Version classiqueVersion mobile

Les frontières du politique

 | 
Lionel Arnaud
, 
Christine Guionnet

9. Marginalité en politique et processus d’institutionnalisation

Les mouvements Motivé-e-s et citoyens (2001-2003)

Christine Guionnet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. Bourdieu (P.), Propos sur le champ politique, Lyon, PUL, 2000. Nous reprendrons fréquemment ce (...)
  • 2 Gaxie (D.), La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 2000, p. 22.
  • 3 Rappelons que selon Max Weber, les professionnels de la politique sont des individus qui vivent po (...)
  • 4 Bailey (F. G.), Les règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.
  • 5 Cf. respectivement Collovald (A.), « Les poujadistes ou l’échec en politique », Revue d’histoire m (...)
  • 6 Pudal (B.), Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de Science Po, 19 (...)
  • 7 Ibid., p. 194.
  • 8 Cf. Traïni (C.), Les braconniers de la politique. Les ressorts de la conversion à Chasse, Pêche, N (...)
  • 9 Wable (S.), « Les Verts et la politique autrement », in Curapp, La politique ailleurs, Paris, PUF, (...)
  • 10 Le Bart (C.), « Le discours politique des écologistes : l’art de faire de la politique autrement ? (...)
  • 11 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », Mouvements, 18, 2001, p. (...)

1Lorsque de nouveaux acteurs prétendent entrer dans le jeu politique, ils doivent en général se conformer à un minimum de règles du jeu établies, afin de continuer à exister en tant qu’acteurs politiques. Dans un champ politique1 constitué en milieu relativement séparé, obéissant à ses lois propres, focalisé sur ses enjeux internes, les établis, spécialistes des questions politiques, ont souvent tendance à vouloir « préserver un état du jeu en empêchant ou en limitant l’entrée de nouveaux acteurs perçus comme menaçants2 ». La concurrence entre les professionnels de la politique3 et ceux qui prétendent demeurer aux marges de la professionnalisation constitue un fort handicap pour ces derniers, contraints d’accepter les règles élémentaires du jeu politique (rhétorique, comportements, utilisation des médias…), qu’il s’agisse des « règles pragmatiques » (celles qui garantissent une certaine efficacité de l’action politique) ou des « règles normatives » (définissant le domaine des actions envisageables dans le cadre institutionnel4). L’histoire montre par exemple comment les mécanismes sociaux-culturels régissant l’accès aux carrières politiques s’imposèrent avec force à de nouveaux entrants désirant représenter des classes populaires. Qu’il s’agisse des poujadistes de l’UDCA, de la SFIO5 ou du Parti communiste, tous finirent par reproduire dans une certaine mesure les processus de sélection sociale en leur sein, la nécessité de posséder un certain capital culturel et social s’avérant difficilement contournable. Si le Parti communiste parvint, en 1924, à subvertir les règles du recrutement politique en imposant des élus d’origine modeste, choisis pour leur ferveur militante et non pour leurs compétences sociales et culturelles, ceux-ci ressentirent toutefois avec force le poids de leur singularité. Pour dissimuler leur malaise, certains allèrent jusqu’à simuler des extinctions de voix, tant ils pâtissaient de leur inaptitude à prendre la parole en public6. Les militants ouvriers, en accédant au politique, et a fortiori aux responsabilités politiques, virent se raviver « la plaie ouverte de [leur] indignité culturelle et sociale7 ». Plus récemment, des mouvements porteurs de discours autour de « la politique autrement », tels le CPNT8 ou les Verts9, ont dû quant à eux accepter la transformation de leurs groupements associatifs en véritable parti politique, afin de mieux répondre aux exigences pratiques de la compétition politique. Les écologistes sont par exemple passés d’une phase où le champ politique était vigoureusement critiqué et où les moyens d’action envisagés étaient ceux du lobbying, à une phase d’acceptation du jeu électoral, avec simplement la volonté de faire de la politique « autrement » en refusant le clivage droite-gauche, le cumul des mandats, le jeu politicien, etc.10. Partant de ces constats, D. Gaxie concluait récemment : « Il ne faut pas trop croire non plus à ces entreprises politiques qui nous annoncent périodiquement une “politique autrement” et qui finissent par disparaître ou par faire de la politique professionnelle comme les autres11. » De son côté, M. Offerlé estimait :

  • 12 Offerlé (M.), Les partis politiques, Paris, PUF, 2002, p. 91.

« Tout joueur marginal ou prétendant a la possibilité de tenter de modifier les règles de fonctionnement du champ, mais il en subit l’attraction par le seul fait d’y prendre position. La destinée des “partis anti-système”, “pas comme les autres”, “extrémistes” ou “hors-système” (écologistes, “populistes”) montre bien l’ampleur des profits que peut procurer la mobilisation de certains enjeux délaissés ou de certains stigmates, mais elle souligne la force des mécanismes d’assimilation et de conformisme au principe de la concurrence interpartisane12. »

  • 13 À titre d’exemple, les listes suivantes appartenant au réseau des listes citoyennes et Motivé-e-s, (...)
  • 14 Notons que l’appellation « Motivées » est propre à l’association rennaise, les autres mouvements p (...)
  • 15 Le point commun entre ces différentes listes tient au fait qu’elles désirent toutes « faire de la (...)
  • 16 Lagroye (J.), François (B.) & Sawicki (F.), Sociologie politique, Paris, Presses de Science Po et (...)
  • 17 Ibid.

2Lors des élections municipales de mars 2001, de nouvelles tentatives d’entrée dans le jeu politique par des acteurs initialement extérieurs ont été effectuées. Dans de nombreuses villes françaises, des listes Motivé-e-s et citoyennes ont prétendu « faire de la politique autrement », et ont souvent obtenu des scores électoraux non négligeables13. Face à l’ampleur de ce mouvement, nous avons choisi de nous pencher plus particulièrement sur la liste Motivées constituée à Rennes en mars 200114, tout en prenant en compte le maximum d’informations et d’analyses concernant d’autres listes dites « Motivé-e-s » ou « citoyennes »15, afin d’analyser plus avant la thématique de l’institutionnalisation et de la professionnalisation politique de nouveaux entrants en politique. Nous considérerons l’institutionnalisation comme un processus tendant à imposer un « corps de règles à apprendre et à respecter, […] un ensemble de savoirs à assimiler, […] une somme de routines qu’il faut maintenir pour préserver la cohérence de l’institution, et […] un répertoire de rôles dans lesquels on doit se tenir16 ». Il s’agit donc d’une forme d’objectivation tendant à « situer les relations sociales, et les règles habituellement appliquées dans ces relations, dans l’ordre d’une “réalité objective”, perçue comme allant de soi, s’imposant aux êtres humains et régissant leurs comportements17 ». En ce sens, notre objectif consiste à saisir les éventuels processus de transformation pouvant toucher à la fois les structures organisationnelles, les pratiques, les valeurs et représentations de nouveaux entrants, dans le sens d’une conformation croissante aux règles formelles et informelles du jeu politique. L’institutionnalisation est donc appréhendée dans une acception large, comme processus susceptible de concerner à la fois les acteurs réellement investis dans des rôles politiques institutionnels (fonction représentative au niveau local ou autre), mais également les acteurs qui pénètrent simplement dans le champ politique à travers la compétition pour ces rôles politiques. Il s’agit donc de chercher dans quelle mesure ces nouveaux acteurs, parce qu’ils participent à la compétition électorale, se voient éventuellement imposer certaines règles du jeu organisationnelles, comportementales et éthiques. Règles du jeu susceptibles de les faire évoluer sur le plan de l’organisation interne, mais également de générer un apprentissage plus ou moins contraint des règles de la « profession » politique impliquant certaines pratiques et certaines valeurs. À ce titre, la question de la professionnalisation politique paraît indissociable d’une réflexion relative aux éventuels processus d’institutionnalisation.

3Avec quelques mois de recul, nous nous demanderons donc quels étaient réellement les objectifs de ces acteurs, et dans quelle mesure ils ont réussi à « faire autrement », à demeurer aux marges du jeu politique, sans que leur soient imposées les règles du jeu politique. Quelles sont les forces d’institutionnalisation repérables à partir de cette expérience d’intrusion volontairement limitée dans l’univers politique ? Plus largement, dans quelle mesure de telles tentatives de subversion relative des règles établies et leur devenir renseignent-elles sur le mode de fonctionnement du champ politique et, plus spécifiquement, sur la façon dont les différents acteurs participent à la construction sociale du politique, de ses frontières et de ses règles du jeu spécifique ?

Le flou identitaire et organisationnel, un choix difficile à pérenniser

4Pour réussir à s’imposer en politique, les nouveaux entrants sont souvent contraints d’adopter des structures organisationnelles internes plus élaborées qu’à l’origine, sous peine de subir des échecs répétés, voire de disparaître. De fait, les mouvements tels que les listes Motivé-e-s ou citoyennes ont rapidement ressenti les difficultés liées à leur faible degré de structuration initiale et à leur identité politique incertaine.

Être un OPNI18, une logique de différenciation initialement porteuse

  • 18 Objet Politique Non Identifié.
  • 19 Sur l’importance du positionnement relationnel des acteurs les uns par rapport aux autres dans le (...)
  • 20 À Rennes, une candidate rappelle que son mouvement est constitué de gens « désintéressés », que c’ (...)
  • 21 Références sur le site Internet www.ipj.free.fr/dossier/nouvocandidat/parthtemoig.htm.
  • 22 Entretien avec P. Mainguené, tête de liste des Motivées, graphiste et imprimeur, 48 ans.
  • 23 Tract Motivées à Rennes.

5En 2001, les listes Motivé-e-s et citoyennes sont en général constituées autour de la thématique du rejet par rapport aux professionnels de la politique. C’est ostensiblement la structure du champ politique, caractérisée notamment par des croyances relatives à une profonde crise du système, qui amène ces mouvements à se définir avant tout relationnellement, en s’opposant, selon une vision dyadique (« eux »/« nous »), à l’ensemble des partis politiques et élus présents dans le jeu19. Il s’agit de regrouper tous ceux qui désirent un changement, et qui souhaitent adresser aux élus locaux et autres listes partisanes un signal clair de défiance. Dans leurs tracts, les Motivées rennais dénoncent les « politiciens et les technocrates », « les sept listes politiciennes en présence ». « Laissons les politiciens à leurs affaires, prenons les nôtres en main », proposent-ils en soulignant le développement des « affaires » et l’éloignement trop important des hommes politiques professionnels par rapport aux intérêts et aux préoccupations des citoyens. En France, la plupart des listes se sont vantées de ne pas être partisanes, telle la liste « Air » de Strasbourg, dont le slogan était « pas un parti, un courant ». La réticence à se positionner clairement sur l’échiquier politique constitua une récurrence essentielle pour la très grande majorité de ces mouvements, en mars 2001. L’apolitisme constituait l’un des piliers fédérateurs permettant le regroupement du plus grand nombre possible des déçus de la politique, qu’ils soient plutôt à droite ou plutôt à gauche, voire sans préférence partisane particulière20. Le rejet de la politique peut même aller jusqu’à se vanter de ne plus participer aux élections depuis longtemps. Un candidat en sixième position sur la liste Motivé-e-s de Parthenay n’hésitait pas à déclarer avant le scrutin : « Je ne sais même pas à quoi ressemble un isoloir21. » Le rejet de la politique professionnelle et partisane a pour pendant la volonté que « les citoyens de base se bougent22 », le projet consistant à « mobiliser et remobiliser tous les déçus de la politique politicienne (anciens, jeunes, immigrés) dans une action citoyenne constructive […] pour redonner à la politique son sens vertueux d’origine (Aristote)23 ». Pour ce, nombre de listes refusent de présenter un programme électoral pré-constitué, mais préfèrent, tels les Rennais, des « inventaires à la Prévert » regroupant les doléances émises par les citoyens lors de la campagne.

  • 24 Déclaration faite par un membre de la liste « Réveil brutal » à Noisiel, Territoires, 425 (2), p. (...)
  • 25 Sur cette position d’entre-deux entre parti et groupe de pression, nous nous permettons de renvoye (...)
  • 26 Bourdieu (P.), « La délégation et le fétichisme politique », ARSS, 52-53, 1984, p. 50.
  • 27 Ibid., p. 49.

6Affirmer que « les partis ne détiennent en aucun cas le monopole de la proposition politique24 » et se targuer de transcender les clivages partisans ne conduit pas à énoncer clairement la nature de la forme de substitution proposée. S’il apparaît clairement que les listes s’appuient en général sur des militants associatifs nombreux, et qu’elles ont pour projet de constituer des relais entre citoyens et élus, elles demeurent difficilement repérables sur le plan identitaire. Refusant de se constituer en partis politiques, ces mouvements ne sont pas pour autant de simples groupes de pression, puisqu’ils participent à certaines activités politiques (compétition électorale, voire gouvernement local25). Refusant de se doter d’un organe permanent de représentation, refusant la délégation, « acte par lequel un groupe va se faire en se dotant de cet ensemble de choses qui font les groupes, c’est-à-dire une permanence et des permanents, un bureau à tous les sens du terme, et d’abord au sens de mode d’organisation bureaucratique, avec sceau, sigle, signature, délégation de signature, tampon officiel, etc.26 », leur identité s’avère particulièrement floue. Ces OPNI semblent vouloir défier la règle selon laquelle « les individus ne peuvent se constituer (ou être constitués) en tant que groupe, c’est-à-dire en tant que force capable de se faire entendre et de parler et d’être écoutée, qu’en se dépossédant au profit d’un porte-parole27 ».

