Version classiqueVersion mobile

Valeurs et justice

 | 
Bruno Lemesle
, 
Michel Nassiet

L’héroïsation de Louis-Dominique Cartouche, ou l’infamie en échec

Patrice Peveri

Texte intégral

  • 1 Bastien P., L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

1Longtemps mineure parmi les interrogations des historiens de la justice d’Ancien Régime, la question du jugement porté par la population sur l’exercice du droit de punir fait aujourd’hui partie intégrante de ce champ de recherche grâce, pour la France, aux travaux de Pascal Bastien sur les exécutions publiques dans le Paris du XVIIIe siècle1.

2De fait, pour les pénalistes de l’ancienne France, une part importante du principe actif des châtiments reposait sur la présence d’une foule de spectateurs dont le regard était censé porter l’infamie d’une réprobation collective. Cependant, les exécutions ne furent pas des rituels figés, silencieux et systématiquement consensuels. Ainsi l’attitude du public, dès lors qu’elle a été enregistrée, constitue, pour l’historien, un bon moyen d’atteindre l’appréciation que les sujets portaient sur l’action de la justice royale. L’étude des relations d’exécutions a produit d’appréciables résultats en mettant au jour une sorte de nuancier des réactions des foules conviées au spectacle du supplice, de l’approbation vengeresse à la réprobation émeutière, en passant par le refus d’assister, les murmures ou les grognements.

3La méthode, on le voit, est ingénieuse et féconde car elle permet de saisir l’expression de sentiments collectifs qui n’ont laissé que peu d’autres traces dans une société où rien ne permettait la libre expression des opinions. Cependant, elle peut générer une surévaluation du consensus dès lors que l’on considère que qui ne dit mot consent. À cette approche qui permet un suivi quasiment séculaire, on peut joindre des enquêtes plus ponctuelles recherchant et exploitant d’autres traces des jugements portés sur le droit de punir.

  • 2 Sur ces criminels célèbres, voir Juratic S., « Meurtrière de son mari : un « destin criminel au XV (...)

4Les cas de notoriété criminelle, et plus précisément, car ces notoriétés ne sont pas systématiquement positives, les cas d’héroïsation de certains condamnés offrent des situations propices à l’étude des relations entre autorités et société civile. Il n’existe pas, pour l’heure, d’approche globale de ce phénomène d’opinion pour le XVIIIe siècle, mais à défaut d’un inventaire exhaustif qui permettrait sans doute d’exhumer de petites gloires éphémères, on connaît quelques célébrités dont le renom a franchi les siècles. Outre Cartouche et Mandrin, présents aujourd’hui encore dans notre mémoire collective, on trouve, parmi ces criminels qui résistèrent à l’infamie, Desrues, un épicier parisien qui assassina une aristocrate et son fils pour s’emparer de leurs biens, la dame Lescombat qui fit tuer son mari par son amant, ou encore Poulailler, un émule tardif de Cartouche. La plupart de ces héros ont déjà attiré l’attention des historiens2. Cependant, les monographies qui leur ont été consacrées portent davantage sur l’étude des produits littéraires qui furent proposés à un public avide d’informations que sur les mécanismes et les modalités des processus d’héroïsation dont ils bénéficièrent. Ces mouvements d’opinion complexes qu’il convient d’étudier à partir d’une reconstitution fine de leur trame événementielle et d’une confrontation permanente entre les faits et leurs échos dans le public, indiquent à coup sûr des situations de divorce entre des instances répressives qui proclament l’infamie de ces criminels et la société civile (ou du moins une part de la société civile) qui, n’adhérant pas à ce discours, leur construit collectivement des images positives. Ces situations permettent donc, au cas par cas, de repérer des points de rupture et d’en analyser les motifs, comme le montre l’affaire Cartouche à laquelle cette étude est consacrée. Après avoir présenté les divers éléments qui indiquent l’échec d’une « infamisation » de ce bandit célèbre et l’émergence de son idéalisation, il s’agira de questionner les raisons de cet affrontement des représentations et de rechercher les valeurs au nom desquelles se fissura le consensus établi à propos du droit de punir. Auparavant, il convient de planter le décor et de présenter celui qui devint le héros de bon nombre de Parisiens.

Louis-Dominique Cartouche, ennemi public numéro un ?

5À bien observer la manière dont Cartouche sortit de l’anonymat, la responsabilité des autorités apparaît clairement tant elles le traitèrent, avant même qu’il ait acquis la moindre renommée, comme un criminel d’exception.

  • 3 Sur le « Système » de Law, voir Faure E., La Banqueroute de Law, Paris, 1977 et Zysberg A., La mon (...)
  • 4 Peveri P., « » Cette ville était alors comme un bois... » Criminalité et opinion publique à Paris (...)

6Cette focalisation de la justice et de la police parisienne prend sa source dans le sentiment d’insécurité qui s’abattit sur la capitale de janvier à octobre 1720, simultanément à l’apogée et à la faillite du système financier mis en œuvre par John Law3. Un fort courant de l’opinion publique attribua en effet les assassinats crapuleux, réels et imaginaires, qui firent alors l’actualité, à des criminels d’un genre nouveau : les assassins des rumeurs appartenaient à la bonne société et agissaient sous l’empire d’une soif d’enrichissement aiguisée jusqu’à la folie meurtrière par la spéculation. Quelques affaires, bien réelles celles là, alimentèrent et confortèrent cette représentation. Ainsi, par exemple, en mars 1720 un agent de change est assassiné dans une auberge de la rue aux Ours, au centre du quartier de la finance. Le crime est crapuleux – la victime que les assassins ont contactée pour lui vendre des actions de la « Compagnie perpétuelle des Indes » est délestée d’un portefeuille contenant plus de 150 000 livres – et particulièrement violent car le cadavre porte la trace d’une quinzaine de coups de baïonnette. Les deux agresseurs, arrêtés par la foule, s’avèrent être de jeunes aristocrates de la meilleure noblesse menant une vie dissolue. Ce fait divers et quelques autres résonnent dans la capitale et, alors que l’inquiétude monte, personne ne songe à attribuer la responsabilité de l’augmentation ressentie de la criminalité au monde de la truanderie traditionnelle4.

