Quitter ses parents

 | 
Sandra Gaviria

3e partie. Se marier

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La décision de se marier plutôt que d’opter pour une cohabitation hors mariage est justifiée de manière différente par les jeunes des deux pays. En reprenant la typologie de J. Kellerhals, J. -F. Perrin, G. Steinauer-Cresson, L. Voneche, G. Wirth (1982), on peut dire que les jeunes espagnols utilisent des arguments de type « charismatique religieux », « statutaire » et « conformiste » alors que les jeunes français mettent en avant plutôt des arguments de type « charismatique séculier » et « charismatique religieux ». Pour les premiers, l’avis de la famille est important dans une décision qui devrait être purement personnelle, comme c’est le cas pour le mariage. Pour les seconds, cet avis a beaucoup moins d’importance. Ceci illustre bien la forte identité statutaire des jeunes espagnols face aux jeunes français.

2La décision de se marier intervient pour les jeunes des deux pays à des moments différents de leur relation. Les jeunes espagnols sont peu nombreux à avoir vécu ensemble avant le mariage : pour la plupart, ils font, comme dirait M. Bozon, un « mariage direct », c’est-à-dire sans cohabitation préalable. Il en va différemment en France, où nous trouvons trois profils de jeunes mariés : les jeunes qui ont fait « un mariage direct », les jeunes qui ont fait « un mariage après cohabitation » et les jeunes qui ont fait un « mariage après cohabitation avec engagement », c’est-à-dire les jeunes qui se sont fiancés avant la cohabitation. Pour les jeunes espagnols, le mariage est un pari avec un aperçu du résultat : ils ont entretenu une longue relation avec les partenaires mais n’ont jamais vécu au quotidien sous le même toit. Souvent, le mariage marque le besoin d’être ensemble au quotidien et la fin du besoin d’autonomie par rapport au partenaire. Pour les jeunes français, le mariage marque le fait que les jeunes se projettent dans l’avenir avec cette personne : il est souvent l’aboutissement d’une connaissance progressive de soi et de l’autre, commencée durant le concubinage.

3Tout se passe pour les jeunes espagnols comme s’ils recherchaient une stabilité identitaire et redoutaient des situations d’« insécurité », comme par exemple commencer à vivre avec quelqu’un sans avoir la certitude de se marier un jour avec cette personne. Les jeunes français recherchent aussi une stabilité identitaire mais, à leurs yeux, le seul moyen de la trouver est d’expérimenter plusieurs situations pour faire le meilleur choix : pour eux, l’insécurité ne consiste pas à vivre avec un partenaire sans savoir s’ils se marieront un jour ou non, mais plutôt de se marier sans avoir vécu ensemble préalablement.

4La décision du mariage survient à des moments différents dans les trajectoires professionnelle et économique des jeunes : en Espagne, les deux partenaires ont habituellement un travail stable et une épargne devant eux ; en France, les jeunes se marient souvent lorsqu’ils ont acquis une stabilité professionnelle mais sans avoir d’économies devant eux car leur trajectoire ne leur a pas permis d’épargner. On pourrait dire que, pour les jeunes espagnols, la sécurité économique et l’autonomie par rapport au partenaire sont essentielles dans la période précédant le mariage alors que, pour les jeunes français, ce qui prime, c’est l’autonomie par rapport à la famille.

5Une fois la décision de mariage prise, il faut préparer le grand jour. Cette préparation en Espagne se fait avec une forte intervention familiale, notamment financière. Le mariage n’est pas uniquement l’affaire du jeune couple mais aussi celle des parents, bien que les jeunes essaient de préserver leur autonomie. En France, le mariage est avant tout l’affaire des jeunes. La famille aide, mais ce sont eux qui décident librement ce qu’ils veulent faire ce jour-là. Les jeunes des deux pays choisissent souvent un mariage religieux. Les parents espagnols culpabiliseraient davantage leurs enfants que les parents français : il se peut que les premiers considèrent, après tant d’années passées à la maison, avec des mères très disponibles, que leurs enfants ont une dette envers eux. Les seconds, pour la plupart, ne vivent plus avec leurs enfants depuis des années et considèrent leurs enfants comme moins redevables. Il se peut aussi, et c’est notre avis, que la conception de l’individu et de son attachement à la famille diffère dans les deux pays. En Espagne, tout le long de sa vie, l’enfant appartient à la famille avant d’être soi, alors qu’en France, l’enfant doit s’éloigner de la famille pour devenir soi. Le respect de l’autre en tant qu’individu et de ses choix est plus fort en France, car en Espagne on considère que l’individu doit faire ses choix en tenant compte de sa famille.

6Pour les Espagnols, les épousailles marquent le début d’une nouvelle vie et l’adaptation au partenaire au quotidien, alors que, pour les Français, c’est la continuation de leur vie antérieure avec le même partenaire. Dans la vie des jeunes espagnols, après le mariage, le partenaire prend une place centrale qu’il avait déjà dans celle des jeunes français. P. Berger et H. Kellner (1988) expliquent comment, avec le mariage, les personnes construisent une vision commune du monde et redéfinissent les relations antérieures avec le partenaire et la famille d’origine : c’est notamment le cas pour les jeunes espagnols mais pas celui des jeunes français qui, le plus souvent, habitaient déjà en concubinage et pour qui le mariage n’a pas changé la place accordée au partenaire au quotidien pour la construction d’une vision commune du monde. Ce qui change, c’est la place accordée au partenaire dans l’avenir.

