Version classiqueVersion mobile

Valeurs et justice

 | 
Bruno Lemesle
, 
Michel Nassiet

La sanction de l’adultère féminin au XVIe siècle : l’alignement d’une norme sociale sur le droit

Michel Nassiet

Texte intégral

  • 1 Brantôme, Les dames galantes, Gallimard, Folio, 1981, p. 90.
  • 2 Gauvard C., « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 3 Davis.
  • 4 Carbasse J.-M., « Adultère », in Dictionnaire du Moyen Âge, Gauvard C., Libera A. de, Zink M. (dir (...)

1L’adultère est un indicateur très sensible, dans une société, du degré de la liberté sexuelle, ainsi que de l’inégalité entre les sexes. De la fin du XIVe au début du XVIIe siècle, il fut un des traits les plus inégalitaires entre hommes et femmes. Commis par un homme, l’adultère affectait certes l’honneur de sa parentèle, mais il n’en résultait que des réprobations verbales. Mais quand il était commis par une épouse, il n’était pas rare que le mari cherche à prendre les amants en flagrant délit et qu’alors, « ému de colère », il tue, l’amant ou l’épouse. Brantôme pose le problème du mari selon une logique binaire1 : ou tuer la femme, ou tuer l’amant, même si certains maris réussirent à tuer les deux, grâce notamment à la rapidité que procure le pistolet. Fondée sur les lettres de rémission, puis les Mémoires-Journaux de Pierre de L’Estoile, une série continue de cas s’étend sur plus de deux siècles, à partir de 1388 et 1410 jusqu’aux derniers que nous connaissions, en 1610 et 16162. Il faut distinguer les flagrants délits d’adultère et deux autres sortes d’homicides d’épouses, en principe non prémédités, les coups extrêmes administrés à titre de correction, sur lesquels nous reviendrons, et les coups donnés lors d’une querelle conjugale. Aussi le meurtre en flagrant délit est-il radicalement différent des violences maritales perpétrées de nos jours par des conjoints en manque d’auto-contrôle, sous le coup de l’ivresse ou de stupéfiants. Sans être licite, il lui était reconnu une forte légitimité. Le flagrant délit procurant la preuve irréfutable de la culpabilité, l’homicide des coupables s’apparentait à un acte de justice privée. Il trouvait la compréhension des laïcs et des clercs, celle même des femmes, nous allons le montrer, celle enfin du pouvoir royal dont on en obtenait couramment le pardon. Pour Natalie Z. Davis3, les maris avaient ainsi pratiquement droit de vie et de mort sur leur femme adultère. En pays chrétien, c’était l’aspect le plus intense de la domination masculine. C’était un modèle de comportement et un rôle masculin. Certains disaient explicitement qu’une femme dont le crime d’adultère était prouvé par le flagrant délit méritait la mort. Voici donc une norme sociale, la plus visible parce que la plus dramatique. Il va nous falloir montrer que le geste de tuer en flagrant délit d’adultère était effectivement une norme largement acceptée dans la société. Il faudra aussi se demander si l’obtention d’une rémission royale était si assurée que le pense Natalie Z. Davis, c’est-à-dire si les maris avaient effectivement un droit de vie et de mort sur leur épouse adultère, et si les maris trompés n’envisageaient pas aussi d’autres conduites. Remarquons d’ores et déjà que Jean-Marie Carbasse anticipe grandement lorsqu’il écrit qu’à la fin du Moyen âge, « la réprobation sociale à l’encontre de l’adultère paraît bien émoussée4 », à cause précisément d’une confusion entre réprobation sociale et répression judiciaire.

  • 5 Tabbagh V., « Recherches sur l’adultère et sa répression par les officialités de France septentrio (...)
  • 6 Versoris N., Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 10-18, 1963, p. 83, no 98. Hamon P., « Une af (...)

