Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notables des colonies

 | 
David Lambert

Deuxième partie. Des visages et des gestes : une société et ses notables

Chapitre II. Des gestes ou le notable en action

Texte intégral

  • 1 Sarasin P.., La Ville des bourgeois. Élites et société urbaine à Bâle dans la deuxième moitié du X (...)

1Déceler des profils, parfois des visages, derrière l’armature juridique qui corsetait la société coloniale ne fut guère aisé. Saisir, au-delà de ces profils et de ces visages, des gestes et des actions le fut encore moins. En ouverture de notre recherche nous avons placé la remarque de Max Weber qui caractérisait à la fois l’action du notable (comme une sorte de don gratuit du temps d’un individu pour l’action publique) et les éléments qui légitimaient cette action, et, en même temps, la rendaient possible (l’aisance économique et l’estime de la société). Cette question d’un lien entre ce que font et ce que sont les notables dans une société constitue le dernier volet de notre étude. Elle ne peut être envisagée que comme une dialectique entre la réalité du pouvoir et la mise en scène de ce pouvoir. Dans le même sens, P. Sarasin traque les origines de l’influence des patriciens bâlois de la fin du XIXe siècle dans leur stratégie de distinction, les actes et les discours liés à la pratique de la charité et de la bienfaisance, la valorisation de leur patrimoine généalogique, l’usage des spectacles historiques, l’insertion dans des réseaux culturels, politiques ou associatifs1. Un tel programme, même s’il se limite à un horizon urbain, peut être appliqué au cas des prépondérants français de Tunisie et du Maroc, qu’ils aient été de la ville ou de la campagne.

  • 2 El Aziz Ben Achour M., « Les signes extérieurs de la notabilité citadine au début du siècle à Tuni (...)
  • 3 Rabat, AP A1730, lettre du chef des services municipaux de Fès à la direction des affaires civiles (...)
  • 4 El Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale à Nabeul à la fin du XIXe siècle », CT, t. XLV, no 1 (...)

2Identifier de tels signes ne saurait pour autant constituer une fin en soi : il importe également d’en esquisser le sens. Dès lors la prudence s’impose dans la mesure où ces signes se déploient dans un espace social et culturel différent de celui de la métropole. Le contexte colonial comme le contexte maghrébin (et, en deçà, tunisien et marocain) introduisait des décalages, activait d’autres attitudes, stimulait des comportements inédits par rapport au modèle du notable hexagonal. Les prépondérants français, comme les féodaux d’Occident devenus orientaux selon la célèbre expression de Foucher de Chartres, endossaient-ils la tenue du wag’ih, cette forme spécifique de notabilité tunisoise, homme d’influence, « intercesseur privilégié et écouté par les autorités, [intervenant] au bénéfice de tout solliciteur, [régentant] souvent sa famille, ses proches, son quartier, son groupe professionnel, ses élèves, ses employés2 » ? Ou bien se contentaient-ils de prendre pied dans les multiples instances de représentation dans le seul but d’améliorer la vitalité économique de leurs propres affaires ? Des exemples de cette attitude ne sont guère surprenants, en Tunisie comme au Maroc. Charles Jourdan, président de la chambre mixte de Fès et membre depuis 1919 de la commission municipale, était ainsi régulièrement dénoncé par le chef des services municipaux de la ville (opposition à la création de magasins généraux –mais posture favorable dès qu’il en prit la direction– ou bien utilisation de la commission municipale pour geler toute construction jouxtant ses propriétés urbaines3). Même profil à Nabeul où le vice-président de la municipalité Jean Simon « maître absolu de l’administration municipale dès 1895 […] abus[ait] de son pouvoir pour consolider ses intérêts et couvrir les affaires douteuses de certains de ses compatriotes4 ». N’oublions pas également ces entrepreneurs du bâtiment casablancais (Rivollet, Chapon, Baille) qui avaient un pied dans la commission municipale ou dans la chambre de commerce (et parfois les deux) et qui, dans le même temps, surveillaient voire orientaient l’urbanisme de la ville.

3Notons enfin que la masse documentaire est ici problématique. D’un côté les conseils centraux nous livrent, au travers des procès-verbaux des séances, le film continu du dialogue entre les notables et l’administration. Cependant comment mesurer l’action réelle des notables à la lecture des pages et des pages de compte-rendus et de procès-verbaux des instances consultatives ou des commissions municipales, quand on sait la faible emprise de telles institutions sur la marche des Protectorats ?

  • 5 Ducurtil F., Historique d’un bled, Le Goubellat, Tunis, G. Guinle, 1934, Croze H., Souvenirs du vi (...)

4D’un autre côté, nous ne pouvons que souligner la rareté des témoignages directs de et sur les notables. Deux d’entre eux seulement livrèrent leurs souvenirs au travers d’un ouvrage publié : Florian Ducurtil, président de l’association des colons du Goubellat en Tunisie (1934) et Henri Croze, président de la chambre de commerce de Casablanca à la fin des années trente (19525). Cependant leurs ouvrages sont avares de détails politiques et sociologiques ; leur vie intime comme l’éventail de leur vécu professionnel sont minorés. Pour Florian Ducurtil, écrire ses souvenirs revenait surtout à dépeindre un temps « héroïque », celui des pionniers, croquant au passage quelques figures et narrant quelques anecdotes locales : plus que de retracer un itinéraire, il s’agit de donner une consistance historique et folklorique à un centre de colonisation.

  • 6 Agulhon M., « Les notables du Var sous le Consulat », RHMC, juillet-septembre 1970, p. 720-725.
  • 7 Nantes, APM DI 438, lettre du commissaire divisionnaire au chef des services municipaux de Marrake (...)

5Cette rareté du témoignage direct n’est guère compensée par la richesse d’autres sources. Au fond, qui s’intéressait vraiment à ces notables ? L’administration des Protectorats se préoccupait plus d’amasser des informations sur les partisans du désordre colonial plutôt que sur les plus sûrs défenseurs de l’ordre colonial. Quelle officine policière dressa des portraits complets des notables français ? Quels fonctionnaires furent soucieux de dresser une cartographie méticuleuse d’un groupe qu’on savait, au-delà de conflits souvent marginaux, d’une scrupuleuse fidélité à la construction impériale ? Maurice Agulhon indiquait que le régime napoléonien se prêtait à merveille à l’étude biographique, en particulier celle des notables, car il était « censitaire, dirigiste et policier6 ». Or, dans les Protectorats n’existait aucun cens ; le dirigisme y était à éclipse ; quant aux activités policières, elles s’orientaient quasi-essentiellement vers les menées nationalistes. Un seul exemple : le 15 mars 1938 était créé un syndicat agricole à Marrakech qui prenait le relais de l’association des colons. Informés, les services de police de la ville n’y décelèrent nulle potentialité de troubles et n’envisagèrent aucune surveillance particulière de ce groupement car « les éléments indigènes n’y [étaient] pas admis7 ».

  • 8 Viollis A., Notre Tunisie, Paris, Gallimard, 1939, p. 130.

6Du côté des contempteurs de la colonisation, la moisson n’est guère plus riche. Au Maroc, Paul Odinot submerge les notables coloniaux de son mépris. Visitant la Tunisie en 1938, Andrée Viollis, aiguillonnée par la volonté de démontrer le caractère crypto-fascisant de la bourgeoisie coloniale, rencontra des syndicalistes français, des nationalistes tunisiens et des contrôleurs civils mais aucun notable ; à Béja elle notait avec une certaine ironie : « je n’ai pas eu la chance d’y rencontrer de prépondérants : M. Vénèque, président de la Chambre d’agriculture et de l’association de colons se reposait à la montagne […] les autres étaient absents8 ».

7Ces limites étant posées, nous disposons tout de même de quelques éléments afin d’esquisser un tableau dynamique de que ce furent et de ce que firent les notables coloniaux : des témoignages, des manuscrits (ou tapuscrits), certains imprimés, d’autres à usage familial, quelques indices relevés dans la forêt dense des périodiques aident ainsi à construire une approche historique non seulement d’une manière d’être mais aussi de faire du notable français en milieu colonial.

8Une première interrogation portera sur ce que furent les caractères visibles de la notabilité coloniale, les éléments à la fois biographiques et collectifs que les notables coloniaux mobilisaient afin d’étayer et d’accroître leur stature politique et sociale. La notabilité est dans cette dialectique permanente entre ostentation et action : à privilégier l’un au détriment de l’autre, nous serions conduit à ne pas saisir pleinement ce qui faisait l’originalité de ce type social auquel la colonisation donna un prolongement inattendu au XXe siècle.

  • 9 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 362.717. Dimier V., Le Gouvernement des colonies. Regards cro (...)
  • 10 Dimier V., Le Gouvernement des colonies. Regards croisés franco-britanniques, Bruxelles, Universit (...)

9Une deuxième interrogation doit nous conduire à nous poser la question de la place des notables « dans le fonctionnement réel de la machine » (Jacques Berque9). Des travaux récents, comme ceux de Véronique Dimier10, interrogent de manière comparatiste l’efficience des constructions administratives coloniales et leur empreinte sur les sociétés colonisées. Or l’administration ne constituait pas la seule force qui arrivait à mettre en branle la réalité coloniale, qu’il s’agisse de développement économique, de bouleversements sociaux voire de configuration politique. En dehors, avec, ou, parfois, contre l’administration agissait le petit monde de la société coloniale, et en particulier cette strate d’entrepreneurs, de propriétaires, de rentiers, de colons qui, forts de leur capacité économique et de leur interventionnisme public, contribuaient aussi à modeler l’univers colonial.

10Enfin, dernier axe de notre étude, nous tenterons de comprendre dans quelles conceptions les notables avaient enchâssé l’espace colonial. Avec quel outillage mental essayaient-ils de bricoler un monde conforme à leur désir et à leur projet ?

11La possession, l’action et la vision : tels sont donc les trois axes que nous nous proposons d’explorer à présent.

Sémiologie de l’opulence

  • 11 Rapport du chef des services municipaux sur l’adjudication foncière du 15 décembre 1921 in Ameur M (...)
  • 12 LH « Busset, Francis » et « Mas, Pierre ». Francis Busset et Pierre Mas étaient peut-être les deux (...)

12Malgré la présence d’une commission municipale depuis 1919 à Fès, le chef des services municipaux de la ville signalait, encore au début des années 1920, une société coloniale où « l’argent est rare11 ». Cette remarque permet de mettre à distance l’étude des niveaux de fortune et l’analyse de la figure du notable. Il est évident que des fortunes conséquentes existaient en dehors du cercle de ceux qui participaient à la vie publique et politique des Protectorats12. Nous souhaitons poser la question de la surface économique des notables en termes sociaux et politiques : dans quelle mesure la fortune et le patrimoine étaient-ils des données constitutives de l’identité notabiliaire ? Dans quelle proportion et sous quelle forme le capital économique pouvait-il être investi afin d’asseoir une influence sociale et politique ?

Usages du patrimoine

13Le patrimoine, c’est d’abord l’épaisseur du portefeuille, ce que Pierre Bourdieu nomme le capital économique, une donnée quantifiable où le chiffre d’affaires se combine avec les diverses formes de propriété (mobilières ou immobilières). Cependant il est d’autres formes de patrimoine ou de capitaux dont l’utilisation et la mobilisation contribuent à affermir une stature de notable : l’habileté d’une gestion, la connaissance intime des arcanes d’une profession ou encore la capacité à innover, à être le vecteur d’une transformation économique. Autant d’éléments qui, il est vrai, font également partie du capital économique dans la mesure où ils contribuent à son accroissement et à sa consolidation ; mais des éléments qu’il convient de distinguer dans la mesure où la légitimité du notable se fonde bien plus sur eux que sur le simple relevé de la fortune individuelle.

  • 13 LH « Duprey ».
  • 14 LH « Abt ».
  • 15 Nantes, APM Casablanca 882, liste des colons de la Chaouia Nord (1923). Louis de Saboulin possédai (...)
  • 16 Barral P., Les Agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 41-66.
  • 17 Témoignage de M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).

14Certains notables des Protectorats prolongeaient la figure du notable métropolitain pour lequel il ne saurait y avoir d’autre richesse honorable que celle que procurait l’exploitation de la terre. Une telle conception était d’ailleurs partagée par une grande partie de l’administration coloniale. Ainsi les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur ne comportent-ils aucune évaluation quantitative du patrimoine des négociants, des entrepreneurs ou des commerçants. Seul Auguste Duprey, ancien président de la chambre de commerce de Casablanca et « négociant en bestiaux » fut gratifié d’une mention soulignant sa « grosse situation de fortune13 ». En dehors de ce cas, les seules personnalités pour lesquelles apparaît une appréciation quantitative du patrimoine étaient les propriétaires agricoles : la quantité d’hectares possédés constituait un élément incontestable d’appréciation du caractère honorable d’une candidature. Une telle précision était d’ailleurs plus courante en Tunisie qu’au Maroc : si nous connaissons l’étendue des propriétés pour seulement 28 % des agriculteurs et propriétaires des candidats établis au Maroc, ce pourcentage grimpe à 60 % pour la Tunisie. Plus que le négoce et l’industrie, la terre constituait bien en Tunisie, au regard de l’administration, l’étalon suprême de la distinction. Ce caractère honorable de la terre, tout droit issu de l’Ancien Régime, poussait nombre de riches urbains à s’offrir une propriété. Les exemples étaient nombreux, en Tunisie et au Maroc : le négociant et industriel Joseph Abt, vice-président de la chambre de commerce de Casablanca (1928-1938) possédait un domaine d’un millier d’hectares14 ; de même l’entrepreneur Marcel Chapon, président de cette même instance, possédait une propriété de près de deux cents hectares dans la Chaouia. Louis de Saboulin, avocat et membre de la commission municipale de Casablanca, était aussi membre de la chambre d’agriculture pour une trentaine d’hectares15. En Tunisie, l’industriel Pierre Vernisse, vice-président de la municipalité de Bizerte, utilisa une partie de sa fortune afin de s’offrir un domaine de près de deux mille hectares. Cette immense ferme était loin d’être une affaire à la rentabilité exceptionnelle ; elle se situait au sud de Tunis, près de Pont du Fahs, et P. Vernisse s’y livrait à des activités variées (un peu de céréales, un peu d’élevage, un peu d’oliveraie) qui furent, selon le témoignage de sa petite-fille, d’un profit assez limité. En fait cette propriété semblait plutôt apporter à ce natif du Bourbonnais oriental, région où la supériorité économique liée à la propriété foncière demeurait, au début du XXe siècle, la base de l’autorité sociale16, la satisfaction d’intégrer un monde dont il rêva dans sa jeunesse. Faire de longues promenades à cheval sur « ses » terres, savourer ainsi pleinement une réussite sociale et économique en intégrant le groupe de la gentry, fût-elle coloniale17, voilà qui devait combler la soif de reconnaissance sociale de cet ancien compagnon du devoir issu d’une famille modeste de l’Allier.

  • 18 LH « Bena ».
  • 19 LH « Boucher ».
  • 20 Desmazieres B., Pierre Sorbier…, op. cit., p. 129.
  • 21 Katan Y., Oujda, une ville-frontière du Maroc (1907-1956), Paris, L’Harmattan, 1990, p. 112.
  • 22 Kassab A., L’Évolution de la vie rurale dans les régions de la moyenne Medjerda et de Béja-Mateur,(...)
  • 23 LH « Vénèque ».
  • 24 Notice sur Jules Pascalet in Courrier du Maroc du 13 décembre 1952.

15Si la terre, aux yeux de certains, signifiait la réussite et parachevait un processus de notabilisation entamé via d’autres moyens économiques, il n’en demeure pas moins qu’elle était aussi, surtout dans les zones les plus éloignées des villes, un élément fondateur de l’identité notabiliaire. Dans un tel contexte, possession valait reconnaissance publique. Dans le Sud tunisien comme dans les régions orientales du Maroc, il était courant de voir des propriétaires de plus d’un millier d’hectares endosser un statut de notable. Henri Bena, président de la chambre mixte de Sfax, possédait une oliveraie de près de trois mille hectares18 ; son homologue de la chambre mixte de Sousse, Jean Boucher, était à la tête d’une propriété immense dépassant les dix mille hectares19. Au Maroc, Émile Pagnon, président de la chambre mixte de Meknès, était à la tête de six mille hectares (répartis en une dizaine de domaines20). Auguste Krauss était à la fois un des plus importants propriétaires (près de quatre mille hectares21) de la région de Berkane et le président de la chambre mixte d’Oujda. Les présidents de la chambre d’agriculture de Tuni des années 1930, André Gounot et Robert Vénèque, régentaient de vastes domaines dans le Nord tunisien céréalier et viticole : le premier possédait plus de deux mille hectares autour de Souk El Khemis, dont il fut longtemps également le vice-président de la municipalité22 ; quant au second, plus modeste, il possédait sept cents hectares de riches terres céréalières près de Béja23. Par comparaison, Jules Pascalet, président de la chambre d’agriculture d’Oujda à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, faisait un peu pâle figure avec ses cent vingt hectares : mais il s’agissait de parcelles irriguées, peu courantes dans le Maroc oriental, et sur lesquelles il avait eu l’habileté de diversifier sa production (vignes, agrumes, maraîchages24).

  • 25 Rabat, AP A 1287, dossier sur Kénitra.

16Cependant, plus que par le poids de ses revenus, le notable se distinguait par son habileté de gestionnaire ainsi que par sa capacité à savoir résister aux crises (fort nombreuses et parfois sévères) et à tirer parti des aléas de la vie économique. Un souci financier, de mauvaises affaires, pouvaient entraîner la perte de ce statut de notable, surtout lors de la crise des années 1930. Camille Lagarde, ancien militaire, était garagiste à Oujda et faisait travailler plusieurs salariés ; en 1931, il fut nommé à la commission municipale mais en démissionna en 1935 car ses affaires étaient moribondes et qu’il avait été contraint de licencier une partie de son personnel. Ou encore Maurice Merle, négociant et propriétaire à Kénitra, devenu commissaire municipal en 1928 et qui abandonna son fauteuil en mars 1933, « pour se consacrer à ses affaires25 », litote devenue incontournable dès lors qu’il s’agissait de signifier qu’un commerçant, un agriculteur ou un entrepreneur commençait à perdre pied… Certes ces exemples semblent se réduire à la frange inférieure de notre groupe, celle des commerçants, artisans, rentiers, à l’aisance limitée mais qui avaient su se faire remarquer par l’administration. De telles mésaventures pouvaient survenir à beaucoup de ceux qui avaient cru atteindre une situation sociale privilégiée : elles n’en rendent que plus nécessaire l’étude de ceux qui réussissaient à ancrer leur supériorité sociale sur une certaine stabilité économique.

17Ainsi la nécessité de « tenir son rang » et d’éviter de déroger au statut de notable en sombrant dans les difficultés de trésorerie, impliquait tout d’abord de ne point mettre ses œufs dans un même panier.

  • 26 Rabat, AP 1479, enquête sur les salles de cinéma au Maroc (1923).

18Les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur s’appesantissent sur le caractère polymorphe de la fortune des notables comme si cette diversité dans la réussite traduisait une capacité particulière, une sorte de « supplément d’âme » qui aurait distingué certains notables. Émile Pagnon, président de la chambre mixte de Meknès au début des années 1930, diversifia sa fortune. Dans son domaine de Toulal (de près de mille hectares), il se livrait à la culture des céréales, des légumineuses, de la vigne, comme à de l’élevage ; de plus il possédait à Meknès et Fès, deux des plus grands hôtels de ces villes. Le négociant et minotier Sandillon et l’entrepreneur Lakanal, présidents de chambre consulaire (de Mogador et de Meknès) possédaient également, dans leurs villes respectives, un cinéma26.

  • 27 L’Afrique du Nord Illustrée, Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie (1881-1931), Alg (...)
  • 28 Témoignage de M. et Mme Crabières.

19En Tunisie, la plupart des grands propriétaires du Nord ne négligeaient pas d’investir au Sud opérant ainsi, à l’intérieur d’une même branche économique, une diversification de production. Martinier, vice-président de la chambre d’agriculture de Tunis et président de l’Omnium immobilier tunisien, outre ses terres céréalières, dirigeait une immense oliveraie ainsi qu’un portefeuille immobilier urbain bien garni ; Charles Carrier, le président de l’association des colons de Béja, était également administrateur délégué de la société des olivettes du Sud tunisien (sept domaines s’étendant sur près de 5 000 hectares tout de même27…). Maurice Crété débordait du strict cadre agraire et investit une part de sa fortune dans l’immobilier à Tripoli28.

  • 29 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 249.
  • 30 Rivet D., Le Maroc de Lyautey à Mohammed V, Paris, Denoël, 1999, p. 204-205.
  • 31 Nantes, APM SGP 182, PV de la séance du comité de colonisation du 17 juillet 1935.

20Une deuxième stratégie, plus cachée, consistait à profiter des malheurs des temps. La conjoncture se mêla périodiquement d’accentuer encore plus la concentration initiale : entre 1920 et 1921, les indicateurs économiques chutèrent en Tunisie, qu’il s’agisse du prix du blé (-24 %), du vin (-33 %) et surtout de l’huile d’olive (au-delà de 50 % de baisse29). Dans les années 1930, l’abus du crédit comme la mauvaise passe de l’économie mondiale contribuèrent à laminer les exploitations les plus fragiles du Maroc30 comme de Tunisie. Les Résidences tentèrent de limiter les désastres en procédant à de nouvelles adjudications de lots. La séance du comité de colonisation marocain du 17 juillet 1935 entérina ainsi le transfert de six grands lots (entre trois cents et cinq cents hectares) de colonisation : trois d’entre eux (pour un total de plus de mille deux cent hectares) passaient ainsi sous la coupe de sociétés dont l’administrateur n’était autre que l’ancien président de la chambre d’agriculture de Rabat, Lucien Obert31.

  • 32 Cité par C. Géniaux, Comment on devient colon, Paris, Fasquelle, 1908., p. 256.
  • 33 Mendras H., Les Sociétés Paysannes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1995 [1ère éd. 1976], p. (...)

21Ce dernier exemple suggère bien que la réactivité face à la conjoncture, issue d’une connaissance approfondie de la terre et des marchés agricoles, était un des traits permettant à bien des propriétaires de se maintenir dans la catégorie des notables. Charles Carrier, président de l’Association des Colons de Béja, utilisait une image assez audacieuse afin de caractériser les vertus d’un enracinement local qui se voulait total : il suggérait aux propriétaires de « Vivre en escargot parmi ses céréales32 ». Derrière une certaine forme de poésie bucolique, cette expression tendait à valoriser l’expérience contre l’amateurisme de certains colons, riches en capitaux mais assez peu présents au milieu des labours. Elle permet, en outre, de faire retour à une fonction importante du notable, peu perceptible (et pour cause) en milieu urbain, et qui fait de ce personnage, selon l’heureuse définition du sociologue H. Mendras, un « médiateur global dans une société paysanne33 ». Autrement dit la capacité de certains agriculteurs à mettre en application des processus agronomiques originaux et, par la suite, d’en être les pédagogues, non seulement leur garantissait une reconnaissance indéniable de la part des autres agriculteurs mais contribuait aussi à renforcer leur capital économique.

  • 34 Nantes, APM CC 27 bis, Voyage d’Étude au Maroc des élèves de l’École Coloniale d’Agriculture de Tu (...)
  • 35 Kassab A., L’Évolution…, op. cit., p. 139.

22En déplacement au Maroc au mois d’avril 1939, les élèves de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis visitèrent quelques exploitations : dans la région de Marrakech ce fut le domaine de Marc-Aurèle Petrignani, président de la chambre d’agriculture, qui fut choisi, comme celui d’Aucouturier à côté de Meknès. L’ensemble du voyage était placé sous le patronage de Maurice Bourotte, ancien vice-président de la chambre d’agriculture de Casablanca et, surtout, ancien élève de l’École Coloniale d’Agriculture ; il était d’ailleurs, pour le Maroc, le président de l’association des anciens élèves de cette école34. En Tunisie, Gounot et Vénèque (présidents de la chambre d’agriculture de Tunis), Carrier, Gagne et Roederer (présidents d’associations de colons dans la vallée de la Medjerda) invitaient régulièrement des chercheurs et des techniciens du service de Botanique de la direction de l’agriculture afin qu’ils expérimentassent sur leurs terres des innovations agronomiques ou bien qu’ils évaluent celles auxquelles ils avaient procédé. Qu’il s’agisse de l’amélioration de races animales (Roederer en Tunisie comme Bourotte au Maroc introduisirent le zébu indien et le croisèrent avec des races locales ou européennes pour obtenir des bovidés plus performants et plus résistants : ils durent à ces essais à la fois une partie de leur fortune et de leur réputation), de l’essai de nouveaux types de labours, de l’usage de fumures issues de la chimie des phosphates (Vénèque, Carrier ou Gagne enrichissaient ainsi leurs terres afin d’y cultiver des pois chiches qui présentaient l’avantage de « nettoyer » et d’« azoter » le sol avant de le re-ensemencer en céréales), ces essais conduisaient à faire de ces propriétaires des « colons d’avant-garde, véritables cadres régionaux de la colonisation [qui] contribuèrent eux-mêmes […] à développer les techniques et les méthodes modernes de la céréaliculture et à initier et entraîner les colons de leurs zones d’implantation35 ». En Tunisie comme au Maroc, l’innovation pouvait être un cercle vertueux : elle débouchait en général sur une amélioration des profits (grâce à une meilleure productivité et/ou une meilleure qualité de la production) qui encourageait, de ce fait, à poursuivre les aventures expérimentales.

  • 36 Boué G., L’École Coloniale d’Agriculture de Tunis et ses anciens élèves, [à compte d’auteur], 1991
  • 37 Viollis A., Notre…, op. cit., p. 130.

23Ce goût pour l’innovation était rarement un fruit du hasard. La plupart de ceux qui en firent preuve étaient issus d’une école agronomique parfois métropolitaine (Grignon, Montpellier…) et souvent de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis, fondée en 1898. Avoir été élève de cette école garantissait l’accès à une sorte d’oligarchie dans l’oligarchie, une forme de noblesse agrarienne, assez limitée toutefois au nord de la Tunisie (bien que présente également au sud de la Tunisie ainsi qu’au Maroc). Observons, grâce à l’ouvrage de G. Boué36, le destin des trois premières promotions de cet école (1898-1901) : au début des années 1930, Maurice Bourotte, au Maroc, bien que s’étant éloigné des fonctions consulaires, demeurait une sorte d’expert incontesté de la glèbe maghrébine ; en Tunisie, trois des élèves de ces promotions initiales siègèrent au Grand Conseil (Gounot, Vénèque, Delaporte), l’un d’entre eux était le président en titre de la chambre d’agriculture (Gounot), un autre son futur successeur à ce poste consulaire (Vénèque, qui était également son camarade dans la deuxième promotion). À Béja, dans cette ville qu’Andrée Viollis désignait sous l’expression de « fief des prépondérants37 », la plus importante des associations de colons de la régence était présidée par François Faure-Dère (deuxième promotion de l’ÉCAT également), à qui succéda, après sa mort (1929), Narcisse Gagne, élève de la troisième promotion. Par ailleurs, sur trente-sept présidents d’association de colons que nous avons répertoriés, neuf d’entre eux étaient d’anciens élèves de l’ÉCAT. L’importance de ce blason scolaire ne doit pas être minimisée dans la mesure où cette école fonctionnait en plus comme un véritable rite de reproduction sociale. François Faure-Dère y envoya ses deux fils (29e et 40e promotions). Tout comme l’on y retrouvait les fils des présidents des associations de colons de Mateur (Roederer), de Menzel Temine (Fournier), de Takelsa (Ribereau), de Testour (Carbonnel), du Mornag (Jocteur-Monrozier), de Medjez-El Bab (Deligne) ; les deux fils et le petit-fils d’Alfred Coeytaux, régisseur du domaine de l’Enfida et élu du collège agricole à la Conférence Consultative, y étudièrent, de même que les fils des deux présidents de la chambre d’agriculture de Tunis des années 1930, Gounot et Vénèque.

24Cette captation des leviers du pouvoir agraire (et, au-delà, de l’influence que cela pouvait avoir en termes de politique de colonisation) suscita quelques interrogations voire contestations au sein de la société coloniale, sur lesquelles nous reviendrons. Il n’en demeure pas moins que cette école participait à un mouvement de patrimonialisation du pouvoir économique et social, que, avec d’autres modalités, nous avons vu s’ébaucher autant dans le cadre des commissions municipales que de la direction des chambres consulaires. Un tel mouvement renforce la conviction qu’en Tunisie, bien plus qu’au Maroc, les notables coloniaux agraires formaient un groupe plus ou moins fermé à l’intérieur même de la société coloniale française.

Occuper l’espace, habiter le temps

25Que seraient les différentes formes de capitaux (économiques, culturels, sociaux…) s’ils n’étaient actualisés dans des mises en scènes spécifiques ? Se montrer (ou se cacher), habiter (ou se déplacer), laisser une marque dans l’espace et dans l’esprit, étaient autant de déclinaisons de l’opulence. Celles-ci étaient à la fois cause et conséquence du statut de notable et participaient, plus généralement, à l’entreprise coloniale en exhibant, parfois avec majesté, parfois avec discrétion, les signes d’une prise de possession.

  • 38 Nantes, APT 1er V. 1754.
  • 39 La Tunisie illustrée, no 220, p. 8.

