Version classiqueVersion mobile

Réformer la police

 | 
Catherine Denys
, 
Brigitte Marin
, 
Vincent Milliot

Première partie. Études

Des mémoires pour réformer la police : le cas du duché de Milan au XVIIIe siècle

Livio Antonielli
Traduction de Aline Durel

Texte intégral

  • 1 Sur les mémoires de police en France, voir V. Milliot, « Écrire pour policer : les “mémoires” poli (...)
  • 2 L’étude qui fait le plus grand usage du riche matériel documentaire sur le thème de la police que (...)

1En Italie, la production des « mémoires » policiers n’offre guère de grandes œuvres, études ou réflexions de nature à marquer profondément, par des scansions chronologiques, le développement de cette importante branche de l’organisation institutionnelle de la société qu’est la police, et à dessiner un contexte idéologique qui puisse se traduire en solides orientations interprétatives. Que l’on pense, par exemple, dans le cas français, à la scansion déterminée par une œuvre telle que celle de Delamare, mais aussi à la contribution apportée à la consolidation du mythe de la Lieutenance générale de police de Paris par des mémoires de grande consistance, comme ceux du commissaire Lemaire et du lieutenant Lenoir1. Ou encore à la force des sciences camérales de l’aire allemande, à la vaste littérature qui s’y rattache, accompagnée d’une production normative et réglementaire sans égale. Pour l’Italie, le pôle documentaire le plus dense et le plus significatif concerne la Toscane, en particulier pour les quinze années de gestation du code pénal de 1786 qui, dans sa production préparatoire, connut entre autres la réforme de police de 1777 qui suscita une intense production de mémoires et d’études2.

2Dans les autres États de la Péninsule, en revanche, le débat sur le thème de la police est moins riche et surtout moins original. Pour le duché de Milan au XVIIIe siècle, soumis à partir de 1706 à la domination de la Maison d’Autriche, le moment auquel se développe une réflexion à plusieurs voix sur ce thème coïncide temporellement avec le cas toscan. La stimulation provient des Habsbourg qui, mettant l’accent sur la police à partir du caméralisme des von Justi et von Sonnenfels, incitent à un changement de pensée en la matière dans leurs territoires. Ce n’est donc pas par hasard que la réflexion sur la question d’une réforme de la police dans le Milanais apparaît autour de 1770. La souveraine Marie-Thérèse réaffirmait dans une déclaration de septembre 1771 :

  • 3 « Già da qualche tempo pensiamo ad un provvedimento, che non lasci mancare nulla al sistema di cod (...)

« Déjà depuis quelque temps nous pensons à une disposition qui ne laisserait rien à désirer quant au système de la Police Publique, tant il est nécessaire pour conserver la sécurité, l’ornementation extérieure et la netteté de la Cité et des rues, l’abondance et le bon commerce des produits et la santé publique ; des objets sur lesquels reposent en grande partie la tranquillité et la félicité publique qui nous tiennent tout particulièrement à cœur3. »

3Donc, dans le sillage d’une police encore perçue comme comprenant un large spectre de compétences – la tradition caméraliste habsbourgeoise ne pouvait que le suggérer –, on sollicitait de l’administration milanaise, par cette déclaration, la formation d’un « Plan bien dirigé de Police et de Santé ».

  • 4 C. Capra et M. T. Ciserani, « Criminalità e repressione della criminalità in Lombardia nell’età de (...)

4À cette invitation, furent rédigés durant ces années divers projets de police qui ne peuvent qu’improprement être définis comme des « mémoires de police », mais qui sont pourtant des réflexions systématiques sur la situation de la police et sur les perspectives de sa réorganisation. Carlo Capra et Maria Teresa Ciserani, dans un article sur la criminalité et sa répression, rappellent trois contributions de ce genre, publiées au cours de quelques années, respectivement dues au marquis Francesco Carpani, au capitaine Francesco Molina et au Florentin Vicenzo Ristori4.

  • 5 Sur le passage des battitori aux brigades financières, voir L. Antonielli, « Dalla ferma mista all (...)
  • 6 C. Capra, « Il Settecento », op. cit., p. 431.

5Le climat, dans le duché de Milan, était alors en grande mutation. L’année 1771 marque ce que l’on a appelé le tremblement de terre institutionnel, déjà précédé en 1770 de symptômes concrets. Durant cette année-là, en effet, le contrat avec les fermiers généraux fut résilié de façon anticipée ; les finances furent réorganisées en une administration unique, avec une Inspection générale pour son contrôle et la substitution des détachements armés des fermiers généraux, ceux que l’on appelait les battitori, par des brigades financières dépendant de l’administration5. Puis, une Chambre des comptes fut instituée, dans la droite ligne de ce qui était déjà expérimenté en Belgique. Le 23 septembre 1771 était enfin publiée la nouvelle organisation des ministères milanais qui comportait, au sommet, le renforcement du collège des consulteurs, la réforme du Sénat avec une plus claire répartition des compétences et, à la place du Conseil suprême de l’économie supprimé et des nombreux conseils, l’institution du nouveau Magistrato Camerale. Comme l’a écrit Carlo Capra, « la réforme de 1771 étendait aussi à l’État de Milan cette nette séparation entre les affaires judiciaires et les compétences administratives, et ce contrôle unifié sur la gestion de l’argent public qui, en Autriche, avaient déjà été introduits au cours des décennies précédentes6 ».

6Toujours en 1771, fut célébré le mariage de l’archiduc Ferdinand et de Marie-Béatrice d’Este, avec pour conséquence l’installation du très jeune archiduc comme gouverneur de Milan et la progressive marginalisation du ministre plénipotentiaire, le comte de Firmian. Au vu de l’événement, la question de l’ordre public prenait une importance plus marquée que jamais, exhortant donc à un projet de réorganisation de la police.

  • 7 Id., « Un precursore delle riforme in Lombardia : Francesco Carpani (1705-1777) », dans P. Alatri (...)
  • 8 À propos des deux rédactions de l’œuvre et des datations probables, C. Capra, « Un precursore… », (...)

7Dans ce contexte, nous trouvons différents personnages engagés dans une réflexion sur la police milanaise : tout d’abord, le marquis Francesco Carpani, personnalité d’importance des Lumières lombardes. Carlo Capra a retracé de lui un portrait soigné qui met en relief ses traits de patricien et d’homme des Lumières atypique. En effet, comme patricien, à la différence de la très grande majorité des représentants de la classe dirigeante milanaise, il n’avait pas de formation juridique, ayant été militaire dans sa jeunesse et s’étant ensuite consacré avec passion à l’étude des disciplines qu’Antonio Genovesi qualifiait d’« utiles », comme l’agriculture, l’économie, etc. C’était également un homme des Lumières atypique : né en 1705, il était dans un certain sens en avance sur son temps pour la défense de certaines thèses et s’était retrouvé isolé ; plus tard, quand la pensée des Lumières milanaises se fut concentrée autour du cercle des Verri et Beccaria, il souffrit, vis-à-vis de ces fortes personnalités, d’une sorte de position de désavantage découlant de son appartenance à une autre génération et, objectivement, d’une moindre originalité de propositions7. Toutefois Carpani continua durant de longues années à rédiger des mémoires de longueurs et natures variées, principalement sur des thèmes économiques, et régulièrement soumis à l’examen des autorités supérieures. Appelé en 1767 à faire partie d’une commission chargée de la visite des lieux de charité de l’État, il s’était engagé dans une véritable enquête sur le paupérisme milanais, en remplissant, pour chaque paroisse, des tableaux précis dans lesquels les pauvres étaient classés par catégories. De là à l’examen à la police et aux mesures que celle-ci devait adopter pour affronter le phénomène de la pauvreté, il n’y avait qu’un pas. Peu de temps après, probablement en 1769, il rédigea un Progetto di polizia per i poveri (Projet de police pour les pauvres), texte qui, avec quelques légères modifications, devint en 1771, à la lumière de la conjoncture que l’on a décrite, le Progetto per un piano di polizia in Milano (Projet pour un plan de police à Milan)8.

  • 9 Le manuscrit du Progetto per un piano di polizia in Milano, copie anonyme, se trouve conservé à l’ (...)

8Le lien entre ce mémoire9 et l’enquête sur le paupérisme lombard est transparent : Carpani lui-même admettait qu’à l’origine de ce travail résidait la volonté de « pénétrer les causes pour lesquelles la pauvreté s’amassait à Milan ». L’explication ensuite adoptée était la plus immédiate possible : s’il y avait tant de pauvres à Milan, cela résultait de la « richesse de nos Lieux de Charité, qui attirent à eux non seulement les pauvres des alentours [contado] et de l’État mais aussi de toute la Lombardie ». La richesse de la cité, qui offrait du travail, en particulier aux journaliers et aux serviteurs, associée à la capacité des structures d’assistance à soutenir un nombre significatif d’indigents expliquaient pourquoi, surtout pendant les mois d’hiver, pénétraient là tant de pauvres, plus qu’en réalité il ne pouvait en être secouru, avec pour conséquence des désordres et des délits commis.

  • 10 Sur l’origine ancienne de la distinction entre les pauvres méritants et non méritants, laquelle se (...)
  • 11 Cf. L. Garlati Giugni, Inseguendo la verità. Processo penale e giustizia nel « Ristretto della pra (...)
  • 12 « Con precetti penali agli Anziani della sua giurisdizione, che debbano […] fargli una ben esatta (...)

