Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les frontières du politique

 | 
Lionel Arnaud
, 
Christine Guionnet

7. « Avrupa Fatihi ». (Les conquérants de l’Europe1)

Les enjeux européens du sport en Turquie

Jean-François Polo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Slogan des supporters de football turcs faisant référence au sultan ottoman Mehmet le Conquérant q (...)
  • 2 Voir l’annexe en fin de chapitre.
  • 3 Depuis 1992, la ville d’Istanbul s’est successivement présentée à quatre reprises pour organiser l (...)

1Depuis une quinzaine d’années, la Turquie est présente sur la scène sportive internationale, que ce soit par les résultats de ses équipes et de ses athlètes ou par ses candidatures répétées à l’organisation des grandes compétitions sportives internationales2. En 2000, elle a ainsi organisé les championnats du monde de natation et en 2001, les championnats d’Europe de basket-ball. Candidate malheureuse à l’organisation des Jeux Olympiques de 20083, elle s’est également associée à la Grèce pour accueillir « L’Euro 2008 » de football. Enfin, une épreuve de championnat du monde des Rallyes s’est déroulée pour la première fois, en mars 2003, sur les routes turques, avant la tenue en 2005 du premier Grand Prix de Formule 1 de Turquie.

2La multiplication de ces candidatures relève-t-elle d’enjeux politiques ? Le sport de compétition ou l’organisation de rencontres sportives internationales peuvent-ils remplir un rôle politique pour l’État organisateur ? Quels rapports le sport entretient-il avec le politique et quels enseignements peut-on en tirer sur la façon dont les acteurs tracent les frontières du politique ?

  • 4 Voir les numéros récents de Politix, « Sport et politique », vol. 13, n° 50, 2000 ; Géopolitique, (...)
  • 5 Pour cet auteur, plus le champ des activités sportives s’autonomise et plus il affirme sa neutrali (...)

3La question du lien entre sport et politique est récurrente dans les discours ordinaires comme dans les analyses savantes4. Si le mouvement sportif proclame son « non-alignement » à travers des formules bien rodées (« sport et politique ne font pas bon ménage »; « le sport, c’est pas la guerre »), nombreux sont les exemples qui apportent la preuve du contraire. Jacques Defrance fait même le constat d’une politique de l’apolitisme sportif par l’affirmation de la neutralité, du pacifisme du sport5. En tant qu’activité humaine, le sport a des implications multiples, effectives ou potentielles, dans la vie politique.

  • 6 Milza (P.), « Sport et relations internationales », Relations internationales, n° 38, été 1984.
  • 7 Toutefois, avec la croissance des droits télévisés, les JO et le spectacle sportif plus généraleme (...)

4La question de la dimension politique du sport prend une importance particulièrement prononcée dans une perspective de relations internationales. Pour Pierre Milza, une réflexion sur les enjeux internationaux du sport pourrait se structurer autour de trois pistes : le sport comme composante et reflet de la scène internationale ; le sport comme moyen de la politique étrangère ; le sport comme révélateur du sentiment public6. L’organisation de rencontres sportives internationales, ou simplement l’acte de candidature, répondrait ainsi à des enjeux dépassant très largement les éventuelles retombées économiques qui restent aléatoires comme l’atteste, par exemple, l’endettement de nombreuses villes ayant accueilli dans le passé les Jeux Olympiques7.

  • 8 « Des épreuves sportives comme les Jeux Olympiques permettent aux représentants de différentes nat (...)
  • 9 Cf. Géopolitique, Revue de l’Institut international de géopolitique, « Sport et politique », n° 66 (...)
  • 10 Cf. Callebat (L.), Pierre de Coubertin, Paris, Fayard, 1988.
  • 11 Milza (P.), « Un siècle de Jeux Olympiques », Relations Internationales, n° 111, automne 2002, p. (...)
  • 12 Cf. « Nationalismes sportifs », Quasimodo, printemps 1997.
  • 13 Cf. Brohm (J.-M.), Jeux olympiques à Berlin, Bruxelles, Complexe, 1983.

5En effet, si, à sa naissance en Grande-Bretagne, le sport visait davantage à l’affirmation des individualités, à la confrontation de la force dans des normes socialement acceptables, les compétitions internationales sont rapidement devenues un enjeu de reconnaissance de la puissance des nations8. Les exemples sont nombreux dans l’histoire où les États ont cherché à faire la démonstration de leur puissance à travers les résultats de leurs athlètes dans les rencontres internationales9. Même la réhabilitation des Jeux Olympiques par le baron Pierre de Coubertin procède de la volonté de relever une nation française humiliée par la défaite de 187010 : « La réinvention des JO à la fin du XIXe siècle relève donc d’un programme explicitement politique et qui fait la part belle au fait national. Il faut beaucoup de candeur, ou d’ignorance, aux commentateurs actuels de l’événement pour s’étonner que puissent se décliner sur le même mode olympisme et politique11. » Le sport international est dès lors profondément imprégné de dynamiques nationalistes qui atteindront à de nombreuses reprises des dérives spectaculaires12. De la propagande nazie lors des jeux de Berlin en 193613 aux démonstrations arrogantes de la domination américaine aux JO d’Atlanta en 1996, nombreux sont les exemples d’une instrumentalisation politique des résultats sportifs.

  • 14 Cf. Maliesky (D.), « De Coubertin à Samaranch : la diplomatie du CIO », Pouvoir, 61, 1992, p. 25-3 (...)

6Le sport international n’est pas seulement un moyen pour un État d’affirmer sa puissance, il permet aussi parfois d’obtenir simplement une reconnaissance de son existence, de sa légitimité. Les instances sportives internationales comme le CIO (Comité international olympique), l’UEFA (Union européenne de Football Association), la FIFA (Fédération internationale de Football Association) qui gèrent l’organisation des compétitions internationales jouent alors le rôle d’une véritable diplomatie parallèle14. L’attribution, à un pays, de l’organisation d’une compétition internationale dans l’un des sports les plus pratiqués sur la planète ou des Jeux Olympiques qui restent le plus gros spectacle sportif du monde, équivaut à une reconnaissance internationale. La compétition acharnée que se livrent les pays pour accueillir ces épreuves témoigne de l’intérêt qu’ils y portent. Dans les États dictatoriaux, ces manifestations ont servi à défendre la légitimité de leurs systèmes politiques (Coupe du monde de football de 1978 en Argentine, JO de Moscou en 1980, etc.). Dans d’autres contextes, ces événements permettent aux États organisateurs de faire la démonstration de leur niveau de développement, d’accéder à une reconnaissance de leur appartenance aux pays développés (JO de Séoul en 1988 ou de Barcelone en 1992). De même, les membres de la FIFA ou du CIO expriment ouvertement leur souhait d’attribuer l’une de ces compétitions majeures à l’Afrique du Sud pour récompenser la transition pacifique de l’apartheid à la démocratie.

  • 15 Cf. Arnaud (P.), « Le sport, vecteur des représentations nationales des États européens », in Arna (...)

7Enfin, la question du sport comme révélateur du sentiment public concerne plus largement le sens que donnent les individus et les groupes à ces activités. Le sport est alors souvent le vecteur de l’expression du sentiment d’appartenance à une communauté, à une nation, que cela passe par des dérives nationalistes ou l’affirmation d’une identité plurielle15.

8Concernant le cas de la Turquie auquel on s’intéressera plus précisément ici, la multiplication des candidatures sportives turques doit être replacée dans une perspective internationale, historique et politique spécifique : celle de la relation de ce pays à l’Occident. Alliée fidèle des États-Unis (du moins jusqu’aux difficultés liées à la guerre d’Irak de 2003), membre de l’OTAN depuis 1952, candidate à l’Union européenne depuis 1987, la Turquie continue de revendiquer son ancrage à l’Ouest, poursuivant par-là l’œuvre de son fondateur Atatürk. Cependant, cette polarisation occidentale est contestée tant à l’intérieur de ses frontières qu’à l’extérieur. Ainsi, alors que la Turquie s’est portée candidate à l’Union européenne avant les pays de l’Europe de l’Est, elle ne fera pas partie du premier train des nouveaux membres. En outre, si le principe d’une future adhésion a finalement été accepté, de nombreuses réticences demeurent en Europe quant à la légitimité d’une telle candidature. L’organisation de manifestations sportives internationales permet donc à la Turquie, dont les maîtres mots fondateurs de l’État pourraient être « modernité, laïcité, nationalisme », de faire la démonstration de sa modernité, de sa capacité organisatrice et finalement de la légitimité de sa candidature à l’Europe communautaire.

  • 16 Cf. Huizinga (J.), Homo-ludens. Essai sur la finalité sociale du jeu, Paris, Gallimard ; Elias (N. (...)

9Dans cette perspective, la frontière entre sport et politique devient floue, brouillée par des acteurs politiques qui entendent donner, par le sport, un surplus de légitimité à leur projet politique. Toutefois, il faut mener plus loin cette analyse de l’instrumentalisation, car celle-ci n’est pas à sens unique : à leur tour, les responsables sportifs, qui promeuvent ces candidatures, escomptent un profit direct de l’intérêt du politique pour le sport. Issues des mêmes cercles de socialisation, attachées aux mêmes valeurs de la République, ces élites turques, politiques et sportives témoignent, au-delà même du brouillage des frontières entre sport et politique, d’un enchevêtrement, d’une intrication voire d’une alliance entre sport et politique en Turquie. Dès lors, on ne peut se contenter d’une simple analyse en termes d’instrumentalisation qui ne permet pas de penser complètement les relations entre sport et politique, ni de saisir la complexité du politique dans une société donnée, en l’occurrence, la Turquie. De la même façon que certains auteurs ont analysé, à travers le sport, les évolutions socio-politiques des sociétés16, nous verrons comment le sport offre un cadre d’analyse pertinent pour appréhender les représentations politiques dominantes. Nous chercherons ainsi à dépasser les analyses du sport qui se limitent à dénoncer son instrumentalisation à des fins politiques. En effet, le sport en Turquie est porteur de significations politiques propres à la relation qu’entretient la Turquie avec l’Europe. Il permet de saisir comment la Turquie tente de conjurer le mépris dont elle se sent victime par une Europe désirée qui lui impose ses exigences sans même lui accorder de promesses. L’analyse de la signification du sport en Turquie et de sa place dans le projet de modernisation de la société turque permet alors de mieux comprendre les stratégies des élites politiques et sportives qui contribuent au brouillage des frontières entre sport et politique.

