Version classiqueVersion mobile

La toge et les armes

 | 
Patrick Le Roux

Avant-propos

Sabine Armani, François Cadiou, Patrice Faure, Bertrand Goffaux, Nicolas Mathieu, Milagros Navarro Caballero, Jocelyne Nelis-Clément et Christophe Schmidt-Heidenreich

Texte intégral

1Agrégé d’Histoire, Professeur au Lycée Descartes de Tours, puis au Lycée Français de Londres, Membre de la Casa de Velázquez (Madrid, 1970-1973), Docteur ès-Lettres (Bordeaux 3, mars 1980), Visiting Member de l’Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis, 1986), détaché comme Directeur de Recherche à L’Année épigraphique (CNRS-USR 710), dont il est membre et à laquelle il contribue depuis 1973, Patrick Le Roux a exercé les fonctions d’enseignant-chercheur pendant une quarantaine d’années, avant son départ en retraite en 2008. Sa carrière universitaire, commencée à l’université Paris 10 – Nanterre, l’a conduit à exercer les fonctions de Professeur à l’université Toulouse 2 – Le Mirail (1983-1996), à l’université Rennes 2 – Haute-Bretagne (1996-2003) et à l’université Paris 13 (2003-2008), dont il est Professeur émérite. Il a également exercé à l’École Normale Supérieure (ENS) de la rue d’Ulm, à Paris, en tant qu’enseignant invité. Président de la Société Française d’Épigraphie Romaine (2001-2002), Membre correspondant de la Real Academia de la Historia depuis juin 1995, il est membre associé du CRESC (EA 2356), équipe de recherche de l’université Paris 13.

2Son parcours, caractérisé par la féconde alliance de l’enseignement et de la recherche, s’est traduit non seulement par une riche production scientifique mais aussi par l’exemplarité pédagogique de la formation qu’il a dispensée à tous les étudiants, notamment aux candidats aux concours du CAPES et de l’agrégation, ainsi qu’à de nombreux doctorants, dont certains sont devenus à leur tour enseignants-chercheurs. D’autres disciples ont pu bénéficier, au gré de leur carrière, de son enseignement dans des séminaires, de la stimulation de ses recherches et de son exigeante rigueur. Convaincus de l’importance et de l’actualité de ses contributions scientifiques, mais aussi désireux de répondre aux sollicitations d’universitaires français et étrangers, un certain nombre d’entre eux ont souhaité réunir une sélection d’articles choisis parmi la riche et toujours vivante production scientifique de P. Le Roux, qui compte à ce jour plus de 180 articles (de 1971 à 2011), 13 ouvrages dont 5 sous sa seule signature (de 1979 à 2011), ainsi qu’une quarantaine de préfaces, comptes rendus et articles de vulgarisation.

3Il importait que ces scripta varia reflètent l’ampleur, la profondeur, la diversité et la cohérence de son travail, tout en mettant clairement en exergue les deux principaux axes qui ont irrigué son « parcours de vie » et formé les traits originaux de son œuvre : une réflexion sur l’Empire romain tout entier, mais aussi un regard constamment porté sur la péninsule Ibérique, qu’il a longtemps arpentée et fouillée. Les études retenues dans ces scripta varia l’ont été selon des critères de choix bien définis, qu’il importe de préciser. Dans un premier temps, chacun des éditeurs à l’initiative du projet a établi une liste des articles jugés les plus décisifs pour sa formation et ses propres recherches. Ils ont tout particulièrement veillé à retenir des études qui se distinguaient par l’ampleur des apports factuels, par le caractère fondateur et novateur des perspectives dégagées et par le regard critique et rétrospectif porté sur des questions historiques fondamentales. Ils sont aussi convenus d’exclure les articles en collaboration afin de préserver la singularité du livre. Dans un deuxième temps, le choix ultime de la sélection des articles et de l’orientation de l’ouvrage a été laissé à P. Le Roux, qui avait émis le souhait, dès les débuts du projet, de pouvoir ajouter des mises au point éventuelles, ainsi que des articles inédits et des indices.

4La difficulté de procéder à une sélection dans une œuvre si riche et si importante a rapidement conduit les éditeurs à proposer une publication en deux volumes, distincts mais étroitement liés par l’unité générale de la réflexion. Le premier, intitulé La toge et les armes, développe des problématiques essentielles de l’histoire de l’Empire romain. La première partie regroupe huit chapitres et forme une réflexion méthodologique et historique sur deux aspects indissociables du travail de P. Le Roux : le métier d’historien et la pratique de la science épigraphique. Les deux parties suivantes sont consacrées à un sujet que l’auteur n’a jamais perdu de vue depuis sa thèse, épuisée, intitulée L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Paris, 1982). Chacune réunit une dizaine de chapitres concernant le monde militaire, envisagé dans toute la richesse de ses rapports avec les sociétés et les espaces provinciaux, à l’échelle de l’empire ou de la péninsule Ibérique. La quatrième partie revient au monde civil et propose une réflexion sur la cité, envisagée dans ses dimensions politiques, juridiques et culturelles. Les six chapitres qui la composent s’emploient à explorer les sens et les pratiques de la citoyenneté antique, comme à démêler l’écheveau des statuts des cités sous l’autorité romaine. Ils offrent aussi une réflexion actuelle sur la notion complexe de « romanisation », qui suscite aujourd’hui de nombreuses discussions. Enfin, une dernière partie, dédiée aux espaces et aux populations des Gaules, se recommande tout particulièrement par la présentation de deux études inédites, sur les six articles présentés. Elle rappelle aussi que tout en ancrant solidement ses racines dans la péninsule Ibérique, la réflexion de P. Le Roux concerne bien d’autres secteurs et se montre toujours attentive à replacer les contextes locaux dans le cadre général de l’imperium Romanum.

5Le second volume de ces scripta varia sera plus particulièrement consacré à des études relatives à la péninsule Ibérique, illustrant l’apport majeur de l’auteur à la connaissance du fonctionnement des sociétés provinciales hispaniques.

6Ces livres n’auraient pas pu voir le jour sans le concours de diverses personnes et institutions. Nous remercions chaleureusement M. Pierre Corbel, directeur des PUR, et M. Francis Prost qui a accueilli ce volume dans la série Histoire ancienne de la collection Histoire. Notre reconnaissance s’adresse également aux éditeurs originaux des études rassemblées ici, qui nous ont gracieusement autorisés à les reproduire dans ce volume. Nous remercions enfin les universités et centres de recherche avec lesquels P. Le Roux a travaillé et qui ont tous contribué financièrement à l’édition des scripta varia : le CRESC (EA 2356) de l’université Paris 13, pour sa générosité et son soutien sans faille, sans lesquels rien n’aurait été possible, l’Institut Ausonius (UMR 5607 du CNRS, Bordeaux 3), L’Année épigraphique (USR 710 du CNRS), les universités de Paris 10 – Nanterre, Toulouse 2 – Le Mirail et le LAHM (composante Rennes 2 du CReAAH). Que tous ceux grâce à qui ce projet aboutit soient assurés de notre gratitude. Nous voudrions que P. Le Roux trouve dans ces volumes l’expression de l’amitié des éditeurs, pour l’aide et la stimulation qu’il leur a toujours généreusement prodiguées. Enfin, nous souhaitons témoigner notre reconnaissance à l’homme chaleureux, ouvert et, loin des sentiers antiques, surtout attentif aux itinéraires personnels et aux curiosités de chacun d’entre nous.

Auteurs

Université de Genève – L’Année épigraphique (USR 710)

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search