître.

15Sur l’ordre du vice-roi Luiz de Vasconcellos e Souza, un nouveau front de pénétration du sertão fluminense s’est formé en 1781, lorsque les frères capucins italiens s’aventurèrent dans les forêts des sertãos jusqu’au fleuve Pomba, frontière de la capitainerie avec Minas Gerais, pour évangéliser les Indiens. Le village São Fidelis de Sigmaringa surgit à dix lieues de São Salvador, par le rassemblement des Indiens Coroado au lieu-dit Gamboa, sur la rive droite du fleuve Paraiba. Il fut déplacé en aval, l’année suivante, après le conflit avec Joaquim Vicente dos Reis et Manoel José de Carvalho qui se disaient les propriétaires de ces terres. Des terres stériles et marécageuses furent offertes aux Indiens qui y érigèrent une chapelle couverte de paille où étaient aussi accueillis les habitants des moulins et fermes des environs. En 1782, un ordre supérieur détermina l’arpentage d’une lieue de terres pour la sesmaria du village et la nomination du capitaine-major et de deux adjudants. L’arpentage du patrimoine qui s’étendait depuis les chutes Cachoeiras do Salto Grande du fleuve Paraiba jusqu’un peu plus bas que les Laranjeiras, sur la rive gauche du fleuve, n’a pas été réalisé. L’église, érigée en un lieu stratégique, séparé de l’agglomération, fut consacrée en 1809. En 1821, il y avait déjà 149 foyers, 702 personnes libres et 1 028 esclaves (Mappa, 1870), ce qui motiva sa transformation en paroisse en 1840, alors qu’il n’y avait que 32 indiens et d’innombrables emphytéotes qui payaient des redevances de 10 reis par lots.

  • 8 Sur une carte géographique de la Province de Rio de Janeiro (1823), il est fait référence au villa (...)

16Avec la politique de multiplication de ces agglomérations, le regroupement des Coroado, Coropó et Puri en un village fut suggéré. Ils détruisirent les fermes après l’établissement de la réduction de São Fidelis. Les capucins italiens, responsables de la catéchèse, choisirent la colline de l’Onça pour établir le village de São Joze de D. Marcos ou São José de Leonissa da Aldeia da Pedra. Comme ce lieu ne semblait pas adéquat aux autorités, il fut décidé que ce village serait installé à 40 lieues de São Fidelis, dans les sertões incultes de la sesmaria des Indiens Guarulhos pour faciliter l’occupation. Les prêtres protestèrent car ils préféraient que le village reste au milieu d’une agglomération ou des fermes. Finalement, le vice-roi Conde dos Arcos, décida, en février 1808, pour la rive droite du fleuve Paraiba, à sa confluence avec le fleuve Pomba, sur un plateau de terres fertiles, où vivaient des « indiens violents ». En 1818, les terres du village furent concédées à des colons et des immigrants ce qui entraîna des problèmes d’alcoolisme parmi les natifs qui travaillaient pour les blancs et recevaient leur paie journalière en eau-de-vie. La paroisse de São José de Leonissa da Aldeia da Pedra fut créée en 1850 alors que le village primitif déclinait et comptait une population de 226 indigènes et 963 esclaves8.

  • 9 En 1853, la localité dominée par la famille Silveira Pessanha, regroupait des cultivateurs de café (...)

17Sur la rive sud du fleuve Pomba, à 6 lieues de la confluence avec le fleuve Paraiba, sur des terres cédées au début du XIXe siècle par João Francisco Pinheiro, les capucins portugais pacifièrent les Coroado dans le village de Santo Antônio de Pádua. La chapelle fut érigée pendant la décennie 1840 avec un patrimoine d’une lieue. La fertilité de ces terres et l’abondance de la chasse et de la pêche attirèrent les habitants du voisinage et en 1843, l’arraial fut élevé au titre de paroisse. À ce moment, les presque mille Indiens étaient déjà devenus des caboclos et avaient été complètement acculturés9.

  • 10 En 1864, le vicomte de Araruama, du clan Carneiro da Silva, le plus grand propriétaire foncier de (...)
  • 11 Selon Gorender (1992), le travail obligatoire des Indiens, renforcé par la main-d’œuvre esclave, é (...)

