Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notables des colonies

 | 
David Lambert

Première partie. L’espace du notable

Chapitre I. Nommer, identifier

Texte intégral

  • 1 Julien C. A., L’Afrique du nord en marche, Paris, Julliard, 1952, p. 62.

1Dans un livre écrit au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, Charles-André Julien décrivait un Maghreb dominé par des « dynasties bourgeoises » semblables à celles de métropole. Ces « dynasties » étaient composées de « Grands propriétaires fonciers, hommes d’affaires, propriétaires de journaux, politiciens et hauts fonctionnaires » accusés de « [tisser] la même trame1 ». Sans utiliser le terme, Charles-André Julien dressait ainsi un premier portrait de groupe d’une véritable élite coloniale, diverse en ses profils socioprofessionnels, mais unie autour d’un exercice du pouvoir conservateur et crispée sur ses privilèges.

Élite coloniale ou notables coloniaux ?

L’élite coloniale existe-t-elle dans les Protectorats ?

  • 2 Chaussinand-Nogaret G. (sous la dir. de), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Pari (...)

2Le terme d’élite est d’un usage classique au sein de l’historiographie française. Son sens heuristique est bien balisé au sein des principaux champs disciplinaires des sciences humaines. Il présente l’avantage d’associer, autour du concept de pouvoir, des groupes issus d’horizons différents (les ministres comme les grands propriétaires terriens, les prélats de l’Église comme les barons de l’industrie lourde…). Guy Chaussinand-Nogaret donne de l’élite une définition relativement intemporelle dans la mesure où il la décrit comme constituée par « la fraction de la population où se concentrent puissance, autorité et influence. [Elle est] fondée sur la naissance, le savoir ou l’argent2 ».

  • 3 Damichel O., Voyage au Maroc, Bône, éd. J. Chaudron, 1915, p. 117.

3Dans le cas des Protectorats, il existe bien, du moins en théorie, une élite française que l’on pourrait comparer, sur un mode mineur, à n’importe quelle élite métropolitaine locale ou provinciale : chefs d’entreprises, journalistes, haut fonctionnaires, grands propriétaires, magistrats, avocats… À la veille de la Première Guerre Mondiale, un érudit bônois, Oscar Damichel, tombé sous le charme de la vie mondaine de Rabat à laquelle présidait Mme Lyautey, se plaisait à décrire le décor « verdoyant et fleuri de la Résidence ». Il s’extasiait ainsi sur une sociabilité des plus parisiennes où la coquetterie féminine se laissait contempler lors de « jeux, sauteries, concerts, lunchs… » où se pressait « tout le high-life de Rabat3 ». Une telle description laisse sceptique : le ton affecté de l’auteur, sa volonté suspecte de peindre Rabat comme un enchantement où triomphent la rationalité, l’ordre, le calme et la beauté, et Casablanca comme un cauchemar sur lequel planent les spéculations internationales et l’anarchie immobilière, installent un doute sur sa sincérité. Et ce d’autant qu’il avoue son amitié pour Croizeau, originaire de Bône comme lui, et qui était, à ce moment-là, un des principaux hommes d’affaires français de Rabat.

4Cependant qu’en est-il alors de cette haute société coloniale ? Il faudrait d’emblée établir une nuance importante par rapport à la métropole : une partie de cette élite, en particulier celle qui doit sa position au service de l’État et de l’administration, est particulièrement instable. Qu’il s’agisse de fonctionnaires du Quai d’Orsay ou bien de personnes détachées d’autres ministères, leurs états de services dans les Protectorats sont généralement limités dans le temps et ne se comprennent que comme un moment de leur carrière, parfois fort bref.

5Par ailleurs, un deuxième argument peut être invoqué afin de marquer un clivage net au sein de cette élite coloniale : non seulement son versant administratif s’enracine peu dans la société coloniale, mais il ne se mélange guère avec le versant lié au commerce, à l’agriculture, aux professions libérales… Nulle trace ici d’une ambiance métropolitaine, typique du faubourg Saint-Germain, où des soirées raffinées verraient se côtoyer ambassadeur de France et banquiers, aristocrates, haut fonctionnaires et artistes en vogue. Ce monde n’est pas proustien et Bergotte, Norpois, les Guermantes et les Verdurin n’avaient aucune chance de se retrouver ensemble, même dans une somptueuse villa d’Anfa ou du Belvédère. Le monde des affaires, pour un fonctionnaire résidentiel, était encore un monde d’affairistes ; et pour le parvenu colonial tout fonctionnaire était, sinon un parasite, du moins un mal nécessaire dont on essaie de contenir le nombre par souci financier.

  • 4 Thabault R., Souvenirs d’un universitaire français en service au Maroc, manuscrit dactylographié [ (...)
  • 5 Le Colon français, no 900, 5 juillet 1924.
  • 6 Le Colon français, no 1279, 12 décembre 1931.
  • 7 Sébillote R., Ksar El Ahmar ou la Vie de colon dans le sud tunisien, t. II, Morières-les-Avignon, (...)

6Ce clivage se décline dans la sociabilité quotidienne, celle de la fréquentation féminine et des soirées mondaines. Ainsi, au seuil des années cinquante, si l’on en croit l’expérience de Roger Thabault4, alors directeur de l’Instruction Publique à Rabat, il n’est guère de mondanités réunissant le Tout-Rabat, celui des commerçants aisés, des avocats en vue et des hauts fonctionnaires policés : hormis quelques exceptions institutionnalisées (le nouvel an, la fête nationale), vin d’honneur et mondanités n’accueillent que des participants issus d’un même milieu socioprofessionnel. Le même Roger Thabault, avec le regard aiguisé d’un lecteur du Côté de chez Swann, remarque que les épouses de fonctionnaires ne reçoivent que d’autres épouses de fonctionnaires, délimitant ainsi avec encore plus de netteté l’existence de deux mondes sociaux qui se côtoient à peine, se méprisent un peu, ne se mélangent jamais. Dans le même ordre d’idées, il serait tout aussi intéressant de se plonger dans une étude fine de la conjugalité en terres coloniales. Donnons trois exemples instructifs, à défaut d’avoir démontré qu’ils pouvaient être représentatifs. Le mariage, en 1924, de la fille du directeur général des Travaux Publics de Tunisie avec l’ancien chef de cabinet du Résident Général témoigne5 d’une certaine clôture de ce milieu des hauts fonctionnaires résidentiels ; il dessine, par la conclusion qu’il représente, une certaine carte sinon du Tendre, du moins du marché matrimonial et des sociabilités intimes dont les limites semblent correspondre à celles de la haute fonction publique. Et même lorsque l’un des mariés n’était pas fonctionnaire lui-même, jeter un regard sur la profession des parents renforce encore cette impression d’une solide endogamie : le mariage, en 1931, du fils de Lucien Dubourdieu, ancien conservateur de la propriété foncière, et de la fille d’A. Soubrane, directeur général des finances6, ou encore en 1933 le mariage du fils du directeur des manufactures de Tabacs, Louis Jouanneau, avec la nièce d’Aristide Bénazet, ancien chef de service à la Résidence et receveur municipal de la ville de Tunis7, achèvent de nous convaincre de la quasi-inexistence d’une certaine porosité sociale tant au niveau des parents que des enfants, entre le milieu des hauts fonctionnaires résidentiels et le reste de la colonie française.

  • 8 Leyrisde Campredon Dr, Quarante-cinq Ans de souvenirs marocains (1904-1948), Casablanca, Imprimeri (...)

7Un deuxième clivage s’observe aussi au niveau de l’habitat et des relations interpersonnelles. Lorsque le docteur Leyris de Campredon8 vécut à Casablanca (entre 1915 et 1921), il pratiqua une sociabilité limitée à un club de bridge, fort sélect au demeurant, mais qui ne semblait fréquenté que par des fonctionnaires importants (de la Résidence, des douanes…) ou bien des médecins. Installé entre 1921 et 1927 à Fès où il venait d’être nommé directeur du bureau d’hygiène, Campredon se retrouva locataire d’une partie d’une grande maison traditionnelle fassi, située en médina (le Dar Scali), qu’il partageait avec deux autres locataires, un colonel de la Légion Étrangère (et son épouse) et la veuve de l’ancien chef des services municipaux.

8L’impression d’un entre-soi de la fonction publique se renforce encore quand on constate que, passé 1912, Campredon semble évoluer dans un milieu exclusivement composé de militaires, de médecins (d’hôpitaux ou de dispensaires) et de fonctionnaires de la Résidence.

9Dans ces conditions, parler d’élite coloniale, au singulier, n’a guère de sens. Même si l’on peut mettre en évidence, de temps à autre, d’inévitables collusions, des rencontres d’intérêts, entre hauts fonctionnaires et représentants des élites économiques (par exemple), il est hasardeux de les constituer en un groupe unique, étiqueté « élite » par commodité et imitation métropolitaine. La différence n’est pas superficielle entre un grand propriétaire foncier et un directeur de service à la Résidence : non seulement à l’égard de leur patrie commune d’origine (le premier lui est surtout attaché via son passé, alors que le second y rattache encore son présent et son avenir) mais aussi à l’égard de leur patrie commune d’adoption (où l’un s’enracine alors que l’autre ne fait que passer). Il nous paraît donc souhaitable de ne point porter notre regard sur un groupe factice qui serait l’élite coloniale, mais au contraire de s’attacher à ceux qui firent des espaces tunisiens et marocains le théâtre unique de leurs activités.

Les notables : une « définition improbable9 » ?

  • 9 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface du livre de G. Levi, Le Pouvoir au village, Paris, (...)
  • 10 Palluel-Guilliard A., « Les notables dans les Alpes du Nord sous le Premier Empire », RH, juillet-s (...)
  • 11 Charle C., Les Élites de la République, (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 12.
  • 12 Jouanna A., « Les assemblées de notables » in Dictionnaire d’Ancien Régime (sous la dir. de L. Bél (...)

10Cependant rejeter le terme d’élite ne nous aide guère à cerner avec plus de clarté celui de « notables ». « On est toujours le notable de quelqu’un », déplorait A. Palluel-Guilliard en insistant sur l’aspect relatif de cette notion que l’on devait toujours adapter au groupe particulier étudié10. Ce relativisme débouche sur un problème conceptuel a priori insoluble : tout se passe comme si, dans le cadre d’une recherche spécifique, chaque historien confronté à cette réalité sociale que constituent les notables avait construit sa propre définition en fonction de ses attentes, de ses sources et du cadre social et démographique de son étude. Scrutant les élites françaises de la fin du XIXe siècle, Christophe Charle légitime ce type de démarche empirique « comme le naturaliste change la définition de son microscope selon le phénomène qu’il veut observer11 ». Ainsi Arlette Jouanna, décrivant les notables d’Ancien Régime (comme ceux que réunit Calonne en 1787 afin de tenter de sauver une monarchie affaiblie), insiste-t-elle plutôt sur leur fonction d’intermédiaire, de groupe charnière entre le local et le national, entre une population circonscrite à une échelle infra-régionale et l’élite politique centrale : « Ce sont donc, plutôt que des représentants du royaume, des hommes d’autorité habilités par leur poids social et leur compétence à donner un avis et assez influents pour faire accepter ensuite à l’opinion les décisions royales12. »

  • 13 Conrad O., Le Conseil général du Haut Rhin au XIXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de S (...)
  • 14 Tudesq A. J., « Le concept de notable et les différentes dimensions de l’étude des notables », CM,(...)

11Dans un tout autre contexte, Olivier Conrad note que « les notables sont la vérité politique des élites sociales, les préposés au pouvoir d’une classe sociale13 », soulignant ainsi deux aspects fondamentaux du notable : un pouvoir politique qui s’enracine dans le champ social mais aussi un pouvoir social qui s’actualise et se renforce dans le champ politique. André-Jean Tudesq insiste, quant à lui, sur l’aspect psychologique de la domination des notables, définie comme une « autorité exercée par des hommes sur d’autres hommes et acceptée par ceux-ci14 ».

12Non pas tant un groupe qu’une intersection de deux groupes, avant d’être un état, un statut ou une profession, le notable est donc une dialectique entre le pouvoir politique et le pouvoir social. Ces deux approches, si elles ne sont pas contradictoires, révèlent un flottement conceptuel autour de la définition du notable renforçant l’idée lancée par J. Revel d’« une définition improbable ».

13Cette indécision est sans doute une déclinaison d’un vieux débat historiographique : le notable est-il un type historiquement connoté ou bien un concept sociologique déclinable à loisir selon les époques ?

  • 15 Furet F., La Révolution (1770-1880), Paris, Hachette, 1989.

14Les arguments et les travaux ne manquent pas qui étayent la première affirmation. Décrétant une « fin des notables » à l’orée de la IIIe République, Daniel Halévy accepte la première affirmation en suggérant qu’on ne trouve de notable qu’à l’ombre des manoirs de la campagne française, loin des villes. Ce notable est alors moins un concept ou une notion de sociologie qu’un type, un profil social, une figure d’époque qu’engloutit le double mouvement de l’industrialisation urbanisante et de la démocratisation républicaine. Acteur secondaire sous l’Ancien Régime, mais personnage principal de la scène socio-politique durant la tumultueuse croisière de la Révolution française (c. 1770 - c. 188015), le notable n’acquiert une forme et une validité historiques que dans le double cadre d’une France rurale et d’un système politique censitaire ou plébiscitaire.

  • 16 Tudesq A. J., « Le concept de notable… », art. cit.
  • 17 Mendras H., Les Sociétés paysannes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1995 [1ère éd. 1976].
  • 18 Tudesq A. J., Les grands Notables en France (1840-1849). Étude Historique d’une psychologie social (...)

15Dans ces limites chronologiques, André-Jean Tudesq, à partir de ses travaux sur la Restauration et la Monarchie de Juillet, s’astreint à donner une épaisseur conceptuelle au terme de « notable16 ». Ce dernier se caractérise non seulement par la multiplicité des champs (économique, politique, social, culturel…) où son influence peut agir, mais fonde sa légitimité et sa puissance d’action sur cette multiplicité. Ainsi, en mobilisant des éléments patrimoniaux (données quantifiables comme la fortune, les biens mobiliers ou immobiliers ; ou encore biens symboliques comme le nom, la lignée, la culture…), un individu peut-il se positionner dans un champ particulier : sa fortune peut faire de lui un investisseur comme un employeur en même temps qu’elle le pré-sélectionne, grâce au régime censitaire, pour des fonctions politiques. Son enracinement local (via sa famille, une demeure, des biens fonciers…) peut agir en se combinant avec sa culture, sa maîtrise de la langue pour s’ériger en médiateur entre une société locale et la société globale : médiation technologique (introduction de nouveautés agronomiques ou culturales17) ou médiation politique (à la fois comme informateur privilégié du pouvoir central mais aussi comme disposant d’un pouvoir de conviction sur les individus). Le notable se caractérise donc par son importance (importance de sa fortune, de ses activités), sa visibilité (visibilité de ses biens, de son nom, de ses actions…) et son utilité (utilité pour ses « clients » ou « protégés », pour l’administration, pour le gouvernement…18) dans le cadre d’une société encore fragmentée en archipels villageois. Ici encore on constate l’aspect dialectique que nous avons déjà pu mettre en évidence : le notable est un lien entre pouvoir central et individus ; il fonde sa légitimité, vis-à-vis de chacun de ces deux pôles, sur la relation qu’il maintient avec l’autre pôle.

  • 19 Barral P., Le Département de l’Isère sous la IIIe République (1870-1940), Paris, Armand Colin, 196 (...)

16Par la suite, des historiens vont s’employer à confirmer, compléter ou contredire cette vision. Étudiant les notables au village dans le département de l’Isère19, Pierre Barral, dans un style à la fois impressionniste et incisif proche de celui d’Halévy, en dresse un portrait qui souligne tout à la fois les éléments qui en fondent le pouvoir (la fortune, la culture) et les signes de distinction (l’habit, le repas) :

  • 20 Ibid., p. 99-100.

