Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notables des colonies

 | 
David Lambert

Première partie. L’espace du notable

Chapitre III. Une influence sous influence

Texte intégral

1L’élaboration de cadres précis, juridiquement fondés et socialement reconnus, favorisait la constitution de groupes notabiliaires. La notabilité coloniale, en terre de Protectorat, pouvait ainsi résulter de deux processus de légitimation : la nomination (par la Résidence) ou bien l’élection (par un corps électoral global ou catégoriel). Ces processus ouvraient l’accès à des instances au sein desquelles devaient s’instaurer, en principe, des formes de « collaboration sincère » entre une société d’expatriés relativement informelle et une administration coloniale particulièrement charpentée. Ainsi se constituait un univers de notables, promis à une certaine expansion, et dont nous tenterons de dresser une cartographie dans notre deuxième partie.

2Cependant, avant d’en explorer la régulation interne, il convient de souligner que cet univers comprenait au moins deux limites. La première est d’ordre historique : avant de se construire dans le contexte colonial, la figure du notable français, au sens large du terme, n’était pas absente de la Tunisie beylicale voire du Maroc pré-colonial. Des négociants surtout mais aussi des entrepreneurs, quelques aventuriers, avaient déjà pris place. Sans en faire l’histoire, il est nécessaire de s’interroger sur leur place dans l’écheveau des influences coloniales : en tant que notables, se distinguaient-ils de ceux qui s’installèrent après la signature des traités de protectorat ? Présentaient-ils des spécificités sociologiques, culturelles ou économiques, qui leur permettraient de se constituer en une catégorie à part ?

3La seconde limite est à la fois géographique et politique : existait-il des réseaux d’influence transméditerranéens dans lesquels entraient ministres et élus de métropole ? Dans quelle mesure l’influence d’un notable français de Tunisie et du Maroc se construisait-elle et se renforçait-elle en s’adossant à celle d’un parlementaire de la République ? Peut-on dessiner ces lignes de force qui reliaient celui-ci à celui-là ?

Des notables en héritage

  • 1 Rivet D., Lyautey et l’instauration du Protectorat français au Maroc (1912-1925), Paris, L’Harmatt (...)

4Prendre le pouls des populations françaises, sonder leur esprit de collaboration (ou de résistance) dès la mise en place des Protectorats, profiter de leur expérience acquise, étaient des nécessités (sans être pour autant des priorités) pour les premiers Résidents et leur ministre de tutelle. Cependant la situation ne se présentait pas de manière identique pour la Tunisie de 1881 et le Maroc de 1912. Dans le premier cas, l’ancienneté d’une présence française organisée sur le modèle des échelles et du fondouk, ainsi qu’une certaine proximité avec l’Algérie voisine, offraient un premier réseau d’interlocuteurs solidement enracinés. Au Maroc, en revanche, la situation était plus complexe : d’un côté, les ouvertures successives du pays aux appétits européens avaient –depuis la conférence d’Algésiras (1906) et surtout le double processus d’« infiltration par l’Algérie » et d’« irruption depuis l’Atlantique1 » entamé dès la fin du XIXe siècle– permis la formation sinon d’un groupe, du moins d’îlots français dispersés ; d’un autre côté, la faiblesse numérique, le caractère récent ainsi que l’atomisation de ce groupe en faisaient plus un agrégat d’individualités à la fiabilité incertaine qu’une première ébauche d’un corps de notables. Les deux situations pré-coloniales n’étaient donc pas similaires : alors que le Maroc juxtaposait, comme dans un processus de sédimentation, des notables issus de vagues migratoires différentes, la Tunisie, plus proche en cela de la dynamique du métamorphisme, donnait l’impression de posséder un archipel de notables structuré, né de transformations, d’alliances et de fusions entre plusieurs groupes venus du bassin méditerranéen.

Métamorphisme tunisien : fondouk élargi ou micro-république judéo-provençale ?

  • 2 Gaudiani D. et Thiaucourt P, La Tunisie, législation, gouvernement, administration, Paris, éd. P. (...)
  • 3 Nantes, APT 1er V. 355 : une requête adressée au député de la Nation par trente Français, le 18 se (...)
  • 4 Ibid. lettre du consul Roustan, 10 avril 1878.
  • 5 Ibid. requête adressée au député de la Nation par trente Français, 18 septembre 1872.
  • 6 Avec un renouvellement annuel par moitié : l’élu portait le titre de « deuxième député » l’année d (...)
  • 7 Planel A.M., De la Nation…, op. cit. : les études familiales (Arnaud, Saccoman, Gandolphe, Monge…) (...)

5À la différence du Maroc, les Français de Tunisie disposaient, depuis une ordonnance royale du 3 mars 16812, de représentants élus (les « députés de la Nation française ») par les principaux négociants. Ce système n’avait guère évolué depuis des décennies voire son origine : jusqu’en 1835, c’était la chambre de commerce de Marseille qui, via un système de cautionnement et de patentes qu’elle seule pouvait délivrer, avait la haute main sur la composition du corps électoral. Après 1835, il semblerait que ce fut au Consul de France qu’incomba la mission d’inscrire sur une liste les noms des négociants-électeurs3. Cette liste était d’ailleurs fort réduite : une dizaine de personnes en moyenne, le nombre oscillant, pour la période la plus proche de l’établissement du Protectorat, entre vingt (1872) et dix (1883). Il paraît dès lors un peu outrancier de parler de « corps électoral » : tout au plus s’agissait-il d’un club très fermé, celui des « chefs de maison de commerce à Tunis4 » ou « Corps des notables du commerce français à Tunis5 », qui élisait, pour un mandat de deux ans6, deux d’entre eux. L’étroitesse de la liste électorale favorisait la transmission de cette charge élective au sein de quelques familles (les Monge, Chapelié, Ventre, Van Gaver) unies bien souvent par des liens matrimoniaux. En reprenant les données fournies par A.M. Planel, une étude rapide des familles au sein desquelles se recrutèrent les élus7 permet d’en dessiner les trois principales caractéristiques entre 1839 et 1883.

  • 8 Il s’agit d’une des familles françaises les plus anciennement installées, sans doute depuis la fin (...)

6Tout d’abord notons que la plupart des familles françaises distinguées par cette charge étaient d’origine marseillaise ou, plus généralement, provençale : les familles Arnaud (François, député en 1823-1824 après son père Dominique, dix fois député sous l’Empire), Monge (deux députés : Jean en 1840-1841 et Félix en 1852-1853, 1863-1864 et 1869-1870), Ventre (au moins un député par génération depuis 1833 : Paul, élu en 1834-1835 ; son frère, Marius-Augustin, sept fois élu entre 1847 et 1877 ; Auguste en 1881-1882), Van Gaver (Lillois d’origine mais négociants à Marseille, Amédée, le père, fut député par deux fois entre 1829 et 1844 ; son fils, Léopold, doublement allié aux Gandolphe, par sa mère et sa femme, accéda à la députation en 1867-1868) ou Dumergue (Césaire fut élu en 1878). Quelques exceptions vinrent ponctuer cette hégémonie : les Rousseau (Émilien, cinq fois député entre 1846 et 1868, Parisien d’origine mais qui se maria à Tunis avec la fille d’un important négociant génois, Paolo Gnecco, et dont une des filles épousa Félix Monge, qui succéda d’ailleurs à son beaupère, en 1869, au siège de député de la Nation) et surtout les Chapelié8 (famille huguenote d’origine languedocienne : ce ne sont certes ni des Marseillais, ni des Provençaux mais convenons que le berceau de la famille, situé à Nîmes, n’est guère éloigné du Vieux Port et des berges rhodaniennes).

  • 9 A. M. Planel relate les différentes voies d’accès à la notabilité française des Israélites via l’o (...)

7En outre le binôme mis en place par la structure élective des députés de la Nation associa souvent un élu issu du négoce marseillais avec un élu israélite (d’origine française ou bien naturalisé). Entre 1839 et 1883, un tel duo fonctionna vingt-trois années et s’institutionnalisa presque passé 1860 (sept députés israélites entre 1839 et 1858, et plus du double, seize, entre 1859 et 1883). Des familles d’origine à la fois française et méridionale (les familles Carcassonne, de souche languedocienne, les trois frères Foa qui venaient de Marseille, Jules Forti, né à Marseille mais fils d’un israélite livournais naturalisé et déjà installé en Tunisie) occupèrent à elles seules plus de la moitié des mandats (à savoir treize sur vingt-trois). Le reste des familles juives représentées était issu de migrations italiennes récentes9 puis naturalisées (Daninos, Solal, Valensi, Garsin).

  • 10 Ibid p. 681 bis à 730.
  • 11 Ibid., p 656 : un tableau établi à partir des archives de l’Église Sainte Croix de Tunis a permis (...)
  • 12 Ibid., tableau 46 p. 652.
  • 13 Ibid. p. 271, émet toutefois l’hypothèse que les ancêtres de Carolina Tapia, nés à Trieste, se ser (...)

8Enfin, très vite, cette petite communauté de happy few fut marquée par une forte tendance aux mariages intercommunautaires. Nous avons déjà évoqué le cas d’Émilien Rousseau ; Auguste Ventre, tout comme son père, se maria dans la communauté italienne. Plus généralement, ce que montre l’étude fine des origines et des généalogies des principales familles qui, avant 1881, vivaient au sein de la « Nation » française, c’est une forte imbrication des communautés française, sarde, italienne et maltaise. Il suffit, pour s’en convaincre, de parcourir les généalogies mises au point par Anne-Marie Planel dans sa thèse sur les Français en Tunisie au XIXe siècle10 : même si la plupart des mariages eurent lieu entre des familles catholiques (mais ceci n’est nullement une règle absolue11), ils permirent de franchir des barrières communautaires nationales, favorisant ainsi la constitution d’une microsociété sinon originale du moins marquée par un certain métissage communautaire. Ce métissage fut en premier lieu franco-italien (outre les exemples précédemment évoqués des familles Ventre ou Rousseau, on peut relever que, sur cent quarante-quatre mariages de conjoints français avec des étrangers, cent un le furent avec des conjoint(e) s italiens) et secondairement franco-maltais (vingt-sept mariages12). La famille Monge représentait un exemple éclairant de ce métissage. Félix-Alphonse Monge, un des vingt enfants de Jean-Alphonse Monge (qui vint s’établir en Tunisie vers 1824), épousa Carolina Tapia, fille d’un Juif d’origine italienne installé à Djerba et marié avec une Maltaise13. Leur fils aîné, Félix, épousa en 1879 Henriette Rousseau, petite-fille de l’Italien P. Gnecco ; trois de leurs cinq filles épousèrent des Italiens (dont certains étaient déjà leurs cousins via les alliances de la famille Tapia).

  • 14 Le plus souvent, en dehors de « la carrière », les titulaires des postes diplomatiques dispersés s (...)

9En dehors de ces familles qui accaparèrent la fonction de représentation des Français de Tunisie pendant plus d’un siècle, d’autres familles pouvaient prétendre à un rang notabiliaire comme, par exemple, les Gandolphe. Certes, ils ne semblent pas avoir donné de député de la Nation ; mais ils constituèrent une des familles françaises les plus importantes de ce microcosme. De lointaine ascendance sarde, cette famille avait noué des liens avec Marseille : son principal représentant avant 1881, Pascal Gandolphe, y étudia entre 1826 et 1829 ; en outre elle fut alliée, par deux fois, à la famille marseillaise des Van Gaver. Loin de Tunis également, la notabilité française trouvait le moyen de se constituer voire de se perpétuer en utilisant, comme soubassement honorifique et politique, la représentation consulaire14, et, comme assise économique, la profession de négociant ou de transitaire, mandaté parfois pour représenter les compagnies de navigation (comme la Compagnie Générale Transatlantique) qui reliaient l’Europe à la Tunisie. Des familles françaises de Tunis se retrouvèrent ainsi en position dominante durant quelques décennies dans certaines villes portuaires, comme les Arnaud à Monastir et Mahdia ou bien Eugène Monge à Bizerte à partir de 1860.

  • 15 Martel A., « À l’arrière-plan des relations franco-tunisiennes, deux personnalités du réseau de Le (...)
  • 16 Cambon P., lettre à Mme Cambon du 3 août 1884, Correspondance 1870-1924, t. I, Paris, Grasset, 194 (...)
  • 17 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1866-1914), manuscrit dactylographié [1963], p. 13.
  • 18 Ibid.

10Plus solidement implantés, les Saccoman à Sousse ou bien les Mattei à Sfax furent des exemples de dynasties locales doublement adossées au monde des affaires et du négoce et à celui de la représentation consulaire et diplomatique. Leur rapport à l’égard de la capitale tunisienne (et aux Français qui s’y trouvaient) pouvait favoriser la continuité, par-delà les générations, de leur position de notable. La « notabilité » des Saccoman se renforçait ainsi au travers de leur alliance avec des familles de Tunis (Gandolphe, Eymon) ou d’autres notables européens du littoral tunisien détenant également des fonctions consulaires (le Français Arnaud, l’Anglais Carleton, l’Italien Avvocato) ; quant aux Mattei, issus d’une lignée de Corses passés par l’Égypte, ils réussirent à maintenir pendant plus d’un demi-siècle une charge consulaire à Sfax dans leur propre famille (les Saccoman, à Sousse, eurent moins de chance) entre les années 1830 et l’instauration du Protectorat. Pour maintenir ce statut de notable, ils eurent recours d’une part à une habile stratégie matrimoniale qui étendait leur influence (les hommes de la famille convolant volontiers avec les filles de notables européens locaux, un peu comme les Saccoman ; et les rejetons féminins, identité franco-corse oblige, contractant des unions avec des Corses, ou plus généralement avec des Français, de souche ou naturalisés) ; et, d’autre part, à des liens privilégiés avec la cour beylicale (un de leurs parents, un Corse converti à l’Islam, devenu mamelouk, fut un des compagnons d’enfance d’Ahmed Bey). Dernier exemple : celui de la famille Allegro15. Le père, au curieux prénom hispano-anglais (Luis-Arnold), était en fait un Italien de Bizerte, naturalisé français en 1840 (suite à son rôle et son appui dans la conquête militaire française du Constantinois). Marié à une Tunisienne musulmane en 1841, il obtint la protection des Français mais aussi du Bey et fut nommé consul de Tunisie à Bône. Son fils Joseph (Yusuf Ben Ali Allegro pour la cour beylicale) hérita de cette fonction consulaire et fut en première ligne lors des conflits frontaliers algéro-tunisiens qui aboutirent à l’intervention française de 1881. Dans ce cadre, il prit très tôt le parti de soutenir les menées françaises et profita par la suite du soutien conjoint du Bey et du Résident (c’est lui qui, en tant que gouverneur de Gabès, reçut et guida le Résident Cambon lors de son voyage dans le Sud de la Tunisie en 188416). Joseph Allegro était un de ces représentants d’une civilisation méditerranéenne pré-coloniale, modèle de la complexité des rencontres et des interférences à qui, comme le faisait remarquer avec un brin de crainte Marguerite Crété (épouse d’un des plus importants propriétaires terriens du Nord de la Régence), on ne pouvait attribuer qu’« une nationalité indécise17 ». Gouverneur, haut fonctionnaire beylical, richissime propriétaire terrien et habitué des palaces et des nuits parisiennes (anticipant en cela la figure du pacha de Marrakech), le caïd Allegro termina sa vie en véritable personnage de roman crépusculaire : Marguerite Crété nous le décrit, sur le pont d’un navire reliant Tunis à Tripoli, « âgé et aveugle, et toujours accompagné de son domestique nègre qui était son ange gardien et son Argus. Il lui demandait des renseignements sur l’aspect physique de ceux qui lui étaient présentés (surtout les femmes) et sourires et politesses étaient gradués d’après les appréciations du nègre18 ».

  • 19 Planel A.M., De la Nation…, op. cit., tableau LXII, p. 663.

11Ce tableau, brossé à grands traits, démontre que la Tunisie, à la veille de l’intervention française, n’était point dépourvue de notables français. Les familles de négociants et de commerçants métropolitains qui s’étaient installés dans la Régence pouvaient prétendre au qualificatif de « notable » car leur stature socio-économique, renforcée par des éléments de stabilité intergénérationnelle, s’incarnait dans un statut (député de la Nation ou agent consulaire). Il existait même un véritable réseau interurbain de notables, adossé à de multiples liens (d’affaires ou de famille), qui pouvait se comparer, toute proportion gardée, à celui d’un département français. Au centre de ce réseau se trouvait le consul de France à Tunis, qui confectionnait les listes électorales et choisissait les représentants consulaires de la France dans les villes importantes de Tunisie. Autour de lui, domiciliées dans les parages du nouveau consulat de France, bâti à la porte de la Médina, ou bien logées encore, intra-muros, aux alentours du vieux fondouk français et de la rue de la Commission, les familles françaises « prépondérantes19 ». Entre autres héritages politico-administratifs, les Résidents généraux ne se sépareront jamais tout à fait de celui-là.

Sédimentation marocaine : des « Vieux Marocains » aux « hommes nouveaux »

  • 20 Adam A., Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, t. II, Pari (...)
  • 21 Il s’agit de la date de l’intervention militaire française à l’est du Maroc et à Casablanca : c’es (...)
  • 22 Leyris de Campredon Dr., Quarante-cinq Ans de souvenirs marocains (1904-1948), Casablanca, Imprime (...)

12L’utilisation de l’expression de « Vieux Marocains » était courante : la presse, les rapports des fonctionnaires de la Résidence, les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur l’utilisèrent pour désigner les Français installés au Maroc avant l’établissement du Protectorat. Ne soyons toutefois pas dupes de ce fétichisme chronologique arboré par certains comme un élément déterminant dans une stratégie de distinction. Il s’agissait parfois d’une caractéristique abusive car comme le note A. Adam : « il y avait sans cesse de nouveaux arrivants, on était toujours le « Vieux Marocain » de quelqu’un20 […] ». Néanmoins cette conviction qu’il existait une identité particulière de la « colonie » française avant l’établissement du Protectorat sécréta une mentalité un peu particulière qui était fort soucieuse d’exhiber des origines coloniales éloignées du bruit des armes et des arrangements diplomatiques. Ceux qui se revendiquaient ainsi comme des « Vieux Marocains » mettaient un point d’honneur à se présenter comme de vrais self made men dont la réussite sociale et économique ne devait rien à l’action de l’État colonial. À l’intérieur même de ce groupe, une hiérarchie subtile prétendait établir une distinction équivalente de celles qui zébraient la noblesse française dans un salon du faubourg Saint-Germain : si la césure de 1911-1912 induisait un clivage social et culturel pouvant ressembler à celui qui séparait la noblesse et le Tiers-État, certains utilisaient une autre date, celle de 190721, pour fonder une différenciation interne au monde « Vieux Marocain » suggérant ainsi un contraste qui pouvait évoquer, mutatis mutandis, celui qui existait entre un noble d’Ancien Régime et un noble d’Empire… Leyris de Campredon signala ainsi l’existence d’une « Association Amicale des Français du Maroc d’avant août 190722 ». Il s’agissait de marquer l’existence d’un groupe de Français dont l’installation n’avait nullement dépendu de l’aide de la force militaire des généraux Lyautey, Drude et d’Amade et dont, au bout du compte, il convenait de louer non seulement le courage mais aussi la capacité d’adaptation au milieu marocain.

  • 23 Dans l’ordre chronologique : Lhermitte (1877), Reutman (1890), Bigaré (1891), Deschamps (1892), Ph (...)
  • 24 Katan Y., Oujda, une ville-frontière du Maroc (1907-1956), Paris, L’Harmattan, 1990, p. 45.