10Nous montrerons que si les candidatures sportives turques permettent de promouvoir la place de la Turquie dans l’Europe, elles s’inscrivent dans la continuité du projet politique turc défendu par les élites du pays et notamment par les élites sportives qui instrumentalisent à leur tour la récupération politique du sport. Enfin, le sport révèle, au-delà des enjeux de la compétition politique nationale ou du positionnement du pays sur la scène internationale, des lignes de fractures, des zones de tension dans le rapport des Turcs à eux-mêmes, dans la relation complexe de la Turquie à l’Europe, et dans les fondements du projet politique de la République turque.

Le sport, vecteur d’un projet politique d’intégration européenne

  • 17 La victoire d’une chanteuse turque au concours de l’Eurovision en 2003 ou le succès de l’organisat (...)
  • 18 Cette image défavorable est notamment liée aux effets de la guerre dans le Sud-Est (région kurde), (...)

11La question du lien entre sport et politique en Turquie peut s’inscrire dans une problématique classique de relations internationales, la multiplication des candidatures turques à l’organisation de compétitions internationales s’expliquant par la volonté d’apparaître comme un pays de stature internationale. Toutefois, l’ambition de la Turquie va bien au-delà d’une simple reconnaissance internationale. Le sport est perçu comme un moyen de normalisation pour un pays qui, depuis longtemps, revendique un ancrage à l’Ouest que l’Occident hésite encore à lui accorder. En Turquie, le sport se situe au cœur du politique en tant que support parmi d’autres de la « modernité », principe au fondement du projet politique de la République turque. L’adhésion à l’Union européenne, qui marquerait la reconnaissance ultime de son appartenance à l’Europe et l’aboutissement d’une vieille attraction pour l’Occident, est actuellement la question majeure de l’agenda politique national. Dans ce contexte, le sport est perçu comme un moyen d’action parmi d’autres17 pour promouvoir un pays postulant à une légitimité internationale, mais qui souffre en Europe d’une image défavorable18. On peut alors parler ici de « politisation » de l’enjeu sportif en Turquie, dans le sens d’une instrumentalisation à des fins de reconnaissance internationale permettant l’ancrage définitif de ce pays à l’Europe.

Le sport comme manifestation de la modernité politique

  • 19 Le processus a culminé en 1876 avec la promulgation de la première constitution ottomane.
  • 20 Cité par Özal (T.), La Turquie en Europe, Paris, Plon, 1988, p. 208.
  • 21 Ibidem.

12Dès le XIXe siècle, pendant la période réformiste des Tanzimat, les Sultans ottomans ont cherché à moderniser l’État, l’administration, l’armée, l’éducation pour lutter contre l’étiolement et le déclin de leur empire. Cette modernisation passait par la mise en œuvre de nombreuses réformes calquées sur les modèles politiques en vigueur en Europe19. Alors qu’au début du XXe siècle, l’Empire poursuivait son inéluctable décadence, les « jeunes-turcs » d’abord, et, surtout, Mustafa Kemal voulurent rompre définitivement avec l’État ottoman pour créer une Turquie nouvelle sur le modèle d’une « République moderne et laïque ». Une fois encore, c’est l’Occident qui définit l’horizon de la modernité. Pour Mustafa Kemal (Atatürk) : « Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont. Et la civilisation, c’est l’Occident, le Monde moderne dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre. La nation est décidée à adopter exactement et complètement, dans le fond et dans la forme, le mode de vie et les moyens que la civilisation contemporaine offre à toutes les nations20. » En effet, rescapée des ambitions européennes, la Turquie ne s’éloigne pas pour autant de l’Europe. La fascination pour l’Occident est toujours aussi puissante et le père de la nation turque, Mustafa Kemal a voulu construire son pays sur le modèle européen. Toutes les réformes entreprises par Atatürk poursuivaient l’objectif de transformer la société turque pour l’adapter aux valeurs occidentales. Le discours selon lequel « Les Turcs ont toujours marché vers l’Ouest »21 est récurrent et plus que jamais d’actualité avec la candidature à l’Union européenne. Comme pour le principe d’indépendance nationale, la dimension européenne est au cœur de l’identité turque telle que définie par le kémalisme et, jusqu’à aujourd’hui, jamais remise en cause (du moins en théorie).

  • 22 On citera quelques exemples : abolition du califat (1924), suppression dans la constitution de la (...)
  • 23 Holt (R.), Sport and the British, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; Mangan (J. A.), Pleasure, Profit (...)

13L’obsession de la modernité va orienter les différentes réformes politiques des Tanzimat comme de la République à partir de 192322, notamment, celle concernant l’éducation. Le sport moderne, tel qu’il apparaît alors en Europe et plus particulièrement dans les établissements scolaires anglais au XIXe siècle, est alors considéré comme une activité éducative à valoriser et à développer. En effet, dans l’esprit anglais, il relève d’une volonté pédagogique de réhabiliter l’exercice physique afin d’en faire un élément fondateur de la personnalité de l’élite anglaise. Intégré aux études, l’exercice physique devient l’une des caractéristiques fondamentales de l’éducation23.

14L’histoire du lycée de Galatasaray, véritable institution en Turquie, illustre l’attachement de ce pays à la modernité européenne dans toutes ses dimensions, y compris par la place accordée aux activités physiques dans la formation des élèves. Créé en 1868, en pleine période des Tanzimat par le Sultan ottoman Abdulaziz, avec la collaboration de Napoléon III, ce lycée francophone a pour mission de former l’élite qui devra redresser un empire qui s’effondre. Il ne sera jamais remis en cause avec la République et garde aujourd’hui encore une importante aura. Les disciplines scientifiques sont enseignées en français par des professeurs français, le reste par des enseignants turcs dans leur langue.

  • 24 Site Internet du club de supporters de Galatasaray (www.geocities.com/cimbomfrance/infosgenerales. (...)

15Très tôt, le sport a ainsi occupé une place privilégiée dans le projet éducatif du lycée avec l’inscription dans le programme d’un cours d’éducation physique et sportif. Le lycée a d’ailleurs été la première école dotée d’un gymnase à l’intérieur de ses locaux (1869). Il a également été à l’origine des premiers clubs et équipes de sport de Turquie. Ce sont des élèves du lycée qui ont créé, en 1905, le club de Football de Galatasaray. Pour son fondateur, Ali Sami Yen, qui deviendra aussi le premier président de la Fédération turque de Football en 1919 et quatrième Président du Comité national olympique turc, l’objectif était de « jouer en équipe comme les Anglais, porter le nom d’un club associé à des couleurs distinguées et battre les équipes non turques »24. Après l’abrogation, en 1908, de la loi interdisant toute activité de masse organisée en Turquie, il devient le premier club turc omnisports offrant une variété de sports pratiqués : tennis (premier court de tennis en Turquie en 1911) ; sports de glisse (1931), voile, aviron, etc. Le club remportera également les premiers championnats nationaux dans différents sports : water-polo (1931); handball (1956), etc.

16Si, aujourd’hui, le club omnisports de Galatasaray n’est plus lié que symboliquement au lycée, l’établissement scolaire conserve dans ces locaux le musée du club sportif de Galatasaray. L’historiographie du lycée insiste également sur la place importante du sport dans la formation des élèves. L’histoire du sport turc est indissociablement liée à celle du lycée de Galatasaray.

17Le sport et l’éducation sont ainsi envisagés comme des supports nouveaux permettant de promouvoir la modernisation politique du pays. En ce sens, le développement du sport et son organisation sont complètement intégrés au projet politique turc visant à atteindre un niveau de développement et de modernité occidentale qui s’incarne aujourd’hui dans la candidature à l’Europe communautaire.

L’Europe, une quête inachevée

18La multiplication des candidatures sportives dans les années 1980-1990 s’est réalisée dans une période exceptionnelle d’ouverture politique et économique de la Turquie, marquée par la volonté d’accéder à une reconnaissance internationale et de se rapprocher de l’Europe.

  • 25 Toujours en vigueur, cette constitution est l’objet de débats récurrents en Turquie sur l’opportun (...)
  • 26 Cf. Akagül (D.), « Dynamismes et pesanteurs économiques », in Akagül (D.), Vaner (S.) & Kaleagasi (...)
  • 27 À titre d’exemple, Istanbul passe de 3 millions d’habitants en 1975 à 6 millions en 1985 et à 12 m (...)

19En 1980, pour mettre un terme à une situation politique proche de la guerre civile, les militaires turcs prenaient le pouvoir et faisaient adopter en 1982 une nouvelle Constitution qui plaçait davantage le pays sous contrôle militaire25. Mais, en 1983, le pouvoir était restitué aux civils après des élections qui voyaient la victoire de Turgut Özal et de son parti de la Mère-Patrie. Commença alors une période d’ouverture spectaculaire de la Turquie avec une libéralisation croissante de l’économie26. Elle a entraîné une transformation importante de la société turque avec un fort exode rural et, par conséquent, une croissance quasi exponentielle des populations urbaines27 qui ont progressivement aspiré à un mode de consommation occidental. Cette période a vu aussi l’émergence d’une catégorie d’entrepreneurs privés et la constitution de grands groupes industriels. Certains d’entre eux ont cherché à sponsoriser des épreuves sportives et des équipes professionnelles à mesure que les clubs de supporters se structuraient et que les compétitions attiraient de plus en plus de spectateurs. Ce processus a favorisé la multiplication des candidatures sportives et l’apprentissage d’un savoir-faire dans le montage des dossiers.