« On les qualifiait de Messieurs et leur costume, plus ou moins endimanché, les distinguait des exploitants même riches. Ils avaient reçu quelque instruction et ils étaient abonnés à un journal. Habitant un véritable château ou plus simplement une vaste maison, ils avaient pour péché mignon les longs procès et les repas avec de nombreux invités et de nombreux plats, les machons20. »

  • 21 Ibid., p. 324.

17Le déplacement, par rapport au modèle Halévy/Tudesq, ne réside pas dans la définition même du notable mais dans l’extension des limites chronologiques de son existence dans la mesure où Pierre Barral commence son étude au moment précis (1870) où Daniel Halévy plaçait l’oraison funèbre des Messieurs, pour la mener jusqu’en 1940. Certes, concède P. Barral, le modèle du notable selon Halévy, pour qui « l’autorité dans la cité » repose sur « l’autorité dans la société21 », perdure au-delà de 1870 au travers d’une valorisation politique de la richesse héritée qui, pour un candidat, est synonyme tout à la fois d’indépendance, de considération, et de multiples vins d’honneur et autres banquets de campagne. Cependant le modèle évolue : aux classiques « coqs de village » et autres gentilshommes campagnards, s’ajoute désormais le binôme antagoniste constitué par le prêtre et l’instituteur, sans oublier l’héritier républicain, fils de proscrit du second Empire ou d’élu, qui peut revendiquer sa filiation comme une marque de distinction monnayable sur le marché électoral. P. Barral ajoute à cette première évolution, en reprenant à son tour la traque d’une « fin des notables », l’érosion de l’influence des notables traditionnels sous le double effet cumulé des revers de fortune et de la désagrégation des liens interpersonnels dans le cadre de la société rurale. Cependant cette érosion est aussitôt nuancée par le constat d’un déplacement institutionnel de l’influence du notable : délaissant peu à peu le champ politique (où la concurrence des comités radicaux et des sections socialistes dresse des obstacles difficiles à franchir), cette influence investit le champ du syndicalisme agricole, permettant ainsi une forme de reconversion de la notabilité dans un contexte démocratique.

  • 22 Grémion P., Le Pouvoir périphérique en France. Bureaucrates et notables dans le système politique (...)
  • 23 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1991, chap. I.

18Cette dernière idée est importante et rejoint la formule de Pierre Grémion selon laquelle « les notables passent, le système notabiliaire reste22 ». De son côté, Christophe Charle fait remarquer que si l’on peut identifier un « temps des notables » entre 1815 et 1870, leur « fin » ne correspond pas à leur disparition mais à la modification de leurs modes de domination et d’intervention dans la vie publique23.

19Tout se passe comme si la fonction du notable, celle d’un intermédiaire entre la société locale et les différentes strates du pouvoir (du régional au national), celle d’une interface entre le monde social construit par des relations interpersonnelles et le monde politique parcouru par des réseaux parfois abstraits, perdurait au-delà des variations historiques qui donnent formes et contours à ce type social.

20Max Weber avait d’ailleurs fourni une définition du notable qui permet de rendre compte non seulement du mélange d’objectivité et de subjectivité caractéristique de ce type social mais aussi du caractère trans-historique de ce personnage :

« Nous appellerons « notables » les personnes qui :

1 - de par leur situation économique, sont en mesure, à titre de profession secondaire, de diriger et d’administrer effectivement de façon continue un groupement quelconque, sans salaire ou contre un salaire nominal ou honorifique.

  • 24 Weber M., Économie et société, Paris, Pocket, « Agora », 1995, t. I, p. 378.

2 - Jouissent d’une estime sociale –peu importe sur quoi celle-ci repose–, de sorte qu’ils ont la chance d’occuper des fonctions dans une démocratie directe formelle, en vertu de la confiance de ses membres, d’abord par acte volontaire, puis à la longue par tradition24. »

  • 25 Veyne P., Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, (...)

21Importance, visibilité, utilité par rapport à la société mais aussi relais, médiation, interface entre le pouvoir gouvernemental s’appuyant sur ses prolongations administratives et la société vécue, celle du quotidien et du « visuel » comme disait Jacques Berque, de la profession, du rapport interpersonnel : le notable est à la fois un représentant et une représentation. C’est un représentant car c’est avant tout un individu désigné, choisi, élu pour être un porte-parole auprès de l’État, pour représenter un groupe d’individus ; mais c’est aussi une représentation car cette désignation et ce choix sont issus avant tout de sa mise en scène des données objectives de son identité (son patrimoine, sa fortune, sa profession, sa culture…) et de sa volonté de jouer un rôle politique alors qu’il brûle déjà les planches de l’économie, du social ou de la culture. Afin de circonscrire le groupe, Paul Veyne, prenant appui sur Max Weber, précise que « le notable […] est un amateur qui consacre ses loisirs à une activité non rétribuée, en quoi il se distingue tant du professionnel que du fonctionnaire. Il n’est pas pour autant un privilégié, un noble, en ce sens qu’aucune disposition formelle, écrite ou non, ne lui réserve cette activité25 […] ».

22Notre étude s’appuiera sur cette définition de Weber, précisée par Paul Veyne, afin d’inclure ou non, dans le groupe des notables, les personnalités françaises des Protectorats maghrébins : d’abord ceux qui disposent, via une élection ou une nomination, d’un mandat au sein d’une assemblée politique ou économique ; ensuite, nous inclurons ceux qui président une association, disposant ainsi d’une certaine surface sociale voire politique.

23Il convient toutefois, afin de préciser le corpus, de se livrer à une évaluation rapide de la possibilité d’une présence de notables dans le contexte colonial des Protectorats.

Présence du notable dans les Protectorats : des « féodaux sans pacte […] des fonctionnaires sans service26 » ?

  • 26 Berque J., De L’Euphrate à l’Atlas, tome I, Paris, Sindbad, 1978, p. 216.
  • 27 Charle C., Les Élites de la République, Paris, Fayard, 1987. L’auteur précise toutefois que si le (...)

24A priori, l’existence de la figure du notable paraît incompatible avec l’histoire même des Protectorats. Le principal élément à plaider contre cette existence est la durée. En effet, le rapport au temps est fondamental pour l’affirmation du notable et A. J. Tudesq en fait la première caractéristique de son identité : le notable est d’abord un homme enraciné, inscrivant son présent et son avenir dans la prolongation d’un passé familial, ancré dans un lieu précis ; la stabilité intergénérationnelle de la fortune, la mémoire partagée par ses contemporains d’une généalogie (pas forcément aristocratique) valorisante, l’appui apporté par des réseaux sociaux qui peuvent s’identifier à des ramifications familiales, tout cela fait de la notabilité une caractéristique qui s’inscrit dans un temps long, qui se construit, se conforte, génération après génération. C. Charle ne dit pas autre chose lorsqu’il fait remarquer que le temps des notables halévien s’interrompt brutalement avec la mise en place, après 1870-1880, d’un véritable système méritocratique : les « capacités » qui en sont issues vivent ainsi dans un temps court, celui des diplômes et de la réussite individuelle, obligeant ainsi la société à s’éloigner du rythme de la famille pour celui de l’individu27. Or l’histoire des Protectorats s’inscrit non seulement dans un temps court (trois générations pour la Tunisie, à peine deux pour le Maroc) mais aussi dans un temps accéléré : les fortunes outre-Méditerranée peuvent être rapides, instables et incapables de tenir plus d’une génération.

25Pourtant deux éléments nous conduisent à affirmer que le notable existe bien dans le cas des Protectorats : tout d’abord le cas de l’Algérie montre l’existence de ce groupe et son originalité dans un contexte colonial ; et ensuite, une des principales causes de l’effacement des notables en métropole, à savoir le suffrage universel, n’est pas à l’œuvre dans les Protectorats. Examinons ces deux faits en détail.

26Les notables existent dans le contexte algérien, qu’il s’agisse de grands propriétaires ou hommes d’affaires, qui furent aussi des élus locaux typiques du paysage institutionnel français.

  • 28 Prochaska D., Making Algeria French. Colonialism in Bône (1870-1920), Cambridge University Press/M (...)
  • 29 Ageron C.R., Histoire de l’Algérie contemporaine, t. II (1871-1954), Paris, PUF, 1979.
  • 30 Nora P., Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961, p. 93.
  • 31 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 173.

27Étudiant la ville de Bône, David Prochaska consacre tout un chapitre à Jérôme Bertagna, « The boss of Bône28 », en montrant comment ce dernier, usant de corruption et de clientélisme, avait développé un pouvoir quasi-absolu sur la ville dont il fut le maire de 1888 à 1903. C. R. Ageron avait déjà donné une vision proche, pour l’ensemble de l’Algérie en distinguant toutefois des niveaux de notabilité29 : au sommet, un groupe restreint d’individus cumulaient tout à la fois la richesse (essentiellement foncière mais en général investie également dans l’immobilier, le transport et l’industrie), le prestige d’un mandat politique métropolitain (député ou sénateur) et, souvent, la propriété (ou la complicité) d’une entreprise de presse : tels furent les sénateurs Mauguin (maire de Blida et patron de presse puissant) ; Borgeaud (propriétaire des 1 800 hectares du Domaine de la Trappe mais surtout actif après 1945) ; Duroux (radical, propriétaire de la plus importante minoterie d’Algérie mais aussi d’immenses domaines viticoles, de journaux comme L’Écho d’Alger…) ; Cuttoli (avocat, député puis sénateur) ; ou encore le député Morinaud (maire de Constantine). Ces élus exerçaient une véritable tutelle officieuse sur l’administration, de la surveillance des nominations (du préfet à l’instituteur) à l’organisation des dépenses d’équipement (port, routes…). Sans les désigner explicitement, Pierre Nora parle de « sudisme » et de « féodalité » algérienne dans la mesure où le pouvoir de certains liait en une même gerbe autorité politique, puissance foncière et commandement des hommes et des esprits30. Les analogies ainsi choisies par P. Nora avec les États-Unis esclavagistes et la période médiévale suggèrent bien une ambiance politique particulière, soulignent avec force l’existence et la puissance d’une classe de notables coloniaux. Analogies que l’on pourrait faire également avec le caciquisme espagnol à condition de caractériser ce pouvoir colonial, à la suite de Jacques Berque, comme un pouvoir qui « cumule les astuces du chef-lieu et les prestiges du grand domaine31 » et qui permettrait d’inclure, à ce premier cercle de notables, un second cercle, composé d’élus de moindre envergure mais indispensables à la constitution d’un véritable système politique.

  • 32 Ageron C.R., Histoire de l’Algérie…, op. cit., p. 365.
  • 33 « L’Européen même nanti, même comblé, ne voit partout que conspirations et complots », écrit Jacqu (...)

28Ainsi, au-dessous de cette aristocratie ayant pignon sur rue à Alger voire à Paris, « s’agitait tout un monde de politiciens locaux, d’obédience diverse mais à majorité radicale, tous solidement enracinés dans leurs terroirs locaux […], conseillers municipaux et généraux, souvent délégués financiers, bien peu arrivèrent à faire une carrière de parlementaire. Ils prétendaient donc la dédaigner, les affaires de l’Algérie devant être réglées sur place32. » Ces deux niveaux, reliés par des liens de protection, structurés par les luttes de clans et unis par la même crainte de l’Indigène (fût-elle mâtinée de paternalisme voire de réelle empathie33) forment un tissu humain relativement dense où l’entrelacs de la fortune, de la possession foncière, de l’influence sur les esprits et des règles démocratiques du jeu républicain dessine les motifs d’une vie politique bien particulière.

29Cependant l’existence d’un tel tissu est plus discutable dans le cas de la Tunisie et du Maroc, où la vie politique pouvait sembler sinon atrophiée du moins peu comparable au système politico-social susceptible de voir s’épanouir le modèle du notable à l’algérienne. Pourtant, ce qu’il nous faut remarquer d’emblée, c’est la fréquence d’utilisation du terme même de « notable » dans le cadre des Protectorats tunisien et marocain, un usage à la fois enraciné, banal et, ce qui importe surtout, institutionnel.

  • 34 Nantes, APT 1er V. 355, lettre du 10 avril 1878.
  • 35 Nantes, APT, 1er V. 355 : requête de la colonie française au premier député (18 septembre 1872) ci (...)

30Enraciné car dès avant la mise en place des Protectorats, le mot est utilisé pour désigner les représentants du négoce, en Tunisie, comme l’indique une lettre que le consul Roustan adresse en 1878 à « Messieurs les notables français, chefs des maisons de commerce de Tunis34 ». Il s’agit pour le consul non pas tant de caractériser ainsi la totalité des négociants mais d’interpeller ceux auprès de qui il a choisi de prendre conseil. Il s’agit là d’une nuance fondamentale (que l’on va retrouver dans la pratique des Résidents généraux) : le notable se définit autant (si ce n’est plus) par le regard porté sur lui par l’administration qui le désigne comme intermédiaire et relais de son action que par des caractéristiques (fortune, profession…) qui lui sont propres. De fait, il existait bien dans la Tunisie pré-coloniale, une structure nommée « Corps de notables du commerce français de Tunis ». Il s’agissait d’un groupe constituant le corps électoral des deux « députés de la Nation », chargés de représenter et de gérer les intérêts français en Tunisie depuis le XVIIe siècle. Les membres qui composaient ce corps électoral étaient « choisis de préférence parmi les amis du pouvoir, le plus grand nombre nommés sous [le Second] Empire35. » C’est au consul que revenait la tâche de composer, à sa discrétion, le corps des notables même si des éléments plus objectifs comme l’assise économique ou l’envergure commerciale devaient guider son choix.

  • 36 Rabat AP, carton A 1731.

31Banal dans la mesure où la correspondance administrative courante en porte la trace. Exemple parmi d’autres : en janvier 1924, le chef des services municipaux de Kénitra écrit au Secrétaire Général du Protectorat marocain afin de justifier l’éviction d’un membre de la commission municipale : « [il] ne possède pas d’emploi suffisamment stable ou de position assise pour être compté au nombre des habitants notables de Kénitra36 ».

32Institutionnel enfin, car le terme est utilisé dans un cas très précis, à savoir les actes administratifs liés à la désignation des membres des commissions municipales. Qu’il s’agisse des arrêtés de nomination publiés dans le Bulletin Officiel (en Tunisie et au Maroc) ou bien des fiches-types que les fonctionnaires locaux devaient renseigner afin d’informer leur administration centrale sur les postulants, c’est le terme de « notables » qui était retenu. Cette réactivation, dans le contexte des Protectorats, du sens institutionnel et juridique (et non social comme en métropole) du terme de « notable » interrogea les juristes et les fonctionnaires des deux Résidences. Ces derniers prirent conscience non seulement qu’on ne pouvait utiliser, en milieu colonial, les mêmes grilles de lecture qu’en France afin de jauger et définir la notabilité d’un individu, mais aussi qu’il était nécessaire de donner une définition positive et précise du mot dans la mesure où l’on prétendait en faire une catégorie à usage politique.

  • 37 LH « François Paoli ».
  • 38 Berque J., De L’Euphrate à l’Atlas, t. I, Paris, Sindbad, 1978, p. 221-222.

33Quelques dossiers de candidature à la Légion d’Honneur présentent ainsi des développements que nous interprétons comme des tentatives pour dégager des fondements de la notabilité en terre de Protectorat. Dès lors le notable peut s’identifier à une « personnalité politique très influente et très écoutée [qui] ne se lasse pas de consacrer au sein des diverses assemblées auxquelles il appartient […], toute son activité à rendre plus étroites, plus intimes et plus confiantes, les relations des éléments populaires français et tunisiens de ce pays entre eux et dans leur rapport avec l’administration du Protectorat37 ». Rapprocher les communautés, être un élément de soudure entre le pays réel et l’administration française, voilà le notable dont rêvait tout contrôleur civil. Jacques Berque, alors jeune fonctionnaire, dressa un portrait de ce notable idéal en la personne d’Émile Biarnay : loyal envers la République, respecté autant par les Marocains que par les Français, arbitre de conflits inter ou intra communautaires, agriculteur performant et innovant, il associait les qualités qui auraient dû être celles de ces « masses de granit » sur lesquelles l’administration coloniale espérait s’appuyer. Cependant Berque n’était point dupe du caractère exceptionnel voire unique d’une telle personnalité : « de lui à moi s’était reconnue la veine d’« affaires indigènes », seguia souterraine à laquelle bien peu de Français se sont abreuvés38. »

  • 39 Casinière H. (de la), Les Municipalités marocaines, leur développement, leur législation, Casablan (...)
  • 40 Rectenwald G., Les Assemblées élues du Protectorat français de Tunisie, Alger, Soubiron, 1931, p.  (...)
  • 41 Ibidem.

