Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notables des colonies

 | 
David Lambert

Deuxième partie. Des visages et des gestes : une société et ses notables

Chapitre I. Les visages ou l’archipel des notables

Texte intégral

  • 1 Berque J., Le Maghreb entre deux-guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 353.

1Selon Jacques Berque les acteurs de la colonisation « témoignent, par leurs visages, par leurs gestes, autant que par leur biographie et leurs idées, d’un monde aujourd’hui disparu1 ». Avec l’accent d’un Platon édifiant son Atlantide, J. Berque met l’accent sur la difficulté de construire une histoire pour laquelle, au final, il conviendrait de se faire archéologue tant son objet se présente sous une forme éclatée, éparpillée, autant dans la structure archivistique que dans les convulsions de la mémoire individuelle. La méthode prosopographique en offre finalement une illustration, tant son principe est d’accumuler les tessons des biographies individuelles et de tenter de reconstuire, à partir d’eux, des typologies, des groupes, des familles ou encore des logiques sociales.

  • 2 Weber M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1992, p. 402-403.

2Cette méthode devrait nous aider à formuler les principes de ce que Max Weber appelait la « réglementation des relations sociales » et qu’il proposait d’explorer en posant la question suivante : « à quel type d’hommes [la réglementation sociale] offre-t-elle les meilleures chances de domination par le jeu des facteurs objectifs et subjectifs de sélection2 ? »

Intérêts et limite d’une pesée globale

  • 3 Kazdaghli H., « Les Français de Tunisie à travers le Dictionnaire Lambert, 1912 : le cas d’une min (...)

3Inévitablement le souci comparatiste de tout sujet prosopographique conduit à une tentation statistique. Dans un article récent, Habib Kazdaghli passe au tamis l’ensemble des Français répertoriés dans le dictionnaire Lambert de 19123 : il isole plus de vingt-trois champs et donne ainsi un portrait de groupe des élites du Protectorat en comparant origines géographiques, niveau de diplôme, vague d’arrivée, âge des migrants, structure socioprofessionnelle, implantation sur le territoire tunisien, activités associatives, etc.

  • 4 Noureddine A., La Justice pénale française sous le Protectorat. L’Exemple du tribunal de première (...)
  • 5 Ibid., p. 426.

4Plus proche de nos enjeux, Ali Noureddine dresse un portrait de groupe de l’ensemble des assesseurs français du tribunal de Sousse entre 1888 et 1939 à partir d’un groupe de 6 566 noms, établi à partir des listes de sessions incluses dans les procès-verbaux du tribunal4. Dans son chapitre XV, il se livre à une analyse socioprofessionnelle pour laquelle il construit une typologie pertinente du monde des colons en distinguant ceux pour qui la propriété agricole était l’unique source de revenus (obtenue au prix d’une épargne draconienne), ceux pour qui la terre était un appoint financier consistant mais non unique, et enfin le groupe des purs investisseurs-spéculateurs. Par ailleurs, il insiste sur la catégorie des « commerçants et négociants [qui] représentent, dans leur majorité, une classe sociale matériellement aisée et politiquement influente » ; il ajoute que ces derniers étaient, localement, « des notables sur lesquels s’appuyait l’autorité politique pour la direction des affaires de la région5 ». Certes, l’équivalence entre une fonction économique et sociale (commerçant et négociant) et un statut politique et symbolique (le notable) ne va pas de soi ; cependant, le projet d’Ali Nourreddine de passer au crible des statuts économiques et professionnels les assesseurs nous paraît une approche féconde de la société coloniale, qui permet en effet de distinguer les lignes de force des classes moyennes et supérieures de la communauté française de Sousse.

  • 6 Gribaudi M., Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, Pari (...)

5Pour notre étude, nous disposons d’au moins deux sources : la liste des membres de la Conférence Consultative et du Grand Conseil de Tunisie (établie à l’aide des procès-verbaux des séances et de quelques numéros d’annuaires tunisiens), ainsi que celle (quasi exhaustive) des membres des commissions municipales marocaines (construite à partir de la série A des Archives du Protectorat à Rabat). Malheureusement non seulement ces séries ne sont guère équivalentes (la première traduit une influence d’échelle globale fondée sur une légitimité quasi-démocratique et l’autre une influence locale dont la légitimité repose sur le bon vouloir de la Résidence), mais de plus elles se réduisent pour partie à une simple liste nominale dans la mesure où les renseignements puisés dans les dictionnaires biographiques (Lambert, Arrouas, Brochier) ou les fiches de candidature à la Légion d’Honneur sont loin de compléter l’univers biographique des personnes repérées. Ainsi si nous souhaitons comparer les origines géographiques à partir du département de naissance, nous ne disposons de ce renseignement que pour 59 % des membres de la Conférence Consultative et du Grand Conseil de Tunisie ou pour 53 % des membres des commissions municipales marocaines. Ce pourcentage tombe à 39 % quand on considère le groupe des vice-présidents de municipalité de Tunisie. Ces proportions remontent nettement si l’on souhaite utiliser la catégorie professionnelle comme critère de comparaison : pour les trois groupes précédents la profession nous est connue pour respectivement 67 %, 84,7 % et 65,4 % d’entre eux. Néanmoins l’incertitude qu’on pouvait espérer relativiser avec de tels chiffres reparaît de manière qualitative : le terme de « propriétaire » qui renseigne parfois la ligne dévolue à la profession peut tout aussi bien indiquer un agriculteur (par les revenus mais non par l’activité réelle) ou encore un rentier urbain vivant de ses investissements immobiliers. Que dire encore du flou qui entoure les mentions d’« industriel » (qui peut concerner un grossiste en glace assez proche du petit commerçant de quartier comme le directeur d’un ensemble agro-alimentaire d’envergure nationale), ou encore d’« ingénieur » qui peut masquer une activité d’encadrement comme de direction. Les dénominations professionnelles posent ainsi toujours et inlassablement le même problème à l’historien : que représentent-elles réellement ? Maurizio Gribaudi6 insiste dans ses travaux sur l’importance que revêt un travail critique préliminaire à l’établissement de toute statistique professionnelle, portant sur les catégories de la statistique elles-mêmes. Ce travail critique et cette prudence sont ici d’autant plus nécessaires que nos sources n’ont aucune visée statistique particulière et se contentent parfois de dénominations vagues quant à la profession.

6Autre source d’ambiguïté, la diversité des revenus voire des activités : médecin et agriculteur ; industriel et négociant ; avocat et journaliste… à un certain niveau de fortune ou de compétences, la pluralité des investissements et des activités interroge notre capacité à enclore un individu dans un cadre professionnel univoque ; et ce d’autant plus que le contexte colonial favorise cette hyperactivité en multipliant opportunités financières et économiques. Ainsi la famille Mas, au Maroc, était-elle présente à la fois dans la presse, l’immobilier et l’agriculture. Jean Ventre, héritier d’une lignée de négociants français en Tunisie, exerça (brièvement) la profession d’avocat avant de reprendre les rênes de l’entreprise familiale. Il est aisé de sortir de l’indécision en mobilisant d’autres indices biographiques, en particulier ceux qui permettaient à un individu d’accéder au statut de notable. Ainsi Jean Ventre pouvait-il prétendre à un tel statut grâce à son élection à la tête de la chambre de commerce de Tunis. C’est donc, en toute logique, sa profession de négociant que nous retiendrons. Il est des cas plus complexes comme celui de François Portelli, vice-président de la municipalité de Tabarka en 1929. Propriétaire de mines (selon les dictionnaires Lambert et Arrouas), il était également (selon sa fiche de candidature à la Légion d’Honneur) agriculteur (à la tête d’une oliveraie de près de 1 800 hectares), patron de presse et industriel (sans autre précision). Nous savons par ailleurs qu’il était membre, en 1932, de la chambre des intérêts miniers et qu’à notre connaissance, il n’appartint jamais à une section agricole de chambres consulaires. Cet indice de son engagement dans une activité de défense et de représentation économique nous incite à l’assigner, professionnellement parlant, à son activité minière. Ce critère de l’engagement consulaire, de même que celui de l’appartenance à un collège électoral (industrialo-commerçant ou agricole) nous aide à départager certains individus sans pouvoir déterminer si cet engagement ou cette appartenance relevait de conditions objectives (une activité principale surplombant une myriade d’activités et d’investissements d’appoint), d’une vision subjective (choisir une activité en fonction de son prestige ou de la valeur qu’on y attribue) ou d’une visée stratégique (utiliser une activité pour sa capacité à servir de sésame vers des charges publiques valorisantes).

7Ces réserves étant posées, la lecture quantitative et statistique du corpus global devrait nous permettre de dégager non point tant des lignes de force que des tendances tant au sujet des origines géographiques que des secteurs d’activités des notables coloniaux.

  • 7 Navarre A., Un Voyage au Maroc, Paris, Delagrave, 1913, p. 33.
  • 8 Miège J.L. et. Hugues É., Les Français à Casablanca au XIXe siècle (1856-1906), Paris, Larose, 195 (...)
  • 9 Planel A.M. De la Nation à la colonie. La Communauté française en Tunisie au XIXe siècle, thèse EHE (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid. Le tableau 18, p. 637-638, indique les lieux de naissance de 526 migrants français vers la T (...)

8« Les Français [sont] presque tous des Méridionaux, qui ont quitté la métropole pour venir tenter la fortune7 » écrit un voyageur français au début du Protectorat marocain en 1913. À l’appui de cette impression, l’analyse de J.L. Miège et É. Hugues indique que la plupart des Français qui s’installèrent à Casablanca au XIXe siècle étaient originaires de la région de Lodève, dans le département de l’Hérault8. Leur expatriation était liée au commerce du textile et des draps florissant dans le Lodévois depuis au moins le XVIIe siècle. De même la présence en Tunisie, avant 1881, de négociants marseillais9 a longtemps ancré la croyance d’une forte présence de Provençaux dans la Régence. Fondant son étude sur les registres paroissiaux de Tunisie et ceux de l’état civil (consulat), Anne-Marie Planel a élaboré une carte de France faisant ressortir les départements d’origine (sur la base du lieu de naissance) des Français de Tunisie entre 1814 et 188310. Le résultat est sans appel : huit départements ont donné plus de vingt migrants chacun à la Tunisie au XIXe siècle, et sur les huit, cinq d’entre eux sont des départements méditerranéens (Alpes Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Hérault, Corse) et deux autres se situent au sud d’une ligne Lyon-Bordeaux (Tarn, Isère) ; dans ce peloton de tête, la seule exception septentrionale est le département de la Seine. En abaissant le seuil à dix migrants, on obtient une liste de vingt départements qui fait encore mieux ressortir la prédominance méridionale : dix-sept d’entre eux (85 %) se situent au sud d’une ligne Bordeaux-Lyon. Cet aspect méridional n’est pas uniforme : nous avons déjà dit le caractère méditerranéen de cette immigration où l’influence dominante était celle de Marseille11, mais il ne faudrait pas sous-estimer le caractère rhodanien (sept départements sur les dix-sept pré-cités s’alignent le long de la vallée du Rhône, de l’embouchure jusqu’à Lyon). Ainsi l’étude d’un siècle de migration française vers la Tunisie, antérieurement à 1881, met-elle en relief l’importance du foyer d’émission constitué par la façade méditerranéenne élargie (la totalité des départements littoraux –Corse comprise– moins les Pyrénées-Orientales, auxquels s’ajoute une ligne arrière de départements limitrophes moins la Lozère) et par le couloir rhodanien (Ardèche, Drôme, Isère, Rhône).

9Ces flux migratoires, antérieurs à la signature des Protectorats se retrouvaient-ils dans la configuration du corps des notables coloniaux ? Autrement dit, les liens économiques traditionnels qui reliaient au XIXe siècle les deux rives de la Méditerranée furent-ils des supports solides pour la structuration de la société coloniale et, en particulier, dans sa classe dirigeante ?

  • 12 Le regroupement régional opéré est le suivant : Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc), Sud-Est (Langue (...)

10À l’échelle régionale12, la comparaison brute de l’ensemble des données tunisiennes et marocaines donne un premier résultat.

Figure 1. – Origine régionale (en %) des notables de Tunisie et du Maroc (1884-1939).

11Le premier enseignement que nous pouvons tirer de cette comparaison est la relative similitude des deux séries : sans préjuger de ce que donnera une étude infra-régionale des origines des notables, nous pouvons dès à présent constater que les pourcentages sont assez proches (la différence maximale, de quatre points, s’observe pour les originaires du Sud-Ouest de la France), voire identiques (23 % des notables de Tunisie et du Maroc sont issus du Maghreb). Usant d’une focale large, il n’est guère de différence entre la couleur régionale des notables français de Tunisie et ceux du Maroc. Comme nous l’avons indiqué plus haut, en reprenant pour partie les travaux d’A.M. Planel (pour la Tunisie) et de J.L. Miège (pour le Maroc), la présence des Provençaux et des Languedociens, issus du monde du négoce ou de celui de la manufacture, était attestée dès la première moitié du XIXe : en l’absence de tout autre métropolitain, ils formaient ainsi une sorte d’élite embryonnaire. Un deuxième enseignement réside dans la dominante méridionale de ce pouvoir colonial qui ressort du fort pourcentage de notables issus des régions méditerranéo-rhodaniennes : 35 % pour la Tunisie et 37 % pour le Maroc. Plus d’un tiers des notables puisait ainsi son origine métropolitaine dans un triangle Perpignan/Lyon/Nice. Si l’on ajoute à ce groupe les originaires du Maghreb, nous dépassons les 50 % : 58 % des notables repérés de Tunisie et près de 60 % de ceux du Maroc étaient issus de deux ensembles régionaux distincts mais qui partageaient une certaine proximité (géographique, économique, affective…) avec la Méditerranée.

12Afin de préciser l’analyse, il est possible d’opérer un classement des départements les plus cités. Nous avons retenu, dans le tableau suivant trois échelles d’analyse : d’abord sur l’ensemble du corpus, ensuite en comparant les origines des membres des instances centrales puis celles des notables locaux (vice-président de municipalité en Tunisie ou membres des commissions municipales au Maroc). À chaque échelle, nous avons essayé de retenir les dix départements les plus cités. Cependant étant donné la présence d’un même nombre de citations pour plusieurs départements ainsi que d’une limite en deçà de laquelle la pertinence des citations ne signifiait plus grand chose, nous avons pu ou bien dépasser, ou bien ne pas atteindre ce seuil de dix. En regard du nom du département nous avons indiqué le nombre absolu de personnes concernées :

Tableau 3 – Les départements d’origine des notables classés selon le nombre de natifs.

Tableau 3 – Les départements d’origine des notables classés selon le nombre de natifs.

1. Lieu de naissance des notables français de Tunisie du Maroc.

2. Lieu de naissance des notables français de Tunisie et du Maroc membres d’instances centrales.

3. Lieu de naissance des notables français membres d’instances locales de Tunisie et du Maroc.

  • 13 Bonin H., Hodeir C. et Klein J.F.(sous la dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes (...)
  • 14 Gras C., « Les disparités économiques régionales », in Histoire économique et sociale de la France (...)

13Ce tableau, malgré ses limites, permet de voir que, quel que soit le Protectorat et quel que soit le niveau d’analyse, une même séquence formait un quatuor de tête : les notables originaires d’Algérie, de Paris, du Rhône et des Bouches du Rhône occupaient systématiquement le haut des classements. Seul hiatus : l’importance en Tunisie des notables nés dans le Protectorat lui-même, symptôme de l’affirmation d’une élite économico-politique endogène, invisible au Maroc étant donné la limite haute de notre étude (en 1939, le Maroc n’est sous tutelle que depuis un peu plus d’un quart de siècle). Certes, l’ordre dans le classement de ces quatre origines admet des nuances : ainsi les notables d’origine algérienne, contre bien des idées reçues, semblaient relativement plus nombreux au Maroc qu’en Tunisie. À l’inverse, les Corses avaient trouvé en Tunisie un terrain plus favorable à l’enracinement de leur influence qu’au Maroc : qu’il s’agisse de l’instance centrale comme des organismes locaux, leur prédominance ne cédait que devant celle des Français (natifs ou, plus rarement, naturalisés) de Tunisie (dont, parfois, certains étaient fils de migrants corses). Au-delà de ces nuances, Français d’Algérie, de Corse, de Marseille ou de Paris, composaient les éléments les plus récurrents du groupe des notables français des Protectorats maghrébins. Même si sa place dans le classement est plus variable, il conviendrait d’ajouter, à ces quatre origines, celle constituée par le département du Rhône : il est cité dans les trois tableaux et apporte parfois une variable importante au quatuor Paris/Marseille/Alger/Corse. Ces cinq territoires étaient avant tout des zones, Corse exceptée, où se localisaient les capitaux à la recherche de débouchés coloniaux13. Les chambres de commerce de Lyon et Marseille, les milieux d’affaires parisiens étaient aux avant-postes de l’investissement colonial. Quant à la Corse, elle joignait une tradition d’émigration à une crise économique profonde : à l’orée du XXe siècle, l’île n’a « pas d’industrie, peu de commerce, un réseau routier et ferroviaire insuffisant, des ports mal outillés : [elle] est à l’abandon14 ». Dans ce contexte, l’installation des Corses dans l’espace colonial, du petit fonctionnaire à l’avocat en passant par l’entrepreneur, s’expliquait aisément. Il s’agissait d’une migration sans capital financier ni appétence particulière pour l’agriculture : sur les vingt-et-un notables de Tunisie d’origine corse et dont nous connaissons la profession, un seul est propriétaire terrien ; au Maroc, le résultat est équivalent : un seul notable corse sur les dix-sept originaires de l’île travaillait la terre. Une majorité écrasante des notables venus de Corse s’établissait dans les deux Protectorats en jouant de sa compétence, de son diplôme et de sa position d’intermédiaire économique. En Tunisie, un peu moins de 25 % d’entre eux (cinq sur vingt-et-un) travaillaient dans le secteur commercial ou industriel (négociant, cadre d’entreprise, entrepreneur) alors que, différence majeure, ces catégories socio-professionnelles constituaient la quasi-totalité de la diaspora corse au Maroc. En Tunisie les trois-quarts restants avaient conquis une position d’influence à partir d’assises professionnelles plutôt marquées par des compétences intellectuelles (fonctionnaire, avocat, pharmacien, huissier, journaliste). Les avocats corses formaient ainsi dans la Régence un particularisme gigogne à l’intérieur de la spécificité corse : alors que pour l’ensemble des notables français de Tunisie aux professions identifiées la profession d’avocat représentait autour de 8 % de l’ensemble, cette proportion est plus que triplée si on considère les notables d’origine corse et s’élève à 30 %, ce qui signifie que près d’un tiers des notables corses de Tunisie étaient des avocats. Dans les départements moins cités il est aussi des redondances et des rapprochements remarquables : la Gironde surtout mais aussi l’Isère et l’Ain pesaient d’un certain poids dans les deux Protectorats. D’autres départements, ayant en commun une forte tonalité rurale, semblaient plus spécifiques de l’un ou l’autre Protectorat : ainsi un midi plutôt oriental et rhodanien (Ardèche, Loire) penchait exclusivement vers la Tunisie ; alors qu’un autre Midi, occidental et languedocien, situé sur la rive droite du Rhône (Aude, Hérault, Ariège) marquait de sa présence le Maroc ; en position médiane, autant par la géographie que par leur (à peu près) égale présence dans les deux Protectorats, le Gard et la Drôme faisaient pivot entre ces deux Midis.

  • 15 Moulin A., Les Paysans dans la société française de la Révolution à nos jours, Paris, Le Seuil, «  (...)
  • 16 « La crise viticole française et italienne, liée à l’invasion phylloxérique, le bon marché des ter (...)
  • 17 Lambert 1912, « Syndicat National Obligatoire des Viticulteurs de Tunisie ».

14L’explication de ces phénomènes migratoires s’appuie, d’une part, sur les caractères pré-coloniaux des implantations françaises (avec quelques dominantes comme les Provençaux en Tunisie ou les Languedociens au Maroc) mais aussi (et surtout) sur l’histoire sociale et économique de chacun des départements métropolitains en particulier pour tout ce qui était lié aux soubresauts de l’économie agricole. La conjonction de la crise de la sériciculture et celle du phylloxéra dans les années 1870-188015 frappa de plein fouet les régions de l’axe rhodanien, de la Bourgogne jusqu’au delta du Rhône : n’est-il pas logique de voir des originaires de ces régions tenter alors l’aventure tunisienne qui s’offrait à eux à partir de 1881 ? Ne doit-on pas lire comme un aveu de l’importance de la crise phylloxérique dans la constitution de l’agriculture tunisienne, la création en 1889 du Syndicat Général Obligatoire des Viticulteurs de Tunisie16 ? Ce dernier avait pour mission principale la surveillance du vignoble et la coordination des efforts face à toute menace, en particulier celle du phylloxéra : le souvenir d’une certaine incurie métropolitaine en la matière avait poussé la Résidence à créer cette structure vers laquelle la plupart des gros propriétaires se dirigèrent en masse17. Quant à la plus grande présence des Audois et des Héraultais au Maroc, l’hypothèse d’une conséquence de la crise viticole de 1907 qui fit de ces deux départements, entre Narbonne et Béziers, l’épicentre des tensions, n’est pas à écarter.

15Ainsi n’est-il pas impossible de lire dans la structuration du monde des notables un écho des pulsations économiques et sociales de la métropole : l’ouverture aux capitaux mais aussi, ne l’oublions pas, aux compétences qu’offrirent le Maroc et la Tunisie, permirent, à trente ans d’intervalle, l’installation d’individus qui, forts de leurs capitaux et/ou de leurs compétences s’y forgèrent un statut de notables. Ces trente années de décalage, une génération, permettent de voir quelles permanences et quelles inflexions caractérisaient ces migrations. Quelques données semblaient sous-entendre un certain déplacement de l’origine des flux migratoires. Ainsi le Languedoc prenait-il une plus grande place au Maroc qu’en Tunisie, alors que certains départements septentrionaux (le Nord, les Vosges, la Meurthe et Moselle) alimentèrent bien plus les flux vers la Tunisie que vers le Maroc où l’importance de ceux-ci, sans disparaître, s’estompait : dans nos classements marocains la Côte d’Or était ainsi la limite nord des départements les plus cités.

16Ceci dit les invariants méritent ici plus d’attention que les éléments variables : l’Algérie, la Corse, la Seine, les Bouches du Rhône et, dans une moindre mesure, le Rhône fournissaient, de Tunis à Rabat, les contingents les plus importants des forces d’encadrement et d’influence de la société coloniale. L’axe Paris - Lyon - Marseille, qu’il s’agisse de la fin du XIXe ou de la première moitié du XXe siècles, avait toujours le nombre et les capitaux ; l’Algérie bénéficiait toujours de la facilité qu’offre la proximité ; et la Corse subissait des contraintes internes en 1881 comme en 1912.

17En second lieu, remarquons que la comparaison globale des professions des notables est rendue malaisée par la nature des sources : pour le Maroc, nous disposons de données constituées à partir d’une source locale (les commissions municipales) alors que pour la Tunisie la masse provient de sources globales (dictionnaire biographique ou instances centrales de représentation). Dans le cadre d’une comparaison professionnelle, cette différence archivistique entraîne une distorsion statistique : le monde des commerçants était ainsi sur-représenté dans les commissions municipales marocaines comme celui des agriculteurs y était minoré. De fait le graphique ci-dessous donne l’impression d’une pesanteur du secteur du négoce et de l’industrie plus grande au Maroc qu’en Tunisie. Par ailleurs, la répartition professionnelle de l’influence notabiliaire admet en Tunisie un certain équilibre : aucun secteur ne paraît en écraser un autre et les secteurs agricoles ainsi que les professions libérales (médecin, avocat, huissier…) ne semblaient pas étouffer sous l’hégémonie du secteur industrialo-commerçant comme cela nous est suggéré pour le Maroc. Ce dernier secteur constitue près de 70 % de l’ensemble, reléguant les agriculteurs à un chiffre inférieur à 10 %.

18Même si nous avons souligné les limites de notre corpus, la faible place du monde agricole dans la galaxie des notables interroge alors même, rappelons-le, que C. A. Julien comme J. Berque (mais ce dernier avec plus de nuances) avaient fait des agriculteurs Victor de Carnières et Gustave Aucouturier les éminences grises des administrations françaises, sortes de Warwick coloniaux, faiseurs et dé-faiseurs de Résidents. De fait, il convient non de réfuter cette image mais de la replacer dans un contexte social, politique et économique au sein duquel, malgré les poussées de fièvre rurale, c’était la petite armée des négociants, des commerçants et des entrepreneurs qui, en investissant les chambres consulaires et les commissions municipales, prenait la part la plus active à la co-gérance de la Cité coloniale. Cogérance dissymétrique peut-être, de façade seulement, la Résidence se cramponnant à presque tous les leviers décisionnels ; mais qui semblait, souvent, satisfaire les uns et les autres.

Figure 2 – Secteur d’activité (en %) des notables de Tunisie et du Maroc (1884-1939).

  • 18 Cette attitude admettait toutefois deux nuances : les fonctionnaires retraités (en particulier les (...)

19À la marge, quelques convergences pertinentes se lisent également. Ainsi les (rares) ouvriers qui arrivaient à pénétrer le groupe des notables (deux cas en Tunisie, six au Maroc) après avoir gagné une élection comme représentant du troisième collège ou comme simple membre d’une commission municipale, étaient majoritairement issus du monde du rail (CFM, Bône-Guelma…). Par ailleurs, si les fonctionnaires étaient peu représentés, on peut noter tout de même qu’en Tunisie certains parvenaient à la tête d’une commission municipale tout en étant en activité (Postes, enseignement). En revanche, au Maroc, les fonctionnaires semblaient tenus à l’écart de toute charge publique18.

20L’analyse socio-professionnelle des instances centrales (Conférence Consultative et Grand Conseil de Tunisie, Conseil de Gouvernement marocain) permet d’affiner l’approche.

Figure 3 – Secteur d’activité (en %) des membres des instances centrales en Tunisie et au Maroc (1890-1939).