2Face à cette conception largement diffuse dans la société, plusieurs normes juridiques avaient cours et deux types de juridictions se trouvaient compétentes. Encore à la fin du Moyen Âge, les officialités punissaient ce qui était pour elles un péché, sans faire de distinction entre les sexes, et avec une certaine compréhension, en infligeant des pénitences publiques ou des amendes assez légères. Elles se conformaient à la doctrine réaffirmée par le décret de Gratien. Il faut dire que l’adultère ainsi réprimé était souvent le fait d’individus qui avaient été abandonnés par leur conjoint5, il s’agissait plutôt d’un concubinage qui n’avait d’autre inconvénient que de contrevenir à la définition ecclésiale du mariage. En outre, depuis le XIVe siècle, dans le nord de la France, les justices laïques aussi ont voulu réprimer l’adultère, mais seulement l’adultère féminin, en appliquant la législation justinienne. Sur la plainte du mari, la femme convaincue d’adultère était enfermée dans un couvent et perdait sa dot. Inversement, la femme n’était pas recevable à accuser son mari, sauf en se défendant quand elle était accusée. Ainsi à Paris en 1523, le Parlement condamne Marie Quatrelivres, femme d’un officier du Châtelet, à être enfermée dans un monastère, « tondue et vestue en habit de relligieuse pour toujours, où elle serait fustigée les trois premiers vendredis de carême à la discrétion de l’abbesse6 ». Pour sévère qu’elle fût pour les femmes par rapport aux hommes, la peine de l’enfermement dans un couvent présentait la grande différence d’éviter à la femme coupable la peine capitale. La peine prévue par la justice laïque restait moins sévère que la norme sociale homicide.

  • 7 Navarre M. de, L’Heptaméron, in Conteurs français du XVIe siècle, Paris, Gallimard, 1956, p. 936.
  • 8 Davy M.-M., « Le thème de la vengeance au Moyen âge », La vengeance dans la pensée occidentale, Co (...)

3D’autant que certains pensaient même que la peine devait être pire que la mort. Comme le raconte la 32e nouvelle de l’Heptaméron7, un ambassadeur de Charles VIII vit, dans une hospitalière maison en Allemagne, la dame habillée en noir, silencieuse, la « teste toute tondue ». La tonte des cheveux comme peine infamante infligée aux femmes était donc commune à l’arsenal judiciaire et aux conceptions courantes. « Elle vat tondue, explique le mari, car l’arraiement des cheveulx n’apartient à l’adultaire, ny le voyle à l’impudicque. Par quoy s’en vat rasée, monstrant qu’elle a perdu l’honneur de la virginité et pudicité ». Au passage, cette phrase montre la signification précise qu’avait, dans la société chrétienne, un voile ou tout autre couvre-chef porté par une femme : c’était l’affirmation que celle-ci avait un comportement conforme à la pudeur. Ce mari enfin enfermait son épouse avec les os de son amant ; il précise en effet que la peine de la coupable devait être « plus désagréable que la mort ». Cette idée n’était pas nouvelle et se trouvait déjà dans la littérature médiévale. Dans le roman de Tristan du XIIe siècle, le roi Marc condamne d’abord Iseut au bûcher, mais comme les lépreux sont venus jouir du spectacle, ils lui suggèrent un « pire châtiment, en sorte qu’elle vive, mais à grand déshonneur » : qu’il la leur donne et qu’elle leur « soit commune ! » Après réflexion, le roi souscrit à cette idée et livre la reine aux lépreux qui l’emmènent8.

4Pour en revenir à la procédure judiciaire du XVIe siècle, elle ne convenait pas aux maris puisque porter plainte, c’était donner la plus grande publicité à leur déshonneur. Comme l’écrit Marot à propos de l’époux de Marie Quatrelivres : « ... auquel il cousta maint écu/pour estre déclaré cocu ». C’est pourquoi, dès le XVIe siècle, l’adultère a été de moins en moins réprimé par les tribunaux.

  • 9 Sur cette distinction, Courtois G., « La vengeance, du désir aux institutions », La vengeance dans (...)
  • 10 Nassiet M., « Une enquête en cours : les lettres de rémission enregistrées à la chancellerie de Br (...)
  • 11 AD Loire-Atlantique (dorénavant ALA), B 26, B 44.
  • 12 Arch. Nat. JJ 263 b et JJ 264. Nassiet M., Les lettres de pardon du voyage de Charles IX (1565-156 (...)
  • 13 Gauvard, p. 818.
  • 14 ALA B 29.

