Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gaullisme et gaullistes

 | 
François Audigier
, 
Frédéric Schwindt

Quatrième partie. Adversaires, ralliés et partenaires du RPF

Les députés de l’Union pour la nouvelle République (UNR) dans la France du Nord-Est (1958-1962)

Ruptures ou continuités avec le gaullisme d’opposition ?

Jérôme Pozzi

Texte intégral

  • 1 Soit 9 pour la Lorraine (Philippe Barrès, Napoléon Cochart, André Garnier, Jean Gilliot, Alfred Kr (...)

1La France du Nord-Est fait partie des terres d’élection favorables au RPF lors du scrutin législatif de juin 1951. Pourtant, une fois passée la période des hautes eaux de la IVe République, puis de la mise en sommeil du Rassemblement, les gaullistes traversent une période d’étiage électoral, marquée par la déroute des législatives de 1956. Avec moins de 4 % des voix et une vingtaine de sièges au Palais-Bourbon, les députés élus sous la bannière des Républicains sociaux se réduisent à une amicale d’anciens du RPF. À l’instar du reste du territoire métropolitain, la France du Nord-Est est touchée par ce reflux gaulliste. Alors que ses électeurs avaient élu 22 députés RPF en 19511, ils n’élisent que 2 parlementaires Républicains sociaux en janvier 1956, en l’occurrence Georges Bourgeois (Haut-Rhin) et Maurice Lemaire (Vosges). Toutefois, l’échec des candidats gaullistes en 1956 contraste nettement avec le raz-de-marée obtenu par ceux de l’Union pour la nouvelle République (UNR) lors des élections législatives de novembre 1958. Avec 198 députés à l’échelle nationale, le mouvement gaulliste est passé, en l’espace d’à peine trois ans, d’une période d’étiage parlementaire à une période de crue. Dans ces conditions, qui sont les parlementaires de l’UNR qui représentent les quatre régions de la France du Nord-Est au Palais-Bourbon ? S’agit-il d’anciens parlementaires du RPF ou d’hommes nouveaux ? En d’autres termes, l’UNR est-elle passée par le lit majeur du Rassemblement avant le méandre des Républicains sociaux ou a-t-elle tracé son propre cours ?

Portrait de groupe des députés UNR élus en 1958 dans le Nord-Est

  • 2 À ces 465 circonscriptions métropolitaines, il convient d’en ajouter 16 pour l’outre-mer et 71 pou (...)
  • 3 Soit 21 pour la région Lorraine (7 en Meurthe-et-Moselle, 2 en Meuse, 8 en Moselle, 4 dans les Vos (...)
  • 4 Roger Noiret (3e cir., Ardennes), Louis Briot (1re cir., Aube), Raymond Schmittlein (1re cir., Ter (...)
  • 5 Lucien Meunier (1re cir., Ardennes), Jean Durlot (3e cir., Aube), Alfred Westphal (6e cir., Bas-Rh (...)

2Les élections législatives des 23 et 30 novembre 1958 sont organisées en suivant de nouvelles règles électorales. Le territoire métropolitain est découpé en 465 circonscriptions électorales2, afin de tenir compte de la décision du général de Gaulle de remplacer le scrutin proportionnel par le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, ce dernier ayant à ses yeux un double mérite, d’une part celui de modérer l’émiettement des forces politiques et d’autre part celui de limiter le nombre des députés communistes. Dans ces conditions, l’ensemble des 14 départements de la France du Nord-Est est divisé en 55 circonscriptions3 et l’UNR investit des candidats dans 40 d’entre elles. Au soir du second tour, 25 candidats UNR sont élus4 et 15 sont battus5. Toutefois, l’un des 25 élus de l’UNR fait défection au moment de s’inscrire au groupe parlementaire et choisit de siéger parmi les non-inscrits, à savoir Charles Guthmuller, député des Vosges et maire d’Épinal (1947-1959). Cependant, cette perte est pour ainsi dire compensée par l’apparentement au groupe gaulliste de deux députés élus sous les couleurs des Indépendants, en l’occurrence Jean Taittinger (1re cir., Marne) et Albert Ehm (4e cir., Bas-Rhin). Ainsi, nous disposons pour cette étude d’un échantillon prosopographique de 26 députés gaullistes.

  • 6 Sur 206 élus (198 députés UNR et 7 apparentés) en 1958, le groupe parlementaire gaulliste compte s (...)
  • 7 A. Bord (né en 1922), F. Grussenmeyer (1918), M. Montagne (1920), J. Nou (1926), R. Souchal (1927) (...)
  • 8 E. Borocco (1911), G. Bourgeois (1913), A. Clerget (1910), J. Degraeve (1910), W. Jacson (1909), P (...)
  • 9 G. Becker (1905), G. Bourgund (1898), L. Briot (1905), J. Coumaros (1907), J.-M. Grenier (1906), L (...)
  • 10 M. Falala (1897), M. Lemaire (1895) et R. Noiret (1895).

