Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gaullisme et gaullistes

 | 
François Audigier
, 
Frédéric Schwindt

Troisième partie. Personnel politique et élections

Une violence militante de faible intensité : le choc gaullistes-communistes dans l’Est

François Audigier

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire générale du Rassemblement, voir l’ouvrage collectif De Gaulle et le RPF, 1947-1955,(...)
  • 2 Pour une chronologie de la violence politique en France à l’échelle du siècle, Serge Berstein, « C (...)
  • 3 Quelques études sur l’implantation et l’activité militante du RPF permettent d’établir des compara (...)

1L’histoire du Rassemblement du Peuple Français (RPF), notamment dans ses premières années (1947-48), est marquée par les graves affrontements qui opposèrent ses militants à ceux du Parti communiste1. Dans un contexte de forte rivalité idéologique et de tension internationale lié à la Guerre froide, gaullistes et communistes combattirent littéralement pour leurs idées2. Bien des meetings contradictoires et campagnes d’affichage finirent dans les coups et certains accrochages furent même meurtriers comme celui de Grenoble le 18 septembre 1948. La consultation croisée des différentes archives (archives des partis, presse générale et militante, rapports policiers, témoignages) révèle une violence militante banalisée, parfois même valorisée de part et d’autre. Ce premier constat d’ensemble ne doit pas faire croire pour autant à une violence généralisée sur tout le territoire. Si certaines régions comme la Provence, le Languedoc, le bassin parisien, le Nord, la région lyonnaise ou encore l’Algérie virent le choc entre gaullistes et communistes3, d’autres espaces constituèrent des îlots de relative modération. Qu’en est-il du grand Est ?

  • 4 « Je tenais des réunions de propagande, d’information, constamment, dans tous les départements, et (...)

2Selon Philippe Ragueneau (ancien délégué régional RPF pour l’Est en 1947-48, interrogé en 1995 par la Fondation Charles de Gaulle), la Lorraine et l’Alsace auraient représenté des « régions chaudes » où les « bagarres sévères » avec les communistes étaient « fréquentes4 ». Il semble en fait que la Champagne, la Lorraine, l’Alsace et la Franche-Comté ne se soient pas caractérisées par un degré très élevé de violence militante. Certes des incidents, parfois graves, peuvent être relevés ici et là mais rien de comparable à ce qui pouvait être observé au même moment en banlieue rouge ou dans la région marseillaise. Dans l’Est, la confrontation entre communistes et gaullistes s’exprimait surtout sur le terrain de la propagande où « factieux » et « séparatistes » se livraient à distance une lutte symbolique à coup de slogans injurieux et d’affiches lacérées. Si les meetings donnaient souvent lieu à des chahuts, ils dégénéraient plus rarement qu’ailleurs et dans ce cas le bilan se limitait en général à quelques blessures légères. Cette histoire en creux doit être interrogée, comment expliquer « l’exception pacifique » qu’a constitué le grand Est ?

Un degré de violence militante relativement faible

Exceptions et normes de la violence militante dans l’Est

3Toutes les violences militantes ne sont pas équivalentes. De la simple injure entre colleurs d’affiches au coup de feu meurtrier en plein meeting, l’éventail des radicalités militantes est large. Plusieurs niveaux de violences peuvent être distingués :

  • Violence verbale ou symbolique à l’encontre d’un adversaire/ennemi dénigré dans le cadre d’une propagande offensive5.
  • Rapport de force tendu entre les deux camps avec mobilisation de services d’ordre (SO), accrochages physiques et dégradation du matériel de propagande adverse. Ces incidents mineurs ne sont pas relayés dans les médias.
  • Dérapages fréquents et graves, caractérisés par l’emploi occasionnel de matraques et d’armes blanches occasionnant des blessés. Police et justice interviennent mais l’écho de ces violences ne dépasse pas le cadre départemental ou régional. L’image du ou des partis concernés n’est pas affectée.
  • Véritables petites batailles rangées avec fusillades parfois meurtrières entre SO militarisés et attentats à l’explosif contre des permanences. Le retentissement médiatique est national (articles dans la grande presse, communiqué du gouvernement, débats à l’Assemblée). La ou les formations responsables en sortent discréditées dans l’opinion.
  • 6 Bataille rangée au gymnase Japy à Paris (2 septembre 1947) et à l’American Park à Bordeaux (18 jui (...)

4Si l’opposition entre le PCF et le RPF sous la IVe République a pu régulièrement atteindre le niveau 3, voir par endroits et à une certaine période le niveau 46, elle se limita surtout dans l’Est aux niveaux 1 et 2. Les incidents vraiment graves y restèrent exceptionnels, s’inscrivant tous dans la « période héroïque » des années 1947-1948 marquées par un contexte intérieur et extérieur très tendu. Une fois le climat politique et socio-économique apaisé, l’Est retomba plus vite et plus nettement qu’ailleurs à un niveau d’étiage de la violence militante. Quelques accrochages sérieux peuvent toujours être constatés mais ils relèvent plus du dérapage localisé que d’un modèle généralisé d’extrême tension.

  • 7 Anne Serdarevic, Le RPF en Meurthe-et-Moselle de 1947 à 1953, Maîtrise dirigée par G. Le Béguec, U (...)
  • 8 Claude Mauriac, Un autre de Gaulle, journal 1944-1954, Hachette, 1970, p 313, l’auteur reconnaît q (...)
  • 9 Christine Guillaume, Le RPF dans la Marne, Maîtrise dirigée par M. Vaïsse, Université de Reims, 19 (...)
  • 10 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 560 (Marne), communiqué de Charles de Gaulle au (...)
  • 11 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 209, discours de Jacques Soustelle le 17 avril 1 (...)

5Citons deux exemples atypiques d’un maximum de violence militante. Le 20 août 1947, les orateurs gaullistes Gaston Palewski et Roger Souchal renoncèrent à tenir meeting à Longwy devant l’hostilité de la foule communiste composée de centaines de mineurs du Pays Haut. Ces derniers, mobilisés dans le cadre des « Comités de défense pour la République », étaient venus en cars à l’appel de la CGT et du Parti empêcher par la force ce qui paraissait une provocation dans ce bastion ouvrier. Encore inexpérimenté, le SO gaulliste exfiltra en urgence les personnalités RPF après quelques coups de feu tirés par des éléments PCF7. L’année suivante, dans la nuit du 10 au 11 avril 1948 à Épernay, lors de la campagne municipale consécutive à la démission du conseil sortant en mars, cinq jeunes militants RPF furent blessés par des éclats de grenades et soignés à l’hôpital de Reims. On accusa localement les communistes sans que l’affaire ne soit vraiment éclaircie8. La presse parisienne relata cet incident au sujet duquel L’Humanité suggéra une éventuelle provocation (« La grenade est l’argument électoral du RPF9 »). Par l’intermédiaire d’André Malraux, de Gaulle fit parvenir une lettre au comité d’Épernay où le chef du Rassemblement exprima son soutien aux compagnons « blessés au service volontaire10 ». La confusion ici consciente entre les registres sémantiques du militant et du militaire révèle dans ces milieux gaullistes encore très marqués par le souvenir de la guerre, la tentation de considérer l’affrontement politique comme la poursuite d’un autre combat contre un ennemi cette fois intérieur… Lors des assises nationales du RPF qui se tinrent à Marseille la semaine suivante, Jacques Soustelle exploita d’ailleurs l’incident d’Épernay pour ranger le RPF dans le camp des victimes et le PCF dans celui des agresseurs11. Le responsable gaulliste s’y employa d’autant mieux que la cité phocéenne restait marquée par l’agression du maire RPF Michel Carlini par une foule communiste à l’automne 1947.

