Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Troisième partie. Citadins, loisirs, piété et culture

Chapitre 9. Piété et culture citadines

Texte intégral

1Le bourgeois est-il aussi pieux que le laissent entendre des écrits laudateurs, le préambule de testaments, quelques articles d’associations d’entr’aide ou professionnelles, des attitudes ou des gestes de bonté ? Comment alors témoigne-t-il d’un attachement profond et sincère à Son église, à Sa chapelle, en dehors de toute habitude, de toute routine, de la crainte du qu’en dira-t-on ? Pourtant deux expressions contradictoires reviennent dans les sermons des prédicateurs mendiants ou dans les conversations de la rue ; tantôt on parle de bons catolicques, respectueux des sacrements, modèles pour leurs semblables, tantôt on s’injurie de « natiffs de barbarin », synonymes de mécréants, pareils aux barbaresques.

2L’instruction dans les petites écoles des villes, dans les structures religieuses, plus tard, à partir de 1460, à l’université de Nantes est un des sujets les plus importants et les plus mal connus que nous abordons ici. Le problème de l’enseignement, de l’éducation, de la culture est majeur car il débouche sur la formation, sur le niveau intellectuel des membres de l’élite bourgeoise. Mais il reste délicat dans l’état des informations que donnent les archives armoricaines qui ne sont pas aussi abondantes et aussi précises que celles que le chercheur trouve dans des villes du royaume (Orléans, Poitiers, Rouen, Paris).

Comment décrypter la piété individuelle ou les manquements

3Il est fréquent que des citadins soient dénoncés comme négligents ou distraits dans l’accomplissement de leurs devoirs de chrétiens. Ils sont, par contre, attirés par les dévotions collectives, les processions, les cortèges funéraires et l’élite paroissienne, patronne des fondations de milliers de messes anniversaires, finance la construction de chapelles, de croix commémoratives, multiplie les créations de chapellenies « pour l’augmentation du culte divin », au bénéfice de desservants responsables de la cura animarum, participe volontiers à des associations de dévotion, de charité et de pénitence, connues sous l’appellation de confréries qui permettent aux bourgeois de toute condition comme aux ruraux de communier fraternellement dans la foi.

  • 1 F. Lebrun (dir.), H. Martin, Histoire des catholiques en France, Toulouse, Éd. Privat, 1980, « Le (...)

4À l’inverse, le mécréant qui se découvre fortuitement, l’hérétique, la gent barbare, « estrange de nostre foy », le natiff de Barbarin ou son homographe Tartarin se manifeste aussi si on relève les injures courantes de la rue, si on donne foi à certains passages des sermons de prédicateurs itinérants, d’un Vincent Ferrier à titre d’exemple. Sa présence est associée à un mode de vie, différent du nôtre ; il peut être diabolisé par la pratique de rites sataniques, par une sexualité débridée, par une âpreté au gain ou par un penchant pour la boisson1.

La traduction d’un vieux fonds religieux

5La vie du bon catolicque, celle que révèle le cadre de socialisation paroissial avec des lieux de culte anciens, des fondations récentes qui attirent les dons, des offices, des fêtes, des habitudes de pratique, les testaments, les statuts confraternels, se coule dans le moule d’une religion simpliste, gestuelle, dépourvue de réflexions métaphysiques, mais inspirée par des modèles formels et des usages jugés archaïques par les étrangers de passage.

6Des esprits critiques, influencés par les remontrances de prédicateurs d ‘ antan, font remarquer que la connaissance du dogme était affaire d’une minorité de croyants cultivés, que le respect des sacrements était loin d’être garanti par tout un chacun, que certaines pratiques, jugées depuis « folkloriques », se rattachaient au vieux fonds du paganisme.

7❍ Les rites et les obligations sacramentelles ne sont pas toujours respectés.

8Certes, il est impensable que dans nos villes de l’Ouest, où chacun se connaît, épie son voisin, où le bruyct alimente, pour un rien, les conversations, que des parents osent négliger le baptême. Les nouveaux nés sont baptisés, le plus tôt possible, ce qui, au surplus, se justifie parfaitement, en un temps où la mortalité infantile reste effroyable, en dépit des progrès de la médecine et de l’obstétrique. De là à prendre conscience de l’importance du sacrement qui introduit dans la communauté des croyants, il y a une démarche de l’esprit que trop de parents n’imaginent pas un instant.

9L’habitude de parrainer un enfant par plusieurs personnes, parents et amis, est aussi dans les us et coutumes d’antan. C’est un usage commun à toutes les composantes du royaume de France d’alors (Anjou, Poitou, Flandre, Dauphiné, etc.), une garantie supplémentaire donnée à l’enfant à une époque où chacun a conscience de la brièveté de la vie, où les orphelins sont légion. C’est un moyen, chez les riches, d’étendre leur influence, de tisser de nouveaux liens, infiniment plus solides et plus subtils que ceux que constituent les associations d’affaires. Un garçon reçoit généralement deux parrains et une marraine, une fille l’inverse. Le bon chrétien se reconnaît au désir qu’il a de faire confirmer, par l’évêque, son fils ou sa fille. À une époque où les prélats se déplacent peu, oublient si souvent de visiter régulièrement leurs ouailles, le couple aura d’autant plus de mérite qu’il habite une localité éloignée, à se rendre au chef-lieu du diocèse, comme l’invite à le faire le prêtre de sa paroisse.

10Le chrétien est tenu aussi de faire pénitence, de se confesser au minimum une fois par an, plus si possible, et de communier à Pâques. Si la fréquence des confessions dans les lieux d’intercession, si nombreux en ville, nous échappe totalement en Armorique médiévale, il n’y a aucune raison pour qu’elle soit plus forte qu’ailleurs. Nous savons, toutefois, que dans certaines églises paroissiales bretonnes, la consommation de vin « pour communier le peuple » croît sérieusement, au moment des fêtes pascales. C’est le cas notamment dans l’église cathédrale de Saint-Pierre de Vannes, où détail plus intéressant encore, le nombre des quartes de vin dépensées augmente, pendant le dernier quart du XVe siècle, passant de 21 à 27 en moyenne.

11Si le citadin se marie à l’église par respect des usages, l’habitude est loin d’être acquise, n’en déplaise à la vision trop cléricale de la situation. Un évêque nantais, de la fin du XIVe siècle, dénonce avec force le concubinage, les unions clandestines fréquentes dans son diocèse et confirmées, ailleurs, par la présence de bâtards. Qui plus est, les unions, prohibées pour consanguinité, sont à ce point communes par suite de l’ignorance des prêtres, qu’un autre prélat local, Henri Le Barbu s’en inquiète en 1406 et justifie la nécessité de tenir des registres paroissiaux, par le fait « qu’un très grand nombre de gens avaient contracté, en nostre cité et diocèse susdits, des mariages illégaux et interdits par le droit, à cause de l’ignorance de leur parenté spirituelle ».

12Un croyant se doit aussi d’assister régulièrement aux offices dominicaux, de respecter les fêtes d’obligation ou épiscopales, de fermer boutique et atelier, de cesser tout travail. Aux temps forts de la vie spirituelle que constituent les fêtes de Pâques, de Noël, de la Pentecôte, de l’Ascension s’ajoutent les processions de l’Épiphanie, de la Purification Notre-Dame, du Carême, les grands pardons locaux de Saint-Tugdual, de Saint-Yves à Tréguier, la Saint-Samson de Dol, etc. Mais l’assiduité n’est pas toujours la règle à une époque où les jours fériés atteignent 100 à 110 jours par an selon les diocèses. En serait-il autrement, cela ne prouverait pas forcément une profonde religiosité. Trop encore se contentent en effet de faire acte de présence, sont étrangers à une cérémonie dont la langue et le symbolisme leur échappent. Des témoignages nantais ou briochins se font l’écho des plaintes des curés qui sont dérangés, en plein office ou dans leur sermon, par des conversations, par les cris et des disputes, par la venue d’un animal… Juger du degré de fréquentation des églises bretonnes aboutit à des opinions opposées, selon le choix de la documentation. Ici, à Saint-Germain de Rennes, les paroissiens se plaignent, en 1434, d’être obligés, pour une bonne moitié d’entre eux, de rester le dimanche et les jours fériés, à la porte, faute de place. Le montant global des quêtes, plus de 152 livres en 1498, montre que soixante années plus tard l’assistance ne s’est pas départie de sa fidélité. Là, au contraire, l’évêque de Nantes se fâche, en 1382, et menace d’excommunier les familles qui n’envoient pas au moins, un des leurs à la messe dominicale ! Combien oublient aussi de faire leurs pâques, de se confesser à leur curé et de recevoir la communion à l’occasion de cette étape décisive de la vie du chrétien ?

13❍ La fidélité du paroissien se reconnaît à sa participation aux œuvres méritoires de sa paroisse, à ses interventions au sein de la « maire et plus saine voix des paroissiens » réunis en conseil de fabrique, à l’aide matérielle et morale qu’il apporte aux responsables de la gestion des biens et des dépenses de l’église, aux fabriqueurs, marguilliers ou procureurs.

14Son amour profond et sincère de son église se traduit, sa vie durant, par le versement de sa quote-part de la taille qui alimente la caisse de l’église, par l’accomplissement de travaux bénévoles, la veille ou le jour de fête sous la responsabilité du secretin, par des legs testamentaires, ou tout simplement par son attitude, des signes de croix plus que de raison ou l’aspersion d’eau bénite à chaque entrée dans le sanctuaire. Peut-être rencontre-t-on plus de vrais dévots, dans les églises des Mendiants, dominicains et franciscains surtout, qui constituent de redoutables concurrentes pour celles des paroisses. Michel Barbelot de Guingamp, témoin d’une enquête, lors du procès de canonisation de Charles de Blois, révèle qu’il se rend tous les jours à l’église des Frères Mineurs pour prier et entendre la messe. « La plupart des gens du peuple » de Saint-Brieuc affectionnent le couvent des Cordeliers au point « qu’ils y vont cothidiennement oyr le divin service en grant reverance et devocion » et c’est certainement exact puisqu’il faut élargir la voie d’accès à l’église.

15Le menu fretin des donations qui suppose un très lourd sacrifice pour beaucoup de gens d’humble condition, est sans doute plus significatif que ce large soupoudrage d’aumônes testamentaires que fait une poignée de riches, au soir de leur vie. La piété du petit peuple se trahit dans une infinité de détails : la fondation d’un obit pour un parent, pour un ami, la constitution, au prix d’un lourd sacrifice pécuniaire, d’une rente constituée, hypothéquée sur son humble maison, la remise d’un drap, d’une toile, de linceulx à la fabrique, à l’hôpital, à Saint-Clément de Nantes où les linceuls sont totalisés dans des comptes. La profondeur de la foi transparaît aussi dans le nom des navires qui rappelle l’affection que leurs propriétaires portent au Christ, à la Vierge ou à un saint. Elle fait apparaître d’innombrables statuettes, des ymaiges, des croix ornant les murs extérieurs et intérieurs des logis bretons qu’ils contribuent à identifier.

16❍ La présence à des manifestations de piété collective a retenu l’attention du spécialiste en la matière H. Martin.

17Les pèlerinages, les pardons valorisent des sanctuaires urbains autant que des églises rurales. Notre-Dame de Lamballe est un des lieux les plus visités d’Armorique, une raison parmi d’autres de la multiplication des auberges dans la rue du Val au pied de la « montagne » (sic) ! Un des pèlerinages les plus connus de Bretagne est le Tro-Breiz qui entraîne des milliers de croyants sur les routes, à certains moments de l’année, appelés temporaux (Pâques, Pentecôte, Saint-Michel, Noël). Les participants, citadins et ruraux, partent à la découverte des sept saints fondateurs d’évêchés : saint Samson de Dol, saint Malo, saint Brieuc, saint Corentin de Quimper, saint Tugdual à Tréguier, saint Pol dans le Léon et saint Patern de Vannes. On a recensé jusqu’à 35 000 visiteurs par an dans la station de Saint-Pierre de Vannes. Après les Bretons, les Français, les Anglais et les Espagnols fournissent le gros du contingent de visiteurs, si nous prenons comme références les pièces déposées dans les troncs.

