Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gaullisme et gaullistes

 | 
François Audigier
, 
Frédéric Schwindt

Troisième partie. Personnel politique et élections

Louis Marin, le Général de Gaulle et le gaullisme partisan

François Roth

Texte intégral

  • 1 Il manque encore une biographie politique de Marin qui prenne en compte tout son parcours. La thès (...)

1Analyser les relations entre Charles de Gaulle et Louis Marin puis entre Louis Marin et le gaullisme partisan présente-t-il un intérêt1 ? A mon sens il est limité et cependant malgré le volume impressionnant des papiers Marin conservés tant à Nancy qu’à Paris, j’ai eu du mal à aller jusqu’au bout de ma curiosité. Après la mort de Louis Marin, son épouse et secrétaire a classé et recomposé ses documents. Pour la période de la guerre, elle a rédigé des souvenirs plus utiles pour connaître la vie quotidienne à Vichy ou en Grande-Bretagne que pour les contacts, les intentions et les réflexions politiques de celui qui était alors son compagnon. C’est pourquoi les relations entre Louis Marin et le général de Gaulle conservent encore une part de mystère. En revanche, il est plus facile de dégager ses relations avec les formations gaullistes de l’après-guerre : l’Union gaulliste et le RPF.

Premiers contacts entre les deux hommes

2Pour un observateur aussi attentif du débat politique que Charles de Gaulle, le nom de Louis Marin, président de la Fédération Républicaine, était un personnage familier. Louis Marin, député de Nancy depuis 1905, chef de groupe parlementaire, trois fois ministre, était l’un des illustrations de la droite parlementaire et nationale et menait un combat permanent et sans concession contre la gauche et le Front Populaire. Comment de Gaulle appréciait-il et jugeait-il Louis Marin ? A-t-il cherché à le rencontrer ? On l’ignore. De son côté, Louis Marin ne pouvait pas manquer de remarquer le jeune colonel Charles de Gaulle. L’a-t-il rencontré ? On l’ignore aussi ; du moins il a du le croiser à la fin des années 1930 dans des circonstances qui nous échappent. A-t-il porté une attention quelconque à ses idées militaires et à l’emploi de la force blindée ? Les articles hebdomadaires de La Nation pas plus que les papiers Marin n’apportent d’élément de réponse à cette question. Dans les interminables éditoriaux de Marin (un bavard intarissable) où la défense nationale occupait une place privilégiée, l’optique était étroitement politicienne. Dans l’article « armement » du 2 avril 1938 on ne trouve pas la moindre allusion à l’arme blindée ; en revanche, selon l’article du 4 juin 1938, « La parole du Maréchal est d’or » !

  • 2 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann.
  • 3 Récit dans La Nation du 18 juin 1945.

3Le 10 mai 1940, Louis Marin entrait comme ministre d’État dans le cabinet remanié de Paul Reynaud. Les circonstances étaient dramatiques ; à partir de cette date il ne pouvait manquer de rencontrer Charles de Gaulle, nommé le 5 juin 1940 sous-secrétaire d’État à la Guerre. Le 10 juin le gouvernement était contraint de quitter Paris. Marin gagnait Tours ; avec ses collaborateurs, il trouva asile au château de Sainte Catherine de Fierbois chez le marquis de Lussac ; il prit part aux dramatiques conseils des ministres qui se tinrent les 12 et 13 juin au château de Cangé puis se rendit Bordeaux où il arriva le 14 juin. Louis Marin se rangea parmi les ministres qui s’opposaient à l’armistice et à ses partisans conduits par le maréchal Pétain ; il se plaça clairement sur la même ligne que Charles de Gaulle envoyé alors en mission à Londres. Dans son journal il fait état du coup de téléphone donné par celui-ci de Londres annonçant la proposition de Churchill d’un gouvernement franco-britannique. Après la démission de Reynaud, Marin fut évidemment écarté par Pétain du gouvernement. Il fut révolté par le message radiodiffusé du 17 juin où Pétain annonçait l’armistice : « Il faut cesser le combat. » Son journal de guerre porte les traces de son indignation : « Le crime est consommé », « Pétain, Weygand et les autres, je ne leur serre plus jamais la main2 ». A-t-il entendu l’appel lancé de Londres le 18 juin 1940 par le général de Gaulle ? Les articles parus dans La Nation du 18 au 25 juin 1945, semblent en apporter la certitude3. Cependant dans le journal de guerre de Louis Marin comme dans celui de Fernande Hartmann (future Madame Louis Marin), on ne trouve pas la moindre allusion à l’appel du 18 juin. Ce ne fut qu’au cours de l’été que le nom de Gaulle apparaît, d’ailleurs fugitivement. Ses articles de juin 1945 semblent une reconstruction a posteriori et une mise en perspective alors que la guerre venait de s’achever et que de Gaulle était le chef du gouvernement provisoire. De l’appel du 18 juin 1940 qu’il qualifie de « discours », voici ce qu’il a retenu : « Formidable en lui-même et par ses effets, le discours que le général de Gaulle adresse tout à coup à la fin de l’après-midi au monde et à la France… Tous les mots portent… prodigieux réconfort d’entendre que le drapeau est relevé, que l’espoir nous reste et que l’honneur est sauf… »