3Si nous comparons leur profil à celui de l’ensemble du groupe parlementaire gaulliste, une première constatation s’impose. La répartition par classe d’âge des députés UNR du Nord-Est est sensiblement la même que celle du groupe parlementaire, excepté le fait qu’il n’y a aucun député âgé de moins de 30 ans au sein de notre échantillon6, à la différence de l’échelle nationale. Au moment de leur élection, 6 députés ont entre 30 et 40 ans7, 8 entre 40 et 50 ans8, 9 entre 50 et 60 ans9, enfin 3 ont plus de 60 ans10. Le benjamin de cet aréopage est l’avocat nancéien Roger Souchal, élu député de Meurthe-et-Moselle à 31 ans et le doyen est le député vosgien M. Lemaire (63 ans). La répartition socioprofessionnelle est relativement homogène, avec toutefois une légère surreprésentation des enseignants (G. Becker, J. Perrin, R. Radius, A. Ehm et R. Schmittlein) et des professions intermédiaires (J. Degraeve, J. Taittinger, A. Bord, E. Borocco, J. Weinman). En outre, il convient de souligner la présence de deux officiers, anciens élèves de Saint-Cyr, les généraux Gabriel Bourgund en Haute-Marne et Roger Noiret dans les Ardennes. Cette répartition socioprofessionnelle s’explique en partie par le fait que la plupart d’entre eux ont effectué des études supérieures courtes en lettres ou en droit, ou sont entrés directement dans la vie active à la sortie de l’enseignement secondaire. Ainsi, rares sont les députés du Nord-Est à être passés par une grande école, à l’exception toutefois de M. Lemaire, ancien élève de Polytechnique. Somme toute, le profil type du député UNR du Nord-Est ne diffère guère de son homologue métropolitain.

  • 11 Il s’agit de : A. Bord, E. Borocco, G. Bourgund, L. Briot, F. Grussenmeyer, W. Jacson, M. Lemaire, (...)
  • 12 Les 7 médaillés de la Résistance et titulaires de la croix de guerre sont : A. Bord, E. Borocco, F (...)

4En fait, à l’instar des autres députés gaullistes, deux points communs rapprochent ces 26 parlementaires. D’une part, leur participation à la Seconde Guerre mondiale et pour une bonne partie d’entre eux leur engagement dans la Résistance et d’autre part, leurs antécédents politiques, dont les racines sont à chercher au cœur de la famille gaulliste, dans la mesure où la plupart d’entre eux ont fait leurs classes dans les rangs du RPF. Pour ce qui est de leur participation à la guerre, 13 députés UNR sur 26 sont décorés de la croix de guerre11, dont 8 sont aussi médaillés pour faits de Résistance12. À cela, il faut ajouter ceux qui ont participé à la Résistance sans pour autant être décorés, ce qui fait que les trois quarts de ces députés UNR ont rejoint le combat de l’armée des ombres. Pendant de nombreuses années, la Résistance est le dénominateur commun de la majorité des parlementaires UNR et sert ainsi de ciment à la famille gaulliste, tout comme l’admiration qu’ils portent à l’égard de l’homme du 18 juin d’ailleurs. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant qu’un certain nombre d’entre eux ait poursuivi leur combat sur le terrain politique, en participant à l’épopée du Rassemblement en 1947, où ils partageaient une même culture politique, fondée sur le rejet du renoncement et sur une forme de compagnonnage héritée de la clandestinité. Si la majorité de ces 26 députés UNR ont appartenu au RPF, seuls 6 d’entre eux ont exercé des fonctions de responsabilité au sein du Rassemblement ou des Républicains sociaux. Il s’agit d’André Bord et d’Edmond Borocco, tous deux délégués départementaux du RPF en Alsace, auxquels il convient d’ajouter quatre délégués ou présidents des Républicains sociaux, en l’occurrence L. Briot (Aube), R. Schmittlein (Territoire de Belfort), M. Lemaire (Vosges) et J. Degraeve (Marne).

  • 13 En outre, il convient de souligner que parmi les 6 responsables de mouvements gaullistes évoqués p (...)

5En dehors de ces 6 anciens responsables du RPF ou des Républicains sociaux, on remarque la présence d’anciens élus locaux gaullistes13, soit quatre conseillers généraux (J. Weinman, M. Falala, J. Coumaros et A. Clerget) et un adjoint au maire (F. Grussenmeyer). L’UNR a donc puisé dans le vivier des élus locaux gaullistes, tout comme dans celui des anciens délégués du RPF et des Républicains sociaux, pour trouver ses candidats en 1958. De plus, parmi ces 26 députés UNR, on remarque la présence de 7 parlementaires gaullistes élus sous la IVe République et d’un ancien élu du MRP, en la personne d’A. Ehm, sénateur du Bas-Rhin (1947-1950) et maire de Sélestat (1953-1965). Le groupe des 7 anciens parlementaires RPF est composé de 4 députés : G. Bourgeois (Haut-Rhin, 1951-1958), L. Briot (Aube, 1951-1955), M. Lemaire (Vosges, 1951-1958), R. Schmittlein (Territoire de Belfort, 1951-1955) et de 3 sénateurs, à savoir L. Maillot (Doubs, 1957-1958), R. Radius (Bas-Rhin, 1948-1958) et J.-M. Grenier, sénateur des Vosges (1948-1952) et maire de Remiremont (1945-1963). En fin de compte, nous pouvons affirmer que 15 députés UNR sur 26 ont déjà été des élus ou/et des responsables de mouvements gaullistes avant 1958, proportion qui passe à 16 sur 26, si l’on y intègre le cas particulier du démocrate-chrétien A. Ehm.

