Quitter ses parents

 | 
Sandra Gaviria

1re partie. Chez les parents

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Un premier constat s’impose : habiter chez ses parents n’a pas le même sens dans les deux pays. Si, en Espagne, on valorise la construction de soi dans la proximité physique avec la famille, en France, c’est la construction de soi dans l’éloignement qui est valorisée. Le fait que l’enfant quitte ses parents mais pas pour se marier : l’objectif est qu’il expérimente des événements et des situations nouvelles et non pas, comme en Espagne, qu’il se construise dans une logique de stabilité et de continuité personnelle et familiale. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant qu’on n’attende pas de sa part une solidarité familiale.

2En Espagne, la condition nécessaire et suffisante pour être considéré comme un adulte équilibré est de gagner sa vie, et non pas de vivre en dehors de chez ses parents. Les jeunes ne ressentent pas la vie chez leurs parents comme un obstacle pour devenir adultes et autonomes. La résidence commune avec eux apparaît, pour les jeunes, comme une situation définitive jusqu’au moment où ils auront suffisamment épargné pour s’installer en couple, tout en conservant le même niveau de vie. Les jeunes suivent une logique de stabilité dans laquelle ils recherchent une continuité dans leur mode de vie. Ils se disent satisfaits de la cohabitation et ne souhaitent pas partir pour vivre seuls. Les parents, de leur côté, ne poussent pas les enfants à partir. Au contraire ils les retiennent et leur font sentir qu’ils peuvent rester le temps qu’ils voudront. Ceci est un moyen pour les parents de favoriser chez leurs enfants la continuité d’un fort sentiment d’appartenance familiale et une forte identité statutaire.

3En France, les conditions nécessaires et suffisantes pour être considéré comme un adulte sont de gagner sa vie et de vivre dans un espace séparé de celui de sa famille. Les jeunes, par le fait de vivre avec leurs parents, ne se sentent pas complètement adultes et autonomes. Ils attribuent à la cohabitation un caractère provisoire, et même quand ils en sont satisfaits, ils la justifient comme le résultat d’une contrainte plutôt que d’un choix. Ils expriment un fort désir d’avoir un chez soi, seuls ou avec leur partenaire. Majoritairement, ils ont envisagé le départ et ont un discours construit sur celui-ci. Pour les parents, il est nécessaire qu’un jour, pas trop lointain, ils quittent le foyer, car ils considèrent qu’il n’est pas bon d’y demeurer trop longtemps. Il est douloureux pour eux d’envisager le départ de leur enfant mais ils savent que leur devoir c’est de lui permettre de s’en éloigner, pour qu’il puisse se construire librement. C’est unique- ment dans les cas où l’enfant remplit une fonction à la maison que l’attitude des parents favorise moins le départ.

4Un deuxième aspect est la dynamique que les parents entretiennent avec leurs enfants. Les parents espagnols mettent en place une logique de protection : leur devoir est d’être à la disposition de leurs enfants et de leur faciliter la vie quel que soit l’âge. Symboliquement, les parents montrent à leur enfant que, bien qu’il ait un monde à lui, il est important qu’il le partage, en partie, avec ses parents. Les jeunes ne vivent pas cette protection comme remettant en cause leur statut d’adulte. Ils ne font pas un lien entre indépendance et autonomie. Par exemple, quand ils ont un salaire, ils tiennent à le garder et ne considèrent pas que contribuer aux dépenses de la maison leur donnerait davantage d’autonomie. L’envers de cette protection est le contrôle que les parents exercent sur la sexualité ou les fréquentations des jeunes.

5En France, au contraire, les parents considèrent que leur devoir est de pousser l’enfant à être autonome et à se débrouiller par lui-même. Et de fait, ils le responsabilisent. Symboliquement, les parents montrent à leurs enfants qu’ils doivent se créer un monde personnel, séparé de celui de la famille. Les jeunes, de leur côté, valorisent le fait de pouvoir être indépendants et autonomes. La conquête de l’autonomie passe par l’indépendance économique, la seconde devenant pour les jeunes synonyme de la première.

6Le troisième aspect de la comparaison concerne la manière dont les jeunes construisent leur identité par rapport à leurs proches. Les jeunes espagnols le font dans des logiques de groupe. La dimension familiale joue un rôle important dans leur construction identitaire. Ils ont une identité statutaire plus forte que les Français. Ceci ne signifie pas qu’ils partagent tout avec leurs parents, car certains domaines restent personnels. Les jeunes français se construisent en réseaux avec leur famille, leurs amis et leur partenaire. Ils ont aussi un monde commun avec leurs parents, mais il semble qu’il est construit d’une manière plus égalitaire, les jeunes ayant une identité personnelle plus forte. Le but est de se rencontrer entre adultes, la dimension statutaire étant moins apparente. Ce monde commun est moins étendu que celui créé par les jeunes espagnols.