34Cependant les juristes qui se consacraient à la codification des normes de droit dans les Protectorats ressentirent la nécessité de donner un contour plus solide à cette notion de notable qui, si elle était désormais absente du corpus juridique métropolitain, connaissait un renouveau indéniable en Tunisie et au Maroc. Encore faut-il remarquer que cet effort de définition était souvent de biais. Dans son traité sur les municipalités marocaines, Henri de la Casinière donna bien quelques définitions mais se garda bien de parler explicitement de « notables » : il écrivit ainsi que l’administration devait rechercher la collaboration de « la partie raisonnable et compétente du public » ce qui correspondait pour lui à des critères bien précis comme « l’honorabilité, [la] connaissance des affaires et l’estime des […] concitoyens39 ». En Tunisie, le détour utilisé consistait à définir le notable tunisien mais en usant de critères qui pouvaient fort bien être utilisés pour d’autres. L’administration se chargea d’une telle mission ; en effet, comme le notait G. Rectenwald, « il convient de définir le terme de notable puisque ne sont électeurs que les notables [dans le cadre du décret du 13 juillet 192240] ». Ainsi ce fut un arrêté du 1er avril 1928 qui donna la définition de ce qu’était un notable tunisien au regard de l’administration française : il s’agissait des « contribuables de sexe masculin, âgés de plus de vingt-cinq ans, qui jouissent de la considération générale en raison de leur situation sociale, de leur piété, ou de leur grand âge, ou de leur instruction ou des services qu’ils ont rendus à l’État et dont témoignent certaines distinctions honorifiques telles que la Légion d’Honneur, la médaille militaire, la croix de guerre, le Nicham Iftikhar à partir de la troisième classe41 ». Certes, une telle définition ne prétendait s’appliquer qu’aux Tunisiens ; néanmoins elle dessine, en creux, ce que l’administration considérait comme les signes de notabilité, à savoir un mélange de critères subjectifs (ce qui est fort utile lorsqu’il s’agit de faire passer un choix arbitraire pour un choix légitime) et de marques d’acceptation sinon d’allégeance au nouvel ordre politique issu des traités de Protectorat.

  • 42 Arrouas « Montureux (De) ».

35Doit-on pour autant en déduire qu’il existe une évidence du notable ? Ce serait exagéré, dans la mesure où, bien plus qu’en France, le notable était, en contexte colonial, moins une essence qu’un rapport de force. En effet, il était rare de retrouver en Tunisie et au Maroc des notables tels qu’il était traditionnel d’en rencontrer en France et dont la configuration, quasi-essentialiste, obéissait à un assortiment de caractéristiques objectives (fortune, patrimoine, fonctions politiques) et subjectives (comportement, mise en scène de soi…). Le cas du Comte Arthur de Montureux42 était assez exceptionnel : Saint-Cyrien à vingt ans, il quitta l’armée en 1889, âgé de vingt-sept ans. Son parcours fut alors assez caractéristique du (grand) notable hexagonal : homme d’affaires, aristocrate distingué, il fut aussi élu conseiller général dans le département de la Meurthe et Moselle. Sa seule originalité ne fut pas tant d’investir une partie de son capital en Tunisie que d’y porter un grand intérêt, au point d’être un des co-fondateurs du Syndicat des colons français en Tunisie et, surtout, de siéger (certes une seule fois) à la Conférence consultative tunisienne en décembre 1894. Arthur de Montureux fut un cas rare sinon unique de notable traditionnel implanté outre-Méditerranée. Encore faut-il nuancer son implantation : ses affaires tunisiennes n’occupaient qu’une partie de ses activités et, sans être un investisseur absentéiste et exclusivement métropolitain, il n’en demeure pas moins éloigné d’une certaine quotidienneté, car il ne résidait en Tunisie que de façon intermittente.

  • 43 Rabat AP, A1385, lettre du Vice-Consul de Safi au Résident Général du 26 juillet 1913.
  • 44 Nantes APM, CD 350 B, brouillon d’une lettre adressée au ministère des Affaires étrangères en date (...)

36Du notable idéal ou juridiquement circonscrit à la réalité des rapports de force, il y a un abîme. À tel point que, désarçonnés par l’absence de conformité du brasseur d’affaires colonial avec le notable de province française, certains haut fonctionnaires rejetèrent, dans un premier mouvement, l’idée même d’une collaboration entre l’administration et les « élites » coloniales en gestation hors du cercle diplomatico-résidentiel. En juillet 1913, le vice-consul de France à Safi mettait en doute la possibilité de mettre en place une commission municipale car « les notables de la colonie française […] ne sont pas […] en nombre suffisant pour faire un choix utile43 ». Quelques semaines plus tard, dans le même contexte de recherche de relais vers la société coloniale, la Résidence elle-même, par le biais de Saint-Aulaire, plaida pour une entrée de personnalités non françaises au sein des commissions municipales non pas tant par souci diplomatique mais parce que les notables anglais de Casablanca « ont atteint un degré de culture dont nous ne trouvons l’équivalent que chez peu de nos compatriotes [et ils sont] parvenus à cette étape de l’ascension sociale où les étrangers expatriés sont avides avant tout de considération et mûrs pour gérer l’intérêt public sans le sacrifier à des intérêts privés déjà largement satisfaits44 ». Ajoutons à cela que, d’après Saint-Aulaire, ces notables savaient se montrer d’une générosité à la limite de l’evergétisme (dons à la société de bienfaisance, dons de terrains pour y construire des écoles…) et nous obtenons un portait du notable traditionnel qui recoupe d’ailleurs la définition précédente de Max Weber : une personnalité dont la légitimité pour exercer un mandat public se fonde avant tout sur des signes de distinction (la culture, la générosité) et une aisance financière qui l’affranchit de toute suspicion de vouloir s’enrichir.

  • 45 Ou de son prolongateur : car comme le note le sociologue J. Rodin, cette figure du notable comme i (...)

37Pourtant, même si ces notables ne se sont toujours pas conformés au modèle attendu par certains fonctionnaires nostalgiques des Bureaux Arabes ou des provinces françaises, il n’en demeure pas moins qu’ils ont existé : à l’instar de leur ancêtre et homologue45 métropolitain, ils apparaissaient comme une charnière entre le pouvoir central et administratif de la Résidence générale et les sociétés locales ; et ce d’autant plus que l’absence d’élections au suffrage universel écartait la possibilité d’une professionnalisation de la politique. Ainsi furent-ils des maillons, dont on doit mesurer l’importance, la solidité et la fiabilité, dans l’élaboration de la chaîne du pouvoir qui enserra le pays sous la tutelle coloniale.

Images et portraits de groupe : « Hommes nouveaux » et « prépondérants »

38Ces maillons, nous pouvons les approcher par deux biais préalables : l’un, impressionniste, nous est donné par le roman voire le cinéma. L’autre, fauviste, émane de toute une littérature engagée, volontiers polémique, où cependant l’analyse historique perce parfois, nous livrant ainsi de précieuses pistes à explorer et des hypothèses à tester.

L’empreinte fictionnelle

  • 46 Farrère C., Les Hommes nouveaux, Paris, Flammarion, 1922.

39Il a existé un modèle fictionnel du notable colonial, fixé à la fois par l’encre et par la pellicule. Il se nommait Amédée Bourron46 et vivait au Maroc. Il est le personnage d’un roman de Claude Farrère, Les Hommes nouveaux (1922) puis de deux films éponymes : le premier, muet, est réalisé peu de temps après la publication du roman (1922) par Donatien et Violet, et le deuxième, parlant, en 1936 par Marcel l’Herbier. L’existence de deux versions est déjà, en soi, un premier indice du succès de cette œuvre et de sa large diffusion. Un deuxième indice est à chercher dans la popularité de l’auteur, Claude Farrère. Académicien, écrivain prolifique et reconnu, marqué autant par la Première Guerre Mondiale (c’est lui qui présidait l’Association des Écrivains Combattants lors de l’attentat qui coûta la vie au président Doumer et durant lequel il est blessé) que par ses voyages ; il est le Pierre Loti de l’entre-deux-guerres. Enfin, un dernier indice de cette popularité se retrouve dans le choix, pour incarner Bourron en 1936, d’un acteur parmi les plus populaires du moment : Harry Baur. Peut-on déduire de ces différents facteurs que ce personnage pouvait incarner la réussite coloniale vue par une bonne partie des Français de métropole ?

40N’inversons pas les causalités : dans la France de l’entre-deux-guerres, Bourron ne représentait pas le notable colonial tel que l’envisageait la masse des métropolitains. Il contribuait plutôt à fixer, dans le corpus de poncifs liés à l’expansion coloniale, un personnage, celui du parvenu à la fortune suspecte. Il rejoignait ainsi toute une galerie de portraits coloniaux : légionnaires au passé trouble (cela frise le pléonasme), fils de famille à la recherche d’un oubli salvateur (que l’on songe à la fuite de Marius dans la trilogie marseillaise de Pagnol), rêveurs rebelles accrochés à quelque dérive post-rimbaldienne, paysans guettés par la misère et troquant quelques ares pour un billet sur un paquebot de la compagnie Paquet… Tous avaient comme dénominateur commun d’être marqués par un parcours métropolitain sinon raté du moins entaché d’échecs ou de regrets. Dans ce cadre fictionnel, dans ce système imaginaire que la littérature et le cinéma construisaient peu à peu, la colonie fonctionnait comme une machine romanesque annihilant le passé, offrant à l’individu un espace, entre enfer et paradis, dans lequel il pouvait expier ou racheter les fautes commises en France.

41Dans ce contexte culturel, quels furent les grands traits qui, dans l’imaginaire français, vinrent dessiner l’image de ce notable colonial des Protectorats d’Afrique du Nord ?

42Considérons le personnage de C. Farrère, Bourron : d’abord présenté sous un jour avenant au milieu de ses compatriotes provençaux, il apparaît quelques pages plus loin, sous le regard d’une jeune aristocrate lyonnaise, comme un self-made-man nimbé par la poésie de l’action et la vulgarité de l’affairiste. Parvenu, âpre au gain, mais conscient d’être le héros d’un processus historique (la construction du Maroc moderne) qui le dépasse et le sublime, Bourron est sinon un modèle du moins une figure banale de la réussite en milieu colonial.

43Quelques années auparavant, en 1912, Myriam Harry n’était guère plus tendre lorsqu’elle dépeignait la vie locale à Gabès dans un roman mettant en scène un couple d’intellectuels parisiens à la recherche du dépaysement et de l’exotisme facile. Dans ce cadre local la sociabilité apparaissait plus ouverte que dans la capitale : les fonctionnaires étaient parfois les seuls à prétendre à quelque statut d’importance, et venaient s’agglomérer à cette petite noblesse d’État les rares individus qu’un quelconque avantage (culturel, économique…) semblait faire émerger du lot. Ainsi le parangon du notable était-il alors pharmacien, et répondait au nom (fort signifiant) de Dubedon. L’auteur le met d’autant plus en relief, en le nommant et en précisant ces activités, qu’elle semble réduire les autres personnages, fonctionnaires, à leur fonction.

  • 47 Harry M., La divine Chanson, 1925 [1ère édition : 1912], Paris, Fayard, p. 33.

« Le soir, on jouait au whist avec les gros bonnets civils de Gabès. C’était le juge de paix, grand chasseur de gazelles, le percepteur à l’allure don-quichottesque, le commissaire, vieux bonhomme mince et guêtré […] et Dubedon, le pharmacien, qui représentait, avec sa tête ronde de Japonais et ses dents noires d’Annamite, la quintessence de l’intellectualité française de la colonie, dirigeait la fanfare de Gabès, organisait des comices agricoles et prononçait des discours « bien sentis » à tous les apéritifs d’honneur47 […]. »

44Voilà donc deux personnages, saisis de part et d’autre de la bissectrice de la Grande Guerre, campés dans des décors coloniaux différents (Maroc et Tunisie), auxquels on attache des caractéristiques dissemblables (l’un a fait des études, l’autre pas ; l’un est un affairiste aisé, l’autre un commerçant aux prétentions intellectuelles et culturelles affirmées ; l’un prétend réussir économiquement, l’autre cherche la reconnaissance sociale) ; et les voilà qui se rejoignent dans la suffisance et le grotesque. Certes ils semblent en imposer, mais à qui ? Pas aux Français de métropole qui méprisent ces compatriotes et les jaugent avec des lunettes barrésiennes pour ne voir en eux que des « déracinés » coupés de leur patrie et suspectés, par l’existence de cette coupure, des pires méfaits ; pas plus aux militaires qui les toisent et rejettent à la fois leur indigénophobie et leur opportunisme matérialiste. Aux autres Français des Protectorats alors ? Sans doute, mais ces derniers ne sont guère mieux traités dans la prose métropolitaine.

  • 48 Paris ANF, 5 AR 378.
  • 49 Lambert 1912, « Dabrigeon ».

45Toutefois la seule question qui nous semble légitime à ce stade est de connaître le type de rapport que ces portraits fictionnels entretiennent avec la réalité historique. Le personnage de Dubedon, dépeint par Myriam Harry en 1912, a, peut-être, réellement existé : les archives de l’agence Havas contiennent une lettre du 25 août 1911 signée par un certain Louis Dabrigeon48, correspondant de l’agence à Gabès, lauréat de la Société de Géographie Commerciale et… pharmacien à Gabès. L’assonance des deux noms (Dabrigeon/ Dubedon) ainsi que la profession identique incitent à creuser : par chance, Dabrigeon est aussi mentionné dans le dictionnaire Lambert (191249). Et les points de convergence s’accumulent : « la quintessence de l’intellectualité française de la colonie » écrit avec ironie M. Harry. Or Dabrigeon, nous informe le Lambert, était un vrai polygraphe qui fonda et fut le rédacteur du journal Le Réveil de Gabès, le correspondant de Havas et de La Dépêche Tunisienne, et qui ne négligea ni la vulgate scientifique (un Rapport sur l’hygiène et la salubrité du domaine d’Oued Melah en témoigne) ni la lyre d’Orphée (il était poète à ses heures). De plus « [il] organisait des comices agricoles » indique M. Harry ; et Dabrigeon, lui, fut à l’origine de l’Union Commerciale et Agricole pour la Défense des Intérêts de Gabès. Enfin quand le Dubedon fictif se pique de « dirig[er] la fanfare de Gabès », le réel Dabrigeon est cité comme étant « auteur de chansons gabésiennes d’actualités ». Ajoutons, pour clore ce double portrait en miroir, que Louis Dabrigeon était membre de la chambre de commerce du Sud, et nous pouvons en conclure qu’il fut un des rares notables français de notre étude à avoir été (même derrière une dissimulation relativement transparente) un personnage de fiction romanesque.

46Cependant déceler ainsi du réel sous l’artifice romanesque ne doit pas nous conduire à accepter tels quels les propos des romanciers. La première distance que nous devons prendre par rapport à ces images réside dans la dépréciation systématique instillée par les auteurs pour ces personnages marqués par la réussite économique et sociale dans un contexte colonial.

  • 50 À l’exception, on l’a vu, du roman de Claude Farrère, Les Hommes nouveaux (1922) dans lequel Bourr (...)

