Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Quatrième partie. Des villes « toutes courues et robées »

Chapitre 12. « Par tens et saeson dostilitéz » 1487-1492

Testo integrale

1Un rappel des prémices du drame s’impose quand les conditions politico-économiques changent à partir de la seconde moitié du XVe siècle. Le duché ne bénéficie plus des circonstances favorables qu’il avait connues du temps de Jean V.

2Jusqu’alors, la Bretagne avait largement tiré parti des difficultés du Royaume suzerain, de son effacement momentané sur la scène politique internationale. Les défaites françaises, l’occupation anglaise, la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons puis les combats de libération du territoire jusqu’à la Guyenne avaient permis à la Bretagne d’échapper à toute tutelle étrangère, de jouir d’une paix relative. Cette indépendance quasi totale s’était doublée d’une prospérité économique, d’un véritable « âge d’or » dira-t-on a posteriori, due, il est vrai, pour l’essentiel, au retrait des principaux concurrents. Pendant plus d’un demi-siècle la Bretagne et la France ont entretenu, dans l’ensemble, de bonnes relations et leurs souverains ont vécu en bonne intelligence. L’habileté de Jean V à rester neutre, les difficultés du royaume, l’aide militaire apportée sur le tard par ses fils et successeurs François 1er et Pierre II, le rôle de leur oncle, le connétable Arthur de Richemond, ont pour effet d’aplanir des litiges anciens et permis au duché d’être davantage un état allié qu’un fief de la couronne soumis à des obligations impératives. Le roi préfère oublier ses griefs et ses rancœurs plutôt que de perdre le bénéfice de l’alliance bretonne, encore indispensable. Les ducs, de leur côté, se sentent assez forts pour refuser de prêter hommage lige au roi, pour définir, par voie d’enquête, l’étendue de leurs droits royaulx, hérités de leurs lointains ancêtres, pour user dans leurs actes de la formule significative le « duc par la grace de Dieu » et pour porter, lors de leur intronisation, une couronne à fleurons.

3Cette situation exceptionnelle se prolonge jusqu’à la fin du règne de Charles VII (1461). Tout change avec François II, duc « de bel et grande apparence », mais frivole et influençable, peu familiarisé au départ avec l’Armorique, successeur en 1458 d’Arthur de Richemont, et avec l’avènement de Louis XI, un roi diaboliquement intelligent, imbu de son autorité sous ses allures de bourgeois, habile jusqu’à la perfidie, prêt à utiliser toutes les armes en son pouvoir pour annihiler ses adversaires. C’est, a-t-on dit, « un innocent feint, tout pétri de malice ». Le monarque, davantage tourné vers l’avenir que vers le passé médiéval, entend traiter le prince breton en sujet et substituer aux liens contractuels de la vassalité ceux de la sujétion. Aux escarmouches, aux humiliations froidement calculées, aux blessures d’amour-propre cruellement ressenties et difficiles à cicatriser, succèdent vite les premiers incidents, les premières révoltes de François II entrecoupées de trêves, l’état de belligérance.

4La participation ducale à la Ligue du Bien Public en 1465, l’intervention bretonne dans les affaires de la Normandie en 1467 pour aider le prince Charles de France, révolté contre le roi son frère, entament un processus de conflit irréversible. L’occupation d’Ancenis par les troupes royales l’année suivante, est un signe avant-coureur des difficultés à venir. Une contre-offensive française pénètre dans les marches et sème un début de panique. Le traité d’Ancenis n’est qu’une pause sur la base du statu quo ante et la moindre occasion est bonne pour croiser le fer. L’alliance de François II avec Charles le Téméraire, duc de Bourgogne adversaire du roi, sont autant d’étapes qui mènent peu à peu à une rupture définitive, consommée sous Charles VIII et à la fin d’un beau rêve. Pendant un temps, les premiers combats n’ont lieu qu’aux frontières, testent les capacités militaires de l’armée ducale et les défenses des marches et montrent leur faiblesse (1468, 1472-1473). Le duché n’est pas encore isolé et peut obtenir d’utiles secours d’alliés européens. Il n’en est plus de même après la disparition du principal d’entre eux, Charles le Téméraire en 1477.

5Si la mort surprend Louis XI, avant qu’il ait eu le temps de liquider le problème breton, son successeur Charles VIII, d’abord placé sous la régence des Beaujeu, puis libéré de toute tutelle, met tout en œuvre pour aggraver une situation déjà tendue et chercher avec succès le casus belli.

  • 1 J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, Ouest-Franc (...)

6Nous nous efforcerons dans cette dernière partie de voir comment les citadins ont vécu les préparatifs de la guerre, le conflit sous François II en 1487-1488 et la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier, la reprise et la fin des hostilités sous la duchesse Anne jusqu’en 14921.

Les difficultés du duché pendant la seconde moitié du XVe siècle

7Dans ces moments difficiles, le duc de Bretagne a plus que jamais besoin de toutes les forces vives de la nation ; or face à une haute noblesse frondeuse que ses intérêts et ses préférences poussent souvent vers la France, face à des prélats méfiants, instruits en France, la bourgeoisie reste, avec la petite noblesse besogneuse, le plus ferme soutien politique, économique, fiscal du régime jusqu’à ce que, fatiguée par tant d’années de dépenses pour des luttes stériles, elle n’ouvre avec soulagement les portes de ses villes à l’armée royale.

Les fragilités économiques

8Le duché est mal préparé pour affronter le conflit qui va l’opposer au Royaume. Son potentiel économique est fragile et menacé.

9❍ À la période de relative prospérité des années 1380-1445, à une phase d’expansion plus difficile dans les années 1445 à 1475, succède le temps des difficultés. Les Bretons ne sont pas partie prenante dans l’essor que connaissent, une fois la guerre de Cent Ans achevée, des provinces ou des ports voisins (la Normandie, Rouen, Dieppe, La Rochelle) ou des puissances maritimes telles que l’Angleterre, la Flandre avec Anvers, l’Espagne et le Portugal.

10Certes, ses échanges restent importants avec cette ancienne aire d’expansion que constituent le Devon et la Cornwall. Les marchands des ports du Léon, du Trégorrois ont encore la possibilité d’écouler, sans trop de concurrence, le sel, les toiles de Morlaix et des environs, les céréales en excédent, les légumes… Dans l’Europe du Nord, le sel nécessaire à l’industrie harenguière se vend bien à Arnemuiden, dans l’île de Walcheren et les canevas de Vitré, commercialisés par les Marchands d’Outre-Mer de la ville ou par les merciers rennais ont réalisé une percée appréciable. Quelques succès, plus limités, sont décelables sur le marché gallois et à Bristol. Mais la concurrence se fait chaque année plus âpre ; l’intervention armoricaine s’arrête aux avant-ports et ne pénètre guère à l’intérieur des terres pour diffuser les marchandises apportées et surtout le rôle du négociant est plus modeste que celui du marin.

11Partout ailleurs, les positions s’effritent. Les timides tentatives d’implantation en Écosse, dans les ports de l’Angleterre orientale, à Londres, sur les côtes du Pas-de-Calais, à Southampton sont désormais bloquées par la concurrence des Normands, des insulaires de Jersey, de Guernesey, des Anglais, des Hollandais qui s’interposent entre les producteurs bretons et les consommateurs étrangers. Le recul est très sensible dans une région comme le Dorset où les échanges avaient été, dans un passé récent, privilégiés. La situation se dégrade aussi sur la route atlantique. Le transport du vin se ressent du retour en force des flottes rivales et des aléas de la politique. Par ailleurs, les sujets de François II ne s’intéressent guère à de nouveaux produits, comme le pastel, qui auraient pu apporter une précieuse compensation.

  • 2 M. Lebois, La vie rurale en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1365-vers 1525-1550), Rennes, 1986 (th (...)

12❍ Plus que jamais, l’agriculture conserve sa prééminence mais il ne semble pas qu’elle ait réalisé au XVe siècle de progrès sensibles, sauf peut-être autour des villes où une demande accrue et l’apport de capitaux urbains encouragent les exploitants à étendre les herbages et les clos réservés à la vigne, au courtillage et à certaines cultures industrielles comme le lin et le chanvre. Ailleurs, la routine et la médiocrité demeurent la règle. La lecture de plusieurs actes semble même indiquer que des exploitations relevant du domaine ducal sont en crise. Le duc déplore dans une ordonnance de 1486, adressée à des commissaires réformateurs, la mauvaise gestion de ses officiers de Basse Bretagne. Dans la juridiction du Léon, les responsables, soit par souffrance (négligence), soit par tolérance (complicité coupable) sont allés jusqu’à renoncer à percevoir les redevances coutumières et ont laissé les abus se multiplier. Les derniers serfs, appelés mottiers, abandonnent leurs tenures, déguerpissent pour résider dans d’autres fiefs, ou même cèdent en toute impunité leurs lopins de terre à des particuliers, y compris à des nobles. Le domaine ducal est spolié, amoindri, au bord de la ruine ; les recettes n’augmentent plus. Des industries rurales, la draperie par exemple, sont entrées dans une phase de crise2.

Climat de tension politique

13Le contexte politique est tendu et malsain au moment où l’unité s’avère indispensable.

14❍ La forte personnalité de Pierre Landais, Trésorier et Receveur général a été mal acceptée et la Bretagne a connu une crise politique profonde marquée par la mort tragique du chancelier Guillaume Chauvin (1484) et l’opposition d’une partie de la haute noblesse à la politique autoritaire du favori, avec le soutien du gouvernement français du jeune Charles VIII sous la régence de sa sœur et de son beau-frère Anne et de Pierre de Beaujeu. L’opinion publique a rendu le « ministre » responsable de tous les maux dont souffre alors pays. La Bretagne est isolée, face à un royaume sorti renforcé de ses longues années d’épreuves, de l’échec des dernières grandes coalitions féodales, de la dislocation de l’édifice bourguignon.

15La pendaison de P. Landais, le 19 juillet 1485, loin de résoudre les problèmes, crée un vide dans lequel s’engouffrent des factieux sans scrupules. Les pactes scellés avec Maximilien d’Autriche et avec Henri VII Tudor, les derniers travaux de défense, la constitution d’un parc d’artillerie et la mobilisation de nouveaux contingents dissimulent, à peine, le danger ou entretiennent une illusion de sécurité et de puissance que viendront bientôt démentir les faits.

16Au moment où s’ouvre une des pages les plus cruelles de son histoire, le duché donne l’image d’un état affaibli et divisé. François II, usé par une vie dissipée, sombre dans une sénilité précoce qui fait le jeu des ambitieux. Déjà très influençable dans le passé, il tombe davantage encore sous la coupe de conseillers, souvent étrangers, qui s’illustrent par leur goût de l’intrigue, par leur duplicité et par une absence totale de scrupules. Un triumvirat occupe un moment l’avant-scène avec Jean de Chalon, prince d’Orange, le Gascon Odet d’Aydie, sire de Lescun, comte de Comminges, et le vieux maréchal de Rieux. L’entente n’est que provisoire, mais, pour le moment, les trois sont d’accord pour infléchir la politique ducale dans une voie aussi hostile à la France que du temps du ministre exécuté.

17❍ Une série de mesures, de tractations jalonnent le chemin qui mène à la rupture.

18Le 22 septembre 1485, un Parlement est instauré et installé à Vannes ; sage mesure sur le plan administratif, pour améliorer les conditions dans lesquelles la justice est rendue, mais qui peut être comprise aussi comme destinée à renforcer la cohésion du pays, à limiter les appels au Parlement de Paris. En février 1486, des États réunis à Vannes donnent entière satisfaction au duc et proclament solennellement les droits de ses filles, Anne et Isabeau, à la succession au trône ducal. Or, parmi les assistants qui prêtent serment de respecter l’ordre de succession figurent des nobles, dont le maréchal de Rieux qui, quelques mois auparavant, en octobre 1484, avaient reconnu Charles VIII, comme seul légitime successeur du duc de Bretagne si ce dernier venait à mourir sans héritier mâle ! Ces volte-face, ces serments violés, à peine prêtés, les intrigues de bas étage pour marier la jeune Anne, en disent long sur le climat qui règne à la cour de Bretagne et sur la profondeur des mobiles politiques qui guident leurs auteurs.

19C’est l’époque où les Beaujeu poussent des mécontents de leur politique, le duc d’Orléans et le comte de Dunois, à se réfugier dans le duché, manœuvre habile qui offre le casus belli tant recherché et provoque, en outre, une scission dans les forces armoricaines. Des barons, le maréchal de Rieux, le comte de Laval, le vicomte de Rohan et une soixantaine d’autres renouvellent la manœuvre de 1485, forment une nouvelle coalition et se retirent, non plus à Ancenis comme du temps de Landais, mais à Châteaubriant, au domicile de la comtesse Françoise de Dinan et entrent en rébellion. Des ambassadeurs de la régence, l’archevêque de Bordeaux, André d’Espinay (un Breton !) et le sire de Bouchage, les y rejoignent et n’ont aucune difficulté à leur faire signer un pacte dont la portée politique et militaire est considérable, puisqu’il débouche, ni plus ni moins, sur l’intervention royale en Bretagne. Non seulement, les dissidents reconnaissent les droits de Charles VIII à succéder au duc, ce qui est de leur part un parjure, mais ils acceptent aussi une aide de 6 000 soldats. Même si, dans le traité, il est bien spécifié que les troupes françaises ne serviront que d’appoint, qu’elles assiégeront les villes, seulement avec l’assentiment des chefs de la sédition, qu’elles ne tenteront rien contre le duc lui-même, cette trahison des Grands introduit le ver dans le fruit, place le fief dans une position intenable, l’isole davantage encore. Ni l’Angleterre, ni l’Espagne ne sont disposées pour le moment à lui offrir leur concours et l’aide de Maximilien d’Autriche, la seule qui soit effective bien que mesurée, demande du temps avant de pouvoir se manifester.

Des tensions sociales

20Le commun, les ruraux, les gens mécaniques, tous les foibles souffrent en temps de pestilences et d’éminents pérills.

21❍ La population des lieux périlleux, appauvrie, est en baisse sensible.

22La reprise démographique, sensible localement encore dans les années 1440-1460 est vite freinée puis bloquée par des retours de la peste qui frappent douloureusement tout le duché en 1471-1474, en 1479, en 1485. La disette est devenue fréquente dans les semaines qui précédent des récoltes qui, ne sont pas bonnes plusieurs années consécutives et, ici ou là, des inondations catastrophiques, des hivers prolongés, « un grant froy qui dure en hiver », des chutes de grêle tardives s’accompagnent d’un surcroît de misère. Les premiers affrontements avec la France, heureusement encore limités aux zones frontalières, la piraterie sur les côtes, donnent aux Bretons un avant-goût de ce qui les attend.

23Les gens du « plat-pays », de l’hinterland urbain subissent les conséquences de la fiscalité injuste dans sa répartition, oppressive dans son augmentation. Le fouage est devenu annuel et même parfois bi-annuel et son taux qui était de 20 à 40 sous au temps de Jean V, avec des poussées passagères jusqu’à 60 sous en 1420 et en 1435, dépasse régulièrement, depuis 1471 les 100 à 120 sous par feu fiscal, avec même un triste record de 150 sous en 1484 ! Les plaintes affluent à la Chambre des comptes et chaque fois on recense les mêmes justifications. Le dénuement, le « déguerpissement des habitants », la « foiblesse de ceux qui restent ». Les dégrèvements personnels ou collectifs se multiplient au détriment du Trésor, obligé de trouver des palliatifs sous forme d’emprunts forcés, de mutations monétaires.

24❍ Le « sentiment national », en supposant qu’il existe dans toutes les couches de la société, chez les humbles plus précisément, s’est émoussé.

  • 3 J. Kerhervé, « Aux origines d’un sentiment national : les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen  (...)

25Il était vain, en période de difficulté, de demander aux sujets de François II de participer avec enthousiasme et avec abnégation à la défense de leur pays. Le rural surtout, le commun des villes, accablés par le poids de ses problèmes matériels, se soucient-ils vraiment de l’enjeu politique qui se joue, de la préservation de la semi-autonomie dont bénéficia un temps le duché ? Sur 1 200 000 Bretons, combien étaient capables de lire les chroniques ou les édits royaulx des souverains ? Ce que le roturier, citadin et rural, voit dans l’immédiat avec effroi, c’est la reprise des hostilités, le passage dans ses récoltes, dans son étable, dans sa cave ou dans son atelier de soudards mal payés, la venue de mercenaires étrangers plus dangereux en période de trêve qu’en temps de guerre. Le Breton est comme le Français en 1358 : « Il lui importait peu que le Français ou l’Anglais l’emportât dans cette lutte. Abruti par le malheur, il souhaitait un avenir meilleur, sans savoir au juste de quel côté il viendrait. Le paysan du XVe siècle, c’est la plèbe de Rome, à la fin de la République. Il ne possède rien parce qu’on l’a dépouillé à mesure qu’il amassait. À qui voulez-vous qu’il s’attache ? La patrie a-t-elle un sens aux yeux des déshérités sur lesquels reposent toutes les charges d’une victoire, toutes les calamités d’une défaite ? » (M. Dommanget dans la jacquerie3).

Le mal être du populaire

26Les villes rencontrent également de sérieuses difficultés que masquent encore l’ampleur des travaux publics, les réceptions et les fêtes qui ne furent jamais aussi brillantes que pendant cette période critique.

27❍ Les localités proches des marches, les premières touchées, se ressentent encore des combats qui s’y sont déroulés du temps de Louis XI et qui ont souligné la faiblesse de la garnison, le mauvais état des emparements.

28Nous avons, grâce aux registres de la prévôté et aux chroniques, un double éclairage à la fois événementiel et économique sur les malheurs d’Ancenis et d’autres places frontalières. Tout a débuté à l’époque de la dernière guerre féodale connue sous le nom de la Ligue du Bien public en 1468 ! En riposte à une intervention du duc François II en Normandie, les forces royales au nombre de 8 000 hommes fort aguerris, commandées par Nicolas d’Anjou, marquis de Pont-à-Mousson, prennent Champtocé puis viennent assiéger Ancenis, en juillet-août. La ville, mal défendue par 1 500 soldats tout au plus, est emportée en septembre et semble avoir beaucoup souffert. Le commerce a été perturbé puisque de substantiels abattements sont accordés à plusieurs fermes de la prévôté portant sur les échanges et qu’il faut ensuite prévoir un billot de sept ans sur les vins pour financer le travail de reconstruction. Le traité, signé dans la ville le 10 septembre, n’est qu’une pause sur la base du statu quo ante.

29La seconde rupture avec la France en 1472 aggrave encore les périls. Louis XI en personne opère, aux portes du duché, contre Ancenis et s’empare de la ville après une courte canonnade, les 6 et 7 juillet. Elle n’est restituée au duc François II qu’en 1473. Une fois de plus, des travaux s’imposent comme une nécessité à une commission d’enquête dirigée par Michel de Partenay et en 1478, les Rieux donnent « aux marchans manans et politiques et habitans d’Ancenis […] la moitié de ce qu’ils avaient acheté de boais en la forest de Belligné pour leur aider a réédifier leurs maisons audit lieu ».

  • 4 R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Fougères, Éd. Jean-Marie Pierre, 1992 – P. R. Gau (...)

30Comme si les invasions ne suffisaient pas à semer la panique, l’année suivante, une rébellion nobiliaire éclate. Les barons armoricains de Laval, de Rohan et de Rieux, en conflit avec Pierre Landais, le favori de François II, établissent leur quartier général dans la ville frontière. Ancenis, verrou du dispositif du maréchal de Rieux, subit les affres d’un troisième siège par les troupes loyalistes envoyées par le duc en 1485. Les dégâts par incendie ou abrasement sont considérables, les maisons tout juste reconstruites ont été à nouveau brûlées. La défense en est même responsable en partie puisque, suivant l’usage du temps, plusieurs immeubles ont été volontairement incendiés dans les faubourgs par le capitaine Esprit de Montauban pour dégager la ligne de tir. Une fois la capitulation obtenue, la ville est durement punie : tout commerce y est prohibé et déplacé à Ingrandes, le droit de péage annulé, les entrepôts brûlés, les barriques de vin enfoncées, le cours de la justice interrompue4.

31Les comptes de la prévôté (même incomplets) se font l’écho d’une cruelle réalité pendant une dizaine d’années, de 1475 à 1485. Les premiers registres rappellent, à plusieurs reprises, pour justifier les non ou moins-values des lieux non aedificandi, les destructions commises par les Français et par les soudards. Les impôts locaux ne rapportent presque rien aux fermiers qui réclament des rabaz : les tailles, les coutumes commerciales, le ban et estanche du vin, le droit de fenage sur les toits des maisons habitées qui tombe de 25 sous 4 deniers en 1483 pour 69 logis et 14 ateliers à 11 sous l’année suivante !

32Si le drame d’Ancenis, « le Calais du Maréchal de Rieux » est bien décrit dans les archives, la situation est sensiblement identique ailleurs. Machecoul préfère capituler sans résistance en 1472 à la vue de l’armée ennemie. Au nord, la petite localité d’Antrain a été à plusieurs reprises totalement incendiée par les Français. L’inquiétude gagne les villes de l’intérieur qui s’attendent à être investies et hâtent leurs travaux de protection. Comme en 1468, c’est la conclusion d’une paix provisoire qui sauve la Bretagne de la catastrophe. Désormais, les citadins des villes en marche de guerre vivent dans l’inquiétude continuelle des éminans perilz de guerres.

