Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Deuxième partie. Le gouvernement des élites

Le gouvernement des élites

Texte intégral

  • 1 Y. Barel, La ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, 1975 – Ch. Petit-Dutaillis (...)

1Au terme d’une évolution pacifique d’environ un siècle, des villes armoricaines sollicitatrices ont obtenu des souverains bretons concédants, des privilèges individuels, administratifs, économiques, politiques et sociaux qui leur confèrent une autonomie limitée par le respect et la position éminente du prince, représenté localement par un capitaine-gouverneur. Les premiers avantages datent de Jean III (1312-1341) et de Charles de Blois (1341-1364) ; l’essentiel est acquis à la fin du règne de Jean IV (1364-1399), après son retour d’exil en Angleterre en 1379, et sous Jean V (1399-1443), dans un contexte favorable, dans un duché éloigné des champs de bataille et des drames de la guerre de Cent ans, doté d’une monnaie à peu près stable et de nouvelles ressources financières (fouage, aide, impôts sur les vins), ouvert sur les grands circuits commerciaux du moment de l’Atlantique-sud à la Baltique. Les derniers Montforts, François 1er, Pierre II, Arthur de Richemont, François II et la duchesse Anne confirment, par chartes, les concessions, les complètent, poursuivent l’organisation des métiers, les futures corporations. Les cités armoricaines, restées à l’écart des mouvements d’émancipation communaux ou consulaires, offrent ce paradoxe de recevoir des libertés, à une époque où, dans d’autres régions voisines du Poitou, de Normandie, du Val de Loire, le phénomène inverse se produit : un État plus centralisé, gouverné par un roi, imbu de son autorité comme Louis XI entend exercer un contrôle, de plus en plus rigoureux, des communautés urbaines1.

  • 2 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982 p. 93-112 – (...)

2Décrire les rapports du binôme, duc et communautés urbaines, est l’illustration parfaite de cette notion de « bonne ville », fruit d’une stratégie politique, qu’évoquent B. Chevalier, A. Rigaudière et d’autres historiens pour définir les liens étroits entre les deux composantes, de niveau différent, mais néanmoins complémentaires2. Précisons que des particularités juridiques locales subsistent parmi cette trentaine de villes qui sert de cadre à cet exposé. Des localités n’ont guère reçu de privilèges ou du moins n’en ont pas conservé la trace dans leurs archives ; elles restent placées sous l’étroite tutelle d’un évêque (Saint-Pol), d’un abbé (Quimperlé), d’un seigneur laïque (Rieux, Rochefort) ou d’officiers ducaux territoriaux (Lesneven, Saint-Renan). Inversement, Saint-Malo est, pendant tout le Moyen Âge un cas particulier, avec sa communauté de marchands prompte à revendiquer, à « s’émouvoir » ou à s’engager dans une voie procédurière contre le régime de la coseigneurie de l’évêque et des chanoines (chapitre 4).

  • 3 Un ouvrage collectif offre des comparaisons utiles et des bibliographies régionales : Les élites u (...)

3Examiner comment les rouages fonctionnent est un second aspect qui nous conduit à rappeler l’autorité du capitaine, gouverneur de la place, de ses adjoints immédiats, lieutenant, connétables et de subordonnés justiciers (sénéchal, alloué) ou financiers (receveurs), à examiner leurs rapports avec les assemblées générales épisodiques des chefs de familles aisées, avec les conseils des douze à quinze élus chargés d’expédier les affaires courantes. Ces notables, ces prudes hommes, ces rices homs qui, en aucun cas, ne sauraient contester l’autorité ducale et seigneuriale sont l’émanation d’un régime oligarchique où s’exprime et s’impose « la maire et principale partie des bourgeoys », une expression bien choisie pour désigner une élite hétéroclite, seule à s’exprimer, dans les séances du conseil. Cette minorité agissante comporte quelques membres de la moyenne et petite noblesse, des chevaliers et des écuyers installés en ville, un ou deux chanoines, des anoblis de fraîche date pour leurs mérites, leurs emplois ou à cause de solides protections, et surtout des marchands aisés (mercatores, negociatores), des officiers et des magistrats de haut rang (notaires, avocats, procureurs, juges), tous engagés dans des écheveaux complexes de stratégies familiales. Chaque ville a l’élite qu’elle mérite : ici des hommes influents dans le duché, là des gagne-petit tout juste sortis de l’anonymat3.

  • 4 M. Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, tome IV, rééd. Mayenne, 1982.

4L’apparition de magistrats permanents met en évidence des personnages pourvus de fonctions plus importantes qu’il n’en paraît de prime abord : le procureur des bourgeois, député aux États de Bretagne, porte-parole de la communauté, ancêtre du maire, des miseurs ou comptables et responsables des travaux publics, des contrôleurs ou contrerolles des « deniers communs » et des chantiers, des responsables des fortifications, des portes, des canons, des horloges, de la simple police4 (chapitre 5).

5La gestion des deniers publics ou deniers communs est la tâche la plus difficile, celle qui met les municipalités en relation avec les fermiers des impôts et les contribuables. Avec le temps, les obligations se sont alourdies et les élus doivent faire face aux nécessités de la défense, de la circulation, de l’hygiène, des secours aux pauvres, des indemnités aux expropriés et des réceptions. L’examen des premiers budgets, des « états de finances », souligne l’importance en Bretagne des taxes sur les vins et les produits du sol dans les recettes ou charge et de la défense dans les dépenses ou mises (chapitre 6).

La mise en place et l’examen du fonctionnement des institutions municipales dans des villes devenues des lieux d’autorité administrative, dans ces relais importants des pouvoirs princier, ecclésiastique et baronal, est plus difficile à reconstituer dans les petites bourgades d’origine castrale que dans les grands centres, devenus capitales régionales, instruments de centralisation administrative et toujours cadres d’un maillage seigneurial enchevêtré. Les villes importantes disposent de séries d’archives, de comptes seigneuriaux (Ancenis, Guingamp, Moncontour, Quintin) et municipaux (Rennes, Nantes, Quimper, Morlaix), de textes normatifs, de procès-verbaux de séances des conseils (Tréguier) et d’informations archéologiques, artistiques et culturelles.

Notes

1 Y. Barel, La ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, 1975 – Ch. Petit-Dutaillis, Les communes françaises, Évolution de l’Humanité, Paris, Albin-Michel, rééd. 1970.

2 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982 p. 93-112 – A. Rigaudière, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 53-112.

3 Un ouvrage collectif offre des comparaisons utiles et des bibliographies régionales : Les élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe Congrès de la SHMES, Paris, PU de La Sorbonne, 1997 et le prochain ouvrage, Sur les villes castrales, A. Chédeville et D. Pichot (dir.), colloque de Vitré, 2008-2009.

4 M. Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, tome IV, rééd. Mayenne, 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540