  • 28 Cf. Insel (A.) (dir.), La Turquie et l’Europe. Une coopération tumultueuse, Paris, L’Harmattan, 20 (...)
  • 29 Marcou (J.), « Préface », in Chabal (P.) & Raulin (A.) (dir.), Les chemins de la Turquie vers l’Eu (...)

20C’est également, à cette époque, que les autorités turques ont cherché à renforcer leurs liens avec l’Europe et plus particulièrement avec la Communauté économique européenne. Dès 1963, la Turquie avait signé un accord d’association avec la CEE (accord d’Ankara). En 1987, elle a déposé officiellement une demande d’adhésion28. Mais, sans fermer complètement la porte à une pareille éventualité, les États membres de la CEE ont repoussé cette candidature. Dès lors, la question de la candidature à l’Europe communautaire est devenue un leitmotiv de la vie politique nationale et a cristallisé les rapports entre la Turquie et l’Europe. Dans l’histoire de la construction européenne, « il n’est pas d’exemple de pays qui ait été aussi longtemps et autant maintenu à l’écart du projet communautaire alors même qu’il désirait si ardemment y participer29 ».

  • 30 Cf. l’entretien au Monde de Valéry Giscard d’Estaing, président de la Convention sur l’avenir de l (...)

21De refus en concessions, du constat des efforts réalisés par la Turquie en vue de l’adhésion au dépôt de nouvelles exigences communautaires, le chemin vers cette candidature a été sinueux et a révélé de nombreux malaises. Pourtant en 1995, l’Union douanière est signée. Mais en 1997, lors du sommet de Copenhague, l’UE a rejeté la candidature turque. Ce refus provoqua un vrai traumatisme que ne parvint pas à dissiper complètement l’acceptation du principe de candidature en 1999, lors du sommet d’Helsinki. En décembre 2002, l’UE a encore reporté la date d’ouverture des négociations pour l’adhésion en 2004. Si les Européens ont fait valoir des arguments d’ordre politique et économique, voire géographique (97 % du territoire turc se trouvant en Asie) pour justifier le peu d’empressement à intégrer la Turquie dans l’Europe, il apparaît assez clairement que la question religieuse est un des points centraux sur lequel achoppe la candidature turque30. L’émergence d’une force politique islamiste ainsi que sa tentative de contrôle par les militaires renforcent l’image d’une Turquie encore sous l’emprise de vieux démons archaïques, dans une lutte entre le pouvoir religieux et le pouvoir des généraux.

22L’enjeu européen constitue aujourd’hui le point de mire d’une projection mentale des Turcs vers l’Europe. Être reconnus par l’Europe, être admis comme des Européens est une obsession pour la Turquie qui s’efforce d’apparaître en phase avec la modernité occidentale. L’intégration ou simplement l’ouverture des négociations pour l’adhésion à l’Union européenne consacrerait cette aspiration profonde.

Le sport comme diplomatie parallèle

  • 31 Nous nous sommes limités ici aux dossiers de candidatures (Bid book) d’Istanbul aux JO (2000, 2004 (...)

23Les multiples candidatures turques à l’organisation de compétitions sportives internationales relèvent d’une forte volonté d’accéder à une reconnaissance et à un prestige international qui favoriseraient une adhésion à l’Europe. Elles sont aussi autant d’opportunités pour donner à voir à l’extérieur ce qu’est la Turquie et la place qu’elle veut jouer dans le monde et en Europe. En ce sens, les dossiers de candidatures permettent d’appréhender l’image de la Turquie qu’entendent défendre les instigateurs de ces candidatures31.

  • 32 Selon un membre du CIO, les difficultés rencontrées par la Grèce pour la préparation des JO d’Athè (...)
  • 33 Cf. Coubertin (P.) de, J & Samaranch (A.), L’esprit olympique, Éditions L’esprit du temps, 1992.

24Les dossiers de candidature doivent respecter un cahier des charges fixé par les organisations internationales sportives (le Comité international olympique, CIO, pour les JO et l’Union européenne de Football Association, UEFA, pour l’Euro 2008). Tout en répondant aux exigences posées aux pays organisateurs (qualité des infrastructures sportives, sécurité, médias, garanties financières, transports, capacités d’accueil hôtelières, etc.), les candidats s’efforcent de mettre en valeur leur dossier. Outre les aspects techniques, qui ne sont pas non plus dépourvus de toutes charges symboliques, car indicateurs d’un niveau de développement32, ils cherchent également à souligner la spécificité et les atouts de leur candidature. Les villes candidates essaient alors de construire une image singulière, une identité forte qui puisse coller aux idéaux olympiques affichés par les autorités du mouvement33.

25Alors que la candidature de la Turquie à l’Union européenne achoppe actuellement sur des critères politiques, les instances européennes exigeant entre autres des réformes politiques sur les questions des droits de l’homme et des minorités, il est intéressant de noter que le dossier de candidature d’Istanbul aux JO met l’accent précisément sur la diversité, le pluralisme et le caractère multiculturel de la ville. Le Comité de candidature d’Istanbul tente de donner l’image d’un pays tolérant et ouvert sur l’altérité. Se forge alors une image internationale d’autant plus forte qu’elle épouse les normes de tolérance que l’idéologie olympique prétend défendre.

  • 34 Istanbul 2008, Dossier de candidature, p. 2.

26Ainsi, tous les dossiers de candidature d’Istanbul mettent en exergue la situation géographique unique de la ville. Par exemple, le logo de la candidature d’Istanbul depuis 1992 représente deux boucles entremêlées avec le slogan « La rencontre des continents ». Ces deux boucles qui représentent les continents asiatique et européen reliés par deux ponts (les deux ponts qui surplombent le Bosphore et relient la rive européenne à la rive asiatique) font également penser aux annaux olympiques stylisés. « Pont entre les cultures et les civilisations d’Europe et d’Asie », Istanbul est présentée comme le creuset de civilisations millénaires et prestigieuses : « C’est une ville de culture où langues et religions se sont unies à travers des millénaires de coexistence34. » Plus loin, c’est le caractère « cosmopolite ancestral » qui est souligné.

  • 35 Les résistances sont encore très fortes au plus haut niveau de l’État, notamment à travers le cont (...)

27L’accent mis sur la diversité et sur le caractère multiculturel de la ville mérite de retenir notre attention, car il apparaît décalé au regard des orientations politiques de l’État turc, fortement soucieux d’affirmer la prééminence de l’unité nationale. La République turque s’est construite sur une conception unitaire qui n’accorde pas de reconnaissance aux minorités culturelles (seules les minorités religieuses sont reconnues par le droit). Le pouvoir turc redoute par-dessus tout le risque d’une partition du territoire et mène une lutte sans merci contre les velléités autonomistes. La guerre, dans le Sud-Est, contre le mouvement indépendantiste kurde (le PKK), entre 1983 et 1997, a entraîné la mort de milliers de combattants et de civils. La reconnaissance des droits culturels des minorités est une question sur laquelle bute la candidature turque à l’UE. Si les deux derniers gouvernements ont fait adopter de nouvelles lois allant dans le sens des exigences européennes, l’UE attend pour sa part de voir si ces réformes seront réellement suivies d’effet35. En mettant l’accent sur la diversité et le pluralisme, les auteurs du dossier de candidature d’Istanbul aux JO tentent de donner une image d’un pays en paix, tolérant et ouvert sur l’altérité. Cette représentation récurrente en Turquie, qui puise dans un discours convenu sur la multiculturalité héritée de l’Empire ottoman, est censée faire contrepoids à l’absence des garanties juridiques sur ces questions.

  • 36 La Grèce est l’un des plus forts soutiens de la candidature turque à l’UE car elle estime qu’elle (...)
  • 37 Entretien, Istanbul, janvier 2003.

28Les candidatures permettent également de donner l’image d’une Turquie pacifique, enfin réconciliée non seulement avec ses propres citoyens mais aussi avec ses voisins. La candidature conjointe avec la Grèce à l’organisation du Championnat d’Europe de Football en 2008 (l’Euro 2008) relève ainsi d’une démarche encore plus emblématique. Alors que le poids d’une histoire conflictuelle entre ces deux nations demeure et que leurs relations restent fragiles, même si elles tendent ces dernières années à se normaliser36, cette candidature commune est présentée comme le signe d’une volonté de dépasser les antagonismes historiques et comme la preuve d’une maturité politique de deux États modernes. Prenant exemple sur l’organisation conjointe de la coupe du Monde de football par le Japon et la Corée en 2002, l’instigateur de ce projet, le Turc Senes Erzik, (membre du comité exécutif de la Fédération internationale de Football Association (FIFA), membre du comité d’organisation pour la Coupe du Monde Corée-Japon et vice-Président de l’UEFA), considérait que l’organisation d’une pareille épreuve « permettrait de rapprocher davantage Turcs et Grecs et de constituer un pont d’une compréhension mutuelle37 ». En février 2000, la Fédération turque de Football a fait parvenir à son homologue grecque une proposition d’une candidature conjointe pour l’Euro 2008. Le projet a immédiatement suscité l’enthousiasme et le soutien des responsables politiques des deux pays et notamment des deux ministres des Affaires étrangères. En seulement dix-huit mois, le dossier de candidature a été bouclé, et la demande officielle déposée à l’UEFA en novembre 2001. Un comité de candidature a été créé, rassemblant des membres des deux fédérations et un bureau officiel a été ouvert à Istanbul pour préparer le dossier. Le changement de majorité au Parlement turc, après les élections de novembre 2002, n’a pas modifié le fort soutien politique à ce projet. Le nouveau gouvernement turc, issu des élections de novembre 2002, n’a pas ménagé sa peine. Ainsi, le jour de la désignation du pays organisateur par les membres de l’UEFA, le comité de candidature turco-grec avait notamment fait diffuser sur grand écran une déclaration enregistrée du leader du parti vainqueur des élections, et futur Premier ministre turc, Recip Erdogan, qui assurait son total soutien au projet. L’enjeu semblait bien dépasser le caractère purement sportif de l’événement.