13Une liste des membres de cette amicale est même donnée par Campredon mais elle présente des difficultés d’exploitation : on en ignore la date d’établissement et les localisations géographiques semblent correspondre au domicile des personnes au moment de la confection de la liste, et non au moment de leur arrivée au Maroc. Par ailleurs, la date d’arrivée qui figure en regard des quatre-vingt-quatorze noms est-elle exacte ? Dans la mesure où la césure d’août 1907 représentait un enjeu dans le cadre d’une stratégie individuelle de distinction, on voit mal pourquoi certains n’auraient pas profité indûment de l’aura qui s’attachait à ce fétichisme temporel en revendiquant une date d’arrivée antérieure à 1907. En tenant compte de ces restrictions, on peut néanmoins repérer nettement trois strates migratoires : d’abord un premier groupe d’une dizaine de natifs du Maroc (on y note la présence des familles André, Brudo, Ferrieu, Jacquetty, Zagory, auxquelles s’ajoutent –liste tardive oblige– les rejetons issus d’une migration plus fraîche comme ceux des familles Bernaudat et Reutman) ; ensuite un deuxième groupe composé par ceux qui s’établirent entre 1875 et 1903, et qui représentent dix-sept noms23 ; et enfin un dernier groupe, quantitativement le plus important, formé par ceux qui migrèrent au Maroc à la suite de la signature de l’emprunt de 1904 (dix-huit noms pour cette seule année auxquels s’ajoutent onze noms pour 1905) et de l’acte d’Algésiras (vingt-sept noms pour les années 1906-1907). Cette liste souffre également d’une certaine vision « atlantiste » et, sans doute, un brin méprisante à l’égard des vagues migratoires en provenance de l’Oranie : elle ne mentionne aucune personne domiciliée dans la zone orientale du Maroc (Oujda, Berkane). Certes, l’essentiel du peuplement français de cette région est postérieur à 1907 mais Y. Katan note pourtant dans sa thèse l’établissement d’un premier Français dès 1905 : un certain Figari s’installa à Oujda et y créa « un hôtel pour touristes24 ». Oubli, mépris ou absence réelle, nous nous garderons de trancher sur ce dernier point : l’essentiel est de constater l’existence d’une mentalité sinon de classe du moins de groupe auto-labellisé « Vieux Marocains » et qui fondait une certaine légitimité sociale sur la date de leur arrivée au Maroc.

14Cependant il convient de relativiser la réalité d’un réseau de notables français dans le Maroc de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle : peut-on user du qualificatif de « notable » tel que nous l’avons précédemment défini ? Peut-on réellement parler d’un réseau comparable à celui qui existait dans la Tunisie beylicale ?

  • 25 Créée en 1902 autour de Schneider, elle se lança, surtout après 1904, à la recherche de juteux inv (...)
  • 26 Pascon P., Le Haouz de Marrakech, thèse, Rabat, 1977, chap. I.
  • 27 Leyris de Campredon, Quarante-cinq…, op. cit.

15Difficile, en effet, de parler de « notables » pour désigner des individus missionnés par des entreprises (comme les compagnies Paquet ou Transatlantique) ou bien des consortiums financiers (comme la Compagnie Marocaine25) : ils n’avaient, pour la plupart, ni l’assise socio-économique individuelle, ni l’envergure politique ou bien l’onction consulaire, pour prétendre à un tel qualificatif. De plus ces individus entretenaient entre eux bien peu de relations même s’ils étaient employés par la même firme française : souvent célibataires, leur fonction consistait avant tout à explorer des marchés potentiels, sonder pacha et caïds afin de créer ou consolider l’implantation des intérêts commerciaux français (terrain sur lequel ils luttèrent pied à pied avec leurs confrères anglais et surtout allemands). Dans les premières années du XXe siècle, leur tâche fut rendue d’autant plus ardue que le climat marocain s’était détérioré pour les Européens : l’agent de la Compagnie Marocaine à Marrakech, Lassalas, fut kidnappé quelques temps26 en 1906 avant d’être libéré. Rencontré l’année suivante à Marrakech par le Docteur Leyris de Campredon, il surprit ce dernier par sa propension à se fondre dans la société locale, dont il avait adopté la tenue vestimentaire27 : l’efficacité, dès que l’on s’éloignait des villes portuaires, exigeait la discrétion, interdisait d’arborer tout signe de notabilité européenne et favorisait une mentalité individualiste et aventureuse.

16En fait, tout se passe comme si des micro-sociétés françaises s’étaient structurées de manière fort différenciée selon la région du Maroc où elles s’implantèrent initialement. Alors qu’il y a bien peu de différence entre les modalités d’affirmation sociale des Français de Tunis, Sousse ou Bizerte (où jouait essentiellement la rencontre de la bienveillance consulaire, de l’aisance économique et des fonctions commerciales), bien peu d’éléments convergents rattachaient les fortunes françaises qui s’ébauchaient sur le littoral Atlantique, le Maroc Oriental ou les villes impériales du piémont atlasique.

  • 28 Miège J.L., « Les origines du développement de Casablanca au XIXe siècle”, Hespéris, 1er-2e trimest (...)
  • 29 Miège J.L. et Hugues E., Les Européens à Casablanca au XIXe (1856-1906), Paris, Larose, 1954.

17Ces micro-sociétés présentaient néanmoins deux traits communs avec celle de la Tunisie pré-coloniale. Le premier résidait dans l’identité méridionale des négociants français expatriés. Sur quarante-neuf Français repérés à Casablanca dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dix-huit étaient originaires d’un seul département, l’Hérault : il s’agissait de négociants en laine de Lodève venus s’approvisionner au Maghreb au moment même où les industries textiles de cette région languedocienne étaient en pleine croissance (c. 1830-c. 1870). Prosper Ferrieu, qui s’installa à Casablanca vers 1839, était, avec d’autres, un de ces négociants en laine28. Au-delà des années 1870, ce furent surtout des migrants provençaux, en particulier marseillais29.

  • 30 La compagnie Paquet inaugura une ligne Maroc-Marseille en 1860 et entretint dès lors au Maroc un r (...)
  • 31 LH « Isaac Brudo ».
  • 32 Sur la famille Brudo, outre le dossier LH d’Isaac Brudo et la thèse de J.L. Miège, Le Maroc et…, o (...)
  • 33 Rabat, AP série D, carton 15.

18Un deuxième trait résidait également dans l’implantation de relais locaux des compagnies maritimes, en particulier la compagnie Paquet30 de Marseille, fonction qui se combinait souvent avec l’occupation d’une charge d’agent consulaire. Quelques familles peuvent ainsi être repérées : les Ferrieu toujours à Casablanca et Rabat ou encore la famille Brudo31 à Mazagan qui exercèrent un magistère assez proche de celui des Mattei à Sfax ou des Saccoman à Sousse en cumulant, de père en fils, des activités de négociants et une charge consulaire. Dans le cas des Brudo32 l’origine de l’ancrage marocain remontait à 1856, lorsque le fondateur de la lignée, Joseph, arriva à Mogador afin d’y représenter des négociants marseillais (la Maison Altaras) avant de s’établir, l’année suivante, à son propre compte mais à Mazagan. En 1866, Joseph Brudo fut choisi par la France, eu égard à sa « place prépondérante parmi les commerçants de la ville » (J. Goulven), pour occuper la charge d’agent consulaire qu’il exerça sans discontinuer jusqu’à sa mort en 1904. Son fils, Isaac, releva alors cette charge jusqu’en 1907 (date de la création d’un vice-consulat). La fortune des Brudo s’appuyait ainsi sur trois assises. Tout d’abord, ils exerçaient un rôle de relais local pour les négociants (comme Altaras) ou les compagnies maritimes, ce qui garantissait une source de revenus fiables et facilitait ainsi une deuxième assise. Celle-ci consistait en une série d’investissements agro-commerciaux (laine, peaux, cire, henné) dans la ville même ou son riche hinterland agreste (les Doukkala), investissements que valorisait la connexion des Brudo aux réseaux d’exportation. Enfin, formant un cercle vertueux avec ces deux derniers éléments, la charge diplomatique valait protection, et facilitait certaines entreprises audacieuses (comme la création, conjointement avec les André, présents à Safi depuis 188533, d’un réseau postal privé en 1890).

19Ces familles (Ferrieu, Brudo, André…) n’étaient guère nombreuses dans le Maroc du XIXe siècle et leur nombre ne saurait supporter la comparaison avec les réseaux contemporains des Français de Tunisie. Néanmoins leur rôle était identique et leurs activités multiples –que semblaient dynamiser une soif individuelle d’action et d’initiative– suppléaient à cette faiblesse réticulaire.

  • 34 Sur Mogador avant 1912, outre les travaux de J.L. Miège, Le Maroc et…, op. cit., on peut se report (...)
  • 35 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998, p (...)
  • 36 Jary G., Les Intérêts de la France au Maroc, Paris, éd. Larose, 1911, Chap. V.
  • 37 Veuf assez rapidement, il se remaria avec une sœur de sa défunte épouse et demeura ainsi le beaufr (...)

20Cependant, à l’échelle locale, Mogador (Essaouira34) était peut-être la ville marocaine qui se rapprocherait le plus de la situation observée en Tunisie. Lors de sa fondation en 1764, le projet du sultan Sidi Mohammed était de centraliser (et donc de mieux contrôler) le commerce européen dans une seule ville et d’offrir un débouché aux produits de la plaine du Sous tout en ménageant une fenêtre maritime aux caravanes sahariennes. Même si Larache ou Tanger conservèrent une certaine importance, Mogador concentra au début du XIXe siècle près de 40 % du trafic commercial ainsi qu’une dizaine de maisons commerciales et un millier d’habitants européens. Cependant, au-delà des années 1850 (surtout après le traité anglo-marocain de 1856), Mogador souffrit de plus en plus de la concurrence de Casablanca vers laquelle commencèrent à affluer produits et négociants européens (les Anglais y installèrent un vice-consulat dès 1857 et les Français suivirent en 186535). Au début du XXe siècle, le Mogador européen ne pouvait plus rivaliser avec Casablanca : certains voyageurs français, comme G. Jary, n’y dénombrèrent que « quatre maisons françaises sérieuses », noyées dans « une ville juive36 ». Le Docteur Leyris de Campredon donna un tableau plus précis de la micro-société française d’un Mogador déjà menacé par le provincialisme, à la veille du Protectorat. Ce médecin arrivait de Tunisie où il venait de se marier avec une des sœurs Gaudiani, famille éminente de la Régence coloniale37. Son regard, certes éloigné (il écrit au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale), reste néanmoins sensible, sans doute par ses origines et ses attaches familiales, à la description d’une société et de sociabilités marquées par l’élitisme et l’existence d’infimes distinctions sociales. Avec la sensibilité d’un notable métropolitain, allié à une famille parmi les plus importantes de l’univers colonial tunisien, il se plut à décrire un monde plus qu’il ne flatta un ego ou n’exalta une « œuvre ». Il s’installa donc à Mogador de 1905 à 1912 (date à laquelle il partit à Casablanca pour devenir médecin-chef au dispensaire français). Sa description de Mogador de part et d’autre de la signature de l’acte d’Algésiras est fort instructive. En 1905, Mogador rassemblait à une sorte d’Échelle levantine en modèle (très) réduit et déjà quelque peu figé. Ses principales personnalités, outre le consul de France, étaient le représentant de la compagnie Paquet (Robert Boulle), des industriels transformant la matière première agricole provenant de la plaine du Sous (le minotier Sandillon, le fabricant d’huile et de savon Maurin), des familles installées depuis des décennies dans l’hôtellerie et le négoce (famille Jacquetty), des agents commerciaux locaux, associés à des groupes métropolitains ou algériens (Miscowitch, Reutman). Les premiers éléments de rupture intervinrent dès la fin de l’année 1905 avec l’arrivée du représentant de la Compagnie Marocaine. Campredon –sans l’écrire explicitement– décrit ensuite une succession de périodes, jusqu’à l’établissement du Protectorat en 1912, marquée par des tensions et des bouleversements sociaux. L’assassinat du docteur Mauchamp en 1907, l’arrivée à Mogador vers 1910 d’agents de prospection minière et de spéculateurs immobiliers (Nicouleaud, Marius Dorée, Fleury, Evesque, Corcos) signèrent la fin d’une époque et marquèrent l’entrée du Maroc dans les rets d’un capitalisme plus offensif que celui des négociants.

  • 38 Guillen P., op. cit.
  • 39 Le Tourneau R., Fès avant le Protectorat, Casablanca, Société Marocaine de Librairie et d’Édition, (...)
  • 40 Julien C.A., Le Maroc face… op. cit., p. 55.
  • 41 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. I, p. 51.
  • 42 Nous renvoyons pour cela aux premiers chapitres de la thèse de D. Rivet, Lyautey…, op. cit.
  • 43 Bourdon G., Ce que j’ai vu au Maroc. Les Journées de Casablanca, Paris, P. Lafitte, 1908, p. 71.
  • 44 LH « Bienaimé », « Merlin » et « Philip ».
  • 45 Knibielher Y., « Des Français au Maroc », in Ethnologie Française, 1993, no 2, p. 185-191.

21Dans ce Maroc de la fin du XIXe et du début du XXe, avant même que l’acte d’Algésiras ne transformât Tanger ainsi que d’autres ports (Rabat, Casablanca, Safi…) en points d’ancrage des appétits européens, des représentants d’investisseurs étaient déjà à l’œuvre. Dès la fin du XIXe des négociants envoyèrent des agents et créèrent des succursales : Braunschwig en 1875, Jaluzot (directeur des magasins parisiens du Printemps) en 1888, s’implantèrent à Tanger et utilisèrent cette base afin de se lancer à l’assaut du Maroc38. Braunschwig s’associa à un Juif protégé portugais et ouvrit des comptoirs à Casablanca, Fès et Marrakech. Jaluzot offrit à son gendre Charles Gautsch de diriger son négoce marocain. Ce dernier envoya à Fès en 1892 un de ses agents, Fabarès, premier Français à s’installer durablement dans la ville impériale (le consul Marcilly ne devait y arriver qu’en 189439). Certes cette première vague est fort réduite. Il fallut attendre les années 1900-1905 pour que « se manifeste avec une force décisive, un impérialisme qui s’organise et se veut efficace40 », manifestation qui se traduisit par l’arrivée au Maroc d’« agents de pénétration pacifique » en plus grand nombre. Le rôle de ces derniers doit ainsi être replacé dans un cadre général, celui d’une politique française qui « tisse peu à peu la trame serrée d’un réseau d’intérêts qu’exploite la diplomatie pour désagréger l’État marocain et le noyauter en douceur41 ». Le Sultan fut alors contraint d’accepter la mise en place d’instances (comme la Banque d’État du Maroc ou une direction chérifienne des travaux publics) au sein desquelles la convergence des hommes (fonctionnaires, diplomates, financiers…) et des intérêts (ceux de Paribas et du Quai d’Orsay par exemple) brouillait la frontière déjà mince entre le monde des affaires et les élites de la République. Il ne s’agit pas de retracer ici la constitution ou même l’arrière-plan de l’élaboration des sociétés ou compagnies qui se jetèrent alors sur la proie marocaine42 mais d’en scruter les agents locaux ou les fortunes qui s’ébauchèrent dans leur sillage. Avant même 1907, un premier aréopage de représentants commerciaux était venu s’ajouter aux (rares) intérêts français déjà présents à Rabat et Casablanca (comme les Ferrieu, Leriche ou Bigaré dont la fortune se construisait au carrefour de la spéculation foncière et de la représentation consulaire). Lors des émeutes casablancaises, qui préludèrent à l’intervention menée par le général Drude (août 1907), le consulat de France se transforma en fort Chabrol de la « Nation43 » où se réfugièrent les agents de la compagnie Paquet (Philip), de la Compagnie Marocaine (Fournier), de la Compagnie Algérienne (Bienaimé) ou du Comptoir National d’Escompte (Merlin). Bien des années plus tard (jusqu’au milieu des années trente), cet épisode demeurait un élément biographique important : les dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur d’au moins trois des acteurs présents mentionnèrent « la défense du consulat44 » qui constituait ainsi un facteur important de distinction et de valorisation de soi au sein de la société coloniale. Dans un registre différent mais assez proche, nous avons par ailleurs déjà évoqué la figure de Lassalas, émissaire de la Compagnie Marocaine dans le Sud marocain, entre Marrakech et Agadir. On ne saurait enfermer ces personnalités dans l’une ou l’autre des catégories dans lesquelles Y. Knibiehler range les migrants français après 1912 : d’un côté les « aventureux », célibataires pragmatiques et opportunistes dont le projet est souvent voué à l’échec et, de l’autre, les « bâtisseurs », soutenus par des forces puissantes (banques, compagnies…) et par la conjonction d’un double désir, celui de l’ailleurs et celui de la réussite45. Dans ce Maroc d’avant 1907, vouloir bâtir (un réseau commercial ou un patrimoine foncier…) exigeait de renoncer à la sécurité personnelle et postulait la possession sinon d’une âme, du moins de qualités d’aventurier : quitter la France pour représenter une association de capitalistes huppés (comme les fondateurs de la Compagnie Marocaine en 1902) et se retrouver prisonnier de tribus du Sud marocain en 1906 ou faire le coup de feu à Casablanca en août 1907, voilà qui n’était guère le lot habituel du représentant lambda et exigeait des directeurs de succursale des qualités bien au-delà de la simple comptabilité.

  • 46 Bourotte M., Pour coloniser le Maroc : La Chaouia agricole, Paris, Hachette, 1912, p. 5.

22Les intrusions militaires de 1907, tant au Maroc Oriental (vers Oujda) qu’à partir de Casablanca, favorisèrent un nouveau flux de migrants et d’investisseurs. Il ne s’agissait plus, cette fois, de simples négociants ou d’agents à la recherche d’un investissement agricole ou commercial mais bien de la constitution d’un premier paysage notabiliaire diversifié et structuré au sein duquel s’enracinèrent bien des fortunes urbaines et rurales du Maroc colonial. « La charrue a suivi de près les canons du Général d’Amade46 » notait Maurice Bourotte, pionnier et pilier de l’agrarisme colonial marocain, afin de souligner que les temps des aventuriers nomadisant s’achevait et que celui des constructeurs surgissaient à l’ombre des Épées. Cette rupture pouvait se lire ainsi au travers de deux signes : la création des premiers grands domaines agricoles cohérents et l’ébauche d’un premier « patronat » casablancais.

  • 47 La convention de Madrid permettait depuis 1880 (sous réserve d’une autorisation du sultan) l’exerc (...)
  • 48 BOPM no 22 du 28 mars 1913, « Étude sur la Chaouia agricole ».
  • 49 Pascon P., Le Haouz…, op. cit., p. 446 et 448.
  • 50 BOPM no 301 du 29 juillet 1918 : avis de réquisitions foncières sur Oujda no 146 à 152.
  • 51 Jary G., Les Intérêts…, op. cit., chap. II.
  • 52 Smaili A.M., Les Années terribles du Maroc Oriental (1844-1945), 2 vol., Éditions Ben Mimoun pour (...)
  • 53 Il convient toutefois de nuancer ce décalage des prix en soulignant la différence de qualité des t (...)