7Cette interprétation de l’insécurité qui insistait sur le rôle délétère de la spéculation, en attribuait implicitement la responsabilité au Régent, instigateur de cette funeste expérience financière. Fin août 1720, les accusations visant Philippe d’Orléans devinrent plus précises et de nouvelles rumeurs en firent l’ordonnateur de l’élimination de deux pamphlétaires qui l’avaient brocardé : le sieur Vigier et l’abbé de Villier. Si le meurtre de l’abbé ne fut jamais élucidé, nous savons que celui du sieur Vigier ne fut qu’une « banale » mais mortelle attaque à mains armées. Toutefois, l’affaire fut interprétée comme un crime politique décidé en haut lieu. La criminalité et les commentaires qu’elle suscitait figuraient donc parmi les preuves à charge de l’immoralité du Régent et de la nocivité de son gouvernement. Il devenait donc urgent pour le pouvoir de rétablir une interprétation orthodoxe et inoffensive de la criminalité qui puisse suggérer à l’opinion des responsables moins encombrants. C’est ainsi qu’en octobre 1720, au moment où le système de Law s’effondre, une rumeur que l’on peut raisonnablement attribuer à la police, se répand dans la capitale et dévoile l’existence d’une mystérieuse bande de 500 voleurs constituant, à plusieurs titres, une vive menace pour les Parisiens. En effet, non contents d’écumer les rues, certains de ces truands ont, dit-on, pactisé avec le diable. Alors que la peste flambe à Marseille, ils provoquent Dieu en badigeonnant de matières fécales l’autel de l’église de Saint-Germain-le-vieux. Dès lors, la trame du complot des bas-fonds est tissée. Il restait à incarner cette terrifiante organisation secrète. Cartouche, qui au cours de ce mois d’octobre se signale à l’attention des forces de l’ordre, va offrir aux autorités la possibilité de nommer le chef de cette terrible bande de voleurs sataniques. Mais qui est-il ?

  • 5 Peveri P., Techniques et pratiques du vol dans la pègre parisienne de la Régence d’après les archi (...)

8Malgré son âge (il n’a que 22 ans en 1720), c’est un des acteurs les plus actifs et les plus violents de l’économie parisienne du vol. Ses abondants aveux permettent de dresser son profil criminel, assez éloigné de la réputation de bandit au grand cœur dont il bénéficie aujourd’hui. Ne maîtrisant pas les techniques de vol les plus rentables de l’époque comme le vol à la tire, il recourt, pour l’essentiel de son activité, à des vols peu élaborés, nocturnes et brutaux (agressions, effractions, vols sur véhicule, etc.), commis avec une certaine intrépidité5. Il ne manifeste aucune aversion pour la violence et n’hésite pas à occire les victimes qui résistent en dégainant leur rapière. De même, il ne redistribua jamais la moindre part de ses butins aux déshérités, se contentant de les épargner pour se concentrer, pour d’évidentes raisons économiques, sur les membres des couches moyennes. Enfin, il ne fut jamais le chef d’une puissante organisation criminelle, tout aussi légendaire que sa supposée générosité. Cette bande de plus de 200 larrons exécutant ses ordres et lui sacrifiant une part de leurs rapines est une pure invention dispensée par les autorités pour justifier l’ampleur d’un procès qui prendra l’allure d’une campagne d’éradication systématique de la pègre parisienne.

  • 6 Piacenza P., « Juges, Lieutenants de Police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », An (...)
  • 7 Peveri P., « L’exempt, l’archer, la mouche et le filou. Délinquance policière et contrôle des agen (...)

9Si les attributs du Cartouche légendaire ne résistent guère à l’examen critique, le Cartouche des archives judiciaires se singularise néanmoins par deux caractéristiques que la mythologie n’a pas retenues. Tout d’abord, il est redouté par nombre de ses confrères, et particulièrement par les pickpockets qu’il n’hésite pas, avec quelques-uns de ses proches, à racketter. Ceux-ci, en effet, font figure de nouveaux-riches car leurs gains ont connu une augmentation aussi spectaculaire que jalousée grâce à l’éphémère introduction du papier monnaie et des actions due à John Law. De même, il manifeste une hostilité frontale à l’égard de la nouvelle police instaurée dans Paris à partir des années 17106. La cheville ouvrière de cette mutation silencieuse de la stratégie policière fut d’Argenson, lieutenant général de police de 1697 à 1718. Convaincu de l’inefficacité de la justice, ce dernier encouragea l’infiltration des milieux criminels et banalisa l’utilisation des « ordres du roy » qui permettaient des arrestations arbitraires, effectuées sans l’ombre d’un contrôle judiciaire. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, les policiers entreprirent de « retourner » des délinquants et les obligèrent à collaborer en échange de leur protection. Ainsi la police entretint une partie des réseaux criminels dans l’espoir d’en contrôler la totalité7. Un tel contexte favorisa les abus : des policiers protégèrent des délinquants, les rackettèrent parfois, mais furent aussi instrumentalisés. Or, Cartouche ne se plia pas à cette nouvelle donne. Surveillé de près à cause de son penchant pour les attaques à mains armées, il manifesta envers les exempts et leurs mouches une agressivité peu commune en son temps.

  • 8 Peveri P., « Clandestinité et nouvel ordre policier dans le Paris de la Régence : la « cavale » de (...)
  • 9 Arch. Nat., X2B 946, arrêt du 26 novembre 1721. Cartouche est, entre autres, impliqué dans un vol (...)
  • 10 Garnot B., Questions de justice, Paris 2006, p. 93. On compte en effet 40 % de condamnations à mor (...)
  • 11 Pour le début de l’affaire, je n’ai pas trouvé, pour l’heure, de traces de l’intervention du pouvo (...)

10Après un an de détention passé à Bicêtre, il assassine en septembre 1720 l’inspecteur Huron, le policier qui l’avait arrêté, et devient dès lors une sorte d’ennemi public numéro un avant la lettre8. Un ensemble de mesures prises au plus haut niveau de la magistrature et de la police parisiennes indiquent clairement que, dès le mois d’octobre 1720, l’arrestation de Cartouche devint une priorité et que l’on décida de donner à son procès une ampleur extraordinaire. Sur le plan judiciaire, le parlement de Paris, décréta, le 10 décembre 1720 – et ce malgré son exil à Pontoise – la suspension du procès de complices de l’assassinat de l’exempt Huron rapidement appréhendés après les faits. Cette mesure permettait de les maintenir en détention jusqu’à l’arrestation de Cartouche afin de pouvoir tirer profit de leurs éventuelles dénonciations. De même en janvier 1721, les magistrats décidèrent de joindre à ce procès toutes les autres affaires dans lesquelles le bandit se trouvait un tant soit peu impliqué. Enfin, ils ordonnèrent des recherches dans les archives du Châtelet pour retrouver la moindre trace d’un méfait qui pouvait lui être imputé. Par leur cumul, ces décisions aboutirent à la création d’un procès géant9. De son côté, la police prit, elle aussi, des dispositions exceptionnelles. En effet, dès les semaines qui suivent l’assassinat de Huron commence une chasse à l’homme qui va mobiliser d’importants moyens pendant près d’un an. De décembre 1720 à octobre 1721, les archives conservent la trace de 18 équipes concurrentes de policiers qui participèrent, plus ou moins régulièrement, à cette traque. Il s’agit là d’une mobilisation tout à fait inhabituelle et sans doute une première dans l’histoire de la police parisienne. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que les recherches de grande ampleur étaient rares sous l’Ancien Régime et que la justice baissait fréquemment les bras face à des criminels qui parvenaient à échapper au flagrant délit. Ainsi, par exemple, en Bourgogne, et sur l’ensemble du XVIIIe siècle, près de 40 % des condamnés à mort ne furent jamais appréhendés et échappèrent à leur supplice10. Ces diverses mesures indiquent donc clairement qu’avant même que son nom ne circule dans la capitale, les autorités avaient décidé de faire de la punition de Cartouche un exemple et une opération de communication de grande envergure11.