33❍ Des mesures d’urgence sont prises, à commencer par la levée de contingents supplémentaires de corvéables dans les paroisses, l’ordre donné aux paysans de se retirer d’urgence avec leurs biens dans les enceintes pour assurer le guet. L’installation de barrages en travers des chemins frontaliers, de bastilles en bois ailleurs, d’avant-postes, sont des signes inquiétants qui ne trompent pas rétrospectivement.

34Qu’un bruyct se propage, rapporté par les marchands ou par les sergents envoyés en mission d’espionnage, et aussitôt les municipalités, devenues fébriles, prennent des mesures adéquates qui se répercutent au chapitre des « mises exceptionnelles ». On répare d’urgence les courtines et les tours, on élargit les douves et on les nettoie. Des chariots apportent du matériel de guerre, du bois, des pierres… L’ordre est donné aux habitants de se pourvoir en vivres et en harnoys. Un service d’échauguette est prévu, au sommet des plus hauts bastions. L’achat de meules à blé, actionnées à la main ou par la force animale pour remplacer les moulins extérieurs que chacun sait vulnérables, et la remise en activité des forges municipales sont tout aussi probants.

35Ce type de réaction qui trahit la peur se manifeste avec acuité à partir du moment où la Bretagne se retrouve, seule, face à un royaume débarrassé des Anglais et de Charles le Téméraire, quand Louis XI fait connaître officiellement ses prétentions annexionnistes en achetant les droits des Penthièvres à la succession au trône ducal.

36❍ Chaque cité est un cas particulier et, après Ancenis, d’autres exemples contribuent à décrire l’atmosphère qui règne alors dans les villes du duché.

37Nantes, par exemple, est frappée de plein fouet par des pestes qui durent plus longtemps qu’ailleurs, peut-être parce que la concentration humaine et les contacts avec l’extérieur, par la Loire, sont plus importants. Celle de 1471-1474 provoque une baisse de la natalité que traduisent les rares registres de baptêmes à nous être parvenus. Le retour de la maladie, en 1481-1484, aggrave encore une chute démographique. Le commerce s’en ressent ; on n’ose plus s’aventurer dans un lieu aussi contaminé et les demandes de dégrèvement des fermiers, parfaitement justifiées, creusent dangereusement un budget que les miseurs ont déjà peine à maintenir en équilibre.

  • 5 M. Le Mené, « Temps de prospérité et temps des illusions » dans l’Histoire de Nantes, P. Bois (dir (...)

38C’est le moment crucial ou par une de ces absurdités dont le gouvernement ducal a le secret, on s’attaque, par mesure de rétorsion totalement injustifiée, à la colonie espagnole dont le dynamisme servait les intérêts de la cité. Des emprisonnements, des confiscations arbitraires, estimées à 30 000 livres, découragent les immigrants et les poussent à repartir (1468 et 1480). C’est l’époque aussi où le duc entre en conflit aigu avec son évêque Amaury d’Acigné et confisque le temporel, provoquant une vive réaction du Pape Pie II qui jette l’interdit sur la ville. La nouvelle consterne les Nantais, et Pierre Landais n’est pas assez diplomate pour essayer d’en atténuer les effets. Nantes est doublement évitée, comme la pestiférée qu’elle est à la même époque et comme privée de culte5.

  • 6 J.-P. Leguay, « La naissance de la ville marchande » dans l’Histoire de Saint-Malo et du pays malo (...)

39Saint-Malo ressent les méfaits de la concurrence maritime exacerbée et songe déjà à abandonner le transport des crées morlaisiennes pour se reconvertir dans le transport des canevas vitréens. L’inquiétude du lendemain n’est peut-être pas étrangère aux conflits incessants qui opposent sa bourgeoisie aux chanoines, chacun voulant préserver, aux dépens de l’autre, ses intérêts et ses droits6.

  • 7 A. Gallicé, Guérande, Le Croisic, le Pays guérandais du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe si (...)

40Guérande ensablée est sur la voie du déclin et Le Croisic n’est pas en état de prendre la relève7.

  • 8 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksie (...)

41Rennes est aussi dans une mauvaise passe. Son commerce subit les contrecoups d’une série de mauvaises récoltes, des « stérilitez des vins locaux et angevins », de l’absence des marchands normands qui boycottent son marché sur l’ordre du roi, des inondations, des gelées et des pluies catastrophiques des années 1480-1481, paralysant ses communications, des pestes de 1471-1472, de 1474-1475, de 1482-1483, de la mévente de ses draps quelconques à partir de 14828.

42Le malaise du textile touche aussi Fougères, Châteaubriant, Châteaugiron… Quel que soit l’endroit, la même impression de difficulté, de crise apparaît.

« Les prix commencent à monter. La pipe de vin nantais passe de 70 sous en 1473 à 80 sous en 1478 et à 90 sous en 1484. Les outils sont plus chers puisque le fer passe de 6 à 8 deniers la livre-poids entre 1450 et 1486. Les ouvriers se plaignent de la cherté des vivres, comparée à leurs salaires qui stagnent encore. »

43Comme un malheur n’arrive jamais seul, les premiers méfaits de la soldatesque s’accompagnent d’autres calamités : une terrible crue sur la Loire emporte les ponts en janvier-février 1489, une épizootie ou poumonnière du bœuf anéantit le bétail, un manque de vivres généralisé. La situation s’aggrave encore en 1487.

La mobilisation des forces défensives

44L’armée bretonne, déjà affaiblie par les révoltes des barons et de leurs vassaux, n’est pas en état de résister aux forces d’intervention françaises qui réuniront jusqu’à 15 000 combattants au lieu des 6 000 prévus au départ, répartis en trois corps, sous la conduite d’excellents chefs : le comte de Montpensier, prince du sang, Albon de Saint-André et le jeune et déjà célèbre Louis de la Trémoïlle.

45C’est de plus une force d’intervention française adaptée au progrès techniques et à une tactique qui associe judicieusement la cavalerie féodale bardée de fer et répartie en unités de combat à cheval ou lances garnies comprenant le chevalier proprement dit lourdement équipé, deux archers légers et un valet eux-mêmes montés, une infanterie d’archers, d’arbalétriers, de coustilliers, de vougiers, et l’artillerie à poudre désormais plus mobile.

Les forces traditionnelles

46La défense du duché et des villes est alors confiée à des formations hétéroclites, de valeur très inégale.

47❍ La force « opérationnelle » laisse entrevoir des carences qui ont des conséquences urbaines.

48L’armée associe des contingents féodaux, qualifiés pour la charge, dont on a essayé vainement d’améliorer le recrutement, aux gardes de la Maison militaire ducale, soit au bas mot 600 lances ou, à raison d’un cavalier et de deux archers par lance, 1 800 soldats en principe aguerris, « bardés de fer », mais pas forcément motivés. La garde personnelle du souverain breton n’excède pas les 250 hommes.

49L’ost aurait dû recevoir en renfort une quinzaine de milliers fantassins si la mobilisation avait été correctement menée. Dès 1425, Jean V, suivant les conseils de son frère Arthur de Richemont, avait créé, avant la France, une infanterie de francs-archers, recrutée sur le principe assez vague de 3 à 6 hommes par paroisse, dûment habillés et armés aux frais des contribuables, munis d’arcs, de flèches, de cappelines, de jacques (juste-au-corps de cuir renforcés de plaques de métal) de coustilles, de haches ou de mail de plomb, de vouges à large fer, etc. Dans la réalité, les effectifs n’ont jamais dépassé les 2 000 à 3 000 hommes et leur valeur combative, malgré l’entraînement que constitue le jeu de papegaut, malgré les revues périodiques ou montres et les primes en argent ou en nature ou encore les privilèges fiscaux accordés aux élus, est l’objet de dérision et de railleries. François II s’est efforcé d’y remédier en 1466 et a précisé, à nouveau, les modalités de recrutement sur la base, cette fois, d’un archer pour vingt feux, « au dessus de leaige de vingt et quatre anz et au desoubz de cinquante cinq ans », bien armé, payé 2 sous 1 denier par jour, soumis à des exercices et à des contrôles par châtellenie. Les résultats ne sont pas plus concluants et le duc décide de leur adjoindre, en 1480, l’appoint des bons corps, c’est-à-dire de compagnies de roturiers, choisis parmi les plus aisés et les plus aptes à se battre.

50L’armée bretonne manque de chefs de valeur, depuis la trahison du vieux maréchal de Rieux. Le moral des soldats est déplorable, sans compter que des agents de l’ennemi, comme Maurice du Méné, ancien officier de Louis XI, sèment des ferments de discorde dans leurs rangs.

51❍ Les soldats de métier des garnisons ne sont qu’une poignée, sauf peut-être dans une forteresse comme Brest qui reste, par son importance stratégique, un cas exceptionnel. Les renseignements dont nous disposons sont rares. Un acte du 19 février 1487 fait état de 40 combattants à Ancenis, de 80 à Châteaubriant, de 20 à Châteaugiron, de 50 à Fougères, de 20 à Hédé, de 40 à Machecoul, de 30 à Marcillé.

Les quarteniers ou « miliciens » des villes

52Le duché a donc besoin des citadins pour sa défense statique, des « miliciens » qui doivent en principe défendre les murs des enceintes quartier par quartier (d’où le nom de quarteniers) et par unités appelées dizaines, cinquantaines et centaines.

53Les capitaines et leurs adjoints, les lieutenants et les connétables ont mission de recruter une force militaire capable d’assurer la protection des biens et des personnes.

54❍ Un service obligatoire est assuré par les milices bourgeoises, expression que nous employons pour la commodité de cet exposé, mais qui ne figure pas dans les textes du XVe siècle, et par les garnisons des châteaux.

55Les miliciens se recrutent parmi les hommes en état de porter les armes, depuis les chefs d’ostels qui ont pignon sur rue, des biens au soleil, jusqu’aux simples valets et manœuvres à leur service, en passant par les adolescents de 14 ou 15 ans.

56L’organisation n’est bien structurée qu’en apparence. L’unité de défense, par excellence, est la cinquantaine que dirige un responsable, le cinquantenier. Chacun reçoit une mission déterminée, la garde d’une fraction de courtine, d’une ou de deux tours, avec la réception et la ventilation des armes et des canons alloués, avec de menus travaux de réparation si c’est possible. Le cinquantenier, désigné par l’assemblée communale, parmi les plus notables et les plus capables, est responsable des clefs des ouvrages fortifiés de son secteur, de la réunion de ses troupes, de la tenue des rôles des mobilisables, des habillemens et des armes qu’il inspecte périodiquement, au cours de montres. Des postes de garde, permanents ou construits d’urgence, servent de points de rassemblement, de quartier général, d’asile en hiver ou par temps de pluie.

« Une ville comme Rennes compte vingt cinquantaines intra-muros et sept dans les faubourgs : 5 dans la Cité, 15 dans la Ville Neuve et à Toussaints, 4 dans le faubourg Nord, 2 à Bourg-l’Évêque et 1 à Saint-Hélier au Sud. »

57Des gens de toute condition sont amenés à se côtoyer, à l’exception bien entendu des miséreux, sans domicile fixe, clients attitrés des hôpitaux. Dans la réalité, une sélection s’opère au niveau des quartiers. Les cinquantaines rennaises des rues de la Cordonnerie, de Mordelaise, de la Minterie, du Grand Bout de Cohue sont mieux fréquentées que celles de Toussaints, du Champ-Dolent et surtout que celles de la rue Haute et du Bourg-l’Évêque réputées populeuses. Chacune se subdivise en dizaines sous les ordres de dizainiers, responsables de quelques créneaux, d’un étage de tour, d’une échauguette et d’un escalier.

58❍ Le potentiel mobilisable sur la base de quartiers n’est pas négligeable.

59Les Rennais laissent à chacune des deux parties de leur agglomération, de part et d’autre de la Vilaine, une autonomie sous la responsabilité d’un connétable. Les Nantais ont complété judicieusement l’organisation militaire de leur cité en créant six quartiers, puis sept sous les ordres de quarteniers, avec mission de dresser des états complets des effectifs, des armes et des vivres. Trois de ces documents seulement ont été conservés pour la fin du règne de François II. Ils attribuent 119 miliciens aidés de leurs 39 valets à la garde du secteur des Cordeliers, 99 miliciens et 28 serviteurs à celui de la Barbacane, 99 et 42 à celui de Coutans. Les quarteniers sont généralement des hommes très en vue, de riches marchands, des officiers de haut rang.

60Une ville comme Nantes dispose d’une force de miliciens, au moins 800 à 1 000 personnes, soit au maximum 7 % de sa population ; Rennes, plus étendue avec ses 62 ha enclos, peut prétendre aligner, sur le papier, 1 350 noms (10 % de ses habitants). Seulement, l’insistance avec laquelle les actes rappellent les devoirs de chaque bourgeois, l’obligation de se présenter « en personne, se y ny a excussacion raisonnable », à son poste, et… d’y rester, laisse peser de sérieux doutes sur l’efficacité réelle d’un tel recrutement, sur la valeur combative des miliciens. Et, de fait, chacun s’efforce de se soustraire à cette corvée, surtout en temps de paix quand la vigilance diminue, et prétexte un empêchement majeur, une maladie, une infirmité, l’appartenance à une catégorie habituellement exemptée de toute charge (monnayer, prêtre, noble…), des origines étrangères (Normands), etc.

61❍ Mais quels services peut-on exiger des bourgeois mal aguerris ?

62On leur demande tout d’abord d’assurer le guet aux portes, de seconder l’action des portiers de profession. Cinq ou six hommes suffisent amplement et reçoivent de la municipalité les armes indispensables, des salades ou casques simples, sans cimier, visière et hausse, des brigandines ou corselets de fer, des jusarmes, des vouges, des lances et des couteaux. Cette protection n’est pas inutile. De mauvaises surprises les attendent quelquefois quand les larrons font irruption dans les postes de garde pour s’emparer des armes blanches et molestent ceux qui veulent résister. Leur mission prend fin à la tombée de la nuit avec la fermeture impérative et astreignante des vantaux.

63La ronde nocturne sur les courtines est plus pénible, surtout lorsqu’elle revient avec régularité, tous les dix jours comme à Dol. Les petits centres sont moins favorisés que les grands, dans la mesure où la population est peu nombreuse et les murailles encore étendues, d’où une hostilité profonde des citadins à l’égard de cette obligation. Il existe, enfin, un arrière-guet ou rereguet, connu à Tours (B. Chevalier) qui patrouille dans les rues pour inspecter les postes, opérer les relèves, assurer la sécurité des maisons et des rues, poursuivre les trublions, les paillards et les paillardes réfugiés dans les guérites. Toute menace, même lointaine, amène l’organisation d’un quatrième service, celui de l’échauguette, au sommet d’une tour ou dans un clocher, à moins que la municipalité ne se décide à payer des « spécialistes ».

64Ces obligations militaires ne sont guère plus populaires en Bretagne qu’elles ne le sont ailleurs. Les défaillances, même punies de lourdes amendes (jusqu’à 60 sous) sont monnaie courante.

65L’armement individuel est notoirement insuffisant et défectueux.

« Une enquête nantaise de 1484 sur les armes trouvées par les quarteniers au domicile de leurs subordonnés révèle des surprises. Ainsi, dans le Bourg-Main, entre la Porte Poissonnière et la Porte Saint-Nicolas, dans un secteur, il est vrai, très populeux, 101 chefs de familles interrogés détiennent 57 brigandines, 60 salades, 14 épées, 13 “bâtons de défense”, 4 arcs avec leurs trousses garnies, 40 vouges, 17 haches, 7 maillets de plomb, 3 arbalètes, 7 couleuvrines à main, 7 dagues et gorgerettes, 2 partizannes, 2 bannières et 3 paniers. C’est très peu pour une compagnie de soldats et, à plus forte raison, si l’on entre dans les détails individuels. Car un homme, comme Guillaume Pinaut, possède 2 brigandines, 2 salades, 2 épées, 2 gorgerettes, une vouge et une hache ; il équipe aussi deux serviteurs.
Nous découvrons 85 personnes suréquipées, normalement armées ou sous-équipées. Il en reste donc 16 (presque 19 %) qui n’ont rien. Ajoutons que 38 serviteurs sont aussi mentionnés chez les plus riches, ce qui réduit encore la part de chacun. »

66On comprend aussi qu’avec de telles forces hétérogènes et un équipement aussi faible, les capitaines urbains aient hésité, en temps de siège, à opérer des sorties.

67On comprend mieux aussi, devant de telles carences, ce que pouvait représenter pour une ville l’apport extérieur.

La levée des « circonvoisins »

68Les ruraux ont toujours été taillables fiscalement et corvéables militairement. Les mesures, prises les années précédentes, deviennent plus rigoureuses encore. On exige, sous peine des plus lourdes sanctions, que les paysans se réfugient « avec leurs mesnages et leurs biens » dans les places. Les inconvénients que provoque leur arrivée sont, du moins on l’espère, compensés par les vivres, par les armes et par le bois apportés, par le gonflement des effectifs de la défense, surtout s’il s’agit de francs archers bien équipés. Mais les réquisitionnés font preuve de mauvaise volonté, attendent le dernier moment pour abandonner leurs exploitations. La migration se fait alors dans le désordre, dans l’affolement général, dans une pagaille indescriptible qui compromet le bénéfice d’une mobilisation bien encadrée. Qui plus est, une fois rendus sur place, les paysans cherchent, par tous les moyens, à se dispenser du guet, de la garde des portes. Les uns se disent exempts de droit, les autres rappellent qu’ils ont payé l’accens ou taxe de remplacement dont le taux a fait constamment, l’objet de discussions et de procès.

69Les mêmes ordonnances somment les capitaines de rejoindre leurs postes, les nobles de se rendre en habillements de guerre, dans un délai aussi court que possible. Cet apport, bien qu’utile, ne va jamais très loin. Il se traduit par l’arrivée à Dol, en 1485, de Messire Amaury de la Moussaye, de 20 autres gentilshommes et de 50 archers, à Châteaubriant de Berthelot de La Villéon, de Pierre Quebriac et de 60 autres soldats, 20 nobles et 40 archers.

La mobilisation des « fèvres » et des ouvriers spécialisés

70Les menaces ont accru le recrutement de canonniers, d’armuriers, d’artillers, de brigandiniers capables d’accroître rapidement la production de bastons et d’habillemens de guerre, d’assurer, par équipes et par quartiers urbains, le maniement de ces armes nouvelles et compliquées pour l’époque.

71❍ Après les premières expériences empiriques de simples forgerons ou fèvres, les canons, d’une technique difficile à maîtriser, ont plutôt été coulés par des spécialistes, des faeseurs de canons, des maîtres fondeurs, autochtones ou étrangers et itinérants, dépositaires de secrets de fabrication et nourris d’expériences empiriques ou acquises à l’étranger.

72Des hommes savans ont acquis une solide expérience technologique et se déplacent d’une cité à l’autre au gré des besoins et des embauches. Cette mobilité ne disparaîtra jamais totalement au XVe siècle et, encore vers 1470 par exemple, les Nantais prennent à leur service un excellent ouvrier de « fonte », Guillaume Even de Vitré, qu’on retrouve associé à l’Allemand Hanequin Renaire à Guingamp « où ils levèrent leur atelier pour fondre et gecter deux gros canons que toujours ont depuis esté nommez Guingamp » pesant ensemble 18 000 livres (poids) pour le prix de 939 livres. Nous avons encore rencontré Robin Jumelin, Robin de La Broce ou Brossaut de la Chapelle-des-Fougerets souvent mis à contribution à Rennes, Jean Cholet de Rochefort et la famille Gabart de la Limouzinière au sud de la Loire exerçant leurs talents à Nantes, Pierre Mercier de Fougères, Guillaume Herteau de Lannion, Girart le fondeur à Moncontour, Maître Jacquemyn de Tours fournisseur de harnais émigré en Armorique, Jean Aubri feseur despées, etc.

73La majorité des canonniers sont des forgerons locaux « recyclés », plus adroits que d’autres, polyvalents car ils livrent encore souvent des outils, des ferrures, des clous, des armes blanches. Ces « mécaniciens du Moyen Âge » (disait R. Fossier) capables de forger des pièces d’artillerie ne sont pas nombreux, une minorité à côté des autres repérés dans les comptes.

« Ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent dans les livraisons : les Galloppin, les de la Lande, les de La Ripvière à Nantes, P. Meynier, J. Laleaux, Pierre Gicquel, les Evrard à Rennes, un Rousselet, un Bernardon à Saint-Malo, un de Lespine à Fougères, Guillaume Even, Jehan Lefvre, Macé Le Fort, André Macé mareschal à Vitré… Sont-ils une trentaine au total pour tout le XVe siècle ? Ce n’est pas certain. Ils travaillent seuls avec leurs valets, quelquefois en association avec des confrères, en dehors de tout système corporatif. »

74L’emploi du bronze à la place du fer exigea davantage de science encore. L’ouvrier doit savoir doser les alliages, surveiller la préparation de la chape, calibrer avec le maximum de précision la pièce, se transformer à l’occasion en sculpteur. La Bretagne a parfois fait appel à des fondeurs de cloches et les Gabart de Nantes en sont l’exemple type.