4Marin qui était partisan du transfert des pouvoirs publics en Afrique du Nord, envisagea de s’embarquer sur le Massilia ; il se rendit au port du Verdon ; n’ayant pu y parvenir, il revint à Bordeaux. De Bordeaux, Marin se rendit à La Bourboule où il resta quelques jours jusqu’au 29 juin puis arriva à Vichy où il fut accueilli avec sa secrétaire Fernande Hartmann et son ami Camille Blaisot, vice-président de la Fédération et député du Calvados, à l’hôtel Aix et Chambéry dont le propriétaire était le secrétaire départemental de la Fédération Républicaine de l’Allier. À proximité de l’Hôtel du Parc où s’étaient installés le Maréchal et ses services, c’était un lieu idéal pour observer les allées et venues. Lors du vote du 10 juillet 1940 où la plupart des membres de la Fédération votèrent en faveur de la proposition de Pierre Laval, Louis Marin et son ami Camille Blaisot s’abstinrent.

Un séjour forcé de près de quatre ans à Vichy

5Louis Marin n’avait pas l’intention de rester à Vichy ; ce furent les événements qui l’y contraignirent car les Allemands interdirent son retour en zone occupé. Loin de Paris et de ses électeurs lorrains, Marin rongea son frein pendant près de quatre ans dans une chambre d’hôtel. Incontestablement Louis Marin fut un opposant de la première heure (je n’emploie pas encore le mot « résistant ») au régime de Vichy, à Pétain et à Pierre Laval. Toutefois il ne fut pas en mesure de prendre publiquement position car la plupart de ses amis de la Fédération s’étaient ralliés au régime de Vichy ; deux vice-présidents de la Fédération, Xavier Vallat et Philippe Henriot, tinrent un rôle important, le premier comme commissaire aux affaires juives, le second comme éditorialiste radio. À ma connaissance, Marin ne rencontra jamais le Maréchal et fit une seule visite à Pierre Laval le 22 septembre 1940, soit avant la poignée de main de Montoire qui donna le signal de la collaboration. Ayant des amis et des antennes dont toutes les administrations, Marin était tenu au courant des intrigues et des rumeurs et recevait des ambassadeurs présents à Vichy des informations confidentielles sur les opérations militaires. Sans être un Résistant de réseau et de combat, Louis Marin fournit des informations confidentielles aux alliés. Il était surveillé tant par les polices de Vichy que par la Gestapo qui avait installé une antenne à Vichy. Cette qualité de résistant fut reconnue en 1945 par l’attribution de la légion d’Honneur et de la médaille de la Résistance.

  • 4 Jean Guiter, 1897-1959, devint très jeune collaborateur de Louis Marin et assura pendant 22 ans le (...)
  • 5 AN 317 AP/268.
  • 6 Charles de Gaulle, Lettres, Notes, Carnets, juillet 1941-juin 1943, Paris, 1982, p. 593.
  • 7 Charles de Gaulle, Lettres, Notes, Carnets, juin 1943-mai 1945, Paris, 1983, p. 198 et 307.
  • 8 ADMM 26J/362, Journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 372.

6Il serait indispensable de connaître les appréciations portées alors par Marin sur de Gaulle et la France libre ; jusqu’à présent on est réduit à des hypothèses ; je n’ai pas été en mesure de consulter la correspondance avec son collaborateur Jean Guiter4. Le journal de guerre, si bavard dans beaucoup de domaines, est peu explicite sur ce point capital ; les allusions au Général et à ce qu’il appelle son « mouvement », sont rares : condamnation à mort pour trahison le 2 août 1940, « agression contre Dakar5 ». Il rapporte le 29 septembre des appréciations du préfet Chevallier qui avait connu de Gaulle à Metz : « extrêmement orgueilleux, très brillant comme intelligence, toujours démesuré dans ses projets ». L’expression « France Libre » n’est jamais employée par Marin. On sait que lors de l’entrée des Allemands à Vichy, il avait caché deux valises de documents ? Contenaient-elles des pièces qui éclaireraient notre propos ? Les a-t-il ensuite récupérés ? Quand Marin entra-t-il en contact et par quels canaux avec Londres et le général de Gaulle ? On l’ignore. On sait seulement que de Gaulle le considéra en octobre 1942 comme ayant donné son adhésion à la France combattante6. Dans une lettre adressée de Londres au général Catroux alors à Alger (15-19 mai 1943), de Gaulle considérait que le Conseil national de la Résistance avait reçu « l’approbation expresse de Louis Marin, Édouard Herriot, Léon Blum et Léon Jouhaud7 ». D’après Fernande Hartmann, ce fut un Nancéien Joseph Nebout qui avait été avant la guerre l’un de ses adversaires politiques à Nancy (radical-socialiste et père de Jacqueline Nebout, future adjointe à la mairie de Paris de Jacques Chirac) qui lui « apporta des lettres du général de Gaulle8 ». Nous ignorons la teneur de ces lettres, leur nombre et leur contenu. Recherché par la Gestapo, Nebout quitta Vichy pour plonger dans la clandestinité. On ignore comment ensuite le contact entre Londres et Marin fut maintenu.