29Enfin, d’un point de vue plus technique, on peut aussi noter que si les candidatures mettent en avant les atouts de la ville, elles n’occultent pas non plus les défis que pose l’organisation d’un tel événement sur les questions de transports, de sécurité ou d’environnement. Les difficultés ne sont pas niées, mais analysées pour pouvoir être surmontées. Cette attention témoigne aussi d’une prise en compte des faiblesses pointées par le comité d’évaluation du CIO lors des précédentes candidatures. L’expérience des membres du Comité national olympique turc (CNOT) et surtout de son président, membre du CIO, permet de prendre la pleine mesure des avantages et des handicaps des villes candidates et de mettre alors en valeur les atouts de la candidature d’Istanbul. Le siège du CNOT possède d’ailleurs une bibliothèque contenant tous les dossiers des villes candidates depuis plus de quarante ans, ainsi que les rapports et bilans du CIO sur celles-ci.

  • 38 Entretien avec Cenap Nurat, Directeur de Centre de recherches sociologiques (SAM) et Ferhat Kentel (...)
  • 39 On peut aussi mettre en parallèle cet effort de transparence avec ceux réalisés par les autorités (...)

30Le Comité de candidature d’Istanbul aux JO sait parfaitement que le dossier de candidature doit reposer sur une présentation crédible et fiable pour être prise au sérieux et ne pas passer pour une vulgaire entreprise de propagande. C’est pour cette raison que les études et les enquêtes contenues dans le dossier, et sa rédaction finale, ont été confiées à un centre de recherches en sciences sociales dirigé par des universitaires formés en France et aux États-Unis38. Cette démarche relève, selon un des auteurs du dossier de candidature, d’une volonté de transparence attestant d’un degré de maturité et de réalisme39.

  • 40 Ibid., p. 4.

31Au bilan, les artisans des candidatures turques s’efforcent de donner l’image d’une Turquie tellement européenne qu’elle est aux portes de l’UE. D’ailleurs, le livre de candidature aux JO de 2008 rappelle qu’Istanbul « est la plus grande ville d’un pays qui se prépare à adhérer à l’Union européenne40 ».

  • 41 Le Monde, 9 juin 2000.
  • 42 Cf. Ehrenberg (A.), Le culte de la performance, Paris, Calman-Levy, 1991.

32Ainsi, l’obtention d’une compétition sportive internationale ou les victoires des équipes turques dans les compétitions européennes sont présentées comme de véritables succès, comme un pas de plus vers l’Europe. Au lendemain de la conquête de la coupe de l’UEFA par le club de foot de Galatasaray en juin 2000, le président turc, A. Sezer, déclarait que ce succès constituait un indice significatif du fait que « notre pays est capable de rivaliser avec le monde dans n’importe quel domaine ». Pour son prédécesseur, S. Demirel, la portée de l’événement se résumait dans la simple phrase : « Maintenant, nous sommes des Européens41. » Ces victoires sont d’autant plus célébrées qu’elles sont obtenues sur le terrain sportif, qui serait, selon A. Ehrenberg, une condensation de l’idéal des sociétés démocratiques dans lesquelles la compétition entre les égaux consacrerait les meilleurs au-delà des différences de classe, de race, d’origines sociales42. Le sport rétablirait ainsi une hiérarchie méritocratique contre les classements et les catégorisations humaines, les victoires sportives accordant alors le brevet d’européanité que le politique refuserait d’accorder.

Quand le sport instrumentalise la politisation dont il fait l’objet

  • 43 Cf. l’article de Jean-Marie Brohm et Marc Perelman, « Football : de l’extase au cauchemar », paru (...)
  • 44 Ainsi, le 19 mai est, en Turquie, le jour de la fête nationale « du sport et de la jeunesse ». Il (...)
  • 45 L’actuel Premier ministre R. T. Erdogan a soutenu la candidature pour l’Euro 2008 et pour les JO. (...)

33Considérer le sport uniquement comme un moyen d’action diplomatique, comme un instrument servant des stratégies politiques ou étant au service d’une idéologie quelle que soit sa nature43, c’est faire l’impasse sur les rapports complexes et étroits qu’entretiennent sport et politique en Turquie. Certes, pour les acteurs politiques, ne pas se référer au sport, c’est assurément se priver d’une précieuse ressource du discours politique : le sport permet d’exalter la jeunesse (l’éducation et la jeunesse est un thème privilégié des discours sur la République44) et le patriotisme. Les autorités politiques turques ont toujours appuyé les projets de candidature, y compris le nouveau gouvernement de tendance « islamiste » issu des élections de 200245.

34Toutefois, bien que les responsables politiques tentent toujours de bénéficier des succès des candidatures (ou des victoires sportives), on est bien loin de se trouver dans la situation caricaturale de l’ex-Union soviétique ou de la Chine dans laquelle le sport est une activité quasi-étatique et les résultats sportifs, un enjeu majeur de reconnaissance internationale. Si les rapports entre sport et politique en Turquie sont particulièrement forts, il nous paraît également pertinent de les appréhender à un autre niveau permettant de ne pas réduire le sport et les candidatures sportives en Turquie à une sommaire récupération politique au profit d’un projet national. En effet, il existe en Turquie, un secteur sportif à part entière, dirigé par une élite « sportive » qui sait tirer profit de sa proximité avec les élites politiques, dont elles partagent les mêmes valeurs de la République, pour faire avancer ses projets spécifiques. Il faut maintenant insister sur le processus par lequel le champ sportif récupère à son profit la politisation dont il fait l’objet. Ce phénomène contribue une fois de plus à brouiller les frontières entre sport et politique en Turquie.

Les dirigeants sportifs : une élite spécialisée demandeuse de soutien politique

  • 46 Entretien, juillet 2002.

35S’il semble évident que les hommes politiques se font régulièrement les porte-parole officiels des candidatures sportives, le sport et son organisation n’en sont pas moins avant tout l’affaire d’une « élite spécialisée » dans les activités sportives. Les candidatures aux rencontres sportives internationales sont déposées par les fédérations nationales des sports concernés au sein desquelles on trouve d’anciens compétiteurs internationaux, de hauts fonctionnaires ou des hommes d’affaires. Sans hésitation, ces « élites sportives » avouent qu’elles veulent assister aux victoires de leur pays dans les compétitions sportives internationales, tout en attachant de l’importance à la reconnaissance de la Turquie comme puissance européenne. Ainsi, au terme d’une visite à Istanbul d’un membre du CIO dans le cadre d’un colloque académique sur le sport en Turquie, Sinan Erdem, président du CNOT déclarait à l’adresse de ses invités : « Maintenant, j’espère que vous aurez compris que nous sommes des Européens ! » Mais ces élites affirment poursuivre aussi des objectifs spécifiques visant au développement du sport en Turquie. Cela passe notamment par la construction d’infrastructures sportives qui font encore largement défaut dans tout le pays. Lancer des candidatures oblige ainsi leur pays à se doter de nouvelles installations et justifie les dépenses qui y sont attachées. Elles permettent alors d’équiper la Turquie d’installations sportives modernes répondant aux normes européennes en la matière. Les élites sportives veulent également promouvoir le sport auprès de la jeunesse à la fois dans une perspective hygiéniste (« développer le potentiel physique des individus »), mais aussi parce que c’est de la masse des participants qu’émergent les futurs champions. Si elles pensent que leur projet sportif peut servir la cause de la candidature turque à l’UE, elles sont convaincues que l’inverse est encore plus vraisemblable. Et de citer en exemple, les cas de Barcelone ou d’Athènes qui ont accueilli les JO respectivement 6 et 22 ans après que l’Espagne et la Grèce aient été admises dans l’UE46.

36Les élites sportives sont ainsi les premières à construire l’image de la Turquie à travers le sport comme moyen de reconnaissance internationale, afin d’obtenir le soutien politique indispensable à la constitution de dossiers de candidatures à l’organisation de rencontres sportives internationales. Elles tentent de s’appuyer sur les responsables politiques pour donner plus de poids et de chances d’aboutir à leurs projets. En un sens, elles essaient de convaincre leurs partenaires politiques de l’intérêt de l’organisation de telles manifestations pour améliorer l’image de la Turquie dans le monde. D’ailleurs, certains responsables des organisations sportives déplorent que l’attention portée par les élites politiques demeure parfois un discours de façade et que le mouvement sportif reste très dépendant des initiatives privées ou des fédérations sportives.

