Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Quatrième partie. Des villes « toutes courues et robées »

Chapitre 11. Les bas-fonds de la société bretonne

Texte intégral

1Toute collectivité, qu’elle soit rurale ou urbaine, comporte une frange marginale, un contingent de déclassés, d’asociaux ou de réprouvés, plus nombreux en temps de guerre, en période de crise économique et d’instabilité politique qu’en temps de paix et de prospérité.

  • 1 J.-P. Leguay, « La criminalité en Bretagne au XVe siècle : délits et répression », Actes du 107e c (...)

2Les villes bretonnes, comme d’autres en Occident à la même époque, n’échappent pas à la règle et hébergent, dans leurs limites, un tissu social de gens dangereux, des misérables parias livrés au pavé, seuls ou en bandes, dont les exploits ont défrayé la chronique et ressortent de l’examen historique et sociologique d’une frange de population particulièrement mobile et difficile à circonscrire1.

La notion de marginalité

3Parmi les raisons qui excluent un individu du groupe, quatre retiendront plus particulièrement notre attention : une profession méprisée, une extrême pauvreté, un crime, une maladie ou une tare physique repoussante qui condamne le malheureux à l’isolement.

Des métiers déshonorants

  • 2 J. Le Goff, « Métiers licites et métiers illicites dans l’Occident médiéval », Pour un autre Moyen (...)

4Certaines activités sont considérées comme indignes et leur exercice enlève à ceux qui les pratiquent la considération de leurs concitoyens, quelquefois la jouissance de droits élémentaires comme celui d’ester en justice. Elles les exposent au « qu’en dira-t-on », au bruyct, c’est-à-dire à la rumeur publique, au bourdonnement des multiples commérages des honnêtes gens2.

  • 3 M. Planiol, La Très Ancienne Coutume de Bretagne, Rennes, 1896.

5La Très Ancienne Coutume de Bretagne, monument législatif, énumère quelques professions « viles ». On y trouve pêle-mêle les écorcheurs de chevaux et de « vilaines bêtes », les vidangeurs, les porteurs de plateaux en tavernes et les crieurs de vin, les pendeurs de larrons, les poissonniers et même les pelletiers… Chaque cas mériterait une analyse minutieuse3.

6Faut-il voir dans l’exclusion des premiers, les écorcheurs de chevaux, une réminiscence de vieux interdits, remontant à l’époque mérovingienne, quand le christianisme triomphant condamnait avec vigueur les pratiques hippophagiques à caractère tutélaire des Germains ?

7Dans les « vilaines bêtes » entrent probablement les rats propagateurs de maladies redoutées, les taupes dont on cherche à se débarrasser en faisant appel à des spécialistes itinérants, bientôt des Bohémiens entr’aperçus dans le duché à la fin du siècle et que l’on s’abstient, en dehors de toute nécessité, de recevoir chez soi. Les « taupiers », les marchands de peaux de lapin, les chasseurs de rats sont, au même titre que les charbonniers, des marginaux. Les vidangeurs, l’équivalent des fify de Paris, sont souvent des rebuts de la société. Les porteurs de plateaux en taverne, nos actuels garçons de café, passent pour être roublards et corrompus et auront du mal à surmonter un lourd handicap social.

8Il se dégage de la personne du bourreau, appelé encore pendart, une impression de peur morbide qui attire et répugne à la fois. L’individu, bien que riche et honoré, paré du titre de maistre, n’a pas réussi à s’intégrer à la bonne société. Cet artiste en son genre, capable de manier avec dextérité la corde, le couteau, la hache et le ciseau (sic) ne court pas les rues. La plupart de petites villes n’en ont pas et doivent le faire venir à grands frais de l’extérieur, ce qui leur coûte très cher en déplacement, en nuits d’auberge, en matériel et en salaire. Dans le Penthièvre, les bourreaux viennent de Lamballe, de Jugon, de Ploërmel et du Goëllo. Quelques noms sortent de l’anonymat à la faveur d’une pendaison : Maîtres Yves Le Quezourec, Geoffroy Bruoy et Jehan Le Moël à Guingamp, Geffroy de Plouha et Guillaume Graslen à Moncontour.

9Les poissonniers, et plus encore les poissonnières, très nombreux dans le duché, au point d’avoir leurs propres installations de vente comme à Fougères, à Nantes, à Rennes ou à Vannes, ont également une fâcheuse réputation qui n’est pas forcément usurpée Une sombre affaire de regrat, pourtant strictement interdit, met en scène à Quimperlé, dans les années 1431-1432, une demi-douzaine de harpies, « fortes en gueule », qu’il ne viendrait pas à l’idée du scribe, rédacteur de l’acte, de désigner autrement, avec tout le mépris sous-jacent, « la femme Soliman », « la femme au Mignon », « la femme au Lanreger ». Une coutume est révélatrice du peu d’estime que l’on a pour cette corporation. Au sortir du carême, durant lequel ils ont été soumis à un régime de harengs, les bourgeois de plusieurs localités ont l’habitude d’organiser une procession bouffonne qui les mène au premier point d’eau. Arrivés sur le pont, ils précipitent dans le ruisseau les malheureux poissonniers, récupérés au passage, quitte à les repêcher ensuite et à les réconforter avec un bon repas. Le saut des poissonniers existe à Bécherel, à Châteaubriant, à Châteaugiron, à Guingamp et à Pontivy où l’on pousse le vice jusqu’à promener dans toute la ville, et sous la risée générale, ces pauvres marchands, dans une charrette tirée par leurs rivaux, les bouchers. C’est une bien curieuse cérémonie, une vengeance, déguisée en fête, contre une poignée d’individus qui ont profité, pendant plusieurs jours, des usages religieux pour gagner de l’argent aux dépens de la Sainte Quarantaine et des privations de leurs concitoyens.

10Une activité met celles qui la pratiquent au ban de la société : la prostitution !

Les « fillettes amoureuses »

  • 4 L. Otis, Prostitution in medieval society. The history of an urban institution, Chicago, The Unive (...)

11Les prostituées sont citées parmi les parias, les individus aux mœurs « relâchées », en marge de la ville riche, à deux pas des mendiants avec leur sébile4.

12❍ Elles ont pourtant leur place dans la société et figurent parmi les donatrices des églises qui offrent leur obole le dimanche, un cierge, voire un vitrail. Le commerce de leurs charmes fut toléré à titre précaire, même à l’époque de saint Louis, moins par charité qu’en partant du principe tout simple qu’elles contribuaient, à leur façon, à la défense de l’ordre collectif, en canalisant les passions et les bas instincts de la population ! Seuls l’organisation par des tenanciers et des maquerelles et l’exercice de la prostitution ont fait l’objet de sévères restrictions, limité à quelques rues « aux filles », à l’écart des centres urbains, loin des écoles et des couvents de Mendiants.

13❍ On aimerait décrire leurs conditions d’existence. Mais la documentation locale ne permet pas d’entreprendre une analyse aussi précise que celles qui ont été faites récemment pour Paris et pour les villes du Sud-Est. Il existe toutefois en Bretagne comme ailleurs une prostitution presque légalisée. S’il n’y a pas, en effet, de bordels publics, gérés par les municipalités et cédés à ferme à une abbesse ou à un tenancier comme cela se passait à Dijon, à Paris ou à Marseille, nous rencontrons, par contre, des maisons de tolérance privées, camouflées en étuves. Ces bains publics, d’un usage si particulier, où d’aguichantes chambrières font commerce de leurs charmes, sont signalés dans plusieurs quartiers de Nantes, à Richebourg, rue de Verdun, dans les petites ruelles autour de Saint-Léonard, rue du Port-Communeau. Un texte de 1494, particulièrement révélateur, parle, en effet, de « pluseurs estuffes et aultres maisons denvyron les caves et ailleurs en ladite ville… esquelles y hahandonnent et se tiennent residamment pouvres filles abandonnez de leurs corps et y vont et viennent grant numbe de gens tant estrangiers que aultres à eulx estuffez et passez temps o lesdites pouvres filles ».

« Tout est indiqué dans cette courte phrase où transparaît le mépris sous-jacent du scribe : les lieux de perdition, la clientèle de passage (nous sommes dans un port) et locale, suggérée pas le pronom indéfini “les aultres”, ceux qu’on n’ose nommer, la déchéance sociale de ces pauvres filles vraisemblablement issues des basses couches de la société ou des milieux ruraux. »

14À Nantes, comme à Lyon, aller s’estuver a une signification connue de chacun. Il n’est pas impossible que certains quartiers chics, fréquentés par des officiers, des nobles et des chanoines, aient abrité ce genre d’établissement. La rue des Dames à Rennes ne doit pas son appellation au séjour qu’y aurait fait la duchesse Anne, accompagnée de ses dames d’honneur, puisque le nom figure déjà dans un aveu du milieu du siècle. Une hypothèse moins édifiante n’est peut-être pas à exclure. Les maisons de tolérance ne sont pas forcément situées à distance des établissements religieux comme le voudraient les autorités. Ce n’est pas sans raison, toute médisance mise à part que les pauvres Carmes nantais, installés, par la force même des choses, à proximité du quartier chaud de Saint-Léonard, ont été accusés par la rumeur publique de tenir taverne et lupanar. On sait, par, ailleurs, que des ordres religieux, les Clarisses en particulier, ont eu comme mission de secourir les « pauvres filles abandonnez de leur corps » et leur présence prouve en soi que le problème se pose localement, à Dinan par exemple. Nous savons, enfin, qu’il existe au moins une prostituée officielle dans la très pieuse ville de Quimperlé qui a mission de s’occuper et de distraire les officiers ducaux de passage.

