Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Quatrième partie. Des villes « toutes courues et robées »

Chapitre 10. « Moult grans maulx et dommaiges » avant les guerres d’indépendance

Texte intégral

  • 1 J. Delumeau et Y. Lequin, Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, (...)

1La peur, sous ses multiples facettes, est un sentiment bien partagé par toutes les couches de la population bretonne, citadins comme ruraux, à la fin du Moyen Âge1. Des fléaux naturels, des épidémies répétitives, des incursions ou des courses de routiers et de brigands constituent une menace permanente dont nous mesurons l’intensité à travers les chroniques, les enquêtes fiscales, les sources municipales et seigneuriales habituelles. Nous mettons à part pour le moment les conflits avec la France, les guerres dites d’indépendance après 1468, dont les conséquences feront l’objet du dernier chapitre.

Une population menacée

2Le pluriel convient pour évoquer tous les périls qui se manifestent pendant presque deux siècles d’histoire, de la guerre de Succession dans les années 1341-1365 aux premiers incidents des conflits franco-bretons sous le duc François II en 1468.

Le déchaînement des forces de la nature

3L’eau, le feu et le vent se déchaînent à plusieurs reprises durant la période de la guerre de Cent Ans définie, par les climatologues, comme étant une phase de refroidissement, avec un léger mieux à partir du milieu du XVe siècle.

  • 2 J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002 & Les catastrophes au Moyen Âge,(...)

4❍ De violents orages, des précipitations sans interruption qui « font pourrir les blés en la terre », des crues catastrophiques, des glaces en grant habondance sur la Loire, des tempêtes et d’autres calamités ont sévi à plusieurs reprises. Les archives mentionnent des inondations monstrueuses, appelées desriffs des eaulx ou « submersions des aulx tellement que l’eaue avoit auxi comme de tout perdu son droit cours et droicte voye2 ».

5Des ruisseaux infâmes fractionnent les espaces urbains, débordent aux premières grosses averses et submergent les bas quartiers. Châteaubriant a souffert des débordements du Rolard, Saint-Brieuc de ceux du Jouallan, de la Grenouillère et de Saint-Gouëno dont les eaux nauséabondes se mêlent aux boues des ingoguets, des égouts à l’air libre. Les natais ou rus de Dol ont aussi mauvaise réputation que le ruisseau de Chauculé ou celui de Brécé dans le quartier méridional de Rennes.

6Les fleuves sont pires encore car ils ne sont pas encore endigués, divaguent sans retenue, multiplient les îles, les bras morts et les marécages ; leurs effets peuvent être redoutables. De graves desris de la Vilaine, « avenuz en la ville » ont frappé Rennes à plusieurs reprises. L’un d’eux est évoqué dans le compte municipal de février 1455-février 1456, provoquant l’effondrement d’une des arches du pont dormant de la porte de Villeblanche dans la Nouvelle Ville.

« Quelques années plus tard, en janvier 1480, ce sont les ponts des quartiers de Toussaints et du Champ-Dolent qui sont emportés par la crue, tandis que d’autres sont gravement endommagés. Le courant est si fort que le chaland de la ville, emporté par les eaux, sombre aux abords de la tour de Chicougnée et qu’il faut envoyer des manœuvres rechercher les pièces de bois jusqu’aux champs de Pollieu entre le secteur de Bourg-l’Évêque à l’ouest et les premières pentes de la hauteur de Saint-Cyr. Une pêcherie, installée dans les douves, est totalement anéantie. »

7La Loire a souvent emporté les ponts d’Ancenis et de Nantes au XVe siècle. Les archives locales font allusion aux conséquences de pluies diluviennes, à des débâcles de glaces préjudiciables aux ponts. Les bas quartiers nantais de Richebourg, de la Poissonnerie de l’île de la Saulzaie et de la Fosse sont envahis par les eaux boueuses, encombrées de troncs d’arbres.

8Le paragraphe ci-joint résume les principales allusions à des crues dans les registres de la Chancellerie de Bretagne et ailleurs.

« La Loire est en crue en 1407, de février à avril 1414, en février 1428, en octobre 1438, en mars puis en juillet, puis en octobre 1445 (on parle de fortes pluies et de glaces), en mars 1447, durant l’hiver 1451 (avec des glaces), en décembre 1456 et en janvier 1457 (glaces), en janvier 1458 (glaces en grant habondance), en février et en décembre 1459 (crue et glaces), en décembre 1460 et en janvier 1461 (crue et glaces), en 1469 (glaces), en 1471 (glaces), en septembre 1472 (crue), en janvier 1473, durant l’hiver 1475-1476 (glaces minant les ponts), en décembre 1479-janvier 1480 (glaces), en février 1481 (glaces), en janvier et février 1482, en janvier et février 1487 (une grant froydure), durant l’hiver 1488 (glaces), en 1493 (glaces), en mars et en décembre 1495, en janvier 1496, en décembre 1498, en 1512. »

9Les informations sont plus dispersées ailleurs. Guingamp subit des inondations du Trieux en septembre 1438, en mai 1461, en 1465, en août 1468, en mai 1475. De « grandes submersions des eaux » sont signalées à Lamballe en 1431, à Marcillé-Robert en octobre 1470. Les années 1479-1480, dramatiques dans toute la France, le sont aussi en Armorique. Auray pâtit de la conjonction d’un « yver dernier moult long et aspre », d’une pestilance en août 1480, d’une épizootie qui anéantit presque tout le bétail « qui estoie la plupart de leur (des bourgeois) bien et richesse » et d’une terrible « submercion et des derifs des eaux » du Loc. Le mauvais temps occasionne, à Fougères et dans d’autres villes, des marches frontalières une famine qui, à son tour, facilite la propagation de la peste. La ville de Tréguier est frappée en 1484, Quintin en août 1487, Ancenis en 1488, Lannion en 1513.

10 L’arsin, la combustion de mesons, la fortune du feu (Auray), l’embrasement (Combourg) justifient des remises d’impôts pour indigence.

11Les incendies sont monnaie courante dans notre province et frappent de préférence les secteurs où la promiscuité et le mauvais état des constructions favorisent l’extension des sinistres. La plupart des maisons populaires sont bâties en bois et en torchis et leur couverture est faite de paille ou glé, de roseaux séchés ou roz (à Saint-Clément de Nantes), de lattes de bois. La présence de foin dans les greniers, de stocks de laine et de chanvre, de poix chez les cordonniers, de poudre dans des parcs d’artillerie installés en plein centre des villes (Rennes, Nantes), l’éclairage à la chandelle, des cheminées défectueuses, des braseros dans les ateliers, la foudre (à Lamballe en 1436) expliquent, avec d’autres causes, les accidents. N’a-t-on pas forgé des bombardes à Rennes et provoqué des jets d’étincelles sur la place Conan, un minuscule espace libre entouré d’habitations à colombages !

12Il n’y a pas d’année sans qu’une combustion ne se déclare dans une rue, sans que des maisons particulières ne soient la proie des flammes. L’incendie de l’habitation de Guillaume Vincent à Rennes, le 7 février 1434, s’étend aux immeubles voisins. Les comptes des miseurs de cette ville des années 1435-1442 disparaissent en même temps que la maison de Perrin Pépin, responsable de leur conservation. Nantes subit plusieurs drames de la sorte au cours du XVe siècle dont le 5 mars 1405, le jour de l’entrée solennelle de Jeanne de France qui venait d’épouser Jean V et, en 1410, avec la destruction du couvent et du quartier des Dominicains. En 1415, le feu se déclare à la cathédrale, en 1495 au quartier de la Saulzaie près des ponts. Les maisons d’Hédé flambent en 1431 et le feu provoque d’autant plus de dégâts que le rocher sur lequel est bâtie la ville est privé d’eau ; celles des faubourgs de Dol disparaissent en 1466. La foudre tombe sur l’église Notre-Dame de Lamballe en 1447 et en 1453.

  • 3 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Science (...)

13Les premiers conflits franco-bretons de la fin du siècle multiplient les incendies volontaires à une époque où le feu est l’auxiliaire des soldats. Combourg et Antrain sont anéantis en 1472, Ancenis la même année et à nouveau en 14863.

14❍ D’autres calamités surviennent périodiquement.

15Aucun tremblement de terre connu n’a ébranlé, à notre connaissance, le sol de nos villes. Des bourrasques, des rafales de vent balaient les toitures des habitations et des tours de l’enceinte de Nantes le 3 juillet 1401 puis en 1449, celles de Lamballe en 1454.

16Un hiver trop rude, avec de « grandes gelées, abondance de glaces et d’horribles froidures » devient vite engoisseux pour les pauvres, cause de disette qui affaiblit ou pire de famine qui tue.

  • 4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, Paris, Éd. De L. Douët d’Arcy, 1862, p. 285.

17Le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet dépeint la tragédie de 1437 qui sévit dans toute l’Europe : « À l’occasion de laquelle cherté fut si très grand famine universelle que grand multitude de povres gens moururent par indigence et estoit moult dolereuse et piteuse choise à les veoir ès bonnes villes mourir de faim et gésir sur les fumiers par grandes compagnies4. » Les Nantais se plaignent du manque de nourriture et des chertés en 1407, dénoncent le cataclysme de 1437, la disparition des récoltes ravagées par la « fortune du temps et de la gresle » en 1462, les crises à répétition du mois d’août 1466, de 1468, de 1469 et surtout les intempéries des années 1479 et 1480. Tréguier subit, selon ses comptes paroissiaux, les méfaits accumulés du gel, de la neige, des pluies continuelles du 27 octobre 1432 à janvier 1433 et à nouveau en 1484. On meurt de faim à Fougères en 1437 et en 1438, en 1461 ; « le grain estoit si mauveys que les gens ni les bestes n’en voulloient manger ». À l’inverse, notre province, réputée humide, subit aussi de terribles sécheresses estivales qui s’abattent à deux reprises sur Lamballe en 1422, en 1434 et sur Tréguier en 1466 et 1468.

Accidents et maladies

18Nul n’est à l’abri de l’accident dont les conséquences peuvent être tragiques, de la maladie et de la pandémie.

  • 5 J.-M. Mouillard, Vie de saint François Ferrier, ses prédications, ses miracles, sa canonisation, s (...)

19❍ On constate à la lecture du procès de saint Vincent que de très nombreuses personnes sont atteintes d’infirmités. C’est une véritable « cour des miracles » qui visite le tombeau dans la cathédrale Saint-Pierre. Les paralysés sont légion, boiteux, impotents, couchés sur des civières ou clopinant sur des béquilles. Leur visage est effrayant. Olivier Herbelt, barbier, originaire de Nozay, mais installé à Vannes « ressentit tout à coup, il y a trois semaines passées de mercredi une grave infirmité ; sa bouche se retourna du côté droit plus d’à moitié du visage. Quoi qu’il ne ressentît aucune douleur, il ne pouvait cependant parler ; la langue et la face lui étaient enflés ; l’œil droit était plus faible et comme engourdi ». Perrot Chanteur « fut atteint dans sa jeunesse d’une telle infirmité que son visage se tourna en arrière5 ».

  • 6 J.-P. Leguay, « Les mauvaises odeurs : fléau urbain au Moyen Âge », Actes du colloque de Belfort s (...)

20Les accidents de travail laissent des séquelles horribles : des brûlures, des articulations déboîtées, des visages déformés, des bras ou des jambes rompues. On ne compte plus aussi ceux qui souffrent d’abcès dentaires, les goutteux, les aveugles, les sourds. Certains maux, guérissables ou rendus supportables de nos jours, transforment les individus, au Moyen Âge, en des êtres diminués, condamnés à la mendicité6. Tel enfant a reçu une pierre ou une châtaigne dans l’œil et hurle de douleur. Tel autre a une fracture à la tête et « la peau estoit tellement molle qu’elle ressemblait à une pomme pourrie ». Un homme traîne, pendant sept ans, une éventration et doit se bander continuellement le ventre pour empêcher que les intestins ne sortent par une plaie suppurante.

  • 7 ADLA B 2986, fo 242 vo & « Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge », L’Inf (...)

21L’examen des accidents rencontrés sur les chantiers bretons soulève le problème de la fréquence des chutes d’échafaudage, d’engins élévateurs, de matériaux mal dirigés, les éboulements dans les fosses, les fractures des bras, des jambes. Les pêcheurs, les mariniers meurent fréquemment noyés (Auray, Vannes). Perros-Guirec subit un véritable drame en 1450 dont se fait l’écho une enquête fiscale : « Ensuivent les noms de pluseurs femmes veffves dont leurs maris feurent noiés en la mer… et dient les tesmoings qu’ils moururent en cellui temps qui furent noiés en la mer en troys ou quatre vesseaux de 120 hommes et plus des contribuans de ladite paroisse et que lesdites veffves sont ainsi très povres7. »

22❍ Des maladies, vécues comme une punition divine, font terriblement peur.

23On imagine ce que doivent ressentir les Vannetais qui voient passer journellement les quémandeurs qui se pressent sur le tombeau du dominicain saint Vincent Ferrier, mort dans leur ville en 1419, dans l’espoir d’une guérison miraculeuse. Jeanne Gaultier, témoin dans le procès en canonisation du prédicateur espagnol, tenu dans les années 1453-1455, eut, dit-elle, les cuisses, les jambes et les pieds tellement gros et enflés qu’on la crut hydropique. Elle ressemblait à une lépreuse et éprouvait partout des douleurs insupportables.

24Parmi tous les maux décrits, des témoins continuent d’évoquer la lèpre, cause de rejet, synonyme de pourriture du corps et de l’âme.

25Chronologiquement, c’est la plus ancienne maladie infectieuse qui ait préoccupé et même traumatisé pour plusieurs siècles les Bretons. Si personne ne peut dater son arrivée dans nos pays, chacun constate que, dès le Xe siècle, elle prend dans la vie de la société une importance considérable. Le retour des croisés a accéléré la propagation d’un mal antérieur aux expéditions en Orient qui se maintient en Armorique au moins jusqu’à la seconde moitié du XVIIe siècle. La difficulté de l’étude tient pour une grande part au fait que le mot recouvre toutes sortes d’affections de la peau que les contemporains étaient bien incapables, étant donné le niveau de la science médicale, de distinguer du véritable fléau, transmis par le bacille de Hansen. Les autres lésions cutanées identifiables se nomment la gale, le lupus, les eczémas, les artérites, le psoriasis. La lèpre a laissé des souvenirs impérissables dans notre province, dans la toponymie, dans les écrits et dans la mentalité des gens. La peur panique qu’elle provoquait dans les collectivités se traduit dans le langage par un nombre impressionnant de noms servant à désigner le mal (léontiasis, satiriaris, éléphantiasis, mal de Saint-Lazare, etc.), les personnes atteintes (ladres, caqueux, caquins, cacous, cagots, mezeaux) et les établissements hospitaliers (maladreries, la Madeleine, Saint-Lazare, la caquinerie, le krakouz-ty, le dandy, la maison rouge, etc.). Le mal de Saint-Méen, ou lèpre blanche, une sorte de psoriasis, s’apparente, aux yeux du commun, à la lèpre. On disait qu’une source miraculeuse, voisine de l’abbaye, avait la propriété de le guérir ou du moins de soulager la misère.

  • 8 F. Bériac, Histoire des lépreux au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988 – H. Chaumartin, Le mal des arden (...)

26Des maladies de l’alimentation sont courantes dans le duché, en un temps où nombre de gens, pour échapper à la famine ou à la sous-alimentation chronique, mangent n’importe quoi et intoxiquent leurs organismes, appauvris par l’absorption de produits sales et perdus. La plus connue est le mal des ardents, provoqué par du pain de seigle empoisonné par une moisissure, l’ergot. Il a laissé un horrible souvenir. Il commençait par des vomissements, suivis d’une diarrhée, puis prenait une forme nerveuse et gangréneuse. Des tumeurs, des tâches noires apparaissaient sur tous les membres qui finissaient par pourrir, par se dessécher et par tomber. Les gens étaient incapables de comprendre l’origine du fléau que seul le microscope décèle ; aussi lui attribuèrent-ils une origine surnaturelle et, en raison même de ses symptômes, tantôt un grand froid, tantôt une forte chaleur l’appelèrent le feu sacré ou le mal de saint Antoine car ce dernier passait pour guérir de cette dangereuse infection ceux qui savaient le supplier. Les témoins interrogés lors du procès en canonisation de saint Vincent Ferrier signalent d’autres souffrances. Les unes sont aisément reconnaissables, quelquefois correctement désignées. On isole, de leurs propos, des cas de pleurésie, de dysenterie, d’épilepsie ou haut mal qui se traduit par une paralysie et par la perte de la vue, de variole qui couvre le corps de grains, de tuberculose avec une toux opiniâtre et sanguinolente8.

27Par contre, il est malaisé de définir l’origine d’un mal caduc qui se manifeste notamment par des troubles de l’oreille interne (pertes d’équilibre et vertiges de Ménière), d’un mal subit, de fièvres chaudes ou quartes qui rongent les corps pendant des années entières. Toutes ces maladies ont un point commun : elles sont hideuses ! Ici, l’individu perd la parole, l’ouïe, est incapable de se tenir sur ses jambes et tombe constamment. Là, il supporte des douleurs lancinantes au côté, dans le dos, dans les reins, aux jambes, à tel point que le pied semble être au milieu d’un brasier ; de l’écume blanche apparaît à la commissure des lèvres ou coule des narines.

  • 9 M. Laharie, La folie au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, Paris, Le Léopard d’Or, 1991.

28Les maladies mentales sont très répandues dans ce monde de misère et de souffrance. La plus spectaculaire en Bretagne est la célèbre danse de saint Guy qui donnait lieu à d’innombrables pèlerinages dans toutes les chapelles placées sous le vocable du saint. Cette maladie infectieuse frappait surtout les enfants et se traduisait par des gestes désordonnés, par des sautillements comiques à force d’être tragiques. On apporte toutes sortes de malheureux dans la cathédrale de Vannes, sur le tombeau du saint : des fous furieux, poussant d’horribles cris et frappant leurs voisins, des agités appelés frénétiques, des exhibitionnistes comme cette femme « étant sortie nue de sa maison », que son pauvre père fut obligé de suivre et de faire rentrer. On la garda pendant trois semaines comme aliénée, puis elle perdit l’usage de la parole et tomba dans un état de prostration totale. Fréquemment, les textes font allusion à de violents maux de tête qui empêchent les gens de dormir et les rendent agressifs. Pierre Hervé, dit Grasset, de Notre-Dame du Mené à Vannes déclare dans son témoignage : « tout à coup, je fus saisi d’une douleur si vive à la tête et dans tous les membres de mon corps que j’en fus tellement accablé et perdant ensuite l’esprit, je me mis à courir sans discontinuer dans les rues et sur les places publiques comme un furieux, mais à tel point qu’il fallait me lier les mains avec des chaînes de fer ». Une femme de la paroisse voisine de Séné prétend être devenue épileptique après ses couches et en a tous les symptômes : l’écume qui sort de la bouche, les mouvements désordonnés. Ces pauvres insensés sont malheureusement considérés davantage avec suspicion qu’avec pitié ; chacun est intimement persuadé qu’ils sont possédés du démon9.

