Version classiqueVersion mobile

Valeurs et justice

 | 
Bruno Lemesle
, 
Michel Nassiet

À distance du Prince. L’ambivalence des rapports à la violence et aux normes judiciaires dans la Chronique de Jacques Du Clercq (XVe siècle)

Franck Mercier

Texte intégral

  • 1 Le texte a été publié pour la première fois à Bruxelles en 1823 par F. de Reiffenberg sous le titr (...)
  • 2 Sur les problèmes de datation soulevés par la chronique, voir surtout Zingel M., Frankreich, das R (...)
  • 3 Sur l’emploi abusif de ce terme au XIXe siècle pour désigner la production historiographique du ba (...)
  • 4 C’est ainsi, par exemple, que l’un de ses premiers éditeurs, Jean-Alexandre Buchon, impute un peu (...)
  • 5 Du Clercq J., op. cit., t. XII, « Préface et intention de l’auteur », p. 2-3.
  • 6 Pour reprendre la distinction classique établie par Bernard Guenée entre le chroniqueur et l’histo (...)

1Les Mémoires de Jacques Du Clercq (c. 1420-1501) occupent une place à part dans la riche et complexe production historiographique bourguignonne de la seconde moitié du XVe siècle1. Ce bourgeois d’Arras a composé, ou du moins parachevé vers 1470 une ample chronique divisée en cinq livres qui recouvre une période allant de 1448 à 14672. Le texte de Du Clercq ne mérite pas l’appellation de « Mémoire » sous lequel il fut indûment publié au XIXe siècle3. La meilleure preuve en est que l’on ne sait presque rien de son auteur dont la conscience de soi est très peu exprimée. Il est un peu plus prolixe sur certains des membres de sa famille, comme son père, également prénommé Jacques, et son frère aîné Lohier ; de sorte que certains des commentateurs modernes lui ont parfois prêté des traits ou des caractéristiques sociales qui appartiennent en réalité à ses proches4. D’une façon générale, la personnalité de Jacques Du Clercq s’efface derrière le compte-rendu assez détaché des événements. Son refus explicite et régulièrement réitéré de ne « desclarer que les choses advenues5 » constitue moins une preuve d’impartialité ou d’objectivité que la marque d’une ambition littéraire limitée à celle du chroniqueur, au sens où on commence à l’entendre au XVe siècle, à savoir d’un lettré qui prétend relater les faits sans chercher à les expliquer6. Lui-même, comme il s’en justifie dans une sorte de préface, entend bien faire œuvre de chroniqueur, en ce sens qu’il ne prétend pas expliquer les faits mais seulement les relater.

  • 7 Sur la construction de ce vaste ensemble territorial incluant l’Artois, voir en dernier lieu la sy (...)
  • 8 Sur les problèmes d’affiliation littéraire, voir surtout Stenger J., « Sur trois chroniqueurs. Not (...)
  • 9 Du Clercq J., op. cit., « Préface et intention de l’auteur », t. XII, p. 3-4.

2Le fait est que son œuvre oscille constamment entre la chronique locale revendiquée et la grande historiographie de cour qui hésite à s’avouer. Historiographe de cour, Jacques Du Clercq l’est bien pourtant quand il entreprend de retracer la geste belliqueuse ou fastueuse des rois de France et surtout des princes Valois de la maison de Bourgogne auxquels vont incontestablement ses sentiments de fidélité (à une époque où Arras et l’Artois font partie intégrante des États du puissant duc de Bourgogne Philippe le Bon7). Ainsi, s’il est vrai que Jacques Du Clercq puise une partie de son inspiration dans la chronique officielle des rois de France8 – en l’occurrence celle du moine dyonisien Jean Chartier – il n’en exalte pas moins et surtout la cause des ducs de Bourgogne, de sorte par exemple qu’il adapte sa chronologie au règne de Philippe le Bon d’ailleurs surnommé « le Grand9 ». Et lui-même, du reste, a inspiré des pans entiers de la chronique ouvertement pro-bourguignonne de Jean de Wavrin.

  • 10 Sur ce procès, nous nous permettons de renvoyer à Mercier F., La Vauderie d’Arras, une chasse aux (...)
  • 11 Voir par exemple l’édition de Petitot C.-B., Mémoires de J. Du Clercq, dans Collection complète de (...)

3La principale originalité de la chronique de Jacques Du Clercq réside dans la place considérable qu’il accorde au phénomène criminel sous toutes ses formes. Sa chronique est surtout connue pour son long et circonstancié récit de la fameuse Vauderie d’Arras, ce grand procès pour sorcellerie démoniaque qui eût précisément pour théâtre la ville d’Arras et ses environs entre 1459 et 146110. Mais le goût prononcé de Du Clercq pour les affaires criminelles ne s’arrête pas à la Grande Vauderie. De son observatoire d’Arras, où il réside depuis 1455, il tient le compte-rendu circonstancié et régulier, à raison d’une dizaine de cas par année, des crimes et délits qui se déroulent dans une aire géographique limitée pour l’essentiel à l’Artois. Au récit conventionnel des hauts faits princiers du moment, Jacques Du Clercq associe ainsi constamment le récit plus ou moins détaillé de faits délictueux, le plus souvent d’ordre criminel, repérés à l’échelle locale de la ville d’Arras et de son arrière-pays. Un tel mélange des genres – soit la juxtaposition abrupte du noble registre de la geste princière à celui, impitoyable et sordide, de la criminalité locale – n’a pas été sans troubler ses premiers éditeurs modernes des XVIIIe et XIXe siècles : beaucoup ont systématiquement écarté, comme quantité historique négligeable, les récits de type criminel pour ne retenir que les grandes heures des ducs de Bourgogne, au risque de gravement mutiler le texte originel11. L’ensemble du texte de la chronique, anecdotes criminelles comprises, ne fut rétabli pour la première fois que dans l’édition princeps de François de Reiffenberg (1823) qui n’a pas encore été vraiment remplacée aujourd’hui ; celle plus accessible de Jean Alexandre Buchon ne faisant que reproduire la précédente. C’est donc bien en marge de l’historiographie de cour que Jacques Du Clercq impose la singularité d’une œuvre qui témoigne d’une attention constamment renouvelée, quasi obsessionnelle, au fait criminel.