15Le racolage dans les tavernes, dans les ruelles, sous les porches et sur les places publiques, l’activité à domicile, à laquelle se livrent des filles légères, à l’abri d’une profession qui leur sert de paravent, existent aussi. La prostitution à domicile, en principe interdite par la législation, impose à celle qui s’y livre la possession d’une chambre, une clientèle attitrée, un mari complaisant ou une mère qui sert d’entremetteuse, un protecteur appelé houlier. Les tarifs pratiqués à Rennes, au début du XVIe siècle, paraissent élevés : 20 sous la passe, dans un cas, le prix d’une robe pour trois jours d’ébats dans un autre. De tels prix limitent la clientèle à une poignée de notables et placent les péripatéticiennes dans une catégorie de luxe.

16❍ Il existe pourtant une forme plus populaire de paillardise, de putacerie. qui a comme terrain de chasse et d’élection les jardins, les fortifications et même des chapelles isolées ! Le chapelain de Saint-James de Rennes dénonce les « chambrières et femmes de meschant gouvernement ayant parolles et faisant marchez impudiques pour plus et facilement accomplir leurs impudicitez et villaynies se retirent en ladite chapelle qui est faire grant opprobe et scandal a l’église et terre saincte et immunité ». Les tours et les guérites abritent couramment ce type d’activité et les ruines du château de Carhaix sont un des lieux de rendez-vous les plus recherchés de cette petite localité où chacun se connaît et où il est préférable d’éviter de rencontrer son voisin ! Le rentier de 1539 décrit les vieilles murailles comme le refuge « des paillartz et paillardes qui se trouvent esdites foyres et y font leur bordeau ». Des meurtres y ont lieu quelquefois et « se y est trouvé ung prestre mort… (car) en icelles murailles et douffves se pevent retirer mauveix garczons et putaceries ».

  • 5 AM Rennes, liasse 1084.

17Un curieux procès met en scène vers 1500 la rennaise Jehanne Jumel « qui a esté et est paillarde, putain, houllière, macquerelle notoirement et publiquement… et néant moins que elle fust et soit mariée, commersé charnellement avecque pluseurs hommes ». D’anciens clients lui reprochent d’avoir « divulgué les noms de cieulx qui avoient eu compaignie charnelle delle et lesqueux la chevauchoint myeulx et estoint meilleurs euvriers et auxi a nommé pluseurs hommes auquelx elle disoit avoir apprins le moictier et eu leur pucelage5 ».

  • 6 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

18❍ L’adultère très courant au Moyen Âge si on se reporte à la littérature populaire, aux farces, aux poésies des goliards du Midi, est rarement signalé dans les textes bretons6.

19Il faut vraiment beaucoup d’impudeur à un certain Jehan Maulgère pour se glorifier d’avoir rencontré « une femme mariée quelle demouroyt en la parrouesse de Sainct Martin de Rennes et qu’il avoyt eu en sa compaignie charnelle néantmoins qu’il fust (encore) marié avecques sa feu femme ». Quant aux amours ancillaires. de maîtres avec leurs chambrières, on les devine à certains drames intimes comme l’apparition d’un fruict que l’on s’efforce de cacher le plus longtemps possible à la vue du public ou à cette étonnante générosité dont font preuve dans leur testament, au soir de leur existence, ecclésiastiques et marchands à l’égard de leur bonne ou de leur gouvernante !

20Cette licence, plus commune qu’on ne le croyait jadis avant la publication de toute une série de travaux, a sur le plan social des conséquences fâcheuses. Les maladies vénériennes se propagent dans les villes bretonnes à la fin du XVe siècle sous le nom de grosse vérole ou de virolles, au retour de l’expédition de Charles VIII en Italie. Des affaires de mœurs, des infanticides, des avortements défrayent la chronique et trouvent leur dénouement devant les juridictions publiques et privées. Une enquête de 1464 met en scène deux Lamballaises, la mère et la fille, coupables d’avortement. Le texte éclaire singulièrement le lecteur sur la mentalité primitive de ces deux femmes. On y découvre tour à tour la crédulité de la mère. Marie, femme Thébaud Gaudu qui croit au début que sa fille enceinte est « malade dapostumes et d’enflure », le recours à la faiseuse d’anges, à des pratiques abortives primaires et inefficaces conseillées par une voisine « charitable » (la saignée au pied. dans l’eau glacée) et, finalement, un manque total de sensibilité d’une humanité confrontée journellement avec la misère.

Les affaires délictueuses

  • 7 D’une vaste bibliographie, nous retiendrons ces trois titres : C. Gauvard, « De grace special ». C (...)

21Chaque affaire criminelle est un cas unique dont les mobiles peuvent être le dépit, l’envie, la jalousie, la vengeance, etc. Il semble cependant que des incitations profondes, un contexte particulier en ces temps de fer et de violences reviennent plus fréquemment que d’autres comme motivations dans les actes analysés7.

À l’origine du délit

22Force est de constater tout d’abord que nombre d’affaires graves ont comme point de départ l’auberge, l’ébriété et la violence que cet état engendre. Robert Michonnaud est « sensé et réputé notoirement pouvre homme. Ladite pouvreté luy est avenue par folles et trop grandes despances et boytes de vin et foelx marchez qu’il a faiz ».

23❍ La forte consommation de boissons alcoolisées, de vin surtout, de cidre dans les diocèses de l’Ouest et dans les basses couches de la société, est reconnue. Elle tourne autour d’une moyenne de 120 litres de vin par personne et par an pour l’ensemble des Nantais, ce qui signifie qu’à côté des buveurs d’eau à cause de leur âge ou de leur santé, d’autres sont capables d’exploits quotidiens.

  • 8 H. Bougerie et G. Morin, Alimentation de quelques bourgeois rennais à Tours à la fin du XVe siècle (...)

« Les six Rennais qui accompagnent la duchesse Anne à ses noces tourangelles en décembre 1491 ont laissé pour la municipalité chargée de les défrayer un petit mémoire de leur consommation journalière. Le chapitre des boissons atteint la coquette somme de 119 livres pour un mois, soit environ 4 litres par voyageur et par jour, 4 litres de vins chers et forts d’Anjou, de Beaune, de l’Orléanais, du Midi méditerranéen8. »

24Aucune activité n’est concevable en Armorique médiévale sans l’absorption du contenu de force quartes, pintes et pots de vin local ou étranger. Les boissons alimentent l’essentiel du commerce, avec le sel et les toiles, assurent les principales rentrées de fonds dans les seigneuries, les villes et les caisses de l’État, permettent la construction de grands édifices civils, militaires et religieux.

25Les auberges prolifèrent partout : environ 400 dans la seule châtellenie de Rennes en 1494, 51 à Dol en 1416 pour moins de 3 000 citadins et pour les marchands de passage ou les pèlerins qui visitent le tombeau de saint Samson, 197 dans l’agglomération de Morlaix, 15 à Antrain en 1438 pour moins de 1 000 habitants, 8 à Rezay aux portes de Nantes, 12 à Bazouges-la-Pérouse du temps de Jean V, etc. Le métier d’aubergiste est si lucratif que des nobles, des prêtres, des administrateurs d’hôpitaux, ceux de Notre-Dame de Saint-Clément à Nantes, le pratiquent sans fausse honte. Rares sont les rues où il est impossible de se désaltérer en ville. C’est dans les estaminets que les fermiers viennent toucher leur argent, qu’opèrent les percepteurs des billots, que se concluent beaucoup de contrats d’embauche, que se préparent les mauvais coups !

  • 9 AM Rennes, liasse 1084.

26Nous savons en effet que la taverne est le lieu de rencontre privilégié des délinquants chevronnés ou en herbe, l’endroit où naissent les querelles, où s’ébauchent des processus parfois irréversibles. Les textes s’en font l’écho lorsqu’ils parlent de délits en chaleur de vin ou lorsqu’ils flétrissent, en ces termes, les piliers de cabaret : « il eust bien (pu) gaigner de quoy nourir il (lui) et son mesnaige assez honnestement, selon son estat, s’il eust voullu besongner et delaisser sadite yvrongnerie et méchanceté9 ». Le mot yvroigne figure couramment dans la panoplie des injures et le contexte prouve qu’il frappe presque toujours à bon escient. La consommation exagérée de vin, source à la longue de déchéance, de misère, éventuellement de crime, commence très tôt et des adolescents impliqués dans des affaires de larcin ou de viol n’ont d’autre explication à donner que d’avoir été, au moment des faits reprochés, trop eschauffés et « que aucunement (leurs) sens et entendement estoint troublez ».

27❍ La violence est générale.

  • 10 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2007 – B. Chevalier et M. Bo (...)