29 La grande mourine constitue le plus grand choc émotionnel de cette époque perturbée, un choc qui revient avec la régularité d’un mouvement d’horloge pour décimer une fraction notable de la population.

30La première peste noire de 1348-1349, un des plus terribles fléaux que l’humanité ait connu, a, semble-t-il, épargné la Bretagne ou du moins n’a guère laissé de traces dans nos archives en dehors du Val de Loire et de la région de Brest. Elle est, par contre, constamment signalée dans les registres de la Chancellerie et dans les documents fiscaux, dans les décades qui suivent, sous les appellations de pestilance de boce, bocène, mourine ou de mortalitez et justifient un rabaz ou remise de ferme, une diminution des feux fiscaux dans une paroisse, l’absence de marchands ou de visiteurs à une foire, une dispense de réunion à une assemblée municipale ou parlementaire.

31La pandémie n’est pas toujours décrite, si bien que l’historien est incapable de déterminer ses manifestations habituelles, buboniques, pulmonaires et septicémiques ou même de la distinguer d’autres maladies infectieuses. Les seuls détails proviennent des témoignages de gens simples qui ont échappé miraculeusement au fléau ou aux médecins et qui viennent prier sur le tombeau de Maître Vincent à Vannes. L’enquête du milieu du siècle est riche d’enseignements sur la perception d’un mal par un peuple crédule. Les témoins, des miraculés reconnaissants, décrivent des fièvres pestilentielles, un froid annonciateur de la tombe. Ils évoquent l’apparition des bubons à l’aine, à la gorge, aux aisselles, sous les genoux, sur les épaules, de grosses pustules rougeâtres et sanguinolentes qui prennent ensuite la coloration noirâtre du charbon. « Ma fille, dit l’un, alors âgée de six ans fut frappée de la peste ; une glande suppurante apparut à la gorge et un charbon noir sous l’oreille et sur la glande »… « Il eut, raconte un second, à l’aîne une tumeur qui fut ouverte et nettoyée par un barbier et la plaie donna beaucoup de sang »… « Il lui sortit, précise un troisième, au cou, derrière l’oreille gauche trois tumeurs purulentes ». Le mal se propage partout : « il fist tomber les cheveux, brûla la peau de la tête et pendant trois jours, ladite Jehanne fut privée de l’œil gauche. La maladie parcourant toute la tête, des éruptions parurent sur le visage et attaquèrent l’œil droit ». Un autre se plaint d’avoir eu « la gorge qui enfla comme le fanon d’un bœuf ». Des troubles nerveux transforment un instant les malheureux en frénétiques avant que l’abattement, l’insensibilité des membres n’annoncent la perte de conscience, prélude à la mort. Parmi tous les détails qui sont donnés, l’un revient souvent dans les propos : il ne mangeait plus ! Pour des gens simples, l’absence d’appétit semble incongrue dans un monde constamment guetté par le manque. De brèves allusions dans les textes font état de résurgences de la maladie qui engendrent des poussées de fièvres, des boces et des infections.

32Il est malaisé de dresser une chronologie des cours de pestilence, d’un fléau tantôt incrusté pour plusieurs années dans un même endroit (à Nantes), tantôt répandu dans tout le duché, plutôt dans les zones de passage, proches du littoral, des voies fluviales et terrestres.

« Nous avons relevé de fréquentes allusions à des poussées de peste au XVe siècle : une peste générale en 1404, une autre en 1412-1413 dans les comtés de Nantes, de Quimper et de Vannes, d’autres en 1421 à Saint-Malo, en 1425 autour de Tréguier, en 1430 dans le Léon puis en septembre à Rennes, des attaques entre 1442 et 1445 dans tous les diocèses. On retrouve une pestilance à boce en 1448-1449. Une autre, universelle, commence en juin 1452 et dure seize mois ; elle revient, à partir de Dinan, en 1459 et se manifeste jusqu’en 1464 avec un paroxysme en 1462, dans le secteur des marches frontalières, dans les diocèses de Léon, de Vannes et de Rennes. La peste est signalée en 1468 dans le pays nantais et à Dol, partout en 1471-1472. Des traces d’infection sont mentionnées à Nantes et à Rennes en 1473-1474, dans tout le duché en 1479-1480 après un hiver très dur et une disette, des résurgences à Nantes en 1481, à Guingamp en 1482 où elle s’incruste onze mois. Des pestes sévissent encore dans tout le duché en 1483 et en 1489 puis des résurgences de 1495 à 1503. »

33On a épilogué sur l’origine et sur les raisons de la propagation rapide du fléau. Les explications retenues sont tout aussi plausibles dans ce pays qu’ailleurs. La médiocrité des conditions d’hygiène n’est peut-être pas la cause directe mais constitue un facteur propice aux vecteurs de la maladie. La puce l’inocule par piqûre. La présence de rongeurs, compagnons habituels des humains entretient des foyers épidémiques permanents. La mauvaise alimentation, plutôt que les famines inconnues dans nos sources, rend les corps plus réceptifs. Enfin, les déplacements d’éléments incontrôlés, de soldats venus de régions infectées, d’immigrants, l’entassement et la promiscuité dans certains quartiers accélèrent le processus de contamination.

  • 10 J. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Pari (...)

34En dehors de ces pestilences, les Bretons ont subi encore avec effroi la menace de la vérolle plate ou petite verolle, peut-être un cas de variole (à Nantes en 1490), d’une grosse verolle, une maladie vénérienne ramenée par des soldats en 1498, d’un mal mystérieux à Brest en 1475 qui tue les nourrissons, d’une maladie inconnue à Lamballe en 1458, etc.10.

La peur des soudards et des « pérills de guerre »

35L’histoire retient surtout les combats de la Guerre de Succession de Bretagne de 1341 à 1365, les démêlés du duc Jean IV (1365-1399) avec le roi Charles V, l’entrée, au surplus guère meurtrière, de Du Guesclin en Bretagne en 1373, les révoltes d’Olivier de Clisson et les répercussions locales sous forme de mouvements de troupes et de guérillas entre 1387 à 1395 dans le Penthièvre, les courses et les chevauchées de bandes de mercenaires anglais, du comte de Suffolk puis du duc de Sommerset en 1425 et en 1443, et pour finir les guerres franco-bretonnes du temps de Louis XI et de Charles VIII en juillet-septembre 1468 (région d’Ancenis), durant l’été 1472 et pendant la Guerre folle de 1484-1485.

36❍ Le souvenir de la guerre de Succession fut long à s’estomper.

37Les conflits qui ont émaillé les épisodes de la guerre civile entre les Blois-Penthièvres et les Montforts et leurs alliés français et anglais ont été traumatisants pour les populations, soumises à toutes sortes d’atrocités, de pillages, de destructions, de massacres qu’inaugurent trois drames en octobre 1341, les prises d’Ancenis, de Champtoceaux et de Carquefou, des bourgades brûlées par les forces franco-blésistes. Les populations vivent désormais dans la crainte des mouvements de troupes. On s’est souvenu longtemps du drame de Guérande, enlevée en 1342 par un spadassin Louis d’Espagne, au service de Charles de Blois, une ville réputée riche « gagnée par force et toute robée et tout mis à l’espée, femmes, hommes en enfants et cinq églises arses et violées ». Froissart évoque les destructions totales des faubourgs de Vannes, de Dinan en 1342, le massacre de la population de Quimper, l’horreur de la famine subie par les Rennais assiégés, neuf mois de rang, par les Anglais du 2 octobre 1356 au 5 juillet 1357, etc. Auray, Hennebont, La Roche-Derrien ont connu aussi la menace des armes et du feu.

  • 11 J.-C. Cassard, « Les villes dans la guerre de Succession », MSHAB, tome LXXVI, 1998, p. 104-107 – (...)

38C’est à chaque fois le même scénario : la mise à sac et la destruction par incendie des habitations. Quand des soudards venus de Dol parachèvent le travail commencé par leurs prédécesseurs à la Rouairie et à Saint-Malo, quartiers de Dinan, ils emportent pour plus de 30 000 francs de marchandises. Les bourgeois meurtris, ruinés, perdent aussi leurs références spirituelles avec l’incendie de leurs églises paroissiales (Saint-Patern de Vannes en 1342), de sanctuaires aussi réputés que Sainte-Croix de Quimperlé, de l’abbaye bénédictine Saint-Melaine de Rennes en 1356. Le monastère de Saint-Sauveur de Redon subit les dévastations des routiers en 1358 qui, selon une bulle pontificale du 16 février 1359, partent avec toute l’argenterie, les meubles et les objets les plus précieux11.

39❍ Les trêves et les paix qui se veulent pourtant « perpétuelles » ne ramènent pas forcément la sécurité.

40Chacun redoute les descentes par mer des écumeurs anglais ou ibériques, les courses et aultres tournoiements dans les localités proches des zones frontalières de compagnies de soldats venues des places fortes de Craon, de La Gravelle, de Laval, de Lusignan et du Mont-Saint-Michel. Ces bandes, à la recherche de ravitaillement et de butin, causent des « innumérables maulx, oppressions, violances et dommaiges ». En 1425, le comte de Suffolk et un millier de soudards « allèrent courre au pays de Bretagne jusques aux pieds de la ville de Rennes où estoit le duc et y firent de très grans dommages » écrit le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet.

41Le brigandage sévit à l’état endémique dans notre province où une collusion hétéroclite de routiers inactifs, de garnisons qui vivent aux dépens du territoire qu’ils doivent protéger, de déserteurs, de paysans et d’artisans sans ressources adhérés en mal, de caymans et d’oiseulx opère en bandes reconnaissables à leurs « habits estranges et dissimulez », à leur argot et à leurs manières de sévir. Ces forbans constituent des nids de rapaces à l’image de la troupe de Bécherel en 1360. L’un des pires rançonneurs du Nord-Est de la Bretagne dans les années 1415-1416 n’est ni plus ni moins que… le capitaine de Fougères, Guillaume Macé ! On s’est souvenu longtemps à Guingamp des alliés allemands de la duchesse Anne qui se sont, entre autre, servis des tréteaux des halles et des boiseries du tribunal pour se chauffer. D’autres, cantonnés à Quintin, font plus de 10 000 livres de dégâts au manoir de Robien.

  • 12 ADLA B 2988 (1426-1443), B 2450 – R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Fougères, Éd. J (...)

42Parmi les victimes des brigands et des mercenaires en rupture de ban figurent aussi des paysans qui supportent d’autant moins les exactions que leur équilibre économique est précaire, qu’ils souffrent souvent des stérilitez des blez, des calamités naturelles, des épidémies et d’une pression fiscale croissante. Les habitants de Coglès racontent comment, dans les années 1434-1440, ils ont « veu pluseurs et leur a oy dire quilz avoint esté batuz, jarretez et ranczonnez par les brigans, buissonniers, qui apparessoint estre touz murtriz et en estoint en doubte et péril de mort ». Un témoin ajoute avoir « oy dire d’un à pluseurs d’icelx personnes que lesditz brigans leur disoint que s’ils ne se vouloint ranczonner qu’ils les tueront et ardront leurs mesons ». La garnison du Mont Saint-Michel, fidèle au roi de Bourges, s’est trouvée associée aux pires délinquants pour piller les alentours de Fougères et brutaliser les paysans. Le drame se reproduit partout, à la fin du siècle, lorsque les mercenaires de François II et de la duchesse Anne prennent l’habitude de se ravitailler manu militari. Personne n’échappe au danger, pas même les pauvres pèlerins qui sont la proie attitrée des larrons12.

43❍ Des éléments dangereux de la société sont à l’origine d’émeutes et de scènes de pillage qui troublent la quiétude de certaines de nos villes au XVe siècle.

  • 13 ADLA B 8, fo 187 – J. Trévedy, « Le couvent de Saint-François de Quimper », BSAF, tome 17, 1890 – (...)

44Quimper est le théâtre d’incidents graves, dans la nuit du 23 au 24 août 1469, « envyron mesnuit, ce qui estoit heure suspecte ». Une forte bande se forme au son du tocsin et armée d’épées, de dagues, de lances, de javelines, de haches, enfonce les portes du couvent de Saint-François. Les émeutiers pénètrent dans le cloître, mettent à sac plusieurs pièces, obligent les moines à prendre précipitamment la fuite, en abandonnant l’un des leurs, infirme et malade, qui est jeté à bas de son lit, battu, piétiné, déshabillé au grand scandale des âmes pieuses et finalement emprisonné. Une rage de destruction les pousse à briser les portes, à casser les vitres, à défoncer les armoires et les bibliothèques, à dévaster le verger et les vignes et à tuer les volailles et les animaux d’agrément. Le pillage est un des motifs de cette « comocion, monopole et assemblée ». La populace, poussée par ses mauvais instincts et entraînée par des marginaux, fait main basse sur les objets de culte et sur la vaisselle d’étain. Mais les cris poussés par les assaillants, « tuez, tuez, rompez tout et mectez tout en ruyne » et surtout « nous aurons anuyt les ribauds » prouvent que d’autres motifs les poussent. Il est probable que les Frères Mineurs avaient quelque peu oublié la pauvreté et la chasteté que leur imposait leur règle. Leur mobilier luxueux, la vaisselle en étain, les objets de culte riches et variés, six ou sept calices d’argent doré, deux reliquaires, leur jardin et leurs vignes bien entretenus, agrémentés par la présence de paons et d’autres animaux qu’on ne rencontre habituellement que dans les plus riches propriétés seigneuriales, leur ont, sans aucun doute, attiré bien des convoitises, bien des jalousies. L’usage du mot « ribaud » fait allusion à une débauche réelle ou supposée. À côté d’éléments incontrôlés figurent, parmi les vingt meneurs qui seront traduits en justice, quatre gentilshommes dont les ancêtres furent les bienfaiteurs du couvent13.

45❍ Des précautions élémentaires sont de rigueur dans de telles circonstances.

46Des espions, des espionnes sont envoyés aux écouttes pendant plusieurs jours et nuits consécutifs. Du temps de François II, une certaine Simone Nepvou, peut-être une fille de joie, est expédiée par le procureur des bourgeois et le contrôleur de Rennes « à l’ost des Franczois pour ouir et savoir des nouvelles ». Des sergents vérifient aussi l’exactitude des faits et préviennent les autres communautés.

47Le péril crée des corvées de transport de vivres et de munitions, des contraintes de guet dans les endroits fortifiés tout proches et des obligations de curage des douves, avec comme conséquences des sanctions, amendes et mises au fer, frappant les opposans pour défaillance ou deffaute. Il a vite paru normal aux autorités de mobiliser les citadins et les ruraux, d’exiger, « chacun à son tour et rang », des jours et des nuits de garde en contrepartie d’une autorisation de refuge en cas d’éminens périls. Les paysans dans un rayon variable, de deux à quatre lieues autour des villes et de châteaux, sont obligés, sous peine de sanctions, de venir deux ou trois fois par mois, voire une fois par semaine, dans les cas extrêmes, accomplir un service de guette. La tâche est astreignante dès soleil couchant, à moins que les mobilisés n’aient la chance d’être affectés à l’une des quinze loges à veillours en bois aménagées sur les remparts de Rennes en 1420 qui leur permettent de sommeiller en toute impunité, ou de servir aux portes d’un château ou d’une cité disposant « d’une chambre pour eux retirer » (Le Gâvre). Tout danger n’est pas exclu pour autant : Guillaume Pasquier, portier de Saint-Pierre de Nantes, est brutalisé en 1459 par une bande de forcenés qui veut franchir le passage ; il est couvert de plaies et de blessures qui nécessitent les soins d’un barbier. Le refus de servir sous divers prétextes, de privilèges anciens (les boulangers de Rennes), pour cause de vieillesse, de maladie, d’infirmité, de grant charge d’enfans atteint des proportions inquiétantes qui justifient des enquêtes et des punitions de plus en plus fréquentes au fil des ans et est source « de clameurs et de grant complainte ». Lors d’une épidémie de peste à Fougères en 1462, on ne trouve plus aucun volontaire pour monter la garde.

48Un effort de mobilisation de troupes et d’organisation de milices répond aussi à ce besoin de sécurité. On commence à mesurer les progrès dès l’époque de Jean V où des francs archers participent à la répression du brigandage. Les mesures s’amplifient à partir de 1468, sous François II, pour obliger les gens du commun à « se mettre à port d’armes », à se munir d’arcs, de vouges, de javelines et de jusarmes pour mieux assurer la sécurité le long des voies d’accès aux villes, bloquer les chemins et organiser la défense des places fortes proches des frontières et des côtes. Des constructions sont élevées à la hâte, des bastilles de bois, des palissades et des barrières aux entrées des voies d’accès, des œuvres provisoires, préludes à l’extension des remparts (Rennes, Nantes).

49Après les incidents météorologiques, les pestilance despidémie et les fièvres sournoises, les oppressions, les pilleries et roberies, un désarroi s’empare des populations dont les répercussions doivent être évaluées en dehors de tout misérabilisme.

La « grant complaincte des citadins » un mythe ou une réalité ?

50La psychose du perrill de guerre s’est ajoutée à l’insécurité quotidienne des personnes et des biens. « Comment les Anglois vinrent en la duché de Bretaigne où ils firent moult de maulx et de grands dommages » titre, un instant, le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet.

« L’incendie est pour la guerre, ce que le Magnificat est pour les Vêpres »

51Ainsi s’exprimait Albert Achille de Brandebourg, un des plus célèbres chefs de bandes allemands au milieu du XVe siècle. Le pillage l’est également !

52❍ Les citadins sont décrits comme totalement impuissants devant tant d’éminents pérills de guerre ou de siège.

53Une lecture des textes montre que cette vision pessimiste n’a rien de caricatural, même si chacun se doit de prendre en compte les exagérations involontaires de victimes traumatisées ou intentionnelles de fermiers ruinés, les poncifs de scribes nourris de références bibliques. Le malheur ressenti se nourrit d’une telle concordance de sources, de données chiffrées qu’il serait vain de vouloir les minimiser.

54Suppliques, enquêtes fiscales, procès narrent, en des termes imagés, les « innombrables maux, piteux à raconter » (sic) subis par des hommes et des femmes « opprimés, jerretés et ranczonnés », par des victimes « pleines de crainte et d’effroi ». « Il n’est quasi pas croyable d’entendre les maux que souffroit lors le pays de Bretaigne »… « tellement que le peuple y est grandement diminué » déclarent des victimes interrogées par des commissaires. Les habitants de paroisses proches de Fougères dénoncent les exactions des officiers du duc d’Alençon en ces termes :

« Sur quoy leur fit-on plusieurs grans ennuys, inquiétations, dommaiges, charges et oppressions indûs. Item le capitaine dudit lieu de Fougères, un certain Guillaume Macé et nombreux autres de ses complices et adhérés en mal, vinrent aux hostels et domiciles de plusieurs desdits subgits et illec prinrent et emportèrent grant nombre de leurs biens ; savoir : pots et paelles d’arrain, draps, linges et langes ; fil, vesselle d’estain, plusieurs couètes sur quoy lesdits subgits couschoien, chevalx, beufs, vaches, beurre, char salée et autres plusieurs biens à grant valleur et estimacion. Et n’ont pas laissé seulement à certains d’entre eux les blés qu’ils avoient de provision, ni leur pain dont ils dévoient vivre et avoir leur sustentation… mais en ont vendu partie, et autre partie l’ont enclose et scellée ès greniers où ils estoient, disans le faire pour les deffaux en quoy lesdits subgits avoient esté d’aller au guet depuis la Toussains derroine, durant lequel temps ils avoient cessé d’y aller. »

  • 14 AM Rennes, liasse 64 – ADLA B 2988 (1426-1443), B 2450 – R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moy (...)