18Depuis la création du Diretório dos Índios de 1757, un programme du premier ministre, le marquis de Pombal, prétendait transformer les villages en vilas et villes et aliéner les natifs culturellement par l’enseignement obligatoire de la langue portugaise et par la permission de contacts avec les colons. Après l’indépendance, la politique indigéniste a continué telle quelle, fondée sur le binôme « catéchiser et civiliser » – catéchiser consistait à soumettre l’Indien au christianisme et civiliser signifiait le soumettre aux lois, c’est-à-dire au travail. Comme le directeur-général des Indiens de chaque province avait parmi d’autres attributions, celle d’informer sur la pertinence du maintien ou de la suppression des villages, en démarquant ou non des patrimoines10, on a vérifié que le processus d’occupation avait exigé l’appropriation des terres des villages dans des aires de peuplement ancien et des terres des fronts d’expansion, tout en utilisant le travail des noirs du pays pour la conquête du territoire, pour la sécurité des chemins et la production (Cunha, 1992)11 (voir carte 1).

Carte 1. – Villages, freguesias, vilas, et villes aux Champs des Délices.

Champs des Délices12

  • 12 Les natifs appelaient cette localité Goytacamopi. Les Portugais, enchantés par la fertilité du sol (...)
  • 13 Trafiquants qui agissaient dans le port de Macaé, São João da Barra, Carapebus, Quissamã et Bom Su (...)

19La production sucrière exigeant une force de travail croissante, pendant la décennie 1820, de nombreux trafiquants d’esclaves transférèrent leurs activités vers le nord fluminense. Certains sont devenus les propriétaires de vastes fermes et des hommes publics comme Joaquim Thomas de Faria (délégué de police, patron-major du port de São João da Barra, président de la Chambre municipale), André Gonçalves da Graça (vice-président de la Chambre de São João da Barra), Dulfo Desidério da Silva Maya Pessanha et les frères Manuel José Pinto e Joaquim Pinto da Fonseca13. Lorsque l’on compare le tableau 2 avec le tableau 1, on observe une croissance de population dans la ville de Campos où, dans la plupart des paroisses, le nombre de captifs dépassait celui des hommes libres. Ce qui attire l’attention, dans cette statistique officielle, c’est l’inclusion du village de Pedra, avant même qu’il ne devienne paroisse, ce qui montre bien le pic urbain, comme objectif du projet territorial.

Paroisses

Population libre

Esclaves

Total

São Salvador

6580

11837

18423

Sto. Ant. Guarulhos

1714

6559

8273

São Gonçalo

3296

3976

7272

São Sebastião

4595

3188

7783

Santa Rita

2916

2632

5548

São Fidelis

1241

2002

3243

Aldea da Pedra

775

401

1176

Total

21123

30595

51718

Sources : Ata da Sessão da Câmara de Campos du 22/1/1836 apud Feydit (1900).
Obs. : transcription fidèle ; on observe que les totaux ne se vérifient pas.
Tableau 2. – Population libre et esclave, par paroisse en 1836.

  • 14 Selon Almeida et Lacerda (1878), la comarque est une division de caractère administratif et judici (...)
  • 15 Le décret 1828 de 1856 a divisé la province de Rio de Janeiro en 12 districts électoraux, qui élis (...)

20Quant à l’organisation des forces politiques, l’aire campiste a conquis son espace. Si en 1753, elle appartenait à la capitainerie de l’Espírito Santo, en 1832, elle fut incorporée à la Province de Rio de Janeiro. La même année, en fonction de la loi impériale du 29 décembre, les municipes furent obligés de délimiter leurs paroisses et les présidents des Provinces autorisés à procéder à une nouvelle division des termos et comarcas14. En août de l’année suivante, les vilas de Campos dos Goytacazes et São João da Barra se soumettent à Rio de Janeiro, situation politique défavorable si l’on se souvient de l’Ato Adicional de 1834 qui a transformé les Chambres en simples subdivisions de l’administration provinciale. Cependant, le 2 mars 1835, Campos fut élevée au rang de ville et, le mois suivant, à celui de ville principale de la comarca (des 8 définies pour la province de Rio de Janeiro), incluant dans son territoire, São João da Barra et São Fidelis. Ce réarrangement territorial était lié à la gestion politique, judiciaire, fiscale et militaire du territoire fluminense et à l’épidémie urbaine dont les critères étaient les suivants : proximité, centralité militaire, circuits commerciaux et de communications et contiguïté (accidents naturels et sentiment d’appartenance). C’est dans ce sens que nous imaginons les campos, comme des centres d’importance régionale lorsque la vila ne représentait plus des intérêts locaux mais bien ceux d’un « petit pays ». Cette unité peut encore être observée dans le projet de juillet 1855, présenté par une commission spéciale dirigée par le marquis de Paraná, Honório Hermeto Carneiro Leão, pour la création d’une nouvelle province de l’Empire, composée des Campos dos Goytacazes, São Fidelis, São João da Barra et Macaé, Itapemirim (dans l’état de l’Espírito Santo) et des vilas à Minas Gerais. Ces faits démontrent le pouvoir régional15 de cette aristocratie où 30 titres de noblesses ont été concédés.

