Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Troisième partie. Citadins, loisirs, piété et culture

Chapitre 7. La liturgie festive dans le cadre urbain : typologie & organisation

Texte intégral

  • 1 Actes du 116e congrès national des Sociétés savantes, Chambéry 1991 : Jeux, Sports et Divertisseme (...)

1Les activités ludiques, aspects privilégiés de l’expression culturelle armoricaine, ont suscité, à juste titre, un intérêt ancien et soutenu chez les historiens, les littéraires, les musiciens, les sociologues. Les sources médiévales, riches mais dispersées, ne distinguent pas toujours clairement les fêtes religieuses, vastes communions collectives soulignant l’union du peuple chrétien, des exaltations patriotiques que provoquent une première entrée, un mariage princier, une naissance à la Cour, une victoire, l’annonce d’une paix, des simples réjouissances populaires où chacun donne libre cours à son imagination et à ses penchants1.

2Loin d’être synonyme de superficialité ou de frivolité, la fête, même parfois marquée par les excès de sots et de connards, répond à des besoins refoulés par la société ou à des intentions précises.

Ce travail de recherche s’avère possible à partir des archives communales et seigneuriales, des livres d’usages diocésains. Deux réserves méritent d’être soulevées. La fête nous parvient fréquemment soit à travers le prisme déformant de l’imagerie populaire et des traditions orales, soit, de façon indirecte, au hasard de listes d’achats de vivres, de costumes ou de matériel.

Le répertoire festif

3Les fêtes qui se déroulent dans la rue, sur les places publiques, sur le parvis des églises, devant les principales portes de l’enceinte urbaine, répondent à plusieurs intentions. Les unes sont des manifestations de piété et confirment, selon J. Heers, « le triomphe et l’union du peuple chrétien ». D’autres expriment un loyalisme politique ou sont une forme d’allégeance au pouvoir. Beaucoup sont simplement une manifestation de la vie de groupe, un défoulement collectif, un instant de bonheur et d’oubli dans une vie morose, remplie de contraintes et de misères.

Les fêtes liturgiques calendaires

4Les fêtes liturgiques habituelles sont dans l’ensemble bien connues et répertoriées avec soin. Ces temps forts de la spiritualité que le pouvoir ecclésiastique s’efforce d’organiser, de diriger, de contrôler ont évidemment d’autres cadres que les chaussées et les places publiques. La cathédrale, les églises paroissiales, les innombrables chapelles de quartier, le pied des croix attirent, plusieurs fois par an, les citadins et les ruraux venus des campagnes environnantes, les unissent dans un acte collectif de foi et de ferveur.

5Mais on ne saurait oublier qu’à côté des longues et fastueuses cérémonies liturgiques rehaussées par la présence d’un haut clergé aux costumes chamarrés, la vie religieuse se nourrit de processions, entrecoupées de stations, de prédications, de représentations des grands mystères de la religion, de tableaux sacrés, voire de chants et de danses rituelles complexes et étranges dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Les spécialistes de l’histoire religieuse locale les ont répertoriés depuis longtemps, Guillotin de Corson, A. de La Borderie, G. Minois, P. de la Bigne-Villeneuve pour les diocèses de Bretagne gallo, J.-M. Le Mené, R. F. Le Men ou P. Peyron pour les diocèses bretonnants. La documentation ne leur manquait pas. La plupart des évêchés ont conservé leurs livres d’usages, dressant, jour après jour, semaine par semaine, le calendrier liturgique avec la liste des offices et des cérémonies usités. Ils sont complétés, à l’occasion, par les registres de délibérations synodaux.

« Le coutumier de Rennes, attribué à un certain Jehan de Beaumont, chanoine de Saint-Pierre, au début du XIVe siècle, a l’aspect d’un volume de 73 feuillets, relié en veau gaufré et protégé par des ais de bois avec des clous de cuivre fleuronnés aux angles. Il indique les jours fériés, les fêtes dites épiscopales à la cathédrale ou ailleurs à partir de la Toussaint. Les comptes des fabriques paroissiales ont la plupart du temps disparu et avec eux, de précieuses informations sur les jours chômés, les dons, les quêtes, les dépenses à l’occasion des fêtes annuelles de Pâques, de Noël, de la Pentecôte. Une très belle série subsiste à Vannes, des bribes ailleurs. D’autres informations proviennent des archives municipales au chapitre des dépenses exceptionnelles pour l’entretien des rues et leur réfection avant l’entrée solennelle d’un prince ou le passage d’une procession ; elles émanent aussi des comptes domaniaux des régaires épiscopaux, des abbayes ou des seigneurs laïques. »

6❍ Des fêtes liturgiques dites épiscopales obéissant à un calendrier immuable, propre à chaque diocèse, ou commun à tous les Bretons, scandent la vie religieuse. Elles sont au nombre de 55 dans le diocèse de Rennes influencé par le cérémonial tourangeau, de 56 dans celui de Saint-Malo, de 65 à Dol. Pour les commodités de l’exposé, nous les classerons par cycles.

7Les festivités de la Semaine sainte, de la semaine peineuse disait-on jadis, située encore au début de l’année civile (jusqu’en 1567), durent presque une semaine et interrompent le rythme de travail. Annoncées le 25 mars, jour de l’Annonciation Notre-Dame, elles commencent vraiment le dimanche des Rameaux ou de Pasques flouries avec le cheminement des fidèles dans les rues, portant des palmes, des fleurs, des rameaux. D’autres grands déplacements et visites de lieux sacrés ont lieu le Jeudy absolu ou jeudi Saint, journée au cours de laquelle les évêques préparent le saint chrême, font des aumônes et lavent les pieds des pauvres, le Vendredy benoist (béni), le samedi vigille de Pasques et le Sainct Jour de Pasques avec messe, communion et, en principe, recueillement général en souvenir des derniers moments du Christ sur terre, de sa Passion et de sa Résurrection. Ces journées de prières ont comme cadre partiel les rues, les places, les berges des cours d’eau, les rives en front de mer, les lices. En fait, pour beaucoup de citadins, la semaine sainte est plutôt l’occasion de festoyer, de boire plus que de raison, d’assister à des spectacles édifiants, à des mystères de la Passion ou à des loisirs plus profanes comme le jeu de soule, au grand dam des autorités religieuses et des prédicateurs. Les dévotions recommencent le lundi suivant avec la visite des églises paroissiales. Les Rennais honorent tout spécialement l’église Saint-Étienne qui passe pour avoir hébergé la première communauté chrétienne, le vieux monastère de Saint-Melaine. Les Vannetais profitent de l’occasion pour commémorer le décès providentiel de saint Vincent Ferrier. Ces fêtes et ces amusements peuvent se poursuivre le lendemain mardi.

8Clercs et bourgeois processionnent à nouveau en mai et en juin avec le cycle agraire des Rogations, destiné à attirer la clémence divine sur les moissons, la Saint-Marc, l’Ascension, le triduum de la Pentecôte, la sainte Trinité.

« Les Rennais font traditionnellement cinq grands circuits qui aboutissent à leurs principaux sanctuaires : le lundi à Saint-Cyr, le mardi à Saint-Melaine, le mercredi à l’abbaye féminine de Saint-Georges, le jour de l’Ascension à Notre-Dame de la Cité, autre lieu antique et vénérable, le vendredi à la Madeleine avec présence des bénédictins et des bénédictines. »

9La fête du Saint-Sacrement, appelée fête du Sacre, récemment instituée par Urbain IV en 1264 et généralisée par Clément V en 1311, honore la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie. C’est l’occasion, le jeudi après l’octave de la Pentecôte, de manifestations grandioses, de nouvelles stations, avec participation des autorités civiles et religieuses, de la population venue à titre individuel ou regroupée dans le cadre des confréries pieuses et professionnelles. Le Corpus Christi est porté en procession dans une châsse posée sur un brancard surmonté d’un dais, scène souvent représentée sur les miniatures d’antan.

10Personne ne saurait oublier de célébrer la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, « le Noël d’été ». Les villes bretonnes organisent d’immenses feux de fagots et d’herbes sèches sur les places publiques. Les chanoines de Dol, conduits par le grand chantre de la cathédrale, viennent mettre le feu au principal bûcher de la Grand’Rue, aux vifs applaudissements d’une foule en délire. La population commence par promener dans les rues de Lannion une statuette de saint Jean avant de rejoindre le foyer au centre de la place du Marc’halia. L’embrasement se fait, à Châteaubriant, à l’entrée du bourg de Couëré, devant la porte de Saint-Jean et le feu doit être allumé par le recteur de Béré, doyen de la ville.

11Les réjouissances estivales sont plus éparpillées. La Saint-Pierre est la fête patronale de beaucoup de cathédrales et d’églises urbaines, à Vannes ou à Nantes notamment. On honore dans nos cités, sainte Marguerite le 20 juillet, sainte Marie-Madeleine le 22, saint Jacques le 25, sainte Anne le 26, saint Guillaume le 29 juillet, l’Assomption à la mi-août et la Nativité de la Vierge ou de la Bonne Dame, le 8 septembre, dont le culte n’a cessé de croître au fil des siècles.

12La Toussaint est le temps du recueillement, du souvenir, de la sonnerie des morts. Les chantiers si nombreux au XVe siècle ferment deux ou trois jours consécutifs, pour permettre aux manœuvres d’origine rurale de regagner leurs paroisses. Une grande procession anime, à cette occasion, les rues de Rennes avec, comme station principale, la vénérable chapelle Notre-Dame-de-la-Cité. À l’issue du défilé, les chanoines récitant la prière des morts font tomber, dans un geste spectaculaire d’humilité, leurs somptueuses chapes sur le pavé. Les pauvres accourent à cette occasion pour recevoir des dons, de la nourriture, des vêtements, de l’argent.

13Les longues cérémonies de notre actuelle fin d’année commencent le 16 décembre par les chants des O du dimanche de l’Avent, ainsi dénommés parce que les antiennes débutent par cette acclamation. On compte huit Ooz à Rennes, autant à Dol, à Saint-Brieuc, à Redon où ils s’accompagnent de distribution de vin, de dragées (petits fours) ou d’autres friandises. Comme à Pâques, les fêtes de Noël, symbole de renouveau réel ou attendu, donnent du repos aux travailleurs mais mobilisent le clergé et le bon peuple. La nuit du 24 décembre est l’occasion de déplacements en famille, de visites, de repas, d’illuminations dans les rues et sur les places. La Saint-Étienne est également chômée et, dans la plupart des diocèses bretons, se déroule, à la fin du mois, la curieuse parodie des saints Innocents (28 décembre) qui donne aux enfants de chœur l’occasion de se livrer à d’étranges facéties.

14Entre janvier et mars se placent d’autres étapes clefs avec les processions de la « Tiphaine » ou de l’Épiphanie, de la Purification Notre-Dame, fête mariale, fête de la lumière et du feu de la Chandeleur, et au temps du Carême le mercredi des Cendres et le dimanche des Brandons (des torches). Durant cette période, les dignitaires de l’église rennaise parcourent les rues, tous les mercredis et tous les vendredis, en chantant les sept psaumes de la pénitence et les litanies des saints.