6Dans l’Est, l’incident moyen consistait plutôt en une réunion contradictoire perturbée avec bousculades, insultes et parfois échanges de coups et saccage du mobilier. Même s’ils coïncident rarement, les rapports du SO gaulliste, de la police et de la presse révèlent un scénario presque toujours identique. Des contradicteurs communistes échappent au filtrage à l’entrée, se regroupent dans la salle puis expriment bruyamment leur désapprobation en s’en prenant au RPF et à son leader, en couvrant la voix de l’orateur avec des sifflets à roulette ou en essayant de gravir la tribune. Le SO intervient et après quelques chaises renversées, expulse les perturbateurs de la salle, ce qui permet au meeting de se poursuivre. L’exemple du meeting chahuté d’Edmond Michelet à Mulhouse le 28 mai 1948 illustre ce type d’accrochage.

  • 12 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 574 (Haut-Rhin), rapport d’activité de juin 1848 (...)

7Le maire RPF de Mulhouse avait commis l’imprudence de réserver via le syndicat FO (qui démentit par la suite) une salle de la Maison de l’Ouvrier pour héberger la réunion politique d’Edmond Michelet. Ce geste fut considéré comme une provocation par le PCF et la CGT locale qui invitèrent leurs membres à occuper la salle avant l’arrivée de l’orateur. Le 28 mai, une centaine de militants communistes emmenés par leurs conseillers municipaux et le secrétaire général de la CGT Aschbacher (ainsi que Madeleine Rébérioux…) empêchèrent 500 sympathisants gaullistes d’écouter Edmond Michelet en déclenchant une bronca. Le maire négocia en vain avec les communistes dans la salle avant de se résoudre à les faire expulser par le SO gaulliste épaulé par la police. Le meeting reprit tranquillement. Ni la police ni la presse ne mentionnèrent de blessés mais la bagarre fut pourtant rude puisque ce qui fut ensuite appelé « la bataille de la tribune » entraîna la chute d’une grande Croix de Lorraine et de la lettre P du sigle RPF… Lors d’une réunion du groupe RPF de Colmar le 11 juin 1948, Edmond Borocco exprima le malaise qui avait été le sien d’avoir affronté lors de ce meeting mouvementé d’anciens camarades de déportation12. Sur un plan plus pratique, le général Noetinger, délégué régional RPF, insista au cours d’une réunion du comité départemental fin juin 1948, sur la nécessité d’améliorer le service d’ordre gaulliste alsacien.

Comment lire ces violences militantes ?

8Trois types d’explications peuvent être avancés pour rendre compte de ces dérapages :

  • une lecture « historique » qui verrait dans cette radicalité le prolongement de pratiques militantes extrêmes héritées de l’entre-deux-guerres (affrontement entre les groupes de choc communistes et les ligues) et d’une culture politique de violence dont les origines remontent plus en amont encore, dans les tensions politiques de la fin XIXe début XXe siècle. À la lumière des travaux fondateurs de Georges Mosse sur la brutalisation du champ politique consécutif à la première Guerre mondiale13, cette même grille analyserait aussi ces accrochages comme le prolongement sur le terrain politique d’une violence de guerre encore très présente dans les esprits14. Surtout chez les gaullistes et communistes plus marqués que d’autres courants par le conflit récent15. Prolongement enfin de la violence des conflits de décolonisation (le service d’ordre gaulliste comptait dans l’Est comme ailleurs beaucoup de militaires en partance ou de retour d’Indochine).
  • Une lecture « technique » qui insisterait sur les modalités archaïques de propagande de l’époque (réunion contradictoire, vente de journaux à la criée, affichage et distribution de tracts sur les terres adverses) pour souligner son caractère « accidentogène ». En incitant le militant à aller au contact direct de l’adversaire (à la sortie de l’usine ou du lycée, devant le local, etc…) et en permettant même au militant de s’installer chez l’adversaire pour le provoquer dans le cadre du meeting contradictoire, cette propagande politique anachronique puisque globalement identique dans son cadre technique à celle de la fin XIXe16, ne pouvait au fond que pousser à la violence.
  • Une lecture anthropologique qui appréhenderait ces incidents comme un affrontement simulé servant d’exutoire à la tension politique17. L’usage d’un vocabulaire militaire pour relater la « bataille » comme l’exhibition de trophées pris à « l’ennemi » est à cet égard révélateur. Pourquoi ne pas voir enfin dans ces incidents des chahuts initiatiques (beaucoup de jeunes parmi ces militants excités, gaullistes et communistes puisant souvent dans leurs formations cadettes pour épauler le service d’ordre…) et/ou des démonstrations de virilité où l’usage de la force devient l’expression ultime d’une conviction (beaucoup d’ouvriers chez les gros bras communistes mais aussi gaullistes) ?

Une violence militante surtout symbolique : adversaires insultés et affiches lacérées

  • 18 Philippe Foro, L’antigaullisme, réalités et représentations (1940-1953), Honoré Champion, 2003.

9Plus que la violence physique, l’Est a connu la violence symbolique d’une propagande très dure. Dans sa thèse sur l’antigaullisme de 1940 à 1953, Philippe Foro a évoqué les thématiques récurrentes de ce discours de haine entre communistes et gaullistes18. On en retrouve les manifestations en Champagne, Lorraine, Alsace et Franche-Comté, où comme ailleurs PCF et RPF s’engagèrent très tôt dans une dangereuse surenchère faite d’attaques ad hominem et d’accusations outrancières.

  • 19 La Dépêche, 19 avril 1947.
  • 20 L’Union, 16 octobre 1947.
  • 21 Loïc Gillet, Le RPF dans le Doubs, Maîtrise d’histoire dirigée par O. Dard, Université de Franche- (...)
  • 22 Yves Guillauma, « Le RPF à travers L’Humanité », in De Gaulle et le RPF, op. cit., p 729-744.

10Dans l’Aube, la Dépêche, organe local du PCF, considéra la création du Rassemblement comme « une agression contre les institutions républicaines » et définit le RPF comme un « parti unique et totalitaire de factieux », rassemblant « tous les vichyssois et les hommes des trusts ». De Gaulle était présenté comme un « aspirant dictateur » qui dans la lignée des « Badinguet, Boulanger, La Rocque, Chiappe et Taittinger », complotait contre le République. À l’été 1947, évoquant l’anticommunisme assimilé à un nouveau fascisme, l’éditorialiste notait : « Doriot, Pétain, Mussolini, Hitler ont été ses apôtres, le nouveau prophète est arrivé : Charles de Gaulle19. » Pour le journal communiste de la Marne, L’Union, de Gaulle était aussi assimilé à l’automne 1947 à un « apprenti dictateur » et son parti qualifié de « fasciste20 ». Dans le Doubs, le journal communiste Le Peuple Comtois dénonçait à la même époque « les miliciens, traîtres, collaborateurs autour desquels les gaullistes se rassemblent pour tenter d’abattre la République21 ». Inutile de multiplier les exemples puisque d’Épernay à Strasbourg le réquisitoire était identique et relevait d’une campagne nationale orchestrée22. Le réemploi dans tous ces journaux locaux des mêmes jeux de mots sur le sigle RPF : « Rassemblement des Pétainistes et des Factieux », « Rassemblement pour factieux » ou « Rassemblement pro-fasciste » est éloquent. Dans l’Est comme ailleurs, la stratégie du PCF consistait à créer un climat psychologique de peur pour se poser ensuite en recours. Au demeurant, chacun de ces pamphlets anti-gaullistes s’accompagnait d’un appel au peuple pour constituer sous l’égide du Parti des Comités de vigilance et de défense de la République (où rejouait la dynamique antifasciste des années 1930).

  • 23 La Concorde républicaine, 4 juillet 1947.
  • 24 Archives départementales (AD) de Meurthe-et-Moselle, série W 75/57-58 et 1 304/101, élection canto (...)