7Les amis et le partenaire font a priori partie de la vie personnelle des jeunes. Ce sont des relations choisies librement. Pour les jeunes espagnols, il est important de partager son monde à soi avec ses parents et non pas de les séparer. Ces derniers, souvent, connaissent bien les amis et le ou la partenaire de leur enfant. Celui-ci ou celle-ci est souvent intégré dans la famille comme un membre supplémentaire. Ceci a pour conséquence que les jeunes ont une forte unité identitaire : souvent, ils doivent présenter en même temps différentes dimensions de leur identité. Pour les jeunes français, il est important de conserver une séparation entre ces domaines. Ainsi, les amis et les partenaires constituent un univers personnel par rapport aux parents, bien que parfois ils se rencontrent. Les parents respectent le monde de leurs enfants et ne cherchent pas à bien connaître leurs amis ou leur partenaire. Trop vouloir savoir serait un manque de respect. Ceci fait que les jeunes ont une identité plus clivée. Il faut aussi souligner que les jeunes espagnols se trouvent plus souvent en contact avec les autres générations que les jeunes français, lesquels fréquentent soit leurs parents soit leurs pairs.

8Dans la vie avec les amis, les jeunes espagnols suivent des logiques de groupe d’une grande stabilité. Souvent ils conservent leurs amis d’enfance et continueront toujours à les fréquenter. Ceci est possible parce que les jeunes ne vivent pas dans des espaces différents, sinon, leur identité se transformerait sûrement.

9Pour les jeunes français, le changement est fréquent. Les amis proches ont une continuité dans le temps mais restent des éléments séparés, ils ne font pas partie d’un groupe. Par moments les jeunes français ont des groupes d’amis, mais ceux-ci correspondent à des activités et, lorsqu’elles s’arrêtent, le groupe finit par disparaître.

10En ce qui concerne le ou la partenaire, les jeunes espagnols l’intègrent au groupe familial et le partenaire y est considéré quasiment comme un membre de plus. Mais les jeunes essaient de garder quelques domaines personnels. Tout ce qui concerne les rapports sexuels reste en dehors du domaine familial. C’est un territoire personnel du jeune qu’il ne partage pas avec sa famille mais que celle-ci essaie quand même de limiter à travers le contrôle des horaires et des sorties. Pour les jeunes français, le partenaire n’est pas considéré comme un membre de la famille et ceci apparaît de la part des parents comme une preuve de respect pour leur enfant : ils ne veulent pas envahir son espace personnel. En même temps, la vie sexuelle et personnelle du jeune est reconnue par sa famille. Ainsi il a le droit de dormir et d’avoir des rapports avec son partenaire. C’est comme si les parents conféraient à leurs enfants une autonomie plus grande que celle que leur confèrent les parents espagnols. Il faut préciser que les traitements divergent souvent entre les filles et les garçons et que dans les deux pays, les garçons semblent avoir une autonomie plus grande.

11Certains des aspects développés peuvent se comprendre à travers la connaissance dans les deux pays de l’idée d’intimité de l’individu. En France, l’individu est valorisé. Il a le droit de faire ses choix, d’avoir une intimité et celle-ci doit être respectée par les autres. Aimer quelqu’un, c’est le respecter en tant qu’individu et respecter son intimité. En Espagne, l’individu doit, dans un premier temps, essayer de s’ajuster aux attentes du groupe, et notamment du groupe familial. S’il n’y parvient pas, le groupe s’adapte mais tente d’abord de ramener la personne sur le droit chemin. Aimer quelqu’un ne signifie pas le respecter en tant qu’individu. Aimer quelqu’un signifie vouloir son bien et se soucier de lui, qu’il le souhaite ou non. Nous devinons bien que se soucier de l’autre ne correspond pas toujours à l’envie que l’autre peut avoir.

12Pour conclure nous pourrions dire que l’idéal type de la construction identitaire des jeunes espagnols serait celui d’une grande stabilité, de la proximité, d’une continuité, de l’unité et d’une logique de groupe, alors que celui des jeunes français serait celui du changement, de l’éloignement, de la discontinuité, du clivage et de la logique de réseaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540