Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réformer la police

 | 
Catherine Denys
, 
Brigitte Marin
, 
Vincent Milliot

Seconde partie. Discussion

Mémoires policiers : une culture de corps

Daniel Roche

Texte intégral

1Dans l’évolution actuelle de l’histoire de la police, dans sa dimension européenne, les mémoires policiers tiennent une place importante et spécifique. Ces textes, de nature variée dans leur forme, permettent de conférer aux acteurs un rôle central et de comparer les carrières, les lieux, les systèmes d’intervention dans l’organisation urbaine. Cette nouvelle façon de voir se fonde sur la tradition déjà ancienne de l’utilisation des archives de la pratique et tient compte de leur richesse inépuisable. Institutions conservées ou réformées, règlements et codes proposés et appliqués, analyse des plaintes et des procédures, étude des rapports entre les administrations et les polices à l’œuvre, connaissance des territoires urbains différents et de leur découpage, histoire des personnels et plus particulièrement des hommes de terrain avec leur action et leur relation aux populations ont souvent, en France, ailleurs, été interrogés pour comprendre les pratiques et mettre en valeur l’évolution des connexions multiples qui organisent l’action des institutions et de leurs agents. Encore aujourd’hui, le lien probable existant entre sécurité et proximité est une question importante pour comprendre l’avenir de la ville et le rôle différent du centre, de l’état, et de la périphérie, le local.

2Les mémoires policiers désignent un ensemble de textes qui ne correspondent pas exactement au travail administratif et actif. Ni circulaire, ni règlement reconnu, ni rapport rédigé pour des supérieurs sur commande, ni procès-verbal, ni interrogatoire, ils peuvent être tout cela mais dans une optique de mise en question et quelquefois de fiction pour conduire à un aménagement d’ensemble, à de nouvelles instructions, à de nouvelles demandes. Ce sont des preuves de la croyance dans le progrès pour un milieu placé au premier rang, face aux changements des lieux et des hommes. Ils traduisent la volonté de l’Institution à réfléchir sur elle-même et souvent à partir des situations concrètes et du témoignage des protagonistes. Dans les cas retenus ici, ils sont différemment engagés dans l’action et ils ne répondent pas à un modèle social uniforme, ni à un moment unique et précis. Toutefois, les textes connus, écrits après 1750, correspondent à un moment de discussion généralisée en Europe quand sont débattus les rapports entre la justice et la police, entre la publicité et le secret de l’intervention administrative, entre la philosophie de l’action et l’action de la philosophie. Si les institutions ne peuvent pas penser par elles-mêmes, leur style de pensée et leurs conditions d’existence, leur mode d’élaboration des connaissances rassemblent fortement leurs agents. Les mémoires policiers permettent d’entrevoir des modes particuliers de communication et d’adhésion à des bases rationnelles d’intervention à l’œuvre derrière les entreprises communes et dans les choix retenus ou non, quand la pensée a plus à voir avec un agir potentiel qu’avec des connaissances saisies pour elles-mêmes. Les institutions policières créent ainsi de l’identité, une mémoire de l’ordre, des classifications applicables et parfois appliquées, un bagage cognitif dont le succès social dépend des incidences attendues sur la vie de tous les jours comme le suggère Mary Douglas dans Ainsi pensent les institutions (1986).

