Version classiqueVersion mobile

Les villes et le monde

 | 
Martine Acerra
, 
Guy Martinière
, 
Guy Saupin
, 
et al.

Première partie. Mondialisation et fabrique de l’urbain

Les ébauches urbaines dans les Mascareignes1 au XVIIIe siècle

Prosper Eve

Texte intégral

  • 1 Ce nom vient de Mascarenhas, patronyme du navigateur portugais qui découvre l’île Bourbon seulemen (...)
  • 2 Sur cette question, voir P. Ève, « Vers l’affirmation de la notion de ville à l’île Bourbon et à l (...)
  • 3 Dans ces deux colonies naissantes, les quartiers ne sont pas à l’origine des fractions du territoi (...)
  • 4 Est ainsi dénommée, la zone centrale où sont regroupés les services administratifs, les magasins, (...)
  • 5 En 1735, après les premières ventes et subdivisions, à Saint-Louis, le domaine de Feydeau-Dumesnil (...)
  • 6 Le colon a ainsi deux demeures, son ancienne case sur son terrain d’habitation et sa nouvelle cons (...)
  • 7 En France, le seuil des petites villes en 1700 se situe entre 2 000 et 10 000 habitants. Elles son (...)

1À Bourbon, colonisée définitivement par la France à partir de 1665, et à l’île de France à partir de 1721, les notions de « quartier » et de « paroisse » précèdent celle de « ville2 ». Les deux premières correspondent à la même unité topographique, sociale ou économique3. La ville se structure à l’intérieur du quartier et n’est qu’une partie de cette entité4. Pour encourager la migration dans ces deux espaces ultramarins, chaque nouvel arrivant reçoit une concession, à charge pour lui de la mettre en valeur. À Bourbon, celle-ci est très vaste ; elle va des pas géométriques du roi jusqu’au premier bras de ravine et dépasse le plus souvent cent hectares5. Le premier habitat est dispersé, puisque le concessionnaire construit sa demeure là où il le veut. Quand le gouverneur ordonne le regroupement à proximité du lieu où se trouvent ceux qui sont chargés d’assurer la sécurité des personnes face aux assauts des esclaves marrons, la partie basse de la concession est investie et devient le terrain d’emplacement sur lequel l’habitant vit et se limite à des activités de jardinage, tandis que la partie haute, reste le terrain d’habitation, c’est-à-dire la zone d’élevage et d’exploitation de toutes les cultures vivrières et spéculatives6. De ce fait, la partie basse est faiblement habitée, tandis que la partie haute concentre le plus de personnes, puisqu’elle absorbe la plus grande masse de la main-d’œuvre. Avec le terrain d’emplacement, la ville est en gestation. Dans les Mascareignes, la densité de l’habitat associée à la présence des institutions, représentant du pouvoir royal, Conseil provincial ou Conseil supérieur, commandant de quartier, milice, syndic, font la ville et non le nombre important d’habitants7. La partie basse est investie d’un pouvoir sur la partie haute, en raison de ses fonctions spécifiques d’ordre administratif, judiciaire, religieux et surtout économique, mais dépend d’elle. Le bas pays absorbe ou exporte ce que le haut pays produit. Cette réalité urbaine s’impose à ceux qui aménagent l’île et ceux qui l’habitent, mais non aux esprits éclairés qui la visitent.

  • 8 Il en existe trois sortes : la concession simple de 156 arpents un quart, soit un peu plus de 6 he (...)

2À Maurice, la distribution des concessions est plus réfléchie. Leur superficie est bien plus modeste qu’à Bourbon ; elle n’excède pas 30 hectares8. La distinction entre le terrain d’emplacement qui symbolise l’espace urbain et le terrain d’habitation l’espace rural, s’opère dans cette colonie de manière plus nette encore.

  • 9 Cette dénomination rappelle peut-être Port-Louis de Bretagne fondé par Louis XIII.

3Les principales créations urbaines ex nihilo des Mascareignes émanent du politico-administratif. Leur accouchement est lent et dépend pour beaucoup de l’importance du flux migratoire. Comme elles n’obéissent pas à un souci de glorification du roi, leur force vient d’abord de leur capacité à obéir à la politique imposée par le pouvoir royal. Port-Louis9 de l’île de France en servant les intérêts de la métropole se hisse au rang de ville portuaire. Saint-Denis de l’île Bourbon ne bénéficiant pas des mêmes atouts naturels reste un simple centre d’import-export, et s’affirme ainsi en tant que ville. Dans le Sud de cette dernière colonie, Saint-Pierre imaginé comme un simple comptoir devant servir à réceptionner et à acheminer les productions de la localité vers Saint-Paul, devient la première cité du Sud. Ces premières ébauches urbaines sujettes au désordre sont des centres culturels originaux.

Port-Louis de l’île de France : du port d’escale au port militaire

  • 10 Le gouverneur de Maupin est nommé le 25 octobre 1728 pour rétablir l’ordre. L’île de France connaî (...)
  • 11 Le 2 octobre 1731, l’ingénieur de Sornay élabore un plan avec l’aide de Maupin, montrant le début (...)
  • 12 Pierre Crépin, Charpentier de Cossigny, fonctionnaire colonial, Paris, E. Leroux, 1922, p. 58.
  • 13 Il doit élever une batterie à l’île aux Tonneliers, deux autres à l’entrée de la rade et une quatr (...)

4Les débuts de l’occupation de l’île de France sont assez pénibles. Les dégâts occasionnés par les animaux : rats, cerfs, singes, par les perturbations atmosphériques ou cyclones qui accablent l’île pendant l’été austral, ont de quoi décourager les colons français les moins vaillants et zélés. Certains gouverneurs, tel Nicolas de Maupin (1729-1735), inclinent à penser que cette colonie n’a aucune potentialité et conseillent aux directeurs parisiens de la Compagnie de se montrer sages en choisissant de ne pas s’y attarder et de ne pas y investir10. La principale vertu de cette île réside incontestablement dans ses deux havres vastes et facilement accessibles : au sud-est, Port-Bourbon ou le Grand Port (aujourd’hui Mahébourg) et au nord-ouest, Port-Louis. Comme le premier peut offrir un abri sûr aux vaisseaux, il devient la capitale de l’île de France. Les directeurs parisiens de la Compagnie Française ayant besoin d’une escale pour leurs vaisseaux qui quittent l’Inde avant d’atteindre le Cap, l’île de France retient leur attention. La sortie étant plus facile au port Nord-Ouest, sur les conseils de Maupin11, ils envoient à l’île de France l’ingénieur Jean-François Charpentier de Cossigny avec pour mission de réaliser des travaux de fortifications12. Après son arrivée le 5 juin 1732, il décrète le Port Nord-Ouest, chef-lieu de la colonie13. La Compagnie songe alors à créer dans cette localité une sorte de loge fortifiée comme à Pondichéry. L’endroit, dénommé le Camp, parce que les Hollandais y ont créé un poste militaire, n’est qu’un amas de cabanes faites en palissades et couvertes de feuilles de palmiers. Il s’allonge enserré entre la mer et l’immense forêt qui commence dès le rivage. Cossigny ne se met pas immédiatement au travail, mais aidé des ingénieurs Sornay et Belleval, il procède aux sondages recommandés pour faciliter l’entrée et la sortie du port, le curage du Trou Fanfaron. Il établit ses calculs, dresse les plans des batteries et des fortifications, avant de se rendre en mission à Bourbon, puis à la baie d’Antongil, où la Compagnie veut établir un établissement à l’île Marotte. Quand il revient à l’île de France avec quelques ouvriers, la colonie sombre dans l’anarchie la plus totale. La moitié de la garnison s’est révoltée, a arboré le pavillon hollandais en face du pavillon du roi. La vie de Nicolas de Maupin a été en danger. Cossigny rétablit l’ordre en condamnant à mort les six meneurs qui se rendent. Toutefois, en matière de construction, il ne réalise rien, à l’exception de sa propre maison. La proposition de Bertrand François Mahé de La Bourdonnais de créer à l’île de France un port et de donner à cette île, qui est à mi-chemin du Cap de Bonne-Espérance et des Indes, la première place dans l’ensemble insulaire a tout lieu de satisfaire les dirigeants parisiens de la Compagnie ; il paraît comme l’homme d’action indispensable à la prospérité de la jeune colonie.

La naissance de Port-Louis

  • 14 ANM, X14/6/2A/2, Lettre des directeurs de la Compagnie à La Bourdonnais du 20 décembre 1737.
  • 15 « Le bois est icy pour rien, écrit-il le 20 novembre 1739, et que les deux tiers des ouvrages se f (...)
  • 16 « Mais au pis-aller, supposons que cette dépense soit à charge de la Compagnie, je persisterai tou (...)
  • 17 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 51.
  • 18 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 84.
  • 19 Ibid., p. 51-52.

5Toute colonie d’exploitation doit produire en fonction des besoins de la métropole. Pour jouer correctement son rôle, elle doit être dotée d’un port pour écouler ses productions et réceptionner les marchandises dont elle a besoin pour le bien-être de ses habitants. Le circuit des échanges est le moteur fondamental de la croissance urbaine. Dans les Mascareignes, la ville portuaire est la ville par excellence. Quand Mahé de La Bourdonnais arrive à l’île de France le 5 juin 1735 avec son titre de gouverneur général des deux îles, son rôle est de fournir à la Compagnie à Port-Louis, un espace assurant la double fonction de port d’escale pour le rafraîchissement des vaisseaux de la Compagnie (en vivres, en personnel de rechange) se rendant à Pondichéry ou de retour et de lieu de radoub. Bien plus, il veut qu’il devienne un entrepôt pour tout le commerce maritime de l’Extrême-Orient, pour le plus grand profit de la Compagnie. Celle-ci y est totalement opposée dans la mesure où la construction de bâtiments, de magasins, de fortifications, l’embauchage d’employés de terre et de mer nécessitent des dépenses exorbitantes14. La Bourdonnais n’en démord pas, car Port-Louis est sans conteste un point stratégique dans l’océan Indien. Son équipement est une nécessité pour servir le commerce de la France aux Indes et en Extrême Orient. L’aménagement d’un port de commerce à Port-Louis est de la plus haute utilité pour atténuer l’influence des Anglais dans la zone et donner à la Compagnie un port de sûreté pour radouber ses vaisseaux sur la route des Indes15. Pour décider les directeurs parisiens de la Compagnie, il présente un avantage décisif. En temps de guerre, Port-Louis servirait de base arrière aux escadres et aux corsaires. Dans ces conditions, il est inutile de reculer devant les dépenses d’investissement puisque toute la nation est appelée à en profiter16. Ce site ne possède en 1735 qu’un moulin à vent et une petite maison pour l’ingénieur en chef, soit 300 toises d’ouvrages. Tout est à faire. C’est un lieu sans fortifications, « habité par ceux que leurs fonctions ou la médiocrité de leurs ressources empêchent d’avoir des terres à cultiver. Dans ces rues irrégulières encombrées de blocs rochers habitent des artisans venus de la côte de Malabar, qui ne veulent pas se livrer aux travaux des champs17 ». La réparation des navires est impossible, alors que cette île peut, par sa situation, devenir selon lui « une autre Batavia18 ». Les bâtiments publics sont rudimentaires. « Le Conseil provincial siège dans une simple case, couverte de feuilles de palmiers, dans laquelle il n’existe même pas une armoire pour ranger les archives. […] Les casernes sont un groupement de paillotes où l’incendie peut facilement se déclarer, l’hôpital une autre cabane pouvant contenir environ vingt lits19. »

  • 20 Une chaîne de mornes volcaniques dont les deux bouts s’appuient au rivage, l’entoure d’une muraill (...)
  • 21 Dans son mémoire au contrôleur Orry, Mahé de La Bourdonnais évoque les conséquences de cette fuite (...)

6Si le paysage est grandiose20, en 1735, Port-Louis n’est qu’une misérable bourgade, menacée par les esclaves marrons, la famine, le manque d’eau potable. Toutefois, en transférant le gouvernement général à l’île de France, Mahé de La Bourdonnais déstabilise Bourbon ; il la ravale au second rang et sa capitale suit le même sillage. L’ambition de ce haut administrateur étant de faire de Port-Louis la première base navale de la France dans la mer des Indes, il doit commencer par créer la ville, la doter d’un certain confort, afin que l’île soit plus qu’un simple lieu de passage que le planteur abandonne sans regret après avoir fait fortune21. La Compagnie est loin de partager l’avis de son gouverneur-général.

  • 22 Saint Elme Le Duc, Île de France. Documents pour son histoire civile et militaire, Port-Louis, 192 (...)

« Nous ne comprenons pas votre manière de penser, vous vous éloignez très fort des vues de la Compagnie qui ne vous a nommé gouverneur que pour lui faire construire des magasins, faire des logements pour les employés et ouvriers, mettre les îles en état de défense par de simples batteries, et lui procurer des bestiaux, vivres et légumes, en la plus grande quantité qu’il serait possible, pour la relâche de ses vaisseaux, et écarter toute autre vue que vous pourriez avoir. Il y a même une réflexion essentielle à faire et qui n’aurait pas dû échapper à vos lumières, qui est que si vous réunissez tous les habitants dans une ville, que deviendront les habitations où la présence du maître est nécessaire ? Par qui les habitations sont-elles gardées, les maîtres étant absents ? Le noir marron aurait ici beau jeu22. »

  • 23 Archives des Colonies, C4 2, Correspondance générale : Île de France.

7La Bourdonnais ne se laisse pas intimider et décide de procurer à la ville de Port-Louis l’utile et l’agréable, afin de retenir la classe aisée ou de retarder le plus possible son départ. Il tient à ce que les maisons soient confortables. Il crée un marché public et favorise l’ouverture de boutiques par des tailleurs, des orfèvres, des cordonniers indiens dont il finance le voyage. Il organise avec la collaboration de sa femme des événements mondains : réceptions, bals, divertissements variés. Pour accélérer la construction des bâtiments, il travaille à l’entreprise ; il passe des marchés avec les travailleurs et aboutit en cinq mois à faire bâtir quatre magasins en pierres, alors qu’en 1734, M. de Maupin a déclaré qu’il faudrait pour en avoir fini « autant de temps que la valeur de quatre sièges de Troie23 ». Il construit en trois mois un aqueduc de 3 600 toises de long (un peu plus de 7 kilomètres) pour alimenter la ville en eau douce à partir de la Grande Rivière.

  • 24 Celui qui garnit d’étoupe goudronnée les joints et interstices des bordages de la coque pour les r (...)
  • 25 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 83-84.

8En 1738, avec deux nouveaux magasins de la Compagnie, une grande poudrière, un petit port fermé pour abriter les chaloupes et canots, les bâtiments pour loger les matelots et les boutiques pour les différents ateliers servant d’enceinte au port du côté de la terre, un quai de débarquement avec une batterie de 22 pièces de canon, une galerie pour se mettre à l’abri du soleil, un bureau de marine et un logement pour le maître du port, Port-Louis prend peu à peu l’allure d’une petite ville. Puis Mahé entreprend l’édification d’un magasin double à étage de 45 toises de long (90 mètres), une cave de 46 toises (92 mètres) avec des boutiques pour les voiliers, menuisiers, tonneliers, des logements pour les charpentiers, calfats24 et matelots. Les cases symétriquement alignées forment de grandes avenues au milieu desquelles se dresse le palais du gouvernement, construit dans le style italien avec un seul rez-de-chaussée couronné de terrasses. Il accorde un soin particulier à l’hôpital. Un an après son arrivée, il en édifie un à la baie des Tortues, lieu plus sain pour les scorbutiques. Puis, il construit celui de Port-Louis, dans la cour duquel arrive l’eau de l’aqueduc. Il édifie des casernes, des arsenaux, des logements pour les officiers, des bureaux. Il construit des moulins à vent, des quais et des cure-môles pour le port25.