  • 14 Député indépendant des Vosges (1958-1978), puis sénateur (1977-1995), A. Voilquin reçoit le soutie (...)

6À l’inverse, quelques-uns des 15 candidats UNR battus en 1958 ont des liens beaucoup plus distants avec la famille gaulliste, ce qui peut en partie expliquer leur échec. Le seul contre-exemple étant, à notre connaissance, celui de Jean-François Dupré, ancien secrétaire général des Républicains sociaux des Vosges, conseiller général et candidat malheureux contre l’indépendant Albert Voilquin14. Parmi ces 15 candidats battus, certains sont clairement extérieurs à la famille gaulliste, à l’instar de Jean-Maurice Demarquet, qui obtient la double investiture du mouvement gaulliste et du CNIP dans la 1re circonscription du Jura afin d’affronter Edgar Faure. Ancien député poujadiste du Finistère, compagnon de route de Jean-Marie Le Pen et baroudeur d’extrême droite notoire, J.-M. Demarquet est proche des milieux activistes. Le soutien qu’il reçoit de la part du mouvement gaulliste illustre une triple réalité. Tout d’abord, la rencontre entre une frange de la famille gaulliste et l’extrême droite, avec en toile de fond la défense de l’Algérie française. Ensuite, la difficulté des instances de l’UNR pour trouver des candidats dans des circonscriptions qui étaient jugées « imprenables ». Enfin, un certain nombre d’hommes politiques de la IVe République, y compris des opposants au gaullisme, ont essayé de se refaire une virginité politique à l’ombre de l’UNR naissante.

Les raisons du succès des candidats présentés par l’UNR

7Trois éléments d’explication peuvent être avancés pour expliquer le succès des candidats investis par l’UNR en 1958. Le premier réside dans le phénomène de capillarité entre le RPF et l’UNR, le second est lié au contexte politique national, enfin le troisième résulte de la stratégie électorale mise en œuvre par l’UNR.

  • Le premier élément repose sur le faible écart temporel entre la mise en sommeil du RPF et la victoire de 1958. À partir de 1953, un fort contingent de militants du Rassemblement a interrompu leur engagement partisan, même s’ils n’ont pas cessé, en leur for intérieur, d’être gaullistes. Néanmoins, quelques-uns d’entre eux ne sont pas restés inactifs pendant la traversée du désert, puisque des réseaux subsistent, même si leurs ramifications ont tendance à s’étioler, à mesure que la probabilité d’un retour au pouvoir du général de Gaulle s’estompe. En fait, l’une des réussites majeures du RPF est d’avoir mis en place un maillage dense du territoire, basé sur des relais locaux, qui sont réactivés au printemps 1958, en l’espace de quelques semaines. Sur ce point, l’exemple d’A. Bord est révélateur de cette continuité entre les mouvements gaullistes de la IVe République et leurs héritiers successifs de la Ve. Ancien délégué départemental du RPF pour le Bas-Rhin, A. Bord est le correspondant local des Républicains sociaux et sert également de relais aux abonnés du Télégramme de Paris, l’un des rares périodiques gaullistes de la traversée du désert, qui est diffusé par Jacques Dauer15. En mai 1958, A. Bord organise quelques réunions à Strasbourg pour vanter le retour au pouvoir de l’homme du 18 juin et prend les commandes de l’antenne départementale de l’Association nationale pour le soutien à l’action du général de Gaulle16, créée en mai 1958 par Pierre Lefranc. Ainsi, A. Bord dispose de solides états de services dans la famille gaulliste lorsqu’il obtient l’investiture de l’UNR. Une partie de la réussite électorale de l’UNR en 1958 s’explique donc par la ténacité de quelques gaullistes qui connaissent parfaitement leur département et de surcroît leur circonscription, pour l’avoir labourée sous la IVe République.
  • Le second élément est étroitement lié au contexte politique dans lequel se déroule ce scrutin. Poussés par la victoire du « oui » au référendum du 28 septembre sur les institutions de la Ve République, les gaullistes ont le vent en poupe. Même si le général de Gaulle a interdit que l’on utilise son nom pendant la campagne électorale, y compris sous la forme d’un adjectif, de nombreux candidats UNR bravent l’interdit. Dans leur profession de foi, ils mettent l’accent sur leur fidélité gaulliste et leur absence de compromission avec la IVe République, ce qui n’est d’ailleurs pas toujours le cas, comme en témoignent les itinéraires de M. Lemaire et R. Schmittlein, dans la mesure où ils ont chacun participé aux cabinets Laniel et Mendès France. Pourtant, quel que soit leur passé, les candidats UNR se présentent comme des hommes neufs, qui s’engagent à soutenir activement et fidèlement la politique du général de Gaulle. Ainsi, les principaux slogans utilisés dans leurs professions de foi sont : « à République nouvelle, il faut des hommes nouveaux », ou encore « Faites respecter votre oui ! », en référence au résultat du référendum.
  • Le troisième élément résulte de la stratégie électorale mise en place par les instances nationales de l’UNR et à la tactique poursuivie dans les différents départements. La stratégie de l’UNR s’appuie sur une triple préoccupation. Tout d’abord faire barrage aux candidats communistes, risque certes limité dans le Nord-Est, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un de leurs bastions. Ensuite, ménager les notables modérés dans les circonscriptions où l’on sait qu’un candidat gaulliste ne ferait que semer la division et contribuerait de ce fait à la victoire d’un socialiste. Enfin, l’UNR suit la consigne donnée par le général de Gaulle de ne pas investir de candidats contre des ministres de son gouvernement. Afin de ménager des notables bien implantés, les responsables de l’UNR n’investissent pas de candidat dans 15 des 55 circonscriptions du Nord-Est17. Ceux-ci font par exemple pression sur les gaullistes lorrains18 pour qu’il n’y ait pas de candidat dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle (Toul), dans laquelle se présente le sénateur François Valentin19, qui sera d’ailleurs le seul député lorrain à être élu au premier tour de scrutin. Cette pression émanant du siège parisien de l’UNR pousse les gaullistes lorrains à se rassembler dans un éphémère « Mouvement lorrain de rénovation nationale (MLRN)20 », qui permet d’assurer le passage en douceur entre ce qu’il reste des Républicains sociaux et l’UNR naissante.
  • 21 Il s’agit de J. Engler (3e cir., Hayange), qui a la double investiture Indépendants-UNR et de J. C (...)
  • 22 Soit entre 30 et 35 % des inscrits d’après François Goguel, Géographie des élections françaises so (...)
  • 23 Félix Mayer (5e cir., Moselle) et Georges Thomas (8e cir., Moselle) sont conseillers généraux.
  • 24 J. Schaff est le seul député MRP sortant (1946-1958) à être battu.