  • 12 Plus particulièrement illustré par les travaux de Robert Muchembled qui, dans le cadre de son anal (...)
  • 13 C’est ainsi que pour R. Muchembled, « Les plaintes du chroniqueur Jacques du Clercq (sic) sur l’ab (...)

4L’étude sérielle de ces « faits divers » criminels a souvent induit l’idée d’un déchaînement de la criminalité et de la violence en Artois au milieu du XVe siècle, quand elle n’a pas alimenté le fantasme d’un Bas Moyen Âge en proie à une violence illimitée avant l’avènement de la « civilisation des mœurs ». Plus récemment, la chronique de Jacques Du Clercq a été sollicitée par un certain courant de l’historiographie moderne pour étayer l’hypothèse d’un effondrement des justices urbaines du Nord au XVe siècle12. La tentation est grande, en effet, d’y puiser la preuve de l’incapacité des justices médiévales à maîtriser la violence ordinaire et par voie de conséquence à maintenir la paix sociale. Incapables d’endiguer la montée de la violence et de l’insécurité, ces « justices en miettes » auraient ainsi préparé l’avènement de l’absolutisme princier, seul capable de garantir l’ordre et la paix sociale aux yeux de notables angoissés par le spectacle quotidien du crime. Le témoignage de Jacques Du Clercq a été d’autant plus exploité en ce sens qu’il vient opportunément combler un vide documentaire important dans les sources locales de la pratique : il se trouve en effet que les registres d’amendes de l’échevinage d’Arras comportent une importante lacune pour les années 1455-1465. Le mémorialiste d’Arras, en jetant une lumière crue sur « le continent noir criminel », confirmerait ainsi la « pathologie » des cités-états en proie à l’anarchie et à la violence effrénée avant que l’État moderne ne vienne y mettre bon ordre13.

5Excessivement imbue du modèle absolutiste, une semblable lecture de la chronique de Du Clercq ne me semble guère recevable sur le fond. On suggérera ainsi de déplacer la perspective en modifiant l’ordre des causalités : ce n’est pas la poussée objective de la violence ordinaire qui menace l’équilibre des villes des Pays-Bas bourguignons, facilitant ainsi l’avènement de l’ordre princier, mais bien la montée en puissance de l’État ducal qui modifie le rapport au crime. Autrement dit, le déchaînement apparent de la criminalité au miroir de la chronique d’Arras doit peut-être moins être recherché dans les déséquilibres de la société urbaine que dans l’affirmation d’une nouvelle souveraineté politique ; laquelle passe, dans le domaine judiciaire, par l’imposition ou la tentative d’imposition de nouvelles normes judiciaires et pénales.

Une violence ordinaire ?

  • 14 Voir en particulier les mises en garde pertinentes de Mucchielli L., Violences et insécurité. Fant (...)

6Il convient tout d’abord de s’interroger sur la réalité même de l’explosion de violence soi-disant repérable à Arras vers le milieu du XVe siècle. Une telle perception se heurte d’emblée à un obstacle méthodologique de taille : aujourd’hui comme hier, la violence est une notion aussi difficile à définir qu’à mesurer statistiquement. Et les difficultés actuelles à mettre en courbes les violences urbaines devraient nous inciter à la plus extrême prudence quant à l’extrapolation statistique de la collection de « faits divers » rassemblés par Du Clercq14. On conviendra que le recours à son témoignage pour pallier la rareté ou l’absence de données sérielles fiables est pour le moins hasardeux.

  • 15 Selon l’expression de Barthes R., « Structure du fait divers », Essais critiques, Seuil, 1964, réé (...)
  • 16 Comme l’a bien montré, entre autres, Denis Crouzet pour le premier XVIe siècle, où nombre d’observ (...)
  • 17 Sur le modèle, par exemple, du fameux Journal d’un bourgeois de Paris, cf. Ducos J., « Le Temps qu (...)

7Il importe également de souligner, même si cela n’est guère original, que l’omniprésence de la notation criminelle dans la chronique de Jacques Du Clercq fait sens en regard d’une conception globale de l’histoire du monde marquée du sceau de la dégénérescence. Les faits criminels rapportés ne constituent pas, à proprement parler, des « faits-divers » au sens où ces derniers constitueraient « le rebut inorganisé des nouvelles informes15 ». Ces faits sont déjà historicisés : ils s’inscrivent dans une histoire dont le principe régulateur n’est pas le progrès – comme ce fut souvent le cas dans l’écriture historique au XIXe siècle – mais la très vieille idée, paradoxalement réactivée à la Renaissance16, d’un vieillissement, d’une dégénérescence du monde. Signes tangibles du désordre général qui règne sur la terre, ces épisodes sanglants renvoient néanmoins à un ordre, mais à un ordre caché connu de Dieu seul. C’est bien pourquoi de tels récits dramatiques coexistent sans difficulté apparente avec le compte-rendu minutieux d’étranges phénomènes météorologiques ou célestes17.

8C’est que, pour Jacques Du Clercq, comme pour nombre de ses contemporains, l’action humaine (y compris celle de la justice) n’a guère d’autonomie. Elle reste la manifestation d’un drame plus large qui se déroule au plan métaphysique, puisqu’il en va du salut. C’est aussi cela qui justifie, qui légitime, par-delà le plaisir bien réel des délices de la peur et de l’étrangeté, la présence de ces faits criminels. De fait, les récits de crime, qui fonctionnent comme autant de micro-drames, vont souvent de pair avec un développement moralisateur sur le relâchement des mœurs, quand ils ne se construisent pas sur le modèle des exempla. C’est ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple parmi bien d’autres, qu’immédiatement après avoir décrit une rixe sanglante au sortir du cabaret, J. Du Clercq se lance dans une violente diatribe contre les manquements de la justice à Arras :

  • 18 Sur cet épisode daté du 14 octobre 1461 et localisé dans la ville d’Arras, voir Du Clercq J., op. (...)