26Être notable, c’était ainsi accepter d’être acteur d’un cérémonial dont la ville pouvait être le cadre. Les obsèques38 étaient l’occasion donnée aux « prépondérants » non seulement de s’afficher en compagnie des autorités administratives voire du Résident lui-même, mais aussi de s’offrir une tribune où résonnaient des discours oscillant entre l’exaltation de l’œuvre accomplie par la France et l’énumération de mérites individuels. Ainsi les funérailles du journaliste Albert Guénard, en mars 1926, d’abord à Tunis (pour la cérémonie religieuse) puis à Bizerte (pour la mise en terre) furentelles rythmées par au moins huit discours, du négociant Jean Ventre, futur président de la chambre de commerce de Tunis, à l’écrivain socialisant Arthur Pellegrin (membre du Grand Conseil), en passant par le quasi-inamovible « maire de Bizerte », l’industriel Pierre Vernisse. Ou encore les funérailles de Jean Verdier (président de la chambre des intérêts miniers) en août 1932, d’André Gounot (président de la chambre d’agriculture) en novembre 1936 et de bien d’autres notables pour lesquels le Résident général lui-même se déplaçait afin de donner à la cérémonie une solennité officielle : il suivait alors le cercueil, entouré, comme le montre une photographie prise lors des obsèques de l’avocat Adrien Gueydan en janvier 192239, de hauts fonctionnaires français et de ministres tunisiens.

27Ces cérémonies, si l’on en juge non seulement par les articles de presse mais aussi par les photographies publiées, pouvaient drainer une foule importante et s’intégrer dans un ensemble plus large de moments particuliers durant lesquels le monde des notables coloniaux se donne à voir, se met littéralement en scène.

  • 40 Dupuy A., « Esquisse d’une histoire des statues et monuments français d’Afrique du Nord au cours d (...)
  • 41 Thiébaut, C., « Les manifestations pour le centenaire de la naissance du Cardinal Lavigerie », RH,(...)

28En dehors des funérailles, les monuments40 étaient également utilisés comme cadre de ces exhibitions. Dans l’ensemble, le Tunis européen d’avant 1939 n’est pas exceptionnellement riche en statues mais celles-ci sont significatives, comme les chars du carnaval, de l’idéologie coloniale. Nous en avons recensé au moins cinq dont chacune, dans un champ spécifique, représente une personnalité fondatrice de la Tunisie coloniale (dans l’ordre chronologique de leur construction) : le fondateur politique (monument Jules Ferry, 1911), les fondateurs économiques (monument Philippe Thomas, place de la Gare, 1913 ; monument Carnières, square de Verdun, milieu des années 1920), le fondateur religieux (monument Lavigerie, 1925, place de la Bourse) et le fondateur administratif (monument Paul Cambon, place Pasteur, 1929). Il n’est pas dans notre propos d’analyser ici la place de ces monuments au sein d’une symbolique urbaine particulière même si la très œcuménique perspective qui lie la statue de Ferry à celle de Lavigerie41 d’un bout à l’autre de la principale artère de la ville européenne mériterait qu’on s’y attarde.

  • 42 Nous utilisons principalement le récit de l’arrivée du Résident Lucien Saint (6 janvier 1921), tel (...)
  • 43 Brown P., Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive, Paris, Le Seuil, « Points », 1998, p. 29
  • 44 Le Colon français no 867 du 27 octobre 1923.

29Plus importantes dans le cadre d’une mise en scène du pouvoir et de la place des notables étaient les cérémonies liées à l’arrivée et à l’installation d’un nouveau Résident42. Déjà, dans le contexte de l’Antiquité tardive, Peter Brown insiste sur ce moment de l’adventus, entrée solennelle de l’Empereur ou des gouverneurs impériaux dans une ville : « le simple fait d’arriver en grand appareil ponctuait la vie de chaque cité et région en rappelant une autorité lointaine, soudain à portée de main43 ». Il existait, certes, d’autres moments (vœux du nouvel an, banquet du 14 juillet) durant lesquels, la colonie s’adressait au Résident, en dehors du cadre formel des instances représentatives : mais, passé les premières années des Protectorats, en Tunisie comme au Maroc, nous voyons ces cérémonies expurgées de ce moment discursif, au fur et à mesure que disparaissent des personnalités consensuelles ou « doyen » pour prononcer ces discours. Par ailleurs, l’arrivée du Résident était un bien meilleur moment pour étaler les griefs ou revendiquer : une nouvelle ère s’annonçait et il convenait d’établir (ou du moins, de tenter de le faire) un nouveau modus vivendi entre les notables et le nouvel homme fort de la Résidence. À Tunis, l’adventus du Résident attirait toujours une foule importante qui s’entassait tout au long de l’avenue Ferry. Lucien Saint, en 1921, après avoir salué le Bey en son palais de La Marsa, y parvint après avoir traversé une haie de soldats. Le nouveau Résident se rendait ensuite dans le square situé au bas de l’avenue où, à côté du monument Ferry, la municipalité de Tunis avait fait dresser un salon de réception. Au pied de ce monument un des vice-présidents de la municipalité de Tunis, Curtelin, prononçait un discours de bienvenue. Ensuite, le nouveau Résident déposait une gerbe au pied de Jules Ferry et gagnait le bâtiment de la Résidence en voiture. Ce trajet était alors l’occasion d’un passage en revue des troupes, disposées tout au long de l ‘ avenue Ferry. Enfin, dans les salons de la Résidence, se déroulait la noria des officiels français et tunisiens venus présenter leur hommage au nouvel homme fort du Protectorat. Un tel protocole mettait en valeur à la fois la société civile et l’armée, omniprésente, tant d’un point de vue physique qu’auditif (la Marseillaise interprétée par le IVe Régiment de Zouaves ne s’arrêtait que pour les discours et laissait ensuite la place aux trompettes des Chasseurs d’Afrique à cheval). Adoubé par la municipalité coloniale, légitimé par l’Armée d’Afrique, sous le regard tutélaire de Ferry, sorte d’icône des origines du Protectorat, le proconsul-résident pouvait se mettre au travail. Sans atteindre un tel décorum, le retour du Résident, après un séjour en France, était également l’occasion de réactualiser ce « droit de ne pas passer inaperçu » qui faisait des honneurs militaires, du pavoisement de la ville et de la réception du Résident par les notables (les membres de la municipalité, le vice-président du Grand Conseil) des « marques extérieures de déférence et de respect44 ».

30Cette volonté de mise en scène des notables prenait également appui sur la création et le développement de lieux fixes, de bâtiments précis, dans lesquels la mentalité coloniale et communautaire pouvait se replier et s’affiner.

  • 45 Nantes, APT 1er V. 1755, lettre de C. Pellet, président de la Chambre de commerce de Tunis, au Rés (...)

31Quelques lieux tunisois pouvaient prétendre être des centres de réunion et d’exhibition de ces « prépondérants » français, comme la chambre de commerce de Tunis ou bien la chambre d’agriculture du Nord. Les négociants et agrariens qui acceptaient de donner de leur temps à la gestion corporative des affaires économiques de la Tunisie coloniale se réunissaient dans des bâtiments dispersés dans la ville et qui ne leur appartenaient pas en propre. On pourrait croire ce dernier élément fort anodin mais force est de constater qu’il était fort mal vécu par les notables coloniaux, qui n’auront de cesse de vouloir faire construire un véritable « palais consulaire ». César Pellet, président de la chambre de commerce de Tunis entre 1912 et 1924, rêvait ainsi, dans une lettre au Résident Général Lucien Saint, d’un lieu où non seulement la chambre de commerce pourrait « se sentir chez elle » mais où l’on pourrait regrouper « les diverses chambres consulaires de Tunis, la bourse du commerce, les bureaux des courtiers assermentés, un musée commercial, une annexe de l’office postal » et, ajoutait-il, « si notre conception n’est pas menacée d’être taxée de hardiesse, le tribunal de commerce et le Grand Conseil de Tunisie […] cette construction […] devant être au centre de Tunis, dégagée autant que possible de tout immeuble, avec belle perspective et inspirée des plus belles traditions de l’architecture orientale45 ». L’intérêt de ce passage est double : d’une part il dénote l’enracinement d’une revendication qui ne sera concrétisée (partiellement) qu’une dizaine d’années plus tard, avec l’inauguration d’un « palais consulaire » (1937). D’autre part, il montre combien les notables coloniaux étaient attachés à une véritable idéologie de la synergie des lieux de pouvoir : rassembler chambres économiques et instance de représentation des Français de Tunisie semblait à Pellet une idée certes hardie mais de bon sens et de bonne politique. Au-delà du prestige lié à l’édification d’un bâtiment imposant, le souhait de Pellet était avant tout d’enclore dans les mêmes murs l’efficience d’organismes permanents mais à la légitimité partielle (les chambres économiques) et la légitimité d’une instance ponctuelle, métonymie de la tutelle française et affectée d’une efficacité à éclipse (le Grand Conseil). En un mot, il proposait de doter Tunis d’un édifice incarnant la puissance et l’influence des « prépondérants ». Une telle conjonction, entre mélange des genres et confusion des intérêts, n’était guère envisagée avec bienveillance par les autorités résidentielles. La simple évocation dans la lettre de Pellet d’un tel bâtiment abritant chambres consulaires et Grand Conseil suscita une remarque manuscrite du Résident dans le corps de la lettre : soulignée au crayon, celle-ci était commentée en marge par un simple mais impérieux « non ».

  • 46 Sebag, P., Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 347.
  • 47 Le palais est intégralement reconstruit dans les années 1930 (témoignage F. Arnoulet).
  • 48 Lambert 1913, p. 29.
  • 49 La Tunisie illustrée, 15 janvier 1921, p. 7. Une photographie de la salle illustre un article d’A. (...)
  • 50 Ibid., p. 6.

32Il existait pourtant, à Tunis, un lieu qui, à défaut du bâtiment rêvé par Pellet, était emblématique du rayonnement des notables coloniaux dans l’entre-deux-guerres. Il s’agissait du Palais des Sociétés Françaises, sis au numéro 20 de l’avenue de Paris. Construit par un riche particulier, il fut racheté par la Résidence en 189846. Il est probable que l’intention première de l’administration française était alors d’acquérir un lieu afin d’abriter les sessions de la Conférence Consultative (créée en 1890), et qui se tenaient jusqu’alors dans une aile de la Résidence Générale. Le bâtiment initial47 comportait alors un rez-de-chaussée et un étage. Il fut agrandi en 1907 après la décision de la Résidence de créer une section tunisienne de seize membres à la Conférence Consultative. L’étage ajouté était ainsi constitué « d’une grande salle pour les séances plénières, trois salles pour les commissions, un bureau des postes, télégrammes et téléphones, une salle pour la presse, une salle pour les secrétaires de séances, un buffet, un vestiaire-lavabo etc.48 ». Cependant, dès 1910, cet étage flambant neuf fut réservé aux seules délibérations de la section française, la section tunisienne descendant alors du second au premier étage. Il devint alors la tribune des notables coloniaux réunis en corps. En son sein, les bureaux des chambres économiques côtoyaient les élus du « troisième collège » notamment ceux de la SFIO dans une grande salle49 décorée par des pilastres et des tentures tricolores. Les membres se répartissaient autour d’une grande tablée disposée en U ; à l’extrémité de la salle, sous le regard d’un buste de Marianne entouré de drapeaux tricolores, une table droite était réservée au gratin de la Résidence (le Résident et les chefs de service) ainsi qu’au vice-président, élu directement par les membres. Au centre de la salle, deux courtes tables étaient dressées où s’affairaient les secrétaires de séances et les « demoiselles sténo » prenant en notes les débats. La hauteur sous plafond (plus de quatre mètres) apportait de la grandiloquence à une salle par ailleurs fort austère50.

  • 51 Arrouas: « Pellegrin, Arthur ».
  • 52 Le Colon français, no 1277 du 28 novembre 1931.
  • 53 La Tunisie illustrée no 220, 1er février 1922.
  • 54 Témoignage de F. Arnoulet.

33Cependant, le bâtiment ne pouvait être dévolu à ce seul usage : la Conférence n’avait qu’une ou deux sessions annuelles, de quelques jours seulement, et ne disposait d’aucune administration spécifique. Le palais ou hôtel des sociétés françaises servit alors à toute une panoplie de sociabilités. Les notables coloniaux utilisaient également d’autres salles de ce palais avec d’autres objectifs. La sociabilité savante, couvée par la Résidence, s’y déployait : l’Institut de Carthage (fondé en 1893) organisait en ce lieu conférences et réunions, de même que la société des écrivains d’Afrique du Nord (fondée en 1920 par Arthur Pellegrin51, membre par ailleurs de la Conférence Consultative). La grande salle du rez-de-chaussée servait également de cadre à des moments forts de la vie coloniale en général et celle des « prépondérants » en particulier. D’abord, d’un point de vue social et politique, c’est là que s’organisait la fête de l’Union des Travailleurs Français52, groupement fondé en 1892 par Victor de Carnières. À mi-chemin du syndicat, du parti et du réseau clientéliste, ce groupement fonctionnait comme une caisse de résonnance pour des notables soucieux d’enracinement populaire. Après la mort de Carnières, il fut présidé par A. Gueydan (avocat du gouvernement Tunisien, de la Résidence ou encore de l’archevêché53), puis par César Pellet, président de la chambre de commerce et jusqu’au milieu des années 1930 par André Gounot, président de la chambre d’agriculture. Cette fête était l’occasion, entre kermesse et discours idéologique, d’aviver ou d’activer des réseaux dont le rôle était avant tout social (contrebalancer l’influence de la CGT ou de la SFIO parmi les ouvriers ou les employés) et politique (entretenir des liens avec une masse d’affidés parmi le corps électoral ou les commissions municipales). De la même façon, d’autres réseaux utilisaient le lieu afin d’organiser des retrouvailles annuelles : les associations régionalistes (corses, bretonnes, provençales…), les amicales ou associations d’anciens élèves (du lycée Carnot, de l’ÉCAT54…).

  • 55 La Liberté, 28 décembre 1924.

34Parmi ces dernières manifestations, le grand bal de fin d’année de l’École Coloniale d’Agriculture revêtait une importance particulière. Ce bal, décrit par certains anciens élèves de l’école comme G. Boüé, mais aussi par quelques esprits critiques, comme le journaliste Albert Guénard55, comme un événement mondain, était aussi un événement social important. Élèves et anciens élèves s’y rencontraient ; fils et neveux de propriétaires s’y pressaient. Des contacts se nouaient en vue d’une future embauche ou d’un stage ; des idylles s’ébauchaient, entre jeunes diplômés et filles ou nièces de propriétaires, contribuant ainsi à maintenir l’impression d’une forte endogamie du milieu agricole. Le monde des notables agricoles se mettait ainsi en scène au cours de cette cérémonie où les marchés de l’emploi et de la conjugalité se superposaient et surjouaient, le temps d’une soirée, la comédie humaine de la supériorité sociale, entre faubourg Saint-Germain et Autant en emporte le vent.

35Ce palais fonctionnait ainsi, à chaque étage, comme un centre vers lequel convergeait et s’agglutinait tout un ensemble de sociabilités. La communauté française, encadrée par des notables dont certains étaient de grands propriétaires terriens, s’y ressourçait et s’y repliait lors d’assemblées plus ou moins larges à tonalité politique, savante, régionaliste, sociale… Ces rassemblements donnaient de la vigueur à tout un enchevêtrement de réseaux clientélaires et rythmaient ainsi, au-delà du caractère tunisois de ces réunions, la vie même de la société coloniale tunisienne. Plus généralement, l’exemple de Tunis suggère l’existence d’une géographie urbaine du monde des notables, utilisant expressément des lieux spécifiques (l’avenue Jules-Ferry et le Palais des sociétés françaises) afin d’extérioriser et donc de renforcer la puissance sociale dont ils étaient les vecteurs.

  • 56 Agulhon M., La République au village, Paris, Plon, 1970, p. 248-249.
  • 57 Du moins en ce qui concerne ceux que nous avons visités (Rabat et Tunis).
  • 58 Brochier : « Brudo ».
  • 59 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 477.
  • 60 Plusieurs témoins nous ont signalé l’existence d’un monument à Victor de Carnières à Tunis : au dé (...)

36Cependant si les notables français de Tunis inscrivaient leur marque sur l’espace urbain, pouvait-on déceler, dans le cadre des protectorats, une attitude paralléle afin de s’inscrire dans le temps ? Il est ainsi un point sur lequel il convient d’interroger les rapports du notable et de l’espace, à savoir la trace que ceux-ci souhaitaient y laisser. Parcourir les cimetières, comme Maurice Agulhon le fit pour étudier les notables de Brignoles56, ne nous a guère été utile57 : certes il existait bien une différenciation sociale à l’intérieur des cimetières, que structurait l’opposition entre tombeau en pierre et tombe n’ayant qu’une simple délimitation en fer ; mais nous n’avons pas constaté la présence d’épitaphes telles celles qui fournirent à M. Agulhon matière à approfondir sa connaissance des hiérarchies sociales provençales ni même de particulière exubérance en ce qui concerne les sépultures, assez semblables et austères dans l’ensemble. Les dénominations de rue pouvaient être également un indice de l’importance de l’action d’un notable : à Sfax, l’avenue Jules Gau (du nom d’un des premiers vice-présidents de la commission municipale) était la principale artère de la ville qui, derrière la gare, s’ouvrait sur la mer et sur laquelle s’égrenaient l’hôtel de ville, le théâtre, la Poste, le contrôle civil et le siège de la Compagnie de Sfax-Gafsa. Il existait bien une place Brudo à Mazagan58 et une rue Marcel Chapon59 à Casablanca : dans l’ensemble de telles dénominations étaient marginales (surtout par rapport au tombereau de dénominations flattant le souvenir de militaires, de ministres ou exaltant des lieux emblématiques de la géographie impériale). Par ailleurs, en Tunisie essentiellement, certains quartiers urbains, (Dubosville à Tunis, Picville à Sfax) ou des propriétés rurales assez imposantes (Crétéville, Potinville, Reyville) avaient pris le nom de leur oikistes : la pratique demeura néanmoins limitée dans l’espace (nulle trace au Maroc) et dans le temps (avant la Première Guerre Mondiale) et semble avoir été aussi marginale que les dénominations de rues. En un mot : la trace laissée par les notables après leur mort se révélait discrète60.

  • 61 Dornier F., Les Catholiques en Tunisie au fil des ans, Tunis, Finzi, 2000.
  • 62 Le Colon français no 834 du 7 mars 1923.

37Revenons aux vivants. La fortune des notables, pour importante qu’elle fût au sein de la société coloniale, n’était pas de taille à permettre des munificences extraordinaires. En Tunisie, les prépondérants locaux s’illustraient particulièrement dans le don religieux. Certains propriétaires (Montureux, Crété) avait fait édifier une chapelle dans leur propriété. D’autres, assez nombreux, contribuaient à l’exercice du culte catholique en participant à la construction de l’Église paroissiale. Ainsi Pierre Vernisse, vice-président de Bizerte, donna un terrain pour construire l’église de Mégrine et Joseph Percie du Sert, vice-président de la municipalité de Tébourba, offrit les vitraux de l’église de la ville à l’occasion de l’ordination de son fils ; ou encore, Aimé Malcor, membre du Grand Conseil et grand propriétaire de la région de Kairouan ainsi que P. de Magneval, président de l’association des colons de Béja, participèrent au financement d’églises61. Mieux encore : Dallard, vice-président d’Aïn-Draham, fit entièrement construire l’église de sa ville. Notons que l’Église, en la personne de ses plus hauts représentants, ne se montrait pas, en retour, ingrate à l’égard de ses colons. Un des grands moments de célébration de cette union de la charrue et du goupillon avait lieu chaque année, au début du mois d’avril, dans un bourg agricole du Cap Bon, M’Raissa. En ce lieu reposait Victor de Carnières, décédé en 1917, mais dont on célébrait régulièrement la messe anniversaire. En 1923, ce « pieux pèlerinage » était marqué par la présence des présidents des chambres consulaires de Tunis (Pelletier et Pellet) ainsi que par celle de l’archevêque de Carthage, primat d’Afrique, qui venait, comme les années précédentes, en cette minuscule église, et célébrait ladite messe dans laquelle il voyait « non seulement le témoignage de l’amitié qui l’unissait [à Carnières] mais encore l’hommage qu’il aim[ait] rendre à la colonie agricole62 ». D’une manière générale il existait une certaine empathie entre les notables français de Tunisie, en particulier ceux issus du monde agricole du Nord de la Régence, et l’Église catholique.

  • 63 LH « Ferreri, Jean ».
  • 64 Ibid.
  • 65 LH « Guillemet, Paul ».

38Au Maroc, moins travaillé, semble-t-il, par une piété aussi ostentatoire, les notables, sans doute parce qu’ils étaient encore accaparés par la volonté de consolider leur (récente) affaire, ne pratiquaient guère l’evergétisme colonial. Certes Lendrat, un des hommes d’affaires à l’origine du quartier des Roches Noires à Casablanca, édifia-t-il une église ; il se pourrait que d’autres personnalités du monde des affaires aient contribué, ailleurs, à de semblables constructions. Un autre aspect consistait en prendre en charge l’érection d’un monument. Jean Ferreri, fondateur d’associations (de comptables, de Corses, de vétérans du Maroc) et membre de la commission municipale de Rabat se serait « dépensé avec un véritable dévouement pour la réalisation de son projet, le monument à la victoire et à la paix ». La première pierre est posée le 11 novembre 1920 et l’inauguration a lieu le 20 juillet 1924, en présence de Lyautey. Entre temps, Jean Ferreri, cet « apôtre du bien63 » (il est aussi délégué du Comité des Dames patronnesses) a dû rassembler près de 500 000 francs pour construire le monument (souscriptions, démarches, réunions, soirées artistiques…)64 sans doute sous le regard bienveillant de la Résidence. Quant à Paul Guillemet, président de la chambre d’agriculture de Casablanca, il fut à l’initiative d’une collecte de fonds pour la construction d’un monument à la mémoire du Maréchal Lyautey65.

39Encore s’agit-il, pour ceux que nous venons de dépeindre, de lieux collectifs ; mais ne négligeons pas pour autant les refuges de l’intimité comme éléments d’une grammaire de l’importance. Le notable, en son jardin, reste un notable. Entrons dans la demeure d’un grand propriétaire du Nord de la Tunisie à la veille de la Première Guerre Mondiale. Nous ne connaissons pas son identité et nous ne pouvons affirmer qu’il serait intégré dans notre corpus de notables. Néanmoins utilisons cette description pour approcher ce domaine de l’intime si difficile à cerner par les sources traditionnelles :

  • 66 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 257.

« Une domestique nous introduit. Dans la maison, le changement de décor nous surprit. Des meubles anciens, disposés avec symétrie, ressuscitaient la vieille campagne provinciale abandonnée. Une bibliothèque garnie d’ouvrages modernes, des tables chargées de revues, un piano, des sièges confortables, des gravures et des tableaux choisis, tout dénotait plutôt la demeure d’un artiste que celle d’un agriculteur66. »

  • 67 Témoignage de F. Arnoulet.

40Piano et tableaux, meubles de style et cossus : rien ne dépareillerait dans une maison bourgeoise de métropole. Souvent il ne manquait même pas la cheminée, de pierre ou de marbre : non qu’elle fût utile, mais elle évoquait avec tendresse la métropole quittée et servait de signe d’appartenance à une autre civilisation67. D’une manière générale, nous n’avons pas trouvé d’exemple de notable soucieux d’adapter son mode de vie, et en premier lieu, son mode d’habitat, au pays dans lequel il vivait.

  • 68 Photographie communiquée par son petit-fils M. André Blanc.
  • 69 Manstein-Chirinsky A., La Dernière Escale. Le siècle d’une exilée Russe à Bizerte, Tunis, Sud Éditi (...)
  • 70 Témoignage de Mme M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).
  • 71 Sébillotte R., Ksar el Ahmar ou la vie de colon dans le sud tunisien, t. II, Avignon, Imprimerie R (...)
  • 72 Ibid., p. 87.

41Pour d’autres demeures, nous sommes contraint de n’en point quitter le seuil. La maison de Léon Blanc68, vice-président de la municipalité de Medjez-El Bab était certes d’une taille respectable mais ne faisait guère étalage d’un luxe tapageur. Seuls signes de l’ambiance coloniale : le jardin, assez luxuriant, ainsi que l’inévitable véranda, indispensable sous des latitudes coloniales, mais ici fort modeste (une dizaine de mètres carrés entourés de six colonnes) ; le modèle des villas géorgiennes de Savannah ou Atlanta n’était pas ici de mise. Même constat pour ce que nous savons de la villa de Pierre Vernisse à Bizerte dont un témoin nous signale simplement la grille et « un grand jardin de palmiers et de lauriers roses69 » et que sa petite-fille qualifie de « petite maison de bord de mer70 ». Celle de Louis Roederer, président de l’association des colons de Mateur, rappelait celle de Léon Blanc et était décrite par un témoin comme « grande et plaisante avec sa véranda aux fines colonnes surmontées d’arcs très purs71 ». Il existait bien un type de maison, représentative de la réussite sociale et économique et dont ces différents exemples donnent un aperçu. Richard Sebillotte, colon moyennement fortuné, en fait un portrait rapide lorsque, s’abandonnant à la rêverie, il décrit ainsi son (hypothétique) future demeure : « J’imaginais ma maison, avec une large véranda à arcades et colonnes, au milieu d’un superbe jardin agrémenté de bassins et d’une piscine72. » Nous retrouvons les éléments de base d’une architecture de l’aisance, déjà aperçus chez Blanc, Vernisse ou Roederer : la véranda qui prolongeait l’intérieur vers l’extérieur et constituait le signe le plus éminent de la demeure patricienne en climat chaud ; la luxuriance du jardin (relevée par la présence de l’eau) dont la fonction était autant de préserver l’intimité et de rassurer (occulter la demeure derrière un rideau végétal en donnant l’impression de vivre à l’écart et donc sous protection) que de faire la démonstration de l’opulence par la variété et la profusion des espèces végétales comme par l’utilisation sans limite de l’eau, véritable richesse en ces latitudes pré-désertiques.

  • 73 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 191.

42À Casablanca la villa de Marcel Rivollet, entrepreneur élu du troisième collège et vice-président, un temps, de la municipalité, était assez semblable, entre luxe bien tempéré et importance des ouvertures sur l’extérieur. Construite par l’architecte Pierre Michaud (vers 1929-1930), « ses façades lisses sont percées de nombreuses loggias et terrasses et festonnées de tuiles vertes, pour faire “couleur locale”. L’entrée principale permet d’accéder depuis le boulevard aux pièces de réception, largement ouverte par un bowwindow ou une terrasse, véritable pièce de séjour donnant sur le jardin. L’entrée de service, à l’opposé de l’accès principal, donne sur l’office et la cuisine, tandis qu’une troisième entrée est réservée à l’activité professionnelle et au garage. Le jardin a été composé par l’architecte sur le modèle des jardins cloisonnés et un jardin potager a été planté du côté des services73. »

  • 74 Larrieu F., Tant d’Aubes après tant de nuits, Joué-les-Tours, La Simarre, 1991.

43Bien sûr, la dimension de la fortune induisait des modulations. Maurice Crété, outre un domaine qui portait son nom (Crétéville), possédait une « somptueuse demeure », au dire de sa petite-nièce, près de la Kasbah de Tunis : construite par un riche Italien, elle possédait les attraits de l’urbanité bourgeoise de haut vol avec sa salle réservée au bridgeurs, son jardin d’hiver et, surtout, une terrasse à partir de laquelle la vue plonge et se perd dans la Médina74. Ce cas était toutefois exceptionnel par sa localisation urbaine, à deux pas de la Médina. Il était beaucoup plus courant, pour les notables, de s’installer dans les quartiers européens, autour des résidences, dans des zones de villas au parcellaire aéré (comme Anfa à Casablanca).

  • 75 Marcille J., Le Printemps de Carthage, souvenirs et images sur les collines de Carthage (1841-1925 (...)
  • 76 R. Marcille en 1902 et H. Vincent en 1906, tous deux fonctionnaires (le premier à la direction de (...)

44Carthage, désormais faubourg de Tunis, présentait la caractéristique d’être à la fois une zone de résidence urbaine ainsi qu’un lieu privilégié de vacances pour propriétaires de l’intérieur. Les villas75 qui sortaient ainsi de terre au pied de la colline de Byrsa constituèrent rapidement un quartier résidentiel assez prisé. Au début du siècle ce furent surtout des fonctionnaires, des militaires retraités attirés tout à la fois par la proximité de la mer, l’ambiance religieuse teintée d’un gallicanisme d’outre-mer (la chapelle Saint Louis) sans oublier le frisson existentiel d’anciens forts en thème, avides de jeter leurs fondations à quelques mètres (voire au-dessus…) des sols foulés par Hannibal et Scipion76. Autour de la Première Guerre Mondiale, cette zone allait acquérir un autre statut au travers de la prolifération de résidences secondaires de notables cherchant à fuir la chaleur étouffante des étés tunisois ou la violence du sirocco : Auguste Ventre, président de la chambre de commerce de Tunis, s’y installa en 1912, suivi par Aimé Martinier (vers 1917-1918), président de l’Omnium immobilier et membre de la Conférence Consultative et du Grand Conseil depuis 1912 (et ce jusqu’en 1933), ou encore Paul Deligne, président de l’association des colons de Medjez El Bab qui venait, dans sa « villa des Cambrésis » (il était natif de Cambrai) échapper à la poussière estivale du Tell.

45L’espace intime, familial, agissait ainsi comme un cocon dont la fonction était surtout de préserver ou de recréer un mode de vie métropolitain. L’ostentation y était parcimonieuse mais ne faisait pas l’économie de certains éléments (le jardin, la véranda ou la terrasse, le mobilier européen) même si la véritable distinction passait moins par la maison elle-même que par l’existence de déplacements entre certains lieux.

46Nous avons déjà noté l’ambivalence de la colline de Byrsa où se coudoyaient résidences principales et secondaires. Cet exemple nous met sur la voie d’un signe de supériorité sociale et économique bien plus fondamental que la possession d’une demeure : la possibilité de se déplacer, non point pour des raisons professionnelles, mais pour accomplir des rites sociaux, la chasse ou la villégiature, qui permettaient fondamentalement aux notables de se différencier au sein d’une société coloniale casanière, volontiers effrayée à l’idée de nomadiser en terres maghrébines. Ces déplacements étaient ainsi l’occasion, au-delà de la volonté de cultiver l’ivresse réconfortante de l’entre soi, d’un marquage territorial symbolique.