37Au-delà de ces reproches, le secteur sportif va tirer des bénéfices évidents de la politisation dont le sport fait l’objet. On citera, pour exemple, l’adoption en 1992 de la loi de financement des JO. La Turquie est le seul pays au monde à bénéficier d’un pareil instrument législatif incorporant la charte du CIO au système juridique national et garantissant la totalité du soutien financier et administratif pour l’organisation des JO à Istanbul. Adoptée à l’unanimité (moins une abstention) par les sept partis politiques représentés au Parlement, « la loi olympique turque fait en sorte que toutes les institutions publiques, administratives et municipalités donnent une priorité entière à tous les services quels qu’ils soient, demandés par le Comité de Candidature Olympique d’Istanbul » (article 14). La loi prévoit un système de financement provenant de différentes sources : 1 % du revenu total du loto sportif ; 5 % des gains nets de la Loterie Nationale de l’année précédente ; 1 % du total des ventes de billets du pari jumelé sur les courses de chevaux ; 1 % du revenu mensuel du Fonds au logement ; 1 % du budget de la Municipalité du Grand Istanbul (article 11 et 13). Grâce à cette loi, la ville d’Istanbul s’est équipée peu à peu de nombreuses infrastructures sportives. Le CNOT s’est également doté de nouveaux locaux haut de gamme et emploie actuellement deux cents personnes, dont soixante cadres.

38Les enjeux politiques du sport ont donc permis aux dirigeants sportifs de bénéficier d’un soutien politique à leurs projets et, par-là, de doter progressivement le pays des infrastructures sportives nécessaires pour rendre les candidatures sportives recevables et servant à terme au développement du sport en Turquie.

La proximité biographique et idéologique des élites sportives et politiques

39Poursuivant des objectifs sportifs propres, les « élites sportives » n’en sont pas moins très proches des élites politiques car elles sont notamment passées par les mêmes instances de socialisation diffusant un système de valeurs communes. Cette proximité entre les élites renforce une fois de plus le brouillage des frontières entre les sphères politique et sportive. Ainsi, les membres du Comité national olympique turc sont presque tous issus de ces écoles et notamment de la plus prestigieuse d’entre elles, le lycée de Galatasaray.

  • 47 Ce type de parcours n’est pas singulier. Par exemple, Senes Erzic, initiateur du projet de candida (...)

40La trajectoire biographique de Sinan Erdem, président du CNOT et membre du CIO, est un exemple significatif du parcours de ces élites sportives47. Ancien élève du lycée de Galatasaray, il a appartenu à l’équipe de volley-ball du lycée avant de jouer pour l’équipe nationale avec laquelle il a participé aux JO. Plus tard, il a exercé des responsabilités à la fédération turque de volley-ball, (il en sera le président), et au sein du Comité national olympique turc dont il devient, en 1987, le Président. Les Jeux olympiques d’Istanbul sont un projet qui lui tient particulièrement à cœur, dont il va développer l’idée et rendre de plus en plus concret, au fil des candidatures, la plausibilité. Le club des anciens de Galatasaray lui est d’une aide précieuse. En effet, par leur réseau de sociabilité (il existe des clubs des anciens du lycée dans les grandes villes européennes qui organisent des rencontres régulières ; une revue papier glacé mensuelle est publiée et distribuée), les anciens de Galatasaray cultivent des liens étroits qui ouvrent de nombreuses portes.

41Les élites politiques ou sportives partagent un certain nombre de normes communes profondément ancrées dans leur conception de la République turque. Ces valeurs sont notamment enseignées dans les lycées turcs et, particulièrement, à Galatasaray qui représente la quintessence de l’élite administrative et militaire turque. Elles adhèrent toutes à une même idéologie selon laquelle l’avenir de la Turquie reste l’Europe en tant que modèle de modernité politique et ultime avatar de la quête de modernité. Elles se retrouvent donc toutes sur l’idée que le sport peut servir les ambitions européennes de la Turquie en réhabilitant son image, en permettant au monde entier de mieux comprendre l’attachement de ce pays à l’Europe. On retrouve là une spécificité du système politique turc dans lequel il est malvenu de promouvoir des intérêts catégoriels spécifiques, les acteurs sectoriels se référant toujours à un projet collectif national pour faire valoir leurs intérêts.

  • 48 Entretien, Rennes, juin 2003.

42La coopération entre ces élites n’en est que plus forte. On prendra comme exemple significatif de ce degré de coopération la loi olympique turque. Sinan Erdem, en tant que membre du CIO, a participé, depuis 1988, aux procédures d’attribution des JO. Il a rapidement saisi qu’une pareille candidature ne peut se réaliser sans le soutien constant et infaillible de l’État. Grâce à ses contacts et fort de ses convictions, il va parvenir à faire adopter en 1992, la loi sur le financement des JO. L’adoption de cette loi mérite que l’on s’y attarde : le projet de loi a été préparé par S. Erdem et par l’actuel recteur de l’université de Galatasaray, E. Tesiç. Ce dernier, professeur de droit, ancien élève du lycée de Galatasaray (puis directeur du lycée), a joué dans l’équipe nationale de volley-ball (entraînée à l’époque par S. Erdem). Il est également membre du CNOT48.

43La loi crée également un Conseil de préparation et d’organisation des Jeux olympiques d’Istanbul, appelé Comité de candidature olympique d’Istanbul (CCOI), qui rassemble des membres du CNOT, des élus et des hauts fonctionnaires. Présidé par le ministre d’État en charge de la jeunesse, il comprend 13 membres : le Gouverneur d’Istanbul (préfet), un ambassadeur choisi par le ministère des Affaires Étrangères, le Maire d’Istanbul et deux membres choisis par le Maire, le Directeur général chargé de la jeunesse et des sports, et deux membres choisis par le Directeur, le Président du Comité national olympique de Turquie, et deux membres choisis par le Président, et le Secrétaire général du CNOT (article 3).

44Cette loi unique au monde atteste que la volonté d’organiser les JO est partagée par toutes les élites du pays. L’obtention des JO leur permettrait de faire la démonstration, sous les yeux de milliards de téléspectateurs, de leur capacité organisationnelle, du niveau de développement du pays, autrement dit, de leur modernité.

45La confusion des intérêts entre ces élites est particulièrement manifeste : le sport peut servir les stratégies politiques nationales et internationales, mais inversement, les responsables sportifs ont appris à jouer de ces enjeux pour obtenir davantage de moyens. De plus, la conviction partagée d’un même projet politique de modernisation du pays donne aux élites turques le sentiment de poursuivre une finalité commune mais par des moyens différents. La ligne de démarcation entre sport et politique reste donc labile et insaisissable. Si le politique cherche à instrumentaliser le sport, il n’en reste pas moins qu’en Turquie, le sport est inscrit dans le projet de modernisation politique que les élites de ce pays poursuivent depuis des décennies.

Le sport comme révélateur d’un rapport passionnel à l’Europe

  • 49 Selon D.-C. Martin, l’étude des OPNI permet de saisir l’ambiguïté et la multidimensionalité du pol (...)

46Si la relation entre sport et politique en Turquie est marquée par de multiples brouillages et empiétements, les réussites de l’un pouvant servir les projets et, de l’autre et réciproquement, elle ne se limite pas à cette seule perspective qui implique une délimitation claire de ces deux activités. Le sport possède aussi, en tant que pratique sociale, une dimension symbolique, une signification politique propre qui permet d’éclairer la confusion des intérêts entre sports et politique. En considérant le sport comme un « Objet Politique Non Identifié (OPNI) »49, on peut saisir toute l’ambiguïté de cette alliance. En effet, le sport en Turquie apparaît comme le reflet d’une relation passionnelle à l’Europe. Les liens entre sport, Turquie et Union européenne tissent un espace de mise en scène d’une relation parfois ambivalente que la Turquie entretient avec l’Europe. Le problème de l’adhésion à l’Europe est d’autant plus fondamental en Turquie qu’il renvoie à l’inextricable question de l’identité turque. Or le cheminement sinueux et pour le moins difficile vers l’UE met au grand jour les représentations négatives qui restent fortes en Europe vis-à-vis de la Turquie et, par voie de conséquence, renforcent le malaise des Turcs à l’égard de cette perception. Dans le contexte de la candidature à l’UE, la scène sportive non seulement reflète, mais aussi construit, la relation à l’Europe. Le sport apparaît alors comme un espace original où les succès et les échecs affectent à la fois l’image de soi que l’on donne à l’extérieur, mais également l’image que l’on construit de soi-même. Nous verrons que cette ambiguïté se décline dans son intensité et dans sa formalisation en fonction de l’appartenance sociale des groupes.

Des défaites amères pour les élites sportives

47Nous avons évoqué précédemment comment les victoires turques dans les compétitions européennes renforçaient aux yeux des responsables politiques et sportifs la légitimité de la candidature à l’UE. En revanche, les échecs sont souvent ressentis comme des rebuffades et font échos aux réticences des Européens vis-à-vis de la candidature turque à l’UE. Après la défaite de l’équipe de football turque contre la Lettonie en match de barrage pour la qualification à l’Euro 2004, le président de la Fédération turque de football, dénonçant un arbitrage partial déclarait : « Les Européens ne veulent pas de nous50. » Si ce type de propos est assez rare chez les dirigeants nationaux qui font généralement preuve de retenue, les échecs n’en sont pas moins ressentis avec amertume.

  • 51 Cf. Turkish Daily News, 14 décembre 2002.
  • 52 Il confiait que la relation entre les parties turques et grecques fut excellente, même s’il avait, (...)