9Les solutions proposées restaient dans le domaine des mesures courantes pour l’époque. Une fois les pauvres répartis, comme il convenait, en différentes classes10, il fallait procéder à l’activation d’une structure de contrôle adaptée, imaginée en mêlant différents éléments de nouveauté et de tradition. La nouveauté, si on peut ainsi la définir, résidait dans la création d’un ministre ou inspecteur de police, rappelant le modèle parisien de la Lieutenance ; le lien avec la tradition locale résidait dans le choix de s’appuyer, en tant qu’exécuteurs distribués sur le territoire, sur ceux que l’on appelait les Anziani (Anciens), figures liées à l’organisation coutumière de contrôle du territoire urbain. Répartis dans les paroisses, avec des devoirs de surveillance et de délation à différents niveaux, ils étaient soumis aux ordres du Magistrato di Sanità (Bureau de Santé), pour le compte duquel ils accomplissaient des tâches de contrôle sur les décès et les sépultures. Il s’agissait de charges électives peu rétribuées, qui trouvaient une compensation dans l’exercice même des fonctions attribuées. Ces figures étaient aussi bien présentes dans d’autres domaines, avec des dénominations variables, Consoli, Degani, etc. Dans la situation lombarde, milanaise en particulier, ils étaient mentionnés dans les statuts depuis longtemps11 : les tâches qui leur étaient dévolues étaient variées mais ils devaient en premier lieu recueillir des informations sur les pauvres et les vagabonds et les transmettre aux autorités de gouvernement. Comme le demandait en 1734 le Conseil de gouvernement au Capitaine de justice et aux autres juges de la cité de Milan, on ordonnait « avec des préceptes pénaux aux Anciens de sa juridiction, qu’ils devaient […] lui faire une notification très exacte des personnes oisives et vagabondes12 ».

  • 13 Progetto per un piano di polizia in Milano, cité note 9.
  • 14 Sur l’articulation du territoire urbain en fonction des exigences de contrôle et de police, la bib (...)
  • 15 Progetto per un piano di polizia in Milano, op. cit. En effet, Carpani présentait une étude qu’il (...)
  • 16 Carpani pensait la paroisse « à l’anglaise », comme entité administrative civile qui pouvait dépas (...)

10La proposition de Carpani allait dans le sens d’une réhabilitation de ces personnages qui devaient bénéficier d’« un salaire raisonnable pour vivre13 », nécessaire pour leur permettre d’accomplir leur fonction de pivot du nouvel ordonnancement de la police. Celui-ci était tout d’abord intégré, comme on le faisait depuis des années dans de nombreuses villes européennes, à une organisation fonctionnelle du territoire selon les besoins de la police14. Aussi Carpani demandait-il que l’on procédât à un découpage rationnel de la cité, avec des cartes analytiques du territoire : une articulation administrative selon la traditionnelle subdivision en six grands quartiers correspondant aux principales portes de la cité, mais accompagnée surtout d’une division nouvelle et plus fonctionnelle du territoire urbain en paroisses. Le découpage existant, en 67 paroisses, présentait des déséquilibres inacceptables, en ce qu’« il s’en voit qui contiennent plus de 3 000 âmes et d’autres qui n’arrivent pas à 10015 ». Il proposait donc une réduction à environ 40 paroisses16 : à chacune d’elles serait rattaché un Anziano, personnage qui commençait, de façon encore diffuse, à être perçu comme un officier civil dépendant directement de l’autorité de police.

11Ces Anziani voyaient augmenter leurs tâches, car Carpani envisageait qu’ils devinssent l’instrument du système maillé de contrôle de la population rendu possible par un découpage plus rationnel du territoire. Ils devaient donc numéroter toutes les maisons et chacun devait conserver, à son domicile, une carte imprimée des maisons et des édifices religieux et civils de sa compétence, sur laquelle inscrire les noms de tous les habitants (premier pas, donc, vers un registre d’état civil). Liste qui ne devait pas se limiter aux seuls noms, mais qui devait être accompagnée d’indications sur le statut social des individus. Ensuite il devait contrôler les aubergistes et les logeurs, en se faisant régulièrement remettre les listes des étrangers présents sur le territoire urbain. En outre, il devait ficher dans un registre à part les ouvriers et les domestiques, car ces catégories risquaient toujours de tomber dans l’indigence, mais aussi tenir une liste complète des pauvres, subdivisés en catégories, avec une attention particulière pour les personnes extérieures à la cité, car elles seraient les premières à éloigner du territoire urbain. Il devait encore tenir le compte, entre autres, des filles nubiles, des marchands de matériaux combustibles et des déménagements.

  • 17 V. Milliot (« La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du XVIe siècle aux année (...)

12Au sommet, comme nous l’avons déjà dit, Carpani prévoyait un ministre de Police, retenant en cela le choix, opéré à Paris avec l’établissement de la Lieutenance générale, de se doter d’un ministère autonome spécifiquement consacré à la gestion de ces affaires. Aussi est-il clair que préfigurant une utilisation systématique, quasi professionnelle, des Anziani, l’auteur se référait aux commissaires et inspecteurs du modèle parisien. Les problèmes que l’on voulait résoudre, dont les vastes attributions conférées aux Anziani sont le miroir, étaient finalement les mêmes auxquels on avait apporté une réponse (ou on était en train de le faire) dans les plus importantes villes de l’Occident européen : en premier lieu l’organisation du territoire à des fins de contrôle de police (on pense, par exemple, aux projets d’illumination nocturne et de numérotation des immeubles) mais ensuite aussi la perspective d’un usage et d’un contrôle plus efficace des aubergistes, hôteliers et logeurs, depuis toujours canaux privilégiés du contrôle sur les non-résidents (dans ce domaine aussi, on reste parfaitement en ligne avec le modèle parisien, bien qu’avec un retard significatif sur ce qui se faisait à Paris, modèle de référence par excellence)17.

13Le mémoire de Carpani apparaît donc comme une réflexion sur des méthodes qui permettaient d’organiser à Milan une police sur le modèle de celle de Paris, directement dépendante du souverain et détachée des tribunaux, avec l’ajout d’une série de propositions pour activer des formes raffinées de contrôle social qui dénotaient une attention de l’auteur pour ce qui était en projet ou réalisé dans les pays européens les plus avancés, au cours de ces années.

  • 18 La déclaration royale de Marie-Thérèse du 30 septembre 1771 (cf. ci-dessus, note 3) nous dit que M (...)

14Le deuxième mémoire considéré ici, celui du comte Francesco Molina, est assurément plus simple et moins brillant que celui de Carpani mais, en substance, ne s’en éloigne guère. Molina était de noblesse très récente et, comme Carpani, ancien militaire bien que, à la différence de celui-ci, il n’eût pas abandonné le service dans son jeune âge, puisqu’il avait poursuivi dans la carrière des armes jusqu’à sa mise au repos pour inaptitude physique, avec le grade de capitaine18. Comme Carpani, il avait élaboré son mémoire à la suite des incitations provenant du milieu gouvernemental.

  • 19 F. Molina, Idea del Piano della Soprintendenza Generale alla Polizia della Città di Milano, annexé (...)

15Comme dans le cas précédent, la proposition de Molina ne se caractérise pas par son originalité19. Le fondement en est absolument similaire, même si Molina a modifié les dénominations de quelques personnages : ainsi à la tête de la police, que l’on voulait de toute façon autonome, se présente un Soprintendente generale (surintendant général), au service et sous les ordres duquel agissent une vingtaine de commissaires. Selon Molina, c’est à eux, et non aux Anziani prévus par Carpani, que revenait d’accomplir les tâches d’un contrôle méticuleux de la société, au cœur d’une cité aux espaces rationnalisés selon les exigences de la police. Les Anziani, puisqu’ils existaient déjà effectivement, n’étaient pas oubliés mais ils restaient confinés aux tâches limitées de soutien et d’aide à l’action des commissaires, en accord, donc, avec leur rôle traditionnel d’officiers bourgeois. Il revenait alors aux commissaires de connaître, maison par maison, la population et les statuts sociaux correspondants, d’identifier et de ficher les pauvres, de prendre soin de la propreté urbaine, des rues et des marchés, etc.

  • 20 Trattato brevissimo dei mezzi usati dagli antichi romani e dai francesi per la pubblica sicurezza, (...)

16En ce qui concerne le troisième mémoire, celui de Vincenzo Ristori, un des juristes toscans envoyés à Milan et intégrés dans les appareils de gouvernement à la suite du passage du grand-duché de Toscane aux Habsbourg-Lorraine, le rappel de l’organisation de la police française est encore plus explicite que dans les deux cas précédents : l’auteur consacre en effet une entière section de son travail20 au système de police parisien, décrit à partir de Delamare et de la Lieutenance générale, c’est-à-dire à partir des passages destinés à marquer une nette division entre un avant et un après dans la conception de la police. Pour le reste, les propositions de Ristori pour la réorganisation de la police de Milan et du duché sont peut-être moins articulées que celles de Carpani et de Molina : on imagine aussi, dans ce cas, un inspecteur de police et, en général, une organisation de la police autonome par rapport à l’appareil judiciaire dans laquelle les différents acteurs sur le territoire, des Anziani aux Bargelli et à leurs hommes, devaient constamment se référer à l’inspecteur ; mais l’articulation des propositions est moins analytique et prévoit même le recours à d’anciens instruments coutumiers à l’inefficacité avérée, parmi lesquels l’armement des paysans afin de combattre la criminalité dans les campagnes grâce à une mobilisation auto-organisée de la population locale.

  • 21 «La grave occupazione de’ Giudici d’invigilare su’ de’ ladri, che già travagliavano, e vanno trava (...)

