Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du tribunal pour enfants

 | 
David Niget

Chapitre V. Le prix de la vertu : la régulation socio-judiciaire de la sexualité juvénile

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, (...)
  • 2 Jean-Louis Flandrin, « Répression et changement dans la vie sexuelle des jeunes », Le sexe et l’Oc (...)
  • 3 Anne-Claire Rebreyend, Pour une histoire de l’intime : Sexualités et sentiments amoureux en France (...)
  • 4 Anna Freud, « Psychoanalysis of the Child » dans Carl Murchison (dir.), A Handbook of Child Psycho (...)
  • 5 Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p.

1Si le concept de protection de l’enfance progresse dans les pratiques judiciaires au XXe siècle, le prix à payer pour les enfants et les jeunes est une plus grande exposition de leur intimité sexuelle. La discipline sexuelle s’est resserrée, depuis le XVIIIe siècle, à l’égard des jeunes, avec un grand nombre d’écrits de pédagogues, médecins, et premiers psychiatres, comme l’ont souligné Michel Foucault ou Thomas Laqueur1. Appliquée d’abord aux enfants de la bourgeoisie, elle s’est imposée aux jeunes des classes populaires. Ces derniers manifestent à cet égard un désir d’émancipation qui prélude au desserrement des normes sentimentales et sexuelles après la Seconde Guerre mondiale2. Au terme de ce lent mouvement de balancier, la sexualité juvénile semble mieux acceptée, à condition qu’elle se conforme aux exigences de l’endogamie sociale, à un code de respectabilité de plus en plus prégnant en milieu populaire, et qu’elle s’écarte ostensiblement de toute pratique vénale3. A contrario, la sexualité infantile, dont on tolérait certaines manifestations au sein des classes populaires au XIXe siècle (indécence, auto-érotisme et jeux sexuels), est alors rejetée dans l’impensé, le tabou, ou encore le pathologique, avec l’item de « précocité ». Conséquence ou condition de l’affirmation de l’interdit sexuel autour du jeune enfant, le regard porté sur lui exclut toute forme de sexualité. Il faut attendre les lendemains de la Deuxième Guerre mondiale pour voir la psychanalyse freudienne – et notamment les textes d’Anna Freud – reconnaître une normalité à la sexualité infantile4. En contrepartie, la protection de l’intégrité corporelle du jeune enfant est de mieux en mieux garantie par la justice, qui hésite encore cependant entre poursuivre l’adulte abuseur et incriminer l’enfant au prétexte de le protéger5.

La sexualité entre contention et exhibition

  • 6 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs : Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement (...)
  • 7 Martine Sevegrand, L’amour en toutes lettres : questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1 (...)

2La sexualité est une pratique sociale omniprésente, mais à laquelle l’historien, privé de sources écrites, reste aveugle. Y accéder relève de la gageure, en particulier s’agissant des classes populaires, largement indifférentes aux égo-documents jusqu’à l’orée du XXe siècle6. On peut imaginer que, telle une coutume, la sexualité s’exprime verbalement plus librement que ne le laissent à penser les archives. Mais elle ne se couche sur le papier que sous la contrainte, et, de ce fait, est travestie par les biais de l’aveu. La religion, première grande régulatrice des mœurs, adresse au corps social une injonction contradictoire : d’une part, le poids du silence imposé par la pudeur, laquelle associe la sexualité au sentiment de honte, d’autre part, l’invitation au dévoilement à travers la confession. Ce dernier mouvement s’amplifie encore au XXe siècle, au sein du mouvement familialiste chrétien, qui semble alors répondre à une demande nouvelle de pédagogie sexuelle7. Ainsi, entre refoulement et exhibition, la civilisation occidentale est marquée par une posture ambiguë à l’égard de la sexualité.

3Autre levier, séculier, mais dont les techniques de véridiction sont héritées des pratiques religieuses, l’institution judiciaire apparaît également comme un grand pourvoyeur d’informations en matière de sexualité. Tout comme la religion, la justice se poste à juste distance des choses du sexe, invoquant la « paix publique » pour proscrire toute publicité des pratiques sexuelles, à travers le délit d’« outrage public à la pudeur », mais ignorant encore largement, au début du XXe siècle, les victimes d’abus sexuels, recluses dans l’intimité des affaires privées. Comment la justice est-elle mobilisée dans l’arbitrage des conflits à caractère sexuel ?

  • 8 George Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p. ; Jean-Jacques Yvo (...)

4La publicité de l’acte sexuel, plus que le champ des violences sexuelles, est l’objet premier des attentions des instances de contrôle social. En effet, si le XIXe siècle a vu émerger un discours sur les victimes d’abus sexuels, et des outils juridiques pour les protéger8, les pratiques policières rechignent néanmoins à pénétrer la sphère privée, giron de nombreuses violences sexuelles. Cette économie policière prudente est cependant modifiée par les mutations de la procédure d’enquête judiciaire à l’égard des mineurs, plus inquisitoire.

  • 9 David Niget, Jean Trépanier, « Parents et mineurs face à l’institution judiciaire pour mineurs : l (...)
  • 10 ADML, 3U1/1240 : Tribunal correctionnel d’Angers. Dossiers de procédure : non-lieux. Dossier Henri (...)

5À côté de la voie policière, le second pôle d’approvisionnement est incarné par les familles des mineurs mis en cause. Plus que tout autre domaine, la sexualité met en jeu le capital symbolique de la famille, peut être plus encore dans les familles populaires pour lesquelles le corps et son intégrité déterminent exclusivement les ressources sociales. Dans ces conditions, les familles n’interpellent la justice que de manière très conditionnelle, lorsque toutes les alternatives ont été explorées9. Elles développent alors des formes de stratégies précises de défense ou d’accusation de leur enfant. À tout prix, il leur faut éviter l’avanie qui toucherait la réputation familiale dans son ensemble. « La langue marche beaucoup à ce sujet », adresse un voisin au père d’un jeune suspecté de viol dans une lettre lui relatant les rumeurs10. De fortes prescriptions morales pèsent sur la sexualité, qui produisent à la fois censure et, une fois certains seuils franchis, dévoilement. La pudeur, grande vertu enseignée au XIXe siècle, et la honte, sentiment attaché à toute forme de sexualité non-reproductrice, pèsent de tout leur poids sur la parole. Si, à l’intérieur des classes d’âge, il existe des formes de parole sur le sexe (entre enfants, entre parents), il n’existe pas véritablement de communication d’adulte à enfant sur ces questions. Pour les plus jeunes, il faut déchirer le voile de l’ignorance. En outre, la sexualité n’a pas acquis, dans les classes populaires du début du XXe siècle, cette autonomie que la culture occidentale lui confère après la Seconde Guerre, quand les thèses freudiennes seront assimilées par la vulgate thérapeutique.

6Explorer la question de la sexualité via la justice impose de ne s’attarder que sur une infime partie des pratiques. On peut dire, de manière attendue, que la perception judiciaire de la sexualité met l’accent sur sa dimension paroxystique : sexualité non-désirée principalement, accompagnée de violences, mais aussi la prostitution et ses déclinaisons parfois ambiguës. Mais il faut aussi signaler que la justice – et spécialement la justice des mineurs – permet parfois de saisir ces pratiques dans leur banalité ou leur quotidienneté. L’hétérogénéité des registres normatifs au sein d’une société encore très segmentée et hiérarchisée explique que jaillisse dans l’espace judiciaire des pratiques sexuelles assumées par les jeunes incriminés, voire par leurs familles, mais condamnées par les élites judiciaires. Les stratégies parentales de protection de la respectabilité provoquent également ces irruptions du banal dans le théâtre judiciaire. La geste de la séduction adolescente, lorsqu’elle est ostentatoire, ou lorsqu’elle semble mettre en péril l’honneur familial, doit passer sous la toise des magistrats.

  • 11 « La justice pénale admet la loi morale comme un élément indispensable, mais non comme la source d (...)
  • 12 Annie Storra-Lamarre, La République des faibles. Les origines intellectuelles du droit républicain (...)
  • 13 Marc Renneville, Crime et folie : deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, (...)

7Quelle est la teneur de ce regard porté par les acteurs judiciaires sur la sexualité juvénile ? Comment la justice appréhende-t-elle la régulation des sexualités déviantes ? Si de nombreux comportements sexuels sont socialement réprouvés, l’examen des pratiques judiciaires invite à modérer cette analyse. En effet, la justice ne sanctionne que peu de pratiques sexuelles, ou indirectement. La laïcisation de l’institution judiciaire, au XIXe siècle, va de pair avec la volonté du législateur de dissocier la morale du droit. En France, Adolphe Chauveau et Faustin Hélie, grands juristes républicains, distinguent nettement justice morale, d’inspiration divine, et justice sociale, séculière, et, à ce titre, attentive aux contingences de son exercice11. Avec l’éviction de la loi morale, l’intime sort du champ juridique. Pour pallier ce retrait, on institue le privé, la famille surtout, comme un « sanctuaire », gardien des vertus. Cependant, la fin du XIXe siècle est marquée par un retour de la morale dans le droit. La vie privée est de nouveau investie par la justice, au nom de la protection des victimes de leurs « bourreaux domestiques ». En France, la IIIe République érige alors un droit « des faibles », qui font l’objet de protections légales spécifiques, lesquelles en retour les encadrent12. Le mouvement maternaliste nord-américain propose le même investissement de la sphère domestique. Une véritable tension naît de cette injonction contradictoire, entre protection des libertés des citoyens et impératif protectionnel à l’égard des « enfants-martyrs », otages de familles dysfonctionnelles dont la crainte a été ravivée par l’avènement des thèses sur l’entropie criminelle13.

  • 14 Susan Grayzel, Women’s Identities at War. Gender, Motherhood and Politics in Britain and France du (...)
  • 15 « Le bien-être de l’enfance et le salut de la race », Le Devoir, 4 décembre 1911, p. 5.
  • 16 Leigh Ann Wheeler, « Rescuing Sex from Prudery and Prurience: American Women’s Use of Sex Educatio (...)
  • 17 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., chap. V : « Droit de mort et pouvoir sur la v (...)

8Ces enjeux d’une régulation de la sexualité juvénile se déclinent selon plusieurs ordres : maintenir la paix sociale d’abord, avec le rôle traditionnel de l’État de couper court aux cycles de la vengeance privée, dont le viol est un des ressorts ; contrôler les modes de reproduction sociale, en évitant toute forme de transgression de classe via la sexualité ; réunir les conditions de la salubrité morale des populations, en écartant la sexualité jouissive perçue comme une forme de dégénérescence morale ; mettre en œuvre une politique de santé publique, dont la sexualité est un enjeu majeur, porteuse qu’elle est de maladies dont la contagiosité n’a d’égal que la peur sociale qu’elles engendrent ; cultiver une démographie généreuse et providentielle, laquelle s’affirme alors véritablement comme étant la puissance des nations. Cette question est cruciale en France et en Europe depuis la fin du XIXe siècle, exacerbée par le premier conflit mondial14. Dans le contexte québécois, « le salut de la race15 » acquiert une dimension politique de premier ordre avec le retour, au début du siècle, de la question nationalitaire. Si ces enjeux sont amples, il n’échoit pas strictement à l’appareil judiciaire de les assumer, bien au contraire. Plus que de gérer les déviances sexuelles, l’extension du pouvoir sur les corps et la vie invite la puissance publique à ériger d’autres modes de régulation, via la médecine, l’aide sociale, ou encore, plus tardivement, la pédagogie16. Michel Foucault distingue deux formes historiques de déploiement du pouvoir sur les corps : la première relève du dressage et de l’imposition des disciplines, via la peine et la prison notamment, la seconde relève de la gestion du capital biologique qu’incarne l’être humain qui fait à ce titre l’objet « d’une série d’interventions et de contrôles régulateurs » (santé, naissances, conditions de vie…), lesquels constituent « une bio-politique de la population17 ». Aussi, la répression des sexualités déviantes est à la croisée de deux pôles : disciplinaire, elle est aussi curative et préventive, érigée comme rempart contre la dégénérescence de la « race ».

À Angers, la persistance de l’arrangement

9La justice des mineurs française intervient très prudemment en matière de mœurs. Son action se dirige d’une part vers les jeunes auteurs de délits sexuels, et d’autre part vers les enfants et jeunes victimes d’abus sexuels, en instrumentalisant l’inculpation pour outrage public à la pudeur. En effet, si la justice dispose de l’arsenal législatif que constitue la loi de 1898 sur la répression des violences commises à l’encontre des enfants, permettant notamment de sanctionner les atteintes aux mœurs, elle n’en fait qu’un usage modéré. Dans tous les cas, les magistrats inclinent d’abord à la médiation entre auteurs et victimes, en s’adressant directement aux familles chargées de trouver les voies d’un arrangement.

Sexualité exercée et sexualité subie

  • 18 ADML, 2 U 3098 : Répertoire chronologique des affaires jugées par la Cour d’Assises de Maine-et-Lo (...)

10Concernant les délits à caractère sexuel commis par des mineurs, ce sont d’abord les déclinaisons juridiques du viol devant la justice correctionnelle qui sont invoquées, car aucun mineur n’est jugé pour le crime de viol devant la cour d’Assises d’Angers de 1912 à 194018. Les faits sont systématiquement requalifiés pour entrer sous la coupe du tribunal pour enfants et adolescents, émanation du tribunal correctionnel. Lorsque des mineurs sont victimes d’abus, le procureur de la République peut inculper l’enfant à défaut de pouvoir – ou de vouloir – s’en prendre à son agresseur majeur. Enfin, le vagabondage recouvre de nombreux types de comportements irréguliers, incluant tant la prostitution que la séduction juvénile, avec un éventail de pratiques intermédiaires, mêlant, pour les jeunes, expériences d’assujettissement et velléités d’autonomie matérielle et affective. Sexualité exercée et sexualité subie sont donc les deux visages de ces comportements déviants révélés par le système judiciaire, sans qu’il soit toujours possible de tracer entre ces deux pôles une ligne de démarcation nette.

  • 19 Ibid., p. 664-665.
  • 20 Ibid., p. 661-662.

11Les « qualifications » juridiques de ces délits de régulation sexuelle sont les suivantes : les outrages publics à la pudeur (art. 330 du Code pénal) ; les attentats à la pudeur, avec ou sans violences (art. 331 et 332 du Code pénal et loi du 24 mars 1921) ; le vagabondage de mineurs de dix-huit ans (art. 271 du Code pénal). Les deux premières catégories sont considérées comme des atteintes aux personnes, classées sous le même item « atteintes aux mœurs » dans le Code pénal napoléonien. Le premier degré de délictuosité se cristallise d’abord dans le rapport à l’espace public, et plus précisément au regard public. Le corps nu, et plus encore l’acte sexuel, sont ainsi refoulés dans la privauté des demeures et des propriétés privées. Le degré supérieur de répression de la sexualité concerne directement l’intégrité physique des personnes. On glisse de l’impudeur à « l’impudicité », de l’exhibition aux attouchements, lesquels sont accompagnés de violences physiques ou morales19. Exception est faite lorsque la victime a moins de treize ans depuis les lois de 1832 et de 1863 : la violence n’est pas requise pour caractériser l’infraction car « il y a présomption jusqu’à cet âge que l’agent a abusé de l’ignorance de l’enfant pour le flétrir ou le corrompre20 ». Ainsi, la justice considère le plus bénin, l’acte impudique anodin, et plus dramatique, le viol. Ce qui est en jeu dans le processus de qualification judiciaire n’est pas seulement la restitution de la vérité, mais aussi la gradation des catégories en fonction de la gravité des peines auxquelles elles renvoient.

  • 21 Adolphe Croizé, Le vagabondage des mineurs et le décret-loi du 30 octobre 1935 relatif à la protec (...)

12Le vagabondage relève des infractions à l’ordre public. Il recouvre tantôt l’incorrigibilité juvénile, tantôt une véritable pratique prostitutionnelle. La question de la prohibition de la prostitution juvénile est entravée, en France, par le bras de fer idéologique entre réglementaristes et abolitionnistes. Ce sont les premiers qui règnent en France, malgré de vives critiques internationales, au sein de la Société des Nations. Il est dès lors difficile de prohiber la prostitution juvénile directement, sans créer un précédent confortant les abolitionnistes. Ainsi, dans la pratique, la voie judiciaire pour contrôler la prostitution juvénile, clandestine, est le vagabondage. Une jeune fille sans résidence fixe, et sans ressources légitimes est soupçonnée de se livrer à la prostitution pour vivre. Champ ambigu qui relève plus de l’exercice de la tutelle que de la répression d’un comportement spécifique, le vagabondage des mineurs est dépénalisé en 1935, basculant vers la justice civile (correction paternelle), et sortant momentanément du mandat de la justice des mineurs21.

  • 22 Document E.

13En quantité comme en qualité, cette régulation judiciaire du comportement sexuel n’est pas mise en œuvre de la même manière s’agissant des jeunes filles et des garçons. Les filles, plus fréquemment incriminées pour un comportement sexuel erratique, sont considérées comme étant vénales. Le contrôle de la sexualité se déploie avant tout à leur égard : outrages publics à la pudeur et attentats à la pudeur représentent 8 % des délits féminins, contre 2 % pour les garçons. Par ailleurs, vagabondage et mendicité occupent 18 % des infractions reprochées aux filles, contre seulement 2,5 % pour les garçons22. Ces derniers, dont on tolère plus facilement l’indécence, voire l’agressivité, sont cependant stigmatisés lorsqu’ils tendent à se comporter en prédateurs. L’usage de la force dans l’entreprise de séduction est valorisé comme attribut de la masculinité, mais la transgression des règles sociales qu’incarnent le viol et le rapt est désormais prohibée.

La victime suspectée. Outrages publics à la pudeur et attentats aux mœurs

  • 23 Georges Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 130.
  • 24 Document F.
  • 25 Il s’agit de coutumes de fréquentation entre garçons et filles, qui pouvaient impliquer des pratiq (...)

14Il est difficile de distinguer les outrages publics et les attentats à la pudeur car la frontière entre les deux apparaît incertaine et fluctuante. D’ailleurs, les juristes poursuivent un travail permanent de définition, de précision, de correction des catégories du Code pénal touchant les violences sexuelles23. La principale inconnue pour ces préventions concerne la part des affaires qui échoue devant le tribunal. Durant l’entre-deux-guerres, il existe une tolérance sociale des milieux populaires à l’égard de la sexualité juvénile, scènes que la justice qualifie d’outrages publics à la pudeur. Il est d’ailleurs intéressant de noter pour ce type d’accusation une plus forte présence des 13-15 ans, ce qui nous incite à penser que si l’indécence des petits est tolérée, les comportements amoureux ostensibles des plus âgés le sont aussi24. Les premiers, à la découverte de leur corps, pratiquent facilement exhibition et masturbation publiques. Pour les seconds, les relations prénuptiales sont souvent admises, à la conjonction de traditions d’encadrement de la sexualité juvénile (« maraîchinage », ou « migaillage » vendéen25) et de l’émergence de nouvelles pratiques amoureuses moins encadrées, annonçant le flirt.