11Bien décidés à dénigrer l’adversaire gaulliste, les responsables communistes n’hésitaient pas à recourir aux propos diffamatoires à l’encontre des chefs locaux du RPF. Dans le Doubs, le délégué départemental Joseph Brochet fut accusé de manière mensongère en 1947 dans la presse communiste locale d’avoir sous l’Occupation fait arrêter, torturer et déporter quinze patriotes. Cette campagne de dénigrement devait en partie porter ses fruits puisque dans l’Est les orateurs gaullistes se défendaient systématiquement lors de leurs réunions d’être « antirépublicains » ou « cagoulards23 ». Notons que les gaullistes n’étaient pas en reste dans cette violence verbale. Après le célèbre discours de Rennes le 27 juillet 1947 où de Gaulle s’était montré très dur envers « ces hommes qui ont fait vœu d’obéissance aux ordres d’une entreprise étrangère de domination, dirigée par les maîtres d’une puissance slave », les antennes du RPF reprirent cet argumentaire dans l’Est. Lors des cantonales du printemps 1949, les gaullistes de Meurthe-et-Moselle dénoncèrent dans leurs tracts « les menées des séparatistes préparant la voie de l’annexion et de la servitude soviétique ». En 1951, lors des cantonales à Joeuf, les militants RPF diffusèrent le tract « pour ne pas être Moscou-illonner, votez Souchal24 »…

  • 25 AD Meurthe-et-Moselle, série W 1 304/99, réunions électorales (législative de 1951).

12Cette propagande virulente frappait d’autant plus les esprits qu’elle était relayée par des campagnes massives d’affichage et de distribution de tracts (10 000 tracts diffusés à Briey en octobre 1947), voir par le recours à une communication tapageuse (un avion lâcha des tracts gaullistes au-dessus de Nancy lors des municipales de 1947). Mais cette propagande virulente ne déboucha pas dans l’Est sur une véritable violence physique. Plus que les militants, c’est le matériel de campagne qui fit souvent les frais de la passion militante. En témoigne « la bataille des tracts » qui opposa les 15 et 16 juin 1951 communistes et gaullistes à Homécourt, commune minière tenue par le PCF. Comme les communistes locaux s’en étaient pris au Général sur leurs affiches, les gaullistes lacérèrent ou arrachèrent toutes ces dernières la nuit suivante. Les communistes diffusèrent alors des tracts très durs contre les méthodes du RPF qui répliqua par d’autres tracts encore plus violents25. Lors des cantonales de mars 1949, le PCF s’était déjà plaint auprès de la police lunévilloise des dégradations de ses panneaux électoraux par les gaullistes locaux.

Un adversaire communiste « fantasmé » ?

13Violence symbolique, violence fantasmée également. Obsédés en 1947-1948 par le risque d’une insurrection communiste, voire d’une guerre civile en France dans le cas d’un affrontement militaire entre les deux blocs, certains responsables RPF prirent des dispositions secrètes pour se préparer à ces éventualités dramatiques. Frontière oblige, l’Est fut concerné par ces initiatives clandestines, surtout dans le contexte très tendu des grèves générales de l’automne 1947. Citons deux exemples de ces discrets préparatifs à caractère militaire.

  • À l’automne 1947, rapports policiers alarmistes et rumeurs intoxicantes aidant, la perspective prochaine d’une nouvelle guerre mondiale et d’un conflit intérieur contre les Communistes parut évidente à certains gaullistes comme André Malraux. D’après le Journal de Claude Guy26, il semble que l’entourage du Général (puis de Gaulle lui-même) ait pris cette menace au sérieux au point de mettre en place un service de protection autour de Colombey. Ce dispositif, qui remontait au lancement du Rassemblement se consolida en octobre 1947 lors des municipales. André Malraux, persuadé que les communistes allaient susciter des troubles pour liquider physiquement les principaux responsables RPF, demanda à Claude Guy de faire venir à la Boisserie un détachement de sécurité de 25 gendarmes qui patrouilleraient jour et nuit autour de la résidence. On renforçait ainsi le cordon de protection installé fin août à l’initiative du général Chouteau, gouverneur militaire de Paris. Le surarmement de ces gendarmes (deux fusils mitrailleurs, dix mitraillettes, une caisse de grenades et 25 pistolets) en disait long sur la mentalité obsidionale de certains gaullistes de l’époque… Claude Guy et André Malraux complétèrent ce dispositif officiel par un groupe officieux d’anciens Résistants du réseau Rémy (promu chef national du service d’ordre du RPF). De Gaulle, irrité par cette fébrilité27, refusa cette protection rapprochée mais le colonel Rémy et Alain Bozel firent venir en secret à Colombey une demi-douzaine d’amis armés. Finalement, le 16 octobre, de retour d’un comité exécutif rue de Solférino, de Gaulle accepta l’idée d’une patrouille armée de nuit dans la propriété. André Malraux l’avait convaincu en lui soumettant des rapports des RG émanant du ministre socialiste de l’Intérieur Depreux obtenus via Raymond Aron, et qui évoquaient des coups de force communistes à venir. Concrètement, en cas de coup dur, interviendraient dans un délai d’une demi-heure une vingtaine d’anciens Résistants motorisés et munis d’armements divers, allant du fusil de chasse à la mitraillette Sten…
  • À l’époque du colonel Rémy, le SO du Rassemblement mit en place un service de sécurité clandestin et militarisé appelé « Auto-Défense28 » (AD). L’Est, région proche du rideau de fer et donc exposée en cas d’un hypothétique soulèvement communiste combiné à une invasion soviétique, abrita certaines structures de l’AD. Les archives du SO du RPF en conservent encore les traces29… Dans son étude sur le RPF dans l’Aube, Pascal Girard a montré comment Hérissé (dit Commandant du Tertre, un ancien du réseau Seine-Castille qui avait fait parvenir des renseignements sur le radar de Bruneval en 1942) sélectionna dans le département des aires d’atterrissage éventuelles pour permettre à de Gaulle de fuir par avion dans le cas d’une tentative d’enlèvement communiste ou d’une crise politico-militaire majeure30 … Si certaines de ces initiatives (le délégué cantonal RPF de Lusigny, Souplet, procédait à des lâchers de pigeons voyageurs du haut d’un clocher…) peuvent faire sourire, elles témoignaient chez beaucoup de gaullistes de l’Est d’un sentiment d’insécurité fondé sur le mythe d’une 5e colonne communiste31… Le survol de Colombey-les-deux-églises le 31 décembre 1947 par un avion inconnu ayant selon un témoin parachuté une caisse dans un bois voisin et selon d’autres largué un papier où était inscrit le message « indiquez-nous la propriété du Général de Gaulle pour photographie » alerta l’entourage du Général informé de l’événement par la gendarmerie locale32. Même quand le danger s’estompa dans les années suivantes, le chef du Rassemblement bénéficia toujours d’une solide protection rapprochée militante lors de ses déplacements dans l’Est. À l’occasion de sa visite au Plessis dans l’Aube le 28 janvier 1950, une vingtaine d’hommes avec brassards et bérets dirigés par le délégué local au SO Jean Durlot attendaient au garde-à-vous l’arrivée de sa traction avant Citroën dans le parc enneigé du château33

Arrivée au Plessis dans l’Aube le 28 janvier 1950 du Général de Gaulle encadré par le service d’ordre du RPF

Arrivée au Plessis dans l’Aube le 28 janvier 1950 du Général de Gaulle encadré par le service d’ordre du RPF

Archives privées de M. Desrousseaux de Medrano

Au Plessis, le Général de Gaulle entouré d’André Astoux à sa droite et du docteur Mahée à sa gauche, sert la main de Jean Durlot, le délégué du service d’ordre

Au Plessis, le Général de Gaulle entouré d’André Astoux à sa droite et du docteur Mahée à sa gauche, sert la main de Jean Durlot, le délégué du service d’ordre

Archives privées de M. Desrousseaux de Medrano

  • 34 Un des responsables du RPF aubois, Claude Danesini était policier et avait essayé de former un gro (...)
  • 35 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, dossier Reinerose comprenant diverses lettre (...)