5Meurtre de l’épouse et meurtre de l’amant ne ressortissent pas exactement des mêmes motivations. Le premier était une peine domestique, le prolongement ultime du droit de correction, tandis que le meurtre du rival était une vengeance9. Des dépouillements exhaustifs permettent de calculer des fréquences qui s’avèrent significatives. Nous en avons sur deux corpus. Le plus volumineux est celui des lettres de rémission accordées pour la Bretagne, qui étaient enregistrées auprès de la chancellerie du duché, puis du parlement de Rennes. La grande majorité en a été dépouillée et consiste en plus de huit cents lettres accordées entre 1516 et 157410. Onze maris ont tué leur femme, dont deux seulement en flagrant délit d’adultère. Il est éclairant de comparer aussi les homicides d’épouses et les homicides d’amants. Sur les six flagrants délits du corpus, deux maris ont tué leur épouse (lettres de 1521 et 156811), deux autres ont tué leur rival, et les deux autres amants ont été tués par des tiers. Notre second corpus est celui de la Grande Chancellerie pour les années de 1565-156612. En cinq flagrants délits, les maris ont tué quatre amants et une seule épouse. Aux XIVe-XVe siècles, ce sont les trois quarts des flagrants délits qui se terminaient par la mort de l’amant13. Il est vrai que l’issue de l’épisode dépendait aussi de la fortune des armes, en une scène où l’effet de surprise et le danger donnaient une grande part aux aléas. À Rennes en 1525, un barbier ayant surpris sa femme avec son amant s’avança pour « chastier et coriger » la coupable, et c’est parce que l’amant s’interposa que le mari le frappa avec les ciseaux qu’il tenait, et le tua14. Il faudra d’autres dépouillements pour confirmer si effectivement les maris tuaient plus d’amants que d’épouses, mais il est certain que, passé le milieu du XVIe siècle, la réprobation sociale de l’adultère féminin restait récurrente et sanglante.

  • 15 « Journal de François de Syrueilh, chanoine de Saint-André-de-Bordeaux, archidiacre de Blaye », Ar (...)
  • 16 Davis, p. 50, 177, 217, 227.

6Ces crimes d’honneur étaient commis à presque tous les niveaux de la hiérarchie sociale, depuis la noblesse et la robe (trois cas au parlement de Bordeaux15) jusqu’aux classes urbaines et à la paysannerie. Les deux Bretons qui ont tué leur épouse adultère étaient des laboureurs. Les uxoricides cités par N. Z. Davis étaient un apothicaire à Tours en 1548, et un chirurgien-barbier (1537) et un fourbisseur (1567) lyonnais16. En 1565, les homicides d’amants sont un bonnetier et deux laboureurs, et c’est un officier seigneurial qui a tué sa femme.

7Il faut expliciter pourquoi l’adultère féminin, et lui seul, était absolument insupportable. L’adultère était certes prohibé par un des commandements de Dieu, mais l’essentiel n’était pas là. Certains historiens expliquent l’homicide de la femme adultère en évoquant les biens matériels et leur circulation, comme si la propriété était la seule instance fondamentale motivant les humains, un type d’explication qui témoigne de l’incompréhension de l’identité et du fait que celle-ci était fondée sur la parenté. Nous allons le voir, l’adultère féminin était d’un enjeu absolu et essentiel.

  • 17 D’après la lettre de rémission que lui accorda le successeur de Louis XI et publiée par Douet dAr (...)

8Il est des cas qui, pour être particuliers, sont cependant indicateurs d’un trait général. Le mobile qui animait les maris était si intense que l’un d’eux alla jusqu’à tuer la sœur d’un roi, et pas le plus débonnaire, Louis XI. Jacques de Brézé, issu d’une lignée qui avait réussi une ascension brillante à la faveur de la dernière phase de la guerre de Cent ans, s’était vu en effet donner en mariage en 1462 l’aînée des filles naturelles de Charles VII et d’Agnès Sorel. En quinze ans de mariage, Charlotte avait donné au moins six enfants à son mari qui s’était permis d’engendrer par ailleurs plusieurs bâtards. Une nuit de 1477, deux serviteurs prévinrent Brézé que son épouse commettait l’adultère dans la chambre au-dessus ; « meu de grande ire [...] et de chaude colle17 », Brézé surprit les amants, tua d’abord le galant qui n’était autre que son veneur, puis alla à son épouse qui s’était réfugiée dans la garde-robe et lui donna un coup d’épée à la poitrine dont elle mourut aussitôt. Avec ce geste, Brézé ruinait pourtant sa carrière (il était grand sénéchal de Normandie) et mettait sa vie en péril, car il suscitait la haine de Louis XI. Il fut en effet longuement emprisonné, jugé à plusieurs reprises, et ne recouvra la liberté qu’en 1481 en faisant au roi la cession de tous ses biens. Et ces risques évidents, il n’est pas probable qu’il les ait oubliés sous le coup de la colère et d’une « pulsion du moment » ; les lettres de rémission du XVIe siècle montrent que le mari était d’abord prévenu de son infortune, et qu’ensuite seulement il cherchait à établir le flagrant délit en chargeant ses serviteurs de le prévenir au moment approprié. C’était souvent un homicide prémédité qu’accomplissait le mari, ce que la justice aujourd’hui caractérise comme un assassinat. Le cas de Brézé est particulièrement significatif en ce que ce dernier, alors même qu’il allait braver un roi vindicatif, n’a pas transigé avec les valeurs. Il montre qu’en cas de contradiction, la fidélité due au roi, même d’un grand officier, était inférieure à l’honneur familial. Celui-ci était un absolu.

