Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Première partie. Les citadins

Chapitre 2. Maîtres artisans et « gens des mestiers »

Texte intégral

1Malgré le caractère rural marqué de plusieurs activités artisanales en rapport avec les textiles, les peaux, les métaux, l’argile, la trentaine de villes anciennes et de bourgades fabriquent des draps de laine, des toiles de lin et de chanvre, des variétés d’objets en cuir, du parchemin (Lamballe), des outils, des armes.

2Une carte de la Bretagne industrielle commence à s’esquisser dès les XIIe et XIIIe siècles, se dessine avant et après la guerre de Succession. Mais ses contours restent flous jusqu’à l’arrivée des Montforts sur le trône ducal. C’est à peine si on apprend avant, d’une documentation squelettique, que les drapiers de Dinan exploitent déjà ensemble un local commercial, une cohue de la draperie, que des texiers, des toiliers, des cuiratiers s’activent à Fougères, à Morlaix, à Vitré, à Rennes, à Nantes où ils sont bientôt rejoints par des émigrés des campagnes et des étrangers. C’est à peine si des groupements professionnels s’annoncent au hasard d’une fête patronale, d’un procès, d’une livraison de marchandises à la cour. Au XVe siècle, des fabricants, des petits boutiquiers tenant étal sur rue, des ouvriers du bâtiment, des forgerons, des orfèvres sont signalés dans les archives comptables ou dans les textes normatifs, dans la toponymie vicinale.

3Quelques professions sont regroupées en métiers jurés, qu’on appelle, dans l’Ouest, des fraeries ou des confréries. Ce sont surtout des Rennais et des Nantais, exceptionnellement des gens d’autres localités, qui en profitent et disposent de statuts écrits, succédant à des usages. La majorité des travailleurs manuels des villes, des gens mécaniques de la plupart des centres urbains, en dehors de Nantes et de Rennes, restent en dehors de toute organisation corporative, C’est le cas notamment des ouvriers du bâtiment si nombreux dans des villes transformées en immenses chantiers à la fin du Moyen Âge et que nous étudierons dans le chapitre suivant. On a parlé parfois de « professions libres », expression maladroite qui laisserait supposer que quiconque voulait s’installer à demeure et travailler pouvait le faire en toute liberté, sans demander l’avis des pouvoirs publics et des maîtres déjà en exercice.

  • 1 Ce chapitre est extrait de notre étude sur « Les métiers de l’artisanat dans les villes du duché d (...)

Si quelques statuts corporatifs originaux, présentés sur de beaux parchemins ou transcrits sur une simple feuille de papier ou sur un registre matriculaire (chez les merciers rennais) remontent directement à l’époque médiévale, l’essentiel des règlements provient de copies, d’enregistrements du Parlement de Bretagne à Rennes aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Les articles sont introduits dans les gros registres par cette formule : « extraits des anciens privilèges et statuz concedez aux maistres… [de tel métier] de la ville et forsbourg de… de par les ducs et duchesses de Bretaigne [pas forcément nommés], confirmez par les rois ». De fréquentes allusions à des métiers apparaissent dans les comptes municipaux, paroissiaux et seigneuriaux, dans des registres professionnels, dans les aveux ou déclarations de biens et dans les livres-rentiers, l’équivalent des censiers ailleurs ou encore dans toute une série de pièces annexes (devis, enquêtes, procès, comptes, etc.)1.

4Cette étude consacrée aux confréries professionnelles bretonnes s’orientera dans trois directions. Il convient, tout d’abord, de les replacer dans un contexte historique, économique et social particulier, de rappeler les origines récentes et l’extension toute relative des activités industrielles. Pourquoi des règlements ont-ils été souhaités par une minorité d’artisans, soucieux de préserver leurs monopoles et d’assurer une production de qualité et de haut prix, accordés et plusieurs fois ratifiés par les ducs bretons seuls accrédités à accorder des droits et des privilèges ? L’étude des structures corporatives soulignera, dans un second point, le rôle dominant d’une minorité de maîtres à tous les niveaux, du simple atelier aux assemblées générales et aux conseils d’élus. Nous évoquerons enfin les règlements professionnels, leur souci de lutter contre toute forme d’empiétement et de concurrence interne et externe exacerbés par les difficultés que connaît le duché à la fin du siècle.

L’éveil de l’artisanat citadin

  • 2 M. Planiol, Histoire des institutions de Bretagne, tome IV, Mayenne, 1983, p. 117-127 – X. Barral (...)

5La Bretagne accuse, dans ce domaine particulier, un net retard sur d’autres contrées européennes mieux organisées, plus perméables aux expériences associatives étrangères2.

Les activités « mécanicques » au XVe siècle

6Dès l’origine, les villes bretonnes ont accueilli des artisans. Les chefs-lieux de cités gallo-romaines connues par de maigres textes et des fouilles (Nantes, Rennes, Carhaix, Vannes, Corseul, Locamaria de Quimper) montrent la présence d’ateliers en liaison avec les travaux publics, les constructions navales et militaires avec l’érection d’enceintes au IIIe siècle apr. J.-C., la poterie, le travail du bronze et du fer, la tannerie. Des ateliers monétaires, des installations portuaires, des basiliques commerciales trahissent la présence d’ouvriers et d’artisans organisés sous le Bas Empire en associations étatisées, les collèges.

7Parmi les premiers artisans des villes apparues à l’époque féodale sous la protection d’une motte castrale ou d’un monastère figurent des forgerons, véritables « mécaniciens de l’époque » (R. Fossier), des fabricants d’objets et de produits usuels, indispensables pour l’entretien des enceintes et des châteaux, des halles, des routes, des moulins à eau et à vent, pour le quotidien des populations. En Bretagne comme ailleurs, les professions les plus représentées sont alors : les charpentiers et les maçons, les fèvres (forgerons), les pintiers (fabricants de pots d’étain), les travailleurs de la peau (cordonniers, savatiers, tanneurs parcheminiers, boursiers).

8Depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge quelques industries prennent le pas sur les autres, en dehors des activités liées au bâtiment étudiées dans le chapitre suivant : la cuiraterie, le textile produit par des « texiers » mais vendu par des drapiers, la petite métallurgie diversifiée.

9❍ La cuiraterie sous plusieurs formes est à la fois ancienne et toujours présente dans une contrée où l’élevage occupe une place de choix. Elle s’est développée, comme dans le Massif Central, sous diverses formes.

10La tannerie, déjà mentionnée au XIIIe siècle autour d’Antrain et de Fougères, n’a pas cessé de s’étendre aux abords des villes où se trouvent des prés et des bois, de l’eau courante, des moulins à tan, des bouchers avec leurs cohues et leurs abattoirs et une forte clientèle civile et militaire. Les Bretons produisent toutes sortes de cuirs : des variétés o poil (non rasées), tannées mais rudes, provenant des peaux de moutons, de chèvres, de bovins et même de boucs, de loups et de chiens, des cuirs souples d’agneau ou de veau, des cuirs ouvragés façon espagnole ou cordouans. Ce choix éclectique n’exclut pas les importations de cuirs fins, dorés ou gaufrés, qui figurent sur les tarifs des pancartes.

11L’essor de la tannerie est attesté par la prolifération des moulins à tan qui broient l’écorce du chêne, d’un si bon rapport que certains seigneurs n’hésitent pas, comme à Vannes, à reconvertir ainsi d’anciens moulins à fouler. Toutes les villes en possèdent. L’appareil est pourtant fragile et coûteux. Les accidents sont fréquents. En 1436, le receveur de Guingamp, Rolland Le Pinart, assigne devant les tribunaux le fermier du moulin à tan de la cité sous l’accusation de négligences graves qui ont conduit à l’incendie du matériel. Au cours de l’enquête, on apprend qu’il y a, au voisinage, un moulin à fouler et que les drapiers, circulant parfois la nuit, ont coutume de porter des tisons pour s’éclairer. Une étincelle, emportée par le vent, a mis le feu aux « grandes quantités de poudre et de tan combustibles » que contient le grenier. Cette industrie a besoin de pelains ou cadres à sécher les peaux, d’ateliers localisés de préférence à distance des quartiers aisés, en bordure des cours d’eau et des étangs qu’ils polluent, de bâtiments commerciaux réservés à l’écoulement des productions.

« Des tanneurs sont signalés partout, malgré la puanteur de leur activité et les plaintes des riverains. Citons le quartier de Saint-Sulpice à Fougères, les faubourgs de la Trinité et de la Vallée de Clisson, Châteaubriant et ses alentours, le Val de Lamballe, les abords du moulin de Rochefort et dans la rue du Trotieu-Lambert à Guingamp, Moncontour, Morlaix où les tanneurs s’associent aux corroyeurs et aux cordonniers pour fonder une confrérie, Quintin où les artisans de la tannerie sont 29 en 1434, 35 en 1459, Redon, Saint-Brieuc, etc. Cette rapide énumération n’exclut pas les grands centres : Rennes, Nantes, Vannes, Vitré où ils fournissent en matière première d’autres professions. »

12On ne peut guère dissocier la pelleterie de l’activité précédente, bien qu’elle soit plus propre et, pour cette raison, qu’elle soit autorisée à pénétrer dans les enceintes. S’adressant à une clientèle aisée, elle prospère dans les villes marchandes, dans les cités ecclésiastiques, partout où séjournent les ducs et leur cour, des officiers de haut rang. On ne sera pas surpris de la rencontrer à Dinan, à Dol où des redevances s’acquittent en produits finis, à Fougères, à Guingamp, à Quimper, à Rennes, à Saint-Brieuc, à Lamballe, davantage par contre à Jugon. À Nantes, les pelletiers qui déplorent la concurrence étrangère et les importations de mauvaise qualité, demandent à être regroupés en métier juré soumis à des contrôles et à des règles strictes. Ils se lancent dans la fabrication de manteaux de peaux davorton noires et blanches, lombardes, castillanes, navarraises, en fourrures de lapin, d’aumusses, de robes fourrées de petit gris ou vair, de robes en chevreau, en renard (en pannes noires), habits chers et rares, mentionnés très souvent dans les testaments. Les noms d’une douzaine de maîtres, responsables du métier, sont cités en 1498 ; d’autres apparaissent au hasard d’un aveu.

13La cordonnerie est également très ancienne, attestée à Redon avant le XIe siècle. Elle a prospéré au point de donner son nom à des rues très fréquentées (Rennes, Quimper), d’avoir suscité des associations pieuses à Nantes, à Rennes, à Morlaix, à Lannion (dès 1444), à Fougères, de posséder ses chapelles, ses fêtes particulières et d’être soumise, comme la boucherie, à une profusion de droits seigneuriaux qui témoignent de l’intérêt qu’on lui porte en haut lieu. Son succès est lié à la mode des soliers, des chausses en cuir ouvragé, au bien être que connaissent certains éléments de la société, alors que les ruraux restent et resteront, pendant des siècles, fidèles aux sabots. Les étaux des cordonniers sont présents dans toutes les cohues, avec même des domaines réservés, comme l’Anonerie rennaise. Leur nombre est parfois impressionnant : 27 à 29 fabricants de chaussures et de bottes à Quintin entre 1434 et 1448, 25 noms connus à Nantes.

14D’autres activités sont apparues au fil du temps en tenant compte de la demande, de la mode, des progrès techniques, de l’utilisation du moulin à eau industriel. Les baudroyers ont légué leur nom à un quartier animé de Rennes ou de Vitré et sont parmi les premiers à s’organiser en associations religieuses et professionnelles. Les boursiers associés aux gantiers ont la plus ancienne corporation de toute la Bretagne. Ils travaillent les peaux de mouton, le chevrotin, le cordouan, le cuir de cerf et de biche, le cuir de bœuf ou de vache, en paste et allung. Civils et militaires, clercs et laïcs forment leur clientèle habituelle qui fréquente aussi les échoppes des selliers-bastiers, des lormiers ou fabricants de harnais, des cuireurs ou blasonniers, au rang de véritables artistes, capables de recouvrir en fines peaux des lutrins et des manuscrits rares. Quant à la parcheminerie, elle connaît son heure de gloire dans le duché, au XVe siècle, avec le développement des grands services administratifs, Chancellerie et Chambre des comptes, avec la promotion de l’acte écrit et l’extension des écoles. Le métier est difficile, fruit d’un long apprentissage, dont on mesure les résultats pratiques en palpant les feuillets souples et soyeux des registres et les « lettres » officielles. Cette industrie est très éparpillée avec cependant quelques centres particulièrement actifs : Ploërmel, Vannes, Rennes où la parcheminerie a légué son nom à deux longues sections de rues, proches de la Vilaine, et surtout Lamballe. Ici, en effet, les ouvriers du faubourg du Val, sur les bords du Gouessan, forment une association efficace, dotée de statuts en 1474, fournissant tout le duché et même l’étranger. Leurs produits sont appréciés sur les marchés et aux foires de Chartres, de Paris et de Saint-Denis.

15Mais déjà se fait sentir la concurrence du papier. Les premières « papeteries bretonnes », peut-être introduites dans le duché par des émigrés normands, s’installent dans les campagnes, à l’initiative de seigneurs éclairés et instruits, ouverts aux expériences italienne, espagnole et française. Des moulins à une roue, munis de deux ou trois cuves, de quatre ou cinq piles et d’un « appenti » pour la colle surgissent le long des ruisseaux, à quelques kilomètres des villes ou dans leurs faubourgs. La matière première est le « chiffre » de lin, ce qui nous donne l’occasion de souligner, une fois de plus, l’importance de cette culture aux abords des villes. Un atelier fonctionne dans la paroisse de Saint-Patern de Vannes et est dû à l’initiative du seigneur de Boismorant. Un autre sur le Jarlot de Morlaix est propriété des sires de Rosampol ; d’autres encore prospèrent sur les terres des Rohan. Une étude reste à faire à partir des marques en filigrane ; l’une d’elles, une vache à cinq pattes et à queue dressée, revient constamment dans les archives rennaises.

  • 3 Fl. Véniel, Les hommes du Moyen Âge, Paris, Éditions Errance, coll. Histoire Vivante, 2008.

16❍ Le textile, sous toutes ses formes, a acquis droit de cité dans les villes de l’Ouest, tout en restant très rural3.

