Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gaullisme et gaullistes

 | 
François Audigier
, 
Frédéric Schwindt

Introduction

François Audigier et Frédéric Schwindt

Texte intégral

1Le Rassemblement du Peuple Français qui avait déjà emporté la plupart des villes de l’Est lors des municipales de 1947 (Strasbourg, Mulhouse, Nancy, Metz, Thionville, Épinal, etc), obtint de nouveau un excellent résultat lors des législatives de 1951. Dans dix départements, il obtint les suffrages d’au moins 20 % des inscrits. Il s’agissait de tous les départements alsaciens et lorrains, auxquels s’ajoutaient à l’Ouest la Marne et la Haute-Marne ainsi qu’au sud la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Ces départements envoyèrent 19 élus RPF à l’Assemblée, soit presque le cinquième du futur groupe gaulliste. Seuls le grand Ouest et la région parisienne s’étaient montrés aussi favorables au Rassemblement. À l’évidence la France de l’Est entretenait avec le gaullisme d’opposition un rapport privilégié où se mêlaient de manière complexe les héritages historiques, les déterminants socio-économiques et les influences culturelles.

LE GAULLISME EN 1951

LE GAULLISME EN 1951

Source : François Goguel, Géographie des élections françaises sous la troisième et la quatrième République, Paris, Armand Colin, 1970, p 120-121.

2L’université Nancy 2 et le Centre culturel Charles de Gaulle de Lorraine ont souhaité étudier cette relation particulière. Il s’agit de comprendre comment un homme (de Gaulle) et un courant politique (le gaullisme) ont pu s’ancrer pratiquement et symboliquement dans un espace (le grand Est) à un moment donné (l’après-guerre). Pendant trois jours, les 21-22-23 mai 2007, une vingtaine de chercheurs présentèrent des communications portant sur les Gaullistes dans la France de l’Est sous la IVe République autour de cinq axes thématiques : les structures, le personnel, les partenaires et adversaires, la culture politique et l’enracinement symbolique dans l’histoire et l’espace. Ce colloque s’inscrit dans une tradition nancéenne d’histoire politique, incarnée par plusieurs historiens ou politologues comme Pierre Barral, Gilles Le Béguec, François Borella et François Roth. Depuis une dizaine d’années, cette orientation thématique s’est exprimée par des colloques comme celui sur les Modérés en 1998 et des enquêtes comme celles dirigées par Jean El Gammal sur les parlementaires lorrains de la IIIe, IVe et Ve République.

Gaullisme et Gaullistes dans l’Est sous la IVe République : une histoire possible et nécessaire

3Si l’histoire globale du gaullisme d’opposition sous la IVe République est bien connue grâce notamment au colloque Charles de Gaulle et le RPF tenu à Bordeaux en 1997 (pour ne pas citer les travaux plus anciens de Christian Purtschet, Jean Touchard et Jean Charlot), les éclairages régionaux sur le Rassemblement restent encore peu nombreux. L’étude approfondie de Bernard Lachaise sur Le gaullisme dans le Sud Ouest au temps du RPF (1997), la thèse déjà ancienne (1981) de Michel Boivin sur Le Gaullisme en Basse-Normandie comme celle plus récente (2007) de Nathalie Pistre-Garnier sur L’implantation des Gaullistes en Seine-Banlieue sous la IVe République ont certes fourni des pistes précieuses mais l’ensemble du territoire n’est pas couvert, loin de là.