  • 26 Auguste Toussaint, Port-Louis. Deux siècles d’histoire (1735-1935), Port-Louis, 1936, p. 30-31.

9Pour La Bourdonnais, un port, digne de ce nom, doit être avant tout un chantier de constructions navales. Pour atteindre cet objectif, il organise l’apprentissage des ouvriers. Il leur fait construire des pontons pour caréner et d’autres pour décharger les vaisseaux, puis il les initie à la construction des gabarres, des chalands pour les fournitures d’eau et pour le transport des matériaux. Il leur fait construire ensuite des chaloupes et des canots avant de se lancer dans la réparation des gros navires, doublage et radoubage. En 1737, il réussit la construction d’un brigantin. Les chantiers de l’île livrent la Créole, le Nécessaire de 150 tonneaux, l’Utile de 250, l’Insulaire de 350. Les réparations sont désormais aussi bien réalisées à Port-Louis qu’à Lorient. Il invente une machine permettant de soulever gabarres et pontons, de les suspendre et de les raccommoder en une demi-heure. Pour transporter plus facilement le bois, il fait construire les chemins de Pamplemousses et de Moka, des machines propres à faciliter le transport et dresse au trait des bœufs importés de Madagascar26.

10La Bourdonnais est à l’origine de l’élévation des fortifications pour protéger le Port-Louis, tant du côté de la terre que de la mer. Du côté de la terre, la Rivière des Lataniers présente à l’est par ses ravines un retranchement naturel qu’il songe à renforcer par un second retranchement artificiel accidenté de redans et de bastions dont le tracé doit longer les sinuosités de la rivière. À l’ouest, une ligne de fortifications commençant aux Salines du Caudan doit protéger le Port-Louis contre un coup de main du côté de la Grande Rivière. Ces travaux débutent sous La Bourdonnais, mais ils ne se terminent que sous Decaen, soixante ans plus tard.

11Face à la mer, une loge fortifiée s’élève défendue par deux petites batteries, la batterie du Salut. Pour bien la protéger, il songe à construire une citadelle sur le Pouce, mais la Compagnie ne veut pas consentir à la dépense. Pour entrer dans la rade, les vaisseaux doivent côtoyer l’île aux Tonneliers, il y aménage une redoute défendue par 30 grosses pièces de grosse artillerie. Elle est couverte par une batterie située sur une pointe de la côte avec laquelle elle communique par une tranchée et une poterne. À la gauche de la redoute vient une seconde batterie avec un chemin de communication couvert. À droite, à 300 toises plus loin (600 mètres) s’élève une autre redoute et à 250 toises de celle-ci (500 mètres) une troisième batterie. Vers la pointe Est de l’île aux Tonneliers, une autre petite batterie commande le pont de communication d’une île petite et étroite située à la suite de la première et que défend à son extrémité une petite redoute. À l’arrière, des marais rendent ces redoutes inaccessibles. En face de l’île aux Tonneliers se présente le Fort Blanc ou Fort Royal, armé de 35 pièces de gros calibre. Il communique avec la terre par une espèce de pont et renferme une batterie couverte flanquée de droite et de gauche par d’autres batteries. Sur le rivage ouest, à 500 toises (1 kilomètre) vers la ville, se trouve un petit fort carré, armé de 12 pièces de 18. Au fond du Port, et sur la pointe aux Forges se présente en avant du grand hôpital un fort pourvu de 30 pièces de rempart et surmonté du drapeau français. Les arrières de l’hôpital sont défendus par le fort Sainte-Barbe.

12La sécurité de cette île se pose avec acuité, quand elle est attaquée par l’amiral Boscawen le 23 juin 1748. Sa flotte – composée de huit vaisseaux de guerre et d’un convoi de dix-sept navires avec plus de deux mille soldats – se positionne dans la baie de la grande rivière. Placé sous les feux des deux batteries, l’amiral décide de se retirer.

  • 27 ANM, X4/7/1B/57, Lettre de David à la Compagnie du 8 novembre 1750.
  • 28 Il s’agit de remplacer la petite église de village édifiée sous Mahé de La Bourdonnais.

13Pierre Félix Barthélémy David (1747-1753), le successeur de La Bourdonnais, améliore les moyens de défense du port. Il multiplie les postes, depuis le port jusqu’à la Pointe aux Canonniers. Il construit un mur de dix pieds de hauteur (3,24 mètres) sur 150 toises de longueur (300 mètres) pour le protéger, répare le canal du moulin à eau, entreprend la construction de deux digues pour éviter l’ensablement et l’accumulation d’immondices dans le port, de magasins, d’un hangar pour abriter les mâtures et les affûts, de deux moulins à vent, de deux grands fours et d’une boulangerie27. Sous Jean-Baptiste Charles Bouvet de Lozier, l’ingénieur Cossigny qui a quitté l’île en 1739, revient le 3 juillet 1753, avec pour mission de continuer les aménagements portuaires. Comme le gouverneur doit combler le déficit causé par la construction du Réduit par son prédécesseur, Cossigny est freiné dans la réalisation de ses projets. L’hostilité du gouverneur, le refus d’aide du Conseil supérieur, la paresse des ouvriers qui font traîner les travaux en longueur, l’épidémie de variole de 1754 qui décime les esclaves, des difficultés d’ordre technique expliquent que Cossigny ne peut mener à bien ses travaux de construction. Il termine cependant l’édification de la batterie du roi de 10 canons de 24 sur l’île aux Tonneliers à la droite du chenal, celle du revers de 3 canons de 8 à la pointe du même îlot, un moulin à ciment à la Grande Rivière, une briqueterie et ses trois fours, et sept fours à chaux élevés en différents endroits de la côte aux environs du Port-Louis. Il décide de continuer les travaux de remplacement de l’église de Port-Louis28 commencés sous David en 1752, repris par le sieur Dulac et poursuivis par Cossigny. Ceux-ci prennent fin vers le milieu de l’année 1756.

14À l’époque royale (1767-1789), le gouverneur, l’intendant, les membres du Conseil supérieur, les officiers et les autres employés du roi représentent la bonne société de Port-Louis. À son départ, Pierre Poivre laisse à Port-Louis trois casernes pouvant accueillir 2 500 hommes, trois moulins à eau, réparés ou bâtis à neuf, pouvant donner 6 000 livres de farine par jour, une boulangerie pouvant fournir du pain à une forte garnison, Les magasins du roi qui compte 8 esclaves à son arrivée, en compte 200 à son départ. Les nouveaux magasins construits contiennent 400 000 livres de blé, autant de farine, et 150 000 livres de riz. À son arrivée, 600 esclaves au port, à son départ 1 640, 19 chaloupes ou grands canots, 2 allèges, 4 chalands, 5 goélettes neuves et les petites embarcations nécessaires au service. Il a organisé le Génie presque nul en 1767, créé des ateliers de charpentiers, menuisiers, forgerons, chaufourniers, maçons, tailleurs de pierre, charrons et les a pourvus de voitures avec des attelages de bœufs et 400 esclaves. Le Port-Louis compte à partir de 1767 une imprimerie et une pharmacie. Le 23 décembre 1775, Antoine Guiran de la Brillane, gouverneur de Bourbon, est nommé pour remplacer M. de Ternay. Il entre en fonctions le 4 décembre 1776. Il gouverne jusqu’au 28 avril 1779. Après le départ de Maillart-Dumesle, il a pour intendant Denis Foucault du 17 novembre 1777 au 4 juillet 1781. Le 25 mai 1777, il obtient du ministre l’autorisation de construire l’église. Le 2 juillet 1777, une taxe de 30 sols par tête d’esclave frappe les habitants de Port-Louis pour la confection des grands chemins. Le 29 décembre 1777, un arpenteur est nommé pour surveiller et inspecter les bâtiments à construire dans la ville.

15L’installation du siège de la préfecture apostolique à Port-Louis en 1772 est un atout supplémentaire pour cette ville, mais un deuxième lien entre les deux principales îles des Mascareignes, hérité de l’époque de la Compagnie des Indes, est rompu et contribue à l’effacement de Saint-Denis.

L’influence de la guerre sur le développement portuaire

16La guerre influe grandement sur le destin de cette ville portuaire. Le 17 mai 1756, la guerre de Sept ans est déclarée. Le roi envoie dans l’Inde une expédition sous les ordres de Lally-Tollendal. L’ingénieur Cossigny quitte l’île sans avoir terminé son plan de fortification. Son successeur Guérin de Frémicourt doit préparer l’accueil de l’expédition de Lally. L’île doit servir de base de repli pendant les opérations militaires. Le chevalier Guérin de Frémicourt arrive le 13 mars 1757 à bord du Bristol. Il devient pendant la guerre le chef des services d’arrière. Il complète de son mieux les travaux de défense. Il soumet à la Compagnie un projet pour la défense de la colonie nécessitant mille hommes de troupes réglées répartis en compagnies de 120 hommes dont quatre depuis la Pointe des Canonniers jusqu’au Port-Louis. Les milices de la ville et des quartiers renforcent ce contingent.

17En juillet 1757, l’avant-garde de l’expédition Lally composée de six vaisseaux Le comte de Provence, le Duc d’Orléans, le Saint-Louis, le Duc-de-Bourgogne, le Séchelles, le Duc-de-Berry, de deux frégates, la Sylphide et le Bristol, d’une galiote à bombes et de trois bâtiments de transports est conduit par le gouverneur Bouvet-Lozier à Pondichéry où la première division s’installe pour mettre cette place à l’abri de l’attaque des escadres des amiraux anglais Watson et Pocock. Le 11 octobre, il est de retour ; les bâtiments doivent être réparés pour un nouveau départ.

18Le 17 décembre, le reste de l’expédition sous les ordres du comte d’Aché vient mouiller à Port-Louis. Elle compte seize voiles, neuf bâtiments du Roi et sept de la Compagnie. Le 18 janvier 1758, un nouvel armement quitte le Port-Louis pour l’Inde ; il est composé des vaisseaux nouvellement arrivés et de ceux de l’escadre placée sous les ordres de Bouvet (le Zodiaque de 74 canons, le Comte de Provence et le Bien-Aimé de 64, le Vengeur de 56, le Duc-de-Bourgogne, le Saint-Denis, le Duc d’Orléans, le Condé et le Mars de 50, les frégates la Sylphide et la Diligente, de respectivement 30 et de 26 canons). Après six mois de campagne, cette escadre rentre au Port-Louis le 13 octobre. Les vaisseaux sont abîmés, les vivres et les munitions épuisés, les hommes fatigués et malades. Trois nouveaux vaisseaux sont arrivés. Magon doit assurer tous les besoins de ces bâtiments. La prise d’un riche vaisseau de la Compagnie anglaise, le Grantham, dont la cargaison rapporte six millions de livres tournois ne permet pas à Magon de remettre en état l’escadre d’Aché. Le 17 juillet 1759, cette escadre mal ravitaillée reprend la mer. Selon d’Aché, l’équipage des différents vaisseaux meurt littéralement de faim. Port-Louis ne peut pas faire plus, elle est épuisée et ses habitants connaissent la détresse. Ces derniers espèrent que d’Aché reviendra avec des vivres et de l’argent. La base navale chargée d’approvisionner l’escadre en est réduite à compter sur elle pour sa propre subsistance. Le 17 novembre d’Aché n’ayant rien trouvé à Pondichéry, revient sans vivres et sans argent. Les colons l’accueillent mal et l’accusent de les avoir affamés et ruinés. Le traité de Paris arrive à point et met fin à la discorde.

  • 29 Saint Elme Le Duc, Île de France, Documents pour son histoire civile et militaire, 1844, Port-Loui (...)
  • 30 Saint Elme Le Duc, Île de France. Documents pour son histoire civile et militaire, Port-Louis, 192 (...)

19Cette guerre de Sept ans démontre la place du Port-Louis comme base des opérations dirigées contre l’Inde. Ce port est le lieu de ravitaillement, de réparation, de repos et de soin des malades. Port-Louis gagne par la même occasion la réputation de « nid de corsaires ». Le capitaine d’Estaing en 1759 arme à l’île de France, le vaisseau le Condé de 40 canons, et la petite frégate l’Expédition, de 18 canons, totalisant ensemble 500 hommes d’équipage. Pendant vingt-deux mois, il mène contre les comptoirs anglais de l’océan Indien, de Bender-Abbas au détroit de la Sonde, une campagne célèbre dans l’histoire des guerres de l’Inde. M. de la Pallière, capitaine du Vengeur, de la division d’Aché ramène en 1760, des bâtiments chargés de grains, sauvant la colonie de la famine. Le 5 août 1762, il part en campagne et ramène sept vaisseaux anglais d’une valeur de 2 500 000 livres. L’île de France vient de faire la démonstration de son importance. Les puissances le comprennent bien. Le 30 novembre 1767, Pierre Poivre écrit au duc de Praslin que l’île de France doit être « l’unique boulevard des possessions de l’Inde ». En 1773, l’abbé Raynal abonde dans le même sens : « La Grande-Bretagne voit d’un œil chagrin, dans les mains de ses rivaux, une possession (l’île de France) où l’on peut préparer la ruine de ses prospérités d’Asie. Dès les premières hostilités entre les deux nations, elle dirigera sûrement tous ses efforts contre une colonie qui menace la source de ses plus riches trésors. Quel malheur pour la France, si elle s’en laissait dépouiller29 ? » En 1767, le roi veut y avoir mieux qu’une simple relâche. Le port est obstrué par 14 carcasses de vaisseaux naufragés pendant les cyclones, les vases apportées par les ruisseaux qui s’y déversent, bloquent le chenal. Pour réaliser ses vues sur l’Inde, Port-Louis doit devenir un port de mer. Pour la mettre en état de recevoir des escadres envoyées dans l’Inde, le roi donne mission à l’ingénieur de Tromelin d’étudier les travaux à mener au port. Dès son arrivée, il entreprend la construction de plusieurs cure-môles et gabarres à clapet. Le travail avance lentement. Quand il rentre en France en 1770, M. d’Arras chargé de continuer ne fait rien de bon. Tromelin reprend les travaux de décembre 1771 au 1er octobre 1783. Le 26 août 1772 il dresse dans son nouveau mémoire un état des travaux urgents : le détournement du ruisseau des Pucelles qui inonde la partie orientale de la ville en temps de pluie et comble le fond du Trou Fanfaron, la concentration au moyen d’une digue des eaux des ruisseaux du Pouce derrière l’ilot de la Poudrière, afin qu’elles se répandent sur le rivage du côté du Fort Blanc où elles y laisseraient leurs vases avant de gagner le chenal du port, la construction sur la rive droite du Trou Fanfaron d’une jetée et l’enlèvement dans l’anse de 45 000 m3 de vases, l’établissement d’un arsenal près de l’hôpital construit par La Bourdonnais destiné à remplacer celui de la baie aux Tortues et à proximité du Trou Fanfaron, d’un camp de 300 cases pour 1 800 à 2 000 Noirs de la Marine, la construction d’un aqueduc qui conduirait de la Rivière des Lataniers, l’eau nécessaire pour les besoins domestiques. Avant l’avis du ministre, MM. de Ternay et Maillart-Dumesle décident que les travaux se borneraient à l’achèvement de la chaussée et du canal du Trou Fanfaron déjà commencés et à l’édification du mur destiné à diriger les eaux de la ville vers le canal. Pour le curage du port, deux cure-môles déjà construits semblent suffire. Bellecombe accuse Tromelin de voir trop grand. À la fin du gouvernement royal, le Trou Fanfaron a été complètement curé et le Port-Louis possède enfin un port militaire convenable30.

