Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Première partie. Les citadins

Chapitre 1. « La plus grant et saine partie des bourgeoys »

Texte intégral

  • 1 L’expression utilisée par les greffiers dans les premiers procès-verbaux de séances des conseils u (...)

1Cette expression est utilisée par les greffiers dans les premiers procès-verbaux de séances des Conseils urbains1.

2La découverte des milieux aisés, leur connaissance dans l’Ouest de la France doivent prendre en compte le lieu choisi car la notoriété ne se compare pas à Nantes ou à Rennes et à Hédé ou Landerneau.

3Jusque vers les années 1430, c’est-à-dire jusqu’à l’apparition d’une documentation plus variée, mieux suivie avec des séries de comptes municipaux, domaniaux et paroissiaux, il est pratiquement impossible de reconstituer les filiations des familles aisées qui gouvernent les villes armoricaines. Aussi la recherche doit-elle s’orienter alors vers une exploitation systématique des premières listes de noms, des rares mentions de personnalités qui, par leurs fonctions, par leurs activités, par leurs fondations, échappent à l’anonymat. Quelques unes y retournent d’ailleurs très vite, leurs espoirs déçus, d’autres, au contraire, posent les premiers jalons de fortunes qui ne cesseront de croître au fil des ans. Les Thomas, les Barbe, les Rocaz se font connaître et respecter à Nantes, les Dorenge, les Morel, les de La Chapelle à Fougères, les Gennes à Vitré, les Chouart, les Boaisguerin, les Champion, les Bouedrier, les Bourgneuf, les Guédouin, les Guinot à Rennes.

4La seconde moitié du règne de Jean V, après 1420, inaugure une étape dans la connaissance de la haute bourgeoisie. Désormais, des aveux, des rentiers, le livre des merciers rennais, des listes de contribuables ou de souscripteurs nous renseignent à nouveau sur le monde des affaires et sur les officiers qui forment l’élite locale. Une minorité de familles, déjà entrevues ou nouvelles, consolide ou asseoit son capital et son patrimoine immobilier, et s’isole, par son genre de vie, du reste de la population. Cette oligarchie d’honorables personnes regroupe des négociants, des financiers, des détenteurs d’offices administratifs lucratifs, des juristes, diplômés des universités, et quelques rares médecins dont les origines et l’évolution seront, dans un premier temps, brièvement retracées. Les plus représentatifs détiennent la fortune, le pouvoir et la respectabilité. Ce sont les premiers propriétaires du sol urbain rencontrés dans de rares textes ou leurs descendants, les propriétaires d’immeubles et de places constructibles, des gens qui ont les capacités de tester et d’hériter.

Les élites traditionnelles

5Une étude de la composition des élites urbaines à partir de données biographiques fait apparaître une composante tripartite.

6La noblesse bretonne de vieille souche ou récente, loin d’être exclue de la société urbaine, s’intègre à la vie urbaine où elle côtoie les anoblis de fraîche date et des marchands enrichis qui guignent l’entrée dans cet ordre. Plusieurs de ses membres, surtout des chevaliers, des écuyers et de simples sires (J. Gallet), y exercent des fonctions importantes, au premier rang desquelles figure la charge de capitaine. D’autres résident en ville ou dans la zone péri-urbaine, participent à la vie publique, contribuent par leur présence, par leurs activités à l’enrichissement et à l’animation des centres qui les accueillent.

7En Bretagne, comme dans d’autres provinces, le clergé occupe une place de choix, tant par son nombre que par sa fortune et son rayonnement. La population cléricale représente 3 à 5 % des citadins dans une cité épiscopale comme Saint-Pol-de-Léon, Dol ou Tréguier.

8Les premières évocations de notables roturiers, de négociants surtout, d’officiers et de notaires, émergent tout juste d’une collecte d’informations fragmentaires, à caractère plutôt politique ou religieux. Les aveux et les comptes sont encore exceptionnels et incomplets, les testaments presque inexistants. La recherche prosopographique est encore maigre, faute d’archives, et, sur le plan de la connaissance sociale, la Bretagne jusqu’au dernier tiers du XIVe siècle fait même figure de parent pauvre, comparée à d’autres régions comme la Provence, la Bourgogne, le Lyonnais, le Bordelais, le Poitou, la Touraine. Elle se rapproche, par le manque de données de base sur « la matière vivante » (J. Kerhervé) et la dispersion de la documentation, du Massif Central, de la Savoie, de la Franche-Comté, des Pyrénées.

Une élite nobiliaire en ville

9La présence nobiliaire intra-muros s’observe de plusieurs de plusieurs façons : aux postes officiels, en résidence, en participant à la vie collective et au développement économique d’une localité.

10❍ Nous aurons l’occasion de rencontrer des nobles occupant, à titre temporaire, des fonctions urbaines, les offices de capitaine-gouverneur de ville et de place forte, de lieutenant et de connétable. D’autres exécutants se contentent d’être des officiers de la machine administrative, depuis le sénéchal de justice aux prévôts, procureurs, receveurs des impôts.

11La majorité de ces nobles « fonctionnaires » domaniaux et municipaux vient de Haute Bretagne, de la partie du duché francophone, des diocèses de Rennes, de Saint-Malo, de Saint-Brieuc, de Nantes et de Vannes. La Basse Bretagne, surtout intérieure, est moins bien représentée. Il est fréquent, en outre, que les administrateurs d’une ville soient originaires de la région où ils exercent leurs fonctions.

12Quelques capitaines appartiennent à la haute noblesse, à cette minorité influente qui assiste aux États, qui vit dans l’entourage ou la mouvance du souverain et occupe des charges importantes à la Cour. Parmi les grands noms ainsi rencontrés, citons ceux des Chastel, des Châteaugiron, des Malestroit, des Rieux, des Rohan. La charge est quelquefois réservée à un membre de la famille régnante. Gilles de Bretagne a été capitaine de Saint-Malo en 1439-1440. Monseigneur Pierre, le futur Pierre II, est gouverneur de Rennes de 1440 à 1450. Des bâtards, témoins de la virilité de certains représentants du lignage princier ou des grands barons et vassaux, sont appelés aussi à administrer une cité. On signale un Tanguy, bastard de Bretaigne, à Dol en 1435, François d’Avaugour, seigneur de Clisson, à Nantes en 1484.

13Les ducs préfèrent en général choisir leurs représentants locaux au sein de la moyenne et petite noblesse, parmi les écuyers désargentés. Chacun y trouve ses intérêts. Ces hommes, souvent pauvres et besogneux, convoitent des charges qui leur assurent des rentrées régulières de fonds. Ce sont aussi de vieux soldats, blanchis sous le harnais, anciens combattants des champs de bataille de la guerre de Cent Ans, heureux de trouver un emploi compensateur à leur retour en Bretagne.

« Quelques-uns ont fait carrière en France et restent, en même temps, au service du roi. Bertrand de Dinan, capitaine de Nantes en 1421, est maréchal de France. Jehan de Coëtquen est chambellan de Charles VIII, maître d’hôtel du souverain et responsable de la forteresse de Léhon près de Dinan. Le seigneur de Montafilant, grand bouteiller de France, compagnon de Jeanne d’Arc, administre Saint-Malo en 1439. Georges Chesnel, gouverneur de Saint-Aubin-du-Cormier en 1402 reprend du service en France et est tué à Azincourt en 1415. Jehan du Fou, seigneur du Rustenan, capitaine de Jugon en janvier 1458, est échanson royal en 1469. »

14Parmi les familles de chevaliers qui ont fourni plusieurs gouverneurs de cités, mentionnons les sires de Beaumanoir, de la Boissière, de Broon, de Coëtquen, de l’Espervier, d’Espinay, de Fontenay, du Juch, de Kerfloux, de Kersaliou, de la Lande, de Penhout, de Quelen, de Quelenec…

15Beaucoup sont entrés par la petite porte dans la carrière administrative. Ils sont archers de la garde, écuyers, simples serviteurs de l’hôtel ; ils gravissent tous les échelons de la Cour, deviennent capitaines de compagnies, chambellans, pannetiers, maîtres d’hôtel, maréchaux, amiraux, maîtres de l’artillerie. La capitainerie d’une ville couronne une vie de labeur et de dévouement. Robert de l’Espinay, responsable de Hédé, est blessé en combattant les Penthièvres en 1420. Leurs enfants, bénéficiant de la voie tracée par eux, accèdent plus vite aux mêmes emplois. Le service de la duchesse ou des princes du sang, un bon mariage, de solides appuis favorisent aussi une future carrière. Des brèves biographies sont possibles dans quelques cas privilégiés, en tenant compte d’une marge d’erreurs due aux lacunes documentaires et aux homonymies possibles.

  • 2 J. Kerhervé, « Une existence en perpétuel mouvement. Arthur de Richemont, connétable de France et (...)

« Robert de Callac, bouteiller de Monseigneur Pierre, maître d’hôtel de la duchesse Françoise d’Amboise, devient capitaine de Jugon en 1457. Arthur Brecart, capitaine de Saint-Aubin-du-Cormier en 1457 est l’époux de Jacqueline, la fille légitimée d’Arthur de Richemont. Arthur de l’Espervier, grand veneur de Bretagne, administrateur de Nantes du 1er novembre 1498 au 15 décembre 1503, est le mari de la fille unique de Pierre Landais. Jehan Chauvin, fils de Guillaume, chancelier de Bretagne, devient gouverneur de Dol en 1458 et reste à ce poste jusqu’en 1466. Son fils Pierre occupe les mêmes fonctions à Ancenis. Plusieurs petits seigneurs bretons ont servi sous les ordres du connétable Arthur de Richemont, en France, et grâce à sa protection, sont devenus, par la suite, capitaines de villes et de places fortes. C’est le cas de Geoffroy de Couvran, capitaine et connétable de Ploërmel en 1464, qui a combattu dans le Royaume sous les ordres de Richemont, participant notamment à la libération de la Normandie et devenant même un moment capitaine de Coutances dans le Cotentin, en 1456. Guillaume Gruel, écuyer du même prince et auteur d’une chronique à sa gloire, est institué capitaine de Dol, le 5 octobre 14572. »

16Les ducs, de leur côté, préfèrent cette noblesse, humble mais fidèle, plus sûre que les grands barons turbulents, souvent pensionnés en France, et plus soucieux de leurs intérêts personnels que de ceux du duché. Les événements politiques de la fin du règne de François II confirment ce que nous avançons.

« Pierre de La Marzelière est l’illustration parfaite d’une noblesse au service du pouvoir. Sa lignée, originaire de Bain-de-Bretagne, a servi avec dévouement les intérêts ducaux. Pierre fut chambellan et conseiller des ducs Jean V, François Ier, Pierre II, Arthur III et François II. Comme beaucoup de nobles bretons, il s’engage très jeune dans l’armée française et participe à plusieurs expéditions de Charles VI contre les Anglais (1413-1418). À son retour dans le duché, il entre dans la garde personnelle de Jean V (en 1419) et prend part, à ce titre, à l’expédition contre les Penthièvres coupables de crime de lèse-majesté. Il se fait ainsi connaître et apprécier. Le duc reconnaissant de ses services, lui accorde une pension de 200 livres et s’engage à le nommer gouverneur, à son choix, de la première ville sans titulaire, exception faite de Nantes, de Dinan et de Moncontour. En 1426, Pierre de La Marzelière est nommé chambellan. Ses fonctions à la cour ducale ne l’empêchent pas, cependant, de retourner s’engager en France. Il combat aux côtés d’Arthur de Richemont, participe à la défense de Pontorson et fait partie d’un contingent de 1 200 Bretons qui viennent se mettre, en 1429, sous les ordres de Jeanne d’Arc. En 1431, de retour dans son pays, il reçoit le titre de gouverneur des places fortes des marches voisines de l’Anjou, du Maine et de la Normandie et, à ce titre, assiste au siège de Pouancé. Sa position à la Cour ne cesse de s’affirmer. En tant que chambellan, écuyer, conseiller et favori, il perçoit des pensions, reçoit des privilèges comme le droit de rendre la haute justice, des étrennes et, le 18 mai 1431, la capitainerie du château de Montauban. François Ier le garde auprès de lui à la mort de son père et confirme tous les privilèges qui lui ont été accordés. Il assiste à toutes les cérémonies marquantes du règne de ce duc, l’accompagne notamment à Chinon, en mars 1445, lors de la prestation d’hommage à Charles VII et, en 1449, à l’occasion de la signature d’un traité. Pierre II fait de lui un capitaine de Hédé, le 22 juillet 1450, poste qu’il conserve jusqu’à sa mort en août 1462. C’est une grande marque de confiance. La forteresse est une des plus importantes de Bretagne et couvre la ville de Rennes. Il continue, à la fin de sa vie, à jouer un rôle de premier plan en Bretagne et en France, participe aux dernières expéditions de la guerre de Cent Ans, en Normandie et en Guyenne. Il prend part, avec son gendre, Olivier Giffart, à la campagne dans le Bordelais et combat à Castillon. La fortune de la famille est désormais assurée. Au domaine de la Marzelière près de Bain s’ajoutent une pluie de pensions, des terres dans l’Avranchin, cadeau du roi en 1450, les gages de plusieurs offices etc. Son gendre, Olivier Giffart seigneur du Plessix-Giffart en Trodouer est nommé capitaine de Fougères en 1440, chambellan en 1453, maître des Eaux et Forêts de La Guerche en 1457, lui aussi capitaine du château de Hédé en 1471. Il meurt à ce poste en 1474. Le petit-fils de Pierre, Arthur Giffart de La Marzelière meurt courageusement à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488. »

17❍ Des familles aristocratiques vivent en ville, intra ou extra-muros. Leur château peut constituer un élément clef de la défense.

18La complémentarité de l’enceinte urbaine et de la forteresse seigneuriale, soudées par la courtine, est évidente à Fougères, à Clisson, à La Guerche, à Vitré, etc. De grands barons du XVe siècle ont été des citadins, chaque fois qu’ils n’étaient pas en mission aux armées ou à l’étranger, en déplacement à la cour royale ou ducale, ou en exil. Les Clisson ont longtemps vécu en maîtres dans la ville qui porte leur nom ; les Rieux habitent communément Ancenis, ce qui n’exclut pas, évidemment, des déplacements saisonniers sur leurs autres domaines. Les Laval ont trop de châteaux en Bretagne (et en France) pour être longtemps à chaque endroit. Il n’empêche que nous avons des traces de leurs séjours prolongés à Châteaubriant, à Montfort et surtout à Vitré, par les indications de provenance de leurs actes, par les itinéraires de leurs messagers, par les expéditions de ravitaillement depuis leurs terres lointaines et dispersées. Il en est de même pour les sires de Pont-l’Abbé, de Rostrenen, de Rohan, etc.

19L’intérêt que les membres de cette haute aristocratie portent à leurs résidences urbaines est attesté par les travaux réguliers qu’ils dirigent en personne, par les aménagements intérieurs et extérieurs destinés à rendre leurs séjours plus agréables (Ancenis, Josselin).

20La petite noblesse est également présente en ville. Les recensements fiscaux énumèrent les membres de cet ordre exonérés des aides et des tailles et nous avons été souvent surpris par l’importance des effectifs indiqués. Les rentiers permettent, au hasard d’un article, de découvrir de beaux manoirs. Vannes renferme, dans les limites de son agglomération, outre l’Hermine ducale et la Motte épiscopale, le célèbre Château-Gaillard construit par Jehan de Malestroit, futur évêque de Nantes et Chancelier de Bretagne, les manoirs de Bois-Moreau des seigneurs de Loyon, de Grazdo des sires du Juch à Saint-Patern, le manoir de Limoges de Jehan Colledo (1482) près du port de Calmont, le manoir des Rochers à Saint-Salomon et surtout celui de la « Terre de Kaer », propriété des Malestroit.

21Cet exemple vannetais souligne déjà la propension qu’ont les nobles de vieille souche appelés à de hautes destinées sous les Montforts et d’autres moins relevés à s’installer dans les faubourgs, à la limite des champs où apparaît une véritable ceinture de châteaux et de manoirs.

22❍ C’est plutôt à faible distance de la ville close, souvent à moins de deux lieues, qu’il convient d’aller chercher la plupart des résidences nobles. Beaucoup s’apparentent à ce qu’on appelle, à partir du XVIe siècle, les gentilhommières, d’autres à de grosses fermes à peine différentes, sinon par la présence d’une tour, d’un blason sculpté, des habitations rurales des roturiers voisins.

23Les familles aristocratiques tirent toujours avantage de la ville pour acheter une partie de leur ravitaillement, pour leurs affaires, pour leur sécurité, tout en restant proches de leurs exploitations, dans la mesure, où la guerre, la politique et les charges administratives ne les éloignent pas trop.

  • 3 AD L.-Atl. B 1976.

24Une des plus intéressantes ceintures de 22 manoirs nous est connue, autour de Ploërmel, par une série d’aveux du XVe -début XVIe siècles3. Sauf exception, les familles propriétaires citées dans ces documents ne remontent guère dans le temps et leur place dans l’histoire de la ville est limitée. Les Quelen dont les ancêtres sont signalés dès 1200, les Coëtlogon bien connus, les Bili, sont des cas particuliers échappant à la médiocrité générale. La plupart de ces hommes qui font aveu de leurs biens au receveur local, représentant les intérêts ducaux, ne sont que de petits écuyers, bas ou moyens justiciers, disposant au mieux d’un enfeu dans l’église de Saint-Armel. S’ils ne possèdent pas de terres ailleurs, ils sont condamnés à vivre chichement de quelques livres monnaie de revenus annuels : 40 livres pour Pierre de Tregarenteuc, seigneur du Clos-Hazay en 1448. Heureux sont ceux qui ont la possibilité d’ajouter à ces sommes dérisoires le montant de leur solde à l’armée ou les honoraires d’une charge. Maître Alain de Quelen qui rend un aveu en 1466 est vraisemblablement un homme de loi.

  • 4 M. Jones & G. Meirion-Jones, « Seigneurie et résidence dans la Bretagne médiévale bilan des recher (...)

« Les domaines les plus vastes comprennent en premier une série de bâtiments d’exploitation et d’habitation, jamais décrits dans ces documents. Les manoirs, les ostels avec leurs métairies se complètent de jardins, de vergers, d’un colombier, d’un vivier, d’une rue ou allée bordée de beaux arbres. Le tout, parfois compris dans un pourprins, couvre une superficie qui varie d’un demi à six journaux. On trouve souvent ensuite une garenne, un bois ancien ou de haute futaille (au manoir de Saint-Malo par exemple), des terres froides en landes ou en pâtures, des vergers isolés (de pommiers), des clos de vignes même dans cette région guère propice à une telle culture, beaucoup de prés, estimés en hommées et portant des noms significatifs de clos es veaulx ou es beuffs. Viennent, enfin, les terres chaudes ou ensemencées de gaignables, réservées aux cultures de blé, d’avoine grosse, de seigle. La répartition, entre ces différents éléments, varie selon l’exploitation. Les labours représentent presque 77 % du total sur le manoir de la Ville-Boquay, 69 % sur celui des Havart, 34 % à Quengo, le reste à Villenart. Les prés et les landes sont situés de préférence près des points d’eau (fontaine du Bignon) et aux abords de l’étang ducal. Le détail des biens donne l’impression d’un morcellement intensif, d’une dispersion et d’une imbrication profonde des parcelles, généralement encloses et de dimensions variables. Il nous a semblé aussi que l’élevage occupait une place importante, ce qui s’explique très bien quand on connaît la nature cristalline du sol et la présence d’un grand marché aux bestiaux local4. »

25Les manoirs se dressent parfois au sortir même de l’enceinte, comme le domaine de Porte-Bregault. Les propriétaires lèvent des rentes dans les faubourgs, ont quelques maisons intra muros et exigent même des droits particuliers. Les sires de Quéhéon perçoivent traditionnellement un tiers des recettes des coutumes de la foire fleurie de Pâques, les Coëtlogon un tiers aussi, et 4 deniers sur chaque bannie.

« Une quinzaine de propriétés nobles ceinturent Redon. Certaines atteignent même les portes de la cité et leurs biens sont enclavés dans ceux des moines, ce qui n’est pas sans susciter parfois des heurts. Les châteaux constituent des sortes de bastilles avancées, utiles à la défense d’une cité mal protégée par ses murs. Nous trouvons des exemples semblables à Antrain, à Hédé, à Fougères, à Nantes, à Rennes, à Vitré et ailleurs. »

26Les petites seigneuries, de dimensions restreintes, changent souvent de mains et constituent, par leur proximité des centres, une proie bien tentante pour « l’appétit de terre » des bourgeois enrichis.

27❍ À l’inverse du premier cas envisagé, des familles nobles, d’origine rurale, font l’acquisition d’hôtels particuliers en ville. Elles choisissent, en particulier, les localités qui ont l’habitude d’héberger, pour de longs mois, la Cour. Le même phénomène s’observe à Paris, avec les hôtels princiers, à Tours, après la venue de Charles VII et de Louis XI dans le Val de Loire.

28Certaines rues de la vieille Cité de Rennes sont recherchées de préférence aux autres. Les sires de Beaucé, seigneurs du Plessis de la Chapelle-des-Fougerêts, habitent rue Saint-Yves dans ce qui sera plus tard l’hôtel de la Prévalaye. les de La Motte, les Le Liepvre, les Vayer de la Rivière rue des Dames, comme Jehan Raguenel, vicomte de la Bellière et maréchal de Bretagne, du moins jusqu’en 1450. Les seigneurs de Fontenay, du Tiercent, de Beaumont… se retrouvent, avec les chanoines, rue du Four-du-Chapitre. Charles de Rohan, sire de Guémené-Guingamp, Guillaume Chauvin sire du Bois-de-la-Musse près de Nantes ont leur résidence à Vannes, rue de la Poissonnerie, dans le quartier de l’Hermine.

29Nantes abrite une série d’hôtels privés luxueux : l’hôtel de Châteaubriant, rue de Briord, de Françoise de Dinan, dame de Châteaubriant (1436-1499), celui des Dervallières donné, en 1454, par la comtesse de Laval à François de Cardonne, Général des Finances du duché, etc.

30❍ La participation de la noblesse à la vie citadine revêt plusieurs cas de figure.

31On ne peut imaginer, un seul instant, que des grands barons, tels que les Rieux, les Laval, les Rohan… se soient désintéressés totalement de la conduite des affaires des cités qui constituent les chefs-lieux de leurs seigneuries. Les problèmes de défense, les modalités de perception des octrois, des billots, l’entretien des halles sont choses trop importantes pour qu’ils ne s’en soient pas souciés (Quintin). D’ailleurs, aucune grande fondation de couvent, d’hôpital ne se fait sans leur approbation. Même dans les grandes villes ducales, la participation de la vieille noblesse ou des anoblis du XIVe siècle est effective. Des exemples individuels en témoignent.

32La famille Chauvin est très influente à Nantes depuis 1429 environ, ne serait-ce que par la fortune qu’elle possède dans l’agglomération et dans les paroisses circonvoisines. Guillaume, dont la carrière politique est bien connue, d’abord Président de la Chambre des comptes avant de devenir Chancelier en 1458 jusqu’à sa disgrâce en 1481, s’est intéressé personnellement à la vie de la cité. Il préside, quand il est là, les délibérations du conseil urbain, visite les chantiers, signe les ordres de paiement aux miseurs, assiste même parfois à la reddition de leurs comptes. Il n’y a pas d’année sans que son nom ne figure sur les registres municipaux.

  • 5 D. Chesnais, Baulon, Rennes, 1969, p. 30 – P. Dorange, « Raoullin Dorange de la Dorangerie », Bull (...)

« Les Brullon sont inséparables de l’histoire rennaise de la seconde moitié du XVe siècle ; ils sont tour à tour miseurs, procureurs des bourgeois. Ces seigneurs de la Musse en Baulon qu’un inventaire définit comme des nobles de vieille souche, vivent dans l’entourage des ducs de Bretagne et sont considérés dans un acte comme de “bons serviteurs du pays, honnêtes et bienfaisants. On remonte leur arbre généalogique sûr à 1380. Leur participation aux affaires rennaises se justifie par l’étendue de leurs propriétés intra et extra muros, à commencer par un magnifique hôtel particulier. Les Dorange de Fougères, une dynastie de chevaliers cités dès le XIIe siècle, dans la contrée, seigneurs d’Orange en Vieux-Vy-sur-Couesnon, maîtres d’une grande maison, de jardins et de trois domaines dans les faubourgs (la Dorangenie, la terre des Buffards et le Clos-Morel), sont membres influents de la communauté de leur ville et aucune décision importante n’est prise sans leur participation5. Nous en dirions autant des Malestroit à Vannes, des de Gennes et des Grasménil à Vitré, même si l’ancienneté de leur noblesse a parfois été contestée, des Coëtanlem à Morlaix, etc. »

33L’exemple des de Gennes et des Coëtanlem nous amène tout naturellement à envisager un second rôle, la participation commerciale.

  • 6 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 358-363.
  • 7 J.-P. Leguay, « Le Léon, ses villes et Morlaix au Moyen Âge », deux articles, in Bulletin de la So (...)
  • 8 P. Paris-Jallobert, Journal historique de Vitré, 1880.

34H. Touchard soulignait dans son livre, la présence précoce de nobles comme armateurs et marchands6. C’est moins surprenant quand on sait à quel point la fortune nobiliaire est fragile, morcelée, menacée d’appauvrissement, et dans quelle situation se trouvent les cadets. Des lignées telles que les Quelennec, les du Juch de Quimper et des environs, les de La Villeon, qui ont fourni des sénéchaux, des capitaines, des lieutenants, des procureurs à nos cités, n’ont pas hésité à armer des vaisseaux, à s’intéresser au négoce du vin, des blés sur les routes de l’Atlantique et de la Manche. Et ce ne serait qu’un moindre mal aux yeux des généalogistes, s’ils ne s’étaient livrés aussi à toutes sortes de spéculations sur les recettes fiscales, en marge de la légalité, ou à la guerre de course. Les Coëtanlem du Léon dont la noblesse est attestée par les exonérations fiscales et par la participation à des montres ou revues militaires se sont livrés à des exploits que la morale réprouve. L’un d’eux, Jehan, surnommé le roi de la mer a passé une partie de son existence tumultueuse à écumer les océans avant de s’expatrier, par nécessité, au Portugal où il devient amiral. Un de ses bateaux portait le nom significatif de la cuiller ou l’écumer. Son neveu, Nicolas, le suit un moment dans cette voie, avant de se reconvertir en honnête marchand intéressé par les échanges avec l’Angleterre, par les fermes des impôts de sa ville et par des prêts usuraires sur gages fonciers. Morlaix doit beaucoup à l’activité débordante de ces deux hommes qui, s’ils ont dérogé, n’en arrondissent pas moins considérablement leur capital foncier en mettant la main sur plusieurs seigneuries voisines (Keraudy, Tryénin, Kérantour, Pénanrou). Ils se sont efforcés d’unir leurs enfants aux meilleures familles aristocratiques du Léon et du Trégorrois. Leurs descendants renoncent finalement au traficque et marchandie que la nécessité, plus que le goût, leur imposait et ils auront même le front, dans un procès, de nier ces origines mercantiles qui, visiblement, les embarrassent7. Les de Gennes de Vitré sont dans la même situation mais poursuivent leur métier à l’aube des Temps Modernes. Le lignage est prolifique et, pour ses trop nombreux descendants, pratiquer le négoce avec l’Angleterre, la Flandre, la Normandie, Paris et l’Espagne, est une nécessité vitale. Ils sont donc très engagés dans cette association puissante que constitue la confrérie des Marchands d’Outre-Mer, comme membres actifs ou comme prévôts (Bodinays de Gennes en 1497). Ce serait, enfin, un non-sens de renoncer à un moment où Vitré conquiert une place importante sur le marché international avec les fameux canevas de chanvre et les fines toiles de lin. Les de Gennes participent totalement à la vie commerciale de leur cité. Le Journal de l’un d’eux, de Jehan, est une mine de renseignements sur les multiples facettes de leur avoir et de leur rôle8. L’auteur voyage sans cesse, au-delà des Marches, ou envoie son frère le représenter à l’étranger. Il noue des contacts étroits avec des correspondants manceaux, angevins, normands, allemands, flamands. Tout l’intéresse l’achat et la vente des toiles, les pipes de vin fin, les objets précieux, les fermes des impôts, le prêt d’argent à des parents (à son frère Pierre), à des voisins, à d’autres bourgeois. Il trouve encore le temps de s’occuper de la vie administrative de sa cité, de siéger au conseil municipal, de signer des ordres de paiement, de régler le problème du guet, etc. L’homme qui apparaît dans son journal est froid, lucide, méticuleux. Il annonce, sans insister, la mort de ses proches, mais consacre trois lignes à l’achat d’une paire de pantoufles de 8 sous ! Sa mentalité est plus celle d’un parvenu que d’un grand marchand et d’un manieur d’argent de longue date ! La fréquentation du beau monde, des seigneurs de la Maison de Laval accroît encore sa réputation ; il aime aussi le confort, la vaisselle de luxe, les coffres sculptés et naturellement la terre dont il surveille minutieusement l’exploitation.

35La participation du noble à la vie économique urbaine se manifeste aussi indirectement. Il anime par sa présence, par les besoins de sa famille, de son hôtel, les activités artisanales et commerciales locales. C’est le client principal, voire même unique de certaines corporations. L’étude de quelques aspects de la vie quotidienne de seigneurs, proches d’une ville et dont les dépenses sont exceptionnellement bien connues par des séries de comptes, apporte l’illustration indispensable de nos propos.

36Le quotidien du noble en ville revit à la lecture de séries de comptes, de quelques testaments et aveux. Le seigneur, dans la mesure où il en a les moyens, est très exigeant en matière de logement. Le sire de Quintin, qui n’est pas un des tous premiers barons du duché, ses revenus bretons se situant aux alentours de 2000 à 3000 livres monnaie par an, ne se contente plus de sa forteresse qui domine le Gouët, en plein cœur de la cité. Même s’il la fait restaurer à grands frais, à partir de 1468, il lui préfère le manoir de l’Hermitage dans la forêt de Couëtrach, à une dizaine de kilomètres de là, ou les gentilhommières de Toulmen et de Folinvise. Les travaux qu’il commande, joints à ceux des fortifications, assurent le gagne-pain quotidien de petites équipes de maçons, de charpentiers, de couvreurs, apparemment recrutés sur place. Son mobilier nous surprend par sa valeur. Nous avons, sur ce point, un témoignage précis.

  • 9 AD d’Ille-et-Vilaine 1 F 1309-1327 – A. Thomas et A. Le Goff,La seigneurie de Quintin au XVe siècl (...)

« En 1468, à la suite d’une sombre affaire de succession, un héritier lésé, Sylvestre de la Feuillée, vient avec quatre chariots déménager les meubles du manoir de l’Hermitage, lieu de séjour habituel de Tristan du Périer et de son épouse Ysabeau de Montauban. Le butin est évalué à… 10 000 écus dont mille livres d’or et d’argent monnayé et le reste en bijoux, en vaisselle précieuse, en tapisseries, en meubles, etc. Nous apprenons, à la lecture de l’enquête que toutes les chambres sont recouvertes de tapisseries marquées des initiales T et Y, qu’il y en a plus de 200, venues de Flandre, de Caen, d’Espagne, de Dinan ou même de Quintin, puisque quelques flatteurs de Plaine Haute s’adonnent à ce genre d’industrie et participent à l’habillement des pièces. Le même document signale la perte ou la destruction de vitraux d’art fabriqués sur place par Olivier Le Coq et Jehan Le Lavenou, des artistes méconnus, de vaisselle d’étain, de cuivre, d’argent et d’or importée ou achetée à des pintiers locaux9. »

37Cet étalage de richesse se retrouve dans d’autres châteaux, chez les Rohan, chez les Montauban ou, tout simplement, dans l’hôtel des de Gennes à Vitré. Ces derniers qui chipotent sur la plus petite somme prêtée, soigneusement enregistrée dans le journal familial, n’hésitent pas à dépenser plusieurs livres pour faire venir leur vin d’Anjou, par Château-Gontier, leurs tissus d’habillement et d’ameublement de l’étranger.

  • 10 E. Saddier, Une seigneurie rurale du Pays Nantais au XVe siècle, les Huguetères, DES Chambéry, 197 (...)

38Les cours seigneuriales drainent à elles des quantités impressionnantes de vivres et de boissons. Il est vrai qu’elles nourrissent du personnel, depuis les membres de la famille jusqu’aux plus humbles serviteurs, en passant par les grands officiers. Les sires de Quintin n’ont rien moins que trois maîtres d’hôtel en 1491. Dès que le grand baron arrive dans sa bonne ville avec une nombreuse suite, il expédie son receveur quérir le ravitaillement. Les Laval, séjournant quelques semaines à Vitré ou à Châteaubriant, se font envoyer des provisions de tous leurs domaines ruraux. Des Huguetières, dans les Marches poitevines, sont transportés via Nantes, des bœufs, des volailles, des poussins, des ouaizeaulx tels que des hérons, des grues, des aigrettes, provenant des métairies, des forêts et du lac de Grand-Lieu. Le poisson est fort apprécié : anguilles, brochets, brèmes, perches, etc. Le vin de la Loire ne suffit pas et la cour fait appel aux productions rochelaises, bordelaises ou même à celles de Pont-Saint-Martin. La lecture des comptes domaniaux nous fait assister à un va-et-vient continu entre le Pays de Retz, Nantes, Bourgneuf pour le vin, le sel et les fromages anglais, et les villes fréquentées momentanément par les Laval10. Les sires de Quintin agissent de la même façon et l’animation qui règne dans le chef-lieu de leurs domaines est quasi permanente. Du pain est acheté en énormes quantités, du pain blanc pour Monseigneur et ses proches, du grison pour les domestiques, du rassis et même des tourtes de seigle, pour les lévriers de Madame ou du Grand Veneur. Le vin servi sur les tréteaux est toujours d’excellente qualité, au pire du Saint-Suliac, au mieux du Beaune, du Chigne (Chinon), du Poitou et surtout de l’Anjou, du domaine de la Roche d’Izé. La seule année 1477 voit venir du Val de Loire environ 13 000 litres. Le receveur se déplace en personne pour aller choisir les meilleures pipes dans les caveaux des producteurs. Le vin breton et le cidre de Plédran sont abandonnés à la piétaille. Si la venaison tient une place de choix, dans ce pays de forêts, on s’en fatigue à la longue et des cures de bœuf, de mouton, de veau, de volailles sont salutaires. Les bouchers, très nombreux à Quintin, ne suffisent pas forcément à satisfaire une clientèle difficile et le maître d’hôtel principal fait régulièrement la tournée des foires et des marchés des environs pour trouver des bêtes saines et appétissantes. En période de fêtes, s’accumulent dans les cuisines et dans les charniers des tours du Chastel Neuf ou de l’Hermitage, des poules, des chapons, les œufs des redevances, des oies grasses, des épaules d’agneaux, des bécasses, des perdrix, des pots de beurre prélevé dans les métairies, tandis que, du port du Légué à Saint-Brieuc, arrivent, par voie maritime, du vin et des denrées aussi chères que l’huile d’olive, les fruits méditerranéens, les épices, les pains de sucre, etc. Les marchands de Saint-Malo ravitaillent, en denrées d’importation, toutes les petites seigneuries rurales du nord-est de la Bretagne, celles d’Antrain et de ses environs immédiats. Les Scepeaux de Saint-Brice ont une maison coûteuse qui exige, à certains moments de l’année, des poissons aussi rares que les marsoins, les leppes, les refins, sans compter toutes les variétés possibles de harengs.