3Avec une dizaine de projets, on peut avoir une idée de ces fonctionnements à l’échelle européenne grâce à la mise en place d’une grille de questions partagées, dans la comparaison des situations particulières puisqu’elles relèvent de rapports politiques et sociaux différents, dans l’interrogation sur la force des modèles dont celui de la police parisienne est au premier rang, dans la compréhension des échanges à l’intérieur du monde administratif et policier. Ce panorama met en valeur une culture générale du projet qui est défini entre passé et futur, entre le réalisable et l’inexécutable, la réforme ou la rupture. Elle se présente avec une vie propre des textes, leur élaboration, leur circulation, leur justification et leurs emprunts à des références canoniques et sous des formes multiples, manuscrites ou imprimées, qui renvoient à des types de lectures et de réceptions variables. À l’instar des mémoires de policier qui correspondent à un autre registre de l’activité comme de l’évocation des individus, ils apportent un témoignage important sur la professionnalisation, ses règles, ses pratiques et en général du milieu. Entre la définition et la justification d’un rôle, l’écriture policière s’organise autour de trois objectifs déjà mis en valeur par Vincent Milliot : améliorer le fonctionnement et l’efficacité des polices, donner aussi des réponses à des situations de crise et profiler des réformes, transformer pratiques et normes quand le changement politique ou l’évolution sociale le commandent. Les études rassemblées renseignent sur les auteurs et les circonstances, les principes qui organisent les projets en fonction d’une demande, les traits principaux de pratiques intellectuelles qui fondent le corps des questions et les solutions qui traduisent l’évolution de la science administrative et policière.

Auteurs et circonstances

4La réflexion policière dont nous disposons ici s’implante majoritairement dans l’espace des capitales européennes soit à une échelle de population variée, Paris et Londres au sommet avec leurs 700 000 et 900 000 habitants, Genève à la base avec quelque 30 000 âmes, Bruxelles, Milan, Madrid et Naples s’échelonnent entre 75 000 et 400 000 personnes, mais avec un caractère majeur la centralisation, caractéristique des États modernisés. Ces grandes cités sont le siège des gouvernements et des administrations, elles rassemblent l’information et la réflexion, l’intellectualité et sa diffusion. Toutes sont également le centre d’un marché local et national de consommations et de productions diversifiées. Elles attirent par le travail offert comme par l’offre des curiosités et des goûts lancée par l’échange et la mobilité. Elles se heurtent à des problèmes de subsistances et de gestion des populations analogues même si mesurées à des degrés différents. Un même esprit des villes les rassemble qui s’interroge sur le contrôle de l’espace et des hommes, sur l’ordre et la discipline, sur la gestion des opinions, le secret administratif et la publicité. La finalité réformatrice des mémoires policiers varie avec l’extension de l’espace et de l’opinion publique, avec la détermination des États plus ou moins améliorateurs et l’engagement des acteurs. Leur horizon culturel s’organise toutefois autour de la volonté de savoir pour intervenir dans les principaux domaines qui sont dans la Charte de l’organicisme des pouvoirs royaux, Dieu, le roi et les mœurs. Les obstacles à la connaissance, les freins à la capacité de savoir sont contournés par une diffusion contrôlée qui préserve le secret, ainsi dans l’affichage des sentences judiciaires. Une pédagogie de l’autorité se joue dans le quotidien policier et quand les circonstances l’imposent. On le voit à Madrid dans les plans proposés pour réformer la sécurité de la capitale et du royaume face à la crise du début du XVIIIe siècle, dans le cadre des réflexions administratives sous Charles III, avec les projets du marquis de Las Amarillas dans les années 1820. Les occasions et les étapes d’une carrière font la mobilisation des auteurs.