21Le choix d’une observation socio-professionnelle à partir des instances centrales doit s’apprécier à l’aune des principes d’admission dans ces instances, principes que nous avons détaillés dans le chapitre précédent. Ainsi dans ce dernier graphique l’écart entre le Maroc et la Tunisie –s’agissant des notables exerçant une profession libérale– s’accentue : alors qu’il n’était que de huit points dans l’analyse d’ensemble, il grimpe à dix-neuf points (27 % contre 8 %) au niveau des instances centrales. Un tel décalage traduit la différence entre le système de représentation tunisien modelé par le principe de l’élection et par la composition du Grand Conseil (surtout après 1922) qui minorait progressivement la part des représentants consulaires ou économiques au profit d’élus au suffrage universel. Dans ce cadre, la part prise dans la vie politique par les avocats notamment était bien plus importante en Tunisie qu’au Maroc où ils ne pouvaient être élus (à partir de 1926) par le troisième collège. À l’inverse nous observons la réduction spectaculaire d’un décalage observé au niveau global : alors que le pourcentage d’agriculteurs parmi les notables de Tunisie se reflète quasiment à l’identique entre les deux graphiques, celui qui concerne les notables du Maroc fait un bond impressionnant, passantde9 % à23 %. Nous avons déjà dit l’effet de loupe inversée que pouvaient produire nos sources marocaines majoritairement urbaines. Cependant ce chiffre de 23 % replace l’influence des colons et des agrariens à un niveau beaucoup plus élevé que précédemment. Cette part d’influence constituait, étant données les modalités d’accès au Conseil de Gouvernement du Maroc, la part d’influence accordée au monde agricole par l’administration. À la différence de la Tunisie où un agriculteur pouvait siéger soit au titre d’élu consulaire, soit comme élu du suffrage universel, au Maroc les agriculteurs disposaient d’un nombre de sièges fixe, établi par la Résidence. Le chiffre de 23 % traduisait la part d’influence que l’administration française consentait à accorder au monde agricole. En effet, si l’on établit un tableau des sièges du Conseil de Gouvernement, on obtient le résultat suivant :

Tableau 4 – Composition du Conseil de Gouvernement marocain pendant l’entre-deux-guerres.

  • 19 CA : chambre d’agriculture. CCI : chambre de commerce et d’industrie. CM : chambre mixte.
  • 20 BOPM no 335 du 24 mars 1919 p. 257.
  • 21 BOPM no 553 du 29 mai 1923 p. 663.
  • 22 BOPM no 1007 du 12 février 1932 p. 170 : la plupart des chambres mixtes se scindèrent en deux cham (...)
  • 23 Nantes, APM DI 406, note Lenoir (1936).

Origines19

Représentants au Conseil en 191920

Représentants au Conseil en 192321

Représentants au Conseil en 193222

CCI Casablanca

1

3

3

CCI Rabat

1

3

3

CA Casablanca

1

3

2

CA Rabat

1

3

3

CM de Marrakech

1

2

2 (CA) 2 (CCI)

CM de Mazagan

1

2

2

CM Mogador

2

2

CM d’Oujda

2

2 (CA) 2 (CCI)

CM de Meknès

2

2 (CA) 2 (CCI)

CM de Safi

2

2

CM de Fès

2

2 (CA) 2 (CCI)

CM de Taza

2

CCI Kénitra

3

3

TROISIÈME COLLÈGE23

22

  • 24 Girault A., Principes de colonisation et de législation coloniale, t. V, Paris, Sirey, 1928, p. 57 (...)
  • 25 Nantes, APM DI 406, note Lenoir (1936).

22Ce tableau permet de montrer la part accordée par la Résidence de Rabat à la représentation des divers intérêts, sachant que les chambres mixtes envoyaient toujours deux représentants : le président et un vice-président qui devait être d’un collège électoral différent (par exemple, si le président de la chambre mixte de Taza était un agriculteur, le vice-président qui l’accompagnait à Rabat devait être un commerçant ou un industriel). En 1923, le secteur industrialo-commerçant supplantait ainsi le secteur agricole avec seize représentants contre treize alors qu’au même moment, en Tunisie, reprenant la stricte équivalence du nombre de sièges par secteur économique déjà accordée par S. Pichon en 1905 (huit représentants du collège agricole et huit du collège industriel et commercial), Lucien Saint préférait ne pas faire prévaloir structurellement un collège sur l’autre24. Après les réformes de 1926 (création du troisième collège) et 1932 (scission des chambres consulaires), la composition socio-professionnelle du Conseil de Gouvernement marocain admit une plus grande diversité mais l’équilibre global ne fut pas rompu : les élus consulaires, à la différence de la Tunisie, étaient toujours supérieurs en nombre aux élus du troisième collège (38 contre 22) et les représentants du commerce s’imposaient toujours face à ceux de l’agriculture (21 contre 1725).

23L’approche de ces grands équilibres ne doit pas nous faire oublier que la notabilité est d’abord un pouvoir et une influence qui s’ancrent dans la relation interpersonnelle. Il est donc nécessaire, pour autant que les sources le permettent, d’observer, en regard de ce que nous venons d’établir au niveau global et central, les éléments qui peuvent apparaître dès lors que nous nous plaçons à l’échelle locale, celle des commissions municipales.

Cartographie de la vie municipale

  • 26 Tocqueville A. (de), Travail sur l’Algérie (octobre 1841), in Œuvres, t. I, Paris, Gallimard, 1991 (...)

24Dans son Travail sur l’Algérie, Alexis de Tocqueville note l’importance de la vie municipale dans l’histoire des colonisations : loin de sa patrie d’origine, le colon éprouve le besoin de surinvestir la vie locale. C’est une nécessité à la fois politique (compenser l’éloignement des pouvoirs centraux) et sociale (recréer du lien social parmi une population dont les composantes, projetées dans un milieu parfois hostile, cherchent à se rapprocher autour d’un patriotisme de circonstance). Bien des civilisations colonisatrices, argumente Tocqueville, des Grecs aux Anglais, répondirent à cette nécessité en autorisant une véritable autonomie locale. Celle-ci faisait défaut dans l’Algérie des années 1830-184026 tout comme dans le cadre des protectorats tunisiens et marocains (qu’il s’agît de commune ou de municipalités). Cependant la pesanteur de la tutelle résidentielle n’interdisait pas, voire suscitait, l’émergence de rapports de domination locaux au travers de l’affirmation d’un groupe de « prépondérants » municipaux.

  • 27 Nantes, APT 1er V. 1890(2), note direction générale de l’intérieur en date du 27 août 1929.
  • 28 Ibid., lettre du contrôleur civil de Souk El Arba en date du 5 janvier 1930.
  • 29 Rabat, AP A 622, note pour la direction du Contrôle Civil en date du 18 juin 1936.

25D’un strict point de vue juridique, les membres des commissions municipales étaient choisis par les Résidences. Cependant ces dernières n’avaient pas toute latitude. Des données locales interféraient : à Tunis en 192927 comme dans la plus modeste Souk El Arba en 193028, la Résidence sollicitait l’avis des vice-présidents de municipalité avant de procéder à une nouvelle nomination de membre de la commission municipale. De même à Casablanca, seule ville du Maroc où un notable français pouvait exercer la fonction de vice-président français de la commission municipale, ce dernier obtint de la Résidence qu’une nomination à la commission municipale, pourtant déjà validée par l’administration, fût retirée29. Il s’agit donc de détecter quelles furent, au niveau local, les logiques sociales, politiques ou culturelles qui guidèrent la sélection de ce corps spécifique de l’encadrement et de la représentation de la société coloniale.

26Avant même d’étudier les représentants de la notabilité au niveau local, il est toutefois nécessaire de pointer trois différences majeures entre la Tunisie et le Maroc. La première, nous l’avons déjà dit, résidait dans le sens du mot de « vice-président » de la municipalité : notable désigné en Tunisie, issu de la société coloniale, il correspondait, en revanche, au Maroc, à un fonctionnaire nommé, appartenant en général au corps des contrôleurs civils et qui était à la tête des services municipaux. À côté de ces deux modèles, le statut de Casablanca, avec un vice-président élu par des notables désignés, faisait figure d’exception, tant du point de vue marocain que tunisien.

  • 30 Outre nos sources biographiques de « base » (Lambert, Arrouas, dossiers LH), nous avons utilisé le (...)
  • 31 Rabat, AP série A.

27La deuxième différence est à mettre en évidence du côté des sources mobilisées afin d’établir cette pesée sociale d’un pouvoir local. Pour la Tunisie, nous n’avons pu retrouver les dossiers établis en amont du choix des membres de la municipalité. Il nous a fallu donc reconstituer, à partir de sources disparates30, des biographies locales en nous concentrant sur la personne des vice-présidents eux-mêmes sans tenir compte de la composition des assemblées locales. Du reste, un tel choix se justifiait aisément dans la mesure où la capacité d’action et d’influence du vice-président était, en Tunisie, l’élément déterminant de sa notabilité. Au Maroc, en revanche, l’état de conservation et de classement de la série31 entière des dossiers établies par l’administration française locale (contrôleurs civils) –dossiers constitués pour permettre à la Résidence de procéder au choix des membres des commissions municipales– autorise une analyse sérielle.

28Enfin, remarquons la dissymétrie du raisonnement que nous devons mettre en place avant de tenter toute approche comparative. En Tunisie, il est délicat de se lancer dans un raisonnement de type causal sur les personnalités distinguées dans la mesure où les sources que nous utilisons restent floues sur les dates : dictionnaires et dossier de candidature mentionnent parfois (mais ce n’est même pas la règle) le début du mandat de vice-président et rarement les dates d’accession à d’autres responsabilités politiques, corporatives ou associatives. Certes il est possible, comme nous l’avons fait, d’obtenir des biographies plus précises en croisant les sources établies en un instant t (comme les dictionnaires et les fiches Légion d’Honneur) et celles, plus répétitives, qui permettent un suivi diachronique (comme les annuaires ou, surtout, les procès verbaux de la Conférence Consultative puis du Grand Conseil). Néanmoins le manque de précision chronologique rend malaisée la recherche des critères qui présidaient au choix des vice-présidents tunisiens. Dans le cas marocain en revanche, la source utilisée est de premier ordre afin de connaître les motivations de l’administration : dans la mesure où il s’agit de fiches établies au plus près des individus (par les contrôleurs civils et non directement par la Résidence) et réalisées dans le but d’informer la Résidence en tenant compte de critères précis (il s’agissait, souvent, de remplir une fiche pré-établie), l’approche macro-sociale peut ici être pratiquée. L’absence d’un leadership local institutionnalisé (sauf à Casablanca) atténue cependant l’analyse individuelle : néanmoins cette dernière reste possible en tenant compte de critères comme celui de la durée.

Tunisie : les sentinelles du Résident

  • 32 Nantes, APT 2e V. 2596, liste des communes avec date de création [1951].
  • 33 Girault A., Principes…, op. cit, p. 40-42.

29La plupart des communes tunisiennes furent créées avant 1922. Entre 1922 et 1941, il n’y eut aucune création d’entité communale32. À la veille de la Deuxième Guerre Mondiale il y avait donc cinquante-neuf communes en Tunisie ; mais toutes ne disposaient pas d’une section française (ou européenne) au sein de la commission municipale33. Cependant, nous n’avons pu reconstituer, faute d’archives, la composition des sections françaises. Nous proposons donc une approche sommaire de la fonction de vice-président de commission municipale que nous fondons ici sur un groupe de cent quatre noms mais qui se réduit parfois fortement lorsqu’on souhaite privilégier certaines catégories (l’origine, la profession…) tant les sources utilisées ne présentent pas une richesse d’informations homogène. Ainsi si nous souhaitons analyser les professions de ces individus nous devons restreindre notre groupe à une liste de soixante-huit noms. Dès lors nous ne saurions mettre en valeur que quelques tendances et non un portrait de groupe exhaustif.

  • 34 Ducurtil F., Historique d’un bled, Le Goubellat, Tunis, Imprimerie Guinle, 1934, chap. XIV.
  • 35 LH « H. Clabé ».
  • 36 Nantes, APT 1er V. 1648.

30Dans un chapitre précédent, nous avons déjà évoqué la double charge d’illusions et de nostalgie à l’œuvre dans l’emploi du terme de « maire » au lieu de l’officiel « vice-président de la municipalité ». De même que le terme de « Conférence Consultative » maintenait la fiction du Protectorat en reléguant les Français de Tunisie dans la sphère de la non-action politique (du moins jusqu’en 1922), le terme de « vice-président » demeurait un précieux outil de dissimulation sémantique : il soulignait avec respect l’existence d’un président, charge généralement octroyée à un caïd tunisien, mais dont la supériorité ne s’actualisait que dans le terme désignant sa fonction. Ainsi allait la glose coloniale en terre de Protectorat : le lexique fonctionnait comme un décor de théâtre masquant (mal) la captation du pouvoir réel. Dans une sorte de marivaudage social et politique, les responsables français s’habillaient en quasi-valets pour mieux interpréter leur rôles de quasi-maîtres. Cela dit l’emploi d’un tel lexique exigeait un effort constant sur soi afin de continuer à jouer la comédie du Protectorat. Une certaine autocensure interdisait l’emploi de mots qui auraient par trop indiqué l’omniprésence de la tutelle française. Certes quelques vice-présidents eux-mêmes pouvaient se laisser aller à ceindre, au moins en parole, l’écharpe tricolore en se proclamant « maire », tels ce « Père Fabre », qui « s’était élu maire de Medjez El Bab » et qui parcourait sa ville à dos de « poney », avec « une casquette d’officier de marine » vissée sur la tête comme symbole de son autorité34. Cependant de tels glissements semblèrent épargner majoritairement fonctionnaires et notables du Protectorat même si, vu de Paris, on détecte un léger changement au début des années trente. Le centenaire algérien et le cinquantenaire tunisien irradièrent de trop de signes triomphalistes pour ne pas faire fléchir cette prudence lexicale. L’emploi du terme de « maire », emblème d’une souveraineté locale calquée sur la métropole, pour être exceptionnel, se retrouvait alors dans la bouche ou sous la plume des plus hautes autorités françaises. Désiré Ferry, ministre de la Santé dans le cabinet Tardieu, appuya le dossier de candidature à la Légion d’Honneur d’Henri Clabé, vice-président de la municipalité de Sousse « c’est-à-dire maire35 ». Plus symptomatiques, parce qu’extraits d’un discours émanant d’un personnage d’une tout autre stature et prononcé en un lieu autrement plus important, furent les propos tenus par le Président Doumergue lors de sa visite officielle en Tunisie en avril 1931 : répondant à une interpellation de Louis Durandeau, vice-président de la municipalité de Sfax, le Président de la République le qualifia de « maire de Sfax36 ».

  • 37 Decroux P., La Vie municipale au Maroc, Lyon, Bosc Frères, 1932, p. 345.

31Quel que soit le terme employé, le vice-président était choisi par la Résidence. Ni élu, ni coopté, mais bien désigné, il n’en demeurait pas moins investi de missions importantes, issues (surtout après le décret du 17 janvier 1914) d’une cascade de délégations37. Pour la Résidence, choisir un vice-président ne relevait pas du caprice : il s’agissait de détecter, au sein de la population française, l’individu dont les compétences et les convictions s’accordaient aux tâches que l’administration acceptait de lui déléguer. Peut-on, en mobilisant les informations individuelles et en tenant compte des limites établies en introduction, dégager des continuités au-delà de la succession brute des individus ? Est-il possible de détecter, sous l’apparente tutelle intransigeante de la Résidence, une forme de pression locale dans le choix des titulaires de la fonction vice-présidentielle ?

Figure 4 – Catégories socio-professionnelles de 73 vice-présidents de municipalité en Tunisie (1884-1939).

32Sur l’ensemble de la période, trois groupes émergent : en tête (trente cas) les négociants, industriels, commerçants et cadres d’entreprise : en un mot des représentants du deuxième collège, celui des chambres de commerce et d’industrie. Ensuite, au coude à coude, les professions libérales comme celles d’avocat, médecin ou journaliste (quatorze cas), les agriculteurs (douze cas), et, fait notable que l’on ne retrouvera pas dans les commissions municipales marocaines, les fonctionnaires, actifs ou retraités (douze cas). Nuançons toutefois ce dernier chiffre : cinq de ces fonctionnaires - vice-présidents étaient des retraités que l’administration installa surtout dans les années 1920-1930 à la tête de municipalités situées en périphérie de Tunis (Prat puis Lods à La Marsa, Geronimi à La Goulette, Laignelot à Tunis, R. Marcille à Carthage) ; quatre furent désignés dans de petites municipalités (El Hamma, Saint-Germain, Houmt Souk, Djerba) ; et à peine trois d’entre eux semblaient avoir endossé une tenue d’édile local dans une ville importante tout en étant fonctionnaires : leur présence fut toutefois limitée aux toutes premières années du Protectorat (Jules Gau, receveur des Postes, devint vice-président de Sfax en 1884 ; Lannier, interprète judiciaire, et l’enseignant Veyrier furent nommés à Bizerte successivement en 1887 et 1889) : après la disparition de Jules Gau en 1909, on ne retrouvera plus de fonctionnaire en activité à la tête d’une municipalité de quelque importance. Ce choix résidentiel de désigner des fonctionnaires ne devait être lié qu’à des nécessités conjoncturelles (l’absence de tout autre postulant « acceptable » au début du Protectorat) et se heurtait à un certain « anti-fonctionnarisme » qui servait souvent de ciment idéologique à une société coloniale. Enfin, dernier trait marquant, aucun employé, aucun ouvrier ni même de simple colon ne figure dans cette liste : la gestion locale restait avant tout affaire de diplômés ou de personnes disposant d’une certaine aisance économique. On retrouve dans ces statistiques partielles l’équilibre global de la Conférence Consultative d’avant 1922 : les deux-tiers (près de 63 %) des vices-présidents étaient issus du premier et deuxième collège électoral alors qu’un tiers seulement (34 %) appartenait au troisième collège. La Résidence, grande ordonnatrice de ce pouvoir local, reproduisait ainsi, à l’échelle municipale, la vision d’une société coloniale tripartite au sein de laquelle il convenait de surévaluer les représentants du moteur économique du Protectorat sans toutefois négliger ceux qui, du médecin au fonctionnaire en passant par les avocats, contribuaient à l’entretien de ce moteur.

33Si nous introduisons une variable chronologique dans cette analyse nous pouvons utiliser un groupe de trente-deux noms pour lequel nous connaissons avec certitude la date d’entrée en fonction. Ce que met en valeur cette focale, c’est un certain basculement sociologique : alors qu’avant 1914, on constatait un équilibre approximatif de nominations issues du monde agricole (six désignations) et du monde industrialo-commerçant (sept désignations), l’entre-deux-guerres semble plutôt marqué par l’affirmation de l’influence du second (huit désignations), l’émergence décisive des professions libérales (cinq désignations) et la relative marginalisation des exploitants agricoles (trois désignations seulement). Cette impression doit aussitôt être nuancée par un autre élément important : les exploitants agricoles furent moins nombreux à être nommés après 1914 en partie parce que ceux qui l’avaient été auparavant étaient toujours en place et détenaient des records de longévité. Désignés dans les premières années du siècle (entre 1904 et 1905), certains propriétaires agricoles étaient toujours en fonction dans les années trente : tel était le cas de Joseph Percie du Sert à Tébourba ; de Léon Blanc à Medjez El Bab ; ou encore de Joseph Gauffreteau à Zarzis. La faiblesse du peuplement européen de ces bourgades, la moindre importance qu’elles devaient revêtir au regard de la Résidence, favorisaient le choix de la continuité, aidé, il est vrai, par des éléments propres à la biographie des intéressés (Blanc, Gauffreteau et Fleury n’avaient pas dépassé trente-cinq ans au moment de leur entrée en fonction). Dépourvu de la sanction du suffrage, ce type de notable, installé dans la durée coloniale, rassurait une Résidence soucieuse de stabiliser le flux des migrants et qui parfois se contentait d’un renouvellement tacite de ces vice-présidences.

34Au final, l’impression d’un certain équilibre social semblait ressortir des choix résidentiels dans lesquels la part moins importante des notables agrestes paraissait contre-balancée par la durée de leur enracinement.

  • 38 Il était l’auteur d’un manuel de droit sur la législation tunisienne paru en 1910 et coécrit par D (...)

35Affinons notre propos en opérant maintenant, plutôt qu’une vue diachronique, une analyse ponctuelle en prenant comme cible l’année 1931. Certes la liste de vingt-six noms que nous obtenons alors n’est que partielle ; et nous ne disposons pas de renseignements homogènes pour l’ensemble des noms cités. Néanmoins quelques traits permettent d’appréhender un certain équilibre, à la fois social et générationnel. D’une part, sur dix-huit individus dont nous connaissons la profession, nous constatons un équilibre quasi-parfait entre les trois collèges électoraux : cinq agriculteurs-propriétaires, cinq personnalités issues du monde du commerce et de l’industrie et sept électeurs potentiels du troisième collège (quatre professions libérales et trois fonctionnaires ou retraités de la fonction publique). Peu de surprises, au demeurant, dans cet échantillonnage concernant le lien entre le choix du vice-président et la tonalité socio-économique des villes où ils sont implantés : des agriculteurs à Souk El Arba, Mateur ou Medjez El Bab ; des industriels ou des entrepreneurs à Ferryville, Bizerte, Sfax et Sousse. Seules Tunis et les municipalités périphériques semblaient rétives aux premiers comme aux seconds. Dans la capitale, la co-gérance entre le monde de la bourse et celui de la basoche se termina en 1931 par la victoire du second : au tandem de l’entrepreneur J. B. Curtelin et de l’avocat Jules Abribat, succédait Paul Thiaucourt, avocat, homme-lige de la Résidence38 ; quant à la Goulette et La Marsa, villes très fortement marquées par l’habitat européen, la Résidence en confiait alors les rênes à la sagesse expérimentée (et docile) de fonctionnaires à la retraite.

  • 39 Cela donne un nombre réel de 14 vice-présidents sur 20.

36Par ailleurs un deuxième équilibre se faisait sentir en 1931 : celui de la durée. À cette date plus de 70 % des vice-présidents pour lesquels nous possédons des données étaient en fonction depuis plus de six ans39. Même si les records de longévité, comme on l’a vu, s’enregistraient plutôt dans les zones rurales, la durée était aussi un phénomène urbain : Pierre Vernisse occupait ainsi la vice-présidence de Bizerte depuis 1917 (quatorze ans), Victor Warzée celle de Kairouan depuis 1912 (dix-neuf ans) et Jean-Baptiste Curtelin avait été nommé à Tunis en 1911 (vingt ans). Avant 1914 (alors que les municipalités existaient depuis près de trente ans), seules deux personnalités eurent des mandats de plus de quinze ans : Alexandre Epinat à Mahdia (de 1889 à 1904 au moins) et surtout Jules Gau, vice-président de Sfax pendant près d’un quart de siècle, de la création de la municipalité (1884) à sa mort (1909). Dans l’entre-deux-guerres, dans un laps de temps plus réduit (1914-1939), douze vice-présidents connurent des mandats supérieurs à quinze ans. Cette stabilisation du notable local était-elle le signe d’une captation des pouvoirs locaux au profit d’un homme ? d’une famille ? d’un clan ?

37Ce qui paraît certain c’est la solidité de ce groupe de notables locaux dans la période de l’entre-deux-guerres : tant au niveau des groupes sociaux que des implantations individuelles, l’administration, toujours en surplomb de la gestion locale, semblait avoir trouvé une forme d’équilibre. En faisant le choix de désigner des individus en prise directe avec les forces vives de la colonisation locale (agriculteur ici, négociant là, avocat ailleurs), en n’exerçant qu’un regard distancié sur les hommes, laissant sans doute seul à la manœuvre un contrôleur civil plus ou moins capable de résister à des pressions locales, elle favorisait le maintien et la durée. Ce que suggère cette première analyse des vices-présidences tunisiennes, c’est finalement l’affirmation d’une gestion libérale des sociétés locales (à l’exception, peut-être de Tunis), qui faisait la part belle au consensus (parfois) et au clientélisme (souvent). De ce fait une question surgit : et si cette attitude libérale était en fait un symptôme de faiblesse du pouvoir central ? Et si ce laisser-faire de l’administration n’était point choix conscient mais aveu d’une difficulté à quadriller en profondeur la société coloniale ? Ne serait-il pas mieux approprié alors de parler de féodalisme rampant plutôt que d’un libéralisme éclatant ?

38Certains vice-présidents de municipalité bénéficièrent d’ailleurs d’une telle longévité (Hugon à Béja, Gauffreteau à Zarzis, Percie du Sert à Tébourba eurent des mandats de plus d’un quart de siècle) qu’elle ne pouvait s’appuyer que sur la reconnaissance de leur influence locale qui, par sa durée, avait fini par devenir aussi influence globale : alors qu’ils ne présidèrent jamais de chambres consulaires et qu’ils ne furent jamais élus dans une instance centrale, ces trois vices-présidents furent présentés dans le cadre de l’obtention de la Légion d’Honneur.

39Pierre Vernisse (1873-1956) était assez caractéristique de ces notables municipaux, au profil social parfois atypique, et dont l’ascension ne peut se comprendre que dans le contexte spécifique du monde colonial.

  • 40 Arrouas et LH « Vernisse » ; nous avons pu bénéficier également du témoignage des descendants de P (...)
  • 41 L’Afrique du Nord Illustrée, Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie (1881-1931), Alg (...)

40Issu d’une famille rurale de l’Allier, Pierre Vernisse40 réussit une exceptionnelle ascension sociale et économique fondée sur deux éléments : d’une part une formation initiale (ferronnerie, serrurerie, travail des métaux…) en tant que Compagnon du Devoir ; et, d’autre part, la découverte de l’ailleurs colonial à l’occasion d’un engagement dans la Marine. De telles prémisses le rapprochent incontestablement de certains notables marocains qui, souvent issus de familles modestes, avaient contracté un engagement militaire qui fut le catalyseur de leur carrière coloniale. C’est une escale à Bizerte, à la fin du XIXe siècle, qui l’incita à s’installer dans cette ville où, autre trait atypique qui, cette fois, le rapproche des notables français de Tunisie d’avant 1881, il épousa une jeune Italienne. Il ouvrit un atelier de serrurerie, de travaux des métaux et de réparation : son expérience de mécanicien dans la marine fut le sésame qui lui permit de travailler sur les bateaux, essentiellement militaires, de plus en plus nombreux dans le port de Bizerte. Dans les années trente, son atelier était devenu une des principales entreprises de la ville, et la brochure de L’Afrique du Nord Illustrée célébrant le Cinquantenaire du Protectorat lui consacra une double page41 : construction et réparation de navires, mais aussi d’appareils de manutention, de hangars ou de ponts métalliques… Les chantiers Vernisse, désormais entreprise dotée d’une escouade d’ingénieurs, vivaient essentiellement des commandes de l’État. Ce même État lui confia, vers 1915, les clés de la municipalité de Bizerte en le nommant vice-président de la commission municipale. Choix habile de la Résidence : elle jetait son dévolu sur un entrepreneur brillant, dont le cursus colonial disait l’ascension sociale, mais qui, en outre, était dépendant de l’administration pour sa survie économique. Pour renforcer sa position politique, Pierre Vernisse se présenta au suffrage des électeurs de sa ville lors des premières élections au Grand Conseil en 1922 : il fut élu et le demeura jusqu’en 1939. Cette légitimité démocratique venait conforter (et nourrir) le soutien qu’il recevait de la Résidence en tant que responsable municipal. La combinaison de sa compétence, de son cursus militaro-colonial, du contexte économique bizertin, de son installation à un moment décisif du développement portuaire permit à Pierre Vernisse de se construire une situation économique et sociale que la Résidence d’abord, lui ensuite, surent convertir en une situation politique localement prééminente.