17Les trois mémoires présentent donc une forte homogénéité, confirmant combien certaines idées concernant la police et l’ordre public étaient répandues. L’attention est décisivement tournée vers le contrôle des couches sociales les plus fragiles, perçues comme canaux de diffusion de ces comportements déviants dont la dangerosité était toujours plus vivement ressentie, et vers les instruments à adopter pour obtenir de tels résultats, comme la numérotation des édifices, la tenue de registres par les aubergistes et les logeurs, le recensement des pauvres et des sujets risquant de tomber dans la misère, l’attention exacerbée portée à tous les sujets étrangers à la communauté, etc. Dans le même temps la police est toujours désignée comme un instrument institutionnel à la spécificité marquée, instrument qu’on ne peut plus abandonner aux mesures générales des juges criminels, mais que l’on doit placer entre les mains d’un officier spécialisé, dont dépend exclusivement et en propre un réseau d’acteurs rationnellement répartis sur le territoire. Comme l’écrivait de façon peut-être ingénue Francesco Molina, « la grave occupation des Juges de veiller sur les voleurs qui tourmentent et tourmentent encore la société et de faire passer en procès ceux qui sont arrêtés, leur ôte le temps d’enquêter sur l’origine de ces mêmes voleurs, nécessités qui méritent une attention spéciale21 ».

  • 22 «Vicomagistri, ch’erano scelti fra gli abitanti della Contrada, e dipendevano dalli Curatores, o C (...)

18Les trois textes témoignent d’une adhésion à ces lignes directrices, en les accompagnant, dans quelques cas seulement, de propositions originales destinées à adapter de tels schémas à la concrète réalité institutionnelle du duché et de Milan en particulier. Pour citer un exemple, le mémoire de Carpani s’efforce en effet de relier nouveauté et tradition, en confiant l’action concrète sur le terrain à des personnes comme les Anziani pour lesquels il propose de façon explicite une distribution plus rationnelle sur le territoire et revendique une dépendance plus organique de l’autorité civile. Ce point apparaît clairement quand, pour rappeler l’origine de ces officiers, il se réfère à ces figures institutionnelles de la Rome antique que sont les « Vicomagistri, qui étaient choisi parmi les habitants de la rue, et dépendaient des Curatores, ou Commissaires de quartier, lesquels recevaient des ordres du Préfet de la Cité22 ». Mais au moment où il proposait de confier à ces figures institutionnelles d’officiers-bourgeois, au profil alors encore semi-professionnel, une charge de travail imposante, il n’affrontait pas avec le même soin le problème du changement de statut que cela aurait induit et, par conséquent, la question des coûts que l’opération entière aurait fait peser sur les caisses publiques. Dans une cité de 108 000 habitants, comme l’était déjà Milan aux environs de 1760, la subdivision proposée du territoire en 40 Anzianerie aurait représenté pour chaque Anziano plus de 2 500 personnes à contrôler en permanence, dont il fallait connaître la situation sociale, les besoins économiques, la mobilité et les activités. Au contrôle de la population résidente devait s’ajouter celle, plus difficile mais dans le même temps plus importante, des étrangers et des vagabonds, qui nécessitait une mobilité sur le territoire et des inspections continues dans les établissements publics. Enfin, il fallait être disponible, à l’occasion, pour répondre aux ordres du ministre de Police, pour la tenue des registres et la rédaction de rapports, engagements qui formaient un ensemble d’activités et une charge de travail énormes pour une seule personne, même dans le cas d’un exercice professionnel et d’un emploi stable, et dans tous les cas inimaginable à mettre en place sans un salaire adapté.

  • 23 « Quanto sarà facile fare delle economie, e risparmi nell’amministrazione della suddetta regalia, (...)

19Certes, Carpani aborde la question dans son mémoire mais d’une façon que je qualifierais d’expéditive et superficielle. Après avoir affirmé, comme on l’a vu, que les Anziani devaient disposer d’« un salaire raisonnable pour vivre », il posait, dans la partie finale du Progetto, le problème du financement de l’ensemble de l’opération, c’est-à-dire comment faire face aux coûts d’une structure articulée autour d’un ministre ou d’un Intendant de police et d’un dense réseau d’Anziani. La solution proposée paraîtrait assez vague si Carpani ne s’était pas, dans ses études, occupé en premier lieu d’économie politique et si, en raison de ses compétences, il n’avait été, vers 1771, employé au Supremo Consiglio d’economia puis au cœur du nouveau Magistrato camerale. Il esquissait donc l’idée d’attribuer à la police un solide revenu découlant des taxes sur les marchandises, que Carpani se proposait de mieux définir en d’autres lieux quand, justement, il aurait démontré « combien il sera facile de faire des économies et d’épargner dans l’administration de cette ressource, lesquelles seront plus que suffisantes à l’entretien d’un Tribunal si nécessaire23 ».

  • 24 Mémoire sur la réforme de la police de France, soumis au Roi en 1749 par M. Guillauté, officier de (...)
  • 25 Ibid., p. 99.

20Dans la proposition de Carpani, il est presque possible d’apercevoir ce qu’avait écrit en France, une vingtaine d’années auparavant, sur des thèmes analogues, un officier de la maréchaussée d’Île-de-France, Guillauté qui, dans un de ses mémoires24 pour une réforme de la police, avait proposé de créer une nouvelle figure, le syndic, ajouté aux inspecteurs de la Lieutenance parisienne déjà en activité. Ce personnage, par rapport aux inspecteurs impliqués dans le contrôle de l’ordre public et dans les enquêtes, devait être principalement engagé dans ce que nous appellerions aujourd’hui la « police de proximité », donc dans un éventail de tâches qui reprenaient une partie conséquente des attributions imaginées par Carpani pour les Anziani. En vérité, Guillauté pensait que les syndics devaient remplir, outre ces tâches de police, des fonctions de percepteurs des impôts. Plus intéressant, il prévoyait, comme Carpani, un système de rémunération qui ne devait reposer « ni sur l’État ni sur les particuliers25 », mais qui consistait, sur le modèle londonien, en la récupération des profits de la gestion d’un service de poste citadine qui leur aurait été confié.

  • 26 Voir, de toute façon, les observations de V. Milliot, « Écrire pour policer… », op. cit., p. 31.
  • 27 C. Capra (« Un precursore delle riforme in Lombardia… », op. cit.) montre clairement le lien entre (...)

21Cela ne signifie pas que Carpani connaissait l’œuvre de Guillauté (ce que l’on ne peut exclure), mais du moins pensait-on dans les deux cas à une réforme « à coût zéro » pour les caisses publiques. Il s’agissait moins de s’appliquer à une solution financière opératoire et concrète, que d’éviter d’alarmer les destinataires de ces écrits, c’est-à-dire l’entourage du gouvernement, sur les coûts impliqués par la mise en place de la réforme. Je ne sais pas si ce choix avait la même motivation pour Guillauté et pour Carpani ni si, en l’occurrence, ça peut avoir une quelconque importance26. Il est certain que, dans le cas de Carpani, le mémoire n’était ni une réflexion culturelle sur la meilleure forme possible de police pour Milan, ni un examen pragmatique, à la demande des autorités de gouvernement, des solutions les plus opportunes pour adapter l’organisation de la police milanaise aux mutations des exigences de contrôle. Plus précisément, il existait bien une motivation de ce genre puisque cet écrit était à l’origine le rapport conclusif de la participation de Carpani à la commission chargée, en 1767, de la visite des lieux de charité de l’État. Mais les exigences posées par la demande de Marie-Thérèse à l’administration de l’État de Milan en 1771, pour obtenir un plan de réordonnancement de la police, avaient incité Carpani à adapter son mémoire non seulement à un thème différent mais aussi à un autre objectif. Le Progetto per un piano di polizia in Milano avait en effet une autre motivation directe : l’auteur voulait se porter candidat à la charge de responsable de cette nouvelle police milanaise27 que la souveraine désirait voir réaliser.

  • 28 Déclaration du 30 septembre 1771, citée note 3.
  • 29 Molina qui, pour des raisons physiques, avait dû demander sa mise au repos et donc abandonner la c (...)

22Dans le cas de Molina, la situation était, de la même façon, tout à fait explicite. En effet, la déclaration souveraine de Marie-Thérèse de 177128, dans laquelle les administrations milanaises étaient encouragées à soumettre un plan de réforme de la police, tirait précisément ses origines du fait que Molina, alors à Vienne, avait soumis à la souveraine son Idea del piano della Soprintendenza generale. La première partie de la déclaration, consacrée à une demande de Molina exprimée dans la supplique accompagnant son texte29, révélait en effet qu’au mémoire sur la police de Milan était jointe une demande supplémentaire du même auteur pour que « lui revienne, par Notre appui, la charge de l’administrer [sopraintendervi] ». Marie-Thérèse avait donné son accord de principe, invitant le gouvernement à prendre de préférence en considération « la personne dudit Comte Molina pour le destiner de façon stable à la surintendance subalterne d’une partie de cette même police publique ».

23Donc, aussi bien Carpani que Molina avaient présenté leurs réflexions sur la police dans le but d’obtenir de la part du gouvernement une charge de direction dans la nouvelle organisation. Ristori faisait aussi référence, dans ses écrits, à la charge d’inspecteur de police dont on disait qu’elle était en train d’être mise en place, mais pour laquelle, en réalité, rien n’avait été encore décidé sur ce qu’elle recouvrirait. En somme, dans chacun de ces trois cas, le projet d’un plan de police était en premier lieu une opération destinée à présenter à la souveraine ses propres créances pour obtenir une place adéquate. Dans la droite ligne du sentiment de l’époque, et selon ce qui semblait être les intentions de Vienne, on s’est inspiré du triomphant modèle parisien, cherchant avec un succès mitigé à l’adapter à la réalité institutionnelle milanaise. En fonction de ces visées, il était naturellement opportun de se montrer parfaitement informé de ce qu’étaient les idées alors les plus convaincantes en matière de police, comme il était également bon de rechercher les bénéfices qui auraient découlé d’une pareille réorganisation. Il aurait été moins habile, dans une telle situation, d’exposer les difficultés, surtout en termes de coûts, du nouvel agencement. Molina et Ristori avaient évité le problème en n’en parlant pas. Carpani l’évoquait, mais il en avait minimisé la portée en faisant allusion à une solution facilement accessible qui ne devait pas alarmer le gouvernement, et ne pouvait donc ralentir ni compromettre l’avenir de la réforme.