15Lorsqu’elles impliquent des violences sexuelles, un très grand nombre d’affaires ne parvient pas devant les tribunaux, les familles, et même les victimes, préférant garder le secret sur des événements douloureux ou déshonorants. Ce silence protège le coupable, mais aussi la victime. La faiblesse de l’action publique en est une cause supplémentaire : bien que les registres du parquet nous manquent cruellement, il est évident que les agressions sexuelles, a fortiori quand elles sont commises par des mineurs sur des mineurs, ne sont pas « judiciarisées ».

  • 26 ADML. 3U1/855. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade des Ponts-de-Cé, 17 ju (...)
  • 27 Malgré la loi Loucheur de 1928 qui doit relancer, sous l’impulsion de l’État, la construction de l (...)
  • 28 Isabelle Sivy, Le logement ouvrier à Trélazé de 1865 à 1930, op. cit., p. 20.

16Pour les attentats à la pudeur commis sur des mineurs, ce sont souvent les familles qui interviennent au début du cycle judiciaire. Dans les villages, la rumeur se colporte rapidement : les parents sont avertis par un voisin qui a aperçu des choses ou qui a rencontré quelqu’un qui a assisté personnellement à la scène. Le père d’une jeune prévenue pour outrage public à la pudeur avoue qu’il est informé des aventures de sa fille depuis plus d’un an, mais qu’il n’a rien dit « pour éviter de compromettre la réputation de [sa] fille26 ». Mais quand la rumeur enfle, il n’est plus possible de ne pas aller en justice, sans paraître, aux yeux du village, complaisant à l’égard de l’agresseur. En ville le logement ouvrier, avec ses matériaux de piètre qualité, laisse s’échapper les bruits et les sons27. À Trélazé, le Dr Le Barzic, dans une correspondance avec le gérant de la Commission des ardoisières, le 6 août 1893, s’exclame : « Vous n’ignorez pas les conditions déplorables du milieu où vivent nos ouvriers, leurs mœurs, leurs habitudes vicieuses, et surtout, les calculs malveillants, intéressés de beaucoup d’entre eux », évoquant ici notamment les pratiques de sous-location d’une pièce, d’un lit ou d’une paillasse à un étranger à la famille28. Dans ces conditions, il est particulièrement difficile de garder un secret. Par vengeance, par souci de la victime, par crainte de la mauvaise réputation, des voisins écrivent au commissaire de police ou au procureur de la République. Les garnis sont étroitement surveillés par la police et les propriétaires doivent veiller à la moralité de leurs locataires. Quelques pétitions circulent pour dénoncer les agissements de telle ou telle mineure.

  • 29 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937. Procès-verbal de gendarmerie du 22 oct (...)
  • 30 Geoffroy Le Clercq, « Les perceptions des violences sexuelles commises sur les enfants en Belgique (...)

17Dans les affaires de viol, l’arrangement semble rester courant, du moins dans le monde rural. Les négociations entre les parents débutent avant la plainte à la justice, mais, en cas d’échec, les enquêtes de police ou de gendarmerie en consignent rétrospectivement la teneur. Les parents du violeur affichent ainsi leur bonne volonté et montrent jusqu’à quel point ils étaient prêts à aller pour réparer la faute de leur enfant. L’arrangement peut aussi se poursuivre une fois que la procédure est lancée. Le 6 août 1936, une domestique de ferme est « prise de force » au domicile de son patron par trois garçons, dont le frère aîné d’un domestique qui travaille avec elle. Le cadet, à la demande de son aîné, participe aux « préparatifs » (lier les mains, écarter les jambes, puis les attacher sur le lit), mais ensuite se contente de faire le guet au cas où le patron rentrerait. Le patron, qui arrive à la fin de la scène, interroge la jeune fille et obtient confirmation des faits. Se sentant sans doute moralement responsable, il entreprend des démarches auprès des familles. Les parents font avouer leurs enfants. Les faits établis, les tractations commencent. Le 9 août, informé que le père de la victime veut porter plainte, le père de l’un des deux violeurs se rend à son domicile29. Hongreur, possédant une automobile, signe d’une certaine aisance, il le « supplie » de négocier. L’arrangement entre les pères s’établit à hauteur de 200 F. Le payeur ajoute « qu’il [est] toujours à disposition pour ce qui pourrait arriver par la suite ». Il emmène ensuite la mère de la victime rencontrer les parents du second violeur. Là aussi, après les aveux « à genoux » du jeune, des négociations débutent. Cette famille étant beaucoup moins aisée, la mère se contente de 40 F. L’arrangement tient donc compte du niveau de revenus des familles des violeurs. L’accord semble total entre les trois familles, mais la fille est enceinte et sa famille décide alors de porter plainte. La mère explique à la gendarmerie : « Si je n’ai pas porté plainte plus tôt, c’est que les époux Ch. et A. m’avaient offert de me dédommager et qu’à ce moment-là, j’ignorais que ma fille était enceinte. » Ce type d’arrangement semble assez courant. Maires et curés n’y participent pas, contrairement à ce que montrent les études portant sur le XIXe siècle, alors que l’arrangement communautaire précède et accompagne le plus souvent l’intervention de la justice30. Cette absence de médiation de petits notables locaux indique peut-être un refus de leur part de participer à ce type de négociation et plus largement un recul de ces pratiques de plus en plus perçues comme intolérables. De ces atermoiements très cyniques entre parents, on retient la figure de jeunes filles en détresse à qui personne ne porte secours, et qu’aucune des solutions, arrangements et négociations ne cherche à protéger réellement de la diffamation et de l’opprobre.

  • 31 Article 331 du Code Pénal, amendé par la loi du 28 avril 1832, et celle du 13 mai 1863. « Punit de (...)
  • 32 ADML. 3U1/827. Dossier d’instruction, audience du 12 octobre 1929. Procès-verbal de gendarmerie, b (...)
  • 33 Ibid. Procès-verbal de gendarmerie, 15 juillet 1929.
  • 34 Ibid. Commission rogatoire, Maire de Chaudron en Mauges, 23 juillet 1929.

18Certaines affaires signalent, néanmoins, une évolution du regard porté sur la jeune victime. Il ne s’agit plus seulement de tractations privées entre parents, mais bien d’émotions publiques que les notables locaux cherchent à apaiser. À la suite d’un viol commis par un garçon de ferme sur une fillette de neuf ans, qualifié d’« attentat à la pudeur sans violence31 », les gendarmes déclarent : « nous avons constaté par une conversation verbale avec plusieurs personnes de Chaudron, que l’attentat aux mœurs commis par C. avait semé l’indignation parmi la population de cette commune32 ». Pour les parents de la jeune victime, il semble nécessaire de porter l’affaire devant la justice. D’une part, la souffrance de leur enfant les a plongés en état de choc, d’autre part, malgré le mutisme de la fillette pétrie de honte et craignant une correction maternelle, la rumeur a enflé parmi les gamins du village, qui la harcèlent à la sortie de l’école, jouant « au cochon et à la truie » avec elle. La réputation de la fillette est donc en jeu. Dans ces conditions, la mère refuse toute négociation : « les parents C. sont venus ce matin et ce midi, pour demander arrangement, mais devant un tel fait, je porte plainte33 », déclaration qu’elle réitère deux jours plus tard lors de l’enquête : « il m’est impossible de pardonner un crime aussi abominable ». Le père, plus froidement, demande « que cet individu, quoique jeune, soit poursuivi suivant la rigueur des lois. C. a 15 ans passés, il est intelligent et par conséquent n’a pas commis son forfait sans discernement ». Même si les parents du coupable sont « très estimés dans le pays », les notables, le maire ainsi qu’un conseiller municipal propriétaire terrien, interrogés, condamnent les faits : « bien qu’il n’ait jamais fait parler de lui, explique le conseiller, le jeune C. Paul a commis un acte odieux et doit, à mon avis, faire l’objet d’une sanction. Je pense qu’un exemple s’impose car il a commis un fait inimaginable ». Après une « forte correction » administrée par le père, les parents de l’agresseur évoquent la possibilité de « quitter le pays avec leurs enfants », ce que le maire reconnaît nécessaire : « je pense en tout cas que la famille a raison de songer à se dépayser34 ». Prenant acte de ces tractations communautaires, la justice acquitte le jeune et le remet à ses parents.

19Nombre d’affaires de viol se transforment en cours de procédure en outrage public à la pudeur, lesquelles ne devraient pas relever d’actes violents. En effet, d’après le répertoire de Faustin Hélie :

  • 35 Faustin Hélie, Joseph Depeiges, Pratiques criminelles des cours et tribunaux. op. cit., p. 656.

« Le caractère distinctif d’un tel acte est de faire rougir la pudeur, de blesser l’honnêteté de ceux qui en sont les témoins, de causer un scandale. Il n’est point, comme l’attentat, accompagné de violence ; il offense la pudeur publique et n’attente pas à celle de personne en particulier. […] C’est une action éhontée, un acte impudique […]. Il est moins un acte de méchanceté qu’une dégradation, un oubli de soi-même35. »

20Certains de ces outrages ne sont pas des actes impudiques anodins, mais de réelles agressions. La qualification d’outrage est un détournement juridique qui permet de protéger le coupable, mais plus encore, feint-on d’arguer, la victime. En réalité, cette dernière paye le double prix de l’agression sexuelle, et de la suspicion publique manifestée par la procédure judiciaire. En effet, le statut de victime innocente, source de légitimité de l’action de la justice lorsque la jeune fille peut incarner cette figure idéalisée, se retourne à charge contre elle quand un doute est émis au sujet de sa moralité. Nombreuses sont encore les thèses « scientifiques » qui accréditent l’idée que la « femme », et notamment la jeune fille, est par nature un être libidineux.

  • 36 Cité par le Dr Henri Lacaze, De la criminalité féminine en France : étude statistique et médico-lé (...)

« Quoi d’étonnant, écrit le Dr Icard, que la femme se sente alors plus portée à l’union sexuelle et qu’elle éprouve des désirs plus intenses en rapport avec ce qui se passe du côté de ses ovaires ? […] Nous comprenons comment la femme dont le système nerveux est alors si puissamment travaillé et secoué, puisse ne pas toujours sortir triomphante de la lutte qu’elle a à soutenir contre elle-même, contre sa volonté impuissante, contre ses sens violemment secoués36. »

  • 37 Carol Groneman, « Nymphomania: the Historical Construction of Female Sexuality », Signs, 19, 2, Wi (...)

21La nymphomanie apparaît souvent de manière larvée dans les dossiers judiciaires, notamment à travers l’expression de « besoins génésiques » formulée par les psychiatres, spécialement lorsque la jeune victime est considérée comme un cœur simple37.

  • 38 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937.

22L’enquête, toujours très poussée dans les cas d’attentats à la pudeur, peut révéler des événements du passé qui mettent en cause la victime. Ainsi de cette jeune domestique de ferme violée, dont on apprend qu’elle a eu antérieurement des relations avec son patron, dans un champ. La justice poursuit ses deux violeurs, mais l’inculpe aussi pour outrage public à la pudeur, alors que personne n’avait jusqu’à l’enquête signalé ces agissements38.

  • 39 La présence de ces catégories a déjà été mise en avant par Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la p (...)

23Parmi les victimes d’attentat à la pudeur, on relève la présence fréquente des domestiques de ferme et des servantes39. Éloignées de leur famille, placées dans des exploitations isolées, leur situation apparaît particulièrement fragile. Les violeurs, qui viennent souvent de leur entourage (autres domestiques, patron, etc.), connaissent leur vulnérabilité. Ils profitent des bonnes occasions : maison momentanément désertée où ils sont certains de rencontrer leur victime, chemin qu’elle emprunte régulièrement, champ où elle travaille seule. Ils tentent souvent un semblant de séduction (flatterie et petits cadeaux), puis deviennent plus entreprenants et contraignants. Tout se passe comme si le statut très inférieur des jeunes servantes et leur isolement donnaient aux hommes le droit d’en abuser. Devant les forces de l’ordre et devant la justice, ces jeunes victimes ont bien du mal à se faire entendre.

  • 40 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé, 29 octobr (...)
  • 41 ADML. 3U1/855. Dossier d’instruction. Interrogatoire par le juge d’instruction, 18 août 1931.

24Dans le cas des attentats aux mœurs dont le caractère de gravité est plus grand en raison de la violence que revêtent les faits, les magistrats sont à la recherche de preuves tangibles. Ils pourchassent les preuves matérielles, ils font examiner les vêtements pour y trouver des traces séminales ou encore du sang. Cependant, les délais souvent longs entre le viol et le début de l’enquête, dus aux réticences de la victime à exposer publiquement ce qu’elle a subi ou aux tentatives d’arrangement entre les familles, permettent rarement de fournir de telles preuves. Les vêtements ont été lavés ou jetés. Plus simplement, l’acte n’a pas été « entièrement » accompli. Un gendarme précise : « La fillette se plaignait de son ventre, néanmoins, elle n’a pas été visitée par un docteur, elle n’a pas été souillée et aucune trace suspecte n’a été relevée sur son linge de corps, en raison du jeune âge de l’agresseur40 ». L’écoulement du sang qui prouverait la virginité de la jeune fille (rupture de l’hymen), et donc sa moralité, représente un autre élément déterminant. Dans une affaire qui évolue entre outrage public et attentat à la pudeur, un séducteur déclare : « J’ai eu l’impression qu’elle n’était pas vierge, car elle n’a pas saigné et j’ai pénétré aussi facilement qu’avec une autre femme, elle n’a poussé aucun cri41 ». L’absence de sang et d’une souffrance expressive rassurent les juges, et jouent contre la victime. En dernier recours, il est possible d’emmener la fillette chez un médecin, mais les hommes de l’Art se montrent très circonspects lors de leurs examens gynécologiques, notamment lorsque l’agresseur est un adolescent.

  • 42 ADML. 3U1/989. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Tiercé, 9 août 1940
  • 43 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé, 29 octobr (...)
  • 44 Éric Pierre, David Niget, « La preuve selon les tribunaux pour enfants » dans Bruno Lemesle (dir.) (...)

25Dans cette quête des preuves, les gendarmes peuvent décider de se rendre sur les lieux du délit avec la victime. Ils se livrent à une sorte de reconstitution de la scène. La victime doit localiser et décrire précisément les faits. La rapidité de l’enquête est essentielle, car les traces peuvent s’effacer rapidement. Le 9 août 1940, le lendemain des événements, deux gendarmes se rendent dans le champ où un garçon a exhibé son « membre viril » devant une jeune fille et tenté de soulever ses jupons. Les gendarmes repèrent les traces de chaussures, mais ne relèvent pas de marque de lutte42. La collecte des empreintes corrobore parfaitement ce que la victime et le coupable ont déclaré. En revanche, s’ils ne trouvent rien sur le sol, et si la victime est hésitante, le doute peut rapidement s’immiscer dans leur esprit. Ainsi d’une petite fille de 13 ans qui a du mal à se repérer dans un champ labouré, dont la terre n’a pas conservé de traces des faits. Le gendarme précise : « on se demandait si cette agression avait eu lieu », mais il ajoute : « Néanmoins, le béret blanc de cette enfant était maculé de terre ainsi que le devant de ses bas43. » La preuve matérielle vient ici confirmer une parole enfantine rapidement suspecte44.

  • 45 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Interrogatoire du 8 mars 1933.

26Dans le cas des outrages publics à la pudeur, il faut s’assurer de la visibilité de la scène. Le lieu est-il accessible au regard de témoins ? Les forces de l’ordre se rendent sur place pour le vérifier. Des croquis des lieux sont parfois dressés. On s’enquiert de l’opacité des haies, variable selon les saisons, en pays de bocage. Si la scène se passe dans une chambre partagée avec des enfants, les enquêteurs s’interrogent sur la présence de lumière. Un accusé a bien conscience de l’importance de ce détail, lorsqu’il déclare : « La lampe était allumée pendant que nous nous déshabillions, et c’est moi qui l’ai éteinte. J’ai eu des rapports sexuels avec la mère une fois seulement dans la nuit, la lampe étant éteinte, la petite Marie-Rose était à côté et ne disait rien45. »

  • 46 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937. Procès-verbal de gendarmerie du 22 oct (...)
  • 47 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé. 29 octobr (...)
  • 48 ADML. 3U1/827. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, 17 juillet 1929.

27Faute de traces, la justice se reporte sur les déclarations des victimes et des prévenus. L’orgasme masculin, aisément identifiable, peut être un indicateur de la réalité de l’agression sexuelle. « J’ai très bien senti une jouissance charnelle de la part de… » témoigne une jeune victime46. A contrario, son violeur, souhaitant visiblement minimiser les faits, déclare « Je n’ai rien ressenti… ». Son complice, d’une famille moins aisée, n’a pas l’habilité de nier : « J’ai très bien ressenti une jouissance au cours du rapprochement que j’ai eu avec Mademoiselle C. » Un autre jeune avoue avoir laissé sa victime « avant d’arriver à mes désirs47 ». Les déclarations évoluent souvent en cours d’instruction. Les prévenus s’adaptent, édulcorent leur récit, soustraient tout ce qui pourrait être trop choquant. Ainsi, un garçon maintient ses premiers aveux, reconnaissant avoir « introduit [son] membre viril dans les parties sexuelles de sa victime », mais il nie avoir touché le sexe de celle-ci avec sa main, comme si la pénétration pouvait être entendue comme un besoin naturel alors que les attouchements relèvent de l’acte pervers48. Dans ce jeu judiciaire, les prévenus maîtrisent souvent mieux les règles que les victimes.

  • 49 Dr Henri Legludic, Notes et observations de médecine légale. Tome I : Attentats aux mœurs, Paris, (...)
  • 50 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Rapport du Dr Renaux Jules, Médecin directeur de l’Hôpital p (...)
  • 51 ADML. 3U1/989. Dossier d’instruction. Rapport du Dr Toye, « Médecin chef des hôpitaux psychiatriqu (...)