  • 42 Prise ici dans la configuration actuelle de la région Rhône-Alpes. Dans le détail, cela donne les (...)
  • 43 À une exception près : la petite ville de Maharès, au sud de Sfax, « tenue » par une quasi-dynasti (...)
  • 44 Poncet J, La Colonisation…, op. cit., p. 157 : arrivé en Tunisie en 1883, Lançon fut le poissonpil (...)
  • 45 Rendu C. La Saga des pionniers. Lyon et la Tunisie (1880-1914), Chantoiseau, 1995.
  • 46 Ibid., p. 207-223.

41L’équilibre socioprofessionnel dont semblait faire preuve la Résidence dans ses choix ne doit pas nous conduire à la conviction que Tunis réglait comme une horloge le mécanisme du pouvoir local, en imposant les hommes selon les seuls critères de sa volonté et de son intérêt. Déjà le cas de Pierre Vernisse nous a permis d’entrevoir comment son élection au Grand Conseil lui servit sans doute à enraciner son influence locale. Ailleurs certaines pesanteurs locales, qu’on hésitera encore à qualifier de féodales, pouvaient influer sur le choix de l’administration. Sur l’ensemble du groupe, le critère des origines des notables (cinquante-six individus peuvent alors être retenus) permet ainsi de souligner quelques traits. Ce sont les originaires de Corse qui arrivent en tête (huit cas, autour de 14 % de ce corpus partiel) suivis, avec cinq représentants chacun, des Français d’Algérie et des Marseillais (Bouches du Rhône). Trilogie somme toute assez classique en terres coloniales méditerranéennes et que nous avons déjà établie à d’autres échelles. En revanche, si l’on passe de l’échelle départementale à l’échelle régionale, cette hiérarchie est bousculée : si les Provençaux ne varient guère (aux cinq précédents, il suffit d’ajouter un natif du Vaucluse) et si l’on considère Algérie et Corse comme des régions à part entière, c’est la région lyonnaise42 qui avec treize individus (23 %) se classait largement en tête. Cette échelle permet de voir que près d’un quart des vice-présidents dont nous connaissons les origines provenait de cette seule et même région. Détail remarquable : alors que la dispersion des Corses et des Provençaux ne semblait pas obéir à une logique particulière (bien qu’ils semblent s’enraciner dans le triangle Sousse/Kairouan/Sfax : sur un échantillon de douze vice-présidents de ces trois localités, huit étaient Corses ou Provençaux), les « Lyonnais » (au sens large) se localisèrent presque exclusivement43 au nord d’une ligne Nabeul/Souk el Arba : 83 % des vice-présidents issus de la région lyonnaise se retrouvaient dans l’extrême nord de la Tunisie, en une zone où certes les communes étaient plus nombreuses, mais qui pourrait aussi se caractériser comme un espace d’investissement privilégié (surtout au niveau rural) des capitaux lyonnais. C. Rendu attribue cette empreinte lyonnaise sur le nord de la Régence tout d’abord à l’action de quelques individus (Émile Lançon44, Louis Chavent) qui, pour leur propre compte ou ceux d’investisseurs lyonnais, établirent des liens entre la Tunisie agricole du Nord et le capitalisme lyonnais, et ensuite aux liens étroits que les élites lyonnaises entretenaient avec le clergé français de Tunisie45. Par ailleurs la Résidence fut elle même, entre 1886 et 1906, fréquentée par des hauts fonctionnaires liés à la région rhodanienne : deux Résidents généraux en Tunisie, Justin Massicault (1886-1892) et Gabriel Alapetite (1900-1906) avaient occupé, juste avant leur nomination en Tunisie, la fonction de préfet du Rhône ; en 1890, le poste de directeur de l’Agriculture fut attribué (à la demande de Massicault) au Lyonnais Paul Bourde dont l’action pour développer l’oliveraie sfaxienne allait marquer les mémoires agricoles et coloniales46. Comment ne pas penser que ces hommes, par les liens qu’ils avaient pu construire avec Lyon et le département du Rhône, n’aient pas suscité une certaine forme d’émulation ?

  • 47 Arrouas et LH « Blanc (Léon) », Rendu C., op. cit., p. 138-139 et témoignage d’André Blanc (petitf (...)
  • 48 Guides bleus : Maroc, Paris, Hachette, 1930, [4e éd.].
  • 49 Arrouas « Terras J.-M.
  • 50 Arrouas « Ducrocquet P. ».

42Léon Blanc était représentatif de ces notables d’ascendance lyonnaise47 dont la caractéristique principale était l’enracinement local et agraire dans le nord de la Tunisie. Né à Lyon en 1869 dans une famille de la moyenne bourgeoisie (son père, Gabriel, issu d’une famille de soyeux, fortune faite dans le commerce du pétrole, vivait de ses rentes), il vint s’installer en Tunisie en 1894 comme stagiaire, dans la propriété d’un autre Lyonnais, Émile Lançon, dont il épousa la fille en 1896. Cette initiation à la Tunisie au travers d’une formation de stagiaire au sein d’une grande propriété était des plus courantes : les grands propriétaires terriens (et les quatre mille hectares d’Émile Lançon le rangeaient indéniablement dans cette catégorie) faisaient appel à de jeunes gens motivés, parfois pourvus de capitaux voire de compétences (comme les diplômés de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis) mais sans expérience pratique, et à qui ils mettaient, en quelque sorte, le pied à l’étrier. Après six ans de stage et quatre ans de mariage, Léon Blanc s’émancipa de son mentor et beau-père et s’associa avec un autre Lyonnais : ils acquirent mille deux cents hectares à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Tunis, dans la vallée de la Medjerda, au cœur de la future région phare de la céréaliculture tunisienne. En 1905 il se sépara de son associé et organisa sur sa propriété réduite à 531 hectares une exploitation céréalière. La même année, son assise foncière comme son rôle de « défricheur » lui valurent la reconnaissance de la Résidence qui lui offrit la fonction de vice-président de la municipalité de Medjez El Bab (« petite ville de 2 150 habitants dont 437 Européens48 »), qu’il conserva jusqu’à sa mort accidentelle en 1938. Lyon était omniprésente dans les étapes qui scandèrent la biographie économique et sociale de Léon Blanc : son arrivée en Tunisie en 1894, alors que c’était un Lyonnais, Jean-Marie Terras, qui présidait depuis 1892 la chambre d’agriculture du Nord49 ; alors même que deux autres Lyonnais tenaient les rênes économiques de la Régence avec Paul Bourde (directeur de l’Agriculture à la Résidence de 1890 à 1896) et Paul Ducrocquet (directeur général des Finances tunisiennes de 1891 à 190350). Son stage, qui s’effectua chez un propriétaire également natif de Lyon et dont on peut supposer qu’il l’obtint par la mobilisation d’un réseau personnel et régional ; son premier investissement, en 1900, qu’il accomplit avec un associé également Lyonnais. C’est peu dire que durant la décennie 1890, l’agriculture tunisienne a des relents d’entre Saône et Rhône. Il est par ailleurs remarquable de constater la force de cette empreinte régionale lorsqu'on considère le réseau des municipalités du nord-ouest de la Tunisie. Le schéma suivant indique, à côté du nom de la municipalité, les titulaires de la fonction de vice-président de la commission municipale associés à leur département de naissance quand celui-ci est connu. La récurrence des notables français originaires du centre-est de la France (en particulier de l'Ardèche) dans cette région souligne l'existence d'un lien privilégié (à la fois humain et financier) entre le Tell tunisien et l’aire régionale lyonnaise (au sens large).

Figure 1 : L’origine géographique des vice-présidents des commissions municipales du nord-ouest Tunisien

43Combinant la proximité des origines, celle des activités (la plupart furent des propriétaires terriens) et, pour la majorité d’entre eux, une occupation de la fonction durant au moins deux décennies (Blanc, Hugon, Percie du Sert, Baton), ces notables établirent ainsi au sud de Bizerte, une sorte d’enclave où se diffusait l’influence rhodanienne.

44Certes d’autres agriculteurs de même origine pouvaient être implantés ailleurs (comme J. M. Terras et É. Lançon dans la plaine viticole du Mornag) que dans le Tell céréalier de la Tunisie orientale ; mais cette dernière région, au niveau de ses notables locaux, manifestait une réelle originalité liée à une captation originelle des terres par des capitaux et des investisseurs souvent issus de départements proches de la préfecture du Rhône.

45Quittons maintenant les zones rurales du Nord de la Tunisie pour les grandes agglomérations. Nos sources nous permettent de dresser un tableau des vice-présidents des trois plus grandes villes de Tunisie.

46La compilation de renseignements prosopographiques nous permet dès lors d’établir des rapprochements et des liens entre ces personnes ; ce qui, dans un second temps, nous offrira la possibilité de dégager des contraintes et des pesanteurs dont les Résidents devaient tenir compte lorsqu’ils configuraient le pouvoir local.

Tableau 5 – Les vice-présidents de Tunis, Sfax et Sousse de 1883 à 1939.

Tableau 5 – Les vice-présidents de Tunis, Sfax et Sousse de 1883 à 1939.
  • 51 La vice-présidence de la municipalité fut bicéphale jusqu’en 1931 et monocéphale au-delà. Sfax et (...)
  • 52 Pour Sousse, nos sources sont plus fragiles : Thomas Gandolphe fut bien membre de la commission mu (...)

Notes : 5151
Note 5252

  • 53 Nantes, APT 1er V 952.
  • 54 Martini M, Stefani J.T., et Olivesi A., Les Corses de l’extérieur (600-1950), t. VI du Mémorial de (...)
  • 55 Ibid.

47Tout d’abord, évoquons l’importance des notables français originaires de Corse au sein de ce réseau des municipalités tunisiennes. « La France africaine a été créée. La Corse est l’anneau central de la chaîne qui l’unit à la mère patrie […] [et] la garantie de la sécurité de la France53 » s’exclamait Camille Pelletan en 1902. Un tel jugement ne se limitait pas à un simple constat cartographique voire géopolitique. Il dénotait la conviction de nombre de contemporains de la colonisation, Corses inclus, que les habitants de l’île de Beauté constituaient à la fois une avant-garde et une force de frappe dans le cadre de l’expansion coloniale. Récemment encore, une série d’ouvrages sur l’histoire des Corses consacrait un tome entier aux « Corses de l’extérieur54 ». Au-delà de ce constat, quelques nuances sont nécessaires. D’abord, si quelques individus apparaissent comme incontournables pour notre étude (comme le député François Pietri), leur capacité d’action et d’influence ne se limitait pas à des réseaux bornés par l’horizon de leur « petite patrie », même si, par ailleurs, il importe de tenir compte de cet horizon afin de comprendre certaines positions sociales et politiques. Ensuite, l’importance des Corses dans le processus colonial était surtout liée à leur présence dans la fonction publique (que nous avons écartée de notre étude) : une statistique opérée à partir du dictionnaire Lambert de 1912 montre que sur l’ensemble des Corses identifiés comme tels dans cet ouvrage, 60 % d’entre eux sont des agents de l’État (dont 7 % de militaires)55.

  • 56 Sur la biographie de J.F. Gallini, voir en particulier, Dictionnaire de Biographie française, sous (...)
  • 57 Nantes APT 1er V. 1240, lettre du procureur de Sousse à la Résidence générale (4 décembre 1893).
  • 58 Arrouas « Zevaco ».
  • 59 Nantes, APT 2e V. 2598.
  • 60 Sur Jérôme Bertagna, statufié à Bône et dont le nom fut donné à la principale artère de la ville, (...)

48Cependant si l’on restreint notre échelle d’observation à celle d’une ville, il est possible de voir resurgir la pesanteur politique et culturelle des réseaux corses qu’une vision trop large avait pu minorer. En ce sens, il existe des villes dont la vice-présidence était souvent (mais pas forcément exclusivement) l’apanage d’originaires de Corse, comme La Goulette, Ferryville et Sousse. Ce dernier cas était d’ailleurs assez remarquable par l’exemple de captation clanique qu’il constituait. L’émergence d’un « pouvoir corse » à Sousse pouvait être datée de l’installation dans cette ville de l’avocat Jean François Gallini56. Né à Ajaccio en 1860 dans une famille de notables insulaires (sa mère était une Pozzo di Borgo), il s’établit à Sousse en 1887 ou 1888. Notable, il l’était déjà en Corse : par sa famille, sa profession (avocat) et surtout par son élection au conseil général alors qu’il n’avait pas trente ans. Notable, il continua de l’être en Tunisie : par son mariage en 1889 avec Virginie Balzan, issue d’une vieille famille de la bourgeoisie maltaise de Sousse, et par son élection en 1896 à la Conférence Consultative comme représentant du troisième collège de la « circonscription » Sousse-Kairouan. Dernier élément pour comprendre les fondements de son pouvoir local : il ne rompit jamais le lien avec la Corse. En 1909, alors qu’il siégeait à la Conférence Consultative et qu’il était vice-président de la municipalité de Sousse depuis 1905, il remporta l’élection cantonale de Vico et devint même président du conseil général et sénateur de Corse en 1920. Il mourut à l’age de soixante-deux ans en avril 1923, peu de temps (11 décembre 1922) après avoir été élu vice-président du Grand Conseil de Tunisie. Carrière exemplaire et personnalité de premier plan : comprenons pour l’heure, en dehors de sa personnalité, les ressorts de son pouvoir local. Tout d’abord son mariage fut déterminant dans la mesure où, comme l’écrivit le procureur de Sousse en 1893, il lui permit de capter, « presque unanimement » la « clientèle anglo-maltaise57 ». « Clientèle » est d’ailleurs ici un mot heureusement ambigu dans la mesure où il permet de désigner à la fois ceux qui le sollicitèrent en tant qu’avocat (et garantirent la prospérité de son cabinet) ainsi que le réseau de relations, réservoir électoral ou soutiens choisis, sur lequel pouvaient se construire bien des ambitions politiques (et sa biographie témoigne qu’il n’en manquait pas). Deuxième élément fondamental : le lien avec la Corse. Jean-François Gallini était à la fois élu (et non des moindres) corse et notable colonial en Tunisie. Ce double positionnement lui permettait d’asseoir un double clientélisme : il pouvait faciliter l’installation de Corses en Tunisie et s’attirer en retour leur soutien électoral (en Tunisie) et celui de leur famille (en Corse). Une telle ubiquité fonctionnait comme une synergie remarquable qui pouvait faire conforter l’une et l’autre de ses positions sociales et politiques dans les mêmes proportions ! Un tel mécanisme ne pouvait qu’induire le développement d’une enclave corso-gallinienne dans ces régions méridionales de la Tunisie. C’est tout naturellement que le fils de Jean-François, Charles Gallini, vint occuper la vice-présidence de Sousse en 1934 : la brièveté du mandat ne fut ici que la conséquence d’une mort prématurée (Charles Gallini n’avait pas plus de quarante ans). Encore plus remarquable, pour peu que l’on considère non plus Sousse, mais les autres grandes agglomérations proches (Sfax et Kairouan), fut la capacité des Gallini à implanter l’influence de proches dans cette région : dans le courant des années trente, deux hommes, nés dans le village dont Gallini était l’élu cantonal (Vico), s’imposèrent sur la scène locale. Séraphin Zevaco58, né en 1893, avocat comme les Gallini, élu de la région de Sousse au Grand Conseil à partir de 1928, fut vice-président de la municipalité de Kairouan au début des années trente puis de celle de Sousse à partir du décès de Charles Gallini : ainsi la fonction sortait de la famille mais pas du réseau clientéliste trans-méditerranéen qui reliait le canton de Vico et le Sahel tunisien. De la même façon, François Paoli59, natif de Vico également, cadre de la Compagnie des Phosphates de Gafsa, était régulièrement élu au Grand Conseil depuis 1920 (où il représentait la région sfaxienne) et accéda à la vice-présidence de Sfax en 1939. À la veille de la Deuxième Guerre Mondiale les deux principales villes de Tunisie (hors Tunis) étaient dirigés par deux Corses, de la même génération (Zevaco avait quarante-six ans et Paoli, cinquante-deux) et qui étaient aussi natifs du même canton si ce n’est du même village. Sans compter que ces deux personnages étaient également de la même génération que celle du fils décédé de Jean François Gallini (né en 1895). Difficile d’échapper à Sousse à l’influence des Gallini d’autant plus que, un peu comme dans le cas de la dynastie Bertagna à Bône, la ville, par sa statuaire, avait tendance à s’identifier avec la famille60.

  • 61 Nantes, APM 1er V. 1646-1, Voyage du Président Doumergue (1931), brochure sur Sfax.
  • 62 Nantes, APM 1er V. 1003, liste électorale de Sfax en 1905.

49Sfax et Tunis offraient également quelques éléments récurrents. L’origine géographique n’est guère une donnée pertinente pour comprendre la succession des vices-présidents de Sfax. François Paoli, dont nous avons déjà parlé à propos des réseaux Gallini, disposait en fait d’un autre atout pour expliquer sa présence à la tête de la grande ville du Sud : il était cadre de la Compagnie Sfax-Gafsa comme ses deux prédécesseurs depuis 1928, le polytechnicien Louis Durandeau (directeur de la branche ferroviaire de la Compagnie) et Henri Couderc. Constituée en 1897, cette société exploitait les riches gisements de phosphates découverts en 1886 près de Metlaoui. Sfax était située à plus de deux cents kilomètres de l’exploitation mais une ligne ferroviaire ouverte en mai 1899 fit de la ville le débouché de la production. Dans une brochure de 1931, concoctée par le journal La Dépêche Sfaxienne à l’occasion de la visite du président Doumergue, le rôle de la Compagnie, dont le siège jouxtait alors l’immeuble du Contrôle Civil sur la principale artère de la ville, était exalté en termes peu nuancés : « Sous l’impulsion raisonnée de la Compagnie de Gafsa, Sfax cessa d’être une bourgade de pêcheurs d’éponge et de petits exportateurs […], l’homme tiré de sa torpeur s’anime et produit61. » La presse diffusait ainsi une sorte d’histoire locale officielle, faisant de la compagnie le cœur même de la ville et de ce rail qui la reliait au gisement la condition sine qua non de sa survie et de son dynamisme : quoi de plus naturel alors de voir des cadres de cette entreprise diriger aussi la municipalité ? À la mort de Jules Gau en 1909, le pouvoir municipal de Sfax fut ainsi occupé par une série de négociants avant de se concentrer dans les mains des employés de la Compagnie et de n’en point sortir. Cette conjonction entre les affaires urbaines et le principal employeur de la région (en 1905, les employés de la Compagnie constituaient près de 63 % des inscrits sur les listes électorales du deuxième collège62) était-elle une manière commode de faire converger intérêts publics et intérêts privés ? voire de confondre l’employeur et l’élu sous le prétexte qu’une part importante de l’électorat était employée par l’entreprise ? En tout cas il s’agissait de déléguer, en somme, la gestion de la ville, de son urbanisme et de son développement à ceux qui pouvaient en tirer un avantage immédiat.

50Tunis ne présentait, en revanche, de 1883 à 1939, aucune captation par des réseaux particuliers, qu’ils fussent géographiques ou économiques. Les quatorze vice-présidents venaient d’horizons variés et il est difficile de détecter dans cette liste des éléments dont la récurrence pourrait faire sens. En fait il s’en trouve bien un, qui n’est visible que parce qu’il disparaît brutalement en 1931, au moment même où la Résidence décida d’aligner Tunis sur les autres commissions municipales en ne nommant qu’un seul vice-président au lieu de deux. Cette année-là, l’avocat Paul Thiaucourt, âgé de quarante-neuf ans, était choisi, seul, pour prendre la tête de la commission municipale. Il succédait ainsi à Jules Abribat (soixante-treize ans) et à Jean-Baptiste Curtelin (quatre-vingt-un ans), récemment décédé. L’âge est ici une donnée importante. En fait les fauteuils vice-présidentiels de Tunis étaient systématiquement proposés depuis le début du XXe siècle à des notables déjà avancés en âge : entre 1906 et 1931, l’âge moyen des vice-présidents au moment de leur prise de fonction dépassait les soixante-six ans et avoisinait les soixante-dix-huit ans au moment de leur départ.

Tableau 6 – L’âge des vice-présidents de la commission municipale de Tunis (1906-1931).

  • 63 Arrouas « Thiaucourt » : notice sur les vice-présidents de la municipalité de Tunis.

Noms

Date du mandat63

Âge lors de l’entrée en fonction

Âge lors de la sortie de fonction

Césaire Dumergue

1906-1911

66 ans

71 ans

Pierre Chabert

1911-1927

69 ans

85 ans

Jean-Baptiste Curtelin

1911-1931

61 ans

81 ans

Jules Abribat

1927-1931

69 ans

73 ans

  • 64 Arrouas « Laignelot ».
  • 65 Arrouas, « Geronimi ».
  • 66 Lambert 1912 et Arrouas « Prat ».
  • 67 Marcille J., Le Printemps de Carthage, Souvenirs et images sur les collines de Carthage (1841-1925 (...)

51De fait, jusqu’en 1931, la totalité des vice-présidents de Tunis avaient comme point commun d’avoir connu le premier Résident Général Paul Cambon (1881-1886) : soit parce qu’ils étaient natifs de Tunisie et déjà engagés dans la vie publique, soit parce qu’ils étaient arrivés en Tunisie avant 1886. Plus d’un demi-siècle après le début du Protectorat, c’était toujours la génération du Traité de la Marsa (Curtelin était arrivé en 1881 et Abribat en 1883) qui veillait aux destinées de la capitale ! On est en droit de se demander si un tel état de fait n’aurait pas perduré encore quelque temps si le décès de J. B. Curtelin en 1931, détenteur du record de longévité à la tête de la commission municipale (près de vingt ans), n’avait été utilisé par le Résident Manceron pour modifier cette instance. La fonction de vice-président de Tunis, après avoir été le réceptacle (avec ses deux premiers détenteurs, Dubos et Valensi) d’une vision dynamique et technicienne, presque saint-simonienne, de la gestion urbaine dans un pays d’Afrique du Nord, s’était transformée en refuge des vieux turbans de la première colonisation, voire en conservatoire de l’influence des (très) « Vieux Tunisiens » issus de la « Nation » française pré-coloniale. Cependant les années 1930 marquèrent une rupture dont la caractéristique principale consistait en une reprise en main de la municipalité par des notables proches du pouvoir résidentiel. Nous avons déjà montré en quoi Paul Thiaucourt, choisi en 1931, pouvait être considéré comme proche de la Résidence. Son successeur, le général (à la retraite) Jean Laignelot64 occupa la fonction de commandant supérieur des troupes en Tunisie à partir de 1926 ainsi que le ministère de la Guerre du gouvernement tunisien. Ce Saint-Cyrien quitta l’armée d’active au début des années 1930 mais demeura en Tunisie avant d’être nommé à la tête de la municipalité de Tunis en 1934. Ce choix s’inscrivait dans une logique dont nous avons déjà aperçu quelques signes. Elle confirmait la volonté de l’administration française de confier les rênes des municipalités de Tunis et de sa banlieue (en fait de la ville-centre à La Marsa en passant par La Goulette et Carthage : bref, le trajet de la ligne TGM qui reliait la capitale aux espaces résidentiels et récréatifs du littoral méditerranéen) à des fonctionnaires retraités. Mathieu Geronimi65, qui travailla pendant plus de trente ans au secrétariat général du gouvernement où il occupa, avant sa retraite, le poste de chef de bureau des communes, prit les rênes de la commission municipale de La Goulette en 1927 ; à La Marsa, dans les années 1930, un ancien directeur d’école (E. Lods) succéda à un contrôleur civil à la retraite (C. Prat66) ; René Marcille, ingénieur chimiste de la direction de l’agriculture, retraité en 1934, fut choisi pour la vice présidence de la municipalité de Carthage en 193667. Notons, au passage, que ces fonctionnaires retraités furent, pour partie, désignés en fonction de critères personnels qui semblaient parfaitement adaptés aux villes qu’ils devaient gérer : M. Geronimi était d’origine Corse, ce qui, à La Goulette, dans une ville parfois plus italienne que Française, était, sans doute, vu comme un atout par la Résidence. De même le choix, pour Carthage, de René Marcille, fervent catholique, président des conférences Saint Vincent de Paul, s’apparentait à un geste en direction des autorités ecclésiastiques et surtout archiépiscopale dans la mesure où la ville abritait, au sommet de la colline de Byrsa, la cathédrale Saint-Louis, l’église primatiale d’Afrique.

  • 68 Témoignage d’André Blanc.
  • 69 Tunis, ANT, E-180-5.
  • 70 LH « Guirimand Casimir » et ARROUAS « Guirimaud [sic] Pierre ».

52Féodalité donc ? Il n’était pas exagéré de parler d’un certain enracinement féodal, du moins au-delà des années 1920. Il ne faut pas entendre ici le terme de féodalité au sens restreint d’une appropriation d’une fonction ou d’une institution par une même famille et ce pour une durée uniquement limitée par le décès du titulaire de la charge. Certes ce premier sens existait en Tunisie. Après le décès accidentel de Léon Blanc (vice-président de Medjez El Bab) en 1938, son fils Marcel lui succéda68 ; même constat à Béja où Jean Hugon démissionna de son fauteuil de vice-président en 1950, après avoir succédé à son père69, ou encore à Maharès où les Guirimand, Casimir puis Pierre, se succédèrent en 193170.

53Le terme de féodalité conviendrait encore mieux s’il permettait d’élargir à des natifs d’une même région ou des membres d’un même réseau la possibilité de se succéder entre soi. À regarder ce qui se tramait au niveau des pouvoirs locaux, on se prend parfois à deviner des enclaves infra-régionales : un Sahel tunisien tenu par un condominium entre la Compagnie des Phosphates de Gafsa et toute une gamme de notables corses, un Nord-Est agraire où les originaires d’entre Saône, Loire et Rhône tenaient le haut du pavé, ou encore une capitale dont les fonctions édilitaires servirent longtemps de conservatoire aux notables des temps héroïques. Cette vision admet des points obscurs (nos sources souffrent d’être trop hétérogènes et partielles) comme des contradictions ponctuelles. Il n’empêche : le choix des vice-présidents tend à démontrer que l’administration française intégrait aux éléments qui fondaient ses choix des particularismes locaux. Elle avalisait bien souvent (et du coup renforçait) des statures notabiliaires en entérinant des configurations locales, établies par un tissu urbain, tressé de multiples liens régionalistes, économiques ou sociaux.

Maroc : À la recherche des « éléments »

54Les possibilités archivistiques permettent, dans le cas des commissions municipales marocaines, de prendre un peu de hauteur statistique. L’administration française du Maroc, comme celle de Tunisie, restait confrontée à des choix individuels. Cependant, au Maroc, ces derniers visaient à composer un ensemble et ne se focalisaient pas sur une personnalité destinée à exercer seule des fonctions particulières. La différence entre les commissions municipales tunisiennes et marocaines avait ainsi partie liée à une attitude différente des administrations françaises, que reflète aujourd’hui un contraste archivistique : alors qu’à Tunis on se souciait quasi-exclusivement du choix du vice-président (au point, comme nous l’avons vu précédemment, de négliger le renouvellement du mandat des membres des commissions municipales), à Rabat, en s’appuyant sur les fonctionnaires locaux (contrôleurs civils et chef de région) on apportait à la composition de ces instances locales une minutie toute particulière, dont témoigne la masse de fiches individuelles sur de potentiels membres de commissions. En témoigne également le nombre de circulaires consacrées à ces commissions ; leur fonction était non seulement d’harmoniser le recrutement de leurs membres, mais aussi de veiller à de savants dosages politiques, économiques et sociaux. Alors qu’à Tunis la Résidence observait de loin l’affirmation d’un pouvoir local, se contentant bien souvent d’en enregistrer les soubresauts, comme un astronome détecte les mouvements des planètes, la Résidence marocaine se voulait omniprésente sur le plan local, toujours à la recherche d’une composition humaine à la fois équilibrée, représentative de la communauté française du cru et prête à collaborer avec l’administration, comme s’il existait une formule chimique de la co-gestion en milieu colonial.

