Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Deuxième partie. Le gouvernement des élites

Chapitre 5. Les hommes de pouvoir : officiers, conseillers, magistrats

Texte intégral

1Le capitaine de la place-forte, instrument de la centralisation, représente le pouvoir ducal en place, surveille la population, assure la protection en temps de guerre. Le cumul des offices à la cour et en région explique des absences prolongées qui laissent un lieutenant et un connétable prendre les mesures de défense à sa place, et s’assurer du bon fonctionnement des rouages administratifs en conformité avec la politique menée par le souverain.

2En accord avec le pouvoir précédent, d’autres institutions sont l’incarnation d’un système oligarchique qui donne le pouvoir à une riche bourgeoisie, minoritaire mais influente, précédant « les magistrats, corps, collèges et communautés » d’échevins, présidés par les maires, qui se généralisent pendant la seconde moitié du XVIe siècle. La présence d’une douzaine de conseillers élus et de leurs représentants permanents, le procureur des bourgeois, porte-parole de la communauté, les miseurs ou comptables, les contrôleurs, les gardes, l’harmonie, en apparence du moins, d’un système qui laisse rarement entrevoir des dissensions et des rivalités, constituent l’essence de ce chapitre institutionnel, suivi d’un autre sur les détails de leurs attributions.

3Notons, enfin, que le XVe siècle, du moins jusqu’à la fin du règne de François II, n’a connu aucune insurrection, aucune révolte contre le pouvoir représenté par le capitaine. Nul antagonisme n’oppose les anciens rouages administratifs aux nouveaux. On aboutit plutôt à une sorte de compromis savamment dosé qui tranche avec ce qui se passe ailleurs, à Gand, à Bruges, à Florence.

Encore des officiers ducaux

4L’office de capitaine-gouverneur qui s’est généralisé en France à partir de Philippe V, par l’ordonnance du 12 mars 1317, est attesté en Bretagne pendant la Guerre de Succession, une quinzaine d’années plus tard.

5C’est, par ses prérogatives, un élément clef d’une politique qui tend à organiser et à structurer le duché dans la genèse de l’État moderne, au même titre que les membres du Conseil, de la Chambre des comptes ou de la Chancellerie. Au XVe siècle, une quarantaine de localités et de places fortes armoricaines sont désormais dotées de cette magistrature, véritable pivot de l’administration du duc et de leurs principaux vassaux.

6À la suite d’un accord passé, en 1364, entre Jean IV d’une part, l’abbé de Saint-Sauveur, les nobles et les bourgeois de Redon de l’autre, il est décidé que le capitaine sera désormais élu par le supérieur du monastère « o lassentiment » ducal. Le premier désigné est un écuyer du nom de Jehan de Lymur. En juin 1384, Jean IV fait connaître ses conditions à l’évêque et aux bourgeois de Saint-Malo révoltés. Il se déclare prêt à pardonner, pourvu que les habitants fassent amende honorable. Le problème de la capitainerie est alors soulevé. Il est convenu que le prince nommera un gouverneur pour trois ans, le chevalier Geoffroy de Poulgou. Pendant ce laps de temps, une commission sera chargée de déterminer à qui reviendra après la désignation. L’autorité ducale se fait sentir également dans les villes des grands barons. Certes, ces derniers désignent les administrateurs de leurs centres urbains. Mais le choix est soumis à l’approbation du souverain et un serment de fidélité des nouveaux capitaines au duc est exigé.

Les fonctions de capitaine d’une ville forte

  • 1 La fonction de capitaine a été rappelée dans plusieurs ouvrages dont ceux de P. C. Timbal, La Guer (...)

7En l’absence de toute autre autorité, le rôle du capitaine est essentiel, surtout sous Jean IV et au début du règne de Jean V. Une évolution semble se dessiner par la suite, à la lumière des textes1.

8❍ C’est avant tout un homme de guerre, un militaire qui a reçu mission de gouverner et de défendre une place fortifiée.

9À une époque si fréquemment troublée par des raids, par des sièges, il assume une lourde responsabilité. Tous les actes de nomination insistent sur l’importance de cette tâche. Le nouveau promu s’engage par serment, sur les Évangiles, « de sa main manuellement toucheis » à rester toujours fidèle à son souverain, au duché, quelles que soient les circonstances, à lui remettre, à toute réquisition, les clefs des portes de la ville, à les refuser à toute autre personne, à œuvrer pour le bien public.

10On comprend qu’en le désignant, le duc prenne des précautions. Une enquête est faite sur le candidat. Nous en avons des échos dans les textes qui insistent sur les qualités requises d’un futur gouverneur. On évoque sa noblesse, sa loyauté, ses bons sens, sa savance, sa prudence, la bonne diligence dont il a fait preuve auparavant. Il est fait souvent allusion à ses états de service antérieurs et, en le retenant, le duc, après avis des membres de son Conseil, espère qu’il continuera de bien servir et « mesme de bien en mieux… fera au temps avenir ».

11Le prince exige, outre le serment, la présentation de plèges, de personnes qui apportent leur caution. Ces hommes sont au nombre de deux ou de trois ; ce sont généralement des parents, des amis et plus souvent encore des collègues, gouverneurs d’autres places. À l’occasion de nominations collectives, il est fréquent de voir les capitaines se cautionner mutuellement, créant ainsi une véritable chaîne de fidélité. Devenu gouverneur, le nouveau venu engage sa responsabilité, celle de toute sa famille, ses biens « présents et futurs ».

12Le militaire commande une garnison, décide, s’il est besoin, de la renforcer en faisant appel à des contingents extérieurs. Il pourvoit à l’approvisionnement de la place en vivres et en munitions, veille à la levée des impôts pour la défense, décide des travaux à accomplir ou fait exécuter ceux qui ont été prévus par le duc ou par ses envoyés spéciaux. Ses fonctions l’amènent à traiter avec les entrepreneurs, à contraindre les bourgeois ou les paysans des campagnes voisines à venir accomplir des corvées d’utilité publique. Quand la ville est menacée, il répartit les troupes, organise le guet, juge de l’opportunité de résister ou signe la reddition.

13❍ Même quand les bourgeois ont pris en main, au XVe siècle, la direction des affaires de leur cité, il continuera, quand il est présent, de présider les délibérations du Conseil local et, généralement, tranche les débats, surveille les officiers municipaux qu’il nomme encore dans certaines villes à la fin du siècle. Il signe les bons de paiement des comptables, fait partie des commissions chargées d’examiner leurs registres. Nous le voyons aussi, à l’occasion, s’intéresser aux problèmes de voierie, à la construction d’édifices civils et religieux dont il pose la première pierre, aux activités économiques de la cité, délivrant par exemple des sauf-conduits aux marchands ou présidant à la baillée des fermes d’octrois.

14En tant que représentant officiel, il accueille les personnalités de passage, préside les banquets ou les fêtes, assume, en un mot, toutes sortes de tâches plus ou moins honorifiques. À Rennes, à Nantes, à Vannes, c’est le capitaine qui reçoit le serment d’un nouvel évêque. Le prélat rennais, venant de l’église Saint-Étienne, doit s’arrêter devant la porte Mordelaise et n’est autorisé à pénétrer dans la vieille Cité qu’après s’être engagé, entre les mains du gouverneur, à respecter les franchises de la ville.

15Débordant le cadre étroit de la place qu’il administre, il fait partie, comme le responsable de Dol, de commissions d’enquête chargées de visiter les forteresses frontalières. Il peut même siéger au Conseil ducal et faire partie de l’entourage du souverain.

16C’est donc, au début du XVe siècle, un homme en vue qui a peut-être même quelquefois tendance à abuser de son autorité, au point d’entrer en conflit avec ses administrés ou de commettre des exactions. Le duc intervient alors pour le rappeler à l’ordre ou pour préciser les limites de ses fonctions. En 1420, dans une constitution, Jean V déclare aux capitaines qu’ils n’ont pas à rendre la justice : « Item pour ce que aucuns capitaines ou leurs lieutenants s’efforcent attribuer à eulx juridicion et congnoissance de plusieurs cas, est deffendu que nuls capitaines ou leurs lieutenants n’aient congnoisssance de nul cas si ce n’est pour arrester les parties sur fait de présent et emprez renvoier la cognoissance aux officiers de Justice » (article n ° 10 de la constitution de Jean V).

17❍ Une évolution semble pourtant se dessiner au cours du XVe siècle. Nous avons l’impression, en effet, que l’office perd quelque peu de son importance au cours du siècle, sans pour autant devenir honorifique.

18Le cumul, les déplacements incessants, des missions extraordinaires, le fait que le principal officier d’une ville soit noble et propriétaire terrien, obligé de faire des séjours sur ses terres, justifient les absences prolongées de plusieurs mois, d’années entières. Henri de Villeblanche, capitaine de Rennes, est envoyé en ambassade en France en 1454. Le gouverneur perd alors contact avec ses administrés, s’éloigne de sa tâche. Des bourgeois sont livrés à eux-mêmes, au moment où la cité est menacée par une armée ennemie. Rennes est dans cette situation en 1427 quand les routiers anglais viennent courir sous ses murs. C’est le cas aussi de Fougères en 1488. Un messager, Thomas Lorence, est chargé par la communauté nantaise de faire des remontrances (sic) au capitaine, « touchant le fayt de la ville ». Les bourgeois prennent alors les décisions qui s’imposent ou, désorientés, délèguent l’un d’eux pour demander des directives ou du secours. Le phénomène est peut-être général ; il se pose, en tout cas, dans les mêmes termes en Touraine.

La durée moyenne d’une capitainerie

19Il est difficile de calculer la durée moyenne d’une carrière de capitaine pour plusieurs raisons. Les listes de gouverneurs sont encore trop incomplètes au XVe siècle. Les dates de nomination ou de décharge manquent fréquemment. Certains titulaires de cet office disparaissent momentanément de la ville qu’ils administrent, peut-être envoyés en mission lointaine ou appelés à d’autres fonctions et reviennent quelques années plus tard. Entre-temps, une autre personne portant le même titre assure l’intérim.

20❍ On peut cependant affirmer que rares sont les officiers qui sont investis de cette charge pour une durée déterminée ou à vie. Dans ce dernier cas, le duc entend récompenser de façon éclatante, des services éminents. Jean II Raguenel, vicomte de La Bellière, est ainsi nommé, pour la durée de son existence, capitaine de la ville de Rennes.

21Généralement, les capitaines sont choisis pour un temps indéfini, « durant nostre plaisir », précise le duc. Des carrières ont été très longues, interrompues seulement par la mort. D’autres, au contraire, sont brèves, de quelques mois seulement, brutalement suspendues à la suite de mutations ou de sanctions. Un fils peut à l’occasion succéder à son père comme Guillaume de Rosnivinen à La Roche-Morice. En règle générale, les gouverneurs ne restent pas longtemps à leur poste.

22Certains demandent parfois à être mutés ou renoncent volontairement à assumer leur tâche. Nous avons rencontré dans les textes quelques cas de renonciation volontaire sous le poids des ans ou pour toute autre raison.

23❍ Des gouverneurs sont destitués ou transférés. C’est pratiquement la seule punition qui les frappe. Un capitaine coupable d’avoir livré sa place à l’ennemi, soupçonné d’intelligence avec le parti adverse, est ainsi limogé. Le 16 avril 1487, la capitainerie de Saint-Malo est enlevée au sire d’Avaugour et, la même année, Guillaume de Rosnivinen est privé de sa fonction à Saint-Aubin-du-Cormier pour avoir livré le château aux Français.

24Chaque changement de règne s’accompagne de profondes modifications. Les capitaines sont obligés de prêter serment au souverain. Certains perdent leur poste au profit des familiers du nouveau duc. Dans les mois qui suivent l’avènement de François II, vingt-cinq lettres de nomination ou de confirmation sont scellées à la Chancellerie de Bretagne. Une descharge, sans rapport avec une sanction, peut s’accompagner éventuellement du versement d’une indemnité à la personne évincée. On comprend qu’un capitaine, bien appuyé, cherche à se faire transférer d’Auray ou de Jugon à Rennes ou à Nantes. Les gages sont plus élevés dans les grands centres, les profits de l’accens de guet plus importants, la tâche plus intéressante.

25Achevons cette analyse en signalant que parfois deux hommes sont nommés en même temps à un poste identique, deux frères ou deux étrangers. L’un est généralement subordonné à l’autre. Les frères Alain et Simon Montboucher sont chargés ensemble de la direction du « château » de Saint-Brieuc en février 1388. En 1355, Pierre Anger est nommé capitaine de Redon, en même temps que Jehan sire de Rieux. François II nomme capitaines de Fougères ses écuyers Antoine de Moulinbloc et Raoul de Plumaugat « iceulx assemblement et l’un d’eulx en absence de l’autre, chefs conducteurs desdites gens par nous ordonriez résider esdite ville ».

26Il arrive aussi qu’un capitaine reçoive deux places-fortes à gouverner en même temps.

Les gages des gouverneurs

27Les rémunérations des capitaines ont tendance à s’additionner

28❍ Les gages ne semblent pas, à première vue, très élevés. Mais ils se doublent de nombreux avantages en argent et en nature, attachés à la personne ou à la fonction et qui, à force de s’accumuler, finissent par compter. Les textes les mentionnent généralement par cette formule laconique : « aux gages, droits, profits de guets et aultres esmoluemens acoustumez de ladite capitenerie ».

29Tout capitaine reçoit un salaire annuel, variable selon l’importance de la place-forte dont il a la responsabilité et assis ordinairement sur les revenus du domaine et sur les recettes des grandes impositions publiques, plus rarement sur le produit des octrois municipaux, sur le billot à Quimper. Le gouverneur est, en effet, un officier ducal et les bourgeois semblent admettre, avec difficulté, d’être obligés de le rémunérer. Ainsi Jean V a-t-il ordonné que le vicomte de La Bellière, capitaine de Rennes, soit payé de ses 500 livres annuelles sur la charge, le total des impôts de la cité, un avantage que contestent les miseurs locaux. Si le responsable de Lesneven touche 100 livres par an au XVe siècle, ce qui est très faible, ses collègues de Morlaix, de Lamballe, d’Hennebont ou de Nantes atteignent les 200 livres, celui de Rennes les 500 livres.

30À cette première somme s’en ajoutent d’autres. Parmi les revenus habituels figure tout d’abord « l’accent du guet ». Cette expression désigne la taxe de remplacement que paient les roturiers des villes et des campagnes voisines pour être dispensés de la garde des portes et des murailles. Une partie de l’argent, ainsi récolté, sert à l’entretien de la garnison, le reste constitue l’appoint du capitaine. Il est difficile de savoir ce qu’il représente mais à Dol, l’impôt est levé sur tous les sujets de l’évêque et de son chapitre, intra et extra-muros. Ailleurs, le capitaine perçoit également des droits sur les transactions commerciales, exploite, à son profit et avec l’autorisation du souverain, des terres du domaine. À Jugon, il est autorisé à couper les foins d’une grande prairie proche de la ville ; à Fougères, il exploite de « toute ancienneté » un courtil sur les bords du Nançon ; à Moncontour, il jouit « à cause de son office » des pêcheries des anguilles des étangs voisins.

31❍ Des « à-côtés » représentent d’autres avantages fort appréciables, à commencer par les pensions.

32Ces dernières sont souvent plus élevées que les gages eux-mêmes. Ainsi, en 1484, Jean sire de Coesquen touche, à côté de 160 livres que lui rapporte sa capitainerie de Dol, 900 livres de pension, soit un total de 1 060 livres annuelles. Il est nettement plus avantagé que son collègue de Vannes qui se contente de 200 livres, assises sur les revenus de port.

33Le duc leur permet de remplir d’autres fonctions, à la Cour ou ailleurs. Le cumul des offices n’est pas interdit et ne choque pas les gens de l’époque comme l’avait montré, en 1945, R. Mousnier, dans sa thèse sur la vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII. Le capitaine de Saint-Aubin-du-Cormier est traditionnellement titulaire de la Maîtrise des Eaux-et-Forêts de Rennes. Le gouverneur de la place-forte de Hédé est aussi receveur domanial. On trouve même à Ploërmel un exemple de capitaine en même temps connétable de sa ville, système qui peut surprendre, comme si, un préfet actuel était également sous-préfet dans son département ! Certaines fonctions à la Cour semblent réservées à des capitaines : celles de chambellans, d’amiraux, de maréchaux, de maîtres d’hôtel, etc., sans compter des emplois encore plus élevés. Un grand officier ducal ne dédaigne pas les quelques livres que lui rapporte une capitainerie. Il n’y a pas de petits profits pour Jehan de Malestroit, évêque de Saint-Brieuc, chancelier de Bretagne, qui reçoit la charge de gouverner Ploërmel « pour en jouir par lui ou ses commis ». Arthur de Richemont, connétable de France, administre, dans les mêmes conditions, Nantes en 1451.