15❍ D’autres usages sont particuliers à un diocèse, à une ville.

16Les Vannetais ont largement le choix et peuvent, selon l’époque, processionner à la cathédrale où se trouve le tombeau de saint Vincent Ferrier, dans le faubourg de Saint-Patern dont la chapelle abrite les reliques du premier évêque de la cité épiscopale ou à la chapelle Saint-Symphorien, autre lieu de vénération. Le pardon de Guingamp, fixé traditionnellement le samedi qui précède le premier dimanche de juillet, est connu dans tout le duché ; des milliers de pèlerins se pressent, chaque année, dans l’église Notre-Dame. La Saint-Samson de Dol est l’occasion de sortir le reliquaire déposé derrière le maître autel. Les fidèles savent qu’il contient un bras, deux os des jambes et quelques menus ossements provenant des vertèbres du cou, des doigts de la main et des pieds. Mais on fête également ici sainte Marguerite dont les reliques, déposées dans une chapelle de la ville, sont censées protéger les parturientes.

17De tous ces pardons bretons, ceux de Monseigneur saint Tugdual, quinze jours après la Pentecôte, et de Monseigneur saint Yves en mai, ont laissé des souvenirs inoubliables à Tréguier et dans tout le duché. Un cérémonial compliqué décrit, avec minutie, l’ordonnance processionnaire et les stations qui mènent de la cathédrale au Minihy situé à 1 500 m. Les fidèles, arrivés la veille du 19 mai, s’assemblent à minuit sur le parvis de la cathédrale pour dire une longue prière. Ils se dirigent ensuite en silence à l’église du saint Patron, en font neuf fois le tour en récitant leur chapelet, puis entrent dans l’édifice pour entendre une messe sur le coup de deux heures du matin. Ils reviennent en ville puis refont le même périple le lendemain et sept jours durant.

  • 2 Abbé Guillotin de Corson, Pouilé historique de l’archevêché de Rennes, I, Paris, 1880 – G. Devaill (...)

18Les pèlerinages mariaux de Notre-Dame-du-Folgoët aux portes de Lesneven, de Notre-Dame-de-la-Fontaine à Morlaix, de Notre-Dame de Guingamp sont aussi très suivis2.

Les « fêtes civiques »

19Les célébrations de la vie politique, les chocs émotionnels sont l’occasion de réjouissances populaires spontanées, de témoignages de loyalisme dont parlent B. Guenée et C. Beaune. Nous en retiendrons trois : les premières entrées ducales, l’exaltation de la dynastie princière à l’occasion de mariages, de naissances, d’anniversaires et enfin les premières manifestations patriotiques commémorant une victoire « à l’Antique », le retour d’une expédition lointaine, une paix, une signature de traité, la fin d’une menace (épidémie, incendie, etc.). Tout est conçu aussi pour « l’ounour et bien de la ville garder ». Le 29 avril 1485, une procession est conduite à Vannes « pour recevoir (à cette occasion) les serments sur Corpus Domini d’un chacun, tant gentilhomme que autre, d’être loyal au duc, à la duchesse et à leurs filles ». La même année, les dimanches 5 et 20 juin, les paroissiens de la même ville se sont réunis dans le but de prier ensemble « pour la paix et pour mettre fin à l’indisposition du temps ».

20❍ Les premières entrées, les joyeux advenements sont tout à fois, selon les bénéficiaires et les organisateurs, des parades grandioses et coûteuses, des réminiscences des triomphes impériaux, des rites d’actions de grâce, des témoignages de soumission, de loyalisme, de bonne entente.

  • 3 Actes du Colloque de Pau, réunis par Ch. Desplats et P. Mironneau, sur les entrées, gloire et décl (...)

21De telles venues soulignent la prise de possession de l’espace urbain par un prince aimé et craint. J. Heers les définit ainsi : « À la fois réjouissance populaire, rites d’action de grâce et de soumission, de bonne entente et de fidélité à la façon féodale, les entrées (ici royales) marquent toujours un des grands moments de la vie de la cité. » L’accueil solennel, la remise des clefs, acte « d’autotradition », de reconnaissance par excellence, se fait devant la porte principale de la « bonne ville », la porte Mordelaise à Rennes, la porte Saint-Patern à Vannes, suivant un rite immuable. Après un échange de civilités, de serments, une procession conduit le prince à la cathédrale puis à sa résidence. La municipalité offre à cette occasion de luxueux présents, des festins, des réjouissances diverses avec l’intention à peine voilée de séduire et d’impressionner l’auguste visiteur et sa suite de familiers, d’officiers, de grands vassaux, d’écuyers et de pages. Une confirmation d’anciens privilèges et l’obtention de nouveaux sont la contrepartie habituelle des sacrifices consentis. Certaines entrées ont laissé un grand souvenir dans l’histoire urbaine armoricaine, ne serait-ce que par les dépenses qu’elles ont occasionnées ! Nantes a accueilli avec faste le duc Pierre II en octobre 1450, le duc Arthur III le 15 novembre 1457, le duc François II le 30 mars 1459, la duchesse Marguerite de Foix le 15 juillet 1471…, le roi Louis XII et la reine Anne en janvier 14993.

22La duchesse Anne qui aurait souhaité respirer plus souvent l’air de sa chère Bretagne pour échapper aux rancœurs et aux ragots d’une cour qu’elle exécrait, profite d’un pèlerinage à Notre-Dame-du-Folgoët de juin à septembre 1505 pour visiter plusieurs villes : Nantes, Vannes, Brest, Hennebont, Quimper, Saint-Pol, Tréguier, Guingamp, Saint-Brieuc, Lamballe, Dinan, Vitré. Des manifestations grandioses sont organisées à chaque arrêt : une procession du Corpus Domini à Nantes, des stations dans les églises et dans les chapelles, la visite du tombeau de saint Yves à Tréguier et même le baptême d’un navire, La Cordelière, dans le port brestois.

23❍ L’exaltation de la dynastie princière se produit aussi à d’autres occasions. Car ces manifestations de loyalisme à la famille régnante revêtent dans le duché une importance toute particulière. Les Montforts doivent leur pouvoir, après une longue et douloureuse guerre civile, à leur victoire d’Auray en 1364 et à la mort tragique de Charles de Blois. Leur autorité est, à plusieurs reprises, remise en question par une fraction des grands, fidèles aux Penthièvres, sous Jean IV surtout mais aussi sous son fils Jean V, victime d’un attentat en 1420. Ils sont à nouveau inquiétés sous François II avec la détérioration des relations avec la France, l’hostilité d’une partie de la noblesse à l’égard des conseillers du prince et la déchéance physique et mentale du représentant de la dynastie dans les dernières années de pouvoir. Un office spécial est célébré à Vannes en l’honneur des soldats tombés sur le champ de bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488 pour la défense de l’indépendance bretonne.

24Les mariages princiers figurent bien sûr en bonne place dans l’énumération des joies collectives, à plus forte raison s’ils célèbrent aussi la paix retrouvée. Les villes ont dignement fêté le mariage de leur jeune duchesse avec Charles VIII. Les citadins ont eu le sentiment d’échapper à un affreux cauchemar, aux tourments de plusieurs années de conflit et de sièges désastreux. La moindre ville devient le théâtre de festivités grandioses. C’est le cas à Rennes dès le 23 septembre 1491, de Tréguier le 11 janvier suivant, avec une procession, organisée « pour la paix et joueuses nouvelles du mariage du roi et de la duchesse » suivie d’un spectacle de « masques » donné par une compagnie dirigée par un certain maître Péan. Guingamp, Nantes, Quimper, font pareille représentation.

25L’année suivante, de nouvelles fêtes célèbrent la naissance d’un dauphin. Le compte des miseurs rennais Pierre Champion et Guillaume de Millan dresse, à cette occasion, un minu (répertoire) spécial des dépenses pour la Joyeuse nouvelle de la naissance du bébé, le mercredi 10 octobre 1492. La ville recommence en novembre 1499. Elle se soucie « de la bonne prospérité et saine (santé) de la reine et aussi de la nativité d’une belle princesse qu’elle avoit faict la grasse à Dieu ».

26❍ Ces exaltations « patriotiques » se poursuivent sous le règne de la duchesse Anne.

27Chaque grand événement considéré comme heureux est vécu intensément et donne lieu à des réjouissances impromptues, à des feux de joie, à des salves d’artillerie du haut des enceintes, à des barriques de vin mises en perce aux principaux carrefours. Une telle attitude serait déjà la traduction d’une plus grande maturité politique et l’expression d’un nationalisme breton. Ainsi on s’enthousiasme pour la conclusion d’une nouvelle alliance, pour le traité qui lie en 1490 la Bretagne, l’Angleterre et l’Autriche.

28La paix est une de ces occasions privilégiées. À Nantes, le jeudi 4 septembre 1488, cinq trompilles ducaux, au service de la communauté et tous les sergents disponibles sont mobilisés pour informer le bon peuple que « la paie (est) criée entre le Duc et le Roy ». L’heureuse nouvelle a été apportée par un roy d’armes nommé Mongeove accompagné d’un chevaucheur d’escuirie, Jehan des Vignes. Les « trompilles pénèrent et travaillèrent » toute la journée. Les badauds s’assemblent aussitôt ; les rues s’animent, les rumeurs bruissent. Les conseillers tiennent une séance extraordinaire et prennent les dispositions qui s’imposent en pareil cas. Hélas, la paix, si bien « criée » (sic), n’est que de courte durée et c’est avec soulagement pour les uns, avec des grincements de dents pour d’autres, que ces mêmes Nantais accueillent quelques mois plus tard, après la capitulation, le roi Charles VIII et les soldats. Si les manifestations de loyalisme prennent désormais une tout autre signification, deviennent un acte d’allégeance au roi étranger, comme la célébration de la paix entre Charles VIII et Maximilien d’Autriche ou avec l’Espagne en 1503, les dépenses restent aux Bretons !

29Les bourgeois commémorent les victoires remportées par les contingents du duché et le connétable de Richemont à la fin de la guerre de Cent Ans puis, plus tard, après l’annexion, les succès des troupes royales en Italie, la bataille de Fornoue le 5 juillet 1495. Pourtant ces expéditions lointaines, auxquelles participent des soldats locaux, leur rapportent plus de mauvais souvenirs que de bons… en l’occurrence des maladies vénériennes, la fameuse grosse vérole qui se propage dès la fin du siècle et s’ajoute aux retours de pestes.

D’autres festivités populaires

30En dehors de ces deux grandes catégories de fêtes, on peut en répertorier d’autres au caractère plus populaire : les activités festives des confréries de piété, parfois aussi socioprofessionnelles, d’anciens droits seigneuriaux dénaturés et devenus des parodies ludiques, des compétitions de toutes sortes colorées, bruyantes, violentes parfois.

31❍ Les statuts des confréries se soucient d’organiser les plaisirs.

  • 4 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, XIIIe-XVe siècles, Paris, Albin M (...)