28Les armes, les outils pointus ou coupants sont à la portée de tous, y compris dans les mains des impulsifs, des irascibles. Des fous, laissés en liberté dans les rues, faute d’asiles, peuvent devenir brutalement furieux. Des individus considérés comme normaux deviennent sous l’effet de la boisson « desbatiffs et contentieux », « férus à effusion de sang », « entrepreneurs de desbatz et questions ». On reste parfois pantois devant certains déchaînements10.

  • 11 ADLA G 506.
  • 12 AM Rennes, liasse 1084.

29Les « paroles rumoreuses et injuriouses », destinées à humilier et à meurtrir le vis-à-vis, débouchent vite sur la chaude colle ou la colère violente. Entre hommes, on se traite de paillarts, d’yvroignes, de putainiers. Une femme est qualifiée de renarte (sournoise), de vieille ordouse et sa vertu fait l’objet de propos malveillants. Plus grave encore est l’allusion perfide et en public, devant le mari ou le fils, à l’inconduite de sa femme ou de sa mère. Un individu en tue un autre en 1405 parce qu’il « luy avoit dit injurieusement qu’il congnoissoit mieulx sa femme que luy ». Guyomarch Pasquet de Plouider ne supporte pas que son voisin, Jehan Goulchen, se vante d’avoir des rapports avec sa mère, le surprend rôdant près de son domicile et le blesse mortellement. De fil en aiguille, on en vient aux coups et collées, à la prinse au corps et au poil. Les responsables de la fabrique de l’église Saint-Saturnin de Nantes se précipitent, un jour de 1516, sur deux marchands forains, Pierre Viau et Pierre Couperie, accusés d’avoir souillé le mur du sanctuaire, « les avoint prins au poil, gectez par terre et leur ont donné coups et colles11 ». Encore heureux si la bature ou la baterie ne se termine pas par mort d’homme ! Une enquête rennaise du début du XVIe siècle fait état d’une altercation entre un ecclésiastique et un artisan nommé Lagaure. Les deux individus « avoint parolles ensemble devant l’oupvroir » et finissent par se collecter : le témoin « voy celuy Lagaure donner un coup de pied contre l’une des gembes dudit prebstre lequel se escria quil estoit blerczé ». Un valet de taverne assiste, une autrefois, à un beau pugilat qu’il décrit ainsi : « il veyt ledit Legaure et ung nommé Pierre Drouyn cousturier qui estoiint sur le pavé au devant de la maeson où demoure Guillaume Guynier et s’entretenoint aux cheveulx et s’entre frappoint à coup de poign et les veyt tellement boullougneulx et fangeulx quer leurs accoustrements estoint couverts de bouillon et de fange12 ».

30La violence est aussi sexuelle. Combien de filles et de femmes mariées ou veuves sont « forcées oultre leur gré et voluncté, en compaignie charnelle » de soudard, de jeunes célibataires désœuvrés ou éméchés ? Aucune statistique n’est possible car rares sont celles qui osent porter plainte dans un monde où une morale rigide masque à peine beaucoup d’hypocrisie. La bêtise, la crédulité, l’ignorance sont également à l’origine de faits délictueux, de larcins maladroits et surtout d’avortements et d’infanticides découverts. Car, si la fornication n’est pas forcément considérée comme un péché, à une époque où « l’amour sur l’herbette », dans les champs, dans les bosquets, à l’intérieur des ouvrages fortifiés, fait partie d’une réalité courante, la grossesse et la naissance de l’enfant illégitime sont par contre source de honte, d’infamie, et brisent la réputation et la vie de beaucoup de filles célibataires, de veuves, de chambrières séduites par leurs maîtres. La souffrance morale, la vergoigne, qui en résulte, le désir d’échapper au rejet social poussent les malheureuses à cacher le plus longtemps possible l’enflure puis à se débarrasser du fruict avec ou sans la complicité du présumé père ou des parents. Un célèbre prédicateur breton du milieu du siècle, Olivier Maillard, vitupérait, en termes très crus, l’incontinence de ses contemporains, pires que des bêtes, disait-il. Il ajoutait, pour conclure, que, du fond des latrines, des rivières et des étangs sortaient les gémissements des enfants qui y avaient été précipités !

31❍ La pauvreté de certains éléments de la société, capable de se transformer à la longue, avec l’âge, les misères physiques, l’endettement, en un véritable dénuement, explique beaucoup de menus larcins. Certes, dénuement et délinquance ne sont pas obligatoirement corollaires. Mais c’est dans le milieu le plus défavorisé, chez les travailleurs, les sans-logis, dans les quartiers insalubres des faubourgs urbains qu’apparaissent le plus souvent des asociaux, ce qui, bien évidemment, n’exclut pas une délinquance « aisée ». Il existe enfin dans les villes, des rues malfamées, dangereuses comme cette ruelle de Rennes, près du couvent des Jacobins dans le quartier de Saint-Aubin où des vauriens font, de jour et de nuit, « plusieurs maulx deshonnestes ». Les ruelles de la paroisse de Toussaints, au sud de la Vilaine, et du Bourg-l’Évêque n’ont pas meilleure réputation, celles qui débouchent sur la Fosse, à Nantes, guère mieux.

La nature des excès

32La documentation consultée manque souvent de précision sur les exceis.

33Elle se contente, la plupart du temps, d’indiquer qu’un individu est poursuivi pour larrecin, furt (vol), meurtre, bris et effraction de prison, faulczonnerie ou usage de faux, falcite ou falserie (faux témoignage) ou tout simplement pour ses abbus, mallefices et énormes crimes. Sur dix-huit exécutions pour vol, mentionnées dans les archives de Lamballe, deux seulement sont parfaitement justifiées : la capture et l’enlèvement de chevaux.

  • 13 ADLA E 200, no 4, 12, 14.

34❍ La plupart des affaires traitées ont un caractère accidentel. Elles sont le fait de personnes, tantôt soumises à de « mauvaises impulsions », « meuz par temptacion diabolicque, par mauveix esperit », poussées par une foiblesse passagère ou par la chaleur du vin, tantôt, au contraire, agissant « en juste deffense » ou « en soy deffendant », en légitime défense. Les coups et blessures provoquant une mutilation ou la mort « sans guect appens » (ou sans préméditation) sont généralement le triste dénouement d’un échange de paroles rumoreuses, de colles trop chaudes, de prises au colet et au poill, de la peur ou d’un geste maladroit. Mahé Jarno, dit Jarnac, et un mercenaire étranger, Henry (l’)Aimant ont accompagné leur seigneur au château de l’Hermine à Vannes, un jeudi de 1453. À la sortie, ils « s’entre desmentirent » sur les résultats d’un jeu (le jeu de paume ?). Jarno, connaissant le caractère impulsif de son compagnon, préfère rompre la discussion ; Henry s’en offusque, le suit sur le pont, le traite de lasche ribaut et finit par le menacer. Au bout de quelques instants, les dagues sortent et les coups pleuvent, longtemps sans gravité, jusqu’au moment où Henry reçoit un coup dans l’estomac. Il titube, bascule dessus le parapet et tombe dans la douve où il se noie. C’est une affaire classique qui se reproduit souvent entre serviteurs d’un seigneur, entre voisins, à la sortie d’une taverne, sur le champ de foire, sur les chantiers, etc. Les motifs, apparemment futiles, cachent peut-être des jalousies, des rancunes profondes, des vexations. Henri Gougeon de Nantes converse avec un ami près du cimetière de Saint-Donatien, un jour de 1466. Un ivrogne du nom d’Aillet les accoste, veut les entraîner à boire et, devant leur refus, leur cherche noise. Les deux bourgeois tentent, à trois reprises, de se débarrasser poliment de l’importun : « Eh ! beausire, laissez-nous parler ensemble ». Rien n’y fait ; Aillet profère des menaces, jure comme un païen, jette des pierres. Gougeon et son ami décident alors de le mener à la justice. Une bagarre éclate ; Gougeon se défend, sort sa dague, cherche à atteindre son adversaire à la cuisse, mais « comme icelui Aillet cuida (pensa) ruser et deffaire le coup, haulsa ladite dague, laquelle lui ataignit soubz lesselle bien près de la mamelle ». Le blessé succombe peu après. Chaque fois que nous retrouvons ce type d’affaire, le même processus revient : un échange de propos discourtois sur un sujet futile, du genre « pourquoy vous et Main Le Saige parliez-vous de ma femme ? », un pugilat qui oppose un violent et un autre qui se prétendra ensuite en légitime défense pour obtenir la lettre de rémission, le mauvais coup et l’accident tragique13. La victime est soit abandonnée sur place, soit transportée à son domicile ou dans la maison la plus proche. Les frères de La Touche et leur suite, des officiers en garnison en Normandie, rencontrent en 1469 Gilles Baudouin de Brutz et le rossent copieusement pour venger l’honneur de leur mère bafoué en public. Ils lui donnent des coups de tranche, de dague aux jarrets et sur le visage. Ils se rendent compte bientôt qu’ils sont allés très loin et fort desplaisans, ils confient leur victime mal en point à des marchands qui rentrent à Rennes où le blessé meurt. Il est arrivé qu’un individu agressé succombe plusieurs semaines après et qu’une enquête prouve que la mort n’est pas due aux coups mais… à la peste !