75❍ Le duché, longtemps isolé et assez pauvre en techniciens de valeur, s’est adressé aussi aux pays avec lesquels il entretient des relations commerciales ou diplomatiques.

76La Bretagne a recherché des alliés, des soutiens politiques et des combattants. Des contacts se sont noués avec des puissances rivales de la France, inquiètes de son expansion, avec les souverains anglais successifs, l’Empereur du Saint Empire et les princes des états et principautés germaniques, avec les cours ibériques de Castille, de Navarre, du Portugal, avec la Hollande et la Flandre. L’action diplomatique a été intense et a donné matière à des études anciennes ou récentes auxquelles nous ferons, le moment venu, de brefs emprunts (D. Le Page, M. Nassiet, M. Jones, G. Minois, etc.).

77Jusqu’à la fin du règne de François II, les contingents venus de l’extérieur restent occasionnels. François II a reçu surtout de belles promesses qui ne sont pas forcément suivies d’effet. On retiendra, cependant, l’arrivée de spécialistes des fabricants de poudre, de canoniers, d’artillers, d’armuriers, de brigandiniers, allemands et flamands, des arbalétriers anglais qui apprennent aux Bretons le maniement d’armes compliquées. Ainsi le gouvernement ducal fait venir dès 1444 un canonnier du Hainaut, Queso Velut, connu « pour sa bonne savance et industrie », lui offre 100 livres de gages annuels à prendre sur les recettes de plusieurs villes et en fait, le 31 août 1448, un canonnier general de Bretaigne.

78Leur nombre s’accroît pendant les dernières années de l’indépendance. Il s’agit surtout d’Allemands comme Hances Dezelles à Nantes, de Hollandais, de gens originaires des actuelles provinces belges, des Anglais. Nous connaissons environ 80 forains de la retenue du duc et nommés par le Conseil princier ou par le Grand Maître de l’Artillerie, puis affectés à la protection d’une cité qui leur verse un salaire annuel ou mensuel. Ils s’occupent du magasin d’armes, de l’heaulmerie d’un château fréquenté par la Cour. L’examen des listes de canonniers laisse entrevoir une hiérarchie qui prend en compte les responsabilités, la spécialisation et probablement la savance de chacun. On découvre dans les grandes villes une sorte d’état-major de chefs d’équipes opérationnelles. Pietres d’Alemaigne ou de Hollande est capitaine de 80 « couleuvriniers » expérimentés, répartis dans les bastions du portail et du boulevard Saint-Nicolas à Nantes en 1487-1488. Au même moment, Bastien de Crécy ou de Quercy défend le boulevard Saint-Pierre en direction de la route de Paris avec douze subalternes. Un groupe de 43 canonniers est au service de Rennes en 1489, dont plusieurs étrangers.

79❍ Sous les ordres de maîtres « sans pareil » (sic) s’activent de simples ouvriers canonniers ou encore canonniers artilliers avec une distinction entre ceux qui s’occupent exclusivement du maniement des bouches à feu, ceux qui sont spécialistes d’armes blanches et les charpentiers canonniers, respectivement quatorze, cinq et trois à Rennes en 1489. Nantes a embauché, au même moment, des arbalétriers, des artillers et faiseurs de fers de trait (Michel Tisot), des fabricants d’arquebuses (Guyon Deslandes), des brigandiniers. Au dernier échelon se trouvent les aides-canonniers (9 sur 43 à Rennes), les valets des charpentiers, les valets des « ouvriers de forge ».

80❍ Tous ces hommes sont très sollicités. S’ils sont salariés, ils perçoivent jusqu’à 15 sous par jour à Rennes (mais à charge d’entretenir des valets). Voici un contrat d’embauche d’un certain Jehan de Brucelles à Rennes en 1502 après d’autres engagements en Armorique :

« Pourtant que est chose très utile et proffitable pour le préservatiff, surté et deffence de ceste ville et pais avoir un trésor bon et grant numbre dartillerie, pouldre et salpestre et au moyen de ce soit necessaire avoir canonniers, mais tres aupvriers de fonte pour lesdits bastons et-pieces d’artillerie savoir faire et bastir et aussi pour affiner lesdits satpestre. Et soint ainsi que puis quinze jours en çà ung nommé Jehan de Brucelles alman soit venu en ceste ville et depuis y seiourne quel dit et se vente estre parfaict audit art de fonte et affinaige de salpestre et offre demeurer en cestedite ville et besoigner audit art pourveu que on le pourvoye de quelques gaiges au autres pour aider à soy et sa femme entretenir. »

81En même temps que lui, la municipalité retient Jehan Alleman « natiff des parties d’Allemaigne » et Hilaire Rouxel « des parties de Normandie ».

82S’ils sont au régime du forfait, ils peuvent réclamer un pourcentage sur l’acquisition ou la vente de métal, jusqu’à 12 deniers par livre monnaie ou 20 sous soit 5 % (1 sou = 12 deniers) ou sont garantis d’obtenir une somme élevée au départ et des avantages substantiels ensuite. Nous découvrons dans des contrats rennais que Jehan Macé reçoit 20 livres annuelles « pour le poiement de son logeis » (une belle location !), que Robin le Canonnier et ses trois compagnons sont assurés d’avoir un lit « fourni de draps blancs de ouyt jours en ouyt jours », que Maître G. Huguelin touche en sus un me (un muid) de vin d’une valeur de 25 livres, que Colin Coullon obtient une robe. Le brigandinier Jehan Grégoire est attiré à Nantes par un logement d’une valeur de 20 livres, par le versement immédiat de 10 livres et par la garantie de pouvoir vendre 7 livres chacune de ses productions.

83Ces contrats sont précieux dans la mesure où ils permettent aussi de connaître le coût des opérations de fabrication.

« La grosse bombarde, coulée à Nantes en 1449, est revenue à 695 livres 8 sous 4 deniers (89). La somme se répartit ainsi : 132 livres 7 sous pour le salaire des ouvriers fondeurs, des charpentiers, des serruriers et des manœuvres (19 %) et 563 livres 1 sou 4 deniers pour les matériaux (81 %). Dans ces derniers, les métaux (11878 livres et demi de cuivre et 707 livres d’étain) représentent 42 % des frais, le bois 5 %, les cordes, le suif, le vin et d’autres fournitures le reste. »

84S’il arrive que des ouvriers se plaignent d’être rémunérés avec retard, tout est plutôt fait pour les retenir, pour les sédentariser. Les frères Milon de Saint-Gilles, près de Rennes, sont dispensés de toutes les servitudes publiques car ils sont « instruits en l’art et mestier d’artillerie » et peuvent servir les intérêts de la municipalité. Raoul Le Faucheur, fixé à Guingamp, est exonéré d’impôts en 1490. D’autres sont même anoblis comme le canonnier-armurier Jeahan Carmouet.

  • 9 L. Le Moal, L’Étranger en Bretagne aux XIVe et XVe siècles, présence, attitudes, perceptions, Thès (...)

85Certains patrons canonniers ont une si longue expérience derrière eux qu’ils finissent par acquérir fortune et notoriété. Patry de La Motte, également en poste à Rennes, a travaillé auparavant à Lyon, à Marseille et à Nantes où il possède des maisons (sic). Nous savons, par son testament, qu’il avait une nombreuse domesticité, plusieurs robes, de la vaisselle d’étain. Il est suffisamment fortuné pour commander 600 messes pour le repos de son âme et faire des dons aux couvents Mendiants de Nantes et de Marseille et aux hôpitaux9.

86Finalement, quelques grandes cités armoricaines finissent par disposer, à temps complet, d’ouvriers qualifiés.

Les nécessités d’intendance

87Avec la détérioration des relations avec la France, le duché est obligé de multiplier et de diversifier ses achats d’armes, de vivres et de munitions.

88❍ Le gouvernement et les municipalités ont la solution de s’adresser aux forges dispersées au milieu des forêts, à proximité de domaines seigneuriaux. À plusieurs reprises, les comptes rennais font état d’achats de vouges, de piques ou d’autres armes blanches dans la forêt de Brocéliande ou de Paimpont, chez Guillaume Le Texier, Pierre et Jehan Josset ou d’acier pour viretons chez Jehan Le Marchent et Colin Melaie de Montauban. Nous ignorons si les six forges de Loudéac en 1479, si celles de Martigné-Ferchaud connues dès le XIIIe siècle, du Gâvre, de Liffré, de Lanouée, de Quénécan ou Quenegan, de Poulancre, de Huelgoat, de La Prénessaye ou de Querrien sont équipées pour produire du matériel de guerre. Mais c’est probable. Pas plus que dans d’autres provinces françaises, la Bretagne ne dispose de véritables centres armuriers spécialisés mais d’une foule de petits ateliers polyvalents. Les archives de Vannes signalent la présence de canonniers-armuriers dans les faubourgs de Saint-Salomon.

89L’acquisition du métal coûte très cher. Certaines grandes villes disposent de surplus de matières premières et de produits finis et les commercialisent en cas de nécessité. À défaut de livraisons suffisantes, le duché peut encore se tourner vers des exportateurs. Certains riches merciers, importateurs-exportateurs à une grande échelle, ont fait d’excellentes affaires avec le commerce du fer, de l’étain, du cuivre, des munitions et des canons au XVe siècle : les Rennais Eonnet Hagomar, Jehan Chouart, Jehan Dumesnil, Jehan Poisson ou Guillaume Gay, Jehan Chamiel de Vitré et surtout Julien Thierry et le financier Gilles Thomas. Pour ces deux-là, la mobilisation générale sous François II et la duchesse Anne a été au plus haut point bénéfique.

90Si l’activité des négociants n’est pas toujours bien précisée, tel canon étant, dit un texte, acheté à « un homme estrange », on découvre pourtant quelquefois les noms des fournisseurs de salpêtre et de soufre vif, la plupart espagnols, d’armes blanches et de canons. Ainsi les Ibériques Pierre de Cordillès et Pierre d’Alaba livrent en 1484 à la municipalité de Nantes respectivement 400 et 380 salades (casques) à 27 sous 6 deniers pièce. Le banquier et négociant italien Bartholomy Friscobaldy est payé, à la même date, 941 livres 8 sous pour 312 salades (à 27 sous 6 deniers pièce), 24 brigandines (à 60 sous chacune), 102 couleuvrines « à troys pertuys » ou trous (à 30 sous), 246 hallebardes (à 18 sous) et 48 couleuvrines (à 27 sous 6 deniers).

91❍ Le ravitaillement des places fortes en vivres préoccupe le gouvernement ducal et les autorités municipales. Des ordonnances sont publiées pour obliger les puissants, les plus considérables, les marchands, les justiciers, les officiers à acheter ou à faire venir de leurs domaines des blés, des farines, des viandes salées ou séchées, des fromages, des œufs, non seulement pour subvenir à leurs propres besoins, mais aussi pour aider leurs compatriotes et nourrir les soldats des garnisons. Des réquisitions sont opérées dans les campagnes. Les seigneurs sont invités à vendre leurs surplus alimentaires « à des prix raisonnables » et les exportations sont interdites. Les Castelbriantais ont fait rentrer dans leur place en 1488 « grand numbre de lars, farines, vins et autres vivres et aussi seiff pour chandelle, cyre, lanternes, pallais, pics, piez de chèvre, du trait de vireton, du fil pour faire cordes d’arbalestres ». Les autres villes bretonnes sont invitées à collaborer ; les miseurs de Rennes, Laurens Pares et Vincent Le Vallays, ont été sommés par le duc de fournir à leur collègue de Châteaubriant, Jehan Gendron, pour 40 livres 8 sous de matériel de guerre : 32 douzaines de viretons ferrés (des flèches), 25 livres-poids de fil d’arbalète, du suif. Des canons, en nombre indéterminé, sont braqués aux bons endroits pour permettre le tir rasant et le tir plongeant, au ras des douves ou du haut des tours.

92Des commissions d’enquête opèrent des visites domiciliaires pour juger de l’état de préparation des mobilisables ; il est bien regrettable que leurs procès-verbaux n’aient pas été conservés. Les céréales sont stockées dans les tours, souvent dans de très mauvaises conditions de conservation, si bien qu’après un siège, d’importantes quantités de blés poussés, charançonnés, ergotés, sont bradées. On s’étonnera que le Mal des Ardents ou de Saint-Antoine fasse tant de victimes dans notre province !

93❍ Les communautés et le Conseil ducal ordonnent aussi aux particuliers de prendre à leur charge le logement des militaires, des réfugiés. On évite toutefois de brusquer les choses et les excès inévitables sont combattus. Guillaume de Chevigné est envoyé à Vitré et à Fougères pour déloger « ceux qui sont d’une trop grande charge pour les habitans de ces lieux et de les faire loger ailleurs ». Une autre commission reçoit comme mission de « taxer le prix de la location des maisons et des ustensiles dont se servent lesdites gens (d’arme) et de les contraindre à payer à leurs possesseurs » ce qu’ils occupent et utilisent.

94Au nombre des ultimes préparatifs figurent aussi la rentrée de bois pour les emparemens, les derniers achats d’armes blanches dans les forges forestières ou à l’étranger, les réquisitions de balles de laine pour amortir les chocs des projectiles contre les créneaux et les Espagnols sont les premiers touchés par cette dernière mesure. Un service médical est mis en place pour panser les blessés.

95Quand débutent les hostilités en 1487, les enceintes urbaines se trouvent confrontées à la puissance de l’artillerie. Le duel a commencé entre la haute muraille et les bouches à feu.

La poliorcétique : le duel entre la pierre et le canon

  • 10 R. Beffeyte, L’art de la guerre au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 2005 – Ph. Contamine, La guerr (...)

96Dans « la course-poursuite entre artillerie et fortification » (D. Le Page), il ne fait aucun doute que tout le poids du conflit retombera pour une part essentielle sur des villes dotées de solides défenses et de canons. Mais à la dispersion dans une série de places fortes et de garnisons, à la faiblesse de l’armée opérationnelle, s’opposent la concentration et la puissance de feu de l’ennemi dont l’artillerie fait d’énormes brèches dans des murailles construites à la hâte, en schistes friables10.

La priorité à la défense des murailles

97Trop de « clostures sont réputées très indigentes de reparacions » et rares sont celles qui peuvent repousser plusieurs assauts et faire « moult grande occision de gens » dit un instant le chroniqueur Alain Bouchart.

98❍ Nous allons assister à l’échec de toute une politique de défense, poursuivie pendant tant d’années. Les enceintes ont été depuis le XIVe siècle la préoccupation majeure des bourgeois. Les archives armoricaines, plus riches et plus diversifiées qu’aux siècles précédents, avaient souligné l’effort gigantesque (le mot n’est pas exagéré) entrepris par les bourgeois pour se protéger, restaurer ou étendre les enceintes, accroître les parcs d’artillerie. Les programmes représentaient pour les populations, de lourds sacrifices financiers et matériels, de nouveaux impôts, des expropriations dans l’intérêt collectif. Ces investissements à long terme, dont parle Philippe Contamine, ont englouti des fortunes, en moyenne 50 à 60 % des recettes annuelles d’une grande ville pour les seuls murs, 5 % pour l’armement… avec même des pourcentages records juste avant et pendant les grands conflits, 81,5 % des dépenses de Rennes en 1490.

99Partout on a construit de nouveaux châteaux, alliant l’utile à l’agréable : l’Hermine de Vannes, le Château des Ducs de Nantes, le Donjon de Dinan ou de Saint-Malo… Partout de profonds aménagements ont été apportés aux antiques forteresses de Brest, de Clisson, de Fougères, de Morlaix, de Vitré. Le duché pouvait s’enorgueillir en 1487 d’avoir renouvelé ou créé des enceintes : une trentaine au bas mot. Mais le résultat n’a pas toujours été à la hauteur des espérances et des sacrifices ; au moment où s’engagent les luttes pour l’indépendance, les témoignages convergent pour dénoncer le mauvais entretien ou l’état de délabrement de quatorze forteresses, l’insuffisance notoire de plusieurs enceintes dont les tours et les courtines sont, au dire de témoins, déjà blesseix et creveix (Rennes, Machecoul, Ploërmel) ou même en ruines (Ancenis après 1472, Lesneven).

100❍ La Bretagne accuse un retard technique relevé par les enquêteurs rennais ou ceux qui sont envoyés par le Conseil ducal, malgré le recrutement de maîtres d’œuvre connus pour leurs capacités, malgré la venue de techniciens allemands, liégeois, anglais.

101Peu de dispositifs militaires sont bien adaptés à l’usage du canon et aux progrès de la poliorcétique. Rares sont les enceintes qui possèdent un réseau suffisant de casemates pour permettre le tir rasant au pied des murs ou le tir plongeant du haut d’une terrasse, assez de bastilles en bois ou en dur aux angles vulnérables, de boulevards ou enceintes basses en forme de fer à cheval devant les portes fragilisées par les tirs de canon, et de tours d’artillerie larges, moins élevées que les tours d’antan, munies de terre-plein (Saint-Pierre de Nantes, la plupart des portes de Rennes ou de Fougères)… Rares sont ces ouvrages extérieurs originaux, sortes de blockhaus appelés des moineaux, ou les petits murs le long des douves élargies nommés fausses brayes… Trop de faiblesses trahissent la gravité de la situation dont ont parfaitement conscience les chefs militaires et les membres des conseils municipaux les plus avertis.

102Les états de finances (prévisions budgétaires) de l’État prévoient l’affectation de sommes importantes à d’ultimes travaux de protection, la reconstruction d’urgence de tours et de portes, et les comptes municipaux témoignent d’une activité fébrile sur les grands chantiers militaires qui lancent des appels aux travailleurs lamballais ou étrangers.

L’intervention des « bastons à feu »

  • 11 M. Jones, « L’utilisation de la poudre à canon et de l’artillerie dans le duché de Bretagne avant (...)

103L’usage du canon sur les champs de bataille remonte aux débuts de la guerre de Cent Ans (Hennebont, Auray)11.

104❍ Le terme artillerie est pris dans sa signification médiévale très large, puisqu’il désigne non seulement les canons, appelés engins, quenons ou bastons, mais aussi toutes les armes blanches et leurs munitions.

105Les parcs d’artillerie dont il sera question sont connus, en Bretagne, par les comptes des miseurs et des contrôleurs qui y consacrent généralement plusieurs articles, par des inventaires des gardes responsables de leur entretien. Ils sont signalés à Brest dès 1341 et en 1378, à Hennebont au cours du siège de 1342, à Nantes à partir de 1392, à Rennes en 1418, à Auray, Dinan, Fougères, Vannes au cours du siècle, etc. Le procès-verbal d’une enquête générale faite en 1495, sur l’ordre de Charles VIII, par Girardin de Billy a été publié par A. de La Borderie dans le « complot breton » ; l’intérêt de cette source demeure même si des pièces ont été détruites pendant les hostilités ou emportées par les soldats français. Il n’y a plus rien à Dol, à Morlaix, à Hennebont, 3 pièces à Vannes.

106Le XVe siècle généralise l’usage des armes à feu tant dans les armées mobiles en opération qu’à l’intérieur des places fortes, les seuls engins à nous intéresser dans cet ouvrage. Vers 1487, l’artillerie de campagne transportable, 150 pièces au maximum, est disparate, venue des parcs urbains, convoyée par des charretiers, souvent usagée, malgré un réel effort, entrepris les dernières années, par les Trésoriers des Guerres, les Grands Maîtres et leurs adjoints, les clercs, tous des officiers compétents, mais disposant de crédits insuffisants, 5 000 livres par an au maximum.

107Des responsables de ces nouvelles armes, des engins ou bastons à feu ont été désignés et viennent enquêter en ville. À l’échelon supérieur, un Garde et Mestre de l’Artillerie existe en Bretagne depuis au moins 1391 sous Jean IV avec Guillaume Carnac. Sa mission est de superviser les défenses des châteaux et des villes, de veiller à ce qu’elles soient bien pourvues de canons et de munitions, d’obliger si besoin les capitaines et les municipalités à les remettre en état. Il est secondé par un lieutenant ou « commis » et dresse des « états des guerres » et des procès-verbaux dont les doubles vont à la Chambre des comptes. Des « canonniers du duc », désignés par le Maître, sont chargés également d’enquêtes et d’inventaires comme Jacquemin de Lespine en 1464 et le forgeron P. Gicquel en 1467.

108Les grandes cités ont aussi un garde et visiteur de l’artillerie, pompeusement appelé le maistre des canons, choisi par le gouvernement (à Brest) ou par les municipalités, assermenté et salarié. L’un d’eux, Jehan Chausse de Nantes, demande en 1488 un supplément de gages qu’il justifie par l’alourdissement de ses responsabilités en temps de guerre. N’a-t-il pas la charge de la fabrication de la poudre et du charbon de bois, « d’ouvrir la maison de la ville deux fois la semaine et parfois trois fois pour tenir conseil, ce que n’avoit esté coutume de faire deux ou trois fois l’an et aucune fois point ». On les voit, en temps normal, inspecter les pièces, les sortir périodiquement avec l’aide de quelques valets, combattre la rouille avec des mixtures à base de charbon de bois et de chaux, négocier à l’extérieur l’achat d’un nouveau matériel. Ce responsable gagne 10 puis 15 livres à Nantes, 12 puis 25 livres Rennes, 10 livres à Vitré. Un canonnier nantais nommé Guillemin Morice vient tout spécialement mettre en état les canons de Moncontour en 1419. Les canonniers de Vitré, Jehan Octouvre, Macé le Fort et Jehan de Troys (sic) vont réparer les pièces des châteaux voisins.