34Les ducs accordent, enfin, à des capitaines, qui figurent parmi leurs favoris et leurs conseillers intimes, de menus cadeaux en argent ou en nature, des étrennes, des facilités pour se nourrir, se loger à peu de frais. Ainsi, en 1432, Jean V fait don à Robert de l’Espinay qui gouverne, en son nom, la ville de Rennes, d’une place gaste près de la Vieille Monnaie, dans le quartier chic de la cathédrale pour qu’il puisse y construire son hôtel particulier. Rolland de Rostrenen, capitaine de Josselin, touche, en 1480, 400 livres pour lui « aider à supporter ses charges » familiales.

35❍ Si les municipalités ne rémunèrent pas les capitaines, elles se montrent cependant très généreuses à leur égard.

36Les intentions ne sont pas d’ailleurs désintéressées. En agissant ainsi, elles espèrent se concilier leurs bonnes grâces et obtenir plus sûrement leur appui. Le gouverneur de Rennes se voit attribuer 105 livres en 1446 pour l’aide apportée à l’obtention de nouveaux impôts et à la prorogation des anciens. Cet achat déguisé des consciences n’est pas particulier à la Bretagne mais existe aussi à la Cour de France, dans le duché de Bourgogne où la pratique des pots de vin, des cadeaux et le racket a sa place dans les mécanismes du pouvoir.

37Le capitaine est souvent absent de la cité qu’il administre. À chaque visite, une ou deux fois par an, en moyenne, les bourgeois se sentent obligés de lui présenter toutes sortes de cadeaux. En 1465, les habitants de Guingamp offrent à leur gouverneur 12 quartes de vin d’Aunis pour sa « bien venue ». À Nantes, le Conseil de ville fait livrer au capitaine 6 tasses d’argent en 1462. Parmi les présents les plus usuels figurent des pipes de vin d’importation, d’Anjou ou de Beaune, des fourrures, des robes, des bonnets, de la vaisselle précieuse, un cheval, etc. Quelquefois, on lui remet même une forte somme d’argent, camouflée en indemnité.

38L’administrateur d’une ville est, en outre, logé gratuitement. On lui affecte, lors de ses visites, un logement de fonction soit dans le château qui protège la cité, soit dans une des tours de l’enceinte urbaine. À Rennes, le portail de Mordelaise constitue la demeure traditionnelle des gouverneurs. La ville prend à ses frais l’aménagement des pièces et la fourniture d’une partie du mobilier. Comme les chambres situées au-dessus de la porte s’avèrent trop petites, la municipalité va jusqu’à acheter, en 1477, une maison voisine qu’elle fait transformer en appartement.

39Les capitaines reçoivent enfin des indemnités, chaque fois qu’ils se déplacent ou lorsqu’ils sont obligés d’assister à l’audition des comptes des miseurs. Les sommes ainsi versées sont quelquefois très élevées, au point de dépasser les 40 livres. S’y ajoutent d’ailleurs les frais de banquets, les salaires versés aux cuisiniers, aux queues, aux maîtres d’hôtel et aux gentilshommes de la suite (Rennes).

40L’extension du rôle des habitants sur le plan local s’explique en grande partie par le désintérêt que manifestent beaucoup de capitaines urbains pour leur mission. La plupart se déchargent de leurs activités sur des seconds. Nous assistons alors à la promotion du personnel subalterne qui se répartit en deux catégories.

Un état-major nécessaire

41Chaque capitaine a sous ses ordres un lieutenant qui lui est imposé par le duc ou laissé à son choix, souvent un connétable, toujours des sergents, des hérauts d’arme.

42❍ Le lieutenant, appartenant lui aussi à la noblesse, est tantôt en début de carrière, tantôt, en charge sa vie durant. Il s’efface, quand le gouverneur est présent, mais hérite de tous les pouvoirs en son absence. Sa signature figure au bas de nombreux comptes ou sur plusieurs ordres de paiement adressés aux miseurs. Comme son supérieur hiérarchique mais à un degré moindre, il a lui aussi tendance à s’absenter et à cumuler les charges. À Redon, un lieutenant est en même temps garde des portes ; à ses gages habituels, s’ajoutent alors, comme dans le cas précédent, toutes sortes de dons en argent ou en nature, de pensions, etc.

43❍ Certaines principales villes fortifiées disposent d’un autre subordonné, le connétable.

44C’est avant tout un soldat, chargé spécialement par le capitaine « de la garde et de la tuicion de la cité ». Son rôle consiste, en effet, à commander les soldats de la garnison et les milices bourgeoises, réparties en dizaines et en cinquantaines, à inspecter périodiquement leurs armes et le ravitaillement en munitions, à établir le service de garde ou « assiette du guet », à veiller à l’entretien et, si besoin est, à la réparation des murs de l’enceinte. Il joue un rôle essentiel dans une ville fortifiée. Mais il intervient aussi dans les campagnes pour recruter des travailleurs ou pour obliger les ruraux « astreints à la bêche dans les douves » à venir accomplir leur corvée.

45C’est aussi un officier municipal. Rémunéré par la communauté, son nom figure alors sur les registres de comptabilité. Il signe les bons de paiement, donne des instructions aux receveurs, assiste à la reddition de leurs comptes, à la mise aux enchères des fermes. Il supplée le capitaine et le lieutenant absents et, comme eux, bénéficie des avantages attachés à la fonction.

46Nous ne rencontrons qu’un seul connétable à Dinan (1457), à Fougères (1432), à Josselin, à Nantes, à Ploërmel, à Quimper, à Vannes.

  • 2 A. Lejeune, « Les conseillers du duc de Bretagne. Le milieu des hommes de pouvoir en Bretagne au d (...)

47À Rennes, on hésite jusqu’en 1459 entre un et deux et l’affaire est suffisamment importante pour être mise à l’ordre du jour de la séance du Conseil ducal du 23 avril 14602.

« Par suite de l’extension prodigieuse des remparts et de l’agglomération, la tâche est devenue trop lourde pour un seul homme. La logique voulait qu’ils fussent deux. François II songe à adjoindre au présent titulaire, Arthur Brécart, un collègue pour le quartier de Toussaints et son choix se porte sur un gentilhomme de son en tourage, Guillaume de Villefranche, à qui il promet 100 livres de gages annuels. Les responsabilités de chaque officier sont soigneusement précisées : le plus ancien nommé conserve la garde des portes Mordelaise, Saint-Michel, Saint-Georges et aux Foulons ; le second s’occupe des portes de Champ-Dolent, de Toussaints, de Villeblanche et de la poterne aux Arches. Mais cette mesure est loin de soulever l’enthousiasme des Rennais. La communauté est hostile à ce projet, officiellement parce qu’en introduisant la division, on affaiblit la défense et on risque de provoquer des rivalités et des conflits entre les deux hommes dont tireront profit les plus indisciplinés des bourgeois et d’éventuels ennemis. La raison profonde est tout autre. François II a fixé les gages à 100 livres par personne, contre 60 livres auparavant. Les membres du Conseil ducal sont également opposés. Certains trouvent le salaire excessif, disproportionné avec le service et proposent 60 livres par personne et même 50 livres. D’autres estiment que la présence d’un lieutenant aux côtés du gouverneur rend bien inutile la création d’une double connétablie. Un assistant fait remarquer qu’Arthur Brécart qui a acheté l’office de son prédécesseur, Jehan Le Ploïch, ne doit pas être lésé par cette opération. C’est d’ailleurs la seule fois où nous avons, dans un texte, une allusion à un achat d’office, pratique courante en France. Mais, très perspicace, cette même personne fait aussi remarquer que Guillaume de Villeblanche est “marié à la bastarde du (feu) duc Arthur”, ce qui lui donne des droits. Tour à tour interviennent dans ce curieux débat, avec des arguments aussi solides les uns que les autres, le procureur général, le président de la Chambre des comptes, le sénéchal de Vannes, maîtres Jehan Labbé et Guillaume de La Loherie, Messire Michel de Partenay. Un seul préfère s’abstenir, Henri de Villeblanche, sous prétexte que l’affaire concerne son neveu. Finalement, le chancelier qui dirige les débats en l’absence du souverain, tranche ; il y aura désormais, à Rennes, deux connétables, payés chacun 60 livres par an. Le lendemain, 24 avril 1460. François II entérine cette décision. »

48Ajoutons que, par la même occasion, les conseillers ont soulevé le problème de la lieutenance et ont tous souhaité que le poste soit occupé par un homme « de grant autorité » et résidant. Point besoin de dire que cette belle résolution n’a guère été respectée dans les années qui ont suivi cette réunion.

49Avec l’extension des fortifications dans toute la Bretagne et le perfectionnement des techniques de défense, la tâche du connétable s’est beaucoup accrue. Aussi ce responsable prend-il l’habitude de s’adjoindre, lui aussi, un lieutenant auquel il est fait parfois allusion dans les textes (Rennes en 1448 et en 1472).

50Mais à côté de ces officiers, représentants du pouvoir, s’affirme, chaque jour davantage, le rôle du conseil des bourgeois et des officiers municipaux.

Les douze conseillers

  • 3 J.-P. Leguay, « Urban Life » in The New Cambridge Medieval History, volume VI, c. 1300-c. 1415, M. (...)

51Contrairement à ce qui se passe dans des villes du Royaume où le renforcement du pouvoir du souverain tend localement à réduire l’autonomie urbaine et les pouvoirs des bourgeois (Angers), nous voyons, ici en Bretagne, un conseil restreint, sans encore porter cette appellation, une douzaine de personnes en général, quinze au maximum, intervenir dans les affaires urbaines à côté des principaux officiers en exercice et de représentants du clergé3.

52Nous nous bornerons, ici, à examiner le fonctionnement de l’institution collégiale, dégageant par la suite les principales tâches.

La tenue des réunions tripartites

53En matière de bâtiments officiels, la Bretagne fait figure de parent pauvre, comparée à l’Anjou, à la Touraine, à la Normandie. La majeure partie des villes bretonnes n’a pas de maison commune au Moyen Âge.

  • 4 J. Toussaert, Le sentiment religieux, la vie et la pratique religieuse des laïcs en Flandre mariti (...)

54❍ La plupart du temps, on se retrouve chez un particulier, soit au domicile d’un magistrat, soit chez un officier supérieur, voire même chez l’évêque, ou dans l’hôtel d’un riche notable qui sait recevoir et offrir de bons repas. Les dimensions exiguës des chambres des maisons privées devaient réduire automatiquement le nombre des participants. L’hôte est dédommagé, par la Communauté, des dépenses qu’occasionne la réception des autorités. Dans les plus grandes villes, les réunions se déroulent aussi dans les lieux publics. Les salles, des tours et des portes fortifiées (la Porte d’En-Bas à Vitré), les halles ou cohues, les tribunaux ou feillées offrent des possibilités pour se rassembler et sont couramment utilisés. À Guérande, les bourgeois n’ont pas d’hôtel de ville au XVe siècle et délibèrent dans l’Auditoire de la ville, faubourg Saint-Michel, sur le fief de l’évêque de Nantes. Ce bâtiment est connu sous le vocable de « Maison Goron ». Des réunions se tiennent aussi sous le porche ou à l’intérieur des églises. Rien d’étonnant en soi puisque c’est de l’ancienne assemblée paroissiale, qu’est issue la municipalité. Ce n’est pas non plus une particularité au duché. J. Toussaert dans son étude sur le sentiment religieux dans le comté de Flandre, a noté que, dans son pays, les bâtiments de culte sont fréquemment le théâtre de discussions politiques et de joutes oratoires4. Mais, ici, l’église est presque systématiquement utilisée à des fins administratives.

  • 5 J. Kerhervé, Histoire de Quimper, Toulouse, Privat, 1994, p. 72-74.

« Ainsi à Guingamp, les bourgeois se retrouvent dans la chapelle Saint-Jacques en l’église Notre-Dame, à Lannion dans l’église du Baly “lieu accoustumé pour faire congrégacion et assemblée”, à Morlaix sur le parvis ou dans “l’œuvre de Notre-Dame-du-Mur, à Ploërmel dans l’église dédiée à saint Armel, à Tréguier dans la chapelle Notre-Dame de Coat-Cotvézou, à Quimper dans la chapelle-Notre-Dame-du-Guéodet, à Hennebont dans l’église paroissiale de Saint-Gilles, à Vitré dans le cloître Notre-Dame, etc.5. »

  • 6 H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne vers 1230-vers 1530, Paris-Rennes, 1975.

55C’est probablement par analogie avec les assemblées paroissiales que, dans des villes bretonnes, comme à Saint-Brieuc, le conseil des bourgeois conserva longtemps le nom de Général. D’autres établissements religieux sont également fréquentés par les édiles municipaux. À Rennes ou à Nantes, la communauté tient quelquefois ses séances dans la salle capitulaire ou le cloître des couvents des Franciscains et des Dominicains6.

56❍ Toutefois, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, les textes font parfois allusion à des maisons communes, baptisées à l’occasion ostel de la ville. Le second étage de la Tour de l’Horloge de Dinan accueille les séances du Conseil. Les bourgeois de Nantes se réunissent souvent dans la maison dite des engins (un parc d’artillerie), ce qui ne les empêche pas, de délibérer à d’autres moments dans un hôtel de la place du Bouffay ou au couvent des Jacobins. Les assemblées rennaises, après avoir voyagé à travers la ville, à la Porte Modelaise, à la Porte-aux-Foulons, dans la chapelle Saint-Yves, chez les Franciscains, chez le Chancelier ou même chez l’Évêque, font l’acquisition des locaux de l’ancienne Monnaie où s’installeront à partir de 1492 un hôtel de ville et des écoles (cf. 3e partie).

« La tour de Dinan, dite encore la tour de l’Horloge, a traversé les siècles. Elle a eu plus de chance que ses semblables, à Nantes ou à Rennes, détruites par les hommes et par le feu ! Le souvenir de la duchesse Anne, reine de France, y est attaché. Cette sorte de “donjon”, d’aspect massif, sévère, est coiffé d’une première toiture à pans coupés, puis d’une plate-forme et d’une flèche de charpente et d’ardoises, au-dessus d’un petit édicule. Elle domine les toits voisins de ses soixante mètres d’élévation. Intérieurement, les trois étages, desservis par un escalier de granit de 73 marches, ont abrité, dans leurs salles, les réunions de la municipalité et les archives publiques. L’horloge proprement dite a été fabriquée, à la fin du Moyen Âge, par un horloger allemand, bien connu à Nantes où il a émigré, un certain Hamzer. La cloche, symbole de la prospérité et des libertés toutes relatives de la communauté est fondue seulement en 1507 et porte l’inscription suivante :
Anne pour vray je fus noumée.
en lan mil cinq cent sept
des nobles de la ville noumée
Tierce de ce pays en effet
Je fus en ce tuit an fondue
au mois d’aoust par Philippe Buffet
et de bon mestal bien randue
du poys de six mil et sept”.

  • 7 J.-P. Leguay, « Dinan au temps des ducs de 1283 à 1532 », dans Dinan au Moyen Âge, L. R. Vilbert ( (...)

57Son parrain est le vicomte de Rohan et sa marraine Anne de Bretagne. Détail pittoresque, le miseur ou trésorier municipal doit verser chaque année, à la recette ordinaire du souverain, une rente d’une livre de gingembre (d’une valeur de 10 sous) pour la location des locaux7. »

Les séances du conseil municipal

58C’est le président de l’assemblée des bourgeois, le capitaine ou son lieutenant, le procureur de la ville, quand il existe un, qui juge de l’opportunité de tenir séance.

59❍ Les notables sont appelés à se réunir à son de campane ou à cri par l’intermédiaire d’un sergent qui en fait la bannie dans les rues et sur les places publiques. Pour plus de commodité, on choisit, le dimanche, à l’issue de la grand’messe. S’il y a urgence, le sergent se rend au domicile des intéressés pour porter la convocation.

60Une fois « assemblez et congregez… pour tracter et délibérer de leurs negoczes et afferes », le brouhaha apaisé, le président de séance lit l’ordre du jour. Il expose brièvement les raisons de la convocation, procède à la lecture d’un ordre du jour, d’un mandement de la Cour, de la supplique d’un fermier, etc. Quand rien ne presse, les affaires sont regroupées et traitées, à tour de rôle, le même jour. Si un particulier est mis en cause au cours du débat, il peut être appelé à se justifier.

61❍ Peut-on parler de délibérations ? Il faut se garder de voir dans le régime municipal breton un modèle de démocratie. Certaines formules pourraient laisser supposer que les bourgeois ont discuté, présenté des objections avant de prendre une décision finale : « les devant nommez oppinans, ont esté davis que ». En fait, dès qu’on commence à analyser les premiers procès-verbaux, fin XVe-début XVIe siècle, on constate que deux ou trois personnes seulement, officiers ou riches notables, interviennent, les autres se contentent d’approuver et le président tranche en dernier ressort après un tour de table.