55Les questions qui peuvent alors nous guider sont les suivantes : selon quels principes ces choix étaient-ils faits ? Ces principes formaient-ils une norme intangible ou bien la réalité de la composition des commissions s’en écartait-elle parfois ?

  • 71 Toutefois il convient d’ajouter à ces municipalités des formes plus diffuses d’emprise politique e (...)
  • 72 Nantes, APM, DI 295, note sur l’organisation des municipalités du 12 octobre 1933.

56Alors que le mouvement communal tunisien avait entraîné, entre 1884 et 1922, la création de près de cinquante-neuf communes, le Maroc n’avait, en 1939, que dix-sept municipalités dotées d’une commission municipale71. Quels principes avaient organisé ce maillage municipal du Protectorat ? Il semblerait que ce soit un critère politique (rôle historique de la ville, son passé prestigieux, certaines fonctions de commandement régional) et un critère budgétaire (libérer le budget de l’État de l’administration locale en se reposant sur une partie des élites urbaines) qui décidèrent alors de ces implantations, que résume le tableau suivant72.

Tableau 7 – Composition et date de création des commissions municipales marocaines (1912-1939).

Tableau 7 – Composition et date de création des commissions municipales marocaines (1912-1939).
  • 73 Rabat, AP A 1734.
  • 74 Girault A., Principes…, op. cit., p. 257.
  • 75 Nantes, APM DI 295, tableau joint à une note du 28 mai 1937.
  • 76 La commission municipale de Fès existait déjà depuis 1912 mais ne concernait que les notables maro (...)

Notes7373
Notes 7474
Notes 7575
Notes 7676

  • 77 Cf partie I.
  • 78 Rabat, AP A 1385, lettre du vice-consul de Safi au Résident général en date du 26 juillet 1913.
  • 79 Decroux P., La Vie municipale…, op. cit., p. 343.
  • 80 Rabat, AP A 620, note du Secrétariat Général du Protectorat [1931].
  • 81 Rabat, AP A 1721, lettre du chef des services municipaux à la direction des affaires civiles en da (...)
  • 82 Rabat, AP A 688, note manuscrite du chef des services municipaux [fin 1926].
  • 83 Rabat, AP A 1287, note de l’administration municipale au secrétariat général du Protectorat en dat (...)
  • 84 Rabat, AP A 1729, lettre du contrôleur civil de la région des Abda-Ahmar no 2168, novembre 1925.

57Le rythme des créations, plutôt lent, dénotait la prudence avec laquelle la Résidence marocaine abordait l’organisation d’un pouvoir local. Elle préférait alors ne pas mettre à l’eau une embarcation municipale plutôt que d’être confrontée à des choix contraires aux visées administratives77. En 1913, le Vice-Consul de Safi refusa ainsi de mettre en place une commission municipale car les Français n’étaient pas « en nombre suffisant pour faire un choix utile78 ». Une telle attitude fut une constante de l’administration : dans les années 1930, Agadir, pourtant érigée en municipalité79, n’était toujours pas dotée d’une commission municipale « en raison de l’instabilité de la population […] qui ne compte encore […] aucun élément utilisable à cette fin80 ». Une commission déjà constituée n’était même pas à l’abri de se voir (provisoirement) effacée ou amputée d’une partie de ses sièges : en 1920, le chef des services municipaux de Fès demanda (et obtint) la dissolution de la première commission municipale française ainsi traitée pour avoir fait montre de « mauvais esprit » et d’une « inefficace collaboration81. » À Azemmour, en 1926, il était « impossible de trouver dans la population française un homme de bonne volonté82 » ce qui conduisait à laisser vacant le deuxième siège offert aux Français au sein de la commission. À Ouezzan, jeune municipalité créée en 1927, on supprima le quatrième siège de la commission française, concédé en 1932, car il était « de plus en plus difficile de trouver sur place les éléments ayant l’indépendance nécessaire et présentant les garanties suffisantes pour pouvoir remplir convenablement les fonctions de commissaire municipal83 ». D’une manière générale, dans les municipalités petites ou moyennes, la correspondance des contrôleurs civils laissait transparaître l’agacement de ne point rencontrer dans leur juridiction des notables conformes à l’image, sans doute métropolitaine et mondaine, qu’ils s’en faisaient. S’adressant au secrétariat général du Protectorat, le contrôleur civil de la région des Abda-Ahmar (Safi) laissait échapper, laconique et plein de morgue : « vous le savez, les éléments ici n’abondent pas84. »

  • 85 Nantes, APM DI 295, note de l’administration des municipalités du 12 octobre 1933.
  • 86 Nantes, APM DI 295, circulaire du 16 janvier 1919.
  • 87 Rabat, AP A 1731, circulaire du secrétariat général du Protectorat en date du 10 octobre 1923.

58Le secrétariat général du Protectorat était justement le lieu vers lequel convergeaient ces problèmes et les enjeux de la gestion des municipalités85. C’est lui qui élaborait le maillage des pouvoirs locaux ainsi que la composition annuelle des commissions municipales. De 1912 à 1924, ces dernières se renouvelaient chaque année : au début de l’automne, le fonctionnaire qui occupait la fonction de chef des services municipaux envoyait au secrétariat général, pour approbation, sa liste de candidats à un poste de commissaire. Ce principe avait été posé par une circulaire de Lyautey du 16 janvier 191986, écrite dans un contexte particulièrement tendu de crispation coloniale et dont l’objectif était alors de relancer les institutions municipales (inventées formellement depuis 1912, configurées par un premier Dahir en 1913 et refondues en 1917), léthargiques pendant la Grande Guerre et réceptacles des contestations après l’armistice. À partir de 1924, le secrétariat général confia la tâche d’élaboration des propositions non plus au chef des services municipaux mais à son supérieur hiérarchique, le contrôleur civil, qui assumait la charge de chef de région : désormais le fonctionnaire municipal envoyait un premier lot de fiches de candidatures au chef de région qui avait autorité pour élaguer ou enrichir avant de communiquer le tout à Rabat. En apparence, il ne s’agissait que d’une modification mineure dans la procédure administrative. En fait un tel changement traduisait une suspicion grandissante de la Résidence à l’encontre de ses subordonnés municipaux. La circulaire de 1923 qui annonçait cette réforme ne disait pas autre chose : certes, les mots étaient pesés et l’expression mesurée, mais il y était tout de même écrit que la procédure de désignation des candidats à la commission municipale par le chef des services municipaux était « susceptible de présenter quelques inconvénients en raison du contact plus étroit avec la population que les chef des services municipaux sont obligés de maintenir en vertu de leur fonction même […] Le choix de l’administration doit s’exercer proprio motu87 ».

59Cette incursion du droit canon –au travers de la formule pontificale du proprio motu (« de son propre mouvement »)– dans l’élaboration d’un droit colonial peut prêter à sourire ; elle n’en dénote pas moins le refus de la Résidence d’accepter un partage du pouvoir avec la société coloniale. La plupart des hauts fonctionnaires, sans être pour autant imperméables aux revendications des uns et aux sollicitations des autres, manifestaient parfois, en contexte colonial, une attitude marquée par la conviction d’une certaine infaillibilité sinon pontificale du moins administrative.

  • 88 Rabat, AP A619, lettre du contrôleur civil du Gharb au service des municipalités (31 octobre 1928)

60Ce sentiment de supériorité –à la fois intellectuelle, juridique et, bien souvent, sociale– s’exprimait également dans l’objectif de la Résidence, qui consistait à faire de la commission municipale un modèle réduit des forces vives de la colonisation dans le but d’en calmer les ardeurs et les revendications. Les propositions faites par les chefs de région devaient dès lors correspondre, comme l’écrivait G. Becmeur (contrôleur civil en charge de la région du Gharb) aux personnes qui seraient, en terre de suffrage universel, « vraisemblablement appelé[e] s par l’opinion publique à la gestion des affaires municipales88 ». Non seulement l’administration se substituait au suffrage universel, mais elle prétendait en saisir les contours, par le seul usage d’un jugement éclairé.

  • 89 Rabat, AP A 628, lettre de Lyautey au chef des services municipaux de Fès (28 mars 1919).
  • 90 Rabat, AP A 1731, circulaire du 10 octobre 1923.
  • 91 Rabat, AP A 1728, circulaire du 26 juillet 1924.
  • 92 Rabat, AP A 688, circulaire du 26 février 1926.

61Ce jugement devait également présider à l’architecture de ces commissions. Dans un courrier au chef des services municipaux de Fès en mars 1919, Lyautey précisait ses attentes : « [les] commissions ne doivent pas comprendre seulement des représentants de l’élément industriel ou commerçant mais aussi, pour une grosse part, des représentants de l’élément “consommateur” et, si possible de l’élément “ouvrier89”. » Des circulaires ultérieures (192390, 192491, 192692) rappelaient avec insistance la nécessité d’un dosage sociologique dont la fonction première était d’impliquer la totalité de la société coloniale dans une co-gestion mesurée de la politique locale.

62Le tableau suivant (construit à partir d’exemples issus de services divers et pris tout au long de la période) permet de saisir, selon un axe à la fois chronologique (de 1919 à 1937) et administratif (du Résident au fonctionnaire local) les variations des catégories sociales au sein desquelles étaient appréhendées les commissions municipales :

Tableau 8 – Catégories sociales construites par l’administration pour classer les membres des commissions municipales marocaines (1919-1937).

  • 93 Ibid, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) à la direction des affaires civiles (10 (...)
  • 94 Rabat, AP 1721, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) au secrétariat général du Prot (...)
  • 95 Nantes, APM DI 295, note du service des municipalités du 28 mai 1937.

Circulaire Lyautey

Chef des services municipaux de Casablanca93

Chef des services municipaux de Casablanca94

Secrétariat Général du Protectorat

Secrétariat Général du Protectorat95

1919

1919

1920

1923

1937

commerce

gros commerce et agriculture

commerce et agriculture

représentant de sociétés importantes

commerçant

industrie

industriels

représentants de commerce

petit commerçant

industriel

consommateur

entrepreneurs

représentant de firme commerciale

consommateur

profession libérale

ouvrier

professions libérales

industriel

employé

ouvrier

agriculteurs ou colons

ouvrier

artisan

rentier non fonctionnaire

fonctionnaire retraité

  • 96 Rabat, AP A619, lettre du chef de région de la Chaouia au secrétariat général du Protectorat (2 no (...)
  • 97 Rabat, AP A 1731, lettre du contrôleur civil de la Chaouia au secrétariat général du Protectorat ( (...)
  • 98 Rabat, AP B 40, discours de V. H. Blanc lors du débarquement du Résident général, 1929.

63Ce tableau traduit la multiplicité des grilles de lecture du social utilisées par les fonctionnaires français : l’industrie était une catégorie à éclipse, tantôt dotée d’une identité propre, tantôt dissimulée dans le groupe « représentant de sociétés importantes » ; le commerce, quant à lui, subissait plutôt un phénomène96 inverse : il se scindait en plusieurs groupes marqués en général par l’opposition entre les « gros » et les « petits », les agents de grandes compagnies métropolitaines et le quincaillier du quartier, sans parler d’autres sous-groupes comme celui du « moyen commerce » qu’inventa le chef de la région de la Chaouia en 1928 afin de justifier une candidature ou la non moins opaque « classe bourgeoise » de ce même contrôleur en 192397. Le comble de la confusion était atteint avec la mystérieuse catégorie des « consommateurs ». Doit-on y voir une déclinaison du « troisième collège » électoral ? Certains en avaient la certitude : en 1929, accueillant L. Saint, V. Blanc, élu du troisième collège à Casablanca, en profitait pour saluer la mémoire du Résident T. Steeg « qui, par la création du troisième collège, appela enfin les consommateurs à faire entendre leur voix au sein du Conseil de Gouvernement98 ».

  • 99 Rabat, AP A1721, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) à la direction des affaires c (...)

64Dans la pratique, il en allait autrement : en 1919, le chef des services municipaux de Safi proposa comme représentant de ce groupe un commerçant. Par ailleurs, la distinction formelle entre « ouvrier » et « consommateur » n’était guère plus évidente et, bien souvent, les fonctionnaires locaux, achoppant sur le flou des barrières sociologiques entre les deux groupes, bombardaient un ouvrier comme « représentant des consommateurs » en arguant, comme le fit le chef des services municipaux de Casablanca en 1920, que l’ouvrier en question avait participé à la « création d’une coopérative ouvrière99 ». D’une manière générale, l’effort conceptuel exigé pour une approche sociologique du Maroc colonial n’était pas à la hauteur du souci de l’administration d’impliquer la totalité du spectre social, que traduisaient quantité de notes, de circulaires et d’enquêtes (comme celle de 1937). D’une année sur l’autre, un même fonctionnaire (comme le chef des services municipaux de Casablanca en 1919 et 1920) pouvait ré-agencer des catégories sociales, les affiner, les simplifier… et compliquer encore plus la tâche d’une Résidence pourtant gourmande de statistique précise.

  • 100 Rabat, AP A 1701, lettre du chef des services municipaux (Kénitra) au secrétariat général du Prote (...)
  • 101 Rabat, AP A628, lettre du chef des services municipaux (Fès) (23 juin 1919) et réponse de la Résid (...)

65D’une manière beaucoup plus pragmatique, ces fonctionnaires locaux, lorsqu’ils établissaient les candidatures, le faisaient en partie selon des critères macro-sociologiques mais aussi en se laissant guider par deux questions : tout d’abord, quelles étaient les personnalités qu’il valait mieux intégrer à la commission municipale afin d’en canaliser l’ardeur tribunitienne ? Quelles étaient, ensuite, les personnalités dont on pouvait attendre une aide efficace en termes de gestion locale ? S’agissant de la première question les exemples étaient rares mais éclairants. À Kénitra, en 1914, il s’agissait de « donner une pâture précise à la fringale d’activité des groupements100 » ; en 1919, face à la création d’un remuant « syndicat pour la défense des intérêts français », le chef des services municipaux de Fès demanda et obtint de la Résidence que les deux principaux meneurs dudit syndicat, Oulibou et La Foata, fussent intégrés, dans les semaines qui suivirent, à la commission municipale101.

  • 102 Rabat, AP A 1734, lettre du chef des services municipaux (Fès) au secrétariat général du Protector (...)
  • 103 Rabat, AP A 1732, lettre du chef des services municipaux à la direction des affaires civiles (22 o (...)
  • 104 Rabat, AP A 1731, lettre du chef des services municipaux au délégué à la Résidence, (9 novembre 19 (...)
  • 105 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, 1998, Paris, Hazan, p. (...)
  • 106 Taraud C., La Prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1932), Paris, Payot, 2003, p.  (...)
  • 107 Rabat, AP A 688, circulaire du 26 février 1926.
  • 108 Rabat, AP A 688, note du chef des services municipaux (Casablanca) au Contrôleur Civil de la Chaou (...)

66Plus subtilement, la nomination à la commission est envisagée comme la solution à un déséquilibre des rapports de force : ainsi, toujours à Fès, la candidature d’un certain Duproz était-elle mise en avant afin qu’il représente « les locataires de la ville européenne » et faire ainsi « en certain cas, contrepoids aux deux propriétaires de ce quartier102 », présents également au sein de la commission. Par ailleurs, les nécessités pratiques de la gestion municipale conduisaient parfois à privilégier des choix techniques : à côté de candidatures « catégorielles » (un représentant des « colons et des cultivateurs », un autre des « intérêts des petits commerçants »), le chef des services municipaux d’Oujda présentait également en 1921 les candidatures de L. Boscione, un entrepreneur de travaux publics dont les « avis seront utiles dans les questions de voirie » et de L. Douillet, directeur de banque, dont « la collaboration est utile en matière de finance103 ». Même attitude à Meknès en 1923 avec la candidature de Félix Thouveney, un négociant en bois, bon connaisseur des montagnes environnantes « où il peut recueillir des renseignements d’ordre économique fort intéressants pour la municipalité104 ». De la même façon, il n’était pas inutile de recruter des architectes ou des ingénieurs-géomètres dont les compétences professionnelles pouvaient servir lors des débats ayant trait à l’urbanisme. Ainsi Albert Tardif, ingénieur-géomètre, fut-il nommé à la commission municipale de Casablanca en 1919 : il était l’auteur, en 1912, d’un premier plan d’extension de la ville, à la fois bilan de son développement depuis 1907 et tentative de canaliser l’urbanisation anarchique et spéculative de la ville et dont s’inspira, quelques années plus tard, Henri Prost pour dessiner les grands axes de l’urbanisme de Casablanca105. À Meknès, il n’y eut pas moins de quatre architectes au sein de la commission municipale entre 1920 et 1928. Cependant il était quelquefois des choix hasardeux : ainsi l’architecte Paul Haberlach, nommé à la commission municipale de Marrakech en 1928, en démissionna-t-il au mois de mars 1931. La raison ? Il s’était lié avec un entrepreneur de la ville, Debachy, afin de lancer une vaste opération immobilière : la construction d’un « quartier réservé », gigantesque lupanar clôturé pour lequel l’administration municipale devait donner son accord. On ne saurait dire quels avantages Haberlach, qui devint, après sa démission, le principal collaborateur de Debachy dans cette opération (qui devait donner lieu à un scandale politico-financier quelques années plus tard) tira de sa position de commissaire municipal et si, oui ou non, il manipula la commission au profit de Debachy106. Sa démission laisse entendre qu’il y avait une collusion trop évidente et pour le moins gênante entre affairisme immobilier et gestion municipale qui interdisait son maintien. L’impératif de l’éclectisme social était ainsi tempéré par une obligation d’efficacité dans la mesure où il s’agissait également de désigner des « personnalités susceptibles, par leur instruction générale et par leur situation d’apporter à l’administration un concours effectif107 » : « Difficile […] de trouver des ouvriers sérieux […] qui acceptent de consacrer un peu de leur temps aux affaires municipales108 » affirmait sans recul le chef des services municipaux de Casablanca.

67La palette qu’utilisaient les contrôleurs civils (locaux ou régionaux) pour composer les commissions comprenait donc trois couleurs : une couleur sociologique (proposer des candidats qui reflétaient la société locale et ses forces économiques), une couleur politique (proposer des candidats susceptibles d’être plus remuants « dehors » que « dedans ») et une couleur pragmatique et technique (proposer des candidats dont le profil individuel constituait un avantage dans le cadre de la gestion municipale). Même si parfois des associations (comme les Anciens Combattants ou l’Union des Familles Françaises Nombreuses) réclamaient une place dans les commissions, cette trilogie organisa néanmoins la construction du pouvoir local durant toute la période de l’entre-deux guerres.

68En tenant compte des règles et des pratiques liées à sa composition, quelle vision d’ensemble peut-on alors avoir du groupe des commissaires municipaux français du Maroc ? Sur un total de 565 commissaires, il a été possible de connaître leur origine géographique pour près de la moitié d’entre eux (52 %) et leur activité pour plus des trois quarts (84 %).

Figure 6 – Origine régionale (en %) des membres français des commissions municipales du Maroc (1912-1939).

69De prime abord, l’éventail des origines reproduit, à peu de chose près, le résultat que nous avons déjà mis en évidence pour l’ensemble des Protectorats : plus de la moitié (63 %) des membres des commissions municipales étaient originaires soit du Maghreb, soit d’un triangle Lyon/Perpignan/Nice particulièrement bien représenté. Par ailleurs, il est possible de détecter quelques traits pertinentsliés à ces origines régionales. Arrêtons-nous sur le cas des commissaires municipaux français originaires d’Algérie.

Tableau 9 – Part des commissaires originaires d’Algérie dans les commissions municipales marocaines.

  • 109 Le taux de fiabilité de ces statistiques est variable selon les villes : ainsi si l’on connaît l’o (...)

Villes

Total des commissaires

Pourcentage de commissaires originaires d’Algérie109

TAZA

22

60,0 %

SETTAT

11

57,0 %

OUJDA

44

56,6 %

FÈS

50

28,5 %

KÉNITRA

69

19,0 %

SAFI

24

18,0 %

MARRAKECH

46

16,0 %

MEKNÈS

56

11,0 %

CASABLANCA

107

09,0 %

MOGADOR

22

08,0 %

RABAT

61

03,0 %

MAZAGAN

27

00,0 %

OUEZZAN

9

00,0 %

  • 110 Dans la mesure où nous n’avons pas systématiquement dépouillé les archives de la commission munici (...)
  • 111 Rabat, AP A 628, extrait du procès-verbal de la séance du 3 avril 1919.

70À Casablanca le poids de l’Algérie (quatre commissaires) et surtout de la Corse (un seul commissaire) n’était guère important : la capitale économique du Maroc se révélait être plutôt sous la coupe des Marseillais (14 % des commissaires aux origines identifiées) et, en premier lieu, des Parisiens (18 %). Cette impression est confirmée dès lors que l’on considère les vice-présidents élus de la commission : sur les six vice-présidents que nous avons identifiés110, deux sont originaires de Paris (Georges Gillet et Charles Sabalot) et aucun de Corse ou d’Algérie. Ces commissaires originaires d’Algérie étaient d’ailleurs (à l’exception de Safi et Kénitra), assez mal représentés dans les villes « historiques » du littoral atlantique : un seul Français d’Algérie a pu être identifié au sein de la commission de Rabat. Quant aux deux cités portuaires de Mazagan et de Mogador, les deux seules où l’on trouvait des membres français de commissions natifs du Maroc, elles leur étaient également particulièrement fermées : un seul d’entre eux parvint (péniblement) à siéger à Mogador (et encore n’est-il nommé que fort tardivement, en mai 1939, alors qu’il résidait dans cette ville depuis le début des années 1920) et aucun ne franchit la porte de celle de Mazagan. Ces deux villes manifestaient ainsi une double originalité : par leur ouverture aux « Vieux Marocains » et par leur fermeture aux « Algériens ». Est-ce là l’explication d’une attitude toujours un peu décalée de ces commissions par rapport aux tendances générales du Protectorat ? En tout cas, Mazagan fut la seule commission municipale française à protester lorsqu’en 1919, une circulaire vint imposer des réunions séparées aux sections françaises et marocaines. Les commissaires français revendiquaient des sessions uniques en invoquant le fait que « les intérêts européens, musulmans et israélites [étaient] mêlés111. »

  • 112 À l’exception de la petite municipalité d’Ouezzan où près de 50 % des commissaires étaient origina (...)

71À l’inverse la partie orientale du Maroc demeurait largement sous l’influence des Français d’Algérie (en particulier ceux du département d’Oran) : à Fès ils représentaient déjà un peu plus du quart des commissaires aux origines identifiées (28,5 %) ; plus à l’est les proportions dépassaient la moitié du nombre des commissaires : 56,6 % à Oujda, et même 60 % à Taza. Nulle part ailleurs au Maroc on ne retrouvait une telle proportion de membres originaires de la même région112 au sein des instances municipales.

72Si l’on se porte maintenant du côté des activités, il est nécessaire d’utiliser une grille sociologique à larges mailles, afin d’atténuer les imprécisions des indications contenues dans les sources.

Figure 7 – Secteurs d’activité (en %) des membres français des commissions municipales du Maroc (1912-1939).

  • 113 Nantes, APT 2e V. 2596 : tableau statistique de la Tunisie [1951]. Ce tableau donne les valeurs du (...)
  • 114 . Annuaire économique et financier, Casablanca, Imprimerie de la Vigie Marocaine et du Petit Maroca (...)
  • 115 Rabat, AP 1734, lettre du contrôleur civil du Gharb au secrétariat général du Protectorat (8 novem (...)

73Dès lors l’écrasante domination du monde du commerce et de l’industrie apparaît. Cela ne saurait constituer, en soi, une grande révélation. S’il existait en Tunisie un réseau de petites villes agricoles, entre 1000 et 4000 habitants (comme Souk El Khemis, Medjez El Bab ou Souk El Arba113) qui offrait aux agriculteurs et aux propriétaires ruraux l’opportunité de gérer une commune, rien de tel ne se retrouvait au Maroc. La moins peuplée des villes érigées en municipalité, Settat, avoisinait les 8 000 habitants en 1929114. Rien de surprenant donc à voir le monde agricole marginalisé. On ne sera pas non plus surpris de la faible place accordée aux ouvriers et employés : mal vus des fonctionnaires locaux, privés de ces qualités essentielles du notable que sont le temps et l’indépendance financière, tout juste parvenaient-ils à s’imposer lorsqu’ils appartenaient à une entreprise de poids (comme cela n’échappa point au contrôleur civil du Gharb qui proposa en 1923 d’intégrer à la commission de Kénitra un représentant « du chemin de fer à voie normale […] dont le personnel va constituer tout un nouveau quartier115 »). En fait la question que pose cette écrasante proportion de représentants du deuxième collège électoral est celle de son homogénéité et de sa hiérarchisation interne. Distinguer, comme nous y invitent certains documents de la Résidence, entre les petits commerçants et les représentants de firmes commerciales, serait une opération tout à fait pertinente. Cependant l’inconstance et le flou de la taxinomie utilisée dans les fiches de candidatures obèrent par avance toute conclusion. Nous pouvons néanmoins tenter un bref aperçu statistique en ne retenant que les individus dont la fiche de candidature mentionne explicitement les activités au sein d’une firme ou d’une « maison » commerciale. Nous obtenons alors le tableau suivant, établi à partir de 482 individus :

Tableau 10 – Part des commissaires représentant des firmes commerciales importantes dans les commissions municipales marocaines (1913-1939).

  • 116 Sur l’ensemble des commissaires municipaux, il a été possible d’identifier entre 75 % et 95 % des (...)