  • 28 Manin (B.), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.
  • 29 Ibid.
  • 30 À Rennes, on peut repérer, parmi les 61 membres de la liste aux municipales cinq personnes posséda (...)
  • 31 Parmi eux se trouvent d’anciens anarchistes ou maoïstes, des trotskistes, des communistes, des Ver (...)
  • 32 Cet aspect est notamment souligné par Fertikh (K.) dans La « politique autrement »…, op. cit.
  • 33 Un militant rennais confirme cette distinction entre profils militants : « C’est un peu un clivage (...)

7Ce défi constituait une ressource initiale essentielle pour un mouvement désirant à la fois se démarquer par rapport aux établis, et rassembler des individus aux sensibilités politiques parfois distinctes. Dans un contexte de « démocratie du public28 », caractérisée par une individualisation du rapport à la politique et par des lignes de clivages de l’opinion publique davantage liées à des préférences individuelles qu’à des préférences politiques partisanes caractérisant la « démocratie de partis29 », les listes citoyennes ont pu se constituer en tant que conglomérats aux frontières floues. Elles se sont fédérées autour d’acteurs possédant des rapports personnels à la politique (engagements militants précédents, orientations politiques, etc.) assez hétéroclites. À Rennes comme ailleurs, des individus refusant toute forme d’engagement partisan côtoient d’anciens militants, ou même des membres encore encartés dans certains partis politiques30. En général, deux profils militants se distinguent dans les mouvements citoyens. Une petite partie des individus sont ou ont été membres de partis, mais s’affirment très critiques à leur égard, cherchant dans les mouvements citoyens un type d’engagement alternatif autorisant l’expression d’un désaccord avec la municipalité ou avec leur parti d’origine. Il s’agit de faire pression sur les décideurs, sans se compromettre dans un jeu partisan et politique trop parasité par la recherche du pouvoir à tout prix. Ces militants possèdent des affinités politiques diverses, mais le plus souvent à gauche31. En général, ces anciens ou actuels militants partisans n’ont jamais occupé de poste de responsabilité dans leur parti ou mouvement, ayant au contraire toujours préféré garder leurs distances par rapport aux positions de pouvoir32. Outre cette minorité plus engagée, la majorité des mouvements est au contraire formée d’individus très hostiles à toute forme d’engagement politique. La marginalité politique volontairement entretenue (refus de toute participation au gouvernement local) demeure une condition indispensable à leur présence sur les listes citoyennes. Dénonçant vigoureusement les dysfonctionnements du système représentatif, ces citoyens désirent demeurer engagés au quotidien, et mener une action pragmatique dans des structures associatives locales, sans se compromettre avec le pouvoir, soit-il local ou national. Si certains adhèrent à des syndicats (tel SUD ou la CFDT), à des associations nationales ou internationales (Ras l’Front, AC !, ATTAC, etc.), la plupart sont avant tout des militants de proximité, dans des associations de quartiers, d’animation socioculturelle, d’éducation populaire, de parents d’élèves, voire dans des associations musicales. Beaucoup se décrivent comme apolitiques, se vantant même parfois de ne s’être jamais intéressés à la politique33.

Un positionnement croissant par rapport aux enjeux et acteurs du jeu politique

  • 34 Selon des statuts décrits comme provisoires, le bureau est constitué d’un président – Morad El Hat (...)
  • 35 Un militant rennais expose ainsi : « Il y a effectivement les gens qui sont prêts à passer un truc (...)
  • 36 Communiqué de presse national du 18 mars 2002 (consultable sur le site www.lesmotives.com).
  • 37 Lors des élections législatives, la Fédération nationale des Motivées présente 50 candidats, et s’ (...)
  • 38 Une jeune candidate issue du tissu associatif (les P’tits débrouillards) nous confie ainsi lors d’ (...)
  • 39 C. Traïni montre de même combien la position de surplomb du CPNT par rapport aux partis politiques (...)
  • 40 Pour un récit de l’expérience toulousaine de 2001 et 1995, cf. Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés, (...)
  • 41 Communiqué de presse des Motivé-e-s toulousains en date du 15 avril 2002.
  • 42 Dans le cas contraire, certaines associations redoutant toute récupération politique, tels les « P (...)

8Face à ces profils multiples, lorsqu’il s’agit de construire l’identité du groupe non plus seulement dans une logique de différenciation, mais par prises de positions concrètes et multiples (injonction à se positionner par rapport à une palette importante de pratiques, de rôles, de situations et de discours), l’« autrement » se commue en « autrements » et les divisions se multiplient. Parmi les sources de divisions internes et nationales, l’un des principaux débats tient à la nature de l’organisation à mettre en place au niveau national. Si le rejet de la forme partisane est unanime, les degrés d’organisation admissibles ne sont pas les mêmes pour tous, y compris au sein des listes. Certains refusent toute organisation rappelant un mode de fonctionnement partisan (désignation de porte-parole, mise en place d’un secrétariat, voire d’un bureau exécutif, formulation d’un programme commun), tandis que d’autres estiment qu’un minimum d’organisation est nécessaire pour être plus efficace, adopter un programme commun, voire désigner des candidats aux élections législatives et présidentielles. En juin 2001 déjà, lors des états généraux, P. Mainguené, meneur de la liste rennaise, suggère la création d’un « réseau collectif très souple » avec une présidence tournante et des porte-paroles, pour pouvoir exprimer une opinion commune et éviter le discrédit auprès des médias. Mais l’assemblée refuse finalement, estimant que cela marquerait le début d’une structuration trop poussée. Jusqu’en avril 2002, la seule structure nationale acceptée est un réseau inter-local, ne comprenant ni bureau directeur, ni postes de responsabilité, ni porte-paroles, et essentiellement destiné à l’échange d’informations entre les associations locales, notamment par le biais d’internet. Mais à l’occasion des élections présidentielles, P. Mainguené prend l’initiative de former dans l’urgence, avec quelques autres listes, une Fédération nationale des Motivées, rassemblée autour d’une plate-forme commune et organisée autour d’un bureau et de porte-paroles nationaux34. La confusion est alors totale, et les oppositions plus vives que jamais entre listes35 et en interne. Pour certains, en effet, la Fédération est perçue comme un « pseudo-parti ». En outre, elle induit un positionnement politique évident, puisque après avoir envisagé un temps de présenter un candidat Motivé-e-s aux élections présidentielles, la Fédération décide finalement de soutenir officiellement C. Taubira, la candidate PRG, décrite comme la « candidate des “exilés” de la citoyenneté et de la VI e République fraternelle et joviale36 ». Des accords sont en outre conclus avec d’autres formations politiques lors des législatives37. Lors du second tour des municipales déjà, des débats internes avaient pu avoir lieu concernant les désistements. À Rennes, certains étaient opposés à l’appel à voter en faveur de la liste E. Hervé, « la gauche institutionnelle »38, alors que d’autres ne voyaient aucun inconvénient à la recherche d’alliances électorales (des tentatives infructueuses ayant été entreprises avec la LCR et les Verts). En réalité, les positionnements sur l’échiquier politique deviennent de plus en plus fréquents, remettant en cause l’attachement initial à affirmer son apolitisme de principe. Apolitisme nécessaire pour maintenir la cohésion entre des militants aux profils politiques diverses39, pour rassembler des électeurs de tous horizons politiques, et, parfois, pour éviter de renouer des alliances passées, jugées difficiles – notamment celle des Motivé-e-s toulousains avec la LCR et les Verts en 199540. Nombreux sont donc ceux qui vont se rallier au communiqué de presse des Toulousains, déclarant combien « appeler à voter pour un candidat ou une candidate aux Présidentielles va totalement à l’encontre de la démarche revendiquée par le mouvement »41. Ligne de conduite essentielle pour conserver ses soutiens initiaux, notamment de la part des associations locales42. Mais si certains résistent avec vigueur contre la constitution d’une organisation nationale structurée, les positionnements partisans explicites et la multiplication des candidatures à tous les échelons, la tendance à s’inscrire plus explicitement dans le champ politique semble concerner un nombre croissant de militants.

  • 43 Document disponible sur le site internet des Motivé-e-s toulousains : www.motive-e-s.org.

9Ce d’autant plus que le flou identitaire, initialement considéré comme le signe d’un non conformisme désiré, s’avère de plus en plus problématique à gérer. Le programme d’une assemblée générale toulousaine en 2002, indique l’ampleur des interrogations en suspens43 :

TOULOUSE : Les axes importants de l’AG : (texte daté du mardi 14 janvier 2002)
– Où se situent Motivé-e-s ? Dans l’associatif ? Le politique ? Dans quel cadre se situe notre action ? À quoi on sert ? […]
– L’articulation entre l’interne et l’externe : Avec qui on veut faire les choses ?
Quelles associations, organisations ? Avec quelle-s citoyen-ne-s ? Quel rapport entre le mouvement et les élu-e-s ? Entre nos élu-e-s et les autres élu-e-s ? Quel rapport à la politique institutionnelle ?
– Le fonctionnement interne : les règles du jeu. Comment mieux fonctionner (tours de parole, etc.) pour avoir des débats dans de meilleures conditions ? La question des portes-parole et des référent-e-s.
– Travailler sur les différences politiques présentes dans Motivé-e-s.
– Travailler sur l’articulation identité et action : comment être un mouvement populaire, ouvert à celles et ceux qui n’ont pas d’expérience politique et en même temps être politiquement efficaces ?
– Comment définir notre travail ? Pour l’instant, on enchaîne des actions les unes après les autres, sans nous laisser de temps sur le sens global. Est-ce que Motivé-e-s permet la mise en place d’actions et de réseaux en dehors de Motivé-e-s ?

  • 44 Cf. notamment Gamson (W.), The strategy of Social Protest, Belmont, Wadsworth Pub., 1975.
  • 45 Ces quatre points d’accord sont : la création d’un réseau d’échanges et d’information entre les li (...)

10Les constats effectués par W. Gamson44 à propos des mouvements sociaux, selon lesquels les organisations centralisées, fortement structurées en échelons hiérarchiques et unies sont les plus efficaces pour faire aboutir leurs revendications, semblent avoir une certaine pertinence pour les mouvements citoyens : l’absence de structure organisationnelle rend difficile la formulation d’objectifs et de stratégies claires. Nombreuses sont les listes évoquant des réunions interminables, où l’on débat longuement, pour finalement repartir sans avoir pu décider quoi que ce soit. Lors des états généraux de juin 2001 déjà, les premiers dysfonctionnements se font sentir. Les membres présents ne s’estiment pas habilités à parler au nom de leurs listes localement constituées, et aucune décision ne peut être prise. Chacun promet de répercuter localement les discussions, de décider ensemble, puis de faire connaître une position commune. Finalement, après 48 heures de débats, l’assemblée se sépare en n’ayant réussi à se mettre d’accord que sur quatre points assez généraux45.

  • 46 Gaxie (D.), « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science po (...)
  • 47 Pizzorno (A.), « Considérations sur les théories des mouvements sociaux », art. cité, p. 79.

11Outre ce manque d’efficacité lié au refus de désigner des représentants et des bureaux directeurs, le flou identitaire, l’absence de programme clair s’opposent aux rétributions du militantisme que sont « l’attachement à la cause, la satisfaction de défendre ses idées », autant de « puissants mobiles et stimulants symboliques » susceptibles de donner « un sens à la vie et à l’activité » des militants46. Si la volonté de défendre une cause commune ne constitue pas la seule, voire la principale rétribution du militantisme, il n’en demeure pas moins que l’idéologie demeure un cadre premier indispensable pour fédérer les militants et leur offrir, par ailleurs, d’autres avantages essentiels. Comme tout mouvement social, les Motivé-e-s ont besoin, pour maintenir la mobilisation militante, de « produire des certitudes de valeurs quand, dans une population donnée, se manifestent des phénomènes perturbants d’incertitude47 ». Un militant rennais en fait le constat dès fin 2002 :

  • 48 Entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit, p. 100-148.

« Si on avait vraiment un projet clair sur “voilà ce qu’on veut faire à six mois, à un an, comment on le fait, voilà l’objectif à atteindre et puis voilà les solutions qui sont possibles”, je pense qu’on est cinquante rapidement à agir au quotidien, mais de façon très active, sur Rennes, sans problème. Moi, j’ai des gens tous les jours qui viennent me voir. Je commence un petit peu à être connu, c’est la médiatisation… Mais faire une réunion à cinquante la semaine prochaine, je ne vois pas… Parce qu’en plus ces gens-là sont des gens qui ont envie de s’investir, mais il faut quand même qu’on leur dise quoi faire48. »

  • 49 Site Internet www. motive-e-s.org, atelier Motivnet, en date du 15/01/2003.
  • 50 Cf. Giraud (B.), Des citoyens en politique. Une sociologie d’une entreprise politique subversive : (...)

12Face à cette puissante inertie liée aux incertitudes identitaires, certaines listes tentent de mieux préciser leurs projets concrets. Ainsi, lors de la campagne pour les législatives de juin 2002, les Toulousains insistent moins sur l’originalité de leur démarche, et recentrent au contraire leurs propositions sur des propositions politiques précises (immigration, insécurité, démocratie), selon une logique plus classique de programme électoral porté par un candidat parlant au nom du mouvement. Le but est clairement de « dépasser les discours de dénonciation pour aller vers la formalisation de propositions/réformes d’organisation démocratique49 ». À ce stade, l’objectif consiste bien à « se positionner dans une logique de concurrence interpartisane ordinaire, par la captation d’enjeux et la désignation d’un porte-parole censés garantir la visibilité de l’entreprise politique sur le marché politique50 ».

