Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Quatrième partie. Des villes « toutes courues et robées »

Des villes « toutes courues et robées »

Texte intégral

1Les villes bretonnes ont subi, comme tant d’autres en Europe au XVe siècle, une conjonction de calamités naturelles, d’épidémies à répétition, de conflits armés, de violences collectives et individuelles. Les effets traumatisants, occasionnés par des destructions matérielles, des pertes en vies humaines, des chocs psychologiques, que révèlent les récits de témoins accablés et des enquêtes provoquent des réactions souvent contradictoires, qui vont du découragement total résumé par cette phrase souvent citée dans les travaux sur la peste, « j’attends la mort au milieu des morts », de la fuite éperdue ou déguerpissement à des formes d’explosion de l’agressivité des victimes à l’égard des privilégiés ou des gens accusés d’être des engraisseurs de la misère. La crainte de la contagion, engendrée par la présence « d’infections et immondicitez », a déterminé quelques mesures d’hygiène, plus coercitives que préventives, limitées dans le temps et dans l’espace. La Bretagne s’est dotée d’un réseau d’hôpitaux, davantage lieux d’hébergement et mouroirs que véritables séjours hospitaliers où quelques soins, bien aléatoires, étaient dispensés par des médecins et surtout des barbiers-chirurgiens (chapitre 10).

2À côté de tous ces réprouvés, de tous ces hommes, femmes, enfants, vieillards qu’une maladie repoussante et effrayante, qu’une malformation physique, une tare mentale ou une frénésie condamnent à l’isolement forcé, d’autres catégories d’individus, de toute condition mais avec une prépondérance de gens du peuple, d’hommes plutôt que de femmes, entrent dans la catégorie, bien représentée, des délinquants, des caymans (quémandeurs), des voleurs, des criminels, des infanticides, des faussaires. Les bas-fonds de la société bretonne sont sensiblement les mêmes qu’ailleurs et les délits trouvent leurs origines dans la violence, les excès de boisson, l’envie et les passions. La mort qui frappe les pires d’entre eux, est une sanction ritualisée, moins souvent donnée que les récits sur le Moyen Âge ne le laissent supposer (chapitre 11).

3La Bretagne a été le théâtre de plusieurs conflits. La guerre de Succession (1341-1364) a laissé longtemps des séquelles chez les citadins murtris, déguerpis, restés « pauvres, paillarts, vacabunds et mendicquants leur pain », dans les enceintes « toutes dilacérées et rompues », dans un patrimoine monumental désormais « gasté et ruyné ». Les incursions des pirates sur les côtes, des soldats « heyneux et malveillans », les raids de bandes de brigands ont été redoutés même aux moments plus favorables des longues trêves sous Jean IV et Jean V. Les conflits à répétition avec la famille rivale de Penthièvre causent aussi des dégâts dans leurs seigneuries, dont le paroxysme se situe à Lamballe en 1420 avec la ruine du faubourg du Val et la destruction, à titre de sanction, de l’enceinte. Mais le pire allait venir avec les guerres pour l’indépendance de la Bretagne à la fin du règne de François II (1487-1488) et sous la duchesse Anne (1488-décembre 1491) (chapitre 12).

La marginalité est signalée dans les récits historiques, dans les ordonnances et autres textes normatifs dont la Très Ancienne Coutume de Bretagne, dans les documents fiscaux de la Chambre des comptes. Des archives hospitalières, sous forme de comptes, d’aveux, de fondations laissent entrevoir la vie quotidienne dans des hôtels-Dieu et des hospices de Nantes, de Vitré ou de petites localités d’une foule de miséreux, de « quérans l’aumosne ». Les archives comptables de plusieurs seigneuries, comme celles de Guingamp ou de Quintin, donnent parfois, au chapitre des mises ou dépenses, des détails d’une remarquable précision sur l’arrestation, la détention et l’exécution de criminels. Les registres de la Chancellerie qui ont échappé aux destructions et renferment, pour la fin du XVe siècle, la transcription, rarement détaillée à cette époque, de lettres de grâce, de commissions d’enquête adressées à des magistrats, de mesures prises pour combattre la violence et la délinquance. Quelques enquêtes ou procès sont là pour faire regretter la perte de milliers d’autres documents similaires. À partir de telles sources et d’autres renseignements épars il est possible d’examiner les drames individuels et collectifs de la misère, la criminalité, les modalités de secours et de répression.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540