23Avant 1912, les Européens s’étaient constitué un patrimoine foncier d’environ 50 000 hectares de terres47. Lors de l’établissement du Protectorat, la région de la Chaouia comptait déjà près de deux cents propriétés européennes (dont cent vingt-sept appartenaient à des Français) qui s’étendaient sur 24 000 hectares48. Dans la région de Marrakech, P. Pascon remarque que plus de la moitié (53 %) des terres saisies par la colonisation privée furent acquises avant 191249 (il donne une estimation de 4 000 hectares pour les propriétés européennes en 1914). Dès les années 1907-1910, les capitaux algériens se déversèrent dans la région d’Oujda et Berkane. Anecdotique mais révélateur, on trouvait ainsi l’exemple de deux propriétaires-spéculateurs de Tlemcen, Escalle et Havard, qui achetèrent, en 1910, des terrains situés autour du camp militaire d’Oujda50. En zone rurale, des investisseurs originaires de l’Oranais emboîtèrent le pas aux troupes de Lyautey entre 1909 et 1911. La plaine des Angad, autour d’Oujda, et surtout celle des Triffa, riche des alluvions de la Moulouya mais coincée entre la mer et les monts des Beni Snassen, furent investies dès 1909 : G. Jary estimait, en 1911, à 15 000 hectares la superficie sous le contrôle de capitaux algériens autour de Berkane51. Examinons quelques cas individuels afin de saisir l’ampleur et la particularité de ce marché foncier : Ramon Perez, originaire de Saint Denis du Sig, au sud d’Oran, acheta près de 1 000 hectares dans les Angad ; les frères Besson, qui devaient s’associer, ultérieurement, aux familles Borgeaud et Brissonet, investirent, dès 1909, en se portant acquéreurs de plus de 2000 hectares situés dans les deux plaines. Le prix de la terre y était incomparablement plus bas qu’en Algérie voisine et aiguisait l’appétit des spéculateurs sinon des agriculteurs : alors que l’hectare se négociait autour de 1 000 francs en Oranie, le Maroc Oriental avant 1914 proposait des terres entre 50 et 100 francs l’hectare. Des exemples de transactions, en mars et avril 1909, sous la forme de contrats « triangulaires » (c’est à dire signés par un prête-nom algérien pour un acquéreur français et cela afin de contourner les règlements fonciers marocains) montrèrent ainsi des cas limites : Victor Lambert devint propriétaire de 402 hectares dans la plaine des Triffas contre une somme équivalant à environ 4 000 francs ; Decaillet et Leveau obtinrent 240 hectares contre 1 500 francs52. Nous constatons ici des prix à l’hectare compris entre six et dix francs, plus de cent fois inférieurs à ceux pratiqués en Algérie53 !

  • 54 LH « Maurice Bourotte », « Tiburce Carteaux », « Auguste Krauss », « Émile Pagnon » et « Jules Pas (...)
  • 55 Nantes, APM Oujda 52 « Notice sur l’exploitation de M. Krauss au Metroh » (23 juin 1915).
  • 56 Navarre A., Un Voyage au Maroc, Paris, Delagrave, 1913, chap. VII, p. 143.
  • 57 Bourotte M., Pour Coloniser…, op. cit.

24Cependant la spéculation n’explique pas tout et des agriculteurs soucieux de construire une véritable exploitation prirent également pied, au Maroc Oriental ou en Chaouia. Les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur permettent de repérer cinq agriculteurs-propriétaires installés au Maroc avant 1912. Premier constat, l’importance des « Algériens » dans cette primo-colonisation est à relativiser : un seul de ces propriétaires était natif d’Algérie (Auguste Krauss). Deuxième constat : l’Algérie demeurait tout de même une « médiatrice » d’importance. En effet deux d’entre eux (et peut-être un troisième) firent leurs premières armes agraires en tant que colon en Algérie : Émile Pagnon y effectua son service militaire entre 1897 et 1900 avant d’obtenir un lot de colonisation à Chanzy, dans la région de Sidi Bel Abbés en 1905 ; Tiburce Carteaux exploita plusieurs concessions au Nord d’Orléansville à partir de 1889 ; quant à Jules Pascalet, qui fit partie des troupes de Lyautey dans le sud-Oranais entre 1906 et 1910, il est probable (mais la chronologie est ici douteuse) qu’il exploita une propriété à Saida avant de s’installer au Maroc. Troisième constat : l’importance des cursus scolaires dans la mesure où deux d’entre eux avaient effectué des études supérieures (Maurice Bourotte était diplômé de l’École Coloniale d’Agriculture de Tunis et Jules Pascalet de l’ESC de Marseille54). Expérience algérienne (trois et peut-être quatre, sur cinq) et, secondairement, expérience universitaire (deux sur cinq) : tels semblaient être les soubassements sociaux et culturels de ces futurs notables. Au-delà de ces constats, les moyens qu’ils mirent en œuvre pour s’installer au Maroc furent plus contrastés. Krauss, propriétaire et conseiller municipal à Aïn Temouchent, entre Oran et Tlemcen, constitua dès 1910 une immense propriété, quasi-latifundiaire, de près de 8 000 hectares, qui ne fut que progressivement défrichée par une main d’œuvre nombreuse qu’il fit venir d’Espagne55. Tiburce Carteaux, doyen du groupe (il aborda le Maroc, en 1908, à l’âge de cinquante-trois ans), se limita à de petites propriétés (à Mérada, Guercif puis Bouznika). Émile Pagnon commença assez modestement en exploitant deux fermes dans la région de Berkane à partir de 1909 avant de quitter cette région en 1914 pour s’installer sur plus de 600 hectares autour de Meknès. Enfin, Maurice Bourotte, sans doute le plus « médiatique » de tous mais pas forcément le plus influent, était visité comme un oracle par des journalistes-voyageurs curieux de découvrir cet « ingénieur agricole qui dirige depuis plusieurs années des exploitations agricoles en Chaouia56 ». Il devait cette reconnaissance au fait qu’il était l’auteur d’un des premiers bréviaires destinés à l’agriculteur-colon européen (Pour coloniser le Maroc57, en 1912) et à sa triple casquette de propriétaire, d’agronome et de représentant de multiples investisseurs (qui s’étaient regroupés au sein de la société agricole de la Chaouia).

  • 58 Rivet D. « Mines et politiques au Maroc (1907-1914) », RHMC, t. XXVI, oct.-déc. 1979, p. 559-578.
  • 59 LH « Dorée ».
  • 60 Rivet D., Lyautey…,op. cit., p. 50-51 et note 322 p. 88.
  • 61 LH « Dorée ».
  • 62 LH « Dorée » et D. Rivet, Lyautey…, op. cit., t. I, p. 190-191.
  • 63 LH « Boisset ».
  • 64 Les Guides bleus : Maroc, 8e édition, Paris, Hachette, 1954, p. 276.
  • 65 Visitant Rabat à la veille de la Première Guerre Mondiale, le Bônois Oscar Damichel s’émerveille d (...)
  • 66 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. I, p. 89.

25La charrue ne fut pas la seule à suivre le sabre. L’intrusion militaire entraîna aussi une ruée sur le Maroc intérieur, celui des mines58 et des tribus. Une illustration en est fournie par le parcours de Marius Dorée que Campredon croisa à Mogador vers 1910-1911. Son dossier de candidature à la Légion d’Honneur59 nous donne peu de renseignements sur son passé pré-marocain : il naquit en 1879, à Romans et obtint (sans nulle autre précision) un diplôme d’ingénieur. Son premier contact avec le Maghreb fut à l’occasion de son service militaire en Tunisie. Ensuite il séjourna en Algérie entre 1903 et 1910 (à titre militaire ? civil ?) avant d’arriver au Maroc en décembre 1910. Les notes jointes au dossier par les services du renseignement du Maroc suggéraient une double casquette : officiellement Marius Dorée travaillait pour l’Union des Mines Marocaines (un consortium bricolé par Schneider et Krupp pour damer le pion aux entreprenants frères Mannesmann60) et se livrait à la prospection minière (c’est ainsi que Campredon le décrit). Officieusement, Dorée, sans nul doute arabophone voire berbérophone, informait les militaires français des soubresauts du Maroc intérieur, et n’hésitait pas à user de l’« ascendant qu’il exerce sur les chefs indigènes61 ». Ce fut un véritable « agent de pénétration » dont Lyautey reconnut lui-même le rôle dans la harka du printemps 1913 contre les menées d’El Hiba62. Ce profil est à rapprocher de celui de Louis Boisset63, Français d’Algérie né en 1878 à Médéa, agent consulaire à Ksar el Kebir qui s’établit en tant que propriétaire terrien dans le Nord du Gharb (c’est autour de son exploitation que se développa la ville de Souk El Arba du Gharb64). Daniel Rivet suggère que comme Leriche65, vice-consul à Rabat, Boisset mit à profit ses fonctions diplomatiques afin de se constituer un véritable patrimoine foncier66. Comme Dorée, il joua un rôle d’intermédiaire entre les militaires français et certains caïds de la région et profita sans nul doute de cette position afin d’acquérir des terres.

  • 67 Jary G., Les Intérêts…, op. cit., p. 120.
  • 68 Certes, bien des voyageurs marquèrent leur déception (Weisberger en 1900, Bensusan en 1904, Bourdo (...)
  • 69 Cohen et Eleb, Casablanca…, op. cit., p. 39-40.

26Si Dorée prolongeait ainsi quelque peu le type colonial du colon aventurier, construisant sa fortune et son destin à la jointure du commercial, du militaire et du politique, l’impression d’un Maroc s’épanouissant sous la protection française émaillait déjà, avant 1912, les récits publiés en métropole. G. Jary, visitant le Maroc en 1910, faisait part de son ravissement en découvrant Casablanca où l’« on se sent en France67 », nuançant ainsi toute une littérature brodant sur le thème du Casablanca précolonial comme ville pouilleuse et décatie, thème fort en vogue dans les années dix et vingt68. Sous la houlette d’un militaire français, en charge des services municipaux, la ville, longtemps réputée insalubre, évolua : le banquier lyonnais Antoine Mas y acheva, en 1909, le premier immeuble de rapport ; les Anglais G. et H. Fernau établirent des lotissements urbains dans un contexte de spéculation foncière effrénée ; le Français Lendrat les imita dans le lotissement des Roches-Noires et la famille Ferrieu, forte de son ancienneté et de son expérience casablancaise, réorienta ses investissements du négoce de la laine vers l’immobilier69.

  • 70 Nantes, APM CC 382 et LH « Philip ».
  • 71 Penz, C., Trentenaire…, op. cit.

27Passé 1907, Casablanca connut ainsi une première effervescence. Alors que le négoce et la spéculation foncière continuaient, de nouvelles activités proliférèrent, des réseaux commencèrent à se structurer et une notabilité urbaine s’esquissa. Dès 1907, une Société de Bienfaisance et d’Entraide vit le jour sous la houlette d’Antoine Philip, agent de la Compagnie Paquet, qui la présida à partir de sa fondation70. Le 3 décembre 1908, un embryon de chambre de commerce se réunit sous le nom de « Société pour le Développement du Commerce français au Maroc » et permit la fusion des représentants des deux capitalismes, celui, ancien et encore nettement majoritaire, des négociants-spéculateurs et des représentants des compagnies (Philip, Alexandre, Bernaudat, Darrigues, Lendrat, Domény, Foulhouze, Fournet, Molliné) et celui, plus neuf et encore fort restreint, des industriels (Bouvier, Veyre71). Les premiers gardaient encore la préséance en obtenant la présidence mais devaient céder aux seconds la vice-présidence, occupée par Gabriel Veyre.

  • 72 L’Essor industriel de Casablanca, Éd. de la Vigie marocaine, 1914 (BGP, C8502). Ce document présen (...)
  • 73 LH « Pierre Fayolle ».
  • 74 Leyris de Campredon, Quarante-cinq…, op. cit., chap. III et LH « P. Bouvier ».

28En effet quelques industries s’implantèrent à Casablanca à partir de 190772. Des scieries, des ateliers de mécanique, des minoteries, des entreprises de travaux publics… Elles prospérèrent non seulement parce qu’elles s’appuyaient sur l’expansion démographique et urbaine (encore timide) mais surtout parce qu’elles étaient stimulées par le marché des fournitures militaires induit par la présence du corps expéditionnaire français du Général d’Amade. Ainsi l’ingénieur Pierre Fayolle, qui débarqua en 1910 pour fonder une entreprise de travaux publics (construction de routes, viabilisation de quartiers urbains73…), Paul Bouvier (que Campredon avait déjà rencontré à Marrakech en 190774 et qui devint à Casablanca, dès 1908, propriétaire d’une des premières minoteries de la ville) ou encore Rebulliot qui lança sa scierie en 1909.

  • 75 LH « Dufeix ».
  • 76 LH « H. Grail ».
  • 77 Penz C., Trentenaire…, op. cit.

29Cette composante patronale n’était pas le seul élément d’une élite en train de se constituer : des fonctionnaires (outre les militaires) attachés au contrôle de la dette (comme le receveur des douanes Dufeix75), des avocats (H. Grail76), des journalistes (C. Houel fit paraître le premier numéro de La Vigie Marocaine le 24 novembre 190877) diversifièrent cette microsociété casablancaise et lui donnèrent l’aspect d’une véritable société coloniale. Outre ses premiers réseaux (corporatifs et caritatifs, l’un allant rarement sans l’autre), des premiers signes d’une notabilité quasi institutionnelle apparurent au travers de la mise en place de la fonction de juge au tribunal consulaire. Il ne s’agissait point d’un magistrat métropolitain détaché mais d’une structure juridictionnelle, placée sous la présidence du consul et dont les juges assesseurs étaient choisis parmi les Français de Casablanca : Antoine Philip (décidément omniprésent) ou encore Gaston Bernaudat et Paul Bouvier assumèrent ainsi la première charge notabiliaire (en dehors du consulat) parmi les Français du Maroc.

  • 78 Nantes, APM CD 350 E, sous-dossier E.
  • 79 Nantes, APM CC 382, dossier LH « Robert Boulle ».
  • 80 Nantes, APM Marrakech 926 (1913-1916).
  • 81 Munoz S., op. cit. et Kniebiehler Y, Emmery G. et Leguay F., Des Français au Maroc, Paris, Denoël, (...)

30Remarquons, in fine, que la superposition de ces vaguelettes migratoires pré-coloniales donna également naissance à l’inévitable catégorie des « inclassables ». Nombre de « vieilles familles françaises » de Mogador s’adaptèrent au nouveau cadre colonial qui commençait d’enserrer le Maroc au-delà de 1906 : un des fils Jacquetty devint directeur de la Compagnie Marocaine à Mazagan78. Robert Boulle79, né à Marseille en 1862, arriva au Maroc pour représenter la Compagnie Paquet d’abord à Casablanca (1889-1892) puis à Mogador à partir de 1892 (où il exerçait, selon Campredon, toujours la même fonction en 1905) ; il apporta son aide (et sa médiation) dans la mise au pas militaire des régions du Sous, en 191480. Gaston Bernaudat représentait un cas intermédiaire : venu au Maroc en tant qu’instructeur militaire dès 1897, il se maria avec Camille Mantel, fille de l’interprète du consulat de France à Mogador et cousine de Joseph Brudo (agent consulaire à Mazagan). Il quitta l’armée pour créer, dès 1904, une agence de la Compagnie Marocaine à Rabat81. Son parcours le positionnait à l’intersection d’au moins trois coulées migratoires : celle, commerçante, qui s’établit dans « l’échelle » de Mogador ; celle, diplomatico-militaire, de la fin du XIXe ; et enfin celle, capitaliste et financière, qui s’épanouit à partir des premières années du XXe siècle.

  • 82 Jacquier P. et Pranal M., Gabriel Veyre, opérateur Lumière. Correspondance (1896-1900), Arles, Act (...)
  • 83 G. Jary, Les Intérêts…, op. cit. chap. IV.
  • 84 BOPM no 276 du 4 février 1918, Req. 1307 (C) et BOPM no 318 du 25 novembre 1918 Req 1846 (C) à 185 (...)
  • 85 BOPM no 286 du 15 avril 1918 Req 1242 (C) : il s’agit d’un terrain de mille mètres carrés acheté a (...)
  • 86 LH « Veyre » (notices et lettres de soutien de 1904 à 1914) ainsi que le livre écrit par G. Veyre (...)
  • 87 LH « Veyre », lettre de St René Taillandier à Delcassé du 13 avril 1905.

31Cependant l’exemple le plus emblématique de cette catégorie était sans doute celui de Gabriel Veyre, dont le nom est aujourd’hui attaché à l’histoire marocaine comme celui qui fut le pionnier de l’image (tant photographique que cinématographique) au Maroc82. Pour qui écrivait sur Casablanca avant 1912, il était presque un passage obligé : la description des activités multiples du « docteur » Veyre. G. Jary, vers 1910, les donnait en exemple même du succès des Français au Maroc avec une minoterie, une scierie, une fabrique de pâtes et une de glace, une forge et un atelier de réparation mécanique83. À cet ensemble unique en son genre, situé au bord de l’oued Bouskoura, s’ajoutaient des propriétés rurales réparties sur plus de 1 100 hectares acquis en 1908 au nord de Casablanca84, ainsi que des terrains urbains à usage spéculatif85. Un tel patrimoine, dans le Maroc d’avant 1912, était relativement exceptionnel pour un homme seul qui ne bénéficiait pas de l’appui d’une société ou d’une compagnie européenne. Derrière un tel succès, se trouvait un parcours hors du commun86 qui commença par la rencontre du jeune étudiant en pharmacie lyonnais qu’il était avec les frères Lumière. Cette rencontre bouleversa sa vie et il devint un passionné d’image. Les frères Lumière lui confièrent alors la mission, une caméra sous le bras, de propager leur invention de par le monde tout en enregistrant les premières images des pays qu’il visiterait. C’est ainsi que de 1896 à 1900, il se retrouva au Venezuela, au Mexique, au Japon… Ce fut toujours le cinématographe qui lui permit d’entrer à la cour chérifienne en 1900 afin de rassasier la curiosité légendaire (et pour beaucoup dispendieuse et incongrue) du sultan Moulay Abdelaziz. Selon le député Plissonier (qui soutint sa candidature à la Légion d’Honneur en 1909 et 1912) il mena auprès du sultan, à Fès et Marrakech, une double activité entre 1900 et 1907 : grand pourvoyeur de distractions technologiques en provenance d’Europe, il était aussi, plus discrètement, ce qu’on nommait « un agent d’influence » français. Saint René Taillandier, ambassadeur de France à Tanger en 1905, était plus réservé sur le personnage : il le décrivait comme un opportuniste ayant profité des faiblesses du Sultan –faisant ainsi « le jeu de la politique anglaise »– et démentait toute connivence de ses services avec Veyre : « Nous n’avons jamais commis l’imprudence […] de nous servir d’éléments aussi peu sûrs et de risquer de nous solidariser ainsi devant la population indigène avec des exploiteurs qui lui étaient souverainement odieux87. » Taillandier précisait aussi que le Sultan s’était lassé de Veyre qui avait quitté la cour de Fès à l’été 1903, pour revenir en février 1904 afin d’« assurer le fonctionnement d’une machine à glace ». Cependant la conclusion de l’ambassadeur était à la fois brutale et ambiguë :

  • 88 Ibid.

« Nous ne pouvons donc plus avoir à utiliser son concours. J’ajoute qu’il eût été tout à fait illusoire : adroit mécanicien et habile glacier, M. Veyre ne connaissait pas l’arabe et ignorait tout du pays. Il n’eût donc été à même, à aucun point de vue, d’entretenir le souverain de questions d’ordre général […] et c’est par une véritable mystification qu’il est arrivé à se parer dans certains milieux coloniaux d’une situation et d’une influence personnelle qu’il n’a jamais possédées88. »

32La première phrase suggère bien que Veyre fut sans doute « approché » afin d’agir pour le compte de la diplomatie française en des temps où l’accès à la cour chérifienne n’était pas commode et où il convenait d’opérer discrètement, à l’insu des chancelleries européennes. Cependant, le texte du diplomate dénotait un certain agacement à l’égard des initiatives privées qui, dans un contexte aussi tendu que celui du Maroc du début du XXe siècle, pouvaient interférer sur la politique diplomatique de la France. Il n’en demeure pas moins que ce fut de toute évidence la position unique de Veyre à la cour chérifienne durant quelques années qui lui permit de jeter les bases de son patrimoine. Il devait ses terres au Sultan et nul doute qu’il obtint des capitaux en faisant miroiter aux éventuels banquiers en quête de placement la sûreté de sa position, garantie par sa connivence avec le sultan. En ces temps pré-coloniaux, Veyre joua d’un capital fort rare et dont la possession comblait d’aise les investisseurs européens : la sécurité.