« Pour certain alors en ladite ville d’Arras et en cité, on faisoit peu ou néant de justice, ne au pays d’environ : on violloit femmes mariées, on meurdrissoit, on desrobboit, composoit, battoit, et villenoit-on plusieurs gens touts les jours ou le plus souvent, et si ne faisoit-on nulle justice de ceux qui ce faisoient ; mesmes le veoient touts les jours ceux qui estoient commis à la justice, et si ne les prenoient point ni les punissoient en rien, nonobstant que les plusieurs et presque touts fuissent petits compagnons18. »

  • 19 Les années 1460-1470 marquent un tournant dans l’attitude des élites et des autorités urbaines vis (...)

9De fait, les fréquentes récriminations contre le laxisme des autorités ou contre la luxure font sans doute du moraliste Arrageois un relais efficace des prédications mendiantes et séculières contre la corruption du monde. Il ne faut pas oublier qu’il est contemporain d’un raidissement moralisateur de l’ensemble des élites urbaines des régions septentrionales19. Cela n’en fait pas pour autant un homme hanté par le problème de l’insécurité.

  • 20 Tel le « cas merveilleux, horrible et détestable » de ce curé de village qui baptisait des crapaud (...)
  • 21 Rossiaud J., « Fraternités de jeunesse et niveaux de culture dans les villes du Sud-Est à la fin d (...)

10Rien ne prouve surtout que la criminalité ait été plus importante à Arras qu’ailleurs. Il faudrait pouvoir établir une typologie plus fine du micro-récit criminel composé par Du Clercq : on s’apercevrait alors que le fait criminel rapporté au lecteur est d’autant plus étrange et singulier (se rapprochant ainsi de la structure du « fait divers » telle que l’explore Roland Barthes) qu’il provient d’un horizon lointain20. À une échelle plus locale (en gros, le pays de connaissance dont le rayon d’action n’excède pas vingt kilomètres autour d’Arras), les faits rapportés (réserve faite évidemment de la Vauderie d’Arras qui soulève des problèmes spécifiques sur lesquels nous reviendrons) restituent une image de la violence et de la criminalité urbaine somme toute assez classique, pour ne pas dire banale au XVe siècle. La grande majorité des affaires évoquées par le chroniqueur renvoie une image usuelle des violences urbaines avec une forte prédominance de la rixe-homicide qui intervient dans le feu de l’action querelleuse, à la suite d’injures verbales ou gestuelles. Le profil criminel qui se dégage de la chronique (en dehors des cas exceptionnels et reconnus comme tels par le chroniqueur lui-même) se révèle conforme à celui des autres villes des États de Philippe le Bon ou même du royaume de France où les bagarres avec effusion de sang (recensées par dizaines chaque année) forment l’essentiel de la criminalité citadine. Comme dans les villes du Sud-Est de la France bien étudiées par les historiens21, les violences interindividuelles ont leurs lieux privilégiés : la taverne, les nombreux bordels et autres étuves prostibulaires qui ont pignon sur rue à Arras. La violence décrite par Du Clercq éclate au cœur de la sociabilité citadine. Elle fait pour ainsi dire partie des risques de l’échange, que ce soit celui des femmes publiques, des affaires ou des verres de trop.

11Dans son traitement moralisateur du crime, Jacques Du Clercq se conforme pour l’essentiel aux normes dominantes de l’idéologie urbaine qui se confond avec la défense de l’ordre matrimonial et civique. Sa réprobation sociale et morale qui redouble et justifie la punition judiciaire frappe surtout les hommes mariés lorsque ces derniers, prolongeant indûment les turbulences de leur jeunesse, portent atteinte au modèle matrimonial, garant de l’ordre public. Un épisode illustre bien cette défense sourcilleuse de l’ordre matrimonial : en juin 1467, le prévôt des maréchaux du duc de Bourgogne vint se saisir à la Cour-le-Comte, le siège de la gouvernance d’Arras, d’un prisonnier nommé Guillaume Weré pour mieux le pendre ensuite hors les murs de la ville et :

  • 22 Du Clercq J., op. cit., Livre V, ch. 65, p. 136-138.

« La cause fust pour ce que icellui Guillaume Weré, de l’âge de trente ans ou environ, lui estant marié et ayant trois ou quatre enfants, une femme de la ville d’Arras, laquelle alloit aux champs veoir les bleds croissants qu’elle avoit prins a loyer à l’aoust prochain, prist par forche, et la traisna audit bled, et la viola contre sa volonté22. »

12Il est alors évident que le plus choquant aux yeux du chroniqueur n’est pas le viol en soi, mais plutôt qu’il ait été commis sur une femme d’Arras par un homme marié. À l’inverse, la jeunesse masculine célibataire (dont on sait par ailleurs qu’elle joue un rôle moteur dans la violence citadine ordinaire) bénéficie d’une relative tolérance : elle ne défraye qu’exceptionnellement la chronique de J. Du Clercq. Ce chroniqueur, en dépit de ses récriminations à l’égard de la luxure, reste imprégné par cette idéologie relativement tolérante à l’égard des débordements de la jeunesse. C’est dire qu’il ne s’écarte pas fondamentalement des normes en vigueur dans la société urbaine de son temps.

13L’assimilation de toute la ville à une zone de non-droit où s’ébattraient en toute impunité des bandes armées est également très surfaite. Il existe bien à Arras un certain nombre d’enclaves juridiques (comme le clos de l’abbaye de Saint-Vaast, ou les vignes situées en dehors des remparts urbains) susceptibles de servir de refuge momentané à quelques larrons ou autres proscrits, mais celles-ci ne semblent pas générer une violence d’un niveau supérieur à celui d’autres villes. Au contraire : la violence décrite par Du Clercq correspond assez largement à cette violence diffuse, largement répandue, que l’on observe dans d’autres villes du royaume ou des États de Philippe le Bon et qui n’est pas plus dissolvante du tissu social qu’ailleurs.