55Ils se prétendent rançonnés car, pour recouvrer leurs biens, ils durent s’acquitter de fortes amendes variant entre 60 et 100 sous, voire 6 livres, selon les cas, sans compter la somme de 5 sous levée au profit des exécuteurs « pour occasion de leur salaire d’avoir fait lesdites prinses14 ».

56De la même façon, les survivants des épidémies, des oppressions et roberies, « réduits à nulle puissance ou à débilité », racontent crûment ce qu’ils ont vu et vécu en temps de peste. Telle femme interrogée à Vannes, a perdu dans l’espace de quelques heures ses six enfants. Un pauvre homme pleure son épouse, ses huit enfants et ses deux servantes, fauchés en une semaine ! Des percepteurs et des fermiers des impôts, des moulniers et péagiers, des ouvriers sous contrat donnent leur version des faits, avec l’arrière-pensée de justifier le chômage d’un appareil, un retard de paiement et d’obtenir un dégrèvement ou rabaz. La restauration des fours et des moulins seigneuriaux (Ancenis, Guingamp, Moncontour), la désertion des ateliers urbains (Fougères), d’un chantier, confirment la plupart des propos.

57❍ Le déclenchement du mécanisme de l’affolement collectif apparaît dans certains articles de comptes municipaux plus explicites dans leur sécheresse que de longues narrations.

58Ainsi, à plusieurs reprises, les citadins ont eu très peur, quand les derniers fidèles de Charles VII cantonnés au Mont-Saint-Michel et leurs adversaires, les mercenaires anglais ou écossais de Pontorson et de Saint-James, ont traversé les marches pour venir courir et se ravitailler à bon compte en Haute Bretagne.

59Les textes ne font pas toujours la distinction entre la chevauchée du comte de Suffolk en 1425 jusqu’aux portes de Rennes ou du duc de Somerset à La Guerche en 1443, les raids des rompours de treves encore encadrés par des capitaines et les exploits de brigands, « buiczonniers, jacquiers, desrobours de chemins, pillours » qui « tiennent les champs » ou qui opèrent depuis leurs caches. Ces individus, défrayant les chroniques, entretiennent d’autant plus l’émoi qu’ils se vantent de leurs exploits, annoncent leurs intentions de « mettre tout à feu et à flambe » et installent leurs repaires à deux pas des villes comme à l’abbaye Saint-Sulpice près de Rennes en 1426. Thomas Bourc en juin 1424, un scélérat nommé Dick Venables en 1433, Jehan de la Roche en 1436, le fameux Brise-Vent en 1442 et d’autres ne sont pas sortis de l’imagination de gens apeurés !

60❍ Commencent alors l’attente interminable, la crainte du lendemain, les rumeurs les plus folles.

61Des bruycts déplaisants, colportés par des réfugiés des zones menacées, des victimes, circulent à tout venant. Ici, « il est mort des demeurants en ladite paroisse moult de peuple ». C’est un exemple de témoignage invérifiable à moins qu’il ne soit confirmé par une remise fiscale. Là un marchand ou un notable est encore « prisonnier aux Anglois » ou a été destroussé. Le fait est cette fois notoire, surtout quand il s’agit de la capture par des pirates anglais de 200 pèlerins bretons sur le chemin du retour de Saint-Jacques de Compostelle. Des villages proches des villes, des faubourgs (Dol) sont livrés aux pilleries et aux roberies, version que confirment des extraits de comptes énumérant des maisons arses (à Saint-Salomon ou Saint-Patern de Vannes, fin XVe siècle). Ailleurs, des femmes ont subi forcemens et violations, leurs époux ont été battus, mutilés, assassinés.

  • 15 Sur la rumeur, J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, op. cit., p. 239-255 – Actes du XXIVe Co (...)

62Il est certain que l’imprécision contribue à entretenir la crainte, à accroître la psychose. Les mots grande course, descente, des localisations aussi vagues que dans les champs ou es parties du « Foulgeroys, du Viltréoys ou du Dolloys » expriment les incertitudes qui pèsent sur un danger, sur des exploits qui grossissent, au fil des jours et des dires. On devine les bandes toutes proches mais personne n’est capable de les situer. Les comptes rennais des années 1425-1430 signalent simultanément l’ennemi Anglois ou Estosais à Avranches, à Antrain, à Dol, à Bécherel, à Saint-Aubin-du-Cormier, à Ernée, à Tintiniac. Les violences d’Auvergnats, mal identifiées, causent aussi bien des inquiétudes. Les archives nantaises évoquent la guerre de Pouancé pour désigner des opérations censées se dérouler, en 1430-1431, dans la seigneurie du duc d’Alençon, à deux pas du duché. Les mêmes sources nous apprennent aussi que « ceux de Craon » menacent « de courir en Bretagne jusqu’aux portes » de la cité ligérienne. Le bruit ne s’éteint pas totalement et recommence, quelques mois plus tard, à l’occasion de la prise de Nozay15.

Des attitudes et des réactions contradictoires

63Devant l’obsession de la guerre et de la peste, face à la crainte de « brigants sous bois, de gardeurs de chemins et de robeurs de marchans », les réactions deviennent vite incontrôlées.

64L’incapacité ou la démission du corps médical est telle que les futures victimes de la peste n’ont plus qu’à attendre une mort horrible avec la résignation d’un greffier nantais qui écrit dans un acte de 1484 : « guérir si faire se peut » ! Des témoins des miracles de saint Vincent Ferrier dénoncent l’inefficacité des remèdes et ne songent plus qu’à trouver des linceuls, des cercueils et des croix. Des visions d’êtres meurtris, diminués et caducs sont effrayantes. Il faut beaucoup de courage pour ensevelir les corps de ceux qui sont morts par contagion et malladie dangereuse.

65Le déguerpissement ou, phénomène inverse, l’immigration constitue des manifestations de panique qui ne sont contradictoires qu’en apparence car les époques difficiles ont toujours été propices à l’instabilité.

  • 16 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Paris, Éd. Ch. Samaran, tome I, 1933, p. 75 – R. Cintré, «  (...)

66Très souvent la crainte d’un siège, d’une famine, d’une épidémie provoque le départ de fuitifs, surtout de notables qui ont des résidences à la campagne, des ecclésiastiques de haut rang, des officiers seigneuriaux et municipaux. À Vitré, on considère comme un exploit qu’un officier, Guyon Paynel, seigneur du Vaufloury soit resté à son poste avec une poignée de soldats et la municipalité reconnaissante le gratifie d’une indemnité de 300 livres. Les pestes sont à ce point redoutées à Rennes que « la ville demeura comme inhabitée » dans les années 1479-1483 ; les chanoines sont « pour la peste qui ha eu et ha encore a present cours es cité et forbourgs notoirement absens », sauf le trésorier Pierre Mehaud qui, plus courageux que ses collègues, reste et tient scrupuleusement les comptes. Ils récidivent en juillet-août 1489 pour la même raison. Les juges de la cour de Moncontour s’installent successivement à Hénon, à Bréhand puis à Yffiniac en bordure de la mer en 1500, ceux de Ploërmel à Josselin en 1509. Les bonnes manières, la sociabilité se perdent dans ces occasions : les administrateurs de Notre-Dame de Saint-Clément à Nantes n’osent plus inviter les chapelains à dîner le Jeudi Saint ! La précipitation de l’exode est telle que des individus « senfuissoint de nuyct et lessoint les cleffs soubz luys ». Quand la ville de Fougères, réputée riche et peuplée, est surprise dans la nuit du 24 au 25 mars 1449 par l’assaut des 600 spadassins anglais de François de Surienne dit l’Aragonais « les habitans pleins de crainte et d’effroi abandonnèrent leurs maisons et leurs biens, à l’exception de ce qu’ils purent en hâte emporter avec eux ; beaucoup se laissant glisser le long des remparts s’enfuirent ; les autres de moins de vigueur ou de décision restèrent aux mains des brigands16 ».

  • 17 ADLA B 2986 – J.-P. Leguay et P. Robino, « Auray et sa châtellenie », dans MSHAB, septembre 2000, (...)

« Les enquêtes fiscales apportent des précisions sur ces exodes. Ainsi, Saint-Gildas d’Auray souffre en 1479 de la mort brutale de 12 hommes dont un par noyade en mer et de 2 femmes et du départ d’une vingtaine de paroissiens (13 hommes et 7 femmes), des gens de toute condition, des nobles, un boucher, des tisserands, qui déguerpissent des secteurs mieux protégés, offrant en outre du travail et une exonération fiscale. Les nobles sont allés dans les manoirs de Kercazre et de Brech, d’autres à Belle Île ou dans l’île d’Arz, d’autres à Dinan ou à Saint-Brieuc ou plus simplement à la campagne toute proche17. »

  • 18 ADLA E 131, fo 159-160.
  • 19 AM Nantes, CC 93, fo 28.

67Ces départs précipités paralysent toutes les activités urbaines (Rennes en 1449). Fougères, déjà ruinée en 1449, connaît un second drame en 1462 : « par laquelle influance de peste la plupart des gens et notables marchans et drappiers dudit lieu sont allez de vie a deceix et les autres s’enfuyz18 ». Les États provinciaux ne se réunissent plus, les cours de justice cessent de fonctionner, les collecteurs d’impôts, les commissaires chargés de la réformation des feux évitent de se déplacer dans les lieux contaminés : « nous nous suymes transportez en la ville de Lannyon, disent deux enquêteurs, et n’avons osé aler en ladicte paroesse pour le malveix hair et pour ce que, pour le présent, ilz se y meurent de espidémie ». Le risque est effectif puisqu’un fermier de l’apétissement des vins de Nantes (un impôt municipal), Jehan Ogier décède : « en exersant sadite ferme, la maladie despidemie le print tellement qu’il en mourut19 ».

  • 20 R. Cintré, « À propos des immigrés et réfugiés normands dans les villes bretonnes proches de la fr (...)

68❍ L’inverse, l’immigration, peut se produire, tout aussi préjudiciable à l’avenir d’une cité comme Rennes ou Fougères en 1438 qui est si remplie de réfugiés qu’on ne trouve plus à se loger20.

69Les fléaux, l’insécurité provoquent un phénomène de concentration intramuros ou dans certains lieux d’accueil vite surchargés. Fin XVe siècle, l’hospice de Saint-Nicolas-de-Vitré est « tant chargé de pauvres gens fugitifs des parties où sont lesdites guerres, de mendiants, impotents et autres que les biens, rentes et autres revenus ne peuvent subvenir à la continuation de leur vie et soustenance ». Alors que le Treff périphérique de Saint-Michel de Guingamp se vide en 1475, la ville close est encombrée de déguerpis.

  • 21 J.-P. Leguay, « Une ville épiscopale : Dol, des origines au début du XVIe siècle », MSHAB, tome LX (...)

70Ces déracinés que l’exode envoie dans les villes font l’objet d’une méfiance haineuse. À défaut d’accuser les Juifs, chassés d’Armorique depuis le XIIIe siècle, les hayneulx recherchent d’autres boucs émissaires. Ils s’en prennent aux lunatiques ou frénétiques (les fous), aux malades hideux dont les déviances sexuelles supposées et l’esprit malin offensent Dieu, dénoncent les estranges personnes, les forains soupçonnés de propager le mal, les premiers Tziganes ou Bohémiens. Les réfugiés normands qui ont fui leur pays envahi par les Anglais en 1418-1419 sont victimes de brimades, à plus forte raison s’ils bénéficient d’exemptions fiscales ou ont fait fortune comme à Dol en 143421.

« La deppopulacion »

  • 22 ADLA B 2, fo 119 vo.

71« La mortalité fut merveilleuse ». Cette déclaration d’un scribe nantais souligne une réalité à peine croyable, une hémorragie humaine monstrueuse. « Le cour et pestilence de maladie ait tellement regné es mectes et endroiz dicelle evesché que le peuple y estoit diminué et amoindry22 ».

  • 23 AM Nantes, CC 105, fo 19 vo.

72Nombre de témoignages soulignent que les humains ont succombé comme des mouches après une famine ou une épidémie. Des précisions sont données qu’il convient de prendre avec prudence. Une enquête déclare que « par le fait de la mortalité et autrement, les feux de Jugon sont diminués de la tierce partie ou environ. Il y a plusieurs lieux et maisons frostes et desherbregées ». Notre-Dame-de-Dol compte vers 1437 « 30 ménages à qui les Anglois avoient ars (brûlé) leurs biens » sur un total de 68 contribuables et des témoins de préciser que ces oppressions durent depuis une quinzaine d’années ! Après la peste de 1501, un compte nantais fait état de la disparition de 4 000 personnes et conclut : « demeura ceste ville quasi inhabitable de la plupart des gens de puissance23 ».

73❍ Les chutes démographiques sont attestées, avec davantage de certitude et de précision, par la mort des officiers et des agents municipaux, par un ralentissement des travaux sur les chantiers faute de bras ou par la fermeture de boutiques. Le cours de pestilence des années 1459-1462 fut tel à Fougères « que la plupart des tisserands qui se trouvaient céans allèrent de vie à décès et demeurèrent de ce fait lesdits moulins comme inhabités », ce que confirment les fermes des impôts locaux. La même situation s’observe à Dol, à Dinan, à Rennes ou à Saint-Malo. Des maisons arses (brûlées) sont énumérées dans les rentiers (censiers) : 51 à Châteaugiron en 1440, une douzaine à Saint-Aubin du Cormier en 1453, après le passage de bandes de mercenaires. Des calculs ont été tentés à partir des énumérations de feux et des premiers registres paroissiaux.

« La paroisse Saint-Gildas d’Auray, victime de mortalitez, d’une disette et d’une fortune du feu (sic) en 1479 voit sa population tomber de 54 feux et de 206 ménages en 1426 à 45 feux et à 107 ménages en 1440 ; 16 feux disparaissent encore par la suite et sur les 139 chefs de familles imposables en 1480, 32 sont bien trop pauvres pour verser leur écot. »

74L’accroissement des décès dans les registres paroissiaux, dans les listes des membres des confréries pieuses et professionnelles (chez les merciers de Rennes) sont des données plus sûres, confirmées par l’ouverture ou l’agrandissement de cimetières ou l’acquisition de linceuls : 160 à l’hôpital Saint-Clément de Nantes en 1473 contre 25 en 1471. La paroisse Saint-Nicolas de Nantes, frappée de plein fouet par une épidémie dans les années 1460-1464 tombe de 452 couples à 274 (une baisse de 40 %) mais bénéficie ensuite de l’arrivée de 132 nouveaux ménages d’immigrants tentés par des logements libres. Des cimetières réservés aux pauvres sont ouverts près de l’église Sainte-Croix (1410), plus tard sur l’emplacement de l’ancienne arbalétrerie à Nantes (1519), près de la chapelle Saint-Roch, route de Vitré, à Fougères.

« L’indigence de biens »

75La richesse du vocabulaire consacré à la pauvreté, sa permanence dans les textes montrent toute l’importance que les contemporains attachent à cette situation peu enviable. Les écrits font sans cesse allusion aux « povres hommes ou femmes qui mendient touz nuz », à ceux qui sont foibles et aboyent à la faim, aux quérans pain, aux individus sans feu ni lieu, etc.

  • 24 M. Mollat, La pauvreté au Moyen Âge, étude sociale, Paris, Éd. Complexe, 1978 – B. Geremek, Les pa (...)

76❍ Le terme de pauvre est ambigu, puisqu’il est synonyme à la fois de respectabilité et de déchéance24.

77Il existe, en effet, une pauvreté respectable, volontaire, prônée dans la littérature, dans les sermons, celle du riche qui renonce volontairement, au soir de sa vie, à jouir d’une fortune, fruit de son labeur ou héritage de ses parents, la partage entre ses enfants et se retire dans un couvent, celle du moine qui voit dans l’abstinence et dans la mendicité un idéal religieux. Cette sancta paupertas, ce détachement des contingences matérielles constituent un des thèmes favoris des Mendiants en période de Carême. Échapper, par une conduite devenue exemplaire, à la pauvreté morale, celle qui requiert le secours du prêtre et une force d’âme, figure au nombre des exempla que le prédicateur choisit de préférence à toute autre voie du salut.

78Une pauvreté est tolérée, voire même exploitée, celle d’une collectivité appauvrie par la guerre, par un raid de mercenaires ou de pirates sur les côtes, et qui espère, en noircissant le tableau de sa détresse, obtenir une exonération de ses impôts. Le dénuement des bourgeois de Fougères, après les assauts de Surienne, en 1449, fait l’objet de la commisération générale dans le duché et de la compréhension des autorités.

79Il existe enfin une pauvreté, objet de suspicion, de mépris, celle du marchand en faillite, du fermier des octrois ou du billot incapable, par sa faute, d’honorer ses échéances, de l’ouvrier chassé pour paresse et ivrognerie, de l’individu qu’une tare physique, mentale ou tout simplement l’âge oblige à végéter le restant de ses jours. La société n’est pas tendre pour ces « gueux qui attendent à la porte », pour ces inutiles à jamès soupçonnés de paresse et de débauche. Les nantis, leurs serviteurs, les poètes les regardent tantôt avec moquerie, tantôt avec dédain, souvent avec haine comme des êtres dangereux qu’on soupçonne de se livrer à des activités répréhensibles. Les vieillards, les veuves sans ressources, les enfants trouvés, tous les oubliés de la prospérité ne sont guère mieux traités.

80❍ Comment peut-on définir un seuil de pauvreté, un foible victime de collapsus, un être atteint de vésanie à cette époque lointaine ?

81Le critère varie suivant les lieux, les époques, l’appartenance à un ordre ou à un état social. La misère est plus durement ressentie chez le noble, chez le bourgeois déchu que dans le monde paysan habitué aux privations ou chez les manœuvres et les petits artisans des bas quartiers urbains qui vivent au jour le jour. Elle est davantage jugée comme honteuse pendant les périodes de paix et de prospérité (relative) sous Jean V et ses fils qu’à la fin du siècle sous François II et la duchesse Anne, durant les années lugubres du conflit avec la France. La guerre engendre ou accentue la pauvreté dans la mesure où elle provoque des destructions, où elle paralyse les activités économiques, où elle gonfle, par l’immigration, le sous-prolétariat urbain, où elle change des travailleurs stables et pacifiques en soldats qui, une fois démobilisés, se transforment en inadaptés sociaux. Tous ces maux, aggravés par des épidémies, la Bretagne les connaît au même titre que d’autres provinces, mais avec un décalage dans le temps.