« La nourriture seigneuriale apparaît donc très riche, variée, onéreuse. Quelques chiffres en témoignent. Les sires de Quintin achètent pour 133 livres de pain et de farine en 1465, pour 295 livres en 1482, pour 45 livres de vin en 1457 (sans compter ce que leur apporte leur vignoble personnel d’Anjou), pour 158 livres de viande de boucherie en 1482 (sans compter la viande de chasse gratuite), pour 140 livres de poisson en 1481-1482. »

39Ces hommes, soucieux de leurs menus, le sont aussi de leurs plaisirs. La chasse est leur activité favorite et, plusieurs fois par an, les villes vibrent au départ ou au retour des chasseurs accompagnés de leurs meutes et entendent une partie de la journée les cors retentir dans le lointain. Les Laval font venir de leurs domaines non seulement du gibier tué, mais aussi de jeunes animaux destinés à repeupler les silves, des alevins pour leurs étangs de Châteaubriant. En 1413, le receveur des Huguetières est chargé d’acheter à Port Saint-Père un « mile de bresmandes » et de les livrer à domicile. Le transport par tonneaux, remplis d’eau, sur des routes défoncées, sur les pavés de Nantes, avant d’atteindre la ville des Marches, s’avère très délicat et, prudent, le miseur en confie la charge au fournisseur. Les villes disposent souvent de spécialistes, capables de fabriquer les outils indispensables à la capture des animaux : des filets, des pièges, des nasses, des tramaux, etc. Les seigneurs participent aux réjouissances populaires qu’ils honorent de leur présence ou qu’ils contribuent même à animer. Les sires de Quintin assistent traditionnellement aux feux de la Saint-Jean et prennent à leur charge les dépenses en bois et en vin. Les tournois, le jeu de paume, la lutte bretonne, la soule occupent également une place importante dans l’éventail de leurs plaisirs, imitant, en cela, les ducs qui savaient, comme les autres feudataires de leur temps, marquer leur passage dans une ville en organisant des fêtes grandioses. Nul n’ignore, ici, que Du Guesclin adolescent rompit sa première lance en 1337, aux Lices de Rennes, à l’occasion des fêtes de célébration du mariage de Charles de Blois avec Jeanne de Penthièvre.

40Mais à côté de ces joutes encore brutales, malgré le raffinement que le Moyen Âge finissant y apporte, d’autres distractions nous paraissent déjà plus conformes à l’esprit du temps. Le jeu de cartes avec mises d’argent se pratique chez les Laval à Châteaubriant. Le goût pour les échecs qui se répand dans la haute société est un point positif à retenir pour juger le degré d’instruction et le niveau intellectuel de certains. Tristan du Périer de Quintin (1444-1482) est un mélomane averti qui fait venir à sa cour, en 1460, le célèbre joueur d’orgues de Guingamp, Charles Le Gay.

41Ce serait, en effet, une erreur de considérer tous les nobles comme des rustres incultes, davantage soucieux de poursuivre le cerf ou le sanglier, que de lire des manuscrits ou les premiers ouvrages imprimés. Certes, nous ne pousserons pas le paradoxe jusqu’à affirmer que la grande masse, la plèbe nobiliaire était avertie des choses de l’esprit. Nous irions à l’encontre d’analyses récentes (M. Jones). Mais, au surplus, l’était-elle plus aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Nous noterons, seulement, qu’une poignée de barons, de chevaliers et même d’écuyers a reçu un enseignement élémentaire de ses chapelains ou de maîtres d’écoles, qu’elle sait lire, écrire, signer d’une main ferme. Nous possédons des lettres envoyées par de grands seigneurs aux bourgeois des villes, fort bien rédigées. Quelques-uns ont l’intelligence de patronner les écoles sur leurs terres et les cités en sont les premières bénéficiaires. À un niveau supérieur, une minorité acquiert un savoir plus approfondi à Angers, où existe un collège réservé aux Bretons (le collège dit de Fougères), à Orléans, à Paris où chacun connaît la célébrité des collèges de Tréguier, de Cornouaille et du Plessis. Les prélats bretons, recrutés dans la noblesse, n’ont pas démérité au XVe siècle et certains professeurs, enseignant en France, sont issus de l’aristocratie. C’est également de ce milieu privilégié que sortent des poètes comme Jehan du Mont « faiseur de ballades », Jehan Meschinot, gentilhomme de la garde de François II, auteur des Lunettes des Princes, des historiens comme Jean de Saint-Paul attaché à François Ier, puis, après une disgrâce sous ses successeurs, chambellan de François II, Guillaume Gruel, fidèle compagnon d’Arthur III qui, au terme d’une existence bien remplie, se retire dans son hôtel rennais, pour retracer les hauts faits de son maître. Ce sont des nobles qui ont patronné le lancement des premiers moulins à papier connus dans les faubourgs de certaines localités (Vannes) et qui ont permis l’impression d’ouvrages, parmi lesquels figure le « bréviaire » destiné aux gentilshommes. Ils s’intéressent même aux sciences occultes, à l’alchimie, à l’astrologie, à la sorcellerie. Henri de Villeblanche, bien connu à Rennes, et ses amis sont ainsi mêlés à une sombre affaire, en 1457, dont ils ont la chance de se sortir, apparemment sans trop de dommages, mais qui fit grand bruit et compromit même des membres de l’entourage de Pierre II, obligeant la Maison de Bretagne à rappeler, à haute voix, qu’elle était et reste toujours « chrétienne et catholique ».

42Nombre de familles nobles investissent une fraction importante de leurs revenus dans la construction de chapelles, de somptueux tombeaux, dans la fabrication d’objets de piété qui enrichissent le patrimoine de nos églises urbaines (et rurales). Le couvent des Cordeliers de Quimper a suscité la générosité de 145 nobles, dans un rayon de 20 à 30 km à la ronde, 67 étant inhumés au couvent même. Ce sont les mêmes noms que l’on retrouve comme bienfaiteurs de la cathédrale, comme fondateurs de chapelles : les Coëtanezre, les de Guengat, les Kergloaguen, les Lespervez de Douarnenez, les Poulguignan, les Ploeuc, les Rosmadec, etc. Il en est de même à Saint-Pol dont les établissements religieux exercent une attirance sur l’aristocratie dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres, à Guingamp, à Lamballe, à Quintin, à Tréguier, à Rennes (H. Martin).

43La noblesse traditionnelle constitue en ville un groupe humain numériquement faible, une quinzaine de personnes dans une localité moyenne (Redon), mais influent et indissociable du reste de la population.

Les chanoines, une élite cléricale

  • 11 B. Merdrignac, La vie religieuse en France, Synthèse Histoire, Ophrys, Gap, 1994 – J.-C. Picard et (...)

44Le clergé est aussi nombreux et aussi influent dans les villes de l’Ouest qu’ailleurs. Les 700 clercs de Poitiers représentent, au XVe siècle, environ 4 % du total de la population et que ce pourcentage est le même à Toulouse, vers la fin du XIVe siècle, avec un millier de religieux de tous ordres, de toute condition, y compris les subalternes qui forment « ce prolétariat clérical dont nous avons aujourd’hui quelque peine à nous figurer l’importance11 ».

45❍ Il n’est guère possible de dresser une statistique exacte.

46Une tentative a été faite à Nantes et donne environ 500 personnes, soit 3,5 % d’une population estimée à 14 000 habitants. Nous n’avons aucune raison de récuser ce chiffre, même après les calculs précis, faits par H. Martin, pour dénombrer les effectifs des couvents mendiants. On compte, en effet, une trentaine de Dominicains toujours « congregez et assemblez en grand nombre », 24 Carmes (vers 1400), 15 à 20 Franciscains (vers 1500), 13 Chartreux (1445), 18 Clarisses (fin XVe). Avec les cinq prieurés (Sainte-Croix, Saint-Cyr dépendant de La Ronceray, la Madeleine dépendant de Marmoutier, Notre-Dame de Toutes-Joies membre de Redon, Toussaints-sur-les-Ponts) et avec la Commanderie des Hospitaliers de Sainte-Catherine, nous entrons dans le domaine des incertitudes. Les aveux de leurs biens, quand ils existent, n’indiquent pas forcément les effectifs et, quand nous les connaissons, par un heureux hasard, ils sont toujours très restreints. Le prieuré de Sainte-Croix n’héberge qu’un prieur et… 2 moines. Gageons qu’au total, ces six établissements ne dépassent par la trentaine de personnes (?). Il faut inscrire ensuite les 13 prêtres des paroisses du « Grand Nantes », leurs vicaires, les dignitaires de la cathédrale, à savoir sept titulaires d’offices, une vingtaine de chanoines, les membres du bas chœur, le chapitre de la collégiale Notre-Dame soit une vingtaine de membres également. Nous tombons dans le néant complet avec les innombrables chapelains, les petits desservants, les jeunes clercs frais émoulus des écoles et en quête d’un office, les enseignants, etc. Il ne faut pas oublier non plus les clercs « marginaux », errants contre lesquels fulminent périodiquement les évêques. Nous sommes en présence d’un monde, finalement plus difficile à connaître qu’on ne l’imagine quelquefois.

47Rennes héberge 110 mendiants (1 pour 130 habitants) vers 1500 : une quarantaine de Dominicains, une cinquantaine de Franciscains, une vingtaine de Carmes. Ajoutons à ce premier total les dignitaires de l’église cathédrale : l’évêque, le vicaire général, l’officier, le chancelier, le grand pénitencier, le trésorier, le grand chantre, les deux archidiacres, le scolastique et 16 chanoines prébendés, soit au maximum 26 membres. Ils sont secondés par quatre grands chapelains semi-prébendés, par 4 prieurs, par un sous-chantre, un maître de la psallette, des auditeurs et des juges de l’officialité, et par l’ensemble du personnel du bas chœur. Nous ne sommes certainement pas loin d’une cinquantaine de clercs, fixés autour de la cathédrale, dans les rues du Four, du Griffon, Saint-Denis, de la Cordonnerie, etc. Nous découvrons encore les 9 recteurs de paroisses et leurs adjoints desservants, les chapelains d’au moins 25 chapelles, les administrateurs des hôpitaux et, surtout, mais totalement inconnus, les Bénédictins et les Bénédictines de Saint-Melaine et de Saint-Georges, deux énormes établissements avec des biens très étendus dans l’agglomération et aux alentours. Pourquoi n’y aurait-il pas, 400 à 500 religieux à Rennes, ville de 13 000 habitants (maximum 4 %) ?

48Poursuivons notre voyage en Bretagne. L’église de Dol compte 18 hauts dignitaires, y compris l’évêque, celle de Vannes une vingtaine et on ajoute, dans les deux cas, la kyrielle d’officiers de bas-chœur commune à toutes les églises épiscopales. La cité morbihannaise héberge, en outre, des Franciscains (20 en moyenne), des Carmes (24) et quelques Carmélites (?), les curés de trois paroisses extra muros, les responsables des chapelles, vraisemblablement une centaine de personnes au minimum sur environ 5 000 citadins (2 %). Saint-Malo a au minimum 22 dignitaires dont 14 chanoines, plus la foule de prêtres, de diacres, de sous-diacres, de chapelains. Tréguier compte, au-dessous de l’évêque, deux archidiacres (de Tréguier et de Plougastel), un chantre, un trésorier, un scholastique, une dizaine de chanoines simples, 4 vicaires-curés de la cathédrale, un maître de la Psalette, en 1444, etc.

49Il est inutile de continuer pour chaque ville. Nous arrivons au minimum aux estimations faites par les historiens anglais pour leur pays, à savoir que les clercs représentent 2 % de la population globale, au maximum 3 ou 4 % pour une ville épiscopale renfermant plusieurs chapelles et églises paroissiales, des hôpitaux et des couvents mendiants.

  • 12 Nous avons étudié des carrières épiscopales dans les histoires de Saint-Malo et de Vannes aux édit (...)

50Le monde clérical est finalement très diversifié en dépit des points communs que constituent ou que normalement doivent constituer la foi, des connaissances livresques limitées pour beaucoup, plus étendues pour quelques-uns, la tonsure et le privilegium fori qui dit-on, suscitait davantage de vocations que toute autre considération. Plutôt que d’entreprendre une analyse systématique de ce clergé qui dépasserait le cadre de cette étude et de nos moyens d’investigation, nous avons jugé préférable de nous attacher plus précisément à deux catégories d’ecclésiastiques, les chanoines qui occupent le haut du pavé dans nos villes et les simples prêtres qui encadrent les paroissiens12. Rappelons que notre collègue rennais H. Martin a consacré une thèse sur les Mendiants qui nous dispense de tout examen sur les Augustins, les Clarisses, les Carmes, les Dominicains et les Franciscains.

51❍ Les chanoines, porteurs d’aumusses et de longues robes de fin tissu, sont, en fait, de deux sortes. Les uns, les plus connus, les mieux considérés, secondent l’évêque dans l’exercice de ses fonctions, depuis déjà plusieurs siècles. Les autres forment un collège de chapelains (dits encore chanoines), lié, par privilège pontifical, à la demande d’un duc ou d’un grand, à une église locale : ceux du Saint-Esprit d’Auray, de Notre-Dame de Clisson, de La Guerche, de Nantes, de Rochefort, la Madeleine de Vitré, etc. Nous disposons surtout de renseignements sur la première catégorie.

52L’immense majorité se recrute dans la noblesse au XVe siècle. L’obtention d’un bénéfice est pour beaucoup de familles aristocratiques du duché, en difficulté matérielle, un moyen de placer un cadet, de le sortir de la médiocrité, de lui assurer un avenir plus qu’honorable. Il y a, cependant, un gros investissement au départ, les études qui sont longues et coûteuses. La course aux charges provoque des abus et on cite le cas de titulaires n’ayant pas encore obtenu les ordres quand ils furent pourvus d’un canonicat. Le népotisme sévit à une grande échelle et nous n’en donnerons qu’un exemple, pour le moins étonnant, celui des L’Espinay des environs de Rennes.

« Cette famille fournit sous le règne de Jean V un chanoine et un trésorier de la cathédrale, en la personne de Simon, fils de Robert 1er, seigneur d’Espinay en Champeaux et de Jehanne de Montboucher. C’est un premier jalon de posé. Robert II et sa femme, Marguerite de La Courbe, ont beaucoup trop d’enfants et les poussent vers les ordres. L’un d’eux, Jacques, d’abord protonotaire apostolique, devient évêque de Saint-Malo en janvier 1450 puis est transféré le 4 mars 1451 sur le siège de Rennes. Par suite des difficultés avec Pierre II et de longues tractations à Rome pour régler le différend, il ne prend réellement ses fonctions que le 10 avril 1454. L’homme a été diversement apprécié, plutôt calomnié que loué, même s’il fut un bon gestionnaire et un clerc instruit. Il eut surtout la malchance de déplaire à Pierre Landais qui lui voua alors une haine féroce. Sa carrière s’achève dans des conditions lamentables ; il est suspendu en octobre 1481, inculpé, emprisonné, privé de ses biens et il meurt de chagrin au fond de sa geôle. Sa mémoire sera réhabilitée après la disparition du favori de François II. Quels que soient ses défauts ou ses qualités, un fait demeure : il a considérablement facilité la carrière de ses parents, pratiquant un népotisme choquant pour nous, mais qui apparemment ne l’était pas de son temps. Plusieurs d’Espinay se retrouvent précisément à des postes clefs sous son épiscopat. André, dont le lien de parenté est mal fixé, est trésorier, chanoine puis vicaire général vers 1461 ; Robert, un frère du prélat, devient chantre, chanoine et trésorier jusqu’à sa mort en 1481 ; Jean, neveu des précédents, est chanoine en 1470 et réussit, malgré la disgrâce de son oncle, à accéder à son tour à la trésorerie. Un autre Robert, d’abord chantre et chanoine en 1477, est choisi comme évêque de Nantes en 1488, après un court passage sur le siège de Lavaur en Languedoc († 1493). Un André qui pourrait être un frère de Jacques épouse d’abord la carrière des armes puis juge qu’il y a mieux à faire dans les ordres et devient scholastique à une date inconnue. Un second André, fils de Richard et de Béatrice de Montauban, chanoine, scholastique en 1470, est voué à une carrière brillante puisqu’il passe successivement aux archevêchés d’Arles, de Bordeaux, de Lyon, devient cardinal en 1489, avant de mourir à Paris en 1500. Son frère Jean, chanoine et scholastique en 1477 est envoyé ensuite comme évêque de Mirepoix (1486) puis revient à Nantes en 1493, à la place de son parent Robert. D’autres de l’Espinay figurent sur les listes du XVIe siècle. Nous sommes donc en présence de plusieurs personnalités de ce nom qui, dans l’espace d’un demi-siècle, ont fait carrière, visiblement grâce à l’appui de leur frère, oncle ou parent, Jacques d’Espinay. »

53La famille a littéralement monopolisé la Trésorerie (poste clef), quelquefois la Chantrerie et la Scholastique. L’examen des listes de dignitaires rennais livre des noms tout aussi connus dans la noblesse bretonne : des Châteaugiron au XIVe siècle, des Coëtquis, des Lespervier, etc. On peut faire la même observation à Dol, à Nantes, à Saint-Malo, à Saint-Brieuc, etc. Apparemment. les familles bourgeoises ne placent pas encore leurs enfants dans ces offices ecclésiastiques de haut rang, sauf celles qui ont été anoblies au cours du siècle comme les Feillée, les Bourgneuf, les Bouédrier.

  • 13 G. Devailly, Histoire religieuse de la Bretagne, CLA, 1979 – H. Martin, Fastes et malheurs de la B (...)

54Un passage à la cour, de hautes fonctions administratives, un appui officiel facilitent aussi grandement les choses, le canonicat devenant la récompense d’un loyal serviteur, d’un secrétaire, d’un aumônier. Jean Le Sénéchal, futur doyen du chapitre de Saint-Brieuc en 1428, a commencé comme clerc de l’Argenterie ducale (1407), comme secrétaire de Jean V puis comme receveur et miseur des biens du prince Gilles (1409). Jehan de Bruc, maître des requêtes de l’Hôtel ducal (1404), Vice-Chancelier de Bretagne (1420) obtient un canonicat vacant à Nantes puis devient archidiacre dans cette même ville et… scholastique de Saint-Brieuc. Il termine sa carrière comme évêque de Tréguier (1424) puis de Dol (1430-37). Le cumul n’est pas plus interdit dans notre province qu’ailleurs et on aboutit parfois à des situations paradoxales comme celle d’Étienne Guillemier, clerc de Saint-Malo, secrétaire d’Arthur III, chanoine de Dol, devenu en même temps chantre à Rennes puis à Saint-Brieuc et… procureur en Curie13 !

55❍ Nos sources ignorent dans la plupart des cas le niveau d’instruction de cette élite cléricale. N’oublions pas cependant que la législation du XVe siècle et notamment la célèbre ordonnance de 1438 dite la Pragmatique Sanction de Bourges favorise les gradués au détriment des autres membres du clergé pour l’obtention de prébendes. Cette décision fut suivie d’effet dans les grands sièges épiscopaux (à Poitiers par exemple).

56Ici, dans le duché, nous avons quelquefois des allusions à des hommes de science. À Saint-Brieuc, les archidiacres de Penthièvre de l’époque que nous étudions sont au minimum licenciés en droit canon et bacheliers en décret (Alain Le Jeune en 1447), plus souvent docteurs. Jehan de Villeneuve, originaire de Guingamp, est docteur en décret et quitte d’ailleurs la Bretagne pour enseigner à Paris, vers 1415. Thomas James, natif de Saint-Aubin-du-Cormier est docteur in utroque (droit canon, droit civil) ; cet humaniste distingué, qui correspond avec des grammairiens réputés, quitte son archidiaconé pour devenir évêque de Léon (1478) puis de Dol (1482). Tous les archidiacres nantais que nous avons recensés à partir des aveux portent le titre de maître qui implique un savoir universitaire, quelques chanoines de la cathédrale et de la collégiale Notre-Dame aussi. Des sondages, entrepris ailleurs, confirment aussi la présence, à côté de nombreux inconnus, de personnalités fort instruites. Le nombre des gradués tend à augmenter à la fin du siècle, ce qui doit être mis en rapport avec la fondation d’une université à Nantes.

57Des librairies personnelles, des bibliothèques privées peuvent atteindre une cinquantaine de titres, majoritairement des livres liturgiques, missels, bibles, homéliaires, évangéliaires, psautiers, complétés par un traité de morale, un martyrologue comme la Légende dorée de Jacques de Voragine, quelques manuels de droit canon élémentaires, un dictionnaire le catholicon. L’usure des reliures est, avec la qualité de l’œuvre et du vocabulaire latin et le type de l’écriture, un indicatif sur l’utilisation de ces manuscrits rares et coûteux, enfermés dans des armoires ou attachés par des chaînes aux pupitres pour éviter le vol. 

58❍ Les chanoines, rencontrés en ville, sont des gens riches, trop même quelquefois, au point que des prélats vertueux s’en inquiètent. L’évêque de Saint-Brieuc, Prigent, s’indigne que certains de ses chanoines puissent faire des effets de chausses, portent des robes trop bien coupées, richement fourrées, oublient leurs vœux de chasteté et fréquentent les tavernes ! Un doyen du chapitre briochain, Guillaume Priou, fut d’ailleurs destitué pour mœurs indignes, à moins qu’il n’ait payé très cher la protection dont il avait joui, dans le passé, auprès de Marguerite de Clisson et des membres de son parti.

59Les revenus des chanoines sont plus importants que ne le suggèrent bien souvent les bribes de comptes de menses capitulaires (on dit plutôt, ici, des « fiefs »), constituées, dans le passé, par des évêques soucieux de se décharger de la pénible obligation de défrayer quotidiennement leurs adjoints. Certes les sommes perçues à titre de seigneurs collectifs d’un bien, même étendu, ne paraissent jamais très élevées, environ 635 livres à Rennes en 1444, provenant de rentes ou loyers réclamés dans un ensemble territorial urbain et péri-urbain, divisé en sept bailliages, des fermes des fours, des moulins, des taxes ou coutumes sur les foires (celles de la Saint-Pierre et de la Saint-Laurent du 10 août), d’un devoir de bouteillage dit le pot Saint-Père accordé en 1008, de la mise en valeur de terres de labour et d’herbages, des amendes judiciaires, etc. Pour être exact, il faut déduire de ces revenus, les frais de perception, les salaires du personnel de gestion, les réparations des appareils domaniaux et, finalement, il ne reste guère de quoi satisfaire les ambitions d’un haut clergé, issu de milieux aisés et habitué à un train de vie élevé. Il faut tenir compte aussi des autres rentrées de fonds. Les rares registres capitulaires vannetais, conservés, sont à cet égard plus complets que les Rennais. Ainsi, on y apprend que les seize chanoines de la cathédrale se chargent de 1 933 livres monnaie en 1484, de 1 381 livres en 1494, année défavorable qui suit immédiatement les guerres d’indépendance. Si on y retrouve les mêmes têtes de chapitres que dans le document précédent, on s’aperçoit aussi que les religieux encaissent chaque année des pensions annuelles versées par les conseils de fabriques de plusieurs églises paroissiales de la ville et de la campagne limitrophe, des dîmes, qu’ils ont obtenues des ducs, de menues gratifications sur les moulins, sur les coutumes, sur la cohue du Domaine, qu’ils réclament un droit de sépulture de toute famille désireuse d’inhumer un des siens dans la cathédrale, qu’ils touchent un certain pourcentage des dons versés dans les troncs de l’agglomération et Dieu sait si ces derniers sont d’un bon rapport dans la ville où sont enterrés saint Patern et saint Vincent Ferrier. L’existence d’un prélèvement de morgages, payable une fois par an, montre que ces hommes d’église ne dédaignent pas les avantages financiers qu’offre le prêt à intérêt. Aussi, une fois les frais inévitables déduits, comme les travaux, les salaires des avocats, du menu personnel du bas-chœur, les dépenses cultuelles, il demeure encore aux chanoines en toute propriété et à se partager, en 1484, environ 878 livres de pensions, inscrites dans la rubrique des mises (64 % du total) et le solde non dépensé, soit environ 555 livres, au total 1 433 livres, auxquelles, s’ajoutent quelques tonneaux de céréales qui ne sont pas encore commercialisés. C’est déjà beaucoup mieux. Les chanoines reçoivent aussi de petites sommes à l’occasion de certaines fêtes du diocèse. Ceux de Rennes demandent 12 livres à l’abbé et aux moines de Saint-MeIaine pour remplacer le repas que le monastère devait, en principe, leur offrir à l’issue de la procession du 6 novembre. À chaque assemblée générale, leurs collègues de Tréguier touchent une indemnité de 5 sous ce qui finit à la longue par compter.

60N’oublions pas aussi qu’un chanoine dispose de sa fortune personnelle, qu’il peut cumuler plusieurs charges dans l’église et même dans le gouvernement, qu’il bénéficie d’exonérations fiscales, qu’il est dispensé du logement de gens de guerre, qu’il importe en franchise son vin, son cidre, ce qui ne lui interdit pas de vendre les surplus non consommés. Pour parachever le tout, il obtient les bénéfices de cures urbaines et rurales, tant et si bien que certains finissent par détenir des biens considérables.

61❍ Au lieu de mener une vie commune comme l’exigeait saint Augustin au Ve siècle, ces hommes se sont affranchis d’une existence semi-monacale pour habiter leurs hôtels de famille ou des maisons dites prébendales.

62Une série d’aveux de 1566, que nous croyons pouvoir utiliser malgré leur caractère tardif, nous renseigne avec précision sur les demeures des personnalités ecclésiastiques de la vieille Cité rennaise. Les plus riches d’entre elles comprennent plusieurs corps de logis dans un pourprins (enclos). Un premier bâtiment s’ouvre sur la rue par un portail surmonté d’une galerie. Il se compose de plusieurs pièces, les unes à usage domestique comme des cuisines, d’autres à vocation administrative comme ces cabinets qui sont assimilés à des bureaux. Une première cour de 40 à 60 pieds de profondeur sur 20 à 40 de large (13 à 20 m x 6,60 à 13 m) conduit le visiteur au perron du grand logis. C’est là que se trouvent les salles de réception, les chambres, les appartements privés du chanoine, un oratoire. L’habitation a aussi des communs, au voisinage du logis central ou dans une seconde cour derrière, renfermant des étables pour les chevaux et pour les mulets, des lieux d’aisance ou privées, un local spécial servant de mue à poulailles, un puits ou une fontaine, etc. Certains hôtels possèdent des locaux indispensables à l’exercice d’un office : une salle de tribunal dans la maison de la Prévôté, une thésaurerye chez le Trésorier. Il ne saurait y avoir, enfin, de maison de chanoine, digne de ce nom, sans un vaste jardin à l’arrière, une sorte de cloître personnel, havre de paix, de fraîcheur et de méditation, au cœur même d’une cité densément occupée. La plupart de ces ecclésiastiques disposent en outre de prés, de vignes, de terres de labour aux abords immédiats de la ville ou dans les paroisses qui dépendent de la seigneurie collective. Ainsi se présentent les huit maisons prébendales, déjà mentionnées dans le rentier de 1455 et les autres, celles des hauts dignitaires de l’évêché, celles des innombrables chapelains domiciliés dans les rues calmes qui avoisinent la cathédrale et l’église Saint-Sauveur. Les conditions d’hébergement des chanoines sont tout aussi satisfaisantes ailleurs.

  • 14 M. Droguet et G. Minois, Histoire de Saint-Brieuc, op. cit., p. 25-54 – J. Lamare, Histoire de la (...)

63On sait que ces Messieurs du Chapitre de Saint-Brieuc affectionnent, tout particulièrement le quartier du Martray Neuf ou du Pilori. Ils y rencontrent du beau monde, la famille de Pennmarc’h, propriétaire du manoir de Quinquangroigne avec son immense parc de 5 journaux, clos de murailles, les Dany détenteurs de la maison de la Hornaye, les Quinmio, les Frontigné, etc. L’un d’eux, Me Yves Cottin, trésorier de la cathédrale, ne se contente pas de ses deux maisons ; il les fait démolir et les remplace par un manoir qu’il est convenu d’appeler désormais la Maison du Saint-Esprit. Le scholastique, Hervé Le Corre, acquiert, en juillet 1461, la maison dite aux Matelottes ou des Branchettes qui sera plus tard englobée dans le domaine du Gué Lambert, rue Vicairie, autre rue bien fréquentée14.

64La Grande Rue Notre-Dame à Nantes et les ruelles voisines accueillent les religieux de l’établissement placé sous ce vocable, des chapelains et des prêtres… et quelques familles nobles attirées par la bienséance et cette atmosphère de recueillement, de bien-être qu’on rencontre, en temps normal, dans de tels lieux. Les aveux de la seconde moitié du XVe siècle nous livrent les noms d’au moins 15 maisons occupées par des clercs dans la Grande Rue, d’une douzaine, rue de Verdun (de vert dune) par laquelle on va de l’église des Carmes à l’église Notre-Dame. La plupart des chanoines de la cathédrale logent également aux abords des églises Saint-Denis et Saint-Vincent, rue du Pilori et place Saint-Pierre ou dans les ruelles voisines. Ces maisons prébendaires coûtent très cher. L’une d’elles, voisine de l’église Notre-Dame, et occupée par le chanoine Me Jehan Deno, doit être démolie en 1509 pour agrandir le sanctuaire. Les estimations qui portent sur la maçonnerie, la charpente, la couverture d’ardoises, les terrasses, la menuiserie, les grilles, les serrures ouvragées, les vitraux et les peintures, atteignent le total de 779 livres. Un autre hôtel voisin, de Me Valentin Macé, occupé dans les mêmes conditions, vaut 713 livres et un troisième, près du carrefour Saint-Jean, 712 livres. Ces habitations, même sommairement décrites, portent en elles tous les signes du confort, de l’aisance : beaucoup de chambres particulières, des garde-robes, des retraits ou cabinets, des galeries, un écoulement des eaux branché sur les égouts de la ville.

65❍ Bien logés dans des ostels, comparables aux ostaus aquitains, aux tours de Besançon, aux manoirs d’ailleurs, disposant d’une solide fortune personnelle, des revenus substantiels de leurs canonicats et de leurs bénéfices, les chanoines occupent un rang élevé et une situation enviable dans nos villes de l’Ouest.

66Le testament de l’un d’eux, le Nantais Jehan Robin permet jusqu’à un certain point de pénétrer dans son intimité, de connaître ses dernières volontés et les moyens qu’il a de les satisfaire. Comme tous les testateurs que nous rencontrerons par la suite, Pierre précise qu’il est gravement malade, cloué au lit, sans espoir de guérison, mais sain d’esprit, parfaitement conscient du geste qu’il va accomplir. La mort est inévitable, mais nul ne sait quand l’heure sonnera. Aussi, en bon chrétien, soucieux de son salut éternel et de celui des siens, doit-il prendre le plus vite possible ses dispositions pour éviter de mourir intestat. Le document comprend plusieurs articles, regroupés par centres d’intérêt correspondant aux préoccupations du mourant.