8En revanche, la stratégie qui consiste à ne pas investir de candidat est parfois plus subie que choisie, ce qui est notamment le cas en Moselle, puisque l’UNR n’y présente officiellement que 2 candidats21 pour 8 circonscriptions, alors que les listes du RPF avaient obtenu dans ce département leurs meilleurs résultats en 1951 pour le Nord-Est22. Les six circonscriptions en question sont toutes détenues par des représentants du MRP ou des indépendants (R. Mondon, 1re cir. ; J. Schaff, 2e cir. ; R. Schuman, 4e cir. ; J. Seitlinger, 7e cir.) ou sont convoitées par des notables bien implantés du parti démocrate-chrétien23. En l’absence de candidats UNR, cinq des six candidats MRP sont donc élus24. Ainsi, la Moselle n’a que deux représentants gaullistes dans la première législature de la Ve République : Paul Mirguet, élu contre Joseph Schaffmais qui, en l’absence de l’investiture de l’UNR, s’était présenté sous l’étiquette « Républicain social » et Jean Coumaros, qui bat le député sortant Émile Engel (MRP) dans la circonscription de Forbach.

  • 25 L’UNR présente un candidat dans chacune des trois circonscriptions, mais seul le général Roger Noi (...)
  • 26 L’UNR présente un candidat dans chacune des trois circonscriptions, mais seul Louis Briot est élu.

9Sur le plan géographique, le succès de l’UNR se traduit par l’apparition à grande échelle de quelques départements qui comptent une proportion élevée de députés gaullistes par rapport au total des circonscriptions. C’est notamment le cas du Doubs, qui compte 3 députés UNR pour 3 circonscriptions (J. Weinman à Besançon ; G. Becker à Montbéliard ; L. Maillot à Pontarlier), des Vosges qui ont 3 députés gaullistes pour 4 circonscriptions (Ch. Guthmuller à Épinal, bien qu’il ne s’inscrive pas au groupe parlementaire ; M. Lemaire à Saint-Dié ; J.-M. Grenier à Remiremont) et de la Marne, qui est dans la même situation (J. Taittinger et M. Falala dans les deux circonscriptions de Reims ; J. Degraeve à Châlons-sur-Marne). À l’inverse, quelques départements sont « réfractaires » à l’UNR, soit parce qu’il n’y a pas de candidat, comme en Meuse, où les électeurs envoient à l’Assemblée deux « rescapés » de la IIIe République, élus pour la première fois en 1932, à savoir André Beauguitte et Louis Jacquinot – bien que ce dernier se présente à ses électeurs comme gaulliste – soit parce qu’ils ne sont pas assez bien implantés, ce qui est le cas de la Moselle, évoquée précédemment, mais aussi des Ardennes25 et de l’Aube26. Il convient à présent de voir si le succès gaulliste de 1958 s’est inscrit durablement dans le paysage politique du Nord-Est et notamment lors des élections de 1962.

