Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Conclusion

Texte intégral

1❍ La dernière guerre « d’indépendance » s’achève pour nous sur constat d’échec militaire et un désastre humain et matériel.

  • 1 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France à l fin du Moyen Âge, aspects financiers et (...)

2Les opérations ont montré la supériorité de l’attaque sur la défense, du canon sur la haute muraille. Ce n’est pas une nouveauté ; on le savait déjà depuis les dernières opérations de la guerre de Cent Ans, en Normandie et en Guyenne1. Des années de travaux, des sommes considérables n’ont servi à rien. Sauf à Nantes, aucun siège n’a excédé les huit jours et, la plupart du temps, les capitaines, soit par obligation, soit par incompétence ou sous la pression de leurs administrés, ont préféré capituler dès les premières salves. La résistance s’est avérée inutile, dangereuse car elle exaspère l’ennemi, l’amène à pilonner, de son artillerie irrésistible, les fortifications et les maisons et le pousse au pillage et aux mesures de rétorsion. Les enceintes d’Ancenis, de Châteaubriant, de Ploërmel, de Pontivy connaissent un début de démantèlement. Le fier donjon de Saint-Aubin est miné sur l’ordre de Charles VIII et comme coupé en deux. C’est l’échec de toute une politique militaire, le sacrifice inutile de communautés qui assistent, impuissantes, à la ruine de leurs illusions.

  • 2 Guillaume de Jaligny, Histoire de Charles VIII, roy de France, Paris, 1684, p. 39.
  • 3 ADLA B 12, fo 128 vo-129.

3Le paysage urbain sort profondément marqué par les épreuves. Les expropriations et « les démolicions faictes pour la chose publicque de ce païs », les méfaits des salves d’artillerie ennemie, les incendies, les pillages des immeubles intacts après la capitulation ont martyrisé des quartiers entiers. Si une ville n’a pas résisté ou si les conditions de reddition ont été clémentes, avec interdiction aux soudards de piller, les citadins vaincus ont obtenu « vies et bagues sauves », et n’ont subi aucun outrage. Inversement, les capitaines français n’ont pas toujours su ou voulu retenir leurs troupes. Dol, Ploërmel, Quintin souffrent des excès d’une soldatesque aveugle, les campagnes voisines davantage encore. « Il n’est quasi pas croyable d’entendre les maux que souffroit lors le pays de Bretagne », dit Jaligny, dans son Histoire de Charles VIII2. Quand les troupes de La Trémoille pénètrent dans le duché, l’inquiétude envahit les bourgeois d’Ancenis dont le seigneur, le maréchal de Rieux, a trahi le roi. Ils savent que la vengeance sera impitoyable, que les Français s’acharneront sur les biens de leur ancien allié. Les moins braves prennent aussitôt la fuite ; les autres résistent six jours puis capitulent. Ils sont expulsés de leurs logis, comme le narre en quelques mots, le receveur de la seigneurie, pour justifier ses pertes « pour ce que, au moys de may, le siège fut mis audit lieu d’Ancenis par les gens du roi et y furent jusqu’environ la fin juillet, a l’occasion de quoy les habitans dudit lieu d’Ancenis s’en allèrent3 ».

4Les citadins, de toute condition, souhaitent avant tout la paix indispensable aux affaires et aux reconstructions, ce qui explique les feux de joie et la liesse à l’annonce de la fin des hostilités.

5❍ Les réactions immédiates de la population urbaine transparaissent au travers d’une lecture attentive des archives municipales.

6La première, on l’imagine sans peine, est le soulagement qui naît de la fin des hostilités, de l’annonce des négociations de paix en cours, des fiançailles puis du mariage, cérémonie à laquelle participe une délégation de bourgeois rennais. Chacun a le sentiment d’avoir échappé à un affreux cauchemar, si bien que, dans les jours et dans les semaines qui suivent ces événements, la moindre bourgade devient le théâtre de réjouissances et de festivités destinées à célébrer dignement la paix retrouvée. C’est le cas à Rennes dès le 23 décembre 1491, à Tréguier, plus tard, le 11 janvier 1492, date à laquelle une procession est organisée « pour la paix et joyeuses nouvelles du mariage du roi et de la duchesse », suivie d’un spectacle de « masques » (sic), donné par une compagnie sous la direction d’un certain maître Péan.