20La création d’une bonne base navale à l’île de France est nécessaire à la politique coloniale qui consiste à n’avoir en Inde que des comptoirs de commerce. La guerre d’Indépendance américaine qui éclate le 6 février 1778 révèle elle aussi l’importance stratégique de Port-Louis. Tous les armements pour l’Inde partent de ce lieu. Grâce à cette base, Suffren peut mener contre les Anglais la campagne qui lui vaut son immortelle réputation.

  • 31 « L’île de France, écrit-il, serait alors devenue le centre d’un commerce immense, l’entrepôt de t (...)

21De Ternay et Maillart Dumesle reçoivent l’ordre le 5 novembre 1771 de trouver les moyens de fortifier la colonie et notamment son centre nerveux, le Port-Louis. Un conseil de fortification est constitué et se réunit à partir du 25 septembre 1772. L’ingénieur en chef, M. de Quérenet propose la remise aux normes des batteries de l’île aux Tonneliers, l’ouverture d’un chemin couvert pour accéder à la batterie d’Orléans, la concentration de la défense autour de Port-Louis en mettant à profit les bois qui entourent la ville. L’ennemi qui s’y hasarde doit y être retenu quelques jours ; faute d’eau, il serait obligé de regagner ses vaisseaux. Il conseille de ne plus couper les bois depuis la Rivière des Lataniers jusqu’à la Grande Baie. La plaine qui avoisine les retranchements de la gauche de la ville a été trop déboisée. Or, elle est nécessaire pour la défense du seul canal qui amène l’eau à la ville. Le Conseil arrête des mesures pour annuler les concessions faites le long de la mer depuis la Petite Rivière jusqu’à la Grande, sur la plaine, depuis la Grande Rivière jusqu’au port, sur l’enfoncement de l’Anse Courtois, sur la Montagne du Pouce, sur l’enfoncement du Champ-de-Mars et celui du Camp des Malabars, sur les réserves depuis la Rivière des Lataniers jusqu’à la Grande Baie. Les concessionnaires de terrains au bord de la mer qui ont des titres en bonne et due forme doivent laisser en bois debout une profondeur de 40 toises (80 mètres) à compter de la lisière du bois le plus proche de la mer en entrant dans les terres. Ceux qui avoisinent le canal de la Grande Rivière sont sommés de laisser libre une distance de 24 pieds (7,8 mètres) de chaque côté du canal et de ne pas dégrader ce dernier. Les réparations des batteries sont approuvées. Il est décidé de planter une haie de raquette de 40 pieds de large (12,96 mètres) sur la plage depuis la batterie d’Aquitaine jusqu’à la batterie Dauphine. Dans la séance du 29 janvier 1773 de Quérenet revient sur l’idée de transformer le Port-Louis en place forte. « Tant que le Port-Louis ne sera pas fortifié, dit-il, la colonie peut être envahie au premier effort combiné que l’ennemi fera pour s’en emparer… Ce port est le point le plus essentiel de l’île, et celui de la conservation duquel dépend la conservation de la colonie ; dans toutes les dispositions imaginables, il doit en faire l’objet capital et par conséquent doit être fortifié ; l’oubli de remplir ce premier objet est équivalent à la cession qui serait faite dès à présent de la Colonie à quiconque aurait le dessein de s’en emparer. » La construction d’une ligne ininterrompue de fortifications enveloppant la ville tant du côté de la mer que de la terre doit précéder celle de tous les autres bâtiments. Pour réussir un tel travail, il faut de la main-d’œuvre, de l’argent et l’appui de la métropole. Or, la construction de casernes paraît tout aussi importante. Le ministre tarde à répondre à la proposition de Quérenet. De Ternay ne voit pas l’utilité d’enceindre complètement le Port Louis. S’enfermer dans une ville fortifiée sans secours extérieur lui paraît absurde. Après le remplacement de Quérenet par M. des Roys, son plan passe aux oubliettes. Dans ses ouvrages parus en 1782, Turgot exprime son désir de transformer l’île de France en port franc commerçant avec toutes les nations, mais Bourbon doit rester la terre agricole31.

Conditions de développement et aménagement de la ville

  • 32 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 119.
  • 33 Il prend le relais du Conseil provincial.
  • 34 Dans sa lettre du 4 février 1733 au sujet des travaux à entreprendre à l’île de France, il précise (...)
  • 35 Ng Mee Ting Ng Foong Kwong, « L’occupation spatiale de Port-Louis et de ses quartiers environnants (...)

22Avant 1735, avec 205 Blancs et 648 esclaves, toute la population de l’île de France assemblée ne représente pas une petite ville. Cinq ans plus tard, il n’existe encore aucune ville, puisque toute la colonie n’a que 379 Blancs. En ajoutant les 2 612 esclaves32, le seuil de 2 000 habitants est cette fois dépassé, mais pour l’ensemble de la colonie. Port-Louis malgré la faiblesse de sa population jouit du statut de ville, car elle y concentre les pouvoirs administratif, judiciaire et religieux. Elle est le siège du nouveau Conseil supérieur33, des services administratifs, des magasins de la Compagnie, de la vice-préfecture apostolique. La plupart des membres du personnel administratif y résident. Pour l’habitant, se rapprocher de Port-Louis, lieu d’écoulement des productions, est la condition de la réussite. Il achète souvent une habitation dans un quartier limitrophe et un emplacement dans la ville. Dès les années 1730, nombreux sont ceux qui abandonnent les îlots du port sud-est et qui s’installent près du Port-Louis, principal établissement de l’île. Le gouverneur Nicolas de Maupin propose d’ailleurs à la Compagnie de donner des ordres pour accélérer cette migration34. La Compagnie consent des avances aux habitants qui perdent de la sorte plusieurs années de labeur et qui doivent se constituer une nouvelle habitation aux environs de Port-Louis : Moka, Plaines Wilhems, Pamplemousses. De 1728 à 1753, sur 259 concessions accordées dans ces régions proches de Port-Louis, 65,2 % le sont aux Pamplemousses, 16,9 % à Moka et 17,8 % aux Plaines Wilhems35.

  • 36 Ibid., p. 168.

23Le quartier de Pamplemousses, notamment la zone située aux environs des Calebasses et de la Montagne Longue, est plus attractif. Avant 1731, 17 concessions sont accordées aux Pamplemousses. La création d’une paroisse dans cette localité le 23 avril 1742 atteste de sa vitalité démographique. Avec 238 habitants en 1766 et 504 en 1788, il enregistre une progression de 112 %36.

  • 37 Ng Mee Ting Ng Foong Kwong, « L’occupation spatiale de Port-Louis et de ses quartiers environnants (...)
  • 38 ANM, X14/5/5C/1, Lettre de Merville de Saint Rémy au ministre de la Marine du 17 mars 1731.

24La concentration à Moka est plus modeste, en raison de son climat qui n’est guère favorable à l’agriculture. Les pluies abondantes sont néfastes à la culture du maïs, du riz et des autres vivres. De 1728 à 1731, 24 titres de concessions sont accordés à Moka et de 1732 à 1752, 20 autres37. Ce quartier se développe modérément avec David. Le nombre de Blancs ne dépasse pas 238 en 1766. Les fréquentes incursions des esclaves marrons sur les habitations de Flacq favorisent le regroupement de ses habitants autour de Port-Louis38.

25D’une manière générale, la proximité du port ne peut qu’influer positivement sur l’évolution agricole des quartiers limitrophes. Pour ravitailler les bâtiments en escale, Port-Louis a besoin d’un arrière-pays productif. Or, celui-ci a du mal à remplir ce rôle. En 1752, la Compagnie saisit 202 concessions mal exploitées. Pendant longtemps, l’île de France compte sur Bourbon pour assurer sa subsistance. En juillet 1767, lors de son arrivée Pierre Poivre brandit la menace de l’abandon de l’île par la France pour que les habitants se ressaisissent et s’orientent résolument vers la production de produits vivriers.

  • 39 Saint Elme Le Duc, Île de France, p. 87.

« Si dans l’espace de trois ou quatre années, l’île n’est pas en état de nourrir ses habitants et ne promet pas de faire subsister les escadres qu’une nouvelle guerre obligerait d’envoyer aux Indes, je suis chargé de vous annoncer son arrêt ; elle sera regardée comme indigne de tout secours, de toute protection, elle sera abandonnée… Convenons franchement que si cette colonie est misérable ; si avant même d’avoir existé, elle est sur le déclin, elle doit l’attribuer, non au physique du climat, mais à la corruption des mœurs, aux vices d’une partie de ses habitants39. »

  • 40 Ibid., p. 78.

26Le Port-Louis ne passe pas au XVIIIe siècle pour un endroit agréable, car précise Bernardin de Saint-Pierre, pendant six mois, l’herbe brûlée des environs donne au paysage l’aspect d’une charbonnière. Il ajoute même que « l’Île de France n’est bonne qu’à donner du café et à servir de relâche aux vaisseaux… Dans le port, les vers dévorent un vaisseau en trois ans40 ».

  • 41 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’isle de France, à l’isle de Bourbon et au cap de Bonne Espér (...)
  • 42 Madeleine Bioche, « L’administration Royale à l’île de France (1767-1789) », thèse, Paris, 1929, p (...)

27La population blanche de Port-Louis progresse lentement jusqu’à la fin de la période de la Compagnie des Indes. En 1766, celle-ci s’élève à 746 individus (sur 1 998 pour toute la colonie, soit 37,3 %) alors qu’elle compte 4 000 esclaves, soit 84,3 % (sur 18 100 pour toute la colonie, soit 22 %). Après quatre décennies de colonisation française, grâce à ses travailleurs esclaves, elle est enfin une petite ville ; ses rues sont étroites, assez mal alignées ; celles-ci ne sont ni pavées, ni plantées d’arbres, partout le sol est couvert de rochers, ce qui provoque de nombreux accidents41. La population blanche de cette ville triple au cours de la période royale ; elle atteint 2 453 âmes en 1788 ; la population esclave majoritaire en nombre (avec 10 731 individus) amorce un recul en pourcentage, dû en partie aux affranchissements ; elle représente 72,1 % de l’ensemble. La population affranchie passe de 906 en 1780 à 1 695 en 178842, soit une progression de 87,1 %. Avec un total de 14 877 habitants, Port-Louis est alors une vraie ville moyenne.

28Le gouverneur Denis Brousse s’attribue la première concession à Port-Louis le 1er décembre 1726. La deuxième concession en juillet 1728 est accordée dans l’enfoncement de Pitrebot pour l’établissement de la cure de Port-Louis. Vingt-neuf terrains d’emplacement de 80 pieds carrés (676 mètres carrés) le long du ruisseau du Pouce au Quartier de la Grande Montagne sont attribués en 1729 et 4 en 1731. Les heureux bénéficiaires sont des officiers de marine (14) et des habitants (10). Ces emplacements sont parfois transformés en petits jardins ou donnés en partie à bail. La croissance urbaine de Port-Louis profite à trois quartiers :

  • le quartier du Rempart de la Grande Montagne qui s’étend à gauche du gouvernement jusqu’à la Découverte de la Grande Montagne (aujourd’hui la Montagne des Signaux), site idéal pour élever la ville selon de Sornay ;
  • le quartier du Rempart de la Petite Montagne comprenant tout le territoire à la droite du gouvernement jusqu’à la rivière des Lataniers, soit deux îlots d’habitation : le premier allant du gouvernement vers le Champ-de-Mars appelé l’Enfoncement et le second compris entre la Petite Montagne et la mer ;
  • la Rivière des Lataniers43.

29Avant 1752, la ville ne s’étend pas au-delà de la rue du Camp des Noirs (aujourd’hui rue Saint-Georges). Les terres de l’Enfoncement sont les premières à être exploitées sous forme de jardins. En 1752, la rue de l’Enfoncement s’arrête à la hauteur de l’actuelle rue de La Bourdonnais. L’occupation de l’Enfoncement est concentrée des deux côtés de la rue partant du gouvernement vers le Champ-de-Mars. Le quartier de la Petite Montagne regroupe la plupart des constructions du port. La Bourdonnais y fait construire un petit port, une corderie, des moulins, un magasin à poudre, des magasins et des hangars devant servir lors du carénage des navires. Le long de la Grande Rue et du chemin des Pamplemousses se trouvent les espaces résidentiels. C’est une des artères principales de Port-Louis. La rivière des Lataniers correspond à la limite orientale de cette ville. La première concession est faite le 7 mai 1729 pour abriter la cure.

30Les quartiers se structurent déjà. Le quartier de la Grande Montagne à l’ouest de Port-Louis accueille les agents gouvernementaux, sur 48 acquéreurs d’emplacement, 6 seulement appartiennent au monde artisanal, (menuisier, serrurier, cordonnier, forgeron, apothicaire, aubergiste). Le quartier de Plaines Wilhems est celui des officiers de l’administration, de la marine et l’armée. Par contre, le quartier de la Petite Montagne est celui des petits artisans : sur 54 acquisitions, 14 seulement appartiennent au monde administratif. Les administrateurs qui organisent l’espace à l’île de France sont porteurs de l’esprit de géométrie et de l’exigence humaniste de régularité. Ils transplantent la ville européenne dans les Mascareignes. Ils assignent des parcelles sur lesquelles les concessionnaires bâtissent quand et comme ils l’entendent, pendant longtemps des constructions basses et modestes. Le plan en damier présente l’avantage de pouvoir être étendu dans toutes les directions, au fur et à mesure que s’ajoutent les îlots. La limite extérieure est toujours provisoire.

31Le règlement du 11 août 1762 fixe les limites du Port-Louis à l’est, à la rivière des Lataniers, à l’ouest, à la Grande Rivière et au ruisseau de l’Anse Courtois. Il divise la colonie en huit quartiers commandé chacun par un membre du Conseil. Un syndic est nommé pour trois ans par quartier ; il est chargé du recensement des habitants, de la police des esclaves, de la surveillance de l’entretien des chemins bordant leurs habitations, de la réquisition des corvées pour les travaux d’utilité générale.

  • 44 Auguste Toussaint, Le mirage des îles. Le négoce français aux Mascareignes au XVIIIe siècle, Aix-e (...)

32La deuxième moitié du XVIIIe siècle est particulièrement faste pour ce port. Sous le régime de la Compagnie des Indes, le mouvement de la navigation commerciale reste limité au Port-Louis ; il se borne aux allées et venues d’une trentaine de long-courriers et d’un petit nombre de caboteurs « créoles » opérant la traite avec Madagascar. Grâce à l’ouverture des Iles au commerce libre à l’époque royale, le commerce devient florissant. Il entre au Port-Louis en 1769, 78 navires en tous genres, 101 en 1773, 176 en 1783, 203 en 1789, 266 en 1791, 347 en 180344.