28Malgré une grande complaisance du système judiciaire à l’égard des agresseurs, on voit émerger dans l’entre-deux-guerres la figure du jeune violeur considéré comme malade, ou « arriéré ». Ici, ce n’est plus l’acteur rationnel qui est en cause, mais le prédateur ramené à la sauvagerie de ses sens par une déficience intellectuelle. À Angers, depuis la fin du XIXe siècle, le Dr Legludic, médecin-légiste d’envergure nationale, avait déjà documenté ce lien entre arriération et violences sexuelles, notamment à partir de fréquentes expertises de mineurs réalisées pour le tribunal angevin49. Il est à noter également que cette figure préexiste dans l’opinion populaire, qui témoigne d’un savoir psychiatrique rudimentaire. Les témoins soulignent fréquemment des jeunes auteurs d’attentats aux mœurs qu’ils ne sont « pas très intelligents », ou « nerveux ». Les mères invoquent parfois une maladie infantile, voire une mauvaise chute lors de l’enfance pour expliquer les errements de leur fils. On dit aussi des jeunes pervers qu’ils sont « influençables », perméables à l’ascendant des adultes qu’ils côtoient (dans les débits de boisson notamment), auprès desquels ils apprennent des comportements qui « ne sont pas de leur âge ». Certaines observations populaires sont reprises par les expertises psychiatriques, demandées de plus en plus fréquemment par les juges d’instruction dans les années 1930 et surtout 1940. Un rapport signale par exemple : « Si […] il s’est laissé entraîner à commettre [un attentat], c’est […] pour satisfaire à un désir génésique en rapport avec une puberté précoce et une curiosité sexuelle que sa mentalité d’enfant quelque peu timide et sournois l’a conduit à satisfaire dans des conditions anormales50. » Ainsi, il existerait un hiatus chez le violeur entre l’âge physique et un âge psychique immature. La raison ne peut alors contrôler les pulsions corporelles. En outre, le développement des parties sexuelles, dans une approche dite « histologique », qui tire ses interprétations de l’examen du fonctionnement des organes, implique un assouvissement irrépressible des besoins corporels. À compter de 1940, on s’attarde en outre sur la question de l’intelligence, testée selon la méthode Binet-Simon, mais avec une grande approximation : par exemple, le médecin-psychiatre déplore dans une même expertise le fait que l’enfant n’ait pas fréquenté l’école, avant de se livrer à un test d’intelligence reposant principalement sur des acquêts scolaires51.

29La psychiatrie, très syncrétique, intègre les préjugés sociaux et les ordonne, comme pour asseoir sa légitimité. Fondée sur la pratique de l’entretien de personnalité dont l’analogie avec l’interrogatoire est troublante, elle répond également à la demande judiciaire en jouant sur de subtils glissements qui permettent d’obtenir des aveux plus aisément. Enfin, comme la justice, le rapport d’expertise psychiatrique tient compte du rapport de force entre les différents protagonistes, confortant les distinctions de genre et de générations. Ainsi, la psychiatrie, même si elle renouvelle partiellement l’étiologie de la délinquance sexuelle en évoquant la question des perversions, se fond dans son environnement social et judiciaire, répondant aux attentes des différents acteurs, dont elle mesure les demandes aisément, puisque les experts ont accès à l’ensemble du dossier d’instruction.

Vagabondage, prostitution informelle et honneur familial

  • 52 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au collège de France. 1974-1975, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1 (...)
  • 53 Pierre Martin, Contribution psychiatrique à l’étude de l’enfance coupable. Les mineures vagabondes (...)

30De la même manière que les garçons sont voleurs, les « filles de mauvaise vie », que l’on suppose déchues, fugueuses, livrées à elles-mêmes, sont contraintes, pense-t-on, à « vendre leurs charmes » pour vivre. Fait social, ce stéréotype relève également de l’objet culturel. Des tableaux réalistes de Restif de la Bretonne et de Louis-Sébastien Mercier sur le Paris populaire de la fin du XVIIIe siècle, aux grandes fresques romanesques des Hugo, Balzac et Maupassant ; du naturalisme fin-de-siècle d’un Zola à la chronique féroce de Mirbeau, la vénalité féminine est un lieu commun où représentations et réalités se nourrissent réciproquement. Ce creuset littéraire influence les écrits les plus « scientifiques », de la criminologie à la médecine-légale52. Nombreuses sont les études criminologiques qui reposent d’une part sur une observation de terrain et d’autre part, lorsque les données résistent à l’interprétation, sur le recours aux figures féminines de la répulsion et de la compassion d’une Fantine ou d’une Nana. Un clivage semble se distinguer dans cet imaginaire médico-psychiatrique pétri de figures littéraires : la vénalité juvénile féminine s’incarne tantôt dans l’image de la fille séduite, tantôt dans celle de la perverse nymphomane. La première, victime du « milieu » et influençable du fait d’une intelligence atrophiée, est cependant amendable, par l’isolement et le retournement thérapeutique de la suggestibilité. L’érotomane, quant à elle, est une scorie sociale. Intelligente, elle est dangereuse et incorrigible53.

  • 54 Document E.
  • 55 « Loi concernant le vagabondage des mineurs de 18 ans », Bulletin des lois, 1921, p. 1113.

31Près de 18 % des filles jugées à Angers de 1914 à 1940 sont accusées de vagabondage, contre seulement 2,6 % des garçons54. Ces dossiers impliquent tous un comportement sexuel jugé erratique, ce qui n’est pas le cas des garçons vagabonds. Enfin, toutes les filles « vénales » sont accusées de vagabondage, les motifs d’outrage public à la pudeur étant réservés, comme on l’a vu, aux victimes d’abus sexuels jugées « consentantes ». Comme le précise la loi de 1921 sur le vagabondage des mineurs, ces jeunes filles « ayant, sans cause légitime, quitté […] le domicile de leurs parents ou tuteurs […] ont été trouvé[e]s soit errant, soit logeant en garni et n’exerçant régulièrement aucune profession, soit tirant leurs ressources de la débauche ou de métiers prohibés55 ». La rationalité juridique positiviste, manifestée par cette pensée déductive qui lit dans le vagabondage non un geste délictueux per se mais un état social qui appelle inéluctablement le délit, recoupe alors la démarche préventive qui caractérise les réformes pénales depuis la fin du XIXe siècle. La vagabonde est une prostituée en puissance, même si le crime de chair n’est pas encore consommé. En effet, malgré des préventions de plus en plus aiguës à l’égard de la prostitution clandestine, foyer incontrôlable d’infection vénérienne et de dégénérescence morale, la vénalité ne constitue pas, en France, un délit. Nombreux sont les experts, hygiénistes sociaux notamment, qui préconisent sa répression, au même titre que les faits criminels. Ainsi, selon le Dr Lacaze, élève du célèbre Alexandre Lacassagne, chef de file de la criminologie française, la prostitution est, au même titre que le suicide, un pseudo-délit dont la société doit se protéger.

  • 56 Dr Henri Lacaze, De la criminalité féminine en France : étude statistique et médico-légale, Lyon, (...)

« La prostitution est une forme de criminalité […] on doit la considérer comme un “suicide moral” […] elle constitue un foyer permanent de crimes. […] La prostituée ainsi définie constitue un véritable danger social : car si, avec le suicidé, on voit disparaître une nature criminelle et s’opérer une sélection, avec la prostituée, au contraire, on assiste à la reproduction et à la multiplication d’êtres défectueux, d’individus à tendances antisociales, qui n’auront qu’un pas à franchir pour aboutir au crime56. »

  • 57 Jacques Termeau, Maisons closes de province. L’amour vénal au temps du réglementarisme à partir d’ (...)
  • 58 Panagiote Yocas, L’influence de la guerre européenne sur la criminalité, Paris, Jouve, 1926, 116 p

32En outre, la guerre de 1914-1918, avec l’augmentation des opportunités pour les « clandestines » non « mises en carte » par la police, et la peur de la « dégénérescence de la race » manifestée par une angoisse vénérienne et morale, a réactivé la répression de la vénalité juvénile57. Pour les contemporains, cette vague nouvelle de prostitution professionnelle serait le fait d’une génération « démoralisée » par le conflit, attirée par le luxe et la volonté de jouissance immédiate que l’omniprésence de la mort a instillée dans les esprits58. Cependant l’examen des dossiers livre une réalité plus prosaïque. La quasi-totalité des jeunes filles ne pratiquent pas la prostitution régulière, mais usent de cet artifice pour repousser les assauts de la misère.

  • 59 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 29 juin 1918. Interrogatoire de la prévenue, 8 juin (...)

33Un même scénario se répète avec régularité. Il commence par la fuite de la jeune fille du foyer familial, se poursuit par un temps de liberté en ville (le « temps de la noce »), puis se termine par une prostitution inorganisée, mais nécessaire pour survivre. Marie-Joséphine R., 17 ans, sténodactylographe formée à Angers, qui ne trouve pas de place car elle a un enfant. Elle travaille irrégulièrement avec son père chez un grainetier. Début juin 1918, venue faire des courses à Angers, elle rencontre des camarades qui la « débauchent ». Visiblement, ses retrouvailles fortuites lui offrent l’occasion de ne pas retourner chez son père et de profiter d’un peu de liberté. Elle vit alors quelques jours à l’hôtel ou dans la rue et survit grâce à la prostitution59. Interrogée par la police, elle souhaite retourner chez son père qui, lui, ne montre pas d’empressement à la reprendre. En s’appuyant sur le délit de vagabondage, le Tribunal pour enfants et adolescents oblige le père à accueillir de nouveau la jeune fugitive.

  • 60 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. 18 mai 1929.
  • 61 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 31 janvier 1919. Déposition devant le juge de paix d (...)
  • 62 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Commission rogatoire du juge de paix de Saint-Aignan sur Roë (...)

34Le vagabondage des jeunes gens commence donc souvent par une fugue. Plusieurs jeunes filles quittent leur foyer ou celui de leur patron, où elles ont le sentiment d’être exploitées et malheureuses. Marie-Louise D. déclare avoir quitté le domicile familial « parce que ma mère qui vit maritalement avec un veuf avec enfants ne [la] rendait pas heureuse60 ». La question des rôles familiaux est déterminante. « À la mort de ma femme, déclare un père, j’ai été obligé de faire rentrer ma fille à la maison [elle était placée] pour avoir soin de ses frères et sœurs, alors âgés de 2 ans et 7 ans61. » Un incident provoque alors la fugue : « Dans les premiers jours de novembre, je fis une observation à ma fille relativement à une question de propreté et comme elle a un caractère un peu vif, elle s’en alla à la gare de la Cornuaille et prit le train pour Angers. » La fugueuse trouve à se gager dans un café près de la gare, puis dans d’autres places, où elle reste peu de temps. Elle vit ensuite environ un mois de la prostitution, avant d’être arrêtée, pour racolage, près d’un « hôtel borgne ». La justice, une nouvelle fois, décide de la rendre à son père. La prostitution semble être le prix à payer pour ces quelques jours de liberté. La vénalité est parfois assumée : une jeune originaire de Laval déclare qu’elle « aime mieux faire le trottoir » que de réintégrer le domicile paternel62.

  • 63 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Tours. 26 mai 1929.
  • 64 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. 18 mai 1929.

35Même si elles ne sont pas fugueuses, chassées par leurs parents, ou parties de chez un patron, certaines jeunes ouvrières trouvent un complément de revenu, quasiment indispensable, dans une pratique plus ou moins occasionnelle de la prostitution. Solange M., 16 ans lors de son arrestation, ne vit plus avec ses parents depuis qu’elle a 11 ans. Elle a été placée comme bonne, comme ouvrière d’usine et employée de magasin, exemple habituel de la variété des parcours professionnels de la jeunesse populaire. Devant subvenir entièrement à ses besoins, son travail irrégulier ne suffit pas, et elle a des rapports intimes avec « différentes personnes » : à Tours, elle paye sa pension 300 F, alors qu’elle ne gagne que 365 F par mois63. Mais elle précise : « On ne peut cependant pas dire que je vis uniquement de la prostitution, cette dernière ne me venant seulement qu’en aide64. » Visiblement connue de la police de Tours, elle est venue s’installer avec une amie à Angers, où la police les découvre dans un garni, alors qu’elles n’ont aucun papier et presque plus d’argent, ce qui permet à la justice d’établir le délit de vagabondage. Pour ces jeunes filles isolées, la prostitution permet de survivre entre deux embauches ou de régler le prix de la pension.

  • 65 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Lettre de Sainte Marie de Jésus Crucifié au procureur de la (...)

36Enfin, il existe des cas, rares, de prostitution plus organisée. Elle peut alors être pratiquée au sein même de la famille. Tel est le cas d’une jeune fille de 17 ans qui s’est prostituée en même temps que sa mère, d’une cinquantaine d’années, ouvrière chez Bessonneau ; le tout en présence d’une sœur plus jeune, âgée de 13 ans, qui porte l’affaire à la police. La justice s’occupe surtout de deux scènes dénoncées par la petite : une première fois, la mère aurait accueilli un homme en présence de ses deux filles, une autre fois la mère et la fille auraient reçu trois hommes. La famille vit dans un garni composé d’une seule pièce, seulement équipé d’un lit et d’un matelas posé par terre. La plus jeune a passé plusieurs années au BonPasteur, avant de revenir habiter chez sa mère, elle représente donc une gêne. La fille de 17 ans, sortie elle aussi du Bon Pasteur, ne travaille pas, ce qui, dans le voisinage, en fait une « paresseuse et une vicieuse ». En dehors de l’affaire qui l’a conduite en justice, elle semble pratiquer une prostitution plus régulière dans l’après-midi. Elle affirme racoler dans la rue, mais l’enquête signale plutôt la présence de « clients » réguliers. Si l’adolescente déclare ne pas les connaître pour les protéger, la jeune sœur les nomme par leur prénom, et la police n’a pas de mal à les identifier. Il s’agit de jeunes ouvriers dans la vingtaine. Ils payent très chichement (entre 5 et 10 F) ses charmes. Dans cette affaire, les trois hommes seront condamnés à des peines d’amendes pour outrages publics à la pudeur. La mère purge trois mois de prison. Quant à la fille, elle est acquittée au nom de l’article 66, mais envoyée en correction. D’abord placée au Bon Pasteur, les sœurs réclament son départ en raison de son caractère incorrigible et de sa nature pervertie65. Elle est ensuite transférée à la maison de préservation de Clermont de l’Oise.

  • 66 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. Commissariat d’Angers (1er arrondis (...)

37La prostitution occasionnelle des mineures pose problème à la justice qui ne sait pas comment la traiter. Si les magistrats usent de la prévention de vagabondage pour s’en saisir, ils n’ont pas de véritable solution à proposer ensuite. La police s’en inquiète pour des raisons d’hygiène publique. Ainsi, après plusieurs arrestations de la même jeune fille, le commissaire d’Angers demande au parquet d’agir : « Comme elle n’a pas l’âge d’être inscrite comme fille soumise, cette personne risque, si aucune décision n’est prise pour faire cesser ses agissements, de devenir un sujet de contamination sur la place d’Angers. Il y aurait intérêt semble-t-il, à ce que la jeune fille R. soit remise à sa famille ou placée dans une maison de rééducation de jeunes filles66. » Or ces deux solutions ne sont pas efficaces. Le Bon Pasteur et les autres refuges hésitent souvent à prendre en charge ces jeunes que les sœurs considèrent comme profondément vicieuses. Ces dernières craignent aussi que les jeunes filles ne soient enceintes. Les dossiers portent la trace de négociations préalables au jugement entre les magistrats et les supérieures des maisons de préservation. Les sœurs sélectionnent leur clientèle et la justice doit s’adapter. En cas de refus des sœurs, il ne reste quasiment pas d’autre alternative que la remise à la famille. Or justement, ces jeunes sont en rupture avec leur milieu familial. Les familles réclament le placement de leur enfant.

  • 67 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 7 novembre 1929. Procès-verbal de gendarmerie, briga (...)

38Car la question de l’honneur familial est un élément central des négociations entre la justice et les familles. À propos d’une jeune fille enceinte qui s’est enfuie avec son séducteur, un père déclare : « quant à moi, je ne veux plus revoir ma fille Ernestine sous mon toit. Elle m’a déshonoré par sa conduite ; sous aucun prétexte je ne veux la revoir. Je demanderai à ce qu’elle soit enfermée dans une maison de rééducation jusqu’à sa majorité, ensuite elle pourra se marier avec son amant67 ». La justice ne suit pas les vœux de ce père, cas de figure qui apparaît plus fréquemment dans les affaires de mœurs que pour les autres délits. La justice semble se méfier de ces parents qui n’ont pas su élever leur enfant, dont certains sont à l’origine de leur départ.

  • 68 Le vagabondage des mineurs est désormais pris en charge par la Chambre du Conseil du tribunal civi (...)
  • 69 Marthe Francillon, Essai sur la puberté chez la femme : psychologie, physiologie, pathologie, Pari (...)
  • 70 ADML. 3U1 826. Dossier d’instruction, audience du 21 septembre 1929.

39Les expertises psychiatriques, peu pratiquées avant 1935, date à laquelle le vagabondage des mineurs est exclu de la justice pénale pour être régulé par la justice civile68 et disparaît de notre champ de vision, ne modifient pas l’appréhension de la vénalité féminine. Au contraire, pour les psychiatres, ce stéréotype est largement conforté par une littérature abondante, depuis Lombroso, sur la « folie morale » de la prostituée, redoublée, au début du XXe siècle, par les études associant puberté féminine et psychose69. La culture médico-psychiatrique stigmatise plus que jamais les comportements des jeunes adolescentes, au moment où ces dernières manifestent un plus grand désir d’autonomie sociale. Pour les jeunes filles, face au policier, au magistrat, ou à l’expert-psychiatre, l’importance des stratégies de présentation de soi se fait jour. Il s’agit de ne pas être considéré comme une prostituée au sens légal, « vivant habituellement de la prostitution ». Ainsi, le lexique utilisé est-il prépondérant : les filles évoquent leur « amant », comme cette jeune fille qui explique vivre avec un journaliste du Corriere della Serra, reparti en Italie pour un temps70. Elles tâchent de montrer au psychiatre curieux sur ce point qu’elles sont capables d’amour, indiquant qu’elles disposent d’un sens moral contrairement à ce que démontre l’étiologie lombrosienne dépeignant des filles de joie à la sensibilité atrophiée. Enfin, se présenter comme un couple, même s’il s’agit d’un « amant de passage », revient à normaliser le lien financier qui unit les filles à leur homme, selon le modèle du pourvoyeur masculin. On assiste ainsi à de véritables tactiques de la part de certaines jeunes filles qui semblent assumer leur statut, cherchant aussi, inévitablement, à éviter la maison de correction ou un retour humiliant dans le giron familial.

  • 71 Henri Joly, Les maisons du Bon Pasteur, Paris : Levé, Secrétariat de la société d’économie sociale (...)