L’affirmation de la justice princière

14Allant plus loin, on peut même se demander si l’augmentation apparente et seulement apparente, de la criminalité ne résulte pas aussi, pour une part, du resserrement de l’encadrement judiciaire autour d’un certain nombre de lieux et d’institutions qui jouaient également un rôle régulateur des tensions sociales (tels que les bordels municipaux). C’est ainsi que les récriminations du chroniqueur à l’encontre des manquements à l’ordre moral et/ou matrimonial ne rendent pas nécessairement compte d’un accroissement réel de la criminalité à proportion du laxisme des juges. À l’inverse, il est fort possible que cette impression résulte de la plus grande efficacité des tribunaux. Le constat est patent dans le cadre de la lutte contre la sodomie qui occupe une place importante dans le texte de notre chroniqueur. La vague de répression qui s’abat sur les « sodomites » d’Arras, au printemps 1458, en fournit un exemple significatif : tout commence par l’arrestation dans la cité d’Arras, le 14 mai 1458, de deux compagnons « pour le maudit et ord peschié de sodomie ». Le plus âgé des deux, un certain Jennin Boulois, originaire du Hainaut, est rapidement (dès le 17 mai) condamné par la justice épiscopale et exécuté par le feu. Les aveux issus de son interrogatoire justifient une série d’arrestations opérées à Arras par un autre tribunal, celui de l’échevinage de la ville qui retient finalement deux accusés : Oudinet Blas et Hacquinet L’Hoste. Le tribunal civil se heurte alors à l’ordinaire épiscopal qui réclame l’un des prisonniers au titre de sa cléricature présumée :

  • 23 Du Clercq J., op. cit., Livre III, ch. 33, p. 245-246.

« Mais les eschevins d’Arras ne le vollurent rendre, ains envoyèrent devers le duc de Bourgogne, leur seigneur, pour sçavoir ce qu’il volloit que on feit ; lequel duc leur rescripvit qu’il volloit que autant que on trouvoit, feussent prestres, clercqs ou lais, que on les ardist. Cette response eue par lesdits eschevins, condempnèrent ledict Hacquinet à estre ards ; et fust ards au lieu où ledit Oudinet avoit esté, à scavoir audit gibet d’Arras, le vingt-cinquiesme de mai ensuivant23. »

  • 24 Boone M., « State power and illicit sexuality: the persecution of sodomy in late medieval Bruges » (...)
  • 25 Les principales cités de la péninsule italienne voient effectivement se mettre en place, aux deux (...)

15Un tel épisode s’inscrit dans une conjoncture plus large qui voit la répression de la sodomie se renforcer à l’échelle de tous les Pays-Bas bourguignons24. Sans être aussi virulente que dans certaines cités italiennes (comme Florence ou Venise25), la répression du crime contre-nature n’en est alors pas moins en plein essor dans les villes de l’Europe du Nord. Parallèlement à Arras, des villes comme Bruges ou Bruxelles adoptent des mesures coercitives rigoureuses à l’encontre de ce crime spécifique. Cette inquiétude croissante à l’égard du crime contre-nature s’accompagne d’un resserrement de la surveillance autour des bordels municipaux dont le bien-fondé commence à être remis en cause. Ils seront d’ailleurs supprimés à la fin du XVe siècle. De telles poursuites sont encore attisées à Arras par la compétition juridictionnelle que se livrent les justices civiles et ecclésiastiques sous le regard intéressé du duc de Bourgogne.

  • 26 Principalement autour des privilèges du for ecclésiastique mais aussi de la poursuite des crimes m (...)
  • 27 Dauchy S., Les appels flamands au Parlement de Paris. Regestes des dossiers de procès reconstitués (...)
  • 28 Wignacourt C. de, Observations sur l’échevinage d’Arras, 1865, p. 392.

16Comme le suggère parfaitement l’épisode de 1458, la juridiction princière fortifie sa présence à Arras. Plus que le roi de France, c’est le duc de Bourgogne qui se trouve régulièrement sollicité pour jouer les arbitres à la faveur des conflits juridictionnels particulièrement vifs en ce milieu du XVe siècle26. Il faut bien voir que, lentement mais inexorablement, le pouvoir ducal accroît son emprise sur l’Artois et sa capitale ; une emprise que favorise son incorporation déjà ancienne – elle remonte à la fin du XIVe siècle – au vaste complexe territorial bourguignon. Le recul de l’influence et de la présence royale se lit notamment dans l’évolution des appels en direction du Parlement de Paris. Théoriquement, le ressort du Parlement s’étend encore jusqu’en Flandres, mais dans les faits, sa compétence se trouve sérieusement contrariée par la diplomatie ducale qui obtient à plusieurs reprises (1445, 1455) une invalidation des appels en provenance de Flandres et d’Artois27. En réalité, le pouvoir ducal refoule toujours plus loin l’influence de la justice royale, comme le souligne également le retrait progressif des officiers royaux. L’exemple peut-être le plus significatif reste celui du « bailli d’Amiens » qui en principe représente les intérêts royaux à Arras, mais qui, en réalité, est passé entre les mains du duc de Bourgogne par le biais d’un dédoublement de l’office. Le bailli d’Amiens, en tant que représentant traditionnel des intérêts du roi, a depuis longtemps ses entrées dans le cadre de la justice échevinale de la Cité d’Arras28. Or cet office est contrôlé par le duc de Bourgogne depuis le traité d’Arras de 1435, de sorte qu’il existe deux baillis d’Amiens vers le milieu du XVe siècle, l’un qui est effectivement nommé par le roi (mais dont le siège se trouve installé sur la rive méridionale de la Somme), l’autre – et c’est celui qui intervient à Arras – tient sa charge du duc de Bourgogne. Bref, le duc de Bourgogne substitue ses propres officiers à ceux du roi, la permanence des titres dissimulant un glissement du centre de l’autorité vers le pouvoir ducal. Même si ce n’est pas le seul domaine dans lequel s’affrontent les deux pouvoirs, la justice est bien devenue, en ce milieu du XVe siècle, l’un des principaux enjeux de la rivalité entre le roi et le duc. Ce n’est pourtant pas tant contre le roi que contre ses propres sujets que le pouvoir ducal affirme son autorité par le moyen, en particulier, de la lutte contre les crimes et délits.

  • 29 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 5, p. 26-27.