  • 12 J.-P. Leguay, « Un aspect du travail du métal dans les villes armoricaines au Moyen Âge. La fabric (...)

109❍ Les inventaires de Nantes et de Rennes, les plus détaillés, montrent des pièces de différents calibres, certaines vieillottes et en mauvais état, une autre plus récente, provenant de plusieurs ateliers de fonte locaux ou étrangers12.

110À Nantes, la progression, sensible aux événements politiques et au recrutement de techniciens, est réelle mais trompeuse. Un inventaire de 1468 donne 121 pièces. Cinq ans après, en 1472, nous en comptons 159 et, en 1487, 292, soit une progression, en vingt ans, de 58,5 %. L’effort municipal ne ferait aucun doute, si une autre réalité ne s’imposait également : 40 % des bastons énumérés ont plus de vingt ans d’ancienneté, ce qui est grave pour du matériel vite périmé avec les progrès de la technique et usé par les essais. En 1495, après les guerres d’indépendance le parc se réduit à 47 pièces, dont beaucoup en mauvais état. Certaines sont baptisées faucons, ce qui semble indiquer que les contemporains hésitaient eux-mêmes sur la terminologie.

111Des inventaires identiques permettent de tirer les mêmes conclusions à Rennes. Si nous reprenons tous les comptes municipaux depuis 1418, nous pensons que la ville a fabriqué ou acheté plus de 400 pièces d’artillerie de toute dimension, de l’arquebuse de rempart à la bombarde.

112Dans le détail :

113En 1464, le registre de Julien Thierry n’indique encore que 27 pièces : 12 canons, 3 veuglaires et 12 couleuvrines, ce qui représente, avec les boîtes, 4 071 livres de fonte et 3 003 livres 1/2 de bronze. C’est peu même si la ville a accompli quelques réalisations notables, sous Jean V et François 1er du temps où le duché est engagé, aux côtés du Royaume, dans la lutte contre les Anglais en Normandie.

114Les menaces extérieures après 1464 et jusqu’en 1487, poussent la ville à fabriquer ou à acheter 36 canons, 23 faucons, 20 serpentines, 49 couleuvrines, 3 veuglaires, 4 veilloires ( ?) et 137 harquebuces semi-portatives dite à main, soit un total de 272 pièces. La ville dispose alors, avec les canons précédents, toujours signalés en service malgré leur état, de 299 engins de tous calibres, dont 9 % âgés de plus de 23 ans, 21 % de plus de 20 ans et 30 % de plus de 10 ans.

115Sous le gouvernement de la duchesse. Anne, de 1488 à 1492, les Rennais ont encore commandé 42 pièces, 4 canons, 4 serpentines, 22 faucons et 12 harquebuces, sans doute plus convenables, ce qui nous amènerait à un parc de 341 unités s’il n’y avait pas eu de pertes.

116❍ Le matériel breton est hétérogène et se prête mal à une classification sérielle. Les distinctions entre l’harquebuce, ancêtre de l’arquebuse, et la couleuvrine à main ou de rempart, ne sont pas forcément évidentes.

117L’analyse du vocabulaire employé montre parfaitement la complexité de la recherche historique dans le domaine des armes à feu.

118Parmi les pièces à demeure dans les parcs d’artillerie, figurent des unités qualifiées de bombardes, d’engins, de bastons. Le canon le plus lourd d’Armorique, le célèbre « Guingamp » forgé dans cette localité en 1487, atteint les 7 500 livres-poids et on imagine très bien un spécimen pareil aux canons qui se trouvent à la porte du Mont Saint-Michel. Ce poids de 7 à 8 000 n’a rien d’exceptionnel ; les Bourguignons ont produit des canons de 13 000 à 15 000 livres. Viennent ensuite le « Maréchal » en souvenir du maréchal de Rieux, de 7 000 livres (Nantes), « l’Orange », du nom du prince d’Orange, de 5 899 livres (Rennes). Des unités communes, des bombardelles de 1 000 à 3 000 livres prédominent et une infinité de petites unités de 100 à 200 livres. Il existe de la même façon plusieurs variétés de couleuvrines de mur, depuis les armes aisément transportables d’environ 100 livres et qui répondent parfaitement à la définition qu’on leur donne habituellement, aux plus lourdes de 2 000 à 3 000 livres, semblables à la « Hideuse » de Redon (puis de Brest). La « Déesse » ou la « Mignonne » suggèrent la sveltesse autour des 1 000 livres. Des couleuvrines montées sur chevalets ou munies de petites roues (à Rennes dès 1442-1444), on aboutit, dans le dernier quart du XVe siècle, à la couleuvrine à main, au petit faucon léger comme l’air de moins de 500 livres, à l’arquebuse ou harquebute munie d’un croc servant à l’occasion d’arme blanche ou emmanchée, que porte un homme ou deux. Ces ancêtres des fusils de rempart voient leur poids diminuer au fil des ans et passer d’une cinquantaine de livres à quinze ou même dix. Mais ces armes portatives, vouées à un grand avenir, sont fragiles et leur tir est très lent.

119Quittons l’artillerie statique pour le matériel de campagne transportable, prêté d’une ville à une autre, déplacé pour les sièges. Les couleuvrines de moins de 1 000 livres-poids assurent la transition. Nous découvrons une série de modèles, proches les uns des autres, aux noms variés et pittoresques. Les serpentines, des tubes aussi fins que le corps d’un serpent, peuvent atteindre les 2 000 livres à Rennes. L’inverse, plus ramassé, s’appelle le courtaulx, le pétar, le mortier. Les faucons, de 40 à 500 livres, sont tantôt munis de crocs pour mieux assurer leur fixation sur la courtine, tantôt montés sur des chevalets ou posés sur des affûts à roues. Les veuglaires, vingloires et crapaudeaux diminuent encore de poids et sont, comme les précédents, à chambres mobiles. On appelle ribaudequins plusieurs tubes montés sur un chariot, lui-même pourvu d’un mantelet et d’un coffre à munitions, mortiers (rares ici) des instruments à tir vertical, courtauts des pièces à la fois ramassées et larges, dont la boîte de forte dimension est précédée d’une courte volée d’un mètre environ, pétards des canons impressionnants, moins par leur taille réduite, que par le bruit qu’ils font. Dans les armes légères entrent, nous l’avons dit, les petits faucons, les couleuvrines à main et surtout les harquebuces à crocs et à douilles dont l’usage se généralise pendant le dernier tiers du XVe siècle. Leur poids, même moindre, de 15 à 40 livres, en fait surtout des fusils de rempart, généralement emmanchés sur des pièces de bois.

120❍ Les armes blanches et tous les autres habillemens de guerre ne sont pas comptabilisés avec le même soin et les chiffres indiqués ne concernent qu’une petite fraction des défenseurs, les soldats de la garnison, les veilleurs de nuit et les gardiens des portes. Les bourgeois, mobilisés dans chaque quartier, sont tenus de se présenter avec leur propre équipement, généralement insuffisant et défectueux. Les comptes et les inventaires se contentent de mentionner, sans les décrire, des palletocs, des brigandines, des jusarmes pour protéger les poitrines, des salades ou cappelines pour la tête, exceptionnellement des coctes d’armes très coûteuses, à 20 écus d’or pièce, des hauquetons de drap de couleur. Il est fait état, pour les combats à distance ou rapprochés, d’arcs et d’arbalètes (avec leurs tours), de maillets de plomb, de piques ou planczons à Rennes, de coustilles ou larges coutelas, de vouges et d’autres variétés de hallebardes, de dagues et de gorgerettes à Nantes, ou tout simplement de bastons de défense. Quelques munitions sont achetées chaque année pour compléter les stocks, surtout des séettes ou simples flèches, des viretons ou carreaux d’arbalètes cannelés et empannés, de traits.

121❍ Cette artillerie constitue une lourde charge pour les budgets municipaux. Nous avons calculé qu’elle représentait 5,75 % des dépenses rennaises de 1418 à 1500, 7,5 % de celles de Nantes pendant la seconde moitié du XVe siècle (mais y compris les gages des canonniers), 3,5 % à Vitré en 1480-1481, 1,5 % à Moncontour en 1449-1453 mais 12,5 % en 1492.

122Non seulement les villes sont tenues de s’armer correctement, mais elles doivent aussi prêter leur matériel, à toute réquisition, au gouvernement ducal qui ne dispose pas de l’équivalent des cinq bandes (unités de combat) formées en France. L’armée bretonne est tributaire des villes pour les sièges et pour ses campagnes lointaines en Normandie, dans le Maine et en Anjou, pour la protection des marches. Le transport est malaisé. Les canons sont hissés, à grand-peine sur des charrettes ou des chariots, à deux ou quatre roues, tractés par plusieurs chevaux et menés à petite vitesse sur des routes défoncées. Une bombarde que Rennes envoie à Fougères est si lourde qu’il faut six jours pour franchir les cinquante kilomètres séparant les deux villes. Le veuglaire nantais nommé Donatien écrase de tout son poids une charrette de la ville. Du matériel nantais est prêté en 1468 aux garnisons d’Ancenis, de Clisson, d’Oudon, deux couleuvrines à Saint-Malo, trois autres à Morlaix, et envoyé à grands frais.

La « savance » du « faeseur de canon »

  • 13 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

123Le canonnier est l’héritier du fèvre et du technicien supérieur dont le travail a donné matière à des descriptions d’une grande précision. Le canon est décrit sur le plan technique dans les inventaires de comptes, en partant du saumon de métal pour aboutir à la boete et à la volée13.

124❍ La plupart du temps, l’article du compte se borne à faire état d’une quantité déterminée de métal brut en livres-poids et parfois sa provenance. Le fer espagnol, réputé d’excellente qualité, introduit dans le duché soit par des marchands ibériques fréquentant assidûment les ports de Nantes, de Vannes, de Saint-Malo et certains marchés de l’intérieur comme Rennes ou Redon, soit par les Bretons eux-mêmes qui sillonnent, avec leurs navires de moyen tonnage, la route de l’Atlantique sud. Les achats portent certaines années sur des quantités impressionnantes, des milliers de livres-poids. Il est probable aussi que le fer normand et breton s’ajoute au précédent mais nous ignorons dans quelle proportion. On achète aussi couramment du plomb anglais et du cuivre dit d’Ixelaire, d’Isselaire ou d’Islayre, en fait du cuivre suédois de la région de Rammerlsberg près de Goslar qui transite par les havres hanséates et flamands. Le métal peut être acquis sous forme de lingots appelés saumons. Il s’agit alors soit de métal brut, de plomb par exemple, soit d’acier, soit d’alliage de cuivre et d’étain dénommé mitraille ou mintraille. Une ville ou une garnison conserve généralement en réserve des saumons en vue d’une prochaine utilisation. Des marchands disposent aussi de stocks importants, des merciers rennais ou vitréens en particulier.

« Les documents font très souvent état de métal de réemploi. La rareté et la cherté des matériaux non ferreux, la lente oxydation qui leur conserve longtemps une valeur marchande intéressante poussent les autorités à rechercher systématiquement les objets cassés, démodés et à réutiliser leurs morceaux, après pesée et élimination des dépôts. Nombre de bombardes trop lourdes sont “rompues” pendant la seconde moitié du XVe siècle pour fabriquer des armes plus maniables. Les premiers combats pour l’indépendance ou des expéditions aux frontières ont causé des pertes mais ont permis aussi aux villes bretonnes de faire de bonnes affaires. »

125Le vocabulaire employé dans les comptes suggère différents emplois du métal. Beaucoup de canons, surtout pendant la première moitié du XVe siècle, mais encore après, sont en fer (forgé) et l’œuvre d’ouvriers de forge. Les pièces sont constituées, comme un tonneau, de petites douves ou douvelles serties de cercles de fer ; l’assemblage est relativement simple et les réparations ne posent pas trop de difficultés. Mais l’ensemble reste fragile et un défaut de jointure peut avoir les plus fâcheuses conséquences. Une grosse bombarde rennaise démolie en 1456 était ainsi un assemblage de 33 douvelles et de 33 cercles.

126L’emploi de fonte de fer de façon industrielle est un progrès dans l’histoire de la sidérurgie. Elle sert couramment à produire des projectiles dès la seconde moitié du XVe siècle et, malgré sa fragilité, des pièces de petit calibre.

127On voit enfin apparaître, au cours de la période qui fait l’objet de cette étude, des canons de cuyvre ou de fonte de cuyvre, produits cette fois par des ouvriers de fonte distincts des précédents, c’est-à-dire des pièces d’artillerie moulées suivant le procédé utilisé pour les cloches des églises, en alliage de cuivre et d’étain. L’avenir est à cette technique. En 1472, 38 % des bastons nantais sont en fer, 62 % en bronze et les comptes les distinguent soigneusement ; une quinzaine d’années plus tard, les premiers ne sont plus que 19 %.

128❍ La fabrication d’un canon de bronze par moulage est bien décrite dans un document nantais de 1449 et par un extrait des comptes de Moncontour en janvier 1493. C’est une des rares occasions dans l’histoire des techniques où nous avons, au Moyen Âge, une telle précision relative !

129Partons d’une longue phase préparatoire. Car il faut tout d’abord préparer le terrain ou le local approprié, protéger de planches ou curieusement de linceulx les façades et les toits des maisons voisines qui utilisent encore beaucoup, dans nos régions, le bois et le chaume. On forge ou on moule sur une place publique, à la Vieille Monnaie ou place Conan de Rennes, dans la cour d’un hôtel particulier ou d’un couvent, dans un local de l’hôtel de l’archidiacre de Nantes. Le chantier a besoin d’un atelier où est rompu, « à grant peyne et grant travaill » du matériel réformé, où sont récupérés, triés, lavés et pesés les différents morceaux qui sont soigneusement stockés, avec les outils et les sacs de charbon de bois, car on craint les vols. L’ouvrier de fonte monte, avec l’aide de menuisiers, une table longue et épaisse pour « battre » (sic) la terre du moule.

130Un patron ou croquis de la future pièce est dessiné ou taillé dans un tissu. Un charpentier prépare un modèle en bois qui reproduit l’aspect extérieur du canon. Le compte de l’artillerie nantaise des années 1470-1473 mentionne un « moule de bois à faire serpentines ». C’est le marbre rencontré dans d’autres articles. C’est sur ce bloc bien taillé que sont appliquées, dans la technique du moulage, plusieurs couches successives d’une terre argileuse spéciale, soigneusement pilée et battue, liée avec du suif et le contenu de plusieurs douzaines d’œufs. Cette gangue forme en durcissant et en séchant au feu de bois une chape ou molle cerclée de barres de fer. Le modèle initial est extrait de l’enveloppe et on introduit à sa place un mandrin plus petit, probablement ce noeau du molle dont la section est sensiblement voisine de celle du futur calibre. Le noyau dur est bien centré dans l’axe de la chape ; il peut être réutilisé puisqu’on signale à Nantes « un molle de boays pour noyau d’une serpentine qui pourra servir à d’autres ».

131Entre-temps, des manœuvres creusent une fosse où sont descendus les éléments décrits, le tout entouré de terre tassée au pied ou à la pelle. On peut préparer à l’avance des affûts et même des chariots pour le transport. La phase initiale commencée un 4 août 1449 à Nantes dure jusqu’à la fin septembre, environ cinquante jours, transport des matériaux compris. À Moncontour, un canonnier nommé Girart fabrique treize canons, ce qui nécessite deux fosses.

132La fusion du métal et la conduite de la coulée sont des étapes délicates. L’ouvrier de fonte et ses serviteurs préparent l’alliage suivant des proportions soigneusement établies, en général 8 à 12 % d’étain pour 92 à 88 % de cuivre. Ils emploient un fourneau qui n’est jamais décrit et jusqu’à douze paires (sic) de soufflets actionnés par une main-d’œuvre en surnombre, récompensée par une distribution de vin. Le métal liquide et brûlant est mené par une canalisation dans la fosse, entre la chape et le noyau, et donne naissance à l’âme du canon. Le procédé d’alésage assure la régularité et l’homogénéité de l’œuvre accomplie. Il ne reste plus, après refroidissement, qu’à extraire le tout avec un engin élévateur, qu’à briser la gangue de terre du futur canon et à enlever le noyau.

133Il faut encore nettoyer et polir la pièce, c’est-à-dire la personnaliser par un décor qui correspond à son nom, une tête de serpent pour une serpentine, par un écusson, des hermines de Bretagne ou des fleurs de lys royales (à Saint-Malo) et même par les armes de la ville.

« Les canons armoricains portent des noms comme des êtres vivants. Les uns perpétuent le souvenir d’une bataille comme les « trente bastons du combat des Trente », un épisode mémorable de la guerre de Succession (dans le parc de Dinan). D’autres sont empruntés à l’Histoire Sainte avec les douze Enfants de Jacob, les douze Apôtres (de Nantes). D’autres encore évoquent des légendes comme Mélusine (de Nantes), les Neuf Preux, rappellent le lieu de leur fabrication avec le Guingamp ou le Dinan, l’illustre famille d’Orange, ou veulent jeter l’effroi avec la serpentine, les canons nantais ou brestois la “Hydeulse” et la “Dezespérée”. Citons encore comme appellation curieuse : des divinités de l’Antiquité, les couleuvrines Venus, Junon et Pallas, la “Grant Margot”, les Moynes, le Cornillon, les “Douze Mois” de Nantes, le Regnart de Saint-Malo. Une pièce d’artillerie perpétue le nom de son fabricant par une formule telle que à la faczon de Mesnier et, peut-être, par une inscription gravée par un orfèvre. »

134Au total, il a fallu, en 1449, vingt-six autres journées, du début octobre à la fin de la semaine commencée le 3 novembre, pour parachever une bombarde et son chariot, ce qui fait, avec la phase préparatoire, 75 jours.

135❍ On observe une évolution dans la disposition de la pièce.

136Longtemps les canons décrits dans nos archives se sont chargés encore par la culasse et se composaient de deux parties adaptables, l’une à l’autre. La volée est un tube ouvert aux deux bouts, cylindrique ou à pans coupés extérieurement, aux dimensions données en pieds. La boueste renferme la charge de poudre. Les poids et les dimensions diffèrent suivant les modèles. Le veuglaire nantais nommé Abraham possède une volée de 2 712 livres-poids et une boîte de 1 414 livres. Ces pièces sont réunies, le moment venu, par des crampons et des étriers. Le système offre l’avantage d’accélérer les tirs en prévoyant à l’avance plusieurs boîtes chargées. Malheureusement les étriers peuvent céder sous la pression et de graves accidents sont toujours à redouter. II se produit, d’autre part, une déperdition de gaz à la jointure, préjudiciable à la puissance du feu. On a bien essayé à Rennes de soulager les crampons par un crochet supplémentaire.

137Finalement, sans totalement éliminer le système décrit ci-dessus, on fabrique de plus en plus des canons à culasse fixe, chargés par la gueule, en introduisant d’abord la poudre puis un tampon isolant, le boulet et la bourre. On parle désormais « de bombarde de cuivre (de bronze) toute d’une pièce ». Les canons bretons connaissent comme autres perfectionnements l’usage de torillons ou petits cylindres saillants de part et d’autre du fût permettant de les manœuvrer sur un plan vertical, de tampons bouchant l’orifice de la chambre.

138Un progrès sensible est réalisé aussi dans l’allégement et la mobilité des canons. Au début du XVe siècle, la masse prédomine que rend fort bien le mot bombarde. Le charpentier intervient pour affuter, enboester, habiller les pièces dans de grosses billes de bois ou même dans des troncs de noyer ou d’ormeau. Le serrurier de service passe ensuite pour paragler et appareiller le tube et son affût avec des cales et des bandes de fer. L’activité de ces deux artisans est si importante qu’elle a parfois donné lieu à des interprétations hasardeuses sur la prétendue existence de canons de bois à Rennes en 1419. Il ne reste plus qu’à remiser la pièce ou à l’asseoir sur un chemin de ronde, sur le terre-plein d’un boulevard, sur la terrasse d’une tour d’enceinte ou, au niveau du sol, dans des casemates spécialement conçues à cet usage, du genre moineaux.

139Reste la phase des essais sur une place, du haut d’un rempart, sur un terrain vague. Ils ne sont pas toujours concluants. Il n’est pas rare, en effet, qu’un canon éclate dès le premier tir. Les échecs sont dus à des vices de forme, à l’incompétence, voire même au sabotage de haigneurs et malveillans, peut-être aussi à un mauvais dosage des ingrédients, salpêtre, soufre vif et malsandre. Des Allemands ont montré aux Bretons comment doser les trois éléments en fonction de la puissance souhaitée et de la résistance supposée du métal. Le salpêtre ou nitrate de potassium est récolté dans les caves humides – et il y en a en Bretagne – ou est importé, en même temps que le soufre, d’Espagne, de Flandre, de Touraine, d’Orléans, de « Chasteaulerault » (sic) et même de Marseille. Il doit être soigneusement affiné dans des chaudières spéciales, avec une terre recherchée dans toute l’Armorique, débarrassée de ses impuretés, au chlorure qui rend la poudre hygroscopique, filtré avec des tamis en parchemin, mélangé dans un mortier de cuivre au soufre et au charbon de saule. Les faiseurs de poudre, les chimistes de l’époque, ont un métier difficile et les accidents fréquents occasionnent de graves brûlures aux mains et au visage.