18Les grandes abbayes bénédictines de Sainte-Croix de Quimperlé et de Redon, Locronan avec la Troménie, attirent les masses, accueillent également des personnalités, le duc et les membres de sa famille, des rois. Louis XI séjourne, en 1462, à Saint Sauveur, officiellement pour faire ses dévotions, en réalité pour placer, à la tête de l’abbaye, son favori, Arthur de Montauban, et espionner les défenses du duché. C’est d’ailleurs cette année-là que commence vraiment le conflit qui devait s’achever par la fin de l’indépendance bretonne.

19Le passage des grands prédicateurs attire des fidèles à plusieurs lieues à la ronde et leur permet de faire un examen de conscience. Depuis la fin de la Guerre de Succession, la pastorale mendiante a pris une grande importance dans les villes, ce qui n’a pas été, sans susciter la méfiance et l’hostilité du clergé séculier. Ce dernier avait, il est vrai, quelquefois de bonnes raisons de se plaindre et de dénoncer l’arrogance des Dominicains et des Franciscains, leurs propos séditieux comme le conseil donné aux foules réceptives de ne pas payer les dîmes, leurs attaques dirigées contre des prêtres considérés comme des « ânes déferrés », doublées d’allusions à peine voilées à leurs manquements et, de façon générale tous les artifices dont ils usent pour impressionner les masses.

20Le succès des orateurs mendiants dans notre province et la fascination qu’ils exercent sur les foules, sensibles dès le XIVe siècle, a pris une toute autre dimension avec la venue de saint Vincent. Le Dominicain de Valence en Espagne, invité par Jean V, achève en Bretagne une mission exemplaire au service de la foi. Les quatorze mois qu’il consacre à évangéliser les Bretons, du 8 février 1418 date de son arrivée à Nantes jusqu’au 5 avril 1419 date de son décès à Vannes, ont frappé à ce point les contemporains que plusieurs années après, lors de son procès en canonisation, ils étaient capables de se remémorer parfaitement les gestes et les paroles du pieux missionnaire. Leurs témoignages ont permis de reconstituer, dans leurs grandes lignes, l’itinéraire et les stations du saint, l’accueil qu’il reçoit dans les cités et dans les simples villages, la teneur de ses sermons et les réactions de ses auditeurs. À chaque fois, une ville se prépare à subir la dure férule de Maître Vincent ! Dès l’annonce de sa venue dans une localité, des milliers de personnes accourent, de tous âges, de toutes conditions, quelquefois de 30, 40 ou 50 km à la ronde. Les cathédrales, les églises sont trop petites pour accueillir la marée humaine et c’est tout juste si les grandes places du moment, les Lices à Vannes, les placis Saint-Pierre à Nantes ou à Rennes y suffisent. Saint Vincent prêche du haut de la rue des Fontaines à Morlaix, position élevée, d’où il domine toute l’agglomération et sa voix est si forte qu’elle porte jusqu’au Parc-au-Duc où se presse encore du monde. Pendant le déroulement de la mission, la population citadine et rurale vit en extase, subjuguée par ce personnage hors du commun, par cet orateur prodigieux, capable de tenir trois heures de suite son auditoire en haleine. Une longue messe, accompagnée de chants, prépare psychologiquement le public à entendre un sermon d’une simplicité d’apparence trompeuse, fait dans une langue curieuse où se mêlent le français et le catalan, que chacun comprend ! N’est-ce pas déjà un miracle en soi ! Et pourtant, Ferrier est un procureur implacable qui dénonce, menace et terrorise. Comme la plupart des prédicateurs de son temps, il met l’accent sur la morale plutôt que sur le dogme. Il n’a pas de mots assez durs pour fustiger les vices, pour décrire les affres de l’Enfer, pour annoncer la venue de l’Antéchrist et la fin du monde. La foule, suspendue à ses lèvres, est soumise à une tension croissante, saisie d’une terreur effroyable. Mais, déjà, le saint a changé de ton et d’une voix, pleine de douceur, il évoque le soulagement des heureux élus, les joies du Paradis. De tels propos, aussi édifiants, donnent à réfléchir aux incrédules, surtout s’ils s’accompagnent de miracles. Saint Vincent est de son vivant et surtout après sa mort un grand thaumaturge guérissant des maladies repoussantes, des plaies suppurantes, des blessures affreuses et des infirmités. Il est difficile de mesurer l’impact de ses sermons sur les habitants des villes. Les plus intéressés, les plus assidus, les plus influencés appartiennent surtout aux couches élevées et instruites de la société, au monde des clercs, des hommes de loi, des nobles, des marchands aisés. Quelques-uns renoncent même totalement à leurs professions, à leurs habitudes, à leur fortune, pour suivre le maître et se joindre à ses disciples. La masse populaire, traumatisée sur le coup par ce qu’elle a entendu et compris, rentre chez elle avec de bonnes résolutions qui ne durent qu’un temps. Après le passage du saint, « un grand nombre s’abstinrent des blasphèmes, des parjures, des fornications et de plusieurs autres crimes qu’ils étaient accousturnés à commettre », dit un témoin.

  • 2 H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, Paris, Éd. Du Cerf, 1988 – J. M. Mayeur (...)

21La mission de Ferrier a stimulé l’ardeur des Mendiants, leur a donné « le sens des masses et des grands rassemblements », leur a inculqué l’art de galvaniser les foules, de les subjuguer par toutes sortes d’artifices oratoires. On vit des prédicateurs prêcher dans les cimetières, cadre pratique pour la place qu’ils offrent et le côté impressionnant, utiliser systématiquement les chaires extérieures que l’on rencontre dans quelques églises bretonnes (Vitré), adjoindre à leurs homélies des jeux scéniques, etc. Chaque année, les municipalités invitent, pour l’Avent et pour le Carême, des orateurs de talent. Les bourgeois de Tréguier ne se contentent pas des Franciscains, installés presque à domicile, mais font appel aux Dominicains de Guingamp, de Morlaix, de Saint-Pol et même d’Avignon. Chaque ville a ses préférences. Morlaix accueille surtout les Jacobins, Vannes et Tréguier aussi, Rennes des Carmes et des Franciscains. Nantes s’efforce par contre de maintenir un certain équilibre entre les trois ordres qui occupent son territoire urbain2.

Les confréries de piété

  • 3 C. Vincent, Des charités bien ordonnées : les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au dé (...)

22Les associations de dévotion, de charité et de pénitence, connues sous l’appellation de confréries, permettent aux bourgeois de toute condition comme aux ruraux d’échapper à l’isolement et de communier fraternellement dans la foi. Elles pullulent à cette époque en Armorique, autant qu’en Normandie, en Anjou, dans le Poitou3.

23❍ On les classe habituellement en deux catégories : les professionnelles et les organisations de dévotion.

24Nous avons déjà évoqué celles qui sont liées à un métier et lui servent de support religieux. Contrairement à ce qui se passe dans certaines provinces du Midi de la France, elles sont antérieures à l’organisation artisanale ou commerciale, souvent de plus d’un siècle. C’est si vrai que les corporations bretonnes, profondément marquées par ce caractère originel, conservent le nom de confrérie ou de frairie et consacrent, dans leurs règlements, écrits sur le tard, plusieurs articles aux fêtes religieuses et aux modalités d’entraide.

25D’autres accueillent quiconque désire participer à des prières en commun, aider son prochain, tout en garantissant son propre salut.

26La plupart de ces confréries pieuses sont largement ouvertes. On ne réclame du postulant qu’une foi rigoureuse, une moralité sans failles, des qualités humaines profondes. La confrérie de Monseigneur Saint-Nicolas de Guérande, dont l’organisation remonte à 1350, celle du Saint-Sacrement de Vitré, celle de Sainte-Catherine de Châteaubriant (1436), la confrérie des pauvres de La Guerche apparue en 1402 et d’autres appartiennent à cette catégorie.

27Quelques-unes, pourtant, sont des organismes très fermés, des « sociétés d’assurance pour le salut du beau monde », réservées à des privilégiés. Citons pêle-mêle la très aristocratique confrérie de Sainte-Véronique de Nantes, fondée en 1412, et à laquelle se sont affiliés le duc et plusieurs seigneurs, des associations de prêtres au siège d’un évêché quand les effectifs cléricaux le permettent, des associations hospitalières avec Toussaints de Nantes ou Notre-Dame-des-Douleurs des barbiers-chirurgiens de Rennes, des réunions des armateurs et des marins avec Saint-Nicolas et des marins de Lannion, de riches marchands locaux ou étrangers comme les confréries des Espagnols de Nantes, des merciers de Rennes, des marchands d’Outre-mer de Vitré, des toiliers de Morlaix. Citons encore des regroupements limités aux seuls paroissiens (à Saint-Germain de Rennes), des unions vouées à la prière, à un culte particulier (le Rosaire, la Mi-Août de Fougères, le Saint-Sacrement).

28Le mouvement confraternel atteint des proportions surprenantes puisqu’on découvre, d’après les calculs d’H. Martin, une trentaine d’associations à Rennes dont 14 siègent dans des églises paroissiales et 14 dans des couvents de Mendiants, 28 à Nantes dont 14 dans les paroisses et 5 chez les Mendiants, Fougères 10, Quimper 5, Morlaix 4.

29❍ De façon générale, les confréries bretonnes sont très accueillantes et rares sont celles qui excluent les femmes et les humbles.

30Aucun numerus clausus ne figure dans la plupart des statuts. Les valets côtoient les patrons ; les femmes ou sœurs finissent même par être plus nombreuses que les frères, les guerres et les deuils aidant.

  • 4 J.-P. Leguay, « La confrérie des Merciers de Rennes au XVe siècle, contribution à l’histoire écono (...)

« Le registre des merciers de Rennes est, à cet égard, très instructif et permet de suivre, année par année, l’accroissement des effectifs et leur répartition. La confrérie a 163 membres en 1436, première année connue, 90 hommes et 73 femmes, 227 en 1458 (120 hommes et 107 femmes), 309 en 1493 dont 146 hommes et 163 femmes. Seule une peste peut interrompre cette courbe ascendante. Un manuscrit du XVe siècle non daté attribue 147 frères à la frairie blanche de Monfort-sur-Meu, fondée en 1430, dans l’église Saint-Jean ; dans ce total figurent plusieurs prêtres de la ville et des paroisses rurales voisines, des prieurs et le capitaine Colin du Breil. Les boursiers-gantiers rennais sont nombreux au début des Temps modernes, puisqu’on compte, en 1516, 238 hommes et 346 femmes. La confrérie Saint-Nicolas de Quimper est parfaitement connue en 1482 par le registre de ses deux abbés, Me Jehan Amelin et Henry Le Fauvier. Ses effectifs atteignent 210 personnes dont 97 hommes de loi et ecclésiastiques (évêque, chanoines, prêtres), des artisans (parcheminiers, tisserands), plusieurs femmes4. »

31On en déduit qu’un fort pourcentage de la population urbaine participe à ce mouvement associatif, un Rennais sur vingt étant membre de la confrérie des boursiers-gantiers ! Une telle spontanéité s’explique quand on connaît les intentions qui poussent les gens à se retrouver.

32❍ Les motivations pieuses occupent le premier rang des préoccupations collectives, attachées aux formes d’un conformisme, héritage du passé et imposé par la tradition.

33Elles viennent largement en tête par le nombre d’articles qui leur sont consacrés. La première est d’honorer Dieu, la Vierge et les saints. Chaque communauté a cependant son saint Patron favori, saint Corentin et son bras reliquaire à Quimper, à moins qu’elle ne fête un mystère de la foi comme le Saint-Sacrement, chez les bouchers rennais, ou la Sainte-Trinité-en-Sainte-Croix chez les tailleurs nantais. Le saint Patron a parfois un rapport direct avec les préoccupations professionnelles des différents membres. Les cordonniers vouent un culte général, dans tout le duché, aux saints Crépin et Crépinien. Les Bretons témoignent de leur profond amour pour la Vierge, en la donnant fréquemment comme raison d’être de leur piété ; cinq métiers rennais l’ont, en effet, choisie et adoptée.

