Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Première partie. Les citadins

Chapitre 3. « Les minores » : ouvriers & « gens mécanicques »

Texte intégral

1Des professions réservées au populaire, déclarées franches, échappent à toute réglementation, n’ont pas de statuts écrits sur parchemin ou consignés dans des registres. Est-ce la conséquence de la disparition des archives, des matricules, des comptes ou du respect de coutumes qu’aucun n’oserait transgresser ?

2Le concept de liberté implique que tout individu, disposant d’outils, d’argent a le droit de s’établir en ville, d’acheter ou de louer un local de production, d’y exercer une activité manuelle, d’engager des apprentis et des ouvriers, sans restriction physique, financière, technique (le chef-d’œuvre), morale, religieuse. « Tot hom pot venir seul ou seguiour » (suivi, en famille) disent des ordonnances du Midi. Mais la tolérance officialisée ou sous-jacente, n’autorise pas, pour autant, un artisan à faire n’importe quoi, à échapper à tout contrôle et aux charges inhérentes à sa profession. La hiérarchie à trois niveaux, le maître, l’ouvrier et l’apprenti, est respectée et le mot maître conserve tout son poids et son autorité.

3Quiconque exerce en ville doit respecter les usages locaux en vigueur, les règles d’hygiène élémentaires, se montrer loyal, un mot souvent utilisé au Moyen Âge dans la littérature courtoise et dans les contrats professionnels, idoine (sic), fiable envers ses confrères et ses clients. Les contrevenants sont lourdement pénalisés. L’intervention des pouvoirs publics reste constante dans la vie économique et a donné jadis matière à de savantes exégèses des historiens du droit (M. Planiol).

La diversité du monde du travail manuel

4Les plus nombreux dans les statistiques urbaines sont les ouvriers du métal « toutes gens ouvrant de martel en forgeant fer » et ceux du bâtiment, des rustres au langage démotique. Mais on observe ailleurs aussi une étonnante bigarrure sociale au niveau des autres arts que nous mentionnerons en conclusion de cette première partie.

Les représentants du « royaume du feu »

  • 1 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge & Vivre en ville, op. cit. (bibliographies).

5Les produits métallurgiques semi-ouvrés et livrés sur les quais des ports ou sur les chantiers sous forme de barres, de tôles, de lingots ou saumons, de ferrailles, l’outillage diversifié, les armes inscrites dans les comptes au chapitre de l’artillerie, les objets de la vie quotidienne (trépieds, chaudrons, pots) entrent dans la catégorie des équipements courants et figurent, en bonne place, sur les tarifs des coutumes, des octrois, des taxes levés dans les ports, sur les champs de foire et des marchés, aux portes des enceintes et énumérés sur les pancartes ou dispositions tarifaires1.

6Le nombre des artisans et des ouvriers du métal croît même s’il n’y a pas en Armorique de concentrations comme on en rencontre en Italie ou dans le Nord, à Valenciennes. Ils peuvent représenter 6,7 % des travailleurs et arriver au troisième rang de l’artisanat de production, après les professionnels de l’alimentation et du textile, au même niveau que les producteurs de cuir et de peaux. Un pointage systématique des noms d’ouvriers dans les archives comme nous l’avons fait à partir des aveux de Lamballe ou des comptes seigneuriaux d’Ancenis ou de Guingamp permet d’identifier plusieurs catégories de professionnels.

7❍ La consommation urbaine en produits semi-ouvrés, élaborés en fer forgé, en fonte, et au mieux en acier, s’est accrue et diversifiée mais dans des proportions difficiles à saisir.

8Liées à la transformation qui nécessite un travail méticuleux pratiqué au marteau, à la lime, à la pince, aux tenailles ces professions n’ont cessé de se spécialiser avec la demande en pièces détachées et en outils. La présence d’une cour, d’une garnison, d’hôtels privés, l’ouverture d’un chantier de cathédrale, d’une enceinte, d’une horloge (Nantes, Rennes) attirent les ouvriers, encouragent la création de nouvelles entreprises. Chaque bourgade a développé une métallurgie pour répondre aux demandes de sa population et des nouveaux venus.

9Les besoins d’outils, de cadratures ou d’assemblages de pièces de mécanique de précision d’horlogerie ou de métier à tisser, de tirants, de tiges et d’armatures de murs et d’ogives stimulent aussi le commerce pondéreux. Le fer aciéré devenu presque commun en Italie avec les fabriques de Brescia où des compagnies comme les Datini en ont fait l’instrument de leur fortune, commence aussi à se propager sur le marché français. La coutellerie en consomme beaucoup sous forme de lames de couteaux, de ciseaux. Les miniatures qui représentent des chantiers, une cathédrale en reconstruction, une Tour de Babel symbolique, les comptes des chantiers livrent une panoplie de marteaux, de pinces, de scies, de ciseaux, de haches. C’est aussi par milliers que sortent, des ateliers spécialisés, les viretons, les fers de lance, les pointes de flèches, les salades ou les chapeaux de Montauban (une variété de casques), les plaques et lames d’armures, les bardes de destriers. On compte des réparateurs sur les chantiers, d’outils en fer, renforcés d’acier, résistants, capables de tailler des pierres dures de grain, des fournisseurs de grilles, de barres, de bandes de fer appelées feuillards, de tirants pour compenser les poussées en architecture, d’armatures en métal de fenêtres ou de grandes roses, des ferronniers d’art, des fabricants d’armes blanches, des tireurs de fil de fer et des épingliers. Des épingliers « fessent » (battent) des fils de laiton à longueur de journée pour obtenir des aiguilles les plus effilées possibles. Des émouleurs plutôt itinérants meulent les couteaux, tandis que des emmancheurs montent des manches. Les comptes des miseurs énumèrent aussi les commandes à des cloutiers ou atachiers, à des claveuriers qui fabriquent des claveures, à des aiguilliers.

10❍ Le vocabulaire courant, les noms de rues révèlent plusieurs spécialités à commencer par la ferronnerie.

11Les mots fèvre, feuvre, l’équivalent du fabre ou faure dans le Midi, ferronnier, déjà cités dans le chapitre précédent, sont aussi une appellation générique d’où sont issus d’autres artisans plus spécialisés.

12Les mintiers ou chaudronniers sont aussi des ouvriers qualifiés très demandés et suffisamment nombreux pour donner leur nom à une rue de Dinan, la Myterie.

13Les plombiers-zingueurs appelés pintiers, plommiers, plombeurs, estaimiers, étaimmiers-plombeurs se rencontrent couramment dans les villes depuis l’Antiquité où leur présence est déjà attestée (Musée Dobrée de Nantes). Ils fabriquent de tout, aussi bien des pots d’étain, des tuyaux, des gouttières, que des pans de toitures étanches en lames de plomb repoussées au marteau, que des cercueils plombés. Le métal malléable permet d’ajouter des décorations ou agrémens, des épis, des crêtes, des boutons. Ces hommes sont de véritables artistes, capables de produire un pot dans une seule masse de métal ; ils écoulent aussi des plats, des timbales, des pintes, des pichets unis ou décorés et ont su perpétuer les patrimoines régionaux.

« La pose de conduits métalliques est devenue une affaire intéressante avec l’équipement en eau courante et l’évacuation de l’eau de pluie. Chaque section est obtenue à partir d’une feuille de métal enroulée autour d’un mandrin calibré avec des croches ou tenailles ; ses bords sont ensuite soudés aux autres sections à l’artelle. Il suffit de calculer la longueur en kilomètres des canalisations installées ou la superficie de certains toits pour mesurer l’ampleur de la tâche. Les archives de Vannes indiquent la présence, à la fin du XVe siècle, de 8 plombiers-zingueurs et potiers d’étain, plutôt localisés dans le quartier de Saint-Salomon extra-muros. »

14À l’acier, au fer forgé, au laiton (laton, archal), au cuivre, à l’étain, au bronze, à l’acier, à tous ces métaux transformés, façonnés, récupérés, se rattachent d’autres professions auréolées d’une réputation que leur valent leur haute technicité, des contrats intéressants, le savoir-faire de leurs représentants.

15Deux cas retiennent plus précisément l’attention : la serrurerie et la clouterie. La première ou claveurerie est l’exemple d’une industrie de précision en développement depuis le XIIIe siècle. Les artisans de ce métier délicat doivent répondre à une demande de protection accrue, livrer aussi des grilles et des grillages de fenêtres, des clefs simples ou forées, des loquets, des verrous, des pentures, des goupilles, des viroles, des gonds scellés au plomb. Des variétés de serrures sont appelées, dans nos archives, des couroillières, des serrures plates, des bénardes, d’autres variétés à bosse ou à morillon, à ressort et à vertevelle. Ces mêmes ouvriers fabriquent aussi très souvent des pièces d’horlogerie, des ferrures pour les prisons, des objets d’art. Des chefs-d’œuvre sont exposés en bonne place dans les musées de Bretagne qui conservent d’authentiques fermetures en fer forgé, adaptées aux portes et aux coffres, dont les plus anciens remontent au XIIe siècle. Le mécanisme, avec la boîte en métal, le verrou ou pêne, la gâche, les pentures ou bandes de métal clouées et boulonnées aux vantaux des portes ne cessent de se compliquer et de se décorer.

16La clouterie s’est propagée partout en Bretagne : dans la forêt de Paimpont, dans les faubourgs des grandes villes (Rennes, Nantes) pour répondre à la demande des chantiers, aux exigences de métiers gros consommateurs d’attaches avec la charpente, la couverture, la cordonnerie etc. Elle a également beaucoup progressé. C’est une des rares professions où il est possible de connaître les variétés en usage et de donner des estimations chiffrées. Ces clous sont fabriqués et vendus par milliers. Leurs noms soulignent les origines, les dimensions, les emplois. L’activité est lucrative et dépourvue de toute monotonie si l’on en croit l’extrême variété des espèces fournies : clous coronés à forte tête, clous lateretz ou d’attache pour les toitures, clous carrés et clous gamyau pour la menuiserie, clous palastres pour la cordonnerie et le menu bois, clous dournau pour tenir les ferrures, clous de tillac ou de tubage (les tilles étant de fines planches), de mytilac, clous de guingueczon pour de menus travaux, clous de bandes pour les roues des charrettes, clous de carneble, clous de pointe de plusieurs espèces dont les plus grosses dépassent parfois les 20 cm de long.

  • 2 P. Benoît et Denis Cailleaux (dir.), Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Actes (...)

17❍ On s’intéresse depuis peu dans les archives à la présence d’ouvriers plus spécialisés encore : des tréfiliers de fil d’archal, de forcetiers livreurs de ciseaux, des lanterniers, des c (h) andeliers, des poêliers, des lampiers, des épingliers, des taillandiers ou serpiers « ouvriers d’œuvre blanche ou de ferrements blancs » livrant des outils tranchants, des pointes « aciérées » ou armées d’acier, des artelles à couler les soudures, des serpes, des faulx, des croches de forgeron. Les chaudronniers ou maignans, meignins, magains, dinandiers (de Dinant en Belgique), peyroliers, taillandiers grossiers, ou fournisseurs de marmites, de crémaillères, d’attirails de cheminée sont très sollicités. Les merciers commercialisent de plus en plus ce qu’ils nomment déjà des quincailleries2.

18Toutes ces professions, auréolées d’une grande réputation se pratiquent à demeure dans l’unique pièce d’un atelier familial, muni d’une cheminée et d’un soufflet, de préférence loin des centres, plutôt dans les faubourgs pour éviter le danger d’incendie et le bruit (le Val de Lamballe ou la Vallée de Clisson, Saint-Patern et Saint-Salomon de Vannes, le Bourgneuf ou Richebourg de Nantes).

Les ouvriers du bâtiment

19Du petit monde du travail, les ouvriers du bâtiment sont les mieux connus. Déjà nombreux sous l’Antiquité, ils le sont encore à la fin de l’époque médiévale. Les facilités d’embauche dont ils bénéficient sur tous les chantiers des villes en pleine expansion offrent des perspectives encourageantes non seulement aux autochtones, mais aussi aux ruraux et aux étrangers qui arrivent des campagnes localement surpeuplées ou de pays ravagés par les guerres.

20L’examen des comptes de fabriques ou municipaux montre que trois catégories de travailleurs sont recrutés : un noyau de permanents, des Bretons itinérants et quelques aubains ou forains.

21❍ Il existe tout d’abord un recrutement local, en ville ou dans les paroisses de la châtellenie, plus important qu’on ne l’imagine quelquefois, mais nécessaire pour la construction et l’entretien des bâtiments.

22Les chiffres suivants, purement indicatifs, soulignent la place privilégiée qu’occupent les travailleurs manuels en ville.

« Les comptes de la seigneurie de Guingamp donnent pour la seconde moitié du XVe siècle les noms de 21 maçons (en même temps paveurs), de 30 charpentiers-menuisiers, de 3 couvreurs d’ardoises, de 10 ouvriers du métal, fèvres, ferronniers, claveuriers et pintiers, de 6 potiers fournisseurs de tuiles et de carreaux de terre cuite pour paver les salles des tours de l’enceinte, les foyers des fours et pour aménager les chaussées des moulins.
Les registres de Moncontour indiquent pour une période qui couvre cette fois presque un siècle : 70 charpentiers-menuisiers, 15 maçons, 11 couvreurs, 21 artisans du métal. D’autres documents, plus fragmentaires, signalent également leur présence nombreuse dans plusieurs centres urbains. »

23Viennent au premier rang du personnel des chantiers les charpentiers seuls et les charpentiers-menuisiers. Il n’y a pas lieu de s’en étonner à une époque où le merrain, la planche, la solive, la latte entrent pour une part essentielle dans l’élaboration de l’habitat, dans la carcasse des grands édifices civils (halles ou horloges), et sert aussi couramment en architecture militaire pour construire les bastilles, les hourds (balcons), les palis (palissades), les ponts-levis et les barrières. L’architecture religieuse en utilise beaucoup pour les charpentes, les aménagements intérieurs, les sièges, les chaires, les lutrins. À Nantes, pour ne citer qu’un exemple, les charpentiers sont constamment sollicités pour remettre en état la série de ponts sur la Loire et sur l’Erdre.

24La présence de fortifications confère aussi une place privilégiée aux ouvriers de la pierre qu’on appelle perréeurs ou carriers, maczons communs de pierre froide et maçons de pierre de taille, l’élite de la profession, les sculpteurs ou ymaigiers. Les paveurs, les constructeurs de fours se sont dégagés de la maçonnerie pour devenir autonomes.

25Les couvreurs sont également nombreux sur les chantiers ; une distinction est d’ailleurs faite entre les couvreurs d’ardoises et de tuiles, « l’aristocratie » du métier et ceux qui emploient la paille, le genêt et le roseau, moins considérés, moins payés même s’ils doivent faire preuve d’une adresse aussi grande.

26Ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent dans les comptes d’une année pour l’autre, quelquefois pendant vingt à trente ans consécutifs. Les fils succèdent généralement à leurs pères ; il n’est pas interdit, cependant, de passer d’une activité à une autre. Nous avons rencontré de véritables dynasties d’ouvriers.