Villes

Total des commissaires

Pourcentage de commissaires représentant des firmes commerciales116

OUJDA

44

23,0 %

FÈS

50

25,0 %

KÉNITRA

69

23,0 %

MARRAKECH

46

29,0 %

MEKNÈS

56

19,0 %

CASABLANCA

107

24,0 %

MOGADOR

61

14,0 %

RABAT

27

37,5 %

MAZAGAN

22

47,0 %

74De tels résultats démontrent le poids relativement proche de ces représentants dans certaines villes : Oujda, Fès, Kénitra, Casablanca et Marrakech ont ainsi des pourcentages compris entre 23 et 29 %. Une telle proportion traduit certainement un dosage volontaire : la régularité des résultats incite à penser que, en toute conscience, l’administration, par le choix des candidats puis leur nomination, accordait le quart des sièges des commissions à des personnalités dotées d’un tel profil sociologique. Les proportions atypiquement hautes de Mogador et Mazagan s’expliquent avant tout par l’histoire sociale de ces deux villes, point d’ancrage historique des maisons et des firmes commerciales françaises avant même 1911 ; elles renforcent encore l’idée, esquissée dans le précédent paragraphe, d’un particularisme social et culturel de ces deux cités atlantiques. En revanche, le pourcentage relativement bas de Rabat (14 % des commissaires représentent une firme commerciale), alors que 93 % des activités des commissaires ont été identifiées, interroge. Le fait que Rabat soit avant tout une ville administrative n’est pas un argument dans la mesure où les fonctionnaires ne siégeaient pas à la commission municipale. En fait deux explications peuvent être avancées : tout d’abord le fait que la plupart des sièges des firmes commerciales étaient à Casablanca, trop proche de Rabat pour justifier l’implantation dans cette dernière d’autres succursales ; ensuite la rareté de ces représentants de firme était compensée par leur longévité à la commission municipale : Frederic Weisberger, de la Banque d’État du Maroc, occupa un siège de 1928 à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale ; Gaston Bernaudat, représentant de la Compagnie Marocaine, hormis une interruption entre 1930 et 1934, fit preuve d’une longévité exceptionnelle qui lui permit de faire partie de la première commission en 1913 et d’y être encore nommé pour six ans en 1934.

75Par ailleurs, l’analyse de la place et de l’importance des représentants de ces firmes dans la constitution des commissions demande un traitement attentif.

Tableau 11 – Les firmes commerciales importantes dans les commissions municipales marocaines (1919-1939).

Firmes commerciales

Présence dans les commissions municipales de :

Banque d’État du Maroc

Casablanca, Kénitra, Marrakech, Mogador, Rabat

Crédit Foncier d’Algérie et de Tunisie

Casablanca, Fedala, Fès, Kénitra, Oujda, Rabat, Settat

Compagnie Marocaine

Casablanca, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Safi, Mogador, Mazagan

Raffinerie Saint-Louis

Fès, Mogador, Safi

Compagnie Paquet

Casablanca, Kénitra, Mazagan, Mogador, Safi

  • 117 Rabat, AP A 1721, liste des membres de la commission municipale actuelle [décembre 1920].
  • 118 Rabat, AP A 1721, lettre du chef des services municipaux (Safi) à la direction des affaires civile (...)
  • 119 Rabat, AP A 1731, circulaire du secrétariat général du Protectorat (10 octobre 1923).

76Les fonctionnaires locaux, par affinité sociale ou bien parce qu’ils souhaitaient ne s’appuyer que sur des individus dont l’assise économique et financière était assurée, eurent d’abord tendance à privilégier des représentants de grandes firmes pour constituer leur panel de commissaires : la commission qui se constitua à Casablanca en 1920 était formée, pour près d’un tiers, d’agents ou de directeurs de succursales117. Encore plus caricatural : à Safi, les trois sièges de la première commission municipale, créée en février 1918, furent occupés par Legrand, Chamsom et André, autrement dit, dans l’ordre, le représentant de la Compagnie Paquet, celui de la Compagnie Marocaine et celui de la Compagnie Transatlantique : c’était toute l’économie –et même la sociologie– du Maroc pré-colonial, mais déjà ouverte aux capitaux européens, qui s’invitait à la table communale. La ficelle étant un peu grosse, et l’administration n’osant pas se séparer du trio précédent, on s’empressa de créer, dès l’année suivante, deux sièges supplémentaires qu’on offrit à un menuisier et à un ouvrier118. Pour compenser la pente naturelle de ses agents locaux, la Résidence multipliait les invites à plus d’ouverture : « Il est désirable que tous les intérêts de la ville soient représentés […] et que non seulement vos propositions soient établies en faveur de représentants de société importante mais encore en faveur de petits commerçants et de consommateurs119 » exigeait, sans forcément y croire, en 1923, Pierre Sorbier de Pougnadoresse, secrétaire général du Protectorat.

  • 120 Rabat, AP A 1729, télégramme du chef de région au secrétariat général du Protectorat (5 novembre 1 (...)

77Dans le même temps, certaines firmes, dont le représentant local était parfois sollicité pour intégrer la commission, obligèrent leur employé à se démettre aussitôt. C’était le cas de la Compagnie Algérienne120 durant toute la période, ou du Crédit Foncier d’Algérie et de Tunisie. On ne saurait pourtant voir dans l’attitude de ces firmes la manifestation d’un certain principe éthique de séparation de l’économie privée et de la gestion publique. La Compagnie Algérienne ne fit aucun souci à son représentant en Tunisie, Théodore Proust, lorsqu’il devint un des vice-présidents de la commune de Tunis en 1897. De la même façon le Crédit Foncier n’empêcha plus ses salariés de rejoindre les commissions municipales au-delà de la fin des années 1920 : en 1928, deux directeurs d’agence (François Lagrange à Fedala et Célestin Salomon à Kénitra) furent nommés et siégèrent jusqu’à la fin des années trente.

78En revanche d’autres firmes ne virent jamais d’inconvénient à voir leur employé participer à une parcelle de la gestion publique du Protectorat et furent, de ce fait, particulièrement appréciées des contrôleurs civils. La Banque d’État du Maroc, présente au sein d’au moins cinq commissions municipales, tout comme la Compagnie Paquet, étaient particulièrement prisées des fonctionnaires locaux. L’appartenance à ces deux firmes était même un sérieux atout : les directeurs d’agence de la Banque d’État (Jean Roux, Paul Trilles et Léon Pierre), commissaires municipaux, retrouvèrent, après leur mutation dans une autre ville, une même place au sein de la commission. Il est vrai que la compétence d’un banquier était fort recherchée des fonctionnaires devant assumer la charge de gérer un budget. Doit-on pour autant en conclure qu’il existait une sorte d’attribution des sièges à une firme et non à des individus ?

  • 121 LH « Paul Guillemet ».
  • 122 S’il fut bien agent de la Compagnie Marocaine au début des années vingt (une lettre du chef des se (...)
  • 123 Avec une interruption entre 1930 et 1934.

79L’exemple de la Compagnie Marocaine inciterait à le penser. Ses directeurs locaux étaient en effet présents dans la plupart des municipalités importantes, et ce depuis le premier jour de la création des commissions (Gaston Bernaudat à Rabat, Joseph Candelou à Oujda, Dominique Bastelica à Ouezzan, François Jacquetty à Mazagan…). Certains siégèrent plus de cinq années consécutives (comme Léon Barraux à Fès, Michel Perrin à Kénitra ou Georges Detenance à Meknès) ; à Safi, la succursale de la Compagnie connut trois directeurs entre 1918 et 1935 (T. Chamsom, J. Piper et H. de Kerprigent) : ils occupèrent successivement, à la commission municipale, le siège laissé vacant par leur prédécesseur. Cependant l’importance de la Compagnie et de son implication municipale se décelait surtout dans trois villes où les responsables de la Compagnie Marocaine battirent des records de longévité au sein des commissions municipales. Paul Guillemet tout d’abord, « un des meilleurs agents d’influence et de rayonnement français121 » siégea à Casablanca pendant plus de quatorze années et en fut le premier vice-président en 1923 ; il retrouva cette fonction en 1935. Joseph Candelou122 ensuite, agent de la Compagnie à Oujda qui s’installa à la commission lors de sa création (1920) et y demeura (avec une courte interruption entre 1930 et 1933) jusqu’en 1939. Gaston Bernaudat enfin, inspecteur principal de la Compagnie, installé au Maroc avant le Protectorat et qui, nommé lui aussi à la commission municipale de Rabat à sa création (1913), s’y trouvait encore à la fin des années trente123, établissant ainsi un record absolu de longévité (vingt-trois ans) pour un Français au sein d’une instance municipale. Par ce maillage étroit et durable, la filière de Schneider possédait une possibilité de peser incontestablement sur les décisions et les débats à l’échelle la plus fine du pouvoir colonial.

80Saisies dans leur ensemble, les commissions municipales marocaines présentaient un double visage : d’un côté elles reflétaient les préoccupations sociales et politiques d’une administration soucieuse à la fois d’impliquer et de dominer la société coloniale ; et d’un autre côté elles mettaient en relief les rapports de force locaux, qu’ils fussent à connotations économiques, sociales ou culturelles.

Géographie du monde des « hommes à grande influence124 »

  • 124 Lecouteux E., La République et les campagnes, Paris, Librairie agricole de la maison rustique, 187 (...)
  • 125 Rendu C, La Saga…, op. cit., p. 48.

81Parfois, à regarder dans le détail certains traits biographiques, nous avons l’impression qu’au-dessus du millier de notables dont nous scrutons les vies, planait un tout petit monde de notables plus importants, reliés entre eux par des liens interpersonnels voire familiaux. En 1931 Antoine Gaudiani était à la tête du Grand Conseil de Tunisie depuis 1927 (en sa qualité de vice-président) ; Paul Thiaucourt venait d’être nommé, seul, vice-président de la municipalité de Tunis : tous deux étaient avocats à Tunis depuis le début du siècle. Dans le même temps, le poste de directeur-adjoint de l’Intérieur à la Résidence était occupé par Dominique Gaudiani, frère du premier et co-auteur, avec le second, d’un ouvrage juridique sur la Tunisie en 1910. Les mailles du filet des notables étaient tressées avec finesse. Changement de décor et d’échelle : à Medjez El Bab, petite capitale céréalière au sud de Bizerte, Léon Blanc et Paul Deligne étaient beaux-frères, ayant épousé deux sœurs, filles d’un grand propriétaire de la plaine du viticole du Mornag, Émile Lançon125. Installés tous deux depuis 1901, ils étaient respectivement, plus de trente ans plus tard, vice-président de la municipalité et président de l’Association des Colons. Ces proximités suggèrent l’existence d’une strate supérieure des notables, assez homogène. Au-dessus de notables de moindre importance (simples commissaires municipaux ou membres élus d’une chambre consulaire), quelle consistance, quelle épaisseur sociale, quelle fragilité aussi, pouvait bien avoir la frange de ce qu’on nommera, à défaut de pouvoir préciser tout de suite les limites de ce groupe, les « grands » notables ?

Les « grands » notables : un portrait de groupe

  • 126 Gallissot R., Le Patronat européen au Maroc (1931-1942), Casablanca, EDDIF, 1990, p. 41-50.

82Dans sa thèse sur le Maroc, René Gallissot propose une hiérarchisation du patronat marocain en trois catégories. Au plus bas de l’influence, la nébuleuse des « petits patrons » et des entrepreneurs qui évitait d’interférer dans l’action publique ; au plus haut la galaxie du « patronat anonyme », celui qui rassemblait les représentants des grandes entreprises françaises (Lafarge, Spie-Batignolles, Schneider, Fougerolles…) et la cohorte des administrateurs, administrateurs-délégués et autres membres gyrovagues et polyvalents des conseils d’administrations des sociétés anonymes : ce « patronat d’administration » circulait dans toute la gamme des filiales marocaines des groupes métropolitains depuis le secteur minier jusqu’à l’agroalimentaire en passant par les transports et les biens d’équipements (tôlerie, métallurgie, chaux et ciments…) ; entre les deux le « véritable patronat européen du Maroc », dont le rayonnement était quasi-nul en dehors du Protectorat mais qui tenait les chambres de commerce et s’érigeait en porte-voix des « petits » et en chargé d’affaire des « anonymes126 » : entrepreneurs du bâtiment ou en travaux publics, négociants importants et grossistes, assureurs voire patrons de presse, y régnaient en maîtres. Cette classification, transposable sans difficulté particulière à la Tunisie, opère un étalonnage du pouvoir en fonction de la proximité plus ou moins grande des individus d’avec les flux de capitaux : ceux qui en étaient éloignés ne pouvaient prétendre jouer de rôle sur la scène politique du Protectorat mais ceux qui en étaient les principaux pourvoyeurs brillaient aussi par leur discrétion, laissant agir une classe intermédiaire. Cette vision correspond-elle avec ce que nous dévoile une approche prosopographique des notables tunisiens et marocains ? Peuton, sans nuance, assimiler les notables les plus influents aux patronats des chambres de commerce et des conseils d’administration ?

  • 127 Merton R.K., Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965, chap. ix.

83Le sociologue Robert K. Merton avançait l’hypothèse qu’il était possible de mesurer l’influence des individus, non pas à leur position dans le processus d’accumulation capitaliste, mais plutôt au champ d’action de cette influence127. Dans le contexte colonial de la Tunisie et du Maroc, nous pourrions ainsi construire trois niveaux d’influence :

  • une influence locale, proche de celle du notable de village métropolitain, qui caractériserait les porte-parole de groupes restreints (Associations de Colons, commissions municipales ou bureaux de chambres consulaires) ;
  • une influence territoriale, dont le champ d’application était le Protectorat tout entier. Tout individu doté d’une telle influence participait à l’élaboration de la politique résidentielle soit parce qu’il présidait une chambre consulaire, soit parce qu’il était membre d’une instance centrale de représentation ;
  • enfin une influence globale, qui dépassait le cadre des Protectorats et fonctionnait en lien avec des instances décisionnelles métropolitaines. Ce lien, difficile à cerner, pouvait être direct ou bien médiatisé par de puissants relais économiques (banques, hommes d’affaires…) ou politiques (parlementaires, ministres…).

84Cependant une telle typologie, si elle permet d’approcher l’ampleur de l’influence, ne souffle mot de son intensité. Or une mesure de l’influence nous paraît nécessiter une combinaison de ces deux aspects. Nous pouvons approcher cette combinaison en tenant compte de trois caractéristiques des individus : quelles fonctions occupèrent-ils (critère qui nous donne le champ comme la portée de leurs actions) ? Combien de temps les occupèrent-ils (le temps étant une donnée fondamentale du pouvoir des notables) ? Sur qui pouvaient-ils s’appuyer en métropole (donnée qu’il est possible d’approcher notamment via les lettres de soutien incluses dans les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur) ? Fonctions, durée et réseaux : tels sont les trois axes que nous devons explorer afin de dégager les principales figures des sociétés coloniales dans les Protectorats.

  • 128 Dans le cadre des dossiers de candidature à la Légion d’Honneur conservés dans la série Protocole (...)

85Peut-on à présent mettre des noms derrière ces critères ? Sur les vingt-quatre notables de Tunisie ou du Maroc qui disposaient de lettres de soutien128 signées par des élus métropolitains, dix-huit d’entre eux étaient des présidents de chambres consulaires. Certes le chiffre est ici peu élevé en regard du nombre de présidents que nous avons relevé (quarante-deux en Tunisie, soixante-deux au Maroc) mais il nuance tout de même l’idée d’un monde consulaire clos sur lui-même et dont l’influence serait à minorer par rapport à celle des grandes firmes métropolitaines. Ce pourcentage souligne bien que c’est la fonction même de président de chambre qui assurait à ces notables, par-delà la Méditerranée, un point de contact avec les élites politiques. Les autres notables pour lesquels on perçoit également un lien avec la France se repèrent uniquement en Tunisie. Et pour cause : leur fonction n’existait pas au Maroc. Il s’agissait d’un secrétaire élu de la Conférence Consultative (en l’occurrence Pierre Omessa) et de quatre vice-présidents de municipalité, dont un des points communs était d’avoir conservé leur fonction édilitaire pendant une durée assez longue : Jean-Baptiste Curtelin (vice-président de Tunis pendant près de vingt ans, entre 1911 et 1931), Cyrille Hugon (vice-président de Béja pendant plus de vingt-sept ans de 1905 à 1932), Jules Peignon (vice-président de Souk El Arba de 1925 aux années trente) et Joseph Percie du Sert (vice-président de Tébourba pendant de plus de trente ans, au moins entre 1904 et 1934). Notons également qu’à l’exception de ce dernier, les trois autres vice-présidents siégèrent également à la Conférence Consultative (Curtelin, Hugon) ou bien au Grand Conseil (Peignon) joignant ainsi, à une légitimité octroyée par la Résidence (la fonction municipale) une légitimité sanctionnée par le suffrage. Nous devons prendre ces vingt-quatre personnalités, non comme une liste exhaustive, ce qui serait absurde, mais comme le modèle réduit de ce que pourrait être le groupe des notables les plus influents. Ce dernier rassemblerait à la fois, dans une sorte de portrait idéal-typique de groupe :

  • les présidents de chambre consulaire ;
  • les secrétaires élus de la Conférence Consultative tunisienne et les vice-présidents du Grand Conseil de Tunisie ;
  • les vice-présidents de communes tunisiennes dont le mandat fut supérieur ou égal à neuf années (ce qui correspondait à au moins deux renouvellements de mandat) ainsi que les membres des commissions municipales marocaines dont le mandat dépassa les sept années (ce qui correspond à au moins un renouvellement en tenant compte du mandat de six ans appliqué à partir de 1932). Toutefois de tels critères ne soulignent, en eux-mêmes, qu’une influence locale. Nous y ajouterons donc un critère susceptible de souligner une surface plus vaste de l’influence : soit la présence d’un dossier de candidature de à la Légion d’Honneur, soit la vice-présidence d’une chambre consulaire ou bien encore un mandat électif (et non suite à une désignation) à la Conférence Consultative ou au Grand Conseil de Tunisie.

86Ces restrictions ne doivent pas nous conduire à l’illusion que nous pouvons ainsi, par de simples recoupements, construire un sous-groupe clos sur lui-même composé de personnalités particulièrement influentes, sorte d’équivalent colonial du mythe des « deux cents familles ». D’abord parce que nos sources ne sont pas exhaustives. Et surtout parce que l’influence d’un individu, au-delà des caractères objectifs de sa position sociale, peut également se mesurer au contexte dans lequel elle se déploie. Néanmoins, il est possible d’isoler, au moyen de ce faisceau de critères, des personnalités ayant détenu le moyen d’exercer une influence globale au sens défini plus haut. Nous obtenons ainsi les résultats suivants :

Tableau 12 – Nombre de « grands notables » français du Maroc et de Tunisie (1881-1939).

Présidents de chambres consulaires

62 (Maroc) et 42 (Tunisie)

Secrétaires élus de la Conférence Consultative ou vice-présidents du Grand Conseil (Tunisie)

21

Vice-présidents de municipalité tunisienne (présentant un renouvellement et un autre critère d’influence)

15

Membres de commission municipale marocaine (présentant un renouvellement et un autre critère d’influence)

19

  • 129 Voir Annexe 2.

87Après recoupements (certaines personnalités cumulant des dimensions que nous avons retenues comme constitutives de l’influence), nous obtenons une liste de cent trente personnes qui correspondent aux critères du « grand notable » tel que nous l’avons construit129.

  • 130 Lambert 1913, p. 98.

88L’influence de ces notables reposait sur l’existence d’au moins trois types différents de légitimité. Les présidents de chambre, élus sur la base d’un suffrage catégoriel, s’appuyaient non seulement sur une légitimité professionnelle (la réussite et la bonne santé des affaires constituaient une condition implicite de l’élection d’un candidat) mais aussi sur une légitimité démocratique (même si le corps électoral était partiel). À l’opposé, les membres des commissions municipales marocaines et les vice-présidents des communes tunisiennes s’appuyaient sur une légitimité administrative et résidentielle : leur pouvoir et leur influence était garantis par le soutien de l’administration française qui procédait aux nominations. Renouvellement du mandat local valait brevet de compétence, accessit de loyauté et reconnaissance en même temps que renfort de l’ascendant que pouvait exercer un individu sur une communauté coloniale locale. Enfin, les membres élus de la Conférence Consultative, et ceux, surtout, du Grand Conseil après 1922, jouissaient d’une légitimité beaucoup plus classique, celle que conférait le suffrage. Comme le suggère le tableau précédent, le cumul des légitimités n’était pas rare. Cependant ce cumul ne s’exprimait pas tout à fait de la même façon en Tunisie et au Maroc. Certes, il était relativement rare qu’une personne cumulât un fauteuil présidentiel dans une chambre consulaire et une autre fonction exécutive comme celle de vice-président d’une municipalité : Paul Guillemet à Casablanca, Henri Clabé à Sousse ou encore André Gounot (président de la chambre d’agriculture de Tunis et vice-président de la municipalité de Souk El Khemis) furent les seuls, dans l’entre-deux-guerres, à détenir ces deux types de mandat simultanément. Sans oublier que tous trois siégeaient en même temps au sein de l’instance centrale du Protectorat (André fut élu à la Conférence Consultative puis au Grand Conseil de Tunisie de 1905 à sa mort en 1934). Hors ces cas exceptionnels, Tunisie et Maroc se distinguaient assez nettement : sur l’ensemble des cent trente personnes, seules dix-sept furent à la fois présentes à l’échelle globale (présidence consulaire, secrétariat de la Conférence Consultative, vice-présidence du Grand Conseil) et à l’échelle municipale. La plupart de ces personnes (à près de 70 %) étaient localisées au Maroc : la collégialité du travail municipal marocain favorisait la possibilité de conserver en même temps la direction effective d’un groupement économique. En Tunisie, hormis les exemples précédents de Gounot et Clabé, les trois autres vice-présidents de municipalité à avoir présidé une chambre (Chabert, Proust, Desportes) avaient deux points communs : ils présidèrent tous trois la CCI de Tunis et ils ne la présidèrent que fort peu de temps (deux ans dans les trois cas : 1889-1890 pour Proust, 1898-1899 pour Chabert, 1924-1925 pour Desportes130). En-dehors d’eux, la présence, dans la durée, à la tête d’une municipalité tunisienne exigeait sans doute un investissement personnel (n’oublions pas que nous sommes en présence de notables qui devaient aussi gérer leurs affaires privées, entreprises, commerces ou domaines agricoles) contradictoire avec une forte présence dans les réseaux politiques globaux. On pourrait presque dire que la catégorie supérieure des notables tunisiens constituait l’embryon d’une société politique différenciée dans laquelle, tout en existant, le cumul des fonctions et des mandats tendait à s’estomper au profit d’une certaine spécialisation de la représentation.

89Si l’on tente d’appliquer maintenant à notre groupe le même traitement que nous avons employé pour faire un premier décryptage de l’ensemble des notables, les résultats que nous obtenons ne coïncident pas tout à fait avec ce que nous avons établi pour l’ensemble des notables français des Protectorats. Le critère des origines géographiques donne un premier résultat indiqué dans le graphique suivant :

Figure 8 – Origine géographique des « grands notables » français de Tunisie et du Maroc (1885-1939).

  • 131 LH et Arrouas « Caruana O. ».
  • 132 Bulletin de la chambre de commerce de Tunis, Compte-rendu des délibérations, Tunis, Imprimerie Bor (...)
  • 133 Tunis, ANT E 222-3, note de la direction de l’Agriculture à la direction générale de l’Intérieur ( (...)

90Par bien des aspects, ce résultat partiel coïncide avec nos premières conclusions : le Sud-Est représente le tiers de ce groupe et les régions septentrionales (Nord, Ouest) y sont marginales. En revanche trois ensembles régionaux, l’Est, le Sud-Ouest et surtout l’Île de France/Centre sont mieux représentés. Cette nuance est à rapprocher d’une autre donnée : l’effondrement de la part du Maghreb dans cette strate sociale des « Grands » notables. Alors que les notables originaires du Maghreb (dont la majeure partie était composée de Français d’Algérie) représentaient près du quart de l’ensemble des notables des Protectorats, ils ne sont ici que 13 %. Ce décalage de près de dix points avec la proportion observée sur l’ensemble (23 %) suggère une importance moindre des Français d’Algérie dans les lieux d’influence les plus décisifs. Nombreux dans les commissions municipales de l’Est marocain, leur poids s’amenuisait au fur et à mesure qu’on gravissait les échelons de la hiérarchie politique et économique des Protectorats. En Tunisie, la génération qui naquit sur le sol du Protectorat n’était guère présente ici : deux cas (Auguste Ventre et Charles Pic) à la fin du XIXe, mais aussi Charles Gallini (fils de Jean-François Gallini) et surtout Olivier Caruana131. Ce dernier était d’ailleurs un cas exceptionnel dans notre liste : issu d’une famille maltaise de Gabès, il obtint la nationalité française en 1921 ; homme d’affaires et patron de presse, il fut élu à la tête de la chambre mixte de Sousse en 1934 : il était alors le premier naturalisé à accéder à une fonction aussi importante – ce qui n’alla pas sans remous et écourta son mandat. Une telle affaire n’était d’ailleurs pas inédite : un demi-siècle plus tôt, Raymond Valensi, vice-président de la municipalité de Tunis et membre de la chambre de commerce élue en 1885, démissionna de cette dernière instance après une campagne (des lettres calomnieuses semble-t-il) mettant en cause sa nationalité française132. En même temps Olivier Caruana était représentatif d’un certain patronat du centre et du sud de la Tunisie qui bénéficiait d’une proximité culturelle avec les Tunisiens, tel Jean Boucher (président de la chambre mixte de Sfax et arabophone) ou encore Henri Bena, le successeur de Boucher à Sfax, installé en Tunisie depuis son enfance. Cette proximité était un atout non négligeable dans la mesure où, si le président d’une chambre devait être obligatoirement français, il était d’usage (du moins à Sousse et Sfax) qu’il fût élu par les deux sections consulaires, la française et la tunisienne133.

91La construction de ce groupe pose néanmoins plus de problèmes qu’elle n’en résout. S’il permet de circonscrire les réseaux d’influence qui se construisaient autour de l’administration résidentielle, il exige un autre traitement, plus minutieux, dès lors que l’on s’interroge sur les mécanismes qui présidèrent à la sélection des notables les plus influents. Comment caractériser ces élus consulaires qui formaient près de 80 % de ce groupe ? Quelle place doit-on faire à ceux qui puisèrent les fondements de leur influence dans le système quasi-représentatif de la Tunisie ? Commençons par ces derniers avant d’en revenir à une étude comparatiste des présidents de chambres consulaires en Tunisie et au Maroc.

Le « gardien de la Cité »

92Cette étrange expression s’étalait à la une de La Dépêche Tunisienne du lundi 28 octobre 1940. Elle désignait Antoine Gaudiani, vice-président du Grand Conseil de Tunisie qui venait de disparaître et pour lequel l’Amiral Esteva, Résident général, venait de décréter des « obsèques nationales ». Une telle attitude était symptomatique du cadre social et politique de la Tunisie coloniale : à la différence du Maroc où la Résidence avait toujours maintenu la figure du notable dans un cadre collégial, il existait en Tunisie des instances politiques grâce auxquelles l’individu pouvait se hisser au dessus du lot commun. Nous avons déjà envisagé cette question à l’échelle locale en considérant la vice-présidence de la commission municipale. Elle existait également au niveau du Protectorat tout entier : il s’agissait de la fonction de secrétaire élu de la Conférence Consultative qui devint, après 1922, la vice-présidence du Grand Conseil de Tunisie.