5Ceux-ci constituent un milieu hétérogène qui recoupe bien souvent celui des aventuriers et des faiseurs de projets dont Casanova donne un exemple. Ils offrent leur service dans tous les domaines des administrations parce qu’ils leur sont bien souvent liés. En Espagne, l’intéressant projet de réforme des maréchaussées est présenté par un ancien militaire au service de la France, vraisemblablement connu dans l’entourage du comte d’Aranda. À la fin du siècle, c’est encore un militaire qui accède au ministère de la Guerre et rédige pour les Cortès un programme ambitieux de mobilisation policière nationale, unifiant et comme tel en désaccord avec la tradition policière. À Genève, c’est un programme collectif directement issu de la police qui est soumis au Petit Conseil, responsable de son contrôle et instance de décision. L’auteur fait référence à des propositions antérieures et tient compte de l’expérience du Tribunal du lieutenant et des exécutants contenue dans les livres de police lus par les magistrats. Les actes retenus par le Conseil sont affichés. Entre le public et les auteurs, tout un filtrage a pesé sur le rapport entre l’action policière et la délibération politique. Le projet en perd une part de ses ambitions. Celles-ci sont beaucoup plus élevées dans le texte que propose à la lecture du lieutenant de police parisien Sartine le commissaire Lemaire, et qui sera diffusé dans l’Empire par Marie-Thérèse. Resté manuscrit, préservé par le secret, ce travail de commande d’un grand professionnel obéit à un questionnaire, en miroir, de Vienne à Paris, dans un moment de trouble général entre 1768 et 1771. Il s’adresse à des connaisseurs étrangers et à des acteurs français et peut servir de base à une relecture corrigée par la suite par Lenoir dans un sens justificateur d’une politique utilitaire et protectrice où connaître c’est contenir. Informé à tous les niveaux, le mémoire de Lemaire met en valeur la tension entre le rôle du commissaire officier de justice, arbitre des populations, et celui du commissaire administrateur, pragmatique, utilitaire, réformateur de terrain. C’est sans doute une étape dans l’apparition des serviteurs du public pour un service public largement conçu et confronté aux péripéties de l’ordre politique.

6Le discours parisien prouve en tout cas la capacité de l’institution policière à réfléchir sur sa réformation. C’est ce que démontrent aussi les interventions locales et générales de Ferdinand Rapédius de Berg, Amman de Bruxelles, c’est-à-dire le responsable le plus important de la police des Pays-Bas autrichiens. Son activité d’écriture est intense, enracinée dans une tradition familiale ancienne et en résonance avec une carrière de haut fonctionnaire, impopulaire car despotique, réformateur parce qu’éclairé. Auteur de huit mémoires entre 1777 et 1786, il retrouve les interrogations d’autres magistrats du temps et il parie sur l’audience du gouvernement impérial qui retient une partie de ses propositions avant de faire marche arrière. Renvoyé aux archives, les projets de Berg sont tiraillés entre la tradition locale et un modèle politique plus général et plus conforme au despotisme éclairé qui, sur le plan policier, tient compte du modèle parisien. Ce déséquilibre explique sans doute le coup de frein donné aux réformes. Londres, en revanche, montre l’exemple d’un auteur totalement lié au fonctionnement des institutions administratives et policières, des paroisses au Parlement. Le programme de modification, conçu par Sir Charles Whitworth entre 1753 et 1773, prend place dans un moment d’intense réflexion qu’illustre aussi John Fielding