Des professions lucratives : marchands de « boules » et de poudre

140À côté des brigandiniers ou fabricants d’armure, des heaulmiers qui livrent des casques, des cuiratiers et des baudriers qui servent les fantassins et les cavaliers, des marchands de vivres, deux catégories méconnues profitent de la situation : les salpêtriers, les perriers et les fondeurs spécialisés dans les boulets de canon.

141❍ La connaissance des projectiles est précieuse à plusieurs titres.

142Elle révèle, lorsqu’il s’agit de boulets de pierre, tout un aspect de l’exploitation des carrières et du commerce côtier. Le morceau de granit, de gneiss ou de grès arrive tout juste équarri et est transformé en boulet puis calibré sur place. Le prix de revient en est donc très élevé, à plus forte raison si le matériau est importé de loin. Le grain de Miseric, dans la paroisse de Chantenay, ne suffit plus aux Nantais qui passent commande, dès 1470, à un riche entrepreneur et transporteur du Léon, Jehan de May, propriétaire de carrières de kersanton à Daoulas. Les livraisons portent sur des milliers de blocs de plusieurs dimensions. Un autre de May, Michel cette fois, fournit, vers la même époque, le marché rennais.

143L’avenir est à la fonte. Les boules de fer, de moindre volume, faciles à produire en grande quantité dans un moule, calibrées instantanément, solutionnent bien des problèmes et ont l’immense avantage de se briser en percutant le point d’impact en morceaux tranchants et mortels. Leur poids varie de 6 à 60 livres.

144Les petits canons utilisent des projectiles beaucoup plus réduits, des billes de plomb ou plommées, alourdies par de la grenaille ou un noyau de fer, dont le poids descend parfois jusqu’à un quart de livre, celui d’une balle ! Les comptes signalent parfois des moules à plommées dans les inventaires, en pierre, munis d’une cavité centrale. Les pierres de fonte se généralisent partout sans faire disparaître le canon perrier ou portant pierre.

145❍ La préparation de la poudre est également une opération délicate et onéreuse. La matière est constituée par un mélange, en proportions variables, de nitrate de potassium, de soufre et de charbon. Le salpêtre, venu directement d’Espagne ou via Bruges, exceptionnellement d’ailleurs, doit être parfaitement pur, exempt de chlorure qui rend la poudre hygroscopique. Il est donc soumis, dès son arrivée, à diverses opérations d’affinage qui exigent des chaudières spéciales, des tamis à feuilles de parchemin transparentes à force d’être fines, des pelles, des pilons et des mortiers. La déperdition de poids est d’autant plus grande et regrettable (jusqu’à 25 %) que la qualité de la marchandise est moindre. Le soufre vif, d’origine ibérique, doit contenir, pour sa part, le moins possible d’acide sulfureux. Il faut, enfin, du charbon de bois, facile à enflammer, brûlant vite et sans laisser trop de cendres. Les bois blancs sont recherchés, de préférence aux autres, et le saule en particulier, appelé dans les textes le malsandre. La pulvérisation du tout s’opère au moyen de meules de fonte. N’importe qui ne peut se lancer dans cette chimie sans un minimum de connaissances. Les accidents sont fréquents et provoquent de graves brûlures au visage ou aux mains. Au siècle dernier, l’armurerie française avait opté pour les pourcentages suivants 75 % pour le nitrate, 12,5 % pour le soufre, 12,5 % pour le charbon. À Nantes, en 1458, nous avons trouvé une poudre de 64,25 % de salpêtre, de 21,50 % de soufre, de 14,25 % de charbon une autre de 71,5 % de salpêtre. À Rennes, nous arrivons, en 1487, jusqu’à 78,5 % pour le nitrate, 8,75 % pour le charbon de saule et 12,5 % pour le soufre. La poudre est ensuite stockée dans des poches de cuir, dans des buces et dans des tonneaux.

Un bilan : les carences de l’artillerie défensive en 1487-1488

146De tous ces détails techniques, nous maintenons une conclusion : l’armement des villes bretonnes souffre de graves carences en dépit des derniers progrès accomplis par nécessité.

147❍ Le matériel est souvent vétuste, même si la Bretagne n’a pas ignoré les mutations techniques. Nombre de canons qui servent à Nantes, à Rennes ou ailleurs, en 1487, ont plus de 20 ans d’âge, ce qui est beaucoup. Trop de modèles sont encore en fer forgé, même si l’emploi du bronze est déjà irréversible : presque 38 % des pièces nantaises en 1472, encore 19 % en 1488. Les canons types à chambre mobile démontable, disposant de plusieurs boîtes ou chambres chargées à l’avance pour augmenter la cadence et atteindre 30 à 40 coups par jour, sont fragiles et subissent une déperdition de gaz et de puissance ; les canons à culasse fixe, chargeables par la gueule, sont préférés aux autres mais les opérations de tir sont lentes. Les plus gros bastons sont lourds, massifs, difficiles à mouvoir, immobilisés par des armatures de fer dans d’énormes billes de bois. Progressivement, les grosses bombardes disparaissent du vocabulaire local au profit des faucons, des couleuvrines, des serpentines et autres pièces montées sur affûts et sur roues plus maniables. Mais il est inexact de prétendre que toutes les pièces étaient devenues mobiles en 1487.

148❍ Cette artillerie défensive est mal entretenue.

149Le matériel est dispersé et négligé en temps de paix. Rares sont les villes qui disposent de véritables magasins comme Nantes qui acheta à l’abbesse de Fontevraud un local pour faire une maison des engins en même temps atelier de réparation et poudrière. Rennes a eu, un moment, la même intention, mais son projet ne semble pas avoir eu de suites. Aussi les pièces, les barils, les rondelles, les poches en cuir de poudre et de salpêtre sont disposés un peu partout ; dans les salles basses et humides des tours des enceintes (la tour des Poëliers de Dinan ou la tour Gastesel de Vitré), dans des « galeries » ou casemates hâtivement élevées (Saint-Malo), sous le porche d’une église (Vitré), en plein air sur le terre-plein des boulevards, dans les rues, sur les places publiques (Le Croisic, Vitré, Rennes), dans un cimetière (à Saint-Pierre de Nantes), voire même dans une chapelle comme l’église Notre-Dame du Guéodet à Quimper, l’église Saint-Guénolé à Concarneau, la chapelle du château de Fougères ou Saint-Martin de Rennes (dès 1421), dans un hôpital (Redon) ou dans un atelier monétaire désaffecté (Rennes), au domicile d’un particulier (chez Pierre Molle au Croisic). Est-il besoin d’ajouter que l’état des canons et des munitions s’en ressent ! Un responsable rennais, Vincent Le Vallays le dit clairement « les bastons, tant de forge que de fonte sont très mal à point pour servir ». Et, de fait, ils sont fréquemment cassés, rouillés, leurs affûts pourris, la poudre avinée.

150Il nous arrive très souvent de rencontrer dans les comptes ou dans les inventaires des pièces cassées, rouillées. Cela tient peut-être aux négligences des gardes responsables, mal payés et occupés par leurs propres affaires, au manque de crédits d’entretien, aux moyens de lutte contre la corrosion très limités, la rouille étant combattue par un mélange… de charbon de bois, de chaux vive et de soufre, et surtout aux conditions de remise du matériel.

151De façon générale, beaucoup d’armes en dépôt dans nos villes sont vieilles et démodées. Ph. Contamine a montré la supériorité de l’armement royal judicieusement réparti en unités ou bandes, disposant d’une capacité de feu de cinq à six jours, en état de participer à une offensive tous azimuts. Deux intéressent directement le front armoricain. La première réunit, en pleine période d’activité, environ 800 hommes et 43 pièces, la seconde 200 hommes et 31 pièces. Le matériel est standardisé et utilisé par des spécialistes.

Maigres espoirs, rapides désillusions de 1487 à 1491

  • 14 A. Dupuy, Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, 2 volumes, Paris, 1880 – T. Daniel et (...)

152Douze mille soldats franco-suisses, résolus, bien équipés, attaquent une Bretagne affaiblie par la trahison de plusieurs grands barons. Le combat qui commence est inégal. La mobilisation des forces restées fidèles à François II s’est faite à Malestroit, dans les plus mauvaises conditions qui soient. Les ordres sont mal exécutés, l’armement incomplet et le découragement envahit déjà les plus résolus à défendre l’indépendance de leur pays14.

Les murs « dilacérés et arasés » par les campagnes de 1487 et 1488

153Les troupes du roi accomplissent une véritable promenade militaire qui les conduit des Marches frontalières à Vannes à partir d’avril-mai 1487. À chaque occasion, les canons de campagne français concentrent leur tir sur un pan de mur fragile et font des brèches énormes impossibles à colmater que les fantassins utilisent pour pénétrer dans la place assiégée.

154La technique de l’artillerie tend, pour le moment, avant les progrès du XVIe et du XVIIIe siècle, à triompher de la haute muraille, insuffisamment doublée de réduits avancés.

155❍ La garnison de Bretons et de Gascons de Châteaubriant, sous les ordres d’Odet d’Aydie, ancien sénéchal de Carcassonne, passé au service de François II et du capitaine Gilles de Condest, cesse toute résistance dès le début de l’invasion le 23 avril 1487 et la capitulation, jugée honorable, épargne la ville de tout pillage. Ancenis a la malchance de subir deux occupations. Une première fois, une avant-garde, dirigée par Guichard d’Albon, sire de Saint-André, entre sans difficulté dans la ville forte, équipée récemment de tours à canon de chaque côté de l’entrée. Le château du sire de Rieux, alors rallié au roi, devient un moment le quartier général de Charles VIII d’où il peut suivre l’évolution des opérations foudroyantes de ses troupes. Mais le vieux maréchal quitte brusquement l’entourage du souverain et se rallie à François II en décembre, ce qui ramène sa ville dans le giron ducal. L’année suivante, les Français, commandés par le jeune Louis de la Trémoille, le futur vainqueur de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, rentrent à nouveau dans la place, cette fois après quelques jours de combats (12-20 mai 1488). Les sujets du maréchal ont de bonnes raisons de craindre le ressentiment contre le traître et le pire. Beaucoup de citadins et de ruraux ont pris la fuite dès l’annonce de l’offensive. Le receveur de la seigneurie fait allusion aux pillages qui ont suivi l’entrée des troupes victorieuses « pour ce que, au moys de may, le siège fuyt mis audit lieu d’Ancenis par les gens du roi et y furent jusqu’environ la fin juillet, à l’occasion de quoy les habitants dudit lieu d’Ancenis s’en allèrent… entre autre choses aient nozdiz annemis brullé et arasé les places et chasteaulx d’Ancenis, Rieux, Rochefort et Esleven ». Effectivement, Charles VIII ordonne, selon le chroniqueur Jaligny de raser les murs, de combler les fossés et laisse ses soldats saccager les blés des métairies avoisinantes. Tous les biens de la place, vivres compris, furent distribués aux capitaines et autres responsables de l’armée du roi.

156La Guerche et Redon, dans la même situation d’impréparation, cèdent aussi aisément. Quant aux seigneurs de la plupart des autres places fortes, les sires de Rieux et de Rohan, ils sont pour le moment dans le camp français. Ploërmel est la seule cité à oser relever le défi et bien mal lui en prend. Ses murailles sont ébranlées, pendant trois jours de rang, par l’artillerie et un pillage en règle sanctionne une capitulation, sans condition, le 1er juin.

157❍ Les garnisons et les milices de quartier, trop statiques, mal équipées, fractionnées sont démoralisées par une telle succession d’échecs qu’explique la supériorité combative et tactique de leurs adversaires.

158Les désertions se multiplient, les ruraux s’efforcent d’échapper aux réquisitions et François II, lui-même, privé de toute énergie, gagne Vannes avec l’intention de s’embarquer pour l’Angleterre ou la Flandre. Il renonce finalement à son projet et rejoint, par mer avec une partie de ses forces sur des navires réquisitionnés, Nantes que tient le duc d’Orléans, le seul véritable chef digne de ce nom et âme de la résistance. Vannes n’est pas en état de résister malgré les travaux de défense récemment accomplis de part et d’autre du château de l’Hermine et aux portes qui donnent sur le port ; son capitaine, Jacques Le Moine, préfère ouvrir les portes de l’enceinte, sous la pression des bourgeois le 5 juin !

159Les Français ont pu espérer, un instant, terminer rapidement la guerre et défaire les forces de François II, sur un champ de bataille. Ils rebroussent chemin après une série de capitulations et se dirigent vers Nantes avec l’intention d’en finir au plus vite avec le verrou de la Bretagne méridionale. Il eut été dangereux pour eux de laisser, sur leurs arrières, une place forte aussi importante. L’échec survient au moment où on ne l’attendait pas !

L’échec des forces royales à Nantes (juin-août 1487)

  • 15 J.-P. Leguay, « Les abords du château des ducs : Sainte Radegonde, Saint-Laurent et Richebourg au (...)

160Le siège de Nantes (19 juin-6 août 1487) est un tournant dans les opérations militaires. Pour la première fois depuis le début du conflit, une résistance s’organise à l’initiative du duc d’Orléans et d’autres valeureux capitaines15.

161❍ Des travaux de défense ont considérablement renforcé la place. Les portails (Saint-Pierre, Briant-Maillard, de la Saulzaie) plusieurs tours, ont été refaits à neuf tout récemment, les fossés agrandis et doublés de palissades avancées, de barrières, de tourelles en bois, de boulevards, des sortes de blockhaus dénommés moineaux.

162Dès 1472, pendant un moment d’inquiétude, la municipalité a ordonné d’abattre plusieurs maisons des faubourgs pour dégager la ligne de tir et empêcher l’ennemi éventuel d’y trouver refuge ; des mesures semblables ont été prises en 1487. Contrairement aux Vannetais, la population nantaise est bien décidée à résister à l’envahisseur, « à empêcher la totale destriction de cedit pays et duché ». Les hommes des milices répondent aux convocations des cinquanteniers, se regroupent par quartiers, sous la protection spirituelle de bannières ornées de figures des saints Yves et Michel, sur un fond blanc parsemé d’hermines, se répartissent le long des courtines et des différents ouvrages fortifiés et reçoivent des canons et des armes blanches avec une provision de poudre, de boulets et de traits.

163Comme le port est resté libre et la flotte bretonne est encore très active, le ravitaillement en vivres et en munitions rentre correctement malgré le blocus qui se met en place. La voie maritime et fluviale permet aussi à des volontaires ou à des contractuels étrangers de venir aider les bourgeois et leur apporter leur expérience. Une répartition équilibrée des forces défensives se fait par secteurs, sous le commandement de chefs capables : Bastien de Quercy et ses douze hommes à la garde du boulevard de Saint-Pierre, Bernard Herst de Hollande à celui de Saint-Nicolas, Jehan de Brucelles, Barnabé Derich, Villequin de Lespine et d’autres ailleurs, et surtout Pietres d’Allemaigne avec ses 80 couleuvriniers, réduits, par la suite, à 70, pour faire face à… une augmentation de salaire. Une compagnie d’arbalétriers sert également sous la direction d’Olivier Calapart.

« Un cahier des dépenses alimentaires des canonniers est dressé, dans chaque quartier, et montre que la famine n’est pas à craindre, du moins pour l’instant, puisqu’on sert, au dîner et au souper, du pain blanc, de la viande, du poisson… du beurre le dimanche, du vin, etc. Évidemment, les officiers ont droit aux petits pains blancs et au vin clairet d’Orléans ; leurs aides au pain bys et au vin nantais, les manœuvres lamballais qui s’affairent dans les fossés aux miches de seigle. Les échauguettes de nuit et le guet reçoivent aussi des rations supplémentaires qui s’ajoutent aux augmentations de salaires. Les taverniers ont été invités à collaborer, à livrer des plats cuisinés et des boissons ; l’un d’eux se plaint amèrement de sa nouvelle clientèle, une bande de soudards forte de 110 hommes, exigeants au possible, qui l’obligent à veiller jusqu’à minuit et lui dérobent pour 50 livres de linge, d’étains et de provisions. Un marchand en gros, Pierre Billaud a fourni, sur réquisition, du pain et 9 pipes de vin, pour une somme dépassant les 138 livres. Tous les barbiers-chirurgiens sont mobilisés “sans aucuns refus ne difficulté y faire”, invités à accomplir de belles cures de blessés, sans ménager la dépense “en ouilles (huiles), oinguemens et préservatifs”. »

164Face au déploiement de forces estimées à 4 000 hommes, sous les ordres du duc d’Orléans et de Dunois, les Français et leurs alliés, les rebelles bretons, connaissent des difficultés. La division s’est installée dans leurs rangs. Plusieurs barons de Bretagne qui ont grandement facilité l’entrée des ennemis dans le duché, prennent conscience d’avoir été bernés, que les alliances et les engagements pris à Châteaubriant, en mars 1487, n’ont pas été respectés et qu’ils sont le jouet des Français. Rieux désapprouve ostensiblement le siège et se retire dans un isolement frondeur. Malgré leur nombre, à peu près 10 000, les assiégeants ne sont pas suffisamment nombreux pour bloquer et isoler la place protégée par la Loire et l’Erdre et se contentent d’occuper les îles de la Madeleine, de la Grande Biesse et de la Saulzaie au sud et les buttes à l’est, du côté de Saint-Clément, de Saint-André et de Richebourg. Ils y disposent des batteries puissantes qui pilonnent la ville et provoquent d’importants dégâts. Mais la cité reste à l’abri du danger au nord et à l’ouest, ce qui permet d’acheminer les vivres en quantité suffisante et les secours.

« Des Guérandais, des Rennais, des brassiers lamballais et même des Cornouaillais répondent à l’appel des 4 000 défenseurs. L’histoire a surtout retenu le nom de Michel Marion, un riche négociant et fermier des impôts de Quimper, qui équipe un navire à ses frais, lève 120 soldats et vient s’enfermer dans la place où il trouve une mort glorieuse. La duchesse Anne saura dédommager la famille de ce valeureux patriote. Enfin, des mercenaires envoyés par Maximilien d’Autriche débarquent à Saint-Malo, font halte à Rennes, au début août où ils sont fêtés. Ils arriveront trop tard à Nantes pour participer à la lutte. »

165Les attaques françaises, même soutenues par une puissante artillerie échouent devant l’opiniâtreté des défenseurs qui font une large consommation de soufre enflammé, de pierres et de plommées, de sacs de laine et de bois pour protéger les murs ébranlés par les boulets. L’arrivée de renforts amenés par Dunois, des raids de diversion contre les camps ennemis situés dans les îles et dans les faubourgs, portent des coups sévères aux forces de Charles VIII qui se décident, finalement, à lever le siège sur un échec cuisant, ce qui confirment les explications que nous donnions en introduction.

166❍ Le combat qui vient de se dérouler à Nantes n’est que le principal épisode d’une série d’autres qui ont pour cadre l’ensemble du duché.

167Une guerre d’usure oppose, dans le Penthièvre, les forces loyalistes réfugiées dans les principales villes aux seigneurs rebelles. L’un d’eux, Pierre de Rohan, sire de Quintin, s’empare de Moncontour, mais échoue devant Guingamp que défend Jehan de Coëtmen. Celui-ci, pour se venger, pille à son tour le château et la ville de son adversaire.

168En Cornouaille, on assiste à une levée en masse des paysans ; les chroniques voient dans ce mouvement un élan de patriotisme de vilains qui veulent se porter au secours de leur duc menacé. B. Pocquet souscrit à cette opinion, tout en contestant le chiffre de 60 000 hommes avancé. Nous nous demandons s’il ne s’agit pas plutôt d’une jacquerie provoquée par la misère, un avant-goût de ce qui va se produire, quelques mois plus tard.

169Les Français, furieux de leur échec, décident de s’emparer de plusieurs autres villes, avant que l’hiver n’interrompe les opérations. Vitré leur est livrée, malgré le puissant châtelet d’entrée de la forteresse, par le comte Guy de Laval qui aurait pourtant souhaité conserver une stricte neutralité (1er septembre). Saint-Aubin-du-Cormier tombe après un court siège qui met fin à la résistance de son capitaine, Guillaume de Rosnyvine. Dol, mal défendue par Esprit de Montauban, est occupée par le comte de Montpensier le 15 octobre ; plusieurs bâtiments publics dont les halles et le manoir épiscopal sont gravement endommagés. Une troupe d’occupation de 700 fantassins et de 217 cavaliers, l’équivalent de la moitié de la population s’installe à demeure. Dans le Vannetais, un contingent franco-breton se saisit d’Auray pour le compte du roi (31 octobre 1487). Charles VIII et sa sœur Anne de Beaujeu visitent les villes conquises, Ancenis, Clisson, Châteaubriant, y tiennent conseil dans les forteresses, rencontrent les principales personnalités de la noblesse dont la comtesse de Laval.

170Quand les opérations prennent fin en novembre, les Français et leurs alliés sont maîtres d’une douzaine de villes où ils installent des garnisons. Le bilan est plutôt décevant pour les moyens mis en œuvre.