  • 30 C’est en 1749, avec la réforme des offices, qu’est fait le premier pas vers l’abolition de la véna (...)
  • 31 C. Capra (« Il Settecento », op. cit., p. 255-256) présente la longue consulte du Magistrato Ordin (...)
  • 32 Cf. L. Antonielli, « La polizia nello Stato di Milano tra antico regime ed età napoleonica. Appunt (...)
  • 33 C. Capra, « Il Settecento », op. cit., p. 535-536.

24Qu’une crainte de ce genre ait pu s’exprimer à l’origine est vraisemblable, si l’on pense que, dans ces années-là, dans le duché de Milan, l’État tendait à prendre en charge la gestion directe de nombreux secteurs de l’administration publique, précédemment laissés en gestion externe ou mixte (comme c’est le cas de la réorganisation déjà évoquée de l’administration financière de 1770), avec des mesures destinées à éroder les espaces, encore bien présents, de gestion autonome des charges publiques. Ainsi, entre 1749 et 1771, des mesures furent prises contre la vénalité des charges, ainsi que des dispositions pour l’abolition des honneurs et des épices30 que, quelques années auparavant, le gouvernement et les principales magistratures de l’État étaient encore prêts à défendre en les considérant comme partie intégrante du salaire des officiers et fonctionnaires31 : une transformation qui devait nécessairement s’accompagner de l’attribution, sur les caisses de l’État, de salaires plus décents que ce qu’ils avaient pu être et, en général, de plus grandes responsabilités économiques et organisationnelles dans le fonctionnement de la machine d’État. Le réagencement de la police s’insérait dans ce contexte : en 1753, une réorganisation des exécuteurs de justice actifs à Milan, qui constituaient ce qui ressemblait alors le plus à un corps structuré de police, avait déjà été tentée, en créant un corps spécifiquement en charge de la gestion des affaires criminelles complètement rétribué sur les caisses publiques32. Mais ce projet se situait dans une perspective encore limitée, très différente de ce qui était au contraire envisagé en 1770-1771. Pourtant, le contexte n’était pas tout à fait mûr, si bien qu’il fallut attendre 1787 pour qu’à Milan soit réellement mis en activité l’Office de police33, que nous pouvons considérer, par ailleurs, comme le produit de ce moment fertile en projets qui retient ici notre attention.

25La conscience qu’une intervention de réorganisation ne pouvait pas faire abstraction de l’implication directe de l’État et des caisses publiques, qu’elles fussent étatiques ou communales, était donc chose acquise. Un renforcement de la capacité d’intervention de la police, ce que projetait surtout Francesco Carpani dans son Progetto, aurait comporté un déploiement d’hommes et de moyens largement supérieur à ce qui était supporté par les caisses publiques du duché dans les années au cours desquelles il écrivait. Du moment que l’occasion de soumettre à la souveraine un projet de police était étroitement lié à l’opportunité de parvenir à une charge au sommet de l’institution, il était de l’intérêt de Carpani de présenter brillamment le projet dans son ensemble, afin de susciter un jugement favorable sur ses compétences et sa maîtrise du sujet, mais de laisser de côté les modalités concrètes d’application ainsi que les coûts de l’entière opération.

  • 34 On se souvient que la déclaration de Marie-Thérèse avait été envoyée en date du 30 septembre 1771 (...)
  • 35 Évidemment les choses se passèrent de façon totalement différente. D’une part, le gouvernement ne (...)
  • 36 «Per tale soprintendenza non intende il Capitano Molina di urtare contro le ispezioni appoggiate a (...)

26Molina qui, comme on l’a dit, évitait tout à fait d’aborder la question, montrait pourtant d’une autre manière une préoccupation du même type. Sa crainte n’était pas de présenter un système de police vaste et coûteux, au point de faire renoncer a priori au projet (bien que lui aussi, comme Carpani, même si de façon moins précise, et surtout dans le cadre d’une conception plus traditionnelle et peut-être plus rassurante des activités de police, ait exposé un minutieux système de contrôle sur l’ensemble de la population citadine). Ce que lui faisait craindre un rejet du projet, et donc l’échec de sa candidature à une responsabilité dans la nouvelle police, se situait à la racine même du modèle proposé, c’est-à-dire dans l’adoption du système parisien qui présupposait l’établissement d’un tribunal de police directement dépendant de l’autorité supérieure et sans plus aucune subordination aux tribunaux criminels qui traditionnellement géraient, au sens le plus large, l’objet criminalité. En effet, l’Idea del Piano della Soprintendenza Generale alla Polizia della Città di Milano avait été en réalité soumise par Francesco Molina à la souveraine quelque temps auparavant, avant que cette dernière n’eût envoyé à Milan la déclaration dans laquelle, entre autres choses, elle demandait aux autorités locales de recueillir des projets pour une réforme de la police. Molina, informé que ses écrits avaient été accueillis avec bienveillance, au point que la souveraine avait, toujours dans la même déclaration, évoqué sa candidature comme Surintendant, avait en conséquence prévu, répondant à l’invitation de la souveraine, un nouvel envoi de son mémoire. Il l’accompagnait d’un écrit supplémentaire, le Promemoria, che rassegna il Conte Capitano Molina all’Ill. mo Sig. Senatore Muttoni, quale delegato dal Senato eccell. per riferire il voto del Fisco eccitato dallo stesso Tribunale a dire le sue occorrenze intorno al Reale Dispaccio delli 3 di ottobre 177134, auquel le plan lui-même était annexé. Dans ce Promemoria, l’auteur, qui se sentait au fond de lui sûr de la charge35, s’engageait à expliquer de façon encore plus convaincante chacune des considérations pourtant déjà contenues dans le mémoire, considérations qui justement cherchaient à limiter l’impact négatif redouté, qui aurait pu découler de l’adoption d’un tel système. En effet, dans une sorte de discours d’investiture à la charge de Surintendant, Molina déclarait : « Pour cette surintendance le Capitaine Molina n’entend pas heurter les inspections liées aux Tribunaux Royaux et Civils […] au contraire, il désire […] faire mettre à exécution ces lois, que ces mêmes Tribunaux veulent voir observées36. » Ajoutant immédiatement, pour éviter que ne soit dévalorisée l’autorité de la nouvelle charge à lui destinée :

  • 37 « Con l’ispezione della Polizia, che si accordi al Conte Capitano Molina niente disturberà la risp (...)

« Avec l’inspection de la Police que l’on l’accorde au Comte Capitaine Molina, rien ne dérangera la tâche respective des Juges ; au contraire, quelque coupable qu’il trouve, dans un domaine ou un autre, relevant des Gride, du Gouvernement, des Tribunaux de Santé ou de Provision, il aura soin de le remettre à ce Tribunal ou Juge pour l’examiner et le condamner, ne voulant le Comte Molina s’immiscer dans ce qui regarde les procès et la sentence. Les personnes salariées par Sa Majesté, ou par le Public, qui sont destinées à veiller à la quiétude publique, et qui exécutent les ordres des Juges, devront l’assister ponctuellement, au cas où ils seraient mis au service de l’Inspecteur de la Police ; c’est pourquoi il souhaiterait être considéré de la même façon que les autres Juges, dépendants des Tribunaux Suprêmes, comme cela se pratique dans d’autres Cités, où cette charge est en usage37. »

  • 38 Sur la façon dont l’établissement de la Lieutenance générale en 1667 a entraîné une diminution des (...)

27Molina craignait l’opposition des grands tribunaux et, en premier lieu, du Sénat. Raisonnement irréprochable, qui reprenait totalement l’expérience de ce qui s’était produit à Paris avec l’établissement de la Lieutenance générale de police à la fin du XVIIe siècle38. En effet, la résistance du Sénat peut aussi avoir influé sur le choix gouvernemental de ne pas procéder, en 1771 et dans les années suivantes, à un réagencement de la police, bien qu’il soit plus vraisemblable, étant donné la masse des interventions conduites, en 1770-1771, pour la réorganisation des magistratures de l’État, de penser à une précaution en premier lieu d’ordre économique. Ceci n’enlève rien à la raison première des préoccupations de Molina qui voulait, par ses considérations, rassurer le milieu des grandes magistratures milanaises afin de limiter leur résistance présumée à la levée d’une nouvelle police.

28Les textes ici considérés ont donc la caractéristique d’être tout d’abord « politiques », c’est-à-dire construits en vue d’un résultat spécifique, plutôt que pour projeter de façon neutre et désintéressée les formes d’un possible réagencement de la police. Ceci est la raison de leur faiblesse intrinsèque, de la prédominance de conceptions générales, accompagnées dans quelques cas seulement d’un projet institutionnel ciblé.

  • 39 Consulte du 31 mai 1760. ASM, Giustizia punitiva, p.a., c. 18.