  • 9 AN 317 AP/268.

7Dans son journal, on sent Marin de plus en plus attentif à ce qui passait à Alger et à Londres. Il note : « Massigli arrive à Londres, 31 janvier 1943 » – « Catroux arrivé à Alger envoyé par de Gaulle » ; « les Maroselli arrivés à Londres » ; « De Gaulle et Giraud continuent de discuter9… » On devine aisément de quels côtés allaient ses sympathies. En mars 1944, dans Vichy occupé depuis le 11 novembre 1942 par les Allemands, la situation était devenue intenable pour Louis Marin ; ayant appris qu’il était menacé d’arrestation, il quitta Vichy le 18 mars 1944, rasa sa moustache gauloise et fit teindre en noir ses cheveux. Après un périple de 24 jours dans une semi-clandestinité, un avion britannique Lysander qui avait atterri dans le sud du Cher, l’embarqua le 10 avril 1944 pour la Grande Bretagne où il arriva à bon port après une heure trente de vol dans la banlieue de Londres.

Louis Marin à Londres, avril-octobre 1944

  • 10 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 497.
  • 11 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 571.
  • 12 La Gazette de Lausanne, 5 juillet 1944.
  • 13 Le Populaire, 11 septembre 1944.

8À Londres, Louis Marin et sa secrétaire furent pris en charge par le colonel Passy qui les installa au Hyde Park Hotel. Immédiatement Marin envoya un message à Churchill qui l’invita à déjeuner aux Chequers le 16 avril 1944, un geste de courtoisie sans lendemain ni portée. Le 16 avril 1944, de Gaulle adressa à Louis Marin un message dans lequel il souhaitait « le voir à Alger le plus tôt possible10 ». Dans sa réponse du 17 avril qui commençait par ces mots « mon cher général », Louis Marin se réjouissait de pouvoir « reprendre notre conversation de Tours… dès que je serai délivré de ma condition clandestine ». En fait, pour des raisons qui nous échappent, Louis Marin resta à Londres. À l’annonce de la visite de Pétain à Nancy, Maurice Schumann fit parler Louis Marin à la radio de Londres (message du 25 mai 1944). Le 6 juin au matin, les troupes alliées débarquèrent sur les côtes françaises de Normandie. Ce jour-là, Gaston Palewski lui fit téléphoner de se tenir prêt pour rencontrer en soirée à Londres le chef de la France libre ; nous ignorons la teneur de cet entretien qui dut être rapide. Une allusion de Fernande Hartmann le confirme : « le général de Gaulle pouvait dire au Président le jour du débarquement : “Vous nous avez réconfortés quand on vous savait tenir tête à Vichy et aux Boches. Ici, je sais que vous avez fait de la bonne propagande11.” » On avait aussi envisagé que Marin adresserait ce jour-là un message aux Français à la BBC. Son projet est resté dans ses papiers ! Début juillet, la presse suisse annonça sa prochaine entrée dans le gouvernement provisoire comme ministre d’État, avec la responsabilité des régions libérées12. Cette éventualité ne se réalisa pas et Marin resta en Grande-Bretagne. Pour échapper aux bombardements éprouvants que Londres subissait alors, il se réfugia quelque temps à Thames, une petite localité située près d’Oxford où il rongeait son frein. C’est là qu’il apprit la libération de Paris ; à plusieurs reprises, il y rencontra l’amiral Muselier et fréquenta « un milieu on ne peut plus antigaulliste ». En septembre 1944, de Gaulle fit entrer Jules Jeanneney, dans le gouvernement provisoire et envisageait de faire appel à Louis Marin, Édouard Herriot et Léon Blum, ces deux derniers alors en captivité. Ces rumeurs furent évoquées par les journaux dans le courant de septembre 194413.

  • 14 AN 317AP/89. Dans une lettre datée du 21 septembre 1944, Jean Guiter disait avoir perdu le contact (...)
  • 15 L’Éclair de l’Est, 15 à 21 octobre 1944.