« Robin commence, selon l’usage, par recommander son âme à Dieu le Père Omnipotent, à la Vierge et à toute une kyrielle de Saints et de Saintes, puis demande à être ensépulturé dans la cathédrale, devant l’autel de sainte Catherine. Suivent les modalités de la cérémonie. Le luminaire se composera de 13 torches et de 4 pillets portés par 13 pauvres ; mille messes seront célébrées, le jour de son enterrement et après, dont une o note de requiem ; une autre sera chantée, chaque samedi, à perpétuité, dans l’église de la Trinité de Machecoul dont il est présentement le recteur, avec assistance du nouveau curé, de ses auxiliaires et des enfants de l’école. Il souhaite, bien entendu, que tous ses collègues du chapitre l’accompagnent processionnellement à sa dernière demeure et invite les Mendiants, les Cordeliers, les Jacobins et les Carmes à participer aussi à la cérémonie. Rien n’est laissé au hasard ; les 13 pauvres seront habillés à ses frais de robes de gros drap, de chausses blanches, de souliers neufs ; les autres malheureux de la ville qui prieront pour le salut de son âme recevront une aumône de 2 deniers chacun, jusqu’à concurrence de 2000 quémandeurs, ce qui, entre parenthèses, donne une indication chiffrée de l’effectif présumé des pauvres (14,25 % de la population). Des sommes dédommageront les clercs : 100 sous aux chanoines, 40 sous aux Jacobins, en une seule fois, 6 livres de rentes à la cure de Machecoul, à prendre sur un de ses débiteurs et à asseoir sur la maison qu’il possède dans cette localité et où demeurent sa sœur et son beau-frère. On ne saurait témoigner plus ostensiblement de sa foi que ne le fait cet homme, qui, ces premières mesures prises, fonde ensuite trois anniversaires pour lui et pour les siens, l’un à Saint-Pierre, les deux autres à Notre-Dame, assortis de la constitution de rentes, représentant un total d’environ 388 sous. Il fonde aussi deux messes, une quotidienne, l’autre hebdomadaire, aux autels de Sainte-Catherine et de Saint-Sébastien, à proximité de son tombeau. Le détail des sommes consacrées à ces institutions montre qu’il a su placer son argent intelligemment, s’assurer de solides rentes, qu’il possède d’autres biens disséminés dans toute la ville et dans les environs, ici un hébergement, là un courtil vis-à-vis du Champ Fleuri, là des hommées ou 7 journaux de prés sur les bords de la Loire, au Gué-aux-Chèvres en Saint-Clément ou dans l’île de Hanne dont nous pouvons suivre l’acquisition par deux aveux antérieurs, peut-être deux ou trois maisons supplémentaires, à moins qu’il ne s’agisse plus vraisemblablement d’hypothèques. Le reste de son testament est intéressant dans la mesure où il permet de reconstituer l’essentiel de sa fortune. Il lègue aux conseils de fabriques de la cathédrale et de la collégiale Notre-Dame (2/3 et 1/3) une maison couverte d’ardoises (le texte souligne ce point) avec un clos de vigne de 15 quartiers de superficie, à charge, bien entendu, pour les associations, de continuer à entretenir les terres soigneusement. Cette habitation n’est pas la seule qu’il possède puisque nous rappelions, quelques lignes plus haut, qu’il en avait une autre à Machecoul, achetée avec ses économies. Il retire toutefois de son domicile nantais plusieurs objets de valeur distribués comme suit. Aux chapelains et à leurs serviteurs qui célébreront les messes, il cède un calice d’argent doré, pesant 2 marcs, une chasuble, une aube, une étole, trois touailles et un coffre à les mettre. Il fait cadeau à l’église de Machecoul de son missel neuf, à la fabrique de l’église Saint-Gervais, dont il fut curé, dans le passé, d’un Passionnel contenant la liste des Passions de l’an et des fêtes religieuses, à celle de Saint-Denis de Nantes, un de ses anciens postes également, d’uns statuz des evesques de Nantes. Il se soucie, enfin, de ses proches, parents et amis. Il donne à sa sœur Mahaut, mariée à un certain Amaury Le Forestier, sa vie durant, 25 aires de salines acquises dans les marais de la Roche (les Roches de Bouin), mais à condition qu’elles reviennent, à sa mort, à la cure de Machecoul, le beau-frère étant ainsi déshérité. Il lui lègue aussi 60 livres, mais à verser en six annuités pour l’aider à vivre, ce qui laisse entendre que la pauvre ne risque pas de lui survivre longtemps. Il lui réserve encore ses trois meilleures houppelandes en beau drap fourré, ses deux meilleurs chaperons, deux pipes de vin nantais, un setier de froment (mesure de Machecoul), du lard nouveau pour qu’elle prie pour lui et donne son consentement au testament, sinon tout ira aux chapelains. Cette dernière restriction, une menace à peine voilée, la possibilité d’une contestation des dernières volontés du testateur semblent indiquer que les liens affectifs entre le frère et la sœur sont assez lâches, l’un étant visiblement aisé, l’autre de condition inférieure. Une certaine Martine, peut-être une jeune servante ou une nièce, actuellement domiciliée chez une veuve de la Fosse, reçoit pour sa part 30 livres, une robe de gris (drap) doublée de blanchet, son troisième chaperon et 4 aunes de toiles, à condition qu’elle ne feoisera de son corps en fornicacion par avant estre mariée, sinon tout lui sera retiré au bénéfice d’une jeuvre pucelle à marier (sic). Son neveu, un jeune maître d’école, touche 6 annuités de 10 livres et son bréviaire neuf, à condition qu’il devienne prêtre. Il lègue une petite somme de 27 sous 6 deniers à une pauvresse, la Planteyrie, et une robe fourrée de jambes d’agneau, un drap et quelques bûches pour son feu ; à Jehan, son clerc, son compagnon, un vieux bréviaire s’il entre dans les ordres lui aussi, une houppelande en agneau noir. Il cède encore à des amis quelques objets personnels ou des pièces de monnaies, à dom Pierre de Sainte-Radegonde une houppelande fourrée, à dom Pierre Noeau une autre perse, à Cilles Audéon, prêtre de Machecoul 4 réaulx, à deux pauvres 10 réaulx, à deux familles 23 aires de salines dans l’Île de Bouin, apparemment acquises en mort-gages. Jehan Robin achève son testament en demandant que ses dettes soient liquidées, clause de style signifiant, à notre avis, que cet homme, à l’abri du besoin, a engagé des dépenses qui ne sont pas encore réglées. L’acte s’achève par l’indication des trois exécuteurs testamentaires, l’archidiacre de Nantes, Pierre Boyneau, et deux prêtres de sa connaissance. »

67Ce beau parchemin, dont nous avons fait l’analyse détaillée, est unique en son genre par le nombre des renseignements transmis. Il donne un aperçu de la fortune d’un homme d’église aisé, bien que n’étant pas issu d’une famille locale très connue, comme tant de ses collègues. Il n’est certes pas complet et nous aurions aimé connaître les meubles, la literie, les couettes, les ustensiles de ménage restés dans la maison donnée aux deux fabriques. Il n’empêche que nous pouvons dresser un court bilan. Voici un homme qui possède, au moins, deux belles maisons, 15 quartiers de vignes, des jardins, qui a acheté des prés à Nantes et 48 aires de salines dans la région de Bourgneuf. Sa garde-robe est cossue ; elle comporte au moins 5 houppelandes de bon drap, bien fourrées d’agneau, deux robes d’intérieur, trois chapeaux. Il dispose d’argent liquide ce qui lui permet de faire d’excellents placements puisqu’une vingtaine de personnes, au moins, de toute condition (un prêtre, un serrurier, un barbier) de la ville et des environs, lui versent des rentes, estimées à environ 70 livres monnaie. Sa bibliothèque, si elle est complète, n’est guère variée ; c’est selon toute probabilité, celle d’un prêtre sans grandes préoccupations intellectuelles, se contentant d’un missel, d’un Passionnel, d’un recueil de statuts des évêques et de deux bréviaires. Il possède, enfin, des objets de piété de valeur, en argent.

  • 15 Testaments extraits des AD I.-et-V. G 187, 196 – AD L.-Atl. G 148, 222, 316-318.

68Les autres documents sont moins détaillés, Jehan Ogier, grand chapelain de l’église de Rennes, recteur du Teil, demande à être inhumé dans la grande nef « auquel lieu les grans chappelains ont de coustume, aux dismanches, faire la station », fonde 200 messes, donne au chapitre une obligation de 25 sous de rente sur deux particuliers. Détails intéressants sur son niveau de vie et sur ses activités : il possède un cheval, une robe verte doublée de bougrain, une arbalète et un arc avec son carcan, légués à des parents ou amis ; il demande que soit restituée à un certain Pierre de Brays une chaîne d’or d’une valeur de 5 livres, engagée dans le passé. Notre homme était donc prêteur sur gages et avait des préoccupations très éloignées de celles d’un ecclésiastique de haut rang (la chasse ?). Les autres chanoines et chapelains que nous rencontrons disposent de biens personnels importants qui s’ajoutent aux prébendes, aux bénéfices, aux dons et aux privilèges. Font-ils toujours la distinction entre ce qui leur est propre et ce qui est attaché à leur charge ? On peut en douter. Les revenus, sans cesse accrus, permettent à ces hommes d’acheter des maisons et des terres, de se constituer de solides rentes en louant leurs biens ou en prêtant des sommes, quelquefois importantes, à des voisins dans le besoin. Sont-ils en relation d’affaires avec les milieux marchands ? On peut le supposer quand on voit les quantités de monnaies étrangères qu’ils détiennent et qu’ils utilisent dans leurs transactions. Au soir d’une vie bien remplie, il leur est difficile d’oublier qu’ils sont hommes de Dieu. Nous les voyons se soucier de leurs églises, fonder des messes, financer la construction de chapelles, créer des chapellenies, céder aux fabriques des objets sacrés, des livres, des habits liturgiques. Leur générosité qui n’est pas sans arrière-pensée, s’accompagne de stipulations précises quant à leur inhumation, à la disposition de leurs somptueux tombeaux, au nombre des offices célébrés pour le salut de leurs âmes15.

69Il est difficile, en conclusion, que ces personnalités riches passent inaperçues dans nos villes, surtout dans celles qui ont à leur tête, comme seigneur collectif, un évêque et son chapitre. Les chanoines de Saint-Malo, de Saint-Brieuc, de Saint-Pol, de Quimper et de Tréguier sont très au fait des affaires administratives de leurs cités. Ils envoient des représentants aux États, en même temps que les communautés bourgeoises et participent de concert à la défense des intérêts locaux (Tréguier). Leurs avis sont sollicités et rien ne leur interdit d’assister aux séances des conseils, à plus forte raison quand elles se tiennent dans une chapelle ou dans leur église. Même, dans les grandes villes comme Nantes, Rennes ou Vannes, leurs avis sont sollicités et écoutés, surtout dans les moments les plus graves.

70Il arrive, à l’inverse, que leur morgue, leurs privilèges indisposent profondément les bourgeois. Des conflits sont nés de l’administration d’un hôpital ; des propos aigres-doux sont échangés, suivis de dénonciations et de plaintes aux autorités. Une longue querelle oppose les bourgeois de Saint-Malo aux membres du Chapitre, à la fin du siècle, au sujet de l’interprétation des libertés de la ville et il faut l’intervention de la duchesse Anne, après un long procès, pour apporter l’apaisement souhaité.

Vivre au contact de la population

  • 16 P. Adam, La vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964 – M. Aubun, La paroisse e (...)

71Nul ne devrait ignorer les pages que P. Adam puis que M. Audrun, H. Martin, G. Minois ont consacrées au bas clergé en France et en Bretagne. Leurs analyses, sans indulgence, dénoncent, témoignages à l’appui, un manque de formation, de l’indignité, des absences, une médiocrité d’ensemble16.

72L’antidote existe pourtant sous forme de la présence des frères et des sœurs Mendiants, responsables pour les prédicateurs d’examens de conscience individuels et collectifs, pour l’ensemble de redressement, d’émergence d’un sentiment religieux nouveau, d’éducation et de secours.

73❍ Le prêtre indigne se rencontre aussi en Bretagne et des récits décrivent la conduite scandaleuse de clercs, tonsurés par intérêt, acoquinés à des individus dangereux, et vivant, comme eux, en marge de la société. À plusieurs reprises, des évêques fustigent l’inconduite et l’incompétence de leurs subordonnés.

74Mais sans préjuger des conclusions de recherches à venir, car le sujet est loin d’être épuisé, il nous semble que le problème se pose avec moins de gravité dans le duché que dans d’autres régions. La Bretagne est en paix au XVe siècle, ce qui est déjà, en soi, très important. L’exemple vient d’en haut. Le haut clergé, à quelques rares exceptions près, est de qualité, sur le plan intellectuel et moral, même s’il doit sa promotion aux faveurs ducales et à l’intervention de favoris. Les Guibé, parents de Pierre Landais, n’ont pas été de mauvais prélats.

75Nous sommes frappés de constater tout d’abord le nombre très important de prêtres mentionnés dans les aveux, dans les comptes, dans les réformations de feux. Certains ont voyagé, ont reçu de l’instruction, savent lire et écrire et leur signature trahit une bonne habitude de la plume. C’est à ce point vrai qu’ils figurent constamment comme témoins privilégiés dans les enquêtes et que leurs propos fort sensés sont toujours soigneusement rapportés. Des prêtres aisés appartiennent à d’honorables familles commerçantes ou artisanales, bien contentes de caser dans les ordres leurs cadets et de les voir à la tête d’une cure aux revenus assurés. Le prêtre propriétaire de plusieurs maisons, de jardins, de vignes n’est pas un cas isolé.

« Messire Nicolas Gicquel, curé nantais, achète la maison couverte d’ardoises de Guillaume Kerloeguen, écuyer, prévôt des maréchaux du duc, rue Saint-Vincent, et la paie... 140 livres en pièces d’origine variée : 17 écus d’or de Bretagne, 5 réaux, 2 nobles à la rose, un noble d’Édouard, 4 lions d’or, 2 tasses d’argent pesant 8 marcs 7 onces, etc. Dom Jehan Rouxeau, prêtre de Saint-Saturnin, dans la même ville, cède à la fabrique de son église, sa maison qu’il avait achetée une centaine de livres et qui se trouve près de la rue de la Poissonnerie. »

76Avec les testaments, nous avons, comme dans le cas du chanoine Jehan Robin, un éclairage d’une tout autre densité sur ce que fut la vie de certains. Dom Jehan Gilles, bien que subcuré (sic) de l’église paroissiale de Saint-Étienne de Rennes, était, de son vivant, un homme heureux, à l’abri du besoin. Nous le voyons prendre ses dispositions, dans l’attente d’une mort qui ne saurait tarder, vu son état de santé.

« Il veut que son corps repose dans la grande chapelle récemment bâtie aux dépens du cimetière de Saint-Étienne, près de la tombe de son père. La grande pierre de grain (granit) est déjà taillée et prête à recouvrir la fosse. Il souhaite qu’une centaine de messes soient célébrées à son intention, dans son ancienne cure et dans plusieurs églises du voisinage, au Rheu, à Vezin, etc., plus deux messes hebdomadaires, chaque vendredi et chaque dimanche, sous la responsabilité de son fidèle adjoint, dom Yves Loyart. L’acte se poursuit par le détail des gratifications destinées à rendre ses frères en religion plus compréhensifs et plus dévoués. Le recteur et le trésorier de Saint-Étienne se partageront 5 sous à perpétuité ; 2 sous 6 deniers seront offerts en don à toutes les églises paroissiales, aux trois hôpitaux, aux collèges des Mendiants et 9 livres de rentes reviendront aux desservants des deux messes, sans oublier 4 autres livres à la confrairie Saint-Claude. Toutes ces largesses sont assises (hypothéquées) sur les biens du testateur qui sont considérables. Il détient en effet, 4 maisons, celle où il achève sa vie, une neuve où demeure un clerc, deux dernières acquises, dans le passé, et louées à des parents et à des amis. Le mobilier n’a rien à envier à celui d’une maison de notaire ou de marchand. Nous découvrons au fil des dons : un lit garni d’un ciel, de tentures, d’une couette, une couverture de lin, 8 linceulx (draps), 12 serviettes, 4 toiles, deux coffres (un grand et un petit), 4 écuelles d’étain, deux pichets et deux plats du même métal, un chandelier de cuivre, un estamail (un grand pot), des robes… mais un seul livre, son missel en papier (sic). Gilles a aussi des terres à la campagne, près du prieuré d’Apigné, puisqu’il récolte du seigle et élève des vaches. Les bénéficiaires de sa générosité sont, outre des collègues religieux, la femme Jehanne Collin qui tient son ménage et à qui il laisse une maison entière, sa vie durant, avec le jardin et le voilier attenant, la fille de cette dernière à qui il voue une vive affection, Marie Loyart sa serviteure qui sera payée de ses arriérés de gages (100 sous), Yves Loyart son clerc, qui doit assurer la célébration du service et l’exécution des dernières volontés du mourant, aura une huge (un coffre) et une vache. »

77Un autre prêtre rennais, Jehan Perchart, recteur de Saint-Laurent-des-Vignes, en 1499, demande à être inhumé dans la cathédrale dont il est (aussi) fabriqueur, soit devant l’autel dédié à Saint-Jean, soit devant celui de Saint-Sébastien.

« Une centaine de messes lui suffiront, ce qui n’est déjà pas mal (contre 1 000 au chanoine Robin), et il assure trois obits à perpétuité, l’un le jour de son décès, l’autre le lendemain de la nativité Saint-Jean-Baptiste, le troisième le lendemain de Noël, devant sa sépulture recouverte d’un crêpe noir. Lui aussi se montre généreux en dons et en rentes et distribue quelques menus biens à ses proches, à la femme de son frère, à sa nièce, à de lointains parents. Si le détail du testament est moins riche que dans le cas précédent, on n’en apprend pas moins que ce prêtre possédait une robe de bon drap fourrée violette, une robe noire fourrée de jambettes, une robe courte de gris une robe de drap pers… une belle garde-robe en somme. »

78Jehan Vallée, curé à Guérande, « sain en pancée, à présent détenu de maladie corporelle » veut que soit fondée une chapelle en l’honneur de sainte Catherine dans l’église collégiale Saint-Aubin.

« Il cède pour cela la totalité de ses biens, une petite maison couverte d’ardoises et son clos en ville, des maisons ( ?), des jardins ( ?), des prés ( ?) dans la campagne, 7 oeillets de salines, 64 sous de rentes, acquises de plusieurs personnes. Il laisse un peu d’argent à ses trois sœurs, à son frère et à leurs enfants, juste de quoi se faire pardonner des injustices Il donne à Michelle Rocher, sa servante, l’usufruit de son jardin, sa couette “étant en ma couchette haulte”, une tapisserie (sic) et une sarge, 4 linceulx. La pauvre femme ne sera pas mise à la porte de la maison à la mort de son maître mais aura 40 jours de délai pour… boire le vin et liquider les provisions. Elle sera, en outre, autorisée à déménager ses habits, sa boete (sa malle), son fil et tous ses menus objets personnels. Peut-être ces dispositions à l’égard de la fidèle domestique s’expliquent-elles par l’éventualité d’une dénonciation du testament par les parents du prêtre, s’estimant lésés ? »

79Il arrive, en effet, que des frères ou des neveux d’un curé décédé s’attaquent aux dispositions prises. Me Jehan Glifflemaud qui fut recteur de Saint-Aubin de Rennes exprima de son vivant sa volonté de léguer des biens meubles au presbytère. Malheureusement, il n’a pas rédigé un testament suffisamment détaillé, si bien que les trésoriers de la fabrique et les parents du mort chicaniers chipotent sur la quantité et la valeur des biens à laisser ou à emporter. Les premiers veulent garder pour 60 livres de mobilier et d’ustensiles divers, les seconds pensent que 20 livres suffiront. Soixante livres monnaie de meubles et d’effets représentent une fortune, le prix d’une maison dans un quartier populeux. Finalement les adversaires transigent sur la base de 30 livres monnaie qui représentent un coffre à fermoir, deux lits, deux bancs, une couette de plumes, deux oreillers, un traversin, une table, quatre scabeaux, une paire de landiers, une broche de fer, un trépied, une pelle de fer, une petite huge et un havet.

  • 17 Testaments extraits des AD L.-Atl. G 148, G 303 (7 juin 102), G 318 (19 septembre 1482), G 493 (14 (...)

« Pierre Guisnel, un prêtre nantais, inhumé à Saint-Jean, abandonne sa maison, rue Saint-Gildas, à sa nièce pour qu’elle en profite, sa vie durant seulement, à condition qu’elle fasse dire une messe pour sa mémoire, chaque premier vendredi du mois, à la cathédrale. Après son décès, le bâtiment sera vendu et l’argent converti en messes et en aumônes. À cette nièce qui, décidément, lui tient à cœur, il lègue 10 livres monnaie et plusieurs menus objets : une quarte, une pinte pour boire du vin, 2 plats, 6 écuelles, 6 sauciers d’étain, ses deux plus petits chandeliers de cuivre, la meilleure de ses pelles d’airain, un poêlon, une couette sur deux, un traversin, une couverture de laine pour un lit, le plus petit de ses deux lits, 4 linceulx, 2 toiles, 4 couvrechefs, 2 oreillers, une table, 2 armoires (sic), 2 escabeaux et une de ses trois huges. Il lui cède aussi sa belle robe fourrée de gorges de fouines, son chaperon violet et tout le lin et le chanvre stocké dans la maison, ce qui laisse supposer qu’il détient aussi une petite propriété rurale. D’autres dispositions intéressent des dons faits à des établissements pieux, une toile d’autel usée (sic) aux frères de la confrérie Saint-Louis et 20 sous, la même somme à l’œuvre de la cathédrale en pleine reconstruction, un livre de piété à son neveu Jehan Guisnel, un calice d’argent d’un marc, un petit livre de messe, une chasuble d’une valeur de 30 à 40 sous, une étole, un petit coffre à la chapellenie d’Issé. Le reste de ses biens est distribué aux pauvres17. »

80De tous ces textes, nous tirons plusieurs conclusions. Nous avons à faire à des hommes qui n’ont rien de commun avec cette foule de clercs faméliques qui hantent les quartiers de certaines villes, à la limite de la marginalité. Ces braves recteurs ont des préoccupations très terre-à-terre au cours de leur existence. Ils se soucient de leur confort, apprécient les lits douillets, les intérieurs bien meublés, les bonnes cheminées, etc. Un personnel dévoué veille à satisfaire leurs moindres désirs, de vieilles servantes, de jeunes chambrières, des clercs. Bons cœurs, ils aident leurs frères, leurs sœurs, affectionnent, en tout bien et tout honneur, leurs nièces à qui ils laissent une petite fortune, de quoi conclure un honnête mariage. L’âge venant, la maladie leur rappelle l’imminence de la fin prochaine et les incite à se soucier de leurs tombeaux, du déroulement de la cérémonie d’enterrement, du salut de leur âme, mais aussi de la misère de leurs semblables, en supposant qu’ils l’aient quelque peu oubliée, dans une retraite confortable. Beaucoup de ces prêtres gardent des attaches à la campagne, investissent une partie de l’argent dont ils disposent dans des terres, des salines, des vignes. Leur plus grande joie est précisément de consommer les produits qui viennent de leurs propriétés. Le prêt de petites sommes n’est apparemment pas exclu de leurs préoccupations, plutôt camouflé sous forme de rentes constituées. Leur lecture ne dépasse guère celle d’un bréviaire, au mieux celle des statuts synodaux ou des livres d’usages de leurs diocèses.

  • 18 R. W. Emery, The Friars in Medieval France, New York, 1962 – H. Martin, Les ordres mendiants en Br (...)

81❍ L’implantation citadine des Dominicains, des Carmes, des Franciscains, des Clarisses, des ermites de Saint-Augustin est désormais bien connue. Le duché de Bretagne, après avoir accusé un retard dans les fondations d’établissements aux deux siècles précédents, semble se reprendre et le rythme s’accélère au point de combler son retard avec 23 nouvelles maisons s’ajoutant aux 15 du XIIIe et aux 13 du XIVe dont une douzaine à coup sûr urbaine, le reste dans de gros bourgs ou dans l’isolement. Les Carmes possèdent 8 couvents en ville, les Dominicains 7, les Augustins 4. Aucune ville bretonne ne renferme quatre couvents, Nantes, Rennes et Dinan sont les seules à en détenir trois, Guingamp et Vannes deux. On ne doit jamais perdre de vue que les Mendiants, ne vivant en principe que de charité, ne peuvent s’installer dans une localité que si la population les accepte et est assez nombreuse (au minimum 2 000 âmes) et généreuse pour assurer leur subsistance18. Au terme d’un long processus évolutif, « d’une évaluation rationnelle de l’infrastructure matérielle », la Bretagne a rattrapé son retard initial.

82Les établissements, inclus dans un enclos ou dans un pâté de maisons, ont laissé un souvenir topographique qui a contribué à transformer le paysage de certains quartiers. Aux vastes logis, aux églises qui sont parfois encore des éléments remarquables du patrimoine artistique breton (les Jacobins de Morlaix, les Carmes de Pont-L’Abbé) se sont vite ajoutés, par donations, legs testamentaires, des vignes, des jardins, des terres de labour, des carrières de pierre, des fontaines, des installations sanitaires, etc. Nous n’avons sans doute pas assez estimé, dans nos travaux, l’aide matérielle que les frères apportaient à leurs voisins sous forme de ravitaillement en eau potable ou de concessions de terrains (les Carmes et les Jacobins de Nantes).

83La présence des Réguliers au sein de la population est effective. Leur intervention administrative, ne serait-ce que par le prêt de locaux de réunion, leurs activités sociales à travers les centres d’études (studia), les secours aux pauvres, les soins aux malades, l’accueil des prostituées repenties, l’éducation donnée aux fils et aux filles de la haute société sont à mettre à leur crédit. L’enracinement des Mendiants se mesure aussi aux testaments de dévots, au désir de certains bourgeois de se faire inhumer dans l’église conventuelle « in habitu sororum » ou « fratrum », au succès remporté par les prédicateurs de passage comme le castillan saint Vincent Ferrier ou par leurs sermons de Carême. Beaucoup de familles riches payèrent très cher une tombe dans l’église d’un couvent. Les Mendiants ont contribué aussi à propager certains cultes, celui du saint Sacrement, de la Vierge, du Christ souffrant, et à combattre la sorcellerie et les déviations.

84Cette élite traditionnelle, accrue de nouveaux cadres, qui montre en outre que les nobles ne vivent pas en marge des villes comme on prétendait jadis, reste très influente dans nos villes du XVe siècle. Ce n’est pas toujours sans mal, sans conflits. Des chicanes (à Saint-Brieuc), des procès (à Saint-Malo), des émeutes même (à Quimper en 1514) pertubent la sérénité des membres des chapitres.

85Entre-temps se sont affirmés ceux que l’on nomme les bourgeois dans un sens laudatif, les rices citoiens ou les rices homs, les principaux de la cité.

Une « triple alliance » de notables

  • 19 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, éd. J.-P. Gisserot, 2006 (bibliographie sur la b (...)

86Avant l’époque de Jean V, des personnalités paraissent représenter l’élite de la communauté des burgenses ; Mais nous n’avons guère plus de précision qu’un nom et un prénom, émergeant de quatre variétés de documents à caractère collectif, nos seules véritables sources d’information sur les premières générations de bourgeois19.

87Davantage de sources au cours du XVe siècle permettent de se livrer quelquefois à une étude des origines et des carrières de notables issus de trois courants plutôt complémentaires qu’antagonistes : les marchands, les officiers de finances, manieurs d’argent, et les juristes ou hommes de loi.

La lente émergence de la bourgeoisie avant 1420

  • 20 A. Chédeville, « Un bourgeois rennais à la fin du XIIe siècle », Bulletin et Mémoires de la Sociét (...)

88Avant les Montforts, les allusions à des bourgeois enrichis, à une classe d’entrepreneurs dynamiques, sont si exceptionnelles que les rares exemples comme Ruellan Rigaut, Alain Le Fèvre et Renaud le Sellier au XIIIe siècle, étudiés par A. Chédeville dans l’histoire de Dinan et, mieux encore, la connaissance d’un certain Renaud Crochon de la fin du XIIe siècle, de son patrimoine, de ses legs, décrits dans le cartulaire de Saint-Georges méritent presque d’être qualifiés de miraculeux20.

89❍ Des gens honorables et influents jalonnent les principales étapes historiques, sont appelés à contresigner un traité, à prêter serment de fidélité collectif, à servir de fidéijusseurs, de témoins de réalisation de contrats de legs ou de donations dans des chirographes.

90Certains ont l’insigne honneur d’être admis à figurer aux côtés des évêques, des chanoines, des hauts barons, des chevaliers et de quelques écuyers dans les actes de ratification du traité de Guérande, le second du nom, en 1381, et nous retrouvons, nommément désignés 19 Guérandais, 29 Rennais, 11 Dolois. Un peu plus tard, lors de la réconciliation solennelle des Malouins avec Jean IV, en 1384, et des tractations qui l’ont précédée, deux listes nous parviennent, respectivement de 89 et de 208 noms, la maire et principale partie.

91Une autre source de renseignements provient des actes d’établissements religieux, d’hôpitaux, de paroisses ayant trait à des fondations, à des donations, à des tailles. Ruellan Rigaut quitte Dinan pour la Terre Sainte au début du XIIIe siècle et lègue avant de partir deux arpents de terre au monastère cistercien de la Vieuville près de Dol. À Fougères, où nous disposons d’une documentation ancienne, 157 bourgeois, formant l’élite de la population, interviennent en 1347 dans une négociation concernant l’hôpital Saint-Nicolas. D’autres listes de personnalités fougeraises, de la seule paroisse de Saint-Sulpice, nous sont communiquées lors de la levée de tailles en 1412 et de quêtes en 1422.

92Dans un acte du 9 mai 1363, 81 nobles et bourgeois de Vitré, quelques-uns accompagnés de leurs épouses, sous la conduite de Guy de Laval, acceptent le principe de l’édification d’un couvent d’Augustins. Le texte précise que ce sont « les anciens les plus considérables et les plus nobles bourgeois et citoyens de la ville ». Une série de 80 souscripteurs d’un prêt pour les travaux de Rennes, en 1418, figure dans le premier compte des miseurs connus. La liste est précieuse puisqu’elle énumère, avec leur quote-part, ceux qui ont puissance de verser à la communauté la somme de 635 livres.

93Enfin, une enquête de 1428 sur le fief des bourgeois de Guingamp permet de reconstituer approximativement la succession des procureurs-miseurs de la cité du Penthièvre depuis 1380 et d’avoir connaissance des personnalités jugées aptes et dignes de représenter leurs concitoyens.

  • 21 M. Bourin et P. Chareille (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, PU Tours, 1992 – J. (...)

94❍ Une analyse onomastique et l’examen prosopographique d’une documentation encore fragmentaire donnent, malgré des imprécisions, quatre séries d’indications21.

95Des noms évoquent parfois une origine étrangère ou une ascendance rurale. À Fougères, en 1347, nous relevons déjà 3 Le Normant, 2 Langloys, 1 Avignon, 1 Le Caoursin (Cahorsin) puis Hervé de Javené, Thébaud de Tremblay, Jehan de Billé, Pierre de Vitré, 2 de la Couarde. Fougères, localité près des Marches, est ouverte non seulement aux émigrés des paroisses voisines, mais aussi aux étrangers, aux Anglais, peut-être venus avec les armées qui opèrent pendant la guerre de Cent Ans, aux Normands (avant 1415), à des Méridionaux. Jehan Le Caoursin (Cahorsin) est peut-être un descendant de ces financiers et prêteurs bien connus au Moyen Âge ! Saint-Malo est une ville tournée vers le monde extérieur ce qui justifie sans doute la présence sur ses deux listes confrontées de 3 Le Flamant, de 2 L’Anglois, d’un Johannès de Paris, d’un Thomas Le Poitevin. Or, trente-cinq ans plus tard, en 1415, un de Paris occupe toujours le devant de la scène politique.

96D’autres patronymes rappellent ensuite une profession pratiquée par un ancêtre ou par l’intéressé lui-même. Nous rencontrons, à Fougères, un Gillet Le Fèvre, un Guillot l’Orfèvre, un Pierre Le Meignen, un Guillaume Nyvart clerc. À Saint-Malo, nous avons 2 Le Mercier, 2 Le Meignen, un Guillaume Gantier, un Henri Le Sellier, un Guillaume Le Maczon en 138. C’est presque symbolique puisque, dans ces noms, nous redécouvrons les activités fondamentales et anciennes des villes bretonnes : le travail du cuir, celui du métal, un meignan étant un chaudronnier, le bâtiment, le commerce avec le mercier.

97Des noms reviennent plus souvent que d’autres dans les actes et dans les catalogues, suggérant l’existence de dynasties. On rencontre parmi les Malouins : 6 Lambert, 3 Le Perrier, Le Caussine ou le Tellier, 2 Le Flamant, Sainte-Croix, Le Meignen, Cacheserf, Le Petit, Le Comte, du Boais. Or, en 1415, un Lambert, un Lescaucine, un Le Megnen sont toujours des personnalités locales. À Fougères, 3 Poulart, 2 Paloisel, 2 Bretaigne, 2 Le Blanc sont mentionnés en 1347. À dix, vingt on trente années d’intervalle, ce sont parfois les mêmes patronymes qui réapparaissent, preuve que la famille est restée honorable et honorée, les Paluel, les Le Bastard, les Bournel à Saint-Malo, les Le Bigot et La Noé à Saint-Brieuc.

98❍ Il est intéressant de faire connaissance avec des milieux sociaux initiaux, de découvrir les tiges et les ramifications de futures dynasties bourgeoises, de ces encore rares hommes honorables et héritables, destinés à de belles carrières et qui donneront, dans le meilleur des cas, naissance à des branches d’hoirs ou héritiers.

« En 1381, lors de la signature du traité de Guérande, on relève, parmi les Rennais invités à cosigner, les noms des La Haye, des Le Marié, des Boulogne, des Gicquel, des Chapelle, ancêtres de riches merciers, “d’entrepreneurs” en travaux publics, de propriétaires immobiliers. Trente ans plus tard, en 1418, ce sont d’autres grands noms de la ville qui sortent de l’ombre : les représentants des familles Chouart, Guédouin, Boaisguerin, Hagomar, Bouedrier, Beauceporte, Garahouet, etc. La plupart sont membres de la riche confrérie des Merciers qui publie ses statuts en 1437, les héritiers des généreux donateurs qui ont participé, en 1340, à la fondation de l’hôpital Sainte-Anne. »

99Les listes de contribuables constituent un rare indicatif sur une fortune naissante, un moyen de mesurer le degré d’influence.