29À ce propos, une rapide comparaison avec un texte de quelques années plus ancien peut se révéler utile. Je fais référence à une consulte de 1760 rédigée par l’avocat fiscal Francesco Fenaroli pour le comte plénipotentiaire Firmian. L’écrit, intitulé Providenza circa i forestieri sospetti e domiciliati interinalmente nelle Terre comitali del Ducato di Milano39, paraît beaucoup moins prétentieux que les projets examinés ci-dessus. Toutefois son caractère pragmatique, destiné à proposer des mesures réellement adaptées aux besoins du duché de Milan, le rend intéressant.

  • 40 Il s’agit de la délégation voulue par le plénipotentiaire Cristiani pour accélérer les opérations (...)

30Tout d’abord, le travail apparaît comme un produit interne à l’administration. Fenaroli répondait aux demandes de ses supérieurs, dans le cadre de ses tâches de bureau, et ne prétendait pas, avec ses écrits, se porter candidat à une charge. Fenaroli était un officier de poids dans l’administration du duché : avocat fiscal à partir de 1753, puis membre, en 1758, de la Regia provisional delegazione qui mena à leur terme les relevés pour le recensement grâce à des procédures plus simples et plus rapides40 ; à partir d’octobre 1759, il remplaça pour quelques mois le Capitano di giustizia, c’est-à-dire le juge principal en matière criminelle de la ville de Milan, créant ainsi les conditions pour être consulté sur les mesures les plus utiles à prendre en matière de police et d’ordre public.

31La consulte en question se présente comme une réflexion sur les stratégies les plus efficaces pour affronter le phénomène, de plus en plus préoccupant, de la présence d’étrangers dans l’État, avec tout ce qui en découlait ou ce qui était fermement réputé en découler, pour la sécurité des sujets du duché et de leurs propriétés. Naturellement, on reconnaît dans cet écrit l’influence de solides courants de pensée, sur le thème du paupérisme et des hôpitaux, mais la réflexion concrète sur des solutions immédiatement réalisables, avec les moyens et instruments disponibles, prévaut malgré tout.

32Fenaroli n’était pas du tout enclin à des propositions innovantes, ni ne montrait de sensibilité aux Lumières. Ses propositions étaient en général tout à fait cohérentes avec les instruments et les modalités d’intervention du système dont il faisait lui-même partie. Malgré cette « orthodoxie structurelle », la simple évaluation de la réalité existante le portait à des observations intéressantes, par certains côtés potentiellement plus incisives que ce que l’on peut rencontrer dans les trois mémoires examinés plus haut.

  • 41 Providenza circa i forestieri…, op. cit., point 18.
  • 42 « Imperoché se si volessero tutti catturare, non avressimo carceri sufficienti a riporli, e custod (...)
  • 43 « In questa riponendosi i delinquenti averanno il castigo ; riponendosi li oziosi che s’incaminano (...)

33L’attention de Fenaroli était avant tout concentrée, plus que sur la police, sur les mesures à mettre en place pour affronter le phénomène des pauvres et des vagabonds dans Milan. La solution exposée face à cette urgence était celle, limitée, de l’établissement d’une maison de correction41. Son raisonnement était simple, il n’était pas possible de continuer à condamner et à incarcérer ces catégories de personnes : « Car si on voulait tous les capturer, nous n’aurions pas suffisamment de prisons où les placer et les emprisonner42. » Pour autant, ni le bannissement, ni les expositions publiques, ni les peines corporelles, ne constituaient un moyen vraiment dissuasif et leur utilité se révélait douteuse. C’est pourquoi la solution potentiellement la plus efficace restait la maison de correction (« les délinquants y étant placés seront punis ; aux oisifs qui prennent le chemin des premiers seront épargnés les délits et au public les infestations, et de la sorte les délits comme les coupables feront défaut43 »), associée au bannissement des étrangers. Le raisonnement de Fenaroli est surtout intéressant dans la partie où il sollicite avec conviction un traitement différent pour les adultes, les jeunes et les femmes, touchant ainsi à des thématiques qui auront un grand impact dans le débat carcéral.

  • 44 Ibid., points 22, 41, 54, 70.

34De même, pour les moyens de contrôle, les propositions de Fenaroli ne s’écartent pas du bon sens appliqué aux instruments déjà en usage : classification des pauvres en différentes catégories et obligation de billets d’identification fournis aux portes de la cité, enregistrement des pauvres par les Anziani, obligation de déclaration des aubergistes et des logeurs, rondes nocturnes, etc. Le tout, d’un point de vue formel, était réalisable en donnant vigueur à des décrets publiés mais tombés dans l’oubli44.

  • 45 « Il punto sta sosteneva che li Attuari, e Notari criminali […] sono troppo destituiti di assi (...)

35Pourtant à la fin de son analyse, Fenaroli en venait, presqu’à la dérobée, au point central. Comme il était nécessaire d’augmenter les rondes et de rendre plus efficace le système de déclarations, de contrôles et d’enregistrements, il rappelait qu’il fallait augmenter les salaires pour que cela fût réalisable. Fenaroli ne se risquait pas, au moins par principe, à des distinctions entre salaires et épices : ce qui devait être modifié, c’était la paye effective, de façon à ce que certaines activités, essentielles pour la justice, fussent attractives et qu’il se trouvât donc suffisamment de personnes motivées. Mais de fait, au cours du discours, le mécanisme qui structurait alors la paye se trouvait remis en question. « Le fait est – soutenait-il – que les Actuaires et les Notaires criminels […] sont trop dépourvus d’assistance. Le gain des procès est très faible parce que la majeure partie se font pour des voleurs, et autres malfaiteurs, qui n’ont rien d’autre, pour payer, que leur peau45. » De cette façon, sans le déclarer ouvertement, il remettait en question la logique de rémunération des greffiers et notaires (et pas seulement la leur), et soutenait l’inadéquation du système en prenant acte que leur rétribution dépendait du revenu de la justice punitive, donc des émoluments qui en provenaient. Le revenu de la justice, par trop lié à des personnes insolvables, ne suffisait pas à soutenir un système qui rémunérait ses acteurs essentiellement à partir de ce revenu.

  • 46 Ibid., point 124.
  • 47 Ibid., point 125.
  • 48 « Ma attesa la strettezza de loro guadagni, poco ponno contribuirle, onde non è possibile l’avere (...)
  • 49 « Sarebbe reso impossibile al Giudice di venirne a segno e più prevalerebbe la forza del Barigello (...)

36Dans d’autres passages, Fenaroli reprenait la même idée. Il jugeait « trop faibles […] l’assistance des Juges46 », comme de même, en descendant l’échelle, celles des bargelli et des exécuteurs de justice. Puis variant le tir, il notait une absolue incohérence : les juges n’avaient à disposition aucun fonds spécifique pour les enquêtes, en particuliers pour payer des mouchards, « un des moyens principaux pour découvrir les délinquants, et encore les délits47 ». Les mouchards devaient, par conséquent, être recrutés et payés par les bargelli, « mais attendue la faiblesse de leur gain, peu nombreux sont ceux qui peuvent y contribuer, donc il n’est pas possible d’avoir ces nouvelles demandées et précises dont on a besoin dans une cité aussi vaste et ouverte que celle-ci48 ». L’incohérence ne se limitait pourtant pas à l’inefficacité : si le bargello, c’est-à-dire le chef des exécuteurs armés, n’était pas, pour quelque motif que ce soit, en phase avec le juge dans la poursuite d’une enquête déterminée, « il serait rendu impossible au Juge de parvenir à ses fins et plus prévaudrait la force du Bargello que l’autorité du jugement49 ».

  • 50 « Se li Giudici avessero nel suo Officio capacità di premiarli allorquando si prestano con diligen (...)

37De façon analogue Fenaroli rappelait qu’à cause du manque de financements adéquats, il était impossible de disposer d’exécuteurs convenablement motivés : « Si les Juges avaient dans leur Office capacité de les récompenser quand ils s’exécutent avec diligence et qu’ils font des captures, je dirai ainsi, respectables et louables, avec quelle plus grande sollicitude ils s’impliqueraient50 ! » Après avoir relevé que l’obstacle majeur au fonctionnement de la police était l’absence de financements adaptés, Fenaroli se taisait pourtant soudain. Sa tâche était accomplie. Il revenait à d’autres de comprendre les indications et d’intervenir.

  • 51 C. Denys, « Comment améliorer la police ? La réforme lilloise de 1747-1748 », dans V. Milliot (dir (...)

38Avant de tirer une conclusion, je voudrais rappeler une récente étude de Catherine Denys51. Parlant de la police de Lille, dans les Flandres françaises, avec une attention particulière pour la réforme de 1747-1748 à la suite de laquelle le corps de police citadin avait vu d’un seul coup le renforcement de ses effectifs et le doublement des salaires, C. Denys aborde avec finesse les raisons qui rendirent possible ce tournant. Tournant qui, on le remarquera, alors qu’il transformait le rôle de la profession policière, ne modifiait nullement le « faire la police », c’est-à-dire les fonctions et les devoirs propres de la police ; nous nous trouvons ici face à un système qui diffère très peu, dans sa typologie, de celui de la ville de Milan.

  • 52 Ibid., p. 53.

39La raison première de ce tournant est identifiée dans l’organisation institutionnelle particulière dans laquelle évoluait l’administration municipale de Lille. Tout d’abord, le représentant de l’autorité souveraine, c’est-à-dire l’intendant, brille par son absence dans les débats qui accompagnent le projet de réforme de la police : « Il s’agit donc bien d’une réforme professionnelle, qui concerne les agents, et qui est portée par leur supérieur ; elle n’émane en rien d’une autre autorité, et certainement pas d’une intervention royale ou ministérielle52. » La partie est donc encore tout à fait interne à l’administration municipale de Lille, au jeu de pouvoir entre le Magistrat, centre du pouvoir civique, les échevins, et cette étrange figure institutionnelle régionale qu’est le Prévôt, office vénal représentatif d’une autorité princière qui se disperse et se délite dans la triangulation des pouvoirs entre les institutions municipales et les institutions royales, avec toutefois une autorité encore bien présente justement dans l’objet spécifique de la police citadine.