35❍ Le vol accidentel, le furt, le menu larcin du domestique jusqu’alors sans reproches, du pauvre hère dans le besoin, entre aussi dans cette catégorie accidentelle. Mais la société juge durement le geste. L’atteinte à la propriété d’autrui par quelqu’un de confiance est considérée comme un crime odieux, digne de mépris et de sanction. Nous rencontrons pourtant, sans arrêt, dans les textes, de jeunes chenespins, larrons ou larronnesses emportant furtivement l’argent ou les bijoux de leur maître, des valets ou des chambrières indélicats, des ouvriers surpris avec les outils de leur employeur, etc. Guillaume Podeur de Saint-Renan dérobe en 1503 une pièce de drap dans une auberge sur la route de Saint-Pol. Il est pris et pardonné une première fois. Quelque temps après, il entre au service d’un riche laboureur de Guéméné-Guingamp et de son épouse, profite de leur absence, pour ouvrir le coffre mal fermé (circonstance atténuante) et pour s’emparer d’une cassette qu’il fracture, ce qui est aggravant. Il récupère vingt écus d’or. Ses dépenses inconsidérées attirent les soupçons des officiers de justice de Landerneau. Bien que récidiviste, Podeu doit à son jeune âge (17 ans) d’être pardonné. Il a plus de chance que Jehan Prigent de Grand-Champ, pendu pour avoir dérobé les deux mules de son maître, Aubin Rivel, de Saint-Guénolé de Batz, près de Guérande. Les archives abondent en larcins de la sorte, en vols de pots de beurre, de pains, de blé, de lapins, de bois, d’aunes de drap, etc. La carrière de ces délinquants d’un jour s’arrête souvent là, parce que la peur de la corde a été bonne conseillère ou que le larcin a été la seule et unique faiblesse d’une vie brutalement interrompue !

36❍ Mais ces délits annoncent parfois aussi la petite et la grande truanderie. Nous avons affaire, cette fois, à des professionnels, à des redoutables individus pour la société.

37Au bas de l’échelle, on trouve les crocheteurs, les briseurs d’huis, de serrures, de fenêtres, de galeries, surpris, à l’occasion par les propriétaires qui les tuent en légitime défense. Les troncs des églises sont couramment visités et doivent être protégés par de solides cadenas. Les coupeurs de bourses ou pickpocket de l’époque accomplissent d’autant plus aisément leurs subtilitez que les bourgeois portent leurs pièces de monnaie dans un sac attaché par des lanières de cuir à leur ceinture ; ils savent exploiter les encombrements de la rue, la presse des jours de foires et de marchés. Dans le monde rural, le vol de céréales et de bestiaux est fréquent. Les frères Chotart et leur complice Jehan Alain s’en tirent à bon compte, en 1459, malgré la prise de 18 porcs dans la forêt Villecartier. Mais Eonnet Fouray est pendu à Quintin, en 1481, pour s’être introduit dans le haras du seigneur ! Robert Bernard de Dol défie les lois pendant seize ans. Il sillonne le duché, visite le Poitou, s’intéresse à tout ce qui se présente, avec une préférence pour les chevaux, les bovins, les moutons, les ballots de laine (à Dinan), les vêtements (à Combourg), les sacs de sel, les outils, etc. Capturé, il réussit à prendre la fuite. Yvonnet Chotart des environs de Saint-Malo, engagé comme mercenaire, dérobe, avec un complice, trois tasses d’argent à Perpignan. De retour en Bretagne, il poursuit ses exploits à Rennes, pénètre par effraction chez Alain Barrilier de Toussaints, s’empare d’outils, de vivres, de sacs de blé qu’il a le front ou l’inconscience d’aller vendre le lendemain devant le portail de Mordelaise. Olivier Grenier pratique la « crocheterie » à Guingamp et est pris au moment où il vient d’ambler chez Maître Alain Jégou deux plats d’étain, deux écuelles plates, deux autres cornues.

  • 14 ADLA E 200, B9, fo 3, B 14, fo 155 – B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe Moderne (1350 (...)

38Le sommet de la hiérarchie criminelle est occupé soit par de fortes individualités, comme Thébaud Depays, pendu à Lamballe en 1479 pour plusieurs meurtres, vols et viols, soit par des bandes de brigands qui mettent en coupe réglée une région entière. Les citadins n’osent plus quitter les enceintes ; les paysans se calfeutrent chez eux ; les marchands désertent les foires et les marchés. Ces écorcheurs des temps anciens, aux visages masqués, en abillemenz d’armes, opèrent couramment autour de Guérande, de Lamballe, de Moncontour, de Montauban, de Rennes. Certains n’hésitent pas à pénétrer en ville. En 1462, cinq bandits viennent semer l’effroi à Saint-Pol-de-Léon, brisent les portes du logis de Pierre Jacques, brutalisent et mutilent les occupants et des voisins venus à leur secours14.

39❍ D’autres délits sont signalés occasionnellement.

40Les infanticides, les crimes sexuels sont plutôt le fait d’individus isolés, de couples ou de petits groupes de parents et d’amis. L’infanticide peut être involontaire et pardonnable quand l’enfant meurt faute de soins, après un accouchement clandestin, pratiqué dans les pires conditions. Il est plus souvent volontaire lorsque le nouveau-né est abandonné dans un endroit isolé, sans possibilité d’être recueilli immédiatement ou assassiné de sang-froid, sous l’impulsion d’une folie meurtrière. Le crime est patent et l’indulgence exceptionnelle.

41Des viols sont signalés dans les actes ; mais rares sont, en fait les filles forcées et defflorées qui osent porter plainte, par honte ou peur des représailles. C’est une des principales formes d’agressivité juvénile ou la conséquence de contraintes morales, de mariages tardifs, d’une ségrégation sexuelle, d’une mentalité inconsciemment antiféministe. Les exemples connus ont un caractère si odieux qu’il est probablement difficile de les passer sous silence. Catherine Hamon de Guingamp est exécutée, le 11 septembre 1470, en même temps que son mari et des complices, pour avoir fortraict (débauché) sa jeune cousine, puis pour l’avoir attiré chez elle où elle fut forcée. Alain Mauvallet de Moncontour abuse de Guillemette Ballay et, circonstance aggravante, il l’a enlevée à son domicile après avoir brisé l’huis d’entrée, deux crimes dans un ! Une femme de la noblesse, Michelle du Périer, est protégée, par la justice, d’un mari qui a tout l’air d’un sadique.

42L’argent, la terre, l’héritage poussent souvent au crime. Pierre Colineau exploite en famille un petit champ de lin près de Nozay, en copropriété avec Jehan Jouyn, le frère de sa belle-mère. Tout s’est bien passé pendant trois ans, jusqu’au jour où Jouyn, mécontent et vraisemblablement poussé par sa femme, agresse sa sœur et lui assène un coup de pieu. Colineau intervient pour séparer les protagonistes, est menacé à son tour et se défend avec une pelle qui lui sert à tuer Jouyn. Le détail de l’affaire montre deux familles devenues à ce point ennemies qu’une des femmes crie « ribault, tue les à mort ». C’est un cas presque banal qui se répète, sous d’autres formes, dans ces milieux rudes et cupides, où on admet fort bien qu’un individu tue son beau-père « qui dissipoit les biens familiaux » par mauvaise conduite. Des meurtres, des rapts et détentions de riches héritières, des incendies volontaires ont comme mobile profond l’intérêt.

43Le Moyen Âge n’a pas la même indulgence que notre société pour les crimes passionnels. Les tribunaux jugent sans complaisance des maris assassins, des femmes meurtrières par jalousie, les ravisseurs de mineures, les fratricides, les parricides. On pend, en 1476, à Saint-Brice-en-Coglès, Guillemette qui a tué son mari. Il est vrai que les moyens employés pour se débarrasser d’un conjoint peuvent être particulièrement odieux. Catherine Helgomarc’h de Plouray incendie une logecte, d’une valeur de trente sous, précise l’acte, « en laquelle son mary se tenoit souvent avec une paillarde et y destruisoit tout son bien ». La fin de la phrase équivaut à une circonstance atténuante. Des femmes sont tuées à coups de pieds dans le ventre, le visage écrasé avec une pierre, etc.