14La direction du RPF, très marquée par l’héritage du BCRA, avait doublé dans l’Est comme ailleurs son service d’ordre d’un service de renseignement chargé notamment de surveiller les agissements des antennes locales du PCF. Dans le Territoire de Belfort, André Pilliat supervisait ainsi en 1949 ce SR très particulier… Grâce à ses complicités dans les milieux policiers34, la direction gaulliste bénéficiait d’indiscrétions lui permettant de prévenir les infiltrations/provocations et de repérer les éventuelles menaces communistes. Début 1951, Jacques Soustelle sollicita l’aide du fameux commissaire Jean Dides pour enquêter sur le compte d’un mécanicien de la région parisienne, René Reinerose, qui avait approché à plusieurs reprises de Gaulle à Colombey et envisageait de s’y établir mais était soupçonné d’appartenir à l’appareil clandestin du PCF. Un dossier complet sur le suspect parvint rapidement à Gaston de Bonneval, grâce à la mobilisation de « services de renseignements officiels et privés » selon l’expression de Jean Dides35… Dans l’Est, les gaullistes prolongeaient sur le terrain civil et dans le champ politique des pratiques de renseignement héritées de la guerre.

  • 36 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, Bas-Rhin, statuts non datés du SO du Bas-Rhi (...)
  • 37 Voir la communication de Frédéric Schwindt.

15La question des armes doit enfin être posée. Si officiellement les statuts du SO gaulliste « condamnaient et interdisaient strictement tout port d’armes prohibées à ses membres36 », la répétition fréquente de cette règle écrite (qu’en était-il des consignes orales plus discrètes ?) suggère qu’elle n’était pas respectée. Cette disposition servait surtout au RPF à se couvrir juridiquement en cas de « bavure ». L’interdit avait été posé par la direction qui ne s’estimait donc plus responsable des exactions éventuelles de quelques gros bras excités… C’est un fait toutefois que l’Est, à l’inverse d’autres régions, ne connut pas d’affaires de violences par armes à feu ou de trafics d’armes impliquant des militants gaullistes. Si dans des localités exposées et lors de meetings sensibles, les gens de la sécurité pouvaient sortir armés, ce dispositif purement dissuasif restait exceptionnel et « l’équipement » se limitait alors à quelques matraques et coups de poing américain. Comme l’indiquent les rapports de police ou les notes de responsables politiques, on se battait surtout en Lorraine à coups de poing et de pied (ce qui était déjà suffisant d’ailleurs pour causer des blessures sérieuses)… Est-ce à dire cependant que les gaullistes ne prirent aucune disposition secrète face aux communistes en cas de crise majeure ? Probablement dans le cadre exposé plus haut, des armes de guerre issues des parachutages de la Résistance et des combats de la Libération furent cachées pour être ressorties au cas où… En Meuse, dans l’atmosphère fébrile de mai 1958, certains anciens du RPF se rappelèrent ainsi de ces petits arsenaux clandestins37

Les raisons de cette relative modération militante

  • 38 Pierre Birnbaum avait souligné que la Lorraine avait été une des provinces les plus marquées par l (...)

16Comment expliquer le faible niveau de violence militante observé dans l’Est entre gaullistes et communistes ? Évacuons d’emblée les considérations peu scientifiques sur les supposées mentalités régionales qui opposeraient les « sages » et « disciplinées » populations de l’Est aux Méridionaux « impulsifs », Bretons « bagarreurs » et autres Parisiens « passionnés »… Certes, des facteurs socio-culturels communs aux régions de l’Est à cette époque ont pu influencer les populations concernées dans une expression plus réservée de leurs préférences politiques. Une forte prédominance rurale (les villes étant des espaces privilégiés de la radicalité), le rôle globalement tempérant d’une Église encore puissante, les souvenirs traumatisants des guerres dans ces espaces frontaliers, tous ces facteurs ont pu contenir certains extrémismes… La Lorraine de Raymond Poincaré, André Maginot, Louis Jacquinot, Albert Lebrun et André Beauguitte fut d’ailleurs une terre accueillante pour le courant modéré… Reste que ces régions de l’Est ne s’étaient pas montrées, plus que d’autres, réfractaires à l’expression violente de la radicalité politique. Lors des crises qui déchirèrent le pays de la fin XIXe à l’entre-deux-guerres, la Lorraine par exemple, ne fut pas épargnée par les fièvres hexagonales38. Il vaut donc mieux s’attarder sur des critères plus objectifs.

Un cadre de propagande plutôt tranquille et des services d’ordre dissuasifs

  • 39 A. Serdarevic, op. cit., p 56.

17En matière de propagande, la priorité donnée dans l’Est à l’organisation de petites réunions campagnardes plutôt qu’à de gros meetings urbains traditionnellement générateurs de violence a sans doute prévenu de nombreux débordements. Les réunions électorales étaient dans ces départements moins troublées qu’ailleurs par l’adversaire. Prenons l’exemple des législatives de 1951 en Meurthe-et-Moselle durant lesquelles entre le 25 mai et le 16 juin près de 121 réunions furent organisées par les gaullistes. Alors que ces meetings étaient contradictoires, les détracteurs ne se manifestèrent que dans 16 % des cas (il s’agissait à 75 % de représentants communistes). Cette prise de parole hostile créait momentanément de la tension mais, passé ce moment de flottement, la réunion reprenait en général dans de bonnes conditions. Ce climat plutôt serein s’expliquait sans doute en partie par le fait que 90 % de ces meetings se tenaient dans des petits centres ruraux, devant une assistance dépassant rarement les 50 personnes39. Les rares incidents éclatèrent du reste lors de réunions organisées dans un cadre urbain devant des publics plus fournis avec des orateurs jouant la provocation (comme le gaulliste Jean Fribourg à Lunéville, Pont-à-Mousson, Laxou et Longuyon en décembre 1950).

  • 40 Le Rassemblement de l’Est (journal du RPF en Meurthe-et-Moselle), 4 juillet 1948.
  • 41 Grâce à des sympathisants parmi le personnel communal préposé à l’affichage électoral, les gaullis (...)

18Le blocage restait souvent bon enfant, accréditant l’impression d’un « jeu » plus ou moins codifié entre des adversaires se renvoyant la balle dans des limites tacitement convenues. Lors du meeting de Gaston Palewski à Nancy le 10 août 1947, les communistes sabotèrent l’installation électrique de la salle, ce qui obligea le RPF a éclairer la salle à la bougie. Un an plus tard, les gaullistes de Meurthe-et-Moselle eurent leur revanche en perturbant la manifestation PCF « de l’indépendance française » de Villerupt le 27 août 1948. À l’appel du Rassemblement de l’Est, les membres de l’Action ouvrière locale sonnèrent les cloches de l’Église pendant les discours pour perturber le meeting et dénoncer « la fête de la République populaire française », « future République soviétique française40 ». Les gens du PCF avaient eu recours au même type d’obstruction pour parasiter le voyage et le discours du général de Gaulle à Verdun le 20 juin 1948. Tout en prenant des aspects parfois ludiques41, cette confrontation militante respectait un code d’honneur informel stipulant qu’un affront ne devait pas rester impuni. A fortiori quand l’adversaire avait provoqué le camp d’en face en investissant son terrain et en s’en prenant à sa symbolique (nationaliste et militaire chez les gaullistes, internationaliste et ouvrière chez les communistes).

  • 42 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, Territoire de Belfort. Le 5 février 1949, le (...)
  • 43 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Doubs.