17La draperie armoricaine, alimentée au départ par des laines locales, est tributaire maintenant des importations espagnoles, des balles qui débarquent à Nantes, à Saint-Malo ou à Vannes. L’arrivée d’ouvriers normands, a donné au tissage une nouvelle impulsion et surtout un label de qualité ce qui n’empêche pas, cependant, la haute société de se fournir toujours à l’étranger. Le métier est surtout répandu en Haute Bretagne, sur la côte nord de Tréguier à Dinan, sur la côte sud de Quimperlé à Auray et à Vannes, autour et à l’intérieur des grands centres du Penthièvre et des diocèses de Nantes et de Rennes, à proximité des Marches. Les draps de Bécherel, de Châteaubriant, de Guingamp, de Jugon, de Josselin, de La Guerche, de Malestroit sont connus au moins depuis les XIIIe et XIVe siècles.

18Les texiers de Dinan qui contribuent aux recettes seigneuriales et municipales, offrent entre autre des blanchiers ou tissus de recouvrement, des serges, écoulés aux halles, à la foire Saint-Gilles ou dans les échoppes de la rue de la « Mynterie ». La production rennaise, connue à partir de 1411, est plus diversifiée encore. Un acte énumère des draps, « faczon de Rennes », mais qui s’inspirent, du moins de nom, de productions anglaises : des serges, des estamés, des carisées, des frisées, des camelotes, des doubliones, des droguettes, des estamines, des catelonnes et des nannetonnées. Les draps de Moncontour sont plus grossiers, plus rudes, ce qui fait qu’ils sont très appréciés dans les milieux ruraux et dans les basses couches de la société et il est fréquent que, dans un testament, un notable en lègue quelques aunes pour faire des robes aux pauvres. Des Lamballais des faubourgs Saint-Martin et du Val tissent aussi de grosses laines blanches et brunes et offrent à leurs clients des variétés de gueldes, de doulgez, de frisées et du berlingue (un mélange de laine et de chanvre). Les artisans de Fougères fabriquent, dans leurs petits appentis des bords du Nançon, au voisinage de quatre moulins foulerets, une grande variété de textiles depuis des draps fins de couleur pour les robes, payés jusqu’à 22 sous 6 deniers l’aune jusqu’aux draps rudes pour manteaux à 5 sous 6 deniers l’unité. Les bourgeois de Nantes, de Quintin, de Vitré font aussi du drap. Les Malouins, moins bien équipés, doivent s’adresser aux teinturiers de Dinan pour parachever le travail.

19On peut analyser l’implantation locale de la draperie à partir des aveux et des comptes. Les premiers mentionnent, dans certains cas, les droits de foulage au moulin seigneurial et nous pensons que cette banalité vise des professionnels. Les seconds, joints aux rentiers, donnent des listes de moulins spécialisés.

« Ces appareils, d’une technique plus complexe que celle des bladerets, comportent, outre une grande roue, un jeu savant d’engrenages transmettant l’énergie hydraulique captée à des piles de bois foulant le tissu dans des cuves. Le bloc fonctionnel doit être abrité dans un vaste bâtiment et nous connaissons, par un devis, l’un deux de 20 pieds de long sur 14 pieds de large et de 8 de haut (6,60 m x 4,5 m sur 2,5 m), partie en pierre, partie en bois et couvert d’ardoises. Les pièces sont coûteuses et vulnérables et il faut penser aussi à remplacer régulièrement les chaudières. Aussi, constate-t-on parfois le mauvais état des mécaniques et des chaussées, quand les revenus seigneuriaux sont insuffisants ou après de graves inondations. Le moulin de Goezgoriou à Guingamp est en piteux état en 1475. Sa chaussée pavée est à ce point fissurée que les conducteurs de chevaux qui amènent des ballots de draps n’osent plus l’utiliser et que l’eau, fuyant par trois brèches, inonde la loge. Or, ce n’est pas un cas unique. Les revenus seigneuriaux aléatoires ne permettent pas toujours d’entreprendre les réparations indispensables et les choses traînent plusieurs années, provoquant une chute du rapport des fermes. Les moulins restent, malgré tout, très nombreux aux abords des villes et leur présence témoigne de la vitalité d’une industrie originale. Cinq fouleretz tournent à Guingamp et aux environs, quatre à Fougères le long de la Couarde, trois sur les bords du Gouessan à Lamballe, deux à Montfort, trois à Châteaugiron et dans les paroisses limitrophes, deux à Landerneau, plusieurs (sans précision) à La Guerche, Nantes, Rennes. »

20L’examen des recettes domaniales a montré qu’une ferme des draps existe presque partout, que les tarifs des coutumes prévoient la vente de textiles à Rennes (22 % des rentrées de fonds), la seconde place après le vin.

21L’artisanat de la toile, aussi ancien que la draperie, lié à l’essor des cultures du lin et du chanvre, est resté, pendant des siècles, une activité familiale et rurale. Il s’est peu à peu implanté dans les villes et connaît un vif succès à la fin du Moyen Âge avec l’attrait des exportations, une demande accrue, l’intérêt que les classes aisées portent aux lingeries fines. De plus, il demande moins de matériel que la draperie qu’il remplace parfois localement ; cette substitution peut expliquer aussi l’abandon de certains moulins foulerets.

22La toilerie est très diversifiée. Les Bretons produisent des crées de lin, d’excellente qualité, tissées avec des fils blanchis, des olonnes, des canevas ou pièces rugueuses de chanvre pour les voilures des navires et pour les sacs d’emballage des marchandises. Les centres artisanaux sont dispersés avec cependant des places plus connues que d’autres. On retrouve une fois de plus Antrain, Dinan, La Guerche, Rennes. Vitré est pendant la seconde moitié du siècle la ville des canevas, spécialité qui donne lieu à un fort courant d’exportation. Les sires de Laval ont joué certainement un rôle promoteur. Une enquête entreprise à Lamballe dans le seul faubourg Saint-Martin indique la présence, en 1434, de 53 travailleurs du textile : filandiers, drapiers et surtout lingiers. Le Penthièvre, le Trégorrois et le Léon travaillent aussi pour le grand commerce. La toilerie de Quintin s’annonce prospère et le nom de la ville sera donné, au XVIe siècle, à une variété de toiles fines employées pour faire des coiffes, des cols et des manchettes : elle tranche, par sa réputation, avec une draperie plus grossière de « blanchets et de bureau » destinée aux ruraux. Les aulonnes de Tréguier sont vendues par pièces de 100 aunes de long et de deux tiers d’aune de large, celles des paroisses du Léon, autour de Brest, de Lesneven, de Saint-Renan et de Daoulas, ont la même longueur mais trois-quarts d’aune de large. Quant aux artisans de Morlaix, ils ont, pour une raison que nous ignorons, réduit les leurs à une demi-aune, ce qui est jugé contraire aux bons usages par les autorités du XVIe siècle. Bref, partout, nous notons la présence de texiers de fil, de lingiers, de rues de la Filanderie (Bécherel, Pontivy, Saint-Brieuc), d’étaux de la lingerie.

« Les autres textiles sont secondaires en comparaison des précédents. La tapisserie n’a connu qu’un succès limité. On en fabrique à Dinan “à garance et à fleurs”, à Clisson, à Tréguier, dans les grands centres pour satisfaire une clientèle bourgeoise. Mais les ducs et les grands barons se fournissent toujours à Paris, à Tournai. François II a eu conscience de l’infériorité de son pays dans ce domaine ; il cherche à installer des spécialistes d’Arras dans sa bonne ville de Rennes, profitant des mesures discriminatoires prises par Louis XI en 1477. Il en vient… quatre dont nous n’entendons plus parler par la suite ! Ne parlons pas de la soierie. La Bretagne n’a pas dépassé le stade de l’expérimentation. Des essais infructueux ont été faits à Fougères et à Vitré, après 1476. Ils n’ont guère laissé de traces dans les textes. »

23La draperie et la toilerie ont permis l’essor d’activités complémentaires ou marginales. La teinturerie occupe du monde à Dinan, à Fougères, à Nantes, à Vannes et surtout à Rennes où un métier juré s’est constitué en 1458. Les professionnels habitent sur les bords de la Vilaine et de ses petits ruisseaux affluents, de préférence dans la paroisse de Toussaints, et dans la campagne voisine. Ils obtiennent, dans leurs cuves et dans leurs chaudières, par de savants dosages dont ils ont le secret, des vermeils, des verds, des pers, des violets et des noirs. Ils savent faire assiette de vayde ou garancer les tissus. Les foulons ne forment une catégorie à part qu’à Rennes, du moins pour ce que nous en savons. Car il y a bien longtemps qu’ils n’habitent plus la rue qui porte leur nom. Ailleurs, les drapiers se chargent des opérations d’apprêt. Les tondeurs, les taillandiers, les brodeurs, les bonnetiers, les chapeliers, les chaussetiers ouvrent boutique partout où existent une cour ducale ou seigneuriale, un fort contingent d’ecclésiastiques et une bourgeoisie aisée. Les comptes livrent parfois des noms au hasard d’une commande et signalent de merveilleuses réalisations : des chapes viollées rehaussées de rubans, des « chapes d’or doublées de bougran pers et ornées d’orfrois », des aubes et des chasubles, des linceulx brodés, etc. Ce sont des ouvriers hautement qualifiés. Un bonnetier doit savoir tondre et brocher la laine, déruder le fil, fouler le tissu, habiller et presser les bonnets, les teindre, les décorer. La présence de tailleurs est le signe d’une élévation du niveau de vie ; nous comptons 46 maîtres à Nantes fin XVe siècle, un pour 300 personnes environ, sans compter toutes les petites couturières. Ils sont tout aussi nombreux, toutes proportions gardées dans les villes moyennes et dans les petits centres où ils fabriquent des jacquettes, des pourpoints en satin, des manteaux. Les tissus mixtes, mêlant le coton au lin, la laine et les poils d’animaux, la laine et le lin (la saye), le feutre sont davantage recherchés et, avec le textile, se développe l’industrie du métier à tisser qui produit, en grande partie, pour les campagnes (Rennes).

24❍ Autre volet des activités urbaines, périurbaines et rurales, le travail du métal a donné matière à plusieurs opérations, souvent aussi complexes que la coupellation, et implique une quantité de professions spécialisées.

25À côté des innombrables petits centres forestiers, à l’image de Paimpont, chaque cité dispose d’une ou de plusieurs forges où ses fèvres fabriquent les outils nécessaires aux chantiers publics et aux particuliers. Les cloutiers, les serruriers (cIaveuriers), les pintiers (fabricants de pots d’étain et zingueurs), les mintiers ou ouvriers du menu fer, les casseurs d’acier, des maréchaux-ferrants, les quincailliers, les maignans, mintiers ou chaudronniers forment une aristocratie dans le monde ouvrier sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir en examinant les conditions de vie et d’emploi. Ces hommes évitent, en règle générale, les quartiers peuplés pour des raisons de sécurité, d’espace et de bruit, ce qui n’exclut pas cependant la présence de forges, d’ateliers, de maréchaucies sur les places publiques et aux portes même des cités. Leur domaine de prédilection reste les abords des ruisseaux et des étangs, à proximité des forêts qui s’approchent des limites urbaines.

26Les équipements sont sommaires : un four fixe ou portatif, des croches ou badouilles (tenailles), une masse, un marteau.

27❍ Les autres industries ne génèrent pas autant de monde ou sont davantage dispersées.

28La tonnellerie figure en bonne place dans les régions viticoles (Ancenis, Clisson, Guérande…) et partout où existent de grands chantiers civils et militaires (Nantes et Rennes). Elle produit des barriques, des « pipes », des cuves à détremper la chaux, etc.

29Des chantiers navals sont apparus au Moyen Âge mais rares sont ceux qui se font connaître. La plupart des hâvres bretons se bornent à construire, dans des conditions précaires, de petits bâteaux ou bastels de moins de dix tonneaux, destinés au cabotage, des estaffes ou escaffes de 10 à 20 tonneaux, servant aussi bien à la pêche qu’au transport de marchandises, des barques, des gabarres pour remonter la Loire, la Vilaine, la Rance et l’Odet. Auray, Vannes, Le Croisic, La Roche-Derrien, ne semblent guère dépasser ce stade primaire. Des baleinières, des pinasses, des vexeaux puis des carvelles, de 20 à 100 tonneaux, indispensables au commerce hauturier, sont lancés dans l’estuaire de la Penfeld à Brest, à Morlaix, à Nantes, à Saint-Malo. Les nefs de plus de 100 tonneaux restent une exception. Les Bretons se conforment aux usages du temps ; la faveur va, désormais en Europe du Nord comme en Méditerranée, au petit voilier léger, à la carvelle maniable, vite chargée et vite repartie, capable d’entrer dans tous les ports.

30On cite, pourtant, avec admiration ces deux unités de plus de 1 000 tonneaux qui ont quitté, à la fin du siècle, les quais de Nantes ou ce navire de 1 200 tonneaux lancé à Brest par Derrien Le Du en 1482. L’histoire connaît aussi la Marie-Cordelière, cette grande nef sortie de Morlaix, en 1496 pour le compte de Charles VIII, avec participation financière de plusieurs villes pour 14 418 livres. Quelle que soit l’importance des vaisseaux, leur élaboration nécessite du bois, importé des forêts voisines ou lointaines, du goudron, du fer, des aunes d’olonnes et des cordages pour les voilures et les gréements et implique l’existence de petits métiers complémentaires.

  • 4 Nous décrivons ces professions dans Le feu au Moyen Âge, PUR, 2008.

31Les métiers de l’alimentation répondent aux besoins d’une clientèle plus nombreuse et constituent un secteur en pleine expansion. Les boulangers, les bouchers, les tripiers, les poissonniers, les oublieurs ou pâtissiers, les fabricants de chairs cuites (charcutiers) sont désormais présents dans la plupart des quartiers4.

32Seules les professions les plus courantes ont reçu une organisation corporative.

Les premières associations

33Les premières mentions restent des exceptions avant le règne de Jean V. Les règlements de piété précèdent les statuts professionnels proprement dits.

34❍ La « préhistoire » des associations se découvre au hasard de quatre séries d’informations.

  • 5 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, XIIIe-XVe siècles, Paris, Albin M (...)