48La décision de l’UEFA, en décembre 2002, d’accorder l’organisation de l’Euro 2008 de football à la candidature austro-helvétique, au détriment de la candidature turco-grecque, a nourri d’autant plus de frustrations et de dépits qu’elle a été décidée à la même date que le report de l’ouverture des négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’UE, lors du sommet de Copenhague51. Très déçu par le vote final de l’UEFA (la candidature turco-grecque n’ayant été battue qu’au dernier tour de scrutin), le co-ordinateur turc du Comité de candidature rappelait que cette candidature conjointe avait pourtant une belle allure et une formidable signification politique52. Sans l’exprimer explicitement, il semblait considérer que ce qui avait prévalu dans le choix était avant tout lié à une meilleure intégration de la Suisse et de l’Autriche dans l’Europe, tant du point de vue de l’UEFA (le président de la Fédération internationale de football, qui est suisse, soutenait cette candidature) que du point de vue strictement politique, puisque l’Autriche est déjà membre de l’UE et que la Suisse, elle, dédaigne en faire partie. Bien que ces pays n’aient pas d’équipes capables de rivaliser au plus haut niveau européen (argument du sport comme espace de confrontation à « la régulière »), bien qu’ils ne bénéficient pas d’un fort soutien populaire, ils présentaient les garanties financières rassurantes des pays riches. À l’inverse, la Turquie et la Grèce, dont la candidature offrait pourtant des qualités à la fois par la valeur symbolique du projet et par ses aspects sportifs et techniques, étaient reléguées par la décision de l’UEFA au rang de pays de seconde zone, à la périphérie de l’Europe. Enfin à demi-mot, il considérait que si la Turquie avait été membre de l’Union européenne, l’issue aurait certainement été plus favorable.

49Les échecs sportifs turcs font ainsi écho aux réticences européennes vis-à-vis de la candidature turque à l’UE. Ils renforcent un sentiment de marginalisation pour un pays dont les frontières se trouvent aux confins orientaux de l’Europe. L’intense déception éprouvée par les organisateurs apporte ainsi une preuve supplémentaire de leur forte volonté d’intégration.

Le sport révélateur des frustrations politiques : le nationalisme des supporters turcs

50L’attitude de certains supporters turcs de football et les articles des journaux sportifs turcs expriment une forme d’ambivalence des Turcs vis-à-vis de l’Europe, à travers l’exaltation d’un nationalisme peu amène à son égard.

  • 53 Cf. Le Monde, 27 mars 2002.
  • 54 Bora (T.), « Football and its audience : staging spontaneous nationalism », in Yerasimos (S.), Seu (...)
  • 55 Il s’agit du Sultan ottoman qui a conduit la prise de Constantinople en 1453.
  • 56 En 1999, à la veille d’un match de football (en coupe de l’UEFA) opposant une équipe anglaise et u (...)

51Alors même que 75 % des Turcs déclarent leur soutien à une adhésion à l’UE53, les rencontres sportives de football entre une équipe turque et une équipe d’un autre État européen sont l’occasion d’impressionnantes démonstrations nationalistes54. Des paroles guerrières sont chantées ou peintes sur les banderoles déployées : « Avrupa Fatihi » (les conquérants de l’Europe) ; « Europe, entends-tu les pas des Turcs qui avancent » ; « Tremble de peur Europe, nous arrivons » ; « Ils sont forts, mais ils ne sont pas Turcs » ; « Vous gagnerez parce que vous êtes Turcs » ; « Vous êtes Turcs, vous les raserez ». Ce comportement est particulièrement vrai lors des rencontres contre des équipes qui viennent de pays autrefois sous domination ottomane. À ce titre, lors de chaque match contre une équipe grecque, les supporters les plus extrémistes ne manquent pas de rappeler la puissance ottomane en puisant dans l’imagerie d’un Empire maître de l’Europe. Lors d’un match de football en coupe d’Europe (UEFA), entre le club turc de Fenerbahce et le club grec de Panathinaikos, les supporters turcs avaient inscrit sur des panneaux géants : « Grec, entends-tu les pas des soldats de Mehmet le Conquérant55. » Ces slogans belliqueux et les comportements violents de certains supporters56 viennent alors renforcer les représentations déjà négatives des Européens vis-à-vis des Turcs perçus comme violents et extrémistes.

  • 57 Bora (T.), « Football and its audience : staging spontaneous nationalism », art. cité, p. 383.
  • 58 Ibid., p. 378.

52Cette relation ambiguë à l’Europe est également perceptible dans la presse sportive. Les deux quotidiens sportifs Fanatik et Fotomaç dont le tirage cumulé atteint 500 000 exemplaires reproduisent et amplifient les slogans des supporters. Le journal Fanatik, dont le nom signifie moins le fanatisme religieux que la passion et l’exaltation pour les équipes turques, présente comme logo le drapeau turc avec la légende « Cette terre est la nôtre »57. Selon Tanil Bora, journaliste sportif et écrivain, ce nationalisme sportif s’est particulièrement développé dans le contexte politique des années quatre-vingt, sous l’influence des mouvements nationalistes politiques. Après le coup d’État militaire de 1980 qui mettait un terme à une guerre civile larvée et dans le contexte de la lutte armée contre le mouvement séparatiste kurde dans le Sud-Est, le nationalisme permettait de restaurer une unité nationale fragilisée et de manifester l’attachement à la République unifiée58. L’arène sportive servait alors de ciment national contre les forces politiques centrifuges.

  • 59 Entretien avec un responsable du club des supporters de Galatasaray « Ultra Aslan », juillet 2002.

53Aujourd’hui, le nationalisme sportif apparaît comme une parade vis-à-vis d’un ailleurs désiré par tous mais ressenti comme une forteresse hostile et arrogante. Ainsi, pour un leader des Ultra Aslan (club de supporters de Galatasaray), l’organisation d’une compétition ou les victoires turques internationales ne peuvent pas servir véritablement la candidature turque à l’Union européenne car « de toute façon, l’Europe ne veut pas de nous car nous sommes musulmans59 ».

  • 60 Bromberger (C.), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et T (...)
  • 61 Cf. Kuran-Burçoglu (N.), « L’image des Turcs en Europe », in Chabal (P.) & Raulin (A.) (dir.), Les (...)
  • 62 Présenté par ses promoteurs comme un premier pas et un symbole de la réconciliation entre les deux (...)

54Alors que les dirigeants sportifs sont tenus, par leur fonction, de faire preuve de mesure dans leurs déclarations publiques, les supporters peuvent, eux, laisser éclater leurs frustrations sociales et politiques. Le stade demeurerait ainsi comme « un des rares espaces où l’on tolère, dans des limites bien définies, le débridement des émotions collectives »60. Les responsables sportifs et politiques sont conscients que la violence dans les stades nuit profondément à l’image de la Turquie en Europe, renforçant celle héritée du passé d’un peuple de conquérants61. En décembre 2002, un colloque a été organisé conjointement par l’université de Galatasaray et le Comité national olympique turc pour réfléchir aux liens entre sport, violence et supportérisme. Cependant, les efforts pour neutraliser ces passions « footbalistiques » ne sont pas toujours couronnés de succès. Lors d’une rencontre entre les équipes turque et grecque de Fenerbahce et Panathinaikos (coupe de l’UEFA), en 2002, les ministres des Affaires étrangères des deux pays présents dans le stade ont voulu entamer un tour d’honneur afin de faire de ce match le symbole d’une réconciliation et d’apporter leur soutien à la candidature conjointe à l’Euro 2008. Mais, suite à l’avalanche d’objets divers lancés par les supporters, ils ont dû interrompre leur initiative, donnant au final un piteux aperçu des faibles dispositions fraternelles des supporters. Cette péripétie rappelle celle du Stade de France en septembre 2001, lors de la première rencontre de football entre la France et l’Algérie indépendante62.

  • 63 Cf. Le Monde du 6 et du 9 octobre 2001.

55Les résultats obtenus étant inverses aux effets escomptés, ces événements attestent d’une des limites du pouvoir potentiel du sport comme simple instrument politique au service d’une politique gouvernementale. Néanmoins, plus que la haine ou la bêtise dénoncées par certains63, il démontre que le sport est un formidable révélateur des frustrations, des impensés, des malaises de groupes d’individus ou d’une communauté nationale. Que ce soit les jeunes « beurs » à la recherche de leur place dans la France d’aujourd’hui ou les supporters turcs convaincus d’être méprisés par une Europe qu’ils désirent, la scène sportive permet l’expression d’une revanche symbolique sur le monde réel des relations sociales et politiques. La passion des supporters révèle aussi une perception différente des enjeux des rencontres. Si les organisateurs croient ou, du moins, espèrent que les victoires ou l’organisation des compétitions améliore l’image de leur pays, les supporters restent sceptiques, préférant faire la démonstration de leur force et réaffirmer leur identité idéalisée de conquérants de l’Europe.

  • 64 Kozanglu (C.), « Beyond Edirne. Football and the national identity crisis in Turkey », in Armstron (...)
  • 65 Cf. Smith (A.), La passion du sport. Le football, le rugby et les appartenances en Europe, Rennes, (...)
  • 66 Ibid., p. 120.
  • 67 Kozanglu (C.), « Beyond Edirne. Football and the national identity crisis in Turkey », art. cité, (...)

56L’ambiguïté de la relation à l’Europe dévoile ainsi selon Can Kozanoglu une véritable schizophrénie sociale d’une Turquie en pleine crise identitaire entre l’affirmation nationaliste, la montée de l’islamisme et le désir d’Europe64. Malgré les dénonciations et les discours belliqueux, l’Europe reste la référence suprême ; briller dans les coupes européennes est plus valorisant que dans le championnat national alors que dans d’autres pays d’Europe, les championnats nationaux restent, pour les supporters, plus importants que les coupes européennes65. Lors d’une rencontre du championnat turc de football, les supporters du club de Galatasaray (qui était qualifié pour la coupe d’Europe) ont crié des slogans contre l’équipe adverse pour lui rappeler qu’elle n’était pas admise dans le cercle restreint des équipes disputant les coupes d’Europe : « Nous sommes Européens, nous jouons en Champions’ League [coupe d’Europe] et vous, où jouez-vous66 ? » Cette provocation ironique démontre une fois de plus à quel point l’Europe est synonyme d’excellence et l’importance, en Turquie, d’être reconnu comme européen. En négatif, elle exprime le tourment et une forme de malaise « [de ne pas exister] au-delà d’Edirne »67.