47Cependant il convient de relativiser cette dépréciation elle-même : d’abord, en relevant la faible présence de ces personnages dans le corpus de la littérature coloniale, du moins en tant que personnage principal50. D’une manière générale, dans ce domaine, le militaire, l’aventurier, ou, parfois, le colon méritant, sont des personnages beaucoup plus présents et centraux. Il est patent que l’homme d’affaires, le grand propriétaire, l’avocat ne sont pas des figures récurrentes de la geste coloniale : assimilés à d’exotiques petit-bourgeois, ils représentent tout au plus un contrepoint idéal au vrai héros colonial, celui qui est forgé par la dureté de la steppe ou la violence des combats. Être notable, dans cette littérature, c’est jouer un rôle décoratif, c’est incarner l’immémorial auri sacra fames face à la pureté de l’ense et aratro, c’est être l’inévitable modèle de la rapacité bourgeoise face à la grandeur militaire ou l’abnégation agricole.

48Ensuite, une des principales caractéristiques du notable colonial, quand il surgit dans la fiction, c’est d’être ridicule. Mari trompé, commerçant satisfait et arrogant, raillé même au travers d’une onomastique fleurant le populacier et le vulgaire (Bourron, Dubedon), tous paraissent dotés d’une vision étriquée et mesquine, d’une propension caricaturale à l’avidité et à la reconnaissance sociale.

49Enfin une dernière particularité de ces figures de notables semble résider dans leur genèse intertextuelle : Bourron est un personnage de Balzac égaré en Chaouia, un malheureux César Birotteau à l’ombre des palmeraies. Et l’on pourrait lui trouver d’autres ressemblances encore, frisant même le décalque pour ne pas dire le plagiat (M. Arnoux dans L’Éducation Sentimentale). Quant à Dubedon, comment éviter que ne surgisse, à la lecture de son portrait, une autre figure flaubertienne, celle de M. Homais ? Omniprésent, revendiquant une compétence à plusieurs facettes, son infatuation n’a d’égale que sa propension à occuper le plus grand nombre de lieux de pouvoir ou de prestige.

50Dès lors il paraît délicat de fonder une analyse historique sur des portraits marqués tout à la fois par le mépris des auteurs, leur configuration stéréotypée et l’héritage romanesque du XIXe siècle. Une telle conclusion ne condamne pas irrémédiablement la fiction en tant que source mais oblige à une grande prudence dans son utilisation.

  • 51 Jobert M., La Rivière aux grenades, Paris, Albin Michel, 1982.

51D’autres sources romanesques peuvent présenter un rapport différent à la réalité historique. C’est le cas du roman de Michel Jobert, La Rivière aux Grenades51. La personnalité de l’auteur (natif du Maroc, fils d’un viticulteur aisé et actif de la région de Meknès) le prédisposait peu au regard méprisant et à l’exotisme facile. D’autres prismes sont ici à l’œuvre, comme la nostalgie ou la complexité de la construction narrative (qui fait se télescoper les époques et les générations) et nous oblige à des décryptages obligatoires, bien que d’une nature différente de ceux opérés sur des œuvres exotisantes ou promptes à l’éloge impérial.

« Ces messieurs du vin, du liège et de l’alfa52… »

  • 52 Bourdet C., « Les maîtres de l’Afrique du Nord », Les Temps Modernes, no 80, juin 1952, p. 2257.

52Ce que la fiction suggérait parfois, les observateurs, plus ou moins avisés, de la réalité maghrébine, semblaient l’établir. Paul Odinot, à l’instar d’un Maurice Le Glay ou d’un François Bonjean, était un écrivain vivant au Maroc. Son empathie pour ce pays était réelle : Saint-Cyrien, il rencontra le Maroc tout d’abord au travers de l’épopée militaire avant d’intégrer, après 1918, le Bureau des Affaires Indigènes. Marié à une Marocaine (tout comme F. Bonjean), il fut l’auteur d’une œuvre à mi-chemin du regard ethnologique et du roman colonial. Cependant non moins réelle était son animosité non seulement à l’égard de la politique de Lyautey (qu’il jugeait trop complaisante à l’égard des intérêts des Français et pas assez respectueuse du Maroc traditionnel) mais aussi pour l’ensemble de ses compatriotes, particulièrement ceux qui formaient, entre chambres économiques et Conseil de Gouvernement, le groupe des notabilités. Dans un ouvrage de 1926, publié après son départ forcé du Maroc (qu’il devait à son attitude critique à l’égard de Lyautey), et portant son regard sur le monde des affaires, il dépeignait un monde de ruffians et de margoulins à la recherche d’une honorabilité suspecte :

  • 53 Odinot P., Le Monde marocain, Paris, éd. M. Rivière, 1926, p. 59. G. Dugas fait une présentation s (...)

« Quelques-uns sans doute ont un passé qu’il vaut mieux ne pas évoquer. Mais s’ils sont des hommes nouveaux c’est parce qu’ils s’efforcent de faire ici peau neuve et de faire oublier leurs fautes passées afin de pouvoir présenter au bout de cinq ans le casier judiciaire vierge qui leur permettra d’obtenir le Ouissam Alaouite53. »

53Le sarcasme affleure ici sous l’indignation, retournant le lieu commun de l’homme nouveau pour faire de ce dernier le modèle même d’une imposture morale récompensée par un régime fort peu soucieux d’éthique.

54Charles-André Julien, en 1952, tout en évitant les allusions avilissantes d’un Odinot, dressait tout de même un « portrait-robot » dans la longue durée, oscillant entre la condamnation morale et le mépris de l’intellectuel policé pour le parvenu mal dégrossi :

  • 54 C.A. Julien, L’Afrique du Nord en marche, Julliard, 1952, p. 60-61. Néanmoins quelques lignes plus (...)

« Certains [au Maroc et en Tunisie] ont bâti en quelques années d’immenses fortunes. Ce ne sont point des féodaux car il persiste en eux quelque chose de hâtif, de disparate et de heurté, fait de confiance en leur génie, de superbe nourrie de succès qui se chiffrent en argent et de médiocrité de goût. Depuis les “habitants” des Antilles au XVIIe siècle jusqu’aux propriétaires actuels des domaines du Sahel ou du Gharb, le type “colon” affecte des formes quasi immuables54. »

55Au-delà de l’appréciation, du jugement ou de la simple description, d’autres auteurs ont tenté une première identification de ces notables.

  • 55 Bourdet C., « Les maîtres de… », art. cit.

56Dans un article de 1952, Claude Bourdet dénonçait un système franco-maghrébin dans lequel « le « petit » Français vote presque toujours pour le « gros » parce qu’il est lui-même un bénéficiaire du système » car de Casablanca à Gabès « Ouvriers, employés, fonctionnaires sont des cadres55 » par rapport à la masse des indigènes. En fait, pour Bourdet, la communauté raciale brouille les traditionnels clivages socio-économiques de la vieille Europe ; dans de telles conditions le sentiment d’appartenir à une caste fait imploser la conscience de classe et tend à transformer la totalité des Français en notables au sein des foules indigènes. En fait, bien que critique à l’égard de la colonisation, Bourdet est représentatif d’une tendance privilégiant une lecture marxisante et néanmoins communautaire des tensions maghrébines ; de ce fait, les clivages et les tensions internes à l’œuvre dans la communauté française lui paraissent secondaires voire factices. La société coloniale française lui apparaît comme un théâtre d’ombres et de marionnettes tout à la fois : d’un côté un groupe de financiers métropolitains ayant instrumentalisé l’économie maghrébine ; de l’autre des Français installés au Maghreb, simple courroie de transmission de ces mêmes financiers. Dans son optique, point de notables coloniaux : tout juste des bras armés, dirigés de métropole, par de vrais et puissants notables.

  • 56 Ayache A., Le Maroc, bilan d’une colonisation, Paris, Éditions Sociales, 1956, p. 257.

57De la même façon, Albert Ayache traqua les « maîtres » du Maghreb. Comme Bourdet, il tendit à faire du Maroc la « chose » de puissants financiers métropolitains disséminés dans les conseils d’administration des grandes banques parisiennes (Paribas, Union Parisienne, Rothschild) ou dans celui de Schneider. Au Maroc même, ce qu’il nomme « la bourgeoisie coloniale » (hommes d’affaires et « seigneurs de la colonisation ») et qu’il évalue à « 4 000 ou 5 000 » n’est que le relais de cette élite économique parisienne dont l’aspect le plus saillant réside dans l’ostentation (celle des voitures américaines et des belles villas d’Anfa ou Mers-Sultan) et l’étroitesse de vues (tant ce groupe se crispe sur la défense de ses intérêts et son obsession de la lutte anti-fiscale56).

  • 57 Julien C.A., L’Afrique du Nord…, op. cit. (1952), p. 68.58. Julien C.A., « Colons français et Jeun (...)
  • 58 Julien C.A., « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », RFHOM, t. LIV, no 194/197, 1967, (...)
  • 59 Gustave Aucouturier représente, pour C.A. Julien et J. Berque, la figure emblématique du potentat (...)
  • 60 Berque J., Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil, 1989, p. 116.

58Charles-André Julien opta pour une vision moins mécaniste de la société coloniale : tout en admettant l’importance de la mainmise du capitalisme métropolitain sur l’économie coloniale, il reconnaissait une marge de manœuvre voire une identité propre à une certaine forme de bourgeoisie coloniale. Il usait du terme de « prépondérant57 » afin de désigner ceux qui lui paraissaient faire et défaire la politique du gouvernement français dans les Protectorats. Il avait même incarné ce groupe en deux personnages, certes différents, mais qui présentaient bien des analogies. Ce fut d’abord, à l’aube du Protectorat tunisien, l’aristocrate boulangiste Victor De Carnières58 et, de l’autre côté de l’éventail géographique et chronologique, au crépuscule du Protectorat marocain, le plébéien et tonitruant Gustave Aucouturier59, « le président rapace des colons de Meknès60 » (J. Berque). Deux agrariens, deux propriétaires terriens, deux colons au sens classique du terme, deux présidents de chambre consulaire au verbe haut, soucieux de la défense de leur intérêt économique voire clanique. Cependant l’analyse de C. A. Julien se limitait à montrer le caractère conservateur de l’action de ces notables. Dans cette optique, le terme de « prépondérant » était bien choisi : il disait bien la lourdeur et la volonté d’écrasement ; il signifiait bien que les promesses d’égalité du discours républicain n’étaient qu’illusion en contexte colonial où le pouvoir semblait exercé par l’administration au nom d’une oligarchie de la terre ou des affaires qui ne se souciait pas plus de « l’indigène » que du « petit blanc ».

59Le terme même (sous sa forme substantivée) se retrouve (rarement il est vrai) aux détours de certains documents administratifs :

  • 61 Rabat AP, A 1731, dossier « Fès »

« Cet élément [Louis Baudrand, garagiste à Fès] commence enfin à conquérir à la ville nouvelle de Fès la prépondérance qu’avaient jusqu’ici détenue quelques personnages heureux dans leurs premières affaires mais gâtés par leur réussite même et devenus insatiables61. »

  • 62 El Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale : Nabeul à la fin du XIXe siècle », in CT, 1er -2e tr (...)

60D’un point de vue historiographique, le terme lancé par C. A. Julien est délicat à manier. Certes, on le retrouve sous la plume d’autres historiens, subissant au passage quelques mutations : ainsi Y. El Ghoul parle-t-il du rôle de « la prépondérance » française dans la vie politique et sociale de Nabeul62. Des « prépondérants » à « la prépondérance », tout comme des nobles à la noblesse, le changement de perspective est clair : d’une galaxie d’individus influents nous passons au groupe cohérent, sûr de sa légitimité et de ses droits, et doté d’une conscience de groupe indiscutable. Or cette unité de la gent notabiliaire est tout sauf une évidence : le terme de C. A. Julien est avant tout une caractérisation subjective et individuelle et non un concept ou l’ébauche d’une catégorie sociale. Jacques Berque l’utilise bien en ce sens, à de nombreuses reprises : il s’agit de désigner des individus avec un terme pouvant refléter la considération qu’ils ont d’eux-mêmes et l’importance du rôle qu’ils s’attribuent dans l’évolution du pays où ils résident.

Facettes de l’influence en milieu colonial : la « sémantique sociale63 » de Jacques Berque

  • 63 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Seuil, 1964, p. 180-181 : « J’en arrive à l’idée d’une sé (...)

61Pourtant, au couchant de l’Empire, Jacques Berque revient, avec sérénité et fulgurance, sur le dossier. Le Maghreb entre deux guerres, publié en 1962, est un ouvrage à la fois kaléidoscopique dans l’appréhension de son objet (histoire, sociologie, ethnologie, démographie ou encore survol de la longue durée, incrustation d’anecdotes, récits événementiels… sont convoqués sans discrimination) et profondément centré sur une seule question : quelle est l’identité du Maghreb moderne ?

  • 64 Berque J., L’Égypte, Impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1967, p. 12.
  • 65 Ibid., p. 12.

62Déjà la merveilleuse polysémie du titre invite à la complexité : de quelles guerres Jacques Berque nous parle-t-il ? Pourquoi avoir omis l’article et renoncé à l’expression consacrée « entre les deux guerres » ? De prime abord, l’évidence (et l’habitude) prennent le dessus : il s’agit d’une plongée dans l’Afrique du Nord entre 1918 et 1939. Il n’est guère de meilleur observatoire, il est vrai, que cette période afin de jauger la marque coloniale. Unifié sous la tutelle française depuis 1912, le Maghreb offre durant les années vingt et trente une multiplicité de visages contradictoires, apogée colonial pour les uns, genèse des remises en causes pour les autres ; nous sommes de plain-pied dans une période charnière pour l’histoire de la colonisation française mais aussi pour l’histoire de ces territoires. Cependant entre deux guerres est une expression qui, dans le contexte de 1962, fait entendre une tout autre musique : guerre de conquêtes (celles du XIXe) versus guerre d’indépendances (celles du XXe). Dès lors, le projet de Berque peut se lire autrement : comment, sans oublier ni l’une ni l’autre des phases de violences, mesurer une rencontre, comment calibrer l’effet tout à la fois dévastateur et fécondant du rapport colonial ? Cette question fait surgir une autre interprétation du mot guerre, celle à laquelle se livrent les consciences individuelles, celle que l’irruption du colonisateur a déclenchée dans la conscience du colonisé qui, dès lors, entreprend de « ne plus se satisfaire ni de l’Autre, ni de l’antique soi-même64 » dans la mesure où « moins que des phases successives dans le temps, colonisation et décolonisation sont des phases rivales dans les êtres, les choses et les situations65 ».

63Ce Maghreb, sous la plume de Berque, devient donc un chaudron dans lequel macère une quantité d’ingrédients aux saveurs multiples, violentes et détonantes. La question des notables coloniaux n’est alors rien moins que secondaire. Berque ne se résout pas à les dépeindre, d’une manière convenue désormais, en potentats rapaces et cyniques, mais tente de comprendre quel rôle ils purent jouer dans cette fermentation historique de laquelle devait découler le Maghreb d’aujourd’hui.

64Dans cette optique l’effort de Berque est triple : il s’agit, simultanément, de construire un idéal-type du notable colonial (en puisant dans l’éventail de son expérience maghrébine), de comprendre les paradoxes de la situation coloniale au travers de la figure de certains notables et, enfin, de dresser une cartographie sociale de l’ensemble de la communauté « colonisatrice », libérée d’une vision monolithique construite par l’exaltation des uns et les récriminations des autres. Ces trois objectifs ne donnent pas véritablement lieu à des parties distinctes, mais ils forment des thèmes que l’on retrouve incrustés dans une prosodie plus générale où ce qui compte le plus est l’incessante variation des échelles spatiales (du quartier au Maghreb, en passant par le village et la ville) et temporelles (de la description d’un moment de la journée à la longue durée, sans oublier l’événement et cet enchaînement (quasi) inexorable des faits qu’il nomme « le procès »). Nous retiendrons plusieurs éléments pour notre étude :

  • 66 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, 1979, p. 151.
  • 67 Ibid., p. 352. Remarquons que les deux exemples choisis pour illustrer les Protectorats sont Carni (...)