19Le rôle des services d’ordre n’est pas négligeable non plus. Il y eut dans l’Est moins de violence militante qu’ailleurs parce que rapidement les gaullistes s’imposèrent dans le rapport de force grâce à un appareil de sécurité très performant. Après une période initiale de flottement dû à l’inexpérience (le RPF en fit les frais à Longwy à l’été 1947), les gros bras du Rassemblement gagnèrent la bataille de la rue, y compris dans les rares bastions rouges comme le Pays Haut. De fait, même si les effectifs dans l’Est n’avaient rien de commun avec ceux alignés dans la région parisienne, en Provence ou dans le Nord, le SO gaulliste dans cette région mobilisait près d’un millier d’hommes en 1948 (soit une moyenne de plus de 100 hommes par département). Les effectifs baissèrent en 1949-1950, se stabilisant autour des 50-100 hommes en général, avec de fortes disparités locales liées à l’existence ou non d’un chef charismatique. Les effectifs repartirent à la hausse en 1952 quand Dominique Ponchardier prit en main le SO à l’échelle nationale alors que le Rassemblement amorçait pourtant un déclin accéléré. Le maximum fut alors atteint en Moselle ou dans les Ardennes. La direction n’hésitait pas à renforcer les rangs en faisant appel aux jeunes du RJF, à l’Action ouvrière, à des militaires en permission, voir à des travailleurs immigrés comme le groupe Ben Larbi de l’Alsthom à Belfort42 (au sujet desquels le PCF local parlait de « mercenaires »). Le rapport entre les effectifs du SO et le nombre d’adhérents à jour de cotisation est intéressant. Dans la Haute-Marne, on comptait 120 membres du SO pour 379 adhérents réels et 4 416 adhérents en 1948, soit un rapport de 1 pour 3 entre militants et membres du SO. Lors des meetings, les gros bras pouvaient représenter jusqu’à un cinquième du public. Ce fut le cas lors du meeting de Pierre de Gaulle à Montbéliard le 5 mars 1949 où 150 membres du SO en brassard sécurisèrent une salle accueillant 800 personnes43.

  • 44 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Meurthe-et-Moselle, rapport de J. Straub (co (...)

20En devenant rapidement très professionnel, le SO gaulliste devint plus efficace. À partir de la fin 1947, le recours fréquent à des équipes volantes venues de Paris et composées de boxeurs, catcheurs et anciens paras déterminés, permit au RPF de tenir le choc puis de s’imposer. L’Est fut le laboratoire de cette contre-offensive. Un an après avoir été chassé du Pays Haut, Gaston Palewski fit un retour victorieux à Longwy le 26 juillet 194844. Le PC avait pourtant préparé le sabotage de la réunion selon des méthodes éprouvées : diffusion la veille du meeting de tracts incitant la population ouvrière à rejeter l’intrus par la force, distribution le jour même de sifflets et crécelles, fabrication clandestine de matraques et bouteilles d’acide… Mais la délégation RPF était cette fois venue en force avec 400 militants du SO qui se barricadèrent à 20 heures dans le cinéma de la ville où devait avoir lieu le meeting. Ils furent rejoints bientôt par 400 autres militants qui sécurisèrent l’arrière du bâtiment. Quand la porte centrale fut ouverte au public, 1 200 communistes tentèrent de forcer les portes latérales avec des échelles comme béliers. Certains pénétrèrent dans la salle mais le cordon de protection les força à s’installer dans les huit derniers rangs sous surveillance. Dès que Gaston Palewski prit la parole, les 200 communistes du fond de la salle crièrent et sifflèrent pour interrompre la séance mais les gens du RPF branchèrent un haut-parleur au premier étage, fenêtre ouverte. On couvrait ainsi le vacarme des opposants tout en signifiant à la foule au-dehors que le meeting avait bien lieu. Au même moment, l’équipe volante venue de Paris attaqua les communistes dans la salle. Après cinq minutes de combat intense, le gros des perturbateurs fut éjecté du cinéma. La police étant enfin arrivée, un commissaire voulut faire interrompre la réunion mais Gaston Palewski lui fit remarquer que la salle était calme. Le meeting reprit donc jusqu’à 22 h 30 pendant que le médecin des CRS soignait à même le sol 25 blessés communistes…

  • 45 Le Rassemblement, 31 juillet 1948.

21La satisfaction avec laquelle le journal national du RPF relate cette bataille gagnée en terrain hostile démontre à quel point le Rassemblement avait accepté, banalisé et même valorisé le recours à la force face à l’adversaire. Il est vrai que la victoire de Longwy allait au-delà de la « performance » militante consistant à tenir la rue dans un bastion rouge. L’enjeu était politique. Que souhaitait-on ainsi démontrer ? Que le RPF faisait désormais jeu égal avec le PCF, que le Rassemblement était donc capable de garantir partout la liberté de réunion et que de Gaulle représentait bien un recours. Face au risque d’un coup de force communiste, menace jugée crédible par certains après les grandes grèves de la fin 1947, l’opinion pouvait être rassurée. « Le succès de la réunion de Longwy est un exemple », concluait le journal gaulliste, « il en sera ainsi dans toutes les villes de France en dépit des menaces du PC45 ».

  • 46 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Meuse, rapport de G. Tardivat de mars 1949.
  • 47 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, dossier B, rapport du 20 février 1951. En Mo (...)
  • 48 Fondation Charles de Gaulles, archives RPF, carton 62, rapport du 2 mars 1951 (le général Noetinge (...)

22Passé 1948, une fois la partie gagnée, le service d’ordre gaulliste devint dans l’Est plus strictement défensif, s’occupant plus de propagande que de sécurité… Dans son rapport d’activité à la fin de mars 1949, le responsable SO de la Meuse, G. Tardivat, mentionnait surtout les collages d’affiches, la distribution de tracts dans les boîtes aux lettres ou le dessin de Croix de Lorraine la veille des cantonales sur les murs, routes et trottoirs. Même présents en masse à Verdun lors d’une réunion contradictoire (100 personnes sur les 800 présentes dans la salle), les communistes n’avaient osé perturber la réunion46. Cette décrue de la violence militante s’observait-elle aussi ailleurs ? En Moselle lors de la campagne des législatives de 1951, le responsable du SO local, Lavaux, notait dans son rapport que ses hommes s’étaient surtout investis dans la vente du journal du Rassemblement à Yutz. Des équipes de gros bras s’étaient bien déplacées pour des réunions à Rombas en terre ennemie mais « elles n’avaient pas eu à intervenir » et leur opposition au PCF s’était limitée à coller de papillons RPF sur les affiches communistes47. Même lors des meetings de Fribourg, célèbre provocateur anti-communiste, le RPF n’avait plus à faire intervenir ses « ouvreuses ». Durant toute la campagne du printemps 1951, aucune réunion électorale gaulliste ne fut perturbée en Alsace-Lorraine. Les communistes se contentèrent d’organiser une seule contre-manifestation, du reste pacifique48.

  • 49 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Haut-Rhin.
  • 50 Ludovic Deffain, Étude sur les Assises nationales du RPF à Nancy (23, 24 et 25 novembre 1951), Maî (...)

23Dans un grand Est plus rapidement pacifié qu’ailleurs, le service d’ordre gaulliste ne fut plus conçu comme une troupe de choc mais plutôt comme une élite militante (et le carré des fidèles après la décrue de 1952-53). Les responsables locaux du SO qui persistèrent à trop durcir leur structure furent mis à l’écart par une direction soucieuse d’éviter tout dérapage. Quand dans le Haut-Rhin en février 1951, le nouveau chef de la sécurité, le jeune officier parachutiste de réserve A. Sibille, proposa à la direction nationale la constitution d’un SO militarisé de 700 hommes avec groupes d’action subdivisés en « compagnies » et « bataillons d’ordre », « service de renseignement » chargé de l’infiltration des partis adverses et du recrutement d’indicateurs, « état-major avec service de liaison par poste radio », le siège parisien critiqua aussitôt ce projet anachronique49. Rue de Solférino, on n’acceptait plus ces rapports qui fantasmaient la menace communiste locale et usaient de manière ambiguë d’un vocabulaire militaire inapproprié. Au demeurant, lors de l’organisation des assises du RPF à Nancy en novembre 1951, le problème de la sécurité de la manifestation ne fut même pas posé et le dispositif de surveillance à l’entrée resta très léger50. Rien à voir avec la psychose sécuritaire ayant entouré les assises de Marseille en avril 1948… Autre lieu, autre époque.

Un PCF trop faible pour s’imposer par la force

  • 51 Le PCF obtint jusqu’à 30 % des voix aux législatives de 1946 dans le canton de Longwy et en janvie (...)
  • 52 Serge Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Cahiers de la Fondation nationale (...)
  • 53 Dominique Andolfato et Dominique Labbe, Un demi-siècle de syndicalisme en France et dans l’Est, Pr (...)