auquel le membre du Parlement s’oppose. Il peut apparaître comme un conservateur innovateur, partisan d’un compromis entre les autorités locales et les communes, et d’un équilibre policier sans contrôle à la parisienne ; une étape toutefois dans l’uniformisation avant le Metropolitan Police Act du XIXe siècle. À Milan, le juriste Ristori, venu de Toscane, est un administrateur engagé dans la politique sécuritaire lancée par la monarchie autrichienne dans un mouvement de réforme d’ensemble et il se réfère fortement au modèle parisien. Le comte Francesco Carpani est, quant à lui, un représentant de la classe dirigeante éclairée milanaise, un ancien militaire dévoué à l’amélioration générale ; ses projets sont issus de sa connaissance du terrain social et de l’action municipale confrontée à la théorie parisienne et favorable au contrôle central comme à la figure du commissaire de police. Le capitaine Comte Francesco Molina va au même moment dans le même sens et lui aussi est lié à la classe dirigeante de la cité et au Sénat dont il a soin de respecter le rôle. On retrouve une attitude comparable dans les consultations d’un autre grand administrateur du duché, Fenaroli ; dans une orientation encore plus utilitaire. Les mémoires policiers milanais sont moins qu’ailleurs issus des professionnels, mais comme ailleurs, provoqués par la réalité des capacités politiques du patriciat lombard dans une situation de crise. Le professionnalisme et la volonté d’améliorer la police en étendant ses pouvoirs est au cœur du Mémoire présenté au roi par Giuseppe Franci, employé du ministre de la Guerre napolitain, Acton. Son plan s’inscrit dans une carrière obscure, mais à un moment d’application d’une réforme lancée par la loi de 1779, il émane d’un homme en situation intermédiaire entre les autorités et les pratiques du terrain et dont les liens avec l’administration militaire ne traduisent pas la formation de terrain. Il fait partie d’une controverse générale où entrent en ligne de compte d’autres groupes impliqués par le changement législatif. Franci est un faiseur de projets qui vise sans doute un poste plus important. Il se révèle très au courant des conditions locales, mais son propos cible un élargissement de compétence sous l’influence du modèle parisien, plus autonome par rapport à la ville et plus centralisé. Comme les autres auteurs, il montre qu’il existe à travers l’Europe un milieu à la fois spécialisé, professionnalisé, et en même temps ouvert à un recrutement administratif élargi, mais toujours associé et dépendant des conditions locales comme des circonstances du moment. Une mobilisation identique pour appliquer des mesures policières étendues à l’ensemble des questions urbaines semble entraîner un milieu hétérogène dont l’avenir professionnel n’est pas plus assuré que la reconnaissance politique de ses propositions toujours dépendantes des conditions politiques locales. L’horizon des projets est celui des deux physionomies théoriques étudiées par Paolo Napoli, et qui s’opposent dans les applications pratiques mobilisant les auteurs des critiques pour une réforme. Les caméralistes se réfèrent à une technique de gouvernement, dont le rapport avec la justice est crucial. C’est une véritable science par principes appliqués à la réalité et fondée sur le droit. Les delamaristes sont plus soucieux d’administration d’un modèle inscrit dans la dimension urbaine, parisienne, animé par le souci de gérer un territoire en réglant l’ensemble des activités humaines. C’est une action destinée à maintenir l’ordre des choses, soit public, soit particulier, comme dit Peuchet en 1789.