9Jean Guiter, le secrétaire général de la Fédération et son proche collaborateur depuis 22 ans, qui était rentré à Paris après la Libération et avait renoué quelques contacts utiles, intervint auprès de Gaston Palewski, le directeur de cabinet du Général, pour organiser le retour de Marin à Paris14. Son ancien chef de cabinet Maurice Bassot vint le chercher à Londres ; le 6 octobre 1944, le président atterrissait au Bourget. Jean Guiter et Jacques Debû-Bridel qui représentait la Fédération au CNR, l’attendaient à l’aéroport. François de Wendel avait fait envoyer une voiture pour chercher son ami dont la moustache gauloise avait repoussé et dont les cheveux étaient redevenus blancs. De retour à Paris, Marin a-t-il été reçu par le Général ? À quelle date ? Dans quel contexte ? Celui-ci lui a-t-il fait la proposition d’entrer dans le gouvernement provisoire ? Avec quelles responsabilités ? Par la suite, Marin a dit qu’il avait refusé et que le général de Gaulle lui en aurait gardé rancune. La semaine suivante, Marin reprit contact avec Nancy et la Lorraine après plus de quatre ans d’absence15.

Le rôle de Louis Marin dans la vie politique, 1944-1945

  • 16 AN 317 AP/89.
  • 17 ADMM 26J/121. Le premier numéro de La Nation parut le 24 avril 1945, d’abord sous la forme d’une s (...)

10Louis Marin avait 74 ans, encore une bonne santé et de l’allant. Il siégea activement à l’Assemblée consultative où il avait été nommé au titre de la Fédération et où il prit la parole à de nombreuses reprises. Il y retrouva Jean Guiter et trois autres membres de la Fédération16. Toute l’énergie de Louis Marin fut consacrée à la reconstitution de la Fédération républicaine. La première réunion du bureau se tint à Paris le 26 octobre 1944. Une réorganisation intervint le 12 décembre 1944 : Jean Guiter cédait le secrétariat général à Henri Becquart, ancien député du Nord et devenait vice-président délégué. La préparation des échéances électorales qui se profilaient, occupa le Président comme on continuait d’appeler Louis Marin. La première fut celle des élections municipales du 29 avril 1945. À Paris qui était l’une de ses anciennes places fortes, Louis Marin, malgré ses efforts, ne fut pas en mesure de présenter des listes de la Fédération ; les résultats furent catastrophiques, tout juste quelques élus. Après de multiples démarches et une intervention auprès du général de Gaulle, il obtint le versement du ministère de l’Information d’un fond démarrage pour faire reparaître La Nation où il reprit son long éditorial17. Au procès Pétain sa déposition, comme d’ailleurs ses articles de La Nation, fut sans concession, ce qui lui valut l’animosité des partisans du Maréchal encore nombreux à Nancy qui lui reprochèrent ses complaisances résistantes. Dans le contexte de l’immédiat après-guerre, Marin donna son adhésion au Front National dont il ne pouvait ignorer que le parti communiste en tirait les ficelles et siégea même au bureau de cette organisation. Pourquoi ? il ne s’en est jamais vraiment expliqué. Malgré tous ses titres et son expérience, malgré sa participation à l’Assemblée consultative, Marin apparaissait comme un homme du passé alors qu’un vent de renouveau traversait la société française et que les cadres de son parti, la Fédération avaient soutenu Vichy.

  • 18 Michèle Weille, Les Élections législatives en Meurthe-et-Moselle en 1945-1946, maîtrise Nancy 2. F (...)

11À l’automne 1945, les échéances électorales se précipitèrent ; la première fut la formation des conseils généraux. Louis Marin fut aisément réélu conseiller général de Nomeny (23 septembre 1945). En raison de la poussée de la gauche, il conserva de justesse la présidence du conseil général de Meurthe-et-Moselle, obtenant 15 voix contre 13 à Philippe Serre, ancien député du Front Populaire. Lors du référendum d’octobre 1945, Marin se plaça résolument aux côtés du chef de la France Libre et se prononça pour le double « oui »18. Puis aux élections à l’Assemblée constituante, il ne fut pas en mesure d’unir les Modérés et dut subir la concurrence d’une liste dirigée par Robert Kalis ; la liste Marin portait l’étiquette Union Nationale Démocratique (UND) dont le sigle différait par la lettre médiane (N au lieu de R) de celui du groupe parlementaire qu’il avait longtemps présidé ; sa profession de foi avait une tonalité gaulliste ; il arriva en quatrième position avec un résultat médiocre, 37 112 voix, soit 15, 98 % des suffrages exprimés, ce qui lui permit d’être élu député à l’Assemblée Nationale constituante. Dans les Vosges, la liste gaulliste républicaine d’Action démocratique et sociale conduite par le ministre de la Guerre André Diethlem entraîna derrière lui le modéré André Barbier. Les résultats nationaux de la Fédération républicaine furent désastreux ; avec ses quelques amis, Marin s’inscrivit au groupe de l’Union Républicaine. Comme tous les autres élus Marin vota pour le cabinet formé par de Gaulle et dont les trois ministres d’État symbolisaient le tripartisme. Les conflits au sein de la droite républicaine conduisirent à son exclusion du groupe parlementaire dans des conditions obscures. Puis se réalisa la fondation du Parti Républicain de la Liberté, un concurrent redoutable pour la Fédération laquelle menaça d’exclusion ceux de ses membres qui rejoindraient le nouveau parti (17 février 1946).