24La dernière raison de ce bas niveau de conflictualité entre communistes et gaullistes dans l’Est tient à la faiblesse locale du PCF. Si en Lorraine notamment, le Parti connut certains succès locaux lors des premières élections de la Libération en 1944-4551, ces bons résultats initiaux ne furent que des feux de paille. Comme l’a établi Serge Bonnet52, ce n’est que lors des législatives de janvier 1956 que le Parti perça vraiment dans la Lorraine ouvrière avant de confirmer cette poussée lors des municipales de mars 1959. Rappeler cette réalité est nécessaire tant le cliché spécieux d’une Lorraine majoritairement minière et sidérurgique au sortir de la guerre (alors que la région restait encore largement rurale et paysanne, y compris en Meurthe-et-Moselle) et par là même acquise au parti communiste, reste prégnant. Durant la période envisagée, le PCF manquait trop d’adhérents (6 500 seulement pour la fédération communiste de Meurthe-et-Moselle en 1947), d’élus et de sympathisants pour inquiéter (en dehors de quelques bastions miniers) un Rassemblement solidement implanté dans une région qui lui était favorable. Il est vrai que selon la formule de Serge Bonnet « le communisme lorrain est avant tout un communisme syndical » et que la CGT de Meurthe-et-Moselle avec ses 71 000 encartés début 1947 représentait une force plus imposante. Mais ce puissant syndicat restait au début de la Guerre froide en deçà de son niveau d’avant-guerre53 (85 000 adhérents en 1938). Tout en dominant largement le Pays Haut, la confédération devait composer avec une CTFC non négligeable dans une Lorraine marquée par le catholicisme social et prendre en compte des contestations internes qui allaient bientôt déboucher sur la scission FO.

  • 54 L’Est républicain, 9-10 octobre 1947. L’Humanité, 10 octobre 1947. La Voix de l’Est, 10 octobre 19 (...)
  • 55 Éric Venturini, L’aurore des patriarches : les grèves de 1947 et 1948 dans le Pays Haut, Maîtrise (...)
  • 56 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/319, rapport du commissariat de police du 4 décembre 1947 et (...)
  • 57 « C’est Schneider-de Wendel que l’on retrouve derrière le RPF » proclamait L’Humanité le 11 avril (...)
  • 58 L’Est républicain, 8, 9 et 10 octobre 1948.

25Certes de graves incidents se déroulèrent en Lorraine durant les grèves de 1947-1948, qui, impliquant au premier chef des militants communistes, semblaient attester de la solide implantation et du dynamisme militant du Parti comme de son « relais » syndical. La région fut frappée par des violences politiques dès septembre 1947. À la fin du mois, l’envoi aux troupes américaines stationnées en Allemagne de péniches de sucre alors que la population ouvrière locale souffrait de pénuries alimentaires entraîna des affrontements avec les forces de l’ordre à Verdun, Toul et Nancy. Le gouvernement dépêcha en plus des CRS une compagnie d’artillerie avec automitrailleuses et halftracks pour forcer le passage54… Deux mois plus tard, des troubles sérieux éclatèrent de nouveau dans le Pays Haut55. À l’appel des responsables locaux de la CGT, Paul et Louis Dupont, près de 50 000 ouvriers et sidérurgistes du nord du département basculèrent dans la grève générale. Le mouvement dérapa par endroits, comme aux Aciéries de Mont-Saint-Martin à Longwy le 3 décembre 1947 (où des individus armés de gourdins se heurtèrent aux non grévistes) et surtout aux usines de la Chiers le 28 novembre 1947 (où près d’un millier de manifestants attaquèrent à coup de boulons et de manches de pioche les non grévistes composés majoritairement de Belges et de paysans meusiens56). Ces violences physiques et verbales contre les « jaunes », le patronat (accusé d’être proche du RPF57) et les forces de l’ordre se reproduisirent quand la Lorraine connut une seconde vague de grèves l’année suivante. Les 7 et 8 octobre 1948, la situation dégénéra à l’usine de Micheville où 1 500 manifestants déchaînés eurent le dessus sur 260 CRS qui abandonnèrent sur place 11 mousquetons et 7 pistolets58. Au même moment, le directeur et plusieurs cadres des Aciéries de Longwy furent séquestrés et menacés de mort par 300 femmes d’ouvriers encadrées par la CGT locale.

  • 59 Serge Berstein et Pierre Milza, L’année 1947, Presses de Sciences-Po, 2000. Robert Mencherini, Gue (...)
  • 60 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/319, lettre du commissaire des renseignements généraux du 20 (...)
  • 61 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/341, rapport du préfet au ministère de l’Intérieur le 26 nov (...)
  • 62 Serge Bonnet, op. cit., p 371.
  • 63 Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, Presses Universitaires de France, 1984

26Pour autant, les violences communistes observées dans le Pays Haut n’avaient rien de commun avec celles que connut Marseille, les bassins miniers du Nord et de Saint Étienne ainsi que la région parisienne59. Aucun mort, aucun blessé par arme à feu (les armes perdues à l’usine de Micheville furent restituées…), aucun acte de sabotage60. Comment expliquer cette relative « retenue » lorraine ? Selon le préfet, la population ouvrière aurait été effrayée par l’épisode de la Chiers et refusé l’emprise communiste61. L’échec de ces grèves dures manifesta de fait les limites de l’influence locale du PCF et de la CGT. Comme le notait Serge Bonnet, le communisme lorrain restait faible « parce que sa coloration syndicale déteignait sur son appareil, sa propagande et son style, l’empêchant d’attirer à lui d’autres couches de la population62 ». Même dans le bassin minier et sidérurgique, le PCF restait au fond minoritaire face à la puissante SFIO qui en 1947 contrôlait la quasi-totalité du réseau municipal du Pays Haut. Jouant plus ou moins explicitement sur la réticence des ouvriers lorrains de souche à rejoindre un parti communiste réputé abriter majoritairement des immigrés italiens63, les socialistes continuaient d’attirer la plupart des mineurs, métallo et cheminots tandis que le MRP et le RPF mordaient avec efficacité sur l’électorat populaire.

  • 64 Les récits de Malgré-nous alsaciens de retour de captivité du camp de Tambov avaient terni l’image (...)
  • 65 AD de la Marne, série M. 8459, rapport de l’inspecteur de police judiciaire au Préfet de la Marne (...)
  • 66 Pascal Girard, op. cit., p 123.

27Si en Lorraine le PCF était inexistant dans les campagnes, très faible dans les petites et grandes villes, modeste dans les banlieues et non majoritaire dans les bastions ouvriers du Pays Haut, le parti communiste était encore plus négligeable à l’époque en Alsace64 et dans une moindre mesure en Champagne. Dans cette dernière région, à l’exception de quelques localités comme Épernay et Troyes, le PCF n’était pas en mesure d’engager un rapport de force militant avec les gaullistes. La venue du général de Gaulle à Châlons le 4 décembre 1949 en apporta la preuve. Faute de militants suffisamment nombreux et déterminés, les communistes locaux furent incapables de perturber comme promis dans leur presse le discours du chef du Rassemblement. Ils se contentèrent de lacérer les affiches tricolores gaullistes « Appel au peuple » et d’organiser une petite contre-manifestation au théâtre municipal avec des délégations SFIO et CGT65. Dans l’Aube, le député Marcel Noël fut même écarté des instances dirigeantes du PC local en présence de Maurice Thorez en janvier 1949 pour modération excessive face aux gaullistes. De fait, ces derniers ne se heurtèrent quasiment jamais aux communistes à l’exception du meeting un peu animé de Jean Nocher le 5 mai 1948 à la Bourse du Travail de Troyes où la police intervint au bout de deux heures pour seconder le SO gaulliste face à des militants PCF très remontés après les provocations de l’orateur. Dans son étude sur le RPF aubois, Pascal Girard rapporte cette anecdote significative où un orateur national gaulliste, habitué des meetings violents de la banlieue rouge, prit la parole lors d’une réunion publique avec un revolver chargé sur lui. Sur place, personne ne comprit ce réflexe de prudence jugé inutile66

  • 67 Les Modérés, en Lorraine du moins, n’étaient pas toujours si modérés… Lors des cantonales de 1949, (...)