  • 12 Arch. Nat., X2B 946. Sur les modalités de publication des décrets de justice, voir l’ordonnance cr (...)

11Il est impossible de narrer ici par le détail les palpitantes péripéties de cette chasse à l’homme riche en épisodes rocambolesques. Quelques chiffres suffisent cependant à en dire l’intensité dramatique. En douze mois, d’octobre 1720 au 14 octobre 1721, date de son arrestation, Cartouche a échappé à au moins cinq tentatives d’arrestation. Il ne fut appréhendé qu’une seule fois mais parvint à s’évader des prisons du For-l’Évêque. À plusieurs reprises, il fit feu sur les forces de l’ordre causant ainsi la mort de deux policiers, de deux mouchards (deux « indics », dirait-on aujourd’hui), victimes auxquelles il faut ajouter plusieurs blessés. Cette longue traque et le suspens qu’elle généra ont fort probablement joué un rôle déterminant dans la naissance de sa notoriété, et ce d’autant plus qu’elle fut scandée par la publication de divers décrets de prise de corps ainsi que par une assignation à comparaître rendue publique « à son de trompe » en mars 1721 : son nom, crié dans tout Paris, est désormais célèbre12. Le mois de mai 1721 constitue un moment décisif dans l’amplification de sa notoriété : en moins d’une semaine (entre le 21 et le 27), Cartouche enchaîne les exploits en échappant à trois souricières successives. Il s’évapore dans la nuit après une fusillade, ou encore escalade une cheminée par l’intérieur. Ces intrépides acrobaties qui mettent la police en échec alimentent sa renommée.

Le Cartouche des juges et le Cartouche de l’opinion : un bandit et deux images

  • 13 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 137. Marais M., Journal et Mémoires de Mathieu Marais, 1715-1737 (...)

12Cartouche est désormais suffisamment célèbre pour retenir l’attention des gazetiers et des mémorialistes. Entre juin et juillet 1721, il apparaît dans les nouvelles à la main compilées par Buvat et dans les journaux de Barbier et de Marais, tous deux avocats au Parlement, qui évoquent brièvement une des embuscades tendues sans succès par la police13. Cependant, le personnage ne les passionne pas : il est mentionné succinctement ainsi que les rumeurs qui lui attribuent une invincibilité d’origine surnaturelle. Si ces lettrés font preuve d’un intérêt encore modéré pour le fugitif, d’autres indices indiquent que, dans les milieux populaires, sa saga lui attire de nombreuses sympathies. D’ailleurs, en une occasion au moins, Cartouche recevra concrètement le soutien décisif d’un honnête parisien. En effet, lors de l’embuscade de la rue des Petits Augustins dont il s’échappa en escaladant une cheminée, il atterrit, après avoir tué un sergent du guet et blessé un cavalier, dans la cour d’une maison nobiliaire du faubourg Saint-Germain.

  • 14 Information du commissaire Bizoton, Arch. Nat., Y 13.207.
  • 15 Arch. Nat., X2B 1352, pièce 89.

13Pieds nus, vêtu d’une simple chemise, il demande à un domestique de lui « sauver la vie », non sans avoir décliné au préalable sa véritable identité14. L’homme lui fournit une blouse et le laisse partir sans alerter la police qui patrouille dans le quartier. Entendu comme témoin, il se justifiera en déclarant qu’il avait connu la grand-mère de Cartouche qui vivait au « Pont au Choulx » et ne sera d’ailleurs pas inquiété par les magistrats. À l’opposé, la population exprime violement son mécontentement lors d’opérations de police visant le bandit. Ainsi, alors qu’il effectue une vaine descente au cabaret du Bon Berger, un sergent du guet subira, après avoir tiré un coup de feu en l’air, un assaut en règle de la clientèle15. Enfin, un incident qui donna lieu à une plainte indique que les exploits du bandit suscitent des discussions enflammées au cours desquelles se manifestent ce que nous appellerions aujourd’hui des « supporters ». Dans un procès-verbal dressé du 13 juillet 1721 par le commissaire Le Guay de Prémontval, un cocher déclare qu’

  • 16 Arch. Nat., Y 14.432.

« étant dans un cabaret [...] à boire une chopine [avec un collègue] et s’entretenant l’un et l’autre du nommé Cartouche, disant que l’on avoit bien du mal à le prendre, il auroit été surpris que [des] particuliers qui estoient à boire à une table proche auroient pris tellement le parti de Cartouche qu’ils se seroient lever de table et [les] auroient injurié et les ayant obligez à sortir, ils les auroient maltraité à coups de bâtons16... »

14La sympathie que manifestent de nombreux Parisiens pour celui que la police considère comme un dangereux criminel est d’ailleurs parfaitement perçue par les autorités qui s’en alarment. Dans une lettre qu’il envoie à Leblanc, secrétaire d’État à la Guerre et responsable de la maréchaussée, le procureur du roi au Châtelet, Moreau, note, le 12 juin 1721 :

  • 17 Cette lettre de Moreau, procureur du roi au Châtelet de Paris, au secrétaire d’État à la guerre, L (...)

« Je suis très persuadé que vous savez comme moi de quelle importance cette affaire est pour la sécurité publique, non seulement par rapport aux différents meurtres et assassinats qui se sont commis depuis quelques jours [Moreau fait ici référence aux policiers tués et blessés par Cartouche], mais encore aux mauvais bruits qui ont couru dans Paris à cette occasion, dont il est nécessaire pour le bien de l’État d’arrester promptement le cours17. »

  • 18 Kaplow J., Les noms des rois. Les pauvres de Paris à la veille de la Révolution, Paris, Maspéro, 1 (...)

15Dès les premières heures d’une gloire qui semble d’abord populaire, ce qui fait de Cartouche un héros, c’est donc sa capacité à échapper à une police qui, nous le verrons, a très mauvaise presse dans la capitale. Toutefois, contrairement à une image solidement inscrite dans l’historiographie, les milieux populaires ne furent pas les seuls à être sensibles à l’aura du bandit18. En effet, des milieux plus cultivés et mieux lotis manifestèrent eux aussi une certaine admiration, mais leur engouement s’exprima selon une temporalité décalée, au lendemain de son arrestation le 14 octobre 1721.

  • 19 De Barthélemy E., Les correspondants de la Marquise de Balleray..., Paris, 1883, t. 2, p. 380-384.(...)