« On relève à Moncontour : chez les charpentiers deux Perret, deux Cadet, deux Gastinays, trois Le Fauchour, deux Le Mintier, deux Robert ; chez les maçons deux Salmon, deux Rouaust ; chez les couvreurs : un Le Mintier, quatre Le Blanc. On trouve aussi un Rouaust fèvre, un Robert claveutier, etc. À Nantes, des familles passent régulièrement des contrats avantageux avec la municipalité. Les Girardin ou Giraudin ont, pendant une soixantaine d’années, le quasi-monopole de l’entretien des ponts. Tour à tour, Geoffroy, Jehan puis Perrot se font nommer par les responsables du Conseil “gouverneurs” et dirigent à ce titre une équipe de charpentiers-pontonniers affairés. D’autres “entreprises” familiales bloquent aussi les adjudications ou sont salariées : les Ectore couvreurs d’ardoises, les Dagaye, Etaisse, Ernault, Le Grand, fèvres et cloutiers, les Hervé cordiers et podiers, etc. On assiste au même phénomène dans toutes les cités où des séries de documents permettent de suivre, pendant plusieurs années consécutives, l’emploi des travailleurs. »

27Ces permanents habitent de préférence dans les faubourgs ou dans les villages voisins où ils trouvent l’espace nécessaire à l’exercice de leur activité, où ils dressent leurs ateliers, montent leurs charpentes, stockent leurs outils et leurs matériaux. Quelquefois, ils occupent des rues privilégiées comme l’indique la toponymie, sans pour autant y constituer l’unique profession. Nous ne trouvons pas dans les villes bretonnes de quartiers d’artisans d’une même profession comme cela se produit en Languedoc.

28D’autres journaliers n’apparaissent qu’occasionnellement sur les chantiers. Sur ce point précis, le bâtiment se différencie profondément des métiers jurés attachés, par leurs statuts, à un recrutement plutôt local.

29❍ La main-d’œuvre flottante des ruraux est très importante dans la formation de fortes équipes.

30Il est conforme aux traditions bretonnes de quitter son village pour chercher du travail dans les villes. Les raisons sont les mêmes à toutes les époques. Les ressources limitées qu’apportent les exploitations rurales, de dimensions restreintes, ne permettent pas aux familles nombreuses de vivre dans des conditions décentes et les enfants doivent s’expatrier. Les excès de la fiscalité poussent aussi les hésitants. L’ouvrier émigre aisément, tantôt dans les limites de la province, tantôt à l’extérieur. On le rencontre aussi à Paris et même dans des provinces plus éloignées, en Aquitaine.

  • 3 J.-P. Leguay, « Les manœuvres des chantiers et des carrières en France et dans les pays voisins au (...)
  • 4 J.-P. Leguay, « Les ouvriers des chantiers de construction nantais au XVe siècle », revue 303, no (...)

31Des journaliers sont réquisitionnés de force, d’autres sont des contractuels. Quand la nécessité se présente, les autorités civiles et militaires obligent les villageois, domiciliés dans un rayon de deux à quatre lieues autour des agglomérations, à venir accomplir des corvées d’utilité publique, sous prétexte qu’ils sont bien aise de trouver protection à l’intérieur des remparts quand le danger pointe à l’horizon3. Ces hommes n’ont aucune qualification professionnelle et on leur laisse le soin de creuser, d’élargir et de nettoyer les fossés, d’ébousiner et d’évacuer les bourriers des fondations. Par souci d’efficacité la durée du service est fixée avec soin, généralement trois ou quatre jours par mois, et la tâche à accomplir est précisée sur le terrain sous l’appellation de bansches ou lots-corvée, mesurés en pieds ou en toises carrées. Une grande ville comme Nantes dispose d’un potentiel de réquisitionnables de 5 200 ruraux, auxquels peuvent s’ajouter 1 500 citadins. Mais beaucoup réussissent à se faire réformer sous un prétexte ou un autre, se dérobent, se cachent et il faut envoyer les sergents dans les campagnes pour poursuivre les délinquants4.

32Finalement, la meilleure solution reste d’imposer les paysans, une fois de plus, et, avec le montant de la somme ainsi recueillie, de louer les bras de professionnels. Au premier rang des volontaires figurent les petits exploitants ruraux, les ouvriers des campagnes tout heureux de trouver la possibilité de gagner quelques sous pour améliorer leur ordinaire. Nous pensons, par des allusions rencontrées dans les textes, insuffisantes malheureusement pour établir des statistiques, que les chantiers de Quimper, de Rennes, de Nantes, de Vitré, de Fougères, de Vannes, de la plupart des localités du Penthièvre ont drainé de la sorte les campagnards qui renonçaient d’ailleurs à leur activité complémentaire pendant la mauvaise saison et au moment des récoltes. C’est une explication vraisemblable à ces chutes saisonnières que l’on observe sur les graphiques des journées de travail.

33Certaines régions disposent d’un tel excédent de bras qu’elles sont exportatrices de main-d’œuvre. C’est le cas notamment des campagnes surpeuplées des diocèses de Saint-Brieuc et de Tréguier, près des côtes, aux alentours de Lamballe, de Moncontour, d’Yffiniac, d’Hillion, etc. Elles fournissent cette catégorie dite de « Lamballais », réputés dans tout le duché et à l’extérieur, jusqu’en Aquitaine, sous le nom de « valadiers », comme remueurs de terre, pionniers, bassons ou bassous, foussayeurs. Ces saisonniers sont couramment employés comme terrassiers dans les douves, comme carriers, comme convoyeurs d’artillerie ou pour toute autre tâche qui nécessite des muscles. Les villes passent de véritables contrats avec des « négriers » qui se chargent d’aller sur place recruter la main-d’œuvre indispensable, Pierre Margerel, Pierre Rivière, Rolland Dussel, Olivier Noël, Jehan Ruialen, Jehan Cahoux, Pierre Macé, Jehan Perier en sont des exemples. Ils se font aider par les prêtres des paroisses qui font pression sur leurs ouailles. Ils sont enfin, en même temps, responsables, pour une somme forfaitaire, de l’œuvre envisagée. Des équipes très importantes sont ainsi transplantées d’un chantier à un autre, avec leurs outils : 460 pour aller démolir le château de Broon en 1420, 223 à Rennes en 1449, 500 en 1490, 200 à 300 en temps normal à Nantes.

34Ce phénomène migratoire des ruraux de la région de Saint-Brieuc a commencé d’ailleurs très tôt, bien avant le XVe siècle.

35❍ Les chantiers bretons font appel, enfin, à des étrangers aubains, forains ou estranges personnes plutôt ouvriers spécialisés, très qualifiés, que simples maçons ou charpentiers, sans que cela soit une règle absolue.

36Les plus nombreux sont bien entendu Français. Une analyse onomastique, malgré son imprécision et les réserves qu’elle soulève, indique la présence d’individus soit au nom ou au surnom de France ou de François, soit portant un patronyme provincial.

37Les régions proches des marches sont les plus sollicitées. Des textes font allusion à des Angevins, à des Manceaux, à des Poitevins, à des Limougeots et à des Auvergnats qui viennent chercher du travail et restent plusieurs années de suite en Bretagne. L’apport normand a été considérable au début du siècle, après Azincourt ; la tradition parle de 125 000 personnes mais on ne peut guère prendre au sérieux une telle estimation qui a sans doute un zéro de trop ! Les registres fiscaux, les comptes municipaux ou les aveux ne livrent qu’une soixantaine de familles par grande ville, un ou deux individus isolés par paroisse rurale, repartis dès que la paix est rétablie dans leur province. L’examen de la liste des maçons travaillant sur les murs de Nantes, pendant la seconde moitié du XVe siècle, montre que ces étrangers ou supposés tels ne sont qu’une infime minorité, à côté de noms bien bretons : Gratien Normand, Pierre Paris établi au Marchix, Hervé Grenoble, etc.

  • 5 S. Guye et H. Michel, Mesures du temps et de l’espace. Horloges, montres et instruments anciens, F (...)

38La Bretagne manque de techniciens, d’ouvriers capables de construire et de réparer les rares machines du moment (pompes, escargots, appareils élévateurs, mécaniques d’horloges) ou d’appliquer les découvertes faites en Europe dans les domaines de la défense et de la poliorcétique. Ce sont des Normands de Caen, de Rouen et de Villedieu, Pierre Hurel et Jehan Guilbert qui viennent fondre le second bourdon de Rennes et des cloches à Tréguier. Deux horlogers parisiens, Jehan Petit et Jehan Vinc montent les mécanismes compliqués des horloges du Bouffay et du Champ-Jacquet5. On signale la venue de nombreux Allemands ou gens de parler germanique. Les uns servent comme mineurs, à une époque où plusieurs gisements métallifères, souvent connus des Romains, sont remis en exploitation ou découverts. D’autres sont « gens expérimentez et congnoessans en fait de fortificacions et rempares », d’excellents artificiers capables de guider les maçons dans le choix de la meilleure orientation des canonnières, des artilleurs, des canonniers responsables, sans aucun doute, des progrès accomplis à la fin du siècle dans l’art de la fonte des bastons (canons). Quelques-uns s’installent définitivement dans nos villes, se marient, francisent leur nom à la deuxième ou à la troisième génération, oublient leur langage vernaculaire, obtiennent des emplois municipaux comme ce Hanse Dezinge, gouverneur de l’horloge de Nantes en 1484. Maître Pietres d’Almaignes est retenu au service ducal avec 32 compagnons en 1473. Les noms de plusieurs de ses hommes et de leurs successeurs sont connus par des états de guerre ou budgets prévisionnels des dépenses en artillerie. Nous avons notamment, avec l’orthographe phonétique de l’époque, Hance de Cleves (Clèves), Hances Holles, Jehan Lezin, Hance de Neuremberch, Henri de Pruche, Martin Tilleman, Hans Taiz, Hance Zebes, Flaux Selouart. Ce sont des canonniers, des armuriers, un « tendeur de pavillons ». Nous en retrouvons d’autres installés comme sculpteurs, orfèvres ou peintres à Tréguier et à Vannes.

39Des Anglais sont appelés également à la fin du XVe siècle comme spécialistes des pièces d’artillerie et des armes blanches : Guillaume Flanchez, Guillaume Comic, Thomas Ysop à Rennes, Guillaume Gloaire ou Gloyre, Richard Gaigen, Thomas Youff, Guillaume Gornich à Nantes.

40Des ouvriers flamands, hollandais, italiens font à l’occasion bénéficier les Bretons de leur savoir et réussissent à se rendre parfois indispensables et à obtenir des emplois. Queso Velut, originaire du Hainaut, est un remarquable forgeron-canonnier dont les enseignements sont profitables aux Rennais et qui finit, au milieu du siècle, par devenir « canonnier genneral de Bretaigne ». Avec le début des hostilités entre la France et le duché, on voit arriver des hommes de valeur, spécialistes plutôt dans les armes que dans le bâtiment proprement dit, bien qu’ils stimulent et orientent la construction militaire : Pierre de Hollande, Alladin de Lescluze, Gérard Ostrellens, Olivier Héliez, etc.

41Il ne faut pas cependant exagérer l’importance de cet apport extérieur dans l’artisanat. Il n’est en aucun cas comparable à celui des marchands, nombreux et solidement organisés à Nantes, à Rennes et à Saint-Malo. Son rôle se limite, comme nous l’avons vu, à des techniques de pointe, au travail du métal, à l’artillerie. Géographiquement, il ne dépasse guère l’Europe du Nord-Ouest (Angleterre, Flandre, Hollande) et l’Allemagne. Les Italiens sont très rares, les Espagnols pratiquement inexistants comme ouvriers.

Le travail sur le chantier ou dans la « perrière »

42Le cadre de travail de beaucoup d’ouvriers connus par les comptes des miseurs et des contrôleurs est le chantier en plein air. Ces travailleurs collectifs se distinguent des autres, consignés en chambre ou en atelier. Ils sont d’ailleurs plus indépendants de caractère et d’emploi.

43Le chantier se déplace. Son étendue et sa durée sont déterminées par l’importance et la qualité de l’œuvre, la conjoncture politique qui impose des délais impératifs (pour un rempart), les crédits disponibles, la compétence du responsable et des travailleurs.

44La profession de perréeur et de maczon a eu longtemps, au Moyen Âge, une bien fâcheuse réputation due à son indépendance, à la turbulence et à l’esprit « discutailleur » et contestataire de ses membres. Des conflits homériques opposèrent ces derniers aux autorités ecclésiastiques qui leur reprochaient de porter des cheveux longs, des barbes sales, d’utiliser un langage vert dans des lieux saints, d’oser apporter une note et des corrections personnelles dans l’œuvre commandée.

Les lieux de travail

45Plusieurs catégories de chantiers et de carrières ou perrières fonctionnent en plein air dans les villes du XVe siècle.

46❍ Les vastes entreprises, mobilisatrices de plusieurs équipes d’ouvriers, de capitaux et de fournitures, concernent surtout les ouvrages militaires.

47Les gros œuvres chargés de construire à la hâte des tours, des sections de courtine, des ponts sont mieux subventionnés et le temps presse. On ne peut pas se permettre de laisser, faute de bras, les choses s’éterniser, au risque de compromettre la sécurité d’une place.

48Des équipes de compagnons, de valets, de journaliers s’activent donc sous la direction d’un ancien faisant office d’architecte et de conducteur de travaux. L’examen des archives nantaises, qui sont les plus complètes sur ce point précis, souligne de sensibles écarts d’une année pour l’autre. En novembre 1444, quand commence l’œuvre de la porte Saint-Nicolas, on ne compte encore que 15 maçons-carriers et 33 serviteurs. Peu à peu, les effectifs augmentent avec l’érection des murs et on atteint le nombre de 39 maçons le 18 octobre 1445 et de 57 manœuvres. La menace de passage de routiers, les prévisions d’une guerre franco-bretonne, sous le règne de François II, accélèrent l’entreprise, précipitent le recrutement, gonflent les effectifs. Nantes fait travailler, au maximum après 1478, 426 ouvriers, soit 320 maçons et valets, 20 carriers, 86 charpentiers, affectés à la porte Saint-Pierre et à l’enceinte voisine du château, un chiffre éloquent pour une population de 14 000 citadins ! Lorsque les autorités quimpéroises entreprennent dans les années 1469-1471 de reconstruire plusieurs pans de murs, près de la porte du Régaire, le travail est si délicat à cause « d’un grand lac et bouillon » qu’il faut convoquer 55 puis 70 travailleurs pour la plupart des manœuvres, employés à évacuer les eaux et la boue. Fougères et Vitré ont occupé aussi, à certains moments de leur histoire, plusieurs dizaines d’ouvriers dont quelques-uns venaient de Normandie.

49❍ La restauration d’une église, la pose d’ogives, l’aménagement d’un quai, d’une horloge, d’un moineau, sorte de petit ouvrage de protection, la réfection d’un logis n’exigent, à l’inverse, qu’une poignée de travailleurs, à peine une dizaine, un maître, deux ou trois ouvriers, quelques serviteurs qui circulent sur un espace réduit, encombré de matériaux et d’outils. Quand la tour Neuve de la forteresse de Vitré est bâtie en 1420, on ne compte au maximum que 8 maçons et carriers et 8 valets pour curer le bousin, creuser les fondations et préparer le mortier, au total quinze à seize personnes. Sur le chantier de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, fin XVe siècle, nous avons constaté qu’il n’y a jamais plus de 8 à 9 tailleurs de pierre et maçon et deux ou trois jeunes serviteurs, douze travailleurs au maximum !