  • 18 ALA, B 29, rémission no 41.

9C’est que l’enjeu était de l’ordre de l’essence. Un suppliant breton d’une rémission royale en 1521 précise « que l’on dit notoirement que partie desdits enffans [les siens] sont à autres », et un dialogue en 1525 entre deux autres paysans bretons est plus explicite encore : « Villain, tu cuydes estre marié o la fille de Jehan Raoul et tu es marié o la fille Robert Gayez ! » Et le suppliant de commenter : son ennemi voulait « inferez par ses parolles que la femme dudit Bodiguel... ne feust pas legitime, ne fille dudit Raoul, beau-pere dudit Bodiguel18 ». C’est-à-dire qu’il y avait tromperie sur l’identité du géniteur de l’épouse du suppliant, du fait évidemment d’un adultère commis jadis par la mère de cette femme. Ce dialogue révèle qu’au début du XVIe siècle, même des paysans se faisaient un très fort souci de ce que l’on peut appeller l’identité paternelle. C’est la raison pour laquelle le rôle féminin conforme à l’honneur était la vertu sexuelle. Le meurtre d’une épouse adultère par son mari était la peine d’un forfait qui à la fois était source de déshonneur et altérait définitivement l’identité de la lignée à venir. Ce n’était ni la religion ni la morale qui en dernière instance exigeaient la vertu sexuelle spécifique des femmes mariées, mais la volonté des pères d’avoir une descendance authentique, une contrainte inhérente à la parenté.

  • 19 Losada-Goya J.-M., L’honneur au théâtre : la conception de l’honneur dans le theâtre espagnol et f (...)
  • 20 Navarre, op. cit., p. 955-956.

10Le principe que la femme adultère mérite la mort était largement partagé. Pour Luther, « quiconque garde une femme adultère est un fou », et, suivant Matthieu, l’adultère féminin justifie le divorce, mais Luther suggère aussi aux autorités civiles de condamner la femme adultère à mort. Dans la littérature, le flagrant délit d’adultère féminin par le mari est un morceau de bravoure des recueils comme Les Cent nouvelles Nouvelles (nouvelles 47 et 56) et l’Heptaméron. Au XVIIe siècle, le théâtre espagnol montre de nombreuses femmes tuées par leur époux19, comme dans deux pièces de Calderon de la Barca, El médico de su honra (1635) et El pintor de su deshonora (1648-1650). C’est l’Heptaméron qui permet de montrer que le meurtre de l’épouse trouvait aussi la compréhension des femmes. La nouvelle 36 raconte qu’un vieux président du parlement de Grenoble, ayant pris sa femme en flagrant délit avec un jeune clerc, feignit de leur pardonner, puis empoisonna la coupable plusieurs mois plus tard. Un des intérêts de l’Heptaméron est que les récits sont suivis d’une discussion20. Un homme, Hircan, comprend tout à fait cette réaction à ce qui est « la plus grande injure que la femme peut faire à l’homme ». La femme d’Hircan, Parlamente, pense de même que cette femme a eu le sort qu’elle méritait : « cette pauvre femme-là porta la peyne que plusieurs meritent ». Une autre femme, Longarine, ne blâme que la préméditation : « j’eusse voulu... qu’il l’eust tuée en sa collere... parquoy il en eust peu avoir grace », ce qui consiste à rappeler un des principes de l’octroi de la rémission du roi. Pour Longarine, le mari peut tuer sa femme sous le coup de la colère suscitée par le flagrant délit et la découverte du forfait. C’est exactement le principe que le pouvoir royal applique dans l’octroi de la rémission, et Longarine exprime le point de vue de l’auteur, qui est la sœur de François Ier. À Longarine, Saffredent enfin fait une réponse particulièrement intéressante : après plusieurs mois, le mari outragé était tout aussi courroucé que le premier jour. En effet, l’honneur et le sentiment du déshonneur suscitent des passions, dans le sens précis où une passion est durable et oriente toute la vie d’une personne. La colère est une émotion qui est ressentie sur le moment, tandis que dans la durée, elle se mue en une passion, la haine. Aussi Saffredent pense-t-il lui aussi que l’empoisonnement de la traîtresse est « facille à pardonner ». Hommes et femmes, les quatre intervenants sont donc unanimes pour penser qu’un mari a le droit de tuer sa femme adultère, et un seul, une femme, pense qu’il ne peut le faire que sous le coup de la colère.

  • 21 Arch. Nat., JJ 263 b, fo 309 ro sq.
  • 22 Arch. Nat. JJ 263 b, fo 309 ro ; JJ 264, fo 202 ro.

