Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Troisième partie. Citadins, loisirs, piété et culture

Chapitre 8. La liturgie festive dans le cadre urbain : expressions de joie ou de tristesse

Texte intégral

1Qui sont ces visiteurs de marque que toute ville bretonne se doit de bien recevoir en respectant un rituel d’accueil que les archives publiques ou les livres d’usages ecclésiastiques décrivent avec précision ? Un large éventail de personnalités est concerné. Il va du duc qui fait une entrée solennelle dans sa « bonne ville », de l’évêque récemment intronisé prenant possession de la cité épiscopale et de la cathédrale, des ambassades qui sillonnent le duché en période d’intense activité diplomatique, aux barons maîtres du lieu, des Rieux, des Rohan, des Laval, des Quintin, aux nouveaux capitaines fraîchement institués, aux officiers de leur état-major ou aux escuiers d’écurie connus par de singuliers surnoms.

2L’accueil est chaleureux, les présents dignes des illustres visiteurs et sans supporter la comparaison avec les célèbres festins bourguignons, faire belle chiere est aussi faire preuve de prodigalité, de cette habundance qui tranche avec la réalité quotidienne d’un monde de pénurie où tant de pique-assiette sont condamnés à mendier un quignon de pain.

3Aux joyeusetés traditionnelles s’opposent des manifestations de tristesse qui, à d’autres moments et souvent aussi à grands frais, perturbent le cours normal des événements. Plutôt qu’aux enterrements princiers qui ont été souvent décrits ou représentés, nous nous intéresserons plus spécialement, à partir du témoignage du trompille Bretaigne, au transfert du cœur de la duchesse Anne à Nantes, une cérémonie qui plongea, trois jours de rang, toute une ville dans la tristesse et dans les larmes jusqu’au dépôt du précieux reliquaire en or au couvent des Carmes.

Visiteurs et rituel d’accueil

4À qui profitent ces largesses publiques et pourquoi les édiles jugent-ils nécessaire de les faire ? Deux questions clefs qui concernent les hôtes, un terme ambivalent qui désigne à la fois la personne qui accorde son hospitalité et le souverain, l’officier, l’étranger de marque qui en bénéficie.

Les hôtes d’une « joyeuse visitacion »

5Les bourgeois savent qu’ils ont intérêt à ménager et à satisfaire les puissants qui séjournent dans leurs murs. La grande entrée d’un duc, moment privilégié dans l’histoire d’une ville, joue un rôle majeur dans le culte princier, contribue à fortifier l’amour de la dynastie des Montforts et de la patrie armoricaine.

6❍ La joyeuse visitacion, de courte ou de longue durée, a déjà été examinée sur l’angle politique dans le chapitre précédent. Son contenu sentimental et matériel constitue une autre approche des récits circonstanciés offerts par les narrations et les archives municipales.

7Ces entrées solennelles, véritable prise de possession de l’espace urbain par un prince, donnent lieu à tout un cérémonial d’accueil par les autorités laïques et ecclésiastiques et les corps constitués de concitoyens devant la porte principale et devant les principaux pôles religieux et administratifs de la sociabilité urbaine : cathédrale, églises paroissiales, halles, croix. La reconnaissance et la générosité qui l’accompagnent ne sont jamais gratuites et ne se réduisent pas à l’expression d’un savoir-vivre collectif. Le but est aussi de séduire, par des gestes, des rites et des dons, le visiteur de passage, de l’impressionner favorablement, de faire, en langage économique, un investissement pour l’avenir ; un prince bien reçu facilitera la confirmation des anciens privilèges, en octroiera de nouveaux. L’entourage ducal, les familiers, les officiers, du plus élevé en titre au plus humble, les gardes profitent de la manne, au prorata du rang qu’ils occupent dans l’administration et dans la hiérarchie sociale.

8❍ Une seconde catégorie d’hôtes est concernée par les largesses publiques ; il s’agit des ambassades, des estranges personnes, des nobles et ecclésiastiques en mission, des banquiers en voyage d’affaires, et à un moindre degré des hérauts d’armes, des chevaucheurs d’écurie et autres messagers. Là encore l’intérêt prime et le statut d’hôte privilégié répond à plusieurs intentions : plaire aux alliés, aux obligés du souverain et au prince lui-même, extérioriser une ouverture d’esprit incompatible avec toute sorte de xénophobie, ménager des intérêts économiques et diplomatiques.

9La plupart des renseignements que nous avons sur ces réceptions sont donnés par les comptes. Les rédacteurs ne sont pas forcément des linguistes et ignorent, à ce point, la géographie que les noms les plus courants sont souvent écorchés et orthographiés de la façon la plus fantaisiste qui soit. Rennes a reçu ainsi, l’archevêque de Reims, Jean d’Alençon, le comte de Dunois, Louis d’Orléans, le comte de Vendée en 1442, les ambassadeurs descoce (sic) en 1450, Manuel Paléologue, chevalier de « Constentin Noble » (sic) en 1458, Monseigneur Descalles pour Lord Scales en 1488 et une kyrielle d’autres aussi titrés. À Nantes, arrivent en grande pompe Messeigneurs Descomminges, de La Trumoille, de Suffort, le « conte de Salbéri » (sic) pour Salisbury, la duchesse « d’autre Riche » en 1448. La municipalité de Rennes reçoit, cette fois par intérêt, en 1483 Messire Pierre Anthoine, un Lombard, synonyme de financier, domicilié à Bruges.

10En accueillant avec faste une délégation, la ville joue son rôle dans les péripéties d’une négociation, s’immisce dans les affaires politiques du moment, sert les intérêts du duché engagé dans une action diplomatique d’envergure. Les grands centres, Rennes, Nantes, Vannes, séjours favoris de la cour, ont été, sans cesse, associés à la gestation des grandes décisions du moment.

11Autre visitacion, moins connue mais comptant dans le « profit et honneur de la ville », celle d’un prince de l’Église. Les évêques, les grands abbés (Redon, Quimperlé) sont d’autant mieux reçus qu’ils sont en même temps de puissants seigneurs fonciers, parés de titres honorifiques et qu’ils interviennent dans la politique, la diplomatie et les conciles.

12❍ Quant aux officiers en mission, autochtones ou étrangers, défrayés par les municipalités, en vertu d’une réminiscence du droit de gîte, il faut y voir en plus une forme d’indemnisation.

13Les villes déchargent de leurs frais ou récompensent leurs propres magistrats. Elles savent qu’elles ont intérêt à amadouer le nouveau capitaine-gouverneur et son épouse, les officiers subalternes, lieutenants ou connétables. Une municipalité avisée multiplie les cadeaux. Les Rennais ont la délicatesse ou le bon sens de livrer à Madame de Bagar, femme du capitaine Henri de Villeblanche, deux pipes de vin, l’une blanche et l’autre vermeille, pour faciliter ses relevailles après un accouchement (1455). Les médecins de l’époque préconisent l’usage modéré de cette boisson pour ses vertus curatives, toniques et reconstituantes ! Les épouses ou les maîtresses des grands de ce monde sont, en effet, rarement oubliées ; Monseigneur le Chancelier et « Mademoiselle sa compaigne » sont gratifiés à Nantes, en juin 1449, de deux pipes de vin, l’une de Bourgogne, l’autre d’Anjou !

14Les délégués de la ville aux États de Bretagne, le procureur d’une autre municipalité, un prédicateur aussi talentueux que saint Vincent Ferrier en 1418, des auditeurs des comptes publics, figurent aussi parmi les heureux bénéficiaires de ces rites d’accueil intéressés. Les municipalités pratiquent sans vergogne l’achat des consciences et ne s’en cachent pas ; elles ont aussi la reconnaissance des services rendus. Un bonnet de prix, en tissu d’escarlayte (escarlate) est offert, par les Rennais, « à Mestre Allain Blanchet pour avoir esté aydant vers le duc, touchant l’horloge ». Un gros poisson est remis par les Nantais au chancelier « pour avoir le fait de la ville pour recommende » ; un tonneau de vin, d’une valeur estimée à 40 livres, est apporté au capitaine « en considération des plaisirs qu’il a faiz es temps passés à ladite ville ».

  • 1 B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, Éd. du CNRS, 1968.

15Finalement beaucoup de monde est concerné par de telles largesses, du plus grand au plus humble1.