16Dans les sources cependant, l’unanimité n’est pas de mise. Mathieu Marais comme Jean Buvat évoquent sa capture et son exécution sans se départir d’un ton conventionnel, se félicitant du spectacle d’un châtiment mérité. Néanmoins, la sympathie suscitée par Cartouche se lit dans la manière dont d’autres relations comme celles du marquis de Saint-Ange, frère et correspondant de la marquise de Balleroy, de l’avocat Barbier ou encore du substitut Gueulette, s’écartent des poncifs attendus en dressant un portrait avantageux du bandit19. Le personnage, que les membres les mieux introduits de la bonne société ont pu visiter en prison, séduit par des qualités qui le distinguent des infâmes scélérats. On lui reconnaît des vertus militaires comme le courage, la fermeté ou le sang froid, mais on dit également qu’il a « de la politesse et des sentiments ». De plus, et ce fut sans doute un élément décisif dans le regard favorable porté sur lui, il est décrit comme un « bel esprit » toujours prompt à plaisanter et capable de composer de « jolie chansons ». Au fond, nos témoins de la bonne société se plaisent à le dépeindre comme un homme qui aurait pu être des leurs si la destinée en avait décidé autrement.

  • 20 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 168.
  • 21 Legrand M. A., Cartouche ou les voleurs, texte édité et présenté par Biet Ch., Lampsaque, 2003, p. (...)

17À la fin du mois d’octobre, deux événements vont encore accroître la notoriété et la popularité d’un Cartouche qu’un nombre croissant de Parisiens ne considèrent pas comme un infâme meurtrier des bas-fonds. Tout d’abord, il tente une évasion des cachots du Châtelet. En descellant des pierres, il quitte sa cellule, passe par une fosse d’aisance pour aboutir dans la cave d’un fruitier où les aboiements d’un chien le font prendre. L’affaire allonge la liste de ses exploits et avive encore l’intérêt et la curiosité des Parisiens. Dans son journal, Barbier remarque : « le fruitier a gagné de l’argent avec les badauds en leur montrant le trou »20. Par ailleurs, malgré son incarcération et l’instruction de son procès, il devient le héros de deux spectacles théâtraux. En effet, deux producteurs majeurs de la scène parisienne – Legrand qui appartient à la Comédie française et Riccoboni de la Comédie italienne – percevant une forte demande, montent très rapidement deux divertissements dont il est le personnage principal. La censure mettra trois semaines à s’en émouvoir, permettant ainsi à un grand nombre de spectateurs de rire des facéties du Cartouche de la scène. Pour la seule Comédie française dont les registres permettent une approche quantitative du public, on peut évaluer à près de 15 000 le nombre des spectateurs qui assistèrent aux treize représentations de la pièce de Legrand21. Cette image fort peu orthodoxe connut donc une large diffusion et contribua à enrayer la diabolisation du bandit car le Cartouche du théâtre français, qui endosse la fonction du valet de comédie, met les rieurs de son côté en ridiculisant des adversaires qui, eux, incarnent l’ordre et la loi sans présenter la moindre vertu. Le bandit des planches désamorce l’infamie promise au bandit de l’échafaud. À la veille de son exécution (qui aura lieu le 26 novembre 1721), le divorce est consommé entre une justice qui s’apprête à supplicier un dangereux assassin et une part sans doute importante de l’opinion publique parisienne qui lui trouve bien des qualités.

  • 22 Barbier décrit ce cortège comme une opération de communication délibérée en notant : « On a ordonn (...)
  • 23 Dans la lettre qu’il envoie à Joly de Fleury, le 26 octobre 1721, le chancelier d’Aguesseau note q (...)
  • 24 « Complainte et exécution du nommé Cartouche Capitaine des Voleurs sur l’air des voleurs », Lüsebri (...)
  • 25 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 174-175.
  • 26 Histoire de la vie et du procès du fameux Louis-Dominique Cartouche, et de plusieurs de ses complic (...)

18Face à ce mouvement, les autorités n’ont que très peu communiqué pendant l’instruction du procès, conformément d’ailleurs aux règles du droit criminel qui imposaient aux juges d’instruire dans le plus grand secret. Elles ont néanmoins permis la publication de gravures représentant le bandit enchaîné dans sa geôle et ont laissé paraître une relation de son arrestation dans le Mercure de France distribué dans la première quinzaine de novembre 1721 : peu de choses au total face à l’emballement de la curiosité publique et à l’accélération de la parole sociale. En fait, il semble bien que la justice et la police, et au-delà le pouvoir central, aient tablé sur deux mises en scène pour renverser la dynamique de l’héroïsation : l’arrestation de Cartouche, tout d’abord, que l’on donna à voir aux Parisiens en le menant à pied du faubourg de la Coutille jusqu’aux geôles du Châtelet22, son exécution ensuite, cérémonie solennelle qui devait rendre tangible la défaite de celui qui avait nargué l’ordre23. Le supplice de la roue auquel il fut condamné était, en effet, à l’exception de l’écartèlement réservé aux régicides, le spectacle judiciaire le plus chargé d’intensité dramatique. Comme la plupart des exécutions retentissantes, celle de Cartouche donna lieu à la diffusion de complaintes offrant au public des paroles d’expiation et de repentir24. Ce spectacle ne remplit cependant pas sa mission pédagogique. Il attira sur la place de Grève une foule exceptionnellement nombreuse, socialement très mélangée, compatissante et particulièrement patiente. La cérémonie commença en effet à 17 heures le jeudi 27 novembre mais Cartouche, ayant manifesté le désir de faire des révélations, fut transporté dans l’Hôtel de Ville, où il fut entendu par les magistrats jusqu’au début de l’après-midi du lendemain. À en croire Barbier qui nota dans son journal « la Grève est pleine pendant toute la nuit », la foule resta assemblée pendant 23 heures dans l’attente du dénouement25. De plus, au-delà de la mort, nombre de Parisiens voulurent voir la dépouille du héros, lui manifestant ainsi une étrange dévotion : la corporation des chirurgiens exposa son cadavre puis un montreur d’anatomie réalisa un masque mortuaire en cire qu’il donna à voir à un prix qui n’avait rien de populaire26.

  • 27 Pascal Bastien compte 4 exécutions capitales pour 1720 et 6 pour 1725, op. cit., p. 28.

19L’exécution de Cartouche ne fut que le premier acte d’une opération répressive de très grande ampleur. Lui-même d’ailleurs y contribua, sans que cela nuise à son aura, en amorçant, par la dénonciation de près de 90 personnes, une mécanique de la délation débouchant sur un bilan judiciaire impressionnant. Au total, les magistrats condamnèrent plus de 700 personnes dont près de 350 furent effectivement appréhendées. Ils prononcèrent, entre autres, 59 peines capitales qui furent exécutées, pour l’essentiel, durant l’été 1722. Ici aussi, quelques chiffres donnent la mesure de l’entreprise. En deux mois (juin et juillet 1722), les Parisiens se virent proposer 35 exécutions capitales, soit 6 à 8 fois plus que pendant une année entière d’activité judiciaire « normale »27. L’été 1722 fut scandé par le spectacle de la souffrance pénale et du trépas public.