4Cette situation est regrettable à plusieurs titres. Les conditions pratiques d’une histoire régionale du RPF sont d’abord réunies puisque les archives du RPF (consultables à la Fondation Charles de Gaulle à Paris) contiennent de très nombreux cartons départementaux et régionaux ainsi que de riches dossiers concernant la presse locale. Beaucoup d’étudiants de Maîtrise/Master ayant rédigé des monographies départementales sur le RPF ont déjà exploré ces archives partidaires d’autant plus exploitables que la Fondation a eu l’heureuse idée en 1996 d’en publier l’inventaire précis dans le no 3 de ses Cahiers. Rappelons qu’avec le PCF dont les papiers ont été déposés aux Archives départementales de Seine Saint-Denis, le Rassemblement est le seul grand parti français dont les archives sont accessibles aux chercheurs… La publication récente des témoignages réunis sur cette période par la Fondation Charles de Gaulle rend aussi la source orale facilement utilisable. Le Centre culturel Charles de Gaulle de Lorraine s’est de son côté engagé dans la collecte des souvenirs d’anciens gaullistes régionaux. Les notices biographiques et les études de cas réalisées dans le cadre du Dictionnaire des gaullistes de la IVe République ont enfin permis d’approfondir les connaissances sur le personnel et les réseaux gaullistes locaux.

5Si l’histoire régionale du RPF est donc possible, elle est aussi nécessaire. Un des axes du renouvellement de l’histoire des partis est constitué en effet d’une réflexion sur le rapport complexe qu’entretient l’organisation militante à son espace géographique. Si l’évolution du Rassemblement obéit à une chronologie d’ensemble bien connue (démarrage foudroyant des années 1947-1948, stagnation jusqu’au demi-échec des législatives de 1951, déclin après 1952-1953) et présente quelques caractéristiques nationales plus ou moins communes en terme de sociologie électorale et militante, d’organisation partidaire ou de corpus doctrinal, ces tendances de fond ont pu ici et là être affectées par des variables régionales. Au niveau local, des cultures politiques spécifiques, des questions de personnes, des rapports de force originaux entre les partis, des cadres socio-économiques propres, ont pu influencer le RPF au point de lui donner parfois une identité particulière. L’enjeu d’une telle réflexion n’est pas mince si l’on songe (comme nous y invitait Bernard Lachaise dans son rapport de synthèse sur « Le RPF dans les régions » au colloque de 1997) que de l’organisation et du fonctionnement du Rassemblement dans les régions découlèrent en partie les succès et échecs nationaux du premier mouvement gaulliste…

Les mouvements et les hommes

6S’agissant des mouvements gaullistes, le colloque a privilégié le RPF dont on a rappelé les différentes phases d’implantation, de structuration et de crise dans la France de l’Est au travers d’études d’ensemble comme de monographies départementales. Les éventuelles spécificités régionales et départementales (niveaux d’effectifs, motivations de l’engagement, sociologie des adhérents, modes de militantisme, etc) ont été soulignées dans une démarche comparative et multiscalaire entre local et national. Les antennes spécialisées ou les organisations satellites du RPF (jeunes et étudiants, AOP, mouvements Anciens Combattants, services d’ordre, etc), jusque-là peu étudiées à une échelle locale, ont donné lieu à des communications. Les autres petites formations qui ont pu se réclamer du Général avant, pendant et après le Rassemblement n’ont pas été négligées (Union Gaulliste, Républicains sociaux) tout comme des organisations locales trop oubliées à l’image de l’UNAR alsacienne qui fut la première manifestation du gaullisme politique après-guerre.

7Au niveau régional, la relation complexe des gaullistes du RPF avec d’autres mouvements de l’époque situés au centre et à droite de l’échiquier politique (UDSR, parti radical, MRP, indépendants du PRL puis du CNIP) a été appréhendée sous ses différents aspects (double appartenance, stratégies d’apparentement, collaboration locale, rivalité électorale, transfert de personnel, etc). Des personnalités modérées ou conservatrices locales (à l’image de Louis Jacquinot et de Louis Marin pour la Lorraine) se sont positionnées avec ambiguïté par rapport au RPF. L’opposition était évidemment plus claire et dure avec les « séparatistes » du PCF dans le contexte de la Guerre froide et des grandes grèves de 1947-1948, même si l’affrontement avec les Communistes fut dans l’Est moins violent qu’ailleurs.