82La pauvreté crée en tout état de cause un drame psychologique profond. L. Genicot l’a souligné dans, un article récent : « est pauvre, dit-il, qui se sent tel ». Il insiste aussi, il est vrai, sur l’aspect matériel du problème : « est pauvre, qui n’a pas les moyens de répondre à des besoins que beaucoup d’autres peuvent satisfaire ».

  • 25 ADLA B 2984, fo 25.

83– Le premier critère est d’ordre fiscal. On peut considérer comme pauvre, dans cette société médiévale, quiconque échappe à l’impôt pour d’autres raisons que ses privilèges. Les suppliques, les enquêtes décrivent, en effet, des hommes et des femmes foibles, indigens, appauvris, diminuez, despouillez, desguerpis. Entrent dans cette catégorie : des veuves, dont les maris sont morts à la guerre ou en mer, des artisans ou des paysans des faubourgs dont les maisons sont frostes et ruynées, des mercenaires blessés, mutilés, incapables de trouver un emploi. Les exemples, d’abord individuels ou très localisés dans les zones frontalières sous Jean V, tendent à devenir collectifs pendant la seconde moitié du XVe siècle, après les premières incursions françaises dans le duché. La misère des bourgeois de Hédé, après l’incendie de 1431, de Fougères après le raid de 1449 a jeté la stupeur et la consternation dans toute la Bretagne et la solidarité s’est exercée à tous les niveaux. Personne ne s’intéresse au sort d’Ancenis, de Marcillé-Robert, des faubourgs de Guingamp à la fin du règne de François II, sinon les collecteurs, tellement l’indigence est devenue coutumière. Et pourtant, dans la dernière localité, les habitants du « Treff de Saint-Michel » sont si démunis que « les trante ne sauroint poier ung feu et tellement sont réduiz (à la suite d’une peste) à telle non puissance que jamès ne pouroint fournir au poiement de ce présent fouage ne aux aultres25 ».

84– L’habitat précaire, fragile, délabré, dangereux pour le voisinage est révélateur du niveau de vie. Nous donnons sans hésiter le qualificatif de pauvre à celui ou à celle qui habite une vieille mazière (une masure), une maison ruyneuse, une modeste loge ou même un appenti, à celui ou à celle qui réside dans un quartier réputé pour son inconfort ou pour son insalubrité, pour la modicité de ses loyers.

  • 26 J.-P. Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au milieu du XVe siècle d’après un Livre-Rentier de 14 (...)

« Nous avons montré, à propos de Rennes, en utilisant un registre d’imposition locale des années 1448-1450, dont les taux sont calculés en fonction de la valeur locative présumée ou effective des maisons, que 84 % de celles qui sont situées dans la paroisse de Toussaints, au sud de la Vilaine, sont louées moins de 15 livres par an, dont 45,5 % entre 5 et 10 livres et 25,5 % au-dessous de 5 livres. Or, au même moment, un honnête appartement est cédé, au minimum, 20 livres par an, un hôtel plus de 40 à 50 livres Nous avons été amenés à constater que, dans ce quartier populeux de l’agglomération rennaise, des familles pourtant honorablement connues, n’hésitent pas à spéculer sur la misère d’autrui, à louer aux indigents la dizaine de taudis et plus qu’elles détiennent en bordure du fleuve et de ses affluents, près des portes de Champ-Dolent et de Ville-blanche. Il est fait quelquefois mention, ailleurs, de galetats loués et vendus à des prix nettement plus bas que ceux qui sont pratiqués dans les rues bien fréquentées des centres, autour des cathédrales ou des halles26. »

85Il nous paraît hasardeux d’utiliser, comme l’a fait une étude récente sur Nantes, les taux de rentes comme moyen de recherche et de délimitation des quartiers aisés et de ceux qui ne le sont pas. Il semble, cependant, exact, à la lueur des aveux, de dire que les paroisses nantaises de Saint-Nicolas et Sainte-Croix, intra-muros, abritent davantage de maisons moyennes ou miséreuses que Saint-Saturnin ou Saint-Denis. Certains quartiers périphériques, le Marcheix de Saint-Similien, Richebourg et les ruelles voisines de Saint-Clément recueillent, à côté de petits artisans et de marchands, bien des économiquement faibles.

86– La naissance, l’abandon, le refuge après un exode, l’instabilité jouent un rôle déterminant dans l’évolution de la situation personnelle. On peut ranger dans cette catégorie les bâtards dont les seigneurs héritent des maigres biens. Les comptes domaniaux se bornent généralement à indiquer le produit global de la vente des hardes et des rares outils leur appartenant et les sommes sont très faibles. Cette catégorie sociale n’intéresse pas les notaires et on peut considérer comme une heureuse exception l’inventaire des « biens meubles » de la pauvre Perrine Georgin, décédée à La Guerche, le samedi après la Saint-Valentin 1388. Cette femme ne laisse en tout et pour tout que 8 petits linceulx à demi usés, une toaille d’une aune et demie, deux orrilliers, deux cothes pour elle me usées, deux petiz couvertoers, une coete et travers leit, 5 huges, 2 cuves, 2 petites pelles, un petit trépied, un mortier, une écuelle, un saucier d’étain (le seul objet de valeur !), trois boisseaux de sel. Tout est petit et usé et l’ensemble est estimé à 6 livres 10 sous. La succession de Cardin Le Cordier à Saint-Malo n’est guère plus intéressante. L’inventaire, dressé par Me Gilles du Rocher et par le receveur du Régaire donne 4 livres 2 sous 10 deniers ; mais il a fallu soigner cette pauvresse grabataire et l’enterrer ; les bénéfices sont finalement réduits pratiquement à rien. Dans le détail des objets trouvés dans sa masure, on relève 2 briques d’étain cassées, 2 paeiles darain pesant 7 livres-poids et vendues 11 sous 8 deniers, une grande paelle, 2 petits coffres usagés, une toile, 2 vieilles huges, 13 livres de fil escreu, des pots de terre. Il n’y a pas d’argent liquide dans la maison.

87– Les infirmes, les pauvres d’esprit, les folastres entrent aussi généralement dans la catégorie des inutiles à jamès. Mais on y découvre aussi d’anciens riches ruinés, des membres des confréries professionnelles. Des artisans, des commerçants, sombrent parfois dans la misère à la suite de mauvaises affaires ou, plus souvent, d’incapacités physiques. Cette éventualité est suffisamment courante pour justifier un article dans certains statuts corporatifs. Un métier peut prendre à sa charge les funérailles d’un membre si ses héritiers sont démunis (parcheminiers de Lamballe). Chaque frère ou sœur de la confrérie du Saint-Sacrement des cordonniers de Lannion reçoit, s’il est malade et impotent, s’il ne peut subvenir à ses besoins, six deniers par semaine pour sa soutenance. Les règlements s’efforcent aussi d’arracher les orphelins à la misère. Ils n’y réussissent pas toujours et beaucoup de jeunes livrés à eux-mêmes ou de vieillards condamnés à l’inaction connaissent la déchéance, la promiscuité des bas quartiers ou des hôpitaux.

88De menus détails révèlent l’extrême dénuement de certains. Ici, une municipalité accorde une petite pension à un ancien officier dans le besoin, une ou deux journées de travail à un ouvrier âgé, des soins gratuits à des soldats sans solde. Là, dans un compte de fabrique, une liste de décès annuels avec le montant des quêtes révèle, à une lecture attentive, de profondes inégalités, même dans la mort.

89❍ Il n’est pas aisé d’estimer le nombre des pauvres dans une ville, sauf dans quelques cas particuliers, généralement limités à une paroisse.

90Des chiffres sont glanés dans les archives. Dans le registre de la réformation générale des feux de Bretagne contribuant au fouage, les commissaires attribuent à la paroisse de Toussaints de Rennes, vers 1426, 344 chefs de famille : 240 contribuables et 104 exonérés. Parmi ces derniers figurent 44 mendiants et pauvres, soit environ 12,75 % de l’ensemble. Ce pourcentage confirme l’impression défavorable que nous avions de ce quartier. Plus intéressant encore est le rôle des pauvres de l’ensemble de l’agglomération rennaise, « villages » compris, que nous avons découverts aux Archives départementales de la Loire-Atlantique (E 215). Le document se présente sous la forme d’un petit cahier de 11 feuillets, non daté, mais d’une écriture qui trahit la fin du XVe siècle. Sa raison d’être n’est pas indiquée, ni les critères retenus par les enquêteurs pour y inscrire les individus.

« Au total, nous comptons 549 miséreux répartis comme suit : Vieille Cité 24 (4,5 %), Ville Neuve à l’Est, en direction de la route de Paris 112 (20,5 %), Toussaints au sud de la Vilaine vers les chaussées d’Angers et de Nantes 102 (18,5 %), faubourg méridional avec Saint-Hélier, la Madeleine et Cleunay 73 (13,5 %), Bourg-l’Évêque vers la route de Saint-Malo et les villages voisins 79 (14,5 %), le faubourg septentrional avec Saint-Étienne, Saint-Aubin, saint-Laurent, Saint-Martin, la rue Haute 106 (19,5 %). Les paroisses du “Grand Rennes”, à la limite du monde rural, se partagent les 53 derniers déshérités.
Il y a peu de pauvres dans la Cité, davantage dans la Ville Neuve à l’est, surtout près du pont Saint-Germain, et à Toussaints près du fleuve, beaucoup dans les faubourgs populeux : rue de la Madeleine, aux abords de la léproserie (31), rue de Saint-Hélier (34), rue du Bourg l’Évêque où vivent de nombreux artisans et commerçants aux revenus insuffisants (69), rue Haute. »

91Le faubourg Saint-Michel de Guingamp, auquel nous faisions allusion, quelques lignes auparavant, est dans une situation dramatique en 1475. Plusieurs fléaux se sont abattus sur cette partie de l’agglomération : la peste qui a tué, aux dires d’un témoin, 916 personnes, un incendie qui a ravagé presque toutes les habitations d’une rue, la fuite de la plupart des estagiers survivants, soumis au régime fiscal du fouage, d’autant plus injuste que la ville close et le bourg Sainte-Croix voisins en sont libérés.

92Un bilan peut être dressé à partir de l’enquête conduite par Pierre Le Cozic, sénéchal de Tréguier, et du témoignage de notables, de prêtres, d’anciens esgailleurs et collecteurs d’impôt.

  • 27 J.-P. Leguay, Guingamp au XVe siècle, MSHAB, tome LVI, 1979, p. 101-125.

« Il ne reste plus dans le treff Saint-Michel de Guingamp (la trêve ou subdivision de la paroisse) que 291 chefs de famille, dont 74 totalement démunis (25,5 %) et le reste n’est pas en état de supporter la charge de 71 feux fiscaux. Le texte est très net sur ce point : “lesquielx par povrecté et vieillesse ne povent bonnement gaigner leur vie ne contribuer”. Les maisons abandonnées se chiffrent à 200, disent les témoins et corroborent les enquêteurs : 105 sont en ruines et irrécupérables, le reste en mauvais état, mais susceptible d’accueillir de nouveaux locataires. La désolation règne dans ce faubourg. Dans 148 cas, le propriétaire ou le locataire est décédé ; dans 52 cas, il a fui d’abord la maladie et le feu puis les excès de la fiscalité. Sur ces 52 déguerpis, 12 sont allés se réfugier dans la ville close (23 %), curieux moyen d’échapper à la peste, 7 dans d’autres quartiers péri-urbains exonérés de fouage (13,5 %). Les autres sont partis ailleurs, à la campagne, dans d’autres villes, parfois très loin jusque dans le Léon. Il est rare de rencontrer une description aussi précise de la misère, fruit de la conjonction d’une épidémie à répétition, d’un incendie catastrophique et des abus commis par les agents du fisc, trois fléaux caractéristiques de la fin du Moyen Âge. Le quartier n’était pas, cependant, très riche à l’origine puisque des maisons étaient abandonnées depuis 20 à 25 ans, ce qui explique peut-être la virulence de la peste sur une population sous-alimentée et misérable27. »

93❍ Des totaux partiels sont donnés par les archives fiscales.

  • 28 ADLA B 2988 – M. Lebois, La vie rurale en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1365-vers 1525-1530), th (...)

94Nous avons quelques indications fragmentaires sur la pauvreté dans d’autres localités. Les enquêtes contenues dans le registre de la réformation des feux du duché apportent des compléments utiles pour une période qui s’étale de 1425 à 1440. Les commissaires se sont surtout intéressés aux campagnes mais il leur arrive d’examiner le cas de petites villes ou les faubourgs des plus grandes. Dans la catégorie des exonérés figurent des déshérités, incapables de payer. Ils sont appelés desbâtis, desherbregés, pauvres veufves et plus généralement pauvres et mendiants. La seconde expression pourrait être réservée aux personnes sans domicile fixe. Leur nombre est parfois considérable : 108 à Guérande, 29 à Rochefort, 42 à Saint-Mahé de Quimper, 19 à Saint-Michel de Quimperlé, 77 à Lesneven, 28 à Châtelaudren, 42 à Saint-Germain de Rennes, 27 dans les villages autour de Saint-Brieuc, etc. Certains totaux étonnent et, dans le silence des textes, on peut tout supposer. La présence de 51 maisons frostes à Châteaugiron en 1440 incite à penser qu’un raid de routiers a provoqué des ravages effroyables dans cette petite cité entre Rennes et les Marches d’Anjou. Une peste, un incendie ou toute autre calamité ont des incidences locales considérables. Pour l’ensemble du duché, paroisses rurales comprises, les pauvres, exonérés de fouage, représentent une moyenne de 10 %. Mais, on atteint 14 % à Guérande, 37,5 % à Rochefort, 47,5 % à Lesneven, 40,5 % à Notre-Dame de Dol, 33 % à Châtelaudren, 43 % à Châteaugiron, 19 à La Chèze et à Notre-Dame de Jugon28.

95Une étude sur la population nantaise de M. Le Mené a observé que dans les années 1479, 250 à 300 familles nantaises, soit 15 % du total, vivent dans le dénuement. Si on en croit les comptes de la fabrique de Saint-Nicolas, 8 % d’entre elles sont même dans une situation dramatique et leurs membres fournissent le contingent habituel des mendiants dans les rues ou des secourus dans les hôpitaux.

La prise de conscience du danger

96Dès l’Antiquité et plus tard, au Moyen Âge, le risque potentiel d’infection pour les biens portants a été pris en considération. Si le mot pollution n’est pas encore utilisé, on ne méconnaît pas, à défaut de recherches bactériologiques, ses causes naturelles (déchets, eaux sales, excréments), chimiques (les gaz et les vapeurs empoisonnées), mécaniques (les gravats), les odeurs répulsives, les maladies et la contagion. Une mesure « écologiste » avant l’heure réclame « que l’air dans lequel tu vis soit clair, pur de tout poison et qu’il ne sente pas mauvais ».

L’omniprésente présence de « l’immondice et du putride »

97La toxicité est perceptible sur le pavé, dans les habitations.

  • 29 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Éd. Ouest-France, 1984 & « La laideur de la rue polluée (...)

98❍ Les chaussées sont souvent décrites comme des couloirs sales, foireux, pleins de fange, de vase, de merde et autres vilenies et ord (ordures), de bourriers, framboiz, infection, bétumes, et viscositez, etc. La richesse du vocabulaire ordurier dans nos écrits en dit long sur une cruelle réalité29.

99Les enquêtes montrent les origines complexes de ces « infections » qui assaillent le seuil des habitations.

100La pollution domestique résulte d’une accumulation de résidus provenant des nécessitez, du lascher des eaulx des humains qui ne sont pas auto épurés. On fait ses aysemens et souillures, on crache n’importe où au Moyen Âge, sur le pavé, dans le caniveau central, dans les cours des immeubles, dans les ruelles ou dans les passages. Les malotrus ont aussi la fâcheuse habitude de déverser des fenêtres les liquides nauséabonds de leurs pots à pipi. On nomme alors merderons des ruelles ou des ruisseaux particulièrement repoussants. Des enquêtes de incommodo faisant suite à des clameurs laissent entrevoir des égouts percés, des abattoirs ou champs des douleurs à même le pavé (Le Champ-Dolent à Rennes). De telles négligences sont incompatibles avec l’intérêt public mais de tradition : « Messieurs, nos pères y ont chié, j’y chions et nos enfants y chierons », disent sans vergogne les responsables municipaux de Troyes en Champagne à propos d’une ruelle à usage collectif ! Bien des immondicités sont aussi d’origine animale. L’élevage vicinal des volailles, des porcs, de chevaux dans des étables se double de l’existence de tueries ou écorcheries, d’animaux errants, chiens, chats, voire bêtes sauvages en hiver nécessitant de grandes battues. La pollution chimique n’est pas réservée à nos civilisations industrielles et s’avère aussi redoutable que la pollution biologique. Un site urbain peut être naturellement malsain (les vasières malouines). Au fur et à mesure de l’extension du tissu des villes entre le Xe et le XIVe siècle, de nouveaux quartiers sont conquis sur des terrains spongieux jusqu’ici inoccupés ou livrés à l’élevage (Rennes-sud et le Pollieu). La situation initiale défavorable peut encore s’aggraver avec l’installation d’activités qui corrompoient l’air, le sol et l’eau des rivières et des canaux indispensables à leur exercice. On était en droit de redouter, à cette époque et à haute dose, l’argile à potier volontairement laissée pourrir dans des caves, des peintures à base d’oxydes métalliques, des substances animales et végétales toxiques, des mordants comme l’alun, le tartre, la soude, l’urine, la fiente de poule ou les excréments de chien dont les sécrétions qui servent de détergents et accélèrent la fermentation et la putréfaction des fibres, sont aussi utilisées en tannerie. N’oublions pas que la laine brute contient jusqu’à 30 % d’impuretés qui s’échappent dans la nature une fois les opérations de tri, de cardage, d’élimination du suint, de traitement achevées. La pollution hydrique menace surtout les cours d’eau qui ont un débit trop lent pour assurer leur auto épuration. Les ruissels sont loin d’être ces joyaux, ces beautés enchantées des poètes d’antan.

  • 30 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 1999 & « Les mauvaises odeurs, flé (...)

101Les nuisances mécaniques, si fréquentes de nos jours avec les détritus non périssables, existent, à proximité des ateliers de potiers des tuileries, des chantiers. Les citadins ont tendance à laisser traîner dans les rues des matériaux de construction, des outils, des gravats, de vieux chiffons. La toxicité semble s’être aggravée à la fin du Moyen Âge pour des raisons qui tiennent à l’évolution des villes et à la conjoncture. La construction ou la reconstruction des remparts à l’époque de la guerre de Cent ans, la croissance des centres puis des quartiers périphériques, la densité des tracés viaires, l’épaississement du tissu urbain avec l’arrivée de nouveaux venus et l’apparition de véritables immeubles à côté des maisons particulières, ont contribué à développer et à entretenir la fange. Le rempart, base matérielle de l’identité urbaine, orgueil de toute une population, garde et amplifie les nuisances, retient la saleté individuelle et collective, le ruissellement des eaux, les déchets organiques, même si des conduites maçonnées, des trous ou pertuys, des puisards sont prévus dans le mur d’enceinte30.