Policer les politiques urbaines et territoriales

7Les projets proposent à la fois des critiques et des principes de réorganisation éclairant ainsi les tensions entre les niveaux d’institutions et entre les échelles territoriales, du local au national. L’action policière organise des espaces et pour cela les auteurs sélectionnent des moyens et des méthodes. En Espagne, l’auteur anonyme du projet militaire organisant l’utilisation des forces armées sous un commandement national, songe à instaurer un ordre sécuritaire, à la française, mais plaçant au premier rang les intendants et la maréchaussée. Il imagine une coordination de réseaux locaux et nationaux, et place au centre de ses préoccupations la tranquillité des routes, l’ordre de la mobilité, la défense des intérêts de Madrid. Un siècle plus tard, Don Girón souhaite créer un ensemble efficace fondé sur l’implantation régionale, avec un recrutement local et une hiérarchie centralisée soucieuse là encore de la sûreté des communications. C’est de la police du royaume espagnol dont il est question. Les propositions empiriques genevoises s’enferment, quant à elles, dans la cité et sa banlieue, mais elles sont directement en rapport avec l’arrivée des nouveaux venus en nombre, et avec le souci d’adapter un quadrillage anciennement établi dans le découpage des dizaines à un nouvel ordre des choses. L’armée y trouve sa place dans le cadre d’une spécialisation, la surveillance des portes et limites. Elle est à peine évoquée dans la description parisienne du commissaire Lemaire, alors que les patrouilles du régiment de gardes françaises sont depuis longtemps à l’œuvre et l’on sait que Lenoir comme Sartine ont été partisans de la collaboration coordonnée par la lieutenance de police avec les militaires, fut-ce en contradiction avec les ordres du gouvernement, comme on le voit au temps de Turgot. Le quadrillage de la présence militaire et policière est incorporé à l’ancienne organisation spatiale. En dépit des tensions entre les différentes institutions responsables, Parlement, Châtelet, Hôtel de Ville, Lieutenance, la centralisation policière s’instaure et avec elle une professionnalisation accentuée que l’on perçoit dans l’analyse des rapports entre commissaires et inspecteurs, et, à l’échelle des quartiers comme à celle de la ville que l’on voit imbriqués simultanément dans l’action. On s’en rend compte dans des études récentes consacrées au quartier du Louvre, au commissaire Regnard du quartier Saint-Eustache. Le rapport de Lemaire, les mémoires de Lenoir, les propositions genevoises manifestent un souci identique afin de contrôler l’espace urbain et de proportionner l’action policière au temps. La nuit parisienne est particulièrement observée. Les moyens de l’efficacité sont confiés à une coordination centrale des pratiques plus qu’au redécoupage des limites comme c’est le cas à Naples avec la réforme de 1779 et la nouvelle hiérarchie spatiale des interventions d’inspiration delamariste. La question est du même ordre à Londres sous le contrôle des juges, mais avec la pression des paroisses. C’est encore la garde nocturne qui focalise la réorganisation et traduit la différence d’intérêt entre les quartiers de l’ouest et ceux de l’est. L’unification est séparée de la centralisation dans le projet de Charles Whitworth qui reste attaché à la conception du gouvernement local contrôlé par les notables chargés du réaménagement de Londres au sein des institutions et de leurs commissions. De même à Naples, la réorganisation delamariste de 1779 joue à la fois sur le respect des anciennes autorités et des anciens découpages et sur la centralisation, mais aux mains des juges. Le projet de Giuseppe Franci, plus normatif que pratique, repose sur la police juridictionnelle, mais en développant les pouvoirs d’un Département de Police à la parisienne, confié au Luogotenente generale, et en tenant compte de la force maintenue des liens qui réunissent policiers-accusateurs et juges dans la pensée germanique qu’exprime la référence au baron de Bielfeld. De même à Milan, le territoire n’est pas essentiellement modifié dans les projets, mais réorganisé. Les anciens auxiliaires de la police des 67 paroisses sont réduits à une quarantaine, mais ils sont mieux contrôlés par un maître de police, par une vingtaine de commissaires et, surtout, ils ont mission de veiller à chaque pouce de leur circonscription, maison par maison, rue par rue. En Lombardie comme ailleurs, la surveillance des allers et venus, celle des migrants, sont derrière l’activité réglementaire et les inspections diurnes et plus encore nocturnes.

8Ainsi la vision topographique et temporelle qui organise les projets de réforme est à mettre en rapport avec les tensions qui organisent le champ même de la réflexion et de la professionnalisation policières. Dans le modèle parisien dont les mémoires révèlent la prégnance sans pour cela confirmer la domination, le conflit arbitré par la monarchie voit se confirmer l’autorité centrale et le poids d’une bureaucratie policière qui suppose coordination, hiérarchie, arbitrage, circulation de l’information des bureaux du lieutenant de police, affirmation de la prévention par la connaissance. Ni l’Hôtel de Ville ni le Parlement, à l’occasion mobilisés et prêts à contester, on le voit quand se produit l’accident de 1770 ou pendant la guerre des Farines, ne peuvent équilibrer l’autorité royale qui est également victorieuse à Naples. L’État est modernisateur aussi à Milan et à Bruxelles, à Madrid et à Genève, il ne l’est pas semblablement à Londres. En même temps, les projets mettent en avant le rôle actif des militaires, le conflit possible, mais pas toujours avéré, entre l’attachement à une conception plus ancienne de la citoyenneté urbaine et le développement de la professionnalisation qui est en jeu dans les procédures et dans la multiplication des agents. À Bruxelles, la centralisation ne met pas en valeur l’armée et reste quelque peu attachée à une conception bourgeoise de l’action policière. En même temps, De Berg est favorable à la spécialisation. La tension est maximale à Londres entre gouvernement, parlement, corporations, institutions de la Cité et du comté, paroisses. Les projets de Whitworth visent à unifier l’espace à travers une négociation du contrôle. Il faudrait toutefois une histoire parlementaire plus développée de ces rapports et du rôle des commissions spécialisées pour éclairer le retentissement possible du programme ébauché. En tout cas, la capitale anglaise semble vivre avec ces affrontements et avant le XIXe siècle accorder sa confiance à la fois aux notables des paroisses et aux juges. Un équilibre analogue semble régner dans les quartiers napolitains et à la fois inspirer et interroger le réformateur Giuseppe Franci.