44Les autorités ducales et seigneuriales, soucieuses de leurs intérêts, du maintien de l’ordre et de la paix publique, de la bonne réputation de leur pays ou de leur domaine interviennent pour sanctionner d’autres délits jugés très graves car ils portent atteinte à la propriété ou à l’État. On ne tolère pas plus le faux témoignage que le faux en écritures. Le crime de faulsonnerie revient constamment sous la plume des scribes et recouvre toutes sortes de méfaits : la falsification d’un testament par adjonction ou suppression de clauses, la modification abusive d’un contrat, le vol puis la destruction de documents, le maquillage de quittances, etc. Le fautif risque au minimum l’amputation de la main droite, à moins qu’il ne réussisse à prouver sa bonne foi. Le faux monnayage préoccupe au plus haut point les pouvoirs publics qui engagent des poursuites immédiates. Des ateliers clandestins fonctionnent dans le duché où l’on ose fabriquer des écus d’or ou rogner les pièces ducales. Une curieuse mésaventure arrive à un noble, Charles de Lesnerac, chevalier de Ploëmeur, en 1462. Au cours d’un séjour à Nantes, il fait la connaissance d’un Dauphinois, Pierre Méart, qui lui propose de fabriquer de la vaisselle d’argent à bon compte. Lesnerac accepte, finance les préparatifs et installe Méart dans son château. Le génial faussaire « fist de la poudre sublimée avec arcenic », fond du cuivre avec de l’argent provenant de gobelets cassés, mistonne le tout et produit une « tuille en manière de plataine » qu’un artiste transforme en tasses. Lesnerac, trompé par une expertise erronée, met en vente deux tasses pour payer ses dettes. Un drapier d’Auray se méfie, fait analyser les pièces en dépôt « suspeczonnées de maulveix aloy et métal », porte plainte et voici le chevalier crédule avec une sale histoire sur le dos. Le duc se montre finalement compréhensif ; mais tout ne se passe pas forcément aussi bien dans la plupart des cas. Après l’arrestation de Jehan Le Moullec à Guingamp en 1469, une commission d’enquête vient de Nantes l’interroger pendant huit jours. Elle comprend le sénéchal et le procureur de la ville, le Général des Monnaies du duché. Le délit est d’une telle gravité qu’une équipe de six chartronniers se relaie, jour et nuit, pour éviter qu’il ne prenne la fuite. Le dénouement est ignoré. Un certain Thomas Draye de Moncontour est accusé dans les années 1463-1467 d’avoir fabriqué « de faux gros de la merche (marque) de gros neufs de Bretaigne ».

45Au nom de la sécurité et de la paix publique, on punit aussi sévèrement les violations de sépultures, les destructions d’enfeux, la complicité d’évasion autant que la fuite elle-même, etc.

46Terminons par une curieuse affaire qui met en émoi la petite seigneurie des Huguetières en 1484. Un enfant est assassiné, le coupable arrêté, emprisonné, jugé et pendu. Un fait presque banal dans le contexte de l’époque, dira-t-on ! Gilles de Raitz a fait bien pire dans la région. À ce détail près, cependant, l’exécuté est… un porc.

La sociologie des délinquants

47Les documents mettent en scène des délinquants et des victimes de toute condition.

48❍ Beaucoup de gens du peuple figurent dans les deux cas, probablement parce qu’ils sont plus perméables aux mauvaises influences, plus vulnérables que d’autres par leurs conditions d’existence. Les prévenus rencontrés sont très souvent de povres hommes, chargés de femmes et d’enfants, des brassiers, des gens mecanicques et manouvriers, des valets, des servantes. Les cours de Guingamp, de Lamballe, de Moncontour jugent apparemment, pour l’essentiel, des ruraux et les brèves indications transmises par les lettres de rémission permettent d’aboutir aux mêmes conclusions. On relève aussi, au hasard d’un texte, parmi les amnistiés ou les poursuivis, quand la profession est exceptionnellement indiquée : un hôtelier rennais (1468), un fèvre de Rostrenen (1473), un barbier du Croisic (1480), un charpentier de Saint-Aubin-du-Cormier (1487), un sellier (1487), un ymaigier (sculpteur) (1487), un couvreur d’ardoise, deux texiers de linge, trois laboureurs (1503), etc.

49Les familles aisées ne sont pas, non plus, à l’abri du drame ou de la honte. On imagine bien que de riches bourgeois, des marchands prospères soient la proie idéale des malandrins. Il arrive que la présence d’une bande sème l’effroi dans les milieux commerçants ou chez les fermiers des impôts et leur personnel. En 1426, les autorités rennaises prennent des mesures pour déloger une bande d’Écossais pillards qui opèrent… à partir de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt, devenue leur quartier général. On signale constamment la présence autour de Rennes, de desrobours et pillours, capables, certaines années, de perturber les échanges. Autres victimes attitrées des criminels : les officiers dans l’exercice de leurs fonctions, les receveurs des impôts, les portiers de villes et les soldats à qui on arrache les armes.

50Mais les gens riches connaissent eux aussi la vergoigne. Un notaire peut être impliqué dans une affaire de falsification de documents et les officiers prévaricateurs sont légion. Les rapts de mineures, les mariages forcés précédés de séquestration se produisent dans ces milieux intéressés. Quant à la jeunesse dorée et turbulente de nos cités, elle est parfois esclave de ses passions charnelles.

  • 15 ADLA E 198, no 1 – J.-P. Leguay, « Un cas de force au Moyen Âge : le viol de Margot Simmonet », da (...)

« Une très grave affaire de viol met en émoi Rennes, en juin 1466. Un dimanche, trois jeunes gens, de dix-huit à vingt ans, un marchand de laine espagnol Jehannico Darbieto, le fils de son hôte Laurens Moriou et Vincent Le Vallays, futur miseur de la ville, reviennent de Chavagne où ils ont festoyé. Ils rencontrent, dans un lieu désert, un jeune Dominicain suivi, à quelques pas, d’une adolescente de treize ans Margot Simmonet. De lourdes plaisanteries sont échangées, du genre “Eh moyne ! Où menez-vous cette belle garce”. Puis les trois cavaliers se font plus pressants. Ils exigent de la fille un baiser pour passer. Darbieto descend de cheval, regarde “au giron de la fille pour veoir dedans si cestoit les livres dudit frère quelle portoit” l’entraîne dans un buisson et la force. Aucun détail du viol n’est épargné. Moriou n’a pas participé à l’acte mais, inquiet pour sa réputation, conseille à son ami de tuer Margot, devenue victime compromettante. Des menaces de mort ont été proférées également envers le frère qui a jugé prudent de prendre la fuite. La venue de voyageurs sauve la jeune fille. Une enquête est instruite dès le lendemain par un notaire de la cour de Rennes et son second. Tout accuse l’Espagnol qui ose pourtant nier les faits. On s’attendait donc en ville à une sévère condamnation. Et pourtant Darbieto, “même chargé et couppable de ladicte force et violence” est sauvé par l’intervention de la puissante association des marchands ibériques et de son boursier Ynigo d’Arceo. Les Ibériques jouent de leur qualité d’étrangers et prétextent que le tribunal rennais n’est en aucun cas accrédité à juger pareille affaire15 ! »

51Ce genre d’acte n’est pas unique. Des lettres de rémission montrent que les de Gennes, une riche famille de négociants vitréens, ont été eux aussi impliqués dans une affaire de mœurs. Et pourtant nous les retrouvons quelques années plus tard à la tête des municipalités ou occupant de hautes fonctions dans l’État et dans l’Église.

52❍ Des nobles et des clercs sont souvent cités dans les procès ou dans les lettres de rémission.

53On rencontre davantage les premiers comme délinquants que comme victimes. Chacun pense aussitôt à ces petits nobles désargentés, si nombreux en Armorique, devenus par nécessité chefs de bandes. Le pire que nous ayons rencontré dans les archives est Jehan de La Lande, à l’origine d’un incident diplomatique entre le duché et l’Anjou dans les années 1479-1482. L’individu est réputé « de vie mauvaise et dissolue, gouliart (débauché), regnoyeur et blasphameur du nom de Dieu, Yvroigne continue(1), de manière et dissolu gouvernement, adultère publicque, rimoreux et entrepreneur de debatz et question, murtrier, bateur et oprimeur de pouvres gens » ! Les faits donnent raison à ce témoignage. Détenu à Rennes pour ses méfaits, il injurie et menace le magistrat qui le sermonne. Libéré sous caution, il s’enfuit dans les marches et y sème la terreur en toute impunité. Il revient dans le duché dévaliser un receveur ducal des coutumes de Saint-Armel, viole à Ercé une pauvre fille et tue son frère, retourne à Saint-Armel pour voler… un furet (sic). Dérangé par les protestations du propriétaire, il le rejoint à l’église, dégaine son couteau et le tue, en pleine messe, « au temps que le chapelain levoit le corps précieux de N. S. Jésus-Christ ». Un tel fauve et ses complices et adhérez sont arrêtés au terme d’une longue poursuite par les sergents bretons, mais en territoire étranger, ce qui crée aussitôt des difficultés avec les officiers angevins. L’affaire de La Lande est d’une gravité exceptionnelle qui justifie l’emploi de la force et une rapide exécution. Mais d’autres nobles se signalent aussi par des forfaits parmi lesquels reviennent des affaires de mœurs, des violences contre des agents de l’État ou contre des ecclésiastiques, des cas de faulsonnerie comme le délit commis par Jehan d’Espinay, sanctionné le 10 juillet 1461 par décision spéciale des membres du Conseil ducal, des crimes de lèse-majesté ou de trahison qui se multiplient pendant les guerres d’indépendance et même une sombre histoire de sorcellerie qui sème la consternation à la cour de Pierre II. Chacun connaît aussi l’affaire Gilles de Retz, accusé d’avoir tué plusieurs enfants pour satisfaire ses vices, drame épouvantable qui cache aussi une tentative haut placée d’accaparement de biens. Inversement des nobles sont l’objet de sévices de la part de brigands et des châteaux sont attaqués au XVe siècle. Jean de Kérimel, sire de Coëtinisan en Trégorrois, a ses terres pillées et saccagées par une bande de malfaiteurs en 1465.