Le rite processionnaire sur terre ou la venue par le fleuve en gabarre

16Les cérémonies solennelles d’accueil, en grande pompe, rapportées par plusieurs récits comparatifs, n’ont pas forcément toutes la même signification. Une bonne connaissance du contexte politique et sentimental est nécessaire pour comprendre l’état d’esprit du moment.

17Les « premières entrées des ducs » dont nous avons souligné l’importance politique, obéissent à des règles strictes respectent une mise en scène où se mêlent des rites traditionnels, des témoignages de fidélité et de soumission et des manifestations plus spontanées d’une joie populaire. Leur souvenir est aussi tributaire de la composition prestigieuse de l’accompagnement du monarque, des personnalités de la suite, de la qualité de l’accueil, de l’importance du cortège, de la foule des spectateurs, de l’abondance et du thème des décors, des cadeaux offerts.

  • 2 Ce rituel a été décrit dans d’autres contrées : W. Blockmans, « Le dialogue imaginaire entre princ (...)

18❍ Une entrée par voie terrestre, au terme d’un long defroy se décompose en plusieurs phases, extra puis intra-muros, exigées, souhaitées, surveillées par les officiers supérieurs, capitaine et lieutenant, et par les élus du conseil2 ! Les décisions viennent d’en-haut et il n’est pas question de discuter les ordres : « Jehan Bot et vous, Jehan Touraust, répareurs de Rennes, pour ce que les embassadeurs d’Engleterre passeont par Rennes en s’en retournant en Normandie, monseigneur le duc nous a chargé les faire festoier à Rennes et avons enchargé a monseigneur de Partenay, nostre connestable, ainsi le faire. Si vous mandons et enchargeons expressement que, pour celle cause qui touche l’onneur de mondit seigneur le duc, vous baillez audit de Partenay, sur vostre recepte, la somme de diz livres et qu’il n’y ait faulte. » L’ordre du capitaine du 6 juillet 1448 ne se discute pas.

19Un premier moment important du rituel complexe de bienvenue inséparable de l’honneur fait à la ville se situe à l’extérieur de l’agglomération.

20C’est la rencontre de l’auguste visiteur, à cheval, sous un dais aux pentes peintes d’hermines, imitant celui du Corpus Domini de la Fête-Dieu, et de sa nombreuse suite avec une délégation exclusivement masculine. Elle a lieu sur un terrain libre, un champ ou le parvis d’une église, à faible distance de la porte principale de la ville, la plus ancienne, la plus illustre : la porte Mordelaise à Rennes. Le cortège, aux costumes de cérémonie chatoyants et aux armures étincelantes, respecte la hiérarchie qui voit se succéder, dans des costumes différents, les personnalités politiques, les membres des corps de l’État, les maîtres artisans. Les livrées des nobles les pourpoints et les manteaux, refaits ou rafraîchis des bourgeois, pour cette occasion, attirent l’œil sur les miniatures des entrées princières représentées en France. Les femmes sont généralement absentes ou en fin de cortège pour honorer la duchesse.

  • 3 J.-C. Cassard, « Le légat catéchiste. Vincent Ferrier en Bretagne », Revue Historique, 1998, p. 33 (...)

21C’est devant un décor chargé de symboles, l’entrée principale de la ville ou une chapelle historique comme Saint-Étienne près de la porte Mordelaise à Rennes, qu’ont lieu les premières civilités d’une joyeuse entrée, les premiers hommages, des discours flatteurs où il est question des glorieux ancêtres du prince, de puissance et de grandeur, de fidélité inconditionnelle. Suivent aussi des compliments individuels, des récitations d’enfants, des mimes et les premiers tableaux vivants ou les panonceaux peints historiés. Des harangues de bienvenue sont prononcées par le procureur des bourgeois, traduites par un héraut, si la nécessité l’impose. Cette remarque se justifie quand on sait que saint Vincent Ferrier qui parlait catalan, réussit ce tour de force, de subjuguer ses 30 000 auditeurs, place de l’Hermine, à Vannes en 14183 ! Les échanges de serments, la promesse de loyalisme par un représentant de la communauté d’accueil, le rappel des franchises anciennes et des garanties de respect des droits et des privilèges par le duc, entament un dialogue entre sujets et monarque qui se poursuit par la remise symbolique des clefs et des bannières, par les premiers cadeaux et, sans doute, par des cris, des vivat Monseigneur le duc. Le souverain, toujours à cheval, majestueux sous un dais qu’on nomme pavillon ou ciel, portant les insignes royaux (sic) écoute impassible ou témoigne par un signe, un sourire, un regard, son assentiment ou son mécontentement, prononce à la rigueur quelques mots de circonstance. L’escorte, grossit à vue d’œil, traverse le portail d’entrée, « entre dans la ville », formule courte mais lourde de signification puisqu’elle implique, en franchissant le mur d’enceinte, une prise de possession et une soumission.

22Le ruban processionnaire où les querelles de préséance et la bousculade se produisent inévitablement avec pareille foule, suit ensuite un itinéraire immuable, traverse les places et carrefours, fait station devant les principaux lieux de culte, devant les croix ou devant les lieux symboliques de l’histoire locale évoquant la légitimité des libertés urbaines. Le cortège se recueille dans la cathédrale, avant de parvenir au lieu de réunion et de séjour : un château (l’Hermine à Vannes), le manoir épiscopal (La Motte à Vannes), le riche ostel d’un notable, un couvent de Mendiants avec le couvent des Jacobins à la sortie du Château des Ducs à Nantes, souvent la Cohue (la grande halle à Rennes). La rue Saint-Yves de Rennes où se dresse la Garde-Robe ducale, lieu de résidence de François II et de la duchesse Anne, est interdite à la circulation par des barrières mobiles qui contiennent la foule.

23Partout chacun adopte un air de fête. La population est invitée à pavoiser, à décorer les maisons de panneaux peints, de larges tentures et d’étendards aux armes de la cité. Le trompille est habillé de neuf. Les bannières défraîchies sont renouvelées, ainsi que les uniformes des gardes. Bref, pendant plusieurs jours consécutifs, chacun cesse de vaquer à ses occupations habituelles et offre à sa façon, un accueil aussi chaleureux que possible au visiteur. Le jour venu, tout le monde accourt aux portes ou sur les quais pour honorer et acclamer le cortège officiel, suivant un rite qui n’est pas sans rappeler l’entrée dans une ville conquise. La manifestation d’union collective se doit d’être « merveilleuse », « honneste », grandiose comme une pièce bien montée, sans erreur de protocole. Ces entrées ritualisées rehaussent le prestige d’un monarque reçu « a seigneur » et sont l’expression d’un loyalisme profond doublé d’un sentiment national qui commence à se manifester. C’est ce que souligne avec soin la trame narrative ou que représente une miniature. Aucun détail ne manque au tableau et le moindre décor est respecté : la ville avec son mur circulaire, la forêt de tours, les églises, l’environnement rural et le long ruban processionnaire.

24Les Nantais agissent comme les Rennais et le portail de leur grandiose porte Saint-Pierre a vu traverser bien des cortèges.

25❍ Il est aussi dans les usages locaux d’envoyer une délégation d’officiers, de nobles et de bourgeois au-devant des augustes visiteurs qui descendent la Loire.

  • 4 Nantes AA 27 et BB 2 – J.-P. Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », dans 1491. La Bret (...)

26La municipalité affrète des navires appelés sentines, sortes de chalands pour le transport du sel, qu’elle fait transformer en galiotes. Il s’agit de bateaux bas, allongés, rapides, mus à la rame, décorés et équipés d’une sorte de cabine, appelée dans les textes cabane où l’on peut se reposer et se restaurer. Ainsi, en octobre 1500, à l’annonce de la venue du roi et de la reine, les édiles achètent deux sentines, l’une à un marchand de Tours, l’autre à un particulier de Saint-Julien-de-Concelles. Une équipe de charpentiers met cinq jours à les aménager en navires de plaisance. Des planches en bois sont sélectionnées pour leur donner une forme plus effilée et construire l’habitacle. Puis un peintre décore, pendant deux jours et deux nuits, la cabine et la coque, utilisant les couleurs les plus vives, l’ocre rouge, le jaune, le noir, etc. Le bateau est, en outre, habillé de panonceaux faits de toiles et de papiers peints d’hermines et de fleurs de lys et armé de canons pour tirer des salves d’honneur. Reste à recruter les équipages. Une grosse galiote a besoin de dix-huit hommes pour la manœuvrer. Les miseurs font appel aux mariniers du quartier de la Fosse et les encouragent « à nager » par l’octroi de salaires substantiels et par d’inévitables distributions de vin « combien quilz fussent subgectz à le faire » (à boire). Le jour venu, au milieu des acclamations de la foule qui se presse sur les quais, les deux galiotes appareillent, emportant les notables et le ravitaillement nécessaire à une petite collation sur l’eau. On se croirait transporté à Venise. La visite du souverain exige aussi d’autres travaux. Des estrades sont aménagées pour les visiteurs, des gradins pour la foule ou chaffaux. C’est l’occasion aussi de nettoyer les rues qui en ont grand besoin, de restaurer ou de repeindre les portails, de réparer les ponts en prévision du passage de nombreux chevaux. Les tours sont aménagées pour loger les gentilshommes et les serviteurs des hôtes de marque4.