  • 53 Ibid., p. 62.

40Dans le cas précis de la réforme de 1747-1748, C. Denys reconnaît qu’il s’est formé un moment propice de conjonction d’intérêts entre le Magistrat et le Prévôt : le premier favorable à un renforcement de la police pour défendre « ses corporations contre le travail “libre” », donc pour maintenir en pleine vigueur la « police du marché53 » ; le second intéressé par un renforcement de l’institution lui permettant d’exercer son autorité, qui comprenait le choix même des hommes de la police.

41Ce n’est pas ici le lieu de procéder à un examen comparatif des institutions du duché de Milan et de celles des Flandres françaises. Toutefois il saute aux yeux que les projets milanais de réforme de la police se situaient sur un plan qui impliquait immédiatement l’autorité royale et le gouvernement du duché, alors que les institutions municipales restaient dans l’ombre. Le problème des financements nécessaires pour réorganiser et renforcer la police était passé sous silence, ou bien il impliquait les caisses camérales.

42Les mémoires de police examinés, même dans leurs différences que l’on a cherché à mettre en évidence, sont les produits de cette situation et reflètent par conséquent une organisation politique dans laquelle, avec le désormais évident déclin de la capacité du patriciat lombard à se positionner au cœur des institutions, se réduit aussi la possibilité des particuliers à se situer comme des sujets autonomes, des forces de proposition devant les urgences de l’organisation de l’État. Du reste, comme l’admet C. Denys, même à Lille, sous peu, la situation devait changer.

Annexes

ANNEXES. Mémoires de F. Carpani, F. Molina et F. Fenaroli (extraits)

Les textes qui suivent sont extraits de trois mémoires, de Francesco Carpani, Francesco Molina et Francesco Fenaroli. Le premier concerne les fonds nécessaires pour financer l’établissement d’un Tribunal de Police. Une taxe sur la consommation, appelée Macina, est indiquée comme ressource adéquate. Le second extrait met l’accent sur les rapports de la police avec les juges des tribunaux, et prend soin de préciser que la police n’empiètera pas sur les compétences et prérogatives du personnel judiciaire. Le troisième regarde le contrôle des étrangers : l’extrait publié insiste sur le manque de moyens pour inciter les mouchards et les exécuteurs à faire preuve de plus de zèle dans leurs surveillances et recherches d’information.

Progetto per un piano di polizia in Milano, Mémoire anonyme mais de F. Carpani, 1771 (ASM, Uffici civici, p.a., c. 128)

Non restarebbe, che di trovare il fondo per la erezione, instituzione, e mantenimento di un tale Tribunale. La Polizia di una città ha ragione a tutte le entrate, e regalie, che si esigono nella medesima, che crescono, e diminuiscono in proporzione de’disordini, che dominano in quella. Il Dazio delle vettovaglie, cioè quello della regalia, che noi chiamiamo Macina, che abbraccia tanti capi di commestibili, sembra quella, che dovrebbe servire al mantenimento di un sì necessario Tribunale, che colle diligenze suddette solleverebbe ogni sorte di persone. Le strade, le chiese, i corsi, le piazze non sarebbero più infestate di tanti poveri. Non si giudica entrare in un maggior dettaglio presentemente sopra di questo; nel caso, che si voglia abbracciare una tale provvidenza, si dimostrerà quanto sarà facile fare delle economie, e risparmi nell’amministrazione della suddetta regalia, le quali saranno piucché sufficienti al mantenimento di un sì necessario Tribunale, senza il quale non è possibile perequare la provvidenza de’Principi nella distribuzione de’poveri, e questo senza toccare alla somma necessaria per gli interessi de’debiti della città, senza diminuire le spese solite farsi dalla medesima colle entrate di questa regalia, senza diminuire i soldi soliti pagarsi agli Ministri, e Officiali del Banco, e della Città, fissando di più una coda di redenzione per la estinzione de’debiti di detto Banco, della quale non vi è stato che il nome in passato, e che è la base del credito di qualunque Banco, o Monte.

Promemoria, che rassegna il Conte Capitano Molina all’Ill.mo Sig. Senatore Muttoni, quale delegato dal Senato eccell. per riferire il voto del Fisco eccitato dallo stesso Tribunale a dire le sue occorrenze intorno al Reale Dispaccio delli 3 di ottobre 1771, che riguarda l’erezione della Polizia (ASCM, Materie, c. 822)

Per tale soprintendenza non intende il Capitano Molina di urtare contro le ispezioni appoggiate alli Tribunali Regi, e Civici […] anzi desidera […] di far mettere in esecuzione quelle leggi, che vogliono gli stessi Tribunali siano osservate […].

È verissimo, che per l’adempimento di queste provvide leggi già restano destinati li rispettivi Giudici; ma è altresì vero, che non mancano a dispetto anche dell’oculatezza de’ Giudici continuarsi li disordini.

La grave occupazione de’ Giudici d’invigilare su’ de’ ladri, che già travagliavano, e vanno travagliando la società, di formare li processi a quelli, che sono arrestati toglie ad essi il tempo d’indagare l’origine de’ ladri medesimi, provvidenza che merita speciale attenzione […]

Con l’ispezione della Polizia, che si accordi al Conte Capitano Molina niente disturberà la rispettiva incombenza de’ Giudici; anzi qualunque ritroverà egli di colpevole, sia in una materia, o nell’altra, a tenore delle Gride, o del Governo, o de’ Tribunali di Sanità, o di Provvisione sarà sua cura rimetterlo a quel Tribunale, o Giudice per esaminarlo, e condannarlo, non volendo anzi lo stesso Conte Molina immischiarsi in quello, che riguarda né processi, né sentenza.

Le persone però salariate da S.M., o dal Pubblico, e che sono destinate a vegliare su’della pubblica quiete, e che vengono comandate ad eseguire gli ordini delli Giudici dovranno pure prestare la dovuta pontualità, quallora sieno comandate dall’Ispettore della Polizia; quale perciò spererebbe di essere considerato eguale agli altri Giudici, dipendenti dai Supremi Tribunali, come si pratica in altre Città, ove è in uso tale incombenza.

L’idea del Piano […] è un semplice ristretto della grande, ed estesa materia, che abbraccia la Polizia.

Providenza circa i forestieri sospetti e domiciliati interinalmente nelle Terre comitali del Ducato di Milano, consulte du 31 mai 1760 rédigée par Francesco Fenaroli (ASM, Giustizia punitiva, p.a., c. 18)

[…]

119. Quarto. Lo stabilimento del Satelizio urbano diviso in corpi fissati alle porte principali della città è stato uno spediente che molto ha giovato a riparare alcuni disordini.

[…]

121. Dovrebbero altresì tali squadre anco di giorno dar d’occhio a’ Bettolini, e siti sospetti di loro giurisdizione, e dovranno principalmente invigilare sopra li oziosi forastieri, obbligandoli a mostrare i di loro biglietti fattigli all’ingresso, e quando li trovino o senza questi […] fermarli e condurli alle carceri de’ loro rispettivi Offici

[…]

122. Dovranno i di solo capi tutte le mattine presentarsi all’Officio di loro assegnazione, e fare a questo la relazione di quanto sia accaduto nel di loro dipartimento, e ricevere gli ordini opportuni dalli Giudici stessi.

123. Ed accadendo qualche cosa di rimarchevole nel di loro circondario, dovranno indilatamente farne la relazione all’Officio anco nel decorso del giorno, ed anco della notte, quando sia affare d’istantanea premura.

124. Quinto. […] troppo tenui sono le assistenze de’ Giudici […] che non è possibile ad essi pratticare quelle diligenze, che pure condurrebbero al desiderato fine da SS. Ill. benignamente spiegatomi.

125. Uno de’ mezzi principali per scoprire i delinquenti, ed anco i delitti, che molte volte restano occulti, e per conseguenza impuniti è quello delle spie.

126. Queste regolarmente parlando sono persone vili, e sfacendate, e che vivono, dirò così, al caso.

127. Procurano è vero i Barigelli di averle, ma attesa la strettezza de loro guadagni, poco ponno contribuirle, onde non è possibile l’avere quelle diligenti, e sollecite notizie, che richiedonsi in una città tanto vasta, ed aperta, come questa, piena altresì di vicoli, e luoghi rimoti, ed anco incogniti.

128. Oltre di che è disdicevole, che un giudice dipenda dalle spie stipendiate da’ Barigelli; tanto più che può benissimo accadere, di dovere avere notizie sopra li andamenti e contegno delli medesimi.

129. Imperoché se si desse un caso (che presentemente non potrà succedere, stante che i Barigelli, per quanto io so, sono più tosto da bene) di essere necessaria la investigazione di qualche delitto, o delinquente, e che i Barigelli avessero premura della occultazione, sarebbe reso impossibile al Giudice di venirne a segno e più prevalerebbe la forza del Barigello, che l’autorità del giudizio.

130. In oltre molte volte è necessario, eseguita una rivelazione, data dalle spie una opportuna notizia, il premiarle con discreta abbondanza, cosa che non è sperabile, e non può pretendersi da Barigelli.