« Ainsi, lors d’une délibération du Conseil de Nantes, le jeudi 20 janvier 1501, les officiers et les bourgeois présents sont appelés à désigner deux personnes chargées d’aller porter des lettres à la cour du roi. Chacun propose deux noms. Le lieutenant, le plus élevé en grade dans cette séance, après les avoir tous entendus, prend la décision finale. Son choix se porte sur le procureur de la ville et sur un dénommé Guichard, qui avaient reçu respectivement le soutien de trois et de sept participants. Un certain Jehan Féro, écarté par le président, avait pourtant obtenu sept suffrages. »

62Le cas présent n’est pas unique en son genre. Il semble cependant, bien que nous ne puissions l’affirmer avec certitude, que l’unanimité soit requise pour prendre les décisions les plus importantes qui engagent l’avenir de la cité, comme la désignation d’un haut magistrat. En 1492, le procureur des bourgeois de Nantes est élu « sans opposicion, ne contradiction nully ». Un greffier établit le procès-verbal, en indiquant les noms des principaux participants. Les autres sont seulement désignés par la formule : « en présence de plusieurs nobles, bourgeois et habitants. »

  • 8 AM Rennes, compte de 1466 à 1467 et liasse 48 – J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à t (...)

63Il serait surprenant que les conseillers municipaux aient toujours été d’accord. Des oppositions existent sans doute, même si les textes n’en font guère état et se bornent à consigner les décisions finales. En octobre 1467, une assemblée des bourgeois de Rennes se tient au couvent Saint-François. Y est présenté le devis d’une horloge qui doit être construite. L’unanimité ne règne pas et, pour une fois, nous avons des échos d’une discorde. Dans une lettre adressée au lieutenant du capitaine, le duc François II fait état des discussions très vives qui opposent deux factions : « Nous avons entendu que les aucuns de la ville ont eu altercation et difficulté les uns contre les autres… disant les aucuns qu’il est requis de la fere (l’horloge) au plus grand poys et grandeur que fere se pourra ; les autres disent le contraire et qu’elle servira aussi bien et proffitablenient de moindre poys. » Aucune décision n’est prise et le duc en personne doit trancher quatre mois plus tard. Il ordonne « quelle soit faicte de faczon telle quil en soit bruyct et renom… du plus grant poys et grandeur que faire se pourra8 ».

64Des oppositions aussi vives, nécessitant l’arbitrage ducal, restent cependant exceptionnelles. Les documents sont plus prolixes sur la bonne entente qui règne et font état de banquets, de vins d’honneur, de goûters, réunissant officiers et bourgeois.

  • 9 Y. Labbé, « Les débuts d’une ville bretonne, Vitré aux XVe et XVIe siècles », MSHAB, tome XXIV, 19 (...)

65Ce qui frappe aussi, c’est le sérieux avec lequel les citadins délibèrent avant de prendre une décision. Ils pèsent le pour et le contre et ne donnent un avis qu’après s’être dûment informés. Une assemblée tenue au cloître Notre-Dame de Vitré, le 1er août 1477, accorde à Bertrand de la Réauté, fermier du billot de 1472 une remise de 88 livres. Elle a examiné avec soin une lettre du Conseil ducal. faisant état de la supplique du fermier et accordant, pour sa part, le rabat, tout en laissant la communauté juge en définitive, « pourveu que ce seroit remonstré aux officiers et notables gens de ladite ville et que celuy rabat leur semble estre raisonnable et qu’ils le consentiroint ». Lecture faite, après examen des motifs invoqués par la Réauté pour justifier ses pertes, les bourgeois acceptent et « il leur sembloit que le rabat fait par mesdits seigneurs du Conseil estoit raisonnable et iceluy ont consenti9 ».

Le personnel municipal

66Les villes armoricaines ont eu besoin d’administrateurs compétents pour occuper des offices de responsabilité, un temps choisi par le duc ou par son représentant, bientôt élus par leurs concitoyens : un procureur qui représente une communauté par mandat, un receveur des deniers publics ou miseur, un contrôleur, des techniciens spécialisés, des sergents et des hérauts. Nous avons retracé la création de ces offices dans le chapitre précédent.

67Le nombre de ces officiers ou détenteurs d’offices varie selon l’importance des localités. Un receveur suffit à Marcillé-Robert, un procureur et un sénéchal des bourgeois à Guingamp. Rennes et Nantes emploient respectivement dix et quatorze chargés de mission parmi lesquels s’ajoute, au personnel habituel, un médecin engagé par contrat, des barbiers-chirurgiens, un physicien ou apothicaire, l’équivalent d’un pharmacien, des sergents, des trompettes ou trompilles, des sergents de police, des poursuivants payés au prorata des besoins.

68La plupart sont salariés et perçoivent, en plus de leurs gages annuels, des avantages en argent, en nature ou sous forme d’exonérations fiscales.

Une anticipation du futur maire du XVIe siècle : le procureur des bourgeois

  • 10 F. Autrand, « Offices et officiers royaux en France sous Charles V », Revue Historique, tome 252, (...)

69Il faut tenir compte sur ce point précis de l’évolution au cours du siècle et des différences locales. La désignation des employés municipaux, procureur des bourgeois, comptable et autres, ne s’est pas faite partout et toujours de la même façon10.

70❍ La désignation d’un représentant élu et permanent d’une communauté, apparu très tôt dans certaines localités, tend à se généraliser au XVe siècle.

  • 11 AM de Guingamp, AA liasse no 1 – S. Ropartz, Guingamp, étude pour servir à l’histoire du Tiers Éta (...)

71À Guingamp, dès 1380, Jeanne de Penthièvre demande, avant de nommer Colin David, procureur, l’acquiescement des bourgeois. Par la suite, mais à une date non précisée, la liberté de choix devient totale. Un document tardif de 1558, se référant à des traditions anciennes, montre dans quelles conditions le principal magistrat était élu par ses concitoyens, au cours d’une assemblée se tenant dans la chapelle Saint-Jacques. « Lequel (est) choesy et esleu par lesdits bourgeois pour leur procureur ou de la plus saine et maire voix d iceulx ». Les modalités d’élection, ainsi clairement énoncées, sont confirmées par un procès-verbal antérieur de 1498. Certes, il ne s’agit pas là d’un choix normal, puisque les bourgeois se sont réunis exceptionnellement pour remplacer leur porte-parole décédé. Mais le processus est le même que pour les élections annuelles. Quarante et une personnes, toutes nommément désignées et constituant l’élément le plus représentatif de la ville, se retrouvent un dimanche, dans l’église Notre-Dame de Guingamp, dans la chapelle Saint-Jacques : là « en la manière accoustumée » elles ont « choaisi, esleu, fait, constitué et establi Guillaume le Quelennec à leur procureur et receveur general ». Le texte montre que les trois opérations de nomination sont du ressort exclusif des bourgeois, sans intervention supérieure : le choix du candidat, l’élection proprement dite dans des conditions mal définies, peut-être à l’unanimité des votants, et l’investiture. Si nous remontons encore plus loin dans le temps, il semble, d’après, quelques rares indications glanées dans les comptes que l’élection se soit faite dans les mêmes conditions pendant toute la durée du XVe siècle11.

72Nous avons fait précédemment allusion au privilège obtenu par les Nantais en 1411 de choisir un ou même deux représentants permanents. Cette liberté de choix est confirmée en 1420 et les modalités d’élection sont précisées. Jean V crée un système de désignation à deux degrés. Le procureur des bourgeois de Nantes est l’élu d’un conseil restreint de dix à douze notables, eux-mêmes nommés par une minorité de riches bourgeois. Cette règle a-t-elle toujours été appliquée à la lettre ? Le procès-verbal d’élection, le plus ancien que nous ayons consulté, datant 1491, énumère onze personnalités de la cité, mais fait état aussi de la présence à cette réunion de 44 autres notables, sans les désigner et de quelques officiers ducaux. Ici comme à Guingamp, le procureur n’est pas imposé à la ville par les autorités ducales et seigneuriales.

  • 12 ADLA E 160 (Saint-Malo 1492) – J. B. Paynaud, Histoire des Privilèges de Saint-Malo, Thèse de droi (...)

73À la fin du siècle, d’autres cités ont obtenu ce privilège qui constitue, à notre avis, une étape décisive dans la formation des institutions municipales. À Rennes le premier procureur des bourgeois connu est désigné par le duc. Il faut attendre le règne de Pierre II pour que les habitants reçoivent la liberté de choix, mais avec deux restrictions importantes. Le duc de Bretagne se réserve toujours le droit d’autoriser ou non cette élection et donne l’investiture au nouvel élu. Par contre, les Malouins se voient encore contester leur droit au début du XVIe siècle. Dans un long procès qui les oppose aux gens du chapitre, entre 1506 et 1513, ils font remarquer que « de tout temps, il a esté de coutume et de commune observance que à Rennes, Nantes et Dynan, il y a eu et y a, à présent, procureurs et greffiers des bourgeois y mis et institués o l’advisement du capitaine desdites villes ou son lieutenant et des bourgeois ». Ils demandent qu’il en soit de même dans leur cité. Mais les chanoines et leur doyen en tant que co-seigneurs ont le droit d’instituer les miseurs, les contrôleurs, les portiers et autres officiers à l’exclusion bien entendu du capitaine et de son connétable12.

74❍ En règle générale, le représentant d’une communauté urbaine est nommé pour un an avec toutefois la possibilité d’être maintenu. Mais il faut tenir compte des variantes locales. Quand un procureur est en même temps receveur, comme c’est le cas à Guingamp, il est rare qu’il soit maintenu à son poste deux années consécutives « car en ce temps, on avoit accoustumé changer les procureurs desdits bourgeois par chacun an », précise un acte. Il n’est pas impossible que dans certains centres, le procureur soit institué pour un an, à titre d’essai, puis, s’il donne satisfaction, pour une durée indéterminée.

75S’il n’a pas de tâches financières, rien ne s’oppose, en effet, à ce qu’il soit maintenu plusieurs années de suite, en raison de sa compétence. Pourquoi une communauté se priverait-elle des services d’un bon avocat qui s’est signalé, dans la défense des intérêts urbains, par son zèle, son dévouement et ses qualités administratives ? Dans ces conditions, certains peuvent rester longtemps à leur poste. On cite le cas à Vitré de Raoullet Collin, premier magistrat de 1492 à 1512. À Nantes, Jehan Blanchet demeure vingt-six ans à la tête de la communauté, du 15 janvier 1459 au 30 décembre 1485. Mais Rennes détient probablement le record de la permanence. On ne trouve que six procureurs de 1433 à 1499 dont trois, Jehan Duboais, Maître Patry Maury et maître Yves Brullon, exercent respectivement vingt-sept, seize et dix ans ! Les procurations sont parfois le couronnement d’une belle carrière, celle de Pierre Becdelière, par exemple, miseur de 1477-1478, homme d’armes en 1485. Trésorier des Guerres du duché en 1487, il devient, au terme d’une existence bien remplie, procureur des bourgeois de sa ville de 1485 à 1489, date de son décès.

76À l’inverse, un événement imprévu peut obliger les bourgeois à se réunir pour choisir un remplaçant à leur premier magistrat démissionnaire ou congédié. Certains procureurs demandent d’eux-mêmes à être relevés de leurs fonctions, invoquant pour cela des raisons de santé, leur grand âge, leurs activités professionnelles négligées ou toute autre raison non moins valable. C’est le cas de Guillaume Richerot à Nantes qui, en 1492, déclare « estre sur le viel eaige et ne pouvoir travailler ne painer comme il a accoustumé ». Les bourgeois se font tirer l’oreille et c’est bien à contrecœur qu’ils cèdent aux supplications d’un homme honnête et compétent dont ils auraient volontiers prolongé la mission. D’autres meurent l’année de leur charge et doivent être remplacés au pied levé, ce qui ne simplifie guère les opérations de comptabilité quand il s’agit d’un procureur-miseur. Il y a également des renvois pour incompétence et faute professionnelle.

77❍ L’acte de 1411, instituant l’office à Nantes, indique clairement que sa mission principale est de défendre les libertés et les privilèges obtenus par ses concitoyens.

  • 13 J.-P. Leguay, « Guingamp au XVe siècle, » MSHAB, tome LVI, 1979, p. 109-110.

78Il a la garde des chartes et des documents officiels et détient, pour cette raison, l’une des clefs permettant d’ouvrir le coffre où sont déposés les papiers importants. Il intervient quand les privilèges de sa cité sont menacés, n’hésite pas à engager des poursuites judiciaires, à plaider aussi bien devant les juges d’église que devant les cours séculières. Tous les actes de nomination de procureurs insistent sur ce rôle essentiel. Guillaume Le Quelennec de Guingamp est choisi « pour exercer lesdites procuration et recepte ès nom desdits bourgeois en toutes et chacune leurs causes, termes, querelles et négoczes à eulx meuz et à esmouvoir, par devant touz et chacun juges tant d’Esglise que séculiers, commissaires, arbitres et aultres deputtez…13 ». Les communautés urbaines sont souvent en procès et, chaque année, des sommes importantes sont consacrées à la justice ce qui finit par grever lourdement le budget. C’est encore le procureur qui se rend à la Cour ducale ou à celle d’un seigneur et demande le renouvellement des privilèges urbains quand leur date de concession vient à expiration.

79Le porte-parole de la communauté est aussi « procureur general et messager especial de la ville » (Nantes). À ce titre, il représente, en compagnie du miseur ou d’un notable, sa ville aux États de Bretagne et reçoit à ce titre une délégation de pouvoir. Il est aussi le mandataire habituel de ses concitoyens au Conseil ducal où il se rend sur convocation et pour diverses raisons, pour obtenir un dégrèvement d’impôts, de nouvelles franchises, une aide pécuniaire ou pour recevoir des ordres. En tant que représentant des bourgeois, il est amené à prêter serment en leur nom et, lui-même reçoit pour eux les engagements.

  • 14 BN ms. Fr. 22339, fo 20-21 – Dom Morice, Preuves II, 1132-1134 – J.-P. Leguay, « Le Léon, ses vill (...)

« Un des actes les plus étonnants des archives consultées est, le procès-verbal de l’entrée solennelle de l’évêque de Léon, Philippe de Conquis, dans sa cité épiscopale de Saint-Pol, le 17 mars 1421 par la porte Verderel près du Kreisker. Le document attribue aux citadins et à leur porte-parole officiel Guillaume Henry un rôle singulièrement important. Le prélat, seigneur temporel de la ville, membre de son régaire (fief épiscopal), n’est autorisé à pénétrer dans la cité qu’après avoir promis de respecter “les privilèges, franchises, libertés et immunités entiennes”. Le texte déclare : “ce serment presté, le susdit Henry (le procureur) requit au nom de la ville et communauté de Saint-Paoul acte autantique lui estre décerné”. L’acte est si curieux qu’on peut douter parfois de son authenticité, a fortiori parce que ce n’est pas un original, mais une copie, en français du XVIIIe siècle, d’une pièce du XVe siècle. On s’est demandé si les bourgeois n’avaient pas apporté, deux siècles plus tard, quelques modifications à l’original, aujourd’hui disparu, pour se glorifier et donner plus de poids à l’administration de leurs ancêtres14. »

80Le rôle de premier plan que le procureur occupe dans une ville l’amène tout naturellement à intervenir dans des domaines très variés. Il convoque et préside, aux côtés du capitaine, les assemblées municipales. Il est présent à toutes les réceptions officielles, aux banquets, aux fêtes qu’il organise conjointement avec le miseur. Ses administrés le chargent aussi d’accueillir les personnalités de passage, d’inaugurer les monuments publics et religieux. Il intervient aussi dans les affaires financières de la ville, soit directement en tant que receveur, soit indirectement en assistant à l’élaboration des états de finances et à l’audition des comtes des receveurs. Sa signature figure au bas de plusieurs ordres de paiement, adressés aux comptables. Il peut même, à l’occasion, participer à la répartition d’une taille imposée par le duc aux bourgeois, présider la mise aux enchères des fermes ou des feurs (devis) de travaux publics.

81Son activité, accrue au cours du siècle, l’oblige parfois à avoir un lieutenant. Le cas se produit à Rennes, en 1467-1469, où Jehan Duboays, âgé, se fait seconder par son fils François qui le représente dans nombre d’assemblées.

Du miseur imposé au miseur élu

82Les miseurs ont été, dans un premier temps, imposés, nommés directement par le duc ou par le seigneur de la ville. Cette charge reste encore exceptionnelle au début du XVe siècle et il peut paraître normal que le seigneur et maître d’une cité ait voulu, soit en personne, soit par le biais de son représentant, contrôler les rares officiers existant.