  • 28 Barbier (op. cit., t. 1, p. 175) évoque la présence de 200 archers lors de l’exécution de Cartouch (...)
  • 29 Marais M., op. cit., t. 2, p. 135.
  • 30 Buvat J., op. cit., t. 2, p. 407.

20Certes, on n’enregistre ni émeutes d’échafaud, ni tumultes retentissants, sans doute parce que la démonstration de force était écrasante et parce que, concrètement, les exécutions donnèrent lieu à d’imposants déploiements policiers28. Il semble cependant que la légitimité d’un tel acharnement frappant des voleurs dont beaucoup n’avaient pas de sang sur les mains, fut mise en doute. Sur ce terrain, l’historien doit se contenter d’indices. Les rumeurs, tout d’abord, transcrites par les mémorialistes, suggèrent l’existence d’une sourde contestation. Des bruits courent en effet en ville sur des menaces d’incendie placardées sur la porte d’un des présidents de la Tournelle29. Une autre rumeur mentionne un billet abandonné par les mystérieux profanateurs d’une chapelle de Notre-Dame qui promettaient que « si on ne cessoit bientôt de rompre et de pendre publiquement comme on faisoit depuis quelques temps, on verroit bientôt le feu aux quatre coins et au milieu de Paris ». De telles « nouvelles » qui attribuent la contestation à de sataniques impies pour mieux la disqualifier, indiquent néanmoins l’existence d’une condamnation tacite30. D’autres histoires, quant à elles, mettent en scène une réprobation émanant de bons chrétiens. Dans les annotations qu’il porte sur les arrêts qu’il collectionne, le substitut Gueullette rapporte ainsi les rumeurs qui accompagnèrent la mort du jeune frère de Cartouche, Louison, qui subit le 30 juillet 1722 une pendaison sous les aisselles dont il mourut à cause de l’incurie du bourreau :

  • 31 Arch. Nat., série A. D. III, 4, pièce 175.

« Il [Louison Cartouche] fut emporté le lendemain 31 juillet dans la charrette de l’exécuteur avec Tanton [un autre exécuté] et mis au pilory d’où on le porta sur le soir au cimetière des Innocents : les uns disent que ce furent les femmes de la halle et la populace qui forcèrent la porte du pilory et le portèrent au cimetière, les autres que ce furent les valets de l’exécuteur, ce qu’il y a de certain c’est qu’il fut enterré aux Innocents31. »

  • 32 BNF, ms. français, collection Joly de Fleury, 2043, fo 364.

21Les vérités qui s’affrontent disent ici aussi l’absence de consensus. À ces traces indirectes, il faut ajouter un libelle manuscrit et anonyme réclamant l’arrêt des supplices que le Procureur Général du Roy, Joly de Fleury, archiva dans ses papiers32. En bref, la capitale murmura et l’efficacité de la fête sanglante qui devait refonder au pied de l’échafaud un consensus politique ébréché trouva rapidement ses limites.

Les raisons du divorce

  • 33 Hobsbawm E. J., Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, 1959, éd. française, Paris, 196 (...)

22On l’a vu, la célébrité de Cartouche ne doit absolument rien à une aura de justicier, de défenseur des pauvres et de redistributeur. Les Parisiens en firent un personnage célèbre, puis une sorte de héros sans jamais évoquer à son propos ces caractéristiques fondamentales du bandit social modélisé par E. J. Hobsbawm33. Toutefois, ils s’écartèrent du discours officiel de l’infamie et construisirent une image suffisamment positive pour s’inscrire durablement dans la mémoire collective. Comment comprendre ce divorce, cette guerre des images ?

23Répondre à cette interrogation revient à questionner les mécontentements qui trouvèrent un moyen d’expression dans l’idéalisation d’un truand qui aurait très bien pu, en d’autres circonstances, faire l’unanimité contre lui. Ces mécontentements sont de deux ordres. Les premiers s’inscrivent dans la conjoncture politique de la Régence et dans les remous causés par le gouvernement de Philippe d’Orléans. Quant aux seconds, ils trouvent leur source, me semble-t-il, dans les nouvelles stratégies policières de lutte contre le crime.

  • 34 Farge A., Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, 1992, p. 105-113.
  • 35 Sur l’inflation, voir Braudel F. et Labrousse E., Histoire Économique et Sociale de la France, Par (...)

24En ce qui concerne le mécontentement politique, on remarquera tout d’abord l’extrême diversité du public qui partagea cette représentation idéalisée de Cartouche. Y figurent des gens du peuple mais aussi d’honnêtes bourgeois et des membres des élites et de la haute administration. Pour tous ces Parisiens, le détournement d’un fait divers relève d’une culture politique héritée de l’absolutisme louis-quatorzien, qui, interdisant tout débat, empêche toute contestation explicite et frontale. Dans ce contexte, le fait divers, plus ou moins imaginaire et véhiculé par la rumeur, a servi de vecteur à une expression forcément indirecte du mécontentement34. Or, au lendemain de l’effondrement de l’éphémère banque royale dirigée par John Law avec l’appui du Régent, la capitale connut une période d’extrême tension due à la convergence de plusieurs déconvenues : celles des spéculateurs, gros rentiers ou petits porteurs, excités par l’espoir de gains fabuleux, puis spoliés par la faillite frauduleuse du « système », et celles des classes populaires, mises à mal par une inflation spectaculaire35. Certes, il n’y eut pas d’explosion majeure mais, du printemps 1720 au début du procès Cartouche, le pouvoir, conscient d’être installé au milieu d’une poudrière, manœuvra à vue.

  • 36 Buvat J., op. cit., t. 2, p. 77-78 et Faure E., op. cit., p. 412-427. Le bilan de ces émeutes vari (...)
  • 37 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 38 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 126-127.

25À scruter la trame événementielle de l’histoire de la capitale, on perçoit la récurrence de petit conflits et de crispations. À la fin du mois d’avril 1720, de nombreux troubles opposent « la populace et les gens de boutique » à la police qui procède à des rafles massives de vagabonds destinés à être déportés au Mississipi au profit de la Compagnie des Indes. On reproche aux archers d’arrêter sans discernement d’honnêtes jeunes gens afin de toucher les primes qui leur ont été promises. Au cours des incidents les plus sérieux qui surviennent le 29 avril, plusieurs de ces « bandouliers du Mississippi » trouveront la mort36. La gravité de la situation conduit d’ailleurs le pouvoir à interrompre cette politique de répression du vagabondage dès le 3 mai. En juillet, alors que la faillite du « système » se précise, une émeute éclate devant la banque royale. Le Régent ordonne le 21 juillet 1720 l’exil du Parlement à Pontoise et éloigne ainsi jusqu’en décembre les opposants les plus virulents à sa politique financière. Cependant, la situation est suffisamment préoccupante pour que l’on renforce le dispositif militaire de maintien de l’ordre : des troupes marchent vers Paris et, dans la ville même, les Gardes Françaises et les Mousquetaires sont placés en état d’alerte. En janvier 1721, une rumeur qui se répand dans la capitale prophétise l’imminence d’une sédition. Par deux fois, en mars et en novembre de la même année, des troubles interrompent des exécutions de domestiques alors que tels événements sont extrêmement rares dans la capitale.37 Enfin, le 10 mai 1721, une dizaine de jours avant la série de trois fusillades qui va propulser Cartouche sur le devant de l’actualité parisienne, la foule conspue le cortège funèbre de l’ex-lieutenant général de police d’Argenson38. À ces manifestations de mécontentement en actes, il faut ajouter la dégradation de l’image du Régent, cible privilégiée de multiples pamphlets et de rumeurs désobligeantes. Promoteur de la machiavélique « arnaque » du « Système » qui aura finalement permis aux finances royales d’annuler la moitié de l’immense dette de la monarchie, un fort courant de l’opinion le perçoit comme un escroc cynique, se réjouissant de mener le pays à la ruine. C’est dans ce contexte que l’idéalisation de Cartouche prend une partie de son sens. En refusant de lui appliquer l’image canonique du bandit cruel et sanguinaire et en le parant de vertus positives, les Parisiens ont trouvé une manière supplémentaire de suggérer l’indignité du Régent à qui les mécontents ne reconnaissaient pas une moralité suffisante pour exercer la justice.