651) Le premier élément déterminant est l’échelle d’observation. Le notable, nous aurons l’occasion d’y revenir, exerce une influence multiscalaire mais le fondement de celle-ci s’ancre dans une réalité locale. Cela peut-être un territoire rural où dès lors, « le caïd et le colon assument conjointement le leadership de la contrée [et] où l’administration ne fonctionne guère qu’en intruse ou en complaisante66 ». Ou bien encore la ville, voire le quartier, où pullule une véritable nébuleuse associative faisant fonction de coagulateur de vagues européennes perdues dans un océan maghrébin. C’est au niveau local que l’on peut observer avec le plus d’évidence la construction d’une hiérarchie subtile à l’intérieur de la société coloniale, hiérarchie qui s’actualise autant par des apparences (du vêtement au port d’un certain type de moustache – « Bien en chair, bien en vie […] il arbore volontiers le teint rougeaud, le chapeau à large bord et la moustache gauloise. Ainsi des Cuttoli, Morinaud, de feu Carnières, Aucouturier67… ») que par la sociabilité (café, club, association…).

  • 68 Ibid., p. 179.
  • 69 Ibid., p. 352.

66Par ailleurs, le notable se laisse encore saisir à une autre échelle, celle qui permet d’envisager le pays tout entier dans son rapport avec une certaine modernité économique et/ou technologique. Ainsi cet « audacieux négociant français en sucre, M. Ancey » qui, enfoui en Médina, à Fès, fut un des éléments qui contribua « à rénover les mœurs économiques68 ». Ou encore ces « managers de la colonisation69 » dont la polyvalence des investissements et la rapide fortune s’insèrent dans une échelle temporelle et spatiale qui n’est plus seulement celle de la quotidienneté et de la proximité personnelle, mais celle des ruptures macro-économiques et des modifications du paysage socio-économique d’un pays tout entier.

672) Un deuxième élément fondamental est à rechercher du côté d’une véritable poétique baroque du social qui use d’une accumulation d’images et d’analogies et dont la finalité est de décrypter la complexité des identités des uns et des autres. Ainsi, que penser de l’homme d’affaires colonial typé comme tenant « à la fois du maquignon cévenol, du ruffian méditerranéen et –déjà– du gangster à l’américaine » ? Que déduire de la suite de ce portrait où Berque, jouant des coudes avec la prudence méthodologique et la nuance compulsive de l’historien, nous livre un portrait vif, dans un style tout imprégné des grandes envolées de Michelet :

  • 70 Ibid., p. 361-362.

« Fort en gueule et en sexe, de masque énergique, ardent à la besogne, à la ripaille et au plaisir, il garde un pantalon de velours, tire-bouchonnant sur des godillots, et se ceint fastueusement d’une ceinture de zouave sous un gilet auquel manquent quelques boutons. Son apéritif est le pernod, ou même le gros rouge. On le voit à Casablanca, tenir séance à l’hôtel Excelsior, avec des compères de sa sorte, dans les années vingt. […]. C’est un pionnier, une sorte de Caliban. En lui se mêlent les vices et les aptitudes des deux races. Naturellement, il parle arabe, et fortifie l’astuce marocaine d’une obstination tout occidentale. Régulier avec cela, ou du moins sachant rester en deçà des qualifications pénales, autant que faire se peut, et plus encore habile à « se payer » la bienveillance de qui pourrait l’inquiéter… Il finira grand colon, grand entrepreneur, riche propriétaire immobilier, magnat des transports ou des mines comme Epinat, administrateur d’une chaîne de journaux comme Mas, vice-président d’une grosse municipalité comme un tel ou un tel. Virant à l’important, et presque à l’honorable, il dîne chez le Résident général et mariera sa fille dans la noblesse70. »

68Ce portrait, où s’amalgament l’identité et le parcours, le biographique et le psychologique, est une invitation à l’approfondissement de tout questionnaire sur l’identité des notables coloniaux. Il interroge notre capacité à démêler le fondamental et l’accessoire, à savoir lire et interpréter les signes identitaires que nous renvoie un groupe social, et cela afin d’articuler l’action et l’identité individuelle avec les modalités de l’action collective et les ressorts de l’histoire politique et sociale.

  • 71 Ibid., p. 307-309.
  • 72 À l’instar de C.A. Julien, J. Berque emploie ce terme mais avec plus de parcimonie et semble en us (...)
  • 73 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 272.

693) Enfin, revenant à une analyse des processus historiques, Berque s’interroge aussi sur le rôle de ces notables durant l’accélération des remises en question de la situation coloniale à partir des années 1934-1935. L’action d’Antoine Gaudiani, avocat et vice-président du Grand Conseil de Tunisie est ainsi soulignée : homme fort d’un « de ces petits parlements agro-coloniaux » qu’on retrouve aussi au Maroc, il s’opposa, fin 1937, aux réformes que le Résident Guillon souhaitait mettre en œuvre. Finalement, le Résident s’en fut, et dès lors « il n’a plus été question de révision, jusqu’à la fin du Protectorat. Pour le profit de certains, le malheur de la France, et l’édification de l’historien71 ». Entre crise économique, effervescence politique et esquisse de nouvelles formes de contestation de l’ordre colonial, Berque insiste sur l’importance des années 1934-1939 dans le destin des Protectorats et de l’Empire Colonial tout entier. Dans ce contexte, il nous invite à plonger notre regard dans ce que furent et ce que firent ces « prépondérants72 » afin de mieux saisir ce qu’il nomme « la nouaison73 », c’est à dire ce moment fugace du basculement historique, de l’atteinte de l’irrémédiable, auquel ils participèrent.

  • 74 Ibid., p. 362.

70Nous reviendrons, dans le cours de cette étude, sur l’œuvre de Berque : non seulement comme piste de recherche et réservoir d’hypothèses, mais aussi (car n’oublions pas qu’il fut également un témoin) comme source. Cependant ce parcours –rapide– dans son ouvrage de 1962 nous indique déjà certains sillons que nous emprunterons, quitte à nous en éloigner au fur et à mesure de nos travaux. L’analyse des carrières, des identités, de l’implication politique, du rôle que les notables occupèrent « dans le fonctionnement réel de la machine74 » coloniale, sont autant de thèmes que Berque effleure avec acuité sur la base d’une connaissance souvent personnelle et empirique de la situation maghrébine. Il nous revient la tâche de les explorer en usant d’autres sources et en tentant d’établir une comparaison entre les deux Protectorats d’Afrique du Nord.

Prosopographie, micro-histoire et comparatisme en milieu colonial

  • 75 Julien C.A., Les Techniciens de la colonisation, Paris, PUF, 1947, p. 1.

71C.A. Julien voyait en l’histoire coloniale traditionnelle « le triomphe de la biographie75 ». L’association entre histoire coloniale et hagiographie individuelle (de Lyautey à Brazza en passant par Gallieni ou Bournazel) fut longtemps si étroite qu’elles finirent par se confondre jusqu’à disqualifier à l’avance toute approche de la situation coloniale par le biais de parcours individuels. Notons que ce rejet de la biographie s’appuyait aussi sur l’affirmation d’une histoire à la recherche de structures ou en proie aux transes de la longue durée.

  • 76 Notons que, dans le même temps, Pierre Bourdieu relativisait cette approche dans un article import (...)
  • 77 Jeanneney J.N., François de Wendel en république, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Le Se (...)
  • 78 Ainsi l’étude de grands corps de l’État : les inspecteurs des Finances (E. Chadeau, N. Carré de Ma (...)
  • 79 Passeron J.C., « Le scénario et le corpus. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires » in Le Ra (...)

72Cependant, à partir des années quatre-vingts76, l’approche biographique revient, avec les honneurs, dans le champ historique. Biographies individuelles77 ou collectives78 revivifient ainsi l’histoire politique ou économique : la trajectoire individuelle permet ainsi d’appréhender avec plus de finesse les modalités des bouleversements économiques, sociaux et politiques, voire d’introduire des éléments nouveaux de compréhension. Encore est-il nécessaire de se prémunir de ces récits de vie où « tout semble « pertinent » parce que tout est senti comme métonymique79 » en n’ayant de cesse d’articuler actions individuelle et collective.

  • 80 Y. Pourcher, Les Maîtres du granit. les Notables de la Lozère du XVIIIe à nos jours, Paris, éd. O. (...)

73Dès lors, étudier les notables revient souvent à se lancer dans une double opération : dresser un portrait de groupe le plus exhaustif possible (de la fortune à la religiosité, du patrimoine au politique sans oublier les modes de vie, les loisirs…) et s’interroger sur les mécanismes de la reproduction sociale des élites80 ainsi que sur les éventuelles stratégies générationnelles d’ascension sociale. Cette approche ne nous est guère possible : d’une part parce que des contraintes archivistiques (l’accès aux sources fiscales et notariales) interdisent l’exhaustivité et d’autre part parce que la durée des Protectorats, et des sociétés induites, ne dépasse pas trois générations, voire deux dans le cas du Maroc.

74Même si notre ambition n’écarte pas la volonté d’ébaucher le portrait d’un groupe humain, faire le choix d’étudier les notables, c’est aussi d’abord interroger le rapport qu’entretient une société avec ses instances d’encadrement. Ainsi la question centrale que pose notre sujet est-elle celle des formes du pouvoir en milieu colonial et en particulier celles qui émergent aux frontières du pouvoir politique et administratif et du pouvoir économique et social. Cette zone de marge, incertaine et floue, est justement le lieu d’émergence, d’épanouissement et d’action du pouvoir notabiliaire.

  • 81 Sur la genèse de l’administration française au Maroc nous pouvons nous appuyer sur la thèse de Dan (...)

75Il peut paraître incongru de porter notre regard sur un tel groupe alors même que les études sur le pouvoir colonial en son versant institutionnel existent mais ne sont guère nombreuses81. Cependant ce serait oublier qu’une des particularités du milieu colonial est la tension permanente entre la société coloniale et l’administration.

  • 82 Cf Annexe I.

76Ce questionnement général exige une triple approche : une approche prosopographique, fondée sur un questionnaire précis82, afin de dessiner les grandes lignes du groupe des notables ; une approche micro-historique, tant au niveau des parcours individuels que des communautés locales, pour mettre en valeur les formes du pouvoir et de l’influence ainsi que les zones de complicité et de fracture entre la société civile et le pouvoir administratif. Enfin, une approche comparatiste qui, tenant compte des apports des deux précédentes méthodes, nous permette de jauger les convergences et les divergences entre le cas tunisien et le cas marocain, autrement dit de particulariser selon le pays où ils se trouvaient les notables français et leur implication dans la sphère politique.

  • 83 in Prosopographie des élites françaises XVIe-XXe siècles, guide de recherches, Paris, CNRS/IHMC, 1 (...)
  • 84 Bornons-nous à citer ici les titres les plus importants limités à notre période d’étude : Girard L (...)

77La méthode prosopographique, bien qu’exigeant un travail préparatoire méticuleux, se donne un objectif clair : « constituer la biographie collective d’un corps ou d’un groupe de personnes en établissant et en croisant des notices individuelles83 ». Cette méthode fut mise à profit par les historiens qui, à partir de la fin des années 1960 jusqu’à aujourd’hui, lancèrent de vastes programmes de recherches afin de cartographier l’ensemble du personnel politique (maires, conseillers généraux, parlementaires84). S’agissant plus particulièrement du groupe des notables, le même ouvrage indique une démarche et une finalité :

  • 85 Prosopographie des élites françaises XVIe-XXe siècles, op. cit.

78« Une fois déterminés les critères d’appartenance au groupe (économique, fiscaux, politique), la recherche se fonde sur une étude précise et détaillée des vies, des alliances et, si possible, des fortunes pour aboutir à des « types de vie », à des profils caractéristiques de carrière et déboucher sur une compréhension du dynamisme social85. »

  • 86 Bernard M., « La Prosopographie et l’histoire politique de la France contemporaine. Essai d’histor (...)

79Il s’agit donc de combiner histoire politique et histoire sociale en accumulant des éléments biographiques homogènes pour chacun des individus du groupe déterminé afin de mieux poser toute une série de questions86 :

  • Quel rôle l’« état civil » joue-t-il (origines géographiques et familiales, date de naissance, mariage) pour un individu dans la construction de son identité politique, économique et sociale ? Cette interrogation, outre la question d’un certain déterminisme social, pose aussi le problème de l’appartenance à des sous-groupes générationnels dont J. F. Sirinelli a montré qu’ils pouvaient constituer un angle d’approche important de l’histoire politico-sociale87.
  • Quels éléments biographiques permettent d’assumer un statut de notable dans les Protectorats d’Afrique du Nord ? Dans quelle mesure la formation et les études, la profession, la fortune, le patrimoine, les activités associatives, caritatives, syndicales ou politiques entrent-elles en ligne de compte dans un processus de « notabilisation » ?
  • Peut-on, via la comparaison de renseignements individuels, mettre en évidence la force et la vivacité de réseaux sociaux, non seulement à l’échelle d’un Protectorat, mais aussi à l’échelle du Maghreb Français et de l’empire colonial tout entier ?

80Au-delà du cadre de la prosopographie, nous pouvons élargir notre étude vers une histoire du pouvoir colonial, de sa structuration et de son évolution. Dès lors, tout en utilisant parfois un matériel identique, nous sommes conduit à poser les jalons d’une micro-histoire de la colonisation :

  • Peut-on caractériser et mesurer les formes d’influences qui s’exercèrent sur l’administration française des Protectorats : influences individuelles ? Influence collective émanant de groupes organisés ? Coalescence ponctuelle d’individus agissant pour la défense d’intérêts précis et limités ?
  • Comment s’organisaient, interféraient, se complétaient, se contredisaient les différentes formes du pouvoir en milieu colonial (pouvoir administratif central, pouvoir administratif local, pouvoir politique des Français pouvoir économique…) ?
  • Quels sont, à l’intérieur du groupe des notables, les facteurs de cohésion ou de désagrégation ? Quelles tensions et conflits pouvons-nous lire au travers de la variété des parcours individuels ?
  • Quels sont les éléments constitutifs des normes et des modèles de sociabilité du groupe ? Peut-on identifier une culture commune voire une idéologie des notables en milieu colonial ? Quels sens et quelle portée peut-on donner aux formes dissonantes de cette idéologie ?
  • 88 Bremard F., L’Organisation régionale du Maroc, Paris, LGDJ, 1949.

81Enfin se pose la question de la comparaison entre les deux Protectorats français. Comme le fait remarquer F. Bremard, la comparaison entre la Tunisie et le Maroc était, pour les juristes contemporains de la période coloniale, un passage obligé, une figure imposée dès lors qu’on se lançait dans une analyse judiciaire, institutionnelle ou administrative des Protectorats88.

82Dès lors quelles convergences et quelles différences peut-on établir entre la situation en Tunisie et celle du Maroc ? Le décalage chronologique des mises en place des Protectorats ainsi que certaines spécificités historiques, géographiques ou économiques furent-ils des sources importances de différenciation politico-sociale ? Si l’on admet généralement que la Tunisie servit de modèle au façonnement juridique du Protectorat marocain, n’existe-t-il pas un effet inverse qui ferait, sur certains points, du Maroc un modèle pour la Tunisie ?

Les notables coloniaux : combien de divisions ?

83Notables donc. Le mot, bien que conceptuellement utile, est loin de recouvrir une réalité archivistique précise ; dès lors, la question n’est plus de savoir ce qu’est un notable mais qui sont les notables, au travers de quelles sources ils se laissent saisir. Dans la définition précédemment citée de Max Weber, ce dernier avait isolé les deux piliers sur lesquels reposait le notable : « la situation économique » et « l’estime sociale ». Ces éléments ne sont pas déterminants en soi mais acquièrent une visibilité historique dans la mesure où un individu en use afin d’occuper une position de pouvoir.

  • 89 Tudesq A. J., Les grands Notables en France (1840-1849). Étude historique d’une psychologie social (...)
  • 90 Dupeux G., Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher (1848-1914), Paris-La Haye, (...)