35Des groupements à caractère religieux et charitable préexistent au métier proprement dit. Plusieurs professions manifestent publiquement leur piété en 1340, à la veille de la guerre civile, en participant à la fondation de l’hôpital Sainte-Anne de Rennes. Il s’agit des confréries de Nostre-Dame de la Meaoust (ou de l’Assomption), des boulangers, de Sainte-Anne des tissiers en fil, de Saint-Barthélémy des baudroiers, de Nostre-Dame de Septembre (ou de la Nativité) des foulons et des drapiers, de Saint-Martin des boursiers, de Saint-Philippe et de Saint-James des merciers, de Saint-Eloi des selliers et des mintiers, de Saint-Michel des parcheminiers, du Saint-Sacrement des bouchers, de Notre-Dame des Avents ou de la Conception des cordonniers. À défaut de règlements, cette dizaine de noms suggère des activités artisanales diversifiées à Rennes. Or rien ne prouve que la liste soit exhaustive et que d’autres hôpitaux locaux n’aient pas eu également ce type de bienfaiteurs5.

36Des allusions à une réglementation élémentaire en vigueur ou à des extraits apparaissent au hasard de la documentation. Dès 1301, les barbiers-chirurgiens nantais ont l’exclusivité de certains soins : ils peuvent panser les clous, les bosses, les apostumes ou des plaies non mortelles, poser des diachylons, pratiquer des saignées, illuter avec des boues médicinales, guérir des fractures, sonder, écurer, éradiquer les chancres, les fistules et autres maux de même nature. Leur privilège est rappelé et accru en 1372. Les parcheminiers rennais obtiennent confirmation de leurs statuts de la part de Jean V en 1407 ; la date trahit une antériorité. Les boursiers, gantiers et blanconniers rennais sont regroupés dans un même organisme structuré en 1395.

37Signe aussi des temps, les tribunaux sont davantage sollicités par des artisans mécontents qui constituent alors un corps doté d’une personnalité juridique. Les cordonniers nantais s’adressent ainsi, pour une raison que nous ignorons, aux plus hautes instances de la justice bretonne en 1384.

38Enfin, les plus anciens textes permettent de dresser des listes de négociants, d’ouvriers, d’identifier des spécialités bien affirmées, font état de rues apparemment spécialisées, sans qu’il soit toujours possible, à travers la sèche énumération des noms des riverains, d’évoquer un véritable zoning ou zonage économique. La rue de la Poissonnerie à Nantes s’appelle ainsi parce qu’elle conduit aux halles de la Saulzaie où la profession de mareyeur est effectivement bien représentée. La rue de la Mercerie n’a apparemment pas de merciers en 1424 mais héberge un barbier, un orfèvre, un épicier… Il n’y a pas de cordonniers dans la rue du même nom à Rennes en 1455. Si la dispersion semble plutôt de rigueur dans nos villes, on observe toutefois une précoce concentration de parcheminiers et de texiers dans la rue populeuse du Val, à proximité du Gouessan à Lamballe, de drapiers sur les bords du Nançon, au voisinage de quatre moulins foulerets à Fougères, de bouchers à Rennes rue du Champ-Dolent au sud de la Vilaine.

Un contexte urbain favorable

39La situation économique s’est modifiée dès le XIIIe siècle avec le début de l’intégration du duché dans les grands circuits commerciaux internationaux et l’essor des échanges avec les pays riverains de l’Atlantique et de la Manche.

40❍ Trois catégories de villes artisanales et commerciales semblent désormais se dégager sous les Montforts.

41Des agglomérations de plus de 5 000 âmes, bien équipées, disposant de producteurs et de consommateurs, d’installations portuaires, de plusieurs halles, de foires et de marchés réputés, de familles aisées, de capitaux, d’organismes de prêt et de change, sont devenues des plaques tournantes d’un négoce armoricain et atlantique. Figurent, parmi elles, des villes du sel comme Guérande et Redon qui est plutôt un centre de redistribution, des villes drapantes et toilières avec Morlaix, Tréguier, Vitré et surtout les grands foyers commerciaux que sont Nantes (14 000 habitants), Rennes (13 à 14 000 citadins), Saint-Malo, Vannes, Vitré, Fougères fréquentés par des associations de négociants et par des étrangers anglais, flamands, espagnols, italiens, portugais. Les ducs, conscients de l’intérêt économique et fiscal qu’un développement industriel risquait d’apporter à leur pays, ont tout fait pour encourager l’installation d’artisans dans les grands centres. François 1er, accordant en 1449 une exemption de tailles et de subsides aux Fougerais, justifie sans ambages sa décision « pource qu’ils sont gens de mestier de drapperie qu’ils exploitoient et dont ils vendoient les draps aux gros marchands de nostredite ville ». Son successeur Pierre II exempte de fouages des teinturiers, des brodeurs et d’autres ouvriers désireux de s’établir à Vannes.

42D’autres villes, plus nombreuses, accueillant 2 000 à 4 000 âmes, ne sont que des capitales régionales, des chefs-lieux de seigneuries, des marchés agricoles, des centres artisanaux vivant en étroite symbiose avec leur environnement rural. Ancenis, Clisson, Guingamp, Lamballe, Lannion, Malestroit, Montfort, Moncontour, Quimperlé, Quintin… écoulent des tonneaux, des sacs de céréales, des légumes, des bestiaux, et sont en même temps des centres textiles, des producteurs de cuirs, d’outils.

43Une troisième catégorie regroupe l’ensemble de nos bourgades semi-rurales de moins de 2000 âmes où le négoce et l’artisanat ne dépassent guère les besoins d’une population réduite à quelques centaines de personnes et des paysans voisins : Antrain, Hédé, Montauban, Rieux et ses poteries, Rostrenen, Saint-Aubin-du-Cormier pour ne citer que quelques exemples connus.

44❍ Ces villes de toutes dimensions disposent maintenant d’une réserve de main-d’œuvre, d’un potentiel de producteurs et de consommateurs. Une charte de 1514 fait dire au roi François 1er que Rennes est « la principalle et plus grant ville de ce nostre pais et duché… et qui plus es temps passez estoit popullée et habitée de marchans et de pluseurs gens de mestier et artisans dont à celle cause estoit grandement marchande et frequante de marc hans tant estran giers que autres en manière que elle estoit renommée ville marchande riche et puissante autant ou plus que ville de ce pais » (AM Rennes, 1514).

« De fait, la puissante confrérie pieuse des merciers rennais, connue avec précision par son gros registre d’enregistrement et de délibération, peut s’enorgueillir de regrouper 90 hommes et 73 femmes en 1436, 120 hommes et 107 femmes en 1458, 146 hommes et 163 femmes en 1493. La confrérie des boursiers-gantiers rennais, sans doute d’accès aisé, réunit 238 hommes et 346 femmes en 1516 ! L’institution religieuse et charitable est sans doute plus ouverte que l’organisation professionnelle proprement dite, ce qui explique le gonflement des effectifs. Bref, le monde laborieux, les gens mécaniques, se manifestent, plus que dans le passé, ne serait-ce que par des actes répréhensibles ou par sa turbulence. »

45❍ Les rapports entre le patronat des métiers et le pouvoir central sont exceptionnellement favorables.

46L’initiative de se donner des statuts revient aux intéressés, artisans et boutiquiers, eux-mêmes. Les membres d’une profession, déjà réunis en association de piété, peuvent éprouver, à un moment donné, la nécessité de se protéger plus efficacement « pour entretenir leur art et mestier en bon ordre et policie ». Sans doute ont-ils de bonnes raisons de se plaindre de la concurrence déloyale de concurrents étrangers ou bretons, de voisins peu scrupuleux, des méfaits du travail au noir ou à petit prix, selon l’expression utilisée par les teinturiers rennais. D’aucuns déplorent l’incompétence des « inceans et non expers qui s’avancent de leur authorité à lever ouvroir », au risque de déshonorer la profession tout entière, de ruiner les honnêtes gens, de décourager la clientèle. Les boulangers rennais dénoncent, au milieu du siècle, l’usage de blés poussés, de poids falsifiés, la guerre des prix, les rabais sur les pains vendus à la sauvette. Abus et fraudes sont deux mots communément avancés pour justifier la nécessité d’un renforcement de l’encadrement et du contrôle.

47❍ Les statuts des métiers apparaissent à un moment où se renforce l’autorité ducale sous la dynastie des Montforts issue de la guerre de Succession, où des juristes et des chroniqueurs, en veine de nationalisme, ne cessent d’exalter l’ancienneté du pouvoir princier, l’étendue de ses « droitz royaulx et duchaulx, de ses souverainetez et noblesses ». Chaque fois qu’ils accordent ou confirment des statuts, les ducs n’oublient pas de rappeler qu’ils agissent en vertu de leurs pouvoirs ancestraux, qu’ils œuvrent dans l’intérêt de « leur pais et duchié ou pour le bien public d’iceluy ». Les ducs ratifient sans difficulté les règlements que les maîtres leur proposent et en donnent la justification dans le préambule de l’acte. Ils ont le souci « du bon ordre, de mectre et donner pollice sur les mestiers et arts mécanicques ». Cette politique s’inscrit dans une volonté générale d’encadrer les travailleurs, de protéger les sujets, qu’on retrouve dans la constitution de Vannes publiée en février 1424 (en fait 1425). Les avantages fiscaux ne leur échappent guère puisqu’une fraction des amendes prévues dans les articles leur revient de droit et qu’ils exigent des sortes de patentes pour occuper des étals dans leurs halles. Ils répondent enfin au désir exprimé par les impétrants eux-mêmes.

48Ainsi, les intérêts convergent, ceux du patronat et ceux du pouvoir et tout le monde est satisfait sauf sans doute les compagnons mais ils n’ont aucune possibilité d’intervention ! Les artisans le seront peut-être moins à la fin du siècle quand la monarchie française alourdira ses moyens de contrôle et de pression. Les statuts, rédigés par une commission puis approuvés par le souverain sont enregistrés au tablier des prévôtés qui leur assurent une « especialle sauvegarde ».

L’extension de la réglementation au XVe siècle

49La plupart des métiers jurés ont obtenu leurs statuts sous Jean V et ses fils, puis sous François II et sa fille Anne de Bretagne ; quelques-uns attendent le début de l’union de la Bretagne à la France. Beaucoup ne seront officiellement organisés qu’aux XVIe et XVIIe siècles.

50❍ Le dépouillement des titres s’avère souvent très décevant. Nombre de métiers n’ont guère laissé de témoignages avant le XVe siècle. L’acte de François 1er de 1514, déjà cité, donne une liste des fraeries et des mestiez jurez rennais si attachés à leurs privilèges corporatistes qu’ils ont fini par nuire à l’intérêt collectif. Il énumère alors les bouchers, les boulangers, les drapiers, les teinturiers, les cordonniers, les menuisiers, les baudriers et « autres mestiers qui ont ordonnances et statuz ». Force est de constater que des organisations précitées n’apparaissent pas, faute d’archives, sur les tableaux récapitulatifs dressés infra.

51Nous n’avons aucun renseignement précis sur plusieurs professions dont les statuts furent octroyés par « les feuz ducs et duchesses nos prédécesseurs ». C’est le cas à Rennes pour les barbiers-chirurgiens mentionnés dès 1485, pour les baudroyers, les cordonniers, les selliers et mintiers pourtant signalés dès 1340 dans l’acte de fondation d’un hôpital, pour les bonnetiers dont l’ancienneté est indiquée dans une confirmation de novembre 1612, pour les pâtissiers dont les privilèges sont confirmés en 1513, pour les estaminiers, pintiers et plombiers cités en 1575 comme organisés depuis longtemps. C’est aussi le cas à Nantes pour les apothicaires et droguistes, les boulangers cités collectivement en 1481, les merciers, les marchands de draps eux aussi inscrits dans des confirmations tardives.

52❍ La distinction entre confrérie pieuse et confrérie professionnelle n’est pas toujours clairement indiquée. La première se constitue généralement avant la seconde et les règlements mettent autant l’accent sur les messes anniversaires, l’organisation des fêtes, la répartition des secours, les services funéraires que sur les conditions d’emploi et les aspects techniques. L’association charitable des boulangers nantais qui figure en tête des processions et manifeste sa présence à chaque « joyeuse entrée » d’un duc en arborant des bannières rutilantes, frappées d’une pelle de four rouge n’aura d’usages professionnels qu’au XVIe siècle, les texiers que le 2 septembre 1575, les tanneurs que sous Henri IV.

53Toujours à Nantes, la Sainte-Trinité des tailleurs, les associations de bouchers, d’ouvriers du bâtiment ne sont pas réglementées au Moyen Âge. Beaucoup d’usages resteront longtemps à l’état embryonnaire. On évoquera plus tard d’anciens statuts devenus obsolètes.

54Trop de « constitutions » ne sont connues que par des copies tardives et ne sont pas datées avec précision. Le rédacteur du registre du Parlement de Bretagne se contente de rappeler qu’elles ont été en tous temps observées ou qu’elles ont été accordées par les anciens ducs et duchesses. Le pluriel de duchesses peut surprendre, avant Anne de Bretagne, épouse de Charles VIII puis de Louis XII, à moins qu’on ne prenne en compte les interventions de la princesse Jeanne, mère de Jean V, pendant la minorité de son fils. Au mieux, il fait une brève allusion au monarque, auteur de la concession de privilèges, sans préciser le lieu et le moment d’émission. Les confirmations et les révisions n’ont pas toujours été rapportées et si c’est le cas, on a parfois l’impression que les statuts sont en réalité une juxtaposition d’articles d’époques différentes et tributaires des problèmes et des difficultés qui s’y réfèrent (boulangers rennais).

55❍ Si Rennes et Nantes offrent le plus d’exemples, ce qui ne surprendra personne compte tenu de leur rayonnement économique et social et de l’importance relative de leur fonds d’archives, l’existence de frairies est attestée également à Dinan peut-être dès le XIIIe siècle, à Fougères, à Morlaix, à Quimper, à Vitré, des villes particulièrement actives, voire à Dol, à Lamballe avec l’organisation des parcheminiers, à Lannion avec les cordonniers du Saint-Sacrement et les mariniers, ou à Redon avec les porteurs et les mesureurs du port. Si quelques statuts ont été conservés, on doit se contenter, dans la majorité des autres cas, de courtes allusions dans les archives locales ou dans les fonds de la Chambre des comptes. Des métiers ont fait des dons aux églises, légué des terres, des objets cultuels, financé la construction de chapelles, de splendides verrières, de croix monumentales, autant d’éléments qui militent, mais sans certitude, en faveur d’une solide organisation. Ainsi les tanneurs de Fougères financent en 1410 la belle chapelle du transept nord de Saint-Sulpice, dédiée à saint Philippe et à saint Jacques.