93Cette fonction était annuelle, mais, entre 1891 et 1939, elle ne concerna que vingt-et-une personnes :

Tableau 13 – Secrétaires de la Conférence Consultative (1891-1939) et vice-présidents du Grand Conseil de Tunisie (1922-1939).

  • 134 En italiques, nous avons indiqué ceux qui cumulèrent cette fonction avec la présidence d’une chamb (...)

Secrétaires élus de la Conférence Consultative (1891-1922) puis vice-présidents du Grand Conseil (1923-1939)134

Dates

VENTRE A. (président de la chambre de commerce de Tunis)

1891

TERRAS (président de la chambre d’agriculture du Nord)

1892

GAILLARD (président de la chambre de commerce du Sud)

1893

CAMBIAGGIO (président de la chambre de commerce de Tunis)

1894,1896

CARNIÈRES (président de la chambre d’agriculture de Tunis)

1895, 1901, 1911

ROBERT (président de la chambre mixte de Sousse)

1897

SALAVY (président de la chambre mixte de Sfax)

1898, 1903

COMMUNAUX

1899

HOMBERGER (président de la chambre de commerce de Tunis)

1900

LAMBERT B. (président de la chambre mixte de Sousse)

1902

GAUDIANI A.

1904, 1907puis de 1928 à 1939

LECORE-CARPENTIER

1905

GALLINI J. F.

1906, 1923

DELMAS

1908

PELLETIER (président de la chambre d’agriculture de Tunis)

1909 puis de 1923 à 1927

CIRIER

1910

BURSAUX

1912

BERTHOLON

1913 à 1915

SERRESSÈQUE

1916

OMESSA

1917 à 1919

FAURE-DÈRE

1920

  • 135 Nantes, Per 254, procès-verbal de la Conférence Consultative, Xe session (1896), p. 200-203.
  • 136 Ibid. procès-verbaux de la Conférence Consultative, XXIXe session (novembre 1905) et XXXe session (...)
  • 137 Ibid., procès-verbal de la Conférence Consultative, XLIe session (septembre 1917).

94Le problème du leadership politique sur la communauté française de Tunisie était un véritable serpent de mer qui agitait périodiquement les notables français. La suppression, par Paul Cambon, de la fonction de député de la Nation, en 1883, avait créé un vide que le Résident, sollicitant l’appui du Président de la République, avait cru combler en 1885 lorsqu’un décret signé par Jules Grévy avait désigné le président de la chambre de commerce de Tunis comme le représentant de la société coloniale française. Les modifications institutionnelles et politiques qu’entraînèrent, à partir de 1890, la mise en route de la Conférence Consultative ne pouvaient que faire rebondir un tel débat. Ce qui surprend d’ailleurs, c’est la récurrence des polémiques à ce sujet qui affleurèrent à chaque réforme politique (1890, 1896, 1905, 1922). Lors de la première session en présence des représentants du troisième collège (10 juin 1896), Jean-François Gallini souleva la question de savoir qui avait le droit d’être le porte-parole de la colonie française et proposa qu’un tel mandat fût confié au secrétaire élu de la Conférence. Aussitôt, Auguste Ventre, président de la chambre de commerce de Tunis, et Victor de Carnières, président de la chambre d’agriculture, firent front commun pour s’y opposer, appuyés par le Résident135 : ce qu’ils rejetaient, c’était l’idée qu’une personne puisse, en dehors des sessions et du cadre collégial de la Conférence, incarner l’ensemble de la société coloniale. Pour ces grands élus consulaires comme pour l’administration, la Conférence Consultative devait être non pas un lieu de pouvoir qui les aurait tous liés mais un moment de confrontation où chacun pouvait se faire le héraut de revendications catégorielles. Cependant la pression des élus du troisième collège s’amplifia et la réforme de 1905 dessina une Conférence Consultative dans laquelle les chambres consulaires perdaient leur prééminence institutionnelle et se voyaient contraintes d’en passer par les fourches caudines du suffrage, catégoriel certes, mais direct. Ce fut le directeur-fondateur de La Dépêche Tunisienne, Lecore-Carpentier, qui, lors de la séance de clôture de la XXIXe session (novembre 1905) poussa l’avantage. Il obtint un vote sur une question de principe soulevée par l’existence de deux sessions annuelles (l’une en mai, l’autre en novembre ou décembre) : les commissions (finances, travaux publics…) choisies lors de la première session annuelle devaient-elles rester en place pour la seconde ? En filigrane, cette question portait évidemment sur le caractère permanent, en l’absence de session, des pouvoirs de la Conférence. Répondre par l’affirmative équivalait à instituer cette instance comme une assemblée pérenne alors même que les seules qui bénéficiaient d’un tel avantage étaient alors les chambres consulaires : Carnières le comprit et se dressa pour appeler à voter non. Peine perdue : par dix-sept voix contre onze, la Conférence changeait sinon de statut du moins d’esprit en maintenant les commissions pour les deux sessions annuelles. La colère de Carnières fut de courte durée : alors qu’à l’issue du vote de novembre 1905, il avait bruyamment quitté la salle avant la fin des travaux, il soutint dès la session de mai 1906 la candidature de Gallini au poste de secrétaire élu136 : c’était signer ainsi son ralliement (et, avec lui, celui des principaux notables de l’agriculture) à l’idée d’une représentation individuelle de la colonie, au-delà du hiatus entre deux sessions. Ralliement tactique (le rapport de force lui était clairement défavorable) et non idéologique : en septembre 1917, Pelletier, successeur de Carnières à la tête de la chambre d’agriculture, proposera, en vain, qu’on attribue le poste de secrétaire avec un système de roulement entre les trois collèges137. Malgré cette tentative de retour à une sorte de collégialité du pouvoir, il était clair que, dès 1905, la Tunisie avait fait le choix de l’incarnation de l’influence.

95Dès lors, quels furent ces hommes qui, aux côtés du Résident, représentèrent la colonie française ? Entre 1891 et 1905, ce rôle fut dévolu aux présidents de chambre consulaire : sur les treize sessions qui eurent lieu entre ces dates, onze eurent comme secrétaire élu des présidents de chambres consulaires. Il est d’ailleurs délicat d’insister sur le terme d’« élu », tant il est visible qu’il existait un ordre de succession, une sorte de roulement informel et tacite, qui devait résulter d’un accord préalable entre les présidents des groupements économiques. Dans ce contexte, on cultivait l’entre soi du marchand et du propriétaire aisés, une certaine proximité, sinon idéologique, du moins sociale, avec le petit monde de fonctionnaires et de diplomates de la Résidence que, pourtant, on ne fréquentait guère.

96La réforme de 1905 bouleversa cette donne. Les douze notables qui se succédèrent à un tel poste entre 1905 et 1939 présentaient un profil qui ne coïncidait pas avec les résultats obtenus lors de l’analyse globale. Ainsi les origines et les professions dominantes étaient-elles en décalage. La majorité du groupe des secrétaires/vice-présidents était formée de personnalités du nord de la Loire (sept sur douze : deux du Nord, deux de la Seine, deux de la Seine et Marne, une de Moselle). Du point de vue des professions, ce sont les avocats qui étaient le plus représentés non seulement en nombre (quatre avocats) mais aussi en durée : sur les trente-quatre années (1905-1939), ces derniers dominèrent durant près de seize ans (avec Gallini, Cirier, Delmas et surtout Gaudiani). Contre toute attente, les Français de Provence et du Languedoc comme ceux nés en Tunisie (majoritaires à d’autres échelons notabiliaires) étaient totalement absents de ce groupe. L’hégémonie marseillaise qui prévalait sur la fonction de député de la Nation au XIXe siècle ne se retrouvait plus ici, de même que la catégorie des négociants et des commerçants était totalement absente (quatre avocats, trois propriétaires ruraux, un industriel, deux journalistes, un médecin et un ouvrier). En fait il s’agissait de personnes dont la configuration professionnelle offrait un des fondements même de l’identité du notable : le temps. Avocats et grands propriétaires (Carnières, Pelletier, Faure-Dère) se partagèrent ainsi le leadership pendant plus de vingt-cinq ans (entre 1905 et 1939), ne laissant que fort peu d’espace institutionnel aux autres professions. Notons également la surprise de voir un ouvrier (Serressèque) accéder à une telle fonction en 1916 : en fait il s’agissait de la déclinaison locale de l’Union Sacrée métropolitaine. En permettant à ce mécanicien du Bône-Guelma, membre de la SFIO, d’occuper un tel poste, la Conférence Consultative ne faisait qu’imiter l’entrée de Jules Guesde dans le gouvernement Viviani d’août 1914. Une telle occasion de représenter l’ensemble de la colonie ne se retrouva plus : en temps de paix, les élus de la SFIO ou ceux proches de la CGT n’avaient aucune chance d’accéder à un tel poste étant donné la structure institutionnelle de la Conférence et du Grand Conseil.

  • 138 Liauzu C., « Situation sociale et opinion publique : petits blancs et socialistes pendant trente a (...)
  • 139 Nantes, APT 1er V. 1728 : tableau comparatif (1928-1934) de la section française du Grand Conseil,(...)
  • 140 Arrouas : « Casanova », « Gallini C. », « Gallini J. L. », « Morelli », « Gaudiani », « Gabrielli  (...)

97Cette première approche peut-être encore précisée. Ainsi le fait que des Corses donnèrent trois secrétaires ou vice-présidents (Gaudiani, Gallini et Omessa) dont l’un, Antoine Gaudiani, fut constamment réélu de 1928 à sa mort (1940) pose question. Cette présence des Corses était à relier avec l’importance croissante que les originaires de l’île avaient prise, non point tant dans le groupe des notables en général (aucun Corse ne représenta une chambre consulaire au Grand Conseil entre 1922 et 1939), que dans la catégorie des élus directs du suffrage. Parmi ces derniers, ils constituaient le groupe régional le plus nombreux. Dès les premières consultations électorales, ils constituaient l’élément régional le plus important au sein des membres de la Conférence Consultative : en 1913 on comptait ainsi sept Corses sur les trente-neuf délégués (17,9 % des membres) élus138. Après la Première Guerre Mondiale, les Corses accentuèrent encore plus leur présence au sein de la Conférence Consultative et du Grand Conseil. En 1928, huit élus sur les trente désignés au suffrage universel étaient corses (26 %) ; lors des élections de 1934, la proportion des élus corses resta stable malgré l’augmentation du nombre de sièges (neuf élus sur trente-quatre139). Encore s’agit-il ici d’une proportion a minima, fondée sur le fait que ces huit ou neuf élus disposant d’une notice dans le dictionnaire Arrouas140 il est aisé de connaître le lieu de leur naissance ; si l’on utilise le critère, nettement moins fiable, des noms corses, la proportion d’élus dont la famille était originaire de Corse remonte à près de 41 % en 1934 (quatorze élus). Ces chiffres admettaient par ailleurs des nuances régionales : ainsi les trois régions-circonscriptions septentrionales (Tunis, Bizerte, Le Kef) avaient-elles une proportion d’élus corses comprise entre 15 et 25 % ; les régions méridionales confirmaient quant à elles la quasi-hégémonie des insulaires sur les fonctions de représentation des Français, que nous avions déjà pressentie en analysant les origines des vice-présidents de municipalités de ces mêmes régions. Ainsi les Français de la région de Sousse envoyèrent-ils en 1934 trois Corses (Gallini, Zevaco, Massa) sur les cinq sièges à pourvoir au Grand Conseil, et ceux de la région de Sfax deux sur cinq (Casanova, Arrighi) ; encore une fois, si l’on retient le critère du nom, cela accentue le pourcentage : pour les deux régions, celui-ci serait de 80 % pour chacune des deux régions (avec quatre élus sur cinq). Les réseaux notabiliaires corses fonctionnaient ainsi en dehors de la représentation économique : ils fondaient leur dynamisme (et leur légitimité) sur le suffrage universel. La notabilité corse, assise sur les principes de la démocratie représentative, se posait en concurrente directe (mais pas forcément en adversaire) de la notabilité consulaire, fondée sur la compétence professionnelle, le capital et la reconnaissance des pairs.

98Ceci dit n’opposons pas si vite et si nettement une influence tribunitienne corse et une influence oligarchique consulaire. Entre ces élus circulait un lien moins évident mais peut-être plus fort que la simple origine régionale. Il est ainsi particulièrement frappant, comme l’indique le tableau ci-dessous, de constater que huit secrétaires-vice-présidents sur douze (66 %) qui furent en service pendant près de vingt-neuf ans (85 % des sessions) eurent des liens parfois directs avec la presse :

Tableau 14 – Presse et politique en Tunisie (1891-1939).

  • 141 Il s’agit de la revue de l’Institut de Carthage, fondé en 1894. Certes ce périodique, plus savant (...)

Secrétaires élus de la Conférence Consultative et vice-présidents du Grand Conseil

Liens avec la presse française de Tunisie

CARNIÈRES

Fondateur et directeur de La Tunisie Française et du Colon français

GAUDIANI

Administrateur puis président du conseil d’administration de La Dépêche Tunisienne

LECORE-CARPENTIER

Directeur de La Dépêche Tunisienne

GALLINI

Administrateur de La Dépêche Tunisienne

DELMAS

Directeur politique de L’Action Française (radical)

PELLETIER

Éditorialiste au Colon français

CIRIER

BURSAUX

BERTHOLON

Directeur de la Revue Tunisienne141

SERRESSÈQUE

OMESSA

Publiciste, ex-Directeur de L’Action Française, du Sémaphore tunisien et du Petit Tunisien

FAURE-DÈRE

  • 142 Lambert 1912, « Action Française (L’) » p. 3 : il s’agissait d’un périodique radical et, non, comm (...)

99Est-ce véritablement un hasard si l’avocat Delmas devint secrétaire l’année où il occupait également la fonction de directeur politique d’un journal éphémère, L’Action Française (qui vivota pendant un peu plus d’un an entre mars 1907 et juin 1908) dont le directeur était Pierre Omessa142 ? Dans quelle mesure les liens entre les propriétaires terriens Carnières et Pelletier et les journaux La Tunisie Française et Le Colon français leur permirent-ils d’asseoir une influence institutionnelle ? Enfin que penser de la conjonction entre La Dépêche Tunisienne et trois des personnalités présentes dans ce groupe (Lecore-Carpentier, Gallini et surtout Gaudiani) ?

100Tout se passe comme si le fait d’être connecté à une sorte de démocratie d’opinion modelée par la presse était un des atouts les plus sûrs afin d’accéder au sommet de la représentation politique coloniale. Le « gardien de la cité » coloniale, secrétaire ou vice-président, était ainsi l’homme à la confluence de trois tendances lourdes de la société française de Tunisie : une tendance clientéliste et démocratique qui faisait la part belle aux réseaux corses, une tendance oligarchique et agrarienne dans laquelle le grand propriétaire du Nord avait supplanté le négociant de Tunis ou Sfax, et enfin une tendance qui englobait les deux précédentes et au sein de laquelle la presse jouait un rôle déterminant.

Le noyau consulaire

  • 143 Farrère C., Les Hommes nouveaux, Flammarion, Paris, 1922, p. 46.
  • 144 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 360-361.

101« Je ne suis pas un homme né, moi ! je suis le contraire : un homme “fait143 ” » proclamait Amédée Bourron, personnage emblématique du roman de Claude Farrère Les Hommes nouveaux (1922). Cette exclamation traduisait la soif de reconnaissance d’une partie des notables coloniaux, déclinant à loisir le thème de l’effort, de l’audace et de l’énergie individuelle. Contre une élite métropolitaine qu’ils jugeaient assoupie et imbue de ses privilèges de naissance, cette figure romanesque de l’entrepreneur colonial s’érigeait ainsi en « fils de ses œuvres ». Jacques Berque n’hésitait pas à voir en ce personnage, oscillant entre pittoresque et cynisme, un portrait stylisé de l’homme d’affaires colonial, caractéristique du Maroc lyautéen144. Cette vision correspondait-elle à la réalité sociale du patronat consulaire dans les Protectorats, en particulier dans les chambres de commerce ? Existait-il un fort contraste entre le profil social et culturel des élus consulaires tunisiens et marocains ?

102Il n’est guère contestable que, dans les deux Protectorats, les présidents de chambres consulaires étaient l’interface la plus efficace pour assurer la circulation de l’influence entre la société coloniale française et l’administration ; non seulement parce qu’ils étaient élus, mais aussi parce qu’ils possédaient à la fois les moyens matériels (un bâtiment, des bureaux, un bulletin périodique…) et institutionnels de se faire entendre.

103Au Maroc, comme nous l’avons vu, l’influence des chambres consulaires était, en quelque sorte, « constitutionnalisée » dans la mesure où le Conseil de Gouvernement était, pour partie, composé par les présidents et vice-présidents desdites chambres. En Tunisie, le lien institutionnel entre ces mêmes chambres et les instances représentatives que furent la Conférence Consultative et le Grand Conseil varièrent. En effet les bureaux des groupements consulaires ne furent directement représentés à la Conférence Consultative qu’entre 1896 et 1905. Par la suite, entre 1905 et 1922, les électeurs inscrits sur les listes consulaires votèrent directement pour leur représentant au Grand Conseil. Ce n’est qu’en 1922 que les chambres retrouvèrent la possibilité de désigner elles-mêmes leur représentant au Grand Conseil, mais dans un contexte différent de celui du début du siècle dans la mesure où la majorité des sièges était désormais réservée aux élus directs du suffrage universel et non plus à ceux des groupements économiques.

  • 145 Girault A., Principes…, op. cit., p. 57-58 et Nantes, APT 1er V. 1728, La Représentation de la col (...)

104Au-delà de ce simple constat juridique, il importe de noter que l’attitude des Résidences à l’égard des chambres était pour le moins ambiguë. La politique menée par Lucien Saint, outre le comparatisme qu’elle permet (le Résident Saint ayant été en poste à Tunis puis à Rabat entre 1920 et 1933), était assez révélatrice de cette ambiguïté. Lucien Saint conduisit deux réformes, à dix ans de distance (1922 en Tunisie et 1932 au Maroc), qui, de prime abord, devaient abaisser l’influence institutionnelle des chambres économiques. En Tunisie d’abord il initia, avec sa refonte de la Conférence Consultative en 1922, une nouvelle répartition des sièges entre représentants consulaires et élus du suffrage universel, que ses successeurs continuèrent, comme le montre la figure145 suivante :

Figure 9 – Composition de la Conférence Consultative et du Grand Conseil de Tunisie (1896-1939).

  • 146 La sixième chambre consulaire tunisienne, celle dite « des intérêts miniers » fut créée lors de la (...)

105Cette figure montre ainsi l’érosion du poids des chambres consulaires : après une période de consolidation (1896-1922), la réforme voulue par Lucien Saint aboutit à restreindre la surface institutionnelle des représentants des « intérêts économiques ». Au Maroc, sa réforme de 1932 ne fut pas aussi directe puisqu’au lieu de diminuer la présence des chambres au sein du « pays légal » (le Conseil de Gouvernement), il en augmenta le nombre dans l’ensemble du « pays réel ». En 1919, il en existait seulement six (à peine une de plus qu’en Tunisie à la même époque146) ; en 1932, le paysage consulaire avait éclaté en plus de dix-sept chambres. Non seulement leur assise humaine et économique se restreignait, mais le poids et l’influence des présidents diminuaient d’autant.

  • 147 D’une manière générale, la gauche réalisait ses meilleurs scores au sein du deuxième collège. Cf. (...)
  • 148 Nantes, APT 1er V 1015 A, lettre du Résident général au Président de la République (mai 1920).
  • 149 Ce qui, par ailleurs, étant donné le mode de désignation des autres représentants au Grand Conseil (...)
  • 150 Nantes, APT 1er V. 2105, texte d’une délégation des colons français de Tunisie (15 septembre 1932)
  • 151 Somaï M., Le Rôle de la colonie française dans l’évolution politique de la question tunisienne (19 (...)
  • 152 Nantes, Per 348, PV des séances du Grand Conseil (1923, 1933, 1938).

106Cependant il faut y regarder à deux fois avant de conclure de ces deux innovations qu’elles portaient en elles, comme la nuée l’orage, des ferments d’affaiblissement des chambres. En Tunisie c’est même le contraire qui se passa : la diminution des sièges accordés à l’électorat consulaire renforça la présence des chambres économiques au sein du Grand Conseil. Comment comprendre un tel paradoxe ? L’explication réside dans la configuration des listes électorales, telle que l’avait dessinée la réforme de 1905 : les salariés de l’agriculture votaient au sein du premier collège et ceux de l’industrie au sein du deuxième collège. Or le poids croissant dans cet électorat d’une frange agricole composée de petits colons ou propriétaires d’envergure moyenne ainsi que d’une majorité de plus en plus remuante d’ouvriers syndiqués conduisait l’aristocratie consulaire à jouer les faire-valoir au sein même de sa propre représentation catégorielle. Le prédécesseur de Lucien Saint, Étienne Flandin, s’en inquiétait vivement au vu des résultats des élections de mai 1920 : s’il se félicitait de voir que l’électorat du deuxième collège s’était, à Metlaoui, massivement porté sur la candidature de Beaugé, directeur de la Compagnie Sfax-Gafsa (et principal employeur de la région…), il déplorait le succès, dans la circonscription de Tunis et dans ce même deuxième collège, d’une liste conduite par des syndicalistes de la compagnie Bône-Guelma, affiliés à la CGT147. Ces derniers venaient en effet de prendre trois des cinq sièges, n’en laissant que deux à la liste conduite par César Pellet, président de la chambre de commerce de Tunis. « Le deuxième collège […] n’assure plus d’une façon suffisamment efficace la représentation des intérêts du commerce », la faute incombant, poursuivait Flandin, à « un régime électoral […] faussé par les circonstances » ; et d’appeler avec insistance à la mise en place d’un « système nouveau » afin d’« asseoir sur des bases moins fragiles la représentation des intérêts de l’agriculture et du commerce » sans pour autant, précisait-il, brimer « les aspirations démocratiques qui réclament une application plus large du suffrage universel148 ». Une telle analyse servit de bréviaire à Lucien Saint dans sa conduite de la réforme de 1922. Celle-ci redonna donc aux membres des chambres, et non plus à l’électorat consulaire, l’opportunité de désigner les représentants de l’agriculture, du commerce et de l’industrie149. Au passage, les petits colons étaient également floués : l’opportunité de « compter », au sens électoral et politique, leur était désormais interdite ou bien devait emprunter les voies plus étroites des élections consulaires. En 1932, une assemblée générale d’associations de colons critiquait encore un tel système et réclamait une instance calquée sur les Délégations Financières d’Algérie au sein de laquelle siégeaient des représentants élus par le monde colon150. De plus, il n’était pas du tout certain, comme l’avance M. Somaï, que le succès, lors de l’élection de 1934 au Grand Conseil, de certaines listes « [annonçât] la fin de l’hégémonie des grands intérêts économiques et la percée de la fraction de condition modeste mais majoritaire de la colonie française151 ». En effet, dès les élections de 1922, outre les vingt-deux sièges réservés aux intérêts économiques, des membres des bureaux consulaires se firent élire directement au suffrage universel : en 1922, Paul Deligne, vice-président de la chambre d’agriculture de Tunis ou encore Léon Daninos, vice-président de la chambre mixte de Sousse, furent élus en dehors du cadre consulaire ; Henri Clabé ou Aimé Martinier siégèrent, en tant que représentants consulaires de 1922 à 1928, puis au titre d’élus du suffrage universel de 1928 à 1934 ; Joseph Gerard, président de la chambre mixte de Sfax représenta les électeurs de la cinquième région à partir de 1922 ; Fernand Ribereau, vice-président de la chambre d’agriculture fut élu au suffrage universel dans la région de Tunis en 1928 tout comme Pierre Durany, vice-président de la chambre de commerce de Bizerte, fut désigné par l’ensemble de l’électorat français en 1934152. En recoupant les noms des élus directs au Grand Conseil avec les renseignements que nous possédons, nous constatons qu’en 1922 deux d’entre eux (Faure-Dère et Deligne) étaient présidents d’associations de colons auxquels s’ajoutaient les responsables consulaires Martinier et Gerard ; en 1928 la proportion de « représentants » des intérêts économiques fut la plus forte : quatre présidents d’associations de colons (Peignon, Gallini, Ribereau, Laurier), deux responsables consulaires (Schuh et Martinier) et le vice-président du Syndicat Obligatoire des Viticulteurs (Coanet). Autrement dit, sept élus sur les trente que comptait le groupe des élus au suffrage universel, étaient également des représentants catégoriels. Le simple calcul mathématique d’un déclin des chambres économiques au sein du Grand Conseil était indéniable mais il est capital de le nuancer en constatant que certains notables parmi les plus importants du secteur agricole et commercial sollicitèrent un siège en dehors du cadre et du quota attribués à leurs instances consulaires par la réforme de 1922. Entre 1905 et 1922, le système électoral avait fragilisé une représentation des intérêts économiques pourtant majoritaire en sièges ; à partir de 1922, le nouveau système électoral renforça l’influence des chambres consulaires pourtant minoritaires en sièges.

  • 153 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 105-112.

107Au Maroc, la situation des chambres était plus délicate. À l’éparpillement consécutif à la réforme de 1932, s’ajouta la confusion : en juin 1933, se forma une chambre de commerce parallèle, le Comité Central des Industriels, qui regroupait essentiellement des chefs d’entreprises idéologiquement plus ouverts à des modifications en profondeur de la formule du Protectorat, plus libéraux (au sens politique comme économique du terme), mieux connectés aux pouvoirs métropolitains (le comité ouvrit un bureau sur les Champs-Élysées), plus tournés vers l’industrie, l’exportation et majoritairement composés de représentants locaux de grandes firmes153. Malgré un certain rapprochement tactique avec la CCI de Rabat dont le président partageait certaines vues du comité (il s’agissait de l’atypique Antoine de Peretti, propriétaire du quotidien L’Écho du Maroc), le Comité se voulait en rupture avec les autres chambres de commerce, compliquant et brouillant ainsi la circulation de l’influence entre les chambres traditionnelles et les pouvoirs publics.

  • 154 Nantes, APM CC 31.
  • 155 LH « Gustave Aucouturier ».
  • 156 Nantes, APM DI 151, lettre du contrôleur civil de la région de Rabat (20 mai 1943).

108Cet émiettement et cette confusion furent néanmoins compensés, pour partie, par la création, à l’initiative des élus consulaires, de deux fédérations : l’une regroupant les agriculteurs, l’autre les commerçants et les industriels. Il s’agissait de structures que la Résidence reconnaissait à peine, n’y voyant que des associations et refusant de leur accorder un statut d’établissements publics (qui était celui des chambres consulaires)154. À la veille de la Seconde Guerre Mondiale, Gustave Aucouturier, président de la chambre d’agriculture de Meknès, était à la tête de la fédération des chambres d’agriculture155 et Antoine de Peretti venait de succéder à Charles Bozzi, à la tête de celle de commerce et d’industrie156. En se groupant, les chambres se donnaient ainsi, dans un contexte économique déprimé et une position institutionnelle fragilisée, un ressort inédit pour faire rebondir leur capacité d’influence ; il s’agissait de montrer la capacité des élus consulaires à fonctionner en réseau et à faire preuve d’un certain esprit de classe sinon de caste. De fait, elles se donnèrent ainsi une force de frappe inédite en concentrant sur une seule voire deux personnes la somme de leurs influences. Le double affaiblissement de 1932 et 1933 conduisait ainsi, en véritable effet pervers, à jeter les bases d’une individualisation d’un pouvoir que les Résidents, depuis Lyautey, avaient toujours pris soin de noyer dans la collégialité. Gustave Aucouturier, qui eut sans doute l’initiative d’une telle configuration, sut, dans les années quarante et cinquante, user d’un tel lieu de pouvoir pour faire entendre les revendications des « prépondérants ».