40En effet, il semble que l’enfermement soit plus fréquemment le lot des jeunes délinquantes sexuelles, même si cette pratique est difficile à établir, car le Bon Pasteur recrute directement auprès des familles, qui placent volontairement leur enfant contre une modeste rétribution71. Ce phénomène concourt également à l’occultation, dans le champ judiciaire, de la répression sociale de la sexualité irrégulière. Cependant, les sœurs se refusent à admettre des jeunes filles trop « dépravées », ou syphilitiques, et négocient avec le procureur, avant même le jugement, l’admission d’une pupille. Les jeunes filles malades, et considérées comme incorrigibles sont donc envoyées dans une institution publique spécialisée, lesquelles sont au nombre de trois en France. La faiblesse du dispositif d’accueil explique également le peu d’entrain des juges à prendre en charge la prostitution juvénile. Les pouvoirs publics et les observateurs craignent cette population dangereuse, qui résiste à l’enfermement, comme en attestent les révoltes qui ont marqué ces établissements tout au long du siècle. Ainsi les jeunes filles perdues de Doullens, Clermont ou Cadillac sont-elles évoquées en ces termes par une psychiatre, en 1937 :

  • 72 Dr S. Serin, « La prostitution des mineures », Pour l’enfance « coupable », t. 3, no 18, mai-juin (...)

« Ces filles sont passées brusquement d’une vie libre, vie de débauches, de plaisirs faciles, souvent d’excès alcooliques, à la vie sédentaire, à la claustration, au travail, à l’obéissance. L’accoutumance ne se fait pas sans heurts. Les phénomènes de contagion mentale sont particulièrement à redouter chez ces débiles toujours prêtes à copier une crise hystérique, à simuler une tentative de suicide, à suivre une meneuse dans un essai de révolte ou d’évasion72. »

  • 73 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, (...)

41La construction judiciaire des déviances sexuelles chez les enfants et les adolescents est un processus complexe, révélateur d’une tension entre les impératifs d’une protection de l’enfance émergente, et la traditionnelle réserve des magistrats à l’égard de comportements jugés privés. Néanmoins, s’agissant de sexualité, le corps et la moralité de la jeune fille apparaît comme un « terrain » beaucoup plus politique. Elles font plus souvent que les garçons l’objet d’une intervention cherchant à réguler une sexualité jugée dangereuse pour elles-mêmes mais aussi pour la communauté. Moralement réprouvée, l’homosexualité masculine n’est pas, à Angers, dans l’entre-deux-guerres, la cible des tribunaux. En effet, nous ne disposons d’aucune affaire impliquant un mineur dans lequel soient incriminés des actes à caractère homosexuel. Cette absence de répression signale une certaine tolérance à l’égard de l’homosexualité, pour autant qu’elle reste cachée ou qu’elle conserve le caractère ambigu des mœurs sexuelles « exploratoires » de la jeunesse des écoles. Malgré « l’homophobie policière et judiciaire », la France constitue une exception, ne disposant pas de loi condamnant explicitement l’homosexualité73. Quant à la représentation dichotomique qui veut que la sexualité des garçons soit « prédatrice » et celle des filles « vénale » est bien perceptible dans les interactions entre différents acteurs intervenant dans le théâtre judiciaire. Elle relève à la fois des représentations populaires, des discours savants, et du raisonnement juridique facilitant l’intervention de la justice. Néanmoins, il n’existe pas, en France, jusqu’en 1945, de volonté politique ferme de voir le système judiciaire étendre ses prérogatives en matière de régulation sexuelle, qu’il s’agisse de répression des violences sexuelles juvéniles, ou encore de prostitution des mineurs.

42Confidentielle sur le plan quantitatif, la régulation judiciaire des comportements sexuels ne semble prendre sens que si elle est accompagnée d’un règlement « social » des conflits. Cette assertion est sans doute encore plus patente s’agissant des délits sexuels, pour lesquels on voit bien les acteurs judiciaires chercher l’assentiment, la coopération des justiciables. En outre, la justice laisse une place centrale aux modes alternatifs de résolution des conflits : l’arrangement, la rétribution symbolique (châtiment corporels, expiation publique) et la rétribution matérielle, voire même le bannissement de la communauté. Ce faisant, la justice nous apparaît aujourd’hui comme cynique et pusillanime, alors que les infractions à caractère sexuel ont accusé une envolée quantitative majeure et que leur traitement fait l’objet des plus grandes attentions. Dans cette première moitié du XXe siècle le violeur n’est pas un monstre, et l’acte de viol ne relève pas de l’impensable. Plus encore, la victime peut elle-même devenir coupable, si les exigences de l’honneur, et les perceptions subjectives de la rumeur l’imposent. Ce pragmatisme apparaît comme une façon pour les différents acteurs de rétablir ou de préserver un lien social fragilisé par l’événement. Reste une difficulté, pour la justice comme pour les communautés, à concevoir l’enfant comme un être plein, entier, capable d’un libre consentement. Cette ambiguïté est tapie dans les pratiques de la justice des mineurs, qui entend protéger l’enfant, des autres comme de lui-même. Considérant le mineur comme un être faible, incomplet, elle ne réussit pas à l’ériger en sujet de droits : ce droit à un plein statut de victime qui ne soit pas entaché de manœuvres transactionnelles, mais aussi un droit à disposer de son corps librement, notamment s’agissant des pratiques de séduction dont on perçoit bien l’émergence, sans que la famille, la communauté, ou la nation n’y voient une atteinte à son intégrité.

À Montréal, vénalité et libération des mœurs

43Si, pour les acteurs judiciaires, la violence est un indice de l’incorrigibilité des garçons, les filles sont, à Montréal, considérées à l’aune de leur respectabilité sexuelle. Dans un intriguant ballet de dévoilement de sexe et de pudibonderie, la Cour des jeunes délinquants édicte les règles de la décence infantile et adolescente. Ce faisant, elle répond d’abord à l’angoisse collective que suscite, surtout au moment de la Première Guerre mondiale, la question de la prostitution. Cependant, le cœur de leur préoccupation réside plutôt dans la régulation du comportement sexuel commun, du flirt ordinaire et de ses conséquences sur les équilibres de pouvoir au sein des familles.

Montréal, capitale du vice ?

  • 74 Mariana Valverde, The Age of Light, Soap, and Water. Moral Reform in English Canada, 1885-1925, To (...)

44Montréal, au début du XXe siècle, est souvent évoquée comme la « capitale du vice », notamment en raison de sa réputation de tolérance à l’égard de la prostitution. Cette image de Montréal ville ouverte, s’est aussi construite par opposition avec « Toronto la prude », dont la répression de la prostitution couvre tant le contrôle des bordels que les rendez-vous galants dans les parcs de la ville. Par-delà ces choix politiques, l’on perçoit bien aussi que sont mises en jeu les perceptions respectives de deux villes apparentées à deux modèles culturels : le réglementarisme « à la française » pour Montréal, et la prohibition britannique pour Toronto74. Dans la cité laurentienne, une urbanisation intensive, des mouvements rapides de population des campagnes vers la ville, couplés à l’état de précarité économique au sein des classes populaires avivent, parmi les élites, au tournant du siècle, la peur de la promiscuité et de la vénalité généralisée. Cette phobie se cristallise sur les jeunes filles. En effet, si la misère est pousse-au-crime pour les garçons, elle est pousse-au-vice pour les filles. Enfin, la ville, comme lieu d’expression de la diversité sociale et de la modernité culturelle tend à devenir un lieu de loisirs et de plaisirs, phénomène à la fois populaire et commercial dont la genèse et la croissance exponentielle semblent échapper à la régulation morale voulue par les élites politiques traditionnelles.

  • 75 Document II.
  • 76 Document VI.
  • 77 L’indécence est d’abord caractérisée par le caractère public du lieu dans lequel est commis l’acte (...)
  • 78 Loi amendant les Statuts refondus, 1909, concernant les jeunes délinquants, Statuts du Québec, 191 (...)

45La mise en cause explicite d’un comportement sexuel répréhensible apparaît de prime abord comme un fait assez rare à la Cour des jeunes délinquants de Montréal. Seuls 2,2 % des délits relèvent de cette catégorie spécifique, ne représentant que quelques dizaines de cas par an75. Les filles sont alors bien plus concernées, avec 8,5 % des motifs d’inculpation, contre seulement 1,3 % pour les garçons76. Il s’agit alors de mises en cause pour « indécence », ou « immoralité », qualifications qui incarnent tant le volet public que privé de ces atteintes aux mœurs. En effet, si le Code criminel condamne tout comportement indécent à caractère public77, l’amendement à la loi provinciale sur l’internement des enfants dans les écoles industrielles obtenu par le juge Choquet en 1912 octroie à la cour un mandat sur tout mineur se servant « habituellement d’un langage obscène ou indécent, [ou qui] se conduit d’une manière immorale78 ». Une définition légale aussi subjective laisse ainsi toute latitude aux plaignants et aux acteurs judiciaires pour qualifier les faits. De l’indécence à l’immoralité, l’ambition d’une telle législation n’est plus simplement d’instituer la décence chez les enfants, c’est-à-dire de leur inculquer un rapport au monde social empreint de pudeur, mais bel et bien de s’alarmer de toute pensée ou comportement impur, que cette faute rejaillisse ou non dans l’espace public.

  • 79 La nouvelle définition de la « maison close », énoncée par le Code criminel de 1893 est extensive  (...)
  • 80 S’agissant des mineures de 21 ans, le code criminel définit de manière très large la pratique pros (...)
  • 81 Criminal code, Art. 207, Vagabondage : « Quiconque mène une vie dissolue, de paresse, de désordre o (...)
  • 82 Le second amendement proposé avec succès par Choquet à la loi provinciale sur l’envoi des mineurs (...)

46Plus rarement, les jeunes sont appréhendés pour avoir été « trouvés dans des maisons de désordre », sans qu’il soit toujours possible de déterminer leur condition précise : sont-ils clients (pour les garçons), prostituées (pour les filles), ou fils et filles d’employées de ces maisons closes ? Dans ce type de situation, comme pour l’immoralité, l’aparratus légal sature le champ. S’ils sont clients ou prostituées, les enfants tombent sous la coupe réglée du Code criminel, qui proscrit, sur le modèle anglais, l’existence de toute forme d’activité liée à la prostitution, surtout si elle implique des mineurs. Ainsi, on peut condamner, à des degrés divers cependant, filles de joie, clients, souteneurs, débaucheurs, et logeurs complaisants. Cette activité est considérée comme une « nuisance » selon la loi criminelle, qui punit ainsi les tenanciers de « bawdy-houses » (litt. « maison grivoise79 »), condamne également toute forme d’avilissement du corps des jeunes filles par quelque tractation à caractère sexuel80, et proscrit, via la législation sur le vagabondage, le fait de résider ou même d’être trouvé incidemment dans une maison de prostitution81. Et si ce filet, pourtant tissé serré, laisse encore passer quelque enfant malheureux, comme les enfants ou frères et sœurs de prostituées résidant avec elles, la loi provinciale de 1912 énoncée par Choquet permet alors de s’en saisir, les enfants étant exposés à un environnement corrupteur dont ils doivent être extraits82.

  • 83 Joan Sangster relève la même fascination : « Incarcerating “Bad Girls” : The Regulation of Sexuali (...)
  • 84 D’après un examen au cas par cas des dossiers de procédure de l’échantillon qualitatif, il apparaî (...)

47Malgré cette saturation légale du domaine de la sexualité, la Cour des jeunes délinquants de Montréal n’a que peu recours à ces outils pour se saisir des jeunes dépravés. Ce n’est pourtant pas faute de pointer fréquemment tel ou tel comportement sexuel erratique. Les dossiers de procédure, les rapports des agents de probation en particulier, sont émaillés de descriptions et de sous-entendus qui confinent parfois à la fascination pour l’expérience sexuelle des enfants et des adolescents83. Ces observations laissent à penser que le comportement sexuel irrégulier n’a été considéré que comme l’indice partiel de l’incorrigibilité des mineurs. Il est donc nécessaire de compléter le premier examen quantitatif par la prise en compte qualitative des cas d’incorrigibilité. Ainsi, il apparaît, à l’examen des dossiers de procédure, que les inculpations pour « incorrigibilité », et « vagabondage » ou « désertion » relèvent très souvent, pour les jeunes filles uniquement, d’une stigmatisation de leur sexualité84.

  • 85 Dans un amendement à la loi de 1908 datant de 1924, la définition du « jeune délinquant » est élar (...)
  • 86 John Mclaren, «Chasing the Social Evil: Moral Fervor and the Evolution of Canada’s Prostitution La (...)

48Ici encore, la loi autorise une telle assimilation. On l’a vu, la définition légale de l’incorrigibilité, promue par Choquet en 1912, juxtapose divers comportements turbulents, dont le stade ultime serait l’immoralité. Selon la même démarche, un amendement à la loi fédérale, voté en 1924, généralise à l’ensemble de Canada la répression de l’immoralité, qui va, comme nous le constatons au Québec, toucher quasi exclusivement la sexualité des jeunes filles85. En outre, les diverses formes d’errance urbaine, recouvertes par les catégories de « vagabondage » et de « désertion » impliquent également, dès la lettre de la loi, une déviance sexuelle. La loi canadienne, plus sévère encore que son inspiratrice anglaise, encadre toute activité prostitutionnelle en criminalisant le simple fait de vaquer sans raison suffisante sur la rue (« streetwalking ») avant même le racolage (« behaving in a indecent manner »), alors que l’Angleterre avait procédé à une qualification criminelle de la prostitution plus élaborée (et moins répressive), en couplant ces deux types de comportement comme préalables à une interpellation86. De plus, s’agissant de mineurs, la catégorie « désertion » établit finalement un vagabondage sans errance, en criminalisant le simple fait, pour un jeune, de quitter le domicile familial sans autorisation explicite de ses parents. On l’a vu, les déserteurs et vagabonds disposent souvent d’un toit, d’une famille. Loin de l’image effrayante du jeune errant sans foyer et sans soutien, la jeune vagabonde est bien plus une noctambule, d’où l’angoisse sexuelle très prégnante la concernant. Ainsi, on constate que malgré une multitude d’éléments juridiques propres à s’emparer du sexe dévoyé, la Cour des jeunes délinquants opte pour une approche plus sibylline, via les qualifications d’errance et d’incorrigibilité. Elle replace ainsi la sexualité dans une perspective plus large que la vénalité, la sexualité devenant, pour les filles, le révélateur de leur docilité face aux exigences d’un modèle de féminité empreint de puritanisme. Mais comment se déploie ce dressage de la sexualité juvénile ? Les garçons y échappent-ils totalement ?

La sexualité des garçons : onanisme et perversité

49Le caractère premier du traitement judiciaire du comportement sexuel des jeunes montréalais est son caractère genré. Très peu de garçons sont directement interpellés pour une infraction à l’ordre sexuel ou aux bonnes mœurs. Les deux grands pourvoyeurs de délinquants, policiers et parents, ne portent que peu d’attention à la sexualité juvénile masculine. Les premiers sont avant tout concernés par la gestion des pratiques prostitutionnelles, les seconds par la protection de la réputation de leurs filles. Atypiques, ces cas n’en laissent pas moins filtrer certains phénomènes qui pourront prendre corps dans le Québec de la Guerre froide : la crainte de la masturbation, et, en corollaire, celle de l’homosexualité latente. En effet, s’il est délicat d’établir un régime chronologique pour ces affaires extrêmement rares, force est de constater qu’elles émergent majoritairement à compter des années 1930, annonçant une attention grandissante à la question de la sexualité masculine. Dans le même mouvement que l’intérêt porté à l’état psychique des jeunes délinquants, la sexualité est alors considérée comme une manifestation d’une intériorité qui apparaît cruciale, alors que les manifestations plus matérielles de la délinquance deviennent secondaires.

  • 87 Thomas W. Laqueur, Solitary Sex. A Cultural History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003, 4 (...)
  • 88 Bastien Pelletier confirme la banalité de pratiques masturbatoires entre garçons, selon les agents (...)

50La masturbation, invention tardive (début du XVIIIe siècle), est concomitante du développement de la pensée libérale capitaliste que cette pratique « inutile » injurie. Elle fait alors les beaux jours de la casuistique religieuse, puis sociale, avec le développement de l’État, qui s’invite ainsi dans les régulations familiales, au cœur de l’intime87. Devant la Cour des jeunes délinquants de Montréal, elle est considérée très différemment qu’elle soit pratiquée seul ou collectivement. Rituel toléré de la sociabilité juvénile masculine, elle n’en devient pas moins alarmante pour les officiers de probation lorsqu’elle se pratique de manière trop ostentatoire88. Il s’agit là pour ces jeunes, en plus de sceller leur groupe, de marquer leur territoire en frappant les esprits. L’indécence devient un geste de pouvoir.

  • 89 Rapport de E.A. Lafond, officier de probation, 9 décembre 1935. CJDM. Dossier no 1681/1935.
  • 90 Rapport de Pierre Haguette, officier de probation, 18 novembre 1938. CJDM. Dossier no 1914/1938.
  • 91 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, (...)

51Pouvoir de la bande sur le quartier, la masturbation peut aussi signaler la tentative d’un jeune garçon de contrôler les corps et les esprits de ses congénères, à l’intérieur d’un groupe de pairs. Ainsi, E.A. Lafond, officier de probation, s’inquiète-t-il d’un jeune voleur de 11 ans, qui possède un inquiétant ascendant sur ses camarades. Il a entraîné dans ses méfaits son frère de trois ans son aîné. L’enquêteur identifie la clé de cette influence : Roger « est le pire du gang, non pas seulement pour le vol, mais aussi au point de vue moral. J’ai appris par Mme P. que [Roger] masturbe les enfants et les suce en cachette89 ». Le jugement stipule alors qu’il « ne [doit] plus rencontrer les autres inculpés ». Un autre rapport explique, à propos d’un jeune masturbateur qui exige des fellations de ses camarades : « Georges possède beaucoup de magnétisme sur ses compagnons et il est vicieux90 ». C’est bien, ici encore, d’enjeux de pouvoir dont il s’agit. Si le premier, décrit comme un homosexuel latent, assoit son aura sur le groupe en suscitant le désir chez ses camarades, le second, tel un chef, utilise la sexualité comme un outil de domination. Si la justice des mineurs n’entre pas massivement sur ce terrain dans l’entre-deux-guerres, elle a identifié ici les enjeux d’une politique de la sexualité. La contention du sexe ne relève pas que de la pudeur, ou de la morale publique, mais aussi, comme l’a montré Michel Foucault, d’une lutte de pouvoir entre l’État et le citoyen, enjeu d’autant plus crucial qu’il concerne les forces vives de la nation, l’enfance et la jeunesse, et qu’il s’inscrit dans le vaste processus de mise sous tutelle d’une institution concurrente de l’État, la famille91.

  • 92 Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light” : les réformateurs et la prostitution à Montréal, 1865- (...)
  • 93 Peter Baskerville, « Familiar Strangers. Urban Families with Boarders, Canada, 1901 », Social Scie (...)