13Ainsi, le fait que les mouvements citoyens se soient initialement formés à partir d’une identité essentiellement définie a contrario (faire « autrement »), selon une volonté de différenciation et de stigmatisation par rapport aux établis, constitue un choix très ambivalent. Il tend en effet à se commuer en handicap sévère, en générant de nombreuses oppositions et des démissions militantes de plus en plus nombreuses. Aussi, pour mobiliser leurs militants durablement et mieux se faire entendre, certains mouvements ou individus finissent par emprunter les cadres traditionnels d’identification régissant le champ politique, se situant finalement sur le même plan, dans le même cadre référentiel que les partis classiques. Il peut s’agir de se positionner par rapport aux enjeux de politiques publiques en énonçant des propositions concrètes, d’afficher certaines préférences partisanes et de se situer sur l’échiquier politique, de se doter de structures organisationnelles plus fidèles au modèle partisan.

Le refus d’une logique représentative interne : des effets pervers irrattrapables

  • 51 E. Neveu rappelle en ce sens que les mouvements sociaux, la plupart du temps, ne nient pas l’impér (...)
  • 52 S. Amokrane explique ainsi : « Depuis le début, on n’a pas été capables de tenir une AG de moins d (...)
  • 53 Michels (R.), Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques dans les démocraties, 1 (...)

14Désirant avant tout éviter toute professionnalisation, pour demeurer des relais entre citoyens et pouvoir, les mouvements citoyens sont extrêmement attachés à ce qu’aucun leader ne finisse par se démarquer de l’ensemble des militants ordinaires. Là où certains mouvements sociaux ou politiques ont imaginé des procédés représentatifs destinés à éviter les phénomènes oligarchiques, telle la présidence tournante51, les groupements citoyens sont initialement demeurés opposés à toute démarche représentative interne s’écartant de la démocratie directe. Or cet évitement de toute structuration verticale s’avérant rapidement difficile à gérer sur un plan fonctionnel, des aménagements temporaires sont mis en place. À Toulouse, les prises de décisions rapides s’étant avérées difficiles avec le système des assemblées générales – ouvertes aux adhérents et aux habitants, et réunies au moins une fois par trimestre –, le collectif d’animation, non souverain pour prendre les décisions importantes, acquiert de facto un rôle supérieur à celui prévu par les statuts de l’association52. De même, à Rennes, si les Motivées ont certes un statut d’association, avec un bureau, un conseil d’administration et un fonctionnement régulier en assemblées générales, le Président de l’association, P. Mainguené, s’arroge à plusieurs reprises un pouvoir d’initiative indu, selon un processus rappelant la loi d’airain de l’oligarchie53. Évoquant la difficulté à convoquer rapidement et fréquemment des assemblées générales, il présente souvent ses initiatives comme dictées par la nécessité d’agir vite et efficacement, et destinées à être entérinées par le collectif ensuite. Or ces initiatives personnelles et ces aménagements de facto, en général présentés comme provisoires, s’avèrent en réalité souvent difficiles à remettre en cause a posteriori, et peuvent participer à l’adoption progressive de formes d’organisation et de fonctionnement de plus en plus proches des structures partisanes classiques.

  • 54 Hirschmann (A.), Défection, prise de parole et loyauté, Paris, Fayard, 1995 [1970].
  • 55 Bourdieu (P.), « La représentation politique », art. cité, p. 14.

15L’exemple du véritable « coup de force » réalisé à travers la formation de la Fédération Nationale des listes Motivées et citoyennes en témoigne. Dès lors que cette initiative intervient, le piège d’une conformation croissante à des formes d’organisation partisane semble menacer les mouvements citoyens et leurs militants. Ceux qui n’adhèrent pas à ce début de structuration autour d’un label commun n’ont finalement que le choix de la défection ou de la protestation (exit and voice54). Au niveau national, les mouvements les plus hostiles tentent de se démarquer en publiant des communiqués de presse affichant leur désaccord. Mais localement, les militants hostiles aux décisions prises par les leaders implicites de leur mouvement obtiennent rarement l’annulation des engagements pris au nom de la liste, telle la participation à la Fédération. Le fait que certains porte-paroles auto-proclamés aient publiquement prêté « une volonté, une espérance ou, tout simplement, un avenir [au] groupe », constitue une forme de prophétie auto-créatrice s’imposant fortement, y compris à ceux qui ne se reconnaissent pas en elle. En publicisant la création de la Fédération, les médias ont en quelque sorte officialisé la démarche et ont conféré à ces initiatives isolées un « acte de symbolisation, de représentation55 » difficilement réversible. Dès lors, la seule solution pour les contestataires au sein des listes fédérées est la démission. Les plus hostiles à une structuration organisationnelle accrue se trouvent contraints d’abandonner le mouvement local ou de se résigner à entrer plus avant dans le champ politique. Au niveau national les mouvements citoyens s’avèrent plus que jamais difficiles à réunir et divisés. Loin d’une opposition simpliste entre « puristes » et « pragmatiques », les limites de la structuration acceptée sont variables d’un individu et d’un mouvement à l’autre ; elles peuvent en outre évoluer au fil des événements. Selon les cas, il peut s’agir d’accepter de formaliser un programme électoral, de se positionner clairement sur l’échiquier politique, de se porter candidat à des scrutins nationaux, voire de se doter de structures nationales relativement formalisées et hiérarchisées. Les plus hostiles à toute évolution réaffirment en général leur ambition de demeurer présents uniquement au niveau local, renonçant ainsi à constituer une nouvelle force politique susceptible de porter leurs revendications au niveau national. Mais ce choix pour des ambitions politiques modérées n’élimine pas toute menace de conformation progressive aux modes de structuration et règles du jeu politique. Au-delà des forces tendant à attirer certains acteurs vers des modèles d’organisation et des pratiques plus conformes aux règles du jeu politique, une force d’institutionnalisation peut en effet également être décelée à travers la tentative d’imposition, par certains établis, des valeurs essentielles consacrant le jeu politique en tant qu’univers différencié et professionnalisé.

La stigmatisation des amateurs par les établis : respecter les valeurs essentielles du champ politique

16S’imposant en premier lieu au niveau national, la professionnalisation est désormais largement répandue au niveau local, tant la charge de travail des élus locaux s’est alourdie et complexifiée. Cette professionnalisation politique passe notamment par la structuration d’un métier politique : acquisition d’un savoir-faire spécifique, développement d’une éthique propre, d’une représentation corporative, mise en place de structures de formation, etc. Les acteurs politiques adoptent alors des pratiques et des valeurs définies non seulement par rapport aux électeurs, mais également en rapport avec les autres membres du champ, lequel tend à s’autonomiser, à se fermer sur lui-même. Or à plusieurs égards, les mouvements citoyens remettent en cause cette différenciation d’un champ politique professionnalisé.

Une remise en cause de la spécificité du jeu politique : la politique « en libre service »

  • 56 Lagroye (J.), François (B.) & Sawicki (F.), Sociologie politique, op. cit., p. 144.
  • 57 Offerlé (M.), Les partis politiques, op. cit., p. 91.
  • 58 « On ne voulait pas d’élus parce qu’on voulait rester un contre-pouvoir », déclare une femme de la (...)
  • 59 Ouest-France, 15 mars 2001.
  • 60 Gaxie (D.), La démocratie représentative, op. cit., p. 16.
  • 61 Cf. Guionnet (C.), « “La politique autrement”, entre récurrences et réinventions », art. cité.

17L’apprentissage d’un rôle est « inséparable d’un apprentissage de ses usages, et notamment des usages qui permettent de s’acquitter correctement des tâches qu’il implique sans subir les effets négatifs d’une identification absolue à ces tâches56 ». C’est précisément cette identification absolue que les listes Motivé-e-s et citoyennes s’attachent depuis le début à éviter, en remettant en cause les « ça-va-de-soi qui sont au fondement de la compétition57 » et de l’autorité des entrepreneurs sur et dans le jeu politique. Certains, à l’image des Motivées rennais, s’arrogent le droit de se présenter aux élections tout en affirmant qu’ils refuseront de siéger au conseil municipal, les activités de gestion étant perçues comme nécessairement corruptrices58. À Rennes, lorsque la liste conclut un accord de désistement en faveur de la municipalité sortante, au second tour, elle précise dans la presse locale : « On n’a pas réclamé de poste éligible. On veut garder notre autonomie. Nous sommes une association et, en plus, si les engagements ne sont pas tenus, on arrête tout59. » Ce type de comportement remet en cause l’appréhension classique du jeu politique en tant qu’« espace de compétition structuré par la conquête des positions de pouvoir politique » dans des institutions centrales ou périphériques60. Loin de désirer simplement gouverner autrement, ces listes entendent plus précisément dissocier les répertoires d’action politique et opérer une sélection quant aux fonctions et rôles qu’elles acceptent ou non d’investir. L’objectif est alors de conférer un autre sens à l’expression « faire de la politique », et non simplement de définir un « autrement » dans la manière de représenter et gouverner61.

  • 62 Bourdieu (P.), Propos sur le champ politique, op. cit., p. 56.
  • 63 Offerlé (M.), Les partis politiques, op. cit., p. 91.
  • 64 On veut être une « caisse de résonance de ce qui se passe dedans et dehors », dit un élu toulousai (...)
  • 65 Tels sont les discours généralement avancés lors des états généraux de juin 2001.

18Plus largement, dans leurs tracts, en mars 2001, la quasi totalité des listes citoyennes remettent directement en cause certains accords implicites qui légitiment l’activité politique comme activité spécifique : l’accord tacite selon lequel « seuls les politiques ont compétence pour faire de la politique62 »; la nécessité des partis ; la nature et les enjeux de la compétition ; les thèmes autorisés et les tabous de la campagne63. Elles entendent demeurer des non professionnels de la politique, et cherchent à se démarquer des « politiciens » dont elles dénoncent l’inefficacité, tout en venant empiéter sur leur domaine réservé : la compétition politique voire, pour celles qui y sont prêtes, les postes de conseillers municipaux. Dans ce dernier cas toutefois, « comme à Toulouse », les élus refusent d’être considérés comme des représentants d’une partie du corps électoral, mais estiment simplement jouer le rôle de « relais », de « caisse de résonance64 » entre citoyens et pouvoir, en diffusant les informations auprès des citoyens, puis en répercutant auprès du pouvoir les souhaits de la population, sans jamais décider seuls de programmes d’action ou sans prendre d’initiatives personnelles au nom d’un quelconque mandat représentatif65. Chacune de leur démarche au conseil municipal doit émaner des souhaits émis en assemblée générale de l’association. Le système représentatif est décrit comme source de nombreux dysfonctionnements et est par conséquent appelé à être secondé par des procédures de démocratie participative et directe qu’ils tentent de substituer à une logique de représentation-mandat.

  • 66 Weber (M.), Économie et société, Paris, Plon, 1995 [1922], p. 58.
  • 67 Gaxie (D.), Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978, p. (...)
  • 68 Pudal (B.), Prendre parti, op. cit., p. 143.

19En adoptant ces différentes postures, ces mouvements remettent en cause la distinction fondamentale constituant le jeu politique en champ différencié, entre « activités politiques » (selon Weber66, les activités correspondant à l’exercice du pouvoir, auxquelles on peut ajouter, avec D. Gaxie67 les tentatives de conquête du pouvoir) et « activités politiquement orientées » (c’est-à-dire visant à influencer l’activité du gouvernement), et donc également entre parti politique et groupe de pression. Pour eux, à l’origine, les questions souvent posées aux nouveaux entrants, du type « comment se fixer dans un champ auquel on ne parvient qu’après avoir discrédité non seulement ceux qui s’y étaient implantés mais aussi l’idée même de s’y installer sans trahir et se trahir ?68 » n’ont pas de sens, puisqu’ils affirment ne vouloir en aucun cas s’installer dans le jeu politique. Il s’agit simplement d’y faire de brèves incursions, en demeurant toujours aux marges du jeu politique. Cette volonté de dissociation entre des activités politiques généralement liées (selon les listes, se présenter aux scrutins mais refuser des postes d’élus ou d’adjoints, ou bien en accepter au niveau local, mais refuser de se présenter à d’autres types de scrutins) et la prétention à demeurer des non professionnels de la politique ont d’autant plus de chances de réussir qu’elles interviennent dans le champ politique local. Le territoire municipal autorise une concertation plus facile avec les sympathisants régulièrement convoqués en assemblées plénières et sollicités pour participer à l’élaboration des propositions. C’est un lieu où les « déçus de la politique » peuvent plus aisément prétendre occuper une place, quand bien même ils ne maîtrisent pas complètement les dossiers. Pour autant, la position d’amateur, l’ancrage durable aux marges de la politique professionnelle, fut-ce au niveau local, demeurent difficiles, tant les établis se chargent de rappeler à l’ordre ces intrus irrespectueux.

La résistance des établis

  • 69 « Le problème c’est qu’il aurait fallu imposer plus de choses pendant qu’on était fort. Puisqu’en (...)
  • 70 La décision des associations toulousaines de constituer une liste et d’avoir des élus afin d’obten (...)
  • 71 Voir par exemple les témoignages des listes de Noisiel et Clamart dans Territoires, 425 (2), p. 26 (...)