11Bien que les récits de rémission soient entachés d’une part de doute, on le sait, ils n’en fournissent pas moins des traits de comportements précis qui révèlent des normes. Le mari trompé trouvait la compréhension de plusieurs sortes d’intervenants. Il était d’abord prévenu de son triste sort, souvent par ses serviteurs, parfois par une servante qui en l’occurrence n’était pas solidaire de sa maîtresse. S’il tardait à réagir, une réaction de sa part était parfois suscitée par un tiers lui rappelant qu’un mari informé et passif méritait le qualificatif de « maquereau » et devenait le premier agent de son déshonneur (« Ilz le font aupres de toy et tu n’en oserois rien dire, et neantement tout le monde le sçait », dit un buveur dans une taverne21). Une pression sociale s’exerçait donc sur le mari pour le faire passer à l’acte. Dans la noblesse, des maris demandaient aussi aux proches consanguins de leur épouse de participer au flagrant délit22, ce que ces derniers ne pouvaient leur refuser, parce que les soupçons sur la conduite de leur parente affectaient leur propre honneur et exigeaient de lever le doute.

  • 23 Davis, p. 38 et 194.
  • 24 Davis, p. 194-5.
  • 25 L’Estoile P. de, Mémoires-Journaux (1574-1611), Paris, Tallandier, 1982, t. 1, p. 259, 204-205. Re (...)

12Natalie Z. Davis laisse entendre que les maris du XVIe siècle avaient pratiquement droit de vie et de mort sur leur femme prise en flagrant délit d’adultère, du fait de la facilité à en avoir la rémission du roi. Effectivement, pour le juriste Jean Papon23, qui écrit en 1575, tuer une épouse après un flagrant délit d’adultère était, avec la légitime défense, un des deux types d’homicides « excusables ». L’historienne américaine ajoute qu’étant assurés « d’être lus par des lecteurs qui écouteraient leur histoire avec la plus grande bienveillance, les suppliants faisaient peu d’efforts pour présenter l’homicide comme non prémédité ». Cette phrase, d’abord, postule implicitement une connivence masculine entre les maris trompés et les officiers de la chancellerie, ce qui n’a pas eu un caractère aussi général qu’on pourrait d’abord le penser. En outre, elle revient à faire l’hypothèse que les homicides commis par les maris étaient tous effectivement prémédités. À titre d’exemple, N. Z. Davis cite ce chirurgien-barbier lyonnais qui entraîna son épouse au grenier et la fouetta au point que, bien que les hurlements de celle-ci aient attiré les voisins, elle en mourut24 ; il ne s’agit pas en fait d’un flagrant délit, mais d’une application extrême du droit patriarcal de correction. À la cour en septembre 1577, René de Villequier vint un matin trouver sa femme au lit et coucha et rit avec elle, « luy donna quatre à cinq coups de dague, puis la fit achever à un sien serviteur, et après la fit mettre en litiere, et devant tout le monde fut emportée en sa maison pour la faire enterrer. Après s’en retourna, et se présenta à la cour, comme s’il eust fait la plus belle chose au monde », dont il obtint facilement la rémission du roi. Mais cet épisode est particulier car Pierre de L’Estoile25, qui nous le rapporte, précise que ce mari acceptait cet état de fait depuis longtemps et a décidé d’y mettre un terme quand on lui a appris que sa femme et l’amant de celle-ci voulaient le tuer.

  • 26 Gauvard G., « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

13Pour les XIVe-XVe siècles, Claude Gauvard est plus nuancée que N. Z. Davis. L’homicide de l’épouse prise en flagrant délit ne restait rémissible que si le mari montrait qu’il avait « lui-même plusieurs fois pardonné à sa femme pour la remettre dans le droit chemin »26. Or il en est de même dans les deux lettres des Bretons uxoricides d’adultères, en 1521 et 1568. Chacun des deux suppliants dit avoir été « tout couroucé et troublé en son esprit » au moment de son acte, c’est-à-dire que chacun aurait agi sous le coup d’une colère qui lui a momentanément fait perdre le contrôle de soi. Il est vrai que c’est peut-être une formule stéréotypée conseillée par un scribe, mais alors on ne peut pas dire que les maris ne se souciaient pas de présenter l’homicide comme non prémédité. Le premier ajoute qu’il l’avait déjà quelquefois « chastiée et reprinse de sa contenance dissolue, ainsi que doit faire bon et loyal mary a son épouse ». C’est la « correction », qu’aujourd’hui nous avons tendance à voir comme un droit, un droit excessif, mais qui, on le voit, était alors considérée comme un devoir du chef de famille, justifié par la connaissance supérieure du bien et du mal qui lui était attribuée, un devoir difficile et exigeant. En l’occurrence, ce mari a donc fait tout ce qu’il devait faire à titre préventif.