Les autres « dispositions de guerre » durant l’hiver 1488

171Pire encore pour l’assaillant, un ultime sursaut breton se dessine l’année suivante en février-mars 1488, permettant aux forces loyalistes de récupérer Redon, un des quartiers généraux des rebelles.

172❍ Le redressement qu’on discerne est dû davantage à des raisons politiques, humaines et matérielles qu’à des manifestations de loyalisme.

173Le sire de Rieux est en disgrâce et a perdu une partie de ses biens saisis ; son hostilité au siège de Nantes, le rappel des clauses du traité de Châteaubriant ont déplu au roi qui s’estime suffisamment fort pour se passer de ses conseils et refuse de marchander. Le vieux maréchal, dans un de ces volte-face dont il est coutumier, se rallie au duc en décembre 1487, lui apporte son expérience militaire et les villes qu’il détient personnellement ou par alliance, Ancenis, Châteaubriant. D’autres nobles abandonnent le combat ou rejoignent le parti loyaliste.

174La Bretagne n’est plus isolée comme elle le fut jadis. Les rivaux de la France, hostiles à ses méthodes démagogiques en Bourgogne, en Flandre, en Italie maintenant, considèrent de plus en plus que le duché est un pion dans le maintien de l’équilibre européen. Les parentés et les contrats commerciaux aidant, les cours étrangères ne sont pas mécontentes d’apporter leur aide et d’expédier en Armorique des troupes : 2 000 Gascons et 1 000 Castillans commandés par Alain d’Albret par l’Odet, 600 Anglais de lord Scales parent d’Henri VII par Saint-Malo, des lansquenets allemands au service de Maximilien d’Autriche.

175Les travaux de défense se sont poursuivis sans discontinuer, du moins dans les grandes villes. Les progrès que nous signalions à propos de l’artillerie mobile sont en partie de cette époque et commencent à se faire sentir malgré bien des limites.

176❍ Une opération est montée contre Vannes, tenue par le capitaine royal, Gilbert de Grassay, et la ville est reprise après un siège de huit jours (25 février-3 mars 1488). L’artillerie de siège bretonne a joué, pour une rare occasion, un rôle déterminant. D’autres places, tenues par les Français et par leurs alliés bretons, toujours en rébellion, succombent aussi : les places du vicomte de Rohan (La Chèze, Josselin et Rohan), Ploërmel et Moncontour, Dol, Auray. Charles VIII, revenu à Tours, ne conserve bientôt plus, que cinq points d’appui Concarneau, Dol, La Guerche, Saint-Aubin et Vitré.

  • 16 Y. Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu, Paris, C. Klincksieck, 1975 – R. Cintré, « La bat (...)

177❍ Les Français, dont la suprématie militaire reste évidente, pouvaient difficilement rester sur cette série d’échecs qui peut remettre en question d’autres projets européens16.

178La réaction de Charles VIII ne tarde guère en avril-août 1488. Elle se traduit par la mise sur pied d’une nouvelle armée, de 12 000 hommes dont 3 500 mercenaires suisses, renforcée par une puissante artillerie.

179À sa tête est nommé un jeune capitaine de vingt ans, Louis de La Trémoille, épaulé par des spécialistes des sièges comme le Suisse Seckendorf ou l’Italien Jacopo Galeotta. Le jeune capitaine dispose aussi d’un abondant ravitaillement en vivres et en munitions que lui font parvenir les villes de l’Ouest, proches de la Bretagne.

180La campagne dirigée contre les villes et les places-fortes s’ouvre en avril 1488. L’armée française réunit environ 12 000 hommes dont un fort contingent de mercenaires suisses. Tour à tour, capitulent le château de Marcillé-Robert, Châteaubriant qui résiste huit jours sous la conduite d’Odet d’Aydie, avant de succomber sous le pilonnage des canons (15-23 avril) ; Ancenis, emportée en six jours (12-20 mai), en est à son cinquième siège depuis 1472 et ses remparts sont en partie rasés. Une trêve interrompt un instant les hostilités (le 1er juin), bienvenue pour François II qui espère recevoir des renforts anglais. Mais, dès le 17 juin, La Trémoille, qualifié de lieutenant général, marche vers le nord pour liquider la dernière place frontalière, Fougères. La ville, défendue par 2 000 soldats sous les ordres de Jean de Romillé, est bien pourvue d’artillerie, dotée d’ouvrages de défense avancés originaux, mais qui ne sont pas, malheureusement, tous achevés. Par ailleurs, le souvenir du raid de Surienne en 1449 est dans toutes les mémoires et a laissé de douloureuses séquelles. Le siège dure sept jours (du 12 au 19 juillet) ; les batteries françaises font des brèches si graves dans de belles fortifications, récemment renforcées et les portes doublées de solides boulevards, qu’elles ôtent tout espoir aux défenseurs qui préfèrent capituler et céder aux envahisseurs la place-forte couvrant Rennes.

181Le lieutenant général du roi, fidèle à sa tactique de conquête systématique des villes et des châteaux, se propose alors de marcher sur Dinan puis sur Saint-Malo.

182❍ C’est au cours de cette offensive qu’il rencontre l’armée ducale, mobilisée à la hâte, grossie de contingents allemands, anglais, espagnols et gascons. Une bataille s’engage dans les landes proches de Saint-Aubin-du-Cormier, entre le bois d’Usel et celui de Haute Sève. Non seulement les Français ont la supériorité numérique (15 000 contre 12 000) mais ils exploitent habilement le terrain, tiennent compte de l’orientation du soleil et font un bon usage de l’artillerie. La défaite de François II, le 28 juillet 1488, suivie du traité du Verger du 20 août, termine tragiquement un règne décevant. Elle coûte 5 000 morts aux Bretons, contre 1 500 aux Français, des centaines de prisonniers dont Louis d’Orléans, frappe de stupeur et de consternation les contemporains qui voient leurs libertés politiques bien compromises.

183L’issue des combats ne fait guère de doutes, même si les magistrats rennais donnent l’exemple du patriotisme en repoussant avec hauteur un ultimatum. Dinan ouvre ses portes le 8 août, puis Saint-Malo, le 14, le célèbre port-franc, considéré comme « une des plus belles places du monde », après une résistance symbolique de son capitaine Jacques Le Moyne et un tir d’artillerie depuis les grèves, ce qui vaut à ses habitants une lourde amende, qualifiée à tort d’emprunt. Le traité du Verger du 19 août interrompt un moment les hostilités.

Une adolescente livrée à elle-même

  • 17 G. Minois, Anne de Bretagne, op. cit. – D. Le Fur, Anne de Bretagne, miroir d’une reine, historiog (...)

184François II n’a pas survécu à la défaite et à une paix humiliante ; il s’éteint, le 8 septembre 1488, laissant sa fille, Anne, âgée de douze ans, née de son union avec Marguerite de Foix, devant de lourdes responsabilités, une situation politique inextricable, toujours une menace de guerre, un pays appauvri17.

185L’historien qui analyse cette période est pris entre la sympathie qu’il éprouve à l’égard de cette jeune duchesse en sabots, comme sortie d’un conte de fée, frêle, gracieuse, malgré une légère claudication, intelligente, cultivée, volontaire, la sévère critique pour les trahisons et le volte-face des barons et de leurs vassaux, le mépris pour la lâcheté de beaucoup de notables citadins et la commisération pour les humbles sujets, ceux qui sont étrangers aux combinaisons et aux palinodies, mais qui sont accablés, ruinés, acculés au désespoir.

186❍ La mise en scène d’une tragédie à venir débute nécessairement par un bref tableau de la situation.

187Le duché, encore réputé riche « d’une grant foison de bons ports de mer », de céréales, de laitages et d’animaux d’élevage, est plus que jamais convoité et divisé. Un des premiers actes d’Anne, conseillée par le chancelier Philippe de Montauban, est de se séparer des tuteurs que son père, François II, lui a choisis, dans un ultime moment d’aberration et de faiblesse. Il s’agit du maréchal de Rieux et de sa cousine et amie, la comtesse Françoise de Dinan, dame de Laval, qualifiée de gouvernante.

188Jean de Rieux, lieutenant général des armées du défunt duc et sa camarilla, sans scrupules, ont imaginé de marier la jeune orpheline, tout juste âgée de douze ans, à un vieux routier, seul capable à leurs yeux de protéger efficacement le duché : le capitaine de mercenaires gascons Alain d’Albret. Ils osaient même avancer une vague promesse arrachée au duc moribond allant dans le sens de leurs désirs. Mais Anne ne peut envisager de chasser le maréchal, solidement retranché dans Nantes et choisit la fuite, se réfugie, avec ses derniers fidèles, Philippe de Montauban, chancelier de Bretagne, le chef de guerre Dunois, Raoul de Lornay, et sa garde allemande, à Rennes où elle sera bientôt rejointe par un autre intrigant de grand nom, le Bourguignon Jean de Chalon, prince d’Orange, son cousin germain, un personnage ambitieux et complexe dont l’influence n’a cessé de grandir à la cour du duché.

189Si bien que dès la fin 1488, la Bretagne se trouve coupée en trois, situation qui n’est pas sans rappeler celle du Royaume, à la fin du règne de Charles VI et au début de celui de Charles VII. Les Français ont conservé des garnisons dans plusieurs villes du nord-est : Saint-Malo, Dinan, Fougères et Saint-Aubin ; leurs alliés tiennent, avec les Laval, Vitré, Châteaubriant, Bécherel, Montfort, Malestroit, La Guerche, Marcillé-Robert ; avec le riche et puissant vicomte Jean II de Rohan la ville qui porte leur nom, Blain, Josselin, La Chèze, Pontivy ; avec le sire d’Avaugour Clisson. Rieux le plus hésitant du complot, tient Nantes, ses places fortes seigneuriales d’Ancenis, de Rieux, de Rochefort et a fait main basse sur le trésor, sur les bijoux de l’épouse de François II. Anne et ses partisans sont donc isolés en Haute Bretagne, dans Rennes où a lieu le couronnement de la princesse dans la cathédrale. Les loyalistes tiennent plusieurs citadelles proches comme Hédé, isolées dans le Penthièvre avec Guingamp, dans le centre de la péninsule avec Ploërmel et leur présence est mieux appuyée dans le Vannetais et en Cornouaille, où les Rohan contrôlent pourtant Landerneau. Leur seul atout, pour le moment, est la présence de mercenaires étrangers, des Allemands surtout, mais aussi des Anglais et des Espagnols.

190❍ La menace française se manifeste, quinze jours à peine après le décès de François II. Le gouvernement royal tire d’abord argument du traité du Verger dont deux clauses sont graves pour l’avenir : l’expulsion des mercenaires au service du duché, ce qui n’a pas été fait, et l’interdiction faite à la jeune princesse de se marier sans l’avis et le consentement du roi.

191Dès le 18 septembre, Charles VIII présente de nouvelles revendications qui sont, en fait, un ultimatum déguisé. Il exige, comme suzerain, la tutelle et la garde de la princesse, le bail de ses terres jusqu’à ce qu’une commission d’experts prenne des dispositions, tenant compte des droits respectifs (sic) de chacun. Il interdit entre-temps à la jeune Anne de prendre la couronne ducale. S’y soumettre, de la part des Bretons, c’est abandonner définitivement tout espoir d’autonomie. La guerre est donc inévitable et, de fait, dès le mois de janvier 1489, ont lieu les premiers mouvements de troupes aux frontières et aux abords des places restées entre les mains des Français.

192Pour la première fois, depuis 1341, la légitimité du pouvoir ducal est mise en question. Un bref retour en arrière permettra de mieux saisir la suite des événements.

« Le traité de Guérande, signé en 1365, a modifié la règle de succession. Avant, il était, dans les us et coutumes, qu’à la mort du prince, son plus proche parent montât sur le trône : son fils aîné d’abord, puis, si ce dernier venait à disparaître prématurément sans laisser de descendants, son cadet ou sa sœur. Une fille pouvait être préférée, à tout autre membre de la dynastie plus éloigné. Après Guérande, la loi salique française est introduite, dans toute sa rigidité et même, dans le cas présent, dans toute son ambiguïté. Car, si un article du traité a bien prévu qu’au cas où la dynastie reconnue des Montforts aurait épuisé toutes ses ressources masculines, la couronne reviendrait aux Penthièvres, leurs anciens adversaires. Personne n’a envisagé, un instant, l’éventualité que les seconds soient, avant les premiers, sans héritiers mâles. C’est précisément ce qui se passe, en ce moment. Un combat juridique s’engage donc à trois facettes. Les fidèles conseillers de l’ancien duc estiment que, puisque la Maison de Penthièvre est tombée en quenouille, il n’y a aucune raison pour que la fille aînée de François II, la princesse Anne, soit déshéritée au profit de Nicole, l’arrière-petite fille de Charles de Blois qui, de plus, est l’épouse de Jean de Brosse, un maréchal de France. Les juristes français jouent, à fond, sur l’omission contenue dans le traité de Guérande et exigent la stricte application de l’article précité, avec d’autant plus d’insistance et de mauvaise foi que Louis XI a racheté récemment les droits de Nicole et que Charles VIII se présente donc comme héritier ! Une troisième personne entre en lice, dans cette affaire complexe, le vicomte de Rohan. Il appuie son argumentation sur la coutume traditionnelle… d’avant la guerre de Succession. S’il n’y avait eu, dit-il en substance, aucune transformation, François 1er, mort en 1450, aurait laissé la couronne ducale à l’aînée de ses filles, Marguerite, mieux placée que son frère Pierre. Marguerite est devenue duchesse, par la suite, mais par le biais de son mariage avec le comte d’Étampes, futur François II et elle est décédée, sans postérité. Logiquement donc, après Marguerite, le trône devait revenir à sa sœur Marie… épouse du vicomte de Rohan. Ce dernier est très accommodant et propose une solution qui, selon lui, arrangerait tout le monde : le mariage d’Anne avec l’aîné de ses fils survivant, le premier étant mort à Saint-Aubin-du-Cormier en défendant son pays envahi par les Français… avec l’aide de son père ! Pour rien au monde, la jeune princesse ne pouvait admettre une alliance avec le fils d’un traître. »

193De ce conflit juridique découle cette cynique tentative de marier, à tout prix, Anne. Trois solutions se présentent désormais. Les anciens conseillers de François II cherchent, par ce moyen, un allié et leur choix se porte sur Maximilien d’Autriche, un veuf de 31 ans, récemment élu roi des Romains, bientôt empereur d’Allemagne, ou sur Alain d’Albret, âgé de 49 ans, également veuf, père de sept enfants légitimes et d’une kyrielle de bâtards. Des juristes français songent déjà pour leur maître à la main de la petite duchesse, moyen de s’emparer sans coup férir et sans effusion de sang, d’une terre convoitée. Quant aux partisans des Rohan, ils proposent le comte Jean.

194❍ L’année 1490 est marquée aussi par des négociations compliquées, menées d’un côté avec les Français (septembre-octobre 1490), de l’autre avec les gouvernements anglais et espagnols et avec Maximilien d’Autriche pour mettre sur pied une ligue contre le royaume, garante en quelque sorte de l’intégrité du duché (27 octobre 1490).

195Toutes ces tractations secrètes ne laissent présager rien de bon pour l’avenir. Pas plus que la conclusion d’un mariage par procuration d’Anne avec le roi des Romains, Maximilien, bientôt empereur d’Allemagne (19 décembre 1490). Cette union d’une adolescente avec l’un des plus beaux partis du moment, un prince d’une trentaine d’années, séduisant, cultivé, a de quoi flatter l’orgueil d’une population, soumise à rude épreuve depuis de longs mois, soulever l’enthousiasme des foules. En fait, ce succès diplomatique n’est qu’une illusion de plus. Il donnera au roi matière à intervenir, sous prétexte qu’une clause essentielle du traité du Verger n’a pas été respectée, et surtout parce qu’il ne peut faire autrement que de briser par la force, une coalition dirigée contre lui.

196Charles VIII dispose d’ailleurs d’alliés sur place. Alain d’Albret, qui avait espéré un moment la main de la duchesse, sous le coup de la colère, est prêt à trahir pour de l’argent et son intention est d’autant plus lourde de conséquences que ses mercenaires gascons occupent le château de Nantes. De plus, dans l’entourage de la duchesse, le prince d’Orange joue un rôle compliqué. On le sait très lié avec Maximilien d’Autriche, son lointain parent, mais aussi en rapport avec le roi de France qui, comme par hasard, l’a libéré très vite de sa prison dorée de Riom où il se trouvait depuis la bataille de Saint-Aubin. Or, Jean de Chalon, dont la fidélité est douteuse, est pour l’instant capitaine de Rennes. Charles VIII fait libérer le duc d’Orléans, autre détenu de marque, et l’envoie, en pleine guerre, en Bretagne.

Une situation financière catastrophique

197L’argent qui constitue le nerf de la politique et de la guerre fait cruellement défaut.

198❍ Le Trésor ducal est désespérément vide, même si les prévisions chiffrent à 400 000 livres les recettes annuelles. Les revenus ordinaires des domaines ruraux et urbains, qu’ils soient ducaux ou privés, ont partout diminué. Les « rentes » (cens) ne rapportent plus comme auparavant, depuis les destructions des maisons et des cultures de 1487-1488. Beaucoup de moulins, de fours sont en ruines. La course sur mer, l’insécurité sur les routes, les interdictions et les mesures de rétorsion rendent les voyages aléatoires, découragent ceux qui ont l’habitude de « hanter en marchandie le pays de Bretaigne ». Du même coup, les recettes des coutumes des foires et des marchés tombent brutalement, à un niveau jamais atteint jusqu’à présent. Les impôts qui n’ont plus rien d’extraordinaires sont, en principe, plus lourds et plus astreignants avec des taux de fouage de 170 à 178 sous par feu (1490). En fait, par le jeu des remises aux paroisses dépeuplées et insolvables, les fouages et les aides sont déjà bien amputés et l’une des conséquences de la division politique est de diminuer les ressources pécuniaires de chacun des deux partis, loyaliste et dissident. Quant au devoir d’impost, aux brefs, aux traites portuaires ou intérieures, ils subissent les contrecoups de l’effondrement commercial.

199❍ Pour combler le déficit, François II et sa fille ont multiplié les expédients.

200Le premier avait déjà largement usé des emprunts forcés sur les villes, n’épargnant personne. Une localité, comme Saint-Brieuc dut verser 1 500 livres, Nantes au moins 13 000 livres, Rennes 28 000 livres. Anne poursuit dans cette voie, là où elle peut le faire. Le gouvernement ducal exige des fermiers des impôts, des avances sur leurs recettes, fait appel aux évêques, aux chapitres, aux officiers de la Cour. Philippe de Montauban fournit, pour sa part, 14 850 écus d’or (à 100 sous pièce) soit 74 250 livres, Louis de Lornay, capitaine des Allemands, 35 000 livres, Jean de Chalon, prince d’Orange, presque 200 000 livres, Jean Boudet, contrôleur général des finances du duc d’Orléans 45 000 livres, Julien Thierry 38 280 livres, etc.

201Parmi toutes les solutions extrêmes auxquelles le gouvernement breton est condamné pour trouver de l’argent, figure l’offre à des particuliers ou à des collectivités de se racheter des rentes annuelles dues aux recettes locales. Les paludiers de Guérande se libèrent ainsi, par une sorte d’emprunt déguisé, des 400 livres qu’ils versent chaque année au fisc. Cette solution est pratiquée aussi, sur une grande échelle, à Rennes. Environ 2 670 sous de rentes sont amortis contre l’acquittement de 13 200 livres, sur la base moyenne de 100 sous par 12 deniers d’ancienne taxe. La confrérie des Merciers, représentée par ses prévôts, Pierre Duret et Thomas Dumont, a les moyens de profiter de cette proposition et rachète, d’un seul coup, les 40 livres de location de l’aile de la mercerie et de la lingerie, dans la vieille cohue, en donnant 4 000 livres, ce qui en dit long sur son encaisse métallique et sur ses revenus. Les boursiers-gantiers agissent de même et se libèrent de 20 livres annuelles en versant 2 000 livres en une seule fois.