20La première forme de résistance des établis consiste à refuser de faire évoluer leurs pratiques, et à ne reconnaître que temporairement le poids politique des listes ayant fait un bon score, ou ayant conclu des accords de désistement en leur faveur. À Rennes, l’été 2001 passé, la considération de la mairie à l’égard des Motivées retombe progressivement69. Si la municipalité leur accorde la logistique nécessaire à la réalisation du « Printemps citoyen » (destiné à l’inscription des jeunes sur les listes électorales), elle les évince progressivement des autres projets évoqués dans l’entre deux tours (ainsi en va-t-il d’un comité de représentants de la population immigrée rennaise, dont la création est pourtant largement due aux revendications portées par le mouvement). En réalité, la majorité et l’administration possèdent de nombreuses ressources pour limiter les possibilités d’expression des listes minoritaires ou absentes du conseil, alors même que celles-ci se sont souvent présentées aux municipales afin de mieux être entendues par la municipalité70. Dans plusieurs communes françaises, les élus ou mouvements citoyens se plaignent de n’être avertis qu’au dernier moment des décisions soumises à délibération, et rencontrent beaucoup de difficultés à obtenir les comptes rendus des commissions71. La diffusion tardive des informations relatives à l’ordre du jour du conseil municipal limite la concertation entre les éventuels élus et leurs concitoyens. Leur marginalisation progressive rend plus difficile et plus rare leur collaboration avec les associations. Comme à Clamart, les nouveaux élus sont souvent surpris de la toute-puissance du maire :

  • 72 « Liberté chérie », Territoires, 425 (2), p. 30.

« S’il décide de ne pas partager son pouvoir avec son équipe, le maire a la loi avec lui. […] Il a un rôle prépondérant, les services municipaux n’en réfèrent souvent qu’à lui. […] Souvent, les décisions prises sont complètement déconnectées des débats qui ont lieu au sein du conseil municipal. Sans parler des décisions carrément prises par les services municipaux72. »

21Les règles pratiques du jeu s’imposant sont liées non seulement à des dispositions réglementaires, mais également plus largement à une pratique du pouvoir impliquant une multiplicité d’acteurs établis et habitués à interpréter les règles de fonctionnement selon leur bon vouloir. Envoyer quelques élus au conseil municipal pour mieux servir les intérêts citoyens s’avère alors un projet peu réaliste, les élus citoyens faisant au contraire l’amer constat de la loi du plus fort. Loi qui implique de ne pas demeurer marginal au sein du jeu politique local, mais de prendre davantage position dans celui-ci, si l’on désire réellement être entendu. Impossible d’ignorer que :

  • 73 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », art. cité, p. 22.

« le permanent, celui qui est présent sur le terrain politique en permanence, s’impose aisément aux occasionnels. […] Du fait de leur spécialisation, les premiers font autorité dans leur domaine et les seconds se trouvent dépossédés de la possibilité d’une intervention autonome. À partir du moment où la politique devient professionnelle, celui qui souhaite peser sur l’orientation des décisions publiques doit, en l’état des choses, s’en remettre aux professionnels ou devenir lui-même un professionnel73. »

  • 74 Offerlé (M.), « Illégitimité et légitimation du personnel politique ouvrier… », art. cité, p. 690.
  • 75 En mai 2001, l’institut François Mitterrand envisage à ce titre d’accorder un « prix de l’innovati (...)
  • 76 Bourdieu (P.), « La représentation politique », art. cité, p. 7.
  • 77 Olson (M.), La logique de l’action collective, Paris, PUF, 1978 [1966].

22Au-delà de ces considérations pratiques, la nécessité de s’impliquer davantage dans le jeu politique apparaît d’autant plus criante que les professionnels cherchent également, parfois, à disqualifier ces nouveaux concurrents irrespectueux du professionnalisme politique. Leur stigmatisation ne s’appuie pas tant sur le registre habituel de l’incapacité propre aux profanes, que sur une attaque directement liée au projet de « politique autrement ». Souvent par le passé, les nouveaux entrants ont été discrédités en raison de leurs propriétés sociales, jugées non conformes aux propriétés légitimes pour prétendre entrer dans le champ politique (selon les époques et les partis, des ressources financières et notabiliaires, culturelles, oratoires, militantes, des disponibilités en terme de temps, etc.). Le nouveau personnel fut donc souvent stigmatisé « en raison de ce qu’il représent[ait] socialement74 », d’une identité supposée l’empêcher d’être à sa place en politique – ainsi l’ouvrier ne sachant pas s’exprimer, se vêtir dignement, étant financièrement non autonome, etc. Actuellement, le décalage entre les propriétés sociales des nouveaux entrants (appartenance à la mouvance associative, position de profanes par rapport aux postes politiques) et celles des établis peut parfois au contraire constituer une ressource aux yeux d’une opinion publique désirant la rénovation du jeu politique. Mais si certains établis sont amenés à reconnaître le bien-fondé de pratiques politiques innovantes75 et à s’interdire de critiquer les nouveaux entrants pour leurs propriétés sociales, ils ne renoncent pas pour autant à poser des limites claires quant au respect du jeu politique. Il ne s’agit pas de montrer que les nouveaux entrants ne « savent » pas faire – registre historique de l’inaptitude sociale –, mais de souligner combien il est dangereux que certains entrants ne « veuillent » pas s’engager pleinement dans le jeu politique et prônent l’amateurisme au détriment du professionnalisme. La lutte qui s’engage porte donc directement sur les principes, et plus précisément sur la définition du champ politique comme univers clos ou au contraire comme espace non autonome, ouvert et « en libre service ». De même que la candidature de Coluche76 fut, en son temps, décrite comme un acte irresponsable remettant en cause l’idée selon laquelle seuls les politiques peuvent parler de politique, les tenants de « la politique autrement » sont souvent ouvertement stigmatisés, parce qu’ils prétendent jouer un rôle dans le champ politique sans pour autant assumer les charges incombant traditionnellement aux acteurs politiques, tels des « passagers clandestins77 ». Les nouveaux arrivants ne sont pas décrits comme de piètres joueurs, mais plutôt comme des joueurs qui trichent, ne respectant pas les règles formelles élémentaires donnant sens au système. À Rennes, la renonciation aux postes de conseillers municipaux, lors du second tour, et certains discours des Motivées génèrent une stigmatisation de la part de la quasi totalité des élus ou candidats aux municipales de mars 2001. L’opportunisme et l’irresponsabilité constituent les reproches les plus fréquents, à droite comme à gauche. Ainsi une élue RPR déclare-t-elle :

  • 78 Entretien avec une conseillère municipale RPR à Rennes, 34 ans, chargée de mission.

« Les “politiciens”, heu… là encore terme tout à fait détestable et qui a été complètement instrumentalisé par certains mouvements, je pense en particulier aux Motivées […]. Pour moi, y a pas de crise de la politique […]. Je suis très critique vis à vis de cette liste […] On l’appelait la liste des bobos, entre nous, et bon, c’est les faux rebelles pour nous, c’est des gens qui refusent de s’assumer pour ce qu’ils sont. […] Pour moi ce sont des personnes qui sont relativement peu constructives, qui sont très démagogiques, donc dangereuses… et notamment je suis très critique par rapport à leur slogan qui était “laissons les politiciens à leurs affaires et occupons-nous des nôtres”, parce que je trouve ça très déresponsabilisant, ça contribue au discours du « tous pourris » et c’est complètement irresponsable. […] Leur projet de faire de la politique en dehors de la politique, c’est de la démagogie dans tous les sens du terme. […] C’est un mouvement qui n’arrive pas à se situer. Ils ne veulent pas rentrer de pleins pieds dans la politique, ils ne veulent pas assumer cette dimension. Mais ils veulent néanmoins agir, donc ils veulent… faire des choses sans en assumer les conséquences, donc c’est dans ce sens là que je les trouve irresponsables. Quand on veut faire de la politique, on l’assume, on assume ce qu’on est, on assume les critiques qui peuvent être faites, mais on fait pas de la politique en s’excusant et moi je ne comprends pas ce type de comportement et ce type d’approche78. »

  • 79 « La liste Motivées, moi, ils avaient une affiche qui m’a un peu énervée, qui était “ne laissons p (...)

23L’un des discours les moins hostiles à la démarche des Motivées semble celui de cette élue verte, approuvant certaines idées défendues par la liste (notamment le fait de lutter contre l’abstention électorale, l’importance accordée à la démocratie directe et le recours à des pratiques politiques conviviales, idées chères aux Verts), tout en réaffirmant combien leur discours dénonçant les professionnels de la politique est inacceptable79.

  • 80 Le Monde, 5/02/2001 : « Les listes Motivé-e-s réunissent les déçus de la “vieille gauche” » (B. Gu (...)
  • 81 Sur le fort capital sympathie de la presse pour le mouvement toulousain, cf. Cherfi (N.), La batai (...)
  • 82 Les Motivé-e-s toulousains sont connus de longue date pour leur engagement associatif (Taktikollec (...)
  • 83 Ouest-France, 8/03/2001, « Motivé-e-s tente de percer dans les urnes ».
  • 84 Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés…, op. cit., p. 99.

24La stigmatisation pour non respect du professionnalisme politique et de ses règles éthiques peut également émaner de tous ceux qui exercent des activités politiques périphériques. L’exemple de la presse est à cet égard très instructif. D’un côté, les journalistes ont souvent été séduits par ces listes qui, dans une période de soit-disant « crise de la politique », prétendent renouveler les pratiques politiques et redonner aux citoyens l’initiative des décisions locales, dans « une ambiance des années soixante-dix80 ». Les articles portant sur les Motivé-e-s toulousains, dans la presse de droite comme de gauche, sont par exemple souvent empreints de sympathie. Portée par la figure médiatique de Zebda81, la liste commence à avoir une certaine notoriété82, et quatre élus municipaux participent de facto à la vie politique locale. Les élections de mars 2001 ont souligné leur poids politique indéniable au plan local, voire national (ils sont considérés par la presse comme les initiateurs du mouvement citoyen en France). Qui plus est, les Toulousains manifestent un certain respect pour le jeu politique et les médias. Ils déclarent ne pas être « dans une logique du tous pourris », mais croire au contraire que « les militants politiques sont importants »83 ; ils ont fait « le choix de tout ouvrir à la presse84 ». En la convoquant très régulièrement, ils entérinent ostensiblement son rôle important dans la vie politique locale et nationale.

  • 85 Le Monde, 5/02/2001 : « Les listes Motivé-e-s réunissent les déçus de la “vieille gauche” » (B. Gu (...)
  • 86 Entretien cité dans Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés…, op. cit., p. 100.
  • 87 Ouest-France, 2 mars 2001 : « Ceux qui se considèrent comme autre chose qu’une bande de “joyeux lu (...)
  • 88 Une militante rennaise rapporte ainsi : « Pour nous, normalement, pour les journalistes locaux, c’ (...)
  • 89 Une Motivé-e toulousaine rapporte ainsi : « Un type de TF1 est venu me voir, j’ai cru que j’allais (...)
  • 90 Libération, 4 juin 2001, « Les Motivé-e-s hésitent à sortir de leurs quartiers ».
  • 91 Ibid.
  • 92 Libération, 2-3 juin 2001. Voir également H. Bouvier, dépêche AFP du 16 mai : « Des listes citoyen (...)
  • 93 Le Monde, 3-4 juin 2001 : « La mouvance des Motivé-e-s tente d’imaginer son avenir ».
  • 94 Sur l’importance des médias comme « substitut d’une structure de coordination » pour des mouvement (...)