17Tout se passe comme si l’autorité princière tentait de déborder le vieil ordre coutumier garanti par une série de privilèges, ainsi que par l’exercice d’une justice urbaine avant tout négociée et réparatrice. Or cette justice urbaine, incarnée notamment par l’échevinage, n’est pas nécessairement laxiste mais donne la priorité à la résolution privée des conflits ou, dans les cas les plus graves, à la réparation par l’usage massif des amendes pécuniaires. Il reste que l’affirmation de l’autorité ducale s’appuie moins, me semble-t-il, sur les relais traditionnels de l’administration princière, insérés de longue date dans la ville (comme le gouvernorat ou l’échevinage), que sur des forces d’intervention extérieures. Le pouvoir ducal, surtout à partir des années 1450, se révèle capable d’organiser des interventions ponctuelles, brutales mais parées d’une certaine légalité. On voit en effet se multiplier dans la chronique de Du Clercq des expéditions punitives conduites par des agents directs du prince ou des officiers ducaux plus ou moins habilités à intervenir dans le champ judiciaire d’Arras. Ces derniers cependant agissent moins de l’intérieur que de l’extérieur, comme pour mieux briser les solidarités locales qui cimentent le groupe. L’exemple d’une tentative d’arrestation malheureuse permet de prendre la mesure de ces solidarités : au mois de mai 1460, le prévôt de la Cité, agissant sur réquisition des vicaires de l’évêque d’Arras, s’efforçe d’appréhender le curé de Blairville présenté par Du Clercq comme « un josne prestre [...] trop dissolu, tant en luxure comme autrement29 ». Mais l’opération tourne rapidement au drame de par l’opposition acharnée du prêtre qui ne se sépare jamais d’un « baston de guerre » :

« Toutesfois ledit Robert, accompagnié, comme dit est, s’en alla à Ransart, où ledit prestre se tenoit, et entra en sa maison où ledit prestre y estoit ; et saillit hors tout nud en sa chemise, et se deffendit merveilleusement ; et fust échappé s’il eust eu son baston ; et encoires sans son baston fust échappé n’eust esté ung de la compagnie du bastard, nommé Jacotin Parent, qui d’ung baston le frappa tellement en la teste qu’il queit, et le navra ; et fust prins et emmené malgré ses sœurs et sa mère, lesquelles le defendoient moult fortement ; et traisnerent ledit prestre demie-lieue long, pour ce qu’il ne vouloit aller avant ; et tant feirent qu’ils l’emmenèrent en cité lez Arras ès prison de l’évesque, et sa mère et ses sœurs avec lui ; lequel prestre curé, lui estant en prison, au bout de huit jours mourut du coup qu’il avait eust en la teste, et fut confessé, et olt moult belle fin, mais il fust enterré en terre profane ; de laquelle mort ledit bastard et ses compagnons furent en moult grand dangier ; et en fust appelé aux droits du roy ; et ne le voulloient advouer les vicaires ; si faillit que touts en euissent pardon du roy. »

  • 30 Sbriccoli M., « Justice négociée, justice hégémonique. L’émergence du pénal public dans les villes (...)

18Comme on le voit, l’encadrement légal de cette arrestation musclée n’empêche pas l’auteur présumé du coup fatal (un sergent) d’encourir la menace d’une vengeance privée de la part de la famille du prêtre que seule une lettre de rémission semble en mesure de neutraliser. À l’inverse, on a vu plus haut comment, en juin 1467, la justice de l’échevinage, pour venir à bout d’un habitant d’Arras reconnu coupable de viol, avait requis l’assistance d’une puissance externe, en l’occurrence celle du prévôt des maréchaux, pour faire exécuter la sentence en dehors même de l’enceinte de la ville. C’est que la justice pénale, tant qu’elle reste prise dans le réseau des alliances locales et familiales, peine à imposer ses normes. Il faut que le pouvoir de contrainte vienne de l’extérieur de la ville, c’est-à-dire essentiellement du prince, pour imposer ce nouvel ordre pénal30. L’expédition punitive montée par le bailli d’Amiens, Antoine de Crèvecœur, à la demande de Philippe le Bon, en septembre 1462, est exemplaire de cette volonté :

  • 31 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 42, p. 204-208.

« Audit an soixante-deuziesme, pour les crimes qui continuellement se faisoient en la ville d’Arras, et en la comté d’Artois, le duc de Bourgogne envoya au seigneur de Crèvecœur, bailly d’Amiens, chambellan et principal gouverneur de Jehan, comte d’Estampes, capitaine de Picardie, un mandement par lequel lui mandoit qu’il allast par toute Picardie et Artois, et feist justice des malfaiteurs quels qu’ils fuissent, mesme ceux de son sang, si aucun y en avoit, chevalliers, escuyers et ses propres archiers de son corps ou d’autres princes31. »

19Il s’agit d’une opération d’envergure qui mobilise pas moins d’une cinquantaine de gens d’armes et trois baillis (puisqu’à celui d’Amiens viennent s’adjoindre ceux du Cambrésis et d’Orchies). La petite armée, aux ordres du bailli d’Amiens, commence par investir « secrètement » la ville d’Arras avant d’essayer, en pleine nuit, de capturer tous les prévenus désignés par une « information » préalable. Le coup de filet ne donne pas tout à fait les résultats escomptés car « la pluspart [...] en furent advertis et se sauvèrent ». Au total, les baillis parviennent cependant à se saisir d’une petite dizaine de larrons. L’expédition se conclut par autant de pendaisons improvisées, non pas aux gibets habituels, mais plus sommairement, le long des routes, « à ung arbre ».

  • 32 Le duc de Bourgogne lui a conféré dès 1436 « plain pouvoir, auctorité et mandement de [...] garder (...)
  • 33 Mercier F., « La noblesse contre les sorcières : vengeance privée ou défense de la foi ? L’exemple (...)
  • 34 Chiffoleau J., « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du XIIIe au XIVe(...)

20À côté des tribunaux civils ou ecclésiastiques qui, depuis longtemps, se partagent l’espace juridictionnel d’Arras, se constitue et se développe un nouveau groupe d’acteurs judiciaires, promoteurs de la défense de la « chose publique » et étroitement liés au duc de Bourgogne : c’est le bailli d’Amiens ou le prévôt des maréchaux, pour ne mentionner que des personnalités déjà connues, mais il faudrait également citer le lieutenant du duc en Picardie et Artois, Jean de Bourgogne, très actif alors dans la défense de l’ordre public32, ou encore le capitaine d’Amiens, Philippe de Saveuses, lequel intervient volontiers comme bras-armé ou même comme « commissaire » du prince dans plusieurs affaires évoquées par Du Clercq33. Nombreux sont les officiers ducaux qui s’autorisent d’eux-mêmes ou plus souvent d’un mandement du prince pour intervenir à leur tour dans la répression du crime. La multiplication de ce type d’intervention participe sans doute du développement de l’extraordinaire qui partout accompagne les progrès de l’État princier34. Car ces brusques poussées autoritaires, sans véritable suivi, n’en prétendent pas moins, à chaque fois, s’inscrire dans un cadre légal. Le témoignage de Jacques Du Clercq ne permet pas toujours de bien cerner les contours juridiques de ces interventions, mais nombre d’indices (comme l’usage du secret ou d’une information préalable) orientent l’attention vers l’enquête inquisitoriale de type extraordinaire.