50Dans un coin, on aperçoit une cabane ou une loge, un appenti sommaire, recouvert de paille, de nattes ou de roseaux où sont déposés les plans, les maquettes et les outils, où un maçon plus doué que les autres pour sculpter achève de préparer un pinacle, une gargouille, un pas de vis ou d’escalier à degrés, une ogive, où tous se réfugient pour manger, se protéger d’une averse ou paresser. Il ne faut pas voir davantage dans ces loges pour le moment ; ce ne sont pas encore, du moins en Bretagne, des lieux de réunion, un club fermé, où s’élaborent des règles d’entr’aide, un rituel, des signes de reconnaissance. La franc-maçonnerie est encore inconnue ici, alors qu’elle s’organise déjà en Allemagne et surtout en Angleterre avec la publication de deux codes, le Regius et le Cooke. Aussi faut-il prendre l’expression de « compagnons de la loge », rencontrée à la cathédrale de Vannes dans le sens le plus anodin qui soit.

51La distinction entre grands et petits chantiers est moins évidente chez les charpentiers, les couvreurs, les plombiers, les premiers vitriers. Moins nombreux, ils n’ont pas des centaines de m2 à terminer dans les plus brefs délais. Ils se contentent de poser quelques piles, des solives et bardeaux, des conduits, des gouttières. Plus le métier est délicat, moins il mobilise de travailleurs spécialisés, dispersés et difficiles à trouver.

52❍ La plupart des gens mécaniques se contentent d’un atelier-boctique sur rue, de tables et de tréteaux en façade, d’un hangar dans une cour.

53Les charpentiers, souvent en même temps menuisiers interviennent pour poser les cintres des voûtes, les charpentes et les planchers, pour monter des bastilles ou des hourds, pour assembler des barrières et des chaffaux. Sauf exception, notamment sur les ponts de Nantes, les équipes sont presque toujours inférieures à une dizaine d’hommes. L’outillage est sommaire ; il comprend une paire de « grands turcaythes » ou des leviers « à pied fourché » pour arracher les pointes, des tenailles ou écrevisses, des « mails de bois » ou de fer, des marteaux de carrier nommés ailleurs batterands, des croches (pinces), des cognées, des hachereaux avec lesquels on « assiect les planches sur les cytres de la voûte », des nyveaux, des scies traversaines, etc. Nous n’avons pas en Bretagne l’équivalent du maître-charpentier des œuvres royales, une personnalité en vue comme le célèbre Jacques Bonnel, dit de Chartres, sous Charles V.

54Les couvreurs, les tuilleurs ou tuiliers qui tapissent les fours, posent les cheminées, pavent les salles, les pintiers qui installent les gouttières et couvrent les bâtiments officiels de lames de plomb font une apparition plus rapide dans nos documents. C’est le cas aussi des cordiers qui fournissent parfois d’énormes cables qui pèsent plus de 200 livres-poids et des « brassées de cordes ».

55Une figure familière à tous nos chantiers est le forgeron. Il répare soit à domicile, soit dans de petites forges de fortune, installées près du gros œuvre ou sur une place publique, les outils des carriers et des maçons, en fabrique des neufs, affile sans cesse les lames vite ébréchées, et surtout livre des chevilles et des pointes aux charpentiers et aux couvreurs. C’est tout un petit monde qui s’active journellement sur les murs des cités, dans les églises et dans les cathédrales, sur les chantiers privés. Sa permanence, sa place importante au sein des travailleurs manuels constituent un des traits essentiels de l’histoire de nos villes.

56❍ Les carrières offrent les mêmes contrastes à l’échelle urbaine et périurbaine. Avec l’essor de la construction armoricaine, des chantiers d’abattage et d’exploitation de la pierre se sont multipliés.

57La plupart sont situées dans l’agglomération urbaine proprement dite pour diminuer le coût des transports très onéreux, au point de doubler quelquefois les prix. Les municipalités récupèrent les matériaux de démolition, les pierres extraites des douves qu’on creuse ou qu’on élargit et multiplient les petites excavations dans les jardins loués à des particuliers. Ces endroits produisent quelques mois seulement avant d’être abandonnés dès que l’eau source trop, que le bousin s’amoncelle au risque de gêner le travail, ou tout simplement quand on atteint la limite des habitations ce qui ne tarde guère. Pour la seule ville de Rennes, une dizaine d’excavations ont laissé des souvenirs dans les archives municipales.

58D’autres chantiers sont plus vastes, relève de véritables entrepreneurs ou de la municipalité, occupent en permanence une équipe de carriers et sont associés, le siècle durant, à l’histoire d’une ville. Les carrières de la rue Hux (route de Paris) à Rennes sur les pentes de l’actuelle butte et du jardin du Thabor, de la montagne de Frugy et de la Rive de l’Odet à Quimper, des coteaux du Gast et de Rillé à Fougères, du chemin de Croasiou Moyec à Saint-Pol-de-Léon, de Miséric à Nantes ont été abondamment utilisées. C’est par dizaines qu’on les situe dans les hinterlands.

59Plus on s’écarte d’une ville, moins les carrières sont rentables à moins qu’il ne s’agisse d’une pierre de taille retenue pour sa dureté et ses qualités esthétiques : le schiste rouge de Pont-Réan près de Rennes, le granit de l’île-aux-Moines dans le Golfe du Morbihan ou de « Chosé » (Chausey en Normandie), le kersanton de Daoulas expédié par Brest.

  • 6 « L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction aux XIVe et XVe siècles » (...)

60Pour faciliter le transbordement et le transport, les Bretons ont recherché de préférence les perrières des îles et des flancs de vallées fluviales, desservies par des bateaux plats appelés estaffes6.

Les normes de travail

61L’ouverture et la durée d’un chantier ou d’une carrière est bien entendu tributaire des commandes, du financement, des possibilités de recrutement de bras et de ravitaillement en matériaux sur place ou loin à l’extérieur, des traditions et des ordonnances ducales.

62❍ Les disponibilités financières, réglées par des taxes indirectes de denier pour livre, le méage, le billot ou apétissement sur les marchandises et le vin, des emprunts forcés auprès des riches, des tailles sur les citadins conditionnent l’avenir et la rapidité des travaux et expliquent « l’éternité » de certains d’entre eux.

63De façon générale, le XVe siècle breton, surtout après 1420, nous donne l’impression d’avoir été une période faste pour le bâtiment et il ne semble pas qu’il y ait eu ces arrêts prolongés que l’on observe ailleurs, de 1407 à 1440, pour ne citer que l’exemple parisien. Il en résulte un appel d’offres, sensible dans tous les centres importants, provoquant l’arrivée de flux de ruraux et peut-être aussi des premiers compagnons du Tour de France. L’examen de listes de maçons-perréeurs nantais montre que le noyau permanent, domicilié en ville, surtout dans les faubourgs, est d’environ 25 % du total. D’autres surgissent brusquement, séjournent un ou deux ans, le temps de participer à une œuvre collective, puis repartent pour une destination inconnue, pour un autre chantier. Où sont-ils allés ? Là où la rumeur annonce l’ouverture d’une prochaine campagne de travaux. Toutefois, avec l’âge et surtout avec le mariage, certains se sédentarisent et réussissent même à s’intégrer dans la société de leur ville d’adoption. On les trouve propriétaires d’un petit bien, à l’image de Pierre et Mahé Lamballays, devenus propriétaires de vigne à Barbin, à la périphérie de Nantes.

64Le premier geste des travailleurs forains est de rechercher un logement, à moins qu’il ne soit prévu dans le contrat. C’est un aspect majeur de la vie quotidienne mais qui reste pour nous une énigme. Les immigrés logent-ils chez des particuliers au dernier étage d’un immeuble, dans un galetas, dans des dortoirs aménagés dans les différents étages des tours, dans les établissements religieux, dans des baraquements ou des loges sur le chantier ?

65❍ Les journées de travail sont bien remplies. Les horaires tiennent compte des saisons, de l’éclairage, du temps qu’il fait et d’autres considérations davantage personnelles.

  • 7 J.-P. Gutton, Bruits et sons dans notre histoire, Paris, PUF, 2000.

66L’ouvrier médiéval est un lève-tôt. Il arrive de chez lui à environ 5 heures du matin en été, 6 heures en hiver, dès potron-minet, « aux chandelles encore allumans », quand la campagne de l’église voisine annonce le premier office, quand retentit la corne du guet ou l’appel du crieur7. Le dur labeur ne s’achève qu’à la vesprée du soir, se prolonge jusqu’à 18 heures ou à 19 heures durant la belle saison. Le temps de travail, soumis à des rythmes saisonniers, prend donc en compte la nuit tombante, le froid vif et le gel prolongé, les intempéries. Il serait de l’ordre de 9 à 12 heures en hiver, de 14 à 16 heures en été si ces horaires constituaient un temps réel. Car le rythme de travail est moins soutenu que le nôtre et on doit, à chaque fois, retrancher le temps réservé à la collation du matin, prise vers 9 ou 10 heures, au repas de midi ou de 13 heures, au casse-croûte de l’après-midi vers 15 ou 16 heures, et à toutes les menues pauses que l’étanchement de la soif, le lascher des eaulx ou la conversation commandent !

67Ces temps de présence sont susceptibles d’être modifiés quand les charpentiers se déplacent en équipe, plusieurs jours de suite, avec des attelages, pour couper et tailler du bois avec les boquillons des forêts voisines : les ouvriers nantais vont couramment choisir et abattre des arbres à Belligné, à Bouzillé, à Derval, à Héric, à Puceul destinés à fournir des madriers, des poteaux, des solives, des planches, des perches à faire des chaffaux (échafaudages). Ces mêmes charpentiers sont réquisitionnés pour constater des dégâts faits à la couverture de loges sur les remparts et pour y remédier.

68Il n’est pas prévu d’horaires nocturnes, moins par compassion pour les travailleurs que par crainte d’incendie aux habitations voisines qui sont en bois et remplies de stocks inflammables. Des dérogations sont pourtant inévitables, le dimanche et les jours fériés, dans certains cas précis comme évacuer avec des écuelles en bois, des godets emmanchés ou des pompes l’eau des fondations creusées dans un terrain instable et trop humide, pour accélérer une œuvre de défense en période d’incertitude, autant d’opérations, payées en supplément, qui nécessitent des achats de chandelles et de torches. Il est arrivé que des ouvriers, des charretiers et leurs domestiques soient mobilisés, par nécessité impérieuse, un dimanche, le jour de la Saint-Donatien et de la Saint-Rogatien, le comble à Nantes !

69L’activité dans le bâtiment est liée à des cycles saisonniers et est interrompue par des fêtes d’obligation. Les creux, observés sur un calendrier hebdomadaire, correspondent à trois catégories d’empêchements qui bloquent ou interrompent l’activité. Le froid hivernal, les gelées empêchent la poursuite du travail sur un toit ou sur un échafaudage. Sous nos climats de l’Ouest, ces aléas ne sont vraiment sensibles que de novembre à février. Le retour aux champs, pendant les semaines des moissons et des vendanges est perceptible de juillet à septembre ou octobre et conforte notre opinion sur la ruralité de beaucoup d’ouvriers bretons. L’Église impose, en plus des dimanches de repos, le respect des fêtes dites épiscopales ou festables à Pâques, à la Pentecôte, à Noël. Il convient aussi de tenir compte des débrayages partiels le samedi après-midi, dès none (15 heures), les veilles ou les lendemains de réjouissances publiques, de marchés ou de foires, le jour de la fête corporative, à l’occasion d’un mariage, d’un baptême ou d’un enterrement, de l’exception climatique, etc. Au total, comptons, en fonction des années, 250 à 260 jours ouvrables et 100 à 110 jours de repos forcé, sous peine de sanctions. Mais tout dépend des années et des endroits. Nous avons compté 142 jours et demi de congé à Rennes du 1er octobre 1428 au 3 octobre 1429, 120 jours à Vannes en 1475, 117 en 1485, 121 en 1486, 110 environ à Vitré en 1420, une centaine à Nantes seulement en 1449 Ajoutons, enfin, que l’on débraye généralement plus tôt le samedi et la veille des festivités.

  • 8 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit. – R. Fossier (...)

« Nous arrivons pratiquement aux mêmes conclusions que B. Geremek ou R. Fossier : 190 journées entièrement ouvrables, 60 à 70 de durée réduite et le reste consacré au repos ou à la dévotion, étant bien entendu que les journées chômées ne sont pas rémunérées8.
Ce graphique des journées de travail montre un ralentissement hivernal, une tendance à l’embauche dès février-mars, une activité fébrile dès le printemps, des départs et des retours au pays pendant les récoltes et les vendanges d’été, un retour et une reprise des activités en septembre, octobre, novembre. Beaucoup de brassiers sont des ruraux et des maîtres peuvent exploiter des terres dans les faubourgs ou à la campagne. »

70❍ L’absentéisme est un réel fléau à l’époque que nous étudions.

71Les ouvriers quittent souvent, sans autorisation, le chantier. Un certain Geoffroy Pasquier, maître maçon au service de la municipalité nantaise, reçoit en récompense de sa vigilance deux aunes et demi de drap pour faire une robe « pour faire donner garde des ouvriers » de sa profession. On devine le manque à travailler plus qu’on ne le prouve, en pointant les présents sur les listes journalières des ouvriers aux lendemains de festivités. Les surveillants punissent les récalcitrants de lourdes amendes. Deux ouvriers de la ville perdent 8 deniers sur les 24 d’un salaire quotidien pour ivresse ou pour « avoir tardé de venir à leuvre ».

NANTES : 1447
Journées de travail des maçons et des carriers nantais

NANTES : 1447Journées de travail des maçons et des carriers nantais

72Les grèves au sens actuel du mot, l’équivalent des takehans nordiques, sont inconnues mais il arrive que des ouvriers fassent preuve de mauvaise volonté, protestent et menacent de s’en aller si les conditions de travail, une pierre trop dure à extraire ou à tailler, une pluie durable multipliant les « marres et bouillons », l’odeur insoutenable des cabinets voisins, une paye versée en monnaie dépréciée, ne perturbent le cours des choses. Toutes les plaintes ne sont pas de circonstance. Une municipalité doit effectivement intervenir pour protéger les ouvriers contre les particuliers « qui gitoint les chiens, tripes et ventres de beufs dedans la dove de Saint-Nicolas et dedans la dove du boulevart de Saint-Père (Pierre) » et fermer les issues des tours où chacun a l’habitude de faire ses nécessités ! On a même vu à Nantes une sentinée (barque) évacuer à la hâte des « terries et frambroiz » amoncelés devant la porte Briand-Maillard au point d’empêcher toute communication avec l’extérieur !

Les équipes de travail

73Les travailleurs que nous rencontrons dans les documents médiévaux ont des niveaux de qualification différents.

74❍ Aucun travailleur, qualifié de maître, n’a reçu de formation théorique dans une école d’apprentissage. Aucun n’a des connaissances scientifiques approfondies ce qui laisse supposer, sans extrapoler, qu’ils n’ont pas lu les carnets de Villard de Honnecourt dont les feuillets constituent une véritable encyclopédie, « un livre de chantier ». Tout ce qu’ils savent, ils le doivent à leurs anciens patrons, à leurs voyages, à l’expérience acquise sur le tas, à un énorme bon sens, aux tâtonnements et à des échecs qui ont été parfois cruels.