26Si l’héroïsation de Cartouche servit à exprimer une condamnation de la gestion du Régent, elle fut aussi une manière de dire une ferme opposition à la modernité répressive mise en œuvre dans la capitale depuis les années 1710. Espionnage, provocations, arrestations arbitraires furent alors utilisés dans la lutte contre la délinquance, comme dans l’ensemble des domaines d’intervention d’une police unanimement décriée comme abusive et corrompue. De fait, les parlementaires, profitant de la Chambre de Justice de 1716, intentèrent un procès retentissant à des policiers violents et véreux qui comptaient parmi les hommes de confiance de la lieutenance. En sollicitant les témoignages de victimes, auxquels répondirent des factums des policiers, ce procès contribua à rendre publiques certaines turpitudes de cette institution. Ainsi l’héroïsation de Cartouche a probablement puisé dans le combat qu’il livra contre cette police. Il se distingua, nous l’avons vu, par l’usage d’une extrême violence contre les policiers, et il semble bien qu’une partie de son public ne lui en tint pas rigueur, eu égard à une morale coutumière qui n’avait pas encore totalement intégré l’obligation d’un respect craintif dû aux agents des forces de l’ordre. On éprouva ainsi de la sympathie pour celui qui défiait seul une police impuissante malgré la déloyauté des procédés qu’elle employait.

  • 39 Information du commissaire Bizoton, Arch. Nat., Y 13.207.
  • 40 Ce message contient deux termes de l’argot des voleurs de la Régence. Le terme « simon » désigne u (...)

27La prudence dont firent preuve les autorités dans le contrôle des informations concernant le meurtre du nommé Lefebvre dit Bidet tendrait à étayer cette interprétation. Au début du mois d’octobre 1721, la police, après une série de traquenards calamiteux, est sur le point de parvenir à ses fins. À l’instigation de l’exempt Malivoire, Bidet, un voleur récemment élargi des prisons du Châtelet, propose à Cartouche le cambriolage d’un cabaret. Ce Bidet n’est pas un de ses proches, mais Cartouche, probablement parce qu’il n’a pas les moyens d’interrompre ses activités délinquantes, accepte le projet. L’affaire se fait dans la nuit du 4 octobre et des policiers attendent les truands à la sortie du fric-frac : quatre de ses comparses sont arrêtés mais Cartouche se sauve in extremis. Cette trahison sera fatale à Bidet. Trois jours plus tard, vers 22 heures, il est assassiné dans un champ de « lucerne » du faubourg Saint-Michel, derrière les Chartreux, au pied du Mont Parnasse. Cartouche – il en fera l’aveu – et plusieurs de ses affidés (Limousin, Balagny, Blanchard et Duchâtelet et probablement quelques autres) l’ont éliminé en lui faisant subir des mutilations d’une monstrueuse cruauté ainsi qu’en témoigne la description du cadavre dressée par le soldat aux gardes françaises qui le découvrit39. Le corps de Bidet est égorgé, éviscéré et amputé de ses parties génitales. Outre l’impact dissuasif escompté d’un tel acharnement, les meurtriers adressèrent aux éventuels candidats à la trahison un message explicite inscrit « en gros caractères » sur un billet fixé à l’aide d’une aiguille sur la cuisse du mort : « c’est icy [que] repose le corps d’un simon rebaty par la plus fameuse bande de voleurs, et autant que nous en connaîtrons, ils ne pourront s’attendre à autre chose »40.

  • 41 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 163.
  • 42 Il semble cependant que des informations plus précises sur cette élimination et sur le rôle de Bid (...)
  • 43 Histoire de la vie et du procès du fameux Louis-Dominique Cartouche, Lüsebrink H. J. (éd.), op. ci (...)

28À nos yeux d’hommes du XXIe siècle, cet acte terrifiant de sauvagerie constituerait un formidable argument en défaveur d’un criminel et il me semble qu’aucun juge d’instruction ni aucun journaliste n’hésiterait aujourd’hui à le rendre public. Les autorités parisiennes de la Régence eurent pourtant le réflexe inverse. La nouvelle de la découverte d’un cadavre mutilé se répandit dans la capitale et Barbier la relate dans son journal entre le 10 et le 15 octobre. Cependant, l’avocat mentionne une victime anonyme et des agresseurs qui restent mystérieux41. Or, pour les autorités, cet « effroyable assassinat » n’était pas une énigme. En effet, le guichetier du Châtelet indiqua lors de sa déposition qu’il reconnut parfaitement Bidet lorsqu’il réceptionna son cadavre à la morgue le 8 octobre. Il ajouta qu’il avait « ouy dire que le deffunt Lefebvre avoit mouché le nommé Cartouche et ses associés ». Un mois plus tard (l’instruction du procès de Cartouche est encore en cours), le Mercure, qui fait l’objet d’une étroite surveillance, évoque ce meurtre qu’il qualifie de cruel sans toutefois en donner le moindre détail42. Le journal indique bien qu’il s’agit d’une vengeance qu’il attribue à Cartouche, mais il omet de signaler que la victime était un mouchard infiltré travaillant pour la police. Dans l’Histoire de la Vie et du Procès du fameux Louis-Dominique Cartouche et de plusieurs de ces complices qui paraît quelques mois plus tard, l’affaire Bidet est toujours occultée, mais selon des modalités différentes. L’ouvrage qui appartient à la littérature de colportage fonctionne à bien des égards comme un outil de désinformation. Il décrit un Cartouche ambivalent, homme d’exception mais aussi criminel nuisible et finalement repentant, tout en distillant une série de contre-vérités sur les événements qui marquèrent sa cavale. Ainsi, l’affaire Bidet n’apparaît pas en tant que telle : elle est dissoute dans deux faits imaginaires qui présentent chacun certaines de ses caractéristiques. En effet, l’auteur anonyme de ce récit évoque bien l’élimination d’un traître, assortie de son émasculation et plusieurs éléments de cette narration concordent avec l’affaire Bidet : date, cruauté et message menaçant accroché au cadavre. Cependant, la victime du livret bleu est un soldat aux Gardes Françaises, violement suspecté de vouloir simplement quitter la bande. Il n’est donc pas question ici d’infiltration policière par un voleur retourné, ni de provocation. De même, l’ouvrage mentionne aussi, parmi les crimes avoués par Cartouche, un meurtre commis « quelques temps avant qu’il fut pris » « derrière les Chartreux », près du Mont Parnasse. Cependant, la victime n’est pas un mouchard démasqué, mais un jeune et innocent gentilhomme, « page chez le Roi » se trouvant par un funeste hasard sur le chemin des Cartouchiens qui le tuèrent « à coups de pistolets » pour lui dérober argent et monture43.

