Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Troisième partie. Citadins, loisirs, piété et culture

Citadins, loisirs, piété et culture

Texte intégral

1La fête, héritage culturel ancestral et manifestation privilégiée de sociabilité collective, a depuis longtemps, intéressé l’historien, le sociologue ou l’ethnologue. Un rapide sondage dans les recueils de publications anciennes ou récentes montre à quel point le thème est séduisant. Les festivités confortent le sentiment religieux, rehaussent les temps forts de la vie politique, accompagnent les entrées princières ou épiscopales, les victoires, l’annonce de la paix, les mariages et les naissances à la cour. Elles exaltent les vertus guerrières et chevaleresques à travers les tournois, la force virile dans des exercices physiques, primitifs et violents, tels que la soule ou la quintaine. Ce sont aussi des manifestations concrètes de la richesse, de la fierté et de l’honneur des collectivités locales, des chapitres, des municipalités, des confréries pieuses ou professionnelles organisatrices. Spectacles et divertissements ont aussi leur place dans l’étude des mentalités. Ils apportent au menu peuple un moment de joie indispensable dans une existence précaire.

2Un témoignage privilégié de l’histoire urbaine est la visite d’une personnalité, d’une ambassade, la joyeuse entrée d’un souverain. Chacun sait à quel point on aimait et on savait recevoir dans les villes du Moyen Âge et celles d’Armorique n’échappent pas à cette tradition de convivialité qui a peut-être comme origine un droit seigneurial qui voulait qu’un seigneur en déplacement soit hébergé avec sa suite dans les châteaux de ses vassaux et que les étrangers reçoivent un accueil aussi chaleureux que celui qui est décrit dans les romans du cycle arthurien. Princes, officiers, banquiers, ambassades étrangères, délégations se succèdent dans les grandes villes à longueur d’année et sont logés, nourris, fêtés avec respect, chaleur et générosité, dont témoignent le rite d’accueil, les élans de l’hospitalité, la remise de cadeaux et l’organisation de plantureux repas (chapitre 7).

3Il est difficile, compte tenu de la documentation dont nous disposons, du caractère exceptionnel et lacunaire des registres paroissiaux qui forment, en d’autres lieux, une mine incomparable de renseignements de pénétrer dans l’intimité religieuse des citadins bretons, de mesurer le degré d’intensité de leur foi. D’aucuns ont essayé de le faire mais sont parvenus à des conclusions opposées. À la thèse longtemps admise sans discussion d’une christianisation superficielle du peuple armoricain, d’une religion éloignée de l’esprit, des rites fondamentaux, des normes morales, s’opposent les idées inverses que H. Martin rappelle dans « Fastes et malheurs de la Bretagne ducale ». L’auteur y souligne, en particulier, la vitalité des paroisses et des conseils de fabriqueurs, la ferveur des fidèles à certaines occasions ; il décrit une piété matérialisée par des dons, illustrée par les créations artistiques de l’âge flamboyant et souligne l’originalité de la pastorale de masse, rendue célèbre par les propos du célèbre prédicateur catalan saint Vincent Ferrier, le pullulement des associations de piété et de charité, les confréries. Nous reprenons dans la première partie du second chapitre plusieurs des idées chères à notre collègue sur la religion populaire (chapitre 8).

4La diffusion de la culture dans la ville et, par son intermédiaire, dans les campagnes permet d’entrevoir le rôle des « petites écoles » et de l’université de Nantes pendant la seconde moitié du XVe siècle, d’examiner l’apparition de l’imprimerie et du livre (chapitre 9).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540