Sources : Registres paroissiaux de Campos dos Goytacazes (Archives Publiques de l’État de Rio de Janeiro).
Obs : Sur les 4.603 déclarations existantes, 1 565 déclarations ont été relevées, ce qui représente 33 % du total. Comme les Registres incluaient les emphytéoses, le tableau présenté peut suggérer, de manière équivoque, une concentration de petites et moyennes propriétés dans la région.
Tableau 3. – Nombre de propriétés par aire et par paroisse au milieu du XIXe siècle.

  • 16 Selon Lamego Filho (1945), en 1827, il y avait à Campos près de 700 moulins dont un seul à vapeur. (...)

21Le tableau 3, organisé sur la base des Registres du Vicaire institués après la promulgation de la Loi sur les Terres, démontre la concentration foncière dans la région en accord avec la centralisation politique et les changements technologiques et économiques qui ont suivi l’introduction des moulins à vapeur16. Les noms des plus grands propriétaires et des fermes ainsi que leurs surfaces respectives sont représentés sur la carte 2.

  • 17 Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, dans plusieurs propriétés, il y avait des noirs fugitif (...)
  • 18 En 1867, un commando de gardes nationaux a été créé par décret dans le municipe de São João da Bar (...)

22Cette domination était cependant menacée par les quilombos dont le plus fameux fut organisé, au début du XVIIIe, par le noir Curukango, dans les monts du Deitado (frontière entre les municipes actuels de Macaé, Trajano de Morais e Conceição de Macabu). Il était formé de 200 Noirs et la répression fut violente. La plupart des révoltés furent tués et la tête du leader fut exposée sur la route principale (Oscar, 1985). Selon certaines informations, des esclaves se sont organisés à Macabu (1810), Santa Rita (1834), sertão do Imbé (probablement celui de Três Bicos, 1843) ainsi qu’aux sources du fleuve Moquim, dans les sertões de Pedra Lisa (1848) où il existe un grand quilombo qui a attiré 300 esclaves et un prêtre métis, fugitif d’une prison de Minas Gerais. Outre les maisons, les oratoires, le cimetière, la forge, des petits élevages, les plantations de manioc, de maïs, de haricots et de canne à sucre, il y avait un moulin pour la production du sucre et de l’eau-de-vie. Ce quilombo était fortifié, il y avait des rondes de nuit et de jour et par le vallon navigable de l’Onça, ses habitants atteignaient les agglomérations plus proches où ils achetaient de la poudre, du plomb et des armements, créant ainsi des relations sociales avec les seigneurs de terres, les propriétaires des magasins, des groupes indigènes et des esclaves (Amantino, 2003)17. La réaction des potentats est due au Commandement Supérieur des Gardes Nationaux de Campos, São João da Barra et São Fidelis qui incluaient aussi une force qualifiée de Rio de Janeiro18.

23Observons maintenant un des piliers de la politique régionale et urbaine impériale : l’instauration des noyaux coloniaux (Fridman, 2005). En 1835, quatre sesmarias d’une lieue carrée chacune, sur les rives du fleuve Imbé, là où il y avait des terrains vagues, ont été cédées à la Companhia de João Henrique Freese qui avait ouvert un chemin entre Nova Friburgo et Macaé. La Compagnie devrait occuper les terres sur une période de cinq ans avec au moins 60 couples de colons européens, sans utiliser des esclaves et recevant encore le droit d’importation de bateaux à vapeur, d’instruments et de machine pour la colonie. Il n’y a aucune information sur ce qui est arrivé à ce noyau de colonisation.

  • 19 Comme le Gouvernement ne trouvait pas de terrains inoccupés pour y localiser les noyaux coloniaux, (...)

24L’organisation de ces établissements agricoles et « industrieux » réglés par la loi provinciale de 1840, localisés à proximité des vilas ou des agglomérations dont il fallait faire le relevé, était conditionnée à la garantie pour les colons, de portions de terres moyennant une modique mais perpétuelle redevance, des maisons provisoires mais sûres, des instruments et une paie journalière pendant un an. En l’absence de terres inoccupées, le Gouvernement pourrait les acheter où les louer19. Pour stimuler la culture du lin, le gouvernement impérial céda une sesmaria de 12 lieus carrées dans le sertão de Pedra Lisa, sur la rive du fleuve Itabapoana, dans une aire connue sous le nom de Campo da Casca, à la compagnie belge Ludgero Jose Nellis. L’entreprise se chargea de faire venir 125 colons qui reçurent chacun un lot d’une demi-lieue avec une redevance de 112 000 reis. 95 (119 ?) étrangers arrivèrent en janvier 1844 qui ont immédiatement abandonné les lieux à cause du manque de confort. Malgré les dénonciations, Nellis a exploité 9 801 ha à titre privé.