9L’écart vécu et pensé par les réformateurs policiers entre justice et administration s’avère capital presque partout. À Paris, à l’occasion des crises, l’accident de 1771, la guerre des Farines, il se révèle en clair, mais il n’oppose pas totalement les agents qui, tels les commissaires voire même les inspecteurs, peuvent avoir un pied dans chaque temps. Il ne doit pas non plus cacher la montée des spécialisations qui touche les uns et les autres, et guide l’attention à la répression ou à la prévention selon des étapes perçues dans la carrière des acteurs ou la conjoncture urbaine. En Espagne, la prévention sécuritaire guide la mise en place nationale imaginée avec l’armée régionalisée ou les milices recrutées localement. À l’opposé, à Genève, le tribunal de police est l’émanation directe des représentants, elle correspond dès lors à une conception citoyenne sans être celle d’un ordre ancien de notables de quartier. Il se traduit dans un quadrillage ancien, comme dans une hiérarchie en conformité avec la tradition. L’institution policière cherche à prouver sa compétence et à étendre son crédit en réponse à la situation urbaine en particulier en ce qui concerne le contrôle des étrangers à travers des revendications qui révèlent des jeux de position plutôt qu’une volonté de réformes en profondeur. Dans le cas de Bruxelles, le conflit entre police de citoyens et police administrative, juges et bureaucrates, est présent mais là encore De Berg respecte dans ses projets privilèges et formes judiciaires des Pays-Bas, droit Brabançon et règlements citadins, avec le modèle politique du gouvernement éclairé. Cette attitude de conciliation se retrouve à Milan où les auteurs de projets connaissent certainement les enseignements du caméralisme, mais se réclament aussi du modèle parisien et tiennent compte des anciennes institutions paroissiales réorganisées, recontrôlées et soumises à une autorité centrale. Carpani, Molina, Ristori proposent de fait un ajustement entre les modèles anciens et les pratiques nouvelles et tenant compte de la puissance des juges. L’affrontement se retrouve encore plus vivement dans les projets napolitains où l’on voit clairement la conception ancienne fidèle aux structures citadines qui s’oppose à celle d’un gouvernement centralisateur, le tribunal de la Vicaria à une police plus ou moins autonome. Franci imagine que le président du tribunal peut être le lieutenant de police et qu’il assurerait son contrôle à partir des structures anciennes en étendant ou en partageant – ainsi en ce qui concerne les subsistances –, ses interventions avec celles de la ville. La spatialisation locale ou régionale dépend de ces ententes. Elle confirme, avec la montée de vrais professionnels qui veulent écrire, l’avenir de l’institution, le développement d’une culture policière spécifique.