  • 31 G. Fagniez, Documents sur l’industrie et le commerce, Paris, Picard, 1900, p. 42.

102❍ L’étroitesse des rues, réduites à des successions d’étranglements et d’élargissements, de croisées, de coudes et de biaisements, ne favorise ni la propreté, ni l’aération, ni la clarté. Un extrait du Livre du Châtelet de Paris, en date du 13 juin 1320, qui serait valable pour n’importe quelle ville armoricaine montre que les artisans et commerçants ne peuvent se satisfaire de l’exiguïté de leurs logements : « des voieries et des estaulx is parmy les rues dont il n’y a si petite poraiere (marchande de légumes) ne si petit mercier ne autres quelconques qui mette son estal ou auvent sur rue qu’il ne reçoive prouffit et si en sont les rues si empeschées que pour le grand prouffit que le prevost des marchans en prent, que les gens ni les chevaulx ne pevent aler parmy les maistres rues31 ». Les rues sont en effet si étroites, qu’elles sont à peine suffisantes pour laisser le passage des véhicules et des chevaux.

103Les artères principales, les pavés ou grandes rues, en nombre limité, dépassent rarement les cinq à six mètres de large, dix mètres est une exception. La moyenne s’établit autour de quatre à cinq mètres. Beaucoup de voies s’identifient à de véritables couloirs assombris par les encorbellements des maisons. Nous savons, par exemple, que la ruelle, qualifiée de « chemin », reliant la vieille Cité de Rennes à la porte Aivière n’a que 7 pieds de large (2,30 m) et pourtant c’est une des plus fréquentées de la ville puisqu’elle dessert le port Saint-Yves. Les rues de la Psallette, du Griffon, des Lauriers, de la Miterie autour de la cathédrale sont si étriquées que déplacer une poutre de grande dimension pour un échafaudage pose des problèmes presque insolubles. Même dans la Ville Neuve et à Toussaints, où l’espace est apparemment moins compté, on rencontre couramment des venelles de 3 à 6 pieds, c’est-à-dire de moins de 2 m. Une anecdote pittoresque dans sa grossièreté confirme l’étroitesse des rues de Rennes. Les merciers font réparer, en 1475, le toit de l’aile de la cohue dont ils ont la responsabilité. Les couvreurs et les charpentiers à leur service menacent d’abandonner le chantier si des plaisanteries de mauvais goût de consommateurs éméchés d’une taverne voisine ne prennent fin immédiatement. Des fenêtres des étages de cette maison « lom pissoit et gectoit ordures et choses infectes sur yceulx oupvriers » !

104Les difficultés de circulation sont encore aggravées par la présence d’escaliers qui permettent de compenser la raideur des pentes et d’éviter les dépenses d’aplanissement (Morlaix), par d’innombrables passerelles branlantes franchissant les ruisseaux et les bras divaguants des cours d’eau (Rennes), par la sinuosité et les décrochements en baïonnette de nombreuses voies que traduit parfaitement l’expression Courbe Rue, fréquemment employée (Lamballe, Saint-Brieuc), par les saillies des perrons et des piliers des maisons. Les municipalités se sont quelquefois inquiétées d’une pareille situation et nous voyons, par exemple, celle de Nantes prendre des mesures pour régulariser certaines chaussées, quitte à restreindre ou même à supprimer les seuils d’hôtels particuliers pour les mettre « à la ligne des autres maisons voisines ».

105L’étroitesse des artères est telle que les moindres travaux entrepris à des bâtiments officiels prennent une dimension inusitée et provoquent des dommages considérables aux habitations voisines, obligeant les miseurs à verser aux propriétaires lésés des indemnités compensatrices.

106❍ Il existe enfin une aggravation conjoncturelle, des moments plus dangereux que de coutume où la rétention de l’ordure se révèle inquiétante. Les périodes défavorables dans une année correspondent aux canicules estivales qui accentuent la décomposition, provoquent souvent des recrudescences de fièvres (typhoïde), des troubles rénaux et intestinaux dus à l’absorption de boissons et des nourritures souillées. Les gros orages provoquent un phénomène de glissement de boue, lorsque l’eau dévalant les chaussées monteuses, les degrés ou escaliers entraîne les détritus, par coulées successives, dans les bas quartiers, sur les places, devant le parvis des églises, finalement contre les vantaux des portails d’entrée qui finissent par être bloqués. Le danger s’aggrave aussi avec l’afflux de la foule à certaines occasions : à chaque foire et marché s’accumulent dans le minimum d’espace le maximum de denrées putrescibles, de bêtes de sommes et de gens dont l’hygiène n’est pas la préoccupation dominante (place du marché de Quimperlé).

Le risque « d’infection épydémi(qu)e »

  • 32 J.-P. Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2005 & « La pollution de l’air (...)

107Les gens rencontrés sont totalement démunis devant beaucoup de fléaux de la nature. Les seules mesures prises contre un desris consistent à lier les piles des ponts avec des cordes ! Les incendies ne seront pas combattus efficacement avant les Temps modernes (et encore !) quand on interdit aux Nantais de stocker des matières inflammables, la résine et la poix, et quand on les oblige à détenir préventivement des tonneaux et des cuves remplies d’eau32.

108Si le corps médical méconnaît l’origine microbienne d’autres fléaux et est incapable de les enrayer, quelques précautions, inspirées par la prudence et le savoir empirique des guérisseurs ne sont pas dépourvues de bon sens.

109❍ La peur d’une maladie perçue comme contagieuse et causée par le maulvès her ou l’air infect et corrompu, incite à la prudence qui débouche sur des mesures concrètes, observées en temps de guerre ou en période d’épidémie.

  • 33 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, Rennes, rééd. PUR, 2007.

110De fâcheuses réputations, entretenues par la rumeur, collent à des villes. Beaucoup sont signalées, de toute antiquité (sic), comme infectes. Le bourg de Châteaubriant est encore jugé sale et désagréable au XVIIe siècle quand le voyageur Dubuisson-Aubenay visite notre province33. Lamballe est une ville sale, mal pavée, où les eaux stagnent et croupissent. Saint-Malo respire les odeurs fétides de ses grèves qui servent de dépotoir public. Ce rôle est rempli à Concarneau par « une grande venelle par laquelle s’évacuent les eaux et les ordures » de la rue principale. Le secteur du Pont-Bouillon à Antrain porte bien son nom à une époque où les bouillons sont synonymes de mares de boue !

  • 34 J.-P. Leguay, « Les problèmes de l’hygiène à Nantes au XVe siècle », Revue 303, no 98, 2007, p. 20 (...)

111La conscience du danger, des risques encourus, de la « contagion de ladite maladie », selon un texte nantais du 5 avril 1463, est déjà en soi un progrès. Les fabriqueurs de Saint-Saturnin de Nantes dénoncent les « bourriers, infections et immondicitez » que les boulangers de la paroisse et leurs livreurs font avec leurs chevaux au pignon de l’église qui est un sacres lieu et dans un quartier qui est « ung des lieux plus haute des gens notables de ceste ville ». Des riverains sont dénoncés comme fauteurs de peste (pollueurs) : ceux qui « gictoient les chiens, tripent et ventres de beufs », qui font partout leurs aysemens et souillures, qui utilisent la chaussée pour installer des fumiers, des chaudières, des pelains à sécher les peaux ou les draps, construisent des cabinets à ciel ouvert34.

  • 35 AM Nantes BB 4, fo 56.
  • 36 D. Laporte, Histoire de la merde, Paris, Éd. Christian Bourgeois, 1978, p. 10-14 – H. P. Duerr, Nu (...)

112De là à conclure qu’un tel air infect et corrompu est source de dangereuses infections, il n’y a qu’un pas à franchir, déjà repris dans les conclusions de certaines enquêtes. La peur de la pestilence conduit les autorités nantaises à dénoncer les pratiques des bouchers et des poissonniers de la ville en ces termes : « pour ce que les bouchers à présent vendent la chair par les rues à découvert où il peut tomber ordure qui causerait par le temps de chaleur, qui s’offre maladie de peste en la ville, est ordonné que les bouchers iront vendre leur chair en boucherie35 ». Ainsi les menaces de pestilence sont évoquées dans l’affaire du conduit de Trégetin à Rennes, consécutive à une clameur qui se propage en 1463. Les domiciliés du quartier de la Baudrairie, de la place des Porches, de la rue de la Parcheminerie, au cœur de la vieille Cité, se disent incommodés par les émanations d’un égout qui débouche à l’air libre à un moment de son parcours. Des riverains ont eu la fâcheuse idée de brancher des tuyaux de privées sur le collecteur qui s’évacue mal. L’infection menace toute la ville et le danger de peste constitue l’argument majeur des magistrats pour engager de grands travaux de rénovation36.

Une prophylaxie limitée, les premières mesures « écologiques »

113La crainte a parfois été salutaire et la prise de conscience du péril incite les autorités à prendre des mesures prophylactiques, élémentaires certes, mais bien nécessaires. Un processus d’isolement, de répression, de secours, s’engage dont la communauté peut tirer quelques modestes profits.

114❍ Certaines mesures consistent à isoler les malades dangereux comme ce fut fait, dans le passé, pour les lépreux, « à les faire vuider hors (la ville close) », à seeller, clore et fermer leurs maisons, à brûler les couetes et aultres biens.

115Les pestiférés encore en vie sont parqués dans des locaux de fortune (un pressoir, une chapelle, une maison de location), au mieux logés dans l’unique salle et dans un lit à deux ou trois places d’un hôpital disposant de « matières de médecines… pluseurs drogues et remydes conservatiffs », d’un médecin salarié et courageux pour rester, d’un barbier-chirurgien et d’un personnel bénévole « de bonne renommée et d’ancien easge »… « pour pancer les malades de peste ». Les morts sont enterrés à la sauvette dans un coin de cimetière ou dans une fosse commune, à l’abri des regards. Un médecin nantais, maître Christophe Martin, ouvre le 25 mai 1463 le corps d’une pauvresse, décédée subitement, mais aucun rapport n’est rédigé sur cette surprenante et précoce autopsie.

116❍ La saleté ambiante a fini par inquiéter les responsables municipaux qui ont compris que « les corruptions et les infections étaient nuisables à corps humain ». Chacun a en effet la fâcheuse habitude de jeter ses ordures devant sa porte, dans les ruisseaux voisins, dans les douves, au risque de corrompre l’atmosphère. En 1479, la municipalité de Rennes « doit clore et maczonner deux canonnières estantes en hault de la vieille tour du portail de Saint-Michiel et faire couvrir de pierre d’Orgière les creneulx estans sur ledit mur en l’endroit des faulces braies (éléments de défense) pour garder que les habitans n’y feissent leurs aysemens ».

117Des ordonnances municipales veulent interdire la présence d’abats putréfiés, de fumiers et de détritus devant les portes et obligent les particuliers, sous peine d’amende, à balayer devant soi, à enfermer les porcs qui servent pourtant d’éboueurs patentés (Fougères), à interdire leur présence dans les boutiques d’alimentation (statuts des boulangers de Rennes en 1450). On condamne les ruraux ou les marchands qui laissent leurs animaux uriner et déféquer contre les murs des églises, des cimetières (à Quimperlé, à Saint-Saturnin de Nantes), contre les puits, les fontaines publiques, les portes d’une enceinte. On condamne en priorité « ceulx qui gictoient les chiens crevés, les tripes, les ventres de beufs » dans les fossés.

118La viabilité des chaussées est à l’origine d’ordonnances qui s’efforcent de déplacer, loin des quartiers surpeuplés, des métiers polluants et bruyants, ceux qui utilisent des drogues puantes, des « peaux en paste et en alun degoutentes » (les boursiers rennais, les parcheminiers). Les boulangers de Rennes sont seulement tenus de se faire couper la barbe et les cheveux une fois toutes les trois semaines, de porter des chemises propres et d’éviter de pétrir la pâte si leurs mains sont infectez d’ulcères.

119❍ Des travaux importants commencent à figurer dans les comptes municipaux mais leur intérêt passe toujours après les préoccupations militaires, les réceptions, les dépenses administratives. L’aménagement de cabinets collectifs avec des tuyaux branchés sur les collecteurs n’est pas un luxe à une époque où les installations privées sont un rare signe d’aisance (Rennes). Les mots curage et purgation en disent long sur l’état des lieux et l’immensité de l’œuvre à accomplir !

120– Le recul de la pollution commence avec le caniveau et surtout l’égout. L’effort de purgation se traduit par des réalisations qui débutent par l’usage de simples rigoles le long des façades des maisons puis de caniveaux. Il n’est pas toujours aisé de distinguer l’apport du passé antique et celui des temps médiévaux. Le Moyen Âge en conserve l’usage. Le simple fossé, creusé à même le sol, franchi par une passerelle de bois, est aménagé le long des façades des immeubles. L’eau qui ruisselle sur les pavés bombés s’y déverse, entraînant la boue et les déjections animales. Des anecdotes ou des procès-verbaux d’enquêtes judiciaires racontent comment des passants éméchés se coinçaient les pieds dans ces rainures, s’y embourbaient et s’y noyaient. Une rigole peut être installée au milieu de la chaussée, au point de rencontre des deux sections de pavés dont le profil en pente favorise l’écoulement du filet d’eau. La présence de caniveaux, bien cimentés, constitue, en soi, un mieux-être et est un révélateur du degré d’occupation d’un secteur récemment urbanisé et du percement de nouvelles rues. De tels équipements, pratiques mais sommaires, sont vite saturés, nuisent à l’esthétique urbaine et leurs exhalaisons peuvent être redoutables avec les chaleurs estivales.

121Le Moyen Âge a récupéré des réseaux d’égouts antiques creusés sous les cardines, servant autant à drainer les eaux de pluie et l’eau des fontaines à écoulement continu que les saletés jetées sur le pavé. Il y a ajouté ses propres créations. Des cloaques du passé encore en usage au XVe siècle ont été retrouvés à Rennes dans la Cité, à Vannes ; le plus important, légèrement voûté atteint 65 à 80 cm de large et 65 cm à 1,20 m de hauteur et est muni d’un radier dallé.

122Des mentions de nouveaux égouts, conçus pour dégager des quartiers englués dans l’ordure et nauséabonds, desservent des quartiers récents à Toussaints de Rennes, à Saint-Pol-de-Léon. Nous avons pu reconstituer une canalisation à Fougères qui part de la Grande Rue du Bourgneuf et débouche, par un orifice, dans les douves près de la tour Denysot. D’autres installations sont aménagées, à grands frais, à Nantes pendant la seconde moitié du XVe siècle avec des tous (puisards) comme le tou du Larron à Saint-Nicolas ou celui de la Monnaie, des érusouers (bouches d’évacuation) munis de grilles dans les quartiers du Bouffay, de Brient-Maillard, près des Carmes, de l’église Saint-Nicolas, du pont de la Madeleine. Le rôle rentier de la ville de Rennes dressé en 1455 et les comptes des miseurs sont plus explicites encore puisqu’ils donnent des précisions sur plusieurs collecteurs rénovés et étendus de la vieille Cité, de la Ville Neuve et du quartier méridional au sud de la Vilaine. Les murs latéraux sont en simple maçonnerie, mais les voûtes sont en belles dalles des carrières d’Orgères. Ces nouveaux réseaux traversent les remparts, passent sous les portes des enceintes, sont munis de bouches d’évacuation grillagées.

123– La pose de toises de pavé constitue un mieux mais n’élimine pas la totalité des boues et des mauvaises odeurs.

124Quelques rues, certainement pas la totalité, sont désormais protégées par un revêtement de pierre et méritent pleinement le nom de « pavé » qui leur est donné. Cette protection n’est pas un luxe sous un climat pluvieux, mais une nécessité. L’appellation de marre et bouyllon donnée à des passages difficiles, au sortir de l’hiver, est suffisamment imagée pour se passer de commentaire ! Des travaux de voirie sont attestés aussi bien dans de petits centres tels que Guingamp, Moncontour ou Tréguier, qu’à Fougères, Nantes, Quimper, Rennes, Saint-Malo, Vannes et Vitré. Des taxes dites de pavaiges sont spécialement créées dans cette intention et frappent de préférence les chevaux, les véhicules et les marchandises pondéreuses qui détériorent les chaussées. Avec plus ou moins de régularité, les communautés urbaines affectent des sommes à l’entretien de leurs artères et les dépenses effectives atteignent 9 % du total à Nantes en 1467, 14,5 % à Guingamp en 1447, 17,5 % à Rennes en 1483. Dans cette dernière localité, la moyenne calculée sur les trois quarts d’un siècle est légèrement supérieure à 5 %. Aussi, des carrières de pierre dure, convenant parfaitement à l’usage demandé sont-elles mises en exploitation à Landemorin dans le faubourg Saint-Hélier de Rennes, à Saint-Donatien, à la Haie-l’Évêque et à Miseric près de Nantes.

125Des paveurs professionnels font leur apparition dans nos villes, véritables entrepreneurs, se succédant parfois de père en fils ; nous en avons compté huit à Rennes dont les membres des familles Cuilleriez, Ripvière et Bigot, une quinzaine à Nantes, d’autres ailleurs. Enfin, les conseils de fabriques, les hôpitaux, les particuliers sont invités à participer à l’effort collectif et à entretenir plus spécialement les parvis des principaux sanctuaires.

126Mais cette œuvre, aussi importante soit-elle pour l’avenir, n’en demeure pas moins insuffisante, critiquable. On peut tout d’abord reprocher aux édiles locaux de placer, dans l’ordre de leurs préoccupations, la voirie bien après le rempart, l’artillerie, les ambassades et les banquets !

127L’investissement militaire, les frais de représentation immédiats priment et relèguent au second plan les infrastructures. Cela se ressent non seulement dans le dispositif des comptes puisque les pavés, ces parents pauvres, sont toujours placés à la fin des registres, mais aussi dans l’irrégularité des frais et des travaux engagés d’une année pour l’autre, dans leur absence totale parfois. L’œuvre réalisée manque de cohérence, ne semble pas obéir à un plan d’ensemble mais répond à la nécessité impérieuse de combler d’impressionnantes fondrières, de dégager les accès après un hiver rigoureux, après des inondations catastrophiques. L’impression de perpétuel rapiéçage, dénoncée pour Rennes, se trouve confirmée à Nantes et la formule attaches de pavés est déjà limitative en soi. Il n’est pas exclu que le favoritisme ait joué dans ce domaine comme dans d’autres. Il y a trop d’allusions dans les comptes à de menus travaux à l’entrée du clos de Monseigneur X… ou du riche marchand Y…, l’un et l’autre influents au Conseil ducal pour ne pas y voir la manifestation de pressions sur les assemblées communales ! Pour des raisons d’économies, on emploie davantage le pavé relevé que le pavé neuf et les matériaux de réemploi n’ont pas forcément le même usage. Enfin, nous avons déjà dénoncé à Rennes la faible importance des travaux accomplis intra-muros, dans la Ville Neuve et à Toussaints (7 % du total), au bénéfice des faubourgs. Est-ce à dire que les pavés étaient déjà réalisés bien avant le XVe siècle ? Pourtant la durée de vie de pavés usés par les roues de charrettes excède rarement un demi-siècle. Il apparaît à Nantes que certains endroits sont également privilégiés : les ponts en direction du Poitou, le « grand chemin » de la porte Saint-Pierre vers Saint-Donatien et vers Angers et la France, les ports « Brient Maillard » et Communeau, les parvis des églises et la place du Change. Le bilan général paraît insuffisant ce qui ne surprendra aucun historien des villes et justifie les doléances des marchands et des fermiers des impositions.