32Ces associations confraternelles de dévotion, de charité et de piété qui prolifèrent en Bretagne ont leurs propres manifestations qu’imposent l’esprit communautaire et l’idéal de solidarité dont a parlé C. Vincent4. Les fêtes, dûment inscrites dans les statuts et placées sous l’invocation d’un saint patron, offrent, à côté des traditionnels banquets, des beuveries dans des auberges ou au siège social, des spectacles dans la rue : des processions burlesques, des représentations théâtrales, des parodies et des farces libertines qui s’écartent des idéaux simples et moralisateurs imposés à ces « mutualités de la prière ». Chaque 9 mai, date anniversaire, la confrérie guérandaise, placée sous la protection de saint Nicolas, envoie les frères parcourir à cheval les rues de la ville sous les vivats de la foule en liesse. La cavalcade se poursuit aux champs où chacun va batifoler, ramasser des fleurs et couper des branches pour s’en parer. De retour en ville, les joyeux drilles, déguisés en sauvages, assistent à une représentation, illustrant une page de l’histoire locale. Certains aspects de cette manifestation champêtre pourraient être une réminiscence des cérémonies païennes du printemps ou l’origine des pardons de Notre-Dame-des-Fleurs.

33Les corporations, baptisées également, à cette époque, confréries, ont aussi leurs manifestations attitrées.

  • 5 AM Rennes, confrérie des merciers no 580 et liasses 1114 et 1115 – J.-P. Leguay, « La confrérie de (...)

« Ainsi chez les merciers rennais qui sont des marchands soit sédentaires, soit itinérants, chaque ouverture de foire et de marché donne lieu, pour les seconds, à une cérémonie pittoresque. Le seigneur qui accueille les marchands se doit de leur offrir du pain blanc, une pipe de vin, un bœuf “bon et suffizant”, une livre de poivre et une tresse d’ail. En cas de planté (d’abondance) de vin ou d’animaux, les forains ont même la possibilité de choisir. Une curieuse manifestation se déroule alors sur le champ de foire au milieu des tentes et des tréteaux. Des ménestreux ouvrent la marche triomphale à grand renfort de sons de trompes. Le bœuf, recouvert d’une serge de couleur, les cornes parées de deux aunes de ruban de soie, s’avance majestueux, chevauché par un mercier tenant en main une épée. Quatre de ses confrères lui font escorte, portant chacun un cierge. Des sergents et des officiers seigneuriaux écartent la foule et veillent à la sécurité. De temps à autre, la procession s’arrête et un héraut en profite pour publier les bans et ordonnances de foire. La journée s’achève par la mise à mort de l’animal qui figure au menu d’un banquet. L’hôte est encore mis à contribution. Il doit fournir non seulement le boucher, le cuisinier et les marmitons pour “escorcher ledit boulf et le mectre en mets”, mais également le local où se tient le festin, les pots et la vaisselle, du sel, des fagots… Moyennant quoi, le lendemain, les merciers sont invités “à deslier et estaller leurs denrées en ladicte foire ou merché5. »

34Toutes les confréries pieuses et professionnelles armoricaines consacrent dans leurs statuts, élaborés sur le tard, des articles relatifs aux fêtes profanes et religieuses auxquelles doivent participer obligatoirement leurs membres sous peine d’amende. La procession du Saint-Sacrement à Rennes permet aux deux à trois cents merciers de se montrer dans leur magnificence et d’étaler leurs « ornemens et ustencilles » de piété sortis du trésor pour cette grande occasion.

35❍ D’un tout autre genre, des droits seigneuriaux dégénérés sont à l’origine de mascarades burlesques fort prisés des Armoricains.

36La quintaine est une joute très originale. C’était initialement un exercice militaire consistant à renverser, avec une lance, un mannequin (quintan), ou à frapper un écu posé au sommet d’un poteau. Ce jeu d’adresse permettait d’entraîner les jeunes gens bien nés d’un domaine au maniement des armes nobles et facilitait la constitution d’un noyau d’hommes expérimentés. L’institution a évolué et est devenue une épreuve réservée aux jeunes mariés dans des conditions qui ne manquent pas de saveur. La nouvelle signification de la quintaine est extraite du rentier de Malestroit :

« Item est deu audict seigneur, par chacun an, ung debvoir de quintaine sur les nouveaux mariez en ladite ville et forsbourg dudict Malestroit et en la paroisse de Treal, queulx nouveaux mariez doibvent comparoir en la rue de Baudet, le lendemain de Nouel, en laquelle rue Gillette Rouxel est detemptère (détentrice) à présent de la maison qui fut autrefoiz (à) Guillaume Pressart, doybvent sur lypothecque dicelle plantir une planche jouxte laquelle est l’étendart et les nouveaux mariez doibvent courir a cheval une lance au poing, et si aulcun deulx ne ront sadite lance a troys courses, il doibt lamande. Et au cas qu’il tomberoit dessus son cheval, Jehan Chaignart, à présent détempteur de la maison qui fut autreffoiz Jehan Denyaulx doit sur lypothect que de ladite maison (fournir) le feu et paille pour bruller le cul de celuy qui tombera. »

37L’épreuve est imposée à Ancenis « à tous les nouveaux mariés de la paroisse y couchant avec leurs femmes la première nuit de leurs noces » ; elle consiste à briser trois lances. Mais on y ajoute une note drôle à propos du cas particulier des « nouveaux mariez du mestier de boucherie, les nautonniers et les gens allant par eaue ». L’exercice s’exécute alors en bateau :

  • 6 ADLA B 1966 (1470) – Abbé Guillotin de Corson, Usages et droits féodaux en Bretagne, Rennes, 1902, (...)

« et au jour que ladicte quintaine est assignée le doibvent courir par eaue et doibvent rompre dans trois courses leurs lances contre un poteau qui a accoustumé desire planté en la rivière de Loire en lieu commode, proche de la ville d’Ancenis ; et après que chaque nouveau marié de ladicte qualité a couru et rompu sa lance, il doibt saillir dans l’eau et est quitte de tout debvoir d’avoisne (une taxe) pourvu que sa femme présente au seigneur, baron d’Ancenis, un bouquet de fleurs avec un baiser, s’il le désire, son mari estant soubs l’eau6 ».

  • 7 ADLA B 2101, fo 2 vo.

38De la même veine que la quintaine se situent le saut des poissonniers, le brûlement des lins, le droit de grenouillage et autres subtilités du droit féodal dont les origines ne peuvent être datées. Les poissonniers et leurs épouses ont acquis, au fil des générations, une fâcheuse réputation qui n’est pas forcément usurpée. Leur langage n’est guère châtié, leurs bagarres homériques et les bénéfices qu’ils tirent de l’exercice de leur profession, en période de Carême, attisent bien des jalousies et des haines. Une coutume est révélatrice du peu d’estime qu’on leur porte. Au sortir de la sainte quarantaine, les citadins se vengent en organisant une procession bouffonne dont ces commerçants font les frais. Les hommes de la profession sont précipités dans le ruisseau ou dans la mare sous les quolibets et la risée de la foule déchaînée, repêchés, séchés et réconfortés par l’octroi d’un pot-de-vin et par un bon repas. « Ceux qui pendant le caresme trempent et vendent poisson sec, morue, hareng et aultres poissons en la ville de Chasteaubriant doibvent se présenter devant le seigneur dudit lieu ou ses officiers sur la chaussée de l’estang de la Torche et là recognoistre leur debvoir de saulter en ledit estang. Et à cet effet doibvent saulter une fois pendant les féries è Pasques ; et doibt ledit seigneur fournir un bateau pour les recevoir après lesdits saults et leur doibt du feu (pour se sécher), une pièce de boeuf et du vin. » Le saut des poissonniers existe aussi à Bécherel, à Châteaugiron, à Guingamp, à Pontivy, à Rochefort-en-Terre, où l’on pousse le raffinement ou le sadisme jusqu’à les promener auparavant dans une charrette dans toutes les rues de la ville. Un tel rite est une vengeance officialisée, muée en fête, contre une minorité qui a profité des privations de leurs concitoyens soumis au régime sec et salé du hareng pour gagner de l’argent facilement7.

  • 8 J. Trévedy, « Le droit de grenouillage », Association bretonne, tome 17, 1898, p. 243-244.

« Le brûlement des lins vise une autre profession bien représentée au Moyen Âge, les tisserands. Il est de tradition dans certaines seigneuries, à Bécherel par exemple, de rechercher et de dénoncer publiquement, une fois l’an, les ouvriers paresseux ou imprévoyants qui n’ont pas achevé à Pâques de broyer et de préparer les fibres de lin et de chanvre nécessaires à leur ouvrage. On les fustige alors d’une façon originale qui donne lieu à un spectacle populaire. Ces mauvais sujets doivent livrer leur stock inachevé qui sert à allumer un immense feu de joie. Le droit de grenouillage a fait couler beaucoup d’encre dans toutes les provinces, jusqu’en Béarn où il était, dit-on, communément pratiqué. Il est devenu, chez les Bretons, une belle occasion de tourner en dérision un voisin. À Saint-Brieuc, l’évêque oblige une fois par an, la veille de la Saint-Jean, les locataires de deux immeubles dépendant du régaire (seigneurie épiscopale) à frapper l’eau d’un ruisseau local, l’Ingoguet, avec des branches et à crier à tue-tête : “grenouilles, taisez-vous, laissez Monseigneur dormir”. Le plus cocasse de l’histoire, c’est que Monseigneur, nullement endormi, est au premier rang des spectateurs, oubliant toute dignité pour rire de bon cœur et que le spectacle se termine pour les masses dans les estaminets briochins. Citons encore parmi les habitudes étranges celle qui veut que les tanneurs du Val de Lamballe aillent, une fois par an, herboriser dans la forêt de Maroué, à la recherche d’une variété de fleur, d’une feuille déterminée, offertes à la chapelle Saint-Sauveur, la plantation d’arbres de mai par les jeunes mariés de Montfort, les chapeaux de roses offerts perfidement à la Sainte-Catherine aux modèles de vertu laissés pour compte8 ! »

39❍ La fête des fous a laissé également des souvenirs et donné lieu à de brillantes analyses. Même si elle n’a pas le caractère licencieux et contestataire qu’on lui attribue souvent ailleurs, elle reste une parodie de la hiérarchie ecclésiastique. Une fois par an, la veille et le jour de la fête des saints Innocents (27 et 28 décembre), les enfants de chœur de Rennes, de Dol, de Saint-Malo et d’ailleurs s’émancipent et désignent l’un d’entre eux comme évêque. Ils l’intronisent, lui imposent la mitre et la crosse et constituent un mini-chapitre avec chanoines et chapelains. Tout ce petit monde émoustillé se rend ensuite en procession à la cathédrale, prend possession de l’édifice, des stalles et célèbre un simulacre d’office.

  • 9 Abbé Guillotin de Corson, Pouillé historique… de Rennes, tome I, p. 295-296, 529-530 – J. Heers, F (...)