Cultures policières des Lumières

10À travers les projets, on découvre un ensemble de pratiques intellectuelles et matérielles qui fondent un corps de références et traduisent des motivations d’autonomie et d’ordre. Elles relèvent d’abord de la généralisation de l’écrit et de la gestion calculée des communications. Elles se lisent dans les vœux d’un territoire policier national hiérarchisé et opérationnel par la transmission des directives, ainsi dans les projets espagnols. Ces pratiques sont clairement explicitées à Genève où, dès le XVIIe siècle, les Livres de Cause permettent aux auditeurs de police de faire des bilans d’intervention et d’assurer ainsi des appels à l’amélioration pour remédier aux dysfonctionnements. Les registres instaurés pour contrôler les suspects et les populations mobiles complètent le dispositif. Le modèle parisien est sur ce plan plus novateur, car il justifie son fonctionnement, registres divers, procès-verbaux, rapports de synthèse par une triple volonté : volonté de connaître pour agir et gouverner les hommes ainsi faire une publicité courante des règles, volonté de mieux faire fonctionner les rouages policiers, volonté d’un équilibre pacificateur entre producteur et consommateur, autorité et citoyens. Il ne s’agit pas uniquement de surveiller et de punir, mais d’enseigner et les acteurs et les habitants. Dans le texte de Lemaître, la question numéro 6 – Quel est le plan des instructions qui leur servent de règles ? [aux acteurs de la police] – renvoie à l’appareil de registres divers, registres de logeurs, registres de métiers, agenda de patrouilles, livres de contrôle, recueil d’ordonnances et de textes dont on sait qu’ils étaient conservés et consultés par les acteurs. Les bureaux du lieutenant, ceux des inspecteurs, ceux des commissaires réunissaient cette documentation, les placets, les lettres, les formulaires, les réponses, les décisions qui relient les plaignants aux agents et au magistrat. Dans certains domaines, comme celui des étrangers, les conférences de responsables rassemblent relevés, rapports, notes particulières et décident. Un monde de bureau et de commis accumule papiers et registres qui font le mémorial de la police parisienne ; ainsi les registres d’arrêtés, ceux des ordres du roi, ceux des enfermés à la Bastille, par ordre alphabétique, chronologique, thématique accroissent l’efficacité et la rapidité d’un milieu qui rêve d’une transparence totale. Guillauté en est l’exemple le plus caractéristique et ses propositions restées manuscrites et confidentielles ont pu circuler et influencer des réflexions à Milan comme à Vienne. Un proto-anagrafo existe d’abord dans les têtes policières avant d’être expérimenté sur le terrain. Un souci identique pour recenser les hommes, s’informer sur les mouvements dans le temps, tenir registre des métiers, rédiger des synthèses, existe à Naples comme à Paris. Il est dans la professionnalité exigée des agents londoniens. Il débouche dans un certain nombre de cas, à Paris, à Naples, à Londres, à Milan, à Bruxelles sur une volonté de calculer le coût des réformes, l’impact financier d’un accroissement des effectifs ou d’une réorganisation des découpages et des implantations territoriales. Dans l’exemple britannique, ce souci met en évidence les inégalités urbaines, oppose les paroisses pauvres et les riches, et interroge l’économie policière, ses salaires, ses dépenses, ses modalités de financement, par une taxe proportionnelle au loyer ou par un impôt immobilier perçu sur la propriété. À Naples, les projets établissent des budgets et, comme à Londres, se demandent comment les équilibrer.

11Classification, calcul des recettes et des dépenses, importance de l’échange et de la correspondance, recherche de l’efficacité utilitaire rangent les projets de réformes des polices européennes dans la production d’une pensée éclairée amélioratrice. Celle-ci traduit un esprit général des villes qui s’élabore en réponse à des situations locales parfois comparables et simultanées, souvent dicté par la conjoncture du lieu. C’est pourquoi sans doute la réalisation varie beaucoup et que l’action retarde sur la réflexion, l’empirisme policier s’accommodant vaille que vaille avec une théorie fonctionnelle administrative. C’est cette construction des dispositifs policiers par rapport aux modèles qu’il faut retrouver dans l’échange entre les capitales, celui des hommes, celui des projets. Une commune volonté de civiliser les peuples repose sur une volonté de voir et de connaître.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540