Graphique 1. – Évolution des entrées des navires à Port-Louis de 1769 à 1803

  • 45 Le négociant fait le commerce en gros et vend les marchandises par balles, caisses ou pièces entiè (...)
  • 46 Auguste Toussaint, Le mirage des îles…, p. 21. Pour les années 1769 et 1810, cet auteur a relevé d (...)
  • 47 Journal de bord du bailli de Suffren dans l’Inde, Paris, H. Moris, 1888, p. 65.
  • 48 Auguste Toussaint, Le mirage des îles…, p. 21-22.

33Parallèlement à cet afflux de navires, le nombre de commerçants s’accroît. L’activité commerciale permet de s’enrichir vite. En 1776, le Port-Louis rassemble 25 négociants45 et 78 marchands, en 1788, 87 négociants et 106 marchands, en 1808, respectivement 183 et 18246. Dans son journal, Suffren signale en 1781 que les négociants gagnent de l’argent47. Ils sont capables d’offrir le 18 novembre 1787 un banquet de six cents couverts au Champ-de-Mars en l’honneur du gouverneur Souillac, protecteur du commerce, lors de son départ. Les planteurs qu’il qualifie de « héros fatigués » font pâle figure auprès des négociants. Ils dépendent d’eux, puisqu’ils leur procurent des esclaves et tout ce qui est utile au bon fonctionnement de l’habitation. Certains négociants deviennent planteurs. Les négociants s’emparent sans difficultés du pouvoir politique au moment de la Révolution48.

  • 49 Chefdeville, « La vie privée à l’île de France de 1767 à 1789 », p. 73.

34Beaucoup d’officiers ou de riches négociants ont une demeure en ville et possèdent une ou plusieurs habitations à la campagne où ils vont se reposer en fin de semaine et pendant les chaleurs de l’été. En 1776, François de Chazal, membre du Conseil supérieur (de 1767 à 1787), possède une habitation rue de traverse au Port-Louis, une autre au quartier de la Montagne Longue et une troisième au quartier de Moka49.

  • 50 Amédée Nagapen, Histoire de l’Église. Isle de France – Île Maurice. 1721-1968, Port-Louis, 1996, p (...)
  • 51 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, p. 264.

35La société francilienne étant esclavagiste, elle est foncièrement inégalitaire. En 1788, alors que la colonie totalise 43 473 individus dont 4 417 Blancs, 2 436 Libres et 36 620 esclaves, Port-Louis fait figure de ville moyenne, puisqu’elle compte 14 877 habitants (soit 34,2 % de la population de l’île), dont 2 453 Blancs (soit 55,5 % de la population blanche), 1 693 libres (soit 69,5 % de la population libre) et 10 731 esclaves (soit 29,3 % de la population esclave)50. L’ordonnance ségrégative du 24 décembre 1779 qui défend aux Blancs du Port-Louis de demeurer dans les endroits habités par les Noirs libres51 contribue à maintenir la distance entre maîtres et anciens travailleurs privés de liberté et introduit une véritable topographie sociale. Les Indiens habitent le faubourg Est ou camp des Malabars, juste après se situe le camp des Lascars ; le faubourg Ouest ou camp des Noirs libres est réservé aux Noirs malgaches et mozambicains. Cet interdit contribue à freiner l’acculturation.

36Comme les propriétaires blancs ne réussissent pas tous brillamment et ne vivent pas tous dans l’opulence, Mahé de Labourdonnais ne parvient pas à les persuader de se construire des logements coquets et confortables. Ses successeurs semblent avoir d’autres priorités. D’après les observations de Bernardin de Saint-Pierre, en 1767, Port-Louis compte 500 maisonnettes de bois transportables sur des rouleaux, ne comportant aux fenêtres, ni vitres ni rideaux, et pourvu à l’intérieur de quelques mauvais meubles. Les rues et les cours ne sont ni pavées ni plantées d’arbres. Il n’existe aucun service de voirie.

37À partir de Desroches (gouverneur général de 1768 à 1772), des mesures d’embellissement de Port-Louis sont adoptées. Diverses ordonnances sont signées en ce sens. La première, le 6 juin 1769, impose aux habitants d’entourer leurs demeures et leurs concessions de murailles ou de haies vives, faites de bambou, d’acacia, de mouroue ou autres plantes épineuses, à l’exception des raquettes. Les clôtures en palissades, planches ou autres bois morts sont interdites. Pour donner un cachet agréable à la ville, chaque propriétaire doit planter dans l’alignement de son emplacement une quantité de onze arbres : tamariniers, manguiers ou pêchers. Chaque propriétaire doit construire au long de leurs emplacements un petit trottoir de 6 pouces de haut et de 6 pieds de large dans les rues ayant 7 toises de largeur (14 mètres) (Champ-de-Mars, Rempart, Desforges, Casernes), et de 4 pieds dans celles de cinq toises (10 mètres). Personne ne doit laisser vaguer dans les rues les cabris et les porcs.

  • 52 Mélange de chaux, d’œufs et de sucre (C. Grant, The history of Mauritius or the Isle of France and (...)
  • 53 Étienne Delaleu, Code des isles de France et de Bourbon, p. 222.
  • 54 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, t. 1, ordonnance du 3 novembre 1774.
  • 55 Étienne Delaleu, Code des isles de France…, p. 260.

38L’ordonnance du 15 novembre 1769 interdit la construction dans la ville de maisons en charpentes doublées ou bordées de planches et palissades. Désormais, les maisons doivent être en pierres couvertes en argamasse52, tuiles, et bardeaux ou merrains53. Comme les rues sont étroites et tortueuses, Desroches fait rectifier l’alignement et leur donne une largeur uniforme de 36 pieds pour les artères principales et de 24 pour celles où la circulation est moins intense. Le voyageur polonais, Maximilien Wiklinsky, qui visite Port-Louis en août 1769 peut dire « les rues sont tirées au cordeau ». Le cimetière est transporté près du fort Blanc. L’ordonnance du 3 novembre 1774 rappelle la prohibition de constructions en bois dans la ville à partir du 1er janvier 1775. Le but est de diminuer l’exploitation des bois aux environs de Port-Louis, de conserver les pluies nécessaires à la salubrité de l’île et à l’alimentation des rivières, de prévenir les dégâts des incendies et des cyclones54. Cette interdiction est renouvelée le 29 décembre 177755, preuve qu’à cette date, elle est toujours mal respectée. Les habitants préfèrent le bois, car la construction en pierre revient cher outre que les maçons et taillandiers sont rares. De plus, la pierre noire du pays est dure et la chaux, provenant de la calcination des coquillages, madrépores et autres productions marines, donne un mauvais ciment ; enfin cette pierre noire retient la chaleur.

39Ces mesures semblent avoir été correctement appliquées, car lorsque le dessinateur Milbert, un des membres de l’expédition de Baudin qui se rend en Australie séjourne à Port-Louis en 1801, il est touché par l’ordre qui y règne et sa régularité. « Il y a fort peu de villes qui offrent une réunion d’habitations plus agréables, et surtout moins de disparates. On n’y voit pas, comme en Europe, à côté d’un palais magnifique, ces masures en ruines habitées par l’indigence et le désespoir. Il y a une grande uniformité dans les mœurs et même dans les habitudes des colons. »

  • 56 Charles Louis Ternay, chevalier d’Arsac, capitaine de vaisseau, chef d’escadre en 1776, nommé le 1 (...)
  • 57 Jacques Maillart-Dumesle, nommé le 16 août 1771 commissaire de la Marine, ordonnateur aux îles de (...)

40Le gouverneur général Charles Ternay56 et l’intendant Jacques Maillart-Dumesle57 chargés de développer le port Sud-Est sont les auteurs de nombreux arrêtés concernant Port-Louis. Pour garantir l’ordre, ils organisent le recensement de la population de la ville. Le 1er septembre 1772, un règlement enjoint à tous les propriétaires ou principaux locataires des maisons du Port-Louis d’envoyer dans les vingt-quatre heures un état de leur maison. Cette première ordonnance n’ayant pas été scrupuleusement observée, une deuxième du 1er novembre 1772 rappelle l’observation et fixe pour chaque contrevenant une amende de 50 livres et en cas de récidive de 100 livres applicable au profit de la commune. En 1775, les inspecteurs de police chargés de réaliser le recensement des personnes domiciliées au Port-Louis n’ont pu terminer leur travail. Le 23 février 1775, une nouvelle ordonnance donne un délai de quinze jours à tous les habitants de cette ville afin d’envoyer un recensement complet mentionnant leur numéro de maison, leurs noms et qualités, l’époque de leur arrivée et le nom du vaisseau, leur état civil, marié ou non, leurs enfants, leurs esclaves. Une pareille déclaration doit parvenir dans les quinze premiers jours du mois de janvier.

  • 58 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, t. 1, ordonnance du 12 juillet 1773, p. 35 (...)
  • 59 Il est même prévu qu’on trouverait désormais des pompes, échelles, seaux, cordes et autres instrum (...)

41La crainte de l’incendie incite à la prévention. L’ordonnance du 12 juillet 1773 ordonne aux propriétaires de faire couper les herbes qui poussent autour de leurs maisons et leurs cafés dans un rayon de 40 pieds pour prévenir les incendies dans le Camp. Il est également interdit de faire tirer les mines dans la ville sans une permission spéciale58. Le vicomte de Souillac (1er mai 1779-5 novembre 1787) intensifie cette lutte. Le 12 mars 1784, il est prévu que chaque propriétaire d’immeuble doit avoir en permanence chez eux, deux seaux ou bailles portatives avec une ou deux anses, et contenant au moins dix pots d’eau pour en faire usage en cas d’incendie59.

42La salubrité de la ville est une priorité. Le terrain de la voierie est cédé à des particuliers. Les immondices doivent être placées devant les maisons pour être enlevées par les tombereaux de chaîne. Les décombres secs provenant des démolitions et des constructions doivent être déposés près du lavoir public et les matières organiques dans deux salopes mouillées, l’une au Trou du Fanfaron, près de l’hôpital Labourdonnais, l’autre à un appontement pratiqué à l’extrémité de la rue de l’Artillerie. Leur contenu est déversé au large chaque matin avant le service des vidanges. Ce service est effectué par les esclaves avant quatre heures du matin afin que les habitants ne soient pas incommodés. Les propriétaires et locataires sont tenus de faire balayer et arroser leurs trottoirs à 9 heures et à 3 heures au son de la cloche qui sort du bureau de police. Deux petits bazars sont créés par les ordonnances des 31 mars et 1er septembre 1784 l’un au quartier du Rempart et l’autre à celui de la Petite Montagne. La Chaussée qui communique de la Place du Gouvernement au Rempart est achevée le 1er juillet 1779 deux mois après l’arrivée du vicomte de Souillac. Celui-ci active les travaux de construction de l’église. Elle est livrée avant le 5 juin 1782. Elle reproduit l’édifice de 1773 sauf que les clochers ne s’élèvent plus derrière les sacristies, mais à l’avant du bâtiment. Le 15 décembre 1786, l’eau du ruisseau du Pouce est amenée à la fontaine placée sur la place de l’église.

43Le bazar installé en 1735 par Labourdonnais est transféré le 1er janvier sur un emplacement situé derrière le gouvernement. L’ordonnance du 28 avril 1773 vise à la propreté des rues de la ville. Les particuliers ne peuvent jeter des verres cassés dans les rues et y déposer des immondices. Ils doivent déplacer les latrines placées près des rues passagères.

  • 60 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, ordonnance du 31 décembre 1776, p. 231.

44L’ordonnance du 19 mai 1775 concerne le nivellement des rues et la confection des trottoirs. Ceux qui n’ont pas observé l’ordonnance de Desroches et Poivre concernant l’aménagement des trottoirs par le règlement du 6 juin 1769 doivent le faire sans tarder et réparer ceux qui sont déjà élevés. Le tout doit être achevé avant le 1er janvier 1776. L’entretien et la construction des chemins menant au port sont à la charge des habitants sous forme de corvées de noirs ou à défaut d’une contribution en argent. Chaque propriétaire doit retirer les ordures, immondices, copeaux, roches et tout ce qui encombre la voie publique, sous peine de 10 livres d’amende pour la première fois et le double en cas de récidive60.

Bourbon, l’île sans port véritable

La mise en capitale de Saint-Denis

  • 61 Jean Barassin, Naissance d’une chrétienté. Bourbon des origines à 1714, Cazal, Saint-Denis, 1953, (...)
  • 62 Jean de La Roque, Voyage de l’Arabie heureuse, Cailleau, Paris, 1916, p. 206.
  • 63 AN. Col. C3 3, pièce 2, Réponse des Directeurs de la Compagnie des Indes orientales, 22 février 17 (...)

45Bourbon souffre de ne pas disposer de bons ancrages pour se doter d’un port afin de sortir sans danger ses produits marchands. Non seulement la côte ne présente aucune anfractuosité naturelle qui permet d’abriter les vaisseaux, mais les embouchures des rivières qui auraient pu servir aux installations portuaires ne sont guère propices à de tels aménagements. En 1669, Regnault envisage un port artificiel à la Rivière Saint-Gilles. En 1687, le Père Bernardin propose d’aménager l’estuaire de la rivière d’Abord en havre pour accueillir des barques de 50 tonneaux61, alors que ce quartier n’est pas encore habité. En 1690, Vauboulon penche plutôt pour la Rivière du Marsouin. Là encore, le nombre de concessionnaires dans le quartier est plus que minime. Feuilley chargé d’enquêter sur ces trois projets est favorable au site de la rivière d’Abord. Cependant, la Compagnie des Indes qui est toujours confrontée à des problèmes de trésorerie ne peut honorer les dépenses pour cet aménagement. Seules les rades foraines où l’accostage est périlleux, mais l’ancrage assez bon sont exploitées. Bourbon doit se contenter de ce qu’elle a et par conséquent de peu. En 1710, le gouverneur de Villers précise que deux rades foraines, l’une à Saint-Paul, l’autre à Saint-Denis, sont « les seuls endroits où les navires peuvent s’arrêter et se rafraîchir62 » correctement, car l’ancrage se fait bien, dans le fond marin sableux. Mais les navires accostent aussi à Sainte-Suzanne, la Possession du Roy, Saint-Gilles…, c’est-à-dire là où ils peuvent se ravitailler. Partout pendant les cyclones, l’accès de la côte est dangereux. Des deux autres lieux propices à la création d’un port : Saint-Gilles et la Rivière d’Abord, le gouverneur Parat choisit Saint-Gilles. Comme l’entrée du chenal est périlleuse et la dépense est lourde puisqu’elle s’élève à 100 000 écus, la Compagnie refuse de s’engager63. Toutes ces études, expertises, mesures, déplacements pendant cette dizaine d’années ne servent à rien. En s’abstenant de construire un port, la Compagnie pense qu’il s’agit de la meilleure stratégie pour que l’île soit à l’abri d’attaques ennemies et pour que les Bourbonnais ne s’adonnent pas à la piraterie. Celle-ci est peut-être valable tant que l’île pratique une économie d’autosubsistance et écoule son léger surplus auprès des navires de passage. Mais, lorsqu’elle se lance dans la culture intensive de café, activité exigeante en main-d’œuvre, son trafic maritime progresse, puisqu’elle doit aussi écouler jusqu’en Europe sa production caféière. Sans port, Bourbon a du mal à sortir de l’ère du bricolage. Les ingénieurs chargés de se prononcer sur le sujet tout au long du XVIIIe siècle n’ont guère le choix. Compte tenu des contingences géographiques de l’île, ils sont bien obligés de se déterminer en fonction des anciens projets. En 1730, l’ingénieur Sornay reprend l’idée d’un port à l’Étang de Saint-Paul, en 1773, Tromelin soutient celui de Feuilley concernant la Rivière d’Abord.