« La taille de 1412, exigée à Saint-Sulpice de Fougères, pour des travaux dans l’église, donne 217 cotisants. Le fait d’être imposé est déjà, en soi, un signe d’aisance. Il signifie que les participants ont du bien et pignon sur rue. La somme récoltée s’élève à plus de 283 livres 55 sous, payable en trois termes. Dans le détail, si la moyenne des quotes-parts est de 26 sous par personne, si le plus grand nombre (83,5 %) participe pour moins, quelques-uns (16,5 %) se distinguent du commun par leur puissance : cinq versant 30 sous, deux 33 sous 4 deniers, un 37 sous 6 deniers, un 40 sous. Plus intéressants encore sont les cas de dix notables, dispensés du paiement de la taille, en raison de leur générosité antérieure ou à venir, rappelée par cette courte phrase, à la suite de leur nom : à leur volonté. Ce sont les plus fortunés de la paroisse : Jamet Baluays, Jehan Dardanne, Raoulin Dorenge, Rolland de La Chapelle, Jehan Le Porc, Raoul Gicquel, Guillaume Paêl, Guillaume Quenard, Pierre Souaitie, Jehan Yvon. Les Dorenge sont déjà très connus sur le plan local et les de La Chapelle viennent d’offrir 24 livres à l’œuvre de leur sanctuaire vénéré. »

  • 22 Depuis la parution de notre thèse avec une bibliographie sur les milieux de l’administration et de (...)

100❍ Une minorité de gens aisés, de riches hommes d’affaires, commence donc à pénétrer dans les assises du pouvoir, contrôler les marchés locaux, à rechercher la familiarité du capitaine ou du sénéchal, à « flirter » avec les milieux nobiliaires, avec l’entourage princier22.

101Elle forme une hiérarchie subtile dont la préséance transparaît à l’occasion d’une réception, d’une réunion publique encore dans le cadre paroissial ou d’une procession. Elle est susceptible de s’élargir ou de se restreindre au fil des générations, de s’éteindre, d’évoluer dans le temps et dans l’espace, « tant le monde est en perpétuel mouvement » disait fort justement R. Boutruche.

102La majorité appartient au milieu commerçant depuis une ou plusieurs générations et sait tirer profit des transports, des livraisons, des contrats, des spéculations sur les fermes. Le mot marchandi (s) e qui définit une activité majeure recouvre des réalités très différentes qui vont du regrat qui consiste, pour ceux qui le pratiquent ou regrattiers, à écouler de menues denrées de première nécessité, du colportage des gens munis de tablettes qui font les foires et les marchés (à Rennes par exemple)… aux activités diversifiées des premiers brasseurs d’affaires, appelés ici merciers ou marchands d’outre-mer qui sont des commerçants en gros et au détail de produits aussi divers que les quincailleries, les peintures, les métaux. L’éventail est large, du gagne-petit au membre de corps privilégiés formant l’élite de l’élite. Une hiérarchie changeante place généralement en tête : des marchands de draps ou drapiers, distincts des simples tisserands ou texiers, des épiciers, des changeurs et autres manieurs d’argent, des pelletiers, des orfèvres.

103Ainsi, à Guérande, on entrevoit, parmi les notables, quelques rares paludiers de la cité ou des faubourgs, plus débrouillards que leurs voisins. Ils se sont associés pour exporter directement leurs récoltes : les Le Boteuc, les Le Hégarat, les Guégan. Les premiers négociants nantais, intéressés par le négoce du sel guérandais, du vin local ou d’amont, des produits de la campagne, sortent aussi de l’anonymat. Moricet Le Potier, Jehan Rebours, Perrin Aribart servent de procureurs à leurs confrères dans un procès. Une quinzaine de Vannetais s’intéresse activement au cabotage, au transport des vins nantais, bordelais et de l’Aunis dès les années 1359-1362. Ailleurs, quelques familles apparaissent, définies aussi comme marchandes, sans plus de précision. Ce qui est peut-être davantage intéressant pour l’avenir est la mention, même furtive, dans les textes, de l’ancêtre d’une grande « dynastie » future.

104Des officiers ou titulaires d’offices, de fonctions administratives, forment une autre composante de cette aristocratie urbaine. Quelques-uns, plus habiles, plus capables que d’autres, ont réussi à s’infiltrer dans les grands services de la Cour, dans l’administrative comptable, à l’Hôtel des Monnaies, voire même dans la familiarité du prince. Jean puis Guillaume Brécart, notaires rennais, sont devenus, à tour de rôle, secrétaires ducaux, le premier en 1371, le second en 1404. Perrinet Bourgneuf, monnayer de la même ville en 1395, est le premier d’une future lignée connue. Son jeune collègue Olivier Blanchet, originaire de Nozay, entre à l’hôtel nantais vers les années 1423, tandis que son fils obtient l’office de châtelain (receveur) dans la paroisse d’où la famille est sortie et où elle conserve des attaches terriennes.

« Les Thomas, une famille d’officiers de finances, liée aux fonctions monétaires désormais bien connue, peut-être originaire d’Angleterre, font leur apparition à Nantes sous Jean IV. Si l’ancêtre, Georges, est totalement inconnu, son fils Jehan, paroissien de Saint-Saturnin de Nantes, vers 1390-1420 est le véritable fondateur de la fortune des Thomas en tant que monnoyer. Il est même maître des monnaies de Nantes en 1406 et toute la réussite familiale part de là. » (Cf. ci-dessus note 22.)

105La plupart des autres bourgeois identifiés se contentent de servir la cour seigneuriale de leur ville ou les barres, s’il s’agit du domaine ducal. Les Boitlomé de Ploërmel, les Couldebouc de Redon ne dépassent pas ce stade.

  • 23 A. Croix (dir.), Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes, des origines à nos jou (...)

106Une mention spéciale doit être faite des premiers étrangers connus pour avoir fait souche localement et pour être devenus des personnalités. Les Magon, originaires d’Espagne, s’installent à Saint-Malo dès le XIVe siècle et font fortune dans le négoce, au même titre que leurs compatriotes, les Rocaz, domiciliés d’abord à Nantes, puis grands propriétaires fonciers à Nozay. L’un d’eux, Olivier, est devenu un familier des princes et les reçoit dans son hôtel particulier ou dans sa résidence rurale. Une colonie ibérique s’installe sur les bords de la Loire et plusieurs de ses membres occupent déjà des charges importantes. Le Génois Giovanni devenu Jehan Daragonnys est depuis longtemps établi à Nantes comme changeur quand Jean V l’anoblit pour les éminents services (financiers) rendus au duché23.

107Localement, des artisans s’enrichissent et sortent de l’ombre. Des drapiers ou marchands de draps, distincts des fabricants ou texiers, des tanneurs, figurent parmi les notables de Fougères, des parcheminiers à Lamballe, des orfèvres, des apothicaires, des barbiers, etc.

108Tels sont les gens qui font parler d’eux dans les villes, à l’aube du XVe siècle qui voit se généraliser, en même temps que la réussite économique et sociale, le nombre des patronymes d’honorables familles.

Les milieux marchands depuis Jean V

109Dans les années 1420-1430, pendant la seconde moitié du règne de Jean V, la documentation s’élargit et permet une connaissance, sinon parfaite, du moins plus satisfaisante d’une bourgeoisie aisée dont la plupart des membres, destinés à faire souche localement, sortent brusquement de l’ombre, de l’anonymat à la faveur d’un texte. Sans nier l’apport antérieur, la haute société bretonne s’est remodelée par l’émergence d’une alliance entre des milieux marchands, des affairistes locaux ou forains, des lignages d’officiers de l’État, et de gens de savoir plus ou moins titrés, des bacheliers aux docteurs.

110❍ Des recherches urbaines évoquent un renouvellement des élites, à une époque où le négoce régional et international se modifie, où un État centralisé réclame davantage de spécialistes de l’administration et des finances et de diplômés des facultés des arts et de droit. Certains ont parlé d’une triple alliance entre groupes influents (B. Chevalier) ; d’autres estiment qu’il s’agit, moins de l’ascension d’hommes nouveaux que d’un phénomène de reconversion, de glissement horizontal ou oblique.

111Davantage d’hommes de loi qui ont « percé » et sont devenus des notables sont issus de la marchandie (J. Verger). L’abandon de toute activité commerciale au terme d’une existence bien remplie est loin d’être aussi général que le laissent entendre des exemples lyonnais (les Le Viste) ou poitevins, villes particulières où prédominent les fonctions ou les offices en tous genres.

112Chaque ville a sa tonalité socioprofessionnelle particulière au sein de constitutions surranées, à un moment déterminé, en fonction des circonstances et il est rare qu’un des trois groupes ait l’exclusivité des charges et des honneurs. Les appellations précédentes pour désigner ces notables restent d’actualité et sont réutilisées pour isoler ces hommes nouveaux, audacieux et chanceux, mus par l’esprit d’entreprise mais on préfère, dans les écrits, utiliser des périphrases du genre la maire et principale partie, la plus grant et saine partie d’une communauté.

113❍ On trouve plus que jamais, dans un contexte favorable au négoce par voie maritime et sur terre, des négociants privilégiés, avec davantage de figures récentes que de vieilles souches qui ont abandonné l’ignoble marchandie.

114Certains merchents, merciers sont partis de presque rien, d’une boutique, d’un étal aux halles de Rennes ou de Nantes. D’autres ont fusionné avec les anciennes générations. Des groupuscules de négociants et de petits mariniers de moindre envergure, autochtones ou venus de l’étranger, Espagnols, Anglais, se déplacent encore ou se font représenter dans les ports français et étrangers de la Manche, de la mer du Nord, de l’Atlantique et de la Méditerranée. Les plus hardis de la côte nord du Finistère et du golfe du Morbihan sont déjà tentés par des expéditions maritimes lointaines et risquées comme les Malouins, les marins de Penmarc’h, les Vannetais. Des Vitréens et des Rennais vont aux foires internationales de Lyon, de Genève, de Belgique. D’autres sont plutôt sédentaires, courtiers, intermédiaires entre les fournisseurs et la clientèle. Tel est le cas à Nantes.

  • 24 M. Le Mené, « Le commerce de la Loire au XVe siècle », dans Les Bretons et la Loire, 126e congrès (...)

« Le port Briand-Maillard, entre le château et le Bouffay, reçoit la majeure partie de l’importation des vins par tonneaux (de 2 pipes) et pipes (de 450 litres) venus du comté de Nantes, de Haute Goulaine en 1487, du Val de Loire, de l’Orléanais, de Sancerre, de Saint-Pourçain, de Bourgogne, d’Espagne qu’il redistribue ensuite dans toute l’Armorique et dans les campagnes. Sur 3 300 tonneaux introduits en 1440, 1000 à 2000 sont réexpédiés à Vannes, dans les autres ports du Golfe du Morbihan et de la côte méridionale, de Normandie et de Flandre. C’est un fret rémunérateur, à la descente, pour les bateaux qui ont amené à la montée des tonneaux de blés (froment, épeautre, méteil, orge), du poisson en quantité, de la viande fraîche ou salée, des graisses, des produits laitiers, des légumes (pois, fèves) et une partie des 10 000 tonnes annuelles du sel de la Baie (de Bourgneuf) et de Guérande, du salpêtre et de l’alun, des métaux (du fer espagnol, de l’étain anglais, du plomb, de l’acier) et 5 à 6 000 balles de laine ibérique. Trois mots résument l’activité de Port-Briant : débarquement, stockage provisoire sur la grève et réexpédition.
D’autres postes d’amarrage se rencontrent au hasard des actes, dans l’île de la Saulzaie au départ des ponts sur la Loire et à la confluence de l’Erdre, le Port-Communau. Les grèves du quartier de Richebourg expédient les pierres de petites carrières locales, du sable dit de rivière, utilisé sur tous les chantiers de l’agglomération, de la pierre, des briques venues de Thouaré ou fabriquées sur place, des quartiers ou des pandans de tuffeau en 148124. »

115En fait, chaque localité a une élite marchande à son image, sa propre hiérarchie, susceptible de varier de génération en génération. « Les oligarchies de chaque ville doivent être considérées comme un ensemble de familles, et à chaque instant comme l’ensemble des individus appartenant à ces familles » (P. Lewis). Tous ne sont pas fortunés ; la plupart des 134 négociants bretons rencontrés dans les ports anglais et recensés par H. Touchard sont des gagne-petit traitant en moyenne une vingtaine de tonneaux de vin pour 5 livres 15 sous de marchandises et ont bien du mal à faire un bénéfice car « par mer, par terre et par champs, Dieu scait ce que le marchant endure » déclare un fabliau.

116Les bourgeois d’affaires se doivent d’ailleurs d’être polyvalents ou cumulards pour survivre dans une conjoncture difficile de guerre de course, de récession, de faillites, entrecoupée de reprises et d’espoirs, pour préserver leur position dominante. Pour réussir, ils ont intérêt aussi à contrôler des pans entiers de la vie économique. Le commerce des draps, du vin, du sel, des épices, des tissus, des métaux ou des armes, des colorants n’est qu’une branche d’activité qu’accompagne un intérêt marqué pour les fermes des impôts (cloisons, billots), le courtage, l’usure. Les Rennais Thierry, Pares, Champion, Guerriff sont fournisseurs de l’Argenterie du duc en épices, en tissus précieux, en drogueries, fourrures, toiles fines de lin, pièces d’orfèvreries, tout en cumulant les offices et les fermes. Le fin du fin est de transformer ses liquidités en biens-fonds, en vignes, en prés, en bâtiments, en parts de marchés, de bateaux, etc.

Les autres notables : officiers, manieurs d’argent et robins

117Le maniement de l’argent, l’office lucratif dans les sphères du pouvoir municipal ou princier, la spéculation ont facilité aussi l’ascension et la réussite promotionnelle de certains qui deviennent fermiers, banquiers, administrateurs d’un État multipliant les offices et les officiers, ancêtres de nos fonctionnaires. Faire fructifier des capitaux, tenir des charges lucratives dans l’intimité d’un prince ont permis aux plus habiles de gravir l’échelle sociale, tandis que la masse se cantonne dans des activités mineures qu’on peut qualifier de culs-de-sac. J. Kerhervé a souligné dans ses enquêtes les parcours prometteurs de Trésoriers de l’Épargne (Jehan Mauléon, Jehan d’Ust, Guillaume Chauvin, Jamet Thomas, Gilles Thomas), de receveurs généraux, de maîtres des monnaies ou de membres de la Chambre des comptes, de plusieurs cas de figures, au parcours étroitement associé à l’histoire du duché et des villes.

118Une autre situation, de plus en plus prisée dans l’échelle sociale, est l’appartenance au monde de la pratique (ou exercice d’une charge), du savoir et de l’expérience. Le « quatriesme estat des gens maniants les procès » de Montaigne, et des gradués en droit, est entré en scène avec bien du retard dans l’Ouest sur l’Italie et le Midi de la France.

119❍ La promotion des affairistes, une minorité, tend à devenir la réalité sous les derniers ducs dont les règnes sont marqués par l’inflation des impôts, et la croissance des dépenses administratives et militaires, puis durant le long conflit franco-anglais. Ces gens avisés, qui se tiennent les coudes et ont un esprit de corps développé se sont reconvertis dans les placements, dans le cumul des affaires et des investissements financiers, le change et plus encore dans le maniement des fonds publics. Ils s’intéressent aux fermes des impôts d’État et municipaux (dizain, vingtain sous, billot, cloisons), des taxes et des banalités seigneuriales, systèmes qui comportent une avance faite au souverain ou à une municipalité et un remboursement, en temps normal beaucoup plus élevé que le montant initial de la ferme mise aux enchères. Ils cherchent, par tous les moyens, y compris par des ententes illicites, la corruption, la prévarication ou le népotisme à doubler ou tripler leurs mises.

120Ces investisseurs locaux ou étrangers pratiquent aussi le menu change, l’usure, malgré l’opprobre qui vise cette activité, la récupération des métaux précieux. Mais ils s’intéressent moins aux transferts de fonds internationaux et aux opérations bancaires à grande échelle où les Bretons ne brillent pas, comme les Ibériques, les Italiens, les Flamands, par leurs capacités d’adaptation, leur technicité et leurs perspectives à long terme.

121Bref, on s’éloigne peu à peu, mais avec difficulté, des fondements économiques du patriciat ancien avec le personnel administratif et les gens de justice.

  • 25 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge, Paris, 1964 – B. Garnot, La justice en (...)

122❍ Sans être exclusive, la présence d’hommes de loi, de légistes, juges, avocats, procureurs, notaires, litterati, cultivés en latin, langue de la foi, et en droit, parés du titre de maître, s’affirme, chaque année, davantage dans des villes dotées d’institutions judiciaires et administratives développées. Il va sans dire que tous n’occupent pas les mêmes fonctions : un sergent ne saurait se comparer à un procureur ou à un prévôt même si on décèle l’existence de points communs tels que les prodromes de l’hérédité et de la vénalité des charges, le grappillage ou le cumul des gages, la recherche du placement. À côté d’une infime minorité de titulaires des plus hauts grades universitaires, d’un doctorat in utroque, en droit canon et (ou) en droit civil, d’une licence ès-lois, d’une maîtrise ès-arts, capables de prétendre aux plus hauts emplois, il existe une foule de gratte-papier et de gagne-petit, d’intellectuels villageois sans diplômes après des études éphémères, au mieux bacheliers, au savoir fondamental en grammaire, logique et rhétorique (trivium), limité à des rudiments scientifiques (quadrivium) en arithmétique, géométrie, solfège ou musique et astronomie. Ces gens sont privés de tout espoir de promotion, de notoriété et de gras profits dans les simples bourgades. À la complexité des carrières correspond un large éventail des fortunes25.

123Quelques grands officiers, des praticiens en cour laie, l’équivalent des sages en droit de Dijon, avocats, juges, procureurs, l’élite de ces messieurs de l’université, formés dans le Royaume en attendant l’université de Nantes et des représentants des fonctions libérales, connaissent une réussite sociale remarquable qui se lit dans leur qualificatif de maîtres et dans leurs appellations honorifiques. De jeunes nobles qui ont renoncé au métier des armes pour celui des lois, des fils de la bourgeoisie marchande, des héritiers de petits négociants ou de paysans aisés issus de la campagne ou de petites villes se ruent sur les offices de judicature et le notariat, portent la longue robe à plis maintenus par des coutures, doublée de pennes de fourrure en hiver et accompagnée d’une grosse ceinture de cuir rivetée à laquelle pend une bourse en cuir ou en velours. Le « chaperon » de laine rouge ou noire est un autre signe de distinction.

124Leur rôle au sein de la société et de la politique croît au XVe siècle, dans la vie courante, dans l’élaboration de feurs (contrats) et de testaments, dans les conseils municipaux. Les légistes côtoient des medici ou magistri in medicina qui réussissent aussi, mais c’est rare, à se constituer une belle clientèle qui leur assure la notoriété et la fortune.

Une minorité agissante

125Cette couche supérieure de la société urbaine, de triple origine, cette « bourgeoisie aisée » cache, selon l’importance des villes, des réalités variées ; « des petits marchands aux négociants cossus, le passage se fait sans transition bien nette » est et restera toujours minoritaire.

126Elle ne représente guère plus d’une dizaine, au mieux d’une vingtaine de personnes dans la plupart des bourgades, encore semi-rurales d’un millier d’habitants. Rares sont les fortes individualités qui se dégagent de la masse des citadins. Il s’agit d’une minorité de commerçants polyvalents, de drapiers, de deux ou trois mariniers sortant de l’ordinaire dans un petit port, d’un barbier-guérisseur de renom, d’une poignée de notaires et d’avocats besogneux, semblables à ceux qu’on trouve en Forez ou dans le Lyonnais. Ce sont des gens plus entreprenants et plus hardis que les autres et qui assurent, pour l’essentiel, la prospérité, toute relative de leur petite cité.

« Quand, dans un acte du 3 octobre 1450, Pierre II confirme les privilèges de Saint-Aubin du Cormier, il exige la présence, comme témoins, de personnalités locales. Quatorze noms seulement figurent sur la couverture du parchemin, dont deux Matignon et deux Le Veil. Aucune étiquette professionnelle ne leur est adjointe, mais on les retrouve cinq ans plus tard dans le rentier comme propriétaires immobiliers. Nous n’avons rien à dire de plus de la trentaine de bourgeois de Carhaix qui forment en 1500 la plus saine et mairre voix dicelx habitans congregez, un dimanche de novembre, pour délibérer du cas de Jehan Hamon, serviteur de l’évêque de Cornouaille, domicilié rue des Charbons, se disant noble, mais usant de bourse commune et considéré par ses concitoyens comme étant de condicion contributive. L’un, Alain Le Mareschal, sert de procureur aux autres ; Gilles Le Mercier est signalé (le seul !) comme barbier. »

127Un acte de 1440 mentionne 52 négociants estimables à Dinan, soit 1 % d’une population de 5 000 habitants.

« Un litige sur les modalités de levée de la rente dite censie de Lamballe a le mérite de faire connaître les 73 personnalités qui constituent le corps pollitique (sic) de la cité du Penthièvre. Nous trouvons quatre Vaucouleur, trois Le Poullain, deux Jullot, père et fils, deux Blanchet, deux Le Maignan. L’un des individus concernés porte le titre de maître, ce qui suppose des études universitaires et une profession juridique. Cette liste confrontée avec les aveux, avec le rentier de la fin du XVe siècle montre que sont représentés des marchands-fabricants de parchemin, des drapiers, des merciers, des officiers de la seigneurie. »
« Une enquête sur le communal (territoire commun) de Quimperlé, déjà utilisée et plusieurs titres de la fin du XVe siècle livrent 18 noms d’hommes respectés pour leur savoir et pour leur fortune. Ce sont notamment quatre prêtres plusieurs officiers de l’abbaye, un homme de loi Maître Jehan du Leste docteur es droits (ce qui est très rare ici), un marchand Guillaume Morice, Jestin le faiseur d’arbalètes, Hervé de Bennerven. »

128Dans les grands centres où les moyens d’investigation sont plus intéressants, l’éventail des fortunés et des fortunes s’élargit. La levée d’un emprunt forcé à Nantes en 1489 pour rémunérer des mercenaires allemands en garnison permet de connaître les 125 plus riches citoyens d’une ville de 14 000 habitants, capables de fournir la somme de 13 010 livres au miseur Jehan Blanchet, à un taux d’intérêt de 5 %. Les seize plus gros créanciers de l’état sont inscrits pour 200 livres et plus et assurent plus de 41 % de la somme récoltée ; 46 autres cotisent entre 100 et 200 livres ou 39,5 % et les 63 derniers à moins de 100 livres chacun avancent seulement 19 % du prêt. Trois catégories d’hommes forment le sommet de la hiérarchie locale des plus gros créanciers de l’état : des marchands importateurs-exportateurs de pipes de vin étranger, de tissus, de métaux, de sel, des hommes de loi dont trois notaires et des officiers de haut rang.

« La plus forte quote-part nantaise, celle de Gilles Thomas, Trésorier de l’Épargne, auditeur de la Chambre des comptes est de 800 livres, les plus faibles de 25 livres, soit un écart de 1 à 32. Viennent après Jehan Blanchet, sénéchal de la ville, descendant d’une famille de marchands et de changeurs (700 livres), Guillaume Paticier, un marchand, prévôt de la confrérie de Notre-Dame de la Chandeleur de la paroisse de Saint-Nicolas (700 livres), Yvon Guiolle marchand (400 livres), Jehan Lode, Jehan Seron, Maître Pierre de Vay (300 livres), Jehan et Pierre Picard (220 livres)… Au bas de l’échelle des 125 on trouve 5 bouchers, un pintier, deux merciers, des gens situés à la frange de la bourgeoisie moyenne. »

129Sensiblement à la même époque, vers 1487, un autre prêt énumère 224 souscripteurs à Rennes qui ont puissance de prêter 3 124 livres à la ville : trois hommes versent 100 livres chacun soit 300 livres ou 9,60 % du total, neuf entre 40 et 70 livres soit 470 livres globalement (15 % de l’ensemble) ; 16 donnent 30 livres chacun ou 480 livres (15,36 %), quatre 25 livres chacun ou 100 livres (3,20 %) ; 19 versent 20 livres chacun ou 380 au total (3,20 %) ; 51 apportent 1 730 livres ou 55,38 % du total, les derniers le reste de la somme. En tête de cette liste des riches prêteurs figurent une dizaine de merciers ou importateurs-exportateurs de matières premières et de produits manufacturés dont les membres sont des notables connus : les Thierry, Marié, Thouraud, Maillart, de Millan et Carré, des drapiers ou marchands de draps comme les Le Meignan, des notaires, avocats et procureurs avec les Duboais, les Racine, les Mauvy, les Dallier, les Brullon, des marchands de vin comme les Pares. Au sommet de la pyramide rennaise figure Julien Thierry, l’alter ego de Gilles Thomas à Nantes.

130Dans ces deux cas, les puissants constituent au maximum 2 % de la population et on aboutit à la même stratigraphie sociale partout où nous avons enquêté et publié : à Clisson, à Ancenis, à Morlaix, à Quimperlé, à Saint-Malo, dans les localités du Léon.

Édification et composition des fortunes

131L’estimation des fortunes des notables, témoin matériel de réussite individuelle et familiale, reste délicate en dépit des informations données par les aveux ou les documents fiscaux.

132Nous distinguerons entre l’argent acquis par le travail, fruit de leur activité professionnelle, et qui a permis à une minorité de sortir de l’ombre et de s’imposer sur le plan local, et les « bons placements » réalisés avec le capital accumulé.

Le fruit du labeur quotidien : gains, bénéfices

133Les bénéfices commerciaux retiennent d’abord l’attention puisque la plupart des notables que nous voyons vivre sont issus du monde du négoce.

  • 26 M. Le Mené, L’économie médiévale, Paris, PUF, 1977, p. 123 – Ph. Wolff, Automne du Moyen Âge ou pr (...)

134❍ L’impression dominante est la médiocrité des affaires. « Dans le domaine du commerce proprement dit, savoir bien acheter et bien vendre, avoir le goût du risque, voire de l’aventure, disposer d’un petit capital et d’un esprit d’initiative, furent, au départ, les qualités nécessaires à la réussite marchande. Elles suffirent longtemps à animer une masse de gagne-petit, sans instruction particulière, acquérant les connaissances de base sur le tas, au gré des expériences et des déplacements26. » La plupart des négociants rencontrés sont restés à ce stade archaïque de gagne-petit qui se définit par des capitaux et des moyens économiques insuffisants, un trafic sans envergure, des affaires plutôt familiales et de courte durée, des marges bénéficiaires réduites en temps normal, amoindries par la détérioration du climat politique, avec les pillages des corsaires, avec les risques de la navigation et du transport routier.

135La Bretagne a surtout profité de l’effacement momentané des puissances rivales pendant la guerre de Cent Ans. Ses échanges reposent pour l’essentiel sur trois grands produits : le vin soumis aux aléas de la production, le sel de peu de valeur et trop pondéreux pour l’intérêt financier qu’il offre, les toiles fines ou grosses plus rentables, mais insuffisantes pour construire de grosses fortunes. Les notables qui s’adonnent à l’exercice commercial se contentent de peu, de la conclusion de petites transactions qui s’accumulent et finissent par amortir le plus vite possible les frais de construction et d’entretien de l’unique navire à la merci du hasard. Qu’un naufrage se produise, que la rupture d’une trêve entraîne une confiscation, et la misère s’installe dans une famille. Chacun a d’ailleurs conscience du danger et ce n’est pas sans raison si les transporteurs de Lannion, plus prévoyants que leurs semblables, consacrent un article de leurs statuts à l’éventualité d’un revers de fortune et insistent sur la nécessité de l’entraide entre confrères. Quelle marge bénéficiaire peut espérer un marchand qui expédie une cargaison estimée à une douzaine de livres-monnaie, une vingtaine de tonneaux de vin, une dizaine de muids de sel ? Ce sont pourtant des chiffres qu’on rencontre communément dans les textes de cette époque. Que peut espérer comme profit le mercier rennais qui amène sur le marché trois ou quatre charges de 312 livres-poids chacune ? Les plus habiles, les plus aventureux misent sur une rotation rapide de leurs vaisseaux et de leurs charrettes, qui accroît pourtant les risques et l’usure du matériel. Les autres font argent de tout, pratiquent en même temps la pêche, louent leurs véhicules aux municipalités pour transporter les matériaux de construction.

136Beaucoup de ces hommes arrivent péniblement à dépasser les 50 à 60 livres qui constituent la rémunération annuelle d’un ouvrier maçon ou charpentier, une centaine dans le cas d’un technicien privilégié.

« Quelques Morlaisiens qui passent pour des gens avisés se sont hissés à un rang supérieur grâce aux toiles, au vin, aux produits d’un hortillonnage réputé, source de fructueuses exportations ou réexportations. Une quarantaine de marchands aisés, se confondant rarement avec les marins, trafique avec Exeter ou avec La Rochelle. Le chiffre moyen des transactions avec l’Angleterre méridionale se situe autour de 235 livres bretonnes par négociant à la fin du siècle. C’est exactement le prix 15 à 20 pipes de vin d’Anjou ou de Bourgogne ! La somme est pourtant de 5 à 10 fois supérieure à celle que peuvent espérer encaisser leurs concurrents des autres ports bretons. Les neuf premiers, monopolisant 45 % du chiffre d’affaires, réalisent des opérations dépassant les 300 à 400 livres. Un seul Morlaisien, Thomas Grigaden, très connu dans sa ville, doit, en 1490, à un correspondant de La Rochelle 4034 livres tournois pour l’acquisition de 196 tonneaux de vin. C’est la plus grosse affaire qui n’a rien de mirobolante à laquelle un Breton est mêlé dans le port charentais. Quelques années auparavant, en 1469, Jehan Gaultier de Guingamp avait acheté, dans les mêmes conditions, 104 tonneaux, ramenés ensuite sur deux navires, l’un à destination du duché, l’autre en Picardie. Le Nantais François Spinolle fait figure de marchand prospère. Il exporte entre autre chose 508 muids de sel vers la France, en 1490-1495. Mais, connaissant la faible valeur marchande de ce produit lourd, moyen d’oppression fiscale pour le roi de France, nous entrevoyons aussi les limites des affaires de l’intéressé. »

137Seule, une infime minorité a la réputation d’appartenir à la catégorie des rices homs mais aussi a la prudence de miser sur plusieurs tableaux, de cumuler les affaires et les revenus, ce que rendent fort bien les expressions ambiguës ou vagues de merciers, de marchands d’Outre-Mer, utilisées à Rennes et à Vitré. Ils s’intéressent d’ailleurs autant aux transports terrestres qu’à la navigation hauturière, côtière et à la remontée des rias et des fleuves. Leurs appuis ou leurs fonctions au sein des conseils urbains leur offrent de bonnes occasions. L’ouverture d’un chantier, l’annonce de la venue d’un prince, le renforcement du potentiel militaire de leur cité leur ouvrent de brillantes perspectives. Les merciers rennais Jehan Dumesnil, Guillaume Le Gay, Julien Thierry, Laurens Pares… sont toujours présents quand il s’agit de livrer du métal, des tissus ou des objets d’art, de la poudre de canon, du salpêtre à la municipalité. Thomas Ernault, Mahé Aloff, Jehan et Faby Basire, Pierre Guiole, Geoffroy Gallopin, Jehan de la Folie, anciens ou prochains miseurs, les imitent à Nantes. D’autres dominent le monde des affaires à Vitré ou à Saint-Malo, à Quimper avec les Le Baud, à Vannes avec les Locqueméran ou avec les Colombel, adjudicataires de tout ce qui se présente d’intéressant.

138Leurs chiffres d’affaires demeurent incalculables. Si, par simple hypothèse formulée, un prêt consenti à la duchesse Anne par les Rennais représentait 10 % de leurs revenus annuels, la famille Thierry totaliserait 40 000 livres annuelles mais les merciers Guillaume Marié, Pierre Champion et Jehan Hagomar se contenteraient de 2 000 livres, des bénéfices très inférieurs à ceux que prétendaient des Italiens, des Flamands ou des Rhénans à pareille époque.

139❍ Les gages et les honoraires d’un second groupe de notables laissent paraître la même impression, relevée, à son tour, par J. Kerhervé dans son étude sur les offices et les officiers de finances.

140La grande masse des « fonctionnaires », des hommes de loi vivote dans la médiocrité et seuls le cumul des emplois et la multiplication des petits profits permettent à quelques-uns de se hisser au rang des notabilités. Bien entendu, ce ne sont pas les petits avocats, les notaires de quartier qui exercent une influence quelconque au sein des conseils nantais, rennais ou quimpérois. En 1464, la municipalité rennaise, placée devant de lourdes responsabilités militaires, fait appel à la générosité publique et demande aux gens de sience (sic) de participer au financement des travaux. Vingt-deux personnes répondent à cette demande et versent la coquette somme de 449 écus. Les premiers imposés, avec le lieutenant du capitaine, sont un procureur, Pierre de Romelin et deux avocats, Maître Raoul Bocquet et Yvon de Romelin soit 50 livres chacun ou 33,4 % du montant total de la taxe à eux trois.

« Les Romelin sont très connus. Pierre, procureur de l’Auditoire, requiert en 1460, contre des entrepreneurs accusés de détournement de fonds et de malfaçons ; il est sénéchal en 1473, membre du conseil de la ville, participe à toutes les réceptions, donne des ordres aux miseurs. Il ne néglige aucun moyen d’arrondir sa fortune et c’est avec stupeur que nous le voyons vendre… un canon à la ville. A-t-il servi d’intermédiaire ? Yvon, son parent, est un bon avocat qui, contrairement à tant de confrères, ne végète pas dans la médiocrité. Il défend la communauté dans nombre de procès où elle se trouve engagée et perçoit, à ce titre, en plus de ses honoraires, une pension de 50 sous par an. Il est aussi inscrit dans les comptes de plusieurs confréries et, ce n’est pas par hasard, sur les registres de la plus puissante d’entre elles, celle des Merciers. Après ces trois noms, nous relevons encore ceux du Maître Patri Mauvy, avocat, futur procureur des Bourgeois de 1469 à 1489 (40 écus), de Thomas du Tertre, avocat (40 écus), de Macé Mandait, tabellion (20 écus), etc. Le dernier de la liste cotise pour 3 écus (l’écu valant 22 sous 11 deniers). »

  • 27 J. Kerhervé, « Les Thomas », op. cit. & « Prosopographie des officiers de finances : l’exemple des (...)