« Le petit évêque de Rennes, assis sur une chaise d’honneur portable, accomplit le tour de la ville, fait plusieurs stations dans les églises et dans les chapelles de l’agglomération, à Notre-Dame plus précisément. D’aucuns pensent que les clergeons voulaient rappeler aux hauts dignitaires la fragilité de leur position, la précarité de la condition humaine, la vanité des valeurs établies. La grande bassinée de bouillie de lait et de fleur de froment, cuite mais un peu arsée (brûlée), que sert l’abbesse de Saint-Georges de Rennes aux chanoines, chaque mardi de Pâques, peut apparaître tout aussi grotesque avec le recul du temps. Le plat, guère appétissant, est goûté du bout des lèvres, à la grande joie du public, et prend bien vite la direction des hôpitaux de la ville pour être distribué aux pauvres9 ! »

40❍ Des festivités populaires s’identifient à des épreuves guerrières.

41Une kyrielle de jeux de force, d’adresse, de vitesse, ont contribué à asseoir la réputation sportive des Bretons d’autrefois.

42Les premiers courts de jeux de paoulme ou de pelotes connus remontent dans nos archives au XVe siècle. On les rencontre aussi bien à Brest ou à Guingamp qu’à Nantes, à Rennes ou à Vannes. Ils appartiennent soit à la communauté, soit à des particuliers. L’exercice pratiqué en Armorique offre-t-il des similitudes avec la pelote basque puisqu’il est fait allusion à la réédification d’un mur (un fronton ?) à Quintin en 1506 ou s’apparente-t-il plutôt au tennis ? Aucune précision n’est donnée à cette époque. On sait seulement qu’un jeu de paume fonctionne à Dinan, rue de Léhon. Détail pittoresque, le dimanche de Quasimodo, les chanoines de Saint-Pierre de Rennes font une petite partie en public… dans le cimetière Saint-Étienne et le curé de l’église paroissiale est tenu de fournir les balles (ou éteufs). La coutume est attestée aussi à Saint-Brieuc.

  • 10 M. Mehl, Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Éd. Fayard, 1990 – (...)

43De cette époque datent aussi le « casse-tête » une sorte de jeu de massacre couramment pratiqué à Morlaix, les compétitions de quilles, les joutes sur la Loire très appréciées à Nantes et la fameuse soule, appelée aussi choule ou cholle à la main, différente de celle à pied ou barette, ancêtre du football et de la variété qui exige l’emploi d’un bâton recourbé appelé crosse (choule à crosse) ou d’un maillet nommé técon ou clinquart dans le Midi ou en Normandie (Avranches). Ici, en Armorique, deux équipes de jeunes célibataires, de nouveaux mariés ou d’hommes mûrs s’affrontent, un dimanche après la messe, à travers les rues d’une ville ou d’un village pour s’emparer d’une grosse balle de cuir ou esteuf remplie de son ou de sable et doivent l’amener à un point convenu d’avance. Ce sport sans règles précises devient, en l’absence de statuts, un exercice brutal, donnant lieu à échanges de coups, à des batailles rangées, à des règlements de comptes interparoissiaux ou entre quartiers rivaux. À plusieurs reprises, les autorités ecclésiastiques ont dénoncé ces violences et ont cherché à les interdire comme Raoul évêque de Tréguier en 1440. La soule se pratique à Antrain le jour de Noël, à Josselin le jour de Mardi-Gras devant la croix du Martray, à Rochefort-en-Terre à l’Épiphanie où le seigneur ouvre le match en expédiant le ballon par-dessus le four à ban, voisin du cimetière de l’église Notre-Dame. Quant à la lutte bretonne ou bourhourdeix, on la pratique partout, y compris à la cour ducale, et elle réclame de grandes qualités athlétiques, de la vigueur et de l’adresse10.

44Le tir de compétition à l’arc ou à l’arbalète, appelé papegaut, exige, dans le meilleur des cas, un lieu aménagé, un espace pourvu d’une butte aux arbalétriers (Dinan, Rennes au Pré Rond, Quimper près de la Cohue ou halle, Vannes) et une maison de l’arbalétrerie pour ranger le matériel (Nantes, Quimper). Mais dans beaucoup de nos petites villes trop pauvres pour s’équiper, cet exercice, fortement encouragé par les pouvoirs publics « pour exerciter et acguerrir les bourgeois afin de mieulx protéger les villes » se déroule, depuis une place ou la rue, sur une cible en bois, en métal ou en carton représentant un oiseau nommé joyau, gay ou papegay, accrochée au sommet d’une perche, d’une tour ou d’un clocher. Le papegaut donne lieu, après un entraînement hebdomadaire le dimanche de préférence, à un grand concours destiné à proclamer le roi de l’an. Le vainqueur jouit, durant son éphémère royauté, de privilèges considérables tels que l’exonération d’impôts, de tailles, d’aides, de fouages, l’exemption de guet, sauf en cas de siège, et la possibilité d’importer et de vendre, en franchise, une quantité de vin déterminée de l’ordre de 10 à 20 barriques (ou pipes). Au fil des ans, le jeu s’est organisé selon des règles sévères. Les archers forment des confréries avec à leur tête un prévôt, ont des statuts écrits, des revenus irréguliers alimentés par des subventions municipales, du matériel en dépôt (arcs, cordes et tours d’arbalètes, perches et mannequins). L’organisation de la société de tir nantaise date de 1482, celle de Vannes de 1483. En contrepartie, les municipalités font appel aux archers pour remplir des fonctions policières. C’est le cas à Pont-l’Abbé au début du XVIe siècle, où, aux dires des braves bourgeois, « habondent pluseurs nacions estranges », « des gens ou personnes de mauvais esperit », sources d’insécurité permanente, voire de mouvements séditieux.

45Ces manifestations, tantôt une « arme absolue de la piété » et un recours du mysticisme, tantôt une marque de loyalisme politique, tantôt des exercices d’allure guerrière montrent, s’il est besoin de le préciser, que nos ancêtres ont l’imagination fertile quand il s’agit de se distraire. Ces moments de détente font oublier les dures réalités de la vie, les malheurs du temps, les pestes, les guerres, les difficultés de ravitaillement, les chertés des vivres, la fiscalité éprouvante.

« Réjouissement et sollempnité »

46Ces fêtes, vastes communions collectives qui scandent la vie urbaine et constituent une mine d’informations sur les comportements des citadins et sur leurs mentalités, ne s’improvisent pas. Elles se préparent, sauf visite impromptue, longtemps à l’avance, s’annoncent à grand renfort de cris et de trompe. Cette phase exécutoire peut durer des semaines pour aboutir toujours au même effet : un brusque gonflement des articles et des mises dans les comptes.

Les décisions préalables au niveau des conseils urbains et des magistrats

47La première manifestation d’une tension qui ira crescendo est la tenue d’un conseil extraordinaire. Prudence oblige ! Aucun responsable municipal, aucun agent d’exécution, aucun miseur n’engagerait des dépenses sans un quitus utilisé à sa décharge le jour de l’épuration de ses comptes. L’ordre du jour des réunions est chargé.

  • 11 AM Rennes, liasse 1.

48❍ Les ordres viennent parfois d’en-haut, de la cour, d’un dignitaire de l’entourage princier, du capitaine gouverneur militaire de la ville. Les Archives municipales de Rennes ont conservé un ordre de Jacques de Luxembourg, du dimanche 4 février 1458, ainsi libellé : « Messieurs les répareurs (les miseurs). Pour ce que le duc va demain par la ville à Saint-Georges, luy et messeigneurs de son Conseil ont délibéré que les rues par lesquelles il passera soint tendues (pavoisées). Pourquoi faictes savoir aux gens d’icelles rues par messaigiers qu’il y ait point defaulte car s’il y avoit deffaull, il n’en seroint pas conctant et y pouroit avoir la ville dommaige et que lesdite messaigiers leur en fàcent injunction à chacun à la peine de 60 livres monn. (d’amende)11. » Tout est indiqué dans ce bref message : le déplacement ducal, l’injonction adressée aux responsables des travaux, les menaces en perspective. La réputation de la ville étant en jeu, on prend les grands moyens.

49❍ Les municipalités délibèrent dans un calme tout relatif. On devine les sujets de discussion, d’intervention, les innombrables problèmes qui se posent au fil des jours. Il faut discuter de tout, des cérémonies d’accueil, des questions de préséance dans les cortèges et à table, du nettoyage des rues, de la construction d’estrades pour les spectateurs, de l’aménagement de fontaines à vin et d’arcs de triomphe, du décor, de l’éclairage, etc.

50La fête implique le nettoyage des principales artères, une tâche délicate, à une époque où la chaussée sert de tout-à-l’égout, de chantier permanent, de boutique à ciel ouvert, d’annexe des ateliers et même de cour de ferme avec les fumiers, les tas de bois entre lesquels « slaloment » les passants et les charrettes ! On conviendra aisément qu’un roi ou qu’une procession ne puisse se frayer un chemin au milieu de tas d’ordures journalières. Il paraît donc judicieux de recouvrir les pavés de sable, de lits de fleurs et d’herbe fraîche. Le Conseil envisage sérieusement de remettre en état les fontaines, lieux de sociabilité par excellence, de faire quelques attaches de pavés supplémentaires, de combler et de supprimer les immondices et infections, les marres et bouillons (les océans de boue) et les nids de poule, de renforcer les étais branlants des maisons vétustes ou des échafaudages. D’aucuns soulèvent le problème alors insoluble de l’éclairage, réclament l’achat de torches, de falots à mèches. D’autres se soucient de l’installation d’arcs de triomphe, des décorations, de la plantation d’arbres commémoratifs, de l’emplacement des futures estrades pour les représentations, des dressouers pour exposer les cadeaux et la nourriture, des barrières. Très vite se posent, en fonction de l’itinéraire, le choix des décors, des spectacles montés aux carrefours ou sur le parvis des églises, la nécessité de l’achat de barriques ou de pipes de vin, de cidre, de vivres. Les bâtiments collectifs, les maisons particulières doivent être tendues à ciel, pavoisées de dais, de draps blancs et multicolores aux armes du visiteur, de tapisseries, d’oriflammes.

51Bien entendu, il faut renforcer la surveillance aux portes, dans les rues car les pickpockets sont légion au Moyen Âge et opèrent leur substilisez d’autant plus aisément que la foule est dense, la fuite aisée et les bourses portées avec ostentation à la ceinture. Le problème de l’insécurité est alors très préoccupant.

52Les questions de préséance, de diffusion des informations sont à l’ordre des délibérations, a fortiori si la municipalité qui reçoit n’est pas au fait du protocole. La formule en la manière accoustumée rappelle l’importance de la tradition, la nécessité de connaître les usages. Tout doit être décidé avec minutie et prudence sous peine de commettre un impair, de vexer un hôte de marque : le lieu de réception aux limites de l’agglomération, la formation et la disposition du cortège, l’itinéraire, le choix du ou des cadeaux, les bénéficiaires. Les comptes de la fabrique de Saint-Pierre de Vannes montrent que, plusieurs jours avant le pardon de Saint-Vincent, le 5 avril, les autorités publient l’itinéraire de la procession, l’horaire des offices, font apposer des affiches aux portes de la cité, envoient des cédulles ou invitations aux communautés villageoises voisines. Il est de bon ton de consulter de vieux témoins, les registres du chapitre ou de la municipalité, les procès-verbaux d’antan, les devis, et même des juristes.