  • 77 Croze H., Souvenirs…, op. cit.
  • 78 Chavent A., L’Aventure tunisienne de la famille d’Augustin Chavent (1890-1962), manuscrit dactylog (...)

47On peut se demander à quels moments se rencontraient ces notables, en dehors des séances du Grand Conseil, du Conseil de Gouvernement ou des bureaux des chambres consulaires. Nous avons déjà évoqué les cérémonies familiales (mariages, enterrements) ou le déploiement urbain d’une sociabilité ostentatoire ; aussi importantes, si ce n’est plus, devaient être les parties de chasse. Cet intense moment de sociabilité masculine était un des moments forts de rencontre des notables coloniaux. Henri Croze, président de la chambre de commerce de Casablanca, dans ses mémoires, ne se lasse pas de raconter ses multiples parties de chasse dans l’Atlas77. Albert Chavent raconte comment le destin de ses ascendants se noua lors d’une battue au sanglier organisée à Sainte Marie du Zit, dans le nord de la Tunisie : Maurice Crété était venu accompagné de son épouse Marguerite qui, impressionnée par le jeune Henri Chavent, décida de lui présenter sa cousine célibataire78. Où l’on saisit, au passage, que les activités cynégétiques faisaient aussi la part belle à l’activisme matrimonial…

  • 79 Ibid., quatrième partie, p. 15-16.

48Les parties de chasse étaient aussi l’occasion d’entretenir un réseau d’amitié tout en faisant preuve d’une véritable éthique aristocratique, entre fierté de la possession terrienne et résurgence du privilège féodal du droit de chasse. Lorsqu’Aimé Malcor, membre du Grand Conseil à la fin des années 1920, invitait « des personnalités et des amis de Kairouan et Tunis à une partie de chasse sur sa propriété », nous avons l’impression d’être plongé dans une scène de La Règle du Jeu : certes la Sologne était ici remplacée par les champs de figuiers de Barbarie mais il ne manquait ni la traque des perdrix, ni les braconniers de circonstance et encore moins l’ambiance satisfaite et cossue de gens du même monde, partageant entre eux, outre la passion des chevaux, la joie de réinventer, à leur usage, un mode de vie auquel ils ne pouvaient peut être pas prétendre en métropole79.

  • 80 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1866-1914), manuscrit dactylographié [1963], p. 19.
  • 81 Goerg O., « La ville européenne outre-mer », in Histoire de l’Europe urbaine (sous la dir. de J.L.(...)
  • 82 Nantes, MCC no 71.

49Au-delà de ces journées de chasse, il convient de placer les saisons de vacances. Maurice Crété possédait une maison à Hammam-Lif où sa famille séjournait l’été venu. La sociabilité estivale, entre bains de mer et opérettes au casino de la ville, ponctuée de parties de bridge ou de tennis, tentait de faire revivre, en terres tunisiennes, l’ambiance des stations balnéaires métropolitaines80. Au Maroc, où l’on cultivait avec hauteur parfois une sorte de style colonial à l’anglaise, la Résidence tenta de lancer, en 1929, sur le modèle des Hill Stations indiennes et de Chréa (près de Blida, en Algérie), entre obsession sanitaire et volonté de reconstituer une sociabilité européenne de détente81, la station d’altitude d’Ifrane dans le Moyen Atlas. Le premier projet datait de 1924, mais il ne fut véritablement lancé que sous la houlette d’Eirik Labonne82, secrétaire général de la Résidence, en 1928. La finalité était certes de doter le Protectorat d’une de ces villes de détente, si prisées des officiers de l’Armée des Indes ou des fonctionnaires hollandais de Java, où l’on venait reposer son corps de la cruauté du climat tropical ; mais Labonne tentait aussi de renforcer les liens des Français les plus aisés avec le Maroc en essayant d’assécher le flot de ceux qui s’en retournaient en métropole dès que pointaient les premières chaleurs de l’été et en leur offrant une villégiature d’altitude, très mitteleuropa, dans la lignée de certaines stations suisses ou autrichiennes.

  • 83 L’Afrique du Nord Illustrée no 87 (31 décembre 1922).
  • 84 L’Afrique du Nord Illustrée no 433 (17 août 1929), p. 11.
  • 85 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 248.

50Côté mer, les rêves de transposition existaient aussi et Mazagan fournit quelques temps l’espoir de devenir « le futur Deauville marocain83 » : outre les activités balnéaires sur la vaste plage de la ville, la saison estivale garantissait quelques loisirs fortement connotés socialement : tournoi de tennis, réunions hippiques hebdomadaires ou encore « concours d’élégance de voitures automobiles84 ». Ce « désir du rivage » (A. Corbin) était particulièrement vivace en ces terres écrasées de chaleur. En 1923, ce furent deux notables casablancais, Henri Croze et Louis de Saboulin, qui auraient lancé la mise en valeur balnéaire de Casablanca avec les aménagements de la plage d’Aïn Diab85.

  • 86 Témoignage de Mme M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).
  • 87 Larrieu F., Tant d’Aubes… op. cit.
  • 88 Lartigue J.P., « Émile Pagnon, pionnier de la vie économique du Maroc, bienfaiteur de la ville de (...)

51Cependant le véritable luxe n’était peut-être pas d’avoir une villa ou une résidence iodée permettant de passer l’été sur le littoral. La strate supérieure des notables se distinguait avant tout par la possession d’une résidence en France. Pierre Vernisse, le vice-président de la municipalité de Bizerte, avait acquis une maison à Moulins, dans son département natal où il décéda en 195686. Maurice Crété avait acheté un château dans l’Ain, à Chazey87 ; Émile Pagnon, président de la chambre mixte de Meknès, comme P. Vernisse, ressentit le besoin de revenir vers ses origines rurales métropolitaines et de signifier, dans la pierre, sa réussite d’outre-mer en achetant un château près de Brive La Gaillarde88. Cette attitude doit nous permettre d’esquisser une piste, que nous retrouverons par la suite : quel lien fondamental ces notables avaient-ils noué avec l’Afrique du Nord si, dans le temps même où leurs affaires prospéraient, où les tensions de la décolonisation étaient encore à venir, s’exprimait en eux le désir d’un retour en métropole ? Cette attitude ambiguë reflétait peut-être un rapport moins charnel avec le Maghreb (pour la plupart, ils n’en étaient pas natifs) ou bien traduisait une inquiétude, nourrie par la formule même du Protectorat, sur la pérennité de l’ancrage français en Tunisie et au Maroc. Certes –et loin s’en faut !– l’ensemble des notables ne possédait pas une résidence en métropole ; mais un grand nombre y séjournait régulièrement (chaque été ou bien un été sur deux) et on ne peut faire abstraction de cette donnée qui était à la fois un signe de distinction par rapport à la société coloniale et la trace d’une interrogation quant au devenir de cette même société.

Logiques de l’engagement

  • 89 Brown P., Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 15.

52La plupart des historiens qui se sont penchés sur la problématique du notable dans le cadre de l’histoire antique (en particulier l’histoire romaine) s’accordent sur le rôle de ce dernier comme instrument de régulation du pouvoir dans un contexte où l’autorité de l’État ne disposait que de ce seul moyen afin de s’imposer sur d’immenses territoires. C’est l’équilibre entre, d’un côté, la devotio, un soutien loyal et sans faille de la part des notables à un régime autocratique et, d’un autre côté, la possibilité offerte à ces mêmes notables d’infléchir les actes du pouvoir administratif ou de le rendre, comme l’écrit avec élégance Peter Brown, « accessible à la persuasion89 », qui permet le fonctionnement d’un tel système socio-politique.

53Or, dans le cadre des Protectorats, certaines conditions déjà repérées pour le monde antique étaient présentes : un pouvoir métropolitain éloigné et relativement autoritaire ou encore des communautés humaines étroites et privilégiées à l’intérieur d’une société globale hétérogène. La question est alors de savoir dans quelle mesure et selon quelles modalités les notables coloniaux participaient à l’élaboration de la politique coloniale, de jauger l’importance de leur participation au modelage colonial de la Tunisie et du Maroc.

Faire de la politique ou s’en défaire ?

  • 90 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 266.

54La première question qui sollicite notre curiosité est celle de l’engagement partisan et, au-delà, politique et idéologique des notables. On ne peut se contenter d’une remarque aussi lapidaire que celle de R. Gallissot affirmant que pour le patronat européen du Maroc « le pétainisme se manifeste comme [une] seconde nature90 ». Même si, d’une manière générale, la méfiance à l’encontre des clivages politiques, le tropisme pour une gestion corporative de la société civile, voire, parfois, un certain intérêt pour les solutions autoritaires pouvait être assez répandu, il n’en demeure pas moins que l’extrême variété de notre corpus oblige à des nuances, nécessite des corrections et invite à la prudence en la matière. Un autre raccourci tendait à faire de la société coloniale un bloc idéologique, crispé sur des privilèges raciaux, politiques et sociaux. Nul conflit ne semblait en troubler le sage ordonnancement : les Français étaient unis, forcément unis ; et si ce n’est par l’hostilité à l’indigène, au moins l’étaient-ils face aux périls coloniaux. C’est par ce poncif qu’il nous faut commencer en restituant à la société coloniale la possibilité du conflit interne.

  • 91 Nantes, APT 1er V. 2102. L’ensemble de la polémique y est en partie retracé par des coupures de pr (...)

55Appuyons-nous, tout d’abord, sur un exemple précis. Le 23 décembre 1924, alors que la session du Grand Conseil de Tunisie était sur le point de se terminer, Albert Guénard, directeur du journal La Liberté, prononça un discours et déposa une motion pour réclamer la suppression de l’ÉCAT, l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis91. Il reprochait à l’ÉCAT de former des élèves qui, à l’issue de leurs études, ne se fixaient pas en Tunisie et d’être, en outre, une zone de non-droit (comptabilité floue, absence de règlement intérieur, incertitude sur les compétences de son administration). Il reprochait clairement à cette institution d’être un instrument de pouvoir entre les mains des grands propriétaires terriens en général et en particulier celles du vice-président de la chambre d’agriculture du Nord, A. Gounot, également président de l’Association des Anciens Élèves de l’ÉCAT (l’AÉÉCAT). La polémique n’eut guère d’incidence sur la fin de la session mais se poursuivit dans la presse. Dès le 28 décembre 1924, à la fois dans le propre journal de Guénard, La Liberté, mais aussi dans Tunis-Socialiste, les adversaires de l’ÉCAT revinrent à la charge. Le 3 janvier 1925, le journal Le Colon français déclencha la contre-offensive sous les plumes d’A. Gounot et de P. Devigne. Durant plus d’un mois, les deux camps s’invectivèrent par voie de presse, puis l’on n’en parla plus. L’épisode peut prêter à sourire mais il n’en était pas moins révélateur de certaines tensions sociales et politiques. L’ÉCAT occupait en effet une place à part dans le champ de l’enseignement en Tunisie : hormis un cursus de langue et de culture arabe, cette école coloniale représentait le seul établissement d’enseignement supérieur dans la Régence de Tunis. De ce fait, elle tendait à fonctionner comme l’institution scolaire de référence de l’élite agraire. Ces notables de la terre assignaient à cette école une triple fonction : initier à gestion scientifique de la glèbe tunisienne, préparer à la prise en charge intellectuelle du pays et, au-delà, à sa gestion politique et, enfin, créer une élite locale, embryon d’une haute société créolisée. Faire l’ÉCAT devait représenter, pour ceux qui s’y portaient candidats, se préparer à une triple relève, à la fois foncière, politique et sociale. Envisagée de la sorte, l’ÉCAT n’était pas seulement une école d’agriculture. Elle devenait un élément fondamental de la légitimité du pouvoir politique des notables issus du monde agricole, en ce sens qu’elle renforçait leur domination socio-économique par une sanction intellectuelle et scientifique. À ce titre, la joute oratoire entre A. Gounot, (élu au Grand Conseil par la chambre d’Agriculture du Nord) et A. Guénard (élu par l’ensemble de l’électorat) était symptomatique d’un conflit tant politique que social.

  • 92 Lambert 1912 :« Guénard Albert ».
  • 93 Lambert 1912, Arrouas et LH « Gounot ».
  • 94 Lambert 1912 :« Guénard Ernest ».
  • 95 Mouilleaux É., Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le Cas des contrôleurs civ (...)

56Arrêtons-nous, pour en saisir les enjeux, sur les personnalités d’A. Guénard92 et d’A. Gounot93. Selon des modalités différentes, les deux protagonistes étaient sinon des « héritiers », du moins les prolongements des lignes de fractures internes à la société coloniale dont l’origine remontait au début du Protectorat. À ce titre, leur opposition, avant d’être un choc entre tendances politiques, était le résultat de la rencontre de deux univers de certitudes et de préjugés fort antagonistes. Guénard naquit à Oran en 1880. Il fut orphelin de père à quinze ans. Ce dernier détail revêt une singulière importance dans la mesure où son père, Ernest Guénard, était un des premiers contrôleurs civils de Bizerte (de 1891 à 1895), officier issu des Bureaux Arabes algériens, et, semble-t-il, mort d’une maladie contractée après une mission éprouvante en 189594. L’enfance et l’adolescence d’A. Guénard furent sans doute marquées par cette figure paternelle. On peut avancer l’hypothèse qu’elles le furent tout autant par les attaques lancées par Victor de Carnières contre les contrôleurs civils, surtout entre 1889 et 189395. Or Gounot, de son côté, prolongeait, dans les années 1920 et 1930, (en plus modéré toutefois), la figure tonitruante de Carnières : même parcours consulaire (A. Gounot était, en 1924, vice-président de la chambre d’agriculture du Nord – dont Carnières occupa la présidence de 1896 à 1917) ; et, surtout, même rôle dans la presse du parti colon : A. Gounot était le directeur du journal Le Colon français dont Carnières fut le fondateur et premier directeur. Ajoutons à cela deux données qui différenciaient les deux hommes. Tout d’abord, la stratégie de reconnaissance publique : un brin baroudeur, Guénard était un homme public, éditorialiste à la plume facile et percutante, élu du suffrage universel ; Gounot, quant à lui, était plutôt un homme de réseau dont la parole restait discrète et mesurée (c’est plutôt P. Devigne qui répond à Guénard dans les colonnes du Colon français). Enfin, au-delà du modelage culturel et des personnalités, il existait une incompatibilité politique. Guénard était, sinon un homme de parti, du moins un homme engagé : lors de ses funérailles en 1926, deux piliers du journal Tunis-Socialiste, A. Duran-Angliviel et A. Pellegrin, tenaient les cordons du poêle. Quant à A. Gounot, s’il prônait un apolitisme courant chez les notables du Protectorat, il était plutôt un représentant de la droite, proche en cela des députés É. de Warren ou P. Taittinger, hérauts à la Chambre d’une colonisation affairiste et capitaliste. Du strict point de vue des individus, l’affrontement pouvait se comprendre ; mais pourquoi estce l’ÉCAT qui leur donna l’occasion de rompre quelques lances ?

  • 96 Le Colon français du 17 janvier 1925.
  • 97 La Liberté du 29 janvier 1925.

57Proposons une hypothèse. En cette fin d’année 1924, l’ÉCAT pouvait être reliée à deux dossiers majeurs : la réforme du système politico-représentatif et la politique agraire du Protectorat. Depuis la mise en place du Grand Conseil en 1922, la compétition électorale était devenue plus intense au sein de la société coloniale. La vision que la plupart des propriétaires terriens se faisaient de la Tunisie était sans appel : « une jeune colonie agricole ne [pouvait] s’établir sur d’intangibles principes démocratiques96 ». Pour eux, rien ne valait une cogestion tranquille avec la Résidence, crypto-censitaire, dans laquelle le propriétaire s’érigeait en expert. Ce gouvernement d’experts était sans doute ce à quoi aspirait Gounot au travers de la formation délivrée par l’ÉCAT. A. Guénard le considérait alors comme une sorte de directeur bis, lui attribuant même d’obscurs complots contre le directeur en place97. Tout se passe comme si A. Gounot, appuyé par ses pairs agrariens, veillait sur l’ÉCAT afin d’en faire non seulement une propédeutique nécessaire à tout gentleman moderne et colonial, mais aussi un centre de sélection et de tri de la future élite agraire et politique du Protectorat.

  • 98 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 248.
  • 99 Ibid. p. 262.
  • 100 C’est la « démocratisation à outrance des lois de colonisation » qui ferait fuir les anciens élève (...)
  • 101 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 232.

58Cette polémique portait également sur le thème de la colonisation de peuplement. Au lendemain de la Grande Guerre, jusqu’au tout début des années 1920, la part de la population rurale française en Tunisie, ainsi que la superficie détenue par les Français, avaient nettement diminué98. Cependant, à partir de 1923, s’amorçait une hausse de la production céréalière qui allait non seulement bouleverser les rapports de force au sein même du monde agricole, mais aussi plonger les agrariens du Protectorat dans une course à la productivité et au rendement99. Les marques les plus visibles de cette nouvelle donne agraire résidaient dans la double révolution technologique de la mécanisation et de l’ensilage. Or, une des villes où, au début des années 1920, s’amorçait ce processus, était Soukh El Khémis, dont le vice président de la municipalité n’était autre que A. Gounot. Le débat sur l’ÉCAT apparaît donc au moment où les grands propriétaires céréaliers se mirent à rêver intensification de leurs cultures et extension des parcelles. Pour P. Devigne, la politique agraire idéale aurait été de confier de vastes superficies à d’anciens élèves de l’ÉCAT et ne pas céder aux sirènes d’une immigration massive de petits propriétaires venus de métropole100. Ce qui se rejouait ici, c’était l’opposition entre une colonisation productiviste (autrefois fer de lance de Carnières) et une colonisation de petits propriétaires (telle que la souhaitait Jules Saurin, adversaire, sur ce point du charismatique président de la chambre d’agriculture de Tunis). Dès le début du siècle, cette hostilité des grands propriétaires à une colonisation de peuplement s’était affirmée. Reprenant les propos d’un « ingénieur agronome » propriétaire d’une grande exploitation de la région de Béja, (autant de traits qui nous rapprochent d’un Gounot…), Charles Géniaux lui faisait développer un discours empreint de darwinisme social : « Je crois qu’avec les années, il s’opérera une sélection naturelle. Seuls auront pu résister les vrais travailleurs intelligents servis par des capitaux proportionnés au but. L’administration pourrait aider à séparer l’ivraie du bon grain par des mesures prophylactiques aussi rigoureuses pour le phylloxera moral que pour l’autre101. »

59L’élève de l’ÉCAT apparaissait ainsi, aux yeux de l ‘ équipe du Colon français, comme une solution à d’épineuses contradictions. Incarnant la République dans son versant méritocratique (un concours d’entrée) et positiviste (la science agronomique), cette école devait s’ériger en rempart contre le contenu démocratique de cette même République : créée pour former de grands propriétaires (ou du moins d’importants gestionnaires), une de ses conséquences, à terme, était de rendre caduc tout projet de colonisation de peuplement. Dans cette optique, l’ÉCAT se situait donc à la confluence de deux stratégies des notables agrariens : former de véritables ingénieurs agronomes spécialisés, afin de faire face à la technicité croissante du métier d’agriculteur dans un contexte de croissance de la production ; mais aussi court-circuiter les vagues d’immigration métropolitaines en faisant de la terre tunisienne un monde de landlords diplômés, et par là même, légitimes. Envisagée de la sorte, l’ÉCAT, cornaquée par A. Gounot, pouvait bien devenir la matrice d’une oligarchie républicaine tant foncière que sociale et politique.

60On comprend mieux, dès lors, la radicalité de la revendication de Guénard, représentant d’intérêts sociaux et d’options idéologiques hostiles à cet ancrage oligarchique du Protectorat. Et ce d’autant plus que le contexte politique métropolitain, depuis la victoire du Cartel des Gauches et l’arrivée d’Herriot au pouvoir en juin, pouvait laisser entendre que Guénard serait entendu à Paris.

  • 102 Le Colon français no 623 en date du 16 mars 1919 (article de J.L. Pelletier, président de la chamb (...)
  • 103 Le Colon français no 875 du 5 janvier 1924.

61Le conflit entre Gounot et Guénard n’était pas une remise en cause de la colonisation mais une opposition quant à sa finalité et à son projet. Guénard plaidait pour un projet social de colonisation de peuplement alors que Gounot se plaçait sur le terrain d’un projet économique de mise en valeur agricole. Dans les deux cas il s’agissait d’en passer par une même méthode : capter de plus en plus de terre, intégrer les biens habous et les terres collectives à l’économie de marché et au productivisme agricole, comme le réclamait la chambre de commerce d’agriculture de Tunis depuis des lustres (surtout depuis la fin de la Première Guerre Mondiale102). Paul Deligne en 1924 raillait encore les conceptions « peuplantes » de Jules Saurin en se demandant « quel paysan quittera[it] son village, sa vieille terre, pour venir en Tunisie essayer de féconder une parcelle de vingt hectares de brousse sur laquelle il n’y a[vait] ni eau ni électricité103 » ?

62Utilisons cette polémique pour ce qu’elle représentait : non un événement crucial mais un indice des zones de fracture de la société coloniale. Considérons les notables en présence pour ce qu’ils furent : les relais de positions idéologiques nuançant la vision d’une société coloniale monolithique.

  • 104 Ceci dit, le parti radical n’eut de réelle structure partisane que vingt ans plus tard, en 1925, g (...)
  • 105 Somaï M., Le Rôle de la colonie…, op. cit., p. 82-92.
  • 106 Oved G., La Gauche Française et le nationalisme marocain (1905-1955), t. II, Paris, L’Harmattan, p (...)

63Peut-on élargir cette polémique, anodine mais révélatrice, en essayant de mettre en relief des oppositions plus dures et plus fortes au sein du monde des notables ? Certes, des partis politiques existaient dans les Protectorats. Dès l’instauration du troisième collège (1895 et 1905 en Tunisie, 1926 au Maroc), les partis de gauche s’étaient structurés : en Tunisie le parti radical tint son premier congrès en 1906104 alors que la section tunisienne de la SFIO se charpenta entre 1906 et 1910 sous la houlette du docteur Cattan105 ; au Maroc, ce fut la SFIO qui s’organisa en premier, dès 1924, alors que le parti radical attendit 1927 pour le faire106.

  • 107 Liauzu C., « Situation coloniale… », op. cit. p. 76.
  • 108 Le Colon français no 823 du 20 janvier 1923.

64À droite, les organisations furent épisodiques (liées aux échéances électorales comme la liste « L’Union Française » que supervisa, lors des élections en Tunisie de 1928, Pierre Omessa, autrefois proche de la gauche107) ou tardives (PPF et PSF apparurent sur la scène maghrébine dans la deuxième moitié des années 1930). Était-il exagéré de sous-entendre, comme le fit Andrée Viollis au milieu des années 1930, que le notable colonial possédait la fibre fasciste ? Certes, Jean-Louis Pelletier, président de la chambre d’agriculture de Tunis, se laissait facilement émouvoir par les récits d’un certain Sciaccaluga, délégué du fascio mussolinien en Tunisie : « à l’entendre raconter, écrivait Pelletier dans le Colon français, […] les prises des préfectures et des casernes, l’écrasement des socialistes et la marche finale sur Rome, en voyant le geste de sa main mutilée, en percevant la foi communicative avec laquelle il disait : « nous avons fait la Révolution pour rétablir l’ordre, nous rénoverons notre pays », on se sentait entraîné par la même conviction108 ».

  • 109 Somaï M., Le Rôle de la colonie…, op. cit., t. I p. 145-146 et 156-157 et t. II p. 295.

65L’aveu final de Pelletier était-il représentatif de la tendance politique globale des prépondérants ? Les compromissions de Robert Vénèque (successeur de Pelletier à la tête de la chambre d’agriculture de Tunis à la fin des années 1930) avec le régime de Vichy tout comme ses violentes diatribes antérieures contre le Front Populaire109 laissent penser que toute une frange des notables, en particulier agraires, se retrouvait dans une sensibilité politique, réfractaire néanmoins à tout engagement partisan, mais qui voyait d’un œil assez favorable les solutions autoritaires et hostiles aux mouvements syndicalistes et socialisants.

66Toutefois les partis politiques semblaient surtout en décalage par rapport au monde des notables. Cette marginalité des partis était à la fois le produit de l’élaboration institutionnelle des Protectorats et une conséquence des résistances à l’introduction d’une vie politique au sens métropolitain, en Tunisie et au Maroc. Le suffrage universel ne fut appliqué qu’en Tunisie, à partir de 1922 ; et encore souffrit-il de n’être point la seule source de légitimité politique en coexistant avec d’autres modes de désignation, sur lesquels la Résidence (qui nommait les commissions municipales) ou les chambres consulaires (qui détenaient une partie des sièges du Grand Conseil) avaient la haute main. De plus, il n’y avait aucune possibilité pour un Français de Tunisie ou du Maroc de participer aux élections françaises : franchir la Méditerranée pour s’installer dans un Protectorat amoindrissait la citoyenneté métropolitaine des individus au profit d’une citoyenneté coloniale originale dans laquelle l’abandon d’une partie des droits politiques français était compensée par une majoration de droits de toutes sortes par rapport aux populations autochtones. De plus, même dans les interstices juridiques par lesquels s’immisçait le débat politique, les représentants du troisième collège ou du suffrage universel demeuraient minoritaires : en Tunisie, l’oligarchie consulaire maintint sa suprématie en utilisant habilement, après 1922, l’instauration du suffrage universel ; au Maroc cette même oligarchie demeura majoritaire en sièges au Conseil de Gouvernement. Écartés (en général) des commissions municipales, cantonnés dans des espaces institutionnels sans nulle efficience politique, les représentants des partis ne participaient à la vie politique qu’au travers des mouvements d’opinions canalisés par la presse et des conflits syndicaux.

  • 110 Nantes, APT 1er V. 1015, lettre du Résident général au Président de la République (mai 1920).
  • 111 Yakhlef M., La Municipalité de Fès à l’époque du Protectorat (1912-1956), Thèse, Université Libre (...)
  • 112 Rabat, AP A 622, lettre de J. Garnier au commandant de la région de Marrakech (25 janvier 1937).

67Ces faiblesses structurelles de la vie politique s’ajoutaient à tout un faisceau d’attitudes qui marginalisaient l’expression politique elle-même au sein des instances de représentation des Français. Les Résidents n’étaient guère enthousiasmés à l’idée d’implanter les débats politiques métropolitains. Étienne Flandin, Résident en Tunisie au lendemain de la Première Guerre Mondiale, ne cachait pas, dans ses commentaires adressés au Président de la République à propos des élections à la Conférence Consultative de mai 1920, sa satisfaction de n’avoir qu’une liste de candidats au sein du premier collège, preuve d’« un remarquable esprit d’union » ; et se lamentait de l’éparpillement des candidatures dans les deux autres collèges, marqués par l’émergence de listes soutenues par la CGT et la SFIO110. Pour la plupart les Résidents partageaient avec un grand nombre de notables coloniaux l’idée selon laquelle les Français des Protectorats devaient se vouer à construire une idéologie unanimiste, fût-elle de façade. Travaillés par cette sourde inquiétude d’offrir le spectacle d’une communauté coloniale divisée, hauts fonctionnaires, grands propriétaires et industriels caressaient le rêve de marginaliser les luttes et les partis politiques. Enfin, les militants politiques eux-mêmes renâclaient à participer à certaines instances : s’il n’existait guère d’opposition à leur implication dans les formules électorales du troisième collège et, a fortiori, à celle fondée sur l’application du suffrage universel, l’implication dans la gestion municipale, aux commissaires nommés, n’allait pas de soi. À l’époque du Front Populaire, la Résidence de Rabat accepta d’accorder, pour la première fois, des sièges de commissaires municipaux à des militants de gauche afin de les impliquer dans les affaires municipales. En 1937, un membre de la SFIO (Fernandez) et un du parti radical (Parent) acceptèrent d’entrer dans la commission municipale de Fès non pour y représenter des intérêts économiques ou corporatistes, ni même au titre d’une compétence particulière, mais afin d’y être les représentants de leur parti politique111. Au même moment, J. Garnier, industriel de Marrakech, ancien président de la section locale de la Ligue des Droits de l’Homme et président du comité de la ville du Front Populaire, refusa la proposition qui lui était faite d’intégrer la commission municipale de Marrakech car il ne reconnaissait d’autre légitimité que celle issue du suffrage universel112.

  • 113 Sghaier A.A., « La fédération républicaine… », op. cit., p. 102-104.

68Dès lors, étant donné de telles faiblesses, est-il pertinent de vouloir faire de l’engagement politique et partisan un élément important de différenciation au sein du monde des notables ? Sur la centaine de « grands notables » que nous avons précédemment isolée, seuls deux d’entre eux eurent des responsabilités partisanes clairement identifiées : Achille Lebert, président de la chambre de commerce de Safi et du comité radical de la ville ; et Armand Serressèque, responsable SFIO de Tunisie, élu à la Conférence Consultative dont il fut le secrétaire au moment de l’Union Sacrée en 1916. Du côté des responsables politiques, on constate également une inadéquation entre ce groupe et celui des notables. Si l’on considère la liste des cinquante-deux responsables radicaux de Tunisie entre 1925 et 1946 donnée par A. A. Sghaier113, seuls sept d’entre eux figurent dans notre corpus de notables : un membre de la CCI de Tunis (Jacques Cittanova), deux vice-présidents de municipalités (Camille Seguin à Saint-Germain et Paul Thiaucourt à Tunis) et quatre élus à la Conférence Consultative et/ou au Grand Conseil (Vincent Casanova, Jean Espié, Paul Ghez, Paul Laffitte). Pour être faiblement présents dans notre corpus, les partis politiques n’en étaient donc pas pour autant complètement absents. Cette impression se renforce dès lors que nous portons notre regard, non pas sur l’engagement partisan au sens strict, mais sur l’expression plus générale des sensibilités politiques saisis à travers l’étude de formules de sociabilités spécifiques.

69Il convient de préciser, avant toute chose, que nos sources permettent moins d’établir de solides statistiques que de signaler des indices ou des tendances. La difficulté est alors de présenter un tableau cohérent et pertinent de ces indices qui nous permettent de mieux comprendre la dynamique sociale et politique des sociétés coloniales.