57Apparaissant comme un horizon éloigné, l’Europe peut être donc critiquée, défiée, mais elle reste aussi la référence suprême à laquelle on se mesure et, en dernier lieu, que l’on convoite. En tant que reflet du lien ambigu de la Turquie à l’Europe, l’arène sportive prend donc une dimension politique saillante qui brouille davantage les contours du politique.

58Les multiples imbrications du sport dans la réalité politique turque rendent difficile la délimitation des frontières du politique, particulièrement quand on a choisi de ne pas considérer le politique à partir d’une définition préalable. Nous avons ainsi envisagé les rapports entre sport et politique en Turquie sous deux angles. Celui d’abord du brouillage des frontières qui sous-entend que l’on distingue deux activités spécifiques, autonomes. Nous avons montré que si les élites politiques tentent de bénéficier des succès des candidatures (ou des victoires sportives), les élites sportives ont appris, elles aussi, à tirer profit de leurs proximités sociologiques et idéologiques avec les autorités politiques, pour faire avancer leurs projets spécifiques. Au-delà de cette instrumentalisation réciproque, le sport relève, en outre, d’une autre dimension qui a trait à la signification politique du mouvement sportif en Turquie : le désir d’être reconnu comme Européen et d’être admis dans l’Europe. Cet objectif majeur pour les élites politiques et sportives contribue à diluer davantage le contour de ces activités. Le sport apparaît donc comme un message politique adressé à l’Europe, qui peut produire, en fonction des réponses de celle-ci, des désillusions profondes et révéler des fractures entre ces deux entités. Les candidatures turques à l’organisation des compétitions sportives internationales répondent ainsi à une pluralité d’enjeux politiques que l’on peut certes distinguer analytiquement, mais dont la compréhension est à rechercher dans une interpénétration dynamique de ces logiques et dans une mise en perspective historique de la relation de la Turquie à l’Europe.

Annexes

Annexe : une floraison de candidatures sportives

Dans les années quatre-vingt, la Turquie a multiplié les candidatures à l’organisation de rencontres sportives internationales. Nous avons relevé plus de vingt compétitions officielles majeures, c’est-à-dire championnats d’Europe ou du monde (sans compter les épreuves régionales ou les compétitions de jeunes) alors qu’avant cette date, la Turquie n’avait organisé que des épreuves de lutte (Championnat du Monde en 1974 et d’Europe en 1977). D’abord espacées dans le temps, ces candidatures sont plus nombreuses à la fin des années quatre-vingt-dix et au début de la présente décennie. Les premières candidatures couronnées de succès ont concerné des sports qui sont le prolongement de pratiques traditionnelles dans lesquelles les athlètes turcs ont toujours obtenu des bons résultats (lutte, haltérophilie68). Ces dernières années, on assiste peu à peu à une diversification croissante des candidatures dans des sports qui ont un plus fort impact médiatique international et dans lesquels la Turquie commence à connaître un certain succès (football, basket-ball), mais également dans d’autres disciplines (natation, courses automobiles, Tir à l’Arc, etc.). Les plus prestigieuses de ces candidatures sont sans aucun doute celles qui sont déposées en vue d’accueillir les Jeux Olympiques.

Tableau des compétitions sportives internationales organisées en Turquie et des principales candidatures (en gras les compétitions majeures seniors. Entre parenthèses les épreuves et la catégorie69)

Tableau des compétitions sportives internationales organisées en Turquie et des principales candidatures (en gras les compétitions majeures seniors. Entre parenthèses les épreuves et la catégorie69)

Notes

1 Slogan des supporters de football turcs faisant référence au sultan ottoman Mehmet le Conquérant qui parvint, en 1453, à prendre Constantinople.

2 Voir l’annexe en fin de chapitre.

3 Depuis 1992, la ville d’Istanbul s’est successivement présentée à quatre reprises pour organiser le plus grand événement sportif de la planète (candidatures aux Jeux de 2000, 2004, 2008 et 2012). Seule, la Hongrie a fait mieux avec six candidatures non couronnées de succès.

4 Voir les numéros récents de Politix, « Sport et politique », vol. 13, n° 50, 2000 ; Géopolitique, Revue de l’Institut international de géopolitique ; « Sport et politique », n° 66, juillet 1999 ; Relations internationales, « Olympisme et Relations internationales », n° 111 et 112, automne et hiver 2002 ; Bulletin d’Histoire politique, « Sport et politique », vol. 11, n° 2, hiver 2003.

5 Pour cet auteur, plus le champ des activités sportives s’autonomise et plus il affirme sa neutralité politique. Cf. Defrance (J.), « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, vol. 13, n° 50, 2000, p. 13-27.

6 Milza (P.), « Sport et relations internationales », Relations internationales, n° 38, été 1984.

7 Toutefois, avec la croissance des droits télévisés, les JO et le spectacle sportif plus généralement, sont redevenus des événements économiquement très rentables. Même si nous n’insisterons pas sur l’enjeu économique du sport, il ne faut pas l’ignorer comme l’atteste la déclaration du Premier ministre turc, R. Erdogan, lors de l’inauguration des travaux pour la construction à Istanbul du circuit automobile devant accueillir le Grand Prix de Formule 1 en 2005 : « Nous attendons d’importants revenus de la Formule 1, pour laquelle nous effectuons un investissement de 27 millions de dollars… Même si seulement deux personnes sur mille, parmi le milliard et demi de téléspectateurs qui regardent la course à la télévision, décident de venir en vacances dans notre pays, cela ferait trois millions de touristes ». Dépêche de l’AFP, 10 septembre 2003.

8 « Des épreuves sportives comme les Jeux Olympiques permettent aux représentants de différentes nations de s’affronter sans s’entre-tuer, bien que la transformation de tels simulacres de combat en combats « réels » soit fonction, entre autres, du niveau de tension préexistant entre les États nations concernés ». Dunning (E.), « La dynamique du sport moderne : la recherche de la performance et la valeur sociale du sport », in Elias (N.) & Dunning (E.) (dir.), Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1987, p. 307.

9 Cf. Géopolitique, Revue de l’Institut international de géopolitique, « Sport et politique », n° 66, juillet 1999 ; Boniface (P.) (dir.), Géopolitique du football, Paris, Complexe, 1998 ; Boniface (P.), La terre est ronde comme un ballon, Paris, Seuil, 2002 ; Houlihan (B.), Sport and International Politics, London, Harvester wheatsheaf, 1994.

10 Cf. Callebat (L.), Pierre de Coubertin, Paris, Fayard, 1988.

11 Milza (P.), « Un siècle de Jeux Olympiques », Relations Internationales, n° 111, automne 2002, p. 300.

12 Cf. « Nationalismes sportifs », Quasimodo, printemps 1997.

13 Cf. Brohm (J.-M.), Jeux olympiques à Berlin, Bruxelles, Complexe, 1983.

14 Cf. Maliesky (D.), « De Coubertin à Samaranch : la diplomatie du CIO », Pouvoir, 61, 1992, p. 25-37.

15 Cf. Arnaud (P.), « Le sport, vecteur des représentations nationales des États européens », in Arnaud (P.) & Riordan (J.) (dir.), Sport et Relations internationales (1900-1941), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 11-26 ; Dauncey (H.) & Hare (G.) eds, France and the 1998 World Cup. The national impact of a world sporting event, Londres, Frank Cass, collection « Sport in the Global Society », 1999.

16 Cf. Huizinga (J.), Homo-ludens. Essai sur la finalité sociale du jeu, Paris, Gallimard ; Elias (N.) & Dunning (E.) (dir.), Sport et civilisation…, op. cit..

17 La victoire d’une chanteuse turque au concours de l’Eurovision en 2003 ou le succès de l’organisation de la Conférence internationale des Nations Unies Habitat 2000, ont également été salués dans la presse turque avec la même tonalité.

18 Cette image défavorable est notamment liée aux effets de la guerre dans le Sud-Est (région kurde), à la place encore prépondérante des militaires dans les affaires publiques (au moment des coups d’État ou en temps de paix), et dans une certaine mesure, à l’image des populations immigrées turques (venant pour une large part de zones rurales pauvres) en Europe de l’Ouest.

19 Le processus a culminé en 1876 avec la promulgation de la première constitution ottomane.

20 Cité par Özal (T.), La Turquie en Europe, Paris, Plon, 1988, p. 208.

21 Ibidem.

22 On citera quelques exemples : abolition du califat (1924), suppression dans la constitution de la référence « la religion de l’État turc est l’Islam » (1928); intégration à loi fondamentale de la laïcité (1937); suppression des écoles religieuses, des tribunaux musulmans, des ordres et des confréries soufies ; interdiction du port des vêtements religieux ; adoption du calendrier chrétien ; appel de la prière en Turc ; réforme de la langue et adoption de l’alphabet latin ; adoption des codes juridiques d’inspiration occidentale ; vote des femmes (1934).

23 Holt (R.), Sport and the British, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; Mangan (J. A.), Pleasure, Profit, Proselytism : British Culture and Sport at Home and Abroad, 1700-1914, London, Frank Cass, 1988.

24 Site Internet du club de supporters de Galatasaray (www.geocities.com/cimbomfrance/infosgenerales.html).

25 Toujours en vigueur, cette constitution est l’objet de débats récurrents en Turquie sur l’opportunité de réviser, comme l’exige l’Union européenne, certaines dispositions qui contreviennent aux règles démocratiques.

26 Cf. Akagül (D.), « Dynamismes et pesanteurs économiques », in Akagül (D.), Vaner (S.) & Kaleagasi (B.), La Turquie en mouvement, Bruxelles, Éditions complexe, 1995, p. 60-70.