52Cependant, par-delà cette dimension « biopolitique », la masturbation est aussi scrutée par les acteurs judiciaires comme l’indice d’une forme de pathologie sociale. Les enquêteurs s’arrêtent sur la sexualité solitaire des fils de prostituées. Il est aisé de retirer les fils des maisons de désordre identifiées. Mais les filles de joie commettent rarement cette imprudence, et l’on ne trouve que rarement des enfants dans les bordels, y compris lors des spectaculaires rafles au lendemain de la guerre92. En revanche, plus ardue est la tâche qui incombe aux enquêteurs, de repérer la logeuse accommodante, qui loue ses chambres et parfois sa propre couche, sous les yeux de ses jeunes enfants. Encore très courant au début du siècle, l’accueil des « logeurs », locataires d’une chambre, voire même d’un lit dans la chambre des enfants, est surveillée de près par les agents de la cour. Le formulaire-type d’enquête sociale précise leur présence, les enquêtes en font souvent mention, sur le ton de la suspicion93. L’infâme image d’une mère livrée aux humeurs masculines de ses pensionnaires hausse le cœur des agents de probation. La masturbation peut alors devenir l’indice flagrant, à leurs yeux, de la contagion du milieu dans lequel vit l’enfant.

« Maman loue des chambres, explique naïvement Roland, 14 ans, il y a un monsieur C. qui est en chambre avec son amie. Maman dit qu’ils doivent se marier. […] dans le salon, c’est Monsieur C. qui couche là […] Quelques fois durant la journée, Marcel G., Monsieur F. et un ou deux autres viennent prendre de la bière. Depuis trois semaines, je crois que ça ne va pas très bien avec Monsieur M. [le propriétaire de la maison et amant de sa mère] […]. J’ai vu souvent Monsieur Q. […] couché dans le lit de maman. Elle venait m’ouvrir la porte en jaquette de jersey et en robe de chambre. »

  • 94 Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 12 mai 1938. CJDM. Dossier no 1656/1938.
  • 95 Ibid. Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 30 novembre 1937.

53En plus du concubinage, l’enquêteur social découvre une pension transformée en lupanar : « toutes ses chambres sont louées et souvent maman demande la permission aux chambreurs de les relouer pour la journée quand ils sont partis. Maman m’a envoyé chercher quelque chose dans son bureau de toilette et j’ai trouvé des capotes. Elle fait quelques fois venir ma sœur pour l’aider à travailler, elle la paie 1,00 $ ou 0,75 $, cela dépend de la journée que Pauline a fait ». La mère s’avère en outre incapable de prendre soin de son fils, alors que le père, chômeur vivant seul, s’enferre dans la misère : « Depuis quelque temps, maman ne s’occupe plus de mon linge. Papa ne travaille que quelques jours par semaine, il ne peut pas arriver à tout payer seul, Maman aurait bien pu l’aider à m’habiller. J’ai été quelque temps à porter des souliers percés et elle ne m’en a pas acheté, cependant Maman est bien habillée et ne manque de rien94. » Quelque temps auparavant, le gamin expliquait à l’enquêteuse : « J’ai l’habitude de me masturber depuis deux ans. L’an passé j’ai masturbé R., et il m’a masturbé lui aussi. Cela est arrivé plusieurs fois. J’ai aussi fait la même chose avec G. » La cause du dérèglement de cet enfant est mise en exergue dans le rapport de l’agent de probation, par la bouche même du jeune inculpé : « Je suis grossier pour maman, lorsque je suis fâché, je lui dis : Si je suis rendu comme ça, c’est de ta faute95. » Ainsi, lors de ces rares procédures qui voient de jeunes garçons être accusés d’immoralité, la faute est en réalité reportée sur la mère, dont la prostitution, ou la mauvaise vie, corrompt tragiquement le comportement du jeune enfant.

  • 96 Rapport de J.E. Poirier, officier de probation, 25 juin 1935. CJDM. Dossier no 704/1935.
  • 97 Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 17 avril 1939. CJDM. Dossier no 443/1 939.

54Outre la masturbation, qui signale le désordre des mœurs et la difficulté du jeune garçon à discipliner son propre corps, plusieurs fratries d’enfants de prostituées sont pointées du doigt pour actes immoraux, voire pour violences à caractère sexuel. Sur une plainte du Catholic Welfare Bureau, association caritative destinée spécialement aux catholiques d’origine irlandaise, un garçonnet de sept ans doit ainsi être séparé de sa petite sœur, avec qui il commet « des actes immoraux ». Il vit avec son arrière-grand-mère. Sa mère est prostituée, son père soldat vit à Kingston, en Ontario, et selon J.E. Poirier, agent de probation, un placement d’urgence s’impose, « l’entourage étant très méchant96 ». Le CWB confie donc cet enfant, considéré comme malade, à une ancienne infirmière, sollicitée pour ses aptitudes médicales. De la même manière, le jeune Henri, dont la mère est « danseuse dans les cabarets », est signalé pour sa conduite immorale. Il « se conduit mal avec les petites filles, s’alarme l’enquêteuse de la cour, il les faisait entrer chez lui lorsque sa mère était absente, Germaine L. et sa sœur Jeannine, Pauline D., Marie-Ange et Laurette L., Ti-Pit L. Il essayait d’avoir des relations avec les petites filles97 ».

  • 98 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 10 juin 1929. CJDM. Dossier no 384/1 929.

55La faute originelle imputée aux parents, à la mère notamment, lors de cas d’immoralité flagrants, peut aussi être redirigée par ceux-ci, avec une formidable violence, à l’encontre de l’enfant « vicieux ». Un jeune garçon est amené en cour par sa mère remariée et, à ce titre, suspecte. Incorrigible, l’enfant « a tous les défauts », dont le plus infamant : « vicieux, [il] touche à sa petite sœur de six ans, il a été surpris 5 ou 6 fois ». Il se comporte de manière manifestement erratique : il est énurétique, et très colérique. Cependant, aucun diagnostic psychiatrique n’a été avancé au cours de ses nombreux passages en institution, dont l’Hôpital Sainte-Justine, ou encore l’école d’industrie de Montfort. Au contraire, il est décrit comme un petit diable effronté et vengeur : « déchire son linge, arrache les boutons par plaisir, menteur comme il n’y en a pas beaucoup, il est très malpropre pour son lit et sa culotte, malgré les leçons qu’il a reçues, il dit qu’il a fait cela parce qu’il veut le faire98 ». Le curé de la paroisse intervient sans mesure auprès du juge Robillard : « Il est vicieux, voleur, et incontrôlable. Je suis sûr que vous ferez votre possible pour l’aider à placer ce petit garçon dans une maison de correction et dans le plus bref délai ».

  • 99 NT. Déposition de A.E. Winch, Superintendent of the Protestant Orphan’s Asylum, 3 août 1923. CJDM. (...)

56Le placement en institution, appelé de leurs vœux par des parents qui retournent contre leurs fils pervers la suspicion morale manifestée à leur égard, s’avère, dans ces cas spécifiques, comme un catalyseur supplémentaire de l’immoralité de ces jeunes garçons. Certaines institutions cherchent à se départir des onanistes et des invertis. Ainsi, Miss Winch, directrice du Protestant Orphan’s Asylum, explique-t-elle au juge Choquet que le jeune Donald est indésirable dans son établissement : « Il s’est rendu coupable de comportement indécent dans les dortoirs avec les garçons plus jeunes, leur apprenant de très mauvaises habitudes. […] la seule chose à faire était de se débarrasser d’un tel garçon, car une fois que ces choses-là commencent, il est impossible d’y mettre fin ». Le juge, que la jeunesse de l’enfant laisse hésitant sur la sanction, demande : « Vous n’avez pas pu l’amender ? » La directrice se justifie au nom de la prophylaxie qu’impose la qualité de son institution : « Chaque jour, j’ai essayé de le rendre meilleur, mais c’est inutile. Nous avons ici de très bons garçons, qui ont abandonné leurs travers, et se comportent très bien. Tous nos enfants sont d’une moralité irréprochable99 ». Sur le conseil subséquent du Mental Hygiene Institute, cabinet d’expertise psychiatrique attenant au Royal Victoria Hospital, le jeune pervers est envoyé à l’école de réforme de Shawbridge.

  • 100 Marie-Paule Malouin, L’univers des enfants en difficulté au Québec entre 1940 et 1960, Montréal, B (...)
  • 101 Steven Maynard, «“Horrible Temptations”: Sex, Men, and Working-Class Male Youth in Urban Ontario, (...)

57Si les institutions « douces », accueillant des publics jeunes et considérés comme innocents, se protègent vivement, rien ne filtre des grandes écoles de réforme concernant la moralité des pupilles. Peut-on supposer que les pratiques homosexuelles y étaient tolérées, de facto ? La discrète présence, dans le règlement du Mont Saint-Antoine, de mesures de préventions contre l’homosexualité peut amener à le penser100. On comprend bien que si l’homosexualité manifeste est condamnée, une certaine intimité affective, voire physique, est, elle, « naturelle ». La condamnation manifeste de l’homosexualité apparaîtra bien plus fortement dans les années de crispation morale d’après la Seconde Guerre mondiale101. Finalement, en dehors de cas patents de « contagion du vice », à l’occasion desquels on stigmatise les mauvaises mères immorales, ou encore de quelques rares cas de perversions sexuelles, la sexualité juvénile masculine reste, bien que taboue, globalement tolérée par les élites québécoises de l’entre-deux-guerres. La Cour des jeunes délinquants de Montréal veille au grain, mais ne réprime pas ces comportements en tant que tels. Tout au plus tient-elle compte de ces conduites déviantes comme l’indice supplémentaire de l’incorrigibilité du mineur jugé.

La vénalité féminine

  • 102 La Patrie, 29 octobre 1913, p. 1-2.

58Cette tolérance ne bénéficie pas aux fillettes et aux adolescentes montréalaises. Comme partout en Amérique du Nord, le mouvement progressiste porte une attention particulière à la condition des jeunes filles, dans un environnement urbain considéré comme le lieu de tous les dangers pour les jeunes ingénues. Décliné selon plusieurs thèmes, de la lutte contre la prostitution à la protection de la jeune femme au travail, en passant par le contrôle de l’industrie florissante des loisirs populaires, les responsables politiques, aiguillonnés par des ligues de vertu, tentent de répondre à ces nouvelles problématiques. La « protection de la jeune fille » devient un sujet politique brûlant, comme en attestent les unes racoleuses de la presse montréalaise, qui s’alarme devant les « enlèvements » de jeunes filles par le milieu prostitutionnel. Ainsi évoque-t-on, dans la Patrie du 29 octobre 1913, ce monstre urbain prélevant, infâme Minotaure, son dû sur la jeunesse montréalaise : « Les pères et les mères payent un effroyable tribut au progrès de notre ville : les jeunes filles, les fillettes, sont enlevées en pleine rue et outragées ; les garçons, presqu’encore gamins, sont des piliers de maisons louches, et partout, la ville de Montréal, comme une pieuvre, prend dans ses tentacules, les éléments de la jeune génération102. »

  • 103 Mariana Valverde, The Age of Light, Soap, and Water, op. cit., p. 86-87; Victor Jew, «“Chinese Dem (...)
  • 104 En 1924, on peut lire dans le Devoir, journal dont il est le fondateur, un éditorial d’Henri Boura (...)

59Les peurs sociales du temps se cristallisent autour de la question sexuelle : le développement de la ville et du commerce comme corrupteur d’une jeunesse crédule, l’immigration, facteur d’insécurité, avec le cas singulier des chinois, pourtant peu nombreux à Montréal, mais dont on craint, par amalgame avec l’image du trafic d’opiacés qui habite les esprits, qu’ils ne droguent et n’enlèvent les jeunes filles pour les soumettre à la prostitution103. Les stéréotypes vont bon cours, le racisme primaire se déploie sans censure. La jeune fille devient une allégorie de la nation canadienne, jeune et pure, qui se voit souillée par la vieille Europe malade ou par l’inquiétant Orient. Le thème de l’insécurité due à l’immigration sera largement repris par les hommes politiques jusque dans les années vingt – tant par les libéraux que par les nationalistes104.

  • 105 Recorder De Montigny, « Rapport sur l’état moral de la Cité de Montréal », dans Rapport annuel du (...)
  • 106 Conférence publique citée dans Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light”… », op. cit., p. 192.

60C’est d’abord à la police qu’incombe la charge de protéger les jeunes filles. Cependant, malgré les alarmes des rapports successifs sur la prostitution, et le surgissement régulier du fantasme de la « traite des blanches » réactualisé selon différents contextes, la lutte contre la vénalité juvénile n’est jamais réellement engagée. Malgré une législation d’inspiration anglaise faisant de la prostitution un délit, la doctrine montréalaise s’avère plutôt réglementariste (et donc « française »), même s’il s’agit d’une gestion policière officieuse. En 1898, le recorder De Montigny résumait fidèlement la pensée commune des élites sur ce sujet épineux, se disant alors partisan d’une certaine tolérance à l’égard des « maisons de désordre », afin d’éviter un éparpillement de ces bouges, « menaçant de contaminer les alentours ». « Puisqu’il faut un canal à ces immondices de la passion humaine, écrivait-il, paraphrasant Duchâtelet, au moins devons-nous localiser ces égouts, afin d’empêcher la contagion105. » En 1909, le recorder Dupuis, intervient à ce sujet sur un registre plutôt libéral-réglementariste. Selon lui, la question vénérienne ne peut être contenue qu’en tolérant un espace contrôlé de vénalité ; en outre, les prostituées incarnent un ultime rempart pour les jeunes filles, contre les assauts « des libertins qui, ne pouvant plus satisfaire leurs passions […] ne craindront pas de semer le déshonneur et la honte dans les familles106 ». Au nom de la protection de la jeune fille, donc, il faudrait laisser aller le commerce du sexe.

  • 107 Ibid., p. 193.
  • 108 ANQ-Q ; E 17 : Correspondance du procureur général, dossier 156/1 919.
  • 109 Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light”… », op. cit., p. 194.

61Cette pensée paraît bien ambiguë à nombre de citoyens, partisans d’une moralisation des mœurs montréalaises. En 1917, le Comité des seize est fondé, « voué à l’extirpation du vice dans la métropole », s’inspirant du modèle New Yorkais et Chicagoen107. La protection de l’enfance est un des leviers majeurs de la démarche de ce comité. À ce titre, Owen Dawson, greffier de la Cour des jeunes délinquants de Montréal, et trésorier de l’école de réforme de Shawbridge, se joint au comité un an après sa fondation, en 1917, pour en devenir un des piliers. Il quittera d’ailleurs le greffe de la cour juvénile pour cette nouvelle mission qu’il estime plus prometteuse108. Le but de l’organisation n’est pas abolitionniste, mais d’en finir avec le « vice commercialisé », c’est-à-dire à l’intervention marchande de souteneurs et de tenanciers-cières de maisons de passe. Les premiers travaux du comité signalent la délicate posture de nombreuses adolescentes à l’égard des réseaux de la débauche marchandisée. Des parents poussent les jeunes filles dans le métier, selon un rapport de 1918. Un tiers des filles sur lesquelles porte l’enquête a moins de 18 ans. Parmi les causes de la prostitution, on invoque le « manque de suivi des délinquantes à leur sortie de l’école de réforme », mais aussi « la déficience mentale et la condition des mères célibataires109 ». En 1924-1925, le rapport d’enquête sur la police, dit « rapport Coderre », faisant écho aux travaux du comité, reprend aussi le thème de la protection de la jeunesse. Les témoins et experts auditionnés allèguent qu’une des grandes causes de la prostitution réside dans le fait que les jeunes filles récemment arrivées de la campagne sont happées par la prostitution marchande. Là réside en réalité l’ambiguïté de cette nouvelle croisade : il s’agit avant tout, pour les contempteurs de la prostitution dont Montréal arbore une triste réputation de championne, d’éradiquer le commerce du sexe, quitte à manifester une certaine tolérance à l’égard de la prostitution clandestine qui, elle, par nature, concerne en réalité beaucoup plus de très jeunes filles et s’avère moins facile à contrôler. En effet, pour le juge Coderre, la prostitution informelle apparaît, dans cette perspective, comme moins tapageuse, moins dangereuse, et surtout – car il s’agit là d’une enquête sur la police – moins compromettante pour l’institution policière prise à partie à plusieurs reprises pour corruption dans sa gestion de la prostitution commerciale. Ainsi, si le mouvement anti-prostitutionnel montréalais s’approprie un discours sur la protection de l’enfance, il rejette en réalité en dehors de son champ d’action la lutte contre l’exploitation des plus jeunes prostituées.

  • 110 Olivier Campeau, Rapport annuel du Surintendant de Police, pour l’année 1912, Montréal, Publicatio (...)

62Les pratiques policières, à travers le Bureau des mœurs qui règne en grand régulateur du Montréal rouge, confirment cette faiblesse de la répression de la prostitution juvénile. Les constables préfèrent parfois « retourner une jeune fille à ses parents », voire la faire accueillir temporairement au Bon Pasteur, plutôt que d’engager directement des poursuites judiciaires. Il est en effet délicat de prouver qu’un-e mineur-e trouvé-e au bordel lors d’une descente est en effet poussé-e à la prostitution. Par exemple, en 1912, pour 196 « descentes dans des maisons de désordre », 11 jeunes filles sont raccompagnées chez leurs parents. En 1917, elles sont 22, et 12 sont « envoyées au Bon Pasteur », alors même qu’une seule arrestation n’est justifiée par le fait d’« induire un enfant à la prostitution ». Pour comparaison, la même année, alors que la lutte contre la vénalité sexuelle est engagée à Montréal, 1365 femmes majeures sont arrêtées pour avoir été « trouvées dans une maison de désordre », ce qui invite à penser que les fillettes échappaient à cette forme de contrôle policier110. La statistique policière confirme également la rareté de l’incrimination pour indécence ou immoralité.

  • 111 Jennifer Stephen, « The “Incorrigible”, the “Bad”, and the “Immoral” : Toronto’s “Factory Girls’” (...)
  • 112 Troisième rapport du Service provincial d’hygiène de la province de Québec, pour l’année 1924-1925,(...)