  • 114 LH et Arrouas « Boucher J. ».
  • 115 Lartigue J.P., « Émile Pagnon… », art. cit.

70Posons d’emblée le fait suivant : être un notable ne signifiait pas forcément s’investir dans de multiples formes de sociabilité. Une part importante des notables consulaires agricoles s’impliquait peu dans le monde associatif. Était-ce un indice de leur conservatisme, de leur individualisme, ou, plus certainement, d’une intervention publique strictement limitée à la défense catégorielle ? Certes, Jean Boucher114, un des plus importants propriétaires agricoles du Sud tunisien, président de la chambre mixte de Sfax, fut également président de la société de bienfaisance de cette ville ; mais, fils de ministre et issu de la haute bourgeoisie vosgienne, son profil était déjà un peu atypique. Les grands agrariens de Meknès (Pagnon, Aucouturier), de Casablanca (Lebault, Guillemet, Guyot) ou de Tunis (Carnières, Pelletier, Gounot, Vénèque) qui présidèrent une chambre consulaire, ne s’investirent, semble-t-il, jamais dans une société caritative. Ce qui n’excluait pas qu’ils se comportassent, parfois, comme de généreux philanthropes. Émile Pagnon finança à Meknès un orphelinat (la fondation Antoinette Pagnon) et une maison de retraite pour des ouvriers marocains ; à sa mort (en 1957), une partie de son héritage revint dans sa Corrèze natale pour des œuvres de charité et la ville de Brive, reconnaissante, donna son nom à une rue115.

71D’une manière générale, au regard de nos sources, il apparaît tout de même que, sur vingt présidents de chambre consulaires agricoles, seuls trois participèrent au fonctionnement d’une institution caritative (Bernaudat, Brun, Obert). Trait d’importance : ces trois présidents dirigèrent la même chambre d’agriculture, celle de Rabat, les deux premiers étant en outre des représentants de la Compagnie Marocaine et le troisième d’une autre compagnie agricole. La capitale du Maroc avait décidément un profil social bien singulier.

72À côté de cet isolationnisme agraire, on peut opérer un premier regroupement d’individus autour de l’adhésion à quelques structures idéologiquement connotées. Les notables dont la sensibilité politique était plutôt marquée à gauche (proche du parti radical ou de la SFIO) se regroupaient principalement autour de la Ligue de l’Enseignement, de la Ligue des Droits de l’Homme, des loges maçonniques ou encore du Comité républicain du Commerce et de l’Industrie (dit « Comité Mascuraud »). Toutefois ces associations ne semblaient pas avoir la même importance selon que l’on considère l’un ou l’autre des Protectorats.

  • 116 BenFradj C., Un Combat laïque en milieu colonial. Discours et œuvre de la fédération tunisienne de (...)
  • 117 Lambert 1912 et Lambert 1913 : « Communaux V. »
  • 118 Liauzu C., « Situation coloniale… », art. cit., p. 50.
  • 119 Curtelin et Communaux furent battus aux élections de 1912, la SFIO n’ayant pas joué, cette fois, l (...)
  • 120 Ben Fradj C., Un Combat…, op. cit., p. 64. et Nantes, APT 1er V. 934-B (dossier sur la Ligue de l’ (...)
  • 121 Arrouas : « Warzée », « Thiaucourt », « Chaffanjon » et « Seguin ».
  • 122 Lambert 1912 :« Lambert Basile ».
  • 123 Arrouas « Auboire G. » et LH « Auboire ».

73Il était ainsi rare de trouver un notable du Maroc membre de la Ligue de l’Enseignement alors que celle-ci était particulièrement florissante en Tunisie. Dans ce dernier Protectorat, malgré un certain flou quant à ses premières activités, elle semble naître vers 1891116, en même temps que la Conférence Consultative, sous l’impulsion de Victor Communaux. Commissaire-priseur né en 1849, Communaux était arrivé en Tunisie vers 1889 où il ne tarda pas à s’impliquer dans la vie publique : dès les premières élections à la Conférence Consultative (1896), il y fut désigné par le troisième collège de Tunis et ce jusqu’en 1912, occupant même en 1899 la fonction de secrétaire élu. L’homme n’était point un novice en politique : dès les premières années de la IIIe République, avant même d’entamer une carrière maghrébine (il travailla en Algérie avant de s’installer en Tunisie), il fut un jeune conseiller municipal et adjoint au maire de sa ville natale, Arnay-le-Duc (Côte d’Or). Cependant c’est à Tunis qu’il occupa le devant de la scène « progressiste » en cumulant la présidence de la Ligue des Droits de l’Homme, celle de la Ligue de l’Enseignement et celle, enfin, du Comité Mascuraud local117. Lors des élections de 1907, il fut avec d’autres notables républicains (P. Lambert, J.B. Curtelin, A. Destrées, B. Duclos : tous membres de la Ligue de l’Enseignement ou du Comité Mascuraud) un des artisans d’un « bloc des gauches » autour d’une organisation, le Grand Cercle républicain, qui, sans adopter la structure statutaire d’une fédération du parti radical, n’en était pas moins la préfiguration118. Cette première génération de notables radicaux s’effaça après la Première Guerre Mondiale119 mais l’imbrication entre les différentes émanations du radicalisme (Ligue de l’Enseignement et Comité Mascuraud) perdura. Elle servit de réseau aux républicains radicaux au moins jusqu’à la création, en 1925, d’une véritable fédération radicale de Tunisie. À cette date, la Tunisie ne comptait pas moins de dix-huit cercles locaux de la Ligue de l’Enseignement (contre six en 1902120). Au travers de conférences, de distributions des prix, de la mise en place de sociétés de gymnastique, les responsables de la Ligue tentaient d’occuper le terrain local et parvenaient parfois à accéder à des responsabilités. Ainsi Victor Warzée, président du cercle de Kairouan de la Ligue, fut-il vice-président de la municipalité de la Première Guerre Mondiale jusqu’en 1932 ; Paul Thiaucourt, membre tunisois de la Ligue succéda à Curtelin à la tête de la commission municipale de Tunis en 1931 ; Camille Seguin, vice-président du parti radical et de la Ligue dans les années vingt ainsi que de la commission municipale de Saint-Germain ; ou encore P. Chaffanjon, membre de la Ligue et du comité Mascuraud et vice-président de la municipalité de Carthage121. Cette présence des radicaux était plus rare en dehors des centres urbains ou de certaines professions (Communaux, Curtelin, Thiaucourt, Warzée exerçaient des professions juridiques). Sur vingt notables membres de la Ligue de l’Enseignement de Tunisie, il n’y avait que quatre élus consulaires et un seul agriculteur ; un seul président de chambre consulaire, d’après nos sources, fut ainsi membre de la Ligue de l’Enseignement, à savoir l’atypique Basile Lambert, président de la chambre mixte de Sousse entre 1902 et 1904 et « un des trois qui votèrent à la Conférence Consultative pour le développement de l’enseignement laïque122 » et, du côté du monde agricole, une seule personnalité semblait en phase avec le radicalisme (Gilbert Auboire, président de l’Association des Colons de Tébourba et de la Ligue locale d’Enseignement123).

  • 124 Nantes, APT 1er V. 931-B « Loges maçonniques 1891-1919 ».
  • 125 Mizouri L., « La loge Travail, liberté et progrès, Orient de Tunis », IBLA, t. 58, no 175, 1995, p (...)
  • 126 Odo G., Les Francs-Maçons au Maroc sous la IIIe République, Paris, Éditions Maçonniques de France, (...)
  • 127 Ibid., p. 49 et p. 84.
  • 128 Ibid., op. cit., p. 64 et LH « Denoueix R ».

74Au Maroc, nous n’avons pu trouver trace de ce militantisme laïque, du moins sous la forme d’une adhésion significative des notables à la Ligue de l’Enseignement. Dans le cas du royaume chérifien, il semblerait que ce rôle de structuration des réseaux républicains de notables s’effectuât plutôt au travers des loges maçonniques. Certes ces dernières sont présentes en Tunisie : au moins deux membres de la loge « Nouvelle Carthage » de Tunis, A. Cambiaggio et J.B. Curtelin, occupèrent le poste de vice-président de la municipalité de la ville124. Cependant la Régence présentait une densité maçonnique bien inférieure à celle du Maroc, dans la mesure où les loges y furent nettement moins nombreuses (avant 1920, on dénombrait neuf loges, dont les deux tiers étaient concentrées à Tunis125 alors qu’au Maroc, avant 1940, on en recensait trente-et-une, réparties sur l’ensemble du territoire, même dans des villes moyennes comme Settat ou Taza126). De plus, alors que la maçonnerie semblait être peu prisée des élus consulaires tunisiens (nous avons seulement identifié deux maçons tunisiens, Cambiaggio et Lambert, à la tête d’une chambre consulaire, et encore eurent-ils des mandats fort brefs), elle était fort répandue parmi les présidents de chambres du Maroc : selon G. Odo au moins quinze d’entre eux furent des membres des loges marocaines (qu’elles dépendissent du Grand Orient ou de la Grande Loge). À l’exception des chambres de Kénitra et d’Oujda, toutes les autres connurent au moins un président franc-maçon : Casablanca (Marcel Chapon au commerce et Gaston Lebault à l’agriculture), Rabat (Peretti au commerce et Brun à l’Agriculture), Taza (Mohring), Fès (L. Barraux), Meknès (E. David et Ch. Bozzi), Mogador (F. Sandillon et T. Gibert), Marrakech (du Pac et M.A. Petrignani), Safi (A. Lebert127). Chronologiquement on constate par ailleurs que le poids des Franc-Maçons au sein des instances consulaires (et donc du conseil de gouvernement) fut maximal lors de la décennie 1930. Entre 1933 et 1937, les quatre chambres (agriculture et commerce) de Casablanca et de Rabat eurent des présidents franc-maçons. En 1936, huit chambres au moins sur les seize que comptait le Maroc étaient dirigées par des Franc-Maçons. De plus, en 1933, les membres de la commission municipale de Casablanca élirent au poste de vice-président René Denoueix128, franc-maçon, qui devait rester à ce poste jusqu’à son décès en mai 1935.

  • 129 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 46.
  • 130 Nantes, APM DI 295, note Lenoir.
  • 131 LH « Chapon, M. »
  • 132 Il s’agissait d’une crise relativement spécifique au contexte colonial marocain : la volonté de su (...)

75Cette séquence chronologique (les années 1930) représenta ainsi l’acmé probable de l’influence des radicaux au Maroc : il n’est pas inutile de rappeler ici le départ du Résident Ponsot le 31 janvier 1936, à la suite d’un conflit ouvert avec les notables consulaires menés par Marcel Chapon, chef de file du patronat casablancais mais aussi radical et franc-maçon. Cependant il serait exagéré de faire du président de la chambre de commerce de Casablanca un omnipotent « briseur et créateur de Résident129 », véritable Warwick colonial, comme le suggère R. Gallissot. En fait le départ de Ponsot serait plutôt la conséquence d’une évolution entamée sous Lyautey : en 1924 ce dernier accepta que le Conseil de Gouvernement examinât le budget via une commission du Budget ; en 1927 le Résident Steeg ouvrit cette commission aux élus du Troisième collège ; en 1932, le Résident Lucien Saint admit que ladite commission était compétente pour discuter la totalité des points du budget (à l’exception des points politiques). Or le point nodal du conflit entre le Conseil du Gouvernement et le Résident Ponsot, en cette fin d’année 1935, était justement le budget pour 1936, fortement revu à la baisse130. En ce sens, le Résident aurait été la victime d’un accroissement progressif, consenti par l’administration, du pouvoir du Conseil de Gouvernement. La rapidité avec laquelle Ponsot fut remercié (il s’envola promptement pour l’ambassade de France en Turquie) était également à connecter avec le fait que Chapon fut toujours un appui pour l’administration : en janvier 1934131 la Résidence, afin qu’il fût promu officier de la Légion d’Honneur, le plaçait en tête des impétrants. Pourtant c’est lui qui porta l’estocade au Résident Ponsot en provoquant la démission collective des chambres consulaires au début de l’année 1936. Son attitude témoignait de l’inquiétude des prépondérants, quelques mois après le début de la crise des « colons tondus132 » (1934) et alors que les revendications des nationalistes marocains se faisaient de plus en plus entendre. Cependant la violence de cette réaction surprit Paris qui, décontenancé par le fait qu’il s’agissait d’un notable nullement perçu comme hostile à l’administration et franc-maçon comme beaucoup de fonctionnaires en poste à Rabat, réagit dans l’improvisation plus que dans la crainte en sacrifiant Ponsot. En dernier ressort celui-ci était la victime d’une évolution administrative combinée à un manque de sang-froid du quai d’Orsay. Tout se passe comme si la chute du Résident venait plus de la dégradation progressive du réseau de notables sur lequel son administration s’était appuyée que de l’émergence douteuse d’un véritable pouvoir des prépondérants sur l’administration.

  • 133 Dans la liste établie par L. Mizouri (« La loge… », art. cit.)., sur les trente-neuf membres de la (...)

76L’adhésion à la Ligue de l’Enseignement ou à une loge maçonnique ne constituait pas, en soi, un élément déterminant de notabilisation133. Cependant un tel engagement entrait souvent en résonance avec la participation avec d’autres groupements. Sur trente-six notables franc-maçons et/ou membres de la Ligue de l’Enseignement, vingt-quatre étendaient leur engagement public à d’autres associations.

Tableau 16 – Activités associatives des notables francs-maçons et/ou membres de la Ligue de l’enseignement en Tunisie et au Maroc.

Noms

Fonctions d’influence

Groupement idéologique

Société de Bienfaisance

Associations diverses

Barraux

Président Chambre mixte de Fès et membre de la commission municipale

Franc-maçonnerie

Fès (président)

Union des Familles Nombreuses (président de la section de Fès)

Bozzi

Président CCI de Meknès

Franc-maçonnerie

Association régionale (« Les Corses de Meknès ») ; Union des mutilés

Brun

Président de la chambre d’agriculture de Rabat

Franc-maçonnerie

Rabat (membre)

Cambiaggio

Vice-président de la municipalité de Tunis et président de la CCI de Tunis

Franc-maçonnerie

Tunis (président)

Association régionale (Corse)

Chapon

Président CCI de Casablanca et membre de la commission municipale

Franc-maçonnerie
Comité Mascuraud

Casablanca (membre)

Curtelin

Vice-président de la municipalité de Tunis

Franc-maçonnerie

Tunis (président)

Association régionale (« Les Savoyards »)

David

Président chambre mixte de Meknès

Franc-maçonnerie

Meknès (président)

Diverses associations sportives

Peretti

Président de la CCI de Rabat

Franc-maçonnerie

Rabat (membre)

Associations régionale (« L’Algérienne ») et sportive (« L’Avant-garde »)

Denoueix

Vice-président élu de la commission municipale de Casablanca

Franc-maçonnerie

Casablanca (membre)

Duclos

Conférence Consultative tunisienne

Ligue de l’Enseignement

Association sportive

Gibert

Président de la CCI de Mogador et membre de la commission municipale

Franc-maçonnerie

Mogador (vice-président)

Guenier

Grand Conseil de Tunisie

Ligue de l’Enseignement et SFIO

Bizerte

Association régionale (« Les Enfants de l’Est »)

et culturelle (« Harmonie de Bizerte »

Laffitte

Conférence Consultative tunisienne

Ligue de l’Enseignement

Tunis (membre)

Lalliermonet

Conférence Consultative tunisienne

Ligue de l’Enseignement

Association régionale (Algérie)

Lambert P.

Conférence Consultative tunisienne

Ligue de l’Enseignement et Comité Mascuraud

Association régionale (« les deux Charente »)

Lebault

Président de la chambre d’agriculture de Casablanca

Franc-maçonnerie

Associations professionnelles (horticulture, maraîchage…)

Morelli A.

Grand Conseil de Tunisie

Ligue de l’Enseignement

Ferryville (président)

Association régionale (« La Corse » ), sportive (« La Vaillante ») et culturelle (« L’Essor »)

Nestler

Conférence Consultative tunisienne

Franc-maçonnerie et Ligue de l’Enseignement

Sousse (président d’honneur)

Rolland

Conseil du gouvernement Marocain et membre de la commission municipale de Meknès

Franc-maçonnerie

Meknès (membre)

Saada

Grand Conseil de Tunisie

Ligue de l’Enseignement

Israélite de Sfax (président)

Association sportive

Sandillon

Président de la CCI de Mogador

Franc-maçonnerie et Ligue des droits de l’Homme

Mogador (président)

Union des Familles Nombreuses (fondateur de la section locale)

Thiaucourt

Vice-président de la municipalité de Tunis

Ligue de l’Enseignement

Tunis (membre)

Association régionale (Alsace-Lorraine)

Thomas

Conférence Consultative tunisienne

Franc-maçonnerie et Ligue de l’Enseignement

Tunis (membre)

Association régionale (Dauphiné) et culturelle (« La Lyre française »)

Warzée

Vice-président de la municipalité de Kairouan

Ligue de l’Enseignement

Kairouan (président)

Association sportive (courses de chevaux)

77Ces notables multipliaient ainsi leur possibilité d’agir sur la scène publique. En dehors du cadre professionnel, ils investissaient, comme autant de lieux où affirmer leur influence, une série d’associations. Au premier rang de celles-ci venaient les diverses sociétés de bienfaisance (pour au moins dix-huit notables : 75 % de l’ensemble) suivies par les associations régionalistes (neuf notables), les associations sportives (six notables) et, plus rarement, des associations culturelles ou d’anciens combattants.

  • 134 Cohen-Hadria E., Du Protectorat français à l’indépendance tunisienne. Souvenirs d’un témoin sociali (...)

78Cet investissement dans le monde associatif était surtout présent dès lors qu’existaient des enjeux électoraux. En Tunisie comme au Maroc, l’interaction entre plusieurs formes d’engagement public et associatif était une des données caractéristiques de notables en quête de suffrages. En effet la faiblesse quantitative du corps électoral, même si elle n’interdisait pas l’expression d’un vote partisan, tendait à faire primer le lien individuel et privé sur le vote idéologique. Le socialiste tunisois E. Cohen-Hadria déplorait un tel état de fait et exprimait une certaine amertume de voir les réflexes de classe des ouvriers français affaiblis par l’action paternaliste et clientéliste de certains élus d’envergure comme Antoine Gaudiani (élu de 1897 à sa mort en 1940). Ce dernier « était l’élu, écrit Cohen-Hadria, du suffrage universel de Bizerte-Ferryville. Sa position électorale y était très forte. Sans doute les ouvriers de l’Arsenal étaient-ils, en général, portés vers le socialisme, voire vers le communisme. Mais ils aimaient également beaucoup Antoine Gaudiani qui avait su leur fournir des avantages matériels considérables […] Il y avait aussi parmi eux un certain nombre de compatriotes corses chez qui il pouvait être facile d’éveiller l’esprit de clocher : un petit noyau de supporters zélés s’en chargeait134. »

  • 135 Nantes, APT 1er V. 931B, listes des sociétés avec les dates d’autorisation (1891-1897).
  • 136 Lambert 1912, « Union des Travailleurs Français de Tunisie ».
  • 137 Lambert 1912, « Avenir du Prolétariat ».
  • 138 LH et Lambert 1912, « Coanet Armand ».

79L’analyse de cette stabilité électorale que fait le responsable socialiste est pertinente : la combinaison du clientélisme régionaliste et du paternalisme social était une des clés du succès de Gaudiani. Dès les balbutiements de la Conférence Consultative, au moment où se constituait l’ébauche d’une société politique, les premières associations à voir le jour étaient, en Tunisie, régionalistes ou inspirées par un souci de protection sociale. Communaux, dont nous avons déjà évoqué le rôle dans le lancement de la Ligue de l’Enseignement en 1891, créa la même année l’association « Les Gaudes » regroupant les Franc-Comtois. Suivirent la « Société de la Région Lyonnaise » par J.M. Terras (mars 1896), « La Corse » par Antoine Gaudiani (juin 1897) et « Les Savoyards » par J.B. Curtelin (mai 1897135). Communaux, Curtelin, Gaudiani : ceux qui dominèrent la vie politique tunisoise voire tunisienne pendant près de quatre décennies prirent leur envol public en même temps et selon les mêmes modalités, en créant un premier réseau assis sur l’évocation de la « petite patrie », en opérant une première clientélisation (car ces associations avaient aussi vocation à la solidarité et l’entraide) sur une base régionaliste. Durant la même période, Victor de Carnières, alors même qu’il poursuivait son agitation pour ouvrir au suffrage universel la Conférence Consultative, lançait l’Union des Travailleurs Français (février 1892136), organisme mutualiste de protection et d’assurance et, en mai 1893, l’association « La Septentrionale » pour regrouper les natifs du Nord et du Pas de Calais. Des « républicains », antiboulangistes et proches de la Ligue de l’Enseignement, répliquèrent à l’Union de Carnières en créant, en 1894, « l’Avenir du Prolétariat137 ». La finalité des deux organisations était identique : il s’agissait d’offrir un filet de sécurité financier (avances, prêts hypothécaires, retraites, assurances-maladie ou décès) aux migrants métropolitains, des ouvriers de Bizerte-Ferryville aux fonctionnaires de Tunis, en passant par les apprentis-colons. Au début des années 1930, la compétition entre les deux structures semblait se solder par la victoire du premier de ces organismes : seule « l’Union des Travailleurs » est mentionnée dans l’ouvrage la Tunisie bienfaisante et sociale (1932). Signe de continuité : son président n’était autre alors qu’André Gounot, le successeur de Carnières à la chambre d’agriculture de Tunis. De plus, dans le même temps, la fédération des œuvres de mutualité de la Régence, organisme crée en 1911 était dirigée par Armand Coanet138, diplômé de l’ÉCAT (comme Gounot), grand propriétaire de vignobles et secrétaire général de l’Association Agricole de la Tunisie. Les grands propriétaires du Nord de la Tunisie avaient ainsi organisé, à l’échelle de la Régence, un réseau mutualiste. Délaissant les sociétés de bienfaisance, ils avaient construit une féodalité qui non seulement pouvait s’avérer lucrative, mais aussi constituait un réservoir de voix précieux dans les luttes électorales.

  • 139 Lambert 1912, p. 414 : distincte de l’Union des Travailleurs Français, l’Union Française fut créée (...)
  • 140 Nantes, APT 1er V. 937, lettre du contrôleur civil de Béja en date du 18 décembre 1903.
  • 141 Nantes, APM DI 632, lettre du commissaire Castaing (1er mars 1939).

80Ainsi se mettait en place un jeu de luttes partisanes dans lequel les adversaires politiques usaient des mêmes méthodes : avant de se lancer dans les combats électoraux, ils tentaient d’organiser leurs forces au travers d’associations (culturelles, régionalistes, caritatives ou mutualistes), dont les projets étaient assez peu marqués politiquement, mais qui offraient l’opportunité de lier des hommes ayant le goût et l’envie de l’action politique avec d’autres qui, plongés dans l’inconnu colonial, étaient en quête d’un encadrement et d’une protection que n’offrait nullement l’administration. Deux exemples permettront de saisir le caractère à la fois permanent et « transmaghrébin » de cette imbrication à usage politique (ou civique) des réseaux de sociabilité. D’abord en Tunisie, à Béja : vers 1903 le cercle local de la Ligue de l’Enseignement n’aurait été crée, écrit le contrôleur civil, que pour offrir une tribune à Victor Communaux pour se faire élire représentant du troisième collège ; son adversaire, Perrier, animateur d’un groupement mutualiste, l’« Union française139 », avait vu son adhésion à la Ligue de l’Enseignement rejetée. Conséquence : « Béja est divisé en deux catégories, celle des républicains quand on fait partie de la Ligue et celle des « calotins » quand on n’en fait pas partie140 ». Faisons un saut dans le temps et l’espace : nous voilà à Khourigba le 28 février 1939. Dans la cité marocaine du phosphate, une société de bienfaisance se créait alors, portée par les présidents des Corses de la ville (Paoli), du Parti Radical (Jourdan), de la section locale de l’Association des Familles Nombreuses (Ferracci) et de la section de la Ligue des Droits de l’Homme locale (mais aussi responsable syndical éminent de l’office des phosphates, Léandri141). La confusion du politique, du caritatif et du régionalisme était encore une fois à l’honneur. Le fait saillant de ces deux exemples n’est pas tant de suggérer une relation de cause à effet que de mettre en lumière l’indissociabilité, en contexte colonial, d’une action politique dissimulée sous l’action mutualiste et caritative et d’une mobilisation partisane activée par une mobilisation régionale.

  • 142 Nantes, APT 1er V. 1725, lettre du Contrôleur Civil à la Résidence (2 avril 1928).
  • 143 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. III, p. 56.

81Ce dernier exemple permet d’ailleurs de rebondir et d’insister sur la spécificité de la sociabilité corse dont nous avons esquissé, dans le cadre des élections au Grand Conseil de Tunisie, une première approche. Durant toute la période que nous étudions nous la trouvons presque systématiquement combinée à d’autres secteurs de l’action publique comme le mutualisme ou le caritatif. Cette combinaison était ainsi utilisée par Octave Ottavy (élu à la Conférence Consultative de 1912 à 1921, président-fondateur de l’Association des Corses de Ferryville ainsi que de la section bizertine de l’association mutualiste, « L’Avenir du Prolétariat »), Alphonse Morelli (élu également de Ferryville-Bizerte à partir de 1926, président de la société de bienfaisance de la ville et pilier de l’Association des Corses), Jean Peloni (élu de 1910 à 1922, président de l’Association des Corses de Tunis et membre du comité directeur de la société de bienfaisance) ou encore Jean-François Gallini (élu de 1896 à 1922 et qui était à la fois président de la Société de Bienfaisance de Sousse et élu de Corse). Le fils de ce dernier, Charles, candidat aux élections de 1928, hérita du réseau de son père. Lors d’une réunion électorale à Kairouan, son adversaire radical-socialiste avait émis des critiques envers les Gallini. Réaction immédiate (mais pas forcément spontanée) : « Les Corses, nombreux, […] ont manifesté une violente émotion, menaçant même de frapper le téméraire orateur […] Pour éviter des incidents, [cet orateur] a été prié de quitter Kairouan […] certains Corses paraissant très surexcités contre lui142 ». On songe ici à « la garde corse » qui protégea et exfiltra le directeur des finances du Protectorat marocain, François Pietri, lors d’une réunion houleuse avec les Français de Casablanca en 1919143. Au Maroc, dans un contexte politique différent, on retrouve des figures assez proches avec Jean Peretti, président d’une association de Corses et élu du troisième collège, ou Charles Bozzi, président de la CCI de Meknès ainsi que de l’association des Corses de la ville.

  • 144 Bélaïd H., « Les sociétés régionales françaises en Tunisie pendant l’époque coloniale », in Mélang (...)
  • 145 La Tunisie bienfaisante…, op. cit., chap. V : les associations corses étaient présentes dans au mo (...)
  • 146 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1er janvier 1931) des associations autorisées en vertu du dahir du (...)
  • 147 Girault A., Principes…, op. cit., t. V, p. 256.
  • 148 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1/01/1931) des associations autorisées en vertu du dahir du 24 mai (...)
  • 149 Rabat, AP série A, cartons 619 à 622, 631, 688 et 1287.

82On pourrait certes trouver des notables associés à d’autres sociabilités régionales (César Pellet, président de la CCI de Tunis, dirigea une association de Franc-Comtois et il ne faut pas négliger les regroupements languedociens, algériens ou bretons du Maroc) ; mais les associations corses présentaient une double spécificité. Elles étaient d’abord les plus nombreuses : en Tunisie, elles rassemblaient plus d’adhérents que les autres associations (à l’exception peut-être de celles qui réunissaient les Français d’Algérie144). D’autre part, en Tunisie145 comme au Maroc146, elles étaient les regroupements régionaux qui comptaient le plus grand nombre de sections locales. Par ailleurs ce sont les associations régionales les plus impliquées dans le processus politique. En Tunisie, sur dix-neuf membres de la Conférence Consultative ou du Grand Conseil qui avaient aussi des responsabilités dans une association régionale, sept étaient issus d’associations Corses (les plus représentées, en deuxième position, étaient les associations d’Algériens et de Dauphinois, mais avec seulement deux représentants chacune). Au Maroc, nous avons un exemple frappant de cette capacité des insulaires à se regrouper afin de structurer au plus vite un groupe de pression à des fins politiques : le 18 décembre 1926, un arrêté viziriel créa une commission municipale dans la ville d’Ouezzan147. Quelques semaines plus tard, par un arrêté du 29 mars 1927, la première association régionale de la ville était autorisée : il s’agissait de l’Association des Corses et des Amis de la Corse148. Et que constate-t-on dans les années qui suivirent ? Près de la moitié des commissaires municipaux de la ville (quatre sur huit aux origines identifiées) furent des Corses149.

83Cette sociabilité intense peut dérouter en ce sens qu’elle superpose des styles d’engagement et des finalités diverses, bien que parfois complémentaires : souci clientéliste, valeurs paternalistes et engagement progressiste s’y chevauchent. Elle s’inscrivait assez bien dans la configuration sociale et politique du microcosme colonial du Protectorat. D’une part, elle offrait une scène publique de substitution à tous ceux qui souhaitaient une évolution du système du Protectorat vers un amoindrissement du pouvoir administratif au profit d’une meilleure prise en compte des revendications de la société coloniale. D’autre part, elle fonctionnait comme une première formalisation d’un réseau d’affidés : la commensalité des banquets régionalistes entretenant la connivence, la connivence facilitant la reconnaissance électorale au travers d’un véritable marché au sein duquel des biens (un logement, un emploi, une aide…) se monnayaient contre des bulletins de vote, et ce d’autant plus que la faiblesse numérique du corps électoral (qu’il soit consulaire, collégial ou même étendu à l’ensemble des électeurs d’une circonscription comme en Tunisie) permettait la généralisation d’un clientélisme à visage humain.