33Même si ces communautés françaises antérieures aux Protectorats devaient être quantitativement assez vite submergées par des vagues migratoires postérieures ou encore une politique de naturalisation, il n’en demeure pas moins qu’elles furent le terreau d’une première configuration notabiliaire. En Tunisie, cette configuration se fit autour d’un noyau de notables méridionaux à la conscience de groupe déjà partiellement structurée et dont la cohésion interne se renforçait au travers de pratiques matrimoniales endogames et d’une esquisse de « créolisation » méditerranéenne. Au Maroc, même si l’on peut retrouver, à Mogador ou Mazagan voire Casablanca, des configurations sociales proches de celles de la Tunisie (mais plus fragiles tant quantitativement que qualitativement), celles-ci furent rapidement effacées par le renouvellement social et humain de ces communautés initié par les appétits multiformes suscités par le Royaume chérifien entre la fin du XIXe et 1912. Ici, point de conscience de groupe avant l’heure ; mais des individus qui, mûs par l’appât du gain ou l’attrait de l’aventure, tentèrent de s’enraciner. Avant d’être un cadre apaisé pour familles enrichies, le Maroc fut un théâtre stimulant pour aventuriers égoïstes.

34Dans ces groupes humains pré-coloniaux, l’élaboration de la figure du notable devait se faire, comme en métropole, à la jointure de la réussite socio-économique, du dévouement à la communauté et du service de l’État : députés de la Nation à Tunis, juges des tribunaux consulaires à Casablanca, charges consulaires en Tunisie comme au Maroc. Cependant, remarquons bien qu’il s’agissait ici d’un service à un État absent, ou du moins fort éloigné, et du dévouement à une communauté réduite. Dans ce cadre, il n’était pas certain que les mentalités, les réflexes idéologiques ou encore les stratégies sociales liés à ces fonctions émanaient d’une puissante volonté d’exercer un magistère public. Plus sûrement, il s’agissait de matérialiser voire de consolider, via l’exercice de ces charges, la réussite d’un parcours économique. Plus qu’un élément de pouvoir, ces notables recherchaient une forme symbolique de reconnaissance de la part de leur patrie d’origine ; reconnaissance qui participait également, par bien des côtés, au maintien de leur prospérité économique et pouvait leur garantir une certaine sécurité (individuelle, matérielle…) à l’égard des pouvoirs locaux (Caïds ou Pacha, gouvernement beylical ou maghzen marocain).

Destins coloniaux du monde des Échelles

  • 89 Goulven J., « L’établissement… », art. cit., p. 393.
  • 90 L’incertitude sur les dates provient de légers désaccords dans nos sources. Pour Philip, la date « (...)
  • 91 Tout en restant présents : Philip siégeait toujours à la CCI de Casablanca dans les années vingt ( (...)
  • 92 Nantes, APM DI 151.

35Ces notables, installés en Tunisie et au Maroc avant même les Protectorats, ne connurent pas un destin identique après 1881 ou 1912. Dans un article de 1918, Joseph Goulven décrivait la grandeur et la décadence de la famille Redman. Négociants et propriétaires terriens depuis la première moitié du XIXe, les Redman virent leur « influence [s’atténuer] beaucoup depuis que l’immigration européenne avait commencé à se développer à Mazagan » et « mêlés à la masse des arrivants, ils ne devaient plus, dans l’avenir, occuper de situation prépondérante dans la colonie en voie de formation89 ». Les plus anciennes familles françaises, celles qui s’étaient implantées à Mazagan ou Mogador, s’éclipsèrent progressivement du monde des notables ; peut-être se maintenaient-elles dans la sphère économique, mais après 1920, Isaac Brudo, qui présida aux destinées de la chambre de commerce de Mazagan et qui appartint à la commission municipale de cette ville jusqu’en 1920, disparaît de nos sources. Les familles Ferrieu, André, Jacquetty, Leriche… n’occupèrent plus que des positions subalternes (des vices-présidences de syndicats d’initiative, un strapontin dans une chambre consulaire…). De même, ceux qui arrivèrent au Maroc à la fin du XIXe, s’imposèrent dans le paysage notabiliaire des premières années du Protectorat sans pour autant voir leur influence s’enraciner durablement du moins en ce qui concerne les notabilités urbaines. Ce fut vers eux que la Résidence, presque naturellement, se tourna lors de la création des premières chambres consulaires et des premiers organismes locaux. Antoine Philip (au Maroc dès 1892 ou 1893), Gaston Bernaudat (au Maroc depuis 1897), Henri Amieux (au Maroc depuis 1903 ou 190490) furent emblématiques de ce moment historique. Les deux premiers furent choisis pour être membres, dès 1913, des premières commissions municipales, ainsi que désignés au poste de vice-président respectivement de la chambre de commerce de Casablanca et de la chambre d’agriculture de Rabat à un moment où celles-ci étaient encore présidées par le consul et où la fonction de vice-président (nommé) équivalait à une fonction de représentation primordiale pour la colonie française. Le troisième fut le premier président de la chambre d’agriculture de Casablanca et la Chaouia durant le même laps de temps. Leur carrière postérieure pâtit-elle de cette préférence résidentielle ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils disparaissent de l’horizon des notables importants dès la mise en place de chambres élues en 191791. En revanche, l’importance des notables agrestes arrivés avant 1912 prit de l’ampleur sous le Protectorat : dans les années vingt, Émile Pagnon présida la chambre mixte de Meknès et Auguste Krauss celle d’Oujda ; quant à Jules Pascalet, il devait être élu à la présidence de la chambre d’agriculture d’Oujda en 193692, près de trente après son arrivée au Maroc. Incontestablement, le monde agricole du Maroc intérieur et oriental considérait la patine pré-coloniale comme une valeur positive ; ce qui ne semblait point du tout être le cas des mondes commerçant et agricole de la Chaouia et du Gharb qui écartèrent les « Vieux Marocains » de leur instance de représentation. Soulignons dès à présent ce contraste, que nous retrouverons en d’autres occasions, entre plusieurs styles de société coloniale, et partant, de notables coloniaux selon que l’on considère le Maroc occidental, capitaliste à l’excès et à la sociologie tourbillonnante, et un grand Maroc oriental, de Meknès à Oujda en passant par Fès, aux évolutions plus lentes. Remarquons, pour clore ce point, qu’il existait une autre différence entre les trios Bernaudat / Philip / Amieux d’une part, et Pagnon / Pascalet / Krauss d’autre part : alors que les trois premiers étaient avant tout les représentants de grands intérêts métropolitains (la Compagnie Marocaine pour Bernaudat, la compagnie Paquet pour Philip ; pour Amieux, exploitant agricole, cela est moins évident même si son installation précoce au Maroc sous-entendait un étayage par des capitaux), les trois autres étaient des propriétaires exploitants, nimbés de l’auréole des pionniers (au sens quasi-américain du terme) : parmi l’électorat consulaire cette parure de self made man était plus valorisante que celle offerte par une certaine connivence avec Schneider, Paribas ou la Résidence.

36En Tunisie, la situation, sans être l’inverse de celle du Maroc, présentait quelques points spécifiques. Comme au Maroc, la Résidence s’appuya, lors des balbutiements du Protectorat, sur ces réseaux de négociants déjà implantés dans la Régence. Raymond Valensi et Thomas Gandolphe furent choisis pour les vices-présidences des municipalités de Tunis et Sousse ; la première chambre de commerce, certes élue, disposait, lors de sa mise en place, d’un appui résidentiel et était peuplée de négociants tunisois, issus des familles « illustres », parfois honorées par le passé par un titre de député de la Nation (Chapelié, Dumergue, Chabert, Huc, Ventre). Cependant, cette prééminence des « Vieux Tunisiens » ou des clarissimi du fondouk des Français constituait une exception tunisoise que l’on ne retrouvait pas, au-delà des années 1890, dans les autres villes de la Régence : la présence des Gandolphe s’atténue dans nos sources après 1894 au niveau local (Sousse ou Tunis) et après 1895 au niveau de la Conférence Consultative ; un Allegro siège toujours à cette conférence en 1904, mais disparaît au-delà, peu après la mise en place de la réforme de cette instance par Pichon et l’instauration des élections. Nulle part nous ne voyons d’autres dynasties de notables comme les Saccoman, les Rousseau, les Monge prendre appui sur les structures politico-administratives du Protectorat afin de renforcer leur stature de notable. S’agit-il d’une extinction du nom via l’absence d’héritier mâle ? Ou bien d’une concentration exclusive sur les affaires, consécutive à la hausse de la concurrence drainée par le Protectorat ? En tout cas, seule Tunis semblait faire exception : encore convient-il ici de distinguer les parcours individuels et les continuités familiales. Globalement, il semblerait que, dans la capitale, seul le décès pouvait interrompre à la fois la position notabiliaire d’un individu ainsi que celle de sa famille : Pierre Chabert présida la CCI de Tunis en 1898 et fut nommé au poste de vice-président de la commission municipale de la même ville de 1911 à sa mort, en 1927, à l’âge fort respectable de quatre-vingt-cinq ans. Césaire Dumergue, vice-président de la chambre de commerce en 1885, précéda Chabert à la vice-présidence de la municipalité de Tunis (1906-1911).

37Cependant, au-delà des individus eux-mêmes, nous n’apercevons dans nos sources aucune continuité familiale. La seule exception, à la fois individuelle et dynastique, d’une continuité de pouvoir et d’influence entre l’avant et l’après 1881, est constituée par la famille Ventre. L’oncle, Auguste, fut le premier président de la chambre de commerce de Tunis en 1885 (et le demeura, par intermittences, jusqu’en 1896) ; son neveu, Jean, avocat de formation, fut happé par les affaires familiales et occupa la même charge consulaire de 1926 à la fin des années 1930. Nous avons là une double continuité remarquable et unique à l’échelle des deux Protectorats : d’une part une succession familiale d’une fonction économico-politique de premier ordre mais également une domination notabiliaire qui perdure par delà la coupure de 1881. L’ampleur du réseau de ces négociants provençaux, la (possible) bonne santé financière de leur entreprise, leur capacité individuelle d’adaptation à des cadres de pouvoir et d’influence différents, ainsi qu’une attitude toujours conciliante avec la Résidence –dont le projet initial était de faire des présidents de la chambre de commerce de Tunis les successeurs des députés de la Nation– facilitèrent sans conteste cette permanence des Ventre. Sans oublier le fait que les mutations socio-économiques qui affectèrent l’élaboration du corps de notables de cette ville, sans être marginales, n’étaient nullement comparables à celles qui décidaient de la croissance de Casablanca : Tunis constituait ainsi une sorte d’îlot au sein duquel se maintenaient, au prix de quelques mutations et concessions, des positions sociales et politiques acquises avant l’installation du Protectorat. La « génération 1840 » (Dumergue était né en 1840, Chabert en 1842, Auguste Ventre en 1845) maintint ainsi une présence tutélaire exceptionnelle sur la ville jusqu’au milieu des années vingt (Auguste Ventre décéda en 1924 ; Chabert disparut, alors qu’il dirigeait toujours la municipalité, en 1927, de même que Dumergue en 1931), et ne s’effaça que pour mieux laisser la place à la génération de notables suivante (élection en 1926 de Jean Ventre à la présidence de la CCI de Tunis), descendante en ligne directe des négociants de la « Nation française » de Tunisie.

  • 93 Lambert 1912.

38En Tunisie comme au Maroc, avant la signature des traités de protectorat, les personnages autrefois prépondérants, négociants pour la plupart et qui avaient table ouverte chez les consuls, furent assez généralement marginalisés dans le champ du pouvoir et de l’influence. Dans le dictionnaire Lambert de 1912, sur les cent soixante-dix-neuf personnes que nous avons retenues pour notre étude, seules dix sont nées en Tunisie avant 1881. Sur ces dix notables, il n’y avait aucun agriculteur mais six commerçants ou négociants ; sur neuf autres notables pris dans le même dictionnaire, nés en France, mais arrivés avant 1881, on ne trouve qu’un seul agriculteur. Le monde des échelles, une génération après la signature du Protectorat, cet univers de négociants et de commerçants, était toujours présent mais quantitativement marginalisé. Il le fut, d’ailleurs, dès les premières années du Protectorat : en se fondant toujours sur le dictionnaire Lambert de 1912, si l’on porte le regard sur ceux qui arrivèrent immédiatement après l’installation française (en gros les années 1881-1883), on note vingt-trois noms dont le profil socio-économique était plus varié : les négociants et commerçants font alors jeu égal avec les agriculteurs (six représentants chacun) suivis, de loin, par des ingénieurs ou de jeunes diplômés employés par des sociétés françaises (trois représentants) et enfin des catégories (ayant un ou deux représentants) préfigurant une diversification sociale de la colonie française : avocats, professions médicales, entrepreneurs et industriels, militaires, employés93.

  • 94 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1er janvier 1931) des associations autorisées en vertu du dahir du (...)
  • 95 Nantes, APM Casablanca 26, note du 26 avril 1926 (sur une messe à la mémoire de Philippe d’Orléans (...)
  • 96 Rabat, AP B 39 et Brochier « Gieure P. »

39Au Maroc, que devenait cet univers des « Vieux Marocains » dont nous venons de tracer les grands axes ? Certains tentèrent de se draper dans une forme de noblesse, celle des pionniers, des initiateurs, de ceux qui n’eurent jamais besoin de l’État français pour réussir aux colonies. Ils se regroupèrent dans une association faisant du statut (car cela se voulait tel) de « Vieux Marocains » l’étendard de leur supériorité : l’entreprise eut un certains succès (ce qui laisse déjà planer un doute sur la réalité que recouvrait cette auto-désignation, étant donné le faible nombre de Français au Maroc avant 1911) : en 1931, ces « groupements des Vieux Marocains » constituaient le deuxième réseau régionaliste du Maroc avec six sections locales (de la plus ancienne, Meknès, autorisée dès 1925, à la plus récente, Casablanca, fondée en 1930, en passant par Rabat, Fès, Mazagan et Kénitra) juste derrière les associations corses (avec neuf sections) et devant celles des Français d’Algérie (cinq sections94). Cependant l’épithète de « Vieux Marocains » était parfois quelque peu frelatée : dans les années 1930, le responsable de la section de Rabat était le docteur P. Gieure, royaliste et proche de l’Action Française95, Parisien de naissance, ancien conseiller municipal d’Oran, et qui n’arriva au Maroc qu’en 191296. Malgré cela, ceux qui parvenaient à s’adjoindre la qualité de « Vieux Tunisien » ou de « Vieux Marocain » disposaient d’un certain vernis. Un vernis assez limité, il est vrai : tout juste maintenaient-ils autour d’eux une sorte d’aura qui les faisait encore désigner dans le rôle de « doyen » de la colonie, préposé aux discours de vœux du 1er janvier ou du 14 juillet. De fait, ce monde du négoce, lointain héritier des échelles, reculait, dans le champ de l’action publique et de la représentation, face à la montée de ces « classes nouvelles » du monde notabiliaire que constituaient les propriétaires ruraux, les entrepreneurs en travaux publics ou les industriels aux multiples affaires, sans oublier les avocats ou les patrons de presse.

40L’établissement des Protectorats entraînait ainsi la gestation d’un monde de notables polymorphes et dont il s’agit à présent de scruter les lignes de force d’abord exogènes (au travers des connexions et des réseaux qui se structurèrent par-delà la coupure de la Méditerranée), puis endogènes (en opérant une pesée statistique de notre corpus).

Résurgences de l’influence hors des Protectorats

  • 97 Antoine Colonna, au croisement des réseaux corses et du syndicalisme corporatiste des fonctionnair (...)
  • 98 On peut toutefois noter, en Algérie, un exemple assez proche de circulation politique entre l’Afri (...)

41Après 1945, dans le cadre de l’Assemblée Constituante (octobre 1945-novembre 1946) puis dans celui de l’Assemblée de l’Union Française, les Protectorats obtinrent une représentation97. Jusqu’au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, ils n’eurent aucun représentant, direct ou indirect, à l’intérieur des institutions de la République. À une exception près toutefois : celle que constitua l’élection à un siège de sénateur de Corse en 1920 de Jean-François Gallini. Ce dernier cumulait un mandat de parlementaire métropolitain et un mandat électif à la Conférence Consultative puis au Grand Conseil de Tunisie où il représentait, depuis 1896, les Français de la région de Sousse. En décembre 1922, quelques semaines avant sa mort, il était élu à la vice-présidence de ce même Grand Conseil alors même qu’il continuait à siéger au Palais du Luxembourg. Ce double mandat devait rester un cas unique98, tant en Tunisie qu’au Maroc, au grand soulagement des Résidents dont on peut supposer la gêne d’avoir à composer avec une personnalité directement impliquée dans la gestion, en amont, de la politique coloniale. Au-delà du cas Gallini, présent sur deux fronts de notabilité (et dont nous verrons, plus loin, les conséquences locales), quelle solution s’offrait à ceux qui recherchaient un appui politique en France ? Un notable vit de réseaux, s’y meut avec délectation pour conforter voire accroître son pouvoir et son influence. La question de savoir si les notables français des Protectorats disposaient de relais parlementaires n’est donc pas anodine : elle conditionnait une partie de leur stature notabiliaire et interrogeait leur capacité à faire prévaloir leur intérêts par dessus l’écran des Résidences.

Le patronage contre la représentation99

  • 99 Sauf indication différente, les informations liées aux biographies des parlementaires cités dans l (...)
  • 100 Binoche-Guedra J., « La représentation parlementaire coloniale (1871-1940) » RH, no 586, 1988, p. 5 (...)

42La possibilité d’accorder une représentation parlementaire aux Français des Protectorats maghrébins était un thème qu’abordaient parfois les élus métropolitains. Nous avons déjà évoqué l’action d’Honoré Pontois en 1890, soucieux de dynamiter la notion même de Protectorat ; il faudrait également mentionner celle des députés Soulier et Guernut en 1932100. Toutes se perdirent dans les méandres d’une vie politique française qui, majoritairement, ne souhaitait pas s’emparer d’un tel sujet. Les raisons à ce désintérêt sinon cette hostilité ne manquaient pas : peur de voir les Italiens de Tunisie réclamer une même compétence, crainte de saper les fondements juridiques du Protectorat, souhait de maintenir un primat incontestable de l’administration. Sans oublier cette suspicion à l’égard des Français expatriés –que nous évoquions en ouverture du chapitre précédent– que le juriste Rougier résumait en une phrase aussi lapidaire que sibylline :

  • 101 Rougier J. C., Précis de législation et d’économie coloniales, Paris, Éd. Larose, 1895, p. 344.

« Les éléments de population de la Tunisie sont trop hétérogènes pour qu’on puisse de longtemps l’associer à la vie parlementaire101. »

  • 102 Le compte rendu des séances existe sous la forme de deux forts volumes : Congrès de l’Afrique du N (...)
  • 103 Lambert 1912, « Arragon Henri ».
  • 104 Du moins si l’on en croit le polémiste anticolonialiste V. Spielman, in Les grands Domaines nord a (...)