83❍ Les archives bretonnes conservent un certain nombre de témoignages d’une intervention ducale, même à ce petit niveau.

84Sur quels critères repose alors ce choix ? Entrent en ligne de compte, le plus souvent, des raisons très valables : le souci d’efficacité, l’assurance d’une bonne gestion. Les lettres de désignation insistent sur les qualités requises des candidats par cette formule courte mais riche de signification « à plain confians des sans, loyaulté, prodomie et bonne relacion qui nous a esté faicte de sa personne ». Mais d’autres considérations peuvent intervenir qui n’ont rien à voir avec le souci de promouvoir le meilleur gestionnaire possible. En mars 1431, Jean V nomme Perrin Pépin miseur à vie de la ville de Rennes. Il entend ainsi l’indemniser de cent écus, reçus jadis de lui, pour l’achat d’un office dont il n’a pu jouir. Ce document a, en outre, le mérite de montrer que la vénalité des charges existe bel et bien dans notre province. Nous trouvons d’autres exemples d’interventions directes des souverains bretons ou de leurs grands vassaux dans la désignation des miseurs : Pierre de Gennes est institué par la comtesse de Laval le 1er octobre 1449.

85En temps normal et pendant la première moitié du siècle, dans les villes qui relèvent de son autorité, le duc délègue ses pouvoirs à ses représentants locaux, au capitaine ou à son lieutenant, éventuellement à une autre personnalité officielle. Ils sont en droit d’agir seuls mais ce n’est pas ce qui est le plus courant à la fin du siècle. Dans ces conditions, les gouverneurs, et leurs seconds s’entourent de notabilités locales et de l’avis des bourgeois pour choisir les miseurs. Le problème qui se pose désormais est de savoir le rôle exact joué par ces personnalités dans le choix de leurs comptables. Les documents sont malheureusement, sauf exception, d’un laconisme déconcertant sur ce point. Ils se bornent, la plupart du temps à indiquer que le miseur a été « institué » sans préciser par qui et dans quelles conditions. C’est le cas pour la désignation de Jehan Fresneau comme miseur de Clisson le 24 septembre 1468. Au mieux savons-nous qu’il a été « choaisi et esleu » tantôt par les officiers et par « la plus saine et mere partie des habitans de la cité » ou par le capitaine et un « grand nombre » de bourgeois, sans distinguer la part qui revient à chacun, tantôt par les officiers « en présence des bourgeois ». Y a-t-il ici, une nuance ou s’agit-il simplement d’une formule de scribe qui ne doit prêter à aucune interprétation ?

86❍ Quand le duc autorise la levée d’un billot ou de tout autre impôt pour les fortifications, il fixe quelquefois, dans l’acte de concession, la composition du corps électoral, chargé de désigner le receveur des deniers.

87Plusieurs solutions sont admises localement.

88Dans les cités épiscopales ou abbatiales, l’évêque ou son vicaire, des représentants du chapitre, l’abbé du monastère interviennent dans le choix, aux côtés des gens du souverain comme on l’entrevoit à Dol ou à Quimperlé.

89Dans les villes relevant d’un grand baron figurent en tête ses commis, ses officiers (sénéchal, prévôt, receveur, procureur).

90Ailleurs, dans les centres urbains, membres du domaine ducal, la liste des électeurs comprend : le capitaine ou le lieutenant, des officiers de justice comme le sénéchal, l’alloué et le procureur, quelques nobles citadins de vieille souche ou tout juste anoblis, voire des personnalités de passage. Quant aux bourgeois, ils figurent toujours au dernier rang par ordre de préséance et dépassent rarement la douzaine. Ce sont les plus riches, les plus représentatifs, les chefs des confréries artisanales et religieuses. Mais alors, quel rôle exact jouent-ils dans une élection plus ouverte, du troisième type ? Là encore, les nuances s’imposent. Dans le pire des cas, ils ne sont là qu’à titre de témoins, requis pour éviter que l’ensemble de la population ne soit mis devant le fait accompli.

« C’est ce qui se passe à Marcillé-Robert, le 28 mai 1471. Jehan Meschinot, écuyer, gouverneur de la ville et du château annonce dans un acte qu’il vient de commettre et d’instituer “es présence de plusieurs des notables et bourgeois dudit lieu de Marcillé, et en vertu du pouair de Monseigneur le comte de Laval”, André Le Moyne comme receveur des deniers levés pour servir à la fortification du château. »

91C’est probablement ainsi que les élections se passent ordinairement dans beaucoup de petites villes où la bourgeoisie n’a ni la richesse, ni l’organisation, ni la force nécessaires pour exercer une influence quelconque.

92Dans d’autres localités, les autorités, avant « d’élire » le comptable annuel, demandent l’avis des officiers locaux. C’est ce qui se passe, encore, à Nantes en 1432 quand Jean V désigne Jehan Davi(d) comme successeur d’Éonnet Préseau récemment décédé. Davi a déjà exercé cette fonction dans le passé où il a, aux dires du souverain, rendu de réels services, « ainsi que par plusieurs de nosdits bourgeois avons été informés ». Dans ces conditions, il est normal de faire encore appel à lui. Un rôle identique est réservé aux bourgeois de Montfort en 1476.

93Dans des centres privilégiés, il semble que l’action des bourgeois ait été plus grande et que, de simples conseillers à l’origine, ils soient devenus de véritables électeurs, au même titre que les officiers civils et militaires. Les officiers ducaux sont souvent absents et ne connaissent pas toujours parfaitement les problèmes qui se posent à une ville ni quels sont les hommes les plus aptes à remplir les fonctions de comptables. De plus, les concessions d’impôts nouveaux pour réparer les enceintes sont faites généralement aux bourgeois. Il semble normal que les intéressés désignent eux-mêmes les responsables de la levée et de l’utilisation des deniers.

« À Nantes, les bourgeois participent en 1443 directement à la désignation de leur comptable. Il en est ainsi également à Rennes, où, dans la seconde moitié du siècle, certains indices prouvent que les habitants jouissent de libertés dans ce domaine et où, “en grand nombre, publiquement, en la manière accoustumée, à la pluralité des voix, les nobles, bourgeois et manants, choisissent et élisent, sur la proposition du procureur, celui qui leur paraît le plus digne, le plus capable de gérer une année entière les deniers communs”. Le capitaine n’a pas cependant abandonné tout pouvoir. Il assiste personnellement à l’élection ou y délègue son lieutenant ou son connétable, écoute les avis, approuve ou non les propositions, tranche et finalement investit le nouveau receveur qui lui prête serment sur les Évangiles.
À Moncontour, le 10 janvier 1489, “la maire et plus saine partie des bourgeois, réunie à l’issue de la messe dominicale sous la présidence de leur procureur Noël Pomuc pour ouïr et voir faire et célébrer le service divin et troicter de leurs négoces par manière de corps politique”, décide “corp pollitique faisantz” (sic) d’élire l’un d’entre eux miseur pour gérer les fonds nécessaires aux travaux de défense. “Par leur avis et délibération, Jehan de Brehaut est choisi et élu receveur en la manière accoustumée”. »

94Mais en fin de compte, ces procès-verbaux d’élection de comptables sont si rares avant le XVIe siècle et les indications contenues à ce sujet dans les textes si laconiques que nous hésitons à tirer, à partir de bribes de phrases, des conclusions définitives. La disparité locale, sauf dans les petits centres, s’explique mal. Certains capitaines, trop souvent absents, ont laissé les habitants choisir leurs miseurs et une tolérance a fini par devenir une habitude.

95❍ La date des élections, le choix du receveur ne se font pas partout au même moment et à date fixe. Chaque ville est, en effet un cas particulier.

96Les comptables rennais entrent en fonction le 2 février au matin, le jour de la fête de la Purification Notre-Dame. Les élections se font dans les semaines qui précèdent cette fête, en décembre ou en janvier. Le moment choisi par les officiers et par les bourgeois pour se réunir tient surtout compte des possibilités de déplacement des personnalités qui président la séance et des affaires en cours.

97À Nantes ou à Vitré, il semble que le choix d’un miseur se fasse très souvent à l’occasion de la reddition des comptes de son prédécesseur quand toutes les notabilités sont présentes. On en profite d’ailleurs pour désigner aussi le contrôleur, à condition que son office soit annuel. Vitré présente une particularité digne d’être soulignée. Deux receveurs sont « élus » tous les deux ans : l’un gère les deniers publics la première année, l’autre la seconde. La collégialité existe pour la nomination, mais pas dans l’exercice de la fonction. La reddition des deux comptes se fait en même temps. Peut-être ce système offre-t-il l’avantage d’étaler sur un plus grand laps de temps les dépenses publiques. Généralement la désignation du miseur est une occasion parmi tant d’autres de festoyer et de consommer aux frais de la municipalité des vins fins, des gâteaux, des fruits, du gibier et des dragées (petits fours).

98❍ En principe, dans toutes les villes bretonnes, les comptables sont nommés pour une seule année, Dans les actes de concession d’un octroi ou de tout autre impôt, il est soigneusement indiqué que le responsable de la levée et de l’emploi des deniers publics ne restera qu’un an à son poste « de bonne et louable coustume, Ion a acoustumé changer et renouveler chacun an de miiseur et de contrerolle », dit un acte nantais. L’annualité offre des avantages aux uns comme aux autres. Dans le cas du receveur, si la fonction qu’il remplit lui confère un prestige certain, rejaillissant sur toute sa famille, il n’en reste pas moins certain qu’elle lui prend beaucoup de temps et l’empêche très souvent de s’occuper de ses propres affaires. Or, les avantages matériels qu’il en retire ne sont pas toujours évidents. De leur côté, les bourgeois ne souhaitent peut-être pas confier à une même personne et trop longtemps la gestion des finances municipales. Un changement fréquent facilite, par une reddition annuelle des comptes, les opérations de contrôle. Mais la brièveté de l’emploi présente aussi des inconvénients. Les grands chantiers sont ouverts pour plusieurs années consécutives et il peut paraître alors contraire à toute logique de changer de gestionnaire compétent, qui n’a pas démérité, à un moment où sa présence est devenue indispensable, dans l’intérêt de son successeur désigné, qui a tout à apprendre.

99Aussi le miseur est-il parfois maintenu dans ses fonctions. À Rennes, si nous mettons à part le cas particulier de Perrin Pépin, désigné à vie par Jean V et qui reste plus de dix ans à son poste, de 1431 à 1442, on constate que la reconduction sans être inconnue, reste exceptionnelle. Il en est de même à Vitré, à Guingamp pour les procureurs-miseurs. À Nantes, au contraire, les receveurs restent plusieurs années de suite à leur place : Jehan Davi dix-sept ans, Pierre Drouet de 1444 à 1448, Guillaume Pasticier de 1492 à 1497. Pourquoi sont-ils si longtemps en fonction ici ? Tantôt est mise en avant la compétence du miseur qui s’est montré si capable, si actif qu’il semble indispensable, dans l’intérêt de tous, de lui renouveler la confiance. Tantôt, une prolongation d’un an permet à l’intéressé de mettre ses comptes à jour, d’obtenir le remboursement des sommes prêtées à la ville, car il arrive parfois que le miseur soit créancier de la communauté. Pierre Becdelièvre et Guillaume Le Goux, miseurs rennais, restent, par décision du conseil, une année de plus en charge « parce que lesdits ont promis et seront tenuz avancez présentement la somme de 600 livres » pour bâtir les boulevards de Toussaints et de Champ-Dolent. Nous faisons la même constatation à Quimper où les miseurs peuvent rester très longtemps à la tête de la comptabilité municipale. Ailleurs, les listes de receveurs présentent trop de lacunes pour tirer des conclusions définitives. Rien n’empêche, enfin, un miseur d’être réélu quelques années après une première sortie de charge. C’est cependant très rare.

Le miseur, un homme à tout faire

100Le second officier municipal est très occupé, comme en témoigne l’intitulé d’un compte rennais de 1424-1426 : « miseur et répareur des recettes et mises qu’il a faictes environ celle reparacion et pour le fait dicelle avecque et de mises qu’il a faictes sur les deniers dicelle ailleurs que environ ladite reparacion savoir en chavaucheurs, ambassades que autrement ».

101❍ Il est d’abord le receveur des deniers municipaux sous le contrôle des conseillers.

102C’est à lui qu’incombe le soin de centraliser le produit des diverses recettes urbaines, les unes affermées, les autres perçues directement par lui et par ses commis. Dans les plus petites villes, celles qui n’ont d’autre ressource que le billot, le miseur est spécialement commis à en faire la levée. C’est le cas à Guérande, à Hennebont, à Morlaix, à Marcillé-Robert, à Quimper même où il a sous ses ordres des sous-fermiers. Si la ferme ne trouve pas preneur à bon prix après la mise aux enchères, il se charge lui-même d’en percevoir le montant, sans intermédiaire. Il est, en outre, le trésorier-payeur de la communauté et à ce titre paie les ouvriers à la journée, employés sur les chantiers publics, les entrepreneurs, les marchands fournisseurs de la ville, les gages des officiers, etc.

103Sa liberté d’action est pourtant, dans ce domaine, limitée. Il ne peut disposer des fonds à sa guise et chaque dépense engagée doit être avalisée par un ordre de paiement, signé d’un ou de plusieurs officiers et bourgeois. Des mises en garde sont faites, de temps à autre, pour lui rappeler que toute dépense inconsidérée, sans garanties sérieuses, est susceptible d’être refusée et finalement laissée à ses frais. Prudent, le trésorier ne prend aucune décision, aussi minime soit-elle, comme de fournir des pointes à un maçon, sans en référer au contrôleur ou aux bourgeois. Il doit normalement tenir à jour le registre des recettes et des dépenses qui lui est réclamé à la fin de sa gestion et même quelquefois en cours d’année.

104❍ Il est d’autres domaines où il n’est plus un simple exécutant, mais où de grandes responsabilités l’attendent dès son entrée en fonction. Il n’oublie pas de le rappeler dans des demandes d’augmentation de salaire.

105Les travaux de défense sous leurs formes les plus variées sont placés sous sa direction de maître d’œuvre. Ce n’est pas sans raison qu’il s’intitule dans beaucoup de comptes « miseur er répareur des recettes et des mises faites pour le fait de la fortifficacion, tuicion et défense ». Il est amené, au nom de la communauté, à traiter avec les entrepreneurs et à conclure avec eux des marchés. Il recrute de la main-d’œuvre et va même jusqu’à chercher sur place les travailleurs qualifiés, s’absentant, au besoin, plusieurs jours de suite. À plusieurs reprises, les comptables municipaux se rendent à Lamballe ou dans les paroisses circonvoisines pour rechercher des brassiers ou terrassiers. Une fois les hommes arrivés sur les chantiers, le miseur répartit la tâche, surveille l’exécution des travaux, en compagnie du contrôleur, et verse les salaires. Sa surveillance est si efficace que, dans certains cas, il n’hésite pas à se faire guider sur les échafaudages par un ouvrier compétent qui le renseigne sur la progression du chantier. Le receveur municipal a même la responsabilité du choix des matériaux de construction. Il fait l’estimation du bois à abattre dans les forêts voisines, des pierres à tailler dans les carrières. Il se charge ensuite de recruter des transporteurs et loue les tombereaux et les charrettes nécessaires à l’acheminement des troncs et des planches à pied d’œuvre.

106Autre volet de son activité courante, le miseur veille à l’entretien des infrastructures urbaines. Les ponts, pavés, barrières, chemins dans les faubourgs sont de son ressort et nécessitent de fréquents déplacements. Dans ce domaine comme dans le cas précédent, il traite avec les différents corps de métiers, contrôle, mesure, estime l’œuvre accomplie. La construction de nouveaux bâtiments publics et l’entretien des plus anciens relèvent de sa compétence.

107❍ La tâche, lourde en temps normal, devient épuisante quand un événement quelconque, l’annonce d’une guerre, le passage de routiers, une épidémie ou tout simplement une visite officielle vient bouleverser la vie quotidienne.