75Mais certains maîtres maçons ou tailleurs de pierre sont capables de faire preuve dans leur travail d’une réelle « science de la pierre » – l’expression est de l’époque. Ils sont nos premiers entrepreneurs qui, par contrat, s’engagent à accomplir un travail, fixé par devis, à une date déterminée et pour un prix déterminé. Ce sont aussi, souvent des polyvalents qui passent aussi bien d’une courtine à la pose d’une voûte d’ogives, de la taille d’un corbeau pyramidal dit breton à trois ressauts, à un pinacle ou à un arc-boutant. Une minorité se lance même dans la haute sculpture sur tuffeau. Des carriers, en même temps tailleurs de pierre et ymagiers sont de véritables artistes qui ébauchent les sculptures, donnent un premier tour aux colonnes avant de les livrer sur le chantier. Cette préparation permet de gagner du temps et de limiter le poids des matériaux transportés. Les pierres terminées sont souvent marquées d’une lettre, d’un chiffre, d’un signe, tantôt pour permettre de localiser l’emplacement futur du matériau dans l’œuvre générale (ou marque de pose), tantôt pour identifier l’ouvrier, le payer ou le sanctionner.

« Des marques de tâcherons sont observables à Guérande, à la porte Saint-Michel, véritables signatures inscrites dans la pierre. Les unes représentent des objets familiers des ouvriers : l’équerre, le compas, le marteau, d’autres des figures géométriques un triangle, un carré, un rectangle, un cercle qui peut symboliser le soleil ; d’autres des lettres (U ou V), des chiffres (6 ou 9), un cœur, une croix, une flèche. Ces signes déjà employés par les Égyptiens, les Grecs et les Romains sont peut-être de nature ésotérique et on pense tout naturellement à une organisation franc-maçonnique. »

76Les plus savants dressent des plans dans la loge, montent des maquettes, manient avec dextérité le grand niveau de maçon, le compas, la règle et savent se servir d’une sorte de planche à dessin (Strasbourg). On décèle également de réelles capacités chez un charpentier-menuisier qui sait coudre des madriers, fabriquer un huys renforcé, façonner un coffre ou un dressoir, sculpter des stalles de cathédrale. Quelques tailleurs d’ardoises de Pleyben atteignent aussi un très haut niveau de qualification.

77❍ Le travailleur moyen, le compagnon ou valet salarié à vie ou celui qui sort tout juste de l’apprentissage et n’a pas encore la maturité requise pour ouvrir un atelier, n’a pas la même envergure que le précédent, devenu ymagier et est plutôt astreint à des tâches abêtissantes, répétitives, harassantes et même répugnantes quand la boue s’associe à l’ordure.

78Mais une sélection naturelle s’opère au fil du temps. Guillaume Le Goaraguer, fils d’un des plus brillants maîtres d’œuvre locaux, responsable de la construction de l’église de Locronan et de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper est élevé « à la dure » par son père. Il commence comme simple apprenti perréeur, gâche du mortier comme compagnon mais, comme il a des capacités précoces, il est autorisé, en fin de journée, à aller à la carrière apprendre à tailler des tabernacula, des niches avec dais et des culs de lampe pour loger des statues. Peu à peu, sa science du granit fait de lui un expert dont les avis sont sollicités aussi bien pour construire un quai ou une section de courtine que pour élever un nouveau palais épiscopal en 1507. Georget de la Frette, maître-carrier à La Goupillère de Vitré, issu d’une branche cadette désargentée d’une famille d’écuyer, a suivi un cursus similaire.

79❍ Les servants, les valets, les journaliers, les brassiers, les pionnieurs, les bassous ou bassons, les bouteurs, les foussayeurs, les terrassours, moins nombreux que les ouvriers, bien qu’aucun règlement n’en restreigne le nombre, sont au bas de l’échelle.

80Les uns sont manœuvres à titre temporaire, des adolescents, voire même des enfants, qui s’initient à leur future profession. D’autres sont des professionnels, condamnés à végéter toute leur vie au même niveau et qui fournissent, comme les Lamballais, le contingent habituel des terrassiers. Souvent, un pays en appelle un autre, un frère rejoint son aîné puis attire à son tour d’autres parents. C’est ainsi que nous expliquons l’apparition, un an ou deux après un individu, de plusieurs autres portant le même nom.

81Que demande-t-on à un brassier, à un bouteur dépourvu de spécialisation ? Avant tout de croter ou creuser, d’arracher, d’écurer, d’ébousiner avec une pelle de Lamballe ou une fourche de Vertou, un fossoir ou un bigot à deux dents, une tâche accomplie dans l’humidité constante, sans plus de protection qu’un tablier de cuir, sans masque pour arrêter la poussière des « fundemens des murs ». Il lui revient aussi « d’expulser les vidanges », de transporter dans des paniers d’osier ou bannes, sur des brancards ou des bards, les résidus de démolition, le groais ou la pierre mêlée au bousin, d’apporter du mortier et des pierres à maczon à peine équarries, de poser des fascines sous les roues des charrettes. Commissionnaire, il fait sans cesse la navette entre la carrière et l’atelier, à moins qu’on ne lui demande d’aménager, de toute urgence, un colateur ou fossé de drainage, de prendre les fondations d’une tour ou d’une courtine à l’abri d’un batardeau, d’achever de démolir des ruines et d’enlever les pierres et les poutres calcinées. Au serviteur revient aussi la corvée d’aller chercher l’eau au puits, de la transporter dans des seilles ou seillots (seaux), dans des rangeots, tines (cuves), de la déverser dans des pipes en bois, cerclées de fer. Le plus expérimenté « coulle du sablon à deux claies » (au tamis), mélange le sable à la chaux, fabrique du mortier, le remue à la paele, à la cuiller de fer.

« Il sait parfois faire un mélange complexe en additionnant au sable et à la chaux de la résine et de la tuile pilée pour les scellements délicats ou pour coller la pierre de taille. Nous avons retrouvé dans les archives de Quimper le secret d’un ciment permettant de rejointoyer les voûtes dans lequel entrent les ingrédients précités et du suif. »

82À mesure que les murs s’élèvent, les serviteurs « chaffaudent » ou posent des chaffaux, des échafaudages formés de cadres de perches et d’ais, de planches soutenues par des madriers, des claies renforcées vers l’extérieur. Les miniatures représentant des chantiers montrent ces humbles travailleurs ployant sous de lourds chargements et gravissant les degrés d’échelles branlantes, à peine protégés du vide par des claies renforcées. Porter le mortier aux maçons perchés au sommet des murs sur des oayseaux (plateaux) ou dans des civières plates ou closes est un exploit, une épreuve particulièrement dangereuse à moins que le chantier ne dispose d’un engin ou guindas (guidas), ancêtre lointain de nos appareils élévateurs qui comporte un assemblage de madriers, une grande roue de cuivre et des petites qu’il faut constamment oingdre, un cable de plusieurs livres et un croc de fer « o quoy l’en guide les matières sur le mur ».

83Les conditions de vie des jeunes carriers sont pires encore, en l’absence de formation, de spécialisation, de statut. La formule « trere ou trayre (extraire) pierre en carrière ou des douves » désigne en fait plusieurs opérations pénibles et dangereuses. L’essartage de la couverture de végétation et de terre, est le prélude de l’ouverture et du creusement de l’excavation puis des fendues (galeries). Le perreage consiste à sortir le bloc de la gangue, du groais, du curure, un travail délicat qui se fait au pic, à la truble ou fourche à trois doigts et à la pelle ferrée. Le tirage en s’aidant de coins, de cordes, de barres de fer, exige surtout de la force. Le chaplage pour dégrossir l’assise, l’épannelage et la finition sont des tâches nobles, réservées aux plus compétent. Il faut du temps pour préparer une excavation : 16 semaines, soit l’équivalent de 143 jours de travail effectif d’une équipe de 5 perréeurs et 279 jours de serviteurs dans l’année 1443, pour rendre productif un gisement de cailloux à paver situé à Saint-Hélier dans l’agglomération rennaise. Souvent les croteurs se disent désarmés devant une pierre « trop rebelle pour estre taillée » ou « mauvaise à perroyer ». Ils réclament à cor et à cri du matériel plus solide, conçu avec de l’acier. En réalité, ils doivent se contenter, en plus des outils déjà indiqués, de picquaulx, de barres de mines (barrae), de coins, cunei ou séettes ou sayettes pour élargir les fissures, de pieds de chèvre, de pioches acérées pour extraire et briser. Ils dégrossissent au testu ou batterand, le horzou-houarn des Quimperois, une sorte de gros marteau de 10 à 12 livres, à la pointe renforcée ou guenvouhouam, et au graffart. L’épannelage et la finition se font au ciseau plat ou tranche, à la massette puis au petit maillet ou mail, à la laie ou tranchant lisse ou dentelé. Les mieux équipés scient le tuffeau de Saumur ou utilisent la scie hydraulique.

  • 9 D. Alexandre-Bidon et M. Th. Lorcin, Le quotidien du temps des fabliaux, Paris, éd. Picard 2003 – (...)

84Ces outils s’usent vite. Les carriers ont constamment besoin d’un fèvre, occupé à journée entière à réparer, à redresser, à affûter à l’assereure les outils, à en forger de nouveaux. Les comptes nous livrent parfois le détail des fournitures annuelles faites par quelques petites entreprises locales9.

Problèmes, difficultés et dangers

85La difficulté commence avec le stockage dans les pires conditions de la pierre taillée, des blocs à peine équarris, des merrains, des planches.

86❍ Les pierres taillées sont enfin soigneusement mises en tas par les journaliers, posées sur des claies ou sur des caillebotis, avant d’être transportées à pied d’œuvre. On emploie pour le transport à courte distance des cabats, des béarts ou bayars, des civières à bastons (ou à bras), des civières rouleresses, ancêtres de nos brouettes, faussement attribuées à Pascal ! Pour les grands trajets, on se sert, suivant le lieu d’extraction, soit de charrettes tirées par des bœufs ou par des chevaux, soit de bateaux plats, escaffes, santines, sentinées, ou gabarres dans le golfe du Morbihan et en avalage sur la Loire.

87Pour essayer de limiter le coût du transport, très onéreux, de grandes villes disposent parfois de leurs propres charrois. Nantes possède ainsi un excellent train d’équipage, plusieurs charrettes tirées par six chevaux que les autorités renouvellent périodiquement quand les bêtes deviennent âgées, « poussées et mornouses ». Un bon cheval de chantier vaut 10 à 15 livres, pendant la seconde moitié du XVe siècle et exige des soins constants. Un maréchal-ferrant et un bastier fournissent des fers, des colliers et des harnachements, des couvertures pour protéger les animaux du froid et de l’humidité et… des médicaments. Les chevaux se blessent, surtout à la patte avec les pointes qui traînent sur les chantiers. Les textes nous ont légué de véritables remèdes… de cheval, à base de vin blanc et de miel, d’emplâtres composés de « vert de gris » (sic), de miel, d’huile, de turbentine et de dyante. Au total, la municipalité arrive à consacrer 2 sous par jour à chacun de ses animaux de trait, l’équivalent du salaire d’un manœuvre. Et pourtant, ces bêtes, tantôt béarts, tantôt grisonnes, tantôt blanches sont loin de donner toujours satisfaction. Tel animal « cheyt en la dove en ce combattant o les autres chevaux et en mourit » ; tels autres sont remplacés par des bœufs ou par des ânes « pource qu’ils ne pouvoint obéir à servir à leure » (sic) ; tels autres encore sont réquisitionnés par l’ost ducal et servent à transporter les ustensiles (sic) de la duchesse en visite. Finalement, ils disparaissent des derniers comptes au profit des attelages privés de location.

88❍ Le travail est non seulement pénible mais dangereux à cause de la silicose, des accidents et de l’humidité ambiante. Comme les perréeurs, les terrassiers, les ouvriers en général ne vivent jamais très vieux. Les brûlures provoquées par les battitures ou fragments incandescents, les fumées et les vapeurs qui s’exhalent des forges ou des fourneaux, les émanations de plomb souffré, les poussières qui engorgent les poumons à long terme menacent des organismes déjà affaiblis par des conditions de vie lamentables. L’anhélation les condamne à une mort implacable par étouffement. L’usage de la chaux et du plomb fondu occasionne des apostèmes, des brûlures inguérissables qui finissent par assimiler les ouvriers aux victimes de la lèpre, du feu de saint Antoine, du psoriasis.

89Le maniement d’outils coupants et cassants, les aspérités et les éclats des roches, les effondrements d’échafaudages constitués d’un assemblage de perches, de planches, de claies liées entre elles par des cordes, ou tout bonnement la fatigue accumulée en fin de journée sont causes de cassures de membres d’autant plus graves que l’absence d’antiseptiques fait que la moindre ecchymose ou la moindre coupure s’infecte et s’achève en abcès. On ne compte plus les chutes mortelles, les corps disloqués sous les roues des charrettes ou après l’effondrement d’un pan de mur mal étayé, les enlisements dans les fossés. Le pauvre nantais Perrot Pedron a la « teste froessée jusqu’à la cervelle » par une grosse pierre qui lui « cheyt » dessus en 1445 ! Jamet Nenaisteau a l’œil rompu par un bloc de pierre en 1458. Des chevaux, rendus fous furieux par des blessures occasionnées par des pointes ou des fourches traînant sur le sol, tuent leur conducteur ; d’autres se montrent rétifs, dangereux, se ruent sur les passants ou se précipitent avec leurs chargements dans les douves ; un grison nantais, « cheyt en la dove en ce combatant o les aultres chevaulx et en mourut ».

90Des risques d’enlisement menacent les brassiers qui prennent des fondations sous la protection illusoire de batardeaux dans les quartiers au sous-sol sablonneux ou marécageux. Sous nos climats humides, l’eau suinte sans discontinuer, crée avec le bousin des bouillons qui gênent terriblement les extracteurs, armés de seaux, de godets au bout de perches. Un progrès semble toutefois se dessiner à la fin du siècle avec des pompes ou escargots inventées ou perfectionnées (?) par des techniciens allemands, associées à des conduites en métal ou en bois creux…

« Un certain Jehan Houb et son compagnon “des parties d’Alemaigne” viennent ainsi monter des “engins à tirer l’eau” des carrières nantaises et reçoivent 15 écus par mois. C’est sans doute une vis d’Archimède ou escargot, une machine hydraulique pour évacuer l’eau. »

91En fait, la difficulté ne sera guère surmontée avant l’emploi de machines à vapeur puis électriques, ce qui explique l’abandon, au bout de quelques mois, de la plupart des petits centres d’extraction.

« Un des épisodes les plus curieux de l’histoire du travail à Nantes est la reconstruction de la porte Saint-Nicolas en 1445. un véritable cauchemar. L’eau ne cesse de sourdre et envahit les excavations ; les vieux murs menacent de s’effondrer, la blocaille s’accumule dangereusement et il devient impossible de taluter. Le découragement et la peur gagnent les bouteurs qui craignent de s’enliser dans la boue et ressentent déjà un collapsus. Les Lamballais refusent de descendre dans les fosses… où l’eau sourdoit trop excessivement. Il faut tout le courage du miseur de la ville pour relancer les opérations ; il veut donner l’exemple, ose descendre “jusque à huit braces au dessoubz des souzeraines terres des douves”. La foule, loin d’applaudir l’exploit fustige l’imprudence : “la plus grant partie des gens de la ville lui en couroint sur et len blasmoint en disant quil nestoit sage homme de mettre lui et lesdits ouvriers en péril et aventure de perdre leurs corps”. »

92❍ Les blessures mal soignées avec le seul diachylon ou emplâtre imprégné de sucs de plantes, mal cicatrisées laissent de graves séquelles, des articulations déboîtées, des membres déformés « inutilles à jamès », des corps « caducs, chenus et cassés », des « blessez et navrez » ! Quelles cures peuvent faire les barbiers « sans aucuns refus ne difficulté y faire » avec des ouilles (huiles), des drogues, des oinguemens et des preservatiffs, avant que le patient se décide à « convenir en mourir » ?