25La fondation, en 1847, de la colonie agricole du Valão dos Veados dans les terres appartenant à Eugênio Aprígio da Veiga, à São Fidelis, n’a pas reçu l’appui de la majorité des fermiers esclavagistes qui ne voyaient pas d’un bon œil ces expériences avec des travailleurs libres. Sur une lieue carrée sur la rive des Dois Rios et dans un arraial où une chapelle fut érigée, des lots ont étés loués pour 1 réal chaque bras carré, à 44 familles composées de 329 colons portugais (venus des Açores, de Porto et de Madère), français, allemands, belges, espagnols et un anglais (Rapport du Président de la Province de Rio de Janeiro, 1855).

  • 20 Le transport ferroviaire apparaît en 1873 avec la ligne de chemin de fer Campos-São Sebastião à la (...)

26Nous commenterons ensuite les grands projets, réalisés ou non, de communication entre les divers points de la région, par navigation fluviale et par voies terrestres. La construction du canal de Nogueira, proposé en 1829, pour relier le fleuve Paraiba à la lagune du Fogo (ou Campelo), commença en 1833, et continua jusqu’en 1871, alors que divers endroits étaient déjà obstrués. Il ne fut jamais terminé. Le vallon de l’Onça, finalisé en 1840, a desservi la région pour descendre le fleuve Muriaé. Le canal de Campos à Macahé n’a pas eu le même sort. Conçu dans les années 30 par John Henrique Freese, cité ci-dessus, pour relier les fleuves Parahyba et Macahé, ce n’est qu’en 1845 qu’une commission s’est formée pour décider d’une part, le trajet le plus adéquat et d’autre part, le responsable des travaux, José Carneiro da Silva, le vicomte de Araruama. En 1865, sa construction était paralysée par manque de paiement. De plus, lorsque les travaux reprirent, les propriétaires des terrains atteints par le canal réagirent et provoquèrent l’embargo de l’ouvrage par la Chambre. En 1872, seules les embarcations immatriculées pouvaient naviguer sur le canal inauguré (Lamego, 1942). Quant aux voies terrestres, les chemins de Parahyba et Campista do Muriaé avaient été ouverts dès la fin du XVIIIe siècle. Dans la première moitié du siècle suivant, plusieurs routes furent construites par de riches agriculteurs ou compagnies de colonisation, avec paiement en sesmaria : les routes de Pomba ; de Macabu ; Mineiro de Muriaé (1833) ; Campista de Espirito Santo ; de João Luiz jusqu’au sommet de Quissamã ; l’Estrada Nova reliant Cantagalo, São Fidelis, Aldeia da Pedra jusqu’à Porto das Caixas et la route de Campos à Niterói construite par le fermier Joaquim Ribeiro de Castro. En avril 1849, le président de la Province ordonne l’amélioration de la route entre le sertão de Muriahé et la ville de Campos. Il y fait placer un poste de péage (Lamego Filho, 1950)20.

Carte 2. – Grandes propriétés aux Champs des Délices (milieu du XIXe siècle).

  • 21 Pendant le dernier quart du siècle, surgissent la Banque Commercial et Hypothecario (1873) et la C (...)

27La « nouvelle classe d’entrepreneurs », composée de barons du sucre et du café qui exerçaient aussi des fonctions commerciales et/ou bancaires, achetait des petites et moyennes propriétés, ainsi que des esclaves, pour poursuivre leur stratégie capitaliste. Leur force économique peut se vérifier par l’organisation, déjà en septembre 1834, de la Caisse Econômica de Campos, avec 57 actionnaires (en 1881, ils étaient 5 690) ; d’une filiale de la banque Commercial e Agrícola de Rio de Janeiro (1859) ; de la maison banquaire Caldeira dirigée par Francisco Rodrigues de Abreu Caldeira (appartenant à une importante famille de caféiculteurs locaux), Manoel José Alves Torres et Francisco Rodrigues Penalva (1862) et de la Banque de Campos (1863) dont les associés majoritaires étaient João de Almeida Pereira Filho (propriétaire d’une ferme grandiose, député général pendant trois législatures, président de la Province de Rio de Janeiro en 1859 et ministre de l’Empire en 1860) et Caetano Thomas Pinheiro21.