108Laissons à Jehan Cottineau, miseur de Nantes en 1469-1470, le soin de raconter ses peines et ses difficultés. La menace d’une guerre, le séjour de mercenaires dans la ville, la visite de la duchesse et, le pire, une épidémie de peste ont singulièrement perturbé le rythme de ses activités. Il a, selon ses dires, vérifié, de jour et de nuit, l’état des ponts, faisant poser ici un madrier, là un soliveau ; il a dû aussi veiller à l’entretien des pavés, notamment de ceux du pont de Pirmil, visiter plusieurs chantiers. À l’annonce de la visite de la duchesse, c’est sur lui qu’est retombé le soin de faire venir le bois utilisé pour la construction d’estrades pour les visiteurs. Il est resté enfin dans une ville contaminée pour s’occuper du logement de mercenaires envoyés par le duc en garnison, au risque de succomber à la contagion et sans le soutien moral de ses proches réfugiés à la campagne. Très souvent, le miseur se plaint d’avoir, selon l’expression en usage, trop « mys et froyé du sien », d’être si absorbé par ses fonctions officielles qu’il n’a plus le temps de se consacrer à sa famille ou à ses propres affaires, ou bien encore d’avoir accompli des tâches inhabituelles. Ce dernier argument n’est pas faux. Les progrès de l’art militaire l’amènent, en effet, à envisager des travaux plus compliqués, comme la construction de barbacannes, de fausses braies, de moineaux. Tous se plaignent d’être constamment dérangés, même la nuit.

109Les miseurs sont appelés à rendre d’autres services à la communauté. Comme le procureur des bourgeois, le receveur a lui aussi un rôle officiel à remplir. De concert, avec lui ou séparément, il organise les réceptions, les dîners et les fêtes. Il choisit les cadeaux offerts aux personnalités de passage et, compte tenu de l’importance des dépenses somptuaires dans le budget municipal, ce n’est pas une tâche minime. Il fait partie des délégations qui représentent les villes aux États-de-Bretagne. Nous relevons à plusieurs reprises sa présence dans la liste des députés de la communauté rennaise. Il en est de même à Guingamp. Rolland Le Baud, miseur de Quimper en 1494-1496, est présent en octobre 1495 aux États de Redon, en même temps que le procureur des bourgeois, Maître Yves Dougoallen. Ses concitoyens l’ont même chargé d’une mission de confiance. Il doit, en effet, profiter de cette occasion pour rencontrer le Trésorier-Receveur Général des Finances du duché et traiter avec lui du délicat problème que pose la levée du billot de Cornouaille sur les terres du Régaire (fief épiscopal), objet de litige permanent avec les gens du chapitre. Chaque fois que la nécessité le requiert, la municipalité délègue cet homme qui jouit d’une certaine autorité, tant par sa fortune personnelle que par la place qu’il occupe dans la cité. Ses missions l’obligent parfois à s’absenter plusieurs jours de suite, voire même plusieurs mois.

110❍ Il est évident qu’un homme appelé à gérer les deniers publics doit offrir toutes les garanties possibles.

111Il est tenu, à son entrée en charge de prêter serment sur les Évangiles en présence de l’officier ou de la personnalité religieuse présidant l’assemblée. Il s’engage en public « à bien duement se porter », dans l’exercice de ses fonctions et à présenter, son temps achevé, sans tergiverser et dans les délais impartis, une comptabilité irréprochable. Cet engagement n’est pas fait à la légère. Le miseur « hypothèque » ses biens présents et futurs et, outre sa propre responsabilité, met en cause celle de ses parents et de ses amis qui, en tant que plèges lui ont apporté leur caution. La communauté, par ailleurs, a fait une enquête personnelle avant de le nommer.

112Les documents municipaux insistent sur certaines qualités qui lui paraissent indispensables chez un futur comptable. Il doit être honnête, diligent, capable, instruit et surtout solvable : « honnestes gens, sollevables et saevans », précise un document. Tous les textes insistent sur ce dernier point, très important. Le miseur est parfois amené à faire des avances de fonds à la communauté, aux entrepreneurs, en attendant que le produit des impôts affermés rentre dans ses caisses. Il est en outre responsable sur ses biens de sa gestion. On comprend alors qu’il ait fallu à ce poste des « gentz proprices et solvables », de préférence venus du monde du commerce, de la finance ou de l’artisanat aisé. La plupart sont unis par des liens de parenté, de mariage, d’affaires, de telle sorte qu’en fin de compte, quand on examine la liste des magistrats, on s’aperçoit que l’administration d’une ville est entre les mains d’une minorité influente. Pour un petit nombre, la miserie a été même le point de départ ou une étape de brillantes carrières dans l’administration du duché.

113Dans les grandes villes comme Rennes ou Nantes, les comptables se font aider par des adjoints. Ils utilisent d’abord, à leurs frais, leurs propres serviteurs, qu’ils envoient surveiller, à leur place, les chantiers et choisir les matériaux ou encore lever pour eux les tailles. Certains sont même expédiés très loin comme cet employé que son maître charge d’aller négocier, à sa place, l’achat de salpêtre à Bruges. Pierre Drouet, miseur de Nantes, en 1444. emploie ainsi deux hommes de son hôtel. Bien entendu, le receveur réclame aux auditeurs des comptes, à l’issue de sa gestion, une indemnité pour les pertes matérielles subies en occupant ses serviteurs à des tâches publiques au lieu de les utiliser à ses propres affaires.

114Sur les plus importants chantiers, ceux qui intéressent les grands travaux de défense, il arrive que des circonstances imprévues, comme la menace d’une guerre, exigent rapidité et efficacité, que les miseurs se fassent représenter en permanence par des « clercs pour faire les diligences et haster les ouvrages » ou par des bourgeois retribués. À Nantes, en 1471-1474, incapables de faire face à toutes leurs obligations, le receveur et le contrôleur font appel à un bourgeois, Guillaume Prieur qui, pendant quatre mois consécutifs, surveille les maçons employés à la clôture de la Saulzaye. Généralement, les officiers municipaux se font plutôt seconder, pour les travaux de défense, par des quarteniers ou chefs de milice dont l’institution semble particulièrement bien développée à Nantes. La ville est divisée en six ou sept quartiers ayant, chacun, à sa tête, deux bourgeois dont la mission, entre autres choses, est de s’occuper de l’artillerie et d’une section soigneusement délimitée du périmètre fortifié. Le miseur fait à chacun d’entre eux les avances de fonds indispensables à l’exécution des travaux. De leur côté, les quarteniers lui rendent compte de l’œuvre accomplie.

Les opérations de « contrerolle »

115Une surveillance est exercée parfois par un contrôleur ou brévour, du moins quand il existe.

116❍ C’est le troisième officier municipal par ordre d’importance. Il est aussi indispensable que le miseur, auquel il est étroitement associé et il n’est pas toujours aisé de faire la distinction entre leurs missions respectives.

117Comme son titre de contrerolle l’indique, il doit tout d’abord surveiller le comptable, vérifier l’emploi des deniers publics et plus spécialement de ceux qui sont affectés aux travaux de défense ou d’entretien des bâtiments communaux.

118Toute dépense engagée doit obligatoirement obtenir le visa du contrôleur et quiconque transgresse ce principe fondamental risque, en plus d’un sévère rappel à l’ordre, de se voir refuser, à l’audition de son compte, les sommes imprudemment avancées. Toutefois, certaines dépenses annuelles et invariables, comme les gages et les pensions, celles qui sont garanties par des ordres de paiement signés par les officiers ou par les bourgeois n’ont pas besoin d’être vérifiées par le contrôleur.

119Le contrôleur porte, quelquefois, le titre de maistre des œupvres ou ordenneur des eupvres de la ville. Sa seconde mission est, en effet, de diriger, de surveiller les chantiers, du moins ceux qui ne sont pas confiés à un entrepreneur adjudicataire, mais où travaillent quotidiennement des ouvriers, recrutés par la ville et payés à la journée. C’est précisément là qu’il est difficile de voir où s’arrête la compétence du miseur et où commence celle du contrôleur. Il est responsable, aussi, des menus travaux. Entendons par là l’entretien des ponts, des pavés, des égouts, des tours, des postes de veilleurs, des barrières et plus exceptionnellement de l’artillerie. Mais il peut contrôler aussi des chantiers plus vastes comme la reconstruction de pans de muraille, le creusement de douves, l’édification d’un quai, des boulevards.

120❍ De telles responsabilités l’amènent à tenir à jour un mynu des semaines, c’est-à-dire une comptabilité hebdomadaire des journées de travail, du personnel employé, des différents salaires versés, des matériaux ou des outils utilisés.

121Ces mynus, rédigés sur de simples feuilles de papier, sont ensuite regroupés et constituent de gros registres annuels qui sont confrontés avec les comptes des miseurs. L’intérêt de ces documents varie d’une ville à l’autre. À Rennes, ils apportent peu de renseignements car, à quelques détails près, ils sont strictement identiques aux livres des receveurs. Par contre à Nantes, c’est l’inverse qui se produit. Les registres des miseurs sont très succincts et se bornent, le plus souvent, à indiquer les sommes globales versées aux ouvriers et aux fournisseurs, sans détailler les paiements, jour par jour, semaine par semaine. Les mynus prennent alors un intérêt majeur.

122Les dépenses engagées par les comptables ne sont finalement acceptées ou, selon l’expression en usage, « passées en clere mise » qu’après confrontation avec les registres de contrôle. Si la moindre contradiction apparaît dans les chiffres, on ne retient que ceux indiqués par le contrôleur. Est-il besoin d’ajouter que la présence de cet officier municipal est indispensable lors de la reddition des comptes d’un miseur. Son avis est constamment sollicité et ses interventions, écoutées attentivement, sont en règle générale approuvées.

« Ainsi, en 1488, le contrôleur de Fougères, Jehan Cochet, plaide en faveur d’un pauvre sergent nommé Jacques Doré qui, au retour d’une mission près de l’armée ducale, est fait prisonnier par les Français et doit payer une rançon. Il demande une indemnité compensatoire. Le miseur refuse et l’affaire est portée devant le prévôt des maréchaux de la ville. Jehan Cochet témoigne de l’authenticité des faits, et, grâce à lui, le sergent obtient satisfaction et perçoit 12 livres à titre de compensation. Mais le rôle du contrôleur ne se limite pas à l’examen des questions financières ou à la surveillance des chantiers. »

123❍ Les nécessités de son emploi obligent l’officier à faire des déplacements hors de la cité. Ainsi, en 1465, un ancien contrôleur de Vitré, Pierre Hardi, réclame et obtient 4 livres de dédommagement pour se rembourser de frais engagés à l’occasion de voyages accomplis pendant l’exercice de ses fonctions. Il fait état, en particulier, de trois séjours à Rennes pour acheter les matières premières servant à fabriquer de la poudre à canon et de deux autres, à Nantes et à Oudon, pour rencontrer Monseigneur de Lohéac, responsable des travaux de défense, et obtenir de lui des précisions sur la construction de deux boulevards à usage militaire. Le contrôleur est amené à aller à des lieues du duché, en France, en Flandre, en Italie, en Allemagne. Son rôle officiel le conduit à faire partie des délégations qui représentent les villes aux États.

124Bref les fonctions de contrôleur sont suffisamment variées et précises pour justifier sa présence dans toutes les villes fortes où des travaux importants sont accomplis chaque année. Il est peu probable qu’une fois créé, cet office ait été localement supprimé. C’est même l’inverse qui se produit ; la tâche devient si absorbante que le contrôleur doit se faire seconder par un lieutenant ou par des parents.

Typologie et attributions des autres « agentes » spécialisés

125Ces sortes d’« agentes in rebus », comme on disait à Ravenne sous le Bas-Empire, se répartissent en plusieurs catégories selon la nature, la notoriété et la durée de leurs fonctions.

126❍ Les portiers existent dans toutes les villes fortifiées. Outre la garde des portes et des clefs, ils doivent très souvent veiller aussi à l’entretien des loges des veilleurs sur les remparts, garder un dépôt d’armes et, éventuellement, moyennant une indemnité supplémentaire, se charger de l’évacuation des ordures qui finissent par s’accumuler sous les entrées.

127❍ Dans les grandes villes, des techniciens gardes ou gouverneurs dirigent les services publics plus spécialisés, réclamant un minimum de connaissances techniques en artillerie, en charpente des ponts et en mécanique.

128Le garde ou visiteur de l’artillerie, que certains comptes appellent pompeusement le maistre des canons a la charge de tous les engins de guerre d’une cité, aussi bien des armes blanches, des armures et des munitions que des bouches à feu proprement dites. Au début du XVe siècle, les municipalités se contentent de faire appel à des forgerons ou fèvres locaux en même temps canonniers. Mais les progrès de la balistique, réalisés au cours du siècle, et l’accroissement du nombre des canons de tout calibre, exigent davantage de compétence. On voit donc apparaître à ce poste, des spécialistes, des canonniers de profession, bretons ou étrangers. Le travail du garde de l’artillerie consiste à fournir les armes, à les mettre en parfait état de marche en prévision d’une guerre ou d’un siège, à les essayer de temps à autre et à en dresser périodiquement l’inventaire. Il est envoyé parfois, à l’extérieur, faire l’acquisition de nouveaux canons (cf. 4e partie)

129À une époque où l’horloge du beffroi, de l’église, du château, ponctue, de ses coups, la vie des habitants d’une cité, l’emploi de gouverneur de cette mécanique se justifie de lui-même. Il arrive même qu’il y ait deux horlogers dans une ville. Ce responsable est chargé de remonter et de vérifier le mécanisme, de graisser les pièces et de les réparer au besoin. C’est à lui qu’incombe aussi le soin de sonner la grosse cloche du beffroi à l’occasion des fêtes, des cérémonies officielles, de toutes les manifestations de la vie publique.

130Il existe à Nantes un gouverneur des ponts de bois dont la présence s’explique facilement dans une cité des bords de la Loire où les ponts sont nombreux, plus longs qu’ailleurs, constamment menacés par les crues et d’une construction que les courants et les tourbillons du fleuve rendent délicate.

131Des gardes des clefs des loges sont préposés à l’entretien des guérites de veilleurs ; d’autres postes sont occupés par des gardes de la cohue ou de la halle, des surveillants des prisons ou chartreniers, des gardes des fontaines et, même, à l’occasion, un maistre des eupvres ou architecte municipal, sans parler des barbiers-chirurgiens et des membres du corps médical.

  • 15 M. Jones, « Les signes du pouvoir. L’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Br (...)

132❍ Une autre catégorie d’officiers municipaux est directement rattachée au conseil de la ville. Ces « fonctionnaires » sont chargés de l’exécution des décisions de la communauté. Ce sont les trompilles, les hérauts et les sergents15.

133Le trompille, souvent désigné par son seul prénom, est sans aucun doute, un personnage fort pittoresque dans les villes de la Bretagne médiévale. Il tient à la fois du garde champêtre et du Suisse qu’on rencontrait, il y a quelques années encore, dans la plupart de nos villages. C’est l’homme à tout faire. Comme bannier, il « bannit à son de trompe » la mise aux enchères des fermes, l’adjudication des travaux publics. Il renseigne les habitants sur les heures d’ouverture et de fermeture des portes, sur l’organisation du guet, sur les décisions d’intérêt général prises par le conseil urbain, comme l’ordre d’évacuer de toute urgence les tas de bois ou les fumiers qui encombrent la chaussée. Il peut arriver qu’on l’envoie en mission exceptionnelle, étudier les mouvements de troupes étrangères ou prévenir les autorités ducales de l’avance d’une armée ennemie. Dans ce cas précis, il empiète sur les prérogatives du sergent. En plus d’un maigre salaire, cet employé reçoit de la ville « une robe » et une trompette.

134Les sergents de police sont les autres exécutants des décisions municipales. Ils se rencontrent, en nombre variable, dans toutes les villes. Sauf exception, ils ne sont pas utilisés à plein-temps. On fait généralement appel à des bourgeois peu fortunés, rétribués à la mission accomplie. Mais, en plus de cette petite indemnité, chaque cité met son point d’honneur à fournir à ses sergents des costumes aussi somptueux que possible. La vanité pousse, en effet, les notables à rivaliser de générosité dans ce domaine, car ces officiers sont amenés à circuler un peu partout dans le duché, y compris à la Cour et ils sont, en quelque sorte, le signe extérieur de la richesse et de la puissance d’une cité. À Guingamp, en 1483, on n’hésite pas à utiliser du tissu d’importation provenant des ateliers de Saint-Lô pour tailler à l’un d’eux une robe de drap gris portée avec des chausses de morequin. L’ensemble coûte presque huit livres aux orgueilleux bourgeois. Ces sergents rendent plusieurs services, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des murs. À une époque où aucune poste ne fonctionne en Bretagne, chaque ville a besoin d’un messager attitré pour porter sa correspondance officielle. C’est leur tâche principale et c’est probablement pour cette raison qu’on les appelle aussi, dans les textes, poursuivans, hérauts ou chevaucheurs de telle ou telle ville, poste et messager. L’histoire garde le souvenir de Guingamp-le-Poursuivant, courrier attitré, plusieurs années durant, de la petite ville du Penthièvre. Les sergents sont envoyés en mission dans toute la Bretagne ou à l’étranger. Ils sont chargés d’enquêtes, voire même de missions d’espionnage. Pendant tout le XVe siècle, nombre de villes situées près des Marches vivent dans un perpétuel climat d’insécurité, dans la hantise de l’invasion d’une armée étrangère. La notion de frontière n’est pas aussi absolue que de nos jours et des bandes de routiers ne se gênent nullement pour franchir ces limites factices et venir se ravitailler dans la campagne bretonne. Les bruits circulent vite, vrais ou faux, colportés par les voyageurs, et inquiètent les bourgeois. Aussi, à la moindre annonce d’une course de bandes incontrôlées, la panique s’empare des habitants et les sergents sont dépêchés pour vérifier l’exactitude des faits, localiser les éventuels adversaires et suivre leurs déplacements. Ajoutons qu’en période de guerre, ils sont parfois doublés par un véritable réseau d’espions, recrutés dans certains milieux bien particuliers, comme celui des prostituées.