56Les articles de ces règlements corporatifs ne sont pas forcément originaux. Ils s’inspirent de modèles français, des statuts parisiens ou d’autres expériences. En 1462, suite au conflit qui oppose les drapiers rennais aux teinturiers, François II ordonne au sénéchal local d’expédier deux représentants à Rouen et à Saint-Lô pour examiner sur place les modalités d’exercice de la profession. La copie peut être servile ; les teinturiers rennais vont jusqu’à imiter les merches (marques) de plomb de leurs voisins normands. Une fois localement adoptés, des statuts sont repris ailleurs si bien que de véritables « familles » se forment. Les usages des cardeurs rennais inspirent ceux de Fougères et de Dinan ; ceux des tanneurs rennais sont choisis à Morlaix, des pâtissiers de Nantes à Rennes.

  • 6 E. Pied, Les anciens corps d’art et métiers de Nantes, I, 1903 – A. Rébillon, Recherches sur les a (...)

57❍ L’information croît au cours du XVe siècle pour des raisons qui varient suivant les périodes6.

58Du long règne de Jean V (1399-1442), connu pour sa stabilité et pour la prospérité relative du duché, nous disposons d’informations sporadiques que résume le tableau no 1 ci-après :

Tableau 1

Professions

Dates des statuts

Confréries

Sources

Cordiers nantais

-30 juillet 1429
- 17 décembre 1451

 ?
 ?

ADLA, B 17, fo 42v0

Boulangers rennais

- sous Jean V (?)
- confirmation du 24 février 1450
- révision du 21 septembre 1454

ND de la Miséricorde Dès 1340

AMR, liasse 183
ADIV, 1 Ba17, fo 103

Drapiers et foulons rennais

- 1412 (?)
- révision en 1462
- confirmation en 1492

ND de Septembre (dès 1340)

AMR, liasses 66 et 191
ADIV, I Ba13, fo 611
ADLA, E131, fo 184v0

Épiciers et Merciers de Rennes

- avant 1437

Saints James et Philippe
Dès 1340

AMR, liasses 580 et 1114

Parcheminiers rennais

- allusion en 1407 à des statuts anciens

Saint-Michel dès 1340

R. Blanchard, Actes de Jeun V, no 491 du 6 avril 1407

Tailleurs nantais

- 1401
- confirmés en 1472

Sainte-Trinité et Sainte-Croix

ADIV, 1 Ba20, f0 77
ADLA, C 654
BM Nantes, ms. 8346, f ° 329

Tanneurs rennais

- Jean V (date ?)
- Pierre II (date ?) statuts connus en 1593 et 1598

ND des Trois Rois

ADIV, 1 Ba 10, f ° 197-203

Mesureurs de Redon

- Jean V (date ?)
- confirmation de 1543

Saint-Léon

A. De Laigue in Association bretonne, 41 (1929)

Légende : date (?) : absence de datation dans les registres postérieurs. 30 juillet 1429 : date des premiers statuts. Notre-Dame des Trois-Rois : nom de la confrérie. ADIV : Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. ADLA : Archives départementales de la Loire Atlantique. AMR : Archives municipales de Rennes. BM : Bibliothèque municipale.

59Si François 1er (1142-1450) se contente d’approuver l’organisation des cordonniers de Lannion, Pierre II (1450-1457), un réformateur méconnu, a, pour sa part, confirmé ou complété les précédents règlements et en a concédé quatre nouveaux, trois à des cardeurs ou esquardeurs, ceux de Dinan, de Fougères et de Morlaix, et un aux tisserands de Morlaix. Arthur III demeuré quelques mois au pouvoir dans les années 1457-1458 se borne à donner satisfaction aux teinturiers rennais. Le contexte économique est déjà moins favorable aux Bretons que sous Jean V ; des signes d’essoufflement, de contraction se manifestent depuis 1445, annonciateurs du profond malaise que connaît notre pays après 1475. Le besoin que ressentent certains maîtres de se protéger, de garantir leur monopole est peut-être déjà la conséquence des premières difficultés et de conflits sous-jacents (teinturiers et drapiers, cardeurs).

60Le tableau no 2 résume les données glanées dans les textes originaux ou dans des publications contemporaines.

Tableau 2

Professions

Dates des statuts

Confréries

Sources

Cordonniers de Lannion

- 4 avril 1444
- révision en 1482

Saint-Sacrement

Y. Briand, « Deux statuts de confréries lannionaises »

Cardeurs de Dinan

- sous Pierre II (date ?)
- révision sous Arthur III et François II

?
?

ADIV, 1 Ba15, C 252 yo 255

Cardeurs de Fougères

- sous Pierre II (date ?)

?

ADIV, I Ba15, fo 252 yo 255

Cardeurs de Morlaix

- sous Pierre II (date ?)

?

ADIV, I Ba 15, C 252 yo 255

61La majeure partie des concessions date de la fin de la période de l’indépendance sous François II (1458-1488), qui approuve huit statuts, et sa fille Anne avant et après son mariage avec Charles VIII puis avec Louis XII (1488-1514). Le duché traverse une des périodes les plus difficiles de son histoire et la demande de réglementation répond sans doute à un désir des maîtres de mieux se protéger sur un marché du travail âprement disputé, dans ce contexte économique perturbé.

Tableau 3

Professions

Dates des statuts

Confréries

Sources

Escardeurs de Rennes

sous Pierre II (?)
- confirmation sous
Arthur III et François II

 ?

ADLA, B5, fo 3vo v’(1465)
ADIV, 1 Ba15, fo 253

« Texiers » de Morlaix

- sous Pierre II (date ?)
- confirmation du 16 avril 1560

La Trinité

ADIV, 1 Ba4, fo 120 et, 1 Ba7, fo 111

Teinturiers rennais

- sous Arthur III (le 15 juin 1458)
- révision sous François II le 29 juin 1459 et le 6 mai 1463

Saint-Maurice en N-D des Carmes (4 juin 1459)

AMR, liasse 196

Bouchers rennais

- 1482 (?)

Saint-Sacrement (dès 1340)

BM Nantes, ms. 8346, fo 49

Chapeliers nantais

23 avril 1476
- confirmation de 1498

?
?

ADIV I Ba10, fo 137-141

Charcutiers nantais

- 1476

?

BM Nantes, ms. 8346

Cordonniers nantais

- 14 novembre 1480

Saints-Crépin et Crépinien

ADLA, BI1, fo 224
ADIV 1 Ba10, fo 320

Cordonniers rennais

- avant 1508

Saints-Crépin et Crépinien

ADLA B 17, fo 43 (1508)

marchands de Vitré

- 10 mars 1472

Notre-Dame

P. Paris-Jallobert, Journal, p. XXXI

Mariniers de Lannion

- 25 janvier 1484

Saint-Nicolas

S. Ropartz in Revue de Bretagne et Vendée (1868)

Parcheminiers lamballais

- 5juin 1474

Saint-Nicolas

ADIV I F838

Pâtissiers nantais

- séparés des boulangers en 1481
- 26 juillet 1481

Saint-Honoré

ADIV 1 Ba7, fo 182
BM Nantes, ms 8346, fo 206

Serruriers nantais

- 1492 (date ?)

Notre-Dame et Saint-Eloi

É. Pied, Les anciens corps d’arts et métiers…

Tailleurs de Quimper

- 15 août 1505

La Chandeleur à Saint-Corentin

ADIV, 1 Ba 22, fo 230

Légende : voir supra.

62Au terme de ce survol d’un siècle et demi d’histoire ouvrière, plusieurs conclusions semblent s’imposer.

63En comptant les créations réelles ou supposées du XIVe siècle (barbiers-chirurgiens nantais en 1372, boursiers-gantiers rennais en 1395), c’est un total d’une vingtaine de statuts qu’on peut répertorier à Rennes et à Nantes avec un minimum de certitude, les deux principaux centres urbains du duché de Bretagne.

64Des métiers jurés existent ou sont supposés exister ailleurs. Certaines professions connaissent un prodigieux développement à Dinan dès le XIIIe siècle, ce que confirment des noms de rues, des locaux de vente spécialisés et de fréquentes allusions à un commerce actif. Il s’agit plus précisément des bouchers, des cordonniers, des drapiers, des mintiers, des teinturiers. Les archives de Fougères sont tout aussi éloquentes et, à côté des cardeurs connus par leurs statuts, des bouchers, des cordonniers, des pelletiers, des tanneurs, des teinturiers sont suffisamment riches et organisés pour pratiquer l’évergétisme et honorer l’église Saint-Sulpice. Les parcheminiers de la rue du Val de Lamballe forment, depuis le 5 juin 1474, une puissante association sous le patronage de saint Nicolas qui écoule ses produits jusqu’en Ile-de-France. On voit aussi s’activer, à leurs côtés, des cordonniers, des drapiers, des mégissiers, des texiers et des cardeurs. Morlaix et Quimper en Basse-Bretagne ont aussi leurs propres associations de texiers de toiles, de cordonniers, tanneurs et corroyeurs unis, d’armateurs et mariniers dans la première, de barbiers-chirurgiens, de cordonniers et des tailleurs dans la seconde. La même constatation peut être faite à Vitré dont l’organisation principale, structurée en 1472, celle des marchands d’Outre-Mer, n’empêche pas d’autres confréries de prospérer, les associations de bouchers, de boulangers et de tisserands. Même Redon, Lannion, Dol, Pont-l’Abbé ne sauraient être négligés dans cet inventaire armoricain avec la présence de cordonniers, de pelletiers.

65Après un démarrage assez lent sous Jean V, de nombreux statuts sont promulgués pendant la seconde moitié du XVe siècle, à la fin de l’époque d’indépendance, sous François II et la duchesse Anne.

Le régime paternaliste

  • 7 J.-P. Leguay, Vivre en ville, op. cit., p. 101-133 (bibliographie) – C. Coornaert, Les corporation (...)

66La mainmise sur l’emploi et sur les organes de décision d’une minorité, de la « maire et plus saine partie du mestier » apparaît avec évidence dans les statuts collectifs ou dans les rares comptabilités confraternelles (gantiers, merciers rennais). Cette fois encore, le système corporatif breton n’est pas fondamentalement différent de ses homologues européens qui favorisent une poignée de chefs de familles artisanales au détriment des simples travailleurs7.

67Cette domination est perçue à trois niveaux, de la boutique-atelier à la direction de la confrérie.

Le chef d’atelier

68Le cadre du travail artisanal est familial et l’organisation pyramidale

69❍ La cellule de production et de vente est le petit ouvroir, un atelier-boutique, où s’accomplissent toutes les opérations de préparation, d’assemblage et de finition. La Bretagne du XVe siècle ignore les concentrations ouvrières ou la division du travail qu’on peut rencontrer à la même époque en Italie ou en Flandre. Cette vision étriquée de l’activité industrielle urbaine a perduré pendant des siècles et laissé longtemps son empreinte dans nos rues.

70Les limites du champ d’information de nos sources médiévales ne permettent pas de reconstituer les quartiers ouvriers du XVe siècle et les lieux de travail. Tout au plus dispose-t-on de brèves allusions dans des livres rentiers détaillés (l’équivalent des censiers), dans des aveux de biens acensés et dans des livres de prisaige (d’estimation) de terrains (fons) et des édifices (superficies) frappés d’expropriation, dans l’intérêt collectif, pour étendre une enceinte et creuser de nouveaux fossés. Rennes se prête à ce type d’observation à partir de son rentier de 1455, d’une bonne centaine d’aveux et de listes de terrains et d’habitations réquisitionnés pour l’aménagement de l’enceinte de la Nouvelle Ville au sud de la Vilaine et de boulevards devant les principales entrées. Nous avons reconstitué, à partir de brèves descriptions et de mesures données en pieds (de 0,33 m) le logis-type commun au petit commerçant et au petit artisan du quartier méridional, des rues Vasselot, de la Basse-Parcheminerie, de Saint-Thomas, du Champ-Dolent. Il comporte habituellement une cave, un rez-de-chaussée qui communique avec la rue par un huys ou huisserie, un couloir étroit de 5 pieds de large (1,65 m), une pièce principale réservée à l’habitat et au travail, parfois une cuisine, un cellier et une cour arrière. L’ouvroir, éclairé par une baie vitrée, accueille un étal ou un établi, une allumelle (fourneau), des outils, des matières premières ou des produits finis, éventuellement un lit dans un angle, une cheminée et des huches ou coffres à vêtements. Quand les maisons sont petites ou tout en longueur, comme c’est le cas qui se présente généralement, la pièce principale se transforme en véritable échoppe de 7 à 8 pieds en carré ou de 3 à 5 pieds de façade ou de laise sur rue et de 20 à 21 pieds en arrière y compris les dépendances situées à l’arrière. Le locataire peut disposer d’une seconde salle, servant à cuisiner ou de dépôt. On découvre aussi une ou deux chambres à l’étage accessibles soit de l’intérieur par un escalier en colimaçon, soit par un vir extérieur. Un comble aménagé ou non en galetas achève la maison sous la toiture.

71Le bois, le blocage, le torchis ou terraces sont largement employés dans cette partie de l’agglomération rennaise. De vieilles estampes, les premières photographies du XIXe siècle montrent que rien n’a changé dans ces rues débouchant sur les passerelles branlantes de Tehel, de Rialan ou de Gabier, sur les eaux nauséabondes du ruisseau de Joculé ou Chauculet, sur le Pré-Botté, sur les entrées de Toussaint, du Champ-Dolent, de Porte-Blanche.

72Il y a pire encore : tous ces cabanons appelés appentis ou clouyères où de pauvres gens travaillent dans les pires conditions, toutes ces places et ces maisons ruyneuses, tout l’habitat d’arrière-cour, des allées et des impasses, des locaux humides et sans éclairage, à peine entrevus dans les rentiers, mais qui faussent par leur seule présence nos estimations démographiques. Il faut tenir compte aussi de tous les galetas transformés en logements, des chambres retirées prêtes à accueillir les clandestins et le travail au noir.

73On trouve des informations similaires dans les rentiers et dans les aveux de Brest, Dinan, Fougères, Hennebont, Nantes, Morlaix, Vannes et ailleurs.

74❍ La hiérarchie dans l’ouvroir est conforme au schéma classique défini par les historiens du monde du travail.

75Cette économie, limitée en capitaux, en outils et en main-d’œuvre attribue au chef d’atelier, le maistre ou mestre, un rôle prépondérant. Il est secondé par son épouse, par un jeune apprenti, éventuellement par un ouvrier salarié nommé compagnon, serviteur, varlet gaignant argent (cardeurs rennais). En dehors du patron et de l’apprenti dont il sera amplement fait état dans les paragraphes suivants, on ne sait pratiquement rien des autres membres des communautés jurées armoricaines.

