Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notables des colonies

 | 
David Lambert

Introduction

Texte intégral

  • 1 Kipling R., Souvenirs de France, in t. III des Œuvres complètes, sous la direction de F. Lacassin, (...)
  • 2 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Le Seuil, 1964, p. 93.
  • 3 Passeron R., Les grandes Sociétés et la colonisation dans l’Afrique du Nord, Alger, Imprimerie La (...)
  • 4 Bernard J., Le Droit du travail au Maroc. Contribution à l'étude du Droit Social dans le cadre de (...)
  • 5 Julien C. A., Le Maroc face aux impérialismes (1415-1956), Paris, Jeune Afrique, 1978, p. 133.
  • 6 Memmi A., Portrait du colonisé. Précédé du portrait du colonisateur, Paris, Gallimard, 1985 [1ère (...)
  • 7 Cette assimilation du « colonisateur » au personnage de La Tempête de Shakespeare constitue un des (...)

1À Lahore, « En ce temps-là, l’existence de la colonie anglo-indienne était fort simple : pas de théâtre, pas de cinéma ; des chevaux pour tout véhicule ; la société n’existait pas. Tout le monde était occupé1 » écrivait Rudyard Kipling. L’auteur du Livre de la Jungle, par la brutalité du trait, insistait sur cette course au profit, cette imbrication de la vitesse avec le goût de l’action, cette « excitation [tirée] de beaux et profitables attentats2 » qui semblaient brimer l’établissement d’une société, avec ses règles, ses réseaux, ses interactions, son entropie même. Ni ordonnée, ni désordonnée : la société coloniale, entendue comme l’univers plus ou moins étanche des métropolitains expatriés, serait une pure virtualité. Bien des contemporains de la colonisation française au Maghreb auraient souscrit à cette vision tant ils s’affligeaient de voir, dans les villes marocaines ou les campagnes algériennes ou tunisiennes, ces chapelets d’individus isolés et poussés par la cupidité. Les propriétaires terriens en Tunisie auraient été « des hommes d’affaires, de froids calculateurs, généralement énergiques, sérieux et laborieux3 ». Les entrepreneurs marocains n’auraient eu qu’un seul moteur, celui qu’aurait activé « un désir d’arriver, une soif d’argent et de jouissance tels que tout doit céder devant ces aspirations4 ». Un ensemble d’individus épars, électrons libres d’une ruée vers le profit, semblait constituer l’univers colonial en lieu et place de groupes humains charpentés par des liens solides, qu’ils fussent d’affinités ou de conflits. Face à cette vision éclatée, il est une autre manière, non point tant de nier l’existence d’une société coloniale, mais d’en gommer les nuances : « la société européenne, écrit C. A. Julien, quel que fut son niveau de vie, constituait un tout5 ». Quelle importance alors de sonder l’épaisseur, la fragilité ou le grain d’un tel bloc ? Suivant cette logique, l’essentiel est ailleurs : dans les failles que la chute d’un tel bloc provoqua dans l’architecture humaine des sociétés colonisées, dans le geste des burins décolonisateurs qui l’effritèrent et le réduisirent en poussière. Tous les membres de cette société coloniale auraient ainsi le même visage, qu’il s’agisse de celui du « colonial », du « colonisateur » ou du « colonialiste6 » ; tous seraient identifiables, repérables, interchangeables et la figure shakespearienne de Prospero7 offrirait alors un raccourci saississant de cette totalité.

  • 8 Laroui A., L’Histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Casablanca, Centre culturel arabe, 1995, p (...)
  • 9 Cohen W., Empereurs sans sceptre : histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’Éc (...)
  • 10 Nantes APT 1er V 327 A.

2Nuançant cette double vision, Abdallah Laroui formule un diagnostic pertinent en même temps qu’il nous invite à poser les enjeux coloniaux sous une forme dialectique : « l’analyse économique et la reconstruction historique […] postulent [l’homogénéité de la société coloniale] autant que la nient la psychologie, individuelle ou sociale, et la revendication politique8 ». Certes, A. Laroui minore la complexité de cette société coloniale car l’enjeu de ses travaux est ailleurs. Cependant il insiste sur le fait que cette société existe bel et bien et que l’intelligibilité de la période coloniale passe par sa prise en compte. Comment d’ailleurs, pourrait-il en être autrement ? Peut-on affirmer que les empires coloniaux ne connurent que le seul dialogue d’une administration d’importation et d’une population autochtone captive et passive ? Des « empereurs sans sceptre9 » et des sujets muets ? Les Protectorats, en particulier, ne se limitaient pas à l’action des contrôleurs civils ni même à la personnalité des Résidents. Le mandat de Lucien Saint en Tunisie, entre novembre 1920 et janvier 1929, fut troué de longs séjours en métropole (en général entre juillet et octobre) : au final, Lucien Saint s’absenta de Tunisie plus de neuf cents jours sur l’ensemble de son mandat, soit près d’un tiers de la durée totale de ses fonctions de Résident Général à Tunis10 !