43Pourtant, à maintes reprises, la revendication d’une représentation parlementaire parvenait à franchir la Méditerranée. À l’occasion de congrès coloniaux, moments rares de confrontation directe entre les élites françaises et les principaux notables coloniaux, ces derniers pouvaient faire part de certaines de leurs propositions. Une telle tribune n’était point folklorique : les groupes coloniaux du Parlement, modelés par Eugène Étienne ou Jules Siegfried, venaient y puiser, au travers d’une série de conférences, tables rondes et votes de vœux, un arsenal de propositions et une panoplie de certitudes concernant l’action coloniale de la France. Pour la première fois, en 1908, un de ces congrès fut exclusivement consacré à l’Afrique du Nord102. Des notables et des élus de l’Algérie et de la Tunisie, mais aussi des membres du Comité du Maroc, vinrent faire entendre aux éminents représentants mêlés du parti colonial (Chailley, Flandin, Guillain, Leroy-Beaulieu…) et de l’administration française (le gouverneur Jonnart, l’ambassadeur René Millet…) le récit de leurs succès et de leurs desiderata. Dans ce contexte, la question des droits politiques des Français de Tunisie ne souleva qu’indifférence polie et approbation timide de la part d’un aréopage qui semblait majoritairement séduit par la formule du Protectorat et souhaitait maintenir en lisière les velléités d’« algériser » la Tunisie. Agacé par tant d’indifférence, Henri Arragon103, médecin militaire à la retraite et notable français de Bizerte, demanda qui, en l’absence de parlementaires élus par les Français de Tunisie, pouvait défendre les intérêts de ces derniers au sein des institutions politiques métropolitaines. Ce fut le sénateur des Hautes Pyrénées, Adolphe Pedebidou (lui-même propriétaire de vastes superficies en Tunisie104…) qui lui répondit :

  • 105 Congrès de l’Afrique du Nord. Compte rendu des travaux, op. cit., t. I, p. 541.

« Il n’est un secret pour personne, qu’à l’heure actuelle, les questions coloniales ne sont pas celles qui préoccupent outre mesure le Parlement ; cependant, nos possessions d’outre-mer y comptent de zélés défenseurs. Vous y avez des amis de l’expansion française […] Est-ce que le jour où […] la Tunisie […] a eu besoin d’être défendue au Parlement, vous n’avez pas trouvé des hommes de bonne volonté disposés à présenter les doléances de nos concitoyens ? En attendant le jour où la Tunisie aura une représentation parlementaire, vous trouverez toujours des amis prêts à soutenir sa cause105. »

  • 106 LH « Aucouturier », « Lakanal », « Serres ».
  • 107 La Méditerranée illustrée no 6 du 11 juin 1921.
  • 108 La Méditerranée illustrée no 49 du 8 avril 1922.

44Dans l’esprit du sénateur pyrénéen, la pratique du patronage, en lieu et place de la représentation, était la condition sine qua non du maintien de l’esprit du Protectorat. Une telle analyse ne brillait guère ni par son audace, ni par son originalité. En revanche, elle avait le mérite de résumer ce que pensaient majoritairement les élus et hauts fonctionnaires de métropole : la Tunisie était un territoire où l’on faisait des affaires et non de la politique. Cette conception d’une bienveillance politique se substituant ainsi à l’expression politique parcourait la période et touchait toutes les tendances idéologiques. S’ériger en représentant attitré de toute ou, surtout, d’une partie de la société coloniale était un élément de valorisation d’un cursus politique. Le cas du député Michel Plaisant est assez éclairant. Une lettre de ce député du Cher figure, en signe de soutien, dans le dossier de candidature à la Légion d’Honneur de Gustave Aucouturier, président de la chambre d’agriculture de Meknès mais aussi natif du Cher. Toutefois, ce soutien ne se limitait pas à l’expression d’une simple complicité de « petite patrie ». On retrouve en effet la présence du soutien de Plaisant dans deux autres dossiers seulement : celui de Jean Lakanal (natif d’Ariège) et d’Henri Serres (natif d’Algérie). Point de solidarité berrichonne dans ces cas-là. Ce qui est remarquable dans le cas du député Plaisant c’est que les trois personnes pour lesquelles il écrivit une lettre de soutien (Lakanal en 1933, Aucouturier en 1937 et 1938, Serres en 1939106) étaient non seulement toutes trois localisées dans la région de Meknès mais aussi occupaient des fonctions consulaires de premier plan dans cette même ville : Jean Lakanal en présida la chambre mixte de 1921 à 1932, Gustave Aucouturier prit la tête de la chambre d’agriculture en 1932, aux côtés d’Henri Serres qui en fut le vice-président durant la même période. Dès lors il n’est pas absurde de conjecturer que Michel Plaisant, sans pour autant être un inconditionnel du parti colonial (sa carrière parlementaire traduisait plutôt une inclination pour le droit international et la politique étrangère), pouvait faire office de relais parlementaire des intérêts des notables Français de Meknès. Au début des années vingt, reproduisant en cela une manière d’être et de faire ruralo-métropolitaine, des élus français cherchèrent ou acceptèrent de fort bonne grâce une fonction de patronage. Aux deux extrémités du spectre politique, voici le député de la Seine Marcel Habert et le sénateur du Nord Charles Debierre. Le premier, avocat de formation, était un élu boulangiste, condamné en 1899 pour avoir suivi Déroulède dans sa tentative grandiloquente de coup d’État et réélu à l’occasion du triomphe de la Chambre « bleu horizon » en 1919. Le deuxième, professeur de médecine, cacique du parti radical et élu lillois, défenseur intransigeant de l’école laïque, libre-penseur et franc-maçon (il était un des plus hauts dignitaires du Grand Orient) était un adversaire résolu du « bloc national » dont Habert était membre. Tous deux se retrouvaient toutefois parmi les représentants du monde agraire marocain. En 1921, Habert était un des rares, si ce n’est le seul, élu de la République à arpenter les stands de la foire agricole de Fès : offrait-il ainsi ses services ou bien venait-il renforcer des liens déjà existants avec les propriétaires ruraux107 ? Quelques mois plus tard, Charles Debierre, sans que nous puissions en restituer le processus, était porté à la présidence d’honneur de la Société d’Agriculture de Marrakech108.

45Ceci dit, ces trois exemples soulèvent plus de questions qu’ils n’apportent de réponse définitive au problème du patronage politique des Français des Protectorats : non seulement ils mettent en avant des personnalités qui ne semblent avoir que de lointaines attaches (outre un clientélisme étroit assumé ou recherché) avec les Protectorats, mais ils ne paraissent véritablement toucher, de plus, que le monde agro-colonial. D’autres voies restent à explorer pour tenter d’y voir plus clair dans cet ensemble de relations parfois opaques qui reliaient les Protectorats à la métropole.

La galerie des parlementaires in partibus

  • 109 Andrew C. M., Grupp P., Kanya-Forstner A.S., « Le mouvement colonial français et ses principales p (...)
  • 110 Ageron C.R., France coloniale ou parti colonial ?, Paris, PUF, 1978, p. 144-150.
  • 111 Binoche J., Le Rôle des élus de l’Algérie et des colonies au parlement sous la Troisième Républiqu (...)

46L’intervention du sénateur Pedebidou permet de poser la question : qui étaient ces « hommes de bonne volonté » sur lesquels pouvaient s’appuyer les Français des Protectorats ? Quelques personnalités, comme Paul Leroy-Beaulieu et surtout Paul Bourde109, furent, dans le dernier quart du XIXe siècle, de fervents avocats de la colonisation en Tunisie et au Maroc. La mise en route du Comité du Maroc en 1903, institutionnalisant les « déjeuners » marocains qu’Eugène Étienne organisait depuis 1899, cristallisa une partie des énergies soucieuses de voir la France s’implanter dans le royaume chérifien110. Par commodité, il serait tentant de chercher des relais politiques métropolitains dans les groupes coloniaux qui se constituèrent à la Chambre des députés (à partir de 1892) et au Sénat (à partir de 1898). Après la Grande Guerre, la redécouverte des virtualités des colonies comme les interrogations sur leur destin, dont l’ouvrage d’Albert Sarraut en 1923, La Mise en valeur des colonies françaises, fut emblématique, conduisit les parlementaires à s’intéresser de plus près à l’Empire. Dès lors, outre l’officielle et traditionnelle Commission d’Algérie, des Colonies et des Protectorats, la Chambre des députés accueillit la formation de sous-groupes issus du groupe colonial : celui consacré à l’Afrique du Nord fut lancé dès 1919. Deux ans plus tard, Léon Baréty, député des Alpes-Maritimes, se hissait à la présidence du tout nouveau groupe du Maroc (1921) qui devint, en 1925, le groupe Maroc-Tunisie (toujours sous la houlette de Baréty111). Cependant il serait rapide et abusif d’attribuer à tous les membres de tel ou tel groupe des compétences et des liens identiques avec les Protectorats et ses notables. Devonsnous pour autant nous contenter de cette cartographie sommaire où seuls émergent, en guise de lieux de pouvoir et d’influence, quelques comités aux contours mal définis ?

  • 112 Célarié H., « Chez nos colons du Maroc », Revue des Deux-Mondes, 15 juin 1928, p. 876-904.

47Il serait fécond d’explorer cette nébuleuse des réseaux coloniaux au travers d’une question simple en apparence mais délicate à traduire au niveau historique : quels furent les parlementaires qui eurent des contacts directs avec les notables des Protectorats ? Pour tenter de répondre à cette question, il est possible de mobiliser deux grands types de sources. Il convient d’abord de rechercher dans les archives résidentielles ou dans la presse, les récits des visites que des parlementaires effectuèrent en Tunisie et au Maroc (il est évident que beaucoup d’élus métropolitains, pourtant intraitables défenseurs de l’Afrique du Nord coloniale, ne traversèrent jamais la Méditerranée). Ensuite il est utile de recenser, parmi les dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur, les lettres de soutien signées par des députés ou des sénateurs. Notons qu’une telle source n’est pas immédiatement utilisable et qu’elle nécessite d’être raffinée en prenant bien soin de ne pas comptabiliser, comme un crypto-représentant des Français de Tunisie, le député qui adresse une recommandation pour soutenir un candidat dont le seul mérite connu de lui est qu’il naquit dans sa circonscription. Ainsi Marius Dorée disposait-il, en 1930, de six lettres de soutien (ce qui était un chiffre élevé au regard des autres dossiers de candidature) ; mais il serait erroné d’y voir un symptôme de son insertion dans des réseaux de pouvoir métropolitain : cinq des six lettres étaient signées par les parlementaires de son département de naissance, la Drôme. La présence de ces lettres dans son dossier signifiait peut-être l’exemplarité, à l’échelle d’un département, de la réussite coloniale de Marius Dorée : deux ans avant l’établissement de son dossier de candidature et la rédaction de ces lettres, il était un des colons que rencontrait et citait Henriette Célarié dans un article paru dans la Revue des Deux-Mondes112. Il est probable que la mise en avant de la réussite marocaine d’un Drômois par une revue parisienne et prestigieuse attira l’attention des élus de ce département –alors même qu’ils ignoraient peut-être tout de lui quelques semaines auparavant et qu’ils ne s’étaient jamais préoccupés de politique coloniale– qui n’hésitèrent pas à le soutenir dans sa démarche honorifique (sollicités ou pas par l’impétrant, impossible de trancher). De la même façon, peut-on inférer de la présence de lettres du député de la Corse Adolphe Landry (il soutint cinq candidats de Tunisie et un du Maroc) son rôle de lobbyiste colonial quand on voit qu’il soutenait exclusivement (à une exception près) des candidats natifs de Corse ? Dans ce cas, il conviendrait mieux de mettre en avant la solidité de certains réseaux corses plutôt que d’arrimer Landry au parti colonial. Nous ne saurions toutefois faire de la concomitance du département natal du candidat et du département d’élection du parlementaire un critère absolu de suspicion au risque de négliger certaines connivences remarquables comme le montrait l’exemple, précédemment envisagé, du député Michel Plaisant.

  • 113 Bourdet C., « Les maîtres de l’Afrique du Nord », Les Temps modernes, no 80, juin 1952.

48En tenant compte de ces précautions, nous avons retenu pour notre étude cent quarante-huit lettres de soutien écrites par cent deux élus (députés ou sénateurs), répartis dans soixante-cinq dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur (trente-quatre pour la Tunisie et trente-et-un pour le Maroc) conservés aux archives du Quai d’Orsay et s’échelonnant du début des années vingt jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale (avec toutefois une plus forte présence des années trente, période de redécouverte intense et presque frénétique des virtualités impériales). Un constat liminaire s’impose : le nombre de notables – candidats appuyés par des élus métropolitains ne constituait pas la majorité du groupe. Seuls 39 % d’entre-deux semblaient en mesure de se réclamer d’un député ou d’un sénateur ; encore ce nombre s’abaisse-t-il si l’on considère uniquement le Maroc où à peine un tiers des candidats (36 % contre 43 % pour ceux de Tunisie) capitalisait au moins une lettre de soutien. Ce résultat doit nous conduire non point à minimiser mais à relativiser la force des liens personnels qui pouvaient se tisser entre les élites politiques françaises et leurs déclinaisons coloniales. Nuançant ainsi l’approche de Claude Bourdet qui, dans son célèbre article de 1952113, mettait l’accent sur les collusions entre les capitalismes français (qu’ils fussent de métropole ou d’outre-mer) et l’administration coloniale, il importe de noter qu’une frange majoritaire de « prépondérants » ne semblait pas disposer de relais qui leur aurait permis de consolider leur pouvoir d’influence.

49Ces remarques étant faites, une première zone d’ombre doit être éclairée : existait-il des liens particuliers qui unissaient les Protectorats et certains départements ou régions françaises ? Cette question dépasse, c’est l’évidence, le seul cadre de la vie parlementaire. Cependant une approche statistique simple permet de mettre en relief huit départements dans lesquels au moins trois élus signèrent des lettres de soutien :

Tableau 1 – Nombre de parlementaires par département ayant signé une lettre de soutien (d’après les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur)

DÉPARTEMENTS

NOMBRE D’ÉLUS REPÉRÉS

Seine

7

Algérie

7

Meurthe et Moselle

4

Alpes-Maritimes

3

Bouches du Rhône

3

Corse

3

Haute Garonne

3

Nord

3

50Un tel résultat ne saurait être qu’un élément parmi d’autres à verser au dossier des réseaux trans-méditerranéens coloniaux. D’un côté il confirme le rôle de premier plan joué par Paris, l’Algérie et l’axe corso-provençal en ce domaine ; cette triade, derrière laquelle se profilaient les bases arrières des capitaux coloniaux, ne surprend que par l’absence des pôles bordelais et lyonnais. À l’inverse, la présence de la Meurthe et Moselle, avec un nombre d’élus repérés supérieur à la Corse ou aux Bouches du Rhône, interroge nos schémas habituels. L’importance de la Lorraine montre que notre première grille de lecture, cherchant à rapprocher les Protectorats de régions françaises au nom d’une certaine proximité macro-économique, sans être dépourvue de sens, ne saurait suffire. Les parlementaires de Meurthe et Moselle présents dans notre corpus participaient aux réseaux coloniaux pour différentes raisons. Il y a d’abord ceux qui semblaient relever exclusivement d’un attachement général à l’expansion coloniale comme le sénateur Rogé (qui fut secrétaire de la commission sénatoriale des Colonies de 1938 à 1940) ou le député Seitz ; et ceux qui pouvaient se revendiquer d’un attachement particulier à la Tunisie comme le député Édouard de Warren (qui vécut dans la Régence et y possédait des propriétés).

51Au-delà de l’approche départementale dont l’exemple lorrain nous a montré les limites, une deuxième obscurité apparaît : quels étaient les liens réels des parlementaires avec les Protectorats et quel degré de connivence entretenaient-ils avec eux ? Nous avons déjà envisagé la possibilité qu’il existât, en deçà de l’échelle du Protectorat, des formes de patronage limité. Envisageons à présent la possibilité d’une représentation plus générale des Français du Maroc et de Tunisie en procédant à un classement selon le nombre de candidats soutenus et en ne retenant que les parlementaires soutenant au moins trois candidats différents.

Tableau 2 – Parlementaires ayant soutenu trois candidats ou plus dans le cadre de l’obtention de la Légion d’Honneur

PARLEMENTAIRES

NOMBRE DE CANDIDATS SOUTENUS

François PIETRI

14 (11 du Maroc, 3 de Tunisie)

Théodore STEEG

5 (4 du Maroc, 1 de Tunisie)

Léon BARÉTY

4 (1 du Maroc, 3 de Tunisie)

Émile MORINAUD

4 (1 du Maroc, 3 de Tunisie)

Léon MARTINAUD-DEPLAT

3 (2 du Maroc, 1 de Tunisie)

Henri PHILLIPOTEAUX

3 (tous du Maroc)

Michel PLAISANT

3 (tous du Maroc)

Lucien SAINT

3 (2 du Maroc, 1 en Tunisie)

Louis PROUST

3 (1 du Maroc, 2 de Tunisie)

  • 114 Gallissot R., Le Patronat européen au Maroc (1931-1942), Casablanca, EDDIF, 1990, [1ère éd. 1964], (...)
  • 115 Afrique du Nord Illustrée, no 90, 19 février 1921, p. 11.
  • 116 Binoche J., Le Rôle des élus…, op. cit.
  • 117 Nantes, APT 1er V 1658.
  • 118 Le Colon français no 617 du 2 février 1919.

52Notons, en guise de préalable, que l’absence, dans ce classement, de certains « poids lourds » du parti colonial pose question : les vice-présidents des groupes Maroc (1921-1925) ou Maroc-Tunisie (à partir de 1925) de la chambre font preuve d’une discrétion plus que remarquable. Paul Creyssel, député de la Loire et responsable de la section Maroc, n’apparaît qu’une seule fois : encore faut-il remarquer qu’il soutenait la candidature d’un notable qui disposait déjà de relais parisiens puisqu’il s’agissait de Max Greggory, administrateur des « Huileries et savonneries du Maroc » et président depuis 1933 du Comité Central des Industriels, lequel comité avait pignon sur rue au cœur de Paris au travers de son bureau des Champs-Élysées114. Il est probable que Creyssel devait sa place à la tête de la section du Maroc plus à son passé militaire (il avait été mobilisé au Maroc entre 1918 et 1921) qu’à sa connaissance profonde de la société marocaine ou à l’étendue de ses relations in situ. Quant à Victor Jean, Raoul Calary de Lamazières (tous deux vice-présidents du groupe Maroc lors de sa constitution en 1921115) ou encore Albert Le Bail, député du Finistère, maire (comme toute une lignée de Le Bail avant lui) de la commune de Plozévet et responsable de la section de Tunisie à partir de 1925116, ils étaient totalement absents. D’autres piliers du parti colonial manquent à l’appel comme le député Pierre Taittinger, président, en 1929, de la commission de l’Algérie, des Colonies et des Protectorats117 et vice-président, en 1931, de la Conférence Impériale et de l’Exposition Coloniale. D’autres enfin se distinguent par leur faible présence comme celle d’Albert Sarraut ou Léon Archimbaud, tous deux hérauts de l’aventure coloniale mais ici présents au travers d’un seul candidat. Leur faible présence sinon leur absence de ce corpus des lettres de soutien n’était pas le reflet absolu d’un manque d’intérêt ou d’investissement pour les palpitations quotidiennes des sociétés coloniales. Lorsqu’il s’agissait de chercher un appui parisien pour renforcer une stature locale d’homme influent, il est probable que l’on trouvait toujours un membre du groupe colonial pour intervenir : ainsi, lorsqu’en 1919 André Gounot, vice-président de la municipalité de Souk El Khemis, pilier de la chambre d’agriculture et de la Conférence Consultative (dont il fut élu secrétaire l’année suivante) essaya d’activer le retour en Tunisie des soldats démobilisés, il s’appuya sur le député de la Réunion Boussenot à la fois actif dans le champ des anciens combattants et membre (militant et fervent) de la commission des Colonies118. Néanmoins cette discrétion des principales voix parlementaires du parti colonial souligne l’ambiguïté du lien qui pouvait unir les membres d’un groupe de pression métropolitain et la réalité de la société coloniale. Pour la plupart de ces parlementaires, les Protectorats maghrébins ne constituaient parfois qu’une partie de l’équation politique sur laquelle ils fondaient, outre leur réélection, l’ensemble de leur action publique (la marine pour Le Bail, les problèmes militaires pour Calary de Lamazière) quand ils ne devaient pas leur situation de patronage à quelque hasard biographique (la mobilisation au Maroc de Paul Creyssel).