  • 10 J.-P. Leguay, « Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge » in l’Information (...)

93Ne rions pas du procédé qui consiste à réduire des fractures en entourant le membre brisé d’une peau fraîche de mouton qui, en séchant, fait office de plâtre ! Les Mexicains en feront un supplice redoutable en entourant le cou de leurs ennemis d’une bande de cuir frais qui sèche au soleil et étouffe lentement le condamné ! Un compte nous apprend pourtant qu’un surgien (un barbier-chirurgien) Berthelot de La Fontaine est intervenu en 1447 « pour panser pluseurs des servans qui avoint esté blessiez à porter les grandes pîerres de taille et ormaulx sur le portail Saint Nicolas et partie qui avoint esté blessiez soubz les terres de la douve ». Le Perrot Pédron dont il fut question plus haut fut sauvé, on ne sait comment, par un barbier-chirurgien10 !

94Le naufrage de la vieillesse commence plus tôt que de nos jours et on ignore chez les navrés ce qu’est un troisième âge, digne de notre temps.

95La richesse des archives municipales de Rennes et de Nantes est telle que ces mêmes documents comptables permettent de décrire aussi bien le mécanisme des horloges, la fabrication de canons, les variétés de serrures ou claveures que les opérations d’ouverture d’une carrière ou la fabrication de clous !

« L’aristocratie » des artistes et des techniciens

96Une poignée de travailleurs se distingue du reste par leurs activités particulières, leur rareté et un niveau de vie supérieur à la moyenne.

Une minorité avantagée

97Nous rangeons parmi eux des maîtres d’œuvre, concepteurs et entrepreneurs de renom, des maçons et des charpentiers plus habiles que les autres et capables de se hisser au rang de tailleurs d’ymaiges sur pierre ou sur bois, de peintres appelés à décorer les maisons, les voûtes des églises, les chaffaulx des représentations théâtrales, des brodeurs et des couturiers spécialisés dans la confection de vêtements liturgiques, des verriers (vitriers) encore très rares à cette époque.

98Ils forment de véritables dynasties familiales, contrôlant les marchés et les chantiers, dont les membres transmettent le savoir à leurs héritiers.

99❍ Nous incluons encore dans cette liste les orfèvres, appelés encore doreurs. De récents travaux ont révélé le dynamisme et la richesse, dès la fin du Moyen Âge, d’une orfèvrerie religieuse bretonne qui a produit des œuvres de valeur, faisant la gloire de nos musées : des calices aux formes de très fines au XVe siècle, plutôt à niches ou à boutons au XVIe, des croix processionnelles, des reliquaires comme celui de Saint-Gildas de Rhuys ou celui de Saint-Hernin en Locarn de Tréguier, des chrémeaux, des ciboires, des encensoirs, des lampes, etc. Une grande ville possède des artistes de cette dimension, des techniciens capables d’exécuter des chefs-d’œuvre, des alliages délicats. Des localités abritent même de « véritables écoles » d’art qui diffusent le savoir de « docteurs » de la pierre ou du métal précieux, rapprochés par le compagnonnage sur le chantier, la confrérie pieuse et les unions matrimoniales.

100❍ Les faiseurs d’horloges sont si rares que la cité qui en héberge acquiert un prestige considérable dans toute une région. Vannes a, pendant un temps, Jehan de Mynyère et sa disparation, vers 1485, plonge les bourgeois dans la consternation. Il faut alors s’adresser à Auray qui, par un heureux hasard, possède « l’oiseau rare » en la personne de Raoullet Dyanet, puis à Rochefort-en-Terre pour obtenir la venue de Jehan Richart. La cadrature de l’horloge de la cathédrale de Quimper qui sert à l’ensemble de l’agglomération, cause beaucoup de souci aux chanoines. Au début du siècle, son « gouvernement » a été assuré par Guillaume dit l’Horloger (1418). Les difficultés commencent à sa mort et, en 1474, c’est de La Roche-Derrien qu’il faut faire venir le spécialiste, Nicolas Coscic, pour restaurer les rouages.

101Nous ignorons par quel concours de circonstances, la petite paroisse de la Limouzinière, au sud de Nantes, a été le berceau d’une des plus célèbres dynasties de maîtres-fondeurs de cloches et de canons de tout le duché, les Gabart. On se les arrache de toutes parts par des contrats avantageux et nous les retrouvons à Nantes, à Rennes, à Fougères, à Josselin, etc., à partir des années 1459. Le Vannetais Loyset Lescuyet a bonne réputation aussi et passe contrat avec la fabrique de Saint-Pierre, à la fin du siècle, pour refaire la cloche de prime. Avec les Gabart, les meilleurs clochiers ont été recrutés curieusement dans le Sud-Finistère à Quimper et à Quimperlé, comme les maîtres Jehan Kerbizien et Gilles Poulen qui officient jusqu’à Tréguier au début du XVIe siècle. Le métier est très ingrat, difficile, et les fréquents échecs ne sont pas forcément pardonnés. Il est vrai que la fonte d’une cloche coûte très cher et nécessite des importations massives de métaux (cuivre, étain et fer). Les facteurs d’orgues sont aussi sollicités que les horlogers. Prigent puis Henri Guillemin sont au service de la cathédrale de Quimper à la fin du XVe siècle pour une pension de 100 sous. Des organistes bretons, tels que Guillaume Guérin ou maître Denis Le Roy, figurent à plusieurs reprises dans les comptes paroissiaux.

  • 11 S. Cassagnes-Brouquet, Culture, artistes et société dans la France médiévale, Paris, éd. Ophrys, 1 (...)

102De façon générale, on doit dire que les ouvriers qualifiés capables de monter des mécaniques aussi compliquées pour l’époque que sont les horloges, les engins élévateurs, les pompes hydrauliques sont très rares dans le duché. Une telle carence justifie les appels d’offres ou les achats coûteux à l’étranger. Des fondeurs normands comme Jacques Hurel viennent travailler en Bretagne, des horlogers parisiens, des « mineurs » et des fondeurs allemands, anglais et flamands aussi11.

« Écoles d’art » et dynasties d’artistes

103Ces ouvriers habiles choisissent les villes qui hébergent régulièrement la Cour ducale ou qui sont le siège d’un évêché. La présence d’une riche clientèle constitue un élément attractif déterminant. Nous ne serons guère surpris de les découvrir dans les rues proches d’une cathédrale, à Mein Guèvr, rues Saint-Salomon, aux Chanoines et Latine à Vannes, rues et places du Pilori, Saint-Pierre, du Château et Grande-Rue à Nantes, dans la vieille Cité de Rennes.

104Par leur nombre, par leur prestige, des artistes, longtemps méconnus, sont à l’origine. de véritables écoles qui, de leurs ateliers, rayonnent dans toutes les campagnes environnantes. Après l’étude de l’aire économique d’une ville, nous abordons un autre aspect, et non le moins intéressant, celui de l’influence urbaine.

105❍ Les ateliers d’orfèvrerie sont bien connus en Basse Bretagne.

106Le plus ancien à notre connaissance est celui de Quimper qui fonctionne au moins depuis le XIIIe siècle, si nous en croyons un inventaire du trésor capitulaire de 1274, et qui s’épanouit, au début du XIVe siècle, avant la Guerre de Succession, avec quelques artistes réputés connus par leurs prénoms ou par leurs surnoms Martin et Maurice de la rue Kéréon, Geoffroy an Chiffre de la rue des Frères Mineurs. La guerre civile a peut-être épargné l’essentiel de l’œuvre, contrairement à une affirmation gratuite et il faut attendre 1365 pour redécouvrir un florilège de pièces d’une valeur inestimable, fruit du génie d’une bonne vingtaine d’artistes qui se font connaître et apprécier dans tout le Sud Finistère. Les plus connus par leurs réalisations et des poinçons de graveurs sont Yves et Grégoire Helle, A. Goalichet et son gendre Guillaume Le Maesgoaez, Arnolet Certain, Yvon Lorgouilloux, Colin Lorfèvre, François Moeam, etc. Leur prestige se lit à l’inscription qu’ils placent dans la chapelle de Saint-Eloi chez les Cordeliers, fondation des maîtres de cette corporation. Les ateliers quimpérois ont produit de somptueuses coupes, des ampoules de cristal, des reliquaires d’argent pour renfermer le chef (la tête) de saint Ronan ou de saint Conogan, un bras de saint Corentin ou de saint-Maudez.

107Une seconde école voit le jour à Morlaix, au milieu du XVe siècle. Longtemps ses productions ont été le reflet des difficultés d’une région longue à sortir du marasme dans lequel l’avait plongée la guerre de Succession puis d’une renaissance avec la paix, la présence de marchands aisés, les contacts commerciaux assidus que le port entretenait avec l’Angleterre. L’étain est, en effet, le principal métal utilisé dans les années 1450-1475. Elle sort enfin de sa médiocrité (matérielle) et se met à fournir tout le Finistère Nord, le Goello et même le Trégorrois en calices, patènes, croix et en ciboires dorés ou argentés, crosses épiscopales. Les noms de onze maîtres sont cités dans les comptes des fabriques de la ville à la fin du Moyen Âge, de dix au début du XVIe siècle. Leur présence ne peut évidemment se concevoir sans une forte clientèle.

108Des ouvriers de Morlaix ont émigré dans d’autres diocèses. Leur influence a été déterminante à Tréguier où une école apparaît aussi, dominée par des hommes de génie. Maître Jehan Dieu (vers 1487) marque de son poinçon I. D. le merveilleux reliquaire de Saint-Hernin en Locarn. Olivier Helle, Mathieu Le Cochet, Jehan Le Floch, Henri Sycorne ou Sigom passent de fréquents marchés avec la fabrique pour remettre en état le matériel cultuel et livrent des objets aussi variés que des chandeliers, des croix processionnelles et… des girouettes du sommet des flèches de la cathédrale ! Mais le grand maître reste Pierre Pleyber, originaire ou allié à une famille bien connue de Morlaix. Cet artiste domine de sa forte personnalité l’orfèvrerie trégorroise. On lui doit la restauration du reliquaire de Saint-Yves et la façon d’une remarquable châsse d’argent qui coûta des sommes fabuleuses aux responsables de la paroisse. On pense que ces ouvriers travaillaient aussi pour la haute bourgeoisie locale. La plupart des objets produits ont été anéantis dans un terrible incendie de 1632. Un inventaire permet, heureusement, de reconstituer le trésor contenant, entre autre, le chef (la tête) de saint Yves qui échappa miraculeusement au feu, un reliquaire d’argent contenant un os du bras de saint Tugdual (préservé aussi), un autre reliquaire avec un os du bras de saint Yves, 14 calices, plusieurs bénitiers, chandeliers, encensoirs, lampes, plats, etc.

109Saint-Brieuc, Guingamp, Dinan ont eu également des orfèvres adroits et connus dans tout le diocèse. Il est plus difficile de se prononcer pour les villes de la Haute Bretagne. Des noms apparaissent dans les comptes et dans les aveux et quelques inventaires livrent de riches trésors (Nantes, Rennes). Mais rien ne prouve que les objets aient été tous fabriqués sur place. Nous avons constaté que bien souvent la Cour ducale s’adressait à l’étranger, à Paris ou en Flandre, pour se fournir en œuvres d’art. Les merciers, vendeurs attitrés d’aiguières, de plats d’argent aux communautés urbaines qui désirent offrir des cadeaux de valeur à leurs visiteurs de marque, se fournissent traditionnellement hors des frontières ou font venir des spécialistes de l’extérieur.

110❍ Des centres de sculpture sur pierre et sur bois s’ouvrent, sur le tard, en Bretagne et livrent ces chefs-d’œuvre en kersanton, en granit de Scaër, en tuffeau saumurois. Certains sont inséparables du patrimoine breton : les premiers calvaires, des porches finement « imagés », des statues et des statuettes de Vierge et de Saints, étonnantes par leur naïveté ou encore par les disproportions de leurs corps, des jubés.

111À côté d’ateliers ruraux très dynamiques, placés sous le patronage des ducs et des évêques, comme Le Faouet, Locronan et surtout Le Folgoat, ceux de quelques villes s’imposent également à plusieurs kilomètres à la ronde.

112La Cornouaille est très riche dans ce domaine ou, du moins, mieux connue. L’atelier de Quimper a rayonné jusqu’à une ligne reliant, au nord, le Faou à Huelgoat, et à l’est, Huelgoat à la vallée de l’Ellé par Motreff, soit à plus de 50 à 60 kilomètres à la ronde. Les comptes de la cathédrale livrent les noms d’artistes renommés : Guillaume Le Goaraguer déjà entrevu, Bertrand de Rosmadec et Raul Le Moël opérant sur kersanton, le chanoine Pierre de Quenquis amateur du granit de Scaër, Jehan Le Guen, Daniel Gourcuff, Henri Muliern ou le menuisier Jehan Kerjagu, originaire de Plouigneau (diocèse de Tréguier), responsable des stalles du chœur. Ces hommes et bien d’autres encore, capables de s’adapter aux matériaux locaux, livrent des commandes de statues, d’ogives, des pierres tombales. Ils fournissent aussi des églises rurales isolées où on redécouvre avec surprise les derniers vestiges de leur art. Carhaix a eu aussi ses tailleurs d’ymaige, encore peu connus au XVe siècle, faute de documents, mais dont on sait que l’influence s’est manifestée dans toute la Cornouaille orientale et même, au-delà de Callac, de Corlay et de Mur. Au nord, son influence diminue au profit de Morlaix, tête de file d’une architecture très originale à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, surtout connue par ses clochers-murs et ses absides polygonales. Cette école est dirigée par une grande famille d’artistes les Beaumanoir. Le père Étienne et Philippe sont maîtres d’œuvre et décorateurs de plusieurs églises de la ville et des environs. L’aire d’influence artistique morlaisienne va de Landivisiau à Huelgoat et à Callac, soit dans un rayon d’une soixantaine de kilomètres à la ronde.

113Tréguier prend la suite, au-delà de Lannion et de Callac, avec comme principaux ouvriers Pierre Savary, Hervé Poulgoulm et Jehan de Diest (d’origine hollandaise), sculpteurs de jubés, de statues, de tombeaux d’évêques. Vannes est également au Cœur d’une région artistique originale et ses ouvriers, où Castel Canno et Henri Pourdix, sont constamment sollicités par la fabrique. Leur influence se fait encore sentir sur les terres des vicomtes de Rohan. La sculpture tient, enfin, une très grande place dans l’histoire monumentale de Nantes. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. La présence de la cour ducale, plusieurs édifices religieux en pleine reconstruction, une bourgeoisie aisée, un port en contact avec l’Anjou et la Touraine, avec les carrières de tuffeau du Saumurois en sont les principales impulsions. Le recrutement local suffit à satisfaire les demandes courantes en tombeaux, en écussons armoriés au-dessus des principales entrées, en statues pour les multiples chapelles de l’agglomération et des paroisses circonvoisines et, sur la place publique, s’illustrent des hommes tels que Jehan André, Jehan Le Clerc, Guillaume Aulnet, etc. Mais, pour ce qui sort du commun et nous pensons surtout aux porches de la cathédrale, aux tombeaux des ducs et des duchesses, il faut faire appel aux artistes étrangers. Guy de Dammartin et Mathurin Rodier, déjà évoqués, ont eu probablement, comme leurs confrères maîtres d’œuvre, des connaissances dans l’art de la décoration. On sait qu’un certain Yvonnet de Poitiers dirige l’atelier qui sculpte les voussures des entrées monumentales de Saint-Pierre.