27 À titre d’exemple, Istanbul passe de 3 millions d’habitants en 1975 à 6 millions en 1985 et à 12 millions en 2000.

28 Cf. Insel (A.) (dir.), La Turquie et l’Europe. Une coopération tumultueuse, Paris, L’Harmattan, 2000.

29 Marcou (J.), « Préface », in Chabal (P.) & Raulin (A.) (dir.), Les chemins de la Turquie vers l’Europe, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 9.

30 Cf. l’entretien au Monde de Valéry Giscard d’Estaing, président de la Convention sur l’avenir de l’Europe, dans lequel il s’est déclaré farouchement opposé à l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Le Monde, 9 novembre 2002.

31 Nous nous sommes limités ici aux dossiers de candidatures (Bid book) d’Istanbul aux JO (2000, 2004, 2008) et à la candidature conjointe avec la Grèce aux championnats d’Europe de Football 2008 (l’Euro 2008).

32 Selon un membre du CIO, les difficultés rencontrées par la Grèce pour la préparation des JO d’Athènes de 2004 laissent à penser qu’à l’avenir, il est peu probable que l’organisation des JO soit de nouveau attribué à un pays qui ne dispose pas de moyens suffisants pour faire face au gigantisme d’une pareille manifestation. Autrement dit, seuls les grands États riches seront en mesure de relever le défi et de faire face aux contraintes organisationnelles d’un tel événement. Entretien avec Denis Oswald, décembre 2002.

33 Cf. Coubertin (P.) de, J & Samaranch (A.), L’esprit olympique, Éditions L’esprit du temps, 1992.

34 Istanbul 2008, Dossier de candidature, p. 2.

35 Les résistances sont encore très fortes au plus haut niveau de l’État, notamment à travers le contrôle du Conseil de sécurité national (MGK) sur les affaires publiques dans différents domaines. Par exemple, un manuel de géographie réalisé par des universitaires soucieux de donner une vision moins unitaire de la Turquie a été rejeté et vivement critiqué par le comité d’homologation des livres scolaires.

36 La Grèce est l’un des plus forts soutiens de la candidature turque à l’UE car elle estime qu’elle garantirait une paix durable entre les deux États et la résolution de plusieurs différends.

37 Entretien, Istanbul, janvier 2003.

38 Entretien avec Cenap Nurat, Directeur de Centre de recherches sociologiques (SAM) et Ferhat Kentel, sociologue, janvier 2003. Il s’agit d’un institut privé de recherches en sciences sociales et statistiques qui a été notamment chargé de rédiger le dossier de candidature (bid book) d’Istanbul aux JO (candidatures pour les JO de 2000, 2004, 2008).

39 On peut aussi mettre en parallèle cet effort de transparence avec ceux réalisés par les autorités gouvernementales vis-à-vis des exigences européennes. Selon le responsable du desk « Turquie » à la Commission européenne, le changement le plus notable dans les relations avec le nouveau gouvernement turc, issu des élections de 2002, est une même perception des points qui posent encore problèmes dans la perspective de l’adhésion. Entretien, Bruxelles, juin 2003.

40 Ibid., p. 4.

41 Le Monde, 9 juin 2000.

42 Cf. Ehrenberg (A.), Le culte de la performance, Paris, Calman-Levy, 1991.

43 Cf. l’article de Jean-Marie Brohm et Marc Perelman, « Football : de l’extase au cauchemar », paru dans Le Monde du 18 juin 2002 et la réponse de Pascal Boniface et Christian Bromberger « Football : réquisitoire absurde » paru dans le même journal le 25 juin 2002.

44 Ainsi, le 19 mai est, en Turquie, le jour de la fête nationale « du sport et de la jeunesse ». Il s’agit d’une journée fériée consacrée à l’exaltation de la jeune génération. Des cérémonies sont organisées dans les stades remplis d’écoliers au cours desquelles sont lus des textes et des poèmes à la gloire de la jeunesse, de la République et d’Atatürk. Le 19 mai est également une date importante dans l’historiographie turque puisqu’elle renverrait – mais c’est historiquement discutable – à la date du débarquement de M. Kemal à Samsun en 1919 et au début de la résistance qui conduira à la création de la République turque en 1923. En réalité, la fête du sport et de la jeunesse existait bien avant 1939 (année de sa proclamation) et même pendant la période ottomane, l’État républicain n’ayant fait que la légaliser et l’ériger en symbole. Cf. Yurdsever Ates (N.), « 19 Mayis nasil bayram oldu », Toplumsal Tarih, n° 113, mai 2003, p. 34-37.

45 L’actuel Premier ministre R. T. Erdogan a soutenu la candidature pour l’Euro 2008 et pour les JO. Il faut rappeler qu’en tant qu’ancien Maire d’Istanbul de 1994 à 1997, il avait mesuré l’intérêt et la détermination des responsables de la candidature d’Istanbul aux JO. De plus, ancien footballeur professionnel, il sait jouer de ce passé pour construire une image d’un homme d’origine modeste, proche du peuple. Cf. Le Monde, « Erdogan le pragmatique », 7 mai 2003.

46 Entretien, juillet 2002.

47 Ce type de parcours n’est pas singulier. Par exemple, Senes Erzic, initiateur du projet de candidature de la Turquie à l’organisation avec la Grèce des Championnats d’Europe de Football pour 2008, est un homme d’affaire qui est passé par l’université anglophone du Bosphore (Bogaziçi Universitesi). Il est aussi Président honoraire de la fédération turque de Football, vice-président de l’UEFA et membre du comité exécutif de la Fédération internationale de Football Association (FIFA). Entretien, janvier 2002. Le coordinateur turc du projet et lui aussi passé par un lycée francophone (St Joseph). Entretien, juillet 2001.

48 Entretien, Rennes, juin 2003.

49 Selon D.-C. Martin, l’étude des OPNI permet de saisir l’ambiguïté et la multidimensionalité du politique. « L’ambiguïté est un attribut fondamental du pouvoir […] Le pouvoir est toujours l’instrument d’une domination dont les formes sont plus ou moins crues […] Il suscite en retour des attitudes ambivalentes : non seulement variées, ambiguës, mais partagées, contradictoires ; des attitudes où se mêlent en un même temps la fascination, la crainte, la contestation et le rejet du pouvoir ; des attitudes qui peuvent entraîner des comportements apparemment opposés et illogiques, des balancements, des retournements imprévus. », Martin (D.-C.) (dir.), Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), Paris, Karthala, 2002, p. 22.

50 Cf. Yahoo Italie, 17 novembre 2003 (http://it.sports.yahoo.com/031117/212/2j524.html).

51 Cf. Turkish Daily News, 14 décembre 2002.

52 Il confiait que la relation entre les parties turques et grecques fut excellente, même s’il avait, au final, l’impression que les Turcs s’étaient davantage investis dans le dossier. Entretien, Istanbul, décembre 2002.

53 Cf. Le Monde, 27 mars 2002.

54 Bora (T.), « Football and its audience : staging spontaneous nationalism », in Yerasimos (S.), Seufert (G.) & Vorhoff (K.) eds, Civil Society in the Grip of Nationalism, Istanbul, Orient Institut & IFEA, 2000, p. 375-402.

55 Il s’agit du Sultan ottoman qui a conduit la prise de Constantinople en 1453.

56 En 1999, à la veille d’un match de football (en coupe de l’UEFA) opposant une équipe anglaise et une équipe turque, deux supporters anglais avaient été mortellement poignardés après une série de provocations et des gestes obscènes offensant notamment le drapeau turc.

57 Bora (T.), « Football and its audience : staging spontaneous nationalism », art. cité, p. 383.

58 Ibid., p. 378.

59 Entretien avec un responsable du club des supporters de Galatasaray « Ultra Aslan », juillet 2002.

60 Bromberger (C.), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 9.

61 Cf. Kuran-Burçoglu (N.), « L’image des Turcs en Europe », in Chabal (P.) & Raulin (A.) (dir.), Les chemins de la Turquie vers l’Europe, op. cit., p. 67-81.

62 Présenté par ses promoteurs comme un premier pas et un symbole de la réconciliation entre les deux pays, cet événement fut émaillé de nombreux incidents, en marge de la rencontre sportive : l’hymne français a été sifflé par une partie du public, avant que le match ne soit finalement interrompu à quelques minutes de la fin suite à l’envahissement du terrain par de jeunes supporters français d’origine algérienne.

63 Cf. Le Monde du 6 et du 9 octobre 2001.

64 Kozanglu (C.), « Beyond Edirne. Football and the national identity crisis in Turkey », in Armstrong (G.) & Giulianotti (R.) eds, Football Cultures and Identities, London, Macmillan, 1999, p. 118.

65 Cf. Smith (A.), La passion du sport. Le football, le rugby et les appartenances en Europe, Rennes, PUR, 2001, p. 60.

66 Ibid., p. 120.

67 Kozanglu (C.), « Beyond Edirne. Football and the national identity crisis in Turkey », art. cité, p. 118. Edirne, ancienne capitale de l’Empire ottoman, est la ville la plus occidentale de la Turquie à dix kilomètres seulement des frontières bulgare et grecque.

68 Trente des trente-trois médailles d’or remportées par des athlètes turcs aux JO l’ont été dans ces disciplines (26 pour la lutte).

69 Nous n’avons pas mentionné les divers championnats dont le nombre de pratiquants est plus restreint et la couverture médiatique plus limitée comme le parachutisme, la voltige, la nage avec palmes, le tennis-ballon, etc.

Table des illustrations

Titre Tableau des compétitions sportives internationales organisées en Turquie et des principales candidatures (en gras les compétitions majeures seniors. Entre parenthèses les épreuves et la catégorie69)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/12310/img-1.jpg
Fichier image/, 142k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/12310/img-2.jpg
Fichier image/, 203k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540