  • 11 Balandier G., « La situation coloniale », in Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, Paris, PUF, 1 (...)
  • 12 Balandier G., « Sociologie de la colonisation », in Sens et Puissance, Paris, PUF, 1986, p. 169-18 (...)

3Dès lors Georges Balandier a raison d’insister sur l’existence d’une véritable société coloniale, au sens d’un groupe privilégié, distinct de l’administration, mais prévient aussitôt toute tentative de réduire ce groupe à une simple minorité homogène car « elle a ses « factions » ou « clans » qui sont plus ou moins fermés les uns aux autres, plus ou moins rivaux et qui ont leur propre politique indigène11 ». Nous souhaitons placer notre étude au cœur même de cette société, minorité démographique devenue majorité sociologique12, groupe cloisonné mais strié de failles, objet fugitif d’une histoire accélérée.

4Cette société, nous souhaitons la faire passer sous les fourches caudines de deux opérations intellectuelles.

  • 13 LH « Abt ».
  • 14 LH « Dorée ».

5D’abord, il s’agit d’opérer une réduction, de saisir l’élément humain offrant un poste d’observation qui permette d’explorer des lieux où le social se mêlerait au politique, où les courants de la longue et moyenne durée, celle de l’expansion impériale et de la tectonique coloniale, viendraient agiter les coquilles de noix de la biographie individuelle. Or certains parcours donnent une idée de ce que pourrait être un tel poste d’observation. Ainsi Joseph Abt, vice-président de la chambre de commerce de Casablanca de 1928 à 1938, tout à la fois négociant et grand propriétaire, consacrait-il « la plus grande partie de son temps à la chose publique13 ». Que penser également de l’expression d’« agent politique », utilisée pour qualifier les activités de Marius Dorée, membre de la commission municipale de Marrakech à partir de 1933 et président du syndicat d’initiative de la ville14 ? Pierre Guedeney, propriétaire et président, à partir de 1919, de l’Association des Colons de Zaghouan, entre Tunis et Sousse, pouvait être considéré comme un acteur politique à la lecture du portrait que traçait de lui l’administration résidentielle :

  • 15 LH « Guedeney ».

« D’un dévouement constant, il apporte dans toutes les assemblées, avec le poids de ses arguments, la note de calme et de pondération. Ses avis étayés sur le bon sens et une connaissance approfondie des questions tunisiennes […] en font un conseiller au jugement sûr, écouté des agriculteurs français et tunisiens de la région et de l’administration15. »

  • 16 Brémard F., Les Droits publics et politiques des Français au Maroc, Paris, LGDJ, 1950.

6Ces individus constituaient-ils pour autant un groupe social ? Élite, bourgeoisie, caste, aristocratie, oligarchie… les mots se bousculent ici pour tenter d’enserrer la juxtaposition des biographies. Cependant aucun de ces termes, qui postulent un certain degré d’homogénéité ainsi qu’un rapport stable voire institutionnel avec la sphère politique, n’est satisfaisant. Le juriste Francis Bremard nous fournit une autre voie d’accès à la compréhension d’un tel groupe lorsqu’il précise que les commissions municipales constituées en Tunisie et au Maroc étaient « beaucoup plus des conseils de notables que des assemblées décentralisées16 ». Le terme de notable permet-il de mieux cerner la réalité sociale et politique du Maghreb colonial, de ces hommes d’influence et de pouvoir, présents à la fois sur la scène politique et économique, que d’aucuns, comme Jacques Berque ou Charles André Julien, qualifiaient de prépondérants ? Pour répondre à cette question et éviter toute ambiguïté, il nous faudra préciser, d’emblée, ce que notable veut dire, de quel bain épistémologique et historiographique nous extrayons ce terme, avant d’en tester la pertinence dans le contexte colonial de la Tunisie et du Maroc.

  • 17 Stora B., Imaginaires de guerre, Algérie-Vietnam en France et aux États-Unis, Paris, La Découverte (...)