84Travaillant sur les « grands » notables de la Monarchie de juillet, André-Jean Tudesq89 avait utilisé les listes censitaires comme socle de sa recherche. Georges Dupeux, dans sa thèse sur le département du Loir-et-Cher, désigne, sous l’expression de « statistique des notables90 », l’élaboration d’un portrait chiffré de ce groupe construit avec les listes des électeurs antérieures à la Révolution de 1848 qu’il combine toutefois avec celle des membres des jurys de cours d’assises. Dans les deux cas, le socle archivistique de la recherche présentait une indéniable unité, fondée sur un critère politico-fis cal.

85Or, dans le cadre des Protectorats, ces deux critères, celui de la fortune et celui de l’élection au suffrage universel, ne peuvent être utilisés de manière commode pour circonscrire un groupe quelconque. La possibilité archivistique d’accéder à l’évaluation patrimoniale se heurte au délai de communication (cent ans) des sources mobilisables (fiscales ou notariales) ce qui oblitère toute constitution d’un corpus sur cette base. En revanche, le critère électif peut être manié avec prudence afin de constituer un premier groupement : d’abord les élections aux chambres consulaires (chambre de commerce et d’industrie, chambre d’agriculture, chambre mixte) qui concernaient exclusivement une partie professionnellement déterminée des Français ; et ensuite les élections de représentants du « troisième collège » (ou des « consommateurs » par opposition aux « producteurs » représentés dans les chambres précédemment décrites) au sein d’instances mises en place par les Résidences au niveau central comme la conférence consultative (Tunisie) ou le Conseil supérieur de Gouvernement (Maroc) et qui ne concernaient que les Français qui ne votaient pas dans le cadre des élections consulaires. Cependant cette base élective se heurte à deux obstacles :

  • Les archives des chambres consulaires restent difficiles d’accès, soit par dispersion pure et simple (ce qui équivaut parfois à une quasi-disparition) soit par absence de classement. Certes les archives résidentielles conservent un reflet des activités de ces chambres ; mais force est de constater qu’elles ne peuvent suppléer aux archives consulaires proprement dites. S’il fut parfois aisé de reconstituer les compositions de certaines chambres au travers d’ouvrages commémoratifs91 ou d’annuaires, ces cas représentèrent plus l’exception que la règle. Ainsi les détails de la plupart des élections consulaires nous échappent-ils ; et si nous pouvons connaître la quasi-totalité des présidents de chambres de notre période, il n’en va de même pour la composition des bureaux et, a fortiori, des membres élus de ces chambres.
  • Étudiant l’évolution de l’opinion publique au travers des luttes électorales (de 1907 à 1934) en Tunisie, Claude Liauzu avait reconstitué les résultats électoraux92 (Conférence Consultative, Grand Conseil de Tunisie) mais en limitant son analyse à une description des programmes et des stratégies électorales. Malheureusement les fonds archivistiques liés à ce type d’élection, tant en Tunisie qu’au Maroc, ne donnent guère d’informations biographiques sur les candidats en présence et se révèlent assez vite décevants dans le cadre d’une approche sociale et prosopo Ainsi, si nous pouvons englober dans ce terme de notables à la fois les élus des chambres économiques et ceux du « troisième collège », le caractère lacunaire des sources où nous pouvons les saisir nous oblige à établir notre camp de base archivistique à une autre altitude.

86Les Résidences disposent d’un pouvoir « notabilisant » avec la possibilité de nommer les membres des commissions municipales (ainsi que, au début de leur fonctionnement, les membres des chambres consulaires) et de proposer des candidatures à l’obtention de la Légion d’Honneur. Ces deux possibilités ont l’avantage d’avoir laissé des archives homogènes, sous forme de fiches-types incluant des renseignements biographiques (d’une richesse inégale toutefois). Dans les deux cas, il s’agit de fiches de candidatures et il convient de distinguer ceux qui sont honorés du reste de la masse des candidats.

87Ainsi, tout en tenant compte de certaines limites archivistiques, nous considérerons comme des notables français des Protectorats de Tunisie et du Maroc les personnes suivantes :

  • Les membres élus des chambres consulaires, avec une attention particulière pour ceux qui composaient le bureau (président, vice-présidents, trésorier, secrétaire). Nous incluons dans ce premier groupe les membres nommés des comités d’études économiques93 que Lyautey créa au Maroc pendant la durée du premier conflit mondial.
  • Les membres des instances de représentation des Français auprès de la Résidence (Conférence Consultative puis Grand Conseil en Tunisie, Conseil de Gouvernement au Maroc).
  • Les membres des commissions municipales françaises. Pour la Tunisie nous retiendrons essentiellement ceux qui occupèrent le poste de vice-président délégué de la municipalité (le président étant toujours tunisien). Au Maroc, cette fonction n’existant que pour la seule ville de Casablanca, nous sommes contraint de retenir l’ensemble de la commission.
  • Les membres des bureaux de certaines associations ou comités, dans la mesure où ces derniers pouvaient constituer des alternatives (concurrentielles ou complémentaires) à des structures institutionnelles (comme les chambres économiques ou les commissions municipales) : il s’agit essentiellement des regroupements de colons (qu’ils s’intitulent association ou comice), des syndicats d’initiatives ou comités de tourisme, d’associations professionnelles au sens large (regroupements d’agriculteurs, de commerçants ou d’industriels qui ne se focalisent pas sur une seule branche).

88Ajoutons qu’un même notable pouvait appartenir à deux, trois voire quatre des groupes ainsi circonscrits : il ne s’agit donc pas de groupes complémentaires fermés et distincts mais bien plutôt de zones de notabilité, où la probabilité de rencontrer des notables est forte. Il va de soi que cette même notabilité était proportionnelle au nombre de cercles dans lequel un individu pouvait se trouver.

89Cependant si la détermination des listes de notables est une chose, enrichir cette liste d’informations pertinentes pour notre étude en est une autre. Opérons un rapide tour d’horizon de nos sources les plus courantes en ce domaine afin d’en calibrer l’importance.

  • 94 Ces dossiers sont conservés aux archives centrales du ministère des Affaires étrangères, série « P (...)

90Le premier pilier sur lequel s’appuient nos recherches est constitué par les dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur94. Ces dossiers présentent une source importante mais délicate à manier. En effet il ne s’agit pas de centrer notre étude sur l’obtention de la médaille et de se demander si elle construit ou non une aristocratie républicaine. À la limite, l’obtention ou non de la rosette nous semble une information secondaire par rapport aux éléments biographiques que l’on peut retirer des dossiers. Cependant ces dossiers ne peuvent constituer une délimitation stricte du corpus.

  • 95 LH « Joseph Ceccaldi ».
  • 96 LH « François Salager ».

91D’une part, on ne saurait postuler que la seule obtention de la Légion d’Honneur suffit à caractériser un individu comme appartenant au monde des notables coloniaux. Ainsi la figure de Joseph Ceccaldi95 était-elle parée de tous les atours du notable métropolitain classique : médecin à Sfax depuis 1898, décoré de la Légion d’Honneur en 1932, il présida également aux destinées de plusieurs associations sportives (dont une société d’éducation physique et de préparation militaire), de la section locale de la ligue de l’Enseignement ainsi qu’à celle du Parti Radical. Le fonctionnaire qui rédigea sa fiche de candidature était particulièrement précis et brossait un portrait émaillé de signes distinctifs de la notabilité allant de son influence à sa popularité. Et que dire de François Salager, gros agriculteur dans le Sud tunisien, « éducateur d’un grand nombre de jeunes [colons] français » et qui « possède un ascendant considérable sur l’ensemble des populations96 » ? Tous deux disposaient des caractéristiques sociales du notable mais (au vu de nos sources) ne franchirent (question de volonté ? d’intérêt ? d’hostilité ?) pas la distance qui aurait fait d’eux des notables à part entière en intégrant, par exemple, une chambre consulaire ou une commission municipale.

  • 97 C’est le cas d’Henri Croze, président de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca (de 1 (...)
  • 98 Bien que lacunaire, la base LEONORE, consultable via internet, permet également de retrouver en pa (...)

92D’autre part, les dossiers du ministère des Affaires étrangères ne retiennent que les candidatures susceptibles d’être honorées via le contingent de médailles dont dispose ce ministère. On peut donc avoir été récompensé par la Légion d’Honneur sur le contingent d’un autre ministère comme à titre militaire97 ; dès lors le dossier de candidature est absent des archives du ministère des Affaires étrangères et se retrouve dans les archives d’un autre ministère (guerre, commerce, agriculture98…).

93Le deuxième pilier de notre travail est un élément important de la plupart des études prosopographiques sur les élites ou les notables contemporains. Celles-ci peuvent en effet s’adosser à des ouvrages comme le Who’s who ou le Bottin Mondain. Ce dernier est défini par C. Grange comme :

  • 99 Grange C., Les Gens du bottin mondain, Paris, Fayard, 1996, p. 70.

« […] un espace d’auto représentation dans lequel l’élite met en avant ses propres critères de définition fondés avant tout sur l’ancienneté : prééminence de la famille et des généalogies sur l’individu, ancrage de l’histoire et possession du sol, légitimité de l’appartenance aux réseaux et aux cercles par la filiation et le parrainage… L’élite regroupée dans le Bottin Mondain se définit ainsi non par son travail mais par son loisir […]. Les mondains se reconnaissent dans un style de vie extérieur au travail. Appartenir à la même classe mondaine, c’est avoir le même loisir, fréquenter les mêmes clubs, les mêmes soirées, les mêmes stations balnéaires et de montagne : c’est avoir une culture commune du superflu99 ».

94Dans le cas des Protectorats, il n’existait pas d’ouvrage qui fût la stricte déclinaison du Bottin. Toutefois la mode de « provincialiser » ce monument de la sociabilité aristocratico - bourgeoise parisienne se propagea dès la fin du XIXe siècle : Marseille eut son Tout Marseille en 1895, Lyon son Tout Lyon en 1902.

  • 100 Lambert P., Choses et gens de Tunisie. Dictionnaire illustré de la Tunisie. Tunis, Saliba, 1912, 4 (...)
  • 101 Lambert P., Nos Corps élus, Tunis, 1913, 180 p.
  • 102 Arrouas « Lambert P. ».
  • 103 Nantes, APT 1er V 950, lettre de la loge maçonnique « Nouvelle Carthage » au ministre des Affaires (...)

95Dans ce contexte, il n’est guère surprenant de voir des ouvrages de ce type apparaître en Tunisie. Il s’agit d’abord des deux ouvrages de Paul Lambert. Le premier, Dictionnaire illustré de la Tunisie100, publié en 1912, avait pour objectif de fournir à la fois un aperçu biographique sur un millier de personnalités (vivantes ou décédées, françaises, tunisiennes, italiennes…) ainsi que des informations plus générales (notices sur les villes, les productions économiques, les groupements et associations, les sociétés, la météorologie…). Le second, l’année suivante, était intitulé Nos Corps élus101 et s’inspirait largement du premier. Ce dernier opus se distinguait toutefois du précédent sur trois points. D’une part il ne mentionnait que des personnalités élues (à la Conférence Consultative ou bien aux chambres économiques) et, de ce fait, restreignait le nombre de notices et était beaucoup plus prolixe en informations et en renseignements biographiques. D’autre part, il faisait apparaître des personnalités incontestablement « notables » dans les années 1930, mais qui avaient été ignorées lors de l’édition de 1912 ou bien que nous avions écartées car leur profil au début des années 1910 ne correspondait pas à nos critères. L’explication d’un tel décalage est pour partie liée au fait que certaines personnalités entrèrent dans le cercle des notables via l’élection à la Conférence Consultative qui intervint en mars 1912, élection sans doute postérieure au premier dictionnaire Lambert mais dont tenait compte l’édition spécifique de 1913 (qui, d’ailleurs, fut de toute évidence réalisée dans le but d’être le « trombinoscope » quasi-officiel de l’assemblée élue en 1912). Notons enfin que de tels ouvrages pouvaient receler une certaine partialité politique. Paul Lambert102 était membre de la Ligue de l’Enseignement et du comité républicain du commerce et de l’industrie (ou Comité Mascuraud, du nom de son fondateur), deux instances réputées proches du parti radical. Les notices de certains notables de Tunisie, dont le nom figurait dans son ouvrage de 1912, traduisent cette proximité politique : Ferdinand Thomas, entrepreneur tunisois décédé en 1907, membre éphémère de la Conférence Consultative de 1905 à sa mort, bénéficie d’une des plus longues notices de l’ouvrage (une page étant divisée en deux colonnes, la biographie de Thomas en occupe trois entre les pages 396 et 397), dans laquelle rien n’est oublié, de son engagement laïque (Ligue de l’Enseignement, fondateur de la loge maçonnique « Nouvelle Carthage ») à ses prises de positions sociales en faveur du mutualisme. Considérons maintenant la notice de Victor De Carnières. Située page 90, elle n’occupe que quelques lignes, à peine le tiers d’une colonne, soit un espace typographique dix fois moindre que celui dévolu à la notice de Ferdinand Thomas, et ce alors même que Carnières, emblème du parti colon pour C. A. Julien, jouissait d’une influence et d’un poids sans commune mesure avec ceux de F. Thomas : inamovible président de la chambre d’agriculture de Tunis depuis 1896, pilier de la Conférence Consultative depuis sa création (1891) dont il fut, à trois reprises, le secrétaire élu, il était aussi un adversaire résolu de la république radicale. Boulangiste dans les années 1880-1890, il fut une des bêtes noires de la gauche coloniale. La loge maçonnique dont Ferdinand Thomas était le vénérable se fendit d’une missive au ministre Delcassé en 1903 afin de protester contre une éventuelle obtention de la légion d’honneur par Carnières : ce dernier y était désigné comme « le leader de la fraction nationaliste et cléricale », accusé « en 1889 [d’avoir] bu à l’étranglement de la gueuse103 ». Il n’est guère douteux que sa biographie a minima ne soit un reflet de la sensibilité idéologique de l’auteur et de son hostilité à l’égard de celui qu’il considérait avant tout comme un adversaire politique.

  • 104 Arrouas « Arrouas Albert » et « Casanova Vincent ».

96Quelques années plus tard, en 1927, Vincent Casanova, homme d’affaires tunisois et directeur (pour la Tunisie) de l’Afrique du Nord Illustrée, voulut actualiser de tels ouvrages et lança le projet d’un livre « qui, s’attachant plus au présent qu’au passé, présenterait une biographie fouillée des personnalités de la Régence qui contribuent au développement de ce pays104 ». Débordé par cette tâche, il en céda les droits à un journaliste et publicitaire (qui avait déjà publié, en 1924, un ouvrage similaire pour la région de Bône), Albert Arrouas, lequel mena à bien le projet et le publia en 1932. Cette troisième version d’un bottin mondain tunisien, intitulée Livre d’or. Figures d’hier et d’aujourd’hui reprenait (en les actualisant) certaines notices de 1912, en publiait de nouvelles mais ne reproduisait aucune des entrées géographiques, économiques, culturelles de l’ouvrage de P. Lambert. À la visée quasi-encyclopédique du premier ouvrage, celui de 1932 substitua une vision purement biographique de la société tunisienne.

97Enfin, contemporain de l’ouvrage d’Arrouas, un dictionnaire biographique fut publié au Maroc en 1935, sous la plume d’André Brochier : Livre d’Or du Maroc. Dictionnaire des personnalités passées et contemporaines du Maroc. Moins complet et plus rapide que ses équivalents tunisiens, il n’est utile véritablement que pour les personnalités encore vivantes au milieu des années trente.