  • 64 Quand il est détruit par l’usure du temps et les cyclones, il tarde à être reconstruit. C’est chos (...)
  • 65 Bory de Saint Vincent, Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, t. 1, p. 256.
  • 66 ADR, C 20, Lettres de Crémont à de Sabadin du 7 mars 1778 et de Souillac et Courcy à Nairac du 2 o (...)
  • 67 ADR, L 94/6, Lettres de Duvergé à Dupuy des 14 septembre et 28 octobre 1793.

46Mahé de La Bourdonnais cantonne Bourbon dans le rôle de grenier à grains de l’île de France, pour que cette dernière puisse se livrer tranquillement à autre chose, et notamment au commerce ; il se refuse à la doter d’un port muni des équipements de base. En France, les nouveaux paysages urbains à l’époque moderne se situent près des grands estuaires des fleuves de la côte atlantique. Saint-Denis à l’estuaire de la rivière éponyme, obéit à cette logique. C’est aussi pour cette raison et non seulement parce qu’elle est plus proche de son siège de gouverneur général en venant de l’île de France que Mahé de La Bourdonnais la propulse capitale de la colonie bourbonnaise, au détriment de Saint-Paul. Cette ville d’import-export n’est pas une ville portuaire. La grande action de ce gouverneur général à Saint-Denis est d’aménager un pont-volant afin de faciliter les opérations d’embarquement et de débarquement des marchandises et des personnes64. Soutenu par quatre mâts de 60 pieds de longueur, cet artifice avance de 130 pieds en mer. À son extrémité, un escalier qui s’élève et s’abaisse à volonté sert au transbordement. Le débarquement est évidemment très inconfortable à cause de l’oscillation de l’échelle et des secousses provoquées par l’agitation de la mer65 ; il est rare qu’il ne laisse pas d’amers souvenirs aux voyageurs. Pour Mahé de La Bourdonnais, pour ravitailler l’île de France, Bourbon n’a pas besoin de plus d’un pont-volant. De fait, il la bride et ne lui donne pas les moyens d’exporter ses productions. À Saint-Benoît, comme à Saint-Paul ou au Repos de Laleu, les rades foraines non protégées de l’assaut du vent et de la houle ne sont praticables qu’en dehors de la saison cyclonique (d’avril à novembre). Le chevalier Bancks, arpenteur du roi, auteur d’un rapport en 1784, où il traite des potentialités de l’île, est hostile à l’idée formulée par Tromelin en 1773 d’édifier un port à l’Étang-Salé, d’une part, parce qu’il est éloigné des principaux centres de production et d’autre part, parce qu’il serait rapidement comblé par le sable mouvant. L’insuffisance des communications routières incite chaque quartier, de Sainte-Rose à Langevin en passant par Sainte-Marie, à entretenir une marine pour écouler leurs productions spéculatives de blé, de café, d’épices jusqu’au point nodal, Saint-Denis. La logique de la Compagnie des Indes est respectée à l’époque royale. Bourbon ne bénéficie pas d’améliorations substantielles en matière portuaire ; tout au plus, une cale pour le radoub des navires est aménagée à Saint-Denis, et le pont-volant emporté par un cyclone est remplacé par une construction en pierre. À Saint-Pierre, la passe de la rivière d’Abord est nettoyée66. À l’époque révolutionnaire, le 23 novembre 1792, le commissaire civil Tirol se lance avec ardeur et détermination dans un projet d’aménagement du barachois de Saint-Denis ; mais faute de moyens financiers, il doit rapidement suspendre l’exécution des deux jetées. Les deux entrepreneurs Desfosses et Rivière réclament devant la justice de paix réparation pour la rupture de leur contrat67. En janvier 1794, le capitaine général du port, Bruneau de la Souchais recommande la construction de cinq à six corps-morts pour l’amarrage des bateaux dans les rades de l’île et d’une cale pour mettre à terre les chaloupes exigeant des réparations. Tirol le soutient, mais son éviction du pouvoir ajourne tous les projets portuaires d’envergure.

  • 68 Mémoire de Chanvalon, (24 mars 1804), Recueil trimestriel de documents et travaux inédits pour ser (...)

47Sous le régime napoléonien, la Rivière d’Abord et Saint-Paul font l’objet d’attention. Mais Thibaut de Chanvalon est plutôt favorable à l’aménagement de la rade de Saint-Denis à cause de ses récifs qui permettent de recevoir deux jetées et la possibilité de creuser un abri pour les chaloupes et les pirogues68. Mais rien n’est encore une fois entrepris.

  • 69 AN, Col C 3/13, Lettre de Crémont à Poivre du 27 novembre 1771.

48Les conséquences de ce refus de créer un port à Bourbon sont évidemment multiples. D’abord, les conditions de travail sont particulièrement pénibles pour les esclaves de marine qui assurent le chargement et le déchargement des navires. Leur vie est constamment en danger. Crémont reconnaît qu’ils « vieillissent plus tôt que les autres » et que leur sort est « plus dur que celui des galériens69 ». De 1767 à 1772, chaque année, une soixantaine d’entre eux meurent noyés. Comme le remplacement des victimes de ces accidents funestes du travail n’est pas une priorité, ceux qui restent s’esquintent à la tâche. Paris croit que la réussite économique de Bourbon passe par sa mise à l’écart des circuits commerciaux. Ce qui est une hérésie. En 1787, il lui est rappelé qu’il ne peut commercer avec des bâtiments étrangers, alors que Port-Louis jouit du titre de port franc. Les Bourbonnais ne peuvent pas ne pas se sentir sacrifiés sur l’autel des intérêts des négociants de l’île de France. La médiocrité des installations portuaires à Bourbon freine l’activité maritime, augmente les frais et cause des pertes toujours dommageables aussi bien pour le producteur que pour le consommateur. Le transport des produits jusqu’au lieu de consommation coûte cher. À l’époque des cyclones, les navires évitent de fréquenter Saint-Denis. Ceux qui prennent le risque exigent en compensation, « une forte indemnisation par des frets élevés ». L’écoulement du blé est alors problématique. Le produit mouillé par l’eau de mer est invendable à son arrivée à l’île de France. Le café est encore plus pénalisé. Il doit transiter par des caboteurs à l’île de France avant son exportation en Europe. Ce produit ne peut qu’avoir du mal à faire face à la concurrence. La diversification des cultures est hypothéquée. Les Bourbonnais ne voient pas l’intérêt de produire des cultures spéculatives, s’ils doivent dépenser pour les expédier dans des conditions minables. Ainsi, le vicomte de Souillac ne cache pas que les difficultés d’exportation nuisent beaucoup au développement de la culture du coton. Cette défaillance sur le plan des infrastructures portuaires entraîne une perte annuelle estimée à un million pour la colonie. Elle traduit surtout que pendant tout le XVIIIe siècle, les directeurs parisiens de la Compagnie des Indes, comme les dirigeants royaux, puis révolutionnaires et enfin impériaux ont géré l’île Bourbon avec le même esprit parcimonieux et mercantiliste, avec une logique comptable implacable qui vise à dépenser le moins possible. Tout se passe comme si elle doit porter seule, le fardeau de ses handicaps naturels.

49L’absence de port ne fait pas de Bourbon une citadelle imprenable. En effet, lorsqu’en 1810, l’Angleterre décide de conquérir les positions françaises dans la zone de l’océan Indien, Bourbon, mal protégée, quelle que soit la bravoure de ses soldats et des colons, est prise sans mal avant l’île de France.

50Saint-Denis, principal point de liaison avec l’extérieur joue son rôle de capitale à partir de 1739. Faute d’un bon réseau de communications, dans chaque quartier les productions sont transportées à tête d’esclave jusqu’à la marine. De là elles sont évacuées dans l’Est vers la capitale par la mer et dans le Sud vers Saint-Paul pour être expédiées en France. Chaque quartier à Bourbon assure sa subsistance. Il a besoin de l’extérieur pour les vêtements, les médicaments, les esclaves. Pierre Benoist Dumas (1727-1735) tente de renforcer les liens entre Saint-Paul et Saint-Denis, séparés par le Cap Bernard, en confiant le 16 juin 1730 aux entrepreneurs Boisson et Muron le soin de réaliser un chemin reliant Saint-Denis à la Possession et passant par le sommet des falaises de la Grande Montagne. Il aménage un grand magasin pour réceptionner les cafés avant l’envoi en métropole. Ce bâtiment est transformé en loge fortifiée par Mahé de La Bourdonnais pour y regrouper tous les services administratifs. Les deux premiers plans de Saint-Denis retrouvés ont été dressés l’un par Guyomar en 1742 qui ne renferme que la ville haute et l’autre par Banks en 1777. Ils permettent de la définir et de suivre son évolution

  • 70 Élie Pajot, « La ville de Saint-Denis et ses différents plans de 1742 à 1854 », Album de Roussin, (...)

51Le plan de Guyomar « dans ses parties inférieures et moyennes s’arrête à l’Est à la rue des Limites, non encore tracée, et dans sa partie supérieure, une sorte de banlieue s’étend au Sud, au ruisseau des Noirs et à l’Est, jusqu’au Butor70 ». La ville compte 105 emplacements répartis selon un plan en damier avec des rues sans nom qui se coupent à angle droit. Celles-ci sont dénommées sur le plan de Banks en 1777.

52Pour embellir la ville, l’ordonnance du 15 janvier 1770 impose la plantation de tamariniers ou de manguiers dans les rues du chef-lieu à quinze pieds de distance aussi bien dans les grandes rues larges de 36 pieds que dans les petites rues de 24 pieds. Le 16 août 1772, de nouvelles directives intéressent Saint-Denis. Il est désormais interdit d’édifier un bâtiment ou un entourage en pierre ou en bois sans avoir demandé l’alignement à l’ingénieur du roi. Pour éviter les incendies les cases en paille doivent être supprimées. L’usage du bardeau doit être généralisé, même pour les cases des esclaves domestiques, les cuisines et les écuries. Il est accordé un délai d’un an aux propriétaires pour se conformer à ces prescriptions.

  • 71 Étienne Delaleu, Supplément au Code l’isle de France et de l’isle Bourbon, p. 137.
  • 72 Étienne Delaleu, Supplément…, p. 138.
  • 73 Étienne Delaleu, Supplément…, p. 138.

53En mars 1775, l’administration royale décide d’appliquer plus fermement le plan levé par Guyomard homologué le 2 mai 1742 par le Conseil supérieur et de dénommer les rues et les places. Le chevalier Banks est nommé pour lever un nouveau plan en attribuant la largeur de 30 pieds (10 mètres) à toutes les rues. Le chef-lieu, c’est-à-dire le centre de la ville, la zone des emplacements, est borné à l’Est par le terrain concédé au Sieur Pitoux, au Nord par la mer, à l’Ouest par la rivière Saint-Denis, au Sud par alignement du nouveau jardin du Roi et des terrains appartenant au Domaine71. Tous les terrains placés au-delà sont des terrains d’habitation, c’est-à-dire dans la zone rurale. Le nombre de grandes rues de l’Est à l’Ouest est fixé à douze et celles qui traversent du nord au Sud au nombre de sept. Il est interdit d’enlever les poteaux auxquels sont attachés les écriteaux désignant les noms des rues, sous peine de 30 livres d’amende contre les Blancs et de 50 coups de fouet pour les esclaves au poteau du bazar72. Cinq places sont créées pour embellir le chef-lieu : la Place Royale, entre le gouvernement et l’Intendance, les magasins du roi et le presbytère, la Place d’Armes et des Casernes, la Place du Bazar ou marché public, la Place de Justice et la Place Dauphine où est située la première fontaine voisine du nouveau jardin du Roi73. Aucune décision n’est prise sur le plan décoratif pour les singulariser.

  • 74 Étienne Delaleu, Supplément…, ordonnance du 3 juin 1775.

54Comme à l’île de France, l’administration royale veille à la salubrité de la ville. À partir du 3 juin 1775, tous les particuliers doivent nettoyer les rues, en ôter toutes les roches et pierres, combler les trous et les crevasses, détruire le chiendent, aplanir toute la rue. Les latrines placées par les particuliers dans les rues doivent être mis à l’intérieur des emplacements74.

55Dans cette colonie, l’application des mesures d’embellissement ne semble pas donner d’heureux résultats. Au moment où Bory de Saint Vincent la visite en 1801, il constate que « c’est un véritable bourg, dont les rues, bordées de palissades ou de murs d’entourages, ressemblent à des chemins de campagne : ces rues, qui ne sont pas pavées, sont remplies de gros cailloux, dont quelques-uns offrent çà et là leurs pointes cachées sous l’herbe. Lorsqu’on marche vite, on est exposé à s’y heurter, ce qui est à craindre, car les moindres blessures aux extrémités inférieures peuvent avoir les suites les plus fâcheuses dans les pays chauds ».

Saint-Pierre, du comptoir à la ville

  • 75 Peut-être est-ce la conséquence du cyclone qui ravage le littoral de Saint-Paul en 1718.
  • 76 En 1736, de la Ravine du Gol à la Ravine Blanche, il existe 68 concessions (dont 32 de plus de 6 h (...)
  • 77 Daniel Lefebvre, Saint-Pierre de La Réunion, Saint-Denis, Cazal, 1975, p. 15-17.

56À partir de Desforges Boucher, la colonisation du sud de Bourbon s’accélère en vue d’accroître la production du café. La distribution des concessions s’effectue à partir de 200 mètres d’altitude et non à partir de la côte75. Le directeur général de la Compagnie Pierre Benoît Dumas arrivé en 1727 accorde des concessions prioritairement à la rivière d’Abord et bien au-delà, mais aussi à Manapany et à la rivière des Remparts, accentuant ainsi la progression vers le sud76. En 1728, l’administration décide de créer un comptoir dans le Sud afin d’écouler vers Saint-Paul le café produit et d’assurer le ravitaillement de la population. Les habitants de la rivière d’Abord conseillent de l’installer à l’embouchure de cette rivière, site qui offre deux avantages : une bonne alimentation en eau et un bon ancrage des barques. L’opposition des gens établis sur les bords de la Rivière Saint Étienne retarde le projet. Mais Dumas fait dessiner par Antoine de Bavière le premier plan en damier. Le 30 mars 1736, le nouveau gouverneur Mahé de La Bourdonnais décide la création d’une ville et demande à Gabriel Dejean de préparer un plan. À la fin du XVIIIe siècle, la ville est fonctionnelle ; elle répond aux besoins des propriétaires. Certaines infrastructures datent de l’époque de Dejean : le vieux gouvernement, le magasin de la Compagnie (actuellement la mairie), la prison, la poudrière, le magasin de la marine et du batelage, le magasin des casernes. D’autres du gouvernement de La Bourdonnais : une forge, un four à chaux, un moulin. Saint-Pierre est un centre administratif, militaire (garnison, police). C’est aussi un entrepôt, c’est-à-dire un centre de réception de marchandises et d’expédition du café en relation avec Saint-Paul par terre (grâce à un service de Messageries de 30 bœufs ou chevaux, avec un relais au Repos Laleu) et par mer (par des pirogues et chaloupes)77.