53Revenons, après cette série de remarques en « creux », sur les informations positives délivrées par ce classement. Si le cas d’Henri Philippoteaux, député des Ardennes, semble ressortir au même cas de figure que celui de Michel Plaisant (il ne soutint que des personnalités issues du Maroc dont deux, A. Duprey et A. de Peretti, se succédèrent à la tête de la CCI de Rabat), il n’en va pas de même des autres élus présents dans cette liste dans la mesure où ils exerçaient leur rayonnement tantôt sur la Tunisie, tantôt sur le Maroc.

54Commençons par le constat du faible nombre de personnes, en regard de la vingtaine de candidats annuels, soutenu par les sénateurs Steeg et Saint qui furent, eux, en prise directe avec les notables français. Si la présence des deux anciens Résidents (Théodore Steeg au Maroc de 1925 à 1929 et Lucien Saint en Tunisie de 1920 à 1929 puis au Maroc de 1929 à 1933) n’est ici nullement surprenante, leur parcimonie étonne. Si une des clefs de cette faiblesse fut peut-être la brièveté de la carrière parlementaire de Lucien Saint (il ne fut sénateur de Haute-Garonne qu’entre 1935 et 1938), un tel argument ne tient pas pour Steeg qui, de retour de Rabat, occupa un siège de sénateur de la Seine de 1927 à 1940. Il est probable que ce soutien économe soit un symptôme, a posteriori, de la tension sinon de la méfiance qui imprégnait les relations entre l’administration et les notables coloniaux.

55Sans qu’il y ait contradiction, nous pouvons nuancer cette dernière affirmation en considérant le cas de François Pietri, ancien haut fonctionnaire résidentiel à Rabat. Sans contestation, il était le parlementaire le mieux connecté aux Protectorats d’Afrique du Nord. Il faut dire que sa connaissance de ces organismes ne datait pas seulement de sa mission marocaine (de 1917 à 1924, il fut le grand argentier de Lyautey en tant que directeur général des Finances) puisqu’il passa son enfance à Alexandrie, à l’aube du Protectorat anglais, où son père était conseiller du gouvernement égyptien. Juriste de formation, inamovible député de Corse de son retour du Maroc (en 1924) à 1942, il fut plusieurs fois ministre à partir de 1926 (avec une prédilection pour les Finances, les Colonies et surtout la Marine : autant de lieux de pouvoir non négligeables pour qui souhaitait garder un œil sur l’outre-mer impérial). Pietri était donc un homme important, si ce n’est l’homme important, au cœur des interférences entre la politique de la France et les intérêts des notables français de Tunisie et du Maroc durant l’entre-deux guerres. Se comportait-il du coup en « patron », au sens romain du terme ? Nous manquons ici d’informations pour creuser plus avant cette question et ce d’autant plus que nos sources n’évoquent guère de voyages de Pietri en Afrique du Nord. De plus, malgré le nombre de soutiens sans équivalent qu’il accordait à des notables français, il n’était point le seul à agir en ce sens.

  • 119 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 462.
  • 120 La Méditerranée illustrée no 50 du 15 avril 1922.
  • 121 Paris, MAE, série Protocole, C 60, Voyage du Président de la République au Maroc en octobre 1930.

56Un autre député semblait concurrencer Pietri sur le terrain des Protectorats et, singulièrement, celui du Maroc : il s’agit de Léon Baréty, député des Alpes-Maritimes. Nous avons déjà évoqué son rôle dans la construction d’une spécificité tuniso-marocaine au sein du groupe colonial de la Chambre des députés. Fut-il, comme le prétend sa notice biographique119, un thuriféraire précoce –à tous les sens du terme– de l’expansion au Maroc dès 1899 lorsqu’il écrivit dans un hebdomadaire niçois, à l’age de seize ans, un article réclamant l’installation de la France au royaume chérifien ? Ce qui était certain, en revanche, c’était la permanence de son engagement public en faveur de la présence française dans les Protectorats. Il fut de tous les voyages officiels dans les Protectorats : en 1922120 et 1930121, il accompagnait les Présidents Millerand puis Doumergue en Afrique du Nord ; en mars et avril 1931, nous le retrouvons en Tunisie parmi les députés qui suivaient Pierre Taittinger, président de la commission de l’Algérie, des Colonies et des Protectorats. En 1932, dans les lendemains à la fois exaltés et inquiets de l’Exposition Coloniale, il publia un long plaidoyer sobrement mais clairement intitulé La France au Maroc. Ses voyages en Afrique du Nord indiquaient nettement qu’il n’était point un anonyme correspondant du parti colonial mais qu’il avait endossé avec détermination un rôle particulier de représentation des Français des Protectorats.

  • 122 Louis Proust fut commissaire du Gouvernement à l’Exposition Coloniale de Strasbourg en 1924.

57Mais si Pietri et Baréty représentaient des exemples de relais à la fois spécifique aux protectorats et marqué par un relatif apolitisme, la présence dans ce classement de Léon Martinaud-Deplat et de Louis Proust dénotait l’existence d’un autre réseau. Ces deux élus avaient plusieurs points communs : d’une part ils étaient des piliers du Parti Radical et, d’autre part, ils en représentaient l’aile la plus ouvertement favorable à l’expansion coloniale. Tous deux furent des membres quasi-permanents de la commission des Colonies et des Protectorats122 ; ils présidèrent également aux destinées du Comité Mascuraud (ou Comité Républicain du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture) dont nous avons précédemment évoqué le rôle colonial et qui, dans le cadre impérial, servait de point de ralliement aux notables et aux élites économiques « progressistes » et républicaines.

58Tout se passe comme si, au-delà du « parti colonial », les réseaux qui faisaient le lien entre les parlementaires et certains notables des Protectorats s’appuyaient sur une poignée d’individus. Ces derniers comprenaient des élus des régions économiquement et démographiquement parties prenantes de l’expansion coloniale (Provence, Corse, Paris, Algérie), des membres du Parti Radical, ainsi que des parlementaires ayant une connaissance directe et personnelle des Protectorats. Parmi ceux-là, il nous paraît nécessaire de nous arrêter quelque peu sur ceux qui n’hésitaient pas à franchir la Méditerranée afin de visiter leur circonscription in partibus.

  • 123 BOPM no 76 du 10 avril 1914. Voir aussi Rendu C., La Saga des pionniers, Lyon et la Tunisie (1880- (...)
  • 124 Nantes, APT 1er V. 1678 à 1692 : la première de ces conférences eut lieu à Alger en 1923, l’année (...)
  • 125 Le Colon français no 909 du 5 septembre 1924.
  • 126 Témoignage de F. Arnoulet.

59Les occasions de rencontre, entre notables et élus, étaient rares. Certes les congrès coloniaux (comme celui de 1908 dont nous avons déjà parlé, ou encore le Congrès des Colons français de l’Afrique du Nord à Lyon en juillet 1914123), les Conférences Nord-africaines124 ou celles des chambres de commerce françaises de la Méditerranée étaient des événements en marge desquels des rencontres pouvaient avoir lieu. De même, la sociabilité élitiste des villes d’eaux, vers lesquelles convergeaient, l’été venu, une partie des notables coloniaux (ainsi si Pelletier, président de la chambre d’agriculture du Nord de la Tunisie, séjournait à Contrexéville125, d’autres préféraient prendre les eaux à Vichy où les hôtels et résidences étaient abonnés à la presse du Maroc et de Tunisie126) comme, plus généralement, les séjours familiaux en métropole, favorisaient d’éventuels contacts. Le caractère exceptionnel voire aléatoire de ces rencontres ne pouvait néanmoins prétendre fonder des liens durables et solides. Pour être en prise directe avec le monde colonial, l’élu de France ne pouvait échapper aux séjours in situ.

  • 127 Nantes, APT 1er V. 1660 : lettre du Résident général au ministre des Affaires étrangères (28 mars (...)

60La presse locale comme la Résidence scrutaient alors le périple du simple député ou sénateur. Denrée rare en terre de Protectorat, le parlementaire métropolitain y était assaisonné à toutes les sauces. Il pouvait être considéré comme le symbole facile d’une France ingrate ce qui lui attirait lazzi et récriminations ; cependant, lorsqu’on voyait en lui un des éléments de la mécanique devant aboutir à l’élaboration d’une loi douanière, il était choyé, entouré, enivré de vin d’honneur et de fantasia débridée. Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne passait jamais inaperçu. En 1935, une délégation de parlementaires, conduite par le Tunisois (mais député de la Haute-Saône) Théodore Valensi, fut reçue dans une ambiance glaciale voire hostile. Le Résident Peyrouton, après avoir fait pression auprès du ministère des Affaires étrangères afin d’annuler leur déplacement (au nom du lien entretenu par certains d’entre eux avec les milieux nationalistes), leur délivra au cours d’un banquet à Tunis, une véritable leçon de morale coloniale, déclinant à satiété les thèmes rebattus de la spécificité des Protectorats et de l’incompréhension métropolitaine des terres ultramarines127.

  • 128 Nantes, APT 1er V. 952.
  • 129 BOPM no 52 du 24 octobre 1913.

61Cependant en dehors de ces caravanes parlementaires, rares étaient les élus français, qui, hors d’une délégation ou dans le sillage d’un président de la République, se rendaient, individuellement et es qualité, dans les Protectorats. Ces voyages étaient d’abord le fait de ceux qui avaient à veiller au grain sur la cassette des dépenses. En 1895, le député Pierre Merlou, rapporteur du budget de la Tunisie, se rendit à Tunis et rencontra Victor de Carnières128. En 1913, le rapporteur de la commission des Affaires étrangères, le député de la Drôme Maurice Long, était à Rabat pour l’installation de la cour d’appel129. Ces élus, que rien ne destinait particulièrement à intervenir sur la scène maghrébine, faisaient office de go-between sourcilleux quant à l’utilisation des deniers de la République, dans un contexte (les années 1880-1914) où l’expansion coloniale ne suscitait guère de passion mais plutôt des inquiétudes de trésorerie.

  • 130 Arrouas « Warren (De) Comte Édouard ».
  • 131 La Tunisie Illustrée du 15 janvier 1921, p. 11.
  • 132 Le Colon français no 834 du 7 avril 1924.
  • 133 La Tunisie Illustrée du 15 janvier 1921, p. 11.

62À un autre niveau se situait un élu comme Édouard de Warren. Ce député lorrain se rendait-il en Tunisie « tous les ans » pour y rencontrer « de nombreux amis », comme l’affirme sa notice du Livre d’Or d’Arrouas en 1932130 ? En tout cas sa présence dans la Régence était sans équivalent par rapport à celle de tout autre élu métropolitain : on pouvait le voir en Tunisie, en 1921, visiter des centres de colonisation entre Béja et Medjez El Bab, entouré des principaux agrariens du moment (Gounot, Pelletier, Vaumas, Coanet131 …) ou en 1924 (le journal Le Colon français suivait alors ses moindres déplacements132), en 1925 (à l’occasion d’un congrès mutualiste à Tunis), ou encore en 1931 (lors d’une grand-messe agronomique)… Chacun de ses déplacements prenait ainsi la forme d’un mini-événement à la fois politique, économique et mondain, suscitant une véritable ruée vers le député. Il est vrai que l’homme que nous restituent les photographies ne manquait pas d’allure. Sur une photographie de 1921133, sa prestance à la Lyautey (plus grand que ses comparses, drapé dans un manteau impeccablement ajusté à sa stature, le député de Nancy portait moustache soignée, et regard haut et clair) introduisait un contraste frappant avec les autres personnages de la photographie, plus petits, plus ronds, au physique de propriétaires replets et satisfaits et dont les regards bas semblaient ne devoir jamais croiser la ligne d’horizon sur laquelle s’étaient calés les yeux de l’aristocrate lorrain. Pour le coup, l’habitus du notable et de l’aristocrate se conjoignaient ici et s’incarnaient en une véritable classe faite corps. Notable parmi les notables, que faisait-il en Tunisie ?

  • 134 Lambert 1912 « Warren (De) comte Édouard ».
  • 135 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 3216-3217.
  • 136 Lambert 1912,« Warren (comte Patrice de) » et Nantes, APT 1er V. 1659.
  • 137 Nantes, APT 1er V. 1658.
  • 138 Nantes, APT 1er V. 331 B, rapport du commissariat de police no 2151 en date du 23 juin 1936.

63Certes, comme d’autres parlementaires, il possédait des intérêts dans le Nord agricole de la Tunisie, dans la région du Mornag ; mais, à la différence de certains investisseurs absentéistes (tels P. Leroy-beaulieu ou l’industriel roubaisien Prouvost), il avait séjourné en Tunisie entre 1900 et 1914, marquant de sa présence les premières structures corporatistes agraires (vice-présidence de la caisse régionale de crédit mutuel, vice-présidence de l’Association des Colons français du Mornag dont il fut également un des fondateurs ; et surtout il fut le président-fondateur de l’Association Agricole de Tunisie, organe de liaison entre les propriétaires parisiens de terres tunisiennes et leurs confrères demeurant en Tunisie134). La Grande Guerre rappela en France cet officier de formation, saint-cyrien ayant du quitter l’armée suite à un accident de cheval (c’est d’ailleurs une photo de Warren en dragon qui illustre sa notice du dictionnaire Lambert), et rejeton d’une vieille famille de Lorraine exilée en Normandie après 1870. C’est sans doute cet atavisme lorrain qui explique qu’avec la fin de la guerre et le retour des départements d’Alsace-Moselle dans le giron de la France, il cessa d’être un colon tunisien pour s’investir dans la politique nationale et les problèmes agricoles des régions dévastées par le conflit : en 1919 il était élu député de Meurthe et Moselle et le demeura jusqu’en 1932135. Durant son mandat parlementaire la Tunisie ne le quitta guère : son frère cadet, Patrice, était propriétaire d’un domaine près de Medjez El Bab136 et lui-même avait conservé ses fonctions à la tête de l’Association Agricole de la Tunisie. Ce fut lui qui annonça aux notables du Protectorat, lors d’une « grande journée mutualiste » (dont il fut un fervent promoteur tant en Tunisie qu’en Lorraine) à l’Hôtel Majestic de Tunis en 1925, la création d’une section tunisienne au sein du comité de l’Afrique Française137. La même année, il participait, à Paris cette fois, à une commission diligentée par le Quai d’Orsay sur une éventuelle réforme municipale de la Tunisie. Warren ne représentait pas la tête de pont parisienne d’un réseau fondé sur un engagement personnel en faveur de l’Empire (comme Pietri ou Baréty) ou comme une prolongation ultramarine de clivages partisans (le réseau radical de Martinaud-Deplat ou Proust), encore moins comme un patronage étroit de quelques sous-groupes (encore que Warren s’intéressât particulièrement au monde agricole). Son contact prolongé avec les notables français de Tunisie comme ses « racines » tunisiennes déterminaient un type de relation dans laquelle la proximité physique comme l’attachement, somme toute aristocratique et traditionnel, à une terre dont il se voulait un protecteur attitré, étaient des éléments déterminants. Même après son départ du Palais Bourbon (en 1932), Warren continua d’être une référence pour les colons tunisiens : le 22 juin 1936 une réunion d’une cinquantaine de « colons, locataires, métayers, propriétaires, colons officiels » le désigna, in absentia, pour faire partie d’une commission composée de la plupart des notables de la région et dont la mission aurait consisté à « se mettre en relation avec les pouvoirs publics [afin] de mettre au point les demandes de colons et de tenter de les faire aboutir138 ». Outre cette dernière formule, qui pourrait servir aisément de définition au rôle d’un notable en milieu colonial, l’inclusion de Warren dans cette commission, alors même qu’il n’assistait pas à cette réunion, confirmait l’importance de son rôle politique et social à l’égard de la petite société coloniale agraire de Medjez El Bab, et au-delà, à l’égard des Français de Tunisie : l’influence, réelle ou virtuelle, de Warren était sollicitée comme un gage d’aboutissement des revendications. C’était la preuve non seulement d’une efficacité politique passée qui imprégnait alors la mémoire commune mais aussi la démonstration que son aura perdurait par-delà sa défaite lors des précédentes élections : plus qu’une fonction, la notabilité était donc bien une onction.

  • 139 Arrouas et LH « Montureux (De), A. ».
  • 140 Le Colon français no 915 du 18 octobre 1924.
  • 141 Lambert 1912 p. 119, Arrouas, et LH « Coanet Armand ».

64Nous n’avons pu retrouver, au Maroc, une telle modalisation de la représentation. En Tunisie même, le seul personnage avec lequel nous puissions faire un parallèle était Arthur De Montureux139. Un parallèle plus que troublant d’ailleurs tant les éléments biographiques de l’un et de l’autre semblaient se confondre. De dix ans son aîné, Montureux précéda Warren à Saint-Cyr. Comme ce dernier, il était également issu de l’aristocratie lorraine et, toujours comme Warren, quitta la Tunisie après avoir fondé un domaine agricole, pour s’investir dans la politique (il fut conseiller général de Meurthe et Moselle à partir de 1897, vingt ans avant que Warren n’en devînt député) et présider des mines et aciéries dans le centre de la France (Commentry, Decazeville…). Comme Warren, il fut un des fondateurs d’une corporation agraire, le Syndicat des Colons français en Tunisie (dans lequel on retrouvait ces fameux propriétaires parisiens de terres coloniales comme Georges-Picot ou Leroy-Beaulieu), qu’il continua à fréquenter malgré son départ de Tunisie. En 1924, c’est en sa qualité de secrétaire de ce syndicat que ce maître de forges reçut à Paris la visite de Pelletier, le président de la chambre d’agriculture de Tunis140. Ce faisceau de convergences (Saint-Cyr, ancien militaire, famille de l’aristocratie lorraine, élu de Meurthe et Moselle, corporatisme agricole) étonne d’autant plus que nous n’avons trouvé nulle trace d’une rencontre entre les deux personnages comme si leur (quasi) gémellité biographique interdisait toute possibilité de rapprochement. Était-ce le choc de 1870 qui prédisposait ces deux hommes à chercher, dans un ailleurs colonial, à reconstruire une forme de rapport à la terre perdue ? Ou bien s’agit-il d’une pure coïncidence et ne doit-on voir dans leur démarche respective qu’un souci d’investissement partagé alors par une partie de l’élite aristocratique et bourgeoise métropolitaine ? Par ailleurs, il est intéressant de constater que le même substrat lorrain reliait Warren à celui qui semblait son meilleur « contact » tunisien, Armand Coanet141. Ce dernier, né à Nancy, dans ce même département de Meurthe et Moselle, posait juste à la gauche de Warren dans la photographie de 1921 dont nous avons déjà signalé l’existence ; mais leurs liens étaient bien antérieurs puisqu’en 1912 Coanet était secrétaire général de l’Association Agricole fondée par Warren dont il dirigeait également la publication tunisienne (le journal L’Association qui paraissait depuis 1905). Dans les années vingt et trente il inscrivait son propre cursus dans le sillage de celui de son mentor devenu député : présidence d’œuvres mutualistes, de caisses de crédit agricole ainsi que celle de l’Association Agricole de Tunisie. Il était sans conteste le chaînon qui permettait à Warren de maintenir son ancrage tunisien (en particulier sur le Nord-Ouest, de Tunis au Cap Bon en passant par la plaine du Mornag, région où Warren était propriétaire et dont Coanet fut vice-président de 1928 à 1930) et, en retour, il disposait de ce lien avec le député comme d’un capital social qui lui permettait d’assurer ainsi la bonne marche d’un cercle vertueux du pouvoir grâce auquel il cumulait fonction d’influence et position d’importance.