Les élections législatives de 1962 dans le Nord-Est : la confirmation du succès gaulliste de 1958 ?

  • 27 R. Raulet conserve son siège jusqu’en 1967, date à laquelle il choisit de ne pas se représenter, a (...)

10À l’échelle nationale, les élections de 1962 confirment le succès obtenu par les candidats de l’UNR en 1958. Le mouvement gaulliste obtient 233 sièges contre 198 dans la précédente législature. Dans le Nord-Est, 24 des 26 députés sortants de l’UNR se représentent et confortent leur position. Les deux exceptions sont Marcel Falala (Marne), décédé en cours de mandat et Jean-Marie Grenier (Vosges) qui choisit de ne pas se représenter. Toutefois, ces deux circonscriptions sont conservées par des élus gaullistes. Dans la Marne, c’est Roger Raulet qui est réélu en 1962, dans la mesure où il était le suppléant de Marcel Falala et qu’il lui avait succédé en 196027. Dans les Vosges, c’est Christian Poncelet qui, à 34 ans, est élu sous les couleurs du mouvement gaulliste et commence alors une longue carrière parlementaire. Ainsi, sur les 25 députés sortants qui se représentent, 23 sont réélus et confirment donc leur percée de 1958. Les deux députés UNR qui ne retrouvent pas leur siège sont Paul Mirguet en Moselle, qui est battu par Joseph Schaff, ce dernier prenant ainsi sa revanche sur 1958 et Max Montagne dans le Jura, qui est battu de justesse, grâce au report des voix de gauche sur un ancien collaborateur d’Edgar Faure, promis à une belle carrière politique, à savoir Jacques Duhamel.

  • 28 Nous incluons dans cet échantillon de 14 députés UNR du Nord-Est le cas d’Henri Karcher (8e cir., (...)
  • 29 Il s’agit de Lucien Meunier (1re cir., Ardennes), Jean Le Gall, (2e cir., Ardennes), Jean Durlot ( (...)
  • 30 A. Westphal conserve son mandat de maire jusqu’en 1971 et celui de député jusqu’en 1973, date à la (...)
  • 31 Il bat alors l’indépendant Pierre-Christian Taittinger, frère de Jean, futur sénateur UDR de Paris (...)
  • 32 C’est alors Bernard Lepeu qui se présente sous les couleurs de l’UNR dans la 21e circonscription p (...)

11À ces 23 députés réélus, il faut ajouter 14 nouveaux parlementaires UNR28 élus à l’occasion du scrutin de 196229. Parmi ces nouveaux élus, seuls trois s’étaient déjà présentés en 1958, ce qui démontre la capacité de la famille gaulliste à renouveler ses candidats quand ils ont été battus. Il s’agit de Lucien Meunier dans les Ardennes, un ancien résistant qui conserve son siège jusqu’en 1978, de Jean Durlot dans l’Aube, qui n’effectue pour sa part qu’un seul mandat et enfin d’Alfred Westphal dans le Bas-Rhin. Même s’ils sont une minorité au sein de ces nouveaux députés gaullistes, le parcours de ces trois candidats malheureux de 1958 est révélateur de la confiance certaine accordée par l’UNR aux anciens du RPF. En effet, les itinéraires de J. Durlot et A. Westphal reflètent le rôle de vivier joué par les mouvements gaullistes de la IVe République. J. Durlot était secrétaire général de la fédération des Républicains sociaux de l’Aube et au printemps 1958, il avait pris en main l’antenne locale de l’Association nationale, avant d’obtenir l’année suivante un mandat de conseiller général. Quant à A. Westphal, il a été sénateur RPF du Bas-Rhin (1946-1952) et a été élu maire de Diemeringen en 195930, preuve supplémentaire que l’UNR apportait souvent son soutien à des notables locaux. Autre exemple d’une continuité gaulliste parmi ces élus de 1962, mais cette fois-ci avec la période de la Résistance et dans une moindre mesure du RPF, celui d’Henri Karcher. Né à Saint-Dié et chirurgien de formation, il rallie la France libre en juin 1940 et fait partie d’un détachement de la 2e D. B qui, le 25 août 1944, entre dans Paris, s’empare de l’hôtel Meurice et fait prisonnier le général von Choltitz. Médaillé de la Résistance et Compagnon de la Libération, il est élu député UNR du XVIe arrondissement de Paris en 195831. En 1962, il se présente en Moselle32, dans la circonscription de Sarrebourg et l’emporte au premier tour de scrutin contre le député sortant démocrate-chrétien Georges Thomas.

  • 33 Conseiller général (1945-1970) et maire de Nancy (1961-1969), P. Weber est député Républicain indé (...)
  • 34 A. Picquot était le suppléant de François Valentin lorsque celui-ci avait été élu député en 1958. (...)
  • 35 H. Martin est député de Meurthe-et-Moselle (6e cir., Briey) de 1962 à 1967, date à laquelle il est (...)