84Ces multiples sociabilités dans lesquelles s’engageaient les notables n’étaient pas seulement destinées à être manipulées afin d’offrir ou de renforcer des éléments de reconnaissance publique. Elles avaient également un sens spécifique dans le contexte colonial : les notables s’engageaient afin de préserver la société coloniale de deux fléaux qui pouvaient affaiblir l’idée même d’une supériorité de l’Européen sur l’Indigène : l’isolement et l’indigence.

85En 1930, la Résidence de Tunis faisait publier un ouvrage intitulé La Tunisie bienfaisante et sociale. Répertoire des institutions d’entraide et d’éducation sociale. Cette brochure d’une centaine de pages, placée sous le patronage de l’épouse du Résident L. Saint, énumérait la liste des groupements caritatifs, mutualistes ou même régionalistes ainsi que de leurs dirigeants. On constate ainsi que nombre de ces associations étaient alors dirigées par un personnage déjà présent sur la scène publique notamment municipale : en 1930, les vice-présidents des municipalités de La Goulette (Geronimi) et de Kairouan (Warzée) présidaient la société de bienfaisance de leur ville ; celui de Béja (Hugon) était à la tête de la Croix-Rouge locale alors même que son épouse veillait aux destinées de l’association « La Goutte de Lait », destinée à favoriser l’allaitement des mères ; quant à Pierre Vernisse, vice-président de Bizerte, il s’occupait de la société de secours mutuel et de retraite des anciens militaires de la marine. Élargissons à d’autres sources et nous constatons qu’il existait plus qu’un lien de circonstance entre édilité et fonction caritative en Tunisie : Zevaco, qui succéda à Warzée à la tête de la municipalité de Kairouan, endossa également les habits de président de la société de bienfaisance ; Gallini père et fils, dont nous avons vu l’implantation à Sousse, dirigèrent également la même société sur leur ville.

  • 150 Environ un quart des notables de Tunisie et du Maroc qui briguèrent la Légion d’Honneur était memb (...)

86Si l’engagement caritatif était ainsi, tant en Tunisie qu’au Maroc, l’un des aspects de l’identité notabiliaire150, il était également le produit d’une nécessité sociale et culturelle qu’acceptait d’assumer la plupart des responsables ou représentants d’organismes corporatistes. Dans les deux Protectorats, la congruence de la présidence d’une association à finalité caritative avec celle d’un organisme professionnel (chambre consulaire ou association de colons) était monnaie courante. Charles Fabre, président de l’association des colons de Souk El Khemis dirigeait, en 1930, la Croix-Rouge locale et était crédité de la création de l’hôpital de la région ; Paul Deligne, président de l’association des colons de Medjez El Bab et Roederer, président de celle de Michaud, étaient, au même moment, présidents de l’antenne locale de la société de secours aux blessés militaires. À Sfax les présidents de la chambre mixte Gerard, Boucher et Bena présidèrent également la société de bienfaisance, de même que les présidents des chambres de Sousse (Charles Gallini), de Tunis (Desportes), de Fès (Barraux), de Mogador (Sandillon) ou de Mazagan (Brudo) eurent, un temps, la double casquette consulaire et caritative. La Société de Bienfaisance de Rabat compta, parmi les membres de son conseil d’administration, la quasi-totalité du gratin consulaire de la ville, qu’il fût agricole ou industrialo-commerçant (les présidents Brun, Duprey, Obert, Peretti, Labeyrie). Même constat à Meknès où les présidents David, Lakanal et Bozzi émargèrent au conseil d’administration de la société locale.

87Au-delà des clivages politiques, les notables coloniaux acceptaient donc de prendre part à la gestion de la cité coloniale avec une administration souvent dépassée par cette tâche. Approfondissons la question : dans quelle mesure pouvait-on parler d’une co-gestion entre ces notables et les autorités françaises ?

Administration et notables : les formes d’une co-gestion

88Les divisions politiques ne doivent pas minorer un fait essentiel : au-delà des sensibilités partisanes ou idéologiques, la notabilité impliquait l’adhésion au principe d’une collaboration, parfois heurtée (surtout au Maroc), avec les autorités administratives de la Résidence et des contrôles civils. Cette collaboration s’exprimait d’abord par le rôle qui était assigné à chacune des instances modelées par la Résidence ; mais aussi par les missions et les fonctions que les membres de ces mêmes instances se donnèrent, avec l’assentiment au moins tacite de l’administration.

  • 151 Paris, MAE série 1918-1940, sous-série M, 37-1, carton 1041.
  • 152 BESM no 2, octobre 1933, p. 83-84.
  • 153 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 105-112.
  • 154 Nantes, APM, DI 151, note du contrôleur civil de Meknès (2 juillet 1935).

89Les chambres consulaires n’étaient pas des lieux exempts de tout conflit. Dans la première partie nous avons relaté la décennie de guerre froide entre la Résidence et la chambre de commerce de Tunis à la fin du XIXe siècle. La première élection de la chambre de commerce de Casablanca, le 27 février 1921, mit en présence pas moins de trois listes alors que le total des inscrits sur la liste électorale se limitait à 462 personnes : la liste soutenue par la Résidence fut battue151. Toutefois, dans l’ensemble, nos archives n’enregistrent guère de tensions et de passions politiques dans le cadre des élections consulaires. Certes on note le retour des crispations et des divisions dans les années 1930, alors même que la crise économique opérait une sélection parmi ses victimes et que les tensions politiques devenaient de plus en plus fortes. Au Maroc, il n’est pas inconcevable de lire la séparation des chambres mixte en 1932 comme une tentative de la part de l’administration de sauver un semblant d’unité en dissociant le monde agraire du monde industrialo-commerçant. Peine perdue : le 14 juin 1933152, un groupe d’industriels et d’administrateurs de société décidait la création du Comité Central des Industriels du Maroc. Ce nouveau groupe de pression se situait en dehors du Conseil de Gouvernement qu’il jugeait, par ailleurs, trop inféodé à la pression électorale et incapable, par là-même, d’être cette tour de contrôle de l’économie marocaine que rendait nécessaire le surgissement de la crise153. Par la suite les tensions ne s’apaisèrent pas pour autant. En 1935, les élections à la chambre de commerce et d’industrie de Meknès furent à la fois marquées, selon le contrôleur civil de la ville, « par l’intrusion d’un esprit politique de parti » d’une part et la victoire d’une liste « se situant à gauche154 ».

  • 155 Nantes, APM DI 151, note du commissaire de Police de Meknès (10 mai 1938).
  • 156 Nantes APM DI 151, notes du commissaire de Police de Kénitra (25 juillet 1936 et 10 mai 1938).
  • 157 Nantes, APM DI 151, note du commissaire de Police de Marrakech (5 avril 1938).

90Les échéances électorales de la deuxième moitié des années 1930, dans le double contexte du Front Populaire (peu apprécié par certains notables coloniaux) et celui du pronunciamiento franquiste (si proche du Maroc), furent encore plus tendues. À Meknès, à Kénitra, à Fès, deux listes s’opposèrent pour la conquête de la chambre de commerce : difficile d’y voir une reproduction d’un clivage droite/gauche tant les situations locales paraissaient passablement embrouillées. À Meknès, le commissaire de police semblait s’y perdre également en indiquant que l’opposition des deux listes résidait en l’engagement apolitique de l’une et dans la mixité politique (droite et gauche) de l’autre155 ; à Kénitra le Parti Social Français soutint la liste menée par Léon Béteille mais un tel soutien était surtout motivé par l’opposition à une liste concurrente, menée par l’ancien président Jules Oser, lequel venait d’être frappé par une condamnation du tribunal de commerce de Rabat156. À la chambre d’agriculture de Marrakech, deux listes étaient également en lice : le score, à l’issue des élections, ne permit pas de dégager une majorité et M.A. Petrignani devint président au bénéfice de l’âge face à un ancien président de la chambre, Lecoq157. En fait il semblerait qu’au-delà de la vivacité de l’engagement politique de certains, les clivages consulaires furent en prise directe avec des oppositions locales.

  • 158 Annuaire économique et financier du Maroc 1929, Casablanca, Imprimeries réunies de La Vigie Maroca (...)
  • 159 866 LH « Berlioz, Lucien ».
  • 160 LH « Obert, Lucien », « Nolotte, René ».
  • 161 LH « Lebert, Achille ».

91Malgré ces tensions, le système consulaire essayait de remplir sa mission officielle. Celle-ci pouvait se décomposer selon deux axes : d’abord un rôle d’information de l’administration combiné à des revendications catégorielles (via la production de rapports ou le vote de vœux) et, ensuite, un rôle de gestionnaire (magasins généraux, salles de vente, entrepôts, transit158…). Dans les deux cas, les chambres remplissaient deux fonctions essentielles de la maintenance de la cité coloniale. Lucien Berlioz, président de la chambre mixte de Marrakech de sa création à 1926, était considéré à la fois comme « l’animateur des manifestations agricoles et économiques de la région » ainsi qu’un représentant de « la mission civilisatrice » de la France159 ; Lucien Obert, président de la chambre d’agriculture de Rabat, était qualifié par la même Résidence d’« agent de propagande et de renseignement » alors qu’un des vice-présidents de la même chambre, René Nolotte, était décrit comme « un conseiller averti » de l’administration160. Achille Lebert, président de la chambre mixte de Safi, était « un des conseillers estimés du gouvernement161 ».

  • 162 LH « Krauss, Auguste ».
  • 163 LH « Ducurtil, Florian ».
  • 164 LH « Pelletier J.L. » : lettre du Résident général au ministère des Affaires étrangères en date du (...)
  • 165 Rabat, AP A 621, lettre du chef de région du Gharb au secrétariat général du Protectorat (16 novem (...)

92Au-delà des fonctions assignées, il y avait les fonctions captées par les élus des chambres consulaires. D’abord une fonction d’interface indispensable non seulement entre la société coloniale et l’administration mais aussi (mais est-ce bien surprenant dans un contexte où le fonctionnaire pouvait être aussi rare que la pluie ?) entre les Français eux-mêmes. Auguste Krauss, président de la chambre mixte d’Oujda, s’attira la bienveillance de l’administration pour son rôle d’« arbitre162 » dans les relations entre les colons du Maroc oriental et l’administration. Florian Ducurtil, membre de la chambre d’agriculture de Tunis et président de l’association des colons du Goubellat, « a su maintenir l’harmonie entre tous », faisant du Goubellat « peut-être le centre en Tunisie qui offre le plus de cohésion163 » ; Jean-Louis Pelletier, président de la chambre d’agriculture de Tunis, était loué par le Résident pour avoir « fait un effort personnel pour amener ses collègues à une solution transactionnelle de la question des impôts164 ». Dans le Gharb marocain, le chef de région insista même auprès de la Résidence afin qu’elle procédât à la nomination de Jacques Deville, président de la chambre de commerce de Kénitra, à la commission municipale de la ville afin que ce dernier puisse devenir « le nouvel agent de liaison entre les deux assemblées165 ».

  • 166 Le Colon français no 613 (5 janvier 1919).
  • 167 Le Colon français no 925 (27 décembre 1924).

93Les chambres consulaires pouvaient fonctionner comme un instrument de régulation, non plus seulement politique et économique, mais aussi social. Ainsi la chambre d’agriculture de Tunis n’était-elle pas seulement assignée à émettre des vœux et donner un avis technique à la moindre sollicitation de l’administration. Elle s’intégrait dans l’organisation de la société coloniale au travers de sa gestion, plus ou moins informelle, du salariat agricole. Nous avons déjà évoqué le rôle d’André Gounot qui, à la tête de l’association des anciens élèves de l’ÉCAT, supervisait le placement des stagiaires agricoles. Au-delà de ce cas très particulier des élèves d’écoles agronomiques, la chambre d’agriculture fonctionnait également comme une agence de recrutement et de gestion pour l’ensemble du salariat agricole. En 1919, submergée par une vague de courriers de personnes à la recherche d’un emploi agricole, la chambre invita les chefs d’exploitation à lui faire parvenir leurs besoins en main d’œuvre afin qu’elle puisse faire suivre ces demandes d’emploi166. En 1924, une centaine de marins russes blancs, rescapés de l’escadre Wrangel dont une partie désarma dans le port de Bizerte, figurait sur une liste de main d’œuvre tenue à jour par le secrétariat de la chambre d’agriculture167.

  • 168 Rabat, AP A 1701, rapport au Résident général (26 avril 1914).
  • 169 Nantes, APT 1er V. 955, lettre de Paul Montlouis à la Résidence générale (6 mai 1913).

94Au niveau local, les commissions municipales était, en principe, solidement encadrées par l’administration. Son président, choisi parmi les caïds ou les pachas, ne représentait qu’une autorité sans pouvoir appelé à jouer un « rôle de figurant […] comme ces ombres qui traversent les clichés photographiques168 ». Cependant, les membres français des commissions étaient considérés de la même façon par certains notables, en particulier ceux des Chambres consulaires. En 1913, un certain Paul Montlouis, membre de la chambre mixte de Sousse, écrivit à la Résidence pour s’indigner de l’absence des élus consulaires et de la présence de la commission municipale lors d’un banquet présidé par le ministre des Travaux Publics alors même, écrivait-il, que « les membres de la chambre mixte sont plus qualifiés pour représenter les Français de la région du Sahel […] que les conseillers municipaux que l’on peut considérer comme remplissant des fonctions honorifiques169 ».

  • 170 Rabat, AP A 1694, PV (18 mai et 28 mai 1919) de la commission municipale de Casablanca.
  • 171 Rabat, AP, A 605 et A 606.
  • 172 Rabat, AP A 606, PV(27 janvier 1931) de la commission municipale d’Oujda.

95Néanmoins, et c’est en cela qu’il convient de parler d’influence et non de pouvoir, les membres de ces commissions, notables sollicités par la Résidence, pouvaient tirer leur épingle du jeu. En mai 1919, Marcel Chapon, membre de la chambre de commerce de Casablanca et de la commission municipale, annonça avec éclat et effusion qu’il quittait ladite commission car il était en désaccord avec le chef des services municipaux sur une décision de concession de travaux publics ; dix jours plus tard, Chapon faisait son retour en séance et le chef des services municipaux accédait à sa demande170. D’une manière générale, les séances des commissions n’étaient pas aussi animées. Au Maroc non seulement les réunions étaient assez peu nombreuses (pour l’année 1931, on comptabilisait entre trois et huit sessions selon les villes171), mais ces commissions se comportaient surtout comme des chambres d’enregistrement. Ainsi cette même année 1931 s’écoula à Salé sans qu’aucun notable français ne se fît remarquer ; ailleurs, peu de débats, quelques interventions (intercéder pour un commerçant qui guigne une boutique du marché municipal, dire son impatience devant la lenteur de certains travaux…), un peu de récriminations (la séance du 27 janvier 1931 de la commission municipale d’Oujda évoqua le défaut d’éclairage nocturne, l’arrogance et la discourtoisie de la police ainsi que la présence exagérée de mousse dans le lait de chèvre172) mais au final un long catalogue d’annonces, par le chef des services municipaux, d’adjudications, d’acquisitions, de prévisions budgétaires que les notables approuvaient sans grandes réserves. Cette relégation dans l’inaction des commissions donnait parfois lieu à quelques scènes cocasses. La séance de la commission municipale de Rabat du 24 février 1919 était ainsi inédite à plus d’un titre : la presse y était admise pour la première fois et pour célébrer avec faste cette ouverture démocratique Tarde, directeur des affaires civiles et Court, inspecteur des municipalités, s’étaient invités à la séance. Un dialogue assez vif et qui mérite d’être cité s’engagea entre Tarde et le commissaire Seguinaud sur le thème des pouvoirs de la commission :

  • 173 Rabat, AP A 1710, PV (24 février 1919) de la commission municipale de Rabat.

« Tarde (De) : […] vous savez, en effet que la commission municipale a un rôle purement consultatif. Récemment, cette commission a émis un avis qui a été examiné, mais le gouvernement qui a un pouvoir d’approbation croit devoir passer outre.
Seguinaud : […] Que nous disions oui ou non, le résultat est le même ? Tarde (De) : Mais pas du tout ! Votre avis compte puisque nous l’avons examiné173. »

96La conclusion de Tarde était digne de Courteline. Néanmoins elle rendait assez bien compte de la capacité de la commission, en tant que corps, à influer sur le devenir urbain. Si, individuellement, quelques membres (comme Chapon) pouvaient peser sur l’administration locale, il était beaucoup plus exceptionnel de voir cette dernière avaliser des décisions collégiales.

  • 174 El Ghoul Y, « Colonisation… », op. cit.
  • 175 Bulletin municipal officiel de la ville de Tunis no 46, oct-déc 1921, PV (15 novembre 1921) de la (...)

97En Tunisie, il en allait tout autrement. Dans son étude sur le pouvoir municipal à Nabeul à la charnière des XIXe et XXe siècles, Y. El Ghoul note la grande latitude d’action des vices-présidents français de la commission municipale : certains concluaient des contrats de travaux publics sans en référer à la commission ; d’autres, comme Jean Simon (vice-président entre 1893 et 1903) s’acharnaient non seulement à accroître la ponction fiscale municipale mais aussi à la contourner lorsque leurs propres deniers étaient concernés174. De plus, lors des séances des commissions municipales, le vice-président menait les débats et non un fonctionnaire. À Tunis, Jean-Baptiste Curtelin et Pierre Chabert, les deux vice-présidents de la municipalité, lisaient les communications, mettaient au voix les projets et les vœux, intervenaient dans la discussion, conseillaient l’approbation ou le rejet de telle ou telle proposition175. En Tunisie le pouvoir édilitaire des notables, en la personne du vice-président, avait un sens dont témoignait la relative autonomie des commissions par rapport à la Résidence.

  • 176 Bonnenfant P., « Une ville moyenne de Tunisie : Béja », CT, no 73-74, 1971, p. 153-206.
  • 177 L’Afrique du Nord Illustrée no 427 (7 juillet 1929) p. 9.
  • 178 Nantes, APT 1er V. 2144, notice historique sur la ville de Béja.

98Dans les villes de moyenne importance, l’enracinement d’un individu voire d’une famille lui assurait un pouvoir sans équivalent dans les grandes cités de la Régence où le turn-over des notables pouvait fonctionner à grande vitesse. Prenons l’exemple de Béja, ville moyenne dans l’ensemble mais qui se réduisait à un gros village si l’on ne retient que la population européenne : jusqu’en 1946, les Italiens y étaient démographiquement plus importants que les Français ; à la veille des décrets de 1922 ils étaient même deux fois plus nombreux (1 054 contre 584 personnes) et le nombre de 800 Français n’était toujours pas dépassé à la fin des années 1930 (796 en 1936176). Rapporté à un schéma métropolitain, Béja n’était qu’un bourg dominé par la famille Hugon. C’est en effet vers 1905-1906 que Cyrille Hugon accéda à la vice-présidence de la municipalité ; dans le même temps son épouse devenait présidente de la Société de Bienfaisance des Dames françaises de Béja avant de cumuler cette fonction, quelques années plus tard, avec celle de présidente de l’association locale de « La Goutte de lait177 ». Trente ans plus tard, en 1936, le couple occupait les mêmes fonctions178.

  • 179 Nantes, APT 1er V. 1890 (1).
  • 180 Nantes, APT 1er V. 2144, notice historique sur la ville de Béja.

99Dans un tel contexte, l’inauguration de nouveaux hôtels de ville, comme celui de Bizerte (1930179) ou encore celui de Béja (1933180) étaient des événements qui arrivaient à susciter quelque enthousiasme populaire, malgré l’absence de lien démocratique entre la commission et la société coloniale. Ces moments étaient un indice fort, non détecté au Maroc, qu’une certaine identification, un esprit de clocher aminima, tendait à s’opérer dans les villes tunisiennes.

  • 181 Algérie. Tunisie. Maroc. Renseignements sur les stations climatiques, thermales et touristiques. F (...)

100N’en concluons pas pour autant que Tunisie et Maroc se distinguaient nettement dans le domaine de la vivacité du pouvoir local. L’encadrement administratif dans lequel étaient prises les municipalités marocaines admettait une sorte de soupape de sécurité, présente en Tunisie mais bien moins usitée, qui consistait à laisser s’épanouir une vie politique locale au travers de l’institution des syndicats d’initiative. Une brochure touristique sur le Maroc de 1927181 en dénombrait au moins dix (Casablanca, Fédala, Fès, Marrakech, Mazagan, Meknès, Mogador, Oujda, Rabat-Salé, Safi). On y retrouvait des notables, impliqués à différents niveaux : ainsi à Casablanca Joseph Abt, Albert Blaise ou encore le « Vieux-Marocain » Antoine Philip ; à Meknès, Matteo Brondy, Jean Dominici et l’incontournable Émile Pagnon ; à Kénitra, il fut présidé notamment par C. De Senailhac ; à Mazagan par Claude Fradin, et à Safi, par Pierre Collomb. À Rabat on comptait parmi ses membres Jean Labeyrie, Gaston Bernaudat ou Paul Seguinaud ; à Marrakech, du Pac en fut le président au début des années 1920 et Marius Dorée en 1931 ; à Mogador, Fernand Sandillon et Toussaint Gibert ; à Oujda, en 1933, Guillaume Loubies. Nous avons déjà rencontré la plupart de ces notables : « Vieux Marocains » (Philip, Bernaudat, Dorée), membres de commissions municipales (Senailhac, Seguinaud, Dominici, Fradin) et surtout présidents de chambres consulaires (Pagnon, Labeyrie, Collomb, du Pac, Gibert, Loubies, Sandillon).

  • 182 Rabat, AP A1414, lettre de Claude Fradin à la direction générale des finances en date du 2 août 19 (...)

101Que pouvait apporter à ces individus une telle implication dans le développement, a priori, touristique de leur ville ? Pourquoi la direction d’un organisme, grand organisateur de tournois de tennis et autres réunions hippiques, attirait-elle une partie de ceux qui étaient déjà connectés aux réseaux d’influence via les chambres consulaires ? Il n’était pas impossible que la présidence d’un syndicat d’initiative fût vécue comme une sorte de cryptovice-présidence de municipalité : elle permettait non seulement à un notable de s’individualiser (ce que ne permettait pas, sauf à Casablanca, la commission municipale) mais aussi de lui donner une tribune : ainsi Claude Fradin, président du syndicat d’initiative de Mazagan, s’adressa-t-il à la Résidence, pour demander à ce qu’une subvention fût accordée aux Français de sa ville afin qu’ils pussent construire des logements décents182.

  • 183 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 151.
  • 184 Rivet D., Le Maroc…, op. cit., p. 190-191.
  • 185 Ibid., p. 190.

102Si nous tournons maintenant notre regard vers les zones rurales, il convient de s’interroger sur les formes que pouvaient revêtir ce que Jacques Berque nonmait « le leadership de la contrée183 ». En Tunisie comme au Maroc, l’émergence d’un pouvoir notabiliaire rural passa d’abord par des formes d’organisation spontanée dans lesquelles l’astuce et le culot avaient leur part. Daniel Rivet cite le cas de Louis Boisset184, agent consulaire à Souk El Arba du Gharb dans le Maroc pré-colonial, qui se construisit un patrimoine foncier en marge de la légalité coloniale encore en gestation. Ces premiers temps des Protectorats furent l’âge d’or de « ce[s] homme[s] de l’aubaine185 », prompts à découvrir le filon qui donnerait un profit juteux, qu’il s’agisse d’investissement agricole, immobilier, ou industriel. Nous avons déjà aperçu quelques autres de ces représentants dans notre première partie, arpentant un Maroc encore trouble et troublé (Gabriel Veyre, Marius Dorée). En Tunisie, ce type de personnage était beaucoup plus rare : non que l’époque des débuts du Protectorat tunisien s’y prêtât moins, mais parce que la Tunisie était à la fois beaucoup plus ouverte sur l’Europe que le Maroc et travaillée depuis le XIXe siècle par des mouvements modernistes d’inspiration ottomane.

  • 186 Nantes, APT 1er V. 935, lettre du contrôleur civil de Béja au délégué général à la Résidence (20 o (...)
  • 187 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 191.
  • 188 Ibid.
  • 189 Nantes, APM Casablanca 1035, note du Contrôleur Civil des Doukkalas (27 août 1920).

103Ceci dit, en Tunisie comme au Maroc, la société coloniale, en son versant rural, était une société de l’homme rare, parcourue par les mêmes tensions initiales. En 1910, le contrôleur civil de Béja eut quelques soucis avec l’association des colons de Bou Arada. Un certain Lucchini, « homme emporté qui semble livré aux pires instincts186 », en était le vice-président : doté d’un caractère ombrageux, portant un revolver, il n’hésitait pas à faire le coup de poing (au sens littéral) contre l’instituteur du centre, accusé de capter indûment, à son usage, une partie de l’eau. À peu près contemporaines (son livre fut publié en 1908) étaient les remarques de Charles Géniaux sur Mateur, au premier temps de la colonisation où l’on pouvait voir quelques « gentilshommes terriens », affublés de vastes feutres, pistolet au ceinturon et qui devaient à cet accoutrement digne du Far West le surnom ironique de « buffalos187 ». Dans ce monde simili-américain, ce Lucchini bénéficiait de la complicité, au moins passive, des autorités locales (au grand dam du contrôleur civil) dans la mesure où le garde de police de la contrée « s’étant lié d’amitié avec M. Lucchini, laisse à ce dernier toute latitude de commettre des actes répréhensibles188 ». Au Maroc, en 1919, on détecte un cas de figure assez proche : encore une fois ce fut le contrôleur civil, celui des Doukkala, qui alerta sa hiérarchie au sujet des agissements d’un certain Joachim Grau qui « essaie de se créer un groupement à sa dévotion et se substitue aux autorités régulières pour trancher les contestations et faire la police des souks189 ».

  • 190 Nantes, APT 1er V. 935.
  • 191 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 221.
  • 192 Fossier R., Enfance de l’Europe (Xe-XIIe siècles), t. I, Paris, PUF, 1982, p. 288-289.

104Cet individualisme exacerbé, si caractéristique d’une ambiance américaine ou australienne, n’était guère apprécié des Résidences. Une reprise en main s’imposait. Menée conjointement par la Résidence et les propriétaires les plus importants, elle consistait à s’appuyer sur les associations officielles de colons afin d’arrimer ces dernières aux chambres d’agriculture. Une telle normalisation n’alla pas sans heurts. Vers 1903-1904, l’association des colons de Mateur se scinda en deux : un groupe de colons, méfiant à l’égard de l’encadrement quasi-féodal qui se profilait, revendiquant une ruralité farouchement individualiste, créa une association bis qui interdisait à ses membres de guigner un fauteuil à la chambre consulaire ou à la Conférence Consultative, ne voulant « ni avocat, ni patron politique190 ». Cela n’empêcha nullement la première des associations, officielle et couvée par la Résidence, de s’imposer et d’être le tremplin de la carrière consulaire de Jean-Louis Pelletier, futur président de la chambre d’agriculture après la mort de Carnières en 1917. Dans la région voisine du Mornag, même constat vers 1908 : « les nobles colons du Mornag sont venus recréer une sorte de féodalité rurale191 » dans cette terre, essentiellement viticole. Féodalisation donc ? Si l’on osait, pourquoi ne pas parler d’incastellamento (P. Toubert) ou, plus largement, d’« encellulement192 » de la société coloniale rurale ? Un tel processus semblait s’ancrer autour d’une association de colons, tenue en main par un propriétaire souvent rattaché à des instances tunisoises (chambre consulaire ou Conférence Consultative) ; et il était courant de voir une telle association disposer d’un siège matérialisé par la construction d’une « maison du colon ». En Tunisie du Nord, tel un semis de forteresses dédiées à la glèbe,

  • 193 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 220.

« […] on voit se former des associations et l’agriculteur, sur sa ferme, lorsqu’il regarde au loin, aperçoit la maison blanche sur laquelle flotte un drapeau tricolore. C’est le siège du cercle agricole où l’on défend ses droits. Cette vue le réconforte. Il sait maintenant qu’il peut compter en toutes circonstances sur les collègues de son groupement. Les cultivateurs ont également senti le besoin d’une société où ils retrempent leur courage193 ».

  • 194 Ducurtil F., Historique…, op. cit., et LH « Ducurtil, Florian ».
  • 195 Il s’agit ici d’un centre de colonisation qui porte le nom de Victor de Carnières.

105Florian Ducurtil194 représentait un bon exemple de ces colons, à la fois profondément enracinés dans un terroir mais tout aussi solidement connectés au réseau global de pouvoir et d’influence de la Tunisie coloniale. Membre de la chambre d’agriculture pendant au moins trois décennies, président de l’association des colons du Goubellat, à la fois paysan et agronome, il lança la construction de la première « maison des agriculteurs », siège de son association et centre de réunion multiforme pour la petite communauté européenne de ce centre de colonisation. Durant l’entre-deux guerres, les liens entre la campagne et la ville, médiatisés par ces notables à facettes multiples se renforcèrent encore. Les associations de colons constituaient la première marche qui devait élever leur président à des fonctions consulaires, comme elles étaient, dans le même temps, l’indispensable signe d’appartenance à la ruralité coloniale – ruralité fort prisée par des notables soucieux de nuancer, pour des raisons électorales, leur citadinité. La liste de ces notables, à la fois colons et urbains, est exemplaire : Jean Boucher (président de l’association des colons de Sfax et président de la chambre mixte), Charles Gallini (président de l’association des colons de Cherahill ainsi que de la chambre mixte de Sousse) mais aussi la plupart des vice-présidents de la Chambre d’agriculture de Tunis, eurent en charge une association de colons (Deligne à Medjez El Bab, Guillon et Ponçon à Oued Zerga, Delord à De Carnières195, Ribereau à Takelsa).

  • 196 Lesueur E., Les Associations agricoles en Tunisie, Office tunisien de colonisation, 1906.
  • 197 F. Ducurtil, Historique…, op. cit., p. 35.