7La deuxième contrainte que nous souhaitons faire peser sur cette recherche est la nécessité d’introduire la comparaison. Des ouvrages récents17 fondent une partie de leur grille de lecture historique sur la nécessité de comparer des entités coloniales, parfois fort distantes, afin de renouveler les problématiques et les enjeux de notre regard sur cette période. Nous serons moins audacieux et nous nous limiterons à dresser les portraits en miroir des notables français de la Tunisie et de ceux du Maroc.

8L’intérêt d’une telle démarche est double. D’une part, elle permet de poser la question de l’expérimentation, de l’improvisation et de l’imitation dans la construction d’une société coloniale et des rapports politiques et sociaux qui en formaient l’ossature. En utilisant deux espaces géographiquement et culturellement proches mais à l’emprise coloniale décalée d’une génération, on s’autorise à explorer des ponts, à détecter des seguia souterraines, à comprendre des différences, à traquer une identité en même temps que des similitudes. D’autre part, tout comparatisme est une invitation à saisir les « invariants » en se gardant d’une vision platonicienne de la colonisation. Il facilite l’élaboration d’une batterie de concepts, de notions et de réflexes qui peuvent s’avérer utiles et pertinents dès lors que l’on déplace l’objet initial de l’étude vers d’autres lieux et d’autres temps.

9Nous opérerons cette double opération de réduction et de comparaison dans le cadre de l’établissement et du développement du Protectorat français en Tunisie et au Maroc. Si notre étude commence formellement avec la signature des actes établissant les Protectorats (1881-1883 pour la Tunisie, 1912 pour le Maroc), nous avons privilégié la période qui s’ouvre à la fin de la Grande Guerre afin de mieux dégager les convergences et les divergences entre les deux pays. Plus problématique était la date finale. Choisir 1956 présentait d’indéniables avantages : cohérence chronologique (fin des Protectorats d’Afrique du Nord), plus grande abondance des sources notamment au travers de l’histoire orale, étude des permanences et des ruptures sociales sur au moins deux voire trois générations…

10Cependant nous avons préféré renoncer à ce terminus et arrêter nos recherches en 1939, et cela pour au moins deux raisons.

11La première est d’ordre historiographique. L’ouvrage de Jacques Berque, Le Maghreb entre deux guerres (1962), émaillé de pistes de recherches et d’intuitions, a fait office de rampe de lancement pour notre propre enquête. L’exclusion des phases de violences générales (guerres mondiales ou guerres d’indépendances) permet ainsi de mieux saisir à la fois les particularités de chacun des deux pays mais aussi de se concentrer sur les mécanismes de différenciation sociale à l’intérieur de la communauté française.

  • 18 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 204.
  • 19 Rivet D., Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2002, p. 354. J. Cantier dév (...)

12La deuxième raison tient à une interruption et à une rupture. Le début de la Deuxième Guerre Mondiale entraîna la suspension des mécanismes de représentation des Français et les commissions municipales ne furent plus renouvelées. L’administration prorogea, par arrêtés, les mandats des notables. Tout se passe comme si Vichy « épurait » et gelait en même temps la galaxie des notables coloniaux. Cependant la vraie rupture intervient à partir des années 1942-1945. Jacques Berque le fait remarquer dans une note : les contours du leadership colonial (ou le type de domination comme dirait Weber) basculent après 194218 : l’épuration, la montée des revendications, des violences et donc des doutes et des inquiétudes, ou encore les lendemains douloureux de territoires où le régime de Vichy a voulu « exemplariser la Révolution Nationale19 » (notamment en excluant du jeu politico-social toute une frange des notables d’avant-guerre), tout cela concourt à dessiner un autre monde (même si certains acteurs font le pont par dessus le choc de la guerre) dans lequel les relations sociales comme les constructions politico-administratives sont ballottées dans une mer coloniale, qui, si elle n’était d’huile avant la guerre, devient déchaînée et incertaine au-delà.

13Ce cadre étant posé, quelles seront les grandes lignes du tableau à venir ? Nous tenterons d’abord une vision verticale, celle de la construction politique et juridique de la figure du notable : était-elle un effet induit de la transplantation d’une colonie française au Maghreb ou bien devait-elle son existence à une volonté particulière de l’État colonial de faire émerger un groupe qui aurait été à la fois appui et relais de son action ?

14Nous plongerons ensuite dans une grande ligne horizontale qui nous obligera à considérer le paysage des notables coloniaux dans son ensemble, à opérer une sorte de géomorphologie sociale. Les sociétés coloniales n’étaient pas des sociétés aléatoires ; leur élaboration, souvent rapide, combinait en général une part d’héritage (surtout en Tunisie) et une accumulation de strates migratoires distinctes (socialement, économiquement, culturellement…). Les notables coloniaux étaient ainsi loin de constituer un « bloc » : la genèse d’une telle catégorie conduit à sonder son métamorphisme et sa tectonique afin d’en préciser les lignes de force.