  • 35 La Vauderie donne l’occasion à l’un des membres du tribunal ecclésiastique, en l’occurrence le doy (...)

21Cette tendance lourde à déborder l’ordre traditionnel par le biais de l’extraordinaire culmine dans un autre épisode criminel auquel Jacques Du Clercq a précisément consacré un ample récit qui occupe une bonne part du livre IV de sa chronique : il s’agit de la fameuse Vauderie d’Arras, cette féroce chasse aux sorciers et aux sorcières qui se déroula à Arras entre 1459 et 1461. Or la répression de la sorcellerie démonolâtre, en raison même de son caractère novateur et exceptionnel, se révèle, dans la pratique comme dans l’élaboration théorique35, un remarquable moyen d’introduire dans une ville bardée de privilèges une procédure d’exception qui s’écarte délibérément des formes ordinaires : procédure engagée d’office, emploi généralisé de la torture et du secret dans l’interrogatoire des prévenus, nomination et envoi par le duc de Bourgogne de divers « commissaires » laïcs et ecclésiastiques chargés de superviser les procès... C’est tout l’arsenal de la procédure extraordinaire, justifiée par l’ampleur et la gravité du crime en question, qui se déploie à Arras dans le temps court de la persécution. Il reste que cet épisode urbain de sorcellerie, aussi singulier soit-il, s’inscrit bien, comme on l’a vu, dans une tendance générale qui voit une remise en cause de l’ordre juridictionnel traditionnel sous la pression du pouvoir ducal. Comment notre chroniqueur réagit-il à cette tendance de fond ?

Un regard ambivalent sur la justice du Prince

22Loin de constituer un miroir fidèle de la « violence ordinaire » dans l’Artois du milieu du XVe siècle, la chronique de Jacques Du Clercq témoigne plutôt de l’atmosphère générale d’inquiétude qui caractérise cette période. Cette collection de « faits divers » témoigne aussi d’une attente de la société urbaine à l’égard de la justice, ou plutôt des justices qui s’exercent conjointement et parfois concurremment dans l’espace considéré. Au premier abord, le chroniqueur semble appeler de ses vœux une répression accrue : les malfaiteurs de tout acabit agissent en toute impunité, la vengeance privée se donne libre court et il convient que la justice, notamment celle du prince, soit efficace. Mais si son extrême sensibilité à l’actualité criminelle l’installe dans une certaine proximité avec le duc de Bourgogne, dont la présence judiciaire et même souveraine se renforce considérablement, quelque chose semble résister en lui, quelque chose l’empêche d’adhérer pleinement à ce programme coercitif.

23Sa défiance vis-à-vis de l’autoritarisme princier peut prendre une allure assez directe. Ainsi, ce notable respectueux des lois et aussi déférent que possible à l’égard du duc Philippe le Bon, n’hésite pas à laisser filtrer dans sa chronique les murmures de contestation de la ville contre la fiscalité mais aussi contre la rapacité et l’incompétence des officiers ducaux. L’attitude de Jacques Du Clercq à l’égard de ces « coups de force » princiers évoqués plus haut me semble également assez ambivalente. La seule justice qui a ses faveurs, la seule justice qui vaille, c’est celle de Dieu dont l’omniscience sert d’alibi à son impartialité. La justice divine forme ce contre point idéal qui fait d’autant mieux ressortir l’indigence de celle des hommes, mais qui court-circuite aussi les procédures les plus savantes et rationnelles : le mémorialiste d’Arras semble ainsi avouer un faible pour les dépendaisons miraculeuses. De même, il ne cache pas son admiration pour les rares accusés qui ont réussi à triompher de l’épreuve de la torture judiciaire.

  • 36 Voir par exemple le récit de la mort du jeune doyen du chapitre d’Arras, Jacques Du Bois († 1461), (...)
  • 37 Pour J. A. Buchon, par exemple, « les tortures et les supplices multipliés sous ses yeux par les i (...)
  • 38 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 4, p. 25.
  • 39 Dufournet J., « La génération de Louis XI : quelques aspects », Le Moyen Âge, 2, 1992, p. 227-250.
  • 40 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 14, p. 71.
  • 41 On ne peut, en ce sens, qu’approuver l’appréciation de John Bartier qui, tout en prenant acte de l (...)