28Passé l’été 1948, une fois la bataille de rue gagnée contre les communistes, il ne resta plus grand monde dans l’Est pour affronter les gaullistes sur le terrain militant. Les autres adversaires politiques (socialistes, radicaux, modérés et démocrates-chrétiens) ne disposaient pas d’appareils de sécurité aussi importants et ne cherchaient pas de toute façon la violence dans la confrontation. Leur culture politique, leur positionnement plus central comme leur participation au gouvernement les éloignaient naturellement de l’extrémisme militant67. Malheureusement pour les gaullistes, la résistance inattendue du « système », la semi-défaite des législatives de 1951 comme le rapide délitement du Rassemblement à partir de 1952-1953, transforma cette victoire sur l’adversaire communiste en succès inutile.

Notes

1 Sur l’histoire générale du Rassemblement, voir l’ouvrage collectif De Gaulle et le RPF, 1947-1955, A. Colin, 1998. Sur les rapports difficiles entre gaullistes et communistes, Stéphane Courtois et Marc Lazar (dir.), 50 ans d’une passion française, de Gaulle et les communistes, Balland, 1991.

2 Pour une chronologie de la violence politique en France à l’échelle du siècle, Serge Berstein, « Consensus politique et violences civiles », in Vingtième Siècle, no 69, janvier-mars 2001, p 51-61.

3 Quelques études sur l’implantation et l’activité militante du RPF permettent d’établir des comparaisons régionales. Bernard Lachaise, Le gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997. Nathalie Pistre-Garnier, L’implantation des Gaullistes dans la Seine banlieue sous la IVe République, thèse soutenue à Paris IV le 2 avril 2007. Corinne Krajewski sur Le RPF dans le Nord (1947-1955), thèse en cours à Sciences-Po Paris.

4 « Je tenais des réunions de propagande, d’information, constamment, dans tous les départements, et les affrontements avec les Communistes étaient assez fréquents, spécialement dans ces régions très chaudes qu’étaient la Lorraine et l’Alsace. Il y a eu des bagarres assez sévères. » Fondation Charles de Gaulle, Avec de Gaulle, témoignages, tome 2, Le temps du Rassemblement (1946-1958), Nouveau monde éditions, 2005, p. 388.

5 Sur la distinction entre violences physiques et violences symboliques, voir Philippe Braud (dir.), Violences politiques, Le Seuil, 2004, p 161-218.

6 Bataille rangée au gymnase Japy à Paris (2 septembre 1947) et à l’American Park à Bordeaux (18 juin 1948), fusillade à Marseille (12 novembre 1947), attentat à l’explosif à Brives (15 septembre 1947), etc… Le témoignage d’un ancien du SO gaulliste, René Serre, est à cet égard édifiant (René Serre, Croisade à coups de poings, A. Martel, 1954).

7 Anne Serdarevic, Le RPF en Meurthe-et-Moselle de 1947 à 1953, Maîtrise dirigée par G. Le Béguec, Université de Nancy 2, 1991, p 59 (l’auteur avait recueilli le témoignage du responsable nancéen du RPF, Roger Souchal).

8 Claude Mauriac, Un autre de Gaulle, journal 1944-1954, Hachette, 1970, p 313, l’auteur reconnaît que les blessés gaullistes étaient « peu grièvement atteints ». André Astoux, évoque également cet épisode dans ses mémoires (André Astoux, L’oubli, de Gaulle, 1946-1958, J.-C. Lattès, 1974).

9 Christine Guillaume, Le RPF dans la Marne, Maîtrise dirigée par M. Vaïsse, Université de Reims, 1991, p 73. André Astoux a rapporté l’incident dans ses mémoires (André Astoux, L’oubli, De Gaulle, 1946-1958, J.-C. Lattès, 1974).

10 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 560 (Marne), communiqué de Charles de Gaulle au délégué départemental Jacques Mansion le 12 avril 1948.

11 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 209, discours de Jacques Soustelle le 17 avril 1948. « À Épernay, les communistes ont blessé à la grenade quatre de nos compagnons dont un parachutiste Croix de Guerre, médaillé de la Résistance et ancien de la Première Armée, Croix de Guerre pour action de la Libération. Partout nos réunions sont l’objet de tentatives de provocations et de tumulte. »

12 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 574 (Haut-Rhin), rapport d’activité de juin 1848. Nous remercions François Igersheim de nous avoir indiqué cet incident.

13 Georges L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme, (traduction française), Hachette, 1999, p 181-184.

14 Les anciens Résistants étaient sur-représentés dans les rangs du SO gaulliste dans l’Est comme ailleurs. Dans la Marne, le responsable de la sécurité du RPF fut jusqu’en 1950 Jean Chabaud qui avait participé au mouvement Libération Nord avant de figurer dans le Comité de Libération du département en tant qu’ancien commissaire NAP. Arrêté puis emprisonné par la Gestapo en février-avril 1944, il avait perdu son père et son beau-père en déportation. Il fut remplacé par Pasquier, ancien officier parachutiste. D’autres responsables avaient appartenu aux armées de la Libération, comme le chef du SO de la Haute-Marne en 1950, Jean Deloisy, ancien sergent de la 4e Division marocaine de montagne de la 1re Armée française.

15 Voir à cet égard l’étude statistique menée par Philippe Buton sur les Communistes passés par la Résistance : Philippe Buton, « Le PCF et la Résistance sous la IVe République », in Bernard Lachaise, dir., Résistance et Politique sous la IVe République, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 97-110.

16 À l’époque étudiée (débuts de la IVe République) et dans l’espace géographique concerné (un grand Est encore très rural), la radio jouait un rôle secondaire comme support de propagande politique au profit de la presse, des affiches et des réunions publiques.

17 Serge Berstein, « L’affrontement simulé des années 1930 », in Vingtième Siècle, no 5, janvier-mars 1985.

18 Philippe Foro, L’antigaullisme, réalités et représentations (1940-1953), Honoré Champion, 2003.

19 La Dépêche, 19 avril 1947.

20 L’Union, 16 octobre 1947.

21 Loïc Gillet, Le RPF dans le Doubs, Maîtrise d’histoire dirigée par O. Dard, Université de Franche-Comté, 1999.

22 Yves Guillauma, « Le RPF à travers L’Humanité », in De Gaulle et le RPF, op. cit., p 729-744.

23 La Concorde républicaine, 4 juillet 1947.

24 Archives départementales (AD) de Meurthe-et-Moselle, série W 75/57-58 et 1 304/101, élection cantonale de 1949 (tracts divers).

25 AD Meurthe-et-Moselle, série W 1 304/99, réunions électorales (législative de 1951).

26 Claude Guy, En écoutant de Gaulle, Journal 1946-1949, Grasset, 1996, p 319-320, p 336, p 345-349.

27 Le 27 septembre 1947, Mme de Gaulle suggéra lors d’un dîner auquel était convié Claude Mauriac, de « lâcher des parachutistes autour de Colombey » en cas de nouvelle guerre mondiale afin de protéger son mari. L’hypothèse fit sourire de Gaulle, pourtant gagné lui-même par cette psychose au point de croire à un conflit imminent (Claude Mauriac, op. cit., p 296).

28 François Audigier, « Évolution du service d’ordre gaulliste des années cinquante aux années soixante ou quand la modernisation partidaire passe par la pacification militante », in Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République, la recomposition du système partisan (1956-1967), Presses universitaires de Rennes, 2007, p 125-138. Sur le SO du RPF, voir aussi Christian Purtschet, Le Rassemblement du Peuple Français, Cujas, 1965, p 100-104.

29 Responsable du SO gaulliste dans les Ardennes de 1951 à 1953, Adolphe Beaufeist supervisait également l’AD local. À la tête de 120 gros bras, il pouvait doubler ces effectifs en une semaine (Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Ardennes, rapport d’A. Beaufeist le 17 juin 1953).