128– Les édiles se soucient désormais de l’extension des latrines publiques et privées, d’encourager l’aménagement de retraiz, de privés ou de nécessités à domicile pour remplacer le traditionnel urinal fabriqué par des maîtres verriers, le pot de terre, la chaire de retrait en bois, garnie de tissu et de dentelle. C’est un vœu pieux qui est loin d’avoir été exaucé dans tous les quartiers et en tout lieu. Les riverains continuent de faire leurs aysemens et souillures n’importe où, dans des ruelles, dans les guérites des veilleurs. Des ordonnances municipales fixent les modalités de construction des nouveaux ouvrages, munis d’anneaux de bois et de canalisations en terre cuite : « Qui fait glaçoirs, c’est a scavoir aisance contre mur mitoyant ou aucun mur dans moyen, il doit faire contre mur d’un pied d’espez ou de l’espesseur en tel cas accoustumée entre les maçons, pource qu’autrement la fiente et le pissat pourriroit ledit mur. » Elles précisent aussi les droits d’usage entre riverains copropriétaires, les charges et servitudes.

129L’usage se répand de placer en hauteur les cabinets publics, même si on parle de chambres basses, le plus loin possible des lieux de séjour, dans des guérites saillantes ou en bretèche, dans une tourelle d’angle, sous une galerie, au sommet d’un escalier en colimaçon. La plupart se vident dans un fossé ou merderon, dans une rivière, ou sont branchés sur un égout. L’habitude se prend de faire appel à des maçons pour les chausser en bonne pierre et de les munir de canalisations appropriées. Des vuidangeurs sont quelquefois mentionnés dans la Très Ancienne Coutume de Bretagne. Ce sont tantôt de pauvres tâcherons, tantôt des professionnels, pratiquant le nettoyage et l’évacuation au forfait, et détenteurs d’un monopole lucratif réservé, selon un poème parisien plein de fiel du XIIIe siècle, aux Bretons un peu benêts.

130– Un service de répurgation, de curement des voiries, se met lentement en place dans les plus grandes villes du duché, décision utile qui débouche sur une nouvelle fiscalité, des taxes d’entretien dites de pavaiges à multiples usages (Dol, Rennes) ou des contributions spécifiques d’un denier par semaine et par maison et d’un denier par somme de marchandise amenée à Nantes. Pendant un temps, on se borne à évacuer le trop plein, à faire appel à « des compagnons forts et propices » ou aux agents municipaux, aux portiers des principales entrées (Nantes, Vitré). Puis les édiles passent des contrats épisodiques avec des charretiers ruraux, des banneliers, chargés du curage avec leur matériel de transport, leur banneau, et leurs aides. C’est le cas à Nantes ou à Quimper dans les années 1494-1496. Un gros progrès est réalisé à Nantes en 1519 quand la ville demande à Michel Le Nain de passer deux fois par semaine dans les rues, le mardi et le vendredi, de 5 heures du matin à 6 heures du soir avec un tombereau, un serviteur et deux chevaux, pour la somme de 50 livres.

131L’avulsion et le stockage des bourries, des détritus et des gravats réclament aussi plusieurs solutions. La première consiste à utiliser l’ordure comme talus d’un rempart, comme remblais, comme engrais. On a aussi exploité l’ordure, la fange des fossés, des ruisseaux et des rigoles près des façades des maisons pour engraisser les jardins et les tenures maraîchères. La méthode, la plus courante qui consiste à creuser de nouveaux puits perdus appelés trous-punais, creux à fumier, obéit à cette politique hygiéniste. Les ancêtres de nos déchetteries sont assez éloignées des centres pour qu’une ville ne soit pas « encerclée ou traversée par l’ordure ». Ces excavations ont la forme de tonneaux ou de caissons ovales ou carrés, atteignant plusieurs mètres de profondeur et sont renforcées par des madriers ou empierrées pour que les infiltrations ne nuisent pas aux jardins. Il subsiste encore trop de buttes à ordures qui empestent l’air et contribuent à exhausser le sol. La terre noire de ces dépotoirs a livré aux archéologues des tessons de céramique, des monnaies, des verreries. Des chantiers de trous perdus, de puisards « pour sarrer la fange et la bouter hors des murs » sont mentionnés dans les comptes des miseurs à à Nantes sur des terrains vagues, trop près de la cathédrale Saint-Pierre, à l’emplacement de l’actuelle Préfecture. On en creuse dans les grèves vaseuses de Saint-Malo, dans les prairies de la Petite Hanne, dans une île de la Loire près de Saint-Sébastien, dans l’agglomération nantaise. À l’inverse, la peur de l’infection incite des municipalités à créer des zones interdites.

132❍ L’eau potable est rare et de mauvaise qualité et chaque localité est un cas. Une ville comme Saint-Malo manque tragiquement d’eau pendant toute une partie de son histoire. Le rocher qui lui sert de site est aride. Les rares puits fournissent une eau saumâtre et les bourgeois sont obligés, comme les Vénitiens, d’utiliser des citernes pour recueillir et retenir l’eau de pluie. La plupart des villes ne disposent que d’une unique fontaine publique intra-muros, de deux ou trois autres dans les faubourgs aux limites des champs et d’une poignée de puits privés, signes manifestes de richesse. C’est notamment le cas à Antrain, à Carhaix, à Châteaubriant, à Concarneau, à Fougères, à Hennebont, à Lamballe, à Lannion, à Saint-Aubin. Malestroit est exceptionnellement avantagé puisque nous avons compté dans les rentiers jusqu’à huit points d’approvisionnement. Ce sous-équipement se fait cruellement sentir dans les grandes villes de plus de dix mille habitants comme Nantes et Rennes. La rareté de l’eau explique l’importance que revêtent dans beaucoup de cités les places de la pompe, les rues de la fontaine, lieux de « rendez-vous » quotidiens des femmes qui viennent remplir leurs rangeots ou leurs bues et cancaner.

133De plus, l’eau n’est pas filtrée, est souvent terreuse, polluée par les résidus des tanneries et des boucheries, par l’infiltration des matières organiques qui proviennent des fosses d’aisance, des égouts et des cimetières. Les eaux des fleuves et des ruisseaux, employés comme dépotoirs, sont inutilisables. Dans ce domaine, le Moyen Âge accuse un retard sur l’Antiquité ; certaines installations gallo-romaines ingénieuses, comme à Carhaix, ne semblent pas avoir été conservées.

  • 37 AM Guingamp CC7 (1465-1466) et CC 8 (1476-1477).

134Des mesures sont pourtant prises localement par les autorités pour pallier ces insuffisances. Les Carmes de Saint-Pol de Léon ont amené l’eau à leur couvent par tout un système de tuyaux branchés sur une fontaine voisine. Les Cordeliers de Quimper ont fait de même et leur pompe sert aussi aux manans et habitans de la ville. Un accord passé entre les autorités religieuses et les seigneurs du Clos-Poulet permet, à partir des années 1432-1438, de faire venir l’eau des coteaux de Saint-Servan à Saint-Malo. Les canalisations traversent le marais du Talard et aboutissent à une fontaine publique et à un abreuvoir près de la Grande Porte. C’est une œuvre originale pour l’époque, mais bien insuffisante ! Le débit de cette fontaine, calculé en 1843, ne dépasse guère les 60 m3 par vingt-quatre heures et assure à chacun 7 litres journaliers ! Les bourgeois de Guingamp ont mis sur pied tout un réseau d’alimentation en eau potable partant d’une « pompe » appelée la plomée. Le duc Arthur III a accepté de financer en partie l’ouvrage sur les deniers d’un impôt sur les vins et en octroyant généreusement aux bourgeois la somme de 100 livres. L’eau vient d’une source qui jaillit à une demi-lieue du centre, sur le coteau de Montbareil. Des travaux ont consisté à amener cette eau en ville par un système ingénieux de canalisations, tantôt en terre cuite, tantôt en plomb, enterrées dans des tranchées et recouvertes de grosses pierres plates. Ces cheneaux traversent au passage des champs labourables, des jardins, des cours, avant d’aboutir à la rue de Montbareil dont la partie intra-muros prit le nom de rue de la Pompe. La réalisation a posé bien des problèmes. Il fallut indemniser les riverains dont les terres ont été saccagées, le blé séé ou scié à la faucille dentée par les ouvriers chargés de la pose et des soudures des tuyaux. L’eau, arrivée en ville, alimente plusieurs bassins en pierre, celui de Bourgezell sobszain, celui de la rue de Montbazaill et surtout la belle vasque aménagée au bas de la place de la cohue où les citadins viennent puiser quotidiennement leur eau potable37.

« Les Rennais ont essayé une première fois, vers 1425, de capter une source extérieure dite de la fontaine Souriz. Les résultats n’ont pas été encourageants et, longtemps, on s’est contenté de forer de nouveaux puits au fur et à mesure de l’accroissement de la population. Ce n’était pourtant qu’un pis-aller. Le pas décisif est franchi en 1494. Les responsables locaux s’entourent de toutes les précautions voulues, demandent l’avis de sourciers étrangers, normands, lavallois et parisiens, examinent diverses solutions proposées et, finalement, optent pour l’exploitation de deux sources situées dans la paroisse de Saint-Grégoire. L’eau est amenée par de gros tuyaux de bois (sic) et de terre cuite, garnis de colliers de fer et de plomb et aboutit devant la porte Mordelaise d’où elle est ensuite redistribuée dans toute l’agglomération. L’œuvre est, cependant, loin d’être achevée à l’aube des Temps Modernes. »

Les individus « gectés à l’ospital »

135Établir un hôpital était une œuvre recommandable au même titre que fonder une église, que de léguer des biens pour subvenir aux besoins des indigents. L’expression pro pauperibus revient sans cesse sous la plume des scribes. Lorsque le duc Jean III crée l’hôpital de Sarzeau et lui affecte 200 livres de rentes, il est bien spécifié que les deux tiers de la somme serviront à l’entretien des frères et un tiers est réservé aux pauvres.

  • 38 J.-P. Leguay, « Esquisse d’une politique sanitaire médiévale : les mesures sociales et médicales p (...)

136Le processus de formation de la carte hospitalière est ancien et chaque période, sensible à l’essor démographique et à l’élargissement de la clientèle, a marqué pour des siècles le paysage secourable38.

Les institutions secourables

137❍ À la veille de la guerre de Succession, la Bretagne possède un réseau d’établissements urbains, périurbains et ruraux.

138L’Église se devait par charité, par intérêt avec les legs reçus, par obligation rappelée à l’occasion d’un concile de prendre soin des pauvres malheureux dont faisaient partie les malades de toute nature, y compris les fous appelés forcenés, folastres ou lunatiques. Les premières installations du haut Moyen Âge, connues sous le nom de xenodochia, n’ont guère laissé de traces, si on excepte les infirmeries des monastères de Redon, de Saint-Samson de Dol.

139Il faut attendre les XIe-XIIIe siècles pour que le maillage se densifie, dans un contexte de développement urbain. La plupart des hôpitaux de cette génération sont le résultat de la volonté bienfaitrice de fondateurs privés, de membres du clergé séculier, des évêques, des chanoines, des prêtres fortunés. Les conciles faisaient obligation aux prélats sous peine de sanctions canoniques d’établir un hébergement secourable près de leur cathédrale. L’évêque Godefroy de Saint-Malo fait œuvre créatrice en 1252.

140D’autres fondations anciennes sont dues aux ordres militaires, Templiers et Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, aux ordres secourables comme les Antonins ou Antonites soignant le mal des ardents. Ces ordres disposent de commanderies, de succursales, de biens localisés près des côtes ou des carrefours routiers. Leurs établissements consacrent aux soins une part très importante de leurs revenus seigneuriaux, le produit des quêtes à la charité. Les frères de l’ordre du Saint-Esprit, apparu dans les années 1170-1180 à Montpellier, fondent un établissement à Auray. La commanderie bretonne devient vite l’une des plus riches des 414 créations dénombrées en Europe. Sa fortune s’étend jusqu’en Normandie et en Gascogne. Elle-même finit par détenir 24 filiales.

141Les ducs bretons se manifestent à l’occasion quand ils en ont les moyens. Jean III patronne un hospital pour povres à Sarzeau, tenu par quatre frères de la Trinité. Les premières fondations semblent pourtant davantage dues aux grands vassaux, aux simples seigneurs et à leurs épouses qui se doivent, pour le repos de leur âme, consacrer une partie de leur avoir à des œuvres salvatrices. L’hôpital de Dinan est créé dans la seconde moitié du XIe siècle à l’initiative de Ganne, épouse du seigneur Olivier 1er, l’hôpital Saint-Nicolas de Fougères par Raoul 1er vers 1160 et la léproserie de la Madeleine par Raoul II, celui de Vitré par André et Emma, seigneur et dame du lieu, vers 1175, la Maison-Dieu d’Ancenis par le sire Geoffroy en 1295, Landerneau par Hervé de Léon en 1336, etc.

142❍ Les deux derniers siècles, en période troublée, parachèvent l’œuvre déjà accomplie.

143La Bretagne continue de fonder des hôpitaux à une époque où les autorités civiles et religieuses doivent prendre en considération et atténuer les conséquences des guerres, des épidémies, des famines, des inondations et des incendies. Les drames de la fin du Moyen Âge n’interrompent pas le processus de formation d’une carte hospitalière.

144Les anciens fondateurs se retrouvent parmi les promoteurs, sauf les anciens ordres militaires détruits (les Templiers) ou ruinés. Le clergé séculier continue de s’occuper de secours mais moins qu’auparavant. Nous sommes à l’époque de la commende et du déclin des ordres religieux traditionnels. L’un des plus grands centres hospitaliers rennais est pourtant fondé, en 1358 deux ans, après un siège particulièrement éprouvant, par le chanoine Eudon Le Bouteiller, natif de Tréguier, qui fait l’acquisition d’une maison et d’un jardin. Bertrand de Rosmadeuc, évêque de Quimper, dote les hôpitaux de sa ville en 1431. On connaît par ailleurs la fondation de l’hôpital de Saint-Aubin-du-Cormier en 1466 par le recteur de la ville, Jehan Cochet, chanoine de Cornouaille. L’ordre des hospitaliers, fondé en Palestine, connaît des difficultés matérielles malgré l’annexion des biens du Temple à Clisson et son action est relayée par d’autres communautés dont font partie les frères Mendiants. Chaque couvent important héberge une infirmerie capable de recevoir des infortunés. Les Trinitaires de Rieux et de Dinan disposent de lits pour les miséreux depuis 1345 et 1368.

145Ce sont plutôt les nouveaux créateurs qui nous intéressent à la fin de l’époque médiévale et trois plus précisément. Les souverains et leurs lignages se manifestent davantage que par le passé, par charité sans doute, parce qu’ils en ont les moyens financiers et pour des raisons politiques qui sont, dans certains cas, évidentes. Charles de Blois, l’adversaire malheureux de Jean de Montfort, futur Jean IV, finance l’hôpital Notre-Dame de Guingamp en 1351, sa ville résidentielle préférée, le bastion de son autorité en Penthièvre avec Lamballe. Il contrôle Nantes et ses passages et c’est volontiers qu’il aide à la création de l’aumônerie de Tous les Saints ou de Toussaints sur les ponts en 1362. Au XVe siècle, Richard comte d’Étampes, frère de Jean V, tient en apanage la châtellenie de Clisson ; il y patronne l’installation d’un hôpital spécialisé dans le traitement du mal des ardents en 1433 et lui octroie des moyens d’existence.

146❍ L’essor tardif des villes a comme corollaire l’enrichissement d’une fraction de la haute bourgeoisie, des familles de négociants, d’artisans, d’hommes de loi, de financiers, de fermiers des impôts. Il n’est pas surprenant et conforme à l’esprit du temps que ces détenteurs de la fortune et de la puissance aient pris, dans leur propre intérêt spirituel, l’initiative de secourir les plus démunis. À partir du XIVe siècle, les fondations privées se multiplient : quelquefois des hôpitaux entiers, plutôt des lits, des dons en vivres, en literie, en onguents. Une certaine Jehanne la Petite dont nous ignorons tout, aide l’établissement Saint-Julien de Nantes à deux pas de la collégiale Notre-Dame. Un hôpital est fondé en 1412 près du pont Saint-Martin de Rennes par Guillaume de La Motte, sous le patronage de Sainte Marguerite.

147Ces gens riches animent des confréries de piété, placées sous la protection d’un saint Patron, associées parfois à une profession comme les merciers de Rennes. Des revenus substantiels permettent à ces institutions d’être charitables. L’hôpital Sainte-Anne de Rennes, installé dans le faubourg septentrional, rue Haute, doit son existence à l’association de dix organisations de métiers en 1340. C’est la confrérie bourgeoise de Saint-Yves qui est responsable de l’apparition de l’hôpital de Vitré.

148❍ En dehors des hôpitaux et des confréries, des secours individuels sont apportés aux miséreux.

149Il s’agit de soulager une poignée de déshérités particulièrement méritants. Des dons en habits, en vivres, quelques pièces viennent à propos aider un pauvre mendiant, un fou, un ancien officier, un accidenté. Après la prise de Fougères en 1449, la communauté héberge, dans une maison spécialement louée à cet usage, des familles qui ont fui leur cité dévastée et occupée par les Anglais. Au lendemain d’une grande bataille, les villes accueillent et soignent les blessés et les archives de Rennes conservent la lettre d’un mercenaire blessé en « 17 lieux de son corps » et qui, dans l’incapacité de regagner son pays, demande aux bourgeois de le recevoir et de le panser, en échange de quoi « il priera Dieu pour vous quil vous doint bonne vie et longue et paradis à la fin ».

150En principe, il n’est pas du ressort des communautés urbaines de s’occuper des enfants trouvés, certainement aussi nombreux dans les villes armoricaines qu’à Chartres au XVe siècle. Il est fait allusion dans les archives, surtout ecclésiastiques et hospitalières, à de pauvres bambins getés à l’hospital ou sur les champs et certaines formules sont cruelles dans leur laconisme : « un enfant malle qui fut trouvé près la perrière du Rouchez » ou « fut trouvée une fille sur la maczonnerie de l’église devant » (Vitré).