63De son côté, la Cour des jeunes délinquants de Montréal s’alarme également de la progression de l’immoralité parmi la jeunesse de la métropole. Les rapports annuels des années de guerre soulignent l’âpreté du phénomène. Facteurs de cette angoisse sexuelle, l’émergence des disciplines médico-psychologiques et l’apparition d’un courant eugéniste puissant au Canada, ainsi que la crispation morale caractéristique des temps de guerre au XXe siècle doublée d’un souci spécifique de prophylaxie des maladies vénériennes, cristallisent l’attention des acteurs de la cour111. Malgré ces inquiétudes justifiant l’ostracisme, il apparaît que les jeunes filles traduites en cour, et envoyées en institution, ne représentent pas la menace que les eugénistes pointent du doigt. En 1924, de manière à lever le voile sur le chiffre noir des infections aux maladies vénériennes, la division éponyme propose aux institutions de faire un test systématique (test sanguin Wasserman) : les écoles de réforme de filles font ainsi passer le test à 76 jeunes filles, signalant 13 cas positifs, soit 7,1 % seulement112.

64La Cour des jeunes délinquants ne prend en charge que très peu de cas relevant explicitement du trafic prostitutionnel. Doit-on d’abord y lire la faiblesse d’un phénomène dont les discours irrationnels ont occulté une réalité bien moins effrayante ? Il est certain que l’âge de minorité pénale, fixé à 16 ans, laisse en dehors des préoccupations de la cour nombre de jeunes prostituées. D’ailleurs, le refus du Québec d’étendre à 18 ans la majorité pénale, après la loi fédérale de 1921 y invitant les provinces, n’est certainement pas indifférent à cette question. Contre l’avis de certains réformateurs qui désirent pousser plus loin l’aire de protection de la jeunesse, et affronter à bras-le-corps la question de la prostitution, les autorités provinciales préfèrent éviter la surenchère légale, et réaliser des économies. D’un autre point de vue, le maintien de la majorité pénale à 16 ans fut peut-être, à cet égard, une sage décision. Son extension aurait pu impliquer, par association, la disqualification des fillettes et jeunes adolescentes comme victimes indiscutables, que la cour cherche de plus en plus à prendre en charge en accusant les adultes auteurs de violences – souvent sexuelles – à enfants. La fixation de la majorité pénale, et donc de la juridiction de la Cour des jeunes délinquants, est ainsi largement déterminée par ce qui est alors considéré comme l’âge de la maturité sexuelle.

65En réalité, plus que d’engager une lutte contre la vénalité, la cour entend prendre en charge les cas de sexualité précoce, ce qui ne recouvre pas du tout les mêmes situations, et n’implique pas les mêmes approches. Si le filet est plus large, les cas les plus alarmants sont souvent traités avec une relative indifférence. Normaliser les errements banals, telle est l’ambition des acteurs de la cour. Se lancer dans une croisade contre les exploitations sexuelles, qu’elles soient commerciales, ou, liées à l’inceste, ne semble pas être de leur ressort. Ainsi, on traite la vaste majorité des cas de comportements immoraux selon les mêmes modalités que l’incorrigibilité, qui devient finalement le paradigme universel transcendant toutes les déclinaisons délictuelles.

  • 113 CJDM. Dossier no 4164/1917.
  • 114 Kathy Peiss, Cheap Amusements : Working Women and Leisure in the Turn-of-the-Century New York, Phi (...)
  • 115 Le « Red light » est défini par Andrée Lévesque comme le quadrilatère : Saint-Laurent/Craig/Saint- (...)
  • 116 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 1er août 1917. CJDM. Dossier no 4164/1 917.

66Le plus souvent, même lorsqu’elle saute aux yeux, la prostitution n’est que timidement évoquée, comme pour Mary, 16 ans, pourtant interpellée comme « inmate of a disorderly house », en 1917113. Mary est accompagnée d’une amie. C’est souvent le cas des jeunes prostituées qui trouvent dans ce compagnonnage amical une sécurité rassurante et une relative respectabilité lorsqu’il s’agit de fréquenter les lieux de divertissement sans être d’emblée considérée comme une fille facile. Une forme de défense dans cette économie matérielle et symbolique du sexe, dans laquelle les jeunes filles sont largement dominées, est la formation d’un couple ou d’un petit comité d’amies exclusives et de confiance (« Lady friend »), qui pourra permettre surveillance mutuelle, discrétion, et éventuellement défense114. Mary et Blanche ont quitté leurs mères, toutes deux employées de maison, qui, en plus du blanchissage, se soumettent au droit de cuissage pour arrondir leurs émoluments. C’est, malgré tout, la mère de Blanche qui a porté plainte pour « désertion ». Les jeunes filles ont fréquenté des garçons, sont allées au cinéma, où elles se sont « mal conduites » avec un employé. En plus de cela, elles ont résidé successivement dans deux maisons de passes bien identifiées, sises rue Saint-André et rue Clark, dans le bas de la ville, au cœur du quartier « rouge115 ». La description est explicite : « Au numéro 334, rue Clark, Mary n’a pas accepté les offres mais Blanche D. a fait 4,50 $116. » Si Marie Mignault dévoile les moindres secrets de famille, elle reste peu loquace sur ces « mauvaises maisons » que fréquentent les mères et leurs filles. L’intervention de la cour reste exclusivement centrée sur les familles, ignorant les contraintes du marché sexuel.

  • 117 Ibid., 8 février 1932. CJDM. Dossier no 89/1 932.
  • 118 Ibid.

67Pourtant, par-delà l’incrimination morale de chaque jeune fille, décrite comme responsable de sa déchéance, de nombreux cas semblent relever d’une exploitation organisée, voire marchandisée, même si la frontière entre la séduction, la petite vénalité, et l’asservissement prostitutionnel est toujours poreuse. On est loin, ici, de l’archétype de la prostituée « en maison ». Mais il est des pensions où l’on incite les adolescentes à amener des clients. Madeleine, « trouvée flânant sur la rue St-Laurent à 10.15 hres du soir », travaille comme ouvrière depuis ses douze ans, gagnant difficilement 12, puis 15 $ par semaine. Elle cède aux promesses du patron – et amant – de sa sœur majeure. Propriétaire de chambres, il la contraint à se prostituer : « André V. a dit à Madeleine d’aller au Café National l’après-midi et le soir pour y rencontrer des garçons, en quête d’aventures et de vie joyeuse, elle a réussi à en conduire 7 ou 8 en chambre avec elle, un dollar pour la chambre et 2 ou 3 $ pour elle117 ». Avec ces maigres passes, il faut mettre en œuvre une stratégie offensive d’aguichage pour prétendre gagner plus qu’une ouvrière ; deux à quatre clients par jour ne laissent pas de place à une quelconque « vie joyeuse ». Elle prétend connaître ainsi plusieurs endroits où l’on paie les filles qui amènent des hommes. Malgré une description fidèle des difficiles conditions de travail comme ouvrière, qui laisse entendre en creux le lien de causalité qui lie précarité matérielle et vénalité, et la dénonciation de l’exploitation des jeunes filles dans les lieux interlopes de la métropole, l’attention de l’enquêteuse est toujours ramenée à l’horizon de la faute morale de la jeune fille : « Madeleine prend assez de bière pour perdre la tête », souligne Marie Mignault. Elle a cédé à la tentation, en acceptant un tour en auto avec deux jeunes gens, qui l’auraient – l’enquêteuse semble en douter – « emmenée dans un appartement et chacun leur tour abusé d’elle118 ». Elle est naturellement envoyée au Bon Pasteur. Son souteneur, nommé dans le dossier, dont on précise qu’il savait qu’elle était mineure, ne fait l’objet d’aucune poursuite de la part de la cour, pas plus que l’affaire ne semble être renvoyée devant les tribunaux pénaux.

  • 119 Le fait qu’elle loue des chambres à 29 $ par semaine trahit son activité. L’enquête Coderre, toute (...)
  • 120 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 22 novembre 1929. CJDM. Dossier no 1056/1 929.
  • 121 Plainte, 12 décembre 1913, Alphonsine H. CJDM. Dossier no 1481/1 913.
  • 122 Ibid.. Rapport de J.E. Tétrault, officier de probation, 18 décembre 1913.
  • 123 Ibid. Elle avait été placée au « Parc Laval », école d’industrie de la congrégation angevine, puis (...)
  • 124 Ibid. Rapport de l’officier de probation, Marie Mignault, 27 avril 1921.
  • 125 D’après l’enquête Coderre (1924-1925), Andrée Lévesque a pu établir que le montant de chaque passe (...)

68Tel est bien un des enjeux de la lutte contre l’immoralité : le repérage des familles licencieuses. Les affaires de proxénétisme familial sont relativement fréquentes, et font l’objet d’enquêtes détaillées suivies d’interventions substantielles. La mère de Madeleine est ainsi accusée de tenir une maison de désordre, au 1021 rue Berri, et d’y employer sa fille de 14 ans119. Elle est arrêtée et jugée. La maison familiale, où résident les six frères et sœurs orphelins de père, est située dans un quartier plus respectable, au 853 Dorchester Ouest. Malgré ses bonnes intentions déclarées d’abandonner la pension pour vivre avec ses enfants, la mère est trahie par une jeune fille, rencontrée lors de sa détention, à qui elle a proposé de la faire travailler à sa sortie. Marie Mignault, qui doute de sa probité, obtient de la part de l’accusée, à la manière d’un inspecteur de police, un aveu involontaire de sa part : « Elle jure que ses enfants n’ont pas été souillés c’est son expression, elle le répète, il y avait donc du danger de l’être120 ». L’identification de ces situations à risque doit se faire tôt. Ainsi, Octavie, dix ans, est initialement traduite devant la cour comme « négligée ». La plainte précise : « à raison de l’immoralité et de la mauvaise conduite de ses parents, elle est élevée sans éducation et sans aucun contrôle salutaire, et dans des circonstances qui l’exposent à mener une vie de désordre121 ». Cette dernière précision laisse entendre le surgissement de la question sexuelle. L’enquêteur signale : « Octavie est une enfant grossière, dissipée et menteuse. Elle n’aime qu’à courir les rues122 ». La « grossièreté » est, s’agissant des filles, souvent intimement liée à l’immoralité, relevant d’une attitude indécente. Le verbe trahit la chair. Dans une nouvelle enquête ouverte trois ans plus tard à l’initiative des sœurs du Bon Pasteur qui en avaient la garde, la mère est décrite comme étant une « prostituée », et le père un « ivrogne123 ». Tous les enfants semblent en péril, et mobilisent l’ensemble de l’éventail des institutions de rééducation : l’aînée d’Octavie est au Bon Pasteur, deux cadettes sont au Parc Laval (école d’industrie du Bon Pasteur), un frère est à Montfort. Finalement, dès la sortie d’Octavie en 1921, elle est immédiatement reprise pour prostitution. La famille est encore en cause : « elle prétend que son frère lui a conseillé de loger dans la maison de désordre où elle a été arrêtée, au 565 Saint-Dominique. […] Octavie [a] été “séduite” dans la maison où sa grande sœur se prostitue, au 1217 rue Marianne, elle a touché $ 5. Elle prétend qu’elle n’a été séduite qu’une seule fois. La tenancière de la maison aurait “tout arrangé”124 ». En effet, la somme offerte à la jeune fille, équivalente au salaire hebdomadaire qu’elle touche alors comme ouvrière dans une manufacture de tabac, est alléchante, surévaluée au regard du prix habituel des passes125. Il existe donc des stratégies marchandes de recrutement des jeunes prostituées.

  • 126 Kathy Peiss, Cheap Amusements: Working Women and Leisure in the Turn-of-the-Century New York, Phil (...)

69À côté de ces cas de prostitution formelle, plus nombreux sont les dossiers mettant également en scène des jeunes filles cherchant à obtenir des faveurs, au prix de leur intimité sexuelle. La frontière entre loisirs et exploitation devient alors plus trouble. La distinction entre prostituées et « charity girls » – celles qui s’offrent « pour rien » – n’est qu’une représentation populaire simpliste126. Cependant, la fille facile inquiète les observateurs, défiant l’entendement et notamment les lois du marché et de la nécessité sociale. Seule leur perversion peut alors expliquer cet échange inégal. Le cas de Juliette est exemplaire de cette intrication. Elle explique avoir été « séduite » – c’est-à-dire violée – dans une ruelle par un inconnu alors qu’elle se rendait au cinéma. Depuis lors, explique Marie Mignault, elle n’a plus le sens de la décence et du respect de la bienséance : « elle va mal, elle n’écoute pas du tout sa mère : elle découche trois fois par semaine, fréquente les salles de danse, les vues animées, les studios où elle pose avec des jeunes gens, ce qui lui donne 0,25 $ ou 0,50 $, même une piastre ». Cette figure de la fille perdue, souillée, avilie par une sexualité précoce, même si elle en a été la victime, n’est donc pas qu’une figure littéraire, en vogue au début du siècle, reprise par le cinéma avec force larmoiements, elle est aussi une représentation intégrée par les jeunes filles des classes populaires. Dès lors, la vénalité leur apparaît comme une fatalité personnelle, plus que d’être un attribut social.

  • 127 Rapport de l’officier de probation, 29 août 1938. CJDM. Dossier no 836/1 937. Les réformateurs pro (...)

70Dans ces situations où la réputation compte tant, la préservation du secret s’avère cruciale. Malheureusement, l’intervention de la cour fait éclater au grand jour les fréquentations honteuses et les rémunérations interlopes. Gabrielle, qui mène une double vie, avoue ainsi : « J’ai sorti avec un Monsieur L., gérant de la plage des Halls, il m’avait demandé d’être modèle pour les costumes de bains. J’ai sorti en automobile avec lui pendant huit jours, il m’a demandé pour avoir des relations, j’ai refusé. Il m’a donné 1,50 $ parce que je l’avais accompagné souvent à la plage127 ». Alors que ses parents lui demandent instamment de travailler à l’usine, elle prétend s’être engagée dans une manufacture rue Saint-Laurent, prétextant toutes sortes d’excuses finement mises en scène pour ne pas apporter régulièrement sa paie : sa mère raconte que sa fille lui a dit que son « patron était en difficulté avec la commission des salaires raisonnables, elle est même venue avec moi faire un rapport ». Elle peut ainsi jouer sur les deux tableaux, en funambule : tenter sa chance dans le milieu de l’industrie des loisirs naissante, et bénéficier des ressources familiales et de voisinage. Lorsque la cour intervient, cet équilibre précaire s’effondre : « je demande à Monsieur le Juge de ne pas dire à mes parents que je suis débauchée, cela leur ferait trop de peine car ils sont bons et font l’impossible pour bien nous élever. Je demande une dernière chance et je promets de faire la bonne fille et de bien me conduire ». Pour avoir laissé savoir à la communauté que sa vertu, qui n’avait jusqu’alors « pas de prix », était dès lors tarifée, la fille vénale est alors piégée dans cette identité particulière, qui implique qu’elle se vende pour trouver sa place dans l’ordre des échanges sociaux. Elle ne peut plus dès lors user du pouvoir que lui confère son nouveau statut social qu’en se conformant à cette identité, quand bien même cette dernière n’a pas été désirée, et que le processus de dégradation de son image sociale l’a saisie ou indignée. À tout prendre, les jeunes filles stigmatisées le pressentent confusément, mieux vaut assumer cette identité sociale de « fille perdue » et en exercer, fut-ce comme un repoussoir, les formes du pouvoir qui lui sont attachées.

Une sexualité juvénile niée

  • 128 Cynthia R. Comacchio, « Dancing To Perdition : Adolescence and Leisure in Interwar English Canada  (...)
  • 129 Carolyn Strange, Toronto’s Girl Problem. The Perils and Pleasures of the City, 1880-1930, Toronto, (...)
  • 130 Tamara Myers, Criminal Women and Bad Girls: Regulation and Punishment in Montreal (1890-1930), Ph. (...)
  • 131 Carol-Ann Hooper, « Child Sexual Abuse and the Regulation of Women: Variations on a Theme » dans C (...)

71La sexualité n’est pas toujours honteuse, contrainte ou subie malgré le biais induit par le regard de la cour. Se dessine pour ces enfants du siècle soumis à la confession judiciaire, une image valorisée du plaisir et des loisirs, en rupture avec l’ordre symbolique traditionnel en milieu populaire. Les jeunes filles s’émancipent des structures familiales et communautaires, grâce notamment au développement du travail salarié féminin, phénomène auquel la guerre a donné encore plus de consistance. Apparaissent en ville une multitude de loisirs « commerciaux », dont le cinéma et les salles de danse sont les emblèmes. La sociabilité urbaine est le fait de la jeunesse, qui investit la rue, les parcs, et les plages du Saint-Laurent. La nuit est leur domaine. Mais la figure de la jeune fille émancipée fait problème : elle est tout à la fois le symbole des bienfaits du libéralisme économique et de l’élargissement du corps civique, et reste dans le même temps un danger pour la société128. Pire : elle n’incarne plus seulement une menace morale, comme le percevaient les réformateurs puritains (« purity movement ») du XIXe siècle, elle devient une menace médicale, sociale, et finalement politique129. De l’immoralité de la jeune fille à la déchéance, le pas est vite franchi. Ainsi, le mouvement de protection de l’enfance répond à cette double nécessité : protéger et contrôler. De ce fait, la protection de la jeune fille est consubstantielle à la criminalisation de son comportement130. Lors des deux premières décennies du XXe siècle, le point focal de l’œuvre de régulation de la sexualité se déplace de l’homme vicieux vers la jeune fille immorale, et l’autorité du droit positif tend à s’effacer devant les préoccupations de la médecine131. Selon un processus ambigu, la victime devient alors suspecte. La notion de responsabilité individuelle est évacuée au profit d’une prophylaxie sociale qui justifie le déploiement de politiques de contrôle et de ségrégation des jeunes filles « en danger », malgré leur « innocence » légale.

  • 132 Carolyn Strange, Toronto’s Girl Problem. The Perils and Pleasures of the City, 1880-1930, Toronto, (...)
  • 133 Sur la doctrine familialiste de l’ESP, organisation prosélyte jésuite, et le rayonnement de son di (...)
  • 134 Mme W. Raymond, « Le travail des jeunes filles », L’École Sociale Populaire, no 187, 1929, p. 3.
  • 135 Le travail de bureau, symbole de l’émancipation, est encore rare dans notre échantillon.
  • 136 Tamara Myers, « The Voluntary Delinquent: Parents, Daughters, and the Montreal Juvenile Delinquent (...)