106Comme les chambres consulaires, ces associations ne limitaient pas leurs actions à ce que l’administration (ou même les colons) attendaient d’elles. L’une des premières associations de ce type (si ce n’est la première), créée à Tébourba en novembre 1898, agissait de fait comme une municipalité de fortune, associant la totalité des Français du centre (agriculteurs, commerçants, fonctionnaires196). Cette fonction de municipalité perdura dans les centres privés de commissions municipales. Florian Ducurtil, toujours lui, était ainsi le grand organisateur de festivités collectives, sollicitant la présence d’un escadron et d’une fanfare pour dispenser un peu d’animation en 1911 ou organisant un grand banquet pour les fêtes du Cinquantenaire (en 1931197).

  • 198 Le Colon français du 14 juillet et du 29 décembre 1923.
  • 199 Nantes, APT 1er V. 2105, note (7 octobre 1932) de la direction d’Afrique-Levant.

107De plus ces associations tendaient à refléter l’opulence d’une région. Celle de Béja était sans doute, dans les années 1930, la plus influente et la plus puissante de la Tunisie. En 1923, lorsque le journal Le Colon français lança une souscription pour édifier un monument à Victor de Carnières, l’association des colons de cette ville réunit la somme de 2 541 francs en sollicitant une cinquantaine de colons. Ce fut un record : même la chambre d’agriculture du Nord, saint des saints du culte de Carnières, n’offrit que 2 000 francs198. Lorsqu’en 1932, une délégation d’agrariens de Tunisie fut reçue par le président du Conseil Édouard Herriot, elle était composée du président de la chambre d’agriculture de Tunis (André Gounot), de son vice-président (A. Martinier) et de deux autres personnalités, dont l’une était (ou avait été, la chronologie est ici sujette à caution) le président de l’association des colons de Béja (C. Carrier) et l’autre celui de l’association des colons de Mateur (L. Roederer199). Organisées pour être des relais du pouvoir central, les associations de colons locales avaient conquis en quelques décennies, sans doute aidées par l’évolution politique du système colonial tunisien, un statut de puissance à part entière.

  • 200 Nantes, APM SGP 178, notes de service du 18 novembre 1919 et du 13 février 1920.
  • 201 Ibid.
  • 202 Bélaïd H., « Les sociétés françaises de tir et de préparation militaire dans la Tunisie coloniale (...)
  • 203 Nantes, APT 1er V. 931 B, lettre du contrôleur civil de Tunis à la Résidence générale (4 décembre (...)
  • 204 Nantes, APT 1er V. 936.

108Alors que les Résidents en Tunisie jouaient la carte des landlords pour encadrer une nébuleuse de petits et moyens colons, Lyautey, confronté à des problèmes identiques d’entropie agraire, ouvrit une autre piste, celle, davantage inspirée d’une vision à la Bugeaud, de la nomination, dans des zones plus isolées et encore un peu fébriles, de « chefs de défense » locaux200. Il s’agissait d’organiser une défense non militaire des centres de colonisation en désignant un responsable civil dont les attributions étaient de servir d’interface entre la population et les militaires et de superviser la sécurité de la population européenne. Lyautey souhaitait, en premier lieu, que ce personnage fût recruté parmi les militaires à la retraite ou démobilisés, reconvertis en colons et assez nombreux parmi les bénéficiaires de lot de colonisation ; en l’absence d’un tel profil, il recommandait le choix d’« un notable, énergique, influent […]201 ». Une solution proche avait été esquissée, quelques années plus tôt, en Tunisie, sous l’influence d’Édouard de Warren : il s’agissait alors de permettre à des sociétés de préparation et de perfectionnement militaire202 de s’implanter en milieu rural, dans les centres de colonisation. Une telle demande reflétait la volonté que ces sociétés fussent utilisées afin « de servir de base à l’organisation défensive des centre de colonisation203 ». Cette implantation aurait permis d’envoyer du matériel militaire d’entraînement dans ces centres. Quelques-unes virent ainsi le jour dans les années qui précédèrent la Grande Guerre, sous l’égide de certains présidents d’associations de colons (Le Goubellat, Bou Arada204).

  • 205 LH « Bernaudat, Gaston ».
  • 206 LH et Brochier : « Pagnon Émile ».

109La piste de Lyautey ne fut guère poursuivie. Au Maroc comme en Tunisie, ce fut la solution d’une tutelle urbaine qui prévalut encore au travers des associations de colons. Celles-ci existaient depuis les débuts du Protectorat (celle de Bouznika était présidée par Gaston Bernaudat depuis au moins 1917205). Les années 1920 et 1930 confirmèrent l’évolution « tunisienne » de l’encadrement rural : les associations de colons furent de plus en plus contrôlées par d’importants propriétaires qui étaient, en outre, membres de commissions municipales ou élus consulaires. Les dossiers des membres de commissions municipales permettent ainsi de découvrir l’ancrage urbain de certains présidents d’associations de colons comme Marcel Rivault (membre de la commission de Mazagan et président de l’association de colons de Boulaouane), Raymond Espinasse (commerçant membre de la commission de Safi et président de l’association locale de colons), Maurice Ducastaing-Laubadère (de la commission de Marrakech –dont il démissionna en 1923 car sa propriété était à deux kilomètres de la ville…– et président de l’association des colons de Marrakech), Pierre Levrat (membre de la commission de Mogador et président de l’association des colons) ou encore Charles Delamarre (membre de la commission de Kénitra et président de l’association des colons du Ségou). Cette direction urbaine qui s’imposait aux zones rurales était encore plus flagrante à Meknès où le président-fondateur de l’association des colons n’était autre qu’Émile Pagnon206, président de la chambre mixte et… de l’association des propriétaires de la ville neuve.

110Cependant cette captation urbaine ne doit pas occulter la diversité des rôles que les notables pouvaient endosser dans les espaces ruraux dévolus aux activités agricoles.

  • 207 LH et Arrouas : « Fabre (Charles) » ; Lambert 1912, Lambert 1913, et Arrouas : « Faure-Dère Franço (...)
  • 208 Kassab A., L’Évolution…, op. cit., 2e partie, chap. I.
  • 209 La Dépêche Tunisienne du 28 avril 1930.

111François Faure-Dère, Charles Fabre et Louis Roederer207 étaient trois propriétaires installés dans le Nord de la Tunisie. Ils étaient de la même génération (Fabre et Faure-Dère étaient nés en 1877, Roederer en 1876) et accédèrent à la propriété dans le même laps de temps (à la charnière du XIXe du XXe siècles) sur d’immenses propriétés : près de mille six cents hectares pour Fabre208 près de Béja (étendue qu’il portera à plus de deux mille cinq cents hectares dans l’entre-deux-guerres), et mille hectares pour Roederer à Mateur. Tous trois présidèrent une association de colons : Souk El Khemis (Fabre), Mateur (Roederer) et Béja (Faure-Dère) et firent partie, tôt ou tard, de la chambre d’agriculture de Tunis et du Grand Conseil. François Faure-Dère se distingua sur ce dernier plan car il fut élu à la Conférence Consultative dès 1906 (il était alors âgé de vingt-neuf ans) et à la chambre d’agriculture en 1908. Fabre dut attendre 1928 avant de se faire élire à la chambre d’agriculture et Roederer, battu aux élections consulaires de 1930209, ne franchit les portes du Grand Conseil qu’en 1934. Ce décalage s’expliquait par un élément biographique différentiel : Faure-Dère était le seul des trois à avoir été élève de l’ÉCAT, dans la fameuse deuxième promotion, celle de Gounot et Vénèque. Gageons que cette différence lui assurait un capital social bien supérieur à celui des deux autres en même temps qu’elle lui conférait un charisme bien particulier puisqu’il était issu de la seule formation supérieure spécialisée dans la prise en charge de la terre maghrébine. La mort prématurée de Faure-Dère en 1929, à l’âge de cinquante-deux ans, interrompt le parcours de ces vies parallèles. Ces trois figures du Tell tunisien puisaient leur influence au sein des associations de colons ; mais elles incarnaient également, par l’étendue de leurs activités au service du monde agricole, les multiples facettes de la co-gestion sociale, politique et économique la colonisation par les notables. Faure-Dère incarnait plutôt le versant politique, en prise directe avec les centres décisionnels de Tunis. Fabre et Roederer occupaient en revanche le versant économique et social de cette co-gestion ; le premier dirigeait une coopérative de docks-silos et le second encadrait une partie des investissements de la région en présidant la caisse locale puis régionale du crédit agricole. Nous avons déjà évoqué le rôle des élus consulaires. Il nous reste à préciser l’importance du mouvement coopératif et des organismes de crédit dans les activités spécifiques des notables.

  • 210 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 87.
  • 211 Nantes, MCC 2 Mi 2344 : S. Baritou, La Coopération agricole dans la circonscription des Beni-Snass (...)
  • 212 Ibid., p. 26.
  • 213 LH « Gagne, Narcisse ».
  • 214 LH « Nolotte, René ».
  • 215 LH « Combettes, Louis ».

112Prendre en charge des technologies collectives et une partie des activités économiques des Protectorats, en particulier ceux liés aux circuits financiers du crédit, était l’une des fonctions des notables. Charles Géniaux citait le cas d’un colon tunisien qui utilisait une antique cave (ou citerne) romaine, qu’il avait déblayée lui-même, non pas tant pour faire œuvre d’érudition archéologique, que pour conserver son avoine, la stockant lorsque les prix baissaient et la mettant en circulation quand ils étaient à la hausse210. Ce stockage archaïque est le signe d’une rationalité économique moderne. Une vingtaine d’années plus tard, l’ensilage était devenu la religion des céréaliers de Tunisie et du Maroc. Des catacombes où l’avait aperçue Géniaux vers 1908, cette pratique avait, entre la fin des années 1920 et le début des années 1930, conquis le ciel : « Telle une haute cathédrale, mais une cathédrale vouée à un dieu moderne, les docks-silos de Martimprey dominent le village et la calme campagne211. » L’utilité de ces docks, comme le pressentait notre colon d’avant-garde, était certes d’opérer un meilleur conditionnement voire une sélection des grains mais surtout d’atténuer les fluctuations du marché afin de « soustraire l’individu isolé à l’emprise de la spéculation212 », selon les mots du président du conseil d’administration des docks de Martimprey (au Maroc). Ces docks drainaient vers eux la production céréalière de la plaine des Triffas et organisaient la distribution vers Oujda et l’Oranais. Ils étaient gérés, depuis 1930, par la Société Coopérative Agricole des Docks Silos du Maroc Oriental. En général de tels organismes coopératifs étaient aux mains des principaux notables agraires. Narcisse Gagne, président de l’association des colons de Béja, veillait sur les silos coopératifs de la ville213. Au Maroc, René Nolotte214, vice-président de la chambre d’agriculture de Rabat et président de l’Association des Colons de Mechra Belksiri, sur les bords du Sebou, était également vice-président de la Coopérative des Docks-Silos du Nord ; Louis Combettes215, dans les années 1930, dirigeait à la fois la chambre d’agriculture de Fès et une coopérative de docks-silos.

  • 216 Arrouas, « Jocteur-Monrozier, Léon » et sa notice nécrologique dans La Dépêche Tunisienne du 6 fév (...)

113L’implication dans le mouvement coopératif s’accompagnait souvent d’un engagement dans les organismes de crédit. Léon Jocteur-Monrozier216, membre éphémère de la Conférence Consultative (au tout début des années vingt) mais président (au moins entre 1926 et 1937) du Syndicat Obligatoire des Viticulteurs, propriétaire viticole au Mornag, était à la fois président du conseil d’administration de la distillerie coopérative, de l’Association des Colons du Mornag et directeur de la caisse locale de crédit mutuel. D’une manière générale, les caisses de crédit agricole constituaient le complément naturel à la présidence d’une association de colons : Peignon à Souk El Arba, Carrier et Gagne à Béja, Deligne à Medjez El Bab, Guerin à Tabarka, Roederer à Mateur, Auboire à Tébourba mais aussi Émile Bertin et Émile Pagnon à Meknès, Sandillon à Mogador…

  • 217 Gueslin A., Histoire des crédits agricoles. L’Envol des caisses mutuelles (1910-1960), Paris, Econ (...)
  • 218 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 291.

114Ce cumul était l’illustration du principe de Jules Méline selon lequel le crédit agricole devait être organisé « par en bas », par des personnes impliquées dans le processus productifs et qui disposaient des connaissances pratiques et personnelles suffisantes pour décider d’accorder ou de refuser des avances financières à tel ou tel individu217. Cependant gérer les flux de crédit apportait également des avantages aux notables qui en prenaient la responsabilité. Le prêt était non seulement une source d’enrichissement pour qui disposait de capitaux à la recherche de rentabilité mais il s’agissait d’un enrichissement souvent garanti par l’administration : pour les prêts à risque, souvent élevés et qu’on accordait à des néo-agriculteurs afin de valoriser un lot de colonisation, la Résidence, du moins en Tunisie, se portait caution en cas d’insolvabilité218.

115À un niveau supérieur, les présidents agriculteurs de chambres consulaires supervisaient les regroupements régionaux et généraux de ces caisses ; ainsi Lucien Obert (Casablanca) pour l’ensemble du Maroc, Émile Pagnon (Meknès), Jules (Oujda), Louis Combettes (Fès), Ernest Castellano (Kénitra) ainsi qu’André Gounot (Tunis) ou encore Jean Boucher (Sfax).

  • 219 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 151.

116Encadrer la petite et moyenne colonisation en s’en faisant le porte-parole tout en prenant soin de la contrôler et de la dominer au travers de la gestion des flux de crédits et des organismes coopératifs : telle était la configuration du pouvoir des notables dans l’espace rural. Face à un tel déploiement d’activité, l’administration coloniale, pas mécontente de se décharger de telles fonctions, ne pouvait plus qu’agir « en intruse ou en complaisante219 ». Si les zones urbaines demeuraient sous le regard scrupuleux des Résidences, le monde rural s’émancipait en partie de l’administration et se retouvait sous la férule de propriétaires aisés qui devenaient ainsi l’embryon d’une féodalité originale.

  • 220 Agulhon M., La République au village, Paris, Le Seuil, 1979, p. 258.
  • 221 Weber M., Économie et société, Paris, Pocket, 1995, t. I, p. 378.

117Les multiples formes que prenait l’engagement des notables dans l’espace public des Protectorats s’appuyaient avant tout sur un éventail de sociabilité et de mobilisation groupusculaire dont la configuration n’était guère éloignée de celle en vigueur dans la France d’entre 1830 et 1870. Cette société métropolitaine du XIXe siècle, Maurice Agulhon la décrit comme coincée « entre la structure « féodale » de la clientèle gravitant autour du patron, et […] la structure égalitaire pure (à laquelle on tend asymptotiquement) » et donnant ainsi naissance à « la notion d’un état moyen qui serait une sorte de structure égalitaire sous protection, une sorte de patronage mitigé220 ». Or, dans le contexte colonial des Protectorats, entre une démocratie citoyenne impensable et une autocratie administrative impossible, on retrouve la formation de ce « patronat mitigé ». Il ne s’agit toutefois pas d’un simple glissement, d’une transposition historique, mais bien d’une création originale. En France, la contradiction entre un double héritage, celui du système censitaire et celui de l’idéologie démocratique, ainsi que la subversion lente du premier par le second, favorisèrent l’affirmation de la figure du notable. On ne peut revendiquer une telle causalité en Tunisie et au Maroc où, plus sûrement, c’est le système colonial lui-même qui fit émerger ce type social et politique. C’est parce que les autorités résidentielles, contraintes dans leur budget ainsi que par la fiction juridique de la souveraineté maintenue du Bey ou du souverain chérifien, ne pouvaient se permettre ni d’étendre leur administration ni de cultiver une pépinière d’élus, qu’elles firent appel à une forme de bénévolat politique. Or cette demande rencontra son offre. Bien des entrepreneurs, négociants, propriétaires saisirent cette opportunité pour, comme l’écrivait Max Weber, exercer « à titre de profession secondaire221 » qui une fonction édilitaire, qui une fonction consulaire, qui une fonction représentative : ils trouvaient dans cet exercice non seulement l’espoir de peser sur les choix économiques de la Résidence, mais aussi l’occasion d’incarner une idée impériale sur laquelle ils avaient engagé leur présent et leur avenir.

118Cependant quelle était justement cette idée impériale telle qu’elle pouvait affleurer dans les écrits et les discours des notables ? Quelle conception du rôle de la France dans les Protectorats les notables diffusaient-ils ?

Rhétorique de l’inquiétude

  • 222 Nora P., Les Français d’Algérie, Julliard, 1961, chap. iii.
  • 223 Berque J., Le Maghreb… op. cit., p. 345.
  • 224 Ibid., p. 346.
  • 225 Le Colon français no 908 du 30 août 1924.
  • 226 Ibid.
  • 227 Le Colon français no 904 du 2 août 1924.
  • 228 Le Colon français no 910 du 13 septembre 1924.
  • 229 Le Colon français no 903 du 26 juillet 1924.
  • 230 Le Colon français no 894 du 24 mai 1924 et no 911 du 20 septembre 1924.
  • 231 Le Colon français no 881 du 1er mars 1924.
  • 232 Le Colon français no 904 du 2 août 1924.

119Pierre Nora souligne, à propos des Français d’Algérie « installés sur la branche et dans le provisoire222 », l’existence d’une inquiétude viscérale. Jacques Berque relève également ce sentiment lové au cœur de la mauvaise conscience coloniale et issu d’« une situation toujours minoritaire dans le bled, la conscience d’excès commis, au moins naguère, de rancunes soulevées, de fiertés meurtries chez l’Autre223 ». De la peur d’un acte isolé, crime social ou mystique, jusqu’à la hantise de la sîba, « une espèce de précarité, la crainte d’une reddition de comptes, qui pourrait aller jusqu’au sang, fouaillent les appétits, aiguisent le besoin de gagner et de jouir224 ». À parcourir quelques numéros du Colon français de 1924, on constate la variété remarquable de ceux qui, selon les notables agricoles, conspiraient à leur ruine : les nationalistes tunisiens225, les socialistes du journal Tunis-socialiste226 et « l’illégale CGT227 », les agriculteurs du Midi français (en particulier les viticulteurs228) et les chambres de commerce de la métropole229, les fellahs tunisiens (en qui l’on voyait des assassins de colons en puissance230), les instituteurs du bled231 et les professeurs du lycée Carnot de Tunis232

120Ces hostilités, réelles ou feintes, étaient un des symptômes de ce mal-être, mis en exergue par les remarques de P. Nora et J. Berque, et qui jouait sur la question de la légitimité intériorisée, vécue, de la présence française dans les colonies. Dans les Protectorats cette présence ne reposait pas sur une légitimité démographique (les Français y furent partout minoritaires) ni même juridique (traité de Protectorat oblige : la souveraineté française n’est que partielle). Dès lors, il n’est guère surprenant de voir discours et attitude des notables refléter cette tension entre une légitimité qui se dérobe et une volonté farouche d’ancrer la France dans le présent et l’avenir de l’Afrique du Nord.

Des mondes séparés

  • 233 Navarre A., Un Voyage…, op. cit., p. 122.
  • 234 Ibid., p. 146.

121Il serait vain d’entamer une stylisation outrancière du contact intercommunautaire qui tenterait de schématiser une approche commune de l’altérité par l’ensemble des notables français. Il serait également exagéré de s’en tenir à la panoplie de lieux communs qui formait parfois la seule appréhension, par certains, des multiples formes de l’identité des populations qui composaient l’Afrique du Nord coloniale. Certes le publiciste pressé, visitant le Maroc ou la Tunisie au pas de charge, utilisera cette panoplie afin de conforter les préjugés de ses lecteurs métropolitains. Albert Navarre prêtait ainsi les paroles suivantes à Lucien Obert, futur président de la chambre d’agriculture de Rabat : « Je connais l’Arabe depuis que j’habite le Nord de l’Afrique et je sais comment il faut le prendre233. » Maurice Bourotte lui aurait également déclaré : « l’Arabe, très paresseux, fait un mauvais agriculteur234 ». Si l’on essaye de dépasser cette première approche, on découvre un monde en demi-teinte, où la rugosité du contact, palpable dès qu’on s’éloigne des villes aux élites policées, s’atténuait parfois dans une sociabilité souriante mais distante et comme irréelle.

122Approchons ces contacts au travers de deux exemples, le premier pris dans la Tunisie de la fin du XIXe siècle et le second dans le Maroc de l’entre deux-guerres.

  • 235 Lambert 1912, « Bastide ».
  • 236 Nantes, APT 1er V. 932 et Lambert 1912 p. 376.
  • 237 Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie, Édition Spéciale de l’Afrique du Nord illust (...)

123Un comité des fêtes se constitua à Tunis le 2 février 1897 sous l’impulsion de Michel Bastide235, médecin et haut fonctionnaire à la Résidence, où il avait en charge la direction de la santé et de l’hygiène publique. En 1889, Bastide avait également été un des membres fondateurs de la société de bienfaisance de Tunis, association dont il assuma la vice-présidence en 1890 et la présidence entre 1891 et 1901236. Fonctionnaire, il ne correspond pas à la définition du notable telle que nous l’envisageons depuis le début de cette étude. Néanmoins il permet de saisir certaines particularités de l’engagement urbain que l’on rencontre chez certains des notables. Pourquoi donc retrouvait-on un tel personnage, dont les préoccupations et les écrits semblent d’abord dénoter un banal activisme hygiéniste, à l’origine d’un organisme soucieux de produire avant tout une sociabilité festive ? Deux raisons peuvent être avancées. D’une part la création du comité tunisois se situait au terme d’une décennie de tensions entre la Résidence et les Français de Tunisie qui s’estimaient, parfois d’une manière hyperbolique, négligés par la métropole et administrés avec autorité. C’est en 1896, quelques mois avant la création du comité, que le Résident Millet donna sa forme quasi-définitive à la Conférence Consultative. La création du comité des fêtes se situait ainsi dans le prolongement de cet assouplissement de l’autorité administrative qui consentait à donner des espaces d’autonomie aux Français de Tunisie après les proconsulats tendus de Cambon (1882-1886) et de Massicault (1886-1893). D’autre part, il importe de souligner le lien qui existait entre ce comité et la Société de Bienfaisance. Bastide présida les deux institutions presque simultanément et fut un des fondateurs de l’une comme de l’autre. Plus de quarante ans après, lors des fêtes du Cinquantenaire, une brochure retraçant succinctement l’histoire du Comité des Fêtes résumait sa mission en ces termes : « récréer le public tout en faisant le bien237 ». Outre des intérêts commerciaux évidents et indéniables, il est fort probable que les responsables du Comité des Fêtes étaient alors convaincus de mener une véritable mission morale : le déploiement festif n’était alors rien d’autre qu’une thérapie sociale. Une société coloniale sans divertissement serait-elle pleine de misère ? Nous ne saisirions pas le sens profond de ce comité si nous ne décelions pas la superposition de sa mission morale et de sa mission politique. Le choix des présidents du comité aide à concevoir une telle imbrication : pour plus de la moitié d’entre eux (quatre sur sept identifiés entre 1897 et 1939), ils occupèrent des fonctions de représentation importantes. Jean-Marie Terras (1898-1901), membre de la commission municipale de Tunis depuis 1888 et de la Conférence Consultative de 1891 à 1895, était aussi l’ancien président de la chambre d’agriculture et du Syndicat Obligatoire des Viticulteurs. Pierre Omessa (1902-1904), journaliste, pilier des réseaux corses de Tunisie, siégea à la Conférence Consultative à partir de 1900 et en fut, plusieurs fois, le secrétaire élu après la Première Guerre Mondiale. Damase Germonneau (1920-1927) était un négociant discret mais également impliqué dans la co-gestion municipale en tant que vice-président de la commission municipale du centre agro-balnéaire de Saint Germain, à une dizaine de kilomètres de Tunis. Enfin son successeur, Marius Gérente (à partir de 1927), industriel tunisois, était membre de la commission municipale de Tunis (où il occupa la fonction d’adjoint au vice-président à partir de 1932) et membre du Grand Conseil de Tunisie à partir de 1938. Il s’agissait de notables au sens classique du terme, engagés dans la vie politique de la Régence et dans une active collaboration avec les autorités résidentielles.

  • 238 Le Cinquantenaire du Protectorat Français en Tunisie, op. cit., p. 187.

124Le caractère politique de ce comité se lisait également dans l’organisation de ses instances : malgré la supériorité numérique des Français, l’aspect intercommunautaire y était revendiqué et valorisé. Le bureau était composé de quinze personnes (neuf Français, deux Italiens, deux Tunisiens musulmans, deux Tunisiens israélites). Chacun des quatre groupes communautaires disposait d’un siège de vice-président et déclinait ainsi le clivage culturel et ethnique sur lequel se fondait le Protectorat de la France en Tunisie. Cavalcade, bals et autres corso se plaçaient sous le signe d’une confluence plus imaginaire que réelle entre des groupes aux relations par ailleurs ambiguës. L’organisation d’une sociabilité festive recoupait ainsi le défi moral et politique de masquer la domination française par la mise en scène d’une « union des races238 ».

  • 239 Nantes, APM DIP. 31.

125Autre occasion, découverte dans les archives du Collège Moulay Youssef de Rabat239 : le 11 octobre 1921 arriva à la Direction de l’Instruction Publique de la Résidence la « Liste des notabilités du Protectorat et du Maghzen établie en vue de servir au choix des invitations à prendre le thé à l’école supérieure musulmane de Rabat ». On trouve dans cette liste des hauts fonctionnaires résidentiels et chérifiens, des notables marocains (dont le vice-président de la section indigène de la chambre de commerce) mais point de notables français. Cependant une deuxième liste, sans date, indique que ce thé était aussi ouvert aux membres français des chambres consulaires, à ceux de la commission municipale, aux professeurs du lycée Gouraud ainsi qu’aux magistrats les plus importants. Il était précisé en outre que « les réunions pourraient avoir lieu le jeudi de chaque semaine de 17 heures à 18 heures à partir du 20 octobre ». Alors que nous n’avions nulle trace de rencontre entre notables marocains et français, la seule indication en ce sens s’avère piégée par la possibilité de n’avoir jamais existé… Dans les deux cas, cérémonie de fêtes ou cérémonie du thé, il importe de souligner l’absence de profondeur et de densité de ces rencontres et, surtout, le fait qu’elles se situaient beaucoup plus au niveau du discours que de la réalité.

  • 240 Rabat, AP A 628, extrait du PV de la séance du 3 avril 1919.
  • 241 Rabat, AP A 606, PV (8 juin 1931 et 14 septembre 1931) de la commission municipale d’Oujda.
  • 242 Nantes, APM CD 350 E, sous-dossier D (« sociétés »), lettre du directeur de la sécurité générale a (...)

126Pouvait-on envisager des rencontres au-delà de ces velléités ? Si à Mazagan, comme nous l’avons vu au début de notre étude, la commission municipale, essentiellement composée de « Vieux Marocains », se cabra en 1919 à l’idée d’une section marocaine distincte de la section française240, une telle proximité n’était pas de mise à Oujda. Dans cette dernière commission municipale, on pouvait entendre un de ses membres, un certain Robert, réclamer (et obtenir) la suppression d’une fontaine qu’utilisaient exclusivement des Marocains car « la présence de ces indigènes […] est une cause de bruit et de malpropreté qui incommode fort la population du quartier » ; trois mois plus tard un autre membre de la même commission réclamait à son tour la disparition (et l’obtenait également) d’une borne fontaine, sous prétexte qu’elle était un lieu de rixe indigène241. Les commissions municipales, dans leur ensemble, fonctionnaient sans doute plus sur le modèle de celle d’Oujda que sur celui de Mazagan : elles étaient le cadre d’une rencontre avortée, à la fois par la volonté de la Résidence (c’est une circulaire de la Résidence qui prescrivit la séparation communautaire des sessions des commissions municipales) ainsi que par celle des notables français, soucieux avant tout de faire de l’exécutif local une machine pouvant accélérer l’appropriation coloniale. Ultime exemple de la dureté de la barrière coloniale au niveau local : l’âpreté des relations intercommunautaires se glissait parfois dans les sphères les plus rétives, en théorie, au clivage colonial. En 1922, la section de Kénitra de la Ligue des Droits de l’Homme évinça son président, Lhermitte, sous le prétexte qu’il serait proche de Raisouli et même « arabophile » car, au dire d’un de ses détracteurs, il aurait fait admettre des indigènes dans la Ligue242

  • 243 LH « Brun Raoul ».
  • 244 LH « Boucher Jean ».

127À un niveau supérieur, à défaut d’une réalité de l’échange, on peut noter sa possibilité. Lucien Obert mais aussi, probablement, son successeur à la tête de la chambre d’agriculture de Rabat, Raoul Brun « guide et conseiller pour les indigènes243 », ainsi que Paul Guillemet (président de la chambre d’agriculture de Casablanca) ou Jean Boucher (président de la chambre mixte de Sfax et de l’association de colons de la région) étaient arabophones. Hormis ceux-là, marqués par une ascendance bourgeoise métropolitaine et des études supérieures, les seuls notables français arabophones mentionnés en tant que tels dans les dossiers de la Légion d’Honneur (deux seulement) étaient natifs du Maghreb (un Français d’Algérie et un juif tunisien naturalisé). Cependant quid de leur relation avec des Tunisiens ou des Marocains en dehors du lien salarial ? Seul Jean Boucher semblait faire fructifier sa capacité linguistique en jetant les bases d’un pont sociologique et économique : au début des années 1920, il lança (et présida) l’« Union des oléiculteurs Français et Tunisiens244 ».

  • 245 Nantes, APM DI 429, lettre du commissaire de Marrakech à la direction de la Police Générale de la (...)
  • 246 Ibid., note du commissariat de police de Marrakech (21 avril 1938).
  • 247 Ibid., note du commissariat de Casablanca (23 novembre 1939).