La ville d’import-export, espace de perturbations et de rayonnement culturel

Espace du désordre

57Ainsi, la ville d’import-export déconstruit l’insularité. L’île dotée de havre sûr comme à l’île de France ou privée comme à l’île Bourbon, n’est pas l’espace de l’enfermement. Le port d’escale ou militaire, comme le simple centre d’embarquement et de débarquement des marchandises présente ce même visage. Il rompt l’isolement et permet à la colonie de surmonter les contraintes du temps et de l’espace. Le port fait de l’insularité une donnée muable. Son utilité ne se mesure pas seulement sur le terrain commercial. Il brise l’éloignement. Lettres, journaux, livres qui entrent dans la colonie grâce au port, renouvellent les idées et alimentent les discussions. Il permet le maintien des liens avec ceux laissés en métropole ou ailleurs. Grâce à cet outil, l’île n’est plus une île ; les hommes, les biens et les idées circulent. Cependant, la ville d’import-export doit assumer toutes les conséquences d’un espace ouvert ; elle doit régler tous les désordres sur le terrain de la cohésion sociale.

  • 78 Prosper Ève, Naître et mourir à l’époque de l’esclavage à l’île Bourbon pendant la période de l’es (...)
  • 79 Pierre Crépin, Charpentier de Cossigny, p. 70-71.
  • 80 Saint Elme Le Duc, Île de France…, p. 80.
  • 81 Auguste Toussaint, Port-Louis, deux siècles d’histoire, p. 112.

58Des esclaves indiens atteints de variole arrivés à Saint-Denis en 1729 causent l’effroi à Saint-Paul et Saint-Louis entre avril et juin. Mais Saint-Paul paie le plus lourd tribut. Dans ce quartier, le nombre de décès passe chez les Blancs de 8 en 1728 à 117 en 1729 (dont 98 entre avril et juin, pendant les trois mois de crise, soit 83,8 %) et chez les esclaves de 16 à 289 (dont 260 entre avril et juin, soit 90 %)78. À l’île de France, l’épidémie de variole de 1756 enlève la moitié des esclaves. Selon Jean-François Charpentier de Cossigny, rien que parmi les Noirs de la Compagnie, elle cause 1 800 décès. Les essais d’inoculation qu’il effectue lui-même sur les enfants esclaves donnent d’assez bons résultats79. En octobre 1771, Pierre Poivre s’enfuit à la campagne pour être épargné de ce mal qui accable une nouvelle fois Port-Louis80. Le 18 décembre 1770, la variole refait surface et cause la mort du quart des esclaves selon Cossigny de Palma. En décembre 1772, la colonie subit un nouvel assaut. Il faut attendre l’épidémie de 1782 pour que des mesures de quarantaine soient adoptées. En octobre, un vaisseau appartenant à M. de Saumur ayant à son bord quelques varioleux est envoyé en quarantaine auprès d’une île déserte à neuf lieues sous le vent du Port-Louis. Malheureusement, cette décision intervient trop tard. En effet, en juin, l’escadre de De Bussy a déjà introduit le mal. Le nombre de malades sur les vaisseaux atteint 2 800. Faute de bras pour nettoyer l’Alexandre, il est coulé. En quatre mois, 429 soldats et matelots et 106 Africains meurent. À l’hôpital, 150 infirmiers contractent la maladie. Les porcs vont dans le cimetière non clôturé, déterrer les corps et traîner dans les rues des lambeaux de cadavres81.

59La ville portuaire francilienne est souvent présentée comme un espace de débauche. Les gens oisifs se rassemblent sur la place d’Armes à midi et au soir, médisent de la Compagnie, du gouverneur, de ses voisins, commentent les nouvelles qu’apportent les vaisseaux d’Europe, ou bien agiotent. À la fin de la journée, les uns se saoulent dans quelque bistrot ; les autres se rendent chez les femmes de bonne condition, de certain état, pour y jouer, et s’y ennuyer. Bernardin de Saint-Pierre dit que les guerres de la succession d’Autriche et de Sept Ans ont jeté « comme une écume, des banqueroutiers, des libertins ruinés, des fripons, des scélérats qui, chassés d’Europe par leurs crimes et de l’Asie par nos malheurs, tentèrent d’y rétablir leur fortune sur la misère publique ». La licence que La Bourdonnais tente de réprimer règne de plus belle. Les troupes envoyées pour se battre en Inde, sont pour la plupart, selon M. de Frémicourt chargé de les discipliner, « des déserteurs, des malfaiteurs et autres mauvais sujets, pris dans les prisons et conduits aux Isles, les fers encore aux pieds et aux mains, à qui, lorsqu’ils sont débarqués, on lit les ordonnances les plus sévères, qu’on répartit dans les compagnies et puis, que, par un commandement de demi-tour à droite, l’on envoie se gîter et vivre où ils voudront ».

  • 82 Auguste Toussaint, Port-Louis. Deux siècles d’histoire, p. 61.

60Faute de casernes jusqu’en 1761, ces apaches répandus dans la ville sans surveillance rendent la vie difficile aux habitants. Au moment de la rétrocession de l’île par la Compagnie à la France, Port-Louis ruinée ressemble à une auberge vidée, dévastée, ravagée par une bande de pillards82. Desroches lutte contre le dérèglement des mœurs. Le 28 février 1774, il rapporte au ministre que les habitants de l’île sont

  • 83 Saint-Elme Le Duc, Île de France, p. 77.

« en général pleins d’honnêteté, de candeur, de zèle, d’amour et de respect pour l’autorité du roi. Le désordre est flagrant dans cette ville. La prise en compte de la qualité des habitants permet de ne pas s’étonner inutilement. D’un côté, tout ce qu’il y avait de négresses libres y avaient des maisons, on sait à quel prix cette liberté s’acquiert. Les jeunes cherchaient à s’entretenir dans leur nouvel état par les moyens qui le leur avaient procuré. Les vieilles étaient plus dangereuses encore. D’un autre côté, tous les marins ou soldats déserteurs, tous les soldats congédiés, tous ceux qui n’avaient pu soutenir la vie tranquille, mais laborieuse des campagnes, tous les mauvais sujets fugitifs d’Europe ou de l’Inde avaient abouti dans ce repaire. Il y avait alors au Port-Louis plus de boutefeux qu’il n’en aurait fallu pour embrasser le royaume le plus étendu de l’univers. […] Les filles blanches, elles-mêmes, ne pouvant guère espérer de s’établir honnêtement, étaient réduites à mener une vie libertine, plus ou moins scandaleuse, suivant les agréments de leur figure et de leur esprit. Pour comble de débordement, les jeunes noirs libres étaient en société, souvent en concurrence avec les blancs. Il est difficile de dire quel était le plus funeste, de leur union, ou des querelles qui la troublaient continuellement. Frappé d’un spectacle aussi odieux, je cherchais, dès le premier moment à détruire le vice ou, du moins, à le forcer à prendre le masque de l’honnêteté83 ».

  • 84 François Julien Desroches, chevalier Dudresnay, nommé le 22 juillet 1768 gouverneur des deux îles, (...)

61En dépit de ses efforts, cette immoralité persiste jusqu’à la Révolution. François Desroches84 parvient à faire cesser les duels entre militaires et à tempérer les ardeurs du jeu qui transforme chaque maison de Port-Louis en tripot. Les personnes libres qui bénéficient du système esclavagiste ne peuvent extérioriser violemment un mécontentement quelconque, car ils ne doivent pas donner le mauvais exemple aux esclaves. Par contre, les soldats et toutes les personnes sans esclave n’y étant pas directement impliqués, ne se sentent pas tenus de canaliser leur agressivité. Ils mettent la paix sociale en danger, chaque fois qu’ils sont sous l’empire de l’alcool. Pour garantir l’ordre, la lutte contre la petite et la grande criminalité est une priorité ; elle passe par la surveillance de la vente d’alcool. Le 22 août 1767, Poivre et Dumas enjoignent aux cabaretiers et autres débitants d’alcool de déclarer au juge de police leur stock de boissons. Une ordonnance du 27 septembre 1767 réduit le nombre de cantines à sept : une sur le chemin de Pamplemousses dans le quartier des Blancs, deux auprès de l’ancienne église, deux au quartier de l’Hôpital, une au quartier du rempart, une au quartier de l’Église neuve. Il leur est interdit de donner à boire aux gens ivres et de livrer plus de dix bouteilles de chaque boisson à tout particulier.

62Ces mesures n’étant pas suivies d’effet, les sept cantines sont remplacées le 13 juillet 1769 par douze auberges. Les aubergistes ne doivent pas vendre des boissons fortes telles qu’eau-de-vie, arack, guildive. Une seule liqueur est permise ; elle est appelée punch et composée d’eau, d’eau-de-vie, arack ou guildive assaisonnée de jus de citron, d’orange ou de tamarin, de sucre et de sirop. Le 19 juin 1770, la fermeture de ces auberges est décrétée et le 1er juillet suivant une ordonnance établit une cantine exclusive affermée et dont le produit doit servir à la construction d’un palais de justice, d’une école pour les garçons et d’une autre pour les jeunes filles. Pourtant, malgré ces dispositions, en 1772, il existe au Port-Louis, 125 cabarets déclarés à la police. Cette activité attire beaucoup de propriétaires terriens et d’ouvriers séduits par l’appât du gain, et fixe beaucoup de gens inutiles. Pour limiter la consommation d’alcool, Charles Ternay et Jacques Maillart-Dumesle fixent le 31 octobre 1772 le nombre de cabarets à trente dont vingt dans le quartier compris entre la rue Royale et la rue Desforges et dix dans le quartier du Rempart. Les abus continuent. Le 24 décembre 1779, Souillac fixe le nombre de cabaretiers à vingt et à huit celui des cafetiers tenant billard. Comme il existe quatre cantines militaires, il leur est interdit de servir à boire ou à jouer aux soldats de la garnison.

  • 85 Chefdeville, « La vie privée à l’île de France, 1767-1789 », 1929, p. 118-119.

63La ville de Port-Louis est présentée comme l’espace du désordre. Certains administrateurs préfèrent s’installer à la campagne pour fuir ce lieu agité et corrompu. Le 20 juillet 1772, le commissaire général de la Marine, Jean Charles Potier de Courcy (1771-1774) écrit : « Je pris le parti de me retirer à la campagne pour éviter d’être spectateur de mille choses qui sont contraires à ma religion85. »

  • 86 Delaleu, Code de l’isle de France et de l’isle Bourbon, ordonnance du 13 février 1768.

64La lutte contre l’alcoolisme est aussi fermement menée à Bourbon. Le 13 février 1768, le nombre de cantines est fixé à deux à Saint-Denis ainsi qu’à Saint-Paul. Rivière d’Abord, Sainte-Suzanne et Saint-Benoît n’en ont qu’un86.

  • 87 ADR, Co 1218.
  • 88 ADR, Co 1219.
  • 89 ADR, Co 1220.
  • 90 ADR, Co 1221.
  • 91 André Corvisier, Histoire militaire de la France, t. ii, 1717-1871, Paris,, PUF, 1982, p. 45.

65À Saint-Denis, les soldats, qui sont souvent des fils turbulents d’anciens chefs militaires qui ont fui la France à cause de leur inconduite, entretiennent un climat permanent de violence. Les relations entre soldats ne sont pas toujours excellentes. En 1756, Pierre Couillon est accusé d’avoir porté des coups de baïonnette au sergent Longeval87. Les soldats Moriane, Gofredo, Fromajeau, Valentin, Bruges et Saint-Sébastien sont poursuivis pour désertion et vol par effraction88. Le capitaine des troupes Pierre Louis Bruchée de Verbois accuse le soldat Pierre Maréchal de désobéissance et de rébellion89, ainsi que François Desroys, soldat de la compagnie de Sicre90. En 1773, les officiers du régiment de Royal Comtois se liguent violemment contre les nouveaux lieutenants et majors nommés, après leur arrivée à l’île de France. Le Conseil de guerre casse trente-trois d’entre eux et les emprisonne91.

  • 92 ADR, 39 B, Assassinat de la nommée Flore, esclave du Sieur Coutenceau, 1776.
  • 93 ADR, 1 M 1 130, R no 1, Lettre des administrateurs particuliers de Bourbon aux administrateurs gén (...)
  • 94 ADR, 1 MI ANM1, Lettre du ministre de la Marine du 8 novembre 1774, fo 103.

66L’abus d’alcool par les soldats entraîne disputes et bagarres. L’harmonie n’est pas l’apanage de leur foyer. Quand le 2 janvier 1776, l’esclave Flore est découverte assassinée, les soupçons se portent immédiatement sur le caporal Gérard avec lequel elle vit en concubinage, car la rumeur publique laisse entendre qu’il ne voulait pas qu’elle rompe avec lui92. Les hommes de troupe qui prennent leur retraite sur place deviennent vagabonds et mendiants. Certains commettent des crimes pour être condamnés et ne plus se trouver dans le besoin93. Les officiers sont confrontés au problème de la cherté de la vie à Saint-Denis. Ils s’endettent auprès de l’administration et des particuliers94, obligeant les administrateurs à procéder à des retenues sur soldes pour rembourser les dettes des emprunteurs indélicats.

La ville capitale, foyer d’émulation culturelle et d’interculturalité

  • 95 Amédée Nagapen, « Les Indiens à l’île de France. Acculturation ou déculturation », Les relations h (...)

67D’après les Lettres Patentes du roi de décembre 1723 sur le statut des esclaves, tous ses sujets, même les esclaves doivent être élevés dans la religion catholique. Entre la norme juridique et la réalité, la marge est grande. En effet, les Indiens hindouistes ou musulmans continuent à pratiquer leur culte. Le Yamsé est devenu une solennité coutumière. Ainsi, dans la semaine sainte de mars 1742, les lascars ou matelots indo-musulmans organisent des processions le vendredi saint ainsi que le dimanche de Pâques et des danses aux flambeaux pour célébrer le Yamsé à Port-Louis au milieu d’un grand concours de peuple95.

  • 96 Auguste Toussaint, « La diffusion de l’imprimerie dans l’océan Indien », Le mouvement des idées da (...)
  • 97 Le 16 octobre 1778, Périer de Salvert reçoit une adresse de pétitionnaires qui désirent qu’il leur (...)
  • 98 Auguste Toussaint, Le mirage des îles, p. 23.

68À l’époque royale, la vie intellectuelle prend son envol à Saint-Denis comme à Port-Louis. Si l’île de France est dotée d’une presse à imprimer en 1767 et Bourbon en 179296, dans d’autres secteurs Bourbon est en avance sur sa rivale. Partout en Europe, l’enseignement secondaire désigne la ville. Dans les Mascareignes, faute de collège, les jeunes de familles aisées sont envoyés en métropole pour recevoir une éducation solide. Les lazaristes ouvrent à Saint-Denis en 1759 un collège pour les garçons. Ils l’entretiennent en comptant sur la solvabilité des parents d’élèves. Ce n’est qu’après sa fermeture que l’île de France dispose d’un tel outil de formation. Le 5 octobre 1778, l’abbé Quinlan, prêtre séculier irlandais et aumônier de vaisseau, ouvre un collège dans la capitale. Il le dirige jusqu’en 1791. Ces établissements s’adressent à tous les jeunes de la colonie dont les parents sont capables de payer les frais de pension et de scolarité. Pareillement, les francs-maçons installent plus facilement leurs loges à Saint-Denis qu’à Port-Louis. En février 1777, de passage à Bourbon, l’enseigne de vaisseau Jacques Périer de Salvert rallume les feux éteints des loges Saint Jean et La Concorde et crée la loge La Parfaite Harmonie. Le 11 décembre 1778, en compagnie de deux autres officiers de la marine française, le lieutenant de vaisseau François Camille Ledre de La Serrée et Elizabeth Baron Lecouat, chirurgien-major, Périer de Salvert installe au Port-Louis, la première loge maçonnique dénommée La Triple Espérance97, parce qu’elle regroupe des francs-maçons venant de trois Orients différents : l’isle de France, l’île Bourbon, le Cap de Bonne Espérance. La plupart des négociants y adhèrent98. Trois autres loges naissent en 1779, la Loge des 21, en 1786, celle des Artistes, en 1787, la Sincère Amitié.