27Rien n’est laissé au hasard et la barque emporte du menu linge, des linceulx, couvrecheffs et des couettes en prévision d’éventuels besoins. La municipalité prend soin aussi du repos et de la sécurité de ses visiteurs.

28L’arrivée d’un hôte de marque, la rencontre solennelle, le déplacement vers un lieu de convergence, les liens qui se créent ainsi entre monarque, visiteurs de marque et citadins ne sauraient se passer de ces fêtes de reconnaissance de légitimité dont nous avons déjà parlé, de ces liesses que soulignent des feux de joie, des distributions de boissons et de gâteaux, des représentations scéniques, des arcs de triomphe.

29Pour des raisons de prestige évidentes et aussi pour s’assurer les bonnes grâces de leurs hôtes, les municipalités font assaut de générosité. C’est à qui se montrera le plus prodigue !

Les « dons gracieux »

30Une ville qui hésite à accorder deux ou trois sous supplémentaires à un fonctionnaire, dépense des sommes folles pour combler de présents ses visiteurs.

31Le choix des cadeaux de bienvenue souligne une tendance à l’inflation, à la surenchère au fil des ans ! Ce n’est pas propre au duché. À Gand et à Provins, 12 à 15 % des dépenses sont réservées aux dons, l’équivalent des frais de justice !

Le vin d’honneur

32Le plus classique de tous les cadeaux est le vin d’honneur ou le vin à emporter chez soi, offert quelquefois par estamaux, fillettes, justes… plus souvent par pipes, muids, poinçons, quartes ou cartes, pots. C’est l’exemple même du don gracieux d’accompagnement qu’on se doit de fournir en « grant abundance » pour éviter l’accusation, redoutable en la circonstance, d’avarice.

33En général, le produit n’est pas breton mais importé pour sa qualité exceptionnelle. On le fait venir surtout d’Anjou, du Poitou, d’Aunis, de Gascogne, de l’Orléanais et de Beaune. À l’occasion s’ajoutent des vins liquoreux que les textes désignent sous les noms de muscadet (vin de muscat) et d’ypocras. Ce dernier est un mélange soigneusement dosé de vin chargé d’alcool, très sucré, accommodé avec des épices, de la cannelle et des amendes pilées. L’ambassade du roi d’Espagne qui traverse Rennes le 25 avril 1476 reçoit ainsi : « deux cartes d’hypocras et un cent de mestier, seix estamaux de vin dont trois de blanc et trois de cleriet ». On affectionne tous les crus, les blancs, les clairets, les vermeils qui récompensent aussi bien les femmes que les hommes. Il est de bon usage aussi d’en offrir par pipes entières à l’évêque, à un officier lorsqu’on se propose d’engager avec lui des négociations pour l’octroi d’un prêt ou pour régler toute autre affaire.

34Les vins sont accompagnés de petits fours ou mestiers, de dragées blanches, colorées ou perlées. Tous ces termes désignent des gâteaux très sucrés et très parfumés. Sur les tables de réception figurent parfois des fruits de saison : des cerises, des poires, des pommes et même des produits méditerranéens comme les figues et les oranges. Les confitures sont très prisées, les plus rares surtout qu’on importe du Portugal.

35L’aliment est un présent qui peut être coûteux lorsqu’il s’agit d’une pipe ou barrique de vin étranger, d’un pot ou même d’une quarte de liqueur. On a vu offrir à Rennes ou à Nantes des pipes de vin du Val de Loire d’une valeur équivalente à celle d’un cheval, à 16 livres l’unité, en 1456 ! Un cardinal d’Avignon, reçu par les Rennais en mai 1456, se voit gratifié d’une pipe de vin angevin, de six quartes d’ypocras, de douze quartes de vin blanc et de deux mesures ou cassées de dragées. Il est de bon ton aussi de faire livrer au domicile des invités de marque des fruits, des épices, des fromages…, un poisson à Maître Pierre Chauvin qui accompagne le duc Arthur III, le 15 novembre 1457.

D’autres générosités

  • 5 J.-P. Leguay, « Une manifestation de sociabilité urbaine : les banquets municipaux en France aux X (...)

36D’autres dons sont bien plus onéreux : des produits de luxe, des objets d’orfèvrerie5.

37❍ On trouve de tout : de la vaisselle d’argent, des joiels, des parures de valeur, des bonbonnières à l’image des dregents bourguignons, des écuelles ou des gobelets, des aunes de tissus précieux, des soieries, des fourrures, des bonnets, des pièces d’or, des œuvres d’art, des armes, des chevaux. Les Bretons n’ont pas la « délicatesse » des Normands de Rouen qui n’hésitent pas à offrir des caques de harengs fumés à une dame !

38Dans un éventail d’objets, plutôt en argent qu’en fin or, rarement en étain sauf à des subalternes, achetés à grands frais, figurent des pots, des tasses, des écuelles, des hanaps, des nefs (pour contenir des couverts), des aiguières, des bonbonnières d’une valeur dépassant les 800 à 1 000 livres monnaie. La ville de Rennes présente une coupe d’argent d’une valeur de 50 livres à la vicomtesse de Bellière, épouse du capitaine-gouverneur en 1435. Elle donne six tasses à pied « verrées et martelées » estimées à 200 livres monnaie au capitaine Jean de Laval seigneur de La Roche, en 1475, deux flacons d’argent dorés et bruniz au sire d’Avaugour, deux grands estamaux, douze tasses et une éguyère d’argent doré valant plus de 854 livres à la duchesse en 1484. Quelques années plus tard ce sont six tasses à pied godronnées et verées, six autres tasses pleines, deux bassins, deux flacons verez, deux brootz verez qui sont donnés à Jean de Chalon, prince d’Orange, soit l’équivalent de 1 093 livres, en 1492, etc. Nantes présente à son capitaine en 1458 six tasses d’argent « verées à ung esmaill au fons sizellé, à pampes dorées, remplies de fleurs, pareillement dorées » pesant 17 marcs, 4 onces et 6 gros à 8 livres 15 sous le marc, soit un total de 153 livres 19 sous 2 deniers.

39On aimerait pouvoir donner une description aussi précise que le dernier cadeau de toutes ces œuvres d’art. Hélas ! les comptes se bornent à énumérer les présents, à les estimer en unités de poids (marcs et onces) et à indiquer leur valeur en monnaie de compte (livre, sous, deniers). Il n’est même pas toujours précisé si l’argent est nature, doré ou vermeil. Les objets sont marqués, délicatesse oblige, aux armes des visiteurs ou de la ville.

40❍ Il faut du temps pour fabriquer ou trouver, dans des boutiques ou chez des particuliers, en ville surtout, à la campagne parfois, un cadeau de prix.

41Offrir une pièce d’orfèvrerie, une tapisserie ne s’improvise pas et suppose de longues recherches et tractations. Très souvent, on s’adresse à un notable qui cède l’objet retenu. Fait-il une affaire ou a-t-il la main forcée ? Julien Thierry, le financier bien connu, a été souvent sollicité. Il est certain que dans ces microcosmes urbains où chacun se connaît, où tout se sait, les magasins ou les intérieurs bourgeois offrent des possibilités de choix. Pour certains, la venue d’un duc signifie un marché potentiel, des affaires juteuses.