151Mais comme les conseils qui gèrent les paroisses se confondent parfois avec ceux qui administrent les villes, il arrive que, dans les comptes municipaux, il soit fait allusion aux dépenses engagées pour nourrir, loger et habiller les enfants abandonnés. Le cas se produit à Guingamp à plusieurs reprises. En 1457, un filz est ainsi déposé dans l’église Notre-Dame, devant le Crucifix. Une certaine Azenour Le Cozic le recueille un instant, en attendant que les officiers municipaux lui trouvent une nourrice. Finalement, les bourgeois l’expédient à la campagne chez un particulier qui accepte de le prendre et de s’en occuper pour la somme dérisoire de 42 sous 6 deniers par an. L’enfant reçoit de la ville un trousseau comprenant un bonnet rouge et des vêtements taillés dans du drap d’Angleterre et dans du blanchet, le tout estimé à 10 sous 5 deniers. Ce pupille de la cité vit encore en 1465 puisque les comptes signalent toujours la pension et les frais d’habillement. Les comptes de la fabrique de Saint-Mathieu de Morlaix signalent plusieurs cas d’orphelins. Les sommes qui leur sont allouées ne sont jamais très importantes : 50 à 80 sous pour nourriture, selon l’âge, 3 à 5 sous pour l’achat de chemise et même quelquefois 2 sous 6 deniers pour appeler le barbier en cas de maladie et… 5 sous pour les enterrer ! La plupart des enfants qui survivent sont placés ensuite à la campagne, dans les métairies dépendant des hôpitaux.

152Les menus secours apportés aux lépreux sont du même ordre d’importance et ne sont qu’une bien maigre consolation pour ces malheureux exclus de la société pour le restant de leurs jours. Les fous obtiennent aussi une petite aide municipale, à moins qu’ils ne s’adressent directement au souverain. Perrine Duchesne devint furieuse à la suite d’un accident et, « durant sa furiosité, elle a rompy et dissipé ses abilements ». Elle supplie la duchesse Anne de lui donner de quoi se vêtir.

Des établissements plurifonctionnels

  • 39 A. Chédeville, « Les hôpitaux bretons au Moyen âge », J. Pecker, J.-L. Avril et J. Faivre (dir.), (...)

153Nos villes semblent, a priori, être bien pourvues de maisons d’accueil de petite dimension39.

154❍ Le nombre des établissements secourables est proportionnel à l’étendue, au peuplement, au rayonnement d’une localité, avec cependant des surprises. Il nous paraît logique que Nantes ait 9 hôpitaux, aumôneries et une léproserie pour environ 14 000 habitants, Rennes 6 pour sensiblement la même population, Quimper 5, Saint-Brieuc 4 pour environ 5 000 habitants, Dinan, Guérande 3 pour plus de 2 000 habitants. On sera surpris par contre par le sous-équipement médical de Fougères, de Vannes qui n’ont qu’un seul établissement, de Vitré et de Saint-Malo qui sont des villes moyennes proches de 5 000 âmes.

155❍ Ces hospices sont généralement bien situés au cœur des villes, aux abords d’un pont ou sur le pont lui-même comme l’aumônerie de Toussaints de Nantes ou l’hôpital de Landerneau sur le pont de l’Ellorn, à un carrefour, près d’un port où débarquent des marins susceptibles d’être malades ou encore à la sortie des portes, dans les faubourgs et dans les paroisses limitrophes Les voies de communication, les grands chemins de pèlerinage ont des étapes qui accueillent tous ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur âme : le Tro Breiz ou circuit destiné à honorer les sept saints fondateurs d’évêchés bretons, les itinéraires de Saint-Jacques de Compostelle ou du Mont Saint-Michel, les voies des Romieux ou des fidèles en route pour Rome sur le territoire de la Savoie. Les hôpitaux constituent, donc dans les grandes agglomérations, une véritable ceinture en relation étroite avec les antiques voies romaines.

156❍ La réalité matérielle est loin d’être satisfaisante. Les établissements que nous avons rencontrés sont rudimentaires, comme tout ce qui concerne, dans cette société, les déshérités. Les gens normaux ne viennent pas s’y faire soigner et seuls les plus démunis sont pris en charge par les collectivités. Les bâtiments sont tous de faible importance et dépourvus du plus élémentaire confort.

157Les hôpitaux sont des ensembles enfermés dans une clôture avec un logis principal, une cuisine et des dépendances, sans originalité architecturale, à l’exception de quelques monuments, véritables « dentelles de pierre » qui ont traversé les siècles.

« Saint-Yves de Rennes n’est qu’une simple nef à chevet droit, dépourvue de transept et de bas-côtés mais au toit élevé, surmonté d’un petit campanile, aux murs percés de fenêtres à meneaux et porte d’entrée en anse de pannier. Saint-Nicolas de Vitré, refait au XVe siècle par le prieur Robert de Grasmenil, est pure merveille de l’art gothique flamboyant. L’unique nef en granit est surmontée d’un berceau de bois laissant apparaître les grandes poutres transversales. Le grand vitrail du chevet est un excellent témoignage du gothique tardif. On a refait aussi les chapelles des établissements secourables de Notre-Dame d’Auray, de Saint-Antoine de Saint-Brieuc et la léproserie de Malestroit. »

  • 40 ADIV 1 F 869.

158Que la partie religieuse soit davantage l’objet des préoccupations des administrateurs que le reste en dit long sur la finalité d’un établissement secourable, sur le souci de la santé de l’âme qui passe avant celle du corps ! Les bourgeois de Redon supplient les moines de Saint-Sauveur de les autoriser en 1438 à construire une chapelle à côté de leur hôpital de la Grande Rue car, disent-ils, il serait injuste que dans une cité aussi pieuse « souventes foiz plusieurs pauvres malades trépassent misérablement par longues pestilances de maladies et aultrement sans ouïr messe ne veoir leur Sauveur et le nostre Jésus Christ40 ». L’élément essentiel d’un établissement hospitalier, après le lieu de culte, est la grande salle où sont entassés les secourus dans une promiscuité effrayante. Elle est notoirement insuffisante.

159À une époque où les gens riches lèguent de l’argent pour fonder des lits d’hôpitaux à l’usage des pauvres, on reste surpris par le manque de possibilité d’accueil au terme de plusieurs années d’existence. L’hôpital de Landerneau contient 12 lits. Un inventaire des biens de celui de Savenay en 1463 recense 3 lits de bois en bon état et 3 couettes usagées, un lit rompu et une dizaine de linceuls. Saint-Nicolas de Vitré dispose de 9 lits à une personne de 4 à 2 places, de 1 à 4 places soit une capacité de réception d’une vingtaine de personnes, dans une ville proche de la frontière et qui reçoit, à ce titre, beaucoup de réfugiés. Toujours, selon des calculs, les Trinitaires de Dinard ont 25 lits équipés, ce qui n’est pas mal comparé à leurs frères de Dinan qui n’en ont que 12. Rennes, dispose, pour ses 13 000 habitants, d’une centaine de lits dont 40 à Saint-Yves. Les chambres individuelles, si elles existent, sont mesurées et servent avant tout à isoler les femmes en couches et les contagieux.

160Le confort est à l’image des lieux si on lit attentivement les extraits de comptes. Les salles sont obscures, à peine éclairées par des lampes à huile de noix et au suif. Il y fait très froid en hiver ; le chauffage est assuré par une seule cheminée par grande salle, par des chauffepiés et des braseros en cuivre et les quelques précisions que nous avons sur les quantités de bûches et de charbon de bois achetées et utilisées à réchauffer les pauvres ne laissent planer aucun doute sur le sort réservé aux fiévreux.

« Le régime alimentaire que révèlent les comptes de l’hôpital Notre-Dame du faubourg Saint-Clément de Nantes, dans les années 1461-1493, s’est sensiblement amélioré. Il laisse entrevoir une forte consommation de bouillon gras, d’œufs, de potages ou bouillis, de harengs et d’autres variétés communes de poissons pendant 171 jours par an ! Du lard, des volailles, d’autres viandes, dont la nature n’est pas toujours précisée, sont proposés le dimanche et 2 autres jours par semaine. Les cuisinières sont autorisées à mettre les petits plats dans les grands les jours fériés et préparent alors des pâtés de viande, du bœuf rôti, du veau et du mouton. En temps normal, les malades consomment beaucoup de pain de seigle, du gruau, de la farine de froment, des fèves (52 boisseaux en 1493), des pois, des “herbes et des racines” et de grosses quantités de beurre, jusqu’à 638 livres-poids en 1493. »

161Le sucre, le miel, les fruits secs (figues, raisin, noix) ou frais sont des produits rares et chers, plutôt médicinaux ou saisonniers.

162La majorité des hébergés repose sur de la paille ; seuls, les plus favorisés ou les plus affaiblis ont droit à une couette remplie de plumes et de son, à un linceul servant ensuite à leur inhumation et à des couvertures de laine blanche ou grise. Des trousseaux partiels ont été constitués grâce aux dons de particuliers et on sait que l’hôpital de Vitré disposait d’un atelier de tissage de draps. Mais à Dinard, la literie devait durer cinq ans et la paille était renouvelée tous les six mois ! L’hygiène n’est pas la préoccupation majeure des soignants même si quelques cuves sont parfois achetées pour l’usage des accouchées et des bébés.

163Le personnel est réduit et on a émis quelques doutes sur sa capacité. Un administrateur, de préférence ecclésiastique, a été choisi officiellement pour sa piété, sa compétence de gestionnaire, sa haute moralité, en réalité pour le placer dans un office rémunéré. On l’appelle gouverneur, procurateur, proviseur, père des pauvres (Notre-Dame d’Auray). Rien ne permet d’affirmer que notre homme soit totalement incompétent en matière médicale ; les clercs sont plus capables que d’autres de lire les recettes écrites en latin ! Le responsable peut faire fonction d’aumônier, à moins qu’un chapelain, prieur ou recteur, ne soit spécialement désigné. Un domestique, quelques servantes d’âge canonique complètent le personnel, mais dans des proportions que nous ignorons.

164❍ Les ressources nécessaires au bon fonctionnement et aux soins sont notoirement insuffisantes.

165Les moyens matériels proviennent de biens immobiliers assignés lors de la fondation, de terres de labour, de prés, de vignes, donnés en location et de rentes, d’un patrimoine accru, au fil des générations, par des dons, des legs, des achats. Plus l’hôpital est connu, plus il profite de la générosité des particuliers et inversement. L’hôpital et « aumônerie » Notre-Dame-hors-les-Murs de Nantes, riche en terres complantées en vignes, vit correctement avec 388 livres en 1461, plus de 543 livres en 1470, ce qui lui permet d’entretenir sa grande maison avec plusieurs chambres, cuisine, deux celliers, une chapelle, divers bâtiments d’exploitation dans les paroisses de Saint-Donatien et de Saint-Clément. À l’inverse, trop de petits centres vivotent faute de ressources, l’hôpital de Malestroit avec tout juste 60 livres par an, Toussaint de Nantes avec 50 livres. Ils perçoivent avec peine des rentes, vendent des excédents de vin les bonnes années, du bois, font des quêtes de misère et ont beaucoup de mal à entretenir les bâtiments d’hébergement et d’exploitation, à rémunérer les journaliers, le médecin et le menu personnel chargés des soins, à couvrir les frais des processions et des messes anniversaires à la mémoire des donateurs. Peut-on vraiment parler de générosité quand un certain Olivier de Mauny déclare en 1390 : « Item je donne et légue es pauvres de l’hostelerie de Dinan, moitié à l’Eglise et moitié es pauvres, 5 sols ? »

166La situation matérielle est telle que l’administration des biens, la gestion des rentes préoccupent davantage les administrateurs que la thérapeutique habituelle, réduite à sa plus simple expression ou que la nourriture des malades. Plusieurs hôpitaux bretons de la fin du XVe siècle, y compris Notre-Dame de Nantes, pillés par les soudards, confrontés avec une augmentation des dépenses d’entretien et d’exploitation de leurs biens doivent réduire les frais d’hospitalisation. On parle même dans certains cas de menace de faillite due à une surexploitation par des prêtres de mauvaise et dissolue vie, de malades errant dans les rues crians à la faim !

De maigres progrès

167On ne peut guère parler de politique de santé. La législation ducale qui se préoccupe tant du blasphème, ne se préoccupe guère des malades, des orphelins.

168❍ Un début de « municipalisation » se dessine, moins avancé que dans d’autres régions plus ouvertes aux réformes et aux libertés. Si plusieurs hôpitaux sont devenus de véritables institutions municipales par l’origine de leurs fondations, ils conservent un caractère religieux plus marqué qu’ailleurs.

169Les élus des conseils, le procureur des bourgeois, les miseurs ou comptables chez les Bretons, n’interviennent pas partout dans la gestion des hôpitaux, même quand il s’agit de fondations de riches citadins. En 1252, l’évêque de Saint-Malo tolère que deux bourgeois assistent à la reddition des comptes ; mais la ville portuaire n’aura guère de libertés municipales et c’est toujours un chanoine qui dirige l’établissement. L’administrateur de l’hôpital de Fougères est nommé au XVe siècle par le seigneur de la ville et les bourgeois. Il faut attendre 1459 pour que les Vitréens désignent une commission représentative de 19 nobles, de 52 bourgeois et de 19 prêtres pour élire l’aumônier de leur établissement. L’intervention des municipalités se fait davantage sous forme de subventions, de dons de petites sommes à des établissements dans le besoin, à des miséreux bien ciblés : lépreux, fous, vieux serviteurs impotents, accidentés, enfants trouvés et gectés à l’hospital (Guingamp, Vitré). Les Rennais aident deux hôpitaux (sur neuf), Sainte-Anne et Saint-Yves, à aménager un égout, à réparer leurs logis et leurs chapelles ! Des sommes sont allouées à des ouvriers ou à des soldats blessés, une fois à un pauvre incensé, Guillaume Morain, qui reçoit des habits et des souliers neufs, à des fabricants de poudre brûlés au cours de leur travail ! Une autre forme de secours consiste à réserver de menus travaux à des gens encore valides, l’entretien de chemins à des pestiférés en voie de guérison.

170Les cadeaux restent toujours mesurés, limités à quelques sous et deniers. Les municipalités paient aussi des volontaires, un gardien d’hôpital à Fougères, pour sortir les corps des maisons et les enterrer.

171❍ Prenant conscience des dangers que faisait courir intra-muros la présence de l’infect, des bouillons et des ordes, une politique du cordon sanitaire fait partie des mesures de prudence. Mais, plutôt que de combattre efficacement l’origine des maux, on cherche à isoler, à enfermer les individus jugés dangereux pour la collectivité.

172À chaque épidémie, la première règle consiste à surveiller les déplacements des voyageurs. Le service de guet est invité à se montrer particulièrement vigilant aux entrées et les hôteliers participent au contrôle des allées et venues. Les sanctions peuvent être rudes ; un pelletier de Saint-Brieuc et sa famille sont arrêtés à Guingamp en 1516. Le père n’a pas tenu compte de l’interdiction de séjour qui lui avait été notifiée et deux de ses enfants sont décédés sitôt arrivés. Les responsables, aidés par des sergents, interdisent même tout voyage, sauf ceux qui sont indispensables mais avec le maximum de précautions. Il est recommandé de se munir « pour la crainte de ladicte peste et pour la conservation de son corps » de « plusieurs drogues et remydes conservatiffs ».

173Dès qu’un cas de pestilance est décelé, des mesures radicales de désinfection par le feu sont prises. Les scellés sont posés sur les portes des maisons des personnes contaminées. Les draps, les couettes, les objets familiers sont brûlés. « A Eutrope Bourdant, pasticier, pour dommage à lui fait d’avoir esté mis hors de sa meson et avoir brullé couetes et autres biens à lui appartenans pour un prebstre qui estoit mort dépidymie en sadite meson, dont fut commandé lui bailler par Monseigneur le Provost, le procureur et autres VIII livres. »

174Les malades sont réunis dans des lieux à l’écart de toute collectivité. La solution consiste soit à les isoler dans une salle d’hôpital, soit à réquisitionner des habitations ou même des bâtiments d’exploitation tels que les vastes pressoirs à cidre et à vin. Des locaux de fortune sont équipés de châlits et de literie pour accueillir les nouveaux cas et mettre fin aux pires rumeurs qui courent en pareilles circonstances. « L’avis et deliberacion prinse par les gens de la ville de Nantes, assemblez en bon numbre pour pourvoir a la maladie de la peste qui à present a cours en ladite ville… et oster le bruit et escandre qui est que les malades frappez de ladite maladie mourroit sur les femiers (fumiers). » L’ouverture d’un hébergement de fortune est décidée le 17 septembre 1484. « Premier sera prins es forsbourgs de la ville une ou deux mesons qui seront garnis de charlitz, couetes et linges jusques au nombre de sept ou huit litz garniz, où seront portez et menez les malades feruz de peste en la ville, et illecques pansez, nourriz et gouvernez, et à lad. fin seront quises deux fammes de bonne renommée et de ancien eage, esquelles il sera constitué sallaire par mois, tant que la peste aura duré, pour panser et gouverner les malades. » On peut douter de l’intérêt des mesures prises quand on lit dans le passage précédent que les deux logements réquisitionnés à Nantes n’abritent que 7 à 8 lits, ce qui signifie que même en plaçant trois malades par couche comme cela se pratiquait couramment au Moyen Âge, on pouvait difficilement héberger plus de vingt à trente personnes, une misère en temps d’épidémie. Personne ne se faisait d’illusions. Des extraits d’ordonnances municipales en disent long sur l’espoir qui est offert aux familles : « Item, les cheffs de meson des lieux où seront tirez les malades et protez à l’ospital seront tenuz et contrainz à fournir une paire de linceulx pour chacune personne. Item, la despouille de l’ospital au décès de lad. maladie, sera à l’oespital de la ville. »

  • 41 P. Partis-Jallobert, Journal historique de Vitré, J. Guays, Vitré, 1880, p. XXXIV-XXXVI – G. Perqu (...)

