Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du tribunal pour enfants

 | 
David Niget

Postface

Jean-Marie Fecteau

Texte intégral

1Un livre est toujours une étape, un saut qualitatif dans le futur qui à la fois brouille nos certitudes et enrichit notre quête de savoir. C’est, je crois, la meilleure façon d’accueillir le beau livre de David Niget, en réfléchissant sur l’importance sociale et scientifique de ce qu’il nous dit et sur ce que son analyse implique. Je voudrais, dans ce bref texte, esquisser un ensemble de réflexions devant se lire comme des variations sur les enjeux de connaissance sous-jacents à ce livre.

Du juridique au social : l’impossible dichotomie

2La notion de « justice socialisée » (comme celle de relativisme juridique qui se développe aux États-Unis au cours de la même période) pose le problème fascinant des incursions possibles de la logique juridique dans ce social « inventé », aux dires de Donzelot, au siècle précédent. L’étude que l’on vient de lire est en cela une très belle illustration des aléas d’une telle incursion, dans le domaine de la délinquance juvénile. Ce qu’on peut y voir, à mon sens, est l’inanité d’une conception dichotomique de l’intervention sur les problèmes sociaux qui mettrait sur le même plan analytique le « juridique » et le « social ». Il ne s’agit pas en effet de deux « problématiques », de deux façons de concevoir l’action sur la société civile, l’une passant par le droit et l’autre par l’assistance. La mise en exergue d’un problème comme « social » relève d’une conceptualisation des rapports sociaux (inégalitaires) particulière, alors que pour sa part le juridique n’est, à tout prendre, qu’une instance spécifique d’intervention sur les interactions sociales. Le livre de David Niget montre bien que l’insertion d’une logique juridique, même élargie, même toute imprégnée de bonnes intentions thérapeutiques, rencontre vite des limites importantes. Il est donc très imprudent de faire du pouvoir de punir (et de sanctionner) et de la capacité de transformer (et de corriger) deux modalités comparables, voire complémentaires, de la faculté d’intervenir sur les problèmes et les conflits sociaux. Le juge est à la source d’un agir ciblé, formalisé par le droit (même assoupli), sur une infraction ou une relation conflictuelle, agir débouchant sur la sanction d’un acte et visant à rétablir (même symboliquement) un état des choses. Le philanthrope, le travailleur social, l’« aidant » sont porteurs d’une action transformatrice (ou du moins voulue comme telle) fondamentalement dépendante, pour sa réussite même minimale, du terreau où elle s’implante comme des caractéristiques particulières du sujet (du « cas ») à modifier. C’est donc structurellement que l’action des cours pour jeunes délinquants, en matière d’intervention sur le social, apparaît comme cet « échec fécond », pour reprendre la frappante expression de l’auteur. Échec certes, car l’efficace douteux des cours évoque le possible dépérissement de l’instance judiciaire comme mode palliatif de transformation du social, malgré les utopies juridiques welfaristes : instance constamment piégée par le formalisme de la règle à appliquer, toujours susceptible d’être dénoncée comme arbitraire si la règle formelle n’est pas suivie. Échec fécond encore plus, car il montre la vacuité des efforts pour aborder les problèmes sociaux par le biais des actes commis, même délinquants, mêmes dangereux. Le défi posé par le fait brut des inégalités sociales demande en effet de reconnaître celles-ci non comme réductibles à de simples comportements, mais comme des situations de misère éminemment complexes et diversifiées, engendrant un tissu de pratiques tout aussi inextricables. C’est pourquoi le cas de ces cours pour jeunes délinquants montre, dès l’époque, la nécessité d’inventer d’autres formes d’intervention sur le « social ».

L’impossible morale imposée de l’agir humain

3David Niget l’a montré avec éloquence, impossible d’imaginer l’invention d’une juridicisation particulière de la délinquance juvénile sans devoir penser cette « réforme morale » qui traverse le demi-siècle qui va de 1880 à 1930, pour venir s’échouer sur le marasme de la Grande Crise. L’idée, présente plus ou moins intensément à travers l’Occident, est justement de mettre le droit au service du redressement moral. Non pas comme ces moralistes du siècle précédent qui pensaient qu’on pouvait « imprégner » les classes dominées de la morale des dominants, soit par l’exemple, soit par le « traitement » (moral ou panoptique), idéalement en institution. Non. Ces nouveaux apprentis sorciers de la conformité savent bien que la morale qu’on impose doit à la fois être collectivement stipulée et personnellement assumée. D’où ces campagnes pour la mise en place d’une législation répressive des comportements nocifs. D’où, en même temps et dans la même logique, cette volonté de créer, notamment par la réforme de l’environnement urbain, les conditions matérielles, intellectuelles et affectives génératrices de normalité. D’où cette confiance nouvelle (et aussi fragile que réversible) envers les potentialités mélioratives de la classe ouvrière soudain réhabilitée, et en particulier envers ces familles qu’il faut désormais épauler dans la lutte contre le mal. Mais, Niget le montre, si les méthodes diffèrent, l’idéal reste le même : harnacher cette société toute entière centrée sur (et hantée par) la liberté à une éthique comportementale commune. Comme si l’agir social pouvait se contenter de l’adéquation à des modèles de vie pré-formalisés comme règles plus ou moins strictes de comportement… Si la règle du juge s’épuise face à la complexité du social, qui dire de l’objurgation du moraliste devant la profusion de ces agirs libres toujours susceptibles de déborder l’acceptable prédéfini ? Comme si les raisons d’agir, exacerbées par les possibles ouverts par la liberté, pouvaient se contenter de la raison (et du raisonnable) des autres, fussent-ils même acceptés comme valables.