42Gardons-nous de porter des jugements de valeur, de faire des remarques moralisatrices, des néologismes sur les pots-de-vin, le « racket », la concussion, le délit d’initié et autres pratiques dénoncées actuellement. Que certains s’enrichissent de cette façon fait partie de l’ordre des choses et personne ne s’offusque que de riches marchands profitent de leur influence au sein des conseils pour obtenir d’avantageuses commandes, parfois d’une valeur supérieure à 1 000 livres monnaie. Il va sans dire que la générosité s’exerce à bon escient, s’étend aux favoris, aux intermédiaires, aux magistrats, à des hommes comme Pierre Landais ou à un évêque.

« Collacions » et « belchères »

  • 6 J.-P. Leguay, « Banquets, cadeaux alimentaires et autres présents dans les villes françaises des X (...)

43Toute réception digne de ce nom comporte nécessairement un ou plusieurs repas et une fois de plus rien n’est improvisé. Bien offrir à manger fait partie du rituel d’accueil et conforte la formule de F. Braudel pour désigner l’élite bénéficiaire : « dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es6 ».

Les « convivialités de l’échevinage » selon une formule picarde

44Nos sources d’information sont pour l’essentiel des traités gastronomiques français, les listes de victuailles, servies par les notables, aux visiteurs de marque et répertoriées avec précision dans les cahiers de miserie ou de contrôle ou sur des quittances de livreurs.

  • 7 AM Rennes, liasse 4.

« Nous disposons aussi de cet étonnant registre conservé aux Archives Municipales de Rennes que tint le contrôleur Jelian Feuillée. Il contient dans le détail la liste des achats d’ordre alimentaire effectués en décembre 1491 par un groupe de six bourgeois en séjour à Tours. Ces personnalités, Maîtres Yves Brullon, le procureur de la ville, Jehan Hagomar Général des Monnaies, Vincent Le Valloys, Guillaume Marié un riche mercier, Jean Parés membre d’une famille de négociants et de financiers, et Jehan Feuillée, ont reçu mission d’accompagner la nouvelle reine de France en Val de Loire… et d’assister, cachés derrière un rideau, à la consommation physique de son mariage avec Charles VIII pour des raisons politiques qui n’ont rien à voir avec une curiosité mal placée. La municipalité a pris à sa charge les frais de voyage et les “ dépenses de bouche”, d’où la nécessité de tenir à jour un registre de 30 feuillets, écrits recto verso, véritable garant des remboursements7. »

45Les énumérations de victuailles montrent qu’on ne s’écarte guère des habitudes culinaires du moment.

46❍ Il y a un monde entre le simple souper, les « collations » prises sur le pouce avec une quinzaine de convives au maximum chez un particulier ou dans une auberge, les dressouers qui correspondent à nos actuels buffets ou lunchs et « les plus grandes et joyeuse chieres que on porroit » des banquets où une surabondance de victuailles, digne d’un tableau de Brueghel, satisfait l’appétit d’une centaine d’hôtes réunis sous le toit des halles ou dans la salle de réception d’un manoir.

47La plupart du temps, les repas sont simplement signalés dans les comptes avec leur coût total qui permet de se faire une idée approximative de la richesse et de la variété du menu. Lorsque le duc Arthur III fait sa première entrée à Nantes. le 17 novembre 1457, la municipalité dépense seulement 31 livres à dresser une table bien modeste en soi, une sorte de lunch ou de soirée « dînatoire » sur laquelle on ne relève que sept trezaines de fouaces ou grosses brioches, qu’une douzaine de fromages, deux livres de dragées, 115 quartes de vin blanc d’Anjou, 8 de vin de Beaune, 19 de vin d’Aunis et 16 d’ypocrate. Une collacion de dragées et d’espiceries ouvre l’appétit de Louis de Bretaille en 1459 en attendant le banquet du soir.

48❍ Préférable à la simple collation prise sur le pouce est le repas offert dans une auberge réputée, telle le célèbre Cheval Blanc où les édiles rennais reçoivent en 1471 des ambassadeurs anglais. Jacques de Gondebaud, envoyé du roi des Romains, est bien accueilli chez Jehan Hagomar, le 24 janvier 1491, et a tout le loisir de converser avec le chancelier et « plusieurs gens d’estat, tant gens de conseil, cappitaines de la meson de la royne, nostre souveraine dame, que mesmes des officiers et bourgeoys de ladite ville ».

49Par contre lors de la réception du duc, à l’occasion de la venue du roi et de la reine à Nantes en 1492, au cours du séjour de l’évêque d’Albi et de sa suite à Rennes en 1491, rien n’est trop bon pour faire bombance, rien n’est trop cher pour régaler ces distingués visiteurs. Couvrir les frais d’une réception suppose de lourds sacrifices, justifie de douloureux prélèvements. Si un souper de notable revient à 15 sous, « faire chaere » à l’amiral de France et au bailli de Sens, en 1446, atteint déjà les 15 livres ou 300 sous. Pour l’évêque d’Albi et sa suite, en 1491, le dîner dépasse les 273 livres 12 sous ou 5 472 sous ! La municipalité dépense 536 livres 18 sous pour accueillir fastueusement Monseigneur le prince d’Orange, soit 11,25 % du budget de l’année fiscale qui va de février 1484 à février 1485.

50❍ La préparation a demandé du temps. Les grandes villes sont avantagées sur les petites ; elles bénéficient de facilités d’achat, d’une élite marchande, de boutiques et d’étaux bien achalandés. Ils sont sûrs d’y trouver des denrées rares, des épices, des fruits exotiques que les marins bretons et étrangers vont chercher au Portugal ou à Madère. Des cuisiniers professionnels, des queus, des charcutiers, répondent, avec des aides et des chambrières, aux convocations à moins qu’on ne se contente des services d’une maîtresse femme, de l’épouse de Vincent le Vallays, réputée excellente cuisinière. Un festin nécessite l’acquisition de tables et de sièges, de torches ou de cierges, de vaisselle achetée ou louée.

Les montagnes de victuailles aux banquets : une reconstitution d’après les comptes d’achats

  • 8 J.-P. Leguay, Lieux de réunion et maisons communes en Bretagne médiévale, colloque de Tours de jui (...)

51Les cadeaux alimentaires nous amènent tout naturellement à évoquer les banquets, un temps fort de la convivialité urbaine8.

52❍ Commençons par les accompagnateurs d’un festin.

53Le pain occupe toujours une place privilégiée sur les tables de banquets de l’Ouest. On en consomme d’énormes quantités sous diverses variétés : de petits pains de ville analogues aux actuels Brötschen suisses et allemands, jusqu’à trois ou quatre par repas, du gros pain de bouche ou de collation, des fouaces, des tartines de miche à faire assiette abandonnées, imbibées de sauces, aux chiens (au château de Quintin) ou aux pauvres des hôpitaux. Le convive préfère, bien sûr, la fine fleur de froment au seigle réputé indigeste et qui « fait lascher le ventre », sauf quand la réception se situe en période de « mortification » de carême. Une estimation, faite à partir du cahier de 1491, aboutit en un mois de repas de six personnes à 2 628 petits pains, soit environ 700 à 800 grammes par jour et par personne.

54Les bourgeois et leurs hôtes n’apprécient guère les légumes qu’on nomme herbes ou racines selon la nature de la partie comestible. On découvre pourtant, au hasard d’une énumération, de tendres choux, des fèves et des pois, des naveaux, des riffors (raves), des poys à fière la purée, des châtaignes pour garnir les oies, de la laitue, des ongnons et de l’ail dans la préparation des potages qui sont des mets cuits en pot, des épinards, de la laitue, du croysson, du pierrecil dans l’élaboration d’une mystérieuse sauce verte, rendue aigrelette par l’addition de moutarde, de vinaigre et de verjus. La cuisine se fait au beurre et on en fait l’acquisition par dizaines de livres, salé de préférence, selon l’habitude bretonne.

55Du riz apparaît une ou deux fois sur les tables rennaises, probablement venu d’Espagne ou du Portugal.

56❍ Les convives « engloutissent » d’énormes quantités de grosses viandes sous forme de rôtis (les rôts) ou de bouillis (les potées, les brouets ou les potages), sauf pendant les jours d’abstinence du Carême et à d’autres moments de la semaine ou de l’année. On ne détaille pas toujours les morceaux dans les listes d’achats. Lorsque le cas se produit, on parle alors de poitrine, de pieczes, d’eschinées ou de côtes. Les convives prisent beaucoup les cochons de lait servis entiers, rôtis ou en gelée, le porc adulte consommé tantôt frais ou bouilli, tantôt salé, tantôt fumé, les gigots et les épaules de mouton, plus rarement des morceaux de veau.