  • 8 G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome II, Paris, éd. Plon, 1990, p. 3 (...)

76L’activité des femmes, des chambrières ouvrantes (chez les cardeurs rennais) n’est jamais clairement explicitée, sauf cas exceptionnels, comme chez les bonnetiers rennais qui les embauchent et les emploient apparemment sans difficulté, ou en cas de veuvage et de succession qui sera évoqué plus loin. Un véritable ostracisme les frappe. Les femmes ou les filles ne sont tolérées dans l’ouvroir que dans la mesure où elles sont membres de la famille ; les statuts des gantiers-boursiers rennais ou des fabricants d’escardes le disent sans ambages. Pourtant, cette catégorie de main-d’œuvre non rémunérée, disponible à tout instant, corvéable à merci, est plus importante qu’il n’en paraît de prime abord au simple parcours de nos sources8.

77❍ Les ouvriers ou compagnons, en instance de devenir patrons ou écartés à tout jamais de l’accès à la maîtrise par manque de moyens financiers et matériels, sont peu nombreux, sauf dans la parcheminerie, la tannerie, la teinturerie et surtout dans les professions du bâtiment qui, dépourvues de statuts, échappent à cette enquête.

78À aucun moment, ce prolétariat ne constitue une force sociale et une menace pour le patronat. Il n’organise ni coalitions, ni congregacions et ne provoque aucun tumulte, en dehors de quelques délits de droit commun, chaque fois durement châtiés.

79Les compagnons n’ont aucun pouvoir de décision, sauf chez les cardeurs rennais où la maire et plus saine partie des maîtres et ouvriers est invitée, en cas de besoin, à réformer les statuts. Ailleurs, ils ne disposent même pas de leur propre confrérie de piété ; tout au plus sont-ils autorisés ou tenus de s’affilier à l’organisme du métier, dirigé par leurs patrons, avec les obligations pécuniaires que la décision implique, 7 sous 6 deniers chez les chapeliers nantais.

  • 9 D. Alexandre-Bidon et D. Lett, Les enfants au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1997.

80Tous sont placés sous l’étroite dépendance du maître, dispensateur du travail et du salaire. Les gages sont sans doute à l’image de ceux qui se pratiquent sur les chantiers où un simple ouvrier gagne, du temps de Jean V pendant la première moitié du siècle, 24 à 36 deniers et un manœuvre 20 à 24 deniers. Ils laissent tout juste de quoi mal vivre. Ces travailleurs ne sauraient quitter un emploi sans avoir achevé une tâche commencée. Ont-ils d’ailleurs la possibilité ou un intérêt quelconque à partir ? Dans ce microcosme où tout se dit et se sait, nul maître ne prendrait le risque d’embaucher quelqu’un sans accord tacite de son entourage et sans information (drapiers, chapeliers nantais). L’absence d’un employé, au-delà d’un certain temps, deux mois chez les gantiers rennais, se solde par une exclusion définitive9.

81❍ Le devenir des artisans est mal élucidé. Aucune information précise ne filtre sur le sort des maîtres et des employés malades ou blessés, tombés dans la misère. Les boursiers-gantiers et les bonnetiers rennais se bornent à faire une brève allusion aux pauvres démunis du mestier et aux orphelins secourus et placés chez un maître « pourvu qu’il soit puissant de le tenir ». Il faut attendre l’époque moderne pour que les statuts et les comptes deviennent plus prolixes sur ce sujet essentiel.

« Nous savons que les confréries pieuses, autre volet de l’organisation, distribuent de menus secours aux indigents. Les cordonniers et les mariniers de Lannion ont même prévu une aide pécuniaire de 6 à 7 deniers par semaine pour permettre à ceux qui sont dans le dénuement d’acquérir du pain. Les seconds leur achètent une robe de 20 sous et payent les intérêts des dettes pour leur éviter des poursuites judiciaires et une excommunication qui nuisent à l’image de marque de la communauté. Chaque boulanger rennais qui prépare une fournée, fait en plus, un tourteau raisonnable ou tourteau [de] Dieu pour les miséreux des hôpitaux et pour les ménages de la frairie défavorisés. Des municipalités, des fabriques paroissiales ont elles aussi épisodiquement des préoccupations sociales (Rennes, Vannes). »

82Si les enfants n’assument pas la vieillesse de leurs parents, ce sont les hôpitaux qui se chargent de soulager une misère qui s’est aggravée en Bretagne durant la seconde moitié du XVe siècle avec les guerres d’indépendance.

Le monopole familial et local

83Rien n’est moins démocratique que le métier gouverné par un maître dont l’autorité s’appesantit sur les ouvriers compagnons et les apprentis. Plus le temps passe, plus l’exercice de la profession tend à être réservé aux seuls membres de la parenté et se ferme aux nouveaux venus. Des mots reviennent sans cesse dans les descriptions que donnent les historiens de ces métiers : autarcie, monopole, fermeture, archaïsme.

84❍ En apparence, le système semble fonctionner démocratiquement. Chacun peut espérer devenir maître, le moment venu.

85La voie normale s’ouvre par l’apprentissage et quiconque est sérieux, honnête, travailleur, compétent peut espérer, son temps de droit achevé, obtenir l’autorisation de procéder à la levaille du moistier sans délai ou après quelques années de compagnonnage.

86L’adolescent que les textes nomment clerc, apprenti, serviteur, varlet débute dans la profession au minimum à 12 ans (drapiers), au maximum à 15 ans (gantiers, merciers rennais, chapeliers rennais), plutôt à la majorité fixée à 14 ans (teinturiers).

87L’apprentissage dure trois ans chez les cordiers nantais et les tanneurs rennais, quatre ans chez les boulangers et les drapiers rennais, cinq ans chez les bonnetiers et teinturiers rennais, chez les cordonniers et les tanneurs de Morlaix, chez les parcheminiers de Lamballe, six ans chez les boursiers-gantiers et merciers rennais, sept ans chez les apothicaires nantais, huit ans chez les chirurgiens nantais. Exceptionnellement, un adolescent peut connaître plusieurs patrons, rester par exemple trois ans chez un premier puis achever sa formation ailleurs (les apothicaires nantais).

88L’engagement se fait-il déjà par contrat, le « brevet » des siècles à venir ? Des allusions dans les statuts le suggèrent ; mais ce type de document n’a pas survécu en Armorique médiévale, contrairement à d’autres contrées comme la Bourgogne, la Touraine ou les pays méditerranéens. Un délai de réflexion est laissé aux cardeurs rennais qui tiennent leur apprenti quinze jours à l’essai. Nous savons qu’il doit être obligatoirement endéalé, c’est-à-dire marqué sur le registre, deal ou dial, de la communauté dans un délai de huit jours (cardeurs, bonnetiers rennais), de quinze jours (teinturiers et boulangers rennais) à un mois (gantiers et drapiers rennais) sous peine de sanctions qui vont de 24 sous d’amende (drapiers rennais) à l’exclusion. Cette formalité impose normalement la consignation du nom, du prénom, des origines géographiques et familiales, de la date d’entrée dans la confrérie et le rappel de la redevance versée (cardeurs et merciers rennais).

89Au terme de ces années formatrices, le maître présente son valet aux responsables de la profession qui le déclarent franc de l’apprentissage, « ydoine et suffisant audit mestier ». Une enquête peut être réclamée, ce que suggère l’expression « après avoir esté deubment informez ». On sait qu’à Redon, les mesureurs du port éliminent systématiquement les entrepreneurs de desbats (les caractériels), les ivrognes, les excommuniés. Le jeune homme de son côté « supplie » (la formule est forte) les maîtres de l’accepter dans le métier, de l’autoriser à bénéficier des privilèges et des prérogatives de la profession.

90Un serment est exigé de l’impétrant dont la formule, variable selon les confréries, peut prendre cette forme : « Vous jurez à Dieu et sur vostre part de paradis et sur le pain et vin qui est ici, car sans pain et vin, l’on ne pourroit faire le Sainct Sacrement de l’autel ; par ce, mon amy, advisez quel serment vous tiendrez les poinctz quels après je vous déclareray. Dites amen » (Serment des mesureurs de Redon).

91En principe, rien ne devrait empêcher la levaille du moistier une fois les droits acquittés.

92❍ Cette apparente simplicité dans le déroulement de la première étape professionnelle cache une réalité nettement moins favorable.

93Dès l’embauche, le jeune doit affronter les premières exigences. On exige de lui un minimum de bons sens, d’intelligence, de savoir ce qui semble au surplus justifié dans certaines professions. Les apothicaires réclament des postulants d’être capables de lire, écrire et ânonner quelques mots de latin ce qui n’est pas à la portée du premier venu et suppose la fréquentation d’une école, institution qui est encore loin de se généraliser en Bretagne.

94On observe des empêchements d’origines sociale, familiale et morale. Aucune association ne saurait en effet endéaler des adolescents issus de milieux pauvres, vils et mécanicques ou notés d’infamie chez les apothicaires nantais, et le léal sacrement de mariage des parents exclut la bastardie chez les merciers rennais. Le célibat est exigé pendant toute la durée de l’apprentissage chez les boursiers-gantiers et bonnetiers rennais et si un apprenti se marie avant la conclusion de ses six ans d’initiation, il risque d’être frustré et ne pourra besogner audit mestier sauf dérogation exceptionnelle. On évoquera bientôt, au XVIe siècle, l’appartenance à la religion catholique.

95L’exclusion des étrangers, au sens large du terme, ne saurait tarder. Le problème est d’actualité car le duché traversant pendant la première moitié du XVe siècle une phase de relative prospérité, beaucoup de gens des provinces voisines s’y réfugient, viennent y chercher du travail. Des Normands, par centaines et non par milliers comme on l’a écrit sans preuves, des Manceaux, des Angevins, des Anglais, quelques Allemands et Flamands se rencontrent dans nos villes et dans nos villages et contribuent à développer des activités artisanales et commerciales : le textile (Normands), les arts mécaniques, l’armurerie (Allemands, Flamands). Si des métiers se montrent relativement accueillants ou ne soulèvent pas de problème (bonnetiers rennais), la xénophobie pointe ailleurs. Les merciers rennais excluent, en principe, quiconque est né hors du duché, ce qui ne les empêche pas de recruter en cas de nécessité des valets dans les provinces françaises limitrophes.

96L’apprentissage lui-même paraît souvent long, pas forcément en rapport avec un enseignement ou avec la difficulté des techniques à assimiler. On perçoit plutôt une volonté de retarder l’insertion des jeunes dans la vie active.

97L’apprenti vit à pot et à pain chez son maître, expression qui suggère une étroite dépendance et qui implique dans la pratique des inégalités de traitement et de formation. On ne saurait, faute d’informations, épiloguer sur cet aspect du problème, parler de dure férule… Des études menées ailleurs montrent que la vie des jeunes employés n’est pas toujours facile, qu’ils endurent parfois des sévices corporels, que leur formation peut être volontairement abrégée par crainte de la concurrence à venir. Un aspect des statuts paraît révélateur d’un état d’esprit. La fuite est souvent envisagée et sanctionnée. La cause en est toujours, bien sûr, la malice (cardeurs rennais), l’absence de raison du jeune qui risque au pire l’exclusion définitive, au minimum le recommencement intégral de l’apprentissage. Il va sans dire qu’il est strictement interdit à un maître de recevoir un apprenti marron ou de débaucher l’employé de son voisin sous peine de très lourdes amendes qui atteignent, en plus des dédommagements, 50 à 60 sous chez les cardeurs, les tanneurs rennais, les pâtissiers nantais, 100 sous chez les cordonniers de Morlaix. Certains articles n’excluent pas toutefois la possibilité d’un départ consenti ou motivé par des raisons précises, dûment examinées par les responsables des confréries. Chez les boulangers rennais, si le maître et le serviteur sont d’accord pour se quitter, le second se présente devant l’assemblée générale et demande à l’auditoire d’être pourvu d’un nouveau patron qui le fera le plus valoir au profit de la frairie.

98L’accès à la maîtrise est finalement plus difficile qu’il n’en paraît à une simple lecture des statuts.

99❍ L’obstacle du chef-d’œuvre qui nécessite du temps et des matériaux coûteux n’est pas généralisé.

100Cette sorte d’examen professionnel manque dans les statuts des parcheminiers lamballais. On peut se demander, par ailleurs, si les obligations mentionnées aux siècles suivants dans les actes du Parlement de Bretagne existent bel et bien quand les statuts sont concédés par les anciens ducs et duchesses ou s’il s’agit d’ajouts.

101Le principe d’une ultime vérification du niveau des connaissances devant une commission de maîtres, à huis clos chez les cardeurs rennais ou en public, n’est pas mauvais en soi s’il répond à une volonté de perfection, exprimée en ces termes par les teinturiers rennais : « car s’ils n’estoient suffisans maistres, ils abuseroint de leur ouvrage et leurs varlets et serviteurs à qui ils debvent apprendre et monstrer ledit mestier en seroint décens et abusez ».

« On ne saurait reprocher aux bonnetiers rennais d’exiger des futurs maîtres qu’ils sachent brocher, fouler et tondre le tissu dans un laps de temps déterminé, aux pelletiers rennais d’être capables de confectionner un manteau avec des peaux préparées d’avance, à un futur chapelier nantais de fabriquer successivement un chapeau velu dedans et dehors pesant trois livres, un chapeau d’une livre et demi, un troisième rais blanc d’une livre, l’ensemble dûment examiné par des juges qui adressent ensuite un rapport aux officiers ducaux prévôt, alloué et sénéchal. »

102L’examen se passe devant une commission spécialement désignée à cet effet. Le jury des bonnetiers comprend les deux prévôts de la confrérie et quatre maîtres élus en assemblée. Les chapeliers de Quimper délèguent six des leurs. Le travail doit être exécuté dans un délai précis, deux à quatre jours, et tout retard dans l’exécution est sanctionné par une sorte d’indemnité versée aux assistants (un quart d’écu à chaque juge de la bonneterie) ou par une punition qui peut aller jusqu’à tout recommencer (cardeurs rennais). La matière première puis le chef-d’œuvre dont la composition est soigneusement définie sont marqués pour éviter toute fraude ou contestation. Le chef-d’œuvre peut devenir, dans un contexte économique défavorable à l’embauche, un moyen de sélection, un instrument d’élimination, la porte ouverte à l’arbitraire, a fortiori si les articles des statuts se gardent de préciser les modalités de contrôle ou se limitent chez les tanneurs rennais à telle pièce d’ouvrage que bon leur semblera.