114À la fin du siècle, la duchesse Anne a l’immense mérite d’inviter à Nantes Jehan Perreal, l’exemple même de l’artiste universel, rencontré dans plusieurs régions de France, et à qui l’on doit une partie de la décoration du château (les escaliers), le triforium de la cathédrale, des réalisations à la collégiale Notre-Dame (chapelle Saint-Thomas) et le plan du tombeau de François II et de son épouse, Marguerite de Foix que réalise finalement Michel Colombe, dans un « mélange d’austérité et de grâce », chef-d’œuvre d’un artiste, parfaitement au courant de ce qui se faisait, à la fin du Moyen Âge, en Bourgogne, dans le Berry, dans le Bourbonnais et en Touraine où il séjourna plusieurs années et se fit connaître et apprécier. Un autre sculpteur, Jehan de Chartres collabore à cette œuvre de prestige.

115❍ Les peintres et les verriers sont souvent les mêmes artisans ou, du moins, sont associés. Rennes en a plusieurs pendant tout le XVe siècle et une douzaine de noms peuvent être répertoriés.

116La peinture prospère à Nantes pour les mêmes motifs que la sculpture et, une fois de plus, l’influence étrangère est déterminante. Un Flamand, du nom de Henner Wiecinguier aurait, dit-on, initié les artistes locaux aux techniques de son pays d’origine, sous le règne de Jean V. Il s’est installé à demeure sur les bords de la Loire, s’est marié avec une Nantaise et est devenu propriétaire d’un bel hôtel rue des Carmes. Ce maître a formé à son tour des disciples dont le peintre Flory, spécialiste en décoration religieuse. Un confrère, Jehan de La Chasse, est anobli en 1444 pour ses mérites et son fils Pierre pose le grand vitrail de la façade de la cathédrale et celui du chevet de Saint-Nicolas, représentant les 54 miracles du Christ. Il ne dédaigne pourtant pas les menus travaux et nous le voyons décorer les galiotes de la ville qui servent à transporter sur le fleuve les illustres visiteurs.

117La verrerie de Tréguier doit sa prospérité aux évêques du diocèse, à la fabrique et aux familles nobles et bourgeoises qui passent de fréquentes commandes pour leurs domiciles ou pour les chapelles privées. Les nobles le faisaient moins par dévotion que pour satisfaire leur orgueil d’avoir leurs armes largement étalées sur les verrières. Plusieurs noms d’ouvriers qualifiés sont mentionnés dans les comptes de Jehan Boudouart qui exécute un grand panneau du chœur en 1432, Olivier Le Coq et Jehan Lavenan, opérant toujours en équipe, et à qui l’on doit un vitrail qui porte leurs deux noms (1468) et l’Allemand maître Albert de Horst qui travaille pour la librairie de la cathédrale. Ces hommes et notamment Olivier Le Coq sont appréciés dans tout le Penthièvre et c’est peut-être eux qui lancent les mini-écoles que l’on découvre à Guingamp, à Saint-Brieuc, à Lamballe, à Moncontour. Nous avons retrouvé les noms de plusieurs peintres verriers vannetais et certains d’entre eux apparaissent comme de véritables entrepreneurs occupant plusieurs ouvriers. Nicolas et Antoine Le Vitrier peignent plusieurs voûtes des chapelles de la cathédrale : Jehan, André et Jehan Tropbel réalisent des images du Christ, de la Vierge, de saint Vincent. L’Allemand Huerman Paluer (ou supposé tel), Nicolas et Antoine Hello, Vincent Darz sont également fort appréciés, fin XVe siècle.

  • 12 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, op. cit. Sa bibliographie sur les écoles d’art renvoie au (...)

118Il existe encore des écoles en Cornouaille avec surtout celle de Quimper qui eut la chance d’accueillir des ouvriers aussi méritants, spécialistes de la peinture et de la verrerie, que Jestin qui décora les voûtes du chœur en 1417, que Gilles Le Febvre qui fit de même dans le transept en 1486 et surtout que les trois Sohier, personnalités en vue du « tout Quimper12 ».

119Ces quelques exemples soulignent le rôle joué localement par une poignée d’artistes, bretons pour la plupart, étrangers quelquefois, surtout dans les villes proches des Marches.

Le « vécu » socio-économique

120L’expression est d’un chercheur belge J.-P. Sosson qui fut un des premiers historiens de langue française à se soucier de la vie courante des ouvriers des chantiers. La prudence, l’expérience des archives déconseillent soit d’idéaliser la vie ouvrière d’antan sous prétexte que des artisans sont déclarés à Bruges ou à Gand où ils reçoivent du vin et de la viande, du bois à discrétion « bien chauffés et bien nourris » soit à l’inverse de faire à leur propos du misérabilisme à tout crin.

121Étudier le niveau de vie n’est pas une tâche aisée. Il existe, en effet, une différence sensible entre le salaire officiel, tel qu’il est défini quelquefois par ordonnance ducale et indiqué dans les comptes et le salaire réel, une fois ajoutés les menus avantages en argent et en nature. Il ne faut pas perdre de vue aussi que l’ouvrier, rémunéré à la journée effectuée, doit décompter les congés obligatoires sans solde (dimanches et fêtes chômées), les repos forcés pour intempéries ou maladie.

Les ouvriers salariés : les barèmes officiels

122Les rémunérations des ouvriers qui ne sont jamais très élevées en valeur absolue sont libellées dans les écrits, en monnaie de compte : livre (£), sou (s) (1 £ = 12 s), denier (dn) (1 s = 12 dn), obole ou demi-denier. Les ouvriers reçoivent, dans la pratique, leurs gages en pièces subdivisionnaires particulières au duché breton.

123❍ L’échelle des salaires, versés à la journée, à la semaine, au mois ou à l’année, à laquelle nombre d’études se réfèrent, est stable ou mobile en fonction de la conjoncture économique et démographique, du nombre de bras disponibles. Elle est plus complexe qu’on ne l’image de prime abord car il faut faire la différence entre ce qui est enregistré sur le papier officiel du contrôleur et la réalité, examinée plus tard.

124Les informations que nous allons donner concernent surtout Nantes et Rennes qui disposent de belles séries de comptes. Nous y convertirons les sommes journalières indiquées en deniers pour faciliter l’analyse.

125Les gages, que nous retrouvons à quelques nuances près ailleurs, montrent qu’une distinction est faite, suivant la qualification des individus et que trois « échelons » sont envisagés, selon que l’on est chef d’équipe, ouvrier ou simple manœuvre. Par contre, rien ne permet d’affirmer que les responsables des travaux publics aient pris en considération l’âge et la force physique. Nous ignorons également si les ouvriers sont payés en fin de journée ou, comme c’est plus probable, une fois par semaine.

126❍ Jusqu’en 1424, aucune mesure générale ne semble avoir été prise.

127L’instabilité des salaires suit celle des monnaies et des prix. Elle est fonction aussi de l’offre et de la demande en bras, des épidémies qui fauchent les individus et rendent les survivants plus exigeants, de la conjoncture économique et même politique.

128On sait que dans les années 1418-1424, la Bretagne, jouant la carte de la neutralité dans le conflit franco-anglais, profite des difficultés de ses concurrents, pour exploiter de nouveaux marchés. Le ravitaillement des forces d’occupation britanniques en Normandie a engendré une « fièvre de l’exportation », une intense spéculation, une soif de l’or, un appât du gain. Toutes les couches sociales sont touchées par ce vent de folie et le duc, conscient du danger, dénonce, dans l’introduction d’une constitution réformatrice, la montée spectaculaire des prix et des salaires. Des manœuvres rennais ne se satisfont plus de 20 deniers journaliers mais réclament le double. Jean V, poussé par les forces les plus conservatrices de son Conseil, intervient alors pour ramener la paix économique dans ses états. Un article de la constitution de 1424 fixe alors avec précision les salaires qui auront désormais cours sur les chantiers de toute l’Armorique. « Item a esté ordonné sur le fait des journées des ouvriers ; premier, que doresnavant jucques a ce que le duc et son grand conseil en soit (aient) autrement ordonné, selon la disposition du temps et le gouvernement du peuple, les ouvriers qui ensuivent n’aient par journée, entre le temps de commencement de mars, en venant juscques à la Toussains, fors le prix qui cy-après est déclaré, savoir est : maczon de pierre froide 20 deniers oultre ses despens, item ouvrier commun de pierre de taille 2 sous (ou 24 dn) oultre ses despens, charpentier commun 20 deniers et maistre charpentier 2 sous, couvreurs de pierre, de mille ou d’autres choses, pareillement, ouvriers de bras 15 deniers et pour ses despens aultres 15 deniers oultre ses despens et ainsi est pour journée et despens 2 sous 6 deniers ou 30 deniers, journée de charreour et de charette 6 sous 8 deniers. »

« Le passage est intéressant puisqu’il indique de façon précise les salaires journaliers par catégories professionnelles et par spécialisation. Mais il est énigmatique par la formule “oultre ses despens”. Cette expression peut recouvrir des frais d’hébergement ou de déplacement à la charge des employeurs, des dépenses en matériel comme les gants pour ceux qui manient la chaux, les pourboires, la nourriture, etc. »

129❍ La stabilité est la règle à Rennes de 1425 à 1457, après que le contrôleur eut ramené les gages à 30 deniers (2 s 6 dn) pour les manœuvres, à 40 deniers pour les ouvriers simples, à 50 deniers pour les maîtres. Les fluctuations reprennent un moment entre 1457 et 1463. La ville est, à cette époque, en pleine mutation ; des chantiers se dressent un peu partout et il est possible que des problèmes de recrutement de personnel non qualifié se soient posés, résolus, en fin de compte, par l’appel aux travailleurs lamballais. Mais la stabilité finit par revenir en 1463 sur les bases de 20 deniers pour les manœuvres, 30 deniers pour les simples ouvriers et 40 deniers pour les maîtres. À Nantes, quand la documentation devient suffisamment riche pour dresser des séries, iI n’y a guère de changements profonds jusqu’en 1483, seulement quelques tiraillements dans les années 1455-1456. Les salaires oscillent entre 40 à 50 deniers pour un maître, entre 24 à 36 deniers pour un ouvrier maçon, charpentier, couvreur, se tiennent à 40 deniers pour un carrier, varient de 20 à 30 deniers pour un manœuvre, figurant parmi les pouvres gens, entre 10 à 15 deniers pour un adolescent ou une femme de peine au bas de l’échelle sociale.

130La Bretagne profite de ce qu’on nomme l’âge d’or de Jean V († 1442) et sous ses successeurs immédiats François 1er et Pierre II. La situation est, par contre, préoccupante en France sous le règne de Charles VI puis de Charles VII où la stabilité ne revient qu’avec les premières victoires sur les Anglais et le retour de la sécurité dans les années 1430-1440 en Normandie, après 1450 dans des endroits trop ravagés par les conflits.

131❍ On en restera ainsi jusqu’aux Guerres d’indépendance qui provoquent une nouvelle érosion des monnaies, des prix et des gages.

  • 13 J.-P. Sosson, « Les XIVe et XVe siècles : “Un âge d’or de la main-d’œuvre ?” Quelques réflexions à (...)

132Les variations du cours des monnaies d’argent, les mutations ou remuements monétaires évoluent tantôt à l’avantage, tantôt au détriment du pouvoir d’achat et du montant des loyers d’un travailleur chargé ou non de famille. Les comptes font la différence, durant une période d’instabilité ou de transition, entre la bonne et la foible monnoie et les chertés de vivres et des objets qui en sont la conséquence perceptible. La fin du siècle est préoccupante dans plusieurs contrées. Les métiers se ferment, les garanties de l’emploi se restreignent, les salaires laissent tout juste de quoi mal vivre : « la pauvreté n’est jamais très loin de la précarité » écrit J.-P. Sosson13.

133La détérioration du sort des salariés se traduit aussi par davantage de contrôles, par une réduction des primes ou des fournitures en nature, etc.

La situation réelle du niveau de vie

134Pour apprécier le pouvoir d’achat réel dans les couches populaires, il faut tenir compte d’autres paramètres : du nombre de jours ouvrables, des prix des denrées alimentaires, des loyers, des indemnités versées.

135❍ Les sommes indiquées ci-dessus sont des maxima. Nous savons que les chantiers ferment tôt le samedi, que les dimanches sont fériés, que la mauvaise saison arrête, au pire, le cours des travaux. Toute réduction des heures de travail entraîne celle des salaires. Ainsi, on admet qu’un manœuvre, payé au taux de 20 à 30 deniers (dn) par jour ouvrable, ne touche en réalité que 20 à 30 livres par an (1 livre = 244 dn) en tenant compte d’une centaine de jours chômés non rémunérés. Un ouvrier, de 30 à 40 dn par jour, dispose en fait de 30 à 50 livres par an avec les repos forcés et un maître, chef d’équipe, de 40 à 50 dn journaliers atteint 50 à 60 livres par an. De tels salaires sont donc en retrait par rapport aux 60 à 100 livres annuelles qu’un officier ou un homme de loi grappille de gages ou d’honoraires, sans compter les pots de vin (sic).

136Les salaires sont saisonniers, comme la durée journalière de travail. On distingue traditionnellement deux périodes : une que nous qualifierons de normale, aux tarifs légaux, de Pâques au début novembre, et l’autre hivernale, pendant laquelle les gages sont amputés de… 25 %. Dans ces conditions, si nous tablons sur un travail effectif de 250 à 260 jours par an, cela signifie qu’un manœuvre, à 20 deniers par jour, reçoit au mieux 22 livres annuelles.

137Les montants, inscrits sur nos registres, sont-ils bien appliqués ? Des historiens en doutent, pensent même qu’ils ne donnent qu’une vision déformée de la réalité. Les sommes indiquées ne seraient, disent-ils, que de simples références d’après lesquelles les maîtres fixent, en fin de semaine, la paye de leurs employés en tenant compte des réalisations, de la bonne volonté de l’efficacité ou… des humeurs ? Car l’arbitraire patronal, toujours soucieux de payer au rabais, s’applique dans le domaine des gages comme en matière d’embauche ou de formation. Les salaires sont susceptibles de varier, à tout moment, au gré des effectifs engagés, des facilités ou non de recrutement, de la concurrence de saisonniers ou d’étrangers, de l’âge des participants et de bien d’autres considérations qui ne sont pas forcément couchées par écrit.

138❍ Les rémunérations ne prennent pas en compte, au positif, les petits avantages, les à-côtés « pour paine et despens », au négatif les sanctions.