  • 27 Arch. Nat. JJ 263b, fo 51 vo.

14Les cas d’homicides d’amants permettent aussi d’élargir le champ d’observation des maris. C’est ainsi qu’en 1564 un riche laboureur normand décida de congédier le charretier qui le trompait sous son propre toit, et c’est seulement parce que ce domestique s’est oublié au point de « divulguer » son exploit, et qu’il est revenu récidiver, que le paysan l’a finalement tué27. Ce mari a donc pris des mesures de prévention, n’a pas cherché le flagrant délit, ni n’a tué sa femme. Et ce n’est pas parce qu’il était un laboureur, dont le sens de l’honneur aurait été moins affirmé que dans d’autres groupes sociaux, puisque d’autres paysans ont tué en flagrant délit. Ainsi apparaît une autre norme de comportement masculin. Les sources criminelles par définition sous-représentent les individus non violents ou moins violents, qu’il importe aussi de déceler.

  • 28 Arch. Nat. JJ 263b, fo 180 vo.

15D’une façon assez analogue, le seul uxoricide de nos cinq flagrants délits de 1565-1566 résulte d’une lutte entre l’épouse et l’amant ligués contre le mari28, que raconte une de ces lettres qui méritent une attention particulière d’un point de vue qualitatif. Cet épisode n’est connu que par la version du mari, mais comme trois autres hommes étaient impliqués dans l’affaire et qu’il a dû y avoir un témoin oculaire, le récit ne peut pas être complètement faux, comme le suggère aussi la précision des dates. En 1565 à Cordes en Albigeois, la femme de Pierre Salamon, qui semble être un feudiste, commet l’adultère avec un certain Antoine Chabaudy, lui aussi marié, et, selon le mari, avec d’autres. Le 22 mars, le mari trouve les portes de sa maison fermées, lesquelles sa femme lui ouvre avec retard en se jetant à ses pieds pour lui demander pardon. Le mari lui fait « bonnes remontrances et admonitions », et les conjoints couchent ensemble, ce qui est un signe de réconciliation. Le lendemain, le mari, parti à son ouvrage, dit avoir besoin de papiers qu’il a oubliés chez lui, et pour aller les chercher, demande à se faire accompagner, évidemment pour que ce compagnon lui soit un témoin. Le suppliant envisageait donc bien un flagrant délit, mais cela ne permet pas d’affirmer qu’il préméditait d’aller jusqu’au meurtre. Une telle opération était grave, et d’autant plus dangereuse que la surprise créait une part d’aléatoire, nous l’avons dit ; il fallait parer à toute éventualité. Trouvant dans la chambre des habits d’homme, le mari en colère menace sa femme de son épée nue et lui demande où elle a caché son paillard. Au lieu de demander pardon, elle crie et appelle son amant à l’aide. Le mari est abattu par terre, puis pressé dans un coin de la chambre ; ému de colère et craignant pour sa vie, il donne un coup d’épée dont sa femme est atteinte par le travers du corps et expire. Ce récit est intéressant à plusieurs égards. La femme a eu une mâle réaction et a combattu physiquement au côté de son amant. Le mari dit avoir fait tout ce qu’il fallait : il a d’abord pardonné, tout en admonestant sa femme pour la corriger, puis au moment fatidique il n’a pas cherché à la tuer mais l’a interrogée. Il n’est pas possible de préciser si ces gestes étaient sincères ou s’il s’est agi d’une comédie, un coup monté par un homme instruit qui savait comment procéder pour que les faits et son récit soient conformes à ce que la chancellerie attendait d’un mari chrétien. Mais du moins cette lettre montre-t-elle que ce suppliant a fait beaucoup d’efforts pour présenter l’homicide comme non prémédité, ce qui suggère qu’il n’était pas si sûr que sa requête trouverait une totale complaisance.

  • 29 Peleus J., Actions forenses, Livre VI action I, dans Les Œuvres de Me Julien Peleus, advocat en Pa (...)