« Le registre rennais de 1491 permet de connaître les préférences des députés. Pour s’en tenir à l’usuel, à la viande de boucherie, le bœuf représente 30 % du total, le mouton 27,5 %, le porc 19,5 %, le veau une “viande blanche”, la triperie 9 % et la charcuterie aussi. »

57Les riches bourgeois, désireux d’imiter les convives de la cour ducale, ou en veine « d’exotisme », recherchent l’original et ne dédaignent pas les venaisons, le sanglier, le chevreuil et d’autres bestes fauves. Il arrive qu’une ville expédie spécialement un chasseur armé de son arbalète avec mission de tuer un cerf ou une beste rouge comme le font couramment les seigneurs et les bourgeois sujets des sires de Quintin, de Rieux ou de Laval. Le gros gibier est moins courant que les petiz oisels et aultres plumiers du genre bécasses, cailles, pigeons et perdrix, véritables amusegueules pour des estomacs habitués à du solide.

58La poulhaille, les fines gélines, les gras chapons, les oayes, oaysons et pirons, les lieupvres, laperaulx, connigns ou connils (lapins) occupent une place de choix. Rien ne vaut une oie grasse accompagnée d’une sauce verte à l’oseille ou aux épinards, à l’ail, au poivre et au verjus, d’une sauce jaune au safran ou rouge au sang-de-dragon.

« Quand l’évêque d’Albi, ambassadeur de Charles VIII, et sa suite sont reçus à Rennes en 1491, la municipalité leur offre un banquet de plus de 287 livres comprenant 35 perdrix et bécaces, 52 pigeons, 1 lièvre, 18 lapereaux, 20 chapons, 86 poulets et 7 oies.
Parmi les volailles et les gibiers à plumes, les poulets et chapons occupent le premier rang avec 45 %, les bécasses 33 % (sic), les lapins 10 %, les perdrix 6 %, les oies moins de 3 %, le canard, plutôt méconnu, 1,75 % ! Un bourgeois rennais en déplacement (tous frais payés) ne recule pas devant un tiers de poulet et une bécasse en guise de hors-d’œuvre. »

59Il n’y a pas de « bellechère de viande » sans sauces colorées. Leur saveur souvent aigre-douce, leurs coloris surprenants, vert, jaune, rouge, déroutent les convives, cachent les ingrédients, créent l’effet de surprise, masquent aussi, sans doute, les mauvaises odeurs ! Elles sont liées avec de la mie de pain, des amandes pilées, de la farine, du jaune d’œuf, acidifiées avec du vinaigre ou du jus de fruit vert (le verjus), mais ne comportent pas forcément de graisse. Les épices abondent, une bonne dizaine d’usuelles dans nos listes sans compter de mystérieuses poudres blanches dont la nature n’est pas précisée ; elles coûtent toujours très cher. Introduites au moment de la cuisson ou présentées à part, seules ou mélangées, elles servent de condiment, de colorant, de parfum et même, dans certains cas, de médicament à vertu stomacale et digestive. Le poivre, contrairement aux idées répandues, n’est pas forcément le plus prisé dans la haute société ; il est, en tout cas, sérieusement concurrencé par le safran espagnol, le gingembre, la cannelle, le clou de girofle des Indes, la noix de muscade, la graine de paradis, le macis. L’huile d’olive vendue en chopine n’est pas ignorée.

60Les Bretons et leurs hôtes ont toujours eu un faible pour les chairs cuites, les charcuteries, depuis les sempiternels jambons, bacons jusqu’aux saulsisses, andouilles, boudins et surtout tourtes et pastéz, typiquement médiévaux, simples ou en croûte, remplis de viande de porc, de poulet, de merle, d’anguille fumée ou de lamproie (à Nantes), de fromage ou de combinaisons variées, savamment dosées, hachées et mélangées. Certains pâtés en croûte sont des chefs-d’œuvre en forme d’oiseaux, de poissons ou d’autres animaux, le fruit de l’imagination débordante du maître queu de céans. Ils se délectent aussi de nos actuels bas morceaux : piez et oreilles, trypes à la graisse (le gras-double du Massif Central) ou en gelée, tête et museau, cœur, fraise de veau, rognons de porc ou de veau, langue, ventres de beuff, alloyau, etc. Sans doute peut-on émettre des doutes sur l’état de fraîcheur de ces abats ! On se sert aussi d’espitz (épis) de lard à larder le gibier.

61Le poisson n’est pas seulement consommé en période de Carême sur les côtes et à l’intérieur des terres, ce qui pose un problème de transfert par baquets sur barques ou en paniers et en sacs comme entre le lac de Grand-Lieu et Nantes ou Ancenis. Les villes armoricaines, proche de l’Océan, ont l’avantage du choix et savent en profiter. Les Rennais servent du poisson de mer frais venu de Saint-Malo. Les Nantais s’approvisionnent dans l’estuaire de la Loire, sur la côte poitevine ou dans la baie de Bourgneuf ; les poissons sont transportés dans des tonneaux remplis d’eau de mer. Des hâvres côtiers ou de plus loin, arrivent couramment du haran blanc et soret, du mulet, des sardrilles ou sardines, du merlan, du merlu, du bar, du rouge ou du rouget, des pleiz ou plies, de la raie, du turbot, des soles. La morue ou morhou sallée est fréquemment citée dans les documents. On la consomme, comme l’anguille, fraîche ou en pâtés. Sa présence, en grand nombre sur nos côtes, est peut-être une confirmation, parmi tant d’autres, d’un refroidissement climatique depuis le XIIIe siècle. Les poissons d’eau douce complètent les arrivages avec des spécialités locales. Les Nantais sont friands de berquetz ou berqs (brochets), de saumons, des grosses anguilles du Lac de Grand-Lieu et de l’estuaire, des carpes, des perches, des lamproies, de l’esturgeon ou du saumon et même des civelles de la Loire. Les carpes proviennent des viviers que les riches bourgeois aiment posséder dans leurs propriétés rurales. L’esturgeon et les lamproies atteignent 8 à 10 livres par animal.

62Terminons sur des istres (huîtres) consommées plutôt cuites, voire en ragoût, des crustacés couramment rencontrés sur les « pancartes » ou tarifs des octrois (les crabes ou cancres), des moules et même des morceaux de cétacés (de la baleine à Morlaix), les poissons à lard des pêcheurs normands.

63❍ Ces menus municipaux s’accommodent volontiers d’« issues de table », qui désignent ici des gâteaux dont les noms prennent en compte la forme, la composition et les éléments décoratifs.

64On parle de dragées simples ou perlées, de petits croissants, de gaische, de tarte d’amande, de mestiers ou moitiers vendus par centaines, de fleurs de lys, d’ermines, d’eschaudés, de pastez de crams de couaings. On offre également des fromages (sans précision), des fruits de saison ou exotiques comme des figues, des cerises, des pommes, des poires, du raisin, des prunes (les prunes de Damas) ou des oranges à 30 deniers la douzaine. Ces derniers fruits qui valent l’équivalent d’une journée de salaire d’un maçon, sont apportés par des Espagnols ou des Portugais fréquentant les ports de Nantes et de Saint-Malo. Le sucre de canne (présenté en pains ou en poudre) entre dans l’élaboration des mets ou sert de médicament.

65❍ Boisson par excellence de l’homme médiéval, le vin tient une place considérable dans les dépenses alimentaires d’un bourgeois aisé, à moins qu’il ne se contente, comme tant de Rennais ou de Nantais de boire le produit de ses terres. Nos six voyageurs rennais de 1491 en ont consommé en grande abundance, en un mois, pour le prix de… 119 livres monnaie. Bien entendu, il n’était pas question de leur servir ces vins poussifs, ces tord-boyaux, ces ronge-ceinture qui font l’ordinaire des travailleurs des chantiers. Ils exigèrent des vins blancs et clairets d’Anjou à 3 ou 4 sous le pot, des vins d’Orléans chers et de l’ypocras dont on se délectait à la fin des repas ou juste avant de se mettre au lit. Les médecins de l’époque insistaient sur les vertus curatives, toniques et reconstituantes de cette noble boisson, à condition de ne pas la prendre à raison de 4 litres par jour comme le firent nos ambassadeurs rennais en 1491.