  • 22 Une donnée intéressante est qu’elle fut la première ville en Amérique du Sud à disposer de l’éclai (...)
  • 23 Tout comme la ville de Rio de Janeiro, Campos a accueilli des tziganes pendant le XVIIIe siècle. C (...)

28La noblesse rurale vivait dans de somptueux manoirs urbains. C’est pour ce motif que l’éclairage public aux lampes à huile fut remplacé en 1854 par le gaz hydrogène, distribué par la compagnie Campos Gás Company dirigée par José Martins Pinheiro, baron Lagoa Dourada et qui en plus de propriétaire de ferme, était associé de la Compagnie Ferro Carril de Campos et exerçait la présidence de la chambre de commerce22. Les institutions sociales et de services publics ou de diversion se sont organisées – la poste aurait été fondée en 1798, un opéra fut inauguré en 1805, le premier journal imprimé commença à circuler en 1831, année de l’inauguration de la première école publique. À cette époque, la loge maçonnique Firme União existait déjà, de même que la Société Anti-Restauradora, le lycée Provincial (1847), la Société Campista Promotora do Trabalho Livre (1856), la Société Agrícola Campista (organisée par le baron de Santa Rita et par le commandeur Julião Baptista Pereira de Almeida) et les Sociétés Portuguesa e Brasileira de Beneficência. Campos a attiré des individus de différentes origines – Allemands, Italiens, Espagnols, Français (dont d’innombrables artisans et commerçants) et Anglais (ingénieurs et techniciens)23. Parmi les Anglais, nous avons des informations sur Alexandre Davidson, producteur de meules en fer pour les moulins ; il demanda la concession d’une grue et d’un pont pour la mise en service d’un bateau à vapeur entre Campos et São João da Barra, ligne inaugurée en 1853 ; et le contrat avec la compagnie Dutton & Chandler pour la construction d’un pont en fer sur le fleuve Paraiba, en face de la ville.

*

29L’étude de la région de Campos dos Goytacazes révèle un dynamisme territorial que l’on peut généraliser à tout l’espace fluminense. Pendant la période coloniale, le projet de peuplement instauré par les Portugais se fondait sur la catéchèse et la défense implantées par les religieuses. Ceux-ci reçurent des sesmarias et furent responsables de la formation d’un début de réseau urbain – organisation de vilas et paroisses, moyens efficaces pour exproprier les terres indigènes et acculturer les natifs. Ce programme de conquête se poursuivit durant le Brésil impérial par l’action des agents qui planifièrent la création des vilas, des noyaux coloniaux et des comarques, ces derniers étant de véritables liens entre la région et le lieu. Les seigneurs de moulin et les fermiers du café de la comarca de Campos dos Goytacazes – le comte de Lages, les vicomtes de Araruama, de Macaé, de Quissamã, de Santa Rita, de Itabapoana e de Mauá, et les barons de Abadia, Ururaí, de Monte do Cedro, de Muriaé, de Santa Rita, de Carapebus, de Vila Franca, de Itabapoana, de São Salvador dos Campos dos Goytacazes, de Pirapitinga, da Lagoa Dourada, de São João da Barra, de São Vicente de Paula, de Azeredo Coutinho, de São Fidelis, de Miracema de Vila Flor, de Duas Barras e da Póvoa de Varzim ainsi que les innombrables commandeurs – non seulement concentraient richesses, terres et esclaves, mais encore, ils représentaient le plus grand noyau de noblesse agraire du Brésil et une importante force d’appui à l’Empire dont la politique territoriale (régionale et urbaine) allait de pair avec le processus de privatisation du sol et les stratégies liées à la centralisation politique et au développement du capitalisme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

J. M Almeida, A. C. Lacerda, Diccionario Encyclopedico ou Novo Diccionario da Lingua Portugueza. Lisboa : Escriptorio de Francisco Arthur da Silva, 1878, 5a ed.

J. Alvarenga Lvarenga (org.), Almanak industrial, mercantil e administrativo da cidade e município de Campos (Rio de Janeiro) para 1881 e 1882. Ano primeiro. Campos : Tipografia do Monitor Campista, 1881.

M. Amantino, « Sobre os quilombos do sudeste brasileiro nos séculos XVIII e XIX ». In Florentino e Machado (org.) Ensaios sobre a escravidão. Belo Horizonte : EdUFMG, 2003.

Correspondência de várias autoridades. RIHGB (105), 1902.