12Avec 37 députés UNR pour 55 circonscriptions (contre 26 pour 55 en 1958), les élections législatives de 1962 recouvrent donc une double dimension. D’une part, le renforcement des positions acquises par les députés UNR en 1958 et d’autre part, le soutien apporté à quelques candidats indépendants, soit par pragmatisme, dans la mesure où il n’y avait aucun prétendant gaulliste à même de l’emporter, soit par reconnaissance à l’égard de quelques députés qui n’avaient pas voté la motion de censure contre le gouvernement de Georges Pompidou (5 octobre 1962). Ceci est par exemple le cas en Moselle, où Raymond Mondon, ancien compagnon de route du RPF, qui avait refusé de voter la censure, n’a pas de candidat contre lui. En ce qui concerne les circonscriptions dans lesquelles les instances de l’UNR ont apporté leur appui au candidat des indépendants, le phénomène s’observe dans deux départements, la Meurthe-et-Moselle et la Meuse. En Meurthe-et-Moselle, trois députés indépendants élus en 1958 reçoivent le soutien de l’UNR en 1962, il s’agit du maire de Nancy Pierre Weber33 (3e cir., Nancy Est et Sud), de Pierre Dalainzy (4e cir., Lunéville) et André Picquot34 (5e cir., Toul). À cela, il faut ajouter le cas particulier du docteur Hubert Martin35, maire de Briey (1959-1976), élu avec l’étiquette UNR, mais qui siège ensuite chez les indépendants. Dans la Meuse, la situation est la même qu’en 1958, le mouvement gaulliste n’investit pas de candidat contre les deux députés sortants, A. Beauguitte et L. Jacquinot, qui retrouvent donc leur siège avec la bénédiction de l’UNR, ce qui amène d’ailleurs ce dernier à s’apparenter au groupe gaulliste. Enfin, il convient de souligner que parmi les nouveaux élus gaullistes de 1962, certains entament une longue carrière politique. Outre l’exemple de Christian Poncelet, évoqué précédemment, citons ici pour mémoire les parcours de Jacques Delong en Haute-Marne, député (1962-1981), puis sénateur (1981-2001) et de Julien Schvartz en Moselle, député UNR puis RPR de 1962 à 1981 et président du conseil général (1982-1992).

13Au final, nous pouvons faire deux remarques d’ensemble sur les députés gaullistes du Nord-Est. Tout d’abord, le fleuve des députés de l’Union pour la nouvelle République (UNR) a été en grande partie alimenté par le bassin-versant RPF, ce qui se vérifie dans le Nord-Est, comme à l’échelle nationale. Même si l’année 1958 marque une rupture avec le système partisan de la IVe République, l’essentiel du personnel politique gaulliste a été formé dans les rangs du RPF et dans une moindre mesure des Républicains sociaux. De ce fait, l’avènement de la Ve République ne peut pas être considéré dans l’histoire de la famille gaulliste, comme une ligne de partage des eaux. Ainsi, à l’échelle du personnel politique en question, les continuités entre les deux Républiques l’emportent sur les ruptures. Ensuite, le Nord-Est redevient en 1958 le bastion gaulliste qu’il avait été au début de la IVe République, tendance qui se confirme en 1962. Toutefois, les gaullistes sont concurrencés par les indépendants et rares sont les circonscriptions remportées en 1958 à être restées des fiefs gaullistes dans les années soixante et soixante-dix. Un des rares exemples concerne la deuxième circonscription de la Marne (Reims II-IV), tenue en main par la « dynastie Falala » : Marcel Falala, élu député UNR de Reims en 1958 ; son fils Jean Falala, député UDR puis RPR de 1967 à 2002 et enfin son petit-fils Francis Falala, député UMP de 2002 à 2007.

Notes

1 Soit 9 pour la Lorraine (Philippe Barrès, Napoléon Cochart, André Garnier, Jean Gilliot, Alfred Krieger, Maurice Lemaire, Raymond Mondon, Jules Thiriet, Charles Guthmuller), 6 pour l’Alsace (Georges Bourgeois, Michel Kauffmann, Pierre Koenig, René Kuehn, Eugène Ritzenthaler, Camille Wolff), 3 pour la Champagne (Pierre Clostermann, Robert Huel, Louis Briot) et 4 pour la Franche-Comté (Maurice Georges, Robert Montillot, Raymond Schmittlein, Marcel Prélot).

2 À ces 465 circonscriptions métropolitaines, il convient d’en ajouter 16 pour l’outre-mer et 71 pour l’Algérie, soit un total de 552 sièges à pourvoir.

3 Soit 21 pour la région Lorraine (7 en Meurthe-et-Moselle, 2 en Meuse, 8 en Moselle, 4 dans les Vosges), 13 pour l’Alsace (8 pour le Bas-Rhin et 5 pour le Haut-Rhin), 12 pour la Champagne-Ardenne (3 pour les Ardennes, 4 pour la Marne, 2 pour la Haute-Marne et 3 pour l’Aube) et 9 pour la Franche-Comté (2 pour le Territoire de Belfort, 2 pour la Haute-Saône, 3 pour le Doubs et 2 pour le Jura).