54Les actes de Chancellerie montrent aussi que les ecclésiastiques, abbés, moines, curés, frères Mendiants sont parfois en but à des exactions, menacés, battus, rançonnés et pillés à moins qu’ils ne deviennent, à leur tour, dévoyés. Marc Le Bret, un ecclésiastique, opère comme « brigant sous bois » avec des complices autour de Moncontour du temps de la duchesse Anne, commet plusieurs larcins, devient vite célèbre comme « gardeur de chemins et robeur de marchans » ; il mutile même son frère « qu’il en estoit péry ». Huit soldats l’arrêtent au terme d’une poursuite mouvementée. La justice de l’évêque de Saint-Brieuc le condamne… « à aller en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle » ! Mais les gens de Moncontour se souviennent et, vindicatifs, lui dressent un guet-apens sur le chemin du voyage. Un autre ecclésiastique, originaire du Penthièvre, Thomas Daniel, est jugé en 1484, également à Moncontour, pour hérésie ( ?). On nous rétorquera que le nombre des clercs était élevé au Moyen Âge et l’obtention de la tonsure n’exigeait pas forcément une grande vocation.

55❍ Quelques étrangers occupent la scène judiciaire. L’objectivité oblige à dire que la Bretagne pourvoit, de son côté, très largement les bas-fonds et les geôles des villes françaises. Ils commettent en général trois catégories de délits. Des gardes, des archers au service du prince, désœuvrés ou pris de boisson, se battent, profèrent des menaces de mort, brutalisent des rivaux, les tuent parfois. Des larrons venus des provinces limitrophes font leur saison sur les foires et les marchés de Bretagne. Ils se font prendre comme pipeurs de naïfs aux dés, comme responsables de subtilitez ou comme coupeurs de bourses à Fougères, à Vitré et ailleurs. Les autorités poussent le raffinement jusqu’à les pendre aux portes donnant sur leur pays d’origine. Mais, plus dangereuses pour la sécurité du pays tout entier sont ces bandes de brigands et de mercenaires allemands, anglais, auvergnats, écossais, espagnols, gascons qui se manifestent pendant la guerre de Cent Ans et à la fin du siècle. Leurs exploits sont célèbres. Un parti d’Allemands, cantonné à Quintin, fait pour plus de dix mille livres monnaie de dégâts au manoir de Robien en 1487. Il arrive aussi fréquemment que des marchands étrangers de passage, des pèlerins, des soldats, soient agressés par des Bretons et, aux raisons déjà évoquées à plusieurs reprises, s’ajoutent, à l’occasion, des relents de xénophobie.

La répression

56« Punir et corriger criminellement ou civilement, les infracteurs et violateurs de paix et désobeissans » incombent au duc, à ses vassaux et à leurs officiers. La répression revêt alors trois formes : une réprobation morale, la publication d’ordonnances dissuasives et coercitives toujours très fournies, la condamnation sans nuances qui peut être suivie d’une exécution.

La réprobation morale

57Le pauvre est-il prédisposé au mal ? L’opinion publique, les « honnêtes gens » en sont persuadés.

58❍ Les farces, les poésies des goliards, les dits de Rutebeuf mettent couramment en scène des mendiants représentés avec une allure bestiale, une hure plutôt qu’un visage, un teint grisâtre, un corps chenu, des jambes et des bras pleins d’ulcères, des chicots à la place des dents, une langue épaisse entre deux beaulièvres (lèvres). La crasse, les loques en font des êtres puants comme « une orde ruelle ».

59Leur caractère est dépeint à l’image du corps : vil, méchant, tingneulx, pourry.

60❍ Le mépris frappe les femmes dites de mauvaise vie.

61« L’honnête homme », une fois sa curiosité satisfaite, stigmatise la paillardie, la putacerie, avec d’autant plus d’énergie qu’il a quelquefois été à deux doigts de succomber à la tentation !

62La prostituée est condamnée, peut-être moins pour l’indignité de son état, que pour le mauvais exemple qu’elle donne aux bonnes épouses, pour les relations qu’elle entretient avec des personnalités, pour ses dépenses et sa fortune bien mal acquise. Un prêtre rennais a cette phrase significative à propos de l’une d’elles « et a present est notoyre que ils (la prostituée et son mari) sont riches et ont beaucoup de biens et en plus grande habundance quilz avoint de coustume ». Pour cet ecclésiastique, la putacière est inquiétante car elle est la preuve vivante que le vice paie. On comprend alors toute l’importance des sermons édificateurs des frères mendiants et les thèmes traités. On admet qu’il ait été nécessaire parfois de revigorer la foi des individus en faisant « sonner à chacun jour de vendredi à heure de midi la grande cloche de ladite église de Quimper, par vingt et quatre coups comme en gobetant pour exciter la dévocion du peuple à remainbrer et honorer la mort et passion de nostre Seigneur Jésus Christ à len remercier et louver ainsi et comme austrefois nostre sainct Père le Pape avoit institué le faire universellement pour le salut des âmes », ou encore en payant à Rennes un sonneur « pour aller troys jours la sepmaine a heure de mynuyt avecques une cloche par la dicte ville pour esmouvoir le peuple de prier Dieu pour les deffuncts » et pour les vivants.

63Mais tous les bourgeois ne sont pas animés des meilleures intentions. Hamon Halloche de Rennes est le type même du « voyeur » et du « corbeau ». Ses loisirs lui permettent de consacrer son temps à surprendre ses voisins « commersant charnellement » avec des filles de mauvaise vie. Il n’hésite pas, sous un prétexte futile, à s’introduire chez un particulier pour constater de visu que la chambrière est « bien grosse d’enfant » et pour colporter ensuite la bonne nouvelle.

64❍ Dans cette société de petite ville, « l’honnête homme » est à l’affût du bruyct, de la parole sans auteur, observe son voisin, lui prête des intentions coupables au moindre soupçon, commence par apporter un intérêt égrillard à la situation, puis s’en fatigue, s’en indigne, prononce une condamnation sans appel, quitte à utiliser un vocabulaire vert, est prêt à devenir agressif, à témoigner en justice et ses propos laissent poindre sa gêne, son ressentiment, sa jalousie. Cet individu est psychologiquement en état d’approuver et d’assister à une exécution.

Des mesures « préventives »

65Certes des mesures de nature dissuasive ont bien été prises à l’échelon national ou au niveau local pour tenter d’éliminer les causes de certains délits. Mais elles restent très limitées et d’une efficacité douteuse.

  • 16 M. Planiol, La Très Ancienne Coutume, op. cit., articles 98 (larcin), 109 (forban), 155 (viol), 18 (...)

66❍ La Très Ancienne Coutume (TAC) qui est l’assise du droit breton commence par ces mots très significatifs : « Justice est une voulenté establie certoine qui doit donner droit à chescun, et le commandement de droit est tel vivre honnestement et ne doit nul autre despire ; ainz doit l’en faire à chescun reson son droit ». À côté des longs articles consacrés à des problèmes aussi divers que les afféagements, les aides féodales, le droit d’asile, la carrière des avocats, les questions de succession, d’autres intéressent plus directement la répression du crime, de l’adultère, la réparation des injures, les blasphèmes, l’ivresse publique (M. Planiol)16.

67Les derniers ducs reviennent sur certaines dispositions de la TAC et complètent cette législation du début du XIVe siècle par d’autres constitutions à caractère souvent moralisateur. Des mesures sont prises pour définir les attributions et les limites du pouvoir des avocats, des sergents, des différents officiers qui servent aussi bien en ville qu’en campagne. On les voit s’efforcer de réduire le nombre des tavernes, sources de beaucoup de maux, comme le rappelle un article de la constitution du 8 octobre 1420. D’autres mesures cherchent à interdire les jeux brutaux, les jeux de hasard, causes de querelles et de misère, l’emploi de mots grossiers.

68Quelques articles visant à prohiber les blasphèmes ne manquent pas de piquant : « item pour ce que plusieurs se avancent à renoyer Dieu et la Vierge Marie, jurer la teste, le sang, les yeulx, les bras et aultres humanitez d’iceulx, se donnent au deable en contempnant Dieu et nostre foy catholique, par quoy l’on peut présumer les maux, hostilitez, pestillences et guerre s’ensuir, avons deffendu à touz nos subgitz de non le faire es temps à venir es nobles sur paine pour la première fois de XXX sous, pour la seconde de LX sous et pour la tierce de VI livres… ». Cette mesure de Jean V, d’octobre 1420, ne semble pas avoir porté ses fruits puisque Pierre II la reprend et la complète en mai 1451. « Et pour ce avons fait ordonnance et deffence generale que personne ne blasphème ne jure par division de la humanité de nostre seigneur Jesus Christ, comme par la teste-Dieu, les bras, le ventre-Dieu, les yeulx ne aultres membres de Nostre Seigneur, sur paine de payer l’amende pour la première fois demie livre de cire, pour la seconde fois une livre, la tierce fois deux livres, et pour la quarte à l’arbitraire du juge par infamie ou autrement. Item deffendons de non renoyer, maugréer Dieu ne le desadvouer. »

69La législation ducale contrôle aussi la venue et les déplacements des étrangers, des Bohémiens de la « Petite Égypte » (sic) autorisés le 5 mai 1509 à traverser le duché pour accomplir un pèlerinage, mais à condition de ne pas séjourner plus d’un jour et de deux nuits dans chaque village ou faubourg de ville. Une ordonnance de 1467 empêche les marins étrangers de descendre à quai avec des armes. Les hôteliers sont invités à servir d’auxiliaires de la police, à signaler l’identité de leurs clients aux autorités militaires et à dénoncer les infractions.