139Au nombre des suppléments qu’on nomme ailleurs des courtoisies, figurent les casse-croûte de pain d’épeautre ou de seigle complétés par un morceau de fromage ou de lard, un pot-de-vin aigrelet ou du cidre, des fruits d’époque (des cerises, des pommes). Le « mouton de l’Ascension », d’un usage traditionnel en Bretagne, est, en réalité, une distribution de pièces de monnaies de la valeur d’un mouton, estimé entre 6 et 14 £, selon le nombre des bénéficiaires. S’ajoutent encore des gratifications ponctuelles « afin que les ouvriers soient plus curieux et diligens de mielx besongner », « pour qu’ilz fussent curieux de bien achever » (leur tâche), des tabliers de cuir ou des vêtements de travail, des gants renforcés en peau de chien, des aunes de tissus (bure, blanchet), des galoches, des éléments qui deviendront vite l’attribut de manuels, un des signes extérieurs de leur activité (forgerons, tonneliers). Il est de tradition aussi d’offrir une tournée de vin quand sont achevées les voûtes d’un portail « et pour demourer bien tart une fois pour les achever, de doubte du dangier qui y estoit ». Les serviteurs vivent en général « à pot et à pain » chez leur patron et il est probable que les Lamballais sont hébergés gratuitement, aux frais de la ville.

140À l’inverse, les amendes viennent pénaliser les manquements aux obligations, les absences intempestives, les retards, les bordeleries, les injures, les souleries dans les caboulots voisins, les refus d’obéissance.

  • 14 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, op. cit. Actes sur le peuple des villes dans l’Europe (...)

141Les ouvriers sont dans leur majorité des « gagne-petits deniers » qui vivent dans un équilibre précaire. L’un des couvreurs de « pierre marchande » (ardoises) des années 1445-1450 porte d’ailleurs le nom évocateur de Jehan Quatresoulz même si son salaire n’est que de 3 sous 4 deniers par jour14 !

Les « facultés » ou disponibilités de chacun

  • 15 Actes du Colloque de l’Université catholique de Louvrain-la-Neuve d’octobre 1998 sur les niveaux d (...)

142On ne parle pas, en ces temps lointains, de niveau de vie mais plutôt de facultez au pluriel dont le calcul repose sur des hypothèses et des estimations plausibles à défaut de certitudes. Ce problème soulevé dans les études sur le salariat parisien de B. Géremek, sur Bruges par J. -P. Sosson et dans notre thèse en 1978, a été repris depuis dans plusieurs travaux et monographies urbaines (G. Bois, A. Derville, Ph. Bernardi, R. Fossier, etc.)15.

143❍ Le mot « faculté », utilisé sous l’Ancien Régime, prend en compte la facilité ou la difficulté de satisfaire des besoins élémentaires en aliments, le prix des vêtements, des ustensiles indispensables à la vie courante. S’y ajoutent les nécessités de logement, les soins corporels, les obligations collectives avec le paiement des impôts et des loyers.

144On s’aperçoit, à la lecture attentive des archives, que l’équilibre qui sépare la médiocrité du dénuement est fragile. Il suffit d’une cherté subite des vivres, d’une hausse des prix, de la réduction des gages pour que les privations se fassent sentir. La venue d’enfants, une famille nombreuse, la maladie ou l’accident accroissent les difficultés et les soucis.

145Il ne sert à rien enfin de vouloir, à tout prix, comparer les niveaux de vie d’autrefois aux nôtres, tant les cas particuliers sont fréquents, les offres et les besoins différents. À vrai dire, connaît-on bien de nos jours la réalité du coût de la vie ? N’oublions pas que des ouvriers sont en même temps paysans et font valoir, à deux pas de chez eux, dans les faubourgs, un lopin de terre ; d’autres ont un double emploi ou travaillent pour plusieurs chantiers en même temps (un forgeron, un horloger). L’équilibre fragile d’un budget familial, en supposant qu’on puisse le déterminer avec exactitude, peut être réduit par des dettes, une maladie, un penchant pour la boisson ou pour les fillettes joyeuses, ou, au contraire légèrement accru par le travail de l’épouse, domestique ou lingère, par des heures de travail nocturne mieux rémunérées, par une bonne affaire (l’achat de matériaux de construction à bas prix) ou une activité illicite. Le vol sur les chantiers est une plaie, malgré la surveillance exercée.

146❍ Les facultés alimentaires sont très lourdes comme de nos jours.

147L’acquisition des vivres est la première source de dépenses. Deux méthodes sont appliquées par les historiens pour les mesurer, l’une utilisable à Nantes, l’autre impossible à mettre en pratique.

148– La première consiste à confronter les salaires journaliers avec les prix des denrées alimentaires de première nécessité. La difficulté est de déterminer le menu habituel d’un travailleur à une époque où le pain constitue, avec quelques légumes de potage (fèves, pois, choux) et un petit morceau de viande de porc, le support par excellence d’une alimentation lourde et indigeste, riche en calories, d’un adulte, célibataire ou père d’une famille nombreuse. Il faut aussi connaître les prix des denrées à un instant donné et tenir compte des variations saisonnières, les poids utilisés, la contenance des pots, des quartes, des pintes pour les liquides. Quand les dépenses alimentaires n’excèdent pas le quart ou même le tiers d’un salaire moyen, la situation reste tolérable. Elle cesse de l’être au dessus et devient même dramatique quand plus de 50 % du budget familial, voire 70 à 80 % en période de crise, passent à mal se nourrir.

  • 16 J. Kerhervé, Histoire de Quimper, p. 86.

« Quand un bescheur lamballais, un manœuvre perçoit de 20 à 30 deniers par jour à Rennes, un repas correct dans une auberge exige la même somme, une simple collation de pain et de fromage 6 deniers (dn), une douzaine d’œufs 6 à 7 dn au printemps, 9 à 10 dn en hiver, un pot-de-vin breton 10 dn, d’Anjou 15 dn, un poulet 12 dn, un gros fromage 40 dn, un jambon 50 dn… une selle de cheval 15 sous, un cheval de transport 10 livres ou 200 s, une bêche en métal 30 dn, une civière à roue ou brouette 45 dn, un seau 8 dn, une livres-poids de fer 8 dn, un cent de gros clous 40 dn, une pipe de chaux de Saffré de 450 litres entre 120 à 144 dn. Un Vannetais achète, fin XVe siècle, un poulet 15 à 18 deniers, un pain 2 dn, une quarte de vin 12 dn, un pot d’huile d’olive d’environ un demi-litre 50 deniers.
Un calcul montre qu’à Quimper, un salaire d’ouvrier aboutit à un total de 17 livres par an en tenant compte des jours chômés, soit l’équivalent d’une douzaine de moutons ou de 250 poules ou de 2000 pains, des estimations bien insuffisantes pour faire vivre une famille16. »

  • 17 J.-P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges, Bruxelles, 1977, op. cit. – R. Favreau, L (...)

149– L’autre approche consiste à estimer le nombre d’heures de travail nécessaires pour obtenir une quantité déterminée de denrées alimentaires indispensables à une famille de quatre personnes, père, mère et deux enfants. J.-P. Sosson a démontré qu’entre 1362 à 1483, un ouvrier de Bruges devait travailler, en moyenne, plus de cent heures pour acheter l’équivalent d’un quintal de blé ou plus de 1 200 heures, réparties sur 120 jours de labeur, pour avoir les 12 quintaux (soit 16 hectolitres) de froment pour nourrir quatre bouches par an. Quand le cap des cent heures est dépassé, comme entre 1400 et 1439 ou entre 1463 et 1483 et s’approche même des deux cents heures en 1437-1439 ou en 1481-1483, la situation est désespérée. Plus près de nous, R. Favreau estime qu’un manœuvre de Poitiers, payé sensiblement comme un Nantais, peut acquérir, avec les 25 deniers qu’il touche, 3,200 kg de pain en 1362, 1,600 kg en 1372 année de famine, 10 kg en 1379 année de prospérité, 2,600 kg en 139017.

150Nos lecteurs risquent d’être sceptiques et de faire observer que la consommation individuelle change selon l’âge, le sexe et la corpulence. La moyenne brugeoise supposée de 4 hectolitres par an et par personne est discutable. Elle est ramenée par certains contradicteurs à 2,75 hl. On constate que l’ouvrier consomme peu de froment trop cher, davantage de seigle meilleur marché. Enfin, le grain, consommé sous forme de pain, de bouillies, de galettes, ne constitue qu’un volet des dépenses alimentaires qui doivent prendre en compte aussi la viande, le poisson, les légumes, l’huile, le sel, etc.

151❍ Les facultés de logement sont également onéreuses.

152L’aspect et le coût des logements, leur localisation intra et extra muros, le prix des locations, entrent en ligne de compte et, là encore, les différences sont patentes au niveau des prix d’achat et des locations. Si un riche bourgeois est capable d’acquérir une belle habitation en plein centre-ville pour 200 à 1 000 livres, le simple ouvrier se contente de beaucoup moins et l’achat d’une maison basse tourne autour de 50 livres selon qu’on se trouve à Richebourg ou à Sauvetout de Nantes, à Toussaints à Rennes.

« Des habitats délabrés, des chambres de 10 à 20 m2 à raison d’une pour toute une famille, des barraques d’arrière-cour en planches, des cabanons insalubres ont été localisés dans nos archives. »

153Les termes des loyers sont mal connus dans l’agglomération ligérienne. Louer un local 5 livres par an quand un salaire atteint tout juste 20 à 30 livres peut paraître insupportable à un manœuvre qui dépense 20 livres pour se nourrir. Les contrats de louage sont généralement conclus pour une courte durée et cette brièveté fait qu’ils n’ont guère laissé des traces dans les archives. Si des maîtres semblent vivre dans une relative aisance en payant 15 à 20 livres par an au Marchix ou à Richebourg, mais déjà 20 à 50 livres à Sauvetout de Nantes, une véritable misère, doublée d’une exploitation par des propriétaires s’observe dans certaines villes armoricaines comme à Rennes où un livre-rentier d’une grande précision permet de localiser des bâtisses « ruyneuses », donnant sur le ruisseau de Chauculet ou les fossés à Gahier, au voisinage d’ateliers de teinturiers et de corroyeurs.

154❍ Les « facultés » d’équipement sont indéterminables, à de rares occasions près.

155Le prix des vêtements, des braies et des chemises en grosse toile grise, de la bisonne, du bureau, du canevas, du bougrain, même s’ils proviennent du fripier du coin, des savates et des galoches, des services aussi communs que la coupe de barbe ou des cheveux, les menus plaisirs qu’offre le pot-de-vin du père à la taverne comptent également dans les petits budgets. Une paire de ribouis coûte 30 deniers, une coupe de barbe 10 deniers, une aune de toile très quelconque de Quintin 40 deniers à Tréguier. Le bois coûte très cher, de l’ordre de 84 deniers la charrette à Rennes ! L’habillement et le chauffage constituent donc des « tours de force » d’économie domestique !

156Un ménage ouvrier doit s’équiper en meubles sommaires, en vaisselle, en coffres à ranger les vêtements, en couettes et en linceuls (draps), etc. Ces nécessités restent ignorées, alors qu’à la même époque, dans les villes Midi, du Lyonnais du Languedoc et de l’Aquitaine, les testaments, longtemps réservés aux prélats, aux chanoines et aux notables, commencent à se « démocratiser », plus vite d’ailleurs en ville qu’à la campagne.

157L’équipement militaire des miliciens pourrait être synonyme d’aisance, sous réserve que des gens riches peuvent faire preuve de mauvaise volonté pour s’armer ou que plusieurs familles moyennes ont pu s’entendre pour équiper l’un d’entre eux.

158❍ Rappelons enfin que des historiens (A. Derville, H. Dubois, J. Heers, Ph. Wolff) ont retenu, comme moyen d’estimation, la fiscalité différentielle. Des écarts considérables opposent, à chaque levée d’impôts directs municipaux ou d’État, les plus faibles et les plus hautes quotes-parts. Les manœuvres entrent dans la catégorie des pauvres fiscaux, l’équivalent des nichils toulousains.

159Le menu peuple qui se contente donc de peu, vivote à la limite de la pauvreté, du dénuement qui peut survenir avec la maladie, la fermeture d’un chantier, des enfants à charge, la vieillesse synonyme de déchéance.

La réussite sociale d’une minorité

160Les villes hébergent aussi une élite ouvrière et artisanale, un bon peuple, selon la terminologie du temps, qui essaie de se rapprocher de l’oligarchie patricienne par des signes extérieurs de richesse et par un niveau de vie, hors du commun.

161❍ Le point de départ de la fortune est le « mestier bon et propice » et le contrat profitable.

162Les petits chefs d’entreprises de maçonnerie, de couverture, de charpente, de plomberie préfèrent travailler au forfait plutôt que d’être salariés, être feuratiers dans le cadre d’une procédure d’adjudication de marchés au rabais. Ils prennent aux enchères, « à la chandelle allumée », un travail défini par un devis, un feur ou prix-fait, qu’ils accomplissent ensuite pour une somme et dans un délai déterminés.

163À l’origine de cet acte, il y a un devis dressé par les autorités municipales ou paroissiales, secondées par des gens expérimentés, chacun dans sa partie. Plusieurs documents de cette nature existent dans les archives bretonnes. Ils contiennent tous les mêmes renseignements. Après une brève introduction indiquant l’œuvre à accomplir (une tour, une muraille, une halle, un pont, une chapelle), on aborde le vif du sujet avec une description, article par article, des différentes parties qui composent l’ouvrage à réaliser. Le texte nous conduit des fondemens au sommet du toit, du rez-de-chaussée appelé alors le « premier » au galetas ou au pavillon. Suivent des précisions sur les dimensions : hauteur, épaisseur des murs au niveau du sol et des hauts murs, circuit d’une tour, diamètre des chambres, etc. Les chiffres ne sont pas toujours parfaitement respectés pour des raisons qui tiennent à la nature du sol, aux surprises provoquées par les affaissements du terrain, aux crédits alloués… à l’honnêteté des feuratiers ! La nature des matériaux est soigneusement définie ; ici on mettra de la pierre « froide à maczon », là des encadrements ou des chaînages de pierre de grain (granite) ou de tuffeau. Les poteaux de bois, réservés aux emplois les plus délicats, seront de préférence en cueur de chesne, le mortier de bonne qualité « a chascune pippe de chaulx dous pippes de sablon », les murs « bons et compectans à chaux et à sable ». Quelquefois, les rédacteurs prennent soin de mentionner les carrières et les forêts d’où seront extraits les matériaux. Les devis décrivent l’agencement des pièces intérieures, donnent le nombre et les dimensions des cheminées, des fenêtres, des garde-robes et même des conduits d’évacuation des eaux usées (Vannes, Saint-Pol).

164Nous décrivons le contrat type, complet. Certains ne sont que de simples marchés à l’amiable, aussi laconiques qu’une quittance. D’autres prévoient un partage des responsabilités et des charges. À la ville ou à la fabrique reviennent, par exemple, la fourniture des matériaux, le dégagement des eaux et l’évacuation des bousins et des terrassements, au contractant le recrutement des ouvriers, leur conduite et la réalisation du travail. Il y a autant de solutions que dans les contrats d’associations commerciales pratiqués en Italie.