12En mai 1946, naturellement Marin se prononça contre le projet de constitution, laquelle fut rejetée par le corps électoral. Le contexte politique avait changé ; le général de Gaulle avait quitté le pouvoir et un faible gouvernement présidé par le socialiste Félix Gouin dirigeait le pays. Aux élections de la Seconde Assemblée constituante (2 juin 1946), Louis Marin fut en mesure de faire sur son nom l’union des modérés et de passer un accord avec le PRL qu’il avait combattu jusque-là. La liste du Rassemblement républicain de la Liberté, qu’il dirigea, arriva en tête devant celle du MRP avec 68 262 voix, soit 22, 8 % de suffrages et obtint 2 élus : Louis Marin, Pierre André.

Louis Marin et le gaullisme politique : des rapports ambigus

13Dans les débats politiques et les élections de la fin de l’année 1946 au cours de laquelle la France finit par sortir du provisoire, Marin combattit le tripartisme et se plaça dans le sillage des positions du Général définies dans le discours d’Épinal. Comme l’Éclair de l’Est, il se prononça pour le « non » au référendum du 13 octobre 1946. Le projet fut cependant adopté par le pays puis les institutions de la Quatrième République se mirent en place.

  • 19 Jacques Debû-Bridel (1902-1993), écrivain, résistant, gaulliste membre du RPF puis de l’UNR-UDT.

14Les élections à l’Assemblée Nationale virent la première apparition de listes gaullistes sous le sigle de l’Union Gaulliste et animées sur le plan national par René Capitant. En Meurthe-et-Moselle, le comité Union gaulliste que dirigeait Alain de Lambilly et Pierre de Préval, ne parvint pas à présenter une liste pour les législatives. C’était une différence de taille avec les départements voisins car l’Union gaulliste était présente en Moselle avec la liste Baumel, dans les Vosges, avec la liste gaulliste d’Union Républicaine conduite par André Barbier et dans le Territoire de Belfort avec une liste conduite par Jacques Debû-Bridel19. En novembre 1946, Marin qui était reparti au combat électoral avec ses colistiers PRL de juin, récupéra l’adjectif « gaulliste » en intitulant sa liste « Rassemblement républicain et gaulliste de la Liberté ». Marin gagnait près de 20 000 suffrages par rapport à juin et arrivait en tête avec 86 925 suffrages (37,2 %) ; sa liste obtenait trois élus Louis Marin, Pierre André et Jean Crouzier. Il fit adopter la même étiquette le 24 novembre pour l’élection des délégués formant le corps électoral pour l’élection des futurs conseillers de la République. Lors de la formation de la liste de la droite, son ami François de Wendel aurait souhaité être candidat et tête de liste. Marin s’y opposa formellement. Ce refus que François de Wendel ressentit douloureusement, entraîna plus qu’un froid entre deux amis de plus de vingt ans ! Marin semblait avoir retrouvé une position dominante en Meurthe-et-Moselle. C’était une apparence car les appareils politiques modérés et son ancien journal L’Éclair de l’Est étaient désormais contrôlés par Pierre André et l’éditorialiste Émile Meyer avait cessé de prendre ses consignes chez Marin.

15À l’Assemblée, le « président » s’inscrivit au groupe des Républicains Indépendants et ferraillait contre le tripartisme. Au printemps 1947, le général de Gaulle lança à Strasbourg le RPF. Quelle fut alors l’attitude de Marin ? A-t-il eu un contact avec William Jacson et Robert Parisot, délégués RPF Meurthe-et-Moselle ? Fut-il tenté de rejoindre cette formation ? Pourquoi resta-t-il en dehors ? A notre connaissance Louis Marin ne s’était pas prononcé publiquement et était resté membre du groupe parlementaire des Républicains indépendants. Il faut souligner que des hommes proches de Marin avaient rejoint le RPF : Jacques Debû-Bridel était devenu délégué à la propagande, son collaborateur Maurice Bassot était candidat sur les listes RPF à Paris, Jean Guiter était entré au comité national du Rassemblement et fut placé dans la Seine sur la liste des candidats au conseil de la République, ce qui lui permit d’entrer en 1951 au sénat.