4La liberté, vecteur séculaire de ces sociétés inventées par la démocratie, est en effet cette attente et cette condition d’action qui défie constamment la règle, implicite ou explicite, morale ou légale, pour en tester les limites, voire en inventer de nouvelles. Elle inspire les différents registres d’actions, complexifie les motivations, diversifie les pratiques jusqu’à les rendre possiblement ingérables. Elle est, en somme, au cœur d’une logique de régulation qui déconstruit constamment le formalisme de la norme, quitte à devoir le reconstruire sur d’autres bases. C’est sur cette brutale réalité que les campagnes morales, n’en déplaise aux hallucinés de la répression qui infestent encore nos démocraties, se sont épuisées et s’épuiseront toujours…

Agir sur les pratiques sociales : les sciences nouvelles de l’intervention sur l’humain

5Il aurait été facile à David Niget de se contenter d’analyser les pratiques des instances judiciaires affectées aux jeunes délinquants en classifiant les « crimes » soumis à leur juridiction. Or, la volonté de « socialisation » de ces cours particulières rendait déjà cet exercice périlleux, dans la mesure où le crime n’était ici, on l’a bien vu, que bien souvent prétexte à une intervention autrement intrusive. Mais le choix méthodologique a une portée bien plus vaste : le vol, l’acte sexuel consenti ou non et la violence sont bien plus que des « comportements » répréhensibles, bien davantage que des actes sanctionnés : ce sont, fondamentalement, des pratiques sociales que la règle s’efforce d’enserrer. Le livre de David Niget montre avec une acuité toute particulière à quel point ces pratiques ne peuvent pas être saisies par le droit qui veut en réguler les manifestations, ne serait-ce que parce les gestes posés sont bien plus que des actes : ils tracent les contours d’une socialité particulière, d’un ensemble de situations pratiques comme d’attitudes spécifiques capables de générer une profusion de motivations complexes (et contradictoires) comme une infinité d’actions plus ou moins manifestes. La cour (et le moraliste dont on parlait plus haut) ne peut que saisir l’écume de cet agir social proliférant au cœur des libres pratiques.

6C’est cette diversité, et les défis qu’elle pose à la personne (dirions-nous, ironisant, à la « personnalité » ?) qui est au cœur de ces nouveaux savoirs qui prolifèrent dans les interstices des cours analysées par David Niget. La médecine (sociale, hygiénique, etc.), la psychologie et autres sciences de l’« esprit », le « travail social », voire la pédagogie, ont toutes plus ou moins été souvent confondues avec les formes plus ou moins nouvelles de philanthropie ou de moralisme qui fourmillent à la surface des sociétés libérales depuis le siècle précédent. Illusion rétrospective alimentée par le fait que chacune de ces « sciences » de l’humain revendique un passé glorieux d’amélioration de l’espèce. Mais l’enjeu est tout autre, au cœur du XXe siècle. Il est moins de rendre les comportements conformes, donc prédictibles, que d’ajuster leur occurrence imprévisible au foisonnement des situations possibles. C’est pourquoi il est nécessaire de savoir comment fonctionne cet individu né de la liberté. Et pour ce faire, il faut l’étudier en situation, dans la réalité toujours différente, toujours spécifique où se déroule l’action. D’où l’importance fondamentale, comme instrument de savoir, du « cas », de l’occurrence unique à partir de laquelle un savoir empirique, bientôt conceptualisé en régularités parlantes, devient possible. Il ne s’agit plus ici (enfin moins…) d’imposer un « modèle », ni même une règle (même si les individus porteurs de ces sciences sont tout imbus de ces valeurs et modèles), mais de bien comprendre les façons complexes par lesquelles l’individu oriente son comportement, et plus encore de tirer de cette compréhension un savoir capable de générer des pratiques professionnelles adéquates.

7Est-ce un hasard si ces lieux troubles que sont les cours, où se révèle de façon éclatante l’impuissance du juge et du moraliste, sont ceux où viennent pulluler ces nouveaux professionnels, surtout à partir des années 1930 ? Et comme ils ont su reconnaître l’importance comme les implications de l’autonomie obligée des individus, comme ils ont pu même donner à cette autonomie des moyens inédits de s’exprimer, l’avenir sera avec eux… Ils représentent en effet le lieu où peuvent, enfin, se rencontrer ce que Niget appelle la « généralité », comme injonction sociale d’un ordre nécessaire, et les « libertés », comme exigence et implications d’un agir libre.