8S’agissant du personnel politique, des portraits d’élus et de responsables régionaux (Marcel Prélot, Raymond Mondon, Maurice Lemaire, Roger Souchal, André Bord, etc…) ont mis en évidence le rôle de quelques acteurs charismatiques dans l’implantation et la diffusion du Rassemblement, tout en revisitant à la baisse l’importance locale de prestigieuses figures nationales (le général Koenig). Le rapport au mouvement gaulliste était souvent parasité par la relation à de Gaulle. Lionel-Pèlerin par exemple, maire de Nancy et patron du RPF de Meurthe-et-Moselle, estimait ne pas avoir de comptes à rendre aux instances locales du Rassemblement dans la mesure où il avait été « installé » par de Gaulle en personne… Les parachutages imposés par la rue de Solférino étaient fréquents, qui servaient autant à placer des personnalités amies qu’à arbitrer des situations de rivalité locale. Le colloque a insisté en effet sur l’importance de la conflictualité interne dans un Rassemblement moins discipliné qu’attendu et qui souffrit de son incapacité à gérer sereinement ses nombreuses querelles.

9Le RPF enfin, dans l’Est comme ailleurs, a joué et trop sans doute la carte des notables mais il a su aussi se tourner vers des hommes neufs issus de la France libre et de la Résistance (comme dans l’Aube ou le Haut-Rhin). L’influence du gaullisme d’opposition ne se limitait pas du reste au seul cadre militant mais passait aussi et surtout par de nombreux réseaux dans la société civile. Le gaullisme gagna les esprits en pénétrant les milieux professionnels (y compris l’armée), en infiltrant le monde associatif et en trouvant des relais dans les médias. Ces réseaux informels d’influence résistèrent mieux à la décrue du gaullisme politique après 1952 qu’une structure militante trop rigide. C’est par eux avant tout que de Gaulle et ses Compagnons trouvèrent les ressources nécessaires pour se maintenir à flot durant la Traversée du Désert puis reprendre le chemin du pouvoir au printemps 1958 à la faveur de la crise algérienne.

10Parmi les gaullistes lorrains, alsaciens, champenois et franc-comtois de la Ve République, quelle est la part de ceux passés par le RPF et les Républicains sociaux ? Si les trajectoires de fidélité sont nombreuses, elles voisinent avec des parcours plus complexes comme ceux de Raymond Mondon ou Pierre Koenig… Dans les années 1960, la France de l’Est resta un bastion gaulliste comme le prouvèrent les résultats lors de la présidentielle de décembre 1965, des législatives de juin 1968 et du référendum d’avril 1969. Mais cet ancrage, qui déjà s’effritait en périphérie (Champagne-Ardennes, Territoire de Belfort), s’affaiblit à partir des années 1970 au profit d’autres courants politiques et notamment de la droite libérale et centriste.

Le gaullisme à son apogée

Le gaullisme à son apogée

Source : d’après Le Monde, résultats électoraux.

Espaces et culture politique

11L’Est constitue un ensemble géographique aux fortes spécificités culturelles, socio-économiques et politiques. Ces singularités ont évidemment marqué l’identité du RPF local. En Moselle, le fait d’être dialectophone ou non n’était pas sans conséquence sur le rapport au gaullisme, tout comme en Alsace, le fait d’être catholique ou protestant ou en Meurthe-et-Moselle d’être mineur de fer ou de charbon. C’est la question du rapport de la politique à l’espace qui est ici posée dans ses dimensions pratiques et symboliques.