25Mais ce capital sympathie est fragile, et le fait que ces nouveaux mouvements remettent souvent en cause l’idée d’une spécificité des activités politiques et prétendent « faire autrement » amène parfois des propos plus dubitatifs, voire ironiques. L’identité politique incertaine de ces mouvements et leurs modes d’action décalés constituent une source de scepticisme fréquent. Qui sont donc ces citoyens qui cherchent à « cerner le nouveau rêve » consistant à « être révolutionnaires, utopistes et pragmatiques à la fois85 »? Un journaliste de l’hebdomadaire Tout-Toulouse et correspondant au Monde témoigne de sa méfiance initiale : « Je pensais qu’il allait y avoir un effet Coluche : des choses intéressantes sur le fond, mais sans traduction politique directe. D’autant plus que les premières interventions publiques du genre “On n’a pas de programme” reflétaient pour moi typiquement une attitude de facilité, une culture protestataire, point86. » À Rennes, Ouest-France ironise sur cette liste qui refuse de proposer un programme électoral et consent tout au plus à proposer un « inventaire à la Prévert »87. Les médias sont gênés par l’absence de porte-parole unique et clairement identifiable, et refusent de se prêter au jeu des prises de paroles alternatives, préférant privilégier les interviews d’interlocuteurs réguliers et déjà médiatisés – tel P. Mainguené à Rennes ou encore Salah Amokrane à Toulouse88 –. Ils ont dû mal à concevoir que les listes fonctionnent différemment des professionnels politiques, sans porte-paroles fixes, sans objectifs clairement prédéfinis89, avec des comportements parfois surprenants. Lors de la réunion des états généraux de juin 2001, les journalistes présents ironisent autour du huit clos qui leur a été imposé, « signe sans doute que les réponses n’allaient pas de soi »90. Ils soulignent qu’on les a contraints à attendre 48 heures pour obtenir « un communiqué aussi lapidaire qu’unanime91 ». Ce comportement « hors normes » les irrite manifestement. Lorsqu’ils entrent dans la salle et se trouvent face à l’assemblée toute entière, ils disent avoir la sensation de « passer devant un tribunal ». Ils ne comprennent pas que l’assemblée refuse toute photographie du groupe, sous prétexte que les présents ne sont pas représentatifs de leurs mouvements. Les comptes rendus seront alors explicitement critiques : les mouvements constituent une « nébuleuse qui peine à se reconnaître », par rapport à laquelle les Toulousains sont décrits comme très méfiants ; c’est un mouvement divisé qui a dû mal à envisager une attitude commune pour les échéances électorales suivantes, et qui affirme ne pas vouloir élaborer un programme commun, alors qu’« au départ, ces rencontres devaient pourtant déboucher sur une charte commune92 ». « Panique à bord ! », commence Le Monde avant d’ajouter : « Il ne suffit pas de partager la détestation de la politique traditionnelle, l’amour de la démocratie participative et la conviction qu’un élan est né lors des élections municipales pour être d’accord sur tout, loin s’en faut. La diversité des origines, des électorats, des expériences, des objectifs, embrouille au contraire les choses. Et la précipitation aggrave la confusion93. » Cette attitude de plus en plus critique de la presse nationale, voire locale, à l’égard des mouvements Motivé-e-s et citoyens constitue une puissante injonction à se montrer plus respectueux de la profession politique et de son éthique. En effet, le capital de sympathie initial et l’écho médiatique accordé à leurs entreprises constituent autant de ressources essentielles pour des mouvements peu connus, difficilement identifiables (positions idéologiques et partisanes souvent assez floues) et peu structurés94.

Réflexe représentatif et remise de soi

  • 95 Cf. Neveu (E.), Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., voir notamment le modèle de Kriesi (H (...)
  • 96 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », art. cité, p. 27.

26De la même façon que les mouvements sociaux, même s’ils ne nient pas l’impératif organisationnel, peuvent toujours résister à une trop forte structuration organisationnelle par différents moyens ou simplement parce qu’ils n’ont pas pour objectif premier de s’ancrer durablement dans le champ social ou politique95, le fait de ne pouvoir devenir une force politique véritable au plan national ne constitue pas véritablement un problème pour de nombreux militants citoyens, on l’a vu. Pour eux, l’essentiel demeure que l’engagement au sein de l’arène politique municipale permette un prolongement des activités associatives préalablement engagées. Pour autant, le risque que ces « mouvements de représentés » deviennent « des mouvements de représentants »96 demeure réel, dès lors que ceux-ci passent de la simple contestation à un travail politique de gestion et de prises de position plus quotidiennes, fut-ce au niveau local.

  • 97 En mars 2003, une nouvelle réunion devait avoir lieu, afin de relancer les activités du groupe. El (...)
  • 98 « Une expérience politique qui se termine dans la souffrance », Territoires, 425 (2), p. 34.
  • 99 « Changer le comportement trop consommateur des habitants », Territoires, 425 (2), p. 32.
  • 100 Mamarbachi (A.), Émergence d’un mouvement « citoyen ». Le cas de Motivé-e-s pour Colombes, mémoire (...)
  • 101 Ibid.

27Alors que les mouvements citoyens sont extrêmement attachés à des formes de participation permanente de tous aux décisions et initiatives relayées par les élus ou militants actifs, ils reposent en réalité sur un nombre très restreint d’individus amenés à prendre en mains l’essentiel des décisions et à parler au nom des sympathisants. Les sollicitations faites aux sympathisants et citoyens autour d’assemblées générales, de réunions de quartier, de repas citoyens et autres occasions d’échanges et d’expression directe se révèlent rapidement vaines. En dehors des périodes électorales ou autres moments politiques importants (telles les manifestations contre le Front national au printemps 2002), la plupart des mouvements semblent désertés97. Les sympathisants retournent militer dans leurs structures associatives d’origine, sans conserver beaucoup de soutien pratique aux élus ou leaders informels de leur mouvement. À Bondy, la liste « Rebondir », qui a obtenu deux élus, observe que les membres du « Kollectif » formé dès 1995 pour constituer un contre-pouvoir face à la municipalité, ont réinvesti leur engagement associatif de départ (association de locataires, de quartiers), autant de « réinvestissements personnels sous le signe de la dispersion98 ». À Antony, le ton est aussi désabusé : « Comme beaucoup de groupes locaux, nous manquons de moyens financiers et humains ; la période excitante de la campagne passée, la mobilisation n’est plus aussi forte. Nous n’avons pas encore réussi à changer le comportement trop consommateur des habitants vis-à-vis de la politique. Ils “n’achètent” que lors des élections, le reste du temps ils sont spectateurs au lieu d’être acteurs99. » Même les forums internet, créés pour redonner la parole aux citoyens, ont du mal à fonctionner. À Colombes, en région parisienne, un militant explique que la mise en place d’un site internet était essentielle pour le mouvement, désirant éviter que ne se constitue un « petit groupe auto-proclamé qui a plus de temps que les autres, et qui décidera pour les autres100 ». Pour garantir la démocratie participative et éviter la concentration du pouvoir, pour permettre « le zapping démocratique », c’est-à-dire autoriser les militants à « venir une fois, et en venant une seule fois, avoir les infos suffisantes et le droit à la parole comme les autres101 », la diffusion des informations était perçue comme fondamentale. Or le site internet, qui devait en constituer un ressort essentiel, s’est avéré très peu fréquenté par les militants. Les sympathisants ne manquent pas, mais ceux qui sont prêts à participer au quotidien aux débats politiques sont peu nombreux. À Rennes, environ 200 personnes se sont inscrites sur la liste de diffusion internet, mais l’un des militants les plus actifs confie : « J’ai 200 personnes et quand je les invite tous à une réunion, j’en ai 20 sur les 200. » De même, à la permanence ouverte depuis les municipales, aucun rennais n’est jamais venu.

  • 102 Sur ces points, cf. les analyses très fines de N. Leymarie, Faire de la politique « autrement » ?, (...)

28Comment comprendre cette faible mobilisation, alors que l’un des objectifs essentiels mis en exergue pendant la campagne consistait précisément à développer la démocratie directe, à redonner la parole et l’initiative aux citoyens ? Des facteurs locaux jouent souvent un rôle spécifique, amplifiant plus ou moins la démobilisation militante. À Rennes, le comportement autoritaire de P. Mainguené, sa tendance à politiser le mouvement – au sens de l’affichage de préférence partisanes – et à vouloir passer à l’échelon national, ainsi que la faible présence corollaire de l’association sur le terrain, ont joué un rôle essentiel dans le découragement de militants au contraire fortement attachés à l’action de proximité. De même, la constitution initiale du mouvement autour du personnage central de P. Mainguené, à partir de ses réseaux relationnels et amicaux, bien plus qu’à partir de sociabilités militantes communes à plusieurs individus (ce qui est souvent le point de départ des initiatives citoyennes ailleurs) constitue un frein au développement de liens humains étroits entre les militants102. Mais la désaffection semble toucher la grande majorité des mouvements en France, y compris ceux qui fonctionnent réellement de manière démocratique (assemblées générales régulières) et ont été fondés à partir d’une initiative collective par des militants associatifs ayant des liens d’interconnaissance.

29Si l’on en croit certains acteurs eux-mêmes, la difficulté assez générale à mobiliser durablement les militants et sympathisants autour des projets de démocratie participative correspondrait à une hypothèse plus structurelle : la prégnance de représentations établissant une dichotomie entre représentés et représentants, entre acteurs sociaux et acteurs appelés à se spécialiser dans les activités politiques pour défendre les intérêts des premiers. Le problème majeur, que l’on suppose souvent le plus criant en amont, du côté des représentants, se situerait alors tout autant du côté des représentés, demeurant dans les cadres comportementaux traditionnels du fonctionnement du champ représentatif et de la division du travail politique en tant qu’activité spécifique. Les militants les plus impliqués sont souvent alarmés par l’écart considérable entre leurs objectifs de démocratie participative et la regrettable « passivité » des citoyens et militants « consommateurs ». Ainsi, l’un des leaders rennais :

  • 103 Entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 100-148.

« De toute façon on est un noyau de 20-30 personnes, qui sont vraiment impliquées et puis en dehors des campagnes on ne sort pas de ces 20-30. C’est difficile d’élargir, alors que, sur les rushes de campagnes, des gens qui ont décroché, qu’on avait vus pendant les Municipales, ils reviennent voir ce qui se passe, même entre les deux tours de la Présidentielle, ils sont tous revenus. Mais finalement ils ont quand même un comportement bien dans le système, finalement, politique ou bien dans la représentativité, finalement. Et donc moi je considère que c’est un échec puisque ce n’était pas ce qu’on voulait faire justement… qu’on ne laisse pas les élus avec un blanc-seing pendant tout leur mandat et qu’on discute avec eux juste au moment de l’élection. […] Décider qu’il y ait un contrepoids de la population qui puisse, à un moment ou à un autre dans le mandat, intervenir s’il y a une décision qui lui paraît… C’est quand même remettre en cause le principe de la représentativité, le remettre en cause sans forcément casser le joujou mais essayer de démocratiser ce système pour éviter justement… Et quand on voit le peu de mobilisation qu’on arrive à faire, finalement, ce système est bien installé et difficile à faire bouger. […] Finalement, on a été pris pour un nouveau parti politique très sympa avec plein de bonnes idées mais les gens n’ont pas compris la démarche vraiment qu’on avait, qui n’était justement pas forcément d’être un parti politique, uniquement ça. […] Nous, on a vu même sur les réunions aux municipales ou autres, finalement, les gens attendent qu’on leur donne notre avis, alors que ce n’est pas ça. […] Mais, finalement, les citoyens sont très dans le moule, c’est vraiment un problème, ils ont appris à être dociles et à faire confiance à la représentativité. Et puis donc un vrai travail d’éducation à refaire par rapport à ça et on bute un peu là-dessus. […] Les gens aiment bien se reposer. Ca leur fait du bien d’avoir un peu un leader, quelqu’un en qui on fait aveuglément confiance103. »

30De même, à Toulouse, la tendance des militants, citoyens et associations à considérer les élus selon une logique représentative traditionnelle, apparaît évidente pour les élus :

  • 104 « Petit bilan rapide d’un an au conseil municipal… » (site Internet www.motive-e-s.org). Voir auss (...)

« Nous sommes sollicité-e-s très souvent, sur un peu tout, dans un rôle assez classique de l’élu-e face aux citoyen-nes. C’est souvent assez légitime comme demande, mais la forme nous pose sérieusement problème. À la fois on ne considère pas l’élu-e dans Motivé-e-s comme une personne à part. Il ou elle n’est pas seul-e mais porte du collectif. Et si l’on veut changer les perceptions et les relations avec les acteurs et actrices sociales il nous faut proposer quelque chose de différent. Et là, on est en panne104. »

  • 105 Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 87.
  • 106 Cf. Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 173 sq.
  • 107 Ibid.

31Alors que les quatre élus toulousains devaient demeurer de simples « caisse de résonance », sans se considérer comme des représentants mandatés, les assemblées générales et commissions destinées à une participation démocratique effective et permanente de tous, se sont rapidement avérées peu fréquentées. Les réflexions présentées aux assises d’avril 2003 font état du manque constant de bénévoles, pour aider les élus à accomplir leur tâche et les décharger de la responsabilité incombant à de véritables représentants105. En réalité, l’animation réelle et continue dépend d’un nombre restreint de militants présents à chaque réunion106. Ce type de comportements menace les élus ou simples leaders officieux de ces mouvements de reproduire les mécanismes classiques de différenciation croissante par rapport aux citoyens ordinaires, pour prendre en charge les activités politiques courantes et devenir progressivement des spécialistes de la politique. Outre leur éventuel attrait personnel pour le pouvoir et les initiatives individuelles évoquées précédemment, c’est ici une attente sociale de spécialisation et de délégation proche de la logique représentative qui détournerait les mouvements de leurs projets participatifs : « Moi je n’aime pas ça, mais c’est vrai qu’il faut aussi assumer, il faut se rendre compte que tu es devenu un peu une figure de professionnel, c’est la vie, et ils ont l’impression que des gens comme moi, moi, j’ai des solutions107. »

  • 108 Voir à ce propos Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de M (...)
  • 109 Voir à ce sujet Mabileau (A.) et alii, Les citoyens et la politique locale. Comment participent le (...)
  • 110 Gaxie (D.), Le cens caché, op. cit., À Rennes comme à Toulouse (cf. Giraud (B.), Des citoyens en p (...)
  • 111 Ainsi Blondiaux (L.) a-t-il constaté, dans le XXe arrondissement parisien, que « ce sont en priori (...)
  • 112 Personnellement, nous pensons ici plus précisément à un entretien réalisé avec deux militantes du (...)
  • 113 Il s’agit des noms donnés aux personnes jugées compétentes sur certains dossiers à Colombes et à T (...)
  • 114 Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 173.
  • 115 Sur les compétences orales, cf. Bourdieu (P.), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.
  • 116 Une militante indique l’importance de ce savoir-faire à ses yeux : « P. Mainguené, c’est le leader (...)
  • 117 Mamarbachi (A.), Émergence d’un mouvement « citoyen », op. cit., p. 45.
  • 118 Cf. Sommier (I.), Les nouveaux mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Fl (...)