65Pour clore ce chapitre des réseaux notabiliaires hors des Protectorats, il importe d’explorer un dossier important : celui des relations complexes entre l’Algérie (et ses élus) et les Protectorats (et ses notables). D’une manière générale l’Algérie était un horizon inévitable pour les Français de Tunisie et du Maroc. D’une part parce qu’une partie de ceux qui vinrent s’y installer en étaient originaires ; et d’autre part parce que l’Algérie fournissait un modèle commode de gestion d’un territoire maghrébin pour tous ceux qui refusaient de s’embarrasser des particularismes tunisiens et marocains ainsi que des subtilités administratives introduites par la théorie et la pratique du Protectorat. Objet de débat, elle pouvait incarner, au gré des circonstances et selon les individus, un modèle ou bien un repoussoir ; terre natale ou de transit, elle a pu servir de cadre d’apprentissage (de normes, de réflexes, d’habitudes…) à bien des Français des Protectorats qui eurent à cœur, par la suite, de vouloir transposer, adapter ou rejeter l’éventail de leurs expériences algériennes. Pépinière d’élus enfin, elle a pu fournir, à la Tunisie et au Maroc, des relais institutionnels au sein du Parlement mais des relais ambigus, soucieux avant tout de leur pré carré algérien, porte-parole de revendications parfois intéressées et souvent peu (voire pas du tout) connectées avec la réalité des Protectorats. L’approche statistique des lettres de soutien met en valeur l’importance des parlementaires algériens non seulement en tant que groupe (sept parlementaires différents sont présents dans ces dossiers) mais aussi au travers de quelques individualités marquantes (comme le député E. Morinaud). Doit-on pour autant en déduire qu’il existait une sorte d’accord tacite entre les élus algériens et les Français des Protectorats pour que les premiers se constituent en mandataires des seconds ?

  • 142 Nantes, APT 1er V 952 : il s’agit de notes de police prises lors des débats publics de ces deux dé (...)
  • 143 Nantes, APT 1er V 951.

66À ne regarder que les débuts du Protectorat tunisien, la réponse à la question serait immédiatement et incontestablement positive. Les années 1885-1910 furent des années durant lesquelles les élus d’Algérie, et en particulier ceux du Constantinois, franchissaient la frontière en fanfare pour battre les tréteaux de la (jeune) scène politique de la Tunisie. En 1891, dans un contexte de concurrence et d’hostilité personnelle, alors que la Conférence Consultative venait d’être mise en route, deux personnalités de Constantine, D. Forcioli et E. Morinaud, donnèrent de la voix afin de capter la clientèle politique tunisienne. Le premier, un des deux députés de la circonscription depuis 1889, vint en Tunisie en février, accompagné du frère du maire de Bône, Dominique Bertagna, et se fit proclamer par l’assistance, après une réunion fiévreuse dans un grand café de Tunis, « député honoraire de la Tunisie ». Quant au deuxième, rédacteur en chef du Républicain de Constantine et conseiller général de Djiddjelli (et futur député « antijuif » en 1898), enfourchant une thématique annexionniste, il se répandit en imprécations contre le Résident Massicault en l’accusant, en mars, d’être favorable au Bey et non aux Français142. Ces intrusions des élus de l’Algérie orientale dans les débats tunisiens durèrent près de deux décennies. Encore en 1907, le député de Constantine Paul Cuttoli participait à un banquet tunisois en son honneur143.

  • 144 Rendu C., La Saga…, op. cit., p. 154.
  • 145 Nantes, APT 1er V. 949.
  • 146 Lambert 1912 « Coste Jean ».

67Cette prétention des élus du Constantinois à représenter officieusement les Français de Tunisie s’appuyait sur l’attitude des notables du Protectorat dont une partie significative réclamait encore, à la charnière du XIXe et du XXe siècles, l’annexion de la Tunisie. Quelle importance donner d’ailleurs aux occurences du thème annexionniste ? Au temps de Paul Cambon, et des balbutiements de la formule du protectorat, une partie de la rhétorique boulangiste hostile au Résident se nourrissait de slogans invitant le gouvernement français à considérer la Régence comme un prolongement quasi-naturel du Constantinois. En 1892 Victor de Carnières fonda ainsi un hebdomadaire dont la première dénomination, L’Annexion (qui allait devenir La Tunisie française), ne laissait planer aucun doute quant à l’objectif visé144. Une dizaine d’années plus tard, visitant l’Algérie puis la Tunisie en avril 1903, le président Loubet entendit encore la même revendication de la part de deux notables français de Tunisie parmi les plus importants du moment. À Bizerte, Coste, le président de la chambre de commerce, parla ainsi de frontière « factice » entre l’Algérie et la Tunisie, insista sur les « intérêts des deux pays [qui] se confondent dans l’intérêt général de la Patrie » ; même tonalité chez Homberger, président de la chambre de commerce de Tunis, décrivant la visite présidentielle comme « la prise de possession morale d’un pays dont nous voulons, tout en respectant ses institutions, faire une terre vraiment française145 ». Ces propos, qui évitaient toutefois l’emploi du mot d’« annexion », traduisaient, avec un bémol, la permanence d’une antienne coloniale, présente dès la conquête de l’Algérie, et faisant de la Tunisie et du Maroc (du moins la région d’Oujda), le prolongement quasi-naturel de l’expansion française en Afrique du Nord. Une telle attitude, si nous manquons d’éléments pour en apprécier le caractère majoritaire ou minoritaire, n’était guère surprenante de la part des deux intervenants. Le premier, Jean Coste146 (1858-1908), était arrivé en Tunisie dès 1883 et, outre ses affaires proprement tunisiennes, avait participé à deux missions commerciales au Maroc : il fut ainsi président du conseil d’administration d’un syndicat international d’études ayant agi dans le cadre du royaume chérifien. Homberger était, quant à lui, natif de Guelma, en Algérie. Leur parcours témoignait d’une vision pan-maghrébine de la présence française en Afrique du Nord.

  • 147 Nantes, APT 1er V. 948, discours de J. Gau lors de la visite de T. Delcassé à Sfax le 24 avril 190 (...)

68Pourtant, lors de ce même voyage présidentiel, quelques éléments incitent à penser qu’il s’agissait d’une conception de la place de la Tunisie à l’intérieur de l’Empire vouée à disparaître. Lors d’une étape de ce voyage, le vice-président de Sfax, Jules Gau, recevait un hôte moins illustre que Loubet mais certainement plus influent, le ministre des Affaires étrangères T. Delcassé. L’Algérie était aussi présente dans son discours face au ministre mais d’une tout autre manière : l’annexion n’y était plus réclamée ; point de revendications fumeuses autour d’un grand Maghreb français mais plutôt la volonté d’ériger l’Algérie en modèle de gestion… locale. En effet, Gau compara les villes algériennes « propres, coquettes, bien tenues » à celles de Tunisie « pauvres, tristes […] et d’une propreté plus que douteuse ». La solution ? Appliquer à la Tunisie la législation communale algérienne, autrement dit favoriser l’émergence d’édiles locaux disposant d’un budget autrement plus conséquent147. Le décalage entre le discours du duo Coste / Homberger est évident : à la réduction de la Tunisie au statut de quatrième département d’une Grande Algérie, certains notables français privilégiaient une Tunisie envisagée comme une simple déclinaison partielle du modèle algérien. Cette proximité chronologique de deux discours mettait en relief le décalage, au moment de la visite de Loubet, entre de « grands » notables connectés, par des réseaux d’intérêts ou des ramifications sentimentales et familiales, à l’Algérie, et une « notabilité seconde », celle qui se structurait autour de l’exercice d’une influence locale et dont la légitimité et l’identité étaient attachées à la formule du Protectorat, même si cette dernière pouvait être critiquée.

  • 148 Nantes, Per 254, procès-verbal de la Conférence Consultative, 43e session, novembre 1918.

69Ce décalage devait pourtant diminuer avec le temps par l’affaiblissement du thème annexionniste. En novembre 1918, Pierre Omessa, secrétaire de la Conférence Consultative et élu du troisième collège, appuyé et relayé par les représentants des grands intérêts agricoles (la chambre d’agriculture, le journal Le Colon français), exprimait son souhait de s’inspirer de l’Algérie tout en refusant un rapprochement trop étroit comme si le modèle devait rester à bonne distance du tableau : appelant de ses vœux la transformation de la Conférence Consultative en assemblée délibérante calquée sur les Délégations Financières algériennes, revendiquant une politique de colonisation peuplante mais tout en refusant l’annexion et en revendiquant l’existence d’une voie coloniale propre à la Tunisie148.

  • 149 Le Colon français, 5 janvier 1919, no 613.

70Cette expression d’une irréductibilité de la colonisation tunisienne à celle d’Algérie était toutefois feutrée : Le Colon français clamait certes son opposition à un ministère englobant toute l’Afrique du Nord française mais convenait, dans le même temps, de la nécessité de rechercher des accords d’association (sur le modèle existant de la Caisse Centrale des Assurances Mutuelles agricoles qui couvrait simultanément l’Algérie et la Tunisie149).

  • 150 Et ce jusqu’à nos jours si l’on en juge par les témoignages que nous avons recueillis et qui prena (...)
  • 151 Discours d’Émile Morinaud à la Chambre des députés le 20 janvier 1925 cité inSomaï M. Le Rôle de l (...)
  • 152 L’Afrique du Nord Illustrée, no 91 du 27 janvier 1923.
  • 153 Nantes, APT 1er V. 1659.

71L’affirmation idéologique et culturelle mais aussi économique d’un particularisme tunisien semblait faire consensus dans la Tunisie dès le lendemain de la Grande Guerre150 même si, dans le même temps, Émile Morinaud (devenu député en 1898) continuait, au milieu des années vingt, de proclamer que la « Tunisie est comme l’Algérie, un vaste département français151 ». Dans les années 1920-1930, on voyait bien quelques députés algériens, comme Abbo en 1923, visiter le Maroc152, Roux-Fraissineneng (député d’Oran) venir inaugurer un hôtel de Meknès appartenant à Émile Pagnon ou encore Michel Parès se rendre dans la Tunisie du Nord en 1933153 : mais le temps des effets de manche et des discours au canon dans des salles bondées semblait dépassé. Abbo n’était guère démonstratif (à l’image de la plupart des élus algériens à l’égard du Maroc). Quant à Parès il participa à une sage réunion dans la salle des fêtes de Medjez El Bab, solidement encadré par le contrôleur civil, le vice-président de la municipalité, Léon Blanc, et les présidents d’associations de colons, tous présents comme pour montrer la réalité d’une élite coloniale tunisienne associant notables et administration à ce député venu d’Algérie que l’on recevait avec les honneurs mais aussi avec distance. De fait les velléités des élus d’Algérie à représenter l’ensemble des Français des Protectorats, d’abord fortes à l’aube du Protectorat tunisien, s’adoucirent avec la constitution progressive d’un corps de notables spécifique à la Tunisie et au Maroc. Si un parlementaire de Constantine ou d’Alger pouvait toujours prétendre, dans l’entre-deux-guerres, avoir plus de liens avec l’ensemble des Français d’Afrique du Nord que ses collègues de métropole, il serait erroné d’en faire les délégués officieux de sociétés coloniales qui tendaient de plus en plus à s’émanciper de leur tutelle en sécrétant leur propre élite.

  • 154 Rendu C., La Saga…, op. cit., p. 154-164.
  • 155 Meynier G., « Les années vingt : un New Deal colonial ? » in Histoire de la France coloniale, sous (...)
  • 156 Ibid.
  • 157 Nantes, APT 1er V. 1658.
  • 158 Nantes, APT 1er V. 2192.
  • 159 Bonnefous E., Histoire politique de la Troisième République, t. V (1930-1936), Paris, PUF, 1973, p (...)

72N’oublions pas, en guise de conclusion, qu’il existait d’autres possibilités, pour les notables, de participer à des réseaux de pouvoir métropolitain. Les chambres de commerce de Lyon, de Marseille ou de Bordeaux pouvaient médiatiser avec efficacité les revendications formulées dans les Protectorats. Nous avons cité les officines parisiennes de l’Association Agricole de la Tunisie, du Syndicat des Colons de Tunisie ; ajoutons le Syndicat de la Colonisation lyonnaise en Tunisie fondé en 1900 par Louis Chavent, Claude Charmetant et Émile Birot qui à partir de 1907 s’installa place Bellecour à Lyon mais qui, après 1918, s’étiola et ne survécut guère à la disparition de ses fondateurs154. L’exploration de leurs archives pourrait nous en donner, sans doute, une confirmation. Par ailleurs il conviendrait également d’insister sur l’interconnexion des réseaux que nous venons de schématiser, au risque de brouiller un peu la simplification inhérente à tout essai de typologie. Certes des liens personnels comme des liens idéologiques différents sous-tendaient et renforçaient les relations entre parlementaires et notables. Cela n’était toutefois pas un obstacle à l’établissement de fronts communs d’influence. Ceux-ci paraissent surtout actifs durant la première moitié des années vingt, au temps d’un éphémère « New deal colonial » (G. Meynier155) porté tout à la fois par le renforcement du parti colonial à la Chambre des députés en 1919 et un mélange d’interrogations et d’exaltations. Nous sommes loin, en 1919, du discours du sénateur Pedebidou en 1908, qui, d’un revers de manche, renvoyait dans les cordes les revendications de notables de Tunisie sous prétexte que l’opinion publique métropolitaine se désintéressait totalement des questions impériales. Dès 1921, une commission spécifique et permanente de « l’Algérie, des Colonies et des Protectorats » était créée à la Chambre156 où se bousculèrent à peu près tous les ténors du parti colonial. Cependant, en dehors des institutions de la République, un premier comité avait, dès 1920, tenté de regrouper les personnalités les plus influentes d’Afrique du Nord : il s’agissait du Comité Bugeaud, créé par Jules Saurin, directeur de la Société des Fermes françaises en Tunisie, dont la fonction était de promouvoir une colonisation ense et aratro, sur le modèle du colon-soldat vanté par Bugeaud. On retrouvait, dans cette structure, Émile Morinaud et Édouard De Warren. Par la suite d’autres conjonctions s’opérèrent. Certaines furent semi-institutionnelles comme la naissance, en 1925, du groupe Maroc-Tunisie au sein du comité de l’Afrique française puis dans sa version parlementaire (qui faisait se côtoyer Warren, Pietri, Baréty et le député d’Alger Mallarmé157) ou directement issues d’une décision ministérielle comme, toujours en 1925, une commission de réflexion sur les municipalités tunisiennes (qui faisait entre autres s’asseoir autour d’une même table l’inévitable Warren et quatre députés d’Algérie : Mallarmé, Fiori et les deux ennemis intimes du Constantinois É. Morinaud et G. Thomson158). Le début des années 1930 marqua l’apogée de ces réseaux : dans le ministère que forma André Tardieu le 2 mars 1930 (et qui chuta en décembre de la même année), nous retrouvons pas moins de quatre personnalités d’importance dont nous venons de croiser la route : le sous-secrétaire d’État Léon Baréty (Budget) côtoyait Émile Morinaud (Éducation physique) alors qu’André Mallarmé occupait le ministère des PTT et, surtout, François Pietri celui des Colonies159. Cette présence dans ce cabinet ministériel de tant de personnalités reliées aux Protectorats eut-elle des conséquences en Tunisie et au Maroc ? Fut-elle l’occasion d’une prise en compte plus intense des vœux des notables coloniaux ? Nous n’avons détecté aucun signe permettant de donner une réponse positive à ces questions.

73Ce constat entre en résonance avec le fait que ces commissions et comités faisaient apparaître une faiblesse structurelle des relais parlementaires des notables à savoir le nombre limité d’élus qui pouvaient se prétendre réellement concernés par le sort des sociétés coloniales des Protectorats maghrébins. François Pietri, Léon Baréty et Édouard de Warren furent peut-être les trois seuls parlementaires in partibus du Maroc et de la Tunisie. Cette faiblesse était à double tranchant pour les notables : d’un côté elle diminuait la possibilité de voir leurs revendications triompher à Paris ; mais d’un autre côté elle faisait d’eux des intermédiaires obligés entre le pouvoir métropolitain (et sa déclinaison résidentielle) et la société coloniale.

Notes

1 Rivet D., Lyautey et l’instauration du Protectorat français au Maroc (1912-1925), Paris, L’Harmattan, 1996, t. I, p. 56.

2 Gaudiani D. et Thiaucourt P, La Tunisie, législation, gouvernement, administration, Paris, éd. P. Dupont, 1910. Ces auteurs ajoutent même que la fonction existerait depuis la création du consulat en 1577. Des éléments importants sur cette fonction au XIXe siècle se trouvent également dans les thèses de Ganiage J. (Les Origines du Protectorat Français en Tunisie, 1861-1881, Paris, PUF, 1959) et de Planel A.M. (De la Nation à la colonie. La Communauté française de Tunisie au XIXe siècle, EHESS, 2000).

3 Nantes, APT 1er V. 355 : une requête adressée au député de la Nation par trente Français, le 18 septembre 1872, fait référence à une liste de vingt noms. En amont du Protectorat, en 1839, le consul Charles de Lagau confectionna une liste de vingt-cinq notables. En outre cette lettre fait explicitement référence au cas d’Armand Bineau qui « demanda et obtint de la chambre de commerce de Marseille la patente de notable » (Planel A.M., op. cit., p. 167).

4 Ibid. lettre du consul Roustan, 10 avril 1878.

5 Ibid. requête adressée au député de la Nation par trente Français, 18 septembre 1872.

6 Avec un renouvellement annuel par moitié : l’élu portait le titre de « deuxième député » l’année de son élection et celui de « premier député » l’année suivante.

7 Planel A.M., De la Nation…, op. cit. : les études familiales (Arnaud, Saccoman, Gandolphe, Monge…) p. 236 à 280 ; p. 655 (tableau des députés du commerce entre 1839 et 1883) ; notices biographiques p. 731 à 754.

8 Il s’agit d’une des familles françaises les plus anciennement installées, sans doute depuis la fin du XVIIe. Alfred Chapelié (qui mourut en 1909) fut le dernier (et le seul à partir des années 1870) à résider encore dans le vieux fondouk attribué autrefois aux Français, à l’entrée de la Médina. Cf.Ganiage J., Les Origines…, op. cit. et Planel A.M., De la Nation…, op. cit.

9 A. M. Planel relate les différentes voies d’accès à la notabilité française des Israélites via l’obtention d’un mandat de député de la Nation. Celle-ci était relativement aisée pour les Juifs français (encore qu’il y eut des périodes sinon d’antisémitisme du moins d’une certain relégation, notamment entre 1850 et 1860). Elle était plus ardue pour les Juifs d’origine italienne et livournaise (les « granara ») eux-mêmes scindés en deux groupes, déterminés par le traité tuniso-toscan de 1846 (ceux qui étaient arrivés avant 1822, les « Vieux Livournais », comme les Valensi, furent considérés comme des sujets du Bey, à l’instar des Juifs autochtones, les « touansa » ; en revanche, ceux qui étaient arrivés après 1822, les « Nouveaux Livournais », étaient traités en ressortissants européens, ce qui facilita leur naturalisation française). Cf. ibid. p. 281 à 308.

10 Ibid p. 681 bis à 730.

11 Ibid., p 656 : un tableau établi à partir des archives de l’Église Sainte Croix de Tunis a permis de construire une liste des unions avec « disparité de culte » : sur les 51 mariages recensés entre 1794 et 1883, la majorité (29 sur 31) eurent lieu à l’intérieur de la communauté chrétienne (catholiques, protestants, orthodoxes…) ; mais il n’est pas inutile de relever 13 mariages christiano-israélites et 3 christiano-musulmans, même si, sur ces 16 mariages, aucun ne fait figurer des familles françaises notables.

12 Ibid., tableau 46 p. 652.

13 Ibid. p. 271, émet toutefois l’hypothèse que les ancêtres de Carolina Tapia, nés à Trieste, se seraient convertis au christianisme.