66Cette nourriture est coûteuse, riche en calories, en protides, en lipides et en glucides, excessive même. Elle tranche totalement avec ce que peuvent s’offrir des manœuvres à 20 deniers par jour. Elle prédispose les individus à l’obésité, aux troubles gastriques, à la goutte que l’on s’efforce de soulager en visitant le tombeau d’un saint thaumaturge, comme saint Gorgon à Fougères ou saint Gurloes, dans la crypte de Sainte-Croix de Quimperlé, ou en allant prier, au milieu des miséreux, devant le sépulcre et l’imaige de saint Vincent Ferrier à Vannes.

67À l’opposé des festivités, des joyeuses visitacions, des banquets pantagruéliques, les processions sous des dais au milieu d’un déploiement d’oriflammes et de tapisseries, figurent les moments de tristesse accompagnés de pleurs et de larmes.

Un instant de tristesse : la venue du cœur d’une princesse

68Des liens étroits, chaleureux, presque familiaux entre une souveraine et ses sujets, expliquent que la dernière duchesse de Bretagne ait exprimé le désir, dans le testament qu’elle rédige avec des juristes quelques jours avant sa mort, le 9 janvier 1514, qu’à défaut de son corps embaumé, aromatisé (sic) et inhumé à Saint-Denis, son cœur reposât dans sa bonne ville de Nantes et plus précisément dans la crypte de l’église du couvent des Carmes.

69Une cérémonie inoubliable, d’une durée de trois jours, magnifie le souvenir de sa majesté ducale. Elle est décrite avec minutie par le récit qu’en fait Chocque dit Bretaigne, ordonnateur des funérailles et par des extraits de comptes municipaux.

  • 9 BN ms 90 et 4317, récit de P. Chocque dit Bretaigne – J.-P. Leguay, « Un acte de foi et de fidélit (...)

70Dans des cas similaires au service d’une véritable religion royale, on utilise aussi des témoignages directs comme des cérémoniaux, un passage de chronique, un Journal de bourgeois, des testaments, des miniatures (celle du cortège funèbre de la reine Jeanne de Bourbon en 1378)9.

Un convoi « d’obsesque » en mars 1514

71Rien n’a été laissé à l’improvisation dans cette cérémonie remplie de gestes et de paroles ritualisés.

  • 10 A. Kozerawski et G. Rosec, Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, Éd. Skol Breizh, cahier (...)

72❍ L’éviscération et l’inhumation à part des entrailles est une pratique plus courante qu’on ne l’imagine, malgré les réticences de certains papes qui voulaient qu’on enterrât le corps intact, dans un délai de trois jours, comme pour un simple mortel. La tradition rapporte que Richard Cœur de Lion († 1199) avait émis le vœu que son cœur reposât à Rouen, en remerciement de la constante fidélité de ses sujets normands. Le souhait de la duchesse Anne d’honorer sa bonne ville de Nantes n’a pas semblé incongru à ses contemporains et est exaucé, apparemment sans réticences, un long délai après son décès10.

73Les funérailles de la dépouille mortelle de la reine ont donné matière à un récit circonstancié du même témoin, Pierre Choque, soucieux de rappeler les rites d’une liturgie d’inhumation d’un souverain ou de son épouse. Le corps a quitté Blois, en litière, le 4 février seulement et est arrivé, le dimanche 14, à Notre-Dame-des-Champs à Paris pour rejoindre son lieu de repos définitif, la nécropole funéraire de Saint-Denis le 16 février. Son corps y repose désormais, loin de la Bretagne, à côté des reliques des saints et des glorieux ancêtres de la monarchie française.

74Le cœur, extrait de la cage thoracique par d’éminents spécialistes est déposé dans une custode reliquaire, de 15 cm de haut sur 12 cm de large, épousant sa forme, en or à l’extérieur, en émail blanc à l’intérieur. Il est destiné à être installé dans le chœur d’une chapelle ardente, à côté peut-être d’effigies de la défunte et de ses parents, dans un lieu béni où on célébrera ensuite des milliers de messes des morts avec vigile et requiem. Le précieux réceptacle, déposé maintenant au Musée Dobrée de Nantes, comporte une inscription qui se lit ainsi :

« En ce petit vaisseau
De fin or pur et munde,
Repose ung plus grand cueur
Que oncque Dame eut au munde.
Anne fut le nom delle
En France. Deux fois Reine,
Duchesse : Des Bretons.
Royale et Souveraine.
M V C XIII. »

75❍ Le reliquaire rejoint en procession la Bretagne. Le 13 mars, le cortège qui le transporte arrive, par la route de Paris, dans le faubourg de Saint-Donatien et fait halte chez les Chartreux. Les fils de saint Bruno sont installés, avec la permission du pape Eugène IV du 29 mars 1446, dans les locaux d’une ancienne collégiale de six chanoines fondée par Charles de Blois en 1350 sous le patronage des enfants martyrs saint Donatien et saint Rogatien. La précieuse relique est déposée sur le tombeau du duc Arthur III, oncle de la défunte et reste ainsi, sur ce reposoir improvisé recouvert de velours et de drap d’or, jusqu’au dimanche 19, bien gardé par de fidèles écuyers, le temps d’achever le décor de la manifestation collective. La foule défile déjà, même à quelque distance du centre. Des messes et des prières se succèdent presque sans interruption. « Tous les jours y eut quatre grans messes à diacres et soubz diacres, sans les messes de basse voix » rappelle notre témoin P. Chocque.

La procession en ville du 19 mars 1514

76Le 19 mars 1514 s’ouvre donc la première des trois processions dont nous suivrons l’itinéraire. Quatre éléments sociaux se retrouvent, selon l’usage, parmi les deuillants : les grands officiers, les soldats, des riches bourgeois et quelques pauvres tolérés.

77❍ Au fil des heures, la tension monte, le « grant deuil se mène ». La chronique de P. Chocque, jointe au compte rendu des dépenses publiques, fait commencer le cérémonial mortuaire, le dimanche 19 mars à une heure que nous ignorons. Dès potron-minet, des attroupements commencent à se former aux carrefours, sur les places publiques, aux fenêtres des habitations, annonciateurs d’une foule innombrable mais en nombre indéterminable. Bien avant le passage du convoi, l’intensité dramatique croît. « Gémissements et lamentations du deuil », « gros sanglotz » commencent à se faire entendre. Les gens du Moyen Âge sont des extravertis qui extériorisent, sans vergogne, leur douleur comme leur joie. Le pire truand pleure alors comme une pucelle ! Plus le temps passe, plus la foule à des difficultés à contenir son émotion. On se souvient avec émotion du temps passé, de glorieux moments du règne. Chacun y va de son histoire sur la petite reine boiteuse dont on oublie le caractère difficile.

78❍ Le convoi funèbre, précédé d’un crieur qui agite deux clochettes, a quitté le parvis de l’église des Chartreux et, par une venelle, rejoint le bourg de Saint-Donatien où se pressent des ruraux. Il suit le grand chemin qui conduit de l’église paroissiale à la ville, longe des jardins, des ouches et des pièces de terre, des quartiers de vignes et de petites maisons individuelles, de plus en plus denses à mesure qu’on se rapproche de la Grant rue de Saint-Clément, un secteur populeux d’ouvriers, qui n’exclut pas de belles propriétés. La traversée de la Porte de Saint-Pierre, reconstruite de 1478 à 1480, la voie royale des grandes entrées, et du boulevard en construction, permet de pénétrer dans la ville close et d’atteindre la place de la cathédrale, entourée de beaux immeubles dont le plus connu est sans doute l’hôtel de l’archidiacre de La Mée dit encore le manoir de la Psallette.

79Le cortège y fait station un moment avant de s’engager dans « la rue et pavé qui conduit de l’église de Saint-Père aux Changes », l’artère maîtresse du grand axe Nord-Est-Sud-Ouest, subdivisé par la placette du Pilory en « Grande Rue » et « en rue de la Grande Chaussée de Nantes ». On est ici au cœur de la Cité des ducs, dans cet axe vital de la cité jalonné par les pôles de la vie urbaine que constituent la cathédrale, l’église prioriale Sainte-Croix siège, entre autres, de la confrérie du Saint-Sacrement, le Change, et le pont sur l’Erdre. C’est un secteur prisé des notables, où beaucoup d’ostels privés, avec dépendances, ont été élevés au XVe siècle pour répondre aux exigences d’une clientèle aisée d’officiers, de chanoines et de chapelains, de marchands et de maîtres des métiers. Du carrefour qui fait la jonction avec la rue des Changes et de la Lecterie, juste à côté de l’église Sainte-Croix, on rejoint le terminus de la procession, la rue des Carmes.