  • 157 Nantes, APM, DI 151.

109En fait si faiblesse il y avait dans la configuration d’un tel monde, elle serait plutôt à chercher dans sa diversité. En décalage avec la composition du corpus total des notables, les présidents de chambre consulaire originaires d’Algérie ne furent que quatre au Maroc (en général dans des villes où les Français d’Algérie étaient déjà présents et fort représentés à la commission municipale : Oujda, Taza ou Kénitra, l’exception étant ici Rabat) mais quasiment absents en Tunisie (un seul a pu être identifié avec certitude : Homberger, président de la Chambre de commerce du Nord au début du XXe siècle, décédé en 1908). S’agissant des autres groupes régionaux, les résultats surprennent également : on ne trouve que deux Marseillais parmi les présidents de Tunisie (7 %) dominé par trois origines, représentées avec un poids égal de quatre personnes (14 %) : Paris, le département de la Loire et la Tunisie elle-même. Aucun Corse en Tunisie et seulement deux au Maroc semblaient avoir dirigé des chambres consulaires (tous deux fort tardivement : Charles Bozzi fut élu en 1935 à la CCI de Meknès et Marc-Aurèle Petrignani en 1938 à la chambre d’agriculture de Marrakech157) ; encore qu’il nous soit nécessaire de nuancer : Antoine de Peretti et Charles Gallini, qui occupèrent respectivement la tête de la CCI de Rabat et de la chambre mixte de Sfax dans les années trente, n’étaient pas natifs de l’île (le premier naquit en Algérie, le second en Tunisie) mais appuyèrent leurs parcours sur l’activation des réseaux insulaires. Ces résultats indiquent qu’il ne faut pas forcément chercher dans la strate supérieure des notables coloniaux une réplique de la configuration globale de la sociologie des notables. Ni décalage abyssal, ni duplication absolue : les rapports de force qui guidaient le choix des bureaux consulaires étaient marginalement fondés sur des solidarités régionales.

  • 158 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p 139-214.
  • 159 Ducurtil F., Historique…, op. cit., p. 43-44.
  • 160 Carnières était né en 1849, Pelletier en 1857 et Gounot en 1878.

110En revanche, d’autres éléments semblaient peser dans un tel choix. Considérons l’ensemble des chambres d’agriculture des Protectorats : il en existait une seule en Tunisie (celle du Nord, car les agriculteurs de Sfax et Sousse ne constituaient qu’une section de chambres mixtes) et cinq au Maroc (celles de Rabat depuis 1914, de Casablanca depuis 1915 et celles de Fès, Marrakech, Meknès et Oujda, nées en 1932 de la scission de chambres mixtes). À considérer la personnalité de leur président respectif, il est possible de dresser le portrait de trois types de présidences, chacune reflétant un compromis entre la structure sociale et économique de l’électorat et les comportements politiques et idéologiques, plus volatils, de ce même électorat. La chambre d’agriculture du Nord de la Tunisie, dont le siège se trouvait à Tunis même, fut présidée par cinq personnalités : J. M. Terras (1892-1895), Victor de Carnières (1896-1917), Jean-Louis Pelletier (1917-1928), André Gounot (1928-1934) et enfin Robert Vénèque (à partir de 1934). Deux points communs les reliaient tous : ils étaient de grands propriétaires soit dans les zones viticoles à l’est de Tunis (Terras, Carnières) soit dans les plaines céréalières à l’Ouest (Pelletier, Gounot, Vénèque) et ils avaient tous accompli des études supérieures (Terras, Carnières, Pelletier avaient étudié le droit, Gounot et Vénèque étaient diplômés de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis). Ces deux caractéristiques donnaient une couleur assez homogène à cette présidence que ne troublait que le style individuel des uns et des autres (Carnières et Vénèque furent des présidents de combat, alors que Pelletier et Gounot furent plus consensuels). À peine peut-on deviner, autour des années vingt, une période de transition : à l’ère des propriétaires viticoles, marquée par des investissements spéculatifs (dans la plaine du Mornag, dans la péninsule du Cap Bon), succédait le temps des propriétaires-agronomes du Tell céréalier (entre Béja, Mateur et Souk El Arba)158, moins soucieux de spéculation et plus attentifs à la rentabilité issue d’améliorations techniques. Par ailleurs cette chambre consulaire était aussi marquée par une forme de continuité construite au travers des liens interpersonnels noués entre les différents présidents. Lorsque Carnières, en 1896, fut élu à la présidence de la chambre d’agriculture, Pelletier entra à la Conférence Consultative comme représentant de cette instance dont il occupa diverses fonctions (secrétariat, vice-présidence) durant le mandat de Carnières. Quant à Gounot, il participait depuis au moins sa sortie de l’ÉCAT (1900) aux activités consulaires et fut élu en 1905 à la Conférence Consultative sur une liste du premier collège (celui du monde agricole). Une anecdote témoigne de cette continuité. Avant la Première Guerre Mondiale, une délégation de la chambre d’agriculture, alors présidée par Carnières, rendit visite aux colons du Goubellat. Cette délégation était composée, outre du président lui-même, de deux personnalités : Pelletier et Gounot159 ; autrement dit, les trois présidents qui se succédèrent à la tête de l’organisme consulaire entre 1896 et 1934. Ainsi, pendant quarante ans au moins, les agriculteurs du Nord de la Tunisie furent-ils représentés par un petit groupe de trois personnes liées non seulement par une grande proximité sociale et culturelle, mais aussi humaine. La différence d’âge entre les trois présidents160 renforce encore cette impression d’une succession à la romaine, par une sorte de filiation choisie, les Césars entourant Auguste puis prenant sa place à sa mort (Carnières en 1917) ou sa démission (Pelletier en 1928). Nous ne retrouverons pas, dans une autre instance consulaire, que ce soit au Maroc ou en Tunisie, cette homogénéité de direction, cette stabilité dans le leadership à tous égards exceptionnelle. Sans doute était-elle un reflet de la stabilité sociale de l’électorat. Plus sûrement elle contribuait à construire autour de la chambre d’agriculture de Tunis une image de solidité et de continuité qui renforçait sans nul doute sa possibilité d’intervenir avec succès auprès de l’administration et lui donnait une capacité de persuasion sans équivalent dans le Protectorat. L’absence de querelle de succession, l’association, de longue date, des futurs présidents, à l’exercice de l’influence et de la représentation, lui permettait de bénéficier d’un capital de confiance.

  • 161 Desmazières B., Pierre Sorbier de Pougnadoresse, le Colbert de Lyautey, Paris/Rabat, L’Harmattan/L (...)
  • 162 BOPM. no 247 du 16 juillet 1917, p. 802 : arrêté résidentiel du 1er juillet 1917 nommant les membr (...)
  • 163 H. Amieux est le seul dont nous ne puissions dire avec certitude s’il s’agit d’un propriétaire exp (...)
  • 164 BOPM no 273 du 14 janvier 1918, p. 34.
  • 165 LH « Amieux » et « Croizeau ».
  • 166 LH « Obert » et « Lebault » ainsi que le Bulletin des Ingénieurs Agricoles du Maroc, no 1, juillet (...)
  • 167 LH « Aucouturier », « Combettes » « Petrignani » « Pascalet » ainsi que les compositions des chamb (...)
  • 168 A. Krauss à Oujda et É. Pagnon à Meknès dans les années 1920, Modeste Mohring à Taza au début des (...)
  • 169 LH « Krauss ».

111Au Maroc, les bureaux des chambres d’agriculture rassemblaient deux autres types de notables. L’électorat était ici plus restreint, et ne comprenait pas la masse des employés et des salariés du secteur agricole comme en Tunisie. Le modèle du grand propriétaire frotté de culture universitaire, entre le féodal et l’homme du monde, que furent les présidents tunisiens, n’impressionnait guère l’électorat agraire du Maroc et ne se retrouvait pas dans le royaume chérifien. À Rabat et Casablanca, les chambres « historiques » qui veillaient sur les riches terroirs du Gharb et la Chaouia, une tradition non écrite mais néanmoins entretenue voulait que le Président fût non point un propriétaire à part entière mais un représentant d’une firme importante. Les quatre présidents qui se succédèrent à la tête de la chambre d’agriculture de Rabat représentaient ainsi la Compagnie Marocaine (Bernaudat de 1915 à 1917, Brun de 1932 à 1939), la Société Foncière Marocaine161 (Obert de 1920 à 1932) ou la société Balima (Croizeau de 1917 à 1919). Cette stabilité sociologique se renforçait d’une continuité humaine : les quatre présidents susnommés (Bernaudat, Croizeau, Obert et Brun) faisaient déjà partie de la chambre agricole désignée (et non élue) de 1917162 ! À Casablanca, on retrouvait un même profil social : le représentant de la Compagnie Marocaine (P. Guillemet) occupa le fauteuil présidentiel entre 1924 et 1932, encadré en amont par H. Amieux163 et Paul Guyot (Société agricole du Jacma164) et, en aval, par le directeur de la Compagnie Fruitière du Maroc G. Lebault (1932-1939). Le choix de tel présidents était en accord avec l’histoire agraire de ces régions, saisies avant même 1911 par l’appétit d’investissements spéculatifs. Par ailleurs, les présidents de Rabat et Casablanca partageaient avec leurs homologues tunisiens un même cursus à la fois universitaire et pratique : si Amieux et Croizeau étaient diplômés de l’ÉSC de Paris165, Guillemet, Obert et Lebault étaient ingénieurs agronomes, diplômés de l’École de Grignon166. Vivant à Rabat et Casablanca, dans une proximité physique mais aussi sociale et culturelle avec les hauts fonctionnaires de la Résidence, gestionnaires plus qu’agriculteurs, ils représentaient les « cols blancs » du monde rural colonial, plus proches, par leur formation, des directeurs de service de la Résidence que de leurs homologues-colons qui, dans le même temps présidaient aux destinées des chambres d’agriculture de l’intérieur du Maroc. Ces derniers apparurent sur le devant de la scène en 1932 : Gustave Aucouturier à Meknès (à partir de 1932), Louis Combettes à Fès (au moins de 1933 à 1937), Louis Tripard (1933), Gaston Vautherot (1935) et Jules Pascalet (à partir de 1936) à Oujda ainsi que Stanislas Lejeune (1933), Charles Lecoq (1934-1937) et Marc-Aurèle Petrignani (à partir de 1938) à Marrakech167. Le rythme de succession est ici plus rapide, signe peut-être d’une plus grande fragilité économique ou bien de l’absence de leadership incontesté. La biographie de ces personnalités, tout comme celle de la majorité des agriculteurs qui présidèrent avant et en même temps qu’eux, des chambres mixtes (Pagnon, Krauss, Mohring, Lebert)168, était dépourvue de toute mention à des études supérieures, fussent-elles d’agronomie (à l’exception de Jules Pascalet, diplômé de l’ESC de Marseille). Certains venaient d’Algérie (Krauss, Combettes et Mohring y naquirent ; Pagnon et Pascalet s’y familiarisèrent avec la glèbe maghrébine), et se revendiquaient « colons » sans état d’âme particulier. Ils formaient un groupe de landlords agraires moins policés que leurs homologues de Casablanca et de Rabat, plus proches de leur habitus rural (Pagnon n’oublia jamais ses racines limougeotes, pas plus qu’Aucouturier ne renia son Berry natal). Ils étaient sans doute, comme un fonctionnaire l’écrivit d’Auguste Krauss, « paysan[s] avant d’être propriétaire[s]169. »

112Ainsi pouvait-on caractériser l’existence d’au moins trois types de grands notables agraires qui partageaient entre eux quelques traits (le vernis mondain et un rapport intellectuel voire scientifique à la Terre était commun aux présidents de Tunis, Rabat et Casablanca ; un rapport de possession et d’ancrage physique dans un terroir rapprochait ceux du Maroc intérieur et ceux de Tunisie) mais se distinguaient avec netteté les uns des autres.

113Il est possible d’élargir cette analyse des élus consulaires agricoles à l’ensemble des présidents de chambres économiques. On constate alors que, d’après nos sources, près de 46 % des présidents de chambres tunisiens étaient diplômés de l’enseignement supérieur contre 18 % pour leurs homologues marocains. Dans ce groupe de diplômés, la palme revenait aux juristes : autant au Maroc (quatre sur les onze diplômés) qu’en Tunisie (sept sur les dix-sept diplômés), les licenciés voire docteurs en droit étaient la catégorie de gradués la plus nombreuse dans le groupe des présidents-diplômés. Avec une nuance toutefois sur ce dernier point : on ne trouvait qu’en Tunisie des présidents de chambre (et non des moindres) ayant exercé une profession liée à leurs études avant de prendre les rênes de l’instance consulaire. Ainsi Achille Chatel et Jean Ventre (à la CCI de Tunis) comme Jean Boucher ou encore Charles Gallini (à Sousse) avaient-ils exercé la profession d’avocat.

  • 170 Lambert 1913, p. 30 et 118-119.
  • 171 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 686-687.
  • 172 Nantes, APT 1er V. 1646-1.
  • 173 Guide Bleu Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Malte, Hachette, 1930, p. 432-433 ainsi que Tunis, ANT (...)
  • 174 Lambert 1913, p. 125.

114Un autre élément de contraste, à relier d’ailleurs avec le précédent, était à rechercher dans l’expérience des présidents. Le profil de ceux de Tunisie était certes plus varié qu’au Maroc (un médecin, un architecte ou un pharmacien comme un quincaillier dirigèrent une chambre dans le premier de ces pays, alors qu’on peine à trouver autre chose, dans le second, qu’un représentant du quatuor commerçant/directeur de société/colon/entrepreneur), mais la Régence était aussi particulièrement riche en « héritiers ». Nous avons déjà cité le cas de Charles Gallini, fils du sénateur et ancien vice-président de la municipalité de Sousse Jean-François Gallini, qui accéda, à peine trentenaire, à la fin des années vingt, à la tête de la chambre mixte de Sousse. Dans les années trente, la rente de situation familiale, la conjonction du capital financier et du capital social, avaient permis la concentration de trois des six chambres de Tunisie entre les mains de notables aux profils d’héritiers. Jean Ventre tout d’abord accéda à la présidence de la chambre de commerce de Tunis en 1926, près de quarante après que son oncle Auguste eut occupé le même poste. Avocat reconverti en gestionnaire de l’affaire familiale (essentiellement du négoce agricole), il combinait les atouts du juriste avec l’appui des réseaux provençaux et marseillais, auquel s’ajoutait l’aura attachée à un nom présent depuis des lustres en Tunisie et qui avait fourni plusieurs députés de la Nation pré-coloniaux. Plus au sud, la chambre mixte de Sousse était dirigée entre 1929 et 1934 par Henri Clabé, négociant plus qu’aisé, et neveu d’Ernest Demange170. Demange avait créé les salines de Monastir et avait siégé à la première Conférence Consultative de 1891 à 1899 au titre de la vice-présidence du Syndicat Agricole du Sahel (lequel syndicat constituait l’ancêtre de la section agricole de la chambre mixte de Sousse qui ne fut créée qu’en 1895 et dont Demange entre 1896 et 1899 fut vice-président). Dans les deux cas, il s’agissait d’un héritage avunculaire certes, mais héritage tout de même : tout se passait comme si les deux plus anciennes instances consulaires de la Régence, une génération après leur création, n’accordaient de légitimité qu’à deux personnalités dont la famille s’était déjà illustrée lors des balbutiements de la Tunisie coloniale. Plus au sud, la chambre mixte de Sfax offrait un modèle encore plus abouti. De 1927 à 1937, Jean Boucher en fut le président. Grand propriétaire d’oliveraies et arabophone (deux qualités qui le hissaient, d’emblée, au-dessus du lot), il était aussi le fils d’Henri Boucher, député et sénateur des Vosges (entre 1889 et 1920), proche d’un autre député vosgien fort relié à la Tunisie (Jules Ferry). Henri Boucher était en outre lui même élu consulaire, et non des moindres, puisqu’il présida la chambre de commerce d’Épinal entre 1899 et 1910. Le plus intéressant est toutefois que ce parlementaire s’investissait dans la construction de l’Empire. Non seulement il dirigea l’Office Colonial du Commerce Extérieur mais il croisa aussi plusieurs fois la route de la Tunisie et surtout de la ville de Sfax. Le Dictionnaire biographique des parlementaires nous apprend ainsi qu’« en 1895, il s’attacha à mettre en valeur une région désertique de Tunisie171 » ; or, à cette date, il ne pouvait s’agir que de l’opération de mise en valeur des terres sialines, immense terroir autour de Sfax, et dans lequel son fils, qui n’arriva en Tunisie qu’en 1901, se tailla une vaste propriété. En outre, Henri Boucher, en tant que ministre du Commerce (avril 1896-juin 1898) lança quelques opérations d’aménagement portuaire, en particulier celui de Sfax qu’il vint d’ailleurs inaugurer lui-même en 1897172. La ville s’en souvint qui donna son nom, de son vivant, à une de ses plus importantes avenues reliant le front de mer à une darse du port et sur laquelle se localisaient également les bureaux consulaires173. Enfin Henri Bena, successeur de Boucher, était le fils de David Bena, qui fut vice-président de la commune de Sfax à l’orée du XXe siècle, et surtout vice-président de cette même chambre (entre 1900 et 1902) que devait plus tard présider son fils174. Autrement dit, dans la deuxième moitié des années vingt, la plupart des présidences consulaires (CCI de Tunis, Sousse, Sfax) étaient occupées par des personnalités dont le succès traduisait l’enracinement en Tunisie d’un modèle notabiliaire métropolitain dans lequel la généalogie, ou, comme l’écrit le Who’s Who, « l’illustration familiale », à condition qu’elle eût un lien avec la Tunisie, était partie intégrante de l’identité du notable. C’était la démonstration que la Régence, après avoir connu des dynasties de notables-négociants avant 1881, connaissait désormais ses premières dynasties coloniales.

  • 175 La chambre mixte de Sousse connut quelques turbulences dans la deuxième moitié des années trente : (...)

115Ne soyons pas surpris, au demeurant, de l’absence d’un tel modèle au Maroc : entre 1912 et 1939, il n’y a guère de place pour un renouvellement générationnel. On l’a vu dans le cas de la chambre d’agriculture de Rabat : ses bureaux successifs étaient déjà en gésine dans la chambre de 1917. Cela ne signifie pas pour autant l’absence de tout élément de contraste solide. Une première discontinuité apparaît dans le rythme de succession : dans les années trente, les présidences des chambres consulaires tunisiennes furent relativement stables (un seul président à la CCI de Tunis, deux à Sfax mais trois à Sousse175). Au Maroc la stabilité représentait plutôt l’exception : certes Antoine de Peretti (CCI de Rabat) et Gustave Aucouturier (Chambre d’agriculture de Meknès) restèrent à leur poste du début des années trente aux années cinquante, mais ailleurs la situation était nettement moins claire. Entre 1931 et 1939, il y eut au moins trois présidents différents à la CCI mais aussi à la chambre d’agriculture d’Oujda comme à la chambre d’agriculture de Marrakech ; à la chambre mixte de Safi comme à celle de commerce de Kénitra, ce fut encore pire avec quatre présidents en moins de neuf ans. La dispersion consulaire du royaume chérifien n’était sans doute pas étrangère à ces mouvements : la petite taille du ressort des chambres réduisait d’autant la possibilité de l’émergence d’une personnalité forte et incontestée. On pourrait se poser la question de savoir dans quelle mesure un tel état de fait n’avait point été prévu par une Résidence soucieuse d’atomiser les instances consulaires afin d’en brimer l’assise et donc l’influence.

116Un deuxième élément de contraste, peut-être plus fondamental car lié aux personnalités mêmes qui occupèrent des charges présidentielles, était à rechercher du côté de certains caractères biographiques récurrents. Ces caractères s’observent si régulièrement, en particulier dans les chambres de Marrakech et Meknès, qu’on peut en faire sans hésiter des composantes importantes de l’identité notabiliaire de ceux qui en étaient dotés. Nous avons isolé deux de ces traits, liés l’un au passé colonial et l’autre au passé militaire :

Tableau 15 – L’expérience militaire et coloniale des présidents de chambre consulaire du Maroc

  • 176 CCI : Chambre de commerce et d’industrie ; CA : Chambre d’agriculture ; CM. : Chambre Mixte.

PRÉSIDENTS

CHAMBRES176

L’expérience Impériale

La marque de l’armée

CROIZEAU

CA RABAT (1917-1920)

ALGÉRIE (colon)

OBERT

CA RABAT (1920-1932)

TUNISIE (domaine agricole)

LABEYRIE

CCI RABAT (1919-1921)

CASAMANCE (militaire en 1907)

DUPREY

CCI RABAT (années 1920)

TUNISIE (travail)

CROZE

CCI CASABLANCA (1928/1934 et 1938/1942)

TUNISIE (agent Cie Transatlantique)

DAVID

CM MEKNÈS (années 1920)

Engagé volontaire en 1903

PAGNON

CM MEKNÈS (années 1920)

ALGÉRIE (service militaire puis colon)

LAKANAL

CM MEKNÈS (années 1920/début années 1930)

TUNISIE (militaire en 1886)

Engagé (fin XIXe)

BERLIOZ

CM MARRAKECH (1919/1926)

MADAGASCAR (militaire)

Artillerie coloniale

DU PAC

CM et CCI MARRA-KECH (1927/1936)

Engagé volontaire en 1910

PETRIGNANI

CA MARRAKECH (1938/1939)

Engagé volontaire en 1908

COLLOMB

CM SAFI (années 1930)

AOF (fonctionnaire 1903-1926)

PASCALET

CCI OUJDA (1936/1937)

Adjoint civil au Maroc dès 1906

  • 177 LH « Brun ».

117Il n’est peut-être pas anodin de constater que les présidents de la CCI de Rabat qui se succédèrent entre la fin de la Grande Guerre et 1939 avaient tous une patine coloniale (joignons à cet ensemble A. de Peretti, absent du tableau, président à partir de 1932 et natif d’Algérie). Même constat pour les deux présidents de la chambre d’agriculture de Rabat entre 1917 et 1932 ; le troisième, Brun, n’avait pas séjourné longuement dans l’Empire avant son installation au Maroc mais il s’était déjà rendu dans ce dernier pays, en 1907, pour suivre, en tant que correspondant du Petit Parisien, la mission de Saint-René Taillandier auprès du sultan à Fès et il semblerait que son engagement dans la Compagnie Marocaine date de ce moment177.

118Il jouissait donc, comme ses deux prédécesseurs, d’une expérience, sinon coloniale, du moins maghrébine. Les cas des chambres de Meknès et Marrakech contribuent également à donner une tonalité impériale à l’ensemble, à laquelle s’ajoute ici une forte présence d’anciens militaires. Les deux présidents qui dirigèrent la chambre mixte de Marrakech pendant plus de dix ans (Berlioz et du Pac) étaient tout deux d’anciens militaires, tout comme Petrignani (président de la chambre d’agriculture de la même ville en 1938). Même constat pour les trois présidents de la chambre mixte de Meknès (David, Lakanal, Pagnon) qui pouvaient se prévaloir d’états de service militaire conséquents, marqués même, pour au moins deux d’entre eux, par des séjours coloniaux. Berlioz et Lakanal, « patrons » des chambres de Meknès et de Marrakech (après 1919 et durant la majeure partie des années vingt), étaient deux entrepreneurs en travaux publics qui avaient porté l’uniforme durant quelques campagnes coloniales : Lakanal avait servi dans le quatrième régiment de chasseurs d’Afrique en Tunisie pendant près de vingt ans (entre 1890 et la veille de la Première Guerre Mondiale) et Berlioz avait fait le coup de feu à Madagascar entre 1904 et 1906 dans l’artillerie coloniale.

119Pour eux le Maroc était à la fois la prolongation et la consécration d’une vie parfois aventureuse et tournée vers l’action. Ces traits biographiques participaient au renforcement de l’influence de ces notables en constituant une sorte de « capital colonial », que nimbait d’une aura supplémentaire l’expérience militaire et qu’il était aisé de réinvestir en position de pouvoir institutionnel. Une telle somme d’expériences, dans un milieu colonial constitué de Français parfois fraîchement débarqués de métropole et déroutés par l’immersion dans le monde maghrébin, pouvait à la fois servir de caution et de programme à tout individu à la recherche d’une position sociale et politique d’importance. Par comparaison, un tel « capital colonial » n’existait en Tunisie que sous sa forme dynastique et familiale et non sous sa forme individuelle.

  • 178 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 362.

120Assurément un tel contraste pouvait accréditer l’idée exprimée par Bourron ; mais, nuance de taille, un tel contraste ne s’établissait pas forcément entre l’ici colonial et l’ailleurs métropolitain. Il séparait en plusieurs familles ou types les élites consulaires des Protectorats. À la césure culturelle, sociale et économique qui opposait les propriétaires terriens des plaines littorales marocaines et ceux de l’intérieur, s’ajoutait l’absence de continuité avec leurs confrères tunisiens. Indépendamment de toute considération patrimoniale ou de niveau de fortune, on pourrait presque dire de ces trois types d’agriculteur qu’ils représentaient trois formes de rapport à la terre : le gestionnaire (à Rabat et Casablanca), le paysan (à Meknès ou Marrakech) et le propriétaire (à Tunis ou Sfax). Ces différences s’aggravaient d’un élément de distorsion entre Tunisie et Maroc : alors que la Tunisie se dotait, dans les années vingt et trente, d’un réseau de notables assez proche d’un modèle métropolitain, le Maroc économique, agrarien ou industrialo-commerçant, continuait de voir perdurer l’influence de notables marqués par une forte ascension sociale. De fait l’intuition de Jacques Berque selon laquelle « l’espèce de ces hommes, venus de la base, se raréfie à mesure que l’Afrique du Nord vieillit178 », sans pour autant préjuger du cas de l’Algérie, ne semblait guère se vérifier en Tunisie (où, dès le début, on ne saurait parler de « base » pour désigner les élites consulaires) ou bien au Maroc (où, au contraire, parmi ces mêmes élites consulaires perduraient, en dehors de Casablanca et Rabat, des exempaes d’ascension sociale).

Notes

1 Berque J., Le Maghreb entre deux-guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 353.

2 Weber M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1992, p. 402-403.

3 Kazdaghli H., « Les Français de Tunisie à travers le Dictionnaire Lambert, 1912 : le cas d’une minorité dominante », in La Tunisie Mosaïque, (sous la dir. de J. Alexandropoulos et P. Cabanel), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000, p. 37-59.