M. M. Couto Reys, Descripção geographica, pulitica e cronographica do districto dos Campos Goiatacaz. Rio de Janeiro: Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro, 1997 [1785].

M. C. Cunha, « Política indigenista no século XIX ». In Cunha (org.) História dos índios no Brasil. São Paulo : Companhia das Letras, 1992.

J. Feydit, Subsídios para a história dos Campos dos Goytacazes desde os tempos coloniaes até a proclamação da República. Campos: Typ. J. Alvarenga & Companhia, 1900.

F. Fridman, « As cidades e o café. » Anais do XI Encontro Nacional da ANPUR. Salvador: Programa de Pós Graduação em Arquitetura e Urbanismo da UFBa, maio de 2005.

Fundação Centro de Informações e dados do Rio de Janeiro. Estado do Rio de Janeiro. Território. Rio de Janeiro: CIDE, 1998, 2a ed.

J. Gorender, O escravismo colonial. São Paulo : Editora Atica, 1992.

A. Lamego, A terra goitacá à luz dos documentos inéditos. Paris : L’Édition d’art, 1913-1945, 7 vol.

A. R. Lamego Filho, O homem e o brejo. Rio de Janeiro : Conselho Nacional de Geografia, 1945.

A. R. Lamego Filho, O homem e a serra. Rio de Janeiro : Conselho Nacional de Geografia, 1950.

S. H. Lara, Campos da violência. Escravos e senhores na capitania do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro : Paz e Terra, 1988.

S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil. São Paulo : Edições Loyola, 2004 [1938], tomo V.

L. Maghellli, Aldeia da Pedra. Estudo de um aldeamento indígena no norte fluminense. Rio de Janeiro : Litteris Ed., 2002.

MAPPA da população da Côrte e província do Rio de Janeiro em 1821. RIHGB 33 (40), 1870.

J. Oscar, Escravidão e engenhos. Campos, São João da Barra, Macaé e São Fidelis. Rio de Janeiro: Achiamé, 1985.

M. R. Rocha, O Mosteiro de São Bento do Rio de Janeiro 1590/1990. Rio de Janeiro: Studio HMF, 1991.

H. S. Rodrigues, Campos. Na taba dos goytacazes. Niterói : Imprensa Oficial, 1988.

J. N. S. Silva, Memória histórica e documentada das aldeias de índios da província do Rio de Janeiro. RIHGB (14 e 15), 1854.

Sources primaires

Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro – Registro de Terras de Campos dos Goytacazes, Freguesias de Nossa Senhora da Piedade da Lage, Santa Rita, São Salvador, São Gonçalo, São Sebastião e Santo Antônio de Guarulhos (1854/1856).

Arquivo Histórico do Exército – Mapoteca: Carta Topographica da Capitania do Rio de Janeiro (1767) – 24.27.95; Mappa Topographico do Destricto dos Campos Goitacaz (1785) – 23.04.35.30; Carta da Província do Rio de Janeiro (1840) – 05.01.883; Planta da Direcção do Canal de Campos a Macahé (1846) – 05.03.1005; Projecto de huma secção do canal entre Campos e o Oceano (1854) – 05.02.950.

Arquivo Nacional – Relatório do Presidente da Província do Rio de Janeiro 1846 – micro-film 033.1-78; Relatório do Presidente da Província do Rio de Janeiro 1855 – microfilm 033.3-78.

Notes

2 Appelés par les jésuites « tigres humains », ils ont été exterminés par une guerre bactériologique, au moyen de vêtements infectés par la variole ou la grippe, laissés sur les pistes où ils passaient.

3 En cet endroit, on élevait 16 580 têtes de bétail et 4 670 chevaux ; on y abritait aussi 820 esclaves, une fabrique de céramique, des plantations de canne à sucre, des moulins, une infirmerie et plusieurs maisons de campagne (Leite, 2004).

4 Les deux achats les plus importants furent réalisés en 1753 : aux héritiers du capitaine Francisco Viegas Leitão dans les Campos de Areia et la ferme du capitaine João Freire de Souza, appelée Martim Correia, « qui a étendu les terres du Monastère jusqu’à la Lagoa Feia » (Rocha, 1991, p. 69). En 1660, les bénédictins possédaient 8 443 têtes de bétail distribués dans divers enclos ainsi que 89 esclaves.

5 Jusqu’en 1678, la vila de São Salvador ne possédait aucune place à cause de l’occupation des bénédictins. Ils négocièrent avec les pères qui finirent par céder des terrains où la vila fut transférée.