32L’hypothèse de la prégnance de réflexes représentatifs puissants ne semble guère dénuée de pertinence, et mériterait à elle seule une enquête très approfondie. On se limitera ici à un double constat : pour les acteurs impliqués, ce discours correspond souvent à un ton dénonciateur et désabusé et au présupposé selon lequel davantage de bonne volonté et une « rééducation » populaire suffiraient à remédier à cette situation ; mais d’un point de vue scientifique, l’idée paraît intéressante, à condition de ne pas dissocier représentations sociales, culture politique, et données sociologiques. Si l’on peut évoquer des réflexes liés à une longue socialisation politique vis-à-vis de la logique représentative, et à une faible culture de démocratie directe en France, il convient de s’acheminer également vers cette autre notion essentielle qu’est la culture de « remise de soi108 », permettant de réfléchir aux fondements sociologiques pouvant expliquer la pérennité de ces comportements. Pouvant caractériser, selon des configurations souvent propres à chaque parcours individuel, des militants à la fois peu socialisés politiquement, souvent volontairement en retrait par rapport au jeu politique, et disposant en général de ressources moindres pour s’investir plus avant dans leur mouvement, cette notion a le mérite de ne pas dissocier a priori une posture intellectuelle, mentale, et des conditions de vie relationnelles et matérielles, présentes et passées, et de souligner combien les actes de délégation peuvent être tout autant contraints que choisis. Les études réalistes de la démocratie délibérative ont montré qu’il ne suffit pas de permettre un égal accès à la parole politique pour que tous les citoyens participent réellement aux débats proposés, soient en mesure de s’en saisir, ce y compris au niveau local109. La délégation et la remise de soi peuvent en réalité s’expliquer par une multiplicité de facteurs à la fois objectifs et subjectifs, voulus et subis, difficilement dissociables. Les mécanismes bien connus du « cens caché110 » – également constatables pour d’autres formes de participation politique, notamment dans les conseils de quartier111 –, eux-mêmes indissociables de la possession de ressources – matérielles et culturelles, politiques et sociales – et de processus de socialisation politique, les coûts du militantisme, les mécanismes de sélection sociaux-culturels et matériels du personnel politique, contribuent souvent à limiter la participation politique de certains individus. À Rennes comme dans d’autres villes, les adhérents peu mobilisés expriment fréquemment cette « remise de soi », lors des entretiens112. On peut en outre constater que la plupart des adhérents en viennent à déléguer le travail politique à ceux qui, au fil des mois, ce sont imposés comme des « personnes référentes » ou encore des « personnes ressources »113, bref, des sortes de leaders implicites apparaissant comme légitimes et dignes de confiance, puisque « ça a très bien marché pendant la campagne municipale. Ils sont là depuis le début, et puis c’est vrai qu’ils ont de l’expérience et donc ça aide pour animer ce genre de choses »114. Ces derniers ont en commun de posséder des ressources essentielles telles que disponibilité, savoir-faire militant ancien, capital culturel et talent oratoire (critère important pour être amené à devenir le porte-parole officieux d’un mouvement115). À Rennes, les membres les plus influents sont notamment P. Mainguené, un imprimeur possédant un savoir-faire militant de longue date (c’est un ancien militant politique et syndical très actif116), un réseau relationnel assez développé, une légitimité liée à sa position d’initiateur de la liste (constitution de la liste en grande partie à partir de ses relations personnelles) et de Président de l’Association, un travail autorisant une certaine indépendance et une gestion facilitée de l’emploi du temps, voire certaines ressources logistiques ; et S. Dajoux, militant plus jeune, dont le capital culturel (en classe préparatoire à l’ENA à l’Iep de Rennes) et la disponibilité ont permis un rôle très actif dans le mouvement. À Colombes, le constat est identique : au-delà de simples réflexes représentatifs joue également un mécanisme de sélection politique lié à la détention de certaines ressources sociales et politiques. En s’inspirant d’une expérience de sept années dans une association appelée « Actions citoyennes », complétée par quelques mois de fonctionnement de l’association Motivé-e-s, un militant explique qu’il faut nécessairement compter avec le « zapping » de nombreux adhérents manquant de temps (et souvent également militants dans des associations de proximité), et délaissant volontiers à ceux qui ont plus de disponibilités et d’expérience militante l’essentiel du travail régulier. De fait, « sans le reconnaître, certains jouent un rôle plus déterminant que d’autres dans l’élaboration des décisions du collectif. Ce sont ainsi souvent les plus aguerris des militants qui donnent la ligne du collectif » et se comportent en porte-paroles officieux117. À travers la « remise de soi », les militants peu engagés laissent le champ libre et encouragent l’investissement croissant de ceux qui sont ou deviennent souvent, comme dans de nombreux « nouveaux mouvements contestataires »118, de véritables militants professionnels.

  • 119 Pudal (B.), Prendre parti, op. cit., p. 199.
  • 120 Sur cette question, cf. Guionnet (C.), « “La politique autrement”, entre récurrences et réinventio (...)
  • 121 Weber (M.), Économie et société, Paris, Plon, 1995 [1922].

33Lorsque de nouveaux acteurs surgissent dans le champ politique, les processus d’institutionnalisation et de professionnalisation politiques ne consistent pas uniquement en opérations de phagocytage par le champ politique des acteurs initialement à la marge, et progressivement ramenés vers les valeurs, pratiques et modes de fonctionnement du jeu. L’exemple des listes Motivé-e-s et citoyennes montre certes que « le champ politique s’inscrit dans un univers intellectuel et impose à tout participant une maîtrise minimale des produits politiques (problèmes, programmes, analyses, commentaires, concepts, événements) sans laquelle aucune insertion n’est envisageable ou durable119 ». Ici ou là, les mouvements citoyens acceptent progressivement certaines règles du jeu politique, pour des raisons fonctionnelles (se structurer, se fédérer, se doter d’institutions représentatives internes), des questions de survie (clarifier son identité politique), voire pour éviter la stigmatisation opérée par les établis. Mais dans le cas présent, la conformation croissante aux normes et pratiques du jeu politique semble également inhérente à une pression liée au comportement des citoyens eux-mêmes, jusqu’au sein des mouvements dénonçant une spécialisation politique trop poussée. Les leaders implicites ou élus de ces mouvements se trouvent renvoyés vers la logique représentative traditionnelle, et doivent d’une certaine façon se spécialiser dans les activités politiques auxquelles ils se retrouvent de facto délégués, alors que leurs mouvements ont précisément axé leur combat sur la démocratie participative. Cette assignation sert parfois leurs ambitions personnelles, ou du moins satisfait les militants déçus par de précédents engagements politiques ou syndicaux, et à la recherche de nouveaux lieux d’investissement120. Mais au-delà de projets personnels non avoués, conduisant certains militants à se « dévouer » volontiers pour occuper une place prédominante, ce sont également les citoyens et sympathisants qui, par leur moindre implication, retracent les frontières que leurs mouvements désiraient estomper, entre « agents politiquement actifs » et « agents politiquement passifs »121, entre moments de mobilisation ponctuelle et participation quotidienne. La construction sociale du politique apparaît alors comme le fruit d’opérations symboliques et de comportements multiples, émanant d’acteurs aussi divers que des professionnels de la politique (élus, candidats, partis, presse, etc.), des acteurs sociaux participant à la compétition électorale, voire à la gestion municipale, et des citoyens ordinaires invités à participer plus activement à la chose publique.

  • 122 Comme le dit Ion (J.) dans La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, c’est un en (...)
  • 123 Perrineau (P.), « Le renouveau de l’action politique », art. cité, p. 115.
  • 124 Ion (J.), La fin des militants ?, op. cit.
  • 125 Expression d’un militant citoyen de Colombes, citée précédemment.
  • 126 Sur cette question, voir la discussion très éclairante dans Collovald (A.), « Pour une sociologie (...)
  • 127 Gaxie (D.), « Économie des partis et rétributions du militantisme », art. cité, p. 138.
  • 128 Pour une analyse de ce cercle vicieux contraire à « l’effet surrégénérateur », cf. Gaxie (D.), « É (...)
  • 129 Hirschman (A.), Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard, 1983 [1982].
  • 130 Cf. à ce propos Curapp, La politique ailleurs, op. cit..
  • 131 Barthélémy (C.), Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de Science Po, (...)

34Le champ politique aurait-il finalement réussi à imposer ses règles du jeu (respect du principe représentatif) au sein même des mouvements privilégiant la démocratie directe, à travers la force de la socialisation politique, et l’imposition des mécanismes de sélection sociale et politique tendant à la disqualification ou à l’autocensure de ceux qui ne possèdent pas les ressources nécessaires pour participer durablement à son fonctionnement ? Ou bien doit-on y voir au contraire la manifestation d’un jeu politique en crise, que les mouvements citoyens auraient du mal à dépasser, en requérant une participation très active, à une époque où, au contraire, dominerait une attirance pour des militantismes plus ponctuels, à la carte122, dans une logique de « participation “soft” »123 ? Cette thèse, supposant un militantisme « distancié »124, peut certainement expliquer la réticence de certains militants à s’impliquer quotidiennement dans des activités politiques et à pénétrer plus avant dans un jeu par rapport auquel ils désirent, dès l’origine, conserver le plus de distances possibles (ne pas se professionnaliser, ne pas devenir des militants partisans classiques). Mais le militantisme « distancié », sorte de « zapping démocratique125 » délibéré, ne peut toutefois expliquer à lui seul l’ampleur de la démobilisation constatée au sein des listes citoyennes et Motivé-e-s. Il tend en effet à masquer certains déterminants sociaux et à privilégier le schéma d’individus essentiellement mus par leurs choix personnels autonomes126, là où, nous l’avons vu, bien des contraintes politiques et sociales freinent de réelles bonnes volontés de participation à un projet de politique citoyenne. Il tend en outre, dans le cas présent, à occulter le rôle joué par la faiblesse des rétributions du militantisme. L’absence de moyens de rétribution matérielle (postes divers, par exemple), le flou identitaire – freinant l’identification et la « fonction d’intégration127 » –, la limitation volontaire des postes de responsabilités internes et de l’accès aux postes de pouvoir constituent autant de caractéristiques tendant à limiter la ferveur militante dans ces mouvements. Le côté convivial des pratiques et relations proposées ne semble alors guère suffire à convaincre les citoyens de s’investir durablement dans l’espace public politique, ni à inverser le cercle vicieux tendant à une raréfaction croissante des rétributions offertes aux militants les plus tenaces128. La démobilisation militante ne traduit donc pas tant le repli des citoyens de « l’action publique » vers le « bonheur privé129 » – puisque la plupart continuent à militer dans des associations de proximité –, une désaffection totale à l’égard de la chose politique ou encore un militantisme volontairement « distancié », qu’une simple difficulté à réinventer la participation politique en dehors de la forme partisane et de la logique représentative, au sein même du jeu politique (et non « ailleurs130 »). La difficulté à édifier des passerelles entre engagement associatif et participation au gouvernement, fut-ce simplement au niveau local et sous forme de démocratie participative, a déjà été soulignée par certains chercheurs, à la recherche de « solutions » pour résoudre la « crise de la politique »131. Mais les nouveaux types de militantismes associatifs ont rarement pour objectif premier de prendre le relais des engagements politiques conventionnels et de participer à une rénovation du jeu politique de l’intérieur, comme c’est le cas pour les mouvements citoyens et Motivé-e-s. L’enjeu est donc plus particulièrement puissant dans ce dernier cas, car les difficultés rencontrées remettent en cause le fondement même de ces mouvements : permettre aux citoyens de réinvestir le jeu politique, grâce à des formes de démocratie participative plus nombreuses et plus fréquentes.

Notes

1 Cf. Bourdieu (P.), Propos sur le champ politique, Lyon, PUL, 2000. Nous reprendrons fréquemment ce terme, sans toutefois présupposer une clôture du champ politique, puisque notre objectif consiste au contraire à analyser la manière dont le champ politique s’avère réceptif ou non à des acteurs qui, précisément, tentent parfois de nier sa différenciation et son autonomie complète, pour investir ce champ de façon partielle et y mettre en œuvre des pratiques non liées aux règles du jeu définies autour de la « profession » politique. Il s’agit donc précisément de chercher dans quelle mesure le champ politique est « un microcosme, c’est-à-dire un petit monde social relativement autonome à l’intérieur du grand monde social », qui impose aux nouveaux entrants « le principe et la règle de son fonctionnement » (ibidem, p. 52).

2 Gaxie (D.), La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 2000, p. 22.

3 Rappelons que selon Max Weber, les professionnels de la politique sont des individus qui vivent pour et de la politique. Il s’agit donc d’exercer un métier singulier, impliquant le plus souvent l’abandon d’une profession antérieure. On exerce alors une activité rémunérée à temps plein. Weber (M.), Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959 (1920), p. 111 sq.

4 Bailey (F. G.), Les règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

5 Cf. respectivement Collovald (A.), « Les poujadistes ou l’échec en politique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 36, 1989, et Offerlé (M.), « Illégitimité et légitimation du personnel politique ouvrier en France avant 1914 », Annales ESC, 4, 1984.