175L’exclusion des lépreux est tout aussi stricte. Elle se traduit aussi par l’isolement des individus atteints ou soupçonnés de l’être, mesure qui s’étend à leurs descendants ou cacous, même s’ils sont sains. Le lépreux et sa famille sont proscrits à tout jamais. On croyait, en effet, que la lèpre se transmettait non seulement par le contact mais aussi par la respiration, par le regard. C’est pour cette raison qu’il était strictement interdit aux malades de regarder les autres humains ou même l’eau des puits et des fontaines. Cette terreur morbide pouvait avoir les pires conséquences pour un malheureux dont la peau se couvrait brusquement de plaques et de pustules. On comprend la panique éprouvée par les sujets atteints quand on sait dans quelles conditions d’isolement vivent ces réprouvés. Une véritable cérémonie, assimilable à un enterrement, scelle la rupture du lépreux avec le reste des vivants. Si quelqu’un est soupçonné d’être frappé du mal, une enquête est aussitôt engagée par les autorités ecclésiastiques de la paroisse et du diocèse. Des barbiers sont commis pour vérifier si l’homme ou la femme « estoit infecte de meselenie ». Si leur diagnostic laisse planer l’ombre d’un doute sur le cas, un véritable procès est engagé en Officialité avec échange de constats, intervention d’avocats et sentence immédiatement exécutable, après publication au prône dominical. Alors, le prêtre, en surplis et en étole, précédé de la croix et du bénitier et accompagné de ses ouailles va chercher le malade, le conduit à la porte de l’église, l’asperge d’eau bénite et lui donne l’extrême onction (sic). Symboliquement, on jette une pelletée de terre à ses pieds, tandis que se poursuit l’office des morts. La cérémonie achevée, le malheureux (ou la malheureuse) est conduit à la cabane qui lui servira désormais de refuge. À Vitré, il est bien spécifié dans un acte de 1497 que « lussement et gouvernement de ceste ville et forsbourgs estoit teil que, lors et a la foys que la maladie entrevenoit a aulcune personne de ceste ville ou forsbourgs demourans en la parroaisse de Nostre-Dame, la coutume de ce pays estoit que iceulx malades estoint par lesdits parroaissiens menez et conduitz jusques en la grant maison de Saint-Estienne, nommée la Salle, et en icelle maison devoint estre logez ou bout de ladicte maison devers midi41 ». Le lépreux reçoit des objets et des vêtements personnels. Une certaine Marguerite de Morlaix est pourvue par la fabrique de Saint-Mathieu d’une robe de drap gris d’Angleterre, d’un chaperon de morequin, d’un manteau, d’une petite coete et de lincelx, d’un pot de terre et d’une poêle. Son enterrement civil, y compris l’enquête et le procès, a coûté à la paroisse 164 sous. Dans la léproserie, le nouveau venu, souvent seul, parfois avec quelques compagnons, vit de l’exploitation d’un jardin et d’une prairie, du produit des aumônes déposées dans les troncs, des dons réservés dans certaines seigneuries, de rentes foncières constituées par de généreux donateurs ou par des lépreux car certains sont parfois aisés. Une figure inquiétante existe désormais dans la paroisse, un être repoussant, revêtu d’une robe de drap noir avec un bandeau rouge, d’une tunique à capuchon, au visage masqué et dont l’approche est annoncée par le bruit d’une cliquette de bois. Il se livre généralement au métier de cordier.

176L’isolement continue après le décès. Les morts sont enterrés à la sauvette dans un coin de cimetière ou dans une fosse commune, loin des passants. Des cimetières spéciaux sont ouverts sous le vocable des Martyrs comme ce fut le cas à Rennes dans les dépendances de l’abbaye féminine Saint-Georges.

177❍ Les soins prodigués avec des remèdes conservatiffs ne sont pas tous vains. Les municipalités encouragent la venue de praticiens de tous les horizons, de toutes compétences. Des ordonnances sont prises pour faire face à un afflux de malades.

178Revenons à celle de Nantes de septembre 1484. L’article 2 précise : « Item sera prins un barbier et sirurgien scavant pour seigner et curer les malades qui aura o (avec) luy varletz scavans et suffisans pour le secourir, auquel il sera constitué gaiges par chascun an pour le lyer et obliger à servir, ait cours la maladie ou non. Item sera prins ung apothicaire de la ville qui fournira un sirurgien, des meges et materiaux requis pour le pansemnt des malades. Item sera prins ung chappelain. » Une distinction apparaît dans ce court extrait d’ordonnance et dans les articles des comptes entre les véritables médecins, qualifiés de phisici formés dans les universités italiennes ou françaises, les apothicaires proposant des drogueries, des onguens, des emplastres, les simples barbiers-chirurgiens directement au contact de la population et dont l’habilité manuelle est reconnue, les guérisseurs (meges), les rebouteux très sollicités et les matrones ou sages-femmes.

179À travers des listes que nous avons dressées en Bretagne, des évidences apparaissent. Les barbiers-chirurgiens de quartier sont bien plus nombreux (39 noms découverts à Nantes entre 1426 et 1529) que les physiciens (12 noms), ce qui signifie ipso facto que l’homme de pratique l’emporte sur l’homme de science. Les barbiers qui ont une clientèle ne sont pas forcément satisfaits de donner des soins et faire des saignées. Être institué « cirurgiens des malades et des pauvres de l’aumosnerie de Saint-Clément de Nantes » n’a rien de particulièrement valorisant. Un maître barbier de la même ville, Jehan Thoron dit de Manéac, nous explique la raison de sa réticence ; depuis qu’il soigne les pestiférés, les gens d’estat (les notables) ne vont plus se faire raser chez lui !

180Les vrais médecins sont davantage au service des princes et des princesses, de la cour, d’un évêque, des élites bourgeoises. Ils acquièrent, avec quelques succès, une solide réputation, peuvent prétendre à de bons honoraires et même envisager être anoblis pour leurs mérites comme le Nantais Maître Christophe Martin vers 1474. Quelques-uns font fortune, de préférence à Nantes, à Rennes ou à Vannes, ont de beaux hôtels particuliers dans les meilleurs quartiers intra-muros, des maisons de rapport, des terres. L’encadrement médical diminue en même temps que la taille et le rayonnement économique d’une localité et on sera sans doute surpris d’apprendre que même Dinan, Lamballe, Morlaix, des villes de 2 à 5 000 habitants souffrent de graves carences dans le domaine secourable… ou d’une absence d’information ! Quand le seigneur de Quintin, Amaury du Perrier, tombe gravement malade en janvier 1452, il n’y a pas de médecin sur place et il faut en quérir un à Guingamp, un nommé Calloche, dont le nom tout court laisse entendre qu’il s’agit plus d’un guérisseur que d’un véritable docteur. Il a dû d’ailleurs préconiser une saignée puisqu’il faut aller chercher un barbier, François Folleville, à Vannes. Même la puissante forteresse de Vitré n’a pas de soignant attitré en 1420 et doit faire venir un barbier de La Guerche.

  • 42 M. D. Grmek, Histoire de la pensée médicale en Occident, tome I, Paris, Le Seuil, 1995 – D. Jacqua (...)

181Des praticiens capables de « pouvoir en choses médicinables et curables » ont pignon sur rue dans nos villes bretonnes et si quelques-uns figurent parmi les élites bourgeoises, tous ne sont pas riches et une étude fiscale montre que leurs contributions aux tailles restent modestes. D’autres sont recrutés par les municipalités, qui leur versent une indemnité mais les obligent à résider. Les villes, démunies de médecins ou même de simples barbiers en font venir à grands frais, sont prêtes à accorder des salaires de 25 à 100 livres en Bretagne, un logement de fonction gratuit, une exonération d’impôts et une clientèle assurée. C’est encore une forme de municipalisation de la médecine. Contrairement aux pays du Midi de la France et au Lyonnais, les Bretons n’emploient pas de médecins juifs42.

182Des médecins et guérisseurs de l’époque ont fait de leur mieux avec les moyens mis à leur disposition. Le souci de s’informer sur la peste incite Maître Christophe Martin et ses collègues nantais à pratiquer la première dissection connue ; ils « ouvrirent le 25 may 1462 une fille qui mourut soudainement ». Charles VIII autorise d’ailleurs en 1493 les enseignants à faire l’acquisition de corps de condamnés à mort et de suicidés. Une école de médecine fonctionne en Bretagne depuis l’ouverture de l’Université de Nantes en 1460, pour des mobiles politiques.

183Les soins proprement dits se réduisent la plupart du temps à la pratique de la saignée ou de la purge, à la cautérisation des plaies, à l’usage d’emplâtres d’herbes médicinales, à de remèdes de plantes aux noms quelquefois bizarres de thériaque, de mithridate, de sang de dragon et « autres herbes, meges et matériaux requis pour le pancement des malades », fournis par des apothicaires (22 noms à Nantes au XVe siècle). Des recettes médicales sont transmises par un petit recueil du début du XVIe siècle. La peste se soigne d’après cet ouvrage :

  • 43 AD Morbihan 29 H 3.

« Et premier et pour bien commenser, quant la peste apparoit, soit mins deus (dessus le bubon) un amplastre de galbanne contre du cuir bien delié (amenuisé). Dès incontinent que la créature se sentira frapé de cette maladie, prendre à boire de l’eau de nones, du métridal, du riècle, du plus viel que on poura trouver et de la poudre de sang de dragon tous mistonné (mélangé) et ung verre et ung petit peu tedié sur le feu et le boire chaudement. Et si la bosse (le bubon) vient à grossis (qu’il) soit mins dessus du diaculum magnum et puis après par trois ou quatre tours. Et pour le faire pouris, faites amplastres de loignon de liz et de la graine de lin fort, bouilly ensemble o (avec) du lest (lait) dous et après getez le lest et prenez loignon et en faites amplastre de gratia Dey. Amen, Jhesu Dieu, donne santé à qui le demande, Amen43. »
« Le galbanum, une gomme-résine produite par des férules, sert d’antispasmodique, de stimulant cardiaque. Le sang de dragon provient du fruit du rotang, une variété de palmier des Indes, qui a comme propriété de resserrer les tissus humains, d’être hémostatique. Les bulbes de lis blanc, cuits à la vapeur ou dans le centre, entrent dans la fabrication de cataplasmes émollients, très utiles pour faire mûrir les bubons. La graine de lin, réduite en poudre, a le même usage que le lis. On utilise aussi beaucoup la cannelle de Ceylan, la sauge qui est tonique et diminue la sudation, la verveine antispasmodique. »

  • 44 Un récent ouvrage sur la médecine apporte des informations bibliographiques. Celui de M. Nicoud, L (...)

184Bien entendu, on attachera moins d’importance à d’autres médecines, à l’examen des urines et « autres signes qui paraissent en lui » (dans le corps d’un malade)44.

*

185Il fallait être très pauvre, endommagié et murtri et à la dernière extrémité pour accepter de venir séjourner dans ces mouroirs dont on parlait encore au XIXe siècle. Une vision permanente d’horreur, un confort et une hygiène dignes de catacombes, une promiscuité redoutable, un manque de moyens matériels laissent une impression négative quand débutent les Temps Modernes.

186Beaucoup d’établissements sont trop petits, en mauvais état, mal gérés et, en Bretagne, ont souffert durant les guerres d’indépendance et, les premiers temps du gouvernement de Charles VIII et de Louis XII, correspondent à un effort de reconstruction hospitalier perceptible surtout à Nantes. Il ne semble pas que les contemporains se fassent des illusions sur les soins qu’ils reçoivent. Des formules telles que « guérir si faire se peut » rencontrées dans des lettres de nomination de médecins ou de chirurgiens, les visites et les appels au secours adressés aux saints guérisseurs dans les hauts lieux de pèlerinage en disent long sur les mentalités de l’époque. Quand Jehan Durant est nommé en 1484 barbier de la ville à la modeste somme de 20 livres par an, il est des gens pour déclarer que son salaire est disproportionné avec les services rendus. Quand Pierre Chauches est désigné à Saint-Malo, les habitants protestent contre une mesure « oultre la raison » !

Notes

1 J. Delumeau et Y. Lequin, Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987 – G. Duby, An 1000, An 2000, sur les traces de nos peurs, Paris, 1995 – J.-P. Leguay, « La peur dans les villes bretonnes au XVe siècle », Histoire Urbaine no 2, décembre 2000, p. 73-91.

2 J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002 & Les catastrophes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2005 – A. Guillerme, Le temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Seyssel, Le Champ Vallon, 1983.

3 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1987 – B. Bennassar, s. d., « Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne », Flaran, septembre 1993, Toulouse, 1996 – J. Berlioz, Histoire des catastrophes naturelles dans Paysages, Environnements, Rencontres de Toulouse, juin 1991, Sources, Travaux historique no 33, 1993, p. 7-24 – J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008 – E. Le Roy-Ladurie, Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion, 1983.

4 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, Paris, Éd. De L. Douët d’Arcy, 1862, p. 285.

5 J.-M. Mouillard, Vie de saint François Ferrier, ses prédications, ses miracles, sa canonisation, son culte, Vannes, Lamarzelle, 1856 (les textes cités sont tirés de cet ouvrage) – P. Niederlender, Les miracles de saint Vincent Ferrier, thèse, Strasbourg, 1986 & « Vincent Ferrier, prédicateur et thaumaturge », dans 2000 ans d’Histoire de Vannes, Vannes, 1993, p. 71-94.

6 J.-P. Leguay, « Les mauvaises odeurs : fléau urbain au Moyen Âge », Actes du colloque de Belfort sur 1307. L’éveil de la liberté, octobre 2006, Belfort, 2007, p. 249-261.

7 ADLA B 2986, fo 242 vo & « Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge », L’Information historique, volume 43, no 5, 1981, p. 223-233.

8 F. Bériac, Histoire des lépreux au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988 – H. Chaumartin, Le mal des ardents ou feu de Saint-Antoine, Vienne, Ternet-Martin, 1946 – Y. Kinossian, « Hospitalité et charité dans l’ordre de Saint-Antoine aux XIVe et XVe siècles », dans Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge, Paris, Éd. du CTHS, 1999, p. 217-337 – D. Le Blévec, « L’ordre canonial et hospitalier des Antonins », Cahiers de Fanjeaux, volume 24, Toulouse, Éd. Privat, 1989, p. 237-254 – A. Mischlewski, Un ordre hospitalier au Moyen Âge, les chanoines réguliers de Saint-Antoine en Viennois, Grenoble, 1995.

9 M. Laharie, La folie au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, Paris, Le Léopard d’Or, 1991.

10 J. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, Mouton, deux volumes, 1975 et 1977 – M. Lucenet, Les grandes pestes en France, Paris, Aubier, 1985 – N. Laneyrie-Dagen, Les grandes tragédies, Paris, Larousse, 1994.

11 J.-C. Cassard, « Les villes dans la guerre de Succession », MSHAB, tome LXXVI, 1998, p. 104-107 – J.-P. Leguay, « La criminalité en Bretagne au XVe siècle, délits et répression », Actes du 107e Congrès national des Sociétés savantes, Brest, 1982, p. 53-79. Voir à titre de comparaison l’ouvrage collectif de Ch. Raynaud (dir.), Villes en guerre XIVe-XVe siècles, Aix, PU de Provence, 2008.

12 ADLA B 2988 (1426-1443), B 2450 – R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Fougères, Éd. Jean-Marie Pierre, 1992.

13 ADLA B 8, fo 187 – J. Trévedy, « Le couvent de Saint-François de Quimper », BSAF, tome 17, 1890 – J. Kerhervé, Histoire de Quimper, Toulouse, Éd. Privat, 1994, p. 83.

14 AM Rennes, liasse 64 – ADLA B 2988 (1426-1443), B 2450 – R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, op. cit., p. 119-134.

15 Sur la rumeur, J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, op. cit., p. 239-255 – Actes du XXIVe Congrès de la SHMES sur La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Avignon, 1993, PU de Sorbonne, 1994.

16 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Paris, Éd. Ch. Samaran, tome I, 1933, p. 75 – R. Cintré, « Fougères pendant la guerre de Cent Ans », Le Pays de Fougères, no 35, 1981, p. 9-10 – Hanna Zaremska, Les bannis au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1996.

17 ADLA B 2986 – J.-P. Leguay et P. Robino, « Auray et sa châtellenie », dans MSHAB, septembre 2000, p. 28-34.

18 ADLA E 131, fo 159-160.

19 AM Nantes, CC 93, fo 28.

20 R. Cintré, « À propos des immigrés et réfugiés normands dans les villes bretonnes proches de la frontière durant la guerre de Cent Ans », Mélanges J.-P. Leguay, PU de Rouen, 2000, p. 139-149.

21 J.-P. Leguay, « Une ville épiscopale : Dol, des origines au début du XVIe siècle », MSHAB, tome LXXIX, 2001, p. 5-73.

22 ADLA B 2, fo 119 vo.

23 AM Nantes, CC 105, fo 19 vo.

24 M. Mollat, La pauvreté au Moyen Âge, étude sociale, Paris, Éd. Complexe, 1978 – B. Geremek, Les pauvres au Moyen Âge. Étude sociale, Paris, 1978.

25 ADLA B 2984, fo 25.

26 J.-P. Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au milieu du XVe siècle d’après un Livre-Rentier de 1455 », MSHAB, tome LV, 1978, p. 187-211.

27 J.-P. Leguay, Guingamp au XVe siècle, MSHAB, tome LVI, 1979, p. 101-125.

28 ADLA B 2988 – M. Lebois, La vie rurale en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1365-vers 1525-1530), thèse de l’Université de Rennes II, tome I, 1986.

29 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Éd. Ouest-France, 1984 & « La laideur de la rue polluée », Le beau et le laid au Moyen Âge, Senefiance no 43 du CUER MA de l’Université de Provence, p. 301-317.

30 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 1999 & « Les mauvaises odeurs, fléau du Moyen Âge », Actes du colloque de Belfort sur L’éveil de la Liberté, octobre 2006, p. 249-261.

31 G. Fagniez, Documents sur l’industrie et le commerce, Paris, Picard, 1900, p. 42.

32 J.-P. Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2005 & « La pollution de l’air et de l’eau, un fléau urbain méconnu à la fin du Moyen Âge en France » in Naturai Desenvolupament-Eta Medi Ambient A L’Edat Mitjana, Lleida, Pagès editors, 2007, p. 99-128.

33 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, Rennes, rééd. PUR, 2007.

34 J.-P. Leguay, « Les problèmes de l’hygiène à Nantes au XVe siècle », Revue 303, no 98, 2007, p. 20-41.

35 AM Nantes BB 4, fo 56.

36 D. Laporte, Histoire de la merde, Paris, Éd. Christian Bourgeois, 1978, p. 10-14 – H. P. Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, rééd. 1998 – A. Vigarello, Le sain et le malsain, santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1993.

37 AM Guingamp CC7 (1465-1466) et CC 8 (1476-1477).

38 J.-P. Leguay, « Esquisse d’une politique sanitaire médiévale : les mesures sociales et médicales prises dans les villes bretonnes et savoyardes au XVe siècle », Médecine et Société de l’Antiquité à nos jours, A. M. Flamard et Y. Marec (dir.), Cahier du GRHIS no 16, PU de Rouen, 2005, p. 75-96.

39 A. Chédeville, « Les hôpitaux bretons au Moyen âge », J. Pecker, J.-L. Avril et J. Faivre (dir.), La santé en Bretagne, Paris, Hervas, 1992, p. 83-86 – J. Imbert, Les hôpitaux en droit canonique, Paris, J. Vrin, 1947 – J. Imbert et M. Mollat, Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Éd. Privat, 1982.

40 ADIV 1 F 869.

41 P. Partis-Jallobert, Journal historique de Vitré, J. Guays, Vitré, 1880, p. XXXIV-XXXVI – G. Perquis, Les établissements hospitaliers de Vitré à l’époque médiévale, DES Rennes, 1955. On lira à titre de comparaison avec la Bretagne le récent article de Johan Picot, « Histoire de la lèpre en Auvergne du XIIe au XVIIe siècle », paru dans le Bulletin Historique et Scientifique de l’Auvergne, tome CVII, no 770-771, juillet-décembre 2006, p. 45-79.

42 M. D. Grmek, Histoire de la pensée médicale en Occident, tome I, Paris, Le Seuil, 1995 – D. Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, XIVe-XVe siècles, Paris, Fayard, 1998.

43 AD Morbihan 29 H 3.

44 Un récent ouvrage sur la médecine apporte des informations bibliographiques. Celui de M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe-XVe siècles), 2 volumes, publication des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 333, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540