141À un niveau supérieur, se situent la famille Thomas à Nantes, et les Bourgneuff de Rennes. Jamet Thomas est le fils de Jehan, maître des monnaies de Nantes vers 1406. Lui-même embrasse cette carrière financière et, gravissant tous les échelons, termine sa vie comme Général Maistre des Monnoies de Bretaigne (1465-1474). Son fils Gilles se borne à être responsable de l’atelier de sa ville, ce qui, au surplus, est fort honorable. L’office garantit des gages, 200 livres pour un général maître, et des bonis sur chaque marc ouvragé, sans compter les privilèges, les exonérations d’impôts. C’était « un passeport non négligeable vers d’autres fonctions financières », dit son biographe J. Kerhervé. Et, de fait, Jamet et Gilles ne font fi de rien. Le père est miseur de Nantes en 1442, contrôleur en 1443-1444, auditeur des comptes de la ville et dûment rémunéré pour cette tâche de 1443 à 1474, indemnisé comme député aux États etc. Le couronnement de sa carrière vient en 1472 lorsque François II, content de ses services le nomme Trésorier de l’Épargne, sans lui enlever pour autant la Généralité des Monnaies. Le fils suit ses traces, avec le même souci de ne rien dédaigner, de cumuler si possible. Il est aussi bien maître de l’artillerie nantaise à… 10 livres par an qu’adjoint de son père à l’Épargne, avant de lui succéder de 1474 à 1491 comme receveur des fouages (1467, 1473). Le summum est atteint quand François II lui laisse la Trésorerie Générale, le 1er octobre 1485, pour remplacer Pierre Landais, disparu dans les conditions tragiques que nous décrirons. Pendant quelques mois, Gilles cumule la Trésorerie Générale et l’Épargne, ce qui fait de lui un « super ministre » des finances, le véritable maître du duché, près d’un duc vieillissant et diminué. La maladie l’oblige à renoncer à une partie de ses responsabilités en janvier 1487 et il ne conserve momentanément que l’Épargne. Rétabli, ses ambitions croissent à nouveau, d’autant plus exacerbées qu’il se trouve créancier de l’État. Il obtient, à titre de compensation, la Garde des Chartes (1495) puis un poste d’Auditeur à la Chambre des Comptes (1503)27.

142Les Bourgneuff de Rennes suivent une voie sensiblement parallèle à celle des Thomas. Les fils de Perrinet, entrevu dans l’atelier monétaire local, en 1395, Jehan et Gilles, sont aussi monnayeurs et le second accède même à la direction de l’office rennais, ce qui ne l’empêche pas d’ailleurs de briguer les postes municipaux, d’être membre du conseil, envoyé spécial près du duc en 1458, miseur l’année suivante. Jehan, son fils, marche sur ses traces et accède aux fonctions rémunératrices de prévôt de la monnaie. Ses gains cumulés et les profits acoustumés lui permettent, en tout cas, d’acquérir des terres et de solliciter une lettre d’anoblissement en 1490.

« Les Thomas et les Bourgneuf sont, personne n’en doutera, des cas extrêmes, des modèles de réussites sociales. Sans atteindre leur niveau, d’autres bourgeois doivent aussi leur fortune à des offices locaux et de cour. Olivier Le Baud, un Rennais d’adoption, débute comme secrétaire ducal vers 1457, puis devient receveur de la ville plusieurs fois consécutives, entre 1466 et 1478. Il va aux États, assiste à la baillée des fermes des octrois, signe fréquemment des ordres de paiement aux miseurs. Le couronnement de sa carrière est la direction de la Trésorerie Générale des Guerres. Les Becdelièvre sont vraisemblablement originaires de Guipry. Le premier connu, Guillaume, est secrétaire ducal et reçoit des lettres de noblesse. Ses cinq fils sont tous des personnes en vue, deux dans les ordres, Pierre, doyen de Lohéac et maître des requêtes en 1487, Louis, recteur de Saint-Jacques-de-lande près de Rennes, trois dans l’administration. Thomas a joué un rôle limite à Rennes, mais son fils aîné Raoul fut un des ambassadeurs favoris de la duchesse Anne et le lieutenant de la Cité en 1496. Pierre nous intéresse davantage dans la mesure où il est l’illustration vivante de nos propos. Il figure dans les comptes, d’abord comme membre du conseil puis comme miseur (1477-1478) et enfin comme procureur des bourgeois de 1485 à 1489. Son attitude courageuse dans la défense de la ville, son loyalisme lui valent des récompenses sous forme d’offices bien payés et appréciés. Il semble avoir été quelques mois Trésorier Général, servant de remplaçant momentané dans le cours des fonctions de Guillaume Juzel, lui-même Trésorier Général, de janvier 1487 à avril 1489. Il est aussi Trésorier des Guerres. Son ralliement à Charles VIII lui vaut une disgrâce passagère auprès de la duchesse Anne et la confiscation de ses biens. Il est amnistié l’année suivante et lègue à ses enfants une brillante situation. Le dernier fils de Guillaume, Charlot, quitte la Bretagne en 1492 et fait souche en Anjou. Jehan Blanchet, procureur des bourgeois de Nantes vers 1435, obtient d’abord un poste de secrétaire ducal en 1455, une maîtrise des requêtes du Conseil en 1450. Il est probablement parent d’un autre Blanchet, portant un prénom identique, changeur bien connu et miseur de 1487 à 1488, contrôleur en 1490. Réussite aussi, mais d’un autre genre, que celle de Me Christophe Martin, docteur en midicine, très apprécié dans la haute société nantaise et reçu régulièrement à la Cour ducale. »

143Les gains et les gages ne suffisent pas à la plupart des marchands et des officiers rencontrés. Très vite, ils se sont efforcés d’y ajouter d’autres sources de revenus.

Les bonnes affaires

  • 28 J.-P. Leguay, « La propriété et le marché de l’immobilier à la fin du Moyen Âge dans le royaume de (...)

144Une réussite dans les affaires ne se conçoit guère sans cumul, sans effort pour rentabiliser une situation, quitte même à accepter des pots-de-vin et à entrer dans toutes sortes de combines28.

145❍ Les fermes des impôts attirent les plus riches de chaque communauté, seules les prétentions changent.

146Il est évident que le plus gros négociant de Landerneau, de Lesneven, de Saint-Renan ne peut viser autre chose que l’adjudication des coutumes sur le marché de sa seigneurie, seul ou en association avec des collègues, l’exploitation des sécheries de Cornouaille. Son homologue de Pont-l’Abbé, de Quimperlé, de Moncontour… sera dans la même situation. Un notaire aisé, un homme de loi doté d’une solide clientèle pourra être tenté par la recette des sceaux et du tabellionnage de la seigneurie ducale ou d’un grand fief. Mais, en fin de compte, tout cela ne va pas très loin et se joue, dans le meilleur des cas, sur quelques dizaines de livres de bénéfice assurées et encore ! Un meunier fera presque aussi bien avec un moulin productif.

147Les grandes familles nantaises, rennaises, quimpéroises, vitréennes, sans négliger totalement les petits contrats, des cloisons des draps ou de la mercerie, des pavaiges, épient davantage les impôts sur le négoce du vin, la traite des choses mortes, les issues portuaires, les aides urbaines et surtout les recettes des fouages. Ces fermes portent généralement sur plus de 1 000 livres, voire même sur 3 000 et davantage et les familles intéressées mettent tous les atouts de leur côté : l’argent nécessaire aux avances de fonds, la garantie indispensable de leur patrimoine, des parents et des amis prêts à les cautionner comme plèges. Les documents fiscaux font apparaître de véritables monopoles, des ententes interfamiliales, des alliances.

« Un inventaire tardif de la Chambre des comptes montre que les Spinolle de Nantes se sont intéressés aux recettes ordinaires de leur ville, André de 1439 à 1444 et de 1449 à 1451, Lucien en 1444. La recette du fouage de l’évêché de Rennes a été presque constamment entre les mains des plus riches marchands de la Cité : Eudin du Rocheel (à 5 reprises, entre 1426 et 1444), Jehan Brullon (7 fois entre 1448 et 1460). Pierre Blanchet (9 fois entre 1460 et 1474). Il en est strictement de même dans le diocèse de Saint-Malo avec Pierre Lamour (5 fois entre 1434 et 1438), en Cornouaille avec le Quimpérois Guillaume Le Baud (en 1455-1459). Nous retrouvons aussi des noms familiers comme receveurs des différents impôts sur les vins. »

148❍ Des bourgeois aisés se sont intéressés également aux travaux publics.

149Une demi-douzaine de Rennais passe régulièrement contrat avec la municipalité et se charge de la construction d’une tour ou d’un pan de mur, avance l’argent nécessaire à l’achat de matériel et recrute des ouvriers compétents. Il s’agit, en l’occurrence, d’intermédiaires qui se remboursent des fonds prêtés sur les revenus à venir des octrois et des taxes sur les vins. Le système soulage les comptables urbains, sollicités par d’autres tâches, permet de réunir rapidement l’argent nécessaire et d’accélérer le gros œuvre, mais assure aussi à une minorité de substantiels bénéfices, dans un délai relativement court.

150Des hommes comme Jehan Guerrif, Jehan et Pierre Guinot, Jehan Le Gouz, Jehan Dumesnil, généralement membres de la confrérie des merciers, en ont largement profité. Nous savons que l’adjudication fut utilisée couramment à Quimper au profit des Le Baud.

151❍ Le prêt à intérêt est une autre voie qu’exploitent les plus fortunés, à tous les niveaux.

152L’usage du crédit est attesté, depuis plusieurs siècles, en Armorique. Il prend de l’importance à la fin du Moyen Âge avec l’essor des villes, de la construction et du commerce. On se prête couramment de l’argent entre parents et amis, entre marchands d’une même profession ou habitant des localités voisines, à plus forte raison entre notables et gens de condition inférieure, dans la position de quémandeurs. Pourtant la Bretagne accuse, dans ce domaine, un sérieux retard. À la différence de ce qui se passe sur les grandes places financières européennes, à Bruges, à Anvers, à Florence, à Milan, à Lyon, à Paris, à Rouen… les moyens proposés ici sont à l’image d’un monde d’affaires étriqué et pauvre en numéraire. Les sommes avancées sont plutôt modiques, inférieures à cent livres. La prudence, la parcimonie, la méfiance guident les bailleurs de fonds, même au sein d’une famille.

153Depuis la fin du XIIIe siècle, le prêt à intérêt traditionnel, garanti par la remise au créancier de gages mobiliers non frugifères ou d’une terre, tantôt en vif-gage, tantôt et plus souvent en mort-gage, sans être totalement abandonné, cède la place dans nos villes au système de la rente constituée. Son principe, rappelons-le, est le suivant. Un particulier, disposant de capitaux et soucieux de les faire fructifier, sans peine, a la possibilité d’acheter à une personne, dans le besoin, une rente perpétuelle assignée sur une maison, sur un jardin ou sur tout autre bien. La rente que le vendeur s’engage à verser, chaque année, à date fixe, représente entre 5 et 10 % du montant total de la somme fournie. Par le cumul des rentes, un notable peut s’assurer de substantiels revenus. Les ecclésiastiques n’ont pas été les derniers à s’intéresser à cette pratique qui camoufle astucieusement une méthode usuraire.

154À l’échelon supérieur, l’État est, surtout depuis François II, le débiteur attitré des bourgeois. Les charges militaires, administratives et somptuaires n’ont cessé de croître pendant la seconde moitié du siècle et la Maison ducale qui vit au-dessus de ses moyens a constamment recouru à cette solution de facilité. Il existe, en fait, deux catégories d’emprunts. Les uns, s’apparentent à des réquisitions ; les officiers et un grand éventail de citadins en font les frais et il n’est pas certain qu’ils aient été totalement remboursés. Les autres nous intéressent davantage. Ce sont des appels à des « financiers » qui exigent, en échange, la promesse de gros intérêts et la remise de gages de valeur. Une poignée d’individus est concernée par ces opérations, les Thomas à Nantes, les Le Baud à Rennes dont l’un des membres, Jehan, reçoit en gages une couronne sertie de pierres précieuses, estimée à 5 250 livres, ce qui en dit long sur la somme prêtée au duc, et surtout Julien Thierry qui fut le banquier de François II et d’Anne de Bretagne.

La réussite sociale : les « ostels » et les maisons de rapport

155Comme tant de bourgeois aisés ailleurs en France et à la différence des Italiens, le riche Breton voit dans le commerce, dans la charge ou l’office, une étape, un moyen de parvenir à ses fins, en aucun cas une vocation définitive.

156Sitôt fortune bien établie, la sagesse la plus élémentaire lui conseille d’immobiliser partie ou totalité de ses capitaux dans de solides placements. Cette mentalité conservatrice, timorée, d’épargnant, de rentier, s’explique, à plus forte raison, dans un pays isolé, souvent menacé, dans un monde où l’argent ne circule pas encore suffisamment, où le crédit est rare, où les forces attachées par tradition à la terre, gardent toute leur autorité, leur prestige et leur puissance.

157❍ Un bourgeois, enrichi par le négoce et par d’habiles spéculations, n’en reste pas moins un homme prudent.

158Il sait par expérience et par des exemples concrets que la « roue de la fortune » tourne très vite et qu’à une réussite spectaculaire succède parfois la pire des déchéances. La capture de l’unique vaisseau, son naufrage, un procès, une disgrâce suivie de la perte du marché de la Cour ou toute autre raison provoquent des drames soudains, au mieux un effacement provisoire, au pire un oubli définitif. Le destin d’un Pierre Landais est présent à l’esprit de chacun, destin, ô combien plus tragique que celui de Jacques Coeur dont la fin, en combattant les Musulmans, dans l’île de Chio, n’eut rien de déshonorant. On comprend alors que, consciemment ou d’instinct, le notable ait cherché, pour lui et pour les siens, des garanties d’avenir, une position de repli sécurisante, que ne lui assurent pas ses activités marchandes. Tout pousse donc les plus timorés ou ceux pour qui le commerce est moins une vocation qu’une nécessité, vers la recherche de placements sûrs où leurs capitaux fructifieront à l’abri du danger.

159La contraction du marché qui a vite menacé la Bretagne du XVe siècle, la quasi-inexistence de circuits bancaires dignes de ce nom, pareils à ceux que connaît la Haute Normandie ou la Touraine à cette époque, le bas niveau des connaissances économiques et le faible rapport du capital circulant expliquent aussi le rôle refuge joué par la terre ou les locations bien étudiées. La pierre, pourvoyeuse de rentes et d’intérêts, la terre susceptible d’assurer en même temps une partie de l’approvisionnement familial, répondent aux aspirations profondes de gagne-petit timorés.

160Le bien-fonds multiforme autorise la spéculation locative par le louaige à bon prix d’appartements dans des immeubles, de taudis ou de caves insalubres, de maisons basses. Il sert d’hypothèque privilégiée dans une transaction importante, de garantie d’une dette ou d’une rente constituée et facilite l’obtention d’une charge, d’un honneur, d’un crédit.

161L’avoir sous forme de terre ou de pierre conserve un immense attrait chez des citadins de fraîche date, chez d’anciens ruraux qui ont conservé une mentalité de terriens et des attaches avec leur milieu d’origine et continuent de vivre en symbiose étroite avec le monde rural. Les habitants du Gâvre, de Rosporden, de Saint-Aubin-du-Cormier sont encore, dans leur majorité, des propriétaires-exploitants de clos, de parcs, de terres de labour, des utilisateurs assidus des silves voisines. Des Guérandais viennent de Saillé, d’Escoublac ou de Batz, gardent en s’installant à demeure dans l’enclos fortifié, les aires de salines, les champs de leurs pères et s’efforcent même de les étendre. L’achat de nouvelles parcelles répond parfaitement au vieux réflexe paysan d’arrondir son bien dès que la possibilité se présente.

162Pour le parvenu comme pour le riche de longue date, le bel hôtel particulier, la grande maison avec pignon sur la Grande Rue, proche de la cathédrale ou de la halle (Rennes) avec sa tour et ses dépendances, le clos de vigne, le grand jardin et le courtil, le parc est enfin une possession ou un investissement de prestige, un témoignage d’honorabilité. Le bien immobilier contribue à l’élever dans l’échelle sociale, lui permet de côtoyer la noblesse, d’imiter son genre de vie, prélude à une éventuelle promotion dans ses rangs.

163❍ Un marchand, un officier a, en plus de sa famille, beaucoup de domesticité. Il lui faut donc prévoir un domicile spacieux dont la qualité est rappelée dans les archives par des expressions qualitatives telles que belles et grandes maisons, maisons neuves, ostels, manoirs. Vannes collectionne à cette époque de beaux habitats, le domicile de Guillaume Bogier, Trésorier de l’Épargne, près de la Chambre des comptes, le manoir du Sennechal à Saint-Salomon, la maison de la Rose près de la porte Saint-Patern et surtout la maison présidantelle alias Château-Gaillard, appartenant aux Malestroit.

164Les plus cossues de ces maisons à pignon sur rue ont des soubassements en pierre et sont couvertes d’ardoises. Les murs des étages sont recouverts de pans de bois ou de hourdage blanc. Les décors de boiseries peintes ou sculptées livrent encore de nos jours des richesses surprenantes (Saint-Brieuc, Morlaix).

« Maître François Duboais, un noble de fraîche date, peut s’enorgueillir de posséder à l’entrée de Rennes, près de la porte de Toussaints, l’hôtel du Puiz-Mauger. On y pénètre par un portail de maçonnerie donnant sur une cour entourée de murs. De chaque côté de l’entrée s’ouvrent des étables et une cuisine. Le bâtiment principal, au fond de la cour, comporte une grande salle rectangulaire d’environ 12 m de long sur 8 de large, une seconde chambre au rez-de-chaussée, trois garde-robes dont l’une donne sur la rue de la Madeleine, plusieurs aux étages, un escalier à vis en granit de 30 pas pour les desservir. Les différentes pièces sont pavées de carreaux de terre cuite. L’ensemble atteint 7,36 m de haut, des fondations non comprises au niveau de la couverture. Ce manoir dispose aussi d’un four, d’un jardin, d’un verger, d’un parc de chênes et de volliers. »

165Les maisons de notables gagnent en hauteur et comportent plusieurs soliers ou planchers, synonymes d’étages, ou des chambres hautes, avec éventuellement des combles aménagés, une galerie extérieure qui conduit aux annexes. Le riche n’hésite pas à multiplier les ouvertures, à faire venir à grands frais le peintre-vitrier qui pose des panneaux simples ou colorés, des vitraux, le fèvre qui installe les « grillages » protecteurs aux fenêtres. De belles sculptures extérieures sur les poteaux corniers, sur les poutres d’encadrement des étages, au-dessus des portes attirent l’attention du promeneur, le distraient si, à côté des sempiternels motifs religieux, apparaissent des figures grotesques qui en disent long sur le niveau culturel de certains de ces parvenus.

166L’aisance se remarque dès que l’on franchit le perron et le couloir d’entrée. Elle se mesure à la cage d’escalier dont les paliers, véritables galeries suspendues, permettent au maître de céans d’entrevoir, d’un seul coup d’œil, tout ce qui se passe dans sa maison (Morlaix). Elle se mesure aux salles principales du premier étage (aulae), au nombre des chambres particulières, un luxe à une époque où la promiscuité est de règle, aux installations de chauffage, au tout-à-l’égout. Des hôtels particuliers sont des chefs-d’œuvre qui s’offrent encore à l’admiration des visiteurs comme la Maison des Archers de Quimperlé. Les plafonds sont lambrissés ou partagés par de grosses solives peintes ou sculptées.

167❍ Les surfaces bâties ont beaucoup d’attrait au XVe siècle et leur extension est encore un témoignage de réussite sociale.

168Les méthodes d’acquisition de l’immobilier sont multiformes, en principe dignes d’un estat qui n’ignore pas le chantage, l’usure, la spéculation sur la misère d’autrui en période d’incertitude, après une peste ou un incendie. Le rice hom sait tirer profit de la plus-value en cette période d’intense urbanisation que connaissent la plupart des villes armoricaines. Car la population augmentant intra et extra muros, le terrain devient plus rare et plus cher, d’année en année, les loyers croissent avec la demande. Saisir la bonne occasion pour acheter, pour construire n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il existe alors des maisons pour tous les usages et pour tous les goûts. Il se vend à Nantes, au XVe siècle, des résidences atteignant 700 à 1 000 livres dans le quartier du château ou à côté de la cathédrale Saint-Pierre. Le marchand moyen fixe son choix plutôt sur un bâtiment honnête avec galerie, plusieurs pièces, appentis, cour, jardin et commodités, de 100 à 300 livres. En plein Saint-Malo, rue des Forges, un domicile confortable atteint 131 livres en 1485, dont 31 « pour entrailles et vin de marché », une plus luxueuse, aux abords de la cathédrale, 245 livres. Un bel immeuble, place du Martray de Guingamp, se paie 200 livres en 1431.

169D’autres bourgeois investissent dans les logements de pauvres, dans des taudis estimés à 10, 20, 30 livres, qu’ils louent ensuite à de malheureux ouvriers par étages ou par chambres à Toussaints de Rennes au sud de la Vilaine, dans les quartiers portuaires, à la Fosse de Nantes, partout où fourmillent ces véritables tanières insalubres qu’on voyait encore sur les premières photographies du XIXe siècle ! Par achats successifs, par le jeu des successions, des familles finissent par détenir de véritables fortunes dont se font l’écho les rentiers. Le mouvement de concentration entre peu de mains des immeubles d’une ville est bien amorcé au milieu du XVe siècle.

170Des placements immobiliers moins connus attirent aussi les capitaux des familles aisées. Les locaux artisanaux et commerciaux séduisent bien des notables ou des artisans : des boctiques ou ouvroirs, des ateliers avec étals et bancs, des tréteaux sous les halles (Rennes), des appentis, des tas de ruines, des carrières ou des sablonnières (à Richebourg de Nantes), des emplacements, des pontons, des cails, des poteaux à usage portuaire (Saint-Malo, Quimperlé, Vannes), les aires à pelains ou des fosses pour étaler des draps ou des peaux, pour les opérations de teinture (à Saint-Patern de Vannes, au Val de Lamballe).

171Des concentrations de biens découlent des énumérations données par les livres-rentiers et des testaments.

172Le livre-rentier de Rennes de 1455 offre un premier éclairage au milieu du siècle. Si 5 % des personnes interrogées par les commissaires ne détiennent qu’une fraction de logement (une chambre, la moitié, les trois quarts), 73,5 % des autres en déclarent un entier. L’habitation familiale unique prédomine ici. Pour ce qui est du reste, 14 % des citadins ont deux maisons, 4 % trois, 2 % quatre. Dix familles, pour la plupart marchandes, possèdent chacune : cinq maisons, quatre : six maisons, une : sept maisons, deux : huit maisons. La maire et principale partie des propriétaires immobiliers rennais, se répartit ainsi :

Noms Profession Maisons Localisation
Me Jehan du Boais homme de loi, procureur de Rennes, 8 maisons, rues aux Foulons, Ferronnerie, du Vau-Saint-Germain, Saint-Yves, Saint-Sauveur.
Jehan Boaisguérin marchand 6 maisons, rues de la Baudrairie, de la Fannerie, Corbin, Vasselot, des Porches.
Pierre Bourgneuf marchand 6 maisons, rues de la Penascherie, de la Cordonnerie, du Bourg-l’Évêque.
Perrot Chappel boucher, 8 maisons dans le quartier méridional de Toussaints.
R. de Chereville mercier, 5 logis rues Neuve, de la Fannerie, de la Bourserie, aux Foulons

Citons encore parmi les notables, propriétaires immobiliers, la plupart merciers : Gillet Duret 6 maisons, Jehan Géraut 5 autres, Jehan Guerrif 5, Pierre Guinot 7, Jehan Macée 5 Rues aux Foulons, Saint Thomas, Saint-Hélier, Laurent Parès 5½, Denis Paynel 5, etc.
Si on regroupe les maisons par noms de familles, on s’aperçoit que certaines dynasties détiennent de véritables fortunes. Les Bourgneuf (Pierre no 1, Pierre no 2, Pasquier, Gilles fils de Jehan) ont au total 11 maisons.

173À Vannes, le premier propriétaire connu par le rentier de 1455 est un barbier-chirurgien du nom de Jehan Regnault avec 7 maisons, 4 jardins et un terrain vague ; les soins et la barbe enrichissent, ici, les membres d’une corporation qui a laissé 14 noms. Puis nous trouvons en haut de l’échelle Jehan Le Comte (6 maisons) et Bernard Kerstapt, marchands (5 maisons et demie plus 5 jardins). Viennent ensuite sept familles détentrices de 5 maisons et de terrains : Jehan Aliz, Jehan Bonnier, Jehan Bourdin, etc.

174Nous avons donné d’autres exemples locaux dans des monographies sur Ancenis, Guingamp, Lamballe, Morlaix, Saint-Malo.

D’autres « biens au soleil » et placements sûrs

175Les terrains libres, les espaces non aedificandi, sont des placements prioritaires surtout dans un duché qui a eu la chance de vivre de longues années de paix et de prospérité relative, avant que ne commencent les guerres d’indépendance. Leur acquisition concrétise, aux yeux de l’opinion publique, la réussite parfaite d’un marchand ou d’un officier.

176Toutefois, pas plus en Bretagne que dans d’autres régions de France, il ne faut exagérer l’importance du mouvement.

177❍ Les achats de menues parcelles aux limites des faubourgs ou de quelques seigneuries aux environs des villes n’autorisent pas à parler de transfert massif de propriété, de dépouillement de la paysannerie et de la noblesse de vieille souche, encore bien vivante, en dépit de ses difficultés. Certes, l’endettement des petits seigneurs, des paysans, sert les intérêts des bourgeois. Mais la pénétration des notables dans les campagnes ne dépasse pas encore une limite raisonnable. Nous baptiserons « grignotage » la méthode la plus couramment utilisée par la majorité des familles qui ne disposent que de revenus limités. Au hasard des textes, nous apprenons qu’un tel est détenteur d’un pré, d’un jardin, d’une vigne, voire même d’un bosquet, d’une « perrière » ou d’une île. À force d’accumuler, morceau par morceau, et à condition de ne pas être obligé de vendre par nécessité ou de partager entre ses nombreux enfants, le bénéficiaire finit, au soir de sa vie, par être à la tête d’une petite « fortune », un bien grand mot d’ailleurs, pour désigner un ou deux hectares, un avoir dont la principale caractéristique est l’extrême dispersion des éléments qui la composent et qui se prêtent mal à une analyse statistique. La pulvérisation de la petite propriété bourgeoise dans la zone périurbaine proche est générale dans toutes les villes armoricaines, comme ailleurs en France. Elle s’explique parfaitement dans une province où les grandes fortunes sont rares et où les familles notables sont tout juste aisées, sans grandes disponibilités financières.

178❍ Quelques-uns réussissent cependant à faire mieux que la majorité, à se constituer un noyau d’exploitation plus cohérent que les textes nomment hébergement, tènement, métairie. Amaury Main, un marchand qui occupe souvent des fonctions officielles à Nantes, paroissien de Saint-Nicolas, possède en 1478, en plus de son hôtel particulier, l’hébergement de la Myterie en Saint-Donatien. Ce dernier comprend des maisons d’habitation de maître et des bâtiments d’exploitation, des cours, des rues (allées), trois quartiers de vignes, des labours, soit au total 6 journaux (environ 3 ha). À ce noyau initial se greffent, sans le toucher, deux autres parcelles d’un journal au total, 18 quartiers de vignes situées au « clos de l’Asne », toujours à Saint-Donatien, près du domaine de l’Espéronnière des Chauvin, une enclouse de pré de 7 journaux et une petite ouche d’un demi journal, cette fois en Saint-Clément, en bordure du chemin de Sainte-Luce, à la sortie de Richehourg. Il détient, enfin, un jardin et une maison, complètement à l’autre bout de la ville, rue du Bignon-Létart en Saint-Nicolas.

179❍ L’accès à la grande propriété, puis à la seigneurie, est réservé encore à une infime minorité. Ne confondons pas la situation médiévale avec les Temps modernes.

180Deux méthodes peuvent être employées. Le système : des achats successifs, morceau par morceau, mais à une toute autre échelle que dans les cas examinés quelques lignes plus haut, aboutit à la constitution d’un puzzle, dont nous ne connaissons souvent qu’imparfaitement les pièces. L’acquisition en bloc d’un beau domaine, d’un fief titré est d’un tout autre intérêt économique, comble les vœux et satisfait l’orgueil d’un marchand enrichi. L’éventuel acheteur doit s’armer de patience, attendre, épier une possible proie ; il doit aussi savoir limiter ses ambitions en fonction de ses disponibilités financières. Tous n’ont pas la chance d’un Robert Le Gouz, issu d’une famille de merciers rennais, d’épouser l’unique héritière d’un écuyer.

181Très rares sont ceux qui ont la notoriété et le prestige des Thomas de Nantes qui ne s’embarrassent pas de scrupules et dont les alliances matrimoniales, soigneusement pesées, constituent autant de réussites favorisant l’ascension de ces monétaires. Ces mariages apportent, en effet, des appuis, des entrées dans le beau monde, des capitaux ou des terres. Georges Thomas sait parfaitement ce qu’il fait, en épousant Philippée de Monceaux ; il entre dans une très vieille famille noble des environs de Nantes dont les membres ont fait carrière dans l’armée, dans les ordres, dans l’administration ducale, y compris à la Cour, ou même dans le commerce. Le hasard d’un veuvage sert doublement les intérêts de Jehan, son fils, qui épouse successivement l’argent et les terres. Sa première femme, Jehanne de Guîtres, est issue de ce milieu d’émigrés espagnols si influent sur les bords de la Loire, tourné vers le grand négoce de métaux, de laines, de vins, de produits tinctoriaux et d’épices. Elle lui apporte une dot considérable qui fait d’ailleurs beaucoup jaser dans les boudoirs et dans les salons nantais. On murmure, en effet, que Jehan, beaucoup plus jeune que sa femme, donc susceptible de lui survivre, aurait obtenu d’elle, par diverses pressions, y compris d’énormes bateures, qu’elle consentît à signer un acte de donation mutuelle de leurs biens. Dès la disparition de la malheureuse, sa famille engage contre l’ancien gendre un procès pour le moins sordide qui n’empêcha pas, pourtant, l’intéressé de convoler, une seconde fois, avec Guillemette Barbe, la fille de Raoul, seigneur des Fossés, descendant d’un marchand de draps bien connu et récemment anobli. Cette union apporte aux Thomas quelques maisons supplémentaires à Nantes, des rentes et surtout la seigneurie de la Roche, située dans la paroisse de Gorges près de Clisson. Cette dernière propriété semble d’ailleurs avoir été acquise dans des conditions plus que douteuses qui entraînent une seconde fois les Thomas dans l’engrenage de la justice, sur plainte déposée par les autres héritiers de Raoul Barbe.

« Terminons l’examen de ce carnet mondain. Jamet Thomas, fils de Jehan, épouse la fille de Geoffroy Le Ferron, seigneur de Souché, Trésorier Général de Bretagne de 1439 à 1441, son fils Gilles celle de Jehan du Cellier, seigneur du Bois, Chancelier sous Arthur III (1457-1458), Président de la Chambre des comptes (1459), Sénéchal de Rennes, Président et Juge universel de Bretagne (1466-1467). »

182L’argent restant mesuré, seule une poignée de familles, guère plus d’une dizaine à Rennes où nous disposons des meilleurs renseignements, vraisemblablement autant, sinon plus à Nantes, nettement moins ailleurs, peut envisager l’achat d’une ou de plusieurs seigneuries. Cette minorité habite des villes à vocation commerciale importante ou hébergeant de grands services de l’État (Monnaies, Chambre des comptes, etc.). Nos exemples sont donc limités aux grandes villes. La plupart du temps, faute de renseignements précis, nous découvrons brusquement, au hasard d’un aveu, qu’un domaine noble a changé de mains, que telle personnalité du conseil urbain se pare désormais du titre de seigneur de X… ou de Y…, sans qu’il soit possible de savoir à quel moment exact a eu lieu le transfert.

« La famille Bouedrier de Rennes peut s’enorgueillir d’avoir fourni plusieurs notabilités à la ville et au duché, comme Jehan, conseiller ducal en 1445, député aux États, comme Guillaume, miseur en 1458, lieutenant du receveur ordinaire, comme Gilles membre influent de la communauté. Elle détient, bien avant 1454, la seigneurie de la “Maestairie” dans la paroisse de Chavagne au sud-ouest de l’agglomération, puis plus tard, après 1460, la belle seigneurie d’Orgères. Même, à propos des possessions des Thomas, sur lesquels nous disposons pourtant d’une solide documentation, des lacunes d’ordre chronologique subsistent. Nous ignorons dans quelles conditions et à quel moment la célèbre lignée de monétaires a fait ses différentes acquisitions. Elle revendique en tout cas la propriété de la Roche en 1467, du Saz dans la paroisse de la Chapelle-sur-Erdre avant 1470, de la Chollière en Orvault pendant le dernier quart du XVe siècle, de la Chenuère en Sucé et de la Jarrie en la Chapelle-Basse-Mer vers la même époque. »

183Rares sont les transactions immobilières connues avec précision. Pierre Morel, bourgeois de Fougères, achète à Honorée du Bouays, épouse d’Olivier de la Haussaye, en 1430, la seigneurie de la Villegontier, et rend un aveu pour cette terre, le 13 mars 1432.