  • 20 AN 317AP/80. Note dactylographiée sans date sur les relations du Président avec le RPF à propos de (...)

16Marin avait maintenu des liens avec les gaullistes comme le prouve la préparation des élections municipales d’octobre 194720. Deux listes étaient en concurrence à Nancy, celle du RPF conduite par Jean Lionel-Pellerin et une liste modérée conduite par le docteur Pierre Weber (futur maire de Nancy). Le secrétaire général du RPF, Jacques Soustelle aborda le président le 17 septembre avec cette phrase : « Rien à Nancy ne serait fait sans votre accord. » L’objectif était de parvenir à la fusion des deux listes, objectif qui était aussi celui de Marin. Soustelle demanda à Louis Marin de tenter une médiation. Cette mission fut un échec puisque les deux listes se présentèrent devant les électeurs ; celle de Jean Lionel-Pellerin arriva en tête ce qui lui permit d’être élu maire de Nancy. Cet épisode électoral qui resta inconnu des électeurs, montre que Louis Marin conservait des relations avec le parti gaulliste au plus niveau.

17En février 1951 pour fêter son 80e anniversaire, ses amis organisèrent des manifestations d’hommages, il est révélateur que parmi les assistants comme dans le nombreux courrier reçu, la plupart étaient des anciens de la Troisième République. Parmi eux on ne trouvait aucun gaulliste, à l’exception de Jacques Debû-Bridel, un ancien de la Fédération. Homme de caractère, resté indépendant et libre, rétif à la discipline des partis, Marin entra en conflit avec son groupe parlementaire à propos du rétablissement de l’ambassade française à Madrid ; il s’abstint en commission à la grande fureur de ses amis politiques qui l’éliminèrent de la commission des affaires étrangères. Le député communiste Maurice Kriegel-Valrimont prit sa défense. Marin se retrouva aussi avec les communistes et les gaullistes pour combattre le plan Schuman.

  • 21 Anne Serdarevic, Claude Heller, Les Élections législatives de 1951 dans le département de Meurthe- (...)
  • 22 AN 318 AP/19, télégramme de Paule Barrès lors de la réélection de Marin au premier tour des électi (...)
  • 23 Paris-Presse, 15 juin 1951.
  • 24 Jean-François Grandbastien, « Les débuts du MRP en Meurthe-et-Moselle, 1945-1946 », in Annales de (...)

18Malgré ses 80 ans passés, Marin décida de se représenter aux élections législatives du 17 juin 195121. Ses colistiers de 1946 qui étaient entrés au CNIP, refusèrent de faire liste commune avec lui. Ils lui reprochaient entre autres ses relations avec les communistes : « Marin devient impossible à cause de ses collusions avec les communistes ; il nous met dans des situations intenables. » Rejeté par ses amis, Marin allait-il être sauvé par les gaullistes ? En Meurthe-et Moselle, le Général avait adoubé comme candidat à Nancy Philippe Barrès, le fils de Maurice et longtemps directeur de Paris-Presse. Marin et Barrès se connaissaient depuis plus de trente ans22. Marin avait été le collègue du père de Philippe à la Chambre puis, au cours des années trente, l’avait aidé à plusieurs reprises dans son travail de journaliste. Ce fut Philippe Barrès qui approcha le premier Marin en janvier 1951 et émit l’idée d’une liste commune avec lui. Dans ce cas de figure, Marin serait naturellement la tête de liste, ce que ne pouvait accepter la direction du RPF. Malgré plusieurs relances de Marin, Barrès prit de la distance et cessa de répondre à ses appels. En avril 1951, Philippe Barrès vint plusieurs jours à Nancy pour former sa liste ; à cette date il n’était plus question du moindre accord avec Marin. Par l’intermédiaire d’un ancien de la Fédération devenu sénateur de la Seine et délégué à la propagande du RPF, Jacques Debû-Bridel, Marin tenta de renouer les fils ; en vain. Le 20-21 mai, Marin mena encore des négociations avec des émissaires de Pierre André lequel était aussi en contact avec les gaullistes. Ce fut, semble-t-il, Pierre de Gaulle qui trancha ou du moins qui fit connaître la décision négative de son frère le 25 mai. Selon le récit de Marin « ils virent Pierre de Gaulle qui était habilité à trancher la question ». En refusant l’apparentement avec la liste Marin et en le concluant avec celle de Pierre André-Jean Crouzier, le Général ou plutôt le RPF donnait un coup de poignard à Marin. Pourquoi ? Selon Marin, le Général lui reprocherait d’être resté trop longtemps au Front National et lui garderait une « secrète rancune » d’avoir deux fois refusé d’être ministre d’État. Lors de son passage à Nancy le 14 juin 1951, le Général aurait répondu à une question d’un journaliste de Paris-Presse : « Mais non, ce n’est pas ce que nous reprochons à Louis Marin. C’est d’être resté trop longtemps au Front National, de même que cet imbécile de Debû-Bridel23. » Marin rejeté fut réduit à faire liste commune avec ce qui restait du MRP depuis le départ de l’abbé Pierre24. En désespoir de cause, Marin conclut un apparentement avec deux listes se réclamant de cette Troisième Force qu’il avait tant honnie et qu’il n’avait cessé de combattre, le RGR et la SFIO. Dans ce contexte, Marin fut abandonné par ses électeurs qui préférèrent soit la liste gaulliste, soit la liste de Pierre André. Le seul élu des trois listes apparentées fut le SFIO Pierre Olivier Lapie.

