Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Prologue

p. 13-15


Texte intégral

1Trente-neuf études sont rassemblées dans ce livre par les soins des huit éditeurs. Ils les ont sélectionnées, ont décidé de l’organisation de l’ouvrage en cinq parties subdivisées en chapitres correspondant chacun à un article. Les deux premières contributions proposent non pas l’article paru mais le texte manuscrit à l’origine de la publication sans les modifications ni les illustrations imposées ensuite pour des raisons éditoriales. Les chap. VI et XXVII sont inédits en français. Les numéros XXXVIII et XXXIX sont issus de conférences inédites prononcées en castillan. Sauf dans la première partie correspondant à une présentation thématique, l’ordre chronologique a été retenu, du plus ancien au plus récent.

2Le parcours retracé englobe les principaux thèmes et domaines de prédilection de recherches effectuées durant quarante années. Le livre constitue sous cette forme un travail inédit et mis à jour par le biais d’addenda à la fin de chaque étude. L’accent est placé sur les méthodes et les questions relatives au métier d’historien tel qu’il a évolué au cours de la période. La réflexion sur l’empire de Rome que reflète le titre met en exergue la diversité d’une histoire pluriséculaire et polycentrique qui ne peut ignorer les solidarités ni les différences. L’élargissement des champs de recherche, l’affirmation graduelle de nouveaux centres d’intérêt ont modifié jusqu’aux disciplines les plus classiques dont l’épigraphie est un des meilleurs témoins comme l’exprime la première partie. L’empreinte de A. Chastagnol et de H.-G. Pflaum est perceptible en filigrane. Leur exigeante rigueur, leur incitation à aller toujours plus avant dans l’analyse d’un dossier ne pouvait pas ne pas laisser de traces durables.

3C’est en historien soucieux des meilleures traditions de l’érudition que l’auteur a mené les enquêtes rassemblées. Les soldats et les sociétés militaires ont constitué un point d’application initial débouchant très vite sur des interrogations relatives à l’émergence et à l’affirmation de la domination romaine impériale, à sa conservation également. L’approche provinciale n’est jamais absente des questions soulevées. La péninsule Ibérique, dans les pas de R. Étienne, est même au point de départ, mais le reste de l’Empire ne saurait être ignoré. Les comparaisons sont moins en cause que la nécessité de balayages variés des réalités de l’Empire romain jamais réunies dans un seul ensemble territorial. Les espaces se complètent et s’éclairent mutuellement. Les temps aussi se croisent et s’épaulent quand ils ne se contredisent pas. La réflexion historique est une activité intellectuelle à plein temps et l’histoire ancienne peut y tenir toute sa place. L’enseignement et la méthode de Claude Nicolet, inculqués au séminaire de l’EPHE, montrèrent que l’érudition scientifique la plus haute faisait bon ménage avec les concepts.

4La synthèse est primordiale. L’agrégation d’histoire n’était sans doute pas l’instrument infaillible de détection des talents que l’on a dit parfois. Sa préparation toutefois ouvrait sur le rôle essentiel d’une culture générale sans laquelle l’intelligence historique fondée sur l’interprétation raisonnée de tous les faits ne pouvait exister. L’éclat des recherches et les travaux des historiens français dans les années soixante exerçaient une attraction incontestable sur tous ceux qui vouaient une passion à la compréhension du passé. Des lectures, souvent non historiques, ont achevé de décider d’une vocation. Il serait injuste d’oublier les maîtres rennais, entre autres ceux qui nous initièrent à l’histoire moderne et contemporaine1. Je pense tout particulièrement à Michel Denis qui m’avait déjà guidé au cours de ma scolarité en classe préparatoire. Jacques Léonard, trop tôt disparu, immense pédagogue, fut un modèle et un compagnon durable par ce qu’il avait su éveiller. Il suffit de dire que ce fut une chance extraordinaire que de pouvoir écouter régulièrement J. Delumeau et P. Goubert. La lecture des travaux indique sans ambiguïté combien le lien entre la recherche et l’enseignement spécialisé est au centre d’une historiographie qui, de ce fait même, se nourrit et contient les linéaments de sa perpétuation positive car non écrite à l’avance.

5Sans passer de la « cave au grenier », car le mot de « mentalités » semble difficile à circonscrire, l’histoire romaine s’est séparée progressivement des images profondément ancrées d’une histoire impérialiste écrite par le soldat-paysan et victime d’une décadence morale qui fut fatale. L’économie, la société, le monde de la cité auquel participait pleinement Rome, les mutations culturelles des communautés provinciales surtout occidentales, mais pas uniquement, les traductions religieuses d’évolutions mal documentées par ailleurs ont façonné des histoires et des époques romaines multiples aboutissant à une réflexion sur les pouvoirs et leur nature, sur les relations qu’ils entretenaient avec les populations quelles qu’elles fussent. L’histoire politique et administrative elles-mêmes, tout comme l’histoire des armées et des institutions ont été relues : les notions de centralisme, de rapports entre le public et le privé, la part du droit, le rôle des administrateurs, les « élites » ont fait l’objet de nouvelles enquêtes, illustrant le fait que les nouveaux documents ne sont pas les seules voies pour renouveler les questionnaires. Les inscriptions ont cependant contribué amplement aux recherches et à leur progression, mais la combinaison de toutes les sources d’information s’est imposée peu à peu.

6S’il fallait définir à tout prix un contenu cohérent ou un esprit du recueil devenu un livre, ce serait celui de la confrontation permanente entre l’obligation de formulations claires et indispensables et l’incessante remise en cause non des avancées érudites, bien réelles et enrichissantes, mais des interprétations partielles, sans être partiales, par la force des choses. Les textes successifs et ordonnés traduisent et manifestent une condition d’historien appartenant à une communauté large, interdisciplinaire et tributaire des fluctuations des disciplines et de leur perception dans des sociétés en pleine mutation. L’idéal partagé pour une histoire chaque fois plus libre et plus sûre de sa légitimité intellectuelle et sociale ne peut pas empêcher que ce soit une personne bien identifiée qui joue le rôle de truchement avec tout ce que cela suppose. C’est donc une trajectoire marquée par des expériences personnelles qui est assurément à la source d’un travail d’historien centré sur les époques romaines. Parmi l’éventail des données, la relation pédagogique a occupé une place indiscutable. Découvrir en faisant découvrir est au cœur d’un enseignement digne de ce nom et entre dans un circuit d’échanges infinis qui en appellent d’autres.

7Il convient de remercier à sa juste mesure les éditeurs du cadeau qu’ils me font en se chargeant d’une tâche ingrate mais, du moins puis-je l’espérer, pas trop fastidieuse. Il ne s’agit pas d’« autoreprésentation » ni de mise sur un piédestal en ce qui me concerne. J’y vois le signe que j’ai essayé d’être utile en faisant tout simplement mon travail, un travail enrichissant et passionnant il est vrai à chaque moment du parcours. Antonio Machado, dans un poème intitulé « Cantares » et aujourd’hui mis en musique, a rappelé que les chemins de la vie n’ont pas d’itinéraire prescrit à l’avance et qu’il n’existe de sentier que celui que chacun a bien voulu tracer lui-même.

Notes de bas de page

1 Personne n’est oublié mais je ne peux pas citer tout le monde.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.