12Municipales de 1947, cantonales de 1949 et législatives de 1951, à trois reprises les scrutins témoignèrent de l’implantation puissante du gaullisme dans l’Est. Comment expliquer ce fort ancrage dans les terres lorraines, alsaciennes, champenoises et franc-comtoises ? Les particularités de la France de l’Est sont sans doute déterminantes. On pense de suite aux souvenirs prégnants des défaites de 1870, de l’annexion allemande puis de la Grande guerre, aux souffrances d’une Occupation qui s’était prolongée là plus longtemps et plus durement qu’ailleurs (avec le STO, les Malgré-nous alsaciens et mosellans, les réquisitions), ainsi qu’aux terribles combats de la Libération à l’automne-hiver 1944. D’autres facteurs socioculturels pourraient être évoqués, comme à cette époque encore l’importance du fait religieux et de la présence militaire, la proximité de la frontière et le fort patriotisme qui en a longtemps découlé, la prédominance persistante d’une société rurale conservatrice. En 1972, dans sa Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Serge Bonnet résumait le tout en ces mots peut-être un peu durs : « Le gaullisme de 1945, du RPF, a été un gaullisme de frontière, la traduction politique d’un patriotisme aux manifestations plus vives que dans la France du Sud et de l’Ouest. Lorsque l’Allemand devint militairement moins menaçant, les souvenirs des épreuves moins présents, le gaullisme de frontière devint ce qu’il était davantage dans l’Ouest de la France sous la Ve République : un gaullisme d’ordre social. » Et il ajoutait : « On pourrait aussi avancer que les Lorrains, moins encadrés par leurs curés et leurs militaires, perdirent leur originalité, rejoignirent le Français moyen, devinrent des banlieusards politiques… »

13Mais le rapport du gaullisme à l’espace est aussi symbolique. Le lien privilégié avec la France de l’Est est d’abord celui qu’entretenait le Général avec une terre où il avait combattu (lors des deux guerres mondiales) et séjourné (en garnison à Metz comme colonel en 1939, à la Boisserie aussi bien entendu). Si le Général s’est toujours fait « une certaine idée de la France », il s’est aussi fait une très haute idée de l’Est. Pour ce lecteur de Barrès, cette région à ses yeux sentinelle et exposée représentait une France essentielle et éternelle, sans doute un peu mythifiée. De Gaulle s’identifia profondément à cet espace. Au point de choisir la Croix de Lorraine comme emblème de Résistance militaire puis de combat politique. Au point aussi de s’y installer, à Colombey, dans ce petit village d’une Champagne austère qui devint le refuge du gaullisme en exil durant la Traversée du désert avant d’être consacrée comme lieu de mémoire national. De Gaulle se trouva sans doute en accord profond avec « ces paysages durs, battus par les vents, où il fait souvent mauvais, mais chargés de l’histoire nationale la plus dramatique » (Jean Lacouture). Jacques Chaban-Delmas l’avait compris qui notait : « Il a choisi la terre des ancêtres, les grands espaces, la rigueur du climat, l’hiver, tout ce qui correspond à la détermination, à la volonté, à l’endurcissement de l’être, ce qui correspondait très naturellement à sa recherche personnelle, et là, il s’est trouvé dans son élément. »

14Cette France de l’Est qu’il avait traversée comme militaire et Libérateur (au balcon de l’Hôtel de Ville, place Stanislas le 25 septembre 1944…), il l’a retrouva très vite comme responsable politique à l’occasion de meetings et cérémonies (discours de Bar-le-Duc et d’Épinal). Ce n’est donc pas un hasard si de Gaulle choisit la Lorraine et l’Alsace pour marquer les temps forts de son parcours militant (du discours de Strasbourg le 7 avril 1947 pour lancer le RPF… aux assises du Rassemblement à Nancy en novembre 1951 pour relancer le RPF). Une relecture attentive des discours, articles et Mémoires rédigés durant la période considérée révèle l’attachement intime du Général à ces provinces souvent mentionnées. Mais ce qu’Odile Rudelle appelle le « système de mémoire » de de Gaulle, concernait tout le Mouvement gaulliste. Pour ne citer que la Lorraine, le rappel fréquent dans les journaux du Rassemblement comme dans ses congrès des figures (Jeanne d’Arc), des combats (Verdun) et des symboles locaux (la Croix de Lorraine), signifiait bien dans ce RPF très patriotique où l’histoire était sans cesse convoquée pour légitimer l’action présente, la place particulière que tenait l’Est dans l’imaginaire collectif gaulliste.

Table des illustrations

Titre LE GAULLISME EN 1951
Légende Source : François Goguel, Géographie des élections françaises sous la troisième et la quatrième République, Paris, Armand Colin, 1970, p 120-121.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Le gaullisme à son apogée
Légende Source : d’après Le Monde, résultats électoraux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540