« Gilles Bourgneuf, maître des monnaies de Rennes, achète en 1453 à François de Monthoucher, seigneur du Bordage, la châtellenie de Cucé, dont le manoir est situé à Cesson, mais les terres dispersées dans une douzaine de paroisses de Rennes et des environs, notamment à Chantepie, à Noyal-sur-Vilaine, à Noyal-sur-Seiche, à Domloup, à Thorigné, à Toussaints, à Saint-Hélier, etc. Il attend 1481 pour mettre la main sur la seigneurie de Beaunais en Gévezé. De son union avec Françoise Bouedrier lui naît un fils Jehan qui hérite d’Orgères à la mort de son oncle, le chanoine Jehan Bouedrier, doyen d’Aubigné, recteur de Saint-Germain et de Saint-Hélier, décédé en 1498. À cette date, les Bourgneuf sont à la tête de trois ensembles domaniaux dont deux relativement importants. Un inventaire tardif, puisque datant de 1560, attribue à Cucé 142 journaux, soit environ 70 hectares. Le manoir est une construction de 131 pieds sur 57 de large (43 sur 19 m), renforcée par une tour, en forme de pavillon, selon les traditions féodales, et complétée par des dépendances et par des cours, couvrant un journal. La structure de l’exploitation se décompose comme suit : 62 journaux de bois de haute futaie et de taillis (43,5 %), 33 journaux et demi de labours (23,5 %), 6 journaux de parc clos de mur (4,25 %), 29 journaux de prés (20,5 %), 3 journaux de jardin, 28 journaux de vergers, de chesnaie et de châtaigneraie (5,5 %). »

184Les fortunes que nous découvrons dans les aveux sont généralement de petite dimension, faites de bric et de broc. On y trouve, tour à tour, la maison familiale, des habitations achetées, héritées ou apportées par les dots que l’on loue ou qu’occupent les enfants, des pièces ou des étages de logis tantôt bien isolés, tantôt curieusement imbriqués les uns dans les autres, ce qui nécessite, dans les contrats, des dispositions particulières pour ménager des voies de dégagement communes et l’accès aux commodités. On y découvre aussi, au mieux, un domaine, aux portes de la ville avec une résidence à la campagne, quelques lots bien regroupés et une série de parcelles enchevêtrées au milieu d’autres possessions, quelquefois des maisons et des lopins de terre isolés à quelques kilomètres du centre.

185Les seigneuries de dimensions restreintes de 15 à 30 ha de labours prédominent dans nos campagnes comme dans tant d’autres régions de France. Elles sont plus vulnérables que les grandes, donc plus faciles à acheter par des bourgeois. Les opérations immobilières, découvertes dans les aveux et dans les testaments, sont si limitées que nos citadins, une fois anoblis, et même détenteurs de plusieurs seigneuries bâties sur les modèles précédents, hésitent à abandonner leur métier d’origine pour devenir des rentiers du sol.

« Quelques exemples dans la région rennaise, sont à cet égard, très parlants. Olivier Baud, secrétaire ducal en 1457, seigneur de la Boulaie, détient à Thorigné, avec son hôtel des Laridelles et sa terre de Launay, environ 60,5 ha de cultures et de bois, représentant, avec de menues rentes, un revenu annuel de 58 livres 12 sous. Maître Pierre de Bonabry, auditeur des comptes de 1446, mort le 2 février 1474, déclarait de son vivant posséder, en plus de son manoir du Menez en Guichen, la seigneurie de Pressée, dans la paroisse de Saint-Étienne, un peu plus de 11 ha dont 22,75 % en friches, et une recette annuelle de… 10 livres 10 sous. Jehan Bouedrier, décédé le 5 septembre 1454, ne dirigeait qu’une exploitation de 51,5 ha, dont 22,25 % de bois anciens, de landes et de taillis, à la Maestairie, le reste étant en prés, en vignes (1 ha) et en labours, soit un revenu estimé à 49 livres 16 sous. Robert Le Gouz, seigneur de la Bobetière et des Verrières en Rheu, tire de la succession de son père, environ 6 journaux, autour de l’hôtel de la Bobetière, auxquels s’ajoutent 21 journaux 1/4 ailleurs, près du bourg, et 8 journaux et l’hôtel des Verrières, qui lui viennent de sa femme, Jehanne du Breil, également disparue. Il dispose donc d’un capital immobilier de 35 journaux 1/4, soit légèrement plus de 17 ha (dont 3 en bois). »

186Il peut arriver aussi et c’est le phénomène inverse qu’un partage successoral amenuise, en le divisant, un bel ensemble, élaboré au fil des ans. Robin Aubert, un riche mercier rennais, laisse à sa mort, survenue en 1496, une fortune partagée entre ses quatre héritiers.

187Ces possessions débordent rarement un rayon de quinze à vingt kilomètres autour des villes. Celles des Thomas à Plessé ou à Gorges près de Clisson font figure d’exception par la distance qui les sépare de Nantes, une bonne trentaine de kilomètres. L’idéal du citadin est de trouver un domaine dans la zone périurbaine proche, dans la partie rurale des paroisses qui morcellent le territoire urbain. C’est ce qui se produit à Rennes avec Toussaints, Saint-Étienne, Saint-Martin, Saint-Laurent, Saint-Hélier… et même avec les bourgades circonvoisines de Cesson, du Rheu, de Chartres, de Thorigné, d’Orgères… qui actuellement sont devenues des villages-dortoirs du Grand Rennes. Il en est strictement de même à Nantes où la pénétration bourgeoise se manifeste surtout dans la campagne en voie d’urbanisation de Saint-Donatien, de Carquefou, de Saint-Clément-Sainte-Luce, de Saint-Similien et de Saint-Nicolas et avec leurs prolongements en direction de Chantenay, d’Orvault, de Couëron, ou même au-delà de la Loire à Saint-Symphorien, à Rezé, à Bouguenais, etc. Les acquisitions bourgeoises se font aussi dans les environs immédiats de Fougères, de Morlaix, de Vitré, de Guérande, de Redon, etc.

188❍ L’argent permet d’acquérir des objets de valeurs qui désignent son heureux propriétaire à l’attention envieuse des visiteurs : un mobilier de luxe, des habits incomparables, des fourrures, des bijoux, des aliments rares et chers, autant des « signes intérieurs » de richesse ou de valeurs-refuge.

189Les grands lits à baldaquins, à cantonnières, à ciels et à rideaux garnis de couettes, les piles de draps, des « meubles » de l’époque (tables, coffres, escabeaux, huges, premières armoires…), les tissus d’ameublement, les coussins paraissent dans les inventaires. Des étains, des chandeliers de cuivre, les tasses, les aiguières en argent doré, des ampoules… ornent les dressoirs, les étagères, les meubles bas.

« Dans une maison doloise de 1411, le propriétaire qui appartient, de toute évidence, au monde aisé de la petite cité épiscopale, reste mesuré dans ses choix. Il dispose de deux lits avec de bons matelas, munis chacun d’un ciel et de rideaux de serge, de 8 draps, de 2 tables avec nappes et essuie-mains, de 2 escabelles et de plusieurs ustensiles de ménage dont un pot de cuivre, un bassin avec son aiguière d’étain, deux poêles à frire, l’une de bronze et l’autre de fonte, 2 pintes, 4 plats, 6 écuelles, 6 saucières d’étain, 3 tasses, un trépied de fer, un mortier, trois coffres, l’un pour les vêtements, l’autre pour le pain, le troisième pour la réserve de viande et d’épices. »

190De rares testaments nous engagent à pénétrer dans l’intimité de riches morlaisiens, parfois anoblis de fraîche date. Louis Le Borgne lègue à ses héritiers des objets de prix : 6 linceuls (draps), une couverture de lit à baldaquin, au cyel garny de courtines, une douzaine de chandeliers de cuivre, plus deux autres déposés dans un coffre, deux pots de cuivre, une grande poêle d’airain, une crémaillère, plusieurs menus objets en étain, pesant 25 livres-poids, des tasses, sans oublier une paire d’heures de vellyn escriptes de main.

« La famille Forget a fait fortune dans le commerce et a réussi à se faire anoblir dès 1429. Une des filles, au prénom prémonitoire de Marquise (sic), est devenue l’épouse puis la veuve de Jacques Toulgoët, sieur de Kerochiou en Ploujean, à deux pas de la ville. Elle règle sa succession pour éviter toute jalousie et tout conflit entre ses deux fils (1505). Selon le bon usage, elle commence par prendre des dispositions en vue de ses funérailles, fonde des messes, distribue de l’argent aux pauvres et aux établissements religieux pour que leurs prières l’accompagnent à sa dernière demeure. Ce qui suit est plus intéressant car il nous fait découvrir un immense bien-être. La literie distribuée comprend 12 linceulx, 8 nappes dont trois longues et trois carrées, 12 serviettes communes en toile de la région et 12 autres de raparon, 2 couettes avec leur traversin de plume, une serge blanche, un ciel de lit, un langiel blanc, un paviot blanc. Le mobilier se compose, en plus des lits (au moins deux), de 4 escabeaux, de 2 tables de chêne, une ronde et une rectangulaire, d’un coffre neuf en chêne. Parmi les ustensiles cités, se trouvent une grande poêle de bronze, 12 écuelles plates, 16 petites, 11 plats, 4 quartes, 4 pintes d’étain, 2 autres poêles plus petites, 2 chandeliers et un bassin de cuivre, 2 landiers, une broche de fer, 5 carreaux blancs, rouges et verts. »

191La bourgeoisie détient donc un capital d’objets précieux, pour le moment incalculable, dont l’importance, à défaut de survivre aux destructions et aux pillages des guerres, se mesure à des habitudes. C’est vers les plus riches de ses membres que se tournent les municipalités dans l’embarras, quand elles souhaitent offrir à un visiteur de marque des aiguières, des vases ou des coupes finement ciselées. L’État s’adresse également aux riches particuliers pour trouver, en période difficile, le métal qui permet aux ateliers monétaires de tourner.

« Des pièces décoratives de table, de la vaisselle précieuse, des bijoux sont énumérés dans les testaments, témoin celui d’une riche Nantaise : 6 tasses d’argent simples ou gravées des initiales de leurs anciens propriétaires 2 salières en argent doré, un gobelet godronné, une chaîne en or avec une croix pendante, un signet et une verge d’or. La testatrice signale aussi, sans les détailler, d’autres lingeries, des tapisseries, de la vaisselle encore en argent, des étains, sans compter les réserves alimentaires très variées, du vin, des blés, du lard, etc. Nombre de ces objets viennent de l’étranger comme ces tissus de Frise, destinés à l’ameublement. La même accumulation de biens s’observe dans plusieurs maisons nantaises. Jehanne Dani, veuve d’Harguy Renault de Saint-Saturnin lègue, entre autres choses, une couette bonne et compétente garnie de traverslit, deux oreillers, 6 linceulx en 1463. Guillemin de Launay, bourgeois bien connu, fait don de draps de Moncontour, de deux peintures, l’une représentant Dieu, l’autre la Vierge (1472). »

192Les premiers livres de raison connus en Bretagne, ceux des familles Dautye, Juhel et Becdelièvre à Rennes, ceux des de Gennes à Vitré montrent que leurs principales préoccupations concernent le vêtement. Ils ont les moyens de bien s’habiller, d’avoir de « beaux atours » et de souscrire aux impératifs de la mode. La présence de la cour ducale, de cours épiscopales et seigneuriales, les facilités d’importation de tissus de luxe, anglais ou flamands, la pénétration des influences parisiennes, angevines ou tourangelles, une éducation du goût au contact des familles nobles, l’essor des professions de l’habillement que l’on perçoit au nombre des couturiers, des couturières, des taillandiers, des brodeurs… qui prolifèrent dans les grandes villes se conjuguent pour susciter l’intérêt que les bourgeois apportent à leurs toilettes.

« Marquise Forget sort de sa garde-robe, pour les distribuer, une somptueuse cothe de Londres, deux autres plus ordinaires, une jacquette dorsebureine, 4 robes noires ou de petit-gris de Rouen. Louis Le Borgne possède, pour sa part, une robe de drap anglais fourrée de panne noire, estimée à 10 écus, d’autres plus communes, un pourpoint, un bonnet, des chausses. Le Nantais, Henry Blanchet distribue généreusement ses robes de drap fourrées, de gris noir, en morequin, en gris soret (roux)… à cinq femmes qui furent attachées à son service. Généralement, on note une graduation dans les cadeaux. Les treize porteurs de torches touchent pour le jour de l’enterrement deux aunes et demie de bureau ou de bure de Moncontour ou de Guingamp ; les serviteurs des robes et des chapeaux noirs, simples et usagés ; les parents et amis des habits de bon drap fourrés d’agneau, de peaux de martres et de fouines, des chaperons écarlates. »

193L’élite bourgeoise détient aussi des tapisseries, des instruments de musique (harpes) ou des manuscrits enluminés aux ais sculptés. Un vernis culturel que nous analyserons dans un autre chapitre la pousse à respecter les livres, plus pour leur prix et le décor de leurs ais que pour leur contenu. Lire pour le plaisir n’est pas forcément du goût de la plupart même si quelques-uns ont un minimum d’instruction reçue dans des écoles élémentaires privées ou municipales, auprès d’un précepteur. Les librairies, dans le sens de bibliothèques, sont maigres en Armorique comme nous aurons l’occasion de le voir. Pourtant la plupart savent écrire en langue vulgaire, tenir des comptabilités sommaires ; certains sont bilingues (en Bretagne bretonnante) ou parlent une langue étrangère (l’anglais, l’espagnol).

L’éthopée des « gens de grans estatz » mais de mentalité « estrange »

194Ces notables bourgeois parés, dans les textes, de titres et d’épithètes flatteurs de sires, nobles homs, mestres, honorables, de vénérables personnes, de sages, probes, honnestes, discrets, suffisants, et leurs épouses des appellations respectueuses de madame, dame, damoiselle vivent à part sous le regard du commun.

195L’éthopée ou peinture des mœurs et des passions humaines, à la lueur de sources d’information éparpillées, est un exercice délicat auquel se sont livrés de rares historiens comme J. Alter ou H. Martin.

196❍ On a dit que leur mentalité était estrange (de celle) des autres, différente du commun. Leurs tendances, leurs traits de mentalité, leurs manières de vivre, de penser, de se comporter, la civilité ou l’urbanité s’opposent à la rusticité du commun et sont soulignés, souvent avec outrance par les moralistes médiévaux comme le prédicateur Olivier Maillard ou sur des miniatures. Les sermons, la satire anti-bourgeoise des œuvres d’imagination des poètes et des jongleurs, sont conçus pour amuser une galerie de nobles ou le populaire. Le goliard brocarde dans des anas et dans des brunettes ou chansons galantes l’allure d’un gros goddon et de sa volumineuse matrone, ridiculise les défauts de ces riches sans charité ou sans vérité, leurs habitudes, leurs cailletages sans intérêt (propos), leurs comportements en famille ou dans l’exercice de leur profession.

197Leur vie de labeur à des lieues de chez eux dans le cas de marchands d’outre-mer a des contreparties fâcheuses pour l’équilibre du ménage. Les absences répétées facilitent bien des intrigues familiales, alimentent les conversations qui font les choux gras des voisins. « Lequel tressouvent alloit en marchandise qui estoit par adventure occasions a sa femme qu’elle aimoit aultre que luy ». Les hommes de loi se déplacent moins mais ont la fâcheuse réputation de grappiler leurs honoraires, quitte à avocasser interminablement dans les instances judiciaires, à abuser des superfluités de langage ou d’écriture. Trop de ces parvenus se servent de l’argent pour opprimer les humbles, sont âpres au gain, cupides, calculateurs, fraudeurs.

  • 29 J. Alter, Les origines de la satire anti-bourgeoise en France, tome I, Genève, éd. Droz 1966 – M.- (...)

198Le bourgeois, de retour chez lui, dans son oasis de paix, est esclave de son confort, casanier derrière sa fenêtre verrine, oasis de paix (M. Th. Lorcin). Rien ne lui plaît davantage, avant de rejoindre le chalitz et l’oreiller, qu’une belle pitance qui honore les amis et les hôtes de passage. On le représente souvent somnolant devant une bonne flambée, prélude à la couette qui l’attend dans sa chambre privée, bien nattée, chauffée par un chauffepié ou chauffoir. C’est déjà la doulce vie comparée à celle du pauvre compagnon qui gèle dans son galetas. Il apprécie un bain chaud pris avec des amis de la famille ou dans une étuve voisine, tandis qu’une douce ivresse l’envahit devant un pichet ou une coupe de vin. Ce thème hédoniste de la recherche de confort s’observe partout, jusque sur les miséricordes des stalles de nos églises29 !

199Le désordre est incompatible avec la vie bourgeoise qui recherche avant tout la paix chez soi. Un dicton, sorti d’un ana, prétend que le bourgeois déteste pardessus tout : une cheminée qui fume, un toit qui fuit et une mégère besaigre comme le mauvais vin, désobéissante et autoritaire, une épouse authentiquée (convaincue d’adultère) ! L’agitation, le bruit intempestif, le cailletage à ses dépens, l’étalage de la paresse de ceux qui sont qualifiés de belîtres, oiseulx déplaisent aux notables. Il est dans la nature bourgeoise de dénoncer, au nom de l’ordre, le laxisme ou l’inefficacité des tribunaux, de souhaiter que l’autorité s’exerce, pleinement, de se plaindre du relâchement des mœurs, quitte à se laisser aller à quelques privautés avec sa servante, vite engrossée, ou à forniquer avec les fillettes amoureuses dans un de ces bordelages clandestins ou officiels que toute ville accueille !

200S’il cohabite par nécessité avec des pauvres, dans un immeuble ou dans un quartier comme place des Lices à Vannes, il préfère s’isoler dans son pourprins et méprise ses voisins infortunés, suit ce conseil : « ne fréquente pas les pauvres, tu n’as rien à attendre d’eux ». Et pourtant, la prudence devrait être bonne conseillère. Une faillite, la perte d’un capital naval conduit à desconnaître sa condition, ce dont se gaussent le rire grinçant populaire, la satire moralisatrice ou caustique des prédicateurs et des poètes, les préjugés de classe de la vieille noblesse. Le riche bourgeois ne commence à s’intéresser vraiment aux humbles qu’au soir de son existence quand la peur de l’au-delà l’incite à faire preuve de générosité.

201❍ Une bonne stratégie familiale évite la mésalliance deshonneste.

202La minorité de familles qui administre les villes de l’Ouest et qui contribue pour l’essentiel à en assurer la prospérité économique puise une partie de sa force et de son assurance dans les alliances que leurs cadres scellent entre eux. Cette volonté de renforcer la cohésion du groupe, notamment par les liens du mariage, est déjà en soi le résultat de ce que nous dirions maintenant une prise de conscience de classe. Ces gens du même monde s’isolent volontairement de la masse, forgent entre eux les chaînes d’amitié, d’intérêt de solidarité, élaborent des « stratégies familiales ».

203On se marie beaucoup entre membres d’une même profession. Les merciers de Rennes ont trop d’intérêts à sauvegarder aux halles, sur les champs de foires, sur les marchés étrangers, pour tolérer des mésalliances. Le tableau que nous publions à la fin d’une étude sur cette corporation donne, en dépit de lacunes inévitables, deux renseignements qui vont dans le sens de nos affirmations. Il fournit une liste d’unions où l’intérêt entre sans doute en jeu. Nous y voyons un Le Breton épouser une Rouault, un Lebfèvre une Luxembourg, un Loaisel une Le Marié ; une autre Le Marié s’unit à un Languedoc, une troisième au financier Pares, une Montalembert à un Pitet, une La Mote à un Rondel… tous des noms de commerçants cossus.

204La même recherche souligne aussi la fréquence des remariages. Une relicte (veuve) de bonne famille, de bonne réputation ne reste pas longtemps éplorée et trouve vite une âme sœur pour la consoler : Jehan Farcy épouse la veuve Boulogne, Georget Navare celle d’Y. de Languedoc, Pierre Dumesnil celle de Jehan de Bregnac… et vingt-quatre autres cas du même genre sont connus en un demi-siècle.

205Des considérations matérielles guident le choix des amateurs de jeunes bachelettes et de veuves, plutôt que des considérations d’ordre sentimental. Les marchands de la confrérie du Saint-Sacrement de Vitré n’agissent pas différemment de leurs confrères rennais, à cette nuance près, qu’étant moins nombreux, une quarantaine, les possibilités de choix sont limitées.

« L’exemple des de Gennes de Vitré nous donne l’occasion de débrouiller, aussi clairement que possible, l’écheveau complexe des alliances interfamiliales de cette petite localité dynamique et prospère à la fin du XVe siècle. Pierre de Gennes, que nous prenons comme point de départ de cette longue lignée, eut au moins une douzaine d’enfants de son épouse Yvonne Veltier. Le plus connu d’entre eux est Jehan (no 1), l’auteur du célèbre journal, seigneur de Mée. Il épouse en 1506 Gilette Cholet, fille d’André, un des premiers prévôts de l’association, riche négociant, fréquentant, comme son gendre, les marchés internationaux de Flandre, d’Angleterre, de Normandie et d’Espagne, et propriétaire du manoir de la Menais aux portes de la ville. Les autres frères de Gennes font tous d’excellents mariages, exception faite du petit dernier, François, qui entre dans les ordres. Chaque union leur apporte une dot généreuse et une foule d’appuis nouveaux. Guillaume, seigneur de la Mazure en Châtillon, semble même y prendre goût puisqu’il convole, à trois reprises, en justes noces, ses deux premières femmes étant mortes en couches Car tout irait pour le mieux dans cette famille illustre, si, par malheur, elle n’était accablée, à chaque génération, d’une abondante progéniture, l’empêchant de renoncer au négoce au long cours et de vivre paisiblement de ses rentes Un dernier frère de Jehan (no 1), Bodinais, prévôt de la confrérie en 1497, miseur de Vitré en 1509, maître du domaine de la Brosse en Erbrée, épouse une Gaulay, descendante d’un certain Guyon, ancien trésorier de Notre-Dame, marchand avisé dont la fortune est bien assise en 1473, propriétaire de terres en Parigné et à Louvigné-du-Désert. De cette union naît un Jehan de Gennes (no 2), neveu du précédent, seigneur de La Motte, qui nous fait à son tour entrer, par son mariage, dans une autre dynastie vitréenne, les Rouxigneul de la Rouxignolais, eux aussi versés dans le négoce, malgré leur appellation pompeuse. La jeune épouse, Marie, descend par sa mère des Hay des Nétumières, seigneurs du Breil en Erbrée, eux-mêmes alliés aux Cholet, une famille de futurs parlementaires et intendants de Bretagne aux époques suivantes. Laissons Bodinais et son fils pour retrouver Jehan (no 1) et son journal, si riche en détails personnels. De son union avec Gillette Cholet, il a huit enfants, Par eux, nous pénétrons chez les Lefebvre et surtout chez les Le Moyne, les ancêtres du grand historien, A. de La Borderie. Par les de Gennes, par les Chollet, par les Hay, nous découvrons aussi les Brocquet seigneurs de Saint-Gilles, les Douer seigneurs de la Caillière en Luitré, les Grasménil seigneurs du Meix en Erbrée, les Bernardais connus pour leurs activités commerciales jusqu’en Flandre, les Geffrat qui fournissent des administrateurs à la ville, etc. »

206Les bourgeois nantais sont aussi de fins stratèges. Les Spadine sont alliés aux Ernault ; Thomas Ernault, miseur en 1473, est parrain d’un fils de Jehan Spadine marié à Isabeau Picard. Amaury Main épouse une Georgette Péro. L’obtention, encore rare, pour le fils d’un bourgeois aisé de la main de l’héritière d’un noble, même de modeste lignée, satisfait l’orgueil du premier et redore éventuellement le blason du second.

207On ne saurait sous-estimer dans cette éthopée bourgeoise l’importance de ces attaches familiales dont la force se manifeste, au grand jour, quand il s’agit de défendre des intérêts communs.

Les ambitions nobiliaires

  • 30 M. Aurell, La noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, Armand Colin, 1996.

208Les charges et les honneurs municipaux qui furent longtemps le témoignage de la réussite ne les attirent que le temps de se faire connaître et apprécier des souverains, de devenir leurs secrétaires, leurs conseillers, leurs créditeurs ou de se voir confier des missions telles que la collecte des impôts, le contrôle d’un atelier monétaire, l’Argenterie, le grand négoce. Dès la seconde ou la troisième génération, les héritiers de ces élites urbaines liées à la fortune, aux capacités et aux services personnels aspirent à vivre de leurs rentes, à entrer dans cette noblesse qui les fascine, dont ils s’efforcent de copier le style de vie, les goûts et les valeurs30.

209❍ On « s’ennoblit » (sic) par l’anoblissement ! Seule une poignée d’individus parvient au statut de noble pour le moment et contribue, avant les XVIe et XVIIe siècles, à renouveler le milieu nobiliaire ou constitue un embryon minoritaire d’une noblesse de robe. L’anoblissement qui ne s’acquiert pas par un office administratif, par une fonction municipale, est le terme d’une longue préparation qui commence par l’adoption d’un mode de vie honorable proche de celui de l’aristocrate et conforme à une bonne puissance, par une réputation sans tache, une bonne renommée dans son entourage pour finalement répondre aux critères de considération et de plaisir du souverain.

210L’acquisition d’une exploitation d’un seul tenant, d’une belle métairie par exemple, avec à côté une agréable maison de campagne que l’on transformera, par la suite, en « manoir » peut être le prélude à d’autres prétentions. Des bourgeois, profitant des circonstances, ont commencé à accaparer des terres nobles, des sieuries ou minuscules seigneuries dont parle J. Gallet à propos du Vannetais. Le mouvement est amorcé dès le XIIIe siècle. Le duc Jean II s’en inquiète et rappelle dans une constitution « quod nullus burgensis non geintilis seu rotarius non possit emmere feodos gentiles, nec se crescere in eisdem ». Sa décision est-elle intervenue trop tard ? S’est-elle heurtée à des habitudes déjà ancrées dans les mœurs ? Quelques années plus tard, la Très Ancienne Coutume de Bretagne entérine un état de fait précisant seulement, dans l’article 263, que « nul roturier ne se pout acraistre en fié noble sanz paier rachat ». Les exemples se multiplient sous les premiers Montforts.

« Le Vannetais Jehan Le Duc, un monnayer, achète, dans les années 1421, un hôtel et un hébergement nommé le Tertre, dans la paroisse de Guer. C’est ce que fait aussi, mais à une autre échelle la famille Yvette à Saint-Aubin-du-Cormier. Les Yvette ont fourni des officiers ducaux dont le célèbre Pierre, secrétaire de Jean V, rédacteur et signataire de nombreux actes. Cette lignée s’est taillée au début du siècle une solide fortune terrienne qui, selon un aveu du milieu du XVe siècle, atteint 230 journaux soit 110 ha environ, répartis en trois unités d’exploitation.
Ces terres en culture, en prés, en taillis s’ajoutent à un hôtel particulier, à deux vergers et à un jardin, rue Orbe, intra-muros. Pierre Ivette est le type même de l’officier qui a tiré parti de ses fonctions, des confiscations qui ont suivi l’attentat de 1420, pour arrondir son patrimoine et obtenir des lettres de noblesse. »

211Les bourgeois se contentent dans une première démarche de demander l’exonération fiscale pour leurs biens, des exemptions de fouages, souldaiz. taillez, dons forcés, guets et reguets et de façon plus générale de tous aultres subventions et subsides. Des Nantais connus, Pierre Bernard, Jamet Bonamy, Geoffroy Le Ferron, Thomas de La Roche réussissent en 1477 à obtenir une franchise des aides urbaines, une nouvelle étape de leur ascension sociale. En libérant des individus de leurs obligations fiscales à vie puis au bénéfice de leurs héritiers, les ducs les placent dans une catégorie intermédiaire, à mi-chemin entre la roture et la gentillesse, avec les avantages des gentilshommes, le titre en moins. Après 1460, François II fait table rase des mesures restrictives de ses prédécesseurs, autorise l’acquisition de fiefs par des citadins aisés et va même jusqu’à dispenser les Nantais, les Malouins et les Rennais, par privilège spécial, du versement du droit de franc-fief. Finalement, une poignée d’hommes détient des attributs de la noblesse, des terres, des privilèges fiscaux et mène un train de vie similaire ou même plus élevés.

212❍ La tentation est grande, pour ceux qui n’ont pas encore reçu officiellement de lettres d’anoblissement, de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Avec le temps, les risques d’enquête s’amenuisent et, au bout de deux ou trois générations, nul n’est capable, exception faite de deux ou trois auditeurs des comptes mal intentionnés, de mettre en doute leurs prétentions. « La vraie noblesse, c’est tout simplement celle que nul ne conteste » dit B. Chevaler qui rappelle la difficulté de la définir à partir de critères juridiques indiscutés. Des usurpations de titres de noblesse par des bourgeois se produisent donc insidieusement. Elles indiquent la position élevée de ceux qui se rendent coupables de ce délit et se croient à l’abri de toute poursuite. Des Nantais de bonne réputation, Gillet Barbe et Jamet Thomas, seront accusés, en 1447, par François 1er d’avoir cherché « par moyens exquis et voyes obliques à s’exempter des tailles et des impôts ». Inversement de vrais nobles, comme le miseur des fortifications de Saint-Malo, en 1426, Guillaume André, sont inquiétés dans leurs franchises pour s’être conduits en bourgeois, pour « s’être entremis de commerce ».

213Certains organismes de l’État, tels que la Chambre des comptes, conservatrice jalouse des intérêts ducaux, se sont montrés très réticents à l’égard des concessions des Montforts, au point d’ordonner des enquêtes, d’empêcher des « ennoblis » de fraîche date de jouir de leurs privilèges fiscaux, de dénoncer les moindres cas de dérogeance. Jehan de La Frecte, un noble de vieille souche, originaire du Maine, où il possède encore des terres, mais installé à Ancenis, est imposé au fouage. La guerre qui se déroule à ce moment en France (1440) l’empêche de profiter de son titre et de ses revenus. Fait prisonnier par les Anglais, il doit leur verser une lourde rançon. Ce sont des raisons qui l’obligent à faire du commerce, à « user de bourse commune pour vivre ». Il faut l’intervention personnelle du souverain pour que la Chambre des comptes, poussée par les habitants d’Ancenis, accepte de se montrer plus compréhensive et lâche sa proie. Sous les règnes de François 1er et de Pierre II ont lieu des vérifications de titres et des restrictions apportées à l’acquisition de fiefs ; les mesures incitent les voisins à une dénonciation de ceux qui souz timbre de noblesse de leurs personnes refusent de participer aux charges communes, tout en exerçant une profession commerciale fort lucrative.

214❍ Longtemps les concessions de titres de noblesse à titre viager ou héréditaire se sont limitées à des cas isolés, récompensant des services éminents rendus à la Cour ou au Duché, ou répondant aux impétrations de familles appuyées par des personnalités de haut rang. Les Gaulay de Vitré sont parmi les heureux bénéficiaires de ces rares promotions. Des bourgeois, soutiens essentiels du pouvoir pendant et après l’attentat des Penthièvres de 1420, ont été largement récompensés et les plus notables d’entre eux y ont vu le point de départ de leur fortune et de leur carrière politique. De l’époque de Jean V datent les anoblissements de plusieurs familles guérandaises, nantaises, redonnaises, fougeraises, rennaises, que nous retrouvons ensuite à la tête des cités. Ces promotions transparaissent dans les enquêtes de la Réformation des Feux de 1426-1428 où, à propos de plusieurs paroisses, il est fait état de la présence d’ennoblis récents. C’est également de cette époque que datent les premiers aveux de familles bourgeoises promues, documents intéressants puisqu’ils donnent le détail de leurs biens à la campagne et en ville.

« En furent bénéficiaires des secrétaires du duc, des officiers de justice, de fidèles serviteurs du prince ou d’un évêque, des soldats méritants, des marchands enrichis et même un ouvrier, Raoulet Le Charpentier, en 1437, “très artificieux expert oupvrier mechanique et (de) science de charpenterie” qui a participé au siège de Lamballe et a correctement enchassé les bombardes dont il était le gouverneur. »

215Deux restrictions sont à faire sur le chemin des honneurs. L’anoblissement n’est pas accordé automatiquement aux magistrats des cités, comme cela se passe dans beaucoup de villes du Royaume, à l’époque de Louis XI. Les officiers municipaux bretons n’ont pas le prestige que les maires, les échevins angevins, poitevins ou tourangeaux, que les consuls des villes du Midi pouvaient avoir.

216Les qualificatifs de ces notables soulignent une évolution en cours ou réalisée. Les gens honorables acceptent bien volontiers ou exigent que les rédacteurs des actes publics parlent d’eux, en termes très respectueux, les appellent noble homme sans forcément donner une connotation nobiliaire comme on l’a cru quelquefois, honneste homme, seigneur un tel, sans qu’il soit toujours possible de dater leur fortune terrienne et leur promotion. Bientôt apparaît, dans les écrits, un « Monseigneur de X… », de l’initiative des intéressés eux-mêmes ou par habitude, par respect que leur voue déjà leur entourage. Jamet Thomas s’intitule lui-même, dans un aveu de 1462, noble homme puis accepte, dix ans plus tard, d’être pour ses collègues et subordonnés « Monseigneur de Saz ». En une ou deux générations, au terme d’une évolution généralisée, le nom de la terre a remplacé après monseigneur le nom de famille d’origine.

217La roture d’origine fait honte et on s’efforce d’effacer tout ce qui la rappelle, au point même d’essayer de rattacher son lignage à de lointains et glorieux ancêtres dont il est impossible de vérifier le titre de noblesse et de prétendre effrontément qu’aucun de leurs parents lointains ne s’est entremis de fait de marchandie.

218Ces nobles de fraîche date restent pourtant des parvenus pour les gentilshommes de vieille souche. L’hostilité qu’une fraction de la haute noblesse témoigne à la politique des favoris de François II, à l’influence qu’ils exercent sur leur maître diminué intellectuellement et physiquement, s’explique certes par des raisons politiques profondes, mais aussi par un réflexe d’autodéfense des lignées anciennes contre la promotion rapide et jugée outrancière d’une minorité de bourgeois pleins d’ambition et d’orgueil.