98Ces ouvrages ne sont pas tout à fait la copie conforme de ceux de métropole et ne peuvent prétendre fonder une recherche du type de celle entreprise par C. Grange. L’indication de l’adresse (qu’il s’agisse de la résidence urbaine ou campagnarde) fait le plus souvent défaut ; mariages et généalogie (ascendante ou descendante) ne sont pas indiqués. De ce fait ces ouvrages n’obéissent pas aux fonctions assignées par le Bottin ou le Who’s Who, à savoir dessiner les contours d’une sociabilité (féminine, masculine, familiale), exhiber des cercles hiérarchiques subtils (et que déterminent tant le lieu de vie que la sphère familiale) qui constituent l’identité sociale de chacun, ou encore dresser la carte des possibles conjugaux à l’intérieur d’un groupe arc-bouté sur les conditions de sa reproduction et de sa perpétuation. Rien de tout cela dans les ouvrages tunisiens : les notices individuelles mentionnent un état civil minimal (date et lieu de naissance), les éventuelles décorations, et semblent surtout insister sur l’aspect professionnel (études, parcours professionnels, réalisations) de chacun. Plus qu’à celle de : Qui est qui ?, c’est à la question Qui fait quoi ? que répondaient ces dictionnaires biographiques : il s’agissait avant tout de mettre en scène l’hyperactivité des Français des colonies, de souligner leur effort dans l’élaboration d’une société et d’une économie originale et dynamique.

99Ajoutons à cette remarque que nous ne disposons de quasiment aucune information sur les modalités de rédaction de ces ouvrages et la façon dont avait pu se dérouler la collecte d’informations. Ainsi l’ouvrage d’Arrouas n’est-il pas exempt d’erreurs ou d’omissions (quelques dates de naissance ne correspondent pas à celles qu’indiquent les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur ; quelques personnages, comme Marie Carton, Jean Buzié ou Florian Ducurtil, ayant un dossier de candidature à la Légion d’Honneur et une personnalité qui n’aurait pas dépareillé dans ces ouvrages, n’y figurent pas) ; mais elles sont, dans l’ensemble, rares.

100Au-delà des deux sources précédentes qui peuvent servir de base à une approche prosopographique, le reste de notre information est plus dispersé.

  • 105 De 1913 à 1919, la liste des commissaires municipaux a été réalisée à partir des arrêtés viziriels (...)
  • 106 Tunis, ANT, série E, cartons180-5 (Béja) et 180-64 (Tunis).
  • 107 EL Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale : Nabeul à la fin du XIXe siècle », in CT, t. XLV, n(...)

101Tout d’abord il existe des sources privilégiées comme celles qui concernent les instances représentatives des Français ou encore celles qui ont trait aux partis politiques ou bien aux associations. Ainsi la série A (contrôle des municipalités) des archives du Protectorat à Rabat : elle contient (avec quelques rares lacunes) non seulement les fiches biographiques des Français pressentis pour un siège dans les différentes commissions municipales du royaume chérifien, mais aussi les procès-verbaux de ces commissions ainsi que l’ensemble de leurs actes (budgets, arrêtés105…). On ne trouve guère l’équivalent dans les archives tunisiennes, où la série E-180 (qui regroupe les documents liés aux municipalités) est d’une grande pauvreté pour notre étude : après quelques sondages (concernant les villes de Tunis et Béja106) nous avons été conduit à écarter cette source car elle ne contenait ni information biographique sur les membres des commissions municipales, ni documents pertinents. Travaillant sur le cas de Nabeul, Y. El Ghoul avait déjà noté cette difficulté rencontrée dans l’établissement des sources d’histoire locale : les registres de délibérations de la commission municipale, qui auraient dû, selon les termes de l’article 12 du décret sur les communes du 1er avril 1885, se retrouver aux archives centrales à Tunis, y demeurent introuvables. Quant aux registres demeurés sur place, à Nabeul, ils se présentent sous une forme lacunaire (notamment pour la période 1898-1905107).

102Il est probable que cette distorsion archivistique, au niveau des administrations centrales, soit non seulement liée à des pratiques administratives différentes, mais qu’elle soit aussi la conséquence d’une gestion locale moins centralisée en Tunisie qu’au Maroc. Sans doute les contrôleurs civils (qu’ils fussent chefs des services municipaux ou responsables régionaux) disposaient-ils, dans l’établissement des commissions municipales ainsi que dans leur gestion, d’une plus grande latitude en Tunisie qu’au Maroc. L’anémie archivistique constatée en Tunisie refléterait ainsi, non pas un classement plus aléatoire des documents émanant de l’échelon local, mais plutôt une différence majeure dans l’organisation des pouvoirs entre les deux Protectorats.

103Cependant, des renseignements peuvent être puisés ailleurs. Ainsi les papiers personnels des Résidents contiennent-ils des fiches biographiques établies par des fonctionnaires locaux avant les déplacements du Résident général afin que ce dernier ait quelques informations sur les personnes qu’il était conduit à rencontrer ; de la même façon, lors de voyages de personnalités importantes (en particulier le Président de la République, comme Loubet en 1903 ou Millerand en 1922), la Résidence s’employait à confectionner des mini - dossiers biographiques afin d’éviter tout impair lors des innombrables discours, vins d’honneur et autres lunchs qui émaillaient le parcours des caravanes présidentielles ou ministérielles.

  • 108 En novembre 1943, Gabriel Puaux, Résident Général depuis le mois de juin, demanda un état des lieu (...)
  • 109 Miège J.L., Le Maroc et L’Europe, Rabat, éd. La Porte, 1996, t. II, p. 437 (1ère édition : 1961-196 (...)
  • 110 Ministère des Relations extérieures. Les Archives du ministère des Relations extérieures depuis le (...)
  • 111 Pour l’ensemble de ces problèmes liés au transfert des archives après 1956 : Dessen A., Travail pr (...)

104En dernier lieu, il convient de remarquer que l’histoire de ces notables pâtit de problèmes archivistiques particuliers. Tout d’abord signalons les destructions, pour la plupart consécutives aux combats de la Deuxième Guerre Mondiale. Lors du débarquement allié au Maroc en novembre 1942, la Résidence Générale détruisit une partie de ses archives, en particulier celles qui concernaient les activités politiques108. Les combats de la libération de Marseille en 1944 ont aussi entraîné la disparition des archives de la Compagnie Paquet (dont nombre des représentants en Tunisie comme au Maroc se retrouvent dans la plupart des instances représentatives réservées aux Français109). D’autres aléas (destruction par le feu d’archives du ministère des Affaires étrangères110, transfert et stockage provisoire des archives rapatriées des Résidences de Rabat et Tunis…111) sont mieux connus.

105Enfin nous pouvons noter, non pas l’inexistence, mais la difficulté d’exploitation de certaines sources.

106Tout d’abord la presse. Certes des collections existent en métropole (aux archives diplomatiques de Nantes, à la Bibliothèque Nationale, à la bibliothèque Sainte Geneviève ou encore à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer) mais elles sont plus que lacunaires et ne peuvent prétendre fonder une recherche systématique. Quant aux collections conservées à Rabat et Tunis, nous ne pouvons que souscrire à la description que donne J. Baïda à propos de la conservation des périodiques de l’époque du Protectorat à la Bibliothèque Générale de Rabat :

  • 112 Baïda J., La Presse marocaine d’expression française des origines à 1956, Rabat, Université Mohamm (...)

« […] il est à remarquer qu’une certaine inconscience de l’intérêt que représente ce patrimoine fait qu’il se trouve, aujourd’hui, dans un état désolant. Les journaux les plus précieux sont amassés dans des conditions de conservation déplorables, les références mentionnées dans le fichier ne correspondent pas toujours aux titres “conservés” et le service de communication laisse vraiment à désirer112 ».

  • 113 El AlaouiEl Hassane C., « La Bibliothèque de la chambre de commerce et d’industrie de Fès » in Les (...)

107Cependant J. Baïda précise en outre qu’un autre obstacle réside dans l’établissement tardif d’un dépôt légal (1932 au Maroc). Dans ce contexte il n’est pas surprenant de constater que la consultation de séries complètes de journaux puisse s’effectuer en dehors des bibliothèques centrales : ainsi la collection du Courrier du Maroc (1929-1962), introuvable, selon C. El Alaoui El Hassane, à Rabat ou Paris, se trouve-t-elle dans les sous-sols de la municipalité de Fès, conservée avec les collections de la bibliothèque de la chambre de commerce et d’agriculture de la ville113.

  • 114 Yakhlef M., « Les archives du Protectorat de la municipalité de Fès » in ibid.
  • 115 Cf. les travaux de M. Yakhlef (La Municipalité de Fès à l’époque du Protectorat, thèse d’État, Uni (...)
  • 116 À l’exception toutefois d’un sondage effectué dans les archives « vivantes » de la conservation fo (...)

108Des problèmes de conservation et de communication existent de la même manière avec les archives municipales dont les municipalités actuelles conservent la tutelle. Ainsi, travaillant sur Fès, Mohammed Yaklef note-t-il la richesse des archives urbaines de la période du Protectorat : entreposées dans les sous-sols de l’actuelle municipalité, il est possible d’y retrouver non seulement des documents liés à la gestion urbaine (comme les procès verbaux des commissions municipales) mais aussi d’autres archives comme celles de la chambre de commerce et d’agriculture (P.V. des séances, élections114). Leur exploitation a donné lieu à quelques (trop) rares monographies urbaines115 que nous utiliserons à défaut d’avoir pu nous-même plonger dans cet océan de la mémoire locale116.

109En tenant compte de cette configuration archivistique, peut-on avancer un premier chiffrage de cet univers des notables coloniaux français en Tunisie et au Maroc ? Le nombre des notables ne peut être fixé avec certitude comme s’il n’existait qu’une seule et simple liste. Effectuer une pesée des notables n’est possible qu’en recoupant des sources fort variées et souvent disparates. Dans un premier temps nous avons établi, pour chacun des Protectorats, une base de données alphabétique en compilant les informations issues des sources suivantes :

  • Tunisie : Nous avons compilé les noms des notables recensés dans les dictionnaires Lambert de 1912 et 1913, ceux du livre d’or d’A. Arrouas (1932) et enfin ceux obtenus par le dépouillement des dossiers de candidatures à la Légion d’Honneur (1894-1939). Occasionnellement (et assez rarement), nous avons pu retrouver, au fil des archives, des renseignements biographiques sur des personnes correspondant aux critères de notabilité énoncés précédemment mais absents des trois sources principales. À cette masse d’information, se rajoutent des personnes pour lesquelles nous ne disposons d’aucun renseignement si ce n’est leur qualité de notable (membres de chambres économiques, vice-président de municipalité…). Une fois les informations recoupées, nous obtenions ainsi un corpus de 527 noms.
  • Maroc : la base initiale de travail fut plus large car nous avons pu consulter les dossiers de l’ensemble des membres des commissions municipales, conservés aujourd’hui aux archives du Protectorat à Rabat. Après en avoir écarté les candidats inscrits seulement sur liste supplémentaire (et donc jamais nommés), nous avons établi une première liste de 565 noms. Cette liste a été complétée et amendée par les dossiers de candidature à la Légion d’Honneur ainsi que par le dictionnaire Brochier ; ce qui nous a conduit à un ensemble de 622 notices biographiques plus ou moins renseignées, auxquelles s’ajoutent de simples noms accolés à des fonctions, pour constituer un corpus total de 810 personnes.

110En résumé nous obtenons le nombre de notices par source suivant :

  • 117 La somme des notices issues de chaque source ne correspond pas au total du corpus, dans la mesure (...)

TUNISIE

MAROC

LAMBERT

179

BROCHIER

066

ARROUAS

233

COMM. MUNICIPALE

565

LÉGION D’HONNEUR

78

LÉGION D’HONNEUR

86

AUTRES (annuaires, archives, presse…)

179

AUTRES (annuaires, archives, presse…)

188

TOTAL DU CORPUS117

527

TOTAL DU CORPUS

810

111Soit un total de 1 337 personnes, pour lesquelles nous disposons de données souvent hétérogènes.

Notes

1 Julien C. A., L’Afrique du nord en marche, Paris, Julliard, 1952, p. 62.

2 Chaussinand-Nogaret G. (sous la dir. de), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tallandier, 1991, p. 12-13.

3 Damichel O., Voyage au Maroc, Bône, éd. J. Chaudron, 1915, p. 117.

4 Thabault R., Souvenirs d’un universitaire français en service au Maroc, manuscrit dactylographié [1974 ?], déposé à l’ASOM (cote : manuscrit no 181).

5 Le Colon français, no 900, 5 juillet 1924.

6 Le Colon français, no 1279, 12 décembre 1931.

7 Sébillote R., Ksar El Ahmar ou la Vie de colon dans le sud tunisien, t. II, Morières-les-Avignon, Imprimerie Rullière-Libeccio, 1994, p. 350. L’auteur était le gendre de L. Jouanneau et donc le beau-frère du marié.

8 Leyrisde Campredon Dr, Quarante-cinq Ans de souvenirs marocains (1904-1948), Casablanca, Imprimerie Rapide, 1949.

9 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface du livre de G. Levi, Le Pouvoir au village, Paris, Gallimard, 1985, p. XXVII.

10 Palluel-Guilliard A., « Les notables dans les Alpes du Nord sous le Premier Empire », RH, juillet-sept 1970, p. 741.

11 Charle C., Les Élites de la République, (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 12.

12 Jouanna A., « Les assemblées de notables » in Dictionnaire d’Ancien Régime (sous la dir. de L. Bély), Paris, PUF, 1996, p. 91-93.

13 Conrad O., Le Conseil général du Haut Rhin au XIXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1998, p. 311.

14 Tudesq A. J., « Le concept de notable et les différentes dimensions de l’étude des notables », CM, no 46, 1993, p. 1-12.

15 Furet F., La Révolution (1770-1880), Paris, Hachette, 1989.

16 Tudesq A. J., « Le concept de notable… », art. cit.

17 Mendras H., Les Sociétés paysannes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1995 [1ère éd. 1976].

18 Tudesq A. J., Les grands Notables en France (1840-1849). Étude Historique d’une psychologie sociale, Paris, PUF, 1964.

19 Barral P., Le Département de l’Isère sous la IIIe République (1870-1940), Paris, Armand Colin, 1962.

20 Ibid., p. 99-100.

21 Ibid., p. 324.

22 Grémion P., Le Pouvoir périphérique en France. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Le Seuil, 1976, p. 261.

23 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1991, chap. I.

24 Weber M., Économie et société, Paris, Pocket, « Agora », 1995, t. I, p. 378.

25 Veyne P., Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1995, p. 122.

26 Berque J., De L’Euphrate à l’Atlas, tome I, Paris, Sindbad, 1978, p. 216.

27 Charle C., Les Élites de la République, Paris, Fayard, 1987. L’auteur précise toutefois que si le système de sélection change, les anciennes classes dirigeantes s’y adaptent afin de « doter [leurs] enfants du seul attribut de classe non galvaudé à l’époque du suffrage universel, la culture légitime dispensée par l’enseignement secondaire », p. 37.

28 Prochaska D., Making Algeria French. Colonialism in Bône (1870-1920), Cambridge University Press/Maison des sciences de l’Homme, 1990. En particulier le chapitre VI.

29 Ageron C.R., Histoire de l’Algérie contemporaine, t. II (1871-1954), Paris, PUF, 1979.

30 Nora P., Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961, p. 93.

31 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 173.

32 Ageron C.R., Histoire de l’Algérie…, op. cit., p. 365.

33 « L’Européen même nanti, même comblé, ne voit partout que conspirations et complots », écrit Jacques Berque dans Le Maghreb entre deux guerres (Paris, Le Seuil, 1979, p. 64). Cette remarque fait écho à celle émise par Pierre Nora afin de suggérer cette mentalité si particulière qui faisait se rejoindre une angoisse sourde et permanente avec une vision matérialiste, à courte vue, pour donner naissance à une véritable ivresse de l’action chez les Français d’Algérie : « l’Algérie […] est une patrie de hasard où ils sont installés sur la branche et dans le provisoire ». in Nora P, Les Français…, op. cit.

34 Nantes, APT 1er V. 355, lettre du 10 avril 1878.

35 Nantes, APT, 1er V. 355 : requête de la colonie française au premier député (18 septembre 1872) citée par Planel A.M., De la Nation à la colonie, la communauté française de Tunisie au XIXe siècle, Paris, thèse EHESS, 2000, 3 vol., p. 592.