72À l’instar de Toronto132, Montréal s’alarme de l’émancipation économique des filles, ferment de la dissolution des mœurs. La force du discours catholique, qui prescrit la préservation de la famille traditionnelle, avec la figure de la femme « gardienne du foyer », s’impose alors. Mme W. Raymond souligne, dans une publication de l’influente École sociale populaire133, en 1929, les dangers du « travail des jeunes filles ». Elle critique les féministes protestantes, « qui exaltent les bienfaits du travail extérieur sous toutes ses formes, contribuant souvent à faire de la femme un être déclassé, dépouillé à la fois de sa personnalité propre et des prérogatives qui en font la chair et la dignité134 ». Ainsi, pour de nombreuses familles, le travail à l’extérieur n’est pas souhaitable pour une jeune fille. En outre, le marché du travail ne leur offre que peu d’emplois réellement lucratifs, le travail « en place », comme domestique, ou à l’atelier occupant encore une large part des jeunes filles135. Le contexte incite parfois les candidates à l’autonomie à user de toutes leurs ressources, y compris sexuelles, pour quitter le foyer. Mais, sous le triple sceau du discours prescriptif des institutions sociales que sont famille, justice et médecine, le libre arbitre de la jeune fille mineure ne pèse pas lourd. S’agissant de la sexualité des jeunes filles, le rôle des familles apparaît crucial dans l’intervention de la cour. Les dépôts de plainte sont plus souvent de leur fait, et les demandes de sanction, dont l’envoi à la réforme, sont plus fréquentes136.

  • 137 Anne Meis Knupfer, Reform and Resistance. Gender, Delinquency, and America’s First Juvenile Court,(...)
  • 138 Les francophones parlent de « fille séduite » ou « débauchée ». Joan Brumberg, « “Ruined” Girls: C (...)
  • 139 Joan Sangster, Girls Trouble. Female Delinquency in English Canada, Toronto, Between the Lines, 20 (...)
  • 140 Norbert Elias, « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, 60, 198 (...)

73Il faut évoquer l’étroite voie à suivre pour les jeunes filles du début du siècle, soumises à l’injonction contradictoire de réussir leur vie amoureuse (car l’amour est une valeur suprême, et le romantisme un fait de culture diffus137), sans s’engager dans une relation compromettante, précoce ou non-consentie par les parents. En témoigne le terme populaire de « ruined girls » pour décrire ces jeunes filles coincées dans cet interstice social qu’est la maternité pré-maritale, qui signale à la fois l’ostracisme dont elles sont l’objet, et les difficultés matérielles auxquelles elles sont confrontées. « Ruined » n’est pas seulement insultant, la posture est également compassionnelle, et le rappel lexical de la misère matérielle renvoie à l’idée que la jeune fille a été privée de son capital social en perdant concomitamment sa virginité et sa réputation138. Pour comprendre le phénomène du commérage, il faut en percevoir la fonction sociale. Désigner les « mauvaises filles », c’est aussi contribuer à qualifier les filles vertueuses139. Le commérage comporte une fonction essentielle de distinction, lorsque les conditions matérielles ostensibles – le fait d’être voisins notamment –, pourrait ne pas permettre aux acteurs de percevoir, justement, une différence qualitative entre les mauvaises familles et les bonnes. D’où un déchaînement de persiflages dans les quartiers globalement mal considérés140.

  • 141 Rapport de Rose Henderson, officier de probation, 13 août 1919. CJDM. Dossier no 6471/1919.
  • 142 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 14 février 1935. CJDM. Dossier no 144/1935.

74Mais par-delà ces situations conflictuelles, l’aspiration des jeunes filles à une certaine liberté apparaît de plus en plus clairement. Au sein des classes populaires, de nombreux parents acceptent une sexualité pré-maritale, à condition que la réputation familiale n’en soit pas compromise. Une famille explique être outrée par l’immixtion de la justice. « Annie est revenue à la maison le soir vers 10.30 accompagnée d’un ami. Elle est allée aux vues animées avec la permission du grand-père ». Ils ont été appréhendés par un policier zélé. Or, force est de constater, pour Rose Henderson, que la famille est « respectable », que la jeune fille est « surveillée d’assez près par ses parents », et qu’il n’y a pas lieu de s’acharner sur son sort141. Certaines familles semblent plus permissives que d’autres, ce qui peut provoquer des conflits de voisinage. Une mère de famille accuse ses voisins de tolérer des réunions de jeunes « pour la danse » dans leurs demeures. Elle y voit la principale raison de la dépravation de sa fille, qui sort jusqu’à 10 h 30, qui a fauté avec un jeune voisin pour 25 sous, et fréquente désormais « les hommes » contre 75 sous, augure, selon la mère, de son engagement durable dans la vénalité. La jeune fille, détenue à la cour, scandalise, au dortoir, ses jeunes congénères, proclamant son droit au plaisir : « Armande a été une cause de scandale pour les jeunes filles détenues ici, elle a dit courir les garçons depuis l’age de huit ans. Elle a dit : “quand je sortirai d’ici je vais en prendre une botte !” Elle a fait des signes avec ses doigts, imitant les relations sexuelles142. »

  • 143 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 4 août 1924 & 11 février 1925. CJDM. Dossier no (...)
  • 144 Le Québec est moins exposé que le Canada anglais, pour la simple raison qu’une bonne partie de ces (...)
  • 145 Des tentatives de mise sur pied de programmes d’éducation sexuelle voient le jour aux États-Unis d (...)

75Ce droit à l’expérimentation sexuelle, attisé par la diffusion d’objets culturels valorisant le romanesque, entre en contradiction avec les logiques familiales de défense de l’honneur. Les acteurs de la cour, s’ils restent du côté de l’ordre familial, tentent néanmoins d’adopter une posture plus empathique à l’égard des jeunes filles. Lina, seize ans, vit chez ses parents, au milieu d’une famille élargie solidaire et ne craignant pas la promiscuité. Elle étouffe, et sort le soir, profite d’escapades de quelques jours pour s’extraire de son petit milieu. Elle fréquente des hommes (auxquels l’enquête confère la plus grande discrétion), flâne la nuit au parc Lafontaine, se rend chez un « Français de 60 ans » avec des amies, où l’on danse, chante et joue de la musique. Ses frères et oncles ne l’entendent pas de cette oreille, et lui font la chasse. Ils « la critiquent toujours », s’exclame-t-elle, et grossissent le moindre de ses gestes, l’accusant d’être une aguicheuse. La grand-mère maternelle, qui règne sur la tribu, donne raison à ses fils, et « gronde souvent » la jeune fille, qui enrage. Marie Mignault retranscrit cette parole de colère, ce qui signale un certain crédit accordé aux récriminations de l’adolescente. Malgré tout, la situation l’alarme : « Lina […] a déserté, laissant une lettre à ses parents, dans laquelle elle exprimait le désir de se noyer. Lina est une exaltée, une romanesque, qui répète les phrases des romans et se forme une mentalité d’après ses lectures de feuilleton143 ». Les appréhensions de la travailleuse sociale peuvent se fonder sur les premiers développements de la psychologie. Avec la notion de puberté, naît un discours sur la suggestibilité des adolescents, dont on craint qu’ils ne s’engagent « naïvement » sur la voie de l’expérimentation sexuelle banalisée par les publications dites « obscènes144 ». Il s’agit encore, dans les années 1920, de réprimer cette curiosité plutôt que de mettre en place une pédagogie du sexe145. On pense alors que cette dernière approche, levant le poids de la faute de la conscience des jeunes filles, comporterait plus d’inconvénients que de bénéfices. Mieux vaut encore entretenir cette hypocrisie qui veut établir comme anomalie l’immoralité, alors que de nombreux indices dévoilent le fait que les mœurs sont en évolution quant à la sexualité pré-maritale.

  • 146 « La presse jaune école de crimes », Le Devoir, 21 janvier 1926, p. 8.
  • 147 Regina Kunzel « Pulp Fictions and Problem Girls : Reading and Rewriting Single Pregnancy in the Po (...)

76Les « dime-novels », ou « romans à 10 sous », également appelés « pulp fictions », ou « presse jaune » au Québec146, pointent cette question : ils banalisent l’image de la jeune fille « perdue », et risquent, en plus du « mauvais exemple », de déculpabiliser les jeunes filles qui réalisent que leur situation n’est pas exceptionnelle147. Elles y trouvent de l’information, mais aussi une sorte d’apaisement face à leur solitude coupable. Ce phénomène d’appropriation démontre avec ironie que les peurs de certains réformateurs, ou avant eux de philanthropes, de s’engager sur la voie d’une pédagogie de masse sur les questions de mœurs, s’avèrent finalement fondées : par un jeu subtil, les « filles perdues » découvrent alors qu’elles ne sont pas les marginales honteuses que l’on isolait, mais qu’elles partagent une expérience commune, presque banale ; une réalité qui peut dès lors interroger la norme. Il existe donc un enjeu véritablement politique de la définition culturelle de la déviance. La concurrence des médias commerciaux dans la construction du discours public déstabilise l’ordre conservateur. Le libéralisme économique joue, alors, comme un émancipateur involontaire.

  • 148 Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Anglete (...)
  • 149 Judy Giles, «“Playing Hard to Get”: Working-class Women, Sexuality and Respectability in Britain, (...)

77Ainsi, si la libération des mœurs est en marche, les enjeux de la respectabilité tracent une voie étroite pour les jeunes filles des classes populaires. Dans un contexte de dénuement chronique, l’apparat du mode de vie ne peut souvent faire illusion pour garantir la réputation familiale. Dès lors, les classes populaires ont ainsi toujours misé sur la réputation morale, sur la manifestation mesurée des émotions, et sur la soumission volontaire au regard du voisinage pour assurer leur respectabilité. Dans cette délicate économie des affects, les femmes sont au cœur du dispositif, comme le souligne Richard Hoggart148. S’impose donc une définition plus « culturelle » de la respectabilité : il faut incarner une figure connue pour être reconnue. Ce répertoire des rôles sociaux s’élargit dans l’entre-deux-guerres ; la jeune fille doucement libertine acquiert une visibilité, presque un statut. Néanmoins, la fin de l’adolescence sonne le glas de ces minces libertés : il est désormais nécessaire de rentrer dans le rang pour gagner cette respectabilité qui sied aux bonnes mères de famille. Ainsi, c’est au prix d’un renoncement, explicite chez beaucoup de témoins (« the good old days »), à la spécificité « genrée » de leur expérience (amitiés féminines, expériences amoureuses, sexualité) que les femmes des classes populaires expliquent avoir pu gagner une respectabilité sans laquelle elles eurent été déclassées. L’identité de classe semble ainsi primer sur l’identité de genre149.

Notes

1 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, 211 p. ; Thomas W. Laqueur, Solitary Sex. A Cultural History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003, 498 p.

2 Jean-Louis Flandrin, « Répression et changement dans la vie sexuelle des jeunes », Le sexe et l’Occident : évolution des attitudes et des comportements, Paris, Seuil, 1981, p. 280-281, 298-299.

3 Anne-Claire Rebreyend, Pour une histoire de l’intime : Sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975, thèse d’histoire, Université de Paris VII, 2006, 807 p.

4 Anna Freud, « Psychoanalysis of the Child » dans Carl Murchison (dir.), A Handbook of Child Psychology, Worcester « Mass. », 1931, p. 562-566.

5 Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p.

6 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs : Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2008, p. 107-115.

7 Martine Sevegrand, L’amour en toutes lettres : questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Paris, Albin Michel, 1996, 334 p.

8 George Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p. ; Jean-Jacques Yvorel, « De l’enfance coupable à l’enfance victime : les limites de la générosité philanthropique au XIXe siècle » dans Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ? Rennes, PUR, 2000, p. 87-94.

9 David Niget, Jean Trépanier, « Parents et mineurs face à l’institution judiciaire pour mineurs : les cas d’Angers et de Montréal, 1912-1940 » dans Jean-Marie Fecteau, Janice Harvey (dir.), La régulation sociale entre l’acteur et l’institution. Pour une problématique historique de l’interaction, Sainte Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005, p. 400-420.

10 ADML, 3U1/1240 : Tribunal correctionnel d’Angers. Dossiers de procédure : non-lieux. Dossier Henri F., ordonnance de non-lieu en date du 1er juin 1921.

11 « La justice pénale admet la loi morale comme un élément indispensable, mais non comme la source dont elle émane […]. Elle ne s’occupe et ne peut s’occuper que de l’ordre extérieur et des intérêts sociaux » dans Adolphe Chauveau, Faustin Hélie, Théorie du code pénal. Tome I, Paris, Cosse, Marchal et Billard, 1872, p. 16.

12 Annie Storra-Lamarre, La République des faibles. Les origines intellectuelles du droit républicain (1870-1914), Paris, Armand Colin, 2005, 219 p.

13 Marc Renneville, Crime et folie : deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, 526 p.

14 Susan Grayzel, Women’s Identities at War. Gender, Motherhood and Politics in Britain and France during the First World War, Chapel Hill & London, The University of North Carolina Press, 1999, 334 p.

15 « Le bien-être de l’enfance et le salut de la race », Le Devoir, 4 décembre 1911, p. 5.

16 Leigh Ann Wheeler, « Rescuing Sex from Prudery and Prurience: American Women’s Use of Sex Education as an Antidote to Obscenity, 1925-1932 », Journal of Women’s History, 12, 3, 2000, p. 173-195.

17 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, op. cit., chap. V : « Droit de mort et pouvoir sur la vie », spécialement les p. 182-183. Id., Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2004, 356 p.

18 ADML, 2 U 3098 : Répertoire chronologique des affaires jugées par la Cour d’Assises de Maine-et-Loire (1883-1990).

19 Ibid., p. 664-665.

20 Ibid., p. 661-662.

21 Adolphe Croizé, Le vagabondage des mineurs et le décret-loi du 30 octobre 1935 relatif à la protection de l’enfance, thèse de droit, Lille, Impr. Douriez-Bataille, 1938, 283 p.

22 Document E.

23 Georges Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 130.

24 Document F.

25 Il s’agit de coutumes de fréquentation entre garçons et filles, qui pouvaient impliquer des pratiques de masturbation mutuelle, usage devenu célèbre après la publication, vers 1900, d’un ouvrage du Dr Baudoin, déclinant la mode du « folklorisme » à la question des pratiques sexuelles. Jean-Louis Flandrin, Le sexe et l’Occident…, op. cit., p. 286-288.

26 ADML. 3U1/855. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade des Ponts-de-Cé, 17 juillet 1931.

27 Malgré la loi Loucheur de 1928 qui doit relancer, sous l’impulsion de l’État, la construction de logements, l’entassement est toujours de mise dans les logements ouvriers. À Trélazé, le nombre de ménages vivant dans le même logement reste constant du XIXe au XXe siècle, avec encore 1,71 au recensement de 1931. Le nombre de personnes par logement baisse peu, passant de 6,34 en 1861, à 5,28 en 1931. Certaines zones ouvrières atteignent les 17 personnes par logement (La Porée, 1931). Isabelle Sivy, Le logement ouvrier à Trélazé de 1865 à 1930, mémoire de maîtrise, Université Catholique de l’Ouest, Angers, 1995, p. 19.

28 Isabelle Sivy, Le logement ouvrier à Trélazé de 1865 à 1930, op. cit., p. 20.

29 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937. Procès-verbal de gendarmerie du 22 octobre 1936.

30 Geoffroy Le Clercq, « Les perceptions des violences sexuelles commises sur les enfants en Belgique (1830-1867). Construction juridique, pratique répressive et réactions sociales », Le Temps de l’Histoire, no 2, 1999.

31 Article 331 du Code Pénal, amendé par la loi du 28 avril 1832, et celle du 13 mai 1863. « Punit de la réclusion l’attentat à la pudeur commis sans violence sur la personne d’un enfant de moins de 13 ans, […] Tout acte de débauche commis sur la personne de l’enfant, tout acte de dépravation ou d’immoralité. […] Il y a présomption jusqu’à cet âge que l’agent a abusé de l’ignorance de l’enfant pour le flétrir ou le corrompre ». Faustin Hélie, Joseph Depeiges, Pratiques criminelles des cours et tribunaux. op. cit., p. 660-664.

32 ADML. 3U1/827. Dossier d’instruction, audience du 12 octobre 1929. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Montrevault, 17 juillet 1929.

33 Ibid. Procès-verbal de gendarmerie, 15 juillet 1929.

34 Ibid. Commission rogatoire, Maire de Chaudron en Mauges, 23 juillet 1929.

35 Faustin Hélie, Joseph Depeiges, Pratiques criminelles des cours et tribunaux. op. cit., p. 656.

36 Cité par le Dr Henri Lacaze, De la criminalité féminine en France : étude statistique et médico-légale, Lyon, Imprimerie de la Revue judiciaire, 1910, p. 112-113.

37 Carol Groneman, « Nymphomania: the Historical Construction of Female Sexuality », Signs, 19, 2, Winter 1994.

38 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937.

39 La présence de ces catégories a déjà été mise en avant par Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la pudeur sur des fillettes et la sexualité quotidienne en France (1870-1939) », Mentalités, no 3, 1989, p. 71-111.

40 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé, 29 octobre 1939.

41 ADML. 3U1/855. Dossier d’instruction. Interrogatoire par le juge d’instruction, 18 août 1931.

42 ADML. 3U1/989. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Tiercé, 9 août 1940.

43 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé, 29 octobre 1939.

44 Éric Pierre, David Niget, « La preuve selon les tribunaux pour enfants » dans Bruno Lemesle (dir.), Histoire de la preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, Rennes, PUR, 2003, p. 241-263.

45 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Interrogatoire du 8 mars 1933.

46 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 19 juin 1937. Procès-verbal de gendarmerie du 22 octobre 1936.

47 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Thouarcé. 29 octobre 1939.

48 ADML. 3U1/827. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, 17 juillet 1929.

49 Dr Henri Legludic, Notes et observations de médecine légale. Tome I : Attentats aux mœurs, Paris, G. Masson, 1895, 357 p. ; Laurent Ferron, La répression pénale des violences sexuelles au XIXe siècle : l’exemple du ressort de la Cour d’appel d’Angers, thèse de doctorat, histoire, Université d’Angers, 2000, 708 p.

50 ADML. 3U1/987. Dossier d’instruction. Rapport du Dr Renaux Jules, Médecin directeur de l’Hôpital psychiatrique de Ste Gemmes sur Loire, 17 décembre 1939.

51 ADML. 3U1/989. Dossier d’instruction. Rapport du Dr Toye, « Médecin chef des hôpitaux psychiatriques », 14 septembre 1940.

52 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au collège de France. 1974-1975, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1999, 351 p.

53 Pierre Martin, Contribution psychiatrique à l’étude de l’enfance coupable. Les mineures vagabondes et prostituées, Lyon, Noirclerc & Frénetier, 1939, p. 202.

54 Document E.

55 « Loi concernant le vagabondage des mineurs de 18 ans », Bulletin des lois, 1921, p. 1113.

56 Dr Henri Lacaze, De la criminalité féminine en France : étude statistique et médico-légale, Lyon, Imprimerie de la « Revue judiciaire », 1910, p. 75-76.

57 Jacques Termeau, Maisons closes de province. L’amour vénal au temps du réglementarisme à partir d’une étude du Maine-Anjou, Mayenne, Cénomane, 1985, p. 144 ; Jean-Yves Le Naour, Misère et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des français, 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 167, 169.