7La joie est éphémère. Très vite, l’inquiétude renaît dans nos murs. On s’interroge, en effet, sur l’avenir des libertés urbaines. Seront-elles menacées ? Va-t-on sanctionner les villes qui ont résisté, Rennes par exemple ? On sait que le roi, pressé par un entourage plutôt hostile à la jeune duchesse et à ses conseillers bretons, est décidé à exercer la plénitude de ses droits dans le duché et à laisser subsister le moins d’autonomie possible. Les bourgeois ont vu arriver avec inquiétude, non seulement les soldats, mais les administrateurs eux-mêmes. Mais ils ont vite constaté aussi que le changement de régime n’a pas eu de conséquences graves pour nos villes. Les institutions en place depuis un siècle continuent de fonctionner souvent avec les mêmes hommes. Les seuls bouleversements notables se font dans l’armée, le renvoi de capitaines, un changement de cadres qui préfigure nos actuels mouvements préfectoraux. Mais est-ce bien important maintenant ? En temps de paix les gouverneurs militaires sont rarement présents et délèguent leurs pouvoirs à des lieutenants. On retrouve, par contre, les mêmes noms de personnes ou de familles dans les conseils, comme miseurs ou comptables, contrôleurs des travaux publics, procureurs des bourgeois ou porte-parole devant les tribunaux ou à la cour, responsables des portes, des ponts, des hôpitaux. Charles VIII a la sagesse, diront certains, l’astuce politique, diront d’autres, de renouveler les constitutions d’antan, les privilèges concédés par ses prédécesseurs, ducs de Bretagne. Il le fait à Nantes, le jour de son entrée solennelle, le 26 mars 1491, et autorise même la tenue de réunions publiques dans l’ancienne maison de la prévôté. Les statuts des corps constitués, de l’Université, des confréries professionnelles sont prorogés sans difficulté. L’ultime résistance des Rennais n’est pas préjudiciable à leurs libertés, si bien qu’à lire superficiellement les articles des comptes, on a le sentiment que tout est revenu comme avant avec les mêmes problèmes journaliers, les mêmes recettes, les mêmes dépenses, les indemnités aux expropriés en plus, les gros travaux de défense en moins.

8Les rapports entre les bourgeois et les nouveaux responsables venus de Paris ne donnent pas l’impression d’être conflictuels. Le climat est ici plus serein qu’à la cour où la duchesse supporte mal l’hostilité de sa belle-sœur et du parti des Beaujeu. Le prince d’Orange, nommé lieutenant général, préposé aux affaires militaires, est accueilli avec faste et reçoit, lors de ses visites, de riches cadeaux qui choquent dans le contexte de pénurie générale. Les citadins se gardent bien de participer à des mouvements séditieux et le fameux complot breton nobiliaire dont parle A. de La Borderie ne semble guère avoir eu d’échos favorables intra-muros. On notera, à l’inverse, la participation citadine aux commémorations des joyeuses naissances princières, des victoires remportées par les troupes royales en Italie, tel le succès de Fornoue du 5 juillet 1495.

9Un problème agite dans l’immédiat les communautés, la question du séjour des grandes administrations. Ne minimisons pas les faits. De leur présence ou de leur absence dépend, en partie, l’avenir économique d’une localité habituée à héberger et à nourrir des magistrats aisés et leurs familles. Une commission d’enquête parisienne conseille en 1492 le transfert des archives et des services de la Chambre des comptes de Vannes à Nantes. On devine l’indignation et l’amertume des Vannetais ; ils ne sont d’ailleurs pas les seuls mécontents. Les Rennais se croyaient bien placés pour récupérer les bureaux ; on leur répétait qu’ils habitaient « la ville capitalle du duché » ! L’affaire du Parlement accroît encore les tensions. Cette instance judiciaire, créée en 1485, n’a fait qu’une furtive apparition à Vannes, interrompue par les hostilités. Charles VIII l’a fait renaître en 1492 sous l’appellation de Grands Jours et fixe avec soin les modalités de fonctionnement. Mais le tribunal abandonne lui aussi la cité morbihannaise pour s’installer six mois à Rennes, six mois à Nantes. Les Rennais s’estiment lésés et cherchent par tous les moyens, y compris l’argent et le trafic d’influences, à récupérer la totalité du gros lot !

10❍ Les difficultés socio-économiques que les villes doivent supporter avec beaucoup de stoïcisme subsistent quelque temps.

11Elles sont toujours confrontées à un drame social. Que faire des sans-logis, des centaines de miséreux qui hantent les rues et peuplent les hôpitaux ? En 1492, la municipalité de Rennes consacre 1 850 livres 10 sous, moins que prévu en fait, au sauvetage des familles sinistrées, une goutte d’eau dans l’océan des indemnités, chiffrées à 43 000 livres ! La question reste encore d’actualité, dix ans plus tard. On remarque, en épluchant les noms des comptabilités, que le favoritisme joue à un degré à peine imaginable ; une minorité d’individus haut placés est vite remboursée, alors que la masse des plus démunis doit patienter des années avant de toucher à peine le dixième de ce qui lui avait été promis initialement !

12La crise économique persiste plusieurs années de suite. On ne reconstruit pas, du jour au lendemain, les ponts, les moulins, les halles, les installations portuaires détruits. Fougères, Guingamp, Montfort, Quintin, Rieux, Rochefort, etc. restent des villes sinistrées et, tant que la sécurité n’est pas encore totalement garantie, les marchands étrangers tardent à fréquenter nos marchés et nos foires. Les droits de cohuage (taxes sur les halles), les droits de cloaison aux entrées des villes, les billots sur les vins, les taxes de pavaiges sont loin d’être revenus à leur niveau antérieur et enregistrent encore de sérieux déficits.