7Économiquement, les jeunes espagnols recherchent, semble-t-il, une sorte de fusion dans leur façon de vivre le mariage : non seulement ils se marient sous le régime de la communauté de biens mais par la suite ils mêlent également l’argent et les comptes, sans conserver forcément un peu d’argent pour leurs dépenses personnelles. Les jeunes français préfèrent généralement aussi le régime de la communauté de biens mais ils préservent souvent une certaine autonomie : par exemple, chacun des époux reçoit son traitement sur un compte indépendant, puis, pour couvrir les dépenses de la vie quotidienne (loyer, électricité, etc.), fait un virement vers un compte « commun ». Certains couples partagent leur argent mais en conservent un peu sur des comptes individuels pour leurs besoins personnels. Les jeunes mettent en avant l’importance de cette organisation pour rester soi tout en étant en couple. On pourrait dire qu’une fois mariés, l’identité statutaire d’« époux (épouse) de » est plus forte chez les jeunes espagnols, alors que chez les jeunes français, c’est l’identité personnelle qui domine.

8L’analyse du réseau amical des jeunes à la suite du mariage nous permet de constater que les jeunes des deux pays conservent leurs amis personnels tout en étant en couple, mais que les moments pour les voir sont plus déterminés en Espagne où, pendant la journée, il est admis que chacun voie ses amis, mais où les soirées sont réservées au couple. En France, tout moment est bon pour rencontrer ses amis sans le partenaire. En reprenant le titre du livre de F. de Singly (2000a), on pourrait dire que les jeunes français sont « libres ensemble » et que les jeunes espagnols sont « ensemble mais libres ».

9La manière dont sont organisées les relations amicales montre que les jeunes espagnols se construisent dans une logique groupale et pas en réseaux comme les jeunes français : alors que les premiers appartiennent à différents groupes et ne comptent pas d’amis dispersés, les amis des seconds ne constituent pas des groupes. De même au quotidien, la famille semble en Espagne davantage fonctionner comme un groupe qu’en France.

10Les rapports avec la famille sont différents dans les deux pays : l’« identité familiale » des jeunes espagnols est plus forte que celle des jeunes français. Ceci peut s’expliquer du fait que pendant des années, ils se sont construits dans la proximité familiale et se sont forgé une forte identité commune. Les jeunes français au contraire se sont construits dans la distance avec la famille : l’identité familiale commune est donc moindre que l’identité personnelle de chacun de ses membres.

11Les jeunes espagnols ont une relation très intense avec leurs parents : ils les voient très souvent, parlent avec eux au téléphone et se rendent service mutuellement : c’est le résultat d’une volonté affichée de la part des enfants comme des parents, même si, comme on a pu le voir, la relation n’est pas toujours dépourvue de contraintes. Il arrive que les jeunes soient dans l’obligation d’aller voir la famille ou de lui rendre service alors qu’ils n’en ont pas spécialement envie. On constate d’ailleurs que la demande familiale et la contrainte semblent plus fortes en Espagne qu’en France. En France, les jeunes ont avec leur famille des rapports plus sporadiques : ils la voient moins souvent et ne reçoivent de services des parents que ponctuellement. Ils ont une relation moins contraignante avec eux dans le sens où, lorsque les jeunes vont voir leurs parents, ce n’est pas par obligation mais davantage parce qu’ils en ont envie. Les parents ne demandent pas une présence régulière : les jeunes français arrivent à conserver des liens sans avoir à faire beaucoup de sacrifices.

12La manière dont les jeunes des deux pays se construisent jusqu’au moment du mariage influence les rapports familiaux par la suite et le rapport à la maison des parents. En Espagne, les jeunes, même une fois partis, considèrent encore la maison de leurs parents comme leur chez soi. Ce n’est pas le cas pour les jeunes français.

13À travers l’analyse du mode de résidence des jeunes, nous observons que la place donnée à la famille dans les deux pays est différente. Les jeunes espagnols deviennent souvent, avant ou juste après le mariage, propriétaires d’un appartement dans la même ville, et souvent dans le même quartier, que leurs parents ou beaux-parents. Ceci signifie que les jeunes se vivent dans la proximité avec la famille, et ceci pour toujours. Les jeunes français sont plus souvent locataires et envisagent facilement d’aller habiter ailleurs, dans d’autres régions ou d’autres pays.

14D’un point de vue sociologique, lorsque quelqu’un est marié, on estime qu’il est adulte dans la mesure où il dispose de ressources propres, a sa propre famille et son propre chez-soi. Si nous considérons les jeunes mariés comme des adultes, nous observons que dans les deux pays, l’adulte qui n’a pas encore d’enfants entretient avec son partenaire et sa famille d’origine des rapports différents. Les jeunes français semblent conserver par rapport à la famille et par rapport au partenaire une autonomie plus grande que les jeunes espagnols. Comme si le mot adulte ne renvoyait pas à la même réalité dans les deux pays.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540