53❍ Les bourgeois ont conscience que des affaires juteuses se profilent à l’horizon avec cette fâcheuse tendance à l’inflation dans les achats.

54Comme nos municipalités sont la chasse gardée d’une élite de marchands, d’hommes de loi, d’artisans, quiconque appartient à la maire et principale partie des bourgeoys subodore de fructueux marchés pour les « grants et plantureux banquets », de gros honoraires en perspective. On devine sans peine les avantages que risquent de tirer quelques riches merciers rennais, des négociants du port et de la Fosse de Nantes ou de Saint-Malo, une poignée de marchands d’Outre-Mer de Vitré. Évitons toutefois le néologisme. Il ne serait venu à l’esprit de personne de dénoncer quelque affairisme, de parler de concussion, d’évoquer un « délit d’initié » et autres formules du même ordre. Cet aspect mercantile n’est pas à négliger, dans la mesure où une fête coûte très cher mais soutient, à sa façon, la prospérité du négoce et des affaires locales. Un Julien Thierry, un de Gennes à Vitré, un Thomas à Nantes savent ce qu’une réception, ce qu’un divertissement impliquent concrètement pour leur bourse.

55Même à une toute petite échelle, une visite princière ou une fête rapporte gros aux commerçants et aux artisans locaux.

  • 12 J.-P. Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banquets dans les réceptions muni (...)

« Lorsque la municipalité rennaise décide de célébrer, à sa façon, le mariage de sa duchesse avec Charles VIII, elle s’adresse à plusieurs fournisseurs ; nous relevons, entre autre, sur la note de frais ou minu des mises, les noms et les livraisons de deux marchands de vins en gros, Guillaume Tuionnel et Georget Lizé, pour quatre barriques de vin d’Anjou estimées à la coquette somme de 66 livres, de deux verriers, Jehan Le Tannoux et d’un dénommé Le Picart, pour dix douzaines de verres valant 25 sous, de deux boulangers, Jehan Nepvou et Pierre Saulnier, pour soixante-cinq douzaines de pains estimées à 6 livres 10 sous, d’un marchand de fagots Guillaume Peschart pour 30 sous de bois, d’un potier pour 10 sous de buces à transporter le vin ! Chacun, à son niveau, fait des affaires et la liste est loin d’être close12 ! »

56On ne saurait oublier d’autres avantages, bien connus dans les villes italiennes ou allemandes où un patriotisme de clocher, une émulation inter-urbaine, un orgueil de parvenus constituent un incomparable stimulant.

Le choix des distractions et préparatifs des festivités

57Sitôt les décisions prises, débute au plus vite la phase exécutoire qui dure parfois plusieurs jours, voire plusieurs semaines. La « valse des mises » commence dans les comptes et est le reflet, par écrit, de la fébrilité et des impératifs que provoque une joyeuse advenue.

58❍ Les préoccupations matérielles interviennent en premier. Les réceptions et les spectacles imposent l’acquisition de matériel sophistiqué et onéreux.

59Les archives municipales donnent des listes d’achats, une occasion de découvrir l’origine de certains produits ou les noms de commerçants et d’artisans. Ainsi, Fougères a une industrie du verre si réputée qu’on y fait des commandes de partout : deux douzaines de coupes à boire en 1492 par les Rennais. On sollicite beaucoup, à ces occasions, tous les corps de métiers : les fournisseurs de produits alimentaires, les potiers, les marchands de tissus, les orfèvres, les tapissiers, les brodeurs, les couturiers et les couturières chargés de réparer et de dresser les oriflammes et les tentures, les ouvriers du bâtiment, maçons, charpentiers, menuisiers surtout. Ces derniers sont mobilisés pour fabriquer des tréteaux, des tables, des dressoirs, réparer des bancs, ou pour clouter de vieilles barriques et les recouvrir de planches. Des forêts voisines arrivent des chargements de fagots pour les futurs bûchers, des mâts ou un arbre entier avec ses branches qui sera planté au milieu d’une grande place, des planches. En 1497, à l’occasion de la venue de la duchesse Anne à Rennes, la puissante confrérie des merciers prend à sa charge la construction d’une tribune devant la porte du manoir épiscopal et la location d’une tapisserie au prieuré de Saint-Cyr pour la décorer. Elle finance aussi la coupe des costumes de plusieurs jeunes filles et d’un Bontemps chargés d’accompagner et de distraire la souveraine. Si nous n’avons aucune précision sur le déroulement de la réception et de la fête qui l’accompagne, on est bien documenté par contre sur les achats indispensables.

« La liste des acquisitions soigneusement enregistrées dans les comptes de l’association indique, entre autre, 19 aunes de damas à deux écus pièce, 4 aunes et demie de satin vert, 2 aunes et demie de satin noir, une demi-aune de mysatin rouge pour faire des manchons, une aune et demie d’ostadine rouge pour le pourpoint de Bontemps, une aune de toile crespe (crêpée), 8 aunes et un tiers de ruban de soie, 7 aunes de ruban tave pour faire les frontières (des coiffes), 2 pièces de blanchet pour doubler les robes, du ruban de laine pour faire les plis des robes, 1 000 espilles, du bougrein pour la robe de Bontemps, une paire de chausses, une paire de souliers à double semelle, une douzaine d’aiguillettes, une toque d’escarlate à deux rabaz, du velours cramoisi pour couvrir ce chapeau, des gants, etc. »

60Les réceptions et les festivités somptueuses sont généralement l’occasion de rafraîchir la façade d’un bâtiment officiel, le portail Mordelaise à Rennes en 1457, de repeindre les « penonceaux semez d’ermines » ou les « escussons aux armes de la ville » (Nantes), de tailler de nouveaux « estandars de la ville en mysatin de Florence », d’habiller de neuf les sergents et les trompettes, de leur fournir de nouvelles livrées en morquin.

61❍ La sécurité des personnalités, du public n’est pas négligée. La prévention des éventuels débordements de la foule en liesse amène les magistrats à recourir, comme service d’ordre, aux milices locales, aux associations d’arbalétriers, aux membres des écoles d’escrime, « escholiers du jeu de l’épée », renfort tout trouvé des équipes de sergents. C’est une sage précaution car les villes armoricaines sont loin d’offrir la sécurité souhaitée. Des bandes de voyous, des mercenaires démobilisés ou même une jeunesse dorée désœuvrée et « eschauffée par le vin » y opèrent des « abus, malefices et énormes crimes » dont le larrecin, le furt et le viol collectif. En 1462, cinq bandits terrorisent littéralement Saint-Pol-de-Léon, brisent les portes de plusieurs logis, brutalisent et mutilent (sic) les occupants.

62❍ L’organisation des spectacles préoccupe les municipalités qui font appel à des collaborateurs rémunérés.

63Les comptes des miseurs signalent des musiciens professionnels : sonneurs de tambourin ou tabourin (tambour à une seule peau), joueurs de rebec ou rebeic (viole), de cornemuse, de flageolet ou flûte au son aigrelet, des menestreulx pour « sonner les entrées »… Ils mentionnent aussi des dicteurs de versetz (des récitants), des fous et des danseurs chargés de mettre de l’ambiance, de lancer les rondes et les farandoles dans les rues et sur les places publiques. À une fête du Saint-Sacrement en 1471, les Rennais rétribuent quatre instrumentistes de Bayeux pour conduire le Corpus Domini à l’église des Carmes. Les Vannetais paient des musiciens espagnols en 1488, les Rennais des artistes allemands en 1491.

64Les représentations théâtrales, les mystères, les farces et les sotties, dont nous reparlerons, exigent l’intervention de véritables metteurs en scène qu’on appelle miseurs, par analogie avec les comptables municipaux. Ils se chargent de fournir les décors, de recruter et de former des acteurs de métier ou des bénévoles. Une des plus anciennes confréries théâtrales connue en Europe, placée sous le patronyme de la Passion, est nantaise et date de 1371. Nos archives sortent de l’oubli des acteurs qui se sont produits plusieurs années consécutives : Raoullet Séquart, directeur d’une troupe rennaise dans les années 1430, connu dans tout le duché, Jehan Catint qui reçoit 20 livres en 1459 « pour monter les faintes du mistère de la Passion », Geoffroy Galopin qui « joue le Jugement » au carrefour des Changes à Nantes, Robin de la Houssaye dit le Brigandinier. Des compagnies d’acteurs opèrent avec succès à Fougères, à Vitré, à Vannes où est présenté, à deux reprises, au duc Pierre II, un Magnificat. On mobilise à l’occasion des bénévoles ; une représentation de la Passion recrute à Vitré 90 acteurs capables de lire leur rôle, couché par écrit, en plusieurs exemplaires, par le « choriste » Jehan Columbel.

65Ces compagnies peuvent exiger un matériel sophistiqué et onéreux. Un mystère du Bien Avisé et du Mal Avisé, monté à Nantes en août 1456, coûte plus de 100 livres contre 2 à 12 livres en moyenne ! Outre le bois indispensable aux tréteaux et aux décors, il a fallu dresser une roe de la fortune et représenter, comme décor, une immense goulle (une gueule) d’enfer, un horrible dragon, dont la monstrueuse mâchoire béante et embrasée, les naseaux soufflant des flammes, les cornes et les oreilles en touailles sont censés symboliser le monde infernal et son maître Satan ! La bête immonde aux couleurs volontairement heurtées, « d’estain vert et dorée », se profile sur un fond de toile de bougrain noir, agite une centaine de queues de vache, pousse des hurlements ou lance par intermittence de longues flammes rougeoyantes à base de rouzine. Le bruitage est confié à un technicien dissimulé, utilisant un tonneau recouvert de deux peaux de parchemin tendues par des cordes en boyaux pour produire les grondements du tonnerre qui s’amplifient crescendo.

66❍ Des considérations financières se posent vite à trois niveaux : ceux de la famille, des associations, de la ville.

67La fête accentue les hiérarchies sociales, des historiens le pensent et l’un d’eux, J. Heers, écrit : « Sur le plan social tout d’abord, elle traduit parfaitement et affirme, avec une certaine ostentation, la hiérarchie des fortunes ou des rangs. Elle aggrave les indications que donne le costume à chaque moment de la vie quotidienne. » Un texte rennais de 1491 reconnaît implicitement la différence à propos d’une danse nommée morisque, à laquelle, participent les gentilshommes et les autres. Les riches, même s’ils n’hésitent pas à se mêler à la foule, à s’encanailler à une fontaine distribuant du vin, ont les moyens de faire assaut, ce jour-là, d’élégance, d’originalité, d’étaler par leur costume scintillant et coloré, par leur prodigalité ostentatoire, une fortune et un rang. Il est probable que beaucoup de familles de condition modeste aient été incitées à dépenser plus que de raison et que, pour ces humbles, au gaspillage d’un instant succède la parcimonie quotidienne. C’est l’unique occasion d’oublier la grisaille, d’abolir les contraintes, les valeurs établies, de donner même libre cours à une forme de contestation.