24Sa résistance à l’ordre princier, ainsi qu’aux nouvelles normes pénales dont il est porteur, se manifeste surtout dans la manière globale dont le chroniqueur a composé son très long et fameux récit de la Vauderie d’Arras. L’originalité principale de sa narration réside dans son refus manifeste de prendre parti entre les juges et les victimes de la persécution. D’un bout à l’autre de son récit, il s’applique à tenir la balance égale entre partisans et adversaires de la répression. Quand un fait semble favoriser un camp, un autre, en sens contraire, vient immédiatement rétablir l’équilibre36. Son travail d’écriture pratique ainsi un jeu de compensation permanent qui contribue à entretenir l’incertitude sur la réalité des faits incriminés. Ce retrait calculé a pu induire chez certains de ses commentateurs modernes un sentiment de gêne : on a pu ainsi lui reprocher son « indifférence » ou son manque de compassion à l’égard des victimes de la répression37. En fait, lorsque le sens de l’événement se dérobe, lorsque la vérité menace de disparaître derrière les avis contradictoires, Jacques Du Clercq se garde bien de prendre parti. Dans le meilleur des cas, il se contente de dégager sa responsabilité par un prudent « je m’en attends à Dieu qui tout sçait38 ». En renonçant à s’engager plus avant dans l’élucidation d’une affaire opaque, le chroniqueur préserve bien sans doute, dans un réflexe d’humilité caractéristique des chroniqueurs de sa génération39, le secret de la marche du monde dont la connaissance n’appartient qu’à Dieu. Mais l’obstacle, en ce qui le concerne, n’est sans doute pas que métaphysique. Loin d’être cet auteur « crédule et puéril » que l’on a parfois voulu voir en lui, Du Clercq agence avec soin ses informations de manière à construire délibérément une vision contradictoire de l’événement, laissant ainsi à ses lecteurs le soin de se forger leur propre opinion : « de tout ce, – se complait-il à répéter – je m’en attens à ce qui en est et n’en veulx personne chargier40 ». Ce jeu que le chroniqueur engage avec la vérité – cette vérité fuyante qu’il prétend laisser à Dieu – n’est-il pas aussi celui que mène ou essaye de mener le juge dans le cadre d’un procès contradictoire ? Dans cette perspective, tout se passe en fait comme si Jacques Du Clercq, qui porte aussi en lui la culture et les valeurs de la bourgeoisie urbaine41, s’acharnait à restaurer les conditions d’un procès de type plutôt accusatoire dans une affaire où, précisément, l’inquisitoire, sous sa forme extraordinaire, avait brutalement cherché, dans l’effroi, à s’imposer. Le seul fait de ce témoignage et la forme contradictoire qu’emprunte le récit participent ainsi, peut-être, d’un certain combat de résistance des normes et de l’identité urbaine contre l’offensive brutale du pouvoir d’État.

Notes

1 Le texte a été publié pour la première fois à Bruxelles en 1823 par F. de Reiffenberg sous le titre inapproprié de Mémoires de J. Du Clercq. Toutes nos références renvoient à l’édition Buchon J. A., Collection des chroniques nationales françaises écrites en langue vulgaire du treizième au quinzième siècle, Supplément aux Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet, t. XII-XV, Paris, Verdière (éd.), 1826-1827. Le premier chiffre indique le livre, le deuxième, le chapitre, le troisième, la page.

2 Sur les problèmes de datation soulevés par la chronique, voir surtout Zingel M., Frankreich, das Reich und Burgund im Urteil des Burgundischen Historiographie des 15. Jahrhunderts (Vorträge und Forschungen, Sonderband, 40), Sigmaringen, 1995, p. 111-112.

3 Sur l’emploi abusif de ce terme au XIXe siècle pour désigner la production historiographique du bas Moyen Âge, voir Blanchard J., « L’histoire commynienne. Pragmatique et mémoire dans l’ordre politique », Annales ESC., 1991, no 5, p. 1071-1105, notamment p. 1072.

4 C’est ainsi, par exemple, que l’un de ses premiers éditeurs, Jean-Alexandre Buchon, impute un peu rapidement le grade de licencié en droit à Jacques Du Clercq sur la seule base d’une confusion avec son père, cf. Buchon J. A., « Sur Jacques Du Clercq », op. cit., t. XII, p. II.

5 Du Clercq J., op. cit., t. XII, « Préface et intention de l’auteur », p. 2-3.

6 Pour reprendre la distinction classique établie par Bernard Guenée entre le chroniqueur et l’historien à la fin du Moyen âge, l’ambition du premier se bornant à relater les faits, celle du second à les expliquer : Guenée B., « Histoire, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Âge », Annales ESC, 1973, no 4, p. 997-1016.

7 Sur la construction de ce vaste ensemble territorial incluant l’Artois, voir en dernier lieu la synthèse de Schnerb B., L’État bourguignon (1363-1477), Paris, 1999.

8 Sur les problèmes d’affiliation littéraire, voir surtout Stenger J., « Sur trois chroniqueurs. Notes sur les rapports entre la continuation anonyme de Monstrelet, les “Mémoires de Jacques Du Clercq” et les “Chroniques d’Angleterre” de Jean de Wavrin », Annales de Bourgogne, t. 18, 1946, p. 122-130.

9 Du Clercq J., op. cit., « Préface et intention de l’auteur », t. XII, p. 3-4.

10 Sur ce procès, nous nous permettons de renvoyer à Mercier F., La Vauderie d’Arras, une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, PUR., Rennes, 2006.

11 Voir par exemple l’édition de Petitot C.-B., Mémoires de J. Du Clercq, dans Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1e série, 11, Foucault, Paris, 1824.

12 Plus particulièrement illustré par les travaux de Robert Muchembled qui, dans le cadre de son analyse de la violence en Artois, utilise beaucoup la chronique de Jacques Du Clercq, voir en particulier Muchembled R., Le Temps des supplices. De l’obéissance sous les rois absolus (XVe-XVIIIe siècle), Armand Colin, Paris, 1992, surtout le chapitre 2, « L’impossible République urbaine », p. 53-79.

13 C’est ainsi que pour R. Muchembled, « Les plaintes du chroniqueur Jacques du Clercq (sic) sur l’absence de justice à Arras traduisent » une « véritable démission des pouvoirs locaux au milieu du XVe siècle », Muchembled R., op. cit., p. 50.

14 Voir en particulier les mises en garde pertinentes de Mucchielli L., Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, La Découverte, Paris, 2001, notamment p. 23-25.

15 Selon l’expression de Barthes R., « Structure du fait divers », Essais critiques, Seuil, 1964, rééd. « Points Seuil », 1981, p. 188-197 (citation p. 188).

16 Comme l’a bien montré, entre autres, Denis Crouzet pour le premier XVIe siècle, où nombre d’observateurs scrutent également le ciel avec inquiétude à la recherche des signes annonciateurs de la colère de Dieu. Crouzet D., Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, Champ Vallon, 1990, en particulier t. 1, p. 101-231.

17 Sur le modèle, par exemple, du fameux Journal d’un bourgeois de Paris, cf. Ducos J., « Le Temps qu’il fait. Signe de Dieu ou du mal. La météorologie du bourgeois de Paris », Le Mal et le diable. Leurs figures à la fin du Moyen Âge,Nabert N. (dir.), Paris, Beauchesne, 1996, p. 95-112.

18 Sur cet épisode daté du 14 octobre 1461 et localisé dans la ville d’Arras, voir Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 36, p. 173-175.