8C’est pourquoi, aussi, la prolifération de ces nouvelles sciences de l’humain va de pair avec une autre reconnaissance : non seulement l’inanité des agirs imposés, mais aussi l’importance des conditions matérielles au sein desquelles se produisent et se reproduisent les pratiques sociales.

Naissance du bien-être…

9Dans ce que Niget appelle l’« expérience sociale des jeunes » il y a aussi, en filigrane, un autre constat profondément perturbant pour les élites : la troublante et persistante recherche du bonheur, un appétit de vivre, pourtant aux origines de ces sociétés, depuis lors profondément enfouis sous l’épaisse couche du moralisme bourgeois et religieux, mais qui renaît constamment, dorénavant exaspéré par ces conditions matérielles nouvelles de possibilité produites par ces mêmes sociétés (le cinéma, la radio, les stupéfiants, les transports modernes, etc.). Ces pratiques sociales saisies par le moment judiciaire sont, Niget le montre bien, profondément ancrées dans une matérialité qui rend la pauvreté profondément dysfonctionnelle, comme un manque fondamental au vivre espéré pour tous et toutes.

10Pourtant, le XIXe siècle avant soigneusement isolé la liberté de ses conditions nécessaires d’expression, en rabattant sur l’individu seul l’obligation de se procurer ce « minimum » essentiel non seulement à la survie, mais à la vie en société démocratique. La notion de « responsabilité » évoquait alors nécessairement un mode d’imputation repliant la causalité des destins personnels sur les choix individuels. Certes, peu à peu s’était imposée la nécessité d’assurer une régulation minimale de l’environnement (physique et moral), en protégeant la population contre les différents risques sociaux (réglementation de l’hygiène, des manufactures notamment). Il ne s’agissait, somme toute, que d’assurer un environnement standard et conforme aux actions humaines. Ce qui est en jeu dans la résistance de ces jeunes, dans leur volonté têtue de profiter de la vie même aux dépens des règles établies, c’est la reconnaissance que l’autonomie des individus, déjà timidement reconnue par les sciences nouvelles de l’humain, a aussi comme exigence l’accès à des ressources matérielles minimales. Cette reconnaissance, aux sources d’un droit qui apprendra très vite à se décliner comme droit à, comme donnant titre et qualité à des conditions de vie décentes, débouche sur le principe, déjà évoqué au début du siècle par le solidarisme, d’un accès permis à un ensemble de prestations qui formeraient comme un coussin minimum, comme une nouvelle condition de possibilité à l’accomplissement des libertés. Le bien être n’est donc plus seulement la reconnaissance d’une vie « conforme », mais une condition (au sens de préalable) de vie. Ici encore, le formalisme du droit libéral comme de la morale bourgeoise viennent se heurter, violemment, aux conditions nouvelles que l’on apprend à donner à l’agir social.

La jeunesse comme menace et comme projet ?

11La liberté moderne est bien plus qu’un « droit » ou un état social, voire une aspiration. Elle constitue une forme sociale fondamentale autour duquel se construit (et se déconstruit) une logique régulatoire particulière, logique par laquelle le « réel » est constamment réinventé par les agirs, individuels et collectifs, qui le font « bouger ». C’est pourquoi il a fallu, pour les élites qui profitaient de ces nouvelles conditions d’inégalités, que se réinventent constamment les modes de contrôle (et de savoir) sur les individus-porteurs de ces agirs. Il a fallu que les instances de régulation apprennent à ne plus agir seulement sur la « source » apparente de cet agir (l’individu), mais sur son espace de déploiement, au moral comme au physique. Il a fallu inventer des modes d’intervention qui dépassent le simple rappel de la règle, voire l’imposition simpliste des façons de faire, pour atteindre et si possible réguler les capacités d’autonomie de la personne. Un monde en somme où la capacité de réagir de façon neuve à l’imprévu en vienne à importer davantage que la conformité à la règle préalable.

12On comprend alors pourquoi la jeunesse devient hantise. David Niget décrit bien cette ambivalence entre la compassion pour la jeunesse malheureuse et la crainte d’une jeunesse déviante (au sens profond d’un avenir dévié). C’est que la jeunesse, dans une société qui s’efforce de réinventer ses modes d’intervention sur l’humain, est un terrible sujet. Une jeunesse toujours regardée pour ce qu’elle n’est pas (encore…), toujours objet du réflexe téléologique d’une société hantée par son avenir, toujours étudiée comme lieu de passage, sujet d’une sorte d’anthropologie de la puberté qui la regarde comme rite de passage à étudier autant que comme futur à préparer. Mais ce que ce livre, ultimement, montre de fascinant, c’est à quel point cette jeunesse, la pire, celle que l’on réprime en l’assistant, est au fond le miroir inversé des certitudes branlantes des adultes. Elle est aspiration non pas au même, mais à un autre bonheur, pas encore advenu. Elle est aussi, désespérément, besoin d’agir, aspiration, au sens profond du terme du passé vers un futur différent. Elle est en somme, profondément, l’image, le symbole, la condition de possibilité de ce qui adviendra. En elle s’exprime donc le sens le plus profond du concept phare de nos sociétés : la liberté.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540