« L’acte bien rédigé est publié, “banni, sollempnisé”, trois semaines de suite, suivant la tradition locale, le jour du marché, sur les places publiques ou à la cohue, pour connaître “ceulx qui le vouldroint prendre et mectre à pris”. Un rendez-vous est fixé, quelques jours après, généralement “en l’auditoire et feillée de la cour de justice”. Le miseur ou le fabriqueur relit une fois de plus le devis et “proclame à haulte et intelligible voueix que ceulx qui vouldroint prandre et faire lesd. reparacions selon ledict devis, quils ayent présentement à mectre à prix”. Un délai de réflexion de quelques heures est encore laissé et, l’après-midi, les premières propositions se présentent. Une chandelle est allumée et jusqu’à son extinction, trois ou quatre heures après, les enchères fusent. Le dernier preneur ou, comme on dit à Quimper, celui qui reçoit “le denier à Dieu”, au meilleur prix pour la ville, au plus bas, s’engage, par serment, sur l’hypothèque de ses biens et sur le bras-reliquaire de saint Corentin, à accomplir le travail dans un délai fixé et pour une somme déterminée. Le receveur d’une communauté promet, à son tour de payer régulièrement l’entrepreneur : un tiers au début, un tiers à la moitié, le reste à la fin, après examen du bâtiment et remise d’un satisfecit ou renable. L’ouvrier veut également être payé “à la toise” accomplie, quand il s’agit d’un mur. »

165Il est difficile de savoir exactement ce que rapporte à l’entrepreneur la construction d’une tour estimée de 1 500 à 3 000 livres monnaie, d’une halle de 200 à 500 livres. C’est certainement intéressant si nous en croyons le nombre élevé de propositions faites, la venue de candidats éloignés attirés par la perspective de solides profits et les à-côtés comme la fourniture par contrat de vivres. Quand Robin dit le Canonnier vient fabriquer des canons à Rennes, en 1419, il exige pour lui et pour ses trois valets des lits « fournis de draps blancs de ouyct jour eb ouyct jours ». Pour refaire les orgues de Saint-Sulpice de Fougères, le facteur Jehan Challoys reçoit, en 1476, 4 livres 11 sous 8 deniers pour onze semaines de labeur… une misère, dirons-nous. Mais, regardons plus attentivement les termes de son engagement. Ils stipulent qu’il sera nourri, logé, blanchi et qu’il recevra une robe de trois aunes de drap, fourrée… d’agneau blanc, d’une valeur de 5 livres 3 sous 6 deniers. Il va sans dire que ces hommes qui se savent parfois irremplaçables se font entendre si les termes de l’accord ne sont pas respectés à la lettre. Le fondeur de cloches, Jehan Gabart, n’est pas content et le fait savoir. Il est venu habiter Nantes, à la demande du capitaine et des notables et on lui a promis, dit-il, « le logeyx pour sa demourance tant pour lui que pour ses gens », le transport gratuit de son matériel et une bonne rétribution. Apparemment, il a des raisons de se plaindre.

166Des artisans et des commerçants aisés font aussi partie de « l’aristocratie du monde du travail ». Ils ont apparemment un chiffre d’affaires, supérieur à leurs homologues malgré les statuts des métiers qui prônent l’égalité. Un sens aigu des affaires, le cumul d’emplois ou de charges lucratives, des fermes des impôts, le moment opportun, beaucoup de chance leur assurent des salaires ou des gains bien supérieurs à la moyenne et permettent d’avoir accès aux contrats ou aux marchés les plus fructueux.

167À défaut de connaître l’exactitude de leurs biens, nous devons nous rabattre sur ce que nous appellerions, maintenant, les signes extérieurs de richesse.

168❍ Leur capital immobilier, l’héritaige s’accroît aussi vite que les circonstances le permettent.

169Ils placent en effet leur argent dans l’acquisition d’un jardin, d’un héral, d’une pièce de labour de superficie moyenne, d’un clos de vigne d’un bosquet, d’un étal aux halles, d’une maison de qualité à étages ou trois bâtiments accolés avec un lopin de terre attenant et des dépendances à usage professionnel.

« Guillaume Derval, teinturier de Malestroit, en 1470, a trois habitations (dont deux louées), des places et des jardins disséminés dans toute la ville et un pré dans les faubourgs. Les bouchers Alain du Boays et Morvan Le Saulx de Quimper ne sont pas à plaindre. Ils habitent des ostels avec issues, dans la cité enclose, rue de la Boucherie, comme il se doit, et ont comme voisins et clients, des ecclésiastiques, des officiers de justice et de finance. Le hasard de la documentation livre d’autres noms de propriétaires du même ordre, un parcheminier, des bonnetiers, des couturiers, des fèvres, des maréchaux-ferrants, etc. Le fait de demeurer rue Kéréon, rue des Étaux et surtout au Tour-du-Chastel est déjà en soi une indication de niveau de vie. Des aveux permettent de découvrir des artisans aisés dans le quartier du Val à Lamballe, témoin le drapier Roland Mouessan qui se trouve à la tête de trois maisons, de deux beaux jardins et d’un herbage, rue Saint-Jehan et Basse-Rue, témoin aussi le parcheminier Rolland Aubin avec ses deux maisons, ses courtils et ses 10 journaux de terre arable. Le drapier nantais, Jehan Le Metaier, est un autre cas exceptionnel. Le détail de ses biens morcelés et dispersés indique que cet ouvrier a réussi à économiser pour acheter les parcelles d’un patrimoine foncier dont il tire gloire et profit. Il détient, en effet, un logis principal où est son atelier, sis au Marchix, trois autres petites habitations dans le quartier de Saint-Similien, 13 journaux et demi de labours du côté de Chantenay, de Couëron et de Saint-Herblain, 6 journaux de prés, 29 quartiers et 12 hommées de vignes et… 142 sous de rentes (constituées) qui l’assimilent à un petit usurier. Le charpentier Pierre Laîné est propriétaire d’une belle demeure, rue des Carmes, qui atteint 160 livres monnaie. La recherche de rentes constituées, forme déguisée d’emprunt, suppose le gel d’un capital engagé qui peut atteindre 100 à 200 livres d’achat (en fait de prêt), pour une perception annuelle, à perpétuité, de 10 à 20 livres. »

170Leur standing en s’élevant les autorise alors à quitter les bas quartiers et même les faubourgs où ils vivent le plus souvent et à rechercher des résidences plus confortables que les taudis de leurs employés.

171Le logis à deux ou trois étages en encorbellement est plus spacieux, personnalisé, dans les rentiers et dans les aveux, par un toit en ardoises, par un détail décoratif, une tête sculptée au-dessus de l’huis, une peinture, une enseigne, ou mieux par un ensemble de dispositions destinées à améliorer, l’hygiène avec des privées (lieux d’aisance), un puisard, des tuyaux d’évacuation des eaux usées (Saint-Pol) et à réduire les inconvénients de la cohabitation et de la promiscuité avec un puits privé, une cuisine derrière la boutique, deux ou trois chambres. Les dépendances sous forme d’appentis, d’écuries (étables), de clouyères à Rennes ou ateliers d’arrière-cour, de courtils et de potagers, permettent à ces travailleurs et à leurs familles d’échapper à l’entassement, même dans des quartiers aussi populeux que le Val de Lamballe ou Richebourg à Nantes.

172On doit considérer comme privilégiés les ouvriers propriétaires de maisons de plus de 50 livres ou capables de débourser pareille somme pour en faire l’acquisition. Ce chiffre n’est pas pris au hasard mais sert de référence puisqu’il correspond au salaire annuel d’un chef d’équipe sur un chantier. Il est parfois largement dépassé. Que dire, en effet, du charpentier nantais Pierre Laîné qui propose la sienne, rue des Carmes, pour 160 livres, ou du chapelier Guillaume Chiquet de Sauvetout qui cherche acquéreur à 225 livres ? Dans un autre contrat de vente, le ciergier Jehan Barbin, domicilié place du Change, cède son immeuble au pâtissier Jehan Fermy pour le prix de 100 livres. Ces sommes en disent long sur les possibilités d’une minorité, parmi laquelle figurent régulièrement des bouchers, des boulangers-pâtissiers, des orfèvres, un barbier-chirurgien, un ou deux texiers.

173Nous manquons d’inventaires de maisons artisanales. Pourtant quelques brèves mentions d’objets couramment employés, comme ceux qui sont confisqués aux cordonniers, aux texiers, aux parcheminiers du Troutieu-Lambert de Guingamp, par le sénéchal de la Cour des Bourgeois, pour amendes impayées, montrent que ces ustensiles sont souvent coûteux et variés. Trois éléments, symbolisant une aisance font leur apparition, certes moins nombreux que chez les notables, mais déjà apparents. Il s’agit de la vaisselle de cuivre et d’étain, à côté des traditionnels plats en terre et en bois, des coffres qui, à défaut de véritables meubles, de dressoirs et d’armoires, permettent une séparation des vêtements, des vivres et des objets de ménage, et une literie plus riche que chez les humbles, avec des charlits (le cadre du lit), des couettes ou coites, des oreillers, des draps et des couvertures. Interviennent en sus la qualité de l’outillage manuel en fer et en acier, la structure des cheminées et des braseros, le matériel de cuisine, les éléments de latrines « à gorge ».

174D’aucuns se hasardent à pratiquer l’usure, ont plusieurs commandes, plusieurs tâches en même temps comme peintres-imagiers et vitriers par exemple, qu’ils peuvent sous-traiter. Les plus habiles trafiquent, spéculent, achètent des matériaux de récupération, des chevaux, des attelages avec tombereaux et abillemens (Nantes), se mettent au service de la ville comme éboueurs, chargés d’évacuer le trop plein d’immondices dans leurs tombereaux tirés par deux à quatre chevaux. Ils lorgnent les petites fermes des impôts d’État ou municipaux, font monter les enchères, servent de plèges pour les récupérer ou constituent des ententes parfaitement illégales. Les moulins, les fours, les petites coutumes les tentent volontiers.

175❍ L’argent disponible, même en petite quantité, sort cette minorité de la morosité quotidienne, du souci permanent et donne accès à la notabilité, autorise la pénétration dans les campagnes, laisse espérer un bon mariage. Hervé Le Gluydic, seigneur de Poulguinan en Cornouaille, descend par sa mère d’un charpentier, suffisamment riche pour avoir fait don d’une chapelle à la cathédrale ! L’âge et la maladie ne sont plus un drame, les enfants ne sont plus une charge insupportable mais un sujet de fierté si les cadets entrent dans les ordres.

176Le fait d’être inscrit sur les listes des contribuables à des emprunts forcés est la marque d’une élévation dans l’échelle sociale. Leur générosité est à l’image de leurs possibilités. Ils peuvent se permettre de faire des dons individuels ou collectifs à leurs églises favorites. Ils s’unissent pour fonder une chapelle, la décorer, l’enrichir. Un petit nombre figure sur les obituaires d’églises, sur ceux des Mendiants ou d’un chapitre, sur les listes des bienfaiteurs d’un hôpital. Les sommes destinées à la célébration des messes pour l’âme des défunts ou pour tout autre motif de piété restent limitées, tout en étant significatives.

177Cette minorité de commerçants et d’ouvriers spécialisés est respectée, honorée. Ses représentants figurent en bonne place dans les conseils de fabrique, dans les associations pieuses et même dans les organismes municipaux des petites villes dont l’administration reste cependant dominée par la haute bourgeoisie de marchands, d’hommes de loi et d’officiers.

*

178Un monde ouvrier disparate apparaît donc partout où des archives permettent d’entreprendre une étude socio-économique (Rennes, Guingamp, Quimper, Morlaix, Vitré). À côté d’une aristocratie minoritaire du monde du travail, aux franges de la notabilité, la grande majorité des ouvriers vit dans des conditions difficiles avec des salaires qui permettent tout juste de vivoter en période de paix et de prospérité.

179L’essoufflement de l’économie bretonne dès la seconde moitié du XVe siècle, la rupture avec la France, les guerres d’indépendance, des retours de peste provoquent une détérioration de la condition ouvrière dans les années 1486-1492 et un difficile rétablissement au tournant du siècle suivant.

180Il existe des hommes et des femmes plus misérables encore que les ouvriers qui ont un métier : les associaux et les réprouvés que nous découvrirons dans le dernier livre (chapitre 11).

Notes

1 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge & Vivre en ville, op. cit. (bibliographies).

2 P. Benoît et Denis Cailleaux (dir.), Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Actes du Congrès sur la métallurgie urbaine en France au Moyen Âge de l’Université de Paris I, mars 1984, Paris, éditions Picard, 1988 – Ph. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge, Thèse manuscrite de Rouen, 1992.

3 J.-P. Leguay, « Les manœuvres des chantiers et des carrières en France et dans les pays voisins au Moyen Âge », in Atti del Convegno « Il Modo di Costruire », publication de l’Università degli Studi di Roma, Dipartimento di Ingegneria civile edile, 1988, éditions Edilstampa, Roma, 1990, p. 29-48. Des recherches similaires ont été entreprises à Aix-en-Provence par Ph. Bernardi, à Dijon par P. Labal, en Normandie par Ph. Lardin et B. Sintic.

4 J.-P. Leguay, « Les ouvriers des chantiers de construction nantais au XVe siècle », revue 303, no 92, 2006, p. 4 à 19 et « Les bâtisseurs de cathédrales », L’Histoire, no 95, décembre 1986, p. 38-44.

5 S. Guye et H. Michel, Mesures du temps et de l’espace. Horloges, montres et instruments anciens, Fribourg, 1970 – D. S. Landes, L’heure qu’il est : les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Paris, Gallimard, 1987.

6 « L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction aux XIVe et XVe siècles », Actes du colloque de l’Université de Paris I, « pierre et métal », juin 1982, publication de l’Université de Paris I, 1985, p. 27 à 79 – P. Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à l’époque gothique (1400-1450), PU de Provence, 1995.

7 J.-P. Gutton, Bruits et sons dans notre histoire, Paris, PUF, 2000.

8 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit. – R. Fossier, Le travail au Moyen Âge, Paris, Hachette, 2000.

9 D. Alexandre-Bidon et M. Th. Lorcin, Le quotidien du temps des fabliaux, Paris, éd. Picard 2003 – P. Bernardi, Métiers du bâtiment… à Aix-en-Provence, op. cit. – Ph. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie, op. cit. – P. Du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, éd. Picard, 1973 – J.-P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges, Bruxelles, Pro Civitate, 1977.

10 J.-P. Leguay, « Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge » in l’Information Historique, volume 43, no 5, 1980, p. 223-233, et l’Histoire des accidents du travail, CRHES de la Faculté de Droit de l’Université de Nantes, 1980, p. 1-32.

11 S. Cassagnes-Brouquet, Culture, artistes et société dans la France médiévale, Paris, éd. Ophrys, 1998 & Les métiers au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 2008 – F. Icher, La France des artisans et des métiers, Paris, éd. De La Martinière, 2003.

12 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, op. cit. Sa bibliographie sur les écoles d’art renvoie aux travaux de R. Couffon, de R. F. Le Men, de J. Trévédy.

13 J.-P. Sosson, « Les XIVe et XVe siècles : “Un âge d’or de la main-d’œuvre ?” Quelques réflexions à propos des anciens Pays-Bas méridionaux », Publication du Centre européen d’Études Bourguignonnes (XIVe-XVe siècles), 27, 1987 p. 17-18.

14 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, op. cit. Actes sur le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest, publication de P. Guignetn, Lille III, 2003.

15 Actes du Colloque de l’Université catholique de Louvrain-la-Neuve d’octobre 1998 sur les niveaux de vie au Moyen Âge. Mesures, perceptions et représentations, J.-P. Sosson, Cl. Thiry, S. Thonon, T. Van Hemelryck (dir.), Academia Bruylant, Louvain 1999.

16 J. Kerhervé, Histoire de Quimper, p. 86.

17 J.-P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges, Bruxelles, 1977, op. cit. – R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge, une capitale régionale, Poitiers, 1978.

Table des illustrations

Titre NANTES : 1447Journées de travail des maçons et des carriers nantais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540