68Les confréries professionnelles et religieuses apportent aussi leur soutien. L’organisation et le financement des jeux font partie de leurs obligations sociales, un héritage de l’évergétisme antique. Les merciers rennais le prévoient dans leur budget, dépensent 90 livres pour la réception de la reine et duchesse Anne en 1497. Cette somme fait mal dans un registre qui comptabilise 250 livres de recettes annuelles. Ces mêmes merciers ont l’habitude aussi de donner un gâteau aux pauvres, d’accueillir les personnalités de marque en déplacement, d’offrir du vin, de l’ypocras, des sucreries, des banquets. C’est pour les frères et les sœurs un moyen de soigner leur réputation, de s’attirer la sympathie et la protection des puissants, de futurs clients.

69Les municipalités doivent couvrir des frais considérables qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer des autres mises, à moins qu’un cahier spécial ou que des rubriques leur soient spécialement affectés. On ne surprendra personne en affirmant qu’une fête, qu’une organisation de jeux grèvent lourdement un budget déjà naturellement fragile. Une joyeuse naissance princière revient à la ville de Rennes à 485 livres 5 sous, tous frais compris, en janvier 1492… une fortune ! La non moins joyeuse venue de la duchesse Marguerite de Foix à Nantes en 1471 à 287 livres 14 sous 2 deniers ! Le Mystère du Bien Avisé, Mal Avisé, joué devant le duc, au Bouffay de Nantes, en août 1456, coûte 100 livres 19 sous 4 deniers d’aménagements. Même à un tout autre niveau, on constate que le seul entretien du papegaut et d’une compagnie d’archers coûte 12 livres par an à la municipalité rennaise, 13 livres à celle de Fougères qui attribue généreusement 5 sous par dimanche à ses tireurs d’élite, 20 livres à celle de Dinan. Ces deux villes peuvent s’estimer encore heureuses de n’être pas obligées comme Nantes d’acheter un jardin près de la Motte Saint-Nicolas pour agrandir en 1471 le champ d’exercice puis une nouvelle maison de l’arbalétrerie en 1511. Cette dernière, à proximité du cimetière Saint-Léonard, remplace l’ancienne, vétuste. L’élévation de la seule butte de tir, avec un soubassement maçonné et des terrassements, coûte la « bagatelle » de 52 livres 10 sous, l’équivalent de quatre barriques de vin d’Anjou !

  • 13 J.-P. Leguay, « Les duchesses de Bretagne et leurs villes », dans Reines et princesses au Moyen Âg (...)

70Financer ces débordements pose donc des problèmes, justifie de douloureux choix mais risque aussi de compromettre un équilibre budgétaire individuel ou collectif déjà précaire. La surenchère oblige à recourir à d’autres revenus que ceux du billot ou des octrois, à des tailles ou à des emprunts forcés baptisés dons gracieux, dons de joyeux avènement. Nous avons noté plusieurs prélèvements de ce type à Rennes au cours du XVe siècle : en 1452 pour l’entrée de la duchesse, en 1457 pour celle du duc Arthur, en 1484 pour le cadeau fait à une autre duchesse estimé à 80 marcs d’argent13.

Le rituel d’un spectacle de la rue

  • 14 M. Boudignon-Hamon et J. Demoinet, Fêtes en France, Paris, 1977 – M. Hébert, « Dons et entrées sol (...)

71Un essai de reconstitution de ces manifestations de culture ancestrale que sont les fêtes nous amène à mettre l’accent sur quelques traits essentiels de la fête médiévale et des mentalités du temps tels que nous les découvrons à travers des exemples bretons14.

« La grande congrégacion de peuple »

72Une fête, profondément attractive, est toujours un vaste rassemblement de peuple qui impose des emplacements et des locaux appropriés pour le stationnement, le logement et les festivités.

73Tout est fait pour que le commun « se déplace en plus grant numbre que faire se pourra », sinon l’indifférence du public serait ressentie comme une injure, une manifestation d’opposition. Les boutiques, les ateliers doivent fermer impérativement à cette occasion et les comptes des fabriques montrent que plusieurs jours avant les cérémonies religieuses, on expédie des lettres de convocation à des lieues à la ronde.

74❍ Les textes évoquent fréquemment la grande presse, le concours de peuple, l’affluence.

75Le nombre des participants reste inconnu. Tout au plus, peut-on dire qu’il dépasse largement la population locale à une époque où les deux plus grandes villes armoricaines, Rennes et Nantes, excèdent à peine les 13 000 âmes. Les possibilités d’accueil sont vite atteintes et dépassées par la marée humaine qui s’agglutine derrière des barrières, aux fenêtres des immeubles, sur des tribunes dressées pour la circonstance.

  • 15 J.-P. Leguay, « Vannes au XVe siècle. Aspects institutionnels, économiques et sociaux », Bulletin (...)

« Les comptes de la fabrique de la cathédrale de Vannes montrent que les commémorations du souvenir de saint Vincent Ferrier sont l’occasion de vastes rassemblements de milliers de fidèles venus des paroisses circonvoisines de la capitale diocésaine, à plus d’une trentaine de lieues à la ronde. Ces ruraux peuvent avoir leurs jours préférentiels : les gens de Séné le 24 juin, ceux de Treffléan le 11 juillet, ceux de Ploëren le 8 juillet, ceux de Saint-Noiff, de Saint-Avé et de Theix le 15 juillet, ceux de Sarzeau le 22 juillet, ceux d’Even le 29 juillet, ceux de Sulinac le 5 août15. »

76Les paysans de tout le Trégorrois assistent aux pardons dédiés à saint Tugdual et à saint Yves. Ils arrivent avec leurs reliquaires, leurs croix et leurs bannières. Les Dolois célèbrent une fête des saintes Reliques, chaque cinquième lundi après Pâques, avec le concours des habitants de 23 paroisses diocésaines attirés par un morceau de la « Vraie Croix » posé dans une petite bourse (sic), au sommet d’une croix processionnelle et par les reliques de saint Laurent, de saint Étienne, de saint Magloire, de saint Nicolas et de saint Yves.

  • 16 Ch. Mendès, Au sujet du Tro-Breiz, Rennes, 1978 – H. Martin et F. Lebrun, « Le pèlerinage des sept (...)

77Quand la duchesse Anne fit son tour de Bretagne en juin 1505, on sait que sa visite draina des milliers de personnes désireuses de la voir, de toucher sa jument Châtillonne, richement caparaçonnée, de lui témoigner le respect et l’affection qui siéent à si noble personne. Un chroniqueur Jean d’Auton dit « qu’Elle fut tant honorablement receue que ce fut ung merveilleux triumphe ». Alain Bouchart ajoute pour sa part : « et estoit quasi chose miraculeuse de veoir par les champs, chemins et boys si grant multitude d’hommes, femmes et petits enfants qui accourroyent pour veoir leur dame et maistresse16 ».

  • 17 J.-P. Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banquets dans les réceptions muni (...)

78❍ On dispose quelquefois de chiffres précis qui permettent de cerner l’affluence et de souligner l’importance des visiteurs venus de tous les horizons. Les offrandes laissées dans les troncs de la cathédrale de Vannes sont une mine d’informations. On sait, par de solides études, que le célèbre pèlerinage du Tro-Breiz entraînait des milliers de pèlerins sur les routes armoricaines à certaines occasions appelées les temporaux, plus précisément à Pâques, à la Pentecôte, à la Saint-Michel et à Noël. Les participants s’arrêtaient notamment pour prier devant les tombeaux et les reliques des sept saints fondateurs des évêchés armoricains prestigieux : saint Samson de Dol, saint Malo, saint Brioc, saint Corentin de Quimper, saint Tugdual de Tréguier, saint Fol et saint Patern de Vannes17. Or, dans ce dernier cas, le contenu des troncs laisse deviner 30 à 40 000 visiteurs annuels de toute nationalité, bretons certes mais aussi français, espagnols, flamands, allemands, savoyards. Tous convergent vers des lieux attractifs où la curiosité se conjugue à l’intérêt.

Les points stratégiques

79Dans ce spectacle en plein air, les visiteurs de marque avec leur escorte, la foule, n’ont qu’un désir : s’arrêter au meilleur endroit, profiter le mieux possible du spectacle. Des itinéraires privilégiés sont fixés par la tradition et aboutissent à des endroits bien spécifiques transformés en merveilles (sic) de grâce, de beauté, de sociabilité.

80❍ Les cortèges, les défilés empruntent les principales artères, les maîtresses rues, encore étroites et sinueuses, qui relient les portes des enceintes ou qui desservent les édifices et les monuments publics. On les a tendues pour la circonstance de draps, de soieries, de tapisseries et les pavés sont recouverts de fleurs et de feuillages. La foule s’accumule aussi sur les placettes exiguës, les parvis des cathédrales.

« Chaque agglomération a ses points de ralliement privilégiés : la place Conan dite aussi de la Vieille Monnaie, le placis du Marché-à-l’Avoir, le Bout-de-Cohue, la Charbonnerie, les carrefours des Carmes, de Toussaints et de la Laiterie à Rennes ; les carrefours des Changes, du Pilori, de Saint-Jean et de Saint-Vincent, la place du Bouffay, le placis Saint-Pierre à Nantes ; la place des Lices, le Bas des Lices, la place de Saint-Salomon et Mein-Guèvr (place Henri IV) à Vannes, le haut de la rue des Fontaines à Morlaix, le Marc’halla de Lannion. »

81Les bourgeois et les ruraux des alentours ont intérêt à se lever aux aurores pour se trouver une bonne place mais la meilleure solution consiste à débourser quelques piécettes pour obtenir le droit de s’installer sur les chaffaulx (estrades) et sur les bancs dressés par les municipalités ou à se débrouiller pour s’installer à une fenêtre, dans une logette ou au sommet des tours d’enceinte.

82❍ Le cœur de la foule vibre plus précisément à certains endroits privilégiés. Ces points d’ancrage des spectacles se trouvent près des fontaines, des feux, des arcs de triomphe ou d’autres aménagements.

83Les fontaines d’abondance, symboles artificiels de prospérité, de convivialité, sont un de ces points de ralliement pour des raisons précises. Ces édicules, en temps normal de première nécessité, sont l’objet de soins tout particuliers. Ils sont parés, « pavoisés » de bannières, de drap armoirés, de rubans et de fleurs. L’eau de chaque jour est remplacée par une boisson plus noble, du vin blanc ou clairet, du pinot rouge d’Anjou, de Beaune, de Gascogne, d’Orléans, servi « à qui boyre en vouloit », par pintes, bues, ou quarte, de l’yprocras (apéritif) liquoreux ou tout simplement du lait. Le vin à volonté, n’est-ce pas l’occasion unique d’étancher sa soif à bon compte, de communier avec son prochain dans les vignes du Seigneur, de satisfaire ses mauvais penchants ! Une municipalité généreuse fait exposer aussi sur des dressouerss et distribuer, aux principaux carrefours de la ville, des fruits de saison, du fromage, des fouaces, des petits gâteaux ou dragées perlées et autres friandises alléchantes. Des tableaux, remplis de signification, servent de décor : un Arbre sec arrosé d’eau par tout un système de tuyaux cachés, à côté un jardin paradisiaque, l’un et l’autre symboles d’un pays jadis dans la souffrance, maintenant comblé par la venue d’un auguste visiteur !