128Entre ces deux niveaux, comme un effet en retour de la captation des leviers politiques et économiques par quelques-uns, il était possible de déceler des phénomènes de rapprochement inédit, par-delà la barrière coloniale. C’était un ancien militaire, Joseph Wahl, ancien élu consulaire de Marrakech, qui prit l’initiative, en 1938, de réactiver une « association des transporteurs de voyageurs de Marrakech » en réunissant une trentaine de petits entrepreneurs soucieux de défendre leurs intérêts face aux grandes entreprises de transports245. À la différence du syndicat agricole de la même ville, fermé aux Marocains, cette association leur était ouverte ; le bureau qui en fut l’émanation introduisait une parité, certes encore un peu claudicante, mais qui n’en était pas moins l’indice d’un rapprochement au nom d’intérêts économiques communs : sur les onze membres qui le composaient, six étaient européens et cinq marocains ; Joseph Wahl fut élu président mais la vice-présidence (Mohammed Bel Fquih) et la trésorerie (Brahim Ben Mohammed) revinrent à des Marocains246. On pourrait faire le même constat avec une association casablancaise, celle des représentants et importateurs de tissus au Maroc dont le bureau vint à se renouveler en novembre 1939 ; encore une fois, si la présidence était confiée à un Français (Auguste Eyraud), les deux vices-présidents, Salomon Calamoro et Benjellou Driss247, témoignaient d’un processus à l’œuvre : au-dessous de la strate des prépondérants de l’économie, au dessus du monde des petits commerçants et colons à courte vue, un monde de notables urbains intermédiaires, petits patrons et commerçants d’une certaine surface, expérimentait la mixité, suspendait la barrière coloniale et, cimenté par la vivacité des tensions économiques des années trente comme par la voracité des magnats de l’économie coloniale, osait la transgression.

  • 248 LH « Peignon, Jules ».

129En Tunisie, la barrière communautaire semblait moins difficile à contourner mais ne faisait pas l’économie d’un paternalisme déjà détecté au sein de la société coloniale française. Les présidents de chambre consulaire Vénèque et Boucher ou le vice-président de la municipalité de Béja, Hugon, étaient loués, dans leur dossier de candidature à la Légion d’Honneur, pour accorder facilités de crédit et avantages financiers à des Tunisiens. Par ailleurs, Jules Peignon, membre du Grand Conseil et président de l’association des colons de Souk El Arba s’attirait les faveurs de la Résidence en « provoquant chez les Italiens de sa région de nombreuses demandes de naturalisation248 ». Un bon notable était avant tout une personne qui savait encadrer les Tunisiens et faire baisser le nombre d’Italiens.

  • 249 Nantes, APM DI 429, lettre du secrétariat général du Protectorat au contrôleur civil de Petitjean (...)
  • 250 Nantes APM DI 433, lettre de la direction des affaires politiques à la direction des affaires écon (...)

130Point d’idéalisme toutefois car l’administration, en surplomb de cette trame en cours de tissage, veillait au grain mais en faisant preuve d’une incohérence qui reflétait assez bien l’absence de tout dessein à long terme. Si, à l’occasion de la création d’une association de colons à Petitjean en 1938, la Résidence de Rabat, par la voix de son secrétaire général, prétendait encourager la mixité des associations (mais au prix d’une surveillance pointilleuse des impétrants marocains249), elle prétendait le contraire, par la voix de Coutard, directeur des affaires politiques en 1936, lequel affirmait qu’il n’y avait « aucun intérêt à laisser se constituer des sociétés mixtes où l’un des éléments constitutifs, voué à un rôle secondaire et insignifiant, ne peut veiller utilement à la sauvegarde de ses intérêts250 ».

  • 251 LH « Caruana, Olivier ».
  • 252 LH, Lambert 1912 et Arrouas « Portelli François ».
  • 253 LH et Arrouas « Zana, Simon ».

131Les seuls notables qui donnaient l’impression d’être en prise directe avec la société maghrébine n’étaient pas forcément ceux qui revendiquaient leur appartenance au groupe des « Vieux Marocains » ou des « Vieux Tunisiens ». Il serait plutôt à débusquer, dans la catégorie étroite des naturalisés ou, pour employer une expression contemporaine dont il importe de souligner la charge discrètement xénophobe, des « néo-français ». Leur ascension sociale n’était d’ailleurs pas toujours appréciée par certains autres notables, frais migrants de métropoles et assez imbus de leurs privilèges de colonisateurs. Nous avons déjà évoqué les tensions que suscita l’élection de Raymond Valensi à la chambre de commerce de Tunis ou encore d’Olivier Caruana, d’origine maltaise, à la tête de la chambre mixte de Sfax. Ce dernier représentait, au dire de la Résidence, un « artisan précieux de la collaboration franco-indigène251 » ; et le terme de « précieux » doit ici se comprendre également eu égard à la rareté d’un tel profil. Rare mais pas unique : le parcours de Caruana se rapprochait de celui de François Portelli252 (d’origine maltaise également mais naturalisé dès 1914, il était vice-président de la municipalité de Tabarka et membre de la chambre des intérêts miniers) et Simon Zana253 (israélite tunisien naturalisé en 1924, membre pendant sept ans de la commission municipale de Sousse). Il n’est pas anodin de constater que ces trois personnages étaient certes des hommes d’affaires avisés aux multiples activités (transports, immobilier, agro-alimentaire pour Caruana, mines de phosphates et oléiculture pour Portelli, diverses affaires industrielles pour Zana) mais qu’ils étaient surtout des patrons de presse avec des titres comme Tunis-Soir (Caruana), le Journal de Tunis (Portelli) et Le Petit Matin (Zana). Il est remarquable que les seuls notables naturalisés figurant dans notre corpus aient eu comme point commun d’être engagés dans le modelage de l’opinion publique au travers de la possession de titres de la presse de la Régence. Ce n’était pas la possession d’un titre qui avait facilité leur naturalisation (Caruana lança Tunis-soir en 1934), mais c’est probablement elle qui accéléra leur accession à un statut de notable (le même Caruana devint président de la chambre mixte de Sfax en 1934…).

Des mondes enchantés

  • 254 Maunier R., Sociologie coloniale, t. II, Paris, Domat-Montchrestien, 1936, p. 11-14.
  • 255 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Le Seuil, p. 102.

132René Maunier, tentant une « psychologie des colonisations », réduisait volontiers la problématique coloniale à un point de vue européocentriste mais non dénué de pertinence : pourquoi sortir de chez soi ? Il plaidait alors pour une réponse où, à côté des motivations économiques, il fût fait une place pour « la colonistique », c’est à dire la mise en relief des « sentiments et des illusions, […] des ébranlements et des entraînements, […] des rêves et des mythes » qui sous-tendaient les choix individuels de départ pour les colonies254. De quel tissu étaient donc faits les rêves coloniaux des notables français ? Quel fut l’impact de leur idéologie sur le façonnage colonial des Protectorats ? Quel pouvait bien être le baume culturel permettant de dépasser la douloureuse impression de vivre en « intrus255 » ?

  • 256 Rabat, AP A 1487, lettre de P. Guillemet à la Direction de l’agriculture (19 juillet 1919).
  • 257 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., première partie, chap. ii, « Conflit de la chose et du signe », (...)
  • 258 Rabat, AP B 40, discours de Paul Guillemet, président de la chambre d’agriculture de Rabat lors de (...)
  • 259 Rabat, AP B 39, discours de réception de Marcel Chapon (arrivée du Résident Ponsot, le 14 septembr (...)

133Nous avons déjà vu les interventions de certains notables comme Pelletier (président de la chambre d’agriculture de Tunis), Couderc (vice-président de la municipalité de Sfax) ou la chambre de commerce de Mazagan, en défaveur du suffrage universel. Cette irréductibilité de la Tunisie et du Maroc aux principes démocratiques métropolitains était pour ces notables le gage d’une configuration politique favorable aux propriétaires, entrepreneurs ou négociants : la faiblesse voire l’absence d’une représentation coloniale issue du suffrage universel garantissait aux « prépondérants » un quasi-monopole de l’action publique. Dans le même temps, ces mêmes notables, en dehors des conversations officielles et des discours convenus, admettaient comme vérité d’évidence le principe selon lequel l’Afrique du Nord était entrée dans le giron français d’une manière définitive. Cette conviction est à traquer dans des documents marginaux comme cette lettre anodine que Paul Guillemet, président de la chambre d’agriculture de Casablanca, écrivit à la direction de l’agriculture afin de protester contre un spectacle tauromachique à Kénitra, affirmant qu’« il n’y a pas de raison d’introduire les corridas en terre française256 ». Entre ces deux conceptions contradictoires de la place de la Tunisie et du Maroc, l’inquiétude de durer se transformait en quête obstinée d’une justification de la présence française. Cette inquiétude ne doit pas être sous estimée : parce qu’ils étaient à la jointure de l’action économique et de l’intervention publique, les notables coloniaux étaient sans doute un des meilleurs baromètres de la tension entre les ambitions impériales de la métropole (dont ils se voulaient l’armée en marche) et les moyens (matériels, militaires, politiques…) que cette même métropole acceptait de mettre au service de cette ambition. Dans ce qui constitue un des chapitres les plus suggestifs et les plus denses du Maghreb entre deux guerres, Jacques Berque parle d’un « conflit de la chose et du signe » afin de désigner cet écartèlement aux multiples déclinaisons257 : les communautés humaines, dans leurs projets et leurs désirs, deviennent opaques l’une à l’autre ; les interrogations sur l’action coloniale non seulement s’intensifient mais tendent à se muer en contestations structurées. On pouvait toujours se payer de mots et déclarer, comme le fit Paul Guillemet, que la mission de la France était dans l’application d’un « libéralisme éclairé dans l’ordre et le travail258 ». La formule, par sa vacuité même, pourrait servir de credo à tout un pan de l’affairisme colonial soucieux de masquer derrière des formules ronflantes le seul souci de ses intérêts. Cependant d’autres notables, et non des moindres, exprimaient également, à haute et intelligible voix, cette montée lente mais inexorable d’une véritable angoisse coloniale, sans doute toujours présente, mais qu’il était de plus en plus difficile de taire. Dans son discours prononcé lors de l’arrivée du Résident Ponsot au Maroc le 14 septembre 1933, Marcel Chapon, président de la chambre de commerce de Casablanca, s’exprima avec une redoutable franchise : « Le moment [est] venu pour la France de prendre position à notre égard, de nous dire une fois pour toutes ce qu’elle voulait faire de nous et pourquoi elle était venue au Maroc259. »

134Alors les Protectorats étaient-ils terres françaises ou non ? Quel devait être le rôle des notables français qui étaient ainsi partagés entre un statut de « propriétaire » (auquel ils aspiraient) et celui de « locataire » (qui leur garantissait un certain monopole de l’action politique) ? La résolution d’une telle tension consistait à prouver la légitimité de la présence impériale française en utilisant l’histoire, la géographie, voire la mythologie.

  • 260 Frémeaux J., « Souvenirs de Rome et présence française au Maghreb : essai d’investigation », Collo (...)

135Un des thèmes culturels les plus courants dans le cadre d’un discours de légitimation de la colonisation consistait en l’évocation du passé romain de l’Afrique du Nord260. Le thème, cher à l’académicien Louis Bertrand, d’une France relevant l’Afrique du Nord en endossant la toge de ses maîtres antiques, était ainsi assez courant dans les années 1920-1930. Visitant les ruines de Volubilis, le député de l’Ain et agrégé d’histoire Georges André-Fribourg en eut la révélation : la France, en terres maghrébines, était l’héritière de l’Empire Romain. Bien mieux : au-delà des accidents de l’histoire et même de la géographie, le parlementaire bressan décrivait une France et un espace nord-africain indissolublement liés par une géologie souterraine, quasi mystique, autrefois partie prenante d’un même continent, empruntant par là-même beaucoup de ses traits à l’Atlantide mythique. Dans ce cadre, l’action impériale de la République française ne faisait que répéter l’histoire, que rejouer une partition qui fut autrefois grandiose et que seules les invasions arabes interrompirent :

  • 261 André-Fribourg G., L’Afrique latine (Maroc, Algérie, Tunisie), Paris, Plon, 1922, p. 92.

« Modernes alchimistes, nous tendons aujourd’hui à reconstituer dans le creuset de notre Afrique, le citoyen romain de jadis en mêlant les uns aux autres, le Français, l’Italien, l’Espagnol, le Numide, le Berbère, c’est-à-dire des éléments que le Moyen-Âge dissocia puis opposa. Prodigieuse expérience de chimie humaine sur laquelle […] nous souhaiterions que règne la paix française261. »

  • 262 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 13.

136Charles Géniaux, quelques décennies plus tôt, regardant vers l’Algérie et la Tunisie, recommandait aux apprentis-colons de s’inspirer de « l’expérience des Romains, ces merveilleux colonisateurs de l’Afrique […]. Partout où vous verrez les anciennes fondations des villas, construisez hardiment262 ».

  • 263 Nantes, APT 1er V. 331 B.
  • 264 Nantes, APT, 1er V. 1646-1, discours lors de la visite du président Doumergue (avril 1931).
  • 265 Nantes, APT 1er V. 1608-1, Discours de J. Ventre, lors d’un banquet à la Résidence générale donné (...)
  • 266 Lambert 1912, p. 273 « Maçonnerie (Franc-) ».
  • 267 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1886-1914), manuscrit dactylographié, 1962-1963.
  • 268 Le Colon français no 613 du 5 janvier 1919.
  • 269 Sebillote R., Ksar…, op. cit., p. 116.
  • 270 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 113.

137On aurait pu croire cette thématique limitée à des ouvrages de polygraphes métropolitains ou de propagandistes coloniaux. Or il n’en est rien : la prise de parole publique, symptomatique du rôle du notable, était émaillée d’allusions à cette romanité. Loin d’être une simple référence, cette empreinte de l’Antiquité dans le discours des notables révélait, par sa répétition et ses déclinaisons, un trait profond de la mentalité coloniale. Que le bâtiment de la municipalité de Sfax, construit en 1904, fût orné de mosaïques romaines, particulièrement nombreuses dans la région, était certes un indice ; mais la décoration murale était ici moins déterminante que l’abondance verbale du thème de la romanité enfouie et exhumée263. Lors de la visite du président Doumergue en avril 1931, les discours des notables rivalisèrent d’érudition : Antoine Gaudiani s’enflamma pour l’action des agriculteurs français du centre et du Sud tunisien qui faisaient « revivre les antiques forêts d’oliviers de l’époque romaine » ; Louis Durandeau, vice-président de la municipalité de Sfax, exalta sa ville « l’antique Taphura des Romains » alors même que, symétriquement et ne voulant point être en reste de références d’antiquaires, Georges Payrou, élu au Grand Conseil, parla de sa ville, Gabès, comme de « l’antique Tacape des Romains […], le pays des oasis décrit par Pline l’Ancien264 ». Quant à Jean Ventre, président de la chambre de commerce de Tunis, il n’hésita pas, la même année, à caractériser l’action coloniale française au Maghreb comme visant à renouer « la chaîne des richesses mortes265 » depuis la disparition de l’empire romain en Afrique. Même les loges maçonniques furent au diapason de ce trait culturel en usant de dénominations romano-carthaginoises : le Grand Orient de France ouvrit ainsi les loges « Nouvelle Carthage » (Tunis), « Nouvelle Hadrumète » (Sousse) ou encore « le Phare de Thyna » (Sfax266). Dans les vastes domaines du Nord de la Régence, les grands propriétaires se piquaient d’archéologie : la présence de citernes (comme celles qui faisaient l’admiration de l’épouse de Maurice Crété sur leur propriété de Douhémis267), d’une arche d’aqueduc voire d’une antique villa était valorisée. En novembre 1918, Mme De Chabannes de La Palice fut félicitée par l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres pour ses fouilles dans sa propriété d’Utique et pour la création, dans son domaine, d’un musée « libéralement ouvert au public268 ». La découverte d’un tombeau, d’un vague muret, d’un quelconque vestige était ainsi vécue comme le signe d’une double élection : d’une part, individuellement, il entrait comme un élément important dans une stratégie de distinction au sein du petit monde agricole, équivalent à l’exhumation d’un titre de noblesse ; d’autre part, collectivement, il soulignait la validité de l’intervention française de 1881 en suggérant l’antériorité d’une domination européenne sur l’installation d’un pouvoir arabo-musulman. Il suffit pour s’en convaincre, de noter la fierté avec laquelle Richard Sebillotte, colon dans le Sud de la Tunisie dans les années 1930, évoquait les ruines de thermes romains présentes sur sa propriété et la leçon qu’il en tirait : « ce que les Romains avaient réalisé, pourquoi ne le ferions-nous pas269 ? » ; à la Monarghia, C. Géniaux cite l’exemple d’un colon exhibant devant l’entrée de sa propriété un antique mortier de moulin à huile comme un trophée de son labeur et la signature de sa présence légitime270.

  • 271 Ducurtil F., Historique…, op. cit., p. 36-38.

138Rome innervait ainsi toute la société coloniale tunisienne. Cet engouement pour la moindre trace de la latinité, porté par les discours et les pratiques des notables français, se déclinait à tous les échelons de la société coloniale, surtout en son versant agraire. Afin de prouver aux « messieurs » de Tunis que les colons étaient du gens du « sérail », celui des études classiques et des humanités et qu’ils avaient besoin de nourritures spirituelles pour lesquelles la construction d’une salle de réunion serait la bienvenue, le président de l’association des colons du Goubellat profita de la présence dans ce centre de colonisation situé près de Medjez El Bab de visiteurs d’importance (le directeur de l’agriculture ainsi que le haut du panier consulaire : Carnières, Pelletier, Gounot) pour mettre en avant quelques agriculteurs lettrés qui récitèrent du Columelle dans le texte271.

  • 272 F. Larrieu, Tant d’Aubes…, op. cit., p. 202.
  • 273 F. Ducurtil, Historique…, op. cit. p. 44.

139Il est clair que l’exaltation de la latinité de la Tunisie fonctionnait comme une drogue qui donnait sens et légitimité à la présence française. Le moment colonial constituait ainsi une sorte de rapiéçage historique entre un passé vénéré et un avenir espéré. Françoise Larrieu, fille de contrôleur civil et apparentée à la puissante famille Crété, ne dit pas autre chose lorsque, dans ses souvenirs, elle affirme sans détour que « les Français du Protectorat eurent le sentiment très net que leur présence continuait le passé272 ». De même Florian Ducurtil s’enivrait de la vision des ruines de Thuburbo Majus, « une de ces villes d’or […], meilleur gage de notre avenir273 ».

  • 274 Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie, brochure éditée par l’Afrique du Nord Illust (...)

140Un tel engouement ne s’arrêtait pas au discours mais trouvait sa place jusque dans certaines festivités sur lesquelles, au travers de nombreux comités des fêtes, un aréopage de notables avait la haute main. Ainsi lors d’un carnaval de Tunis, au début des années 1930, deux chars de la cavalcade illustraient-ils les thèmes que nous venons d’aborder. Le premier de ces chars portait un moulin à blé traditionnel, autour duquel gravitaient une ribambelle d’enfants déguisés en meuniers aux habits et bonnet blancs. Le deuxième char était surmonté d’un éléphant de carton, cornaqué par quelques figurants274. Ces deux images –fugaces et ponctuelles– ne peuvent manquer d’entrer en résonance avec le corps des lieux communs coloniaux de cette époque : la Tunisie céréalière, résurrection coloniale d’une construction romaine, et la Tunisie carthaginoise et romaine, celle d’Hannibal et des opulentes villae, que valorise les recherches érudites de l’Institut de Carthage et qui, au travers d’un animal de carton-pâte, s’invitait à une fête populaire. La cavalcade déclinait ainsi une thématique qui nourrissait alors l’ensemble des discours, savants comme populaires, dont la finalité était de justifier la présence française en se fondant sur une brumeuse translatio imperii de Rome vers la République Française. Exhibant ce thème de la justification de la présence coloniale par l’histoire, les notables organisateurs ne faisaient d’ailleurs qu’actualiser dans le carton un trait profond de la mentalité coloniale, qu’il s’agit maintenant de cerner au plus près comme un des symptômes d’un certain esprit du colonialisme marqué par l’inquiétude et l’interrogation permanente sur la légitimité d’une présence.

  • 275 Nantes, APT 1er V 1608 (1), discours de J. Ventre, à l’ouverture de la cinquième conférence des ch (...)

141Le Maroc fut-il aussi touché que la Tunisie par cette passion de l’Antique ? Jean Ventre, président de la chambre de commerce de Tunis, lors de l’ouverture de la cinquième conférence des chambres de commerce de la Méditerranée en avril 1931, évoqua un voyage que fit dans la Régence une délégation de la chambre de commerce de Marseille en 1927. Il crut nécessaire de préciser que ce fut la vue des « ruines antiques » en train de « renaître sous diverses formes de l’activité moderne » qui acheva de convaincre les notables marseillais du rôle unificateur de la France en Méditerranée, rôle dont la généalogie englobait aussi bien Rome que Carthage ou la Grèce275. Si des élus consulaires provençaux cédaient à cette passion de l’antique, a fortiori ceux du Maroc ne devaient pas en être exempts.

  • 276 Swearingen W.D., Moroccan mirages: agrarians dreams and deceptions (1912-1936), Princeton Universi (...)
  • 277 Perennes J.J., L’Eau et les hommes au Maghreb, Paris, Karthala, 1993.

142W. Swearingen remarque par ailleurs que le mythe d’un Maroc « grenier à blé de Rome » fut une chimère poursuivie et portée par le discours des responsables agraires et consulaires des années 1920 : lors des discours de réception prononcés lors de l’arrivée du Résident Steeg, Lucien Obert, président de la chambre d’agriculture de Rabat, ne put s’empêcher, lors de son intervention, de glisser dans ses propos une référence à des vestiges d’irrigation romaine afin de mieux souligner l’importance pour l’avenir agricole du Protectorat d’une politique hydraulique conséquente276. Cependant cette romanité revendiquée nous semble demeurer, au Maroc, un vernis superficiel, importé d’Algérie et de Tunisie comme un réflexe rhétorique : la céréaliculture à outrance qu’impliquait une telle vision, copie conforme de l’évolution du Tell tunisien, résista mal à des accès de surproduction et l’on oublia assez vite, du haut en bas de la hiérarchie agraire, les fausses promesses induites par quelques citations latines et contre lesquelles, dès 1896, Jules Saurin, pourtant chantre de la colonisation agricole de la Tunisie, mettait en garde277.

  • 278 « Le Maroc, école d’énergie » : tel est le titre d’une conférence (devenue livre en 1923) prononcé (...)
  • 279 Valéry P., Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, « Folio/essais », 2006, (...)
  • 280 Gounot A., La Colonisation en Tunisie, Imprimerie Weber, 1914, p. 23.
  • 281 L’Essor industriel de Casablanca. Enquêtes sur les entreprises industrielles de Casablanca faites (...)
  • 282 Rivet D., Le Maroc…, op. cit., p. 191.
  • 283 Swearingen W.D., Moroccan…, op. cit., p. 64-70.
  • 284 Brochier: « Cornice (Léon) ».
  • 285 Swearingen W.D., Moroccan…, op. cit., p. 70-71.
  • 286 Ibid., p. 72-73 et J.J. Perennes, L’Eau…, op. cit.

143Ce fut un autre modèle, non pas historique, mais géographique, qui prospéra alors : celui d’un Maroc comme far south de la France, un espace lointain mais à portée de main, une immense jachère à l’américaine qui devait stimuler les énergies françaises et leur servir de révélateur278. « L’Amérique, projection de l’Esprit européen279 » écrivait Paul Valéry en 1938 ; or c’est bien, à l’inverse, à une projection de l’esprit américain sur les espaces coloniaux que nous assistons, et singulièrement au Maroc. Déjà, à la veille de la Première Guerre Mondiale, André Gounot, futur président de la chambre d’agriculture de Tunis, à contre-courant de la nostalgie latine qui sévissait en Tunisie, discourait sur les vertus du modèle canadien dans lequel, étrangement, le rôle des Anglais était tenu par les Tunisiens280. Le placage d’une grille de lecture américaine sur la mise en valeur coloniale du royaume chérifien existait dès 1914 lorsqu’on pouvait lire dans une série d’articles de La Vigie Marocaine des descriptions émerveillées de l’évolution de Casablanca comme « ville américaine […] [créée] de toutes pièces d’après les procédés américains281 ». W. D. Swearingen attribue au semi-échec céréalier, conséquence de fantasmes antiques et d’une conjoncture ingrate, le surgissement, comme une voie de secours, de l’engouement pour un modèle fondé sur les cultures fruitières, les agrumes et l’irrigation. En fait, le modèle d’un « nouveau monde » était à l’œuvre dès le début du Protectorat (en témoignaient les rêves de polder dans la vallée du Sebou du Marquis de Segonzac282) et pas seulement dans les milieux agricoles. L’historien américain propose même une date de naissance de cet engouement : les conférences données au Maroc en 1928 par un certain Laguerre, attaché commercial du consulat de France à San Francisco. Il n’en fallait pas plus, selon Swearingen, pour soulever l’enthousiasme des propriétaires français : en octobre 1929 Paul Guillemet, président de la chambre d’agriculture de Casablanca, se rendit dans l’ouest des États-Unis pour un voyage d’études centré particulièrement sur les conditions d’exploitation et de commercialisation de la branche fruitière de l’agriculture californienne. En 1930 ce fut une véritable délégation officielle qui effectua le même périple, suivie par d’autres au début des années 1930 (dont l’une fut organisée, en 1931, par le journal La Vigie Marocaine283). Californian dreams pour agriculteurs pressés de rentabiliser leur investissement ? En fait la vague californienne fut beaucoup plus profonde et submergea les élites coloniales, des hauts-fonctionnaires aux agrariens les plus chevronnés. En juin 1931, la direction de l’agriculture fit paraître le premier numéro d’un périodique, La Terre Marocaine, dont l’une des premières missions était de diffuser l’idée d’un renouvellement agricole du Maroc via la combinaison de l’irrigation et du choix du maraîchage et des cultures fruitières. Quelques mois auparavant, Léon Cornice284, propriétaire et gros producteur de citrons, avait lancé sa propre publication : Fruits et primeurs de l’Afrique du Nord. Cornice n’était point un novice : élu consulaire de la chambre d’agriculture de Casablanca, président du syndicat des primeuristes du Maroc, personnalité incontournable des assurances mutuelles agricoles, il était considéré comme un « Vieux Marocain » car, arrivé comme militaire au Maroc dès 1907, il s’y était installé en 1912 en faisant le choix de l’agriculture285. Ces initiatives s’inséraient dans une poussée conjointe des autorités résidentielles et des notables agricoles afin de promouvoir un modèle économique (associant une technologie agronomique et une politique commerciale) calqué sur l’exemple californien et que devait concrétiser, le 1er avril 1932, la création de l’OCE286 (Office Chérifien de contrôle des exportations) sur le modèle du California Fruit Growers Exchange : il s’agissait d’établir à la fois des normes de production et un label commercial afin de conférer à la production agricole marocaine destinée à l’exportation l’image d’un produit de très haute qualité. Cependant retenons également de cet exemple une autre leçon : il démontre, au-delà de la complicité économique de l’administration et des élus consulaires, la convergence d’une même interrogation sur le sens même de la colonisation. Ce n’est pas tant de profit dont avaient besoin conjointement fonctionnaires et notables que de réussite, à la fois technologique et économique ; et l’on ne saisit pleinement cette envie de réussite qu’à l’aune de cette lancinante question de la légitimité coloniale. Comme les ruines romaines, l’agriculture californienne apportait ce que réclamait l’angoisse du colon français : le signe d’une force, venue d’Europe et s’enracinant en dehors d’Europe, qui ne pouvait s’interpréter que comme la promesse d’une réussite.

  • 287 Solignac M., « Atlantide et Sud-Tunisien. Étude critique de quelques récentes publications alleman (...)
  • 288 Dans son ouvrage L’Atlantide, petite histoire d’un mythe platonicien (Paris, Les Belles Lettres, 2 (...)

144À côté de ces rêves américains, mais en lien avec l’enthousiasme fruitier que nous venons d’évoquer, se développait également l’idée d’un Maroc nouveau Jardin des Hespérides, allusion à une identification mythique de ce lieu avec l’extrémité occidentale de l’Afrique du Nord. L’évocation de ce thème se rattachait à une autre vision de la colonisation qui tentait de faire coïncider, parfois avec un esprit de sérieux confondant, l’ensemble du Maghreb avec une résurrection de l’Atlantide. Amédée Guiraud était, dans l’entre-deux guerres, un éminent juriste, spécialisé dans le droit musulman. Auteur d’ouvrages sur la jurisprudence musulmane (1924), l’immatriculation foncière au Maroc (1930) et même d’un code pénal tunisien annoté publié en 1934 aux éditions Sirey, rien ne laissait présager la direction que prendrait, après 1945, sa production intellectuelle. En 1946, il publia une première série d’ouvrages, intitulée Les Briseurs d’efforts, qui se voulait un plaidoyer pour une mise en valeur grandiose de la Tunisie. Encore plus surprenants furent les fascicules qu’il publia à Tunis en 1951 et dont le titre, L’Atlandide de demain, était une vision mystique et mythologique de la colonisation. Pour Guiraud, la France de 1950 n’avait pas encore saisi le sens de son destin colonial : celui-ci, empli de chimères hydrauliques (du détournement de la Medjerda à la création d’une mer intérieure dans les chott de l’ouest Tunisien) consistait tout simplement à (re)créer en Afrique, entre la Tunisie et le Dahomey, un véritable paradis. Selon Guiraud, la mission coloniale de la France était de transformer le Sahara en Éden… Sommes-nous en présence d’une sous-littérature, friande d’ésotérisme à la mode ? Pourtant Guiraud ne faisait que prolonger une vision qu’exposait avec sérieux et un esprit positiviste des plus austères un numéro de la Revue Tunisienne de 1931 : après avoir raillé les précédentes hypothèses qui prétendaient localiser l’Atlantide (Crète, Malte…), l’auteur de l’article assénait que « les nouveaux travaux concernant la Tunisie méridionale sont infiniment plus sérieux287 » (la preuve, semblait suggérer l’auteur, c’est qu’il s’agissait de travaux de savants allemands…). On pourrait remonter encore le fil de cette généalogie jusqu’au projet Roudaire, au début de la IIIe République, ainsi qu’à l’ouvrage de Jules Verne (qui s’inspirait de ce projet), L’Invasion de la Mer (1905288) ou à celui, plus récent, de Pierre Benoît, L’Atlantide (1919).