  • 10 J.-P. Sosson, « Les XIVe et XVe siècles, « un âge d’or de la main-d’œuvre ? » », Publication du Ce (...)

103❍ Le mur de l’argent est plus contraignant encore que le reste des obstacles10.

104L’apprentissage n’est pas forcément gratuit et si les maîtres boulangers se satisfont de quatre poulets par an, l’équivalent de 5 sous ou de deux journées de salaire d’un ouvrier maçon ou charpentier, la formule « selon le prix convenu » employée par les chapeliers nantais est la porte ouverte à tous les abus. Le droit de levaille du mestier n’a rien non plus de prohibitif mais il faut posséder les locaux et les outils et d’autres obligations viennent grever un faible budget. Le postulant à la maîtrise est tenu de s’acquitter de droits de prévôté, de droits d’enregistrement, de cotisations d’entrée dans la confrérie ; il participe aux œuvres de bienfaisance, verse des pots de vin dans tous les sens du terme.

105À l’exception du banquet officialisé et codifié dans quelques règlements, fixé au prix raisonnable de 40 sous maximum chez les pâtissiers et chez les chapeliers nantais, la valeur des autres cadeaux n’est pas toujours clairement notifiée mais peut atteindre de telles proportions que le roi François 1er s’en offusque et prend la peine de dénoncer les abus dans une ordonnance du 19 mars 1514.

« On a pu calculer que l’accès à la maîtrise de la cordonnerie nantaise coûtait au bas mot 2 livres 5 sous. La lecture d’autres statuts professionnels nantais montre que le pâtissier verse 4 livres-monnaie dont 2 au duc et 2 à la confrérie, chaque chapelier un écu à la recette ordinaire de Nantes et 10 sous à la frairie, chaque nouveau pelletier l’équivalent d’un marc d’argent blanc... À Rennes, les merciers doivent le prix de douze livres-poids de cire de levaille de mestier, les gantiers-boursiers offrent huit livres-poids de cire, les bonnetiers quatre livres, les boulangers deux quers de froment et 2 livres de cire, les tanneurs seulement 10 sous monnaie. Les écarts sont parfois étonnants 40 livres-monnaie chez les tailleurs de Quimper pour l’ouverture d’une boutique en 1505... à peine une livre-poids de cire de droit de réception à la maîtrise chez les parcheminiers lamballais. »

106Mais ces droits ne sont rien à côté du reste. Car pour débuter dans une profession, il est indispensable d’avoir une maison, une boutique, un ouvroir, des outils, de la matière première, une clientèle assurée, autant de conditions que rappelle cette formule « par autant que auront puissance de ce faire » (parcheminiers lamballais). Il faut aussi pouvoir louer son étal aux halles centrales et l’examen des noms des adjudicataires des tables de la mercerie de Rennes montre que ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent dans les registres officiels, les Boullogue, les Columbel, les Jahier, les Robert. Le mur occulte des protections n’est pas une illusion. Faire son trou dans une rue, dans un quartier, quand on est forain (étranger), quand on ne bénéficie d’aucun appui officiel devient un exploit. La répartition des bons emplacements sur les marchés relève de l’entente occulte. On peut fort bien se retrouver sous l’escalier des halles qui monte au tribunal ou à la salle de réunion de l’étage (Rennes, Vannes).

107❍ Le favoritisme au bénéfice des enfants du maître, de singulières dérogations sont quasi officialisés.

108Apparemment, l’égalité se veut parfaite entre postulants au point même que des statuts interdisent à leurs proches de siéger dans la commission de contrôle des connaissances et les obligent à renoncer temporairement à toute responsabilité (boulangers rennais).

109Le fils du maître est fréquemment dispensé de la totalité ou d’une partie de l’apprentissage et du chef-d’œuvre. Les fils des tanneurs de Morlaix ou des bonnetiers rennais sont quittes d’initiation au bout de trois ans contre les cinq habituels ; ils se bornent à se faire enregistrer, à prêter serment et à payer la modique somme de 15 sous. Les chapeliers nantais n’imposent à leurs héritiers qu’une formalité, la confection d’un simple chapeau pour essai. Chez les cordonniers de la même ville, seul le fils aîné d’un maître fait un chef-d’œuvre et paie une (faible) patente ; les puînés ne sont astreints à aucun exercice technique, ce qui accentue sans doute le phénomène de concentration qu’on observe au sein de cet emploi. Les enfants des teinturiers rennais font un rapide chef-d’œuvre « néantmoins qu’ils n’aient pas servy comme apprentifs » (sic). Ces avantages ne sont parfois accordés qu’aux enfants nés après la réception de leur père à la maîtrise et en aucun cas pendant la durée de son compagnonnage (drapiers et teinturiers rennais). Le pot-de-vin existe aussi au sens propre et au sens figuré ; une juste (une mesure) doit être offerte à chaque prévôt de la teinturerie rennaise, un dîner raisonnable au prix maximum de 40 sous (ce qui n’est pas négligeable) chez les pâtissiers et les chapeliers nantais.

110La mainmise sur l’emploi d’une minorité est facilitée par des exemptions. Ainsi nombre de métiers permettent à des apprentis de racheter une partie du temps légal de formation qui leur reste à accomplir. Ils le font couramment, après délibération en assemblée, après le décès d’un maître ou tout bonnement contre le paiement d’une somme qui contribue à renflouer une caisse vide, « par la nécessité et besoing d’argent que il nous estoit venu » ! Des professions permettent aux veuves, aux filles de maîtres de transmettre à leurs nouveaux époux, aux gendres, l’accès direct à la maîtrise, à condition bien sûr que les bénéficiaires entrent dans l’association, payent des droits d’admission sensiblement plus lourds que d’ordinaire, un marc d’argent chez les bonnetiers rennais, et fassent montre d’un minimum de savoir (tanneurs rennais). On a même prévu le cas de plusieurs remariages. Les veuves, nommés dégrepies en Armorique, sont parfois autorisées, leur vie durant, à poursuivre l’activité du mari, à conserver un apprenti. On exige seulement d’elles une conduite irréprochable et le paiement d’un droit particulier. La veuve d’un cordonnier nantais qui n’est pas « blasmée de son corps » (sic) a cette possibilité mais est tenue de donner à la confrérie trois toiles de laine neuve, la moitié des devoirs d’entrée, et d’offrir un dîner aux anciens collègues de son mari. Chez les bonnetiers rennais, une femme peut franchir ses deux premiers maris contre le paiement d’un marc d’argent et de 10 livres-poids de cire. Elle perd tous ses droits si elle se remarie pour la troisième fois et son dernier époux doit suivre le cursus normal.

  • 11 J.-P. Leguay, « Boutiquiers, artisans et “gens mécanicques” en Savoie médiévale, étude économique (...)

111Un acte de chancellerie rappelle enfin que les ducs bretons ont le privilège de conférer des lettres de maîtrise : « Comme à nous dès la foys qu’il nous vient à plaisir laisse et appartienne créer et ordonner ès villes jurées de nostre pals et ès mestiers jurez dicelles telz genz suffizans que bon nous semble. Ils le font à l’occasion d’une première et joyeuse entrée ou pour récompenser un fidèle serviteur, à moins qu’ils ne veuillent se procurer de l’argent à bon compte en vendant une concession. » François II a usé fréquemment du droit qu’il transmet ensuite à sa fille Anne et à ses gendres Charles VIII puis Louis XII, rois de France. Jamet Le Maillec est institué ainsi maistre du mestier d’esquardes en 1467 ; Pierre de Sobre son valet de chambre et garde-robier devient barbier à Nantes ou à Rennes, à son choix, sans payer de droits, ni faire de chef-d’œuvre le 1er décembre 1486 ; Guillaume Hamart reçoit le titre de maître cordonnier le 13 juillet 1488. Les drapiers rennais regrettent, dans leurs statuts, que les promus par lettres de don n’aient pas toujours les capacités requises et se désintéressent de l’avenir de la profession. Ces privilèges existent ailleurs. Nous les avons rencontrés dans le comté puis duché de Savoie11.

112Ainsi, à côté de la voie officielle, d’autres chemins détournés servent les intérêts des fils, neveux ou gendres des maîtres, des plus fortunés ou des plus protégés.

Le gouvernement oligarchique

113Le gouvernement des métiers à une structure oligarchique propre à beaucoup de constitutions médiévales.

114❍ Sans doute existe-t-il des assemblées générales qu’on nomme, suivant les cas, congrecacions, chapitres, corps et collèges. Elles se tiennent soit chez un particulier, dans un lieu honneste, précise-t-on, ce qui exclut l’auberge mal famée ou les étuves, soit dans la chapelle d’une église paroissiale affectée aux offices confraternels, soit encore dans un lieu public (les halles) ou dans la salle capitulaire d’un couvent de Mendiants : sept confréries pieuses à base professionnelle connues sont hébergées dans des couvents de Cordeliers, « indice de l’influence de ces derniers sur les milieux artisanaux » dit H. Martin dans son étude sur les Mendiants bretons.

115Les plus riches corporations ont fait l’acquisition d’un local collectif. Les merciers rennais achètent en 1462 une maison de la frairie, rue Neuve, au cœur du quartier récemment enclos de la Nouvelle Ville, pour la somme de 148 livres ; les gantiers ont également la leur dans la paroisse populaire de Toussaints au sud de la Vilaine. L’assemblée se réduit, généralement, à une par an, la veille ou le jour de la fête du saint patron de l’association ou à une autre occasion à la Saint-Michel chez les merciers nantais, à la Saint-Maurice le 22 septembre chez les teinturiers rennais, chaque 1er août chez les boulangers rennais, la veille de la fête des Trois Rois chez les tanneurs. Les réunions plus fréquentes, jusqu’à trois ou quatre fois, sont une exception.

116L’une garde d’ailleurs un côté solennel ; les autres tiennent à des circonstances exceptionnelles. Seule une série de comptes permet de mieux cerner la périodicité, d’étudier la composition de l’assemblée et ses effectifs. Ainsi nous avons compté quatre séances chez les merciers rennais en l’an 1452, six en 1469, avec une propension à se retrouver aux fêtes de Pâques, en mai et en juillet. Chez les cardeurs rennais, la tenue d’une assemblée est subordonnée à l’accord des représentants du pouvoir ; il est bien spécifié, en effet, que les gardes et les prévôts de la communauté peuvent réunir les maîtres « pourveu touteffoiz qu’ilz aient pour ce fere decret de justice, le procureur de Monseigneur le duc puis le roi appelé ».

117Seuls les maîtres assistent aux débats. À l’exception de la confrérie des cardeurs rennais qui leur permet de participer (mais dans quelles conditions ?) à l’élaboration des amendements aux statuts, les compagnons ne sont invités aux assemblées que pour les besoins d’une audition, d’une réception ou d’une enquête et dans la mesure où ils savent garder leur réserve (chez les barbiers-chirurgiens nantais et rennais). L’assistance est obligatoire sous peine d’amende payable en argent, jusqu’à 2 sous 6 deniers chez les cardeurs rennais, ou en cire (tanneurs, boulangers rennais). Les seules exceptions tolérées sont la maladie, l’âge ou le déplacement à l’étranger (chez les merciers). L’absence d’un membre influent peut provoquer d’ailleurs le report des débats et l’annulation des premières décisions. Quand on a la chance d’avoir des listes de participants, on s’aperçoit que ce sont toujours les mêmes qui prennent les décisions majeures. L’examen des effectifs à un moment donné fait découvrir 41 marchands vitréens en 1473, 44 en 1487, 46 tailleurs nantais en 1487, 28 parcheminiers lamballais en 1474 mais seulement 12 pelletiers nantais en 1499.

118Les attributions de ces assemblées ne sont jamais clairement exprimées, seulement suggérées par des formules aussi sibyllines que pour délibérer des affaires de la communauté ou pour « l’entretennement et siance dudit mestier ». On devine pourtant l’ordre du jour routinier : l’élection des responsables annuels, la réception des nouveaux maîtres et des jeunes valets, l’examen des comptes, la prestation des serments. Plus importantes sont les discussions qui portent sur la révision des statuts et l’adjonction de nouveaux articles ou sur les conflits et les procès en cours. Les querelles ne sont pas uniquement interprofessionnelles ; ce n’est pas sans raison si les règlements exigent qu’on parle, à ces assemblées, sans haine et sans colère, sans causer de troubles et scandales, c’est-à-dire blasphémer le saint nom de Dieu, partir en claquant la porte (gantiers rennais) ou détruire les papiers et les procès-verbaux de délibérations de la confrérie (drapiers rennais). Les boursiers-gantiers rennais sanctionnent d’une amende en cire les perturbateurs, ceux qui refusent de se taire, ceux qui font du bruit. Les boulangers qui osent proférer des grossièretés paient deux livres de cire blanche, à l’instant, sans autre forme de procès ni procédure. La destruction volontaire des documents corporatifs entraîne des poursuites judiciaires.

119❍ En réalité, la véritable direction des affaires revient d’abord à une minorité, aux membres d’un conseil restreint. Le conseil restreint, une réunion de gens de bien, est l’instance la plus mal connue des métiers. Sa composition varie de quatre à seize membres assermentés, idoines, savants, experts, choisis pour une durée limitée ou même à vie. On compte treize élus chez les gantiers et les merciers rennais, douze y compris les deux prévôts chez les boulangers, chiffres éminemment symboliques, six chez les cardeurs, quatre chez les bonnetiers et les tanneurs rennais ou chez les apothicaires nantais. Si leur présence au complet est nécessaire aux assemblées générales, ces responsables sont autorisés à s’absenter le reste du temps, pourvu que le quorum soit atteint pour prendre des décisions importantes (chez les boulangers rennais).

120Le rôle du conseil est d’expédier les affaires courantes, de conduire des enquêtes de moralité ou de compétence, d’arbitrer les différends, de signer des ordres de paiement, de faire entretenir les ordonnances et statuts (boursiers-gantiers rennais).

121❍ Au sommet de la pyramide institutionnelle, on découvre des administrateurs. On les appelle provostz (boursiers-gantiers, cardeurs, cordonniers, boulangers, bonnetiers, tanneurs rennais, cordonniers de Dol), provostz et gardes de la communauté ou provostz et mestres jurez (cordonniers rennais, chapelier nantais), élus (tanneurs de Morlaix), abbés (mariniers de Lannion, chapeliers de Quimper). Les parcheminiers de Lamballe nomment un maire et réformateur dudit mestier, sorte de président moral, gardien des statuts, censeur des mœurs, et deux prévôts ou bastonniers administrateurs et comptables.