19 Les années 1460-1470 marquent un tournant dans l’attitude des élites et des autorités urbaines vis-à-vis de la prostitution publique. L’essor d’une prédication rigoriste et alarmiste, obnubilée par la corruption des mœurs, prépare les corps et les esprits à un resserrement des contraintes autour des lieux de prostitution. Voir Rossiaud J., La prostitution médiévale, Paris, 1988.

20 Tel le « cas merveilleux, horrible et détestable » de ce curé de village qui baptisait des crapauds pour confectionner des sortilèges, Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 14, p. 71-72.

21 Rossiaud J., « Fraternités de jeunesse et niveaux de culture dans les villes du Sud-Est à la fin du Moyen Âge », Cahiers d’histoire, « Éducation et culture », t. 21, Lyon, 1976 ; Chiffoleau J., Les Justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au XIVe siècle, Paris, 1984, notamment p. 138-160 et Gauvard C., « Violence citadine et réseaux de solidarité à la fin du Moyen Âge », Annales ESC, sept-oct. 1993, p. 1113-1126.

22 Du Clercq J., op. cit., Livre V, ch. 65, p. 136-138.

23 Du Clercq J., op. cit., Livre III, ch. 33, p. 245-246.

24 Boone M., « State power and illicit sexuality: the persecution of sodomy in late medieval Bruges », Journal of Medieval History, 22, 2, juin 1996, p. 135-153.

25 Les principales cités de la péninsule italienne voient effectivement se mettre en place, aux deux derniers siècles du Moyen Âge, de nouveaux organes judiciaires consacrés à la lutte contre la sodomie, cf. dans le cas de Venise, Crouzet-Pavan E., « Sopra le acque salse » : Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, École française de Rome, 1992, t. 2, p. 836-847.

26 Principalement autour des privilèges du for ecclésiastique mais aussi de la poursuite des crimes mixtes, comme la sodomie ou la sorcellerie.

27 Dauchy S., Les appels flamands au Parlement de Paris. Regestes des dossiers de procès reconstitués d’après les registres du Parlement et les sources conservées dans les dépôts d’archives de Belgique et du Nord de la France, Bruxelles, 1999. Voir aussi W. Blockmans, « La position du comté de Flandres dans le royaume à la fin du XVe siècle », La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Paris, 1985, p. 71-89.

28 Wignacourt C. de, Observations sur l’échevinage d’Arras, 1865, p. 392.

29 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 5, p. 26-27.

30 Sbriccoli M., « Justice négociée, justice hégémonique. L’émergence du pénal public dans les villes italiennes des XIIIe et XIVe siècles », Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge. Études réunies par Chiffoleau J., Gauvard C. et Zorzi A., Coll. de l’E. F. R., no 385, Rome, 2007, p. 389-421.

31 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 42, p. 204-208.

32 Le duc de Bourgogne lui a conféré dès 1436 « plain pouvoir, auctorité et mandement de [...] garder bonne justice en nos contez, pais et seigneuries dessusdits – il s’agit précisément de l’Artois et de la Picardie – de l’exercer ou faire exercer par nos officiers de justice diligemment », voir Lettres de Philippe le Bon portant nomination de Jean de Bourgogne à la lieutenance générale des comtés d’Artois, de Boulogne et de Ponthieu, BNF, Ms. Dupuy 232, microfilm 17465, f. 89 ro-101 vo. C’est probablement à ce titre que Jean de Bourgogne intervint précocement dans le déroulement des procès des vaudois-sorciers d’Arras pour relancer la procédure d’enquête et assurer de son soutien le tribunal en charge des poursuites. Voir sur ce point Mercier F., op. cit., p. 145-156. Sur ce puissant personnage apparenté à Philippe le Bon, voir notamment Caron M.-T., « Jean de Bourgogne, comte d’Étampes, en 1437-1438 : un prince dans les allées du pouvoir », Finances, pouvoirs et mémoires. Hommages à Jean Favier, Paris, 1999, p. 313-322.

33 Mercier F., « La noblesse contre les sorcières : vengeance privée ou défense de la foi ? L’exemple des Saveuses dans la Vauderie d’Arras », Le salut par les armes. Noblesse et défense de l’orthodoxie (XIIIe-XVIIe siècles), Rennes, 2011, p. 69-80.

34 Chiffoleau J., « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du XIIIe au XIVe siècle », L’Aveu. Antiquité et Moyen Âge, Actes de la table ronde organisée par l’École Française de Rome (mars 1984), Rome, 1986, p. 341-380.

35 La Vauderie donne l’occasion à l’un des membres du tribunal ecclésiastique, en l’occurrence le doyen du chapitre d’Arras, Jacques Du Bois, de composer un petit traité connu sous le nom de Recollectio dans lequel il s’efforce précisément de légitimer l’usage de la procédure inquisitoire de type extraordinaire contre les prévenus. Voir le texte dans Hansen J., Quellen und Untersuchungen zur Geschichte des Hexenwahns und der Hexenverfolgung im Mittel Alter, Bonn, 1901, p. 149-183.

36 Voir par exemple le récit de la mort du jeune doyen du chapitre d’Arras, Jacques Du Bois († 1461), l’un des plus acharnés « chasseurs de sorcières » de 1459-1460 : Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 26, p. 25.

37 Pour J. A. Buchon, par exemple, « les tortures et les supplices multipliés sous ses yeux par les inquisiteurs d’Arras contre de pauvres malheureux [...] n’éveillent ni son incrédulité ni sa pitié », voir Du Clercq J., op. cit., p. x.

38 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 4, p. 25.

39 Dufournet J., « La génération de Louis XI : quelques aspects », Le Moyen Âge, 2, 1992, p. 227-250.

40 Du Clercq J., op. cit., livre IV, ch. 14, p. 71.

41 On ne peut, en ce sens, qu’approuver l’appréciation de John Bartier qui, tout en prenant acte de la singularité de la « psychologie » de Jacques Du Clercq en regard de celle des autres chroniqueurs bourguignons, constate qu’elle « n’est pas celle des conseillers roturiers », ajoutant « qu’il faudrait plutôt voir en lui le représentant de cette fraction de la bourgeoisie urbaine qui ne bénéficie pas du régime instauré dans les Pays-Bas par les ducs Valois ». Bartier J., Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne, Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1995, citation, n. 2, p. 279.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search