30 Pascal Girard, Le RPF dans l’Aube, Maîtrise d’histoire dirigée par M. Vaïsse, Université de Reims, 1996.

31 Le Journal du président Vincent Auriol montre qu’en 1947 cette méfiance excessive à l’égard de l’appareil militaire clandestin du PCF était partagée jusqu’au sommet de l’État : Vincent Auriol, Journal d’un septennat, 1947-1954, tome 1, 1947, A. Colin, 1970.

32 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, rapport non signé du 2 janvier 1948 et visé d’une mention « ouvrir un dossier sécurité ».

33 Pascal Girard, op. cit. Le dispositif était ici plus honorifique que sécuritaire.

34 Un des responsables du RPF aubois, Claude Danesini était policier et avait essayé de former un groupe gaulliste au sein de la police locale. Sous les pressions, il le transforma en syndicat FO.

35 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, dossier Reinerose comprenant diverses lettres de l’intéressé, du chef de bataillon de Bonneval, de Jacques Soustelle et de Jean Dides de janvier à décembre 1951. Le propre chauffeur du général de Gaulle, inspecteur à la PP, avait participé à cette enquête parallèle…

36 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, Bas-Rhin, statuts non datés du SO du Bas-Rhin.

37 Voir la communication de Frédéric Schwindt.

38 Pierre Birnbaum avait souligné que la Lorraine avait été une des provinces les plus marquées par les violences antisémites lors de l’affaire Dreyfus. P. Birnbaum, Le moment antisémite, un tour de la France en 1898, Fayard, 1998. François Roth a souligné l’importance des ligues d’extrême droite en Meurthe-et-Moselle dans les années 1930 dans La vie politique en Lorraine au XXe siècle, Éditions serpenoise, 1985. Sur les ligues, voir pour la période de l’Affaire Dreyfus à la guerre les travaux de Davy Lenda, Les droites et les violences en Meurthe-et-Moselle du boulangisme à la défaite (1886-1940), Master 2 dirigé par Jean El Gammal en 2006 et pour la période de l’entre-deux-guerres les travaux de Julien Dodeler, Les ligues nationales en Meurthe-et-Moselle (1919-1936), Maîtrise dirigée par Gilles Le Béguec en 1995 et de Christophe Gaber, Les partis et mouvements nationaux et nationalistes en Meurthe-et-Moselle (1936-1940), Maîtrise d’histoire dirigée par F. Roth en 1998.

39 A. Serdarevic, op. cit., p 56.

40 Le Rassemblement de l’Est (journal du RPF en Meurthe-et-Moselle), 4 juillet 1948.

41 Grâce à des sympathisants parmi le personnel communal préposé à l’affichage électoral, les gaullistes meusiens parvenaient régulièrement à « kidnapper » (pour reprendre leur expression) le matériel de propagande communiste dès son arrivée en mairie…

42 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, Territoire de Belfort. Le 5 février 1949, le responsable SO de Belfort contacta le général Neuhauser pour l’informer des contacts pris en ce sens par l’antenne de Moselle (« Notre compagnon Pinel, chargé de mission SO nord-africain, a contacté à Metz le capitaine Germain. Ils ont prévu tous deux un sérieux travail d’implantation dans le milieu musulman »).

43 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Doubs.

44 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Meurthe-et-Moselle, rapport de J. Straub (compte rendu de la réunion de Longwy du 26 juillet 1948). Fin juin 1948, Gaston Palewski avait déjà tenté de revenir à Longwy pour y tenir un discours dans l’arrière-salle d’un café, mais les gros bras communistes l’avaient expulsé après une bagarre générale (La Voix de l’Est, 25 juin 1948).

45 Le Rassemblement, 31 juillet 1948.

46 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Meuse, rapport de G. Tardivat de mars 1949.

47 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 62, dossier B, rapport du 20 février 1951. En Moselle, lors des cantonales de 1949, les responsables du SO gaulliste avaient déjà noté avec déception l’absence de toute réaction communiste. Alors qu’ils avaient mobilisé une vingtaine de gros bras pour sécuriser la réunion de Forbach où intervenait le colonel Rémy, le meeting qui avait réuni 400 personnes s’était déroulé « dans une bonne ambiance, sans aucune contradiction ».

48 Fondation Charles de Gaulles, archives RPF, carton 62, rapport du 2 mars 1951 (le général Noetinger supervisait la 2e région correspondant à l’Alsace-Lorraine).

49 Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Haut-Rhin.

50 Ludovic Deffain, Étude sur les Assises nationales du RPF à Nancy (23, 24 et 25 novembre 1951), Maîtrise d’histoire dirigée par François Audigier, Nancy, 2005.

51 Le PCF obtint jusqu’à 30 % des voix aux législatives de 1946 dans le canton de Longwy et en janvier 1947, chaque département de Lorraine avait au moins un député communiste.

52 Serge Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, A. Colin, 1972.

53 Dominique Andolfato et Dominique Labbe, Un demi-siècle de syndicalisme en France et dans l’Est, Presses Universitaires de Nancy, 1998.

54 L’Est républicain, 9-10 octobre 1947. L’Humanité, 10 octobre 1947. La Voix de l’Est, 10 octobre 1947.

55 Éric Venturini, L’aurore des patriarches : les grèves de 1947 et 1948 dans le Pays Haut, Maîtrise dirigée par Antoine Prost à Paris 1 en 1987. Christophe Boulanger, Les grèves de 1947 et 1948 en Meurthe-et-Moselle, Master 2 dirigé par J. El Gammal à Nancy 2 en 2008.

56 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/319, rapport du commissariat de police du 4 décembre 1947 et communiqué de la gendarmerie du 1er décembre 1947.

57 « C’est Schneider-de Wendel que l’on retrouve derrière le RPF » proclamait L’Humanité le 11 avril 1947.

58 L’Est républicain, 8, 9 et 10 octobre 1948.

59 Serge Berstein et Pierre Milza, L’année 1947, Presses de Sciences-Po, 2000. Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France, les grèves insurrectionnelles de 1947-1948, Syllepse, 1998.

60 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/319, lettre du commissaire des renseignements généraux du 20 décembre 1947 sur les actes de malveillance commis depuis le 23 novembre.

61 AD de Meurthe-et-Moselle, série W 950/341, rapport du préfet au ministère de l’Intérieur le 26 novembre 1947.

62 Serge Bonnet, op. cit., p 371.

63 Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, Presses Universitaires de France, 1984.

64 Les récits de Malgré-nous alsaciens de retour de captivité du camp de Tambov avaient terni l’image du PCF…

65 AD de la Marne, série M. 8459, rapport de l’inspecteur de police judiciaire au Préfet de la Marne le 3 décembre 1949.

66 Pascal Girard, op. cit., p 123.

67 Les Modérés, en Lorraine du moins, n’étaient pas toujours si modérés… Lors des cantonales de 1949, 25 hommes du service d’ordre gaulliste meusien assurèrent la sécurité de l’orateur national Duvillard lors d’un meeting contradictoire face à Louis Jacquinot. Autant la réunion face au Communiste André Savard s’était bien passée à Verdun, autant celle contre le leader modéré dégénéra dans la violence quand Louis Jacquinot qualifia son adversaire « d’imposteur, menteur, petit con et salaud »… Le responsable des gros bras gaullistes concluait dans son rapport : « Nous avons réagi violemment… » (Fondation Charles de Gaulle, archives RPF, carton 64, Meuse, rapport d’activité du SO meusien depuis le 1er mars 1949).

Table des illustrations

Titre Arrivée au Plessis dans l’Aube le 28 janvier 1950 du Général de Gaulle encadré par le service d’ordre du RPF
Légende Archives privées de M. Desrousseaux de Medrano
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Au Plessis, le Général de Gaulle entouré d’André Astoux à sa droite et du docteur Mahée à sa gauche, sert la main de Jean Durlot, le délégué du service d’ordre
Légende Archives privées de M. Desrousseaux de Medrano
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540