122Ces responsables sont élus en assemblée générale ou en conseil restreint, à moins qu’ils ne soient cooptés par leurs prédécesseurs. En général, ils sont désignés pour une durée d’un an, rarement plus, même si, dans certains cas comme chez les cardeurs et les teinturiers rennais, ils sont tenus de prendre la charge pour l’an subséquent. Les statuts offrent parfois de sages ou de singulières exceptions. Il est prévu que les élus des pâtissiers-rôtisseurs nantais resteront à leur poste un an supplémentaire si l’assemblée n’est pas parvenue à fixer son choix sur leurs remplaçants. Les cordonniers rennais imposent le maintien d’un an supplémentaire à l’un de leurs trois prévôts pour initier les successeurs. Les responsables de la confrérie des marchands d’Outre-Mer de Vitré sont choisis pour trois ans par leurs prédécesseurs mais exercent les prérogatives individuellement et à tour de rôle un an chacun. Sauf de rares exceptions et pour des raisons bien spécifiées, le principe de la réélection avant un délai déterminé (trois ans chez les tanneurs de Morlaix) ou définitivement est contraire aux usages. Mais était-il nécessaire de le préciser ! C’est plutôt l’inverse qui se produit, la dérobade généralisée devant les obligations, malgré le prestige et les honneurs attachés à la fonction. La prévôté est souvent incompatible avec des activités professionnelles ; elle impose la résidence mais expose à d’éventuelles poursuites judiciaires ou à des amendes. Il se trouve des articles de statuts qui interdisent « à quiconque jugé honneste, idoine et scavans par ses pairs et élu à la pluralité des voix de se récuser ». C’est le cas chez les tanneurs de Morlaix ou chez les cardeurs rennais où il est interdit de refuser à moins d’avoir exercé les mêmes fonctions depuis moins de dix ans.

123Il faut pourtant des capacités, être suffisanz pour remplir ces fonctions officielles qui impliquent entre autre « l’entretien des ordonnances et statuz (gantiers rennais) », la tenue régulière de comptes, la gestion de la caisse, d’un patrimoine (merciers rennais) ou même d’un trésor (tailleur nantais), l’organisation de manifestations collectives, de fêtes, une fréquente présence devant les tribunaux. L’incompétence ou la faute est durement sanctionnée. Ne prévoit-on pas à leur encontre des amendes pour avoir trop tardé à rendre les comptes (merciers rennais) ou à convoquer les maîtres en assemblée (gantiers rennais), des poursuites judiciaires pour collusion avec des fraudeurs (merciers rennais) ! On a la main lourde chez les tanneurs de Morlaix ; un article prévoit qu’à leur première faute, les élus et les revisiteurs paieront 100 sous d’amende (ou 5 livres-monnaie), à la seconde 200 sous (ou 10 livres), à la troisième 300 sous (ou 5 livres) et la destitution.

124Il arrive que les prévôts soient confondus avec les contrôleurs élus, les visiteurs et revisiteurs, les peseurs et visiteurs des boutiques et des ateliers, opérant des visites domiciliaires avec des officiers de justice, des sergents et des témoins. Ainsi, chez les gantiers rennais, leur pouvoir discrétionnaire les autorise à inspecter de nuit comme de jour, à rechercher les malfaçons, à procéder à des saisies.

125D’autres responsables font de furtives apparitions dans la documentation de l’époque. On signale la présence d’une sorte de président d’honneur, de doyen d’âge, chez les bonnetiers et teinturiers rennais ou chez les barbiers-chirurgiens nantais, de greffiers ou lieutenants chargés de la tenue des registres chez les gantiers et les merciers rennais. Les statuts des escardeurs rennais, détaillés dans une confirmation de 1545, font état de la nomination d’un revisiteur général salarié, responsable de tous les ouvriers du duché. Cette charge exceptionnelle existe ailleurs au XVe siècle.

126Personnalités juridiques dûment reconnues, les métiers disposent aussi d’attributs collectifs : un coffre ou arche où sont déposés les privilèges concédés et renouvelés par les ducs et d’autres papiers importants, un sceau, les marques de production de chacun dessinées ou reproduites sur un tableau, un registre matricule (tanneurs rennais) et des séries de comptes (merciers, boursiers-gantiers rennais), une bannière déployée les jours de fêtes (boulangers nantais).

L’exercice de la profession

127L’accession à la maîtrise n’autorise pas toutes les libertés. La fabrication et la commercialisation des produits sont soumises à une réglementation qui paraît draconienne à la lecture des listes d’interdits, des sanctions qui frappent les moindres manquements, les fraudes, la guilleterye, le travail au noir.

128On perçoit dans ces statuts une volonté de préserver jalousement des monopoles, de limiter l’âpreté de la concurrence, de combattre l’accaparement, la fraude, d’offrir à la clientèle une production de qualité qui fasse honneur à la communauté. Une fois n’est pas coutume, les intérêts des producteurs et des consommateurs se rejoignent.

Les risques de conflits constants

129La concurrence a tendance à s’exacerber au XVe siècle avec les difficultés économiques déjà signalées et se manifeste à plusieurs niveaux.

130❍ Chaque profession a une sorte d’anticorps constitué de clandestins ou de semi-clandestins qui pratiquent une activité parallèle et cherchent à briser les monopoles en vendant plus, partout et meilleur marché. Plusieurs règlements corporatifs, des ordonnances ducales puis royales après 1491 fustigent les « vacabuns s’entremectans du faict de marchandie, les homes estranges (étrangers) ou forains qui fabriquent à la sauvette des produits frelatés, de toute évidence des foucandeurs, trompeurs et cabuseurs ». Le mot forain recouvre plusieurs catégories d’individus : des Bretons venus d’autres localités, des sujets du roi de France, des étrangers au sens actuel du terme. Les drapiers rennais placent sous cette étiquette péjorative leurs concurrents de Châteaubriant ou de Nantes, accusés, à tort ou à raison, d’écouler des produits bon marché mais de mauvaise qualité Les merciers rennais sont constamment en conflit avec les colporteurs auvergnats et limougeauds. Les boursiers-gantiers dénoncent la guilleterye d’ouvriers du cuir venus d’ailleurs, les drapiers la concurrence déloyale des Normands.

131On dispose très rarement d’informations précises permettant de connaître l’activité de ce monde interlope. Les statuts de la mercerie critiquent l’activité de quincailliers étrangers qui font du porte à porte et proposent un matériel hétéroclite mêlant les petits outils aux couteaux, au fil, aux produits chimiques (alun, colorants, savons). Les barbiers-chirurgiens nantais se plaignent, à leur tour, des guérisseurs appelés tireurs de quintessences qui opèrent en chambre, taillent, pansent les hernies, tirent les cataractes sur les yeux et pratiquent, sans autorisation ou diplôme, des opérations totalement illégales. C’est en partie pour enrayer une concurrence déloyale et vérifier par la même occasion la qualité du travail, qu’il est bien spécifié que chacun doit travailler derrière son comptoir ou à son atelier, à la vue des passants, en aucun cas en chambre retirée (cordonniers nantais). Les prévôts et les revisiteurs des drapiers de Rennes opèrent des contrôles partout, dans les hôtelleries et « autres lieus soubsonnés d’héberger des indésirables » et de stocker les marchandises prohibées.

132Les ruraux des paroisses voisines, des artisans qui travaillent sur les champs, s’efforcent aussi d’écouler sur le marché urbain leurs produits sans payer de droits, sans supporter les charges qui pèsent sur les communautés urbaines.

133Des études ont montré la richesse de cet artisanat, véritable ballon d’oxygène pour des familles condamnées à végéter sur des tenures exiguës. Le travail du bois, du chanvre, du lin, la petite métallurgie mais aussi la fabrication du pain sont en grande partie entre leurs mains. Un danger existe donc, fréquemment signalé dans les études urbaines. Chacun connaît les mesures protectionnistes prises par les Gantois dès les années 1297 et 1314. L’inquiétude transparaît chez nos texiers qui n’hésitent pas à parler « de marchandies contrefaites et fardées sous l’ombre de ladite draperie ». Les cordiers nantais recherchent la protection officielle des ducs Jean V et Pierre II contre les cacous, ces parias descendants de lépreux, autorisés à exercer cette activité lucrative dans leurs communautés isolées.

134❍ La concurrence s’exerce aussi entre maîtres d’une même profession ou entre métiers voisins, aux frontières mal délimitées. La compétition débute dès l’acquisition des matières premières et se poursuit avec l’écoulement des produits finis. Les plus malins vont attendre, dès l’ouverture des portes, leurs fournisseurs habituels et cherchent à conclure avec eux de fructueux marchés. Il semble que la laine, les peaux aient fait l’objet d’une véritable surenchère. Les bouchers du Champ-Dolent de Rennes et leurs acolytes parcheminiers sont dénoncés par les boursiers-gantiers comme des accapareurs dépourvus de scrupules qui font main basse sur les peaux de mouton, de chèvre, de veau, de cerf, quitte à les regratter ensuite à qui bon leur semble.

135Les rivalités, les empiétements réciproques se perdent dans la nuit des temps. Les drapiers rennais fabricants de griseux (petit gris) ont obtenu, par dérogation, à une date inconnue, le droit de teindre leurs laines. Cette tolérance, devenue un droit reconnu seulement en 1566, est le point de départ d’un interminable procès avec les teinturiers. Bourreliers et cordeliers nantais n’ont pas su ou voulu fixer clairement les limites de leurs activités et s’affrontent pour commercialiser des colliers, des sangles et des bâts. Même à l’intérieur d’une profession, certains comme les boulangers n’hésitent pas à quitter leurs boutiques ou les étals de la halle où ils sont assignés pour aller dans les rues, au-devant des clients, avec des paniers, « des plateaux et autres vexeaulx ».

136Face à ces problèmes de concurrence et pour essayer de sauvegarder leurs monopoles, plusieurs métiers bretons s’efforcent d’imposer des « garde-fous », des restrictions.

Égalitarisme et protectionnisme

  • 12 R. Fossier, Le travail au Moyen Âge, Paris, Édition Hachette, 2000.

137D’autres mesures cherchent à décourager l’éventuel concurrent local ou forain, à maintenir au sein de chaque corporation une égalité idyllique, à protéger les intérêts de la clientèle12.

138❍ Des articles des statuts s’efforcent d’imposer un semblant d’égalité entre les maîtres. Chacun doit observer les mêmes horaires, commencer des activités avec le lever du jour, à 7 heures chez les pâtissiers-rôtisseurs rennais, et fermer boutique à la tombée de la nuit. Une ordonnance déjà ancienne du duc de Jean III précise en 1336 : « avons ordonné que touz ouvriers, de quelconque condition que ilz soient, commanceront leur journée à souleil levant et acheveront à souleill couchant sans en exir ». Un contrôle nocturne est même appliqué chez les bonnetiers rennais. On tient compte cependant des impératifs propres à l’exercice d’une profession : des saisons, de la nécessité de livrer du pain frais et des brioches au petit matin, avant 9 heures, chez les boulangers rennais, de dispenser des soins nocturnes chez les barbiers-chirurgiens.

139Tous doivent respecter les mêmes jours chômés. Les activités s’arrêtent le dimanche et les jours fériés, plus tôt le samedi après-midi et la veille des festivités religieuses pour permettre aux compagnons et aux apprentis de se rendre aux vêpres (chapeliers, barbiers nantais). L’oubli de ces obligations religieuses est lourdement sanctionné : un écu d’amende (l’équivalent de 25 sous) chez les merciers rennais, 60 sous chez les pâtissiers nantais et 100 sous chez les teinturiers rennais. L’importance des jours fériés dans les villes armoricaines surprend toujours ; nulle civilisation n’a offert sans doute autant de jours de repos non payés aux travailleurs puisqu’on atteint un total de 100 à 130 par an selon les localités ! Ce n’est pas sans inconvénients ; de fréquentes interruptions risquent de compromettre le cours de la fabrication. Les teinturiers ont besoin de temps pour la préparation de leurs mixtures. Aussi les règlements fixent-ils les tâches à remplir le mardi, le mercredi et le jeudi, pour être certain de terminer en fin de semaine.

140L’interdiction du cumul, de l’accaparement, impose que personne ne puisse détenir et diriger plus d’une boutique à la fois, appartenir à deux corps de métiers différents, sous-louer ou se faire remplacer dans l’exécution du travail (teinturiers rennais, barbiers nantais). Nul ne saurait exercer en chambre retirée, pratiquer sans être affilié à la confrérie. Toujours par souci égalitaire, on contingente le nombre des apprentis à un seul, sauf cas exceptionnels, deux chez les teinturiers, apparemment sans limitation chez les cordonniers rennais.

141Partout on trouve sensiblement les mêmes moyens de production limités, les mêmes outils, les mêmes stocks de matières premières, les mêmes procédés de fabrication, les mêmes conditions de vente. Certaines contraintes surprennent par leur caractère sclérosant. Les boulangers rennais n’ont pas le droit, en cas de rupture de stock, de préparer d’urgence une nouvelle fournée ou de se réapprovisionner chez des confrères du plat-pays ! Ils perdent un précieux temps à attendre leur tour aux moulins banaux. L’acquisition de laines, de peaux se fait au vu et au su des confrères, parfois même obligatoirement en leur présence pour éviter l’accaparement, le regrat et en fin de compte l’augmentation des prix (parcheminiers de Lamballe, drapiers et tanneurs rennais). Des points de vente et des horaires sont impérativement fixés, la halle du Cartaige (du nom d’une taxe au quart) à Rennes, après dix heures du matin, pour les cuirs et les peaux.

142Reste à savoir si cette réglementation a été bien appliquée. L’exemple des merciers rennais qui bravent en toute impunité les interdits, cumulent jusqu’à trois boutiques et plusieurs étals aux halles, nous fait douter d’une parfaite égalité aussi bien au niveau des activités que de la fortune.

143❍ D’autres restrictions sont apportées cette fois à la venue des forains, de ces « homes estranges » si souvent vitupérés. On leur reproche surtout de profiter des avantages du marché urbain sans en supporter les charges.