  • 25 La Croix de l’Est, 24 juin 1951. AN, 317 AP/19. Note dactylographiée de Marin intitulée « La Croix (...)
  • 26 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre – Le Salut, p. 261.

19Dans un écrit intitulé « Lendemain d’élections » daté de juin 1951, Louis Marin attribuait son échec à la conjonction de trois facteurs : la cause profonde était sa prise de position contre Vichy qui a engendré « une coalition de défaitistes et de collaborateurs » contre lui ; la seconde était « le développement du gaullisme dans la région ». Enfin il avait été « lâché » par une fraction importante du clergé. La Croix de l’Est où il avait eu de nombreux amis, expliquait ainsi sa défaite : « Il vient d’échouer victime d’une erreur tactique, son apparentement avec des listes ennemies de tout ce que personnellement il avait de plus cher ; il a déconcerté ses fidèles amis qui se sont cabrés et l’ont abandonné25. » Dans une lettre au verrier Henri Benoît rédigée le 14 août 1951, soit plus de deux mois après le fatal dénouement électoral, Marin revenait en ces termes sur ses rapports avec de Gaulle et son refus d’entrer dans le gouvernement provisoire : « Être ministre de de Gaulle ? Approuver qu’il ait mis les communistes au pouvoir, siéger à côté d’eux sans avoir même l’excuse de la guerre puisqu’elle était réglée ? Entrer dans un ministère pour ne pas appliquer mes propres idées avec un chef qui n’en avait pas ou en avait d’autres… » Dans ses Mémoires d’Espoir publiés du vivant de Louis Marin, de Gaulle avance une autre version de ce refus de Marin d’entrer dans le gouvernement provisoire : « Louis Marin me marqua, lui aussi (allusion au comportement d’Édouard Herriot qu’il analyse dans le paragraphe précédent que son principal souci était de voir renaître un groupement politique conforme aux idées qu’il avait servies tout au long de sa carrière). Son influence et son action, il les employait à rassembler les Modérés en vue des prochaines élections. Tant qu’il s’était agi de chasser les Allemands du territoire, ce vieux Lorrain m’avait donné son adhésion sans réserves. À présent, il reprenait sa liberté vis-à-vis de moi. Très ancien parlementaire, il était, d’ailleurs, attaché jusqu’aux moelles à la vie des assemblées… Toutefois, il tint à m’assurer que, dans ma politique de sécurité nationale, il m’appuierait de tous ses moyens26. » La consultation des papiers Marin et l’analyse de ses activités politiques de 1944 à 1946 montrent la lucidité du Général qui avait parfaitement compris le comportement de Louis Marin. C’est pourquoi la présence au gouvernement des communistes invoquée par Marin pour justifier son refus, ne peut être retenue ; Marin les avait fréquentés sans réticence au Front National ; l’argument qui s’inscrivait dans le contexte de la Guerre froide, ne pouvait être mis en avant à la Libération.

Conclusion

20De Gaulle avait de l’estime pour Marin et la garda jusqu’au bout comme le prouve la belle lettre adressée par le président de la République à Madame Louis Marin au lendemain de la mort de son époux. De son côté, Marin admirait de Gaulle auquel il était reconnaissant d’avoir relevé le drapeau. Entre les deux hommes, on peut relever de nombreuses convergences : restauration de l’autorité de l’État, restauration du rang de la France en Europe et dans le monde, politique allemande. En 1944, le ralliement de Marin à la France combattante permettait au Général d’équilibrer la gauche par des éléments de la droite parlementaire. Marin avait été l’un des « symboles de la résistance à l’ennemi ». Dans ce jeu subtil, Marin était une pièce parmi d’autres. Pouvait-il parler d’égal à égal avec l’homme du 18 juin ? Évidemment non. À l’automne 1944, Marin aurait pu entrer au gouvernement provisoire ; il laissa passer sa chance ; ensuite ce fut trop tard ! En 1945-1946, Marin s’échina en vain à reconstituer la Fédération Républicaine. Cet échec prévisible le marginalisa. Le « président », comme ses amis continuaient à l’appeler, n’était plus qu’à la tête d’un parti fantôme. En 1947, Marin aurait pu comme beaucoup de ses proches, rallier le RPF ; il aurait perdu son titre de « président » pour devenir un vénérable ancien sans plus, obligé de soutenir une politique à laquelle il ne pouvait donner sa totale adhésion. Il ne sauta pas le pas, car, s’il avait admiré l’homme du 18 juin, il n’avait jamais été gaulliste. Toutefois les ponts entre Marin et les gaullistes ne furent jamais coupés et les contacts de 1947 et de 1951 et probablement d’autres dont nous avons perdu la trace, en apportent la preuve.