4 Noureddine A., La Justice pénale française sous le Protectorat. L’Exemple du tribunal de première instance de Sousse, Thèse, Université de Tunis I, 1998.

5 Ibid., p. 426.

6 Gribaudi M., Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 1987. Gribaudi M. et Blum A., « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », in AESC, no 6, novembre-décembre 1990, p. 1365-1402 ainsi que ibid., « Les déclarations professionnelles : pratiques, inscriptions, sources », in AESC, no 4, juillet-août 1993, p. 987-995.

7 Navarre A., Un Voyage au Maroc, Paris, Delagrave, 1913, p. 33.

8 Miège J.L. et. Hugues É., Les Français à Casablanca au XIXe siècle (1856-1906), Paris, Larose, 1954.

9 Planel A.M. De la Nation à la colonie. La Communauté française en Tunisie au XIXe siècle, thèse EHESS, 2000, t. III, p. 596, illust. 3.

10 Ibid.

11 Ibid. Le tableau 18, p. 637-638, indique les lieux de naissance de 526 migrants français vers la Tunisie entre 1836 et 1857. Tout en tenant compte d’une forte marge d’imprécision (160 lieux de naissance n’ont pu être identifiés), il est possible de distinguer trois zones : la première est celle de Marseille (ville) qui arrive en tête de toutes les zones géographiques avec 43 migrants identifiés ; ensuite un groupe de départements comptant 20 migrants ou plus : le Var (27), l’Hérault (26) et le Tarn et la Corse (20) ; enfin un groupe de départements comptant entre 9 et 14 migrants : un trio de départements bretons (Finistère, Côtes du Nord, Morbihan), un duo languedocien (Aude, Gard) et deux exceptions isolées (Seine, Moselle).

12 Le regroupement régional opéré est le suivant : Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc), Sud-Est (Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d’Azur, Corse, Rhône-Alpes, Auvergne), Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Limousin), Ouest (Pays de Loire, Bretagne, Normandie), Nord (Nord, Pas de Calais, Picardie, Champagne-Ardenne) et Est (Bourgogne, Franche-Comté, Alsace, Lorraine).

13 Bonin H., Hodeir C. et Klein J.F.(sous la dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962). Paris, SFHOM, 2008.

14 Gras C., « Les disparités économiques régionales », in Histoire économique et sociale de la France, t. IV, vol. I, sous la direction de F. Braudel et E. Labrousse, Paris, PUF, « Quadrige », 1993 [1ère édition 1979], p. 338.

15 Moulin A., Les Paysans dans la société française de la Révolution à nos jours, Paris, Le Seuil, « Points-histoire », 1988, p. 118-125.

16 « La crise viticole française et italienne, liée à l’invasion phylloxérique, le bon marché des terres tunisiennes, voilà deux des plus puissants leviers de la première colonisation européenne en Tunisie » affirme J. Poncet in La Colonisation et l’agriculture européennes en Tunisie depuis 1881, Paris, Imprimerie Nationale, 1962, p. 141.

17 Lambert 1912, « Syndicat National Obligatoire des Viticulteurs de Tunisie ».

18 Cette attitude admettait toutefois deux nuances : les fonctionnaires retraités (en particulier les militaires) et les directeurs d’agence de la Banque d’État du Maroc (qui ne sont pas des fonctionnaires mais travaillaient néanmoins dans un service à la jonction de l’État cherifien et du capitalisme colonial) pouvaient prendre part à l’exercice de charges publiques.

19 CA : chambre d’agriculture. CCI : chambre de commerce et d’industrie. CM : chambre mixte.

20 BOPM no 335 du 24 mars 1919 p. 257.

21 BOPM no 553 du 29 mai 1923 p. 663.

22 BOPM no 1007 du 12 février 1932 p. 170 : la plupart des chambres mixtes se scindèrent en deux chambres distinctes : l’une agricole, l’autre commerciale et industrielle.

23 Nantes, APM DI 406, note Lenoir (1936).

24 Girault A., Principes de colonisation et de législation coloniale, t. V, Paris, Sirey, 1928, p. 57-61.

25 Nantes, APM DI 406, note Lenoir (1936).

26 Tocqueville A. (de), Travail sur l’Algérie (octobre 1841), in Œuvres, t. I, Paris, Gallimard, 1991, p. 736-738.

27 Nantes, APT 1er V. 1890(2), note direction générale de l’intérieur en date du 27 août 1929.

28 Ibid., lettre du contrôleur civil de Souk El Arba en date du 5 janvier 1930.

29 Rabat, AP A 622, note pour la direction du Contrôle Civil en date du 18 juin 1936.

30 Outre nos sources biographiques de « base » (Lambert, Arrouas, dossiers LH), nous avons utilisé les éditions des annuaires tunisiens ainsi que des notices biographiques rédigées à l’occasion de visites officielles. C’est ainsi que trois déplacements de Présidents de la République en Tunisie poussèrent la Résidence à rédiger de courtes notices sur les personnalités locales françaises de Tunisie susceptibles d’être présentées au Président. De telles notices abondent à l’occasion des voyages des Présidents Loubet en 1903 (Nantes, APT 1er V. 948), Fallières en 1911 (Nantes, APT 1er V. 953) et Doumergue en 1931 (Nantes, APT 1er V. 1646 et 1648).

31 Rabat, AP série A.

32 Nantes, APT 2e V. 2596, liste des communes avec date de création [1951].

33 Girault A., Principes…, op. cit, p. 40-42.

34 Ducurtil F., Historique d’un bled, Le Goubellat, Tunis, Imprimerie Guinle, 1934, chap. XIV.

35 LH « H. Clabé ».

36 Nantes, APT 1er V. 1648.

37 Decroux P., La Vie municipale au Maroc, Lyon, Bosc Frères, 1932, p. 345.

38 Il était l’auteur d’un manuel de droit sur la législation tunisienne paru en 1910 et coécrit par Dominique Gaudiani, haut fonctionnaire à la Résidence.

39 Cela donne un nombre réel de 14 vice-présidents sur 20.

40 Arrouas et LH « Vernisse » ; nous avons pu bénéficier également du témoignage des descendants de Pierre Vernisse (Mme Marie-Thérèse Laget et M. Pierre Bernard).

41 L’Afrique du Nord Illustrée, Le Cinquantenaire du Protectorat français en Tunisie (1881-1931), Alger, 1931, p. 146-147.

42 Prise ici dans la configuration actuelle de la région Rhône-Alpes. Dans le détail, cela donne les résultats suivants : Ain (2), Ardèche (4), Allier (1), Loire (1), Isère (2), Savoie (1) et Rhône (3).

43 À une exception près : la petite ville de Maharès, au sud de Sfax, « tenue » par une quasi-dynastie, les Guirimand, venus du département de l’Isère.

44 Poncet J, La Colonisation…, op. cit., p. 157 : arrivé en Tunisie en 1883, Lançon fut le poissonpilote de capitaux lyonnais à la recherche de terres viticoles dans le contexte de la crise phylloxérique, source alors d’intenses spéculations. Ce fut lui qui jeta son dévolu sur la plaine du Mornag, et qui acheta pour son compte mais aussi revendit avec de beaux bénéfices à Terras, Gillet, Charmetant, Crété… qui composèrent, passé 1890, le haut du panier de l’aristocratie du bouchon tunisien.

45 Rendu C. La Saga des pionniers. Lyon et la Tunisie (1880-1914), Chantoiseau, 1995.

46 Ibid., p. 207-223.

47 Arrouas et LH « Blanc (Léon) », Rendu C., op. cit., p. 138-139 et témoignage d’André Blanc (petitfils de L. Blanc).

48 Guides bleus : Maroc, Paris, Hachette, 1930, [4e éd.].

49 Arrouas « Terras J.-M.

50 Arrouas « Ducrocquet P. ».

51 La vice-présidence de la municipalité fut bicéphale jusqu’en 1931 et monocéphale au-delà. Sfax et Sousse connurent également une période de double vice-présidence mais qui ne dépassa pas la première décennie du XXe siècle. Le nombre plus important de vice-présidents à Tunis n’était donc nullement le symptôme d’une plus grande instabilité de la fonction dans la capitale.

52 Pour Sousse, nos sources sont plus fragiles : Thomas Gandolphe fut bien membre de la commission municipale dès sa mise en place et ce jusqu’à son décès (1895) mais il ne fut vice-président qu’à trois reprises et non en continu. Par ailleurs, la période 1915-1923 reste peu claire : une source mentionne que le mandat de J.F. Gallini s’arrête en 1915 ; or celui de Clabé ne commencerait qu’en 1923. Nous n’avons pas trouvé d’autres mentions d’un vice-président entre ces deux dates. La solution la plus commode serait d’en déduire que le mandat de Gallini continue effectivement après 1915 et ne s’interrompt qu’en 1923, date de sa mort.

53 Nantes, APT 1er V 952.

54 Martini M, Stefani J.T., et Olivesi A., Les Corses de l’extérieur (600-1950), t. VI du Mémorial des Corses, sous la dir. de F. Pomponi, Ajaccio, Le Mémorial des Corses, 1981, 512 p.

55 Ibid.

56 Sur la biographie de J.F. Gallini, voir en particulier, Dictionnaire de Biographie française, sous la direction de Romand’Amat, t. XV, Paris, Letouzey et Ané, 1982, ainsi que le Dictionnaire des Parlementaires français, sous la direction de J. Jolly, PUF, 1960. Ses débuts à Sousse sont relatés dans une lettre du procureur de cette ville à la Résidence Générale en date du 4 décembre 1893 in Nantes, APT 1er V. 1240.

57 Nantes APT 1er V. 1240, lettre du procureur de Sousse à la Résidence générale (4 décembre 1893).

58 Arrouas « Zevaco ».

59 Nantes, APT 2e V. 2598.

60 Sur Jérôme Bertagna, statufié à Bône et dont le nom fut donné à la principale artère de la ville, voir : D. Prochaska., Making Algeria French. Colonialism in Bône (1870-1920), Cambridge University Press / MSH, 1990. À Sousse, il existait un buste du docteur Séraphin Gallini, frère de Jean-François, médecin mort à Sousse en 1911, « victime de son dévouement » après une épidémie de typhus (Arrouas, p. 93). Il était situé au milieu d’un square, face à la gare et au palais de Justice.

61 Nantes, APM 1er V. 1646-1, Voyage du Président Doumergue (1931), brochure sur Sfax.

62 Nantes, APM 1er V. 1003, liste électorale de Sfax en 1905.

63 Arrouas « Thiaucourt » : notice sur les vice-présidents de la municipalité de Tunis.

64 Arrouas « Laignelot ».

65 Arrouas, « Geronimi ».

66 Lambert 1912 et Arrouas « Prat ».

67 Marcille J., Le Printemps de Carthage, Souvenirs et images sur les collines de Carthage (1841-1925), manuscrit dactylographié, slsd.

68 Témoignage d’André Blanc.

69 Tunis, ANT, E-180-5.

70 LH « Guirimand Casimir » et ARROUAS « Guirimaud [sic] Pierre ».

71 Toutefois il convient d’ajouter à ces municipalités des formes plus diffuses d’emprise politique et institutionnelles, à savoir les seize commissions d’intérêts locaux dont plus de la moitié fut créée entre 1936 et 1938 (cf. Nantes, APM DI 286, note du 25 février 1956).

72 Nantes, APM, DI 295, note sur l’organisation des municipalités du 12 octobre 1933.

73 Rabat, AP A 1734.

74 Girault A., Principes…, op. cit., p. 257.

75 Nantes, APM DI 295, tableau joint à une note du 28 mai 1937.

76 La commission municipale de Fès existait déjà depuis 1912 mais ne concernait que les notables marocains. Même remarque pour celle de Sefrou qui fut uniquement composée de Marocains de 1913 à 1926.

77 Cf partie I.

78 Rabat, AP A 1385, lettre du vice-consul de Safi au Résident général en date du 26 juillet 1913.

79 Decroux P., La Vie municipale…, op. cit., p. 343.

80 Rabat, AP A 620, note du Secrétariat Général du Protectorat [1931].

81 Rabat, AP A 1721, lettre du chef des services municipaux à la direction des affaires civiles en date du 21 mai 1920. Les qualificatifs employés à l’encontre des membres de la commission pour justifier cette demande étaient variés mais unanimement critiques : « peu de moyens intellectuels », « intelligence moyenne », « discourtois », « impulsif », « sournois »…

82 Rabat, AP A 688, note manuscrite du chef des services municipaux [fin 1926].

83 Rabat, AP A 1287, note de l’administration municipale au secrétariat général du Protectorat en date du 17 mars 1934.

84 Rabat, AP A 1729, lettre du contrôleur civil de la région des Abda-Ahmar no 2168, novembre 1925.

85 Nantes, APM DI 295, note de l’administration des municipalités du 12 octobre 1933.

86 Nantes, APM DI 295, circulaire du 16 janvier 1919.

87 Rabat, AP A 1731, circulaire du secrétariat général du Protectorat en date du 10 octobre 1923.

88 Rabat, AP A619, lettre du contrôleur civil du Gharb au service des municipalités (31 octobre 1928).

89 Rabat, AP A 628, lettre de Lyautey au chef des services municipaux de Fès (28 mars 1919).

90 Rabat, AP A 1731, circulaire du 10 octobre 1923.

91 Rabat, AP A 1728, circulaire du 26 juillet 1924.

92 Rabat, AP A 688, circulaire du 26 février 1926.

93 Ibid, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) à la direction des affaires civiles (10 juillet 1919).

94 Rabat, AP 1721, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) au secrétariat général du Protectorat (8 janvier 1920).

95 Nantes, APM DI 295, note du service des municipalités du 28 mai 1937.

96 Rabat, AP A619, lettre du chef de région de la Chaouia au secrétariat général du Protectorat (2 novembre 1928).

97 Rabat, AP A 1731, lettre du contrôleur civil de la Chaouia au secrétariat général du Protectorat (18 décembre 1923).

98 Rabat, AP B 40, discours de V. H. Blanc lors du débarquement du Résident général, 1929.

99 Rabat, AP A1721, lettre du chef des services municipaux (Casablanca) à la direction des affaires civiles (14 octobre 1920).

100 Rabat, AP A 1701, lettre du chef des services municipaux (Kénitra) au secrétariat général du Protectorat en (25 juin 1914).

101 Rabat, AP A628, lettre du chef des services municipaux (Fès) (23 juin 1919) et réponse de la Résidence (7 juillet 1919).

102 Rabat, AP A 1734, lettre du chef des services municipaux (Fès) au secrétariat général du Protectorat (27 octobre 1922).

103 Rabat, AP A 1732, lettre du chef des services municipaux à la direction des affaires civiles (22 octobre 1921).

104 Rabat, AP A 1731, lettre du chef des services municipaux au délégué à la Résidence, (9 novembre 1923).

105 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, 1998, Paris, Hazan, p. 44-47.

106 Taraud C., La Prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1932), Paris, Payot, 2003, p. 87-101.

107 Rabat, AP A 688, circulaire du 26 février 1926.

108 Rabat, AP A 688, note du chef des services municipaux (Casablanca) au Contrôleur Civil de la Chaouia [1926].

109 Le taux de fiabilité de ces statistiques est variable selon les villes : ainsi si l’on connaît l’origine géographique de 67 % des commissaires de Kénitra ce poucentage oscille entre 40 % et 50 % pour les principales municipalités (Casablanca, Fès, Meknès, Rabat).

110 Dans la mesure où nous n’avons pas systématiquement dépouillé les archives de la commission municipale de Casablanca, cette identification procède de deux relevés : la correspondance des chefs des services municipaux et des chefs de région à l’occasion du renouvellement des commissaires (Rabat, AP série A), et l’analyse des dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur (dossiers LH « Guillemet », « Gillet », « Denoueix » et « Rivollet »).

111 Rabat, AP A 628, extrait du procès-verbal de la séance du 3 avril 1919.

112 À l’exception de la petite municipalité d’Ouezzan où près de 50 % des commissaires étaient originaires de Corse : la proportion est certes importante mais elle ne porte que sur huit commissaires aux origines identifiées.

113 Nantes, APT 2e V. 2596 : tableau statistique de la Tunisie [1951]. Ce tableau donne les valeurs du recensement de 1936 : Souk El Arba (4 011 habitants), Medjez El Bab (2 447 habitants) et Souk El Khemis (1 313 habitants).

114 . Annuaire économique et financier, Casablanca, Imprimerie de la Vigie Marocaine et du Petit Marocain, 1929, p. 11.

115 Rabat, AP 1734, lettre du contrôleur civil du Gharb au secrétariat général du Protectorat (8 novembre 1922).

116 Sur l’ensemble des commissaires municipaux, il a été possible d’identifier entre 75 % et 95 % des activités professionnelles (sauf dans le cas de Casablanca et Mazagan où ces chiffres retombent respectivement à 66 % et 59 %).

117 Rabat, AP A 1721, liste des membres de la commission municipale actuelle [décembre 1920].

118 Rabat, AP A 1721, lettre du chef des services municipaux (Safi) à la direction des affaires civiles (28 avril 1920).

119 Rabat, AP A 1731, circulaire du secrétariat général du Protectorat (10 octobre 1923).

120 Rabat, AP A 1729, télégramme du chef de région au secrétariat général du Protectorat (5 novembre 1925) : le directeur de la Compagnie Algérienne d’Oujda, Rossi, pressenti pour faire partie de la commission municipale de 1926 informa l’administration locale que sa banque ne l’autorisait pas à maintenir sa candidature. Ce refus de la compagnie se réitéra pour Alexandre Weisberger à Meknès en 1927 (Rabat, AP A621).

121 LH « Paul Guillemet ».

122 S’il fut bien agent de la Compagnie Marocaine au début des années vingt (une lettre du chef des services municipaux d’Oujda en date du 22 octobre 1921 le mentionne explicitement in Rabat, AP 1732), il ne le resta pas. Un document tardif (Nantes, APM DI 151, notice du 10 mai 1943 sur la chambre de commerce d’Oujda) nous apprend en effet qu’il est, à cette date, négociant en matériaux de construction et ancien directeur de la Compagnie Marocaine. Le fait qu’il siège à la chambre de commerce depuis 1932 (et non dans une chambre d’agriculture comme les autres agents de la Compagnie) inciterait à penser que son départ de la Compagnie était antérieur au début des années trente.

123 Avec une interruption entre 1930 et 1934.

124 Lecouteux E., La République et les campagnes, Paris, Librairie agricole de la maison rustique, 1871, p. 12.

125 Rendu C, La Saga…, op. cit., p. 48.

126 Gallissot R., Le Patronat européen au Maroc (1931-1942), Casablanca, EDDIF, 1990, p. 41-50.

127 Merton R.K., Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965, chap. ix.

128 Dans le cadre des dossiers de candidature à la Légion d’Honneur conservés dans la série Protocole des Archives diplomatiques centrales du ministère des Affaires étrangères.

129 Voir Annexe 2.

130 Lambert 1913, p. 98.

131 LH et Arrouas « Caruana O. ».

132 Bulletin de la chambre de commerce de Tunis, Compte-rendu des délibérations, Tunis, Imprimerie Borrel, 1886, séance du 29 décembre 1885.

133 Tunis, ANT E 222-3, note de la direction de l’Agriculture à la direction générale de l’Intérieur (28 novembre 1934). Cette note était liée au fait qu’un tel usage était contesté après l’élection de Caruana. Un groupe d’élus consulaires voulait-il, en écartant l’électorat tunisien, se débarrasser d’un « néo-Français », (comme les nommait la presse xénophobe après les décrets de naturalisation de 1921-1922) ? En tout cas, l’administration elle-même, consciente du danger qu’il y aurait à attiser les conflits communautaires dans ces régions, officialisa l’usage du vote en commun des deux sections par un arrêté du 13 mars 1935 (JOT no 22 du 22 mars 1935).

134 En italiques, nous avons indiqué ceux qui cumulèrent cette fonction avec la présidence d’une chambre consulaire.

135 Nantes, Per 254, procès-verbal de la Conférence Consultative, Xe session (1896), p. 200-203.

136 Ibid. procès-verbaux de la Conférence Consultative, XXIXe session (novembre 1905) et XXXe session (mai 1906).

137 Ibid., procès-verbal de la Conférence Consultative, XLIe session (septembre 1917).

138 Liauzu C., « Situation sociale et opinion publique : petits blancs et socialistes pendant trente ans de luttes électorales », CT, no 87-88, 1974, p. 50.

139 Nantes, APT 1er V. 1728 : tableau comparatif (1928-1934) de la section française du Grand Conseil, fol. 254.

140 Arrouas : « Casanova », « Gallini C. », « Gallini J. L. », « Morelli », « Gaudiani », « Gabrielli », « Zevaco », « Massa », « Arrighi », « Omessa », « Paoli J. ».

141 Il s’agit de la revue de l’Institut de Carthage, fondé en 1894. Certes ce périodique, plus savant que polémique, détonne ici. Cependant, c’est lui qui fondait l’influence de Bertholon plus que ses qualités de médecin.

142 Lambert 1912, « Action Française (L’) » p. 3 : il s’agissait d’un périodique radical et, non, comme son titre peut le faire croire, inspiré par Charles Maurras.

143 Farrère C., Les Hommes nouveaux, Flammarion, Paris, 1922, p. 46.

144 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 360-361.

145 Girault A., Principes…, op. cit., p. 57-58 et Nantes, APT 1er V. 1728, La Représentation de la colonie française au Grand Conseil de Tunisie, 1934.

146 La sixième chambre consulaire tunisienne, celle dite « des intérêts miniers » fut créée lors de la réforme de 1922.

147 D’une manière générale, la gauche réalisait ses meilleurs scores au sein du deuxième collège. Cf. Liauzu C., « Situation coloniale… », art. cit., p. 56.

148 Nantes, APT 1er V 1015 A, lettre du Résident général au Président de la République (mai 1920).

149 Ce qui, par ailleurs, étant donné le mode de désignation des autres représentants au Grand Conseil (le suffrage universel) donnait une double voix aux membres des chambres, à la fois dans le cadre consulaire et dans le cadre général de l’électorat français.

150 Nantes, APT 1er V. 2105, texte d’une délégation des colons français de Tunisie (15 septembre 1932).

151 Somaï M., Le Rôle de la colonie française dans l’évolution politique de la question tunisienne (1936-1954), thèse, Université des Sciences Sociales de Grenoble II, 1993-1994, p. 636.

152 Nantes, Per 348, PV des séances du Grand Conseil (1923, 1933, 1938).

153 Gallissot R., Le Patronat…, op. cit., p. 105-112.

154 Nantes, APM CC 31.

155 LH « Gustave Aucouturier ».

156 Nantes, APM DI 151, lettre du contrôleur civil de la région de Rabat (20 mai 1943).

157 Nantes, APM, DI 151.

158 Poncet J., La Colonisation…, op. cit., p 139-214.

159 Ducurtil F., Historique…, op. cit., p. 43-44.

160 Carnières était né en 1849, Pelletier en 1857 et Gounot en 1878.

161 Desmazières B., Pierre Sorbier de Pougnadoresse, le Colbert de Lyautey, Paris/Rabat, L’Harmattan/La Porte, 1998, p. 170-171.

162 BOPM. no 247 du 16 juillet 1917, p. 802 : arrêté résidentiel du 1er juillet 1917 nommant les membres de la chambre d’agriculture de Rabat.

163 H. Amieux est le seul dont nous ne puissions dire avec certitude s’il s’agit d’un propriétaire exploitant ou de l’agent d’une société (ou des deux). Toutefois son dossier de candidature à la Légion d’Honneur fournit des éléments qui tendraient à prouver ses liens avec d’éventuels investisseurs : il arriva au Maroc en 1904 (en même temps que les premiers investissements de la Compagnie Marocaine) et il était diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Paris (ce qui lui dessinait un profil de gestionnaire plus que de rural).

164 BOPM no 273 du 14 janvier 1918, p. 34.

165 LH « Amieux » et « Croizeau ».

166 LH « Obert » et « Lebault » ainsi que le Bulletin des Ingénieurs Agricoles du Maroc, no 1, juillet 1940, p. 11-12.

167 LH « Aucouturier », « Combettes » « Petrignani » « Pascalet » ainsi que les compositions des chambres françaises consultatives in Nantes, APM DI 151.

168 A. Krauss à Oujda et É. Pagnon à Meknès dans les années 1920, Modeste Mohring à Taza au début des années trente ou Achille Lebert, président un peu atypique de la chambre mixte de Safi pendant plus de dix ans (1927-1937) à la fois colon, radical-socialiste et responsable de la Ligue des Droits de l’Homme de Safi. Cf. LH « Krauss », « Pagnon », « Mohring » et « Lebert ».

169 LH « Krauss ».

170 Lambert 1913, p. 30 et 118-119.

171 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 686-687.

172 Nantes, APT 1er V. 1646-1.

173 Guide Bleu Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Malte, Hachette, 1930, p. 432-433 ainsi que Tunis, ANT E 222/3, lettre de la chambre mixte de Sfax (1951) indiquant son adresse.

174 Lambert 1913, p. 125.

175 La chambre mixte de Sousse connut quelques turbulences dans la deuxième moitié des années trente : est-ce l’élection du premier Français naturalisé en 1934, Olivier Caruana (issu d’une famille maltaise) qui suscita des remous ? En tout cas Caruana ne restera que deux années à ce poste avant d’être remplacé par Jean Gouttenoire.

176 CCI : Chambre de commerce et d’industrie ; CA : Chambre d’agriculture ; CM. : Chambre Mixte.

177 LH « Brun ».

178 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 362.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Origine régionale (en %) des notables de Tunisie et du Maroc (1884-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 3 – Les départements d’origine des notables classés selon le nombre de natifs.
Légende 1. Lieu de naissance des notables français de Tunisie du Maroc.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 2. Lieu de naissance des notables français de Tunisie et du Maroc membres d’instances centrales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 3. Lieu de naissance des notables français membres d’instances locales de Tunisie et du Maroc.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Figure 2 – Secteur d’activité (en %) des notables de Tunisie et du Maroc (1884-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 3 – Secteur d’activité (en %) des membres des instances centrales en Tunisie et au Maroc (1890-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 4 – Catégories socio-professionnelles de 73 vice-présidents de municipalité en Tunisie (1884-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 1 : L’origine géographique des vice-présidents des commissions municipales du nord-ouest Tunisien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 5 – Les vice-présidents de Tunis, Sfax et Sousse de 1883 à 1939.
Légende Notes : 5151Note 5252
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Tableau 7 – Composition et date de création des commissions municipales marocaines (1912-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Notes7373Notes 7474Notes 7575Notes 7676
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 6 – Origine régionale (en %) des membres français des commissions municipales du Maroc (1912-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure 7 – Secteurs d’activité (en %) des membres français des commissions municipales du Maroc (1912-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 8 – Origine géographique des « grands notables » français de Tunisie et du Maroc (1885-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 9 – Composition de la Conférence Consultative et du Grand Conseil de Tunisie (1896-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123144/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540