131. Ora non avendo i Giudici di questa città, come dicevo, alcuna assistenza per questo ramo di tanta convenienza del suo Officio, ed essendo altretanto destituti nel rimanente de loro stipendi, ed utili, è cosa difficilissima, che si possino pratticare tali diligenze per altro necessarissime.

132. Quello che si dice delle spie, a proporzione è addattabile anco a’ Sbirri.

133. Questi hanno i di loro soldi, ed hanno le altre propine, giusta il piano e la tariffa.

134. Ma se li Giudici avessero nel suo Officio capacità di premiarli allorquando si prestano con diligenza, e che fanno catture, dirò così, rispettabili, e commendevoli, con quanta maggiore sollecitudine si adoprarebbero!

135. Ognuno sa, che simil sorta di gente più è stimolata dall’utile, dal guadagno, che dall’onore, a cui poco pensa subito che esercisce questo mestiere, onde se capisce di conseguire premio allora che con maggiore attività travaglia, resta in modo grande adescata, ed è molto sperabile, che si presti in qualunque anco azzardoso avvenimento.

Notes

1 Sur les mémoires de police en France, voir V. Milliot, « Écrire pour policer : les “mémoires” policiers, 1750-1850 », dans V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes/Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Basse-Normandie, 2006, p. 15-41. Sur les mémoires de Lenoir cf. en particulier V. Milliot, « Jean-Charles-Pierre Lenoir (1732-1807), lieutenant général de police de Paris (1774-1785) : ses “mémoires” et une idée de la Police des Lumières », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 2003, 115/2, p. 777-806, ainsi que la contribution de S. L. Kaplan et V. Milliot dans ce volume.

2 L’étude qui fait le plus grand usage du riche matériel documentaire sur le thème de la police que le grand-duché de Toscane a produit durant ces années-là est sans aucun doute C. Mangio, La polizia toscana. Organizzazione e criteri d’intervento (1765-1808), Milan, Giuffré, 1988. Étude à compléter avec A. Contini, « La città regolata : polizia e amministrazione nella Firenze Leopoldina (1777-1782) », Istituzioni e società in Toscana nell’età moderna. Atti delle giornate di studio dedicate a Giuseppe Pansini, Firenze, 4-5 dicembre 1992, Rome, Pubblicazioni degli Archivi di Stato 31, Ministero per i beni culturali e ambientali, 1994, p. 426-508. Pour un cadre critique, à partir du cas toscan, de la littérature sur les réformes de police en Italie au XVIIIe siècle cf. A. Contini, « Quali le funzioni di polizia ? », dans L. Antonielli (éd.), La polizia in Italia nell’età moderna, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2002, p. 65-80. En référence générale aux « mémoires » italiens sur le thème de la police, même s’il concerne une autre aire géographique, un précieux petit livre du XVIIIe siècle mérite d’être mentionné : N. Manzotti, Il bargello istruito, Loreto, Federico Sartori, 1771 ; une œuvre simple, mais qui permet de reconstruire en détail le travail d’un responsable de la police dans un centre périphérique de l’État pontifical. Voir, pour quelques considérations sur ce texte, S. C. Hughes, « Fear and Loathing in Bologna and Rome. The Papal Police in Perspective », Journal of Social History, 1987, no 21, p. 97-116.

3 « Già da qualche tempo pensiamo ad un provvedimento, che non lasci mancare nulla al sistema di codesta Pubblica Polizia, tanto necessaria per conservare la sicurezza, l’ornato esterno, e nettezza della Città, e delle strade, l’abbondanza, e buon mercato de’ generi, e la pubblica salute ; oggetti ne’ quali sta riposta in gran parte la tranquillità, e felicità pubblica, che ci è sommamente a cuore » (déclaration imprimée le 3 octobre suivant. Archivio Storico Civico di Milano [dorénavant ASCM], Materie, c. 822).

4 C. Capra et M. T. Ciserani, « Criminalità e repressione della criminalità in Lombardia nell’età delle riforme : appunti per una ricerca », dans L. Berlinguer et F. Colao (dir.), Criminalità e società nell’età moderna, Milan, Giuffré, 1991, p. 17. Sur les deux premiers mémoires en question, voir aussi C. Capra, « Il Settecento », dans G. Galasso (dir.), Storia d’Italia, XI. Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Turin, Utet, 1984, p. 528, qui les définit comme écrits « probablement sous l’impulsion de Firmian ».

5 Sur le passage des battitori aux brigades financières, voir L. Antonielli, « Dalla ferma mista all’intendenza generale di finanza in Lombardia : dal punto di vista delle guardie », dans L. Antonielli, C. Capra et M. Infelise (dir.), Per Marino Berengo. Studi degli allievi, Milan, Franco Angeli, 2000, p. 577-604.

6 C. Capra, « Il Settecento », op. cit., p. 431.

7 Id., « Un precursore delle riforme in Lombardia : Francesco Carpani (1705-1777) », dans P. Alatri (dir.), L’Europa tra Illuminismo e Restaurazione. Scritti in onore di Furio Diaz, Rome, Bulzoni, 1993, p. 115-155, en particulier p. 116-119. Du même C. Capra cf. la notice « Carpani, Francesco », Dizionario biografico degli italiani, XX, Rome, Ist. Enciclopedia Italiana, 1977, p. 575-581. À propos de la dispute entre Carpani et Cesare Beccaria sur la question des monnaies, cf. A. Cova, « Beccaria e la questione delle monete », Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa. Convegno di studi per il 250° anniversario della nascita, Milan/Rome/Bari, Cariplo/Laterza, 1990, p. 407-424, en particulier p. 417 sq.

8 À propos des deux rédactions de l’œuvre et des datations probables, C. Capra, « Un precursore… », op. cit., p. 142-143. Concernant l’enquête de Carpani sur le paupérisme milanais, avec aussi quelques allusions au Progetto, cf. V. Mazzucchelli, « Il “bene della società civile”. Riforme e povertà nella Milano della “benefica sovrana” », dans A. De Maddalena, E. Rotelli et G. Barbarisi (dir.), Economia, istituzioni, cultura in Lombardia nell’età di Maria Teresa, 3 vol., Bologne, Il Mulino, 1982, vol. III, p. 161-239, en particulier p. 185 et p. 192-201.

9 Le manuscrit du Progetto per un piano di polizia in Milano, copie anonyme, se trouve conservé à l’Archivio di Stato di Milano (dorénavant ASM), Uffici civici, p.a., c. 128. La rédaction précédente de l’œuvre, probablement de 1769, se trouve à l’ASM, Luoghi pii, p.a., c. 39.

10 Sur l’origine ancienne de la distinction entre les pauvres méritants et non méritants, laquelle sera ensuite suivie de divisions plus subtiles et articulées, cf. entre autres S. J. Woolf, The Poor in Western Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Londres/New York, Methuen, 1986 (éd. it. Porca miseria. Poveri e assistenza nell’età moderna, Rome/Bari, Laterza, 1988, p. 22).

11 Cf. L. Garlati Giugni, Inseguendo la verità. Processo penale e giustizia nel « Ristretto della prattica criminale per lo Stato di Milano », Milan, Giuffré, 1999, p. 81-82 et notes.

12 « Con precetti penali agli Anziani della sua giurisdizione, che debbano […] fargli una ben esatta notificazione delle persone oziose, e vagabonde » (ordre du 15 septembre 1734, ASM, Giustizia punitiva, p.a., c. 15).

13 Progetto per un piano di polizia in Milano, cité note 9.

14 Sur l’articulation du territoire urbain en fonction des exigences de contrôle et de police, la bibliographie récente est vaste. Je me limite à indiquer ici le numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, 50/1, « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles » (C. Denys et V. Milliot [dir.]) et le dossier « Police et contrôle du territoire dans les villes capitales (XVIIe-XIXe siècle) » paru dans les Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 2003, 115/2.

15 Progetto per un piano di polizia in Milano, op. cit. En effet, Carpani présentait une étude qu’il avait lui-même effectuée concernant un échantillon de 12 paroisses, et parmi celles-ci il y en avait une qui comptait moins de 100 âmes.

16 Carpani pensait la paroisse « à l’anglaise », comme entité administrative civile qui pouvait dépasser la dimension religieuse. En fait, dans le mémoire il faisait référence à une possible « autre division d’Anzianerie, en concertation avec le Gouvernement » (ibid.).

17 V. Milliot (« La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du XVIe siècle aux années 1830 », dans D. Roche [dir.], La ville promise. Mobilité et accueil à Paris, fin XVIIe-début XIXe siècle, Paris, Fayard, 2000, p. 21-76, en particulier p. 27) définit ces catégories comme des auxiliaires actifs de police. Comme le montre bien V. Milliot dans le même article, à Paris depuis 1708 la Lieutenance générale de police avait établi un corps de 40 inspecteurs spécialisés dans le contrôle des garnis et petits hôtels, inspecteurs auxquels il appartenait de vérifier la tenue des registres dans lesquels étaient consignées les personnes logées (ibid., p. 28-30). Dans le cas parisien, pour ces fonctions de contrôle, on avait donc déjà depuis longtemps abandonné l’usage d’« officiers bourgeois » comparables aux Anziani. Sur ces thèmes, voir aussi M.-C. Blanc-Chaléard, C. Douki, N. Dyonnet et V. Milliot (dir.), Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

18 La déclaration royale de Marie-Thérèse du 30 septembre 1771 (cf. ci-dessus, note 3) nous dit que Molina, neveu du sénateur le marquis Carlo Cavalli, était à l’époque à la Cour de Vienne pour résoudre quelques problèmes liés à la confirmation du titre de comte, conféré à la famille du duc de Mantoue Charles III Ferdinand Gonzague en 1698 ; c’est dans ce contexte qu’il avait préparé ce mémoire.