80❍ La procession funéraire réunit quatre cents personnalités laïques et ecclésiastiques du duché et notables de la cité, en rang par deux, tout de noir vêtus et tenant à la main un cierge aux armes de la défunte. La place de groupe a été définie avec précision à une époque où les questions de préséance donnent souvent matière à discussion. Les deux hérauts d’armes et un crieur, dans leurs costumes chamarrés, ouvrent toujours la marche. Ils précèdent les personnalités de l’entourage immédiat de l’ancienne duchesse, d’indéfectibles et vieux serviteurs. On reconnaît Philippe de Montauban, le vieux chancelier du duché, le fidèle parmi les fidèles ; il a l’insigne honneur de porter sur un coussin frangé d’or qu’on nomme carreau de deuil, le précieux reliquaire. Le Vice-Chancelier, l’abbé de Quimperlé, les sénéchaux de Rennes et de Vannes tiennent les cordons du poêle en drap d’or. Les membres de l’Hôtel ducal sont là au grand complet : chambellans, échansons, panetiers, accompagnés d’une foule de secrétaires, d’écuyers, d’archers. Au nombre des crossés et mitrés, le corps misticque de la ville comme déclare un acte de la duchesse de 1499, on note, sous la plume de P. Chocque, ce lapsus révélateur d’une très ancienne revendication jamais oubliée dans l’esprit des Bretons, l’archevêque (sic) de Dol, suivi des abbés de Paimpont, de « Buzai » et de « Melleray », d’autres clercs en leurs plus beaux atours, des frères et des moines des églises paroissiales, des couvents et des prieurés portant leurs plus précieuses reliques, des représentants des grandes confréries pieuses et charitables. Les officiers de justice et de finances du duché, des soldats de la garnison ferment la marche. Selon un usage courant au Moyen Âge, cent pauvres, vêtus de noir de Poytou, des chausses au chaperon, escortent la procession, portant chacun une torche aux armes de la ville « de gueules à ung chef d’hermynes, a une nef d’or flottant sur la mer ».

81❍ Le cortège déroule son long ruban dans une ville meurtrie, d’où s’élèvent « moult grans plainctes ». Le bourdon de la cathédrale Saint-Pierre mêle sa note grave au glas qui retentit dans toutes les églises de l’agglomération. À chaque station, le crieur invite la population à se recueillir : « dictes vos patenostres à Dieu, c’est pour lame de la très crestienne royne et duchesse nostre souveraine dame et maistresse, de laquelle on porte le cueur aux Carmes. Priez Dieu pour son asme ». Parents et enfants à genoux ne cachent pas l’émotion qui les étreint.

82Le Conseil des Bourgeois de Nantes a bien fait les choses, organisé la vesture des rues. Le cahier des dépenses publiques est d’une extrême précision sur les préparatifs et l’environnement mortuaire. Les particuliers sont invités à tendre le long des façades de leur habitation, sur le parcours qu’empruntera le cortège, des draps blancs. La ville fournit pour sa part deux larges bandes (lisières) de bougrain noir, un crêpe attaché aux encorbellements et aux piliers, de chaque côté des voies depuis le boulevard de la porte Saint-Pierre jusqu’au Pilori et aux Changes. Le bandeau est orné de 300 écussons aux armes de la ville ou aux armes de la défunte qu’on retrouve dans l’église des Carmes. Des torches, des cierges armoiriés, soutenus par 353 chandeliers de fer ou placés dans 360 petites écuelles de bois peintes en noir par Jehan Benoist diffusent une lumière parcimonieuse sur le rebord des fenêtres. L’arrivée au couvent des Carmes achève le parcours.

Le choix final des Carmes

83Le choix de l’établissement des Carmes, des frères Mendiants n’est pas anodin. Leur couvent remonte à 1318.

84❍ Le couvent a été fondé, en deux fois, dans des conditions difficiles, à la demande de Thibaud de Rochefort, capitaine de la ville et à l’emplacement de l’hôtel de Rougé au coin des rues très fréquentées de l’Échellerie et des Trois Croissants. Dès le début, la présence des frères au cœur de la cité et le succès remporté auprès de la population a suscité la jalousie des Dominicains et des Franciscains, les brimades des clercs séculiers, le bruyct qui va jusqu’à insinuer que leur établissement s’est transformé en lupanar ! Ces querelles de bas étage durent des années avant que la sérénité ne s’instaure. Maintenant le couvent héberge 23 religieux et un nombre indéfini de novices, jouit d’une solide protection de la part des derniers ducs et d’une réputation de culture et de probité qui exaltent la ferveur et qui stimulent les offrandes des quêtes, les dons testamentaires et la constitution de rentes. Ce n’est certainement pas un hasard si leur confrérie Notre-Dame angevine accueille 435 membres dans les années 1532-1533.

85❍ La chapelle Notre-Dame, élevée entre 1365 et 1384, est, malgré la simplicité de son plan, une nef unique prolongée d’un chœur plus étroit.

86Elle est somptueuse, remplie d’images peintes et sculptées d’une grande qualité artistique, dotée de retables et de vitraux, supports de dévotions, de quatre autels, de stalles et d’une chaire à prêcher, de trois petits sanctuaires annexes dédiés au Sauveur, à Sainte-Marguerite et à Saint-Roch. Les frères qui accueillent le cœur d’Anne sont donc très éloignés de l’idéal de pauvreté qui fut le leur au début de l’expérience carmélite ! Un lien très fort unit l’établissement à l’ancienne souveraine. C’est dans le chœur que reposent, pour le moment, les dépouilles mortelles de ses parents, François II et de Marguerite de Foix. La duchesse avait fait élever un monument funéraire en marbre d’Italie conçu par Jehan Perréal mais réalisé par le sculpteur Michel Colombe et son équipe dans les années 1502-1507. Le tombeau orné de pleurants, véritable consécration de la sculpture bretonne, sera transféré en 1817 dans le croisillon sud de la cathédrale.

87À l’entrée du couvent des Carmes, un grand drap noir, orné d’un écu aux armes de la princesse, se divise en deux parties : les fleurs de lys d’un côté soutenues par un ange qui déclare « rogo pro te Anna », les hermines de Bretagne de l’autre, tenues par un lion qui dit « libera eam de ora leonis ». Le fauve est surmonté de deux couronnes et d’une cordelière d’or. Au dessous, une hermine, avec fanon au col, court sur une touffe de verdure et porte la devise du Pays de Bretagne : « A ma vie ». À l’intérieur, la nef, le chœur, tous les murs sont drapés de tentures sombres. Draps et velours noirs recouvrent l’autel, les pupitres, la chaire de l’officiant. De grands écussons aux armes de la duchesse (six cents au total avec ceux des rues) ont été fabriqués par plusieurs artisans, belle occasion de connaître ces spécialistes : un certain Corneille de Gand, Pierre de La Chasse, Jacques Trousse, Jehan Vallée et Jehan Collart. La communauté nantaise a dépensé 322 livres 10 sous pour se fournir en 302, 3/4 aunes de tissu poitevin et de velours et payé 15 livres 19 sous 2 deniers aux couturières qui ont taillé les costumes des participants, soit 48 % des dépenses totales estimées à 704 livres 6 sous 4 deniers ! Elle a financé aussi une partie du luminaire, versé pour 128 livres 12 sous 2 deniers de cire, 9 livres 7 deniers de chandeliers et d’aiguilles et a attribué 10 livres aux porteurs, soit 21 % des mises (dépenses).

88❍ La messe est célébrée par l’archevêque de Dol (sic), servi par les abbés de Buzay et de La Meilleraye. Les coristes sortent, un bref instant de l’anonymat, Pierre Drou et Mathurin Maquillaint. L’oraison funèbre est prononcée par un Carme, docteur en théologie, qui retrace les grandes étapes de la vie de la défunte, souligne l’ancienneté de son lignage qui remonte à Brutus, sa piété, sa bonté, sa quasi-sainteté. Le Chancelier descend ensuite le vaisseau d’or contenant le cœur, recouvert d’un drap de velours et d’un drap d’or, « soubz celle voulte » où reposent les parents de la reine et l’enferme dans un coffret d’acier, fermé à clef. Puis, dans un silence profond, le roi d’armes Bretaigne déclare « à haulte voix et piteux cry ce qui ensuyt : la très crestienne Royne et Duchesse, nostre souveraine dame et maistresse, son corps gist à Sainct Denys en France et son cueur repose soubz ceste lame : Noblesse, Église et Universel Monde, priez Dieu quil ayt mercy de lame ». Détail pratique, la municipalité prendra à sa charge les frais de culte estimés à 76 livres 18 sous 6 deniers, répartis en vin de messe, frais de sonneries de cloches, salaires des desservants et des choristes soit 11 % des dépenses globales.