135Les sergents sont aussi les policiers d’une ville, chargés d’arrêter les délinquants et leur rayon d’action s’étend aux campagnes voisines. Les arrestations sont difficiles et dans l’exercice de leurs fonctions, ils ne sont pas à l’abri des mauvais coups. Ils sont également gardes du corps des personnalités lors de leurs déplacements et, comme tels, ils figurent eux aussi dans les délégations qui se rendent aux États. C’est encore à eux que les municipalités s’adressent pour réquisitionner les ruraux astreints au guet et aux corvées de bêche dans les douves d’une ville, pour faire venir, en cas de besoin, un ou plusieurs ouvriers spécialisés et pour recruter de nouveaux travailleurs. Éventuellement ils servent aussi de collecteurs de taxes auprès des récalcitrants.

136À l’intérieur des remparts, leurs activités sont également très variées. Ils convoquent les notabilités aux séances du conseil, veillent à l’exécution de leurs décisions. Ils font, comme les trompilles, des bannies publiques. En 1476, à Guingamp, Jehan Cadoret fait savoir à la population « par ban et à bout de cohue », le nouveau cours du blé. S’occupant de la police des rues, les sergents font respecter les interdits, arrêtent les mendiants et les malfaiteurs. En période d’épidémie, ils ont la lourde mission de veiller à ce que soient exécutées, à la lettre, les décisions prises par les autorités pour empêcher la propagation de la maladie. Il leur revient la pénible tâche de conduire les pestiférés à l’hôpital et de condamner leurs maisons. Dans un autre domaine, ils sont amenés à contraindre, sur l’ordre du miseur, les fermiers récalcitrants à payer leur dû, les citadins à s’acquitter de leurs impôts ou des amendes qui les frappent et à répondre aux convocations des dizainiers et des cinquanteniers, chefs de la milice locale.

137Il arrive que les sergents ne puissent suffire à la tâche. À l’occasion des grandes fêtes profanes et religieuses, quand le service d’ordre risque d’être débordé par la foule, ils se font seconder par les soldats de la garnison ou, comme à Rennes, par les maîtres et par les écoliers du « jeu de l’épée ».

138D’autres officiers participent plus directement encore aux séances du conseil où ils remplissent des tâches subalternes. On signale la présence à Nantes, à la fin du XVe siècle, d’un huissier nommé à vie qui sert à la fois de concierge et d’appariteur et qui, à l’occasion, remplace un sergent. Les greffiers sont mieux connus. Leur fonction est contemporaine de la naissance d’une communauté. Elle est la conséquence logique de l’envahissement de la paperasserie et de la constitution d’un dépôt d’archives. À Rennes, il ne fait aucun doute que l’officier qui porte ce titre au XVIe siècle soit l’héritier d’un obscur scribe que les comptes signalent quelquefois, sans mentionner toujours son nom et dont le salaire fait partie des « frais d’enrollement ». C’est significatif du peu de cas qu’on en faisait, dans cette cité, au Moyen Âge. Nantes a, par contre, un secrétaire, payé 8 livres par an, signalé dès 1487.

139❍ Comme à Byzance, honneurs et fonctions se distinguent ou se recoupent.

140Du personnel occupe un emploi fictif, purement honorifique. Ce sont généralement de bons et loyaux sujets du duc qui reçoivent, en récompense soit l’office de contrôleur, soit celui de grand portier, soit tout autre emploi mineur. Ces heureux bénéficiaires des faveurs ducales sont nommés à vie et ne sont pas astreints à résider. Trop souvent absents pour remplir eux-mêmes leurs tâches, ils se font représenter par des commis qu’ils choisissent ou par des fermiers qui, dans le cas précis des portiers prennent à ferme la garde des entrées. Le cas s’est produit fréquemment à Rennes chez les contrôleurs. Nous voyons se succéder à cet emploi plusieurs favoris des souverains bretons : Jehan Cuiheneuc, écuyer de Jean V (1431), Michel de Parenayson secrétaire (1434), Jehan Ivette, pannetier et secrétaire (1450), Jehan Mahé valet de chambre et tailleur (1458), Maître Jehan Gaillard, chirurgien de François II. Il en est de même pour les fonctions de contrôleur qui peuvent être monopolisées par des secrétaires, par des valets de chambre, par des apothicaires de la Cour : Pierre Picart, valet de chambre de François II, contrôleur de Nantes (1467), Jehan Karres, valet de chambre ducal, contrôleur de Guérande (1461). Guillaume de Kerloguen, prévôt de l’hôtel ducal, contrôleur de Quimperlé (1486), Pierre Girard, apothicaire, et contrôleur de Quimper (1486), etc.

« Le type par excellence du portier honoraire est Jehan Mahé, déjà rencontré à Rennes, sous Arthur III, comme contrôleur des travaux, mais aussi responsable en 1472 des portes de Saint-Patern, Saint-Salomon et Porte Neuve à Vannes, où il cumule, en outre, les charges de garde de la cohue et de gouverneur de l’horloge publique. Devenu valet de chambre ducal, il est confirmé dans ses multiples attributions en 1489. On trouve un autre valet, Jehan Carrays, en même temps portier de la porte Sauvetout de Nantes, garde et contrôleur d’Ingrandes et grand portier de Rennes. »

141D’autres personnalités et non des moindres ne font pas fi d’un office des plus secondaires et moyennement rémunéré. Guillaume Lombart, en 1477, accepte volontiers la charge de lieutenant du capitaine de Redon « pour l’exercer avec ses commis ».

142Une telle pratique nuit aux intérêts de la ville. Un contrôleur ou un portier, nommé dans de telles conditions, ne peut que se désintéresser totalement d’un emploi dont le seul rôle est de lui apporter un supplément de gages. Absent du lieu où il est censé exercer, il laisse à ses commis toute liberté d’action. La surveillance des entrées des villes n’est pas toujours faite avec le sérieux voulu. Certains fonctionnaires tolèrent que n’importe qui circule librement sur les remparts, à l’intérieur des tours et s’y livrent à des « choses deshonestes ». Souvent on laisse les riverains jeter leurs ordures dans les douves, jusque sous les ponts, au risque de les engorger et de les transformer en d’infects cloaques. Des commis-portiers, débrouillards, ont même trouvé le moyen de s’enrichir à bon compte en levant indûment des taxes sur les marchandises qui entrent dans les villes ou en tolérant, moyennant des commissions, que des particuliers installent des cabarets, des baraques, des ateliers, des boutiques et même leurs demeures contre les remparts ou sur les terre-pleins des boulevards, au risque de compromettre, par ce trafic coupable, la défense et la sécurité des places fortes. Très vite, en effet, ces sortes de constructions parasites se multiplient d’une façon anarchique et finissent, à la longue, par réduire considérablement la valeur défensive des fortifications urbaines.

143On mesure, à Nantes, les progrès réalisés par les bourgeois dans le contrôle de ces officiers. En 1397, Jean IV autorise les fermiers à payer les portiers sur les recettes d’une imposition de deux sous par muid de sel ou de blé, destinée à l’entretien des remparts. Sa veuve, la duchesse Jeanne de Navarre, confirme cette autorisation en 1400. Quelques années plus tard, en 1410, Jean V, conscient des inconvénients qu’il peut y avoir à confier le poste à un non-résident, choisi moins en fonction de ses capacités qu’en raison de la faveur dont il jouit à la Cour, décide que, désormais, le capitaine désignera le surveillant des entrées, en commun accord avec les bourgeois. Ainsi, de cette façon, il espère que ne seront nommés que des « gens abilles et suffisanz à servir et faire lesdits offices, o la résidence et exercice qui y appartient ».

144❍ Dans ces conditions, les communautés, satisfaites des services de leurs agents, se montrent parfois très généreuses et vont jusqu’à constituer des sortes de retraites pour assurer une vieillesse décente à des serviteurs devenus impotents avec l’âge. Tout en les confirmant dans leur poste, elles leur adjoignent d’office des collègues alertes. Le cas se produit pour les portiers dont les semi-retraites, originales pour l’époque, figurent au chapitre des dépenses dans les comptes. Renaud Thomas, portier de Nantes, reçoit 4 livres 10 sous de don « pour ceste foiz seullement en considération des services que ledit Regnaud a faiz es temps passez à ladite porte et autrement en ladite ville et que il est ancien et ne se peut aider de sa personne ». Notons, enfin, que même les plus petits serviteurs de la ville doivent prêter serment et fournir des plèges.

Gages, pensions et à-côtés divers du menu personnel

145Une seule ville, Guingamp, possède, dans ses statuts tardifs, une clause relative à l’impossibilité de décliner une charge publique. Il est dit, en effet, dans les « privilèges des bourgeois » que le procureur est choisi pour un an par les habitants « qui peuvent le contraindre de prendre ladicte procuration et charge de receptes ».

Les salaires fixes

146En supposant qu’il soit accepté sans enthousiasme, l’office offre-t-il, en contre-partie, de justes compensations ? Le problème est important. Si le salaire versé à l’officier et les menues gratifications qui s’y ajoutent s’avèrent substantiels, l’honneur sera moins lourd à porter. Sinon, la fonction publique, comme jadis le décurionat sous le Bas Empire, doit être rangée au nombre de ces corvées honorifiques auxquelles nul bourgeois fortuné ne peut échapper.

147❍ Tous les officiers municipaux perçoivent des gages. Cette rémunération régulière a-t-elle toujours existé ? On ne peut pas répondre avec certitude. Les actes de concession ou de prorogation d’impôts, signalant la présence de miseurs et de contrôleurs, n’envisagent jamais cet aspect de la question. Par ailleurs, à Rennes, nous savons que les comptables du début du XVe siècle ont parfois toutes les peines du monde à être régulièrement payés.

Voici des salaires et indemnités mentionnés dans des actes en livres bretonnes, de 20 sous l’unité.
Miseurs : 20 £ ivres à Fougères, 40 £ à Guérande, 20 £ à Morlaix, 26 £ à Moncontour, 60 £ à Nantes, 40 £ à Quimper, 20 £ puis 60 £ à Rennes, 20 £ à Vitré.
Contrôleurs : 15 £ ivres à Fougères, 20 £ à Guérande, 12 £ à Moncontour, 10 £ puis 20 £ à Morlaix, 50 £ puis 25 £ à Nantes, 40 £ à Quimper, 60 £ à Rennes.
Procureurs des Bourgeois : 12 £ ivres à Guérande, 11 à 15 £ à Guingamp, 10 £ à Morlaix, 20 £ à Nantes, 20 puis 30 £ à Rennes, 10 £ à Vitré.
Portiers : 8 à 12 £ ivres à Nantes, 20 £ à Redon, 12 à 20 £ à Rennes, 15 £ à Vitré.
Garde de l’Artillerie : 10 £ ivres à Nantes, 12 puis 25 £ à Rennes, 10 £ à Vitré.
Garde de l’Horloge : 16 puis 20 £ ivres à Nantes, 12 £ à Quimper, 30 £ à Rennes, 5 £ à Vitré.
Médecin municipal : 10 à 20 £ ivres à Nantes, 30 à 40 à Rennes.

148Les salaires peuvent varier tout d’abord en fonction de l’importance des villes. Il est évident que les problèmes qui se posent à une petite bourgade de mille et même de deux mille habitants n’ont aucune commune mesure avec ceux que connaissent journellement Rennes et Nantes. L’entretien de quelques murs, de deux ou trois ponts, la rédaction d’un maigre compte ne peuvent accaparer, à longueur de journée, un receveur. On suppose qu’à Hédé, à Marcillé-Robert, à Josselin, à La Guerche, les responsables ont largement le temps de s’occuper de leurs propres affaires. Par contre, plus la ville est étendue, plus les problèmes quotidiens se compliquent et plus la tâche des responsables devient accablante. Les salaires varient en fonction de l’importance qu’une charge prend localement. Sauf exception, ces gages se caractérisent par leur fixité. À Rennes, les deux miseurs obtiennent, en 1426, 40 livres puis, à partir de 1428, 60 livres annuelles à se partager par moitié, et ils doivent se contenter de cette somme pendant toute la fin du Moyen Âge. À Fougères, le trésorier perçoit, en 1482, 20 livres « ainsi que ont eu les précédents receveurs ». Les municipalités ne tiennent compte ni de l’augmentation du coût de la vie, ni des mutations monétaires que subit la Bretagne à partir de François II, ni même de l’accroissement des responsabilités de leurs employés. C’est d’ailleurs là une source de mécontentement permanent.

149Il est certain que ces rémunérations ne sont pas excessives, compte tenu du travail accompli dans l’année. On peut même parler de salaires de misère, « de petite valeur » disait-on alors. Le recouvrement des deniers publics, non seulement en ville, mais aussi en campagne, la surveillance des chantiers, les fréquents déplacements pour défendre les intérêts communs, auraient justifié plus de générosité que les 12 livres versées annuellement. On comprend alors la fréquence des réclamations que les miseurs et les contrôleurs adressent aux auditeurs des comptes. L’habitude se prend chez eux de demander un supplément ou une indemnité compensatrice pour un travail qu’ils estiment certaines années plus lourd que de coutume. À maintes reprises, les contrôleurs et les miseurs nantais se plaignent amèrement d’être mal rémunérés par les autorités communales. Il semble même que les gages des premiers aient été pour une raison que nous ignorons et à une date inconnue réduits de moitié. L’un d’eux demande en effet « d’avoir eu esgart aux petiz gaiges dudit office qui ne sont que 25 livres et au temps passé y avoit 30 livres ». Pourtant leurs responsabilités n’ont pas diminué et nous avons l’impression que le Nantais, chargé de veiller à l’entretien des ponts de bois, a autant de travail, sinon plus, que son homologue rennais qui touche, au même moment, 60 livres.

150Il arrive même parfois que les édiles fassent preuve à l’égard des plus petits emplois d’une invraisemblable lésinerie.

« Un exemple nous est offert à Nantes en 1462, à propos des gages d’un horloger. Ce dernier, Jehan Petit, estime que les 16 livres qui lui sont annuellement versées ne suffisent pas à mener à bien sa tâche, à le dédommager des peines qu’il a pour permettre le bon fonctionnement d’une machine exigeant sa présence deux fois par jour. Il doit fournir en outre, à ses frais, la graisse et le suif nécessaires à l’entretien des différents rouages. Il se plaint amèrement et va même jusqu’à menacer de démissionner. Les officiers et les bourgeois commencent par faire la sourde oreille à ses réclamations. Ses prédécesseurs ne se contentaient-ils pas de 12 livres par an. Mais, devant le risque de perdre un homme de valeur, “savans et expert en ce matière plus que nul autre de ladite ville”, les membres du conseil se décident enfin à lui verser 20 livres à condition qu’il prenne à sa charge tous les menus travaux de réparation, à l’exclusion de la remise à neuf des grandes roues qui restera aux frais de la communauté. S’avisant ensuite que Petit peut également s’occuper de l’horloge du château et toucher pour cette raison 12 livres du receveur ducal ils estiment qu’il doit alors se contenter de 18 livres. Notons à ce propos que ces mêmes bourgeois qui chipotent sur deux livres, n’hésitent pas à dépenser des sommes considérables pour boire et manger ! À Quimper, le miseur Rolland le Baud qui occupe en même temps, les fonctions d’horloger, réclame en vain dix années d’arriérés de gages, soit à raison de 12 livres annuelles un total de 120 livres. »

Les à-côtés, « épices et mouton de l’Ascension »

151Des gratifications et avantages divers s’ajoutent aux salaires habituels.

152Dans le cas précis des miseurs, un greffier du Parlement de Bretagne, Gilles de Languedoc, auteur d’une histoire de la ville de Rennes, laisse entendre que le comptable touchait un pourcentage des sommes qu’il maniait. Il va jusqu’à donner le chiffre de 4 deniers par livre (soit 1,8 %). Mais cette assertion n’est confirmée que par un seul document et le pourcentage perçu n’est pas de 4 deniers par livre mais de 12 ce qui est nettement plus intéressant.

153❍ Les creues de gaiges viennent s’ajouter aux salaires courants.