70❍ Localement les seigneurs et les responsables municipaux prennent aussi des décisions importantes.

71Les municipalités tentent de freiner l’immigration populaire pour mieux combattre la mendicité et les excès que la misère peut engendrer. Il est interdit à Nantes de séjourner plus de vingt-quatre heures, en ville, sans autorisation. Cette règle est surtout appliquée quand il s’agit de pauvres venus des campagnes voisines. Dans le même ordre d’idée, une ordonnance du Conseil de Rennes, de la seconde moitié du siècle, organisant le guet et le service de la milice, précise que dès qu’un étranger loge en ville, son hôte doit obligatoirement signaler sa présence aux autorités militaires, au capitaine ou à l’un des connétables.

  • 17 ADLA E 215 – A. de La Borderie, « Ordonnance de police pour la ville de Rennes », Mélanges d’Histo (...)

72La répression du banditisme n’est pas du ressort des communautés urbaines mais relève essentiellement de l’activité des officiers de justice, nommés par le duc ou par les autres seigneurs laïcs et ecclésiastiques. Nous connaissons pourtant des cas où les conseils urbains sont intervenus pour les seconder dans leur mission. Ils donnent l’autorisation aux sergents de ville de prêter main-forte à leurs collègues qui dépendent des sénéchaux et des alloués, pour chasser les brigands de leurs refuges ou collaborer à l’arrestation des délinquants. Les municipalités veillent aussi à l’application des mesures de police pour assurer la sécurité des rues. Le sénéchal de Rennes interdit en 1478, sous peine de sanctions, aux bourgeois « d’aller parsur le pavé et rues… après heure de neuffheures après medy, sans clarté ne lumière, ne o bastons, ferremenz ne armes invasis ». Mais la même ordonnance prohibe « à tous gens mecanicques et manouvriers… de non pour l’avenir porter en ceste dite ville et forsbourg, de jour ne de nuyt, dagues, espées, bracquemars, ne autres bastons, ne ferremenz, aultrement que pour tailler leur viande, fors es gens de justice esquelx est expressement requis en avoir pour la deffense de la justice et ès gentiiz hommes et lei serviteurs ». Il est interdit de proférer des gros mots17. Ici et on s’efforce de réduire ou de canaliser la mendicité vers les hôpitaux, d’interdire l’accès aux villes des miséreux et des oisifs.

73Tout pousse à la répression. Les autorités y sont favorables pour l’exemple, l’opinion publique perméable au bruyct, à la rumeur, à la fama, les hayneulx et malveillans à l’affût des voisins et mouchards en herbe. Pourtant bien des obstacles subsistent qui rendent la justice souvent inefficace.

Les obstacles à l’exercice de la justice

74Il faut d’abord arrêter le délinquant, « le prendre au corps », exercice périlleux qui nécessite, suivant les cas, de quinze à vingt sergents bien armés et courageux. La capture de Jehan Huet de Redon, au domicile de sa mère, se termine mal pour l’alloué, frappé de deux coups de pelle de fer à la tête et au bras. Beaucoup de violents réussissent à s’échapper, à rompre les barrages, à passer les frontières et à se réfugier dans les provinces limitrophes où ils poursuivent leurs exploits. Ils ont aussi la solution de trouver refuge au fond des bois, dans l’anonymat d’une salle d’hôpital, sur une terre d’asile, une église ou un minihy, du moins jusqu’aux négociations restrictives avec le Saint-Siège de 1451-1453. L’arrestation des frères Bilsic mobilise quinze sergents de la seigneurie de Guingamp pendant plusieurs jours consécutifs.

75Retenir ensuite le délinquant dans les geôles est une autre affaire. Les prisons bretonnes, gardées par des chartronniers ne sont pas sûres. On s’évade très facilement de Lamballe, un peu moins de Moncontour, quelquefois des forteresses d’Ancenis ou de Nantes. La Nantaise Annette Gamier, poursuivie pour complicité de meurtre en 1464, obtient d’être defferée avant les fêtes de Noël. Elle en profite pour prendre la clef des champs par une lucarne du Bouffay, donnant du côté de la butte des Arbalétriers : « elle gicte avant elle les couvertures et linceulx du lit où elle gisoit », en fait une corde, se laisse glisser du toit, franchit une muraille et saute dans la rue. Le duc lui pardonne car, précise-t-il, « il considère qu’il n’est à corps humain nulle belle prinson et que ung chascun emprisonné désire tousjours soit à son droit ou à son tort se mectre hors de captivité et recouvrer son franc arbitre ». L’intéressée est, il est vrai, la femme de Maître Pierre Gamier, une personnalité locale ! D’autres se sauvent en faisant des pertuys (trous) dans les murs, en arrachant les grilles des fenêtres ou les barres des portes, en bénéficiant de complicités… y compris celle de la femme du gardien. Un pilleur de troncs d’églises ne supporte pas la captivité à Guingamp et tombe malade « d’un flux de ventre » au point de rendre l’air irrespirable et de nécessiter son transfert dans un hôpital où il succombe peu après.

76Il faut tenir compte enfin des interventions des familles haut placées, des amis, des personnalités. À crime égal, la sanction n’est pas toujours la même ! Les lettres de rémission ne font pas mystère de ces pressions extérieures. Le duc justifie sa décision, évoque sa mansuétude, la pitié que lui inspire la jeunesse du délinquant, son repentir, l’absence d’antécédents, « son bon rest et gouvernement », la restitution du bien volé, des événements particuliers comme les grâces en l’honneur du Vendredi Saint, etc. Mais il signale aussi, à l’occasion, qu’il a été pressé (sic) par ses proches serviteurs, par un notable nommément désigné. Les rémissions portent finalement sur un nombre limité de cas et les chiffres connus varient d’une année pour l’autre. Le dépouillement de 241 actes pour une période d’environ dix ans, entre 1468 et 1503, montre que 125 grâces (52 %) ont été accordées à des meurtriers, la plupart du temps en légitime défense, 78 à des voleurs (33,5 %) repentis ou excusés, 18 à des faussaires (7,5 %), 5 à des évadés ou complices d’évasion (2 %), 2 à des faux-monnayeurs dont à un étranger Casin du Boys, originaire du Hainaut, 13 à d’autres coupables d’incendie volontaire, de rapt, de viol, etc. De façon générale, on pardonne plus facilement au Moyen Âge la violence physique, surtout si elle a comme excuse la chaude colle, l’ivresse et la légitime défense que le vol. Embler (voler) son prochain est jugé sans indulgence dans une société où toute atteinte à la propriété est considérée comme un crime particulièrement grave. Le bien est mieux protégé que le corps !

77Le duc peut accorder sa grâce moyennant des restrictions. L’absout doit présenter ses lettres de rémission à une cour de justice, aux plaids généraux de Rennes, subir quelquefois une peine corporelle, un exil provisoire « jusqu’au bon plaisir du duc » et payer les frais de procédure. En contrepartie, il est blanchi, restitué « à ses fame estat et bonne renommée ». Il récupère ses biens s’ils ont été confisqués et il est autorisé à rentrer dans le duché s’il s’est exilé. Un certain Raoullet Milleriez de Gimpel est gracié pour vol « pourvu que ledit Raoullet sera battu de verges ou fouet par un sergent du duc à la prison de Rennes par trois jours puis sera tenu en la prison enferré par trois semaines au pain et à l’eau ». Le jeune Espagnol, Jean d’Arbieto, coupable du viol de la jeune Magot Simmonet à Rennes en juin 1466 est finalement mis hors de cause. Des pressions se sont exercées sur le père de la victime, un petit artisan, de la part de la toute puissance association des Ibériques de Nantes et on dit même que des menaces ont été proférées : « lesdits Espaigneulx le pourroit fere tuer s’il en faisoit poursuyte ». Un dédommagement de 30 écus est versé à la famille pour mettre un terme à l’action et éviter le scandale !

« Pugnicion capitalle et corporelle »

78Les châtiments, dont le but moralisateur est bien connu, sont accompagnés de toute une mise en scène qui donne à la justice médiévale un aspect d’efficacité redoutable qu’elle n’a pas forcément toujours eu. La législation bretonne a édicté soigneusement les peines qui frappent les délinquants. L’article 112 de la TAC indique « comment les condempnez doivent estre mis à mort ». Nous y lisons des détails à faire frémir.

79❍ D’aucuns ont noté l’importance de la dénonciation et du bavardage dans les affaires de mœurs et d’infanticide.

80La souffrance, le supplice servent de moyen d’instruction. Des chambres de torture sont signalées dans plusieurs prisons, avec un matériel ad hoc : des fouets, des pinces, des ciseaux, des rouxigneuls, des bancs et des tirouers spéciaux « à questionner les gens » (sic) des instruments chers, en fer et en bois ouvragé. La coutume veut que dans beaucoup de seigneuries on géhinne, si besoin, trois fois de suite. Si le travail du bourreau est bien fait, on peut admettre qu’au bout de trois séances le prisonnier est disposé à collaborer avec les juges. Guillaume Cholet de Lamballe résiste aux tourments en 1471, malgré les lourdes présomptions qui pèsent sur lui d’appartenir à la bande Joupin et est relaxé au bénéfice du doute… mais après avoir coûté plus de 28 livres à la seigneurie !

