Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La naissance du tribunal pour enfants

 | 
David Niget

Remerciements

Full text

1Le présent ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue conjointement à l’université d’Angers et à l’université du Québec à Montréal. Mes premiers remerciements vont spontanément à mes deux directeurs de recherche, Jacques-Guy Petit et Jean-Marie Fecteau. Leurs conseils avisés, leurs encouragements dans cette entreprise comparatiste au long cours, leur rigueur autant que leur audace intellectuelle m’ont porté tout au long de ce travail. La présence d’Éric Pierre et de Jean Trépanier, qui m’ont offert la possibilité de coopérer à leurs projets de recherche collectifs consacrés à l’histoire de la justice des mineurs, fut d’un intérêt scientifique à la hauteur du plaisir que nous avons eu à travailler ensemble.

2Je ne peux passer sous silence les divers organismes pourvoyeurs qui m’ont permis de travailler en toute indépendance, loin de toute velléité utilitariste dont mon sujet de thèse était pourtant porteur : le Conseil international d’études canadiennes, instance du gouvernement du Canada, ainsi que le ministère de la Justice français (direction de la protection judiciaire de la jeunesse). Le Centre d’Études et de Recherches Pluridisciplinaires Canadiennes et le Centre d’histoire des régulations sociales de l’université d’Angers ont contribué à financer mes voyages d’étude annuels au Québec. Enfin, le Centre international de criminologie comparée de l’université de Montréal ainsi que le Centre d’histoire des régulations sociales de l’UQAM m’ont octroyé deux bourses pour finaliser le travail de rédaction. Plus généralement, je tiens à remercier les personnels des institutions de recherche que j’ai fréquentés ces dernières années. J’exprime aussi ma reconnaissance aux employés des centres d’archives et des nombreuses bibliothèques où j’ai trouvé compétence et bonne humeur, aussi bien au Québec, en France ou en Belgique.

3La maturation de cet ouvrage, qui synthétise et approfondit la thèse, doit beaucoup aux mandats post-doctoraux que j’ai eu la chance d’occuper : au laboratoire Droit et changement social du CNRS et de l’université de Nantes, où j’ai pu profiter d’échanges enrichissants avec Jean-Pierre Le Crom, son directeur, mais aussi à l’université catholique de Louvain (Belgique), au sein du Centre d’histoire du droit et de la justice, dont je remercie chaleureusement le directeur, Xavier Rousseaux, pour sa confiance toujours témoignée qui fait la réussite de cette jeune équipe.

4Enfin, aux collègues et amis avec lesquels j’ai mené différents projets académiques et qui m’ont appris énormément lors de ces années de « vagabondage » universitaire : Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Fabienne Brion, Jonas Campion, Jean-Michel Chaumont, Jérôme de Brouwer, Margo De Koster, Aurore François, Christine Machiels, Aude Musin, Frédéric Vesentini, Ludivine Bantigny, Vincent Bernaudeau, Véronique Blanchard, Jacques Bourquin, Samuel Boussion, Frédéric Chauvaud, Jeroen Dekker, Luc Desrochers, Dominique Dessertine, Joëlle Droux, Gisèle Fiche, Mathias Gardet, François Guedj, Tamara Myers, Thierry Nootens, Martin Petitclerc, Jo Pinault, Lucie Quevillon, Pascale Quincy-Lefebvre, Martine Ruchat, Élise Yvorel, et Jean-Jacques Yvorel. Je vous remercie pour ces moments d’échange et la passion communicative qui vous anime.

5Pour tourner cette page, je veux dire toute mon affection à mes proches, qui reconnaîtront, au détour de cette odyssée dans l’univers de la jeunesse insoumise, des bribes de nos conversations amusées ou passionnées.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540