154Il arrive par contre très souvent que les auditeurs des registres donnent une suite favorable aux requêtes des officiers municipaux, réclamant à cor et à cri, une indemnité pour les peines et les difficultés rencontrées pendant leur année de service. Les personnalités qui contrôlent les comptes n’oublient jamais de rappeler que cette gratification est exceptionnelle, qu’elle ne doit, en aucun cas, être préjudiciable aux intérêts de la communauté et qu’elle ne sera pas obligatoirement renouvelée dans les années à venir. Il existe même des cas de refus catégoriques, malgré les véhémentes supplications des intéressés.

155Ces augmentations ou creues de gaiges sont parfois d’une importance exceptionnelle, allant même jusqu’à doubler le salaire normal, ce qui est la preuve manifeste de la faiblesse de ce dernier ! Nous constatons d’ailleurs qu’au fil des ans, réclamations et creues se font plus fréquentes.

156❍ Aux sommes qui sont ordinairement versées à titre de gages, aux versements traditionnels s’ajoutent diverses compensations.

157Les frais de déplacement des représentants aux États, les dépenses judiciaires sont remboursées par les communautés. Les comptables touchent en outre une somme périodique pour l’enrollement de leur registre et pour l’achat de papier, d’encre et de plumes nécessaires. Leurs requêtes pour réclamer ce genre d’indemnité s’accompagnent souvent de formules aussi polies que celle-ci : « à votre voulentez et à votre bon plaisir ».

158Un autre avantage intéressant est l’exemption fiscale, la franchise des aides et du fouage, dans les rares villes qui s’acquittent encore de cette imposition, du guet.

  • 16 A. Derville, « Pots-de-vin, cadeaux, racket, patronage, essai sur les mécanismes de décision dans (...)

159Reçoivent-ils des épices, des chausses et diverses menues gratifications comme d’autres officiers de cette époque ? Le « pot-de-vin » est une institution si répandue dans toutes les couches de l’administration médiévale qu’il paraît impensable que les serviteurs d’une ville n’en aient pas bénéficié au même titre que les autres16. Mais son usage est difficile à prouver, car les comptes restent évidemment muets sur un tel sujet. N’oublions pas cependant que la plupart des officiers ont des libertés d’action, qu’ils traitent couramment avec les entrepreneurs, avec les fournisseurs. Plusieurs d’entre eux sont des marchands et leur ville a constamment besoin des produits qu’ils vendent. N’est-il pas surprenant qu’un comptable en exercice soit en même temps actionnaire principal des travaux publics ou fermier d’une imposition municipale ? Est-ce en raison de la faiblesse de leurs salaires que certains officiers sont amenés à cumuler plusieurs emplois, en ville, à la campagne ou à la cour ducale ? Le cas est fréquent chez les contrôleurs : Jehan Cochet de Quimper est également en 1487 procureur de l’hôpital Saint-Antoine. Son collègue de Lamballe est aussi gouverneur du colombier. Il arrive même comme à Morlaix que le contrôleur dépende à la fois de la ville et du château ducal. Il en est de même pour d’autres emplois.

160Ces réalités matérielles ne doivent pas faire oublier que l’office est aussi une fonction honorifique pour celui qui la remplit et qui pendant une ou plusieurs années, est sensé jouir de la confiance de ses concitoyens. C’est aussi pour son titulaire un moyen de se faire connaître et apprécier en haut lieu, ce qui n’est pas négligeable pour un homme exerçant en temps normal les professions d’avocat ou de marchand. La procuration et la miserie ont été très souvent le point de départ de carrières bien menées. Certains receveurs sont à l’origine de dynasties nobiliaires qui jouent aux siècles suivants un rôle déterminant en Bretagne et en France.

Risques et servitudes du métier

161Mais les quelques avantages que les officiers peuvent retirer de leur emploi ne masquent pas une autre réalité. Servitudes, écueils, déceptions guettent l’homme au service d’une ville.

162❍ Il ne faut pas perdre de vue que les responsables municipaux exercent une activité professionnelle. Le temps consacré à la ville est donc une entrave à la bonne marche de leurs affaires.

163Qu’ils soient dans l’impossibilité de s’absenter de la cité pour surveiller les travaux en cours, qu’ils soient obligés, au contraire, de partir plusieurs jours en mission, c’est toujours aux dépens de leurs propres intérêts. Ils n’oublient jamais de rappeler cette réalité dans les suppliques qu’ils adressent aux autorités.

164De lourdes charges financières peuvent à l’occasion peser sur eux. Les comptables en sont d’ailleurs les premières victimes. La caisse municipale, alimentée, par diverses impositions affermées n’est pas toujours bien remplie à l’entrée en charge d’un miseur. Les fermiers s’acquittent de leurs versements à la ville par trimestres et pendant les trois premiers mois d’une année fiscale, aucune rentrée de fonds n’est enregistrée. Il peut arriver aussi que les échéances soient retardées et que le total perçu soit inférieur aux prévisions. Les travaux engagés, surtout s’ils sont d’une importance vitale pour une localité, ne doivent pas en souffrir et ne sont pas arrêtés. Le miseur est alors obligé d’avancer de fortes sommes qui lui sont remboursées avec parfois des mois de retard. Jehan Dumesnil et Jehan Thourault, miseurs de Rennes avancent ainsi 1 300 livres à leur ville en 1469, François de Sorie et Jacques Meilleur 500 livres en 1491. Le Nantais Phelippeau Guillemeau fournit, en 1473, 1 429 livres dont il ne sera remboursé qu’un an après la conclusion de son compte. Un autre, Jehan Blanchet, prête 800 livres « de bonne et forte monnoie » en 1488. Plus prudent, Pierre Phelipot de Vitré ne cède que 30 livres à la ville qu’il administre en 1464.

165Il est fréquent qu’à l’issue de son année de gestion, un receveur soit créditeur pour avoir selon l’expression en vigueur « plus mis que receu ». C’est pour cette raison qu’il est parfois maintenu à son poste jusqu’au complet remboursement des sommes dépensées. Il doit s’estimer heureux s’il rentre sans difficulté et totalement dans ses fonds. Entre-temps une malencontreuse dévaluation peut lui être néfaste, lui faire perdre une partie du capital engagé. La mésaventure arrive en 1485 au Nantais Jehan Blanchet : « au commencement qu’il entra audit office, (il) fit grans avances de deniers et finances qu’il bailla en bonne monnoie, meilleure que celle qui a cours à présent, quelle avance luy est encore due et quand il seroit remboursé au pris de la monnaie de présent, il y seroit grandement perdant ». Dans ce même compte, Jehan Blanchet et le contrôleur Pierre Picart font remarquer que leurs prédécesseurs ont « esté toujours poiez de leurs gages a bonne et forte monnoie qui court sans lesquipoler a la bonne monnoye, ce seroit peu de chose, car de 50 écus que les miseurs précédens souloint avoir, le miseur de present seroit poyé o dix escuz ». Dans ces conditions, on comprend mieux l’importance du choix du receveur qui doit être fortuné et bien cautionné par de riches plèges pour surmonter toutes ces difficultés.

166❍ Des servitudes personnelles s’ajoutent aux précédentes.

167D’autres ennuis les attendent et leur vie peut même être menacée. Il n’est pas question pour eux d’abandonner leur poste, si une épidémie sévit dans la cité. Alors qu’en pareil cas, tous ceux qui en ont la possibilité courent se réfugier à la campagne, les officiers affrontent sur place le fléau, organisent la défense, donnent l’exemple par leur courage et par leur abnégation. Même sur les chantiers, ils ne sont pas à l’abri du danger et Pierre Drouet, miseur nantais en 1446, n’hésite pas à payer de sa personne pour encourager les ouvriers à travailler dans un endroit qu’ils jugent trop dangereux.

168Les magistrats sont même l’objet d’agression ! Le garde des portes d’une ville est souvent menacé par des irascibles ; les comptes se font l’écho de violences commises pour lui dérober les armes qu’il a avec lui ou en dépôt. Jehan Louayseau, portier de la porte Poissonnière de Nantes fut « outragé et batu » par les gens du sire de Rieux qui lui volèrent une paire de brigandines, une salade et une vouge. D’autres déboires vont jusqu’à abréger leurs jours. Jean V accorde en 1438 une remise des sommes réclamées à la veuve du miseur Jehan Davy, « considerans la bonne loyaulté dudit Davy, les paines et travailz quil a eu et soustenus… qui espoir (sic) ont esté cause de ses jours abrevier ». Entre collègues officiers, les rapports ne sont pas toujours cordiaux. Miseurs et contrôleurs sont parfois à couteaux tirés. Rien, a priori, ne devrait les opposer. Ils sont d’un même rang social : leurs activités sont souvent complémentaires et leurs intérêts identiques. Ne les voit-on pas couramment visiter ensemble les chantiers, surveiller de concert les ouvriers, adresser en commun des pétitions pour obtenir une augmentation de gages. Mais qu’un contrôleur se signale par un zèle excessif, qu’il soit méfiant, plus tracassier que ses prédécesseurs, qu’il mette en doute la compétence et l’honnêteté de son collègue, et il n’en faut pas plus pour que les rapports s’enveniment. Le trésorier refuse de payer les gages du contrôleur sous prétexte qu’il n’y a plus d’argent en caisse et l’affaire trouve alors son dénouement devant les tribunaux.

169❍ Quant à l’opinion publique, elle ne leur est pas toujours favorable. Tout le monde, dans une ville, n’est pas convaincu de l’utilité du contrôleur. D’aucuns y voient un parasite soucieux seulement de toucher ses appointements. Cette accusation n’est peut-être pas totalement dénuée de fondement dans les bourgades où le titulaire de l’emploi délègue ses pouvoirs à un lieutenant effectuant le travail de surveillance en son nom. À Rennes dans le registre d’un contrôleur de 1442, une main anonyme a cru bon d’ajouter « le contreroleur ne sert de rien, ne compter, ne de mercher » et encore « contreroleux de Rennes qui maisement gaigne ses gaiges et ne sert que de trois choises… ». La phrase est malheureusement inachevée ! Nous avons pu constater, en étudiant le cas rennais, que le comptable est parfois traité par les officiers, et même par ses propres concitoyens avec un manque d’égards, d’autant plus surprenant qu’il occupe souvent une position sociale élevée. Constamment, on lui rappelle que sa responsabilité est engagée, qu’il ne doit rien entreprendre sans ordre, qu’une somme dépensée sans garanties lui sera refusée à l’audition de son compte. Ses initiatives peuvent être brutalement contrecarrées et pas toujours à bon escient. Ainsi, en octobre 1489, les autorités vannetaises interdisent à Henry Le Faucheur de contraindre les paroissiens des bourgades proches de la cité à nettoyer les douves, ce qui, vu le contexte politique, n’est pas en soi une entreprise inutile. Mais les ennuis les plus fréquents des miseurs viennent d’entrepreneurs qui s’estiment mal payés et leur en tiennent rigueur ou de fermiers cherchant le moindre prétexte pour différer ou restreindre les versements qu’ils doivent faire à la ville. Les magistrats se trouvent alors pris entre deux feux, obligés d’un côté d’engager des poursuites contre les mauvais payeurs, de l’autre de se défendre en justice pour ne pas avoir tenu leurs engagements.

« Rolland Le Baud de Quimper se retrouve dans les années 1494-1496 avec cinq affaires sur les bras dont l’une l’occupe pendant huit mois ! Sa situation est intenable. Les monnaies sont affaiblies, les impôts municipaux rentrent mal et, à plusieurs reprises, il se plaint que ses recettes “estoint tellement diminuez qu’il ne povoit porter la moitié des charges”. Les feuratiers, les fournisseurs attitrés de matériaux, les employés de la ville, mal payés, le rendent responsable d’un état de fait dont il est la première victime. »

170Certes, dans leurs relations avec les fermiers, les receveurs ne font pas toujours preuve de diplomatie et appliquent à la lettre l’ordre qu’ils ont reçu, au début de leur mandat, d’encaisser les échéances par n’importe quel moyen, y compris « la prinse de leurs biens et de leurs corps ». Ils refusent un peu trop systématiquement de prendre en considération les demandes de délai, même si une guerre ou une épidémie semble les justifier. Aussi finissent-ils par s’attirer de solides haines et de terribles rancunes. En 1467, le duc ordonne au premier sergent de Fougères de citer Thomas de la Houlière à comparaître personnellement devant lui ou devant le Conseil « pour s’entendre condamner à l’amende qui lui a esté infligée pour sa continue mainmise sur la personne de Guillaume La Bascle, miseur des fortifications de Fougères ». Dans la majeure partie des cas, les miseurs sont soutenus par les autorités et obtiennent d’elles des « mandements exécutoires » contre les fermiers récalcitrants.

171Les élus ne sont pas à l’abri de sanctions graves, de la prison. Leur gestion est soigneusement examinée et la moindre erreur peut avoir pour eux les plus graves conséquences. Un comptable rennais est emprisonné huit jours pour avoir refusé d’obtempérer à un ordre ducal de verser une indemnité de 150 livres sur sa recette à deux marchands normands, détroussés par des brigands lors d’un séjour dans cette ville. Les deux miseurs de Moncontour en 1449 sont détenus cinq semaines dans la forteresse de la ville sous prétexte qu’ils refusent la charge qui leur était affectée « ce que aucunement disseroint » en raison des lourdes obligations de l’année. La sanction la plus courante est l’amende, parfois, très lourde, la privation de gages ou encore la destitution. Ce dernier mot doit être utilisé avec le maximum de précaution car il peut être aussi tout simplement synonyme de remplacement, le temps légal écoulé. Dans le cas suivant, la peine ne fait aucun doute. En octobre 1487, les autorités quimpéroises reçoivent l’ordre de destituer, le jour de la baillée des fermes, le miseur Jehan Le Baud et un contrôleur qui n’est pas nommément désigné. Elles procèdent aussitôt à la désignation de successeurs. Le motif de la punition n’est pas indiqué. Mais le texte ajoute, curieusement, un peu plus loin : « et même est prohibé et défendu auxdits miseur et contrerolle de non s’entre mectre des fermes desdits deniers ne estre feuratiers desdites euvres durant le temps de leursdites institutions, à peine de cent marcs d’argent (sic) et d’être déboutez et destituez de leursdits offices sans aucun prouffit et sallaires ». De toute évidence, les deux hommes connaissent la disgrâce !

Des symboles d’autorité bourgeoise

172Des symboles, communs à beaucoup de villes, les archives, les armoiries, les clefs, des biens communaux concluent ce chapitre consacré aux responsabilités intra-muros.

Les archives municipales

173Les nécessités de l’administration obligent très vite les communautés à garder un certain nombre de documents et à se constituer des fonds d’archives.

174❍ Tous les papiers n’ont pas pour les contemporains du XVe siècle le même intérêt et ne sont conservés que ceux qui peuvent être utiles par la suite.

175Par priorité sont versés aux archives les lettres ducales ou royales qui accordent ou confirment des libertés et des privilèges, les contrats passés avec les fermiers et avec les entrepreneurs, les devis des principaux édifices civils et militaires, les quittances des créanciers de la ville, les enquêtes, les inventaires et aussi les comptes des miseurs. Ces derniers peuvent être utilisés, plusieurs années après leur conclusion, soit pour les apurer définitivement, soit parce que les officiers et les bourgeois se réfèrent à certains articles ou à des décisions prises en conseil pour approuver ou refuser une dépense engagée par un comptable. On a même dressé, au Moyen Âge, des inventaires de registres municipaux, aujourd’hui disparus. Les procès-verbaux des réunions des conseils urbains seront également préservés au XVIe siècle.

176Inversement, il est probable que les municipalités n’ont pas jugé opportun de conserver des années entières d’autres catégories de documents, pourtant bien utiles de nos jours pour la recherche. On trouve peu d’états de finances ou prévisions de budgets, périmés après un an de gestion, peu de minus des semaines ou comptes rendus des travaux journaliers sur les chantiers, détruits une fois recopiés sur les registres des contrôleurs. Tous ces documents sont d’ailleurs sur papier, ce qui, dans la mentalité de l’époque, prouve qu’ils n’ont pas une importance définitive, alors que les mandements ducaux et les comptes des miseurs sont plutôt écrits sur des parchemins, remarquablement calligraphiés.

177Dans les grandes villes, les archives deviennent vite envahissantes, malgré les coupes sombres qui y sont opérées dès le XVe siècle. N’oublions pas que les privilèges peuvent être plusieurs fois confirmés, que les impôts sont souvent prorogés, si bien que pour un seul sujet, deux ou trois exemplaires existent. Quant aux comptes des miseurs, ils sont volumineux ; certains dépassent les deux cents feuillets. Il suffit de consulter ce qui reste des archives médiévales de Rennes, de Nantes ou de Guingamp pour se faire une idée de la masse de papier et de parchemin qu’elles représentent. Et encore, il ne nous en est parvenu qu’une petite partie.