Deux autres processions intra-muros

89Tout n’est pas terminé et deux autres manifestations suivies de messes vont être organisées.

90❍ Une seconde procession, financée par la municipalité, quitte la cathédrale Saint-Pierre où un service a été célébré et se rend aux Carmes, le lendemain 20 mars. Elle réunit les membres de la municipalité avec qui la souveraine n’a cessé de correspondre sa vie durant. Bien qu’aucun détail ne soit donné, on imagine présent, le Procureur des Bourgeois, ancêtre du maire. L’office est encore célébré par l’évêque de Dol, ses chanoines et ses clercs qui se font nourrir par la communauté et dépensent pour 26 livres 11 sous 11 deniers de brochets, de carpes, de lamproies, de saumons, de morue fraîche et de vin en abondance, soit 4,5 % des dépenses totales. Décidément très généreux, les bourgeois offriront encore deux cents messes à basse voix à être célébrées à Notre-Dame des Carmes, aux Cordeliers, aux Jacobins et à Sainte-Claire pour le repos de l’âme de leur ancienne duchesse.

91❍ Le surlendemain, 21 mars, c’est au tour des « Prévostz et frères de la Verronique » de se manifester. Les membres de la confrérie de Sainte-Véronique dont le siège se trouve chez les Cordeliers depuis sa fondation en 1413, sont des « personnes notables », exclusivement des hommes qui ont accepté, à titre tout à fait exceptionnel, la princesse souveraine comme membre d’honneur.

92Ce 21 mars, les nobles, les grands officiers de la Cour, les confrères conduits par leurs prévôts, l’élite municipale sont revenus en force dans les rues. Le cérémonial est le même, seul le décor change. Les armoiries de la frairie, « dune veronne et face de Ihesucrist » sont maintenant associées à celles de la duchesse. On peut imaginer que les membres de la Véronique retrouvent aux Carmes ceux de la confrérie de Notre-Dame qui seront prochainement au nombre de 435 dont 229 hommes et 206 femmes.

*

93Les cérémonies religieuses, les parades, les triomphes et les solennités, les festivités de la rue avec estrades, arcs de triomphe et spectacles montés, les « ultimes exhibitions d’honneur » que constituent les enterrements princiers, avec leurs cortèges de deuillants et toute une mise en scène de tragédie, constituent, pour les historiens, de remarquables témoignages sur les usages calendaires, sur les rites d’accueil complexes, sur les distractions habituelles comme la danse ou la soule, sur des plaisirs moins anodins (le petit évêque des sots) ou franchement grinçants (le charivari). Ces expressions de la sensibilité collective continuent et continueront de soulever des interrogations auxquelles s’efforcent de répondre des études historiques et sociologiques.

94Mais ces moments exceptionnels ont aussi des contreparties fâcheuses. Ils encouragent parfois la violence verbale et physique, les délits avec la venue de pickpockets, avec un regain d’alcoolisme dans les tavernes et « guinguettes » de l’époque. Ils coûtent cher aux villes, plus de 700 livres à Nantes pour l’inhumation du cœur de la duchesse Anne, 700 à 1 000 livres pour organiser les banquets ou pour l’achat d’objets précieux présentés aux visiteurs de marque pour qu’ils soient favorables à la ville. Ce sont des dépenses à fond perdu. Au lieu de servir à des œuvres d’intérêt général pour améliorer la défense, les pavages et la circulation dans les rues, la venue de sources et la pose de canalisations, l’hygiène, des sommes importantes sont détournées de leur but et dilapidées pour des plaisirs ou des manifestations éphémères. Les revenus ordinaires ne suffisent pas à éponger les notes de frais et il n’est pas rare qu’une ville en supporte, plusieurs années de suite, les conséquences sous forme de tailles ou d’emprunts.

95Qu’en est-il de la culture individuelle, de la pratique religieuse des activités intellectuelles des citadins ?

Notes

1 B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, Éd. du CNRS, 1968.

2 Ce rituel a été décrit dans d’autres contrées : W. Blockmans, « Le dialogue imaginaire entre princes et sujets. Les joyeuses entrées en Brabant en 1494 et en 1496 » – J.-M. Cauchies, « La signification des entrées princières dans les Pays-Bas. Maximilien d’Autriche et Philippe le Beau », Publication du Centre Européen d’études bourguignonnes, Rencontres de Lausanne, 1993, p. 19-36, 37-54 – N. Coulet, « Les entrées solennelles en Provence au XIVe siècle », Ethnologie française, tome VII, no 1, 1977, p. 63-82 – J. De Pas, « Entrées et réceptions de souverains et gouverneurs d’Artois à Saint-Omer », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, tome XII, 1907, p. 191 – Ch. de Merindol, « Théâtre et politique à la fin du Moyen Âge. Les entrées royales et autres cérémonies. Mises au point et nouveaux aperçus », dans Actes du 115e Congrès national des Sociétés Savantes, Avignon 1990. Théâtre et spectacle hier et aujourd’hui. Moyen Âge et Renaissance, Paris, 1991, p. 179-212 – N. Mosselmans, « Les villes face au prince : l’importance réelle de la cérémonie d’entrée solennelle sous le règne de Philippe le Bon » dans Villes et campagnes au Moyen Âge, Mélanges G. Despy, Liège, 1991, p. 533-548.

3 J.-C. Cassard, « Le légat catéchiste. Vincent Ferrier en Bretagne », Revue Historique, 1998, p. 33-66 – H. Martin, « La mission de saint Vincent Ferrier en Bretagne (1418-1419), Bulletin de l’Association bretonne, tome CVI, 1997, p. 127-141.

4 Nantes AA 27 et BB 2 – J.-P. Leguay, « La duchesse Anne et ses bonnes villes », dans 1491. La Bretagne, terre d’Europe, J. Kerhervé (dir.), publication du Centre de Recherche bretonne et celtique, 1992, p. 439-441 – S. de La Nicollière-Teijeiro, « Une visite de la reine Anne à Nantes », Revue de Bretagne, IVe série, tome VII, tome XXXVII de la N. S., 1875, p. 346-351.

5 J.-P. Leguay, « Une manifestation de sociabilité urbaine : les banquets municipaux en France aux XIVe et XVe siècles », Actes du Colloque de Rouen de novembre 1990 : la Sociabilité à table, commensalité et convivialité à travers les âges, publications de l’Université de Rouen, no 178, Rouen, 1992, p. 187-192.

6 J.-P. Leguay, « Banquets, cadeaux alimentaires et autres présents dans les villes françaises des XIVe et XVe siècles » dans Actes du 116e congrès national des Sociétés Savantes-Chambéry-Annecy, mai 1991, Jeux, sports et divertissements au Moyen Âge et à l’âge classique, Paris, Éd. du CTHS, 1993, p. 193-213.

7 AM Rennes, liasse 4.

8 J.-P. Leguay, Lieux de réunion et maisons communes en Bretagne médiévale, colloque de Tours de juin 2007 (sous presse) – F. Gottschalk, Histoire de l’alimentation et de la gastronomie, Paris, 1948 – B. Ketcham Wheaton, L’office et la bouche, histoire des mœurs de la table en France, 1300-1789, Paris, Calmann-Lévy, 1989 – B. Lauroux, Le Moyen Âge à table, Paris, Adam Biro, 1989 – L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, Mouton, 1970.

9 BN ms 90 et 4317, récit de P. Chocque dit Bretaigne – J.-P. Leguay, « Un acte de foi et de fidélité post mortem : l’inhumation du cœur de la duchesse Anne, reine de France, dans sa bonne ville de Nantes », Les chrétiens dans la ville, F. Thélamon (dir.), PU de Rouen, 2006 – G. Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1999.

10 A. Kozerawski et G. Rosec, Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, Éd. Skol Breizh, cahier no 27, avril 1993 – R. E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540