144L’embauche des travailleurs étrangers comme apprentis ou compagnons, leur promotion à la maîtrise font l’objet de restrictions, au pire de refus. Les réactions sont fonction des branches d’activité, du plein emploi ou de la crainte du chômage, du niveau des connaissances exigées, sans doute aussi d’autres considérations d’où la xénophobie n’est pas exclue. On va du silence total dans les statuts qui n’est pas forcément synonyme de liberté (chapeliers nantais) à l’interdiction pure et simple d’exercer. Les parcheminiers lamballais, qui ont besoin de beaucoup de main-d’œuvre qualifiée ne sont guère exigeants mais demandent seulement que le nouveau venu s’acquitte d’une cotisation supplémentaire hebdomadaire au profit de la confrérie.

145Plus fréquemment, on subordonne l’autorisation d’exercer à des garanties techniques et morales. L’aspirant doit fournir la preuve écrite ou par témoins d’avoir reçu une bonne formation, de bénéficier d’un minimum d’expérience et d’ancienneté dans le métier (un an et un jour chez les teinturiers rennais) et éventuellement accepter de se soumettre à une sorte d’examen de contrôle supplémentaire (chez les apothicaires nantais). Il lui faut aussi apporter une bonne relation de sa personne, l’équivalent d’un certificat de moralité (chez les boursiers et les bonnetiers rennais). On s’enquiert de ses origines lointaines, de sa famille, des raisons de son départ, de ses répondants.

146Dans beaucoup de métiers armoricains, une priorité à l’embauche est donnée aux autochtones, aux anciens membres de la confrérie dans les limites de la ville et de sa grande banlieue. L’article n ° 20 de la parcheminerie lamballaise se passe de tout commentaire : « Si aucun [quelque] valet de ladite confrérie chommeroit de faire besoingne audit métier et que lesdits mestres auroint autres varletz qui ne soint pas de ladite confrérie, celx valetz chommans et estans d’icelle confrérie, se porront aller complaindre aux provostz et bastonniers d’icelle et leur complainte ouye, ceulx provostz et bastonniers seront tenuz de faire deffense aux dits mestres de non plus les soustenir et de enbesoigner lesdits varletz qui seront de ladite confrérie. » Il semble que le chômage soit une préoccupation majeure dans la capitale du Penthièvre puisque deux articles y sont consacrés.

147Tout étranger accepté doit obligatoirement s’affilier à la confrérie qui en profite pour exiger le paiement d’un droit substantiel : l’équivalent de 15 livres poids de cire chez les gantiers-boursiers rennais, un marc d’argent chez les tailleurs nantais.

148❍ La vente de produits étrangers est source d’inquiétude. La règle généralement admise partout en Bretagne (et ailleurs) autorise la vente en gros mais interdit le commerce au détail dans des boutiques, sur la chaussée, sous les halles sauf à ces moments exceptionnels que sont les foires et les marchés. Les pelletiers, les drapiers, les boulangers, les escardeurs, les merciers de nos deux villes le rappellent fréquemment.

149Tous les coups sont permis pour défendre l’application de ce principe : les procès, les visites domiciliaires, les campagnes de dénigrement systématique. Le duc lui-même n’est pas insensible à certains arguments et Jean V reprend à son compte les dénonciations de merciers nantais : « Pluseurs vaccabons et estrangiers s’entremmectans dudit mestier de mercerie qui aucunement ne contribuent ès choses dessurdites [tailles, aides], s’avancent prendre estaux es lieux et places avantageuses de nostredite ville, et cottidiennement y vendent et distribuent leurs merceries à tous les jours de la semaine, ce qui est contraire aux usages car ils n’ont le droit de vendre que le samedi. » La législation confraternelle vise enfin les ruraux. Les boursiers gantiers rennais exigent qu’on prohibe l’exercice de leur profession à moins de quatre lieues à la ronde, « que nul, dans ces limites, ne puisse corroyer peaux et mouton, de chevrotin, de veaulx, cuirs de cerfs, de biches ne cuirs de beufs ou vache en paste ne allung que dedans lesdites quatre lieues ». Au même moment les teinturiers et les bonnetiers, s’ils ne se montrent pas aussi restrictifs ne seraient pas mécontents d’exercer un contrôle jusqu’à six lieues de leur domicile.

150Il n’est pas sûr que ces monopoles aient été partout respectés. Les drapiers rennais, à cheval sur leurs privilèges, ont eu maille à partir avec les émigrés normands soutenus par une faction de la population. Des discussions, des enquêtes et des procès en ont suivi, apparemment sans résultats.

Le souci du « bon ouvrage marchand », le « bon habillage »

151« Chaque marchandise sera bien et duement habiller » dit un article du statut des tanneurs rennais. Cette formule rappelle l’éthique qui pousse les gens de métier à veiller à la qualité des produits proposés, à dénoncer et à détruire les malfaçons, à punir les coupables qui jettent l’opprobre sur l’ensemble de la profession.

152❍ Les métiers prennent effectivement des mesures pour garantir une loyale marchandise.

153Cette préoccupation se manifeste au niveau des matières premières utilisées qui doivent être saines, « sans ordes (impuretés), choaesmes et autres vilenies du même genre ». Les statuts prohibent des mélanges indus, précisent les qualités des fils, des laines, des peaux, définissent les variétés de colorants, de bois, de métaux et d’autres produits indispensables, exposés en vente à la cohue et susceptibles d’être vus de tous ou contrôlés par les officiers. Le cordier nantais use exclusivement de chanvre neuf qui n’est ni mouillé, ni pourri ; le chapelier seulement de feutre en poil de brebis. Le pelletier ne saurait mêler l’avorton avec le boydroit, le cordonnier faire passer du cuir de vache pour du cordouan Le parcheminier de Lamballe se voit interdire l’emploi des peaux de bélier trop rugueuses.

154La fabrication est surveillée. Les teintures et autres préparations donnent lieu à des directives précises. Les draps mis « en morequn » et en bruncide (noir et brun) sont apprêtés de telle façon qu’ils pourront sans difficulté être bouillis et garancés. Un maître ne vouedra les draps teints de vayde ou ne les garencera avant de les avoir présentés aux prévôts, de façon à éviter de dissimuler une malformation. Les cuirs produits à Morlaix doivent être « secs, loyaulx et marchans, bien et duement tannez, coupés droit, jamais de biais, bien noircys et sufrés, habillés en tan et en morequin ».

155Des prescriptions concernent l’outillage standardisé et soigneusement marqué. Il est interdit à un cardeur de se servir de matériel rouillé, ce qui semble être la moindre des choses. Les esquerdes autorisées à Rennes sont de deux sortes : les plus communes ont quarante-sept lignes, mais un modèle espagnol en usage atteint cinquante lignes. Les bonnetiers de la même ville emploient une broche semblable, conforme à un patron communiqué par leurs prévôts « et ne peuvent lainer d’escardes, de moux ni d’autres mauvaises manières ». Chacun a la responsabilité de ses actes. Une estampille, peinte sur le tableau de la confrérie chez les drapiers rennais, identifie les producteurs ; son usage illicite est prohibé et sévèrement puni. Les cardeurs rennais ont une marque de plomb, inscrite au registre du métier, transmissible de père en fils aîné, vendue au bénéfice de la confrérie en cas de saisie ou d’extinction de la famille.

156Tous ces règlements sont assortis d’un contrôle sévère de la part des prévôts, des visiteurs et autres responsables de la profession. Des descentes domiciliaires sont prévues partout. Les délégués des chapeliers nantais examinent les ouvrages tous les quinze jours en temps normal, mais tous les samedis, si bon leur semble, les tanneurs rennais tous les huit jours. On peut même s’avancer jusqu’à trois à quatre contrôles hebdomadaires chez les pâtissiers-rôtisseurs nantais et chez les drapiers rennais. Les teinturiers rennais ne peuvent rien faire sans l’avis de leurs prévôts qui se déplacent pour juger la qualité des bouillons (mixtures) et autoriser ou non la poursuite des opérations. Des actions en justice sont prévues contre les cabuseurs (trompeurs) et les sanctions vont de la destruction des stocks à de lourdes amendes qui atteignent, en plus de la saisie du produit défectueux, 60 sous à la seconde erreur et 100 sous à la troisième chez les pelletiers nantais.

  • 13 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, Édition Gisserot, 1999.

157Des mesures d’hygiène font une timide apparition dans les règlements. Jusqu’alors, c’étaient les évêques sur leur régaire épiscopal, les ducs dans leur gentil fief et d’autres seigneurs (à Châteaubriant, à Fougères, à Vitré) qui édictaient des mesures propres à assurer la salubrité des denrées et un minimum de propreté dans les bâtiments publics et sur les chaussées13.

158❍ C’est probablement la recrudescence des pestilences qui frappent fréquemment notre province, le laxisme du pouvoir établi, les abus commis par les particuliers qui conduisent les municipalités et parfois les métiers eux-mêmes à intervenir et à se substituer peu à peu aux autorités traditionnelles, avec leur accord sanctionné par l’octroi de privilèges. Ce court extrait résume la situation et souligne une prise de conscience des dangers et de la contagion : « pour ce que les bouchers à present vendent la chair par les rues à découvert, où il peut tomber ordure qui causerait par le temps de chaleur qui s’offre, maladie de peste en la ville, est ordonné que les bouchers iront vendre leur chair en la boucherie ».

159Les premiers concernés sont les commerçants de produits alimentaires. Les boulangers, dont les statuts ont été conservés à Rennes, doivent proposer à leur clientèle du pain de qualité, fabriqué avec des céréales saines, non empirées ou gâtées (sans doute une allusion à l’ergot du seigle) et avec de l’eau non souillée. Détail pittoresque, ils sont obligés de se faire couper la barbe et les cheveux une fois toutes les trois semaines, de porter des habits propres et de s’abstenir de pétrir la pâte si leurs mains sont infectées d’ulcères. On leur interdit du même coup de vendre des denrées « ordres et viles » telles que le suif, la graisse, la chandelle et les vieux souliers, d’élever des porcs devant leurs portes avec les résidus de farine ! On n’a pas l’équivalent de ces mesures pour les bouchers tenus à vendre des viandes saines ou pour les poissonniers.

160À la même époque, les municipalités commencent à se soucier fort opportunément de l’entretien des rues et à combattre les nuisances. Des mesures sont prises pour bannir les fumiers des abords des puits, pour tenter d’éliminer les bourriers, les immondices, les cadavres d’animaux des chaussées. C’est au nom de ces bons principes, hélas rarement appliqués et généralisés, qu’il est interdit aux gantiers-boursiers rennais de déposer leurs peaux « en paste ou en alun qui soint degoutentes sur le pavé » et d’y jeter des eaux usées remplies de miasmes peu ragoûtants.

161❍ D’autres statuts assurent la police des poids et des prix. Comme dans le cas précédent, la législation des métiers vient s’ajouter aux mesures prises depuis toujours par le duc et par les autres seigneurs dans leurs fiefs respectifs. Chacun fixe, conjointement avec ses voisins ou séparément, les conditions d’approvisionnement et de commercialisation des denrées de base pain, vin, viande, poisson ; chacun perçoit des taxes sur les stalles des halles, sur les goulles [bouches] de fours dans le cas des boulangers. En 1454, les boulangers rennais se mettent d’accord sur quelques prix de base ; les fouaces se vendront entre 2 et 4 deniers, les choaesmes entre 1 et 2 deniers selon l’ordonnance du sénéchal ducal.

Notes

1 Ce chapitre est extrait de notre étude sur « Les métiers de l’artisanat dans les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles », dans Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux, colloque de l’Université de Louvain en Belgique, Louvain 1994 p. 157-204, repris dans les MSHAB, tome LXXVII, 1999 p. 123-163 (avec notes et bibliographie). Voir aussi J.-P. Leguay, « À propos des règlements corporatifs français aux XIIIe-XVe siècles, la lutte contre les malfaçons, le travail au noir, la concurrence déloyale et la grivèlerie dans les espaces urbains », extrait du volume Tra economica e politica. Le corporazioni nell’Europa Medievale, Atti del ventsimo Convegno Internazionale di studi tenuto a Pistoia nei giorni 13-16 maggio 2005, Centro Italiano Di Studi Di Storia E D’Arte, Pistoia 2007 p. 275-305.

2 M. Planiol, Histoire des institutions de Bretagne, tome IV, Mayenne, 1983, p. 117-127 – X. Barral I Altet et A. Chédeville (dir.), Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes 1983 – J.-P. Leguay, « L’artisanat urbain en Bretagne aux XIVe et XVe siècles », in Arts et artisans, publication du Conseil Général du Morbihan, Saint-Thonan, éditions du Cloître, 2005, p. 5-8. On trouvera de belles illustrations sur les métiers dans le livre de S. Cassagnes-Brouquet, Les métiers au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 2008.

3 Fl. Véniel, Les hommes du Moyen Âge, Paris, Éditions Errance, coll. Histoire Vivante, 2008.

4 Nous décrivons ces professions dans Le feu au Moyen Âge, PUR, 2008.

5 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, XIIIe-XVe siècles, Paris, Albin Michel, 1994.

6 E. Pied, Les anciens corps d’art et métiers de Nantes, I, 1903 – A. Rébillon, Recherches sur les anciennes corporations ouvrières et marchandes de la ville de Rennes, Rennes, Picard, 1902.

7 J.-P. Leguay, Vivre en ville, op. cit., p. 101-133 (bibliographie) – C. Coornaert, Les corporations en France avant 1789, Paris, 1941 – A. Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc, Genève, 1958 – B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles, Paris, Mouton, 1968 – P. Lambrechts et J.-P. Sosson (dir.), Les métiers au Moyen Âge, aspects économiques et sociaux, Louvain-la-Neuve, 1994.

8 G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome II, Paris, éd. Plon, 1990, p. 314-317 – S. Harksen, La femme au Moyen Âge, Leipzig, 1974 – E. Power, La femme au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1979.

9 D. Alexandre-Bidon et D. Lett, Les enfants au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1997.

10 J.-P. Sosson, « Les XIVe et XVe siècles, « un âge d’or de la main-d’œuvre ? » », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, 27, 1987, p. 17-38.

11 J.-P. Leguay, « Boutiquiers, artisans et “gens mécanicques” en Savoie médiévale, étude économique et sociale » in Chemins d’Histoire Alpine, Mélanges dédiés à la Mémoire de Roger Devos, Association des amis de Roger Devos, Annecy, 1997, p. 267-301.

12 R. Fossier, Le travail au Moyen Âge, Paris, Édition Hachette, 2000.

13 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, Paris, Édition Gisserot, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540