13Pourtant, quelques mesures bénéfiques ont déjà été prises ou sont sur le point de l’être par le gouvernement royal et soulagent un peu les misères. Certains y verront, bien sûr, une arrière-pensée politique, une entreprise de ralliement. C’est le résultat qui compte. Après son entrée à Nantes, en avril 1491, le roi a accordé aux Bretons une remise des arriérés d’impôts dus à l’État, puis, dans les années qui suivent le retour de la paix, l’oppression fiscale s’est sensiblement et momentanément atténuée, ce qui ne signifie pas, loin de là, l’abandon du système d’impositions en vigueur depuis plus d’un siècle, ni même la fin des contributions forcées. Des villes sont encore astreintes à financer la construction de vaisseaux de guerre à Morlaix jusqu’à concurrence de 14 418 livres. Le redressement de la monnaie bretonne, amorcé dès mars 1490, sous le régime précédent, se poursuit mais complique la situation puisque les comptabilités gardent encore traces des perturbations d’antan en distinguant soigneusement les recettes et les dépenses faites en monnoies foibles, de celles effectuées en monnoies fortes. L’imbroglio qui en résulte est aggravé par la tentative d’implantation du système tournois, avant que Charles VIII, sensible aux difficultés et aux plaintes des responsables, ait la sagesse d’y renoncer. S’amorce enfin une stabilisation des salaires et des prix qui ne peut être, à la longue, que bénéfique.

14Une reprise des affaires semble enfin s’amorcer, stimulée par le retour des marchands étrangers, des Espagnols à Nantes, par des activités portuaires et quelques initiatives bénéfiques dès l’époque de Charles VIII, telles que le transfert à Nantes d’une ancienne foire lyonnaise de quinze jours depuis l’Epiphanie et appelée la foire de l’Apparucion, ou les toutes dernières foires franches de Fougères (1488) et de Dinan (1510) C’est peu dans l’océan des oppressions et dépréciations qu’évoquent encore les textes mais c’est un heureux présage pour l’avenir. Pour l’instant la morosité des humbles, des ouvriers victimes des chertés de vivres périodiques persiste un temps et contraste avec l’optimisme d’une poignée de privilégiés. Les hôpitaux continuent de déborder d’activités.

15❍ Les villes renouent enfin à l’aube des Temps Modernes avec la politique des grands travaux militaires, pleinement justifiée quand on connaît l’évolution de la situation internationale, les conflits avec les Anglais et le danger venu de la mer.

16Plusieurs châteaux sont reconstruits ou achevés à cette époque et, la plupart du temps, les maîtres d’œuvre s’efforcent de concilier les impératifs de la défense et l’attrait de la belle résidence. On travaille à l’aménagement des forteresses de Josselin, de Pontivy, de Rohan, aux dernières « roues » du « Chariot » de Saint-Malo et à ce volumineux cylindre connu sous la curieuse appellation de « Qui qu’en grogne ». On s’active toujours au châtelet de Vitré, aux forteresses de Châteaubriant, de Nantes, de Rieux et de Rochefort. Moins connus, mais plus mobilisateurs encore de bras et de capitaux, sont les réaménagements des enceintes, malmenées par les derniers conflits et souvent mal adaptées à l’usage du canon ; on poursuit l’installation de nouveaux boulevards à usage militaire, de casemates et de tours d’artillerie en fer à cheval, de fossés plus profonds et plus larges, de ponts à Moncontour, à Nantes, à Rennes, à Vannes.

17De la fin du XVe et du début du XVIe siècle datent des rénovations de quartiers détruits (Richebourg à Nantes), de nouvelles habitations qui ont parfois réussi à traverser les siècles (à Dinan, à Dol, à Morlaix, à Saint-Brieuc), des bâtiments d’utilité publique comme la maison commune de Rennes associée à une école, place de la Vieille-Monnaie, le grand hôpital de Nantes, au confluent de l’Erdre et de la Loire, la tour de l’horloge de Dinan et sa célèbre cloche, fondue en 1507 et parrainée par le vicomte de Rohan et la duchesse, des installations d’égouts, de fontaines, de quais, la pose de pavés.

18Quant à la construction religieuse, interrompue par la guerre, elle retrouve son dynamisme du XVe siècle, avec des chantiers d’églises et de chapelles à Dinan (Saint-Malo intra-muros), à Fougères (Saint-Sulpice, Saint-Léonard), à Hennebont (Notre-Dame-du-Paradis), à La Guerche (Notre-Dame), à Nantes (Saint-Similien), à Morlaix, à Vitré, sans oublier bien sûr l’œuvre des cathédrales de Dol, de Nantes, de Quimper ou de Vannes.

Notes

1 Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France à l fin du Moyen Âge, aspects financiers et économiques », Revue Historique no 527, juillet-septembre 1978, p. 23-47 – D. Le Page et M. Nassiet, L’union…, op. cit., p. 80-84.

2 Guillaume de Jaligny, Histoire de Charles VIII, roy de France, Paris, 1684, p. 39.

3 ADLA B 12, fo 128 vo-129.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540