34Le moment essentiel de la vie d’une association est la fête patronale, à laquelle doivent obligatoirement assister tous les membres, sous peine d’amende qui peut atteindre une livre de cire ou 20 sous, chez les drapiers rennais. Les teinturiers sont plus accommodants, dans la mesure où ils se bornent à n’exiger qu’un représentant par ménage. Le service solennel se déroule tantôt dans une église paroissiale (marchands de Lannion), tantôt dans une simple chapelle affectée spécialement à la confrérie (merciers rennais), tantôt encore dans un établissement monastique.

  • 5 H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, Paris, 1975.

« H. Martin souligne le lien privilégié qui unit les confrères aux Mendiants ; vingt et une organisations de piété ont été fondées dans onze couvents mendiants des grandes villes, entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle. Les Franciscains sont les plus sollicités (11 cas), suivis des Carmes (5), des Dominicains (4) et des Augustins (1 seulement). Le couvent des Frères Mineurs de Rennes est à lui seul le siège social et spirituel de sept “mutualités de la prière”5. »

35Les religieux en ont d’ailleurs vu tout de suite l’intérêt, comme moyen de diffusion de certaines dévotions qui leur sont chères : le culte de la Vierge, de sainte Catherine d’Alexandrie, du Saint Sacrement et comme élément susceptible d’attirer la bourgeoisie aisée et généreuse dans leurs maisons. C’était, avec les tiers ordres, une façon habile de faciliter la pénétration de leur influence dans la société laïque.

36Le déroulement des fêtes est minutieusement réglé par les statuts. Les drapiers rennais ont fixé la grande messe dans l’église de Saint-Germain, le jour de l’Assomption Notre-Dame, à huit heures précises du matin. Les teinturiers se donnent rendez-vous aux Carmes, le jour de la Saint-Maurice, devant l’autel et le retable de leur saint préféré. Les offices durent souvent plusieurs journées consécutives avec vêpres la veille, annoncées dans toute la ville par un bedeau porteur de clochettes, puis deux ou trois messes solennelles « o notes, a diacre et soubz diacre ». Rien n’est laissé à l’improvisation. Il faut acheter quatre boisseaux de froment pour confectionner le pain béni chez les drapiers rennais, ce qui suppose une grande assistance, puis six torches et douze cierges ardents pour le luminaire « comme est accoustumé es aultres frairies ». Chacun doit assister, paré de ses plus beaux atours, les clercs de la confrérie Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes « en habit et estat d’église ». Les responsables ont eu soin de sortir des coffres les « ornemens et ustencilles » qui constituent le trésor et l’orgueil de la communauté. Certaines associations disposent de véritables richesses, accumulées au fil des ans. Nous possédons des inventaires détaillés, comme celui des merciers de Rennes en 1437. On y trouve pêle-mêle deux eschelectes d’argent, deux draps de soie brodés de fils d’or pour recouvrir les cercueils, des costumes de bougrain pers de Paris et de Tournai, des objets de culte, chasubles, calices, encensoirs, etc.

  • 6 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort et la foi, 2 volumes, Paris, Malo (...)

37❍ Le culte des morts est une autre préoccupation majeure des membres d’une confrérie6.

38L’usage veut, en effet, que l’association prenne à sa charge partie ou totalité des funérailles de ses membres. Bien des personnes seules ou de condition modeste sont entrées précisément dans ces organismes pour assurer à leurs dépouilles mortelles une sépulture digne de ce nom, des messes et des prières suffisantes. Les responsables, abbés ou prévôts, sont tenus de colporter, à domicile, la mauvaise nouvelle, accompagnés du bedeau agitant les eschelettes. Chaque ménage est invité à déléguer au moins un de ses membres pour visiter le mort, prier pour le repos de son âme et réconforter la famille éprouvée.

39Le trésorier de l’association fait livrer le drap brodé de fils d’or qui recouvrira le cercueil, le ou les deux cierges ardents qui brûleront pendant toute la durée de la veillée mortuaire (tanneurs rennais), ou seulement jusqu’à minuit ou jusqu’au covrefeu (Saint-Nicolas de Guérande). Les frères et les sœurs se relaient pour assurer une garde de nuit. La veille de l’inhumation, on célèbre un office des vigiles des morts, puis, le lendemain, tout le monde se retrouve pour accompagner le défunt à l’église et au cimetière. Des porteurs de torches et de bannières, vêtus quelquefois d’un costume aux armes de la frairie, ouvrent le cortège. Le nombre des offices varie en fonction des possibilités financières des communautés. Les teinturiers rennais sont apparemment très riches puisqu’ils peuvent se permettre de célébrer trois messes « o note » pour leurs maîtres ou leurs épouses, suivies de 17 messes en basse voix, contre une messe unique pour les pauvres valets ou apprentis décédés ! L’égalité ne règne pas devant la mort.

40Le cierge tient une place importante dans ces cérémonies mortuaires ; c’est à qui offrira les plus longs et le plus gros. L’orgueil et la foi cohabitent curieusement avec le mysticisme quand la population promet d’entretenir à perpétuité un cierge de la longueur d’une enceinte pour éloigner une peste de l’agglomération ou remercier le Christ et la Vierge d’en avoir préservé la population (Quimper en 1412). La liturgie mortuaire se complète avec d’autres offices. Des messes de requiem sont célébrées plusieurs fois par semaine, à l’occasion des fêtes anniversaires ou le lendemain, pour le repos de l’âme des défunts. Si les parcheminiers lamballais se contentent d’une seule célébration par semaine, les merciers de Rennes sont plus généreux et en inscrivent jusqu’à trois à partir de 1470 et les tailleurs quimpérois en prévoient même quatre, trois à basse voix, le mardi, le mercredi et le jeudi, et une « o note » le samedi. Il existe à Vannes une confrérie des Trépassés dont la seule finalité est précisément d’organiser des enterrements, moyennant une sorte « d’assurance » de 20 deniers par an et par personne. Bien entendu, les confrères entretiennent, à cette fin, un chapelain, dûment rémunéré, ou font appel aux prêtres des paroisses, aux administrateurs des hôpitaux ou aux Mendiants. Ces messes coûtent cher, jusqu’à 5 sous pour un service solennel ! Sont exclus de ces prières collectives ceux qui sont sous le coup d’une excommunication, à moins que les membres ne s’entendent, moyennant finances, pour obtenir leur absolution in extremis. Les familles des défunts sont généralement invitées à participer aux frais du luminaire, 10 sous chez les drapiers rennais.

41L’édification des masses est encore une autre obligation religieuse pour nombre d’associations qui se chargent d’esmouvoir le peuple en faisant venir des prédicateurs aussi connus que Jean Discalceat en Cornouaille, en montant des représentations de mystères fort édifiants ou tout simplement à Vannes, chez les Trépassés, en chargeant un bedeau d’aller, sur le coup de minuit, rappeler aux braves bourgeois, sur le point de s’endormir, qu’il est temps de prier pour leurs morts !

42❍ L’entraide, dans toute l’acceptation du terme, est l’autre raison d’être, et non la moindre puisque les membres s’appellent, entre eux, frères et sœurs.

43La plus élémentaire charité chrétienne pousse chacun à prendre l’engagement d’aider son prochain dans le besoin, à condition, bien sûr, que le cas en vaille la peine, que l’individu ne soit pas directement responsable de sa situation. Le paresseux, l’ivrogne, coupable de sa détresse, est fustigé. Les cordonniers et les marchands-mariniers de Lannion prévoient, dans leurs statuts, une aide pécuniaire de 6 à 7 deniers par semaine à ceux qui sont dans le dénuement pour leur permettre d’acheter du pain. Les seconds vont même jusqu’à payer une robe (de 20 sous) et les intérêts des dettes pour éviter aux malheureux des sanctions pénales et religieuses inévitables. Le secours aux pauvres figure dans la plupart des règlements et il est de bon ton de nourrir aux frais de la communauté treize pauvres à l’occasion des grandes fêtes corporatives. N’oublions pas aussi que beaucoup d’hôpitaux, comme ceux de Saint-Nicolas de Vitré ou de Toussaints sur les ponts de Nantes, furent placés sous le patronage de confréries. Chaque boulanger rennais qui cuit une fournée de pain, fait, en plus, un tourteau raisonnable (sic) ou tourteau de Dieu offert aux indigents des aumôneries ou aux ménages en difficulté.

44L’aide aux malades va dans un sens identique. Certains statuts recommandent à leurs membres de visiter les alités, de leur apporter le réconfort et surtout « caritativement les inducer au salut de leur âme » (Toussaint de Vannes).

45La protection mutuelle est une troisième forme d’entraide non négligeable, dans cette société cruelle pour l’individu isolé. Les membres de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande le savent bien ; ils ont placé, en bonne place, dans leur constitution, la nécessité de se défendre les uns et les autres contre toute menace d’où qu’elle vienne. Ils s’engagent, par serment, « à s’entraimer », « à se entreporter foy et leauté », ce qui, dans la pratique, signifie notamment qu’ils régleront désormais, entre eux, à l’amiable ou devant une commission de douze élus, faisant office de juges de paix, les différends qui peuvent surgir. Vivre en bonne harmonie, en toute amitié, est désormais leur règle de vie.

46❍ Un dernier mobile intervient également très souvent, même s’il ne figure pas obligatoirement dans tous les statuts : l’organisation des réjouissances communes.

47La plus connue est le repas annuel, excellent moyen de renforcer encore les liens entre les frères et les sœurs. On a peut-être caricaturé ce compotatio, en insistant sur les ripailles et sur les beuveries auxquelles il aurait parfois donné lieu.

48En fait, le banquet est un moment essentiel de la vie du groupe, fixé avec précision, le jour ou le lendemain de la fête principale, et chaque famille doit obligatoirement y déléguer un de ses membres, sous peine d’amende (parcheminiers de Lamballe). Le menu est prévu et le superflu en est sévèrement banni ; pas plus de deux plats de viande chez les confrères de Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes. D’ailleurs, l’église bretonne veille à ce qu’il n’y ait pas de débordements. Tout est fait également pour éliminer les trublions, les blasphémateurs et les ivrognes.

49Les confréries organisent aussi de véritables fêtes, fort pittoresques, témoin la cavalcade qui se déroule à Guérande, chaque 9 mai, date anniversaire de l’association, placée sous le patronage de Saint-Nicolas. Sitôt la grand’messe finie, les frères à cheval parcourent les rues, salués par les vivats de la foule en liesse. Toutes les organisations pieuses aiment le faste, le déploiement des bannières, la parade des costumes, des tapisseries, des objets de piété. La procession du Saint-Sacrement à Rennes permet aux 200 à 300 merciers de se montrer dans leur magnificence et de faire étalage de luxe.

Des « natiffs de Barbarin »

  • 7 A. Chauou, « Les évêques réformateurs en Bretagne au Bas Moyen Âge », dans Mélanges J. L. Biget, R (...)

50Cette injure est d’abord synonyme, dans la bouche d’un Rennais, de païen, de mécréant, de non-chrétien pareil à un Sarrasin, à un Arabe ou à un Berbère, ce dernier mot étant sans doute une source d’inspiration. Le côté outrancier d’un tel propos dissimule parfois des vérités que dénoncent les fulminations péremptoires concernant la discipline contenues dans les statuts synodaux7.

51❍ Des familles pratiquent peu ou se font remarquer par leur absentéisme aux offices et aux obligations fondamentales de la vie chrétienne. La responsabilité en incombe, en partie, au clergé paroissial local, incapable de remplir correctement sa mission, d’encadrer ses ouailles, de célébrer correctement la messe, de susciter l’intérêt et d’élever le débat dans ses homélies et dans ses prédications. Le bas clergé de Quimper traîne depuis longtemps une fâcheuse réputation. Des témoignages concordants racontent que les chanoines eux-mêmes et, a fortiori, les simples clercs préfèrent aller boire et s’enivrer plutôt que de remplir leur mission, qu’ils font scandale en habit religieux, jouent aux dés et aux cartes dans les tripots, insultent ceux qui leur font des reproches, manient avec dextérité l’injure et les coups. Les rares réformateurs, les frères Mendiants se gaussent de ces « ânes déferrés », qui savent pourtant si bien monnayer leurs services à l’occasion d’un baptême, d’un mariage ou d’un enterrement ou les sonneries de cloches. Et de citer de singulières habitudes, des taxes indues, des droits de poullage, la pratique des pots-de-vin (Quimper) !