4 Roger Noiret (3e cir., Ardennes), Louis Briot (1re cir., Aube), Raymond Schmittlein (1re cir., Territoire de Belfort), Jacques Weinman (1re cir., Doubs), Georges Becker (2e cir., Doubs), Louis Maillot (3e cir., Doubs), Max Montagne (2e cir., Jura), Jean Taittinger (1re cir., Marne), Marcel Falala (2e cir., Marne), Jean Degraeve (3e cir., Marne), Gabriel Bourgund (1re cir., Haute-Marne), Roger Souchal (1re cir., Meurthe-et-Moselle), William Jacson (2e cir., Meurthe-et-Moselle), Joseph Nou (7e cir., Meurthe-et-Moselle), Paul Mirguet (2e cir., Moselle), Jean Coumaros (6e cir., Moselle), René Radius (1re cir., Bas-Rhin), André Bord (2e cir., Bas-Rhin), Albert Ehm (4e cir., Bas-Rhin), François Grussenmeyer (7e cir., Bas-Rhin), Edmond Borocco (1re cir., Haut-Rhin), Georges Bourgeois (2e cir., Haut-Rhin), Joseph Perrin (3e cir., Haut-Rhin), Alfred Clerget (2e cir., Haute-Saône), Maurice Lemaire (2e cir., Vosges) et Jean-Marie Grenier (3e cir., Vosges).

5 Lucien Meunier (1re cir., Ardennes), Jean Durlot (3e cir., Aube), Alfred Westphal (6e cir., Bas-Rhin), H. Gervois (2e cir., Ardennes), E. Novier (2e cir., Territoire de Belfort), Jean-Maurice Demarquet (1re cir., Jura), R. Bouillon (4e cir., Marne), Raoul Laurent (2e cir., Haute-Marne), André Eigner (3e cir., Meurthe-et-Moselle), François du Chatelle (4e cir., Meurthe-et-Moselle), L. Stoeber (6e cir., Meurthe-et-Moselle), R. Ansion (2e cir., Meuse), A. Klein (7e cir., Moselle), G. Schweitzer (5e cir., Bas-Rhin) et J.-F. Dupré (4e cir., Vosges). Enfin, il convient de souligner que les trois premiers sont élus en 1962.

6 Sur 206 élus (198 députés UNR et 7 apparentés) en 1958, le groupe parlementaire gaulliste compte seulement 9 députés âgés de moins de 30 ans.

7 A. Bord (né en 1922), F. Grussenmeyer (1918), M. Montagne (1920), J. Nou (1926), R. Souchal (1927) et J. Taittinger (1923).

8 E. Borocco (1911), G. Bourgeois (1913), A. Clerget (1910), J. Degraeve (1910), W. Jacson (1909), P. Mirguet (1911), J. Perrin (1910) et A. Ehm (1912).

9 G. Becker (1905), G. Bourgund (1898), L. Briot (1905), J. Coumaros (1907), J.-M. Grenier (1906), L. Maillot (1899), R. Radius (1907), R. Schmittlein (1904) et J. Weinman (1906).

10 M. Falala (1897), M. Lemaire (1895) et R. Noiret (1895).

11 Il s’agit de : A. Bord, E. Borocco, G. Bourgund, L. Briot, F. Grussenmeyer, W. Jacson, M. Lemaire, P. Mirguet, R. Noiret, R. Radius, R. Schmittlein, R. Souchal et J. Weinman.

12 Les 7 médaillés de la Résistance et titulaires de la croix de guerre sont : A. Bord, E. Borocco, F. Grussenmeyer, P. Mirguet, R. Radius, R. Schmittlein, J. Weinman. À cela, il faut ajouter le cas de J. Coumaros, qui est décoré pour faits de Résistance, mais qui n’a pas la croix de guerre. Les 6 députés gaullistes à avoir été décorés de la croix de guerre, sans être décorés pour leurs activités dans la Résistance, sont : G. Bourgund, L. Briot, W. Jacson, M. Lemaire, R. Noiret, R. Souchal. Quant à M. Falala, il a participé à la Résistance mais n’a pas reçu à ce titre de décoration.

13 En outre, il convient de souligner que parmi les 6 responsables de mouvements gaullistes évoqués précédemment, 3 sont en même temps des élus locaux. Il s’agit de R. Schmittlein (élu conseiller général en 1955), M. Lemaire (élu maire de Colroy-la-Grande en 1946, puis conseiller général en 1951) et J. Degraeve (élu conseiller général en 1951).

14 Député indépendant des Vosges (1958-1978), puis sénateur (1977-1995), A. Voilquin reçoit le soutien de l’UNR en 1962. Son cousin, Hubert Voilquin, est député UDF des Vosges (1978-1981), maire de Vittel (1977-1995) et conseiller général (1981-2001).