  • 289 Rabat, AP B 40, discours d’Henri Croze lors de la réception du Résident Lucien Saint (1929).

145Cette thématique, rejoignant ce que nous avons établi pour le passé romain et le présent californien, se retrouvait, pour partie, dans les discours et les conceptions des notables coloniaux. En 1929, accueillant le nouveau Résident Lucien Saint, le président de la Chambre de Commerce de Casablanca, Henri Croze, lui fit ce portrait pour le moins déroutant des Français du Maroc : « nous ne sommes pas des Méditerranéens ; nous sommes des Atlantes ; nous remplaçons une race disparue qui nous a sans doute légué des rêves trop vastes289 ». Au premier abord, on serait tenté de mettre une telle déclaration sur le compte d’une lourde rhétorique dont la finalité aurait été d’exalter le courage et la pugnacité des Français de l’Empire. Néanmoins une telle phrase ne saurait être extraite du contexte intellectuel et idéologique que nous avons mentionné plus haut. Certes l’identification de la société coloniale française avec celle des mythiques Atlantes n’est pas à considérer au pied de la lettre ; mais elle n’est pas une simple figure de style. Elle trahit à la fois une conviction et une inquiétude : la conviction d’une mission et l’inquiétude de l’échec de cette mission. Henri Croze exprimait ainsi toute l’ambiguïté du notable colonial, représentant d’une société dont la légitimité et la pérennité n’étaient nullement des évidences.

Notes

1 Sarasin P.., La Ville des bourgeois. Élites et société urbaine à Bâle dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1998, chap. V à XI.

2 El Aziz Ben Achour M., « Les signes extérieurs de la notabilité citadine au début du siècle à Tunis », CM no 45, décembre 1992, p. 108.

3 Rabat, AP A1730, lettre du chef des services municipaux de Fès à la direction des affaires civiles (26 février 1921).

4 El Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale à Nabeul à la fin du XIXe siècle », CT, t. XLV, no 159-160, 1992, p. 41-42.

5 Ducurtil F., Historique d’un bled, Le Goubellat, Tunis, G. Guinle, 1934, Croze H., Souvenirs du vieux Maroc, Éditions des Deux-Mondes, 1952.

6 Agulhon M., « Les notables du Var sous le Consulat », RHMC, juillet-septembre 1970, p. 720-725.

7 Nantes, APM DI 438, lettre du commissaire divisionnaire au chef des services municipaux de Marrakech en (13 avril 1938).

8 Viollis A., Notre Tunisie, Paris, Gallimard, 1939, p. 130.

9 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 362.717. Dimier V., Le Gouvernement des colonies. Regards croisés franco-britanniques, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2004.

10 Dimier V., Le Gouvernement des colonies. Regards croisés franco-britanniques, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2004.

11 Rapport du chef des services municipaux sur l’adjudication foncière du 15 décembre 1921 in Ameur M., Fès ou l’obsession du foncier, Tours, URBAMA, fascicule de recherche no 25, 1993, p. 107

12 LH « Busset, Francis » et « Mas, Pierre ». Francis Busset et Pierre Mas étaient peut-être les deux brasseurs d’affaires les plus importants des débuts du Protectorat marocain : presse, banques, immobilier, propriétés agraires, ils se livraient à une compétition économique effrénée. Cependant, s’ils représentèrent une force d’influence non négligeable auprès des Résidents (en raison, essentiellement, de leur empire de presse), ils ne constituent pas des « notables ». Certes tous deux siégèrent –brièvement– à la chambre d’agriculture de Casablanca : mais c’était à l’époque des chambres non élues et nous ne les retrouverons pas, au-delà de 1919, dans une chambre consulaire, le Conseil de Gouvernement ou même une commission municipale.

13 LH « Duprey ».

14 LH « Abt ».

15 Nantes, APM Casablanca 882, liste des colons de la Chaouia Nord (1923). Louis de Saboulin possédait également un millier d’hectares près de Bouskoura, dont nous avons la trace au travers des réquisitions foncières publiés par le BOPM (no 279 du 25 février 1918). Cependant l’usage agricole de ces terrains n’est pas avéré par le document.

16 Barral P., Les Agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 41-66.

17 Témoignage de M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).

18 LH « Bena ».

19 LH « Boucher ».

20 Desmazieres B., Pierre Sorbier…, op. cit., p. 129.

21 Katan Y., Oujda, une ville-frontière du Maroc (1907-1956), Paris, L’Harmattan, 1990, p. 112.

22 Kassab A., L’Évolution de la vie rurale dans les régions de la moyenne Medjerda et de Béja-Mateur, Thèse, Université de Tunis, 1979, p. 117.

23 LH « Vénèque ».

24 Notice sur Jules Pascalet in Courrier du Maroc du 13 décembre 1952.

25 Rabat, AP A 1287, dossier sur Kénitra.

26 Rabat, AP 1479, enquête sur les salles de cinéma au Maroc (1923).

27 L’Afrique du Nord Illustrée, Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie (1881-1931), Alger, 1931.

28 Témoignage de M. et Mme Crabières.

29 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 249.

30 Rivet D., Le Maroc de Lyautey à Mohammed V, Paris, Denoël, 1999, p. 204-205.

31 Nantes, APM SGP 182, PV de la séance du comité de colonisation du 17 juillet 1935.

32 Cité par C. Géniaux, Comment on devient colon, Paris, Fasquelle, 1908., p. 256.

33 Mendras H., Les Sociétés Paysannes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1995 [1ère éd. 1976], p. 239.

34 Nantes, APM CC 27 bis, Voyage d’Étude au Maroc des élèves de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis (13-22 avril 1939), brochure, ainsi que LH « Bourotte, Maurice ».

35 Kassab A., L’Évolution…, op. cit., p. 139.

36 Boué G., L’École Coloniale d’Agriculture de Tunis et ses anciens élèves, [à compte d’auteur], 1991.

37 Viollis A., Notre…, op. cit., p. 130.

38 Nantes, APT 1er V. 1754.

39 La Tunisie illustrée, no 220, p. 8.

40 Dupuy A., « Esquisse d’une histoire des statues et monuments français d’Afrique du Nord au cours de l’ère coloniale », L’Information historique, no 3, mai-juin 1973, p. 122-127, et Ricard, P., Guide Bleu Algérie, Tunisie, Paris, Hachette, 1930.

41 Thiébaut, C., « Les manifestations pour le centenaire de la naissance du Cardinal Lavigerie », RH, avril-juin 1994, no 590, p. 361-399.

42 Nous utilisons principalement le récit de l’arrivée du Résident Lucien Saint (6 janvier 1921), tel qu’il est présenté dans un numéro spécial de La Tunisie illustrée du 15 janvier 1921.

43 Brown P., Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive, Paris, Le Seuil, « Points », 1998, p. 29.

44 Le Colon français no 867 du 27 octobre 1923.

45 Nantes, APT 1er V. 1755, lettre de C. Pellet, président de la Chambre de commerce de Tunis, au Résident Général du 28 février 1923.

46 Sebag, P., Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 347.

47 Le palais est intégralement reconstruit dans les années 1930 (témoignage F. Arnoulet).

48 Lambert 1913, p. 29.

49 La Tunisie illustrée, 15 janvier 1921, p. 7. Une photographie de la salle illustre un article d’A. Pellegin.

50 Ibid., p. 6.

51 Arrouas: « Pellegrin, Arthur ».

52 Le Colon français, no 1277 du 28 novembre 1931.

53 La Tunisie illustrée no 220, 1er février 1922.

54 Témoignage de F. Arnoulet.

55 La Liberté, 28 décembre 1924.

56 Agulhon M., La République au village, Paris, Plon, 1970, p. 248-249.

57 Du moins en ce qui concerne ceux que nous avons visités (Rabat et Tunis).

58 Brochier : « Brudo ».

59 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 477.

60 Plusieurs témoins nous ont signalé l’existence d’un monument à Victor de Carnières à Tunis : au début des années 1920, le Colon français lança en effet une campagne de dons afin de subventionner un tel monument. Mais nous n’avons pu ni localiser son emplacement exact, ni dénicher de photographies.

61 Dornier F., Les Catholiques en Tunisie au fil des ans, Tunis, Finzi, 2000.

62 Le Colon français no 834 du 7 mars 1923.

63 LH « Ferreri, Jean ».

64 Ibid.

65 LH « Guillemet, Paul ».

66 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 257.

67 Témoignage de F. Arnoulet.

68 Photographie communiquée par son petit-fils M. André Blanc.

69 Manstein-Chirinsky A., La Dernière Escale. Le siècle d’une exilée Russe à Bizerte, Tunis, Sud Édition, 2000, p. 211.

70 Témoignage de Mme M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).

71 Sébillotte R., Ksar el Ahmar ou la vie de colon dans le sud tunisien, t. II, Avignon, Imprimerie Rullière-Libeccio, 1994, p. 13-14.

72 Ibid., p. 87.

73 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 191.

74 Larrieu F., Tant d’Aubes après tant de nuits, Joué-les-Tours, La Simarre, 1991.

75 Marcille J., Le Printemps de Carthage, souvenirs et images sur les collines de Carthage (1841-1925), s. l. s. d.

76 R. Marcille en 1902 et H. Vincent en 1906, tous deux fonctionnaires (le premier à la direction de l’agriculture et le second professeur au lycée Carnot), s’y installèrent et furent tous deux présidents des conférences Saint Vincent de Paul.

77 Croze H., Souvenirs…, op. cit.

78 Chavent A., L’Aventure tunisienne de la famille d’Augustin Chavent (1890-1962), manuscrit dactylographié, s.l.s.d., t. II, p. 7.

79 Ibid., quatrième partie, p. 15-16.

80 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1866-1914), manuscrit dactylographié [1963], p. 19.

81 Goerg O., « La ville européenne outre-mer », in Histoire de l’Europe urbaine (sous la dir. de J.L. Pinol), t. II, livre V, chap. ix, Paris, Le Seuil, 2003.

82 Nantes, MCC no 71.

83 L’Afrique du Nord Illustrée no 87 (31 décembre 1922).

84 L’Afrique du Nord Illustrée no 433 (17 août 1929), p. 11.

85 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca…, op. cit., p. 248.

86 Témoignage de Mme M.T. Laget, petite-fille de P. Vernisse (2003).

87 Larrieu F., Tant d’Aubes… op. cit.

88 Lartigue J.P., « Émile Pagnon, pionnier de la vie économique du Maroc, bienfaiteur de la ville de Brive », in Bulletin de la société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, t. cxiii, 1991, p. 209-212.

89 Brown P., Pouvoir et persuasion…, op. cit., p. 15.

90 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 266.

91 Nantes, APT 1er V. 2102. L’ensemble de la polémique y est en partie retracé par des coupures de presse.

92 Lambert 1912 :« Guénard Albert ».

93 Lambert 1912, Arrouas et LH « Gounot ».

94 Lambert 1912 :« Guénard Ernest ».

95 Mouilleaux É., Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le Cas des contrôleurs civils en Tunisie (1881-1956), Paris, L’Harmattan, 2000, p. 100-108.

96 Le Colon français du 17 janvier 1925.

97 La Liberté du 29 janvier 1925.

98 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 248.

99 Ibid. p. 262.

100 C’est la « démocratisation à outrance des lois de colonisation » qui ferait fuir les anciens élèves de l’ÉCAT hors de Tunisie, écrit-il dans Le Colon français du 17 janvier 1925.

101 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 232.

102 Le Colon français no 623 en date du 16 mars 1919 (article de J.L. Pelletier, président de la chambre d’agriculture de Tunis).

103 Le Colon français no 875 du 5 janvier 1924.

104 Ceci dit, le parti radical n’eut de réelle structure partisane que vingt ans plus tard, en 1925, grâce à l’action du pharmacien Paul Luciani. Cf. Sghaier A.A., « La fédération républicaine, radicale et radical-socialiste de Tunisie entre 1925 et 1945 », RHM, no 74, 1994, p. 100.

105 Somaï M., Le Rôle de la colonie…, op. cit., p. 82-92.

106 Oved G., La Gauche Française et le nationalisme marocain (1905-1955), t. II, Paris, L’Harmattan, p. 18.

107 Liauzu C., « Situation coloniale… », op. cit. p. 76.

108 Le Colon français no 823 du 20 janvier 1923.

109 Somaï M., Le Rôle de la colonie…, op. cit., t. I p. 145-146 et 156-157 et t. II p. 295.

110 Nantes, APT 1er V. 1015, lettre du Résident général au Président de la République (mai 1920).

111 Yakhlef M., La Municipalité de Fès à l’époque du Protectorat (1912-1956), Thèse, Université Libre de Bruxelles, 1990, chap. II.

112 Rabat, AP A 622, lettre de J. Garnier au commandant de la région de Marrakech (25 janvier 1937).

113 Sghaier A.A., « La fédération républicaine… », op. cit., p. 102-104.

114 LH et Arrouas « Boucher J. ».

115 Lartigue J.P., « Émile Pagnon… », art. cit.

116 BenFradj C., Un Combat laïque en milieu colonial. Discours et œuvre de la fédération tunisienne de la Ligue française de l’Enseignement (1881-1955), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 52-54.

117 Lambert 1912 et Lambert 1913 : « Communaux V. »

118 Liauzu C., « Situation coloniale… », art. cit., p. 50.

119 Curtelin et Communaux furent battus aux élections de 1912, la SFIO n’ayant pas joué, cette fois, le jeu du « bloc des gauches ». Communaux et Duclos se retirèrent plus ou moins de la vie politique et Curtelin, nommé vice-président de la municipalité de Tunis en 1911, se rapprocha de l’orthodoxie résidentielle ; quant à Destrées, il mourut lors du premier conflit mondial.

120 Ben Fradj C., Un Combat…, op. cit., p. 64. et Nantes, APT 1er V. 934-B (dossier sur la Ligue de l’Enseignement en 1903).

121 Arrouas : « Warzée », « Thiaucourt », « Chaffanjon » et « Seguin ».

122 Lambert 1912 :« Lambert Basile ».

123 Arrouas « Auboire G. » et LH « Auboire ».

124 Nantes, APT 1er V. 931-B « Loges maçonniques 1891-1919 ».

125 Mizouri L., « La loge Travail, liberté et progrès, Orient de Tunis », IBLA, t. 58, no 175, 1995, p. 4.

126 Odo G., Les Francs-Maçons au Maroc sous la IIIe République, Paris, Éditions Maçonniques de France, 1999, p. 123.

127 Ibid., p. 49 et p. 84.

128 Ibid., op. cit., p. 64 et LH « Denoueix R ».

129 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 46.

130 Nantes, APM DI 295, note Lenoir.

131 LH « Chapon, M. »

132 Il s’agissait d’une crise relativement spécifique au contexte colonial marocain : la volonté de suréquipement des colons agricoles, longtemps soutenue par de grandes facilités de crédit (de la part des banques, des mutuelles, des pouvoirs publics ou des commerçants) se heurta, à partir des années 1932-1933 à une sévère crise de surproduction qui affecta aussi bien la viticulture que la céréaliculture. L’insolvabilité pour dettes fut alors une des plaies du secteur agricole, mais elle renforça et stuctura une certaine forme de conscience de classe. Cf. RFHOM, no 232-233, 1976 (en particulier les contributions de R. Gallissot p. 477-491 et G. Oved p. 492-527).

133 Dans la liste établie par L. Mizouri (« La loge… », art. cit.)., sur les trente-neuf membres de la loge maçonnique tunisoise « Travail, liberté et progrès », dans la deuxième moitié des années vingt, nous n’avons repéré aucun notable de notre corpus.

134 Cohen-Hadria E., Du Protectorat français à l’indépendance tunisienne. Souvenirs d’un témoin socialiste, Nice, Cahiers de la Méditerranée, 1976, p. 85.

135 Nantes, APT 1er V. 931B, listes des sociétés avec les dates d’autorisation (1891-1897).

136 Lambert 1912, « Union des Travailleurs Français de Tunisie ».

137 Lambert 1912, « Avenir du Prolétariat ».

138 LH et Lambert 1912, « Coanet Armand ».

139 Lambert 1912, p. 414 : distincte de l’Union des Travailleurs Français, l’Union Française fut créée en 1891 et s’était spécialisée dans une fonction d’assistance aux malades.

140 Nantes, APT 1er V. 937, lettre du contrôleur civil de Béja en date du 18 décembre 1903.

141 Nantes, APM DI 632, lettre du commissaire Castaing (1er mars 1939).

142 Nantes, APT 1er V. 1725, lettre du Contrôleur Civil à la Résidence (2 avril 1928).

143 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. III, p. 56.

144 Bélaïd H., « Les sociétés régionales françaises en Tunisie pendant l’époque coloniale », in Mélanges C. R. Ageron, t. I, Zaghouan, Fondation Témimi pour la Recherche Scientifique et l’Information (FTERSI), 1996, p. 65-70.

145 La Tunisie bienfaisante…, op. cit., chap. V : les associations corses étaient présentes dans au moins cinq villes (Tunis, Bizerte, Ferryville, Sfax et Sousse), à égalité avec les associations de Français d’Algérie.

146 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1er janvier 1931) des associations autorisées en vertu du dahir du 24 mai 1914 : les associations corses étaient présentes dans dix villes (Casablanca, Rabat, Settat, Kénitra, Fès, Ouezzan, Mogador, Taza, Meknès, Marrakech). En deuxième position venaient les associations de « Vieux Marocains » mais ces dernières n’étaient présentes que dans six villes.

147 Girault A., Principes…, op. cit., t. V, p. 256.

148 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1/01/1931) des associations autorisées en vertu du dahir du 24 mai 1914, p. 12.

149 Rabat, AP série A, cartons 619 à 622, 631, 688 et 1287.

150 Environ un quart des notables de Tunisie et du Maroc qui briguèrent la Légion d’Honneur était membre de la société de bienfaisance de leur ville.

151 Paris, MAE série 1918-1940, sous-série M, 37-1, carton 1041.

152 BESM no 2, octobre 1933, p. 83-84.

153 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 105-112.

154 Nantes, APM, DI 151, note du contrôleur civil de Meknès (2 juillet 1935).

155 Nantes, APM DI 151, note du commissaire de Police de Meknès (10 mai 1938).

156 Nantes APM DI 151, notes du commissaire de Police de Kénitra (25 juillet 1936 et 10 mai 1938).

157 Nantes, APM DI 151, note du commissaire de Police de Marrakech (5 avril 1938).

158 Annuaire économique et financier du Maroc 1929, Casablanca, Imprimeries réunies de La Vigie Marocaine et du Petit Marocain, 1929, p. 384.

159 866 LH « Berlioz, Lucien ».

160 LH « Obert, Lucien », « Nolotte, René ».

161 LH « Lebert, Achille ».

162 LH « Krauss, Auguste ».

163 LH « Ducurtil, Florian ».

164 LH « Pelletier J.L. » : lettre du Résident général au ministère des Affaires étrangères en date du 23 novembre 1918.

165 Rabat, AP A 621, lettre du chef de région du Gharb au secrétariat général du Protectorat (16 novembre 1927).

166 Le Colon français no 613 (5 janvier 1919).

167 Le Colon français no 925 (27 décembre 1924).

168 Rabat, AP A 1701, rapport au Résident général (26 avril 1914).

169 Nantes, APT 1er V. 955, lettre de Paul Montlouis à la Résidence générale (6 mai 1913).

170 Rabat, AP A 1694, PV (18 mai et 28 mai 1919) de la commission municipale de Casablanca.

171 Rabat, AP, A 605 et A 606.

172 Rabat, AP A 606, PV(27 janvier 1931) de la commission municipale d’Oujda.

173 Rabat, AP A 1710, PV (24 février 1919) de la commission municipale de Rabat.

174 El Ghoul Y, « Colonisation… », op. cit.

175 Bulletin municipal officiel de la ville de Tunis no 46, oct-déc 1921, PV (15 novembre 1921) de la commission municipale de Tunis.

176 Bonnenfant P., « Une ville moyenne de Tunisie : Béja », CT, no 73-74, 1971, p. 153-206.

177 L’Afrique du Nord Illustrée no 427 (7 juillet 1929) p. 9.

178 Nantes, APT 1er V. 2144, notice historique sur la ville de Béja.

179 Nantes, APT 1er V. 1890 (1).

180 Nantes, APT 1er V. 2144, notice historique sur la ville de Béja.

181 Algérie. Tunisie. Maroc. Renseignements sur les stations climatiques, thermales et touristiques. Fascicule XXI, Éd. de l’Union des Fédérations des Syndicats d’Initiatives, Paris, 1927, 120 p.

182 Rabat, AP A1414, lettre de Claude Fradin à la direction générale des finances en date du 2 août 1924.

183 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 151.

184 Rivet D., Le Maroc…, op. cit., p. 190-191.

185 Ibid., p. 190.

186 Nantes, APT 1er V. 935, lettre du contrôleur civil de Béja au délégué général à la Résidence (20 octobre 1910).

187 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 191.

188 Ibid.

189 Nantes, APM Casablanca 1035, note du Contrôleur Civil des Doukkalas (27 août 1920).

190 Nantes, APT 1er V. 935.

191 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 221.

192 Fossier R., Enfance de l’Europe (Xe-XIIe siècles), t. I, Paris, PUF, 1982, p. 288-289.

193 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 220.

194 Ducurtil F., Historique…, op. cit., et LH « Ducurtil, Florian ».

195 Il s’agit ici d’un centre de colonisation qui porte le nom de Victor de Carnières.

196 Lesueur E., Les Associations agricoles en Tunisie, Office tunisien de colonisation, 1906.

197 F. Ducurtil, Historique…, op. cit., p. 35.

198 Le Colon français du 14 juillet et du 29 décembre 1923.

199 Nantes, APT 1er V. 2105, note (7 octobre 1932) de la direction d’Afrique-Levant.

200 Nantes, APM SGP 178, notes de service du 18 novembre 1919 et du 13 février 1920.

201 Ibid.

202 Bélaïd H., « Les sociétés françaises de tir et de préparation militaire dans la Tunisie coloniale au cours des années vingt », CT, no 169-170, 1995, p. 248.

203 Nantes, APT 1er V. 931 B, lettre du contrôleur civil de Tunis à la Résidence générale (4 décembre 1912).

204 Nantes, APT 1er V. 936.

205 LH « Bernaudat, Gaston ».

206 LH et Brochier : « Pagnon Émile ».

207 LH et Arrouas : « Fabre (Charles) » ; Lambert 1912, Lambert 1913, et Arrouas : « Faure-Dère François » ; Lambert 1912 et Arrouas « Roederer Louis ».

208 Kassab A., L’Évolution…, op. cit., 2e partie, chap. I.

209 La Dépêche Tunisienne du 28 avril 1930.

210 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 87.

211 Nantes, MCC 2 Mi 2344 : S. Baritou, La Coopération agricole dans la circonscription des Beni-Snassen, 1933, p. 15.

212 Ibid., p. 26.

213 LH « Gagne, Narcisse ».

214 LH « Nolotte, René ».

215 LH « Combettes, Louis ».

216 Arrouas, « Jocteur-Monrozier, Léon » et sa notice nécrologique dans La Dépêche Tunisienne du 6 février 1952.

217 Gueslin A., Histoire des crédits agricoles. L’Envol des caisses mutuelles (1910-1960), Paris, Economica, 1984, p. 161.

218 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p. 291.

219 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 151.

220 Agulhon M., La République au village, Paris, Le Seuil, 1979, p. 258.

221 Weber M., Économie et société, Paris, Pocket, 1995, t. I, p. 378.

222 Nora P., Les Français d’Algérie, Julliard, 1961, chap. iii.

223 Berque J., Le Maghreb… op. cit., p. 345.

224 Ibid., p. 346.

225 Le Colon français no 908 du 30 août 1924.

226 Ibid.

227 Le Colon français no 904 du 2 août 1924.

228 Le Colon français no 910 du 13 septembre 1924.

229 Le Colon français no 903 du 26 juillet 1924.

230 Le Colon français no 894 du 24 mai 1924 et no 911 du 20 septembre 1924.

231 Le Colon français no 881 du 1er mars 1924.

232 Le Colon français no 904 du 2 août 1924.

233 Navarre A., Un Voyage…, op. cit., p. 122.

234 Ibid., p. 146.

235 Lambert 1912, « Bastide ».

236 Nantes, APT 1er V. 932 et Lambert 1912 p. 376.

237 Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie, Édition Spéciale de l’Afrique du Nord illustrée, 1931, p. 187.

238 Le Cinquantenaire du Protectorat Français en Tunisie, op. cit., p. 187.

239 Nantes, APM DIP. 31.

240 Rabat, AP A 628, extrait du PV de la séance du 3 avril 1919.

241 Rabat, AP A 606, PV (8 juin 1931 et 14 septembre 1931) de la commission municipale d’Oujda.

242 Nantes, APM CD 350 E, sous-dossier D (« sociétés »), lettre du directeur de la sécurité générale au ministre plénipotentiaire (17 octobre 1922).

243 LH « Brun Raoul ».

244 LH « Boucher Jean ».

245 Nantes, APM DI 429, lettre du commissaire de Marrakech à la direction de la Police Générale de la Résidence (14 avril 1938).

246 Ibid., note du commissariat de police de Marrakech (21 avril 1938).

247 Ibid., note du commissariat de Casablanca (23 novembre 1939).

248 LH « Peignon, Jules ».

249 Nantes, APM DI 429, lettre du secrétariat général du Protectorat au contrôleur civil de Petitjean (21 juin 1938).

250 Nantes APM DI 433, lettre de la direction des affaires politiques à la direction des affaires économiques (3 décembre 1936).

251 LH « Caruana, Olivier ».

252 LH, Lambert 1912 et Arrouas « Portelli François ».

253 LH et Arrouas « Zana, Simon ».

254 Maunier R., Sociologie coloniale, t. II, Paris, Domat-Montchrestien, 1936, p. 11-14.

255 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Le Seuil, p. 102.

256 Rabat, AP A 1487, lettre de P. Guillemet à la Direction de l’agriculture (19 juillet 1919).

257 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., première partie, chap. ii, « Conflit de la chose et du signe », p. 58-84.

258 Rabat, AP B 40, discours de Paul Guillemet, président de la chambre d’agriculture de Rabat lors de l’arrivée du Résident Lucien Saint (1929).

259 Rabat, AP B 39, discours de réception de Marcel Chapon (arrivée du Résident Ponsot, le 14 septembre 1933).

260 Frémeaux J., « Souvenirs de Rome et présence française au Maghreb : essai d’investigation », Colloque Princeton (1982), Connaissances du Maghreb : sciences sociales et colonisation, sous la dir. de J.C. Vatin, Paris, CNRS/IAS, p. 29-46.

261 André-Fribourg G., L’Afrique latine (Maroc, Algérie, Tunisie), Paris, Plon, 1922, p. 92.

262 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 13.

263 Nantes, APT 1er V. 331 B.

264 Nantes, APT, 1er V. 1646-1, discours lors de la visite du président Doumergue (avril 1931).

265 Nantes, APT 1er V. 1608-1, Discours de J. Ventre, lors d’un banquet à la Résidence générale donné à l’occasion de la cinquième conférence des chambres de commerce de la Méditerranée (Tunis 23-25 avril 1931).

266 Lambert 1912, p. 273 « Maçonnerie (Franc-) ».

267 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1886-1914), manuscrit dactylographié, 1962-1963.

268 Le Colon français no 613 du 5 janvier 1919.

269 Sebillote R., Ksar…, op. cit., p. 116.

270 Géniaux C., Comment…, op. cit., p. 113.

271 Ducurtil F., Historique…, op. cit., p. 36-38.

272 F. Larrieu, Tant d’Aubes…, op. cit., p. 202.

273 F. Ducurtil, Historique…, op. cit. p. 44.

274 Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie, brochure éditée par l’Afrique du Nord Illustrée, 1931.

275 Nantes, APT 1er V 1608 (1), discours de J. Ventre, à l’ouverture de la cinquième conférence des chambres de commerce de la Méditerranée (Tunis 23-25 avril 1931).

276 Swearingen W.D., Moroccan mirages: agrarians dreams and deceptions (1912-1936), Princeton University Press, 1987, p. 32-35.

277 Perennes J.J., L’Eau et les hommes au Maghreb, Paris, Karthala, 1993.

278 « Le Maroc, école d’énergie » : tel est le titre d’une conférence (devenue livre en 1923) prononcée par Alfred de Tarde à la foire de Rabat à l’automne 1917.

279 Valéry P., Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, « Folio/essais », 2006, p. 97.

280 Gounot A., La Colonisation en Tunisie, Imprimerie Weber, 1914, p. 23.

281 L’Essor industriel de Casablanca. Enquêtes sur les entreprises industrielles de Casablanca faites par La Vigie Marocaine, Casablanca, Éditions de la Vigie Marocaine, 1914, p. 35.

282 Rivet D., Le Maroc…, op. cit., p. 191.

283 Swearingen W.D., Moroccan…, op. cit., p. 64-70.

284 Brochier: « Cornice (Léon) ».

285 Swearingen W.D., Moroccan…, op. cit., p. 70-71.

286 Ibid., p. 72-73 et J.J. Perennes, L’Eau…, op. cit.

287 Solignac M., « Atlantide et Sud-Tunisien. Étude critique de quelques récentes publications allemandes », Revue Tunisienne, no 6, 2e trim., 1931, p. 161-162.

288 Dans son ouvrage L’Atlantide, petite histoire d’un mythe platonicien (Paris, Les Belles Lettres, 2005) Pierre Vidal-Naquet passe, curieusement, rapidement sur cette connexion de la colonisation et des résurgences périodiques du mythe platonicien, s’attachant d’abord à mettre en relief, dans la limite de la période contemporaine, son usage dans la rhétorique racialiste qui alimentait le discours du national-socialisme.

289 Rabat, AP B 40, discours d’Henri Croze lors de la réception du Résident Lucien Saint (1929).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540