14 Le plus souvent, en dehors de « la carrière », les titulaires des postes diplomatiques dispersés sur les territoires tunisien (Sfax, Sousse, Kairouan, Le Kef…) ou marocain (Larache, Casablanca, Mazagan,…) ne portaient pas le titre de vice-consul mais celui d’« agent consulaire ». Parfois (surtout au Maroc), ces postes étaient intermittents ou bien étaient occupés par des secrétaires-interprètes ou des drogmen.

15 Martel A., « À l’arrière-plan des relations franco-tunisiennes, deux personnalités du réseau de Lesseps : Luis-Arnold et Joseph Allegro, hommes d’affaires, gens de guerre, agents consulaires, administrateurs (1804-1906) », in Les Relations tuniso-françaises au miroir des élites (XIXe-XXe), actes du colloque organisé à la faculté des lettres de la Manouba, 2-3 décembre 1994, Publications de la faculté des Lettres, 1997, p. 111-120.

16 Cambon P., lettre à Mme Cambon du 3 août 1884, Correspondance 1870-1924, t. I, Paris, Grasset, 1940, p. 235.

17 Crété M., Souvenirs de Tunisie (1866-1914), manuscrit dactylographié [1963], p. 13.

18 Ibid.

19 Planel A.M., De la Nation…, op. cit., tableau LXII, p. 663.

20 Adam A., Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, t. II, Paris, Éditions du CNRS, 1968, p. 623-624.

21 Il s’agit de la date de l’intervention militaire française à l’est du Maroc et à Casablanca : c’est à partir de ce moment qu’Oujda et le Maroc Oriental ainsi que Casablanca et la région de la Chaouia passèrent sous contrôle français.

22 Leyris de Campredon Dr., Quarante-cinq Ans de souvenirs marocains (1904-1948), Casablanca, Imprimerie Rapide, 1949, p. 241-245.

23 Dans l’ordre chronologique : Lhermitte (1877), Reutman (1890), Bigaré (1891), Deschamps (1892), Philip (1893) Hugony et Weisberger (1896), Bernaudat (1897) Leriche (1898), et huit autres personnes entre 1901 et 1903.

24 Katan Y., Oujda, une ville-frontière du Maroc (1907-1956), Paris, L’Harmattan, 1990, p. 45.

25 Créée en 1902 autour de Schneider, elle se lança, surtout après 1904, à la recherche de juteux investissements agricoles ou fonciers. Pour ce faire, elle déploya des agents, mi-négociants mi-aventuriers, dans l’ensemble du Maroc Atlantique. Cf. Guillen P., « Les milieux d’affaires français et le Maroc à l’aube du XXe siècle. La fondation de la Compagnie Marocaine », RH, avril-juin 1963, p. 397-422.

26 Pascon P., Le Haouz de Marrakech, thèse, Rabat, 1977, chap. I.

27 Leyris de Campredon, Quarante-cinq…, op. cit.

28 Miège J.L., « Les origines du développement de Casablanca au XIXe siècle”, Hespéris, 1er-2e trimestres 1953, p. 204-205.

29 Miège J.L. et Hugues E., Les Européens à Casablanca au XIXe (1856-1906), Paris, Larose, 1954.

30 La compagnie Paquet inaugura une ligne Maroc-Marseille en 1860 et entretint dès lors au Maroc un réseau d’agents aux activités parfois polymorphes.

31 LH « Isaac Brudo ».

32 Sur la famille Brudo, outre le dossier LH d’Isaac Brudo et la thèse de J.L. Miège, Le Maroc et…, op. cit., voir Goulven J., « L’établissement des premiers Européens à Mazagan au cours du XIXe siècle », Revue de l’histoire des colonies françaises, 1918, 4e trimestre, p. 393-402.

33 Rabat, AP série D, carton 15.

34 Sur Mogador avant 1912, outre les travaux de J.L. Miège, Le Maroc et…, op. cit., on peut se reporteràJ. Brignon, A. Amine, B. Boutaleb, G. Martinet, B. Rosenberger, M. Terrasse, Histoire du Maroc, Paris/Rabat, Hatier/Librairie nationale, 1967, ainsi qu’à C.A. Julien, Le Maroc face aux impérialismes (1415-1956), Paris, éditions J.A., 1978, et J. Caillé, Les Français à Mogador en 1844, Mogador, Syndicat d’initiative et de tourisme, 1952.

35 Cohen J.L. et Eleb M., Casablanca, Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998, p. 17-24.

36 Jary G., Les Intérêts de la France au Maroc, Paris, éd. Larose, 1911, Chap. V.

37 Veuf assez rapidement, il se remaria avec une sœur de sa défunte épouse et demeura ainsi le beaufrère d’Antoine (avocat, qui fut un des piliers des instances représentatives tunisiennes) et de Dominique (haut fonctionnaire à la Résidence de Tunis, il en sera le secrétaire général adjoint après la Première Guerre Mondiale). Nous reviendrons sur la famille Gaudiani tout au long de cette étude.

38 Guillen P., op. cit.

39 Le Tourneau R., Fès avant le Protectorat, Casablanca, Société Marocaine de Librairie et d’Édition, 1949, chap. II.

40 Julien C.A., Le Maroc face… op. cit., p. 55.

41 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. I, p. 51.

42 Nous renvoyons pour cela aux premiers chapitres de la thèse de D. Rivet, Lyautey…, op. cit.

43 Bourdon G., Ce que j’ai vu au Maroc. Les Journées de Casablanca, Paris, P. Lafitte, 1908, p. 71.

44 LH « Bienaimé », « Merlin » et « Philip ».

45 Knibielher Y., « Des Français au Maroc », in Ethnologie Française, 1993, no 2, p. 185-191.

46 Bourotte M., Pour coloniser le Maroc : La Chaouia agricole, Paris, Hachette, 1912, p. 5.

47 La convention de Madrid permettait depuis 1880 (sous réserve d’une autorisation du sultan) l’exercice du droit de propriété pour les étrangers. Cependant il fallut attendre la signature de l’acte d’Algésiras (7 avril 1906) pour voir ce droit confirmé et facilité : l’article 60 de l’acte détermina la possibilité pour des étrangers de posséder des propriétés sans autorisation maghzenienne pour des terres situées dans un rayon de dix kilomètres (autour des ports) et deux kilomètres (autour de certaines villes comme Azemmour ou Ksar El Kebir), l’autorisation étant maintenue pour le reste du pays. Cf.Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. I, p. 45-46.

48 BOPM no 22 du 28 mars 1913, « Étude sur la Chaouia agricole ».

49 Pascon P., Le Haouz…, op. cit., p. 446 et 448.

50 BOPM no 301 du 29 juillet 1918 : avis de réquisitions foncières sur Oujda no 146 à 152.

51 Jary G., Les Intérêts…, op. cit., chap. II.

52 Smaili A.M., Les Années terribles du Maroc Oriental (1844-1945), 2 vol., Éditions Ben Mimoun pour le tome I (1996) et Éditions Al Joussour pour le tome II (1999). Nous avons essentiellement utilisé le chapitre II du tome II (p. 157-174).

53 Il convient toutefois de nuancer ce décalage des prix en soulignant la différence de qualité des terres : même si le différentiel de prix devait conduire à des menées spéculatives, il s’explique par le contraste entre des terres algériennes déjà valorisées et mises en cultures et des superficies marocaines non défrichées, dont les qualités pédologiques sont limitées (à l’exception des sols alluviaux de la basse vallée de la Moulouya, dans la plaine des Triffas).

54 LH « Maurice Bourotte », « Tiburce Carteaux », « Auguste Krauss », « Émile Pagnon » et « Jules Pascalet ».

55 Nantes, APM Oujda 52 « Notice sur l’exploitation de M. Krauss au Metroh » (23 juin 1915).

56 Navarre A., Un Voyage au Maroc, Paris, Delagrave, 1913, chap. VII, p. 143.

57 Bourotte M., Pour Coloniser…, op. cit.

58 Rivet D. « Mines et politiques au Maroc (1907-1914) », RHMC, t. XXVI, oct.-déc. 1979, p. 559-578.

59 LH « Dorée ».

60 Rivet D., Lyautey…,op. cit., p. 50-51 et note 322 p. 88.

61 LH « Dorée ».

62 LH « Dorée » et D. Rivet, Lyautey…, op. cit., t. I, p. 190-191.

63 LH « Boisset ».

64 Les Guides bleus : Maroc, 8e édition, Paris, Hachette, 1954, p. 276.

65 Visitant Rabat à la veille de la Première Guerre Mondiale, le Bônois Oscar Damichel s’émerveille de la construction d’un luxueux hôtel, celui de la Tour Hassan « qui ne coûtera pas moins d’un million à son propriétaire, M. Leriche – ancien consul de France à Rabat et possesseur en outre d’autres nombreux immeubles d’une considérable valeur », in Damichel O., Voyage au Maroc, Bône, Éditions J. Chambron, 1915, p. 112-113.

66 Rivet D., Lyautey…, op. cit., t. I, p. 89.

67 Jary G., Les Intérêts…, op. cit., p. 120.

68 Certes, bien des voyageurs marquèrent leur déception (Weisberger en 1900, Bensusan en 1904, Bourdon en 1907, Ladreit de Lacharrière vers 1910) mais la prolongation et l’amplification du thème au-delà de 1912 visait d’abord à dévaloriser la période antérieure au Protectorat afin d’en valoriser la politique urbaine. Pierre Faye (Le Maroc s’éveille, Berger-Levrault, 1924) décrit avec outrance le passage d’une ville-gourbi d’avant 1912, livrée aux Espagnols, à un Casablanca des années vingt, ville européenne et cosmopolite, qui évoque tout à la fois l’âge d’or d’Alexandrie et la modernité tapageuse et frénétique de Chicago.

69 Cohen et Eleb, Casablanca…, op. cit., p. 39-40.

70 Nantes, APM CC 382 et LH « Philip ».

71 Penz, C., Trentenaire…, op. cit.

72 L’Essor industriel de Casablanca, Éd. de la Vigie marocaine, 1914 (BGP, C8502). Ce document présente une liste des industries avec leur date d’installation : il n’y aurait aucune fondation avant 1907 et la grande majorité date d’après 1911. Cf.Baïda J., La Presse…, op. cit., et Boutbouqalt T., La Politique d’information du Protectorat français au Maroc (1912-1956), Casablanca, Éditions Maghrébines, 1996.

73 LH « Pierre Fayolle ».

74 Leyris de Campredon, Quarante-cinq…, op. cit., chap. III et LH « P. Bouvier ».

75 LH « Dufeix ».

76 LH « H. Grail ».

77 Penz C., Trentenaire…, op. cit.

78 Nantes, APM CD 350 E, sous-dossier E.

79 Nantes, APM CC 382, dossier LH « Robert Boulle ».

80 Nantes, APM Marrakech 926 (1913-1916).

81 Munoz S., op. cit. et Kniebiehler Y, Emmery G. et Leguay F., Des Français au Maroc, Paris, Denoël, 1992. Cependant, nous avons surtout exploité les témoignages recueillis par Y. Kniebiehler, qui servirent de base à l’écriture de son livre. Ils sont aujourd’hui conservés aux Archives d’Outre-Mer à Aix en Provence sous la cote 89 APOM (sur Gaston Bernaudat, voir le témoignage de son petit-fils P. Moniot).

82 Jacquier P. et Pranal M., Gabriel Veyre, opérateur Lumière. Correspondance (1896-1900), Arles, Actes Sud/Institut Lumière, 1996 et Abdelouahab F., Jacquier P. et Pranal M., Le Maroc de Gabriel Veyre (1901-1936), Paris, Éd. Kubik, 2005.

83 G. Jary, Les Intérêts…, op. cit. chap. IV.

84 BOPM no 276 du 4 février 1918, Req. 1307 (C) et BOPM no 318 du 25 novembre 1918 Req 1846 (C) à 1851 (C).

85 BOPM no 286 du 15 avril 1918 Req 1242 (C) : il s’agit d’un terrain de mille mètres carrés acheté avec l’Anglais Butler.

86 LH « Veyre » (notices et lettres de soutien de 1904 à 1914) ainsi que le livre écrit par G. Veyre (Au Maroc : dans l’intimité du Sultan, Librairie Universelle, 1905).

87 LH « Veyre », lettre de St René Taillandier à Delcassé du 13 avril 1905.

88 Ibid.

89 Goulven J., « L’établissement… », art. cit., p. 393.

90 L’incertitude sur les dates provient de légers désaccords dans nos sources. Pour Philip, la date « haute » est celle que donne A. Brochier et la « basse » se trouve dans le livre de Campredon. Pour Amieux, c’est Campredon qui donne 1903 et le dossier LH qui annonce 1904.

91 Tout en restant présents : Philip siégeait toujours à la CCI de Casablanca dans les années vingt (Penz, op. cit.) et Bernaudat appartint à la commission municipale de Rabat jusqu’au milieu des années trente.

92 Nantes, APM DI 151.

93 Lambert 1912.

94 Nantes, APM DI 427, tableau (au 1er janvier 1931) des associations autorisées en vertu du dahir du 24 mai 1914.

95 Nantes, APM Casablanca 26, note du 26 avril 1926 (sur une messe à la mémoire de Philippe d’Orléans).

96 Rabat, AP B 39 et Brochier « Gieure P. »

97 Antoine Colonna, au croisement des réseaux corses et du syndicalisme corporatiste des fonctionnaires (l’un recouvrant parfois l’autre), élu à la Constituante en 1945, continua de siéger au titre des Français de Tunisie de 1947 à 1959 tout comme Louis Brunet (mais qui, lui, se retira en 1952). Au Maroc, sur les trois députés mandatés pour la Constituante en 1945, un seul perdura au palais du Luxembourg après 1946 (le socialiste Jean Leonetti).

98 On peut toutefois noter, en Algérie, un exemple assez proche de circulation politique entre l’Afrique du Nord et la Corse : Dominique Forcioli fut en effet sénateur et député de Constantine de 1883 à 1898 puis député d’Ajaccio de 1905 à 1910.

99 Sauf indication différente, les informations liées aux biographies des parlementaires cités dans la suite de notre travail proviennent de Jolly J. (sous la dir. de), Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.

100 Binoche-Guedra J., « La représentation parlementaire coloniale (1871-1940) » RH, no 586, 1988, p. 521-535.

101 Rougier J. C., Précis de législation et d’économie coloniales, Paris, Éd. Larose, 1895, p. 344.

102 Le compte rendu des séances existe sous la forme de deux forts volumes : Congrès de l’Afrique du Nord. Compte rendu des travaux, publié par Charles Depincé, Comité d’Organisation du Congrès, 1909.

103 Lambert 1912, « Arragon Henri ».

104 Du moins si l’on en croit le polémiste anticolonialiste V. Spielman, in Les grands Domaines nord africains. Comment et pourquoi on colonise, Éditions Trait d’Union/Imprimerie La Laborieuse, 1928.

105 Congrès de l’Afrique du Nord. Compte rendu des travaux, op. cit., t. I, p. 541.

106 LH « Aucouturier », « Lakanal », « Serres ».

107 La Méditerranée illustrée no 6 du 11 juin 1921.

108 La Méditerranée illustrée no 49 du 8 avril 1922.

109 Andrew C. M., Grupp P., Kanya-Forstner A.S., « Le mouvement colonial français et ses principales personnalités », RHFOM, t. LXII, no 229, 1975, p. 640-673.

110 Ageron C.R., France coloniale ou parti colonial ?, Paris, PUF, 1978, p. 144-150.

111 Binoche J., Le Rôle des élus de l’Algérie et des colonies au parlement sous la Troisième République (1871-1940), thèse (Université de Poitiers), 1987.

112 Célarié H., « Chez nos colons du Maroc », Revue des Deux-Mondes, 15 juin 1928, p. 876-904.

113 Bourdet C., « Les maîtres de l’Afrique du Nord », Les Temps modernes, no 80, juin 1952.

114 Gallissot R., Le Patronat européen au Maroc (1931-1942), Casablanca, EDDIF, 1990, [1ère éd. 1964], p. 105-106.

115 Afrique du Nord Illustrée, no 90, 19 février 1921, p. 11.

116 Binoche J., Le Rôle des élus…, op. cit.

117 Nantes, APT 1er V 1658.

118 Le Colon français no 617 du 2 février 1919.

119 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 462.

120 La Méditerranée illustrée no 50 du 15 avril 1922.

121 Paris, MAE, série Protocole, C 60, Voyage du Président de la République au Maroc en octobre 1930.

122 Louis Proust fut commissaire du Gouvernement à l’Exposition Coloniale de Strasbourg en 1924.

123 BOPM no 76 du 10 avril 1914. Voir aussi Rendu C., La Saga des pionniers, Lyon et la Tunisie (1880-1914), Oullins, édition Chantoiseau, 1995, p. 198-202.

124 Nantes, APT 1er V. 1678 à 1692 : la première de ces conférences eut lieu à Alger en 1923, l’année même de la publication de l’ouvrage programmatique d’A. Sarraut. Par la suite elle prit ses quartiers à Rabat (1924, 1928, 1933), Tunis (1926, 1931) ou encore Alger (1927, 1930).

125 Le Colon français no 909 du 5 septembre 1924.

126 Témoignage de F. Arnoulet.

127 Nantes, APT 1er V. 1660 : lettre du Résident général au ministre des Affaires étrangères (28 mars 1935).

128 Nantes, APT 1er V. 952.

129 BOPM no 52 du 24 octobre 1913.

130 Arrouas « Warren (De) Comte Édouard ».

131 La Tunisie Illustrée du 15 janvier 1921, p. 11.

132 Le Colon français no 834 du 7 avril 1924.

133 La Tunisie Illustrée du 15 janvier 1921, p. 11.

134 Lambert 1912 « Warren (De) comte Édouard ».

135 Jolly J., Dictionnaire…, op. cit., p. 3216-3217.

136 Lambert 1912,« Warren (comte Patrice de) » et Nantes, APT 1er V. 1659.

137 Nantes, APT 1er V. 1658.

138 Nantes, APT 1er V. 331 B, rapport du commissariat de police no 2151 en date du 23 juin 1936.

139 Arrouas et LH « Montureux (De), A. ».

140 Le Colon français no 915 du 18 octobre 1924.

141 Lambert 1912 p. 119, Arrouas, et LH « Coanet Armand ».

142 Nantes, APT 1er V 952 : il s’agit de notes de police prises lors des débats publics de ces deux députés.

143 Nantes, APT 1er V 951.

144 Rendu C., La Saga…, op. cit., p. 154.

145 Nantes, APT 1er V. 949.

146 Lambert 1912 « Coste Jean ».

147 Nantes, APT 1er V. 948, discours de J. Gau lors de la visite de T. Delcassé à Sfax le 24 avril 1903.

148 Nantes, Per 254, procès-verbal de la Conférence Consultative, 43e session, novembre 1918.

149 Le Colon français, 5 janvier 1919, no 613.

150 Et ce jusqu’à nos jours si l’on en juge par les témoignages que nous avons recueillis et qui prenaient soin d’établir de fermes et nettes distinctions d’avec l’Algérie.

151 Discours d’Émile Morinaud à la Chambre des députés le 20 janvier 1925 cité inSomaï M. Le Rôle de la colonie française dans l’évolution politique de la question tunisienne (1936-1954), Thèse, Université de Grenoble II, 1993-1994, t I, p. 14.

152 L’Afrique du Nord Illustrée, no 91 du 27 janvier 1923.

153 Nantes, APT 1er V. 1659.

154 Rendu C., La Saga…, op. cit., p. 154-164.

155 Meynier G., « Les années vingt : un New Deal colonial ? » in Histoire de la France coloniale, sous la dir. de C.R. Ageron, Presses Pocket, 1996, t. II, p. 465-530.

156 Ibid.

157 Nantes, APT 1er V. 1658.

158 Nantes, APT 1er V. 2192.

159 Bonnefous E., Histoire politique de la Troisième République, t. V (1930-1936), Paris, PUF, 1973, p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540