69À l’époque de Poivre, Port-Louis accueille des marins célèbres, naturalistes, savants : Bernardin de Saint-Pierre, l’abbé Rochon, Bougainville, Véron, Commerson, Legentil, Sonnerat, Marion-Dufresne, Kerguelen, Lapérouse, Barré, le chevalier Grenier, Lecorre, Durosland, de Coëtivi, de la Biollière, Le Floch de la Carrière, Cordé, Lempériaire.

70Port-Louis devient le point de départ des principaux voyages d’exploration accomplis dans l’océan Indien à la fin du XVIIIe siècle. En 1744, La Bourdonnais envoie le capitaine Picault reconnaître les îles des sept frères, les îles Seychelles. En 1768, le chevalier Grenier propose à Poivre de découvrir une route plus simple pour aller de l’île de France aux Indes. Accompagné de l’abbé Rochon, le 30 mai 1769 la campagne de découverte commence. Il reconnaît une route abrégeant de 800 lieues la traversée de l’île de France à la côte de Coromandel et en Chine. Le 13 septembre 1771 Kerguelen part de Port-Louis avec les flûtes la Fortune et le Vert-Galant pour examiner la route proposée par Grenier. Le 18 octobre le capitaine Marion Dufresne met la voile avec le Mascarin et le Castries vers les mers du Sud où il trouve une fin tragique. Le 16 janvier 1772, Kerguelen repart à la découverte du continent austral signalé par de Gonneville, parti en 1503 six ans après l’ouverture de la route des Indes aux Européens par Vasco de Gama. En décembre 1772, M. de Saint-Félix qui vient de prendre le commandement de l’Heure du Berger part à la recherche de l’île légendaire de Joan de Lisboa.

  • 99 Journal de bord du bailli de Suffren, Paris, Challamel, 1888, p. 65. Ses propos se rapprochent de (...)

71L’arrivée des militaires lors de la guerre de l’Inde crée une vraie animation à Port-Louis. Le duc de Choiseul en 1771 y expédie 10 000 hommes sans argent, sans vivres. Au début de la guerre d’Indépendance américaine d’autres soldats arrivent. Les principaux habitants de la ville se disputent l’honneur d’héberger les officiers et de les divertir. Le vicomte de Souillac donne le ton en donnant à l’Hôtel du gouvernement des réceptions magnifiques. Le bal de la saint Louis qui réunit toutes les dames du Port-Louis et des environs est éblouissant. « Le bal de la Saint Louis, écrit le chevalier de Mautort, est l’époque de l’année où chacune veut paraître dans tout son éclat. On prépare longtemps d’avance ce qui doit attirer les regards. L’Inde fournit les étoffes les plus belles, la Chine apporte aussi son tribut. La France se charge de la partie des modes, des colifichets, et donne la note qui fait valoir tout l’ensemble. […] On estime que ce bal de la Saint Louis coûte, chaque année, douze cents livres à chacune des dames qui veut y paraître. » Le même M. de Mautort nous apprend qu’il voit payer en pareille occasion, dix écus un pot de rouge et deux louis deux cordons de montre qui ne valaient pas, en France, 24 sols la pièce. Suffren qui ne supporte pas l’ambiance qui y règne dit à sa parente Mme de Seillans son seul désir : « Fuir surtout cette isle qui ressemble beaucoup à celle de Calypso. […] Si nous revenons de l’Inde sans rien faire, mon parti est pris de m’en aller plutôt que de rester six mois dans le port. Je sers pour faire la guerre et non la cour aux femmes de l’île de France99. »

  • 100 Rose de Freycinet, Journal du voyage autour du monde. À bord de l’Uranie 1817-1820, Paris, Éd. du (...)

72À Saint-Denis, sous l’administration royale (1767-1789) sous la longue administration de M. de Crémont (1764-1784), le jardin de la Compagnie sise au bas de la Rivière devient jardin du Roi, migre au centre et devient un lieu de promenade et de détente. Si en 1801, il ne semble pas suffisamment attrayant pour que Bory de Saint Vincent en souffle mot, par contre Rose de Freycinet garde un bon souvenir de l’endroit pendant son séjour en 1818. Alors qu’elle trouve la ville de Saint-Denis « laide », elle souligne cependant qu’on a eu le bon esprit d’établir un jardin botanique « non seulement remarquable par ses plantes rares, mais encore par des allées d’ombre impénétrables au soleil100 ».

  • 101 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, t. 1, Paris, Fayard, 1990, p. 500.

73Les principaux gouvernants en poste dans les Mascareignes au XVIIIe siècle envisagent ces îles comme des points stratégiques, utiles à la France pour conduire une opération d’envergure dans le sous-continent indien. Pourtant, l’historien Pierre Pluchon conteste leur intérêt. « La colonisation même tardive, dit-il, des îles de Bourbon et de France et la vocation qui leur est affectée, représentent donc bien davantage qu’un obstacle à la concrétisation d’un grand dessein indien ; elle signifie que la nation continue de nourrir l’illusion d’occuper une place éminente au pays des nababs, tout en se privant des moyens de conduire la politique ambitieuse qu’avaient conçue Bussy et Dupleix. Les îles dans la mer des Indes et même dans la mer des Antilles n’ont pas été les bases d’envol des grandes agressions. Au contraire, et de manière perverse, elles ont empêché les Français de voir grand et de se porter en force sur les continents voisins101. » Indépendamment de la réponse fournie à la question, peut-on objectivement présenter les Mascareignes comme des échelles nuisibles à la présence de la France en Inde ? Il est clair que pour jouer le rôle qui leur a été dévolu par la métropole ou ses représentants, elles ont dû se doter d’un outil facilitant leur ouverture aux mondes, et qui a eu au moins un effet indéniable, l’apparition et le développement de l’espace urbain.

Notes

1 Ce nom vient de Mascarenhas, patronyme du navigateur portugais qui découvre l’île Bourbon seulement, au début du XVIe siècle. Il n’apparaît dans la littérature géographique qu’après 1825.

2 Sur cette question, voir P. Ève, « Vers l’affirmation de la notion de ville à l’île Bourbon et à l’île de France », Le cabinet de curiosités, Mélanges offerts à Claude Wanquet, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 33-50.

3 Dans ces deux colonies naissantes, les quartiers ne sont pas à l’origine des fractions du territoire urbain. Ils correspondent aux limites territoriales. Les premières paroisses, division administrative, cadre de l’état-civil, se calquent sur eux. Quartiers et paroisses se confondent alors. (À l’île de France, on a le Quartier de la Montagne Blanche, le Quartier de la Poudrière, le Quartier de Flacq, le Quartier des Pamplemousses, le Quartier des Plaines, le Quartier de Moka… et à l’île Bourbon, le Quartier Saint-Denis, le Quartier Sainte-Suzanne, le Quartier Saint-Paul puis le Quartier de la Rivière d’Abord.)

4 Est ainsi dénommée, la zone centrale où sont regroupés les services administratifs, les magasins, l’église. Dans son Mémoire de 1804, l’ordonnateur Thibaut de Chanvalon ne laisse aucune ambiguïté dans sa présentation du quartier Saint-Denis sur cette particularité. « Le quartier de Saint-Denis a pour limites la ravine des Chèvres à l’Est, et vers l’Ouest, la Grande Chaloupe. Il a d’étendue quatre lieues de face à la mer. Depuis la ravine des Chèvres à la rivière des Pluies le terrain est plat et gagne la montagne par une pente douce. Cette partie est bien cultivée jusqu’à mille gaulettes et plus du bord de la mer. Plus on approche de la ville de Saint-Denis, plus le terrain diminue en qualité. » La ville est la zone définie en tant que telle par les pouvoirs publics. Au-delà des limites officielles se trouvent soit les camps, soit les faubourgs. Thibaut de Chanvalon, « Mémoire de 1804 », Recueil de documents et de travaux inédits pour servir à l’Histoire des Mascareignes Françaises, p. 309. Au fil des décennies, lorsque la population progresse, les limites reculent jusqu’à rejoindre celles du quartier primitif.

5 En 1735, après les premières ventes et subdivisions, à Saint-Louis, le domaine de Feydeau-Dumesnil mesure 2 069 hectares, celui de Louise Nativel, 620, celui de François Lallemand 475, à Saint-Paul, celui de Auber père, 547 hectares, à Sainte-Suzanne, celui de Joseph Dango, 1 710 hectares, celui de Christian Alte, 636, celui de Thomas Infante, 618, celui de Henry Bubert, 475, à Saint-Denis, celui d’Augustin Panon père, 470 hectares. Claude Mazet, « L’île Bourbon en 1735 : les hommes, la terre, le café et les vivres », Fragments pour une Histoire des économies et sociétés de plantation à La Réunion, Université de La Réunion, Saint-Denis, 1989, p. 25.

6 Le colon a ainsi deux demeures, son ancienne case sur son terrain d’habitation et sa nouvelle construction sur son terrain d’emplacement. Parfois, la femme et les enfants vivent sur le terrain d’emplacement, où ils sont à l’abri et le colon fait le va-et-vient chaque jour entre ces deux terrains, parfois aussi, toute la famille continue à vivre sur le terrain d’habitation tout l’été et gagne en hiver le terrain d’emplacement. Après sa visite de Bourbon en 1801, Milbert relate à ce sujet : « Les pères de familles passent volontiers tout l’été sur leurs habitations pour les surveiller ; ils y vivent, sinon avec plus d’agrément, du moins avec plus d’économie qu’il n’est possible de le faire au port. Ce n’est qu’aux approches de l’hiver qu’ils se rendent à la ville avec leurs femmes et leurs enfants ; à cette époque de l’année, les routes sont couvertes de voyageurs : quelques-uns vont à cheval ; mais on préfère généralement les ânes aux chevaux dans cette colonie. Les femmes et les enfants sont portés en palanquins par des Noirs, qui sont d’ordinaire au nombre de huit. »

7 En France, le seuil des petites villes en 1700 se situe entre 2 000 et 10 000 habitants. Elles sont abondantes dans les régions méditerranéennes et dans le Nord-Est, plus rares dans l’Ouest, les pays de la Loire et le Bassin Aquitain. Toutefois, certaines cités ont un nombre bien plus faible d’habitants ; Bécherel en Bretagne n’en compte que 800 à 1 000, Pont-de-Beauvoisin en Dauphiné totalise seulement 665 habitants en 1730. Benoît Garnot, Les villes en France aux XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1989, p. 14. À la fin de 1723, l’île de France abrite 160 Blancs ; en 1725, 313 et vers 1730, un peu moins de 1 000.

8 Il en existe trois sortes : la concession simple de 156 arpents un quart, soit un peu plus de 6 hectares, la concession double de 312 arpents et demi, soit un peu plus de 13 hectares et enfin la concession quadruple, de 625 arpents, soit 26 hectares. Cependant, le colon a la possibilité d’accroître son patrimoine par achat.

9 Cette dénomination rappelle peut-être Port-Louis de Bretagne fondé par Louis XIII.

10 Le gouverneur de Maupin est nommé le 25 octobre 1728 pour rétablir l’ordre. L’île de France connaît alors la disette et un chaos épouvantable. Les habitants manquent de tout, pas de pain, pas de vêtements, pas de médicaments. Le 4 juillet 1730, le chef de la colonie écrit aux directeurs parisiens de la Compagnie : « Je crois que Dieu a répandu sa malédiction sur ce coin de terre, ce n’est que désobéissance, brutalité, nul honneur, nulle religion, nulle charité ; la moitié des hommes y sont de vrais loups qui cherchent à se déchirer, à se détruire » (Saint-Elme Le Duc, Île de France, p. 35). Dans ce tableau très sombre sur les potentialités de cette île, il conclut qu’elle ne mérite pas d’être mise en valeur. « Comme vous m’avez enjoint de vous dire librement mon sentiment, je n’hésiterai point à continuer de soutenir que ce pays-ci n’est propre à la Compagnie, ni pour habitation, ni pour aucune idée d’entrepôt. La France possède cette île ; ah, la bonne heure ! Qu’elle la garde sans y rien faire, avec une quarantaine de soldats, pour toute âme vivante dessus pour conserver droit de possession, et servir seulement de relâche passagère pour de l’eau et du bois. Plus la Compagnie s’y obstinera, plus elle y perdra. Et je ne vois rien de si coupable et de si digne de châtiment exemplaire, que tous ceux qui lui ont vanté la bonté et fertilité de cette île. Ils ont plongé la Compagnie dans un abîme et par cascade aussi ceux qu’elle y a envoyés dans ces belles idées. » AN, C4 1.2, Correspondance générale Île de France. Voir aussi Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 70.

11 Le 2 octobre 1731, l’ingénieur de Sornay élabore un plan avec l’aide de Maupin, montrant le début de l’établissement du port Nord-Ouest. À gauche du ruisseau du Pouce figure le premier hôpital, à droite derrière le gouvernement un magasin à poudre et longeant le côté droit de la Place d’Armes, un grand magasin dont la construction a commencé le 6 août 1731. L’ingénieur projette la construction de magasins sur le côté gauche de la Place d’Armes. Le tout est entouré de palissades. Du côté de la mer, l’entrée du camp est défendue par la batterie de Nyon. De Sornay veut construire un fort sur la Petite Montagne et pense que le terrain a gauche du Ruisseau du Pouce serait le plus approprié pour établir la ville.

12 Pierre Crépin, Charpentier de Cossigny, fonctionnaire colonial, Paris, E. Leroux, 1922, p. 58.

13 Il doit élever une batterie à l’île aux Tonneliers, deux autres à l’entrée de la rade et une quatrième « à la pointe de la petite passe pour empêcher les débarquements ». Au fond de la baie il doit construire un petit fort avec des logements pour les officiers de plume et d’épée, des magasins et des casernes, « le tout fermé s’assez bons murs pour pouvoir en cas de révolte ou de quelque autre cas que ce soit servir de retraite ou de défense ».

14 ANM, X14/6/2A/2, Lettre des directeurs de la Compagnie à La Bourdonnais du 20 décembre 1737.

15 « Le bois est icy pour rien, écrit-il le 20 novembre 1739, et que les deux tiers des ouvrages se font avec des noirs ; ce qui ne laisse pas d’être un objet profitable que j’ai offert à la Compagnie de construire pour mon compte » (ANM, X14/6/3/45, Lettre de La Bourdonnais à la Compagnie du 20 novembre 1739).

16 « Mais au pis-aller, supposons que cette dépense soit à charge de la Compagnie, je persisterai toujours à dire qu’il est de l’avantage de la nation en général que nous ayons de ces côtés un port de sûreté et de ressources. » (ANM, X 14/6/3/45, Lettre de La Bourdonnais à la Compagnie du 20 novembre 1739.)

17 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 51.

18 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 84.