Les « œuvres méritoires »

219Sa vie durant, le bourgeois se dit très attaché à Dieu, au Christ, à la Vierge, à toute la cour celesse de Paradis, à touz les Saincts et Sainctes, anges et arcanges de la benoiste cour celeste, ou encore à toute la compaignie des Saints de l’église triomfante et celestielle et entend laisser le souvenir d’une euvre méritoire.

220❍ La générosité du fidèle aisé à l’égard des établissements religieux d’une ville répond à plusieurs motivations exprimées ou supposées a posteriori. La piété intervient, sans nul doute, pour une part essentielle et s’exprime dès les premières lignes d’un acte de donation ou dans l’exposé testamentaire des dernières volontés, par la recommandation que le malade, en saine pancée et bonne mémoire, mais qui sait ses jours comptés, fait don de son âme à Dieu. Elle se manifeste aussi par l’intention, maintes fois réitérée, d’accroître les revenus de Son église, de Sa paroisse, d’une fabrique, d’une chapellenie, d’un monastère. Que dire enfin de ces personnes qui se retirent dans un couvent, en lui léguant la totalité de leurs biens, et y finissent leur vie dans la prière et dans le recueillement.

221À la piété s’ajoute aussi l’intérêt. La plupart désirent reposer près de leurs parents, près d’un conjoint ou du corps de leur enfant, sous la protection d’une croix, d’un autel, d’une image divine. Les legs rendent les autorités ecclésiastiques compréhensives et assurent une meilleure place au quémandeur. L’orgueil, la superbia, du parvenu entre en jeu une fois de plus et le pousse à vouloir imiter les grands de ce monde, à réclamer, par exemple, la présence dans le cortège funèbre de tout le clergé séculier d’une cité, des administrateurs des hôpitaux, des collèges de Mendiants véritables pièces du décor urbain. C’est encore ce péché qui amène certaines familles de notables à dépenser des sommes folles pour construire de magnifiques tombeaux, témoins de leur prospérité, et d’y ajouter des armoiries pour bien montrer qu’on a changé de condition.

222La peur et les remords agissent enfin sur certains qui se souviennent brusquement qu’ils ont des dettes vis-à-vis de leurs parents, de leurs collègues, de leur église à qui ils ont fait des promesses de versement de rentes non tenues.

« Henry Blanchet, un changeur nantais, n’est pas en règle avec sa conscience et on devine aisément pourquoi à lire son testament. Il se souvient qu’il doit 45 sous à Jamet Thomas, 20 sous à la fabrique de Saint-Saturnin, 60 sous à Notre-Dame pour des rentes non acquittées. Jusqu’à présent, ce n’est, il est vrai, que péché véniel. Mais notre homme a été aussi un usurier, prêtant sur gages, et sans doute peu scrupuleux dans ses agissements. L’inquiétude de l’au-delà et peut-être la honte l’amènent à demander que des objets hypothéqués, en dépôt chez lui, soient restitués à leurs légitimes propriétaires et sans contrepartie. Tout l’intérêt du document est de montrer l’étendue du champ d’activité de l’individu qui s’adresse à tous les éléments de la société. Le texte énumère, tour à tour, la cuirasse de Pierre du Parc, le harnais d’Alain de la Villéon, une paire de brigandines, un arc avec son carquois, une jacquette de la livrée de Monseigneur de Queleneuc, 44 pots à beurre d’une Lamballaise, des habits de femmes, deux poupées (sic), les draps d’un certain Jehan Thomas… Il semble même qu’il ait tiré profit de la location de chambres à bon marché, comme le font à Rennes les Chappel. »

  • 31 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion (vers 1320-vers 14 (...)

223❍ Une œuvre méritoire recouvre plusieurs réalités31.

224Les dons, en argent ou en nature, ne sont pas toujours gratuits. Ils répondent à des intentions précises, clairement exprimées ou sous-entendues. Certains s’identifient à une sorte de « droit de sépulture ». Il est évident que l’octroi, par les autorités religieuses, d’un enfeu ou cavité funéraire pratiquée dans le mur d’une église pour recevoir un tombeau ou, plus couramment, d’un emplacement à même le sol, une fosse fermée par une dalle, se paie un bon prix, surtout si le futur utilisateur entend être bien placé. Le fin du fin est de reposer à l’endroit même où le prêtre pose les pieds quand il officie. Geoffroy Gallopin, un marchand nantais, précise avec soin l’epytaphe gravée sur une plaque de cuivre posée sur un pilier de la chapelle de la Madeleine dans l’église Saint-Saturnin, juste derrière son tombeau : « cy gist Geffroy Gallopin et Ambroyse Bery et Gillette Jacques ses femmes » (sic). Pierre Préseau, un autre Nantais bien connu, désire être inhumé dans l’église Sainte-Claire, près de l’autel de la Bienheureuse et donne 10 livres aux sœurs.

225D’autres versements servent à indemniser les éventuels participants à l’enterrement. Plus les exigences sont grandes et plus les frais sont élevés. Jehanne Bouedrier, veuve de Jehan Guerrif, une très grande dame de Rennes, désire reposer près de son mari, dans l’église Saint-Germain où sa pierre tombale est déjà prête. La douloureuse maladie qui la tient au lit n’a pas entamé ses facultés intellectuelles et nous la voyons fixer, dans les moindres détails, le déroulement de la cérémonie à venir. Elle veut que tous les chapelains de l’église soient présents, vêtus de leurs surplis, que tous les collèges de l’agglomération soient représentés, ce qui fait finalement énormément de monde prévu, quand on additionne les chanoines, les moines bénédictins, les frères mendiants. Il va sans dire que les services se paient et que des indemnités sont proposées en conséquence. Jehan Préseau demande que son corps soit porté à Sainte-Claire par six frères mendiants, deux par couvent, rémunérés chacun 5 sous (soit 30 sous au total) et, à cette première somme, il ajoute 20 sous par couvent pour qu’un service soit célébré le jour même de l’inhumation en sa mémoire.

226La plupart des dons servent à régler les messes. Un honnête bourgeois en demande cent ou deux cents, d’autres bien davantage, jusqu’à cinq cents et plus, presque autant que la plupart des nobles, ce qui est encore un trait de la mentalité de ces nouveaux riches, volontiers excessifs en tout, même dans la mort. Les uns détaillent soigneusement ces offices dans le temps, comme Jehanne Dani, veuve de Tanguy Regnault qui exige à Saint-Saturnin de Nantes : 150 messes le jour de son décès, 150 au service célébré huit jours après, 200 autres d’ici la fin de l’année qui suit sa disparition. Guillaume de Launay, une autre personnalité nantaise, veut 25 messes à son inhumation, plus une grande o note, a diacre et a sous-diacre. Vingt-cinq autres et une grande à son service, un trantain o note, vigiles et libera sur sa fosse, 200 autres après, suivies d’un de profundis et libera. D’autres éparpillent les messes dans plusieurs établissements religieux, tel Jacob Thomecy, un marchand de draps et de merceries d’origine italienne, établi sur les bords de la Loire, qui fixe avec soin le calendrier des cérémonies post mortem, à savoir 200 messes aux Carmes où il reposera, dans un caveau de la chapelle du Sauveur, 34 autres à l’église paroissiale de Saint-Vincent, 33 chez les Franciscains, 33 chez les Dominicains, à nouveau trois trantains chez les Carmes, puis 100 messes chez les Franciscains de Savenay et 100 chez ceux de Clisson, plus 500 laissées à la discrétion de ceux qui exécuteront ses dernières volontés. Nous arrivons, cette fois, à un total de 1 090 messes. On est encore loin, il est vrai, des normes pratiquées dans la noblesse bordelaise.

  • 32 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

227Des frais concernent le luminaire. Il est dans les us et coutumes du temps, chez les bourgeois, aussi bien que chez les nobles ou chez les clercs de haut rang, de disposer, autour de son cercueil, à son domicile, puis autour du catafalque, dans l’église, plusieurs torches et cierges « du plus gros poys que faire se peut ». L’orgueil pousse une fois encore l’utilisateur à la consommation et si certains sont assez modestes pour se contenter de pillets de 5 à 6 livres, d’autres exigent bien davantage. Jehan Spadine aura 100 livres-poids de luminaire, dont 30 livres disposées aux Carmes. Les cierges portent des inscriptions comme « Miserere mei Deus32 ».

228❍ La tradition veut aussi que le riche se soucie des autres, des pauvres en premier lieu.

229Il le fait intentionnellement dans l’espoir qu’ils prieront Dieu pour lui et parce que certains participent comme porteurs de torches à l’enterrement. Là encore, la surenchère est de règle. On réclame la présence de cinq à treize pauvres, ce dernier chiffre étant le plus communément admis, habillés aux frais du testateur. C’est à qui se montrera le plus généreux. Eustaisse Aubine de Nantes prévoit, après son décès, la distribution de 50 livres aux déshérités et un legs de 4 livres ou d’une pipe de vin, à leur choix, aux lépreux ; Jehan Préseau donne 25 septiers de seigle, 45 sous aux personnes hébergées dans les hôpitaux et 6 livres 5 sous de rente à l’aumônerie de Toussaint pour la nourriture des malades et des voyageurs de passage ; Perrine Collart cède le linge qui lui reste, etc. Quelquefois le nombre des malheureux secourus est indiqué avec précision. Marie Feulée, veuve de Maître Guillaume Bascle, accepte d’en prendre 300 à sa charge en 1494. Une autre, Jehanne Basire, cède 100 livres, une somme considérable, pour aider de « pauvres filles d’honneste conversacion » (sic) à trouver le mari de leur choix.

230Beaucoup se souviennent aussi, au soir de leur vie, que les fabriques de leurs églises paroissiales ou que la cathédrale de leur cité ont de lourdes charges à soutenir. Ils leur laissent de l’argent, des draps mortuaires et même des tissus pour confectionner des manteaux et des robes pour les espousailles. Le geste est délicat pour les générations futures et pour le bien commun. Les travaux de plusieurs sanctuaires vénérables, à commencer par ceux de la cathédrale de Nantes, ont été financés en partie par les élans communautaires de pieux légataires soucieux, comme ils le précisent, de « gaigner les pardons et les indulgences accordés par le Pape ».

231De menues sommes sont distribuées à des particuliers, parents ou amis, à de vieux serviteurs, pour qu’ils soient « en leurs oraisons », plus enclins à prier Dieu pour le repos de leur âme. Les plus riches fondent, à moins qu’ils ne l’aient déjà fait depuis longtemps, des chapellenies. Ils précisent avec soin le nombre des messes célébrées à perpétuité, chaque semaine, une ou deux généralement, quelquefois plus, le lieu où se déroulera la cérémonie, l’église, la chapelle, l’autel. Ils en fixent aussi le déroulement, rappellent les prières qui seront récitées sur leur tombe. Le financement est assuré par un legs, destiné à dédommager sa fabrique et à rémunérer le prêtre ou le chapelain. La somme est hypothéquée sur les biens du testateur ou sur des rentes constituées qui lui sont dues par diverses personnes. Certains vont jusqu’à abandonner, en toute propriété, à leur église favorite, une chambre, une habitation, des terres, des pêcheries, dont ils gardent toutefois l’usufruit le restant de leurs jours. Le choix du chapelain et sa désignation future préoccupent également les mourants ; quelques-uns souhaitent favoriser un frère, un neveu, un ami et entendent conserver à leurs héritiers, pendant une génération ou deux, le patronage de la fondation. Les plus humbles se bornent à demander à leurs familles de consacrer, chaque année, une petite somme à la célébration d’un simple anniversaire dont le tarif est soigneusement fixé dans les églises et dans les couvents. Les obituaires sont remplis de ces fondations.

232❍ Faire ouvre méritoire in articulo mortis pour un riche bourgeois signifie aussi qu’il s’efforce, avant de quitter ce bas monde et d’affronter sereinement la justice divine, de se mettre en règle avec sa conscience.

233Geffroy Gallopin résume par ces quelques mots ce qui le préoccupe au seuil de la mort : « Je vieulx et ordonne qu’il soit faict savoir au prosne de messe es parroesses subgectes au gueyt de Nantes dont je fus clerc au temps du duc Arthur que sy aucuns sont desquels je ayt audit temps exigé injustement aucune chouse quelconques quelle soit, que tout leur soit rendu dans la mesure où ils seront dignes de foi. » La liquidation des dettes occupe donc une place de choix dans ces ultimes préoccupations. Jehan Spadine demande à ses héritiers de se réunir avec les métayers de son domaine pour examiner ensemble les comptes et procéder aux règlements qui sont dus, « de ce que eulx et moy avons eu à besoigner ensemble et qu’ilz (les paysans) en soient creuz par leurs serments de ce qu’il me pourroint devoir en leur conscience ». Il indemnise de deux écus et demi un certain Raoul Demaulx, un ancien acheteur, pour une erreur de sa part qui semble le torturer rétrospectivement. Il n’a même pas tout à fait la conscience tranquille vis-à-vis de ses anciens collègues, fermiers de la prévôté, et propose de leur donner 4 livres « si les veulent prendre… de paour de cheoirs en l’indignacion vers mondit Créateur, de avoir prins ou despensé du revenu de ladite recepte ». Toujours au chapitre des dettes figurent des retards dans les salaires des serviteurs que l’on s’efforce de combler, comme le fait Jehan Gloesquen, dit Rostrenen, qui reverse d’un seul coup à son vieux domestique Pierre Holeau… 120 livres pour… 20 années de bons et loyaux services.

234Chambrières et servantes sont l’objet de toutes les sollicitudes patronales et reçoivent les unes de l’argent, les autres des habits, les plus avantagées une chambre dans une arrière-cour, une maison et un petit lopin de terre. Dettes encore sont ces messes qui ne sont pas payées depuis plusieurs années, ces arréaiges de rentes à des fabriques ou à des prêtres.

235Ces hommes et ces femmes qui vont bientôt mourir se soucient aussi de leurs héritiers, proches ou lointains. Jacob Thomecy se décide, enfin, à payer son fils François pour le travail qu’il a accompli à ses côtés ; il lui laisse 400 francs pour quatre années de gages et lui promet le tiers des gains inscrits sur son livre de comptes, à condition que ses associés soient consentants. L’époux assure à sa femme, comme douaire, l’usufruit des biens acquis en commun. Guillaume de Launay préserve à la sienne la moitié des acquêts et le tiers de ce qui reste de la fortune à partager entre les autres héritiers.

236L’ultime tranche de vie d’un notable revit en quelques lignes de testament, dans un éclairage nouveau, au moment crucial où il se prépare à affronter l’inconnu de l’au-delà. Le texte trahit, une dernière fois, les aspects de sa mentalité, avec ses côtés édifiants, mais aussi avec parfois des aspects mesquins. Que penser une fois de plus de l’usurier Henry Blanchet qui, poussé par les remords, ose verser à sa chambrière, Marie, 9 livres, pour trois ans et trois mois de gages et lui restitue, par la même occasion, les 40 sous qu’il lui avait empruntés (sic) pour satisfaire ses nécessités !

237Que reste-t-il, en fin de compte, de ces mannes de dernière minute ? Une fortune, certes, dont profitent plus ou moins bien leurs descendants, un saupoudrage de dons en argent que se partagent les établissements religieux d’une ville, quelques fondations pieuses qui se sont parfois perpétuées pendant plusieurs générations avant que des héritiers ne les oublient et n’entrent en conflit à ce sujet avec les fabriques, ou avec les couvents, des œuvres d’art offertes aux sanctuaires et parfois de merveilleux tombeaux. Les Pinot, les Bonabry, les Bourgneuf et les Champion ont enrichi de leurs legs et de leurs sépulcres l’église Saint-Sauveur de Rennes. Pierre Champion, seigneur des Croix, venu de sa Normandie natale, pour faire carrière dans les Monnaies, offre un chandelier de 800 livres-poids d’argent et mérite ainsi la reconnaissance des clercs qui l’autorisent à faire creuser sa tombe sous le marchepied droit de l’autel principal. Dans la chapelle Saint-Fiacre des Cordeliers rennais se trouve, incrusté sous l’arceau de la muraille latérale, un magnifique tombeau de pierre orné d’un gisant d’homme armé avec cette légende : « cy gist nobles homs, Jehan Bouedrier, sieur de la Meloyer et du Bois-Rouart, conseiller du duc et thésaurier général, lequel feist fere ceste chapelle et debcéda le 6e jour de septembre Ian 1454. Priez Dieu pour luy et pour noble damoiselle Perrote de Meboirard, son épouse, laquelle cy repouse, Dieu leur face pardon ». À quelques pas de là, dans la chapelle Saint-Julien, Olivier Baud, seigneur de la Boulaye et de Moligné, conseiller ducal et Mathurin son fils, mort le 1er octobre 1478, reposent en paix. Notre-Dame de Vitré, Saint-Melaine de Morlaix, d’autres églises et chapelles urbaines conservent également, inscrit dans la pierre, le souvenir du passage sur terre de ces grands marchands dont les noms sont inséparables de l’histoire et de la prospérité bretonnes au XVe siècle.

238Mais il ne faut pas cependant tomber dans l’exagération inverse, surestimer leur rôle dans ce domaine précis. H. Martin chiffre à 115 les fondations bourgeoises dans les couvents des Carmes, des Franciscains et des Dominicains sur un total de 313 connues (36,7 %). La priorité revient encore à la vieille noblesse de souche avec 164 fondations, le reste allant à des membres du haut clergé ou à des gens dont les fonctions demeurent indéterminées. Les bourgeois ont attendu la fin du siècle pour accéder « au beau monde de l’au-delà » ; aucune des 40 sépultures des Cordeliers de Quimper ne leur appartient, trois seulement sur 24 chez ceux de Rennes. Tout un champ d’études reste, il est vrai, à explorer dans les années à venir dans les simples églises et chapelles.

239À la réflexion, très peu de familles marquantes en dehors des Thomas, des Coëtanlem, d’une poignée de merciers rennais, de négociants nantais, de marchands d’Outre-Mer vitréens se sont dégagées d’une masse de marchands et d’officiers besogneux et rares sont les personnalités bourgeoises qui ont fait une carrière politique brillante. La Bretagne n’a pas encore l’équivalent des grandes familles parisiennes ou lyonnaises, d’un Raymond Ysalguier à Toulouse, d’un Hugues Jossard à Lyon. Pourtant, la période 1420-1430 voit surgir deux hommes qui vont marquer profondément l’histoire bretonne : Pierre Landais, le futur ministre de François II et Julien Thierry, le banquier de la duchesse Anne.

Deux éminentes figures de la haute bourgeoisie bretonne, Pierre Landais et Julien Thierry

  • 33 L. de Carné, « Pierre Landais et la nationalité bretonne », Revue des Deux Mondes, tome 30, 1860, (...)

240Il nous a semblé utile de retracer brièvement, dans une analyse comparative, les origines, la vie et la carrière de ces deux hommes inséparables de l’histoire du duché, pendant la seconde moitié du XVe siècle33. Des jugements contradictoires ont été portés sur le premier dont personne ne saurait maintenant nier les capacités comme Trésorier Général et comme homme politique. Le second a bénéficié des recherches favorables de son plus récent biographe, B. A. Pocquet du Haut-Jussé.

L’énigme de leurs origines

241L’un et l’autre ont vu le jour, dans les années 1430, sous le règne de Jean V, à une époque de paix et de prospérité toute relative.

242❍ Ils sont issus de milieux commerciaux aisés. Nous insistons sur ce point qui nous amène à prendre, dès le début, nettement position. Car, pour des raisons diverses qui n’ont rien à voir avec la recherche historique, d’aucuns ont volontairement oublié l’un et systématiquement avili l’autre.

243La famille Thierry, parvenue aux plus hauts emplois, aura honte de ses origines roturières et commerçantes et laissera volontiers s’appesantir l’obscurité sur Julien, préférant commencer l’histoire de la lignée avec son fils cadet Michel et son petit-fils, un second Julien, seigneurs de la Prévalaye et dûment anoblis depuis 1500. On a voulu faire également de Thierry un immigrant, tantôt de Basse Bretagne (Morlaix), tantôt de Normandie, tantôt d’Anjou. Pourquoi aller chercher si loin, alors qu’il suffit tout simplement de consulter les archives rennaises ? Dans le livre des Merciers, on apprend qu’un certain Michel Thierry est membre de la confrérie en 1447 et que Julien, son fils, fait chez lui son apprentissage de 1456 à 1462. Michel Thierry n’est pas une personnalité dominante du monde de la mercerie, mais le fait d’être affilié à cette association est déjà en soi un excellent point de départ.

244Quant à Pierre Landais, ses détracteurs qui furent légion, pendant des siècles, avant que ne se dessine un courant de réaction trop favorable, tout aussi outrancier dans ses jugements, ont accrédité la légende du fils d’un pauvre tailleur ou même chaussetier du faubourg du Rachapt de Vitré, d’un humble boutiquier, pour mieux dénoncer son enrichissement scandaleux, par des moyens malhonnêtes, et justifier la réaction nobiliaire qui amena le Trésorier Général au gibet. Sous la plume des chroniqueurs bretons, Alain Bouchart et d’Argentré, l’expression « issu de basse extraction » comporte tout le mépris des représentants d’une classe à l’égard d’une autre. Il semble plus logique, pour la compréhension des événements à venir, de voir dans le père de Pierre Landais, Jamet, un commerçant en draps et en toiles, comme il en existait tant à cette époque, à Vitré ou ailleurs. On croit savoir qu’il était propriétaire de sa maison, d’un jardin et même d’une métairie dans les environs de La Guerche, à Availles, ce qui constitue en soi une référence.

245❍ Comme les deux familles sont aisées, sans plus, il a fallu quelques années et peut-être beaucoup de chance à l’un et à l’autre pour sortir du rang, pour se hisser dans les hautes sphères de la société urbaine et se signaler à l’attention du prince.

246Le courant hostile à P. Landais explique sa promotion par les traits essentiels de son caractère : l’orgueil, l’audace, l’esprit d’entreprise, l’impétuosité (sic), l’impudence, l’absence de scrupules, le goût de l’intrigue. Ces « défauts » seraient plutôt considérés maintenant comme des qualités justifiant la réussite d’hommes politiques ou de magnats de l’économie et des finances ! Il était facile à des imaginations débridées de forger, à partir de là, toutes sortes de légendes.

« Nous livrons aux amateurs d’historiettes la plus cocasse, celle du petit apprenti, entré au service du tailleur ducal qui réussit, au cours des essayages, à se rendre indispensable en portant des messages aux dames et aux favoris. »

247Au risque de décevoir nos lecteurs, nous choisirons une interprétation toute terre à terre. Pierre a repris l’affaire de son père et, comme c’est un homme d’action, ambitieux, énergique, plein de bon sens à défaut d’instruction, il a senti, tout de suite, ce qu’il pourrait en tirer en présentant de nouveaux articles (la soie) et en cherchant des clients plus fortunés, la cour des Laval, seigneurs de Vitré. C’est peut-être par l’intermédiaire de cette famille qu’il entre en relations d’affaires avec François, comte d’Étampes, le futur François II, un « panier percé », couvert de dettes, incapable de refréner ses envies. Sa rencontre avec le prince est la chance de sa vie. Il sait flatter ses goûts, lui cède à crédit, pour 1 521 écus d’or, des draps de soie et de laine, lui prête de l’argent. Landais est intelligent, ne manque pas de culot et sait par avance qui sera le successeur possible d’Arthur III, privé de hoir mâle. En jouant la carte d’Étampes, il ne travaille pas à fonds perdus, mais fait un investissement sur l’avenir. La disparition rapide du vieux connétable de Richemont et l’accession au trône ducal de François II lui ouvrent les perspectives heureuses escomptées.

248Lorsque Julien Thierry quitte l’apprentissage en 1462 et se lance dans la vie active, les affaires paternelles ont pris de l’importance. À la vente de ces produits variés que constituent les « merceries », au sens large du terme, s’ajoute probablement déjà le commerce de l’argent. Ce n’est pas, par hasard, si nous trouvons une maison Thierry, en 1455, dans le quartier des changeurs, autour de la cohue (halle) de la vieille Cité rennaise. Julien fait très vite figure de notable prospère, entre, dès 1464, donc jeune, au conseil urbain, assiste comme auditeur à la reddition des comptes des miseurs Pierre Pares et Jehan Blanchet, puis est lui-même nommé à ce poste, en compagnie de Pierre Le Faye, de février 1465 à février 1467. Dès lors, son nom ne quitte plus les registres municipaux.

249Quand on examine les choses, en dehors de ces polémiques qui passionnaient les érudits d’autrefois, on constate que la réussite des deux hommes n’a rien qui doive surprendre. Ils ont, pour eux, un capital de départ, une profession lucrative, soit dans la laine, soit dans « l’import-export » de merceries, des liquidités susceptibles d’être prêtées, d’être placées, un esprit d’initiative, d’aventure, une volonté de réussir le plus vite possible, des appuis auprès d’un prince ou au sein d’une municipalité et d’une confrérie puissante.

L’ascension sociale et politique

250Elle est irrésistible pour l’un, Pierre Landais ; plus discrète mais non moins efficace pour l’autre, Julien Thierry.

251❍ Aucun n’a renoncé, en accédant aux honneurs, à ses activités d’antan.

252La fidélité au commerce est un point très important à souligner. L’un et l’autre restent des marchands qui vont tirer profit au maximum de leur situation exceptionnelle à la cour, dans les villes et dans le duché. De bonnes affaires sont encore possibles pour ceux qui en ont les moyens matériels et financiers, juste avant l’affrontement avec la France.

253Pierre Landais ne perd aucune occasion et arme deux gros navires pour le commerce international, « La Trésorière », une nef, et « La Marguerite », plus petite. Ses préoccupations gouvernementales restent commerciales et on lui doit plusieurs mesures utiles comme des aménagements au port de Bourgneuf ou l’invitation aux artisans étrangers à venir s’installer dans le duché.

254Julien Thierry et les autres membres de sa famille entretiennent des relations régulières avec la Flandre. C’est probablement la raison qui le pousse, lui mercier rennais, à s’affilier à la confrérie du Saint-Sacrement de Vitré, d’en être un des membres fondateurs en 1473. Pourquoi y voir un homonyme puisque chacun sait que l’association des marchands d’Outre-mer était ouverte aux personnalités extérieures à la ville ? Notre homme se trouve donc, à cette date, membre des deux plus puissants organismes commerciaux de la Bretagne ducale.

255❍ Mais le négoce, aussi fructueux soit-il, ne suffit pas à satisfaire leurs ambitions. Les offices comblent leurs désirs, moins par les salaires qu’ils rapportent que par ce que nous nommerons les à-côtés.

256Pierre Landais se voit confier la responsabilité de la Garde-Robe, dès l’avènement de François II. Peut-on imaginer meilleure promotion pour un marchand entreprenant ! Pareille charge ou d’autres voisines, l’Argenterie, ont permis, en France, à Pierre des Essarts, à Étienne de La Fontaine, à Jean Billouart… et plus récemment à Jacques Cœur de bâtir de stupéfiantes fortunes en un minimum de temps ! En Bretagne, le poste a été jusqu’alors confié à des nobles ; leur éviction, au profit d’un parvenu, leurs intérêts lésés, créent de solides rancunes. Quelques mois plus tard, le 10 juin 1460, le garde-robier accède à la direction de la Trésorerie et Recette générale de Bretagne, ce qui fait de lui une sorte de ministre des finances. Son premier compte commence à cette date pour s’achever le 1er janvier 1462 ; plusieurs autres suivent, dont quelques-uns ont échappé à la destruction et constituent une source de renseignements exceptionnelle sur l’administration financière du duché et sur les méthodes de travail de son responsable, un homme fort capable et secondé par un excellent réseau d’auxiliaires reconstitué par J. Kerhervé.

« Arrêtons-nous sur cette double promotion, pour corriger des erreurs ou des idées préconçues. Il est inexact de prétendre que Landais a dû ses nominations à des manœuvres tortueuses, à l’appui que la favorite de François II, Antoinette de Maignelais, cousine d’Agnès Sorel, dame de Villequier lui prodiguait en échange de services personnels, voire des relations intimes. L’ancienne maîtresse délaissée de Charles VII n’est arrivée en Bretagne qu’après le décès du roi (22 juillet 1461). Il est injuste de faire grief à l’ancien marchand de Vitré d’avoir cumulé les offices ; la pratique est couramment admise, ici comme ailleurs, et, dans le passé, Garde-Roberie et Trésorerie ont été souvent réunies sous une même direction. Reprocher à Landais d’avoir abusé de sa situation pour s’enrichir scandaleusement, ce qui ne fait aucun doute d’ailleurs, c’est condamner des usages administratifs tolérés, pour ne pas dire encouragés, à cette époque et par la suite (R. Mousnier). »

257Personne ne s’est offusqué, sur le coup, de la fortune constituée par Jean de Malestroit, l’évêque de Nantes, chancelier de Jean V, membre de la haute noblesse. Or, certaines accusations graves qui entachèrent plus tard sa mémoire se sont avérées tout à fait exactes. Guillaume Chauvin s’est trouvé, un moment, en situation délicate, sous la double inculpation d’extorsion de droits fictifs de chancellerie et de vente de sauf-conduits en blanc-seing ; sa carrière faillit être interrompue, ce qui, au surplus, eut été préférable pour lui. On peut s’interroger aussi sur les origines des biens amassés par des familles aussi considérées que les Ferron, les du Celier, les Becdelièvre, les Champion, les Bourgneuf, les Thomas, etc. Inutile de jeter la pierre à Landais ; il est homme de son temps. Il est faux de prétendre, enfin, qu’il est devenu, dès 1460, l’inspirateur de la politique ducale. C’est lui conférer des responsabilités qu’il n’a pas, car la direction des finances ne donne pas obligatoirement, du moins, au début, une place éminente au sein du Conseil. Son emprise et celle de son équipe de receveurs, de clercs, d’archers même, se manifestent durant une dizaine année, de 1475 à 1485.

258On lui a fait endosser indûment des erreurs dont il n’est pas coupable. Pour l’instant, en effet, Tanguy de Châtel, de triste mémoire, et le gascon Odet d’Aydie sont les conseillers favoris de François II, l’engagent dans la voie de la rupture avec Louis XI, le poussent à participer à la Ligue du Bien Public. Toutefois, il est aisé de comprendre, sans aller chercher d’autres explications, qu’un homme énergique, intelligent, subtil, ait pris, au fil des ans, un immense ascendant sur un prince frivole, influençable et impécunieux. Des associations de ce type sont courantes dans la politique, dans l’armée ou dans la littérature. Landais n’a vraiment joué un rôle important qu’à partir des années 1466-1470. C’est l’époque où ses responsabilités s’accroissent, puisque nous le rencontrons, tout à tour, chargé de la levée de fouages et d’aides, au salaire calculé sur la base de 12 deniers par livre maniée (5 %), receveur ordinaire de Rennes, administrateur de la caisse de la Trésorerie des Guerres, conservateur des trêves.

259La carrière de Julien Thierry n’a pas ce côté brillant, spectaculaire. C’est la raison pour laquelle elle a suscité moins de réserves, moins de haines. L’occasion lui est donnée de se faire connaître et apprécier comme administrateur urbain. Ses ressources, ses appuis dans les milieux d’affaires et à la cour en font un adjudicataire privilégié des grandes fermes de l’état, un receveur ordinaire de Rennes de 1480 à 1491. Il ne néglige aucun profit, s’intéresse à tout, y compris aux fermes municipales. Mais le véritable instrument de sa réussite officielle est l’Argenterie, l’équivalent de la Garde-Robe de P. Landais, avec les mêmes avantages, les mêmes possibilités, bien supérieurs à ce que laissent présager les 300 livres de salaire annuel. Nous ignorons à quelle date il accède à cette fonction, probablement avant 1480, et il reste en poste jusqu’en septembre 1491, sachant, entre-temps, en tirer le parti maximum. Ses autres chances ont été l’impécuniosité du dernier duc et de sa fille et… la guerre. Ses liquidités font de lui un créancier recherché qui prête à François II puis à Anne des sommes considérables, à des taux d’intérêt modiques (2 à 5 %), mais contre des garanties sérieuses : des hypothèques sur le Domaine, sur les fermes des impôts locaux, sur les moulins, etc. On a pu évaluer à 38 280 livres le total connu des sommes avancées à la seule duchesse Anne, ce qui est considérable pour un « financier » breton, une goutte d’eau dans l’océan des dettes accumulées au fil des ans. Il prête aussi aux grands, au maréchal de Rieux, à une époque où ce dernier est brouillé avec la souveraine, ce qui montre l’habileté du banquier et son souci de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il prête enfin à la municipalité de Rennes en difficulté. La guerre lui est profitable, dans la mesure où elle lui permet d’être un fournisseur aux armées, livrant des chevaux, du métal et les composants de la poudre pour l’artillerie, de servir d’ambassadeur extraordinaire, d’assurer des transferts de fonds entre alliés. Ses multiples activités commerciales et bancaires nécessitent des déplacements incessants, l’utilisation de nombreuses compétences dont celle de son frère Thomas, les liens l’unissant aux Pares, autres grands manieurs d’argent.

260❍ Les autres éléments de leur fortune et de leur puissance ne sont pas négligeables.

261Les deux hommes ne sont pas différents des notables que nous avons étudiés précédemment. Ils recherchent, eux aussi, les alliances qui leur apportent un surcroît de fortune et d’influence. P. Landais qui a su utiliser de solides amitiés, des relais à la cour ou dans les diocèses, des membres de la confrérie des marchands d’Outre-Mer et des drapiers de Vitré, soigne aussi sa parenté. Il épouse Jehanne de Moussy, fille de Jehan de Moussy, marchand de draps de soie et de laine, fournisseur de la Cour et récemment anobli. J. Thierry s’unit à Raoullette Pares qu’on a tout lieu de croire la fille du banquier rennais, Laurens Pares, Trésorier des Guerres de la duchesse en 1489 et 1490.