84Les illuminations, simples brandons ou torches, immenses bûchers, sources bénéfiques de joies, de bien-être mais aussi de terrifiants malheurs, fascinent les enfants et les adultes, ivres de spectacle, éblouis par les flammes pétillantes qui montent dans la nuit. Toute une symbolique s’attache au feu depuis les temps préhistoriques. Des rondes se forment spontanément autour des foyers, constitués d’un amoncellement de rouarlées de fagots, de bûches, de vieux tonneaux et de paille. À la Saint-Jean, le 24 juin, les chanoines de Dol, menés par leur grand chantre, viennent traditionnellement mettre le feu à un immense tas d’herbes, de fleurs séchées et de fagots, au beau milieu de l’élargissement de la rue qui sert de place principale à la cité épiscopale.

  • 18 J.-L. Roch, « Le roi, le peuple et l’âge d’or : la figure de Bon Temps entre le théâtre, la fête e (...)

85La foule se retrouve enfin aux abords d’un arc de triomphe, d’un arbre ou d’une croix dressé sur une place, de tableaux vivants ou représentations scéniques montées sur des châssis dotés d’une machinerie. Une riche thématique se lit au hasard de métaphores décrites dans des textes ou reproduites sur des gravures et des peintures. Quand la duchesse Anne revient à Rennes en 1497, la confrérie des merciers finance l’érection d’un arc de triomphe orné d’une inscription en lettres latines bien calligraphiées par un escripvain local et qui déclare « Paix eureuse et bon temps18. » Il est rare qu’une représentation ne comporte un ou plusieurs personnages allégoriques costumés, expression vivante d’une symbolique urbaine. La ville d’accueil est alors personnifiée par une beauté locale, « en robe de la ville », ornée des armes de la cité ou des hermines de Bretagne. La jeune femme est juchée au sommet d’une tour, d’un portail (la porte Saint-Nicolas à Nantes). Le mythe de Bontemps, figure de joyeux drille, appartient aussi à l’imaginaire médiéval.

  • 19 AM Nantes, AA 28 – A. Bouchart, Les Grandes Cronicque de Bretaigne, II, fo 266 vo – G. Minois, Ann (...)

« Le grand circuit breton que fait la reine Anne en 1505, à l’occasion d’un pèlerinage à Notre-Dame-du-Folgoët près de Lesneven pour demander le rétablissement de son époux le roi Louis XII, gravement malade, a laissé des souvenirs inoubliables. La municipalité de Morlaix plante un vrai arbre… généalogique dont les ramures portent des personnages vivants costumés, représentant les ancêtres de Sa Majesté, elle-même incarnée par une jeune fille juchée au faîte ! On offre à la souveraine un vaisseau en or massif, peut-être la réplique de la Cordelière lancée au même moment à Brest, et, délicatesse suprême, une hermine apprivoisée portant au cou un collier de pierres précieuses. Anne a un geste de recul quand l’animal lui saute familièrement à la gorge. Le vicomte de Rohan, témoin de la scène, ne peut s’empêcher de faire ce jeu de mots : “Que craignez-vous, Madame ? Ce sont vos armes !” À Nantes, une adolescente, montée sur… un éléphant, lui offre les clefs de la ville19. »

« Ystoires pour doctriner la foule »

86Une accumulation de spectacles colorés accompagne le rituel de la fête médiévale, mélange intime de sacré et de profane, à l’occasion ou en dehors des principaux cycles religieux.

87Les festivités débutent généralement la veille ou vigiles, par les premières manifestations de piété ou par des danses et des feux de joie ; elles se poursuivent le lendemain par une messe solennelle, par des processions religieuses ou des défilés laïques, inséparables de tout événement notoire, par des banquets, à nouveau des danses, des représentations théâtrales et d’autres jeux offerts à satiété dans la rue et sur les places publiques. Un essai de reconstitution de ces spectacles colorés, montés par des associations de quartier, des confréries ou de véritables troupes de professionnels et d’amateurs, nous conduit maintenant à mettre l’accent sur quelques exemples jugés particulièrement évocateurs.

  • 20 E. Königson, L’espace théâtral médiéval, Paris, CNRD, 1975 – Ch. Mazouer, Le théâtre français au M (...)

88❍ Le théâtre sacré et profane tient une place de choix dans la vie culturelle du passé20.

89On offre ces jeux scéniques à l’entrée d’un prince en ville, à l’occasion d’une grande fête religieuse, d’une procession de la Fête-Dieu, comme entre mets d’un festin, ou tout bonnement pour esbaudir le bon peuple, le distraire et en même temps l’édifier. Les mystères, appelés encore mestiers et misteres, ludi, historiae repraesentandae, jeux, miracle, sont des drames liturgiques, à l’origine de simples tableaux symboliques, des pantomines muettes, destinés à frapper les yeux et les imaginations, devenus avec le temps des pièces de théâtre, des dialogues et mises en scène, donnés dans les églises, sur leurs parvis ou sur les places publiques. Leurs sources d’inspiration sont empruntées aux peintures et aux sculptures, tirées de l’Ancien ou du Nouveau Testament, qui décorent abondamment nos églises et nos chapelles. Ils narrent la création du monde, l’apparition et la chute des anges ou de l’homme, l’annonciation de la venue du Christ par les Prophètes, un épisode de la vie de Jésus, sa Nativité (à Fougères), sa Passion avec d’ailleurs beaucoup de complaisance pour représenter les supplices, les bourreaux, sa Résurrection. Ils évoquent aussi un épisode heureux ou pathétique de l’existence de la Vierge, la vie exemplaire, le martyre d’un saint ou d’une sainte.

90Des écrivains, des « metteurs en scène », inventent des scénarii si bien montés que les pièces connaissent un réel succès, plusieurs années consécutives ou constituent de véritables cycles. C’est le cas de la Passion et de la Résurrection de Nostre Seigneur Jesus-Christ, représentée par Raoullet Séquart et sa troupe le 25 mai 1430 à Rennes. Le duc Jean V est si enthousiasmé par le spectacle qu’il encourage vivement la troupe à se produire ailleurs, à Nantes dès le mois d’août de la même année. La même Passion ou une autre est jouée en 1450, 1460, 1461, et 1466. On prise énormément dans les villes armoricaines le jeu de saint Donatien et de saint Rogatien, les deux frères martyrisés à Nantes en 290, les vies de saint Martin, de sainte Anne, de sainte Catherine, de saint Jean-Baptiste, de sainte Marie-Madeleine.

91Le mystère a fini par désigner au XVe siècle d’autres genres, des pièces de théâtre moralisatrices où s’affrontent les vices et les vertus, où le bon triomphe et le méchant est justement puni. C’est le cas du mystère de la vengeance personaigée joué à Dol ou du Mistère du Bien et du Mal Advisé connu en Normandie, représenté à Nantes, place du Bouffay, en 1450, et à Rennes en 1456, ou encore du Mystère du Jugement de Paris (Nantes).

92❍ Tout aussi fréquentes à cette époque sont les farces satiriques. Leur comique profane sans prétention satisfait les goûts du public. Un des grands succès bretons du règne de François II fut le Mystère du juif de Paris, joué pour la première fois à Nantes en 1473 par un certain André Rolland. Les feintes dont parlent sans cesse les textes correspondent sans doute à de grossières mimiques destinées à ridiculiser le pauvre juif, accusé de tous les vices, l’infirme, le fou, le miséreux, le nain, une commère ! Ces distractions, pleines de dérision des valeurs établies, peuvent s’avérer cruelles ou livrer de bien curieux relents d’antisémitisme dans une province qui est sensée ne plus connaître les fils d’Israël depuis leur expulsion au XIIIe siècle. Il est arrivé que des acteurs soient poursuivis pour avoir récité des prières en habit de fou ou pour s’être moqué des saints ou du paradis ! La feinte de la Fortune et la feinte du mystère de la Vérité, produites à Nantes en 1498, essaient de distraire la duchesse Anne veuve de son premier époux, Charles VIII. On signale aussi des sotties, des pièces légères bucoliques, comme cette pastorale dans un bocage jouée par trois acteurs professionnels nantais, les galans sans souci, devant François II et sa maîtresse Antoinette de Villequier.

93Un théâtre breton existe donc à la fin du Moyen Âge dont le répertoire est semblable à celui qu’on connaît dans le royaume et dans les autres grands fiefs.

94❍ Des tableaux vivants, des ystoires en establies, accompagnés de momeries, de pantomimes, de musique s’identifient au genre précédent ou s’en démarquent.

95La confrérie du Saint-Sacrement, établie dans l’église Saint-Léonard de Fougères, donne traditionnellement, le jour de la Fête-Dieu, plusieurs mystères inspirés de l’Ancien et du Nouveau Testament. Mais au lieu de monter les pièces sur des tréteaux, l’association les fait jouer sur des chariots décorés et promenés dans les rues de la cité. On donne ainsi simultanément, en 1459, un Mystère des Trois Rois, une Crucifixion du Christ, une Vie des saints Apôtres, les exploits de l’Archange saint Michel terrassant le dragon. Le défilé, ouvert par une fanfare de ménestrels ne manque pas de pittoresque et fait se succéder un Ponce Pilate assis sur une chaise de juge, un saint Christophe portant sur son dos un Enfant Jésus, un saint Michel arborant une brillante armure et une paire d’ailes. La fête s’achève, le soir venu, par un festin où se retrouvent, aux halles, confrères, acteurs et musiciens.

  • 21 J. Heers, « Les métiers et les fêtes médiévales en France du Nord et en Angleterre », Revue du Nor (...)

96D’autres spectacles itinérants, l’équivalent des « pageants » anglais, promènent sur des estrades mobiles ou establyes, mues par une mécanique et décorées de draps et de tapisseries, des personnages allégoriques, des princes et des princesses au milieu de leur cour ou dans leurs châteaux21. Des Dames-Cité, incarnées par une belle jeune fille costumée et tenant la bannière de la ville, suggèrent des rencontres, des aventures insolites, des ystoires drôles ou des cycles dramatiques. Les cortèges officiels et la foule se déplacent, s’arrêtent devant chaque tableau, découvrent aussi, avec émerveillement, des ensembles mimés ou joués, quelquefois des animaux exotiques ou fantastiques, un bon ou un mauvais sauvage paré de plumes. La Bretagne a connu, comme Rouen avec la Guivre et Tarascon avec la Tarasque, le curieux spectacle de la promenade des dragons dans les rues. Rochefort-en-Terre a le sien que rappelle ce texte postérieur au Moyen Âge, publié par un auteur ancien Guillotin de Corson :

« Ont chaque année les sire et dame de Rochefort un debvoir appelé Jeu au Duc, quel jeu se fàit avec une beste feint nommée Drague et son poulichot, commenczant le mardii après la Penthecoste et dure iceluy jour et le lendemain. Auxquels jours Guillaume Pasquier, dict le Duc d’Amour, est tenu et doibt, sur ses héritages et maison où il est demeurant, conduire et faire conduire trois fois par chacun des dits jours une beste feinte nommé la Drague, couverte de tapisserie, o son poulichot, et aller au chasteau et à ladite ville de Rochefort. Et il faut qu’il y ait tant à la conduite de la dite Drague que à faire danser les gens qui veulent danser à la halle et cohue quatre sonneurs tant gros bois que aultres, pour le moins. »

97❍ La danse, spectacle populaire par excellence où se rapprochent les sexes et les gens de toute condition, connaît aussi un vif succès sous de multiples appellations.