« Nous relevons, parmi les plus fortunés, Maître Jehan Bourgneuf qui traite pour les membres de sa famille, et débourse 500 livres pour amortir 100 sous de rentes, Michel Carré 465 livres, Pierre Blanchet 380 livres, Eonnet de Lessart 337 livres 10 sous, Guillaume Baud et Jehian Feuillée 300 livres chacun. Comme cela ne suffit pas à éponger les dettes accumulées depuis François II, Anne offre la possibilité à ceux qui ont des capitaux de les placer, de se constituer de solides rentes sur les revenus des coutumes ordinaires de Rennes. Chaque “action” de 12 deniers est vendue 50 sous. Le Trésor récupère beaucoup d’argent, de ces deux opérations. environ 63 137 livres. Mais une partie sert à rembourser immédiatement des créanciers de François II ou des fournisseurs de l’état. Le reste passe à solder les mercenaires allemands. Ces mesures hypothèquent les recettes à venir du domaine rennais. Parmi les heureux bénéficiaires de ces opérations figurent plusieurs merciers et hommes d’affaires, rencontrés à diverses reprises. Pierre Becdelièvre, actuellement Trésorier Général et Trésorier des Guerres, se porte acquéreur de 72 livres de rentes sur les moulins de l’agglomération, pour la somme de 3 600 livres, dont il ne paie que 1 500 livres comptant, le reste lui étant dû d’anciennes créances. Julien Thierry passe un contrat, une première fois, pour 294 livres 2 sous 3 deniers sur la ferme de la boulangerie, pour 2 495 livres 12 sous et pour 2 442 écus d’or, appréciés 5 livres pièce, soit au total 14 750 livres 12 sous. Il ne verse que 6 000 livres, le surplus correspondant au montant de ses livraisons de salpêtre et de soufre. Quelques jours plus tard, il reprend pour 310 livres de rentes, toujours hypothéquées sur la boulangerie, pour la somme de 3 000 écus d’or ou 15 000 livres monnaie. La boulangerie est de loin la recette locale la plus lourdement grevée. La tabellionnage intéresse aussi beaucoup de financiers, à commencer par les chanoines qui prennent pour 26 livres de rentes ci-dessus, moyennant le versement de 1 300 livres, payées sous forme d’objets précieux, un calice d’or et une seconde pièce rare, appelée une paissine” de 4 marcs 7 gros d’or.
Nous relevons, à côté des membres du chapitre, les noms de Jehan Hagomar qui débourse 1 750 livres, de Guillaume Marie (924 livres), de Pierre Champion (900 livres), de Maître Jehan Bourgneuf qui stipule en son nom et pour sa nièce Françoise Bouedrier (870 livres), de Robert Millon (600 livres), Thomas Brullon (460 livres), Perrine Loaisel veuve de Jehan Touraud (450 livres), Guillaume Baud et sa mère Jehanne Bouedrier (550 livres), Jehan Feulée et Laurens Pares (360 livres chacun), Pierre Hux (360 livres), François de Sorie (383 livres)… On retrouve des Pares au chapitre des hypothèques sur la boucherie, Pierre (410 livres), François (285 livres), etc. »

202Comme son père, la duchesse Anne n’a pas hésité aussi à mettre les bijoux de la couronne en gage, à envoyer à la fonte de la vaisselle précieuse, à commencer par celle de son ennemi, le maréchal de Rieux, tombée entre ses mains.

  • 18 Y. Coativy, La monnaie des ducs de Bretagne de l’an mil à 1499, Rennes, PUR, 2006 – J. Kerhervé, L (...)

203❍ La dévaluation des monnaies, autre expédient d’une Trésorerie en difficulté, a commencé sous François II, mettant fin à une longue période de stabilité. L’écu breton, estimé à 22 sous 11 deniers en 1472, passe à 24 sous, à la fin de l’année, à 27 sous 6 deniers en 1484-1486, à 40 sous en mars 1488, à 46 sous 8 deniers fin 1488, à 50 sous en mars 1490, pour retomber ensuite à 35 sous la même année. Mais ce n’est que le cours officiel et, dans les transactions, des financiers comme Julien Thierry l’acceptent à 100 sous en janvier-février 1489. Le Gros d’argent d’avant-guerre à 6 deniers de loi et 6 sous de taille, voit son cours passer de 2 sous 6 deniers à 4 sous 6 deniers en mars 1490, tandis que d’autres pièces sont émises à 5 deniers puis à 3 deniers de loi, à 15 deniers, à 10 deniers et même à 7 deniers de cours. Le métal précieux est devenu rare et cher. Le marc d’argent, acheté 8 livres 10 sous en 1472, atteint les 15 livres en juillet 1487. Les taux de change sont catastrophiques ; « l’écu au soleil » du roi, le plus couramment employé dans les transactions commerciales, accepté en Armorique pour 25 sous 2 deniers en 1475, franchit le cap des 40 sous en 1488 (41 sous 8 deniers) et arrive même à 51 sous 8 deniers en 1490. Il en est de même pour les monnaies anglaises, flamandes et ibériques. La réévaluation tentée, le 21 mars 1490, a comme conséquence immédiate de compliquer la comptabilité des receveurs domaniaux et urbains qui doivent distinguer, dans leurs mises et dans leurs charges, dans les bilans, entre la « bonne » et la mauvaise monnoie, entre le gros à 10 et 15 deniers et ceux qui sont revenus à 2 sous 6 deniers18.

204❍ Localement, ces dévaluations sont durement ressenties. Elles expliquent notamment le gonflement artificiel des recettes et des dépenses municipales sous les deux derniers souverains.

Exemples rennais

Recettes

Dépenses

1486-1487

9 858 livres

10 666 livres

1487-1488

10 485 livres

11 302 livres

1488-1489

?

?

1489-1490

7 491 livres

7 721 livres

1490-1491

7 674 livres

6 746 livres

1491-1492

12 391 livres

12 993 livres

  • 19 J. Kerhervé, « Le budget de guerre en Bretagne d’après “l’estat” de 1482-1483 », dans Guerre, pouv (...)

205Ces remuements justifient aussi l’importance des dégrèvements que les auditeurs des comptes accordent aux miseurs. C’est tout à fait compréhensible. Découragés par les opérations militaires et par la dépréciation de la monnaie, les commerçants qui fréquentaient habituellement les foires et les marchés de Bretagne viennent en moins grand nombre. Dans ces conditions, les fermiers ne rentrent pas dans leurs fonds, s’acquittent en retard, incomplètement ou sont totalement défaillans. Les comptables sont alors contraints de demander des rabats sur leurs « charges ». Ces remises représentent, à Rennes, 4 % des sommes encaissées en 1487, 9 % en 1489, 12,5 % en 1490, 26,5 % en 149119.

Les villes à nouveau victimes des opérations militaires

206Les hostilités reprennent, en décembre 1488, par une déclaration de guerre en bonne et due forme de Charles VIII, datée du 11 de ce mois, mais publiée seulement le 7 janvier 1489, à Paris. Le roi y dénonce les manquements de la duchesse, le non-licenciement des troupes étrangères.

207Entre-temps, le vicomte de Rohan s’est efforcé de s’emparer de Guingamp et, devant le refus des bourgeois d’ouvrir leurs portes, il s’est vengé en pillant systématiquement la campagne voisine.

  • 20 Ph. Contamine, « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bret (...)

208❍ Les sièges et les occupations de villes sont autant de jalons d’une péripétie complexe et le combat s’avère profondément inégal durant l’année 1489. Que peuvent-elles faire, en face de 12 000 soldats, bien commandés, soutenus par une puissante artillerie20 ?

209Une offensive rapide est menée, depuis les places tenues par les troupes royales, de Fougères, de Saint-Malo et de Dinan, contre les villes fidèles à la duchesse et contre les forts capables de recevoir des mercenaires étrangers. Après Hédé, succombent Montfort (9 janvier), Moncontour (17 janvier), Quintin, Guingamp après une résistance de cinq jours, ce qui lui vaut d’être pillée et rançonnée, Lannion, Tréguier, Morlaix qui ne se défend pas. Brest tombe par surprise, dit-on, ce qui étonne pour une place aussi forte, plutôt par intrigue car il y avait des francophiles dans le camp breton (fin janvier). Puis, revenant par Carhaix, les soldats de Charles VIII sont dès le 1er février à Concarneau qui, fait exceptionnel, leur tient tête une quinzaine de jours, à Vannes, enfin, le 19 du même mois. Sauf exception, les Français font une promenade militaire jusqu’à présent.

210Mais les succès français sont brutalement interrompus par l’arrivée, sur les bords de la Vilaine, du maréchal de Rieux qui, aussi paradoxal que cela puisse paraître au lecteur, combat pour une fois l’adversaire de son pays. Par sa présence, il bloque les troupes royales, les empêche de franchir le fleuve en direction de Rennes ou de Nantes. Le débarquement de mercenaires anglais à Guérande, en mars 1489, redonne courage aux Bretons loyalistes, les amène à récupérer quelques places mal gardées par les ennemis comme Tréguier, Lannion et Morlaix, par où arrivent de nouveaux secours, 6 000 Britanniques, sans compter 1 500 lansquenets allemands et 2 000 Espagnols. Un redressement s’opère qui aboutit à l’expulsion des adversaires de partout sauf de Brest. Vannes redevient ville ducale le 7 avril, Concarneau et le reste de la Basse Bretagne en juin. Finalement, avec l’été, Charles VIII ne possède plus, en Basse Bretagne, que Brest que bloque par mer et par terre le maréchal de Rieux. La forteresse, avec ses 1 500 défenseurs, est trop forte pour les assiégeants qui finalement renoncent à s’en emparer (octobre 1489).

211À côté de cette campagne militaire qui se solde, en fin de compte, par un échec royal, le duché souffre aussi des affres d’une véritable guerre civile entre les partisans du maréchal et ceux de la duchesse. Des villes et leurs faubourgs sont encore dévastés. Guérande subit un siège de la part des forces rebelles, en mars 1489, et est sauvé de justesse par l’envoi de renforts ; La Chèze et Machecoul sont, à leur tour, attaquées.

212❍ Le traité de Francfort, signé entre Maximilien d’Autriche et la France, le 22 juillet 1489, auquel la duchesse est invitée à souscrire le 3 décembre, ramène une paix momentanée. Mais en fait, chacun reste sur le pied de guerre en 1490.

213Charles VIII invoque la menace anglaise pour maintenir une garnison à Brest. Il conserve aussi Dinan, Fougères, Saint-Aubin-du-Cormier et Saint-Malo qui, en principe, auraient dû être placés en neutralité jusqu’au règlement définitif du litige opposant le royaume au grand fief. Il est vrai que, de son côté, le gouvernement ducal ne tient pas parole en négligeant de renvoyer la totalité des mercenaires étrangers à son service, comme le stipulait l’accord de décembre 1489.

214Côté breton, des travaux de défense sont accomplis dans les différentes villes, ce qui prouve que personne ne se fait d’illusions sur la suite des événements (à Ploërmel ou à Redon). Les murs des enceintes ébranlés par les attaques passées sont hâtivement restaurés (Rennes, Nantes) ; les Lamballais sont recrutés en masse pour améliorer les défenses avancées, réparer les fossés, installer de nouveaux bastions. Des canons sont forgés à la hâte et rien qu’à Nantes, un contrat de 30 000 livres-poids de salpêtre est signé avec l’Espagne. De nouveaux impôts sont exigés des roturiers déjà suffisamment accablés. Car la trêve ne soulage guère les villes et les campagnes ! Les mercenaires démobilisés sont plus redoutables encore qu’en période opérationnelle, puisqu’ils ne touchent plus de solde.

215Sur le plan politique, le seul fait positif, si l’on peut s’exprimer ainsi, est la réconciliation de Rieux avec sa souveraine. Les négociations sont longues, pénibles, plusieurs fois interrompues, et n’aboutissent finalement que sous la pression de l’opinion publique qu’incarnent les États réunis en juillet 1490 à Vannes et contre la promesse faite à l’ancien tuteur de lui verser une indemnité de 100 000 écus d’or, payables en dix ans, et une pension annuelle de 12 000 livres, gratifications qui viennent s’ajouter aux autres charges du duché ! Cet argent permet au maréchal de réparer ses forteresses endommagées par les guerres.

216❍ La lutte inégale du pot de fer contre le pot de terre a repris, en effet, au mois de mars 1491.

217L’assaut final contre un duché incapable de prolonger la résistance débute par une trahison. D’Albret remet, dans la nuit du 19 au 20 mars, le château de Nantes aux Français. C’est une catastrophe qui enlève à la cité ligérienne toute possibilité de défense, en supposant qu’elle le souhaite encore. Rieux est obligé de l’évacuer et, quelques jours plus tard, le 4 avril 1491, Charles VIII y fait une entrée solennelle, sous les acclamations d’une population, versatile diront les uns, forcée par les circonstances diront les autres, mais surtout fatiguée de combattre. Il y a dans un compte nantais un petit poème qui en dit long sur la lassitude générale :

  • 21 AM Nantes CC 268, EE 192.

« Gens de diverses nacions
La terre occupent les Bretons
Espaigneux, Flamens et Angloys
Qui pour conbattre les Francoys
Sont venuz de leurs régions,
Et plusieurs oppressions
A pauvres veufves et pepilles
A marchans et jeunes filles
Dieu qui a par sus eulx puissances
veille unir Bretaigne et France,
Et ces gens conduire en leur terre
et de tous pais outer la guerre21. »

218La duchesse est isolée dans Rennes, dernier bastion de l’indépendance bretonne, sans armée, sinon des mercenaires dispersés dans les dernières forteresses fidèles, sans argent, privée de l’appui de la plupart des Grands.

219Les villes qui avaient, quelques semaines plus tôt, résisté et les plus puissants châteaux se rendent à La Trémoille et à d’Albon de Saint-André, sans coup férir. Comment en aurait-il pu être autrement ? Guingamp qui ose, un instant, fermer ses portes, est pour la troisième fois, en quelques mois, pillée de fond en comble. La promenade militaire dure de mars à juin 1491. Puis, les Français divisés en trois corps, soit au total 15 000 hommes, bien armés, pourvus de canons, investissent Rennes.

220La place serait forte si elle n’était pas isolée dans le duché. Les derniers travaux de défense, la mise en position d’environ 200 canons de tous calibres y compris des hacquebuces, la mobilisation des dizaines et des cinquantaines, de tous les canonniers disponibles, des mercenaires anglais et surtout allemands confèrent à Rennes une solide défense contre laquelle se brisent tous les assauts. Le temps joue, malheureusement, en faveur des assaillants. La faim, provoquée par le blocus, le découragement devant l’inaction de Maximilien dont on attend l’envoi de 12 000 combattants, la paralysie des activités économiques durement ressentie par les milieux d’affaires de la Mercerie, le mécontentement des soldats de la garnison, mal payés, qui se mutinent… sont autant de raisons qui poussent les derniers défenseurs dans la voie du compromis.

  • 22 J.-P. Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », T. Daniel et J. Kerhervé (dir.), La Breta (...)

221L’entourage d’Anne, pour la plupart des exilés politiques désireux de rentrer en grâce auprès de Charles VIII, la presse de donner une réponse favorable à la proposition de mariage du roi dont les négociations ont été entamées au mois d’octobre. Finalement, après bien des tergiversations d’Anne, des hésitations de Charles VIII déjà engagé dans un projet matrimonial avec Marguerite d’Autriche, la fin des combats sonne le 15 novembre 1491 et, quelques jours plus tard, la duchesse se range à l’avis général et accepte d’unir sa destinée à celle de son auguste vainqueur. Le mariage sera célébré le mardi 6 décembre 1491, au château de Langeais22.

222C’est avec un profond soulagement que les bourgeois apprennent la fin de leurs épreuves. Partout, des fêtes sont organisées, des feux de joie allumés pour célébrer la paix retrouvée, que chacun souhaite éternelle.

Des lendemains qui ne chantent pas !

223Les semaines de conflit ont mis en évidence des carences. À de rares exceptions près, lors des sièges de Nantes du 19 juin au 6 août 1487 et de Rennes fin 1491, la plupart des citadins n’ont guère brillé par leur énergie et leur détermination. Les responsables locaux, les capitaines, incompétents ou soumis à la pression de leurs administrés, un Jacques Le Moine à Vannes, un Esprit de Montauban à Dol, ont vite compris que toute résistance était inutile et ne servait qu’à exaspérer l’ennemi. Ils ont préféré capituler dès les premières injonctions, dès les premières salves.

  • 23 ADLA B 51, fo 227 vo.

224Et pourtant les ruines des saintures et issues, des maisons et des bâtiments publics sont là pour témoigner de l’intensité du drame ! Ces années ont été aussi catastrophiques pour les populations qui redécouvrent, à un siècle et demi de distance, les dommages de la guerre de Succession. Partout, il n’est question que de fortifications hors d’usage, de maisons « abattues et brullées par la guerre », de populations déguerpies ou appauvries. Encore en 1518, lors de l’entrée du roi François 1er à Dol le 6 octobre, il est fait état, à propos d’une demande de dégrèvement d’impôt, des misères endurées : le souverain exempte les citadins de l’aide de 160 livres pendant six ans « voulans et désirans leur ayder et subvenir liberallement affin quilz se puissent repeupler, relever et ressourdre de la grant pauvreté, en quoy ilz ont esté et encore sont constituez tant pour le fait et dispositions des guerres et divisions, pestillences, sterilitez, mortalitez23 ».

Partout des « places et des mesons gastes et ruyneuses »

225Même si les sièges furent, dans l’ensemble, de courte durée, excédant rarement les huit jours, les villes n’ont pas été, pour autant épargnées. La formule « Les Franczoys ont abrasé, desmoly et abatu la ville et chasteau » revient comme un leitmotiv (Ancenis, Châteaubriant) et de fait, il arrive qu’on constate un début de démantèlement des enceintes, un aspect runyneulx et en cadits (caduc) des bâtiments publics et des logis, des faillites de fermes dans le détail des comptabilités locales et des traces archéologiques d’incendies (Ancenis, Châteaubriant).

226❍ Chaque ville est un cas particulier qui mériterait une longue analyse. Les faubourgs de Guingamp ont été systématiquement ravagés en janvier 1489 ; soixante maisons ont été brûlées et, comme si cela ne suffisait pas, les troupes du vicomte de Rohan qui menaient l’assaut contre leurs propres compatriotes, ont exigé des bourgeois une très lourde contribution de guerre, chiffrée à 10 000 écus d’or. Trois ans plus tard, la cité du Penthièvre, connue pour sa prospérité d’antan, n’est pas encore remise de ses émotions. Il est impossible de trouver le moindre ouvrier pour réparer ce qui a été détruit et le simple charroi de pièces de bois d’une forêt voisine pose des problèmes insurmontables « quel charroy fut mal a trouvez pource que les bestes estoient fort faibles et n’avaient peu à manger pour ce que l’ost du roy fut l’année précédente 17 jours logée a Guingamp, à quoi, à six lieues à la ronde ne demeurait rien aux pauvres gens ».

227Les châteaux de Rieux, de Rochefort ne sont plus qu’un amas de ruines, depuis 1488, date de leur investissement par les Français. Les quartiers de Montfort ont subi le passage successif des ennemis et des « alliés » allemands, si bien qu’il ne reste plus rien dans les maisons, dans les étables et dans les greniers et un texte évoque les « pouvrectez des populacions et pilieries » subies par les paroissiens de Saint-Jean, de Saint-Nicolas et de Coulon.

228❍ Les faubourgs ont été davantage touchés que les secteurs protégés. Ceux de Fougères conservent, trente ans plus tard, le souvenir du siège de 1488.

229Les démolitions affectent des quartiers entiers. Presque toutes les paroisses limitrophes du grand Nantes, Saint-Clément et Richebourg, Saint-Donatien, la Saulzaie, le Marcheix, conserveront, des années durant, les traces des combats qui s’y sont déroulés. Les archives locales (aveux, rentiers, comptes) mentionnent après 1487, des habitations ruineuses, abattues et brullées par la guerre, des places frostes, des jardins abandonnés… autant de proies pour les amateurs d’opérations immobilières à bon compte !

230Un texte de Ploërmel, du début du XVIe siècle, décrit l’auditoire (le tribunal), les prisons et les immeubles voisins comme totalement ruynez, desmoliz et abatuz par les salves de canons. Vannes se retrouve dans la même situation qu’aux lendemains de la guerre de Succession. Elle a perdu, au cours de brefs combats en février-mars 1488, la totalité de ses fours et de ses moulins périphériques, de ses ateliers de tisserands, de cuiratiers et de parcheminiers, des églises paroissiales et les chapelles vénérées par les pèlerins du Tro Breiz comme l’église Saint-Patern laissée à l’abandon et dont les murs se lézardent et tomberont plus tard au cours de la tempête de 1721, la chapelle Sainte-Catherine, l’église Saint-Salomon. Le nombre des places frostes atteint le total de 90 en 1493.

231Même situation autour de Châteaubriant, de Dinan, de Guingamp, de Saint-Malo, de Fougères où, un quart de siècle après les combats, les secteurs entiers sont encore livrés à la désolation et à la ruyne. Sans vouloir se complaire dans un misérabilisme de mauvais goût, force est de constater la généralisation de ce phénomène de destruction autour de la plupart des villes et places fortes, que ce soit près des côtes, le long des frontières ou à l’intérieur des terres. Vitré, épargnée par une précoce reddition de son seigneur, le comte de Laval, est vraiment un cas à part.

232❍ Les assauts des Français n’expliquent pas tout. On ne saurait omettre le mauvais état des halles depuis de longues années, les destructions volontaires, dans l’intérêt collectif, pour faciliter la défense ou accroître les fortifications. Il s’agissait de dégager les remparts des constructions parasitaires accumulées au fil des années de paix, d’élargir l’horizon, d’empêcher l’ennemi de trouver refuge.

233Cette pratique de la terre brûlée, pudiquement baptisée « demolicions faictes pour la chose publicque de ce pals », n’a rien d’original en soi et l’époque de la guerre de Cent Ans en multiplie les exemples que ce soit à Reims, à Saint-Flour, à Poitiers ou ailleurs. Mais rarement des destructions, n’ont atteint une telle ampleur qu’en Bretagne. Jusqu’en 1487, les autorités municipales avaient pris le temps d’envoyer des commissions de prisaigeurs ou de gauléours, estimer avec précision les biens et chiffrer le coût des indemnités. Elles ont suffisamment étalé les travaux pour permettre aux gens de se reloger, sans trop de difficultés, au fur et à mesure de leur expropriation. Les saisies n’avaient porté, que sur une quarantaine ou une cinquantaine de maisons à la fois, ce qui est déjà important. Les proportions ne sont plus les mêmes dans années 1487-1490 sous la pression des événements.