262Le train de vie des Landais ou des Thierry n’est guère différent de celui des barons. Les déjeuners et les dîners de mets fins, sont fastueux, accompagnés de pots et de pipes d’ypocras et de vins fins du Val de Loire et de Gascogne, de fromages, de pâtisseries, de fruits rares. Rien n’est trop beau pour fréquenter la cour, pour assister à des baptêmes ou marier les enfants : des tissus de luxe comme la Bretagne n’en produit pas, de somptueuses pelisses, des bijoux, un cadeau fréquent de François II, des pièces d’or et d’autres dons aussi originaux qu’imprévus.

Les placements judicieux, un témoignage de réussite

263L’un et l’autre placent leurs capitaux dans l’immobilier et, comme ils ont plus d’argent que n’importe qui, ils finissent par détenir, par achats en bloc ou par grignotage de parcelles, une réelle fortune, constituée de seigneuries, de terres éparpillées, d’hôtels particuliers et de maisons de rapport.

264❍ Les biens de P. Landais, acquis dans les années 1469-1479, sont dispersés dans son pays d’origine, le Vitréen, et dans la région nantaise. Plusieurs habitations sont qualifiées de « châteaux » et sont fortifiées par souci personnel et pour accueillir le duc en toute sécurité.

265Dans la baronnie de Vitré, il acquiert, par achats successifs, la seigneurie du Plessis-Raffray en Domagné, entre Rennes et Vitré (1474), celle du Feu en Montreuil-sur-Pérouse avec les terres de la Louvelais et de la Richardais, aux portes de Vitré (1479), celle du Bois-Cornillé en Izé avec un manoir qui témoigne d’une grande aisance (vers 1479) entre Vitré et Saint-Aubin-du-Cormier.

266Dans le comté de Nantes, il devient maître de la seigneurie de Briord, dans la paroisse de Port-Saint-Père proche du lac de Grand-Lieu (1468) avec un château qu’il fortifie quelques années plus tard après avoir reçu l’autorisation ducale d’avoir tours et fossez, de celle du Loroux-Bottereau, en plein vignoble, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Nantes, de la Pabotière en Doulon, des terres du Drouet-Rouaud et du Pont-en-Vretays, aux limites de l’agglomération (1468-1473). Il acquiert encore des champs en Trentemoult, à la Bourdinière en Château-Thébaud sur les bords de la Maine, au Plessis-Grimaud en Port-Saint-Père (1478) en païs marchoix, à la Jaguère en Rezé, au Bois-du-Lier en Challans, à la Lucinière en Nort-sur-Erdre (au nord de la Loire), à la Cognardière en La Haie-Fouassière.

267Il est aussi propriétaire du manoir du Létier, isolé à Béganne, dans l’évêché de Vannes. Nous n’avons pas d’aveux permettant d’estimer l’étendue exacte des possessions du Trésorier Général. À côté de belles propriétés avec des logis agréables où le ministre vient rechercher le repos, figurent beaucoup de parcelles, de prés, de clos de vignes, de rentes éparpillées et de médiocre valeur.

268Certaines demeures de P. Landais sont dignes de celles d’un grand baron. À Nantes, il habite depuis 1473 le bel hôtel de Briord et possède aussi celui de la Pabotière, à proximité, dans un des quartiers les mieux fréquentés.

269Il achète à Rennes l’ancien logis du connétable Arthur Brécart, rue Saint-Yves, et en fait une opulente habitation (1470) que le duc confisquera en 1485 et qui sera connue dans l’histoire sous le nom de la Garde-Robe. La tradition veut que le Trésorier ait fait élever l’hôtel de la Forest d’Armaillé, dans la Ville Neuve. Vitré le reçoit aussi dans sa maison familiale restaurée et agrandie de deux logis voisins au point de former un bloc d’appartements et de jardins entre le moulin et la chapelle Saint-Nicolas, rue du Rachapt. Il achète le champ de Madame de l’Espine à la Greurie dans les faubourgs (1 journal de terre) et un terrain où s’élèvera, mais plus tard, le Château-Landais, un joli petit manoir flanqué de deux tourelles et composé de deux pignons aigus du XVIe siècle.

  • 34 J. Kerhervé, Les gens de finances, II, p. 904.

270Au total, en ajoutant la partie rurale, le Trésorier détenait deux châtellenies avec maisons fortes, trois seigneuries de grant revenu (Briord), pouvant atteindre certaines (au Plessix-Raffray) jusqu’à 12 000 écus, des métairies, d’une douzaine de domaines simples, de trois hôtels en ville, des centaines de journaux et d’hommées de terres de labour, de vignobles, des parcelles isolées, des prés, des aides salines rapportant jusqu’à 100 livres de rentes, des friches, des moulins, les amendes de tribunaux, etc.34.

271Les intérieurs de l’hôtel de Briord, des autres résidences en ville et à la campagne de la famille Landais sont en accord avec le reste. Le duc, les barons, les ambassadeurs figurent d’ailleurs parmi les hôtes de passage. Les logis regorgent de tapisseries, de meubles d’exception, coffres, armoires, lits à baldaquin, d’ustensiles de cuisine, de vaisselle de luxe en étain, en argent fin.

272❍ Julien Thierry s’est constitué aussi une belle fortune foncière.

273Il jette son dévolu, en 1475, sur une magnifique seigneurie disponible, ancienne propriété de Placidas du Pé († 1460), le domaine du Boisorcant, à quelques kilomètres du bourg de Noyal-sur-Vilaine. Le château conserve de son passé médiéval une tourelle, deux tours percées de meurtrières, de vastes salles de réception, d’élégantes fenêtres, les restes d’un fossé protecteur. Un aveu tardif, de 1522, donne le détail des biens.

274L’ensemble des maisons, des cours et des jardins attenants couvre 180 cordes carrées, à raison de 60 centiares 78 la corde, soit un peu plus d’un hectare. Puis, on découvre, tour à tour, un vaste verger dit le « verger Robin » de 160 cordes (97 ares 25), une chênaie de 78 cordes (47,40 ares), une châtaigneraie de 51 cordes (31 ares), une vigne de 80 cordes (48,60 ares), une pièce de terre arable de 70 cordes (42,50 ares) et un bois avec des taillis et des chênes de 3 journaux et demi, à 48 ares 62 le journal, soit environ 1 ha 82. Ce premier ensemble forme l’équivalent d’une réserve de 5 ha et demi. On découvre ensuite une métairie qui comprend une maison avec ses annexes (50 ares), une chênaie et deux prés (1 ha 23), un verger (73 ares), un vivier et des pastiz (1 ha 45), une grande forêt (60 ha 77 ou 50,40 % de la superficie), un jardin isolé (50 ares), des terres en cultures ou en herbages (55 ha 76 ou 46,25 % du total), soit environ 121 ha. Globalement, Boisorcant réunit 126 ha de biens très variés avec une grande forêt, des chênaies et des châtaigneraies, un étang, des pastiz (pâturages inondables), des vignes, des champs ensemencés et plusieurs prés qui, dans la mesure où on peut les localiser avec précision, représentent une vingtaine d’hectares sur les 55 ha 76 signalés. C’est donc une plus belle propriété, que celles de la plupart des autres bourgeois. S’y ajoutent des rentes et un droit de 12 livres 17 sous 6 deniers sur les coutumes commerciales de Châteaugiron. L’aveu mentionne aussi 180 journaux de landes, soit 87 ha 50 à Mouazé près de Saint-Aubin-d’Aubigné.

275La vieille maison familiale, derrière la Cohue, ne suffit plus à Thierry qui aménage un hôtel, dans la Cité, près du carrefour de la Laiterie et de la rue Saint-Yves, à deux pas de celui de P. Landais. Plus tard, lui et les siens font l’acquisition de plusieurs autres logis en ville : deux, rue de la Parcheminerie, deux, rue Neuve, un cinquième transformé en écurie au terrouer vulgairement appelé Cartaige.

276Pareilles fortunes donnent à leurs détenteurs la qualité de noble. Pierre Landais l’est en 1460, de naissance ont dit ses thuriféraires, ce qui reste à prouver. Julien Thierry aussi, mais à une date inconnue et son fils cadet, Michel, sera anobli en 1500.

277❍ La générosité de ces bourgeois enrichis est à l’image de leur puissance et de leurs possibilités.

278Pierre Landais fait bâtir, à ses frais, dans la collégiale Notre-Dame de Vitré, la chapelle Saint-Jean-Baptiste qui porte, à la clef de voûte, les armoiries du Trésorier, « de gueules à trois badelaires d’argent posés en bande » et que réveille un merveilleux vitrail.

279Il établit, en outre, une chapellenie de trois messes par semaine et engage des négociations avec les chapelains et les paroissiens pour obtenir un enfeu destiné à recevoir sa dépouille mortelle et celles de ses proches. C’est lui également qui permet la construction à Nantes, en 1480, dans l’église Saint-Vincent, d’une chapelle située dans le transept droit et dédiée à saint Adrien et à sainte Marthe, et d’une seconde dans la collégiale en l’honneur de la Vierge.

280Julien Thierry fonde, pour sa part, dans son testament du 8 novembre 1499, une chapellenie dans l’église Saint-Sauveur de Rennes, où il demande à être inhumé. Il en établit une autre dans l’oratoire de Boisorcant dédiée à saint Julien. L’un et l’autre sont les protecteurs attitrés des établissements conventuels. Landais s’intéresse aux Augustins de Vitré. Julien Thierry sert d’arbitre dans un conflit qui oppose les Carmes au curé de Saint-Germain, Jehan Bouedrier, au sujet de l’agrandissement du couvent (1478) et est l’un des organisateurs et des animateurs de la confrérie de sainte Catherine d’Alexandrie, chez les Franciscains (1474).

Le tournant de deux carrières

281Le destin allait pourtant donner une conclusion opposée à ces deux carrières

282❍ La vie de Pierre Landais s’achève en tragédie, suite à un règlement de compte politique pendant les années d’agonie du duché.

283Vingt-cinq ans de pouvoir, sans partage dans les derniers temps, usent un dirigeant, quel qu’il soit. Or, dans le cas présent, c’est pire encore. Le Trésorier Général a réussi à dresser contre lui l’opinion publique presque au complet, à accumuler sur sa personne un poids de haines et de rancœur qu’on a peine à imaginer.

284Landais incarne une orientation politique, parfaitement logique, mais qui heurte des intérêts. Cet homme intelligent, aux idées plus larges que la plupart de celles de ses devanciers et de ses successeurs, marchand de surcroît, donc soucieux de défendre ses affaires et celles des gens de son monde, peut-être « patriote » à sa façon, à une époque où nombre de pays, de provinces commencent à prendre conscience de leur identité nationale ou régionale, a compris qu’avec Louis XI une nouvelle étape s’ouvrait dans les relations entre la Bretagne et le Royaume. La période où on se querellait sur la question de l’hommage simple ou lige, où, finalement, malgré quelques petites anicroches ou piqûres d’épingle, on se raccommodait pour mieux bouter, hors des frontières, l’ennemi commun, est révolue. Le débat est porté sur un tout autre plan ; c’est l’indépendance d’un « état subordonné » qui est désormais en jeu. Or, pour résister à cette menace, il n’y a d’autre solution que de tenir d’une main ferme les rênes du gouvernement avec une fidèle équipe, et le ministre s’y emploie d’autant plus volontiers, que le duc est malade et diminué, et de faire contrepoids à l’influence française, en signant des traités avec les adversaires du roi, solution qui permet, en outre, de conserver au duché ses marchés traditionnels et, éventuellement, d’en ouvrir d’autres.

285Une telle politique, aussi cohérente soit-elle, est hasardeuse, présomptueuse même pour un petit pays aux ressources économiques, financières et militaires encore limitées. Que l’isolement s’y ajoute, consécutif à la disparition d’alliés ou à leur soutien limité, et le dénouement est proche, à l’avantage cette fois de Goliath ! P. Landais peut espérer l’appui des milieux d’affaires, des merciers rennais, des marchands nantais, malouins ou vitréens, à condition toutefois que leurs acquis à l’étranger ne soient pas remis en cause par un blocus, par une saisie, par des actes de piraterie. Le menu peuple, confronté avec ses difficultés quotidiennes, accablé par une fiscalité oppressive, redoute par-dessus tout la guerre. Le haut clergé est, par vocation, enclin à la paix. Ses origines, sa culture française, ses liens avec les universités de Paris, d’Orléans, d’Angers, ses rapports avec la métropole tourangelle le poussent dans la voie du compromis, proposé par certains esprits clairvoyants. Le Chancelier G. Chauvin en est un, qui souhaite trouver un terrain d’entente avec le roi, pendant qu’il en est encore temps, plutôt que d’en arriver à des solutions extrêmes. Landais n’est pas en odeur de sainteté dans ce milieu attaché à ses privilèges, soucieux du qu’en dira-t-on.

286Qui plus est, de fâcheux bruits courent sur le compte de P. Landais. On parle, à mots couverts, de malversations couvertes par des décharges frauduleuses, de détournement de fonds publics, de sorcellerie, d’usages de maléfices qui peuvent expliquer, du moins chez des esprits crédules, l’ascendant qu’il a pris sur François II. Ses démêlés avec les prélats, avec l’évêque de Rennes, Jacques d’Espinay, sa victoire sanctionnée par une destitution, ont laissé des amertumes, d’autant plus difficiles à effacer que le neveu du favori, Michel Guibé, a largement profité de la situation. Quant aux barons, les Laval, les Rohan, les Rieux… ils supportent encore plus mal un parvenu qui a réduit à néant leur influence à la Cour et au Conseil, qui se permet d’être hautain, brutal, vindicatif à leur égard, qui ose lancer à son rival, Chauvin, de noble lignée « je vous réduirai à telle nécessité que je vous ferai manger aux poux » ! À ces querelles d’influence, à ces jalousies, à ce mépris réciproque qui pèsent lourdement dans cette affaire s’ajoute un conflit d’intérêt. Le Royaume exerce une profonde attirance, une réelle séduction sur la haute noblesse. Elle y a acquis, dans un passé récent, la gloire sur les derniers champs de bataille de la guerre de Cent Ans. Elle y conserve des biens, des attaches familiales. Elle y trouve, encore, des offices et des pensions. Tout le problème est là ! Comment défendre l’indépendance d’un pays quand ses éléments les plus représentatifs, le fer de lance de son armée, ont partie liée avec l’adversaire, parlent, pensent et agissent comme lui ?

287Avec le recul du temps, l’échec de P. Landais paraît inévitable, comme inscrit dans la logique des faits. Les résultats obtenus par la voie diplomatique ne sont pas à la mesure des efforts déployés et les traités, signés avec la Bourgogne, l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal et d’autres états ou principautés féodales, s’avèrent, à l’usage, décevants, tout juste capables d’entretenir le duché dans une impression de fausse sécurité. La participation de la Bretagne aux coalitions contre Louis XI n’apporte que des désillusions. Elle vide les caisses de l’état, compromet l’équilibre économique, ruine les villes frontalières comme Ancenis ou Clisson et souligne les faiblesses de l’armée et de la défense. Le mécontentement croît avec les difficultés et la misère ; le Trésorier, plutôt que d’en tirer la leçon, se réfugie dans l’intransigeance et dans l’arbitraire. Ses réactions brutales, maladroites l’isolent encore davantage. Les arrestations se multiplient, les disgrâces obtenues d’un prince sans volonté et les exils également. Bien entendu, Louis XI se fait une joie d’accueillir les mécontents et d’attiser les haines L’arrestation de Guillaume Chauvin, l’ennemi de toujours, sous prétexte de trahison, le procès inique qui lui est intenté apparaissent comme un sordide règlement de comptes, sa mort de faim et de mauvais traitements dans un cachot de l’Hermine de Vannes, le 5 avril 1484, comme un crime politique qui soulève une réprobation générale.

288Les chefs de la noblesse, le maréchal de Rieux, Louis de Rohan, Jean de Chalon, prince d’Orange, neveu du duc, se coalisent contre Landais, tentent à deux fois de s’en emparer, dans le château de Nantes puis dans son domaine de la Pabotière. Les rebelles se retirent alors à Ancenis, traitent avec les Beaujeu qui assument la régence, pendant la minorité de Charles VIII, et finissent par l’acculer. Trahi par les forces envoyées combattre ses ennemis, abandonné à contrecœur par François II qui réussit, cependant, à lui éviter le lynchage, il est arrêté le 25 juin 1485 et conduit en prison, au milieu des injures et des quolibets. Son procès est une caricature de la justice, aussi dérisoire que l’avait été, quelques mois auparavant, celui de Chauvin. Par un retour des choses, l’accusateur se retrouve sur le banc des accusés, avec comme principaux griefs à charge : la mort du Chancelier, l’autoritarisme, la concussion, le népotisme, les malversations, etc. Rien ne lui est épargné la torture, les calomnies, le mépris pour sa roture et… le gibet.

289Il est difficile de porter un jugement sur cet homme qui ne fut ni un incapable, ni un être malfaisant et taré, parvenu au faîte de la gloire par ses intrigues, ni un patriote breton et encore moins un libéral, victime des forces conservatrices. Ce fut tout simplement un homme de son temps, avec ses haines, ses ruses, ses passions mal réfrénées, mais aussi avec de réelles qualités d’homme d’état. La conclusion d’A. Dupuy nous semble très pertinente « ainsi périt Pierre Landais. Hardi et sans scrupule, il avait servi les intérêts de François II avec un dévouement absolu. Il fut victime de la haine des factieux dont il avait combattu les intrigues ».

290❍ La mort par pendaison du Trésorier Général ne signifie pas la fin de sa politique et d’aucuns ont pu parler de « revanche posthume ».

291La querelle avec la France continue et aboutit à une rupture des relations diplomatiques et à la guerre de 1487-1488. Les chefs de la coalition nobiliaire, responsables de la chute du ministre, se divisent, ce qui permet à ses anciens partisans de rentrer en grâce.

292La famille Landais n’a pas été dépouillée de ses biens, ce qui, dans une certaine mesure, réfute les accusations de malversation, de péculat portées lors du procès de 1485. Jehanne de Moussy vit honorée et respectée à Nantes, dans l’hôtel de Briord. Nous la voyons, en 1501, fonder une chapellenie de deux messes hebdomadaires « à basse voix », pour la mémoire de son mari, dans l’église Saint-Vincent et sur l’autel de Sainte-Marthe et de Saint-Adrien. C’est une des meilleures contribuables de la ville aux emprunts levés pour la défense du duché.

293Sa fille, Françoise, née en 1465, fait un beau mariage avec un noble, Arthur de l’Espervier, seigneur de la Bouvardière et leur fils, François, hérite des biens et des titres de son grand-père. La sœur de P. Landais, Olive, eut de son union avec Adenet Guibé, également noble, quatre fils et trois filles. L’aîné des garçons, Jacques, seigneur de la Vayrie en Mécé, fait carrière dans l’armée et dans l’administration, comme capitaine de Fougères puis de Rennes. Un instant disgracié par la pendaison de son oncle, il recouvre tout son crédit, devient chef de la garde ducale puis capitaine de la Maison de la duchesse Anne. Le second, Jean, seigneur de Saint-Jean-sur-Couesnon et de Montigné en Brécé, administre aussi Fougères avant de passer au service du roi. Les deux autres entrent dans les ordres. Michel, d’abord chanoine de Nantes, passe successivement sur les sièges épiscopaux de Saint-Pol (1476), de Dol (1478) et de Rennes (1482). Bien que dévoué à son oncle, il reste en grâce après sa chute et se révèle un excellent administrateur diocésain. C’est lui qui bénit le mariage par procuration de la duchesse Anne avec Maximilien d’Autriche. Robert, chanoine de Dol, archidiacre de Dinan (1479), prieur de Sainte-Croix de Vitré, devient évêque de Tréguier (1483) puis de Rennes, en remplacement de son frère (1502). Il sert aussi d’ambassadeur extraordinaire auprès du Saint-Siège (1485, 1491) où il a séjourné dans sa jeunesse, et est reçu avec beaucoup d’affabilité par le saint Père qui lui confère la pourpre cardinalice. C’est enfin un des conseillers favoris de Louis XII et d’Anne, avant de se brouiller avec cette dernière en 1510.

294❍ Julien Thierry achève paisiblement son existence à l’aube des Temps modernes. La prudence a guidé son action politique jusqu’au bout et explique la pérennité de son œuvre et de ses affaires. Ses intérêts priment tout et le poussent à servir avec fidélité la cause de l’indépendance bretonne puis à se rallier, le moment venu, avec la même aisance, à l’autorité royale, de telle sorte que son crédit reste entier, ce qui est l’essentiel pour un banquier.

295De son mariage avec Raoullette Pares, naissent deux fils et plusieurs filles. L’aîné, Pierre, hérite du Boisorcant et épouse Jacquette de Pontrouault ; il séjourne quelquefois à Rennes dans l’ancien hôtel familial, plus souvent sur ses terres. Le second, Michel, est la grande figure du Rennes de l’après-guerre, du temps de Louis XII et de François 1er.

« Par sa femme, Marguerite Boisvin, il entre en possession du domaine de la Prévalaye, dans la paroisse de Toussaints de Rennes. Un aveu tardif de 1542 révèle un ensemble domanial de 469 journaux (avec les annexes), soit environ 228 ha, en bordure de la route de Rennes aux moulins d’Apigné, près du lieu-dit de Sainte-Foy et à la Teillaye. Des rentes se lèvent sur une douzaine de paroisses : Vern, Noyal, Chartres, Toussaints, Saint-Jacques, Saint-Germain, etc. »

296Michel est aussi l’héritier de son père dans les affaires. Il anime la banque familiale, devient lui-même Argentier. Il ne perd pas de vue non plus la municipalité, sert comme miseur en 1494-1495 et domine de sa forte personnalité les séances du conseil.

297Une fille Thierry, Olive, épouse Louis des Déserts, futur Président du Parlement de Bretagne, l’un des négociateurs du traité d’union perpétuelle du duché avec le Royaume en 1532.

298Moins engagé dans la vie politique, d’un caractère infiniment plus souple que celui de Landais, Julien Thierry représente la plus belle réussite personnelle qu’un citadin enrichi ait obtenue dans nos villes, avec les Thomas de Nantes.

*

299Parvenu au terme d’une étude consacrée à cette minorité fluctuante, difficile à cerner, que l’on nomme communément la maire et principale partie des bourgeoys, plusieurs réflexions viennent tout naturellement à l’esprit.

300Toutes les villes, des plus petites aux plus grandes, disposent d’hommes à qui l’argent, les appuis, un minimum de savoir, l’expérience et le temps permettent de remplir des fonctions administratives. Mais, il est évident que leur nombre, leur rôle sont le reflet de l’importance économique, sociale et politique du centre qu’ils habitent. Un notaire, un commerçant polyvalent, un propriétaire terrien, un artisan feront l’affaire ici, alors qu’ailleurs ils seront noyés dans la masse anonyme et sans voix. Le cercle des affaires briochin est dominé par deux notables, Jehan Le Bigot et Roland de La Noé.

301L’immense majorité de ces notables ne fait qu’une furtive apparition dans nos textes, le temps de figurer comme témoins privilégiés au bas d’une charte, d’armer un navire pour se livrer à la marchandie, de participer à un procès, à une députation aux États. Il est donc impossible, sauf exception, de reconstituer les filiations et même, ce qui est fâcheux, de connaître les origines et de déterminer les raisons du succès du fondateur d’une dynastie.

302Les grosses fortunes sont rares. Les Thierry, les Landais, les Thomas, les Pares, les Bourgneuf sont des cas particuliers et nous avons tout lieu de penser que ces « capitalistes bretons » dont les ramifications s’étendent à plusieurs villes ne dépassent guère la centaine. La plupart de ceux qui peuplent les premiers conseils appartiennent au monde des gagne-petits, des besogneux, à la merci d’un échec, d’une maladie, de la perte de leur instrument de travail.

  • 35 Nous donnons dans « Vivre en ville au Moyen Âge », éd. J.-P. Gisserot, 2006, une bibliographie sur (...)

303Cette médiocrité ambiante explique la mentalité de ces notables ; leur recherche systématique du moindre gain, de la plus petite ferme des ports et havres, des octrois, ou de l’office susceptible d’apporter un complément de ressources, aussi minime soit-il. Elle explique aussi leur manque de curiosité, d’intérêt pour les techniques bancaires et commerciales modernes, leur timidité dans les affaires, leur fuite vers la terre dès qu’ils en ont la possibilité matérielle. Elle justifie leurs goûts très simples, leurs préoccupations religieuses, leurs inquiétudes de l’au-delà. Dans un tel contexte social, on mesure davantage l’originalité et le dynamisme d’hommes comme P. Landais, Julien Thierry, Gilles Thomas, Laurens Pares qui, partis d’une simple boutique ou d’un office local, ont osé entreprendre, sortir de la routine et se hisser aux plus hauts emplois et à la tête des meilleures entreprises que la Bretagne du XVe siècle pouvait leur offrir. On peut considérer comme une de ces exceptions « Morrice de La Noé, le plus grand et riche marchand de Saint-Brieuc », sur terre et sur mer, capable d’armer en association une caravelle remplie de vin, d’aunes de toiles blanches et d’autres marchandises pour la somme de 1 500 écus35.

Notes

1 L’expression utilisée par les greffiers dans les premiers procès-verbaux de séances des conseils urbains. Les ducs parlent dans leurs actes législatifs, dans les lettres adressées aux conseils urbains de « notri burgenses ».

2 J. Kerhervé, « Une existence en perpétuel mouvement. Arthur de Richemont, connétable de France et duc de Bretagne, 1393-1458 », Viajeros, peregrinos, mercadores en el occidente medieval XIIII semana de estudios medievales, Estrella 1992 p. 69-114 & « Prospographie des officiers de finances » in Medieval Livres and the Historian, Medieval Institute Publications, University Kalamazoo, Michigan, 1986.

3 AD L.-Atl. B 1976.

4 M. Jones & G. Meirion-Jones, « Seigneurie et résidence dans la Bretagne médiévale bilan des recherches récentes », 111e congrès national des Sociétés savantes, 1993, Paris, 1994, p. 437-460. – J. Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1650), l’exemple du Vannetais, Rennes, 1983 – P. Kernévez, « Lesneven, château et bourg », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXIII, 1994 p. 70-74. – E. Salmon-Legagneur, « Le manoir breton au XVe siècle, symbole et richesse de la société rurale », MSHAB, tome 69, 1992, p. 201-222. Voir aussi le no spécial du Bulletin Monumental, tome 160-1, 2002 sur les « demeures urbaines patriciennes et aristocratiques (XIIe-XIVe siècles) ».

5 D. Chesnais, Baulon, Rennes, 1969, p. 30 – P. Dorange, « Raoullin Dorange de la Dorangerie », Bulletin et Mémoire de la Société d’Archéologie et d’Histoire de l’arrondissement de Fougères V, 1961, p. 11-18 – M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, PUR, 1993.

6 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 358-363.

7 J.-P. Leguay, « Le Léon, ses villes et Morlaix au Moyen Âge », deux articles, in Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome 106,1978, p. 103 à 160, et tome 107, 1979 (1980), p. 180-236.

8 P. Paris-Jallobert, Journal historique de Vitré, 1880.

9 AD d’Ille-et-Vilaine 1 F 1309-1327 – A. Thomas et A. Le Goff,La seigneurie de Quintin au XVe siècle, DES, Rennes, 1971.

10 E. Saddier, Une seigneurie rurale du Pays Nantais au XVe siècle, les Huguetères, DES Chambéry, 1975 – J.-P. Leguay, « Le rôle de la zone périurbaine dans l’approvisionnement des villes armoricaines au Moyen Âge », Actes du Congrès du Centre Culturel de l’abbaye de Flaran consacré à l’approvisionnement des villes de l’Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps Modernes, Ph. Wolff et de F. Lebrun (dir.), Flaran, 1983, Toulouse, 1985, p. 189-196.

11 B. Merdrignac, La vie religieuse en France, Synthèse Histoire, Ophrys, Gap, 1994 – J.-C. Picard et Y. Esquieu (dir.), Les chanoines dans la ville : recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, La Garenne-Colombe, 1991 (bibliographie).

12 Nous avons étudié des carrières épiscopales dans les histoires de Saint-Malo et de Vannes aux éditions Privat de Toulouse-Paris. D’autres carrières sont examinées par A. Chédeville dans l’Histoire du diocèse de Rennes. La chrétienté médiévale, J. Delumeau (dir.), Paris, 1979, par M. Droguet et G. Minois, Histoire de Saint-Brieuc et du Pays Briochin, Toulouse, éd. Privat, 1991 & L’évêché de Tréguier au XVe siècle, exemplaire dactylographié de l’université de Rennes II, 1974, de B. A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, tome II, Paris, 1928.

13 G. Devailly, Histoire religieuse de la Bretagne, CLA, 1979 – H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, op. cit. (chapitres religieux) – G. Minois, Histoire religieuse de la Bretagne, éd. J.-P. Gisserot, Paris, 1991.

14 M. Droguet et G. Minois, Histoire de Saint-Brieuc, op. cit., p. 25-54 – J. Lamare, Histoire de la ville de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, 1884.

15 Testaments extraits des AD I.-et-V. G 187, 196 – AD L.-Atl. G 148, 222, 316-318.

16 P. Adam, La vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964 – M. Aubun, La paroisse en France, des origines au XVe siècle, Paris, Picard, 1986 – Fr. Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, Nouvelle clio no 25, 1971, p. 123-125. Pour la Bretagne, on dispose de la synthèse d’H. Martin dans Faste et malheurs de la Bretagne ducale, op. cit., et des travaux de G. Minois déjà mentionnés.

17 Testaments extraits des AD L.-Atl. G 148, G 303 (7 juin 102), G 318 (19 septembre 1482), G 493 (1485), G 253 (10 mars 1444)… AD I.-et-V., G 526 (15 mai 1505), G 522 (5 décembre 1468).

18 R. W. Emery, The Friars in Medieval France, New York, 1962 – H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, Paris, 1975 & « Religieux mendiants et classes sociales en Bretagne aux XIVe et XVe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 82, 1975, no 1, p. 21-46 – Panayota Volti, Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge, CNRS éditions, 2003.

19 J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, éd. J.-P. Gisserot, 2006 (bibliographie sur la bourgeoisie) – Les Élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Paris-Sorbonne, 1997 et notamment l’article d’E. Crouzet-Payan – L. Boltanski, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Le Seuil, 1982.

20 A. Chédeville, « Un bourgeois rennais à la fin du XIIe siècle », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique et Historique d’Ille-et-Vilaine, tome CXI, 2007, p. 15-25 & « Dinan au temps des seigneurs, des origines à 1283 », dans Dinan au Moyen Âge, Le Pays de Dinan, 1986, p. 27.

21 M. Bourin et P. Chareille (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, PU Tours, 1992 – J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles, t. II, Paris, éd. Maloine, 1987 (analyse prosopographique).

22 Depuis la parution de notre thèse avec une bibliographie sur les milieux de l’administration et de la finance en 1981, des synthèses ont approfondi le sujet : le travail de J. Kerhervé signalé à la note ci-dessus, ses articles cités dans les deux volumes dont « une famille d’officiers de finances bretons au XVe siècle : les Thomas de Nantes », Annales de Bretagne et des Provinces de l’Ouest, tome 83, 1976 p. 7-33 – D. Le Page a dressé des biographies dans Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes (1491-1547), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France 1997.

23 A. Croix (dir.), Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes, des origines à nos jours, Rennes, PUR, 2007 – L. Moal, L’étranger en Bretagne au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

24 M. Le Mené, « Le commerce de la Loire au XVe siècle », dans Les Bretons et la Loire, 126e congrès d’Ancenis, Association Bretonne, tome 108, 1999, p. 165-169 – J. Tanguy, Le commerce nantais à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, Rennes, 1967 – H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967.

25 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge, Paris, 1964 – B. Garnot, La justice en France de l’an mil à 1914, Paris, Nathan Université, 1993.

26 M. Le Mené, L’économie médiévale, Paris, PUF, 1977, p. 123 – Ph. Wolff, Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux, Paris, Aubier, 1986.

27 J. Kerhervé, « Les Thomas », op. cit. & « Prosopographie des officiers de finances : l’exemple des Trésoriers de l’Épargne bretons du XVe siècle », Medieval Lives and the Historian, Kalamazoo, Michigan, 1986, p. 267-289.

28 J.-P. Leguay, « La propriété et le marché de l’immobilier à la fin du Moyen Âge dans le royaume de France et dans les grands fiefs périphériques », Mélanges de l’École française de Rome, no 122, 1989, p. 135-199.

29 J. Alter, Les origines de la satire anti-bourgeoise en France, tome I, Genève, éd. Droz 1966 – M.-Th. Lorcin, Façons de sentir et de penser : les fabliaux français, Paris, éd. Honoré Champion, 1979 – Ph. Ménard, Les fabliaux, contes à rire au Moyen Âge, Paris, PUF, 1983 – J.-P. Leguay, Vivre en ville au Moyen Âge, Paris, éd. J.-P. Gisserot, 2006.

30 M. Aurell, La noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, Armand Colin, 1996.

31 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion (vers 1320-vers 1480), Rome, 1980 et « Note sur le polycentrisme religieux urbain à la fin du Moyen Âge », dans « Religion et société urbaine au Moyen Âge », Mélanges J.-L. Biget, PU de Sorbonne, 2000, p. 227-252. M. Lauwers, Naissance du cimetière, Paris, Aubier, 2005 – Voir aussi H. Martin, Les Mendiants, op. cit.

32 J.-P. Leguay, Le feu au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2008.

33 L. de Carné, « Pierre Landais et la nationalité bretonne », Revue des Deux Mondes, tome 30, 1860, p. 454-484 – M. Chauvin, « Pierre Landais et ses Historiens », BSAHN L.-Inf., tome 71, 1931 p. 29-56 – J. Kerhervé, L’État breton, op. cit., B. A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les emprunts de la duchesse Anne à Julien Thierry », Annales de Bretagne, tome 69, 1962, p. 269-289.

34 J. Kerhervé, Les gens de finances, II, p. 904.

35 Nous donnons dans « Vivre en ville au Moyen Âge », éd. J.-P. Gisserot, 2006, une bibliographie sur les notables, p. 97-99.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540