Notes

1 Il manque encore une biographie politique de Marin qui prenne en compte tout son parcours. La thèse de Jean-François Eck est consacrée aux débuts politiques avant 1914. Le mémoire d’Hervé Cormier, Louis Marin (1919-1939), Nancy, 1989, aborde seulement le début des années 1930. Alain Larcan, Éloge de Louis Marin (1871-1960), Nancy, Nancy imprimerie départementale, 1979. François Roth, Louis Marin, un homme politique lorrain de la Troisième République in Bruyères entre montagne et plateau lorrain, Épinal, 2006, p. 369-382.

2 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann.

3 Récit dans La Nation du 18 juin 1945.

4 Jean Guiter, 1897-1959, devint très jeune collaborateur de Louis Marin et assura pendant 22 ans le secrétariat général de la Fédération républicaine. Il était aussi négociant en vins. La notice du Dictionnaire des parlementaires français, tome 4, p. 284, ignore toutes les activités politiques de Guiter antérieures à son entrée au Rassemblement en 1947 !

5 AN 317 AP/268.

6 Charles de Gaulle, Lettres, Notes, Carnets, juillet 1941-juin 1943, Paris, 1982, p. 593.

7 Charles de Gaulle, Lettres, Notes, Carnets, juin 1943-mai 1945, Paris, 1983, p. 198 et 307.

8 ADMM 26J/362, Journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 372.

9 AN 317 AP/268.

10 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 497.

11 ADMM 26J/362, journal de guerre de Fernande Hartmann, p. 571.

12 La Gazette de Lausanne, 5 juillet 1944.

13 Le Populaire, 11 septembre 1944.

14 AN 317AP/89. Dans une lettre datée du 21 septembre 1944, Jean Guiter disait avoir perdu le contact avec Marin et être resté sans directives depuis le 17 mars. Depuis son retour à Paris, il avait rencontré François de Wendel et Georges Bonnefous, repris contact avec les anciens collaborateurs de Marin, René Russier et Maurice Bassot et était entré en relation avec le ministre Louis Jacquinot.

15 L’Éclair de l’Est, 15 à 21 octobre 1944.

16 AN 317 AP/89.

17 ADMM 26J/121. Le premier numéro de La Nation parut le 24 avril 1945, d’abord sous la forme d’une simple feuille recto verso hebdomadaire puis comme quotidien ; ce fut un échec total ; Marin dut en interrompre la publication le 2 juin 1946.

18 Michèle Weille, Les Élections législatives en Meurthe-et-Moselle en 1945-1946, maîtrise Nancy 2. Frédéric Georges, Les Modérés en Meurthe-et-Moselle de la Libération au début des années cinquante, maîtrise Nancy 2, 1998.

19 Jacques Debû-Bridel (1902-1993), écrivain, résistant, gaulliste membre du RPF puis de l’UNR-UDT.

20 AN 317AP/80. Note dactylographiée sans date sur les relations du Président avec le RPF à propos des élections municipales de Nancy.

21 Anne Serdarevic, Claude Heller, Les Élections législatives de 1951 dans le département de Meurthe-et-Moselle, maîtrise Nancy 2 et ADMM 26 J/146.

22 AN 318 AP/19, télégramme de Paule Barrès lors de la réélection de Marin au premier tour des élections législatives de 1932 : « vives et affectueuses félicitations ».

23 Paris-Presse, 15 juin 1951.

24 Jean-François Grandbastien, « Les débuts du MRP en Meurthe-et-Moselle, 1945-1946 », in Annales de l’Est, 1971, p. 129-156.

25 La Croix de l’Est, 24 juin 1951. AN, 317 AP/19. Note dactylographiée de Marin intitulée « La Croix de l’Est et les élections du 17 juin ». Un prêtre aurait dit à son propos : « Il était trop droit pour éventer les pièges tendus sous ses pas. » « Notes sur les élections du 17 juin en Meurthe-et-Moselle. »

26 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre – Le Salut, p. 261.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540