6 Pudal (B.), Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de Science Po, 1989, p. 69.

7 Ibid., p. 194.

8 Cf. Traïni (C.), Les braconniers de la politique. Les ressorts de la conversion à Chasse, Pêche, Nature et Traditions, Cahiers du CEVIPOF, Paris, Presses de Science Po, 28, 2000.

9 Wable (S.), « Les Verts et la politique autrement », in Curapp, La politique ailleurs, Paris, PUF, 1998.

10 Le Bart (C.), « Le discours politique des écologistes : l’art de faire de la politique autrement ? », Écologie et politique, 22, 1998.

11 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », Mouvements, 18, 2001, p. 27.

12 Offerlé (M.), Les partis politiques, Paris, PUF, 2002, p. 91.

13 À titre d’exemple, les listes suivantes appartenant au réseau des listes citoyennes et Motivé-e-s, ont obtenu au premier tour de mars 2001 : 8,7 % à Antony (2 élus), 12,9 % à Bondy (« Rebondir pour Bondy », 2 élus), 17,2 % à Chatenay-Malabry (Citoyens Unis pour Chatenay-Malabry », 3 élus), 6,2 % à Strasbourg (« Action et Initiative Républicaine), 24,32 % à Noisiel (« Réveil citoyen », 4 élus), 9,5 % à Clamart (« Alternative clamartienne », 7 élus, dont un adjoint au maire), 14,3 % à La Roche-sur-Yon (3 élus), 12,5 % à Toulouse (4 élus), 14,12 % à Parthenay (2 élus), 16 % à Epinay-sur-Seine (2 élus, comme en 1995), 11,8 % à Meudon (« Les citoyens prennent leur place », 2 élus, contre 4 en 1995), 9 % à Vanves (« Verts associatifs et citoyens », 2 élus).

14 Notons que l’appellation « Motivées » est propre à l’association rennaise, les autres mouvements préférant en général le nom « Motivé-e-s », suivant l’orthographe retenue par les Toulousains. En mars 2001, avec 8,22 % des voix (soit 4 725 électeurs), la liste Motivées constitue à Rennes la troisième force politique après la liste conduite par E. Hervé – PS, PRG, Verts, PCF, Rouges et Verts, UDB – (44,64 % au premier tour) et la liste RPR-UDF (32,01 %). Elle est menée par Patrick Mainguené, imprimeur et ancien mao. Les autres listes en présence étaient les listes LO (4,89 %), TEAG (4,04 %), FN (2,69 %), MNR (1,79 %) et Parti des Travailleurs (1,71 %) (au total huit listes). La liste réélue au second tour a été celle du maire en place depuis 1977, Edmond Hervé. À partir d’entretiens, d’observations directes, de documents de presse, de sites Internet, de mémoires d’étudiants et de diverses autres lectures bibliographiques, nous avons débuté notre enquête en janvier 2001, et l’avons complétée jusqu’en juin 2003, afin de répondre à notre problématique relative aux processus d’institutionnalisation à l’œuvre sur le long terme. Nous tenons à remercier plus particulièrement deux étudiants qui nous ont fait partager les résultats de leurs enquêtes : Karim Fertikh (La « politique autrement ». Le cas des Motivées rennais, mémoire IEP Rennes, 2002) et Natacha Leymarie (Faire de la politique « autrement » ? Enquête sur la « démotivation » des Motivées de Rennes, mémoire IEP Rennes, 2003).

15 Le point commun entre ces différentes listes tient au fait qu’elles désirent toutes « faire de la politique autrement », et échangent régulièrement réflexions et informations lors de rencontres nationales, d’un réseau, voire, pour certaines, d’une Fédération nationale (cf. ultérieurement).

16 Lagroye (J.), François (B.) & Sawicki (F.), Sociologie politique, Paris, Presses de Science Po et Dalloz, 2002, p. 148.

17 Ibid.

18 Objet Politique Non Identifié.

19 Sur l’importance du positionnement relationnel des acteurs les uns par rapport aux autres dans le champ politique, et sur sa structuration souvent dyadique ou triadique, cf. Bourdieu (P.), « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », ARSS, 36-37, 1981, p. 9 sq.

20 À Rennes, une candidate rappelle que son mouvement est constitué de gens « désintéressés », que c’est un « groupement apolitique » qui rejette les « politiciens », les professionnels de la politique (Entretien avec une candidate Motivé-e-s, 25 ans, animatrice scientifique dans une association d’éducation, Les P’tits Débrouillards).

21 Références sur le site Internet www.ipj.free.fr/dossier/nouvocandidat/parthtemoig.htm.

22 Entretien avec P. Mainguené, tête de liste des Motivées, graphiste et imprimeur, 48 ans.

23 Tract Motivées à Rennes.

24 Déclaration faite par un membre de la liste « Réveil brutal » à Noisiel, Territoires, 425 (2), p. 26.

25 Sur cette position d’entre-deux entre parti et groupe de pression, nous nous permettons de renvoyer à Guionnet (C.), « “La politique autrement”, entre récurrences et réinventions. Les expériences Motivées et TEAG à Rennes », in Sawicki (F.), Lagroye (J.), Lehingue (P.) (dir.), Mobilisations électorales : les élections municipales de 2002, Paris, PUF, 2005.

26 Bourdieu (P.), « La délégation et le fétichisme politique », ARSS, 52-53, 1984, p. 50.

27 Ibid., p. 49.

28 Manin (B.), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

29 Ibid.

30 À Rennes, on peut repérer, parmi les 61 membres de la liste aux municipales cinq personnes possédant encore une carte dans un parti politique – quatre au PCF et un Rouges et Verts.

31 Parmi eux se trouvent d’anciens anarchistes ou maoïstes, des trotskistes, des communistes, des Verts, des Rouges et Verts, des anciens PSU et des socialistes. Quelques-uns se disent parfois également « à droite », mais jamais à l’extrême droite.

32 Cet aspect est notamment souligné par Fertikh (K.) dans La « politique autrement »…, op. cit.

33 Un militant rennais confirme cette distinction entre profils militants : « C’est un peu un clivage qu’il y a partout et qui tient aussi, je pense, au passé, parce que je pense qu’il y a deux types de personnes dans ces mouvements-là. Il y a des gens comme moi, un petit peu sur des trucs mais pas directement politiques même si pas en tant que parti politique mais sur des associations qui avaient des avis politiques, antiracistes ou autres et pas un vrai engagement par rapport à des élections ou même sur un débat politique. Et puis les gens qui sont, eux, plus déjà habitués à ça, des anciens du PCF, des anciens militants écologistes ou autres, plus âgés, qui n’ont pas forcément la même vision, donc ils se sont retrouvés sur des liens assez clairs sur les municipales et autres et qui font que, quand on doit réfléchir à des enjeux un peu plus nationaux et à des positionnements par rapport à d’autres partis et tout ça, ça crée un peu des tensions parce que, sinon, je pense qu’il y a des gens qui ont du mal à accepter de travailler avec les Verts ou le PS. Alors qu’il y a le clan de gens plus jeunes qui sont plus ouverts, qui ne sont pas en fait dans des logiques d’appareils finalement. Ils sont prêts à travailler avec les gens du PS, des Verts. Du moment qu’on s’y retrouve sur des trucs, on s’en fout ». (Entretien réalisé en novembre 2002 par N. Leymarie et reproduit dans Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 100-148).

34 Selon des statuts décrits comme provisoires, le bureau est constitué d’un président – Morad El Hattab, de Dôle –, un vice-président – Aldo Zanaerdi de Caen –, un secrétaire – Patrick Mainguené, de Rennes –, et un secrétaire adjoint – Djamal Ouakrim. Les listes ayant adhéré à la Fédération, selon le communiqué de presse du 29/04/2002 sont : Rennes, Bordeaux, Nantes, Angers, Tours, région parisienne, Strasbourg, Nice, Marseille, Dôle, Redon.

35 Un militant rennais expose ainsi : « Il y a effectivement les gens qui sont prêts à passer un truc, type la fédération qui a été montée, mais sûrement pas avec la façon dont ça s’est fait mais qui sont prêts à le faire, puis d’autres qui sont complètement opposés qui, à mon avis, resteront toujours opposés. Qui sont dans un fonctionnement de réseau, de truc complètement horizontal. […] Ils ont peut-être raison ceci dit, donc comme il y a une crainte vraiment du truc hiérarchique avec des porte-paroles comme chez les Verts ou des choses comme ça, avec des comités centraux ou je ne sais pas quoi, peu importe comment on appelle ça. Donc, il y a une vraie crainte de ça et donc il y a une bonne moitié du réseau qui est complètement réfractaire à ça […] », entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 100-148.

36 Communiqué de presse national du 18 mars 2002 (consultable sur le site www.lesmotives.com).

37 Lors des élections législatives, la Fédération nationale des Motivées présente 50 candidats, et s’allie avec « Initiative citoyenne » (75 candidats) et « Nouvelle Donne » (101 candidats), formations politiques avec lesquelles a été élaborée une plate-forme commune de propositions. À Rennes, des négociations ont été engagées avec TEAG (la LCR), les Verts et le PCF, mais sont restées sans suite.

38 Une jeune candidate issue du tissu associatif (les P’tits débrouillards) nous confie ainsi lors d’un entretien que le report des voix en faveur de Hervé au second tour n’est pas une bonne chose, car il faut rester « neutres » (elle estime n’avoir de sympathie pour aucun parti politique).

39 C. Traïni montre de même combien la position de surplomb du CPNT par rapport aux partis politiques traditionnels constitue une tentative de neutraliser des tensions que les militants doivent à leur histoire sociale (Les braconniers de la politique, op. cit, p. 124).

40 Pour un récit de l’expérience toulousaine de 2001 et 1995, cf. Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés, Motivées, soyons Motivé-e-s, Paris, Seuil, 2002.

41 Communiqué de presse des Motivé-e-s toulousains en date du 15 avril 2002.

42 Dans le cas contraire, certaines associations redoutant toute récupération politique, tels les « P’tits débrouillards » (association d’éducation populaire) ou ATTAC à Rennes, prennent rapidement leurs distances à l’égard d’un mouvement de plus en plus engagé en politique. Sur cette question cf. Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit.

43 Document disponible sur le site internet des Motivé-e-s toulousains : www.motive-e-s.org.

44 Cf. notamment Gamson (W.), The strategy of Social Protest, Belmont, Wadsworth Pub., 1975.

45 Ces quatre points d’accord sont : la création d’un réseau d’échanges et d’information entre les listes ; l’attachement à promouvoir la « démocratisation radicale »; la tenue d’une prochaine rencontre à Strasbourg l’été ou l’automne suivant ; une prise de position prochaine sur la loi relative à la démocratie de proximité.

46 Gaxie (D.), « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, 27 (1), 1977, p. 125-126. Sur l’importance de l’identité dans les mobilisations collectives, cf. aussi Pizzorno (A.), « Considérations sur les théories des mouvements sociaux », Politix, 9, 1990.

47 Pizzorno (A.), « Considérations sur les théories des mouvements sociaux », art. cité, p. 79.

48 Entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit, p. 100-148.

49 Site Internet www. motive-e-s.org, atelier Motivnet, en date du 15/01/2003.

50 Cf. Giraud (B.), Des citoyens en politique. Une sociologie d’une entreprise politique subversive : les Motivé-e-s de Toulouse, mémoire de DEA, Paris I, sous la dir. de M. Offerlé, 2002, p. 186.

51 E. Neveu rappelle en ce sens que les mouvements sociaux, la plupart du temps, ne nient pas l’impératif organisationnel, mais cherchent plutôt à mettre en place des formes d’organisation destinées à conjurer le risque de structuration institutionnelle et de confiscation du pouvoir par une oligarchie : Neveu (E.), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 1996, p. 24 sq.

52 S. Amokrane explique ainsi : « Depuis le début, on n’a pas été capables de tenir une AG de moins de quatre heures et qui tienne l’ordre du jour. Là, j’ai un peu peur, car il faut faire un choix. Il faut donner les moyens aux personnes de pouvoir trancher les choses au bout d’un moment », cité in Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 176.

53 Michels (R.), Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques dans les démocraties, 1912.

54 Hirschmann (A.), Défection, prise de parole et loyauté, Paris, Fayard, 1995 [1970].

55 Bourdieu (P.), « La représentation politique », art. cité, p. 14.

56 Lagroye (J.), François (B.) & Sawicki (F.), Sociologie politique, op. cit., p. 144.

57 Offerlé (M.), Les partis politiques, op. cit., p. 91.

58 « On ne voulait pas d’élus parce qu’on voulait rester un contre-pouvoir », déclare une femme de la liste, avant d’expliquer : « C’est plus facile d’intervenir quand on n’est pas dans le conseil municipal. […] On assistera au conseil municipal, mais en tant que public », parce que « quand on est élu, c’est difficile d’aller contre tout le monde, et c’est plus facile d’agir dans une association » (entretien avec une candidate de la liste Motivées, 34 ans, secrétaire [12-04-2001]).

59 Ouest-France, 15 mars 2001.

60 Gaxie (D.), La démocratie représentative, op. cit., p. 16.

61 Cf. Guionnet (C.), « “La politique autrement”, entre récurrences et réinventions », art. cité.

62 Bourdieu (P.), Propos sur le champ politique, op. cit., p. 56.

63 Offerlé (M.), Les partis politiques, op. cit., p. 91.

64 On veut être une « caisse de résonance de ce qui se passe dedans et dehors », dit un élu toulousain aux états généraux de juin 2001 à Saint-Denis, où nous avons réalisé de l’observation directe.