16Une dernière affaire est éclairante sur l’hypothèse d’une connivence masculine entre maris et juristes. En 1592, un certain Scipion Menatioti a réussi à épouser la très jeune héritière du maître d’hôtel du seigneur dont il était lui-même serviteur, lequel la lui avait laissée en garde avant de mourir. Elle n’avait que douze ans ; quelques années plus tard sans doute, il la prend en flagrant délit d’adultère, la tue ainsi que l’amant et obtient rémission de l’homicide. Or le contrat de mariage comportait une clause de donation mutuelle, au conjoint survivant, de la moitié des biens du prédécédé, si bien que notre veuf éploré la réclame, ce qui suscite un procès avec le seigneur, qui veut saisir les biens, et de prétendus parents de la victime. À l’occasion de ce procès, le veuf meurtrier multiplie les allégations affirmant que les hommes ont le droit de tuer leur femme adultère : « on a toujours baillé plus grande licence aux hommes que non pas aux femmes » ; « il faut qu’un homme soit macquereau [...] auquel on fait ce tort là sans en tirer la raison ». Il invoque des auteurs de l’Antiquité pour qui « il fut permis aux maris de tuer leurs femmes surprises en adultère ». Or l’arrêt de 1603 ne lui a pas donné raison, et réaffirme « qu’il n’y avoit loy quelconque qui permist au mary de tuer sa femme surprise en adultere ». Julien Peleus a publié ce cas peu après29. Ces juges et ces avocats ont donc clairement réaffirmé strictement le droit, sans complaisance ni ambiguïté face à l’idée qu’un mari eût le droit de tuer sa femme. Cet arrêt est d’autant plus significatif que depuis le mariage d’Henri IV, la cour passait par un moment d’intransigeance à l’égard de l’adultère, comme le montre le refus du roi d’accorder son pardon aux jeunes Ravalet, le frère et la sœur, refus motivé par le fait que leur relation incestueuse se doublait d’un adultère.

  • 30 Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1960-1961, t. 1, p. 177-178 et p. 86 (...)
  • 31 Tallemant des Réaux, t. 1, p. 626-628. Cousin V., Madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les fe (...)

17C’est à partir de la décennie 1610 qu’en France, les maris ont cessé de tuer en flagrant délit d’un adultère que pourtant les femmes ne cachaient plus. La série de ces meurtres est fournie encore sous Henri III et Henri IV dans les Mémoires-Journaux de L’Estoile, puis s’interrompt après des cas datés de 1610 (Antoine de Gramont) et 1616 (près de Montauban, triple meurtre, de l’épouse, de son amant et de son frère30). C’est en 1616 aussi que la duchesse de Rohan céda à son amant. Dès lors, de jeunes duchesses, après avoir donné quelques enfants à leur mari, purent prendre un amant sans se cacher31. C’est une étape fondamentale de l’histoire des femmes et des rapports entre les sexes. Dans les conceptions et les comportements de maris qui jusque là pensaient se faire justice eux-mêmes, le renoncement à la justice privée et à l’octroi de la peine de mort a rejoint la norme judiciaire.

  • 32 Barbazza M.-C., « L’épouse chrétienne et les moralistes espagnols des XVIe et XVIIe siècles », Méla (...)

18Il n’est pas facile d’expliquer cette mutation qui avait sans doute été préparée par une longue évolution antérieure. Dès le milieu du XVIe siècle en France, certains récits de rémission montrent que des maris commençaient par des admonestations à leur femme, que certains ne la tuaient pas, et même peut-être essayaient de répondre à l’appel chrétien au pardon. Les réformes religieuses y ont sans doute été pour beaucoup, parce qu’en mettant l’accent sur le péché, elles ont remis hommes et femmes en situation d’égalité. Le catéchisme de Carranza (1503-1576), par exemple, déplore que l’adultère ne soit condamné que pour la femme32. Il faut faire l’hypothèse aussi que le pouvoir monarchique, en contraignant les requérants d’une rémission à s’enquérir des conditions de la rémissibilité, ait exercé une certaine influence et contribué à un procès d’acculturation. Il faut envisager enfin une évolution de la relation conjugale et des autres relations de parenté, ainsi que de la conception de l’honneur.

Notes

1 Brantôme, Les dames galantes, Gallimard, Folio, 1981, p. 90.

2 Gauvard C., « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, p. 818-819. Davis N. Z., Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1988.

3 Davis.

4 Carbasse J.-M., « Adultère », in Dictionnaire du Moyen Âge, Gauvard C., Libera A. de, Zink M. (dir.), PUF, 2002, p. 11.

5 Tabbagh V., « Recherches sur l’adultère et sa répression par les officialités de France septentrionale à la fin du Moyen Âge », La petite délinquance du Moyen Âge à l’époque moderne, Garnot B. (dir.), Dijon, 1998, p. 393-402. Un bruit public d’adultère parfois ne provoquait pas de réaction, comme en 1526 en Mellac celui de Catherine Auffrect, mariée mais « reputée paillarde, de mauvaiz et dissolu gouvernement » et se tenant « la plupart du temps » avec un homme de la même paroisse, lui aussi marié et ayant des enfants. (Archives départementales de Loire-Atlantique (dorénavant ALA), B 30, rémission no 18).