« À Rennes, ce sont 506 familles contre une quarantaine jadis, soit 2 000 à 2 500 personnes, qui sont jetées sur le pavé. Il s’agit, pour la plupart, de petites gens, des artisans pauvres, échappant aux loyers chers du centre, et dont les humbles masures sont la proie des flammes. Quelques privilégiés sont également frappés, ceux dont les manoirs sont situés trop près des courtines : le bel ensemble domanial de Pierre Uguet, seigneur de la Vayrie, le célèbre Puits-Mauger de noble homme, Maître François Duboais, la maison de la chancellerie de Saint-Melaine, les presbytères de Saint-Georges et de Saint-Aubin, etc. Mais ils sont moins à plaindre que les autres car ils ont des hôtels intra-muros, d’autres seigneuries, et surtout parce qu’ils seront les premiers indemnisés ! Nous imaginons, sans difficulté, le drame que cette situation a dû créer, les difficultés qui ont assailli les édiles pour reloger une population privée de ses moyens d’existence, de tout travail. »

234Nantes connaît les mêmes problèmes, au fur et à mesure de la reconstruction et de l’extension du Château, principalement dans le quartier des Jacobins. Puis des maisons disparaissent à l’époque où l’on refait les portails et les boulevards. Une simple tour, face à Richebourg, en exige la démolition de dix-neuf, le portail Saint-Pierre d’une quarantaine, sans compter l’occupation des jardins. Les expropriations atteignent des proportions inquiétantes, mais impossibles à chiffrer, en 1472, avec les premières grandes menaces et surtout en 1487-1488. Vitré connaît aussi des ravages volontaires depuis 1455 et, à plus forte raison, pendant les guerres d’indépendance, ainsi que Fougères, Redon. À Dinan, on va même plus loin puisque l’église paroissiale Saint-Malo, disparaît sous la pioche des démolisseurs, laissant les fidèles désemparés, en attendant que le sanctuaire soit reconstruit intra-muros. Le phénomène est si général qu’un nouveau chapitre s’ouvre désormais dans les budgets municipaux, celui des indemnités. Une commission d’enquête chargée de rédiger le livre-rentier de Brest de 1543 découvre des traces de murs calcinés ; c’est tout ce qui restait des maisons, volontairement brûlées cinquante ans plus tôt, en 1489-1490, pour aménager un boulevard devant le château. Conséquence logique de cette politique, mais lourde hypothèque pour l’avenir, un nouveau chapitre de dépenses apparaît désormais dans les comptes, celui des indemnisations.

235❍ Les destructions infligées aux vaincus après la reddition, la curée des soudards contribuent enfin à façonner le paysage. Les enceintes d’Ancenis, de Châteaubriant et de Ploërmel, connaissent un début de démantèlement, d’arasement (Ancenis). On imagine sans peine les conséquences, pour l’environnement habité, de l’explosion partielle du fier donjon de Saint-Aubin, miné sur l’ordre du roi. Les soldats français, livrés à eux-mêmes après la victoire, ont aussi beaucoup pillé, cassé, brûlé, réduit à l’état cadit (caduc) des quartiers entiers. Une bande venue de Dol parachève l’action commencée à la Rouairie et à Saint-Malo, quartiers de Dinan en 1487 en détruisant les maisons épargnées et « pour plus de 30 000 francs de marchandises ».

« Trop de gens meurtris, povres et foibles »

236On déplore « la grant poverté, deppopulacion, brullement de maisons et indigences de biens ». Comment aurait-il pu en être autrement quand des témoins écrivent : « Il n’est quasi pas croyable d’entendre les maux que souffroit lors le pays de Bretagne ». Les économiquement faibles, incapables de payer des tailles ou des rentes constituées, sont devenus, aux dires d’un témoin de Quimperlé, si communs qu’ils ont fini par abunder dans les hospices.

237❍ Les citadins ont constitué le « troupeau subissant » (R. Boutruche), celui des victimes des soudards.

238Ils ont dû supporter, de longs mois durant, les mercenaires de leurs garnisons, censés les défendre, mais dont les excès en tous genres, les rixes, les larcins et les brutalités n’ont cessé de défrayer les chroniques locales. Une formule revient souvent pour justifier les demandes de dégrèvements d’impôts, la remise du solde des fermes des octrois, des fours ou des moulins : « pour la crainte des garnisons qui lors estoint sur le pays ». Effectivement, la liste des « innumérables maulx, oppressions, viollances et dommaiges » dont sont victimes les citadins et les ruraux est longue. Elle se nourrit de règlements de comptes entre individus ou bandes, de coups de main pour se ravitailler sur le commun, de vengeances privées comme l’attaque du château et de la ville de Quintin par Jehan de Coëtmen et le pillage du manoir voisin de Robien. On se souviendra longtemps, à Guingamp, des mercenaires allemands au service de la duchesse qui semèrent la terreur intra et extra-muros et brûlèrent pour se chauffer les tréteaux des halles et les boiseries du tribunal. Aux méfaits des troupes régulières, s’ajoutèrent les exploits des émules des écorcheurs ou des futurs chauffeurs un conglomérat de fortes individualités, un assemblage hétéroclite de déserteurs, de professionnels du crime, de paysans ou d’artisans ruinés, d’oiseulx et de caymans (quémandeurs), reconnaissables à leurs habits estranges et dissimulez ou à leurs chaperons, à leur argot et à leurs usages. Des articles des registres de la Chancellerie de Bretagne, des lettres de rémission ou des enquêtes décrivent leurs exploits et illustrent un climat d’insécurité et de violence qui caractérise la période et qui n’épargne ni les villes, ni leur arrière-pays. Personne n’était à l’abri d’une attaque à cette époque, pas même les sergents et les portiers des enceintes, agressés pour leurs armes.

239L’approche des troupes françaises, les rumeurs, colportées par les espions ou par les voyageurs, le flot croissant de réfugiés s’agglutinant dans les cités encore épargnées, aggravent les craintes et les tensions. On a vu arriver dans les villes de l’intérieur, à Rennes ou à Nantes, les fuytiffs, les déguerpis, des localités en marches de guerre, les habitants d’Ancenis, de Fougères, de Saint-Aubin, et leurs quelques hardes sauvées du désastre. On a vu s’entasser dans les hôpitaux, transformés en mouroirs, les cas les plus désolés, un mercenaire anglais blessé « en dix-sept lieux de son corps », un individu frappé d’un coup d’arquebuse et dont « demeura la pierre au corps que ne put oncques la faire tirer et en fin a convenu d’en mourir » !

240Les ruraux des paroisses proches des centres urbains et des châteaux accusent les soldats des garnisons de se ravitailler en blés et en viandes à leurs dépens. Les ecclésiastiques, les pèlerins, les messagers de la duchesse ne sont pas à l’abri des violences et sont rançonnés.

241❍ La misère s’est aggravée, en l’espace de quelques mois et le fossé s’est élargi entre riches et pauvres.

242Comme toujours en pareil cas, des exceptions existent, des profiteurs de la guerre, des hommes habiles ou sans scrupule qui ont su tirer leur épingle du jeu. B. A. Pocquet du Haut-Jussé l’avait déjà montré, en décrivant la carrière et la fortune d’un Julien Thierry, qu’il surnommait le « Jacques Cœur breton ». Ces réussites, sont d’autant plus étonnantes que les temps étaient difficiles et la conjoncture défavorable, que les fermiers et receveurs des impôts alléguaient, pour obtenir des remises partielles des sommes dues, l’absence de marchands, des foires, des marchés et des ports délaissés.

243Chaque grande ville a su garder des forces vives, des gens capables de livrer aux municipalités ou aux garnisons des stocks de vivres ou de munitions, des balles de laine ou des barres de métaux, des épiceries fines et des tissus de luxe pour récompenser les hôtes de marque, car on continue de recevoir et de distribuer, même au tréfonds de la crise. D’aucuns ont encore suffisamment de capitaux pour couvrir les emprunts forcés, cumuler les fermes, racheter des hypothèques ou des rentes, investir dans les maisons abandonnées ou dans les terres.

« Les Becdelièvre, les Bourgneuff, les Champion, les Coëtanlem, les Grasménil, les de Gennes, les Parès, les Thierry, les Thomas et une poignée d’autres Nantais, Rennais, Vitréens, Morlaisiens, Quimpérois, Vannetais ne s’en sont finalement pas trop mal tirés. “Jamais, a-t-on dit, les hommes d’affaires bretons n’ont perdu leur optimisme”. »

244Mais, dans l’immédiat le menu peuple, l’immense majorité, a vu ses conditions d’existence se détériorer. Une formule, telle que celle-ci, revient comme un leitmotiv dans les textes : « lesquiels par povrecté et veillesse ne povent bonnement gaigner leur vie ».

245À la pression fiscale insupportable et aux conséquences désastreuses des mutations monétaires, se sont ajoutées des difficultés de ravitaillement, de brutales flambées de prix. Les comptes mettent l’accent sur l’extrême dénuement dans lequel se trouvent les travailleurs des villes et des campagnes, au lendemain de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier qui sonne le glas de l’indépendance bretonne.

246Les salaires ne couvrent plus les dépenses, même si les rémunérations se sont parfois accrues de façon spectaculaire. À Rennes, entre février 1487 et décembre 1489, les gages des manœuvres ont augmenté de 300 %, ceux des charpentiers et des maçons de 400 % et, pourtant, chacun reconnaît leur insuffisance. Les rémunérations des maçons et des charpentiers de Vannes passent de 30 à 36 deniers en 1490, puis à 48 deniers en 1491 et à 54 deniers en mars 1492 pour retomber à 48 deniers en mai. Ceux des serviteurs atteignent successivement 20, 30 puis 40 deniers ; ceux d’un maître d’œuvre oscillent de 60 à 73 deniers. Le maçon et le perréeur nantais, à 3 sous 4 deniers par jour en 1486, arrivent à 5 sous en 1488, à 6 sous 8 deniers en juillet 1489, à 10 sous en mars 1490, tandis qu’un manœuvre obtient 7 sous 6 deniers en mai 1490, contre 2 sous 6 deniers avant guerre. Mais les prix des vivres, des outils, des boissons, des loyers, du bois de chauffage, des tissus d’habillement ont cru plus tôt et plus vite encore rendant le rattrapage des salaires insuffisant. Les maigres budgets familiaux connaissent un déséquilibre grave qui sert les intérêts des usuriers.

247La récession se fait sentir sur les marchés, sur les chantiers, exceptés ceux de la défense, dans les ateliers qui se satisfont d’un minimum de compagnons et d’apprentis. Mais voudrait-on en embaucher, qu’on ne le pourrait pas forcément faute de bras ! Guingamp, la cité du Penthièvre, n’a plus assez d’ouvriers pour entamer la reconstruction, et le simple transport de bois de charpente d’une forêt voisine pose des problèmes insurmontables, tant les personnes et les bêtes sont affaiblies. Les affres de la faim, des retours de peste se manifestent déjà et menacent les survivants. Pouvrectez, deppopulacions, recouvrent bel et bien une cruelle réalité, même s’il ne faut pas exclure quelques exagérations de la part des témoins, surtout s’ils sont fermiers des impôts !

248Le mécontentement pointe dans les propos des « compagnons de la loge » et des gestes de mauvaise volonté sont à déplorer, ici et là, sur les chantiers.

  • 24 ADLA H 485 – M. Le Mené, « La population nantaise à la fin du XVe siècle », Annales de Bretagne, 1 (...)

249La mendicité croît et atteint un niveau dramatique. Ainsi, un petit cahier énumère, à Rennes, agglomération d’environ 13 à 14 000 habitants, 4 000 miséreux dont une forte proportion d’expropriés, de réfugiés et de chômeurs. Les hôpitaux, déjà insuffisants et souvent délabrés, ont dépassé, depuis longtemps, le seuil de leurs possibilités d’accueil ; les municipalités en sont réduites à héberger, pêle-mêle, les contagieux, les impotents, les femmes en couches, les orphelins et les vieillards dans des locaux de fortune, des pressoirs ou des étables, qui contribuent à les rendre encore plus infectz. On ne peut plus soigner décemment les malades et enterrer les morts à Saint-Clément de Nantes et les premiers registres paroissiaux nantais enregistrent la baisse démographique24.

250❍ La présence de déracinés, de desherbregés, de bandes armées est source d’inquiétude, aggrave la peur, traumatise la population.

251Les marchands n’osent pas se déplacer de peur d’être détroussés par des larrons en habits estranges et dissimulez ; des sergents, des portiers sont attaqués, mutilés ou tués sauvagement. Les brigands sont secondés ou concurrencés par les mercenaires allemands et anglais, appelés par François II et par la duchesse Anne.

252La moindre mauvaise nouvelle accroît la tension, qui se sent à l’envoi, dans toutes les directions, de sergents pour épier les mouvements adverses et pour réclamer des secours. On comprend que, dans ces conditions, l’idée d’une paix à n’importe quel prix ait cheminé dans beaucoup d’esprits. Le spectacle qui s’offre au lendemain du siège de Nantes et après la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier a de quoi effrayer les plus endurcis. Les hôpitaux nantais sont combles et les barbiers ne savent plus où donner de la tête. Jacquet de La Fontaine a fait pour 20 livres de dettes chez un apothicaire ; son collègue Michel pour 40 livres ; ils parlent de fermer boutique et avouent, sans fausse honte, que plusieurs de leurs clients blessés sont partis sans payer ! Les blessures sont atroces. Un suppliant raconte comment son père, envoyé par le capitaine, récupérer les barques de l’autre côté du fleuve, pour empêcher l’ennemi de s’en emparer, fut attaqué par des Français embusqués dans les roseaux et reçut un coup d’arquebuse. La ville de Rennes reçoit les blessés de Saint-Aubin. Toutes les demandes de secours s’accompagnent de formules qui en disent long sur la détresse individuelle : « il priera Dieu pour vous qu’il vous doint bonne vie longue et paradis à la fin ».

« Trop de hayneulx »

253Un climat de mécontentement, de violence, favorise la désobéissance et s’avère propice aux émeutes.

254Dès 1487, les habitants de Moncontour et de Saint-Brieuc sont prêts à se révolter contre des mercenaires anglais, venus en principe pour les protéger. La politique ducale est mise en question et, s’il ne vient à l’idée de personne de mettre en cause le prince ou la princesse, les conseillers, surtout étrangers, sont sévèrement critiqués. Le 30 novembre 1487, une sédition militaire, à laquelle participent des archers de la garde, des canonniers, des arbalétriers et « divers aultres gens de trect et de guerre » éclate à Nantes. Les soldats tentent, en sonnant le tocsin à Saint-Pierre et au Bouffay, d’ameuter la population et de l’inviter à se joindre à eux. Ils essaient de forcer les portes du château et de s’emparer du duc d’Orléans et du comte de Dunois qui s’y trouvent.

  • 25 M. Nassiet, « Émeutes et révolte en Bretagne pendant la guerre d’indépendance (1487-1490) », 114e (...)

255Les paysans de Basse Cornouaille forment en 1490 ce qu’un texte appelle une commune. Le soulèvement est parti probablement de la paroisse de Plouvé, au sud d’Huelgoat, puis s’étend dans seize localités parmi lesquelles Plonévez-du-Faou (près de Châteauneuf-du-Faou), Plomodiern et Saint-Nic (près de Châteaulin). La commune s’est donnée comme but de s’emparer de Quimper et de la mettre à feu et à sang. Une bande pénètre effectivement dans la cité où elle commet plusieurs excès et pillages. Des maisons bourgeoises sont visitées et dévalisées. Quelles raisons ont poussé les ruraux à agir de la sorte ? II est possible que « l’effroi » ait eu comme origine le congédiement par des propriétaires, habitant en ville, des fermiers ou « convenanciers ». Peut-être faut-il invoquer les réquisitions faites par la garnison anglaise ? Un fait cependant est sûr, la Cornouaille, connaît le pire puisqu’un acte de Chancellerie du 26 avril 1488 parle « de certaine rebellion en quoy ont esté les bourgeois de Kempercorentin ». La répression, organisée par les autorités municipales, est rapide et brutale. Le capitaine absent est rappelé d’urgence, ainsi que plusieurs nobles. Un affrontement à lieu à Pratanros. II se solde par l’écrasement et par la débandade des manants. La justice prend ensuite l’affaire en main ; plusieurs meneurs sont arrêtés et condamnés. Là s’arrête malheureusement la documentation. L’affaire a été grave. Plusieurs maisons bourgeoises ont été dévastées et les fortifications de la ville ont même été endommagées lors de l’assaut donné par les jacques25.

Note

1 J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, Ouest-France Université, 1982 – G. Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1999 – D. Le Page et M. Nassiet, L’Union de la Bretagne à la France, Skol Vreizh, 2003.

2 M. Lebois, La vie rurale en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1365-vers 1525-1550), Rennes, 1986 (thèse dactylographiée) – M. Le Mené, « Le commerce de la Loire au XVe siècle », dans Les Bretons et la Loire, Association Bretonne, tome 108, 1999, p. 165-169 – H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967.

3 J. Kerhervé, « Aux origines d’un sentiment national : les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », BSAF, no 108, p. 165-206.

4 R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Fougères, Éd. Jean-Marie Pierre, 1992 – P. R. Gaussin, Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, 1976 – P. M. Kendall, Louis XI, Paris, Fayard, 1974 – J.-P. Leguay, « Ancenis du XIIIe au début du XVIe siècle », MSHAB, tome LXXVII, 1999, p. 49-90.

5 M. Le Mené, « Temps de prospérité et temps des illusions » dans l’Histoire de Nantes, P. Bois (dir.), Toulouse, Privat, 1977, p. 77-115.

6 J.-P. Leguay, « La naissance de la ville marchande » dans l’Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, A. Lespagnol (dir.), Toulouse, Privat, 1984, p. 69-87.

7 A. Gallicé, Guérande, Le Croisic, le Pays guérandais du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle, Rennes, PUR, 2003.

8 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksieck, 1968.

9 L. Le Moal, L’Étranger en Bretagne aux XIVe et XVe siècles, présence, attitudes, perceptions, Thèse, Brest, 2007, Rennes, PUR, 2008.

10 R. Beffeyte, L’art de la guerre au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 2005 – Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1980 – A. Salamagne, Les villes fortes au Moyen Âge, Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2002.

11 M. Jones, « L’utilisation de la poudre à canon et de l’artillerie dans le duché de Bretagne avant 1400 : la preuve documentaire », MSHAB, tome LXIX, 1992, p. 163-172.

12 J.-P. Leguay, « Un aspect du travail du métal dans les villes armoricaines au Moyen Âge. La fabrication des canons et des armes blanches », Actes du Congrès sur la métallurgie urbaine en France au Moyen Âge de l’Université de Paris I, mars 1984, Paris, Éd. Picard, 1988, p. 185-226.

13 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

14 A. Dupuy, Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, 2 volumes, Paris, 1880 – T. Daniel et J. Kerhervé (dir), La Bretagne, terre d’Europe, publication de la Société archéologique du Finistère et CRBC, 1991 – D. Le Page et M. Nassiet, L’Union de la Bretagne à la France, op. cit.

15 J.-P. Leguay, « Les abords du château des ducs : Sainte Radegonde, Saint-Laurent et Richebourg au XVe siècle », BSAHN et LA, tome 142, 2007, p. 123-149.

16 Y. Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu, Paris, C. Klincksieck, 1975 – R. Cintré, « La bataille de Saint-Aubin-du-Cormier », Le Pays de Fougères no 10, 1976.

17 G. Minois, Anne de Bretagne, op. cit. – D. Le Fur, Anne de Bretagne, miroir d’une reine, historiographie d’un mythe, Éd. Guénégaud, 2000 – G. M. Tanguy, Sur les pas de Anne de Bretagne, Rennes, Ouest-France, 2007 & Anne de Bretagne et son temps, Musée Dobrée, 1961.

18 Y. Coativy, La monnaie des ducs de Bretagne de l’an mil à 1499, Rennes, PUR, 2006 – J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e, les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, p. 210-219.

19 J. Kerhervé, « Le budget de guerre en Bretagne d’après “l’estat” de 1482-1483 », dans Guerre, pouvoir et noblesse, Mélanges Ph. Contamine, PU de Sorbonne, 2000, p. 363-392.

20 Ph. Contamine, « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bretagne, tome LXXI, 1964, p. 221-261 – D. Le Page et M. Nassiet, L’union…, op. cit.

21 AM Nantes CC 268, EE 192.

22 J.-P. Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », T. Daniel et J. Kerhervé (dir.), La Bretagne, terre d’Europe, Actes du colloque de Brest de 1990, Société archéologique du Finistère, Brest, CRBC, 1991, p. 425-444.

23 ADLA B 51, fo 227 vo.

24 ADLA H 485 – M. Le Mené, « La population nantaise à la fin du XVe siècle », Annales de Bretagne, 1964, p. 211-212.

25 M. Nassiet, « Émeutes et révolte en Bretagne pendant la guerre d’indépendance (1487-1490) », 114e Congrès national des Sociétés savantes, 1989, Paris, 1990, p. 137-255.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540