65 Tels sont les discours généralement avancés lors des états généraux de juin 2001.

66 Weber (M.), Économie et société, Paris, Plon, 1995 [1922], p. 58.

67 Gaxie (D.), Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978, p. 43.

68 Pudal (B.), Prendre parti, op. cit., p. 143.

69 « Le problème c’est qu’il aurait fallu imposer plus de choses pendant qu’on était fort. Puisqu’en fait, c’est ça leur raisonnement, on fait 8,5 et là ils nous écoutent. Le temps passe, ils essaient de noyer le poisson et puis, aux Législatives, on a une raclée et le PS sur Rennes fait un très bon score sur les Législatives même un excellent score, c’est le meilleur […]. Un Conseil municipal, le problème aussi c’est que c’est intéressant si tu peux bien le préparer. Alors, là aussi, au début, on nous a envoyé des documents 48 heures avant comme les élus de l’opposition, voire 24 heures avant. […] Et puis, après, on n’a même plus reçu du tout. De toute façon, on a été rapidement mis sur la touche », entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 100-148.

70 La décision des associations toulousaines de constituer une liste et d’avoir des élus afin d’obtenir de la municipalité ce qu’elle ne parvenait pas à avoir en tant que simples associations de quartier est très bien expliquée dans Visier (L.) & Zoïa (G.), « Motivé-e-s. les quartiers, la culture et le politique », Mouvements, 18, 2001, et « De Zebda à Motivé-e-s : une association des quartiers à la conquête du politique », Les annales de la recherche urbaine, 89, 2001.

71 Voir par exemple les témoignages des listes de Noisiel et Clamart dans Territoires, 425 (2), p. 26 et 30 ou encore les plaintes des Motivé-e-s toulousains sur leur site internet.

72 « Liberté chérie », Territoires, 425 (2), p. 30.

73 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », art. cité, p. 22.

74 Offerlé (M.), « Illégitimité et légitimation du personnel politique ouvrier… », art. cité, p. 690.

75 En mai 2001, l’institut François Mitterrand envisage à ce titre d’accorder un « prix de l’innovation politique » à une délégation des Motivé-e-s toulousains invités à un colloque organisé à la mémoire de l’ancien président. Lionel Jospin, appelé à clôturer le colloque, intervient toutefois pour que la décoration n’ait pas lieu (cf. Politis, 31 mai 2001).

76 Bourdieu (P.), « La représentation politique », art. cité, p. 7.

77 Olson (M.), La logique de l’action collective, Paris, PUF, 1978 [1966].

78 Entretien avec une conseillère municipale RPR à Rennes, 34 ans, chargée de mission.

79 « La liste Motivées, moi, ils avaient une affiche qui m’a un peu énervée, qui était “ne laissons pas les politiques s’occuper de nos affaires”, qui avait un peu se caractère “la politique, c’est moche”, le côté un peu “tous pourris”, quoi. Et ça c’est, a priori c’est quelque chose qui m’énerve beaucoup quoi hein, puisque nous, les Verts on essaie de dire “la politique c’est important, ça a du sens, donnons lui du sens”, c’est vraiment pour réhabiliter la politique, pour nous », entretien avec une élue verte, adjointe au maire, 44 ans, cadre en communication.

80 Le Monde, 5/02/2001 : « Les listes Motivé-e-s réunissent les déçus de la “vieille gauche” » (B. Gurrey). J.-P. Besset, journaliste correspondant du Monde à Toulouse rapporte : « Il y avait là en germe un nouveau paysage politique, à la fois très diversifié et très singulier. […] Soudain, nous, journalistes, étions mis en face d’un OPNI, Objet Politique Non Identifié. Pas seulement à Toulouse, mais au niveau national. Après, c’était évidemment notre boulot de donner des repères à nos lecteurs, de décrire cet OPNI, dans sa singularité et sa variété. Je pense que c’est ça qui a fait le succès de Motivé-e-s, au-delà de leur campagne et de l’atout médiatique réel de Zebda », in Lisak (F.) et Maguin (F.), Motivés, Motivées, soyons Motivé-e-s, Paris, Seuil, 2002, p. 100.

81 Sur le fort capital sympathie de la presse pour le mouvement toulousain, cf. Cherfi (N.), La bataille du capitole. Le récit d’une élection pas tout à fait comme les autres, Ramonville Saint-Agne, Garonne Édition, 2001, p. 69 sq. et 127 sq.

82 Les Motivé-e-s toulousains sont connus de longue date pour leur engagement associatif (Taktikollectif) et musical (Zebda).

83 Ouest-France, 8/03/2001, « Motivé-e-s tente de percer dans les urnes ».

84 Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés…, op. cit., p. 99.

85 Le Monde, 5/02/2001 : « Les listes Motivé-e-s réunissent les déçus de la “vieille gauche” » (B. Gurrey).

86 Entretien cité dans Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés…, op. cit., p. 100.

87 Ouest-France, 2 mars 2001 : « Ceux qui se considèrent comme autre chose qu’une bande de “joyeux lurons rennais” vont désormais présenter leurs idées ».

88 Une militante rennaise rapporte ainsi : « Pour nous, normalement, pour les journalistes locaux, c’était celui qui était disponible qui parlait. Mais les journalistes ne nous écoutaient pas : ils ne voulaient que la tête de liste, PM. Et quand une femme parlait, on l’écoutait pas : c’est très macho, la presse ! Alors j’ai dit “d’accord, si c’est ça, moi, je ne parle plus” », entretien cité dans Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement op » ?, op. cit., p. 43. De même, à Toulouse, S. Amokrane et F. Maguin se sont progressivement imposés face aux médias, alors que douze porte-parole avaient été désignés. Un toulousain confie : « Face aux médias, on est pas dans la position de pouvoir imposer que ce soit quelqu’un d’autre qui parle quand ils nous demandent Salah, par exemple. C’est lui qui les intéresse, et qui représente Motivé-e-s aux yeux de l’opinion. Même si c’est pas ce qu’on souhaiterait, si on veut passer dans les médias, on est bien obligé de l’accepter pour l’instant. Entre ce que tu portes comme valeur et la pratique, c’est pas pareil », entretien cité dans Giraud (B), Des citoyens en politique, op. cit., p. 172.

89 Une Motivé-e toulousaine rapporte ainsi : « Un type de TF1 est venu me voir, j’ai cru que j’allais lui faire la tête au carré : il voulait absolument savoir avant le premier tour ce qu’on allait faire au second. Pour lui, c’était réglé mais on ne voulait pas le dire », in Lisak (F.) & Maguin (F.), Motivés…, op. cit., p. 102.

90 Libération, 4 juin 2001, « Les Motivé-e-s hésitent à sortir de leurs quartiers ».

91 Ibid.

92 Libération, 2-3 juin 2001. Voir également H. Bouvier, dépêche AFP du 16 mai : « Des listes citoyennes veulent se structurer malgré les réticences des Motivé-e-s ».

93 Le Monde, 3-4 juin 2001 : « La mouvance des Motivé-e-s tente d’imaginer son avenir ».

94 Sur l’importance des médias comme « substitut d’une structure de coordination » pour des mouvements sociaux peu structurés et idéologiquement mal définis, cf. Oberschall (A.), Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1973.

95 Cf. Neveu (E.), Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., voir notamment le modèle de Kriesi (H.) relatif aux différentes trajectoires possibles pour les mouvements sociaux, p. 26 sq.

96 Gaxie (D.), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », art. cité, p. 27.

97 En mars 2003, une nouvelle réunion devait avoir lieu, afin de relancer les activités du groupe. Elle dût finalement être annulée, faute de participants. Depuis l’élection présidentielle et la mobilisation assez forte contre le Front National, les activités sont de fait très limitées, à Rennes. En novembre 2002, un membre actif des Motivées confie : « C’est vrai qu’en ce moment, c’est un peu au ralenti, c’est carrément ralenti. […] Alors, quand tu fais un truc pendant la campagne municipale, tu fais 300 personnes, quand tu fais ça hors campagne, tu trouves 10 personnes », entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique «  autrement » ?, op. cit, p. 100-148.

98 « Une expérience politique qui se termine dans la souffrance », Territoires, 425 (2), p. 34.

99 « Changer le comportement trop consommateur des habitants », Territoires, 425 (2), p. 32.

100 Mamarbachi (A.), Émergence d’un mouvement « citoyen ». Le cas de Motivé-e-s pour Colombes, mémoire secondaire pour le DEA de sciences sociales de l’ENS-EHESS, sous la dir. de Matonti (F.), sept. 2001, p. 41.

101 Ibid.

102 Sur ces points, cf. les analyses très fines de N. Leymarie, Faire de la politique « autrement » ?, op. cit.

103 Entretien reproduit in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 100-148.

104 « Petit bilan rapide d’un an au conseil municipal… » (site Internet www.motive-e-s.org). Voir aussi l’entretien cité in Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 165.

105 Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 87.

106 Cf. Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 173 sq.

107 Ibid.

108 Voir à ce propos Bourdieu (P.), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, chapitre 8, « Culture et politique », et « La représentation politique », art. cité.

109 Voir à ce sujet Mabileau (A.) et alii, Les citoyens et la politique locale. Comment participent les Britanniques et les Français ?, Paris, Pedone, 1987, ainsi que CURAPP, La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF, 1999.

110 Gaxie (D.), Le cens caché, op. cit., À Rennes comme à Toulouse (cf. Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit.), nombreux sont ceux qui avouent « avoir du mal à suivre la discussion » lors des débats relatifs à des questions précises telles que l’immigration, la double peine, la réforme des retraites, etc.

111 Ainsi Blondiaux (L.) a-t-il constaté, dans le XXe arrondissement parisien, que « ce sont en priorité les populations les mieux intégrées socialement et les mieux formées intellectuellement qui font vivre ce type de dispositif, y investissent leur énergie et y exercent leur compétence », (« Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège », Mouvements, 18, 2001, p. 48).

112 Personnellement, nous pensons ici plus précisément à un entretien réalisé avec deux militantes du mouvement rennais qui, dès que nous leur posions des questions précises mais assez simples sur les accords conclus avec l’équipe sortante, ou les prises de positions décidées par la liste sur tel ou tel sujet, appelaient immédiatement P. Mainguené, tête de liste et compagnon de l’une d’entre elles, en expliquant ne pas être capables de répondre, tandis que ce dernier était mieux placé pour nous apporter les informations requises. Les sentiments d’impuissance, voire d’indignité sont apparus dès le début de l’entretien, nos interlocutrices nous affirmant qu’elles ne voyaient aucunement pourquoi nous les avions sollicitées, parce qu’elles ne pourraient rien nous dire de plus que P. Mainguené et ne savaient pas grand-chose (entretien du 12/04/2001 avec une candidate Motivées, 34 ans, secrétaire, et une autre candidate de la même liste, 44 ans, O. S.). D’autres travaux sur les Motivé-e-s de Rennes, Toulouse et Colombes confirment cette hypothèse d’une fréquente remise de soi : cf. Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., et Mamarbachi (A.), Émergence d’un mouvement « citoyen », op. cit.

113 Il s’agit des noms donnés aux personnes jugées compétentes sur certains dossiers à Colombes et à Toulouse.

114 Giraud (B.), Des citoyens en politique, op. cit., p. 173.

115 Sur les compétences orales, cf. Bourdieu (P.), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

116 Une militante indique l’importance de ce savoir-faire à ses yeux : « P. Mainguené, c’est le leader, c’est un réflexe politique, c’est son passé au PCF. Mais sans lui, il n’y aurait pas eu de dynamique. Quand il est là, il met la gomme », entretien cité in Leymarie (N.), Faire de la politique « autrement » ?, op. cit., p. 43.

117 Mamarbachi (A.), Émergence d’un mouvement « citoyen », op. cit., p. 45.

118 Cf. Sommier (I.), Les nouveaux mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 2001.

119 Pudal (B.), Prendre parti, op. cit., p. 199.

120 Sur cette question, cf. Guionnet (C.), « “La politique autrement”, entre récurrences et réinventions », art. cité.

121 Weber (M.), Économie et société, Paris, Plon, 1995 [1922].

122 Comme le dit Ion (J.) dans La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, c’est un engagement distancié qui prend progressivement la place des militantismes partisans et syndicaux traditionnels, un militantisme supposant « des individus déliés de leurs appartenances, valorisant des ressources personnelles, se mobilisant ponctuellement sur des objectifs limités pour une durée déterminée, privilégiant l’action directe et l’efficacité immédiate même restreinte ».

123 Perrineau (P.), « Le renouveau de l’action politique », art. cité, p. 115.

124 Ion (J.), La fin des militants ?, op. cit.

125 Expression d’un militant citoyen de Colombes, citée précédemment.

126 Sur cette question, voir la discussion très éclairante dans Collovald (A.), « Pour une sociologie des carrières morales », in Collovald (A.) et alii, L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Paris, PUR, 2002.

127 Gaxie (D.), « Économie des partis et rétributions du militantisme », art. cité, p. 138.

128 Pour une analyse de ce cercle vicieux contraire à « l’effet surrégénérateur », cf. Gaxie (D.), « Économie des partis et rétributions du militantisme », art. cité, 1977.

129 Hirschman (A.), Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard, 1983 [1982].

130 Cf. à ce propos Curapp, La politique ailleurs, op. cit..

131 Barthélémy (C.), Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de Science Po, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search