  • 44 Garnot B., Justice et société en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000, p. 14-15.

29Il est donc clair que l’on cacha au public les circonstances de l’élimination de Bidet et cette occultation indique, me semble-t-il, un point perçu comme sensible par les autorités. Tout se passe comme si elles avaient pressenti que le récit véridique de cette élimination sordide ne disqualifierait pas Cartouche auprès d’une part de l’opinion mais qu’il contribuerait à alourdir le profond discrédit dont souffrait déjà la police. En effet, raconter la véritable histoire de Bidet, c’était admettre que la police coopérait avec des délinquants et qu’elle usait de la provocation. Or, la déloyauté, la trahison étaient lourdement stigmatisées par la morale sociale44. La prudence des autorités qui occultèrent les tenants et les aboutissants de l’affaire Bidet désigne donc l’existence d’une ligne de fracture entre morale sociale et raison policière. L’héroïsation de Cartouche se nourrit de cette discordance et permit de dire la condamnation d’une police en infraction fréquente avec la morale coutumière.

***

30L’idéalisation de Cartouche prit donc une signification essentiellement politique, ce qui favorisa fort probablement le ralliement des nantis et de ce fait, il n’appartient pas à la catégorie des bandits sociaux. Cependant, s’il ne fut pas un émule de Robin des Bois, il ne fut pas non plus une sorte d’usurpateur qui aurait trompé un public crédule comme s’est plu à le présenter E. J. Hobsbawm. De fait, Cartouche serait plutôt un bandit public car quel qu’ait été son comportement réel, ce sont les Parisiens qui en firent un héros positif pour exprimer leur désaccord tant avec l’irruption de la spéculation et de l’affairisme au sommet de l’État qu’avec l’installation d’un nouvel ordre policier faisant fi d’une morale coutumière. D’ailleurs, le Parlement qui dirigea le procès des « complices de Cartouche », rompit ostensiblement avec ces nouvelles méthodes policières. L’extraordinaire démantèlement qu’il entreprit fut opéré grâce aux aveux des condamnés à mort, obtenus sans compensation ni marchandages. Les criminels qui avaient collaboré avec les policiers en échange de protections furent poursuivis sans le moindre égard pour ces services, d’ailleurs bien minces, rendus aux forces de l’ordre. De même, quelques-uns des policiers qui les avaient protégés furent inquiétés. La justice entendait mettre fin aux collusions entre acteurs du désordre et force de l’ordre et revenir à un affrontement où le bien ne recourait pas aux méthodes du mal.

31Cette embellie judiciaire fut cependant de courte durée et la police parvint, au fil du temps, à imposer ses pratiques, voire à les renforcer en arguant systématiquement des difficultés à punir des criminels protégés par des juges entravés par une déontologie rigoureuse. Est-ce à dire que la raison répressive a triomphé des réticences émanant de la société civile ? La récurrence des débats qui accompagnent tout renforcement des moyens de lutte contre le crime atteste la persistance d’une méfiance instinctive à l’égard des innovations et d’une volonté de voir maintenue une certaine moralité dans le combat contre la délinquance : récemment, il en fut ainsi des discussions provoquées par l’instauration des témoins sous X présentée comme la possibilité pour des habitants des « quartiers » d’accuser sans craindre les représailles des « racailles ». De nombreuses voix dans la société civile et au sein même de la magistrature dénoncèrent les risques d’encouragement de la délation et d’instrumentalisation vindicative. Si la société aspire à la sécurité, un fort courant, hier comme aujourd’hui, s’inquiète des moyens employés pour l’obtenir.

Notes

1 Bastien P., L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

2 Sur ces criminels célèbres, voir Juratic S., « Meurtrière de son mari : un « destin criminel au XVIIIe siècle », RHMC, 1987, p. 123-137. Lüsebrink H. J., Histoires curieuses et véritables de Cartouche et de Mandrin, Paris, 1984. Duprat A., « L’affaire Desrues ou le premier tombeau de l’Ancien Régime », Sociétés et Représentations, 2004, p. 123-134. Bastien P., op. cit., p. 238-243. Peveri P., « De Cartouche à Poulailler : l’héroïsation du bandit dans le Paris du XVIIIe siècle » in Gauvard C. et Robert J.-L. (dir.), Être Parisien, Paris, 2004, p. 135-150.

3 Sur le « Système » de Law, voir Faure E., La Banqueroute de Law, Paris, 1977 et Zysberg A., La monarchie des Lumières, 1715-1786, Paris, 2002, p. 28-42.

4 Peveri P., « » Cette ville était alors comme un bois... » Criminalité et opinion publique à Paris dans les années qui précèdent l’affaire Cartouche (1715-1721) », Crime, Histoire et Société, 1997, no 2, p. 51-73. En juillet 1722, des rumeurs persistantes attribuèrent ce crime à deux inspecteurs de police corrompus impliqués dans l’affaire Cartouche, ainsi que le mentionne E. J. Barbier (Chronique de la Régence et du règne de Louis XV ou Journal de Barbier, 1718-1763, Paris, 1857, t. 1, p. 221).

5 Peveri P., Techniques et pratiques du vol dans la pègre parisienne de la Régence d’après les archives du procès de Louis-Dominique Cartouche et de ses complices : une contribution à l’histoire des milieux criminels urbains de l’Ancien Régime, thèse de Doctorat, dir. Jean-Louis Flandrin, Paris, EHESS, 1994, 571 p., principalement l’annexe V : « à La recherche des métiers criminels. Méthode, traitement des données et définition des groupes et sous-groupes professionnels », réalisée avec l’aide précieuse d’Alain Mailles.

6 Piacenza P., « Juges, Lieutenants de Police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, no 5, 1990, p. 1189-1215, et Polizia e citta. Strategie d’ordine, ricerca del consenso e rivolte a Parigi tra sei e settecento, thèse soutenue à Université de Turin, 1989, ex. multigr., p. 164-204. Cette thèse a été publiée en 1990 aux éditions Il Mulino de Bologne.