58 Panagiote Yocas, L’influence de la guerre européenne sur la criminalité, Paris, Jouve, 1926, 116 p.

59 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 29 juin 1918. Interrogatoire de la prévenue, 8 juin 1918.

60 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. 18 mai 1929.

61 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 31 janvier 1919. Déposition devant le juge de paix du Louroux-Béconnais, 20 janvier 1919.

62 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Commission rogatoire du juge de paix de Saint-Aignan sur Roë, 12 juillet 1933.

63 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Tours. 26 mai 1929.

64 ADML. 3U1/826. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. 18 mai 1929.

65 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Lettre de Sainte Marie de Jésus Crucifié au procureur de la République, 15 septembre 1933.

66 ADML. 3U1/883. Dossier d’instruction. Procès-verbal de police. Commissariat d’Angers (1er arrondissement), 1er juillet 1933.

67 ADML. 3U1. Dossier d’instruction, audience du 7 novembre 1929. Procès-verbal de gendarmerie, brigade de Châteauneuf, 28 octobre 1929.

68 Le vagabondage des mineurs est désormais pris en charge par la Chambre du Conseil du tribunal civil. Seule une résistance du mineur à une décision de placement prise à son égard peut alors provoquer un transfert au parquet qui peut alors ouvrir une procédure pénale. « Décret relatif à la protection de l’enfance », 30 octobre 1935. J.-B. Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances et règlements. Nouvelle série. Tome 35. Année 1935, Paris, Sirey, 1935, p. 737-738.

69 Marthe Francillon, Essai sur la puberté chez la femme : psychologie, physiologie, pathologie, Paris, Félix Alcan, 1906.

70 ADML. 3U1 826. Dossier d’instruction, audience du 21 septembre 1929.

71 Henri Joly, Les maisons du Bon Pasteur, Paris : Levé, Secrétariat de la société d’économie sociale, 1901, p. 7-8.

72 Dr S. Serin, « La prostitution des mineures », Pour l’enfance « coupable », t. 3, no 18, mai-juin 1937, p. 8.

73 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000, p. 503.

74 Mariana Valverde, The Age of Light, Soap, and Water. Moral Reform in English Canada, 1885-1925, Toronto, McClelland & Stewart, 1991, p. 82-83.

75 Document II.

76 Document VI.

77 L’indécence est d’abord caractérisée par le caractère public du lieu dans lequel est commis l’acte incriminé, mais peut être étendue à tout autre lieu, pourvu que son auteur ait délibérément choisi de choquer une autre personne. Criminal Code, Art. 177. Henri Elzéar Taschereau, The Criminal Code of Dominion of Canada, as Amended in 1893, with Commentaries, Annotations, Precedents of Indictments, etc., Toronto, Carswell, 1893.

78 Loi amendant les Statuts refondus, 1909, concernant les jeunes délinquants, Statuts du Québec, 1912, chap. 39, art. 4 036. Voir aussi supra, chapitre II, section c.

79 La nouvelle définition de la « maison close », énoncée par le Code criminel de 1893 est extensive : « Une maison close ordinaire est une maison, une pièce, un ensemble de pièces ou un endroit de toute sorte tenue à des fins de prostitution » (NT). Criminal Code, art. 195. La peine est d’un an d’emprisonnement. Id., art. 198.

80 S’agissant des mineures de 21 ans, le code criminel définit de manière très large la pratique prostitutionnelle, laquelle n’appelle pas forcément de rétribution financière directe, mais peut relever d’une stratégie – hébergement, protection, arrangements… – pour amener une jeune fille à se prostituer dans un proche avenir. La peine est bien plus sévère si les parents sont responsables du délit, ou si la jeune fille est âgée de moins de 14 ans. Tout logeur est responsable de cas de débauche impliquant des mineures dans sa demeure. Criminal Code, art. 185 : « Unlawfully defiling women », art. 186 : « Parents or guardian procuring defilement of ward », art. 187: « Householder permitting debauchery on his premises ».

81 Criminal code, Art. 207, Vagabondage : « Quiconque mène une vie dissolue, de paresse, de désordre ou vagabonde, ou qui […] est tenancier ou résident d’une maison de désordre, maison close ou maison de réputation douteuse, ou maison hébergeant des prostituées » (NT).

82 Le second amendement proposé avec succès par Choquet à la loi provinciale sur l’envoi des mineurs en écoles de réforme et d’industrie indique que « tout enfant qui, à raison de la négligence, l’ivrognerie ou autres vices de ses parents […] est élevé sans éducation et sans aucun contrôle salutaire, ou dans des circonstances qui l’exposent à mener une vie de paresse et de désordre » pourra être traduit en justice. Loi amendant les Statuts refondus, 1909, concernant les jeunes délinquants, Statuts du Québec, 1912, chap. 39, art. 4 031.

83 Joan Sangster relève la même fascination : « Incarcerating “Bad Girls” : The Regulation of Sexuality through the Female Refuge Act in Ontario, Canada, 1920-1945 », Journal of the History of Sexuality, 7, 2, October 1996, p. 254.

84 D’après un examen au cas par cas des dossiers de procédure de l’échantillon qualitatif, il apparaît que 28 des 40 cas de vagabondage et d’incorrigibilité, chez les filles, relèvent d’une sexualité irrégulière, ce qui n’est pas vrai pour les garçons. CJDM, dossiers de procédure, 1912-1940.

85 Dans un amendement à la loi de 1908 datant de 1924, la définition du « jeune délinquant » est élargie aux enfants qui sont « coupables d’immoralité sexuelle ou de toute forme de vice ». La loi fédérale vient ainsi redoubler la mesure provinciale, promue par Choquet en 1913, qui faisait entrer les enfants immoraux sous la coupe de la loi sur les écoles de réforme. Statuts du Canada, 14-15 Geo. V., chap. 53, § 1. Si cette mesure fait doublon au Québec, elle entérine pour l’ensemble du Dominion l’assimilation d’un comportement sexuel irrégulier à un acte délinquant, mesure qui s’applique dans les faits aux jeunes filles uniquement. Voir Bruno Theoret, « Régulation juridique pénale des mineures et discrimination à l’égard des filles : la clause de 1924 amendant la Loi sur les jeunes délinquants », Canadian Journal of Women and the Law/Revue Femmes et Droit, 4, 1, 1990-1991, p. 539-555.

86 John Mclaren, «Chasing the Social Evil: Moral Fervor and the Evolution of Canada’s Prostitution Laws, 1867-1917», Canadian Journal of Law and Society, 1, 1986, p. 127.

87 Thomas W. Laqueur, Solitary Sex. A Cultural History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003, 498 p.

88 Bastien Pelletier confirme la banalité de pratiques masturbatoires entre garçons, selon les agents de probation. Bastien Pelletier, Les agents de probation à la CJDM, 1912-1949, mémoire de maîtrise en histoire, Université du Québec à Montréal, 2000, p. 88-89.

89 Rapport de E.A. Lafond, officier de probation, 9 décembre 1935. CJDM. Dossier no 1681/1935.

90 Rapport de Pierre Haguette, officier de probation, 18 novembre 1938. CJDM. Dossier no 1914/1938.

91 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 57-58.

92 Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light” : les réformateurs et la prostitution à Montréal, 1865-1925 », Urban History Review, 17, 3, 1989, p. 195.

93 Peter Baskerville, « Familiar Strangers. Urban Families with Boarders, Canada, 1901 », Social Science History, vol. 25, no 3, Fall 2001, p. 321-345.

94 Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 12 mai 1938. CJDM. Dossier no 1656/1938.

95 Ibid. Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 30 novembre 1937.

96 Rapport de J.E. Poirier, officier de probation, 25 juin 1935. CJDM. Dossier no 704/1935.

97 Rapport de Mme Arthur Lecompte, officier de probation, 17 avril 1939. CJDM. Dossier no 443/1 939.

98 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 10 juin 1929. CJDM. Dossier no 384/1 929.

99 NT. Déposition de A.E. Winch, Superintendent of the Protestant Orphan’s Asylum, 3 août 1923. CJDM. Échantillon qualitatif supplémentaire. Dossier no 10911/1 923.

100 Marie-Paule Malouin, L’univers des enfants en difficulté au Québec entre 1940 et 1960, Montréal, Bellarmin, 1996, p. 213.

101 Steven Maynard, «“Horrible Temptations”: Sex, Men, and Working-Class Male Youth in Urban Ontario, 1890-1935», Canadian Historical Review, 78, 2, June 1997, p. 191-235.

102 La Patrie, 29 octobre 1913, p. 1-2.

103 Mariana Valverde, The Age of Light, Soap, and Water, op. cit., p. 86-87; Victor Jew, «“Chinese Demons”: the Violent Articulation of Chinese Otherness and Interracial Sexuality in the U.S. Midwest, 1885-1889», Journal of Social History, 37, 2, Winter 2003, p. 389-410.

104 En 1924, on peut lire dans le Devoir, journal dont il est le fondateur, un éditorial d’Henri Bourassa sur les dangers sociaux d’une politique migratoire trop libérale, qui remplit les prisons et les asiles. Le Devoir, 9 février 1924. Taschereau, premier ministre, évoque en 1927 le problème de l’immigration. Il considère qu’il faudrait déporter rapidement les criminels, les aliénés, et les « bolchevistes ». Le Devoir, 7 novembre 1927.

105 Recorder De Montigny, « Rapport sur l’état moral de la Cité de Montréal », dans Rapport annuel du Greffier de la cour du Recorder de la Cité de Montréal pour 1898, Montréal, The Montreal Printing and Publishing Company, s.d., p. 24.

106 Conférence publique citée dans Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light”… », op. cit., p. 192.

107 Ibid., p. 193.

108 ANQ-Q ; E 17 : Correspondance du procureur général, dossier 156/1 919.

109 Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light”… », op. cit., p. 194.

110 Olivier Campeau, Rapport annuel du Surintendant de Police, pour l’année 1912, Montréal, Publications commerciales, 1913, 50 p. ; Idem, 1917, s.l., s.d., Dactyl., 47 p.

111 Jennifer Stephen, « The “Incorrigible”, the “Bad”, and the “Immoral” : Toronto’s “Factory Girls’” and the Work of the Toronto Psychiatric Clinic », Louis Knafla, Susan W.S. Binnie (dir.), Law, Society, and the State : Essays in Modern Legal History, Toronto, University of Toronto Press, 1995, p. 405-439 ; Susan R. Grayzel, « “The Mothers of Our Soldiers’ Children” : Motherhood, Immorality, and the War Baby Scandal, 1914-1918 » dans Claudia Nelson, Ann Summer Holmes, (dir.), Maternal Instincts : Visions of Motherhood and Sexuality in Britain, 1875-1925, New York, St Martin’s, 1997, p. 122-140.

112 Troisième rapport du Service provincial d’hygiène de la province de Québec, pour l’année 1924-1925, Québec, L.-A. Proulx, 1925, p. 184.

113 CJDM. Dossier no 4164/1917.

114 Kathy Peiss, Cheap Amusements : Working Women and Leisure in the Turn-of-the-Century New York, Philadelphia, Temple University Press, 1986, p. 113-114.

115 Le « Red light » est défini par Andrée Lévesque comme le quadrilatère : Saint-Laurent/Craig/Saint-Denis/Sherbrooke. D’après nos observations, on pourrait étendre cette zone de plusieurs rues à l’est, en incluant la paroisse de Saint-Jacques, avec notamment la rue Saint-André citée ici. Andrée Lévesque, « Éteindre le “Red Light”… », op. cit., p. 191.

116 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 1er août 1917. CJDM. Dossier no 4164/1 917.

117 Ibid., 8 février 1932. CJDM. Dossier no 89/1 932.

118 Ibid.

119 Le fait qu’elle loue des chambres à 29 $ par semaine trahit son activité. L’enquête Coderre, toute récente encore, avait dévoilé ces pratiques de double logement et de loyers très élevés. Voir Andrée Lévesque, La norme et les déviantes. Les femmes au Québec pendant l’Entre-deux-guerres, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1989, p. 144.

120 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 22 novembre 1929. CJDM. Dossier no 1056/1 929.

121 Plainte, 12 décembre 1913, Alphonsine H. CJDM. Dossier no 1481/1 913.

122 Ibid.. Rapport de J.E. Tétrault, officier de probation, 18 décembre 1913.

123 Ibid. Elle avait été placée au « Parc Laval », école d’industrie de la congrégation angevine, puis placée chez une personne, sous la surveillance des sœurs. Marie Mignault recommande et obtient alors qu’elle soit placée, cette fois, à l’école de réforme. Plainte de Louise de Repentigny, sœur Marie-Germaine, 26 septembre 1916 & Déposition de Marie Mignault, 18 octobre 1916.

124 Ibid. Rapport de l’officier de probation, Marie Mignault, 27 avril 1921.

125 D’après l’enquête Coderre (1924-1925), Andrée Lévesque a pu établir que le montant de chaque passe s’établissait à « 5 $ dans les meilleures maisons, [jusqu’à] 1 $ dans les endroits les plus minables », Andrée Lévesque, La norme et les déviantes, op. cit., p. 145.

126 Kathy Peiss, Cheap Amusements: Working Women and Leisure in the Turn-of-the-Century New York, Philadelphia, Temple University Press, 1986, p. 110-111; Idem, « Charity Girls and City Pleasures: Historical Notes on Working Class Sexuality, 1880-1920 » dans Ellen Carol Dubois, Vicky Ruiz, (dir.), Unequal Sisters: A Multicultural Reader in U.S. Women’s History, New York, Routledge, 1990.

127 Rapport de l’officier de probation, 29 août 1938. CJDM. Dossier no 836/1 937. Les réformateurs protestants new yorkais dénoncent ces scènes immorales, particulièrement fréquentes les dimanches après-midi à Coney Island. Kathy Peiss, Cheap Amusements…, op. cit., p. 132 et sq., « Sexual culture at Coney ».

128 Cynthia R. Comacchio, « Dancing To Perdition : Adolescence and Leisure in Interwar English Canada », Revue d’études canadiennes/Journal of Canadian Studies, 32, 3, Automne 1997, p. 5-35.

129 Carolyn Strange, Toronto’s Girl Problem. The Perils and Pleasures of the City, 1880-1930, Toronto, University of Toronto Press, 1995, p. 144-146.

130 Tamara Myers, Criminal Women and Bad Girls: Regulation and Punishment in Montreal (1890-1930), Ph.D. Thesis, McGill University, Department of History, 1996, p. 9-11.

131 Carol-Ann Hooper, « Child Sexual Abuse and the Regulation of Women: Variations on a Theme » dans Carol Smart, (dir.), Historical Essays on Marriage, Motherhood and Sexuality, London & New York, Routledge, 1992, p. 56-66.

132 Carolyn Strange, Toronto’s Girl Problem. The Perils and Pleasures of the City, 1880-1930, Toronto, University of Toronto Press, 1995, 299 p.

133 Sur la doctrine familialiste de l’ESP, organisation prosélyte jésuite, et le rayonnement de son discours, voir Chantale Quesney, Pour une politique de restauration familiale : une analyse du discours de l’École sociale populaire dans le Québec de l’Entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Québec à Montréal, 1998, 142 p.

134 Mme W. Raymond, « Le travail des jeunes filles », L’École Sociale Populaire, no 187, 1929, p. 3.

135 Le travail de bureau, symbole de l’émancipation, est encore rare dans notre échantillon.

136 Tamara Myers, « The Voluntary Delinquent: Parents, Daughters, and the Montreal Juvenile Delinquents’ Court in 1918 », Canadian Historical Review, 80, 2, June 1999; Mary Odem, Delinquent Daughters: Protecting and Policing Adolescent Female Sexuality in the United States, 1885-1920, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995, XIV-265 p.

137 Anne Meis Knupfer, Reform and Resistance. Gender, Delinquency, and America’s First Juvenile Court, New York, Routledge, 2001, p. 67.

138 Les francophones parlent de « fille séduite » ou « débauchée ». Joan Brumberg, « “Ruined” Girls: Changing Community Responses to Illigitimacy in Upstate New York, 1890-1920 », Journal of Social History, 18, Winter 1984, p. 250-252. Voir, pour Montréal, Andrée Lévesque, « Deviant Anonymous: Single Mothers at the Hôpital de la Miséricorde de Montréal, 1929-1939 » dans Katherine Arnup, Andrée Lévesque, Ruth Roach Pierson (dir.), Delivering Motherhood : Maternal Ideologies in the 19th and 20th Centuries, London, Routledge, 1990, p. 108-125.

139 Joan Sangster, Girls Trouble. Female Delinquency in English Canada, Toronto, Between the Lines, 2002, p. 81.

140 Norbert Elias, « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, 60, 1985, p. 23-29.

141 Rapport de Rose Henderson, officier de probation, 13 août 1919. CJDM. Dossier no 6471/1919.

142 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 14 février 1935. CJDM. Dossier no 144/1935.

143 Rapport de Marie Mignault, officier de probation, 4 août 1924 & 11 février 1925. CJDM. Dossier no 586/1 924.

144 Le Québec est moins exposé que le Canada anglais, pour la simple raison qu’une bonne partie de ces publications est en langue anglaise, importée des États-Unis. Mary Louise Adams, « Youth, Corruptibility, and English-Canadian Postwar Campaigns against Indecency, 1948-1955 », Journal of the History of Sexuality, 6, 1, July 1995, p. 90 & 116.

145 Des tentatives de mise sur pied de programmes d’éducation sexuelle voient le jour aux États-Unis dans les années 1920, cherchant à contrer l’influence des spectacles et publications commerciaux, velléité ambitieuse qui sera d’ailleurs en partie dévoyée par l’industrie des loisirs, reprenant à soin compte l’argument pédagogique. Leigh Ann Wheeler, « Rescuing Sex from Prudery and Prurience: American Women’s Use of Sex Education as an Antidote to Obscenity, 1925-1932 », Journal of Women’s History, 12, 3, 2000, p. 173-195.

146 « La presse jaune école de crimes », Le Devoir, 21 janvier 1926, p. 8.

147 Regina Kunzel « Pulp Fictions and Problem Girls : Reading and Rewriting Single Pregnancy in the Postwar United States », American Historical Review, 100, 5, dec. 1995, p. 1465-1 487. Le Québec adopte également cette approche pédagogique et régulatrice dans les années 1950. Voir Diane Gervais, « Morale catholique et détresse conjugale au Québec. La réponse du service de régulation des naissances Seréna, 1955-1970 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 55, 2, automne 2001, p. 185-215.

148 Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1970, spécialement le chapitre « la mère », p. 75-91.

149 Judy Giles, «“Playing Hard to Get”: Working-class Women, Sexuality and Respectability in Britain, 1918-1940», Women’s History Review, 1, 2, 1992, p. 243, 252.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540