6 Versoris N., Journal d’un bourgeois de Paris, Paris, 10-18, 1963, p. 83, no 98. Hamon P., « Une affaire de mœurs sous François Ier, les aventures de Marie Quatrelivres », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 117e année, 1990 [1992], p. 67-84.

7 Navarre M. de, L’Heptaméron, in Conteurs français du XVIe siècle, Paris, Gallimard, 1956, p. 936.

8 Davy M.-M., « Le thème de la vengeance au Moyen âge », La vengeance dans la pensée occidentale, Courtois G. (dir.), Paris, Cujas, 1984, p. 125-135 (p. 130).

9 Sur cette distinction, Courtois G., « La vengeance, du désir aux institutions », La vengeance dans la pensée..., p. 7-45 (p. 21, 23). La même interprétation a été formulée par Claude Gauvard : le meurtre de l’amant « rejoint les problèmes d’honneur », celui de l’épouse est en rapport avec « la correction du péché ».

10 Nassiet M., « Une enquête en cours : les lettres de rémission enregistrées à la chancellerie de Bretagne », Enquêtes et Documents, CRHMA, no 29, 2004, p. 121-146 ; « Brittany and the French Monarchy in the sixteenth century : the edvidence of the letters of remission », French History, vol. 17, 2004, no 4, p. 425-439.

11 AD Loire-Atlantique (dorénavant ALA), B 26, B 44.

12 Arch. Nat. JJ 263 b et JJ 264. Nassiet M., Les lettres de pardon du voyage de Charles IX (1565-1566), Paris, Société de l’Histoire de France, 2010.

13 Gauvard, p. 818.

14 ALA B 29.

15 « Journal de François de Syrueilh, chanoine de Saint-André-de-Bordeaux, archidiacre de Blaye », Archives historiques de la Gironde, t. 13, 1871, p. 244-357 (p. 268-269).

16 Davis, p. 50, 177, 217, 227.

17 D’après la lettre de rémission que lui accorda le successeur de Louis XI et publiée par Douet dArcq, « Procès criminel intenté à Jacques de Brézé au sujet du meurtre de Charlotte de France sa femme (1477) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1848-1849, t. 10, p. 211-239 (p. 221). Anselme, Histoire des grands officiers de la Couronne de France, 9 vol., Paris, 1726-1733, t. 8 et t. 1, p. 119.

18 ALA, B 29, rémission no 41.

19 Losada-Goya J.-M., L’honneur au théâtre : la conception de l’honneur dans le theâtre espagnol et français du XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1994. Barahona R., Sex Crimes, Honour, and the Law in early Modern Spain: Vizcaya, 1528-1735, University of Toronto Press, 2003.

20 Navarre, op. cit., p. 955-956.

21 Arch. Nat., JJ 263 b, fo 309 ro sq.

22 Arch. Nat. JJ 263 b, fo 309 ro ; JJ 264, fo 202 ro.

23 Davis, p. 38 et 194.

24 Davis, p. 194-5.

25 L’Estoile P. de, Mémoires-Journaux (1574-1611), Paris, Tallandier, 1982, t. 1, p. 259, 204-205. Registre-Journal du règne de Henri III, Lazard M. et Schrenck G. (éd.), Droz, 1992-1997.

26 Gauvard G., « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, p. 819. Il est vrai qu’un tel discours du suppliant montrait aussi que le flagrant délit ne l’avait pas complètement surpris, que sa colère n’était pas entièrement spontanée, et qu’il pouvait avoir eu l’occasion de songer déjà à la punir.

27 Arch. Nat. JJ 263b, fo 51 vo.

28 Arch. Nat. JJ 263b, fo 180 vo.

29 Peleus J., Actions forenses, Livre VI action I, dans Les Œuvres de Me Julien Peleus, advocat en Parlement, Paris, 1631, p. 290-293.

30 Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1960-1961, t. 1, p. 177-178 et p. 864.

31 Tallemant des Réaux, t. 1, p. 626-628. Cousin V., Madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les femmes illustres de la société du XVIIe siècle, Paris, Didier, 1862. Cousin V., Madame de Longueville. Études sur les femmes illustres de la société du XVIIe siècle. La jeunesse de Madame de Longueville, Paris, Didier, 1859.

32 Barbazza M.-C., « L’épouse chrétienne et les moralistes espagnols des XVIe et XVIIe siècles », Mélanges de la Casa de Velásquez, tome XXIV, 1988, p. 99-137.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search