Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Première partie. Les citadins

Les citadins

Texte intégral

1Avec l’examen de la haute société, nous découvrons d’abord les élites traditionnelles, nobles et membres du haut clergé, puis ce que les textes nomment communément « la plus saine et maire partie des bourgeois ».

2La noblesse de vieille souche ou récente n’est donc pas absente des villes mais ses membres, même s’ils se distinguent par leur statut juridique particulier, font partie intégrante de la société urbaine. Ils y sont administrateurs, simples résidents, propriétaires de châteaux ou d’hôtels particuliers. Tous jouent, par leur présence, un rôle important, des plus hauts lignages avec leurs cours comme les sires de Rieux, de Rohan, de Quintin, de Clisson, des familles bien implantées localement comme les Gennes de Vitré ou les Coëtanlem de Morlaix, aux simples écuyers, prêts à déroger pour vivre décemment du négoce. Le clergé, suffisamment nombreux pour atteindre entre 3 et 5 % des citadins, laisse entrevoir à la lecture des aveux, des testaments ou des archives municipales, à côté des évêques souvent commanditaires, des chanoines influents, en majorité d’origine noble, et une poignée de prêtres aisés soucieux de leur confort, appréciant la bonne chère et les intérieurs douillets.

3La notion contemporaine de bourgeoisie aisée cache, selon l’importance des villes, des réalités hétéroclites, des « gens de bel estat et de bonne renommée » (Christine de Pisan), des mariniers ou des commerçants besogneux. Comme d’autres historiens des villes médiévales, nous hésitons à reprendre les mots patriciat et patriciens, ignorés dans les écrits du Moyen Âge, utilisés par analogie avec l’élite politique et sociale romaine, pour désigner une minorité, moins de 10 % de la population, proche, par ses préoccupations, son mode de vie ou ses espoirs, de l’aristocratie nobiliaire, et distincte du commun. Remplacer ces appellations anachroniques et contestables par d’autres ne résout pas forcément l’ambiguïté de la réalité. Parler d’une oligarchie dominatrice de puissants ou d’opulents, d’héritables, de rices homs, dénoncer une « ploutocratie tempérée par l’ancienneté », une bourgeoisie précapitaliste, voire une nomentaclura par référence à une élite russe sont des expressions vieillottes ou simplistes tout aussi discutables, sinon plus, que le mot patriciat. Les écrits contemporains, des recueils d’anas ou de bons mots, des fabliaux, les missives, les procès-verbaux ont multiplié, comme à plaisir, les titres flatteurs, les périphrases, les adjectifs laudatifs et pompeux, les métaphores, pour souligner la qualité, l’aisance, l’influence, l’exception de ces élites… « comme pour attraper plus d’espèces », ironisait le prédicateur Mendiant Olivier Maillard à Nantes. « Les plus suffisans d’icelle ville », la « senior pars », devaient l’essentiel de leur fortune matérielle « au fait de marchandie » sans qu’on puisse bien distinguer entre les besogneux participant à des opérations hauturières et les hommes d’affaires, rentiers avant l’heure, spéculateurs sur les fermes des impôts, restés à demeure et servant d’intermédiaires et de fournisseurs. Les milieux marchands ont été vite rejoints par des hommes de loi, avocats, notaires, procureurs, par de rares médecins ou physiciens (pharmaciens) qui ont réussi, par quelques maîtres d’œuvre (entrepreneurs) et techniciens spécialisés, enrichis par de bons contrats ou feurs.

4De son vivant, cette bourgeoisie aisée, tout juste tirée de l’anonymat à la fin de la guerre de Succession, est devenue au XVe siècle le symbole d’une opulence égoïste, l’incarnation même d’un nouveau pouvoir jouant un rôle dirigeant dans les villes de l’Ouest. Elle contrôle les rouages de l’administration, abuse des ressorts d’une rigoureuse cooptation électorale. Ses membres unis par des liens complexes d’amitié, d’intérêt ou familiaux, témoignent de sa solidarité face au reste de la population. Les conditions d’existence de ce monde des affaires, et du droit, leurs préoccupations courantes, leurs relations familiales profitent d’informations croissantes à mesure qu’on se rapproche de l’époque Moderne, des déclarations de biens (aveux), des archives professionnelles comme celles des merciers rennais, des listes de souscripteurs de prêts, des premiers livres de raison.

5Deux hommes symbolisent, mieux que n’importe quels autres, la réussite bourgeoise et ses limites, le Vitréen Pierre Landais dont la carrière météorique, à la cour de François II, s’achève par une fin tragique, le Rennais Julien Thierry, un « Jacques Cœur breton » qui, à l’inverse du précédent, a su préserver son honneur et ses biens et assurer un brillant avenir à ses enfants (chapitre 1).

6Cette minorité de familles, entrevues par strates depuis le XIIIe siècle ou nouvelles, s’isole, par son genre de vie, des autres, habitants de longue date ou récents venus, du reste de la population laborieuse, des artisans, des boutiquiers, des minores ou gens mécanicques simples ouvriers, compagnons, valets. Juridiquement, il est aisé d’opposer des maîtres et leurs familles, organisés en métiers jurés privilégiés, à la masse, libre d’exercer ses activités. Dix-sept professions rennaises connues, quinze nantaises, deux ou trois ailleurs (Lannion, Dinan, Lamballe, Morlaix, Quimper) ont reçu des ducs, favorables à leur demande, des statuts qui fixent avec soin leur organisation interne, des règlements de fabrication et de vente. L’examen des textes, souvent des copies postérieures tirées des registres du Parlement de Bretagne, montre que ce sont les patrons artisans qui ont réclamé de tels statuts pour se protéger de la concurrence et garantir leur niveau de vie (chapitre 2).

7Mais la majeure partie des travailleurs d’antan vit en dehors de cet univers protégé et rigide. Les ouvriers du bâtiment y échappent et leurs conditions d’existence sont souvent très dures. Les humbles salariés sont au bord de la misère qui survient inexorablement avec l’accident, des naissances nombreuses ou la maladie. Les rémunérations médiocres sont à peine compensées par des distributions de vivres et par le grappillage sur les chantiers. À l’opposé, existe une aristocratie du monde du travail. Il s’agit d’ouvriers recherchés, hautement qualifiés, autochtones ou forains (Allemands, Flamands, Anglais) (chapitre 3).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540