52Que des paroissiens osent pratiquer avec des prêtres à leur convenance et à limite de l’hérésie, aient renoncé à aller aux offices après des expériences malheureuses, préfèrent fréquenter les sorcières et les suppôts d’une religion souterraine (A. Chauou), c’est un problème effectif, une incurie, dénoncé, depuis longtemps en Armorique, repris dans les procès-verbaux d’enquêtes, dans les canons de conciles ou dans les statuts synodaux. Pourtant, dans ce domaine comme dans tant d’autres, il faut avancer avec prudence, se garder de toute généralisation hâtive, et ce qui est valable, ici, à un moment donné, ne l’est pas forcément ailleurs, à une autre époque après une visite pastorale. Des auditeurs de saint Vincent Ferrier lui attribuent le mérite d’avoir appris à des adultes comme à des enfants à faire… le signe de croix, à réciter le Pater, l’Ave maria… « ce qu’un grand nombre de personnes âgées… ne savaient faire auparavant » (sic). Jusqu’où va l’ignorance de certains est à peine croyable ! Ils ne savent même pas se tenir à la messe dominicale, crient, discourent, négligent les gestes élémentaires, ne s’agenouillent pas pendant l’élévation de l’hostie et il semble que certains milieux soient plus atteints que d’autres par une forme de déchristianisation plutôt que par un véritable anticléricanisme d’un autre temps. Un évêque briochain révèle en 1493 la vie scandaleuse des fileuses de la ville, leurs réunions nocturnes, leurs chants et leurs danses vulgaires.

53Des citadins, frustes ou marginalisés, sont insensibles aux enseignements de l’Église, s’amusent ostensiblement de la religion, tournent en dérision les saints sacrements, blasphèment le nom de Dieu, du Christ ou de la Vierge, se battent et versent du sang dans les cimetières, adoptent même, ce qui est plus difficile à discerner, une attitude antireligieuse. Les amis des jeunes mariés de Tréguier se livrent à des plaisanteries de mauvais goût, à une parodie des noces, à des obscénités qui constituent la coutume du chelevalet. Le chahut du charivari a été dénoncé à plusieurs reprises dans les conciles armoricains, reprenant les condamnations de Tours, comme cas de « disjonction matrimoniale ». Le mot vient du grec chalibarion qui désigne le bruit que des turbulents font en frappant sur des pots ou des bassines en métal, un tambour ou en utilisant d’autres instruments comme les crécelles et les clochettes, si possible aux sons discordants. La farce s’est transformée en exercice rituel outrancier et violent, qui se manifeste de préférence à l’occasion d’une mésalliance ou d’une inversion des rôles des partenaires de l’union, une femme dominatrice qui chante à la place du coq.

« Loin d’être un simple “esbattement de jeunes gens avides de farces et de chahuts” s’achevant par une offrande de vin ou de soupe dans un pot de chambre, c’est une méchanceté orchestrée accompagnée d’une crierie, de moqueries et d’épreuves imposées, entrant dans le déroulement du rituel des noces. Il appartient au domaine de la sexualité, d’une morale imposée, de la paix de quartier, des rivalités familiales. Des rigolos, plutôt grinçants, se muent pour la circonstance en défenseurs de l’équilibre social et des relations conjugales normales et visent de préférence les rosières qui tardent à se marier, les jeunes veuves ou degrespies trop esseulées à leur goût, celles dont la moralité passe pour être douteuse. Ils tolèrent mal les mariages avec des étrangers, y compris avec ceux qui viennent d’un village voisin, les unions mal assorties objet de la risée générale, les jeunes filles qui ont épousé un barbon, le jeune époux qui a pris une femme âgée par intérêt, les remariages, “l’union à la main senestre” sans bans et bénédiction nuptiale.
Le charivari peut dégénérer en grossièretés, en chasses sauvages, en moqueries. Les garnements en goguette s’en prennent aussi aux cocus notoires à qui on attribue le sexe d’une poule, aux prêtres concubins et à leur maîtresse, aux prostituées, à l’ivrogne invétéré. Les auteurs d’un charivari sanctionnent tout ce qui porte atteinte, à un titre ou à un autre à la continuité biologique de la communauté et répriment “en toute modestie et joyeuseté”, tout ce qui choque une morale qui les arrange. »

54Ne nous méprenons pas sur la réalité d’un usage plus profond qu’il n’en paraît. Le charivari, mode d’expression collectif est une sorte de réaction épidermique de célibataires frustrés, qui veulent contrôler l’ordre naturel d’échange de femmes. Ils défendent une forme de droit de préemption sur les jeunes filles et les jeunes veuves, exercent une police sévère des mariages, se métamorphosent vite en censeurs. Le mariage les préoccupe d’autant plus que, dans le monde clos de la rue et du quartier, dans une société cloisonnée et hiérarchisée, les filles connues de la communauté sont souvent attribuées d’avance pour toutes sortes de considération (y compris économiques.) Ce sont des « denrées rares » pour les valets pauvres à marier, pour les gens qui n’ont pas de situation. Les jeunes coqs déguisés, masqués, le visage passé au noir comme des diables, ont une conception primitive de la femme considérée comme du gibier. Le rituel de tapage nocturne donne lieu à des épreuves, à « de grans dommaiges et inconveniens comme rompre arches (coffres) et fenestres », à des exigences. Les mariés sont tenus de payer à boire à la compagnie, « d’offrir des tournées » ou de verser une amende. Ils subissent parfois des brimades qui vont du chant grivois, de la danse grotesque à la promenade sur le dos d’un âne. Malheur à ceux qui protestent, aux mauvais coucheurs qui tirent l’épée ; ils peuvent être déshabillés, ligotés, jetés à l’eau, recouverts d’immondices au gré des imaginations débridées de leurs persécuteurs.

55Les autorités religieuses bretonnes n’aiment guère les manifestations bruyantes, qui caricaturent la hiérarchie en place, provoquent des troubles sur la voie publique, des tensions dans les communautés, des bagarres. Les pudibonds prétendent que ces distractions, loin d’être gratuites, sont responsables aussi des désordres de mœurs, de la luxure, du concubinage de gens qui n’osent plus convoler en justes noces par peur du qu’en dira-t-on ! Elles dénoncent comme fâcheuses coutumes les fêtes de printemps condamnées à Saint-Brieuc en 1496, les défilés de connards (terme rouennais) de la mi-carême, les danses lascives la nuit tombée, devant des feux de joie, les sottises des enfants de chœur qui désignent, une fois par an, l’un d’eux comme « évêque des innocents » et montent avec des acolytes tout un cérémonial burlesque et caricatural avec messe, procession et banquet. Mêmes les fêtes d’obligation, les pardons ne sont pas à l’abri des déchaînements ou tout bonnement des comportements douteux dans la bonne ordonnance chrétienne.

  • 8 G. Bechtel, La Sorcière et l’Occident, Paris, Éd. Plon, 1997 – J. Caro Baroja, Les sorcières et le (...)

56❍ Plus graves que l’ignorance qui peut se guérir sont les déviances et, la Bretagne en a connu depuis les temps les plus reculés, dès le Bas Empire avec Pélage qui niait le péché originel, depuis l’époque où les missionnaires irlandais et francs sous Dagobert étaient déroutés et choqués par des usages étranges, « scottiques », qu’ils voyaient dans les plous, depuis l’hérésie de Éon de l’Étoile et de ses disciples, vers 1145, membres d’une secte diabolique. Mais à la réflexion, l’hérésie n’a jamais pu se maintenir durablement chez les Bretons8.

57L’imagination, les préoccupations eschatologiques poussent des Bretons, citadins comme ruraux, lettrés comme vulgum pecus, à écouter les récits remplis de surnaturel, de prodiges, de visions, d’interventions de revenants auprès de vivants. La sorcellerie fait florès en Armorique, y compris dans l’entourage du prince et chez les grands, et sort de l’ombre où elle se confine, à l’occasion d’affaires aussi spectaculaires que celle de Gilles de Retz en 1440. Les statuts synodaux de Saint-Brieuc et de Saint-Malo dénoncent en 1431 et en 1434 la présence d’adorateurs d’idoles et de démons, des cérémonies diaboliques, des incantations, des attitudes morbides et des transgressions subversives, des veillées ou de singuliers « fest-noz », assimilés au sabbat. Les commissaires chargés de réformer les feux de Bretagne dans les années 1427-1430 mentionnent 57 demoniaci, des magiciens, des sorciers dans les paroisses du Trégorrois, indice de diablerie qui surprend mais qui paraît confirmer les dénonciations précédentes.

58On comprend mieux, dans ces conditions, le succès des Mendiants dans un terrain en friches. Incrustés dans les villes, réputés pauvres même si ce cliché demande à être sérieusement corrigé, ils sont plus aptes que les simples curés à répandre la « bonne doctrine », plus subtils aussi dans leur prosélytisme, sachant utiliser les collections de miracula associés à un saint ou à un établissement religieux, les mirabilia ou récits de prodiges, les milliers d’exempla ou de modèles de vertus. Nuls autres n’ont leur pareil pour allier la menace des périls de l’au-delà aux promesses et aux espoirs qu’offrent les indulgences distribuées à profusion, pour tirer des faits surnaturels rapportés une leçon morale universelle.

59Les propos des réformateurs redeviennent vite conciliants pour encourager les occasions de se racheter par des participations aux œuvres de miséricorde, aux fondations de messes, aux pèlerinages.

L’instruction en ville

60À lire les jérémiades de prédicateurs, le chercheur peut être tenté de transformer le duché en désert de culture, ou à l’inverse, de surestimer certaines créations, à commencer par l’université de Nantes. La même problématique se pose en examinant d’autres régions isolées comme le duché de Savoie, le Jura, les Pyrénées, l’Auvergne.

61Nous employons l’expression « petites écoles », utilisée à l’époque moderne pour désigner un enseignement élémentaire de lecture et d’écriture que peut donner, dans un local de fortune, un prêtre, un membre de ce sous-prolétariat de clercs, de tonsurati, un « homme de loi » sans clientèle, un rector scholarum à une poignée d’élèves privilégiés. On sera amené plus tard à utiliser d’autres expressions, celles « d’écoles paroissiales » (L. Maître), voire contemporaines comme « d’écoles de quartier » (Nantes, Rennes). Elles sont réservées dans leur immense majorité aux garçons. Les filles ne sont pas totalement exclues du savoir dispensé surtout par les parents, par la mère de préférence, par les Mendiantes, les Clarisses ou les Augustines, très exceptionnellement dans des locaux publics.

  • 9 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles) (...)

62Il paraît qu’à côté de ces lieux de « modice science » tout juste entrevus, des écoles que nous baptiserons, dans le feu de l’exposé, « supérieures » dispensant des éléments des arts libéraux, du trivium (grammaire, rhétorique, dialectique), des notions du quadrivium « scientifique » (arithmétique, astronomie, géométrie, musique), des rudiments de droit, aient existé en Bretagne, un peu comme cette « grande eschollle » de Genève, ce fameux collège Versonnex que nous avons décrit dans une publication antérieure9.

Les « parvae scholae »

63La pauvreté des sources n’empêche pas un lecteur de découvrir dans des textes des allusions à la présence d’écoles établies auprès des cathédrales, des abbayes, dans les villes. Des scholastici sont initiés à l’écriture, à la lecture, à la grammaire par des écolâtres, des grammatici ou même des jongleurs cultivés ou joculatores.

  • 10 D. Alexandre-Bidon et M. Th. Lorcin, Système éducatif et cultures, Paris, Ophrys, 1998 – H. Martin(...)

64Rennes, Nantes, Quimper, Fougères, Dol, Vannes… offrent des possibilités d’éducation à des enfants de milieux privilégiés dès le XIIe siècle. De futurs prélats ont reçu une solide instruction, sont célèbres ensuite pour l’étendue de leur culture, pour leur rôle magistral de rector scholarum, de legum professor, de « magister nobilis et magnanimius ». Étienne de Fougères, chapelain d’Henri II Plantagenêt, Robert d’Arbrissel, fondateur de Fontevraud, Marbode, futur évêque de Rennes, Baudry de Dol et bien d’autres qu’on retrouve bientôt comme enseignants à l’université de Paris ou à la tête d’un évêché ont légué leur expérience pédagogique, leur exemple édifiant et leurs œuvres didactiques à toute l’Europe10.