19 F. Molina, Idea del Piano della Soprintendenza Generale alla Polizia della Città di Milano, annexé au Promemoria, che rassegna il Conte Capitano Molina…, sans date mais de 1771 (de toute façon postérieur au 3 octobre 1771), ASCM, Materie, c. 822.

20 Trattato brevissimo dei mezzi usati dagli antichi romani e dai francesi per la pubblica sicurezza, e di ciò, che si potrebbe fare nello Stato milanese, Vienne, Österreichische Nationalsbibliotek, ms. Series nova, 1607, f° 195-234 (je remercie Carlo Capra, qui m’a permis de consulter le matériel en sa possession).

21 «La grave occupazione de’ Giudici d’invigilare su’ de’ ladri, che già travagliavano, e vanno travagliando la società, di formare li processi a quelli, che sono arrestati toglie ad essi il tempo d’indagare l’origine de’ ladri medesimi, provvidenza che merita speciale attenzione» (Idea del piano…, op. cit.).

22 «Vicomagistri, ch’erano scelti fra gli abitanti della Contrada, e dipendevano dalli Curatores, o Commissari del quartiere, quali ricevevano gli ordini dal Prefetto della Città» (Progetto per un piano di polizia in Milano, op. cit.).

23 « Quanto sarà facile fare delle economie, e risparmi nell’amministrazione della suddetta regalia, le quali saranno piucché sufficienti al mantenimento di un sì necessario Tribunale » (ibid.). Pour les charges obtenues par Carpani, C. Capra, « Un precursore delle riforme… », op. cit., p. 151-152.

24 Mémoire sur la réforme de la police de France, soumis au Roi en 1749 par M. Guillauté, officier de la maréchaussée de l’Île-de-France, éd. par J. Seznec, Paris, Hermann, 1974.

25 Ibid., p. 99.

26 Voir, de toute façon, les observations de V. Milliot, « Écrire pour policer… », op. cit., p. 31.

27 C. Capra (« Un precursore delle riforme in Lombardia… », op. cit.) montre clairement le lien entre de nombreux écrits de Carpani soumis aux autorités milanaises et viennoises et la demande contemporaine d’un emploi convenant à ses compétences et capacités.

28 Déclaration du 30 septembre 1771, citée note 3.

29 Molina qui, pour des raisons physiques, avait dû demander sa mise au repos et donc abandonner la carrière militaire, suppliait de voir confirmer le titre de comte concédé à la famille en 1698, bien qu’il ne fût pas en mesure d’obtempérer à l’obligation d’acquisition du fief sur lequel s’appuyait le titre en question.

30 C’est en 1749, avec la réforme des offices, qu’est fait le premier pas vers l’abolition de la vénalité et de l’avancement dans les offices et que sont mises en place des règles sur les épices et les honneurs, qui représentaient la manifestation la plus directe de la gestion privative des offices, prédominante à ce moment-là. Les actions du gouvernement les plus décisives pour l’éradication du système des épices et des honneurs intervinrent cependant plus tard : cf., par exemple, la déclaration royale du 27 juillet 1767 et les instructions imprimées en 1771, ASM, Finanze, p.a., c. 16.

31 C. Capra (« Il Settecento », op. cit., p. 255-256) présente la longue consulte du Magistrato Ordinario (20 mai 1737), soutenue par le gouverneur Traun, qui bloqua la tentative royale de mettre un peu d’ordre dans le système très confus des honneurs et des épices.

32 Cf. L. Antonielli, « La polizia nello Stato di Milano tra antico regime ed età napoleonica. Appunti per una ricerca », dans E. Granito, M. Schivino et G. Foscari (dir.), Il Principato Citeriore tra ancien régime e conquista francese : il mutamento di una realtà periferica del Regno di Napoli, Salerne, Archivio di Stato di Salerno-Amministrazione provinciale di Salerno, 1993, p. 103-133, en particulier p. 120-122.

33 C. Capra, « Il Settecento », op. cit., p. 535-536.

34 On se souvient que la déclaration de Marie-Thérèse avait été envoyée en date du 30 septembre 1771 puis publiée le 3 octobre suivant.

35 Évidemment les choses se passèrent de façon totalement différente. D’une part, le gouvernement ne procéda pas immédiatement, contrairement au désir exprimé par la souveraine, à la réorganisation de la police. Ainsi quand seize années après, en 1787, l’Office de police fut finalement mis en activité, il fut confié à Girolamo Carli, petit frère de Gian Rinaldo, conjointement à la direction du Tribunal criminel de première instance, également à peine érigé.

36 «Per tale soprintendenza non intende il Capitano Molina di urtare contro le ispezioni appoggiate alli Tribunali Regi, e Civici […] anzi desidera […] di far mettere in esecuzione quelle leggi, che vogliono gli stessi Tribunali siano osservate».

37 « Con l’ispezione della Polizia, che si accordi al Conte Capitano Molina niente disturberà la rispettiva incombenza de’ Giudici ; anzi qualunque ritroverà egli di colpevole, sia in una materia, o nell’altra, a tenore delle Gride, o del Governo, o de’ Tribunali di Sanità, o di Provvisione sarà sua cura rimetterlo a quel Tribunale, o Giudice per esaminarlo, e condannarlo, non volendo anzi lo stesso Conte Molina immischiarsi in quello, che riguarda né processi, né sentenza. Le persone però salariate da S.M., o dal Pubblico, e che sono destinate a vegliare su’della pubblica quiete, e che vengono comandate ad eseguire gli ordini delli Giudici dovranno pure prestare la dovuta pontualità, quallora sieno comandate dall’Ispettore della Polizia ; quale perciò spererebbe di essere considerato eguale agli altri Giudici, dipendenti dai Supremi Tribunali, come si pratica in altre Città, ove è in uso tale incombenza » (Promemoria, che rassegna il Conte Capitano Molina…, op. cit.). Dans l’Idea del piano della Soprintendenza generale…, Molina écrivait de façon plus nuancée : « De la même façon, l’établissement d’une telle Surintendance générale ne devra, ni ne pourra, faire obstacle à la juridiction d’un quelconque autre Juge, ou Magistrat […] l’Intendant général aura soin à l’exercice de sa juridiction dans la seule Cité, et à ces affaires, qui méritent prompte et économique providence, non tant pour la punition des délits que pour en éloigner les causes et les sources. »

38 Sur la façon dont l’établissement de la Lieutenance générale en 1667 a entraîné une diminution des pouvoirs du Parlement de Paris cf., par exemple, P. Piasenza, Polizia e città. Strategie d’ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra Sei e Settecento, Bologne, Il Mulino, 1990, en particulier le chapitre II.

39 Consulte du 31 mai 1760. ASM, Giustizia punitiva, p.a., c. 18.

40 Il s’agit de la délégation voulue par le plénipotentiaire Cristiani pour accélérer les opérations de recensement, conduites depuis des années sous la direction de la Giunta per il censimento de Pompeo Neri. Après la mort de Cristiani, en 1758, la députation avait réalisé une véritable œuvre de démolition du travail du précédent Conseil, qui ne cessa qu’à l’arrivée du nouveau plénipotentiaire, le comte de Firmian. À ce propos, M. Romani (« L’economia milanese nel Settecento », dans id., Aspetti e problemi di storia economica lombarda, Milan, Vita e pensiero, 1977, p. 122-206, p. 163, note 123) cite un passage d’une lettre de Pompeo Neri de 1766 : « Quand ma statue du recensement tomba entre les mains des vandales… » Au-delà du fait que Fenaroli fut un des « vandales », cet épisode éclaire le fait qu’il fut intimement lié au milieu de gouvernement patricien, désormais vacillant, qui avait mené contre l’opération du recensement une opposition fière et désespérée. À la fin des années 1760, Fenaroli parvint à la charge sénatoriale.

41 Providenza circa i forestieri…, op. cit., point 18.

42 « Imperoché se si volessero tutti catturare, non avressimo carceri sufficienti a riporli, e custodirli » (ibid., point 3).

43 « In questa riponendosi i delinquenti averanno il castigo ; riponendosi li oziosi che s’incaminano sulla strada de’primi si risparmieranno ad essi li delitti, ed al pubblico le infestazioni, ed in tale guisa mancheranno colli rei anco i delitti » (ibid., point 17).

44 Ibid., points 22, 41, 54, 70.

45 « Il punto sta sosteneva che li Attuari, e Notari criminali […] sono troppo destituiti di assistenza. Il provento da’ processi è molto tenue, poiché la maggior parte di questi sono per ladri, ed altri malfatori, che non hanno altro con che pagare, se non la propria pelle » (ibid., point 113).

46 Ibid., point 124.

47 Ibid., point 125.

48 « Ma attesa la strettezza de loro guadagni, poco ponno contribuirle, onde non è possibile l’avere quelle diligenti, e sollecite notizie, che richiedonsi in una città tanto vasta, ed aperta, come questa » (ibid., point 127).

49 « Sarebbe reso impossibile al Giudice di venirne a segno e più prevalerebbe la forza del Barigello, che l’autorità del giudizio » (ibid., point 129).

50 « Se li Giudici avessero nel suo Officio capacità di premiarli allorquando si prestano con diligenza, e che fanno catture, dirò così, rispettabili, e commendevoli, con quanta maggiore sollecitudine si adoprarebbero ! » (ibid., point 134).

51 C. Denys, « Comment améliorer la police ? La réforme lilloise de 1747-1748 », dans V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers…, op. cit., p. 49-65.

52 Ibid., p. 53.

53 Ibid., p. 62.

Auteur

Aline Durel (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search