15 Voir J. Dauer, Le Hussard du Général, Paris, La Table Ronde, 1994, p. 105.

16 Voir Bernard Lachaise, « De l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine à l’association pour la fidélité à la mémoire du général de Gaulle », in Claire Andrieu, Gilles le Béguec et Danielle Tartakowsky, Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, PUPS, 2001, p. 403-417.

17 À l’échelle nationale, l’UNR n’investit pas de candidat dans 114 des 465 circonscriptions métropolitaines.

18 D’après l’interview de Roger Souchal, 26 mai 2004.

19 Ancien député de Nancy (élu en 1936), inscrit au groupe de la Fédération républicaine, François Valentin est sénateur indépendant de Meurthe-et-Moselle (mars 1956-novembre 1958). Il est élu député indépendant de la circonscription de Toul en 1958.

20 AD Meurthe-et-Moselle, W 1601/1.

21 Il s’agit de J. Engler (3e cir., Hayange), qui a la double investiture Indépendants-UNR et de J. Coumaros (6e cir., Forbach). Dans la 2e cir. de la Moselle, l’UNR refuse de choisir entre deux gaullistes : Paul Mirguet (membre des Républicains sociaux) et Paul Lavaux (ancien délégué départemental du RPF, qui était présent sur la liste conduite par Raymond Mondon à Metz lors des élections municipales de 1947. Au milieu des années cinquante, il avait été le correspondant mosellan des Républicains sociaux. En 1959, il rejoint les rangs de l’UDT). P. Mirguet est élu au second tour et rejoint le groupe UNR, tout comme J. Coumaros.

22 Soit entre 30 et 35 % des inscrits d’après François Goguel, Géographie des élections françaises sous la troisième et la quatrième République, Paris, A. Colin, 1970, p. 120-121.

23 Félix Mayer (5e cir., Moselle) et Georges Thomas (8e cir., Moselle) sont conseillers généraux.

24 J. Schaff est le seul député MRP sortant (1946-1958) à être battu.

25 L’UNR présente un candidat dans chacune des trois circonscriptions, mais seul le général Roger Noiret est élu.

26 L’UNR présente un candidat dans chacune des trois circonscriptions, mais seul Louis Briot est élu.

27 R. Raulet conserve son siège jusqu’en 1967, date à laquelle il choisit de ne pas se représenter, afin de laisser sa circonscription à Jean Falala, fils de Marcel Falala, dont il avait été le suppléant.

28 Nous incluons dans cet échantillon de 14 députés UNR du Nord-Est le cas d’Henri Karcher (8e cir., Moselle). Même s’il ne s’agit pas là de son premier mandat au Parlement, c’est en revanche la première fois qu’il est élu dans la France du Nord-Est.

29 Il s’agit de Lucien Meunier (1re cir., Ardennes), Jean Le Gall, (2e cir., Ardennes), Jean Durlot (3e cir., Aube), Jean-Marie Bailly (2e cir., territoire de Belfort), Jacques Delong (2e cir., Haute-Marne), Jean-Louis Gasparini (3e cir., Moselle), Julien Schvartz (5e cir., Moselle), Henri Karcher (8e cir., Moselle), Georges Ritter (3e cir., Bas-Rhin), Alfred Westphal (6e cir., Bas-Rhin), Raymond Zimmermann (4e cir., Haut-Rhin), Charles Kroepfle (5e cir., Haut-Rhin), Marcel Hoffer (1re cir., Vosges), Christian Poncelet (3e cir., Vosges). Au sein de cet aréopage, quelques députés UNR bénéficient déjà d’une solide implantation locale, à l’instar de Georges Ritter, ancien député indépendant (1956-1958) et maire de Schiltigheim (1947-1971).

30 A. Westphal conserve son mandat de maire jusqu’en 1971 et celui de député jusqu’en 1973, date à laquelle il est battu dans sa circonscription par Adrien Zeller, actuel président du conseil régional d’Alsace.

31 Il bat alors l’indépendant Pierre-Christian Taittinger, frère de Jean, futur sénateur UDR de Paris (1968-1995).

32 C’est alors Bernard Lepeu qui se présente sous les couleurs de l’UNR dans la 21e circonscription parisienne.

33 Conseiller général (1945-1970) et maire de Nancy (1961-1969), P. Weber est député Républicain indépendant de Meurthe-et-Moselle (1958-1978). Retiré de la vie politique, il fait une réapparition inattendue en 2002, au sein du comité de soutien national de Jean-Marie Le Pen à l’élection présidentielle.

34 A. Picquot était le suppléant de François Valentin lorsque celui-ci avait été élu député en 1958. En septembre 1961, après le décès de F. Valentin, il lui avait succédé à l’Assemblée nationale.

35 H. Martin est député de Meurthe-et-Moselle (6e cir., Briey) de 1962 à 1967, date à laquelle il est battu de quelques voix par Jean Bertrand, maire communiste d’Auboué. H. Martin retrouve les bancs du Palais-Bourbon de 1968 à 1973, avant de siéger au Sénat (1974-1992).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540