36 Rabat AP, carton A 1731.

37 LH « François Paoli ».

38 Berque J., De L’Euphrate à l’Atlas, t. I, Paris, Sindbad, 1978, p. 221-222.

39 Casinière H. (de la), Les Municipalités marocaines, leur développement, leur législation, Casablanca, éd. de la Vigie Marocaine, 1924, p. 17.

40 Rectenwald G., Les Assemblées élues du Protectorat français de Tunisie, Alger, Soubiron, 1931, p. 17.

41 Ibidem.

42 Arrouas « Montureux (De) ».

43 Rabat AP, A1385, lettre du Vice-Consul de Safi au Résident Général du 26 juillet 1913.

44 Nantes APM, CD 350 B, brouillon d’une lettre adressée au ministère des Affaires étrangères en date du 29 novembre 1913.

45 Ou de son prolongateur : car comme le note le sociologue J. Rodin, cette figure du notable comme intermédiaire entre le local et le régional, voire le national, connaît un regain de dynamisme dans une France prise dans un processus de décentralisation comme dans le dernier quart du XXe siècle. Cf. Rodin J., Le Sacre des notables, Paris, Fayard, 1985.

46 Farrère C., Les Hommes nouveaux, Paris, Flammarion, 1922.

47 Harry M., La divine Chanson, 1925 [1ère édition : 1912], Paris, Fayard, p. 33.

48 Paris ANF, 5 AR 378.

49 Lambert 1912, « Dabrigeon ».

50 À l’exception, on l’a vu, du roman de Claude Farrère, Les Hommes nouveaux (1922) dans lequel Bourron est un des personnages principaux, à l’image du Raimu de La Femme du Boulanger de M. Pagnol.

51 Jobert M., La Rivière aux grenades, Paris, Albin Michel, 1982.

52 Bourdet C., « Les maîtres de l’Afrique du Nord », Les Temps Modernes, no 80, juin 1952, p. 2257.

53 Odinot P., Le Monde marocain, Paris, éd. M. Rivière, 1926, p. 59. G. Dugas fait une présentation succincte de cet auteur dans le recueil de romans Maroc, Les Villes impériales (Omnibus, 1996). Il est à noter qu’Odinot retourna au Maroc après le départ de Lyautey ; dans les années trente, il devint même membre du Conseil de Gouvernement dans lequel il représentait les électeurs du troisième collège de la circonscription de Fès.

54 C.A. Julien, L’Afrique du Nord en marche, Julliard, 1952, p. 60-61. Néanmoins quelques lignes plus loin C.A. Julien nuance son propos : « Grâce à la prospérité des affaires, il s’est créé une classe d’industriels, intelligents et actifs, beaucoup plus ouverts aux idées nouvelles que les colons et prêts, s’il le faut, à accepter des concessions. » Cette nuance est anachronique par rapport à notre sujet : sans doute, écrivant ces lignes, Julien fait-il allusion aux figures « libérales » du capitalisme colonial comme J. Lemaigre-Dubreuil mais dont les activités sont plutôt postérieures à la Deuxième Guerre Mondiale et contemporaines de la rédaction de l’ouvrage de C.A. Julien.

55 Bourdet C., « Les maîtres de… », art. cit.

56 Ayache A., Le Maroc, bilan d’une colonisation, Paris, Éditions Sociales, 1956, p. 257.

57 Julien C.A., L’Afrique du Nord…, op. cit. (1952), p. 68.58. Julien C.A., « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », RFHOM, t. LIV, no 194/197, 1967, p. 87-150.

58 Julien C.A., « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », RFHOM, t. LIV, no 194/197, 1967, p. 87-150.

59 Gustave Aucouturier représente, pour C.A. Julien et J. Berque, la figure emblématique du potentat colonial. En ce qui concerne les travaux de C.A. Julien, il apparaît dès 1952 dans L’Afrique du nord en marche (« La plus grande puissance du Maroc n’est pas le Résident mais M. Aucouturier, riche colon de la région de Meknès », p. 64) et revient ensuite dans Le Maroc face aux impérialismes en 1978 (« Aucouturier se targuait « d’être capable de faire ou de défaire les Résidents » et on n’est pas sûr qu’il s’agisse là d’une simple vantardise », p. 132).

60 Berque J., Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil, 1989, p. 116.

61 Rabat AP, A 1731, dossier « Fès »

62 El Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale : Nabeul à la fin du XIXe siècle », in CT, 1er -2e trimestres 1992, p. 25-45.

63 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Seuil, 1964, p. 180-181 : « J’en arrive à l’idée d’une sémantique sociale. Elle s’attacherait à l’étude des modes et des degrés de la signification sociale dans une vie de groupe. […] Ce sur quoi je voudrais insister c’est sur la délicatesse, la variété et l’étagement des rapports qui unissent l’ordre sémantique à l’ordre fonctionnel d’une vie de groupe. »

64 Berque J., L’Égypte, Impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1967, p. 12.

65 Ibid., p. 12.

66 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, 1979, p. 151.

67 Ibid., p. 352. Remarquons que les deux exemples choisis pour illustrer les Protectorats sont Carnières (Tunisie) et Aucouturier (Maroc) : or ce sont déjà eux que C.A. Julien a aussi constitués en modèle même d’un patriciat colonial conservateur et cynique.

68 Ibid., p. 179.

69 Ibid., p. 352.

70 Ibid., p. 361-362.

71 Ibid., p. 307-309.

72 À l’instar de C.A. Julien, J. Berque emploie ce terme mais avec plus de parcimonie et semble en user avec une distance qui confine parfois à l’ironie. Ce dernier use d’ailleurs du mot « prépondérant » afin de qualifier les élites locales marocaines (pacha, muhtaseb, chefs de confrérie religieuse) dans son autobiographie Mémoires…, op. cit., p. 81.

73 Berque J., Le Maghreb…, op. cit., p. 272.

74 Ibid., p. 362.

75 Julien C.A., Les Techniciens de la colonisation, Paris, PUF, 1947, p. 1.

76 Notons que, dans le même temps, Pierre Bourdieu relativisait cette approche dans un article important : « L’Illusion biographique », in Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1986, no 62-63, p. 69-72. Voir aussi : Picketty G., « La Biographie comme genre historique ? Étude de cas », Vingtième Siècle, juillet-septembre 1999, p. 119-126.

77 Jeanneney J.N., François de Wendel en république, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Le Seuil, 1976 ; Escudier J.L., Edmond Bartissol, Paris, CNRS Éditions, 2000. Patrick Verley note par ailleurs tout l’intérêt de confronter l’histoire économique traditionnelle avec une approche micro-historique afin non seulement « de faire sentir par intuition un certain nombre de réalités historiques » mais aussi pour mettre en évidence des discontinuités et des évidences occultées par une approche macro-historique (Verley P., « Note critique. À propos de la prosopographie des élites économiques : un retour à l’anecdotique, une sociologie du patronat et/ou une nouvelle entrée dans le champ de l’histoire économique ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 23, 2001, p. 202-209).

78 Ainsi l’étude de grands corps de l’État : les inspecteurs des Finances (E. Chadeau, N. Carré de Malberg), les Ponts et Chaussées (A. Brunot et R. Coquand), les ingénieurs des Mines (A. Thépot), les dictionnaires biographiques d’universitaires (A. Grelon, C. Charle et E. Telkes, F. Huguet…).

79 Passeron J.C., « Le scénario et le corpus. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires » in Le Raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 2006, p. 305.

80 Y. Pourcher, Les Maîtres du granit. les Notables de la Lozère du XVIIIe à nos jours, Paris, éd. O. Orban, 1987.

81 Sur la genèse de l’administration française au Maroc nous pouvons nous appuyer sur la thèse de Daniel Rivet, Lyautey et l’instauration du Protectorat français au Maroc, Paris L’Harmattan, 1995 ; sur la Tunisie, on dispose de deux travaux universitaires : Mahjoubi A., L’Établissement du Protectorat français en Tunisie, Tunis, Université de Tunis, 1977, et Mouilleaux É., Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le Cas des contrôleurs civils en Tunisie (1881-1956), Paris, L’Harmattan, 2000.

82 Cf Annexe I.

83 in Prosopographie des élites françaises XVIe-XXe siècles, guide de recherches, Paris, CNRS/IHMC, 1980.

84 Bornons-nous à citer ici les titres les plus importants limités à notre période d’étude : Girard L., Gossez R., Prost A., Les Conseillers généraux en 1870, Paris, PUF, 1967 ; Agulhon M., Girard L., Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 ; Charle C., La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994 ainsi que Les Élites de la République, Paris, Fayard, 1987 ; Corbin A. et Mayeur J.M., Les Immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995 ; Dumons B., Pollet G. et Saunier P. Y., Les Élites municipales sous la Troisième République des villes du Sud Est de la France, Paris, CNRS, 1997 ; Chaline J.P., Corbin A. et Mayeur J.M., Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.85.

85 Prosopographie des élites françaises XVIe-XXe siècles, op. cit.

86 Bernard M., « La Prosopographie et l’histoire politique de la France contemporaine. Essai d’historiographie. » in Siècles, no 10, 1999, Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand II, p. 47-60.

87 Sirinelli J.F., Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988.

88 Bremard F., L’Organisation régionale du Maroc, Paris, LGDJ, 1949.

89 Tudesq A. J., Les grands Notables en France (1840-1849). Étude historique d’une psychologie sociale, Paris, PUF, 1964.

90 Dupeux G., Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher (1848-1914), Paris-La Haye, Mouton et Cie, 1962, p. 135.

91 Penz C., Trentenaire de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca (1921-1951), Casablanca, Imprimerie Rapide, 1951.

92 Liauzu C., « Situation coloniale et opinion publique : petits blancs et socialistes pendant trente ans de luttes électorales », CT, no 87-88, 3e-4e trimestres 1974, p. 41-91.

93 BOPM no 109 (23 novembre 1914), p. 842. L’arrêté résidentiel du 2 novembre 1914 créa le premier comité d’études économiques à Casablanca : « Considérant que la chambre de commerce n’étant pas au complet, il est opportun de lui adjoindre les notables les mieux qualifiés pour traiter les questions industrielles, agricoles, commerciales, auxquelles donnent lieu l’état de guerre. »

94 Ces dossiers sont conservés aux archives centrales du ministère des Affaires étrangères, série « Protocole », sous-séries D 6 (décorations Tunisie) et D 16 (décorations Maroc).

95 LH « Joseph Ceccaldi ».

96 LH « François Salager ».

97 C’est le cas d’Henri Croze, président de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca (de 1928 à 1932, puis de nouveau à partir de 1938) qui obtint la Légion d’Honneur en 1929 sur le contingent du ministère du Commerce ; in C. Penz, Trentenaire…, op. cit.

98 Bien que lacunaire, la base LEONORE, consultable via internet, permet également de retrouver en partie les dossiers de ceux qui obtinrent la Légion d’Honneur, dossiers qui sont aujourd’hui déposés aux Archives Nationales. C’est ainsi que nous avons complété la série principale de notre recherche (celle du Quai d’Orsay) par l’étude des dossiers du CARAN du moins pour les individus dont nous savions, par d’autres sources, qu’ils furent effectivement décorés. Ceci dit cette source est obérée par le délai de cent vingt ans, ce qui ôte toute possibilité d’utiliser les dossiers des personnes nées après 1880-1885.

99 Grange C., Les Gens du bottin mondain, Paris, Fayard, 1996, p. 70.

100 Lambert P., Choses et gens de Tunisie. Dictionnaire illustré de la Tunisie. Tunis, Saliba, 1912, 457 p.

101 Lambert P., Nos Corps élus, Tunis, 1913, 180 p.

102 Arrouas « Lambert P. ».

103 Nantes, APT 1er V 950, lettre de la loge maçonnique « Nouvelle Carthage » au ministre des Affaires étrangères en date du 12 mars 1903.

104 Arrouas « Arrouas Albert » et « Casanova Vincent ».

105 De 1913 à 1919, la liste des commissaires municipaux a été réalisée à partir des arrêtés viziriels indiquant leur nomination et publiée dans le Bulletin Officiel du Protectorat (un index thématique annuel facilite la recherche de tels documents). Cependant les informations relevées ici sont pauvres : au mieux y trouve-t-on mention de l’activité. En revanche entre 1919 et 1937 (dernière vague de nominations avant la guerre) nous avons consulté et dépouillé les fiches de renseignements conservées aux archives du Protectorat à Rabat. Elles sont archivées par année (ce qui signifie qu’un notable peut avoir plusieurs fiches en cas de « candidatures » répétées) et classées ensuite par villes :

106 Tunis, ANT, série E, cartons180-5 (Béja) et 180-64 (Tunis).

107 EL Ghoul Y., « Colonisation et vie municipale : Nabeul à la fin du XIXe siècle », in CT, t. XLV, no 159-160, 1992, p. 25-45.

108 En novembre 1943, Gabriel Puaux, Résident Général depuis le mois de juin, demanda un état des lieux au sujet des destructions d’archives de novembre 1942. Outre de nombreux documents chiffrés, cette destruction concerna des dossiers liés aux partis politiques français et à leurs activités (in Nantes, APM, Cabinet Civil 5A).

109 Miège J.L., Le Maroc et L’Europe, Rabat, éd. La Porte, 1996, t. II, p. 437 (1ère édition : 1961-1964).

110 Ministère des Relations extérieures. Les Archives du ministère des Relations extérieures depuis les origines. Histoire et guide suivis d’une étude des sources de l’histoire des Affaires étrangères dans les dépôts parisiens et départementaux, Paris, Imprimerie nationale, 1984-1985, 2 vol. Ainsi la série M (Maroc) du fonds contemporain (à partir de 1896) aux archives centrales du Quai d’Orsay regroupe-t-elle les documents échangés entre le ministère et la Résidence de Rabat entre 1917 et 1939. Lors de la Deuxième Guerre Mondiale une partie de ces archives fut détruite, notamment celles concernant la période 1929-1939.

111 Pour l’ensemble de ces problèmes liés au transfert des archives après 1956 : Dessen A., Travail préparatoire au reclassement des archives du Protectorat français en Tunisie (1881-1956), mémoire de maîtrise, Université de Haute Alsace, 1994 et Belseur P., Étude institutionnelle et archivistique du Protectorat français au Maroc, mémoire de DEA, Université d’Angers, 1995.

112 Baïda J., La Presse marocaine d’expression française des origines à 1956, Rabat, Université Mohammed V, 1996.

113 El AlaouiEl Hassane C., « La Bibliothèque de la chambre de commerce et d’industrie de Fès » in Les Archives du Protectorat (sous la dir. De B. Boutaleb), Rabat, Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat, série colloques et séminaires no 57, 1996.

114 Yakhlef M., « Les archives du Protectorat de la municipalité de Fès » in ibid.

115 Cf. les travaux de M. Yakhlef (La Municipalité de Fès à l’époque du Protectorat, thèse d’État, Université libre de Bruxelles, 1990) ; de Y. EL Ghoul sur Nabeul (« Colonisation et vie municipale. Nabeul à la fin du XIXe siècle », CT, Tome XLV, no 159-160, 1er-2e trim. 1992, p. 25-45 ; de K. Jerfel sur Sousse (« Les communautés européennes à Sousse de 1881 à 1939 », RHM, no 102-103, mars 2001, p. 203-214), et les travaux de C. Giudice sur Tunis (« La construction de Tunis « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945 », in Correspondances no 70, mars-juin 2002, p. 9-19).

116 À l’exception toutefois d’un sondage effectué dans les archives « vivantes » de la conservation foncière de Casablanca.

117 La somme des notices issues de chaque source ne correspond pas au total du corpus, dans la mesure où une même personne peut figurer dans différentes sources. Ainsi 76 personnes sont-elles à la fois présentes dans les dictionnaires Lambert et Arrouas ; de la même façon, 33 des 565 membres de commissions municipales possèdent un acte de candidature à la Légion d’Honneur.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540