65❍ Deux siècles plus tard, des petites écoles fonctionnent presque partout, aussi nombreuses qu’en Angleterre qu’on estimait assez avancée dans le domaine de l’alphabétisation.

  • 11 M. Jones, « L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge », dans MSHAB, tome LIII, 1973-1976, (...)

66Le dépouillement des aveux et des rentiers, des extraits de registres fiscaux, des enquêtes prouvent même l’inverse. Le comté de Nantes avait des écoles à Vitré (dès 1210), à Châteaubriant (dès 1222), à Clisson, à Fougères, à Guingamp, à Machecoul, à Savenay. On parle, à Nantes et à Rennes, d’écoles au pluriel et une rue des Écoles existe déjà à Dinan. On compte 33 paroisses finistériennes dotées de locaux d’enseignement, notamment des créations à Carhaix, à Landerneau à Rosporten, à Pont-l’Abbé, à Brest pour s’en tenir aux seules villes. Lesneven peut éduquer les enfants issus de l’élite de ces 162 chefs de famille, inscrits dans le registre de la réformation générale des feux de Bretagne de 1426. « Tous les témoignages suggèrent que les garçons brillants quittaient ces écoles pour des centres d’étude plus importants à l’intérieur ou à l’extérieur du duché », écrit M. Jones11.

67Si les aveux et les livres-terriers localisent les bâtiments dans une rue ou dans un pâté de maisons, ils ne les décrivent guère si l’enseignement se tient chez des particuliers, à une exception, à Rennes. En 1492, la ville prend la décision de construire ou d’aménager une maison pour abriter les écoles de la ville et une salle de réunion pour le conseil. La municipalité choisit l’emplacement d’un ancien atelier monétaire, situé place de la Vieille Monnaie ou placis Conan en souvenir du duc Conan 1er. Cet espace réduit, qui fera partie plus tard de la place de la Mission, est du temps de la duchesse Anne, délimité également par une section de l’enceinte gallo-romaine, restaurée plusieurs fois au Moyen Âge. La décision ne fait pas l’unanimité chez les voisins puisqu’on évoque, dans les archives, « le double d’un plegement que fit savoir Monseigneur d’Espinay de non édifier la maison où à présent tient l’escolle de la ville » et d’un procès.

  • 12 AM Rennes, CC 851, compte de 1492-1493, fo 15 vo.

« Un premier devis est dressé le 6 mars par Pierre Le Petit, que rappelle un article de la dépense “pour la mynute, grosse et passement de la lettre de la maison de l’escolle” et le travail est confié à un maître d’œuvre nommé Michel Mesguée. Mais dès le début, des élus estiment sans doute l’ensemble insuffisant et exigent la révision du plan primitif qui est agrandi d’une dizaine de pieds pour atteindre 77 pieds (25 m) au définitif. Des dépenses montrent qu’il y a une cloison en bois d’une valeur de 5 livres 5 sous 10 deniers, “une claveure et des pantures faites par Jehan Logeays à servir à luys du bout du degré du prochain estaige de la Maison de la ville sise à la Vieille Monnaie”. La construction est terminée en 1493 et revient à 1 070 livres, grosso modo le prix d’une tour d’enceinte et d’une honnête habitation. Un vin d’honneur est servi à son inauguration.
Ce travail exceptionnel justifie la publication d’une pièce, jointe dans la marge, au compte de 1492, servant de justification : “Ilz rendent cy endroit le divis de lad maison fait du commandement desd. officiers et bourgeois de lad. ville par gens a ce congnoissans daté le 6e jour de mars mil IIIIc IIIIxx XII (1492), passé par Jehan Perraud avecques la baillée du feur de lad. maison tant maczonnerie, charpenterie que couverture datée led. 6e jour de mars audit an signé de G. Paynel J. Guihenneuc, Jehan Bouchart, N. Dalier, J. Laverne, B. Brullon, G. Marié, M. Thierry, P. Boaisguerin, E. de Lessart par laquelle apiert led. feur estre demeuré aud. Michel Mesguée comme derrain rabatant. Aussi rend ung acte daté du 21e jour de novembre 1492, signé dudit Paynel, Guyhenneuc, Marié, Boaisguerin et J. Dumesnil, par lequel a esté ordonné lad. maison estre allongée et augmentée de dix piez. Mesme rendent une commission datée du XIIIe jour de janvier 1493 signée, par ordonnance des officiers et bourgeois de ladite ville assistans aux comptes de Jehan Baude suppousante que sur la remonstrance faicte par lesdit Michel Mesguée aux officiers et bourgeois que ladite maison estoit de touz points parfaicte et parchevée supplie les commissaires luy estre baillé pour en rendre le renable, par laquelle apiert luy avoir esté baillé pour commissaires quatre desd bourgeois et en leur présence 3 maczons, 3 charpentiers et 3 couvreurs, quels furent jurez par led. capitaine. Mesmes rendent une relation de la rendue dud. renable faite sur lesdites comptes datée du 28e jour de janvier aud. an 1493 signée par ordonnance de la part desd ; officiers et bourgeois de J. Hagomar, Jehan Baude, par laquelle est bien au long naré lapointe(ment) fait avecques ledit Meguée à la somme de mil l vxx l. (1070 livres) pour demourer la ville quicte vers luy et luy quicte vers lad. ville12. »

  • 13 J.-P. Leguay, « Lieux de réunion et maisons communes en Bretagne médiévale », Actes du Colloque de (...)

68À partir de ce texte, des travaux d’entretien des premières années du XVIe siècle et du plan d’Argentré de 1616, on peut se faire une idée de cet immeuble, qualifié un instant de « lieu advantaigeux et oportun ». C’est une grosse bâtisse rectangulaire qui tranche par ses dimensions avec les logis qui garnissent la place et bordent les principales artères de la ville. Elle comporte un rez-de-chaussée avec huis et fenêtre, un premier avec trois ouvertures et un oculus, un grenier mansardé et une vaste toiture endommagée par une tempête en 1507. La pièce du bas ou chambre basse sert de remise au matériel municipal, à des canons et même à de la poudre, tandis que l’école et les réunions municipales ont la possibilité de se tenir dans une salle haulte avec dans le prolongement une salle des archives et le bureau du greffier, un retrait « pour laise des personnaiges qui se y seront assemblés pour les affaires de ladite ville13 ».

69Nous aurions aimé présenter le personnel enseignant, insister sur leur bagage intellectuel, leurs méthodes didactiques, autant d’espoirs que les textes allusifs rendent vains. On sait seulement que les enfants apprenaient, avec des pédagogues de fortune, à lire, à chanter et à compter sur leurs doigts, un savoir fragile s’il n’est pas entretenu ensuite par une pratique régulière.

70❍ D’autres lieux d’éducation du passé conservent encore du prestige.

71Les écoles épiscopales, les écoles des établissements réguliers, abbayes et prieurés (Redon, Quimperlé, Rillé à Fougères…) sont tenues par des universitaires, licenciés ou docteurs, dispensant un enseignement de disciplines telles que la grammaire, la rhétorique, le décret, le droit romain, les principes fondamentaux de la doctrine chrétienne et de la théologie scolastique. Quelques maîtres disposent de bibliothèques privées comme ce Guillaume Hequenoille, chantre rennais (1371).

72Les studia des Mendiants sont « des centres d’études plus complets, où l’on enseigne à la fois la philosophie, la théologie, le droit canon et l’Écriture Sainte » (H. Martin). Pendant tout le XIIIe siècle, le seul studium digne de ce nom est celui des Franciscains de Rennes. D’autres foyers font leur apparition, pendant la seconde moitié du XIVe siècle, cette fois chez les Dominicains de Guingamp, de Nantes et de Rennes. Malgré la présence de maîtres de valeur et les efforts tentés, ces couvents sont loin de satisfaire la soif de savoir de leurs jeunes religieux qui sont obligés d’aller parachever leur formation à l’étranger. Les progrès réalisés au XVe siècle ne permettent pas de surmonter un handicap initial, même si les actes font état de tout un personnel d’encadrement, surtout chez les Dominicains, avec lecteur et sous-lecteur (répétiteur) dans les simples établissements, avec régent, bachelier et lecteurs dans les studia solemnia. Deux signes ne trompent pas. Les meilleurs professeurs en Sainte Théologie, les dignes successeurs de saint Yves, quittent fréquemment un duché, guère propice aux discours érudits et aux inquiétudes métaphysiques, attirés par les honneurs et par la possibilité de faire carrière à Paris, à Poitiers, à Angers. Beaucoup d’adolescents s’absentent et reviennent de France, plusieurs années après, parés de titres ronflants qui leur ouvrent toutes les portes mais les incitent aussi à émigrer une seconde fois. Ce n’est, ni plus ni moins, qu’un « exode de matière grise » que les communautés urbaines et le gouvernement ducal encouragent inconsciemment en distribuant parfois des sortes de bourses d’études aux futurs licenciés et docteurs.

« Paris exerce une vive attraction sur nombre d’entre eux, surtout sur les jeunes gens originaires des diocèses de la côte septentrionale et atlantique, de Saint-Malo à Quimper, à cause de la qualité de l’enseignement des arts et de la théologie, de ses maîtres prestigieux, parfois originaires du duché, et de la présence des quatre collèges armoricains où les plus chanceux trouvent le gîte, l’encadrement et une ambiance familiale. Les Rennais, les Nantais et les autres fils de bourgeois des villes frontalières se sentent moins isolés et dépaysés à Orléans où l’on enseigne le droit, à Angers où ils sont si nombreux en droit qu’ils constituent une “nation”, encadrée par des professeurs qui viennent eux aussi de leur province. Des sujets du duc sont allés aussi s’instruire à Poitiers, à Toulouse, à Bordeaux, à Montpellier (médecine), à Avignon et même plus loin, jusqu’en Italie. De futurs prélats, comme Robert Guibé, le neveu de P. Landais, ont fait de longs séjours formateurs à Rome. »

73❍ Des formations scolaires restent méconnues. Elles sont plus spécialisées et ont sans doute existé, soit à domicile avec des précepteurs, soit dans des sortes de collèges « supérieurs ». On suppose que de jeunes Bretons ont reçu des notions de droit et de langue étrangère, d’anglais, d’espagnol, dans quelques grands centres urbains tels que Nantes et Rennes ou dans les ports de Morlaix, de Saint-Malo, de Vannes, de Vitré, à Tréguier. Mais nous sommes dans le domaine de l’hypothèse qui repose sur des allusions dans des testaments ou dans des aveux à des professeurs de grammaire payés par des familles aisées (les de Gennes à Vitré). On est parfois étonné par le savoir et le discernement intellectuel d’une poignée de marchands, par la qualité de leur écriture redécouverte dans les archives, par l’habitude de composer et de signer.

74Finalement, l’encadrement scolaire de haut niveau est très insuffisant. La Bretagne est restée, jusqu’à la seconde moitié du XVe siècle, une province sous-développée, même si les frères Mendiants ont hissé leur enseignement classique et religieux au niveau universitaire.

75Cette situation, tolérable dans une province encore isolée, puis alliée privilégiée du Royaume, cesse de l’être au XVe siècle, à une époque où l’autonomie ducale atteint son apogée. Sans aller jusqu’à prétendre que les jeunes Bretons trouvent à Paris « des conditions aussi dangereuses pour leurs corps que pour leurs âmes » (sic), il est évident que, pendant de longues années, le climat de violence qui règne dans la capitale avec la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons, avec l’occupation anglaise puis la reconquête de Charles VII, n’est guère propice à la poursuite d’études. Puis, après, sous Louis XI, les élèves risquent soit de servir d’otages, soit d’être habilement subornés et transformés en agents du pouvoir royal. Même, sans imaginer le pire, ils reviennent très marqués de leurs longues années passées en France.

L’université créée de Nantes

  • 14 G. Emptoz, Histoire de l’université de Nantes, 1460-1993, Rennes, PUR, 2002 – C. Y. Le Pollès, Dem (...)