6 Les bénéficiaires de grandes parcelles furent Belchior Nunes Rangel, Manuel Carneiro da Silva (qui a fondé le majorat de Quissamã avec une importante production d’anil), le capitaine José Carneiro da Silva (négociant de diamants) ; le brigadier José Caetano de Barcelos Coutinho, Caetano de Barcelos Machado (alcaide-mor et propriétaire de 3 fermes, 10 enclos, 3 000 têtes de bétail et plus de 100 esclaves) ; José Ferreira Rabelo (1er juge ordinaire de la vila de Macaé), le capitaine João Luiz Pereira Viana ; Pedro de Souza Castello Branco ; le capitaine-mor Antônio Teixeira Nunes ; le capitaine-mor Felix Alves de Barcellos ; le sous-lieutenant João Velho Barreto ; Manoel Ferreira Soares ; Alberto de Azevedo ; Antônio de Souza ; Domingos Henriques ; João Ribeiro de Mendonça et Silvestre Martins, entre autres, outre le patrimoine de la Chambre. Les énormes propriétés des loyolistes ont été vendues en ventes publiques et achetées par Joaquim Vicente dos Reis (1 482 esclaves, 9 000 têtes de bétail et 4 000 chevaux). Les plus grandes fermes du troisième quart du XVIIIe siècle étaient celles des religieux (bénédictins, carmélites, de Nossa Senhora da Ajuda, de Santo Antônio, Nossa Senhora da Conceição, Nossa Senhora da Lapa, Senhor dos Passos e de Nossa Senhora do Rosário) et du vicomte d’Asseca ; de l’aîné du maître de camp João de Barcelos ; du sous-lieutenant Francisco Nunes ; le capitaine João Gomes da Motta ; Pedro Freire, Travaços ; Gonçalo Marques ; d’Eleuterio de Azevedo ; du capitaine Antônio Dias ; d’Ignácio Gago ; d’Antônio de Azevedo et du prêtre Manuel Furtado.

7 Dans son rapport de 1785, Couto Reys (1997) affirme que « la vila de São Salvador est la métropole du district et la plus riche et la plus peuplée de toutes les vilas dépendant de Rio de Janeiro ».

8 Sur une carte géographique de la Province de Rio de Janeiro (1823), il est fait référence au village de Xixa, en face de la Pedra, sur l’autre rive du fleuve Parahyba au sujet duquel nous n’avons pas trouvé d’autres informations.

9 En 1853, la localité dominée par la famille Silveira Pessanha, regroupait des cultivateurs de café, une fabrique de sucre, une scierie, 4 juges de paix et un sous-délégué (Maghelli, 2002). Il y avait près de 500 esclaves.

10 En 1864, le vicomte de Araruama, du clan Carneiro da Silva, le plus grand propriétaire foncier de Quissamã était le directeur général des indiens de la Province de Rio de Janeiro.

11 Selon Gorender (1992), le travail obligatoire des Indiens, renforcé par la main-d’œuvre esclave, était payé en eau-de-vie, quincaillerie ou mètres de tissus, ce qui ne faisait qu’empirer leurs conditions de vie. Outre le transport fluvial – des références cartographiques montrent la présence de trois ponts de barques sur le fleuve Paraíba, à proximité des villages de Pedra e de Santo Antônio de Pádua –, les esclaves extrayaient le bois et travaillaient comme journaliers dans les fermes.

12 Les natifs appelaient cette localité Goytacamopi. Les Portugais, enchantés par la fertilité du sol et par la beauté des lieux l’appelèrent Campos des Délices, mais selon un dicton populaire, Campos était le « paradis du bétail et l’enfer des hommes ».

13 Trafiquants qui agissaient dans le port de Macaé, São João da Barra, Carapebus, Quissamã et Bom Sucesso : João Antônio de Britto, Joaquim de Abreu da Silva Braga, Luiz Mendes Ribeiro, Manoel Soares, Victorio Emmanuel Paretto, José Bernardino de Sá (un des plus importants trafiquants du pays), Joaquim Ferramenta, José de Souza Velho et Francisco Domingues de Araújo (vicomte de Araújo, propriétaire de 5 fermes appartenant aux jésuites).

14 Selon Almeida et Lacerda (1878), la comarque est une division de caractère administratif et judiciaire d’une province, composée d’un certain nombre de vilas avec leurs territoires, comprenant n’importe quelle juridiction territoriale. La comarque était subordonnée au corregidor qui fiscalisait l’action des juges locaux et inspectait les juridictions, droits seigneuriaux et le gouvernement local. Son territoire était peu homogène et pas toujours continu.