178❍ Malheureusement, dans la plupart des villes, ces documents si précieux sont très mal conservés.

179Les actes publics, même les plus indispensables, traînent un peu partout. Ils sont généralement en dépôt chez un particulier, ancien officier ou riche bourgeois. C’est le cas à Dinan, en 1460, où les papiers de la cité sont déposés chez un certain Jehan May. Le système est évidemment néfaste. Les archives sont éparpillées, difficiles à consulter et vulnérables. Un incendie peut fort bien anéantir la maison du dépositaire avec tout ce qu’elle contient. Le cas s’est produit à Rennes, en 1442. L’incendie du domicile du miseur Perrin Pépin entraîne la disparition des documents urbains pour les années 1431-1441. Nous n’avons plus pour cette période qu’un compte rendu, fait de mémoire (sic) de dix années de recettes et de dépenses. À cette époque, les maisons en bois et en torchis, tassées les unes contre les autres, avec des greniers et des caves bourrés de foin, de bois et de victuailles, brûlent comme de la paille et, à plus forte raison, si elles renferment en outre des papiers.

180Ces documents ne sont pas forcément classés. Ils sont entassés pêle-mêle dans des coffres ou huches ce qui rend leur utilisation difficile et leur conservation plus délicate encore. De plus, quiconque veut les consulter, chez lui, en a le droit, avant qu’une réglementation n’intervienne à la fin du siècle. Beaucoup de papiers sont ainsi « empruntés » par les uns ou par les autres, au fur et à mesure de leurs besoins. On lit notamment ceci « pour ce que plusieurs dicelles lectres ont esté prinses et tirées hors des coffres de ladite ville pour servir en aulcunes manieres quand mestier estoit, qui font pas esté rapportées esdiz coffres ». Un autre parle même d’une intervention des autorités religieuses pour obtenir la restitution de papiers importants : « pour une amonicion generalle de Monseigneur l’Evesque de Nantes quil a faicte pour les gens de la ville sur ceulx qui détiennent et recellent aucunes lettres ou autres enseignements qui touchent les libertés de la ville ». Quand un coffre est rempli de papiers entassés les uns sur les autres, la municipalité en fait faire un autre. Les comptes font souvent allusion aux frais qu’occasionnent les acquisitions de ce genre.

181❍ Un effort de classement est fait au cours du siècle pour rendre les actes plus aisément utilisables. Les Nantais sont à la pointe du progrès dans ce domaine. Un procès-verbal de 1603 et quelques registres de comptables médiévaux apportent à ce sujet de précieuses indications. Le procès-verbal est dressé au début du XVIIe siècle par François Duplessis, conseiller au Parlement, chargé spécialement de vérifier les privilèges des habitants de Nantes et les plus anciens titres de la communauté. Dans ce document, intégralement publié, il est fait allusion à un cartulaire, dressé à partir de 1431, sur l’ordre du sénéchal Pierre de l’Hôpital et qui contient les mandements des anciens ducs concernant la ville. Le document original n’existe plus. Un second cartulaire est rédigé en 1459 et si nous en croyons le compte du miseur Mahé Aloff, la communauté aurait pris à cette date trois mesures très importantes. Elle désigne des responsables, archivistes avant l’heure, Maître Jehan Blanchet et Jehan Préseau, bourgeois bien connus, pour récupérer, avec l’aide d’un clerc, les documents dispersés. La tâche est délicate ; le texte prévoit que les commissaires se feront accompagner du procureur ducal, maître Le Bouteiller, pour mettre la main sur certaines pièces, détenues par les descendants de Guillaume Péro, ancien procureur municipal. Une fois récupérés, les papiers doivent être classés et entièrement recopiés sur un gros livre de parchemin, « mot à mot autantiqués ». Ces sortes de volumes portent dans les villes bretonnes très souvent le nom de livres rouges en raison de la couleur de leur couverture. Celui de Guingamp existe encore et contient notamment la transcription de correspondance de la ville avec les derniers ducs. Enfin, une fois enregistrées, les archives sont déposées dans des coffres, après avoir été classées. Les papiers de Nantes sont répartis en deux catégories. Les plus importants, les lettres ducales, les contrats, les chartes, sont mis à part dans un coffre garni de fer blanc qui coûte plus de 6 livres. Les comptes des miseurs sont enfermés dans une grande caisse en bois simple, munie de serrures solides et clefs qui lui assurent un minimum de sécurité.

« Remarquons qu’aucune allusion n’est faite en 1459 au cartulaire de 1431. Il ne devait plus exister quand les deux commissaires ont enquêté, puisqu’ils sont chargés précisément de retrouver les originaux et d’en consigner le contenu sur un livre. Il fut sans doute égaré, comme beaucoup d’autres documents. Le cartulaire, décrit par François Duplessis en 1602, est le troisième. Il le présente comme un gros volume de 127 feuillets, couvert et armoirié. Il date du XVIe siècle et a été commencé à la requête du procureur des bourgeois, Antoine du Tertre, qui officie de 1514 à 1523 date de sa mort. Il s’achève par un acte de Charles IX d’avril 1564. L’original a également disparu et il n’en reste qu’une copie. »

182Des mesures presque identiques seront prises à Tréguier au début du XVIe siècle. Au cours d’une réunion du conseil le 6 novembre 1507, il est question d’un coffre en bois que les bourgeois viennent d’acheter pour déposer leurs archives les plus précieuses, à savoir les lettres ducales, les contrats et les procès. Il n’est pas envisagé d’y mettre les comptes des procureurs-miseurs. Les notables décident de le déposer dans l’église Notre-Dame de Coatcolvézou, lieu habituel de réunion. Il est fermé par trois serrures, munies de trois clefs dont l’une est confiée au procureur, l’autre au greffier de la communauté et la troisième à une personnalité connue Maître Olivier Begaignon, membre assidu du conseil. Pour ouvrir le coffre en cas de nécessité, le procureur doit obligatoirement demander les deux autres clefs, qui restent sous son entière responsabilité pendant la durée de l’emprunt. Ce curieux système est en vigueur dans d’autres localités notamment à Rennes.

Les armoiries

183Ces dernières constituent un autre symbole des privilèges urbains. Malheureusement, on doit pour le moment se limiter à quelques allusions faites dans les comptes. Nous sommes surtout renseignés sur deux villes : Nantes et Guingamp, parce qu’il y est fait mention dans un texte, ou parce que les armes de ces deux villes ont été reproduites dans les documents.

184À Nantes, dès 1397, les deux éléments essentiels du blason sont fixés : le vaisseau et les hermines, symboles de l’activité portuaire et de l’appartenance de la ville à la Bretagne. Au cours du XVIe siècle, il est fait mention, à plusieurs reprises, dans divers documents, d’écussons aux armes de la cité. La description détaillée des armoiries est plus tardive. On la trouve dans un manuscrit du début du XVIe siècle, relatant les funérailles du cœur de la duchesse Anne au couvent des Carmes. Le blason se présente ainsi « de gueulles, à ung chef d’hermynes à une nef d’or, flotante mer, mastée, cordée et hunée de mesme, à une voille d’argent enrichie d’hermynes ». Enfin, dans l’enquête de François Duplessis de 1603, l’auteur présente l’écusson qui, à ses dires, décorait le livre aujourd’hui disparu des privilèges de Nantes et qu’il eut le loisir d’admirer. Il nous dit, en effet, qu’au verso de la reliure, se trouvaient les armes de Nantes « de gueules à un navire d’or et à la teste d’argent, cinq hermines de sable ». Nous retrouvons ici la célèbre caravelle aux voiles d’argent parsemées d’hermines et voguant sur la mer. Signalons, enfin, toujours à propos de Nantes, que la communauté garde précieusement, dès le XVe siècle, les sceaux des lettres et des privilèges de la ville, puisqu’elle fait l’acquisition, en 1466, de huit étuis de fer blanc pour les protéger.

185Dans les comptes municipaux de Guingamp, des armoiries sont dessinées, dans celui de 1447 plus précisément, avec cette légende « le blason des armes des bourgeoys de la ville de Guingamp sont d’argent à ungne facze d’azur, un chieff de mesmes ». Ailleurs, les indications sont moins précises.

186Nous ignorons tout des armes de Rennes au XVe siècle, bien que nous ayons la preuve de leur existence. Les comptes des miseurs signalent que les armoiries de la ville ornent les canons ou que le trompille porte une « robe de la livrée de la ville ». Selon S. Ropartz, l’écusson de Ploërmel est ancien. Il décore la porte d’un bâtiment des Carmes, construit au début du XVIe siècle. Il le décrit ainsi : « d’hermines au léopard de sable couronné d’azur, tenant un drapeau de même, chargé de cinq mouchetures d’hermine d’argent ». Les armoiries de Vannes figurent aussi dans les textes anciens. Pour les autres centres, les apparitions sont plus tardives : XVIe, XVIIe siècles, du moins dans l’état de nos connaissances.

Les clefs, les sceaux

187Si l’apparition des sceaux constitue, selon A. Joris dans son livre sur Huy, une étape essentielle de l’histoire institutionnelle, les clefs des portes de la cité figurent aussi parmi les privilèges recherchés.

188En principe, les clefs d’une ville fortifiée sont conservées par le capitaine, plus homme de guerre qu’administrateur, ou, en son absence, par son lieutenant ou par un connétable. C’est, dans une certaine mesure, une restriction aux libertés des bourgeois de ne pouvoir sortir de leur cité quand ils le veulent.

189C’est en 1415 qu’il est fait pour la première fois, dans un acte, mention de clefs détenues par des bourgeois. Lorsque le roi de France laisse Jean V rentrer en possession de Saint-Malo, les envoyés ducaux, Pierre Eder et Pierre Ivette, dressent un procès-verbal dans lequel il est clairement indiqué que l’une des portes de cette cité a une triple clef, détenue par le capitaine, par l’évêque et par les bourgeois. Une étape importante est franchie en 1449 à Rennes quand le capitaine Monseigneur Pierre, futur duc de Bretagne, accepte de donner une suite favorable à la requête des habitants. Inquiets de la présence des troupes anglaises dans les Marches et d’un coup de main accompli sur Fougères, les bourgeois ont demandé d’avoir en garde une clef de chaque porte et que les issues de la ville ne soient pas ouvertes sans leur autorisation, pendant la durée des hostilités. C’est une sage précaution. Le capitaine est souvent absent et les garnisons sont généralement faibles. Pierre de Bretagne accepte ; la requête est soumise ensuite au duc François 1er qui donne lui aussi un avis favorable, tout en faisant quelques restrictions d’usage. En aucun cas, cet octroi ne doit porter préjudice au pouvoir du capitaine qui pourra récupérer ses clefs quand il le jugera bon. La remise entre les mains des bourgeois des claveures d’une des principales villes du duché a valeur de symbole. C’est même très original dans l’Ouest puisque ce privilège n’est acquis par une grande cité comme Angers qu’en 1474. Nantes a obtenu aussi cet avantage au XVe siècle.

De menus biens

190Longtemps, les communautés n’ont possédé d’autres biens que leurs coffres d’archives. leurs sceaux et étendards, les uniformes portés par les sergents ou par les trompilles. Il n’existe pas encore d’hôtel de ville, sauf peut-être à Fougères dès la fin du XIVe siècle, mais rien n’est certain.

191Nantes semble avoir innové dans ce domaine en faisant l’acquisition d’une maison située au Bouffay pour loger ses engins, c’est-à-dire ses canons, ses outils, etc. Il y a même eu une véritable spoliation au départ ! Le bâtiment appartenait à l’abbesse de Fontevraud et les officiers s’en étaient emparés sans autorisation, allant même jusqu’à entreprendre des travaux « à grant coustaige de plus 200 livres ». Bien entendu, l’abbesse avait protesté vigoureusement, menaçant d’engager des poursuites judiciaires contre la communauté. Finalement, un accord à l’amiable avait été signé au terme duquel, le héral (le terrain) était demeuré à la ville comme « son héritage au prouffit et servitude de la chouse publicque », moyennant le versement au monastère de Fontevraud d’une rente annuelle de 40 sous qui figure désormais régulièrement dans les comptes. Par la suite, les Nantais achètent des maisons, des terrains pour élargir leurs fossés, leurs rues ou pour installer un terre-plein et une butte servant au jeu de l’arbalète.

192Les municipalités ont acquis ou reçu en don au cours du XVe siècle, des tours pour installer des horloges publiques. Ce fut le cas à Fougères dès 1397, à Nantes place du Bouffay avant 1411, à Rennes de 1467 à 1471, à Dinan pendant seconde moitié du XVe siècle. Les derniers bâtiments publics seront à la fin du siècle des « maisons communes » et des écoles.

*

193La documentation de la fin du Moyen Âge permet donc de faire revivre deux institutions clefs de nos villes : la capitainerie émanation du pouvoir ducal et les conseils représentant les bourgeois. Ces organes du gouvernement urbain, indissociables, complémentaires, fonctionnent habituellement dans une atmosphère de paix et de concorde au service des intérêts communs et de la « chouse publicque ». Les conflits sur un siècle de gestion restent au demeurant limités à un minimum de cas.

194Une évolution se dessine toutefois. Le premier rouage donne l’impression, sans s’effacer totalement, d’intervenir de moins en moins, dans les affaires des villes, ou du moins de lâcher la bride totalement au second dont les activités s’affirment chaque année davantage dans des domaines aussi importants que les finances, la défense, la vie sociale, notamment dans les centres les mieux connus d’alors : Nantes, Guingamp, Quimper, Rennes.

Notes

1 La fonction de capitaine a été rappelée dans plusieurs ouvrages dont ceux de P. C. Timbal, La Guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1369), Paris, CNRS, 1961 – A. Rigaudière, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, tome II, Paris, Armand Colin, 1994.

2 A. Lejeune, « Les conseillers du duc de Bretagne. Le milieu des hommes de pouvoir en Bretagne au début du principat de François II (1459-1463) », MSHAB, tome LXVIII, 1991 p. 87-128 – B. Pocquet du Haut-Jussé, « Le Conseil du duc de Bretagne d’après ses procès-verbaux (1459-1463) », BEC, Paris, 1958, tome 116, p. 136-169.

3 J.-P. Leguay, « Urban Life » in The New Cambridge Medieval History, volume VI, c. 1300-c. 1415, M. Jones (dir.), Cambridge University Press, 2000, p. 116-118.

4 J. Toussaert, Le sentiment religieux, la vie et la pratique religieuse des laïcs en Flandre maritime, 1963, p. 108-117 – J. Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes. Contribution à l’étude du droit municipal en Bretagne, thèse dactylographiée, Rennes, 1965.

5 J. Kerhervé, Histoire de Quimper, Toulouse, Privat, 1994, p. 72-74.

6 H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne vers 1230-vers 1530, Paris-Rennes, 1975.

7 J.-P. Leguay, « Dinan au temps des ducs de 1283 à 1532 », dans Dinan au Moyen Âge, L. R. Vilbert (dir.), Le Pays de Dinan, 1986.

8 AM Rennes, compte de 1466 à 1467 et liasse 48 – J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksieck, 1968, p. 246.

9 Y. Labbé, « Les débuts d’une ville bretonne, Vitré aux XVe et XVIe siècles », MSHAB, tome XXIV, 1944, p. 61-146.

10 F. Autrand, « Offices et officiers royaux en France sous Charles V », Revue Historique, tome 252, 1969 – Ch. Laronze, Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de Religion, Rennes, 1890.

11 AM de Guingamp, AA liasse no 1 – S. Ropartz, Guingamp, étude pour servir à l’histoire du Tiers État en Bretagne, 2 volumes, 1859.

12 ADLA E 160 (Saint-Malo 1492) – J. B. Paynaud, Histoire des Privilèges de Saint-Malo, Thèse de droit, Rennes, 1931 – J.-P. Leguay, Histoire de Saint-Malo, op. cit., p. 73.

13 J.-P. Leguay, « Guingamp au XVe siècle, » MSHAB, tome LVI, 1979, p. 109-110.

14 BN ms. Fr. 22339, fo 20-21 – Dom Morice, Preuves II, 1132-1134 – J.-P. Leguay, « Le Léon, ses villes et Morlaix au Moyen Âge », deux articles, in Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome 107, 1979 (1980), p. 192-201.

15 M. Jones, « Les signes du pouvoir. L’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne », MSHAB, tome LXVIII, 1991, p. 141-173.

16 A. Derville, « Pots-de-vin, cadeaux, racket, patronage, essai sur les mécanismes de décision dans l’État bourguignon », Revue du Nord, tome 56, no 222, juillet-septembre, 1974, p. 341-364.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540