76On appelle une université « créée », par opposition à la première génération « spontanée » ou née par migration, une institution scolaire mise sur pied par un pouvoir politique princier, avec l’accord obligatoire du Pape, et dotée, dès l’origine, d’une bulle ou d’une charte de fondation qui fixe avec précision son statut et ses libertés. Celle de Nantes entre parfaitement dans cette catégorie, au même titre que Naples (1224), Toulouse (1229), Salamanque (1218), Dole dans le Jura (1422), Poitiers (1431), Caen (1432), Bordeaux (1441), Valence (1452-1459), Bourges (1464). C’est un total d’une quarantaine d’universités qui ont été fondées en Europe au XVe siècle, dans le cadre d’états, de principautés et de cités-États (en Italie)14.

77❍ C’est un projet politique qui aboutit au terme de plusieurs années de tractations.

78Cette création, voulue par le duc et ses principaux conseillers poussés par un sentiment national profond, accordée, après sollicitations, par le Saint-Siège est inspirée par de profonds mobiles politiques du temps de François II (1458-1488), au moment où des tensions perturbent les relations franco-bretonnes. Il s’agit, pour ses fondateurs, de renforcer la cohésion du duché, de protéger son indépendance, de former une pépinière d’administrateurs, de conseillers, de futurs prélats dévoués, au service d’un état moderne doté d’une Chancellerie, d’une Chambre des comptes, qui ne manque pas de dynamisme économique et démographique. Il y va du prestige d’une province qui, malgré sa population nombreuse, est une des rares à ne pas bénéficier d’une institution véritable « ornement du duché ».

79L’initiative du projet revient à Jean V, conseillé, en la matière par l’évêque nantais, Henri Le Barbu. Le dossier présenté au Saint-Siège est apparemment sans failles. Le duché est un état ancien qui fut royaume dans le passé, qui disposa, un moment, d’un siège métropolitain (à Dol). Le nombre des clercs et des gens désireux de s’instruire est exceptionnellement élevé. Nantes conviendrait parfaitement à l’installation d’un « complexe » universitaire ; la cité ligérienne est populeuse, bâtie dans un cadre agréable, au milieu de vignobles, ce qui ne gâte rien, et les bons maîtres et leurs élèves seraient enchantés de leur séjour.

80Les tractations ont pourtant duré… quarante-six ans, de 1414, date des premières démarches, jusqu’en 1460. Les Papes successifs sont bien disposés à l’égard de la Bretagne et entretiennent d’excellentes relations avec leurs princes. Mais Jean XXIII, le premier sollicité, a, pour le moment, d’autres problèmes à régler. Le schisme qui divise la chrétienté le soucie davantage que les desiderata d’un duc et de ses sujets, soucieux d’échapper à l’emprise intellectuelle d’un royaume voisin. Il sera d’ailleurs déposé au concile de Constance et ses décisions frappées de nullité. Ses successeurs, veulent bien créer des facultés à Nantes et Martin V le fait expressément savoir dans une bulle du 31 décembre 1423… mais à une exception près, la théologie que les autorités souhaitent, pour l’instant, différée. Nous sommes, en effet, à une époque où la contestation est vive dans l’église, où l’orthodoxie de chacun est remise en question, selon le choix qu’il fait entre Rome et Avignon. Ce refus provisoire est la pierre d’achoppement qui bloque toutes les négociations ; ni Jean V, ni ses fils ne veulent d’une université croupion. Une nouvelle tentative sous François 1er en 1449, suivie d’un accord toujours partiel du pape Nicolas, le 29 janvier, aboutit encore à un échec qui continue d’intriguer les historiens.

81La situation s’éclaircit brusquement dans les années 1459-1460. Le Pape Pie II est plus accommodant que ses prédécesseurs et surtout il n’est pas mécontent de donner satisfaction aux Bretons. En difficulté avec le Royaume, au sujet de la Pragmatique Sanction, il cherche à détacher les fiefs de la couronne d’une voie gallicane qu’il considère comme très dangereuse. Il lève donc le veto sur la théologie. De son côté, François II n’a pas renoncé au projet de Jean V et en a discuté à une séance du Conseil de 1459 avec des proches, influencés par l’émergence d’un sentiment national anti-français.

82Puisque chacun est d’accord, tout se règle dans les plus brefs délais. L’accord officiel du Saint Père date du 4 avril 1460 et la bulle est publiée par l’évêque Guillaume de Malestroit, le 21 du même mois, et deux jours plus tard, a lieu la séance inaugurale qui réunit 77 gradués : un docteur en théologie, le Carme Jehan Longuespée, 41 canonistes, 27 légistes, 4 médecins et 4 maîtres ès arts. La présence de ce fort contingent d’intellectuels, dont certains sont étrangers, nous donne l’impression que le gouvernement ducal, connaissant longtemps à l’avance la réaction favorable de Rome, a commencé, depuis quelque temps, les préparatifs et le recrutement des maîtres. L’institution fonctionne avant même la publication des statuts, le 11 octobre 1462.

83❍ L’université créée par Pie II et François II doit, selon ses fondateurs, être bâtie sur le modèle de ses prestigieuses devancières (Paris, Angers…) ou sur celui de la très récente création de Sienne, la ville natale du Pape. Elle compte les facultés « classiques », celles que les Bretons découvraient à Paris ou à Orléans.

84L’enseignement des Arts ouvre la porte aux humanités ou, pour reprendre une excellente formule, sert de « péristyle aux quatre autres ». On y apprend les arts libéraux, héritage de l’Antiquité, la grammaire ou l’analyse des textes et du vocabulaire, la rhétorique ou le beau langage, la dialectique et diverses autres matières que nous avons peine à qualifier de scientifiques : la musique ou solfège, la géométrie ou la science des figures, l’arithmétique ou la science des nombres, l’astronomie. Nous ignorons si l’une de ces matières a le pas sur les autres et forme une spécialité comme cela se passe souvent ailleurs. Le but poursuivi par l’adolescent est d’être bachelier et, mieux encore, licencié.

85La faculté de théologie est placée sous le contrôle des Carmes et secondairement des Dominicains qui forment l’essentiel du corps professoral. Elle reçoit les postulants à la vie religieuse et prend à sa charge la prédication en ville.

86La médecine est une discipline très particulière, distincte de la chirurgie réservée aux simples barbiers et quelque peu méprisée. À côté d’un enseignement théorique s’appuyant sur les traités traditionnels d’Hippocrate, de Galien et de Joannicius, existe une formation pratique puisqu’on dissèque des cadavres à Nantes dès 1461 et que Charles VIII autorise, en 1493, les professeurs à utiliser, aux fins de la recherche, les corps des criminels exécutés et des noyés (suicidés ?). Les études durent cinq ans avant de pratiquer, trois pour l’obtention du baccalauréat et deux ans pour la licence, et le contrôle des connaissances est très strict. La faculté surveille aussi les professions médicales et paramédicales en ville, les barbiers-chirurgiens, les physiciens ou apothicaires, les guérisseurs, dénonce les sorciers.

87Le droit canon et le droit civil, tantôt séparés, tantôt jumelés, attirent les ecclésiastiques et les futurs officiers de haut rang. Les cours sont conçus de façon à permettre éventuellement aux plus brillants sujets d’être gradués in utroque jure. Malgré la présence d’un fort contingent de maîtres, les débuts sont difficiles en raison de la concurrence d’Angers. La ville doit alors faire de lourds sacrifices pour attirer des savants, chargés d’instruire dans les règles l’exercice complexe de la justice.

88❍ L’université nouvelle bénéficie d’une autonomie mesurée.

89La création est placée sous une double autorité. L’évêque de Nantes, comme représentant de Sa Sainteté le Pape et proche du duc, en est le chancelier, chargé de conserver les privilèges et de conférer solennellement les grades aux étudiants reçus à leurs examens. Le prévôt de Nantes assure la sécurité et la tranquillité indispensables à la poursuite des études.

90Elle est dotée d’une série d’institutions soigneusement définies dans les statuts. À sa tête se trouve un recteur, élu pour quatre mois, suivant un curieux système à deux degrés. Dans un premier temps, chaque faculté, y compris les Arts, désigne un représentant. Les cinq porte-parole forment alors un mini-conclave qui doit, en moins d’une demi-heure, faire connaître le nom du récipiendaire, obligatoirement un gradué, mais pas forcément un docteur, à la rigueur un bachelier ou un licencié. Le personnage est, pendant son bref mandat, très influent. Il jouit des « honneurs, prééminences, prérogatives et puissances » de ses homologues d’Angers ou de Paris. Il vient immédiatement après l’évêque dans les cortèges officiels, paré de sa cape fourrée de menu vair. Le premier connu est celui de Thomas de Metz et appartient au corps des chanoines de Saint-Pierre. Les adjoints du recteur sont le procureur général, le grand bedeau, le receveur et les secrétaires. Chaque faculté a un doyen pour la représenter qui n’est pas encore mentionné dans les statuts, un procureur et deux bedeaux élus par l’ensemble du corps professoral, des étudiants et autres suppôts de l’université. S’agit-il d’une simple formule ou d’une référence au menu personnel qui participe au fonctionnement de l’institution ? Les statuts prévoient aussi la désignation de deux libraires, clercs et relieurs de livres, « expers et congnoissans », et d’un parcheminier attitré.

91L’organigramme serait incomplet si nous ne mentionnions pas aussi la convocation d’assemblées générales, de congrégations de professeurs et d’étudiants âgés et sans doute nobles, tenues chez les Cordeliers, chaque fois que des décisions très importantes sont à prendre, le fonctionnement, entre-temps, d’un conseil restreint pour seconder le recteur, l’existence d’une caisse, d’archives et d’un sceau (1495).

92❍ L’aspect matériel est considéré. Le financement de l’université nouvellement créée est réglé, dès le début, par un don de 5 000 saluts d’or, prélevé sur une amende que François II devait payer à l’évêque et au chapitre de Saint-Brieuc pour rachat de simonie. Cette grosse somme permet vraisemblablement de faciliter la venue de maîtres étrangers et d’aménager des locaux. Par la suite, un fixe de 200 livres par an provient des deniers de la recette de Nantes. La somme figure régulièrement sur les états de finances de la fin du siècle. Le reste découle de droits d’inscription et d’examen, des taxes du sceau, des dons particuliers en argent et en livres.

93Les cours sont dispensés dans des locaux dispersés, comme cela se passe dans beaucoup d’universités françaises (Poitiers). On utilise les salles capitulaires, les écoles des Carmes, des chambres prêtées par les Cordeliers, sans oublier les appartements des maîtres et les collèges dont il sera question dans un instant. Le Conseil ducal accorde parfois des subventions pour l’achat de chaires et de bancs.

Les universitaires bretons et « forains »

94Le 22 avril 1461, François II accorde dans une charte les privilèges et exemptions, rencontrées dans les autres fondations de la même époque, mais plus détaillés, plus précis que la plupart des textes en vigueur ailleurs. On pense que l’inspirateur en fut l’évêque de Nantes, Guillaume de Malestroit, secondé par une équipe de juristes et d’officiers bretons et français, de savants docteurs, au courant des statuts anciens et des réformes en cours, des dispositions prises par le cardinal-légat Guillaume d’Estouteville en faveur de l’université de Paris en 1452.

95Contrairement à d’autres établissements de même origine, l’université de Nantes a bien débuté avant de connaître les conséquences des guerres et son succès initial est dû à une quinzaine de professeurs ou régents et à l’arrivée d’étudiants armoricains, attirés par des avantages soigneusement codifiés.

96❍ Le fonctionnement d’une institution savante, plus laïque, plus étatisée qu’ecclésiastique comme elle l’était jadis, est décrit avec précision, au mieux des intéressés. Car, pour attirer les professeurs et les élèves, la meilleure solution n’est-elle pas de les allécher par des privilèges aussi étendus que possible !