  • 20 Mauss M., Essais de sociologie, Paris, Le Seuil, « Points », 1971, p. 111.

15Le troisième et dernier trait structurant sera une diagonale, celle qui permet de mettre en relation le statut et le rôle des acteurs historiques. Il s’agira de comprendre comment des individus, confrontés aux contraintes juridiques, jouant des codes imposés et des solidarités construites par le contexte colonial, manipulant les signes sociaux, parvinrent à acquérir un statut de notable ; « Quelle est la part des guerres, des danses, des extases, des prophéties, de la richesse, de la force20 » dans l’élaboration de ce statut, dans ce prestige si particulier qui tend à mêler rôle social, poids économique, action politique et image de soi ? De quelles actions et réactions ces notables furent-ils à l’origine ? Quelle fut leur part dans le modelage colonial des Protectorats d’Afrique du Nord ?

  • 21 Veyne P., Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, (...)
  • 22 Ibid., p. 693.

16D’une manière générale, il s’agit d’une étude d’histoire politique ; mais ce dernier adjectif doit être compris au sens que lui donne Paul Veyne comme la catégorie rassemblant « tout ce qui maintient en état de marche le groupe et son appareil21 ». Il s’agit donc d’une histoire qui tend à joindre l’anatomie juridique à la dynamique sociale en passant par les représentations culturelles. Elle essaie de poser, dans une constante dialectique entre l’engagement individuel et les cadres imposées par les pesanteurs sociales, la triple question du pouvoir : « Qui commande ? Qu’est-ce qu’il commande ? Sur quel ton commande-t-il22 ? »

Notes

1 Kipling R., Souvenirs de France, in t. III des Œuvres complètes, sous la direction de F. Lacassin, Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1989, p. 1133.

2 Berque J., Dépossession du monde, Paris, Le Seuil, 1964, p. 93.

3 Passeron R., Les grandes Sociétés et la colonisation dans l’Afrique du Nord, Alger, Imprimerie La Typo-Litho, 1925, p. 262.

4 Bernard J., Le Droit du travail au Maroc. Contribution à l'étude du Droit Social dans le cadre de l'Afrique du Nord, Casablanca, Imprimeries Réunies, 1942, p. 67.

5 Julien C. A., Le Maroc face aux impérialismes (1415-1956), Paris, Jeune Afrique, 1978, p. 133.

6 Memmi A., Portrait du colonisé. Précédé du portrait du colonisateur, Paris, Gallimard, 1985 [1ère éd. 1957].

7 Cette assimilation du « colonisateur » au personnage de La Tempête de Shakespeare constitue un des fils rouges de l’analyse d’O. Mannoni (Psychologie de la colonisation, Paris, Le Seuil, 1961 [1ère éd. 1950]). C. A Julien reprend l’image et l’applique au cas du Maroc colonial « île peuplée de Calibans [où] l’Européen se considérait comme une sorte de Prospero qui contribuait, par sa magie, à transformer un pays sauvage en une terre de richesse et de civilisation. » in Le Maroc…, op. cit., p. 133.

8 Laroui A., L’Histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Casablanca, Centre culturel arabe, 1995, p. 321 (note 28).

9 Cohen W., Empereurs sans sceptre : histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’École coloniale, Paris, Berger-Levrault, 1973.

10 Nantes APT 1er V 327 A.

11 Balandier G., « La situation coloniale », in Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, Paris, PUF, 1971, p. 18.

12 Balandier G., « Sociologie de la colonisation », in Sens et Puissance, Paris, PUF, 1986, p. 169-184.

13 LH « Abt ».

14 LH « Dorée ».

15 LH « Guedeney ».

16 Brémard F., Les Droits publics et politiques des Français au Maroc, Paris, LGDJ, 1950.

17 Stora B., Imaginaires de guerre, Algérie-Vietnam en France et aux États-Unis, Paris, La Découverte, 1997 ; Dimier V., Le Gouvernement des Colonies. Regards croisés franco-britanniques, Université de Bruxelles, 2004 ; Jennings E. T., Vichy sous les tropiques, Paris, Grasset, 2004.

18 Berque J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, 1979, p. 204.

19 Rivet D., Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2002, p. 354. J. Cantier développe, dans le cas de l’Algérie, cette thématique dans L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

20 Mauss M., Essais de sociologie, Paris, Le Seuil, « Points », 1971, p. 111.

21 Veyne P., Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, « Points », 1995, p. 691.

22 Ibid., p. 693.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540