81❍ Les peines prononcées par les tribunaux comportent plusieurs variétés, à l’exclusion de la détention à perpétuité, jamais rencontrée car inconcevable à cette époque.

82Un scélérat, bénéficiant de beaucoup d’indulgence, s’en tire à bon compte avec une séance de fustigation ou avec une mise à forban momentanée, à condition que le bannissement ne s’accompagne pas de la saisie des biens et de la destruction de la maison du coupable mais c’est exceptionnel dans le duché. L’exposition au pilori est réservée aux voleurs, aux blasphémateurs. Des mutilations sont souvent mentionnées dans les textes armoricains, soit pour punir un larcin, soit, comme à Saint-Brice-en-Coglès, pour empêcher une nouvelle évasion. Dans cet exemple précis, on coupe les jambes d’un certain Guillaume Le Chantours, moyen radical de le garder à la disposition de la justice ! La plupart du temps, on essorille pour que l’individu porte à tout jamais le signe de l’infamie. Un blasphémateur récidiviste a la langue percée ou le front marqué au fer rouge rappelle la constitution de 1420. Souvent l’assassin, avant d’être pendu, subit l’ablation de la main droite… à la hache ou au ciseau (sic) et le moignon reste exposé, plusieurs jours consécutifs, à la porte d’un monument public.

83❍ La mort cappital(e), attribut de la haute justice, sanctionne de graves desmérites, punit les meurtriers (avec préméditation), l’auteur d’un larcin de plus de 5 sous ou le domestique indélicat, l’incendiaire, le responsable d’un furt (cambriolage) avec bris d’huis (effraction) et violence, l’infanticide volontaire, etc.

84La corde est autant réservée aux larronnesses qu’aux larrons, même si elles sont nettement moins nombreuses dans les actes consultés, et nous n’avons jamais rencontré au XVe siècle la peine d’enfouissement, précédée ou non de l’étranglement, réservée aux femmes que la morale et la pudeur se refusaient à voir suspendues à un gibet. Pour retarder son exécution, une femme a toujours la solution de se prétendre enceinte, ce que vérifient aussitôt des matrones. Une délinquante qui était effectivement dans cet état croupit deux mois supplémentaires dans un cachot de Guingamp, avant de réussir à s’évader in extremis. La décapitation, en principe réservée aux nobles, peut être suivie d’une pendaison ou exposition du corps. Elle reste exceptionnelle comme le bûcher pour les hérétiques et les bougres ou la noyade. Dom Thomas Daniel de Moncontour, accusé d’hérésie, est condamné par le tribunal de l’évêque de Saint-Brieuc, desgradé (sic), remis au bras séculier, ars puis venté (ses cendres dispersées). Le faux monnayage est puni de façon atroce ; le coupable est bouilli, en fait plongé dans une cuve d’eau bouillante ! La corde, la hache, le feu et l’eau sont les quatre moyens de donner la mort en Bretagne. Le choix n’est pas laissé au condamné et, à Rennes, par esprit de contradiction, on noie un individu « qui avoit desiré estre pendu ».

85❍ L’étude des exécutions est riche en enseignements variés et permet aussi de rectifier des erreurs.

86Pourtant chaque pendaison s’accompagne d’une mise en scène destinée à impressionner, à frapper les imaginations. Une sentence rendue le matin est parfois exécutée le soir ; tout dépend de la présence ou non d’un bourreau. Les membres de cette corporation, les pendarts, sont, bien que riches et honorés, des marginaux qui ne courent pas les rues. Les petites seigneuries n’en ont pas et doivent faire venir ces spécialistes de l’extérieur à grands frais, car il faut payer les déplacements, les séjours à l’auberge, les gages et le matériel. Dans le Penthièvre, les maîtres des hautes œuvres viennent de Lamballe, de Ploërmel ou de Tréguier. Même Vannes n’a pas toujours de bourreau attitré et fait appel à celui des Rohan.

87La plupart du temps, la mise à mort du condamné est retardée jusqu’au prochain marché, jusqu’à la grande foire annuelle qui attire les foules, la Saint-Laurent à Lamballe. Car c’est devant un public nombreux, avide de sensations fortes, poussé par un goût morbide, que se déroule le spectacle. Le condamné, accompagné d’un chapelain, est extrait de sa cellule, pris en charge par un prévôt féodé, traîné en ville dans des conditions épouvantables. Les textes parlent, en effet, de clayes pour le treigner, de cordes à lier le prisonnier sur une trahyne, trayne ou herse (sic), tirée par des chevaux. Est-ce une réminiscence de l’Antiquité, de ces époques lointaines où l’empereur déchu était traîné sur une claie ? Plusieurs arrêts sont prévus, choisis de préférence aux endroits les plus fréquentés de la vie publique : places, carrefours, devant la porte des halles, et chaque station correspond à une séance de fustigation, trois fois renouvelée. Le crime de faulsonnerie est sanctionné, avant l’exécution ou la mutilation, d’une exposition de quelques heures au pilori avec des inscriptions infamantes au-dessus de la tête. Gardons-nous de parler, à propos de cette mise en scène, d’un raffinement de cruauté. Les supplices sont à l’image d’une période pour qui la compassion n’est pas la vertu principale. D’ailleurs la dextérité du bourreau peut atténuer les souffrances du condamné, en le précipitant d’une bonne hauteur pour mieux lui briser les vertèbres cervicales, en l’étranglant au préalable, en le faisant entrer jusqu’à mi-corps dans le bûcher et en accumulant la paille et les fagots pour activer la combustion et produire l’asphyxie qui précipite la mort. Il arrive que le seigneur qui ordonne une exécution distribue en même temps quelques pièces « à povres gens pour prier Dieu pour l’ame » du condamné.

88Les mises à mort grèvent lourdement les budgets seigneuriaux. Une simple pendaison coûte entre 3 et 6 livres, mais jusqu’à 12 à 15 livres s’il faut acheter du matériel neuf et déplacer le bourreau de très loin. L’installation d’un bûcher est onéreuse, entre 20 et 30 livres, l’équivalent du salaire annuel d’un manœuvre ou le prix d’un cheval ! L’exercice de la haute justice qui punit le sang gros (le meurtre), le sang menu (coups et blessures), les larrecins n’est pas finalement à la portée de toutes les bourses !

*

89Finalement, les exécutions, à raison de 4 ou 5 par an dans une seigneurie moyenne, ne semblent pas avoir eu les effets dissuasifs et salutaires souhaités par les autorités et par les « honnêtes gens ». La criminalité non seulement ne diminue pas mais semble s’accroître dans le duché à la fin du siècle avec les perspectives économiques moins favorables et l’état de belligérance qui s’installe dans les années 1487-1491.

Notes

1 J.-P. Leguay, « La criminalité en Bretagne au XVe siècle : délits et répression », Actes du 107e congrès national des Sociétés savantes, Brest, 1982, BP et H, tome I, CTHS, 1982, p. 53-79.

2 J. Le Goff, « Métiers licites et métiers illicites dans l’Occident médiéval », Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, 1977, p. 91 à 107.

3 M. Planiol, La Très Ancienne Coutume de Bretagne, Rennes, 1896.

4 L. Otis, Prostitution in medieval society. The history of an urban institution, Chicago, The University Press 1985 – J. Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988.

5 AM Rennes, liasse 1084.

6 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

7 D’une vaste bibliographie, nous retiendrons ces trois titres : C. Gauvard, « De grace special ». Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, PU de Sorbonne, 1991 – N. Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998 – V. Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006.

8 H. Bougerie et G. Morin, Alimentation de quelques bourgeois rennais à Tours à la fin du XVe siècle, Rennes, 1972 – H. Touchard, « La consommation et l’approvisionnement en vin de la Bretagne médiévale », MSHAB, tome XL, 1960.

9 AM Rennes, liasse 1084.

10 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2007 – B. Chevalier et M. Bourin, « Le comportement criminel dans les Pays de La Loire moyenne d’après les lettres de rémission », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 88, no 3, 1981.

11 ADLA G 506.

12 AM Rennes, liasse 1084.

13 ADLA E 200, no 4, 12, 14.

14 ADLA E 200, B9, fo 3, B 14, fo 155 – B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe Moderne (1350-1600), Paris, Gallimard-Julliard, 1980 & Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976 & La potence ou la pitié, l’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987.

15 ADLA E 198, no 1 – J.-P. Leguay, « Un cas de force au Moyen Âge : le viol de Margot Simmonet », dans Violences sexuelles, Paris, Imago, 1989, p. 13-33.

16 M. Planiol, La Très Ancienne Coutume, op. cit., articles 98 (larcin), 109 (forban), 155 (viol), 182 (ivresse publique), p. 382, 405-406.

17 ADLA E 215 – A. de La Borderie, « Ordonnance de police pour la ville de Rennes », Mélanges d’Histoire et d’Archéologie bretonne, tome I, 1855 p. 145-148 – N. Gonthier, « Sanglant Coupaul ! Ordre Ribaudde ! ». Les injures au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2007 – Actes de l’université de Savoie sur les insultes, Paris, Larousse, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540