97Le premier, peut-être le plus important, est la « sureté spéciale et perpétuelle sauvegarde » octroyée par le duc en personne. Des privilèges fiscaux s’y ajoutent opportunément. Tous, y compris les bedeaux, les relieurs, le parcheminier, sont exonérés d’impôts personnels, de guet et de garde des portes, de taxes sur les produits importés pour leur usage propre. Chaque étudiant peut ainsi faire venir, en franchise, du blé, du vin, du poisson, des draps, du linge, des livres et du papier, à condition de ne pas les revendre, sauf s’il doit abandonner brutalement ses études. Les universitaires sont protégés contre les hausses abusives du prix des loyers et des vivres et, mieux encore, leur procureur général doit être informé et même consulté, chaque fois que les officiers et la municipalité prennent des décisions sur la vente des denrées alimentaires.

98La condition favorable dans laquelle la justice est rendue occupe aussi plusieurs articles. Nous sommes ici à l’abri des mesures arbitraires prises par les officiers royaux à Paris. Des conservateurs et juges règlent au mieux les différends d’ordre interne, sanctionnant et punissant les fautifs. Le prévôt de Nantes s’occupe personnellement des délits plus graves, « humainement et débonnairement », en évitant de laisser traîner les choses et de multiplier les frais d’écriture et de procédure. Les étudiants emploient les compétences des procureurs de leurs facultés, dès que possible.

99Les obligations religieuses sont, précision significative, moins astreignantes que dans les établissements universitaires du XIIIe siècle. L’enseignement proprement dit ne donne pas matière à de longs développements et s’inspire de ce qui se fait ailleurs.

100❍ Les noms des professeurs n’apparaissent qu’au hasard d’un texte et nous n’avons pas de listes continues.

101Beaucoup viennent de France (de Paris et surtout d’Angers), des couvents de Mendiants (Vannes surtout), de l’entourage immédiat du duc et de l’évêque de Nantes. Beaucoup de noms sont familiers de la noblesse et de la bourgeoisie locales.

102Les salaires ou les pensions tiennent compte des titres, des compétences et de la matière enseignée. En 1460-1466, apparaissent Maître Jacques Massot, rémunéré 30 écus par an, Maître Yves Rolland, également à 30 écus, Maître Jehan du Tertre, vraisemblablement apparenté à Maître Raoul du Tertre, procureur général de l’université en 1466. Sous toute réserve, les trois premiers pourraient être des médecins. On découvre aussi Maître Jehan Talhoët. versé dans « la lecture des Éthiques » (à 20 livres par an), Maître Josselin de La Vallée, Maître Guillaume Le Borgne qui ne touchent que des dons limités (15 livres et 24 livres 8 sous 6 deniers). Par contre, Messire Pierre Mahaut, docteur es loys, perçoit 100 écus, comme un collègue angevin, au nom inconnu, spécialiste en décret. Maître Rolland Gamier, bachelier en théologie, venu spécialement de Paris, pour « dire sentences », se contente de 10 écus. Maître Richard Robert, un moment recteur, reçoit 45 livres 16 sous 8 deniers de la ville, en 1465.

103Dans les années qui suivent, nous rencontrons encore des hommes savants, comme Maître Hervé Izlech, spécialiste en droit canon, comme Jehan Maydo l’est en droit civil. Les Carmes sont représentés par des gens éminents : frère Jehan Longuespée, Pierre Nicolas, frères Robert Viel, Jehan Martin, Pierre Bertho, Nicolas de La Haye.

« Mais la plus belle conquête nantaise est celle de Maître Jacques Clate, ancien régent de la faculté de droit d’Angers. Pour l’attirer en Bretagne, il faut lui promettre un traitement de 240 livres, dont un trimestre payé d’avance, un logement pour lui, ses serviteurs et ses disciples. Par la suite, il accepta de modérer quelque peu ses prétentions. Mais, par le jeu des cumuls d’offices, des cures, un canonicat à Guérande, la vice-chancellerie de l’université et la responsabilité de L’Officialité, il réussit à obtenir annuellement… 1170 livres de gages, plus que la plupart des grands officiers de la Cour. »

104Ces maîtres sont, apparemment, parfaitement intégrés à la vie de la cité. Ils habitent les beaux quartiers autour de la cathédrale et des établissements conventuels. Leur procureur général est fréquemment invité aux séances du conseil municipal, comme le prévoit d’ailleurs l’article des statuts qui concerne la vente des denrées alimentaires.

105❍ La vie des étudiants est mal connue au XVe siècle. Nous ignorons tout de leurs origines sociales et géographiques. Leur nombre est incalculable.

106Certains avancent 1 000, voire même 1 500 inscrits (M. Le Mené), chiffre que nous ne pouvons contester faute de statistiques sûres. Il nous semble élevé, compte tenu du nombre des maîtres (77 gradués en 1460), du rayonnement encore limité de l’université, des difficultés de démarrage de certaines sections, de la concurrence redoutable d’Angers et des guerres d’indépendance qui viennent tout perturber. Nous sommes surpris aussi par la faible incidence qu’aurait dû entraîner, au niveau de la ville, de son ravitaillement, des possibilités de logement, la venue de plus d’un millier de personnes.

107Par des documents postérieurs, nous apprenons que l’année universitaire commence le 10 octobre, jour de la Sainte-Claire, et se termine le 15 août, avec des interruptions qui correspondent aux fêtes de Noël, à l’entrée du Carême et à Pâques. Nous savons aussi que les cours sont oraux et qu’ils reposent, ici comme ailleurs, sur deux exercices fondamentaux la lectio ou leçon d’après un texte commenté et la disputatio ou dispute, exercice de virtuosité oratoire sur un thème donné.

108Les examens sont le baccalauréat, la licence pour laquelle on présente un mémoire, et le doctorat, couronnement exceptionnel des études. Le nombre des docteurs est très restreint avant 1487 et rien ne dit que ce grade ait été acquis à Nantes. Car l’attrait de l’étranger reste vif chez les jeunes Bretons.

109❍ Parmi les institutions para-universitaires figurent les collèges. En 1471, un riche bourgeois. Guillemin de Launay cède, dans son testament, deux maisons, rue Saint-Léonard, près des remparts, pour héberger une école de grammaire et des étudiants, dispensés de tous frais d’inscription. L’exécution des dernières volontés du défunt est confiée à un enseignant, Raoul Moreau, qui fait choix de deux régents, Thomas Loisel et Guillaume Meslin, pour diriger l’établissement. Leur gestion laisse à désirer puisque la veuve du pieux donateur doit encore avancer une forte somme pour remettre en état les bâtiments délabrés et engager un nouveau directeur, en la personne de Jacques Lohier. Un second collège, celui de Sainte-Croix, voit le jour en 1519.

110Le développement de l’enseignement n’est pas étranger à l’essor de l’imprimerie et de l’édition en Bretagne, à la fin du siècle.

Des formes de culture en milieu urbain

111Si l’on fait abstraction de quelques mentions isolées dans les textes anciens, il faut attendre l’époque des Montforts, pour connaître avec un minimum de précision les bibliothèques urbaines

Les « librairies »

112Les bibliothèques, appelées alors librairies, appartiennent pour l’essentiel aux ecclésiastiques, les principaux utilisateurs et acheteurs.

113❍ Les chapitres sont les mieux pourvus ; celui de Dol a 67 volumes en 1440, celui de Quimper 103 manuscrits en 1361, celui de Tréguier 191 en 1491.

114Les comptes de la fabrique de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes nous ont permis de montrer que, sans être d’une richesse exceptionnelle, la bibliothèque des chanoines contient un certain nombre de livres rares que nous découvrons au fur et à mesure de leur remise en état. Les manuscrits sont chers, surtout si les ais sont recouverts de peaux de cerf ou de biche, et ornés de plaques de métal précieux, d’émaux, de clous décoratifs, de fermoirs finement ciselés. On a vu un psautier et un missel de Vitré valoir 81 livres 10 sous en 1420, le prix de 6 pipes de vin d’Anjou ou de Beaune. L’achat de 56 cahiers de parchemin pour un Légendaire nécessite une mise de fonds de 49 livres à Vannes, à la fin du siècle. Les vols sont fréquents, ce qui justifie des précautions. Chaque cathédrale dispose d’un local soigneusement fermé, la librairie, sous la surveillance d’un responsable qui fait office de bibliothécaire et de relieur. Les ouvrages rares sont souvent enchaînés à des pupitres.

115Quelques églises paroissiales disposent aussi de bibliothèques constituées, à la longue, par les legs de leurs recteurs successifs, ce qui explique leur manque d’éclectisme. Saint-Nicolas de Nantes possède 27 volumes, Notre-Dame de Guingamp 25, Toussaints de Rennes au moins une trentaine. Les monastères bénédictins urbains et les couvents des Mendiants ont besoin pour la formation des novices et pour leurs studia de tout un appareil de lecture entreposé dans leurs librairies. Les ouvrages manuscrits restent très chers : plus de 81 livres pour un psautier et un missel à Vitré en 1420.

  • 15 A. de La Borderie, L’imprimerie en Bretagne au XVe siècle, Rennes, 1878 – M. Duval, « Le livre et (...)

116❍ Dans le détail, il s’agit surtout d’ouvrages liturgiques indispensables pour la célébration des offices et pour la formation des clercs. Nous rencontrons beaucoup de missels (8 à Toussaints, 7 à Guingamp, 5 à Saint-Nicolas), de psautiers (9 à Toussaints), de bréviaires, souvent usagés, (5 à Saint-Nicolas et à Guingamp), des traités de morale (4 à Saint-Sulpice de Fougères), des antiphonaires ou recueils d’antiennes, des homéliaires pour aider les prêtres à faire leurs sermons, des évangéliaires, des processionnaux pour se remémorer les prières et les chants des processions, des graduels, etc. Chaque sanctuaire se doit de posséder un martyrologue, une Légende dorée, une Vita de son Saint Patron. Dol conserve trois légendaires de saint Samson de Vannes, un recueil des vies édifiantes de saint Vincent, de saint Fiacre, de sainte Apolline, de sainte Claire, de saint Eutrope et des… onze mille vierges. Cette littérature ne vise pas très haut ; elle est avant tout pratique, moralisatrice, et ne nécessite pas de ses lecteurs un véritable effort de l’esprit. Nous ne rencontrons guère d’ouvrages dogmatiques, de traités d’approfondissement de la foi. Les bibliothèques sont complétées par quelques traités de droit comme la Très Ancienne Coutume, par des livres pseudo-scientifiques, par des chroniques, plus rarement par la littérature romaine classique. Mais pouvons-nous porter un jugement définitif à partir de quelques bribes d’inventaires ? N’oublions pas que des érudits ont enseigné et écrit à l’université de Nantes et dans les couvents de Mendiants. Notons, enfin, la présence d’un catholicon, sorte de dictionnaire breton, latin et français, dans la liste des volumes de Dol, de Guingamp, de Quimper15.

117❍ Les préoccupations intellectuelles de la minorité (les riches bourgeois) qui gouverne nos villes sont très limitées. Ces notables se contentent de deux ou trois livres de piété, conservés peut-être davantage pour leurs reliures que pour leur contenu. À leur décharge, nous dirons, cependant, que certains ont acquis, au cours de leurs voyages, un honnête savoir empirique, une bonne connaissance des langues étrangères (les Coëtanlem ou les de Gennes) et qu’ils ont eu l’intelligence de pousser parfois leurs enfants dans la voie des études.

118L’introduction de la typographie va néanmoins sensiblement améliorer le niveau culturel des Bretons, en vulgarisant des ouvrages jusqu’alors manuscrits, donc réservés à quelques individus.

L’imprimerie et l’édition

119Le duché qui accuse si souvent du retard dans les techniques s’est intéressé très tôt à l’imprimerie introduite vers 1484.

120❍ Son succès précoce trouve plusieurs explications. Les milieux d’affaires bretons sont en contact étroit avec Bruges, avec l’Allemagne, avec Paris, Angers et Tours. On a pu constater des affinités entre les caractères typographiques utilisés dans la province armoricaine et ceux qui sont couramment employés dans les presses des cités germaniques. Par ailleurs, l’industrie du papier prospère dans tout le duché, intéressant aussi bien les ruraux que les citadins. L’impression a trouvé, enfin, des promoteurs dans la personne d’un noble, Jehan de Rohan, sire du Gué de l’Isle, de moines bénédictins de Lantenac, près de La Chèze, des techniciens étrangers qui ont accepté de venir pratiquer leur art en Bretagne, des clients, hommes d’église et universitaires, permettant à des « Maisons d’Édition » de s’implanter et même de traverser les siècles.