15 Le décret 1828 de 1856 a divisé la province de Rio de Janeiro en 12 districts électoraux, qui élisent chacun trois députés à l’Assemblée Générale. Le district de Campos comprenait les paroisses de São Salvador de Campos, Nossa Senhora das Neves, Nossa Senhora da Conceição de Macacu, Nossa Senhora da Conceição de Carapebus, Nossa Senhora do Desterro de Quissaman, Santa Rita da Lagoa de Cima, São Gonçalo, São Sebastião, Santo Antônio de Guarulhos, Santo Antônio do Carangola, São João da Barra et la curée de Barra Seca.

16 Selon Lamego Filho (1945), en 1827, il y avait à Campos près de 700 moulins dont un seul à vapeur. En 1852, il y avait déjà 56 moulins et en 1872, il y avait déjà 113 moulins à vapeur et 125 en 1881 (Alvarenga, 1881).

17 Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, dans plusieurs propriétés, il y avait des noirs fugitifs : dans l’ancienne ferme du Largo, dans les sertaos de São João da Barra (décennie de 1860) ; dans la ferme de Queimado (1872) et dans les environs de la ferme de Mato da Canoa appartenant au commandeur Julião Ribeiro de Castro. À partir de 1875 surgirent les quilombos de Luanda dont les membres ont dû capituler en 1880 ; celui de Travessão (1883), Grumarim (1884), de São Fidelis (1885), de Santo Antônio de Pádua (1885), do Morro do Côco (1886) de même que dans la paroisse de São Francisco de Paula (1887).

18 En 1867, un commando de gardes nationaux a été créé par décret dans le municipe de São João da Barra. Il était formé d’un escadron de cavalerie, un bataillon d’infanterie et d’une section du bataillon de réserve.

19 Comme le Gouvernement ne trouvait pas de terrains inoccupés pour y localiser les noyaux coloniaux, plusieurs furent établis dans des zones improductives ou considérées inadéquates.

20 Le transport ferroviaire apparaît en 1873 avec la ligne de chemin de fer Campos-São Sebastião à laquelle s’ajoute la Compagnie Ferro-Carril de Macahé – qui en plus de recevoir une licence pour la construction des quais et autres ouvrages d’amélioration de la baie d’Imbetiba à Macahé, reliait Campos (1875) – et la ligne Campos-Carangola.

21 Pendant le dernier quart du siècle, surgissent la Banque Commercial et Hypothecario (1873) et la Caisse Depositária (1888). Par le décret du mois d’août 1876, la Compagnie Agrícola de Campos reçoit la garantie d’un intérêt de 7 % sur le capital de 600 000 $ 000 appliqués dans un moulin central de la paroisse de São João Baptista dans le municipe de São João da Barra ; la Société Engenho Central de Quissamã, établie à Macahé en 1877, reçoit la même garantie sur un capital de mille contos de réis. D ´ autres moulins centraux ont suivi : Limão, Figueira, Conceição, Queimado et Cupim.

22 Une donnée intéressante est qu’elle fut la première ville en Amérique du Sud à disposer de l’éclairage électrique (1883).

23 Tout comme la ville de Rio de Janeiro, Campos a accueilli des tziganes pendant le XVIIIe siècle. Cette affirmation est confirmée par une information que nous avons trouvée à propos de Francisca Maria Bellas et José Maria Bellas « appartenant il y a plus de 60 ans, au lieu dit Becco dos Ciganos dans la vila de São Salvador en 1791 » (Registro de Terras de la paroisse de São Salvador dos Campos dos Goytacazes-APERJ).

Table des illustrations

Légende Sources : *Couto Reys (1997) ; **Correspondência… (1902).Tableau 1. – Nombre de propriétés, d’affermages, de moulins, de petits moulins, d’habitants libres et d’esclaves par paroisse de la vila de Campos dos Goytacazes (période de 1785 à 1799)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Carte 1. – Villages, freguesias, vilas, et villes aux Champs des Délices.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Sources : Registres paroissiaux de Campos dos Goytacazes (Archives Publiques de l’État de Rio de Janeiro).Obs : Sur les 4.603 déclarations existantes, 1 565 déclarations ont été relevées, ce qui représente 33 % du total. Comme les Registres incluaient les emphytéoses, le tableau présenté peut suggérer, de manière équivoque, une concentration de petites et moyennes propriétés dans la région.Tableau 3. – Nombre de propriétés par aire et par paroisse au milieu du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Carte 2. – Grandes propriétés aux Champs des Délices (milieu du XIXe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 451k

Auteur

Professeur à l’Institut de Planification urbaine et régionale de l’université fédérale de Rio de Janeiro (IPPUR).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search