19 Ibid., p. 51-52.

20 Une chaîne de mornes volcaniques dont les deux bouts s’appuient au rivage, l’entoure d’une muraille rocheuse d’un aspect magnifique. Le point culminant de ce pic est le Pieter Both. À gauche de ce pic face à la mer s’élève une curieuse masse basaltique de 29 pieds moins haute que le Pieter Both. Elle a la forme d’une main fermée dont le pouce monstrueux se dresse vers le ciel, d’où son nom de montagne du Pouce.

21 Dans son mémoire au contrôleur Orry, Mahé de La Bourdonnais évoque les conséquences de cette fuite des planteurs qui réussissent. « De là vient, que nos colonies ne sont toujours habitées que par des colons pauvres, ou peu industrieux, et ressemblent, toute la vie, à des colonies nouvelles ou que l’on abandonne, plutôt que des colonies formées. » Mémoire de 1740, Relations et Mémoires inédits pour servir à l’histoire de la France dans les pays d’outre-mer, Paris, Challamel, 1867, voir aussi Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 80.

22 Saint Elme Le Duc, Île de France. Documents pour son histoire civile et militaire, Port-Louis, 1925, p. 43.

23 Archives des Colonies, C4 2, Correspondance générale : Île de France.

24 Celui qui garnit d’étoupe goudronnée les joints et interstices des bordages de la coque pour les rendre étanches.

25 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 83-84.

26 Auguste Toussaint, Port-Louis. Deux siècles d’histoire (1735-1935), Port-Louis, 1936, p. 30-31.

27 ANM, X4/7/1B/57, Lettre de David à la Compagnie du 8 novembre 1750.

28 Il s’agit de remplacer la petite église de village édifiée sous Mahé de La Bourdonnais.

29 Saint Elme Le Duc, Île de France, Documents pour son histoire civile et militaire, 1844, Port-Louis, 1925, p. 9.

30 Saint Elme Le Duc, Île de France. Documents pour son histoire civile et militaire, Port-Louis, 1925, p. 125-126.

31 « L’île de France, écrit-il, serait alors devenue le centre d’un commerce immense, l’entrepôt de tout celui que font en contrebande les officiers de toutes les compagnies européennes, le magasin général de celui qu’on appelle commerce d’Inde en Inde. Toutes les marchandises indiennes et celles de la Chine y seraient venues, dans les moussons favorables, soit sur des navires construits à l’européenne, soit même sur les jonques du pays, amenées, dans l’un et l’autre cas, par ces matelots indiens qu’on appelle lascars, qui sont les plus économes navigateurs de l’univers, et qui seraient chargées en retour, des marchandises d’Europe qu’ils y auraient trouvées en dépôt. Les vaisseaux européens n’auraient plus que le voyage de l’île de France à faire ; ils seraient revenus dans la même année, par une navigation sans péril ; la précieuse espèce de nos matelots eût été conservée ; les dépenses du commerce de l’Inde réduites à moitié, ses profits augmentés ainsi que les jouissances qu’il procure, et la principale cause des guerres qu’il a occasionnées, jusqu’à ce jour, tarie pour jamais. L’île de France aurait été la plus belle colonie commerçante et celle de Bourbon, qu’il aurait principalement pourvue à la subsistance du commerce, la plus belle colonie agricole qui ait jamais existé et dont on puisse même concevoir l’idée. » Saint Elme Le Duc, Île de France, p. 138.

32 Pierre Crépin, Mahé de La Bourdonnais, p. 119.

33 Il prend le relais du Conseil provincial.

34 Dans sa lettre du 4 février 1733 au sujet des travaux à entreprendre à l’île de France, il précise : « Comme c’est une chose qu’il faut abandonner le port du sud-est, il vaudrait mieux que la Compagnie le fit plus tôt que plus tard et envoyât des ordres de faire passer tous les habitants à celui-ci. Plus on différera, plus ce sera de temps perdu et de dépense inutile. »

35 Ng Mee Ting Ng Foong Kwong, « L’occupation spatiale de Port-Louis et de ses quartiers environnants (1721-1752) », mémoire de maîtrise, université de La Réunion, 1996, p. 167.

36 Ibid., p. 168.

37 Ng Mee Ting Ng Foong Kwong, « L’occupation spatiale de Port-Louis et de ses quartiers environnants », p. 169.

38 ANM, X14/5/5C/1, Lettre de Merville de Saint Rémy au ministre de la Marine du 17 mars 1731.

39 Saint Elme Le Duc, Île de France, p. 87.

40 Ibid., p. 78.

41 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’isle de France, à l’isle de Bourbon et au cap de Bonne Espérance, Paris, 1773, t. 1, p. 102.

42 Madeleine Bioche, « L’administration Royale à l’île de France (1767-1789) », thèse, Paris, 1929, p. 41 et p. 50.

43 Ng Mee Ting Ng Foong Kwong, « L’occupation spatiale de Port-Louis et de ses quartiers environnants », p. 84-88.

44 Auguste Toussaint, Le mirage des îles. Le négoce français aux Mascareignes au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Edisud, 1977, p. 20.

45 Le négociant fait le commerce en gros et vend les marchandises par balles, caisses ou pièces entières dans leurs magasins. Ils sont censés constituer une véritable aristocratie.

46 Auguste Toussaint, Le mirage des îles…, p. 21. Pour les années 1769 et 1810, cet auteur a relevé dans cette colonie une classe commerçante jeune, dynamique et entreprenante, composée de 751 négociants, armateurs, commerçants, courtiers, commissionnaires et agents de change, sans compter les nombreux simples marchands. Le lieu de naissance est connu pour 609 d’entre eux ; 521 soit 85,5 % sont des Français de métropole et 38 seulement sont « créoles », c’est-à-dire originaires des Mascareignes ou d’autres colonies françaises, soit 6,23 %.

47 Journal de bord du bailli de Suffren dans l’Inde, Paris, H. Moris, 1888, p. 65.

48 Auguste Toussaint, Le mirage des îles…, p. 21-22.

49 Chefdeville, « La vie privée à l’île de France de 1767 à 1789 », p. 73.

50 Amédée Nagapen, Histoire de l’Église. Isle de France – Île Maurice. 1721-1968, Port-Louis, 1996, p. 52.

51 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, p. 264.

52 Mélange de chaux, d’œufs et de sucre (C. Grant, The history of Mauritius or the Isle of France and the neigh-bouring islands…, London, 1801, p. 370).

53 Étienne Delaleu, Code des isles de France et de Bourbon, p. 222.

54 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, t. 1, ordonnance du 3 novembre 1774.

55 Étienne Delaleu, Code des isles de France…, p. 260.

56 Charles Louis Ternay, chevalier d’Arsac, capitaine de vaisseau, chef d’escadre en 1776, nommé le 16 août 1771 gouverneur général des deux îles. Il œuvre d’août 1772 à décembre 1776.

57 Jacques Maillart-Dumesle, nommé le 16 août 1771 commissaire de la Marine, ordonnateur aux îles de France et de Bourbon, faisant fonction d’intendant, en poste d’août 1772 à novembre 1777.

58 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, t. 1, ordonnance du 12 juillet 1773, p. 359.

59 Il est même prévu qu’on trouverait désormais des pompes, échelles, seaux, cordes et autres instruments de secours aux endroits suivants : le corps de garde de la place des Casernes, celui du Trou Fanfaron, ceux de la Butte et du Pont-Rouge chez le nommé Toussaint, no 98 et 2 rue Desforges près du pont des Pucelles, chez la nommée Pauline, négresse libre, no 448 et 2, près du camp des Noirs du quartier du Rempart. Pour stimuler le zèle des habitants à prévenir les incendies, la Commune promet une récompense de 100 livres à ceux qui conduisent la pompe sur les lieux du sinistre. Les risques d’incendie sont réels. En décembre 1816, un affreux incendie éclate à Port-Louis et quatre cents demeures au moins partent en fumée. Le lieutenant de vaisseau Frappaz rapporte que « ces pertes sont dues à l’indigne conduite de quelques soldats qui ont coupé les tuyaux des pompes pour empêcher d’éteindre le feu et trouver ainsi le moyen de voler. » « Les voyages du lieutenant de vaisseau Frappaz dans les mers des Indes », Bulletin de l’Académie malgache, Tananarive, 1939, tome premier, p. 52.

60 Étienne Delaleu, Code des îles de France et de Bourbon, ordonnance du 31 décembre 1776, p. 231.

61 Jean Barassin, Naissance d’une chrétienté. Bourbon des origines à 1714, Cazal, Saint-Denis, 1953, p. 139.

62 Jean de La Roque, Voyage de l’Arabie heureuse, Cailleau, Paris, 1916, p. 206.

63 AN. Col. C3 3, pièce 2, Réponse des Directeurs de la Compagnie des Indes orientales, 22 février 1713.

64 Quand il est détruit par l’usure du temps et les cyclones, il tarde à être reconstruit. C’est chose faite sous le gouverneur Milius entre 1818 et 1821. Lorsque Rose de Freycinet visite la colonie en 1818, elle décrit les difficultés de la descente des passagers à Saint-Denis. « D’ailleurs, écrit-elle, je trouvais la mer trop forte pour me hasarder à descendre dans cet endroit, remarquable par l’incommodité du débarquement. Comme la rade est très ouverte et qu’il n’y a pas de port, la mer bat la côte. On est obligé de se mettre dans de petites pirogues, c’est-à-dire dans de petits bateaux, de longueur moyenne, mais pointus des deux bouts et seulement larges de deux pieds. Lorsqu’on arrive près de la côte, on attend le passage d’une grande lame et, aussitôt, sans abandonner les rames, vous vous trouvez jeté à terre où des Noirs saisissent la pirogue et la traînent sur la grève. Lorsque la mer est trop forte, le débarquement est impossible, car même par un temps passable, on voit des pirogues chavirer et des personnes noyées ou emportées par les lames. » Rose de Freycinet, Journal du voyage autour du monde. À bord de l’Uranie 1817-1820, Éd. du Gerfaut, Paris, 2003, p. 71.

65 Bory de Saint Vincent, Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, t. 1, p. 256.

66 ADR, C 20, Lettres de Crémont à de Sabadin du 7 mars 1778 et de Souillac et Courcy à Nairac du 2 octobre 1778. À Sainte-Rose, au quai Caron, une cale est creusée et quelques corps morts sont placés à 3 ou 5 encablures du rivage. À la rivière Saint-Jean (à Sainte-Suzanne), comme au Burgos (à Saint-Benoît), des ponts volants sont construits.

67 ADR, L 94/6, Lettres de Duvergé à Dupuy des 14 septembre et 28 octobre 1793.

68 Mémoire de Chanvalon, (24 mars 1804), Recueil trimestriel de documents et travaux inédits pour servir à l’histoire des Mascareignes Françaises, t. vi, 1944, p. 290-291.

69 AN, Col C 3/13, Lettre de Crémont à Poivre du 27 novembre 1771.

70 Élie Pajot, « La ville de Saint-Denis et ses différents plans de 1742 à 1854 », Album de Roussin, t. 4, 1867, p. 26.

71 Étienne Delaleu, Supplément au Code l’isle de France et de l’isle Bourbon, p. 137.

72 Étienne Delaleu, Supplément…, p. 138.

73 Étienne Delaleu, Supplément…, p. 138.

74 Étienne Delaleu, Supplément…, ordonnance du 3 juin 1775.

75 Peut-être est-ce la conséquence du cyclone qui ravage le littoral de Saint-Paul en 1718.

76 En 1736, de la Ravine du Gol à la Ravine Blanche, il existe 68 concessions (dont 32 de plus de 6 hectares) et 177 de la Ravine Blanche à la Rivière des Remparts.

77 Daniel Lefebvre, Saint-Pierre de La Réunion, Saint-Denis, Cazal, 1975, p. 15-17.

78 Prosper Ève, Naître et mourir à l’époque de l’esclavage à l’île Bourbon pendant la période de l’esclavage, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 141-143.

79 Pierre Crépin, Charpentier de Cossigny, p. 70-71.

80 Saint Elme Le Duc, Île de France…, p. 80.

81 Auguste Toussaint, Port-Louis, deux siècles d’histoire, p. 112.

82 Auguste Toussaint, Port-Louis. Deux siècles d’histoire, p. 61.

83 Saint-Elme Le Duc, Île de France, p. 77.

84 François Julien Desroches, chevalier Dudresnay, nommé le 22 juillet 1768 gouverneur des deux îles, est en poste de juin 1769 à août 1772.

85 Chefdeville, « La vie privée à l’île de France, 1767-1789 », 1929, p. 118-119.

86 Delaleu, Code de l’isle de France et de l’isle Bourbon, ordonnance du 13 février 1768.

87 ADR, Co 1218.

88 ADR, Co 1219.

89 ADR, Co 1220.

90 ADR, Co 1221.

91 André Corvisier, Histoire militaire de la France, t. ii, 1717-1871, Paris,, PUF, 1982, p. 45.

92 ADR, 39 B, Assassinat de la nommée Flore, esclave du Sieur Coutenceau, 1776.

93 ADR, 1 M 1 130, R no 1, Lettre des administrateurs particuliers de Bourbon aux administrateurs généraux du 7 décembre 1773.

94 ADR, 1 MI ANM1, Lettre du ministre de la Marine du 8 novembre 1774, fo 103.

95 Amédée Nagapen, « Les Indiens à l’île de France. Acculturation ou déculturation », Les relations historiques et culturelles entre la France et l’Inde XVIIe-XXe siècles, AHIOI, Saint-Denis, 1987, p. 25-49.

96 Auguste Toussaint, « La diffusion de l’imprimerie dans l’océan Indien », Le mouvement des idées dans l’océan Indien occidental, AHIOI, Saint-Denis, 1985, p. 219-240.

97 Le 16 octobre 1778, Périer de Salvert reçoit une adresse de pétitionnaires qui désirent qu’il leur accorde « les constitutions sous telle dénomination qu’il lui plaira ». Le texte est signé par Michel Sirandré, ingénieur-hydrographe agissant au nom des francs-maçons suivants : Dumolard, apothicaire initié à Dunkerque, Duclos-Guyot, capitaine du port, initié à Saint-Malo, de Chanvalon, commissaire, initié à Lorient, Desvallons-Macé, officier de marine, Desharais et quatre pétitionnaires initiés à l’île de France : La Bure, Jean-Baptiste Boudret, son frère cadet et Pierre de Saint-Aubin, négociant, né à Rouen, arrivé dans la colonie en 1759. Louis Rivaltz Quenette, La franc-maçonnerie à l’île Maurice, Port-Louis, La Vauverdoise, 1988.

98 Auguste Toussaint, Le mirage des îles, p. 23.

99 Journal de bord du bailli de Suffren, Paris, Challamel, 1888, p. 65. Ses propos se rapprochent de ceux du carme déchaussé Fra Bartolomeo da San Paolino, qui après son passage à Port-Louis en avril 1789 écrit : « Le libertinage des colons, l’immodestie et la luxure des dames justifient beaucoup de gens à appeler cette île non pas Maurice ou île de France, mais île de Cythère ou de Vénus. » Viaggio alle Indie Orientali, Roma, Fulgoni, 1790, p. 380.

100 Rose de Freycinet, Journal du voyage autour du monde. À bord de l’Uranie 1817-1820, Paris, Éd. du Gerfaut, 2003, p. 73.

101 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, t. 1, Paris, Fayard, 1990, p. 500.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Évolution des entrées des navires à Port-Louis de 1769 à 1803
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search