121❍ Cinq ateliers sont connus qui ont produit 25 titres recensés.

122Deux sont ruraux et ne nous intéressent pas directement, celui du sire de Rohan près de Bréhant-Loudéac, avec une dizaine d’incunables présentant le même petit format, les mêmes caractères gothiques anguleux et peu élégants, le même nombre de lignes par feuillet, la même langue, le français, celui de Lantenac avec trois volumes connus. Ces deux ateliers, voisins l’un de l’autre, ont fonctionné dans les années 1484-1491, et ont été dirigés par Robin Fouquet et Jehan Crès, d’abord associés puis séparés.

123Les trois autres sont urbains. L’imprimerie de Rennes doit son succès, en 1485, à la présence d’artisans de génie, les frères Pierre et Josses Bellescullée, à la commande d’une famille bourgeoise bien connue, les Hux, qui a légué son nom à la rue de Paris, aux sujets traités : la Coutume de Bretagne en trois exemplaires, le « Floret en franczoys », un poème moral et religieux, « la Grande Absoute de Pasques », aujourd’hui disparue. Le format est in-80 pour le premier avec 252 feuillets et in-40 pour le second avec 40 feuillets. Les lettres gothiques rappellent celles de Loudéac.

124Le centre de Tréguier est également très actif. Nous n’en sommes pas étonnés outre mesure quand on sait que les évêques locaux et la fabrique de la cathédrale ont systématiquement fait travailler, dans le passé et dans le présent, des écrivains, des relieurs et des enlumineurs très capables. Dès 1432, Jehan Malou compose « Le Tablier en Breton de la Messe du Duc » ; Alain Lebault, une « lettre relative au Concile ». Puis nous trouvons, en 1485, Pierre Even qui écrit et relie quatre petits manuels appelés les Nonnes, plusieurs paroissiaux, un antiphonaire, un graduel (1485-1489), le prêtre Jehan Kerchen, un graduel, Maître Mathieu Le Bras, une partition de musique, Alain Riou, un graduel de la messe destiné au souverain (1487), Maître Jehan dit l’Official, deux psautiers, un légendaire et trois graduels. L’enlumineur, Paul Gargasson, décore le graduel de Pierre Even.

125❍ Il n’est donc pas surprenant que la typographie ait connu un rapide succès.

  • 16 L. Le Guennec, « Les premiers imprimeurs et libraires de Tréguier et de Morlaix », Association bre (...)

126Un premier imprimeur s’installe sur les bords du Jaudy de Tréguier, en 1485, et signe de ses initiales Ja. P., une Coutume de Bretagne, petit volume in-80, en belles lettres gothiques. Cet homme, peut-être un Flamand, venu avec son matériel, livre aussi le Grécisme ou lexique de mots latins dérivés de la langue grecque. Quelques années plus tard, en 1499, est publié par Jehan Calvez, dont le nom est bien breton, un catholicon, dictionnaire trilingue, dont l’auteur est un chanoine local, Auffret de Quoatqueveran, un in-folio en deux colonnes, de 106 feuillets et de 45 lignes à la page. De ses presses sort aussi, en 1501, un traité de grammaire latine de Jean Sinthem. On sait que des imprimeurs trégorrois ont livré aussi des recueils de mandements épiscopaux à l’évêché de Saint-Brieuc16.

127L’imprimerie de Nantes est plus tardive. Il est vrai que la cité ligérienne a des facilités pour importer des livres de l’étranger, y compris de Venise. Elle s’implante en 1493 avec Étienne Larcher, un Parisien, domicilié rue des Carmes et dont l’atelier lance, avec succès, les « Lunettes des Princes », le célèbre poème moral et allégorique de Jehan Meschinot, à la gloire des derniers ducs, réédité une seconde fois en 1494, les « Heures à l’Usage de Nantes », une « Ordonnance de Charles VIII » sur l’administration du duché, les « Statuts synodaux de l’Église de Nantes », la « Table de la Coutume de Bretagne ». Ce sont de très beaux ouvrages, in-80 et in-40, d’une jolie impression sur papier fin. La Maison des Larcher, père et fils, s’est perpétuée à travers les siècles et sa réputation n’a jamais failli.

128D’autres ateliers fonctionnent au début du XVIe siècle à Morlaix, à Quimper et à Vannes.

129Plusieurs conclusions s’imposent à propos de la diffusion de cette invention capitale dans le duché et de ses succès. Nos connaissances restent limitées à cinq centres et à quelques publications, ce qui veut dire qu’elles sont susceptibles de s’élargir avec la découverte de nouveaux incunables. Ces derniers sont très dispersés, puisqu’il y en a même un à Chambéry. Les productions, abondantes dans les années 1485-1487, diminuent ensuite partout, sauf à Nantes ; certains ateliers subissent une éclipse momentanée (Tréguier, Rennes) ou disparaissent totalement (Bréhant-Louhéac). Les raisons en sont la guerre, le départ des artisans, comme les Bellescullée qui rejoignent Poitiers, leur mort, le manque de clients, ruinés par les opérations militaires, par la crise économique de la fin du siècle. Seuls les Larcher font véritablement œuvre durable. Nous remarquons que les titres, tous en français, sont très variés, plus, du moins en apparence, que ceux des manuscrits, avec, à côté des traditionnelles productions religieuses, des ouvrages de droit indispensables aux administrateurs, des dictionnaires, des poèmes à la gloire des princes, des traités de morale, etc. La typographie n’a pas, enfin, fait disparaître les ateliers de manuscrits enluminés qui connaissent même un second souffle sous la duchesse Anne, avec une quarantaine d’ouvrages recensés (M. Jones).

La vente de livres

130Dans les années qui précèdent les guerres d’indépendance, on voit se profiler les figures de quelques colporteurs ou de marchands de livres à domicile. Guillaume de Lespine parcourt le diocèse de Cornouaille pour le compte du Nantais Guillaume Touzé, et réussit à placer pour 500 livres de volumes, une véritable fortune. D’autres facteurs sillonnent les routes du duché et desservent une clientèle, surtout d’ecclésiastiques. Les libraires bretons sont en relations étroites avec des imprimeurs normands, angevins et parisiens. Pierre Regnault, les frères Robert et Richard Macé de Caen, Martin Morin de Rouen, Richard Rogerie de Basse Normandie, Jehan Alexandre d’Angers, Jehan Higmann et les Popelin de Paris éditent, pour le duché, des missels, des coutumiers, des catholicons, des heures, etc. Ils ont souvent des dépositaires, comme Jehan Macé à Rennes, ou même viennent sur place, plusieurs années consécutives, pour diffuser leurs productions.

131Les villes sont les principales bénéficiaires, sinon les seules, des contacts qui se nouent entre la Bretagne et les provinces voisines.

*

132Nous abandonnons, avec la fin de ce chapitre, une vision optimiste de la Bretagne, celle d’un pays en paix, dynamique, ouvert aux expériences étrangères. Les dernières années « d’indépendance » ont été marquées par une série de fêtes, de manifestations « culturelles », par une prolifération des associations de piété, par la création d’écoles élémentaires et d’une université à Nantes, par l’apparition de l’imprimerie qui permet la diffusion de livres jusque-là réservés à une infime minorité.

133Mais, déjà depuis plusieurs années, la rupture avec la France est sous-jacente. Plusieurs conflits marginaux ont apporté leur cortège de destructions et de ruines dans les Marches frontalières. Le moment est arrivé où l’avenir tout entier du duché va se jouer dans une bataille et dans une succession de sièges.

Notes

1 F. Lebrun (dir.), H. Martin, Histoire des catholiques en France, Toulouse, Éd. Privat, 1980, « Le leg du Moyen Âge », p. 9-63 – H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, Ouest-France Université, 1982 – B. Merdrignac, La vie religieuse en France, Synthèse Histoire, Ophrys, 1994 (bibliographie) – F. Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, Nouvelle Clio, Paris, PUF, 1971 – R. W. Southern, L’Église et la société dans l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1970.

2 H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, Paris, Éd. Du Cerf, 1988 – J. M. Mayeur, Ch. Pietri, A. Vauchez, M. Vénard, Histoire du Christianisme, Paris, Desclée/Fayard, 1990.

3 C. Vincent, Des charités bien ordonnées : les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, ENSJF, 1988 & Confréries médiévales, op. cit.

4 J.-P. Leguay, « La confrérie des Merciers de Rennes au XVe siècle, contribution à l’histoire économique et sociale de la ville de Rennes », Revue franco-allemande Francia, Forschungen zur Westeuropäische Geschichte, Band III, 1975, Munich, 1976, p. 185 à 221.

5 H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, Paris, 1975.

6 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort et la foi, 2 volumes, Paris, Maloine, 1981 – J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, MEF Rome, 1980 – M. Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1992.

7 A. Chauou, « Les évêques réformateurs en Bretagne au Bas Moyen Âge », dans Mélanges J. L. Biget, Religion et société urbaine au Moyen Âge, Paris, PU de la Sorbonne, 2000, p. 74.

8 G. Bechtel, La Sorcière et l’Occident, Paris, Éd. Plon, 1997 – J. Caro Baroja, Les sorcières et leur monde, Paris, Gallimard, 1985 – J.-C. Cassard, « Éon de l’Étoile, ermite et hérésiarques breton », MSHAB, tome 57, 1980, p. 171-198 & « l’affaire de paix et de foi, vue de Bretagne armorique, quelques notes d’hérésiologie virtuelle », Mélanges J.-L. Biget, PU de la Sorbonne, 2000, p. 161 – A. Chauou, « La religion souterraine à Saint-Malo en 1434 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 102, 1995, p. 107-112 – C. Ginsburg, Le sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1992 – R. Manselli, La religion populaire au Moyen Âge, Paris, Éd. Vrin, 1975.

9 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles), Paris, 1978 – J.-P. Leguay, « Écoles et enseignement en Savoie médiévale », in L’insegnamento negli Stati Sabaudi, (L’Enseignement dans les États de Savoie), Cahiers de Civilisation alpine no 6 du centre d’études franco-italien, p. 9 à 45.

10 D. Alexandre-Bidon et M. Th. Lorcin, Système éducatif et cultures, Paris, Ophrys, 1998 – H. Martin et B. Merdrignac, Culture et société dans l’Occident médiéval, Paris-Gap, Ophrys, 1999, p. 251-261 – J. Verger (dir.), Éducations médiévales. L’enfance, l’école, l’Église en Occident (VIe-XVe siècles), no spécial de la revue Histoire de l’Éducation, no 50, Paris, 1991.

11 M. Jones, « L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge », dans MSHAB, tome LIII, 1973-1976, p. 33-49 – L. Maître, L’instruction publique dans les villes et dans les campagnes du comté nantais avant 1789, Nantes, 1882.

12 AM Rennes, CC 851, compte de 1492-1493, fo 15 vo.

13 J.-P. Leguay, « Lieux de réunion et maisons communes en Bretagne médiévale », Actes du Colloque de Tours, juin 2007, à paraître fin 2009.

14 G. Emptoz, Histoire de l’université de Nantes, 1460-1993, Rennes, PUR, 2002 – C. Y. Le Pollès, Demi-millénaire de l’Université de Nantes, 1460-1962, Nantes, A. Bellanger, 1962 – J. Verger, « Fondation de l’université », dans Histoire de l’Université de Nantes, 1993.

15 A. de La Borderie, L’imprimerie en Bretagne au XVe siècle, Rennes, 1878 – M. Duval, « Le livre et sa diffusion en Bretagne », MSHAB, tome 32, 1952, p. 31-62 – M. Jones, « L’aptitude à lire et à écrire des ducs de Bretagne à la fin du Moyen Âge et un usage précoce de l’imprimerie », MSHAB, tome LXII, 1985, p. 37-53.

16 L. Le Guennec, « Les premiers imprimeurs et libraires de Tréguier et de Morlaix », Association bretonne, tome 41, 1930, p. 120-132 – M. Simonin, « Les imprimeurs », MSHAB, tome LXII, 1985, p. 100-110.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540