  • 22 AM Rennes, liasse 4 – G. Lomenec’h, Chantres et ménestrels à la cour de Bretagne, Rennes, Ouest-Fr (...)

98On a beaucoup dansé à cette époque aux fêtes paroissiales, aux épousailles, à l’occasion d’un baptême, d’une naissance, plutôt en groupes que par couples, n’importe où, y compris dans un cimetière. Les textes parlent de farandoles, de momeries, de caroles, de tresches, de morisques ou maurisques parfois précisées morisques de moralité. Les comptes municipaux de Rennes en décrivent plusieurs, exécutées en 1491 à l’occasion du mariage de la duchesse et de Charles VIII et en 1492 pour célébrer la naissance du dauphin22.

99La première série qui correspond aux festivités du mariage de la princesse a été animée par un orchestre de onze musiciens : quatre sonneurs de trompette, quatre sonneurs de tambourin dont deux Allemands, deux joueurs de rebec et un de flûte. Des morisqueurs rétribués (animateurs), hommes et femmes, deux fous, habillés par la ville, entraînent la foule. Le nombre des pots de vin bus par les sonneurs et les danseurs suggère un groupe costumé de quarante-quatre personnes. La municipalité a fait fabriquer, à cette occasion, de magnifiques costumes ornés d’hermines et de fleurs de lys, quatorze somptueuses jacquettes et syons, des robes en tissus rares et chers importés d’Italie, de Flandre ou d’ailleurs. Les trois morisques de 1492 sont des représentations variées. L’une est animée par des guerriers armés de boucliers. On l’imagine semblable à ces exercices rituels que pratiquaient jadis beaucoup de peuples primitifs ou encore à ces danses du sabre des représentations écossaises. Une seconde danse est conduite par des gens costumés et par deux fous. Un troisième ballet précipite, au beau milieu de la ronde, un sauvage recouvert de mousse et de branches de houx. Le thème exotique du maure ou de l’homme des bois, vêtu de peaux pelleuses et de végétaux est très apprécié à une époque qui précède ou accompagne les grandes découvertes. Là encore, les costumes des participants sont exubérants, tout parsemés de paillettes d’or et d’argent, de lys et d’hermines, de clochettes. Les filles sont vêtues de longues robes de treillix, de bougrain, de soie et de velours, aux couleurs chatoyantes, rouges, vertes et bleues. Les hommes portent des pourpoints, des jacquettes de soie, de velours, de misatin et leurs têtes arborent de larges chaperons ornés de plumes blanches, jaunes et violettes. Des dicteurs de versetz, des groupes de jeunes filles promènent à travers les rues des bannières imagées dont l’une représente le Dauphin nouveau-né. On a beaucoup bu et festoyé à cette occasion et la note de frais est en conséquence.

100Détail pittoresque mais qui en dit long sur les mentalités de l’époque, il est arrivé à Rennes que des acteurs refusent de rendre les robes fournies par la confrérie des merciers, l’obligeant à engager un procès pour récupérer son bien !

*

101Ces exemples montrent que toutes les conditions sont réunies dans les villes de l’Ouest pour encourager le développement des festivités religieuses et profanes : la piété et l’imagination du peuple breton, son attachement aux traditions du passé qui remontent au paganisme et au christianisme primitif, la compréhension et l’appui des autorités ducales et du haut clergé, l’intérêt porté par les citadins de toute condition.

  • 23 N. Crétin, Fêtes et traditions occidentales, Paris, PUF, Que-sais-je, no 3518, 1999.

102Ces manifestations dont le cadre choisi va de la cathédrale à la simple chapelle, de la placette, placis, placître à la vaste esplanade des lices (Vannes, Rennes), des « maîtresses » portes d’une enceinte au simple pavé des rues et des ruelles sont de remarquables expressions culturelles, d’une richesse imaginative qui surprend encore et que révèlent épisodiquement les archives publiques, les sources théâtrales, la littérature populaire des conteurs et des jongleurs23.

103C’est l’occasion pour les citadins, riches et povres mendicans de goûter de rares moments de bonheur, de répit, voire de dérision avec la fête des sots ou le carnaval, des « ballons d’oxygène » temporaires dans des existences remplies d’obligations, de contraintes et de misères, au cours de périodes marquées par les malheurs, les pestilances, la disparition prématurée d’êtres chers, conjoints, parents ou enfants.

Notes

1 Actes du 116e congrès national des Sociétés savantes, Chambéry 1991 : Jeux, Sports et Divertissements au Moyen Âge et à l’âge classique, Éditions du CTHS, Paris, 1993 ; (bibliographie) J.-J. Heers, Fêtes, jeux et joutes dans les Sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, éditions J. Vrin, Paris-Montréal, 1971 – J.-P. Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : les fêtes dans la rue en Bretagne ducale aux XIVe et XVe siècles », MSHAB, tome LXXI, 1994, p. 21-59 (sources et bibliographie bretonnes) – H. Martin, Les mentalités médiévales, XIe-XVe siècles, Nouvelle clio, Paris, PUF, 1996 – R. Strong, Les fêtes de la Renaissance (1450-1650). Art et pouvoir, Éditions Solin, 1991 – J. Verdon, Les loisirs au Moyen Âge, Paris, Éditions Tallandier, 1980.

2 Abbé Guillotin de Corson, Pouilé historique de l’archevêché de Rennes, I, Paris, 1880 – G. Devailly, Histoire religieuse de la Bretagne, Chambray, CLD, 1979 – J.-M. Le Mené, Histoire du diocèse de Vannes, 2 volumes, Vannes 1888 – G. Minois, L’évêché de Tréguier au XVe siècle, thèse, Rennes, 1974 et Histoire religieuse de la Bretagne, Paris, 1991 – R. Vaultier, Le folklore pendant la guerre de Cent Ans d’après les lettres de rémission du trésor des Chartes, Paris, 1965.

3 Actes du Colloque de Pau, réunis par Ch. Desplats et P. Mironneau, sur les entrées, gloire et déclin d’un cérémoniel, Pau, 1997 – M. Bryant, « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », Annales ESC, tome 41, mai-juin 1986, no 3 – B. Guenée, F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Éd. du CNRS, Paris, 1968 – C. Beaune, « Cérémoniaux et politique », dans Les Monarchies, Y. M. Bercé (dir.), PUF, 1997, p. 205, 213-223 et Naissance de la nation France, Paris, Éd. Gallimard, 1985, p. 262-263 – J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440), Paris, Éd. Picard, 1971 – J. Chartrou, Les entrées solennelles et triomphales à la Renaissance (1484-1551), Paris, PUF, 1928.

4 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, XIIIe-XVe siècles, Paris, Albin Michel-Histoire, 1994.

5 AM Rennes, confrérie des merciers no 580 et liasses 1114 et 1115 – J.-P. Leguay, « La confrérie des merciers de Rennes au XVe siècle », Francia, Band 3, Munich, 1976, p. 147-220.

6 ADLA B 1966 (1470) – Abbé Guillotin de Corson, Usages et droits féodaux en Bretagne, Rennes, 1902, p. 30-34,

7 ADLA B 2101, fo 2 vo.

8 J. Trévedy, « Le droit de grenouillage », Association bretonne, tome 17, 1898, p. 243-244.

9 Abbé Guillotin de Corson, Pouillé historique… de Rennes, tome I, p. 295-296, 529-530 – J. Heers, Fêtes des fous et carnaval, Paris, Fayard, 1983.

10 M. Mehl, Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Éd. Fayard, 1990 – B. Merdrignac, Le sport au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002, p. 215-305 – L. Oges, « Un sport d’autrefois : la soule ancêtre du football », Nouvelle Revue de Bretagne, 1952, p. 139-145.

11 AM Rennes, liasse 1.

12 J.-P. Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banquets dans les réceptions municipales de la Bretagne ducale au XVe siècle », dans Mélanges J. Charpy, Rennes, 1991, p. 349-359.

13 J.-P. Leguay, « Les duchesses de Bretagne et leurs villes », dans Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du cinquième colloque international de Montpellier-Université Paul-Valéry (24-27 novembre 1999), volume I, Cahiers du CRISIMA, 2001, p. 151-186.

14 M. Boudignon-Hamon et J. Demoinet, Fêtes en France, Paris, 1977 – M. Hébert, « Dons et entrées solennelles au XVe siècle : Marguerite de Savoie (1434) et Jean d’Anjou (1443) », Provence historique, Mélanges N. Coulet, fasc. 195-196, 1999, p. 267-281 – J. Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du Jeu, Paris, Éd. Gallimard, 1951.

15 J.-P. Leguay, « Vannes au XVe siècle. Aspects institutionnels, économiques et sociaux », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1976, p. 1.

16 Ch. Mendès, Au sujet du Tro-Breiz, Rennes, 1978 – H. Martin et F. Lebrun, « Le pèlerinage des sept saints en Bretagne », dans L’Histoire no 25,1980, p. 60-66.

17 J.-P. Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banquets dans les réceptions municipales de la Bretagne ducale au XVe siècle », dans Mélanges J. Charpy, 1991.

18 J.-L. Roch, « Le roi, le peuple et l’âge d’or : la figure de Bon Temps entre le théâtre, la fête et la politique (1450-1550) », Médiévales no 22-23, publication des PU de Vincennes, 1992, p. 187-206.

19 AM Nantes, AA 28 – A. Bouchart, Les Grandes Cronicque de Bretaigne, II, fo 266 vo – G. Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1999, p. 488-493 – M. Tanguy, Anne de Bretagne, Paris, 1990.

20 E. Königson, L’espace théâtral médiéval, Paris, CNRD, 1975 – Ch. Mazouer, Le théâtre français au Moyen Âge, Paris, SEDES, 1998 – J. Balcou et Y. Le Gallo, Histoire culturelle de la Bretagne, Publication du Centre de Recherche bretonne et celtique, Paris-Genève, Éd. Champion-Slatkine, p. 211-230 – Ch. De Mérindol, Théâtre et spectacle hier et aujourd’hui. Moyen Âge et Renaissance, Paris, 1991.

21 J. Heers, « Les métiers et les fêtes médiévales en France du Nord et en Angleterre », Revue du Nord, 1973, p. 195.

22 AM Rennes, liasse 4 – G. Lomenec’h, Chantres et ménestrels à la cour de Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1993 – B. Gagnepain, La musique française au Moyen Âge, Paris, PUF, 1977.

23 N. Crétin, Fêtes et traditions occidentales, Paris, PUF, Que-sais-je, no 3518, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540