7 Peveri P., « L’exempt, l’archer, la mouche et le filou. Délinquance policière et contrôle des agents dans le Paris de Louis-Dominique Cartouche (1718-1722) », in Feller L. (dir.), Contrôler les agents du pouvoir, Limoges, Pulim, 2005, p. 245-272.

8 Peveri P., « Clandestinité et nouvel ordre policier dans le Paris de la Régence : la « cavale » de Louis-Dominique Cartouche », Aprile S. et Retaillaud-Bajac E. (dir.), Clandestinités Urbaines. Les citadins et les territoires secrets (XVIe-XXe), PUR, 2008, p. 151-170.

9 Arch. Nat., X2B 946, arrêt du 26 novembre 1721. Cartouche est, entre autres, impliqué dans un vol sur personne à mains armées et dans une bagarre meurtrière dans une guinguette.

10 Garnot B., Questions de justice, Paris 2006, p. 93. On compte en effet 40 % de condamnations à mort prononcées par contumace par le parlement de Bourgogne et seulement 3 % de l’ensemble des contumaces (toutes peines confondues) furent appréhendés au cours du siècle.

11 Pour le début de l’affaire, je n’ai pas trouvé, pour l’heure, de traces de l’intervention du pouvoir. Après l’arrestation de Cartouche, une lettre du chancelier d’Aguesseau au procureur général du parlement de Paris indique que le Régent suivait de près cette affaire et qu’il souhaitait accélérer le cours de la justice (cf. BNF, ms français, fonds Joly de Fleury, 2043, fo 366-368).

12 Arch. Nat., X2B 946. Sur les modalités de publication des décrets de justice, voir l’ordonnance criminelle de 1670, titre XVII, in Isambert, Jourdan, et Decrusy, Recueil Général des Anciennes Lois Françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, 1823-1831, 29 vol., t. 18, p. 407-410.

13 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 137. Marais M., Journal et Mémoires de Mathieu Marais, 1715-1737, Paris, 1863-1868, t. 2, p. 156. Buvat J., Journal de la Régence, 1715-1723, publié par Campardon E. (éd.), Paris, 1865, t. 2, p. 260.

14 Information du commissaire Bizoton, Arch. Nat., Y 13.207.

15 Arch. Nat., X2B 1352, pièce 89.

16 Arch. Nat., Y 14.432.

17 Cette lettre de Moreau, procureur du roi au Châtelet de Paris, au secrétaire d’État à la guerre, Le Blanc, a été éditée par Fouquier A. dans son « Cartouche » (Causes célèbres de tous les peuples, Paris, 1858-1867, t. 2, p. 22). Je n’ai pu retrouver sa version originale dans la correspondance de Le Blanc, conservée au SHAT, car au moment de la rédaction de cette communication, ce service était momentanément fermé pour travaux.

18 Kaplow J., Les noms des rois. Les pauvres de Paris à la veille de la Révolution, Paris, Maspéro, 1974, p. 236-239.

19 De Barthélemy E., Les correspondants de la Marquise de Balleray..., Paris, 1883, t. 2, p. 380-384. Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 174-175 et Arch. Nat., AD III, 4 pour les arrêts annotés par Gueullette.

20 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 168.

21 Legrand M. A., Cartouche ou les voleurs, texte édité et présenté par Biet Ch., Lampsaque, 2003, p. 170 et 310-311. À ce chiffre, il faut ajouter un nombre, malheureusement inconnu, de lecteurs, car la pièce fut rapidement imprimée.

22 Barbier décrit ce cortège comme une opération de communication délibérée en notant : « On a ordonné de le conduire au Châtelet à pied, afin que le peuple le vît et sût son arrestation. » L’opération d’ailleurs attira « un concours de peuple étonnant » (op. cit., p. 165).

23 Dans la lettre qu’il envoie à Joly de Fleury, le 26 octobre 1721, le chancelier d’Aguesseau note qu’« il faut avancer l’exécution tant attendue » (BNF, ms français, collection Joly de Fleury, 2043, ff. 366-368).

24 « Complainte et exécution du nommé Cartouche Capitaine des Voleurs sur l’air des voleurs », Lüsebrink H. J. (éd.), op. cit., p. 137-138.

25 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 174-175.

26 Histoire de la vie et du procès du fameux Louis-Dominique Cartouche, et de plusieurs de ses complices, in Lüsebrink H. J., Histoires curieuses et véritables..., p. 134. C’est Gueullette (Arch. Nat., A. D. III, 4, pièce 26) qui signale la confection d’un masque mortuaire de Cartouche et son exposition chez un montreur d’anatomies en cire nommé Desnoue. Ce dernier est d’ailleurs signalé dans Les curiosités de Paris, de Versailles, de Marly..., Paris, 1723, t. 2, p. 458, qui indiquent le prix de la visite : un demi-écu par personne.

27 Pascal Bastien compte 4 exécutions capitales pour 1720 et 6 pour 1725, op. cit., p. 28.

28 Barbier (op. cit., t. 1, p. 175) évoque la présence de 200 archers lors de l’exécution de Cartouche et un document financier (BNF, ms. français, collection Joly de Fleury, 2045, ff. 369-374) mentionne diverses gratifications accordées à des policiers pour leur participation aux exécutions.

29 Marais M., op. cit., t. 2, p. 135.

30 Buvat J., op. cit., t. 2, p. 407.

31 Arch. Nat., série A. D. III, 4, pièce 175.

32 BNF, ms. français, collection Joly de Fleury, 2043, fo 364.

33 Hobsbawm E. J., Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, 1959, éd. française, Paris, 1966, p. 27-44 et Les bandits, 1969, éd. française, Paris, 1972, p. 35-52 et notamment p. 36-37.

34 Farge A., Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, 1992, p. 105-113.

35 Sur l’inflation, voir Braudel F. et Labrousse E., Histoire Économique et Sociale de la France, Paris, 1970, t. 2, p. 294-295.

36 Buvat J., op. cit., t. 2, p. 77-78 et Faure E., op. cit., p. 412-427. Le bilan de ces émeutes varie selon les mémorialistes (de huit « tant morts que blessés » à « plus de vingt » tués) mais les sources s’accordent sur la violence létale de ces affrontements.

37 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, 2002, p. 379-386.

38 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 126-127.

39 Information du commissaire Bizoton, Arch. Nat., Y 13.207.

40 Ce message contient deux termes de l’argot des voleurs de la Régence. Le terme « simon » désigne un délateur et « rebati » signifie « assassiné ».

41 Barbier E. J., op. cit., t. 1, p. 163.

42 Il semble cependant que des informations plus précises sur cette élimination et sur le rôle de Bidet aient circulé au moins parmi les gens de justice auxquels appartenait l’avocat Barbier, comme en témoigne une seconde occurrence de l’affaire dans son journal, cf. ibid., p. 165.

43 Histoire de la vie et du procès du fameux Louis-Dominique Cartouche, Lüsebrink H. J. (éd.), op. cit., p. 117-118 et 131.

44 Garnot B., Justice et société en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000, p. 14-15.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search